<%BANNER%>







PAGE 1

1 vL MA.N -I 2C Normcre ifrz PAR CABLE La Crise MinisWie etf Franc? Tentative pour la lormation d'OO cahioct de concentration nationale I. Herriot pa ait tre mattre le la situation On discours rl |f. Albert Thomas M. Briand a retua* de former le cabinet I. Donner a accept de forme! le notwao ministre Paai — L.Prsidant Do i gue a continu anjourd hi MlUlioa les principaux homni. poliliiiiiHs pour la constitution l" cabinet qui doit euoced. r ci de M. Painlev l>. i i pn rcs heures de h matine, il h re u MM. Doumer el M.itvv pn I dents des comm.sMOfls des linau ces du snat el de la chambra, M. Chron, pr-idiu! de Il mon repu blicaiue du snat, Raoul Pict, m prsident de la chambre tt C ta [ irsideat du groupe radical roi ia iste du parli mc.it. Au sortir de l'Elyse M. M a dclar |-i il avait l'impression que MDoumergue chargerait M. Ouais de toc ili tuer un cabinet evee la gain lie ialcl" l'unique minist-n possible .1 im la • ilaatiou actuelle. >ju il proti le contre t ide le dlaao Dlio i di Hi innil et arconiee h parti. | itl "i d< s %  ocielistea dans li miniilrw. I e aon O', M ChrOB %  dclar que le ministre qui rpondi lil aux utcessila du moment II ,i rail .' no par 1 1 nion blieaii PARIS MM. M, 1 ChrOO, Il mn al H r> I i nt tente darriv. r un aeeord p U| .onst.luer un i ouvi %  V l'isue d'une rootVraoea avec M Doumergue. |.. s ti ni dclar ipi" .ii nt di-po-cs .1 former un bloide concentration nationale un pr II q i • M Bri indi c.-epte i H d< faire partie d un cal. m i avant M Doumer nresl i MU. . \1. 1 1. i mai ilima au : Ht %  % %  vois .h aoi i rio M pour poli d,li P r la prott rai io la Me et sauve: la situation PARIS— A iHxeasien de la cri tt> miIstria M. .11. it 'Iho le 't du Bure a • du ira val da la 8 fi Mationa, a I i >oe un dil ours poliliqui! contre la di-t ilur indivi • en faveur du i dleclivism* pro: aire. One dclaration dra psr tiaaoa de S. ii iriol PAMIS — A une assemble g*n raie Imue par loi C78 dputl groipes : radii .1. rad cal s le, socialiste rpublU rf> • %  • teliala rla>.si<)UP et l>'':.!. %  • listes qui constituent I reprsen talion guralc du | rotei 'oral 10 cialiste qui soutenait M l'.iinlev au pouvoir, ces demieont r que dsormais il ne pilera un appui i aucun groupe 'l" 1 o'ours r is comme programme 1 m|.'.l • 11 ... . V* •y.twl *t uu^lll * >v*UmK tVnm.\.v.r i >4 r -Vw Nouvelles diverses WKSfi \DI:N— M. Henri Trard prsident de la commiation inler allie du contrle Ailitaire aujourd I1111 e barou von /imrriei j Haut de Hlinanie. BELGRADE— (in annonce q M la crise entra U Yougoslavie et le V iticai il 1 • ;i uua Intrigue detire prov quei 11 !• nui Ion da ml 1 v i i.,,. <: >l>!\ P imo da Rivera, pr aident du Dire loir • %  ipagnol va n ml du llam est arriv d tua cette vl : DUBLIN Ile \ 1 irsunt oiaaion 'l ton cab .1 B \ 110 V Le croiM 1 Un •• l'.nver '' a r.ou l'ordre da e n-nlre faune II lia na :l 1 \ri.-1. PBJ3 M. de J luven'l. Haut comoiissaje *eu Syiie, .1 parti I our rejo ndr e. l'^iUW— Hv.iui .a raf n eai-i* .\--.. '•<.....< _ ..„„,„,. ,,,,,„ ,„ pnb Ettoe, Ifr Bria %  1 Ufloilive ment ranone il" h mer le mioia lii \t Doua i^ M a Fait M. Douin '. P\RH—M D m 1 11| i,-. 1, t.. .!' %  da Formar un miniaire et t d mand au Pridenl da la Repu blique un d.'-lii de U heuraj p u f consulter NI mis. Len As&ixes L'au ligure i'e Mercredi du lnbunal 1 rimmel a t l'une .! %  moins 1 h argues fle la iMlion. Le Docteur Malliurin, an moin du vol reproch i knlo j Kapelrtin -leau Man t COIDp m pour exposer au Jurv las aoupoai qui a'tlMQl poits iur .lu M.i qui IVsil < I • l'i'iidanl lua^tei attach son service,— loraqu il constata un matin qu'une porta de sa piirtim.i ie avait l aofon Ot que plus de J il gourde* prcieu-em 1 t gardi une armoire lui avalent inli 1 L'enqu < %  pi liin ae 1 .1 laGi iid.nmeiio, ajouta le Ur. M.-itburin, aboutit 1 lorm.pl de Jn Mary qui ta 1. J u .luire au quartier da 8t. Antoine, dans une cour trs pi 1 D il ivail enfoui la valeur d< robe, l|U il remit aux ge idai 1.. gant en %  nire .l'excuses IJ.I il 11 avait pal t psyp de plu da ileux naoii de son saiaire. LePresidenldiitril.il l-J.ge lie, mi.' rojei oauitfl Ra> l Jn Mary, qui, une nouvelle par ni goea dtour-, avoua I loilait. Le rle du Cau il d< la., ., ,. parut alors s'aggraver. '.. Sobatilut Unsrd Raj 1 on I oa jugn p i.s 1 'i ri pr p Ire an dtail 1 ,! '' 1 eeuaa al rappela %  implemeal aui jui. ,| 1i e seus '•• t'ui verdi I paraissait indiqu ( r I aveu du pivenu. • Arthur I oopat, i> vocal stalui ->l .1 v;, premire plaidoi •otl Cita du tribunal comme u 6t< i.edu crime,an l'anpv 11 r la m, niai. 1. de oh die .1... 'I •' ' %  '' pas un volt de proies %  ion I succombe I que qi e i.tti lil "'. P' 1 M ju bail cJu p.,vi fga di p rar li joui et Hti ( 'i Ina du D ci ur Mali,. ,n 1 % %  1 na ..u V.MII.I I midi el demi .t Rapain J 1 \i ,, quelquaa mi .1 ai pt 0 i lard conoUmn onze mus it ,i n ,i demp, 1-0111niL.nl pur le J une La Fnfi m. loi brr. On dirait qui ont 1 > IL ii• I ienlot 1 rei :• aasilla en %  %  • 1 ts pour ;. ftai de On Mwnl aux jei : 1... 1 1< il i .M penser i lai r oli ...leau tus,.. aroi iE en, I i HI ii• K' ..v a lier manoa t'a 1 I lei 1.1 • p con n 'innce, Ella riei I .1recevoir un fort -me!, d< -| le chine imprim-'. de 1 • pa lin, charmaoM tin d s .je lal'.e'a:, j-.-. j •. trieolrne i Heurs, t. 1 de nie, ..il i 1 de plumes sacs mail:, p.. .m t ea m-t.l p 1" dune II • % %  .!• %  pari' m rie de toute larqoi IQI eomptar les nul! %  ei nu 1 boni qui nous prendraient un tempinti Isa mirer et qui feraient IP.I D 1 apririeuiei .t de pins J"i, iie. S'lu \. u\ terniser, ur ton leit li lr iili. d-,' -d / Paul |<]. iuxiia, s.ms lu'siler, procures toi, u %  paria m; t6eaox, les pou dres, ton laid,la crime, ton rt„y. n lu s.-r.i plus belle et plus lire Candidat A LA M i|isuaii.ie, Communale N ui avons re.'1 en nos Ku • 1 la v i lia du Mr A ugaetia Avin qui nous a annonc UU n -•' • 1 ... l ireabaia, aux pn> iliiiiips 1I1 tions communales. Mr Avin est un planteur et il r .impie, n lus 11 tll dit, beaucoup d'amis dans sa Commune. .Nous lui soubailons bon -uc % % %  -. Rues dansantes l'.e sont celles qui voisine'.' les dancing*. \ i instar de ces dernier ch qu petit cal, chaque gu 1 gai ite tujourd hul a son or ch. lira, tout est bon 1 tervii .1 imlrument, vieilles cruches bri peignes t n i aille sut lesquels on nppi qui un bout de papier lin, in.ii.dolines et violons aussi vieux que Stradivaiius Kl d 1. teustl et dans urs n'v manquent point. Le soir, ds 7 lieu;.s. Ions lei chos d'alentour cacophonies d ou temps en temp> <**K>r* ->r„\„...,. galeries obsu lacent et Ion lui des rues d uiaantfl. v.brei.t k "PJ l'i h ppeal de 'les soin ia ni, ,,, r ... les eooplaa s 1 n OUI. Ll. Co jrt Paiisiaiia i e Soir V1D0CQ .|p, 5e epuouaa Le film tant attenlii.on joueia mme s il pleutDimanche Le Lac itArueiit — ia pluie ayant contrari la reprsentation du lilm de Sle. Th rse. on le donnera la semaine prochaine. ? fe sj ^iaF ^r 4W>^?H&Compagnie linerale Tran&atlaotlque u' # SS Caravelle • de retour de tuba cl des Porto du S. .1 .si ttendu Pu t au Priucs la i'.i cou r i.l. Il repartira lia m n. jour pour u Vora et l'Kuioj 1 (va Ni a ^. ik direct) i r la b S. Nu Une seront fer" 1. 1 vandi. .:i .'T .ti, 1 ourant. Poilau Priais, •.' NoutLbt* 19] .. V:'si'cz REIERCIESENTS Ima fraaeil Micbi id, Mile Butarpe llicbaud M. Di i.m Michaud 11 e en I mta, Mme \lxe Micbaad Sr '. %  •Mi chaud, Mr et Mme Chrtrtiaa Miel: m l, Mr el Uni Clmsol Mi chaud, Mr el Mme llarion • barlot et leur* anfaota, M Victoire Miehaud ai. il que t.ules autres [i rital I IRa r. m rcifl I bien %  ioeremaOI I .us les r>. ; Uni de la Capil .le que di Petit G ft e. no tammenl le Dr rmml M et le dire >| %  ir .'. lii l'.Anip e de (elle dernier ville qui leur ont donn des lmoiga ig 1 de sympa lliie l'oera ion de la m ri de bur regr!'. Kcnri i Mi -li 11H. lu les p-e.r de ci profonde gratitaJ %  !'nrlau Hrm. , la 2 i N v. 1925. • 1 loi a, D luasen, Hei.nll et t.. uLautrei ; areots el nlli.' 1 remercient vivement S.E. M 1 leur la Pn 1 lent d'Ilaitl et son Eponai Mgr l'Arcbe Ooa ..p • Auxiliaires, les Membres .lu '-ri;et df Congi'gaUoua reii.i.ss, ainsi que Dus le; mi s linl de la Cail tile q 'e de la province qui le f ont donn d ym 1 tlne l'oera-ion Je la m nt de leur re^rett^e : M:dime \ ve L'Iio D i-niniqu %  m%  I. ida Biussan p M ai uranl d 1 leur prolo 1 1 : reeonn is^ance. Vous tes vous jamais servi de la loliou ou de la poudre Faustaj Demande/ une I nion ou une boitede poudre, riiez Uwas HE^M ^NOS e v>us ne vous servirez jamais d'autres marques. Cm produits provi-noent de U lameuse parlumene Cherami Paris. liawis U RM 'AOS 205-300 ISun l'r.iversire Nainsance C'esl avec plaisir que nous avons appris la naiaeanca del'.av monte t'aret, n luveau-.i-e d; Mr le Secrtaire d'Ittal d^ la lu-ti.-s et de Ma.l mie Timot 1 1 ; 'aret. roui 1 01 MOhaitl au bb. Dclaration du vue (io faii kalri les notai dis:ordantes qui .hantent si faus se> autour .i.: m 11 DOUT,|e dclara au |. .1. ic que | • -,ui> reti^-S de IT t'. pour des motlfa d'i .rne lance : linl 0 li cl nn .'.'lments in habiles f, promouvoir a cause par leur prag amm< .1 'loti de rsb %  1 .•. In point, o'asl tout. BBNBDIOT WEBsmnp Le pjrte crayon New PerfedeJ Kversharp elle porte plume Wabl sont prsents dans des tuis trs lgants. lls>ont jolis, duia bls et srement d'une grande utilit, ils sont uniques : Kvers harp avec ses six nouveaux attraits qu'on ne tronve pas dans les autres crevons et la plume', Wabl avec sa boite mtallique et son rservoir d'une plus grande eapacRi. Dc* MAXWELL & MIIIIII i*i.i B—e Clin I-.IK. >. !" .v ..luni Il nous a t lait pari de la moi t, survenue ce matin Bb l|i.de Ma demois. Ile Jeanne Manu I In om ne T.mis aprs ml'TTnfi [2,"*'n* V l Sainte ALOB. Maison m


PAGE 1

LE u rVfi ,, V "r-:: LECiTHIIiLiii..^.. ,. BreWOr el Co lui epini f, re l e3 0s et les rein %  L0 lllc Geo. Jeansma & Co woncrsTFR M is. •"*" AU RM S Pourquoi vous devez acheter Cliez Marcel 1TS votre Clairin ?!,,,, chez Marcel Audain Ci* ... „..>;. ........ ... %  • • 6 1 M U U provient des meilleurs terroir* dfaifj parce (,u ,ls sont vendus aux p| M beiprilJe ,, ;,.,,., m ei|>os alcools 4 ..„.,„„ „' | :y x r !" "pnue la ptaci jcpt--^) : : SJg£C-^i£^l v l9 3 Rue du Magasin de l'Etat! :ii'l lapins grande liquidation yaiP ,/,//<> J/ft fp. '; MZ Mr >Abrobam Fils ALIJtfliWJ \ UNENew-Orlans<*South mericaaSteamship Col o' Prooliain dpart direct pour Port-avi Prince Hain Jjh S\S tSfadmmra VU r Odani (t ici sDcemliieprocrVin diiectemeat, pour £aruaiir-<5iitice%  je Steamer jeif ayant, tai&fti ^icwc\Cattt te, a* courant, wra aax Ca>|tt Co k Z .A ,' Ri ... „. I... ~fc X~,„" £The levai Mail gteam Packel Compeov La seule peinture ne changeait! pas de couleur I e lia rr.i i Ci l.-Lrn \ei mil de Jacmei el des ports du s.d, e-t attendu a l'orl au l'nnr-, am .i Le steamer kai ••! aile" '" Jacmei le 7 Dcembre piochain. I, cl.i.gera a loua les ports nai lieu, directement pour l'hu.ope. Le teamei Tabac* e*ta leodu %  Jaeaai.laSI Decembr. irodm-.. Il chargei, tous les ; po 1 |taailie s directement pour l.urjpe. %  l'on uu Prince, % M INovembie 1915 J. DAALDKK Jf Agent gnral pour llaili H & IlaV HOTEL S ,c ROSE gitn j la Rue de la Coix CiUan* le^ X* cauranL *cra aux vva;|t^ iu L j otjn ^ tfcceniGic proc&ain, aoec Kotiw* De, m or forC* M ltf Orare cBinDbtt, jaciaet te, 9 auec tSO teuM. jc Steamer cUrtenb taitteta 9l^&Kani (c &4 tytumbu piocfiain pour lou^ bft port^ PIN pa e spciale m?n\ pour le climat d'Hati The Ihvies H. Mm Paiat Co ^Geo.Jeiiusme & Co, Aijeuts ^tt-aa-^uace, Ce 26 $ioocmho Xfth A. de Matleis et Co AQ*'** Gnreu x VISITEZ g^l^-^^ ASTHME Opprtssion, Catarrhe. Si.flocat.om, Toux naroiuies M CIGARETTES CLERY 1 .,. POUDRE CLRY! O. CUERY. 5. Boal Sl-ltoTtin Paru [ 4 vendre Vu buggy lletch'cout choute, s adresser au Uu reau (lu journal. iacr.. Ai...x*aer ;->v:*^''^' : Chamitment d adresse .at-ni' t d Me l'.minimuei CAVJVIN Hue lu C.ntre No LflOB. lyEION PEriSfl UqHi.i.1.. a. 4.) am r-" U BLENNORRIIAGIE n IOOI eoolaaaaflti rcanU ou Chronuiues 231 ARABE OUERIS ur 232 ITMI It rimid. gui laujaurs donn lu willain riialtaU | t/v KfJVTE /'>• %  ""••"' %  "" VA "-'' H*AMMACI^f SW.CIAUTS rFYRAK n AI '.yv i6,mtJer.rwiir.PARiy rJ-.-oJ MAISON DAGGARETT RUE TMVERSIERE 206 8Enlirenienl renouvele par de nouveaux et ljpanx art^e'. I S I



PAGE 1

r MATINV Vofcfl II i i: II I 1 .'..il %  --E-m*.*/ U Problme est trouv I | pi, M ,'i I" Maison de tara da o, la Ma %  1--. la pli aoi rei • %  Uni.cul i OORiri ci eu sont r aglala.iran %  ' %  > An o tuBMa da fi nuisie.de efooiea .1.iporti nie, panier us dp foute* Otim tMOAltea ••! M-inlures, est naintfnaol tabli en HtW RajouiaMJ ton m '•'•"* J ." ,. Ha uoana nouvelle H >' '" u '" [ r owneil'iu* rut.., i]jj I init tse. an r.v M I l dill* rents Stjlaa dil C( -lmes.La mai ,i. rai rum;iii'ie. a part ses aie liers ili i-.xluœes du lanlaieie.son atelier ipcial des costumes de ce rmooie tels que : Smocking, Ja quelles, Redingotes etC, 1 in fect ; on desquels des experts sont affecte. Le clients rcoivent gratuite temeui avec Laque commande, une jolie ceinture en tis^s nfl en cuir, en harmonie avec la couleur du Costume commande, ele est munie d'une boocla en mtal ga ranli.onsont iottUfltMaai chou, les initiales la cli< utM un lni gne quelconqne. I.. i ure snnt pri-es et les conditions fixes par le represen tant t'rarn oii LE1 ELLIER, 115 Hue Bonne Foi, Tort au l'rin < e llaiti. Les commandes sont remises eu moins de 30 jours. jj i^ £& £& lionne Mil sa ilienteleet aux mdecins et au public qu'il ir*ntsuru. .un Laboratoire d'Ulug.c eo an UbcwMHw <-e t, ologie appliqua aoaa la Dirnftion du Drtticotet §. Sjourn I e laboratoire est ouvert ton* ios jours da7 hr3 du matin 9 neures duoir pi r toutes Ws racheta* s : analyM prpuce dans s'annona ci loint'Ji oui pour !e Wasseruiaiifi *ii ta contianto we-SeritOfii Sercut reues quota nanti d chaque sema De. S'adre-r ia r'haruiacie pour les renseignement* 4naU"d'urines et .S'urgastrique Reacuon de W assermann r**;ciiou de l'riboulet, l 1 lamen au sang et du pus" fcxssaen des matires fcales examen de crnh^' Jlbumino racno'i Codante UroSecrrat Tailleur (ni Pi: MODERNE 1515, lue du Peupla pretqu en la 11 Bw tropoliUio Tlphone 683 PORT-AI -PRINCE Saria & Ailack BU <1 s frtnl* Fort s Enf CP de Spwdutto Grand a.sot'iment d'toiles pour tous le qots et A de pri dliant toute concurrence: n .„e aatin. Crpe Cliaatinn, MOUSMUM de soie, SoiP livable, r.a.'TiiHe de soie, Crpon de soir, Cirpe Sroquto;Uon,rpp. de Chine ,.n et a fleura. IjatU. te,' r. pe.icorgette, Simili. Crpe Mtore,, )ig andl,Sole riilium Nansouk, etc, etc. in, visite che^Sxl.V Alrl.Ai.k, voua dtHe compltemonl Taverne des 310, tl<*e Lionne Foi il ftRM Wm de Bn Bire j>r. Baion,Undficheioale8i|ualila soupetelrjid. La TlfiriN reste ouverte toute 'a nuit Ir.Lf.l'HONr. : 171. Q ALlTi RIX MODRES. Soiitles uipiltaiirs. bien vraf. mai le pneu Fire o, v V%X '" ", '" "' : 6o mar "^ d'earpaion woUaJnl b?ay£Ll LzZZ? l n '" 1 ' l,lrA ''' et8e 9""' Rue du Quai La mais m ll.Silvera Ceui qulla'oal pat anuii %  v.i h jo leajarticloi de linesseque vient de recevoir.U tDUMQ >M.\ ER^d >ivenl, dans leur mtr-H.sempresser de pasaar *eetie maison, ;ai nul p-irl ils Jne peuvent jtrouver d'aussi i I OaVuriir rfl flW "^t;ie.rr 0 id,eur et nosjpri, \ oiloa couleur a barres lias,drnteUes Baojsoio brode lias fil broda Wr P H Ur p r! mi, re C ommunion ^ouvertures blanche et couleur su.. Itande-brudes M Jd era in'u "'' rheaj.sej et jupe -~ \oile blanc a barres llatiue blanche Cabardine blanche Lrpou blauo e: conl.. .. Voile et couleu lun / ei,ra ,0Ur ..emis,.|| t s allemandes 81ID Brabapt noir anglais P liililalion toile ortte .S.U„. 1 U l „ uUl dpour robMii(>iivoaM \oile gingliam Jet • ,,eur soie Aimables client, vous uni VA,-. trouver ior cette phee ne m. MI 1 '' ,, <"' "euro de S ",„'";""I""' 3< -." •eceuilvonte.1 ,,-,,„:. "" %  •. IO'RIIO il^s Ce; ?i s Port-au-Prince,



PAGE 1

ttlRECTfiimPROPRlICrAirtK UiPRlUEQR Clment Magloire B01S..VERNA 1358, Rue Amricain. NUMliO 2Q CENTIMES Le Quotidien TELEPHONE \ ,J 242 I Mi_i Oolumbus Mmorial Librwy ** AMStiCAN UMVI )S LE TRAVAIL la Mieur de. uu premier Tu travaillera Ion front, lut-il dit homme, lorsque de son pee llaraboyante, l'archange eut chassA le couple originel du Paradis terre*tre. Maii plus que l'aggravation de la peine, n'tait ce pas plutt un adoucissement que le Seigneur apportait au destin misrable des condamns.' Car si Adam et Eve n'avaient pu eu i peiner pour se chercher la nouiriture do chique jour, pour se protger contre les variations des sai.-ous, pour se construire un abri coulre les arti mnix dangereux, quel d>espo.r moi tel ne se serai.nl ils pas aban donrui, jetei i la porte du jirlin merveilleux'' Nous n'imaginons pas d'aill niaisement itne vie immubile, uni quement occupe par une Flicit ternelle ; et ce n'est point MOI quelque sourire parfois, ou mPme sans quelque apprhension que nous acceptons I ide d'un Paraui-, ou uous n'aurions, jusqu' la lin des temps, qu a uous abandonner aux douceurs de la contemplati_.il, %  i merveilleux que toit le specta de qui nous serait fourni. Nous ne pouvons nous dfendre de quel quesenuuis, l'avance, bien que cet ennui soil prsomptueux. .Noua voudrions dans l'autre monde, plus de varit, et pour tout dire, plus d activit, cette veriU el e*tte aciivitc dont nous ne pou vons nous pisser. Car nous ne souhaitons la loisir que lorsque nous sommes bien srs de ne pou voir l'obtenir. Ds qu'une heure nous est donne, si UOUS...O^A une corbeii.o vide, ou un rosier sans roses. Jules Guesde jidis avait lait des calculs iLgn.eux d'aprs lesquels, pour que lout le monde puisse ,ivre eoniortableiuentsu la terre, il suturait que chaque homme Ira vaillt don/' minutes par jour Ce n'tait pins la jojrnee de nuit heures : c'fUlt la journe de dix minutes. Depuis ce tempe, %  lui moditier 1rs -lullree de Jules Uuesde. Mais ne seront nous pas gnreux en tiiplant les douze mi notes, \insi le travail obligatoire de tout tre pensant serait de trente six minutes. On frmit en pensant qu'il pourrait uous rester vingt trois heures vin*t quatre miaules ne rien IMM. .. A vrai dire, on ne demeurerait pas d'ailleurs inaelif. Les travaux diffrent, mais c'est toujours du travail nui dit travail ne dit pas uniquement travail manuel IVr sonnue ne niera que lu littrateur dans son cabinet, le savaut dans son laboratoire, l'nrtiste d.ns son aleiiei, fournisseutuue lche au--i rude, et parlois plus rude que l'ou vrier dans l'usine, le petit com menant dans >a boutique, ou le patsan dans son ebSBf Hais si i i IMlogiss, ou ces quivalences, hOnl admises, ue peut on les p.tus sei plus loin .' D'une femme qui passe son exil tence 6 faire des visites, recevoir, aller dans le monde, courir les mci l'.-h'v on dira volontiers quelle mne une vie de paresse et d'iii-ive . El pourtant, si ellepase plusieurs heures par jour choi sir la forme d'un chapeau, le des sin d'une robe et la c uletr d'un corsage, conbiner I uu avec les autres, alapter I un l'autre, ne fournira t-elle pas souvent un tra rail plus considrable qu un rom in cier qui, assis sa table de tra .il cherche le dnouement d'un rcit O'i les priptie, d'une Intrigue. • J e l'on ne crie pas au paradoxe, Il j a un art de la mole, co.nrae il > a un art du rom m; et ion ne VJII pis pourquoi l'un serait plus dit licite acqurir que l'autre. Et comment dans le Ira?* infeUec S !" on pourrait tablir des disttee U S qui e,t vrai, c'est que loue travaillent Mr Jourdain faisait de liavailleut sius savoir qu ils Ha ouial par vertu, ce ns point P pa hahilude non plus,. ia.sp.rce £ le. travail est l'essence m-rne l la vie. Il y alkun" fcorte de ncessit laquelle nous ne pouvons chapper. Quelques rtWn facto* Maison Daccarett Non; vous citonsj quelques articles de ce que le 'irand Magasin vient de recevoir mais nous vous engageons vivement aller le voir parce que le nom ne suffit pas. il v ' qualit, le genre, et surtout la pi ix qui suit la baisse du Irne al en nVm-> ISJQu *MM verre/ beau i lap il aul rei articles. Les chapes! di urifci ds II marqueSeh %  > la plu nimlerne cri allonges rhepeauade paille Use,chap tua meloo.de |oHa forme lia peau\ d • dama*. ch ipeaui Kl elles gai ni, o laquettes pour boannae 11 enfant Lei mbn our dames et parapluies pour bommss. In grand cfa il de caslmirs couleur, de di gon i noir, de serge noir ti bleu marins si Daaalle pour costumes Des filets-el de obemiasettae pour humilies, c misolae p ir dames, ohemieas blaai I" 1 mille plis et autres ehemis. s couleurs.che nuea de chauffeurs et chandails de sport. De j dis Jr-fv d soi" CI | %  !• %  tsis, crpe de eiune. latine demi deuil si oooleurs. Va•ortime ni complet d'arliclaa pour marisfea aiasl que ds va] ileoeiaoDes 6ne pou i Serel Mes de table, Damass pour o ppe hlsm al eoulur, crapo. deuil et toile hue pour deuil. Dock blai dri 1 1 m et noir, kaky blaoe et jaaaa sas ta. pagvura a lm sut m, il conserve inl H ;I'I meiil vu M iivirfuelil au i oinl que Monsieur Conatant Vieux, oppoaant, d ma un lan sincre a Ji marj l'oDOontio i : Q ii oppoee t-on i M insieur Borno? '.ii'.-'-ii >n reste s? s rponse jua |u*a < %  • Ile h iir N'est-ce pas un Domine pareil que cherchai! Diogie ; M"-'i ce p's un It Hum %  pareil quclif cli'iit Ions leelmi r :i de progra du paya F^oni.u.emps nous ch reliions un h trame ojui n HOU l'eKhive d' run vice, un liniiiin • .le courage, un Imume d 'untiitiv,', un homiip rsolu. Ceal pour l'avoir trouv en Mr IJ m que nom y Innnr" i %  3E $£ noi.tqu'...,.,.-•;:. %  dent, le calomnie pour perdre aaperaonoait^ JabU vertueux, et. de lui ls j iio, apr.'' ment el pri. Ds iors c Ile lutte r. u an bi le femme au re laut lai M d elle ne in.oge.iit SOI dl pu el, en outre, ce net p w la bla ira ri qu* je vai* i mter. Ci femme le eetta lail gi iu.1 • tri li • i i 1.1 i. ,,' %  u i mt. d <• Je ha lu m u.' isut qui CJ \a> hijaes • %  Cai loin njs ne dei. i sa 11 | r le po kg I S i I Miiineii! le bas il 'l %  m i qo Iqu '-h > . qu I e.i cachette, l ^ sa e qui u .li r.-.e di! leur in liai! IC el DU i lU Je leur. !' ment, i M rainas, lia *ult voir assises suc nu |:aa I I rut d meltis ts l ni ,i la i i itia t.j.r Ja„s au Ii-i de verre, ou i il -'-.ii-i Patrie li m sel pens.i que celte | c ii/ eil J. ai. uni i| ,i i lui %  la des alar il. m. Ce mari I par le i.si su roali Ure, il [ i mimeat n qui vient de u ouet i %  m iiiA .lu lia | III' f i M nt i IU qui' i 1er le l ii en i i %  • lieoi pub li e.t interdit, d i sa Je, d' I II i -l Ht; • les li qui les i Mi II Il ireu r 11 plapirt dis i i i. uie.i.. se posa pi i saaji HM d'epou i i uoa • i unie daus I i ilimil Les % 4ues cl liotnmoe iiinu, tra sjiinn stcrili' cl .1*111 les pyu. n est plus Oiogne qui. au-20e sicle cherche un homme, ions aujourd Lui cner chent un homme, le commerce cherche un homme; et lagriculture chercha des hommes. t On demande uu homm oui au milieu des masses ne •meuve pas et conserve .nieyralemenl son >n ,,lv,,,u8 J ll m -Jn demande un homm-; nui ne Mit VHKH d'aucun Sa on demande un homme de courage on demande un homme d'm.l.a.ivc, un homme rsolu. • . Nous savons lous cequesi un homme 'le courage, un homme qui sut oser. uiMionr me d'.oinative, cet homm.raie que U commerce .cherche, que Industrie du 20e aiel *• m Nous avons galement que UaNatiotv chorcheui dmhom mes pour les diriger, pour conduire honntement rr.erluc haute? d^uu-es utile llaitiquitailtomhoesibas. ch:rcha.l elle aussi uu homme pour la i.rer de l'ornire ou la "ail I .:tedemiuvai>hi8.i.iur la (aire emboter entm. le ; M da..* le sillon de la vrai, civilisation et son oor de progrs. L. lche sera dort car, Seat uue attaque ie*oh k 00 tcld de vuanormale et ne ,outiue vicieuse; .1 ^ rA J": uic r les oreilles aux c. is mieres •a et M pas s'mouvoir • bien taire el laisser dire . Monsieur lorno aarpon lu I l'appel de la Patrie; c est pour are cet homme q.ie. notre t rsident a'eal mie reaolftment a la tache lier ulmne de la llecoustrucuon Nationale. ce,t pour tre cei homme qu il ne n ue pas les mauvais **£** loules c'esi pour are cet homme qu'il uecrautpas de dire au Peuple la vente, qu il ue craint pas de mettre a nu les plaies sculaires qui nous roiia-eul en osant envisager les moyens ca pahlea de les cicatriser, de le Kue.ir.san-se proccuper dune populai ne de mauvais alou V Monsieur Borno -.u milieu des masses et des politiciens tatoluerHitiipn*ejomP )e ieunei hatttati qui w -ienneol le l'lraof r i Hen Slli, par tout ce auil otVu de Progrt et me ;) Hditcequinoui m pare el ici nous continuerais croupir daolamtne ro S^itedenationa e Lerreur sublima • d .raairea an cUtitouei que du aa bOUObd nu > ta al i li ique jour u • |i n %  ,u i .tique etneV' I .'trie. pourquoi : Jeus ou iroi * %  c .mni's capables 'le bjaui •, r^-r i aommV -imm __ kam bliuler6 i a..-d.'-ui-iiH'i" m.-'-. quenls. Moi, i'oh ii..l et te inBO*M rAe '" ,a ; orsiuou prom pTemant. uae famu. u M Su, mpeon d %  orestuN i beauel .'li-u.c^.' %  %  "' %  %  It'desaptUud ,arl. i t, ,' ir ire de IM i Mlle que Dio..'me dsignai • Jeimu raptuaante ri diaaol v „ lt .. unissons uous pour la ^Uueaond^aUi.^^ SU-ThPse de 1-LotantJsusi sera montre au: levs des I Snibihidei • '' S.au'i'sP v 1 '"'" 5eu-Boroo de lee* eue qu'il Dttnl •ans lut. ; ,l US l'neiceto paf '-"^ sa tte. Limpulion qu'a communiu,,.......... si.i,,..is i.;'i;;'' .,limai el 1' Peoeieeaat ata. ,!,,.„„t".ne'..euse Wade .Luim.!, s ta Ouaetioa te ss "'il.,! j „ ne nou, venu,, de n B.œlieoU ide. ier £ Xtau.p.u*otqaagJ ...i passai iu. i rsaljmdirare ,! Du lion '• Potisleo* a 1res aim W im ni acq il ,n .lir de ^Fm ****** acosirea S mm u 6 ; loolbU, u lu' ' %  ; Ss.asurel. i ooon i proaaea i r'',;.w mrite. M,.s il |"'"l me dont le raseoul ..... ooase lerou • ; ,i-i,rti ail uue m eiaui • r ,i pu-, lorta • ao nu lu u %  I ai lil • il u ue sonl |, u h Il rippenhauer S "i u Hi,u,l.U de> %  • "' (UisMra du ma l,U U M . ".• i, ,i '; "' Ml /eud '"' %  '""" site. | des jeu tiaenljaus Convi'utinn. l'empr in" ''"' ,,. |j ,,i pur lois turerne mme qun l iruaiJr Borno %  • %  •< %  biiea 'i ment Amricain An /' %  au l'ai is Nationa'.on aura i n cor-;Opta* ^chn-ir un Conaeillcause inspirer loy MtamMite la .'unique C llCOU. ,/,. Rœa Deaiotu wU ,i Gelfrari. i o0 ,atooalhonoeur de porter !. au i "' l!Ql ,U u cet!'' r'iu • k MAISON Haarice Etteuae as Spcialit* wi • m>n hundif* l un t'onse,!! r cout '^^^ ^ ta P 00 *?" ,, Y .(au..V ********'& umdetacoB^^udaau %  dii ,.,„,„. all e„a„i. a /rar (U 8eH O f t t P** !" d'IIttirrfr U Y t. oiine les plus,.ara., A W-f^ JS5 niMveaurayon de tO/W^ '^.nattonahstess^i.it^---—,1^ "T" ZLmmmmUl* ''%  '*** giiz-'auts < nation oraux publi.i.i. ment ou en on 5 rwnuaiaaent ujourihui 1 upossihiln d'cattcr I %  • voismaaeauK.icainque n. Mo seur Borno, n. aucun autre hatien natait sollicite .li.-l' cetmiettem-.nt de nos tor. en lace du lait accompli ps du patriotisme bien ftsSr u0 e fa. on toute spcule. I on *i trouvera ae *u> i onde Bonbon* ><> Chapeaux NUe M enre u de. t>ru> dflmn U*< our


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06584
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, November 26, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06584

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
ttlRECTfiimPROPRlICrAirtK
UiPRlUEQR
Clment Magloire
B01S..VERNA
1358, Rue Amricain.
NUMliO 2Q CENTIMES
Le
Quotidien
TELEPHONE \,J 242
I
Mi_i
Oolumbus Mmorial Librwy
** AMStiCAN UM rioi i'" od admir d ti ni
les talents al les vertu : t'envie
est un au ri Uni de la mdiocrit.
tassai ANNEE No 566.'
PORT l* l'RIN'CB '-TTI)
JKI D: -,,; \>VI )S
LE TRAVAIL

la Mieur de.
uu premier
Tu travaillera
Ion front, lut-il dit .
homme, lorsque de son pee llara-
boyante, l'archange eut chassA le
couple originel du Paradis terre*-
tre. Maii plus que l'aggravation
de la peine, n'tait ce pas plutt
un adoucissement que le Seigneur
apportait au destin misrable des
condamns.' Car si Adam et Eve
n'avaient pu eu i peiner pour se
chercher la nouiriture do chique
jour, pour se protger contre les
variations des sai.-ous, pour se
construire un abri coulre les arti
mnix dangereux, quel d>espo.r
moi tel ne se serai.nl ils pas aban
donrui, jetei i la porte du jirlin
merveilleux''
Nous n'imaginons pas d'aill ni-
aisement itne vie immubile, uni
quement occupe par une Flicit
ternelle ; et ce n'est point moi
quelque sourire parfois, ou mPme
sans quelque apprhension que
nous acceptonsI ide d'un Paraui-,
ou uous n'aurions, jusqu' la lin
des temps, qu a uous abandonner
aux douceurs de la contemplati_.il,
i merveilleux que toit le specta
de qui nous serait fourni. Nous
ne pouvons nous dfendre de quel
quesenuuis, l'avance, bien que
cet ennui soil prsomptueux. .Noua
voudrions dans l'autre monde,
plus de varit, et pour tout dire,
plus d activit, cette veriU el
e*tte aciivitc dont nous ne pou
vons nous pisser. Car nous ne
souhaitons la loisir que lorsque
nous sommes bien srs de ne pou
voir l'obtenir. Ds qu'une heure
nous est donne, si uous...o^a
une corbeii.o vide, ou un rosier
sans roses. .
Jules Guesde jidis avait lait des
calculs iLgn.eux d'aprs lesquels,
pour que lout le monde puisse
,ivre eoniortableiuentsu la terre,
il suturait que chaque homme Ira
vaillt don/' minutes par jour
Ce n'tait pins la jojrnee de nuit
heures : c'fUlt la journe de dix
minutes. Depuis ce tempe,
lui moditier 1rs -lullree de Jules
Uuesde. Mais ne seront nous pas
gnreux en tiiplant les douze mi
notes, \insi le travail obligatoire
de tout tre pensant serait de trente
six minutes. On frmit en pensant
qu'il pourrait uous rester vingt
trois heures vin*t quatre miaules
ne rien IMm. ..
A vrai dire, on ne demeurerait
pas d'ailleurs inaelif. Les travaux
diffrent, mais c'est toujours du
travail nui dit travail ne dit pas
uniquement travail manuel IVr
sonnue ne niera que lu littrateur
dans son cabinet, le savaut dans
son laboratoire, l'nrtiste d.ns son
aleiiei, fournisseutuue lche au--i
rude, et parlois plus rude que l'ou
vrier dans l'usine, le petit com
menant dans >a boutique, ou le
patsan dans son ebSBf Hais si
i i IMlogiss, ou ces quivalences,
hOnl admises, ue peut on les p.tus
sei plus loin .'
D'une femme qui passe son exil
tence 6 faire des visites, recevoir,
aller dans le monde, courir
les mci l'.-h'v on dira volontiers
quelle mne une vie de paresse et
d'iii-ive . El pourtant, si ellepase
plusieurs heures par jour choi
sir la forme d'un chapeau, le des
sin d'une robe et la c uletr d'un
corsage, conbiner I uu avec les
autres, alapter I un l'autre, ne
fournira t-elle pas souvent un tra
rail plus considrable qu un rom in
cier qui, assis sa table de tra .il
cherche le dnouement d'un rcit
O'i les priptie, d'une Intrigue.
J e l'on ne crie pas au paradoxe,
Il j a un art de la mole, co.nrae
il > a un art du rom m; et ion ne
vjii pis pourquoi l'un serait plus
dit licite acqurir que l'autre. Et
comment dans le Ira?* infeUec
S on pourrait tablir des disttee
US qui e,t vrai, c'est que loue
travaillent Mr Jourdain faisait de
liavailleut sius savoir qu ils Ha
ouial par vertu, ce ns point
Ppa hahilude non plus,.ia.sp.rce
le. travail est l'essence m-rne
l la vie. Il y alkun" fcorte de
ncessit laquelle nous ne pou-
vons chapper.
Quelques rtWn facto*
Maison Daccarett
Non; vous citonsj quelques articles de ce que le 'irand Magasin
vient de recevoir mais nous vous engageons vivement aller le voir
parce que le nom ne suffit pas. il v ' qualit, le genre, et surtout
la pi ix qui suit la baisse du Irne al en nVm-> ISJQu *MM verre/ beau
i lap il aul rei articles.
Les chapes! di urifci ds II marqueSeh !> la plu nimlerne cri
allonges rhepeauade paille Use,chap tua meloo.de |oHa forme lia
peau\ d dama*. ch ipeaui Kl elles gai ni, o laquettes pour boannae 11
enfant Lei mbn our dames et parapluies pour bommss.
In grand cfa il de caslmirs couleur, de di gon i noir, de serge noir
ti bleu marins si Daaalle pour costumes Des filets-el de obemiasettae
pour humilies, c misolae p ir dames, ohemieas blaai I"1- mille plis et
autres ehemis. s couleurs.che nuea de chauffeurs et chandails de sport.
De j dis Jr-fv d soi" CI | ! tsis, crpe de eiune. latine demi
deuil si oooleurs. Vaortime ni complet d'arliclaa pour marisfea aiasl
que ds va] ileoeiaoDes 6ne pou i Serel Mes de table,
Damass pour o ppe hlsm al eoulur, crapo. deuil et toile hue pour
deuil. Dock blai dri 11 m et noir, kaky blaoe et jaaaa sas ta.
pagvura a lm sut m, il con-
serve inl H ;i'i meiil vu m iivi-
rfuelil au i oinl que Monsieur
Conatant Vieux, oppoaant, d ma
un lan sincre a Ji marj
l'oDOontio i : Q ii oppoee t-on
i M insieur Borno? '.ii'.-'-ii >n
reste s? s rponse jua |u*a < Ile
h iir N'est-ce pas un Domine
pareil que cherchai! Diogie ;
m"-'-i ce p's un It Hum pareil
quclif cli'iit Ions leelmi r:i
de progra du paya '
F^oni.u.emps nous ch reliions
un h trame ojui n hou l'eKhive
d' run vice, un liniiiin .le
courage, un Imumed'untiitiv,',
un homiip rsolu. Ceal pour
l'avoir trouv en Mr IJ m que
nom y Innnr" i '.....
3E......$
noi.tqu'...,.,.-;:.,
dent, le calomnie pour
perdre aaperaonoait^
JabU vertueux, et. -
de lui
ls j
iio, apr.''
ment el
pri. Ds iors c Ile lutte r. une ntte 'i.' pi raonne, une imie
i us grandeur, un < lutte strile.
Li grand mrite de notre Pr
sidenl actuel est d'appliquer
ini.ril iii'iil cette Convention
q U M a lie, qu'on le veuille
ou non, ceal le meilleur mo-
yen d\n recoonal ra les points
I iblaa el d'en p'endie nul Et,
quaiiil l'heure de nouveaux
pou parler. aura sonne c'est en
rouneissance da cause nue le
II luaarnement liittien discute-
ra n trta i mais pour qu.<
|scu IsiohB noua soient pro
lil kbma H faut M prparer le
l:rraii de; m intt uaut par la
cssilioii de toute opp)ition
Prlil t:iut|uis
Quelle tte faut-il l'aire
L'autre soir, eatoalaui lot, i
*u un mocolsui qui
gn ii ma laan.....
UN ni b
I autre, il meugeai
ge *a u mi .lu
Me h\ leur, b qui
que toute me psu
lue luire rem i: ; .
u n- illenta mm rs
c'ei la sseon la foi qu j
d un fui ssaablahis. ha
ne passe, j i dj i > u an
bi le femme au re laut lai M d
elle ne in.oge.iit SOI dl pu
el, en outre, ce net p w la
bla ira ri qu* je vai* i mter.
Ci femme le eetta lail
gi iu.1 tri li i i
1.1 i. ,,' . u i mt. d
< Je ha lu m u.' isut qui
cj \a> hijaes Cai
loin njs ne dei. i sa 11
| r le po kg I S i I
Miiineii! le bas il 'l m i
qo Iqu '-h > . qu I
e.i cachette, l ^ sa e qui
u .li r.-.e di! leur in liai! IC el DU
i lU Je leur. !'
ment, i m rainas, lia *ult
voir assises suc nu |:aa I I
rut d meltis ts l ni ,i la i i itia
t.j.r Jas au .
Ii-i de verre, ou i il
-'-.ii-- i Patrie li m sel ,
pens.i que celte |
c ii/ eilj. ai. un- i i|
,i
i lui
la
des alar
il. m.
Ce mari I par le
i.si su
roali Ure, il [ i mimeat
n qui
vient de u ouet
i
m iiiA
.lu
lia | .
III' f i M nti
iu
qui' i 1er le l
ii en
i i lieoi
pub li
e.t interdit, d i sa Je,
d' I II i -l Ht;
les
li qui les
i Mi II .
Il ireu r 11 plapirt
dis i i i. uie.i.. se
posa pi i saaji hm
d'epou i i uoa
i unie daus
I i ilimil
Les % 4ues
cl
liotnmoe
iiinu, tra
sjiinn
stcrili'
cl
.1*111
, les pyu dlaiimait Uve
la Nation, principe' nent
u tes qu. dsirent <
Suai. Jedeta
dewii. intructueux
Un auteur, tl. A. Mann dans
un ma^ntliiiu,' ouvrage traitant
du caractre, paraphrasant Uio-
Kne dan- sa recherche a un
homme au heu d'un pyime
s'crie: i (>. n est plus Oiogne
qui. au-20e sicle cherche un
homme, ions aujourd Lui cner
chent un homme, le commerce
cherche un homme; et lagri-
culture chercha des hommes.
t On demande uu homm
oui au milieu des masses ne
meuve pas et conserve .nie-
yralemenl son >n,,lv,,,u8Jll'm*
-Jn demande un homm-;
nui ne Mit VHKH d'aucun
Sa on demande un homme
de courage on demande un
homme d'm.l.a.ivc, un homme
rsolu. .
. Nous savons lous cequesi
un homme 'le courage, un
homme qui sut oser. uiMionr
me d'.oinative, cet homm.raie
que U commerce .cherche, que
Industrie du 20e aiel *
m Nous avons galement que
UaNatiotv chorcheui dmhom
mes pour les diriger, pour
conduire honntement
rr.erluc haute? d^uu-es
utile
llaitiquitailtomhoesibas.
ch:rcha.l elle aussi uu homme
pour la i.rer de l'ornire ou la
"ail I.:tedemiuvai>hi8.i.iur
la (aire emboter entm. le ; M
da..* le sillon de la vrai, civili-
sation et son oor de pro-
grs. L. lche sera dort car,
Seat uue attaque ie*oh k 00
tcld de vu- anormale et ne
,outiue vicieuse; .1 ^rAJ":
uicr les oreilles aux c. is mieres
a et M pas s'mouvoir bien
taire el laisser dire .
Monsieur lorno aarpon lu I
l'appel de la Patrie; c est pour
are cet homme q.ie. notre t r-
sident a'eal mie reaolftment a la
tache lier ulmne de la llecous-
trucuon Nationale. ce,t pour
tre cei homme qu il ne n ue
pas les mauvais ****
loules c'esi pour are cet homme
qu'il uecrautpas de dire au
Peuple la vente, qu il ue craint
pas de mettre a nu les plaies s-
culaires qui nous roiia-eul en
osant envisager les moyens ca
pahlea de les cicatriser, de le
Kue.ir.san-se proccuper dune
populai ne de mauvais alou
V Monsieur Borno -.u milieu
des masses et des politiciens ta-
toluerHitiipn*ejomP
)e ieunei hatttati qui w
-ienneol le l'lraof r i Hen
Slli, par tout ce auil
otVu de Progrt et me ;)
Hditcequinoui m pare
el ici nous continuerais ,
croupir daolamtne ro
S^itedenationa e
, Lerreur sublima d
.raairea an cUtitouei
que du aa bOUObd nu >
ta al i li ique jour u |i n ,u i
.tique etneV' I .'trie. pourquoi : Jeus ou iroi *
. c .mni's capables 'le bjaui , r^-r i "
aommV -imm __kam bl- iuler6 i
a..-d.'-ui-iiH'i" m.-'-. "
quenls. Moi, i'oh
ii..l et te in- BO*M
rAe '",a";
orsiuou prom "
pTemant. uae famu. u M
Su, mpeon d "
orestuN i
beauel .'li-u.c^.''"'
It'desaptUud ,arl.
i t,
,' ir
- ire de
IM i Mlle
que Dio..'me dsignai
Jeimu raptuaante ri diaaol
vlt.. unissons uous pour la
^Uueaond^aUi.^^
SU-ThPse
de 1-LotantJsusi
sera montre au: levs des I
Snibihidei ''
S.au'i'sP "v'"1 '"'"
5eu-Boroo de lee*
eue qu'il Dttnl "!
ans lut. '! ; ,l .
US l'ne- iceto paf '-"^
sa tte.
Limpulion qu'a communi-
u,,.......... si.i,,..is i.;'i;;''
.,- limai el 1' Peoeieeaat ata.
,!,,.- t".ne'..euse
Wade .Luim.!, s ta Ouaetioa
te ss
"'il.,! j ne nou, venu,, de
n B.lieoU ide. ier
Xtau.p.u*otqaagJ
, ...i passai iu. i rsaljmdirare
,! Du lion ' Potisleo* a 1res

aim W im ni acq il
,n .lir de
^Fm ******
acosirea
S mm u 6
; loolbU, u lu' ' ;
Ss.asurel.
i ooon i proaaea i
r'',;.w !
mrite.
M,.s il |"'"l
me dont le raseoul
..... ooase lerou '
; ,i-i-.....
,rti ail uue m
eiaui "
r,i pu-,
lorta ao
nu lu u
I

ai lil il
u ue sonl |<- tr*8
FM |
rllSI'ri UU
-
'
i
lu i ,
. m, .i lu l'iu" '"
unni^
A vendre ,
, . havau '":
Nr k la (oodetloo RoelutlMlai a
m i ii mat'
|, i,|,li .ne <'
f.o...sSii".v'IA"|la-%
de fraoait, de latin- ,
Bialique
Prdparatl "' ""
' m I
Prparatl
ne- I"1
>, u h '
Il rippenhauer
S "i u
Hi,u,l.U
, de-
> "' (UisMra
du ma
l,UUM.. ". .
i, ,i'; "'
Ml /eud '"' '"""
site. |
des jeu
tiaenljaus
Convi'utinn. l'empr in" ''"'
,,. |j ,,i pur lois turerne
mme qun l
iruaiJr Borno <
biiea 'i
ment Amricain
An /'
au l'ai is
Nationa'.on aura i n
cor-;- Opta* ^chn-ir
un Conaeill-
cause
inspirer
loy
MtamMite la .'unique
C llCOU.
,/,. Ra Deaiotu wU
,i Gelfrari.
io0,atooalhonoeur de porter
!. au i "' "l!Ql ,U "u
cet!'' r'iu
k MAISON
Haarice Etteuae as
Spcialit* wi
m>n hundif*
l un t'onse,!! r cout '^^^ ^..........ta P00*?"* ,, Y .(au..V ********'&
umdetacoB^^udaau dii ,.,,. alleai. a /rar,(U8eH Oftt P*** d'IIttirrfr U
Y, t. oiine les plus,.ara., A W-f^ JS5 niMveaurayon de tO/W^
'^.nattonahstess^i.it- ^---,1^ "T".....ZLmmmmUl* ''- '***
giiz-'auts < nation
oraux publi.i.i. ment ou en on
5 rwnuaiaaent ujourihui
1 upossihiln d'cattcr I voi-
smaaeauK.icainque n. Mo
seur Borno, n. aucun autre
hatien natait sollicite .li.-l'
cetmiettem-.nt de nos tor.
en lace du lait accompli "
ps du patriotisme bien
ftsSr
u0e fa. on toute spcule.
I on *i trouvera ae *u>
i on-
de Bonbon* ><>
Chapeaux NUe m *enre* u de. t>ru> dflmn U*<
our


1
vL MA.N -I 2C Normcre ifrz
PAR CABLE
La Crise MinisWie etf Franc?
Tentative pour la lormation d'OO cahioct de con-
centration nationale
I. Herriot pa ait tre mattre le la situation
On discours rl |f. Albert Thomas
M. Briand a retua* de former le cabinet
I. Donner a accept de forme! le notwao ministre
Paai L.- Prsidant Do i
gue a continu anjourd hi
MlUlioa les principaux homni.
poliliiiiiHs pour la constitution l"
cabinet qui doit euoced. r ci
de M. Painlev l>. i i pn
rcs heures de h matine, il h re
u MM. Doumer el M.itvv pn I
dents des comm.sMOfls des linau
ces du snat el de la chambra, M.
Chron, pr-idiu! de Il mon repu
blicaiue du snat, Raoul Pict, m
prsident de la chambre tt C ta -
[irsideat du groupe radical roi ia
iste du parli mc.it.
Au sortir de l'Elyse M. M
a dclar |-i il avait l'impression
que M- Doumergue chargerait M.
Ouais de toc ili tuer un cabinet
evee la gain lie ialcl" l'unique
minist-n possible .1 im la ilaatiou
actuelle. >ju il proti le contre t
ide le dlaao Dlio i di Hi innil
et arconiee h parti. | itl "i d< s
ocielistea dans li miniilrw. I e
aon O', M ChrOB dclar
que le ministre qui rpondi lil
aux utcessila du moment II
,i rail .' no par 11 nion
blieaii
PARIS MM. M,1-, ChrOO,
Il mn al H r> I i nt tente darriv. r
un aeeord p U| .onst.luer un
i ouvi V l'isue d'une
rootVraoea avec M Doumergue.
|..s ti ni dclar ipi"
.ii nt di-po-cs .1 former un
bloi- de concentration nationale
un pr II q i M Bri indi c.-epte
ih d< faire partie d un cal. m i
avant M Doumer nresl
i MU.
. \1.11. i
mai ilima au : Ht ' vois
.h aoi i rio m pour poli
d,liPr la prott rai io la Me et
sauve: la situation
PARIS A iHxeasien de la cri
tt> mi- Istria M. .11. it 'Iho
le 't du Bure a du ira
val da la 8 fi Mationa, a
I i >oe un dil ours poliliqui!
contre la di-t ilur indivi
en faveur du i dleclivism* pro:
aire.
One dclaration dra psr
tiaaoa de S. ii iriol
PAMIS A une assemble g*n
raie Imue par loi C78 dputl
groipes : radii .1. rad cal s
le, socialiste rpublU rf> teliala
rla>.si<)UP et l>- '':.!.
listes qui constituent I reprsen
talion guralc du | rotei 'oral 10
cialiste qui soutenait M l'.iinlev
au pouvoir, ces demie- ont
r que dsormais il ne pilera un
appui i aucun groupe 'l"1 o'ours
ris comme programme 1 m|.'.l 11
... . V* y.twl *t uu^lll
* >v*UmK tVnm.\.v.r i >4 r -Vw
Nouvelles diverses
WKSfi \di:nM. Henri Trard
prsident de la commiation inler
allie du contrle Ailitaire
aujourd I1111 e barou von /imrriei j
Haut de Hlinanie.
BELGRADE (in annonce q M
la crise entra U Yougoslavie et le
V iticai il 1 ;i uua Intrigue
de-tire prov quei 11 ! nui Ion
da ml 1 v i i.,,.
<: >l>!\ P imo da Rivera, pr
aident du Dire loir ipagnol va
n ml du llam est arriv d tua
cette vl :
DUBLIN Ile \ 1 irsunt
oiaaion 'l ton cab .1
B \ 110 V Le croiM
1 Un l'.nver '' a r.ou l'ordre da
e n-nlre faune II lia na :l 1 \ri.-1.
PBJ3 M. de J luven'l. Haut
comoiissaje *eu Syiie, .1 parti
I our rejo ndr e.
l'^iUW Hv.iui .a raf n eai-i*
.\--.. '<.....< _ ..,,. ,,,,, ,
pnb Ettoe, Ifr Bria 1 Ufloilive
ment ranone il" h mer le mioia
lii \t Doua i^ m a Fait
M. Douin '.
P\RHM D m 1 11| i,-. 1,
t.. .!' da Formar un miniaire et t
d mand au Pridenl da la Repu
blique un d.'-lii de U heuraj p ,uf
consulter ni mis.
Len As&ixes
L'au ligure i'e Mercredi du ln-
bunal 1 rimmel a t l'une .!
moins 1 h argues fle la iMlion.
Le Docteur Malliurin, an
moin du vol reproch i knlo j
Kapelrtin -leau Man t COIDp m
pour exposer au Jurv las aoupoai
qui a'tlMQl poits iur .lu M.i
qui IVsil < I l'i'iidanl lua^tei
attach son service, loraqu il
constata un matin qu'une porta
de sa piirtim.i ie avaitl aofon
Ot que plus de J il gourde* pr-
cieu-em 1 t gardi une ar-
moire lui avalent inli 1
L'enqu < pi liin ae 1 .1
laGi iid.nmeiio, ajouta le Ur. M.-i-
tburin, aboutit 1 lorm.pl
de Jn Mary qui ta 1. J u .luire au
quartier da 8t. Antoine, dans une
cour trs pi 1 D il ivail en-
foui la valeur d< robe, l|U il remit
aux ge idai 1.. gant en .
nire .l'excuses ij.i il 11 avait pal
t psyp de plu da ileux naoii de
son saiaire.
LePresidenldiitril.il l-J.ge
' lie, mi.' rojei oauitfl Ra>
l Jn Mary, qui, une nouvelle
par ni goea dtour-, avoua
I loilait.
Le rle du Cau il d< la., ., ,.
parut alors s'aggraver. '.. Sobati-
lut Unsrd Raj 1 on I oa jugn p i.s
1 'i ri pr p Ire an dtail
1 ,!'' 1 eeuaa al rappela
implemeal aui jui. ,| 1- ie seus
' t'ui verdi I paraissait indiqu
( r I aveu du pivenu.
Arthur I oopat, i> vocal sta-
lui ->l .1 v;, premire plaidoi
otl Cita du tribunal comme
u 6t< i.edu crime,an l'anpv
11 r la m, niai.1. de oh die .1...
'I ' ' '' pas un volt de proies
ion I succombe I que qi e i.tti
lil"'. P' 1 M ju bail
cJu p.,vi fga di p rar li joui et
Hti ('i Ina du D ci ur
Mali,. ,n
1 1 na ..u v.mIi.i i
midi el demi .t Rapain J 1 \i ,,
quelquaa mi .1 ai pt0i lard
conoUmn onze mus it ,i n,i
demp, 1-0111niL.nl pur le J une La
Fnfi
m.
loi
brr. On dirait qui ont
1 > ilii- I ienlot
' 1 rei : aasilla en
1 ts pour
;. ftai de On
' Mwnl aux jei : 1... 11< il i
.m penser i lai r oli ...leau
tus,.. aroi i-
E en, I i hi ii- K' ..v a lier
manoa t'a 1 I lei 1.1 p con
n 'in- nce, Ella riei I .1- recevoir
un fort -me!, d< -| le chine
imprim-'. de 1 pa lin, char-
maoM tin d s .je lal'.e'a:, j-.-. j
. trieolrne i Heurs, t. 1 de
nie, ..il i1- de plumes sacs
mail:, p.. .m t ea m-t.l p 1"
dune II - .! pari' m rie de
toute larqoi iqi eomptar les
nul! ei nu 1 boni qui nous
prendraient un temp- inti.....Isa
mirer et qui feraient Ip.i
d 1 apririeuiei .t de pins
J"i, iie.
S'lu \. u\ terniser, ur
ton leit li lr iili. d-,' -d /
Paul |<]. iuxiia, s.ms lu'-
siler, procures toi, u
paria m; t6eaox, les pou
dres, ton laid,la crime,
ton rty. n lu s.-r.i plus
belle et plus lire
Candidat
A LA
M i|isuaii.ie, Communale
N ui avons re.'1 en nos Ku
1 la v i lia du Mr A ugaetia
Avin qui nous a annonc UU n -'
1 ... l ireabaia, aux pn>
iliiiiips 1I1 tions communales.
Mr Avin est un planteur et il
r .impie, n lus 11 tll dit, beaucoup
d'amis dans sa Commune.
.Nous lui soubailons bon -uc-.
Rues dansantes
l'.e sont celles qui voisine'.'
les dancing*. \ i instar de ces
dernier ch qu petit cal, chaque
gu 1 gai ite tujourd hul a son or
ch. lira, tout est bon 1 tervii
.1 imlrument, vieilles cruches bri
peignes t n i aille sut lesquels
on nppi qui un bout de papier lin,
in.ii.dolines et violons aussi vieux
que Stradivaiius Kl d 1. teustl et
dans urs n'v manquent point.
Le soir, ds 7 lieu;.s. Ions lei
chos d'alentour
cacophonies d ou
temps en temp>
<**K>r* ->r\...,.
galeries obs- u
lacent et Ion lui
des rues d uiaantfl.
v.brei.t k "pj
l'i h ppeal de
'les soin
ia ni, ,,,r ...
les eooplaa s 1 n
OUI. Ll. Co jrt
Paiisiaiia
i e Soir
V1D0CQ
.|p, 5e epuouaa
Le film tant attenlii.on joueia
mme s il pleut-
Dimanche
Le Lac itArueiit
ia pluie ayant contrari la
reprsentation du lilm de Sle. Th
rse. on le donnera la semaine
prochaine.
?fe sj^iaF ^r 4W>^?H&-
Compagnie linerale
Tran&atlaotlque
u' #SS Caravelle de retour de
tuba cl des Porto du S. .1 .si t-
tendu Pu t au Priucs la i'.i cou
r i.l.
Il repartira lia m n. jour pour
lie P, erto Plate, San Lan tt Le
Havre
Piii ce, ix \ v, n bre ISflB,
Logeai, E. H 1 H,|\.
wisilo dpart
d< 1. i.. pour > u Vora et
l'Kuioj 1 (va Ni a ^. ik direct)
i r la b S. Nu Une seront fer"
1. 1 vandi. .:i .'T .ti, 1 ourant.
Poilau Priais, .' NoutLbt* 19] ..
V:'si'cz
REIERCIESENTS
Ima fraaeil Micbi id, Mile
Butarpe llicbaud M. Di i.m
Michaud 11 e en I mta,
Mme \lxe Micbaad Sr '. - Mi
chaud, Mr et Mme Chrtrtiaa Mi-
el: m l, Mr el Uni Clmsol Mi
chaud, Mr el Mme llarion barlot
et leur* anfaota, M Victoire
Miehaud ai. il que t.u- les autres
[i rit- al I IRa r. m rcifl I bien
ioeremaOI I .us les r>.;- Uni de
la Capil .le que di Petit G ft e. no
tammenl le Dr rmml M
et le dire >| ir .'. lii l'.Anip e de
(elle dernier ville qui leur ont
donn des lmoiga ig 1 de sympa
lliie l'oera ion de la m ri de
bur regr!'.
Kcnri i Mi -li 11H.
lu les p-e.r de ci
profonde gratitaJ
!'nrlau Hrm. , la 2 i N v. 1925.
1 loi a, D luasen,
Hei.nll et t..u- L- autrei ; areots
el nlli.' 1 remercient vivement S.E.
M 1 leur la Pn 1 lent d'Ilaitl et
son Eponai Mgr l'Arcbe
Ooa ..p Auxiliaires,
les Membres .lu '-ri;- et df
Congi'gaUoua reii.i.ss, ainsi
que Dus le; mi s linl de la Cail
tile q 'e de la province qui le f
ont donn d ym 1
tlne l'oera-ion Je la m nt de leur
re^rett^e :
M:dime \ ve L'Iio D i-niniqu
m- I. ida Biussan
p M ai uranl d 1 leur prolo 11 :
reeonn is^ance.
Vous tes vous jamais
servi de la loliou ou
de la poudre Faustaj
Demande/ une I nion ou une boitede poudre, riiez
Uwas HE^M ^NOS e v>us ne vous servirez jamais
d'autres marques.
Cm produits provi-noent de U lameuse parlume-
ne Cherami Paris.
liawis U RM 'AOS
205-300 ISun l'r.iversire
Nainsance
C'esl avec plaisir que nous
avons appris la naiaeanca del'.av
monte t'aret, n luveau-.i-e d; Mr
le Secrtaire d'Ittal d^ la lu-ti.-s
et de Ma.l mie Timot 1 1 ;'aret.
roui 1 01 MOhaitl au bb.
Dclaration
du vue (io faii kalri les notai
dis:ordantes qui .hantent si faus
se> autour .i.: m 11 DOUT,|e dclara
au |. .1. ic que | -,ui> reti^-S de
IT t'. pour des motlfa d'i .rne
lance : linl 0 li cl nn .'.'lments in
habiles f, promouvoir a cause par
leur prag amm< .1 'lo-
ti de rsb 1 ..
In point, o'asl tout.
BBNBDIOT
WEBsmnp
Le pjrte crayon New PerfedeJ
Kversharp elle porte plume Wabl
sont prsents dans des tuis
trs lgants. lls>ont jolis, duia
bls et srement d'une grande
utilit, ils sont uniques : Kvers
harp avec ses six nouveaux
attraits qu'on ne tronve pas dans
les autres crevons et la plume',
Wabl avec sa boite mtallique et
son rservoir d'une plus grande
eapacRi.
Dc*
MAXWELL & miiiiii
i*i.i Be Clin
i-.ik. >. .v ..luni
Il nous a t lait pari de la moi t,
survenue ce matin Bb l|i.de Ma
demois. Ile Jeanne Manu I In om
ne T.mis
aprs ml'TTnfi [2,"*'n*Vl
Sainte Alob.
Maison m Melle Cloiinde Chris, pool M
mur, rue Borgalla, lerrira l Ei
position.
Aux patenta prouvil nos con
deleoeai.
^:
THF WAI1L COMI'ANY, NEW YORK. N. Y., U. S. A
Eutj.. LE BOS^E & Co
Ageuces Ueprseotations
PORT-AO.PmfilCE
Decker Jones Jewell
Mi I I n^i .-"v 1 v
NEW-YORK
l'.inu lluijarian O 0boule Hou e etc
ftanklin Fire Ii<: ance Compan
M-JW-Volil.
' su, ,w oe(oontre l'in euale
l'amvnl m '! d .
Alitm ettea < Safe Home 1
0. '. izport Compa i
-_ Uede.
Clias F. M. Illaij'.'i S",
t'o'ssons sulOs eu tous j|enr'^
PORT-
Agents gnraum de
*s-
ManulacturesjLile lns'ce Cy
\au ance sur la vie,
juilliuu Prirea ('..,'
V -s 1 Campagne bordeaux
Il lieymao
COitiNHAiiLK
rre^O ois. Ircmage et .ouserve.
olirticr.. ,,
W. S. Islhefu .'i' son
latiaeajauucs t 0,, s
-i lationak
.*-nsRl'.a;
Uga'Ktex 'hanteeluo
ICnvoi. .J. riIU-,-.#

Nos 205-209 Roe Traversire


LE u rVfi ,,V"r-::
LECiTHIIiLiii..^.. ,.
BreWOr el Co lui epinif,re'le3 0s et les rein
L0 lllc Geo. Jeansma & Co
woncrsTFR m is.
"*"
AU RM S
Pourquoi vous devez acheter Cliez Marcel 1TS
* votre Clairin ?!,,,, chez Marcel Audain Ci* ... ..>;. ........ ... 6*1 M U U
provient des meilleurs terroir* dfaifj
parce (,u ,ls sont vendus aux p|M beiprilJe ,, ;,.,,.,
m ei|>os alcools 4 ..., ' | :yx r" "pnue la ptaci
jcpt--^) : : SJgC-^i^-..................
__________lv l93 Rue du Magasin de l'Etat!
:ii'l
lapins grande liquidation
yaiP ,/,//<> J/ftfp.
';,MZ Mr>Abrobam Fils
ALIJtfliWJ \ une-
New-Orlans<*South mericaaSteamship Col o'
Prooliain dpart direct pour
Port-avi Prince Hain
Jjh S\S tSfadmmra VUrOdani (t ici
sDcemliie- procrVin diiectemeat, pour aru-
aiir-<5iitice-
je Steamer jeif ayant, tai&fti ^icw-
c\Cattt te, a* courant, wra aax Ca>|tt Co kZ
.A ,' Ri ... . I...___~fc X- ~,"
The levai Mail gteam
Packel Compeov

La seule
peinture ne changeait!
pas de couleur
I e lia rr.i i Ci l.-Lrn \ei mil de
Jacmei el des ports du s.d, e-t
attendu a l'orl au l'nnr-, am .i
Le steamer kai ! aile" '"
Jacmei le 7 Dcembre piochain.
I, cl.i.gera a loua les ports nai
lieu, directement pour l'hu.ope.
Le teamei Tabac* e*ta leodu
Jaeaai.laSI Decembr. irodm-..
Il chargei, tous les;po 1 |taailie s
directement pour l.urjpe.
l'on uu Prince, % M INovembie
1915
J. DAALDKK Jf
Agent gnral pour llaili
H

&
IlaV

HOTEL S,c ROSE
gitn j la Rue de la Coix
CiUan* le^ X* cauranL *cra aux vva;|t^ iu Ljotjn^
tfcceniGic proc&ain, aoec Kotiw* De, m or forC* M ltf Orare
cBinDbtt, jaciaet te, 9 auec tSO teuM.
jc Steamer cUrtenb taitteta 9l^&Kani
(c &4 tytumbu piocfiain pour lou^ bft port^
!
Pin pa e spciale m?n\ pour le
climat d'Hati
The Ihvies H. Mm Paiat Co
^Geo.Jeiiusme & Co, Aijeuts
^tt-aa-^uace, Ce 26 $ioocmho Xfth
A. de Matleis et Co
Aq*'** Gnreux
VISITEZ
g^l^-^^
ASTHME
Opprtssion, Catarrhe.
Si.flocat.om,
Toux naroiuies M
CIGARETTES CLERY1
.,. POUDRE CLRY!
O. CUERY. 5. Boal Sl-ltoTtin Paru [
4 vendre
Vu buggy lletch'cout
choute, s adresser au Uu
reau (lu journal.
iacr.. Ai...x*aer ;->v:*^''^'
:
Chamitment d adresse
. .at-ni' t d
Me l'.minimuei CAVJVIN
Hue lu C.ntre No LflOB.
lyEION PEriSfl
UqHi.i.1.. a. 4.) am r-" U BLENNORRIIAGIE
n iooi eoolaaaaflti rcanU ou Chronuiues
231 ARABE OUERIS ur 232 !
ITmI It rimid. gui laujaurs donn lu willain riialtaU |
t/v KfJVTE /'>' """' ""VA"-'' H*AMMACI^f
sw.ciauts rFYRAK n ai '.yv i6,mtJer.rwiir.PARiy
rJ-.-oJ
MAISON DAGGARETT
RUE TMVERSIERE 206 8-
Enlirenienl renouvele par de nouveaux et ljpanx art^e'.
I
S
I


r
MATIN- V Vofcfl





II



i
.
i:
II
I
1
.'..il

-- -E-- m*.*/
U Problme est trouv
I | pi, m ,'i I" Maison de
tara da o, la Ma
,1--. la pli aoi
rei Uni.cul i OORiri ci eu sont
r aglala.iran
'> An o
tuBMa da fi nuisie.de efooiea
.1.- iporti nie, panier us dp foute*
Otim tMOAltea ! M-inlures, est
naintfnaol tabli en HtW
RajouiaMJ ton m ''"* J."
,. Ha uoana nouvelle H >' '" u'"
[r owneil'iu* rut.., i]jj
I init tse. an r.v M I l dill*
rents Stjlaa dil C( -lmes.La mai
,i. rai rum;iii'ie. a part ses aie
liers ili i-.xlues du lanlaieie.son
atelier ipcial des costumes de ce
rmooie tels que : Smocking, Ja
quelles, Redingotes etC, 1 in
fect;on desquels des experts sont
affecte.
Le clients rcoivent gratuite
temeui avec Laque commande,
une jolie ceinture en tis^s nfl en
cuir, en harmonie avec la couleur
du Costume commande, ele est
munie d'une boocla en mtal ga
ranli.onsont iottUfltMaai chou,
les initiales la cli< ut- M un lni
gne quelconqne.
I.. i ure snnt pri-es et les
conditions fixes par le represen
tant t'rarn oii LE1 ELLIER,
115 Hue Bonne Foi, Tort au l'rin
< e llaiti.
Les commandes sont remises
eu moins de 30 jours.
jj i^ & &
lionne Mil sa ilienteleet aux mdecins et au public qu'il
ir*ntsuru. .un Laboratoire d'Ulug.c eo an UbcwMHw <-e
t, ologie appliqua aoaa la Dirnftion du
Drtticotet . Sjourn
I e laboratoire est ouvert ton* ios jours da7 hr3 du matin 9
neures duoir pi r toutes Ws racheta* s : analyM prpuce dans
s'annona ci loint'Ji oui pour !e
Wasseruiaiifi *ii ta contianto we-SeritOfii
Sercut reues quota nanti d chaque sema De.
S'adre-r ia r'haruiacie pour les renseignement*
4naU"d'urines et .S'urgastrique
Reacuon de W assermann
r**;ciiou de l'riboulet,
l1 lamen au sang et du pus"
fcxssaen des matires fcales *
examen de crnh^'
Jlbumino racno'i
Codante UroSecrrat
Tailleur
(ni Pi: MODERNE
1515, lue du Peupla
pretqu en la.....11 Bw
tropoliUio
Tlphone 683
PORT-AI -PRINCE
Saria & Ailack
BU <1 s frtnl* Fort s
Enf cp de Spwdutto
Grand a.sot'iment d'toiles pour tous le qots et
A de pri dliant toute concurrence:
n.e aatin. Crpe Cliaatinn, MoUSMUm de soie,
SoiP livable, r.a.'TiiHe de soie, Crpon de soir, Cirpe
Sroquto;Uon,rpp. de Chine ,.n et a fleura. IjatU.
te,' r. pe.icorgette, Simili. Crpe Mtore,, )igandl,Sole
riilium Nansouk, etc, etc.
in, visite che^Sxl.V Alrl.Ai.k, voua dtHe
compltemonl
Taverne des

310, tl<*e Lionne Foi
il ftRM Wm de Bn
Bire j>r. Baion,Undficheioale8i|ualila soupetelrjid.
La TlfiriN reste ouverte toute 'a nuit
Ir.Lf.l'HONr. : 171.
QALlTi RIX MODRES.
Soiitles uipiltaiirs. *
bien vraf.mai le pneu Fire o,v V%X '" ", '" "': 6o mar"'- "^!
d'earpaion woUaJnl b?ayLl LzZZ? ln'"1' 'l,lrA''' et8e 9""'


Rue du Quai
La mais m ll.Silvera
Ceui qulla'oal pat anuii v.i h jo leajarticloi de linesseque vient
de recevoir.U tDUMQ >M.\ ER^d >ivenl, dans leur mtr-H.sempresser
de pasaar *eetie maison, ;ai nul p-irl ils Jne peuvent jtrouver d'aussi
i I OaVuriir rfl*flW "^t;ie.rr0id,eur et nosjpri,
\ oiloa couleur a barres
lias,drnteUes
Baojsoio brode
lias fil broda
WrPHUr pr!mi,'reCommunion
^ouvertures blanche et couleur su..
Itande-brudes MJdera in'u "''
rheaj.sej et jupe-------~
\oile blanc a barres
llatiue blanche
Cabardine blanche
Lrpou blauo e: conl.. ..
Voile et couleulun,/ei,ra ,0Ur
..emis,.||t.s allemandes 81ID
Brabapt noir anglais P
liililalion toile ortte
.S.U.1UluUl.dpour.robMii(>iivoaM
\oile gingliam Jet ,,eur soie
Aimables client, vous uni va,-- .
trouver ior cette phee ne m. mI'1'' ,,',
<"' "euro de S ",'";""I""' "3<-."
eceuilvonte.1 ,,-,,:. ""........' .
IO'Riio il^s Ce;
?i s
Port-au-Prince,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM