<%BANNER%>







PAGE 1

haut en sont une cause frquente £i ai-fer*. HOM ,i, .qjfft J l'Aremeul l attention do tous ri! LMATN-. l* Dcembre 192K Conseil d'Etat A la sance da M matin I) OMT QUATRE VINOl six i/ •wmo (G. 14186 OOOJ a ff P? rtei !' "'<'• Travaux P.b. pour Jea travaux de tonauc ton da routes, etc. au j jents po,„, ? da la Hpubliq,. if wuce demande est voua pari laaenjbleIO Ire du par de hnii t ainsi ouela d,acuion daiX fions des sections r-inies do* FJnancea et Intrieur .5 fi g^ondeapropritaiminabDne nouvelle, maison le commerce lue nouvelle maison de cornC^MulM I loccasioe del no d'un ne. IOV u u e ,:n,ru rejoua; et du Maga-m de l'Etat, C n * de la maison Reinbold tuSJ h, r ,ve des 80,,,i "''8 pour homme., du chemises, des I,', e Kekic tons objetsiqui sathrferoul IM dsira lesplei divers Messieurs Ocboa ci eu, i Mlll(1 f laar!K ^^UdjfficH^dwgeXmo: fi " •:-' M' P aux amateurs de nnes tastaona qui trouveront le M* pin de $Q [ a d 3^ •*• %  oeil d.l petits bouteilles La Aldenon j est nu ebamne rares p e r a o o u e a qui r ont tSLVT ,e P"*S d eux.Idevra coulera toutes les tftar ,p S ?8 S J 1 n esl PMcaei tissay le : A propos de | a dcinoii V %  /•MMT liant.. HOU de lossoul "fa, DO'JS vengerons DO ionr Me reprsenlaot de Ja Toiw Tarj* o. p| conMnlir L ?• d'iMmbre.,..,! ,„ !" rr,,,,,, e N„,„ som-n.,,,,„"? nr IV ,,',* ""'"P wpl< KJ,.;'r: " %  %  •£ EfifcSSS J0,l MMMi, Mon„| J|„ T „ t S* o w, ,b.„,,„ nnw g J; aiiraaxa BLE ti crise minift^ielle Pn AMema(,ne BKR..|.\_ Apr ,i, „„„ con ^ ren ce avec le Marchal V„r ||i„d,n purg a la rreariolitrasseSchoios.. MDrlIaah !ra 1er du parti central pr.iM.en, a dHarrf a la presse M il aa I accept l'offre d* for Jjrt al Marx. Le* poput^ P Jrt au !" a P 01 "'a fin de I aaaia r pond une ncessit qui B<,{ fi j, sentir depuis lon^.emps.Tous ce ,x qu. ont t iran^r sent d-ac cord poi-auirmrqn.e PalS des Vouvcvits leKivv.sHern nos est rellement Pins.ar dc granis Centres civiliss. tiairtinnt oomp-et et ch )isi de tissus d3 toute frafeheur dme ple.neeten.resitisfactio Qa t (H ^^'^alaportdeto,.! s bourses. Achetez chez Knv.s irirm.nos esi un rel p'aisir, „ 0 paaatrmpa agrable et eue fTa eraeaca d'caaooiiiar J^tHL!* %  w *a*i personnellement Ion de son Ter M roraga al le .took taot rr nouvel plus frquemment Partout ailleurs o\t esT sir 'de rouver a art. agd des alffai rois o.ssupriwes dus ailleurs. J On a dsormais un but q. nD { ?" Jescen ; a ville. C est le r!n d/vous des gen* chicPuoijue MB, ttua ti vtm turj Port au Prin ce, au Bois V^rni, avec le vrai chic parisien. Robes el literie le toutes sortes. im?20? e ^l'w jusqu' GRATIS La maison LjssaJe, seul retr sentant dss Galeries Lafayette, magasins panaims, vendait le menieur m irafa S de tout Paris, offre aaiaoatonraa et toutes personnes saieajtib'ai dj faire desij.jm.nle; | M deniers 4*1 lojuea de la mahoi [I9M). Gratis ai B >is Verna chez Mme LISSA DE en face Maison Ltmoth i Jrmie. Qu'est-ce q D J'Ai mort. *• pr Boncourl deeriifj lierre ','-•• atd-eern Mr \|„ „ M l ?fLe 1er ministre, W.N.nch.cht, a annonc que l confrence de la Ptit. w H*,, I „,.. H rel '- r.ntente ^jpla •IraordinalraaaBlatfa on tt approuves fi le „l | M l m f S r;, r .Wnficaa raison £ do |."r, il' UP eS Prem:flrs ^ 00 r,i a .7,; r0,j 1 s ur ^ 000 suivants e ,7fl sur le reste. ir&alculation f aJ l <' 1 I. G. Tippenhauer -ujOijfd'bji si fauji 0 liJ"" P fw ion laosphrlona ii^^ianpraluraJ i H „ dessous, index du lemp 11 n UftProbabUita^ ipim.,.,, yjf • % nd"" eSS '? i,,mos P''rique •ude,ouH ndex du temps I.Ouga M. Probabilits pluie: ;t.i „g lnr . vendre Wm£ P'V. 1 P ar '"i 'torno. Sad.esser i Me P. |). p, jsj Bureau du MVI,.N,. r Mariage l M f d ;, a e ''<''• le mariai,', civ,l do -Mlle Fernande Xadrea,, aveen t B ami le Gnral Justin oateado, Looailler d'Elit L'si.-mnins Uieot, p,..Tle 5n:MM og. Bonamv.mipJatra ploip tentisira Paris, 2'AI ? n Mo J f LouiaSalaado et AJphoDie Jean Joiech, — du mlnva>:-. Mil. Gitnd R'nMartiiijFraDciaSa:|ido i Louis Durand. '-al'olon Mr \ a l er i 0 %  „„„ 3o Romane. d B Sa Coocarto STf* •f.Valarle Caa" liano Mme Lucis Lafaalanl o H Rcue .le S.ba (b) Cbaison rus e, ^Irae Alfred \eaioiiN Wf me Lucie La?on,S Viooa Mr\ ilariaCa, La Miracle des Roses. *me partie SOUPER Elections Communales de flira rum vous ^vonsrp.;u aTebdl sir I H 8 ^ f n olre t lBl < n non ,,,,,,, 's o reandidal • ixprochinaa ^tiona a mBMtialea de M,r R r ane A, a •O m raie el SJ parfaite connaiaaaaea de, besoins ^Sn da sa rille Dalala, ,,0,13 f,' dit, on peut tre sr QU'I 4 £* %  impuni, il i U i i'.r..(t i ,i ; donner peins aat rtjfl ses ContfibuabK .Nous lui souhai'oai d su "-'ianslesprocl. incslutt.s. Le ^Giaoeur" Rectifie s. f a # U s'est gliss dausua certain SaTWSK-dS ce : KM HVSOB DI V, S M* ' ••a ie colonne. 2, „ K". Q J i Commission r t Commjaae Conformment d l'article, ",7 %k Y* *(!*•* i iaot y'i "m'!''aucWcir, ,u Z ^/"Tiption Corn nunal* tus*. !" ?"!"'*** oJftPnmp'e lectorale te runira 1$ m janvier 1926, 7 neimu main, dont les h •'OmmunnI h H 0 *l au Prince 'GS RURB4IIX DI VOTE SKRO.NTKrABLIS: Pour la tte Section: AU Irdmmldepait section prdelau kiosque de h pl ace Ot'ffra d: Pour la Berne Section &f M Tribunal de paix sec ion ff* et au kiosque de la place m nue ~ Pour a 3 section: .' Tribunal l l„ ux Serltm •' %  ffMSqUi de ta place du Jf M ei>detoep ula 4me Hton stn tenu au local ,/• f / '" n,lt de 0 essor 9 U esreu des tnsc \p l0 s pour cet'e section. r mr H',par sute \di nombre if g inscriptions rei-irsai "1 Dcem tire, d derena t ncessa, e dins tulle, un plus grand nombre de bureau r,,l e n terq donn avis up.hh, ayu r fo & tire fVUa 1 ,ince le l7dScembral9* Avi* important A vendre Avm Aux aclionnaires de la Banque lfalionale de la Rpublitfttt d'Haiti. L'Assemble gnrale annuelle d"s actionnaires de la Rana ie V„ tiona'e de le UeJUSo a^SaW aura lieu Su Sige Soda-, Port disrlr f"" mahn aU flns de discuter le rapport du Conseil dAlm,n.,!rat,onsurla situation de U Banque s Jr |. bilan et sur escomptes de les approuvais il LiPi'r e T r Bl d "ninarles d sir buiionj de dividendes et les s ?"? a 'X raervM d Pro 11„ r • l tefe e des men >b a Si Unse,| d'Administration et d" dcider de tojtes autres qaeslions C E. MICHELL Prsident du mttU d 1 ,/,** nistration. de la U. X ft. U. Morl tHpltal Hier, nous annoncions qu'un enraon de transport, a>part e n-int .M. Mirel Miz.-, avj t raotara p a d* biimsati ds H Dmi, un piton da m-n de Ci-us qm ,ut U i e heaba broye. Tran^ort l*Hjpita| Qa rai, le m ilheureux y est mort hier soir. LE JOUG %  JBaj aahoaatto a u t mati qu marque PORO. Les offre seront s,, i pli cachjl aiwot raai* a la u ir ection {oarak d s rratias Publics u" qi'm n dlava 19..!, fc biarii Ii m.tii. u L. vit, rd mut Atr visite ... 0.ra„ dss Tr.vaux Fab^io*! •''' •? du rideau n '?" i! ""' sur les chiens P.i "L C 1 H "'' i • "'• ll " ilistres.reaistpes, rej^ires La m Ion Q A ROI Vf a. registres. UVeer8,n sloc'i de Mie a reo-j p3P | e . (o.,.. 1 v eme, comm toa marcha. rjf .if.1 • |„ l 7 r ,^. rT i/n tfemiDd" ^ Un jardinier pour.divers Ira* r ~_. .*. r x ^*' Roman par VIARIO.N Ofl^aja S*,,** 0 '8 %  i-enfmi crasa t i', oat-ilerasar sllssqaioal fam.' Lab.ta; IS.D,,.| e ||, N a uieU riadb e .' e J,ug Ifni'ial rtg* P^aaAl sur m r les p iules dune f-mne .' Les enfiiU n*l irais n ont ih pus des dr>its sur la terra. Li, faite, j 0 e le d a. leurs vra.mmtu..e faute, et dont le poids retombera nce sairenmit sjr son enf.nt ? Au Uni de ques'io. que posj Mme M .non Gilbert dans ea QOU veau ronm. Kl; y rpoid pirle fait. C .1 sans doute que RM rponses at*a du^ sont le mieux fournies pari! aUtaejl... L'auteur noui mon.* ceq.,.le.estenV Jimuidi£ !" 00 re joug des prjugs, desranc, ni les Vieille. F,,|!, n ?TT' J* comme 0 „ requis flr, 80 ,. Le grand objet de I. sance est de dI' U • rifi w IMma.de il, PP ^ 1 1 Procurer des S' • h M H 'al-ae qua fe ?*' "'veau eomm 7.1 Jl" -me le scalpel il i deTr le mW ^ ux" fin.. c 1 0D8c,c ace et U nal de la vie et de . ./^.touttr:!^*^ la principale p.n; e d W &MT&^ S^^ltnS varluresmjstrieusese et des routes incomprbL caeni .sous les hmisphrsT vritable labyrinthe ^i g s e S el psycho!o U| W Pa.sent les thories et.?, pnc.pale proccupation;^ 1 faits ai ardemment cherchai s nrti. r mpeur8 Le8 , oriem proclam avec clat que LT Jliona centraux cachent bj de Urne, que le corps trul eirelabasedelmlelligenc?! jaont des thories qu payes sur aucune donne CM ne. et nous voi A sentir i lu d fcmrson, le sage de (^aeS? "'.J a dans! natursTtS q k ie chose d'dlusoire, aJZ ihose qui nous conduit tod? 5 en avant sans nous faire aufo aucun but.et qui na pas wnlUsa en nous .; mais IVuua exa .5 prient la rgion ou linL? du cerveau ou elle a son siti , •:'•"• I. maniredal-aK divine, et certainement, ooaSH loi immuable da la logique M Pu 1 '? e f du cerveau aoBtiuJ au del de leur champ d'opaaB pour arriver uue conclura 3 i introspection ou la diesaciiaei Voie. Qnefiible ide de la gr. deur de lame Toute an,'ogieVo J m, L r ? nB tquun de ces io. nombrablesfeuxl ? eilaire. q lpl r J a air,.t, el que hmC ft"le qu. bride diu. cette o!H aemblab'o Au „,>.„ |e qu 7^! J/"vi.|e 'ilealremplfdM d ^ ^ l, /.f,i,ur; mai, l7i3 Compars toute la gloire le ci? J ei s runis n'est p (8 seulemeat a x yaJt leOieu et de le RTS dune essence plus pure, elUeej •'eo.jvfedela ProVidence pS nob e que l'universalit de la iav lara inconsciente. L'esprit e?*) U Jr f n | 8QOt jnc^menaafahjea" ^.granleur da l'a ne soulevaJe isqu'a .l'anantissement de cellel au point qu'il abdiqua son .p. mer tat, pour cette 4 lia. Au :JM P uma ni aucune parjle ne pmt aecrire I amour iniini qui remplit • iœar de reierneletquiTell eTw 89 . 9yauine de ^iendeaf el de rlicij pour demeurer parai) nous, dlivrer nos Imes 4? la mon et ablir la paix sur Is terra •i U bonne volont eqlre les b )mmes. ADOLPHE SCOTT, D.V.8. i— i lfaissance Monsieur Lon Renaud et Ma me, ne Cslixte, nous ont tait part de la nais


PAGE 1

'ILATF1 LE MATIN— 18 Dcembre 9b toi Vie nt d'arriver |o lort stock de marchandises en porcelaine foenee Emaill lnricau, biuuierseu verre, miroirs, famux, joupeetn poiceli ine, sorbetire, etc, etc. Mes reliq'eUSi S Spciaununl pour la liu de i'An: lampes lu trique* de tous genres. 'piatraux de toutes lar ,eurs, fond en boi* avec vure cl dcors. Mb pour lable.sceaux biscuits, pots fleu. 9 ,service caf en CrU a liqueur en argent, beurriers en argent, pendulettes H sur marbre etc, etc. tableaux eucadrs Je toutes dimetipions. Jouets LUCIE EWALD lariasin Central L'Ancienne Pharmacie Centrale. mBaby Peggy Etoile rfTJNIVKRSAL dans "Le Patlt Chaperon P.oujie" i .• i. yio...de la hou. ha .t tmimnjrj* nmiwnnr .1*. l'Milancr. On dam" apprendra aux toul Jeun. .ifnne. ~ bmarr le. drnt. rHullireiwnt deux loi. par Jour. C'aat Tuneuv. .... '-•'habitude* qu'on pulua Icu. ••onuer. La pte dentifrice Kolynos est 1 dentifrice idal pour lc3 ci.fants. Elle nettoie parfaitement sans jamais endommager le prcieux mail qui recouvre les dents. C'est de plus un antiseptique inoffensif qui dtruit ks millions de germes nocifs de la bouche et de la gorge. Les enfant s la trouvent trs agrable. Grce elle, leurs dents resteront belles et saines au cours des annes. Ds maintenant, donnez vos enfant cette sre protection contre la carie et les maux de dents. Habituez les se brosser les dents rgulirement deux fois par jour, matin et soir, avec la pte Kolynos. PATE DENTIFRICE KOLYNOS Alnminiun Une N w-0 lus'ASouth AmericanStearoshi Co Ifti r > roelrxa.ir^ dpart direct pour Port-au-Prince "• Hai i £c Steamer 4Uk ayant, tatt c 3levu>Odarv* lo IJ ttia <$t>rt ait £ncc> Us %4 CLOCC t5o tonne* Je maic&anoitau. JJe steamer eMarita UtT, 9lc# Ol'aiU Ce 1A IHtecUmenL pour ^orx-aujfelUanur <£lrtenl* taiMeia c 3t.-c\!iun^ (^ S4eem(te pour lou* [c$ porte (VOUli. ^cHt-aa-^tlrvcc^, te iS tycombu* \r panuplctenienf 50 franc, par jour Bieme MM quilliT Mipklt, fr, r J partout il.m W nioml..ni .T. i buta IMTWWM a.-live. wri.n-f p"ir pltciiirnl facile (luiiinlil par le '.uiiim mclil Kranraii. Ecrire : BOCH, t* Hue S|-Ferrol. M MAK5t.ll Lt liance) BELtf M. lliHt „ lett oU par l* PILULES 0R1ENTALLS AaVS3> sagg^ 1 • -ait >uni>M ubero**^ Ccmraunie Gnrale Transatlantique Le m Carabe parti de Bor .ie:ux :e i couriint e-t allendu as Po-t n Prince le 24. Il repartira le lendemain d. sot t tiriu* pour Sai.iisgo dt Cuba tt '8 ports du 'ud De retour i'ort au Piinre le H ianvir.il ie|i>il ra e mme joui tour e HAvre via 18 ,oils du Ncrd. Puerto Plate et Stn Jum. Tort u Prince, lODeieubre 192:1 L'Agent, E. ROBK. IY flie Hoyal Mail Sieam Pack 1 fi o npany ,l iteamft .Tab. ra e.l attendu • Jacmel.le il Dcembreprocb'te ciargeia tous les po tabaiU c* ireoteroenl pmr PK'irpe. forlai P.iic, ii .*•••• 1025 J. DWLtEft Ir Agent gnral pour HlHI km matrimonial Je fouign, Joseph Dagennr. de la section de la Crte Br e Viitlalbis; tais savoir tp public t t au COILIUHC que je ne nw plus rthpousable des actes et acions de non l'pouae, ne Anne Marie Lonelie Devoir qui a abandcou, d puw l\ moi le IftH maniai.ne Vian en divorce d vaut tre ialente. Cr-Ve D '.e (Mirtbalais) 17 ceœbre 9i?: Joscp b DAI.F-NOH jejnire u CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES d* DELORT, PharmacUn, U9, Rua si(i'-Ai.ojna CF8T LE MEILLEUR nEfl PURGATIFS r poRT.An-P*CB. aLaTnTMMl Pharmacia *J-7, TI af on %  •• l bon F, 0. Pierce tmw Maison d e confiance et de rpattto monHiple tablie *n 1847. la Qualit des peintures de F. 0. Tierce Co, M loule concurrence. Toute? sortes de Peintures, Ternis et Ocres. Cire,"uile et ff MS pour MiBiililss tt parquets Tlflany Poroetain K.namel : ,'toutes nuance.. ) lmtta i..J n.tfa te da la porcelaine. Donn lit une surfil e ex;3ieTme e „ d t J |>rUrante, dure et la.abie. Pelnur, Idale oour meubles en gnral. l'orceuo Varnish Staii : (^eutes nu.noaol.ImUi ion ut H<. tous les bois de valeur: acajou, obno, S's d^e eufAnlurVidale uour la re.tauraliu l Ta\htr,u^^ m* m- l'eau cliaudo & l'Uu froide. HoofTite : ( nuancis diver.es ) Peinture .pdala „ ur le.toits Prpart! n M.lepaur les pays ohiu U Toutes sortes de p. iplures pour Aulomohiles, UnoU, Ma bine., Me Demal.^ U longue liste des produite de F. a Pierce Co. Vo t ouvere/ certainement, des arl.clesqui vou. intressent. Davis Baki g Powder Pondre d'ifatloi da rputation maodi.le> Qualit 4 Prix dfiant toute eoncurreneiYankee Polish G* lac Cirage pou. chautsare. A Qualit lfUnt toute toncurrence. Augmente la dure et la seupiess* de tous jpe fiiirs i,,| .ntVen liaili>mmercial *Hnci-*aand commis i.n LEO R. HBUD Prsident I. de M alleis ^ geni Gnraux 1 aison Daccarell Nous vous citons quelques .irlUles de M que te g itia \ient d-recevoir mais nous vous engageons vivement t aller le voir parce que le nom ne suitU pas. il y a la qualit, le gei.i. .1 inrll i t le pril qui suit la baisse du tl.uc et en mme ternes vous MIT./ botti con i d'autres articles. l'es cbtpeeOI de laine de l; nnrque iSeleet* la plus modra i cri alio les chapeaux de paille linc, cbapoaQi melon, de jolie loi m ^ch peaux de da-nes, cli;ipeaux lilleltes garuis. casquettes pour bom i>i)|'.iit.Les jolies ombrelles pour daines et parapluies pour D0 urnes. Un -rand choix de ca^imirs oOttleori, de diagonal no.i, de --erg • noi r et b"ru marins el llanelle pour costumes.Des gilets et de cbeubueUe* poir hommes, camisoles pour dames, chemises blancbei mille plis i 1 ai.lirs chemises couleura,cbeaUM de chaull'eurs et ch.nd.ilt de -|)ort De j lis .lerse> de soie, npo de soie, crpe de ciiine, ratin> demid i il il couleurs. Assortiment complet d'articles pour mariages ai.N que de vovages, valencienues linc pour lingerie, Sei v i eil.;d( table, bum.ss pour nappe blanc et couleur, crpu deuil et lotie liue pool deuil. Dock blanc, drill blanc et noir, kikv blancet jaune etc etc. Beurre de Table Bruun, Copeohayue Exigez, toujours la marque tHruun en achetant du beurre pour votre lable r Ce beurre ei le plus pur qu'on pour ra avoir. Ce beurre est toum /ours. /rais. Ce beurre est plus riche en crme. Ce beurre est dlicieux au got. N'oubliez pas que votre apptit est considrablement augment, quand vous mangez A du bon beurre cha* qu repas. Eu veulo partout Pour commandes directes.veuillez-vous adresser l'Agent soussign l L. PREETZHANN.AGCERHOU RUE DU QUAI VISITEZ Le Grand £aiii\r MAISON DAGGARETT RVE TR VERSIRE 206 208. ..^BH-aaMaiieige par .le nouveaux et beau* articles.



PAGE 1

.-.lijfv,— is Dcembre52S r coco coco t^^B^iit 8avon an f aif d coco saac DISHV&Co MMribMean F*Utt B a MMa PJjPpiifi Me oom aandu tle photos f\,, lft £ * t artt ,e moulant de sa voue ^prou^f^;!;,; photognipm. llouvaIle '•" %  • jnet.iei.la tlphone, le \ 0 773i'M h M Frais Jfejar Medi ( 1 Ul c .nl-alin i ent R' %  i. : i i i III d e |(I ljniol la nourr.Ye, d e l'enfanl. Bn venu* partout Dfpt cher, Simon VtVfrr Savon de MarxriUo Vr,i lalism.r, de jV unM eel d „ "u ^ fores de |, „„„„ e f 8 J*pntra mrteilleMeraeot tous A„ *• aujuurd-h„ f *ip 0Vf U fe; ,,ce e 5Œ. Or Ht cet pt n tf .... Jsva a. 00 **8BB£ -le I, ,,lcc 5 ,0 8 K S *" Pharmacies Ulcx chez, Cbristiao BOX La,COD pu e st ^ JS^SKfUSSS^ "^etd 9 „ st9Pdailsl UbU( JA n( Haclo. do WaW,, na Kiamen du augTd' I ernede§ Gnurf E(ie| fo f im 1 U < "> • peut lavVir c ?r NN,J,, m IV et mai que. 01r pc,,r ^< Une antro ^ SCOTS WHISKY* l-s partie, ,|,. T5LS !" ? b e df,ns • %  *• Am,Vi (a i„ La pl"u BM ;,?"'. ar d ."'"eux, (J(i „ PJX TRS MODRE • — fPairi^i, <'M.i< : a i f o 0?J ';>;••>. j„ ,.(<* „„„„„ WtiaotUlaiil^^i_. de.sins ra ^ 0u '.robe.. | nouveaux >> m v • Gr^ ion I 1 Voaie g.ng t4l l d soi3 K *A eur. eol> imabies clients Anv i • rau tej plu, 1,3,,,; S!*" Jf Poriftr,ipaa Id •ver sur cette pC ,,ttl1 S0,t P* !" "* h daller aij/e,,, (J ,,^', " nqaei pas/ari. icceuil vous est rserv. '• n oa 0| ,e """e 1 \ 1 s a t is e( o Ayeiil s Tk*.*-i-*' ;•••* r. Forlau-l*rin



PAGE 1

D01BCTBUA PROPRmiRB Olment Magloire BOISjVERNA 1358, Hue Amrloalne ffOMRO 30 C t. mcprt.Mt la basse.-*. ^P' u p !" u OeS. dont la bassesse est la ruern-, Jj &Ldi ce Lom n'est pas entai %  ufT.draaM aux Pl !" d X,P e -£ oui te P* de eutorw, qui Hume en^ U nJ citoyen est eelui qui dit au peuple *• %  LouiaHAVET Quotidien [TELEPHONE N*i 242 jjl^ANNE No 5684 PORT-AU-PRINCE ( Ba&fl VENDREDI 18 DCEMBRE 1925 Sans faire, il n'y a pas 4e jiisfa Finease, tou/oura /inessc Paris Bazar %  Condrns maintenant la leur du reproche lait au Prteot de la Rpublique d txer^7 la dictature. — Si la dictab ( qui est, par dbnition, le Ire exercice du pouvoir sbsojjaoflreceilains avantages de •ouvernernenSelle prsente, par Antre, de raves inconvmen's dont le pl.js vident est quelle [ dpend de la fragilit': dune vie j bu mai ne. L'exemple de l'Allemagne est rtriHE diliant au point de vue du rsultat qui pc ut tre obtenu de la convergence harmonieuse et permanente de toutes let for as vives de la nation vers un Brae but. — La supriorit de \ Vllemagnfi dans son yolu tion conomique, dit M. Victor i unnon, est de mener d tfont, ivec une gale sollicitude, tous les progrs qui peuvent contribuer sou dveloppement• k L'un des reprsentants les plus qualitis de la pense socialiste disait dans une occasion rcente Je pense au mot que l'on attribuait Goethe: J'aime mieux une injustice qu un dsordre. A vingt cinq ans, j'aurais ^rter tous les dsordres la moindre injustice ; sujourdhuique je suis, aprs la tourmente, assis tur le banc des lieiliards. j'hsite et je suis pas |o.n de croire que le plus presttnt des beoins sociaux est celui de l ordre sans lequel il ne peut y avoir de justice. U Justice m'sppari t comme un luxe que aeul I Ordre pei mettra . EH dehotl de l Allemagne, deux laits d'une impoi tance cav pitsle signals par Le Temps se sont produits dans le monde %  politique '• l'iosiauration d'un ; pouvoir dictatorial eu Italie et en Espagne. Le tienral Piiino de Kivera Va alrte I Espagne sur le chemin > dbolchevihnie. L'Italie tait-livre lanar'ih*, les socialistes taient mu1res det usines et virtuellement du Parlement o ils dtenaient le tiers des mandata. Grce la clairvoyance du Souverain, Ueuito Mussolini, modeste instituteur d un village ronnjrooj, devient prsident du Cens il des Ministres. Le 10 novembre 1922, dms un discours pronont au Parlement, il disait: €.ledemanne les pteioa pouvoirs parce que i'aOflfp'i iee pleines responsabilits. Que personne ne s illusionne sur la bu-vet de notre passage M pouvoir. Nous nom sommes propo ses do donner une discipline a h Nation et nous la lui donnerons • • • Mais comment peut on soutenir qu; notre ntuat.on portique est identique celle de llalieetden:spHgne?-LePr aident de la Rpublique ne d tient pas les mmes pouvons ,ue ceux dont disposent les dictateurs italien et espagnol, bn eftet, son action politique est enserre dans les prescriptions de la Constitution et des lois ei sa volont n'est pas souveraine. En dfinitive, ce que liuravia et les suirts considrent comme une dictature, c'est limpossmi Ut c ils se trouvent de to ; n r libre cours leurs mauvaises passions et leurs vieilles habitudes odieuses du pass. La lorce trangre qui aile au maii tien de l'ordre, en vertu des engager* nts dcoulant de la Louvention assure la st-bi t uvernementale contre toutes les entreprises audacieuses qu* pourvu t^te rl e s a gUtLuisd.-p-otesMon. Cette tbirtiouell. continuera la r.m ft phr aprs que M Borno aura fasse le Palais aux termes du renouvellement de son manda Celui qui lui succdera au pou voir trouvera encore les mmes garanties. er On croit lav.ir mrit. Mais -ron constate que beaucoup Nous avons dit que le Prsident de la Rpublique n'exerce pas la dictature. WoUSMtrovirons la preuve en cOOHWrant lai actes poliiimes de sou Goufttrnemeot -Qio>ois-tilauxlieeuc aihcerwu i •'ntlise^ Sa volont? NJII -ne loi vote p r I" Pouvoir L i • bit. C un nuit rpootr aux muni 'Stations orguie dni le bit de troubler l'ordre p -ibuc et de meure en orii la seu lia des citoyens ? -.core p r une loi qui ma huoli-e en me*un d'agir contre les aguanoM • mver.ves. Le Pouvoir LgisUt t q il %  sanction ces lois n'-st pis le* mana'ion du peuple, prte i I % %  vous Soyons prcis : il est indniable queceP'U'nr lf*latif, tel quil fonctionne actuellenrut, est garanti dans son existence par la Constitution de 1918 vote par le peuple. Ce?t pourpioi le peuple ne se plaint d'aucune dwttfura et neminiieite p-iri ta ueputtion la rvolt.Q i innirowre tout le ptfidruu point un aut.e. ou se rendra aienvn compte que j mais peuple ueej D lu salisl,i de U scurit qui lui est oierlH. „..",. SinsdwtN i< a tsignl- d-s complots qui se I a nem en Esmg'ie et eu Italie oontro la vie dos dictateur dojrt ooa*v> itoni le parler. — J> q^'.'Q; yoneoou*? C-stPouge, ceat !. ... ... .'iit ,f.'nl. dms Par chaque arroge, nous ra.evons "*£*££. do Parlume-rie, Bi|outjna. Mo 1 "^ 6 ff a peaux ai sure, pour DantM) l trt>a ^i* B }f~ Ji^^aioeda ,,aili suprieur pour iwmmes Lhapeaux Foaire quatk lf ''upaneiire r()0Q Caaaiatlars on.s a -*£!"&££ *&£$ ,ut con feottonoe. Pi-itlae. tlernlar PI me 3 pour maries an or et •*£**** &* modle. Chemiaea, cha nUsattea. Lravataa, aattaa, Faux oola aafew faire, Pour n'importa quel oadoau que vous daiit visitez d'abord le Pans Bazar et vouoortlraa'jpltis que aatlalalt. m A t> Au io 207 Hue Houx vw-a-vi ae la matton lUimbold. LE PARIS 13AZ VU mal aussi h la *^*gj d 0tti uu service d'AgranditeOBieat de photos au uray* 1 ^^Tiuli.eslcordiaUMUMUiuvtr' son K M msitiou tous les soirs. Des Clowos PdMicatioo reue Nous avons raoa le awatM 4a Bu lo de la Commune du tap U.uiou pour les derniers asoi* l'aaarei e ii2i-2->H -.ODt.cnt dmes ren-eigne J* sur I. marche des idTMato s.rviced I, Commune Ui tUet heu du Nord. Ml rrm:rcions pour e W* eitui eavoi. CHEZ \: X La dangereuse &fest TO ? > o !l'on ".cbe, ou eo. don dans ar M, ravi a qu selbrcent, dms 1 ur io nui, J'iosiuinr liiui d assassinat, nais le peupla qui n'est nullem ut lourmeute.c un me eux, par l'amhiuo du pou voir ne nourrit poiut i)ir me U px Ptmadana les ru aussi bien qu-dius .esprits, narc que la grande rnsjor.te du peuple hPtien sait qu elle ueyit J, a8 sous le rgime de U -ictalure. %  mfltQaas qu"une oplnloode Siebinkle pour par-lire moins IntelliganU? abondance .Las hyginistes nous recomman dni de ne pas boire, aprs le repas, un dernier verre deacelleut vis, si, en soupaul, nous en avons del bu douze. Us n'ont pas tout ft fait toit. Ce trebime verre n au rail sans doute pas la merve-ileuse efficacit du second La force ae rsistance de notre organisme a dee limites. ^i?de *e refaire une virginit nl. eus de repo dans une ar STu. oseure Cuvent Ur.-ajN coup de bi.n k un gilet J* M redingote qui vant perdu de leur prestige. Pendant des annes, un aptre • -, 1 son loqueuce au Notre esprit sa fatigue comme due par ge contenter \ notre corps Nous ne pouvons pas di Usa • JU da u lMf A adm.rer. trois heure de suite d eaooa ^ M noms d notre IUI^, .• % %  — r-adm.rer, trois heure de euiie stns inlerruption. M*"-..!*! exemple, de feuilleter un album voos ennuieront. Essayes u d'un trait tout uo recueil iaatc otes piquantes : vous conue n vers la On, celle meme lassitude. laissera bientt mdiflrents. La verluele mme do.t etrepra tique avec otoamUao Le camarade Xris'.ide a t sur.omm .le „ 8 te. Nou^ avons l mus par l action coungen-e qui loi valut ce b au nom. **£££££ C hauuejoursecooduir.av,c.jol m ooiaialfMa par te considrer coomo uu poieur ag (.-ni Sous -omues e-enliellement limit*-.. Voil pou quoi on se trompe lor qu ou fe.t irop souvent appela BOlri atlent.... notre ad mhation ou I notre gnrosit. Si pa.ee q e nou. tomme, vani Ux uoia avan besoin de croire, pou;' jouir de certaine, .hoses, Jue nous somme. sauU les pos Jer | Mesures swltilra. Nou* n'tions habitus ne voir l M e >lu< me dins le* cirque'. Io -quair 1 euUhe.. BJIM des M eioTdea. umotdhol, ils pavant les rasade fort au Pilaet. w plus inquitant, o art qu U vo,l h heyitette. I lad le. ir %  '-"un abandine le* -ieux main iea auldoos i|a la mvhioe et, c Aiement ne a „ incu pir Je; nllen n. des aeo3l ; u aJtre plaee uu entaul sur la bir-e h.r./.jntale du cadre ou beu pr.od en c-ouoo un copair et mirerez pla'es U j truidnn excute en pleine rue le, piodi/e* d'quilibre e,. d cri vaut de multiples cerc es c >u eaalriqaas Un quitr.me percha ses i u> pic ls sur le. peignaa.ae. gmdm.e aaasift.reiien'. corn m un singe ju>h. Et ne crov / pas que toiles es fa itdisifcs, .ules ces c ibi io et, Um e4 c e. co^ieries s.icuten on pQM f\D f ORSA. champ clos ou vitesse ralentie ; ^U U Ul\L VJl\^^ A nou, elle M font ians le^ ru-s les p!0 pma le et • t de. a iur. eiugineuse. '^' '" l c: la, ie plus menac el set*, lu malheuieui pitton ai %  asawaart nus blevtluta. oni du K - ^our 'accrohilie, que ne tondent i a uu c;rq:e et. ia uo> iioas eu fMlU applaudir leur. Io .r l*4uili'iiv.Mais.dui.*la ru-, la scurit du p lou d .it tre re. pecle. |M Etienne If Ainih les Rue* (iu latiasin de l'Etat et des Fronts-Fort" Vient d'arriver Pur Si Louis de Targett Demande de Maison Etranger demande maisou ou chambre, meubles ou nou, %  naa cri eo fer. S adrame |> i. Ka'V*'.y %  /> ieba a & Lo. C'est Dimanche P^WUJL Dcembre, qu'aura lieu il H-W Radavue V Uump* de Mars) ia S d Wl de charM o.gan..e Sii e-, dame. palwoaaall orolil de Saint Loin de lg.u. Krodatt diUWe^': erla.h'ivcmnt meneur de la toporter .on eot et tea ribuer tloal a la russie de cette balle oeuvre de pit'.. LA MAISON Maurice Etienne fils .. • Mais si, pour uous, les bo £ perdeal kml saveur et •,,ru L,-qocHaa deviennent trop asond.01. -, ela ne ti.nl ^ pa. jeu hment la iH.hl^e ue n 1 ^,^ ttm, nerveu.. L'amani est momj Irouhi par le -ou.. ^ tt maulf lepuib qu .1 a re !" M 4->mitt.lmjnt-^rl^ i le naonde. Ut *b'f ,e ,. e t 'qu'elle n'.imAt que luiL 0B J if ?o..,our. ir. heureux ^J*^ H v a des malheureux saoUefS llU roiveut t^nt de leons qu C/S impossible d. -'.nier, loul ce qu'on leur euseigor I enin. moralisa., qu. c, ne lit rien, .W lia *****f looge la liste de nos MotraT Ja Lis nous ne runirons Si Smpur tous. Kl jamais uo.is M .,,..i.ous apitoyer sur lObe KameurH qu'on nou. raconte in r a P o^^ * de recevoir "^^„ e ul tre un grave erreur : Depuis p'.usieur. jours, la* m* dec.us du b rvice National d. Hy gine procdent a la vaicmation Ses onlints dan le. cole* prives et de I Etal. „ C'est une excellente meaure.^e D en lant. il Ml remarquer que uJ.cins apra avo* enfants qui ont t immurn^s par une premire. vntcialie dant le* morefcondtee. '„. ctieMle ^'^TlS nouveau rayon de Coilliserte. ton v tnmver a de uperbi boite L "onb„,8 aoar aauux en ms ^ 3 1 ite/jrix dliam ole eo,\)n 5V*erbiyiali oeraQert etcat acheteur Pour tre belles, mesdemoiselles Il est iodiaculable que wtoBAS mie doii l'iatiessar '•• boane heure ^ l'acqihrtho dune boaoe sant, le p us prclen" (M itoof. condition-':' '• '' ', U ' Boo. s^ ni que i bU ettint. d'unlv ' l 1 notre qui ibre aby.iob |U or, •TenZir dpand en grande partie de no, musel, pui Mal eux auirflwit l aat i. jatimlUrespirstionetla. Iaai qui, en un mot, f.vori ni U. Oiveaintlona el parm • > "" une.combustion laa t !•> aliments. UreuneRIle p -i %  uatsn de as beaut. Dcela ne .aurait lui en t."-"' -"<"•'• palaque plaire ert l'un de Vo.rs; elle v lacrill. wuveal beaucoupdt umpiatpMmal I rgaat. Mtti S nos mœa sont bien kdn de la vrit, car M n asl j * BodlstM et ...X mai '' parfums el d. ird | faut voir recours, cl puli encore la beaut ne doil p 5aege:ceo>sl Ut" "V' 1 ewoodaire. I l rabe le., de ceutempler i m-ntmus pour faut modeler I i S torm-s harme i u conserver C !'• > Mjl MB musclas qii cow I "<>tre relief, qui dt-l i i < %  > %  ''' ,0i phologie; et nou. n; Jlaas L, en scUon ufH il • 'une la.,-. lle ment ils atr. pb l" 1 sc traduira psi dea co .najaleux ou pu des ligne* d'-gr*^U8e: cause de l'aovahuwemeat irais eux. \u.un remde, mme le rgime alimentaire, ne donne un ridllal anal aWcacsque laxerci | i que Celui el est doac uns ventabieeau de loovenc, an produli de besotl I la pot* '7 1 "" boarses, sslgeaal un pe ,•' • % %  ,ite, il e>t vrai, maii qui iemsnue peu pour donner beaucoup. t ue erreur com aunemeol r ptodue.t qui effraie srneidjeune. Ilcetcatte d'a [urii par lser C i c physique l< mu "• """ neux el aalllaa comme i ux de eertaius sthlu Cetl oralate nestpoiot loode, u que les rous-les de lalemma laasrveat louioor. uo enveloppemenl eutTi taopoui gtrd la uredaa lune. Noua avons pu later eu voyant, dVnii m ni ealat..r; hiim-niauM V i l 1 ' femme qui ia utaii d lercic. de force .loMtt. iuiup a n Mimes araient i i v>b es. Erreur eu re celle q i co ; fc dire que laie am i d irel able poir eoaee rver te g o Uee cer Uine foicaeat ncessaire pour-eu tenir bien quilibres In diverse parties ne notre efg.BiffBM.Kffl Gemment, une ailitudeiiouchalan. ta une te i pen heenavaul. i| pa ratoiaat .as >.us d'uo ^"uh.om bre eamme un maintieu e egant, mai ce ne eoullqu. eugg -nous errones d s j nrnaux mondaine uous taisant eeespter eomme in cieux S. qui n'e-t que m.. 'le. dch.nce, laideur en un moi. ainsi la sa.l. la lorc,. la beaut, sont trois allr.buls qui doivent Bub-ister, ^e paeter, pour lpanouissemenl c nnplcl OS t BBW humain. La jeune Ml i ne davra jmis ou'.lier qu'elle <*t dealiB. a devaaif une tuturc mare. Pour taet* Hier celle fond on malei ne el en iv ter es suite I leai usas — par eaemple la diflicu te qu pfOU j. ".... „. u l..n>m*N 10 uni sui|>.v — vent beaucoup do | m s rcuprer 1 ur svi i un" premier enl nb ' il *[ l Q di>penable d forl.i H U paroi aOJMimaie, de se tare un vrl tible k c>-rbfct BS-.culair i ue e. r.r'i l ni. U*> %  '*" ton d ittcooune v,n b .le, le. cyphose eurlou oui Bbreuse. ohts les '"le. i l'ineuffifance mueculaue, la cvx** ture, le port regi^'t • ,alo lH


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06603
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, December 18, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06603

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
D01BCTBUA PROPRmiRB
Olment Magloire
BOISjVERNA
1358, Hue Amrloalne
ffOMRO 30 C
t.
mcprt.Mt la basse.-*. ^P'up u
OeS. dont la bassesse est la ruern-, Jj
&Ldi ce Lom n'est pas entai
ufT.draaM aux Pl dX,Pe-
oui te P* de eutorw, qui Hume en^
U nJcitoyen est eelui qui dit au peuple
* LouiaHAVET
Quotidien
[TELEPHONE N*i 242
jjl^ANNE No 5684
PORT-AU-PRINCE ( Ba&fl
VENDREDI 18 DCEMBRE 1925
Sans faire, il n'y a pas 4e jiisfa
Finease, tou/oura /inessc
Paris Bazar
Condrns maintenant la
leur du reproche lait au Pr-
teot de la Rpublique d txer-
^7 la dictature. Si la dicta-
b( qui est, par dbnition, le
Ire exercice du pouvoir sbso-
jjaoflreceilains avantages de
ouvernernenSelle prsente, par
Antre, de raves inconvmen's
dont le pl.js vident est quelle
[dpend de la fragilit': dune vie
j bu mai ne.
L'exemple de l'Allemagne est
rtriHE diliant au point de vue
du rsultat qui pc ut tre obtenu
de la convergence harmonieuse
et permanente de toutes let for
as vives de la nation vers un
Brae but. La supriorit
de \ Vllemagnfi dans son yolu
tion conomique, dit M. Victor
i unnon, est de mener d tfont,
ivec une gale sollicitude, tous
les progrs qui peuvent contri-
buer sou dveloppement
k L'un des reprsentants les
plus qualitis de la pense so-
cialiste disait dans une occasion
rcente Je pense au mot que
l'on attribuait Goethe: J'ai-
me mieux une injustice qu un
dsordre. A vingt cinq ans,
j'aurais ^rter tous les dsor-
dres la moindre injustice ; su-
jourdhuique je suis, aprs la
tourmente, assis tur le banc des
lieiliards. j'hsite et je suis pas
|o.n de croire que le plus pres-
ttnt des beoins sociaux est celui
de l ordre sans lequel il ne peut
y avoir de justice. U Justice
. m'sppari t comme un luxe que
aeul I Ordre pei mettra .
Eh dehotl de l Allemagne,
. deux laits d'une impoi tance ca-
vpitsle signals par Le Temps
se sont produits dans le monde
politique ' l'iosiauration d'un
; pouvoir dictatorial eu Italie et
en Espagne.
Le tienral Piiino de Kivera
Va alrte I Espagne sur le chemin
> dbolchevihnie.
. L'Italie tait-livre lanar-
'ih*, les socialistes taient mu-
1res det usines et virtuellement
du Parlement o ils dtenaient
le tiers des mandata. Grce la
clairvoyance du Souverain, Ue-
uito Mussolini, modeste institu-
teur d un village ronnjrooj, de-
vient prsident du Cens il des
Ministres. Le 10 novembre
1922, dms un discours pronon-
t au Parlement, il disait:
.ledemanne les pteioa pou-
voirs parce que i'aOflfp'i iee
pleines responsabilits. Que per-
sonne ne s illusionne sur la bu--
vet de notre passage M pou-
voir. Nous nom sommes propo
ses do donner une discipline a
h Nation et nous la lui donne-
rons

Mais comment peut on sou-
tenir qu; notre ntuat.on porti-
que est identique celle de l-
lalieetden:spHgne?-LePr
aident de la Rpublique ne d
tient pas les mmes pouvons
,ue ceux dont disposent les dic-
tateurs italien et espagnol, bn
eftet, son action politique est
enserre dans les prescriptions
de la Constitution et des lois ei
sa volont n'est pas souveraine.
En dfinitive, ce que liuravia
et les suirts considrent comme
une dictature, c'est limpossmi
Ut c ils se trouvent de to;n r
libre cours leurs mauvaises
passions et leurs vieilles ha-
bitudes odieuses du pass.
La lorce trangre qui aile
au maii tien de l'ordre, en vertu
des engager* nts dcoulant de
la Louvention assure la st-bi
t uvernementale contre tou-
tes les entreprises audacieuses
qu* pourvu t^terlesagU-
tLuisd.-p-otesMon. Cette tbi-
rtiouell. continuera la r.mft
phr aprs que M Borno aura
fasse le Palais aux termes du
renouvellement de son manda .
Celui qui lui succdera au pou
voir trouvera encore les mmes
garanties.
er On croit lav.ir mrit. Mais
' -ron constate que beaucoup
Nous avons dit que le Prsi-
dent de la Rpublique n'exerce
pas la dictature. WoUSMtro-
virons la preuve en cOOHW-
rant lai actes poliiimes de sou
Goufttrnemeot -Qio>ois-t-
ilauxlieeuc aihcerwu i '-
ntlise^ Sa volont? Njii -ne
loi vote p r I" Pouvoir L i
bit. C un nuit rpootr aux
muni 'Stations orguie dni
le bit de troubler l'ordrep-ibuc
et de meure en orii la seu lia
des citoyens ? -.core p r une
loi qui ma huoli-e en me*un
d'agir contre les aguanoM m-
ver.ves.
Le Pouvoir LgisUt t q il
sanction ces lois n'-st pis le*
mana'ion du peuple, prte i I '
vous Soyons prcis : il est in-
dniable queceP'U'nr lf*-
latif, tel quil fonctionne actuel-
lenrut, est garanti dans son
existence par la Constitution de
1918 vote par le peuple.
Ce?t pourpioi le peuple ne
se plaint d'aucune dwttfura et
neminiieite p-iri ta ueput-
tion la rvolt.Q i innirow-
re tout le ptfidruu point un
aut.e. ou se rendra aienvn
compte que j mais peuple ueej
Dlu salisl,i de U scurit qui
lui est oierlH. ..",.
SinsdwtN i< a tsignl-
d-s complots qui se I a nem en
Esmg'ie et eu Italie oontro la
vie dos dictateur dojrt ooa*v>
itoni le parler. J> q^'.'Q;
yoneoou*? C-stPouge, ceat
!. ... ... .'iit ,f.'nl. dms
Par chaque arroge, nous ra.evons "**.
do Parlume-rie, Bi|outjna. Mo1"^6 ffapeaux ai
sure, pour DantM) l trt>a ^i*B}f~ Ji^^aioeda
,,aili suprieur pour iwmmes Lhapeaux
Foaire quatk lf ''upaneiire r()0Q
Caaaiatlars on.s a -*!"&*&$ ,ut con
feottonoe. Pi-itlae. tlernlar
PI me 3 pour maries an or et ***** &*
modle. Chemiaea, cha nUsattea. Lravataa,
aattaa, Faux oola aafew faire,
Pour n'importa quel oadoau que vous daiit
visitez d'abord le
Pans Bazar
et vou- oortlraa'jpltis que aatlalalt. mAt>
Au io 207 Hue Houx vw-a-vi ae
la matton lUimbold.
LE PARIS 13AZ VU mal aussi h la *^*gjd0tti
uu service d'AgranditeOBieat de photos au uray*1*
^^Tiuli.eslcordiaUMUMUiuvtr' son KMmsitiou tous
les soirs.
Des Clowos PdMicatioo reue
Nous avons raoa le awatM 4a
. Bu lo de la Commune du tap
U.uiou pour les derniers asoi*
l'aaarei e ii2i-2->-
H -.ODt.cnt dmes ren-eigne
J* sur I. marche des idTMato
s.rvice- d I, Commune Ui tUet
heu du Nord.
Ml rrm:rcions pour 'e W*
eitui eavoi.
CHEZ
\:
X

La dangereuse &fest TO
? > o !l'on ".cbe, ou eo. don dans ar
M, ravi a qu selbrcent, dms
1 ur io nui, J'iosiuinr liiui
d assassinat, nais le peupla qui
n'est nullem ut lourmeute.c un
me eux, par l'amhiuo du pou
voir ne nourrit poiut i)ir me
U px Ptmadana les ru
aussi bien qu-dius .esprits,
narc que la grande rnsjor.te du
peuple hPtien sait qu elle ueyit
J,a8 sous le rgime de U -icta-
lure.
mfltQaas qu"une oplnloode
Siebinkle pour par-lire moins
IntelliganU?
abondance
.Las hyginistes nous recomman
dni de ne pas boire, aprs le re-
pas, un dernier verre deacelleut
vis, si, en soupaul, nous en avons
del bu douze. Us n'ont pas tout ft
fait toit. Ce trebime verre n au
rail sans doute pas la merve-ileuse
efficacit du second La force ae
rsistance de notre organisme a
dee limites.
^i?de *e refaire une virginit
nl. eus de repo dans une ar
STu. oseure Cuvent Ur.-ajN
coup de bi.n k un gilet J* M
redingote qui vant perdu de
leur prestige.
Pendant des annes, un aptre
-, 1 son loqueuce au
Notre esprit sa fatigue comme due par ge contenter
\ notre corps Nous ne pouvons pas di Usa JU da u lMf.
A adm.rer. trois heure de suite d eaooa ^ M noms d
notre iui^, . r-- -
adm.rer, trois heure de euiie
stns inlerruption. M*"-..!*!
exemple, de feuilleter un album
voos ennuieront. Essayes u
d'un trait tout uo recueil iaatc
otes piquantes : vous conue n ,
vers la On, celle meme lassitude.
laissera bientt mdiflrents.
La verluele mme do.t etrepra
tique avec otoamUao Le cama-
rade Xris'.ide a t sur.omm .le
8te. Nou^ avons l mus par
l action coungen-e qui loi valut ce
b au nom. **
Chauuejoursecooduir.av,c.jol
m ooiaialfMa par te considrer
coomo uu poieur ag (.-ni
Sous -omues e-enliellement
limit*-.. Voil pou quoi on se
trompe lor qu ou fe.t irop souvent
appela BOlri atlent.... notre ad
mhation ou I notre gnrosit.
Si pa.ee q e nou. tomme, vani
Ux uoia avan besoin de croire,
pou;' jouir de certaine, .hoses,
Jue nous somme. sauU les pos-
Jer' ..... |
Mesures swltilra.
Nou* n'tions habitus ne voir
lMe>lu< me dins le* cirque'.
Io -quair 1 euUhe.. BJIM des M
eioTdea. umotdhol, ils pavant
les rasade fort au Pilaet. w
plus inquitant, o art qu U vo,l
h heyitette.
I lad le. ir ' '-"un abandi-
ne le* -ieux main iea auldoos i|a
la mvhioe et, c Aiement ne a
incu pir Je; nllen n. des
aeo3l ; uaJtre plaee uu entaul
sur la bir-e h.r./.jntale du cadre
ou beu pr.od en c-ouoo un co-
pair et mirerez pla'es
U j truidnn excute en pleine
rue le, piodi/e* d'quilibre e,. d
cri vaut de multiples cerc es c >u
eaalriqaas Un quitr.me percha
ses i u> pic ls sur le. peignaa.ae.
gmdm.e aaasift.reiien'. corn
m un singe ju>h.
Et ne crov / pas que toiles es
fa itdisifcs, .ules ces c ibi io et, Um
,e4ce. co^ieries s.icuten on pQM f\D f ORSA.
champ clos ou vitesse ralentie ; ^U U Ul\L VJl\^^A
nou, elle m font ians le^ ru-s
les p!0 pma le et t de.
a iur. eiugineuse. '^- '"l c:
la, ie plus menac el set*, lu
malheuieui pitton
ai asawaart nus blevtluta. oni
du K - ^our 'accrohilie, que ne
tondent i a uu c;rq:e et. ia uo>
iioas eu fMlU applaudir leur.
Io .r l*4uili'iiv.Mais.dui.*la ru-,
la scurit du p lou d .it tre re.
pecle. ___
|M Etienne If
Ainih les Rue* (iu
latiasin de l'Etat et
des Fronts-Fort"
Vient d'arriver
Pur Si Louis de Targett
Demande de Maison
Etranger demande maisou ou
chambre, meubles ou nou,

naa cri eo fer. S adrame |> i.
Ka- 'V*'.y /> ieba a & Lo.
C'est Dimanche P^WuJl
Dcembre, qu'aura lieu il H-W
Radavue V Uump* de Mars) ia
S d Wl de charM o.gan..e
Sii e-, dame. palwoaaall
orolil de Saint Loin de lg.u.
Krodatt diUWe^':
erla.h'ivcmnt meneur de la
toporter .on eot et tea ribuer
tloal a la russie de cette balle
oeuvre de pit'..
LA MAISON
Maurice Etienne fils
..

Mais si, pour uous, les bo
perdeal kml saveur et -
,,ru L,-qocHaa deviennent trop
asond.01. -, ela ne ti.nl^ pa. jeu
hment la iH.hl^e ue n1^,^
ttm, nerveu.. L'amani est momj
Irouhi par le -ou.. ^tt
maulf lepuib qu .1 a re m
4->mitt.lmjnt-^rl^i
le naonde. Ut *b'f,e ,. et
'qu'elle n'.imAt que lui- L 0B Jif
?o..,our. ir. heureux ^J*^
H v a des malheureux saoUefS
llU roiveut t^nt de leons qu .
C/S impossible d. -'.nier,
loul ce qu'on leur euseigor I '
enin. moralisa., qu. c, ne
lit rien, .W lia *****f
looge la liste de nos MotraT Ja
Lis nous ne runirons Si
Smpur tous. Kl jamais uo.is M
.,,..- i.ous apitoyer sur lObe
KameurH qu'on nou. raconte
inraPo^^ *
, de recevoir "^^eul tre un grave erreur :
Depuis p'.usieur. jours, la* m*
dec.us du b rvice National d. Hy
gine procdent a la vaicmation
Ses onlints dan le. cole* prives
et de I Etal.
C'est une excellente meaure.^e
Den lant. il Ml remarquer que
uJ.cins apra avo lrr. Le vnn. ne reviennent <<<
po r e rendre Btpie s. la u|#l
a U iu.moi..Ur. cet
viite est iudi-pe sabir car, i
est absolument inuli e d. co iain
dre une seconde atcinalioa}>*
enfants qui ont t immurn^s
par une premire.
vntcialie dant le* morefcondtee.
'. ctieMle ^'^TlS
nouveau rayon de Coilliserte.
ton v tnmver a de uperbi boite
L "onb,8 aoar aauux en ms
^ 3 1 ite/jrix dliam ole eo,-
\)n 5V*erbiyiali oeraQert etcat acheteur
Pour tre belles,
mesdemoiselles
Il est iodiaculable que wtoBAS
mie doii l'iatiessar ' boane
heure ^ l'acqihrtho dune boaoe
sant, le p us prclen" (M itoof.
condition-':' ' '! '' ',U' '
Boo. s^ ni que i bU
ettint. d'un- lv ' l1 '
notre qui ibre aby.iob |U or,
TenZir dpand en grande partie
de no, musel, pui Mal
eux auirflwit l aat i. jati-
mlUrespirstionetla......Iaai
qui, en un mot, f.vori ni U.
Oiveaintlona el parm > "" '
une.combustion laa t !>
aliments. ,
UreuneRIle p -i '
uatsn de as beaut. Dcela
ne .aurait lui en t."-"' -"<"'
palaque plaire ert l'un de .
Vo.rs; elle v lacrill. wuveal beau-
coupdt umpiatpMmal I rgaat.
MttiS nos ma sont bien kdn
de la vrit, car m n asl j *
BodlstM et ...X mai ''
parfums el d. ird | faut
voir recours, cl puli encore la
beaut ne doil p
5aege:ceo>sl Ut" "V'1
ewoodaire. I l rabe le.,
de ceutempler i "
m-nt- mus pour
faut modeler I i S
torm-s harme i u
conserver C ...... !' > Mjl
MB musclas qii cow I "<>tre
relief, qui dt-l i i <> ''' ',0i
phologie; et nou. n; Jlaas
L, en scUon ufH il
'une la.,-. lle"
ment ils atr. pb l"1 sc
traduira psi dea co .naja-
leux ou pu des ligne* d'-gr*^U-
8e:, cause de l'aovahuwemeat
irais eux.
\u.un remde, mme le rgime
alimentaire, ne donne un ridllal
anal aWcacsque laxerci | i
que Celui el est doac uns venta-
bieeau de loovenc, an produli
de besotl I la pot* '71""
boarses, sslgeaal un pe ,'
,ite, il e>t vrai, maii qui iemsnue
peu pour donner beaucoup.
t ue erreur com aunemeol r
ptodue.t qui effraie srneidjeune.
Ilcetcatte d'a [urii par lser
Cic. physique l< mu " """
neux el aalllaa comme i ux de
eertaius sthlu Cetl oralate
nestpoiot loode, u que les
rous-les de lalemma laasrveat
louioor. uo enveloppemenl eutTi
taopoui gtrd la uredaa
lune. Noua avons pu later
eu voyant, dVnii m ni
ealat..r; hiim-niauM V.....i l1 '
femme qui ia utaii d lercic.
de force .loMtt. iu- iup a n Mimes
araient i i v>b es.
Erreur eu re celle q i co ;
fc dire que laie am i d irel able
poir eoaee rver te g o Uee cer
Uine foicaeat ncessaire pour-eu
tenir bien quilibres In diverse
parties ne notre efg.BiffBM.Kffl
Gemment, une ailitudeiiouchalan.
ta une te i pen heenavaul. i| pa
ratoiaat .as >.us d'uo ^"uh.om
bre eamme un maintieu e egant,
mai ce ne eoullqu. eugg -nous
errones d s j nrnaux mondaine
uous taisant eeespter eomme in
cieux S. qui n'e-t que m.......'le.
dch.nce, laideur en un moi.
ainsi la sa.l. la lorc,. la beaut,
sont trois allr.buls qui doivent
Bub-ister, ^e paeter, pour lpa-
nouissemenl c nnplcl OS t BBW
humain. .
La jeune Ml i ne davra jmis
ou'.lier qu'elle <*t dealiB. a de-
vaaif une tuturc mare. Pour taet*
Hier celle fond on malei ne el
en iv ter es suite I leai usas
par eaemple la diflicu te qu pfOU
_____j. ".... . u l..n>m*N
10
uni sui|>.v
vent beaucoup do | "m*s
rcuprer 1 ur svi i

un" premier enl nb il *[
lQdi>penable d forl.i h U paroi
aOJMimaie, de se tare un vrl
tible kc>-rbfct BS-.culair iue
e. r.r'i l ni. U*> '*"
ton d ittcooune v,n b .le, le.
cyphose eurlou oui B-
breuse. ohts les '"le. i
l'ineuffifance mueculaue, la cvx**
ture, le port regi^'t ,alolH


haut en sont une cause frquente
i ai-fer*.Hom ,i, .qjfft J
l'Aremeul l attention do tous ri!
LMATN-. l* Dcembre 192K
Conseil d'Etat
A la sance da M matin I)
OMT QUATRE VINOl six i/
wmo (G. 14186 OOOj a ff
P?rtei!''"'<' Travaux P.b.
pour Jea travaux de tonauc
ton da routes, etc. au j
jents po,,? da la Hpubliq,.
if wuce demande est voua
pari laaenjble-
IO Ire du par de hniit ainsi
ouela d,acuion daiX
fions des sections r-inies do*
FJnancea et Intrieur .5 fi
g^ondeapropritaiminab-
Dne nouvelle, maison
le commerce
lue nouvelle maison de corn-
C^MulM I loccasioe del
no d'un ne.
IoV uue ,:n,ru re-
joua; et du Maga-m de l'Etat, Cn
* de la maison Reinbold '
tuSJ h,r,ve des 80,,,i"''8 pour
homme., du chemises, des I,', e
Kekic tons objetsiqui sathrferoul
im dsira lesplei divers
Messieurs Ocboa ci eu, iMlll(1
"......f laar!K
^^UdjfficH^dwgeXmo:
fi " :-' M' P aux amateurs de
nnes tastaona qui trouveront le
m* pin de $q [a d '
3^ * oeil d.l
petits bouteilles
" La Aldenon j est nu ebamne
rares p e r a o o u e a qui ront
tSLVT ,e P"*S d
eux.Idevra coulera toutes les
tftar,,p........S?8S
J1 n'esl PMcaei tissay le : .
A propos de |a dcinoii
V /Mmt liant..
HOU de lossoul '
"fa, do'js vengerons do ionr "
Me reprsenlaot de Ja Toiw
Tarj* o. p| conMnlir ,L'
? d'iMmbre.,..,! ,
rr,,,,,,e. N, som-n.,- ,,,"?
nr IV ,,',* ""'"P wpl<
KJ,.;'r: " "
EfifcSSS
J0,l MMMi, Mon| J| Tt
S* o w, ,b.,,nnw g J;
aiiraaxa
BLE
ti crise minift^ielle
. Pn AMema(,ne
BKR..|.\_ Apr,i, con^ren
ce avec le Marchal Vr ||id,n
purg a la rreariolitrasseSchoios..
MDrlIaah !ra 1er du parti central
pr.iM.en, a dHarrf a la presse
M il aa I accept l'offre d* for
Jjrt al Marx. Le* popu dclar qu'ils taient prt, en
irer ,1ms le nouveau m'oM-e a
condition que Us socialistes moii
"ent leur programme conomique
Nouvelles diverses
Paru- Mr Paul Dmimer ci
prMdamt de la chambre, a acce
6 le portefeuille de, lininces lai!
* vacant par la dmission de Mr
Loucheur.
VlrBrianlaprsentlaclum
hSi TV de r*Wao de
traits de T.ocarno.
TEIII-:^v, U nouveau Shah
J? Pawa Ri Khta s-e9, pr ^.J
*l la progrs de U 0Hi,.
HELGIUDK-tJner.rfe secous
qh a . re,sen.ie dans
Plusieurs reg,Q, du p,vs et no
a-nmentsur|Psc.,sdey|-*dria
ja ou.les dgftd o-U.tte iaun'
gr.ide importance
ni^'V- M Tren-lelenbura mi
"'" P'mpit.Btiairo du J**
'ni ngocier un trail de ^
lis v.vendi, est arriva Pari!.
Ces Messieurs f}
Ont voulu que 1926 marque un*
rede progri rel ptar lli[e
hre Hati.
lEtal dont.!SOatd>t^ PJrt au
a P01"- 'a fin de I aaaia r
pond une ncessit qui b<,{ fij,
sentir depuis lon^.emps.Tous ce ,x
qu. ont t iran^r sent d-ac
cord poi-auirmrqn.e PalS
des Vouvcvits leKivv.sHern
nos est rellement Pins.ar dc
granis Centres civiliss.
tiairtinnt oomp-et et ch )isi
de tissus d3 toute frafeheur dme
ple.neeten.resitisfactioQat,(H
^^'^alaportdeto,.!
s bourses. Achetez chez Knv.s
irirm.nos esi un rel p'aisir, 0
paaatrmpa agrable et eue fTa
eraeaca d'caaooiiiar '
J^tHL!* w*a*i
personnellement Ion de son Ter
m roraga al le .took taot rr
nouvel plus frquemment
Partout ailleurs o\t esT sir 'de
rouver a art. agd des alffai
rois o.ssupriwes
dus ailleurs. J
On a dsormais un but q.nD {
?" Jescen; a ville. C est le r!n
d/vous des gen* chic- Puoijue
mb, ttua ti vtm Ford Sale
One Four-Door $edao
EUIIPPED WITII
nom prie fc
Malloon Tires
KleefHc oil Guage
Slifliag genr Shift
Motor Meter
In erlct Condition
PRICB AT
Maxwell < flobr
'hone m
Madame Liade
Diplme dr l'Acadmie de
eouped Paris.
Aprs un sjour de dix ans en
Europe, vient de transfrer sa
maison de c> turj Port au Prin
ce, au Bois V^rni, avec le vrai
* chic parisien.
Robes el literie le toutes sortes.
im?20?e ^l'w jusqu'
GRATIS
La maison LjssaJe, seul retr
sentant dss Galeries Lafayette,
magasins panaims, vendait le
menieur m irafa S de tout Paris,
offre aaiaoatonraa et toutes
personnes saieajtib'ai dj faire
desij.jm.nle; |M deniers 4*1
lojuea de la mahoi [I9M).
Gratis ai B >is Verna
chez Mme LISSA DE
en face Maison Ltmoth i Jrmie.
Qu'est-ce qD,
J'Ai
mort.
* pr Boncourl deeriifj
lierre
','- atd-eern Mr \|
Ml?f- Le 1er ministre,
W.N.nch.cht, a annonc que l
confrence de la Ptit. w ,
H*,, I ,.. H rel'- r.ntente
^jpla IraordinalraaaBlatfa
on tt approuves filel |M lm
f S.r;,r.Wnficaa raison
do |."r, il'UP 'eS. Prem:flrs ^00
r,ia.7,;r0,j1sur ^ 000 suivants
e ,7fl sur le reste.
ir&alculation faJ
l,<'1 I. G. Tippenhauer
-ujOijfd'bji si fauji
0 liJ""Pfw"ionlaosphrlona
ii^^ianpraluraJ iH
dessous, index du lemp 11 n* '
UftProbabUita^ipim.,.,, yjf
% nd"" eSS'? i,,mosP''rique
ude,ouH ndex du temps I.Ouga
M. Probabilits pluie: ;t.i g
lnr . vendre "
Wm P'V.1 Par''"i 'torno.
Sad.esser i Me P. |). p, jsj '
Bureau du Mvi,.n,. r
Mariage
.lMfd;,a,e" ''<'' le mariai,', ci-
v,l do -Mlle Fernande Xadrea,,
aveen t b ami le Gnral Justin
oateado, Looailler d'Elit
L'si.-mnins Uieot, p,..Tle
5n:MM og. Bonamv.mi-
pJatra ploip tentisira Paris,
2'ai ?n MoJf LouiaSalaado
et AJphoDie Jean Joiech, du
mlnva>:-. Mil. Gi-
tnd R'nMartiiijFraDciaSa:-
|ido i Louis Durand.
'-al donne le| lendemain en la Cha-
ptjla de l'rirclievch.
WOUI reiiD.jv.lons i,08 mei\
fc,stStf,tata"-
H|r olr, en l'Ealise Sienne
I" le manag,. de Kern.nH
mllh avec Me.lc IJ+SE*
wtanaaorttwndoitoTa
Je'j(;;Mm"E M";ee,MeL.i
Opl [tBO l'aumonice Melle
Jaja sSmiU, aux braa ctoM?
SI \ le. MHIe La lloncv .ua
bras de llub. il Montas
Lf oaartaae i ( i Ml ,ieil (l ,
manne Las tmoias de Viai
re. Fdga.d Li lorrsl et n, /{|ll
ks tmoins It IVpaeaa ^Iteaafa
U
Gmndesoire
rfM Dames de St-Fraoois de Sales
Cercie Pon au-Pnocien
par les Dames Salrs rrani; us de
Hfi parti*
m5 i!ca D,n" -<:- Wi'
asm loiinn,
alia Liliane C lalieni
'.i', a MrM<'rouard
10 Anlricaia Paris mono
, 'y.MM'ierreLiantaul
Jo (a Impromptu Chopta
(b) Prluda Rhane' Ba.on,
Melle Ren II ousrd
i Barrurla (. de ivno n c,Je,
.. Mle \\aoda W.aoar
Mr Max Brouaid
69 (a) Villane'le
(bi; Si mes vers avaient des
H.KMmeJcquelioeV.ard
r.Nriit ACTK
lama partie
lo Concnto de Saiut Saen,
Mme Lucie Lafontant
20 L" ') Posie de Sullv
Pradhouinu,
Velle Wanda \\,eer
Piano Mme Lucie La.on.au
>'olon Mr \aleri0
3o Romane. dB Sa Coocarto
STf* f.Valarle Caa"
liano Mme Lucis Lafaalanl
o h Rcue .le S.ba
(b) Cbaison rus e,
^Irae Alfred \eaioiiN
Wf me Lucie La?on,S
Viooa Mr\ ilariaCa,
La Miracle des Roses.
*me partie SOUPER
Elections Communales
de flira rum
vous ^vonsrp.;u aTebdl sir
Ih8^fnolre.tlBl < n
non ,,,,,,, 's o reandidal
ixprochinaa ^tiona a m-
BMtialea de M,r Rrane. a, a
O m raie el sj parfaite con-
naiaaaaea de, besoins ^Sn
da sa rille Dalala, ,,0,13 f,'
dit, on peut tre sr qu'I 4
* impuni, il iUi
i'.r..(t i ,i; donner peins aat
rtjfl ses ContfibuabK
- .Nous lui souhai'oai d
su "-'ianslesprocl. incslutt.s.
Le ^Giaoeur"
Rectifie s. f a#
U s'est gliss dausua certain
SaTWSK-dS
ce : Km hvsob di v,s m*'. '
a ie colonne. 2, K". QJ
i Commission
r t Commjaae
Conformment d l'article, ",7
%k Y* *(!** i iaot
y'i "m'!''aucWcir, ,u
Z ^/"Tiption Corn nunal*
tus*.?"!"'***
oJftPnmp'e lectorale te ru-
nira 1$ m janvier 1926, 7
neimu main, dont les h
'OmmunnI h H0*l au Prince
'GS RURB4IIX DI VOTE
SKRO.NTKrABLIS:
Pour la tte Section:
au Irdmmldepait section
prdelau kiosque de h place
Ot'ffra d:
Pour la Berne Section ,
?M Tribunal de paix sec ion
ff* et au kiosque de la place
m nue ~
Pour a 3 section:
.' Tribunal l lux Serltm
- ' ffMSqUi de ta place du
Jf M ei>detoep u- la 4me
Hton stn tenu au local ,/
f / '"n,lt de 0 essor
9 U es- reu des tnsc \p l0 s pour
cet'e section. r mr
H',par sute \di nombre if g
inscriptions rei-irsai "1 Dcem
tire, d derena t ncessa, e dins
tulle, un plus grand nombre de
bureau r,,l en terq donn avis
up.hh, ayu r, fo & tire
fVUa 1 ,ince le l7dScembral9*
Avi* important
A vendre
Avm
Aux aclionnaires de la
Banque lfalionale de la
Rpublitfttt d'Haiti.
L'Assemble gnrale annuelle
d"s actionnaires de la Rana ie V
tiona'e de le UeJUSo a^SaW
aura lieu Su Sige Soda-, Port
disrlr f"" mahn aU* flns de
discuter le rapport du Conseil
dAlm,n.,!rat,onsurla situation
de U Banque sJr |. bilan et sur
escomptes de les approuvais il
LiPi'r e'Tr,Bld"ninarles
d sir buiionj de dividendes et les
s ?"? a'-X raervM' d* Pro
11r ltefee des men>b a Si
Unse,| d'Administration et d"
dcider de tojtes autres qaeslions
C E. MICHELL
Prsident du mttU d1 ,/,**
nistration. de la U. X ft. U.
Morl tHpltal
Hier, nous annoncions qu'un
enraon de transport, a>parte-
n-int .M. Mirel Miz.-, avj t
raotara p a d* biimsati ds
H Dmi, un piton da m-n
de Ci-us qm ,ut Uie heaba
broye.
Tran^ort l*Hjpita| Qa
rai, le m ilheureux y est mort
hier soir.
LE JOUG
JBaj aahoaatto aut matiqu,
marque PORO.
Les offre seront s,, i pli cachjl
* aiwot raai* a la uirection
{oarak d s rratias Publics u"
qi'm n dlava 19..!, fc-
biarii Ii m.tii. u
L. vit,rd mut Atr visite ...
0.ra dss Tr.vaux Fab^io*!
, ''' ? du rideau n
'?" i!""' sur les chiens
P.i "LC"1' H"''i "'ll "
ilistres.reaistpes, rej^ires
La m Ion Q A ROI Vf a.
registres. UVeer8,n sloc'i de
Mie a reo-j p3P |e .
(o.,.. 1 veme, comm toa
marcha.
rjf .if.- 1 | l7r,^. .
rT i/n tfemiDd"
^ Un jardinier pour.divers Ira-
*r~_. .*. r x ^- *'
Roman par VIario.n Ofl^aja
, S*,,**0 '8 i-enfmi crasa t i',
oat-ilerasar sllssqaioal fam.'
Lab.ta; is.d,,.| e||, N-a uieU
riadb e .' e J,ug Ifni'ial
rtg* P^aaAl sur m
r les p iules dune f-mne .' Les
enfiiU n*l irais n ont ih pus des
dr>its sur la terra. Li, faite, j0
e le d a. leurs vra.mmtu..e faute,
et dont le poids retombera nce
sairenmit sjr son enf.nt ?
Au Uni de ques'io. que posj
Mme M .non Gilbert dans ea qou
veau ronm.
Kl; y rpoid pirle fait. C .1
sans doute que RM rponses at*a
du^ sont le mieux fournies pari!
aUtaejl... L'auteur noui mon.*
ceq.,.le.estenVJimuidi00're
joug des prjugs, desranc,
ni les Vieille. F,,|!, n?TT'
J* comme 0 requis flr,80,.
Le grand objet de I.
sance est de dI' U
rifiw IMma.de il, PP^11
Procurer des S' hM H
'al-ae qua fe ?*'
"'veau eomm 7.1 Jl"
-me le scalpel il i *
deTr le mW^ ux"
fin..!. c10D8c,cace et U
nal de la vie et de .
./^.touttr:!^*^
la principale p.n;e d' W
&mT&^
S^^ltnS
varluresmjstrieusese
et des routes incomprbL
caeni.sous les hmisphrsT
vritable labyrinthe ^i
g s eS el psycho!o U| W
Pa.sent les thories et.?,
pnc.pale proccupation;^1
faits ai ardemment cherchai s
nrti.rmpeur8- Le8 ",oriem
proclam avec clat que LT
Jliona centraux cachent bj
de Urne, que le corps trul
eirelabasedelmlelligenc?!
jaont des thories qu
payes sur aucune donne cm
ne. et nous voi A sentir i lu
d fcmrson, le sage de (^aeS?
* "'.J a dans! natursTtS
qkie chose d'dlusoire, aJZ
ihose qui nous conduit tod?5
en avant sans nous faire aufo
aucun but.et qui na pas wnlUsa
en nous .; mais IVuua exa .5
prient la rgion ou linL?
du cerveau ou elle a son siti ,
:'" I. maniredal-aK
divine, et certainement, ooaSH
loi immuable da la logique M
Pu1'?ef du cerveau aoBtiuJ
au del de leur champ d'opaaB
pour arriver uue conclura 3
i introspection ou la diesaciiaei
Voie. Qnefiible ide de la gr.
deur de lame Toute an,'ogieVo
J m,Lr? nBtquun de ces io.
nombrablesfeuxl?eilaire.qlpl
rJa! air,.t, el que hmC
ft"le qu. bride diu. cette o!H
aemblab'o Au ,>. |equ7^!
J/"vi.|e.'ilealremplfdM
d^^l, /.f,i,ur; mai, l7i3
Compars toute la gloire le ci?
J ei s runis n'est p(8 seulemeat
a"x yaJt leOieu et de le rTS
dune essence plus pure, elUeej
'eo.jvfedela ProVidence pS
nob e que l'universalit de la iav
lara inconsciente. L'esprit e?*)
U Jrfn |8QOt jnc^menaafahjea"
^.granleur da l'a ne soulevaJe
isqu'a .l'anantissement de celle-
l au point qu'il abdiqua son .p.
mer tat, pour cette4 lia. Au :jm
P uma ni aucune parjle ne pmt
aecrire I amour iniini qui remplit
iar de reierneletquiTell
eTw89.9yauine de ^iendeaf
el de rlicij pour demeurer parai)
nous, dlivrer nos Imes 4? la
mon et ablir la paix sur Is terra
i U bonne volont eqlre les
b )mmes.
ADOLPHE SCOTT, D.V.8.
i i
lfaissance
Monsieur Lon Renaud et Ma
me, ne Cslixte, nous ont tait
part de la nais prnomme LOTIE.
Nos meilleurs v jx au bb.
Une lame de r
coupe
Pour m ,.,, f.ut ,,, J
^'.d.r^lroulcoqp,.p,,,^ r
CT.'^-nt-ur-hcour*,. *,^ .'
( yll AuioSi/op, rMr 4. .raM
SUI i. r.p.,M lul-mm.", WfeMM
'!*' ,ouJu prflt.m.ni .miu.
" oujour. un pUiab qu. j. ,
'"' "c un "V^w." y^
ftiftast
a p. PAivuv


'ILATF1
LE MATIN 18 Dcembre 9b
------------ toi
Vie nt d'arriver
|o lort stock de marchandises en
porcelaine foenee
Emaill
lnricau, biuuierseu verre, miroirs, famux, joupeetn
poiceli ine, sorbetire, etc, etc.
Mes reliq'eUSi S Spciaununl pour la liu de i'An:
lampes lu trique* de tous genres.
'piatraux de toutes lar ,eurs, fond en boi*
avec vure cl dcors.
Mb pour lable.sceaux biscuits, pots fleu.9,service caf en
CrU a liqueur en argent, beurriers en argent, pendulettes
h sur marbre etc, etc.
tableaux eucadrs Je toutes dimetipions.
Jouets
LUCIE EWALD
lariasin Central
L'Ancienne Pharmacie Centrale.
m-
Baby Peggy
* Etoile rfTJNIVKRSAL
dans "Le Patlt Chaperon P.oujie"
i . i. yio...- de la hou. ha .t tmimnjrj*
nmiwnnr .1*. l'Milancr. On dam"
apprendra aux toul Jeun. .ifnne. *
~ bmarr le. drnt. rHullireiwnt deux
loi. par Jour. C'aat Tuneuv. .... '-'-
habitude* qu'on pulua Icu. onuer.
La pte dentifrice Kolynos est 1
dentifrice idal pour lc3 ci.fants.
Elle nettoie parfaitement sans
jamais endommager le prcieux
mail qui recouvre les dents.
C'est de plus un antiseptique in-
offensif qui dtruit ks millions de
germes nocifs de la bouche et de
la gorge. Les enfant s la trouvent
trs agrable. Grce elle, leurs
dents resteront belles et saines
au cours des annes.
Ds maintenant, donnez vos
enfant cette sre protection con-
tre la carie et les maux de dents.
Habituez les se brosser les dents
rgulirement deux fois par jour,
matin et soir, avec la pte
Kolynos.
PATE DENTIFRICE
KOLYNOS
Alnminiun Une
N w-0 lus'ASouth AmericanStearoshi Co Ifti
r>roelrxa.ir^ dpart direct pour
Port-au-Prince " Hai i '
c Steamer 4Uk ayant, tatt c3levu>-
Odarv* lo IJ ttia <$t>rt ait ncc> Us %4
clOcc t5o tonne* Je maic&anoitau.
JJe steamer eMarita UtT, 9lc#
Ol'aiU Ce 1A IHtecUmenL pour ^orx-au-
jfelUanur (^ S4eem(te pour lou* [c$ porte (VOUli.
^cHt-aa-^tlrvcc^, te iS tycombu* \
Sada el Afflack
Btie *t< Profite F or(
Jn /ace df Sperdutto
Orand aMortlment d'toffe pour tous loi gots et
H:prla dliant toute concurrence:
fe,.',X.'s\Ct^ F L*HK. vou. 6 llfl >r .
panuplctenienf
50 franc, par jour
Bieme MM quilliT Mipklt, "fr,'rJ
partout il.m W nioml.- .ni .t. i
buta imtwwm a.-live. wri.n-f p"ir
pltciiirnl facile (luiiinlil par le '.uii-
im mclil Kranraii.
Ecrire : BOCH, t* Hue S|-Ferrol. M
MAK5t.ll Lt liance)
BELtf M. lliHt
lett oU par l*
PILULES 0R1ENTALLS
! AaVS3> sagg^
1 -ait >uni>M ubero**^
Ccmraunie Gnrale
Transatlantique
Le m Carabe parti de Bor
.ie:ux :e i couriint e-t allendu as
Po-t n Prince le 24.
Il repartira le lendemain d. sot t
tiriu* pour Sai.iisgo dt Cuba tt
'8 ports du 'ud
De retour i'ort au Piinre le
H ianvir.il ie|i>il ra e mme joui
tour e HAvre via 18 ,oils du
Ncrd. Puerto Plate et Stn Jum.
Tort u Prince, lODeieubre 192:1
L'Agent, E. ROBK. IY
flie Hoyal Mail Sieam
Pack1 fio npany
,l iteamft .Tab. ra e.l attendu
Jacmel.le il Dcembreprocb'te
ciargeia tous les po tabaiU c*
ireoteroenl pmr PK'irpe.
forlai P.iic, ii .*
1025
J. DWLtEft Ir
Agent gnral pour HlHI
km matrimonial
Je fouign, Joseph Dagennr.
de la section de la Crte Br e
Viitlalbis; tais savoir tp public
tt au coiliuhc que je ne nw
plus rthpousable des actes et ac-
ions de non l'pouae, ne Anne
Marie Lonelie Devoir qui a
abandcou, d puw l\ moi le IftH
maniai.- ne Vian en divorce
d vaut tre ialente.
Cr-Ve D '.e (Mirtbalais) 17
cebre 9i?:-
Joscpb Dai.F-noh
jejnire
u
CONSTIPATION
. prenez les
COMPRIMS
SUISSES
d* DELORT, PharmacUn,
U9,
Rua si(i'-Ai.ojna
CF8T LE MEILLEUR
nEfl PURGATIFS
r poRT.An-P*CB.
aLaTnTMMl Pharmacia *J-7,TI '
af on
l bon
F, 0. Pierce tmw
Maison de confiance et de rpattto
monHiple tablie *n 1847.
la Qualit des peintures de F. 0. Tierce Co, M
loule concurrence. ,
Toute? sortes de Peintures, Ternis et Ocres.
Cire,"uile et ffMS pour MiBiililss tt parquets
Tlflany Poroetain K.namel : ,'toutes nuance.. ) lmtta
i..J n.tfa te da la porcelaine. Donn lit une surfil e
ex;3ieTmeedtJ|>rUrante, dure et la.abie. Pelnur,
Idale oour meubles en gnral.
l'orceuo Varnish Staii : (^eutes nu.noaol.ImUi ion
ut h<. tous les bois de valeur: acajou, obno,
S's d^e eufAnlurVidale uour la re.tauraliu
lTa\htr,u^^ m* m-
l'eau cliaudo & l'Uu froide.
HoofTite : ( nuancis diver.es ) Peinture .pdala
ur le.toits Prpart! n M.lepaur les pays ohiu U
Toutes sortes de p. iplures pour Aulomohiles, UnoU, Ma bine.,
Me Demal.^ U longue liste des produite de F. a Pierce Co. Vo
t ouvere/ certainement, des arl.clesqui vou. intressent.
Davis Baki g Powder
Pondre d'ifatloi da rputation maodi.le>
Qualit 4 Prix dfiant toute eoncurrenei-
Yankee Polish G* lac
Cirage pou. chautsare.A
Qualit lfUnt toute toncurrence.
Augmente la dure et la seupiess* de tous
jpe fiiirs
i,,| .ntVen liaili>mmercial *Hnci-*aand commis i.n
LEO R. HBUD Prsident
I. de Malleis ^
geni Gnraux
1 aison Daccarell
Nous vous citons quelques .irlUles de M que te g itia
\ient d-recevoir mais nous vous engageons vivement t aller le voir
parce que le nom ne suitU pas. il y a la qualit, le gei.i. .1 inrll i t
le pril qui suit la baisse du tl.uc et en mme ternes vous mit./ botti
con i d'autres articles.
l'es cbtpeeOI de laine de l; nnrque iSeleet* la plus modra i cri
alio les chapeaux de paille linc, cbapoaQi melon, de jolie loi m ^ch
peaux de da-nes, cli;ipeaux lilleltes garuis. casquettes pour bom i> |>i)|'.iit.Les jolies ombrelles pour daines et parapluies pour D0 urnes.
Un -rand choix de ca^imirs oOttleori, de diagonal no.i, de --erg noir
et b"ru marins el llanelle pour costumes.Des gilets et de cbeubueUe*
poir hommes, camisoles pour dames, chemises blancbei mille plis i1
ai.lirs chemises couleura,cbeaUM de chaull'eurs et ch.nd.ilt de -|)ort
De j lis .lerse> de soie, npo de soie, crpe de ciiine, ratin> demi-
d i il il couleurs. Assortiment complet d'articles pour mariages ai.N
que de vovages, valencienues linc pour lingerie, Seivieil.;- d( table,
bum.ss pour nappe blanc et couleur, crpu deuil et lotie liue pool
deuil. Dock blanc, drill blanc et noir, kikv blancet jaune etc etc.
Beurre de Table
Bruun, Copeohayue
Exigez, toujours la
marque tHruun en
achetant du beurre
pour votre labler
Ce beurre ei le
plus pur qu'on pour
ra avoir.
Ce beurre est toum
/ours. /rais.
Ce beurre est plus riche en crme.
Ce beurre est dlicieux au got.
N'oubliez pas que votre apptit est
considrablement augment, quand
vous mangeza du bon beurre cha*
qu repas.
Eu veulo partout
Pour commandes directes.veuillez-vous
adresser l'Agent soussign l
L. PREETZHANN.AGCERHOU
RUE DU QUAI
VISITEZ
Le Grand
aiii\r
MAISON DAGGARETT
RVE TR VERSIRE 206 208.
..^BH-aaMaiieige par .le nouveaux et beau* articles.


.-.lijfv, is Dcembre52S
'
r

coco coco
t^^B^iit 8avon an f'aif d* coco
saac DISHV&Co
MMribMean F*UttBaMMa
PJjPpiifi Me
oom aandu tle photos f\,,lft*tartt ,e moulant de sa
voue ^prou^f^;!;,; photognipm. llouvaIle
'" jnet.iei.la tlphone, le \0 773-
i'M h M Frais Jfejar
Medi(,1Ulc.nl-alinient!
R'i.:iii,III, de |(I,ljniol ,
* la nourr.Ye, de l'enfanl.
Bn venu* partout
Dfpt cher, Simon VtVfrr
Savon de MarxriUo
Vr,i lalism.r, de jVunM,eel d "u ^
fores de |, ef 8, J*pntra mrteilleMeraeot tous A
* aujuurd-hf *ip 0VfUfe;,,ce e 5.
Or Ht cet pt n tf
.... Jsva a.00 **8bb
-le I, ,,lcc "5 ,0"8 K'S *" Pharmacies
Ulcx chez,
Cbristiao BOX
La,COD' pu-est.....^JS^SKfUSSS^
"^etd9st9Pdailsl,UbU(JAn(
Haclo. do WaW,,na
Kiamen du augTd' .
I
ernede
Gnurf E(ie| fo fim
1U<"> peut lavVir c ?r NN,J,,'m IV et
mai que. 01r pc,,r ^< Une antro
^ SCOTS WHISKY*
l-s partie, ,|,. T5LS .?b' e df,ns *
Am,Vi(ai La pl"u BM,;,?"'.,"ar,d ."'"eux, (J(i
PJX TRS MODRE

f- Pairi^i,
' <'M.i<:aifo
0?J

';>;>. j ,.(<*
W Acouiv2 fous!
^SJ8?:f?.t ouverte toute ia i^!j
Ll ausjn H.Silveral
n" Mc'r dM '"" realB?."" P6"^' ,rei^
lflieat toL^coacrVeTe6"1 detou,el''^ et da/ratebeu*..*
Ba soi9 brode
Mae fil broij
< Uemiaes et |uij, -ur
Voile blano a barreS
Hatmeblaaoho -
,a.,u,.dine bianolie---
a%2 rsfi
JJeppee cou|9ur8 Ues Wenohee Aooulen-
Japiecini blanc su. -
''e.gaea 1^^?. t0U,eur SUP.
Meorae bar, e3 JJ Ppear /ap9S
lioai nos aa ee)l pour oheibi.es .
S>tiaotUlaiil^^i_.
de.sins 'ra^0u'.robe..| nouveaux
>> m v
Gr^ion
I
1
Voaie g.ng t4l l* d* soi3K*A eur. eol>
imabies clients .Anv i
'rau tej plu, 1,3,,,; S!*" Jf Poriftr,ipaa Id
ver sur cette pC ,,ttl1 S0,t P*"* h
daller aij/e,,, (J, ,,^', " nqaei pas/ari.
icceuil vous est rserv. 'noa 0| ,e """e1 \
1
sa.tis e( o Ayeiil
s
Tk*.*-i-*'
;* r.
Forl-
au-l*rin


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM