<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATL1-3D^:~ .95 JUBOL rieduca l'intestino St.ticHezxa Entrite Ve>rtigane> Dltpepslc E,micrr*.r.la Ptt coneenttrsi In buona aftlulc prcnch-rc ogni sera Ma cosapreeate di JU50L ,,* %  MaMIiarnii Cbatalalrt, t r* a> ValaacMsaai i*vi tu'o, prendedo ogai ter jsatck* • omprewa di Jubof rdrc •lj£ r0 mi. un, incrt* i-tr I iboto atllrnra J tr %  .1.1 la.uagi, U tua •UaUoll a Il !.. %  J... llllJ tlll • ••• •*•!• i.. ./...-. ^., .1/1 ont u rtaMM *Wa i.. J... ivi.. tiMlnal iJ %  *• •rat itiuiiu d.l Jabtil, for M .1.1.be conialo œ.BJ jfl< fto"M lanio i taaiian rn* gl. *m malau non il Utaaro a tuttr U Boche irahforma'i io Incaarlenli / iigiaui Or .lin' dclia Faru'U di Mcdtcloa d Montpellier ^ F M O*R0l0l lOMUIMIMI '((*•> ~r. Mf|aja>* HMOUTU rv**. aaTMlrcl # 111.-.11 BlklaNI MM 0N %  -. %  %  ,/.lof'' raWrlajjt#*J tWtatMittm HHBO Hii'ura <..I|IIP gU JOboUmMMti. Les Sots historiques c Uo cheval loi royaume ponr DD cheval AU mile du meurtre drue* faulb d'Kc( ubirl IV dcol il tait U tuteur. Rhl.ard III devin roi d'An gleUrte. Il nYua par la terreur. Mais in 1185, i IS< sv,oi :h, M In upi lurent UUtes par relies d'Iltmy Tudv.r hiihnid III fut (n.-ii tu. Aimon u t r i>, son i In vil h i' %  • M'lui, il ni ibit Hre tiis jtr l'ciprirl, il fit trappe ri'i ne ir Me de 'lupur \ ce i.'cat chez Faul |^. iimla, le meilleur nia(jaMii de la place. i oie Thrse Moulas, 313 Rue Bonne bol 313 \.n face de la Lgation Amricaine. Vous trouvre/ : Superbe assortiment de hibehts pn biscuits n lit de la l'orcel8inerie de Villenanxe ( Aube, Fianre ; dejrrj#t caoutchouc Crme et savon Mslaciine. des chaessures poui eofi de la toile Marocain et Nationale no>re, F'eurs, Plumes et paille chapeaux de dames, Jolies formes et caloMes eh peaux. Dent \alencienre, Plaques et produits photographiques do la Maison leminol et Boerspfl' g Co.ll vous y sera frurol tons les renseignera! concernant "Les Fabrique! runies d-Eli eut — lan.e. Fiairhement arriv psr steamer du Ferment de Raisin. .Nalle illeurs, vous ne sauriez trouver une pus relie \al de cartes l ue c'est le professeur tram-sis Jranlv qui, appliquant pour la premire fois, le principe du physi cien allemand Heiil lequel avait dmontra la nature vibratoire des monuments lectriques, aoBftral •it le premier eohr*ori Il l ..• %  •iiialement conoa que la premire dpAche "sans Ml a t envoie par llranly dun bout & l'autre' d e on cabinet. Et ds tott, la lAlAgrepble mil til *tit invente", a dit Marconi lui mme. D'ailleurs, dans les nembreux pt-Heitioiiuemeuts qu'il nppoita daus la suite a l'appareil de Hranly, Maiconi s'est MM VI d'un oscillateur de llerl/.et du cobreiir de Hranly. Il est juste ('.pendant d'ajout? que lu part le contribution du savant talien dais la grande dcouverte •!.'• colossale. Sans lui. l'appareil du clbre prolesjeur Irauijaw se mit. peut tre, rest longtemps fiuore dans le domaine thorique. Parisiana Ce^Soli V1DOCO Oe, 7e et 8e plaodes Entre : 1 gourde: Dimanche PAU CABLE TAO Centenaire DU Cardinal Lavi|ene Le moi dernier eurent lieu %  Alj^er .le grandes ftes en l'hon" neur du centenaire de la naissance Un raidiual Lavi^erie, le grand Prlat dont l'iruvre religieuse et sociale en Afrique, a t incomparabl'. Ces ltes furent clbres MUA la prsidence du cardinal Charo9t, archevque d Henns qui, en cette occasion, avait t choisi comme Lgat par le Souverain Pontife. Les Assises Hier matin, 10 heures, a t jug par le jury le nomm Lumus eiitus accus de tentative de vol. Ds l'expos des faits de la cause aux jurs, le Ministre Public reprsent par Me Isnanl Kaymond, jugeant insignitianl les motifs d'ar cusdlion trouvs la charge du prvenu, y renonce. Le Conseil de l'accus, Me Souffrant. qu est ta premire plai doirie au criminel, adressa quel ues paroles de remerciement au linistre Public, et n'insista pas outre meiure Le Jury rpondit ngativement aux questions et lepivenu fui libr. Publications reues Nous avons reu le donner numro du Bulletin mensuel de la Chambre de Commerce Franaise d'Hati. Il cooteDt|i'iiitressintes s'a tisuques counnercialei dont nors recon roandoos tirement lai cure %  4— Ne un avon rf u atiau le dernier numro de l'*-Animant HA^rtoire .lu Moniten • po I Y ijia IVl. Non remerijiviud poui les gr£eui nvo.: l'agi un communiste en Am|leterre LONDRES—A propos dur cent procs communiste, M. Stan lev liald.sin a dclar, dans une information la police, que les communistes anglais se piopo saient de provoquer une rvolu tiou en Angleterre et ses colonies durs le but de renverser le gouver neiuent actuel et de crer un tat vovialique avec l'appui moral et hnancier de la RlMBtt-Lei informa tious accumule par le ministre de l'intrieur tablissent que les BoDgea nvftient l'intention de sein parer des gouvernements du Cana da et de l'Australie aprs avoir d poei lev. autorits l.ritanniques. En Russie Exculiou da loncliunnairea aftaiicatuiN LKMNCHAUE — Six fonction naires deB douanes et plusieurs Industrie'* ont t axeati util l.uicmeiil pour s'lr.' aopropril de plus d Un million de dollars de marchandises appartenant a l'B t.it. Le comit excutif sovitique avait rejet leurs demandes de gr.lce. L'arme anglaisa J vacua Pologne COLOCNK — L'arme anglaise vient de commencer l'vacuation de la tte de pont d (Vogne quSjlle occupait u puis S-ptembre t'Uti. Importantes doiarattOOl de 1 Hriaml p AH n — > son arrive Lon dres, M Briand a fit la dclara tion suivaute : Les traits que nous signerons demain seront le point do dpart de la collaboration mu tuelle do la France, de l'Angleter re et de l'sjlcmague pour la cra tion d'une re no tvelle. Depuis le commencemenl de ma carrire po litique, a ajout M Hriaml, lien ne m'a donn une hussi grande sa Uafactioi comme l'acte que je vais Voir SP raliser dtfBtHl Pr la si nature du trait d" Ucarno cet clu ajrs de longues mais arnica les disciir,--i(in8. tiraws vnemeota en rhioa rEKIN— T/oo KaieWbao, am bassadeur des Soviet?, a commun! que au patli communiste un mes a.nge de Karl Kadek annoi.anl que II aWaratti chinoise de POI COI est d accord pour cooprer I tablissement du communiatie en Chine ft prter tout son ap pin h la cause du marchal Feg Vu Slang Celui ci a organis une manifestation qui a parcouru les quai tiers trangers sn provoquant le* soldats tenant garniron dans les concessions europennes. Sur l'allirmation d'un oraleui de barricades que le marchal Tching ( hao Hing possdait un compte dans une banque de Lon dres aliment jwr certains syndi cats plrolifre et destin ft l'a chaH'armements de Hiimirgham, les communistes furieux attaqu rent l'difice de Ngoikunk Kong, dpartement des aneirts trange res, o Ils M livrrent 4 une des Iruction complte des bureaux des ronctionnaires.l^n groupe de 1500 communistes del lis dtruisit • villas habits par des fonctionnai res du gouvernement. Dans le Sud. les communistes continuent tre matres de Lan ton on i's ont tabli leur base d'o pitions contre Shanghii. Le G nral Lo Tchaiming, gouverneur d* 'anton, s'est p o-iam pr/i sident du Sud de la Ch ne *et refu se de reconnatre les pouvoirs du marchal Taom .Shui Shao, prsi dent de la Itpubliqiie et du con si il des mlDUlres. Trente mille hommes de la police de Canton, pourvus l'artillerie, sont prts prendre part aux oprations con tr l'Ile 4e Sliammcen o les enne mit. du coramunWme se sont rfu gis sous la protection des conces sions trangres. Lykes Brothers Steamship Company GaUe&ton.— Tous Le Steamer LakGdstn ayant Jai-i Galves'on le 18 Noveu bre coul, est attende I l'oit au J ii ce le 7 du (ouiait avec ISO tonnes do Mari ha dises et I millit rs de Planches. Il partira eosuite pour les poils de Porto Rico. %  >aaa*aaaram.|liettres de l'aprsmi 11, tout pn>s Je l'Htel Amricain, I' uto do M Napolon II. Marshir al :iclic ,'i la Lgation Aror.caine, lu urla le j une lustin h minique, .ig; do 7 ans, (ils du Dr .lustiii Djimuque, le sympiili que Directeur de l'Ecole do Mdecine et de Pharmacie I^e choc, lut fi violant que renlanl.qut avait reu une torte contusioo la tempe, expira qu.M s heures aprs. tes funrailles ont au lieu,, e iiitin.eu IE>(iHedu Sacr Cosur. C'ooi un regrettali'.i' acculent d noua i-tivov ni Dwrooooi Il Dr Dominique nos plui vive? Q '.il^nces Avis Dans l'intrt du public, il est port a la iiinnaissan -e des intresss que la dtonation des explo-il's quelconques est considre comme tant contraire ft la paix et 1 la se, nrit publiques. Ku onsquence, tout individu iiu-.mi exploser des matiros dtonantes, dont les exposions ne sont permises que sur les places pub'iques pendant les journes du t!S Dcembre, du 1er Janvier et du ter Mai. sera considr couun • violant les lois rgissant la paix et la scurit publiques et II sera pris contre lui telles mesures que de droit M H SILViaTHOR.'i Chel de le Peiise Bulletin Communal Nous avons re. u le dernier lasi. cule du bulletin le la Commune de Portail p iinee qui publie les procs verbaux, comptes et autres actes du 1er Juillet au "5(1 Septem bre 1081, Nous y relevons, entre autres statistiques intressantes, %  lue les marchs publies ont rsp port pour l'eiercic, 1081 — lOi.i : 08.503 gourdes 7i. La prvision budgtaire tait de 79.000 gourdes; ce q'ii a 'donn une plus value 13.593 gourds* /4. Ce chiffre dpasse tous ceux atteint jusqu'ici Il faut fliciter l'Administration pour ce record. .*. : sjseaBM —— (tiquet fur bellieacil de la publicit Pre-nire questiii. Quand vous entre/ dans un magasin et que vous y trouve/. d*ux articles similaires, au n ru prix, mais pour l'un desquel" oa a lait de la publicit, lequel acht/ vous ? Les rponses ont tabli qu'envi ron H7 0/0 des clients achtent l'article annonc. Deuxime question — Quand vous trouvi/ deux nrtirles MI mi laires d>s prix dif rents mais que l'article non annonc est d'un prix moins lev que l'autre, le (| uel m litli / NOUS v I ,(ii les rponses, plus de •Oc/odes ilieiils 1. I..-I. i,t l'uiti de annonc bien qu'il soit plus ch*r. Nous ce saurions nous pronon cer sur le caractre rellement scientiiique de celle enqute, mais nous la signalons parc: qu'elle nots pu* ait comporter, pour les commerants, un moyen de se rendre compte de l'ellicacit de la publicit. ( Du Bulletin de la Chambre de Commerce 1 nui. aie ). On regard sur votre m Un conseil peut vousjtre utile el|unej sulUUonj encore. Consulte/, le Comte de allLIH TARNIElAA Il reao.l le II et de 2 A 5 heureafes lunntta, dis el vendredis. Il rpond par correspondance toute lettre uwoi de t dollars. Coneultatiou : 1 dollar ADRESSE : I tuelle Piquant cot du No. 133/. La sant doit passer avant les'beurres'BLUENOSE" et'PYS' 4 .* sieurs* SmitliH" l>roctor, Ltd. sont flaranlie ment purs. C'est excellent. c*est peu coteux.^ ^ f J^n vente^dans les ^bonnes piceries :"et , chei les agents. (Commercial Ageaclee nud Commisai*: Prsident Foira de la Havaae tode Le 11 Dcembre prochain s'ou vriru la Havane (Cuba) la llme Foire Internationale. Kl.' Jurera du 11 au r. Dcem bre. Mariage Hier a u lieu le nnn i.e aivil de Melle Alice Cauthier avec Mr Prlnsto i l'.erre Qillee, L*s •moins taient peur Is mari i MM. S mi lien Pierre st Jean Baptiste Pr.it i iour U marie : MM. Obrleat K reau et Ahard Frane ds l.a bndiction nuptiale leur a t donne ce matin en l'Eg ise de SiJoseph. Les nouveaux poux ont taceompafcns l'autel par Mm* Jules Iterlln al Mr Augustin Avlr ( Tous Qoe compliment i: Cours Spciaux d'An(|liis, de Franais, de %  ttbiiiiiiiipics Prdpxrathis G {artes dos jeu ns gens au Kaccalaurul. Prparations spciales des jeu •es gans qui se destinent aux Sciences ,tur l'iuguiuLr il Ttppeahniier Invitant ceux q ii veuleot si isrrire Me ftirj a'j n'ai Lit itiali ire i sis tafia Hua I r,)u et Hteabll c n %  '"• %  : .11 Q.i dinar ) ds S h. a. m lh.p m. La eoars spcial dAagUis s*ri ouvrt nirtir 'u l l* : m VU et ee 'ni! i7 h. prcise* du mi m LAltrli, J* a i i al Simed. Les conditions sont exception nslles. Veuille< *on lairrirs IH-B % ite i Quatre mois sufRsert. Il sera hant a^ Notre Dsine, le meratjjj 1 bre courant 8 W<" service solennel posf l'Ame de : r ,J_J dcd Bordeaux (rw^ Octobre 19*5. *p Les amis du *• fami'le sont pri %  Crmonie. |to( | Le prsent avi m vitalion. a — Mess.; de W I n mercredi P-i-i procl.uuil^^ unem^Me io w M moite, de PterreF^^. Cette messe sera w. demande dun rouP"! du regrett dapW. < y



PAGE 1

U MATi.N i jr: l I iMiiM Sp Company ne. k# oia 6*p;3£atiea, <3kt De. 6faix f gifc^ St^latc e^L attendu <$otL~ sjitruxfe-3 ^Dcemtie. ptoc&aia.clf tepar fc, mimo joui duecternmL pcwrfpoite ; Colomb inenanL fieL CL [Xtt^agm. Lit iinc em 30 Nov emu e W25 roiuinbinu Staamship Corpauy iuo •mri A, .u. Anents INJECTION PEYRAKD Depuuplat de 40 on gurit la BLENNORRHAGIE et tout Ecoulement! rcents ou Chroniques 231 ARABES GURIS sur 232 (Extrait d'un Rjpport dti WMcim d'AIgtr) CM! U rimde uni a (guioart donn IM aeilliirt rsultats EN VENTE DANS TOUTES Bn\*F<> PHAMMACIS —' %  — — —— 4XT* SPCIALITS FCYRARD D'ALGER. 46. rue de Grenelle. PARIS gttaU Pi:uco. Pluuruiacic W. >r..< .1 — wr itj— Alnminuiu Liae Mans A Southl. AraopicanSteamship Co lue % roohaJn dpare direct pour Port-a\i.pr*ir<-e "I-Iaiti" wcmBie, proc&ata (KiecUnieriL paur^arL$ Steamer • jcif aaaL tab 0to&iftartt fc> 22 courant, ^ra aux Caye^ te % &*mlite roc&ain, aacc 25o tonne* vt* mar anDbe^ Jacmet lo S aoec 130 bmu&. |e Steamer <£trtem* fai^eia 9l # H9tban M$)/>e du lia Grand assortiment d'toffe pour tous les gots et a des pris dfiant toute concurrence: Trepe satin, Crpe Chantum, Moueseline de soie, Soie lavable, Lnemise de soie, Crpon de soie, Cipe Maroquin,LlPOti.frpe de Chine uni et fleurs, Battis !" ^ e ^ !'tte. Simt.i, Crpe ftstore.Organdl.Sole radium. Nansouk, etc. etc. eJm7 A V Site hai SADA FrLkJtX, voue Cchfiera compltement Phctcgrcphi^ NOJVJI^ 1*57, RIE DU CfTHB,ii§f h] f li fr if on et 1 1 Hue les Cas • e T'.KPHnVi: \o 773 AVf iio : OIJl^lH Li Photographie Nouvelle avUe son alma'ile allenteie qa eue vient de ecevoir par le i Macorie i plus ue >,OHI cartons du dernier chic Parlehn. Mignon — Mignonnetle. Fantaisie simple, l'a nuisis de ux^, Impe lai. Scnes d'amour Hates de fianatl les, < .artes spciales pour m&riages et acnsa de ta mille de toutes dimensions. tiile a reu en outre de jol'ej surprises qu'ells distribuera comme et ce o ns de Ho d'anne. %  P.iot graphls Nouvelle romet'ra a to i e personne pho o^raphie un Icket poitant le moulant de sa oo nmande de photos Contre une valeur de 100 G les en tickets l'Atelier d>nnera une prime de lo gourdes en poitraits ou en espces au gr d \ client N'oubliez pas que les travaux de la photographie Nouvelle son! d'rn Peau fini faut l'atelier qu'en plin air. M Si vous ne venez pas a la photographia nouvelle vous n prouverez jamais le doux plaisir de conser f er un beau souvenir de voire vie. Cour tou rensel ineiiienfs tlphonez Je No 773 Le fameux Champagne Laoson Se trouve a Paris ilans les grands res. 'auranls el cals la mode, i port-au Prince, il est devenu le lavori de la Seri ? l. l'a \onl<> cbe7 : I. !).( h..Piaul.1 CI,. .\. ,;„., J€nSi L ahm rl'll u-, ,*. Bo £? MBI "w.Mro|jliiai D Alfred IN Looke, Htel de Franceeto. AaiGooeltaf : A. & K. Me Gullie, Itcii.hold .v'Co Au Cap: J. h r avi.ia., Ch. N. Javaui. \/aion Daccarell Su? vous ciiois lue'ajues artlclea di oe quelle Grand Magaata vieal de rejefoir raiie aoui voni eegig-ont viveaeal A nller le voir E inr c qui! le nom 110 sufli 1 pis. il y| ( JHHIII, le gaare, el surtou* e |> u qui IOII la baleta du trauc ei en m • ne ieii|.* tt verre/ beau co ip i me ci* ation lea cbapeibi de paille flae ebapei 1 melon de jolie rural chi pe,i i\ il-! .11 m'-, 1 ii ipeaai ii' aij farai, r i, le ^ r^ uo t et b'en manuel il .nulle pour restmes l>< g leti il >l ch musettes pou bi mmee, cam'eoles p' ir dame, 1 htmi ;• li in< h • m i pli M autree ihemb-e couleurs,cbenue d htuffaur4ei chania w laeport. De 1 i.lH'.Y. SI. 11 , am.rtl. P%ri. Pourquoi vous devez acheter chez Marcel AUDAI1, &C A chele/ voire Claitin Tierqe chez larcel Audain I* *' vos Gin, Wisky ft liqueur 4 ; voire Rhum el vos alcools '* '' M voire sucre hatien ou tranger chez \olre Cal torrfi moulu chez votre Bire ( powenbrau Hambourg) VOH ?ms H Rofdam 4 Achetez ausni chez larcel Audain & tte, i i. i< 4i la \ fiie parr parce parce parce parce parce parcH p'MTe qu'il provient des meilleurs terroirs d'Baili. ipi'ils ont vendus aux plus lias prix Je la phrrr que le marque.qu'ils vendent sont d une puret: inqalable. que leurs poids sont leqaux et leurs prix des plus vantaqeux. qu'il eut prpar avec du cal de choix,dans ls appareils les plus perfectionne que sa Iralcheur et son prix dlient toute concurrence, qu'ils sont vendus aui mme prix qu'ailleurs, mature leur que l'accueil q e vous recevrez sera des ;ihi< eourlois N 1903 Rue du Vlagasiu de l'l.il



PAGE 1

IX MATIN • DlSfittbf 1*2_ ri **• %  •" %  %  Voici une temiae agtc de 79 *uu qui a Aie gurie de et douleur •X fp-, articalairw et DORSALES. Tailleur COrPE MOIHSRNK pr^Mju en bc da Bizu l^iropolitito IVlpboiie 683 i'oli./i -f RINCE RESISTVXfE OU F/ ASTIClTfi Donne avis sa clientle <-} aux mdeJuS et au publ 1 qu a trtiiiboru e son Laboratoiie a Ulg:e eo un Libir* tire >e biologie applique IUUI 1* Direciwii du • Xir Jflccl 01 1 Sjournt la laboratoire esl ivei .. lea lOUTf de7hrts do nttHoi Heures dusoir pot • lo | reeherv. "HPI an* v; prvues d s i'annoLCo ci |o?nu s 1 \, r Wfekt-eilhu. c ; tu. .-. .. 1 t i i r t ie. Seruu rOfcuea (ju< ;e U.SI it< i net t ( tvp nsr. Sup rtwll eut fe Me f x a-ii&t q*e. eottra~Ju rble, fl*? pi' toruud ITW ejipi tifn u ; "" f; typi lallo ;. 804-21 \ &a?i Les Pilules ITT; •! POUM REINS A VESSIE Le plu* grand remde du monde entier y rhumatismes, le* douleurs dorsales. la goutta, M raideur des articulation, le losibago, U pierre et ton* le* autres dsordres yrovogns far l'affaiblissement des rein et de t vetale. Les Pilule De Witt sont en veut dan* toute* les plui manie* du inonda entier. Le grand flacon en contient a fols ) lu que la petit. Si vou prouves quelque ditficuU *• veut procurer les pllole autnentlqurs Da Wltt adreuet vous ou rende* visite a la p" Alberrlal Kwsld, P, -.: a Prince. I Comme ec nouveau lype de pneu, Jiperfisie> plu'tJaite pour b o.ber chocs au moyen de SO lasticit que pour leur r*M*ter nar sa solidit. Ouand un pneu Bond ear, lait avec d**s iperlwist h-MirlH une fa cable lafclii.ue c^de au choc, llclnt, sVlar il et r. tourne son t*t comme une bande en caoulchooc. Uuire Irui tflaslicii.le conlon qu'ils ollrent el la lacilit avec h pi II* oa conduira Ici voilures oui sont quipes avec des pneux GJ.N1 T^rltit avec; pmWUf, CeJ.putus soni des neiveide d\ i nlurai.ee et d conomie. Les pneus G 00(1 Y ear sonl les seules fabrii avec le Supertwi.*. Good Uar e*t sijnomjme de long • Thft Wesi ladies Trading Comp. Port-au-Priiic<\ Gonaives Cap-Haitien, * !-H QrjA.JTEPi.IX MODFRS. fire$tone rwriUi & TUJEJ Soul les ineilleuis. Listrais d'entretien dune autotm bile dpendent beaucoupfle laquht depneus fanion *r$er'.. L pneu IBKSTONE nWijpas un pneu a bon march,cela eC yen vrai mati tep r % t Vkwow ' d'# %  Iminu* dur** <>t*e quai-'*' at4lflle i'eopanion profg i b a*>avp t v <<> 'e ecou*(8 p-p dot f itl ton/on t\ fjjV* u: e caUaotiii.6 l Vi'iiK routtrry; m'n?ifriaii u;; te M§0*llin6nl de i'.tetone Pn>n e Tub E bei Messieurs Luc-ani ft Del lerio, Capllaiien, F. Maurasse, "o.-de-SX, F. Ehri ez, IVtit-yove, J. l>. Conard, ^u\ Cayes,ou liez l'Aqent Gnral a l*oit-au prince. MICCE Rue du Quai La uiiisou B.Silvi C i. qui n'oat pa* en.ora va tes ja ies articles de fioeisj*, ir. -a m •> •• %  • si A'iiU t d ,ivout, dio leur iotit,M ,.., : r lie m m 90, *x au. ptrt ils ne peuveal troar b.iux iruoltrl A dos (ii i x raisonnables : Nos articles sont trtim ni di toute beali et Ai fralcowr 1 l liient oue concurrence.j Voil 3i a cul.-iii' barres lias dentelles Bas soie orodee Lias fil brod .: 'Tulle pour premire Communion! Couvertures blanche et couleur sup Handea-brodees Madera pour cHemlees et |u>e Voile blanc a barres llatine blanche i J^J (Gabardine blanche ^ crpon Diane et coiilatir. |oui Voile et couieui uni jnemist'Ues alletuandes sup. •rituaiit noir a guis ai talion tu.le i'or *e 8-rvielt3s de toilettes blanc lie Ai Nappes couleurs Tapis cire blanc s.ip pourjtablt'S Molletons blanc et couleur sup a Peignes ivanoala t& a .".orioiir rgandi blanc £ CCUir-ur •Lainage couleur anglais sup.p^urjll Madras baises d soie pour chetili** hommes Satinetta foulard pour robes.. nouVl dessins iMmaisi' anglais pr.matalas d>ubl I Crpon *\ carreau i de soie et fIo*! Voile g.ng am. aimables clients, vous qui v^uie/ porttf* traii 10. >1IJS hdix tissus qu'il s>it p } trouver sur cette place, ne manque* d'aller ailleupi di pt*r fi'n 4 n dJ oi iicceuil vous est rserv. 1 iO Kue des? Cas. r J Port-au-Prince, htm



PAGE 1

D01KCTEITR PROPRIETAIFK UPRUtuR Clment Magloire BOIS VERNA 1358, Hue Amricain. NUMERO 20 CENTIMES Matin Quotidien flou, nous ne connaissons pas u n homme.si bien partag qu'il > oi t des biens de ce monde,qui I uisse se coucher un soir en se disant qu'il ne doit rien personne. Ouui est ANNEE No 5671 DEVENIR FORT U force est un don qu %  1 s hmmes trouvent rartment en jqrouiaviitiiieutdaus la vie. Jftas les civilisations vieille -|me la ntr nous vtnons l au monde avec un,-, dot de _j ancestrales dont nous por Mil l< menace luorbiJe us nos Ifremiers vagissements. Qu n j **n compare l'horame aux au%  tres, on esi smpetait que Esotre huiuann si ihuv,, si [lue, u dpourvue non pa? seulemjnt de moyens de dfense, [ %  as de simples moyens d'exis*A ait pu assurer son ligaie sur le reste des irds. Cest cette lorme suprm? de Inutinct que nous duommons liMtlliffeDce qui a sauv l'huma IWe. Qu'on le v.uille ou non, |*erestera toujours la force de taw, celle laquelle est venue heurter, impuissante, vain CM d'avance, la force aveugle Mi cratures auprs desquelles l'homme u\st qu'un rnseau. I Mai M roseau pensant portait j Maison cr.jue une tincelle d IwM au feu de l'Auteur de choses. C'tait la certitude jpetout*'inclinerait devant iui. lib sport, pai exemple, dtt on jour s opposer au dve {4nsul de la ILmme sacr os Unie humaine, il serait le "i formidable instrument de "lion que les hommes %  re imagin contre leur vers la ptrlcction, et rait la maldiction de ceux qui voudraient que *a* ne soyons pas ternelle1 condamns rouler vers James lumineuses, le rocher JSiphe pour (ire aii-snt JJ.ys vers les valles obsI *Wtt. fwt notre efor., au con"". tente une noble bar w entre la force purement culaire et physique, et la invisible, mystrieuse t JO? ne de ''i'^Uigince. La IJWredoit lril, sauvegarde %  U seconde. .Nous naissons r !" de vieilles machines ; r" ommes tout entiers r|5£f !" *P rents.nos matres [jwnl Lire les habiles techni ^ de cette rparation indis foie a i eciosion uC" "erlus ctuelles. C'est de cette rparation ra tionn lie que nat la force. Non pas la foice comprime tfsnj.lt set s athltique — ce qui n'a pas j'sutres sers qu'une norme pisomplion si Ion compare if s possibilits de la force humaine ctile de certains ani maux -—mais plut la vigueur, la saine ncess dr i au mainti n du parfait equilib e sans h quel nulle fcondit bieiit isante ne peut tre espre de notre h beur. La Culture physique noderne est, ds mamienant, en possession d'une technique suffisante la conqute de cet idal. 11 est peu d'individus qui ne soient justiciables de sa puissante Sctiou rparatriceMlle ne donne pas toujours des moyens deieco/ds, mais elle donne 1 facult de vivre une existence qui n'est pas une charge pour ceux qui vous entourent et qui vous permet un rle social utile. Cela, c'est essentiel Mais il ne faut pas que t'ac quisilioh de cette vigueur no soit que le djen r de soir il de la jtuuesse. Trop d'hommes parvenus un heureux tat physiologique se croient condaim., s une dchance rapide dota un nombre d'annes insignifiant a marqu le point de dpart il ne suint pas de s'tre fait une u achtue vigoureuse. il faut la lonatrver. L'homme doit beaucoup son imagination ; elle lui a fait concevoir les rves magnifiques par lesquels il s'est lev dns l'art et dans la science, mais elle lui a fait aussi se crer une sorte de morbidit vtille qui l'achemine une rsignation prmature de son dclin vital. La foi ce morale possde sur la persistance de U jeuuttse et de ses attributs, dont la ligueur est le principal, u e efficacit sinon souverains, t ut au moins dominante. C est c qui explique que le citadin, gnralement plus cultive que le rural, prolonge davantage sa juvnilit. Rester jeune et bien portant, cque nous app. Ions rester fjit, est un art et une mo aie que nous voudiions enseigner tous. (met, chauffeurs Vitesse oratoire JjPUis quelque temps les acteurs d'automobiles ne •ucient plus de corner lors* Jjsrrivent aux carrefours. £*Jt une imprudence qui Jtre cause de graves ac• Lt il taut rappeler ira les chevaliers du voJjne les rglements de Po•w font obligation de ra* vitesse de leur raachi e I >* C0 !' Per lorsqu'ils sont aux \ """estions des rues. |*"*des Maints Innocents !l*svhed rnir. l'Fglse du [Jr ^ œur l a t au once m j r'J = U mf>P u, U e I 1er* des j ."'"n -orrnl ra ts. Mr Jacques Piou, qui connut aussi de grands succs la tribune, atteignait a peine tOOmoti. TELEPHONE N" 2*2 PORT AU-PRINCB ( HUT1 ) JittJDI 3 DIXLMBRE 1925 Vieux Souvenirs A MAISON La Dicte de Mrime Maurice Etienne fils Dan* tes Souveiii-s .U prin cesse Pauline de iei ternich. fern me de l'ambassadeur d'Autriche ra o ite que pendant un des se jours qu'elle lit, de 1801 1809, au chteau de Fontainebleau Pris er Mrime prop lils, Od ave Feu.H t, mon ma ri el m n, crit ta princesse, nous tions placs autour de la gnnde table au salon, et, arms de cra yons. nous criv,!.txte de la dicte. Mais des essais de iecousti tutioo de c tte dicte ont t Un tes par Pierre Larousse, au tome IV de son Urand Dicliounaire Uni verset ( 18/0 ; ; par Lo Ciaretie dans le *o ,de Moderne [ 1V00 ) ; par Flix Ctiamb.n dans le Jour nal des Dbat* v IU08 ) : par iln termdiiire des Chercheur et Cu rieux, plusieurs reprises. Ma heureusement, chacune de ces versions est, l'vidence, iu complte et mal orthogiaphie. Nous oroyilM que le le.l e iu plus probable est celui que IUU ei bhssous ici, ap:j uue tude criti que de toutes les sources. C'est dd&eein que Mrime a compo.- des phiases baroques, i peine re lies entre elles par un til ds t nu, l'obscurit du sens gnral augmentant les diflicultes pour ce lui qui preud la uict e : •• Pour parler sans ambiguil, ce diaer S Sainte Adresse, prs Uu U:\vre, malgr les efduves embau mes de it mer. maigre ies vius de tret-bons ( aujourd'hui iris bout ) crus, les ruisseaux de veau et les cuirsc; de chvr eui! prodigus par l'amphitryon, fut uu vrai % i.'pier Quelles que soient et quelque •lifcites que t'aiei.t paru, ct de la somme due,les arrhes qj'ctie< t censs avoir donnes a maint et maint fusiller subtil la douaiiiie ainsi que le marg-jillier, hieu que m ou elle soil -ense les leur avo r refuses et s en soit repertie, va t'en les rclamerjiour tel e on telle bru jolie par qui tu les diras leemanJes, quoiqu'il ne sie pis de dire qu'elle ne les est lusse arracher par l'adresse desdils fusi liera et qu'oa les leur aurait sup ploes d m toute autre circonstance ou pour des motifs de to tes suites. •' Il tait iufume d'en vouloir pojr ceU a ses fjsitiers jumeaux et m i'b itis et Je leur infliger une ra<: ee, a ors qu ils ne songeaient qu'a prendre des raf alchissemenls av.'c leurs coreligionnaires. '• Quoi qu'il en soit, n'est bien a tort que la douairire, par un contre sens (aujoutd'buv.comretm) exuibitaut, s'est laiss entraner i prendre un rteau et qu elle s'est crue obiigte de frapper l'ext gant marguilhersur son omoplate vieillie. D ux alvoles furent briss use dyssenterie ( aujourdbui : d\ •.tnUr'ic ) st dclara, suivie d'une ph'iusie (au jour J l>ui : pbiis't). "— Par saint Martin, quelle h niorragie s'cria ce bittre. A ctt vuement, saisissant son goupillon, ridicule excdant (au/ourd'hut excdent) de bagage, il la poursuivit dans l'glise tout en tire . A 1 intention de ceux de nos lecteur* qui voudraient refaire au JOUI d nui l'amusaute exprience de la Dicte de Mrimte *,nous avons indiqu, entre parenthses, l'orthographe actuelle. On dire Acheter un exemplaire des loiset actes(ftlnHi, anne 1870 S'adresser nu Journal. ftlMUlt llll Elfc Attenante la H inique OICOU. Angle des R-es Deslouches et Geffrard, Non* avon l'honneur de porte > la connaissance d s M d< cins et du Public, qu'i> /ieol de s'ela b'ir sur cette Hlnct la Grande Phsrmacie du Globe, attenante l ,i Clinique Coicou. ( ar la fracheur des produits et par les soins apportas 1-exru lion des orlonnsncrg uidicdrs ( et'e Pharmacie re recomm nde d'une l.roi toute spciale. Allez chez Christian BOX 322 Rue de Fronts-frl TKLKPHONK 693 Oit voun trouverez Cherry Brandy. AniaeUe, Oreo IMppermtot, Orgeat et toutes les liqueurs siiperfines I. a lcool pur est seul employ dans, la fabrication de Lt/ueu'* 4 ihr iun BOX. On peut dguater dans 1 tabli..sment. Kduction de prix pour plus d'une houteille. flooriw important m /ro|. Spcialise dans les marchandises franaises a le pla sir d'annoncer ra clientle qu'elle vient d'ouvrir un nouveau rayon de Confiserie. L'on y trouvera de superbes boites de Bonbons pour cadeaux en tous genres des prix dfiant tonte concurrence. Un superbe laanac h sera offert a tort acheteurUne pense de Kant i ml a crit quelq je part : c. Je dois toujo us agir de te e sorte que je puisse vouloir quo ma nvixi. me devienne une loi universelle. I' • tel'es penses plaisent du P remier coup aux mes Dobles. loi mme, l'ge de vingt ans — je valais peut tMre mieux qu au jourd'hui — j'admirais cette formule et j's voyais une rg'e prali qu qui p uinait ineltre tin a m s te. Pour suivre le conseil de Kant, je me dem.nde : • Qu .rri vc ait il si, placs dans la situation o je me trouve, les liouimes agissaient toujours comme je \ais probablement le faire 'L'humaurt en retirerait el e quelque profit moral ou rnatrie ? iju'ai riverait il Je n'en sais ab numeut rien, linmarqu-ms d'abord que si, daus tel cas donn, tous les hommes conformaient leur conduite I une mme loi uni' vtr-le, cet accord parlait serait le signe d'une unit morale que nous du ri lierions vainement cht/ no.4 contemporains. Les individus qui nous entourent diffrent trs -. n siblement les uns d s auties par le temprament, par leur sensibilit, par leurs sroytSC s. bl quoi i.e serait pas notre etonnement si nous pouvions comparer notie Ame ceile d uu Chinois, d'un H.odou, par exemple I La question que je ne posais tout l l'heure pourrait donc se formuler ainsi : Qf.'arriverait il si l'humanit tait trs diflrente de qu'elle esl.' Cruelle nigme '. B 2'. ,u Par leur conduite exe 01 plane, les braves gens, dans le genre de KtOt, s'elorcent d'am liorerleur prochain, c'est trs bien. Leur propagande est parfois eflinace et il n'y a aucune objection leur fiiie M lis ce u'ust pas l'image de ce que 9era U vie quand leur idal m r il sera partout ra is, qui pett leur apprendre la direction dans laquelle ils doivent agir, i.ett* image e?t beaucoup trop confuse pour cela. La vie continue parce que les nommes, dans leur immense majo rite, agissent sans beaucoup rfl chir. lis obissent a leurs instincts et lia se conforment a U coutume. Mais il existe des Aires conscients et scrupuleux qui se demandent : t Dois je obir i la loi civi e ou a if loi morale, quand celle-ci est en dsaccord ;ivec celle le ? —. Ooi je renoncer aux tudes scin tiliques qui m'intressent b>aucou|. pour consacrer tout mon temps la philanthropie .' — rilois je avoir peu ou beaucoup dniants .'•— Et lorsque ces dlicats songent leurs devoirs envers IKlat, ou en *ar* I humauit'ils se poent encore d'autres questions, g.Umeat embarrassantes. Ils ont un senti ment trs > il de leur responsabilit el i.s voudraient connatre les cou squences lointaines de leurs actes. Ils nj parviendront pas. Telle maxime que nous dicte notre bon oa> n'est put-.Mre bonne qu' condition de ne pas devenir une loi universelle. Ma vieille tante Ursule a r Latitude de donner sa I l genl aux pauvres qui mi en dem udent. Si tout le monte imitait cette ex: el ente femme, la pro'ession de mendiant se ait dciJmenl trop lucrative. Il n'y a rien tirer de la for mule de haut. Ca rrest qu'une de ces belles j h rases emmles littrateursaimrtaen composer.. Botte aux lettres Nom avons reru i-elte lettre q te nous publions avtc idaisir. Fort au Prinee, le 2H N >v. 1*125 Monsieur le Directeur du t Matin fc.ii Ville Mon iaur le Directeur, Danslenuu.iod lici duMalin %  > I 'ai relev uns ioexiciude dans '•n refilet La Mdecine par T S. F, propos del'u vmieurdelaT..F. i e K'di. li ur de l'entretilel est en erreur: le mabde doit une lire c ai e .a M .(il t.LIELMO MARCONI et non a Mr Branly, car il u ,i aseufl douta que c'est Mr Mu-iin qui ael %  ; senieui u , t ^i | fii. q a re. i> piller aux j Util et Y bg ii-4 aus passes, lu que Mr Manoui tentait vainement ml les ctes de Tirre Nto e d'envoyer tes messages ou de simules lettre vers l'&ng'eterre. Dans ce draps les journaux et las hommes de science mme qualifiaieut cet l'a* In n de • pan vie I'OIM SiM. l'ranly avait dj trouv le systme de transmission et rception de I'. S. F., pourquot ne lavait il rvl au monde vnlier.La phrase de Marco* ni : Voila la CORNOI AILLE qui arrive • eirt devenue histori que; le grand italien eut proooo c r ces mots lorsqu'il russit I recevoir Terre Neuve le premier message qui lui vouait d'Angleterre et prcis ment de la Coruouailla. A Csar ce qui avl Csar. A Branly le mrite d'avoir con sacr sa vie 'a recherche du secret de l'intin Agre?, Mr le Dtfetttti mes s liions tap b.-e.I I Un i mi de la •>> lil. — Nous regrettons a ue point p< u voir paitngr r l'opioior de notre aimable crr pondant, car, o'est un fait hh-tohqDe IT;; U>tp||


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06590
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, December 03, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06590

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
D01KCTEITR PROPRietaifk
UPRUtuR
Clment Magloire
BOIS VERNA
1358, Hue Amricain.
NUMERO 20 CENTIMES
Matin
Quotidien
flou, nous ne connaissons pas
u n homme.si bien partag qu'il
> oi t des biens de ce monde,qui
I uisse se coucher un soir en
se disant qu'il ne doit rien
personne. Ouui
est ANNEE No 5671
DEVENIR FORT
U force est un don qu 1 s
hmmes trouvent rartment en
jqrouiaviitiiieutdaus la vie.
Jftas les civilisations vieille
-|me la ntr nous vtnons
l au monde avec un,-, dot de
! _j ancestrales dont nous por
Mil l< menace luorbiJe us nos
Ifremiers vagissements. Qu nj
**n compare l'horame aux au-
tres, on esi smpetait que
Esotre huiuann si ihuv,, si
[lue, u dpourvue non pa? seu-
lemjnt de moyens de dfense,
[as de simples moyens d'exis-
*A ait pu assurer son lig-
aie sur le reste des irds.
. Cest cette lorme suprm? de
Inutinct que nous duommons
liMtlliffeDce qui a sauv l'huma
IWe. Qu'on le v.uille ou non,
|*erestera toujours la force de
taw, celle laquelle est venue
heurter, impuissante, vain
CM d'avance, la force aveugle
Mi cratures auprs desquelles
l'homme u\st qu'un rnseau.
I Mai M roseau pensant portait
j Maison cr.jue une tincelle d
IwM au feu de l'Auteur de
choses. C'tait la certitude
jpetout*'inclinerait devant iui.
lib sport, pai exemple, dt-
t on jour s opposer au dve
{4nsul de la ILmme sacr
os Unie humaine, il serait le
"i formidable instrument de
"lion que les hommes
re imagin contre leur
vers la ptrlcction, et
rait la maldiction de
ceux qui voudraient que
*a* ne soyons pas ternelle-
1 condamns rouler vers
James lumineuses, le rocher
JSiphe pour (ire aii-snt
JJ.ys vers les valles obs-
I *Wtt.
fwt notre efor., au con-
"". tente une noble bar
w entre la force purement
culaire et physique, et la
invisible, mystrieuse t
JO?ne' de ''i'^Uigince. La
IJWredoit lril, sauvegarde
U seconde. .Nous naissons
r de vieilles machines ;
r" ommes tout entiers r-
|5f*P rents.nos matres
[jwnl Lire les habiles techni
^ de cette rparation indis
foie a i eciosion uC" "erlus
ctuelles.
C'est de cette rparation ra
tionn lie que nat la force. Non
pas la foice comprime tfsnj.lt
set s athltique ce qui n'a
pas j'sutres sers qu'une nor-
me pisomplion si Ion com-
pare if s possibilits de la force
humaine ctile de certains ani
maux -mais plut la vigueur,
la saine ncess dr i au mainti n
du parfait equilib e sans h quel
nulle fcondit bieiit isante ne
peut tre espre de notre h
beur.
La Culture physique noder-
ne est, ds mamienant, en pos-
session d'une technique suffi-
sante la conqute de cet idal.
11 est peu d'individus qui ne
soient justiciables de sa puis-
sante Sctiou rparatrice- Mlle ne
donne pas toujours des moyens
deieco/ds, mais elle donne 1
facult de vivre une existence
qui n'est pas une charge pour
ceux qui vous entourent et qui
vous permet un rle social uti-
le. Cela, c'est essentiel
Mais il ne faut pas que t'ac
quisilioh de cette vigueur no
soit que le djen r de soir il de
la jtuuesse. Trop d'hommes
parvenus un heureux tat
physiologique se croient con-
daim., s une dchance rapide
dota un nombre d'annes insi-
gnifiant a marqu le point de
dpart
il ne suint pas de s'tre fait
une u achtue vigoureuse. il faut
la lonatrver. L'homme doit
beaucoup son imagination ;
elle lui a fait concevoir les r-
ves magnifiques par lesquels il
s'est lev dns l'art et dans la
science, mais elle lui a fait aussi
se crer une sorte de morbidit
vtille qui l'achemine une r-
signation prmature de son d-
clin vital. La foi ce morale pos-
sde sur la persistance de U
jeuuttse et de ses attributs,
dont la ligueur est le principal,
u e efficacit sinon souverains,
t ut au moins dominante. C est
c qui explique que le citadin,
gnralement plus cultive que
le rural, prolonge davantage sa
juvnilit.
Rester jeune et bien portant,
c- que nous app. Ions rester
fjit, est un art et une mo aie
que nous voudiions enseigner
tous.
(met, chauffeurs Vitesse oratoire
JjPUis quelque temps les
acteurs d'automobiles ne
ucient plus de corner lors*
Jjsrrivent aux carrefours.
*Jt une imprudence qui
Jtre cause de graves ac-
Lt il taut rappeler
ira les chevaliers du vo-
Jjne les rglements de Po-
w font obligation de ra-
* vitesse de leur raachi e
I >*C0!'Per lorsqu'ils sont aux
\ """estions des rues.
|*"*des Maints Innocents
!l*svhed rnir. l'Fglse du
[Jr ^ur- l a t au once m
j r'J = U mf>P u,Ue I 1er* des
j ."'"n-orrnl ra jj^embie a t heures de 1 aprs
lmH*r^nion'< relif;i<%use sera
-,7! 7,lR,Kprniesse traditionnelle
^'^Uel-EUse.
M. Ren Vivian i, qui vient de
mourir, dtenait dans Ici assem-
bles parlementaires, le record de
la vitesse oratoire qu'avaient dte
nu, avant lui, Vjl Droulde et
Francis de Pressens.
Les stnographes, quand il mon
tait la tribune, tait mis une
rude preuve. Fn effet, il attei-
gnait et dpassait mme parfois
200 mots la minute...
Le record est maintenant dte-
nu au Snat par Mr Lon Prier,
snateur de l'I re. qui pi rie
190 mot; la Chambre par Mr
Louis Win, qui dpasse I8 mot*.
vlr Cbar'es Dment arrive la
vitesse de ISO mois ; Mr A Utile
B wnd 145; Mr Millernl
130
130 mots est rusai 'h rite e de
Mr Herriot.
4a.ire, qui t*it un orale, pi- s
!n< ue dpassait gure 120 m >ts.
Mr Jacques Piou, qui connut aussi
de grands succs la tribune,
atteignait a peine tOOmoti.
TELEPHONE N" 2*2
PORT AU-PRINCB ( HUT1 )
JittJDI 3 DIXLMBRE 1925
Vieux Souvenirs
A MAISON
La Dicte de Mrime Maurice Etienne fils
Dan* tes Souveiii-s .U prin
cesse Pauline de ieiternich. fern
me de l'ambassadeur d'Autriche
ra o ite que pendant un des se
jours qu'elle lit, de 1801 1809,
au chteau de Fontainebleau Pris
. er Mrime prop cercle de I-Kmpereurelde 1 Impra
tnce, de faire une dicte fonde ri
goureusemeat sur les dliai ns de
l'Acadimieet trs difli.-i e ire
pro luire sans f ute. Le jeu om
iiieui-i f L'mpereurj.l I insrt ri
ce, quelques uns des invits, per
sonuages graves et pirai sant trs
srs de leur atlaire, A'etandre Du
.n:i> lils, Od ave Feu.H t, mon ma
ri el m n, crit ta princesse, nous
tions placs autour de la gnnde
table au salon, et, arms de cra
yons. nous criv tee de Mrime. Ouand il eut tint,
ii prit les di lrenles feuilles, et
eu les parcourant corrigeait et re
Corrigeait saus cesse. L'inquitude
s'euipara des pauvres lves... Le
travail de correeuon termin, M
rirnee se leva et dclara haute
vax te nom du laurat, Uquel. h
la stupelicihu gnrale, tait ce
lui du prince de Mctternich Il
lut : S M. 1 Empereur a fait 45
fautes; S. M. l'Impratrice 02 ; la
princesse de Mtiernich M ; M.
V.extt'jdrc Daims 24 ; M. Octave
Feuillet 19 je p et le priiiCe ae .wet eruich 3 .
La princesse ne doiue point
daus .-.esoSjuvenirs>,!.- t- xte de la
dicte. Mais des essais de iecousti
tutioo de c tte dicte ont t Un
tes par Pierre Larousse, au tome
IV de son Urand Dicliounaire Uni
verset ( 18/0 ; ; par Lo Ciaretie
dans le *o ,de Moderne [ 1V00 ) ;
par Flix Ctiamb.n dans le Jour
nal des Dbat* v IU08 ) : par iln
termdiiire des Chercheur et Cu
rieux, plusieurs reprises.
Ma heureusement, chacune de
ces versions est, l'vidence, iu
complte et mal orthogiaphie.
Nous oroyilM que le le.-le iu plus
probable est celui que iuu ei
bhssous ici, ap:j uue tude criti
que de toutes les sources. C'est
dd&eein que Mrime a compo.-
des phiases baroques, i peine re
lies entre elles par un til ds t
nu, l'obscurit du sens gnral
augmentant les diflicultes pour ce
lui qui preud la uict e :
Pour parler sans ambiguil,
ce diaer S Sainte Adresse, prs Uu
U:\vre, malgr les efduves embau
mes de it mer. maigre ies vius de
tret-bons ( aujourd'hui iris bout )
crus, les ruisseaux de veau et les
cuirsc; de ch-vreui! prodigus par
l'amphitryon, fut uu vrai % i.'pier.
" Quelles que soient et quelque
lifcites que t'aiei.t paru, ct de
la somme due,les arrhes qj'ctie< t
censs avoir donnes a maint et
maint fusiller subtil la douaiiiie
ainsi que le marg-jillier, hieu
que m ou elle soil -ense les leur
avo r refuses et s en soit repertie,
va t'en les rclamerjiour tel e on
telle bru jolie par qui tu les diras
leemanJes, quoiqu'il ne sie
pis de dire qu'elle ne les est lusse
arracher par l'adresse desdils fusi
liera et qu'oa les leur aurait sup
ploesdm* toute autre circonstance
ou pour des motifs de to tes sui-
tes.
' Il tait iufume d'en vouloir
pojr ceU a ses fjsitiers jumeaux
et m i'b itis et Je leur infliger une
ra<: ee, a ors qu ils ne songeaient
qu'a prendre des raf alchissemenls
av.'c leurs coreligionnaires.
' Quoi qu'il en soit, n'est bien
a tort que la douairire, par un
contre sens (aujoutd'buv.comretm)
exuibitaut, s'est laiss entraner
i prendre un rteau et qu elle
s'est crue obiigte de frapper l'ext
gant marguilhersur son omoplate
vieillie.
" D ux alvoles furent briss ,
use dyssenterie ( aujourdbui : d\
.tnUr'ic ) st dclara, suivie d'une
ph'iusie (au jour J l>ui : pbiis't).
" Par saint Martin, quelle h
niorragie s'cria ce bittre.
A ctt vuement, saisissant
son goupillon, ridicule excdant
(au/ourd'hut excdent) de bagage, il
la poursuivit dans l'glise tout en
tire .
A 1 intention de ceux de nos
lecteur* qui voudraient refaire au
joui d nui l'amusaute exprience
de la Dicte de Mrimte *,nous
avons indiqu, entre parenthses,
l'orthographe actuelle.
On dire
Acheter un exemplaire des
loiset actes(ftlnHi, anne 1870
S'adresser nu Journal.
ftlMUlt llll Elfc
Attenante la H inique
OICOU.
Angle des R-es Deslouches
et Geffrard,
Non* avon l'honneur de porte >
la connaissance d s M d< cins
et du Public, qu'i> /ieol de s'ela
b'ir sur cette Hlnct la Grande
Phsrmacie du Globe, attenante
l,i Clinique Coicou.
( ar la fracheur des produits et
par les soins apportas 1-exru
lion des orlonnsncrg uidicdrs
( et'e Pharmacie re recomm nde
d'une l.roi toute spciale.
Allez chez
Christian BOX
322 Rue de Fronts-frl
TKLKPHONK 693
Oit voun trouverez Cherry Brandy. AniaeUe, Oreo
IMppermtot, Orgeat et toutes les liqueurs siiperfines
I.alcool pur est seul employ dans, la fabrication de
Lt/ueu'* 4ihr iun BOX.
On peut dguater dans 1 tabli..sment.
Kduction de prix pour plus d'une houteille.
flooriw important m /ro|.
Spcialise dans les marchandises
franaises a le pla sir d'annoncer
ra clientle qu'elle vient d'ouvrir un
nouveau rayon de Confiserie.
L'on y trouvera de superbes boites
de Bonbons pour cadeaux en tous
genres des prix dfiant tonte con-
currence.
Un superbe laanac h sera offert a tort acheteur-
Une pense de Kant
i ml a crit quelq je part : c. Je
dois toujo us agir de te e sorte
que je puisse vouloir quo ma nvixi.
me devienne une loi universelle.
I' tel'es penses plaisent du
Premier coup aux mes Dobles.
loi mme, l'ge de vingt ans
je valais peut tMre mieux qu au
jourd'hui j'admirais cette for-
mule et j's voyais une rg'e prali
qu qui p uinait ineltre tin a m embarras dans c s minutes i i por
tant s de la vie o l'on se du :
QUI KariiK? Aujouid'hui, j'ai chnn
g d'avis. Il y a plus d'lvation
3ue de profondeur dans la pense
e Kant. |[Ja pi rie de la pense
reproduite ci-desMis ).
lssayons de comprendre ce qu'a
dit i illustre philosophe. J'ai une
grave dcision prendre; et j l>-
s te. Pour suivre le conseil de
Kant, je me dem.nde : Qu .rri
vc ait il si, placs dans la situation
o je me trouve, les liouimes
agissaient toujours comme je \ais
probablement le faire 'L'humaurt
en retirerait el e quelque profit
moral ou rnatrie ?
iju'ai riverait il Je n'en sais
ab numeut rien, linmarqu-ms d'a-
bord que si, daus tel cas donn,
tous les hommes conformaient
leur conduite I une mme loi uni'
vtr-le, cet accord parlait serait le
signe d'une unit morale que nous
du ri lierions vainement cht/ no.4
contemporains. Les individus qui
nous entourent diffrent trs -. n
siblement les uns d s auties par le
temprament, par leur sensibilit,
par leurs sroytSC s. bl quoi i.e serait
pas notre etonnement si nous
pouvions comparer notie Ame
ceile d uu Chinois, d'un H.odou,
par exemple I La question que je
ne posais tout l l'heure pourrait
donc se formuler ainsi :
* Qf.'arriverait il si l'humanit
tait trs diflrente de qu'elle esl.'
Cruelle nigme '.
B2'.,u Par leur conduite exe01
plane, les braves gens, dans le
genre de KtOt, s'elorcent d'am
liorerleur prochain, c'est trs bien.
Leur propagande est parfois eflinace
et il n'y a aucune objection leur
fiiie M lis ce u'ust pas l'image de
ce que 9era U vie quand leur idal
m r il sera partout ra is, qui pett
leur apprendre la direction dans
laquelle ils doivent agir, i.ett*
image e?t beaucoup trop confuse
pour cela.
La vie continue parce que les
nommes, dans leur immense majo
rite, agissent sans beaucoup rfl
chir. lis obissent a leurs instincts
et lia se conforment a U coutume.
Mais il existe des Aires conscients
et scrupuleux qui se demandent :
t Dois je obir i la loi civi e ou a
if loi morale, quand celle-ci est
en dsaccord ;ivec celle le ? .
Ooi je renoncer aux tudes scin
tiliques qui m'intressent b>aucou|.
pour consacrer tout mon temps
la philanthropie .' rilois je avoir
peu ou beaucoup dniants .'
Et lorsque ces dlicats songent
leurs devoirs envers IKlat, ou en
*ar* I humauit'- ils se poent en-
core d'autres questions, g.Umeat
embarrassantes. Ils ont un senti
ment trs > il de leur responsabilit
el i.s voudraient connatre les cou
squences lointaines de leurs actes.
Ils nj parviendront pas.
Telle maxime que nous dicte
notre bon oa> n'est put-.Mre
bonne qu' condition de ne pas
devenir une loi universelle. Ma
vieille tante Ursule a r Latitude de
donner sa I l genl aux pauvres
qui mi en dem udent. Si tout le
monte imitait cette ex: el ente fem-
me, la pro'ession de mendiant
se ait dciJmenl trop lucrative.
Il n'y a rien tirer de la for
mule de haut. Ca rrest qu'une
de ces belles j h rases emmles
littrateursaim- rtaen composer..
Botte aux lettres
Nom avons reru i-elte lettre q te
nous publions avtc idaisir.
Fort au Prinee, le 2H N >v. 1*125
Monsieur le Directeur du t Matin
fc.ii Ville
Mon iaur le Directeur,
Danslenuu.iod lici du-Malin>
I'ai relev uns ioexiciude dans
'n refilet La Mdecine par T S. F,
propos del'u vmieurdelaT..F.
i e K'di. li ur de l'entretilel est
en erreur: le mabde doit une lire
c ai e .- a M .(il t.LIELMO MAR-
CONI et non a Mr Branly, car il
u ,i aseufl douta que c'est Mr
Mu-iin qui ael ; senieui u ,
t ^i | fii.
q a re. i> piller aux j Util et
Y bg ii-4 aus passes, lu que Mr
Manoui tentait vainement ml les
ctes de Tirre Nto e d'envoyer
tes messages ou de simules lettre
vers l'&ng'eterre. Dans ce draps
les journaux et las hommes de
science mme qualifiaieut cet l'a*
In n de pan vie I'oim SiM. l'ranly
avait dj trouv le systme de
transmission et rception de I'.S.F.,
pourquot ne lavait il rvl au
monde vnlier.La phrase de Marco*
ni : Voila la CORNOI AILLE
qui arrive eirt devenue histori
que; le grand italien eut proooo
c r ces mots lorsqu'il russit I
recevoir Terre Neuve le premier
message qui lui vouait d'Angleterre
et prcis ment de la Coruouailla.
A Csar ce qui avl Csar.
A Branly le mrite d'avoir con
sacr sa vie 'a recherche du
secret de l'intin .
Agre?, Mr le Dtfetttti mes
s liions tap b.-e.-
I I
Un i mi de la >> lil.
Nous regrettons a ue point
p< u voir paitngr r l'opioior de notre
aimable crrpondant, car, o'est
un fait hh-tohqDe It;; U>tp||


LE MATL1-3D^:~ .95
JUBOL
rieduca l'intestino
St.ticHezxa
Entrite
Ve>rtigane>
Dltpepslc
E,micrr*.r.la
Ptt coneenttrsi In buona
aftlulc prcnch-rc ogni sera
Ma cosapreeate di
JU50L
,,*
MaMIiarnii Cbatalalrt,
t r* a> ValaacMsaai i*vi
tu'o, prendedo ogai ter jsatck*
omprewa di Jubof rdrc ljr0
mi. un, incrt* i-tr I iboto atllrnra
Jtr .1.1 la.uagi, U tua UaUoll a
Il !.. J... llllJ tlll *!
. i.. ./...-.^., .1/1 ont u rtaMM *Wa
i.. J... ivi.. tiMlnal iJ *
rat itiuiiu d.l Jabtil, for M
.1.1.- tito c.f no or* lilan. r*r contr C.
luaDiij af*t>be conialo .BJ jfl<
fto"- M lanio i taaiian rn* gl. *m
malau non il Utaaro a tuttr U Bo-
che irahforma'i io Incaarlenli /
iigiaui
Or .lin'
dclia Faru'U di Mcdtcloa
d Montpellier
^______FMO*R0l0l------------
lOMUIMIMI '((*> ~r. Mf|aja>*
HMOUTU rv**. aaTMlrcl
#
111.-.11 BlklaNI MM 0N .-.',/.-
lof'' raWrlajjt#*J tWtatMittm Hhbo
Hii'ura <..i|iip gU JOboUmMMti.
Les Sots historiques
c Uo cheval loi royaume ponr
dd cheval .
AU mile du meurtre drue*
faulb d'Kc( ubirl IV dcol il tait U
tuteur. Rhl.ard III devin roi d'An
gleUrte. Il nYua par la terreur.
Mais in 1185, i IS< sv,oi :h, M
In upi lurent UUtes par relies
d'Iltmy Tudv.r hiihnid III fut
(n.-ii tu. Ai- mon u t r i>, son
i In vil h i' m'- lui, il niibit Hre
tiis jtr l'ciprirl, il fit trappe
ri'i ne ir Me de 'lupur mi : t l n cbevRl mou royaume
pOUr ttl I.LMli a.
\ ous dpensez I) aucoup
et n'anivez pas vtus
vi bien. La recette est
|iOUil;tfil simple. O donc
allr >\ ce i.'cat chez Faul
|^. iimla, le meilleur nia-
(jaMii de la place.
i
oie
Thrse Moulas,
313 Rue Bonne bol 313
\.n face de la Lgation Amricaine.
Vous trouvre/ : Superbe assortiment de hibehts pn biscuits n
lit de la l'orcel8inerie de Villenanxe ( Aube, Fianre ; dejrrj#t
caoutchouc Crme et savon Mslaciine. des chaessures poui eofi
de la toile Marocain et Nationale no>re, F'eurs, Plumes et paille
chapeaux de dames, Jolies formes et caloMes eh peaux. Dent
\alencienre, Plaques et produits photographiques do la Maison
leminol et Boerspfl' g Co.ll vous y sera frurol tons les renseignera!
concernant "Les Fabrique! runies d-Eli eut lan.e.
Fiairhement arriv psr steamer du Ferment de Raisin. .Nalle
illeurs, vous ne sauriez trouver une pus relie \al de cartes
l ai
tr.ii
- el ses environ]
des ruine? de Mimt. la Citadelle Laferrire, des fontaine pour '
Mariage. IMac ce i'les.; Anniverraire et fujets humoristiques.
'
AW*--
tJ<1Vl>-

ue c'est le professeur tram-sis
Jranlv qui, appliquant pour la
premire fois, le principe du physi
cien allemand Heiil lequel avait
dmontra la nature vibratoire des
monuments lectriques, aoBftral
it le premier eohr*ori
Il l ..iiialement conoa que
la premire dpAche "sans Ml a
t envoie par llranly dun bout
& l'autre'de on cabinet. Et ds
tott, la lAlAgrepble mil til *tit
invente", a dit Marconi lui mme.
D'ailleurs, dans les nembreux
pt-Heitioiiuemeuts qu'il nppoita
daus la suite a l'appareil de Hranly,
Maiconi s'est mm vi d'un oscillateur
de llerl/.et du cobreiir de Hranly.
Il est juste ('.pendant d'ajout? que
lu part le contribution du savant
talien dais la grande dcouverte
!.' colossale. Sans lui. l'appareil
du clbre prolesjeur Irauijaw se
mit. peut tre, rest longtemps
fiuore dans le domaine thorique.
Parisiana
Ce^Soli
V1DOCO
Oe, 7e et 8e plaodes
Entre : 1 gourde:
Dimanche
PAU CABLE
TAO
Centenaire
DU
Cardinal Lavi|ene
Le moi dernier eurent lieu
Alj^er .le grandes ftes en l'hon"
neur du centenaire de la naissance
Un raidiual Lavi^erie, le grand
Prlat dont l'iruvre religieuse et
sociale en Afrique, a t incom-
parabl'.
Ces ltes furent clbres MUA
la prsidence du cardinal Charo9t,
archevque d Henns qui, en cette
occasion, avait t choisi comme
Lgat par le Souverain Pontife.
Les Assises
Hier matin, 10 heures, a t
jug par le jury le nomm Lumus
eiitus accus de tentative de vol.
Ds l'expos des faits de la cause
aux jurs, le Ministre Public re-
prsent par Me Isnanl Kaymond,
jugeant insignitianl les motifs d'ar
cusdlion trouvs la charge du
prvenu, y renonce.
Le Conseil de l'accus, Me Souf-
frant. qu est ta premire plai
doirie au criminel, adressa quel-
ues paroles de remerciement au
linistre Public, et n'insista pas
outre meiure
Le Jury rpondit ngativement
aux questions et lepivenu fui li-
br.
-
Publications reues
Nous avons reu le donner
numro du Bulletin mensuel
de la Chambre de Commerce
Franaise d'Hati.
Il cooteDt|i'iiitressintes s'a
tisuques counnercialei dont
nors recon roandoos tirement
lai cure
4 Ne un avon rf u atiau le
dernier numro de l'*-Animant
HA^rtoire .lu Moniten po I
Y ijia IVl.
Non remerijiviud poui les
greui nvo.:
l'agi un communiste
en Am|leterre
LONDRESA propos dur
cent procs communiste, M. Stan
lev liald.sin a dclar, dans une
information la police, que les
communistes anglais se piopo
saient de provoquer une rvolu
tiou en Angleterre et ses colonies
durs le but de renverser le gouver
neiuent actuel et de crer un tat
vovialique avec l'appui moral et
hnancier de la RlMBtt-Lei informa
tious accumule par le ministre
de l'intrieur tablissent que les
BoDgea nvftient l'intention de sein
parer des gouvernements du Cana
da et de l'Australie aprs avoir d
poei lev. autorits l.ritanniques.
En Russie
Exculiou da loncliunnai-
rea aftaiicatuiN
LKMNCHAUE Six fonction
naires deB douanes et plusieurs
Industrie'* ont t axeati util
l.uicmeiil pour s'lr.' aopropril
de plus d Un million de dollars de
marchandises appartenant a l'B
t.it. Le comit excutif sovitique
avait rejet leurs demandes de
gr.lce.
L'arme anglaisa
J vacua Pologne
COLOCNK L'arme anglaise
vient de commencer l'vacuation
de la tte de pont d (Vogne
quSjlle occupait u puis S-ptembre
t'Uti.
Importantes doiarattOOl
de 1 Hriaml
pAHn > son arrive Lon
dres, M Briand a fit la dclara
tion suivaute : Les traits que nous
signerons demain seront le point
do dpart de la collaboration mu
tuelle do la France, de l'Angleter
re et de l'sjlcmague pour la cra
tion d'une re no tvelle. Depuis le
commencemenl de ma carrire po
litique, a ajout M Hriaml, lien
ne m'a donn une hussi grande sa
Uafactioi comme l'acte que je vais
Voir sp raliser dtfBtHl Pr la si
nature du trait d" Ucarno cet
clu ajrs de longues mais arnica
les disciir,--i(in8.
tiraws vnemeota
en rhioa
rEKIN T/oo KaieWbao, am
bassadeur des Soviet?, a commun!
que au patli communiste un mes
a.nge de Karl Kadek annoi.anl
que II aWaratti chinoise de POI
COI est d accord pour cooprer
I tablissement du communiatie
en Chine ft prter tout son ap
pin h la cause du marchal Feg
Vu Slang Celui ci a organis une
manifestation qui a parcouru les
quai tiers trangers sn provoquant
le* soldats tenant garniron dans
les concessions europennes.
Sur l'allirmation d'un oraleui
de barricades que le marchal
Tching ( hao Hing possdait un
compte dans une banque de Lon
dres aliment jwr certains syndi
cats plrolifre et destin ft l'a
chaH'armements de Hiimirgham,
les communistes furieux attaqu
rent l'difice de Ngoikunk Kong,
dpartement des aneirts trange
res, o Ils M livrrent 4 une des
Iruction complte des bureaux des
ronctionnaires.l^n groupe de 1500
communistes del lis dtruisit
villas habits par des fonctionnai
res du gouvernement.
Dans le Sud. les communistes
continuent tre matres de Lan
ton on i's ont tabli leur base d'o
pitions contre Shanghii. Le G
nral Lo Tchaiming, gouverneur
d* 'anton, s'est p o-iam pr/i
sident du Sud de la Ch ne *et refu
se de reconnatre les pouvoirs du
marchal Taom .Shui Shao, prsi
dent de la Itpubliqiie et du con
si il des mlDUlres. Trente mille
hommes de la police de Canton,
pourvus l'artillerie, sont prts
prendre part aux oprations con
tr l'Ile 4e Sliammcen o les enne
mit. du coramunWme se sont rfu
gis sous la protection des conces
sions trangres.
Lykes Brothers
Steamship Company
GaUe&ton. Tous
Le Steamer Lak- Gdstn ayant
Jai-i Galves'on le 18 Noveu bre
coul, est attende I l'oit au J ii ce
le 7 du (ouiait avec ISO tonnes
do Mari ha dises et I millit rs de
Planches. Il partira eosuite pour
les poils de Porto Rico.
>aaa*aaaram. l'rochains dparts
Le Steamer Imi. .' m laisse n
Cjlveslon le 9 du Courant direc-
tement j.our PortauPrince.
Le Steamer Lah FlorUM laissera
(ialveston le 80 du courant di ec
ement pour Port au Prince.\
te i Dcembre 1086.
It ft N. SADA & Company
Gnrais Agents.
Vous tes vous jam;
servi de la lotion 01
de la poudre Faustaj
Astpmc
^Demande/ une lotion ou une boite de poudre
awas HE^MNOS' et vous ne vous servirez jai
d'autres marques.
h Cfs produits proviennent de h lamettse pariai
ne Cheranat PaitH.
tinwa* HE RM 4 A OS
ESPIC
205-209 Hue Traverslrre
Suulali-in ni u' dftana
liir;iU*-.2S-i'MjDR8
h Iran 1 1 11 m UtfMi ' rtafaunt " oai MMf .
Il.ij.r la ji.'u.J. PIC .jr.'.^-c |ll.
"^1
Nouvelles diverses
LONDRES MM. Stresemann
et Luther sont arrivs Londres.
x. ^
Reurettable accident
d'auto
I lier, vers .">|liettres de l'aprs-
mi 11, tout pn>s Je l'Htel Am-
ricain, I' uto do M Napolon II.
Marshir al :iclic ,'i la Lgation
Aror.caine, lu urla le j une lus-
tin h minique, .ig; do 7 ans,
(ils du Dr .lustiii Djimuque, le
sympiili que Directeur de l'E-
cole do Mdecine et de Phar-
macie
I^e choc, lut fi violant que
renlanl.qut avait reu une torte
contusioo la tempe, expira
qu.- m s heures aprs.
tes funrailles ont au lieu,, e
iiitin.eu IE>(iHedu Sacr Cosur.
C'ooi un regrettali'.i' acculent
d noua i-tivov ni Dwrooooi
Il Dr Dominique nos plui vive?
q '.il^nces
Avis
Dans l'intrt du public, il est
port a la iiinnaissan -e des int-
resss que la dtonation des ex-
plo-il's quelconques est considre
comme tant contraire ft la paix et
1 la se, nrit publiques.
Ku onsquence, tout individu
iiu-.mi exploser des matiros d-
tonantes, dont les exposions ne
sont permises que sur les places
pub'iques pendant les journes du
t!S Dcembre, du 1er Janvier et du
ter Mai. sera considr couun
violant les lois rgissant la paix et
la scurit publiques et II sera
pris contre lui telles mesures que
de droit
M h SILViaTHOR.'i
Chel de le Peiise
Bulletin Communal
Nous avons re. u le dernier lasi.
cule du bulletin le la Commune
de Portail piinee qui publie les
procs verbaux, comptes et autres
actes du 1er Juillet au "5(1 Septem
bre 1081, Nous y relevons, entre
autres statistiques intressantes,
lue les marchs publies ont rsp
port pour l'eiercic, 1081 lOi.i :
08.503 gourdes 7i.
La prvision budgtaire tait de
79.000 gourdes; ce q'ii a 'donn
une plus value 13.593 gourds* /4.
Ce chiffre dpasse tous ceux
atteint jusqu'ici
Il faut fliciter l'Administration
pour ce record.
.*. : sjseaBM .
(tiquet fur bellieacil '
de la publicit
Pre-nire questiii. Quand
vous entre/ dans un magasin et
que vous y trouve/. d*ux articles
similaires, au n ru prix, mais
pour l'un desquel" oa a lait de la
publicit, lequel acht- / vous ?
Les rponses ont tabli qu'envi
ron H7 0/0 des clients achtent
l'article annonc.
Deuxime question Quand
vous trouvi/ deux nrtirles mi mi
laires d>s prix dif rents mais
que l'article non annonc est d'un
prix moins lev que l'autre, le
(| uel m litli / nous v
I.' ,(ii les rponses, plus de
Oc/odes ilieiils 1. I..-I. i,t l'uiti
de annonc bien qu'il soit plus
ch*r.
Nous ce saurions nous pronon
cer sur le caractre rellement
scientiiique de celle enqute, mais
nous la signalons parc: qu'elle
nots pu*ait comporter, pour les
commerants, un moyen de se
rendre compte de l'ellicacit de la
publicit.
( Du Bulletin de la Chambre de
Commerce 1 nui. aie ).
On regard sur votre m
Un conseil peut vousjtre utile el|unej.....sulUUonj
encore. Consulte/, le Comte de
allLIH TARNIElAA
Il reao.l le II et de 2 A 5 heureafes lunntta,
dis el vendredis.
Il rpond par correspondance toute lettre uwoi
de t dollars.
Coneultatiou : 1 dollar
ADRESSE : Ituelle Piquant cot du No. 133/.
La sant doit passer avant
les'beurres'BLUENOSE" et'PYS'4.*
sieurs* SmitliH" l>roctor, Ltd. sont flaranlie
ment purs.
C'est excellent. c*est peu coteux.^ ^
f J^n vente^dans les ^bonnes piceries :"et ,
chei les agents.
(Commercial Ageaclee nud Commisai*:
Prsident
Foira de la Havaae tode
Le 11 Dcembre prochain s'ou
vriru la Havane (Cuba) la llme
Foire Internationale.
Kl.' Jurera du 11 au r. Dcem
bre.
Mariage
Hier a u lieu le nnn i.e aivil
de Melle Alice Cauthier avec Mr
Prlnsto i l'.erre Qillee, L*s moins
taient peur Is mari i MM. S mi
lien Pierre st Jean Baptiste Pr.it i
iour U marie : MM. Obrleat K
reau et Ahard Frane ds
l.a bndiction nuptiale leur a t
donne ce matin en l'Eg ise de Si-
Joseph. Les nouveaux poux ont
taceompafcns l'autel par Mm*
Jules Iterlln al Mr Augustin Avlr(,
Tous Qoe compliment
i:
Cours Spciaux d'An(|liis,
de Franais, de ttb-
iiiiiiiipics
Prdpxrathis G {artes dos jeu
ns gens au Kaccalaurul.
Prparations spciales des jeu
es gans qui se destinent aux
Sciences
,tur l'iuguiuLr
il Ttppeahniier
Invitant ceux q ii veuleot si isrrire
Me ftirj a'j n'ai Lit itiali ire i
sis tafia Hua I r,)u et Hteabll
c n '" : .11 Q.i'dinar ) ds S
h. a. m lh.p m.
La eoars spcial dAagUis s*ri
ouvrt nirtir 'u l l* : m Vu
et ee 'ni! i7 h. prcise* du mi
m
LAltrli, J*aii al Simed.
Les conditions sont exception
nslles. Veuille< *on lairrirs Ih-b
?itei Quatre mois sufRsert.
Il sera hant a^
Notre Dsine, le meratjjj1
bre courant 8 W<"
service solennel posf '
l'Ame de : r ,j_j
dcd Bordeaux (rw^
Octobre 19*5. *p
Les amis du *
fami'le sont pri *
Crmonie. |to( |
Le prsent avi m
vitalion.
a _---------
Mess.; de W
I n mercredi P-i-i
procl.uuil^^
unem^Me io w M
moite, de PterreF^^.
Cette messe sera w.
demande dun rouP"!
du regrett dapW.
<
. y


U MATi.N i jr: l
I iMiiM Sp Company ne.
k# oia 6*p;3atiea, <3kt De. 6faixf
gifc^ St^latc e^L attendu <$otL~
sjitrux- fe-3 ^Dcemtie. ptoc&aia.clf tepar
fc, mimo joui duecternmL pcwrfpoite
; Colomb inenanL fieL cl [Xtt^agm.
Lit* iincem 30 Novemu e W25
roiuinbinu Staamship Corpauy iuo
mri a, .u. Anents
INJECTION PEYRAKD
Depuuplat de 40 on gurit la BLENNORRHAGIE
et tout Ecoulement! rcents ou Chroniques
231 ARABES GURIS sur 232
(Extrait d'un Rjpport dti WMcim d'AIgtr)
Cm! U rimde uni a (guioart donn Im aeilliirt rsultats
EN VENTE DANS TOUTES Bn\*F<> PHAMMACIS
' 4XT* '
SPCIALITS FCYRARD D'ALGER. 46. rue de Grenelle. PARIS
gttaU Pi:uco. Pluuruiacic W. >r..< .1
wr it-j
Alnminuiu Liae
Mans a Southl. AraopicanSteamship Co lue
?roohaJn dpare direct pour
Port-a\i.pr*ir<-e "I-Iaiti"
wcmBie, proc&ata (KiecUnieriL paur^arL-
$ Steamer jcif aaaL tab 0to&-
iftartt fc> 22 courant, ^ra aux Caye^ te %
&*mlite roc&ain, aacc 25o tonne* vt* mar
anDbe^ Jacmet lo S aoec 130 bmu&.
|e Steamer M$) $ati
^(HL-au-^ancc-, te 26 Jlooem&ie 1925
A. de Maltais et Co
Agents Gnreux
Chapeaux de paille fine
Dern ire mode
''rie Caravelle la maison Albert |/ Cacha \ient
li^C*Voir un 8to<"k considrable de ehapea i\ de
^fine, trs fine, de la dernire mode
J* Maison voulant raliser peu de bnfice pour
"j* a ta clientle, vend ces obapeaux a un prix d
et toute concurrence du reste impossible, puisque
Jert Hacha seul a le si magnifiques chapeaux sur
leaoea uens amateurs de beaux obapeaux aocourrz
'joule chez Albert hacha: Angle des Rues du Centre
H Fronts Fort.
1
Vous avez toujours aim le Whisky 11*1
B Hig & toiles, nctt-ce pas.
Le Whisky naturel qui vient aprs llaig
and liai.) 5 toiles est le Kir.g William IV.
Savez -vous pourquoi. Paroe que la
garantie de qualit pour disque bouteille
dellaig and llaig est la mme que pour
chaque bouteille ce King William IV et
qu'on ne peut l'avoir pour aucune autre
marque.
0 SCOTS WHISKV
La plus graodo I iquidation
Y aille, {faille, yi l\
Chez Mv Abraham Fils
fa 3 ah on eu R w Mmrch*
.?JLu T'ent de ,aipp lln rduction de 27, o'otur son
ook de mvcliandlie en gnrale
dflentUm.u,U8 6n fUle 6t *V*D*Z V0lr leP*1* ueneiit toute concurrence.
i!liLqU-da,tlon a ooronno*P ta 18 Xovembrc pour
prendro fin le ,5 hoen b e.
Sada & Aflack
Bve des Front* fais
En face de >/>e du lia
Grand assortiment d'toffe pour tous les gots et
a des pris dfiant toute concurrence:
Trepe satin, Crpe Chantum, Moueseline de soie,
Soie lavable, Lnemise de soie, Crpon de soie, Cipe
Maroquin,LlPOti.frpe de Chine uni et fleurs, Battis
^e^!'tte. Simt.i, Crpe ftstore.Organdl.Sole
radium. Nansouk, etc. etc.
eJm7AVSite hai SaDA FrLkJtX, voue Cchfiera
compltement
Phctcgrcphi^ NojvjI^
1*57, RIE DU CfTHB,iif
h] f li fr if on et 11 Hue les Cas e
T'.KPHnVi: \o 773
AVf iio: OIJl^lH
Li Photographie Nouvelle avUe son alma'ile allen-
teie qa eue vient de ecevoir par le i Macorie i plus
ue >,OHI cartons du dernier chic Parlehn.
Mignon Mignonnetle. Fantaisie simple, l'a nuisis
de ux^, Impe lai. Scnes d'amour Hates de fianatl
les, < .artes spciales pour m&riages et acnsa de ta
mille de toutes dimensions.
tiile a reu en outre de jol'ej surprises qu'ells dis-
tribuera comme et ce o ns de Ho d'anne.
P.iot graphls Nouvelle romet'ra a to i e person-
ne pho o^raphie un Icket poitant le moulant de sa
oo nmande de photos Contre une valeur de 100 G les
en tickets l'Atelier d>nnera une prime de lo gourdes
en poitraits ou en espces au gr d \ client
N'oubliez pas que les travaux de la photographie
Nouvelle son! d'rn Peau fini faut l'atelier qu'en
plin air. M
Si vous ne venez pas a la photographia nouvelle
vous n prouverez jamais le doux plaisir de conser
f er un beau souvenir de voire vie.
Cour tou rensel ineiiienfs tlphonez Je No 773
Le fameux Champagne Laoson
Se trouve a Paris ilans les grands res.
'auranls el cals la mode, i port-au
Prince, il est devenu le lavori de la Se-
ri?l.
l'a \onl<> cbe7 :
I. !).( h..Piaul.1 CI,. .\. ,;.,JnSi L ahm
rl'll u-, ,*.Bo?MBI "w.Mro|jliiaiD, Alfred IN
Looke, Htel de Franceeto.
AaiGooeltaf : A. & K. Me Gullie, Itcii.hold .v'Co
Au Cap: J. hravi.ia., Ch. N. Javaui. *
\/aion Daccarell
Su? vous ciiois lue'ajues artlclea di oe quelle Grand Magaata
vieal de rejefoir raiie aoui voni eegig-ont viveaeal A nller le voir
Einr c qui! le nom 110 sufli1 pis. il y|( jhhIiI, le gaare, el surtou*
e |> u qui ioiI la baleta du trauc ei en m ne ieii|.- tt verre/ beau
co ip Le* ch i9tai| d* lii 11' de la m "q 5e ec' U plni m > i me ci*
ation lea cbapeibi de paille flae ebapei 1 melon de jolie rural chi
pe,i i\ il-! .11 m'-, 1 ii ipeaai ii' aij farai, r i eiii'nit. i.*s jjlies 'fiiiii- le* pour dnea el par pniei pour bonaaaa.
I u graml ch 'ix de i.i loi s c ulearr, le i ^ ma' n >, le ^ r^ uo t
et b'en manu- el il .nulle pour restmes l>< g leti il >l ch musettes
pou bi mmee, cam'eoles p' ir dame, 1 htmi ; li in< h m i pli m
autree ihemb-e couleurs,cbenue d htuffaur4ei chania w laeport.
De 1 c !i no. r i ie d< iu
tleuil el cooleuri iiiortimeol eocailel 1 irtii n piur in ri itea aiaai
que le \o\aK-s. valeacleoOM line po ir lirfrie, b rvirllei de UMa,
Damass pour n-ippe blarc el couleur, c Apu 'I uil -I toile liue pour
deuil. Dock blanc, ilrill blanc et noir, ki kj b'anC el jaune atc ett .
Tlsfl Royal "ail Si mil
I arkel Compam
Eu(i LE mSh a Co
Ayeuces Heprseulations
POllT-AU*PRlNCE
Agents ynraux de .
fteoker Jones Jewell
mtiijxxtg a v.
NEW-YORK
l''arin i llu(|ariau O 0 Houle Hou je eic
Fraiiklin Pire Insurance Company
NKW-YOI1!:
A---- ""' 0"tf e i*!ncendle
Diamond M ,l''' '<
Allumettes c Safe Home 1
0. S/ltiiMier ixporf Compati}
Souliers Hed*
Cl-as P. lallhnje/t- S Poissons' sals en tous uenie
Manulactures Life Ins'ce Cy
Aasuranoe sur la vie,
Suilhou Frres ('.n
Vins &3|Chauipagnc Bordeaux
ru, iii'.ymar
COPENUACiUK
eurre mois, fromage et minerve
aliment ! 1 H
W. S. latl.ews Et Son
Tahacs jaunes et olrs.
in. Ralionalt'
Sans Rival
Cigarettes fbanterle.e
Fnvols de Hetuc*
t e sleamer .luira en! ullaudii
Jarmil le 7 Dstmbra procliain.
ihuigeia loue les perta rel
tiers (iiiirtemenl pour l'Kuiopr.
11 Mu mpr Tabarss eal aHeadai
s li 'aul.le lljDcembreprarbsisi
Ii charasta tous leepo Uballieii
dire* ii un ni pour l'Ki 1 pe.
l'oit au Priaea. Il 2 Aovrinbre
t2o
I D\AI. KM .lr
,N;.m ile^nriil pour llaili
f-
ASTHME
'iJK Opprntlon, Catarrhe,
Sufocalion,
Toux n$rvtu$$t.
Jiiortaoi oaruiafi par !
CIGARETTES CLB
..u POUDRE CLRT
> i.lH'.Y. SI. 11 , am.rtl. P%ri.
Pourquoi vous devez acheter chez Marcel AUDAI1, &C
Achele/ voire Claitin Tierqe chez larcel Audain I*
*' vos Gin, Wisky ft liqueur 4;
" voire Rhum el vos alcools '* ''
M voire sucre hatien ou tranger chez
\olre Cal torrfi moulu chez
" votre Bire ( powenbrau Hambourg)
voh ?ms H Rofdam *4
Achetez ausni chez larcel Audain &
tte,
i
i.
i<
4i
la
\
fiie
parr
parce
parce
parce
parce
parce
parcH
p'MTe
qu'il provient des meilleurs terroirs d'Baili.
ipi'ils ont vendus aux plus lias prix Je la phrrr
que le marque.- qu'ils vendent sont d une puret: inqalable.
que leurs poids sont leqaux et leurs prix des plus vantaqeux.
qu'il eut prpar avec du cal de choix,dans ls appareils les plus perfectionne
que sa Iralcheur et son prix dlient toute concurrence,
qu'ils sont vendus aui mme prix qu'ailleurs, mature leur
que l'accueil q e vous recevrez sera des ;ihi< eourlois
N 1903 Rue du Vlagasiu de l'l.il


IX MATIN DlSfittbf 1*2-
_ ri ** "'
Voici une temiae agtc de 79 *uu
qui a Aie gurie de et douleur
X fp-, articalairw et DORSALES.
Tailleur
COrPE MOIHSRNK
pr^Mju en bc da Bizu
l^iropolitito
IVlpboiie 683
i'oli./i -f RINCE
RESISTVXfE OU F/ ASTIClTfi
Donne avis sa clientle <-} aux mdeJuS et au publ 1 qu a
trtiiiboru e son Laboratoiie a Ulg:e eo un Libir* tire >e
biologie applique iuui 1* Direciwii du
Xir Jflccl 01 1 Sjournt
la laboratoire esl ivei .. lea lOUTf de7hrts do nttHoi
Heures dusoir pot lo | reeherv. "hpi an* v; prvues d s
i'annoLCo ci |o?nu s 1 \, r .
Wfekt-eilhu. c ; tu. .-. .. 1 t i i r t
ie. Seruu rOfcuea (ju< ;e u.si b'hdutir <- ii 1 harm u pour ks rer sei.u u ei
4i:. rcnii.n el &uigaat!U)0(
bta ou u v. ineinini]
Heicit d de Triboulet,
Elan u du & uk et tu pus
tiaktn dtsiLfci.resici'es
txurjitu ce cracha
^Ibiirriino nfael t
Confiante UrnFerr rit
MADAME WILD nom crit :
" Depuii plusieurs anne* ]e souffrais it
terribles Houleux rtana le loi, dan* tout It
rorpa et dans ton* les membre : Je ne pouvais
S lus dormir ni marcher aH)r. j eus I occasion
acheter un llacon le PQnlea De Witt, el
r premire dose nie procura un soulagement.
Apres un ess.ii il* tn tellement luieui et tue* trnible donletui
antrieures n'avahat dj quittai X nn tel
point que j'tais devenue coinsaa une autre
femme. Je suis fige de 70 ani et, i 1 heur
actuelle, je me trouva en parfaite tante."
04, Worpole Rod, Wimbledun pr Loodre*.
Le symptmes ulvants indiquent ton* aa
sauvai tat de rein* : douleur* dorsale* ;
enflure de* pieds, des bras et des jambe ; urina
trouble ou cuisant* ; donleurs dam le* muscle*
et dan* le* articulations ; got di -.agrable dan*
la bouche, une sensation girule d'irritabilit
ou de dpression morale. Ton* ces maux et
toutes ce* douleurs aot l'avertissement de la
nature, vou* disant que le* reins et la vessie eat
besoin d'tre stimuls.
Le tmoignage spontan de Madame Wfld,
fait ressortir clairement I* fait qua le* PHsaas
D Wttt constituent le meilleur remde
viter ou gurit ces terrible* ffecUon"
rein* et de la vessl*.
Le* rultat ob 'tu par
/< trpU dm p tu> it< i *
net t ( tvp nsr.
Sup rtwll eut fe Me
fx a-ii&t q*e. eottra~Ju r-
ble, fl*? pi' toruud ITW
ejipi tifn u ; ""f;
typi lallo ;.
804-21
\_____
&a?i
Les Pilules
itt;
!
POUM REINS a VESSIE
Le plu* grand remde du monde entier
y rhumatismes, le* douleurs dorsales. la goutta,
M raideur des articulation, le losibago, U
pierre et ton* le* autres dsordres yrovogns
far l'affaiblissement des rein et de t vetale.
Les Pilule De Witt sont en veut dan* toute*
les plui manie* du inonda entier. Le grand
flacon en contient a fols ) lu que la petit.
Si vou prouves quelque ditficuU * veut
procurer les pllole autnentlqurs Da Wltt
adreuet vous ou rende* visite a la p" "
Alberrlal Kwsld, P, -.: a Prince.
I _
Comme ec nouveau lype de pneu, Jiperfisie> plu'tJaite pour b o.ber
chocs au moyen de so lasticit que pour leur r*M*ter nar sa solidit.
Ouand un pneu Bond ear, lait avec d**s iperlwist h-MirlH une fa
cable lafclii.ue c^de au choc, llclnt, sVlar il et r. tourne son t*t
comme une bande en caoulchooc.
Uuire Irui tflaslicii.le conlon qu'ils ollrent el la lacilit avec h pi II* oa
conduira Ici voilures oui sont quipes avec des pneux Gj.n1 T^rltit avec;
pmWUf, CeJ.putus soni des neiveide d\inlurai.ee et d conomie.
Les pneus G00(1 Year sonl les seules fabrii
avec le Supertwi.*.
Good Uar e*t sijnomjme de long
Thft Wesi ladies Trading Comp.
Port-au-Priiic<\ Gonaives
Cap-Haitien,
*
!-H QrjA.JTEPi.IX MODFRS.
fire$tone
rwriUi & TUjEJ
Soul les ineilleuis.
Listrais d'entretien dune autotm bile dpendent beaucoupfle laquht depneus
fanion *r$er'.. L pneu IBKSTONE nWijpas un pneu a bon march,cela eC
yen vrai mati tep r%t Vkwow ' d'- # Iminu* dur** <>t*e quai-'*' at4lflle
i'eopanion profg i b a*>avp t v <<> 'e ecou*(8 p-p
dot f itl ton/on t\ fjjV* u: e caUaotiii.6 l
Vi'iiK routtrry; m'n?ifriaii u;; te M0*llin6nl de i'.tetone Pn>n e Tub
Ebei Messieurs Luc-ani ft Del lerio, Capllaiien, F. Maurasse, "o.-de-SX, F. Ehriez, IVtit-yove, J. l>.
Conard, ^u\ Cayes,ou liez l'Aqent Gnral a l*oit-au prince.
MICCE
Rue du Quai
La uiiisou B.Silvi
C i. qui n'oat pa* en.ora va tes ja ies articles de fioeisj*,
. ir. -a m > si A'iiU t d ,ivout, dio leur iotit,M
,..,:r lie m m 90, *x au. ptrt ils ne peuveal troar
b.iux iruoltrl A dos (iiix raisonnables :
Nos articles sont trtim ni di toute beali et Ai fralcowr1
l liient oue concurrence.j
Voil 3ia cul.-iii' barres
lias dentelles
Bas soie orodee
Lias fil brod .:
'Tulle pour premire Communion!
Couvertures blanche et couleur sup
Handea-brodees Madera pour
cHemlees et |u>e
Voile blanc a barres
llatine blanche i j^j
(Gabardine blanche ^
crpon Diane et coiilatir. |oui
Voile et couieui uni
jnemist'Ues alletuandes sup.
rituaiit noir a guis
ai talion tu.le i'or *e
8-rvielt3s de toilettes blanc lie Ai
Nappes couleurs
Tapis cire blanc s.ip pourjtablt'S
Molletons blanc et couleur sup a
Peignes ivanoala t& a .".orioiir
rgandi blanc CCUir-ur
Lainage couleur anglais sup.p^urjll
Madras baises d soie pour chetili**!
hommes
Satinetta foulard pour robes.. nouVl
dessins
iMmaisi' anglais pr.matalas d>ublI
Crpon *\ carreau i de soie et fIo*!
Voile g.ng am.
aimables clients, vous qui v^uie/ porttf*
traii 10. >1ijs hdix tissus qu'il s>it p}
trouver sur cette place, ne manque*
d'aller ailleupi di pt*r fi'n4ndJ oi
iicceuil vous est rserv.
1 iO Kue des? Cas.
r
J
Port-au-Prince,
htm


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM