<%BANNER%>







PAGE 1

ETRANGERES F? ^ ana w BonHiin PAU ta Qu ?siion pkobulqare d : vaut la Ligue lesHuions 6E.VBVI— La gestion d ce jour du coit'U de la Ligue a t '•on<-:i.r< 5 e k IVx imeu du rapport de Ii commission d enqute sur le* incidents grco bulgares. Ksikofl, ministre dlit bulgare, a d clir qu • 1 paix ne sera effective dans IPS BalkaM qu'aprt U rftali eation du d ; sarmemeot. Le mini* tr3 gre- Renlis a dit q >e le rap psrt de la corm i*sioa qui rcla tte la Grce If paiement de 50 mil!< .'S de 1<>V9S manque de fon dment tant donn que l'enq Pte n'a p-i t fdileen due forme et qu'il e>-t probable que la Grce en appellora au triuiml de justice in teroatiooal le conseil a dcid d I renvoyer cette affaire en alleu d.t'ii q l 'elle so t de nouveau lu die pu une commission spciale dooi VI M Chetnberlaia Ishi< et lli m ina feront partit, lesvnemDlS en Chine PEKIN Fen Gyyah 8 aang % ienl d'envoyer des* renforts et le* munitions pour secourir Kuo •ioling : uo journal de Y sliipao iiiloim- que la lutte a commenc biei i ntre les loreaa de Liclrog el la ne i irps d'arme de Couru, i chu a prs I Maohaog 1 PEKI.N ')n s'attend une grande bataille IJ i aura lieu p .. bablemanl le long de la voie 1er re antre la capitale et r.enetain Le goaverneur Li Cbiog Lin u lanc un dli au Gnral chrtien Ken luu Suns'il intentait de se courir You 8)0g Lin qui est ec rbellion contre le gnral Cliaog Tso Lin. A 1 1 liambre et au 8aal amricains 3HINCT0N Le eongre* amricain a tenu aujourd'hui ia premire sance.Mr S'ieo'as Long wor .le l'Ohio, nambra du par U r| ubll :aiu, H <(•• nomm ora teur le (a i li imbre.Le programme J l : iilement comprend plusieurs P 1 nus d grande Importance I M "" '• paya dont les solutions aon titan dues ave. beaucoup d in tr> Le \> uj t de loi sur la redue lion des contributions ligure en re a er lien sur ce programme-. ies reprsentants du Maryland se soin oppos un amendement s la loi Vo ibad. WASHINGTON La prantra seau, e du lnat a l ouverte sous la prsidence de Mr Oawaa, v do!f i Va'en ioo comme r pr sailles de son aloplion de la na ti> lalit am trie un*. A ce sujet le Popoh ti l a dclar que les bins lu'iens ne doivent pis toier les ti : m s loar p r le re n4g-i' italien Le vainqueur de l'alcoolifme csl A I orlau-rpiin .' I familial q< e lu Iri-tcsse a ur 'Pre-i!eiil Plerces.Uo garon do tab'e lui a caue des b'e sures au ventre, a la tte et aux brm Vu la grasit d) s in at le Men a t ; traaspn't .\ Iln'pi tal. Le meurtrier s'.st suicide. Autour! de l.-i dette franaise aui Etals Unis PARU — •• Le J mrnal aaeora que la prochaine runion du eon >eil s'occupera de la Domioatioa de Mr II irenger au poste d'ambas -(leur aux R'a'l l ni* Le premier soin du nouveau reprsentant de la l'.ame auprs du gouvernement amricain sera de renouer les u gocialiona entrapriaea par Mr Oaii lau pour la eon o'idation de U dette. laisiance l'un prince ]apouai$ TtKItt — Les canons de la bife navile de \ akusa et la grande cloche du 1er pie de NiLko ont annoi '• hier aux Jap mais la nais sauce de la premire li le de la prii c ie N igad > • l d^ son po x le pnnea hri'ier iiiroliile. N mveU-s Diverses BERNE Hier oit eu lieu les lections municipales Les fdraux ont triomph avec 441 000 t >ix PARU — Le snat a co umen a i unlliui la discussion d'S lois eg aj*aa qui font partie dn plan li i aci r de Vlr Lnuchei.r. SAN J L'AN DLL SIJH Le vol eau de l om;lepe e t entie an acti vite. Dea secousses ie trembla meut de terre accompagnes de grondements s uterrains ont l Namtiea Les ru s de ILvad sont couvertes de cendres. PARU — Le plan de Mr Louch ur concernant la trsorerie a l approuv par le conseil des ministres. Conseil tf Etat A sa sance de Lunli, le Con seil d'Etat a vot la loi qui ouvre un crdit de 183 7!i0 go .rdes au Dpartement eeTravaca Pub'iea pool P.if lallation d'une i .lion radio tlgraphique. Le ministre de Unit rieur dc.og* -mie un p'ojel de loi qui m idiBa 1< loi du 10 tout 100e iur le domaiie Mi le Conseiller d'Kiat Placide David rapporteur des Sriions ru ni's des finances et des Travaux Puli i. promet de dpoter lia I r ochaine an>e son rnpport sur la projet de loi relatif l'acquial lion par l'Ktal des proprits im mobilirea. A cette nn^nie sance le Con aelller Placide David a dpot un priji t dr loi qui rrodilie la loi du 10 mi bis q r tiers de la villa men liai te laisse i milii aa de dollars soit environ H ; rri''ions de fiance. >- .—.. Naissance Mme L. Paul Km le I a heureusement rais au monde avant hier une lille i|ui a reu les prnon. de Ma'ie-Concept'on. Mr et Mme Len\ ROUI prient d'en faire, par: lejra mis. ASTHME ^J§ Oppression, Catarrhi Sufocatlont, Toux niro$ut$s. al <-.,.• i-l.on certain par !• %  CIGARETTES CLRT .li. POUDRE CLERT XataataT. M, Boul Ht-MhMIn, IHne el %  it-^ P i Tlte loyal Mail Sieam l'acket Company La Bienfaisance Il ame nous ranooncions, c (st le No y qui, Dimanche d rnie--, an 5m < ti >ge de la Lot rie La Biantaitioca , a ^a^n1 li*cr 2 0 3 a a^nt; le s< cou l \*A\* S OOgiurdei ^ le No |aa6Je t-ois^ned, (i 20. \j utons que le premier et !e deuxime lots pont tombal au C'P II Ititn .e six on e tir?jr aura lieu e 20 Dceti.bre pr^ch i Le steamer Kara ea a'I ndu Jiemel le ; Dcembre "O bain. I. chargera t tue le p)rts bel t|na directe ne il pour l-Kurop. La .-l %  lui i • I'III.IMI est att-ndu Jacmel.le 21 Dcembreproch lin. li chargera tous les po tshiitiecs directement pour l'Europe. Port ai Princa, N Novembre 1925 J Dl4Ii"BR Tr Ag->nt gnral pour llaili THEKEW WAHLPm Le rservoir perfeciionn dont est pourvue loule plume Wahl fait qu? l'encre n'en sort qu' mesure que l'on crit et cela sans excs. La plume Wahl n'admet pas de com i M.-', i .u points de vue de la beauti-, d: l'usage et du service tt est autant apprcie par ceux qui aiment leur confort que par 1M crivains qui tien nent aux apparences. MAXWELL Muni: 1613 Un. du ( ,-I,I, .. H*1 AL' -MOtOL HAlli THE WAHL COMPANY, NEW YORK, N. Y., U. S. A. Le S/S aia 1 venant de i'Enra f e via Stn Juan de Porto U < iierto Plata et Cap Haiten sera Port au Piince le \(> curant. Il parlira probahhment le lend main pour .Kinjjs(( n et 'e; porls Domii.icains, pr nnt fret < t psssa^f rs. Le sleimer Frida floru venant de Curai; : o.J cmel.KTgs'on srra ; ci le II courant I pat tira le n œe jour pour l t i rrre via SI Varc. Grnai'es, i H/lVr t\ Puerlo Pata, prrnar.l f;et&. pas t afa rr. Oloffsin LccM & Co, *g*nai. Comrannie Gnrale iransatlant. Le s/a. Uara.be -parti 4, i dfnx le i courant estait^* PoilanPritce le 24 ^ I) partira le lendemain de^ t.rnxe pour NHnliago de fS3 La ports du Sud ^ De retour h Port a Q Vri^ 3 janvier,! repartira'ama. k peur e Havre via les sartJl Nord. Puerto Plata et ifjM Tort au Prince, 10 Dcembre H L Agert, E. R0BELIN. Coco COCO COCi Savon au Lait de coci C0G0 Savon de Marseille 1 Vrai lalisnuin de jeunesse el de Leanl, ce savon labriqtil nui. mr ni avec l'huile pute de Coco pntre merveilleusement tous pores de la peau et la rend souple, douce et frai.-lie Dea aujuurd'hui, employ/ le Savon au Lait de Coco car 'an mk* ttmps qu'il prserve et embellil le teint dea dames, il conwrre *a* i j bbs leur adorable fracheur. %  "I Essave/ on mime temps LE WHITE ALMO.M) SO.\P. Ce deu ns sont en venir Inclusivement en gros chez sa voi Isaac i)ishy ei o] [1738 Rue Courbe 17X8 I en iliail dans tousjlcs majjasias el pliarntctei Je la place* .. -*."V 'Ut.. uctlTlN PYRAHi yrDcpa:i P las de 40 ans gurit la BLENNORRHAGIE %  t tous Ecoulements rcents ou Chroniques ]fi ] 231 ARABES QURI8 sur 233 *\ (Extrait d'un Rapport de Mdtcint d'Alger) C'MI l r imda qui i toujonr; dmn les nuillton rst attab / N VENTE DANS JOUTES BOWES PHARMACIES V'JlTo PEYRARD D'ALCER. 46. rue de GrestlU, PAIB 5TB.asPa-.i fbit.ui .ce W. III'LU -' ii luuiuuii Liae New-rlansl^ South AmericanStearnsbip Co^, Prochain dpart djroctpourl Port-au-Prince £-Iaiti ^e Steamer Jltu\ fatoeia ^l^r a IL i $tLact', ^g £t Steamer c>lrteai^ laitea* "%rOiicm D*3£atl fc A. de lalleis el Co Agents Gnraux^. Lfkts Brothers Steamship imm^ Galreston.— Tei P*oohaioi dparti U iletner lake ^Uvi laissera Oh Ive s ion le 9 do cotira


PAGE 1

LE MaT.N (0 Dfoeœfcr I95 ArtivSts pour ltlt i t c'ifl Fournitures pour installations compltes el Lampes de bureaux el de Chambre LUSTRES SUSPENSIONS Ampoules, Tulipes, Rflecteurs, i' Eers repasser, etc. SOCIT D'IMPORTATION GNRALE Angle Hues Lourbe $ Houx Port-.ii-Prlnce, Tlphone 6284U4KiL ^ : Zf .<£; V %  <. '"-* %  i La eu le teinture ne changeant pas de couleur. Q C S-TI-NL S I 5 ri pare spcialement pour le climat d'Ifati The Charles H. Brown Paint Co Geo Je: nsme & Co, Agent %  .... ****mmm i Ex^ait dufjaune d'œuf Le p'us actif des Reconstituants, end puissant et vigoureux. Recommand aux personnes faibles. Fortifie le cerveau* la mœlle piniere, les Os et les Reins. Rreweret Co Inc. Geo. Jeansroe et C t ; WORCESTm— MASS. AGENTS Fr." V..^r 2" jnl Pourquoi vous devez acheter chez Marcel AUDAIV &Cs Achetez votre Clairin fierge chez larcel Audain & ie, '' vos Gin, Wisky i\' liqueur 11 mire Rhum et vos alcools H H votre, sucre hatien ou tranger chez totra Cal/' torrfi' moulu chez votre Bire ( powenb i-au Hambourg) vos Tins de Rordeaux it M II • B Achetez aussi chez larcel Audain k c ie parce qu'il provient des meilleur.*' terroirs d'flaiti. parce qu'ils sont vendus aux plus bas prix .le la place parce que les marques qu'ils vendent sont dune puret ingalable. parce que leursjioids sont lgaux et leurs prix des plus avantageux. parce qu'il est prpar avec du cal de choix,duis les appareils les plus perlectioQu* parce que sa Iraicheur el son prix dlient toute concurrence, parce qu'ils sont vendus aul mme prix qu'ailleurs, malgr leur parce que l'accueil que vous recevrez sera des plus coartiS i\ 1903 Rue du Magasin de l'Efat ^^^%Œ3?3!@ Nos 205-209 Rue Traversire •**...• • • ", ""M • .-: ->-'



PAGE 1

LE MATIN Ig Doœbrc tWS !-' *s PUE AT! F d UNE JEUtffi EP"JUSE • Veei d •• : Varia RfsavalM latfon MataMflei de r A Varie Maladies des I :mn.es Retour ri'g Etobtiae ru n*i chaw lia GRANDS PRIX t. t vaienrtennes i • i. meut MANGET Kl .• k TFPPIPLrS DGJLEUUS DCr.£ALE3. h*) Jr4|&i U aany chars M Ai -t •i"! •!• i un M d'Impuret t, clm .... |*> i %  ut alnal la con,v li.n f;U I %  '. provoqiMi:) les c*d*mee, l i i jwtnorroid.a et detrn> n m de nombreuse, afiectlona de la peoa •miil que loua ei •ntarsx Le DEPURATIF DO JJCCiTUP. BtAMueT nettoie le tanf, viv|f>t c-( a sauiii l'orgai ume, ii n n i li i lea affecti >ni .: i-s a M combuMlun Incomplte des hiiineiiN un ralen Uaaerneai de lu iiiiiliiun (obclie, SMIun*, erupliyaame, gouiiA D tismes. nvralgie* lenaces, neuraatti. lut', Insomnies. vnh„is, acIatiQUt, lumbagos, migraines). Chez la ranime II rgularise la clr•ulatinn du fnr. facilite les poques. prtotM la formation e: vita les malaises de l'Age critique. Il claire le teint et assure la beauto le la peau. D constitue un excellent traitement de r.irtri sclrose en aba^int la lensi' n artrielle, en diminuait la viscosit tanguine et en facilliar' %  • travail des rein. C .d/ -Wt..., \^.^. _^ MADAME B. L. HUNT nous . rit s Jr tombai iu:il..lr DOUE U pnm!-re fols, fl y a nnir^n a mu |. J. prouvais de terribles iliuiK tirs dans I.,U> j • m pouvais pliu diTinil. J'avais le haut de jatnbri trs rufl et j ne pouvais pins me remuer IUUS mon lit. J avais Lirn appel le mdical, mais son traitement ne me pi*, .nat gure de soulagement. Je finis par acheter des Pilules De Witt et aussitt apr. ni nvi n pria cin.j. je COtutSiai une amlioration. Je suis actnesement dfinitivement gurie.'' 7 Glasgow Terrace, Londres, Angleterre. LeaFihdei ttfontn aMrtb leurs effets salut lires plue rapiucnienl i '. i bien moins de frais que n imp %  >rt %  viel antre remde, par suite du (ait qu'eili s parviennent immdiatement la racine du m..:, U centre mme de tous cea maux. 4 Les Pilules L'onne avis sa clientle t aux mdecins et au ouHlir. .•.; j •uiso.m son Laboratoire d'Ulogie en UQ U f M biologie appliqu sons la Dtfclion du w ""*ciit j Drivent et t. Sjourn U laboratoire est cuvrrt loua les io irs de 7 h-m du m.n , neures d. s >ir pour lojt :< les !" herches et anilv. ; n r Ami?i: s'annonc -, ci jointe, saut poar le p !" H WtSMimanii et 1 i eoi atanto Ure-ScrAM m A S 1 !?* VS Ufl ie ; r,ii d3 cha oe Sraai ^Sadrto vin i'hirmi-v. pour lei reatalgis) fl n ioah^d'iirises't 5ur,L>jstriqu^ Slav.ion de Wassj'maun B.c'ion deTfirouUi Rtami n du sitsjr ot di nm -x&uen dMnii wifiagpi %  nen de c*^V: /Hbumino ricnJ G)i.siante UroSecr/i '--. /^•-<^-JBjSJl>. Tailleur COrPE MODERNE 1515, Hue du Peuple p qu en lace du II izar llropolitdin Tlphooe 683 POHT-UJ PRINCE Les enfants adorent la GADUASE dlicieux Sirop tram bois qui ~ % %  • remplace avnnt.iTT geusement l'huile de (oie de morue llfimpianll. indigeste et trop facilement altrable la chaleur. La Gaduaae purifie le sang, stimule I apptit, favorise la iroitsanre, accrot les forces el la rsistance aux maladies. Produit expriment avec succs — dans les Hpitaux franais. — En vente dans toutes las Pharmacies. Ait! Cb MAf.NANT Le plus grand r'J grand Bai IH g Blienl 2 (ois J plus ipte le petit. I § ms prouve/ qrelqua dlfllculU maj n MUIM les t• %  M I ^--* autueiitiqcHM "De Wm" ailn-ss,-/v no rendei vialt .i la p'iauiacia J'jexiiui !.*•'. I. Kort-a l'uu* FOX^JROT S E* T? r v ^'1 ST %  ? H? i R\ 111 &^ "-* QliA^lT, PRIX MODERES. JrtstoM hm & mu %  sh-ea. Sont les iiiiMlleurs. F.p*\froi (i'entrplien dune automttlile dfjte) dent beaucoupijd In qualit deprsu* do*ton se$erl>Le pneu $1 RESTONS fk'mt pan un prt u bon %n&rch,cela e*t b'f) vrai,maite pneu Flrentone rut d'une longue dure, et se* qualt* *icial<* d'eapanm irotgem beaucoup la voiture contre te§ ecoue s* perptue lie* dr i*t vu jours IV//. u e itutoiflofrU •• V;i< ttomurcA ma : nt<* a t un bon unxrtim <*' de lireghie Pneu el Tubas Cl-/ M< ieurs Luciani I Del Perco, Cap-Hailien, F. slmn se, Port-de-aii, F. 0"""M* %  V.tit-fjive J. \). lonard, |ui Cayrs.ou chez l'Ifjenl Onral a Port-an Prince, r t<^JjQJ Hue du Qiia ^•^ E 310 Rrie Itonne Foi s r Pansl-i LpunteM Bito pr< ssi< Djlandwiclrsioijtesijiiililt's < > t)inln La Taverne reste ouverte toute 'a nuit TELEPHONE: 771. La maison H. SilverJ Ce u qui n'o.it'p*' entor vu le s jolws irlicles define9at| de re-evjir.'/i mtUoa SILVKH V diivat, Htru leir int:At,s'ejj)JU de MtMf cUe nuioi, car nul p ni i;> -n [leuv^il IIOT* baaux ariidet \ dM p'ii ni. nmbles : Nos article* nnl vri m-ni j t->ito ls 1 1 • et 'ls frii:leur,t| liiient trata eooeoirt .ce. Villa* 00 iL.ir barres Biis s dfntelies I !.> suie brode lias fil broi Tulle pour premire ('omuiiinlor. Jouverturos blanche et couleur Slip. I!;u J.; -Lr • Jjt: i Made ra 'uour cliomises et jupes V r oile blanc ;'i barres Ililtine blanche l'iahardine blanciie L'-pou bl.mo e: ooulearl Jour Voile et couleut uni ClMiniseUes allemanis sup. 15r.ib:i!it noir aaglals Imitai ion toile 'crue Serviettes de tollettets blanche Acoultal Nappes couleurs lapis Cir blanc sup pour tables Molletons blanc et couleur sup. Peigues fruaais & amricains Organdi blanc & couleur Lainaije couleur anglais sup.pour jupes Madras bar, es de soie pour chemises hommes Satinetto foulard pour robes., nouveau* dessins i)amas6 anglais (ir.matelas^Joubla lr Crpon -i cafreaut de soie et Heure sol Voile ging'ia n, Aimables clients, vous qui vouiez porteMlJ Irais les plus beaut tissus qu'il SJ'U pwL trouver sur cette place, ne manquez P* 8 i. d'aller ailleurs -h pn>er e'uz^noi o • ml acceuil vous est rserv. 110'litic deCan. Port-au-Prince,



PAGE 1

DOCTEUR PROPRWTAiWS MPRMEVB tlmeo: May loir e 1368, Hue Amricaine UOtfRO i() CENTIMES Quotidien TELEPHONE N242 De toutes les passions, la plus charmante e'esl l'esprance. C'est elle qui nous entretient U qui'nousjnoun il, <|ui adoucit toutes les amertumes de la vie; et souvent nous quitterions des biens ellectils, plutt que de renoncer nos esprances. ( fiossuei fl* ANNEE No 5677 PORT-AU-PRINCE ( HAlTl > JKIDI m DCEMBBE li>25 Hnnlli bnJ( potltlqm. un* MU Finesse, toujour [inesse U SITUATION POLITIQUE l'a jour, \ ipolon posa brus quetnent son incoroiarable oinistre do la l'olu-e. loucha )i question suivante : Joe tefici-vous si ji! venais mourir (l'un coup de canon nu de lo H mire ac.ido:t ? — Siro, repu dit KouJi, je pren rats du pouvoir autant que j '. po trnis peur ne pas tre donnin • par les /vnfments.— A l i h nne li ure s'cria Napolon, c'est le dro.t du j u %  %  Voil une rplique que pournit taire le Prsident Homo tocs crux qui, u'ayant pis une ide assez nette de la situation, wraient tents de_croire que les macii-uvrs auxquell. s se livrent les adversaires du Gouvernement sont susceptibles de produire le moindre rsultai nonire la rlection. — Il s'agit de ne pas tre domin par les 1 vnements . coo Sar une invitation du Douleur Gaston Dalencoi r, qu lquesl po i'iciens se >o t runis dalles sa'o s d M |Annulysse Anr, en vu; d prendre ceiUDes mesures contie l'action gouverneur ntale. En quoi a situation politique s'fn trouve-t die moiilie ? — tt quelle est Ile, cette situation politique ? llsunions.-la en quelques mots M. Borne, le Chel constitutionnel du tiouvernement Initier , selon ia deliniMon du Tribunal de Cassation de la R publiqup. a iceept, sur lus instances *d11 part'-national p r-Rressiste, archmer, de l'Vssemble nationale, le r< nouvel iement de sou mandat prsidentiel, ainsi que la Constitution lui en nonne positivement le droit. La grande majorit des Hatiens CM saustaite de l'admiuis1 IralioQ de son Gouvernement, causj des h?ureux rsultais q'ii en ont dcoul depliis l'lection du iU avril l.22 L'ordre est ^a ranti, gr:e aux < ressouras de la situation -actuelle '• Le liaitvernemaut nation il ainsi que celui de Washington n'ont aucune inquitude qu'il so;t troubl par les agitt urs po'e sonDell. La Convention d-? 1 l Ji\ conclue entre les Lots-Unis et lluti, est en pLine excution. LM < bases nouvelles i sur lesquelles doit h'eJilier un meilleur avtnir national sont posej d'aprs unecomprehensioo b n claire dj nos rels intrts, di r.otre si.ualion par rapporl aux Eut Unis d'Amrique en mme temps que de la sauver ude de notre Souverinet nationale. En prsence d'une telle si tuation.que p;ut l'agitation inutile des groupes, pars ou coaliss ? '^La formation de la nouvelle ban le politique, dite d'action nationale,ne constitua point un la t cipibL' di mo lilier h cours des cv.-.i rnents. Lesilbrts de c lia socit serout Mlii vaii.s et inpuissants que ceux de Top positi ta dont elle n'est, en ralit, qu'une mtamorphose. Quelle? ides nouvell s ont fait l'objet de sa dlibrai ion ? Le 5 questions agites sont depuis longtemps en discussion dans la presse. L s p rsonnes qui ont pris put la ru non on< connues quant Uur t pnion et leur ambition poli iqu • Si on s'applii'ie analyser cette runion, ali i de bien en dterminer le c uretre, on ne tar lera pas reco inaiire qu'all trahit la proton l 1 inquitudl d:s advirsutes du Gojve nement, lesquels, dsempares, chercli nt perptuer une illu non dont chacun, individuellement, comprend i'iuaui'. et le ridicule. Quelle cil l'action l'une socit poli i lue qutlcorMuequi len perdre au Gouvememint un seul des avantages dont il disp 8 ? Quelle est 1' ct.ou capable de h titre renoncer gird r s s atv.rvair s dans lir..puisvince o ils se trouvent de pira'yser le succs certain de U rlection? lUIail noue divorce avec le pisse dl .stable u'esl pas dli nitit, puisine quel tues • uns t'en inspirent encore. La futma'ioi de celtswn. t pohliq e D'ail qu'uni rmini cence o s anien* comit's rvolu'ionna.r s d'aval 11)13. qui s. cons'ituai nt au moment eu un Ch t d Etat allait tomber du pouvoir sou> la pousse des insurge-Le privilge des gnrations qui gran lissent sera de n p -s connatre ces soubressauts de rvolte qui trah'ssent ih z m s po liciens a prs nce i u t?i x dmon l/oluliounaire itnpa. oaiienl d*. rempr • ses ch liai s >. L'acte si^n '..ar le< a hVeiils • est i 1 -nli 1M| dai.s son esprit et dans sa rdaction aux mamI stH< d'aiiiretois oui s'appli quaient a justitier toutes I s %  •voilas en vue de hlff la lm -lu uouvernemvnt. C'tait, comme aujourd'hui chez Aimulysse Andr, dans le but Je ll^ndre les gr nds intits i-oiliques du pays, menacs par uue dictature dangereuse pour son avenir . Mais uno union vntabte et sincre de* divers groupements qui se sont trouvs eu prsence est telle possible et ralisable.''— Ce s ra l'objet de notre piocbain article. Paris Bazar Par chaque arrivage, nous recevons un stouhlir est cordiab'im'ut invite son Exposition tous les soir* et Us p(n'-'.v ni ? MIIS, MNMVI de dlin.r la i.-.i in i Oscar \\ il ie, si je ue me trompe, H -lit d'etta : • U'abl un ipbyni qui n'a pas de secret ". MalbeureBMnenl resjo lies defloitiona n'ont lira dscien ti!ique. B l6d ne diminuent pas notre ignoratui devant la pr*"sti nieu-e Inconi ne. C'est aux pt.>si ciens et aux cli'mistes du \ ingti me si.' le que retiendra Bana doute l'henneur de dchilTrei l'niime. tjuand \< m ap| lll l : >'ill' " leui ,:iironi doi > un nombre suffi saut de t c ii .ils , DO H lU rons— enfl : — eu quoi consifta rellement cellei qui pensi nt toujours I i unei < i les vieux, ce'les qui Bot.1 luu rayon* qui Y hin'iii i iii • !.' | lotempi de Dotra via Le Traviii des Eofnts dans les studios de ciaeniatograprie 111 i 1 'i iut<, r tmsrqu r ,| U fort i ^ MI d : imbiem tn i,ui.. i' i danIsa filou ciu.nat <^ h : i B "ii i s r m MSai ira jrtants. acti i aaa jeu ; i expo pnl ds plisseot a Coinin lOUS ii -s eut I qui perdront \e* miscu nts li .ni tu'les pjint faites pour Imr beiu l, car 'aegarctte jaucil les dents et I s doig's. l)e tout cuMir, approuvous et i niions Aux 10.000 Chapem U public est invit h visiter la maison Jflnaro Tlurtado, No TT-^i Grand Rn*, afin de v*ir perso me) lemcnt les t() t 00 Inpfanx lajaoUqolyarateiposii N ui y UVSKZ oussi. mesdamea, Diea< demoiselle* et messieurs,! Iieini^, lavtes rliaiisscttes, bas, ol'jfla A* loilaUea d de voyage U des prix dfiant toute concurrence. —! Chronique li Combustibilit de la Femim AmricamsiiiS L'amiicanisme est un lat d'esprit qui, sur plus d'un point, a profondment mocili Us modalits de notre vie prive et d notre vitpiblique. Il nous a donn le g't de l'action pour l'action, mme d'une activit dvor>n!e a laquelle notre ducation ne nous avait pas prpars, nous, sdeulaite, par instinct ativique, longtemps loigns des sports, de leur amour et de leur pratique, et ce n'est pas un des moindres bienfait de l'amricanisme d'avoir introduit, dans notre ducation potcolaire les exercices sportifs qui crent de la force et de la neaut. Bufice inapprciable pour nous. Mais il arrive — c'tait fatal %  ~ que notre ardeur de nophyte va parfois un peu loin, et le mme •fftt se produit sur tous les plans da l'ducation nationale. Les anciennes tormules ont cd, sous la pousse des forces nouvelle et, pour vouloir assimile! notre for matior. particulire la l rmalion amricaine, nous avons perdu nos qualits propres, ue prenant l'amricanisme que ses exc?. La libert, cbe/ eux, est. lie. nous, dfvenut licence. Nous avons ren vers lg (arrires spirituelles qui juuitiimuia la bieiaisMa ian la famille, la dfrence et les gards de3 euUnt pour l urs parant, l'axe du foyer intime s'est dplac, et notre vie intrieure, dans notre intrieur famil'al est rduite au minimum des possibilits. Le cne/ soi n'est plus qu'un mythe. On vit, la plupart du temps, hors de cbei ao*. Oi invite au restaurant sous prtexte de simphiier ie service. Depuis longtemps, on a signai, en menu temps que le bienfai: de l'amricanisme, le dang rs de l'outrante o certains le poussont, ms le mouvement qui effrayil les plus sages semble en voie de rgression, et le remie va nous venir des mmes sources dou le mal a coul jusqu' nous, ce,l 1 dire par le mme esprit d imitation qui noi a fait caquer les hanilu des amricaines en les d-paasanl.. l'ne effloraison de bon sens lail revivre outre .\tlaotMjuedes m-i urs dune gice dlicate dont nos jeunes tilles et nos lemmesse bteront de profiter pour nous retrouver nous mmes, avec nos dlicteuees qualits de goftt/.de bon ton, de manires ne et jolies. Les ftudiantea amricaines ont volontai rement banni tous tes artifices de toilette. Elle ont approuv l'une uimit cette rsolution vote par leur Gonaeil social : < Nous nous engageons a nous babiller trs simplement, ne plus porter de vte ments extrmement courts et sans manclns Nous prenons la dcision de supprimer l'emploi de cosmtiques, de tards, de rouge pour Isa lvres, de noir pour Ie3 yeux et de poudre •>. Ue plus, ces jeunes tilles se sont engages a ne plus maclier de la gomme, lummmes, aoit facilement v inllirn niables , un le sait depuis long temps. Mais ce n'est pi ta < la qu il s'agit. Il s'agit do leur ap'ilu de a servir de ombustible, tout simplemeut. Il y a moios de cen* ans des gens srieux allirraaieal erora qu'un : femme qui a abus des boissois aU.ooliques peut subite meut pren Ire feu si elle s'apprj cbe irapriilemin ut d'une flamm?. Cet iociient dramatique ne devrait ps tonner les personnes m miles qui veulent que le vice sot ton jours puni O.i avait d'nilleu s ons tal que l'homme e:.t buaionp moios c mbustible que la femme. Pourquoi Mystre. D'aulb-ntiquas savicls, et. en t iarMcutier, le grand chimiste Lie* lig, ont tudi le problme. Il m'est pnible de penser, soit d t eu passant, qu'un homme qui a acqiis une juste clbrit par son excellent extrait de vimde , ait pu s'n %  i|n r, un jour, de la com bu-tio i et, p^ut tre aussi, de la cuisson des femmes. Mais je me hte d'arriver une conclusion op timiata. Ou .sait (aujourd'hui qu'il < ira* difficile, m insdtile ...mie iiuiin da l'arnila de mbustib es qui s'y trou vtmt ne fiifti raient pas pour faire bouillir toute l'eau qu'il coutiei.t. Nous pouvons donc tre rassurs : en cas d'incendie, notre coins pourrait tre son p opi • p m p e C'..st gal : il ne laut p s louer avec les allumettes. VA, Madame, si cette nu.t v u> entendez dans h rue, Cfiir : Au lu! laui 1 vous >ans consacrer b aucoup da temps volie loklte. L'article .te M il de \ irigby, qui lui lut suggr, pal ail i pal une Lhronique medieule d i Dr a btoa, soiib-ve aneera uno nue question l'es moi^ comlmatibilit d'. la Umme •> sont de natore froisser un grand DO i brde nos contemporains. Autrelois, il lia lait de g^ens simple! qui prou vaienl de l'inquitudef lorsqu'uai |uc-iidigiiaieui' habileJJ les nu nt .lit de Us iransformer eu citron ou eu mouchoir de poche. Aujour d lu.:, ia parapet diva dm e ulie mtamorphose ne nous alTtaie plus. Nous savons bien que notio '.noi'' n'est pej de 'a mme ess< aca que les ch ses au milieu deaqoaea i. %  %  u V.VOii .1 oui i le lem.tiqiic a ce propos un paoaear, les philoap plies et les moraliste OLI ixagu i importance de la peisounalit hum.tine.Nous eooBidaroa la fin n.e eomme un tre moi al ou im moral et nous rVuaooa de l'assi milcr a ces matines inanimes qui Boni le t harbou 11 le suit. Mais le*prit scientifique asl aa senticilenient irrespectueux, bana aucun scriq i.l •, h savants nous parlent de la OOmbostibilit de la u i; u i Je prvois les quesuuus qu'i s te poseront encore son sujet Ils nous pariemut de si. po rosit, dnat conduit Imit leclri que et de sa densit movenne Ils feront des expriences prcises pour savoir i la Itmme est p'us compressible que 1 homme Un suit que I or est solub!e dans l'eau rgale. I .. est il de mme lu Km rm f lilu.. s'il y a i.ne dilKrti.ce notable entre l'en lit Je la lemme tt celui de l homme, on nous l'ex pliqiK-ra bientt in nous montrant que la formule (bunique aa Mon sieur n'est | as la u.me que celle de Madame. Jusqu' prisint, i smoralistes a da gran l lajger et p mvanl e ra Vieil ii [rave ce! lent-. Aus>i le Biira IU lotei i i mal du l'r.tv iil .i im n r charcher ijue a aool l n d Itra its psj ,, | i ils qui rgi nt cet emploi, t. goe o ut q lll a recueilli i o kl paru la H le nu mro du 1 1 > tobra I aforma lions So liai Am h.1 ils Unis, la vi a de Ioa Ange! i i Uatil nie ; i p aaqne a monopole films ciii. ronlH) p. .ai .< ni de lilm1 .inns). La (....n a laire du li ivall de 1 Etal de i difornia a int trm le bureau international du rcavail que l emploi i iitaiu daus les %  ludiOl de iin iii.tlugr.lj'ii." e.tl rgi par certaines rgles dont les tnl vantes ii produci|i)a de lUiaiograpbiq ( envi i Au. i. i il inl g da moina de sali au • n i pe il tre imiploy dans un studi. deciomatographe s'il n'est m mi du e autorisation. t Tout entant dma i lant une autorisation doil se soumettra un ex m u m I i al. .''. %  > roui enl iot emp oj 1 dans un studio doit atra accojipagn pur s, s pi, | m p i quelque Mitre im mbre de wa l imille et bntlicier de quatre lu in es .l'ensei gnement par jour, aoua la dires non d un profes^eundiplm, dsi gn par le Conseil le 1 Instruction publique Le ttudioa rtribuent mais m: iliois -cul p ^ te pr.iles seurs. 4 • Les enl mis qui participent la pri>e dai filma ne sont pas tu t iriss a Ira veiller pus de huit heures par j?ur, y coupns les quatre II nue i la classe. cm:/ Mauriwe titiean fils Aajjl'; des ftues du ii.iism de i ( Btil et u des FronlsFurts Vient d'arriver^ POUDRE ORSAY Jouels Joaels *iouels VEa position est ouverte depuis S jours et Us jouets s enlvent chez: Oloisou Lucas et C iccouwz lous % 


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06596
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, December 10, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06596

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DOCTEUR PROPRWTAiWS
MPRMEVB
tlmeo: May loir e
1368, Hue Amricaine
UOtfRO i() CENTIMES
Quotidien
TELEPHONE N242
De toutes les passions, la plus
charmante e'esl l'esprance.
C'est elle qui nous entretient
U qui'nousjnoun il, <|ui adoucit
toutes les amertumes de la vie;
et souvent nous quitterions des
biens ellectils, plutt que de
renoncer nos esprances. (
fiossuei
fl* ANNEE No 5677
PORT-AU-PRINCE ( HAlTl >
JKIDI m DCEMBBE li>25
Hnnlli bnJ( potltlqm. un* MU Finesse, toujour [inesse
U SITUATION POLITIQUE
l'a jour, \ ipolon posa brus
quetnent son incoroiarable
oinistre do la l'olu-e. loucha
)i question suivante : Joe te-
fici-vous si ji! venais mourir
(l'un coup de canon nu de lo H
mire ac.ido:t ? Siro, repu
dit KouJi, je pren rats du
pouvoir autant que j '. po trnis
peur ne pas tre donnin par les
/vnfments.Alih nne li ure
s'cria Napolon, c'est le dro.t
du j u '
Voil une rplique que pour-
nit taire le Prsident Homo
tocs crux qui, u'ayant pis une
ide assez nette de la situation,
wraient tents de_croire que les
macii-uvrs auxquell. s se li-
vrent les adversaires du Gou-
vernement sont susceptibles de
produire le moindre rsultai
nonire la rlection. Il s'agit
de ne pas tre domin par les
1 vnements .
coo
Sar une invitation du Dou-
leur Gaston Dalencoi r, qu l-
quesl po i'iciens se >o t runis
dalles sa'o s d M |Annulysse
Anr, en vu; d prendre cei-
UDes mesures contie l'action
gouverneur ntale. En quoi a si-
tuation politique s'fn trouve-t
die moiilie ? tt quelle est
Ile, cette situation politique ?
llsunions.-la en quelques mots
M. Borne, le Chel constitu-
tionnel du tiouvernement Ini-
tier , selon ia deliniMon du
Tribunal de Cassation de la R
publiqup. a iceept, sur lus ins-
tances *d11 part'-national-pr--
Rressiste, archmer, de l'Vs-
semble nationale, le r< nouvel
iement de sou mandat prsi-
dentiel, ainsi que la Constitu-
tion lui en nonne positivement
le droit.
La grande majorit des Ha-
tiens cm saustaite de l'admiuis-
1
IralioQ de son Gouvernement,
causj des h?ureux rsultais q'ii
en ont dcoul depliis l'lection
du iU avril l.22 L'ordre est ^a
ranti, gr:e aux < ressouras de
la situation -actuelle ' Le liait-
vernemaut nation il ainsi que
celui de Washington n'ont au-
cune inquitude qu'il so;t trou-
bl par les agitt urs po'e son-
Dell. La Convention d-? 1lJi\
conclue entre les Lots-Unis et
lluti, est en pLine excution.
Lm < bases nouvelles i sur les-
quelles doit h'eJilier un meil-
leur avtnir national sont posej
d'aprs unecomprehensioo b n
claire dj nos rels intrts, di
r.otre si.ualion par rapporl aux
Eut Unis d'Amrique en mme
temps que de la sauver ude de
notre Souverinet nationale.
En prsence d'une telle si
tuation.que p;ut l'agitation inu-
tile des groupes, pars ou coa-
liss ?
'^La formation de la nouvelle
ban le politique, dite d'action
nationale,ne constitua point un
la t cipibL' di mo lilier h cours
des cv.-.i rnents. Lesilbrts de
c lia socit serout Mlii vaii.s
et inpuissants que ceux de Top
positi ta dont elle n'est, en ra-
lit, qu'une mtamorphose.
Quelle? ides nouvell s ont
fait l'objet de sa dlibrai ion ?
Le 5 questions agites sont de-
puis longtemps en discussion
dans la presse. L s p rsonnes
qui ont pris put la ru non
on< connues quant Uur t p-
nion et leur ambition poli i-
qu
Si on s'applii'ie analyser
cette runion, ali i de bien en
dterminer le c uretre, on ne
tar lera pas reco inaiire qu'all
trahit la proton l1 inquitudl
d:s advirsutes du Gojve ne-
ment, lesquels, dsempares,
chercli nt perptuer une illu
non dont chacun, individuelle-
ment, comprend i'iuaui'. et le
ridicule.
Quelle cil l'action l'une so-
cit poli i lue qutlcorMuequi
len perdre au Gouvememint
un seul des avantages dont il
disp 8 ? Quelle est 1' ct.ou ca-
pable de h titre renoncer gir-
d r s s atv.rvair s dans lir..-
puisvince o ils se trouvent de
pira'yser le succs certain de U
rlection?
lUIail noue divorce avec le
pisse dl .stable u'esl pas dli
nitit, puisine quel tues uns
t'en inspirent encore. La fut-
ma'ioi de celtswn. t pohliq e
D'ail qu'uni rmini cence o s
anien* comit's rvolu'ionna.-
r s d'aval 11)13. qui s. cons'i-
tuai nt au moment eu un Ch t
d Etat allait tomber du pouvoir
sou> la pousse des insurge-Le
privilge des gnrations qui
gran lissent sera de n p -s con-
natre ces soubressauts de r-
volte qui trah'ssent ih z m s
po liciens a prs nce i u t?i x
dmon l/oluliounaire itnpa.
oaiienl d*. rempr ses ch liai s >.
L'acte si^n '..ar le< a hVeiils
est i 1 -nli 1M| dai.s son esprit et
dans sa rdaction aux mam-
I stH< d'aiiiretois oui s'appli
quaient a justitier toutes I s -
voilas en vue de hlff la lm -lu
uouvernemvnt. C'tait, comme
aujourd'hui chez Aimulysse
Andr, dans le but Je ll^n-
dre les gr nds intits i-oili-
ques du pays, menacs par uue
dictature dangereuse pour son
avenir .
Mais uno union vntabte et
sincre de* divers groupements
qui se sont trouvs eu prsence
est telle possible et ralisable.''
Ce s ra l'objet de notre piocbain
article.
Paris Bazar
Par chaque arrivage, nous recevons un sto de Parfumerie, Bijouterie, Montres, de jolies chaus-
sures pour |aues ( trs luantses Chapeaux de
paille suprieurs pour hommes, Chapeaux Laine et
Feutre qualii trrs suprieure.
Chandeliers orns en mtal sculpta deP.Voo : .*tl oo
Costumes lirtll blan f'asiinir.l'.ilin licach tout eon
ieotionn.
Alliances pour marias en or et en Platine, il- iiuor
uiodrle. r.tiemise"*, chbnissett.es ('.ravutos, ciaus-
settes, I aux cols
Pour n'importe quel cadeau que vous dsirez faire,
visitez d'abord le
Paris liazar
et vouj sortirez plus que satisfait.
Au No 207 Hue Roux vim-vi* de
la maison Reimboltl.
LE l*AHIS I5AZ.\R met aussi la disposition [du public
un service d Aijraudissr-inent ib- photos au Crayon, Spia
ou pastel.
Le |>uhlir est cordiab'im'ut invite son Exposition tous
les soir*
et Us p(n'-'.v ni ?miIs, mnmvI de
dlin.r la i.-.i in i Oscar \\ il ie, si
je ue me trompe, h -lit d'etta :
U'abl un ipbyni qui n'a pas de
secret ". MalbeureBMnenl resjo
lies defloitiona n'ont lira d- scien
ti!ique. B l6d ne diminuent pas
notre ignoratui devant la pr*"sti
nieu-e Inconi ne. C'est aux pt.>si
ciens et aux cli'mistes du \ingti
me si.' le que retiendra Bana doute
l'henneur de dchilTrei l'niime.
tjuand \< m ap| lll l : >'ill' "
leui ,:iironi doi > un nombre suffi
saut de t c ii .ils , DO H lU
rons enfl : eu quoi consifta
rellement cellei qui pensi nt
toujours I i unei < i les vieux,
ce'les qui Bot.1 lu- u rayon*
qui Y hin'iii i iii !.' | lotempi
de Dotra via
Le Traviii des Eofnts
dans les studios de ciaeniatograprie
111 i 1 'i iut<, r tmsrqu r
,|U fort i ^ mi d : imbiem
tni,ui.. i' i dan- Isa filou
ciu.nat <^ h : i B "ii i s r m
MSai ira jrtants.
acti i aaa jeu
, ;i expo pnl ds
plisseot a
Coinin lOUS
ii -s eut I
qui perdront \e* miscu! nts li .ni
tu'les pjint faites pour Imr beiu
l, car 'aegarctte jaucil les dents
et I s doig's.
l)e tout cuMir, approuvous et
i niions
Aux 10.000 Chapem
U public est invit h visiter la
maison Jflnaro Tlurtado, No TT-^i
Grand Rn*, afin de v*ir perso me)
lemcnt les t() t 00 Inpfanx l-
ajaoUqolyarateiposii N ui y
uvskz oussi. mesdamea, Diea<
demoiselle* et messieurs,! Iieini^,
lavtes rliaiisscttes, bas, ol'jfla
A* loilaUea d de voyage U des prix
dfiant toute concurrence.
!
Chronique
li Combustibilit
de la Femim
AmricamsiiiS
L'amiicanisme est un lat d'es-
prit qui, sur plus d'un point, a
profondment mocili Us modali-
ts de notre vie prive et d notre
vitpiblique. Il nous a donn le
g't de l'action pour l'action,
mme d'une activit dvor>n!e a
laquelle notre ducation ne nous
avait pas prpars, nous, sdeu-
laite, par instinct ativique, long-
temps loigns des sports, de leur
amour et de leur pratique, et ce
n'est pas un des moindres bien-
fait de l'amricanisme d'avoir
introduit, dans notre ducation
potcolaire les exercices sportifs
qui crent de la force et de la
neaut. Bufice inapprciable pour
nous. Mais il arrive c'tait fatal
~ que notre ardeur de nophyte
va parfois un peu loin, et le mme
fftt se produit sur tous les plans
da l'ducation nationale. Les an-
ciennes tormules ont cd, sous
la pousse des forces nouvelle et,
pour vouloir assimile! notre for
matior. particulire la l rmalion
amricaine, nous avons perdu nos
qualits propres, ue prenant
l'amricanisme que ses exc?. La
libert, cbe/ eux, est. lie. nous,
dfvenut licence. Nous avons ren
vers lg (arrires spirituelles qui
juuitiimuia la bieiaisMa ian la
famille, la dfrence et les gards
de3 euUnt pour l urs parant,
l'axe du foyer intime s'est dplac,
et notre vie intrieure, dans notre
intrieur famil'al est rduite au
minimum des possibilits. Le cne/
soi n'est plus qu'un mythe. On
vit, la plupart du temps, hors de
cbei ao*. Oi invite au restaurant
sous prtexte de simphiier ie
service.
Depuis longtemps, on a signai,
en menu temps que le bienfai: de
l'amricanisme, le dang rs de
l'outrante o certains le poussont,
ms le mouvement qui effrayil
les plus sages semble en voie de
rgression, et le remie va nous
venir des mmes sources dou le
mal a coul jusqu' nous, ce,l 1
dire par le mme esprit d imitation
qui noi a fait caquer les hanilu
des amricaines en les d-paasanl..
l'ne effloraison de bon sens lail
revivre outre .\tlaotMjuedes m-i urs
dune gice dlicate dont nos jeu-
nes tilles et nos lemmesse bteront
de profiter pour nous retrouver
nous mmes, avec nos dlicteuees
qualits de goftt/.de bon ton, de
manires ne et jolies. Les ftu-
diantea amricaines ont volontai
rement banni tous tes artifices de
toilette. Elle ont approuv l'une
uimit cette rsolution vote par
leur Gonaeil social : < Nous nous
engageons a nous babiller trs
simplement, ne plus porter de
vte ments extrmement courts et
sans manclns Nous prenons la
dcision de supprimer l'emploi de
cosmtiques, de tards, de rouge
pour Isa lvres, de noir pour Ie3
yeux et de poudre >. Ue plus, ces
jeunes tilles se sont engages a ne
plus maclier de la gomme, lum et # jurer en public.
C'itt la une volution qui peut
donner lieu une rvolulnm con
sidrable uux lointaines r.jercus
hions. Les faiseurs de modes des
grandes Capi'ales uasuraient leurs
ci cations les plus draisonnables du
spcieux prtextequ'it leur lallaitsa'
ti-.l'.iio le g'jt de a-heteurs am-
rica.ns reprseuUut le got daa
Lmmes.ce pourquoi ils ralisaient
desrobjssi troites que marcher
devenait un problme plein de
risques graves; si serres sur les
bauclies qu'elles perdaient tout
vestige de modestie, "A que chique
mouvement Ilisait craquer ce lour
rea i si bien, on nous le rvle,
que des ateliers spciaux s'inatal
laieut pour rparer les dchirures.
S'habiller simplement, c'est re
noncer aux robes ruisselantes^de
perles et charges de broderies;
rep ertdre aa carnation naturelle,
ces. r. trouver une vraie }euuaSMi
sans iicn ne faclict, rit-n i n... .
t rose, c.air, dout les Amricaines
taient iires |bon droit et
qu'elles conservaient en sjyaut
des oranges la dou/aine. Enfln,
on reverra de vraie jodes uimea,
Ceet dans le Journal des !)'
bats . qu'un chroniqueur bfan
connu,M II. de Varigny a pub i,
un jour, un article sui la com-
bustibilit de la femme i. laines femmes, comme cer'ains
h >mmes, aoit facilement v inllirn
niables , un le sait depuis long
temps. Mais ce n'est pi ta < la
qu il s'agit. Il s'agit do leur ap'ilu
de a servir de ombustible, tout
simplemeut.
Il y a moios de cen* ans des
gens srieux allirraaieal erora
qu'un : femme qui a abus des
boissois aU.ooliques peut subite
meut pren Ire feu si elle s'apprj
cbe irapriilemin ut d'une flamm?.
Cet iociient dramatique ne devrait
ps tonner les personnes m miles
qui veulent que le vice sot ton
jours puni O.i avait d'nilleu s ons
tal que l'homme e:.t buaionp
moios c mbustible que la femme.
Pourquoi Mystre.
D'aulb-ntiquas savicls, et. en
tiarMcutier, le grand chimiste Lie*
lig, ont tudi le problme. Il
m'est pnible de penser, soit d t
eu passant, qu'un homme qui a
acqiis une juste clbrit par son
excellent extrait de vimde , ait
pu s'n i|n r, un jour, de la com
bu-tio i et, p^ut tre aussi, de la
cuisson des femmes. Mais je me
hte d'arriver une conclusion op
timiata. Ou .sait (aujourd'hui qu'il
< ira* difficile, m insdti- le
...mie iiuiin da l'arnila de biier un coips humain : les ma
Itres c>mbustib es qui s'y trou
vtmt ne fiiftiraient pas pour faire
bouillir toute l'eau qu'il coutiei.t.
Nous pouvons donc tre rassurs :
en cas d'incendie, notre coins
pourrait tre son p opi p m p e .
C'..st gal : il ne laut p s louer
avec les allumettes. VA, Madame,
si cette nu.t v u> entendez dans
h rue, Cfiir : Au lu! laui 1
vous >ans consacrer b aucoup da
temps volie loklte.
L'article .te M il de \ irigby,
qui lui lut suggr, pal ail i pal
une Lhronique medieule d i Dr a
btoa, soiib-ve aneera uno nue
question l'es moi^ comlmatibilit
d'. la Umme > sont de natore
froisser un grand DO i br- de nos
contemporains. Autrelois, il lia
lait de g^ens simple! qui prou
vaienl de l'inquitudef lorsqu'uai
|uc-iidigiiaieui' habileJJ les nu nt
.lit de Us iransformer eu citron
ou eu mouchoir de poche. Aujour
d lu.:, ia parapet diva dm e ulie
mtamorphose ne nous alTtaie plus.
Nous savons bien que notio '.noi''
n'est pej de 'a mme ess< aca que
les ch ses au milieu deaqoaea
i. u V.VOii .1 oui i le lem.tiqiic a
ce propos un paoaear, les philoap
plies et les moraliste olI ixagu
i importance de la peisounalit
hum.tine.Nous eooBidaroa la fin
n.e eomme un tre moi al ou im
moral et nous rVuaooa de l'assi
milcr a ces matines inanimes
qui Boni le t harbou 11 le suit.
Mais le*prit scientifique asl aa
senticilenient irrespectueux, bana
aucun scriq i.l , h savants nous
parlent de la OOmbostibilit de la
u i; u i Je prvois les quesuuus
qu'i s te poseront encore son
sujet Ils nous pariemut de si. po
rosit, dnat conduit Imit leclri
que et de sa densit movenne Ils
feront des expriences prcises
pour savoir i la Itmme est p'us
compressible que 1 homme Un
suit que I or est solub!e dans l'eau
rgale. I .. est il de mme lu Km
rm f lilu.. s'il y a i.ne dilKrti.ce
notable entre l'en lit Je la lemme
tt celui de l homme, on nous l'ex
pliqiK-ra bientt in nous montrant
que la formule (bunique aa Mon
sieur n'est | as la u.me que celle
de Madame.
Jusqu' prisint, i s- moralistes
a da gran l lajger et p mvanl
e ra Vieil ii [rave ce! lent-.
Aus>i le Biira iu lotei i i mal du
l'r.tv iil .i im n r charcher
ijue a aool l n d Itra its psj ,
,, | i ils qui rgi nt cet
emploi, t. goe o ut q lll
a recueilli i o kl paru la H le nu
mro du 11 > tobra I aforma
lions So liai
Am h.1 ils Unis, la vi a de Ioa
Ange! i i Uatil nie ; i p aaqne a
monopole
films ciii.
ronlH) p..ai .< ni de lilm-1 .inns).
La (....n a laire du li ivall de
1 Etal de i difornia a int trm le
bureau international du rcavail
que l emploi i iitaiu daus les
ludiOl de iin iii.tlugr.lj'ii." e.tl rgi
par certaines rgles dont les tnl
vantes
ii produci|i)a de
lUiaiograpbiq ( envi
i Au. i. i il inl g da moina
de sali au n i pe il tre imiploy
dans un studi. deciomatographe
s'il n'est m mi du e autorisation.
t Tout entant dma i lant une
autorisation doil se soumettra
un ex m u m I i al.
.''. > roui enl iot emp oj 1 dans
un studio doit atra accojipagn
pur s, s pi, | m p i quelque
Mitre im mbre de wa l imille et
bntlicier de quatre lu in es .l'ensei
gnement par jour, aoua la dires
non d un profes^eundiplm, dsi
gn par le Conseil le 1 Instruction
publique Le ttudioa rtribuent
mais m: iliois -cul p ^ te pr.iles
seurs.
4 Les enl mis qui participent
la pri>e dai filma ne sont pas tu
t iriss a Ira veiller pus de huit
heures par j?ur, y coupns les
quatre II nue i la classe.
cm:/
Mauriwe titiean fils
Aajjl'; des ftues du
ii.iism de i(Btil et
udes FronlsFurts
Vient d'arriver^
POUDRE ORSAY
Jouels Joaels *iouels
VEa position est ouverte depuis S
jours et Us jouets s enlvent chez:
Oloisou Lucas et C
iccouwz lous !




ETRANGERES F?^ana w
BonHiin
PAU
ta Qu ?siion pkobulqare
d : vaut la Ligue lesHuions
6E.VBVI La gestion d ce
jour du coit'U de la Ligue a t
'on<-:i.r<5e k IVx imeu du rapport
de Ii commission d enqute sur
le* incidents grco bulgares. Ksi-
kofl, ministre dlit bulgare, a d
clir qu 1 paix ne sera effective
dans Ips BalkaM qu'aprt U rftali
eation du d;sarmemeot. Le mini*
tr3 gre- Renlis a dit q >e le rap
psrt de la corm i*sioa qui rcla
tte la Grce If paiement de 50
mil!< .'s de 1<>V9S manque de fon
dment tant donn que l'enq Pte
n'a p-i t fdileen due forme et
qu'il e>-t probable que la Grce en
appellora au triuiml de justice in
teroatiooal le conseil a dcid
d I renvoyer cette affaire en alleu
d.t'ii q l'elle so t de nouveau lu
die pu une commission spciale
dooi VIM Chetnberlaia Ishi< et lli
m ina feront partit,
lesvnemDlS en Chine
PEKIN Fen Gyyah 8 aang
?ienl d'envoyer des* renforts et
le* munitions pour secourir Kuo
ioling : uo journal de Y sliipao
iiiloim- que la lutte a commenc
biei i ntre les loreaa de Liclrog el
la ne i irps d'arme de Couru, i
chu a prs I Maohaog1
PEKI.N ')n s'attend une
grande bataille ij i aura lieu p ..
bablemanl le long de la voie 1er
re antre la capitale et r.enetain
Le goaverneur Li Cbiog Lin u
lanc un dli au Gnral chrtien
Ken luu Sun- s'il intentait de se
courir You 8)0g Lin qui est ec
rbellion contre le gnral Cliaog
Tso Lin.
A 11 liambre et au 8aal
amricains
3HINCT0N Le eongre*
amricain a tenu aujourd'hui ia
premire sance.Mr S'ieo'as Long
wor .le l'Ohio, nambra du par
U r| ubll :aiu, h <( nomm ora
teur le (a i li imbre.Le programme
J l : iilement comprend plusieurs
P1.....nus d grande Importance
im"" ' paya dont les solutions
aon titan dues ave. beaucoup d in
tr> Le \> uj t de loi sur la redue
lion des contributions ligure en
re a er lien sur ce programme-.
ies reprsentants du Maryland se
soin oppos- un amendement s
la loi Vo ibad.
Washington La prantra
seau, e du lnat a l ouverte sous
la prsidence de Mr Oawaa, v Prsident Mr Ederla Hayar, a
Indiana, a t nomm aaertaire.
La aaaci a t suspendue omme
marqua d condolance l'gard
de aoateur dcds au cour de
l'anne Le Prsident C.olidge par
lera il-maiii devant le corgrs.
CABLE
Parc qu'il reno ce il h
nationalit' italienne o i
boycotte ses films
ItOMI I n mouvement de boy
collage se dessine dans loule l lu
lie contre les films toirospar
R >do!f i Va'en ioo comme r pr
sailles de son aloplion de la na
ti> lalit am trie un*. A ce sujet le
Popoh ti l a dclar que
les bins lu'iens ne doivent pis
toi- er les ti: m s loar p r le re
n4g-i' italien
Le vainqueur de l'alcoolif-
me csl A I orlau-rpiin .'
I familial q< e lu Iri-tcsse a<-
eable narra que l'un de leurs
in n b m il atteint de la torribla
\u i lie, -le l'pouvantable vire
u m les elfata i-ont si deastteui
et qui cl eonnue sous le nom '
L'ALCOoLisMF, les familles tr.oei-u
es il. I honneur cl de la dignit
de leurs noni pi um ni se rjouir :
le Pi laaieor Dnia; le vainqueur
Je I* Ucooliana aat parmi doui
Le ll-'iiii i"t terrass par lui.
lea exemples sont nombienx de
asteonnra qu'il a soig es et radl
ca'en.i ni guries.
t'ist un devoir peur nous de si
%w r la r" ?< i" e i la Capitale du
l'rc I *seur Pnis qui se licrt h la
di pu ition de tous "ceux qui i.t
betoln de laeprciiii larvlcai
On le Irouveiai l'Holcl Bel'e
vu
.]'
?'rai
Assassinai d' i
chiaoil
SHANGHAI L g ral chi
nui- anti communiste Hong Cliatg
Ling venant de Hong Koug, a
l vic'ime d un at entt t bord
du vap> ur 'Pre-i!eiil Plerces.Uo
garon do tab'e lui a caue des
b'e sures au ventre, a la tte et
aux brm Vu la grasit d) s in at
le Men a t; traaspn't .\ Iln'pi
tal. Le meurtrier s'.st suicide.
Autour! de l.-i dette
franaise aui Etals Unis
Paru Le J mrnal aaeora
que la prochaine runion du eon
>eil s'occupera de la Domioatioa
de Mr II irenger au poste d'ambas
-(leur aux R'a'l l ni* Le premier
soin du nouveau reprsentant de
la l'.ame auprs du gouvernement
amricain sera de renouer les u
gocialiona entrapriaea par Mr Oaii
lau pour la eon o'idation de U
dette.
laisiance l'un prince
]apouai$
TtKItt Les canons de la bife
navile de \ akusa et la grande
cloche du 1er pie de NiLko ont
annoi ' hier aux Jap mais la nais
sauce de la premire li le de la
prii c ie N igad > l d^ son po x
le pnnea hri'ier iiiroliile.
N mveU-s Diverses
BERNE Hier oit eu lieu les
lections municipales Les fdraux
ont triomph avec 441 000 t >ix
Paru Le snat a co umen
a i unlliui la discussion d'S lois
eg aj*aa qui font partie dn plan
li i aci r de Vlr Lnuchei.r.
SAN J L'AN DLL SIJH Le vol
eau de l om;lepe e t entie an acti
vite. Dea secousses ie trembla
meut de terre accompagnes de
grondements s uterrains ont l
Namtiea Les ru s de ILvad sont
couvertes de cendres.
Paru Le plan de Mr Lou-
ch ur concernant la trsorerie a
l approuv par le conseil des
ministres.
Conseil tf Etat
A sa sance de Lunli, le Con
seil d'Etat a vot la loi qui ouvre
un crdit de 183 7!i0 go .rdes au
Dpartement eeTravaca Pub'iea
pool P.if lallation d'une i .lion
radio tlgraphique. Le ministre
de Unit rieur dc.og* -mie un
p'ojel de loi qui m idiBa 1< loi du
10 tout 100e iur le domaiie
Mi le Conseiller d'Kiat Placide
David rapporteur des Sriions ru
ni's des finances et des Travaux
Puli i. promet de dpoter lia
Irochaine an>e son rnpport sur
la projet de loi relatif l'acquial
lion par l'Ktal des proprits im
mobilirea.
A cette nn^nie sance le Con
aelller Placide David a dpot un
priji t dr loi qui rrodilie la loi du
10 mi ci ips
Ce prnj*l sera dLcit la san
ce de demi In
V1DOCO
Suite et Hb.
Entre : 1 gourde:
les aparhts cil fait I ur
apparition Poil su Prince
Samedi m tin. deux dam s. qui
descendaient l'Avenue.lo!m Brown
allant assister la mese de 4
heures au Sminaire, virent sou
dsio surgir devant elles, un fort
gaillard qui leur rclama leur b ur
seel... en vit sse! Fort heureuse
ment elles n'avait nt pas d- porte
mon r ni ; Bail l'une a'elles hvait,
en main, son mi sel. Le fi ou dai
gna i contint' r du 'ivre de ?iire,
u il emporta en d paraissant
ins l'ombred'une ruei ob^cuie.
Voil bien du aoeveau dans
nos murs.
Nos apacht s
Hier, v^rs i hei.rrs du rca! -,
devant la t hapdle du Sm oaue,
une dame fut Rieal||i par un ma
landiin qui tapi dans .'ou.b p <; et
tait, peut tre depuis de longues
heures l'occasion d fa're un mau
vais coup.
La panante, sans dren:-\ fut
vite terra ee par ledvaliseurqui,
apis lui :\oiren'tv sa hoi.rse,
son livre de messe, ae< hijoui,
prit la fuite sans autre forme de
procs.
aucune nature de renresion
que pourra prendie la police pour
enraser ces nouvelles tendances
m sera trop rigoureuse
T5
Vous qui faitea le trajet quoti
dien de Port au Prince. Cap Ha-
tien.
Port au Prince, Petit Gove.
Part au Prince,Caves et vis-veraa
*Uez voir les Chemises et cas
quelles que Le Grand Vfgasio a
fait vei ir |spcilemeDt *otre
iutentiou.
Le Grand Magasin
Maison LUCCAKETT
WM riue Traversire 208.
xFauYre riche
A New \o.k, on a trouv m rte
dans u ta m-oade '.ne misrable
octognaire. Mrs M ry S Crojtsor,
qu'on avait vue 'a v'tile a C;rc,
tendre la mniu d ns 11 > bis q r
tiers de la villa men liai te
laisse i milii aa de dollars soit
environ H ; rri''ions de fiance.
>- ...
Naissance
Mme L. Paul Km le I...... a
heureusement rais au monde avant
hier une lille i|ui a reu les pr-
non. de Ma'ie-Concept'on.
Mr et Mme Len\ roui prient
d'en faire, par: lejra ,mis.
ASTHME
^J Oppression, Catarrhi
Sufocatlont,
Toux niro$ut$s. al
<-.,. i-l.on certain par !
CIGARETTES CLRT
.li. POUDRE CLERT
XataataT. M, Boul Ht-MhMIn, IHne
el it-^ P i
Tlte loyal Mail Sieam
l'acket Company
La Bienfaisance
Il ame nous ranooncions,
c (st le No y qui, Dimanche
d rnie--, an 5m < ti >ge de la
Lot rie La Biantaitioca , a
^a^n-1 li*cr d'f. Le N > 20 3 a a^nt; le s<
cou l \*A\*SOOgiurdei ^ le
No |aa6Je t-ois^ned, (i 20.
\j utons que le premier et !e
deuxime lots pont tombal au
C'P II Ititn
.e six on e tir?jr aura lieu e
20 Dceti.bre pr^ch i- .
Le steamer Kara ea a'I ndu
Jiemel le ; Dcembre "O bain.
I. chargera t tue le p)rts bel
t|na directe ne il pour l-Kurop.
La .-l lui i I'iIi.imi est att-ndu
Jacmel.le 21 Dcembreproch lin.
li chargera tous les po tshiitiecs
directement pour l'Europe.
Port ai Princa, N Novembre
1925
J Dl4Ii"BR Tr
Ag->nt gnral pour llaili
THEKEW ,
WAHLPm
Le rservoir perfeciionn dont est
pourvue loule plume Wahl fait qu?
l'encre n'en sort qu' mesure que l'on
crit et cela sans excs.
La plume Wahl n'admet pas de com
i m.-', i .u points de vue de la beauti-,
d: l'usage et du service tt est autant
apprcie par ceux qui aiment leur
confort que par 1M crivains qui tien
nent aux apparences.
MAXWELL Muni:
1613 Un. du ( ,-i,i,..
H*1 al'-MOtOL HAlli
THE WAHL COMPANY, NEW YORK, N. Y., U. S. A.
Le S/S aia1 venant de i'Enra
fe via Stn Juan de Porto U < ,
iierto Plata et Cap Haiten sera
Port au Piince le \(> curant.
Il parlira probahhment le
lend main pour .Kinjjs(( n et 'e;
porls Domii.icains, pr nnt fret
< t psssa^f rs.
Le sleimer Frida floru venant
de Curai;:o.J cmel.KTgs'on srra
;ci le II courant I pat tira le
n e jour pour l-t i rrre via SI
Varc. Grnai'es, i H/lVr t\
Puerlo Pata, prrnar.l f;et&. pas
t afa rr.
Oloffsin LccM & Co, *g*nai.
Comrannie Gnrale
iransatlant.
Le s/a. Uara.be -parti 4, i
dfnx le i courant estait^*
PoilanPritce le 24 ^
I) partira le lendemain de^
t.rnxe pour NHnliago de fS3
La ports du Sud ^
De retour h Port aQ Vri^
3 janvier,! repartira'ama.k
peur e Havre via les sartJl
Nord. Puerto Plata et ifjM
Tort au Prince, 10 Dcembre H
L Agert, E. R0BELIN.
Coco COCO COCi
Savon au Lait de coci
C0G0
Savon de Marseille 1
Vrai lalisnuin de jeunesse el de Leanl, ce savon labriqtil nui.
mr ni avec l'huile pute de Coco pntre merveilleusement tous
pores de la peau et la rend souple, douce et frai.-lie
Dea aujuurd'hui, employ/ le Savon au Lait de Coco car 'an mk*
ttmps qu'il prserve et embellil le teint dea dames, il conwrre *a* i
j bbs leur adorable fracheur. "I
Essave/ on mime temps LE WHITE ALMO.M) SO.\P. Ce deu
ns sont en venir Inclusivement en gros chez !
sa voi
Isaac i)ishy ei o]
[1738 Rue Courbe 17X8
I en iliail dans tousjlcs majjasias el pliarntctei
Je la place*
.. -*."V 'Ut..
uctlTlN PYRAHi
yr- Dcpa:iPlas de 40 ans gurit la BLENNORRHAGIE
t tous Ecoulements rcents ou Chroniques
]fi] 231 ARABES QURI8 sur 233
*\ (Extrait d'un Rapport de Mdtcint d'Alger)
C'mI l rimda qui i toujonr; dmn les nuillton rstattab
/ N VENTE DANS JOUTES BOWES PHARMACIES
' V'JlTo PEYRARD D'ALCER. 46. rue de GrestlU, PAIB
5TB.asPa-.i
fbit.ui .ce W. iii'lU -' ii
luuiuuii Liae
New-rlansl^ South AmericanStearnsbip Co^,
Prochain dpart djroctpourl
Port-au-Prince -Iaiti '
^e Steamer Jltu\ fatoeia ^l^r
a il i$tLact', ^g
t Steamer c>lrteai^ laitea* "%rOiicm
D*3atlfc
A. de lalleis el Co
Agents Gnraux^.
Lfkts Brothers Steamship imm^
Galreston. Tei
P*oohaioi dparti
U iletner lake ^Uvi laissera Oh Ive s ion le 9 do
cotira K'atteamer L.ak< Niiii hissoa (alvcslon le 31) du
courant pour l*orl-au-?rincft.
Port-nu-Prince, leS Dcembre 1925
Bt el li. Sada k Co
Gnrale Agentl
Procurez-vous vos jolis cadeaux de fia d'anne
Ctf
i
Vous y trouverez aussi des articles pour anniversaires de
fianailles, de mariages et de bapmes.

-


. *
.*<"- *" ""aai'L
"
FILS
- 4
n


LE MaT.N (0 Dfoefcr I95
ArtivSts pour ltltitc'ifl
Fournitures pour installations
compltes el Lampes de bureaux
el de Chambre
LUSTRES
SUSPENSIONS
Ampoules, Tulipes, Rflecteurs,
i' Eers repasser, etc.
SOCIT D'IMPORTATION GNRALE
Angle Hues Lourbe $ Houx
Port-.ii-Prlnce, Tlphone 628-
4U4KiL ^: Zf .<; V *
- <.
'"- -*
i
La eu le teinture ne chan-
geant pas de couleur.
Q
C
S-tI-nl
S
I
5
ri pare spcialement pour
le climat d'Ifati
The Charles H. Brown Paint Co
Geo Je: nsme & Co, Agent
....
****mmm
i

Ex^ait dufjaune d'uf Le p'us actif des Reconstituants,
end puissant et vigoureux. Recommand aux personnes faibles.
Fortifie le cerveau* la mlle piniere, les Os et les Reins.
Rreweret Co Inc. Geo. Jeansroe et Ct;
WORCESTm MASS.
AGENTS
F- r- ." V..^r
2" jnl
Pourquoi vous devez acheter chez Marcel AUDAIV &Cs
Achetez votre Clairin fierge chez larcel Audain & ie,
'' vos Gin, Wisky i\' liqueur "
11 mire Rhum et vos alcools H
h votre, sucre hatien ou tranger chez *
totra Cal/' torrfi' moulu chez
votre Bire ( powenb i-au Hambourg)
vos Tins de Rordeaux
it

M
II

B
Achetez aussi chez larcel Audain k cie
parce qu'il provient des meilleur.*' terroirs d'flaiti.
parce qu'ils sont vendus aux plus bas prix .le la place
parce que les marques qu'ils vendent sont dune puret ingalable.
parce que leursjioids sont lgaux et leurs prix des plus avantageux.
parce qu'il est prpar avec du cal de choix,duis les appareils les plus perlectioQu*
parce que sa Iraicheur el son prix dlient toute concurrence,
parce qu'ils sont vendus aul mme prix qu'ailleurs, malgr leur
parce que l'accueil que vous recevrez sera des plus coartiS
i\ 1903 Rue du Magasin de l'Efat
^^^%3?3!@

Nos 205-209 Rue Traversire
**...


",
""M
.-: ->-'


LE MATIN Ig Dobrc tWS
!-'
*s
PUE AT! F d
UNE JEUtffi EP"JUSE

Veei d :
Varia ,
RfsavalM latfon
MataMflei de r
A Varie
Maladies des I :mn.es
Retour ri'g
Etobtiae ru n*i chaw lia
GRANDS PRIX
t. t vaienrtennes i i. meut
MANGET
Kl . k
TFPPIPLrS
DGJLEUUS
DCr.ALE3.
* h*)
Jr4|&i
U aany chars m Ai -t - i"! !
' i un M d'Impuret t, clm .... |*>
' i ut alnal la con,v li.n f;U I ''.
provoqiMi:) les c*d*mee, l i i
jwtnorroid.a et detrn> n m de
nombreuse, afiectlona de la peoa
miil que loua ei ntarsx
. Le DEPURATIF DO JJCCiTUP.
BtAMueT nettoie le tanf, viv|f>t c-(
a sauiii l'orgai ume, ii n n i li i
lea affecti >ni .: i-s a m combuMlun
Incomplte des hiiineiiN un ralen
Uaaerneai de lu iiiiiliiun (obclie,
SMIun*, erupliyaame, gouiiA d
tismes. nvralgie* lenaces, neuraatti.
lut', Insomnies. vnhis, acIatiQUt,
lumbagos, migraines).
Chez la ranime II rgularise la clr-
ulatinn du fnr. facilite les po-
ques. prtotM la formation e: vita
les malaises de l'Age critique. Il
claire le teint et assure la beauto
le la peau.
D constitue un excellent traitement
de r.irtri sclrose en aba^int la
lensi' n artrielle, en diminuait la
viscosit tanguine et en facilliar' '
travail des rein. C
.d/ -Wt..., \^.^.
_^
MADAME B. L. HUNT nous . rit s
" Jr tombai iu:il..lr DOUE U pnm!-re fols, fl
y a nnir^n a mu |. J. prouvais de terribles
iliuiK tirs dans I.- ,U> j m pouvais pliu diTinil.
J'avais le haut de jatnbri trs rufl et j ne
pouvais pins me remuer iUus mon lit. J avais
Lirn appel le mdical, mais son traitement ne
me pi*, .nat gure de soulagement. Je finis
par acheter des Pilules De Witt et aussitt
apr. ni nvi n pria cin.j. je COtutSiai une amlio-
ration. Je suis actnesement dfinitivement
gurie.'' 7 Glasgow Terrace, Londres, Angleterre.
LeaFihdei ttfontn aMrtb leurs effets
salut lires plue rapiucnienl i '. i bien moins de
frais que n imp >rt viel antre remde, par suite
du (ait qu'eili s parviennent immdiatement
la racine du m..:, U centre mme de tous cea
maux.
4
Les Pilules
L'onne avis sa clientle t aux mdecins et au ouHlir. ..;
j uiso.m son Laboratoire d'Ulogie en UQ U ,fM
biologie appliqu sons la Dtfclion du w""*ciit j
Drivent et t. Sjourn
U laboratoire est cuvrrt loua les io irs de 7 h-m du m.n ,
neures d. s >ir pour lojt :< les herches et anilv. ; nrAmi?i:
s'annonc-, ci jointe, saut poar le p * H
WtSMimanii et 1 i eoi atanto Ure-ScrAM
m a S1!?* VS !Ufl ie '; r,ii .d3 cha*oe Sraai^-
Sadrto vin i'hirmi-v. pour lei reatalgis) fl,n .
ioah^d'iirises't 5ur,L>jstriqu^
Slav.ion de Wassj'maun
B.c'ion deTfirouUi
Rtami n du sitsjr ot di nm
-x&uen dMnii wifiagpi
nen de c*^V:
/Hbumino ricnJ
G)i.siante UroSecr/i
'--. /^-<^-JBjSJl>.
Tailleur
COrPE MODERNE
1515, Hue du Peuple
p qu en lace du II izar
llropolitdin
Tlphooe 683
POHT-UJ PRINCE
Les enfants
adorent la
GADUASE
dlicieux Sirop
tram bois qui
~ remplace avnnt.i-
TT geusement l'huile
de (oie de morue
llfimpianll. indi-
geste et trop
facilement altrable la chaleur.
La Gaduaae purifie le sang, stimule
I apptit, favorise la iroitsanre, accrot
les forces el la rsistance aux maladies.
Produit expriment avec succs
dans les Hpitaux franais.
En vente dans toutes las Pharmacies.
Ait! Cb MAf.NANT
Le plus grand r les rhumatismes, les douleurs dorsites la goutte,
la ra. : les nt'.i'iiUtinns. le lombago la
I i et tem les atttrea drsor.lrcs provoques
i t n'.. reli ri de ls Taaala,
i. :. i.c '''.'i i oni en h it l*its Mulea
les pliamiaeies Au moule euti- a>'J grand
Bai ih g Blienl 2 (ois J plus ipte le petit.
I ms prouve/ qrelqua dlfllculU maj
n muim les t mI^--* autueiitiqcHM "De Wm"
ailn-ss,-/v n- o rendei vialt .i la p'iauiacia
J'jexiiui !.*'. I. Kort-a l'uu*
FOX^JROT

S E*
T?rv^'-

1 S- T
? H? i R\ 111 &^ "-*
QliA^lT, PRIX MODERES.
JrtstoM
hm & mu
sh-ea.
Sont les iiiiMlleurs.
F.p*\froi (i'entrplien dune automttlile dfjte) dent beaucoupijd In qualit deprsu*
do*ton se$erl>Le pneu $1 RESTONS fk'mt pan un prt u bon %n&rch,cela e*t
b'f) vrai,maite pneu Flrentone rut d'une longue dure, et se* qualt* *icial<*
d'eapanm irotgem beaucoup la voiture contre te ecoue s* perptue lie*
dr i*t vu jours IV//. u e itutoiflofrU
V;i< ttomurcA ma:nt<* a t un bon unxrtim <*' de lireghie Pneu el Tubas
Cl-/ M< ieurs Luciani I Del Perco, Cap-Hailien, F. slmn se, Port-de-aii, F. 0"""M* V.tit-fjive J. \).
lonard, |ui Cayrs.ou chez l'Ifjenl Onral a Port-an Prince,
rt<-

^JjQJ
Hue du Qiia
^^
E
310 Rrie Itonne Foi
s r Pansl-i LpunteM
Bito pr< ssi< Djlandwiclrsioijtesijiiililt's < > t)inln
La Taverne reste ouverte toute 'a nuit
TELEPHONE: 771.
La maison H. SilverJ
Ce u qui n'o.it'p*' entor vu les jolws irlicles define9at|
de re-evjir.'/i mtUoa SILVKH V diivat, Htru leir int:At,s'ejj)JU
de MtMf cUe nuioi, car nul p ni i;> -n [leuv^il Iiot*
baaux ariidet \ dM p'ii ni. nmbles :
Nos article* nnl vri m-ni j t->ito ls11' et 'ls frii:leur,t|
liiient trata eooeoirt .ce.
Villa* 00 iL.ir barres
Biissdfntelies
I !.> suie brode
lias fil broi
Tulle pour premire ('omuiiinlor.
Jouverturos blanche et couleur Slip.
I!;u J.; -Lr Jjt: i Madera 'uour
cliomises et jupes '
Vroile blanc ;'i barres
Ililtine blanche
l'iahardine blanciie
L'-pou bl.mo e: ooulearl Jour
Voile et couleut uni
ClMiniseUes allemanis sup.
15r.ib:i!it noir aaglals
Imitai ion toile 'crue
Serviettes de tollettets blanche Acoultal
Nappes couleurs
lapis Cir blanc sup pour tables
Molletons blanc et couleur sup.
Peigues fruaais & amricains
Organdi blanc & couleur
Lainaije couleur anglais sup.pour jupes
Madras bar, es de soie pour chemises
hommes
Satinetto foulard pour robes., nouveau*
dessins
i)amas6 anglais (ir.matelas^Joubla lr
Crpon -i cafreaut de soie et Heure sol
Voile ging'ia n,
Aimables clients, vous qui vouiez porteMlJ
Irais les plus beaut tissus qu'il sj'U pwL
trouver sur cette place, ne manquez P*8i.
d'aller ailleurs -h pn>er e'uz^noi o ml
acceuil vous est rserv.
110'litic de- Can.
Port-au-Prince,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM