<%BANNER%>







PAGE 1

LE.M.-.TM -un rtaftn iyi OUVELLE n A. CABLE %  ori de la reine Aleiandr 8A.alDRINGJA.llBal r* membre de ;oa illustre IV S armi lesquels se I. i le rd orges V, 1H raine Mari la g I ce de Gal.es al ses frerea. I mre Mcxandra eal mort Bojour d hui. COPENHAGUE— La bre 1H48 ht rein Alesandia, *cu ve d'Edouard V d'An^ 1 ' la tille aJade du roi Christian I de Danemark t:i Bire do ra G* get> V, de I* reine Mnud de Norvla/, de mare dne le ?aoifiqoe MKXICO— Des nouvelles ri de l'Etat de t.uerrero annone-nl 3 ue le port de fcUhekana ilu^ ans I Ocan Pacifique a t m par ii % %  e vague gtgaate que qui l*a mainleDU awbBMrg pendant plus de deux heures.On ignore le nom bre de victimes. Ci phnomne a t caus probablement pur un mouvement volcanique dans le Pacilijue. autour *lis traits de Locarao BERLIN— i.'s trait* d I oo ont t ai piouvs pat lepra miers min >-1res de la Fdration S ermuuique. lisseront loumia Ion i prochain l'approbation du Reichatag. BHHLIN — Le groupe pari' taire socialiste a formellement d cid de voter lu rat il.cation de. traits de Locaux et l'entre il. l'Allemagne dans la Ligue d< tous Cette attitude assure il venient la majorit du gouverne ment au RosoJulag Tiolcnle critique du lonl ani|lais contre le Cabine! britannique LONDRES —Pacaaat ut. dbit la chambre des Lords, lord Ro thernieie a durement critiqu les mesures rcemm< nt prises par M. Baldwin pour solutionner la i n Les Assises Elle aimait son mari d'un amour farouche, trs jaloux. Le chagrin la un urti i-ail sans cesse, et diminuait leotraiu quelle apportait autrttcis sa ta.lie de culliv.i trice n moureque >-on Philippe dsert-.it le tow-i du It-n.ii qu'il animait autrefois de son gros rire sa'.islail. del affection envelop pante qui parai: sait ne vouloir jamais s'teindre... bile maigrissait bu regard des amies d'alentour, i-ile l'avait que des peur: i noires qu'elle domptait douloureu Stmei.l. que ilis paralM aigre-, vengeiese ; des empoilerneiii qui st uibUi. I.I ne pi %  .s expiiqm •t qui suiv.-i'iU des journede dse5poir muet. Mais tll' en, hait jalousement M f ieine, offrant a la curiosit il lile des curieux le spu tarie d une im* forte qui domine son mal, qui en i otuie tous les contours •lin de mieux le vaincre, c. m qui longtemps dj, avait prl I' visaga de P'.nn. lin Pierre. I || porta le Ion,;' DQOU jusqu'au jour ou elc im^gin '. I g i S l si I .I. i t de uns la fol l i| bou ^ qu'elle In. i e de la Commune de MirehalaiLe Juge de Paix natal l'aveu de toutes les circoosiauces qui avaient permis l'accomplis**ment du lot lut {maila perspicacit du nu nal li ii. nli'mes re Utifs ."li'rninle fer .;u moyen ibvrotiOBS rouvrant Il c ts des enh pris* I la qui auraient pv etra couvert; |en limi tant lai boSe s des :„ tionnaires. I. -I Rolb' rmere a d %  • iod I comparution da M. Kaldvtin de \ ml l l'i loin du parti i i vataar hrtanr.iqu-' afin d\ aipli quer Itf rarons qui l'einn' I %  le implir les pror.ir% failli irU au pouvoir. Le i dit il, a ti Il leur Noua avons envoy Mr It il .iwin in pouvoir peiiir combattre | Bit t. it pn : ndoa Irie contra les court ila arbi rai ras. Au lieu de cela, la go verne ment conservateur a jet sur les paule-, des contribut aa ilnou qui n'auraient ja mais du ligurer dans le ; aa par exemple la loi la lions aux ouvriers qui COU 3 millio s da livr-is ptr sa tendance i augmenter. la chambre Iranaite ap i OHM' le projet de loi de Mr Painlev P.Miis — La chambre a apin -.. la 1er du plan Quand* r de M Painlev crant un l lional ileslin ,\ l'nmoitis-,f>ment Il publique e du iluriJ.I liun l i 7 h ; a matinie d'auiourd buL A le de M. l'i.inl.-v -, i • chambre aa runira de aouroau lions recutilnes lonl .1, B u d ~ A \antiige d Urauiise i'uil,. | toute sa plaidoir.e lamblsil tul l %  ragral qua l'ioatructioa n ail %  ues preuves plnaeonvaini an les ue la culpabilit du pn umii... Ma Viau. cnuseil de Ifcce-e, rr "I i .il -e tant de lois pre I la Cour d'A , m tarda ,t de leur m iruatra et i,Jury, qui ne von ul pai e dn i lar aui da -impies a-quilta ii/aiiiise I li-lippe. Mr Stnlo Vincent Par li S BtPrloa Pradam k lien drii k li la LuHo land uiaeal ra anu >i .mi Vice al, din de I hcoie da Commerc ipra an ajoui |ui m da en l'rance. Ses iii.uilii.MM am s l'ont r .u | i ii-n 1 sana Uardi 8 i. I I • V Tki k\ fini Jisus et A goi Concert I n-par le temps qu et il magnifique, le concert, donn, hier, au champ de Mars par 1 1 mu aiqua l'i Valais, eut tout le i |i ibla Deiirumeneurs. en grand noen lire, l'laienl donni rendit vous sur las peloused.i Champ de %  lu pour couter les beaux Baor eaux exuts avec un brio rernai qnable. Collision de bicyclettes Samedi, vers rnuli, h la l*Ia l e (ie'lrani, levant in mai-uu V.lten, deux lu yclelles. I une monte par i) eo.i (le la li in pis N il da la Hpul iqua d'Ilaiti al 'autie portant IVi Ul, eulrient en toi [Ision Un agenl da |> >lic< qui tail aur loquil parait i deux bi yoliataa de leurs torts r. s pectifs. Kt le petit ac identa'arrsni.' a a l'amiable. La furce.-du ecnr humain Le ci'ur bat plus tita k la moin dra motion. \l lis i ive/.vous ce Bna r. prsente ihacun de ss ),,| temenls I'MII |-I me t. '. mist une petite pompa da I le 'iiimtresen viroo d: h mt sur 10 Ltntiin'.rcs de lai." r.-tie • ,,mpe fonctionna nniun te dix fois p"ar minul-ItOQ J| < par heure, 100.000 foia par jour, 36,7i nOU luis p r an .1 g t0 0>0 loU n Tu an-. \ h icun de i 'lattcmcnts, il lince an moyenne uue cen'aiii* de gri ii %  tOg dani eu 1 . 1 ii, epl liti i .i miiiii'e. lin litres pur I aura et dix tonnes par jour. fout !• %  sain; du corpt| qui Ml d'en vir.Mi 1S litres passe U)Ut i lui ou triis minutes i Ira vers le coeur. Ce p lit orgaua dploie clnqne jour une fores cipable d'lever 4*1 tonnes un mtr de hauteur. A Varits" Dimuiehe loir, le Comte de llulin larnieia a fait, comme toujours, mervkille Varits. Pendant deum hunes, il a tenu ie> spedat %  ursft.iius te charme de s loora exlrairdinaires. Soit dans la l'emme inftiiyh'.e, soit dans Ardal, soit clAI s autre tours .m i -.n iien ail* Us uns que les autres, I Inhilf illu-h.mnsle s'est rvl un desyrio us de la presti diaitatl ta. L'on a pass deux heures mmles lu voir danj toutes se* • tonnantes crations. Cinma Parisiana doutiail. dimanche soir, la fin de la Tragdie des Il s par S G Tippenhauer aoiLiilliui tt ufraain LeitS.— PWealon atmo lirlq il I ... .' i %  : dessous; ; niedu (eu | tii l'r la i me 0 |.,. | | I': %  i. itmOSphl 'le ,02 au des.-n-. I" di X dut D| 0 S | I tif. Probabilit i plaie : t C Chez iMrie £ticae IKs Anijli' il^s Ru:s lu Magasin de l'Etal et .les Fronts-Foits Vient d'arriver PO U D RE OKSAY vendre L'n buggy l'Ietch caout chout*'-, .aicaser au llu reau du joui liai Les iainanes exclusifs i,es soierie a HniLs DOUVC.IllIt'S. L*'s yarniLures grande couture Se trouvent die/ : QRIP i h-, coi L0! .v C. STBAl l,Rua (jrenta. i:i Paris Bnvoi di Calalogo cha que sai )ii, uux .NgDiiaaiet Mai sons de oouture seulem. m. f nrscaaajrsaaavaaajaji es _— nusa sti irira | V L, tAU* Ot-VIt, .1 •!" ^H.MS, 4LCTIOL5, It |Ut5i I -P. DEROY FILS Jlfill 9 ~. ; f^c .--. • ui.n k tDEPRATIQU • iii Jj 1'. m c. %  : I *>s\"T '-raiJ^sBaaESBBr. C0Q?00ltl91 Les membre-; de li Co nmiailOD charger d'laborer I w rglements de la •Ligue riTltioinle da i'ensei gmmanl" lonl pris de se ru nir demain soir i 4 heires au eabioel de M i V. Gen \ng!e des ruai dai CM ruecl da Cen Ire. I.esecrt:iirrt,i. HONOiVT 4vis \i.s, Rodolpha.Barau, Doyan di Tribunal Cnviaal le %  i'au Prinoe,rapnalloni aux Jurs imli tioetem'.ab q.i i's doivent repren drp adiva-nent l'exereiea du Jnry i partir le M joar, ea aona peiue dai siti 'i) ii i • droit. Palaii 'li loatic*, i • 1 1 Matan bre lgl irois chavaui ds aalla s-adrei M lafallaf i \l irti • laoti rlphoaa 79H, fours Spciaux .1 Viii|liis, da FrAoait, ae laUi* BiaiifJu ••• Prap ir itl ni Gi rahH de jtui ncs g< ai in li • talaurd >i •'r| n dalea daa jau •i gan. qui %  •) daatiaanl aux 8 :ii i par I ir.gnieii' Il Tlppeabnnor invitaal aeui qti vauUnl -'in orira d le taira U p es |,,t en n bureau Mi gla Rua Prou al Hcpub'i i Bac v 'age da Oardioat i de'.* h a ni ;\ 1 I p m Le cours iprfal d'Arglaia Bfra ou, it partir ('u I S i mois el i til b 11iras lu mi tin Le Mar | Les e M il ii | %  i, nalei. Vtul t viua i 'a bien vite, fjuatra niois sulll-i i Le Probimp est tmf L plu? grande H IUM 1 laut da • Ha I-; Iward I y u llemenl • o mu* -l o eni lovi Ifl ; nab ata pnui lion d tmes de de sports *tc pard -ilda tout orlaa, c u |uell malntena .i tablie < %  < %  Il ii'i Raiouiaa i > %  u n asw i de celte bonne :.ouvelle et *aaai vo r le ajMrvaUl i |ia !"• liai <\ • • n r. gacd es dilf rente Stylsa dai Coatoinaa La mai aon recommanda t part -ata liers do COJIUUBM da taQl atelier spi lai daa f -' u a • I / : Smockina;, ia 'c. k la cou ;ue des evperta sont %  va ii gralalta < ommacd*. i lisu en i u a •!' %  tve-. la cou'euim la, elle est l an mtal gi -aux choix, du icnls ou un Insi gne qualconme. I,I i un lonl prises et le 1 fixes par le reprsen LBTELLIBR, Pul, l'ort au l'rin Il mai remises ii s d %  10 jours. • vS on fonde )Reims WeraC^Succ" 1783 1 11 • //<. %  / %  /{ t'SL^L I connu. <-/~ Agent Exclusif P. Labourdei 3U, Hue Montra iplrfi Pari Blanche Sweet la sup.rln{.unie ,1, KII1SI VAI nONAL dunii "1^ Moni.ni Su' V.L prmc dmii Ir xourli* i-' i.i! ni '^f I fclatuntes font l'mvla .1,loulra les (emmw. OU: "SI I %  dr |..l,.In,. .-.i nm i.Ira •vMii.' Jr IM |.rnl.^r ...... W KulM.ua >|iil lui" lr Arnii,^ Ov I i.. La pAtc dentifrice Kolynoa n'est pas seulement un dentifrice parfait, c'est galement un onti•eptique qui dtruit les millions de germe de la boucl-.e et de la gorge et prvient ainsi l.i des dents. Trs conomique, un centimtre sur brosse sche est suffisant. Un seul tube de Knlynos dure 50 jours, en faisant deux nettoyage par joui, le matin et le soir. Toujours deman.l'-r le tutxKolynos, jaune, dai Kolynos, galement jaune, PATE DENTIFRICE KOLYNOS %  110 Rue des Csars.



PAGE 1

LE MATIN- 2? Nc^cbrt I9M Une proprit, fOLps et h Mis s. avec lesus esqui y sonl inst li s savoT:Uiie usine ;i iou comp'l" et moderne, et un* 1 usin^ pi prparation de i e dt *o offrant les demi rs perfeciionn men, tlablie ; r RUE NERIfilNE, sur le littoral, capaci' d s n nlins 65 I);Jks de en ou, ^ livres amricaiues |> rj licite des Usines I bu ie. IT> U i • ces par jour. En outre, des instaUaio # c'mp' es < tMthirt* du dernier per/eci font* ment pour le nette y el la Ppwaiion de$ Ca/s; Pou: tous renseignemon tfadresser G. Liquidateur *i.. I\UM* Kfc —*=-1; 1 A MAISON Mauiice,Etienne fils Th • H \ I lail i •. tri J\ ck< i | on [ ; \ . s Spcialise dan e$ manhandtte frar aises a (c plattir : : %  LAJMIM Cure complte Jo PA £ T ? 1 R £ TIi£ Al 12 Baiton do I • P* PC SPr tA/. I • %  •: I AK,S %  l.e steamer (.iilebra venant de Kingston, est attendu i \-r le "i.'i Novtmi re .ouran'. Ii chargera tous le port liaitic .invite ment pour |*Bi rope. > .• Mean n KHIM vt i,i,ri i!i' Kinga Ion, i H attendu Ja< mal le ; embre p och'in. I ehargara lous lis |>or:stiaitiu.tii., t. pour l'KuiOD -. l'ort au I rince, i. \.,\.mhie ig •I. lUAI.'hH I. •faol nnl pour llaili Chaootntirt 'idrissi %  atiiiet de Me Kmmanuel i.\l VIN i t i Ccolri S G* KJ „! Si • isa t** Ecoutez l'homme du jour B IEN 'oin, dans les lieux les plus loigns, o la voix qui vient de la ville. On petr t es bo votre Radiola, vous donne %  t I i voix de celui qui t.ut daacripti n roua vou ii ini ch d'organiaations importai] i | le i.Tles blan 'lies du banqui I gaiel lai de la clbr ition. On pr orateui i la •oin a Comme D passe en revue le menti de l'anne qui vient de 'couler et qu'il prdit la prosprit venir, un profond silence rgne sur ... vaata emble. C'est aloi qUfl VOUS vous rende,• compte que V' an train do taire la eonnaiaaance d*u i hoti ne bien quilibr el d'autorit — un hommi i ur d • millions d'homm Banquel opi i certa, sports — tout voi arrive clairem ... t votre Radiola— prodi.it de la ilbl i notation of Ainenea, connue du mo.i i ntier. Ou qu< vous •. I iirn tout simplement le limitons et coutez le divertissetn. Veuillez domtndmr notrt np n tntant le p/u.s procli< k I > < ce mer: ni roetptour Railio Co r por a tion >l Amerii.. MM .. II-,.. I ht VM h..l IrjdlMK l .. T H nu. i. Cfitll4i\r< iola PRODUIT DE RCA VISITEZ MAISON DAGGAPET BUE TRAVERSEE 206 8Entirement renouvele pn de nouveaux t! beaux artte e



PAGE 1

• 4ATI.N— .abre'iv.'. rURODONAL RESISTANCE OU ELASTICITE Goutte Rhumatismes Eczma fi ArtrioSccT r -e ,V Obsit Calcula GRAMJS PRIX 2. i \ ... i Nette i 5 le Rein Les rsultats obtenue paf I emploi du Supertwist don tient la rponse. Supertwist est le eabl extra-Maxtique, extra-durable, labor par Good Year expressment pou • la cons iruction des Pneus Good Yea type Ballon. • M-M cl SU*ti„*< ni ... .„ %  **.*Comme ce nouveau type de pneu, Sipertwist est plutt laite pour absorber le* IOCS au moyen de soii lasticit que pour'leur rtitt r par sa solidit. Quand un-fpneu Good Year, lait avec des cblas Snppriwisl heurte une pierre, ce cable lastique cde au choc, llchil, s'largt et retourne i son tat normal comme une bande en caoutchouc^ Outre leur lasticit, le conlort qu'ils olfrenl et la lacillt avec laquelle on peut conduire les voilures qui sont quipes avec des pneus Good ear lait avec S u pertwist, tes pneus sont des merveilles d'endurance et d'conomie. 'Les pneus Good Year sont les seuls fabriqus avec le Superlwis. La sanf doit passer root W Les, beurre *BLUENOSE" et *'PYS'' ''' B 's'eurs Imilhtt proctor, Ltd. sont garantis entire01 'ni pur;. C'est excellent, c'est peu coteux. ]£n vente dans les bonnes piceries : et en dpt chez l'Agent. Lon R Thbaad Par suite du dmnagement de COtre dpt de matriaux de la I lue du i.'uai ;i la I lueLionne Foi, Mai fli'< Saint l.iininous avons a \ cidre un Ion lot de matriaux usags. S'adresser notre dpt, sis Hue du uuai. Port au Prince le ItfNo vembre 1025 ItLlXUdLU ACo Good ear est synonyme de long service |TI ( W s 5 Indies Trading Company Porl-a?rince, Gonaves Cap-tiailien ** QU^LITtT PRIX MODERES. ffre$fotte ma mu Soulles meilleurs. Les frais d'entretien d'une au unibile dpendent beaueoupji laoullt ds pneus dont on se$erl,Le pneu tilRESTONB n'est pan un pneu a bo-* l jnarch,cetl e*t bien vrai mais le pneu Firestone si d'une longue durAe. pfses qualitt siciaU d'expansion protgent ma coup la voitu e contre les secousses perptuelles dent f*l luujouf i\bj ut a •t une la voitu nwnmob le. Voua tronwrtz maintenant un bon assortiment de Firestone Pn us el Tub s Chez Messieurs Lnciani ,'i Del Percio, Cap-Hailien, F. Maniasse, l'oit-deaix, 1'. Qhriet, l'lit-,')ove. J. 1>. lonai-d, |ui Ca\rs,ou ekei l'Agent Gnral a Port-au l'rlnce, Hue du Quai La m tison il.Slvera CMII qulfn'oal pu^eoiort vu le 1 |olii*rUclei}da tinesseque vient de faCevoir.La 0UM0aj8lLVRA doiveot, duis leur intr.*t,s'erapresser de paMer celle maison, cmnul p;trt ilsjne peuvent {trouver d'aussi beaux article) dts piix nitoanabiai : N s krUel|40nl viurnent a-j to He 1 eaut el'de fr..icheur et nos prix tiiient toute concunei ce. Voilas couleur a barres liasjdentelles lias soie Urodce BasJil brodo Tulle pour premire Communion Couvertures blanche et couleur slip lSundes-brodees Madera |poui eliemi ses et |ui>, -, Voile blanc a barres Itatine blanche f.abardine blanche Lrpou blanc et conliir ljour Voile et couleui uni llhemiselles allemaudes sup. brauaut noir anglais) Imitation toile crue Serviettes de toilettes blanolies & couleur .Nappes couleurs Tapis cir blanc |Up p OUr tables Molletons blanc et couleur sup feignes franais ft amricain* Orgaudi blanc & couleur L.aina,e couleur anglais sup.pour lapes Sa dessins l0Ul ,Pd P Ur ' ,obe9 nouveaux iJamass anglais pi-, matelas double larg Aimables clients, vous qui rOGeJ porter,* peu ds bais les p|, s „,„ llssils MU *,| soi [t0iMe a trouver sur cette place, ne manquez pas,' avant daller ailleurs de passer ehs< mu Oft le meilli aceeuil vous est rserv. le-j A. de Mat!ei & i o, ffon! Porl-au-Prince,



PAGE 1

PlRECTEUR fl PROPRlEl AittB Clment Magloire BOISjVEHNA 1358, Kue Amricain. NUMERO 20 CENTIMES Le Matin Le 001 Quotidien Lef in T< '"*' devers elles !.• molil .1 cligrin qu'elles! m i ienl pas aliolir t qui leur onl plus chefi qui la joie,p*fce qu'ellet en lircnl un meilleui otage, Camille Niuclar TELEPHONE V 242 W M ANNEE No 5C62 PORT-Ai: PRINCE ( HiTl LUNDI 23 NOVEMBRE 1925 1 Organisons nos partis politiques' %  Ls sort de la nasse dais le programme du Gouvernement Chez nous, dit le Dr Dorsainvil, la politique mal comprise a t un sculaire obstacle a (organisation sociale. L'ide tort simple de l'interdpendance des organes et de la corrlation des (onctions sociales, a constamment chapp aux menu us de ne ire politique . A propos de cette observation, il n'est peut tre pas inutile de rappeler que, par les dclarations nergiques du Prai dent liorno us son avnement au pouvoir en 1922, il a signal la misre morale et matrielle de la masse comme 1 une I l plaies qui rongent notre jeune nationalit, et il a immdiatement envisag les moyens les plus propres y remuier. Ses elloris sont-ils bien compris?— c La politique mal comprise a t un sculaire obst de l'organisation sociale > La penne la plus pure du Gouvernement l'gard de la masse pauvre et ignorante a t dnature par une presse insincre qui, constamment domine par le dsir d'une politique mais %  me, a vou lu mconnatre tout! la noblesse du but que s'est assign le (1 JII yernemeut actuel Certes, le Prsident liorno est trop conscient de la coin plexite du problme soci I pour nourrir l'amtiitioii de voir s'oprer du jour au lendemain le changement qui s'impose tt qui nous avait laisss jusqu'ici uidiilrents. — Il conoit l'enseignement dans la masse comme le pnucipal licteur de pacili atiou et de sabiht socialesFoimer une lite pensant* et une masse laborieuse claire, telle doit tre la double lcha de i enseignement' Les bourses d'tudes.les prts universitaires, le ioud de mieux dous organiss en Belgique pat une loi du i.~> Octobre k'Jl dmontrent la ncessite que I ou prouve pai tout de vivilior l'lite pensante par son recrutement dans la masse populaire. %  ? %  -' %  %  %  %  IV Cependant, il tant le reconn itre, lorsque daus un pavs. dans l'tat matriel et moral de la masse hailie'MR\,l. petite lite A la tenue irrproch.b'.e, donne l'impression de gens joumt une temelle comdie . — tjuelle comdie plus llagrante que celle les 4.5 de la population sont que jouent les adversaires du Gouvernement lorsqu'ils ^ essaient de l'iire obstacle l'excution du programme gouvernement d dont le but est la rgnration du pays par l'amlioration des conditions mit rielles et morales de la grande majont'! • Les peuples, continue le l)r Dorsainvil, ne mritent ce beau nom que si, avec persvrance, ils tiavaillent dtruire leurs imperl actions sociales, et non eu cherch mt les masquer par des a o erlug'squi ne trom peut que leur illusion .— L'ex p is tini re et clair de la ituation lait par la circulaire du Prsid.-ut de la tipublique a-tx Prelets a t hypocritement interprte • comme une injure adresse au peuple hatien coin DM si I mensonge tait devenu la rgle en matire politiqu •• Il ne s'agit pas de chercher masquer nos imperfections sociales par de s suutertuges. Un ne gurit pas un mal sans en bien deteraiiiier la cause et le carai le. A quoi servirait-il de dire que le peuph haitien ist riche lorsqu'il >sl pauvre, qu'il est clair .uanei i| es' reconnu ignorant et qu'i! est capable de se prononcer sur certaines qu s lions auxquelles en ralit, il ne comprend ri D ? — Ces subterfuges M peuv.nt vraiment ser • vir qu' tromper notre illusion. Peut-on demauler un Chef d'Etat conscient de ses respon labilita de se faire le comp'ice d'une minorit dont la fuisse conception politique constitue nu < sculaire obstacle notre organisation sociale ? %  %  %  %  ' r — %  —^ %  B L'APAISEMENT Peu peu, comme d'ailleurs il fallait s'y attendre, les passions, les haines, le scandale politique de l'Opposition sapai sent. Lentement peut-.-lre, mais srement, les citoyens que des meneurs ambitieux avaient pu entraner, iorce de mensonges et de duperies, d in la plus ulaste empagne contre le Gou vernement et contre le Pays, comprennent que le systme d'application des ralits 1 alohoration des conditions sociales el conomiques de la m lion, systme dont M. Porno a (ait la rfcle invariable de son Louvernement, est mille fois r- prfrable la politique d'agitations, de bouleversement prche par les opposants. Leutein ni l'apaisement saccom >lit. El c'est tant mieux. Dbirrassjs des dissentiments politiques striles, tous ceux l uni donnaient l'opposition rapparenca de la popularit, se sont retourns vers M. Birno et veulent dsormais m r h r, sous son halul-diet on. vers |i rg •" "Mtio i t*r i'o r Ira t le tr.v.ii. L'on a pu l'crier ici eo une eircooaUnce, que le pleins cite tait tait. Eh bien, c'est maintenant que h cri a sa raison d'Mre. Le plbiscite est lait I C'est-f r La svrit du jugement du Dr Dorsainvil a l'gard du Service Technique de l'gilsnlllira ne di minue en rien la noblesse du sen liment qui a amen le l.ouverne meut a m ia!i=alion de celte in portante organisation. Ce service n'est qu' son dbut. Tout tait faire. Sou fonctionnement rvle m les inconvnients qu'd importe ra de modifier. Mais l'ouvra M ni est boun<-, l'ide en elle mme est juste tt indiscutable l.e mal heur et qu'il nous manque d'l ments spcialise. Il cous faut ait ciement souhaiter qu'il -e firme avant longtemps; un| contingent de professeurs liuiiiens capables de rpondre aux fins que poursuit le Gouvernement et dut la plus importante est de propager d une faon srieuse 1 enseignement po pulaire. Ce n'est pas un vain reprocha que relui fait par Mr Dorsainvil la propagande nationaliste de se cantonner exclusivement sur le terrain de la politique. Mais quelle politique I Celle dont l'activa ' miette ridiculement dans une %  Iris te comptition de personnes ,.— Ne demjndc/ pis h l'ouget, Mora \ia, Chauve!... d'entieprendre une -• Ligue d'ducation Fociu'e Cela n'amne pas au pouvoir et ne peut pur consquent retenir l'attention des opposants. L'a< lion palriotiipie, d aprs eux, c'est de ditlarner.d'insulter, d outrager les dtenteurs de I autorit, c'est d' f anr l'opinion, < 'est de dnaturer B cens et l'espiit des mei leures initiatives du Gouvernement. La vanit ngre el l'umbl lion du pouvoir les aveuglent. Au IKU de reconnatre la garantie prcieuse offe le a la Nation par la prsence de M liorno BU Calais National, au heu de rendre bom mage aui qualits incontestables qui le distinguent, au lieu de dis cuter sainement les ides pohli ques qu il prconise, ils aiment mieux— i I instar de l'avocat pr tentieux dont par.e M. Dorsainvil — se il-.'* r dai.s une attitude d'ab surde hu-tilile, ne se doutant nul lemenl que cette attitude fait plus de tort a leur b n sens qu' l'hom me qu'ils essaient vainement de tomber et dont la personnalit continuera dominer les vaines agitations. dire que la nalio a lait dfinitivement son CD >ix entre les deux politiques, celle de labeur conscient et de mthode de AI. Porno et celle de turbulence et de trouble de ses a IversairesElle a eiiliu compris qu'elle n'avait rien gagner prter loreille aux appels incendiaires, aux conseils d'insurrection contre l'ordre public tabli p'olres. chaque jour, par des politiciens tourmentes par le besoin d'escalader les marches du pouvoir, Croupes auprs du GouV. ni m ni, la s;-ni bloc national auii ur ue so CheL tous les hatiens von d rmau ter leur pat de conlnbul 0 la grande œuvre 00 njanratiou ua'iouale entreprise depmle 18 Mai l'.'22 Lst ce que l'on comprend bien en ce moment le ridicule des meetings o des -an n • a w E. m\m\ C£FE-RESTAJUR*\NT EPICERI1 %  DlM tut -I li ..OMM.YMU. (HOS R l>l I \ll. \ lent de recevoir par dernier Carabe : In complet assortiment de bonbons et de boites de chocolats de Jacquin de Pans. Des vins de Bordeaux en barriques et en caisses dont tous connaissent la qualit. lit s vins d'apagna tels que: Madre, Malag, Sherry, P qu'il vend par gallon et par bouteilles. De* .saucissons :e Lyon de la Maison A mieux Irres. De l'huile d'olive qe J L. Dure! & Cie Du vritable gruyre d'meutal. Par le dernier Panama Des biscuits assortis de la .National Disants Co. Des conserves en lotis genres de .* ustm Nicholls, riz, sucre, pommes de terre, oignons etc. Il aiiei. l enfla par Maeoris de nouveaux aaaortim i'Oiidaet taji job choix de baHaa de chocolat M irqaiaa de Sevign pour i a Seaux de lin d'anne. des hisirio s s'poumonaient convaincre quelques auditeuis Oisifs, de do truies pohliqu b meusong'T s auxquelles eux in.nes n'y croyanin goutte 7 A t on ceiuipns la grande I '. >u donne \ :ir la naiion tout enliera qui dsapprouve aujourd'hui les ptitions munies, les envois, aux Ll ts I nia ou ail leuis, de missionnaires factieux .' L'apaisement s est lai ,h peuple est i la paix. Vssur ment pend ni quelque temps encore I < ipposiiion l'agitera dans les dennris convulsioni de lagODi : et puis sera dtinilivtinent close l're ds lurbu lences et des appels a la violence. II tant reconnatra et rendre un hommage bi u mril • .i M. Iltrno dont la la ml salutaire et fner^i pie conviction oui, plus que tout i lire chose, contribue prolui -e cet heureux rsultat Kt nous savions bien que la Nation Unirait par s ; convaincre quel e ne peut p. s et rnellem mt n du Vlembr-amricain qui a si^n sou rserve les ten lences j relative! Le motif* de %  a dissiience ont t lut a l'tu d'ence. Petite chronique — —1 —-*^W>>^ wm — Fumeuses Quel regard nos grand u •UaMBl Iniss tomber MIT les jeu> Ues le(^lIle^ qui luiUelil eu puD i noua i iiungiiioiis inaMot. Nos ai u.s aiiraieut eu S la loim pr^ I piti poar ces ^ ertiiii' tures exti.i\agauUsi ilout Ile<• seraient refuses otolr l '|u elles .PI no u .n ut un monde d. i i,i L)e^ trtanwaa fument lilnemcut aujourd'hui, et non pas M-uicin L.I dans le se. ret de leur inlem m muau reatauiHUt, en feltMM, au "cinma''. Bientt, sans doute, lumeronl e.les dans lu ni* U lien de ce qui est permis Ihomme ne peut leur elle interdit. L exemple de ces liberles n.iu velles s'est considrablement rpandu. Les femmes fument Cll iin'Mie a trouve d'autant puis de i a i e |eate ju Uœeta le ju geail i. In-ii e.i. maintenant, la B ile de l'an ore que toute lgan le porte a in maiu, contient, avec la "poudre et le '• longe '', l tui A i ig.irellrt.ela est admis dsormais, el c'est dj se momrer d un a ,Ire Age que d en tmoigner du ngrel. Pourtant I ind'jlgeuce des hOBBBi I devant ce caprice des lemmes en esleneore i une phase Iransil Selon le lieu ou Us la rencontrent, ils prouvent pour la leminc qui fume un it-|> i plus ou moins pur. Unis uu -MIIIII, la lmimue cigarette d'aprs dner leui parait licite; mais, ailleuis. Ils hsitent parfois k identilier la luCA) peut tre mme doit ou leur repi > cher de ne pas toujours hsiter UW longtemps ... Aussi,les Amricain mil ils pria une prudente initiative en remit le wagon de "lumeuaes". Ile m fumoir roulant, leaDMMBM seront exclus, comme sont e lues les femmes de nos wagons de fumeurs. Celte prcaution empi liera toute mprise, et l'homme qui ne fume point ne sera plus incommod par une voisine qui. fumant avec mir pidit, juge que la gaiaulenu doit faire accepter d elle ce qu'elle le fusait aux autres aupaiavaol I J en se ressemblant de plus en plus, les deux sasee seront d< plutrangers I uu 4 I autre; la prophtie du pole M rai pour ainsi dire, par le petit KM II est vaien de 'en plaindre C s mages nouveaux ICI onl vrai aernblablemeiil remplacpal des usages contraires. A • m de des cheveux courts ineedeil la mode des ehtvena longs ; a i Kout le lu mer se subetituera e .^ iu de l'odeur mm • la labi %  Ban, en s armant de pan n 11 d' K^urosil. gign ront provisoi rement le proo • ij il • %  plaide de puis qu'il y s d femmes, et qui ••bovarvaent". Mais il laudra nasii 'lie le Somme regardiul ni .i> le de rontrili m u si tou ponsnble di i mission, oi el ur. de i i mage • inin-qu oo ne saurait vo i ibnc : c'est I un enfant Qui Ile pie soit l voluti B d i ne peut I i i que la Iriiu tout a fait II Igaratu attribut q ii ne lui i onvient %  mOBK ni Bpil I de sa La lurpi 'tuile des ll"lllinr. Jrs ml Iiin.ru-es n'est d i it .i finit i l'.n dpit '! I il I' il. I glent, il i a un nu Finct n la irompa l-'iiii ii i,: irettea ne i I i ise une ou ml ule. Mariage Mardi -alonsde Madame \ va A.ugu le Montas, Lalu ivil de M 11 rnoisell l. Mi nies av, i Mot ijeux 1 • 'MM. l-.d. et Chries I rli M ithon et U iol| lia B ii MU | mi la mari i el Kelu Ch riez, Gh Cbrlaz, P. Rurr-Keyoeud, Victor Comene Le lendem du ma toi, )' u noptinle a t 'ho U' <' ni | couple en P< iti pu Ina I uns \i t r i oaaoaa Mon bu i et M i o m Mturiœ Ch rie/ |", iol les maris l'autel. Mi le l.o Matboa el Mr i. i Mews, Malle Mnrthe Lere i et Mi i i |i' N ii.,i Mis lor maieiii li i ortegi u bonoenr. AprH ta BNmonia ri'ligieuse, uio Imlliiiiti i.. i lion I,J| uderte sni Douveaui | mi dans les sa I"" M M o Vu lur Comeau Montasse, Au obempagne, le par rau. pu.s | Ju| Jiutia Monta levn ni leui u bonheur des coojoints. ' BS,iiousauasi, tous nos voua de bonheur. Avis imrortaiit La Commeree si le Publi sont n.l i mS i|ue | • i. i ,i.t l'absence de Monsieur lloraco Rynn, qui lonua.N' iiuirqueli" %  ii domicile an Labioei d Ma Brdy, sis a %  ouvelie I A •' *ai liucCoiirbe, antri les No lytl al i/i4, o 1 t immunii al ions et signiti %  liions peuvent Atra utilement pour lui. P ut-.m Pr i, la M W. I9U %  l. M. BHEDi Pour l'iitstrucliou Publique Sur la demande du Secrtaire d MU de l'In. ii u 'i 'U l'ublique. la Miniatri lonUee vient d adreese uns lira aux Qon I • irai ment prs • I smire Instance i | pelerauxJuge * I ll ION dise nions lormelles smbrt 1911 rI I Irquenl itioo scolaire, tous les enfsnl '| i i dans le i publiques • % %  seront conduits par I igenta de Police nevant le lu |„i apphi diepo lu tes par I oi pu cite. m.-ui %  sel II i'I i heureuses, car l'l neuf dsolant que de voir perdra, ider dam 1rs iue,le pr. leui temps qu'il doivent paser ui U ban es de l'ecola.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06581
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, November 23, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06581

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
PlRECTEURflPROPRlEl AittB
Clment Magloire
BOISjVEHNA
1358, Kue Amricain.
NUMERO 20 CENTIMES
Le Matin
Le 001
Quotidien
Lef in T< '"*'
devers elles !. molil .1 cli-
grin qu'elles! m i ienl pas
aliolir t qui leur onl plus
chefi qui la joie,p*fce qu'ellet
en lircnl un meilleui otage,
Camille Niuclar
TELEPHONE V 242
W m ANNEE No 5C62
PORT-Ai: PRINCE ( HiTl
LUNDI 23 NOVEMBRE 1925
1 Organisons nos partis politiques'

Ls sort de la nasse dais
le programme du Gouvernement
Chez nous, dit le Dr Dor-
sainvil, la politique mal com-
prise a t un sculaire obstacle
a (organisation sociale. L'ide
tort simple de l'interdpendance
des organes et de la corrlation
des (onctions sociales, a cons-
tamment chapp aux menu us
de ne ire politique .
A propos de cette observa-
tion, il n'est peut tre pas inu-
tile de rappeler que, par les d-
clarations nergiques du Prai
dent liorno us son avnement
au pouvoir en 1922, il a signal
la misre morale et matrielle
de la masse comme 1 une I l
plaies qui rongent notre jeune
nationalit, et il a immdiate-
ment envisag les moyens les
plus propres y remuier. Ses
elloris sont-ils bien compris?
c La politique mal comprise a
t un sculaire obst de l'or-
ganisation sociale > La penne
la plus pure du Gouvernement
l'gard de la masse pauvre et
ignorante a t dnature par
une presse insincre qui, cons-
tamment domine par le dsir
d'une politique mais me, a vou
lu mconnatre tout! la noblesse
du but que s'est assign le (1 jii
yernemeut actuel
Certes, le Prsident liorno
est trop conscient de la coin
plexite du problme soci I pour
nourrir l'amtiitioii de voir s'o-
prer du jour au lendemain le
changement qui s'impose tt qui
nous avait laisss jusqu'ici ui-
diilrents. Il conoit l'ensei-
gnement dans la masse comme
le pnucipal licteur de pacili a-
tiou et de sabiht sociales- Foi-
mer une lite pensant* et une
masse laborieuse claire, telle
doit tre la double lcha de
i enseignement'
Les bourses d'tudes.les prts
universitaires, le ioud de mieux
dous organiss en Belgique
pat une loi du i.~> Octobre k'Jl
dmontrent la ncessite que I ou
prouve pai tout de vivilior l'-
lite pensante par son recrute-
ment dans la masse populaire.
?
--' '
IV
Cependant, il tant le recon-
n itre, lorsque daus un pavs.
dans l'tat matriel et moral de
la masse hailie'MR\,l. petite lite
A la tenue irrproch.b'.e, donne
l'impression de gens joumt une
temelle comdie . tjuelle
comdie plus llagrante que celle
les 4.5 de la population sont
que jouent les adversaires du
Gouvernement lorsqu'ils ^ es-
saient de l'iire obstacle l'ex-
cution du programme gouver-
nement d dont le but est la r-
gnration du pays par l'am-
lioration des conditions mit
rielles et morales de la grande
majont'- !
Les peuples, continue le
l)r Dorsainvil, ne mritent ce
beau nom que si, avec persv-
rance, ils tiavaillent dtruire
leurs imperl actions sociales, et
non eu cherch mt les masquer
par des a o erlug'squi ne trom
peut que leur illusion . L'ex
p is tini re et clair de la itua-
tion lait par la circulaire du
Prsid.-ut de la tipublique a-tx
Prelets a t hypocritement in-
terprte comme une injure
adresse au peuple hatien coin
DM si I mensonge tait deve-
nu la rgle en matire politiqu
Il ne s'agit pas de chercher
masquer nos imperfections so-
ciales par de s suutertuges. Un
ne gurit pas un mal sans en
bien deteraiiiier la cause et le
carai le.
A quoi servirait-il de dire
que le peuph haitien ist riche
lorsqu'il >sl pauvre, qu'il est
clair .uanei i| es' reconnu
ignorant et qu'i! est capable de
se prononcer sur certaines qu s
lions auxquelles en ralit, il ne
comprend ri D ? Ces subter-
fuges M peuv.nt vraiment ser
vir qu' tromper notre illusion.
Peut-on demauler un Chef
d'Etat conscient de ses respon
labilita de se faire le comp'ice
d'une minorit dont la fuisse
conception politique constitue
nu < sculaire obstacle notre
organisation sociale ?
' '' r" .'"^B *
L'APAISEMENT
Peu peu, comme d'ailleurs
il fallait s'y attendre, les pas-
sions, les haines, le scandale
politique de l'Opposition sapai
sent.
Lentement peut-.-lre, mais
srement, les citoyens que des
meneurs ambitieux avaient pu
entraner, iorce de menson-
ges et de duperies, d in la plus
ulaste empagne contre le Gou
vernement et contre le Pays,
comprennent que le systme
d'application des ralits 1 a-
lohoration des conditions so-
ciales el conomiques de la m
lion, systme dont M. Porno a
(ait la rfcle invariable de son
Louvernement, est mille fois
r-- -
prfrable la politique d'agita-
tions, de bouleversement pr-
che par les opposants.
Leutein ni l'apaisement sac-
com >lit. El c'est tant mieux.
Dbirrassjs des dissentiments
politiques striles, tous ceux l
uni donnaient l'opposition
rapparenca de la popularit, se
sont retourns vers M. Birno
et veulent dsormais m r h r,
sous son halul-diet on. vers
|i rg " "Mtio i t*r i'or Ira t le
tr.v.ii.
L'on a pu l'crier ici eo une
eircooaUnce, que le pleins cite
tait tait. Eh bien, c'est mainte-
nant que h cri a sa raison d'Mre.
Le plbiscite est lait I C'est--
f r
La svrit du jugement du Dr
Dorsainvil a l'gard du Service
Technique de l'gilsnlllira ne di
minue en rien la noblesse du sen
liment qui a amen le l.ouverne
meut a m ia!i=alion de celte in
portante organisation. Ce service
n'est qu' son dbut. Tout tait
faire. Sou fonctionnement rvle
m les inconvnients qu'd importe
ra de modifier. Mais l'ouvra M
ni est boun<-, l'ide en elle mme
est juste tt indiscutable l.e mal
heur et qu'il nous manque d'l
ments spcialise. Il cous faut ait
ciement souhaiter qu'il -e firme
avant longtemps; un| contingent
de professeurs liuiiiens capables
de rpondre aux fins que poursuit
le Gouvernement et dut la plus
importante est de propager d une
faon srieuse 1 enseignement po
pulaire.
Ce n'est pas un vain reprocha
que relui fait par Mr Dorsainvil
la propagande nationaliste de se
cantonner exclusivement sur le
terrain de la politique. Mais quelle
politique I Celle dont l'activa '
miette ridiculement dans une Iris
te comptition de personnes ,.
Ne demjndc/ pis h l'ouget, Mora
\ia, Chauve!... d'entieprendre
une - Ligue d'ducation Fociu'e
Cela n'amne pas au pouvoir et
ne peut pur consquent retenir
l'attention des opposants. L'a< lion
palriotiipie, d aprs eux, c'est de
ditlarner.d'insulter, d outrager les
dtenteurs de I autorit, c'est d'
fanr l'opinion, < 'est de dnaturer
b cens et l'espiit des mei leures
initiatives du Gouvernement.
La vanit ngre el l'umbl
lion du pouvoir les aveuglent. Au
Iku de reconnatre la garantie
prcieuse offe le a la Nation par
la prsence de M liorno bu Calais
National, au heu de rendre bom
mage aui qualits incontestables
qui le distinguent, au lieu de dis
cuter sainement les ides pohli
ques qu il prconise, ils aiment
mieux i I instar de l'avocat pr
tentieux dont par.e M. Dorsainvil
se il-.'* r dai.s une attitude d'ab
surde hu-tilile, ne se doutant nul
lemenl que cette attitude fait plus
de tort a leur b n sens qu' l'hom
me qu'ils essaient vainement de
tomber et dont la personnalit
continuera dominer les vaines
agitations.
dire que la nalio a lait dfini-
tivement son CD >ix entre les
deux politiques, celle de labeur
conscient et de mthode de
AI. Porno et celle de turbulence
et de trouble de ses a Iversaires-
Elle a eiiliu compris qu'elle n'a-
vait rien gagner prter lo-
reille aux appels incendiaires,
aux conseils d'insurrection con-
tre l'ordre public tabli p'ol-
res. chaque jour, par des politi-
ciens tourmentes par le besoin
d'escalader les marches du pou-
voir, Croupes auprs du Gou-
V. ni m ni, la s;-ni bloc natio-
nal auii ur ue so CheL tous les
hatiens von d rmau
ter leur pat de conlnbul 0
la grande uvre 00 njanra-
tiou ua'iouale entreprise depm-
le 18 Mai l'.'22 Lst ce que l'on
comprend bien en ce moment
le ridicule des meetings o des
-an n a w
e. m\m\
CFE-RESTAJUR*\NT EPICERI1
DlM tut -I li ..OMM.YMU. (HOS R l>l I \ll.
\ lent de recevoir par dernier Carabe :
In complet assortiment de bonbons et de boites de chocolats
de Jacquin de Pans.
Des vins de Bordeaux en barriques et en caisses dont tous
connaissent la qualit.
lit s vins d'apagna tels que: Madre, Malag, Sherry, P
qu'il vend par gallon et par bouteilles.
De* .saucissons :e Lyon de la Maison A mieux Irres.
De l'huile d'olive qe J L. Dure! & Cie
Du vritable gruyre d'meutal.
Par le dernier Panama
Des biscuits assortis de la .National Disants Co.
Des conserves en lotis genres de .* ustm Nicholls, riz, sucre,
pommes de terre, oignons etc.
Il aiiei. l enfla par Maeoris de nouveaux aaaortim
i'Oiidaet taji job choix de baHaa de chocolat M irqaiaa de Sevi-
gn pour i a Seaux de lin d'anne.
des hisirio s s'poumonaient
convaincre quelques auditeuis
Oisifs, de do truies pohliqu b
meusong'T s auxquelles eux
in.nes n'y croyanin goutte 7
A t on ceiuipns la grande I '. >u
donne \ :ir la naiion tout en-
liera qui dsapprouve aujour-
d'hui les ptitions munies, les
envois, aux Ll ts I nia ou ail -
leuis, de missionnaires fac-
tieux .' L'apaisement s est lai ,h
peuple est i la paix. Vssur
ment pend ni quelque temps
encore I < ipposiiion l'agitera
dans les dennris convulsioni
de lagODi : et puis sera dtini-
livtinent close l're ds lurbu
lences et des appels a la vio-
lence.
II tant reconnatra et rendre
un hommage bi u mril .i
M. Iltrno dont la la ml salu-
taire et fner^i pie conviction
oui, plus que tout i lire chose,
contribue prolui -e cet heu-
reux rsultat Kt nous savions
bien que la Nation Unirait par
s ; convaincre quel e ne peut
p.s et rnellem mt mensonges vivre de t erlul :ries
polit ques et que, dtournant
ss reg.rds du mirai, ) de l< lp-
posmou elle acclamerait li po-
Uliqu de M. liorno qui lui u
sure pour | avei.ir, i rospent et
gran leur.
iM'MlV, ull lii;
Attenante a la "Maiiiue]
CJICO I
Angft de* li'K'x Destouchtt
ri Geffrard,
No is avons l'honneur de porter
i li connaistance 'les M'-d'iin
et du Public, qui1 ! il 'I" 'et i
blir sur celle i'I. la lirande
Pharmacie du Qlobe, alinante
la l'.hniqM '^oicou.
Par la fracheur des produits et
par les soins apports lexcu
lion des ordonnmes mdicales
cette l'Iiaimi'ie s.- i.romminde
d une lai. m toute spciale.
A la C. D- R.
Vendredi dernier la Commission
de Hcl millions a entendu i'I
affaires et rend i SB sentences
t'uiini les allaite- entendues et
les seritences rendues QgartBl tel
le- de Maaaleiri Jules Uraire,3ini
monds fr-i - I -on r.'-de Augus
le. Minelin Joeelya.K. M.ltieri,
Kug. et l-d Mu ,\ Pitre PmI,
Hoberts Dutton et i o,Oeorg Les
pieuse. J M. lire h.K lm ind Du
pu, An'oir.e SI 09 Ml Hrtfl i"
,. Bit, J. Vl !.. ,| ,|Of
5 dernii- l-
et ce ic< p ru Commissi m I
l'exi (if'>n du Vlembr-- amricain
qui a si^n sou rserve les ten
lences j relative! Le motif* de
a dissiience ont t lut a l'tu
d'ence.
Petite chronique
-1 -*^W>>^ wm
Fumeuses
Quel regard nos grand u
UaMBl Iniss tomber mit les jeu>
Ues le(^lIle^ qui luiUelil eu puD i
noua i iiungiiioiis inaMot. Nos
ai u.s aiiraieut eu S la loi- m
pr^ I piti poar ces ^ ertiiii'
tures exti.i\agauUsi ilout Ile- <
seraient refuses otolr l '|u elles
.PI no u .n ut un monde d. i i,i
L)e^ trtanwaa fument lilnemcut
aujourd'hui, et non pas M-uicin l.i
dans le se. ret de leur inlem m .
mu- au reatauiHUt, en feltMM,
au "cinma''. Bientt, sans doute,
lumeronl e.les dans lu ni* U
lien de ce qui est permis Ihom-
me ne peut leur elle interdit.
" L exemple de ces liberles n.iu
velles s'est considrablement r-
pandu. Les femmes fument Cll
iin'Mie a trouve d'autant puis de
i a i e |eate ju Ueta le ju
geail i. In-ii e.i. maintenant, la
B ile de l'an ore que toute lgan
le porte a in maiu, contient, avec
la "poudre et le ' longe '', l
tui A i ig.irellr-
t.ela est admis dsormais, el
c'est dj se momrer d un a ,Ire
Age que d en tmoigner du ngrel.
Pourtant I ind'jlgeuce des hOBBBi I
devant ce caprice des lemmes en
esleneore i une phase Iransil.....
Selon le lieu ou Us la rencontrent,
ils prouvent pour la leminc qui
fume un it-|> i plus ou moins
pur. Unis uu -mIiiii, la lmimue
cigarette d'aprs dner leui parait
licite; mais, ailleuis. Ils hsitent
parfois k identilier la luCA)
peut tre mme doit ou leur repi >
cher de ne pas toujours hsiter
UW longtemps ...
Aussi,les Amricain mil ils pria
une prudente initiative en remit
le wagon de "lumeuaes". Ile m
fumoir roulant, leaDMMBM seront
exclus, comme sont e lues les
femmes de nos wagons de fumeurs.
Celte prcaution empi liera toute
mprise, et l'homme qui ne fume
point ne sera plus incommod par
une voisine qui. fumant avec mir
pidit, juge que la gaiaulenu doit
faire accepter d elle ce qu'elle le
fusait aux autres aupaiavaol I J
en se ressemblant de plus en plus,
les deux sasee seront d<
plu- trangers I uu 4 I autre; la
prophtie du pole M rai
pour ainsi dire, par le petit
KM
II est vaien de 'en plaindre
C s mages nouveaux ici onl vrai
aernblablemeiil remplac- pal des
usages contraires. A m de des
cheveux courts ineedeil la mode
des ehtvena longs ; a i Kout le lu
mer se subetituera e .^ iu de
l'odeur mm la labi
Ban, en s armant de pan n 11
d' K^urosil. gign ront provisoi
rement le proo ij il plaide de
puis qu'il y s d femmes, et qui
bovarvaent". Mais il laudra
nasii 'lie le Somme regardiul
ni .i> le de
rontrili m u si tou
ponsnble
di i mission,
oi el ur. de
i
i mage
inin-- qu oo ne saurait vo
i ibnc : c'est
I un enfant
Qui Ile pie soit l
voluti B d i ne peut
I i i que la Iriiu tout
a fait II Igaratu
attribut q ii ne lui i onvient
mOBK ni Bpil I de sa
La lurpi 'tuile des
ll"lllinr. Jrs ml Iiin.ru-es n'est
d i it .i finit
' i l'.n dpit
'! I il I' il. I
glent, il i a un nu
Finct n la irompa
l-'iiii. ii i,: irettea ne
i I i ise une
- ou ml ule.
Mariage
Mardi -alonsde
Madame \ va A.ugu le Montas,
Lalu ivil de
M 11 rnoisell l. Mi nies av, i
Mot ijeux
1 'MM. l-.d.
et Chries I rli M ithon
et U iol| lia B ii mu | mi la ma-
ri i el Kelu Ch riez, Gh Cbrlaz,
P. Rurr-Keyoeud, Victor Comene
Le lendem du ma
toi, )' u noptinle a t
'ho U' <' ni | couple en
P< iti pu Ina
I uns \i t r i oaaoaa Mon
bu i et M i o m Mturi Ch
rie/.......|",.....iol les maris
l'autel.
Mi le l.o Matboa el Mr
i. i Mews, Malle Mnrthe Lere
i et Mi i i |i' N ii.,i Mis lor
maieiii li i ortegi u bonoenr.
AprH ta BNmonia ri'ligieuse,
uio Imlliiiiti i.. i lion i,j| uderte
sni Douveaui | mi dans les sa
I"" M M o Vu lur Comeau
Montasse, Au obempagne, le par
rau. pu.s | Ju| Jiutia Monta
levn ni leui u bonheur
des coojoints.
' BS,iiousauasi,
tous nos voua de bonheur.
Avis imrortaiit
La Commeree si le Publi sont
n.l i mS i|ue | i. i ,i.t l'absence
de Monsieur lloraco Rynn, qui
lonua.N' iiuirquel-
i" ii domicile
an Labioei d Ma Brdy, sis a
ouvelie
I A ' *ai liucCoiirbe,
antri les No lytl al i/i4, o
1 t immunii al ions et signiti
liions peuvent Atra utilement
pour lui.
P ut-.m Pr i, la M W. I9U
l. M. BHEDi
Pour l'iitstrucliou
Publique
Sur la demande du Secrtaire
d mu de l'In. ii u 'i 'U l'ublique.
la Miniatri lonUee vient
d adreese uns lira aux Qon
I irai ment prs
I smire Instance
i | pelerauxJuge
* I ll Ion dise nions lormelles
smbrt 1911 r-
I I Irquenl itioo scolaire,
tous les en-
fsnl '| i i dans le
' i publiques
seront con-
duits par I igenta de Police
nevant le lu |i apph-
i diepo lu tes par
I oi pu cite.
, m.-ui sel II i'I i heureu-
ses, car l'l neuf dsolant
que de voir perdra,
, ider dam 1rs iue,le pr. leui
temps qu'il doivent paser ui U
ban es de l'ecola.


le.m.-.Tm -un rtaftn iyi
OUVELLE
nA. CABLE
ori de la reine
Aleiandr
8A.alDRINGJA.ll- Bal r*
membre de ;oa illustre IV
Sarmi lesquels se I. i le rd
orges V, 1h raine Mari la g I
ce de Gal.es al ses frerea. I
mre Mcxandra eal mort Bojour
d hui.
COPENHAGUE La '
bre 1H48 ht rein Alesandia, *cu
ve d'Edouard V d'An^1' '
la tille aJade du roi Christian I
de Danemark t:i Bire do ra G*
get> V, de I* reine Mnud de Norv-
la/, de mare dne le ?a-
oifiqoe
MKXICO Des nouvelles ri
de l'Etat de t.uerrero annone-nl
3ue le port de fcUhekana ilu^
ans I Ocan Pacifique a t m
par ii e vague gtgaate que qui l*a
mainleDU awbBMrg pendant plus
de deux heures.On ignore le nom
bre de victimes. Ci phnomne a
t caus probablement pur un
mouvement volcanique dans le
Pacilijue.
autour *lis traits
de Locarao
BERLIN i.'s trait* d I
oo ont t ai piouvs pat le- pra
miers min >-1res de la Fdration
Sermuuique. lisseront loumia Ion
i prochain l'approbation du
Reichatag.
BHHLIN Le groupe pari'
taire socialiste a formellement d
cid de voter lu rat il.cation de.
traits de Locaux et l'entre il.
l'Allemagne dans la Ligue d<
tous Cette attitude assure il
venient la majorit du gouverne
ment au RosoJulag
Tiolcnle critique du lonl
ani|lais contre le Cabine!
britannique
LONDRES Pacaaat ut. dbit
la chambre des Lords, lord Ro
thernieie a durement critiqu les
mesures rcemm< nt prises par M.
Baldwin pour solutionner la i n .
Les Assises
Elle aimait son mari d'un amour
farouche, trs jaloux. Le chagrin
la un urti i-ail sans cesse, et di-
minuait leotraiu quelle appor-
tait autrttcis sa ta.lie de culliv.i
trice n moureque >-on Philippe
dsert-.it le tow-i du It-n.ii
qu'il animait autrefois de son gros
rire sa'.islail. del affection envelop
pante qui parai: sait ne vouloir ja-
mais s'teindre... bile maigris-
sait bu regard des amies d'alen-
tour, i-ile l'avait que des peur: i
noires qu'elle domptait douloureu
Stmei.l. que ilis paralM aigre-,
vengeiese ; des empoilerneiii -
qui st uibUi. i.i ne pi .s expiiqm
t qui suiv.-i'iU des journe- de
dse5poir muet.
Mais tll' en, hait jalousement M
fieine, offrant a la curiosit il
lile des curieux le spu tarie d une
im* forte qui domine son mal,
qui en i otuie tous les contours
lin de mieux le vaincre, c. m !
qui longtemps dj, avait prl I'
visaga de P'.nn. lin Pierre.
I || porta le Ion,;' DQOU jus-
qu'au jour ou elc im^gin '. I g i
Sl si I .I. i t de
uns la fol l i| bou ^
qu'elle In. i e de la Commune de
Mirehalai-
Le Juge de Paix natal l'aveu
de toutes les circoosiauces qui
avaient permis l'accomplis**ment
du lot lut {mai- la perspicacit du
nu n- al li ii. nli'mes re
Utifs ."li'rninle fer .;u moyen
ibvrotiOBS rouvrant Il
c ts des enh pris* I la qui
auraient pv etra couvert; |en limi
tant lai boSe s des : tionnaires.
I. -I Rolb' rmere a d iod I
comparution da M. Kaldvtin de
\ ml l l'i loin du parti i i
vataar hrtanr.iqu-' afin d\ aipli
quer Itf rarons qui l'einn' I '
le i- mplir les pror.i- r% failli
irU au pouvoir. Le
i dit il, a ti Il -
leur Noua avons envoy Mr It il
.iwin in pouvoir peiiir combattre
| Bit t. it pn : ndoa
Irie contra les court ila arbi rai
ras. Au lieu de cela, la go verne
ment conservateur a jet sur les
paule-, des contribut aa il- nou
qui n'auraient ja
mais du ligurer dans le ;
aa par exemple la loi la
lions aux ouvriers qui COU
3 millio s da livr-is ptr sa
tendance i augmenter.
la chambre Iranaite ap
i ohm' le projet de loi
de Mr Painlev
P.Miis La chambre a apin-..
la 1er du plan Quand* r de
M Painlev crant un l
lional ileslin ,\ l'nmoitis-,f>ment
Il publique e du
iluri- J.I li- un l i 7 h
;a matinie d'auiourd buL A
! le de M. l'i.inl.-v -, i
chambre aa runira de aouroau
les dbits.
Nouvelles diverses
VARSOVIE M. Bkrzjneky a
1 inci r un nouveau eabj
nel dou' il assumera la praidi Di (
VARSOVIE M. llataj lyanl
choo daui ses dmai. boa pour
la tormaiion d'un cabinal da coa
lilion, la ciise ministrielle couli
nue.
BOMBAY Un violent i v looe
a ravag la baie de Bai gala lai
sou victimes et causant la
perle d'une vingtaine d'emba i
bon
Juge qui a conduit l'inetruelioa et
cel.e d .luus se sont heurts
un mutisme douloureux, de la part
(la pn mi, a une indiffn i
I llcuie, qui n'a
appnite au une en..... ,, .! .1,-liais
qui auraient t autran ni uu-
ata .-i l'accaaea ai n mu
p.uler tt m ,n hvcii pu arracbar
quelques renseignement! d
qui, eux aussi, n ,[,t rieu
pu expliquer ..-Le Substitut la
Raymond annota aaa im| rai Bons
au tribunal. Dans un ti
il xpliq.nt que u- pr orr,;>
lions recutilnes lonl .1, Bu d ~A.
\antiige d Urauiise i'uil,. |
toute sa plaidoir.e lamblsil tul
l ragral qua l'ioatructioa n ail
ues preuves plnaeonvaini an
les ue la culpabilit du pn umii...
Ma Viau. cnuseil de Ifcce-e, rr
! "I ......i.il -e tant de lois pre
I la Cour d'A ,m
tarda ,t de leur m
iruatra et i,- Jury, qui ne von
ul pai e dn i lar aui da -impies
a-quilta ii/aiiiise
I li-lippe.
Mr Stnlo Vincent
Par li S BtPrloa Pradam k lien
drii k li la Lu- Ho land uiaeal ra
anu >i .mi Vice al, din
de I hcoie da Commerc ipra an
ajoui |ui m da en l'rance.
Ses iii.uilii.MM am s l'ont r .u
| i ii-n
1 sana
Uardi 8 i.
I I
V Tki k\ fini Jisus
et A goi
Concert
I n-- par le temps qu et il
magnifique, le concert, donn,
hier, au champ de Mars par 11 mu
aiqua l'i Valais, eut tout le i
|i ibla
De- iirumeneurs. en grand noen
lire, l'laienl donni rendit vous
sur las pelouse- d.i Champ de
lu pour couter les beaux Baor
eaux exuts avec un brio rernai
qnable.
Collision de bicyclettes
Samedi, vers rnuli, h la l*Ial'e
(ie'lrani, levant in mai-uu V.lten,
deux lu yclelles. I une monte par
i) eo.i (le la li in pis N il
da la Hpul iqua d'Ilaiti al 'autie
portant I- Vi Ul, eulrient en toi
[Ision
Un agenl da |> >lic< qui tail aur
. loquil parait i
deux bi yoliataa de leurs torts r. s
pectifs.
Kt le petit ac ident- a'arrsni.' a
a l'amiable.
La furce.-du ecnr
humain
Le ci'ur bat plus tita k la moin
dra motion. \l lis i ive/.vous ce
Bna r. prsente ihacun de ss ),,|
temenls '
I'mIi |-i me t. '......m- ist une
petite pompa da I le 'iiimtresen
viroo d: h mt sur 10 Ltntiin'.rcs
de lai." .
r.-tie ,,mpe fonctionna nniun
te dix fois p"ar minul-- ItOQ J| <
par heure, 100.000 foia par jour,
36,7i nOU luis p r an .1 g
t0 0>0 loU n Tu an-.
\ h icun de i 'lattcmcnts, il
lince an moyenne uue cen'aiii*
de gri ii tOg dani
eu1.1 ii, epl liti i .i miiiii'e.
lin litres pur I aura et dix tonnes
par jour.
fout ! sain; du corpt| qui Ml
d'envir.Mi 1S litres passe U)Ut
i lui ou triis minutes i Ira
vers le coeur.
Ce p lit orgaua dploie clnqne
jour une fores cipable d'lever
4*1 tonnes un mtr de hauteur.
A Varits"
Dimuiehe loir, le Comte de
llulin larnieia a fait, comme
toujours, mervkille Varits.
Pendant deum hunes, il a tenu
ie> spedat ursft.iius te charme de
s loora exlrairdinaires. Soit dans
la l'emme inftiiyh'.e, soit dans
Ardal, soit clA- I s autre tours
.m i -.n iien ail* Us uns que les
autres, I Inhilf illu-h.mnsle s'est
rvl un desyrio us de la presti
diaitatl ta.
L'on a pass deux heures
mmles lu voir danj toutes se*
tonnantes crations.
Cinma
Parisiana doutiail. dimanche
soir, la fin de la Tragdie des
Il L'on y a lait, ive : avec raison,
telle o obis pour imirer le d
nounmeut de ce beau lilm dont
les lit- i i, i pisa les se drou
leni daua la somplum cadre et
le- iplandeuii d ur.de l'an
cienne monarchie auitrO horgroi
se.
L taaial im t, narvi ille parles
grande- baauldl arii-liqueg ne ce
lilm. sen tira enchante des heures
tmp c un le ,i -e-devant l'cran
de P.ris'anu
Nouveau Journal
Non- ivi.n- i,_ i |a premier ou
u, i i dt la .('.oopration }a i.
iMi h ibdomad ire s ditant,
P.Tt l'Imprimerie
Heruir I MUI la oi de M
Gao 0 .liai.
Nous siu I .i- ,11b vie
nouveau
Pretieulation du tem|>s
par S G Tippenhauer
aoiLiilliui tt ufraain
LeitS. PWealon atmo lirlq
il I ... .' i- :
dessous; ;nie- du (eu |
tii. l'r la i me 0
|.,. | | I': i. itmOSphl 'le '
,02
au des.-n-. I" di X dut D| 0 S | I
tif. Probabilit i plaie : t C
Chez iMrie ti- cae IKs
Anijli' il^s Ru:s lu
Magasin de l'Etal et
.les Fronts-Foits
Vient d'arriver
POUDRE OKSAY
* vendre
L'n buggy l'Ietch caout
chout*'-, .aicaser au llu
reau du joui liai
Les iainanes exclusifs
i,es soierie a HniLs dou-
VC.IllIt'S.
L*'s yarniLures grande
couture
Se trouvent die/ :
QRIP i h-, coi L0!
.v C. STBAl
. l,Rua (jrenta. i:i Paris
Bnvoi di Calalogo cha
que sai )ii, uux .NgDiiaai- et Mai
sons de oouture seulem. m.
fnrscaaajrsaaavaaajaji
es
_ nusa sti irira |
V l, tAU* Ot-VIt,
.1 !" ^H.MS, 4LCTIOL5, It
|Ut5i I -P. DEROY FILS Jlfill
9 ~. ; f^c .--. ui.n
k t- DEPRATIQU iii
Jj 1'. m c.
: I
*>s\"T '-raiJ^sBaaESBBr.
C0Q?00ltl91
Les membre-; de li Co nmiailOD
charger d'laborer I w rglements
de la Ligue riTltioinle da i'ensei
gmmanl" lonl pris de se ru
nir demain soir i 4 heires au
eabioel de M i V. Gen \ng!e
des ruai dai Cm rue- cl da Cen
Ire.
I.esecrt:iirrt,i. HONOiVT
4vis
\i.s, Rodolpha.Barau, Doyan
di Tribunal Cnviaal le " i'au
Prinoe,rapnalloni aux Jurs imli
tioetem'.ab q.i i's doivent repren
drp adiva-nent l'exereiea du Jnry
i partir le m joar, ea aona peiue
dai siti 'i) ii i droit.
Palaii 'li loatic*, i 11 Matan
bre lgl,.
irois chavaui ds aalla s-adre<-
sor li foodatioa >i m lafallaf i
\l irti laoti
rlphoaa 79H,
fours Spciaux .1 Viii|liis,
da FrAoait, ae laUi*
BiaiifJu
Prap ir itl ni Gi rahH de jtui
ncs g< ai in li talaurd >i
'r| n dalea daa jau
i gan. qui ) daatiaanl aux
8 :ii i
par I ir.gnieii'
Il Tlppeabnnor
invitaal aeui qti vauUnl -'in orira
d le taira U p es |,,t en n bureau
m- i gla Rua Prou al Hcpub'i
i Bac v 'age da Oardioat i de'.*
h a ni ;\ 1 I p m
Le cours iprfal d'Arglaia Bfra
ou, it partir ('u IS i mois
el i til b 11- iras lu mi
tin
Le Mar |
Les e m il ii | i,
nalei. Vtul t viua i 'a bien
vite, fjuatra niois sulll-i i '
Le Probimp est tmf
L plu? grande H IUM 1
laut da Ha
I-; Iward I y u
. llemenl o mu* -l o
eni lovi Ifl ;"
nab ata pnui lion d
tmes de
de sports *tc pard -il- da tout -
orlaa, c u |uell
malntena .i tablie << Il ii'i
Raiouiaa i > u n asw i de
celte bonne :.ouvelle et *aaai vo r
le ajMrvaUl i -! |ia !"
li- ai <\ n r. gacd es dilf
rente Stylsa dai Coatoinaa La mai
aon recommanda t part -- ata
liers do cojIuubm da taQl
atelier spi lai daa f -' u a I
/
: Smockina;, ia
'c. k la cou
;ue des evperta sont
va ii gralalta
< ommacd*.
i lisu en
i u a !' tve-. la cou'eu-
im la, elle est
l an mtal gi
-aux choix,
du icnls ou un Insi
gne qualconme.
i,i i un lonl prises et le1
fixes par le reprsen
LBTELLIBR,
Pul, l'ort au l'rin
Il .
mai remises
. ii s d 10 jours.

vSon fonde
)Reims
WeraC^Succ"
1783
. -111 //<.//{ t'SL^L
I
connu. <-/~
Agent Exclusif
P. Labourdei
3U, Hue Montra iplrfi Pari
Blanche Sweet
la sup.rln- {.unie ,1, KII1SI VA- I
nONAL dunii "1^ Moni.ni Su- ' V.L
prmc dmii Ir xourli* i-' i.- i! ni '^f I
fclatuntes font l'mvla .1,- loulra
les (emmw.
OU:
"SI I ! dr |..l,.- In,. .-.i nm i.- Ira
vMii.' Jr Im |.rnl.^r ...... W KulM.ua
>|iil lui" lr Arnii,^ Ov I.....i..
La pAtc dentifrice Kolynoa
n'est pas seulement un dentifrice
parfait, c'est galement un onti-
eptique qui dtruit les millions
de germe de la boucl-.e et de la
gorge et prvient ainsi l.i
des dents.
Trs conomique, un centi-
mtre sur brosse sche est suffi-
sant. Un seul tube de Knlynos
dure 50 jours, en faisant deux
nettoyage par joui, le matin
et le soir.
Toujours deman.l'-r le tutx-
Kolynos, jaune, dai
Kolynos, galement jaune,

PATE DENTIFRICE
KOLYNOS

110 Rue des Csars.


LE MATIN- 2? Nc^cbrt I9M
Une proprit, fOLps et h Mis s.
avec lesus esqui y sonl inst li s
savoT:Uiie usine ;i iou comp'l"
et moderne, et un*1 usin^ p- i '
prparation de i e dt *o
offrant les demi rs perfeciionn -
men, tlablie ; r rue NERIfilNE,
sur le littoral, capaci' d s n n-
lins 65 I);Jks de en ou, ^
livres amricaiues |> rj li-
cite des Usines I bu ie. IT> U i
ces par jour.
En outre, des instaUaio # c'mp' es < tMthirt*
du dernier per/eci font* ment pour le nette y el la
Ppwaiion de$ Ca/s;
Pou: tous renseignemon tfadresser
G.
Liquidateur
*i.. I\UM* Kfc
*=-1;
1 A MAISON
Mauiice,Etienne fils
Th H \ I lail i . tri
J\ ck< i | on [ ; \
. s
Spcialise dan e$ manhandtte
frar aises a (c plattir sa clientle qu'etle vient d'ouvrir un
nouveau rayon de Confiserie.
L'on y trouvera de suptsi bes boites
de llonbons pour radeaux en fous
genres dea prix dfiant to;n co -
cum ne.
Un tui'trbeAIMailntraolfert atoaUchileur*
: > : :
LAJMIM
Cure complte Jo PA T ? 1 R TIi Al 12
Baiton do I
P* PC SPrtA/. I: I AK,S

l.e steamer (.iilebra venant de
Kingston, est attendu i \-r le
"i.'i Novtmi re .ouran'. Ii chargera
tous le port liaitic .invite
ment pour |*Bi rope.
> . Mean n Khim vt i,i,ri i!i' Kinga
Ion, i H attendu Ja< mal le ;
embre p och'in. I ehargara
lous lis |>or:stiaitiu.- tii., t. .
pour l'KuiOD -.
l'ort au I rince, i. \.,\.mhie
ig
I. lUAI.'hH I.
faol nnl pour llaili
Chaootntirt 'idrissi
atiiiet de
Me Kmmanuel i.\l VIN
i t i Ccolri S
G*

KJ
!
Si



isa

t**

Ecoutez l'homme du jour
BIEN 'oin, dans les lieux les plus loigns,
o la voix qui vient de la ville. On
petr t es bo votre Radiola, vous
donne t I i voix de celui qui t.ut
daacripti n roua
vou ii ini ch d'organiaations impor-
tai] i | le i.Tles blan 'lies du
banqui I gaiel lai de la clbr ition.
On pr orateui i la oin a Comme D
passe en revue le menti de l'anne qui
vient de 'couler et qu'il prdit la prosprit
venir, un profond silence rgne sur ... vaata
emble. C'est aloi qUfl VOUS vous rende,
compte que V' an train do taire la eon-
naiaaance d*u i hoti ne bien quilibr el d'aut-
oritun hommi i ur d millions d'homm
Banquel opi i certa, sportstout voi
arrive clairem ... t votre Radiola prodi.it
de la i- lbl i notation of Ainenea,
connue du mo.i i ntier.
Ou qu< vous . I iirn tout simplement
le limitons et coutez le divertissetn.
Veuillez domtndmr notrt npntntant
le p/u.s procli< k I > < '
ce mer: ni roetptour
Railio Corporation >l Amerii..
. mm .. II-,..
I ht VM h..l IrjdlMK l .. .
T H nu. i. Cfitll4i\r<
iola
PRODUIT DE RCA


VISITEZ
MAISON DAGGAPET
BUE TRAVERSEE 206 8-
Entirement renouvele pn de nouveaux t! beaux artte


e


4aTI.N .abre'iv.'.
rURODONAL
RESISTANCE OU ELASTICITE
Goutte
Rhumatismes
Eczma fi
ArtrioSccTr-e ,V
Obsit
Calcula
GRAMjS prix
2. i \ ... i
Nette i 5
le Rein

Les rsultats obtenue paf
Iemploi du Supertwist don
tient la rponse.
Supertwist est le eabl
extra-Maxtique, extra-dura-
ble, labor par Good Year
expressment pou la cons
iruction des Pneus Good Yea
type Ballon.
M-M
cl
SU*ti*< ni ... .**.*-

Comme ce nouveau type de pneu, Sipertwist est plutt laite pour absorber le*
iocs au moyen de soii lasticit que pour'leur rtitt r par sa solidit.
Quand un-fpneu Good Year, lait avec des cblas Snppriwisl heurte une pierre,
ce cable lastique cde au choc, llchil, s'largt et retourne i son tat nor-
mal comme une bande en caoutchouc^
Outre leur lasticit, le conlort qu'ils olfrenl et la lacillt avec laquelle on peut
conduire les voilures qui sont quipes avec des pneus Good ear lait avec Su"
pertwist, tes pneus sont des merveilles d'endurance et d'conomie.
'Les pneus Good Year sont les seuls fabriqus
avec le Superlwis.
La sanf doit passer root W
Les, beurre *BLUENOSE" et *'PYS'' ''' B' '-
s'eurs Imilhtt proctor, Ltd. sont garantis entire-
01 'ni pur;.
C'est excellent, c'est peu coteux.
]n vente dans les bonnes piceries : et en dpt
chez l'Agent.
Lon R Thbaad

Par suite du dmnage-
ment de COtre dpt de
matriaux de la I lue du
i.'uai ;i la I lue- Lionne Foi,
Mai fli'< Saint l.iini- nous
avons a \ cidre un Ion
lot de matriaux usags.
S'adresser notre dpt,
sis Hue du uuai.
Port au Prince le ItfNo
vembre 1025
ItLlXUdLU ACo
Good ear est synonyme de long service
|TI ( W s5 Indies Trading Company
Porl-a- ?rince, Gonaves
Cap-tiailien
**
QU^LITtT PRIX MODERES.
ffre$fotte
ma mu
Soulles meilleurs.
Les frais d'entretien d'une au uni- bile dpendent beaueoupji laoullt ds pneus
dont on se$erl,Le pneu tilRESTONB n'est pan un pneu a bo-*ljnarch,cetl e*t
bien vrai mais le pneu Firestone si d'une longue durAe. pfses qualitt siciaU
d'expansion protgent ma coup la voitu e contre les secousses perptuelles
dent f*l luujouf i\bj
ut a
t une
la voitu
nwnmob le.
Voua tronwrtz maintenant un bon assortiment de Firestone Pn us el Tub s
Chez Messieurs Lnciani ,'i Del Percio, Cap-Hailien, F. Maniasse, l'oit-de- aix, 1'. Qhriet, l'lit-,')ove. J. 1>.
lonai-d, |ui Ca\rs,ou ekei l'Agent Gnral a Port-au l'rlnce,
Hue du Quai
La m tison il.Slvera
Cmii qulfn'oal pu^eoiort vu le1 |olii*rUclei}da tinesseque vient
de faCevoir.La 0UM0aj8lLVRA doiveot, duis leur intr.*t,s'erapresser
de paMer celle maison, cm- nul p;trt ilsjne peuvent {trouver d'aussi
beaux article) dts piix nitoanabiai :
N s krUel|40nl viurnent a-j to He 1 eaut el'de fr..icheur et nos prix
tiiient toute concunei ce.
Voilas couleur a barres
liasjdentelles
lias soie Urodce
BasJil brodo
Tulle pour premire Communion
Couvertures blanche et couleur slip
lSundes-brodees Madera |poui
eliemi ses et |ui>, -,
Voile blanc a barres
Itatine blanche
f.abardine blanche
Lrpou blanc et conliir ljour
Voile et couleui uni
llhemiselles allemaudes sup.
brauaut noir anglais)
Imitation toile crue
Serviettes de toilettes blanolies & couleur
.Nappes couleurs
Tapis cir blanc |Up pOUr tables
Molletons blanc et couleur sup
feignes franais ft amricain*
Orgaudi blanc & couleur
L.aina,e couleur anglais sup.pour lapes
Sadessinsl0Ul ,Pd PUr'',obe9 nouveaux
iJamass anglais pi-, matelas double larg
Aimables clients, vous qui rOGeJ porter,* peu ds
bais les p|,s , llssils MU*,| soi, [t0iMe a,
trouver sur cette place, ne manquez pas,' avant
daller ailleurs de passer ehs< mu Oft le meilli
aceeuil vous est rserv.
le-j
A. de Mat!ei & i o, ffon!
Porl-au-Prince,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM