<%BANNER%>







PAGE 1

LEJMATIN — 14 Novembre 1925 .. par un coup es. |,ii lait transpor i tous les missionnaire dans !••btiments de l'hpital l.ritanni que. IM's de .">.0i 0 rlir< tien\ cben li' M ni lefuge. J ai an I plusieuis reprises de l |,h ioi • au OOBWl b'itannique ou ami cain, maitoutes lis ligne* taient coupes. Le .bombardement tait telle ment \iolent que j'ai d marr 1er ecj route dans l'hpital Vieio rik. L'hooital Victoria <-lait d-:'. mis son tlphona lonctionoail et j'ai pu me m.ttn on eOBUDOnl tatiou Nec le lonsul uuirirain Il m mini.ri que le. quartier < lire tien devait tre cootMr comm un endioit sur : or, & ce moment il n'\ avait ni soldat* tanais, ni police syrienne, et toute* lus mai sons taient i la men i de la po pulace musulmane Actuellement, le btiment de la mission syrienne britannique est presque totalement dtruit par les obus. Le palais d'A/arn e*l br l. La fameuse rue llioite est to talomenl dtruite. Le* quartier! de Meildam Chagour et de Peiwi sia, avec toute* le* mai-uns musul mnessontrompltemant dtruit* On compte plusieurs m Hier de musulmanet environ troll enta Franais tus. (DAIL> MAIL ) Les Etals Dois mendient s le* milieux bien informs que clt i requte ne doit nullement tre considre comme une | ntesta lion. On n'a pas ronnai-sarce. |M qu'i pratot, que d'au'res enn"* gions trangre* aient subi le moin dre dommage. luiiNWfM H '"IIMII Bt*l.t: Londres, i! octobre— On a an aonc aujourd'hui Londres que M. Smart, de (rande liretagne a Damas, avait *oumis aux i>pr •entants locaux du gouvernement franais un certain nombre d r clainations pour des dommage* causs des proprit* brilanni ques durant le rcent bombarde ment de la ville. (les dmarches, ajoutait on. ue comprennent pas colles qui pour raient elTiJ faites par leautie. Mtaunoaa Idtera ; es. Celle nouvele demande coolir mation d'autant plu que la Po reign Offtci,diM un communiqu i jour d'bai dclare qu'il la |*oi \— || w,l |Q{ „r |'| ,,lt, |j aa | ,j,,,. Il brail e i a* il ( iru, demi'jd %  au "i 'i :• ; %  nt i, ior, dl de* e plie .hou* p.ur l'avoir |> a MN i DM I i .n dai !•. ir .. Hpaadaol la r cent himharla neia de Damis. 101 dmir lie n'a t fuie dani doute la D u-n-n' MATI-IJ ._ lin Inr bjer B MOU H ;. g i >bi i. Lai o rations contre les bafl li roi %  L calme rgne lins lo Kl Il >\rie Les babttaotl de Damas rentrent dans leur* fo ri Le gi.ral D I aal arriv a bord du Lolms. Humu . I ii H i Loodn ."• | lobie Suivant UBI dop he de Bagdad, la voie ferre entr* Reyroulfi et Damai .' i i.t l coupe et pluak un MI aai Jdaa taviro tada Damas se seraient joints l'ioiurraction. l'AWio,. Une auto Messe un enfant Hier, vars ||1 de I aprs midi, l'auto de Monteur \lphnn >e Il 'vn-* conduite par BOB propri laire, contourntil le carrefour des ruedu Ma*" < in de l'Btal et Donne Koi. devant la Dation testera. Apres avoir fait la courbe, le cood it'teajr n'eut poil t le temps 'I' ion:,, i I • coup de volant de re Iruss. ni ni et 1 1 mue avant de droite de l'auto heurta \i Jeu un tout jaune entant qui • nuit sou la galerie d'un caf doal H mre e-l la propritaire L'enfant a t[ • |rivimiBl blaas li jambe, il i t raniport a lllpitai (nral ou il sera soign. Parisiana t '.C Soir Le ltal organises MOUT : S" Thrse de I' niant Jsus Entre : _', :i el 4 gourdes Mariage .Sous avons reu avec plaisir la carte de faire part du mariage de M il. iiMi-dle Lise Laliens avec M • > 11 -1 • %  111 Amhiui-e ll-njamin La buili lion nuplia e leur ion donne le mercedi !•> Dcem lire prochain I 7 saurai du matin en i gliaa Mlr po!itina. Nous env vous aux lulurs non loints nos m i leurs ratai de bon heur. Naissance C'est avec plais'rque nous avon' appris la naissance du dernier u de Monsieur el M..daine \ n toi Gr< >;er. prnomm I i;n/. NoDMillaur loubaita au bb. Corna miii (inrale Transatlantique Le SS •• Caravelle •> de retour de Cubant de* ni* du Sud estt • t n lu t'oit au fritee le i'J cou rant. Il repartira les mOme jour pour Gonaivea, l'ort de l'ai, Cap 11ii lien l'nerto Plata, Sm .lu tu el Le Havre Po lauPrinea, it Novembre mu. L'Agent. B. ItObEUV. Varits i:e Soir r r"i*l m la Ri'in' r| f, D AR CABLE >\" ii mort t lAXfjririra OIHIIII '"it'ie t l'Imb IM nl'Mir :MII I lis l'XHISil M. Doiimerjris Pr aidant le la Rpoh'iaue et M Itriand MinUiri des Aflaire* tran ({.•re* *e ont rendu* hier ;'t l'Am ht--il de li lirande Hrligne i irat irinar leurs coodolancaa et celle, do ItMOll ft%% i au Hnr*eniant du Roi d'Ang'*larre h loi eaion de la m irt le la Reioe Alexandra. Aii'niiriln naulragQiie III I.IINDHI'.S.— L, enqute ordon ne nai l'\mitaul Britannique au sujet de la perle du -ou* marin Ml rvle que ce dernier avait heuit le tanooi dan es Vidai son arriv-'e \ Stock m L capi laine du Vidar i dclar que son navire as i t f| rout on chu,dam le para|(< ''''' l'endroit oi I'I -I perdu le Bubmaraib'a et il a ;rant 4 on exa men par Mr l'ainlev, PrsiJent SilKea nous fait la gr; v 3e d liordr' 'nooro une som lila btllaill*. Votre .Majest peut comote' qiif ses en nemisont nerHus. Rfl 1 71 i'i le %  oar-ha' d' Viha'i fil' htltl \ UtloNqilM par le i |,ri M t Ih ir m.'! il le l'rince Bogna. %  %  s 111 ,| • Yiilars, F oicvirir p'us a gnnwnl eu l mi .o tient jet .pain q I'I a venait dl leur distribuer apr* pluiieur* j mr de jeae. I. %  -oir rend, il* Husfaal de quitter le eh mp dl ! il i'le. disant qu'ils n'av lient pa* t b l'tus et qu'on leur vo'ail leur victoire, Il fallut toute l'autorit de Villars pour I s obliger k abandonner lt b n un du combat !,es troupes ang'o imnna'p n'inquiteront d'ailleurs poi il leur r traite et le marchal crivit, le lenlemsin Liiii* XIV : — Si Dieu nous fa' la gri 1 de pardr* encore une s'inhlab'e hatiilla, Voln Mai it< pool compter que ses ennemis sort perdus. LIQI'IDVTH N \.t soissij|n clirt gjde la liquidation des mai sons de e9mniffrC6 de (eu Madame d Fiiniry I j >ir aviie le commerce i'i le pulil iu que les ventes des marchandises et mobilier \ itrinos, 0ta de la maison sise ainjle I irand' Hue et Hue "oui cornnaiicenmt l<' Jcadl l'.l No vi i mb'-r '.' hr.'s du matin ri l,s purs suivants. l'oit, au Priooo,18 \ovrm bnl'.li.V II. t. RttlRKTS Liquidateur du Conseil. Ce projet tablit l'Apith'que permanente en favrur de l'Rtat, de tou li biam q i -• %  %  'ouvenl dans le pvs I-, notre 'our de %  crulin avec un pl;- frand' nombre de dp'i'-' dni l'hm'cvcle a autoris li formation d'une r.imrnision de 2 membres char K-'t de donner une forme 'echni que au premier article de ce pro jet. Celle dernire motion e l* p prouve par -' v Il II'• -' %  Ronv-|le dmU*ofl •lu mtnist e ;iiiil viElle est cause par le vole de l Chamhr.} sor la qiestioo syrienne P\RIS.— Mr Pa ah v a re IQ au Prsidant de la Rpublique la dmission duf'ab'net. !, deiiion a l pri-e l'issue d'un vole de la Chambre au itjet de la quelion -vrienne Mr Moime'gn* a accept la dm M!OB du m'nii ie et a cnmin n mn i iiemcct 'es eoBBultaliona avec leebafi in'itiqiiis pour la fo'milion du ro veau cab net MM ii iand .r Ile-, riot ont t appels a l'Hv-i>, nah jaiqu' prsent aucune dci sion n'a l prise. Nonvelfes diverses WASHINGTON.— La l'on: mis sion amricaine de la dette a d clin la premire offre ofliciepe de la ciminis-ion llniin aine de COnvolidatioB de h dlie et a | r IBI l' une io'itre propo-ilii n Dl Hl.!>' — M Marc N.i', Mi aiitra de 1 Instruction : nb ii|iia remis sa dmiaai n de memb e de la t'.omi; ission 1 1lai dai s pour la (Dlimitalion de la fronli re all, puant que la mie i', sont>n ve-'.te l'hir n:ie|''.entrA'e d'Hati; Phartnisia d>urraiaa, i Portai Praei; ^ Pnar naeii Brutui, a Jirtnli; et tij'-' phirmw n. _. > LA FORTUNE veut entrer chez vous l..C3C30.C3^0 deFrs. Achetez, cmforiMmcflt i II Ici 7NE OBLHUTION CBDIT NATIONAL 6 •. I liri|ii M' % %  '•• Jmll'. '• Oclrtn. Itlri. Jliinr. Ftiriir. Iinl il lil Loti g 'ii.i riUO il' 1 .OOOJOOO l B60 .1. 500 000 f. 1 1 20 1 IOOOOO Ii 1680 .i 100.000 IL 3360 .i 60.000 lr -1 2B fr "taMrt pr An l: mero. M N"' " Wl * r"*"ri" ' r 1 f r t> Vrltll Billot •!•• ' "I'i" "in %  itii-i nfloclahl PajaMt 25 U '"i • MKriiiil 'i 30 fi pal Il 22 moi. enrlron 50 franc d'mlrM "* ' '" <'"i> wnl ''" 2B cn •<>'• ' %  peaartHlri >lu ,,|rr. N I'. M" • Urtf" I "" l'*VUM *" ""'""' "'"'" l "' ** nolr pari On MUcril |i rTMiiila il 25 fl tVM nom, prnom el ilrfM.v J g) M. |. I.AMIRAl'I.T. . tut i. Il Rrpubli.tu. MARSEILLE ( Compl' CIi)ii- r-'-,i '-' • C'EST PEUT-ETRE VOUS | IM Journal dra Tirngnn fnUMI rbaqua moia ME LISEZ QUE LU CHANCE A CHOISI BBBM Les Mots historiques ~ Nous pajoni 50 < %  de I agriculture. Chapeaux paille Ibt 3orsaiioo cm:/. II BLLOM /ils Eau minrale ^Ieafaiiaat^ c ta Swrco tc>tiiL}aita ^ictatla 1 a VUiAMM ea e>ittema^rveX& cai^e De taa Gjateitte6Or iS", ^h jfa iVa;aiiit> do tWleitle* Or Z£', >,• Che t VOltiT Hue du Qiai Ao 1735 Eii(j4 LE BOS^E & Co Agences— Reprsentations POHT-AU*PRlNCE Agents gnraux de 9ecker Jones Jewell mi.iii t \ u & i c .\Janulactures Life lns'ce Cy Vsaurancc sur la vio, NEW-YORK Kiriuea IV u< aria n 0 0—boule Uouge ett* ri'.iiiklm |Hre Insurance Company M<:\V-YIHI: ,iu,;mci'ci'nlre l'inceuate Ih.'imonil W.-ilr>|i Ce Allumettes Silfe Home i 0. S HiMi'M' 'xnorl COUJHIJ Souliers KM|P. 6hM F. %  Ulageft'Son l'cissrus sa as en tous f|nnr Soithou Frres C.n Vins & Champagne Bordruu* Ph. Jlejmai COl'LMlAGUK irj Uanols, romage et i ou serves aiimenti es U. 8. latiiews .'1 l'ahacs Jaunes i, i lalioDale Sans Hival S m o rs. rjgarAttaa r hanter|e r I'MVOIH ri, .Uni. -te i.. t Pi'ociiiez-voiis vos jolis cadeaux de fin d'anne Chez FILS Vous y trouverez aussi, des articles pour anniversaires de fianailles, de mariages el de baptmes.



PAGE 1

LE MATINMil;r' Poorpi vous devea acheter Sle* Martel ACDHIV & Co Achetez votre Claiiin Tierge chez laicel Amlair It (M vos Gin, Wisky tt lii|eur " votre Rhum el vos alcools '' votre sucre IKIIII.II OU traoger chez voire Cal torrfi moulu chez votre Bire ( powenhrau Hamhoun)) 1 vos Tinsse' Bordeaux M parce ju'il provient des m i '. m> lerroira l'flaii. parc' qu'le sont fendus am plu* bas prix Je la place pane pie les marqu • qu'il* veodenl sont dune puret ingalable. parce pie leurs poids sont hipiux et leurs prix des plus a\autaip'j\. parce ipi il Cet prpar avec lu cal de choix, dans I M appareils Jet plus parce que sa liaiclicui el son prix dlient tonte conciu rcu.v parce qu'ils sont vend us aul mme prix qu'ailleurs, malgr leur perte lii ii B Achetez aussi chez Marcel A u dain & c ie parce que l'accueil que vous recevrez sera des plus courtois Y IWS Hue du Magasin de l'Etal badd ot Allluck Hue d€t\ l ronts tort 4 MCnfaem di perduitu KGrand assortiment d etofte pour tous les gots et ajdea prix dfiant toute concurrence : Ocpe satin, Crcpe Lliauttim, Mousseline de soie, Soie lavable, Caemise da ^ie, Crpon de soie, dn'-pe Maro-.|uin,Ui'on, i,ccpe de LUI Us uul di a fleurs, llatus te.Lrcpe l ieorgette, Mmi.i..ucpe\\|etoi-e,( ugaili.Sole radium. Nsusouk, etc. etc. g Uns visite chez S.vtM & Alrl.AiiK, vous difiera compli'tement <*~* L.'41 >NSTIP£TiON prenez iCOMPRIMS SUISSES de DELORT, Pharmacien, C'EST I.E MEILLEUR DES PURGATIFS T*OTlTATJ-Fitt CT1 AI**.PbT-lU, f"iirmi AI.BKHT1"" Phar-naclr du Dlui i VHh I f toatt /•• hl)u livres amricaines par j tir, cupa cit des Usines l'huiles 15 tonnes par joue. En outre, de ianallalion complte de nu < hines du dernier pe fc n> ,, ment pour le nettoyage el la sparation de (,/<•>.' Pour tous rensiignement s'adresser Ci. W. i.Uli Kl Liq uidateur le jleamtr (.ni. 1 ra wni.nl le -Ion. est attendu Jnron-1, le >veml ra eouriol. \> i*argei • a i(n.s i, perl bai isi J •• mrnt poi.r IKuropV %  iicsn < i kart esto ••' Kiop Ion, '-' il* ndii .l.i' m. I i' %  '' rembre pocliain. Il CDafg %  tous le* porta hailL DI dirai lama l'.'i.r l'Kmope. l'ori tu I rii M, la B bon obr 1023 .1 DV L Kl( Jr IUI II • i d' rP" %  \l %  ui w \\\ hi. .i l >otia No 1609 CE v | f I %  I I Non • uli m i ci K t'i SAVON! EBUOY cm FOUN Spciaux il'Anijl ii., de Fransii, de Hathcmatiqoes PrparatioDi Gortlei .le> | m littant au llaccalatiral. IV|mr.iliots fpcialcs des jeti > % %  |an (jiti ce du:tinent aux .NI. DI M par I icgnit-ir il Tlppenhauer invitant MUI q ii Miilmt s'inscrira a le EaiN nu p us lut eu s in bureau gis nglf Kue l'rou et Itlpubli raine ( 'aj;e de Uaidiner ) de b. a. in ii 1 b. p m. Le cours spcial d'Anglais sera ouvert !t partit ('u 19 iliH mois cl M 'ail li prdit! du ma tin. Le MarJi, Jeudi et Simedi Les cooditioDs sont avaaptlon w le-. Ytuillt/ >iiiis in-, rire bieu v :e. iju.ilir mois sullioeit WIHAVOU Hue des lontelorts .\o 138' La plus pic Liquidation 1 a ille w y aille. yaUle. Ch z Mr At>rbam Fils la Aatfoti au iioo March Oui vient de laii'i* une rduction de 2T o O aur son stock le ma cliandise en gnrale. ccourez tous en foule el venez voir le* prix qui iit toute concurrence. I .a liquidation a commen e la !•" % Novembre pour prenilro fin le | Li llcembrt. HOTEL S ,e ROSE §ilu la Rue le la C'oix Logna Service de 1er ordre. Ondtire \ h %  r un i cempkre d$t 1 OUMACU • l'H'l'll.'lhlirr 1870 s idretse au Journal' /lui nnMlorrMssiots ttotiUgninsul imiiiA<:iNt guAimun pwht Globules Rbaud Reultalt marvail'aos.itirpranaati m* m '• %  imP'i"*atm i M %  • •.•• 9 OtmMf toto* B. DAI.ICBUUX, 27 Hue Vieil r dur > itou-colomb (Sfinsii A Part *.)>. n . Pkanaac* L' H l p 1 K MAISON ilaorice Etienne fils Spcialise dan le mm chandie hamol a le platiir d'am oneet ta clieittle qu'elle vient d'tmvrir un nouveau rayon de Cotlfiseri> L'on y trouvera t! super h v s botes de Bonbons pour radeaux en tous genres des prir dflan tonte concurrence. in EUPfrbeilsiitcbiftrftofftrl iteattehetiv* VISITEZ I e ( %  raii d -MAISON DAGGARET RUE TRAVERSIERE 206 8. Entirement renouvele par de nouveaux el beaox artir!e



PAGE 1

LE MATIN2 4.Novembre 1M3 i %  GLOBEOLii'. bat rame RESISTANCE OU ELASTICITE Ce. B Nauraatfc %  -'. MO feouie %  _Le rsulta ts y obtenus par lemploi du Supertwist don. nent la rponse. Sup n'tivisl est le cable extra-lastique, extra-durable, labor par Good Yenr expressment pour la con* iruclion des Pneusiiooi Year typejiallon. \ 3 :4l .Qt. ^*~^ La sant doit passer avant faut Les lieurres'BLUeNOSE'^l'PYS' de %  **" aieurs Smithit proetor, Ltd. sont garantil entirement purs. C'est excellant c'est peu coteux. \]<\ vente dans les lionnes piceries : et en l; I chea l'Aiient. 'on R. Thbaad eu PT suit' du dmnagement de mitre dp25 liKlMMI.I) ACu QUALITt PRIX MODERES. Jtnston* PEUS k TUBES S'iutl'^i meilleurs. Les frais d'entretien d'une automobile dpendent beaucoupjde la qualit de pneus dont on se teri. Le pneu tilŒSTONE n'eut pas un pneu a bon r,iarch t ccla est bien vraimais le pneu Firesto e est d'are tangue dure, et set qualit A spciale* d'expantion proton : ni beaucoup la voiture contre les tecouest* perptuelles d( nt est toujours V objet une automobile. Vous trouvres, maintenant un bon assortiment de F ires tore Pneus el Tubes CI'"/. Messieurs tueiani tt Del PerciO, Cap*Hatien, F. Menasse, l'oit de-aix, F. QhrieZ, l*e.tit-)ow. J. I>. Lonard, foi Cayes,ou ck'ez I A;|ent Gnral a Port-au Prince, rp %  / !>*£& s Va Kue du Quai ctfomme ce nouveau type, de pneu, Sopettwist est plutt laite pour absorber le ocs au moyen de son lasiicit que pour leui sisler par sa solidit. Quand un pneu Good Tear, lait avec des caldes Sopertwist heurte une pierre, ^ cable tatique cde au choc, llohit, s'largit al .-tourne son tat noral comme une banda en caoutchouc. Outre leur lasticit, le conlort qu'ils ollrenl et la laeiht avec laquelle on peut conduire les voilures qui sont quipes avec dea pneus Good Tear lait avec Supertwist, ces pneus sont des merveilles d'endurance et d'conomie. ( Les pneus Good Year sont les seules fabriqus avec le •Supeiiwis. Good enr e synonyme de long service The Wes* Indies Trading Company Porl-au-Piuce Gbnaves Cap-BtUiee La maison H.Silvera .nt Ceux quijn'onl DU'encoN vu le 9 jolies^arlides de I inesse que vi^ de recevoir.Ln maison SILVERJdoivent, dans leur intrt*t,*'empres de pister cetiejinaison, car nul part ils ^ne pensent {trouver d'au 8 beaux articles des pi i x raisonnables : Nos articles]8ont Traimeot de toute beaut|et.de/raicbeur et nos pris ltiient toute concurrence. \ oiles. couleur a barres |{as,drnte|Ies BaSjSOle brode l'.as fil brode Tulle pour pr un. ... Communion .ouvertures blanche et couleur sii|i Itandes'brodeeti Madre tpoui l'Iiemisos ot |upe r VOlle blanc ;i barres llatine blanche -^JJ (ialiai-dine blanche Lrpon blano et rouisur ||our Voile et couleui uni uhemiscltes allemandes sup. irabaut noir anglais linilal'on toile 6crue Serviettes de toilettes blanolies A couleur Nappes couleurs lapis cir blanc sii| pour^tablcs .\1olletons blanc et couleur sup, Peignes franais t& amricains Organdi blanc & couleur Lainage couleur anglais sup.pour jupes Madras barros de soie pour chemises*.) liDinm • i ..atiiietteloulai'd.poui robes nouveaux dessins ilamasse anglais pr.matelas double larg. Grepon M carreaux de soie tet Heur soie \oile gingliam. Aimables clients, \ous qui vr.i.,,/ porter,! peu de Irais les plus beaui tissui qu'il soit possible dtrouver sur cette place, ne manquez pas, avant d'aller ailleurs de passai-Jch /. nou „n le meilleu SCC ml VOUS est rserv. DUO, IUlaH A. de Malieis & O, \g^' 3 Port-au-Prince,



PAGE 1

DIRECTEUR ,PROPRIBTAJFB 1MPR1UEVR Clment Magloire BOlSjVEHNA 1358, Kue Amricaine NUMEIO 20 CENTIMES Quotidien P1LE£ or Ourab Momor', i0 Pour tout e '|i" i"" 1 1 I'' •'''" voirs des autres, pour ce qui u'a^nul rapport avec nous al avee^nosjnloVs, c'etl--aire pour l* prochain rhartin Ml <'onteMicitui jusqu' !•• a£?i lit/'. BnmiiliiUr TM.EPIIONE V 2.2 t9aANNE:E Ho 5663 PORT-AU-PRINi ( HATI ) MARDI 24 NOVEMBRE t025 Organisons nos partis poUto/ms MaiSOIl DaCCarell L'ordre et le principe d'autoril Quelle impression rconfortante de scurit ne ressenti rions-uous pas, dit M •! lonin, si nous avions fassurance de trouver, dans le tur intrieur de chacun, la coneoience nette que l'ordre ocial repose moins sur la libre concurrence des ap petits gostes individuels, que sur !a loi ternelle de solidarit humaine... Voil une ide qui s'apparente entirement celle de M.J-CUorsainvil: *Ce qu'il laui que le peuple hatien comprenne avec l'imposante ri gueur d'un lait soienulique, ditil, c'est laluctable solidarit qui unit ies memhres d nue me me socit dans la lionne corn me dans la mauvaise lorlune >. A l'occasion de la publication de la brochuiv de Monsieur Dorsainvil.et m-rne avant, nous avons tabli ici que renseignament est l'un des lacttms principaux pouvant amener la masse populaire ce tans profond d>la solidarit. ta se rappelle l'ob servation de Bouirlt: l-'larnissement de I intelligence, ob tenu par la connaissance des laits, aboutit ainsi une dilatation du cœur >. L'ttQt des ri.'iiiai(|Uis les plus justes de M Dorsainvil est celle; relative au principe d'ordre OU mie.ix de subordination des par lies l'intrt du tout : La libert au moindre cart, dit-il, est susceptible de conduire cet individualisme anaicluque prch par Max Siiruer . L'est pour avoir trop souvent mconnu ce principe salutaire, garantie de l'ordre social, que l'oppo sition a lini par perdre touUcrdit auprs de l'opinion publique. Alors qu'elle pensait combattre une initiative du Gouvernement, elle battait en brches, en ralit, un principe ternel auquel tient I existence mme de toutes les socits. La libert n'est pas l'anarchie, elle a des limiter que nul n'a le droit d* dpiwar Or, dans une saine conception ries cliosi s, di MDorsaihvil, l'homme politique n'est qu'un ternel mandataire. Il doit tre .pi.-lie que soit la diversit des opi[ 31 ITE et FIN ) nions en prsence, reprsentatif d'une ide de progrs national • Incontestabbment, les membres de l'opposition se po sent comme tant les mandataires du peuple. Jamais mandataires ne se sont montres eo plus parlait dsaccord ave leurs prtendus mandants. Tandis qiid le peuple rclame la consolidation de l'ordre, les opposants, victimes de leur illusion, s enlisent dans 11 revendication intempestive et inseuse des abus de la libert. De quelle ide de progia national un membre de l'opposition est il repri•• .iilaiil / Il serait inutile de chercher cette ide de procs dans la campagne de la presse opposante contre la Gouvernement. Sou action consiste essentiellement dans uue • triste comptition de personnes i. < luoi que l'on dis,', la raison d'tre des Gouvernements est de maintenir l'ordre l'intrieur, de garantir la scurit l'exteneur, c'est l leur condition essentielle, leur fonction normale. Le Gouvernement est h charpente d'une socie: %  son principe vital. Il impt.pi il ait le setiineut biin net de s s responsabilits pour ne pal obir toi tautaiaiei d-egita tours de profession. -L o n'apparat plus qu'un fantme d'autorit. Oit M. Henry Livret, il ne subsiste plus qu'un tau tome de libert. Tout le inonde s'a:corde encore reconuaitie avec Monte' quieu que la libert pol,tique ne consiste point a taire ce que l'on veut, qu'elle est seulement le droit de taire tout ce que les lois permettent : ce dtoita pour contre partie un devoir rigoureux, le devoir d'observer h loi en ses obligations, ses limites, ses restri :uons, de la respecter dans son autorit pleine et entire. La mconnaiss uce de celte rgle voue les Etats la dcomposition et l'anarchie, car ce n'est pas tou|ours des excs de l'autorit qu • prit la libert, c'est le plus souvent de sa propre frnsie . Tous les rgimes (ol)liquts Chronique ulDieilqerce eu baisse Voil au moins quelque chose qui baisse, me ilit quelqu'un Oui ; par malheur, admis vaudrait une hausse mme exagre de ce pro ttuit. dt on crier nu tnercantiiis tae. La tamen-e vague, dont <>a I iarh* t"ii|' ur>, ra >•* qu'on ne \o>t %  mais, et laquelle ceperd-nt on pause sans ceite, ternit plue utile ment des siennts dans ue autre domaine Le douaire de l'intelli gence devrait lui Mrs aussi inter dit qu'i. noua le Paradis torreetre. fuisqu il n'en et pas ainsi, etlor vons nous quand mme de dfen die notre bien. I cttepont le lus uijout d'hui,comme elle oscilla toujours— ne nous frspp n pas entre deux pules. Leque' l'emportera pal MM attraction souvuiaine Du. si vous voulez quel a. ra le vainqueur qui Ion dcernera le titre de maure de la terri-'.'Vieille questinn ternelle et que les siules future aurui t rsoudre ui birhires et troquer la tuni celle a p'i de-i dersesqal leieeail nu 'e< jitnbn divines contre la r>bi empese de l'orisoJ q'i sem ble p'u n ; i-oo q.l'une paru re. Celte aventure d'Athnes s< quiert la rleur d'un symbole. le mi li ar de n.i'ro temps, c'ett qc.m ail voulu vulgariser l'inlelligence. h n'en veux per sonne II Ja un agneau pascal, de l'espce qui ne devient jamais enrage Mai j'estime que ba. un doit reUr chez soi : %  Ne mar cher pas sur nie; plates-bandes , devise admirable, qu'il faudrait multiplier jusque dan-, le Nuis vous citon* quelque* articles de ce que le lirand Magasin vient de recevoir OsaU nous vous engageons vivement aller le voir parce que le nom ne suflit pas. il y a la qualit, le genre el -surtout le prix qui suit la baisse du trau. et en mme tem|.voas verre/ beau i oop d'autres article*. i .chapeaai I laioe de la marque iSelct* la plumoderne Cf atiiii I. i Ii ij %  uix tnulle tine chape >u\ melon, de jolie lorme lia pe IUS de dainu. 1.1 peso s til ''les gamis., itquettas pour hoaeo enfant .Les : !i elles pour laine* et parapluies pour hommes Un grand i h lis de culosirs uleajre, dl di i% mal noir, de serge noir et bleu marins ei iianelle pour tosloOMs De* gllel el .le cbee ris settae pour luimini'-, esmisolss p*OI dnies, 1 1•• mi*• s IIIHII. lies mille plis el autres.ehemisea eouleurs,ehe msas de chauffeurs et chandails de sport. D lis Isrse les trpe de soie, crpe de esta*, satine demi .1 ml .1 iiileura aasrjrtieaaal t >mplet d'arMrlei pour mariages mnsi ,pi • ds voy i| • v lien ieuues fias pour lingerie, Servie-Iles .! table, D'imass pour nappe blanc et e nileur. rrpa deuil et toile ime pour de ni. Do k blanc, drill blanc el noir, k %  l. v bien • et jaune oie stc snm les pim reu des.La fareui galitairs empite an contraire rat oue* lu proprits de sorte q'i il eu rsulte I. | H les plinom al dont DOOa nous plaignons 1 Ls lemc.lc ser.nl -iiuplc.'ii.iis |e n'ose l'iadiquer. On me truite rail de rvolulloousire. M j'en courrais la rprobation dont >o t accables b>OS les hommes de n > li .ci. i poque.Merci bien lt -MIS poill l'equililirc Je %  lois s li ncessit de ce que Ion POM rail ommer les hommes de quan til Mais je crois non moinlor temenl a celle des hommes .le qualit— aucune allusion aux an cieni rgies! Les unet le* nu 1res -ont indispani ib 11,puisqu'ils se compltent. Me m prisons pas ipileines ii'iudii-trie ^ hisonl plutt uu >ort aux c li vuliers ) il* garJeul la .brulion du navire Mais ne raisons pas li m^me des nrinoee du reibs, car ils animent la bravai M I I fnnnd le monde connoLU si << nient leigaa .1 oi (M lut aux poques bniaa ou quantit et qua lit.s'quilibraient pour la joie ineffable des veut et de l'me Pli de d. mo. ralisine l dedans, rieu que IN vieille h u munie nalu relie dont I homme m dnie garde malgr loin la nokUl^ie. Il ne sait pas ce qu'il veut, l'h %  inme ni" en e. ailezdone, la foule reclau.e i a li :, et lu SOI M i • nlire si .Ubilisation jOroy! bien que dans ce monde h lelmre, e.len aucunement chimeriq-'e |*iq lelhgenee d'ail %  autant a puni que l'inielligen. e u,e. ani.jue. I mil se traite aujourd'hui -ouforme Mirais II ) a pendant quel ., noboa % %  qui sel ippera aux m n .1 'est le fouds m ne de l'homme a ne H detinit pe i.l. i ne value pas, n. M moins i existe. L homme cultive i i iniipuirs dan* un coin d>,n jardin elos le petite fleur bleue qui ne ligura jamais sur les unr i ta. hmm nu Diolii! AltenaiiU' la %  'linii|ue C tir.iH ./,„,/. iii i liue DesMase ,/ Ge/frat I. \ us avons 1 lionii ur de porter ai., eonnaiseanca .le* MMecine et au Public, qu'il uni de s'ela hlir sur telte l'Ia-i la Oftode Phsrnsjnte du Globe ntenante la |IUI.| i.''.oicou Pur la frai -.heur des produits et par lesoins SppOfts a |-esrn lion des orlonniii.es mdicales cetie l'haimicie sa reommuule ,1 une lam toute >p.-. i le Chez lauricEUeoaif Aiii|lles Kn's A\\ laijasin d l'Efal H dis FroiilsTorls Vient d'arriver POUDRE ORSAY A vin Nous, Rololphe.lUraii. Doven du l'ribuiiil Criminel, de "o t eu Prince, rappelions aux Jurs indi tiuctamml quais doivent repren dre activ* neol l'as rcue du Jury partir de ce jour. ce. sons peiue dds san itiOM UU droit Palais .11 Jnatks le 13 ,Novm bre I |i*i vendre hevaux de selle s'adreifondatlon Bo l.efeller trois ser la MarUssant. t. lphone 7H. E. DEREIX i:\ri RESTAURiNT DlNKRI SUR COMMANDI EPICERIE l'.n.i i i l)i i\ti. Mont do roi'ovoir par deruit-r Carabe : In complet assortiment de honhons et > faites -]-' rhocolats le JecquiD di Peiie. |).-S VI s. t.|{..r !rHh\ m i. i rii.pi .1 M eus .-s ilont tous eonneieeenl la qualit' D.s vins d Espagne tels .piMadre, M.latfa, Sh ny. l"lo qu'il vend par ;• illnn i i par boilll illes Iles laucittons v i yon lie la M deon Amirui Ir i • DeI lllllle (l'olive le I I. UlUel A Cit Du rriltble gruyre d'Emeuial. par Udornler l'anumii De liis^u t"lis ce I .Na'i nal l'.isciiits li... .Des cous rves m tous g. nu s t Justin Nirbode. n/, surre, p i ntne le terre, nsgnonl eti • il attend nfl i par Maroiii de nouveaux isacrvimenta J'i ilulacl un joli hoix le l>oiies derhvol i \l rquiee .U .vijrns pour ivadeaua Je bu d au ne, % • irmi i nifiiiv I %  '• '' frnl u u ii-ir.i i|.. ks laits %  In mi, %  ipioiqu'-ot sjl asi ''tain i atf.nr>> : Un rcit detrouble$ de Daman ila|iis un tmoin anglais L'envoy sp '.-ii 1 du l'i wi Hamas publie dat es journal une longue dpche -m les Irouhlis qui eurent i. einili. ni lieu IIHIM celle sille Sune\|ra\ons les l nsoeges uivanls • DnOS la nu l du 17 oclolue, des sol.bits Iran, lis luieiil attaqu l I rnnlila .bois i n neennanuarti.-is as l' i n is et d se neleu furent lire< sur des p IrouiUes Ls lendemain malin, .les L.mien ils brigands s'infillrerenl .1.divers rAtfl, se jciei. ut .m i,. I.H/ar et MU nie n. .i, n i le pillage, De nom beaux individus des bastonnade la ville se joignirent i eux, provo quant la panique. Ilienl'i liuit I' mu %  dei int uu ehnanp de b ilsilla Ds coups d I. u rsoiiniiienl ,1 toutes p.o I ; sans que personne pt rni In compte esactemenl ds i s qui M passait. A rni.b, dei tan pu ou rurant la ville, en tu i il droite et a gauchit, \ leur |. pillards levaient des barrioutas et ripostaient par un feu serr. A IN heures, le bombardement du vieui quartier commena. On in ni a blanc, mais la canonnnou u .-u lit pus moins une forte un pre-sion sui u population, l.a lendemain malin, toutes les trou pes vacurent la vieille ville et %  concentrrent I Snlilieb, o l'on runit aussi les familles l'nursite*. \ lu beures du a >tiu recom oeni'ii le bombardement du vieux qu n lier, m us elle fois avec .b s obus. Il dura pendant vingt quatre heures et ne essso que dUBi i journe du M, ou l'ultimatum lut pose aux pil Tu I Lnennonnnd tells pli igedesms raudeurs ont laiss de foi tas Irai t s daus Damas Joules les miseiientre le baser II .un lii i si la rue Droite sont en Jomma Uen..m breus. boiiti.pl ont i l dmoliea. La grande mosque n*a heureuse Ulnt point t loin be pur les obus, mais, le d.me le p, ln | .p,,.,. s, iiiinieii a un I irgs Irnu l.'inslitnl d'arl miisiilm ia qu'ebritail lo beau |. .Lu d'A/ni t iitieiemenl |iill Itieu ne rels de ..prcieui trsors Les b i ml I les obus ont galement r li.t eu ruine le palaisqu'av, l h IM p.mr rsidence le gnral Surrail I pi il ,,v ni .pinte te matin mme pour Dures Il est encore difficile d'velui r b' I" rie m .l.i,elles h .,i ,,,, ,|,| qu'elles sbvent a uu ou deux millions de livrea^or lurques. L* lioinli.ii'iiinii'iil • !•' Dam;is d aprs le rcit d'un temoio ,li m -u lk, M Octobre.— V oici re que raconte uu rfugi bnlan Bique qui vient d'arriver de Da mas : — L..i i m. r,. bel H o. lobre.dane la maline, [' il entendu dire qu'il nlla.il ss pas ri quelque l d .grave. ,\ : lo, al rem onlr I.-IC i mks, sinsi -pie V i .. blin.l, |,„ les batars l ne ni ferms. A 10 b lu omtnem un Loin hsidment ulinu i , n. ssuvaieiu dans louies I. dirai lions. Le bombas .1 le. oax t sasaieut se .le U Je no | || ,'COU 4*0 lanii'llr je |, un retu^f nu u w .... i truiM


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06582
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, November 24, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06582

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR ,PROPRIBTajfb
1MPR1UEVR
Clment Magloire
BOlSjVEHNA
1358, Kue Amricaine
NUMEIO 20 CENTIMES
Quotidien
' P1LE or
Ourab Momor', i0
Pour tout e '|i" i""11" I'' '''"
voirs des autres, pour ce qui
u'a^nul rapport avec nous al
avee^nosjnloVs, c'etl--aire
pour l* prochain rhartin Ml
<'onteMicitui jusqu' ! a?i
lit/'. BnmiiliiUr
TM.EPIIONE V 2.2
t9aANNE:E Ho 5663
PORT-AU-PRINi ( HATI )
MARDI 24 NOVEMBRE t025
Organisons nos partis poUto/ms MaiSOIl DaCCarell
L'ordre et le principe d'autoril

Quelle impression rconfor-
tante de scurit ne ressenti
rions-uous pas, dit M ! lonin,
si nous avions fassurance de
trouver, dans le tur intrieur
de chacun, la coneoience nette
que l'ordre ocial repose moins
sur la libre concurrence des ap
petits gostes individuels, que
sur !a loi ternelle de solidarit
humaine... Voil une ide
qui s'apparente entirement
celle de M.J-CUorsainvil: *Ce
qu'il laui que le peuple hatien
comprenne avec l'imposante ri
gueur d'un lait soienulique, dit-
il, c'est laluctable solidarit
qui unit ies memhres d nue me
me socit dans la lionne corn
me dans la mauvaise lorlune >.
A l'occasion de la publication
de la brochuiv de Monsieur
Dorsainvil.et m-rne avant, nous
avons tabli ici que renseigna-
ment est l'un des lacttms prin-
cipaux pouvant amener la masse
populaire ce tans profond d>-
la solidarit. ta se rappelle l'ob
servation de Bouirlt- : l-'lar-
nissement de I intelligence, ob
tenu par la connaissance des
laits, aboutit ainsi une dilata-
tion du cur >.
L'ttQt des ri.'iiiai(|Uis les plus
justes de M Dorsainvil est celle;
relative au principe d'ordre OU
mie.ix de subordination des par
lies l'intrt du tout : La li-
bert au moindre cart, dit-il,
est susceptible de conduire
cet individualisme anaicluque
prch par Max Siiruer . L'est
pour avoir trop souvent mcon-
nu ce principe salutaire, garan-
tie de l'ordre social, que l'oppo
sition a lini par perdre touUcr-
dit auprs de l'opinion publi-
que. Alors qu'elle pensait com-
battre une initiative du Gouver-
nement, elle battait en brches,
en ralit, un principe ternel
auquel tient I existence mme
de toutes les socits.
La libert n'est pas l'anar-
chie, elle a des limiter que nul
n'a le droit d* dpiwar- Or,
dans une saine conception ries
cliosi s, di M- Dorsaihvil, l'hom-
me politique n'est qu'un ternel
mandataire. Il doit tre .pi.-lie
que soit la diversit des opi-
[ 31 ITE et FIN )
nions en prsence, reprsenta-
tif d'une ide de progrs natio-
nal Incontestabbment, les
membres de l'opposition se po
sent comme tant les manda-
taires du peuple. Jamais man-
dataires ne se sont montres eo
plus parlait dsaccord ave leurs
prtendus mandants. Tandis
qiid le peuple rclame la con-
solidation de l'ordre, les oppo-
sants, victimes de leur illusion,
s enlisent dans 11 revendication
intempestive et inseuse des
abus de la libert. De quelle
ide de progia national un
membre de l'opposition est il re-
pri .iilaiil / Il serait inutile de
chercher cette ide de procs
dans la campagne de la presse
opposante contre la Gouverne-
ment. Sou action consiste es-
sentiellement dans uue triste
comptition de personnes i.
< luoi que l'on dis,', la raison
d'tre des Gouvernements est
de maintenir l'ordre l'int-
rieur, de garantir la scurit
l'exteneur, c'est l leur condi-
tion essentielle, leur fonction
normale. Le Gouvernement est
h charpente d'une socie: , son
principe vital. Il impt.- pi il
ait le setiineut biin net de s s
responsabilits pour ne pal
obir toi tautaiaiei d-- egita
tours de profession. -- L o
n'apparat plus qu'un fantme
d'autorit. Oit M. Henry Livret,
il ne subsiste plus qu'un tau -
tome de libert.
Tout le inonde s'a:corde en-
core reconuaitie avec Monte'
quieu que la libert pol,tique
ne consiste point a taire ce que
l'on veut, qu'elle est seulement
le droit de taire tout ce que les
lois permettent : ce dtoita pour
contre partie un devoir rigou-
reux, le devoir d'observer h loi
en ses obligations, ses limites,
ses restri :uons, de la respecter
dans son autorit pleine et en-
tire. La mconnaiss uce de
celte rgle voue les Etats la
dcomposition et l'anarchie,
car ce n'est pas tou|ours des
excs de l'autorit qu prit la
libert, c'est le plus souvent de
sa propre frnsie .
Tous les rgimes (ol)liquts
Chronique
ulDieilqerce eu baisse
Voil au moins quelque chose
qui baisse, me ilit quelqu'un Oui ;
par malheur, admis vaudrait une
hausse mme exagre de ce pro
ttuit. dt on crier nu tnercantiiis
tae. La tamen-e vague, dont <>a
Iiarh* t"ii|' ur>, ra >* qu'on ne \o>t
mais, et laquelle ceperd-nt on
pause sans ceite, ternit plue utile
ment des siennts dans ue autre
domaine Le douaire de l'intelli
gence devrait lui Mrs aussi inter
dit qu'i. noua le Paradis torreetre.
fuisqu il n'en et pas ainsi, etlor
vons nous quand mme de dfen
die notre bien.
I cttepont le lus uijout
d'hui,comme elle oscilla toujours
ne nous frspp n pas entre deux
pules. Leque' l'emportera pal MM
attraction souvuiaine Du. si vous
voulez quel a. ra le vainqueur qui
Ion dcernera le titre de maure
de la terri-'.'Vieille questinnternelle
et que les siules future aurui t
rsoudre Hun cit la ma'rinlit.de l'autre
l'esprit. D'un ct I intrt, de
l'autre l'idal U un ct la viande,
de l'autre i-jnie Kntre las dejx,
li 11 ur de 1 homme balance...
Quand Dmotlhne se dm-nat
pour saliver le vieil honneur ath
nisn et empcher le marbre-, au

A ceux qui pleuraient sur le,
iioiive u rgime politique tabli
ictuellemeol en Italie, M. Sa-
landra disait dane un dite un -
prouoiic deinireiu *nl A Milan:
L'lment essentiel de l'Etal,
c'est l'autorit et non II libert'
Il y a des raervee faire sur
la conclusion de la brochure de
M- Dcfsaiovil qui, malheureu-
sement na p pu se nmeiper
eiiti-euient dei eontingeo et
au milieu desquelles il vit iL'oc
cupalion niiht lire a ses rgies,
prteo NI. el en eucua heu, en
aucilu teuq.s on ne l'a vu utili-
sant les fotn inte les plus di-
gnes, les p us honntes les plus
relevs du milieu o se 1 lit sen-
tir on action Noua ne savons
pis a quelle occupation milr
t lire m (piell lment* fui '
lusion M Dorsiinvd. S'il l'agi^
dj l'occupation amricinc, au
ciin appr.- i.ttioii n'est plui m-
exate que c Ile qu* non? ve-
nons de reproduire. Disons d'
bord que (occupation mi itaire
eU rtsle 'riii^ce au cli x
fait mr l'Ass mbl n liouale
au H) Avril VM2 Une certaine
probit Oblige le reconnatre.
D'autre pirt, nous aflirmons
suis crainte d'aucun d menti
que le Pi iilent Bornons rien
eiivit-r pareonne en dignit
et en honneur- M. Dorsaiuvil le
sait comme tout !e mo de. Au
cune duionstratoii ne, peut
lre laite que les collaboratPiirs
auxquels le l'r.'si lenl de h R-
publique a I litappel ne sent p u
aussi bonnet, i et dignea,
lit n plus, Mr D ireainvil a
t, lui ainsi. en qualit d i
Ght fa I' v.^ion au Dparte*
ment le l'Instruction Pub'ique
fonctionnaire les deux Gotl
vernem nts qui s1 sont -
d dep us l'intervention aman-
caine. Se considre t-il comme
n'tant pis un lmentdigoe(
honnte el n let Bil en-
core le docteur qui a raison
q au 1 d dit qu.1 l'Hatien.*.
na pu souvent le courage mo
rai de ses opinions et se coin
plat rpter des choses con-
v ntionuelles qu'il sut ht n lre
d s mensong-'o.
|UStei de r Ugil. l'or .le Philippe
tentait iiiiHMi .-m.'Li Isa eoaseiee
I li~ bautes du p'us idaliste
des paup'e* Dmoslline parlai:
ave.-iuu el km loquence valait
telle de G tempte m lis loi des
Maedeaieai l-cmpona.Kl i en fui
fait de la .liiimtnte gloire de la
fille de Pelles, bile devint impra
trice ; m-i^ elle dut se parer de
b;j'>ui birhires et troquer la tuni
celle a p'i de-i dersesqal leieeail
nu 'e< jitnbn divines contre la
r>bi empese de l'orisoJ q'i sem
ble p'u n ; i-oo q.l'une paru
re. Celte aventure d'Athnes s<
quiert la rleur d'un symbole.
le mi li ar de n.i'ro temps,
c'ett qc.m ail voulu vulgariser
l'inlelligence. h n'en veux per
sonne II Ja un agneau pascal,
de l'espce qui ne devient jamais
enrage Mai j'estime que ba. un
doit reUr chez soi : Ne mar
cher pas sur nie; plates-bandes ,
devise admirable, qu'il faudrait
multiplier jusque dan-, le
Nuis vous citon* quelque* articles de ce que le lirand Magasin
vient de recevoir OsaU nous vous engageons vivement aller le voir
parce que le nom ne suflit pas. il y a la qualit, le genre el -surtout
le prix qui suit la baisse du trau. et en mme tem|.- voas verre/ beau
i oop d'autres article*.
i .- chapeaai I laioe de la marque iSelct* la plu- moderne Cf
atiiii I. i Ii ij uix t- nulle tine chape >u\ melon, de jolie lorme lia
pe ius de dainu. 1.1 peso s til ''les gamis., itquettas pour hoaeo
enfant .Les : !i elles pour laine* et parapluies pour hommes
Un grand i h lis de culosirs uleajre, dl di i% mal noir, de serge noir
et bleu marins ei iianelle pour tosloOMs De* gllel el .le cbeerissettae
pour luimini'-, esmisolss p*OI dnies, 11 mi* s IiIhii. lies mille plis el
autres.ehemisea eouleurs,ehe msas de chauffeurs et chandails de sport.
D lis Isrse les.....trpe de soie, crpe de esta*, satine demi
.1 ml .1 iiileura aasrjrtieaaal t >mplet d'arMrlei pour mariages mnsi
,pi ds voy i| v lien ieuues fias pour lingerie, Servie-Iles .! table,
D'imass pour nappe blanc et e nileur. rrpa deuil et toile ime pour
de ni. Do k blanc, drill blanc el noir, k l. v bien et jaune oie stc
snm les pim reu des.La fareui
galitairs empite an contraire rat
oue* lu proprits de sorte
q'i il eu rsulte I. | H les plinom
al dont DOOa nous plaignons
1..... Ls lemc.lc ser.nl -iiuplc.'ii.iis
|e n'ose l'iadiquer. On me truite
rail de rvolulloousire. M j'en
courrais la rprobation dont >o t
accables b>OS les hommes de n >
li .ci. i poque.Merci bien '
lt -mis poill l'equililirc Je lois
s li ncessit de ce que Ion POM
rail ommer les hommes de quan
til Mais je crois non moin- lor
temenl a celle des hommes .le
qualit aucune allusion aux an
cieni rgies! Les un- et le* nu
1res -ont indispani ib 11,puisqu'ils
se compltent. Me m prisons pas
ipileines ii'iudii-trie ^ hisonl
plutt uu >ort aux c li vuliers ) il*
garJeul la .brulion du navire
Mais ne raisons pas li m^me des
nrinoee du reibs, car ils animent
la bravai m i
i fnnnd le monde connoLU si <<
nient le- igaa .1 oi (m lut aux
poques bniaa ou quantit et qua
lit.- s'quilibraient pour la joie
ineffable des veut et de l'me
Pli de d. mo. ralisine l dedans- ,
rieu que In vieille h u munie nalu
relie dont I homme m dnie garde
malgr loin la nokUl^ie.
Il ne sait pas ce qu'il veut,
l'h inme ni"'en e. ailezdone, la
foule reclau.e i a li :, et lu SOI M
i nlire si .Ubilisation jOroy!
bien que dans ce monde h lelmre,
e.len aucunement chimeriq-'e |*iq
lelhgenee d'ail autant a puni
que l'inielligen. e u,e. ani.jue. I mil
se traite aujourd'hui -ou- forme
Mirais II ) a pendant quel
., n- oboa qui sel ippera aux m
n .1 'est le fouds m ne de
l'homme a ne H detinit pe
i.l. i ne value pas, n. M
moins i existe. L homme cultive
i i iniipuirs dan* un coin d>- ,n
jardin elos le petite fleur bleue
qui ne ligura jamais sur les unr
. i ta.
hmm nu Diolii!
AltenaiiU' la 'linii|ue
C tir.iH
./,,/. iii i liue DesMase
,/ Ge/frat I.
\ us avons 1 lionii ur de porter
ai., eonnaiseanca .le* MMecine
et au Public, qu'il uni de s'ela
hlir sur telte l'Ia-i la Oftode
Phsrnsjnte du Globe ntenante
la |iui.| i.- ''.oicou
Pur la frai -.heur des produits et
par le- soins SppOfts a |-esrn
lion des orlonniii.es mdicales
cetie l'haimicie sa reommuule
,1 une la- m toute >p.-. i le
Chez lauricEUeoaif
Aiii|l- les Kn's A\\
laijasin d l'Efal H
dis FroiilsTorls
Vient d'arriver
POUDRE ORSAY
A vin
Nous, Rololphe.lUraii. Doven
du l'ribuiiil Criminel, de "o t eu
Prince, rappelions aux Jurs indi
tiuctamml quais doivent repren
dre activ* neol l'as rcue du Jury
partir de ce jour. ce. sons peiue
dds san itiOM UU droit
Palais .11 Jnatks le 13 ,Novm
bre I|i*i -
vendre
, hevaux de selle s'adrei-
fondatlon Bo l.efeller
trois
ser la
MarUssant.
t. lphone
7H.
E. DEREIX
i:\ri RESTAURiNT
DlNKRI SUR COMMANDI
EPICERIE
l'.n.i i i l)i i\ti.
Mont do roi'ovoir par deruit-r Carabe :
In complet assortiment de honhons et > faites -]-' rhocolats
le JecquiD di Peiie.
|).-S VI s. t.- |{..r !rHh\ m i.irii.pi .1 M eus .-s ilont tous
eonneieeenl la qualit' .
D.s vins d Espagne tels .pi- Madre, M.latfa, Sh ny. l"lo
qu'il vend par ; illnn i i par boilll illes
Iles laucittons v i yon lie la M deon Amirui Ir i
De- I lllllle (l'olive le I I. UlUel A Cit
Du rriltble gruyre d'Emeuial.
par U- dornler l'anumii
De liis^u t- "lis ce I .Na'i nal l'.isciiits li...
.Des cous rves m tous g. nu s t Justin Nirbode. n/, surre,
p i ntne le terre, nsgnonl eti
il attend nfl i par Maroiii de nouveaux isacrvimenta
J'i ilulacl un joli hoix le l>oiies derhvol i \l rquiee .U .vi-
jrns pour ivadeaua Je bu d au ne, '%

irmi i
nifiiiv I '' '' frnl
u u ii-ir.i i|.. ks laits
In mi, ipioiqu'-ot
sjl asi ''- tain i
atf.nr>> :
Un rcit
detrouble$
de Daman
ila|iis un tmoin anglais
L'envoy sp '.-ii1 du l'i wi
Hamas publie dat es journal une
longue dpche -m les Irouhlis
qui eurent i. einili. ni lieu iIhim
celle sille Sun- e\|ra\ons les
l nsoeges uivanls
DnOS la nu l du 17 oclolue, des
sol.bits Iran, lis luieiil attaqu l I
rnnlila .bois i n neennanuar-
ti.-is as l'in is et d .....se neleu
furent lire< sur des p IrouiUes Ls
lendemain malin, .les L.mien ils
brigands s'infillrerenl .1.- divers
rAtfl, se jciei. ut .m i,. I.H/ar et
. mu nie n. .i, n i le pillage, De nom
beaux individus des bastonnade
la ville se joignirent i eux, provo
quant la panique.
Ilienl'i liuit I' mu dei int uu
ehnanp de b ilsilla Ds coups d
I. u rsoiiniiienl ,1 toutes p.o I ;
sans que personne pt rni In
compte esactemenl ds i s qui m
passait. A rni.b, dei tan pu ou
rurant la ville, en tu i il droite
et a gauchit, \ leur |.
pillards levaient des barrioutas
et ripostaient par un feu serr.
A IN heures, le bombardement
du vieui quartier commena. On
in ni a blanc, mais la canonnnou
u .-u lit pus moins une forte un
pre-sion sui u population, l.a
lendemain malin, toutes les trou
pes vacurent la vieille ville et
concentrrent I Snlilieb, o l'on
runit aussi les familles l'nursite*.
\ lu beures du a >tiu recom
oeni'ii le bombardement du vieux
qu n lier, m us elle fois avec .b s
obus. Il dura pendant vingt quatre
heures et ne essso que dUBi i
journe du M, ou l'ultimatum lut
pose aux pil Tu I
Lnennonnnd tells pli igedesms
raudeurs ont laiss de foi tas Irai t s
daus Damas Joules les miseii-
entre le baser II .un lii i si la rue
Droite sont en Jomma Uen..m
breus. boiiti.pl ont i l dmoliea.
La grande mosque n*a heureuse
Ulnt point t loin be pur les obus,
mais, le d.me le p, ln | .p,,.,. s, .
iiiinieii a un I irgs Irnu l.'inslitnl
d'arl miisiilm ia qu'ebritail lo beau
|. .Lu d'A/ni t iitieiemenl
|iill Itieu ne rels de ..- prcieui
trsors Les b i ml I les obus
ont galement r li.t eu ruine le
palaisqu'av, l h im p.mr rsidence
le gnral Surrail I pi il ,,v ni
.pinte te matin mme pour Dures
Il est encore difficile d'velui r
b' I" rie m .l.i,elles ,h.,i ,,,, ,|,|
qu'elles sbvent a uu ou deux
millions de livrea^or lurques.
L* lioinli.ii'iiinii'iil
!' Dam;is
d aprs le rcit d'un temoio
,li m -u lk, M Octobre.Voici
re que raconte uu rfugi bnlan
Bique qui vient d'arriver de Da
mas :
L.- .i i m. r,. bel h o. lobre.dane
la maline, [' il entendu dire qu'il
nlla.il ss pas ri quelque l......d.-
grave. ,\ : lo, al rem onlr
' i.-ic i mks, sin-
si -pie V i .. blin.l, |,
les batars l ne ni ferms.
A 10 b lu omtnem un Loin
hsidment ulinu i , n- .
ssuvaieiu dans louies I. dirai -
lions. Le bombas .1 le. oax
tsasaieut se .le U Je no | ||
,'COU 4*0 lanii'llr je |,
un retu^f nu u w .... i truiM


LEJMATIN 14 Novembre 1925
.. -
par un coup bardeinent a coi i
toule 1a journe de lutiii il \.,
i i, d< mardi, nu : de
fa .1- iti'<-ndies l'a] un,, r de
Ion* cote, l'es incendies ne s'lei
gnirenl que mardi dan- I. ire.
I inl ijuc le quartier musul
man lail abandonn par Im nul .
r ls Irani,ai>es. |,ii lait transpor
i tous les missionnaire dans !-
btiments de l'hpital l.ritanni
que. IM's de .">.0i 0 rlir< tien- \
cben li' m ni lefuge. J ai an i ,
plusieuis reprises de l |,h ioi
au OOBWl b'itannique ou ami
cain, mai- toutes lis ligne* taient
coupes.
Le .bombardement tait telle
ment \iolent que j'ai d marr
1er ecj route dans l'hpital Vieio
rik.
L'hooital Victoria <-lait d-:'.
mis son tlphona lonctionoail
et j'ai pu me m.ttn on eOBUDOnl
tatiou Nec le lonsul uuirirain .
Il m mini.ri que le. quartier < lire
tien devait tre cootMr comm
un endioit sur : or, & ce moment
il n'\ avait ni soldat* tanais, ni
police syrienne, et toute* lus mai
sons taient i la men i de la po
pulace musulmane
Actuellement, le btiment de la
mission syrienne britannique est
presque totalement dtruit par les
obus. Le palais d'A/arn e*l br
l. La fameuse rue llioite est to
talomenl dtruite. Le* quartier!
de Meildam Chagour et de Peiwi
sia, avec toute* le* mai-uns musul
mnessontrompltemant dtruit*
On compte plusieurs m Hier de
musulman- et environ troll enta
Franais tus. (Dail> Mail )
Les Etals Dois mendient
Washington (via Londres), 18
octobre. ue dpaitemcnl d'Btal
dclare que, *i l'on obtient ronlir
ma'.ion des DOttveUoi luilannique-
selon let quel lai les l'Vai rais ont
bombard Hamas sans pravis, le*
Etats Unis eiigeront des rpara
lions daoi le eai o des propiits
amiiciim- auiaienl tdl mlc-.
(Mmiv)
iesJviemeDisde Syrie
militai itUk a bmfMMil lr.......
Il |ini|cij.r l,i iip ri Ir, mmi Im
ntavtn inriniH 1- hum
D'aprs d^sjuouvelle* rcentes
parvenues des Ktats I ni*, il parait
que de nombreuses propr ts am
ricaines ont t endommages lors
du liombardi iiii'iit de Damas. Les
dgts atteindraient, parait il, pin
sieurs milliers de dollar*.
Le dpartement d'Klat vient
d'annoncer qu'il a envoy des ins
tructions M. MyronT. Derrick,
ambassadeur de* Ktats luis Pu
ris, lui enjoignant de rclamer au
gouvernement franais la prolec
lion de la vie et des bien des
Amricains habitant Damas.
Des dtails seront aussi deman
ds au sujet du bombardement,
mais on f*il nmarqu. r da> s le*
milieux bien informs que clt i
requte ne doit nullement tre
considre comme une | ntesta
lion.
On n'a pas ronnai-sarce. |m
qu'i pratot, que d'au'res enn"*
gions trangre* aient subi le moin
dre dommage.
lui- iNWfM H '"IIMiI Bt*l.t:
Londres, i! octobre On a an
aonc aujourd'hui Londres que
M. Smart, de (rande liretagne a
Damas, avait *oumis aux i>pr
entants locaux du gouvernement
franais un certain nombre d r
clainations pour des dommage*
causs des proprit* brilanni
ques durant le rcent bombarde
ment de la ville.
(les dmarches, ajoutait on. ue
comprennent pas colles qui pour
raient elTiJ faites par le- autie.
Mtaunoaa Idtera *;es.
Celle nouvele demande coolir
mation d'autant plu que la Po
reign Offtci,diM un communiqu
i jour d'bai dclare qu'il
la |*oi
\ || w,l |Q{ r |'| ,,lt, |jaa| ,j,,,.
Il brail e i a* il ( iru, demi'jd
au "i 'i : ; nt i, ior, dl de* e
plie .hou* p.ur l'avoir |> a MN
i DM I i .n dai !. ir ..
h- paadaol la r
cent himharla neia de Damis.
101 dmir lie n'a t fuie
dani doute la d u-n-n'
Mati-ij ._
lin Inr bjer
B mou h ;. g i >bi i. Lai o
rations contre les bafl li roi
L calme rgne lins lo Kl
Il >\rie Les babttaotl de Damas
rentrent dans leur* fo ri
Le gi.ral D I aal arriv a
bord du Lolms. Humu .
I ii h i
Loodn ." | lobie Suivant
UBI dop he de Bagdad, la voie
ferre entr* Reyroulfi et Damai
.' i i.t l coupe et pluak un
mi aai Jdaa taviro tada Damas se
seraient joints l'ioiurraction.
l'AWio,.
Une auto Messe
un enfant
Hier, vars ||1 de I aprs mi-
di, l'auto de Monteur \lphnn >e
Il 'vn-* conduite par bob propri
laire, contourntil le carrefour des
rue- du Ma*" < in de l'Btal et Donne
Koi. devant la Dation testera.
Apres avoir fait la courbe, le
cood it'teajr n'eut poil t le temps
'I' ion:,, i I coup de volant de
re Iruss. ni ni et 11 mue avant de
droite de l'auto heurta \i Jeu
un tout jaune entant qui nuit
sou la galerie d'un caf doal H
mre e-l la propritaire L'enfant
a t[ |rivimiBl blaas li jambe,
il i t raniport a lllpitai (-
nral ou il sera soign.
Parisiana
t '.C Soir
Le ltal organises MOUT :
S" Thrse de I' niant Jsus
Entre : _', :i el 4 gourdes
Mariage
.Sous avons reu avec plaisir la
carte de faire part du mariage de
M il. iiMi-dle Lise Laliens avec
M > 11 -1 111 Amhiui-e ll-njamin
La buili lion nuplia e leur
ion donne le mercedi !> Dcem
lire prochain I 7 saurai du matin
en i gliaa Mlr po!itina.
Nous env vous aux lulurs non
loints nos m i leurs ratai de bon
heur.
Naissance
C'est avec plais'rque nous avon'
appris la naissance du dernier u
de Monsieur el M..daine \ n toi
Gr< >;er. prnomm I i;n/.
No- DMillaur loubaita au bb.
Corna miii (inrale
Transatlantique
Le SS Caravelle > de retour de
Cubant de* ni* du Sud estt
t n lu t'oit au fritee le i'J cou
rant.
Il repartira les mOme jour pour
Gonaivea, l'ort de l'ai, Cap 11ii
lien l'nerto Plata, Sm .lu tu el Le
Havre
Po lauPrinea, it Novembre mu.
L'Agent. B. ItObEUV.
Varits
i:e Soir
r blanches
n.il 'enlimfs
M^DOl batTPiepre Louis
^t
i.". tuo Frou 16
Ti ii
>r"i*l m
la Ri'in'
r| f,
DAR CABLE
>\" ii mort
t lAXfjririra
Oihiiii '"it'ie
t l'Imb IM nl'Mir :mii I lis
l'XHISil M. Doiimerjris Pr
aidant le la Rpoh'iaue et M Itri-
and MinUiri des Aflaire* tran
({.re* *e ont rendu* hier ;'t l'Am
ht--il de li lirande Hrligne
i irat irinar leurs coodolancaa
et celle, do ItMOll ft%% i au
Hnr*eniant du Roi d'Ang'*larre
h loi eaion de la m irt le la Reioe
Alexandra.
Aii'niiriln naulragQiie III
I.IINDHI'.S. L, enqute ordon
ne nai l'\mitaul Britannique
au sujet de la perle du -ou* marin
Ml rvle que ce dernier avait
heuit le tanooi dan es Vidai
son arriv-'e \ Stock m L capi
laine du Vidar i dclar que son
navire as i t f| rout on chu,- dam
le para|(< ''''' l'endroit oi i'i -I
perdu le Bubmaraib'a et il a ; qu'on av lit eu'enlii une -..url"
exp'o'ion nai qn'tfjnortnl la pr/
ne des mit marins il ne soup
lucunaaeol II nature de
l'inci lent L'ex^ruen le la coque
du \ idar ;i i me le rapport
de on rapilaina rt de l'avii de*
eTperl II -'c e-l '.,! il de lieu
qil il ne (Olll.it lui ri i-Tie i o '
de* avarie* que celle collision lui
m eiaioi i c
Toujours li problme
financie francaii
PARIS.- la Chambra dra D-
poli'* runie i a -"--ion ,
nenle i approuv par _'!l roil
contre iO le projet de o maolida-
tion flnanrire p>rant 4 on exa
men par Mr l'ainlev, PrsiJent
SilKea nous fait la gr;v3e
d liordr' 'nooro une som
lila btllaill*. Votre .Majest
peut comote' qiif ses en
nemi- sont nerHus.
Rfl 1 71 i'i le oar-ha' d' Viha'i
fil' htltl \ UtloNqilM par le i
|,ri M t Ih ir m.'! il le l'rince
Bogna. ' * s 111 ,| Yiilars,
Foi- cvirir p'us a gnnwnl *
eu l'mi .o tient jet .- pain q i'i a
venait dl leur distribuer apr*
pluiieur* j mr de jeae.
I. -oir rend, il* Husfaal de
quitter le eh mp dl ! il i'le. disant
qu'ils n'av lient pa* t b l'tus et
qu'on leur vo'ail leur victoire, Il
fallut toute l'autorit de Villars
pour I s obliger k abandonner lt
b n un du combat !,es troupes
ang'o imnna'p n'inquiteront
d'ailleurs poi il leur r traite et le
marchal crivit, le lenlemsin
Liiii* XIV :
Si Dieu nous fa' la gri 1
de pardr* encore une s'inhlab'e
hatiilla, Voln Mai it< pool comp-
ter que ses ennemis sort perdus.
LIQI'IDVTH N
\.t soissij|n clirt gjde
la liquidation des mai
sons de e9mniffrC6 de (eu
Madame d Fiiniry I j >ir
aviie le commerce i'i le
pulil iu que les ventes des
marchandises et mobi-
lier \ itrinos, 0ta de la
maison sise ainjle I irand'
Hue et Hue "oui corn-
naiicenmt l<' Jcadl l'.l No
viimb'-r '.' hr.'s du matin
ri l,s purs suivants.
l'oit, au Priooo,18 \ovrm
bn- l'.li.V
II. t. RttlRKTS
Liquidateur
du Conseil. Ce projet tablit l'A-
pith'que permanente en favrur
de l'Rtat, de tou li biam q i -
'ouvenl dans le p- vs I-, notre
'our de crulin avec un pl;- frand'
nombre de dp'i'-' dni l'hm'-
cvcle a autoris li formation d'une
r.imrnision de 2 membres char
K-'t de donner une forme 'echni
que au premier article de ce pro
jet. Celle dernire motion e l* p
prouve par -'v Il II' -'"
Ronv-|le dmU*ofl
lu mtnist e ;iiiil vi-
Elle est cause par le vole de l
Chamhr.} sor la qiestioo syrienne
P\RIS. Mr Pa ah v a reIQ
au Prsidant de la Rpublique la
dmission duf'ab'net. !, deiiion
a l pri-e l'issue d'un vole de
la Chambre au itjet de la que-
lion -vrienne Mr Moime'gn* a
accept la dm M!OB du m'ni- i ie
et a cnmin n mn i iiemcct 'es
eoBBultaliona avec le- ebafi in'i-
tiqiiis pour la fo'milion du ro '
veau cab net MM ii iand .r Ile-,
riot ont t appels a l'Hv-i>,
nah jaiqu' prsent aucune dci
sion n'a l prise.
Nonvelfes diverses
WASHINGTON. La l'on: mis
sion amricaine de la dette a d
clin la premire offre ofliciepe
de la ciminis-ion llniin aine de
COnvolidatioB de h dlie et a | r
IBI l' une io'itre propo-ilii n .
Dl Hl.!>' M Marc N.i', Mi
aiitra de 1 Instruction : nb ii|ii- a
remis sa dmiaai n de memb e de
la t'.omi; ission 11lai dai s pour la
(Dlimitalion de la fronli re all,
puant que la mie i', pio-l' pis lov ileu.eut enveis
l'Etat libre.
Les Pastilles Villa > sont>n ve-'.te
l'hir n:ie|''.entrA'e d'Hati;
Phartnisia d>urraiaa, i Portai Praei; ^
Pnar naeii Brutui, a Jirtnli;
et tij'-' phirmw n.
_. - >
LA FORTUNE veut entrer chez vous
l..C3C30.C3^0 deFrs. Achetez,
cmforiMmcflt i II Ici 7NE OBLHUTION CBDIT NATIONAL 6 .
I liri|ii M' ' Jmll'. ' Oclrtn. Itlri. Jliinr. Ftiriir. Iinl il lil
Loti g 'ii.i riUO il' 1 .OOOjOOO l B60 .1. 500 000 f. 1 1 20 1
IOOOOO Ii 1680 .i 100.000 il 3360 .i 60.000 lr -1 2B fr
"taMrt pr An l: mero. M N"' " Wl * r"*"ri" ' r"1" f rt>
Vrltll Billot ! ' "I'i" "in itii-i nfloclahl
PajaMt 25 U '"i MKriiiil 'i 30 fi pal ....... ......Il 22 moi. enrlron
50 franc d'mlrM "* ' '" <'"i>wnl ''" 2B cn <>' '! peaartHlri >lu
,,|rr. N I'......M" Urtf" I "" l'*VUM *" ............""'""' "'"'"l"' ** nolr'
pari On MUcril |i rTMiiila il 25 fl tVM nom, prnom
el ilrfM.v j
g) M. |. I.AMIRAl'I.T. . tut i. Il Rrpubli.tu. MARSEILLE (
Compl' CIi)ii- r-'-,i '-' '
C'EST PEUT-ETRE VOUS
| IM Journal dra Tirngnn fnUMI rbaqua moia
ME LISEZ QUE LU CHANCE A CHOISI bbbm
Les Mots historiques ~
Nous pajoni 50 rolre oltue n^lc ,1 |;u.s Mi
racles et du 1 titre la livre de
graina d ortiq tes Ban i'c ( / o
liviS).
Sert 1 Tt hnique du Dpar-
tant >< de I agriculture.
Chapeaux paille Ibt
3orsaiioo
cm:/.
II BLLOM /ils
Eau minrale
^Ieafaiiaat^ c ta Swrco tc>tiiL}aita ^ic-
tatla1' a VUiAMM ea e>ittema^rve-
X& cai^e De taa Gjateitte6- Or iS", ^h
jfa iVa;aiiit> do tWleitle* Or Z', >,
Che t. VOltiT Hue du Qiai Ao 1735
Eii(j4 LE BOS^E & Co
Agences Reprsentations
POHT-AU*PRlNCE
Agents gnraux de
9ecker Jones Jewell
mi.iiit\u & i c
.\Janulactures Life lns'ce Cy
Vsaurancc sur la vio,
NEW-YORK
Kiriuea IV u< aria n 0 0boule Uouge ett*
ri'.iiiklm |Hre Insurance Company
m<:\v-yihi:
,iu,;mci'ci'nlre l'inceuate
Ih.'imonil W.-ilr>|i Ce
Allumettes Silfe Home i
0. S HiMi'M' 'xnorl Coujhij
Souliers Km|p.
6hM F. Ulageft'Son
l'cissrus sa as en tous f|nnr
Soithou Frres C.n
Vins & Champagne Bordruu*
Ph. Jlejmai
COl'LMlAGUK
irj Uanols, romage et i ou serves
aiimenti es
U. 8. latiiews .'1
l'ahacs Jaunes
i, i lalioDale
Sans Hival
S m
o rs.
rjgarAttaa rhanter|e r
I'mvoIh ri, .Uni.-te
i.. t
Pi'ociiiez-voiis vos jolis cadeaux de fin d'anne
Chez
FILS
Vous y trouverez aussi, des articles pour anniversaires de
fianailles, de mariages el de baptmes.


LE MATIN- Mil;r'
Poorpi vous devea acheter Sle* Martel ACDHIV & Co
Achetez votre Claiiin Tierge chez laicel Amlair It (m
vos Gin, Wisky tt lii|eur "
" votre Rhum el vos alcools ''
* votre sucre IkiiIi.ii ou traoger chez
voire Cal torrfi moulu chez
" votre Bire ( powenhrau Hamhoun))
1 vos Tinsse' Bordeaux
M
parce ju'il provient des m i '. m> lerroira l'flaii.
parc' qu'le sont fendus am plu* bas prix Je la place
pane pie les marqu qu'il* veodenl sont dune puret ingalable.
parce pie leurs poids sont hipiux et leurs prix des plus a\autaip'j\.
parce ipi il Cet prpar avec lu cal de choix, dans IM appareils Jet plus
parce que sa liaiclicui el son prix dlient tonte conciu rcu.v
parce qu'ils sont vend us aul mme prix qu'ailleurs, malgr leur
perte lii ii .
B
Achetez aussi chez Marcel Audain & cie parce que l'accueil que vous recevrez sera des plus courtois
Y IWS Hue du Magasin de l'Etal
badd ot Allluck
. Hue dt\ l ronts tort 4
MCnfaem di perduitu
KGrand assortiment d etofte pour tous les gots et
ajdea prix dfiant toute concurrence :
Ocpe satin, Crcpe Lliauttim, Mousseline de soie,
Soie lavable, Caemise da ^ie, Crpon de soie, dn'-pe
Maro-.|uin,Ui'on, i,ccpe de lui Us uul di a fleurs, llatus
te.Lrcpe l ieorgette, Mmi.i..ucpe\\|etoi-e,( ugaili.Sole
radium. Nsusouk, etc. etc. g
Uns visite chez S.vtM & Alrl.AiiK, vous difiera
compli'tement
<*-
-
~*
L.- '41
>NSTIPTiON
prenez i-
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT, Pharmacien,
C'EST I.E MEILLEUR
DES PURGATIFS
T*OTlT- ATJ-Fitt CT1
AI**.PbT-lU, f"iirmi- AI.BKHT1""
Phar-naclr du D- lui i VHh I
f toatt / h 1 lie *!"' il If ail Meam
1' ck< l Compati]
Jr.J,

^ il dn
i
Une proprit, foLds l h lisses,
avec lesusinesqui y sonl inst tlles
savoir: Une usine coton complte
et moderne, el une usine p<;w )a
prparation de l'huile de colon
offrant les derniers perfectionne-
ment, tablie la rue amricaine,
sur te littoralj capacit des mou-
lins 05 balles|de colon, de ;>l)u
livres amricaines par j tir, cupa
cit des Usines l'huiles 15 ton-
nes par joue.
En outre, de ianallalion complte de nu < hines
du dernier pe fc n> ,, ment pour le nettoyage el la
sparation de (,/<>.'
Pour tous rensiignement s'adresser
Ci. W. i.Uli Kl
Liquidateur
le jleamtr (.ni. 1 ra wni.nl le
-Ion. est attendu Jnron-1, le
>veml ra eouriol. \> i*argei
a i(n.s i, perl bai isi J
mrnt poi.r IKuropV
. iicsn < i kart esto ' Kiop
Ion, '-' il* ndii .l.i' m. I i' ''
rembre pocliain. Il CDafg
tous le* porta hailL di dirai lama
l'.'i.r l'Kmope.
l'ori tu I rii m, la B bon obr
1023
.1 DV L Kl( Jr *
iui II i
d' rP"

\l ui w \\\
hi. .i l >otia No 1609


CE


v | f
I

I
I
Non uli
m i ci
K t'i
Savon! ebuoy
cm

Foun Spciaux il'Anijl ii.,
de Fransii, de Hathc-
matiqoes
PrparatioDi Gortlei .le> | m
lit- tant au llaccalatiral.
IV|mr.iliots fpcialcs des jeti
> |an (jiti ce du:tinent aux
.ni. di M
par I icgnit-ir
il Tlppenhauer
invitant MUI q ii Miilmt s'inscrira
a le EaiN nu p us lut eu s in bureau
gis nglf Kue l'rou et Itlpubli
raine ( 'aj;e de Uaidiner ) de
b. a. in ii 1 b. p m.
Le cours spcial d'Anglais sera
ouvert !t partit ('u 19 ili- H mois
cl M 'ail li prdit! du ma
tin.
Le MarJi, Jeudi et Simedi
Les cooditioDs sont avaaptlon
w le-. Ytuillt/ >iiiis in-, rire bieu
v :e. iju.ilir mois sullioeit
WIHAVOU
Hue des lontelorts .\o 138'

La plus pic Liquidation
1aillew y aille. yaUle.
Ch z Mr At>rbam Fils
la Aatfoti au iioo March
Oui vient de laii'i* une rduction de 2T o O aur son
stock le ma cliandise en gnrale.
' ccourez tous en foule el venez voir le* prix qui
iit toute concurrence.
I .a liquidation a commen e la !"? Novembre pour
prenilro fin le | Li llcembrt.
HOTEL S,e ROSE
ilu la Rue le la C'oix
Logna
Service de 1er ordre.
Ondtire
\ h r un i cempkre d$t
1 OUMACU l'H'l'll.'lhlirr 1870
s idretse au Journal'
/lui nnMlorrMssiots
ttotiUgninsul imiiiA<:iNt guAimun pwht
Globules Rbaud
Reultalt marvail'aos.itirpranaati m* m
' imP'i"*atm i m . 9 OtmMf toto*
B. DAI.ICBUUX, 27 Hue Vieil r dur >
itou-colomb (Sfinsii
A Part *.)>.n. Pkanaac* L' H l
p
1 K MAISON
ilaorice Etienne fils
Spcialise dan le mm chandie
hamol a le platiir d'am oneet
ta clieittle qu'elle vient d'tmvrir un
nouveau rayon de Cotlfiseri>
L'on y trouvera t! super h v s botes
de Bonbons pour radeaux en tous
genres des prir dflan tonte con-
currence.
in EUPfrbeilsiitcbiftrftofftrl iteattehetiv*
VISITEZ
I e ( raii d
--
MAISON DAGGARET
RUE TRAVERSIERE 206 8.
Entirement renouvele par de nouveaux el beaox artir!e


LE MaTIN-24.Novembre 1M3
i
GLOBEOLii'.
bat rame
RESISTANCE OU ELASTICITE




Ce- B
Nauraatfc .
'-'. MO
feouie

_Le rsulta tsy obtenus par
lemploi du Supertwist don.
nent la rponse.
Sup n'tivisl est le cable
extra-lastique, extra-dura-
ble, labor par Good Yenr
expressment pour la con*
iruclion des Pneusiiooi Year
typejiallon.


\

'
3 :4l

.
-
.Qt.
-
^*~^
La sant doit passer avant faut
Les lieurres'BLUeNOSE'^l'PYS' de **"
aieurs Smithit proetor, Ltd. sont garantil entire-
ment purs.
C'est excellant c'est peu coteux.
\]<\ vente dans les lionnes piceries : et en l; I
chea l'Aiient.
! 'on R. Thbaad
eu
PT suit' du dmnage-
ment de mitre dp matriaux de la I lue du
'Quai tt la liue Bonne Pol,
Marcli Saint Louis, nous
avons a vendre un bon
loi de matriaux usags.
S'adresser notre dpt,
sis l ; un du uuai.
iort au Prince, le l8.No
verabre li>25
liKlMMI.I) ACu
QUALITt PRIX MODERES.
Jtnston*
PEUS k TUBES
S'iutl'^i meilleurs.
Les frais d'entretien d'une automobile dpendent beaucoupjde la qualit de pneus
dont on se teri. Le pneu tilSTONE n'eut pas un pneu a bon r,iarchtccla est
bien vraimais le pneu Firesto e est d'are tangue dure, et set qualit a spciale*
d'expantion proton : ni beaucoup la voiture contre les tecouest* perptuelles
d( nt est toujours Vobjet une automobile.
Vous trouvres, maintenant un bon assortiment de F ires tore Pneus el Tubes
CI'"/. Messieurs tueiani tt Del PerciO, Cap*Hatien, F. Menasse, l'oit-de-aix, F. QhrieZ, l*e.tit-)ow. J. I>.
Lonard, foi Cayes,ou ck'ez I A;|ent Gnral a Port-au Prince,
rp

/
!>*& s Va
Kue du Quai
ctfomme ce nouveau type, de pneu, Sopettwist est plutt laite pour absorber le
ocs au moyen de son lasiicit que pour leui sisler par sa solidit.
, Quand un pneu Good Tear, lait avec des caldes Sopertwist heurte une pierre,
^ cable tatique cde au choc, llohit, s'largit al .-tourne son tat nor-
al comme une banda en caoutchouc.
Outre leur lasticit, le conlort qu'ils ollrenl et la laeiht avec laquelle on peut
conduire les voilures qui sont quipes avec dea pneus Good Tear lait avec Su-
pertwist, ces pneus sont des merveilles d'endurance et d'conomie. (
Les pneus Good Year sont les seules fabriqus
avec le Supeiiwis.
Good enr e synonyme de long service
The Wes* Indies Trading Company
Porl-au-Piuce Gbnaves
Cap-BtUiee
La maison H.Silvera
.nt
Ceux quijn'onl DU'encoN vu le9 jolies^arlides de Iinesse que vi^
de recevoir.Ln maison SILVERJdoivent, dans leur intrt*t,*'empres
de pister cetiejinaison, car nul part ils ^ne pensent {trouver d'au8
beaux articles des pi i x raisonnables :
Nos articles]8ont Traimeot de toute beaut|et.de/raicbeur et nos pris
ltiient toute concurrence.
\ oiles. couleur a barres
|{as,drnte|Ies
BaSjSOle brode
l'.as fil brode
Tulle pour pr un. ... Communion
.ouvertures blanche et couleur sii|i
Itandes'brodeeti Madre tpoui
l'Iiemisos ot |upe r
VOlle blanc ;i barres
llatine blanche -^JJ
(ialiai-dine blanche
Lrpon blano et rouisur ||our
Voile et couleui uni
uhemiscltes allemandes sup.
irabaut noir anglais
linilal'on toile 6crue
Serviettes de toilettes blanolies A couleur
Nappes couleurs
lapis cir blanc sii| pour^tablcs
.\1olletons blanc et couleur sup,
Peignes franais t& amricains
Organdi blanc & couleur
Lainage couleur anglais sup.pour jupes
Madras barros de soie pour chemises*.)
liDinm i *
..atiiietteloulai'd.poui robes nouveaux
dessins
ilamasse anglais pr.matelas double larg.
Grepon m carreaux de soie tet Heur soie
\oile gingliam.
Aimables clients, \ous qui vr.i.,,/ porter,! peu de
Irais les plus beaui tissui qu'il soit possible d-
trouver sur cette place, ne manquez pas, avant
d'aller ailleurs de passai-Jch /. nou n le meilleu
SCC ml VOUS est rserv.
DUO,
IUlaH
A. de Malieis & o, \g^'
3
Port-au-Prince,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM