<%BANNER%>







PAGE 1

! — 2| >'ovmbK >* in ^PURAMF ? MNC;£T %  • 1 1 .... fv • 1 1 .'. %  1 Of u ;;•; .^'TEUB T 1 I il a ., %  • %  u n rill n [utMM nui.rasu,*i atiquf. i - et *vue .t* malalMs de rage critiqua. Il i' |H teint et assure la beaut c'e la i" 0 constitue un excellent traitement de l'irterio-acle'roae en abaissant la t'-niion arWHaUa en diminuant la Dgutnc t *a facilitai '• travail des reins. C le Cabinet Irtnaii est compose* I. 6i nud est Prsident lill COMM'il M.LoucheuraoxFfnanct i et H. l'.iinlevlafiucn.' PARIS — Kn raifon de ses m ni tip M occupation* par la la visle in:ii i i iluf de M. Tchiti h, rin et la cltbrution du wivice fus bra la inuiione de la Heine Ale;,n dm M Briand D' pas pu a'occu per ju-i|ii' cil apica midi de* d man lits ptfcMMtrM tour MMli luf-r Mil i ti n PARIS r<.— A io heme* M. Briard n iiiloim le l'tcsidenl de la Kpi liln]iii! qu'il avait ru-si 4 euDtlUOar le cabinet. Les nouveau minlalra sont : les aronoets Dc| ui> quelque lenv, l'on sa t lema (|uer, le soir, aux aiioid* des ilni'i ioga et des quartiers %  n virnnnatit de tout jeunes gar <;oi:>. 11 ni 1 i ans a pi ine, ils por lent 'tOtaloB COaVt li.nienl pnw e botta cigares, et n hsitent pas a an'O-tei. daus la rue, les lui.de jo e qu'ils leiiconlient. te Mil de pi lits imprudents que la vie dvore'n en un clin dnil si l'on ne inet i.u li tin leuis prcoces dtlamli'jna les pta et mre de famille veilleut sur les gan.oDnets A vendre Tro(> .hevaux de selle s'adresser a la l'oudation Ko, kefelkr a Maiitamot* Tlphone 789 Dcs NOM avons re.u le faire pit't du dcos survenu hier 1 heure de l'aprs midi, de Mme Vve Tho tnas Mills. Les funrailles auront lieu au iminl'liui & 3 heures, a la Catli drale. Mai on moituaire : No *)07,Hi,e Dants D**loueb'a. Aux IHUIIIII S Mills, Racine et a tonle ,iutr s parens que ce deuil Hli; | DON aofoyoi s i s si cres /ondoie/ nce-i failli lit 110 Gi„ Altenan i la %  l iniiju.i C ICOf en le tes Rui i De$t .,,, et (klfrar. NonaVOItl I -honneur de porter la cMnalaaat M w i I %  n Habile, qu'il viini de -vu blir ur c. ;ie Haitla Grands Pharmacie do Globe, atteasala k Ja tlliu i| %  !•• "'oiiou "a, l.i In icheiT des p r doiti| par tt r r • appirt^s a leicu lion d. s < florin; ncea mdicales cetrPI artfi •• recon.m-0 l< d une f ,; Iffd HlnUriaur : l'.douarJ Daladier. Marine : Osera; > Lignes, laatroetion PuD'*q ie : Roualain, Commerce ri Pestai et Tl ipaa Daniel Vincent Travaux Publie! : Anatole de Von/ie i r ivall : Antoine Durafoor. Coloni.s : Lon Perrier. Agricu toit : Jean Durand En raison des ditlii u'ts pour convaincre M Loucheur d'accep ter 'e portefeuille des Finances, M liriaud a renvoya a d-main la r m-litulio i lin.t'e du Cabinet. l' V HIS. — La dernire nt* %  mi-e pu le Q tal d On | Indique que M. Briaod eoiuutvara le porte le aille de. .'.:' ires Btaegfaa M. Lou, heur prendra ttlui dti Pissa* es, A. Paiolav, la tuerre et M. Ch utemps. le ministre de la Justice Kue des Miracles (En lace de -Impi imene N iliooale) Oi tu u*ara Ici irtlclea suivants reviH par l"s deniers Ixleaux: Soiili^ r< s tin n ir, m.irdor m tal argei t or, van i-, daim blanc etc, po r dan • r| enfant. 1 Bapeaui |araJa-ffo mes p-w ''mis t I.I.UIIi tiiea erafalrc, Jopea plke e-. Crapa d< Cbioa uni et imprim. Marocain de soie ho 'liet frapp. Salin I, rmeuse. ItoffM fantaiil i. Dentelles or.ar |B| et couleur EvMlaila en pli mes Uns .1soi. Ktilmn Koh r pes. Plii.neli1,1 Q. Articlede maage.l'arlumeri • Jolis cadeaux pour liin.iilles, Bri*ffe ieorgotte, ciepe maloeain de toutes nuances, Cretonne, drill le to tes c.uleurs. chapeaux pour homir es ot (lames, toile drap et nappe, llabardine pour hommes, Sou. liers tennis, parfums (]ty, lloubiuant ehauaseltes et bas de soie l'.h bien. '.ius trouverez tout cela chez Joseph Poujol 1734 ...ne du Mugasiu de l'Etait, A. vendre Un buggy i letch oaout chout. sudiester au llu ; eau ilu journal. I 1 1 I 1 f t. .Noos voil II fin de Novem oie. On dirait que les jours ont cemme des clairs. Bientt le|."es et mres il^ Emilie au tout prp() centimes Il Problme est trouv La p!u grande Maison de TVl leurs de Chicago, !a Maisin Edward E. Strau1 plot uni versellement coonuf ei .u sont employs decx;>eris an^'ais.lran rais etc pour la confection des cos tmes de fantaisie de crmonies de sports etc. parde-u de toute Oi'tes, casquetteet ceintures, 1 -t maintenant tablie en llai'i. Kejouiase/ vous, messieurs de cette bonne, nouvelle et tsoai voir le merveilleux catalogue des jo ia Tissus avec en regard le* ilill' reuts Styles des G atomes I H mai son recommande, n pari ses aie liers de costumes de tantaiala.son atelier spcial d^s eoatomaa .le ce rmonie tels que : Smocling, Ja quelles, Ked ntjo'es e\nj li ion ilion .1.-quels, dff experts sont affects. Les clients r<. .ivent gratuite temen! avec :b(que commanda, une jolie ceinture ei. tissus '>u en cuir, en harmonie avec la couleur du Costume command \ e le est munie d'une bon'le en mtal ga ranli.oii sont incrustesaux choix, les initiales du clients ou un Insi gne quelconque. Les mesure: fout prises et les con 'ttio'ilivrai (i r • ie(>rsen tant Kr. ne, LKTBI IBR, 111 "ne Bonne Kvi l'"il M l'rin .e llajti Les l'omm *'t soi.t remises en moins de '10 jours. The loyal Mail Steam Packet Company / Horo Unie 'c sleamer l'ela" venant de I -Lu'ope, San Jan. l'uerlo Plala et Cap linili.n aai attendu ici le %  M courant. Il repar.irK le mi^me j ur pour Kingston, Santo Domingo Cil\ et ban Pedro de Macoria. I tloffson, Lucas Se Cb tAgents gn raux Avi important Il a t gar, luudi 13 .\ 0 vem brecourant, un album dautogra pn,-. 1 n u ie Lne utquiU lilUrmn et soiiale — ( /i i,n t\> C'est uu pelii livre plat. re |j d,H loile ro, ge ili.griue, qu i H t -oufi au nomnv1 d puselt %  IMUr du Cooi n d Lut, p u, Mre remis a Me Ua cou flair, sm proprilaiie. Une bonne rei mpense ara d-.nne la persooue qui lappor lera au bureau du Journal, I • :• I.-;,UI, 1 n 1:11 vaaaol de I u mei (t des p rts du sud, est attendu i l'oit au Prise samedi matiu, -s courant. Il partira le u.^me jour pour lesporis du nord tt-l*kttfQBt< Ce steamer .Ivura c-'. attendu .lacmel le ; D cembre p nchain. II chargera a lous les ports ha tiens directement pour l'Kuiope. Le steamei l'ab ira s istat ndu a Jacmel.le Z\ Dcembreproclnin. Il chargera toi.s lesjpo h t haiiiei.s directement pour Iburope. %  l.-.--^ U'^AA IA p0 \. v.FT.I.r.REMERCIEMENTS Mme Francil Michaud, Mil Euterpe Midiaud Mr le Dr Km. maiilTi-l Mlihai.ij il Mes •nt..N(sMme Alice Michaud. Mr Llio Mi chaud, Mr et Mme Chfiitiai Michaud, Mr et Mme C mei t Mi cliaud, Vr e( Mme MB i, n ( har'ot et leurs enfants, Mlle V'ietoirs Michaud ainsi que tous les autres parents et allis rem "Mit bien sincrunenl tous les amis tant ,le la Capitale que de P, m C, ftt, no tammeLt le Dr rmand Monosiet el le directeur de la liani| (e de cette dernire vile, qui leur 011 donn des lmoigoagcs de lympa thie l'oerMiOO de la m ri de liur regrett : fc'rancil Uiibaod, lis les prient de croire lest pr ih n !> %  gratitude. 'ortau Prinet, le 88 No. I9i I llVIENAGEvR^S! Pour tindre tous tissus : LAINE, COIOH, SOIF. rt,... aucun produit nv,-,.. "La MAVRESVE" EavtmclMM, AMwa.'Phirma. iV p|t,|| TiffnsssL-.". *IT. 4*J^£_yEaCQQ L i ASNltRES l"lJ. itfiiTBL RFMDt CE L FiKHU PASTILLES muai SONT I.NDISPI SSAP.LJ 1ENFANT, ai w comme aux ftBASDS PU VS. pour PRSERVER C LEURS ORGANES RESPi 1AT0IB ou pour SOIGNER laaaai-Mn. u.vx J.OOROE.I .. .>-. HIf „ GRIPPE, amonu, A.-; MAIS IL FAUT AVOIR BU y HJL\ M n"orjoplo;""r CTUO les Pastilles VALDA vtrfob'.eS •aoduoa BsSBBBBBl en Bol m portant la i.um JfALDA Les < Pastilles Valda sont en vente : l'h ,1111,11 ic V.i'iitr.tle d'Ilaiti; Pharmacie IIourraine. Port.m l'roce; Pharmacie lirutus, Jrmie; et t-iutci pharmacies. Ua regard sur votrs n lu eOUBsil pOOt vous tre utile el uu coin lit it'iui plus ojeur '. Consulte/ le Goulfl de KM TAUNIELU Il rec I de '•• I 1et de '2 I ."• Iieures les mardis, inerere* dis et veuilredis. Il rpuml pr eorreipoadsjiee ajoute lettre aeeuiupauae\ de 2 dollars. ADRESS : liuelle Piquant ei pracfjatrv aiiectcnieivL pouf^arxaii^^iliice^. A Steamer i^feif aj,ariL ts toi Viuatib. io H coarariL ura aax Ca^ U, % Wctm&u pracljaia a^cc 25o torvue^ dt> nw c6xn0i^ f acml U, S aocc t$0 tonnes. JfcbjntT oiirteiiU laiMaa, ,;%^itcans te %4 9miu piocftain pour tou fa par t5 D 4 J£ati, A* de Malleis tt Co Agents' Gnraux Dr. PENlil^. I. Rac Ballu. Pari. Ce soir: Jazz-Band avec program me nouveau el meuu de choix. De 8 heures minuit.



PAGE 1

MPRlUkljh Clment Magloire BOIS..VEUNA 1358, Rue Amricain NUMERO 20 CENTIMES Quotidien PiLB CO.-V Gehimhua Mmorial Ukrar? %  %  l'eipeVieoce nous apprend iw pas nous tromp riais cil" nous rend la rjtttfitfl plus difficile, MltH |U*elli diminue la pari du hasard, le totil-pm -,mt cl liien\c i Un ut hasanl. Tristan \\l\\i TELEPHONE N" 242 19 ANNEE No 5667 p >riT.\r iRiNia (Hiim sMKl)i 28 NOVKMliltblttac L'Affaire Azard Fcui devant le Tribunal Criminel njOa se rappelle que le mois 1er er.au sujet d un meurtre commis la Graod'Kue, BUT la persoune d'uo o 11 1 1er de lu Marine de Guerre des Etala l ni-, le riepr-tentants de l*t>. i -upali ci An.'icaine avaient ouv^t une Mqufito paralllement l'iiiformatio.. que diiigeaii le juge dluflruc ion l> M voir contre ie nomm A/u i l'cui. accure cl tre l'auteur de ce meurtre. L'impression gnrale tait q:e l'affaire chappait a la Juridiction locale, mais, de notre rle, nounous eomtnes empresss, sur le-< renseignements qui fuooa taieut fourni, d'allumer le contiaire et de prciser les buts de l'enqu'e militaire. KM raison de la qualit de la victime el de notre statut politique actuel, nous ne nous sommes pal dsintresss de celte affaire. Kl. maintenait qu el e est Use l'au diencecrimineilede undipro* nain, nous croyons le moment venu de prsenter les faits tels qu ils -mil reats dans l'oidonnancedu juge Beauvoir dont nous reproduirons ci-aprs 'es parties essentie les : %  Atteudu que de l'ensemble des f iices du dOBelet, se dgagent les lits auivai.ts deux jeuu* dames, allait par la Grand K.. dan* la direction du PoiUil cogiine lorsque viurenl fc passer, toat prs de. lui. et allant dan la mme direction, un homme et une lemme qui lovai ni — lan dis que, rapidement, cet deux fuyards s'loignaient, un autre boni nie qi.i Us poursuivait sans doute, arrivait pas prcipits. Tte nue H le pantalon dboulonn, il joignait au dsordre de sa toilette, l'tat dexlnxe surecilation dans lequel il se trouvait. Aussi bien, crovat.t aviir atteint ceu qu il poursuivait, il sari fila brusquement, vint se placer en face de Beau-jour el, danune attitude de provocation, se mil l'apostropher en anglais Beau sjour, visiblement embarrasse, d. ae voir interpell dans cette langue qu'il ne connaissait pa. s'expliqua en crole, mais ce lut naturellement sans n -iiii.ii. car. ne comprenant rien de ce qu'on lui disait, l'homme coninua 'irri ter, lit des menace;. puis pissa aux voies de tait — \k celle phase dcisive de l'aitin. Bttusvjoi d/ii, jusque l reculait sans ce*se, en esquivant lesc ..-.%  re niait et, il venait de riposter avec succs loi squ apparut sur la scne /aid Fcui accompagn de deux tain rades tin cUinant son indigna tion de voir un hatien duisit te plus important? dg.i car, les oeif, du plexus brachial A les veines axillaiic lurent sec (ionns et l'artre brachiale ouer le, ce qui dtermina m.c abondao tehaarragw suivie puaqu .miue talement de mort • L'homme qui a succomb ainsi fc :4te actioe dplorable, eonrf i|iii-ui e naturellement exagre de sa conduite tout auss' dniorab't, ta.l un oflicier de 'a Marine de ( %  nerre Amlie>ine II avait le gra de d ei.seigne de vai-seau et r pou lait su nom de Kalph Clment C rroll Vleudu qu'pouvant d • ce r sultat, .Wnd r'cui, quoi IIIJ roa ilul au juge avec son linge el sua mouchoir tout macu es du sang de In victime, n'hsita pa* & il ri biier la paternit du meurtre & l'un d se.camarades. Il fallut donc arriver aux confrontations et, ce ii.t par ce moyen que, press par l'vidence de fait, il consentit faire I aveu constat dans notre procs verbal du 1S Octobre. Attendu que, par suiti de cet aveu qui coustitue une preuve complte, il devient inutile de pro cder li \ mien des autres indires rsultant de l'information : iju'on doit donc reconnatre que l-'ecui est l'agent responsable du m"iinre et qu'il l'a perptra et conso nui %  sinla participa 1 ion ni directe, ni ind reetc des autres I r ven i contr; les |in U d ailleurs l'instruction u'a relev aucuue charg-. •' Attendu que rien ne justilie ce meurtie. car, le meurtrier qui ne |fiit nullement prtendre avoir t piovoq'., ne se trouvait pfs lour nlr qui" lait dirige 1 agiosion avait deux lame* *e3 <,,.s, et A/ard Feui en'ra en -r ne accompHgi de deuv c marades. Il iaient dm: s x, cest dire en nombre ai Tuant poir rpiimer, sans tecouiir au meur tre, les excs d'un provoca eur dail'euis n tat d it,li iorii puis qu'au dire des tmoins, il tait ivie et ne dispobiiitd aucune arn.e. Il suit clone de tout ce qui picde. qu'en ce qui concerne Biaf Fec.ii, la prvention esl jtttti lie et qu'on doit dcidei qu'il v a lieu de suivre. •• Attendu que, s'agissaJ d un luit d'homicide volontaire, lait que la Loi qualilie crime, c'est au Inbunal Cnmiuel qu'il appartient d'en connatre. Par ce* mot fs, •'Pclarons qu'il n\ a pis lieu de f uivre contre Thermilus \mris et Christian Rocqaeville; L*r ren s von ciee ilefll de a prv*nlion; 0 donnons qu'ils* su eut mis en libert sur le champ si ce n'est dj fait et s'il ne sont retenu pour autre cause; •• Dclarons, au contraire, qu'il r y a lieu de suivre contre AzaTl Fcui. Le renvoyons pir devant le Tribunal Criminel de ce ressort alio d'v i Ire jug confo mment la Loi, pour avoir, dans la soirte du 17 Octobre courant, ci mm s un meurtre sur la personne de I; ii h Glement Carroll, crimpr iuct puni par les articles 140 I •J t'i du code pnal; •• Ordonnons que le dit Fcui •eia pris au cop et dpose dan la Mais, n d ant de cette ville i dji il n' e>\ (rou; •' Ordonnons en outre q'ie les pices de la procdure ainsi qui la prtente dcinioa seront Iranmises, -ans dlai, au Commissaire du Gouvernement pour, par lui, tre fait ce qu'il apparliendra. •• Ainsi dcid en Notre Cabinet etc Ce qui sera bientt fait Tout homme expt'rinr.en doit s'attendre srement la rel ction du Prsident Homo dont la fermet inbranialdeencourat;e et rcontorte les uomi'i ux |nin ans de sa politupi '. Le peuple ttittrr cotittUit I lot accord-r mme confiance W* NOUVELLES ETRANGERES L audience" ara prside par le Juge Utortue. Le sige du Harquet sera occup par le Commissaire Tnbi et ie banc de 'a M >oM ,. ., •. t-u.m.Ka-npyet Wu.l-or Mituei Le '^iiiseil juridique de la Lgation Vmricaine suivra les dbat* assist 4'u sUufrapbe. dont il eM to r t et ur la |-a—Ile il s'dpjiue pou repoudrn a i'appel de ce Peup e gui d< m iod i grandiens, l'tijeulioa ona* p e de sou p 0/ ..mut • l'ui %  ] i • la voix de toute la Natinn tw lait entendre u proclmani lnuiement les nei I uti don. c Cli M'a d j4 co nhl et la comule encore, qui pe-itcom battre, avec citantes de s ic:es, la rlection d^ MBoroo? LS nolils seutiii nisqnil'niim n'. ses pr fondes connaissances s* s bonn s tut ntions sont une ^i ratilie. pour l'avenir nation d. To Mes CCI considiallons ne parlent elles pis en faveur de ce ciloyen dont l'avenir cou onnera l'œuvre.' N uous convain -1111*111 elles pas de la ncessii ab-olue de le maintenir la l'rsi lence pour noire plus gftudbien? Les rares qualits po in ,it s de ce fidle et zl Dfenseur du Peupl • le lignaient a I attention du Conseil d'Etal qui mii|: iss nt les lonc tiousdu l'ouvo r L|{islitit,sera app l le il.iu/e Av.il mil neuf c'est a dire 11. boino NAHIUN PU AI liusTK. Four bressicr La bnd ctiou de la premire ,, rr. de I g t e ddie a M .1 au H.ijlUte dresser aura lieu di manche itt Niv.mbre. Li gra^d tresse sera chant* a heures, a bndiction aura lieu aprs | messe. La crmonie se fera sous la pisideiee de Monsieur le <• ha noinUGona, vicaire gn> rai U I' rBrunet. aumnier de M Louis, diiue.a ie sermon d usage. I Les vo\geurs qui vont par la r ioti de 'ort .u l'.ince a i>oga ne son UiftftaMnl irapps de l' tal m anbU dans lequel se liou ve la chapelle de (iressier llepui* qu; sur Perdre de Vp l'Archevque le P*W Le Moigne a ent-eprs eu U-emb e 1il d'> fonder nue paioisse, il y a dj cooliuil avec la u'e aide de ses paroi-sien* un pre-bytre COB**0 > ble Sou am'i in Q aujourd h ii fc-t d'y ed lier un nouvelle g i-e, plus digne de //•.'<• .i"'i qui doit 1 habiter, pus digne de St .Lan Baplit qui u 'ra le Patron, et uu plus Imnnrabe aussi pour le quartier d>nt elle sert le centre Malheiiie i-iment le ressources du cur de iressi-r >onl nsufli sautes. Il espre que le* d* .tsser v.teurs ds SI Jeau Baptiste vi • %  dron. i M i .-. %  ours Les personne q il ne pourraient lui remettie per s m .tllemenl leur aumne peuvent les dpoter si minimes lu -eutaile , rlariat de l'r.hev eb, mw de la frquentation scolaire o Le* mesures prises par le Dpar temei.t de l'Instruction Publique et I lusp.'ctiou scolaire n'ont pi-' tarl- pi ijuire leur* trult*. 11 e'et le* Directeurs et Direc tricei daf a la rue Amricaine. Le propritaire, homme aviai ne s'en est pis plaint outre m-'sit re II a tout si rp nu int mis a la p'are de l'obi! volet un MXO"4 r vei'. M tis piur assurer celui ci contre le vol, il a eu soin d'en cli usir un qui n in li pi | pas I ha] ri* ou pliiu',1 qui marque ternelle in %  it 1 li I .'. pi* une m nute de pin*, pi* une de moins. I' ne s'tait pas tromo car !•• r-*veil muet est encore M plix-eUae noue de {j(%la La gia'ide fte annuelle de l'a \ssoci.ili>n de* Dames de 8l> Kr i:i,oi-de Sile k la plu* ancienne dw Hilare h itiennes de bienfaisance, sera donne le Samedi Ifl Dcembre pro.dnin. Avec le coicou'8 d'art . talent, l'Asso :itti m offrira se* DonbfMI amis et invit* uni grande soire littraire avec musi que, chants et tibleaux vivante*, L'on sait qaaj cachet artistique cinq ie anne, les ftas or ganUee par les dvoues triooa do Si l'ran.iiis de Sale* qu on inscrive doue sur son ge la c-tte date du 19 Dcembre: elle mar quera dan* le* ann.,les du ti m got et il i dvouement mis au service de la charit. PAR CABLE tare* iv au-ua, siis D*J siler, procuras loi, ion ii;u Ituir tes eaux, tes pou dres, toi lard, ta erra \ ton crayon tu sera plus belle et plus lire. Au Cercle de Kariaoi Ce soir, le Cercle sportif de Ma riaoi offre une soire dansante. Il n'y .i p %  %  'I invitation* -p cial<*. Les amis, les membres du Cercle et leurs parent* ne pe dront aa'is -t" i e aoiat l'oaouioa de paiaer, d*ni le m n illcux Cl ,t'e de Jlariaoi, les charmant.* Iriirea de cette soire Les o .vert*, |p or 1 d1ner,| loi vent tre retenus l'avance Au Conseil d Etat A sa sanoe d'hier le Coos"il d'Ktata lu M. Martial B. Coulin n onmaicrrliire r la-teur en r-nplace'ient de M \N i am*,'d mi eionnaire Tous nos i nrpli nei I Rntivel iiii'nliiii italo->out|iislave ItOMK — Un nouvel incid-iil vient de surg r enlra l'Italie al la V "iiin* ace a la uile d un di cours pio on : i Lib h pi Kl • %  nue Hadi l'i, m •mh'-e lu i.c lin I YOOg s'av %  et ,lpul i de. lu Crjitie i. i ,iur d i| tel il a lor mu' de graves insulta contre Mussolini et l'Ttalie et menac le l sisme d'un soulvement dans l'Adriatique ,'il persiste dans —s ambit'ons d-* d.imi ier S.a'a'o et /.ara Le fascisme, dil-i'. est un'ou liage a notre poque et lilavM ce nous nous joindrons la Tur quie et la Itu'v trie pour loi har rer la route. La t.hincellerie ita lienne a iemaud des explications au "remier Paahichl BiqUrnenl I ineidenl (jii'co-liiilij ire ATlIKNhS— I .elinral Banga lo a dclar que la lirtVe dem ta der a la Diilgfie uue loteBait de^lti OOil livres slatlirg pour son agression con're Demir llis-nr qui cota la vie i plusieurs ofti ciers et so'dats lie loues. Litrait' en koe iroo devant lft_Mifibj*jA*fl atniuue et renger au chancelier Luther comme condition aine qun nou le maintien du preoepte rgl meutaire que le vote n laveur de la ratili atiun du traite de L car no soit 'la une pr.yorli u de trois cinq Uanes conditions la crise du Parlement esl cerlaue suis u re recours que I usage du prcepte consti.ulioiiuel qui min ne la di*so ution du Iteichslag dont le premier rsultat sera lui. pus milite le millier le 1er D cetnbre. le traite de i.,, uu,, lien Lbt prsident -lu.ltei lis taz Jiiis uue uote adresse a tous les membres du l'ailement expose que la non ratifie Hou du pacte de l,.. ,i ,,o .iig ii i i le ni n us o.ii %  mi i.il d. I AI.. |.,r le* au Irenali>us auropi toi • 'a perte de la coniunc" dans I Mlemagl ', la di-idence le I in lustrie, la bail e du ma-l. et la %  is %  coin. nr (i a la plus ttli ivant* ,jut se soit jamais praenle L Vor waerl orgme ,l i baril >o ia' ste s'est fcxpr m dans les mmes 1er trs. la c ise m lis'erielf en Fra're IctlM .'' MHi'tiiol dans s 's ili'uin rlii's poili lormei le mioistire I. Garnit declioe l'offre du pre si-leni Doaiuri|ue de re:ogstiiuer le lin'sire Hr Iri.uiil imiiT, i> rHatn l.i rn I'MUS — Mi Hkrriol choo dans ses lent ili .,•tin I ml a lor mr un miri-i n La Praident de la Kpub ique ii lait appeler Mr Alherl Sanaii I I Kl\ f pour le charer de la mme mission, <• dernier a dc in I dire de Mr Doumergue. I'AIIIH— \ l, ( demande du Pr sidut le la Rpubllqne M lliiaud vaeaa\er h nouver le rsoudre l crise ministrielle. .NouYeHes diverses CAS\BL\NC.\— L aviateur italien Casagranda qui lente sur un hydra viou la rii 1 ii.'n, ButUM \ires est S arti ce malin de 'J..-ablania se irigeant sur laa Canaries mais a t contraint i %  •. retourner a son point de dpart. Si il IA— La ( OD.mission d'en qm'le des iucidenls de frontire grco bulgare a termin ses Ira vaut. l'Ile |mnra in< essatnment pour lieuve ou elle duit rendre compte de H mission le t Dcem bre au C ,n-e.l da la Sociit des Naliocs. La sant doit passer aval tout Les beurres 'BLUENOSE" I 4 P YS' 4 ; de Messieurs Smilln l*ioetor, Ltd. sont |ai viiitis entirement purs. C'est *xaafi(a, BflHri n'.nra'n %  •> > centimes. Voilure I ourd*. Arbilr \V. 11. Williams. Rn foule dem tin aprs jmi ii au l'arc L'conte. Cet aprei ai 41 lasie lfor'a, Ha iog contre Vous Cul. Prcalculation du temps par I. 6. Tinpenhauer l.e r -l'resston am"iih4iique 0.1 au d"snus ; le i pratore 0 $ ,,u I •"• u". ledel dl temps O.t n gatif Probabi.i.s plaie: t.'.t nxa St. Lon RThbaud l'iNiilcrit e> Trop de chiens dfsM les rue On ne peut' plu compter le nombre de ces|animam que l'on rencontre, ces jours-ci, allant en liheTt sur la voie publique. Il faut y mettre rependant un trein. car, un de ces quadrupdes peut subitement <"re aMi int de rage et commun quer la terrible maladie Il ions •'•!.> qu'il liouvera sur son pan ge. Il f^iil eiiger des pro'n '•• %  •res qu'ils retiennent leurs chiens t I attache et laule par rut d le faire, ne pa* hsiter a distribuer aux toutou dus Mucisees empi soiioer DniH itvt I'IIM d'un 'lemi-millioQ Jo personnes wYgMitsi ont en train de conlrar'"nartaue VEXEZ VI IK : C'eafla/'nilli...' \ M? Maison .IEN M m rlrjfrTADO; I* l'on vend tou'es sortes '• hpeaux. ELne vous en dptise! 1 si vous achtt / avec a d'antre-: articles, vou 1 AtM ilors **t1i>. autxa tl rurt< ut d 1 l'affection de qui d droi*. M is. viitit^A iTafctor I l'Sleblii m


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06586
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, November 28, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06586

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
MPRlUkljh
Clment Magloire
BOIS..VEUNA
1358, Rue Amricain
NUMERO 20 CENTIMES
Quotidien
, PiLB CO.-V
Gehimhua Mmorial Ukrar?

l'eipeVieoce nous apprend iw
pas nous tromp riais cil" nous
rend la rjtttfitfl plus difficile,
MltH |U*elli diminue la pari du
hasard, le totil-pm -,mt cl liien-
\c i Un ut hasanl. Tristan \\l\\i
TELEPHONE N" 242
19 ANNEE No 5667
p >riT.\r iRiNia (Hiim
sMKl)i 28 NOVKMliltblttac
L'Affaire Azard Fcui
devant le Tribunal
Criminel
njOa se rappelle que le mois 1er
er.au sujet d un meurtre commis
la Graod'Kue, but la persoune
d'uo o111 1er de lu Marine de
Guerre des Etala l ni-, le riepr--
tentants de l*t>. i-upali ci An.'i-
caine avaient ouv^t une Mqufito
paralllement l'iiiformatio.. que
diiigeaii le juge dluflruc ion l> M
voir contre ie nomm A/u i l'cui.
accure cl tre l'auteur de ce meur-
tre.
L'impression gnrale tait q:e
l'affaire chappait a la Juridiction
locale, mais, de notre rle, nou-
nous eomtnes empresss, sur le-<
renseignements qui fuooa taieut
fourni, d'allumer le contiaire et
de prciser les buts de l'enqu'e
militaire.
Km raison de la qualit de la
victime el de notre statut politique
actuel, nous ne nous sommes pal
dsintresss de celte affaire. Kl.
maintenait qu el e est Use l'au
diencecrimineilede undipro* nain,
nous croyons le moment venu de
prsenter les faits tels qu ils -mil
reats dans l'oidonnancedu juge
Beauvoir dont nous reproduirons
ci-aprs 'es parties essentie les :
Atteudu que de l'ensemble des
fiices du dOBelet, se dgagent les
lits auivai.ts
deux jeuu* dames, allait par la
Grand K.. dan* la direction du
PoiUil cogiine lorsque viurenl fc
passer, toat prs de. lui. et allant
dan la mme direction, un homme
et une lemme qui lovai ni lan
dis que, rapidement, cet deux
fuyards s'loignaient, un autre
boni nie qi.i Us poursuivait sans
doute, arrivait pas prcipits. -
Tte nue H le pantalon dboulon-
n, il joignait au dsordre de sa
toilette, l'tat dexlnxe surecila-
tion dans lequel il se trouvait.
Aussi bien, crovat.t aviir atteint
ceu qu il poursuivait, il sari fila
brusquement, vint se placer en
face de Beau-jour el, dan- une
attitude de provocation, se mil
l'apostropher en anglais Beau
sjour, visiblement embarrasse, d.
ae voir interpell dans cette langue
qu'il ne connaissait pa. s'expli-
qua en crole, mais ce lut natu-
rellement sans n -iiii.ii. car. ne
comprenant rien de ce qu'on lui
disait, l'homme coninua 'irri
ter, lit des menace;. puis pissa
aux voies de tait \k celle phase
dcisive de l'aitin. Bttusvjoi
d/ii, jusque l reculait sans ce*se,
en esquivant lesc ..-.- re niait
et, il venait de riposter avec succs
loi squ apparut sur la scne /aid
Fcui accompagn de deux tain
rades tin cUinant son indigna
tion de voir un hatien une dlense si peu e'icare au blanc
qui le malraitail, r'cui s'avam ,
sortit son couteau e'. prit position.
In i-lioi se produisit il n v"' un
coup, et son adversaire qui fut ga
iemeot frapp, se relira precipi
tammenl pour aller s-alfaisser sur
le soi,baign dan* son sang. Au
ct droit, son veston coup dans
preeque'oulesa longueur, couvrait
une ulessure lougue de 13 pouces
a'lendiot du bas du thorax |usqu
l'aisselle. La couteau qui avait par
couru ce trjol, avait pu, nous le
braa. pntrer une profondeur
ae 2 pouces et, ce fut la qu'il | >
duisit te plus important? dg.i ,
car, les oeif, du plexus brachial
A les veines axillaiic lurent sec
(ionns et l'artre brachiale ouer
le, ce qui dtermina m.c abondao
tehaarragw suivie puaqu .miue
talement de mort
L'homme qui a succomb ainsi
fc :4te actioe dplorable, eonrf
i|iii-ui e naturellement exagre de
sa conduite tout auss' dniorab't,
ta.l un oflicier de 'a Marine de
(nerre Amlie>ine II avait le gra
de d ei.seigne de vai-seau et r pou
lait su nom de Kalph Clment
C rroll
. Vleudu qu'pouvant d ce r
sultat, .Wnd r'cui, quoi iiij roa
ilul au juge avec son linge el sua
mouchoir tout macu es du sang
de In victime, n'hsita pa* & il ri
biier la paternit du meurtre & l'un
d se.- camarades. Il fallut donc
arriver aux confrontations et, ce
ii.t par ce moyen que, press par
l'vidence de fait, il consentit
faire I aveu constat dans notre
procs verbal du 1S Octobre.
" Attendu que, par suiti de cet
aveu qui coustitue une preuve
complte, il devient inutile de pro
cder li \ mien des autres indi-
res rsultant de l'information :
iju'on doit donc reconnatre que
l-'ecui est l'agent responsable du
m"iinre et qu'il l'a perptra et
conso nui sin- la participa1 ion
ni directe, ni ind reetc des autres
I r ven i contr; les |in U d ailleurs
l'instruction u'a relev aucuue
charg-.
' Attendu que rien ne justilie
ce meurtie. car, le meurtrier qui
ne |fiit nullement prtendre avoir
t piovoq'., ne se trouvait pfs
lour nlr qui" lait dirige 1 a-
giosion avait deux lame* *e3
<,,.s, et A/ard Feui en'ra en
-r ne accompHgi de deuv c ma-
rades. Il iaient dm: s x, cest-
dire en nombre ai Tuant poir
rpiimer, sans tecouiir au meur
tre, les excs d'un provoca eur
dail'euis n tat d it,liiorii puis
qu'au dire des tmoins, il tait
ivie et ne dispobiiitd aucune arn.e.
" Il suit clone de tout ce qui
picde. qu'en ce qui concerne
Biaf Fec.ii, la prvention esl jtttti
lie et qu'on doit dcidei qu'il v a
lieu de suivre.
Attendu que, s'agissaJ d un
luit d'homicide volontaire, lait
que la Loi qualilie crime, c'est au
Inbunal Cnmiuel qu'il appartient
d'en connatre.
" Par ce* mot fs,
'Pclarons qu'il n\ a pis lieu
de f uivre contre Thermilus \mris
et Christian Rocqaeville; L*r ren
s von ciee ilefll de a prv*nlion;
0 donnons qu'ils* su eut mis en
libert sur le champ si ce n'est
dj fait et s'il ne sont retenu
pour autre cause;
Dclarons, au contraire, qu'il
r y a lieu de suivre contre AzaTl
Fcui. Le renvoyons pir devant le
Tribunal Criminel de ce ressort
alio d'v i Ire jug confo mment
la Loi, pour avoir, dans la soirte
du 17 Octobre courant, ci mm s
un meurtre sur la personne de
I; ii h Glement Carroll, crim- pr
iuct puni par les articles 140 I
J t'i du code pnal;
Ordonnons que le dit Fcui
eia pris au cop et dpose dan
la Mais, n d ant de cette ville i
dji il n' e>\ (rou;
' Ordonnons en outre q'ie les
pices de la procdure ainsi qui
la prtente dcinioa seront Iran-
mises, -ans dlai, au Commissaire
du Gouvernement pour, par lui,
tre fait ce qu'il apparliendra.
Ainsi dcid en Notre Cabinet
etc......'
Ce qui sera
bientt fait
Tout homme expt'rinr.en
doit s'attendre srement la
rel ction du Prsident Homo
dont la fermet inbranialdeen-
courat;e et rcontorte les uom-
i'i ux |nin ans de sa politupi '.
Le peuple ttittrr cotittUit I lot
accord-r
mme confiance
W* NOUVELLES ETRANGERES
L audience" ara prside par le
Juge Utortue. Le sige du Harquet
sera occup par le Commissaire
Tnbi et ie banc de 'a M >oM
,. ., . t-u.m.Ka-npyet Wu.l-or
Mituei Le '^iiiseil juridique de
la Lgation Vmricaine suivra les
dbat* assist 4'u sUufrapbe.
dont il eM tort et ur la |-aIle il
s'dpjiue pou repoudrn a i'ap-
pel de ce Peup e gui d< m iod *
i grandiens, l'tijeulioa ona*
p e de sou p 0/ ..mut
l'ui ] i la voix de toute la
Natinn tw lait entendre u pro-
clmani lnuiement les nei I uti
don. c Cli M'a d j4 co nhl et
la comule encore, qui pe-itcom
battre, avec citantes de s ic:es,
la rlection d^ M- Boroo? Ls
nolil- s seutiii nisqnil'niim n'.
ses pr fondes connaissances s* s
bonn s tut ntions sont une ^i
ratilie. pour l'avenir nation d.
To Mes CCI considiallons ne
parlent elles pis en faveur de
ce ciloyen dont l'avenir cou on-
nera l'uvre.' N uous con-
vain-1111*111 elles pas de la nces-
sii ab-olue de le maintenir
la l'rsi lence pour noire plus
gftudbien? Les rares qualits
po in ,it s de ce fidle et zl
Dfenseur du Peupl le ligna-
ient a I attention du Conseil
d'Etal qui mii|: iss nt les lonc
tiousdu l'ouvo r L|{islitit,sera
app l le il.iu/e Av.il mil neuf
c'est a dire 11. boino
Nahiun Pu Ai liusTK.
Four bressicr
La bnd ctiou de la premire
,, rr. de I g t e ddie a M .1 au
H.ijlUte dresser aura lieu di
manche itt Niv.mbre. Li gra^d
tresse sera chant* a heures, a
bndiction aura lieu aprs |
messe. La crmonie se fera sous
la pisideiee de Monsieur le < ha
noin- UGona, vicaire gn> rai
U I' r- Brunet. aumnier de M
Louis, diiue.a ie sermon d usage.
I Les vo\geurs qui vont par la
r ioti de 'ort .u l'.ince a i>oga
ne son UiftftaMnl irapps de l'
tal m anbU dans lequel se liou
ve la chapelle de (iressier
llepui* qu; sur Perdre de Vp
l'Archevque le P*W Le Moigne a
ent-eprs eu U-emb e 1il d'>
fonder nue paioisse, il y a dj
cooliuil avec la u'e aide de ses
paroi-sien* un pre-bytre COB**0 >
ble Sou am'i in Q aujourd h ii fc-t
d'y ed lier un nouvelle g i-e,
plus digne de //.'< .i"'i qui doit
1 habiter, pus digne de St .Lan
Baplit qui u 'ra le Patron, et
uu plus Imnnrabe aussi pour le
quartier d>nt elle sert le centre
Malheiiie i-iment le ressources
du cur de iressi-r >onl nsufli
sautes. Il espre que le* d* .tsser
v.teurs ds SI Jeau Baptiste vi
dron. i M i .-.ours Les personne
q il ne pourraient lui remettie per
s m .tllemenl leur aumne peuvent
les dpoter si minimes lu -eut-
aile , rlariat de l'r.hev
eb,
mw de la frquen-
tation scolaire o
Le* mesures prises par le Dpar
temei.t de l'Instruction Publique
et I lusp.'ctiou scolaire n'ont pi-'
tarl- pi ijuire leur* trult*.
11 e'et le* Directeurs et Direc
tricei d scolaires de Port au Prince ont pu
coastater qiia U moyenne de prA
is s'tiit releve
dm 1: roubles p-oortlous
C'est laal miej et il faut pou
suivre nergique me al l'eicuioii
dos apeurs adjoptfes.
I on se rap e le que l'autreji ,r
nous rappo;liojs qu'un dcav,
pour se rcuprer de" ses pertes a
la table de jeu. availvol, en par
Uct. un rveille matin qui indi
quait l'beure dans un petit >af a
la rue Amricaine.
Le propritaire, homme aviai
ne s'en est pis plaint outre m-'sit
re II a tout si rp nu int mis a la
p'are de l'obi! volet un mxo"4 r
vei'. M tis piur assurer celui ci
contre le vol, il a eu soin d'en
cli usir un qui n in li pi | pas I ha]
ri* ou pliiu',1 qui marque ternelle
in it 1 li I .'. pi* une m nute
de pin*, pi* une de moins.
I' ne s'tait pas tromo car !
r-*veil muet est encore m plix-e-
Uae noue de {j(%la
La gia'ide fte annuelle de
l'a \ssoci.ili>n de* Dames de 8l>
Kr i:i,oi-de Silek la plu*ancienne
dw Hilare h itiennes de bienfai-
sance, sera donne le Samedi Ifl
Dcembre pro.dnin.
Avec le coicou'8 d'art .
talent, l'Asso :itti m offrira se*
DonbfMI amis et invit* uni
grande soire littraire avec musi
que, chants et tibleaux vivante*,
L'on sait qaaj cachet artistique
, cinq ie anne, les ftas or
ganUee par les dvoues triooa
do Si l'ran.iiis de Sale* qu on ins-
crive doue sur son ge la c-tte
date du 19 Dcembre: elle mar
quera dan* le* ann.,les du ti m
got et il i dvouement mis au
service de la charit.
PAR CABLE
tare* iv au-ua, siis D*J
siler, procuras loi, ion
ii;u Ituir tes eaux, tes pou
dres, toi lard, ta erra \
ton crayon tu sera plus
belle et plus lire.
Au Cercle de Kariaoi
Ce soir, le Cercle sportif de Ma
riaoi offre une soire dansante.
Il n'y .i p ' 'I invitation* -p -
cial<*. Les amis, les membres du
Cercle et leurs parent* ne pe
dront aa'is -t" i e aoiat l'oaouioa
de paiaer, d*ni le m n illcux Cl
,t'e de Jlariaoi, les charmant.*
Iriirea de cette soire
Les o .vert*, |p or 1 d1ner,| loi
vent tre retenus l'avance
Au Conseil d Etat
A sa sanoe d'hier le Coos"il
d'Ktata lu M. Martial B. Coulin
n onm- aicrrliire r la-teur en
r-nplace'ient de M \N i am*,'d
mi eionnaire
Tous nos i nrpli nei I
Rntivel iiii'nliiii
italo->out|iislave
ItOMK Un nouvel incid-iil
vient de surg r enlra l'Italie al la
V "iiin* ace a la uile d un di
cours pio on : i Lib h pi
Kl nue Hadi l'i, m mh'-e lu i.c
lin I YOOg s'av et ,lpuli de. lu
Crjitie i. i ,- iur d i| tel il a lor
mu' de graves insulta contre
Mussolini et l'Ttalie et menac le
l sisme d'un soulvement dans
l'Adriatique ,'il persiste dans s
ambit'ons d-* d.imi ier S.a'a'o et
/.ara Le fascisme, dil-i'. est un'ou
liage a notre poque et lilavM
ce nous nous joindrons la Tur
quie et la Itu'v trie pour loi har
rer la route. La t.hincellerie ita
lienne a iemaud des explications
au "remier Paahichl
BiqUrnenl I ineidenl
(jii'co-liiilij ire
ATlIKNhSI.elinral Banga
lo a dclar que la lirtVe dem ta
der a la Diilgfie uue loteBait
de^lti OOil livres slatlirg pour
son agression con're Demir llis-nr
qui cota la vie i plusieurs ofti
ciers et so'dats lie loues.
Li- trait' en koe iroo
devant lft_Mifibj*jA*fl
atniuue et renger au chancelier
Luther comme condition aine qun
nou le maintien du preoepte rgl
meutaire que le vote n laveur de
la ratili atiun du traite de L car
no soit 'la une pr.yorli u de
trois cinq Uanes conditions
la crise du Parlement esl cerlaue
suis u re recours que I usage du
prcepte consti.ulioiiuel qui min
ne la di*so ution du Iteichslag
dont le premier rsultat sera lui.
pus milite le millier le 1er D
cetnbre. le traite de i.,, uu,,
lien Lbt prsident -lu.ltei lis
taz Jiiis uue uote adresse a tous
les membres du l'ailement expose
que la non ratifie Hou du pacte de
l,.. ,i ,,o .iig ii i i le ni n us o.ii
mi. i.il d. I AI.. |.,r le* au
Ire- nali>us auropi toi 'a perte
de la coniunc" dans I Mlemagl ',
la di-idence le I in lustrie, la
bail e du ma-l. et la is coin.
nr (i a la plus ttli ivant* ,jut se
soit jamais praenle L Vor
waerl orgme ,l i baril >o ia' ste
s'est fcxpr m dans les mmes 1er
trs.
la c ise m lis'erielf en Fra're
IctlM .'' M- Hi'tiiol dans
s 's ili'uin rlii's poili
lormei le mioistire
I. Garnit declioe l'offre du pre -
si-leni Doaiuri|ue de re:ogstiiuer
le lin'sire
Hr Iri.uiil imiiT, i> rHatn l.i rn
I'mus Mi Hkrriol choo
dans ses lent ili .,- tin I ml a lor
mr un miri-i n La Praident de
la Kpub ique ii lait appeler Mr
Alherl Sanaii I I Kl\ f pour le
charer de la mme mission, <
dernier a dc in I dire de Mr
Doumergue.
I'aiiIh \ l,( demande du Pr
sidut le la Rpubllqne M lliiaud
vaeaa\er h nouver le rsoudre
l crise ministrielle.
.NouYeHes diverses
CAS\BL\NC.\ L aviateur italien
Casagranda qui lente sur un hydra
viou la rii 1 ii.'n, ButUM \ires est
Sarti ce malin de 'J..-ablania se
irigeant sur laa Canaries mais a
t contraint i. retourner a son
point de dpart.
Si il IA La ( OD.mission d'en
qm'le des iucidenls de frontire
grco bulgare a termin ses Ira
vaut. l'Ile |mnra in< essatnment
pour lieuve ou elle duit rendre
compte de H mission le t Dcem
bre au C ,n-e.l da la Sociit des
Naliocs.
La sant doit passer aval tout
Les beurres 'BLUENOSE" I 4PYS'4; de Mes-
sieurs Smilln l*ioetor, Ltd. sont |aiviiitis entire-
ment purs.
C'est *x I ^ W II i,- vente dans les lionnes piceries ci en il.'i.oi
,. v3. C5. U. c|teil(,s i()ent9.
Commercial Aaencien iiud Commissions
Cianpiniinat de Foo'bsll
Daman aprs midi f; 4 heures,
(jran 1 m*l'h seusalionnel en'"' le
t aa is ath'll \ le Club et 11 < ia
S|iortive II ilienni La partie sera
trs inli-r- >aafi(a,
BflHri n'.nra'n > > centimes.
Voilure I ourd*.
Arbilr \V. 11. Williams. Rn
foule dem tin aprs jmi ii au l'arc
L'conte.
Cet aprei ai 41 lasie lfor'a,
Ha iog contre Vous Cul.
Prcalculation du temps
par I. 6. Tinpenhauer
l.e r -l'resston am"iih4iique
0.1 au d"snus ; le i pratore 0 $
,,u I " u". ledel dl temps O.t n
gatif Probabi.i.s plaie: t.'.t nxa
St.
Lon R- Thbaud
l'iNiilcrit
e>
Trop de chiens
dfsM les rue
On ne peut' plu compter le
nombre de ces|animam que l'on
rencontre, ces jours-ci, allant en
liheTt sur la voie publique. Il
faut y mettre rependant un trein.
car, un de ces quadrupdes peut
subitement <"re aMi int de rage et
commun quer la terrible maladie
Il ions '!.> qu'il liouvera sur son
pan ge.
Il f^iil eiiger des pro'n 'res
qu'ils retiennent leurs chiens t
I attache et laule par rut d le
faire, ne pa* hsiter a distribuer
aux toutou dus Mucisees empi
soiioer
DniH itvt
I'Iim d'un 'lemi-millioQ Jo
personnes wYgMitsi ont en train
de conlrar'"- nartaue '
VEXEZ VI IK :
C'eafla/'- nilli...' \ M?
Maison .Ien m m rlrjfrTADO; I*
l'on vend tou'es sortes ' h-
peaux. ELne vous en dptise!1
si vous achtt / avec a d'antre-:
articles, vou1 AtM ilors **t1i>.
autxa tl rurt< ut d1 l'affection
de qui d droi*. M is. viitit^A
iTafctor I l'Sleblii m


! 2| >'ovmbK .
>*
in
^PURAMF
? MNC;- T
1 1
.... fv
1 1 .'.
1 .
Of
u
;;; .^'TEUB
T
1 I
. il a
., u n rill n [utMM
! nui-
- .rasu,*-
i atiquf.
i - ilarfau la olr-
du i facilita l*a i^po-
; i, pua I :onnatioi> et *vue
.t* malalMs de rage critiqua. Il
i' |h teint et assure la beaut
c'e la i" -
0 constitue un excellent traitement
de l'irterio-acle'roae en abaissant la
t'-niion arWHaUa en diminuant la
Dgutnc t *a facilitai '
travail des reins. C
le Cabinet Irtnaii
est compose*
I. 6i nud est Prsident
lill COMM'il
M.LoucheuraoxFfnanct i
et H. l'.iinlev- lafiucn.'
PARIS Kn raifon de ses m ni
tip M occupation* par la la visle
in:ii i i iluf de M. Tchiti h, rin et
la cltbrution du wivice fus bra
la inuiione de la Heine Ale;,n
dm M Briand D' pas pu a'occu
per ju-i|ii' cil apica midi de* d
man lits ptfcMMtrM tour MMli
luf-r Mil i ti n
Paris r<. a io heme* m.
Briard n iiiloim le l'tcsidenl de
la Kpi liln]iii! qu'il avait ru-si 4
euDtlUOar le cabinet. Les nou-
veau minlalra sont :
les aronoets
Dc| ui> quelque lenv, l'on sa t
lema (|uer, le soir, aux aiioid*
des ilni'i ioga et des quartiers n
virnnnatit de tout jeunes gar
<;oi:>. 11 ni 1 i ans a pi ine, ils por
lent 'tOtaloB COaVt li.nienl pnw
e botta cigares, et n hsitent pas
a an'O-tei. daus la rue, les lui.-
de jo e qu'ils leiiconlient. te Mil
de pi lits imprudents que la vie
dvore'n en un clin dnil si l'on
ne inet i.u li tin leuis prcoces
dtlamli'-
jna les pta et mre de famille
veilleut sur les gan.oDnets
A vendre
Tro(> .hevaux de selle s'adres-
ser a la l'oudation Ko, kefelkr a
Maiitamot*
Tlphone 789
Dcs
Nom avons re.u le faire pit't
du dcos survenu hier 1 heure
de l'aprs midi, de Mme Vve Tho
tnas Mills.
Les funrailles auront lieu au
iminl'liui & 3 heures, a la Catli
drale.
Mai on moituaire : No *)07,Hi,e
Dants D**loueb'a.
Aux IhuiiiIi s Mills, Racine et a
ton- le ,iutr s parens que ce
deuil Hli; | don aofoyoi s i s
si cres /ondoie/ nce-i
failli lit 110 Gi
Altenan i- la 'liniiju.i
C ICOf
en le tes Rui i De$t .,,,
et (klfrar.
Non- aVOItl I-honneur de porter
la cMnalaaat M w i
I n Habile, qu'il viini de -vu
blir ur c. ;ie Hait- la Grands
Pharmacie do Globe, atteasala k
Ja tlliu i|! "'oiiou
"a, l.i In icheiT des pr doit- i|
par tt r r appirt^s a leicu
lion d. s < florin; ncea mdicales
cetr- PI artfi recon.m-0 l<
d une f ,; Iffd
HlnUriaur : l'.douarJ Daladier.
Marine : Osera; > Lignes,
laatroetion PuD'*q ie : Roualain,
Commerce ri Pestai et Tl
ipaa Daniel Vincent
Travaux Publie! : Anatole de
Von/ie
i r ivall : Antoine Durafoor.
Coloni.s : Lon Perrier.
Agricu toit : Jean Durand
En raison des ditlii u'ts pour
convaincre M Loucheur d'accep
ter 'e portefeuille des Finances,
M liriaud a renvoya a d-main la
r m-litulio i lin.t'e du Cabinet.
l'VHIS. La dernire nt*
'mi-e pu le Q tal d On | Indique
que M. Briaod eoiuutvara le porte
le aille de. .'.:' ires Btaegfaa M.
Lou, heur prendra ttlui dti Pissa*
es, A. Paiolav, la tuerre et M.
Ch utemps. le ministre de la
Justice
Kue des Miracles
(En lace de -Impi imene N iliooale)
Oi tu u*ara Ici irtlclea suivants
reviH par l"s deniers Ixleaux:
Soiili^ r< s tin n ir, m.irdor m
tal argei t or, van i-, daim blanc
etc, po r dan r| enfant.
1 Bapeaui |araJa-ffo mes p-w
''mis t i.i.uii- i tiiea erafalrc,
Jopea plke e-. Crapa d< Cbioa uni
et imprim. Marocain de soie ho
'li- et frapp. Salin I, rmeuse.
ItoffM fantaiil i. Dentelles or.ar
|B| et couleur EvMlaila en pli
mes Uns .1- soi. Ktilmn Koh r
pes. Plii.neli- 1,1 q. Article- de
maage.l'arlumeri Jolis cadeaux
pour liin.iilles, Bri*ff mes. Jouets : Jouets Jouets '.
A des prix lliant toute conciir
Kiire.
(irand iiaortian ni d'o nemenls
pour Arbic de Ntl.
Pour la tin da 1 a un 4e,
il vous laiit.mes daMies et
messieurs ; servie!les de
bain, ei-epe de ehlne.or.'
|>e ieorgotte, ciepe ma-
loeain de toutes nuances,
Cretonne, drill le to tes
c.uleurs. chapeaux pour
homir es ot (lames, toile
drap et nappe, llabar-
dine pour hommes, Sou.
liers tennis, parfums (]ty,
lloubiuant ehauaseltes et
bas de soie
l'.h bien. '.ius trouverez
tout cela chez
Joseph Poujol
1734 ...ne du Mugasiu
de l'Etait,
A. vendre
Un buggy i letch oaout
chout. sudiester au llu
; eau ilu journal.
I 11 I 1 f t.
.Noos voil II fin de Novem
oie. On dirait que les jours ont
cemme des clairs. Bientt
le- |."es et mres il^ Emilie au
tout prp es ftes de lin d'anne. ,
i.iuant aux jeunes(gi'ns, ils doi
vent penser i faire un joli cadeau
leurs.. pronjisis.
Kh liieu, la m tison Kawas lier
manos s'est lien prpare en con
quence. Klle vient de recevoir
un fort stock de crpe de chine
imprim, de rpe satin, char-
meuse satin de soie.taffetas, jersev
de soie, tricotine i Heurs, bss de
soie, vettails de plumes. 9acs
main, en cuir et en mtal pour
dame. cotTreta de pailumerie de
toutes marques-, sans compter les
mille et une choses qui nous
prendraient un le.nps indni nu
mrar et qui feraient les dl'ces
des plus capricieuses et des plus
lili ciles.
Parisiana
_ Le Lac d'Ardent
hcenano et mise en Scne de Gas
ton II ii.l.
L adion se passe au bord du
Lac d'Annecy.
Entr* 2. 3, 4 gourdes.
Varits
Dimanohe
la Xe Symphonie
Le Masque aux dents
Manches
7e pisodes
">() centimes
Il Problme est trouv
La p!u grande Maison de TVl
leurs de Chicago, !a Maisin
Edward E. Strau- 1 plot uni
versellement coonuf ei .u sont
employs de- cx;>eris an^'ais.lran
rais etc pour la confection des cos
tmes de fantaisie de crmonies
de sports etc. parde-u de toute
Oi'tes, casquette- et ceintures, 1 -t
maintenant tablie en llai'i.
Kejouiase/ vous, messieurs de
cette bonne, nouvelle et tsoai voir
le merveilleux catalogue des jo ia
Tissus avec en regard le* ilill'
reuts Styles des G atomes I h mai
son recommande, n pari ses aie
liers de costumes de tantaiala.son
atelier spcial d^s eoatomaa .le ce
rmonie tels que : Smocling, Ja
quelles, Ked ntjo'es e\nj li ion
ilion .1.-quels, dff experts sont
affects.
Les clients r<. .ivent gratuite
temen! avec :b(que commanda,
une jolie ceinture ei. tissus '>u en
cuir, en harmonie avec la couleur
du Costume command \ e le est
munie d'une bon'le en mtal ga
ranli.oii sont incrustesaux choix,
les initiales du clients ou un Insi
gne quelconque.
Les mesure: fout prises et les
con 'ttio'i- livrai (ir ie(>rsen
tant Kr. ne, LKTBI IBR,
111 "ne Bonne Kvi l'"il M l'rin
.e llajti
Les l'omm *'t soi.t remises
en moins de '10 jours.
The loyal Mail Steam
Packet Company
/
Horo Unie
'c sleamer l'ela" venant de
I-Lu'ope, San Jan. l'uerlo Plala
et Cap linili.n aai attendu ici le
M courant.
Il repar.irK le mi^me j ur pour
Kingston, Santo Domingo Cil\ et
ban Pedro de Macoria.
I tloffson, Lucas Se Cb
tAgents gnraux
Avi important
Il a t gar, luudi 13 .\0vem
brecourant, un album dautogra
pn,-. 1 n uie Lne utquiU lilUrmn
et soiiale ( /i i,n t\>
C'est uu pelii livre plat. re|j
d,H loile ro, ge ili.griue, qui H
t -oufi au nomnv- 1 d puselt
Imu- r du Cooi n d Lut, p u,
Mre remis a Me Ua cou flair, sm
proprilaiie. "
Une bonne rei mpense ara
d-.nne la persooue qui lappor
lera au bureau du Journal,
I : i.-;,ui, 1 n 1:11 vaaaol de
I u mei (t des p rts du sud, est
attendu i l'oit au Prise samedi
matiu, -s courant. Il partira le
u.^me jour pour lesporis du nord
tt-l*kttfQBt<
Ce steamer .Ivura c-'. attendu
.lacmel le ; D cembre p nchain.
II chargera a lous les ports ha
tiens directement pour l'Kuiope.
. Le steamei l'ab ira s istat ndu
a Jacmel.le Z\ Dcembreproclnin.
Il chargera toi.s lesjpo hthaiiiei.s
directement pour Iburope.
l.-.--^ U'^aa Ia p0 \. v.FT.I.r.-
REMERCIEMENTS
Mme Francil Michaud, Mil
Euterpe Midiaud Mr le Dr Km.
maiilTi-l Mlihai.ij il Mes nt..N(s-
Mme Alice Michaud. Mr Llio Mi
chaud, Mr et Mme Chfiitiai Mi-
chaud, Mr et Mme C mei t Mi
cliaud, Vr e( Mme Mb i, n ( har'ot
et leurs enfants, Mlle V'ietoirs
Michaud ainsi que tous les autres
parents et allis rem "Mit bien
sincrunenl tous les amis tant ,le
la Capitale que de P, m C, ftt, no
tammeLt le Dr rmand Monosiet
el le directeur de la liani| (e de
cette dernire vile, qui leur 011
donn des lmoigoagcs de lympa
thie l'oerMiOO de la m ri de
liur regrett :
fc'rancil Uiibaod,
lis les prient de croire lest
pr ih n !> gratitude.
'ortau Prinet, le 88 No. I9i I
llVIENAGEvR^S!
Pour tindre tous tissus :
LAINE, COIOH, SOIF. rt,...
aucun produit nv,-,..
"La MAVRESVE"
EavtmclMM, AMwa.'Phirma. iV p|t,||
TiffnsssL-.". *it.
4*J^_yEaCQQLi ASNltRES l"lJ.
itfiiTBL
RFMDt CE L FiKHU
Pastilles muai
sont i.ndispi ssap.lj .
1ENFANT, ai
w comme aux ftBASDS PU VS.
pour PRSERVER C
LEURS ORGANES RESPi 1AT0IB
ou pour SOIGNER
laaaai-Mn. u.vx j.ooroe.i .. .>-. HIf
grippe, amonu, a.-;
MAIS IL FAUT AVOIR BU y HjL\ M
n"orjoplo;""r ctuo
les Pastilles VALDA vtrfob'.eS
aoduoa BsSBBBBBl en Bol m
portant la i.um
JfALDA
Les < Pastilles Valda sont en vente :
l'h ,1111,11 icV.i'iitr.tle d'Ilaiti;
Pharmacie IIourraine. Port.m l'roce;
Pharmacie lirutus, Jrmie;
et t-iutci pharmacies.
Ua regard sur votrs n
lu eOUBsil pOOt vous tre utile el uu coin lit it'iui plus '
ojeur '. Consulte/ le Goulfl de
KM TAUNIElU
Il rec I de ' I 1- et de '2 I ." Iieures les mardis, inerere* '
dis et veuilredis.
Il rpuml pr eorreipoadsjiee ajoute lettre aeeuiupauae\
de 2 dollars.
ADRESS : liuelle Piquant ei 1
Allez chez
Christian BOX
I
322 Ru* den Bronts-Eovls
TELEPHONE 6i3
OU vous trouvre/. tiHarry lirandy. <\ni8ette,Cacao~~
l'ipiiermiol, Orgeat el toutes le liqueurs siiperfit.es.
L alcool pur est seul employ daus la iabrication des
Liqueurs Christian BOX
( la peut dguster dans l'tablieseraent.
Kiluctioa de priv pour plus d'ttae houteille.
ALIJJL\IJ J Lii\t
New-Orlans!* South, American Steaaiship Co lue'
Prochain dpart direct pour
Port-au-Prince rlaiti
p S\S a^DaiCaU^cra Dlcv-Oifatu [v tel
$cumhit> pracfjatrv aiiectcnieivL pouf^arx-
aii^^iliice^.
A Steamer i^feif aj,ariL ts toi
Viuatib. io H coarariL ura aax Ca^ U, %
Wctm&u pracljaia a^cc 25o torvue^ dt> nw
c6xn0i^f acml U, S aocc t$0 tonnes.
JfcbjntT oiirteiiU laiMaa, ,;%^itcans
te %4 9miu piocftain pour tou fa part5
D4Jati,
A* de Malleis tt Co
Agents' Gnraux '
Dr. PENlil^. I. Rac Ballu. Pari. *
Ce soir: Jazz-Band avec program
me nouveau el meuu de choix.
De 8 heures minuit.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM