<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN7-Ofc-mbre fWS plus attentive lorsqu'on craint le vilain* pli que pourraient irn dr 1rs \ enr.enls Monsieur X .. ache'ait, chaque jour, un quol'dien, ce q i convieni s un monsieur tien habile ; il. au caf, il le parcourait attentive ment En lisant toujours le mme journal, on tinil par avoir qui que opinions stable que l'on er prime avec aisance Comme ta ils tait de faible intensit, notre gentleman n'preuvait d'ailleurs f ias souvent besoin d'met re des ides En gnral il ne pre nait part aux conversations que par sa manire polie d'couter les autre et par se sourires approbateurs. A cause de son si lenee et de ses sourires, beaucoup de personnes lui faisaient la repu talion d'un homme rflchi et pi rituel. 3an chercher, guid par son seul instinct, il avait tout de suite trouv le moyen le plus sim pie de paratire intelligent. Mais il devait surtout son bm h M II H la certitude qu'il avait d' tre bi M habill II join-.-nil de la dfrence q-ron lui marquait par tout et q il ii devait % %  sa mise l f aute. 'M lire nirmalernei t ne rapporte que 982 o|o des dites recettes de G. 6.077000 ont dMi celles d't )ciohre lv24 de Gds / (M6-0TJ0 quoiqu'Octobre 1924 a t considr comme un mois trs tavorableDans le cours du moi l'tude les recett s douanires se sont leves G. 4.417 000, ce qui constitue i.u record) les taxes internes G. 6*9000, galement un tecord e I s recettes dWerss Gdes 21000. Tant les recettes douanires que celles provenant des taxes internes ont l mMerielleintni au dessus de celles du mois correspondant de l'exercice SH4B riais les recettes diverses ont t moindres. ( BULLETIN nu BtJBBAD nu RECEVEUR GftNRAL ). file de l'Immacule • onceplion Demain, S Dcembre, l'occs sion de la l't de 1 Immacule Conception, trois messes seront C'bres dans la chapelle de lll pital Gnral La premire aura lieu a 4 heu res, la seconde I i ,i et lu grand' messe 17 i\t. Dans l'apr midi il y aura pro cession dans la cour de 1 H .pilai et bndiction du Trs Saint Saere ment. Prcalculation du temps par I. G. Tippenhatier ..jut-d'hoi et deuil Le %  — Pression atmosphrique 1.4 au dessus; temprature 0.9 au desus. index du tempe 2 t posi tif: Probabilits pluie 0.4 ngatif. L e H — Pression atmosphrique 1.2 au dessous ; temprature 1 1 aud-aou. Index dutemp* 0.7 po Bitif.l'robabilits pluie : 3 i positif. Compagnie Gnrale Transatlantique Le ments.Le communiqu du conseil de la Ligue expliqua os son ir vi talion prvoit la cration d'une • mrrission praparateir m vue u 'ure confrence mondiale sur le dsarmement s laquelle ls na ban eeratsnt invlt.'e* a M lare i.-prsc-nter. Houvelles difficult' entre la Grce et la Bu'iftrie LONDB ES On annonce de So lia qu'aussitt que le rapport de la commission d'enqute sur les incident de la frontire grro bul gare a t connu,'e gouvernement grec a commenc une cruelle pei- cution contre le bulgarersidant sur son territoire ; des groupes de rfugi* dan un tal Umenlab'e traversent la fronti'e fpyei.t le arrestations et les jngerjents so~n maires drt Lerin et Mon tir o plusieurs excutions auraient dj eu lieu Le ministre bu'gare des affaire trangres a envoy au conseil de la Ligie .les nations une protestation con're les proc ds de h lnVe. Nouvelles diverses WASHINGTON— Le Prsident Goo'idge a refus de irvir d'arbi tre entre l'Equa'cur et la Co'om lue ..I ) %  .: ;:t i' q,ia 1 •. premire d* ce aaiiin" n'a pa* sollicit ce ser vice. M Carabe deaux le t courant A la C DRLa Commission des Rclamalions, dans sa sanee de vendredi, a rendu soixante sentences environ parmi lesquelles est noter relie renvoyant les sieurs Reiobold et Co, Oloffson Lucas et Joli M lesob sen sujet allemttnds par devant la composition dont fer paitie proch er er g'o haut toutes ces affaires. Mes Hudi court et Dupiton ont vivement protest di*aol que chacune de ces rclamations comporte des nuan ce particulires qui ne peuvent tre considres en un s u' plai doyer. Le Prsident de la ommis sion a fait appel i la s* gesse des avocats, en leur expliquant que le t •mps dont dispose la Commission pour achever ses tarvaux est limit. En dfinitive toutes ces affaires seront entendues, le jour fix, de i heures 30 S heures p. m. Bicyclette contre musicien Hier soir, vers 0 heures 1/2 a la rue Amricaine, devant les Eta' blissements de la lie Litbogra' rdvque, une bicyclette qui n'avait pus de lauttrne heurta et renversa un piton. Le petit accident provoqua un attroupement et I on put voir que la bicyclette portait le No 111 et stvoir que le passant qu'elle avait renvers u pondait au nom de Fa lais, joueur de basse bien connu •t qui. son instrument sous le bras allait commencer le bal dans ls taverne pr chane. Qui avait tort qui avait rairon'.. Le musicien et le bicycliste s'in sultrenl copieusement. Et 'es choses n'allrent pas plus loin %  — i — %  %  i i m\ %  i i les Dites clbres 6 Dcembre Hier, il y eut juste 433 ans qu* Chriitophe"Colomb dcouvrit Hati. En eflet. le Jeudi 6' Doembre 1 i!<2 4 mois et 3 jour aprs avoir quitt l'spegn le clbre Navi gateur et ses compagnons abord rent en cette Ile q .i est aujour d'hui notre fleyv Us y arrivrent 1 d'heure des Vpres* et d bar qurenl une pointe, situe eu no d ouest, dont Cilornb prit ans sitt possession et qu eu l'h inoeur du saint dont c'est esjoorl la fte, su calendrier, il appela Saint Nicolas. C'est le Mle Saint Nico las. I,'\ mirai, selon le crmonial sccoulum, prit poession de celte nouvelle terro au nom de as a m vrains et baptisa toute l'Ile du nom d'tUla Espanola. Ile epa noie, nom qui. par corruption de vint plus tard lli-paniole. Voici en quels termes Colomb lui mme, dans le rt de son voyage, rapporte comment il aper nt notre le pour 'a premire fo s: .J'avais-i'lfistmroerit com >ri* pnr d'*uties insulaires, dont je m'tais dj erpar, que cette terre (Jua na ou Cuba) ne cessait pas d'tre me te; aussi en longeai je la cte orientale pendar.t 107 lieues jus qu'o elle se termine De ce cap, je viune autre lies, distante de celle ci de six ou huit lieues Je m'y rendis. Et Hati tait dcouverte. a parti de Bor est attendu Por ;>u Pri'ce le 20 |1 r< partira le lendemain dp on arrive pour .Santiago de Cuba et ^tffSi MM Ma. le lI()Tp $* RftSE 30 il rena'tira 'e mme iot.r pour -.."Yii j i #. • 1M ports du Nord. Pucro Plataet StU ,a R ue de ,a C r0IX San Juan. Lic'>oc|uo '1^'assis.*" Service de lw ordre l_ .1 tful S--' 1 '*•*• k" ,U ,, ^ l • un* Uir J rco Vlt AuioSuop, U tuoif "qui E fpa lui-mSu.." Dis MCUIMIM S npmiMf • b lm ctt uiH frich, umi bUn aicutoS* ju'.u BOMbsl jour. L *m Um dur* de* smin, MI ri" p** tt U ton &1 iJ dt M dooeaur. Ie'IUsoir tlg E.P.PAWUT P^ .M PrlM.. H.UI ail The Hoyal Mal Steain 1 ackei *^o npany ICoco COCO COI Savon au Lait de co< COCO I Savon de Marseille Vrai talisman de jtunewe st de bssnt, ce savon Ubr'oi ment avec l'huile puie de Coco pntre mcivc-illeast r rcot U i.cres de la penu et la r nd souple, douce H fiaiche Ds sujuuid'bui, implose/ le Savon au Lait de t'.oco rar temps qu'il prserve et embellit le teint de dames, U \ QQ L bbs leur adorable fracheur.• Essaye/ en mme temps LE WHITE A LMOND SOAP Cas savons sont en vente .exclusivement en gros che/ Isaac pishyeti [1738 Rue Gourde 1738 el "en dtail dans tous les magasins^et phi I de la place* Le steamer cKara est attendu Jacmel le ; Dcembre prochain. Il chargera tous les ports bai tien; directement p jur l'Europe. Le steamer Tabara est attendu k Jacmel, le 21 Dcembre prochain. Il chargera tous leaportshaitiens directement pour l'Europe. l'on au Prince, 2 \ Novembre 1925 J DWLIEft If Agent gnral pour Haili tmtsffiRp Le porte crayon NNew Perfec led Evershirp et le porte plume Wabl sont prsents dans des tuis in'-s lgants. Ils sont jolis, du rbles et srement d'une grande ulil'l. Us sont uniques : Evers bsrp avec ses six nouveaux attraits qu'on ne trouve pas dsns les autres crayons et la I ilume Wabl avec sa boite mtal ique et son rservoir d'une plus grande capacit. TIMBRES-POSTE Contre 1000 tnmrrs peme de votre pays, lav* et bien %  •langes, jenroi* une MON'IRE ...pu.iie en nickel ou raoir, fiancorecummanJ^e. Satiitaction g^.antie. TourOurt Viiablc. Achet timbre* an quantits, rflifl offres. G. RESTEN, 1S K Ru* (U M.ubcugr. PAX1S [Tnat) Chez Mme Etoile BPUQ Rue des Miracles (En face de l'Imprimerie Nationale' On trouvera les articlss suivant reus par les dernier bateaux : > Soulier satin noir, mordor m Ul srgeot or, vernis, daim blanc etc, pour dame et eu faut. hipeam garnis e formes pour dames et enfant i. Jolies cravates. Jupes plisse-. Crpe de Chine uni et imprim. Marocain de soie bro d et frapp. Satin chirmeuse* Etoffes fantaisie. Dentelles or,sr gent et couleur. Eventails en plu mes Bas de soie. Itubans Ecnar pes. Plumetis blanc. Articles de mnage. Parfumer. Jolis cadeaux pour fianailles, mariages et bapf mes. Jo> stf .1 i.ets Jouets Ades prix dfiant toute concur reuce. Graid ajsjsi liment d'ornements pour -ibre de Nccl. Changement d'adresse Cabinet de Me Emmanuel CAUVIN Rue du Centre No 1A09. MAXWELL A MOI1R 1613 Hue du <.'ratrr POU I I PRIX F. Il 4ITI ~ rsB JŒ m :^^^sN^^>JSN685*^.v^^^^^SN55^N THE WAHL COMPANY, NEW YORK, N. Y..CLI i\ CREMOLIVE : Savon de toilstts (suprieur CRFMOL1YE ;.Il gh clars. CREMOLIVE : Frencb toilet Soap. CREMOCIYE : Recommand pour la to lette e< pour le bais, IREMOLIVE : Rcromended for Toi!t Nursery and Bath. En vente dans les bons magss'ns, au prix fix. Goordei dot zains, et 0,50 la savonnette. Isaac DUhy S CU Distributeurs Tort au n rinc. EAU Ml YITTEL GRANDE SOURCE Exi GOUTTE GRAVELLE DIABTE ARTHI RHUMATISME GOUTTEUX Eau de Rgime pour le Arthrltlqs*^ IT Vmtm dan h principal— H tmimin *: Drogutric. Mitem_£ - .*&m* La Bienfaisance Hier, eut lieu ls Loge Ls* Cœurs l'nis" le tirage de la loterie s La Bienfaisance Le numro 389 a gagn le gros lot de 1200 gourdes et le numro 1033 le second lot de 500 gourdes. Avi* Les dtenteurs de licences d'ar mes feu, non renouveles pour l'exercice 1925— \'M, sont aviss qu'elles serout annules -** 31 D cembre (925 si le nlcetaire n'est point fait. M. H SU VERTHORN Chef de la Police, Remerciements W Profondment touche dee mar qnee de aympetbis reues Poecs sion ie la mort de : Madame J. ROCHE ne Clara Roumain tous U's membres de sa famille rame: ient bien sincrement des ohl gnants tmoignages d'amiti qui leur ont t donns, et dnt il garderont un reconnaissant souvenir. Port au Prince, le Dec. 192j. Eug. LE BOSSE & Co Agences— Reprsentations PORT-AU-PRINCE Agents gnraux de Decker Jones Je^voll MlllingiSt l-C NEW-YORK laiitie Hu.iariaii 0 O-Boule Rouge etc Franklin Pire Insurance Company NEW-TORS A**uance cont re l' ipoepdle Diamond Match Ce Allum ettes i S afe Home i 0. S, fiubber Fzport Gompan} Soul iers Red e. Chas F. lattlageftgSon Poissons 1 sale'e^toua flsar^s Manufactures Lile Ins'ceO'j assurance sur 1 **+ Suilhou Frres Ciu^ Vlus & v h ampagne 3orfl'" Ih, HeymiPr, COPEMlAbUr eurre soois, Iroaiagn et o" alim ent -i rei W. S. lathews tt" Son Tabac Jaunes et nou-* ^. lalionale Sens Rival Cigarettes Cb*J •art r**4



PAGE 1

LE AT:?C : rMcem'Mt 1915 %  *^ C\\mp'a r, 1783 / WepIaC l e S ucc r .* \' "ff '?/'<• Cf "s Agenl Exclusif P. Laboui delta 50, Aue ifonlmarcre Paris b fameux Champagne Laoson Sejlrouve i.Paris fans le? Grands res'tarants et cafs la mode, i porl-au Prince, il est devenue favori de la Socit. En vente chez : E. Dereix, Ch. Picculel, Ch. N. Gœtjena, Lop. ^im aux Cayea de Bordeaux, B/ar Mtropolitain Aliredl Cooke, Htel d Franceelc. "T 0 """, IM %  Aux Gouaves : A. 4 F. Me Gulfie, Reinbold *X Au Cap: J. Paiavwioi, Ch. N Javaui. Virginia Valli l'toile bien < onnue J INI V KHS AL dont la beaut fait la joit da enthualuatea de l'cran, dit: "On ne Mut ttre vraiment b*llr un. M...r >lc )..ii.-, a.m. J'rmploUI* Kol>no. ,i i,. plua.ar moyen d* nmluura avoir d* demt pronr*, ftalaca. ralOMIII Joli..." & 7 klU Chacun peut en faire autant. Il suffit de donner au prcieux mail qui recouvre les dents la protection du Kolynos. Il tue les germes, causes de la carie. C'est la fonction caractriitique de la pte dentifrice Kolynos, antiseptique et pourtant sans danger. Son emploi rgulier, deux fois par jour, suffit dtruire les germes qui pullulent dans la bouche et dana la gorge. Un centimtre de Kolynos sur brosse sche. Un seul tube de Kolynos est suffisant pour cent nettoyages. PATE DENTIFRICE KOLYNOS lamiiium lia* N w-OrltosIa Sontb AroerlcaoSte-> sbiP Go lue ^'Oal^ dpart direct po tr Port.auPr.nce • VSai s f $\& 33a ayanu, toute c 3lev-ditaru k S* %>Oemf>u fornia 5eia <$c\it~-o*t> £ 7 ccml>ic aou 65 taaru5, i QefU** VMC te S aoec 160 lonney Sfi Steamer ftik fol^oa 9lw0tfcaru ttSi5 cembio dicdlemML paur^ort ie.SUanur ArUti (atoeta %*64im le> UDuemlxt |>toc&aia pour lou* Ce* porb A* de Malleis et Go Agent* Gnreux La sant doit passer avant H Les heurres'BLUcNOSE" el pf** fc *„_ sieurs Smithtt proctor, pj.j. aor.i garantie .nlim. ment purs. C'est excellent c est peu cotau*. En vente dans les Inunes piceries : et en dipt chez les Agents. Commercial Agencies and Comnistion Lon R. Thbnd ,_ Prsident •^ % %  assrtBa^oa** .s r a. m a tf j p u QT^. anasa—-_a ^^c^^^m^^ — — Vous tes vous jamais servi de la iolioii ou de la poudre trusta. Mitai S^am h D r niii! lie e ala mer Martinique venait directement dn lew York est attendu i Port au-Pr.nce le 8 dcembre ertj Il reparti a ta m ne jour pour I*. tit G >.v^ Miraio n ,Jrmie, Cayes et D cm>l en 'oute pour les ports de la Colombie prenant fret 4. pa s sagerP. / ort-au-Prince,

j\ie hu 1257. RUE DU C*afr, 1257 mwretmpTifmett Rvedet a8 n% TE H0NE ff 773 Avili iui|or^ut *.}?* -^"•J t a ra PW Nouve le avise on aimable cllenT T? vIent •'"••• % oir par te Macoris plue ae .>,0U() carton.*, du dernier ch o Parialen. Migaon Mifjnounetle, Fantaisie simple, laataUH de .uxe, Impe la', Scnes d'amour.fortes de fianai! les (,i.ta 8 p cialr pour mirages et scnes de fa. mi I de toutes dimensions. Bile a reu en -.uire de jolies surprises quelle distribuera comme tre ns de fin d'ann* i a P.iotograpbie Nouvelle remettra tou^e personne photo jraphi*e un ticket partant le moulant de sa oommands cle photos. Contre one valeur de 100 (i les en tickets l'Atelier dmnera une prime de lo gourdes SP portraits ou en Mp^ese au vr* a c -nt N'ouWIcipas q "os trava-x d, la photographie No. vel o s*, a n beau fil tat PatellaV qu'en plein *ir. ~ SI *ou s ne vanez pas a la photograoliU nouvelle voua nej.rouve ez jamais le doux plaisir de corner^er un be.iu souvenir de votre V|P. Pour touirensei neineuts til^phonsz le \o 773. Demande/ une lotion on une boite de poudra chez lawas HE^MANOS et VOUS fe >ous servirez jamais d'autres marques. Cas produits proviennent de h lameuse parlumene Clieranij Paris. dawm Hl RM .AON 205-200 l'.ue Traversire FL d'Anne Klle passeiait IstpsriM la lin d'anne s-il n*j afsil pour gtyef la ville, le Baser d'AsIoine M TeUBas, le matre" des lliaenas. Il e>.t vrai que les Ptlss ne commencent toujours qui ohez lui. Car, c'est l que toutes lea lamillcs vont choisir leurs costumes, \ntoioa' MTalamasjn'est pus seulement rput, pour ae^brillantes toilei.iH>l KM soieries il a aussi une glande innomme gr;\ce M concours qu il a tou jours pit h tout, Jamais il n'a failli jus'ilier cette eeaiSD.ce qie l'lgante socit du pays n place en lui. il rtoit toutes les bante. A Ions, il offre un printemps nouveau. Aucune maison de la place ne peut avaliser ave. la maison Antoine Tdlamas. Elle restera le B /ar des Noiveauts, ou le bon march t'ajoute aux lolidea qualits dessrce que la' garan.ie de qualit pour rfi'qu-, liout llls dtllsigsiid Haigeet la nsme que pour chque bouteille r. Ki.g .William IV e | quon ne reut t'avoii peur aurune aut e marque. ; y Lil E! C] [y m m o El CE! m ED O uni CD B 'liil D CIL i rajva)fUf vont mMiiv qui taAtn Rl j'ie-Vi-mr f$\ ai fdtilr 0 Eloi^n. z !.-,. i i. %  . |. pajaM avt au Bavaei L.. r bio\ ('est \c riioytfii le pl.ie %  ris,u,Ir plus Sauf, el Te plus fat-le .lr WH foin battre •;. Non asrulem^nl i. .i 11.^-.. %  et ditperae Ua Jjerin*maia 'Val undeasjvona le plu ilmaiih ajU ii*ii.' j vitutu a'tr cKcvc'a .util. %  wr M > a ne ti.rvre \ ^f ^snisw/aVUsaBar^ I*SAVON mmm |J X( .B I IIVI' U3I c 'IBH.IHI >tl< USA cnuiq Wuuajai W 0 SCOTS WHISKV M ievr %  noie '.nci WISATCO Rue des Front-bort* Aoo 118-115 CXL M TTTX KTN GTTTV v T m R m ~ Wm Fonr vos jolis (lleaux d,? fin d'Anne \ servez vous de la Pndre Elvation Calumet. Hultals merveilleux B f eti\. SIDA &C% A9ents



PAGE 1

1 LE MATIN Dcembre tW s. ._ (^ UROD !i Goutte Rhumatismes EorfhR Artrtb-Scl OMttlt Calcula r,e GRANDI PRIX f.ul.lHsrm.iili !'•>' ' I Pbvml MUR d H6pM et i i tfalanataaftts, Par* ' *'" M 1 Nettoie le R •:.*fin •• ics/fl acHV. :;.' RESISTANCE OU LASTICIT %  r" %  r k S3FWr.X*A.' +T i r.1 Les ruUal obtenus par emploi du Superturitt donnent la rponse. Supertwist est le Clkbte oxtru-lastque, extra-duraMe, *lftftori Ntltl l M 1 %  %  %  i' , u .i icion .. %  4 Somme chocs au moyen %  te nouveau type de pneu, Saisies' pl6t>te pour 6 aUo, ber e8 ,ocs au moyen de sou lasticit que pour leur rsister par sa sol.dil. ; uaud un pneu 6ood Mear, la.l ave/des lupertw.st heurte une pierre, ce cable h.sliqu'ec" Je ."eh^ Ilclu., slargi. et retourne son tat normrf comme une hanrfe en caoutchouc , Ult avec ^ elu 0B Outre leu. lasUc.l.le conlor. qu'ils ollrent et la ucu ^ conduire Us voiture qui ont W *"**£ e l u con om.e. Mrtwial. ce; pneus sont des merveilles den.lmance Tailleur OU PK MODERNE I5I5, Hue du Peuple J'resqu en lace du !t Iir Blropolitain Tlphone 683 PORT-AU-PRINCE Les enfants adorent, la GADUASE tlefli) l'iix Sirop framliot'r qui remplace ki i iincnl l ii .le dr (oii s(>nl le f SCU,eS fi,bli( l u it P J *' I )| ;rouver sur cette place, ne manquez p*' .j l'aller ailleurs d >, pissir f'idi 4 n)J o5. %  n a ceuil vous est rserv. HO Hue des ars. Port-au-Prince



PAGE 1

rgUR PROPRIKTAIHK ieo( Magloire BOIS VEHNA 1158, Rue Amricain. 10 CENTIMES Pat-mi ls lorces miales,il en esljiie qui,on t |anise,cncadi e, hirarchise, atjit sur l'esprit et sur la consrienco de ;{(lfl millions l'hommes! C*si la hw callioliu.ue. Georqes Lrjyues Quotidien TELEPHONE N 242 ,|NNKB *Vo 5674 PORT AU PRINCE ( H tT. > l.luNDl 7 DCEMBRE IMS il Tie World et le 'Hsw-Tark Times rinlrt de 1 vrit et [, pleine ditic^tion de L publique, il tst nces|apporter une prcision ( rrai6 valeur et le caracLfirticledu journal The [I rep oduit par La ii dans son dition des IJfoverrjbre 1925. I q u'il rsulte d1 l'aveu [du journal ntwyokais, "lciations sur la question Jions lgislatives en liai I bases sur i DE RKCKNNES VI'NI ES lE PORTJCE>. Or, tout le monde ique valent ces DONNES jnent de sujet quotidien clama lions de la presse ppositioi:L'est tout sim ni un tissu de mensonges |7aiterprtations errones Ws de la Lonstituiion qui ^rfgit actuellement. kit d'une fois, il a t (1re que la du ion du PrIdelaRput lique de ne [dcrter df s lections lgis pour Janvier l'.riii s'ap|ftu une disposition torMllGorstitu'icn delWlK • dmonstration les jou i de ^opposition ne peuvent pr aucune rplique arieus ont donc les mmu arpl* bal/us en b clie ici [acnt co'poi tes aux EtatsNulle pat dans la Consiiu il n'est fait obligation [Prndeut de la Rpublique Mfcrter les lections lg Blali telle poque dte rniinp. jfaotraire. il lui est laiss la >de fixer l'anne paire c doit avoir lieu la conaultatioa populaire. C'est ce qui rsulte clairem nt de la o;iibinaison des deux premi rs alnas de l'article C de* dispositions transitoires de la Loi slitution vot par le peuple hatien. Lis DONNES fournies au journal t The Woill n'ont pas t inspires par le souci de la vent. D'autre part, la miniles'atjoo qui a eu lieu devant la Lgation tant contraire la loi, la police, dont c'est le rle de veiller au maintien de Tordre, a agi contre les contreven nts qui ont t remis leur jug-L'est ce qui M fait dans tous les pays o l'o:dre est prfr iVinarch e. A quoi S rduit 'a responsabilit du Hiut Commissaire si lgremeiil mise en eain<% :'i propos d'uue question solution ne par I Constitution elle mme ? Si mission estlie de prendre paiti nour les agitateurs professionnels contre le Gourerven eni ut avec lequel il cood en v. rlu d,s clauses de la Convention? Li politique du Prsiient Boruo "si inspire par la constanti pensV que seule la loyaut des app rts entre tes Etats Unis e iiu est susceptible de produire uu rsulta s lisLisant pour le peuple hatien. Mai* rien n'indiqua qu'en dehors des clauses de U Convention prvoyant si collaboration, le Gnral Ruwl -dt cherch a s'immiscer daLS la politique intrieure du Gouvernement et eocore moins mconnatre les prrog'itiv-a aitnb ie s au Pendent de la Rpnbliiui par a Constitution et les 'ois li est d'autiut p'-u ri licule d'engagr la responsabii lu Haut Corn niss i- que le NEWYORK TIMB du 2^ Septembre de c j .ne anne a rapport.'' Poolrion duG Mi/e*nemeul Je W's hin^ton qu u' %  st pis du tout dispos i inte-venir deai l'agilition po itiq a h il • nnt, . estimant que i la lettre adresse au S r tiird'Etat Keilog par 1: s m. mbrea de la presse do l'op position ne tient pis compte Je la lali'ude laisse au Piskient d'Hati de dcider en quelle anne pure auront lieu les lections . Le journal Tin Worl la est tout simplement victiin? d'une de ces INFORMATIONS DE SE CONDE MU" dont a parl M. Rolenberg. La bonne loi et l'honneur les E -U. ne sont pas encore en pril en II ti. lis ne lseraient qu • si notre puissante voisine venait manquer son engagement notre gard et ne nous ai Ou pas tablir sur une base soi i le I ordre et la p ix in lis pensables notre volution et la conservation de notre indpendance. La ralisation de la rlection du Prai lent Borno, dans l'ordre le plus p triait, eu avril prochain sera la preuve la plus convaincante pour le peuple hatien de l'efficacit de l'aide amricain.. LA MAISON Maurice Etienne fils Spcialise dans la marchandises franaises a le plaisir danr.oncrr a sa clientle qi'elle vient d'ouvrir un nouveau rayon de CoU{iWTt€* m L'on y trouvera de superbes boites de Bonbons pour cadeaux en tous genres des prix dliant tonte concurrenceUn suptrbeAlaianacb wra oHeit atoaUcbittur. Pourquoi le Mikado fera la guerre I l'Ont le-Sam [*J ehese dont personne au% %  aei, ne doute, c'est qu'un Jaa l'autre, l'Empire du Japon D guerre contre la Repu %  >ee Etats Univ Cela parait %  .tre d'une M grau le ccili k-tae les peuples du Continent amricain et lesp-lita Vajs **msr des Carabes escom h tent t aulbeureuse du contlii pour MaWeains pour cjue 9oit b' -u.ee ^ taa mers la suprmatie des •Jfib du Nord L" 1 i l'on sent invitablement ''•conflit, ses vritables eau J^appent encore plus d'un. 1 ne vraiment parce que I coliers nippons, des en d seize & vingt-cinq ans, t chasss des cole ca— %  '• %  aea qu'aurait a clatai ^terrible lutte ? Suffirait il de "?,,'* a*c!ua.oi pr^ oooed au "^ois contre les japonai -.., !,ii Iltar ta e|i Jil U.dl."iu# nipflP* dernire ase r !•;• de la IT* J '' N t' na, fri • .1 po* 1 1 7 Peuple de nr B'^uo.,.,., lise 1 6ulre ? |eii. / œroe assez de l'ambition itii rec nn?lt aujourd'hui aux V 'i de Ipur imprialis! me, trvg fe • l UvuSjjay 'C'f ni -u. eor e'roi" ai ; -, t les .17.001 liilon. — Bai de H ol rrootagueux bt volcanique, il v en a peine 100.000 de culli tables Or, ces populations au£mentent de i.'JO \ 500.000 indivi dus par an. El e* atteignent aujour d'hui environ M millions d'i\mts. V ngt six lois plus romlireiiB" S ue la popula-ion d'Ilaiti, elles oivent vivre d'un domaine prpjqu aussi petit o le prix de la vie, par le fait de guerres successives et rapproches, a considrablement augment. Il faut donc que la majeure parlie des popu'alicns nipponnes cherche eu luire tran gre et plus fertile les movens de subsister. Mais c •' Voil la grande, la terrible question dont chaque jour augmente I inluctable dveloppe ment el complique la solution. Les japonais ont, aprs leur ingrates contre?, peupl Torroo-e jusqu saturation. La Core et la Mandchourie, peine conquise, ils s'y font in&l'l* au nombre de 500 000 ha y sont aujourd'hui 7 ou 8 m..fi n et. n .turellrment, commencent d y et e gnf. Hier, ce fui le tour de la China, lie lui tnvhliie, conquise, asseiyus, el. est auJQUid'bi dborde. Aux Iles Hawii, Us tonl plus de 300.000. L'Australie avec ses immenses ressources vierges Us fascine. M.is le, rien t faire, 1rs australien leur bot brutalement, irrmissiblament lerm leuis portas. Les colonies allemandes d'Extrme %  orient qu'ils onl eues comme bu in ^e guerre ont bien vite 1 IMrg4e par l'immen se ma-ce \ n H ce. Et, aujour d'hui. il • > i' l'Amrique vers qui ils i*iti t v rner leurs re gard', t w e. plaine %  riiver d f> n r de quoi m ,.'. • ui i • > MOQ ..n P*e de le enlve c tt-ti > i eaperaeca En effet, depuis 1900, une mo venue de 15 18.000 Japonais dbarquaient, cbacjut anne, k San Franej ic et les k 'i r s'aient en Californie ou. en 1013, l'a taient plus de 200.000 que les %  ol. h. miens ont voulu mais n'ont pas russi rejeter U mer Celle invasion pacifique, vritables va gus qui d'Ierlent, est prilleuse pour amricains et californiens qui risquaientde ne plus | Otivotf manger (h r. eux leur aise,k leur laim, >i tant le ajfppom J venaient aus.-i manger. Do la IttiiK UM: loi d exclusion Capan laut, ea n'est point, que sur le continent amilcaio, l'etpa ce ou la matire fas>e di t .ut. Non. Mais les priocip irrdoo tibiea dparent les travail ein s jaunes des IrAalleuis bluncs Pe la une concurrence acharne sain merci; et, le malheur, c'est que l'ouvrier yank e y perd tout a\an tage. En eltet, tous les oi vr.ers ao ricains appui tiennent les avndi cals et sonl ontrain s d olir • ei vilement aux <• Unions dout 's dpettdeut on tout 11 peur to I L est i'. Li.ion • qui fixe le itl&ire, les heure-, les procds ue Ira \ail. autorise, patronne ou b ij cotte les chantiers. Kl s vont i loin et disposent d une tell, p iissanee quelles se me eut aujourd nui — on l'a vu dans les der niies lections prsidentielles -de diriger les ienduceset les opinions politiqjeA de ses ouvriers qui es. l ave* de ces lo'.midhb.es colorations n?, peuvent enloncer en ciou eu dehors de leurs rgie m nia d'airiu que n'ebrche i u cune tac ptiou. Ce tytmeu f.it peut tre ta force de la lipublique toile; mais il dsarme l ouvn r dans U lutte de la coucurreine. El voil que par 10, fO, 30 D00 aftluent des ouvriers jjunes auan adroits, aussi intelligents, aussi robustes, s'a -iinulant avec une fa cilit proverb aie tous les progrs, lous les perfectionnements, libres, ce ux ift, et soucieux que de se pro curer de l'ouvrage et qui acceptent un sala.le troi-, quaire, i-ioq loi* moindre. Ces ouvriers ne cpan' seul eiesquepasce qu'ils g-gnent, m iiij-ftul p.u boivent i ne oc m nos, se contentent des plus modestes logeaitOts, ne. i-eui aucun jour nai, ne st u.oatienl jiniiis .lui. les clubs ouvriers ci paraissant trangers & toute ide d association ouvrire. Au contraire de tous les autre" peup'es de la terri*, leur uigma ique. vi-igne Irahil riati de leur pense, leurs veux brids ne rvlant point leurs qualit-*, leur dmarche uniforme n indique pas leur tal social : sont ils pl bions, bourgeois, ariiloctataa La ligure, Carne coro:n" on 00 .f du j ip^naia, ne dvoi e )amaii quelle clisse il a; pallient. Il n'y a psi' arm dfl la aorte, l'ouvrier ui;p n a sur son concurrent anrioat da ter. bii s a\ da| s. c'est la fai lits laa aUalonis t la mis.-ie I it.ile ch / levMrkee. Le moven d y remdier! eir il fait cote que c rite J re mdier. S'incorpvrei lesintius qui arri vent en si grtnd nombre de l'autre cette du Pacill pie I. s a le prju gl de raie, il est invincible et il 1 \ r fuse. Et f ii pattout lea j iiHM arrivaient viie tre la m,i irrit. Donc dicter la loi lia pari et d autre,at ma'gr les eon' tences ol les dclarations pacifistes des ho urnes p ditiques des. deux Paya, l'a ai nosil nel grande et le pugi'at fatal. Alnat, lors d la f.i meu.-e g fcva des marins dan Praooiaoo, un journalistes ng!ais qui demandait aux ih fs des c I nions : — n.i'adviendrail ii si, drm-iin, mille maons japonais repren-ient vos tr ne l'es '.' — Mille mortraa rpoudirent Us yankeee en grinanta des dents ot leurs poing cri p s La CaUSe Mil) islaol, les e. fi ts se son! ampiliset par la lente mata coo lanla volution dese-bo ses ce qui. autrefois n'et.nt qu une cnse californienne Ml aujourd bal, devenue une cri^e 1 amricaine. Lias .) ponata pu ^ont vanna i Q0 en 1006, i 0.000 en 1008, 300, (lOO en ltllO, vienilraienl sans nul doute 800.000 en 1020 tt peut tre plus d'un million en 1818. Et les Amricaine, latfcjoP J'em ployer c nlie et lie invasion des mo\ons pacifiques, enhardis par leur soudaine puissance maii time dans le monde, onl p rdo. i la lin p.lience el oot Ixutalement ferm leura porles aux l'i s du So leil Levant insidieux et conque ranls. Mais Je leur el, les J-rponais repousss de partout devront '•'' l lement enfoncs toutes ces portes dresses devant eux afin de trou fin il. Sic Altanaittf! Ni "I inique CD1COU. An-jle des Rue* Destoaehet ,i Ge/frard, Noue av >ai I h ) 10 af di pr.-te-' U cjnnaissance des Mdecins et du Publii, q ri' #iBt i* s'el blir sur cette Pliee la Grande Pharmt ie du Globa, u tenante a linlq i ''oicou. I ar h l'ni :hvir des pr iluits el pirlessoiu apports k lexcu tion des o 1 >r. mues mdicale^ œt:e Pliarini'-ie se reeimmmde d une faon to e spciale. v u derrire elles le p.ti i 11 >tili • i in lispeasab'.e et qui leur m iu pier.i i h / eux. Ei l.i population de i'\rchipel a'accroiisaal da jour en jour, le pr.ibc.ni: prsentera IUMII; une graut gaoj pt aient. Liraqua la terre nipponn: ne pour a plu no inir ses tro i no nbra ix enfant, ap I la p >rte cliin dsa | ii ouvrit la r. ira, anr 1 1 a rrta russe q n ouvrit la M t i I. li iri-, ip-s la pute illaman le q ri ouvr t Ivaoil Ohaoo; c'eat c mtra la i>>.te arn rie lina q l'il la ir i m in se nmr bol le n'-.it ; c ir alla t ri ', u -n seulement la Je ifo nie el toutes lea tien riz da 'aoitiqae : es Phi li,.,!!!!---. 111 u : mais, sajouH hui l'i nmense et fertile i-iiuupd'ex poitation du gra il l'on ; neat am4 riain. Les diiigeanls tant afJl '* tina que japonais se soa 1 ju q i ici ef roci .l'viter les ca isea ,ie coq flit Oieu veuille q i Ils y rus>i tant tjujours/ M u* la guerre uippo smr'.caia .• ne pourra plus lre retarde le jour o elle sera vraiment n m pas une quesli m patriotique, n m p ut seulement une affaire d'honneur natioual, non plas une qjeetioe de race, de transactions cnrnmer cials mais la lutta pour la hj "dans toute %  • faroeiteet dans toute son inexorable exigence. 6 T hrse Montas 313 liue bonne loi, 313 Kn fa ce de la Lgation Amlie ait c. Voos trouverez : Superbe assortiment de bibelots en biscuits, fpcia li' de la Porcelainerie de Villeuaoxe ( Aube, France ; des jouets en caoutchouc Crme etsvoc M laceine, il. cl aussures j our enfants, del toile Marocain et Nefioi nie no J re, 1 i m-, l'Ii mes e.a1in i i >s s r isei:,!,t.. 18 coi "eio .i "i t-Kab ii > hinjet d*l il n • Kr %  iail m ai ri ^ s' nier du i'errn.-nl .1Nais n NtlLi .t aii'eu: vu p ne aau.in t. aver une p us riche varit de cartes pc talcs. Plu de HO vues dilIVreraies de Poit an l'iince el ses environs ; des ruines de Milot. la Citadelle Laferrire. des Lulaiaie pour Nol, Matiage. hii\iilles. Anuiversaire et sujets h .u ori--lio k ues. Petit croquis Un monsieur bien habill ligeota %  %  Il arrive & .les hommes Irt's iolel de vivr • bitOO oit Cela n doit pin MIS tonn r, car, sou vant, es hommes l ont l tort d'accorder tnp ;ei d importence aux petites choses, Les imbciles qui vivent d'une mani e intelli gonte sont ils moins nombreux? La statistique nu nous l'appreud pas. Je peux du moins affirmer que j'en ai connu un. C'tait Mon sie'ir. dison\ ... si ,.ua le von le/ bien, tout le monde eonaaie sait son nom. Nous le !rouveie* facilement si vous relie hisse/ un peu. I n de ses amis m'a louriii, on jour, sur son compte, quelques renseignements prcis. M. \ avait des revenus as-,/ ronds d.-pen .-•ci par mois. Bien iju'il ft'cliba taire, ces icvenus no lui NUI aient pas permis de meuer une etieten ce fastueuse. Mail il avait peu d'i mat:inalion et peu de dlira ; il e*t. il 10 te el li igal ; cl, trs tt, il te contenta drbnilivemenl de la sali^raelion d' re, toujours et par Ion', un monsieur bien habill II rsolut ainsi te problme du Lonbeui -au.-, beai...>up rnlecbir, car il luit bte. Mai avec de lin telligencejl n'aura.i M rimeal pra trouv une solution me illeun .Tien te ans de suite, i-n mi • %  soigneo lui \ . .. u u des 4 aie \f o'i nieiin il r' JII jamiie prs i.la ui perri, rit d %  rvr '.oui .es rgbs d-la po|ites ; e et d'eiter. en public, les ges*r> b'usquea ou maladroits Ou surve-i'h (Inillcurs, ses naouveme t,.' u ^. anif^ .*;


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06593
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, December 07, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06593

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
rgUR PROPRIKTAIHK
ieo( Magloire
. BOIS VEHNA
1158, Rue Amricain.
10 CENTIMES
Pat-mi ls lorces miales,il en
esljiie qui,ont|anise,cncadi e,
hirarchise, atjit sur l'esprit et
sur la consrienco de ;{(lfl mil-
lions l'hommes! C*si la hw
callioliu.ue. Georqes Lrjyues
Quotidien
TELEPHONE N 242
,|NNKB *Vo 5674
PORT AU PRINCE ( H tT. >
l.luNDl 7 DCEMBRE IMS
il
Tie World et le '- Hsw-Tark Times "
_ rinlrt de 1 vrit et
[, pleine ditic^tion de
L publique, il tst nces-
|apporter une prcision
( rrai6 valeur et le carac-
Lfirticledu journal The
[I rep oduit par La
ii dans son dition des
IJfoverrjbre 1925.
Iqu'il rsulte d-1 l'aveu
[du journal ntwyokais,
"lciations sur la question
Jions lgislatives en liai
Ibases sur i de rkckn-
NES VI'NI ES lE PORT-
jce>. Or, tout le monde
ique valent ces donnes
jnent de sujet quotidien
clama lions de la presse
ppositioi:- L'est tout sim
ni un tissu de mensonges
|7aiterprtations errones
Ws de la Lonstituiion qui
^rfgit actuellement.
kit d'une fois, il a t (1-
re que la du ion du Pr-
IdelaRput lique de ne
[dcrter df s lections lgis
pour Janvier l'.riii s'ap-
|ftu une disposition tor-
MllGorstitu'icn delWlK
dmonstration les jou -
i de ^opposition ne peuvent
pr aucune rplique arieu-
s ont donc les mmu ar-
pl* bal/us en b clie ici
[acnt co'poi tes aux Etats-
Nulle pat dans la Consiiu
il n'est fait obligation
[Prndeut de la Rpublique
Mfcrter les lections lg Bla-
li telle poque dte rniinp.
jfaotraire. il lui est laiss la
>de fixer l'anne paire c
doit avoir lieu la conaultatioa
populaire. C'est ce qui rsulte
clairem nt de la o;iibinaison
des deux premi rs alnas de
l'article C de* dispositions tran-
sitoires de la Loi slitution vot
par le peuple hatien.
Lis donnes fournies au
journal t The Woill n'ont
pas t inspires par le souci
de la vent.
D'autre part, la miniles'atjoo
qui a eu lieu devant la Lgation
tant contraire la loi, la po-
lice, dont c'est le rle de veiller
au maintien de Tordre, a agi
contre les contreven nts qui ont
t remis leur jug-- L'est ce
qui M fait dans tous les pays
o l'o:dre est prfr iVinar-
ch e.
A quoi s rduit 'a responsa-
bilit du Hiut Commissaire si
lgremeiil mise en eain<% :'i
propos d'uue question solution
ne par I Constitution elle
mme ? Si mission est- lie de
prendre paiti nour les agitateurs
professionnels contre le Gourer-
ven eni ut avec lequel il coo-
d en v. rlu d,s clauses de la
Convention?
Li politique du Prsiient
Boruo "si inspire par la cons-
tanti pensV que seule la loyau-
t des app rts entre tes Etats
Unis e iiu est susceptible de
produire uu rsulta s lisLisant
pour le peuple hatien. Mai*
rien n'indiqua qu'en dehors
des clauses de U Convention
prvoyant si collaboration, le
Gnral Ruwl -dt cherch a
s'immiscer daLS la politique in-
trieure du Gouvernement et
eocore moins mconnatre les
prrog'itiv-a aitnb ie s au Pe-
ndent de la Rpnbliiui par a
Constitution et les 'ois
li est d'autiut p'-u ri licule
d'engagr la responsabii lu
Haut Corn niss i- que le New-
York Timb du 2^ Septembre
de cj.ne anne a rapport.'' Pool-
rion duG Mi/e*nemeul Je W's
hin^ton qu u' st pis du tout
dispos i inte-venir deai l'agi-
lition po itiq a h-il nnt, . es-
timant que i la lettre adresse
au S r tiir- d'Etat Keilog par
1: s m. mbrea de la presse do l'op
position ne tient pis compte Je
la lali'ude laisse au Piskient
d'Hati de dcider en quelle an-
ne pure auront lieu les lec-
tions .
Le journal Tin Worl la est
tout simplement victiin? d'une
de ces INFORMATIONS DE SE
CONDE MU" dont a parl M.
Rolenberg.
La bonne loi et l'honneur les
E -U. ne sont pas encore en p-
ril en IIti. lis ne lseraient
qu si notre puissante voisine
venait manquer son engage-
ment notre gard et ne nous
ai Ou pas tablir sur une base
soi i le I ordre et la p ix in lis
pensables notre volution et
la conservation de notre ind-
pendance.
La ralisation de la rlection
du Prai lent Borno, dans l'or-
dre le plus p triait, eu avril pro-
chain sera la preuve la plus
convaincante pour le peuple
hatien de l'efficacit de l'aide
amricain..
LA MAISON
Maurice Etienne fils
Spcialise dans la marchandises
franaises a le plaisir danr.oncrr a
sa clientle qi'elle vient d'ouvrir un
nouveau rayon de CoU{iWTt* m
L'on y trouvera de superbes boites
de Bonbons pour cadeaux en tous
genres des prix dliant tonte con-
currence-
Un suptrbeAlaianacb wra oHeit atoaUcbittur.
Pourquoi le Mikado
fera la guerre
I l'Ont le-Sam
[*J ehese dont personne au-
aei, ne doute, c'est qu'un
Jaa l'autre, l'Empire du Japon
* D guerre contre la Repu
>ee Etats Univ Cela parait
.tre d'une m grau le ccili
k-tae les peuples du Continent
. amricain et lesp-lita Vajs
**msr des Carabes escomhtent
t aulbeureuse du contlii pour
MaWeains pour cjue 9oit b'-u.ee
^ taa mers la suprmatie des
Jfib du Nord
l"1 i l'on sent invitablement
''conflit, ses vritables eau
J^appent encore plus d'un.
1 ne vraiment parce que
I coliers nippons, des en -
d seize & vingt-cinq ans,
t chasss des cole ca-
'aea qu'aurait a clatai
^terrible lutte ? Suffirait il de
"?,,'* a*c!ua.oi pr^ oooed au
"^ois contre les japonai-.., !,ii
Iltarta'e|i Jil U.dl."iu# nip-
flP* dernire ase r !; de la
IT* J''N t' na, fri .1 po*1
17 Peuple de nr
B'^uo.,.,.,
li-
se ,
1 6ulre ?
|eii.
/
* roe assez de l'ambition
itiirec"nn?lt aujourd'hui aux
V 'i de Ipur imprialis-
!
me, et de domination dans le Pacifique
pour les porter a engnger ce foi-
midoble heurt et assumer la ter
rble responsabilit de tro ibler
une fois encore la paix du Moi de?.
Un l'a u, pour aucun de ces
objets l'tincelle n'a t mise aux
poudres. Le* uns attribuent ce
reiaid-a I inachvement d la pr-
p ration milduire japonaise, Us
autre aux ides pacifistes yanLees,
d autres emore l gal souci qu'a
chacun des deux Peuples d viter
soigneusement tout ce qui ferait
de lui l'agreseur dans cette guerre.
Cependant il y a une cause plus
profonde et plus graw. Celle 1*
p us criarde que toutes les autres;
tt, si etl 'n | oint encore allum
le ion:M, t qutto n'a pas
atteint son pouvantable et seprme
d^gr o'-cu't
Gilccnuk- ? C'est qu. Japonais
et Am ksrfe voient, et) que jour,
QgtwnfM !eu 'gd il pareil be-
soin de se battre i ur m-.nger
, u, i m Ver 1 t, j.ante
r>trvg fe
l UvuSjjay 'C'f
* ni -u. eor e'roi" ai ; -,
t les .17.001 liilon. Bai
de H ol rrootagueux bt volcanique,
il v en a peine 100.000 de culli
tables Or, ces populations au-
mentent de i.'JO \ 500.000 indivi
dus par an. El e* atteignent aujour
d'hui environ M millions d'i\mts.
V ngt six lois plus romlireiiB"
Sue la popula-ion d'Ilaiti, elles
oivent vivre d'un domaine prpj-
qu aussi petit o le prix de la vie,
par le fait de guerres successives
et rapproches, a considrablement
augment. Il faut donc que la
majeure parlie des popu'alicns
nipponnes cherche eu luire tran
gre et plus fertile les movens de
subsister.
Mais c ' Voil la grande, la
terrible question dont chaque jour
augmente I inluctable dveloppe
ment el complique la solution.
Les japonais ont, aprs leur
ingrates contre?, peupl Torroo-e
jusqu saturation. La Core et la
Mandchourie, peine conquise,
ils s'y font in&l'l* au nombre
de 500 000 ha y sont aujourd'hui
7 ou 8 m..fi n et. n .turellrment,
commencent d y et e gnf. Hier,
ce fui le tour de la China, lie lui
tnvhliie, conquise, asseiyus, el.
est auJQUid'bi dborde.
Aux Iles Hawii, Us tonl plus
de 300.000. L'Australie avec ses
immenses ressources vierges Us
fascine. M.is le, rien t faire, 1rs
australien leur bot brutalement,
irrmissiblament lerm leuis
portas. Les colonies allemandes
d'Extrme orient qu'ils onl eues
comme bu in ^e guerre ont
bien vite 1 IMrg4e par l'immen
se ma-ce \ n h ce. Et, aujour
d'hui. il > i' l'Amrique vers
qui ils i*iti t v rner leurs re
gard', t w e. plaine *
riiver d f> n r de quoi m ,.'.
ui i > moq ..n P*e
de le enlve- c tt-ti > i
eaperaeca
En effet, depuis 1900, une mo
venue de 15 18.000 Japonais
dbarquaient, cbacjut anne, k
San Franej ic et les k 'i r s'aient
en Californie ou. en 1013, l'a
taient plus de 200.000 que les
ol.h.miens ont voulu mais n'ont
pas russi rejeter U mer Celle
invasion pacifique, vritables va
gus qui d'Ierlent, est prilleuse
pour amricains et californiens qui
risquaient- de ne plus | Otivotf
manger (h r. eux leur aise,k
leur laim, >i tant le ajfppom J
venaient aus.-i manger. Do la
IttiiK um: loi d exclusion
Capan laut, ea n'est point, que
sur le continent amilcaio, l'etpa
ce ou la matire fas>e di t .ut.
Non. Mais les priocip irrdoo
tibiea dparent les travail ein s
jaunes des IrAalleuis bluncs Pe
la une concurrence acharne sain
merci; et, le malheur, c'est que
l'ouvrier yank e y perd tout a\an
tage.
En eltet, tous les oi vr.ers ao
ricains appui tiennent les avndi
cals et sonl ontrain s d olir ei -
vilement aux < Unions dout 's
dpettdeut on tout 11 peur to I.
L est i'. Li.ion qui fixe le itl&ire,
les heure-, les procds ue Ira
\ail. autorise, patronne ou b ij
cotte les chantiers. Kl s vont i
loin et disposent d une tell, p iis-
sanee quelles se me eut aujour-
d nui on l'a vu dans les der
niies lections prsidentielles --
de diriger les ienduceset les opi-
nions politiqjeA de ses ouvriers
qui es.lave* de ces lo'.midhb.es
colorations n?, peuvent enloncer
en ciou eu dehors de leurs rgie
m nia d'airiu que n'ebrche i u
cune tac ptiou. Ce tytmeu f.it
peut tre ta force de la lipublique
toile; mais il dsarme l ouvn r
dans U lutte de la coucurreine.
El voil que par 10, fO, 30 D00
aftluent des ouvriers jjunes auan
adroits, aussi intelligents, aussi
robustes, s'a -iinulant avec une fa
cilit proverb aie tous les progrs,
lous les perfectionnements, libres,
ce ux ift, et soucieux que de se pro
curer de l'ouvrage et qui acceptent
un sala.le troi-, quaire, i-ioq loi*
moindre. Ces ouvriers ne cpan'
seul eiesquepasce qu'ils g-gnent,
m iiij-ftul p.u boivent i ne oc m nos,
se contentent des plus modestes
logeaitOts, ne. i-eui aucun jour
nai, ne st u.oatienl jiniiis .lui.
les clubs ouvriers ci paraissant
trangers & toute ide d association
ouvrire. Au contraire de tous les
autre" peup'es de la terri*, leur
uigma ique. vi-ig- ne Irahil riati
de leur pense, leurs veux brids
ne rvlant point leurs qualit-*,
leur dmarche uniforme n indique
pas leur tal social : sont ils pl
bions, bourgeois, ariiloctataa '
La ligure, Carne coro:n" on
00 .f du j ip^naia, ne dvoi e )amaii
quelle clisse il a; pallient.
Il n'y a psi- arm dfl la
aorte, l'ouvrier ui;p n a sur son
concurrent anrioat da ter. bii s
a\ da| s. c'est la fai lits laa
aUalonis t la mis.-ie I it.ile ch /
levMrkee. Le moven d y remdier!
eir il fait cote que c rite J re
mdier.
S'incorpvrei lesintius qui arri
vent en si grtnd nombre de l'autre
cette du Pacill pie I. s a le prju
gl de raie, il est invincible et il
1 \ r fuse. Et f ii pattout lea
j iiHM arrivaient viie tre la m,i
irrit. Donc dicter la loi lia
pari et d autre,at ma'gr les eon'
tences ol les dclarations pacifistes
des ho urnes p ditiques des. deux
Paya, l'a ai nosil nel grande et le
pugi'at fatal. Alnat, lors d la f.i
meu.-e g fcva des marins dan
Praooiaoo, un journalistes ng!ais
qui demandait aux ih fs des
c I nions :
n.i'adviendrail ii si, drm-iin,
mille maons japonais repren-ient
vos tr ne l'es '.'
Mille mortraa rpoudirent
Us yankeee en grinanta des dents
ot leurs poing cri p s
La CaUSe Mil) islaol, les e. fi ts
se son! ampiliset par la lente
mata coo lanla volution dese-bo
ses ce qui. autrefois n'et.nt qu une
cnse californienne Ml aujourd bal,
devenue une cri^e1 amricaine. Lias
.) ponata pu ^ont vanna i Q0
en 1006, i 0.000 en 1008, 300,
(lOO en ltllO, vienilraienl sans nul
doute 800.000 en 1020 tt peut
tre plus d'un million en 1818.
Et les Amricaine, latfcjoP J'em
ployer c nlie et lie invasion des
mo\ons pacifiques, enhardis
par leur soudaine puissance maii
time dans le monde, onl p rdo. i
la lin p.lience el oot Ixutalement
ferm leura porles aux l'i s du So
leil Levant insidieux et conque
ranls.
Mais Je leur el, les J-rponais
repousss de partout devront ''' l
lement enfoncs toutes ces portes
dresses devant eux afin de trou
fin il. Sic
Altanaittf! Ni "Iinique
CD1COU.
An-jle des Rue* Destoaehet
,i Ge/frard,
Noue av >ai I h ) 10 af di pr.-te-'
U cjnnaissance des Mdecins
et du Publii, q ri' #iBt i* s'el
blir sur cette Pliee la Grande
Pharmt ie du Globa, u tenante
a linlq i ''oicou.
I ar h l'ni :hvir des pr iluits el
pirlessoiu apports k lexcu
tion des o 1 >r. mues mdicale^
t:e Pliarini'-ie se reeimmmde
d une faon to e spciale.
v u derrire elles le p.ti i 11 >tili i
in lispeasab'.e et qui leur m iu pier.i
i h / eux.
Ei l.i population de i'\rchipel
a'accroiisaal da jour en jour, le
pr.ibc.ni: prsentera IumiI; une
graut gaoj pt aient. Liraqua la
terre nipponn: ne pour a plu
no inir ses tro i no nbra ix enfant,
ap I la p >rte cliin dsa | ii ouvrit
la r. ira, anr 11 a rrta russe q n
ouvrit la M t i I. li iri-, ip-s la
pute illaman le q ri ouvr t Ivaoil
Ohaoo; c'eat c mtra la i>>.te arn
rie lina q l'il la ir i m in se nmr
bol le n'-.it ; c ir alla t ri ', u -n
seulement la Je ifo nie el toutes
lea tien riz da 'aoitiqae : es Phi
li,.,!!!!---. 111 u : mais, sajouH hui
l'i nmense et fertile i-iiuupd'ex
poitation du gra il l'on ;neat am-4.
riain.
Les diiigeanls tant afJl '* tina
que japonais se soa1 ju q i ici ef
roci .l'viter les ca isea ,ie coq
flit Oieu veuille q i Ils y rus>i
tant tjujours/
M u* la guerre uippo smr'.caia .
ne pourra plus lre retarde le
jour o elle sera vraiment n m pas
une quesli m patriotique, n m p ut
seulement une affaire d'honneur
natioual, non plas une qjeetioe
de race, de transactions cnrnmer
cials mais la lutta pour la hj
"dans toute faroeiteet dans toute
son inexorable exigence.
6Thrse Montas
313 liue bonne loi, 313
Kn fa ce de la Lgation Amlie ait c.
Voos trouverez : Superbe assortiment de bibelots en biscuits, fpcia
li' de la Porcelainerie de Villeuaoxe ( Aube, France ; des jouets en
caoutchouc Crme etsvoc M laceine, il. cl aussures j our enfants,
del toile Marocain et Nefioi nie noJre, 1 i m-, l'Ii mes chapeaux de dames, .1 !<* I m. d r cl. ,.< ; , Demeiles
\ -net, PU po. .ii b- i. (tr. bit es n i saiso 'I
le i .< i j Boeerspf "g l ; >e.a1in i i >s s r isei:,!,t.. 18
coi "eio .i "i t-- Kab ii > hinjet d*l il n Kr
iail m ai ri ^ s' nier du i'errn.-nl .1- Nais n NtlLi .t
aii'eu: vu p ne aau.in t. aver une p us riche varit de cartes pc
talcs. Plu de HO vues dilIVreraies de Poit an l'iince el ses environs ;
des ruines de Milot. la Citadelle Laferrire. des Lulaiaie pour Nol,
Matiage. hii\iilles. Anuiversaire et sujets h .u,ori--liokues.
Petit croquis
Un monsieur
bien habill
ligeota
-

Il arrive & .les hommes Irt's iolel
de vivr bitOO oit Cela
n doit pi- n mis tonn r, car, sou
vant, es hommes l ont l tort
d'accorder tnp ;ei d importence
aux petites choses, Les imbciles
qui vivent d'une mani e intelli
gonte sont ils moins nombreux?
La statistique nu nous l'appreud
pas. Je peux du moins affirmer
que j'en ai connu un. C'tait Mon
sie'ir. dison- \ ... si ,.ua le von
le/ bien, tout le monde eonaaie
sait son nom. Nous le !rouveie*
facilement si vous re-lie hisse/ un
peu.
I n de ses amis m'a louriii, on
jour, sur son compte, quelques
renseignements prcis. M. \ avait
des revenus as-,/ ronds d.-pen
.-ci par mois. Bien iju'il ft'cliba
taire, ces icvenus no lui nui aient
pas permis de meuer une etieten
ce fastueuse. Mail il avait peu d'i
mat:inalion et peu de dlira ; il
e*t. il 10 te el li igal ; cl, trs tt,
il te contenta drbnilivemenl de la
sali^raelion d' re, toujours et par
Ion', un monsieur bien habill
II rsolut ainsi te problme du
Lonbeui -au.-, beai...>up rnlecbir,
car il luit bte. Mai avec de lin
telligencejl n'aura.i m rimeal pra
trouv une solution me illeun .Tien
te ans de suite, i-n mi soigneo
lui \.... u u des 4 aie \f o'i
nieiin
il r' jii jamiie prs i.la ui
perri, rit d rvr '.oui .es
rgbs d-la po|ites;e et d'eiter.
en public, les ges*r> b'usquea ou
maladroits Ou surve-i'h (Inillcurs,
ses naouveme t- ,.'u^. anif^
.*;


LE MATIN- 7-Ofc-mbre fWS
plus attentive lorsqu'on craint le
vilain* pli que pourraient irn
dr 1rs \ enr.enls
Monsieur X .. ache'ait, chaque
jour, un quol'dien, ce q i convieni
s un monsieur tien habile ; il.
au caf, il le parcourait attentive
ment En lisant toujours le mme
journal, on tinil par avoir qui
que opinions stable que l'on er
prime avec aisance Comme ta ils
tait de faible intensit, notre
gentleman n'preuvait d'ailleurs
fias souvent besoin d'met
re des ides En gnral il ne pre
nait part aux conversations que
par sa manire polie d'couter les
autre et par se sourires
approbateurs. A cause de son si
lenee et de ses sourires, beaucoup
de personnes lui faisaient la repu
talion d'un homme rflchi et pi
rituel. 3an chercher, guid par
son seul instinct, il avait tout de
suite trouv le moyen le plus sim
pie de paratire intelligent.
Mais il devait surtout son bm
hmii h la certitude qu'il avait d'
tre bi m habill II join-.-nil de la
dfrence q-ron lui marquait par
tout et q il ii devait ' sa mise l
faute. ace ou de profil, ii ne pouvait pas
tre gi'n par les regards qui se
posaient sur lui. Et il ne connut
jamais cette limiiit qui torture
maint jeune homme pauvre.
Il tait bete. Le sommeil de sa
pense n'tait troubl que par le
discutions qu'il avait avec son
tailleur eu avec son cordonnier.
Mais un in be ile Ifa Lien ha
bille peut traverser la vie hvec
une --m u' avec une srnit
que dsirent vainement les malheu
reux qui oui un cerveau et une
me...
os tus
OUVELLES ET KIUGERES
Ure Irrr- prrfaite n
dix oteendes
PATICABLF.
<
4 propos du Prix lolnl
blOCKHOLM- L'Acadmie ro
y 11 sudoise a dcid de ne nns
dcerner le prix Nobel pour IfM.
Dans l'avialiou
amricaine
WASHINGTON Le ministre
de la guerre annonce la conrtuic
lion d'un aroplane gant capable
de s'lever une hauteur de 15000
mtres et pouvant battre ainsi le
record tabli par un avion de rom
bat franais qui a atteint 10 975
m'res d'altitude.
Autour du Irait'
anaJoulstVien
DUBLIN Le ministre Cosgra
va, de l'IHster, a fait la dclara
lion soixante :
Je suis fermement convaincu
que le trait sign h er eulre 1 l'.ls
i r et l'Angleterre marque dfinili
vement le point de l'histoire o
l'Irlande figure de nouveau rom
me cation indpendante.
Hotiv.'llo confrence sur la
n'iluriioii des armements
fiENEVK Le conseil ordinaire
del Liges de Dation a dcid
d'inviter la Basais et lesKtats L'nis
prendre part aux travaux prli
rniuaires d'une confrence interna
tionxle sur la rduction des arme
Les recettes d'Octobre ont t
plus importantes moi." quelconque de l'histoire
d'Hati en tant que l'indiquent
les donnes disponibles.
Leur total a t bien au-des-
sus ue cinq millions de gouodes
et a constitu 14 o|0 des recet-
tes attendues pour l'anne lis-
cale en cours, ; lors qne le. mois
d*< > 'M lire nirmalernei t ne rap-
porte que 982 o|o des dites re-
cettes de G. 6.077000 ont d-
Mi celles d't )ciohre lv24 de
Gds / (M6-0TJ0 quoiqu'Octobre
1924 a t considr comme un
mois trs tavorable-
Dans le cours du moi l'-
tude les recett s douanires se
sont leves G. 4.417 000, ce
qui constitue i.u record) les ta-
xes internes G. 6*9000, ga-
lement un tecord e I s recettes
dWerss Gdes 21000.
Tant les recettes douanires
que celles provenant des taxes
internes ont l mMerielle-
intni au dessus de celles du
mois correspondant de l'exer-
cice SH4B riais les recettes di-
verses ont t moindres.
( Bulletin nu BtJBBAD nu
Receveur GftNRAL ).
file de l'Immacule
onceplion
Demain, S Dcembre, l'occs
sion de la l't de 1 Immacule
Conception, trois messes seront
C'bres dans la chapelle de lll
pital Gnral
La premire aura lieu a 4 heu
res, la seconde I i ,i et lu grand'
messe 17 i\t.
Dans l'apr midi il y aura pro
cession dans la cour de 1 H .pilai
et bndiction du Trs Saint Saere
ment.
Prcalculation du temps
par I. G. Tippenhatier
..jut-d'hoi et deuil
Le Pression atmosphrique
1.4 au dessus; temprature 0.9 au
des- us. index du tempe 2 t posi
tif: Probabilits pluie 0.4 ngatif.
Le H Pression atmosphrique
1.2 au dessous ; temprature 1 1
aud-aou. Index dutemp* 0.7 po
Bitif.l'robabilits pluie : 3 i positif.
Compagnie Gnrale
Transatlantique
Le
ments.Le communiqu du conseil
de la Ligue expliqua os son ir vi
talion prvoit la cration d'une
mrrission praparateir m vue
u'ure confrence mondiale sur le
dsarmement s laquelle ls na
ban eeratsnt invlt.'e* a M lare
i.-prsc-nter.
Houvelles difficult' entre
la Grce et la Bu'iftrie
LONDB ES On annonce de So
lia qu'aussitt que le rapport de
la commission d'enqute sur les
incident de la frontire grro bul
gare a t connu,'e gouvernement
grec a commenc une cruelle pei-
cution contre le bulgare- rsidant
sur son territoire ; des groupes de
rfugi* dan un tal Umenlab'e
traversent la fronti'e fpyei.t le
arrestations et les jngerjents so~n
maires drt- Lerin et Mon
tir o plusieurs excutions auraient
dj eu lieu Le ministre bu'gare
des affaire trangres a envoy
au conseil de la Ligie .les nations
une protestation con're les proc
ds de h lnVe.
Nouvelles diverses
WASHINGTON Le Prsident
Goo'idge a refus de irvir d'arbi
tre entre l'Equa'cur et la Co'om
lue ..I ).: ;:t i' q,ia 1 . premire d*
ce aaiiin" n'a pa* sollicit ce ser
vice.
M Carabe
deaux le t courant
A la C D- R-
La Commission des Rclama-
lions, dans sa sanee de vendredi,
a rendu soixante sentences environ
parmi lesquelles est noter relie
renvoyant les sieurs Reiobold et
Co, Oloffson Lucas et Joli m lesob
sen sujet allemttnds par devant
la composition dont fer paitie
proch mand.
La Commis ion i g-lement en-
tendu un grand nombre de rcla
mations. Celles produites par des
rclamants franais oui t, soit
d'ottire, soit d'aprs les demandes
des intresss, rserves pour tre
entendues par la Composition si-
geant avec le membre franc lia
Lessenttncesqui seront rendues
par celte dernire co position
ainsi uue par celles dont feront
partie les membre anglais, aile
mand et italien seront susreptih'es
de reeours.
Vingt et une rclamations rela
tives au massacre des prisonniers
Fiolitiques la prison de IV t nu
'rince, le 2; Juillet 1915, mt t
voques et seront entendues
l'audience du mercreU 9 D ce m
bre. La Commission a demand
aux mandataires des intrtsss de
s'entendre afin qu'un seu' d'entre
eux prononce un p'aid">er er g'o
haut toutes ces affaires. Mes Hudi
court et Dupiton ont vivement
protest di*aol que chacune de ces
rclamations comporte des nuan
ce particulires qui ne peuvent
tre considres en un s u' plai
doyer. Le Prsident de la ommis
sion a fait appel i la s* gesse des
avocats, en leur expliquant que le
t mps dont dispose la Commission
pour achever ses tarvaux est limit.
En dfinitive toutes ces affaires
seront entendues, le jour fix, de
i heures 30 S heures p. m.
Bicyclette contre musicien
Hier soir, vers 0 heures 1/2 a
la rue Amricaine, devant les Eta'
blissements de la lie Litbogra'
rdvque, une bicyclette qui n'avait
pus de lauttrne heurta et renversa
un piton.
Le petit accident provoqua un
attroupement et I on put voir que
la bicyclette portait le No 111 et
stvoir que le passant qu'elle avait
renvers u pondait au nom de Fa
lais, joueur de basse bien connu
t qui. son instrument sous le
bras allait commencer le bal dans
ls taverne pr chane.
Qui avait tort qui avait rairon'..
Le musicien et le bicycliste s'in
sultrenl copieusement.
Et 'es choses n'allrent pas plus
loin
i ! i i m\ i i
les Dites clbres
6 Dcembre
Hier, il y eut juste 433 ans qu*
Chriitophe"Colomb dcouvrit Ha-
ti.
En eflet. le Jeudi 6' Doembre
1 i!<2 4 mois et 3 jour aprs avoir
quitt l'spegn le clbre Navi
gateur et ses compagnons abord
rent en cette Ile q .i est aujour
d'hui notre fleyv Us y arrivrent
1 d'heure des Vpres* et d bar
qurenl une pointe, situe eu
no d ouest, dont Cilornb prit ans
sitt possession et qu eu l'h inoeur
du saint dont c'est esjoorl la
fte, su calendrier, il appela Saint
Nicolas. C'est le Mle Saint Nico
las.
I,'\mirai, selon le crmonial
sccoulum, prit poession de celte
nouvelle terro au nom de as a m
vrains et baptisa toute l'Ile du
nom d'tUla Espanola. Ile epa
noie, nom qui. par corruption de
vint plus tard lli-paniole.
Voici en quels termes Colomb
lui mme, dans le rt de son
voyage, rapporte comment il aper
nt notre le pour 'a premire fo s:
.J'avais-i'lfistmroerit com >ri* pnr
d'*uties insulaires, dont je m'tais
dj erpar, que cette terre (Jua
na ou Cuba) ne cessait pas d'tre
me te; aussi en longeai je la cte
orientale pendar.t 107 lieues jus
qu'o elle se termine De ce cap,
je vi- une autre lies, distante de
celle ci de six ou huit lieues Je
m'y rendis.
Et Hati tait dcouverte.

a parti de Bor
est attendu
Por ;>u Pri'ce le 20
|1 r< partira le lendemain dp on
arrive pour .Santiago de Cuba et
^tffSi MM Ma. le lI()Tp $* RftSE
30 il rena'tira 'e mme iot.r pour -.."Yii j i #.
1m ports du Nord. Pucro Plataet StU ,a Rue de ,a Cr0IX
San Juan. Lic'>oc|uo
'1^'assis.*" Service de lw ordre
l_ .1 tful S--'1' '** k",U' *,,^l,
un* Uir J rco Vlt AuioSuop,
U tuoif "qui e fpa lui-mSu.."
Dis mcuimIm S npmiMf b lm
ctt uiH frich, umi bUn aicutoS*
ju'.u BOMbsl jour. L *m Um
dur* de* smin, mi ri" p**
tt U ton &1 iJ dt m dooeaur.
Ie'IUsoir
tlg
E.P.PAWUT
P^ .m PrlM.. H.UI
ail
The Hoyal Mal Steain
1 ackei *^o npany
ICoco COCO COI
Savon au Lait de co<
COCO
I Savon de Marseille
Vrai talisman de jtunewe st de bssnt, ce savon Ubr'oi
ment avec l'huile puie de Coco pntre mcivc-illeastrrcot U
i.cres de la penu et la r nd souple, douce H fiaiche
Ds sujuuid'bui, implose/ le Savon au Lait de t'.oco rar
temps qu'il prserve et embellit le teint de dames, U \QQL
bbs leur adorable fracheur. '
Essaye/ en mme temps LE WHITE A LMOND SOAP Cas
savons sont en vente .exclusivement en gros che/
Isaac pishyeti
[1738 Rue Gourde 1738
el "en dtail dans tous les magasins^et phi
I de la place*
Le steamer cKara est attendu
Jacmel le ; Dcembre prochain.
Il chargera tous les ports bai
tien; directement p jur l'Europe.
Le steamer Tabara est attendu
k Jacmel, le 21 Dcembre prochain.
Il chargera tous leaportshaitiens
directement pour l'Europe.
l'on au Prince, 2 \ Novembre
1925
J DWLIEft If
Agent gnral pour Haili
tmtsffiRp
Le porte crayon NNew Perfec
led Evershirp et le porte plume
Wabl sont prsents dans des tuis
in'-s lgants. Ils sont jolis, du
rbles et srement d'une grande
ulil'l. Us sont uniques : Evers
bsrp avec ses six nouveaux
attraits qu'on ne trouve pas
dsns les autres crayons et la
Iilume Wabl avec sa boite mtal
ique et son rservoir d'une plus
grande capacit.
TIMBRES-POSTE
Contre 1000 tnmrrs peme de votre pays, lav* et bien
langes, jenroi* une MON'IRE ...- pu.iie en nickel ou
raoir, fiancorecummanJ^e. Satiitaction g^.antie. TourOurt
Viiablc. Achet timbre* an quantits, rflifl offres.
G. RESTEN, 1S K Ru* (U M.ubcugr. PAX1S [Tnat)
Chez Mme Etoile Bpuq
Rue des Miracles
(En face de l'Imprimerie Nationale'
On trouvera les articlss suivant
reus par les dernier bateaux : >
Soulier satin noir, mordor m
Ul srgeot or, vernis, daim blanc
etc, pour dame et eu faut.
- hipeam garnis e formes pour
dames et enfant i. Jolies cravates.
Jupes plisse-. Crpe de Chine uni
et imprim. Marocain de soie bro
d et frapp. Satin chirmeuse*
Etoffes fantaisie. Dentelles or,sr
gent et couleur. Eventails en plu
mes Bas de soie. Itubans Ecnar
pes. Plumetis blanc. Articles de
mnage. Parfumer. Jolis cadeaux
pour fianailles, mariages et bapf
mes. Jo> stf .1 i.ets Jouets !
Ades prix dfiant toute concur
reuce.
Graid ajsjsi liment d'ornements
pour -ibre de Nccl.
Changement d'adresse
Cabinet de
Me Emmanuel CAUVIN
Rue du Centre No 1A09.
MAXWELL A MOI1R
1613 Hue du <.'ratrr
POU I I PRIX F. Il 4ITI
~
rsB J

m
:^^^sN^^>JSN685*^.v^^^^^SN55^N
THE WAHL COMPANY, NEW YORK, N. Y..CLI
i\
CREMOLIVE : Savon de toilstts (suprieur
CRFMOL1YE ;.- Il gh clars.
CREMOLIVE : Frencb toilet Soap.
CREMOCIYE : Recommand pour la to lette e< pour le bais,
IREMOLIVE : Rcromended for Toi!t Nursery and Bath. .
En vente dans les bons magss'ns, au prix fix. Goordei
dot zains, et 0,50 la savonnette.
Isaac DUhy S CU
Distributeurs Tort au ,nrinc.
EAU Ml
YITTEL
GRANDE SOURCE
Exi
GOUTTE GRAVELLE DIABTE ARTHI
RHUMATISME GOUTTEUX
Eau de Rgime pour le Arthrltlqs*^
IT Vmtm dan h principal Htmimin*: Drogutric. Mitem_
- .*&m*
La Bienfaisance
Hier, eut lieu ls Loge Ls*
Curs l'nis" le tirage de la loterie
s La Bienfaisance .
Le numro 389 a gagn le gros
lot de 1200 gourdes et le numro
1033 le second lot de 500 gourdes.
Avi*
Les dtenteurs de licences d'ar
mes feu, non renouveles pour
l'exercice 1925\'M, sont aviss
qu'elles serout annules -** 31 D
cembre (925 si le nlcetaire n'est
point fait.
M. H SU VERTHORN
Chef de la Police,
Remerciements
W Profondment touche dee mar
qnee de aympetbis reues Poecs
sion ie la mort de :
Madame J. ROCHE
ne Clara Roumain
tous U's membres de sa famille
rame: ient bien sincrement des
ohl gnants tmoignages d'amiti
qui leur ont t donns, et dnt
il garderont un reconnaissant
souvenir.
Port au Prince, le Dec. 192j.
Eug. LE BOSSE & Co
Agences Reprsentations
PORT-AU-PRINCE
Agents gnraux de
Decker Jones Je^voll
MlllingiSt l-C
NEW-YORK
laiitie Hu.iariaii 0 O-Boule Rouge etc
Franklin Pire Insurance Company
NEW-TORS
A**uance contre l'ipoepdle
Diamond Match Ce
Allumettes i Safe Home i
0. S, fiubber Fzport Gompan}
Souliers Rede.
Chas F. lattlageftgSon
Poissons1 sale'e^toua flsar^s
Manufactures Lile Ins'ceO'j
assurance sur 1 **+
Suilhou Frres Ciu^
Vlus & vhampagne 3orfl'"
Ih, HeymiPr,
COPEMlAbUr
eurre soois, Iroaiagn et o"
aliment -irei
W. S. lathews tt" Son
Tabac Jaunes et nou-*
^. lalionale
Sens Rival
Cigarettes Cb*J
art
r**4


LE AT:?C : rMcem'Mt 1915
*^ .
C\\mp'a
r, 1783 /
WepIaCl-eSuccr.*
\'

"ff
'?/'< Cf "s
Agenl Exclusif
P. Laboui delta
50, Aue ifonlmarcre Paris
b fameux Champagne Laoson
Sejlrouve i.Paris fans le? Grands res-
'tarants et cafs la mode, i porl-au
Prince, il est devenue favori de la So-
cit.
En vente chez :
E. Dereix, Ch. Picculel, Ch. N. Gtjena, Lop. ^im
aux Cayea de Bordeaux, B/ar Mtropolitain Aliredl
Cooke, Htel d Franceelc. "T0""", IM
Aux Gouaves : A. 4 F. Me Gulfie, Reinbold *X
Au Cap: J. Paiavwioi, Ch. N Javaui.
Virginia Valli
l'toile bien < onnue J INI V KHS AL
dont la beaut fait la joit da en-
thualuatea de l'cran,
dit:
"On ne Mut ttre vraiment b*llr un.
M...r >lc )..ii.-, a.m. J'rmploUI* Kol>-
no. ,i i,. plua.ar moyen d* nmluura
avoir d* demt pronr*, ftalaca. ral-
OMIII Joli..."
&
7
klU
Chacun peut en faire autant. Il
suffit de donner au prcieux mail
qui recouvre les dents la protec-
tion du Kolynos. Il tue les
germes, causes de la carie.
C'est la fonction caractrii-
tique de la pte dentifrice Koly-
nos, antiseptique et pourtant
sans danger. Son emploi rgulier,
deux fois par jour, suffit d-
truire les germes qui pullulent
dans la bouche et dana la gorge.
Un centimtre de Kolynos sur
brosse sche. Un seul tube de
Kolynos est suffisant pour cent
nettoyages.
PATE DENTIFRICE
KOLYNOS
lamiiium lia*
N w-OrltosIa Sontb AroerlcaoSte-> sbiP Go lue
^'Oal^ dpart direct po tr
Port.auPr.nce VSai s
f $\& 33a ayanu, toute c3lev-ditaru
k S* %>Oemf>u fornia 5eia <$c\it~-o*t>
7 ccml>ic aou 65 taaru5, i QefU**
Vmc te S aoec 160 lonney
Sfi Steamer ftik fol^oa 9lw0tfc-
aru ttSi5 cembio dicdlemML paur^ort
ie.SUanur ArUti (atoeta %*64im
le> UDuemlxt |>toc&aia pour lou* Ce* porb
A* de Malleis et Go
Agent* Gnreux
La sant doit passer avant H
Les heurres'BLUcNOSE" el pf** fc *_
sieurs Smithtt proctor, pj.j. aor.i garantie .nlim.
ment purs.
C'est excellent c est peu cotau*.
En vente dans les Inunes piceries : et en dipt
chez les Agents.
Commercial Agencies and Comnistion
Lon R. Thbnd
,____ Prsident
^assrtBa^oa** .sra. matf'jpu QT^. anasa-_a ^^c^^^m^^ _______ ____
Vous tes vous jamais
servi de la iolioii ou
de la poudre trusta.
, Mitai S^am h d rniii! lie
' e ala mer Martinique venait directement dn lew
York est attendu i Port au-Pr.nce le 8 dcembre ertj
Il reparti a ta m ne jour pour I*. tit G >.v^ Miraio .
n ,Jrmie, Cayes et D cm>l en 'oute pour les ports
de la Colombie prenant fret 4. passagerP.
/ ort-au-Prince,

Colombian Steamshlp Company
Gebara et Co, agents
"aase """^^^^al_M^p_ ^aaaa^av '^sa^f^.* ~-^^u*^~. -^^ga**.*^ *** '-^'^^^^^^
Photcgr >j\ie hu
1257. RUE DU C*afr, 1257
mwretmpTifmett Rvedet a8 n%
TE H0NE ff 773
Avili iui|or^ut
*.}?* -^"JtaraPW Nouve le avise on aimable cllen-
T T? vIent '"?oir par te Macoris plue
ae .>,0U() carton.*, du dernier ch o Parialen.
Migaon Mifjnounetle, Fantaisie simple, laataUH
de .uxe, Impe la', Scnes d'amour.fortes de fianai!
les (,i.ta8p cialr pour mirages et scnes de fa.
mi I de toutes dimensions.
Bile a reu en -.uire de jolies surprises quelle dis-
tribuera comme tre ns de fin d'ann*
i a P.iotograpbie Nouvelle remettra tou^e person-
ne photo jraphi*e un ticket partant le moulant de sa
oommands cle photos. Contre one valeur de 100 (i les
en tickets l'Atelier dmnera une prime de lo gourdes
SP portraits ou en Mp^ese au vr* a c -nt
N'ouWIcipas q "os trava-x d, la photographie
No. vel o s*, a n beau fil tat PatellaV qu'en
plein *ir. ~
SI *ous ne vanez pas a la photograoliU nouvelle
voua nej.rouve ez jamais le doux plaisir de corner-
^er un be.iu souvenir de votre v|p.
Pour touirensei neineuts til^phonsz le \o 773.
Demande/ une lotion on une boite de poudra chez
lawas HE^MaNOS et vous fe >ous servirez jamais
d'autres marques.
Cas produits proviennent de h lameuse parlume-
ne Clieranij Paris.
dawm Hl RM .AON
205-200 l'.ue Traversire
Fl d'Anne
Klle passeiait IstpsriM la lin d'anne s-il n*j afsil pour gtyef la
ville, le Baser d'AsIoine M TeUBas, le matre" des lliaenas.
Il e>.t vrai que les Ptlss ne commencent toujours qui ohez lui. Car,
c'est l que toutes lea lamillcs vont choisir leurs costumes, \ntoioa'
MTalamasjn'est pus seulement rput, pour ae^brillantes toilei.iH>l km
soieries il a aussi une glande innomme gr;\ce M concours qu il a tou
jours pit h tout, Jamais il n'a failli jus'ilier cette eeaiSD.ce qie
l'lgante socit du pays n place en lui.
il rtoit toutes les bante. A Ions, il offre un printemps nouveau.
Aucune maison de la place ne peut avaliser ave. la maison Antoine
Tdlamas. Elle restera le B /ar des Noiveauts, ou le bon march
t'ajoute aux lolidea qualits des Aile/, Antoine M. Tslanis, ou i oa peu! trouver vraiment les
Grandes nouveauts Paiisici.n s.
~4fr <*^ ^- ^

Vous a^cz tcujours aim Je \Ybiky liai
nd I laig o toiles, n et t-ce pas.
Le Whisky naturel qui vient aprs II.uq
and Haln S toiles est le kitg Willi.ni IV;
Ssves-vous pouiquoi. |>srce que la'
garan.ie de qualit pour rfi'qu-, liout llls
dtllsigsiid Haigeet la nsme que pour
chque bouteille r. Ki.g .William IV e|
quon ne reut t'avoii peur aurune aut e
marque.
;
y
Lil
E!
C]
[y
m
m
o
El
CE!
m
ED
O
uni
CD
B
'liil
D
CIL
i rajva)fUf vont mMiiv qui taAtn
Rl j'ie-Vi-mr f$\ ai fdtilr 0
Eloi^n. z !.-,. i i. . |. pajaM
avt au Bavaei L..r,bio\ ('est \c
riioytfii le pl.ie ris,u,Ir plus Sauf,
el Te plus fat-le .lr Wh
foin battre ;. ,
Non asrulem^nl i. .i 11.^-..
et ditperae Ua Jjerin*-
maia 'Val undeasjvona
le plu ilmaiih ajU '
ii*ii.' j vitutu a'tr cKcvc'a
.util. wrM>a ne ti.rvre \ ^f ^snisw- /aVUsaBar^
I*Savon mmm
|J X(.B I IIVI' U3I c 'IBH.IHI >tl< USA
cnuiq Wuuajai W
0 SCOTS WHISKV
M
ievr noie '.nci
WISATCO
Rue des Front-bort* Aoo 118-115
cXl m TTTX kTn gTTTvvT mR m~Wm "
Fonr vos jolis (lleaux d,? fin d'Anne\ servez vous de la Pndre
Elvation Calumet. Hultals merveilleux
Bf eti\. SIDA &C% A9ents


1
LE MATIN Dcembre tW s. ._
(^
UROD
!i

Goutte
Rhumatismes
EorfhR
Artrtb-Scl
OMttlt
Calcula
r,e
GRANDI PRIX
f.ul.lHsrm.iil- i !'>' ' I
Pbvml mur d H6pM et '
i i tfalanataaftts, Par* ' *'" M1'
Nettoie
le R
:.*- fin ics/fl
acHV. :;.'
RESISTANCE OU LASTICIT


- r" r,

k S3FWr.X*A.' +T i r.1
Les ruUal obtenus par
emploi du Superturitt don-
nent la rponse.
Supertwist est le Clkbte
oxtru-lastque, extra-dura-
Me, *lftftor expressment pour la corn
uuetton (les PneusGood Yea
i|/pa Ballon.
i * i .
.... ; ....-, ,
:Mt ; >i Ntltl
l M 1
i' , u .i ici- on .. ,
4

Somme
chocs au moyen


.

, te nouveau type de pneu, Saisies' pl6t>te pour6aUo,ber ,e8
,ocs au moyen de sou lasticit que pour leur rsister par sa sol.dil. ;
uaud un pneu 6ood Mear, la.l ave/des lupertw.st heurte une pierre, ce
cable h.sliqu'ec" Je ."eh^ Ilclu., slargi. et retourne son tat normrf
comme une hanrfe en caoutchouc Ult avec ^ elu 0B ,
Outre leu. lasUc.l.le conlor. qu'ils ollrent et la ucu ^ .
conduire Us voiture qui ont W *"**el u.conom.e. *
Mrtwial. ce; pneus sont des merveilles den.lmance
Tailleur
OU PK MODERNE
I5I5, Hue du Peuple
J'resqu en lace du !t Iir
Blropolitain
Tlphone 683
PORT-AU-PRINCE
.
Les enfants
adorent, la
GADUASE
tlefli) l'iix Sirop
framliot'r qui
remplace ki i i-
incnl l ii .le
dr (oii ilpuKiuntt'. i..Ji-
gi-lr altrable J la iri.i' Ul.
La Gaduaae purifie le Mttf, stimule
l'apptit, favorise la craiuance, j
les forces cl la 'distante aux maladies.
Produit xptfntnenla net
ima Ifi llopituix rTanaai!
En venir Jim loutn ! Pharmacies.
A,,nt Ck. \I-\UNANT
Les pneus God Yeal> s(>nl lef SCU,eS fi,bli(lu avec le Siiprtwis.
Good Uar eut ynonyme de long service]
TM Wesl tadies Trading Compaiijj
Port-au-Prince, Gonaives
Cap-HaiUen. I
QUALITE PBIX MODRS.
firestone
mi

.
Sol les meilleuf s.
LrtUrai* d'entretien d'une automne d y,,dent *-**&* fc g^*g
do*'ton **. Le pneu 1RK8T0NB nvvpa ^J^J^J^Su^S^l
bien rrai.mai* le.pnmi Fhestow m d vne Icn.iue 4m ft. t*P J"1*"' ",,
w,Utro(e!iM.:. bra..co,p < .* n eov're es "M*, p*P- lue. te*
dont TffJSSSJKHl^, Cap.llai.ien, F. Maniasse, .'ort-de-au, F. Chne?, PeU.-o.ve, J. 1.
tonairi, iux Cajcs.ou ebn I qonl Gnral a Port au P.lece,
Kue du Quai
La maison H.Silvera
Ceux qui n'oat pas encore vu le* jolies articles de JB"2p
de rauevoir.La ma-soa al'.Vlli doiveut, daas leur 'tW*lJ.
de vmm cette ouison, car nul part ils ne peuvent troam
beaux articles des piix raiso.inabb : r..,^.,,,-!.
Sos articles sont vraim ni di toute beaut et de .rauneur^i
iiiienl toute con:urrence.^.
VollssJacoa[eur barres
Bas dentelles
Bas soie arode
Bas fil broie
Tulle pour premire Communion
Couvertures blanoho et couleur sup.
Bandes-brodes Madre |pour
v lie mises et jupea
Voile blanc barres
Ilatine blauche / ^J
('ahardine blanche
Lrptiu blanc et coiilaiir. Joui
Voile et cotileui uni
Uhemisilles allemandes sup.
Branaut noir aaglals
tuiilatlon toile crue
Serviettes de toilette blanches oovm
Nappes couleurs
Tupis eiru blanc su| pour tablesj
Molletons blanc et couleur sup.
peignes franais & amricains
Organdi blanc & couleur -.
Lainaue couleur anglais sup.pour jupesjH
Madras bar/ee de soie pour ohemifesi
hommes
Satinette foulardjpour robes., nouveatti
dessins j
ilamassft anglais pr.matelas.double 1^*^
Crpon '*t carreaui de soie .et fleuri M*
Voile gingaam.
Aimables clients, vous qui vouie/ portcMj
l.-ais les plusbaji tissus qi'il *>it PJ*'I)|
;rouver sur cette place, ne manquez p*' .j
l'aller ailleurs d >, pissir f'idi4n)J o5. n
a ceuil vous est rserv.
HO Hue des ars.
Port-au-Prince


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM