<%BANNER%>







PAGE 1

• LE.M..T1N U Novembre I [(PELLES El •. "\n CABLE Funrailles de la reine mre d'ioglelerre LONDRES. — La Heine Alenndm d A n .terre stra inevelie dans la ( hapelle de Seii I ( .• < a du Cbateau Hr.val d* Win-ls r ou en 1 S.T elle pousa Edmiarl VII En ce moment le Prince de dalles -si aux rota d" l'a ilel I n reposent lerestai du pre de. GeorgM V I-eu lunerailles auront lieu le 1~ Novembre a l'Abbixe de JVlBtiotlfr 'u les restes de ' Heine aeronl fposs ju-qu' ce' e dfih. A i i ETAT l'ara \.e rgime ifc WSHINGTO.H — La I rerlu,' du Service de 'a police flottant annonce qu'au lar^e de rles „e l'Klal de New Jersey. I une dis ttffii de ISO milles 'environ, il y ait navires de bailla bordaehei de liqueore et mannuviant de faon f range. Du grand discours du marchal Joflre HHI XKJLLI s — Le marchal Joffre qui, | our la premere lois depuis l'armistice est retourn en Belgique a proiu uc. hier, devant le monument ea hros de la Patrie, un difcouri tensalionotl m prsence des Mois et d'une foule compio l' •>" """'|>nnrlV.lsmer. Aprs i.u remarquable pargyrique de II Nation llel^e le neu> marchal parlant de I poque que non Irsverfons a dclar La ducipJioe militaire exi^e encore de LOUS de grai 'Iafl >rti Nous avoai mi intenu la Grandi ur de la France eu faa.HI<— le l'r-id-ot de la l publiq i • a (ieman Mr Bi nalitui i n nouveau ni ra \ l'issue I %  i on rea i isai I i 1 1 M affaire donnera h m • n une ri p %  %  %  I !i nitive, s i! aei eple ou : OU I mer un • ibii et louvel i ni,) nul 1 1.. i • • is PARIS La i ha nbra t ppron r p ir %  .'. %  v n contra '• i I pto I • 1 de loi qui intoriM la rniui-l e des lioanee i i iD'ri i 1er a ia ban i|ii • .I" Pr inee un emp' uni l'un milliard iOO millions de fi ia l,..„ 11 j|te* et i* bioa nall mal la ml ifa Innoi I • 'ter. Ploi tard la Sn kl i ratifi eatla loi pai un vote de 173 voix OOOtra 103 Couire l* t iTi i t •' de Locarno BFBLIN Mi Lu ii r ;i dclar au Rail 'i-l A I "" aon g iuverne ment d ouara aa d miarioo aunai loi que le li kit de I 0 arno aura ti i^n a Londres I! ajoute que 1 entre de l'Allemagne d • "* la Su cit dea Nations ne lignifie aueu nement une orientation contraire la llusie ii que !.i dtliuili u de |t) iii's de l'intenii n cruelle qu'on leur accorde trop complaisiimment, socle bnli e d'une lgialation dsute. Les Meuibres du Parquet appuient outre mesure des laits qui mriteraient une sanction correct tionnelle ou de simple police. Le Conseil de l'accus prsente une dfense qui ne sera qu'une eimp e relation des lait* de la cause puis qu'Ile auiont fi quelques minuts auparavant atpona par le prvenu lui-m^me. a son propre avantage, ei le Jur\ acquitte le criminel ou le faux criminel af rs des dbals qui duieut parfois plus de quatre heures Saimistil Sainvil, qui u'est pas dnu d'intelligence, avait trs bieu oompril quelle partie il pou Tait tiret de notifl t'auusalion qui oe se lontaa i anl pas, et qui soulaieut faire 'i'' ''homme p liibb, qu'il n et sans d' ute pa, le vaga bond qui ro I l'sut prim p r ii" '.un ;, rade I rpond!) eanss m ill-ra toutes les q R lioni du M ni U %  • %  Public que i-i-i le I in H u> liate %  lest* i il t le I ei ji Baptl i M le Miniatre Publie q;;i ne polvail pas prouTef au Jjr\ une oulpabilit >i habilement conteela. renooe k l'accusation. Saimistil Sainvil tut alors acquit t par le j'ur\ la p mli' de C v 's Poil, .m Pii ce DM royagaura arrivs dea H\. S nou OPI raronl dans quel .1,1 diplnrable H liuive I a, \oie C lyae art au Prince. Pn Mon looi lae i oui i d'i m i DI dbord de leur lit el la ro le, di sent ill U'-l :>lus qu'un b r Lier qu'un nepni franchir qu'aprs mille difficult* \ .us %  irni 1 s h Direction rlVl lilir ex >cti mnt •> qui.pour l,< travail quotidien, peut tre rclame de chacun ^Obtenez votre sant des sources mmes de la Nature. "+. La Nature tant la source de toua les biens de l'humanit, il est logique que nous ayons recours elle qi and le corpa humain a besoin des trsors qui 'le renferme. o ) Pour la protc-i .ion de la sant, le plue prcieux bien de la vie, c'est la Nature mme qui nous offre l'huile de Foie de Morue avec laquelle on fait L'EMULSION SCOTT Dir -clment du fond de mers, elle apporte le ftoutirn de nu forces, combat l'anmie, les affectons de In poitrine et dea poumon, la malnutrition, etc. Cest en vrit le tonique 1 dral pour tous les ge*,^ 3 Perles aux Vents \ ntnieei 'lu laajl !| I \ii>'lirr il nslrr rtilrrrr < Il In bl I le 1 d'ilV rlilrrf ilrK Mli> 'I liiimiur l llli rfflrlrnl lM laiil f II rlBiaBJ aUitnaVi 1 'flpamlwi : Un plbiaeite de la "'.'.->• intoandanlo n a ^l oiiTiis il I 14 >-i(;oatiirp du peuple liaili'n eontr" lu riS^ipilion de Monsieur LOU* i i l"i -• la im d> s r nindres droits le i' ippo*ition que per tnini" nu ide de lui r.,' •l.i-iile: .ni\ons louionraj in'l ei nous %  nii'u loi \ lutter pour la lin du ryirn'' aelnel .. .. I,e Toneil d'Flal n'a jemaie eu .1 ne peut avoir les alli ihulions dp l'Assemh'e \nlinnlp. > N ti ,• ci Me jonglerie : fermer 'a Dorle ur la r'eetiOB 8e de Mr Il mu m li I • teir ouvprtp ur l'.'.'i lion de n'importe qui, lin il\ poi \ i' introduire une nppo. lition doni o" vit dnnl n angrabea el qui a tout l'air i''r plus luern livp qup la plus lucrative desrharppa rubliqoea. Et voiU 'eolu le terrible pro h'pme de la porte ferme et ouverte en mme temps... pour la cause sacre sainte des sousciiptions. Mission d* /m d'Anne Le morne journal et du rot>me jour r. v p -rnspille au pava de renipr s c u\ h •( le Me c'est l'homme et quelle consonnance entre eros ls et uni leur par'ent du Br^g diei Jb. II. Hussell. c ( In i." doit | p rendre seulement i Monsieur LonisBorno, scriet'il m rs '. I ni le rgime personniii i l.ll Pnasi II— Louis Bnrro fon'eil .11' I i i qu'il Ibol I le n lion c'est 'a reennalitul on de n -1 ; m bri • legs'aliv. Dotic, bien que Mr Rneeell soit ici I rpprsenlant dl W i-liit [ton, il di maun I > %  r', mais W aliii |>on eal ai f# ndt i ami en M Rnse1l fait | ise p| il o'n t o i.i ' I ii i v < iilies de son ^niiverni ment Tout if' l'i |" S In )-1 n %  r np de lopi(|ue, mois qu importa Ce ont i h ml • '• %  -! que ; d4lal unp nouvelle Misaioa pour W'as hirulon :c'i il notre honheur doii venir Mail anauj emprendu/ bien que pour qu'elle parle, il i indra q n m rla I la t V| ne de i bri . l mbel i Je lin d'annt'e Prealculatioo lu temps [i.ir |. G. inpenfiauer aDJoord'hui et demain Le^i — Pression atmosphrique 0,3 au dessous : temprature o.:< au dessus ; index du temps 0.0 nga tif: Prohahilits pluie 0 ngatif. Le itj —Pression .,lni lephirique 0.7 aud'ssous; te npriitne 0 4 au dessus. Index du teums o il ug tif. Probabilits pla.e : 0 7 ngitil. f Le Purgatif Idal s* c'est U • Pi!u(eduD r D enaut 147, Bu* du Faubourg SauHDtnu *an$ !• %  I t i r-l. )rr. Ne iieceituaul aoroo prparant, file a* arovaeee Jaaaii UfU. Sopprimaut la dl'te, •lia me dtilit* tae le %  ilade. N'eilfcant pas de rrpo la ctutnbre, "lia aa ciasa aucaac perle 4e Usai Plu* title que tuas le* •liMIalrei. cil* fit, par coiseaacat, %  mm ihrt. ta 7 0SE ; puaio,'ivi, set p. Lia* LAXATIVK, l piluiei N 1957. ME DU OESTRE, 957 Eitre la Prifonetli Rned*n 'tourne TLPHONE No 773 1?If iinp'jriant L htograpliio N'ouvi'lle avise ioa aima'iln ollentie q a elle vient de reoevoir par le i M irori plus de r,0>Ni 'artou* du dernier chic Parlelrn. Mi pion — \l cii mn'itte, l'-iut aisis I OU plu, l'antaini* ileitiw Impeiia', Sc-nes d'a-nonr.CarU's do fianail lea, i irtea apT-oiales pour miriagns et scnes de famiili de toutes dimensions. E le a reu en 'u fin i|';in ae. '.a l'.iot jyrjp'ii No idll' ro net'.ra to i .e personne photographie uti iloknt portant le moulant dn sa eommandi* de photos Ountre une valeur de 100 (lies en tickfts l'Atelier dianera une prime de lo gourdes en portraits ou en espces au gr du client. N'oubliez pas qui'les travaux de la photographie Nouvelle sonl d'rn heau fini tant l'atelier qu'en plein air. Si vous ne venez, pas a la photographie nouvelle vous n'prouverez, jamais le doux plaisir de eonserv er un beau souvenir de votre vie. Pour tous renseignements tlphonez le No 773. %  m g*B^g*"SB^ !" ^BBte^ SBBm l Le fameux Champagne Laoson Se trouve i Paris dans les Grands res'riur.iiits ci call i la nio.le, i port-au Priuce, il est devenu le favori de la $0 centimes, i notre ollice — angie de* Hues Mi racles et du Centre — la livre ds grains dcortiques Ben jil (Z'o; lives). .S r v-r T hn\ i M / %  / ll'inrte n %  ni di l'Agriculture. Vous avez, toujours aime le Whisky llaig and il.'.iij toiles, ne t-ce pas. Le Whisky naturel qui vient aprs llaig and llalu 5 toiles est le Ring William IV. Savez-vons pourquoi. — Parce que la ga rantie de qualit pour t'Inqua bouteille de llaig anl llaig est la mme que pour uhaque bouteille ce King William IV et qu'un ne peut l'avoir pour aucune autre marque. cKiriq S^ilfiaiu TS SCOTS WHISKV" tiug. LE BOSSE Co Aqences— Keprsentations PORT-AU-PRINCE Agents gnraux de Decker Jones Jewell Millu>q * I


PAGE 1

LE M\TIN : S vo.re I95 S.*,S - %  Extrait dn jaune d'œaf— l e plus actif des Kecon IHuauts Rend pu ssant et vigoureux* Rf command aux personnes faibles. Fortifie le cerveau la moelle pinire, les Os et les reinsRrewer et Co Inc* (Jea. .Ii anse ne & Co. WOHCESTEI — MXSS. AGRX'IS Pourquoi vou^ devez acheter Chez Marcel ADMIf 1 Co Achetez votre Clairin fietys chez larcel Andaiii 9 Cie, parce qu'il provient les meilleurs terroir* J'flaili '' vos Gin, Wisky tt liqueur ' •' parce qu'ils sont vendus aux plus bai prix .le la place votre Rhum et vos alcools '' ' " parce que les nurque.* qu ils vendent sont dune pun-l.'mgslsble. votre sucre haitien ou tranqer chez 4t parce que leurs poids sol [gaili et leurs prix dea plus avantageux. votre Cah ; tonelic mou'u chez " parce qu'il est prpar avec, du cal de choix,dans les a p pare:. S I -s plus perlecUonue il i I n %  ,. _. I_..t— I i ...... ...... .I.'.li.ml livill.i .•, .Ili'll l'I l'IU'i'. votre Bire ( powenhrau Hamhourjj) vos fins* de gordeaux M Achetez aussi chez larcel Audain & Oie dlient toute concurrence. leur parce que sa fracheur et sou prix parce qu ils sont vendus aux mme prix qu ailleurs, malgr lei parce que l'accueil que vous receviez sera des plus coortOU X 1903 Rue du Magasin de l'Etal. Une proprit, fouds et btisses, avec les usines qui y sonl installes savoir: Une usine coton complte et moderne, et une usine pour la prparation de l'huile de colon offrant les derniers perfectionnement, tablie la RUE. AMRICAINE, sur le littoral, capacit uVs moulins 05 halles de colon, de 500 livres amricaines par jiur, capa cit des Usines l'huiles 15 ton-... a fours Spciaux d' tnglsis, de Franais, de Mathmatiques Prparations (nrali-s j< us n< ^ens un llaccalaural. 1'rparations spciales des jeu oes geus qui se dclinent aux Si H DCM par l'ingnieur il Ttppeshsser invitant ceux qui veulent -inscrire !e faite au plus lot eu son bureau sis Angle Hue t-'rou et Itpubli came ( iage de Qaidiner i de B h. a. m 1 h. p m. Le cours spcial d'Anglais ara ouvett partir ('ii 15 de ce mois et e fait 17 h. prcises du ma tin. Le Mar.li, Jeudi et Samedi Les conditions sont *ception ix-'l•• Veuille/ vous IHM rire bien v.le. (Quatre mois sufliseit The lovai Rail Suani l'ackci Company Nil RI LESE CHLOI LITS 81ROP* DESCHIENS I Lins ^ nu sa su % %  i • !>*! MSI" • in < %  ll*(i Pwwi UtM*l DSI %  •• i %  lg l'+ri*. I 3 plus pdc I iqsiion "Vaille, y aille, yaHle* CIMZ Mr Abraham Fils La M ai*on au lion March Oui vient de faire une rduction de 2." o osur son stock de ma cliandise en gnrale .' ccourez tous en louleet vonez voir 1rs pri\ qui dfient toute concuri'ence. La liquidation a omiuon c lo |.~ .Novembre pour prendro iin le i 13 licembre. ns par jour. En outre, des installations ccmpl es machi es jlu dernier pe jationnemht pour le nettoyage et la H* parution d€ Cajai Pour /0M8 renseignement s'adre**cr G. vv. km M; Haitien L_ ... Liquidateur MereanH* fnropsn y — Bi:o Rov j.Vnrt m nn m Vi\aep Le steamer Culebra ve i. ni de KiDgstou. est attendu iJacmal, le 23 .Novembre courant. I c li ir_. M tous les port btititni dira te ment pour l'Europe. ||Le steamer Kara venant de Kinjl loi,aat attaodu i .la* m 1 la l) cembre prochain. Il rla'gi-ia tous les poitsi ailieus direi lemiv | pour l'Iumpe. • l'on au I rime, le > V membre IMS .1 ItXAI.' KU Jr Agent gnral pour llaili 1 A MAISON Jau ice Etienne fils SptciniiMe dan le* marchnd1$e$ frat i a le plaisir d'an* oncer fa cliei tte qa'eil vient d'ouvrir un nouveau rayon de Confiserie. L'on y trouvera d? tuflfi lus boites de Bonbon pour radeau* en tous genres des pri.r dfiant tonU concurrence. Un superbt'AF'wnatliM'riolTept atadtacheleiip. SB DAGG L.T RUE TBAVERSIERE 206 8. Entirement renouvele par de nouveaux ef beaux articles.



PAGE 1

LE M • 'IN robre M TEINDELYS V ME ISID ORE A vt-ndre Tailleur COITFE MODERNE 1515, Bue du Peuple Presquen lace da Iti/ar tropolilaio Tlphone 683 PORT-AU-PRINCE Troi de se'le •*drt* sor h la ton i lion k. iefeller V II •H 1 TVpli. ne 789. Derniers Mn. Plus d'un demi-million de rfisnnre lgante* fcnten train de conlr.-p'ei marre VENEZ VOIR : C\ >i I la grand I lue No il £ Mafoon J BNARO BURTADO ; nue l'on vend lou es fortes de chapeaux K' ne vous en dplaise!! *i vous achet! ?vec : d'autres articles, vo • %  MM alors Mirdu, %  ucci ti rurtoul de l'affection de qui d* dmil. Maie, vinit'/. dal.orl IT>tM cernent. Par suite du dmnage ment de notre dpt d matriaux le 1* liuedi Ouai :i la due J'.oune Fol, March Saint-i.mur, nous axons a vendre un Ion lot de matriaux usages. S'adresser notre dpt. vis Hue du i.iuai. lort au Prince le 18 No vembre l'.25 REJNBOLDACo ^Problme est trouv La plus grandr Meiaon le T*ll lanra de Chicago, la liai on Edward B. Btrao la plu DDI 'lenienl roniiur el on sont mu ovs d(> aiperia snglais.flran rais etr pour la i 01 > faction .le cos • urnes de fantaisie. le crmonies de -ports (4e, perdamus da imites ortes, rH.squel'' al ceintures, est mi -iplepi' I tablie BD llai'i. Hejo.i's.e/ vous, meeaieura de cette bonne nouvelle et venez voir le merveilleux cat .io^ue des jolis Ti. "us avec en rr?nrd lai dilf rents Slvles de = C< ntumes. a mai son recommande. ;i part rea fie If >s de ros'umes da lantaisie,*on ate'iei spcial daa eostamea de ce rmonie tels que : Bmock'ne;, Ja que! e-, Itrd Dgotcs i-li-, i la (on ter(ion desque s, des experts sont affecter. Les clients reoivent gratuite lement avec I que ornmande, une jolie ceini.ire en liatui %  en cuir, en harmonie avec la couleur du Costume iuPTjande. elle esl munie d'une borde ( n mtal [l • ranli.oiisont in^ru-tesauv aboli, les loillalei du e'ientf ou uu loti Da quelconque. ••nesuie.. son! prises et les COn litio.is lixes par le reprMi tant Franois LBTELLIER, 11' Kue Bonne Foi, fort au l'rin ce llaiti. Les i oiniii md< > sont remi l'en moins de 80 jours. Lionne av, J t cllenl t au mdecutl de7hfi du matin 9 n€ures.dus<.ir peur tomes l*'s recherchas et analfaei prvue dar s s'annonce ci jointe saut pour le Wf aBga r m anfl et i* co-utautc lire-Seriorie Ser. n reues que lo mardi d r chaque semaine. b'adre-'>r a ia Ph;inncie po^i |a nuit rELEPHONB : 721 |v QUAolT HIV MODiiRS. jtrestom PEU* ueES Situlles meilleurs. Les frais d'entretien d'une automobile dpendent beaucoup'jie la qualit d pneus dont on settri.L pneu h 1H ESTONS n'est pns vn pneu a bon march,cela est bien vrai t mais te pneu Firei o e esf d* t e lon^u • dure, et ses quallt4 sirtaks d'expansion proig'w utancoup ta imiture contre les secous** s pe*ptuelles dont <*t loujo t a l'objet une autamobll Vous trouver** maintenant un bon assttr'im'nf de hh*store Pneus et Tube Chff Messieurs tueiani il Del Pe,ico, Cap'HailieO, F. Nhnirasse, l'oi r-de-aix, f. Qhrief, £flltl-|joT*t t. \). tonard, |in Cay6at t ou chez I Ayanl Gnral %  Port-an 'Ylnee, Kue du Quai La maison U.Silvera i eux qui)n'oot M vu le jolies*artirles de linesseque vient de recevoir.l.i nm .op .-li.\ Klt4;doivent, dacs leur intr.'-t,s'empre9aer de p*ss-.'r ctiaifflaiaoo, cti nul p rt ils Jne peuvent (trouver d'aussi beaux articles des piix raieoonablaa : itrtici.'. .ni trjiminl d-.-toute leiiil|et^l'/raicheur et nos prix | tin nt toute con .un n Vjile3, couleur a barres i>as,d'ntu|its ( Ba^JSOie broue lias til brod %  Tulle poa. premire,Communion Couvertures b'a.icbe et couleur sup Handes-brodes Mauera loour ele.uises et jupe* Voile blanc .1 barres RatlxM blanche (ialiardine blanohe Lrpon blanc et couleur jour \oi| i et couleur uni Chenisellcs allemandes eup iJrabei, noir aag als linilalion iule crue Sarwieico de toilettes blanohes A couleur >ap|es couleurs lapla cir blanc aup pour tables! Moiletons b anc et couleur sup t'eignes fra ICAIS ft amricains Orga.iui bl^.ic & couleur Lainaije couleur anglais sup.pour jupes Madras a barres de soie pour chemises a horaines Natiuelt3 foulard pour rohes nouveaux %  dessins • ramass anglais pr.matelas double larg Crpon \ carreaux de soie ,et a fleurs soie \oile gingham. j *| § Aimal.les elienls, vous qui vou.e/ porter,! peu ila 1 ^| S ^ Si5*S B Ira" les plus besui tisaui .ju'il soit possible d? Ii'.-n:-. pms i.iux ussus iju il soii possll. trouver sur celle place, ne manquai pas, avant daller ailleurs de Msser chat ti ()IJ 0 ft le meillau.' acceuil vous est rserve 5 A> le iois <2k o, Aitenls Porl-aii-Prince,



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAWK ~)MPRlUtVR Clment May loi re BOIS ..VEKNA 1358, Kue Amricain. NUMKIit) OA CENTIMES Quotidien QMiwtii f i Bt ne demude iiu'au iiax.nl IJU'UI. sort mcilieur pour lui el pour led ntos %  %  ••". par cela mme diqiM de happai el lu resptcl de §es si'mlil.ili!' %  > tir I < llMjlhT TELEPHONE Y 24*2 19ate ANNEE No 566* PORT-AlTPRlNtf I B-iri MEHHi:U)l2;> M0VEUBREJ1938 Mentir poiir plaire la ioule. LETTRE OUVERTE il A* DlUfcf.TEi II ht ml'UNW. LiMATIN Mon cher Directeur, La plume acerbe de Rudyard Kipling a prpar I pitaplid qui doit tre inscrite sur la tomba du dernier des dmagogues: cJe ne pouvais pis bcher la terre, je n'osais pas voler. J'ai menu pour plaire la Ioule . — Citte pitaplie conviendra merveille M. Danti BtUegarde Un n'a jamais vu un homme m mil !§• ter tant d'inconscience ni prttidre un plu grand soin se moquer de sa personne. Je n'en % eux pour preuve que la reU lion qu'il a hit l'ansima, en prsence de quelques personnes, de son dernier voyage en Europe. L'opinion gnrale est que l'orateur a l'ait — certainemei t avec intention — une grave omission quil nous parait bon de relever ici dans l'intrt unique de la vritIl raconte avoir obieuu un succs de Ion rire lorsqu'il a parl de la prochaine rlection prsidentielle en Hati par le Conseil d'Etat, Ivs Congressist s ont d penser que Monsieur Bille garde est un nationaliste qui n'a eu aucune participation au Couvernement de son pays depuis l'intervention amricaine et qui n'a entretenu aucun rapport ofliiel avec les membres du Ciips lgislatt quil veuait de dpeindre. La plus lmentaire protut commandait pourtant M. BellegarJe de uire qu'il a t aussi fonctionnaire du gouvernement dj Dtftigu • nave sous le rgime de la coopration amricauo-hat.enne. En vertu de la Constitution de iyii vote par le peuph hatien, le Conseil d'Etat est revUi de la puissance lgislative. Il exerce tous les pouvons ressortissant aux Chambres lgislatives jusqu' ce que celles c soient reconstiuiets. Comment se recrutent les membres de ce Corps Ces' encore la mme Constitution qui l'indiqueComme collabo rateui de MDartigueuavedout il a t le innnsire, M. Bellenrdfl %  concouru la nomination des Conseillers d*Etal chut* sis pendant M preance au ministre. A quel Corna lgialalil prsentait-il les projets de son d parlement? Au Conseil d'Etat. La situation tait donc telle Ionique liellegarde parvint re laire nommer ministreV ce moment-llesCbambres av lient t dissoutes en deux lois par le Couvernement qu'il consentit servir. Aux dpens de qui, en ralit, a t -il obtenu ce succ* de ton rire ? — Voil un hoin me — on en conviendra qui n'a point le respect des personne < n ri il, ili! il, et moi j'avais ia mort dana l\mie en pensant que c'est notre ration, son prsent rt toi avenir qui taisaient les trais d'une telle gaiot'-C'e.st une trisi s;e bien nnprliensible : il *ecail le pro voquer le rue sur un syl ,e de gouvi i neinent auquel il a acUvement particip et qu'il n'a trouve m mv lis qu' partir du morne it o il n'tait plusmar g au SUudget de la RpubJi* que. Que rvle cet aveu de Moi sieur liellegarde en pleine capitale ou tout le monde se rappelle encore sa collaborMiou au rgime de l'intervention amricaine? La plus mdisccilave inconscience. k. Bergaon a aigoal comme un symptme dign 1 de remarque i iNSKNSiiiii.in e|i accompjgne d'ordina:re le rire. L'inuittreiice, dit-il, est son milieu naturel. Le rire n'a pas le plus grand ennemi que l'motion. Lhrisson leraitbien d-iennir que 1 • nre d s CoograsaistH ne conautue pa?, proprement parler, un succs pour le dl gu de li Ligua, puisque pour rire il tant I lire tan e la piti ou l'alleclioiiQue lidlleparde ne se lasse point illusion il a dj lait uaitie sou gard l'opiuio > la plu* dsavant igeuse. Il oe s'en doute peut-tre pas, mais on le lui lera sentir la premire occasionL'homme puliu iu>; doit toujours des comptes, dit Monsieur liarthoii, et il a tout le publia pour c ien.le. Les idus rgr. s ives que beifegarde a prconises et qu'il a os reali ser m pouvoir lui ont valu une chenu-l qui pie seu l emj n le inou -ni de mi demander otnpte des manœuvres obscurantistes qu'il a syslematiqu/ineut employes contre la Natiou. l'.stce %  arce qui M. lloruo est veuu mettre lin celte ename injustice que sa rlection est coi sidre comme une provoca ion ? I. 1 pays a une trop hiu'e opinion du l'isident de la Rpublique pour qu'une dclamation veuue de quelqu'un, objet de la dccusuralion publique puisse laire le moindre tort a lu i< •lection du il Avril prochain. L Assemble Nationale qui dtieut ses pouvoirs de la Constituiim de l'J/H vote par le peuple, restera lille aux intrt* p imordiaux de la NaUOU en renouvelant le maniai de M Korno. I tira mieux qui rira le dernier. — L'avertiss.'inent de Uii.'ostline ses couipatriotes esttoujoiirsjaclii il:.:re. RllolHt. i\mu du G-i. Attenante la ''linii| ue cjicor AngU 't' • liais Dcslouchi i M Gffrard, Nous avons 1 honneur de porter la Jcoauaigaance les Msderin* et du Public, | .J -1• /lent de a'ata blir aur cetl : Place la Grtode t'boriuacie du titube, attenante h lu Cun.que '.oicouPar U ii, H heur depr.nluiN et par ie* eoius apportes 1-eicu lion des ordonnances mdicale* cette Pharmacia M recomounde J une lai on tout* spciale. Maison Daccarett Nons voua citon; qgelques} nrliihs de M que le Grand Magasii vient dravavoir mais non-1 oui engageona rivanenl a allai w voir parce que le nom ne sufl.t pu, il y a ta aoilii, le geare, 't •'iiilout le prix qui suit la baisse du Irauc el en mme ternivous verre/ l>eau coup d autres articles. Les chapeaux de l*in.> de la marqua iSe acl U plumodarna .-re ation les ilmptauxde puillfine, chape.u\ nu ion. de jolie lorme cha piau\ de dainaa, chapeaux Bl attaa garaia, i i |tttaa paur hommaa t entant.Les ji>ties .-mbi-e!les pour damos cl paraplnlei pour DOtnmaa l u grand riioix de ca-imus r .uleare. our dames, rhtmiaea blanchaa mille plis et nuiics. iihamiaaa i ouleurs,. ba auvaa da cbaulTaurf el coandatiM de iport. Dej'ili-i .lerse\ d* *oie. n.^pe de soie, crpe le rhine. ralin.demi deuil et couleurs. Assorliiinnl romplel d'artirles pour mariagaa ainsi que de voyages, valenciennes line pour lingerie, Serviettes de table, bamasa pour nappe blanc et couleur, rn-pu deuil et toile ime pour deuil. Dock blanc, drill hlam et noir, kak] blaoc et jaune etc eh Le Pre Levasseur Tnu< ui ont, MOU ilou'i\ non n / vi l> N.iufemr di l'loquent pnd iiiu qui fut lt t!I %  I1 u Hi'iri cUrnirt meni o nous vmes se sceller davantage notre amiti, pourtant dj\ si proton la, ai je essave u'esquissei. & glands traits, sou o-uvre dans cette pa rotaada la l'oiote qu'il affaetioauait Uni. Ce que je v.nuirais, aujounl hui. e'etl lixei inp emenl ajoelejMJ traits de son -aractre Il tait du petit uombre de ci m, pour qui la swnpalhie el lu eoa< ii up i-, veilles su premier ion tact, vont grandissant mesure qu'on tes eonatl m eux, de < eux, qui. par le Mal exemple iir leur vie toute teudue vers un perla lionu ment incessant, animi eoutlle le plus pur et des aapira lions les plus hautes, Impoaaal In viin ib erumit le lespect, et dont l.t beaut moi a erayoo ne autour d eux en eilluves bienlaisanta. !>• que. maintenant qu'il nous est eu lav, il semble ceux qui ont • pris de lui el subi son Influence, qu'une hitn:ie 'est teinte, que 1 hori/in s est assombri, et que le meilleur d eux mmes leur a t enlev. Ce qui en iui gagnait tout de suite le cffif, c'tait cette pulaite simp icit allie uaedilicate aensibiiil, aensibiUt qui lui a fait pieurer jusqu au dernier momeut. aa chre paroisse perdue. Tout dernirement enco-'' i' m'crivait : Je suie comm • • su reine quis-riail : Si on outrai! mon cirur on j trouverait le nom deCalaie*. Moi a usai, si on os. vrait le mien, on v trouverait ce lui de la Pointe.* Et dans un ultime message, par venu mni'li. apra s, mon, il me %  lisait encore < %  •• ai eu l^ i "-..r bien remu en ici u lOt i:ii's p UI-lves gui.leloupens, deirii-ie les j voyais leurs i bi n pa resta • Un i s, ment ilitdesgran Is i bels de noire arme, que quan I on les connaisni bien, '>n icouvrait au fond de leur cour la petite Heur bleue, la fleur de I Idal t.tit* patiiaflear bleue elle s' pinouisul Urgeiiieni dans le iii-ui ou l're Uevasaeur. Il ne ciovail pu quil J eut le moindre u, -ni,, IUIM iinaaavanpaaaiannanal du devoir, tant do n que celui qui i heu h • I accomplir, r.sle tou jours au deceoua du iiui qu'il de vrait alleinJre.il peu--il que II dal, In nu un d tre de l'exi ten ee, i st de w. v de servir Jaiqu au bout, t loujoura davanteaja i tel | OUI servir qu'il a an l pie l a.in,mlMt.on de la modle pa i i ie de U taaa Pointe oe* m iri v u L il : I', lll li mil f il ii i : I llil .1 re, je ih.n.le les psaiim s de l'ola ca aiteiMtiv imanl atec les v ,guea de l'Ocan lumnltoeaa • i -i p un -n vu encore que na liiriiil aeaumail la lourde lAche •le diriger le Sminaiie Collge de Port de France. < Les bieul.iils de n >s amis nous eui liiiuent : je ne puis rieu relu ser a .Mgr I. auieOi meta < est uu dur aecrril .•Dans liotima, je suis plus anxieux qu'b, u ieux. AoaiBUI tuu lefois, ue veut dire m dc .urag, m diminu en nergie. M Us elle reprise d'autorit, Ml endosse meut nouveau de reepooeabllit BM paa Palaeji Ht l'apire que vous pi.iphelis / av.i tant a'iaduigeoc • l.l i el ainsi pie, p rtoul el loujoura, il a mis au aarvica des autres les traoA d Intelliacii a et de bont qu'il possdait. Il lail dans ses propOl un mo d. ie de chant, viui u >l %  prou m 111 une pni da nui naqul Je m. s i de jeli-r le m oindre diacre dit sur un ahient. Il tait Immuablement file a, ses amiti et nous souimes beau coup ici., v iiivoirri-udre tmoigna ge a la i I %  de ses re OtiOni O il n'y BVail lien d'eitiieur tl de lac ie -. 1:1 quelle reeoonal un i pour le ailenli .is doul il pouvait tre Pa i r %  •Ji ii i, en pej i•• ma mae dnit I e-i 1 iiH-inl | Ktpe IM ; 'I i ch r m j i oroal Hl I >l oe II... qui m .aiiul h i i H %  le i-sur eOB liince eo 1 > %  !• %  -, m lie dlicate aae< -• lieur •• Inoa h.i iim-da un pux |, i. iua t: mu poui Ml i : je voalaia lajaal iurir map.uiue, ,| %  i • d' i iri. | %  dire Mais esi-t acaaaajn 1 '•, comme eu liaili. cornu la Msrtinique, parioul ou il a paaa, chacun i pu apprcier la aainl prAtra q n n'aal piua,chacun i pu mesurer sou dvouement,son Bl il. in ) I en.Ile -ci n c i mu BMJI surtout aux plus liumb i l're I c^ iss.ur vous IHISI e parmi nous i.ue trace pi ni \ ina avi cr un aillnn liiBaineux. \ MIS H\ / tatou i de voue, rendu l.i \ie meilleure H p ai I i m r. .dise uu degr rare i • %  • que peut tre uu liotn-ne de lu. un h ) nme de cour, i ho Tim-^ de devoir. N tu s avons toufl -rt al pleur %  i. \ m aux jouta d'preuve, nous no i* nom n n rj undea mi l • attantio i^ nue rotra bont, s itl • d* i i ii i votre drmlure. votre h iule peraonoallt, en un m i'. vj is ont nliiut la v l irll n .| i'. ta it d %  la pirl de la p ipu la'IOJ \ i du ai :' %  el de v m cti t veu tr .et m un ten ml. d ina oo'ri pr.itonde triitaaa, une. m -1 itioa nous raate.c'eal qa i dj y m %  av %  / recuei li la M |>ri n l lit de vue t rtue, de s .d ) eptioiM ai da > il i inc s i.ih irU d • i mta anti n i d ina u i • aec :iii > i s i,-, n • t dl -, voire me s'e.i lei ie )ua qrau lieu sont oe 11 s luITra i • e i i m in ta sont plu., l < u lout %  •i lum e-e, ju-li • al vrit. .1 aai' que. dans eh que foyer de u t e ville, dal dnies p| I ml 'ailes & votre intention.M us, < o n ne me le disait hier un nom me du peuple a q li, c tmffl h tant d'entre, VOe ; ave/ fait quel que Iceii. ne conviendrait il pis |ilu|i>t de voas iiiv | i -r, de vous demander aide.protei-lun et ttaia lame. Men 1:1 H.1,11 n Chez IIUPIC Etienne fils A".|i' 'l' s Ktii's lit la(|;isin ilf l'Etat cl dis Fronts-Forls Vient d'arriver POUDRE OKSAY Flix Callard Flix Callanl iloil nlnM d,ins i,. Paya da mre a dtl ana et de pre franc u-, jusqu' .' i aus il iimi^ tait reel vivant de re ^r-, parUgeanl ns joiee el u >-• r in, i i-.i lui iq i'ag juillet] 191 i. il rpondit k l'appel ,1i Pairie, ca ne fut pas sain do ni qu'il l'arm N i i iii.. non da ~.i i iml la al de seamia. Le h ia i i m irade a'eloiguaii C'tait parmi noua la ride, Imn ne, douloureux, D'une imiere nergique et expansive, Flix t'/illard ae d| sans masure pou>•. siens || lail .n.m-, i li ..e. I i ni lnii| ,ui -s ir el ,,t m un ouverts. Rien de ea qui lui appartenait n'l lit N i m i i lui. I i! mu m I indear, enlfa i l< %  pmiii. fi par f oit. b luraai i i i intenter de I u. , , ivalr qu'il ren i ut se i.'u'ila aont rares rh %  / non i ba loi chat ilieriui tr.ivir vie les m unIci I le en j ie e des laih'es I de raU| qui I ifflb ni pour le< soutenir ou I I lUJOun le s'.'uruv OUI o-vrea, s i (en Iraaaa uit ioi p li .us le* nom 1 ilool n • li n mvaiv i i -. s i-i li.i n mr i. %  %  .le. il ni 'lia nili d i ton i m ihaa li U su H h rbar h lit i i> i ir le* l ure lies, |0< i Sur ia t ne de l'rane, il lu h ,M ae i lira mm, i > i n ne n II iili II accomplit n i nibtairu ave. ,, i : ^r 11. t i ni celle iisunce qui m. foi snieul ralieer iea p'us gran les ahOOM in ul, 0 iriu m • ooatralnta iah le. baranajoat 11 %  D i | lti il'-. U prit pari I .,. • % %  de \ >rdua. roue le nida bh -. il ;u lail %  il ,.[(• i h m >rl .pii dui mi t mta : le guei u-, ont i i'i da lui l %  soldat sani reproche. Itenti i d m la Payi y : BiO, il ni n et fusion le hei re m il i aon eu ,,n ( un i.. peoa qu il d i ,ii,, m n i ,, bai i I i < -i N ii i' i M lis i %  d h mnanr, il ne de.,ut po ni ,i pile t ir.boapifalii • de la France, il ai lavad : -u loi un %  t imill • Da n uva m, il nom quitta. Il'dis i. i etU Lus pour I "i| unLoi inau un veuv %  on vlan m qui l'aonor I i 1 fc !-• %  ;• v,-,, | m i |i, Klernel dis ira I ir^il d • u i.iI n %  levait plut, rntlgi • li .• li in M il • Il is ira m i • m' l.i terra natale \ I %  n i I Te veuve, I I .; -ni' I %  L MI i, dutea lille d • i %  i i i t %  r • i • France, U vieille n in 11* .,• -. QOIH 11'I |. I 1 1 |J0 II el n i %  p u %  i la p inaa de lit ii i ,i i que loi q u ipu..t, lia 11 m i aimer, tu aim e i %  p.udi) la k I i II'IM i lu-lin M0MTA8 AU MIU v aille i'iue Borsaiino cm / Il (ML'.O.VI fils UcQiiverte d'une m* die d-js riloos tropicites \,. is liaoni dana /. %  Wum de P | i i • profeaaour Carlo i 'i i^ 11, dirai leur de 11 s mli pu blique au II %  dii i ur de I I a lit .tu A i d i ii.ii/. 4 K. i de Ja i .n i ogu i a 1*1 aatitul Fnataur et i api '• il m %  I %  ion payi m 0 i m t • l'flj i-1 i i %  l Sa lU d< ,N liions, a fdl I i stu.it l'.ihl-ur U g i u i, | i. i i n • ica sur % %  i M i i 0 rOPC les qu'il al l do it il a pu i i i I •. Ir.ina misa t la p : i i i i iii u'i in ca q -n i dana les pi o i 'In l'oine" ia\tj iiieuj'iii ipj la i.irblai oui piqj • lana I lulaalie .i Ch inaa a trouv daa p ni rai I an, tls p i li Iffl i| ,1 i i lie va labii %  I I |U il a leniu i. i I in ii i n" i mi,iule %  m p ipu aire,, La m .i idi aal | |uUe pur le pui i demi ni d u uug •-! lea onta m-, d'an m. i ib • d i |eore trvp no.oui. 'lout II • i iva ICI |-er ii ila I : ..Iniles rou %  i, i .s le i n ur, p, I u. i,-.i. %  %  i i irvaau lsa '' il t. iminent agOiln il .; %  ittl -. .-lue di n i %  • .n. %  %  %  ardiaqnee ci iiriiux arnvaa. La Docteur Ubagu a decomeii Il il mie ou bar il que l'homme al li min i II t i iboral tire, la in o o ainaj l'.i.oit „, ii.'m d i • 'u ; i i ,, i,, le l udirig p n i'i i. %  ; • i d'une ex rirulen a loi i Mena inocu 1 neeoi lou|oui • p iroijli 'I L !'' ni I i. ol provo tueur da i ,,.,11010 irii-n, 1 le U mre k l'eu Ui.l t.e m 1^1 ira ip toi la M Gai imp 1 la pro |actioci ph il |u <% 1 oie e %  uaUli ivei ire I*VIM par las uoui.-.cm aavanl 1; -.prea aalent 'lutitui l'aateui


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06583
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, November 25, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06583

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Directeur proprietawk
~)MPRlUtVR
Clment May loi re
BOIS ..VEKNA
1358, Kue Amricain.
NUMKIit) OA CENTIMES
Quotidien
QMiwtii "
fi
Bt ne
demude iiu'au iiax.nl iju'ui.
sort mcilieur pour lui el pour
led ntos ". par cela mme
diqiM de happai el lu resptcl
de es si'mlil.ili!'
> tirI < llMjlhT
TELEPHONE Y 24*2
19ate ANNEE No 566*
PORT-AlTPRlNtf I B-iri
MEHHi:U)l2;> M0VEUBREJ1938
" Mentir poiir plaire la ioule.
LETTRE OUVERTE
il
A* DlUfcf.TEi II ht ml'UNW.
Li- Matin
Mon cher Directeur,
La plume acerbe de Rudyard
Kipling a prpar I pitaplid qui
doit tre inscrite sur la tomba
du dernier des dmagogues: cJe
ne pouvais pis bcher la terre,
je n'osais pas voler. J'ai menu
pour plaire la Ioule . Citte
pitaplie conviendra merveille
M. Danti BtUegarde Un n'a
jamais vu un homme m mil !
ter tant d'inconscience ni prtti-
dre un plu grand soin se mo-
quer de sa personne. Je n'en
?eux pour preuve que la reU
lion qu'il a hit l'ansima, en
prsence de quelques person-
nes, de son dernier voyage en
Europe.
L'opinion gnrale est que
l'orateur a l'ait certainemei t
avec intention une grave
omission quil nous parait bon
de relever ici dans l'intrt uni-
que de la vrit- Il raconte avoir
obieuu un succs de Ion rire
lorsqu'il a parl de la pro-
chaine rlection prsidentielle
en Hati par le Conseil d'E-
tat, Ivs Congressist s ont d
penser que Monsieur Bille
garde est un nationaliste qui
n'a eu aucune participation au
Couvernement de son pays de-
puis l'intervention amricaine et
qui n'a entretenu aucun rap-
port ofliiel avec les membres
du Ciips lgislatt quil veuait
de dpeindre. La plus lmen-
taire protut commandait pour-
tant M. BellegarJe de uire
qu'il a t aussi fonctionnaire
du gouvernement dj Dtftigu
nave sous le rgime de la co-
opration amricauo-hat.enne.
En vertu de la Constitution
de iyii vote par le peuph ha-
tien, le Conseil d'Etat est revUi
de la puissance lgislative. Il
exerce tous les pouvons res-
sortissant aux Chambres lgis-
latives jusqu' ce que celles c
soient reconstiuiets.
Comment se recrutent les
membres de ce Corps Ces'
encore la mme Constitution
qui l'indique- Comme collabo
rateui de M- Dartigueuavedout
il a t le innnsire, M. Belle-
nrdfl concouru la nomina-
tion des Conseillers d*Etal chut*
sis pendant M preance au mi-
nistre.
A quel Corna lgialalil pr-
sentait-il les projets de son d
parlement? Au Conseil d'Etat.
La situation tait donc telle
Ionique liellegarde parvint re
laire nommer ministre- V ce
moment-llesCbambres av lient
t dissoutes en deux lois par
le Couvernement qu'il consentit
servir. Aux dpens de qui, en
ralit, a t -il obtenu ce succ*
de ton rire ? Voil un hoin
me on en conviendra qui
n'a point le respect des per-
sonne
< n ri il, ili! il, et moi j'a-
vais ia mort dana l\mie en pen-
sant que c'est notre ration, son
prsent rt toi avenir qui tai-
saient les trais d'une telle gaio-
t'-C'e.st une trisi s;e bien nn-
prliensible : il *ecail le pro
voquer le rue sur un syl ,e de
gouvi i neinent auquel il a acU-
vement particip et qu'il n'a
trouve m mv lis qu' partir du
morne it o il n'tait plusmar
g au SUudget de la RpubJi*
que.
Que rvle cet aveu de Moi -
sieur liellegarde en pleine capi-
tale ou tout le monde se rap-
pelle encore sa collaborMiou au
rgime de l'intervention amri-
caine? La plus mdisccilave in-
conscience.
k. Bergaon a aigoal comme
un symptme dign1 de remar-
que i iNSKNSiiiii.in e|i accom-
pjgne d'ordina:re le rire. L'in-
uittreiice, dit-il, est son milieu
naturel. Le rire n'a pas le plus
grand ennemi que l'motion.
Lhrisson leraitbien d-iennir
que 1 nre d s CoograsaistH ne
conautue pa?, proprement
parler, un succs pour le dl
gu de li Ligua, puisque pour
rire il tant I lire tan e la piti ou
l'alleclioii-
Que lidlleparde ne se lasse
point illusion il a dj lait
uaitie sou gard l'opiuio > la
plu* dsavant igeuse. Il oe s'en
doute peut-tre pas, mais on le
lui lera sentir la premire oc-
casion- L'homme puliu iu>; doit
toujours des comptes, dit Mon-
sieur liarthoii, et il a tout le
publia pour c ien.le. Les idus
rgr. s ives que beifegarde a
prconises et qu'il a os reali
ser m pouvoir lui ont valu une
chenu-l qui pie seulem-jn le
inou -ni de mi demander otnp-
te des manuvres obscurantis-
tes qu'il a syslematiqu/ineut
employes contre la Natiou.
l'.stce arce qui M. lloruo est
veuu mettre lin celte ename
injustice que sa rlection est
coi sidre comme une provo-
ca ion ?
I.1 pays a une trop hiu'e opi-
nion du l'isident de la Rpu-
blique pour qu'une dclamation
veuue de quelqu'un, objet de la
dccusuralion publique puisse
laire le moindre tort a lu i< -
lection du il Avril prochain.
L Assemble Nationale qui
dtieut ses pouvoirs de la Cons-
tituiim de l'J/H vote par le
peuple, restera lille aux int-
rt* p imordiaux de la NaUOU
en renouvelant le maniai de
M Korno. Itira mieux qui rira
le dernier. L'avertiss.'inent
de Uii.'ostline ses couipa-
triotes esttoujoiirsjaclii il: oublie/., Athniens sans car
vellc. que ceux qui, au lieu de
se placer rsolument la tla
des vnements, se mettent
leur suit?, sont conJainucs d'a-
vance .
Mien v>.:re.
RllolHt.
i\mu du G-i.
Attenante la ''linii| ue
cjicor
AngU 't' liais Dcslouchi i
M Gffrard,
Nous avons 1 honneur de porter
la Jcoauaigaance les Msderin*
et du Public, |.j-1 /lent de a'ata
blir aur cetl : Place la Grtode
t'boriuacie du titube, attenante h
lu Cun.que '.oicou-
Par U ii,h heur de- pr.nluiN et
par ie* eoius apportes 1-eicu
lion des ordonnances mdicale*
cette Pharmacia m recomounde
J une lai on tout* spciale.
Maison Daccarett
Nons voua citon; qgelques} nrliihs de m que le Grand Magasii
vient d- ravavoir mais non-1 oui engageona rivanenl a allai w voir
parce que le nom ne sufl.t pu, il y a ta aoilii, le geare, 't 'iiilout
le prix qui suit la baisse du Irauc el en mme terni- vous verre/ l>eau
coup d autres articles.
Les chapeaux de l*in.> de la marqua iSe acl U plu- modarna .-re
ation les ilmptauxde puill- fine, chape.u\ nu ion. de jolie lorme cha
piau\ de dainaa, chapeaux Bl attaa garaia, i i |tttaa paur hommaa t
entant.Les ji>ties .-mbi-e!les pour damos cl paraplnlei pour DOtnmaa
l u grand riioix de ca-imus r .uleare. o<- di g ma noir, et bleu marins et ilanelle pour eoatomaa Daa giUta al de cbeaaiaaetlM
pour hommes, cimisoles p->ur dames, rhtmiaea blanchaa mille plis et
nuiics.iihamiaaa i ouleurs,. ba auvaa da cbaulTaurf el coandatiM de iport.
Dej'ili-i .lerse\ d* *oie. n.^pe de soie, crpe le rhine. ralin.- demi
deuil et couleurs. Assorliiinnl romplel d'artirles pour mariagaa ainsi
que de voyages, valenciennes line pour lingerie, Serviettes de table,
bamasa pour nappe blanc et couleur, rn-pu deuil et toile ime pour
deuil. Dock blanc, drill hlam et noir, kak] blaoc et jaune etc eh .
Le Pre Levasseur
Tnu< ui ont, mou ilou'i\ non
n / vi l> N.iufemr di l'loquent
pnd iiiu qui fut lt t!- I I-1'
u, Hi'iri cUrnirt meni /' -/ (U Fiante*
Sout ne pouvons rendu un
meilleur homnntge cette lie le
Figure disparue qu'en rvprodut
tant Parti le qui- lui cousue e,
m dition du 'Ji Odob-e
; i jr, notre confrre /, Mou
velli r et lu Guadehup
Le t'.' octobre courant, in '-'mi
mire Collge de fort de l'i u a,
dont il veu lit d tre nomm ^up
rieur, Mmombait brusquciiu ni.
Ban que rien [ t taire pr, . i
une telle cala-liophf, l II. P. Le
vaaaeor, noire aoelaa el bien aima'
cur.
A .a nouvelle de celte mort i
inallendue. I motion . la Poil te
l'ilre lut poignante, la douleur
fut profonde de loua ceu*, qaejs
OU ils lussent, qui avaient en
coniact avec lui.
I-.I chacun sentit quelle plare,
eu dpil de l'loiguemeut, il te
nait dens son existence.
Je n'essaierai point de retracer
la vie de t a ni que je pleur.-. De
plus autoriss, de pius eloqueuis
que moi, daDJ la presse ou du
haut de la chaire, ici ou aitlenr,
diront oe qu a t le prfttre, le re
ligieux. l'orateur.
\iism bien, aui heures crue les
de sa sepiralion davec non- en
ce* jours de |invier ti> o nous
vmes se sceller davantage notre
amiti, pourtant dj\ si proton la,
ai je essave u'esquissei. & glands
traits, sou o-uvre dans cette pa
rotaada la l'oiote qu'il affaetioa-
uait Uni.
Ce que je v.nuirais, aujounl hui.
e'etl lixei inp emenl ajoelejMJ
traits de son -aractre
Il tait du petit uombre de ci m,
pour qui la swnpalhie el lu eoa<
ii up i-, veilles su premier ion
tact, vont grandissant mesure
qu'on tes eonatl m eux, de < eux,
qui. par le Mal exemple iir leur
vie toute teudue vers un perla
lionu ment incessant, animi
eoutlle le plus pur et des aapira
lions les plus hautes, Impoaaal In
viin ib erumit le lespect, et dont l.t
beaut moi a erayoo ne autour d eux
en eilluves bienlaisanta. !>
que. maintenant qu'il nous est eu
lav, il semble ceux qui ont
pris de lui el subi son Influence,
qu'une hitn:ie 'est teinte, que
1 hori/in s est assombri, et que le
meilleur d eux mmes leur a t
enlev.
Ce qui en iui gagnait tout de
suite le cffif, c'tait cette pu-
laite simp icit allie uaedilicate
aensibiiil, aensibiUt qui lui a fait
pieurer jusqu au dernier momeut.
aa chre paroisse perdue.
Tout dernirement enco-'' i'
m'crivait : Je suie comm su
reine quis-riail : Si on outrai!
mon cirur on j trouverait le nom
deCalaie*. Moi a usai, si on os.
vrait le mien, on v trouverait ce
lui de la Pointe.*
Et dans un ultime message, par
venu mni'li. apra s, mon, il me
lisait encore < ai eu l^ i "-..r
bien remu en ici u lOt i:ii's p UI--
lves gui.leloupens, deirii-ie les
j voyais leurs i bi n pa
resta
Un i s, ment ilitdesgran Is i bels
de noire arme, que quan I on les
connais- ni bien, '>n icouvrait au
fond de leur cour la petite Heur
bleue, la fleur de I Idal
t.tit* patiiaflear bleue elle s'
pinouisul Urgeiiieni dans le
iii-ui ou l're Uevasaeur. Il ne
ciovail pu quil J eut le moindre
u, -ni,, iuim iinaaavanpaaaiannanal du
devoir, tant do n que celui qui
i heu h I accomplir, r.sle tou
jours au deceoua du iiui qu'il de
vrait alleinJre.il peu--il que II
dal, In nu un d tre de l'exi ten
ee, i st de w. v de servir Jaiqu au
bout, t loujoura davanteaja
i tel | OUI servir qu'il a an l pie
l a.in,ml- Mt.on de la modle pa
i i ie de U taaa Pointe oe* m iri
v u L il : I', lll li mil f il ii i : I llil .1
re, je ih.n.le les psaiim s de l'ola
ca aiteiMtiv imanl atec les v ,guea
de l'Ocan lumnltoeaa
i -i p un -n vu encore que na
liirii- il aeaumail la lourde lAche
le diriger le Sminaiie Collge de
Port de France.
< Les bieul.iils de n >s amis nous
eui liiiuent : je ne puis rieu relu
ser a .Mgr I. auieOi meta < est uu
dur aecrril
.Dans liotima, je suis plus
anxieux qu'b,uieux. AoaiBUI tuu
lefois, ue veut dire m dc .urag,
m diminu en nergie. M Us elle
reprise d'autorit, Ml endosse
meut nouveau de reepooeabllit
bm paa Palaeji Ht l'apire
que vous pi.iphelis / av.i tant
a'iaduigeoc
l.l i el ainsi pie, p rtoul el
loujoura, il a mis au aarvica des
autres les traoA d Intelliacii a et
de bont qu'il possdait.
Il lail dans ses propOl un mo
d. ie de chant, viui u >l prou m
111 une pni da nui naqul Je m. s
i de jeli-r le m oindre diacre
dit sur un ahient.
Il tait Immuablement file a,
ses amiti et nous souimes beau
coup ici., v iiivoirri-udre tmoigna
ge a la i I de ses re OtiOni O
il n'y BVail lien d'eitiieur tl de
lac ie -.
1:1 quelle reeoonal un i pour
le ailenli .is doul il pouvait tre
Pa i r
Ji ii i, en pej i ma mae
dnit I. e-i 1 iiH-inl | Ktpe IM ; 'I i
ch r m j i oroal Hl I >l oe II...
qui m .aiiul h i i H le i-sur eOB
liince eo 1 > ! -, m lie
dlicate aae< - lieur Inoa
h.i iim-- da
un pux |, i. iua t: mu poui Ml
i '
, : je voalaia lajaal iurir
map.uiue, ,| i d' i iri. |
dire '
Mais esi-t acaaaajn
1 ', comme eu liaili. cornu
la Msrtinique, parioul ou il a
paaa, chacun i pu apprcier la
aainl prAtra q n n'aal piua,chacun
i pu mesurer sou dvouement,son
Bl il. in ) I en.Ile -ci n c i mu ,
bmJi surtout aux plus liumb i -
l're I c^ iss.ur vous Ihisi e
parmi nous i.ue trace pi ni
\ ina avi cr un aillnn liiBaineux.
\ mis h\ / tatou i de voue, rendu
l.i \ie meilleure h p ai I
i m r. .dise uu degr rare
i que peut tre uu liotn-ne de
lu. un h ) nme de cour, i
ho Tim-^ de devoir.
N tu s avons toufl -rt al pleur
i. \ m aux jouta d'preuve,
nous no i* nom n n rj un- dea
mi l attantio i^ nue rotra bont,
s itl d* i i ii i votre drmlure.
votre h iule peraonoallt, en un
m i'. vj is ont nliiu- t la vl irll
n .| i'. ta it d la pirl de la p ipu
la'IOJ \ i du ai :'- el de v m
cti t veu tr .- et m un ten ml. d ina
oo'ri pr.itonde triitaaa, une. m
-1 itioa nous raate.c'eal qa i dj
y m av / recuei li la M |>ri n l
lit de vue t rtue,
de s .- d ) eptioiM ai da > il
i inc s
i.ih irU d i mta anti n i d ina
u i aec :iii > i s i,-, n t
dl -, voire me s'e.i lei ie )ua
qrau lieu sont oe 11 s luITra i
e i i m in ta sont plu., l < u lout
i lum e-e, ju-li al vrit.
.1 aai' que. dans eh que foyer
de u t e ville, dal dnies p|
I ml 'ailes & votre intention.M us,
< o n ne me le disait hier un nom
me du peuple a q li, c tmffl h
tant d'entre, VOe ; ave/ fait quel
que Iceii. ne conviendrait il pis
|ilu|i>t de voas iiiv | i -r, de vous
demander aide.protei-lun et ttaia
lame.
Men 1:1 H.1,11 n
Chez IiupIcEtienne fils
A".|i'- 'l's Ktii's lit
la(|;isin ilf l'Etat cl
dis Fronts-Forls
Vient d'arriver
POUDRE OKSAY
Flix Callard
Flix Callanl iloil nln- M
d,ins i,. Paya da mre a dtl ana et
de pre franc u-, jusqu' .' i aus il
iimi^ tait reel vivant de re
^r-, parUgeanl ns joiee el u >-
r in, i i-.i lui iq i'ag juillet]
191 i. il rpondit k l'appel ,1- i
Pairie, ca ne fut pas sain do ni
qu'il l'arm n i i iii.. non da ~.i
i iml la al de se- amia. Le h ia i i
m irade a'eloiguaii C'tait parmi
noua la ride, Imn ne, douloureux,
D'une imiere nergique et ex-
pansive, Flix t'/illard ae d|
sans masure pou- >. siens ||
lail .n.m-, i li ..e. I i ni lnii| ,ui-s
* ir el ,,t m un ouverts. Rien
de ea qui lui appartenait n'l lit
n i m i i lui. I i! mu m
I indear, enlfa i l<
pmiii. fi par f oit. b luraai i i
i intenter de I u. ,
ivalr qu'il ren i ut se
i.'u'ila aont rares rh / non i
ba loi chat ilier- iui tr.ivir
vie les m un- Ici I le en j ie e
des laih'es I de raU| qui I ifflb ni
pour le< soutenir ou I
I lUJOun le s'.'uruv OUI o-vrea,
s i (en Iraaaa uit ioi p
li .us le* nom1 ilool n li n mvaiv
i i -. s i-i li.i n mr i. .le. il
ni 'lia nili d i ton
i m ihaa li U su H h rbar h lit
i i> i ir le* l ure
lies, |0< i '
Sur ia t ne de l'rane, il
lu h ,m- ae i lira mm, i
> i n ne n II iili II accomplit n
i nibtairu ave. ,, i : ^r 11.
t i ni celle iisunce qui m. foi
snieul ralieer iea p'us gran les
ahOOM in ul, 0 iriu m
ooatralnta iah le. baranajoat
11 D i | lti il'-. U
prit pari I .,. de \ >rdua.
roue le nida
bh -. il ;u lail il ,.[(
i h m >rl .pii
dui mi t mta : le guei u-, ont
i i'i da lui l soldat sani reproche.
Itenti i d m la Payi y : BiO, il
ni n et fusion le hei re m il i
aon eu ,,n (un i.. peoa
qu il d i- ,ii,, m n i ,, bai i
I i < -i N ii i' i
M lis i d h mnanr, il ne
de.,ut po ni ,i pile
t-ir.- boapifalii de la France, il
ai. lavad : -u loi un
t imill Da n uva m, il nom
quitta.
Il'dis i. i etU Lus pour
I "i| un- Loi inau un veuv
on vlan m qui l'aonor
I i 1 fc !- ; v,-,, | m i |i, Klernel
dis ira I ir^il
d u i.i- I n levait plut, rntlgi
li .- li in M il Il is
ira m i m' l.i terra
natale
\ I n i I- Te veuve,
II .; -ni' I L mi i, dutea lille
d i i i i t r i France,
U vieille n in 11* ., -. qoih
11'- I |. I 1 1 |J0 II el
n i p u i la p inaa de
lit ii i ,i i que loi
q u i- pu..- t, lia 11 m i aimer,
tu aim e i p.u- di) la k
I i ii'im i .
lu-lin M0MTA8
au miu v aille i'iue
Borsaiino
cm /
Il (ML'.O.VI fils
UcQiiverte d'une m*
die d-js riloos tro-
picites
\,. is liaoni dana /. Wum de
P | i i profeaaour Carlo
i 'i i^ 11, dirai leur de 11 s mli pu
blique au II dii i ur de I I a
lit .tu a i d i ii.ii/. 4 K. i de Ja
i .n i ogu i a 1*1 aatitul Fnataur
et i api ' il m I ion payi m 0 i
m t l'flj i-1 i i l Sa lU d<
,N liions, a fdl I i stu.it l'.ihl-ur
U g i u i, | i. i i n ica sur
i m i i 0 rOPC les
qu'il al l do it il a pu
i i i I . Ir.ina
misa.....t la p : i
i i i iii u'i in
ca q -n i dana les
pi o i 'In l'oine"
ia\tjiiieuj'iii ipj la i.irblai '
oui piqj lana I lulaalie
' .i Ch inaa
a trouv daa p ni rai I an, tls
p i li Iffl i| ,1 i i lie va labii
II. |U il a leniu
i. i I in ii i n" i mi,iule
m p ipu aire,, La
m .i idi aal | |uUe pur le pui
i demi ni d u uug -! lea onta
m-, d'an m. i ib d i |eore trvp
no.oui. 'lout II i.....iva ici |- -er
ii ila I : ..Iniles rou
i, i .s le i n ur, p,
, I u. i,- -.i. i i irvaau lsa
'' il t. iminent
agOiln il .; ittl -. .-lue
di n i .n. ardiaqnee
ci iiriiux arnvaa.
La Docteur Ubagu a decomeii
Il il mie ou bar
il que l'homme al
li min i ii t i iboral tire, la in
o o ainaj l'.i.- oit ,
ii.'m d i 'u
; i i ,, i- ,,
le l.....u- dirig
p n i- 'i i. ; i d'une ex
rirulen a loi i Mena inocu
1 neeoi lou|oui p iroijli
'I L !'' ni I i. ol provo
tueur da i ,,.,11010
irii-n, 1 le U mre k l'eu
Ui.l
t.e m 1^1 ira ip toi la M Gai
imp 1 la pro
|actioci ph il |u <% 1 oie e
uaUli ivei ire i*vim par
las uoui.-.cm aavanl 1; -.- prea
aalent 'lutitui l'aateui



LE.M..T1N U Novembre I
[(PELLES El
.
"\n CABLE
Funrailles de la reine mre
d'ioglelerre
LONDRES. La Heine Alenn-
dm d A n .terre stra inevelie
dans la ( hapelle de Seii I ( . < a
du Cbateau Hr.val d* Win-ls r
ou en 1 S.T elle pousa Edmiarl
VII En ce moment le Prince de
dalles -si aux rota d" l'a ilel I n
reposent le- restai du pre de.
GeorgM V I-eu lunerailles auront
lieu le 1~ Novembre a l'Abbixe de
JVlBtiotlfr 'u les restes de '
Heine aeronl fposs ju-qu' ce' e
dfih.
A i i Etat l'ara
\.e rgime ifc
WSHINGTO.H La I rerlu,'
du Service de 'a police flottant
annonce qu'au lar^e de rles e
l'Klal de New Jersey. I une dis
ttffii de ISO milles 'environ, il y
ait navires de bailla bordaehei
de liqueore et mannuviant de
faon f range.
Du grand discours
du marchal Joflre
HHI XKJLLI s Le marchal
Joffre qui, | our la premere lois
depuis l'armistice est retourn en
Belgique a proiu uc. hier, devant
le monument ea hros de la Pa-
trie, un difcouri tensalionotl m
prsence des Mois et d'une foule
compio l' >" """'|>nnrlV.lsmer.
Aprs i.u remarquable pargy-
rique de II Nation llel^e le
neu> marchal parlant de I poque
que non Irsverfons a dclar
La ducipJioe militaire exi^e
encore de lous de grai 'I- afl >rti
Nous avoai mi intenu la Grandi ur
de la France eu fa de I extrieur et nom aurons la
maintenir aussi terme en tace
des ennemis de l'intrieur.
'a droission du c li' et
li; 1. BriaiK lorm ra p-. bibl m i;t
le nonrraD ministre
|>a.HI< le l'r-id-ot de la l
publiq i a (ieman Mr Bi
nalitui i n nouveau ni
ra \ l'issue I i on rea i isai
' I i 11 M
affaire
donnera h m n une ri p - I !i
nitive, s i! aei eple ou : OU I
mer un ibii et
louvel i ni,) nul 11.. i is
PARIS La i ha nbra t ppron
r p ir .'. v n contra ' i I pto
I -1 de loi qui intoriM la rniui-l e
des lioanee i i iD'ri i 1er a ia ban
i|ii .I" Pr inee un emp' uni l'un
milliard iOO millions de fi ia -
l,.. 11 j|te* et i* bioa nall mal
la ml ifa Innoi I 'ter. Ploi
tard la Sn kl i ratifi eatla loi pai
un vote de 173 voix OOOtra 103
Couire l* t iTi i t ' de Locarno
BFBLIN Mi Lu ii r ;i dclar
au Rail 'i-l a I "" aon g iuverne
ment d ouara aa d miarioo aunai
loi que le li kit de I 0 arno aura
. ti i^n a Londres I! ajoute que
1 entre de l'Allemagne d "* la Su
cit dea Nations ne lignifie aueu
nement une orientation contraire
la llusie ii que !.i dtliuili u de
|t) '.....\e n'implique aucun danger
pour r Mie i Innl donnt
cette nation ne peut matrielle
ment ni m I I tre o
de participer des mesures de pu
nition .1 moins qu'elle mme y
consente de bon gr.
Nouvelles diverses
HHMK il Le Snat Italien a
approuv i I unanimit la Loi COB
Ire es s, crtee pi i
par l'edei/mi, Ministre de iint
rieur.
Les Asswch
L'odience criminelle d'hier n'a
ta clnirnmanl rvl la nature de
la conli lalion qui avait mis aux
rtses. il \ a dj quelques moi*,
eau Baptiste Alexis, son frre et
le prvenu Saimistil Samvil. Elle
a simplement expliqu, s'en
tenir a l'acla d'accusation du Par
ejuete' ai oui. nuance de renvoi,
que les eu upa et blessures rteue
par le p|algaanl avaien' ratrain
une inrapi it de travail de plus
de M jours.
Il est peut tre temps de modl
fier notre K ululation pnale. Il pa-
rat inutile de dfrer dsormais a
la Cour il'Wi'"* des dlits sans
gravit, qui n affectent aucun lactre criminel, qui sont entire-
ment dp> iii's de l'intenii n
cruelle qu'on leur accorde trop
complaisiimment, soc- le bnli e
d'une lgialation dsute.
Les Meuibres du Parquet ap-
puient outre mesure des laits qui
mriteraient une sanction correct
tionnelle ou de simple police. Le
Conseil de l'accus prsente une
dfense qui ne sera qu'une eimp e
relation des lait* de la cause puis
qu'Ile auiont fi quelques minuts
auparavant atpona par le prvenu
lui-m^me. a son propre avantage,
ei le Jur\ acquitte le criminel ou
le faux criminel af rs des dbals
qui duieut parfois plus de quatre
heures
Saimistil Sainvil, qui u'est pas
dnu d'intelligence, avait trs
bieu oompril quelle partie il pou
Tait tiret de notifl t'auusalion qui
oe se lontaa i anl pas, et qui sou-
laieut faire 'i'' ''homme p liibb,
qu'il n et sans d' ute pa, le vaga
bond qui ro I l'sut primpr ii" '.un ;,
rade I rpond!) eanss m ill-ra
toutes les q R lioni du M ni U
Public que i-- i-i le I in H u>
liate lest* i il t le I ei
ji Baptl i M le Miniatre Publie
q;;i ne polvail pas prouTef au Jj-
r\ une oulpabilit >i habilement
conteela. renooe k l'accusation.
Saimistil Sainvil tut alors acquit
t par le j'ur\
la p mli' de C v 's Poil,
.m Pii ce
Dm royagaura arrivs dea h\. s
nou opI raronl dans quel .1,1
diplnrable H liuive I a,
\oie C lyae art au Prince.
Pn Mon looi lae i oui i d'i m i dI
dbord de leur lit el la ro le, di
sent ill U'-l :>lus qu'un b r Lier
qu'un nepni franchir qu'aprs
mille difficult*
\ .us que d''Mirer l'allenlion de 'a P.
G. T. P sur ce dplorable tt
de rhi "'s i" ur qu'aussil'il renxde
v il ji'.rt.
A la Banque Nationale
Depuis quolqua lemiis la Di-
rection do la Manque Nationale
de la Rpublique il'llatii a ins-
talla ii Iftl edi l\in au Prince
un ippsreil qui, i 'nde l'une
carb iinliiiue l'hi 111*0 xacte
d'entre < 1 de sortie de clique
empli
l .*' si une KC !l 1 t'' 'liqiosi-
tion qui |> irni 1 s h Direction
rlVl lilir ex >cti mnt > qui.pour
l,< travail quotidien, peut tre
rclame de chacun
^Obtenez votre
sant des sour-
ces mmes de
la Nature.
"+. La Nature tant la source
de toua les biens de l'humanit,
il est logique que nous ayons
recours elle qi and le corpa humain a besoin
des trsors qui 'le renferme. o
) Pour la protc-i .ion de la sant, le plue prcieux
bien de la vie, c'est la Nature mme qui nous offre
l'huile de Foie de Morue avec laquelle on fait
L'EMULSION SCOTT
Dir -clment du fond de mers, elle apporte le
ftoutirn de nu forces, combat l'anmie, les
affectons de In poitrine et dea poumon, la
malnutrition, etc. Cest en vrit le tonique
1 dral pour tous les ge*,^ 3
Perles aux Vents
\ ntnieei 'lu laajl !| I '
\ii>'lirr il nslrr rtilrrrr < Il In bl I le1
d'ilV rlilrrfilrK Mli> 'I liiimiur l
llli rfflrlrnl lM laiil f II rlBiaBJ
aUitnaVi 1 'flpamlwi :
Un plbiaeite de la "'.'.->
intoandanlo n a ^l oiiTiis il I14
>-i(;oatiirp du peuple liaili'n eontr"
lu riS^ipilion de Monsieur LOU*
i i l"i - la im d> s r nindres
droits le i' ippo*ition que per
tnini" nu ide de lui r., Mais hii n |J0< dans -'i l'onlex-
lure u'^nrale. ce p'hisfil^ qu'on
penl lire dans Le T ni| , I.a
Posta , ' Vuivelli-le I.e
i' nriter llnilien du VI de en
noie, i 'mette dt mnlu t'le-ii^n
d'un haliin entre |iie Mr l.ouis
llirno pie l Conseil d'i-'tir, le
fnur'i'T II li'i ^ns'iiir. le
rp doeurneul trouve n"nr'nnt le
T-nven d" f'ir e'Ite deUrsIion
au h iul 'lu f m ut !>' l.i-iile:
.ni- \ons louionraj in'l ei
nous nii'u loi \ lutter pour
la lin du ryirn'' aelnel ..
.. I,e Toneil d'Flal n'a jemaie
eu .1 ne peut avoir les alli ihulions
dp l'Assemh'e \nlinnlp. >
N ti , ci Me jonglerie : fermer 'a
Dorle ur la r'eetiOB 8e de Mr
Il mu m li I te- ir ouvprtp ur
l'.'.'i lion de n'importe qui, lin
il\ poi \ i' introduire une nppo.
lition doni o" vit dnnl n angrabea
el qui a tout l'air i''r plus luern
livp qup la plus lucrative desrhar-
ppa rubliqoea.
Et voiU 'eolu le terrible pro
h'pme de la porte ferme et ouverte
en mme temps... pour la cause
sacre sainte des sousciiptions.
Mission d* /m d'Anne
Le morne journal et du rot>me
jour r. v p -rnspille au pava
de renipr s c u\ h ( le Me c'est
l'homme et quelle consonnance
entre eros ls et uni
leur par'ent du Br^g diei Jb. II.
Hussell.
c ( In i." doit |.....prendre
seulement i Monsieur LonisBorno,
scriet'il m rs '. I ni le rgime
personniii i l.ll Pnasi II
Louis Bnrro fon'eil .11' I
i i qu'il Ibol I le n lion c'est
'a reennalitul on de n -1 ; m bri
legs'aliv.
Dotic, bien que Mr Rneeell soit
ici I rpprsenlant dl W i-liit [ton,
il di maun I > r',
mais W a- liii |>on eal ai f# ndt i
ami en M Rnse1l fait | ise p|
il o'n t o i.i ' I ii i v < iilies de
son ^niiverni ment ,
Tout if' l'i |" S In )-1 n r np de
lopi(|ue, mois qu importa Ce ont
i h ml ' -! que ; d4lal
unp nouvelle Misaioa pour W'as
hirulon :c'i il notre
honheur doii venir Mail anauj
emprendu/ bien que pour qu'elle
parle, il i indra q n m rla
I la t V| ne de i
bri . l mbel i Je lin
d'annt'e
Prealculatioo lu temps
[i.ir |. G. inpenfiauer
aDJoord'hui et demain
Le^i Pression atmosphrique
0,3 au dessous : temprature o.:< au
dessus ; index du temps 0.0 nga
tif: Prohahilits pluie 0 ngatif.
Le itj Pression .,lni lephirique
0.7 aud'ssous; te npriitne 0 4
au dessus. Index du teums o il ug
tif. Probabilits pla.e : 0 7 ngitil.
f Le Purgatif Idal s*
c'est U
Pi!u(eduDrDenaut
147, Bu* du Faubourg SauHDtnu *an$
! I t i r-l. )rr.
Ne iieceituaul aoroo prparant,
file a* arovaeee Jaaaii UfU.
Sopprimaut la dl'te,
lia me dtilit* tae le ilade.
N'eilfcant pas de rrpo la ctutnbre,
"lia aa ciasa aucaac perle 4e Usai
Plu* title que tuas le* liMIalrei.
cil* fit, par coiseaacat, mm ihrt.
ta
70SE ; puaio,'ivi, set p.Lia*
LAXATIVK, l piluiei
N
1957. ME DU OESTRE, 957
Eitre la Prifonetli Rned*n 'tourne
TLPHONE No 773
1?If iinp'jriant
L htograpliio N'ouvi'lle avise ioa aima'iln ollen-
ti- e q a elle vient de reoevoir par le i M irori plus
de r,0>Ni 'artou* du dernier chic Parlelrn.
Mi pion \l cii mn'itte, l'-iut aisis I OU plu, l'antaini*
ileitiw Impeiia', Sc-nes d'a-nonr.CarU's do fianail
lea, i irtea apT-oiales pour miriagns et scnes de fa-
miili de toutes dimensions.
E le a reu en 'u tribiora cimna9 jtra m?i 'i,> fin i|';in ae.
'.a l'.iot jyrjp'ii No idll' ro net'.ra to i .e person-
ne photographie uti iloknt portant le moulant dn sa
eommandi* de photos Ountre une valeur de 100 (lies
en tickfts l'Atelier dianera une prime de lo gourdes
en portraits ou en espces au gr du client.
N'oubliez pas qui'les travaux de la photographie
Nouvelle sonl d'rn heau fini tant l'atelier qu'en
plein air.
Si vous ne venez, pas a la photographie nouvelle
vous n'prouverez, jamais le doux plaisir de eonser-
v er un beau souvenir de votre vie.
Pour tous renseignements tlphonez le No 773.
- m g*B^g*"SB^^BBte^SBBml
Le fameux Champagne Laoson
Se trouve i Paris dans les Grands res-
'riur.iiits ci call i la nio.le, i port-au
Priuce, il est devenu le favori de la $ cil.
b \ente cite/ :
E. Dereix. l'.h. l'ir.ulel, Ch. S. QinHcM, Lope direra
aux Uves de I! irdeaux. Bazar Mtropolitain, Alfred S
Cooke. listel de France etc.
Aux Gonelrca : a. 4 F. Me Gullie, Reinbold , Co
Au Cap: J. Paraviainii Chi N Javuui.

Y~T
Nous payons '>0 centimes, i
notre ollice angie de* Hues Mi
racles et du Centre la livre ds
grains dcortiques Ben jil (Z'o;
lives).
.S rv-r T hn\ i M // ll'inr-
te n ni di l'Agriculture.
Vous avez, toujours aime le Whisky llaig
and il.'.iij toiles, ne t-ce pas.
Le Whisky naturel qui vient aprs llaig
and llalu 5 toiles est le Ring William IV.
Savez-vons pourquoi. Parce que la
ga rantie de qualit pour t'Inqua bouteille
de llaig anl llaig est la mme que pour
uhaque bouteille ce King William IV et
qu'un ne peut l'avoir pour aucune autre
marque.
cKiriq S^ilfiaiu TS
SCOTS WHISKV"
tiug. LE BOSSE Co
Aqences Keprsentations
PORT-AU-PRINCE
Agents gnraux de
Decker Jones Jewell
Millu>q * I <-
NEW-YORK
laitues llutiarian t OBoule Rou je etc
riaukliii F;re 1-isurance Comjiany
M-:w-Yoii!:
/Vs*u*ance contre lincennlb
lliimnn.l H t i i Hr,
Allumettes i Safe Home
H. S. RiIiImt *xnorl Compinj
Soullere RaKl ,
Cha F. '.-le.l- Son
Poissons salr-a en toua qenre-
4\lanulactures lile Ins'ce C
Vssurance sur la vie,
jtiilliou Frres C u*
Vius & Champagne Uordfnux
1 li. Heyim;'
COPENHAGUK
iiira i)auols, fromage et i onierven
aiimi-n"! .
W. S. Railn-Ks V son
l'ahacs jaunes oirs.
a lalionalc
Sans 111 val
Cigarettes < nanterleto
Fnvola Ha- rleaore
Procurez-vous vos jolis cadeauv de fin d'aime
Chez
FILS
v us y Irouvttrei aussi^tles arlic le^pourvaniiiversaires de
fianailles, de mariages el de baptmes.


LE M\TIN : S vo.re I95
S.*,S -
Extrait dn jaune d'af l e plus actif des Kecon IHuauts
Rend pu ssant et vigoureux* Rf command aux personnes faibles.
Fortifie le cerveau la moelle pinire, les Os et les reins-
Rrewer et Co Inc* (Jea. .Ii anse ne & Co.
WOHCESTEI MXSS. AGRX'IS
Pourquoi vou^ devez acheter Chez Marcel ADMIf 1 Co
Achetez votre Clairin fietys chez larcel Andaiii 9 Cie, parce qu'il provient les meilleurs terroir* J'flaili
'' vos Gin, Wisky tt liqueur ' ' parce qu'ils sont vendus aux plus bai prix .le la place
" votre Rhum et vos alcools '' ' parce que les nurque.* qu ils vendent sont dune pun-l.'- mgslsble.
" votre sucre haitien ou tranqer chez 4t parce que leurs poids sol [gaili et leurs prix dea plus avantageux.
" votre Cah; tonelic mou'u chez parce qu'il est prpar avec, du cal de choix,dans les a p pare:. S I-s plus perlecUonue
il i______I n ,. ____ _. I_..tI.........i ...... ...... .I.'.li.ml livill.i ., .Ili'll l'I l'IU'i'.
votre Bire ( powenhrau Hamhourjj)
vos fins* de gordeaux M "
Achetez aussi chez larcel Audain & Oie
dlient toute concurrence.
leur
parce que sa fracheur et sou prix
parce qu ils sont vendus aux mme prix qu ailleurs, malgr lei
parce que l'accueil que vous receviez sera des plus coortOU
X 1903 Rue du Magasin de l'Etal.
Une proprit, fouds et btisses,
avec les usines qui y sonl installes
savoir: Une usine coton complte
et moderne, et une usine pour la
prparation de l'huile de colon
offrant les derniers perfectionne-
ment, tablie la rue. amricaine,
sur le littoral, capacit uVs mou-
lins 05 halles de colon, de 500
livres amricaines par jiur, capa
cit des Usines l'huiles 15 ton-
-...
a
fours Spciaux d' tnglsis,
de Franais, de Math-
matiques
Prparations (nrali-s j< us
n< ^ens un llaccalaural.
1'rparations spciales des jeu
oes geus qui se dclinent aux
Si h DCM
par l'ingnieur
il Ttppeshsser
invitant ceux qui veulent -inscrire
!e faite au plus lot eu son bureau
sis Angle Hue t-'rou et Itpubli
came ( iage de Qaidiner i de B
h. a. m 1 h. p m.
Le cours spcial d'Anglais ara
ouvett partir ('ii 15 de ce mois
et e fait 17 h. prcises du ma
tin.
Le Mar.li, Jeudi et Samedi
Les conditions sont *ception
ix-'l- Veuille/ vous ihm rire bien
v.le. (Quatre mois sufliseit
The lovai Rail Suani
l'ackci Company
Nil RI LESE
CHLOI LITS
81ROP*
DESCHIENS
I Lins ^
nu sa su i
!>*! MSI" in < ll*(i
Pwwi UtM*l DSI i
lg l'+ri*.
I3 plus pdc I iqsiion
"Vaille, y aille, yaHle*
CImz Mr Abraham Fils
La M ai*on au lion March
Oui vient de faire une rduction de 2." o osur son
stock de ma cliandise en gnrale
.' ccourez tous en louleet vonez voir 1rs pri\ qui
dfient toute concuri'ence.
La liquidation a omiuon c lo |.~ .Novembre pour
prendro iin le i 13 licembre.
ns par jour.
En outre, des installations ccmpl es machi es
jlu dernier pe jationnemht pour le nettoyage et la
h* parution d Cajai
Pour /0M8 renseignement s'adre**cr
G. vv. km m;
Haitien
L_ ...
Liquidateur
MereanH* fnropsny Bi:o Rovj.VnrtmnnmVi\aep,
Le steamer Culebra ve i. ni de
KiDgstou. est attendu iJacmal, le
23 .Novembre courant. I c li ir_. m
tous les port btititni dira te
ment pour l'Europe.
||Le steamer Kara venant de Kinjl
loi,aat attaodu i .la* m 1 la l)
cembre prochain. Il rla'gi-ia
tous les poitsi ailieus direi lemiv |
pour l'Iumpe.
l'on au I rime, le > V membre
IMS
.1 ItXAI.' KU Jr
Agent gnral pour llaili
1 A MAISON
Jau ice Etienne fils
SptciniiMe dan le* marchnd1$e$
frat i a le plaisir d'an* oncer
fa cliei tte qa'eil vient d'ouvrir un
nouveau rayon de Confiserie.
L'on y trouvera d? tuflfi lus boites
de Bonbon pour radeau* en tous
genres des pri.r dfiant tonU con-
currence.
Un superbt'AF'wnatliM'riolTept atadtacheleiip.
SB
DAGG L.T
RUE TBAVERSIERE 206 8.
Entirement renouvele par de nouveaux ef beaux articles.


LE M 'IN robre M
TEINDELYS
!
V
ME ISIDORE
A vt-ndre
Tailleur
COITFE MODERNE
1515, Bue du Peuple
Presquen lace da Iti/ar
tropolilaio
Tlphone 683
PORT-AU-PRINCE
Troi de se'le *drt*
sor h la ton i lion k. i- efeller
V II H1'
TVpli. ne 789.
Derniers Mn. !
Plus d'un demi-million de
rfisnnre lgante* fcnten train
de conlr.-p'ei marre
VENEZ VOIR :
C\ >i I la grand I lue No il
MafoonJbnaro Burtado ; nue
l'on vend lou es fortes de cha-
peaux K' ne vous en dplaise!!
*i vous achet! ?vec : d'autres
articles, vo Mm alors Mirdu,
ucci ti rurtoul de l'affection
de qui d* dmil. Maie, vinit'/.
dal.orl IT>tM cernent.
Par suite du dmnage-
ment de notre dpt d *
matriaux le 1* liuedi
Ouai :i la due J'.oune Fol,
March Saint-i.mur, nous
axons a vendre un Ion
lot de matriaux usages.
S'adresser notre dpt.
vis Hue du i.iuai.
lort au Prince le 18 No
vembre l'.25
REJNBOLDACo
^Problme est trouv
La plus grandr Meiaon le T*ll
lanra de Chicago, la liai on
Edward B. Btrao la plu ddI
'lenienl roniiur el on sont
mu ovs d(> aiperia snglais.flran
rais etr pour la i 01 > faction .le cos
urnes de fantaisie.le crmonies
de -ports (4e, perdamus da imites
ortes, rH.squel'' al ceintures, est
mi-iplepi' I tablie BD llai'i.
Hejo.i's.e/ vous, meeaieura de
cette bonne nouvelle et venez voir
le merveilleux cat .io^ue des jolis
Ti. "us avec en rr?nrd lai dilf
rents Slvles de = C< ntumes. a mai
son recommande. ;i part rea fie
If >s de ros'umes da lantaisie,*on
ate'iei spcial daa eostamea de ce
rmonie tels que : Bmock'ne;, Ja
que! e-, Itrd Dgotcs i-li-, i la (on
ter(ion desque s, des experts sont
affecter.
Les clients reoivent gratuite
lement avec I que ornmande,
une jolie ceini.ire en liatui en
cuir, en harmonie avec la couleur
du Costume iuPTjande. elle esl
munie d'une borde ( n mtal [l
ranli.oiisont in^ru-tesauv aboli,
les loillalei du e'ientf ou uu loti
Da quelconque.
! - nesuie.. son! prises et les
COn litio.is lixes par le reprMi
tant Franois LBTELLIER,
11' Kue Bonne Foi, fort au l'rin
ce llaiti.
Les i oiniii md< > sont remi l'-
en moins de 80 jours.


Lionne av, j t cllenl t au mdecutl itanisorm son Ldbor.t. ire d'UlogM en un Laboratoire Je
holoy.e app; n Directiat do
Dr Rico i I 1'. Sej: uni l
Le labora'o.r-. lsi ...-,, ; >de7hfi du matin 9
nures.dus<.ir peur tomes l*'s recherchas et analfaei prvue dar s
s'annonce ci jointe saut pour le
WfaBgarmanfl et i* co-utautc lire-Seriorie
Ser. n reues que lo mardi dr chaque semaine.
b'adre-'>r a ia Ph;inncie po^i | ? lah^s O'i riuis et ^LCgastriqj?
Heaciion de Wasse manu
Paiiion de Trroalei,
Kvdmen du a ig ei du pus
tiaaaeii de. matires fcales
Bxaniir de crache
dlbumino ractioi
Gonsianto Uro Serrerai
Tavero
j
s *3Q
f *
310, lUe lionn* Foi
M Mm
13
Bire pression, Uu'IfictH toutes qualits so ipeislroi I.
La Tlferac piste ouverte toute >a nuit
rELEPHONB : 721.
|v
QUAolT HIV MODiiRS.
jtrestom
peu* ueES
Situlles meilleurs.
Les frais d'entretien d'une automobile dpendent beaucoup'jie la qualit d pneus
dont on settri.L pneu h 1H ESTONS n'est pns vn pneu a bon march,cela est
bien vraitmais te pneu Firei o e esf d* t e lon^u dure, et ses quallt4 sirtaks
d'expansion proig'w utancoup ta imiture contre les secous** s pe*ptuelles
dont <*t loujo t a l'objet une autamobll .
Vous trouver** maintenant un bon assttr'im'nf de hh*store Pneus et Tube
Chff Messieurs tueiani il Del Pe,ico, Cap'HailieO, F. Nhnirasse, l'oi r-de-aix, f. Qhrief, flltl-|joT*t t. \).
tonard, |in Cay6attou chez I Ayanl Gnral Port-an 'Ylnee,
Kue du Quai
La maison U.Silvera
i eux qui)n'oot M vu le jolies*artirles de linesseque vient
de recevoir.l.i nm .op .-li.\ Klt4;doivent, dacs leur intr.'-t,s'empre9aer
de p*ss-.'r ctiaifflaiaoo, cti nul p rt ils Jne peuvent (trouver d'aussi
beaux articles des piix raieoonablaa :
itrtici.'. .ni trjiminl d-.-toute leiiil|et^l'/raicheur et nos prix
| tin nt toute con .un n
Vjile3, couleur a barres
i>as,d'ntu|its (
Ba^JSOie broue
lias til brod -
Tulle poa. premire,Communion
Couvertures b'a.icbe et couleur sup
Handes-brodes Mauera loour
ele.uises et jupe* "
Voile blanc .1 barres
RatlxM blanche
(ialiardine blanohe
Lrpon blanc et couleur jour
\oi|i et couleur uni
Chenisellcs allemandes eup
iJrabei, noir aag als
linilalion iule crue
Sarwieico de toilettes blanohes A couleur
>ap|es couleurs
lapla cir blanc aup pour tables!
Moiletons b anc et couleur sup
t'eignes fra icaIs ft amricains
Orga.iui bl^.ic & couleur
Lainaije couleur anglais sup.pour jupes
Madras a barres de soie pour chemises a
horaines
Natiuelt3 foulard pour rohes nouveaux
dessins
ramass anglais pr.matelas double larg
Crpon \ carreaux de soie ,et a fleurs soie
\oile gingham.
j *| Aimal.les elienls, vous qui vou.e/ porter,! peu ila
1 ^| S ^ Si5*S B Ira" les plus besui tisaui .ju'il soit possible d?
Ii'.-n:-. pms i.iux ussus iju il soii possll.
trouver sur celle place, ne manquai pas, avant
daller ailleurs de Msser chat ti()IJ 0ft le meillau.'
acceuil vous est rserve5.
A> le iois <2k o, Aitenls
Porl-aii-Prince,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM