<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN 7 Janvier 1920 Pagol tu ACMIT.Nr V.Mf *r l in fib'kini JJ I uinowiutu 1 • COIOBIE CHWIK il 60 -,. t \W I DRAP D'ELBEUF .„ i".n 4 Prit t' rbrfc|M Tjt COMPLETS un KSIIEI en BEAU MkP d'BLBSUF ,I.|."U 99 tr 60 rUhbenu coutlM'i'"'• 8J •< VtTEIEITIIireRliBLES W MWtl tnu.l 09 u. oo / rniiw "f"..' y %  j.J-K ('.• >.!-' *• %  t0 l.-o 1 Catilafaii illuilru me IIUMIIHMI CMer>. Toilene. Imjir.i, Inierill •.'mfMCtl .*•'•*• frmvitul ' nrWi <•' mttum 10. •"•"•. M"' T-Upatublt.iuul -w> 9 <" '•'"••' tMini.s MkTU .. rAWCo ,, .,,nrV Simili %  • %  ""i % %  "M %  %  mvnv numiirqnin* p* •'" I U ..... iii..i.'. n'••--" v* 'in Ly^ miin-bm 1"'*>" %  u %  %  %  !•' n.,„.,i,lf(,.hniilillii""l IKM On demande Une bonne pouvant tenir lieu d'intendants. bon salaire ' IRue Frou, No 3I DffmMii'.c i.h.iilill ^ D. f n.i LA MONDIALE" PICARD-FAOEOT O" liniticturiin CLSKUF it-t)fM # ..,. %  • %  • %  %  B.p^...'. IC-lll tait If'l'Ut II ilpjwi I IM listes lectorales efllehiesau Tribunal de Pais la reconstruction du (t hier >i insci i ptious. Le mme jour, une oommhsion de cinq niembrw, compose .lu Prsident dp la Commission Communale, du Juge dc> l'uiz, de 'ni'. fleier de 1 1 ta! civil, du Greflier du I riliunal de Pli el da M. Lon II 'in hereau. ,i U form | aux Bai de reconstituer les rgis• Ires d'inscriptions • l'aide des Ustea a niches qui, heureusement, avaient t trouves Intactes. Ce qui a t* lait. Par lu suite, le personnel, prsident-, rien prsidents, secrets! ies, assesseurs et les losaui des buroaui ds vote ont t dsigne par la Commission Communale. routes l< dispositions lgales ont t donc piisea et les lections communal.auront heu normale ment r Au (thae. Nous croyons bien que nuire son frre •< L'Kssor < %  voudra recliber en ce sens sa j^ute informa lion d'hier. AU Au Palais des tmamos Depuis av.int-liier, o Janvier, le ministre des Finance* et^tous les irvicss s'j rattachanl onl t* installs m Palnis de* Finance dout l'inauguration officielle eut lieu le .: Janvier. Comme noua l'avoua dl. dit, s'est, pansons-nous, une heureuse initiative 90a celle de centraliser toute l'Administration financire de l'Ktat sa Palais dus Finance*. Les Assises de St'flarc Pai dcision du l)o\en du Inbiinal da Premire Instance de S. 11 ni Mai 1 l'ouverture des \eht Itia ..11 Lundi 18 Janvier pro chain. j Le |0la de celle spsxion crinii nel!e comporte une di/aine .1 affaires. Au Conseil d'Etat A la saiae, d hier, 0 Janvier, du Conseil d'Etal, l'Excutif .1 dpos sur les bureau du Qmnd Corps un projet de loi altrihuaut la plaa publique dcnoniui'v Place rition le nom de t Plaa de %  "Indpendance . Cette loi l'ut vote en celte mme sance. La Place doni il s'agit est celle o es* rig le mausole o ont t dpos les restes de UesMtlincs et de I lion. ASTHME SS Opprtstlon, Catarrht Suffocations, Tvui n$rotus$s fous brler leurs lylres h 1* femme de sou amour, et qui, aprs toutes les fautes, billue, b-ise pir la vie, rtvenait, Madeleine, repentaute, pleurer bilencieuserafc.nl devant le vieux temple aux poiles closes Peut tre la pauvresse, son ge o tout meurt, avait-elle faim el demindait-eUe au souverain Dispensateur de toutes choses d'carter d'elle les allies d'une nouvelle nuit sans lumire aprs tout un long jour sans pain Ou, peut lra, remareiait-elle son Dieu de lui avoir accord un jour de S us pur exp-er les heures trop elles de son pass d'amour et le suppliait-elle de veiller, durant la nuit prochaine, sur sa vieillesse chancelante! Car, pourquoi la vieillesse et la s lufl'rance seraient-elles iuseusibles aux sp'en leurs d'un beau jour de soleil et la magie d'un crpuscule qui flamboie ? Un gamin qui montait une bicyclette dboucha de la rue du Presbytre la plus vive al'ure. La malheureuse n'eut pas le temps de se garer del machine sacrilge qui la renversa. Le petit drle, en rianl. s'loigna de toute la vitesse de ses deux roues. L'enfant rit gutaJ U l'jil s)tljrir>. LA COMMISSION COMMUNAL*: Considrant qu'aux termes de l'article 9, i-.malina de la Loi lectorale du 4 aol 1919, la cration de bureaux de vole supplmentaires est facultative dans le cas o le no.ubre des inscriptions re es pour une section de vole excde le chilfre de 800; Considrant que le nombre relativement restreint des inscriptions reues pour les 1re, 2me et Home sections de vote ne justifie pas ta cration Je bureaux supplmentaire? eu dehors des bureaux de v>h rglementaires; il vis '.' %  > les bureaux de vote pour les 1re, ime et Jme sections seront respectivement tablis le lu Janvier J920 dans les locaux des Justices de Paix des sections Nord, Sud et Est de la Capitale, aucuue iascription n'ayant t reue pour le Quartier de Gressier lormant la 4me secPon de vole de la .Circonscription Communale de Port-au-Prince. Eait la Maison Communale, ce 6 Janvier 1920. Le Prsident ; dis. de DIJLVA Le.s Mfcmbres : J. Zacharie THOMAS, COLBERT.av. Mois de Dcembre 1925 125 Naissances Masculins Eminius 60 6k 49 Dcs 21 60 I Maiiage Anne 19*5, ffi -.c-l 1173 Naissances 1 xa > Mas ulin s F jmiuins bl9 dol 192 Dcs 187 255 2 Mariages MSBMKSkaBBBPasassxaBBBjuaasrv Avis important Il est port la connaissance du public en gnral et du COIA meice en particulier que Monsieur Ren-Max Auguste a la succession des aPaires de ^a Maison D. vscencio & Co. En consquence, l'TO SUPPLIES 1, a partir du 1er Janvier 1920 essera d'exister sous la rai son sociale D. Asccncio & Co, pour prendre celle de son nouveau pro pritaire : Ren Max Auguste. D. ASCENCIO & Co. Ville de Port-au-Prioca Rtot-ci.il irfAri** Li COMMISSION mviunuiov Mal Wfu UU 1 AlutlHIB Leog biemont Jolly Lang y Cia Ses. Cirta Bleui. A vue Marine ( Mirq ia r'.j.mi tali J Chez Alfred N. COOKE, Reprsentant pour llaiti. On demande In bon Stnographe pour la correspondance Irau,sise et an glaise. S'adressera Armoar inj ]oa pan y. La somsigoe, Madame Vvs Richard Dega/.on, donne avis au pu blic qu'elli; ne saur.il tre respon' sable des actes ni des dettes de son fils Louis Toussaint, lequel est majeur et responsable par eOH squent de ses piopres affaire. Port au Prince, le i> Ja ries 1920. Vvs Richard DBGAZON, Remerciements Mme\ve Hyicinthi Jaco'), ne Dubois et son lils Franois Jacob, Mme Cleste J .cob, Vve Etienne Bordu, Mr Gante IL Jacob et ses enfants: Mr et Mme La Selve Ce sar, Mlle Emilie Rigiud ; les fa milles llispil, Bjiset e et Dubois remercient les nombreux amis qui leur ont donn le tmoignage de leur sympathie l'occasion le la perle cruelle qu'i's ont prouve en la personne te leur regrett J. B. Il\ l'oui hJacob leur poux, pre, hre, beau frie oncke. parent et alli d< c-d le 12 dcembre dernier. Ils envoient un merci particulier Mr Flix < lieriez, prsidr.l de la Socit Franaise de secours mu tuels et de bienfaisance aux cbe res Sœurs de l'Asile Franais et aux amis de la Presse. Us les prient d agrer leurs sen tirnenls de gratitude. 4 Janvier 1920 Mme Vve Flix Callard, ne Pla thon, Mme Vve Si Jjst Callard, Mr el Mma Louis Callard el leurs enfants, Melle Clara Callard, Mlle Julie Ls Charles, Mme Volumme Ls Charles, Mme Vve Platbon, Mr el Mme Lucien Couat et leurs en fants.Mr Ren PbUboa remercie il sincrement les no nbreux amis E articulicremeot S. E. Monsieur on DietQ, Secrtatra d'Etal des Relations Ezlriaarcf. Le R verend l'.-re Lanore Chanoine ho noraire et Directeur du Petit Smi naire qui ont bien voulu assister assister au Service Solennelle eM br i la B isilique Noire Dame l'occasion de la mort de jleur regrett Alb-rt liix Callard survenue a B irieaux [France le 2tJ Octobre 1925. Il lesjpreut dacceplei,ici,leurs senlimentsde vive reconnaissance. 8 jauvier 1926 a rUraii 1 >n dansera Sa,et deconmiroe pourront aismaal y participer. f J Lias coari sefjfont ei m'vi. LJS ins:riptio.is soat TtylH • partir d'aujourd'hui. la f i Demanda JdaaipMi t r


PAGE 1

Ut MATIN 7 JinvUr !9iG Extrait du jaune d'oeuf. — le plus <-tff des Recon lilu;m!> Rend puissant et vigoureux. Recommand ax pet sonnes faibles. Fortifie le cerveau la moelle pinire, les OB et les reins. Brewer & Co ILC Geo. Jtfansiiie et Co WORGESTER — M ISS. AGEM'S i Eug. LE BOSSE & Co Agences— Reprsentations PORT-AU PRINCE Agent* gnraux de z Decker Jones Jewell Milling A ic NEW-YORK arlnes Huuarian G 0—Boule Rouge ete Franklin FW Insurance Company NEW-YORL' /VbButance contre l'InceucUb Diamond M a tel i Ce Allumettes t Sala Home i — %  • D. S Rubber t'xport Companj Soul iers Red e. Chas F. lattlagett Son Poissons sals en tous genres Manulactures Lile Ins'ce Qv assurance sur 1* vie, juilhouj'rres C.u Vins & Champagne Bord r aux. Pli, Heymar C0PEN11AGUK .5 urre Danois, fromage et conserve alimentt re s \V. S. lathews a* Son Tabscs jaunes et noirsA a Rationale Snns.RIvalJ Cigarettes Chantecleio Envois ddsnre La seule peinture ne changeant pas de coulcu SATIHIL •a. i * %  Prpar spcialement |> >ur le climat d'i aiti Tke Chrks H. Brown Piiit En Geo Jeansme <& Co, agents iV*&ss'lL& >V. i ;i ih cœux Mosaques tope RIVER V& Go Oiandlia eit/ifi del'sikbiui s UR PEU D'ART DURS TQS FOYERS: Dnepitile salle i manejer.une (jabne.,|uri vfttibule d enlie, un parquet de salon, .une ehaiulue de l.ain *n jolies mosaques quoi de plm agrable l'œil! Hos modles laits comme ceux de I tranger sont aussi solides, collent bien ncilliur march ri i es facilits de paie sont | la porte de lentes les bourses. Quelques uns de i os travaux djeculivous e-i denneront la preuve : Chapelle de l'Archevch, Chapelleda St-Andr de JJDlort, bglise de St Joeeph de Port su Prince etc.eto. Maisons ilves de Messieurs Edouard G* Main. AU*. Roumain, Dr Flix Coicou li P. Inwlwy Andr ne! i M aroe| WtWssWj II. l'etrue, Mme Vva J M. lUohardson, Me Em. Ilao.py etc eto Tenez \or ni s mosaques et Mnit.it n'employez que nosouviieis pour les travaux dpose qui deroandeii^Uaicoup d'Iuhlct. Beurre Bruun, de Table Copenhague l'Qcgex Uujou s la marque tB*titin e acht 1(4?ii du beurre ptjur votte table. Ce h entre csi le plus i ur qu'or pour avoir. — J— *'—-w ^-* j wif r 5Wff fa foi/Grand &ttd (h F le* Position exceptionnelle, au centre des affaire! " proximit de toutes les Manques, de la I tua ne et de toutes lea Aqencei de bateaux, laoseignemeuli facilits pour voyager en aumtnubileM m* toute! les parties de*l Rpublique d'Hati el de la repu blique dominicaine.Cbambres confortable* el .surtout trs propres, entilaleurs dans l,s chambrai la demande des fensionaires. Qaisioe franaise trs soicjne et des plus varies. D. itandi*/; viiter Ub m ,. r.ins de l Htel -Vins des meilleurs crus de Bodoaux, par burriqucs,daine j;i n ues.gallons et psi bouteilles. l'arnu les Vins <


PAGE 1

I ! LE MATIN7 Janvier J9*5 Courroies de Transmission £*****•"* COOB^' y Comme pour ses autrui p odttur t Uood-Ye r fabr q e t*x cot rtie d'ap ae* mthodes $pcinL i btrcim gin tubo a o re o dit > r (g lavoir %  ti t ; Les ((jhvjoirK tw n r upr* p n'tati i-u c iemp> samincUent, s / n d (1**1,01 fin tentent i eut. fec a pour rat.se la Irjclion a laquell s(ii possible de les lubrifier. Lei Le p ib'.i-• e-t invilj vniler li miison J'inn Huit!', N 17 ^ ttr^nJ Ki-, af i I; voii pe>on I le -'iil le. M I apram 'g< Ai i\ i \' i • \, i s-s. \ow y u uv r / n.i. m s I !•• PS, -il Ujk i.-c .s iiurs.clinr e?, ru n'e-*, i u t ... ., :-. o >| i %  d loi el'tjs .• \ y g t'es D ix dfianl [ou'f. c i r m\ aquellc ce. courroies M>.>! MIIU.M, ;ai S' 'i.... S urr l ows r 110 !" u coulraire ont'une luUlance nraiaHJte coninue Le enfants adorent^la GADUASE dlicieux Sirop framboise qui remplace avanlaU'-u.-i nu ni 1 nulle de (oie de morue rpugnante, indigeste et irop facilement altAalle a la chaleur. La Gaduase purifie le lang, timule rapptit, favorne la croitaance. accrot lei forcei et la rwttance aux rnaladiei. Produit expriment avec tucci .— dam le Hpitaux franai. — En vente dani toutci lei Pharmaciei. A,.n< : Ch MAGNANT La sant doit passer avant Ifs .beurres 'BLUENCSE" et 'PYS' sieurs Smilhcx Jproclor, M$. sont (jaranlis menl puis. <% C'< st ticeilent. c'est peu coteux. £n vente dans 1rs bonnes piceries :*ei en Cbei les a(|enls. Cotun euial Agencieeand Commission Lion RThbnd Prsidt E*gaye*~hg la prochaine fois. tou,r s G<>oJ Year. goyaui en eaouleliouc. The esl liioiesTradiuq Company E.. POflHUPRlNCt. GMIVE^CPHilITIN* Channemont d'adresse (Jabinot d- Ma Etninanu! IAIIVIX Rue du Cjtili-e .\ > lt.L)9. V cti-, ;,\t / toujoLi*-: ., t:.t.c \\ |,i Ly || g ai.U ll.tiy o tioiles, u ei ici. as. I • \\ hlak} i uiuiefq f ;i} M -. s ||., i(| •i d Hfeiy b IClUl : i | .. ,.y \\ ,))] „, ,y" • s \t£\{)Utt ).n.|r Loi. Iri ( ( o | a gnrautlt dt qaallt i i ciinquo lioutciiie i IIL : l!i lli-19 111 ;. 1 liait cjtio pOU 1 ll M i" Lout4ij]t i< ii 1 y William i\ (i qu'oo n. peut TavoJi pcui an m e aiit-e 11 -n que. o tig V> an\ W 0 SCOTS WHISKY* %  ^ T .,yl I 11—, — l.l : ; i UK I i .-Na 1 ,i' i. 1 lo *j L.\ n i ci • su public qu'il a iit(/ii*< M;: Laboraulie . . eu ti laboratoire b ly kj)| N ul .a Ull' • i. .. | J ittcof t* i-. n /.•• 1 .. tkt wa Sit M:j > du Bat! '• 9 tHUtfttHtOi] \< u, lou t'Iis rsd U U e u;ialy5e&,ir^e8 dans i BXaDCtCl] nui: sauf ttur :t u-it.i-.v ; ei ia CC s^ i > Sar.ru U maison fl.Silveta I %  ., .r-itl f, ff*l.' "" ""' r lil |..n"l l.o,'„ e r K s, • v aril t,es dts P"* raisonnables : \ jiio 00 iletftr a barbes Bas Ut-ntoliea Bas sui^ broda I - -t fil broda l'utla pour pranoire Co.aaunl,.! ^ouvertures blanche et ouiiio.ir sin U:iodaa brod-sea Madera pour ,i''.ii;rniaes et Ju^a Votle blanc ;i barres ICitine bluche (ialiai-Jiue bianclie ^poablaace.coul.,,,. :l j our \oili; o* oouleui uni jUaemiaeltes aliemaudea swp Krabaurt noir anglais lui il al ion to.le renie railla rirblancs,,,,. ponr'taWeR Aoileonsblancetcolnuraup ii^H/K ln9dl * a m c i '' Orga.idi blanc & couleur Lalnajje coul. ur mmgimim ap p ur ., f B l)m*ej aiijlais up.aan 1 k 1 i_i Crpon \ cancana d^Vi, Vt it Voile gingharn. l f,eur -!oie AimaMes clienls, vous fajai ro c ; / por r j M-a.les plus>eaa, t.ssus ^, J^J ^J ro ver sur cel place, ne IllaM|(lw P ^ -A ;.ill ( ,rs,l V ) H s,rc,u ;l0 / o ,, (n \ ;!1 f : criMin \(Mi.i's| re.-erv. v1 Util important A vendre lue camionnelle ful.raaliqu' marque POHD. LM offres ?er iDtio 1 pi cach l et seront re %  ^s A li o r.1 en gnrale des Trivam Pub'tti jo< qu'aux 3i) d '< n br 19 ri 1 *' i 1 lia ir < d 1 m ti . L'i voit te 1 ul tr vi ite au (iarn^ des Tr vai x l't.l' *• <. looi les jours de 7 bt ''.m '• i lis p m. F, 0. F.erei Cotnpanj s n; 0 i 4 o iMiin u e < e fjuai! 1 tjii4-rle .ablie i\imcni liri'.'ante, dure el ,1a tabl*. ['ci Id !• | ov i meublas en gnra!. U^or elain Nain s i Stain: (*cutes nuanoea/.lmil jn^faito es bois de valeur: ao Jeu, e] bois t.e'i 01 r evo. I cinluie idea'e I>ovr la etiaaii Immdiat* des meuble en t..itia 1 l'ithtub Liiatm i : i uai tes dixeiacs, poui ie. tic. Imiiaficn i*i laite le la poieelalue. H l'tau i baude iJ.'Lan froide. liOOl-Tlte : i i.uaiic :s uiv raea ) I cir.ture' 1 i ur le r^ loits | repaxation iiltlt'pour les paye o Toutes tcrUe de ;eiolurea JOLIAulomtbiles, Canotr, M .\ tal x le Lueiaadez '.\ 'oi^ue li ; lt de^ od il? de K. O, Perte %  i o.Mrt/ critaioenenl, des ai tic s qui tous ititre^ent. .lu itock j iix I liant i t.'e coi curreuce, che/. !ts A^ei ts C'omnurciat a>lgeacir5 arii) Commi •'OD R.-.THEBAUD. FriMJ Davis 3aking Pow Poudre d'i variai Je j^atatioo-.moDdli Qualits Prix J dfiant '.toute concurrent Lustock.a pux d j. ni louU lontumme, ..lu/ les Agentll Commexdal &$cnciL


PAGE 1

asassl DlHKCTEURiPROPlUTAinHri \IMPR1UELR Clment Magloire BOIS VERNA 1358, Hue Amrioalnt NtytfWG OQ CENTIMES Quotidien TELEPHONE N£242j Ouicon|ue peut faire croire deux pis de Mil/' 11 o| il n'en croissait qu'un auparavant m rite mieux du genre humain et rend un service plus essentiel i son pays que toute la race des politiciens prise ensemble, lcanjrr Zevaco 19ne ANNEE No 5634 %  %  PORT AU PRINCE ( HAIIID: JEUDI 7 JANVIKK iy26 Noire agitation autoar du Trait de 1915 qui est cependant pan Hati une garantie extrieure et intrieure Mon cher Directeur. Au moment de prendre la plume pour.dvelopper la thse implique dans le litre du pr* sent article, je tombe sur le passage suivant de la chronique de l'intressante Petite Revue de Frdric Doret, livraison du 1er Janvier i 1*26 : < Constatons que les Amricains du Nord nous ont conduits signer une Convention avtc leur pays et que, au bout de dix annes d'exercice, ceux d'entre eux qui sont chargs d'en assurer l'excution se fchent quand on leur en rappelle les clauses, comme s'il s'agissait du souvenir d'un pass abhorr. Les rles sont compltement intervertis : ce sol eux, amricains, qui comb a ient la Convention, et c'est nous, hatiens, qui la dfendons 1 Cette opinion, qui a les ap carences d'une bou ade, contient, mon humble avis, une [grande part de vrit. Quiconque vou liait lire et relire le texte du trait avec soin serait men constiter que, dans ce document, en principe synallagaiatiuiie, tomes les ch rges qui impliquent uu eloit ou une dpense ne conespondant pas expressment un motif d'ordre administratif courant, reviennent aux Etats-Unis : nous citerons, en tout premier lieu, le maintien de la paix publique et les fortes dpenses annuel es que l'Occupation militaire du pays impose au T'sor amricain. Sans mconnatre le prix, tout d sacrifice moral, auquel le paya paie trs cher les avantages rels que lui assurent ces textes, et en ne nous en tenant qu'au point de vue affaires et profils, il est ais, dans ces conditions, de comprendre que l'opinion moyenne des hommes d'Etai amricains soit quelque peu dfavorable*, sinon les prit* au moins la lettre du trait, et que le mme esprit amricain, qu< a repu li la politique wiisonnienne en ce qui concerne son action dans le rglement il-s questions europennes d'aprs guene, observe une attitude rserve en ce qui concerne la fjon anormal* et ose dont le gouvernement Wilson, ro r p .nt, 1 t*ve r de la guerre europenne, avec 1< s tendances antrieures de la di plomatie amricaine l'gard des Etats amricains, a pu arri ver engager la respons bilit directe des Etala Unis et l.s forces fiscal .s contributives des citoyens amricains dans une en treprise ayant pour principal objet le relvement hatien. Mais, nous le rptons, au contraire de ce gui est arriv pour le trai' de Versailh s les lections am naines qui mirent fi i l'administration dmo, r^te trouvrent le trait amricano hutien un fait accompli. Il fallait s'en accomo der. Vers le printemps de /J20 et la majori' gouvernementale amricaine tant devenu 3 rpublicaine, la qu stion Indienne entra dans une* phase t es aigu: le Dpirtemeut amricain de la Marine institut une Imite Cour navale pour connatre des graves charges articules contre des agents amricains en Hati; ie Snat amricain lui-mme institua une Commission snatoriale d'enqute pour examiner les cas hatien et dominicain, Commission qui tint de nombreuses sances Washington, d'abord, puis en Hati et dans la Rpubli lue Dominicaine, et dont les travaux forment un dossier trs complet et trs volumineux dont il m'a toujours paru que les Ihitieos n'out pas suf lis miment mdit sur les principal) s parties touchant la si uition ei'S tordes sociales luitiennes et aux conditions indispensables du dveloppement conomique du pys. L'Union Patriotique prit occis ; on de ce iinoifestalions soleuTvIl s de l'opinion olticielle et de l'opinion amricaine pour so crer et devenir le foyer dun i vaste propag indf, appare mmnt nationaliste, mis en ra lit anti amricaine Son piinipal objectif, dans sa cimp gne active, lui le dnoncer 1 trait de 1915, en juger par 1 .mis sion d-s dlgus qu'ell %  lit partir pour les Etats-Unis et h long mmoire qui rsuma lob j j t de cite mi sioo. Elle n'tait pa?, mon hum ble avi--, pour dpUire l'esprit di> igeai.t amricain du mom nt, qui lut dispos dans le sens da toute la rvision possible des [il us wilsonniens et il m'est avis que l'on ne s'tait pas ass. z dit ce moment, en Iliiti, que l'agitation nationaliste ai lail sin guliremeiit ; ux Ans vises pir la m joiil' gouvernementale au pouvoir. En dpit de toutes ce s chance?, la campagne lnitiean p ni lu mou veinent de raction rpublicaine aux Eta s Uni -, ne purent aboutir comma leurs auteurs l'auraient voulu, eu raison, nous le rptons, du caractre inattaquable du trait, acte international comp'c-t en soi et qui ne saurait tre rpudi oar 1 une ou l* .utre partie sins frois ser tou* les prcdents et sans constituer en cela-un prcdent l %  lieuxB*€ rsultat de l'enqute amricaine, on lsait, fut de reconnatre que letrait liait les Et itsUnis, leurs fo ces militaires, It m s finances, pour tout' sa dure, mai? aussi que l'excution du trait devait se poursuivre dans certaines conditions exposes dans son rapport par 1% Commission snatoriale amricaine. U lpt1 s, il n'est pas os ni trop optimiste de dire que la pense des Etats-Unis Je diminuer leur aciiou en II nii gi..ii llement et ai fur d mesure des prog's de l'volution administrative tl conomique que le trait es cense avoir vise et organise, se dessine nettement. La prerr.ire des proccupa" lions du trait tant li paix pufa iq a •, dj il se f .il uns retraite graduelle des Lrces de l'Occupation au fur 11 mesure qne l'organisation de la G ndarmerie nationale se consolide et que l'institution semble pouvoir rpon Ire du maintien de la paix et de l'ordre public. Une dtente parallle s'est produite dans l'intervention amricaine la Rpubliqm Ujminicaiue et au Nie iragua, et ces nouvelles circonstances sont bien fates paor justifi r toul ce que j'ai dit de* directives respectives de l'action internationale amricaine d'hier et d aujourd'hui. LESAGE, Fin<>#He } toujours finesse Paris Bazar Par chaque arrivage, nous recevons un stock Irais de Parfumerie, Itijoiitarie, Montres, de jolies chaussure pour Dames ( Ira ftlganUaa t;hapo ;i ."Vloo Costumes llrlll blan ,' usiinii Palm-Bfacb tout COU feotionne. Alliances pour maris en or ot en l'iitllns, dernier modle. C.tieroises, chejaissett s Cravatas, cliauisettes, Pain cols Pour n importe quel cailoau que vous desirez taire, visitez d'abord le Pans lia%ar et VOUVJ sortirez plus que satisfait, Au No 207 tiue ftoue'gtJ *<<-'<<*'de la maison iMmbod. LE PARIS BAZAR met aussi la disposition du publie un service d agrandissement de photos au Crayon, Spia ou pastel. L.e publit* est cordialement iv t son Eipositiog tous les soirs. les Etats-Unis et la limitation des armements Par cable WASHINGTON, I Janvier— Dana un message spcial M. Coolidge demande su congrs de voter un crdit de 50.000 dollars pour sub venir aux frais de la participation dea Etats Unis aux runions prli mineures sur la limitation dea ar mementa devant la Socit des Mations. Lsrouveiture du congrs a eu lieu hier epr* deux semaines de vacances. Dn^directeur^ de banque arrt Par cble LISBONNE, 5;Jaovier Le di recteur de la succursale de la ban que du Portugal Oporto a t ar rt hier. Il est impliqu dans le -ndale des billets qui a clat il a quelqo.es semai nos et qui a la cause qce la banque du Per •I a retir la circulation de loua billels de 500 escudos On avait couvert qu'un grand nombre de • billet taient faux. ravit de la crise financire en France Pal Cable PARIS., o Janvier — Dana l'expo a des motit, prcdant le projet de redressement financier, Mr Don mer, ministre des nuances,expose en termes nergiques la gravit de la crise tioaacire que traverse l LUI fiar^ais tandis ijue la nation grce un labeur acharn, jouit d'une grande prosprit. Le ministre affirme sa volont d'accomplir immdiatement le vigoureux redressement ncessaire en rpudiant toute consolidation et en ne manquant aucun enga geaient di I Ll.it envers ceux qui lui ont fait confiance, tn cons quence les problmes du budget, de la trsorerie et du change tant indpendants, il taut raliser un vigoureux quilibre budglai.e et mme des excdents budgMai rea de faon A commencer le rem boursemeot de toutes lea dlies Les ressources proviendront des conomies, de mesures rigjureu ses contre les manquements au de voir fiscal, du renforcement es pertes la suile de la plus terrible mond i ti'Hi qui ait ravag le pays depuis 17 40. Les valuations les F ilus modres indiquent 100 mil ions de francs. Jusqu ici en a eu dplorer la mort de 1 2 person ns et l'on craint que ae cbiflre ne soit dpass quand on recevri des dpches des districts isols. Une vatle^enlreprise de lausse-monnaie •'ar cble BUDAPEST, 0 Janvier — IWi membie de la,noblesht h mgrobe, anciens hommes d'htat : le piince Ludwig Windisch Gracu, le comte S/mrechaDi et le baron iigismund Pereuyi, sont sous les verrous a l'occasion de lunaire des faux billets de banque franais d'un mon tant de 30 milliards de francs. Plusieurs personnes de moindre importance dont un capitaine et uu membre du clerg ont t ar rats. La police hongroise seconde maintenant activement les ageuts de la sret franchise el prtend 3 ne tous les individus impliqus ans l'allaire seront arrts <>u au ront franchi la frontire avant la fin de la semaine. Le prince Windisch Gracl/. a fait des aveus complets en ce qui concerne la vaste entteprue de la fabrication des faux bidets de ban que. D'aprs la police il a compro mis un certain nombre de hauts personnages hongrois. Le piocu reur a ordonn aux agents de su rel d'arrter tous ceux qui ont t dnoncs par Windisch Gractz. Le chet de la police Nadgossy.qu. tait en cong illimit, aurait t arrt et l'on s'attend d'un moment a l'autre l'arrestation du ministre de la guerre, le comle Charles de /aky. Contre le cancer Par rble P.11MS, 0 Janvier— Mr Darson \*1 a communiqu l'Acadmie de Mdecine une i,ote du Dr de Bcdat, chef du service radiologiste de bordeaux, o il explique, qu'ai teiul depuis de longues aun>es de dtux ceaeera aux doigts, il les a guris par la mthode Uialhermo. coaluzatiou avec Itmploi de cou miit haute frquence.Mi de Be dal adjure ^es collgues d'utiliser la mme mthode. Li Question de \|osi lui far cable LONDRE8.6 Janvier L'ambua sadeur lurc Keud Bey est all voir Mr Stanley Balduin •( lui a pr •ent la rponse de ht I inquie aux propositions du ttr n inistre an glais pour les ngoci'tioiH au su jet de MOHOUI. La VV tmiuster Gazette • dit que la r.-pou.-e est courtoise mail qu'elle u cYlaireit p-s beaucoup la questiin ; elle ne i. t'use pas de ngocier niiis sugg re que I'OU reprenne toute a ques liou S partit du commencement comme si la S. D. N n'avait rtn du aucune dcision ce sujet. La Di lie de la I r.tnce envers les Etals-Unis Par Cab'e WASIILNtiTON, 0 Janvier Le reprsentant Andrew s,rpublicain de Massachusetts, cominenturt la rsolution demandant qu'il soil ac cord la Fram <• poor le rgie ment de sa deltu des conditions aussi favorables que celles accor* des toute autre nation, aflirme que la France a subi de plus gran des perles que l'Italie et qu'elle dviait obtenir au moins les m mes conditions gnreuses. Nous avons, dit i', en de nombreuses occasion' 'unie la Fran„c comme si elle avilit t notre ennemie plu lot que notre associe penjai.t la guerre'.'Nous avons refSfl d'ac cepler son ollre de pa S ei une som me double de celle quelle a cm prunte et uu"s SVOLS virtuelle meut interdit a loule tir ne prive et tout particulier de lui venir en aide dans ses difficults bien que BOU ayons encourag les tir mes et les particuliers [>rter (ar gemenl aux pays ennemis . Lies cours 0 Janvier PARIS— Sterling 126 55 Francs 26 09 NEW-YORK Francs fo 95 Serling 4 8512 Petites nouvelles ETBANUKH Par cble, i Janvier. lit DXPE8T L( I de police Made-sy \i il d q aller Bu• esprit pourrit) le po i un cong lllimil*. Ititt Ar-.LL; le ant du iirdinal M i 'olinue s'amliorer. On que le v nrable prUi poi biaalM pir n,Ire une noun I ire -ubMantielle MILAN. — Le p u ,. d o'ticiel espagnol qui Msj ubH par le Goiwcrnemenl toutli indis malin a paru hier pou la premire fois II est as .', gj .,.,1 ,•( lonlient des nouvelles lu paya et de l'E transir ainur h nia de la semaine. WASHINGTON ; • lastatlf Copalod, oe Ysw-^ rk, a dpos huit propos! ions i I nu moins slri.te la loism l'immigrBtieo.Oa adm. itaa, par nan tui lilats* Unia les dome. iq |g ouvriers agricoles et c i aii irents des rsidents. WASBINOT -N LePriidtol Coolidge a demai au Coogra d'iiu^menter d: 23O.0 i I dollars les crdits des fo rtenu de rserve de ma ioe mr la prochaine anne n~ . des tenons Communale* :ii \m\ak A propos de> i leotiona communales a l'Aroah de, confrre • L'Kssor i a publi, hier, une note o il dit |ue, i suite du vol dji regish • nptions, les lections coin uuaa nanfal pas lieu dtnso lit unie. Notre confrre M it induit en erreur. Voici IJlu: Dans la nuit
  • n,> rpe de Chine uni et fl. i, Bsttia U.'jpelieorgette, Simili, Crpe Metore.t ii^amli.Sole radium. Ntusouk, etc, etc. Uni visite chez SAIH A: AFrLAGK, vou, tUtitn oomplUment.


  • Le Matin
    ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
    Full Citation
    STANDARD VIEW MARC VIEW
    Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06614
     Material Information
    Title: Le Matin
    Physical Description: Newspaper
    Publisher: s.n.
    Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
    Publication Date: Thursday, January 07, 1926
    Frequency: daily
     Subjects
    Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
    Genre: newspaper   ( sobekcm )
    Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
     Record Information
    Source Institution: University of Florida
    Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
    Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
    Resource Identifier: aleph - 000358166
    notis - ABZ6468
    System ID: UF00081213:06614

    Downloads

    This item has the following downloads:

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )


    Full Text
    asassl
    DlHKCTEURiPROPlUTAinHri
    \IMPR1UELR
    Clment Magloire
    BOIS VERNA
    1358, Hue Amrioalnt
    NtytfWG OQ CENTIMES
    Quotidien
    TELEPHONE N242j
    Ouicon|ue peut faire croire
    deux pis de Mil/' 11 o| il n'en
    croissait qu'un auparavant m
    rite mieux du genre humain et
    rend un service plus essentiel
    i son pays que toute la race
    des politiciens prise ensemble,
    lcanjrr Zevaco
    19ne ANNEE No 5634
    *-
    PORT AU PRINCE ( HAIIID:
    JEUDI 7 JANVIKK iy26
    Noire agitation autoar du Trait de 1915 qui est cependant pan Hati
    une garantie extrieure et intrieure
    Mon cher Directeur.
    Au moment de prendre la
    plume pour.dvelopper la thse
    implique dans le litre du pr*
    sent article, je tombe sur le pas-
    sage suivant de la chronique de
    l'intressante Petite Revue
    de Frdric Doret, livraison du
    1er Janvier i1*26 : < Constatons
    que les Amricains du Nord
    nous ont conduits signer une
    Convention avtc leur pays et
    que, au bout de dix annes
    d'exercice, ceux d'entre eux qui
    sont chargs d'en assurer l'ex-
    cution se fchent quand on leur
    en rappelle les clauses, comme
    s'il s'agissait du souvenir d'un
    pass abhorr. Les rles sont
    compltement intervertis : ce
    sol eux, amricains, qui com-
    baient la Convention, et c'est
    nous, hatiens, qui la dfen-
    dons 1
    Cette opinion, qui a les ap
    carences d'une bou ade, con-
    tient, mon humble avis, une
    [grande part de vrit. Quicon-
    que vou liait lire et relire le tex-
    te du trait avec soin serait
    men constiter que, dans ce
    document, en principe synal-
    lagaiatiuiie, tomes les ch rges
    qui impliquent uu eloit ou une
    dpense ne conespondant pas
    expressment un motif d'or-
    dre administratif courant, re-
    viennent aux Etats-Unis : nous
    citerons, en tout premier lieu,
    le maintien de la paix publique
    et les fortes dpenses annuel es
    que l'Occupation militaire du
    pays impose au T'sor amri-
    cain.
    Sans mconnatre le prix,
    tout d sacrifice moral, auquel
    le paya paie trs cher les avan-
    tages rels que lui assurent ces
    textes, et en ne nous en tenant
    qu'au point de vue affaires et
    profils, il est ais, dans ces con-
    ditions, de comprendre que l'o-
    pinion moyenne des hommes
    d'Etai amricains soit quelque
    peu dfavorable*, sinon les
    prit* au moins la lettre du
    trait, et que le mme esprit
    amricain, qu< a repu li la po-
    litique wiisonnienne en ce qui
    concerne son action dans le r-
    glement il-s questions euro-
    pennes d'aprs guene, observe
    une attitude rserve en ce qui
    concerne la fjon anormal* et
    ose dont le gouvernement Wil-
    son, ro r p .nt, 1 t*ve r de la
    guerre europenne, avec 1< s
    tendances antrieures de la di
    plomatie amricaine l'gard
    des Etats amricains, a pu arri
    ver engager la respons bilit
    directe des Etala Unis et l.s for-
    ces fiscal .s contributives des ci-
    toyens amricains dans une en
    treprise ayant pour principal
    objet le relvement hatien.
    Mais, nous le rptons, au
    contraire de ce gui est arriv
    pour le trai' de Versailh s les
    lections am naines qui mi-
    rent fi i l'administration d-
    mo, r^te trouvrent le trait
    amricano hutien un fait ac-
    compli. Il fallait s'en accomo
    der. Vers le printemps de /J20
    et la majori' gouvernementale
    amricaine tant devenu 3 rpu-
    blicaine, la qu stion Indienne
    entra dans une* phase t es ai-
    gu: le Dpirtemeut amricain
    de la Marine institut une Imite
    Cour navale pour connatre des
    graves charges articules contre
    des agents amricains en Hati;
    ie Snat amricain lui-mme
    institua une Commission sna-
    toriale d'enqute pour examiner
    les cas hatien et dominicain,
    Commission qui tint de nom-
    breuses sances Washington,
    d'abord, puis en Hati et dans
    la Rpubli lue Dominicaine, et
    dont les travaux forment un
    dossier trs complet et trs vo-
    lumineux dont il m'a toujours
    paru que les Ihitieos n'out pas
    suf lis miment mdit sur les
    principal) s parties touchant la
    si uition ei'S tordes sociales lui-
    tiennes et aux conditions indis-
    pensables du dveloppement
    conomique du pys.
    L'Union Patriotique prit oc-
    cis;on de ce iinoifestalions so-
    leuTvIl s de l'opinion olticielle
    et de l'opinion amricaine pour
    so crer et devenir le foyer du-
    n i vaste propag indf, appare m-
    mnt nationaliste, mis en ra
    lit anti amricaine Son piini-
    pal objectif, dans sa cimp gne
    active, lui le dnoncer 1 trait
    de 1915, en juger par 1 .mis
    sion d-s dlgus qu'ell lit par-
    tir pour les Etats-Unis et h
    long mmoire qui rsuma lob
    jjt de cite mi sioo.
    Elle n'tait pa?, mon hum
    ble avi--, pour dpUire l'esprit
    di> igeai.t amricain du mom nt,
    qui lut dispos dans le sens da
    toute la rvision possible des
    [il us wilsonniens et il m'est
    avis que l'on ne s'tait pas ass. z
    dit ce moment, en Iliiti, que
    l'agitation nationaliste ai lail sin
    guliremeiit ; ux Ans vises pir
    la m joiil' gouvernementale au
    pouvoir. En dpit de toutes ce s
    chance?, la campagne lnitieanp,
    ni lu mou veinent de raction r-
    publicaine aux Eta s Uni -, ne
    purent aboutir comma leurs
    auteurs l'auraient voulu, eu rai-
    son, nous le rptons, du carac-
    tre inattaquable du trait, acte
    international comp'c-t en soi et
    qui ne saurait tre rpudi oar
    1 une ou l* .utre partie sins frois
    ser tou* les prcdents et sans
    constituer en cela-un prcdent
    l lieux-
    b* rsultat de l'enqute am-
    ricaine, on lsait, fut de recon-
    natre que letrait liait les Et its-
    Unis, leurs fo ces militaires,
    It m s finances, pour tout' sa
    dure, mai? aussi que l'excu-
    tion du trait devait se poursui-
    vre dans certaines conditions
    exposes dans son rapport par
    1% Commission snatoriale am-
    ricaine. U lpt1 s, il n'est pas os
    ni trop optimiste de dire que la
    pense des Etats-Unis Je dimi-
    nuer leur aciiou en II nii gi..-
    ii llement et ai fur d me-
    sure des prog's de l'volution
    administrative tl conomique
    que le trait es cense avoir vi-
    se et organise, se dessine net-
    tement.
    La prerr.ire des proccupa"
    lions du trait tant li paix pu-
    fa iq a , dj il se f .il uns retrai-
    te graduelle des Lrces de l'Oc-
    cupation au fur 11 mesure qne
    l'organisation de la G ndarme-
    rie nationale se consolide et que
    l'institution semble pouvoir r-
    pon Ire du maintien de la paix
    et de l'ordre public. Une dten-
    te parallle s'est produite dans
    l'intervention amricaine la
    Rpubliqm Ujminicaiue et au
    Nie iragua, et ces nouvelles cir-
    constances sont bien fates paor
    justifi r toul ce que j'ai dit de*
    directives respectives de l'action
    internationale amricaine d'hier
    et d aujourd'hui.
    LESAGE,
    Fin<>#He} toujours finesse
    Paris Bazar
    Par chaque arrivage, nous recevons un stock Irais
    de Parfumerie, Itijoiitarie, Montres, de jolies chaus-
    sure pour Dames ( Ira ftlganUaa t;hap paille suprieurs pour huma es, Chapeaux I .aine de
    Feutre qualit tus suprieure.
    Chandeliers orns en mtal sen pt de P.3 <>o ;i ."Vloo
    Costumes llrlll blan ,' usiinii Palm-Bfacb tout COU
    feotionne.
    Alliances pour maris en or ot en l'iitllns, dernier
    modle. C.tieroises, chejaissett s Cravatas, cliaui-
    settes, Pain cols
    Pour n importe quel cailoau que vous desirez taire,
    visitez d'abord le
    Pans lia%ar
    et vouvj sortirez plus que satisfait,
    Au No 207 tiue ftoue'gtJ *<<-'<<*'de
    la maison iMmbod.
    LE PARIS BAZAR met aussi la disposition du publie
    un service d agrandissement de photos au Crayon, Spia
    ou pastel.
    L.e publit* est cordialement iv t son Eipositiog tous
    les soirs.
    les Etats-Unis et la limi-
    tation des armements
    Par cable
    Washington, i Janvier Dana
    un message spcial M. Coolidge
    demande su congrs de voter un
    crdit de 50.000 dollars pour sub
    venir aux frais de la participation
    dea Etats Unis aux runions prli
    mineures sur la limitation dea ar
    mementa devant la Socit des
    Mations.
    Lsrouveiture du congrs a eu
    lieu hier epr* deux semaines de
    vacances.
    Dn^directeur^ de banque
    arrt
    Par cble
    LISBONNE, 5;Jaovier Le di
    recteur de la succursale de la ban
    que du Portugal Oporto a t ar
    rt hier. Il est impliqu dans le
    -ndale des billets qui a clat il
    a quelqo.es semai nos et qui a
    la cause qce la banque du Per
    I a retir la circulation de loua
    billels de 500 escudos On avait
    couvert qu'un grand nombre de
    billet taient faux.
    ravit de la crise finan-
    cire en France
    Pal Cable
    PARIS., o Janvier Dana l'expo
    a des motit, prcdant le projet
    de redressement financier, Mr Don
    mer, ministre des nuances,expose
    en termes nergiques la gravit de
    la crise tioaacire que traverse
    l lui fiar^ais tandis ijue la nation
    grce un labeur acharn, jouit
    d'une grande prosprit.
    Le ministre affirme sa volont
    d'accomplir immdiatement le vi-
    goureux redressement ncessaire
    en rpudiant toute consolidation
    et en ne manquant aucun enga
    geaient di I Ll.it envers ceux qui
    lui ont fait confiance, tn cons
    quence les problmes du budget,
    de la trsorerie et du change
    tant indpendants, il taut raliser
    un vigoureux quilibre budglai.e
    et mme des excdents budgMai
    rea de faon A commencer le rem
    boursemeot de toutes lea dlies
    Les ressources proviendront des
    conomies, de mesures rigjureu
    ses contre les manquements au de
    voir fiscal, du renforcement impts indirects en 1926 et du re
    maniement des impts cellulaire
    aur des revenus en 1927.
    Les Inondations
    Dans fh'mope centrale
    la situation est toujours
    critique
    Par cble
    PARIS, Janvier On craint
    une nouvelle crue pour les rivirea
    de France uui ont dj dbord
    cause des pluies continuelles. La
    .Seine dont l'inondation s'tait ar
    rie, a recommenc monter ;
    touleiois les autorits croient que
    liajiiddtiou atteindra son maxi
    mum d'int. usit demain ou jeudi
    et que la capitale ne souflrira pas
    de dgts srieux. Dans les fau
    bourgs f eau commence dborder
    lentement et envahit les villages et

    les villes situes dans les bas
    fonds.
    liry, Champigny et N'ogeut sont
    inonds et des milliers d'habitants
    se sont rfugis a. Paris. Il en est
    de mme de l'Oise. Creil est sous
    l'eau, les habitants restent dans
    les tages supiieurs de leurs mai
    sons, sont ravitaills par des lu
    teaux.Le Iravdil ect auspendu dacs
    toutes les usines de la rgion et
    10.oOo ouvriers chment.
    Dans l'Europe centrale la situa
    tion est toujours critique mais les
    mesure- prises pour sou ager la d
    tresse des ri dstrs commeucent
    proJu re leurs elfe.la migr la d
    mora'iaation gnrale des conmu
    nications.
    bULXvXL^uJanvier La Bel
    gique a commenc valuer t>es
    pertes la suile de la plus terrible
    monditi'Hi qui ait ravag le pays
    depuis 17 40. Les valuations les
    Filus modres indiquent 100 mil
    ions de francs. Jusqu ici en a eu
    dplorer la mort de 12 person
    ns et l'on craint que ae cbiflre
    ne soit dpass quand on recevri
    des dpches des districts isols.
    Une vatle^enlreprise
    de lausse-monnaie
    'ar cble
    BUDAPEST, 0 Janvier IWi
    membie de la,noblesht h mgrobe,
    anciens hommes d'htat : le piince
    Ludwig Windisch Gracu, le comte
    S/mrechaDi et le baron iigismund
    Pereuyi, sont sous les verrous a
    l'occasion de lunaire des faux bil-
    lets de banque franais d'un mon
    tant de 30 milliards de francs.
    Plusieurs personnes de moindre
    importance dont un capitaine et
    uu membre du clerg ont t ar
    rats.
    La police hongroise seconde
    maintenant activement les ageuts
    de la sret franchise el prtend
    3ne tous les individus impliqus
    ans l'allaire seront arrts <>u au
    ront franchi la frontire avant la
    fin de la semaine.
    Le prince Windisch Gracl/. a
    fait des aveus complets en ce qui
    concerne la vaste entteprue de la
    fabrication des faux bidets de ban
    que. D'aprs la police il a compro
    mis un certain nombre de hauts
    personnages hongrois. Le piocu
    reur a ordonn aux agents de su
    rel d'arrter tous ceux qui ont
    t dnoncs par Windisch Gractz.
    Le chet de la police Nadgossy.qu.
    tait en cong illimit, aurait t
    arrt et l'on s'attend d'un mo-
    ment a l'autre l'arrestation du
    ministre de la guerre, le comle
    Charles de /aky.
    Contre le cancer
    Par rble
    P.11MS, 0 Janvier Mr Darson
    \*1 a communiqu l'Acadmie
    de Mdecine une i,ote du Dr de
    Bcdat, chef du service radiologiste
    de bordeaux, o il explique, qu'ai
    teiul depuis de longues aun>es de
    dtux ceaeera aux doigts, il les a
    guris par la mthode Uialhermo.
    coaluzatiou avec Itmploi de cou
    miit- haute frquence.Mi de Be
    dal adjure ^es collgues d'utiliser
    la mme mthode.
    Li Question de \|osi lui
    far cable
    LONDRE8.6 Janvier L'ambua
    sadeur lurc Keud Bey est all voir
    Mr Stanley Balduin ( lui a pr
    ent la rponse de ht I inquie aux
    propositions du ttr n inistre an
    glais pour les ngoci'tioiH au su
    jet de MohouI. La VV tmiuster
    Gazette dit que la r.-pou.-e est
    courtoise mail qu'elle u cYlaireit
    p-s beaucoup la questiin ; elle ne
    i. t'use pas de ngocier niiis sugg
    re que i'ou reprenne toute a ques
    liou S partit du commencement
    comme si la S. D. N n'avait rtn
    du aucune dcision ce sujet.
    La Di lie de la I r.tnce
    envers les Etals-Unis
    Par Cab'e
    WASIILNtiTON, 0 Janvier Le
    reprsentant Andrew s,rpublicain
    de Massachusetts, cominenturt la
    rsolution demandant qu'il soil ac
    cord la Fram < poor le rgie
    ment de sa deltu des conditions
    aussi favorables que celles accor*
    des toute autre nation, aflirme
    que la France a subi de plus gran
    des perles que l'Italie et qu'elle
    dviait obtenir au moins les m
    mes conditions gnreuses. Nous
    avons, dit i', en de nombreuses
    occasion' 'unie la Franc comme
    si elle avilit t notre ennemie plu
    lot que notre associe penjai.t la
    guerre'.'Nous avons refSfl d'ac
    cepler son ollre de paSei une som
    me double de celle quelle a cm
    prunte et uu"s svols virtuelle
    meut interdit a loule tir ne prive
    et tout particulier de lui venir
    en aide dans ses difficults bien
    que BOU ayons encourag les tir
    mes et les particuliers [>rter (ar
    gemenl aux pays ennemis .
    Lies cours
    0 Janvier
    Paris Sterling 126 55
    Francs 26 09
    NEW-YORK Francs fo 95
    Serling 4 8512
    Petites nouvelles
    Etbanukh
    Par cble, i Janvier.
    lit DXPE8T L(......I de po-
    lice Made-sy \i il d q aller Bu
    esprit pourrit) le po i un cong
    lllimil*.
    ItittAr-.LL; le ant
    du iirdinal M i 'olinue
    s'amliorer. On que le v
    nrable prUi poi biaalM
    pir n,Ire une noun I ire -ubMan-
    tielle
    MILAN. Le p u ,. d o'ticiel
    espagnol qui Msj ubH par le
    Goiwcrnemenl toutli indis ma-
    lin a paru hier pou la premire
    fois II est as .', gj .,.,1 ,( lonlient
    des nouvelles lu paya et de l'E
    transir ain tairep >ur h nia de la
    semaine.
    WASHINGTON ; lastatlf
    Copalod, oe Ysw-^ rk, a dpos
    huit propos! ions i I nu moins
    slri.te la loism l'immigrBtieo.Oa
    adm. itaa, par nan tui lilats*
    Unia les dome. iq |g ouvriers
    agricoles et c i aii irents des
    rsidents.
    WASBINOT -n LePriidtol
    Coolidge a demai au Coogra
    d'iiu^menter d: 23O.0 i I dollars
    les crdits des fo rtenu de
    rserve de ma ioe mr la pro-
    chaine anne n~ .
    des tenons
    Communale* :ii \m\ak
    A propos de> i leotiona commu-
    nales a l'Aroah de, confrre
    L'Kssor i a publi, hier, une
    note o il dit |ue, i suite du
    vol dji regish nptions,
    les lections coin uuaa nanfal
    pas lieu dtnso lit unie.
    Notre confrre m it induit en
    erreur. Voici Ij- lu- :
    Dans la nuit
  • les re^iiras o gui a al les '.as-
    cr.plions locloi i furent ols
    l'Htel Cominun.l. i.',adminis-
    tration SuprieiiM ., i |o| avise,
    s'empressa d'ordonner, d'aprs
    Sada el Afflack
    Hue de Bront tort*
    En face de Sperdutto
    Grand assortiment d'toffes pour tous les qoiUs et
    a des pris dliant toute concurrence:
    Crpe satin, Crpe iliantu a, Mousselint- de soie,
    Sole lavable, <;ui'.m-e de soie, t'rpon de soie, C <%pe
    Maroquin,LiiM>n,> rpe de Chine uni et fl. i, Bsttia
    U.'jpelieorgette, Simili, Crpe Metore.t ii^amli.Sole
    radium. Ntusouk, etc, etc.
    Uni visite chez SaIH A: AFrLAGK, vou, tUtitn
    oomplUment.


    LE MATIN 7 Janvier 1920
    .
    Pagol
    tu ACMIT.Nr
    V.Mf *r l in fib'kini jj i uinowiutu1
    COIOBIE CHWIK il 60 "
    , -,. t \W I
    DRAP D'ELBEUF
    . i".n 4 Prit t' rbrfc|M
    Tjt COMPLETS un ksiiei
    en BEAU MkP d'BLBSUF
    ,I.|."U 99 tr 60
    rUhbenu coutlM'i'"' 8j <
    VtTEIEITIIireRliBLES
    W MWtl tnu.l 09 u. oo
    / rniiw "f"..' y '
    j.J-K ('. >.!-' * t0 l.-o
    1 Catilafaii illuilru me iiumIiHmi
    CMer>. Toilene. Imjir.i, Inierill
    .'mfMCtl .*'* frmvitul '
    nrWi <' mttum 10. "". M"'
    t-u- patublt.iuul -w> 9 <" ''"'
    tMini.s MkTU .. rAWCo
    ,, .,,nrV Simili ' ""i "-
    M !" ,
    mvnv numiirqnin* p* '" -
    I U ..... iii..i.'. n'--" v* 'in
    Ly^ miin-bm 1"'*>" u"
    !' n.,.,i,lf(,.hniilillii""l ikm
    On demande
    Une bonne pouvant tenir lieu
    d'intendants.
    bon salaire '
    IRue Frou, No 3I
    DffmMii'.c i.h.iilill .
    ^ D.f. n.i imlfrNaMM)
    ih (kM> LA MONDIALE"
    PICARD-FAOEOT O"
    liniticturiin CLSKUF it-t)fM #
    ..,.
    B.p^...'. IC-lll tait If'l'Ut II
    ilpjwi I
    Im listes lectorales efllehiesau
    Tribunal de Pais la reconstruction
    du (t hier >i insciiptious.
    Le mme jour, une oommhsion
    de cinq niembrw, compose .lu
    Prsident dp la Commission Com-
    munale, du Juge dc> l'uiz, de 'ni'.
    fleier de 11 ta! civil, du Gref-
    lier du I riliunal de Pli el da
    M. Lon II 'in hereau. ,i U form |
    aux Bai de reconstituer les rgis
    Ires d'inscriptions l'aide des
    Ustea a niches qui, heureusement,
    avaient t trouves Intactes. Ce
    qui a t* lait.
    Par lu suite, le personnel, pr-
    sident-, rien prsidents, secrets! -
    ies, assesseurs et les losaui des
    buroaui ds vote ont t dsigne
    par la Commission Communale.
    routes l< dispositions lgales
    ont t donc piisea et les lections
    communal.- auront heu normale
    ment r Au (thae.
    Nous croyons bien que nuire
    son frre < L'Kssor < voudra rec-
    liber en ce sens sa j^ute informa
    lion d'hier.
    AU
    Au Palais des tmamos
    Depuis av.int-liier, o Janvier,
    le ministre des Finance* et^tous
    les irvicss s'j rattachanl onl t*
    installs m Palnis de* Finance
    dout l'inauguration officielle eut
    lieu le .: Janvier.
    Comme noua l'avoua dl. dit,
    s'est, pansons-nous, une heureuse
    initiative 90a celle de centraliser
    toute l'Administration financire
    de l'Ktat sa Palais dus Finance*.
    Les Assises de St'flarc
    Pai dcision du l)o\en du In-
    biinal da Premire Instance de
    S. 11 ni Mai 1 l'ouverture des \-
    eht Itia ..11 Lundi 18 Janvier pro
    chain. j
    Le |0la de celle spsxion crinii
    nel!e comporte une di/aine .1 af-
    faires.
    Au Conseil d'Etat
    A la saiae, d hier, 0 Janvier,
    du Conseil d'Etal, l'Excutif .1
    dpos sur les bureau du Qmnd
    Corps un projet de loi altrihuaut
    la plaa publique dcnoniui'v
    Place rition le nom de t Plaa de
    "Indpendance .
    Cette loi l'ut vote en celte m-
    me sance.
    La Place doni il s'agit est celle
    o es* rig le mausole o ont
    t dpos les restes de UesMtlincs
    et de I lion.
    ASTHME
    SS Opprtstlon, Catarrht
    Suffocations,
    Tvui n$rotus$s
    [CIGARETTES CLRY1
    POUORECLERV
    1 Cl-KRY, 59. Bool Bt-Martln. Pr
    Palais National
    Nier. . beures de l'aprs mi li,
    le Praidenl de la Rpublique h
    reu an nudience prive. Vlr jfre
    do da M.itui,. Chug d'Affaires
    de S. M. .- Roi .1 Italie qui lui a
    remis les insignes el 'e diplme
    confrant au Chef de l'Etat 'e
    grade de (irind Croix de l'Ordre
    de la Couronna d'Italie. A Mlle
    occasion Mi de Maltais pronom; 1
    le discours auivtol .
    Monaiaur le Prsident.
    La mission que je rempli au-
    joui.1 h ni prs de. Votre Excellence
    ''; "'" ''' plus ..^Labis nui
    m'aient t conlies dans le (ours
    de ma carrire : c'est celle do
    Nous remettre de la part ue Bi
    Majest le Moi, Mou Auguste Sou
    veraio, et au nom de Son Excel
    lencc Monsieur Mussolini, 'e Di
    plme qui vous confre le Grade
    de uCawwt di OrmCrou dcora-
    io dt\ Gran ordom M'ordu Ma
    Corona iTItaU ainsi que 'es insi-
    gnes de celle liaute digoit.
    A cette occa-ion le Goarerne
    ment da Sa Majest m'a charg
    de renouveler Votre Excellence
    sa profonde gratitude pour lac
    aueil enthousiaste et cordial que
    le Gouvernement et le Peuple liai
    tiens oui lail la Mission llilienne
    qui lut envoye eu IBJt sur le
    Navire Roya Itella, al qm rap
    porta de voira I-mii pa\i l impi |
    sion la plus lavorable.
    Eo remettant a Voire Excellen
    ce ces dcoration? et le diplme
    qui l lompagna. j'ai l'honneur
    da Vous offrir, Monsieur le Prel
    dent, les aincrea flicitalioos du
    Gouveroamenl Italien auxquelles
    Nous me permettras de joindre
    les miennea propres.- et je crois
    tre aussi l'interprta lihMe de la
    Colonie Italienne en llaiti en ex
    primant, en cette circonstance, sa
    vivo admiration pour Votre. Excel
    lence, al en lormulanl es VOMI
    les plus leiseuls pour Voire bon
    heur personnel tl pour la prospn
    t du Peuple lia,lieu auquel nom
    tomme* de cotnr attachs.
    Le Prsident llurno rpondit en
    termes levs, pritni le Charge
    d'AOairea de transmettre ses re
    meiciements S. M. le Roi pour
    la haute marque de grands distinc
    liou dont le l'euple bailieu vernit
    dtre l'objet en la personne du
    Chef de l'Etat. Il le\a eusuile
    sou verre CI l'honneur du Premier
    Mussolini, Pmlaeot homme d'E-
    tal qui ne cesse de travailler ., la
    plus grande gloire de la glorieuse
    Itella.
    Asislaiert celle crmonie :
    MM. Lon Deieaa, Secrtaire d'E-
    tat des Relations Extrieures, Emi
    le Marcelin, Sirrlaire d'Etat des
    linances, Mener Dorsinville. Secr
    taire d'Etat de l'Instruction"l'ubli
    que, Thimollie Paret, Secrtaire
    d'Etat de la Justice, Ed. Monta?,
    prsident du Conseil d'Etat, Dr
    Heauvoir'et Lopold Pinchinat.se
    crtaires du bureau du Conseil
    d'Eta', 1-ruest Leya. chet du Cabi
    net Particulier de Monsieur le Pr
    sident de la Kipub ique, Clment
    Magloire,Prfet de Port au Prince,
    Abel Thaid, chef du Protocole.
    Les Elections Commu-
    nales PortauPrtoc3
    Il pu ni que L-, groupa q.ii fr
    m le Conseil de Mr Windsor II 1
    1 .. I-. m h 1 d au Cmaeil Corn
    muuil, se dis o jiu: avaul mne
    d'lra lgileneot constitu.
    Ku ellit, nous avous apprn ij 13
    plusieun des membres out dj
    dmissionn eatre autres MM. An
    to ne Innocent et Nerval Ivebreau
    qui oit crit i PAdttinistralioa
    C nu n in lie p nir Piuformar qu'il4
    renoncent A leur d;laralion de
    candidature.
    La Loi ectorale prescrit que le
    Conseil Co-nmunal de Port au
    Priuce doit tre ompos da quin
    m membres et elle prescrit eo ou
    tre que les dclarations de candi
    datura ne peuvent tre reues plus
    lard que le 31 d cembre.
    Ju'esl ce a dire .'...
    Ceux qui ouraient se prsen
    ter aux levions du 10 Jiavier
    prochain ont ils dji pens aux
    moyens de contourner la loi lec
    (orale l Ignorent ils qu'eu matire
    d-leclions tout est d^ droit strict ?
    En tout c is, cette circonstance
    ne ruinera pas les esprances de
    Monsieur Bjllegarde et consorts
    qui, en somme ne doivent pas
    tre A nourrir la conviction qu'ils
    font srieusement uno campagne,
    lectorale...
    Renverse
    par uni bicyclette
    Hier, tard dans l'aprs-midi,
    devant l'ancienne Cathdrale une
    vieille femme priait.
    Elle tait vieille, elle marchait
    coui be vers la terre El e tait
    pauvre, on la voyait tendre la
    main.. Le soir approchait. Et la
    dshrite tendait vers le vieux
    monumeut gris ses deux mains
    tremblantes de vieillesse et de
    misre. Dans la Irlata exlae de la
    suppliante, qui pourrait mesurer
    l'immense soutirante qui torturait
    l'iime de celle femme, peut-tre
    belle jadis, qui avait vu, peut-tre,
    bien des papillons > fous brler
    leurs lylres h 1* femme de sou
    amour, et qui, aprs toutes les
    fautes, billue, b-ise pir la vie,
    rtvenait, Madeleine, repentaute,
    pleurer bilencieuserafc.nl devant le
    vieux temple aux poiles closes !
    Peut tre la pauvresse, son
    ge o tout meurt, avait-elle faim
    el demindait-eUe au souverain
    Dispensateur de toutes choses
    d'carter d'elle les allies d'une
    nouvelle nuit sans lumire aprs
    tout un long jour sans pain Ou,
    peut lra, remareiait-elle son Dieu
    de lui avoir accord un jour de
    Sus pur exp-er les heures trop
    elles de son pass d'amour et le
    suppliait-elle de veiller, durant la
    nuit prochaine, sur sa vieillesse
    chancelante! Car, pourquoi la vieil-
    lesse et la s lufl'rance seraient-elles
    iuseusibles aux sp'en leurs d'un
    beau jour de soleil et la magie
    d'un crpuscule qui flamboie ?
    Un gamin qui montait une bi-
    cyclette dboucha de la rue du
    Presbytre la plus vive al'ure.
    La malheureuse n'eut pas le temps
    de se garer del machine sacrilge
    qui la renversa.
    Le petit drle, en rianl. s'loi-
    gna de toute la vitesse de ses deux
    roues.
    L'enfant rit gutaJ U l'jil s)tljrir>.
    LA COMMISSION COMMUNAL*:
    Considrant qu'aux termes de
    l'article 9, i-.m- alina de la Loi
    lectorale du 4 aol 1919, la cra-
    tion de bureaux de vole suppl-
    mentaires est facultative dans le
    cas o le no.ubre des inscriptions
    re es pour une section de vole
    excde le chilfre de 800;
    Considrant que le nombre re-
    lativement restreint des inscrip-
    tions reues pour les 1re, 2me
    et Home sections de vote ne justi-
    fie pas ta cration Je bureaux
    supplmentaire? eu dehors des
    bureaux de v>h rglementaires;
    il vis
    '.'> les bureaux de vote pour
    les 1re, ime et Jme sections
    seront respectivement tablis le
    lu Janvier J920 dans les locaux
    des Justices de Paix des sections
    Nord, Sud et Est de la Capitale,
    aucuue iascription n'ayant t re-
    ue pour le Quartier de Gressier
    lormant la 4me secPon de vole
    de la .Circonscription Communale
    de Port-au-Prince.
    Eait la Maison Communale,
    ce 6 Janvier 1920.
    Le Prsident ;
    dis. de DIJLVA
    Le.s Mfcmbres :
    J. Zacharie THOMAS,
    COLBERT.av.
    Mois de Dcembre 1925
    125 Naissances
    Masculins Eminius
    60 6k
    49 Dcs
    21 60
    I Maiiage
    Anne 19*5, ffi -.c-l
    1173 Naissances 1 xa>
    Mas ulins Fjmiuins
    bl9 dol
    192 Dcs
    187 255
    2 Mariages
    MSBMKSkaBBBPasassxaBBBjuaasrv
    Avis important
    Il est port la connaissance
    du public en gnral et du coia
    meice en particulier que Monsieur
    Ren-Max Auguste a la succession
    des aPaires de ^a Maison D. vs-
    cencio & Co.
    En consquence, l'TO SUP-
    PLIES 1, a partir du 1er Janvier
    1920 essera d'exister sous la rai
    son sociale D. Asccncio & Co, pour
    prendre celle de son nouveau pro
    pritaire : Ren Max Auguste.
    D. ASCENCIO & Co.
    Ville de Port-au-Prioca Rtot-ci.il irfAri**
    Li commission mviunuiov Mal Wfu UU 1 AlutlHIB
    Leog biemont
    Jolly Lang y Cia Ses.
    Cirta Bleui.
    A vue Marine
    ( Mirq ia r'.j.mi tali J
    Chez Alfred N. COOKE,
    Reprsentant pour llaiti.
    On demande
    In bon Stnographe pour la
    correspondance Irau,sise et an
    glaise.
    S'adressera Armoar inj ]oa
    pan y.
    La somsigoe, Madame Vvs Ri-
    chard Dega/.on, donne avis au pu
    blic qu'elli; ne saur.il tre respon'
    sable des actes ni des dettes de
    son fils Louis Toussaint, lequel
    est majeur et responsable par eOH
    squent de ses piopres affaire.
    Port au Prince, le i> Ja ries 1920.
    Vvs Richard DBGAZON,
    Remerciements
    Mme\ve Hyicinthi Jaco'), ne
    Dubois et son lils Franois Jacob,
    Mme Cleste J .cob, Vve Etienne
    Bordu, Mr Gante IL Jacob et ses
    enfants: Mr et Mme La Selve Ce
    sar, Mlle Emilie Rigiud ; les fa
    milles llispil, Bjiset e et Dubois
    remercient les nombreux amis qui
    leur ont donn le tmoignage de
    leur sympathie l'occasion le la
    perle cruelle qu'i's ont prouve
    en la personne te leur regrett
    J. B. Il\ l'oui h- Jacob
    leur poux, pre, hre, beau frie
    oncke. parent et alli d< c-d le 12
    dcembre dernier.
    Ils envoient un merci particulier
    Mr Flix < lieriez, prsidr.l de la
    Socit Franaise de secours mu
    tuels et de bienfaisance aux cbe
    res Surs de l'Asile Franais et
    aux amis de la Presse.
    Us les prient d agrer leurs sen
    tirnenls de gratitude.
    4 Janvier 1920
    Mme Vve Flix Callard, ne Pla
    thon, Mme Vve Si Jjst Callard,
    Mr el Mma Louis Callard el leurs
    enfants, Melle Clara Callard, Mlle
    Julie Ls Charles, Mme Volumme
    Ls Charles, Mme Vve Platbon, Mr
    el Mme Lucien Couat et leurs en
    fants.Mr Ren PbUboa remercie il
    sincrement les no nbreux amis
    Earticulicremeot S. E. Monsieur
    on DietQ, Secrtatra d'Etal
    des Relations Ezlriaarcf. Le R
    verend l'.-re Lanore Chanoine ho
    noraire et Directeur du Petit Smi
    naire qui ont bien voulu assister
    assister au Service Solennelle eM
    bri la B isilique Noire Dame
    l'occasion de la mort de jleur re-
    grett
    Alb-rt liix Callard
    survenue a B irieaux [France le
    2tJ Octobre 1925.
    Il lesjpreut dacceplei,ici,leurs
    senlimentsde vive reconnaissance.
    8 jauvier 1926
    a rUraii
    1 >n dansera
    S salons de L'ELDOPADO
    ^s\fihdmn do V'irs.
    '. La meilleure liire
    Ptisserie fine
    Soupers el assiette garn es.
    La voix del Ccss^wcs
    Nous devons obir la voig
    de ia couseienre qui nous com-
    mande de (farder les limites da
    la vrit. Ne nous bouchons
    pas Ses oreilles, afin d'entendre,
    cette voix qui veut que ncu*
    parlions sans liypocritU.aasM
    lUtterie et sans pana^ K ;
    met devant nous toutes M hor-
    reurs de notre pass niaste. li
    spectre de la guerre civile ai
    dressant avec ses haines et isj
    crimes, et brisant dans mi
    curs l'amour de la Pairie
    Aprs avoir sabrd L pr.
    deux legs de nos aeux, pour,
    quoi lisilous-uous reconaal-
    1 e dos fautes pour nous en re-
    pentir au lieu de continuer
    vivre dans la disuniou, la haine
    et le msnsonge ? Ceux qui veu*
    lent voir la rlection du Prti*
    dent borno sont guids par la*
    mour de la Patrie. Ayant vu
    l'oeuvre cet homme dont le cou- U
    rage civique rassure le PcupleS
    hatien, ils lui accordent toute"
    leur confiance. Oui, Mr Borno
    aime llaiti- Plein de bonne vo-
    lont et d'nergie, il poursuit la
    libration nationale par l'excu-
    tion d'un programme politique
    d'o: dre et de mthode. Patriote.
    prou/, il se place rsolument
    devant la ralit des laits en te
    consacrant sincrement au ser-
    vir, ."le la Nition. Le bou sans
    populaire et le patriotisme ha'
    tien maintiendront au Pouvoir,
    Monsieur Borno qui, malgr
    les attaques et les luttes, coq*
    duit la Nation vers le bonheur
    et la prosprit. I
    St Marc. 29 Dcembre ltf25|
    Namjin Pu. AUGUSTS.
    Ford Salej
    One Four-Door Sed
    EQLIPPED WITH
    MalloonJTiroB
    Electrio oit Ouage
    Sllding genr Shift
    Motor Moter
    In Perl et Condition
    PRIGB AT,
    Maxwell Mokr
    Phone375
    Stiaoyraphie aaa
    Pour rpondre la demande
    plusieurs intresss, l'cole i
    ciale de Sbno Dactylographie,!
    Feroa, 316, a dcid d'ouvrir i
    classe de Stnographie anglaisa
    Janvier 1916.
    Les cours devant se faire da 7
    li jures moins U a 7 h. J) a. .
    les employis d a iministrdt>a,et
    deconmiroe pourront aismaal
    y participer. f J
    Lias coari sefjfont ei m'vi.
    Ljs ins:riptio.is soat TtylH
    partir d'aujourd'hui.
    la
    f
    i Demanda JdaaipMi
    . tr fait le service de cabotage, al 1
    rception de marehan lises.
    S adresser
    L. l'reet/.mino Ati.iEilliOLIi;
    Rue du Quai, h t
    i
    i
    TIMBRES-POSTE
    Contre 100O i mon pu :c d| ...ire pvs inAi n Mm
    ~l.n,<, pcivo,. Ml,N1M,JtPpjK'(;^lS
    Mr. ,.,ko .cvom,.d StkfieOoa g-.n.,.Tou,ourJ
    Wliblf. Acnctc l.i.ibro en qutn'i'e. l offrM
    a RXSTEN,15*.Ru.d. M.ub.u, PAilS (F^)
    Les annes se suivent.
    Le.s modes changent
    mais le Magasin de Paul
    L- Aualla reste l mieux
    aasoril et ls meilleur mai
    oh de ia place.
    , Pompe i GazotaT"
    .l. u,e nouvelle pompe Ga/oline
    visible de 10 galons sera installe
    la Grand Rue, No I30U.
    Nous avons l'honneur di
    mer le Commerce et le publie
    d uo commun accord, Moasui
    Il. C. Staude cesse d i faire |
    de notre maison i partir da
    date.
    Port au Prince,la ter Janvier 1*
    OLOFd6N, LUCAS d Co
    Nous avons l'honneur 1'
    mer le commerce el le pualfc .
    nous ayons tabli sur cette aa*]
    une maison de coin m rce M
    raison sociale :
    U.C. STALD&CO
    qui s'occupera de l'achat .
    l'exportatiou du Caf.ainsi q*.1
    repraentationa.
    Port au Prioce.le 1er Janvier I
    iSat H. C. ST\I Dit
    Gustav G. STAUDE
    Visitez LeJij MAGASlNS^rt,,.
    htitieremeut rrnoivele par de nouveaux el beux ailjles


    Ut MATIN 7 JinvUr !9iG
    Extrait du jaune d'oeuf. le plus <-tff des Recon lilu;m!>
    Rend puissant et vigoureux. Recommand ax pet sonnes faibles.
    Fortifie le cerveau la moelle pinire, les ob et les reins.
    Brewer & Co Ilc Geo. Jtfansiiie et Co
    WORGESTER M ISS. _____ AGEM'S
    i
    Eug. LE BOSSE & Co
    Agences Reprsentations
    PORT-AU PRINCE
    Agent* gnraux de z
    Decker Jones Jewell
    Milling A ic
    NEW-YORK
    arlnes Huuarian G 0Boule Rouge ete
    Franklin FW Insurance Company
    NEW-YORL'
    /VbButance contre l'InceucUb
    Diamond M a tel i Ce
    Allumettes t Sala Home i

    D. S Rubber t'xport Companj
    Souliers Rede.
    Chas F. lattlagett Son
    Poissons sals en tous genres
    Manulactures Lile Ins'ce Qv
    assurance sur 1* vie,
    juilhouj'rres C.u
    Vins & Champagne Bord r aux.
    Pli, Heymar
    C0PEN11AGUK
    .5 urre Danois, fromage et conserve
    alimentt re s
    \V. S. lathews a* Son
    Tabscs jaunes et noirs-
    Aa Rationale
    Snns.RIvalJ
    Cigarettes Chantecleio
    Envois d- dsnre
    La seule peinture ne changeant
    pas de coulcu
    SatIhil
    a.
    i
    **
    Prpar spcialement |> >ur le
    climat d'i aiti
    Tke Chrks H. Brown Piiit En
    Geo Jeansme <& Co, agents
    iV*&ss'lL&
    >V. i;i-
    ih
    cux Mosaques
    tope RIVER V& Go
    Oiandlia eit/ifi del'sikbiui s
    UR PEU D'ART DURS TQS FOYERS:
    Dnepitile salle i manejer.une (jabne.,|uri vfttibule
    d enlie, un parquet de salon, .une ehaiulue de l.ain
    *n jolies mosaques quoi de plm agrable l'il!
    Hos modles laits comme ceux de I tranger sont
    aussi solides, collent bien ncilliur march ri i es
    facilits de paie sont | la porte de lentes
    les bourses.
    Quelques uns de i os travaux djeculivous e-i
    denneront la preuve :
    Chapelle de l'Archevch, Chapelleda St-Andr de
    JJDlort, bglise de St Joeeph de Port su Prince etc.eto.
    Maisons ilves de Messieurs Edouard G* Main.
    AU*. Roumain, Dr Flix Coicou li P. Inwlwy Andr
    ne! iMaroe| WtWssWj II. l'etrue, Mme Vva J M.
    lUohardson, Me Em. Ilao.py etc eto
    Tenez \or ni s mosaques et Mnit.it n'employez
    que nosouviieis pour les travaux d- pose qui de-
    roandeii^Uaicoup d'Iuhlct.
    Beurre
    Bruun,
    de Table
    Copenhague
    l'Qcgex Uujou s la
    marque tB*titin e
    acht 1(4?ii du beurre
    ptjur votte table.
    Ce h entre csi le
    plus i ur qu'or pour
    avoir.
    J- *'-w ^-* j wifr 5Wff
    fa
    foi/-
    Grand &ttd (h F le*
    Position exceptionnelle, au centre des affaire! "
    proximit de toutes les Manques, de la I tua ne et
    de toutes lea Aqencei de bateaux, laoseignemeuli
    facilits pour voyager en aumtnubileM m* toute!
    les parties de*- l Rpublique d'Hati el de la repu
    blique dominicaine.Cbambres confortable* el .sur-
    tout trs propres, entilaleurs dans l,s chambrai
    la demande des fensionaires. Qaisioe franaise
    trs soicjne et des plus varies.
    D. itandi*/; viiter Ub m ,. r.ins
    de l Htel -Vins des meilleurs crus de Bodoaux,
    par burriqucs,daine j;inues.gallons et psi bouteilles.
    l'arnu les Vins < grand choix pour les qualits et peur I ge \IN8
    D'ITALIK A D'ESPAGNE V!9i ur; BOURG (blanc
    rougci]et le renomm Pommard mousseux, goftt
    Ce bu}te fit
    feur* frais
    C* leurre e%l plus riche en crme-
    Ce beu re est dlicieux au got.
    fil'oublies pas q%ge votre apptit est
    considrablement avamem, avand j^^u,iJ"i"*rtssisiseiJvM^
    venu vnfintiv* rfta. hnn he*t~- Jw *i. .flna,lL "lMwl^W%*&. Absinthe Pernod,
    tOU8 mange* au OOtl Oeurre a Cha* Asw Ploon, Vermeatb CONSERVES I maiges et
    que repas.
    Eu xtht partout.
    Pour commandes directes,veuillez-vous
    rdresser l'Agent soussign
    L. FREEW|A1JN-AGCERB0LII
    HUE DU QUAI
    ^a-^-^^^z^^s,
    amricaines frachement arrives ChiAltES de
    CttWU rora et llabanerf,. ClARSTlL^ de toutes
    les fabriques d'il lti Gros et dtail. PAUFUafBRl*
    tjar- c pasta.ee.
    PRIX TRS MOO
    )\ Patrizi,
    Pr pr. aire

    110 Hue des Csars
    - :*^j


    I
    !
    LE MaTIN-7 Janvier J9*5
    Courroies de Transmission *****"*
    COOB^'
    y
    Comme pour ses autrui
    p odtturt Uood-Ye r fabr -
    q e t*x cot rtie d'ap
    ae* mthodes $pcinL i -
    btrcim gin tubo a o re
    o dit > r (g
    lavoir * ti
    t ; ,
    Les ((jhvjoirK
    tw n r upr*
    p n'tati i-u c
    iemp> samincUent, s / n.
    d (1**1,01 fin tentent i eut.
    fec a pour rat.se la Irjclion a laquell
    s(ii possible de les lubrifier.
    Lei
    Le p ib'.i- e-t invilj vniler li
    miison J'inn Huit!', N 17 ^
    ttr^nJ Ki-, af i I; voii pe>on I
    le -'iil le. M I apram '-
    g< Ai i\ i \' i \, i s-s. \ow y
    u uv r / n.i. m s I ! ps, -il -
    Ujk i.-c .s iiurs.clinr e?,
    ru n'e-*, i u t ... ., :-. o >| i
    d loi el'tjs . \ y g t'es D ix
    dfianl [ou'f. c i r m\.
    aquellc ce. courroies m>.>! miiu.m, ;ai
    S'
    'i....S urrlows r110" u coulraire ont'une luUlance nraiaHJte coninue
    Le enfants
    adorent^la
    GADUASE
    dlicieux Sirop
    framboise qui
    remplace avanla-
    U'-u.-i nu ni 1 nulle
    de (oie de morue
    rpugnante, indi-
    geste et irop
    facilement altAalle a la chaleur.
    La Gaduase purifie le lang, timule
    rapptit, favorne la croitaance. accrot
    lei forcei et la rwttance aux rnaladiei.
    Produit expriment avec tucci
    . dam le Hpitaux franai.
    En vente dani toutci lei Pharmaciei.
    A,.n< : Ch MAGNANT
    La sant doit passer avant
    Ifs .beurres 'BLUENCSE" et 'PYS'
    sieurs Smilhcx Jproclor, M$. sont (jaranlis
    menl puis.
    . <% C'< st ticeilent. c'est peu coteux.
    n vente dans 1rs bonnes piceries :*ei en
    Cbei les a(|enls.
    Cotun euial Agencieeand Commission
    Lion R- Thbnd
    Prsidt
    E*gaye*~hg la prochaine fois.
    tou,r.....s G<>oJ Year. goyaui en eaouleliouc.
    The esl liioiesTradiuq Company
    e.. POflHUPRlNCt. GMIVE^CPHilITIN*
    Channemont d'adresse
    (Jabinot d-
    Ma Etninanu! iAIIVIX
    Rue du Cjtili-e .\ > lt.L)9.
    V cti-, ;,\t / toujoLi*-: ., t:.t.- c \\ |,i Ly || g
    ai.U ll.tiy o tioiles, u ei ici. as.
    I \\ hlak} i uiuiefq f ;i} M-.s ||.,i(|
    i d Hfeiy b IClUl : i | .. ,.y \\ ,))] , ,y"
    s \t\{)Utt ).n.|rLoi. Iri ( (, o |a
    gnrautlt dt qaallt i i ciinquo lioutciiie
    i II- L : l!i lli-19 111 ;. 1 liait cjtio pOU 1
    ll'Mi" Lout4ij]t i< ii 1 y William i\ (i
    qu'oo n. peut TavoJi pcui an m e aiit-e
    11 -n que.
    o tig V> an\ W
    0 SCOTS WHISKY*
    . ^T.,yl I11,
    l.l
    : ; -
    i
    Uk i i .-N- a 1 ,i' i. 1 lo *j l.\ n i ci su public qu'il a
    i- it(/ii*< m;: Laboraulie . . eu ti laboratoire
    b ly kj)| N ul .a Ull' i. .. | .
    j ittcof t* i-. n
    /. 1 .. tkt wa Sit m:- j > du Bat! ' 9
    tHUtfttHtOi] \< u, lou t'Iis rsd U U e u;ialy5e&,ir^e8 dans
    i BXaDCtCl] nui: sauf ttur :t
    u-it.i-.v ; ei ia cc s^ i S.i b l\ia (^Uu !t a:d de d ai,ue]8eraai.* e.
    ] aUlfcto I B II: Ct pCl f IfJ I; | L'1 .
    a 11 ' 1 iutgai riQue
    : u 1 < 1. de WaaMrnti ri.
    Iiaciao deT.ii oulei,
    < Kitmet L'uaiiig j jj pui
    baa pu a 1 u 1., lealti
    , 1 1 r- K04!
    ti'ur i, 0 ri Cliolj
    Lo Mi'e Ur>> Sar.ru
    U maison fl.Silveta
    I ., .r-itl f, ff*l.' "" ""' rlil" |..n"l l.o,'er K s,
    v aril.t,es dts P"* raisonnables :
    \ jiio 00 iletftr a barbes
    Bas Ut-ntoliea
    Bas sui^ broda
    I - -t fil broda
    l'utla pour pranoire Co.aaunl,.!
    ^ouvertures blanche et ouiiio.ir sin
    U:iodaa brod-sea Madera pour
    ,i''.ii;rniaes et Ju^a
    Votle blanc ;i barres
    ICitine bluche
    (ialiai-Jiue bianclie
    ^poablaace.coul.,,,. :l jour
    \oili; o* oouleui uni "
    jUaemiaeltes aliemaudea swp
    Krabaurt noir anglais
    lui il al ion to.le renie
    railla rirblancs,,,,. ponr'taWeR
    Aoileonsblancetcolnuraup '
    ii^H/Kln9dl*am"ci''
    Orga.idi blanc & couleur
    Lalnajje coul. ur mmgimim ap p ur ., f B
    l)m*ej aiijlais up.aan 1 k, 1 i_i .
    Crpon \ cancana d^Vi, Vt it
    Voile gingharn. l f,eur-!oie
    AimaMes clienls, vous fajai roc; / por, r j ,
    M-a.- les plus>eaa, t.ssus ^, J^J ^J
    ro ver sur cel place, ne IllaM|(lw P ^ ,
    -A ;.ill(,rs,lV)Hs,rc,u ;l0 / o ,, (n\;!1 .f.
    : criMin \(Mi.- i's| re.-erv.
    v1
    Util important
    A vendre
    lue camionnelle ful.raaliqu'
    marque POHD.
    Lm offres ?er iDtio 1 pi cach l
    et seront re ^s A li o r.- 1 en
    gnrale des Trivam Pub'tti jo<
    qu'aux 3i) d '< n br 19 ri 1 *' i 1
    lia ir < d 1 m ti .
    L'i voit te 1 ul tr vi ite au
    (iarn^'. des Tr vai x l't.l'* <. looi
    les jours de 7 bt ''.m ' i lis p m.
    F, 0. F.erei Cotnpanj
    s n; 0 i4o iMiin u e < e fjuai!
    1 tjii4-rle .ablie N ii;l l te ptintirea de i 0. l'icice Oo
    ulf loi.t urrence. *
    Tni.lt? Miita <: reintuits, Tcii.iaj et ci
    il-.," nie I \iiiis jour uituLl. s H' aruut
    TIlia y l'er ilaiu Knam-l : ..loulea nuance.)!
    tluii p faite dj la po cuieiij*\ Lotina'it une n
    exc :>i\imcni liri'.'ante, dure el ,1a tabl*. ['ci
    Id ! | ov i meublas en gnra!.
    U^or elain Nain s i Stain: (*cutes nuanoea/.lmil
    jn^faito es bois de valeur: ao Jeu, e]
    bois t.e'i 01 r evo. I cinluie idea'e I>ovr la etiaaii
    Immdiat* des meuble en t..itia1.
    l'ithtub Liiatm i : i uai tes dixeiacs, poui
    ie. tic. Imiiaficn i*i laite le la poieelalue. H
    l'tau i baude iJ.'Lan froide.
    liOOl-Tlte : i i.uaiic :s uiv raea ) I cir.ture'
    1 i ur le r^ loits | repaxation iiltlt'pour les paye o
    Toutes tcrUe de ;eiolurea joli- Aulomtbiles, Canotr, M
    .\ tal x le *
    Lueiaadez '.\ 'oi^ue li;lt de^ od il? de K. O, Perte
    i o.Mrt/ critaioenenl, des ai tic s qui tous ititre^ent.
    . .lu itock j iix I liant i t.'e coi curreuce, che/. !ts A^ei ts
    C'omnurciat a>lgeacir5 arii) Commi
    'OD R.-.THEBAUD. FriMJ
    Davis 3aking Pow
    Poudre d'i variai Je j^atatioo-.moDdli
    Qualits Prix J dfiant '.toute concurrent
    Lustock.a pux d j. ni louU lontumme, ..lu/ les Agentll
    Commexdal &$cnciL .'onRrhbasd. Prsiii
    W..... - -! |T
    Yankee Polish CI
    Ciroge pour e1nu8ure$
    Qualit dfiant toute concurrent
    Autfmente [a imi d la seuplesse At
    es ufps.
    ^Lu hloK. pnx dli.nl iouU ronpurrenca.ehe/ les Agael.]
    ,i, ". commercial Aijei cies and commisse
    iEON R. THEBUQ' PrUk
    Mrii h Mail Fianais Oiji
    M^a
    i camerxt-alirxxeiati
    pa
    ::
    \^Si
    '. aiJ?
    Reconsliluant. de premiei ordre
    ' aliment tion intensive, indiqua i tous le i
    konvalescemes ^aho.i :ishS,D/<( slion< dilb
    S nima-.aq.,. ane'mie, N< uaslli le.
    Ifulririon de la jeune mie
    En vente partit nmM 4naleDn!!^CheX Simon V1E0X
    4*gte Rue Bonne oi $ Grat.d'i

    I %J '
    1. de Malfeis & C Ageols
    Port-au-Prince,


  • University of Florida Home Page
    © 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
    All rights reserved.

    Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
    Powered by SobekCM