<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN13 .Novembre 19*5 GL donne de la "i ConvalescenceNeurasthnie Tuberculose Anmie L* Cure dr CI BtOL • u|fnen'e 'a ( 'ce nervem' et rid tui i't.'. r;*unn loute le.;f ineifc. leur touplejie ei leur vigueur. %  Tim.L 1 '. 1 Juin 11 ll> Il i I I %  %  i l le r ,. UM • I -a SI %  ' .'.'I h %  -,. :. t • • .'#1• i art i .ir. ''•'' rtSI k ue % %  a .. / %  , /.OJ •( i. I ; V".'. ', ; HSi5S3S / I %  %  • VIGUEUR;depuisl'enfanc jusqu' la vieillesse! The Royal Mail Sleam Parket Company C'est on cela que consiste le f )lus grand bonheur et la satisaction de la vie. La protection de la sant est trs essentielle toutes les priodes de la vie, et toute poque il est indiscutablement vrai que .'Emulsion Scott P roduit de la vigueur et de nergie, et tant un aliment concentr, elle domine toute faiblesse et renouvelle les forces. L'Emulsion Scott protge votre sant, non seulement pendant l'enfance et la vieillesse,mais pour toute la vie. Le steamer Culebri venant de Kingston, est attendu Jacmel, le •_'3 Novembre courant. Il chargera tous les port hatiens directe ment pour l'Europe. Le ateamer Kara venan de kings ton. est attendu Jacmel le 7 D cembre prochain. Il chargera . tous les ports baitiens directement pour l'Europe, l'ort au Prince, le 5 Novembre tots J. DALlER Jr Agent gnral pour Hiiti un purpatit... Ln de W mbley. Unreofi tui ntd'intrissanles indi ati' us concernant celte nucveilli'iihe Exposition ou se montra, dans toute son irnpresaioni nte force, la puissance conomique de l'Empire BritanniqueNous remercions pour ce % ru cieux envoi. Comte il d Etat A la eanre d'avant hier la%  nelle assistaient tous les Secrtaires d'Etat, ont t dposs les projeta de ois saWanta : — Loi ouvrant un crdit au D r temenl des Travaux Publics de 183.790 pour l'a-hat et 1 installation d un H ulio Tlgraphique y cumpiis l'appareil trananeiteur. — Loi qui complte celle du \?< Juin 192(1 sur l'arpentage. %  i Loi qui dsigne sous la dBomioation de l'oiftt Nationale r Mrve telle tendue de terrain du Domaine National qui pirattra convenir 4 une telle destination. — Loi sur l'acquisitii n de p'o prit imrrobilire. Cet diil-'rvntprojet* nnt t en •raye aux sectiuns appt As a en connatre. Le Prestidigitateur Tarnieila Aprs un long sjour aux Caves et au Op-llaitien O il fut trs applpii li dans ses merveilleux lotira, le pre*ti figi'al 'tif eTarn.illa Ht rentr Port•u Prince. Il jouera DimaocIPi Varits, avec un programme HO*>* tionnei. Il doni re, entre au trs: La Crmation . o l'on Wra une peraoi ne I nlle rive. Nu' dont-' qu'on n'aille en foule admirer ie tour extraordinaire. F lanait 1rs iNous enreg -Irons a\ec plaisir Us Bencaillea d.: Mademoiselle lna Williams avec Monsieur Andr \S. Mi M Meilleur comp iments. aa*.^— %  = %  T: ^_-, U e Dlabarro p ierpe Louis Avocat i5liu i-trou 15 fr H lnli Istelaoo lia l'e d'une œuvre (Je prop.'t. gande en laveor l,iinl", Ustfl lant| a. 1 r• ui n', N. J. f'ir> ri !u> li-' nlns Hnall 11 allie rruirr rirol Inen imciniiriil lotis reu\ qui leur ta! aanur des aiari|iir> le ->nif Une a Urrai>j e la mort ce leur regrelle Mdnmi \itor Daubeuf, ne ls belle Laporle nice a leur afietlion le 'undi S .\oxibn rouraul. Ils les pru'iil 'le re .1 leur tive jralilude. Une lame par moie au lieu de deux par semaine ALUMINUMUNE Ne w-Urlans & South' AmericanSteamshiP Colnc* Prochain dpart direct pour Port-au Prince 'jriaiti_ £e ttecuiHf Etohototn laUia yUsv-Oilate io ij %>wm&wGomanl pour ^rtu'tti. %dmn Dpart h Vim^duuA U>*o %> mbet ptac&aiii pour t>a^ ta porb <)'J£aiU. A. de Malteis A C ( Agents Gnraux Y"t 9 -v. Un lame de rasoir Valet AutoSuop vous lervira pendant un mois au moins, en voua rasant tous les jours. En effet, la lamo Mt automatiquement repasse par le rasoir lui-mme. Quelques secondes de repassage et la lame est aussi bonne que le premier Jour. L'essayer, c'est l'adopter. Crme/i mo Q ^•^.loii etreapplio^iee sur la peau encore mouille, aprs les ablutions Exempte rie lotit corps gras, elle se dilue ou contact de Tenu et un lger massage suffit .1 l.i luire pntrer dans les pores de b peau Scher alors etvelouteravec b Poudre Jlmon ftir l'emploi rationnel de la CrmcSmon vous viterez tout aspect brillant votre 9 visage et conserverez ivoire teinl "a fracheur de la jeunesse LeRasoir Valet $uto"Sttop <•!. Arpallt lHt e P PAWLIY Port a en. IU. lia minrale SUofai$aitt&' de ta $o\irco e>£uguitx ^Vic toa a %am tn Mtcmaanc^SS £x caiM de iao IWateitCe^ Or 18 4Ja Dounirit^ De^ t><>iiteitte6 Or 2,2o, Chez C. V01GT Rue du Qaai Ao 1735 sr :\ m [ %  oui Lisez ceci t •\ u pi plu tUetut '.iV.IMP nunti tu ni umi Wisak. Hue des loitU-iort llS—ll Les annonces de demandes sont importantes quand vous dsire/, louer une MAISON. Les annouces de demandes sont importantes pour vous quand voua dsirez acheter un ktKl BLI D'ooc SION Les annonces de dimaniles lonl importantes pour vous quand vous ave/ besoin d'un HMITUVI Lrs annonces de di mandes sont importantes pour vouquand vous dsire/ VFSDHE ou CflBTFR. Les annonces de demandes Font importantes pour fbua ort-au-Pr,nce



PAGE 1

LE MATIN 13 Novcabn.lt!' Dcs Le steamer (B'dgetoivn) venant de Afu/York via CapMaUe. Port de raix,Gonaveset S Marc esc a'tendu aPort-au^rinc. le 15 Novembre cou !" *t.U repartira le mme jour pour reit <*oave,MiroQodneJrmie,Cay Jacmel H les ports de la Colomb e prenant fret $ passagers Port-au-Prince,le 12 Novembre 1925. r.olombian Steamship Company Inc Cetera CQ. Agents Mercredi aprs midi eurent lieu, ea Kftlise du Sr cr -Cœur de Tur .;• ni. I< • tunoraille* de Fritz Car |ga de oiue mois. A Monsieur et Mme Evrem>il Cirne, ses pre et mre, nous ( r cantons nos sincre condolan-es contre la CONSTIPATION t prnom les COMPRIMS SUISSES de DELORT, Pharmacien, tUt, Ru. S.mf-Anluin PABIB C'EST LE MEILLEUR DES PUROATIFS l'olM-AU-PRINCB Alai.PETHUe. Pnarnmrl* ALBCRTI*" rbirmiclf du DJualln VUHI • t roi'faa l#a boniiM Phmrmaotmm S La seule peinture ne chan-4 1^ geaol pas le couleur 5 S Prpare spcialement pour! le cli.i..i d'Hati I Q • I The Charles H. rown Paint Co I Geo Jeansuie urre Danois, fromage et conaery a anmenti. ., • IV. S. lalbews a* s oa Tabace jaunes at olrs. La Rationale Sans M val Cigarettes.Chantecle.o I livoli de deori 2k. Simplicit des appareils radio graphiques L A Radio Corporation of America s'est donn la tche J de faire disparatre lis errone*,le E l'exagration et les prtention! idicto lr e qui en* tourent la vente des uppareils i phie, de nos jours. Elle a rpondu, simplement el fiaiiclunient, aux questions qui se posaient l'esprit d


PAGE 1

LE M\T!Ni 3 .Novembre J9%* RESISTANCE 01: ELASTI ITE Le* rUituU i b er*ui i> i l'emploi du K 'up twt* d nent la rpon*. Sup w twist ** l eoftl extra~laHt>• bte, 4*1 il>t* /> G / i' r eaprent-tm i,t pou li oonn truclion de* Ptt ? /Jn 17 > t. Somme ce nouveau type de pneu, Sopeftwist est plutt laite pour absorber le chocs au moyen tian Mercantile liompany i t iy|i tionnaiies de la • Hatien Mercantile Coropanj rur<> A-.mLle Gnrale New Yo.U coniormraent aux statuts, "t d 1 "d de dis-oudre 'a Sonl'. Ils ont, en ci. M qui ce,d("s'nn. rommf Liquidai, r !e sieur Geor ges N\ Kl IH-KK. l'orl lu l'rmce.le l octobre IV19 Le Liquida f ur : flgni : Georges W. Kl lllkfc Le DP lTHOM A 1 lui m ur d-ivi< r s o'ienl qu il es! de retour du son fov ,e des ta' Il saisit l'ocra'ion pour annin c*r au public qu'il aappnri avec lui un appareil perfectionn Diathermie lui permettant d'entre prendre I* traitement lec ri jue diathermie de rrlaines a'fnc tion* : mtrite et en 1 > mMrite, llleniihorrah^,e ut *e* eOBptioa lion i.l'ro*! alite, lo-nbagi et 6ral giesJiver ses, h'mrrhoila* etc. La maison HJSilvera Av s .J'ai I honneur 1'avlaer le Pub'ic I le Commerce qr, pirlir ds celle date, j'ai ouvert une mnison de MnoDrca. Kue amricaine, sous la faUon de : W ANDKRS)N La maison s'occupera |priinipa lement d'Kxportation. Atfi Spasialite de tleur a la main de toute beaut,en soie el organdi pour robes el ehipesai. lindraux pour lh ( .Ure et pour chapeaux Coussins e' bitj >urs dernier genre Venez v ir les molles ^es dames. Mesdemoiselles et I lire vos commsudrs. Rue 5, No 1217 Peu de liose prs de .'Ilot 1 Moutagce. .„, _.. en ort vu le jolies articles de lineeque vent Ceux qun ••£*" Ra d*aat. dans leur %  ntret.s'empres.ar £^*SG& !" ^* p-'-* lrouver '-* ^B attS tonl^letTt^ubeaut et l pour tables Molle'ons blanc et oouleur sup, peignes franais & amricaiu Organdi bianc & couleur Lainage couleur anglais sup.pour jupes Madras bai'i es ds soie pour chemises a hommes Satinette foulard pour robes, nouveaux dessins tmMm Oamasse anglais pr.matelas double larg. Crpon \ carreau* de soie et a fleure soie % oile glngham. t Aimables clients, vous qui voulez porter,! peu de Irais les plus beaux tissus qu'il soit possible de lrouver sur cette place, ne manquez paa, ; atanl d aller ailleurs de pMeer cbe^aou o te meUleur jeeeuil vous est rserv. *^*4&rAl!++*l>S** *> Conr a inie iin^rale TrauatlaUique Le sieHmer %  Caravelle • y r.' ats B rivaux lai courant ial at'i d l'orl au Princa le M). Il rpptitira Ir lendi son ajrrie pour San I if go de Cul a t le jorls du S Limite d %  I itinraire seni liaee rerrivt'i du vapeur. L'Agent, ?. Pou. I. R0BEL1N Potion Olfered A lirst clan b ai kan itb is needed AppU to Nations Hnilnmil Ccnif an v of llinti. Offre d Emploi On demande un loignon de.lere ciajae. S'adie-ser la (.ompegiiie rtationa'e d< s Chemins de Fer fciU A II HIV A partir du /' H "'"''' prorlium un maison b \tse, 4 grandes pices, .' avi tout-s tes tel '' '" N ^ad resser ..•< J tfauwi Nous pa\ous .t) cenlinii' t Mire olflce—angle dtRuea Ml facis et du Centre— la h\re de E -*ina dcortiques lieu il ( / u res) Sert • I hniqu lu l) ni terne' 'le l \gncultw?. HOTEL S" KllSE §ituc la Rue de la G'oiv Liw'og rxe 8in ca de 1er ordra Q\ il Tre$tone y — PRIX UMDERE3. PNEUS k \Mi Sont les meilleurs. (mobile Rendent be woupde laquht tepneus I IOR | n eserri laafon. ... dVsa kmoue **.. ^^^^^^f^^ZA^il voiture contre ivs ec<'U8*f p-rpmelMe* • l l '""t"" Fuytrou au P< loce, Rue du Quai s = i &m 10 Rue des Csars



PAGE 1

r V JUECTEUR^PJKOPJUJrAJiUS IMPRIUEIR Clment Magloire BOI&..VERNA 1358, Koe Amrioain NUMERO ^ A CENTIMES Quotidien TELEPHONE X" 2*2 dea rpublicains <• 113 %  f^M'iMW"' u w0 mis ellrna >l>'( ui ce •* Mt. ordre, voient dan&>l' renterae)mt-nt d'un rjOUft ni. mi i t. non paa le mojen ns d'organes sociaux et po itiques re connus inutiles et maltaisants qu'il comporte, il n y a pas de salut poir nous ... Je s limite que la jeunesse de mon Pays pour laquelle j'ai crit cet e-s.ti le comprenne et coor donna fes eff -rts atiu d obiger les g uveraants & raliser ces dsid rata... Voici ce qu'en pense M. Jwn W GAN'EM, prolesseur de science^ poli'iques I Universit d Illinois. Je suis Po t croire que, ds le dbit ', les amricains mil fattp '•"•' tun$certaine toge* se qui k i / /' %  • de f erreur d tus laquelle quelques na'ion tonilouioei } onqut teeontadop t l-s inetitutionsdmocratique. I Au lieu d'tablir, tout d'un coup, le tu// vae universel sur une fronde chelle, les amiieau commencrent d'une fa^m modes e; i/s 'abUrtmt un suffra ge unive sel restreint et Pten h rent peu peu, M fur et me sure que la oopaa du peuple M manifesta. II est incontestable en effet que aou* o'aurious pas eu, ds 1RO0, le suffrage univeisel si la | ompti tiin pour k pouvoir suprme n'a rail xi l<* entr Petiou et Ch is t -ph* l.i i 01 l •..' iin de 1808. qui cent une rpub ique os le Snat tait tout et 1Prsident un soli T au, fut la consquence de cette comptition funeste. On savait l'avance a Potl sa i -• • .... • Prince qu'Henri Christophe n'ac ceplerak point de remplir un rle aussi efia • Car tout eit la:produire une lite. Je crois que cette lite existe en partie die/ nous. Il sa^it.pour le qiart d heure de moJiUer 'es lois lectorales et la Constitution alin de lui permettre do MOptr le pou voir. C'est peut tie la tout le pro b me haitien. Car si cette lite commandante avait t cou t;un ment a la tte des a taire* publi ques, le pays n'aurait pas connu les i n-e. conomiques et sociiles quii a traverses et qui l'ont con duit au lgime de l'intervention trangre. Ls Mirceau LECOKPS. Sadii & Alflack fain du Hlfilll! Chez laurie.EtleDoe fils Ani|l il M RIII'. Iii I < I ; i> it de l'Etal et des Fronts-Forts Vient d'arriver POUDRE ORSAY Les Assises Aprs deux heures de dbats anims, le Jury a libr hier l-na Jn Louis de la prvvn iou de ten tative d infanticide Isna Jo Louis lavandire, au i m tent de se is de hne. Les vagissements de l'enfant alti rrent l'attention du gendarme du 3 uar!ier, qui conduisit au Ituieau e la l'olice lame coupable Lt, une instruction sommaire r vla l'intention criminelle, l-na Jn Louis exposa sa si'ual'on de for une trs prcaire, et par , s n impossibilit de pourvoir a l'ducation de son nouvel enfant. Elle rn avait dj eu six... La lche du MibUtre Public, dj asse/ dillii ile.celui ci aurait pu trouvei un appui en la dposition des tmoin", mais aucun deux n'a comparu La seule pice on. tin cante, l'instruction la Gendarme rie, et qui contient l'avtu du pr venu, n'a pas paru ouflisante... Apre, le rquisitoire de Me Gr y Jean, Substitut du < ommissair du Gouvernement et les obser valions de Me M .Nu, le Jury ac quitta Isna Jn Louis. Ou dsire Acheter un exemplaire det Lois* Actes't H'i'li,anne 1870 ^adresser au Journal* liut des frottlt torts En face de Sperdulto Grand assortiment d toffes |>our tous les goiits et ,i des ptix dofiant toute concurrence: Cri'pe satlu, llrrpe t^liaatuin, Mousseline de soie, Soii* lavable, i;ai>>ni4 d-a soie, lin'von de soie, ('.."'pe M.iro %  |uin,Uwon,rH''pi de Chine nul et a lUors, Hnttin te, .r'-pe 1,-orgatte, Siml'i, Cr v po Mjtore.i ii"gainl>,>3le radium. Mitisouk, etc, etc. l'ne visite chez S vl>\ & AI'. LAGK, vous difiiT.I oompli'tomenl. CAUSERIE FKIN1NE L'art la SD pvsiusr Le Kouveniemciit le soin me est la plu difticile le tous. Auciiu ttrraiOi |o i ique on diploiiatiqtie, naal plus ein bar asstJe chauu trapas. gue te qu'OO appelle le i 01 m'iin ', c i mp la toii va le <'t rasUdint, sur lequel la volunl exera MB empire, wilBOur le Ineti soit pour le malTrs pi u de personnes connaissent I iod les ipnncip's e89ntieli dr t important gouveroem* ni; moins nombreux sont ceux qui les apf ihquent avec vigueur et r>ojtion. Lus rformai ndmiaei comme uecess*ires. .iliotitisst ut ncompltemenl.ou pas du tout, parca que, le plus souvfui, la COL science n met que des vellits et non des vouloirs L s principes toiidamertaux du (/ou vernemenl de oi mme, se r sumeiit tn ralit en un seul, et ptuvent sVxpnmer par un seul act'.: rfti htr, 11 la lormule condtnse de cet aUe est un mot, un 1res petit mot, plus brel ancore en latin, ut, tt dont noire langue a I il afinLe s, us de ces deux syilan s. si .-i profood, la clart qu'elles, projettei i rayonne si loin et si hau',qu'elles d;vaieut servir de programme la vie la plus noble, la mieux organise, pour raliser le KOU vernemeut de soi-iiniri'. avec ampleur et genrositi. Ceci n'tst pas un paradoxe. Le dictionnaire donne cette dfinition courie et lumineuse pour qui veut >^ii p sr les terni' s : Alin aigmti (a lia po r laque le ou ag.1 Aliu n'est pas s ul m n' I eflel ri siiltant de l'acte elabori'dans un CtsTVsail bien consituii, ralit par une volont claire, mais il moiitie la route tout tre pensaol Aa dil t la lois le but et le m l'eu de mots sont plUl prcil d ois la coniision que i es quatre 1 itn icla ,i tnl imm i uoappt I. lorsque l'etpril itsu le point de ennui r l.i | est pou n, pi lier cet appel qu • %  dms ils cas multiple! • i atlrisl mta, l %  narchie rgoe dana le lalf KOverntnent %  comme on dit Outre-MancheLes fautea y aunl d'autant plus la beaMe, qu'elles ont de lourdes rpercussions au-del et en dehors de notre moi. C'est le cas de dire qu il est sa^e de p-ser ss mots avant le |i prononcer Un gr u I in i re de h plu %  • phi q li fui m mme IPOIJI-. un gran l s^mt, recoinmaii l ut J s. S iarler corrme on i Innt, solu, si nous lommae dtermi| i profi ar de la rponse. Notre vigil n 'e interviendra • I la vigiianc • • st, pour ch icun de nous, un devoir essentiel dans notre propre gouvernement. Si nouy prnom le temps de ri poudre la qu Stion que pose le mot aliu. nous ne seiotis j .mais surpris uous saurous o nousallons.ee que nous eh rclions, ce que uous tiouverons au bout du rh 'inin I si ce le devoir ou le plaisir, les satisfactions sensuelles ou les volupts de l'espnt? (i itte dman h • que nous allons lire. a-t' lie pour lui le plus gran lu u de c ui q n n nion M b a ? d u r suluti m d J ,t nous nous enlivrons, aura t elle inmo rsult t un cne lira ellicaco pour le mari, l'ami lu ration de la situation familiale, une direction plus utile dans l'lucatou l.s enfant Courir les m i^nsins. l-'s ni s. les lieux o l'on parle pour i e rien lue, ou dir i des riens for t dois noire journe un sillon une si m in e v lomb ra. faille y ' iM..alin IJ ,e sera 1 1 r DOnae n-l•• %  et Iran li f Afin veut ii e Pn m i g irde SUS heurts -le la roote ; ordonnez votre vie occupes vous utilement i soy< /. A votre devoir de i baqu i jour ; tant i vos ali > en b I qui'iiire ; |U Dil point ois* ; i • gouvi mes voua efi de pin, Bl te | .m i li jour. I. s plus „';;ui Is mots de la I n gue.l s v. rli s li s plus su 0 r. n'. n (j s ni i si plu lettrebrv s: IUt lions le ,m diiuns les. Suzanu i Canon. Chaussez vos viit'aois CHBl \l B^Ioni lils Ses (]hasorei sont Us IIl"lll.:Ut':.s. Attenante la <'|ini<|u t ilCUl Angle des Hues Destouchet il Geffrard, Nous avoii-i bonoetn de porter la COOatl M iteoins et an l'ubli-, qu'il fianl ds *'ta dur M.r < %  11 Urande t'hurniHi,.du l kits S .i < limque '.oi. IVr la li | dalla et par u -ii ll.u'i. , Kejouisaei vous, maasisars ds cette bonne nu rsaas voir liLin l'uni u v catalogue .le* joli i Is (MO reull oiyli %  u mai i nu.. ,< p 1.1 sss aie i I iaiuie,*oQ ,it -In i -|. i ; : ih s da l r uouie mque .m i U'iig, Ja s la ion fa .lion il|U( i \|i-rts sont allsi las, I es li..nt gratuite il av.-. laqsi inuiMiide, un Jolis osioturs un tissus nu en euir. m n t. ni i.n II>I i Is euuleur du Loslinn > i uniiii nul e. le est iniii.it U une liuui le • n ini'Ul m |-itiitl,uil suilt U in SSaUI elioix, les iinliulu du liieuis ou U u lns| g.le queli outille. Les ujesme. aool prises et les oui litious Hxos par lu leprssn t.uit l'Hun an LBTELUBR, 1 l'i Kue Itou ne I ..i. l'orl uu l'rin re Hati. Les connu m les .-oui remises en moins de 30 ja Les Mots & toriques cSi l'oe oa're mua i mur. oo y trouvera ernl le non de Calais.. La ville de f tlais soutint n LI4/, sous le rgne de Philippe s'ValoW, uu bigs mmorable contie hdouard Ml, i„i d \nglsteri.i \ la lin slls dut ne rendre et b'ltitcu le il' iou DU nt .I Kustaeh • de Mini rien,i ,| n ci n e u guol qui u pre* H ntsruai la u vaioqusar, elle u %  ' ; ruits. Li reine d'An M •'• '"' l Si ubtiut aussltol lu g ftes 'le ses bros. Ls Ils lui reprisa u* Anglais en 1151 psi t .ric}] ,|,. (, u j ie e | la reine Mari lu loi avaut da mour.r dit! OSUS qu< taient prs d'aile : Si l'ou DUVI ii,,u coeur, on y tr.uvera crit le nom de Calais i —i U rjaWiettoi Ai latio 11 nousarn*e de Komeune '' ,; 'eu* tvelle: is mode 1 ni ..u latin, l^s j m nalistes moi ut, en i Det en laveur de la langui deGcron, M piusactive un,. i^ne.Ktcette campagne poi fruits. fin voici la i reuva: "• i ij>uroau reoivent de mta avi i |. | aire oonnaltre an public le irr produits, les aunouces r.l ^s ta latin. .Un pharmacien ranlo insi un uidicamenl ; p'ytisurn.rn COU ra m salin bl l | 9nt souverain doue .i tr.Ls douleurs de l'intestin autrement dit.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06573
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, November 13, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06573

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
r
V JUECTEUR^PJKOPJUJrAJiUS
IMPRIUEIR
Clment Magloire
BOI&..VERNA
1358, Koe Amrioain
NUMERO ^ A CENTIMES
Quotidien
TELEPHONE X" 2*2
dea rpublicains < 113 f^M'iMW"'uw0*
mis ellrna >l>'( ui ce * Mt.
ordre, voient dan&>l' renterae)-
mt-nt d'un rjOUft ni. mi i t. non
paa le mojen yei lu-nu ni nouveau d n par
la union, Uaia le droil de ren-
vertnr dana loua les lempacn
(jiii embarfaaasrail leur ambi*
lion individuelle. Siejes
18taa ANNEE No 5654
PORT AU-PIUNCS ( HATT1 )
_____
\h.\lUEDl 13 NOVI \llJHEi2C
Eludas Constitutionnelles
En guise de prface
La Constitution de 1801
Ces confrences sur la constitu-
tion de 1801 ont t prononces
aux Uonaives, au commencement
de l'anne 1922, devant un audi-
oire peu nombreux compos de
quelques membres de la jeunette
studieuse de cette ville et ce cer
tain avocats qui avaient bien voulu
rpondre 4 l'appel dsintress des
fondateurs de l'Ecole libre de
Droit, parmi lesquels je ligurais.
Les fonctions de v.ce (.rsident
duTribunal d'appel que j occupais
i cette poque ne me luise, but p l
beaucoup de loisirs, et je prparais
plutt htivement le cours que
j'avais choisi et qui comprenait
des aperi.us sur nos constitutions
et leur esprit gnral.
J affectionnais, pourtant fort la
matire, et je m'tais toujours
rserv d'y revenir un jour, dans
un ouvrage circonstanci qui em-
brasserait toutes nos chartes, les
traits et conventions que notre
Pays a eu signer avtc les nations
trangres, ouvrage que je desti-
nais aux tudiants en droit...
En attendant que je ralise cette
er-uvre de longue haleine, je publie
les confrences faites sur la dm ti
tution de Toussaint Louverture.
On peut affirmer, sans crain'e
de se tromper, que cette charte
contient les principes dt s meilleure s
et des plus fortes ides politiqt.fi
et administratives de Louverture,
car, acheve en mai 1801 et pro-
mulgue en juillet de la m^me
anne, celui qui l'inspira avait
atteint, cette priode de sa vie,
le faite de la gloire et tait eu
pleine possession des belles facul
ts qui caractrisrent son gnie.
J'ai pens au- si qu'il ne serait
pas inutile, qu'au milieu des gra-
des circonstances que nous traver-
sons, notre intressante jeunesse
retrempt son patrioti.me aui
aourcea glorieuses de notre exis-
tence nationale, et qu'elle ne
pourrait que gagner ce contact
intime avec la pense politique du
plus grand de nos hommes d Etat.
Lorsqu'elle aura saisi la porte des
deui grandes ides quidominre.t
la viedeToussaint: l-mane pitton 4s
us congnaireset la cration d un Etat
sutemome, nous avons la certitude
qu'elle en sera profondment mue
t qu'elle essaiera de ragir en
dtruisant les germes de mort d
posa par ses ans sur 1 uvre de
notre hros.
En effet, on ne doit jamais se
lasser de l'crire : les infants
portent en eux lu destmtis Je lapatru
Ces destines dpendront des ml
trs d'cole qui leurseront dom; -
c'est a dire de leur formation in el
lectuelle et morale. L'est pourquoi
j'estime que les chaires 'In-ioire
et de civisme ne doivent tre occu
pes, dans nos collges et lyces
que par des professeurs indignes
... Il existe l'heure prsente
beauioup de problmes socioh gi
ques qui attendent sans retard leur
solution, mais le plus urgent,celui
de qui dpend tous les autres,
c'est la question de l'enseignement
ublic. Tout le reste devrait lui
Ire subordonn.
Nous ne pouvons pas continuai
a nous montrer indiffrents envers
nos masses rurales; il faut les pr
parer la lutte conomique et
seul, le matre d'cofe p ut le
faire. Il lou* f
fosse norme qui nofli p
nous autres de i le du pus
graud nombre dtt uos compati io-
tas...
Il est certain aussi que notre
l'a vi ne possde pas encore la
la Constitution adquate son v-
ritable tat de civilisation, citons
entre dix un tait clatant qui illus
tre notre thse. La constitution
plbiscitaire de 1V18 reconnat au
peuple haitien, sans aucune res-
triction, comme la majeure par-
lie de celles qui 1 ont prcde
le sullrage universel. Oui osera
soutenir srieusement que notre
peuple en est d gue T...
Le suffrage universel ex'ge, nous
le savons tout, l'instruc ion gn-
lemeni rpandue dans les classes
populaires de la nation appeles
en bulicier et des vertus pri-
ves et pihiques que I lite n a
jamais pens t inculquer nos
populations rurales et urbtines.
{'.ta conditions sine qua non n'ex-
istent point du / nous. M si uous
voulons tre sincres avec nous-
mmes, ne sommes uous pas obli
gi d'avouer que c eut le suffrage
restreint, conditionnel etceo.-ilaire
Sue mrite la mentalit arrire
e la grande majorit des h litiens
et leur tat de civilisation "...
Pourquoi reculer sans cesse
devant la ralisation de cette loin
tion qui s'impose et dont l'appli
cation ne pourra en aucune a-; m
n.ius Insinuer aux yeux des puis
aucesetiangies. comme le croient
a tort nos politiciens de hasard '.'
Il est temps que l'on conp enue
que le jour o cette rforme cons
titutioontlle s oprer.', toutes ces
popularits de mauva s alois, dont
s enorgueillissent ces m ..e< poli-
ticiens vreux et qui ne se sont
dilies que sur l'exploitation im-
pitoyable de l'igooranee de nos
masses rurales, s effriteront d'elles
mmes. El alors seulement pour
ra se former cette l te commaa
dtnte qui existe ehss tous les peu
pies ayant volu et qui p eudra
n m uns l'administ ation de la
chose publique pour le plus grand
bien de la nation, suis et exa
men de conscience et lesabati >ns
d'organes sociaux et po itiques re
connus inutiles et maltaisants qu'il
comporte, il n y a pas de salut
poir nous ...
Je s limite que la jeunesse de
mon Pays pour laquelle j'ai crit
cet e-s.ti le comprenne et coor
donna fes eff -rts atiu d obiger les
g uveraants & raliser ces dsid
rata...
Voici ce qu'en pense M. Jwn .
W Gan'em, prolesseur de science^
poli'iques I Universit d Illinois.
* Je suis Po t croire que,
ds le dbit ', les amricains mil
fattp '"' tun$certaine toge*
se qui k i / /' de f erreur
d tus laquelle quelques na'ion
tonilouioei }onqut teeontadop
t l-s inetitutionsdmocratique.
I Au lieu d'tablir, tout d'un
coup, le tu// vae universel sur
une fronde chelle, les amii-
eau commencrent d'une fa^m
modes e; i/s 'abUrtmt un suffra
ge unive sel restreint et Pten h
rent peu peu, M fur et me
sure que la oopaa du peuple
M manifesta.
II est incontestable en effet que
aou* o'aurious pas eu, ds 1RO0,
le suffrage univeisel si la | ompti
tiin pour k pouvoir suprme n'a
rail xi l<* entr Petiou et Ch is
t -ph*
l.i i 01 l ..' iin de 1808. qui
cent une rpub ique os le Snat
tait tout et 1- Prsident un soli
t au, fut la consquence de cette
comptition funeste.
On savait l'avance a Potl sa
i - ....
Prince qu'Henri Christophe n'ac
ceplerak point de remplir un rle
aussi efia tiens rois fainants...
Pour ce qui concerne le i oie de
l'lite, noua citerons une courte
page de M. Paul Adam qui ensei
gne, avec M l'rioe Mais, le distin
gu sociologue hiitien, que c'est
a la capacit d laboration d une
lite et au pouvoir d'acceptation
ue s in joug civilisateur, que les
peuples qui sont a 11 lte de la ci
vilisalion, doivsut leur volution :
Dana lldti, dans Libria, les
ngres n'ont pas su proliier mieux
de leur libert, quo q le le oonUct
des blancs, U, ne lejr imposo au
ciMie direction, tWuna inhibition.
Ces cong dais, soumis trois ou
quatre sicies l'influence de la
civilisition latine et mme de la
sensibilit eot-yi-'opdiste, ont re
couvi leurs ma-jrs de la fort
quat irials. Sjperstitie.ix autour
de leurs pasteurs et de leurs curs,
comme l bas, autour de I urs
griots, co.nbattifs et paresseux tour
a tour, sanguinaires, ils n ont su
pioiluire une lite qui put rgir
l'effort" commun pur a peisuasion
de ses discouis, de ses leons et
de ses exemples >
Car tout eit la:produire une lite.
Je crois que cette lite existe en
partie die/ nous. Il sa^it.pour le
qiart d heure de moJiUer 'es lois
lectorales et la Constitution alin
de lui permettre do MOptr le pou
voir. C'est peut tie la tout le pro
b me haitien. Car si cette lite
commandante avait t cou t;un
ment a la tte des a taire* publi
ques, le pays n'aurait pas connu
les i n-e. conomiques et sociiles
quii a traverses et qui l'ont con
duit au lgime de l'intervention
trangre.
Ls Mirceau LECOKPS.
Sadii & Alflack fain du Hlfilll!
Chez laurie.EtleDoe fils
Ani|l il m Riii'. Iii
I it de l'Etal et
des Fronts-Forts
Vient d'arriver
POUDRE ORSAY
Les Assises
Aprs deux heures de dbats
anims, le Jury a libr hier l-na
Jn Louis de la prvvn iou de ten
tative d infanticide
Isna Jo Louis lavandire, au
i m tent de se son nouveau n en le lposul
dans la ravine du B >is de hne.
Les vagissements de l'enfant alti
rrent l'attention du gendarme du
3uar!ier, qui conduisit au Ituieau
e la l'olice lame coupable
Lt, une instruction sommaire r
vla l'intention criminelle, l-na
Jn Louis exposa sa si'ual'on de
for une trs prcaire, et par ,
s n impossibilit de pourvoir a
l'ducation de son nouvel enfant.
Elle rn avait dj eu six...
La lche du MibUtre Public,
dj asse/ dillii ile.celui ci aurait pu
trouvei un appui en la dposition
des tmoin", mais aucun deux
n'a comparu La seule pice on. tin
cante, l'instruction la Gendarme
rie, et qui contient l'avtu du pr
venu, n'a pas paru ouflisante...
Apre, le rquisitoire de Me Gr
y Jean, Substitut du < ommissai-
r du Gouvernement et les obser
valions de Me M .Nu, le Jury ac
quitta Isna Jn Louis.
Ou dsire
Acheter un exemplaire det
Lois* Actes't H'i'li,anne 1870
^adresser au Journal*
liut des frottlt torts
En face de Sperdulto
Grand assortiment d toffes |>our tous les goiits et
,i des ptix dofiant toute concurrence:
Cri'pe satlu, llrrpe t^liaatuin, Mousseline de soie,
Soii* lavable, i;ai>>ni4 d-a soie, lin'von de soie, ('.."'pe
M.iro|uin,Uwon,rH''pi de Chine nul et a lUors, Hnttin
te, .r'-pe 1,-orgatte, Siml'i, Crvpo Mjtore.i ii"gainl>,>3le
radium. Mitisouk, etc, etc.
l'ne visite chez S vl>\ & AI'. LAGK, vous difiiT.I
oompli'tomenl.
CAUSERIE FKIN1NE
L'art la sd pvsiusr
Le Kouveniemciit le soi-
n me est la plu difticile le
tous. Auciiu ttrraiOi |o i ique
on diploiiatiqtie, naal plus ein
bar asst- Je chauu trapas. gue
te qu'OO appelle le i 01 m'iin ',
c i mp la toii va le <'t ras-
Udint, sur lequel la volunl
exera mb empire, wilBOur le
Ineti soit pour le mal- Trs pi u
de personnes connaissent I iod
les ipnncip's e89ntieli d- r t
important gouveroem* ni; moins
nombreux sont ceux qui les ap-
fihquent avec vigueur et r>o-
jtion. Lus rformai ndmiaei
comme uecess*ires. .iliotitisst ut
ncompltemenl.ou pas du tout,
parca que, le plus souvfui, la
col science n met que des vel-
lits et non des vouloirs L s
principes toiidamertaux du (/ou
vernemenl de oi mme, se r
sumeiit tn ralit en un seul, et
ptuvent sVxpnmer par un seul
act'.: rfti htr, 11 la lormule con-
dtnse de cet aUe est un mot,
un 1res petit mot, plus brel an-
core en latin, ut, tt dont noire
langue a I il afin- Le s, us de
ces deux syilan s. si .-i profood,
la clart qu'elles, projettei i ra-
yonne si loin et si hau',qu'elles
d;vaieut servir de programme
la vie la plus noble, la mieux
organise, pour raliser le kou
vernemeut de soi-iiniri'. avec
ampleur et genrositi.
Ceci n'tst pas un paradoxe.
Le dictionnaire donne cette d-
finition courie et lumineuse
pour qui veut >^ii p s- r les ter-
ni' s : Alin aigmti (a lia po r
laque le ou ag.1 Aliu n'est pas
s ul m n' I eflel ri siiltant de
l'acte elabori'dans un CtsTVsail
bien consituii, ralit par une
volont claire, mais il moiitie la
route tout tre pensaol Aa
dil t la lois le but et le m
l'eu de mots sont plUl prcil
d ois la coniision que i es quatre
1 itn icla ,i tnl imm i uoappt I.
lorsque l'etpril itsu le point de
ennui r l.i | est pou n,
pi lier cet appel qu dms ils
cas multiple! i atlrisl mta, l -
narchie rgoe dana le lalf ko-
verntnent comme on dit Ou-
tre-Manche- Les fautea y aunl
d'autant plus la beaMe, qu'elles
ont de lourdes rpercussions
au-del et en dehors de notre
moi.
C'est le cas de dire qu il est
sa^e de p-ser s- s mots avant le
|i prononcer Un gr u I in i re
de h plu phi q li fui m
mme ipoiji-. un gran l s^mt,
recoinmaii l ut j s.
Siarler corrme on i Innt, usant des pauses < une pause
ne lt-elle que d'une seconde,
*~ '- *- *
permettrait !a ril etion da
s'iiitrodinre dai i nos peut
de uitltre de l'ordre tlans le
ch i is. Alin s-'ra justement cette
p tuse .tv ml que chi h i le
surgisse da notr esprit, cIIa
y hisi tller i qu'ap es ma
n ir coesej nce droite y aura
r pondu,
A.....i ii s lo c t i i rllcliir
aux cons iquenci s de l'aote re>
solu, si nous lommae dtermi|
i profi ar de la rponse.
Notre vigil n 'e interviendra I
la vigiianc st, pour ch icun de
nous, un devoir essentiel dans
notre propre gouvernement. Si
nouy prnom le temps de ri
poudre la qu Stion que pose
le mot aliu. nous ne seiotis j .-
mais surpris uous saurous o
nousallons.ee que nous eh r-
clions, ce que uous tiouverons
au bout du rh 'inin I si ce le
devoir ou le plaisir, les satisfac-
tions sensuelles ou les volupts
de l'espnt? (i itte dman h que
nous allons lire. a-t' lie pour
lui le plus gran lu u de c ui
q n n ni- on m b a ? d u r
suluti m d j ,t nous nous enli-
vrons, aura t elle inmo rsul-
t t un cne lira ellicaco pour le
mari, l'ami lu ration de la situa-
tion familiale, une direction
plus utile dans l'lucatou l.s
enfant '
Courir les m i^nsins. l-'s ni s.
les lieux o l'on parle pour i e
rien lue, ou dir i des riens for t
dois noire journe un sillon ,
une si m in e v lomb ra. faille y
_ ' iM..alin IJ ,e sera 11 r
DOnae n-l et Iran li f
Afin veut ii e Pn m i g irde
SUS heurts -le la roote ; ordon-
nez votre vie occupes vous
utilement i soy< /. A votre devoir
de i baqu i jour ; tant i vos al-
i > en b I qui'iiire ; |U
Dil point ois*
; i gouvi mes voua efi de
pin, Bl te | .m i li jour.
I. s plus ';;ui Is mots de la
I n gue.l s v. rli s li s plus su 0
r. n'. n (j s ni i si plu
lettre- brv s: IUt lions le ,m
diiuns les.
Suzanu i Canon.
Chaussez vos viit'aois
CHBl
\l B^Ioni lils
Ses (]hasorei sont Us
IIl"lll.:Ut':.s.
Attenante- la <'|ini<|u
t ilCUl .
Angle des Hues Destouchet
il Geffrard,
Nous avoii-i bonoetn de porter
la COOatl M iteoins
et an l'ubli-, qu'il fianl ds *'ta
dur M.r < 11 Urande
t'hurniHi,.- du l kits S
.i < limque '.oi.
IVr la li | dalla et
par u tion il ordonna i :ical li.iiiiit.....r recommaDde
d tlllt- i i il lOUl I
Las pris da&anl toute coacur
rente.
Le l'ioblcmeest trouv
La glus giuiiui Malaoo ds 1 un
U 11 s bdward B. Btrauas, le plua uni
\ i sltt nn'iii Ouaai si mi sont
un, lOjea Al -i" iii|;,aislt"rait
i ,i- ne pour la tontectioa Jes cos
ii.ims &0 t..ut.ii. .i I i. munies
iits 'U i ili III ik- toutes
aortas, i- iuelti i i .intures, ett
m uni.-ii tul Stal lie >-ii ll.u'i.
, Kejouisaei vous, maasisars ds
cette bonne nu rsaas voir
li- Lin l'uni u v catalogue .le* joli
i Is (MO
reull oiyli u mai
i nu.. ,< p 1.1 sss aie
i I iaiuie,*oQ
,it-In i -|. i ; : ih s da l
r uouie m- que .m i U'iig, Ja
s la ion
fa .lion il- |U( i \|i-rts sont
allsi las,
I es li- ..nt gratuite
il av.-. laqsi inuiMiide,
un Jolis osioturs un tissus nu en
euir. m n t. ni i.n ii>i i Is euuleur
du Loslinn > i uniiii nul e. le est
iniii.it U une liuui le n ini'Ul m
|-itiitl,uil suilt U in SSaUI elioix,
les iinliulu du liieuis ou Uu lns|
g.le quelioutille.
Les ujesme. aool prises et les
oui litious Hxos par lu leprssn
t.uit l'Hun an LBTELUBR,
1 l'i Kue Itou ne I ..i. l'orl uu l'rin
re Hati.
Les connu m les .-oui remises
en moins de 30 ja
Les Mots & toriques
cSi l'oe oa're mua i mur. oo y
trouvera ernl le non de Calais..
La ville de f tlais soutint n
LI4/, sous le rgne de Philippe
s'ValoW, uu bigs mmorable
contie hdouard Ml, ii d \ngls-
teri.i
\ la lin slls dut ne rendre et
b'ltitcu le il' iou DU nt .I Kusta-
eh de Mini rien- ,i ,|n cin,
e u guol qui u pre* h ntsruai la
u vaioqusar, elle
"u ; ruits. Li reine d'An
M ' '"' l Si ubtiut aussl-
tol lu g ftes 'le ses bros.
Ls Ils lui reprisa u* Anglais
en 1151 psi t .ri- c}] ,|,. (,ujie e|
la reine Mari lu loi avaut da
mour.r dit! OSUS qu< taient prs
d'aile : Si l'ou DUVI ii,,u coeur,
on y tr.uvera crit le nom de Ca-
lais i
i
U rjaWiettoi Ai latio
11 nousarn*e de Komeune
'' ,;" 'eu* tvelle: is mode
1 ni ..u latin, l^s
j m nalistes moi ut, en i Det en
laveur de la langui deGcron,
m piusactive un,. i^ne.Ktcette
campagne poi fruits.
fin voici la i reuva:
" " i ij>uroau reoivent
de mta avi i |. |aire
oonnaltre an public le irr pro-
duits, les aunouces r.l ^s ta
latin.
.Un pharmacien ranlo insi
un uidicamenl ; p'ytisurn.rn
COU ra m salin bl l | 9nt
souverain doue .i tr.- Ls dou-
leurs de l'intestin autrement dit.


LE MATIN- 13 .Novembre 19*5

GL
donne de la



"i
Convalescence-
Neurasthnie
Tuberculose
Anmie
L* Cure dr CI BtOL
u|fnen'e 'a ( 'ce nervem'
et rid tui i't.'. r;*unn
loute le.;f ineifc. leur
touplejie ei leur vigueur.
'Tim.L1'.
1 Juin 11 ll>
Il i
I
' -
I

i
l le r ,. um
I -a
SI
' ' '
.'.'I
h -,.
:.
. t
.'#1-
i art i .ir.
'''' .....rtSI *k
ue
a .. -
/ . ,
/.OJ ( i. I ; ,
V".'. ', ; ,
HSi5S3S
/ I .


VIGUEUR;depuisl'enfanc
jusqu' la vieillesse!
The Royal Mail Sleam
Parket Company
C'est on cela que consiste le
f)lus grand bonheur et la satis-
action de la vie.
La protection de la sant est
trs essentielle toutes les prio-
des de la vie, et toute poque
il est indiscutablement vrai que
.'Emulsion Scott
Produit de la vigueur et de
nergie, et tant un aliment
concentr, elle domine toute fai-
blesse et renouvelle les forces.
L'Emulsion Scott protge
votre sant, non seulement
pendant l'enfance et la
vieillesse,- mais pour
toute la vie.
' Le steamer Culebri venant de
Kingston, est attendu Jacmel, le
_'3 Novembre courant. Il chargera
tous les port hatiens directe
ment pour l'Europe.
Le ateamer Kara venan de kings
ton. est attendu Jacmel le 7 D
cembre prochain. Il chargera .
tous les ports baitiens directement
pour l'Europe,
l'ort au Prince, le 5 Novembre
tots
J. DALlER Jr
Agent gnral pour Hiiti

un purpatit... L uns doute Mtiront.
Il y a d* beau* joui en Ita-
lie pour un Douant] Molire
NOUVELLES ETRANGERES
Clia<|ue jour (l'av;jiil;i|<,
c'est mou que je l'tme,sjr '*
depuis que lu me i- mis
i jolie, et me |i ut vo-
yant de tout. Ton lotir-
nisscur i-shltiictncnl P.ml
. uxila.
PAR CABLE
la nouvelle Exposition
de Wembley
La L/[:;i!ion de Sa Majest
Bri'annique Port-au-Prince a
eu l'a 111 ibilit de nous faire re.-
BQtltre lesLivnts qui ont Ml
ditas et distribua l'occasion
de la deinire txpositi >n de
W mbley.
Unreofi tui ntd'intrissanles
indi ati' us concernant celte
nucveilli'iihe Exposition ou se
montra, dans toute son irnpres-
aioni nte force, la puissance
conomique de l'Empire Bri-
tannique-
Nous remercions pour ce ?ru
cieux envoi.
Comte il d Etat
A la eanre d'avant hier la-
nelle assistaient tous les Secr-
taires d'Etat, ont t dposs les
projeta de ois saWanta :
Loi ouvrant un crdit au D
rtemenl des Travaux Publics de
183.790 pour l'a-hat et 1 ins-
tallation d un H ulio Tlgraphi-
que y cumpiis l'appareil trana-
neiteur.
Loi qui complte celle du \?<
Juin 192(1 sur l'arpentage.
i Loi qui dsigne sous la d-
Bomioation de l'oiftt Nationale r
Mrve telle tendue de terrain du
Domaine National qui pirattra
convenir 4 une telle destination.
Loi sur l'acquisitii n de p'o
prit imrrobilire.
Cet diil-'rvnt- projet* nnt t en
raye aux sectiuns appt As a en
connatre.
Le Prestidigitateur
Tarnieila
Aprs un long sjour aux
Caves et au Op-llaitien O il
fut trs applpii li dans ses mer-
veilleux lotira, le pre*ti figi'al 'tif
eTarn.illa Ht rentr Port-
u Prince.
Il jouera DimaocIPi Vari-
ts, avec un programme ho*>*
tionnei. Il doni re, entre au
trs: La Crmation . o l'on
Wra une peraoi ne I nlle rive.
Nu' dont-' qu'on n'aille en
foule admirer ie tour extraor-
dinaire.
F lanait 1rs
iNous enreg -Irons a\ec plaisir
Us Bencaillea d.: Mademoiselle
lna Williams avec Monsieur
Andr \S. Mi m
Meilleur comp iments.
aa*.^ = t------------:------^_-,
UeDlabarro pierpe Louis
Avocat
i5liu i-trou 15
fr H lnli Istelaoo lia l'e
d'une uvre (Je prop.'t.
gande en laveor volte de Damas
I'ahn l.e enicede In Sret
recueilli des informethns a New
York Londres, lluenos Aires et la
Ilavana qui lui prmetlent 4'assa
rer que les syriens et les arabes
hbi'nt ces villes cooprent M an
cirtment 1 la r-'volte de Daims.
Le cheI de la propagande n New
^ork est le directeur du journal
arhe tF.I llnd-. \ la Havane, le
Docteur Habib Fslefmo,professeur
de ITniversit d Damas, qui fut
exil par une disposition du Haut
commissaire en Syrie e.-t charg
de celte propegande.
Contre la pronotpinde
antifasciste
ROMR la thannllerie italien
ne a dmenti la nouvelle de lar
restation du gnral Peppino lia
riln'Mi publie par Kl MaHino.
Afin d'viter la propagande anli
fasciste l'tranger, le gouverne
ment a interdit la publication des
nouvelles sur la conspiration n'a
yant pas un caractre officiel.
Suppression de journ.iuv
et arrestations en Italie
CHIVSSO Les arrestations de
P'rsonnfs sourtrnnesd'avoirpris
p^rt eu rnmrlot contre Mufgolini
continuent dans toute l'Italie ain
si que la suppression des journaux
ennemi du fasci-me; la-Slampai
de Turin ligure parmi ces derniers.
Le p oli'me financier
en France
Paiiis- Drs les milieux polit1
ques on tude sous tous ses as
pects le prol lme linancier en fa
ce duquel te trouve M. Painlev
euvissgt'ant non seulement les 10
lulions l cliniques qu'il peut rere
voir, mas en a'efforant de diVcer
ner les consquences politiques
qui peuvent fn rsulter. On s'ac
orde gnralement pour 1 rvoir
que la prochaine sance a la cham
bre marauera vra^emblablement
l'tape dcishe mais sans qu'il
soif possible de dl rminer en
quel sens ri 'ans quel ordre inter
viendra la solution des deux tho
ries pu prsence : prlvement sur
le capital ou bien taxe auppl
meclair. s sur les revenus
Commun Talion d 1 l'an-
niversaire de l'ir nistice
UlNORBfl U Grand Breta
gne a clbr hier le sep'ime an
niversaire de la signature de Car
mistice
Terrains vendra
I un (.-a u. Belle vue, I telle
'ue Deaprez, lacot et
Piioirville.
f N'adresser ;'i .Mr iieor(|en
Haussan, architecte.
10 heures a midi
Haut de la Niais n de
1 le Matlia l'iae (ief
frard ).
Remerciements
Monsieur fktef U.iulirul ri M lillf lifrum N,
les bailles U|rlf, Jean Conte, Souiajfau
iiM-lui', Ulamlrie, Lemie lunn, T. Math- n,
LimiuIi', Qnrlei lullaaM,J. filet, l.lrui il
B"->l,iinl", Ustfl lant| a. 1 r ui n', N. J.
f'ir> ri !u> li-' nlns Hnall 11 allie rruirr
rirol Inen imciniiriil lotis reu\ qui leur ta!
aanur des aiari|iir> le ->nif Une a Urrai>j
e la mort ce leur regrelle
Mdnmi \itor Daubeuf,
ne ls belle Laporle
nice a leur afietlion le 'undi S .\oxibn
rouraul.
Ils les pru'iil 'le re .1 leur tive jralilude.
Une lame par moie au
lieu de deux par
semaine .
ALUMINUMUNE .
Ne w-Urlans & South' AmericanSteamshiP Colnc*
Prochain dpart direct pour
Port-au Prince 'jriaiti_
e ttecuiHf Etohototn laUia yUsv-Oil-
ate io ij %>wm&wGomanl pour ^rtu'tti.
%dmn Dpart h Vim^duuA U>*o %>
mbet ptac&aiii pour t>a^ ta porb <)'JaiU.
A. de Malteis A C(
Agents Gnraux___
Y"t
9 -v.
Un lame de rasoir Valet Auto-
Suop vous lervira pendant un
mois au moins, en voua rasant
tous les jours. En effet, la lamo
Mt automatiquement repasse
par le rasoir lui-mme. Quelques
secondes de repassage et la lame
est aussi bonne que le premier
Jour. L'essayer, c'est l'adopter.
Crme/imoQ
^^.loii etreapplio^iee
sur la peau encore mouille,
aprs les ablutions
Exempte rie lotit corps gras, elle se dilue
ou contact de Tenu et un lger massage suffit
.1 l.i luire pntrer dans les pores de b peau
Scher alors etvelouteravec b Poudre Jlmon
ftir l'emploi rationnel de la CrmcSmon
vous viterez tout aspect brillant votre 9
visage et conserverez ivoire teinl
"a fracheur de la jeunesse
LeRasoir
Valet
$uto"Sttop
e P PAWLIY
Port a en. IU.
lia minrale
SUofai$aitt&' de ta $o\irco e>uguitx ^Vic
toa a %am tn Mtcmaanc- ^SS
x caiM de iao IWateitCe^ Or 18
4Ja Dounirit^ De^ t><>iiteitte6 Or 2,2o,
Chez C. V01GT Rue du Qaai Ao 1735
sr
:\
m
[

.
oui
Lisez ceci
t
\ u pi
plu *
-
- tUetut
'.iV.IMP
nunti
tu ni umi

Wisak.
Hue des loitU-iort llSll
Les annonces de demandes sont
importantes quand vous dsire/,
louer une maison.
Les annouces de demandes sont
importantes pour vous quand voua
dsirez acheter un ktKl BLI D'ooc
SION
Les annonces de dimaniles lonl
importantes pour vous quand vous
ave/ besoin d'un hmituvi
Lrs annonces de di mandes sont
importantes pour vou- quand vous
dsire/ vfsdhe ou CflBTFR.
Les annonces de demandes Font
importantes pour fbua stAinlaM et d'uni maniri ai-
HOUU AL'JOI'RU'Hl'I.
Parisina
Dimanche
la Tragdie detlabe bourg
OU
L ln'i ilu'f d'un Trne
Koman vcu d'un l'riixe lliit er.
Grande scne diam liipie. inter
prte par :
Mai ta Corda,
lilm en t pequ. -
1re poque
5 parties
On dbutera par un roaique :
lu et son T.i
Entre S et 3 gourde
Prochainement
Passera sur l'cran do Pari-h-.a
le beau film de
S" TbcreM de I mm Jsus
pour
e des
i-om battre
QU'EST CE QUI FAIT GRANDIR- LES EHFAbTS ?
Le Quaker Oats enl la nourriture qui lea (ait grandir.
Les mdecins prtendent que !c secret de la croissance est dans I a Jaunis
(ration de nourritures que leur systme dlicat peut digrer,
f "Le Huaker Oats est la nourriture idal au mo.nent de la croissance.il donne
aui coi ps cblil's de l'nergie, il leur rend l'ossature forte, leur donne des
mufles, enrichit leur sang et leur donne la force ncessaire
les maladies de I enfance _
Votre picier en vend. Achetez en aujourd'hui mme
pocr l'amour de votre tnfant.
Four les eufaDts entre lu et in mois il faut que l'avoine
ail subie une mi-son de sous une loi ni" trs liquide.
.. Les medci ins le iecommandent.
Lon R' TUtlttUI)' Aueiit
|>ort-au-Pr,nce


LE MATIN 13 Novcabn.lt!'
Dcs
Le steamer (B'dgetoivn) venant de
Afu/- York via CapMaUe. Port de
raix,Gonaveset S Marc esc a'tendu
aPort-au^rinc. le 15 Novembre cou
*t.U repartira le mme jour pour
reit <*oave,MiroQodneJrmie,Cay
Jacmel H les ports de la Colomb e
prenant fret $ passagers
Port-au-Prince,le 12 Novembre 1925.
r.olombian Steamship Company Inc
Cetera Cq. Agents
Mercredi aprs midi eurent lieu,
ea Kftlise du Sr cr -Cur de Tur
.; ni. I< tunoraille* de Fritz Car
|ga de oiue mois.
A Monsieur et Mme Evrem>il
Cirne, ses pre et mre, nous ( r
cantons nos sincre condolan-es
contre
la
CONSTIPATION
t prnom les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT, Pharmacien,
tUt, Ru. S.mf-Anluin
PABIB
C'EST LE MEILLEUR
DES PUROATIFS
l'olM-AU-PRINCB
Alai.PETHUe. Pnarnmrl* ALBCRTI*"
rbirmiclf du D- Jualln VUHI
t roi'faa l#a boniiM Phmrmaotmm

S La seule peinture ne chan-4
1^ geaol pas le couleur 5
S
Prpare spcialement pour!
le cli.i..i d'Hati I
Q

I
The Charles H. rown Paint Co I
Geo Jeansuie Eug. LEBOSS & Co
Agences Reprsentations
PORTAUPRUVCE
Agent gnraux de s
9.ecker Jones Jewell
M.lli..I Si <-c
NEW-YOltK
Fartnaa Huyariau O 0boula Houga atc

Franklin Pire Insurance Company
. NEW-YORi:
Asauianoe contre l'incendie
;-----------
Diamond lalch Ce
* Allumette i Safe Home i
D. S, Rubber xporl Compan)
Souliers lied'
-------------
Chas F. lattlajjeci Son
l'otesons saie en tous uenre
Manufactures Lile Ins'ce y
Assurance sur la Tle,
Suilliou Frres Ciu
Vins & Champagne Bordrqua
Ht, ||. un ,j' "
kCOIE^UAlilTK
<>urre Danois, fromage et conaery a
anmenti. .,
IV. S. lalbews a* soa
Tabace jaunes at olrs.
La Rationale
Sans M val
Cigarettes.Chantecle.o
I livoli de deori
2k.
Simplicit
des appareils
radio graphiques
LA Radio Corporation of America s'est donn la tche
J de faire disparatre lis errone*,le E
l'exagration et les prtention! idictolre, qui en*
tourent la vente des uppareils i phie,
de nos jours.
Elle a rpondu, simplement el fiaiiclunient, aux ques-
tions qui se posaient l'esprit d perspective d'appareils ndio)
pour lu vente, tout put-. .. .t. I lt, et des] cala
porte de toutes les lu -sis. des appareils rcepteurs
RADIOLA. sin.pks points essentiels suivant.
1. Qualit de ton r< pr
instruments d< musi |ue, cai i i Iti ition mcaniqui.
2. Slectivit permettant .i quiconque 'en cerl de
choisir Us pro^ua. i s, mis par n'importe
quelle station, sans tre drang par les autres.
3. Volume donnant au programme que VOUS choisi-
x ssez, une sonorit et une dard parfaites.
4. Sret tt dure vous soir .i ,l constants, qui sont niainti ni II di our en joui, sous
toutes les conditions, et en toute I CeSBaOO toutes
ces qualits sont prsentes; et en plus de eed la r*
ception longue distance, et une jouissanc< ininti I
rompue tant que l'appareil c.t m si rvii
Les principes fondamentaux des RADIOLAS. des
lampes RADIOTRON et us HAUT-PARL"URS RA-
DIOLA repoee.it sur des bases immuables, au devant
desquelles les prtentions exagres tombent d'elles
mmes. Ils ont maintenu d'une manire soutenue les
responsabilits imposes par la position en tte eju'ils oc-
cupent- car ils ont acquis tt conserv la confiance de nom-
bre de millions d'amateurs qui s'en servent.
Donnez-vous la peine d'inspecter ces oppar.ils clbres,
qui sont le produit d'une seule organisation durable, qui
est Seconde par des ressources certaintc, et une garantie
de service, qui donne satisfaction. Notre reprsentant
offiricl le plus proche ce fera un plaisir de vous expliquer
tout ce qui les concerne.
Radio Corporation of America
Th Wtai Ifulatt Trading e Cap-HahUa, Ooqalvei
Blaaa-a aarv.ta
iola
PRODUIT DE RCA
Cl

Procurez-vous vos jolis cadeaux de fin d'anne
Chez
\
. BALLON! FILS
Vous y Irouverez aussi des ai lit les pour anniversaires de
fianailles, de mariages et de baptmes.


LE M\T!N- i 3 .Novembre J9%*
RESISTANCE 01: ELASTI ITE
Le* rUituU i b er*ui i> i
l'emploi du K'up twt* d -
nent la rpon*.
Sup w twist ** l eoftl
extra~laHt> .
bte, 4*1 il>t* /> G / i' r
eaprent-tm i,t pou li oonn
truclion de* Ptt fj//> ? /Jn 17 > t.
Somme ce nouveau type de pneu, Sopeftwist est plutt laite pour absorber le
chocs au moyen Quand un pneu Eood leur, lait avec des cables Mipertwist heurte une pierre,
ce cable lastique cAde an choc, llchit, l'largit et ici.mine i son iat nor-
m I comme une bande en caoutchouc.
Outre leui lasticit, laconlorl qu'ils olfrent el la lacilif a?fclaquel'eon peu
conduire les voitures qui sont quipes avec des pneus Gond tear lait avec S'1'
Ueiftist, ci s pneus sont des merveilles ,1'. i durance et chcou mie.
Les pneus &ood Yea* &onl les seak fabriqu!
avec le Superlwie.
Good ear est synonyme de long ser. ice%
TbeWes1 Irnlies Tradiiig Company
Port-an-! rince, Gonaves
Cap-Hatien
||a>tian Mercantile
liompany
i t iy|i tionnaiies de la Hatien
Mercantile Coropanj rur<>
A-.mLle Gnrale New Yo.U
coniormraent aux statuts, "t
d1"- d de dis-oudre 'a Sonl'.
Ils ont, en ci.m qui ce,d("s'nn.
rommf Liquidai, r !e sieur Geor
ges N\ Kl IH-KK.
l'orl lu l'rmce.le l octobre IV19
Le Liquida f ur :
flgni : Georges W. Kl lllkfc
Le Dp lTHOM "
A 1 lui m ur d-ivi< r s o'ienl
qu il es! de retour du son fov ,e
des ta'
Il saisit l'ocra'ion pour annin
c*r au public qu'il aappnri avec
lui un appareil perfectionn
Diathermie lui permettant d'entre
prendre I* traitement lec ri jue
' diathermie de rrlaines a'fnc
tion* : mtrite et en 1 > mMrite,
llleniihorrah^,e ut *e* eOBptioa
lion i.l'ro*! alite, lo-nbagi et 6ral
giesJiver ses, h'mrrhoila* etc.
La maison HJSilvera
Av s
.J'ai I honneur 1'avlaer le Pub'ic
I le Commerce qr, pirlir ds
celle date, j'ai ouvert une mnison
de MnoDrca. Kue amricaine,
sous la faUon de :
W ANDKRS)N
La maison s'occupera |priinipa
lement d'Kxportation.
Atfi
Spasialite de tleur a la main
de toute beaut,en soie el organdi
pour robes el ehipesai.
lindraux pour lh(.Ure et pour
chapeaux
Coussins e' bit-j >urs dernier
genre
Venez v ir les molles ^es
dames. Mesdemoiselles et I lire
vos commsudrs.
Rue 5, No 1217
Peu de liose prs de .'Ilot 1
Moutagce.
., _.. en ort. vu le jolies articles de lineeque vent
Ceux qu- n *" Ra d*aat. dans leur ntret.s'empres.ar
^*SG&^* p-'-* lrouver '-*
^B attS tonl^letTt^ubeaut et l 1 i.'V. toute ciiurnac
*
Voiles coilMir barres
Bas dentelles
|t;i* soie orod-se
lus fil brods ,
I all pour premire Communion,
Couvertures blanche et couleur sup
Bandes brodes Madera pour
chemises et |upe
Voile blano :\ barres
Ittitine blanche
l.ahardine blanche
t.rpou blanc e'. coulaur Jour
Voile et couleut uni
Chemisettes allemandes sup.
Brabant noir anglais
liuitalton toile ecruo
S rvieltee de toilette blanohee *ooaleur
Napps oouleurs
lapis cir blanc s;i|> pour tables
Molle'ons blanc et oouleur sup,
peignes franais & amricaiu
Organdi bianc & couleur
Lainage couleur anglais sup.pour jupes
Madras bai'i es ds soie pour chemises a
hommes
Satinette foulard pour robes, nouveaux
dessins tmMm
Oamasse anglais pr.matelas double larg.
Crpon \ carreau* de soie et a fleure soie
% oile glngham.
t
Aimables clients, vous qui voulez porter,!peu de
Irais les plus beaux tissus qu'il soit possible de
lrouver sur cette place, ne manquez paa,; atanl
d aller ailleurs de pMeer cbe^aou o te meUleur
jeeeuil vous est rserv.


*^*4&rAl!++*l>S** *>
Conrainie iin^rale
TrauatlaUique
Le sieHmer Caravelle y r.'
ats B rivaux lai courant ial at'i
d l'orl au Princa le M).
Il rpptitira Ir lendi son
ajrrie pour San I if go de Cul a t
le jorls du S
Limite d I itinraire seni liaee
rerrivt'i du vapeur.
L'Agent, ?. Pou. I. R0BEL1N
Potion Olfered
A lirst clan b ai kan itb is nee-
ded AppU to Nations Hnilnmil
Ccnif an v of llinti.
Offre d Emploi
On demande un loignon de.lere
ciajae. S'adie-ser la (.ompegiiie
rtationa'e d< s Chemins de Fer
fciU _________
A II HIV
A partir du /' H "'"'''
prorlium un maison b \tse, 4
grandes pices, .' avi
tout-s tes tel '' '" 'N-
^adresser ..- < Jtfauwi
Nous pa\ous .t) cenlinii' t
Mire olflceangle dt- Ruea Ml
facis et du Centre la h\re de
E-*ina dcortiques lieu il ( / u
res)
Sert I hniqu lu l) ni
terne' 'le l \gncultw?.
HOTEL S" KllSE
ituc la Rue de la G'oiv
Liw'og rxe
8in!ca de 1er ordra
Q\ il
Tre$tone
y ------
PRIX UMDERE3.
PNEUS k \Mi
Sont les meilleurs.
(mobile Rendent be woupde laquht tepneusiIor|n eserri
laafon. ... dVsa kmoue **.. ^^^^^^f^^ZA^il .
voiture contre ivs ec<'U8*f p-rpmelMe* 'll '""t"" '
Fuy- trou CI../ Mesaieurs Luciaoi tt D.-I Percio, Cap-Hatien, F. Mauwum port-de-ian, l. &*m troi
L(8 frais d'entretien d'une au
ou cl../ I gaol Qnr la Port>au P< loce,
Rue du Quai
s =
i
&m

10 Rue des Csars


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM