<%BANNER%>







PAGE 1

%  T.tan • x LU" MATIN -a lf Janvier !*26 ^gA La Scandaleuse affaire de faux Billets de ttanqM Do archiduc rom^romis l'ai i ble BUDAPEST, 13 Janvier 1.'; r chidw Uhaiies, qui eil fi l* veille ilxit litui|.e oc participation U bCHLda i u.-c ll.iiie d mission de Iniix biiiil de banqi-e, vient de i.ui.i i i m di 'i.i -i"i, de pi• si dent 'Jt I r OcittlOD des fascistes hotigi'iiK •- rlttiiijournaux tien Doib MI fi n.< u ij ii >IH sorT en n %  %  u re (lt> fournir es rtn-ti^niments puuprovenant de soune lion gione>ur l< s hauts per-oiiii;^' s qui pri iigtul la laltilu ution Par mi tes pe>tonnges rcemment ar lOlts *> lionveiit le gnral Hait, proletMUl de cartographie < e I co e in li aiie. Le punie Windis Lhgmiz a avou que ie motif pi in clubl Ce lu >i ~iit %  • %  -:i avait pour bul a't| ptjei un mouvement an faveur u luunulitiun du trait de Tnauon. Dt documents trouves en pois eaion de ce personnage l Vlant qu il avait elle ri deux mil ions de couronnes la police Imn groise p>)ur lui permettre de recou vr r s libert. PARIS — Dcns les cercle* po'.i tiques et linanciers on s'occupe vivement de l'mission de faux billets de banque.Dans les mi ieut impur. iaux de Budapest ou dit que le goirvernem nt travailla vigou reusement pour dcouvrir les au teurs de la falsification des billets qui e-l Considre comme une mu LU' ivre du parti ractionnaire con nu sous lo nom de < Les 1 lo> grois Alertes et destine remplir les lisse de son trsor puis et en lin ruupn r le pi estime toli.iq.e qu'il a perdu depuis 1920 DJ son cot ce parti nie toute relation avtc les faussaires. L'ile de Tahiti ravage par un cyclone Par cab'e P*R1S, 12 Jauvier— On annon re de Papeete ( lie de la Soci< t ) qu'un cyclone a ravag l'le de Tahiti causant plusieurs victimes et de dg'Us couviderablea. Toujours la question dc^Jo*soul far cable PAIUS, Il Janvier— Des dpd cbes d'Angora donnent le compte rendu le la sance, du cabinet olto man au cours de laquelle Tewtii I. Rouclrdy Be\ u dclar que la front re lixe par le conseil de la Ligue dtl Nations est peu prs la inuie que celle dj repousse pp.r les Turcs Lausanne, qu elle passe mme plus au nord que celle prvue par le trait de Se vrai mais qu'en dpit de la dci -i.iu.U souverainet de la Turquie sur Mossoul n'a pas t modifie. Il semble donc probable qu le re fus de la l'inquie de reconnatre la sentence du conseil de la Ligue apportera de nouvelles et srieusi l complications. Cuneui incidenta cri par les ioodalion§ Par cable LONDhES, 12 Janvier — Les inondations dans la valle de la Tamis: "ut doDn lieu de eu rieui incidents entre autres l'utili sation de barques pour porter les fidle* mu ollicea divins l'glise de Weigiave et la riche dans les rues de etitains villages itonds. t,es cou, s 12 Janvier PARIS— Sterling 126 63 Francs 20 ">2 NEW-YORK— Pranca 20 64 Sterling I.85B Va ils learl W'hite dans un grand lilm indit : Par la fore le Prsident Borno Grand Croix de la Couronne d Italie Le Mercredi <> Janvier, le Charg d'Affaires italien Port auPrince fut rfu, au Pa'ais National, en andience particulire par Son Excellence le Prsident Bor no qui il remit, de la part de Sa Majest le roi d'Italie, 'e D [,'me el les insigne de Grand Croix de la Couronne d Italie* \ cette occa'ion. le Prsident del Rpiib'ique adressa au Roi Victor Kmmanuel III le tlgram me suivant: Port au Prince, 6 Janvier 1928. A Sa Majest le Roi d Italie Rome. En recevant aujourdhui des mains de voire Reprsentant otli ciel le Diplme et les Insigoes de Grand Croix de la Couronne d Ha lie que vous avz bien voulu me eonirer, j'adresse a V lire Majcs t, avec mes vils nmerciements la sincre eipression de ma cor dia'e amiti, et mes vieux ferventa pour la prosprit de la Grande Nation Italienne. BORMJ, Prsidant d'Hati, .VPar la ruse Tel est le cin Roman en 12 pisodes que commencera diman Cin Varits I gourde. Le uom de l'earl NVIrite seul esl un succs assur — mais Varits voulant se mettra a la porte de toute les bourses ne jouera qu' Une Gourde. %  IL Prcalculaou du totn|ag BIT I. G. Tippenhauer aujoti d bui et demain LalS. Pression atmosphrique 0.8 au dattOUI ; temprature 0 i au dessous ; index du lemp* 0.7 uga tif. Probabilits plnie : 0 9 posi lit. Le 14. — Pression atmosphrique 0.4 au dessous ; temprature 0 3 audfsaous.lndex du temps 0.7 nga (if; Probabilits pluie O.t ngatif. A l'occasion ita La mort de la Reine-Mre d'Italie \ oici les dpchai qui ont t changes entie Monsieur Je Prsi dent de la Rpublique et Sa Mfcju t le Roi d'Italie l'occasion de la mort de la Heine Douairire, Mar gurite de Savoie. Port au Prince, le 0 Janvier 1926 A Sa Majest le Roi J Italie Rome. Je prie Votre Majest d'agrer mes sincres condolances et ('ex pression de ma vive sympathie l'occasion de ia mort de Son Au gusle Mre, la Reine Marguerite. BORNO. Champa M 1.3 r g Biemont Joli y Lang& Cie Ses. Carte Bleue. Avi/.e Marine ( Marque rncommande ) Cbei Alfred N. COOKE, Reprsentant pour Hati CEQUIL A FAUTAUXS iMERE5 La confiance de plusieurs milliers de personnes est ce qui aide rendre L'EMULSION SCOTT le tonique nutritif le plus populaire au monde. L'Emulsion Scott produit de la force. Ford Sale One Four-Ooor Sedan EQUIPPBD WITH italloon Tires Electric oil Ouage Sliiling genr Shilt Motor Mater In Perljct Condition PRICE AT Maxwell & Mohr P ho ne 117 ~> Mlches Suraao-Haiti !.e r onseil de l'O S. S. 11. a invit les meilleur.-* quiriiers liai tiens a d>-s parties l'enir-itoement au Parc Leconte. en vae de la constilution dfinitive d'un team homogne pour dfen are nos cou hu s. NOM nons sommfs personnelle ir^at dplacs, non* avons recueil H dan renseignem-nts de m m bres de l'Union Mre Quand nous avons constat l'insuccs de9 me 8ure p r cautionneiisesqui veu'ent noiis viter de nouveaux dboires. Il nous a l" appris que les mmes vieilles rancunes divisent les hai tiana. L'quipe n'est pas forme. hd c*pit.iine ne croit pas la va leur des joueurs qai lui sont ad joints, il en propose d'autres qui ne sont pas a;^pb)s. La vrit est^qne nous avons sans y avoir par avance rllchi propos la formation du Challen ge d9 Anti les. estimant que chez nos voisins les choses se font avec la mme imprvoyance ou qu'ils n'ont point les qualits de nos quipiers qui nous avaient assur quelque succs. Le team de Curato sera Jac mel Dimanche prochain et les luttes se dbattront 4 ou 5 jours aprs son arrive. A quelle nouve ledtresse allons nous? Rome, 'e8 Janvier 1926. Son Ex. Mr le Prsident Rorno, Port au Prince. Je suis trs reconnaissant & Votre Excellence de ses condo lances. Vittorio EMANUELI. Charment d'adresse Mr Joan Rodriguez Coiffeur Avise sa clientle que son salon de eoilfore est transfr, de la Place Ceffrard la rue des Mira des, No 225, col des Tlgra plies Terrestres. AVIS La FO'!. £ s'gn*e, dame veuve Fr d>ric Arnoux, ne Anita Ar g ade dclaie au publicet su commerce, en t-on non el au nom de se> en lai ts mineurs qu'ayant tl. du rant plus de dix ans, spare de corps deson feu mari, elle n*a aucune connaissance ri de l'actif ni du passif de sa succession et et qn'anx lerres de 1 article 034 du code civil elle cor serve, plein et mtier. son droit da renoncer purement el simplement la dite succession Port au Prince,le 8 Janvier 1926 Mme V\e Frederick ARNOIX P OUR garder aux enfants leur belle et vigoureuse sant, donnezleur tous les jours une assiette de Quaker Oats. C'est un aliment sain, tonique, reconstituant, qui active la force des muscles, la solidit des os, l'nergie vitale du corps tout entier. C'est aussi un plat dlicieux et une nourriture facile digrer. Bien exiger la marque et le nom: Quaker S&* Oats Le "PAIU8IAN" U N ncessaire Valet AutoStrop qui fait toujours honneur au bon got de son possesseur. Le Parisian Oravecrasoirplaqu or,cuir repasser et dix lames de rechange, le tout dans un lgant tui marron en cuir gaufr,doubl soie et velours marron. Aussi, le Parisian Argent, un rasoir plaqu argent avec erlfl cuir, gaufr noir, doubl violet. Deux articles de tout premier choix. I Rrp-f*ntnt: E. P. PAWLEY,Purtu Princ Le Rasoir Valet Auto-Strop —rase, nettoie et aijjuise la lame, sans dmontage f -——. — • %  %  Remerciements Mme Vve l'elix Callard.ne Pia thon, Mme Vve St Jdat Callard, Mr et Mme I. uis Callard el leuu enfants, Mr h Men Jdstio Montas & leurs enfants Mette CI ira Callard, Mie Julie Ls t ha les Mme Volumnie Ls Charles, Mme Vve Piaffa m, Mr et Mme Lucen Cousi el leurs en fants.Mr Iten Pialhon remercient sincrement les nombreux amis particulirement S. K. Monsieur Lon Ljeau, Secrtaire d'E'at des Relations Cx*eri4,ire.-. Le R verend IVre Lanore t'hanoine ho noraire et Directeur du Petit Smi naire qui ont bien voulu assister assister au Service Solennelle cel Lu la Basilique Noire I). me & l'occasion de la mort de leur rglette Alb rt Flix Calla-'il survenue a B irdeaux .France le 2o Octobre 19x5. Il les [ir ut 1 Mcep'ei i ci,leurs sentimenUde vive reco naissance. 6 jauvi r 196 NEl i -AIBL CH4 NIOSSi DSS1UT1 h)i-LnitLe steamer • Jokobamal trnl de l'Europe, San Ji luii'o Rico, Puerto Plata llailim fst attendu la ca| \ets !e .'") courant. Il partira le lmdiraain KrOgeloo; Sto Domingo b'en Ptdro de Macoiis, I n su-gra. Le siehmeri-Maiie llorn de < uni.ao, Jarmel, lut .lin mie e Petit G cave 26 courant. U',11 partira le mme jeur .'Europe v;a St Wac, Gof PcitdePaix.CaplIaitien el Plata. frtant fret tt paf Le steamer t Claus Horn rou'e peur l'Europe ne toi I oit au Piince que s'il trooi qu: nti' sultisante de pair Dans ce cas le bateau serait la | n mu re emaitie de fvi Nous prions les pertonne, dsirent preliter de celte occ de bien vouloir se faire inr nos bureaux. I^rt ao Prince, le 13 janvier Olof/son LU (AS et I Corn aiiie Gni TrmsatlantifN Le paquebot Ceravella %  de Bordeaux la 9 courante 1 du Port au Prince le 27. Il repartira le mme jour Petit G ave, Santiago et le 1 du Sud et sera de retour \ au prince le 4 Fvriea. La suite de l'itinraire serti a (arrive du paquebot: Port au Prince.le I Janvier! L'Agent E. ROBELlIf Le Docteur De retour de son voyage d! ce,a l'honneur d aviser ses cl qu'il se tient toujours leur rtion de 7 a 9 heures du tnt 1 aprs midi sur rendi/ vou^ Spcialits. Maladies deaj mes, Chirurgie du foi, Chili' abdominale : tumeurs de II, trice he,riiie,Hpendicite gastrot rostomie. DESCI : Honjog* nfigtnrtent du nng prMorlt pn MIH. m' Uealt.. M lup*rt0r a ia vlunda aru* ai aux fmn BQ.aaaa. Atlmi* umi.i 10" .plao ^ rT — iDi •.i.i.n QiSCH.£!.:., . 1 u f,ui %  ...ary. rr^ .1 Pi.v --oi* Vous y trouverez aussi des articles pour annireisaires de fianailles, de mariages et de Baptmes.



PAGE 1

D1RECTBUR PROPK!'rn ellemme. Beirjlirtii 19t*a ANNEE No 6700 PORT-AU-PRINCE ( HAIT. ) La rlection prsidentielle et le principe ils la stabilit gouvernementale travers nos Constitutions Aprs l'lection de DominS ue, nous etae* la Constitu tioD • 1874 qui Gxa la dure du mandat prsidentiel huit an • Dans quel esprit cette Constitut on a t-ello t vote ? Les membres de l'Assemble natioi aie constituante nous le font %  avoir par une adresse au peuple en date du 7 Aot /74 : Fidle interprte des vœux de cette immense majorit du peu pie qui soupire aprs le gouvernement de la stabilit, l'Assemble nationale n'a pas hsit reconnatre que la Constitution de 1846 tire de celles de 1800 et /8/tiqui ont t exprimentes par nos hommes politiques les plus capables et les plus honntes, et sous l'empire desquelles le pays a joui de la paix et de la scurit pend nt plus d'un quart de sicle* tait celle qui convenait le mieux et q i tablissait dans de justes liuut s toutes les garanties du Pouvoir et des citoyens . O'aprs la constitution de 1874, le Prsident de la Repu blique n'tait pas immdiatemeut rjifuble, mais nous venons de voir que la dure de son mandat tait fixe huit an nes L'article 101 de la constitution de 1879 y fit une modification en alignant au pouvoir prsidentiel un mandat de 7 anne} au lieu de 8 annes prvue! par la constitution de 1874. Puis un ameudement lait le 7 Octobre 1885 la constitu .ion de 79 adopta nouueau le principe de la rlection prsidentielle l'chance du premier mandat. Si la constitution de /88',t n'a pas consacr la rlection immdiate, elle a tout de mme conserv la dure de 7 ans au pouvoir du Prsident de la Rpublique. Enfin la cons'itution de 1918 ( st revenue au systme tabli |ar celle de 18C0; la dure de quatre ans avec la tan il t de rlection. Il Il rsulte donc de notre expos, quoique sommaire, qua la rlection et le principe de la continuit du mandat Drsidentiblpiur une priode de huit ans ne constituent point pour nous uo f*it nouveau. IN sont dj consacrs par de nomoreuses dispositions consignes dans nos constitutions antrieures. • c Oi ne renvoie point ses Rouveruants pour la vaine s -tistaction d'en chanj>r, dit L. J. Janvier : on s'en dbarrasse ou on les garde dans l'intrt bien entendu de la patrie >. — C'est l une ide qui a constamment inspir, comme nous venons de le vo ; r, toutes nos Assembles constituantes. Sius doute, cette lie reconnue ncessaire l stabilit gouvernementale n'a E tas souvent t cons cre dans a pratique. Le maintien de l'ordre indispensable l'exercice des prrogatives constitutionnelles n'a pas pu tetioura se r dis v grce la turbulence des politiciens prolessionnds L'ordre, nous l'avons aujourd'hui et solidement tabli. Nous devons en profiter pour faire entrer daos nos mœurs politi3 ues toutes les saines pratiques ont la ralisation tait, hier, impossible • • Le pouvt ir au court mandat devient un principe de division au l : eu d'tre un principe d'unification et de force. — L'article 72 Je la Constitution de M8qui fiie4annes la dur* du mandat prsidentiel, constitue un anachronisme, irritant, car cette disposition ne se trouve point justifie par les me m s ncessits politiques qui expliquent les restrictions des Constitutions de 1843 et de /867. Il est nlcesttire que le mandat prsidentiel soit d'une certaine dure qui nous vite ces rveils frquents d; m bidons dsordonnes, source d agitations priodiques si prjuiicilWSWg l— •S"^ !" ^"W L'utilit du sp-ri Tout le monde — ou peu pr'j — eit convaincu de l' excellence de le pratique des sports, con-l ditioa bien entendu que cette pra-j tique ne soit pas pousse l'excs) et n'empite pas sur le dveloppement intellectuel de l'individu.' Toujours queetion d'quilibre et d'harmonie. %  < -, tomme l'crivait Claude d'Hahloville r Le pratique des sports eeteicelhnte pour prparer l'entant h la vie, l'armer contre le je* louiie, lui dmontrer les bienfaits de le solidarit. Ils l'habituent accepter sans mauvaise humeur le succs de ses camarades plus forts, pies adroits, plus appliqus ou mieux adxpis. Us lui apprennent, par l'effort collectif qu'il exige que l'individu isol est peu de tnose et qu'au lieu de tout ramener soi. il faut apprcier la par* tieipetion des autres dans les r* sultats tangibles . L'eufant doit jouer; l'entant du peuple doit jouer aussi bien que 'tnfrnt des autres classes de notre I socit. Le jeu est non pas un [luxe, non pas seulement une utilit, [mais une ncessit. L'colier qui croit bien faire en travaillant pendent tes rcrations es normal et ses partnts et tes matres devraient l'empcher de se faire du tort. On ne dira jameie assez cornbien il est important^pour obtenir un plein rendement .de l'tre humain, de se putrer, a fond de la pense qu'il e une me, une intelligence qui sont les parties les plus nobles de lui mme, mais qu'il a aussi un corps qui doit rire soign, cultiv, foitin. Parlais ceties, chez des natures spcialer/enl trtmpts, des natures d'lite, l'me et 1 iol licence, enfermes dans des corps chetifs, demeurent apleudides. Mais cee natures sent l'exception et ii serait dangereux de ne pas I admettre. fi .A cte d'eues que de dchets lamentables d'une bunuuit surbles la formation de notre ducation poli'ique et aux intrts de la nation. Nous ne somma* pas encore parvenus la maturit politiqi e pouvant nous permettre de nous approprier le terme quadriennal de la Constitution des Et ts-Unis o des partis politiques or^ani* ses se meuvent dans des cadres bien dtermins. Un rvision de la Constitution qui rtablirait le pouvoir prsidentiel pour une priode de huit an*, comme l'avait fait la constitution de 1874, contribuerait puissamment modifier noire mentalit et garantir la stabilit gouvernementale contre les assauts rpts des politicians toujours l'alliUdes moindres occasions poisr s'em parer d'un pouvoir dont ils ont dj assez msus dans le pass. • • A propos de la cops'i uu\n de 79 — qui prconisait le septennat — Janvier a fait la judi cieus* rema que que* f)al un jeune pays comme Hati, o l'on se dispute avec acharnrment la-premire maislratuie, ... o pairie un titulaire est-il arriv au fauteuil "prsidentiel qu'on veut l'en r nverser, si l'on n'escompte dj sur sa mort* sa chute p obible ou sa dmiss on, il tait excellent d'instituer ce septennat comme un correctif salut; ire, pour temprer les ardeurs intempestive* des candidats pour refrner lesimpatien ces de leurs clients . Des pay? autrement avancs que le notre reconnaissent la ncess : l d'assurer la continuit du touvoir prsidentielDans une excellente tude su r la situation politique de la France d'aprs guerre, MHenry Lev ret disait : • La dure du mandat prsidentiel restera de s pt ansCt lie dure n'a lien d'excessif, car il n'est pas mauvais pour les intrts nationaux permanents que le chef du pouvoir excutif prsente quelque stabilit que,lfc plus possible on 1 instruise en l'amusan'. Quand l'enfant grandira, ses jenx se complique Font et deviendront sportifs; ils seront alors soumis i des rgles strictes et rclameront un etfort plus grand. Toutes les qualit requises pour brider dans les •ports sont de* qualits extrme ment utiles pour russir dans la vie. Il lautde la volont, de lner aie, de l'attention, de la dcision, de la matrise de soi, du juge nent, du sang froid et de la peraf rance. Qu'il s'agisse du Too'-b I, du tennis des courses k | led, te, c'est toujours la mme ch se : I adress et la lorce ne euthsent pas, i! laut dav.ntng*. il mut mieux. Et c'est parce qu'il faut davantage et mieux que le sj.ort st moin mandater. Les sports dans lesquels on joue pir quipes >ont les m illeurs au point ds vue dur.atiou morale, pour la raison qu'i's dveloppent l'esprit de corps, la solfiante, la discipline et e senti -v ei.l de la responsabilit, toutes qualits assez rares ehez l'hatien Mas i! est vident que tous I e sports doivent tre encornais. mene, au sang trop lourd, au sang appauvri, au sang charriant des impurets,au cerveau surexcit on atrophi, aux nerf* fleur de peau. Les racis la pense trop rafline, les loagues lignes d'intellectuels, produisent parfois des nvross, des neurasthniques, toute cette triste thorie d'tres a chatge eux mmes, incapables de tout effort et de tout travail fcond, effort et tiavail qui crent la rsignation et la£joie. Les races de jouisseurs produisent des fruits secs ou des fruits corrompus. Les races trop pauvres produisent des tres faibles et mal venus. Pour essayer de les gurir, de les assainir, de les rgnrer et de les fortifier, il faut le jeu, le jeu au grand air, le sport. Le jeu tant un besoin chez l'enfant, il faut cependant dvelopper, diriger ce besoin. Ne con. Riderons pas le jeu comm. nue distraction qui peut tre tol.e, comme une rcompense accorder l'enfant mais comme une vraie ncessit, comme a uo moyen d'ducation et de culture aussi impor tant_qu'un autre. Tout petit, l'an fant'doit beaucoup jouer et >J taut Le Concile diNiea (325 Mire fut le premier Concile "eu menique ou gnral I lut moti vsurt ut par l'hrs'l d'Anus, prtre hlexand in, qui a In ait IH doctr ne d la Trinit et n ail la divinit du Y.ibe. En praenc de Con taotin, le oreronr empereur chrtien, et sous la p sul. nce des lgats du Pape saint Syve*. tre, :I00 veques, dont un des Gaules, Nieaise de Oie, procli nirent la divinit du Fils de Dieu consubstanliel au Pre. L'Ar hey que de i.ordoue, OMIIB, et Saint Athanase. futur patriarche d\ lexanrfne, lurent Urne de ce Cou cile. C'e.-t , dans ces assemble' so'enaellcs, que fut rdig et arr l le svmb le, dit de Nice, qu'on chinte le dimmclie. si riche de doctrine et si prcis d.ins se* termes. Les vques, de Gaule, en partien'ier saint Hilaiee -le Poitiers, accueil ir-nt avec enthous a-me. ds qu'ils le coin .r-ut, c sym b de qui rlltiit avec puret la fois qu'i's professaient. On e chantiit dans nos glises par ordre de r.har!emgn, bien avant q.i il ne fol adopt par BoflM/lOiO) dans les ollices liturgiques Les moines Irnncs en portrent 1 us ge en Paieslli e : ce qui dt-rraioa de la part des Grecs la querelle du Pilioquf, formule ajoute pour pr ciser que e Saint Esprit procde la lois du Pre et du Fils. Les Bciiismatiqies giecs le nient encore contre la doctrine de leurs propres docteurs. A l'occasion de ce se'/ me cen te mire, de grandes ftes viennent d'avoir lieu Rome, d'abord St. Jean de Latran. Ofl porta en C rocession.de la Sa'a Santa au atran, l'image du Sauveur archeropite : c'est dire, suivant une pieuse lgende, non peinte pir la main des hommes. Aprs U cr monie de la Ddicace, eurent lieu chaque jou de la semaine, des offices orientaux : svrien, gorgien, armnien, grco albanais, roumain, maronite, malubre, opte, ruthne. Le 1 4 au soir, l'image du Sauveur lut amene en procs sion, du Latran k St. Pierre, sur uo char orn d* fleurs, tran par six chevaux. 200 automobiles lui faisaient cortge avec une loule innombrable qui chantait le Credo de Nicee. Un prsence du Pape, le dimanche 15 Nov mbre, une grande crmonie eut lieu h >umt l'ierre dans le rite Oriental, selon ... i, • %  de Saiut Jean Chtysoa tune I.. .ir! image tait epo se aux ngards du peuple. Le Pape prsida, tantt as-i*, tan t debout, cee beaux ottices orien taux. T *e chowir du Collge grec excutait les chants Le* ftea se lu Uiifctreut par i* le i>eum. MERCREDI 13 JANVIER 1906 Finesse, toujours finesse Paris Bazar Par chaque arrivage, nous recevons un stock Irai do Parfumerie, IHjoutarie, Montres, do jolie chaussures pour Damas ( trea 61(|antea Chapeaux et paille suprieur pour hommes, Chapeaux Laine de Feutra quallt trs suprieure. Chandeliers orns en mtal sculpte de P. ."i.oo a .dLoo Costumes Drlli bUno.Cusiiiiir.P.il n l'.'ach tout eou oetionn. Al'ianca pour mari en or et e.i i'1 itiae, dernier niedie. CHemlsa! elle aissettos, Cravate, chaussettes. Faux col. pour n'importe quel cadeau qu vous dsirez faire, visitez d'abord le Pans lia* ir et VOUu sortirez plus ttin mondain de Nsw York. Sada el Afflack Rue de l h ronts h arts En face d Sperdutto Grand assortiment d'toffes pour tous les goiiU et des prls^defian tir 1 n nce: CrOpe aatln, 1 ;rp • 1 t m. iMousseline de soie, Scie lavable, Chemise de o'e, Oi'-pon de soie, Ci ; pe Marj-|uin,l Jron.t ,r-pe de Chine uni et fleurs, lluttis U,urV e, iorgette, Simili, LrOpe Metore.i irgandl.sole xauiuui. Naiisouk, eto, eto. i}ai visite chas SAL\ IV AFi LAGK, voue .hliera oompletement. V I f


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06619
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, January 13, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06619

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
D1RECTBUR PROPK!'r \MPRMEIR
Uemenf Mayloire
LOlt VKltNA
1368, Hoe Amricain*
NUMh.RO 2Q GKISTIMS
iiuotidien
TELEPHONE N 2i2
One nation peut bien tre d-
livre par une autre nation
du jougl tranger, mais ne
saurait ^'affranchir que par
ses propres forces des maux
dont la source] .est >n elle-
mme. Beirjlirtii
19t*a ANNEE No 6700
PORT-AU-PRINCE ( HAIT. )
La rlection prsidentielle et le principe ils la
stabilit gouvernementale travers nos Constitutions
Aprs l'lection de Domin-
Sue, nous etae* la ConstitutioD
1874 qui Gxa la dure du
mandat prsidentiel huit an
Dans quel esprit cette Constitu-
t on a t-ello t vote ? Les
membres de l'Assemble natio-
i aie constituante nous le font
avoir par une adresse au peu-
ple en date du 7 Aot /74 :
Fidle interprte des vux de
cette immense majorit du peu
pie qui soupire aprs le gouver-
nement de la stabilit, l'Assem-
ble nationale n'a pas hsit
reconnatre que la Constitution
de 1846 tire de celles de 1800
et /8/tiqui ont t exprimen-
tes par nos hommes politiques
les plus capables et les plus
honntes, et sous l'empire des-
quelles le pays a joui de la paix
et de la scurit pend-nt plus
d'un quart de sicle* tait celle
qui convenait le mieux et q i
tablissait dans de justes liuut s
toutes les garanties du Pouvoir
et des citoyens .
O'aprs la constitution de
1874, le Prsident de la Repu
blique n'tait pas immdiate-
meut rjifuble, mais nous ve-
nons de voir que la dure de
son mandat tait fixe huit an
nes
L'article 101 de la constitu-
tion de 1879 y fit une modifi-
cation en alignant au pouvoir
prsidentiel un mandat de 7 an-
ne} au lieu de 8 annes pr-
vue! par la constitution de 1874.
Puis un ameudement lait le 7
Octobre 1885 la constitu .ion
de 79 adopta nouueau le prin-
cipe de la rlection prsiden-
tielle l'chance du premier
mandat.
Si la constitution de /88',t
n'a pas consacr la rlection
immdiate, elle a tout de mme
conserv la dure de 7 ans au
pouvoir du Prsident de la R-
publique.
Enfin la cons'itution de 1918
( st revenue au systme tabli
|ar celle de 18C0; la dure de
quatre ans avec la tan il t de
rlection.
Il
Il rsulte donc de notre ex-
pos, quoique sommaire, qua
la rlection et le principe de la
continuit du mandat Drsiden-
tiblpiur une priode de huit ans
ne constituent point pour nous
uo f*it nouveau. IN sont dj
consacrs par de nomoreuses
dispositions consignes dans
nos constitutions antrieures.

c Oi ne renvoie point ses
Rouveruants pour la vaine s -tis-
taction d'en chanj>r, dit L. J.
Janvier : on s'en dbarrasse ou
on les garde dans l'intrt bien
entendu de la patrie >. C'est
l une ide qui a constamment
inspir, comme nous venons de
le vo;r, toutes nos Assembles
constituantes. Sius doute, cette
lie reconnue ncessaire l
stabilit gouvernementale n'a
Etas souvent t cons cre dans
a pratique. Le maintien de l'or-
dre indispensable l'exercice
des prrogatives constitution-
nelles n'a pas pu tetioura se
r disv grce la turbulence
des politiciens prolessionnds
L'ordre, nous l'avons aujour-
d'hui et solidement tabli. Nous
devons en profiter pour faire
entrer daos nos murs politi-
3ues toutes les saines pratiques
ont la ralisation tait, hier,
impossible

Le pouvt ir au court mandat
devient un principe de division
au l:eu d'tre un principe d'uni-
fication et de force. L'article
72 Je la Constitution de M8qui
fiie4annes la dur* du man-
dat prsidentiel, constitue un
anachronisme, irritant, car cette
disposition ne se trouve point
justifie par les me m s ncessi-
ts politiques qui expliquent les
restrictions des Constitutions
de 1843 et de /867.
Il est nlcesttire que le man-
dat prsidentiel soit d'une cer-
taine dure qui nous vite ces
rveils frquents d; m bidons
dsordonnes, source d agita-
tions priodiques si prjuiicil-
WSWgl'___
S"^^"W
L'utilit du sp-ri
Tout le monde ou peu pr'j
eit convaincu de l'excellence
de le pratique des sports, con-l
ditioa bien entendu que cette pra-j
tique ne soit pas pousse l'excs)
et n'empite pas sur le dveloppe-
ment intellectuel de l'individu.'
Toujours queetion d'quilibre et
d'harmonie. *<
-, tomme l'crivait Claude d'Ha-
hloville r Le pratique des sports
eeteicelhnte pour prparer l'en-
tant h la vie, l'armer contre le je*
louiie, lui dmontrer les bienfaits ,
de le solidarit. Ils l'habituent
accepter sans mauvaise humeur le
succs de ses camarades plus forts,
pies adroits, plus appliqus ou
mieux adxpis. Us lui apprennent,
par l'effort collectif qu'il exige ,
que l'individu isol est peu de
tnose et qu'au lieu de tout rame-
ner soi. il faut apprcier la par*
tieipetion des autres dans les r*
sultats tangibles .
L'eufant doit jouer; l'entant du
peuple doit jouer aussi bien que
'tnfrnt des autres classes de notre
Isocit. Le jeu est non pas un
[luxe, non pas seulement une utilit,
[mais une ncessit. L'colier qui
croit bien faire en travaillant pen-
dent tes rcrations es normal
et ses partnts et tes matres de-
vraient l'empcher de se faire du
tort.
On ne dira jameie assez corn-
bien il est important^pour obtenir
un plein rendement .de l'tre hu-
main, de se putrer, a fond de la
pense qu'il e une me, une in-
telligence qui sont les parties les
plus nobles de lui mme, mais
qu'il a aussi un corps qui doit rire
soign, cultiv, foitin. Parlais
ceties, chez des natures spciale-
r/enl trtmpts, des natures d'lite,
l'me et 1 iol licence, enfermes
dans des corps chetifs, demeurent
apleudides. Mais cee natures sent
l'exception et ii serait dangereux
de ne pas I admettre.
fi .A cte d'eues que de dchets
lamentables d'une bunuuit sur-
bles la formation de notre
ducation poli'ique et aux int-
rts de la nation.
Nous ne somma* pas encore
parvenus la maturit politiqi e
pouvant nous permettre de nous
approprier le terme quadriennal
de la Constitution des Et ts-Unis
o des partis politiques or^ani*
ses se meuvent dans des cadres
bien dtermins.
Un rvision de la Constitu-
tion qui rtablirait le pouvoir
prsidentiel pour une priode
de huit an*, comme l'avait fait
la constitution de 1874, contri-
buerait puissamment modifier
noire mentalit et garantir la
stabilit gouvernementale con-
tre les assauts rpts des poli-
ticians toujours l'alliUdes
moindres occasions poisr s'em
parer d'un pouvoir dont ils ont
dj assez msus dans le pass.

A propos de la cops'i uu\n
de 79 qui prconisait le sep-
tennat Janvier a fait la judi
cieus* rema que que* f)al
un jeune pays comme Hati, o
l'on se dispute avec acharnr-
ment la-premire maislratuie,
... o pairie un titulaire est-il
arriv au fauteuil "prsidentiel
qu'on veut l'en r nverser, si l'on
n'escompte dj sur sa mort* sa
chute p obible ou sa dmiss on,
il tait excellent d'instituer ce
septennat comme un correctif
salut; ire, pour temprer les ar-
deurs intempestive* des candi-
dats pour refrner lesimpatien
ces de leurs clients .
Des pay? autrement avancs
que le notre reconnaissent la
ncess:l d'assurer la continuit
du touvoir prsidentiel- Dans
une excellente tude sur la si-
tuation politique de la France
d'aprs guerre, M- Henry Lev
ret disait : La dure du man-
dat prsidentiel restera de s pt
ans- Ct lie dure n'a lien d'ex-
cessif, car il n'est pas mauvais
pour les intrts nationaux per-
manents que le chef du pouvoir
excutif prsente quelque stabi-
lit
que,lfc plus possible on 1 instruise
en l'amusan'. Quand l'enfant
grandira, ses jenx se complique
Font et deviendront sportifs; ils
seront alors soumis i des rgles
strictes et rclameront un etfort
plus grand. Toutes les qualit
requises pour brider dans les
ports sont de* qualits extrme
ment utiles pour russir dans la
vie. Il lautde la volont, de lner
aie, de l'attention, de la dcision,
de la matrise de soi, du juge nent,
du sang froid et de la peraf
rance. Qu'il s'agisse du Too'-b I,
du tennis des courses k | led, te,
c'est toujours la mme ch se : I a-
dress et la lorce ne euthsent pas,
i! laut dav.ntng*. il mut mieux.
Et c'est parce qu'il faut davantage
et mieux que le sj.ort st moin
mandater.
Les sports dans lesquels on joue
pir quipes >ont les m illeurs au
point ds vue dur.atiou morale,
pour la raison qu'i's dveloppent
l'esprit de corps, la solfiante, la
discipline et e senti-v ei.l de la
responsabilit, toutes qualits assez
rares ehez l'hatien.
Mas i! est vident que tous Ie
sports doivent tre encornais.
mene, au sang trop lourd, au
sang appauvri, au sang charriant
des impurets,au cerveau surexcit
on atrophi, aux nerf* fleur de
peau. Les racis la pense trop
rafline, les loagues lignes d'in-
tellectuels, produisent parfois des
nvross, des neurasthniques,
toute cette triste thorie d'tres a
chatge eux mmes, incapables de
tout effort et de tout travail fcond,
effort et tiavail qui crent la rsi-
gnation et lajoie. Les races de
jouisseurs produisent des fruits
secs ou des fruits corrompus. Les
races trop pauvres produisent des
tres faibles et mal venus. Pour
essayer de les gurir, de les as-
sainir, de les rgnrer et de les
fortifier, il faut le jeu, le jeu au
grand air, le sport.
Le jeu tant un besoin chez
l'enfant, il faut cependant dve-
lopper, diriger ce besoin. Ne con.
Riderons pas le jeu comm. nue
distraction qui peut tre tol.e,
comme une rcompense accorder
l'enfant mais comme une vraie
ncessit, comme auo moyen d'-
ducation et de culture aussi impor
tant_qu'un autre. Tout petit, l'an
fant'doit beaucoup jouer et >J taut
Le Concile diNiea (325
Mire fut le premier Concile "eu
menique ou gnral I lut moti
vsurt ut par l'hrs'l d'Anus,
prtre hlexand in, qui a In ait Ih
doctr ne d la Trinit et n ail la
divinit du Y.ibe. En praenc de
Con taotin, le oreronr empereur
chrtien, et sous la p sul. nce
des lgats du Pape saint Syve*.
tre, :I00 veques, dont un des
Gaules, Nieaise de Oie, procli
nirent la divinit du Fils de Dieu
consubstanliel au Pre. L'Ar hey
que de i.ordoue, Omiib, et Saint
Athanase. futur patriarche d\
lexanrfne, lurent Urne de ce Cou
cile. C'e.-t , dans ces assemble'
so'enaellcs, que fut rdig et arr
l le svmb le, dit de Nice, qu'on
chinte le dimmclie. si riche de
doctrine et si prcis d.ins se* ter-
mes. Les vques, de Gaule, en
partien'ier saint Hilaiee -le Poitiers,
accueil ir-nt avec enthous a-me.
ds qu'ils le coin .r-ut, c sym
b de qui rlltiit avec puret la
fois qu'i's professaient. On e
chantiit dans nos glises par ordre
de r.har!emgn, bien avant q.i il
ne fol adopt par BoflM/lOiO)
dans les ollices liturgiques Les
moines Irnncs en portrent 1 us ge
en Paieslli e : ce qui dt-rraioa
de la part des Grecs la querelle du
Pilioquf, formule ajoute pour pr
ciser que e Saint Esprit procde
la lois du Pre et du Fils. Les
Bciiismatiqies giecs le nient enco-
re contre la doctrine de leurs pro-
pres docteurs.
A l'occasion de ce se'/ me cen
te mire, de grandes ftes viennent
d'avoir lieu Rome, d'abord
St. Jean de Latran. Ofl porta en
Crocession.de la Sa'a Santa au
atran, l'image du Sauveur arche-
ropite : c'est dire, suivant une
pieuse lgende, non peinte pir la
main des hommes. Aprs U cr
monie de la Ddicace, eurent lieu
chaque jou de la semaine, des
offices orientaux : svrien, gor-
gien, armnien, grco albanais,
roumain, maronite, malubre, op-
te, ruthne. Le 14 au soir, l'image
du Sauveur lut amene en procs
sion, du Latran k St. Pierre, sur
uo char orn d* fleurs, tran par
six chevaux. 200 automobiles lui
faisaient cortge avec une loule
innombrable qui chantait le Credo
de Nicee. Un prsence du Pape,
le dimanche 15 Nov mbre, une
grande crmonie eut lieu h >umt
l'ierre dans le rite Oriental, selon
... i, de Saiut Jean Chtysoa
tune I.. .ir! image tait epo
se aux ngards du peuple. Le
Pape prsida, tantt as-i*, tan t
debout, cee beaux ottices orien
taux. T*e chowir du Collge grec
excutait les chants Le* ftea se
lu Uiifctreut par i* le i>eum.
MERCREDI 13 JANVIER 1906
Finesse, toujours finesse
Paris Bazar
Par chaque arrivage, nous recevons un stock Irai
do Parfumerie, IHjoutarie, Montres, do jolie chaus-
sures pour Damas ( trea 61(|antea Chapeaux et
paille suprieur pour hommes, Chapeaux Laine de
Feutra quallt trs suprieure.
Chandeliers orns en mtal sculpte de P. ."i.oo a .dLoo
Costumes Drlli bUno.Cusiiiiir.P.il n l'.'ach tout eou
oetionn.
Al'ianca pour mari en or et e.i i'1 itiae, dernier
niedie. CHemlsa! elle aissettos, Cravate, chaus-
settes. Faux col.
pour n'importe quel cadeau qu vous dsirez faire,
visitez d'abord le
Pans lia* ir
et VOUu sortirez plus 4ti Mo 207 ti u fio i c vl --vi de
la rn *ison H wtbold
LE PARIS DVZVR mat aussi la dfepJ 10J du p.ililio
un aerrfee d'aflfatnlUseai a* A pliitiiiti CSrayji, sipii
ou pastel.
La public est cordiali'iiruliiiv.t' I Ml Bipotiitoa tous
les soirs.
Chez
liinci EUiils
A'Hjl 1 s Rues lu ltjfl-
sin cl- l'Elit et des'
FrontavforU.
Viant d'arriver
POUDRE ORSAY
Incendie aux
Grands Bois
D*is la journi du Luniii 7 J in
fier, ver4 :t heure! de l'ajus mi-
di, le feu a clat au local de l'K
cole municipale des (irauds iioii.
M ilgr les ollorts des Autorits
lo aies et drfs lubitiints, le feu n'a
pu tre matris. L'Jiticd a t en
tirem-nt dtruit. Mais il a brld
. il, le* autres maisons avoisinan
les ayint pu, tort lnureuseinent,
tre pargnes du il 'mu
Les :*utorils municipales ont re
qois les reprsentants de la Justi-
ce qui ont procd % aux constata-
tions gale? et dress precs-ver
btl. L)e& dpositions des tmoins
ineirogs cet ellet, il ressort
que quelques jours auparavant, le
2S dcembre dernier, des malfai-
teurs, peudant une absence du Di
recteur de l'tiiab'issement, y
avaient pntr, avaient enlev
tout 01 qui tait tomb sous la
m in. avaient bris tous les efl'-ts
mobJiers qu'ils n'avaient pu
emporter 11 coup les arbres qui
or.iaieul la cour de l'cole
La Justice enqute.
Insiste/ ladame. .
Mais insistez pour que
VOS chaussures, vos ba,
to* toilettes viennent {de
onex Paul C. Aux!la, 1
.Magasin O tout est fi-
nesae.
Rception dMoiintiflue
Jeudi deroier, 7 Janvier, Mon-
sieur Lon llejean, Secrtaire d'E
tat dis Ralatiu Fxlrimires, a
reu Monsiur Kicharl 'rior Fer
dinaid Mward, D S 0. qui lai
a prsent les Lettres de crance
qui l'accr ttteol prs du Gouver
nem^nt de la Kp b'iq'ifi en que.
|i il-* Dia'-g d il lires de .S'a Ma
jest Rritaunique.
Nous rc jou vlons au nouvel
Agent diplomatique l'expression
d : nos meilleurs sentiments.
Varits
ce soir
Cmv d'Hrone
lie et 1' I Kpisodes
Entre :iO centimes
Il dirorco pa-ce qu'il re-
ciMtii.i! que sa temme
est une ngresse
Il \ a quelques mis Al. Kip
KineUn 1er. un jeune milliardaire
de .\e,vYoik, tomba trs amou-
reux de Vtiss Jones, lui ht 11 cour
et l'pousa.
Le m 111 .,. lit scan l.il.-. u M1-1
Jones tait trs pauvre et n'appar.
tonait pas la socit, mais fin li
gnatioo devint p us grande encore
quand on apprit que la jaune lille
avait dans ses veines du sang
ngre !
L'poux lui mme, lorsqu'il vit
3ue sa femme tait mulitresse.se
'lara tromp et demanda le di
vorce. Mais devant le jury, d'accu
sateur il devint vite I accus, car
M-s Kini'l m.1er voua eu sanglot
tant que Kip l'avait intimement
connue avint e rnariags et que
ta race n'avait pu lui rester ca
ebe.
Les juges n'ont pas encore dci
d s: es deux uoux devaient con
tinuer vivre unis ou si I on de
?ait les sparer
Mais djl M Kip Kmelander a
t ray du B >ttin mondain de
Nsw York.

.

Sada el Afflack
Rue del h ronts h arts
En face d Sperdutto
Grand assortiment d'toffes pour tous les goiiU et
des prls^defian tir 1 n nce:
CrOpe aatln, 1 ;rp 1 t m. iMousseline de soie,
Scie lavable, Chemise de o'e, Oi'-pon de soie, Ci;pe
Marj-|uin,l Jron.t ,r-pe de Chine uni et fleurs, lluttis
U,urVe,iorgette, Simili, LrOpe Metore.i irgandl.sole
xauiuui. Naiisouk, eto, eto.
i}ai visite chas SaL\ iV AFi LAGK, voue .hliera
oompletement.
V
I
f



T.tan
x-

LU" MATIN -a lf Janvier !*26
^gA
La Scandaleuse affaire
de faux Billets de ttanqM
Do archiduc rom^romis
l'ai i ble
BUDAPEST, 13 Janvier 1.'; r
chidw Uhaiies, qui eil fi l* veille
ilxit litui|.e oc participation
U bCHLda i u.-c ll.iiie d mission
de Iniix biiiil de banqi-e, vient
de i.ui.i i i m di 'i.i -i"i, de pi si
dent 'Jt I r OcittlOD des fascistes
hotigi'iiK - rlttiii- journaux tien
Doib mi fi n.< u ij ii >Ih sorT en n u
re (lt> fournir es rtn-ti^niments
puu- provenant de soune lion
gione- >ur l< s hauts per-oiiii;^' s
qui pri iigtul la laltilu ution Par
mi tes pe>tonnges rcemment ar
lOlts *> lionveiit le gnral Hait,
proletMUl de cartographie < e I
co e in li aiie. Le punie Windis
Lhgmiz a avou que ie motif pi in
clubl Ce lu >i ~iit -:i avait pour
bul a't| ptjei un mouvement an
faveur u luunulitiun du trait de
Tnauon. Dt documents trouves
en pois eaion de ce personnage l
Vlant qu il avait elle ri deux mil
ions de couronnes la police Imn
groise p>)ur lui permettre de recou
vr r s libert.
PARIS Dcns les cercle* po'.i
tiques et linanciers on s'occupe
vivement de l'mission de faux
billets de banque.Dans les mi ieut
impur.iaux de Budapest ou dit que
le goirvernem nt travailla vigou
reusement pour dcouvrir les au
teurs de la falsification des billets
qui e-l Considre comme une mu
lu' ivre du parti ractionnaire con
nu sous lo nom de < Les 1 lo> grois
Alertes et destine remplir les
. lisse de son trsor puis et en
lin ruupn r le pi estime toli.iq.e
qu'il a perdu depuis 1920 Dj son
cot ce parti nie toute relation
avtc les faussaires.
L'ile de Tahiti ravage
par un cyclone
Par cab'e
P*R1S, 12 Jauvier On annon
re de Papeete ( lie de la Soci< t )
qu'un cyclone a ravag l'le de
Tahiti causant plusieurs victimes
et de dg'Us couviderablea.
Toujours la question
dc^Jo*soul
far cable
PAIUS, Il Janvier Des dpd
cbes d'Angora donnent le compte
rendu le la sance, du cabinet olto
man au cours de laquelle Tewtii I.
Rouclrdy Be\ u dclar que la
front re lixe par le conseil de la
Ligue dtl Nations est peu prs
la inuie que celle dj repousse
pp.r les Turcs Lausanne, qu elle
passe mme plus au nord que
celle prvue par le trait de Se
vrai mais qu'en dpit de la dci
-i.iu.U souverainet de la Turquie
sur Mossoul n'a pas t modifie.
Il semble donc probable qu le re
fus de la l'inquie de reconnatre
la sentence du conseil de la Ligue
apportera de nouvelles et srieusi l
complications.
Cuneui incidenta cri
par les ioodalion
Par cable
LONDhES, 12 Janvier Les
inondations dans la valle de la
Tamis: "ut doDn lieu de eu
rieui incidents entre autres l'utili
sation de barques pour porter les
fidle* mu ollicea divins l'glise
de Weigiave et la riche dans les
rues de etitains villages itonds.
t,es cou, s
12 Janvier
Paris Sterling 126 63
Francs 20 ">2
NEW-YORK Pranca 20 64
Sterling I.85B
Va ils
learl W'hite
dans un grand lilm indit :
Par la fore
le Prsident Borno
Grand Croix de la Cou-
ronne d Italie
Le Mercredi <> Janvier, le Char-
g d'Affaires italien Port au-
Prince fut rfu, au Pa'ais Natio-
nal, en andience particulire par
Son Excellence le Prsident Bor
no qui il remit, de la part de Sa
Majest le roi d'Italie, 'e D [,'me
el les insigne de Grand Croix de
la Couronne d Italie*
\ cette occa'ion. le Prsident
del Rpiib'ique adressa au Roi
Victor Kmmanuel III le tlgram
me suivant:
Port au Prince, 6 Janvier 1928.
A Sa Majest le Roi d Italie
Rome.
En recevant aujourdhui des
mains de voire Reprsentant otli
ciel le Diplme et les Insigoes de
Grand Croix de la Couronne d Ha
lie que vous avz bien voulu me
eonirer, j'adresse a V lire Majcs
t, avec mes vils nmerciements
la sincre eipression de ma cor
dia'e amiti, et mes vieux ferventa
pour la prosprit de la Grande
Nation Italienne.
BORMJ,
Prsidant d'Hati,
.V-
Par la ruse
Tel est le cin Roman en 12
pisodes que commencera diman -
Cin Varits I gourde.
Le uom de l'earl NVIrite seul esl
un succs assur mais Varits
voulant se mettra a la porte de
toute les bourses ne jouera qu'
Une Gourde.
IL
Prcalculaou du totn|ag
bit I. G. Tippenhauer
aujoti d bui et demain
LalS. Pression atmosphrique
0.8 au dattOUI ; temprature 0 i au
dessous ; index du lemp* 0.7 uga
tif. Probabilits plnie : 0 9 posi
lit.
Le 14. Pression atmosphrique
0.4 au dessous ; temprature 0 3
audfsaous.lndex du temps 0.7 nga
(if; Probabilits pluie O.t ngatif.
A l'occasion ita La mort
de la Reine-Mre d'Italie
\ oici les dpchai qui ont t
changes entie Monsieur Je Prsi
dent de la Rpublique et Sa Mfcju
t le Roi d'Italie l'occasion de la
mort de la Heine Douairire, Mar
gurite de Savoie.
Port au Prince, le 0 Janvier 1926
A Sa Majest le Roi J Italie
Rome.
Je prie Votre Majest d'agrer
mes sincres condolances et ('ex
pression de ma vive sympathie
l'occasion de ia mort de Son Au
gusle Mre, la Reine Marguerite.
BORNO.
Champa M
1.3 r g Biemont
Joli y Lang& Cie Ses.
Carte Bleue.
Avi/.e Marine
( Marque rncommande )
Cbei Alfred N. COOKE,
Reprsentant pour Hati
CEQUIL A
FAUTAUXS
iMERE5
La confiance de
plusieurs milliers de
personnes est ce qui
aide rendre
L'EMULSION
SCOTT
le tonique nutritif le
plus populaire au
monde. L'Emul-
sion Scott produit
de la force.
Ford Sale
One Four-Ooor Sedan
EQUIPPBD WITH
italloon Tires
Electric oil Ouage
Sliiling genr Shilt
Motor Mater
In Perljct Condition
PRICE AT
Maxwell & Mohr
P ho ne 117 ~>
Mlches Suraao-Haiti
!.e ronseil de l'O S. S. 11. a
invit les meilleur.-* quiriiers liai
tiens a d>-s parties l'enir-itoement
au Parc Leconte. en vae de la
constilution dfinitive d'un team
homogne pour dfen are nos cou
hu s.
Nom nons sommfs personnelle
ir^at dplacs, non* avons recueil
H dan renseignem-nts de m m
bres de l'Union Mre Quand nous
avons constat l'insuccs de9 me
8ure prcautionneiisesqui veu'ent
noiis viter de nouveaux dboires.
Il nous a l" appris que les mmes
vieilles rancunes divisent les hai
tiana. L'quipe n'est pas forme.
hd c*pit.iine ne croit pas la va
leur des joueurs qai lui sont ad
joints, il en propose d'autres qui
ne sont pas a- ;^pb)s.
La vrit est^qne nous avons
sans y avoir par avance rllchi
propos la formation du Challen
ge d9 Anti les. estimant que chez
nos voisins les choses se font
avec la mme imprvoyance ou
qu'ils n'ont point les qualits de
nos quipiers qui nous avaient
assur quelque succs.
Le team de Curato sera Jac
mel Dimanche prochain et les
luttes se dbattront 4 ou 5 jours
aprs son arrive.
A quelle nouve ledtresse allons
nous?
Rome, 'e8 Janvier 1926.
Son Ex. Mr le Prsident Rorno,
Port au Prince.
Je suis trs reconnaissant &
Votre Excellence de ses condo
lances.
Vittorio EMANUELI.
Charment d'adresse
Mr Joan Rodriguez
Coiffeur
Avise sa clientle que son salon
de eoilfore est transfr, de la
Place Ceffrard la rue des Mira
des, No 225, col des Tlgra
plies Terrestres.
AVIS
La FO'!.s'gn*e, dame veuve Fr
d>ric Arnoux, ne Anita Ar g ade
dclaie au publicet su commerce,
en t-on non el au nom de se> en
lai ts mineurs qu'ayant tl. du
rant plus de dix ans, spare de
corps de- son feu mari, elle n*a
aucune connaissance ri de l'actif
ni du passif de sa succession et
et qn'anx lerres de 1 article 034
du code civil elle cor serve, plein
et mtier. son droit da renoncer
purement el simplement la dite
succession
Port au Prince,le 8 Janvier 1926
Mme V\e Frederick ARNOIX
POUR garder aux en-
fants leur belle et
vigoureuse sant, donnez-
leur tous les jours une
assiette de Quaker Oats.
C'est un aliment sain,
tonique, reconstituant,
qui active la force des
muscles, la solidit des
os, l'nergie vitale du
corps tout entier. C'est
aussi un plat dlicieux et
une nourriture facile
digrer. Bien exiger la
marque et le nom:
Quaker
S&* Oats
Le "PAIU8IAN"
UN ncessaire Valet
AutoStrop qui fait tou-
jours honneur au bon got de
son possesseur. Le Parisian
Oravecrasoirplaqu or,cuir
repasser et dix lames de
rechange, le tout dans un
lgant tui marron en cuir
gaufr,doubl soie et velours
marron. Aussi, le Parisian
Argent, un rasoir plaqu
argent avec erlfl cuir,
gaufr noir, doubl violet.
Deux articles de tout
premier choix.
I Rrp-f*ntnt:
E. P. PAWLEY,Purtu Princ
Le Rasoir
Valet
Auto-Strop
rase, nettoie et aijjuise
la lame, sans dmontage
f------------------ -.-----------------' _
Remerciements
Mme Vve l'elix Callard.ne Pia
thon, Mme Vve St Jdat Callard,
Mr et Mme I. uis Callard el leuu
enfants, Mr h Men Jdstio Montas
& leurs enfants Mette CI ira Callard,
Mie Julie Ls t ha les Mme Volumnie
Ls Charles, Mme Vve Piaffa m, Mr
et Mme Lucen Cousi el leurs en
fants.Mr Iten Pialhon remercient
sincrement les nombreux amis
particulirement S. K. Monsieur
Lon Ljeau, Secrtaire d'E'at
des Relations Cx*eri4,ire.-. Le R
verend IVre Lanore t'hanoine ho
noraire et Directeur du Petit Smi
naire qui ont bien voulu assister
assister au Service Solennelle cel
Lu la Basilique Noire I). me &
l'occasion de la mort de leur r-
glette
Alb rt Flix Calla-'il
survenue a B irdeaux .France le
2o Octobre 19x5.
Il les [ir ut 1 m- cep'ei,ici,leurs
sentimenUde vive reco naissance.
6 jauvi r 196
NEl..............i-AIBL
CH4 NIOSSi DSS1UT1
h)i-Lnit-
Le steamer Jokobamal
trnl de l'Europe, San Ji
luii'o Rico, Puerto Plata
llailim fst attendu la ca|
\ets !e .'") courant.
Il partira le lmdiraain
KrOgeloo; Sto Domingo
b'en Ptdro de Macoiis,
I n su-gra.
Le siehmeri-Maiie llorn
de < uni.ao, Jarmel, lut
.lin mie e Petit G cave
26 courant.
U',11 partira le mme jeur
.'Europe v;a St Wac, Gof
PcitdePaix.CaplIaitien el !
Plata. frtant fret tt paf
Le steamer t Claus Horn
rou'e peur l'Europe ne toi
I oit au Piince que s'il trooi
qu: nti' sultisante de pair
Dans ce cas le bateau serait
la | n mu re emaitie de fvi
Nous prions les pertonne,
dsirent preliter de celte occ
de bien vouloir se faire inr
nos bureaux.
I^rt ao Prince, le 13 janvier
Olof/son LU (AS et I
Corn aiiie Gni
TrmsatlantifN
Le paquebot Ceravella
de Bordeaux la 9 courante 1
du Port au Prince le 27.
Il repartira le mme jour
Petit G ave, Santiago et le 1
du Sud et sera de retour \
au prince le 4 Fvriea.
La suite de l'itinraire serti
a (arrive du paquebot:
Port au Prince.le I Janvier!
L'Agent E. ROBELlIf
Le Docteur
De retour de son voyage d!
ce,a l'honneur d aviser ses cl
qu'il se tient toujours leur
rtion de 7 a 9 heures du tnt
1 aprs midi sur rendi/ vou^
Spcialits. Maladies deaj
mes, Chirurgie du foi, Chili'
abdominale : tumeurs de II,
trice he,riiie,Hpendicite gastrot
rostomie.
DESCI
: Honjog*
nfigtnrtent du nng prMorlt pn MIH. m' Uealt.. M-
lup*rt0r a ia vlunda aru* ai aux fmn BQ.aaaa. Atlmi* umi.i 10" .plao ^
- rT i- Di .i.i.n QiSCH.!.:., . 1 u, f,ui ...ary. rr^ .1 Pi.v --oi*
Vous y trouverez aussi des articles pour annireisaires de
fianailles, de mariages et de Baptmes.



University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM