<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATH* i# ??cmorc i 01 ?" URODONA ,< Rhumatismes Nvralgies Goutte Gravelle Artrlo Sclrose Obsit Oui aut r*ler jeun" et Seller Uir!iumallmr.lilrclilemn>l de* rlre 1 •ntablenn-nl de rtins, le varice cl l'abAailu doit limine l'eicr* (l'i'We url|ue. ce po'ion de notre (ir|.iniimr, •I fslr .1 e ci. rVg -lUf d'\'HODONlL. J lave le sang %  l.'lndi'Hi?n pr.firl*. Jsn* tfit:.-.. t .M tl. I ari:ifl v.irf. • MM .-.•M tout s.T.pecM • ai % %  -"• -• )t deT!oppem*fii •!-. KVM* '.\*r t|?S A II |*rn>l %  • .1 • pr.K!ri*f. Il'" un lie •uni le Mil] f"e.>r J /* %  le. tion, c,n devra, inw tou uir* Clic:.*, (ulli-r irre ] ement • fr*queti.ninit centre rflcalisL d <"•"• WiqiK iSana %  .wi.iMf.v en n.iilaiiit I UrixKr.-i prstaateur r.i M, c EUDCr,".-n'n. . t Vi..-.c!ennri 'WJC r i pu. foi A L I RU !.. -. i tui • %  • ofi-ow. i V ..' % %  •>,. I,. iitalO-. Va! Min I W 1M "l>e. I Arittt-jdiii''. ( i --v-i'io. I a aava\so-\l %  •• canari M PI LIllTvvL umet, ooune. uimMfO, N rnfejm. nra .— Ml^l W Tl %  JLMAimtiMi NOUVELLES PAR TA BU 7 Crise probable •lu .llllllt'l %  oeltis P'LO.NhllKS— Le Parlement a M prouv par 881 veil contre 113 une pliliun des laboiistedesi ne attnuer la crise du travail. DaM les miliux politique* on con si ire M vote comme un signe de la chute du cabinet de M BaMtTta qui suait substitu par un gouver nemeut Libral. LONDRES— Cinq mille marins de la marine marchande se sont dc'ars eu grve en SIRe d pro testatii'o contre les mesures mi>ien vigueur par le gouvernement couservaleur. \ t d cflose dtt ntufrttlf du sOtis marin 11 LONDRES— L'Amiraut aanon ce que le scaphandrier charg d'exam ner la coque du FOU ma lin Ml ont relev les trace de l trave du -vapeur sudois • Vidar sur le fane du submcrMb'e d montrant d'une manire certaine ]a cauM de la catastrophe. Autour de la question irlandaise DUBLIN — Cosgrvprsident t Craig vice prsident de l Etat libre d Irlande ont eu hier une en trevue avec Stanley Baldwin, chel du gounnraent britannique au sujet de la crise surv nue tu sein de la commission de dlimitation de la frontire sur le point de se dissoudre, ce qui causerait un gra ve problme entre la Grande Brait gne et l'Irlande. Daladier Tigra le Prsident liiidenburg •gne les Irai es de locarno BERLIN— Vou llio eibug a sign les traits de Locarno. Houvelle crise polilique au Posiiujal LISBONNE — Dans Us cercle politiques on croit que le prsi dent de h* rpublique dounera de main sa d roi-sion. Duarte Leite, ambas a-le r au Brsil, sfra sans dout dsign pour occuper la pre n iie m gMiatute. Les cours ('onslilutinn d/dinitive du m nisti-e Irarirais i. loocheor appliquera le programme liuaocier de %  • faillaox PARIS M Rnand a inform le 'rsident de la Rpublique que la l he 'Iformer le cab net avait t plus lab rieu e qu'il le pensait et qu'il ne pourra annoncer ofli ciellemcnt sa constitution avant la soi^e. , „ . p.*. ait— Le cabinet de M.Bnaud a delinnivemenl t cons.tituco.u me suit : l'rsiclent do Conseil et \llaires trangres : Briand 'ustico : Renoult Finances : Loucheur ; Marine : Leygoeft : Instruction fubliquc Commerce, l'osles et plies : \incent (Ivgicne : Durafour Travaux Publics : De Mon/Je. Vensions .lourdan Agriculture : Jan Durand f'-o'onip" : Periitr |>\KM— M Riiand a prsent le minintre l M. Doumer^ne Le nouveau gouvernement est exti moment libral et dispos app'i quer les remdes raticaux pour rsoudre le problme financier. M. Loin heur, unni-tre des tinau ces a dc'ar qu'il adopter le prurarame de M Caillau, mai il n'a donne aucune indication quant l'impt sur le capital. Nouvelles diverses BRUXELLES — Le ParlemerM belge a ratifia hier le pacte de mo dus vivendi avic l'E*pagne.Le non veau trait sera mis en vigueur le ter Dcembre. VARSOVIE—Le Sejm a approu \L une dclaration rainistrielle sur ta ratili ation du pacte dmu tuelles garanties autorisant !•• chef du gouvernement se rendre Un ires pour signer le prolocale La commission des allaires tran i^ mti i .rrBfi.-r^ i,.,.. '.-^BBMETl Fouitl iiloiitf rfes lrspdfO's iv fetfki F ai l ire Pfrnis ff rrnlii'. 1er ln>,i Meurs du Seivire Saritaire potlenl un nouvel inito rre Ils ont le rarqne Llnnc, le dol man et le pantalon de couleur kaki. • fe nouvel unttotpf enstitue la pftile f itue r"e> Ir.^fcteuis,— pour j.arlr le lanpft-'e rri'ilaire, le roati.me btallfl ItW l ft ,er uc O Novembre PAKIS— Ster.iug ritauis NEW YORKFraaj Sterling 198 H7 25.00 4.84.M fflm du parlement a approuv par 19 voix contre 5 la ratiucatip souffert. OJ croit due cette caastiophe ait cot li vie des millie.-s de personnes Varies Ce Soir Le Jusque aux dents kkpkBi Se, e et 10e puodet B ) oentdraaa A l'Ecole E'ie Oabois Jaid, :i ) embr', PB oie B I e Duoo commmorera Panniv r %  aire de on aa>ni Patron, S..Ut Pra .os Xavier. A cette tccasi n.ilser. clbr, en la chaoe* e d< 'Ktab ssemeV ;. b. I/* du m J i ne m u pour te public . t. U. 3 i uae lecood* me e pour le> divee, LP* Assises zard Pcni est[iqgiit Noo* annoncio is a no< lecteurs il y.a deux moi* Pas-assinat de Jo sepli r.lempo Pardi, enseign de va'sseau de la marine d*> guerre des E'ats Unis de PAmique du Nord, et la dcision de la Cour Martiale, qui s'tait dessaisie de PRIT dre, de la remettre la justice hatienne Hier matin, 10 heures, aprs la dsignation des 12 jurs qui de vaiont dcider de *a VP, Azard F mi s comparu par devtint le tribu t'R 1 cr>wiinel. Il est tout |eate; sa mi sim P'P, l'inenhrenee des rponses qu'il f it a,ux jurs, l'motion trs apptante qu il ne peut pas domi ner, font de l'accus un apsassin qui ne parle pas, de qui l'on ne pont ri< n tirer. V nie avoir tu H s'est battu: il a U frapp, il a frapp saus inten lion de donner la mort. I 1 vou'a vrpger un compatriote qui avait ' maltrai par la victime. Il in y Que la lgitime dfense et la lgi time dfense d'aulrui. L'auditoire manifeste visiblem-nt en m faveur Le Juge Lator lue. Prsident du Tribunal, ordonne deux fois l'vacuation de la salle et suspend l'audience ... Pans l'enceinte se tiennent entre le sifge du Juge Prsident et celui du Parau'ti le juge Strong, conseil juridique de la Lgation Amricaine et afr Cumberland, Corseiller Financier. Tous les avocats du barreau de Port au Prince font prsent, (ils o n ipent leur place habituelle), et d'autres personnalits maruuan tes parmi lesquelles de l'onseiliers d'Klat, le Prfet de Port au Prince. Les journali te9 et les stnographes occupent uce place indpen darte gauche du juge Latortue L'auditoire se tient au del de Ibmicvcle. V insude par moments pour y pntrer. Ds gendarmes pinc chaque poite et aids d'Officiers de la Gendarmerie s'y opposent. Il est oaat heures tl demie, L'au dience est ouverte. Vis a vis de Paons se tient le j,, r \ — qui t ainsi compos. H. Lafeur, courtier, V Beauvoir, avocat, M. Millery, journaliste, F. Astre, courtier, H. Chan cy,|rfnuer, M. Liautaud. avocat, F. Duvigoe ui. jiurnaliale, A. Faubert, cemm'tint, E. PaiHt ot* la vie ... Qbrjfta Rwii'ifville aue le pr venu avait signal k la PoPc com ma tant le m-urtiier arrive en suite. Il avait c eu'ement reu l'aveu suivant de Fcui : j'ai tu un ara ricain ... Puis h Dr .lourdan, mdecin PHoital. qui avait examin l'acou se aprs le crime, dit que Fcui portait des contusions bnignes et des tches de sang au visage, mais aucun indice n'a permis de SUODO ser que du sng avait cod de la bouche ou du nez lu nrven'i. La eertifrat du Dr .lourdan est relu l'audience et aucune contra diction n'est signa'e entre ce qu'il contient et les nouvelles d claration du Mdecin. |4|M*tf*l An'oine. p'ia ipal t* inoin du crim, est entendue. Elle revenait d chez. L ip,-/. Ri • vera accompigne de Beaujour et de Julie Jn Bart. Fcui in ter vint sans raison .lan la lutte qui se livra entr B*eaajoor et un amricain. Fcui frappe le pre raier. Celte dposition d'un vrai t moin du crime est contraire aui allgations de l'a -cus et branle sa dfense. Mais F'cui maintins)! se* pre mires dclarations. Jul In Bari* d-Mixim* tmoin important, est ertendue File croit que la viclinr avait port le premier coup \ Fcui, m is que la victime et-il saoul ilvviiit B au'i'j tr ni* avoir t battu II est parti d Pinlerv*ntion de Pcui. Il portait des tAcbe de sang sur M* li-bits Fcui avait re u le premier coup Puisqu Bausj ur avait fui d'o proven i I le sa> g remarqu sur son linge, d mandant les juis. Le Ministre Public ( Tribi et U Raymond ) et le Conseil de lac us exp iquent de faon diff rente it fit-au tribuat!^ Puis le dernier \v.mo\n''pb M Cbiuvel) empirait 11 afli me que Beausjotir a l battu et que F cui a intervenu sans avoif t trap p par la victime — qui est all mourir loin du thiVitre du frima. L'audience est ensuite c usoen due pour tre reprise 20 minutes plus tard. Les dbets g^n^raux sont ouvert[ Il est op/e h '\ir* ). Le Commissaire Tribi 'pend le dpositions de toles t moins II carte le conta-liclioi rem rques entre'es d^po-i'ions orales et celles laites \ l'inslruc tion II croit a lu rolpabllll de F cui, et signale le la lie qu'il est pour avoir dnonc, un camirad. I orsque F ui arriva pour d ferdre Beau-jonr, B iisj. ur ne co rait aucun risque B o, Mijnur lui mme I a dit a x iir s... Le Commissaire T bi rclame avec conviction ^u Jury un ver dict rie c^ndmna'ion Puis, Me Rampv rtopeMe t us les lapai de h .-i se, ir^ un bis torique d'aill de a ivre de l-Orcupation Am'rica ; u* depuis 191. Le Juge La'ortue transmet en dernier lieu les questions dans l'ordre suivant aux doaze jut : i Fcui st il coupable du crime qui lui el reproch? 2 Y a t il des circonstances att nuantes.en sa faveur ? '.] K t il occasionn des blessu res a la victimes .' 4 Y a t il des circonstances att niiantes en sa faveur ? \ minuit exclament le Prsi dent du Jury. Mr R. Lafeur. lit la verdict qui rpond ngativem-nt la premire et la troisime que? tion A/.*rd Fcui e-d ensuite libr pa:* le tribunal.. du Gouvernement, Me Emt Franœur y rpondit; puis cil le tour du Conseiller d'Etat "" Beauvoir qui exprima, en heureux, toute la sollicitude i Gouvernement pour lt ville Port de. Paix. Le Magistrat omrauoal ren en faisant re marquer qu M. I esl le premier Chef d'Rlat Hl qui ait pens doter Port de f d'une belle route, d'an Beajl" d un lyce LePrfaUtou I au nom du GouvernemstL etl nouvelant l'assurance taelot la Ville sera l'objet delaviw) lie' lu le des Pouvoirs Publics. C'est bien tard que prit liai charmante, runion. Un mordra U s'agit du Cipitaie Hoi sympathique reprsentant Pnited Fruit Company, f Port de Paix trois heures i prs midi dans nne auto I dernier model, accoa^ajas Mo sieur Santiago MaWsJttTM I chel Luc, Monsieur Hoetll* aller au Gros Morne ^J de Monsieur Celestimol qi visitait pour lt prsmw j Port de '"aix. A minuit, tlptM cienne route coloniale, Itiear nouvelle route qui n'est paadal il a pu rentrera Portderwd la machine sans uoe pt remarquer qu'il '•' *' r Gros Morne prs d'oie %  demie de temps. Port de Paix La Sainte Ccile Dimanche dernier. 22 Novara bre.la fanfarePUNIONcommmorait l'anniversaire de la Patronne des musiciens Sainte Ccile. A cette o-casion, une assistance nombreuse et choisie rpondit l'aimable invitation du ^rsident de PI MON. M Archimde Beauvoir." On y remarquait : le Prfet Lanou* le Magistrat ''.nmmunal V, Turanne Saint Juste, le Cnmnr's saire du G'iuvern j ment Me ED.. ni • I Franru'ur, I %  • CnnsciPar d Etat Dr G*fner Baiivoir. M. Ple^tino Bnc.omo, Charg d'Af laices de la Rpuq'iqu de uba, la R. P. Le "ihain. Cr de Portd Paix les Frre* de I Instruction Chrtienne, etc. eto! Au champ gne, le Pr dent de l'I'.NIO.N pronona un discours qui tut trs applaudi. Lt Commissaire. Avis imporH II a t gar, lundi 13 > bre courant, un album i phes. intitul l** <•?# tt (onalt.—tConhdenctSt C'est un petit liera F*' d.s toile roige cbegrttr t onfi au nomm huis er du Pon" d tre remis Me propritaire. Une bonne rt-—-r donne a la perfoonM^ tera tu bureau do H Parisianj M#ro KL |u Thrse .e rM Entre : 2, 3, • Ot 1 Jeudi VIDOCOJ Pour la soire i A t'Fntsnt Je** •" red1 fcoJV tborD -< de faveur, tt Jj wnt pa val-blatxS



PAGE 1

0 I II.B l Pour fa fia de l'anne, il vous |ai|j me* dmes et m s*i ui •; *erviell<>s le bain, en je de chine,cr pa GeaftHftte ,r |ia ma • o. in. de toutes nila\neta a r.retttDD, dnll (le to tes c uleurs chapeaux pour hom <>e et dames, toile drap etJ nappe, liabar dine pour homme?, Sou liera tennis,parfum* iity, I lonbui .ut cii.m t > riteet ban d* siie Eh bien -'ous Couverez tout cela c h z Joseph Pouiol 473* Hue du Magasin de l'Eut, P,avenir vaut nticu que uehr. Cl prA'-'i'"' >''' "> leKll*. ; '' %  t\oltnf '•' $" vioti de voir peau M9C du Svoti L.f.-buuv l'ffpl K* moytn l pl-w .•..:*... I* plu "f c 1.' plu* fjfle KI. i COta battre • %  %  Non seulement :!.-. ll.i.; | juper '• ^••' %  •ne*niai* cet! iindr*jv,>ic> IM pu* |pleet|i -\.n % %  _^ oient ; *m*s et' icaeft The r o yal lail Stem Pieket f Ompany •SAVON HlSYil.O fine des B ontt-borts JSi s 113 M i I -115 lie Uxll ola Ca-[>-3£dtica, <$ott k^ rirp,l*> 30 Novrmb *W9m ^ „ Colombian Steamaliip Coinpain Jno. < etara a l'o Aueots •- i / ampar /7? Cfc ; le steamernCulebrd vn ni de Jacmel tt des poils du sud. est attendu PeH au Hnnc, -.-m di ta i'i:i. tH courant II unrli a e n^me j >ur pour le* porii lu uori tl l'iMlli | r. Le steamer <.l\ ra ai! al tendu .lirmel le ; Dombre p'orhain. |< .'ha'g"m loue lepiftl bu total dlrecleroeoi pour rKmop r L U*D*i T-b.r.i es' attendu a ) i mel le il Dcembre prochain. Ii (lia-gr< loua es pu UhaiiieM l ractemea.1 ooot l*Eur>pe. %  l'orl au I rii ce, le -Jii >o\embre 9i5 J DV*L n ER i Agent gn'al pour llaili %  cealumea de ce ria > %  •< %  % %  i 8m ckiag Ji ? uet M R i ^o s aie, la COfl • ti t il t de experts sol ftffct. Le> eli n r i-o'venl gt.ii %  Itneiil ava rhiipje r j n a dici jj ie oeii turej .1. IM, II .ii en CUir eu brin n avd l< couleur du Goalum cofluneed c • % --i mu ie d 1 i.e bo > e n m ^ rantLn 1 •> nt iu iu-i(.'.-s 11\ eu \ les ili les du c lents 0 1 'us g 1 • (J:| • 0000,1 %  '•'• 1 u e 1 :' prinaa et H co 1 1 0 ilu4 s p r le repres n Uoi Fi-'.no-i LKTELUBR, 119 'ue Buiiu • IV, Port au Prin ce II-ili Letcomm "d's so.it rem : es en m jius de iO J..UIS. des n u Mo des 1 s But %  ftMeU il | A LlVhil ' du N veo&bra 1 > •, Hiver il ttiiute ( ami le >' \rai # L l'rim > %  • %  atotlda et Tho ph'V 'i u i r Comte Primoli M Ri %  > >. Vie ,rs.!i Ji. T. — Vie de (.1 ateac. M rsise. L< m1. Leilit -..1 t l'roit de H p< nse.. G K m 11 • \. Iteviie Liflrajra h der .1 t Sopliie V'oliapd V-dr lhai ni.r l'hroO'U e de la Huii/ti'e.— His ore Po^liqur.. Ren l'inon. PRIX PF L'ABONNEMENT Cn 111 S nuit rrois m i. Paru Seine Scfoeei O. e 80 lr 41 I' ai u jo Ui|>n .(.m %  ; %  • ci Colonies innf Im Hd 44 lr J fri Kiranger 98 lr ;o a6 Lu tbonneinems partenl du icr et du 15 de chaque n>oU. l'R'X PL' NUMEMO 4fr$o On iioi vera chez Vile i\i H Dj n RI.'liUnl'X No 3u C. u a uvsure pour enfanls 1 dOll r ( Itlornan de soir, l'aune 1 dollar SaL ri de soi> ,i I dollar Tuile hrod pour l'tnpii' c-ment 1 aune 01 t,6ti Abats jour pour |ani|'8 lectrique, (1.4 l et 0 50 S mtoirs touf es couleura 0 .">0 et 0,70 lu u 1 e d'oreilles w fantaisie o..">0 el e.60 PeUta v-nl-tils en s D.6U Il lrn> d clsoi > I or f q ira lav* oir x ;| . i\ 2 l^ .a 1*4 .• m;. y t' i i l'ini e iicirio 81 vole es.restreUi A Itrante a la ^Unique L M OU. <-hhjhdes Huis Des urhes n <, \t av n. l'honneur I p'.rler i* "M i ai c de a M d uns "' lel '' i (| il fial d* • la h • eiuLut u Graiide Pbmmacia du Gobe, attenante a li | %  oicou. I*r U Irai heur i'es pr< duila •! par..s ions app Mes Ptx^cu ti n drs oi.'onnances uii'dicale eau* ihi in me ^e. neaurataie d une i o 'ojtr s, c a!e. st//i i \ aval c &f -4H*-^8t "^ ALIAINIJ I Lii\E Ntw-rlans^ South AmericanSteaaiship Colnc fioohin dpart dfrmot^povir rort-au Prince r 1.,, i, auc f tmee. ie eSteainer <^jeif a :l aar. iaXtoi %&* Odette lo %% caarant. UTS aax Ca^ct (^ % SDccmliie proebaia atec %50innu if, m-ar cbanDi^, a facmd lo $ aoec iSo otuu. Xc Si mur c>L tenb Ui^cia %rdilwi fa il< ticum&u fi>oaia paitr bm to pa; b 5 4 J£afci t ^ott aa-^ilrvcc, le 26 ^taucrrv&i^ 192.' A. de Malleis el Co Agents OnrtuW \. de Mal tes et Co



PAGE 1

MATIN— 1er Dfsrcbro 102". Voici une fcmiae gee de 79 qui a t gurie de se deui articulaires et DORSALES. RESISTANCE OU E* ASTICITE Tailleur COITPE MOniPM' 1515, Itfc du IVnpipresqu en tac* lu Baz r • ftronolitnin Tlphone 683 l'OHT./r-TpiNr.F LUI atoune avis sa rliontoloet aux me\leoi:j8 et I qu \ a trtursornft sou Laboratoire d UIo^:e en ui Labtr tlft e bioloflie applique sous la Direclicn ' rtlicoi et F. Sjourn JM l a borato ire Hl ouvert tuali i jou : d-i 7 lu;: .l,i matin 9 Mnrttjdotoir peur louti i Lee recherches m Brniyo pr ne d aannouc. ri joiutn, liai |).nTe Wasst-iiuaii. el i co.iaaOr, j son I O^OMJO d achattr un flacon de Pilules De Wttt. et la i>rsniere dose ne procura ua seulagraaai. Apres un t*sai de trois jouta, je aat seatssa tel'inent IUKUI et aaee tefifassa douletn snwrirtires m raient dj quitte I a* tal poiut que j'tais drveaue oueuanc une aulaa leiniue. Je luis Igre de 7t esta et, i 11 actuelle, je me trouva a parfaite sant 04. Worpole Boad. VTimaledon prs La lyuipUaaas suivante iudiquent tous M laanvais tat des aaists douleurs d -ii.lt enflure des pieds de* bras t i: jaaabe | ada* troubla ou vuisamta ; aoultaidai. Isa musUes et dans les artlculattaas goal dtsaoeable dan la bouche, une —lalais gnrale d aritabu on de depreenun majalr To'is caa m&az et toutes ces douleurs set l'avrrUsasneat de la aatnra, TOUS disant que les reins at la vessie aai besoin d'tre stimulas Le t*asoii>uage spoutan de Madame WU. fait rassort.i i .auem-nt la lajt qna le Pflalaa De Witt M.mml le matUeur remde ] vilat a faerir caa tarr.eres afleetBna tej itstU vesat Les rultat obtenus par lemploi du Supertwist d ( w~ tient la rponse. Supertwist est le cable ex tra- lus tique, extra*durc. ble 9 labor par (wood Year expressment pour la cons truclion aes Pneus G >od Yea type Ballon. 2n Le* Piluiea TT; POUORFIN? AVESSIF IA plus itiaad isamV a aamitls aiitier fana ya cbiunatiamea, les dvulevr Aaaaala.', la goatJa> la raideur sVea ar'ieruJ•."..-"., . tonard, 4"\ Cayes,ou chez I A<|ent G/nrial a Poil-au prince, Rue du Quai La miisoi R.SUvera Ceux qui n'onl pentore vu lo* joies article, ,te "M"^ 'jjj de recevoir.U mahoa H'.N KRA .1 ..vent, daos leui ^• { ^^S de pa Mi r a celle mtio-, .:•• nul pari ils ne peuvent trouver aeti* ttriHUK arlic.lea de* plis raisonnables : Noe articles sont uum m d. loate heant et te frai-beur etaes p il leii.ent toute coDcurrence. • Voiles couleur barres lias dentelles Has soie orodee \\*% lil broda l'aile pour premire Communion* Couvertures blanohe et couleur suri Mnndea-brodea Mndera pour elle mises et (upe* Voile blano ;i barres I\Htine blaucbe (ialiardino blanche Crpon tolanoet coulsiir joui Voile et coiileui 'uni Jhemisi'lles allemandes s\ip. Braoant noir aaglalsj Imitation toile ecrue Servieltes de toilette blanches &oouleUT Nappes oouleurs Tapis cir blanc s.ip poui-^tables Molletons blanc et couleur sup. l'oignes franais & a -nencaiu* Organdi blanc t& couleur Lainaue couleur anglais sup.pour Jupes Madras a ban s d -;oie pour chemises m honime ..atinett" tonUi-u pont robei nouveaBi dessins ilania-H anglais pi--matel.is)d)uble larg Crepon \ carreau do soie jat a fleure ••• Voile ginc^tiam. Aimables client, vous qui vtal porler,ipe lr.n> les olus IVH IISSIH qu'il sjit pjiible •' trouver sur cette place, ne m inquez P as '* d'aller ailleurs ch piss,r C\>J. n^h o;*i i meilW' acceuil vous est rserv. i 110 Rue des Cia-s. Port-ao-PriDce,



PAGE 1

R 0CTStJB PROPRIETAIRE • \HP3IMEtlX hjjiDCiit Magloire BOIS VEKNA ||58, Ru Amricain I^R ^Q CENTIMES Quotidien Me parlez jamais de vous m en bien pane qu'on ne VOIH croit pas, ni en mal pa ce qu'on en croit plus que vous ne voulez. Coificiis TB BPHOMI Hr 2.2 ,ANNES No 566'.i V R^ Ali l'RfNCS H*ITJ ) MARDI 1er DCEMBRE 1925 probit professionnelle iur du journal Ll MATIN icer Directeur. ma prcdente lettre. (de l'absence complte le protesMonnelle ch' z ilistcs de l'opposition, iieut pas, en tllet, contre le touverne I accusations les plus _pjet Itsappreci.horia les (roues. Voulant nuire, urent aux mauouvres l comme arme rta cornI propagandes f.uisrs dans leurs feuilles la pjpublicit'•. ,j saurait mieux fixer la [de lt probit profession I journalistes qu'en iv Dl cetie anecdote de ut ouvrage de M' St(LluzaMie Sa Majest Mit: Lmnd mrite des dpches m, dit-il, est qu'elles 1 oublies sans addition iication d'aucune sorte, j ^indication rigoureuseructe de leur lieu d'ori[ de la date laquelle mot partit s. Les rglea cet gard, taient de John Oelane. qui 3? ans rdacteur en *Iunts> et qui ne quitus* fois W journal avant ft complet' ment nn %  Jtqa'il ne l't ui parcojru ire jusqu' la der fit entrer dans son le coirespondant de l descends du train, lui idnter, el je >ous appor infermation du plus liant tVeuUItz lire ce papier... piit connaissance de l et convient que c'est en %  nouvelle de premnr [niera, lait le correspondons laisse cela. Vous ez dns le Latest luit Dernire Meure >,en I d e bu-lin. !• impossible. MDeui? Impossible? lible, rpta Delare. M'MpasdM Lahst InUli lots historiques *. U l'es qu'as mot ! "•s aprs la mort de Jules m*tua ei Cassis lui eut **r Vutoine et Octnve pisesde Philippe. La tant perdue ; et Plu te que Rrutus, chAp > et dsespr, leva le ciel constell d .' %  ta : •i tu D'OR qu'un mot • de Mort *** JO ont t hier Du *eot de rpter les n les llicitati.iQ les ffut i a des bndiction du Trs Saint Sacrement. Aux Assises Depuis hier. Monsieur le Doyen du l'iio nu il I'. -i ai ve lasnine pour viter l'encombrement qui eut lieu pendant les prcdeutes audiences du Tribunal Criminel a pude svie.' mesures d ordre. Tous Us assistant* sont iuv.t -s rester dur,4 la salle rserve au public. Ne puuvent pntrer dans le prtoire que les voeftta et les journalistes qui des chaises ot rserves autour d une table. M. le Juge Strong, attach juri di^ue a u Lgation ameneaiae, accompagn d uu iaterprte et de deux etenograpuit, a suivi toute l'audience d'hier u cours de lajuelWt'ut ju|# \ird tkur Allez chx Christian BOX 322 Rue de Fronts-Boris TLLIPHONE 6):i O vous trouvera/ llierry Brandy. AnieeUe, Cmc^o l'ippermi >t, Orgait et toutes le liqueurs superfines Laloool pur est seul employ dans U fabrication de* FAqueiirn Christian BOX ( in peut dguster dan l'tablissement. Itiluction de prix pour plus d'une bouteille. Rttboto important PU T\ .. PelilP rhroni|ue L'Heure du Souvenir LES MUSES Nos lecteurs ont, saus doute, tous lu les pisodes Je graves v nemenls qui se sout droulas dernirement iLim t-capitile de lu S>rie. Cette sanglaute chaufourue iibli gea le CjuvcTuement Iram/tis k rappeler le Gnral Srrail, et amena l'iutervenlion des htats Unis dans cette question syrienne si complexe et si embrouille. D o sortent ils, ces Druses que celte troublante aventure vient ae metlie aux premiers plaus de l'ac tualit Du Hhanat de hliiva, r .niriM l'indique une de leurs ira ditiuns, de l'i\rebie selon d'iiutres dires'.' C'est encore une d conquit eut, ayant pour eux le nombn. mais ne les u -MM v in ut nullement Cet g >illards n'S p< ur se battre testrent a peu prs mat res de leurs destines, mme q .aud le conqurant les ira qua en I5§8, et se dvelopprent en hommes lih es, tiers tt peu en di.ra H Ces dmc volonluremenl qu'ite embrassrent, au dbut du Me sicle, la re igion qu'ils ont encore. Longtemps ils s'allirent contre retiuemi commua avec leurs voi s'ns chrtiens, les Maronites ; mais d invitablee rivalits disloqurent ce bloc en 171!). Depuis cette tpo que. Us deux population, viuren* dans des inimitis q l'aggrava vers le milieu du XIXe sicle, la dispa rite de leur c.oyjnces Trs bahi leme .t, les Turcs prolilrent de ces dissensions et attisrent la fureur des antagonistes; de lu ces massa rres qui ncessitrent, en ISliO, l'intervention, d ailleurs illusoire, des puissances et l'envoi de trou pes l'ianti.-es. C'est leur airive qui provoqua un exode de Druses dans ce Djebel quM s ensanglantent aujourd'hui Les causes du conflit sont connues, la religion n y joue aucun r e, du moins patient: toj lefu s, comme elle exalte l'orgueil d %  • ses aieptes eu leur promettant la domination universelle, voyons OH pu 'A Wi 9l'f "Liste : L, i doctf tue des Oruses, o sans doute se fondent quelques bribes des traditions soLnques, reposa •ur la reincatnation: ftlle ne con natt ni pch originel, ni paradis pour justes ..i enter pour ml chaut C'est eu reprenant .te. enveloppes corporel es que les .mes reoivent leura rcompenses ou expient leurs fautes: richesses, autorit, beuul, attendent ceux qui >iii rempli leurs devoirs: aux autres, les maladies, les souffran <<:-. l'esclavage. Mais les coupables pp'tvenl se racheter par une vie, pur. el leurs lus dchoir la suite d actes indignes. Toute me %  ortie d un corps, se trouve attire pir le Luide astral aupts d\ u autre c irps en formation: t, corn me dans tes phases antrieures, 1 inLuence des astres conditionne la vie des nouvelle,, cratures. Ainsi s'explique le jeu des rincar u.i : mou btations qui, bien en leiiilti ne laissent aucun souvenir aux mdividus ordinaues: seuls, Us initis, pa; viennent degr par de^r — neuf en tout — con nai re tontes choses et eux mmes. Il u i-i aucun Druse.qui ne soit en puissance >\ %  s'initier : maie le pro^ramm-t exige que le candidat soit, mari et de mes. ni aux chants frivoles: aprs quoi, il lui faut satisfaire certaines preuves En attendant l lienre gl lieuse, les Druses jouis sent d'accomodamtflfta dans Peter cic de leur religion : sjournent ils au milieu de musulmans, ils ont licence d'imiter les prescrip ti [ h e dangereux : li rverie. l.e souvenir, ai je dit, leproduit lid'.em ni Us heures vcu s II ne comporte pas 1 esprance car rien, dans es faits rappels des limbes de ta mmoire, ne saurait plus tre change, mais les regrets qu il veille peu vent i'tr<, pour le prsent, uue le m utile, car les regret* sont tisses d'expriences, ce ,qui nous permet d habiller clucune des heutes mesure qu'elles s mnent dans le temps

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06588
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, December 01, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06588

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
R0CTStJB PROPRIETAIRE
\HP3IMEtlX
hjjiDCiit Magloire
BOIS VEKNA
||58, Ru Amricain
I^R ^Q CENTIMES
Quotidien
Me parlez jamais de vous m en
bien pane qu'on ne voih croit
pas, ni en mal pa ce qu'on en
croit plus que vous ne voulez.
Coificiis
TB BPHOMI Hr 2.2
,ANNES
No 566'.i
V R^ Ali l'RfNCS H*ITJ )
MARDI 1er DCEMBRE 1925
probit professionnelle
iur du journal
Ll Matin
icer Directeur.
ma prcdente lettre.
(de l'absence complte
le protesMonnelle ch' z
ilistcs de l'opposition,
iieut pas, en tllet,
contre le touverne
I accusations les plus
_pjet Itsappreci.horia les
(roues. Voulant nuire,
urent aux mauouvres
l comme arme rta corn-
I propagandes f.uisrs
dans leurs feuilles la
pjpublicit'.
,j saurait mieux fixer la
[de lt probit profession
I journalistes qu'en iv
Dl cetie anecdote de
ut ouvrage de M' St-
(LluzaMie Sa Majest
Mit:
Lmnd mrite des dpches
m, dit-il, est qu'elles
1 oublies sans addition
iication d'aucune sorte,
j ^indication rigoureuse-
ructe de leur lieu d'ori-
[ de la date laquelle
mot partit s. Les rgle-
a cet gard, taient de
, John Oelane. qui
3? ans rdacteur en
*Iunts> et qui ne quit-
us* fois W journal avant
ft complet' ment nn
Jtqa'il ne l't ui parcojru
ire jusqu' la der
fit entrer dans son
le coirespondant de
l descends du train, lui
idnter, el je >ous appor
infermation du plus liant
tVeuUItz lire ce papier...
piit connaissance de
l et convient que c'est en
nouvelle de premnr
[niera, lait le correspon-
dons laisse cela. Vous
ez dns le Latest lu-
it Dernire Meure >,en
Ide bu-lin.
! impossible.
MDeui? Impossible?
lible, rpta Delare.
M'MpasdM Lahst InUl-
i lots historiques
*. U l'es qu'as mot !
"s aprs la mort de Jules
m*tua ei Cassis lui eut
**r Vutoine et Octnve
pisesde Philippe. La
tant perdue ; et Plu
te que Rrutus, chAp
> et dsespr, leva
le ciel constell d .'
ta :
i tu d'or qu'un mot
de Mort
*** JO ont t hier Du
* *eot de rpter les
' n les llicitati.iQ les
ffut 'iades |*ksurmontant les p us
rjtlLU.ti, a pu y riger
m* chapelle pour Saint
* cependant encore ina
ilir vou Cur de Lo
lu, vou Cur de Lo
Nu ,P?,8*ot "t'Pe' tous
^i.i Andr lin que,
peux concours, lueba
rt,rt soit compltement
R
licence puisqu'il n'est que qua-
tre heures de l'iprs-midi et
cela nevient pas de Berlin puis*
que vous tes ici...
Mais il y aura les plus
y rave inconvnients ce qu'on
sac lu que ce uest qu'une dtp
che etque cela ne voui a pas t
tlgraphi de Berlin.
A'ors, reprenez le train,
r< tournez Berlin et tlgra-
phe / nous votre papier de l-
ha.-.. Mus jam ;s, moi. rdac-
teur en chef, je ne donnerai
comme dpche venant de Mer-
lin un article qui n'a pas t t-
lgraphi et qui vient dj Lon-
dres-
Il fallut en p;.sser par la vo-
lont de DtUMt Kl l'informa-
tion parut dans le corps du j mit-
nal avec la m ntion entre cro
chets : De notre corhespon-
uant de Berlin, actuelle-
ment a LoNurus.
Comme nous sommes loin
des fausses nouvelles des Pou-
cet, de U notes perfi les et
mensongres l'gard du Pr-
sident lio no, des inlormations
inexactes et ridicules du m-
dium du Nouvelliste , dts
combinaisons grossires de Mo-
ravia qui attribue aux fonction-
naires et amis du Gouverne-
ment des ai tic es fils la r
daction du Temps '"
Quoi l'tonnant que les jour
naux de l'opposition n'aient au-
cune ififl ience sur l'opinion pu-
h'ique et aucune emprise sur la
po'iuque actu Me Q land
ou rflchit aux ellorts que n-
ci ssit nt les principes, aux sa-
crifices qu'ils entranent, U
volont qu'ils supposent de ser-
vir l'intrt national et l'intrt
publie, on comprend l'loge
que pronom; i sir B- Lyttou en
plein Parlement:
Messi urs, si t'avais
transmettre aux ges futurs une
preuve de I civilisation anglaise
au dix neuvime sicle, je ne
choisirais ni nos docks, ni nos
chemins de 1er, ni nos Jilices
publi s, ni mme le magnifique
Parlement o noue sommes.
Non, il me suffirait, pour don-
ner cette preixve, d'un simple
numro du Times .
Toujours vtre.
RFiODO.
Pour la fte de 11mm i-
cule Conception
Depuis h er a commenc eu la
chapelle de l'Hp tal Gnral la
neuvbiae prparatoire la fte de
l'Immacu'e Conception. Il y a
messe, chaque matin, < heures.
ht le K Dcembre, l'anniversaire
de, I Immacule Conception, sera
ro nmmor avec le plus pompeux
apparat religieux ; il y aura messe
solennelle suivie de 1 > bndiction
du Trs Saint Sacrement.
Aux Assises
Depuis hier. Monsieur le Doyen
du l'iio nu il I'.-i ai ve lasnine
pour viter l'encombrement qui
eut lieu pendant les prcdeutes
audiences du Tribunal Criminel a
pu- de svie.' mesures d ordre.
Tous Us assistant* sont iuv.t -s
rester dur,4 la salle rserve au
public. Ne puuvent pntrer dans
le prtoire que les voeftta et les
journalistes qui des chaises ot
rserves autour d une table.
M. le Juge Strong, attach juri
di^ue a u Lgation ameneaiae,
accompagn d uu iaterprte et de
deux etenograpuit, a suivi toute
l'audience d'hier u cours de la-
juelWt'ut ju|# \ird tkur
Allez chx
Christian BOX
322 Rue de Fronts-Boris
TLLIPHONE 6):i
O vous trouvera/ llierry Brandy. AnieeUe, Cmc^o
l'ippermi >t, Orgait et toutes le liqueurs superfines
Laloool pur est seul employ dans U fabrication de*
FAqueiirn Christian BOX
( in peut dguster dan l'tablissement.
Itiluction de prix pour plus d'une bouteille.
Rttboto important pu T\ ..
PelilP rhroni|ue
L'Heure du Souvenir
LES MUSES
Nos lecteurs ont, saus doute,
tous lu les pisodes Je graves v
nemenls qui se sout droulas der-
nirement iLim t-- capitile de lu
S>rie.
Cette sanglaute chaufourue iibli
gea le CjuvcTuement Iram/tis k
rappeler le Gnral Srrail, et
amena l'iutervenlion des htats
Unis dans cette question syrienne
si complexe et si embrouille.
D o sortent ils, ces Druses que
celte troublante aventure vient ae
metlie aux premiers plaus de l'ac
tualit Du Hhanat de hliiva,
r .niriM l'indique une de leurs ira
ditiuns, de l'i\rebie selon d'iiutres
dires'.' C'est encore une d<- rs
(juesiions insolubles : comme on
en trouve tant lomqu on sonde
trop curieuseineul le pas Aussi
bien p uveut ils provenir de diff
rents pays; Grard de Nerval, qui
les vit de prs, avait recjnnu die/
plusieurs d'entre eux des nuis
crniens. Quelles que soient leurs
origines, ils ont maintenant une
physionomie de peuple modele
par leur religion et surtout par
leur vie en de Ltrouclns monta-
gnes. Comme tous les i-ols entre
des remparts naturels, ce sont des
pariioularistes trs jaloux de leur
i iiicpi n lan e Depuis quand ni
chent ils dans le Libau De.unu
der. le aux* doyens des fameux
cdres. Ce que I histoire nous ap
f end, c'est que Us Turcs les y
trouvrent lois de leur entre en
Syrie; is ie-> conquit eut, ayant
pour eux le nombn. mais ne les
u-mm v in ut nullement Cet g >illards
n'S p< ur se battre testrent a peu
prs mat res de leurs destines,
mme q .aud le conqurant les ira
qua en I58, et se dvelopprent
en hommes lih es, tiers tt peu en
di.ra h
Ces dmc volonluremenl qu'ite
embrassrent, au dbut du Me
sicle, la re igion qu'ils ont encore.
Longtemps ils s'allirent contre
retiuemi commua avec leurs voi
s'ns chrtiens, les Maronites ; mais
d invitablee rivalits disloqurent
ce bloc en 171!). Depuis cette tpo
que. Us deux population, viuren*
dans des inimitis q l'aggrava vers
le milieu du XIXe sicle, la dispa
rite de leur c.oyjnces Trs bahi
leme .t, les Turcs prolilrent de ces
dissensions et attisrent la fureur
des antagonistes; de lu ces massa
rres qui ncessitrent, en ISliO,
l'intervention, d ailleurs illusoire,
des puissances et l'envoi de trou
pes l'ianti.-es. C'est leur airive
qui provoqua un exode de Druses
dans ce Djebel quM s ensanglantent
aujourd'hui Les causes du conflit
sont connues, la religion n y joue
aucun r e, du moins patient: toj
lefu s, comme elle exalte l'orgueil
d ses aieptes eu leur promettant
la domination universelle, voyons
oh pu 'A Wi 9l'f "Liste :
L, i doctf tue des Oruses, o sans
doute se fondent quelques bribes
des traditions soLnques, reposa
ur la reincatnation: ftlle ne con
natt ni pch originel, ni paradis
pour justes ..i enter pour ml
chaut C'est eu reprenant .te.
enveloppes corporel es que les
.mes reoivent leura rcompenses
ou expient leurs fautes: richesses,
autorit, beuul, attendent ceux
qui >iii rempli leurs devoirs: aux
autres, les maladies, les souffran
<<:-. l'esclavage. Mais les coupables
pp'tvenl se racheter par une vie,
pur. el leurs lus dchoir la
suite d actes indignes. Toute me
ortie d-un corps, se trouve attire
pir le Luide astral aupts d\ u
autre c irps en formation: t, corn
me dans tes phases antrieures,
1 inLuence des astres conditionne
la vie des nouvelle,, cratures.
Ainsi s'explique le jeu des rincar
u.i : m- ou btations qui, bien en
leiiilti ne laissent aucun souvenir
aux mdividus ordinaues: seuls,
Us initis, pa; viennent degr par
de^r neuf en tout con
nai re tontes choses et eux mmes.
Il u i-i aucun Druse.qui ne soit
en puissance >\ . s'initier : maie le
pro^ramm-t exige que le candidat
soit, mari et de m chibles, qu'il ne fume ni ne e*al
roiise, qu'il ne se liv.e ni aux
thn*>es. ni aux chants frivoles:
aprs quoi, il lui faut satisfaire
certaines preuves En attendant
l lienre gl lieuse, les Druses jouis
sent d'accomodamtflfta dans Peter
cic de leur religion : sjournent
ils au milieu de musulmans, ils
ont licence d'imiter les prescrip
ti le c tan^e sur le,rs vrais senti
ments; se trouvent ils mls de
trop prs d-i Maronites, des
Cres, des Me'chites, on les auto
rise a feindre une co version au
christianisme Leurs intrts avant
tout. Evidemment des sectateurs
tu-si peu rigoristes n'ont pas con
tre le Houmi la Iniu i d*s tanati
que: de Mahonet, toitefois leur
do trine, en les abusant sur leurs
d,-uts et. en le- p'ersuidanl d'une
supriorit irrductible, les rend
trs dangereux ds qu'ils luttent
pour leur autonomie.
Si lu rem immf, sur
ton teint l;i lraiclieur,cli /
Paul |v iixili, sans lu-
siler, procures t i, ion
parlum i '--eaux, tes pou
tires, L i lard, ta crm ,
ton cravon tu Jsi;ra plus
belle et plu ti) re.
Feu de paille
Dimanche, vers II h ures [du
malin, tout au hts de la ne des
Ca*rnes, nn norme 'as 'berbes
ch s p' lt tou.Li t me qui mon
lait noire et paioga < aue-* sa petit
moi dans les quartier* environ
natits.
Mais la Compagnie dee Pom
piers. aveilie, envoya aussitt une
,,-rape qui teignit ce feu de
jaills.
L'heure du souvenir est celle du
recueillement, de la rflexion dans
le silence Klle se place gnrale-
ment lt lin de h journe i.ibo-
rieuse, ce moment crpusculaire
appel de ce nom pitloreqae
c entre chien el loup |. Avant
d'allumer la lampe, on donne
son esprit un temps de repos tria
doux.
Le souvenir ditfre totalement
de la levetie. car il pmle sut
pass elle, sur l'avenir plus ou
moins proche. Le pae ne nous
appartient plus, mais il a ci-el
notre i.ne, I a remplie de tristesse,
de joie ou de regret. L avenir voile
sun visage sous un masque sans
linaments tetmes dont l'ensemble
est un leurre dcevant ; aussi les
esprits Lien laits se gardent d in
n .i i,un dans leur intime <<>[ h e
dangereux : li rverie.
l.e souvenir, ai je dit, leproduit
lid'.em ni Us heures vcu s II ne
comporte pas 1 esprance car rien,
dans es faits rappels des limbes
de ta mmoire, ne saurait plus
tre change, mais les regrets qu il
veille peu vent i'tr<, pour le prsent,
uue le m utile, car les regret*
sont tisses d'expriences, ce ,qui
nous permet d habiller clucune
des heutes mesure qu'elles s m-
nent dans le temps omptes nous viterions en cou-
Luit la le. on de prvoyance que
nous donne le houvenir dans nos
heures rflchies et sil ucieuses !
De quel poids serait al g4 notre
mdita'ion si n us avions su
mieux orienter notre vie M is
s'il y a. dans I heure du souvenir,
plus d un regret, sans parler des
douleurs cuisantes, des invilablee
sparations, des b.isemeots du
ceur, il n'y entre jamais, pour
les Amee saines et droites, l'ombre
du remords. Che7 |V re le mieux
form moralement, des ihles
peuvent survenir, des chutes lour-
des paifois, mais la volonti n'est
pas utei venue d'une lb(,'OD sulli
s imment nette pour dterminer le
consentement absolu. La i hute de
ces tres de valeur re'"e et ton-
Cire e.-t d- I entranement, a
l'emprise de raisonnements sp-
ciaux, de sophismes dors o la
conscience s et obscurcie. Ce fut
une minute d garement suivi d'un
prompt et vigoureux relour; mais
la chute a entran de lcheuses
consequeuc-s dont la lpetcussion
trouble to de la vie. Cepeuilant. a
l'heure du souvenir, si le regret re
vient assaillir 1 me il na ai joint
nullement la bt Tdoredu remords, li
seulement aux ai t ons mauvaises
dl.brcs Pour que le souvenir
oit doux, pour qu'il laisse 1 Ame
p i.e jusque dans les douleurs
qu'il rveille, pour que les joies
vcues ne s'accompagnent d'aurim
trouble, il suffit donc dvdi-r,
dana chacune de nos journes,
tout ce qui pourrait -lie domina
^eablr loi et uutiiii, et|rp*u
dre mains pleines, aur grand
ouvert, le justice et la bont. Eh !
oui, c'est trs simp'e d'tre heu.
reux, poisqu il suflit d'aimer sou
prortitin comme st i-mjie, c'esl-
a-dire de lui souhaiter tout le bi-u
dont nn voudrait |ouir de le lui
procurer dans la mesure du pos-
sible, d'viter l'nmlite mme de
l'injuf lice dans nos rapports an-
ciaux. de ie souvenir que l'iodol
gnie, la bienveillance, l'quit -
en un mol, la i harit sont U*
meilleur: ronditnenls le la i uisiue
aoolsls une les masmaa ont u
mission "lintt do prp tter p.i ii
loua iinli un tentent.
L'heure du .oir.etin vieul au- -i
au coins des Insomnies noctur-
ne-et les peuple de cauchemars,
car les luis se prsentent av.c
uue acuit qui I-s rend insup.
portables, et il semble que nos
VSUI oui Use sur une grosse
la npe SOUS laquelle apparaissent
des choses mooatrosnsea La vri
t dforme nom lail ., .ninnt
souffrir. Les plu* lgers dissenti
meuts entre nous | nos chers
disparus prennent ligure trafique;
les visions dsolantes de notf im
pru lenccs passes, dferlent en
\jgues dans notre CSrvaSU enfi-
vre, el il est des personnes qui,
dans leori vedlns pntbltS, sont
incapables de se t appeler autre
chose que les pooveniri suacep-
lili.es de les affliger. La vie est
latte de joi.s et de Iiagrina.
ItepOUSSOIIS .l'lue.n ul CSUX cl
pour accueillir celles l nos sou
ve.nis d euijii. e lus bars visages
de nos parents bien aims peu. lis
sur notre barre tu el vous versant
a longs traits ie bonheui ..
fours IpcitUl I Aujlaist
le Franais, df M.tiln'-
nnuqur-s
Prparations GorsiM la jeus
ns gens au Itaccal.iural.
l'rparations spciales des jeu
ees gens qui m destinent aux
Sciences
par I ingnie r
Il Tippeohnuer
i'ivitml eau qji veulent s'inscrire
le faire au pu- tut eu ton bureau
s s ngle Kue Kron el Upubli
ca ne ( iage dl liardinsT I de i
b. a. m 1 h. p m
Le cours spcial d Anglais rr
siv.Tla oiit.- 'u I. d mois
et s* fail i 7 n. prrf.'i:, du an
tin
L* Mardi, landi el SameJ.
I. i on liiu. i sont eteeption
nellei. Veuille/ voit inscrire tu. y
vile. Qaielra mois suflisert
A MAISON
ice Etienne fils
M
Spcialise dans les marchandises
franaises a le plaisir d'annoncer
sa clientle qu'elle vient d'ouvrir un
nouveau rayon de Confiserie* .
L'on y trouvera de superbes boieS
de Bonbons pour rua*aux en tous
genres des prix dfiant tonte con-
currence.
-



LE MaTH* i# ??cmorc i01?"
URODONA
,<
!
Rhumatismes
Nvralgies
Goutte
Gravelle
Artrlo
Sclrose
Obsit
Oui aut r*ler jeun" et Seller
Uir!iumallmr.lilrclilemn>l
de* rlre 1 ntablenn-nl de
rtins, le varice cl l'abAailu doit
limine l'eicr* (l'i'We url|ue.
ce po'ion de notre (ir|.iniimr,
I fslr .1 e ci. rVg -lUf
d'\'HODONlL.
J
lave le sang
l.'lndi'Hi?n pr.firl*. Jsn*
tfit:.-.. t .m tl. I ari:ifl v.irf. mM
.-.m tout s.T.pecM ai '-" -
)t deT!oppem*fii !-. KVM* '.\*r t-
|?S A II |*rn>l .1 pr.K!ri*f. Il'"
un lie uni le Mil] f"e.>r J /*
le. tion, c,n devra, inw tou uir*
Clic:.*, (ulli-r irre ] ement fr*-
queti.ninit centre rflcalisL d <""
WiqiK iSana ' .wi.iMf.v en n.iilaiiit
I UrixKr.-i -
prstaateur r.i M,
c
EUD- Cr,".-n'n. . t Vi..-.c!ennri 'WjC
r i pu.
foi a
LI RU !.. -. i tui ofi-ow. i
V ..'>,. I,. iitalO-. Va! Min I W 1- M "l>e. I
Arittt-jdiii''. ( i --v-i'io. I
a aava\so-\l canari M PI
LIllTvvL umet, ooune. uimMfO, n
rnfejm.
nra
.Ml^l W Tl
JLMAimtiMi
Nouvelles
PAR TA BU7.
Crise probable
lu .llllllt'l
oeltis
P'LO.NhllKS Le Parlement a M
prouv par 881 veil contre 113
une pliliun des laboiiste- desi
ne attnuer la crise du travail.
DaM les mili- ux politique* on con
si ire M vote comme un signe de
la chute du cabinet de M BaMtTta
qui suait substitu par un gouver
nemeut Libral.
LONDRES Cinq mille marins
de la marine marchande se sont
dc'ars eu grve en sir- e d pro
testatii'o contre les mesures mi>i-
en vigueur par le gouvernement
couservaleur.
\td cflose dtt ntufrttlf
du sOtis marin 11
LONDRES L'Amiraut aanon
ce que le scaphandrier charg
d'exam ner la coque du fou ma
lin Ml ont relev les trace de l
trave du -vapeur sudois Vidar
sur le fane du submcrMb'e d
montrant d'une manire certaine
]a cauM de la catastrophe.
Autour de la question
irlandaise
DUBLIN Cosgrv- prsident
t Craig vice prsident de l Etat
libre d Irlande ont eu hier une en
trevue avec Stanley Baldwin, chel
du gou- nnraent britannique au
sujet de la crise surv nue tu sein
de la commission de dlimitation
de la frontire sur le point de se
dissoudre, ce qui causerait un gra
ve problme entre la Grande Brait
gne et l'Irlande.
Daladier
Tigra
le Prsident liiidenburg
gne les Irai es de lo-
carno
BERLIN Vou llio eibug a
sign les traits de Locarno.
Houvelle crise polilique
au Posiiujal
LISBONNE Dans Us cercle
politiques on croit que le prsi
dent de h* rpublique dounera de
main sa d roi-sion. Duarte Leite,
ambas a-le r au Brsil, sfra sans
dout dsign pour occuper la pre
n iie m gMiatute.
Les cours
('onslilutinn d/dinitive
du m nisti-e Irarirais
i. loocheor appliquera le pro-
gramme liuaocier de faillaox
PARIS M Rnand a inform
le 'rsident de la Rpublique que
la l he 'I- former le cab net avait
t plus lab rieu e qu'il le pensait
et qu'il ne pourra annoncer ofli
ciellemcnt sa constitution avant la
soi^e. .
p.*. ait Le cabinet de M.Bnaud
a delinnivemenl t cons.tituco.u
me suit : .
l'rsiclent do Conseil et \llaires
trangres : Briand .
'ustico : Renoult .
Finances : Loucheur ;
Marine : Leygoeft :
Instruction fubliquc
Commerce, l'osles et
plies : \incent
(Ivgicne : Durafour
Travaux Publics : De Mon/Je.
Vensions .lourdan
Agriculture : Jan Durand
f'-o'onip" : Periitr
|>\km M Riiand a prsent
le minintre l M. Doumer^ne Le
nouveau gouvernement est exti
moment libral et dispos app'i
quer les remdes raticaux pour
rsoudre le problme financier.
M. Loin heur, unni-tre des tinau
ces a dc'ar qu'il adopter le
pr- urarame de M Caillau, mai
il n'a donne aucune indication
quant l'impt sur le capital.
Nouvelles diverses
BRUXELLES Le ParlemerM
belge a ratifia hier le pacte de mo
dus vivendi avic l'E*pagne.Le non
veau trait sera mis en vigueur le
ter Dcembre.
VARSOVIELe Sejm a approu
\L une dclaration rainistrielle
sur ta ratili ation du pacte d- mu
tuelles garanties autorisant ! chef
du gouvernement se rendre
Un ires pour signer le prolocale
La commission des allaires tran
.i^.mtii.rrBfi.-r^i,.,.. '.-^BBMETl "
Fouitl iiloiitf rfes lrspdfO's
iv fetfki F ai'lire
Pfrnis ff rrnlii'. 1er ln>,i Meurs
du Seivire Saritaire potlenl un
nouvel inito rre
Ils ont le rarqne Llnnc, le dol
man et le pantalon de couleur
kaki.
fe nouvel unttotpf enstitue
la pftile fitue r"e> Ir.^fcteuis,
pour j.arlr le lanpft-'e rri'ilaire,
- le roati.me btallfl ItW lft ,er'uc
*- M >

O Novembre
Pakis Ster.iug
ritauis
NEW YORK- Fraaj
Sterling
198 H7
25.00
4.84.M
fflm du parlement a approuv
par 19 voix contre 5 la ratiucati du pacte
LONDRES Ruckmaslei a t
lu prsident de la tiontile Dil
Plaid LM qui possde de vastes
concessions ptrolifres dan l'A
men pic du Sud.
RUME La chambre italienne
a approuv l'emprunt de 100 mil
lions de doll-ra contract aux
Etais Unis par le miniatre Nolpi
NAPLES Un torm'dabte ra*
de mare de :0 mtres de hauteur
a dvaste les cole de la Calabre.
Bagarra et Monte Leont ont t
compltement klvaste*. Missine,
Njila/7.o, Lugiino.Tapani, Cataala
ont eaucoi>p souffert. Oj croit
due cette caastiophe ait cot li
vie des millie.-s de personnes
Varies
Ce Soir
Le Jusque aux dents
kkpkBi
Se, e et 10e puodet
B ) oentdraaa
A l'Ecole E'ie Oabois
Jaid, :i ) embr', PB oie B Ie
Duoo commmorera Panniv r
aire de on aa>ni Patron, S..Ut
Pra .os Xavier.
A cette tccasi n.ilser. clbr,
en la chaoe* e d< 'Ktab ssemeV
;. b. I/* du m J i ne m u
pour te public . t. U. 3 i uae
lecood* me e pour le> divee,
Lp* Assises
zard Pcni est[iqgiit
Noo* annoncio is a no< lecteurs
il y.a deux moi* Pas-assinat de Jo
sepli r.lempo Pardi, enseign de
va'sseau de la marine d*> guerre
des E'ats Unis de PAmique du
Nord, et la dcision de la Cour
Martiale, qui s'tait dessaisie de
PrIT dre, de la remettre la justice
hatienne
Hier matin, 10 heures, aprs
la dsignation des 12 jurs qui de
vaiont dcider de *a vp, Azard F
mi s comparu par devtint le tribu
t'R1 cr>wiinel.
Il est tout |eate; sa mi sim
p'p, l'inenhrenee des rponses
qu'il f it a,ux jurs, l'motion trs
apptante qu il ne peut pas domi
ner, font de l'accus un apsassin
qui ne parle pas, de qui l'on ne
pont ri< n tirer.
V nie avoir tu H s'est battu: il
a U frapp, il a frapp saus inten
lion de donner la mort. I1 vou'a
vrpger un compatriote qui avait
' maltrai par la victime. Il in
y Que la lgitime dfense et la lgi
time dfense d'aulrui.
L'auditoire manifeste visible-
m-nt en m faveur Le Juge Lator
lue. Prsident du Tribunal, or-
donne deux fois l'vacuation de la
salle et suspend l'audience ...
Pans l'enceinte se tiennent en-
tre le sifge du Juge Prsident et
celui du Parau'ti le juge Strong,
conseil juridique de la Lgation
Amricaine et afr Cumberland,
Corseiller Financier.
Tous les avocats du barreau de
Port au Prince font prsent, (ils
on ipent leur place habituelle),
et d'autres personnalits maruuan
tes parmi lesquelles de l'onseiliers
d'Klat, le Prfet de Port au Prince.
Les journali te9 et les stnogra-
phes occupent uce place indpen
darte gauche du juge Latortue .
L'auditoire se tient au del de
Ibmicvcle. V insude par moments
pour y pntrer. Ds gendarmes
pinc chaque poite et aids
d'Officiers de la Gendarmerie s'y
opposent.
Il est oaat heures tl demie, L'au
dience est ouverte.
Vis a vis de Paons se tient le
j,,r\ qui t ainsi compos.
H. Lafeur, courtier, V Beau-
voir, avocat, M. Millery, journa-
liste, F. Astre, courtier, H. Chan
cy,|rfnuer, M. Liautaud. avocat,
F. Duvigoe ui. jiurnaliale, A.
Faubert, cemm'tint, E. PaiH rentier, M Scoli, mcanicien. L
St. l,ot. courtier, C. St Cloud, in
gnieur.
L'audition des tmoins commen
ce : il st midi.
L Lt. Kun, ollicie.r mdical, est
d'abord enteuuu. assist de Me. G.
Lg-T. interprte.
Le Lieutenant a inspect le ea
davre deux ou trois heures aprs
le crime. Les blessures atteignaient
la poumon droit, le bras droit et
la cage lli^uxiqu'-- La victime pe
sait 150 livres environ et aurait pur
soign h tenns, se remettre de ses
contusions. Il niorragie deux heures aprs le
crime
Jacob, ancien Directeur de l'B
colePentrn'e, raconte ensuiteavoir
le premier fiji! un aven du crime
du prvenu ( il et il I hire du
matin). Le qua'tir qu'il habita
est souvent le lh**ra d" rixese-n
blnb'es en're hatiens et amri
eaios
[jpt prv^n'i a t on 'e e* a
toujoiiri a en <* M qualit un^
condui'a r'o"oelisb'e
Le U. Shaker est arnv nu Pote
de Po'ice de In GiaaM aprs le
crime, il n'y a i^nc pas assist. Il
ne sa;t rien de IVf i'e.
Mais 1 p'venu dit que des me
nar.es lui av^it t faites.
Le Lieutenant RHker nia avoir
contraint Fe ni h avouer on It
fait, lt n'a jamais dit qu'il 'ui au
ra>t ot* la vie ...
Qbrjfta Rwii'ifville aue le pr
venu avait signal k la PoPc com
ma tant le m-urtiier arrive en
suite.
Il avait ceu'ement reu l'aveu
suivant de Fcui : j'ai tu un ara
ricain ...
Puis h Dr .lourdan, mdecin
PHoital. qui avait examin l'acou
se aprs le crime, dit que Fcui
portait des contusions bnignes et
des tches de sang au visage, mais
aucun indice n'a permis de suodo
ser que du sng avait cod de la
bouche ou du nez lu nrven'i.
La eertifrat du Dr .lourdan est
relu l'audience et aucune contra
diction n'est signa'e entre ce
qu'il contient et les nouvelles d
claration du Mdecin.
|4|M*tf*l An'oine. p'ia ipal t*
inoin du crim, est entendue.
Elle revenait d chez. L ip,-/. Ri
vera accompigne de Beaujour
et de Julie Jn Bart. Fcui in ter
vint sans raison .lan la lutte qui
se livra entr B*eaajoor et un
amricain. Fcui frappe le pre
raier.
Celte dposition d'un vrai t
moin du crime est contraire aui
allgations de l'a -cus et branle
sa dfense.
Mais F'cui maintins)! se* pre
mires dclarations.
Jul In Bari* d-Mixim* tmoin
important, est ertendue File
croit que la viclinr avait port le
premier coup \ Fcui, m is que
la victime et-il saoul
ilvviiit B au'i'j tr ni* avoir t
battu II est parti d Pinlerv*ntion
de Pcui. Il portait des tAcbe de
sang sur M* li-bits Fcui avait re
u le premier coup
Puisqu Bausj ur avait fui
d'o proven i I le sa> g remarqu
sur son linge,d mandant les juis.
Le Ministre Public ( Tribi et
U Raymond ) et le Conseil de
lac us exp iquent de faon diff
rente it fit-au tribuat!^
Puis le dernier \v.mo\n''pb m
Cbiuvel) empirait 11 afli me que
Beausjotir a l battu et que F
cui a intervenu sans avoif t trap
p par la victime qui est all
mourir loin du thiVitre du frima.
L'audience est ensuite cusoen
due pour tre reprise 20 minutes
plus tard. Les dbets g^n^raux
sont ouvert- [ Il est op/e h '\ir* ).
Le Commissaire Tribi 'pend
le dpositions de to- les t
moins II carte le conta-liclioi
rem rques entre'es d^po-i'ions
orales et celles laites \ l'inslruc
tion II croit a lu rolpabllll de F
cui, et signale le la lie qu'il est
pour avoir dnonc, un camirad.
I orsque F ui arriva pour d
ferdre Beau-jonr, B,',iisj. ur ne
co rait aucun risque Bo,Mijnur
lui mme I a dit a x iir s...
Le Commissaire T bi rclame
avec conviction ^u Jury un ver
dict rie c^nd- mna'ion
Puis, Me Rampv rtopeMe t us
les lapai de h .-i se, ir^ un bis
' torique d'aill de a ivre de
l-Orcupation Am'rica;u* depuis
191.
Le Juge La'ortue transmet en
dernier lieu les questions dans
l'ordre suivant aux doaze jut :
i Fcui st il coupable du crime
qui lui el reproch?
2 Y a t il des circonstances att
nuantes.en sa faveur ?
'.] K t il occasionn des blessu
res a la victimes .'
4 Y a t il des circonstances att
niiantes en sa faveur ?
\ minuit exclament le Prsi
dent du Jury. Mr R. Lafeur. lit la
verdict qui rpond ngativem-nt
la premire et la troisime que?
tion
A/.*rd Fcui e-d ensuite libr
pa:* le tribunal...
du Gouvernement, Me Emt
Franur y rpondit; puis cil
le tour du Conseiller d'Etat ""
Beauvoir qui exprima, en
heureux, toute la sollicitude i
Gouvernement pour lt ville
Port de. Paix.
Le Magistrat omrauoal ren
en faisant re marquer qu M. I
esl le premier Chef d'Rlat Hl
qui ait pens doter Port de f
d'une belle route, d'an Beajl"
d un lyce LePrfaUtouI
au nom du GouvernemstL etl
nouvelant l'assurance taelot
la Ville sera l'objet delaviw)
lie'lu le des Pouvoirs Publics.
C'est bien tard que prit liai
charmante, runion.
Un mordra
U s'agit du Cipitaie Hoi
sympathique reprsentant
Pnited Fruit Company, f
Port de Paix trois heures i
prs midi dans nne auto I
dernier model, accoa^ajas
Mo sieur Santiago MaWsJttTMI
chel Luc, Monsieur Hoetll*
aller au Gros Morne ^J
de Monsieur Celestimol
qi visitait pour lt prsmw j
Port de '"aix. A minuit, tlptM
cienne route coloniale, Itiear
nouvelle route qui n'est paadal
il a pu rentrera Portderwd
la machine sans uoe pt-
remarquer qu'il '' *'r
Gros Morne prs d'oie
demie de temps.
Port de Paix
La Sainte Ccile
Dimanche dernier. 22 Novara
bre.la fanfarePUNIONcommmo-
rait l'anniversaire de la Patronne
des musiciens Sainte Ccile.
A cette o-casion, une assistance
nombreuse et choisie rpondit
l'aimable invitation du ^rsident
de PI MON. M Archimde Beau-
voir."
On y remarquait : le Prfet La-
nou* le Magistrat ''.nmmunal V,
Turanne Saint Juste, le Cnmnr's
saire du G'iuvernjment Me Ed..
ni ......I Franru'ur, I CnnsciPar
d Etat Dr G*fner Baiivoir. M.
Ple^tino Bnc.omo, Charg d'Af
laices de la Rpuq'iqu de uba,
la R. P. Le "ihain. Cr de Port-
d Paix les Frre* de I Instruction
Chrtienne, etc. eto!
Au champ gne, le Pr dent de
l'I'.NIO.N pronona un discours qui
tut trs applaudi. Lt Commissaire.
Avis imporH
II a t gar, lundi 13 >
bre courant, un album i
phes. intitul l** tt (onalt.tConhdenctSt
C'est un petit liera F*'
d.s toile roige cbegrttr
t onfi au nomm
huis er du Pon" d
tre remis Me
propritaire.
Une bonne rt--r
donne a la perfoonM^
tera tu bureau do H
Parisianj
M#roKL
|u Thrse .e rM
Entre : 2, 3, Ot1
Jeudi
VIDOCOJ
- Pour la soire i
a t'Fntsnt Je** "
red- 1 fcoJV tborD-<
de faveur, tt Jj
wnt pa val-blatxS


0
I
II.B l
Pour fa fia de l'anne,
il vous |ai|j me* dmes et
m s*i ui ; *erviell<>s le
bain, en je de chine,cr
pa GeaftHftte ,r |ia ma
o. in. de toutes nila\netaa
r.retttDD, dnll (le to tes
c uleurs chapeaux pour
hom <>e et dames, toile
drap etJ nappe, liabar
dine pour homme?, Sou
liera tennis,parfum* iity,
I lonbui .ut cii.m t> rite- et
ban d* siie
Eh bien -'ous Couverez
tout cela c h z
Joseph Pouiol
473* Hue du Magasin
de l'Eut,
P,avenir vaut nticu que uehr.
Cl prA'-'i'"' >''' "> leKll*. ;'' *
t\oltnf '' $" vioti de voir peau
M9C du Svoti L.f.-buuv l'ffpl K*
moytn l pl-w ...:*... I* plu "f
c 1.' plu* fjfle K- I. i
COta battre
Non seulement :!.-. ll.i.;
| juper ' ^'ne*-
niai* cet! iindr*jv,>ic>
Im pu* |pleet|i -\.n _^
oient ; *m*s et' icaeft
The royal lail Stem
Pieket f Ompany
Savon
HlSYil.O
fine des B ontt-borts JSi s 113
M
i
I
-115
lie
Uxll ola Ca-[>-3dtica, <$ott k^ < fltafott e~ kuacC' ft-3 4Dcem!5iev pioc&aia,3f i-'par
lira (t- mmex j ou* direct enuat* pour te^ pat te
9tta CatomGlC/ p tenant* fieL er^ paAia^etV
fort-an t>rirp,l*> 30 Novrmb *W9m
^ Colombian Steamaliip Coinpain Jno.
< etara a l'o Aueots
- i
/
ampar/7?
Cfc;
le steamernCulebrd vn ni de
Jacmel tt des poils du sud. est
attendu PeH au Hnnc, -.-m di
ta i'i:i. tH courant II unrli a e
n^me j >ur pour le* porii lu uori
tl l'iMlli | r.
Le steamer <.l\ ra ai! al tendu
.lirmel le ; Dombre p'orhain.
|< .'ha'g"m loue le- piftl bu
total dlrecleroeoi pour rKmopr.
L U*D*i T-b.r.i es' attendu
a ) i mel le il Dcembre prochain.
Ii (lia-gr< loua es pu UhaiiieM
l ractemea.1 ooot l*Eur>pe.
l'orl au I rii ce, le -Jii >o\embre
9i5
J DV*LnER i
Agent gn'al pour llaili
U Prohlneest tiW
to plus grande Maison de Tiil
Jet- de Chicago, la IfaifOI
. Mtrard B sirauss, la p'us uoi
vw cl emunt eotnuf ei i sont
tmi io\s ds cMJ^ris a u aia.fran
.lis etc p m la coufecliu i des co
li'- .le I' lai te de i sert mo lies
'U ii ri ate. parle* us d soj^a, cas] e s"e f.fvninraj, et
di iii-ii i
x A i" -
/. "
II.
s
^ ;,;.o,.ron^; ^
ceu o
i
ii u* a'
ein i M jl
son !' m
ii i.
8
/ v
i
i i
n
1783
Reims


i
i1 es i a m.ii
p.irt ses ato
lieis de o, en de lai laisie.son
a eli;i [> ' cealumea de ce
ria >< ' i 8m ckiag Ji
?uet m R i ^o s aie, la COfl
ti t il t de experts sol
ftffct.
Le> eli n r i-o'venl g- t.ii
Itneiil ava rhiipje r j n a d-
ici jj ie oeii turej .1. Im, ii .ii en
CUir eu brin n avd l< couleur
du Goalum cofluneed c ? --i
mu ie d 1 i.e bo > e n m ^
rantLn 1 > nt iu iu-i(.'.-s 11\ eu \
les ili les du c lents 0 1 'us
g 1 (J:| 0000,1
'' 1 u e 1 :' prinaa et h
co 1 1 0 i- lu4 s p r le repres n
Uoi Fi-'.no-i LKTELUBR,
119 'ue Buiiu IV, Port au Prin
ce II-ili
Letcomm "d's so.it rem:.es
en m jius de iO j..uis.
des n u Mo
des
1 s But
ftMeU il | A LlVhil ' .
du n veo&bra 1 > ,
Hiver il ttiiute
( ami le >' \rai ,
# L l'rim > atotlda et Tho
ph'V 'i u i r Comte Primoli
m Ri > d al la il ..1 .lr 1. eue.. (in al
S rmand.
Vt m nets l\ An'rur du
S\' a%u Dee de Pr g \>>.
Vie ,rs.!i Ji.t. Vie de (.1 ateac.
M r In (i ^1* d Meniiste : Cvour.
II. Gai ur et le Sphinx .Mairie t
Palnt^pi e
U'ric G ''lirgueur et le Roraan
de Si ni- Il -i'v*. Henri Ifremond
de l'Aca biiiic Ir-ii cii-e
Posie* A J. M dr ibreiia..
Aimipd 0 d. y
I. t lut ir Ir.rpi'rfa Une
Vie ? S T r.r is d'A>sise..
L< m- 1.
Leilit -..1 t l'roit de H p< nse..
G K m 11 \.
Iteviie Liflrajra h der .1 t
Sopliie V'oliapd V-dr lhai ni.r
l'hroO'U e de la Huii/ti'e.
His ore Po^liqur.. Ren l'inon.
PRIX PF L'ABONNEMENT
Cn 111 S nuit rrois m i.
Paru
Seine Scfoeei O. e 80 lr 41 I' ai u jo
Ui|>n .(.m ; ci
Colonies innf Im Hd 44 lr j fri
Kiranger 98 lr ;o a6
Lu tbonneinems partenl du icr et du 15
de chaque n>oU.
l'R'X PL' NUMEMO 4fr$o
On iioi vera chez
Vile i\i h Dj n
RI.'liUnl'X No 3u
C.uauvsure pour enfanls
1 dOll r
( Itlornan de soir, l'aune
1 dollar
SaL ri de soi> ,i I dollar
Tuile hrod pour l'tnpii'
c-ment 1 aune 01 t,6ti
Abats jour pour |ani|'8
lectrique, (1.4 l et 0 50
S mtoirs touf es
couleura 0 .">0 et 0,70
lu u 1 e d'oreilles
w fantaisie o..">0 el e.60
PeUta v-nl-tils en s d.6u
Il lrn> d clsoi > I or
f q ira lav* oir
x ;| .
i\
2 l^ .a 1*4 . m;.
y t'i i l'ini e iicirio
81 vole es.restreUi .
A Itrante a la ^Unique
L M OU.
<-hhjh- des Huis Des urhes
n <, y> \t av n. l'honneur I p'.rler
* i* "m i ai c de a M d uns
"' lel '' i (| il fial d* la
h eiu- Lut u Graiide
Pbmmacia du Gobe, attenante
a li | ' oicou.
I*r U Irai heur i'es pr< duila !
par..s ions app Mes Ptx^cu
ti n drs oi.'onnances uii'dicale
eau* ihi in me ^e. neaurataie
d une i o 'ojtr s, c a!e.
st//i i \ aval c i.
r i
sConsite t'/L
.
Agenl Exclusif
P. Labourdelic
30 Rue Montmartre Pa-i
Sada k Ulack
Hue dts fronts torts
tn f ce de Siwrdulto
Grand asor'iment d toffa pour tous les goiits et
;'i des prix dofiant to .to concurrence:
Crpe satin, l.rcpe Ciiantum, Moiiaseiinj de soie,
Soie lavable, Cuemise de soie, Crt'pon de soie, Cipe
Maroquin,Linon,Crpe de Chine nui et fleurs, l'.attis
te,l rpe lieorgette, Simili, Crpe \ftore,( hgan'iil.Sole
t *
radium. N'ansouk, etc, etc.
Us** visite chea H\Uk Al' l,A K,
compltement.
voua difiera
i
Fabrique le Carreaux Mosaques
Lope IUVEK1 & Co
Rue du Mayaxin de VEtai.
prs Comptoir brantis.
ON PEU D'ART DUS TOS FOYERS:
One petite sait.' maiujer,iine (jalerie, un vestibule
d entre, un |;iri|iiel de salon, une chainhie de, bain
en jolies mosiiqucfl tpioi de plus anr/vlde I !
Mos mnifltei laits eoinme ceux de I ti'am|er son
aussi solides, coulent bien meilleur in reli el i os
la* ilili'-s de paiemtiit HOP! I la porte d loules
les bourses.
Qui Iques uns de nos travaux dj excuts vous en
donneront la preuve :
Chapelle de l'Airheveeh, Chapelle de St-Andr de
lu fort, Kg lise de St Joseph de Port au Prince etc,etc.
Maison.-* p.ives de Messieurs Kdouard '!rmain,
Alig- lioumain, Dr l-'.lix oicou E F. Pawlwy Andr
llniz, Marcel h leureau, II. Lletrue. Mme \ve .1 Ai.
Ittchardson, Me Km. Itampy etc etc
Tenez voir nus iiHaii|iies el surtout n'einploytz
que nos ouviiers pour les travaux de pose i|ui de-
iiiandei t bftUCOVp diabilel.
La sao'e doit passer avant Ion
i
Icv] bfuires'BLUENOSE" ei'PYS'4 * Mes
sieurs MnilhH proclcr, Ltd. sont (jarantis entire*
ment purs.
C'est excellent e'esl peu coteux.
[i]n vente dans les bonnes piceries : el en dpt
rhei K s Agents.
Commercial Ageneiesand Commimion
Lon R Tbbtid
I ' sident
O regard sur votrs avenir
'Jjn conseil |**ut vous tre utile el une nmsulutinn plus
ucore. ConsuPei le lomte HC lit TlliVtEL'.;,
Il reoit il il A ,2 ,, fc I S h tires 1rs uianlis, mercre-
dis ci wnilndis.
del,/a,onats|,'M'Mref,POn(,',l,n' ,0,,tp ,('ttre am...,,);,,,,,,,.
Uonsultntiou : 1 dollar
ADRESSE : Kueite Plqa-nl {, r-ou'. du Me IStl.
!>? -4H*- -^8t "^
AlIAINIJ I Lii\E
Ntw-rlans^ South AmericanSteaaiship Colnc
fioohin dpart dfrmot^povir
rort-au Prince r 1.,, i, .
au-cf tmee.
ie eSteainer <^jeif a:laar. iaXtoi %&*
Odette lo %% caarant. UTS aax Ca^ct (^ %
SDccmliie proebaia atec %50innu if, m-ar
cbanDi^, a facmd lo $ aoec iSo otuu.
Xc Si mur c>L tenb Ui^cia %rdilwi
fa il< ticum&u fi>oaia paitr bm to pa; b
54Jafcit
^ott aa-^ilrvcc, le 26 ^taucrrv&i^ 192.'
A. de Malleis el Co
Agents OnrtuW
\. de Mal tes et Co



MATIN 1er Dfsrcbro 102".
Voici une fcmiae gee de 79
qui a t gurie de se deui
articulaires et DORSALES.
RESISTANCE OU E* ASTICITE
Tailleur
COITPE MOniPM'
1515, Itfc du IVnpi-
presqu en tac* lu Baz r
ftronolitnin
Tlphone 683
l'OHT./r-TpiNr.F

LUI
atoune avis sa rliontoloet aux me\leoi:j8 et I qu \ a
trtursornft sou Laboratoire d UIo^:e en ui Labtr tlft e
bioloflie applique sous la Direclicn '
rtlicoi et F. Sjourn
JMlaboratoire Hl ouvert tuali i jou : d-i 7 lu;: .l,i matin 9
Mnrttjdotoir peur louti i Lee recherches m Brniyo pr ne d
aannouc. ri joiutn, liai |).nTe
Wasst-iiuaii. el i co.iaa Seront reues quo o mardi de chaqui nmiiDa<
S'adre^r a il Pharmacie pour lus reoielga .. enl
4iah'-< d'anne el Sucgaetrunia.
HeacLon de \V assemarin
Beaciiou de Triboulei,
Kianuon du sang et d pus
Bastu dfi matirei [ca'aa
azaracn ae crashi!
Albiiormio rac loi
Constante iTro Secr'rtl
MADAME WILD aou* tant :
" Itepuis plusieurs aaotes ] souffrais ds
terrible d ulrurs daaa If de, dam* tact ta
corps et dans tons Ire aonbtM : Jt ne pouvais
plus doraui ai marcher e>Or, j son I o^omjo
d achattr un flacon de Pilules De Wttt. et
la i>rsniere dose ne procura ua seulagraaai.
Apres un t*sai de trois jouta, je aat seatssa
tel'- inent iukui et aaee tefifassa douletn
snwrirtires m raient dj quitte I a* tal
poiut que j'tais drveaue oueuanc une aulaa
leiniue. Je luis Igre de 7t esta et, i 11
actuelle, je me trouva a parfaite sant "
04. Worpole Boad. VTimaledon prs
La lyuipUaaas suivante iudiquent tous M
laanvais tat des aaists douleurs d -ii.lt .
enflure des pieds de* bras t i: jaaabe | ada*
troubla ou vuisamta ; aoultai- dai. Isa musUes
et dans les artlculattaas goal dtsaoeable dan
la bouche, une lalais gnrale d aritabu
on de depreenun majalr To'is caa m&az et
toutes ces douleurs set l'avrrUsasneat de la
aatnra, tous disant que les reins at la vessie aai
besoin d'tre stimulas
Le t*asoii>uage spoutan de Madame WU.
fait rassort.i i .auem-nt la lajt qna le Pflalaa
De Witt M.mml le matUeur remde ]
vilat a faerir caa tarr.eres afleetBna
tej itstU vesat
Les rultat obtenus par
lemploi du Supertwist d ( w~
tient la rponse.
Supertwist est le cable
ex tra- lus tique, extra*durc.
ble9 labor par (wood Year
expressment pour la cons
truclion aes Pneus G >od Yea
type Ballon.
2n

Le* Piluiea
tt;
pouoRFIN? aVESSIF
Ia plus itiaad isamV a aamitls aiitier fana
ya cbiunatiamea, les dvulevr Aaaaala.', la goatJa>
la raideur sVea ar'ieruJ."..-"., pierre et tous lea autres daaeaoea eiuvatak
par raffailliwaaaaat de rewt K de a Tasasa.
Le Pilule De Win sont en veut Oaaa waU.
les p'iartnacie da ida eatici La graoO
tlacou en contieat a ofs t pins aue la pabH.
fit vous eproave qaeiqae dittaaitd lave*
procurer lea pilule aattenciquat D* Wttt "
adresses-vous on rendej visite i la fbanssatb
aibartini gwild. PorHr: Brtnta,
:omme ce nouveau type de pneu, iparwisleo plutlt laite pour ab_o.ber les
el o"Tu moyen de sou lasticit que pour leur r.ter par Sa sol.du.
oanl ,n meu5oo,l laar, latt ave, des oparimat beata mmu.
cabkUoi cda au choc, llclnl, f
ST&B&S =',Ss aHren, >a J-W^J K^
Les pneus G^d Year sonl lf S0",e" {ahP*
avec le Supeilwis.
Good tear e*t ******** ** ionH ervice
TheWesl lndies Trading Company
Porl-au-Pritice, Gonaives
Cap-Hailien.
01AL1TPRIV MODERES,
i Jr
mm k TDB
Sonl les ueilleuis.
Ia s trais d'entrftien d'une antom* bile d pondent beaucoup/le laquht depreus
dont on se Sert, Lv pneu klHKSrONE n'est, pas un pneu a bon rwhfcela e*t
bien vrai niais lepneu Fire.onv af d'une lonque dure, etses qualits spcial**
d'eapautioH protgent aucdvp la voiture cadre les secousses perptuelles
dont ut lon/oma Ccbjet nme uuiomob le.
Vous Uoumrex maintenant un bon assortiment dis tf*testons Pn*-us el lub?s
' Chez Messieurs Luciani ft Del Parcio, Cap-Hatien, F. Maurassr, l'orl-ile-aix, F. Cn"e7i petit-f)ove, J. I>.
tonard, 4"\ Cayes,ou chez I A<|ent G/nrial a Poil-au prince,
Rue du Quai
La miisoi R.SUvera
Ceux qui n'onl p- entore vu lo* joies article, ,te "m"^ 'jjj
de recevoir.U mahoa H'.N KRA .1 ..vent, daos leui ^{^^S
de paMir a celle mtio-, .: nul pari ils ne peuvent trouver aeti*
ttriHUK arlic.lea de* plis raisonnables : .
Noe articles sont uum m d. loate heant et te frai-beur etaes p il
leii.ent toute coDcurrence.
Voiles couleur barres
lias dentelles
Has soie orodee
\\*% lil broda
l'aile pour premire Communion*
Couvertures blanohe et couleur suri
Mnndea-brodea Mndera pour
elle mises et (upe*
Voile blano ;i barres
I\Htine blaucbe
(ialiardino blanche
Crpon tolanoet coulsiir joui
Voile et coiileui 'uni
Jhemisi'lles allemandes s\ip.
Braoant noir aaglalsj
Imitation toile ecrue
Servieltes de toilette blanches &oouleUT
Nappes oouleurs
Tapis cir blanc s.ip poui-^tables
Molletons blanc et couleur sup.
l'oignes franais & a -nencaiu*
Organdi blanc t& couleur
Lainaue couleur anglais sup.pour Jupes
Madras a ban s d -;oie pour chemises m
honime
..atinett" tonUi-u pont robei nouveaBi
dessins
ilania-H anglais pi--matel.is)d)uble larg
Crepon \ carreau do soie jat a fleure
Voile ginc^tiam.
Aimables client, vous qui vtal porler,ipe
lr.n> les olus Ivh Iissih qu'il sjit pjiible '
trouver sur cette place, ne m inquez Pas '*
d'aller ailleurs ch piss,r c\>j. n^h o;*i i meilW'
acceuil vous est rserv.
i
110 Rue des Cia-s.
Port-ao-PriDce,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM