<%BANNER%>







PAGE 1

• •.• I I Lf MATIN %  O Jantier 1926 Agit vit* et radicalement Supprime tes douleur de la miction Evite toute compticatom Pagol nergique antiseptique urina tre de lai ko — < *ju£-R U UIMi e ol oHiuiirci ••* ilUUMOlKI. Mn letiis lie son! autres que les niHM IQOOOS) tentes des campagnes il il vi ta. Si arm le la Constitution qui lui an donne parfaitement le dtoit, )e PrfetdOOl Uorno a jug que l'heuie a ^uuoi'i I H ulus i.viliSM des v.iix minentu s soui ainvss ••! t' vent e icors cootri es mfaits du parleui'i.t uisin*. Kt, C'Ml pour (proliK i des temps de pall actuels pour apjiWodCt au Jpeuplo a se s, .M dd bulletin de wlei — connue le demande VI. Uorel,— que le t'raidenl Uoruo a cris" e a G H. laieor Horno n'eiiteu! nulle meui, comme l'in-inuenl teodan cieu teOl -es udvei>iire>, BUppri m r lei i leelioaa lag elahve el noii\ nvtr teruellfiu.nt de nos Chambre*: .Non, puiaque le Prsi lit nt dll .m peuple il us a CiWU luira : -si a piparer les voies li dmocratie coascieo • BI l'sei piiiuc c*et a. l'oigamsatioa sol. d< de celte dCDOcrali no lr. \ i..r liiii.veiiieiii.iit t Kn mfiina tempi e Prsident lijrno SonODCS Une nouvel e loi, eu cours d". pi pin ii.iti. qm olMra toute 'es pos lib'lrtp. ur le libre l'onclionne ment Mt partis politiques el pour |* constitution d*ui) corpa clec'0 rai IMII-CH-II', capable d'exercer %  ans d ! ig< r poui m Rpublique, le BI uveiainea adlributiona du aul frage uU'tetael.— lyons lu pn boises et ht sagesse d attendre. Uvisid LEGER. |eg lorcdfl <'" fardin.i! lercier dclinent ente ment "r eable, 20 Janvier BRUX LLB8 — Les forera du ( i\ oal Mn 1er dili"' nt I nte ment inaa ans que va li i soil m core im ii'dii'e II cona re ce qui ta' ippan mm m 11 lin ds st vie |, en 11 m plie faire a'socar l'œuvre do l'union des glises laquelle i iratai le depuia la guerre Kefti stni v un" douce insistance de se rendre atn dsira le -emde in-, la > ardinal a pns' une bon ne par'ie de l'aprs midi a dicu t-f cgrave pioblema avec l'abb Porta'i 1er missionnaire de Parli qui H pris pari eus clbres COQ \, i itioi i de M ilices e ira les prt C fttbo ii -' ••' '• %  minisires aoglic ina en Mai 1915. ques nouveaux r-morr-aera *mi ieos (oui m i !qu t il i afl ire psr IM • witth .celui ci.qi.i est en llald ar reslati-ns la 11 y ettlebcau Ir e do comte d 1rs. ky, m n tre de la gurie de Ilocgcie. Du (juer e vite entre la laide l le Dan mark ar %  li'e STO KIU'I.ML a guerre entre IrJJSide el li I anmark a l d liniment re-.1 e imposible giace a i.n traild.-bitrage illimit ea ire les deux oa ioaa sign ici mer t e patte pnvtit taib.iii.ge d tou ts let queet'O s mme telui ou l'honneur itiieaa et le^ int-rf a vitaux seraient en j u. U'i ^n H >b ab'e a t coi du rf. trmeni entre la Sud et la Notvgeeton dit que des ngocia'i^ns di mime genre ont l entan s avec la Fin lande. Au lar.ic, un ex cail lait sa iou mission Par cab e FIZ, fO Janvier— Huns la re gioo de U bane l'ex caid Mudali Ben Abi el Salem, ardent liante %  ant d'Abi el K im. a fait fa sou mission aec tiO familles. Dans le pays des Beai Lu zai, les op^ra tions dconso!idttion du fronl se s m poursuivent normalement ; noas 5 Intltlt'S SOtlt Captures aV0 ns occup dans la matine les et exCUls 80 leXiqa* priuc pale^ positions de l'ennemi „ .,, qui se replie la h'.e. Pif cable 2 • i i -L',' MEXICO, w Janvier— Le mi fce Service de proniDition aux Etats-Unis Pir cable WASHINGTON, 20 Janvier Matfh Curfao-Hatl 4 BO TTE aw LETT tBS Porl au ti' !•', le il •' mvler I9M a i' u Clm ml Dite ii or li" riel du Jouni'tl le Mu|in E. Vdl her Magloirt, Le petit bonhomme Fiirp -e mes esprances, en o ivraol i o n a l i n ma; i in i. m't n mia ctl qui Iqu i{ net i i i i i nuirez bi n li uver sou le c mvi il de a pt-jen'e, m'' pi ml d i voua les (aire | \r\ ni t %  > il • n vous 'emaii •tant > 1 < les pnh i-' dan • dre Ui latral aut quoi" lien It an I \ red VIEI \ L'amortifseoDent de U Dette Franaisdevant le failenienl Pil cable PARI^i -0 Janvier — I a t'otn Blraion des Imaures de la rbim. bre a eamin le projet du *,o ver nement sui l'amortissoment de la dette Bile a rejet l'article eonur nnul le ren b ursement de da x milliards d'av-nc;"i la bavnque -Je Frun %  ••• et ad pl, ave • d< s m'dili r ,| ont, es articles inlittinnt une cai-se d •mortUoement et Qaauot U comi osilion Hu conseil de ges tion d( cette cai-se. Porl iu Pr'nce,le il Janvier lt-20 A mes clie s ami du '• Malin" Eu Ville. Le t"'tit bonboajoie qei proli p,tie .•' ilis sus curieux soa plus ai m b e -'Mirirc ne se p'ninl pas de lira. Il pfolite de celte binna oecaaioo pour voua remet c r de la rclame que vous lui ftitennt's, ca qui compensera . u, insueces auprs da son pi'ron Il vu r-eive cli qm tm-li i dit la m" M et H" branlble -u rire Un i urire h l'os'l d • v dre petit. BONHOUMB. ni tro d l guerre anuouce avoir reu une p ba du gouverneur n.ili'ai e i" •' lai deJa i-co disant que "> nouveaux banbN, aya'it particip l'attaque du train prs de Guadalsjra, ont t rap'nrs et excus. La p > ursu,le d ii resta de la bande continue. Divers Indi vidua suspects ont t arrt.-, mais jusqu'ici le (bel de la bande, l'ei colonel M D el Nune/, a chappe aux troupes fdrslef. Raids arien i Pal tabe HUBLVA, t') J invier — Le capi laines Itamun f'itaco et lin / de Aida s nt aniv sa Uueiva venant de Vlelilla daus rliy in i.m avec lequel ils se proputeal de vo.er jusqu'eo Amrique ou Sud tt de la jusqu'aux Btata L'ut.Ils taient accompiignes par uue escadrille d'autres aroplanes el on leur a fd.it un accueil eullimsia-le au quel le gouvernera u. a particip Le nouveau cabinet aileuii'iid Par cab'e BEHLIN, 10 Janvier Le nou veau cebioet a t constitu nef le chancelier Lutber. il aal compo se de la fin;on suivante : Luther, chanceliei ; Sltesemaoo.auairea lratgres; ijitfeU, dmocrate, luteriear, U'inbord. denitcrnle, linances; Curtlus, pcpuli^te, couomie Brau s. p puUata bava'oi-, pos l' | et llgraphes ; Krosne, p pulisle, transp rts : Les p rteteuil sdt l'iigricuituie et des lgions occup, lafronl con lis pioi> n.' i.i des membres du cabin.l. A'in de rendre plus troites les re lations entre les garde cMes, lea douanes el le service de p.-ohibi tion,l'assistant secrtaire Andrews K prescrit que ces trois units ne formeraient qu'une unit dans les tats de l'Atlantique sud. Si cette mesure donne de bons rsultais, il est possible quelle soit applique aux autres rgions. lies cours 20 Janvier PARISS terling 1*9-89 Francs 26.68 NEW-YORKFranc |*6 59 Sterling 4.862i L quipe defool.ball de fureyao est arrive h er aprs rridi otl auP-ince Ira que le frident de l'L'SSH avait arpriR q"e plu. sieurs des qun iers r valent rehi de se servir des ibevaux nus n leur di^po.ition po. r entrer a Tiouiu, n ^'t*iit PT opeel'e i dplac jrur itivu.i I quipe en tiere?e lais cr ce dui.e Port aufiincetn voitui automobile. La premire ixlui tion a eu lieu ce lualiu eu l'rc L' ci nie en prrtence de quelqi es foot bailis hatiens et de non Dreux ama eut?. Elle a:*se pressentir pour Dtman chaune lotit nsan ardue, qui n'u ra pas cependant l'aspct des match s Jam que Hr.iti Nos pi sentb adveisaires n'ont pas la lapiiiite des Jamacains, il> n'oi.t pas le mme jeu harmoui. u* t Vf, mais sont tous des athleUs accom plis, entrans dont la force rside laM b pneision-t d -ns la vigueur des coups. La ailiers, l'avaut centre < l le g >• 1 keeper sont paiticulureii i>> re ma quables. **U baitLiis d vroi.t rali.-er une otfens;ve ueig q e ds le coup de pied d*envoi *n vue duo sut ces prompt, qm pour ra avoir pour etl'et de paraly.-er ou de diminuer l'ardeur de ad versaires. Mais si j ais notre ligne d'avants se heurle un bloc infranchissable, nous conseillons une dfensive gnrale dan l'uni que but de nous pelh, Ouderland, Fromp, U eu. Laurens Jr. et Vos. K C NI SUPRWWT DE U tAJtiONA Voici quelque) unwdasl Y avantages, mcaal ques de la Corona: f. l.ctiaj) nement extra rapide permettant le U>lua haute* vitesse dactj Toflrapbiques. 2 — I nooncbrcmenl poids 3 kjs) rduits pou u transport fa lie dans soi organt tui valise. 3—Retoui' automatlq du i iib.ni bioolore. 4 — Mcanisme inca sable. 5 Clavier pour tou langues Tous genres oriture. .— Vlsibili.e absoli de la totalit du travi en cours d excution. Entrez pour dmoastratki Chez MAXWELL a IOHt| Dcs |ll nous a <*t l'ait part du ',< survenu vendredi dernier aui naves, de Madame Marie Ai Lindanne Debrosse. Les funrailles ont eu lendemaio en l'glise des Looaives. ^Nos toudolances aui taxai prouves. 19 D' sr i*U iac mi ne lies Varieis faM Iniendle Uncetto Le icaodak 1< > taux billets de luft(|ue Iranais Vendredi Le (| an.l Itaaat avec l'eari Wliite le p'sode C(BU? b* liiQiqrii 50 centimes. Association Amicale du Sminaire Les pertunues qui ont encore en maindes listes de souscription dour l'ac.jiiisiliou dus vitraux de la chapelle du Sminaire sont ins lamraent pri-.s de retourner cts listes au pus lot avec le montant des souscriptions recueliies, le Trsorier dt l' \ micale dsirant rendre compte du rend ment de la soisirlption la prochaine assemble gnrale des membres. Port M Prince, le i janvier li>2fl Le Tr c orier CM. DHMY U r ai n d d a' et ri d l TIMBRES-POSTE e > me ub ea oui s. ri rbaf Oeaa saart*** *i ww PT. '"*• s "• e -i mi ...J 41 ^ i-t tu.u^ H JJE^,, jcnTO „ un MONTRE d. pochi t* SSSN I taire utn 1 enquue s..r le fc Dd* moit, i.incrtcooii'n'aiier aojoH d h n el drtmio U91Pression almo| b'-iqne 1 u MU il SIM; lemi'ra'ur.' I i au des-- u-1 inda dii tpmp" I negs tif. l'it-b.-bitils plate: 0 I Bd(l lit. | e 2 —Pression atmosphrique Q,\\ au .• uns la p 0 salon las !-• &f -* t bou |eo'a ei d^s p ^s.iis et en rai-o 1 d • besoin de 1 Ml sas. Par rable l'.l DAPEST.-W Janvier Le comte Ilehum, 'er minblre, A antot la Innialton il une 10m mission p>i iemcntaiio lO'nposce de t9 d 1 .* tdkic un* sutiuuoiui m ru U(II atoir, l.intortcoanminaec. ammiuoii a*" 1 11 %  le des fiui billets de binque fran **"? -?*?*!?*?• flh j£*^__j ais. En p.. ..ant c Ite d.clsion on tt* !" ^^^"'"^ Oit que le L 1 minis.re vitera les iotarpallstiooi & la obsmb 1 qui aur tient pu lui causer


PAGE 1

DIRECTEUR PROPNETRURE IMPRIMEUR Clment Magloire BOIS VKHNA 1368, Rue Amricain* NUMERO 20 CENTIMES Quotidien TELEPHONE N 342; Ce qui demeure pour un Gouver nement.ce flft'sAit pas les acclama tiens du peuple,qui, i peine leves.se iaisent 1 avec l'enlhousM me tin moment qui les a \unaitfe, ce sont plutt les rsultats heureux provenant du soin i de servir les intrts dont on a la (jarde et de la mise en applica non des mesures que rclameTtat du Pays. Le i alia > t+ 19me ANNEE No 67tj7 PORT-AU PRINCE KAIT1 ) JEUDI 21 JANVIER ii26 Le Parti National Progressiste Dans ia situation si dlicate %  que n-avtfse nuire organisation politique et sociale, les [ assious les uns et l'inconscience uts luire s vi\ amen de bien tris* es ev ci, mienis dans nutre Pairie Nul ne neut nicooi ailre :et tat de ihosts ; nui ne pi ut lire, tau mentir lui-mmfi ju'il n'eu soutire pa.. Les agitaliuus successives de 1908 lyi5, dont le Pays a t e tbeire, ont rendu possible 'miei vt-iiiiou amricaine: 11 >iti iiait ii.,ie pour subir la tutelle, tour atupler la dirt ctiou etraulie et, tiiiln, pour vivre de contusion. Apies avoir atteint le rriaxrTiiiui dts rsultais qu'invitablement, 11 ai tait en droit i'esprtr de sa t irbulance, de ion H. ;onsc .iidiic-, il n'y a pas ieu de chercher les respons<)i Iti s m u'aovuser personne Su einent, il nous Lut sortir de ce cahot, de ce tfoullre, de ctlabi!ne. C'est l indiscipline dans ios" fournies et dans nos socits qu'il laut aiinbuer notre dsorganisation d cl ut Ile Comment sortir de ce dsordre, de ce brigandage, puis]u'aucuu personnage, quelle lue sou ia rcctiuido. qu 11 q e ion SJ conduite ou sa % leur %  ceile, n'est rep< ct, et mme sonlleit? Tout est l'objet de la dus pneuse mprise, u. la plus lesolame suspiciun. A bien con iidrer h s .doses, selon le moment, Uaii. n'a pas uu liai in, l'a pas uu hoiii m •. L 11 g liaion est pai tout et djus tou i. Quand l'AmeiicPin descendit ur notre sul, la siopehtUou tut gnrale. Uu. ne sut point ce ju'il Lilau iaire. Ou leuuuiui Wasliu-gtou plutt que de cher:her mobilier sa conduite, e donner une politique uatlutale. Le pays a t jjue; I s eadeis, econduits. Un alla en Europe. Lncore une lois, le om hatien lut l'objet de la pii au 1K u de la sympathie inrnahouale : Uaiti tranait paroui sa .luaLou inieiicureet vait ainsi 1 mconsistauce de ia politique* Chaque citoyen, au lieu d'tre ine foi ce au p. dit des iniris {mir, ux de la iianou, est p uut une cause dedtsuniou, une :au e de Lib e>se, uue cause de 'unie Ctst laueaiitisstmeui. De -915 a ltfb, ce pays a lionne le plus tiiate dts spectacles: L'aUibniou peisonotlLou a Dmagogie. Uu crie, ou proteste, mais pour soiQuant liaiii, ses intrts sont abandonns. L o l'on constate uue vellit de patriotisme, il n'y a pas d'uniformit dans les id^a. Aucun programme n'esl possible! Pas de principes, pas de vues larges. Tout est mesquin* Aprs a/oir assist tous ces dsordres politiques, nous avons pens crer dans le pava une force disciplinaire qui se r-posera sur la cons:ience nationale, q .i aura, comma ag-int e comme dfenseur, le citoyen lu -uienv, — i tir ou illettr ; et devant cette force viendront se heurter tous les dmolisseurs, tous les ambitieux et tous les politiciens. Ainsi recruts des principaux lments d'ordre et de progrs, par consquent partisans incontestables de la stabilit politique et, en mme temps, des factiurs puiss nts d'uue Hati libre, indpendante, — le national progressiste doit voluer pour le bien de la nation, et sa civilisation. C'est avec une grande tristesse que noua constatons que les adversiir s du Gouvernement cherchant ridiculiser le Parti natonal progressiste ; en q e fois qu'ils veulent critiqu r ui acti de CiGouvern mm, — i s mettent en cause le parti. N JUS somm -s dans uae priode lectorale ; il n'est point permis qu'au parti en for na Uon qui doit avoir la plus grande iulld3nce sur l'avenir de la Rpublique, s'o cupe des personuag s saus vises, sans but, sans politiqueNous avons onstammeot re? p-'de Us opinions de tous, en le laisaut, nous n'avons jamais ignores les sentiments intime de chacunNous sommis, nous, partisans, de l'ordre, de la st bilit ; nous avoua l'intime conviction que sans l'ordre et sans la sta biU aucun progrs n'est possible Plein de cette ide, noas pouvons demander au N >u velliste quel est le pro, r ani.xje qui constitue sa rgle dans la vi poli iqu' Quant La Poste , nous respectons s manire d* fair{ mais nous ignorons en ore la politique qu'elle entend appliquer pour le bien d'Hs iL? Parti Nationnal P. ogressiste embrasse tous les intrts de la II publique sans tenir compte des md.vidus. LAVEMURb. unuttAi On l'a dit, 1 habitude est une se onde nature et, encore, chanez e naturel, il revient au galop. C'et viai cou.ez : Ld Aui mi.ds Vins de Bordeaux . Il est irl ||g sont deux, accouds .' %  boi e dans lel.gaul caf o tout est tinctlanUs lumires. Ils te ronlfmia aur leui quatre iour et te aoue de plai ir.li por enl toue deux |ilutron blanc i il le plia, cravalt b, anche, vetlon loira uo bouton, vist.g-, Ir.fcLe nent rase, ruses a u bouluuni lia avaient puisa tous lea pUts u menu. b.1 le u.euu ue Dtreix, 'il vous piMii I u~ | „v .i,,, [ irr ,. e ea vit e p U But i ( dea li ueurs lea plu deiicieuaea luuie gamine uu -p. eut avuii nuruii evaui eux : pourpie Ue ttourgo ne, le topaze du bum, l'tuerau t du pipperaini, le rayon pale du kumtnel. Deux cerises rouges, t ;isaieut, ddagaes, au fond de aura deux p tiU verres v.des. Ci avait t le dernier cektail... ht, deux cigares normes, pareils deux longs points d'exclan stion, tout noirs, Hchs leurs lvres, mes deux dneurs, ne sachant plus quoi boire de plufin, quoi mao ger de plus dlicat, repousseront leur? chaises, rglrent la note sale i que leur apporta le gar on respectueux, repoussrent la menue mo naie que ce ui ci leur t nduit, dcioch.ent leurs feu trs et quittaient le slect caf. Ils allaient, sans doute, Gnir leur soir.-e dans quelqu'el^gsut ci ne ou quelquebnilast de a Utuii pm uue tauipe a la lueur lumeuse... U force de l habitude,.. M. MUSSOLINI trace leurs devoirs aux Fascistes Nous reproduisons le discours prononc par S. E. Denito Mussolini, htesvient du (,onseil italien, dans la sance finile du 1er Congrs t hameaux Italiens • l'Etrange et lins les colonies %  Camarades, Jf> fuis venu parmi von, non pour prononcer un disoooi %  . mrce que le temps me mui.queiuil jour le prononcer. Lin important et i* %  travail m'a'tend en ce moment au •' i us du Ministre des Relations extrieures Je suis venu pour VOUS apporter mes salutations de chef d> Gouvernement et de votre camarade et pour vi>u dire certaines choses qui peuvent vous intresser. Ces choses, pul tre ont t dji iites. Moi, je l-'s rp eri-. Je veux d'sb trd rendre levant vous, camarade, venus Ko.iie de tons les Pays du monde, une chaude attestation de sympathie au Camarade Bastianini !e secr' taire gnral des Fai ceauxlali* ns l'tranger, lequel a t pendant de longues annes l'infaiigtble animateur de votre mouvement, qui la cr et lui ajdoan la possibilit de vie et en a fait une ins. titutioo puissante Dans sa personne, je veux vous rappeler tous SJI collaborateurs : ceux de H me et ceux des autres Pays Aujourd'hui les Faisceaux Italiens l'tranger sont une ralit trs rconlorlante. Q -Ile directive doivent suivre les Faisceaux Italiens l'tranger? 1 Les fascistes qui sont l'tranger doivent tre trs soumis et tis ob-'issao's aux lois du l'ays o ils ont l 'hospitalit Ils doivent donner un ex-mple quotidiea de cette obis an ce, et donner, s'il est ncessaire, cet exemple aux citoyns mmes du Pays o ils se trouvent. t .Sa participer d'aucune t' r >n dans la potique intrieure des Pays o les f js.stes sor.t hosnitaliss 3 Ne susciter aucune dissen. tion dans les colonies i aliei,nes: mais plutt les unir l'ombre du Fais'eau Licteur. s 9 Donner exemple de probit publique 'iv. aioiple exemple donnera une ide de la Nation qu'est notre Italie, la virile Italie, que nous somni's en train de recrer avec un elior aseidu et quotidien. Vous qui vene/. de toutes les parties du Globe, vous Ira Wi taiaemeat une nette et claire impressioc que, ngligeant les misrables buvardises des roagat*, le mon te commence pur nous reeonastlre. Ceci pst important. V' us devez vous considrer da is ch mine de vos ouvres et en ch ij moment de votre vie comme des pioanters, comme des mission natres, comme des porteurs de la civilisation Latine, Komaine et Italienne. Je crois qi? ce d'sOMlN parvienne directement vos emars, pares q'i: vous savez bien que la vie des italiens l'tranger ne m'est pis trangre : c'est adir, j<* ne l'ignor* pis. Moi aussi, je l'ai vcue. Je l'ai vcue uu #e dni 'eqiie', tant dans une grande rich-sse de rves, on supporte aisment la misre. Vous dev.z. ragir contre le lieu commun selon leq tel I Italie serait un Pays riche seulement de sp enddl mmoires, plein de muses v-'mrables et de monuments ernes; mais arrir dans ce qu'o appel la civilisation moderne. Vous devez, me faire le plaisir de dire, dans le Pays o vous vous trouvez., que, ct des monuments il y a des ateliers, et que, cot desmu-es il y a des clnnti'rs;et que dans les ateliers et danles ch i vi.-rs, des millions d'ouvriers travaiilaot fivreusement, jetant sur le m ir -li du monde dea prodoits pai faits; de la soie aux automobiles triomphatrices. Et vous direz, qoi F Ignsu ture italienne n'est pus l'agricu lure arcrfjue des %  %  n 'passs, mais ben une agriculture q il emploie l us les sy tmes de la technique moderne; enlin vous dire/ que votre Pays est comil'ement outill et prpronr la production concurrente, et qne l'Italie, ne se berce pas 'les gloire* du pass mais mardi? crnement et fortement vers l'avenir. Si vous VOJS lencz sur ces lignes que je vitns de vous tracer, vous fere? ipjvre de haut civisme et de grand patriotisme, et peu h peu 'es i aucunes s'assoupimnl; los hostilits s'attnueront ; des symp. tliies surgiront dans tous lu milieux, et ces sympathies qui Iroat vos Faiswaux, iront aussi %  T -'i-i-.-meiit la nation ita irone. Cb.uaraies soyez disciplins l'lrangr comme j'ex'gi et j'impose que les italiens soient disciplins l'infrieur. S'-y 7 fidles ; pas seulement avec des paroles, mais par des iruves concrtes, aux sacriti -es de nos Morts. lln'y aura plus en Italie que trois journaux d'opposition position VAvanti (socialiste ), la Voe (rpub'ieaJaj et FUntta cota muni.-le;. En dehors de ceuv.ci, toute la presse ilaiienoe eli<|ue d'Haiti et do la repu bliqae dorainicaiae.bambres conlortahles 'i surtout trAs propres* leotilateurs dans les chambre i i la demande des p cnsionaires. Cotsioe Iranais; trs soigne et dts plus varies. D*nar de* vinitpr leh ma an* in* de V HtPl '^ ins dos DMOtonM crus de Bodeaux, par harriqut's.dnine janoes aallons et par bouteilU-^. l'aruii les X'iiis le clialeaux, vous trouverez, le plus grand choix pour les qualits et pour l'Age VINS D'ITALIE* D'ESPAGNE V'\ uE BOURGOGNE(blano rouges J et. le renomm Pommard mousseux, . Le droit de vol" o aprs un comrnntiiire rapid'. et une in IroJ'ii lion tndnnci*"jse Imitern cite, nom d>t il, les priuripau K passes de l'article d • Jean l)i*-y de La Pefite Bevut de M K. d^ric Don I. Ces prin'ipiux p6sa(res sont na turill. m"0l ceux qui paraissent Aire *'ii faveur d^s gialeu's. li mon CM je vnis i iter >n rsaytnt de IPS l'omm ntong a et la tourbe rie. Mr Doial dit : "U fauf en finir avec ces troupeaux que des raccoleurs h la solde dis cindidats rassemblent dans les r-.ubourgs il banlieues de la ville et qu'ils con duisent aux uin^s pre.que sous leur h iion de commun h ment II faut en finir avec ces cris vocif • rhlions et ni B*ces a qui crent BQ tour le la salle r'e vote une atmos phre de tempe e. et qui ioignei t de ee'le ci (es gens enue.ms du d sordre.'' Rapprochas de ces phases les passag-s suivants de la urrulaiie iriciiii.ui-e Le Prasidsal Boruo dit : .Notre population rurale, qui reprsente les nrut diximes du Peuple Hailien, ect pissqus total* ment illettre, ignoranto e pauvre ; bien que sa situation matrielle et morale se soit sensibleinent ara lioree, pn ces dsrnirei annes, elle reste encore incap-ble .1 exer cer le dioit de vo'e. et serait la proie inconsciente de ces spcula t araaudacienx dont 'a conscience ne rpugne aucun men onga Q ant la po u Hti<>n ut l> iiuu, le diximo de la population totale, ceux de ses memb'vs qui sout en m sure d'exori'U'.r un Mite eons cient.— une mnori'ipri • for lit' 1 dhmniri\ dt pv.x comme nil<, wl'sa'is, cttoyms oV prof* ioidi* Visses aff) rlt'iml aux i ctassts so u/et — ih ont ,ltp %  / loHemS fhm< !a f>lu[> •! in '•,., ,, ,-, irc$t but droit lectoral tto t-dnm \ unmoralts saiiff quau I il p .ionise: i laii8 l'tat psent du pays, l lect'on plusieurs d grs qui se rait un correctif da loflrafa uni v. 'sel qui permettiait %  !' M.oidiv. l'poque o chaque ciloven pourra crire lui mme son bulletin de vote. .•Ainsi — nous dit Mr hotet— par un vote a trois degrs — dont i prconise' le "lOUBCB—loopi* root k l'lection des dputes, ans cris, -ans la.i^ge, sans honteux marchanduge-, sans BxbJliooj gro tesques su i la voie publique.* Ce n'iisl auire que le ^ulfrage restreint, ce n'est auiis que Las siinisemenl de notre corps lec toral ; Mon*ieur Bot no ne propo >. pas autre chose Las gens ennemis du dsordre qui s'loignent de la s^lle voie ne sont autns que o lie partie du dixime de la popuM-ion urbaine dont pana koas-eur Borae.lM cse troupeaux— d'-* exclaves — conduits aux urnes par u>s, racce, 4


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06624
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, January 21, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06624

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPNETRURE
IMPRIMEUR
Clment Magloire
BOIS VKHNA
1368, Rue Amricain*
NUMERO 20 CENTIMES
Quotidien
TELEPHONE N 342;
Ce qui demeure pour un Gouver
nement.ce flft'sAit pas les acclama
tiens du peuple,qui, i peine le-
ves.se iaisent1avec l'enlhousM
me tin moment qui les a \unai-
tfe, ce sont plutt les rsultats
heureux provenant du soin i de
servir les intrts dont on a la
(jarde et de la mise en applica
non des mesures que rclame-
Ttat du Pays. Le i alia >
t+
19me ANNEE No 67tj7
PORT-AU PRINCE KAIT1 )
JEUDI 21 JANVIER ii26
Le Parti National Progressiste
Dans ia situation si dlicate
que n-avtfse nuire organisation
politique et sociale, les [ assious
les uns et l'inconscience uts
luire s vi\ amen de bien tris*
es evci,mienis dans nutre Pa-
irie Nul ne neut nicooi ailre
:et tat de ihosts ; nui ne pi ut
lire, tau mentir lui-mmfi
ju'il n'eu soutire pa..
Les agitaliuus successives de
1908 lyi5, dont le Pays a t
e tbeire, ont rendu possible
'miei vt-iiiiou amricaine: 11 >iti
iiait ii.,i-e pour subir la tutelle,
tour atupler la dirt ctiou etrau-
lie et, tiiiln, pour vivre de
contusion.
Apies avoir atteint le rriaxr-
Tiiiui dts rsultais qu'invita-
blement, 11 ai tait en droit
i'esprtr de sa t irbulance, de
ion h. ;onsc .iidiic-, il n'y a pas
ieu de chercher les respons<)i
Iti s m u'aovuser personne Su
einent, il nous Lut sortir de ce
cahot, de ce tfoullre, de ctlabi-
!ne. C'est l indiscipline dans
ios" fournies et dans nos socits
qu'il laut aiinbuer notre dsor-
ganisation d cl ut Ile
Comment sortir de ce dsor-
dre, de ce brigandage, puis-
]u'aucuu personnage, quelle
lue sou ia rcctiuido. qu 11 q e
ion sj conduite ou sa ? leur
ceile, n'est rep< ct, et mme
sonlleit? Tout est l'objet de la
dus pneuse mprise, u. la plus
lesolame suspiciun. A bien con
iidrer h s .doses, selon le mo-
ment, Uaii. n'a pas uu liai in,
l'a pas uu hoiii m . L 11 g lia-
ion est pai tout et djus tou i.
Quand l'AmeiicPin descendit
ur notre sul, la siopehtUou tut
gnrale. Uu. ne sut point ce
ju'il Lilau iaire. Ou leuuuiui
Wasliu-gtou plutt que de cher-
:her mobilier sa conduite,
e donner une politique uatlu-
tale. Le pays a t jjue; I s
eadeis, econduits. Un alla en
Europe. Lncore une lois, le
om hatien lut l'objet de la pi-
i au 1k u de la sympathie in-
rnahouale : Uaiti tranait par-
oui sa .luaLou inieiicureet
vait ainsi 1 mconsistauce de
ia politique*
Chaque citoyen, au lieu d'tre
ine foi ce au p. dit des iniris
{mir, ux de la iianou, est p u-
ut une cause dedtsuniou, une
:au e de Lib e>se, uue cause de
'unie Ctst laueaiitisstmeui.
De -915 a ltfb, ce pays a
lionne le plus tiiate dts specta-
cles: L'aUibniou peisonotlLou
a Dmagogie. Uu crie, ou pro-
teste, mais pour soi- Quant
liaiii, ses intrts sont abandon-
ns. L o l'on constate uue
vellit de patriotisme, il n'y a
pas d'uniformit dans les id^a.
Aucun programme n'esl possi-
ble! Pas de principes, pas de
vues larges. Tout est mesquin*
Aprs a/oir assist tous ces
dsordres politiques,nous avons
pens crer dans le pava une
force disciplinaire qui se r-po-
sera sur la cons:ience nationa-
le, q .i aura, comma ag-int e
comme dfenseur, le citoyen
lu -uienv, i tir ou illettr ;
et devant cette force viendront
se heurter tous les dmolisseurs,
tous les ambitieux et tous les
politiciens. Ainsi recruts des
principaux lments d'ordre et
de progrs, par consquent par-
tisans incontestables de la sta-
bilit politique et, en mme
temps, des factiurs puiss nts
d'uue Hati libre, indpendan-
te, le national progressiste
doit voluer pour le bien de la
nation, et sa civilisation.
C'est avec une grande tristes-
se que noua constatons que les
adversiir s du Gouvernement
cherchant ridiculiser le Parti
natonal progressiste ; en q e
fois qu'ils veulent critiqu r ui
acti de CiGouvern mm, i s
mettent en cause le parti.
N jus somm -s dans uae p-
riode lectorale ; il n'est point
permis qu'au parti en for na -
Uon qui doit avoir la plus gran-
de iulld3nce sur l'avenir de la
, Rpublique, s'o cupe des per-
sonuag s saus vises, sans but,
sans politique-
Nous avons onstammeot re?
p-'de Us opinions de tous, en le
laisaut, nous n'avons jamais
ignores les sentiments intime
de chacun-
Nous sommis, nous, parti-
sans, de l'ordre, de la st bilit ;
nous avoua l'intime conviction
que sans l'ordre et sans la sta
biU aucun progrs n'est pos-
sible Plein de cette ide, noas
pouvons demander au N >u
velliste quel est le pro,rani.xje
qui constitue sa rgle dans la
vi poli iqu'
Quant La Poste , nous
respectons s manire d* fair- {
mais nous ignorons en ore la
politique qu'elle entend appli-
quer pour le bien d'Hs i-
L? Parti Nationnal P. ogres-
siste embrasse tous les intrts
de la II publique sans tenir
compte des md.vidus.
LAVEMURb.
unuttAi
On l'a dit, 1 habitude est une se
onde nature et, encore, chanez
e naturel, il revient au galop.
C'et viai cou.ez : Ld Aui
mi.ds Vins de Bordeaux . Il est
irl ||g sont deux, accouds .' boi
e dans lel.gaul caf o tout est
tinctlanUs lumires.
Ils te ronlfmia aur leui quatre
iour et te aoue de plai ir.li por
enl toue deux |ilutron blanc i
il le plia, cravalt b, anche, vetlon
loira uo bouton, vist.g-, Ir.fcLe
nent rase, ruses a u bouluuni
lia avaient puisa tous lea pUts
u menu. b.1 le u.euu ue Dtreix,
'il vous piMii I u~ | v .i,,,[ irr ,.e
ea vit e p U But i ( dea li
ueurs lea plu deiicieuaea luuie
gamine uu -p. eut avuii nuruii
evaui eux : pourpie Ue ttourgo
ne, le topaze du bum, l'tuerau
t du pipperaini, le rayon pale
du kumtnel. Deux cerises rouges,
t;isaieut, ddagaes, au fond de
aura deux p tiU verres v.des. Ci
avait t le dernier cektail... ht,
deux cigares normes, pareils
deux longs points d'exclan stion,
tout noirs, Hchs leurs lvres,
mes deux dneurs,ne sachant plus
quoi boire de plu- fin, quoi mao
ger de plus dlicat, repousseront
leur? chaises, rglrent la note
sale i que leur apporta le gar
on respectueux, repoussrent la
menue mo naie que ce ui ci leur
t nduit, dcioch.ent leurs feu
trs et quittaient le slect caf.
Ils allaient, sans doute, Gnir
leur soir.-e dans quelqu'el^gsut ci
ne ou quelque- bnilast d .Nun, on les revit plus tard, tuu
jour* e cravates et plastron blancs
tououra uns su- quatre h vider
sbeucieusement dea petits varms
d.x ceuiiaiet) devant le comptoir
Li.n-si.ux U'une guinguette ecliir#>e
a Utuii pm uue tauipe a la lueur
lumeuse...
U force de l habitude,..
M. MUSSOLINI
trace leurs devoirs aux Fascistes
Nous reproduisons le discours
prononc par S. E. Denito Mus-
solini, htesvient du (,onseil
italien, dans la sance finile du
1er Congrs t hameaux
Italiens l'Etrange et lins
les colonies '
Camarades,
Jf> fuis venu parmi von, non
pour prononcer un disoooi . mrce
que le temps me mui.queiuil jour
le prononcer.
Lin important et i* travail
m'a'tend en ce moment au ' i us
du Ministre des Relations ext-
rieures
Je suis venu pour VOUS apporter
mes salutations de chef d> Gou-
vernement et de votre camarade
et pour vi>u dire certaines choses
qui peuvent vous intresser. Ces
choses, pul tre ont t dji iites.
Moi, je l-'s rp eri-.
Je veux d'sb trd rendre levant
vous, camarade, venus Ko.iie
de tons les Pays du monde, une
chaude attestation de sympathie
au Camarade Bastianini !e secr'
taire gnral des Fai ceauxlali* ns
l'tranger, lequel a t pendant
de longues annes l'infaiigtble
animateur de votre mouvement,
qui la cr et lui ajdoan la pos-
sibilit de vie et en a fait une ins.
titutioo puissante
Dans sa personne, je veux vous
rappeler tous sji collaborateurs :
ceux de H me et ceux des autres
Pays
Aujourd'hui les Faisceaux Ita-
liens l'tranger sont une ralit
trs rconlorlante.
Q -Ile directive doivent suivre
les Faisceaux Italiens l'tranger?
1 Les fascistes qui sont l'-
tranger doivent tre trs soumis
et tis ob-'issao's aux lois du l'ays
o ils ont l'hospitalit Ils doivent
donner un ex-mple quotidiea de
cette obis an ce, et donner, s'il
est ncessaire, cet exemple aux
citoyns mmes du Pays o ils se
trouvent.
t .Sa participer d'aucune t' r >n
dans la potique intrieure des
Pays o les f js.stes sor.t hosnita-
liss
3 Ne susciter aucune dissen.
tion dans les colonies i aliei,nes:
mais plutt les unir l'ombre du
Fais'eau Licteur.
s9 Donner exemple de probit
publique 5 K*pecter les Reprsentants
de 'I al l't-anger.
6 Ufendre 1 italian ls oasK et dms le prsent
7 F.ire (uvre d'assis a ace
parmi les italien" qui se trouvent
dans un tat de besoin.
Si les fascistes l'tringnr se
maintenaient sur celte directive,
quel seraieut les su tell ?
1 Une valoriMliou de lVl
ment itali- n dans tous lea Pays,
et aussi du travail, ils l'induxirie
et de l'esprit itaiieu en gnral.
2 Ce lia o de sympathie qui
dj environne notre mouvement,
augmeutera davantage, et l'at-
mosphre dans laquelle vous vivre2
deviendra plus oxygne.
V >'iv. aioiple exemple donnera
une ide de la Nation qu'est notre
Italie, la virile Italie, que nous
somni's en train de recrer avec
un elior aseidu et quotidien.
Vous qui vene/. de toutes les
parties du Globe, vous Ira Wi
taiaemeat une nette et claire im-
pressioc que, ngligeant les mi-
srables buvardises des roagat*,
le mon te commence pur nous re-
eonastlre.
Ceci pst important.
V' us devez vous considrer da is
ch mine de vos ouvres et en ch i-
j moment de votre vie comme
des pioanters, comme des mission
natres, comme des porteurs de la
civilisation Latine, Komaine et
Italienne.
Je crois qi? ce d'sOMlN par-
vienne directement vos emars,
pares q'i: vous savez bien que la
vie des italiens l'tranger ne
m'est pis trangre : c'est adir,
j<* ne l'ignor* pis. Moi aussi, je
l'ai vcue. Je l'ai vcue uu #e
dni 'eqiie', tant dans une gran-
de rich-sse de rves, on supporte
aisment la misre.
Vous dev.z. ragir contre le
lieu commun selon leq tel I Italie
serait un Pays riche seulement de
sp enddl mmoires, plein de
muses v-'mrables et de monu-
ments ernes; mais arrir dans
ce qu'o appel la civilisation
moderne.
Vous devez, me faire le plaisir
de dire, dans le Pays o vous vous
trouvez., que, ct des monuments
il y a des ateliers, et que, cot
desmu-es il y a des clnnti'rs;et
que dans les ateliers et dan- les
ch i vi.-rs, des millions d'ouvriers
travaiilaot fivreusement, jetant
sur le m ir -li du monde dea pro-
doits pai faits; de la soie aux au-
tomobiles triomphatrices. Et vous
direz, qoi F Ignsu ture italienne
n'est pus l'agricu lure arcrfjue
des ! n '- passs, mais ben une
agriculture q il emploie l us les
sy tmes de la technique moderne;
enlin vous dire/ que votre Pays
est comil'ement outill et pr-
pronr la production concur-
rente, et qne l'Italie, ne se berce
pas 'les gloire* du pass mais
mardi? crnement et fortement
vers l'avenir.
Si vous vojs lencz sur ces
lignes que je vitns de vous tracer,
vous fere? ipjvre de haut civisme
et de grand patriotisme, et peu
h peu 'es i aucunes s'assoupimnl;
los hostilits s'attnueront ; des
symp. tliies surgiront dans tous
lu-, milieux, et ces sympathies
qui Iroat vos Faiswaux, iront
aussi T-'i-i-.-meiit la nation
ita irone.
Cb.uaraies soyez disciplins
l'lrangr comme j'ex'gi et j'im-
pose que les italiens soient disci-
plins l'infrieur.
S'-y 7 fidles ; pas seulement
avec des paroles, mais par des
iruves concrtes, aux sacriti -es
de nos Morts.
lln'y aura plus en Italie
que trois journaux
d'opposition
position VAvanti (socialiste ), la
Voe (rpub'ieaJaj et FUntta cota
muni.-le;.
En dehors de ceuv.ci, toute la
presse ilaiienoe e pioions far-cistes.
Le nombre des journaux ] liti
ques en Italie diminue, chaque
jour.
En peu de lemp ont efase de
par t< r- t upoca, It Sirtno%U M-ndo,
U R orim -nio, le Roms. Z.'/-- / Sa
xwnaU va nu.-i jisparaltre *<
coll borateurs passeront. la 7r
buna.
Une note olHcieuse afflime que
le nomb'e des quotidiens du u mue
ra encore. La nota ajoute que trois
journaux toat suffisants doux l'op
Parisiana
CE SOIR
Mojouskine
dans
Lt'Jalm h Mystre
1er et 2e Episodes
Entre 1 gourde
Grand EMel de France
Position exceptionnelle, au centre des all.iiies
protimit de" toutes les Banques, de la douane- et
de toutes les Agences de bateaux. I enseigne na en ta
facilits pour voyatjer en .iuto noliil "ilin. tontes
les parties de la R<;pul>li<|ue d'Haiti et do la repu
bliqae dorainicaiae.bambres conlortahles 'i sur-
tout trAs propres* leotilateurs dans les chambre i
i la demande des pcnsionaires. Cotsioe Iranais;
trs soigne et dts plus varies.
D*nar de* vinitpr leh ma an* in*
de VHtPl '^ ins dos DMOtonM crus de Bodeaux,
par harriqut's.dnine janoes aallons et par bouteilU-^.
l'aruii les X'iiis le clialeaux, vous trouverez, le plus
grand choix pour les qualits et pour l'Age VINS
D'ITALIE* D'ESPAGNE V'\ uE BOURGOGNE(blano
rouges J et. le renomm Pommard mousseux, Amricain I-"0 plus grand assortiment de Liqueurs,
Cognac (lirs wNkle ete. Absinthe Pi raod.
^mtr l'icon, Xeimoiil. CONSERVES Iranoaina et
amricaines fraichemeul ai rives CltiARES de Cuba
x^j.i ei lato.. liera. CliAR^Tl de touteN les la
briques d'Hati Gros t dtall.P\RFUMl< RIE. Cartes
a oaia.ee.
Quelques rflexions (Taclu
Que laut-il un journaliste
pour intresser et instruire saa
lecteu ; f nmer leui iiij; ment ft
uno opinion ine et conscient)?
de l'e-p it 1 non; alors quoi? je
rpondrai de la rai on, du bon
s ns, de la sinerril al du I i'
ressment C'est par manque ces qualits, de ces dirertivt-s qui
1 opposition d'chec en tchre est
rduite h rien.
Ces rflexions me vennent la
lecture d'un ditonal di La Pos
te->. Le droit de vol" o aprs
un comrnntiiire rapid'. et une in
IroJ'ii lion tndnnci*"jse Imitern
cite, nom d>t il, les priuripauk
passes de l'article d Jean l)i*-y
de La Pefite Bevut de M K.
d^ric Don I.
Ces prin'ipiux p6sa(res sont na
turill. m"0l ceux qui paraissent
Aire *'ii faveur d^s gialeu's. li
mon CM je vnis i iter >n rsaytnt
de Ips l'omm nt pass. f s il i inAme artirle qui
donn n' enlisement rajsoa K la
Circulaire aux Prfets, de M Bor
no.
La Poste commence partTOD
quer 11 premire nbrsM d" sa ci-
tation, en pTlaut d'une virg i e,
sans qu'iiucun signe Diadique
cette suppression et pour cau-e,
car ces mots iqpprioisa sont l'ai
genre mne de la C nulaire pr-
sident e. p, Voi-i : .( Le suflr gn
univers I o une nous .'avons pra
tiqu ju qu a ce jour se piet aux
cit quai les p'us ju -I lii'-e* efe...
mais celle phrase dbute dms Lu
Petite Hcvue pur osa mots :
\yons la franchise d'en conve-
nir).
C'est cette franchise qui vaut <
Monsieur Borno tous les sarcas-
mes des opposants, comme si rien
de solide et de moral pouvait tre
bli sur le meni>onga. et la tourbe
rie.
Mr Doial dit : "U fauf en finir
avec ces troupeaux que des racco-
leurs h la solde dis cindidats ras-
semblent dans les r-.ubourgs il
banlieues de la ville et qu'ils con
duisent aux uin^s pre.que sous
leur h iion de commun h ment II
faut en finir avec ces cris vocif
rhlions et ni B*cesa qui crent BQ
tour le la salle r'e vote une atmos
phre de tempe e. et qui ioignei t
de ee'le ci (es gens enue.ms du d
sordre.''
Rapprochas de ces phases les
passag-s suivants de la urrulaiie
iriciiii.ui-e Le Prasidsal Boruo
dit : .Notre population rurale, qui
reprsente les nrut diximes du
Peuple Hailien, ect pissqus total*

ment illettre, ignoranto e pauvre ;
bien que sa situation matrielle et
morale se soit sensibleinent ara
lioree, pn ces dsrnirei annes,
elle reste encore incap-ble .1 exer
cer le dioit de vo'e. et serait la
proie inconsciente de ces spcula
t araaudacienx dont 'a conscience
ne rpugne aucun men onga
Q ant la po u Hti<>n ut l> iiuu,
le diximo de la population totale,
ceux de ses memb'vs qui sout en
m sure d'exori'U'.r un Mite eons
cient. une mnori'ipri for
lit'1' dhmniri\ dt pv.x comme nil<,
wl'sa'is, cttoyms oV prof* ioidi*
Visses aff) rlt'iml aux i ctassts
so u/et ih ont ,ltp / loHemS
fhm< !a f>lu[> ! in ',., ,, ,-, irc$t but
droit lectoral tto t-dnm \
unmoralts qui rendaient et q ii r*n 1 i-nl on
ore i !uso'i-'s leurs effort! d'lec
teurs .-o' scie il.. | ,, n'est
le jro -pe 1 s uo iticieUM profession
nels et de leur eiienls le lutes
catgories pour une grande part
illettrs.*
l'eut ou dcpmraeut soutenir,
que les gant qui Boni si o u cons
cie .fs, qu'ils p-uvent Aire sssi ..tx
ls des iroupeaux 11 r ni qui les
C ii U sent s' iii-u mo ,iii\ qu'ils
p-'iivent tre qui ili 'sd | i coli urf
k ia solde les cand 'lais peul on
sens me,l soute-.i- q.i un t corps
lectoral puisse donner un vote
cons.-ier.l.' Mon-ieur Doret, avec
le Prsident li rno, av.. I m les
cit .\ei.s de lionne lui. I nnalt
qu a cet ^lat de chose une I rme
e-l n. e>saiiff quau I il p .ionise:
i laii8 l'tat psent du pays, l
lect'on plusieurs d grs qui se
rait un correctif da loflrafa uni
v. 'sel qui permettiait !' M.oidiv.
l'poque o chaque ciloven pourra
crire lui mme son bulletin de
vote.
.Ainsi nous dit Mr hotet
par un vote a trois degrs dont
i prconise' le "lOUBCBloopi*
root k l'lection des dputes, ans
cris, -ans la.i^ge, sans honteux
marchanduge-, sans BxbJliooj gro
tesques su i la voie publique.*
Ce n'iisl auire que le ^ulfrage
restreint, ce n'est auiis que Las
siinisemenl de notre corps lec
toral ; Mon*ieur Bot no ne propo
>. pas autre chose
Las gens ennemis du dsordre
qui s'loignent de la s^lle voie
ne sont autns que o lie partie du
dixime de la popuM-ion urbaine
dont pana koas-eur Borae.lM
cse troupeaux d'-* exclaves
conduits aux urnes par u>s, racce,
4



. -
I
I
.
'
Lf MATIN O Jantier 1926
Agit vit* et radicalement
Supprime tes douleur
de la miction
Evite toute compticatom
Pagol
nergique antiseptique urina tre
de lai ko
<
*ju-R U UIMi e ol
oHiuiirci Btnt Bul en lUfluUnt iou
Ut nlu*SM qi ' *>*
, ilUUMOlKI. Mn
letiis lie son! autres que les niHM
IqoOOS) tentes des campagnes il
il- vi ta.
Si arm le la Constitution qui
lui an donne parfaitement le dtoit,
)e PrfetdOOl Uorno a jug que
l'heuie a ^uuoi'i lin a ce trime national, loin de ie
maudire l opposition evrait le bi
nir, car da ptniu|, dio* les<-!j
tre> I-h ulus i.viliSM des v.iix
minentu s soui ainvss ! t'
vent e icors cootri es mfaits du
parleui'i.t uisin*. Kt, C'Ml pour
(proliK i des temps de pall actuels
pour apjiWodCt au Jpeuplo a se
s, .m dd bulletin de wlei
connue le demande VI. Uorel,
que le t'raidenl Uoruo a cris"
e a g h.
laieor Horno n'eiiteu! nulle
meui, comme l'in-inuenl teodan
cieu teOl -es udvei>iire>, BUppri
m r lei i leelioaa lag elahve el
noii- \ nvtr teruellfiu.nt de nos
Chambre*: .Non, puiaque le Prsi
lit nt dll .m peuple il us a CiWU
luira : -si a piparer les voies
li dmocratie coascieo bI l'sei
piiiuc c*et a. l'oigamsatioa sol.
d< de celte dCDOcrali no lr.
\ i..r liiii.veiiieiii.iit t Kn mfiina
tempi e Prsident lijrno SonODCS
Une nouvel e loi, eu cours d". pi
pin ii.iti. qm olMra toute 'es pos
lib'lrt- p. ur le libre l'onclionne
ment Mt partis politiques el pour
|* constitution d*ui) corpa clec'0
rai imii-ch-ii', capable d'exercer
ans d ! ig< r poui m Rpublique,
le bi uveiainea adlributiona du aul
frage uU'tetael. lyons lu pn
boises et ht sagesse d attendre.
Uvisid LEGER.
|eg lorcdfl <'" fardin.i!
lercier dclinent ente
ment
"r eable, 20 Janvier
BRUX LLB8 Les forera du
( i\ oal Mn 1er dili"' nt I nte
ment inaa ans que va li i soil m
core im ii'dii'e II cona re ce qui
ta' ippan mm m 11 lin ds st vie
|, en 11 m plie faire a'socar l'u-
vre do l'union des glises laquelle
i iratai le depuia la guerre Kefti
stni v un" douce insistance de
se rendre atn dsira le -e- mde
in-, la > ardinal a pns' une bon
ne par'ie de l'aprs midi a dicu
t-f c- grave pioblema avec l'abb
Porta'i 1er missionnaire de Parli
qui h pris pari eus clbres coq
\, i itioi i de M ilices e ira les
prt.....Cfttbo ii -' ' ' minisires
aoglic ina en Mai 1915.
ques nouveaux r-morr-aera *mi
ieos (oui m i !qu t il i
afl ire psr Im
witth .celui ci.qi.i est en llald ar
reslati-ns la 11 y ettlebcau Ir
e do comte d 1rs. ky, m n tre de
la gurie de Ilocgcie.
Du (juer e vite entre
la laide l le Dan mark
' ar li'e
STO KIU'I.M-La guerre entre
IrJJSide el li I an- mark a l d
liniment re-.1 e imposible giace
a i.n traild.-bitrage illimit ea
ire les deux oa ioaa sign ici mer
t e patte pnvtit taib.iii.ge d tou
ts let queet'O s mme telui ou
l'honneur itiieaa et le^ int-rf a
vitaux seraient en j u. U'i ^n
H >b ab'e a t coi du rf. trmeni
entre la Sud et la Notvgeeton
dit que des ngocia'i^ns di mime
genre ont l entan s avec la Fin
lande.
Au lar.ic, un ex cail lait
sa iou mission
Par cab e
FIZ, fO Janvier Huns la re
gioo de U bane l'ex caid Mudali
Ben Abi el Salem, ardent liante
ant d'Abi el K im. a fait fa sou
mission aec tiO familles. Dans le
pays des Beai Lu zai, les op^ra
tions d- conso!idttion du fronl se
s m poursuivent normalement ; noas
5 Intltlt'S SOtlt Captures aV0ns occup dans la matine les
et exCUls 80 leXiqa* priuc pale^ positions de l'ennemi
.,, qui se replie la h'.e.
Pif cable 2 i i -L','
MEXICO, w Janvier Le mi fce Service de proniDition
aux Etats-Unis
Pir cable
WASHINGTON, 20 Janvier -
' Matfh Curfao-Hatl
4
BOTTE aw LETTtBS
Porl au ti' !', le il ' mvler I9M
a i' u Clm ml .
Dite ii or li" riel
du Jouni'tl le Mu|in
E. Vdl
her Magloirt,
Le petit bonhomme Fiirp -e
mes esprances, en o ivraol i o n a
l i n ma; i in i. m't n mia ctl
qui Iqu i{ net i i i i i nuirez
bi n li uver sou le c mvi il de a
pt-jen'e, m'' pi ml d i voua les
(aire | \r\ ni t> il n vous 'emaii
tant > 1 < les pnh i-' dan dre Ui
latral aut quoi" lien
It an I
\ red VIEI \
L'amortifseoDent de U
' Dette Franais-
devant le failenienl
Pil cable
PARI^i -0 Janvier I a t'otn
Blraion des I-maures de la rbim.
bre a eamin le projet du *,o ver
nement sui l'amortissoment de la
dette Bile a rejet l'article eonur
nnul le ren b ursement de da x
milliards d'av-nc- ;"i la bavnque -Je
Frun et ad pl, ave d< s m'dili
r ,| ont, es articles inlittinnt une
cai-se d mortUoement et Qaauot
U comi osilion Hu conseil de ges
tion d( cette cai-se.
Porl iu Pr'nce,le il Janvier lt-20
A mes clie s ami du ' Malin"
Eu Ville.
Le t"'tit bonboajoie qei proli
p,tie .' ilis sus curieux soa plus ai
m b e -'Mirirc ne se p'ninl pas de
lira. Il pfolite de celte
binna oecaaioo pour voua remet
c r de la rclame que vous lui
ftite- nnt's, ca qui compensera
. u, insueces auprs da son pi'ron
Il vu r-eive cli qm tm-li
i dit la m" m et H" branlble
-u rire
Un i urire h l'os'l d v dre petit.
BONHOUMB.
ni tro d l guerre anuouce avoir
reu une p ba du gouverneur
n.ili'ai e i" ' lai deJa i-co disant
que "> nouveaux banbN, aya'it
particip l'attaque du train prs
de Guadalsjra, ont t rap'nrs
et excus. La p>ursu,ledii resta
de la bande continue. Divers Indi
vidua suspects ont t arrt.-, mais
jusqu'ici le (bel de la bande, l'ei
colonel M D el Nune/, a chappe
aux troupes fdrslef.
Raids arien i
Pal tabe
HUBLVA, t') J invier Le capi
laines Itamun f'itaco et lin / de
Aida s nt aniv sa Uueiva venant
de Vlelilla daus rliy in i.m avec
lequel ils se proputeal de vo.er
jusqu'eo Amrique ou Sud tt de
la jusqu'aux Btata L'ut.Ils taient
accompiignes par uue escadrille
d'autres aroplanes el on leur a
fd.it un accueil eullimsia-le au
quel le gouvernera u. a particip
Le nouveau cabinet aile-
uii'iid ,
Par cab'e
BEHLIN, 10 Janvier Le nou
veau cebioet a t constitu nef
le chancelier Lutber. il aal compo
se de la fin;on suivante :
Luther, chanceliei ;
Sltesemaoo.auairea lratgres;
ijitfeU, dmocrate, luteriear,
U'inbord. denitcrnle, linances;
Curtlus, pcpuli^te, couomie ,
Brau s. p puUata bava'oi-, pos
l' | et l- lgraphes ;
Krosne, p pulisle, transp rts :
Les p rteteuil sdt l'iigricuituie
et des lgions occup, lafronl con
lis pioi- > n.' i.i des membres
du cabin.l.
A'in de rendre plus troites les re
lations entre les garde cMes, lea
douanes el le service de p.-ohibi
tion,l'assistant secrtaire Andrews
k prescrit que ces trois units ne
formeraient qu'une unit dans les
tats de l'Atlantique sud. Si cette
mesure donne de bons rsultais, il
est possible quelle soit applique
aux autres rgions.
lies cours
20 Janvier
Paris-Sterling 1*9-89
Francs 26.68
NEW-YORK- Franc |*6 59
Sterling 4.862i
L quipe defool.ball de fureyao
est arrive h er aprs rridi otl
auP-ince Ira que le frident
de l'L'SSH avait arpriR q"e plu.
sieurs des qun iers r valent rehi
de se servir des ibevaux nus n
leur di^po.ition po. r entrer a
Tiouiu, n ^'t*iit pt opeel'e i
dplac jrur itivu.i Iquipe en
tiere?e lais cr ce dui.e Port
aufiincetn voitui automobile.
La premire ixlui tion a eu lieu
ce lualiu eu l'rc L' ci nie en prr-
tence de quelqi es foot bail- is
hatiens et de non Dreux ama eut?.
Elle a:*se pressentir pour Dtman
chaune lotit nsan ardue, qui n'u
ra pas cependant l'aspct des
match s Jam que Hr.iti Nos pi
sentb adveisaires n'ont pas la
lapiiiite des Jamacains, il> n'oi.t
pas le mme jeu harmoui. u* t
Vf, mais sont tous des athleUs
accom plis, entrans dont la
force rside laM b pneision-t
d -ns la vigueur des coups. L- a
ailiers, l'avaut centre < l le g > 1
keeper sont paiticulureii i>> re
ma quables. **U baitLiis d vroi.t
rali.-er une otfens;ve ueig q e
ds le coup de pied d*envoi *n
vue duo sut ces prompt, qm pour
ra avoir pour etl'et de paraly.-er
ou de diminuer l'ardeur de ad
versaires. Mais si j ais notre
ligne d'avants se heurle un bloc
infranchissable, nous conseillons
une dfensive gnrale dan l'uni
que but de nous p faite.
L'opinion des amateurs qui ont
assist ce matin aux premiers en
tralnemenls n'est pas detuvoiabie
notre quipe Nous devous seu
lement nous dire que nous avons
alfaire de adversaires qui sont
disposs vaiucre... La mOme
lorle intention doit animer tout
le "ou/e hatien
Suivant toutes les probabilits
il bera constitu eommo oil :
,But : Kiefl r ; arner. s : B Ar
mand. E. i.a-sa^i.ni dtmi : Au
da'.t t.hipps. Delva ; avants : llaig,
Begnier. Viliard (cap), Assad,
Pauson.
On ne connat pas encore e
rle exact q te re plira chaque
membre de 1 quipe curai;aoiaise.
Le gardien de but s'appelle U
driks, le CapiUine Doinbcase.
Les autres tquipiers ont nom
Maniingh, Claessns, Sentia||J
Ha>elh, Ouderland, Fromp, U
eu. Laurens Jr. et Vos.
K
C
NI
SUPRWWT DE U
tAJtiONA
Voici quelque) unwdasl
Y avantages, mcaal
ques de la Corona:
f. l.ctiaj)nement extra
rapide permettant le
U>lua haute* vitesse dactj
Toflrapbiques.
2 I nooncbrcmenl
poids 3 kjs) rduits pou u
transport fa lie dans soi ,
organt tui valise.
3Retoui' automatlq
du i iib.ni bioolore.
4 Mcanisme inca
sable.
5 Clavier pour tou
langues Tous genres
oriture.
. Vlsibili.e absoli
de la totalit du travi
en cours d excution.
Entrez pour dmoastratki
Chez
MAXWELL a IOHt|
Dcs
|ll nous a <*t l'ait part du ',<
survenu vendredi dernier aui
naves, de Madame Marie Ai
Lindanne Debrosse.
Les funrailles ont eu
lendemaio en l'glise
des Looaives.
^Nos toudolances aui taxai
prouves.
19
D'
sr
i*U
iac
mi
ne
lies
Varieis faM Iniendle Uncetto
Le
icaodak 1< > taux
billets de luft(|ue Iranais
Vendredi
Le (| an.l Itaaat avec
' l'eari Wliite
le p'sode
C(bu? b* liiQiqrii
50 centimes.
Association Amicale
du Sminaire
Les pertunues qui ont encore en
main- des listes de souscription
dour l'ac.jiiisiliou dus vitraux de
la chapelle du Sminaire sont ins
lamraent pri-.s de retourner cts
listes au pus lot avec le montant
des souscriptions recueliies, le
Trsorier dt l'\micale dsirant
rendre compte du rend ment de
la soisirlption la prochaine
assemble gnrale des membres.
Port M Prince, le i janvier li>2fl
Le Trcorier
CM. DHMY
U
r
ai
n
d
d
a'
et
ri
d
l
TIMBRES-POSTE
e > me ub ea oui s. ri rbaf Oeaa saart*** *i ww pt. '"* s "
e -i mi ...j 41 ^ i-t tu.u^ h JJE^,, jcnTO un, MONTRE d. pochi t* SSSn
I taire utn1 enquue s..r le fc Dd* moit,i.incrtcooii 11' 1 lu 1 1 1 f. _,v. 1 - .t- p'.- iri' 'fi 1 :' i'1''!.
Prtai iulalioD lu t<'inis
par I. il Tini>'n'aiier
aojoH d h n el drtmio
U91- Pression almo| b'-iqne
1 u mu il sim; lemi'ra'ur.' I i au
des-- u-1 inda dii tpmp- I negs
tif. l'it-b.-bitils plate: 0 I Bd(l
lit. .
|e 2 Pression atmosphrique
Q,\\ au aui! s ti".lidcxdntfti'P 0 :t posi
til; lu ti.ibilils plu e 1.1 ngatif.
w . trT * *" .
v - ^ :
R x're'ii nt iikiii soxii'tijut
Par oab e
l'A'tis. M Jaotier L Pressa
fs'in it-se mi iomi an r'vin-mnnt
du k loveraamanl lovillque Elle
roO'idire qu'l ssl mi-mI l>. uns
la p0 salon las !-?-* t bou |eo'a ei
d^s p ^s.iis et en rai-o 1 d besoin
de 1 Ml -
sas.
Par rable
l'.l DAPEST.-W Janvier Le
comte Ilehum, 'er minblre, a
antot la Innialton il une 10m
mission p>i iemcntaiio lO'nposce
de t9
d1.* tdkic un* sutiuuoiui m ru U(II atoir, l.intortcoanminaec. ammiuoii a*"1"11 *
le des fiui billets de binque fran ***"?-?*?-*!?*? flh,j*^__j
ais. En p.. ..ant c Ite d.clsion on tt*^^^"'"^
Oit que le L 1 minis.re vitera les
iotarpallstiooi & la obsmb 1 qui
aurtient pu lui causer smbsrraa tt aeuttfeproToqusr
la chute du rabinet. Lis agents de
la sret Mrsf|4s par a ban ;iie
de Pianos pour dcouvrir le; p r
sonnes impliques .Uns celte allai
re sont de re our lluJapst ve
u tut de llo'ande
Oi ait qu'ils ont recusi] i une
gr.inde qm tit d peuves nou
Vsllss et notim'Tient 'et av ux du
colonel Von J.nkow bh au migis
ti u ii'ii andais du eroil que qu-1
Avis
A vendre : Belles poules de rsce
trangre.
S'adresser'au Journsl
MAURICE ETIENNE fils
Angle dos lluos dll Maga-
sin do, l'Kt.'n et des
I rimta Forts
Tiennent d'arriver
Jolis clnpeaux garnis
pour tla'tips.
m??r^3rm La ville est Debout !
Votre Maison est-elle assure ?
Non !
Eh bien vous allez jperdre votre !oyer*et le fa }
de lous les travaux^de votre jeunesse.
Assurez votre tviagasin
; votre Maison Prive
P votre Garage
" \ votre Usine
Assurez votre maison en construction
Assurez veus contre les tremblements de ter
' Le Royal Exchaage Assurance A\
gleterre) tabli depuis 172O4206 a*
.vous donnera tous les avantage
C'est une des plus qrandes Coinrt
gvies non seulement d'4.ngleterr$\
mais du monde eiAier, et qui milU
dons tout les centres civiliss
i\oii8 \ u saurons aussi contre I
cendie occasionn par les irethb
\ ments de te*re.
Rappeliez vous que vous 'aurez toujours plus
(prantie et de protection en dtenant une po
l'assurance d4une (Jompaqnie anglaise.
*'our plus amples renseignements s*adiesser
Wf Quintin Williams * J*'
Port-au-Prinoe j -' "
Reprsentants de la Royal tixcbange ssur
de Lonc*re8'
+* an k
et?

h*0
L. .
j

; .
110 Rue des Csars
------- ----- w


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM