<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN ; Au. a'} % %  liti ciain 1 |X |0g 1*8 dl D I ni IU U| n pu : , pM i. mSra duoa M prhension funestei l'une con itoa qu'il D4 compraodrail pa. que | ;i |, )U pi %  dteii'i 11 qui a pe.-Al le jn/arnent. i n • M rapp lli p n avo r tu. I ioMil si 1,-rnnQe. Il I'* ; i l'aile voulait panir pour h Domloicauis. Comprenez-vous n peu rama d'un fou qui ne reverra plus sa f-mme, qu'il aime, cl qui ne trouvera pas alors quelque 'aison ;i ses ( iiiportemenls. Mais oui Cest a lemrna qui les lui offrait La Uinialra Public a vu un criminel confient en un nvro as. Il a crainl pour la vie oVs voisins el dt\s parents de Louis saint Drivai.. C" al la suite d'une pr noire libration que le prv nu avait tent d'abattre sa mre et son trrp. Kt ces i.'erniers rapp.ll,>nt la vie pci/n nte du malade! ses excusions dans les rgions voisines de Sava Delte ( et toute l'ameriime d'une existence jamais finie .. LsCons'i!s de l'accus auraiei.t lsaosdoute reprmdre les alli'mations des deux isull t moins, de 1 1 m-e et du pre, pour %  'tendre divantacje sur (Irresponsabilit Lea c mira lie lions des diQi r nies dpositions du prvenu lui mme en ai raient t d'autres preuves, ht puis, lib aprs un preini. r Crime, pourquoi aurait il tent d'iSs.i.'si-i r si mre, coiilre laquelle il nDourriaaaji aucune Wioi l'instruction n'ayai t rvl aucun motif rciprc<| nd hi il e Le Jury c ut la culpat-ilil. Nous n'avons pas un asile d' Jins. T est juste qu'un fou toit i mpi M is la peine prcvM par le lgislateur n'tal point la liteu tio•), h ri Ips.on. ou l\ mpritonne m ut. f. s i x'gences de la loi oi t conduit le .'uge Lon Pierre, i rai lent du t ibunal, condamne Drivai Louiaaaint trois ans de travaux 1 )rr. A la b rra de la dpose plaidaiei t .*l aCharlmrra el I' l.re. le 'u y ait prai Ipir M U flen r tt M Isnard Maynri d, Subsii'ut du Commissaire tu G nvernemeni, soutenait l'accusation. Administration Gnrale des Postes Avis de dpart Les dpches pour New uik et l'Ki i )> %  ( iNn Voik direit ) par le steamer l'anima seront 1er BBes samedi I ducuurant. Port au Prime, le i >ovembrc \'<'> Tlit loyal H.-iil Steam Pakel Company Le steamer Culebra venant de Kingston. MI utti ndu i Jacmel, le 23 Novembre courant. Il chargera % tous lea port hatiens directe p-nil i oi i I li tope. le i-1• iiii M Ivaia M nin dehings ton, est attendu a Jacmel le 7 D Ccmbre prochair. Il chargera tous le* p it-l ; itieus directement P ur l'Iran 1 fort au li ii ce, le .i Novembre 1925 .1. liAALDKH II Agent gnral pour lliiti Le DP MTttH A l'honneur d'aviser s s 1 ienls 1 U 'il 1 i da i> l"nr de son vovage ei hta'slluis Il saillit l'ociufion pour an mm etr au jublie qu'il aai i< rie n\u )ui 1 u appareil i" if Bliooaa' Dia hermie lui permettant d'tnl e f rei.d e le liaitement hc riqne du thermie de certaines a tioi %  : ffltrile et end mtrile, 111 Luhorralmgit) et se compli a lions.Prosltile,'i mbai,oet 1 e>ral les diverses, biuurrboldci etc. Parisiana Dimanche In grand lilm franais PARIS Superproduction Aubert Vu l.i longueur du film la loi le commencera 7 h. 1 2. Tout. Brisa de laveur sont supprimes pour celte reprsenta lion. Fnlre 3 gdes Balcon i gdes Loge ."> gdes Seules les places dp Loges et Itilcons seront rserves. Varits Dimanche L'Instinct 4 parties Vi'omine aux Troie Man'iuai :ime pisode 50 centimes /. %  iero Ntlio 1 il I lijgine Pni>l qui nom comtnmi' que la no'e tuivanU : HDROPUOBIB Il est -.se/ diliijile d'tablir jtsqu' quel point 1 li;-drophob;e existe parmi les chiens en lliiti. dpend ml J ( ;s cas iso es se dve loppeut d.iLs presque tous les po nls du pi\; il est donc essen tiel p >ur enpch il que la popula lion ne contracta la ma adiedel'en WJ 1 1 li / IM 1 li eus, ce qui cons ti ue un problme use diliicile so utio'iner dans un pays o les chien uni en si grand nombre et o l'on ne s e.-l limais souci de les unmitri uler La so'ution la plus pi tique consiste accorder une nu. I.IMII plus souteoutl cet a imtux par l'adoption de moyens de conlrle ellicaces. 1 u vol cas mois de; sien et en d v ri endoits boa n mb e de chien ont t a teints de la rag^; d ast e pari ces jours draura, le S .vice dilvgne a t ii.l'orme q 1 %  d s (biens enrag> o t t atilua iios la lgion de Tl.omi /eiu Heureusement ces tbicBl n ont eu le temp^de mordreaucua tre humaia Ils fjreot abiltua et entens pa les soins de, Otd ciels de l.i I .lit-, pour viter toute suite 1.1 lieuse ii etpeul lre bon d'abattre sans retard tout chi n sur lequel on a quelque dou e Cepea i.ml tant donn que loua les os -.uspeo s ne sont pa* aituitin nt i\>n cas de ri-gi, il e.-l essentiel d< c .im/iur le dia^ LO'tlC. iJuanJ l'a-iimil est -U'pect. on d. va le mustler el le tenir a l'ai ta h : durant une bemiiue au moins. Si 1.1111 11. 1 ne mejrt pas, il B'sal pas all.iut d< la ragr.mais si au conti. ire il meurt, cela peut prouver qu il tait aiteitt de celle maladie (> tendant il est e?sen liel de fa re l'examen du cerveau pour obtenir uu diignos le positif. L'ai imal devra tre nom ri tandis qu'il est en observation. Le Service d'Ilyg'ne fera heu r de pr ndre a ch-ree !• ut chics -enrtg qu'on ammeneri a l'un des dilfcreiita officiers San laites. Chaque cas sera soigneuse ment tudi. Si la population nous donne tout son concours, il nous sers possible d'avoir dis lments qui seront pour le bien tre de la population. %  I MENAGERES! Pour tindre tous tissus : LAINE, COTON. SOIE. *tc... aucun produit D'gale "la MAURESQUE' tnitmel**.* •waM.'rharmacMW.BfCH Pluia. if 1. JMHl>KR' )f, J, plu, VolUll. tt kmui boano mugunt dt Valu. Ttonw H grumu .1 jnmm .•*' '• 'ttt-tnlt 1IV"C FISCOQ. ASN1RES trmm w FAUT AUX 0 MERE5S La confiance de plusieurs milliers de personnes est ce qui aide rendre L'EMUUSION SCOTT le tonique nutritif le plus populaire au monde. L'Emulsion Scott produit de la force. H y a I s i| i;ii)ltl.'> de luis sur U terre, mais il n'y a qa*oo Seat loi. Boi du li m uni dit'' ,|i ii' h qu lli'.C'asI Pi il E ux la,o le t: nova I plus joli ;t ^ -or ri.11.1t d* m 1 rli.-u. disfs eo (tus q inrea. (La Petite Revue Nous avons re<;u le premier fascicule da mois de Novembre de > La Peti'e Revue • qui contient les iotressintes mvirrs suivan tes; (J lestions du temps prsent: Leltre de Paris Il iti pittoresq ie : La rivire dj II. ut du Cap. — Causeria sur la construction.— Une lii.on de pdagogie. — Il y a un mois.— Dans le monde des livras. —Capitaine Julmeif.'onle. — La mode Irani; u se— Il s'oir; dllaili, R. P. Cabon. Oeisirez vous Serviette de bain, crpe de chine, crpe Georgatte, crpa maruciiin, de toutes nuan ces cretonne, ilrill de toutes cnuleiiis, c hapeaux pour huniMii! et dame toile drap et nappe, gabardine pour liomin souliers tennis, parfum* Coty, llotibigant chaussette et bas de soie ? Vliez chez Joseph Poujol 17 3', Km du Magasin do l'Eut. Mm Beure Pius d'un demi millioa de pe s luoe lgantes sont eut tin ue cou trac er mariage • VENEZ VOIR: C'est la kfHIUI-NJ 1728 Maison JKNAU > HORTADO ; que l'on venl ton es sortes de ch* peaux ,lv,nc vous n ep'aise!! airousacli't z avecei l'aitres articles, TOUS tes alors su-du, su:ca et furtout de I' flection de qui de droit. M is, vis.t z d'abord l'tt ild.s*em JUI. + Avis ^Spcialit de ileur la main de toute beaut,en soie et organdi pour robes et cliape&ui Bandeaux pour lli'i're et pour ebapeauxCoussins et abats pur* dernier genre. Venez voir les modles. Mes damef. Mesdemoiselles et hire vos eommandfs. Kue I. >'o 1217 Peu de Choserri de l'Htel Montagne. Au Coq qui chante lV( \7fi Rat C"'*ndnt *m*****1**W ^J^.'£*l£*S£ Le vneu i


PAGE 1

DIRBCTEUa.PROPRIKTAlRE lUPRIVEtiR Clment JVlayloire BOISjVRHNA 138^Kue,;Amrloln. NUMERO OQ CENTIMES Le Matin Quotidien TELEPHONE V 242 19m ANNEE No 5654) PORT-AU-PRINCE ( HAIT! > J;n remanju que les li'-cIfKilions des hommes larieux ne lont jjiire d'impression que wr ceux qui sont furieux etix-mHl. 'S. loD'wuipn SAMEDI 7 NOVEMBRE twJfi' h Mort le .* Pendant ces temps derniers, M. Borno se recueillit pour tudier avec courage, et sang froid la situ tioo politique et l'tat social actuels du Pays afin de se rendre compte de l'inutile et mme dce'yn au nom du Barreau i dis Cayes. Ce dernier souligna combien en sa d)uble qualit de batononr et de directeur de l'Ecole da droi', il tait heureux Id'aftirmer <|ue le barreau tait fier de sa nouvelle a ij lisilion en raison des hautts quilit's morales et io'ellectuel es qui distinguent Me Emmanuel Thard s. Ma Th ird rpondit en al Armant, qu'il saura toujours mriter daas la % %  Trire l'estime de ses ans. NJUS envoyons au noivel avocat tous nos souhaits de bon succs. Concept Petite ChrOeiOlfl chaudes da pria, ur*. l'autre tait noire, noire comme un beau jais au cou d'une jolie femme. Toutes deux, loisqu elles riaient, mon traient des dents immacu es, cha cun de leur geste avait une grce exquise, elles avaient des regards o passait, dfaut de tendresse, toute la chaleur de leur cœur Kl u K riaient sur le iront une large nde de soie rouge, elles por taiertt des robes histories comme no* tasses d'o moctait la fume de notre th Brune, noire, parfu mes, riantes, ayant sur leurs le vres charnues dei sourires de b 1 les fleurs au matin,sur leurs deux visages cette m iue meateuse qui englu J, noua leur fl ns boa ac cueil. — VJUS prenez, s'il vous plat, mesdames Elles jetrent un regard sur nos ta-ses aux anses inlgantes, se re gtrJrenl ensui e co i.me pour ta cinsulter, puis hsitrent. L'un de nous ajouta : — Nous prenons du th chaud, c> vous va t il ? ou du kola glac? Elles sourirent encore, secou rent l'clatante lumire lectri que leurs deux corps frles comme oiseaux au soleil et noirmt par nous dire de leurs deux voix fui MM. — Non, messieurs du rhum Nous nous empressmes : — Garcia, deux rhums Les deux petits verres o ruti lait et tremblotait la torte liqueur d topaze furent apports aussitt. Elles burent... Quelles taient belles... boire Nous les regardmes boire. %  Mais nous, comme il fut dli cieux le th chaud que nous bu vions lentement dana les tasses lar|es soucoupes fleurdelvses. f\ l'Asile Francis La Pte paronale de cet Etablissement de Bienfaisance aura cette anne un cachet particulier. E le sera clb-e le2i Novembre. Il y jura comme de coutume a 8 h urcs du matin Messe avec chwit et musique, et aprs la Mew. la bndiction, par Si Grandeur Monseigneur Conan, da la ti'ua de Ste.Thrse da l'Enfant Jsus. Cette crmmie sera reh nsie. par la prssnce de nombreux Par rains et Marraines convis par le Comit de* Dmes Patronnasses qui ont bien voulu accepter de s'occuper 1s l'oncmitation de cette (ete et de la driger. Ls pe-sonnes prsentes cette crmmie pourront en mme temps recevoir les loti gagnants da la loterie d int le tirag %  aura lieu peadint les divertissements de la miUoe. Nois levons a mi annoncer que l'Asile Kraaetis c impie bianlot donner une lljprsentatbn cin matogi-aphiqje de la cinooisition de la Bienheureuse Ste Thrse, film uiiqua dins ses dtails et que le pub'ic ne manquera pas dap%  rider. U Problme est trouv Voici le programmqui sera excut [demain, au Champ-de. Mars, par la musi]ue du Palais. 1. Neioelunge, marcha : Wag 1er. 2. Fontaine de jouvence, ouverture, K. L. hiny. 3. LaBircarolle, vaUe,|\Valdtenlel. 4 Inmelodt Land,slection: Seredy I. Pomposo, solo de contre-bisse: Al. Hayes. 6. Ilest minuit, srnade: II.Ltbit. 7. Le Sit'eur et to i chien, caprice : Pryor. K. R>\v row Rode, fox trot : Meyer. il. Meringue — t Petite requte Il nous est revenu que le train de quin/aine de la Compagnie Nationale des chemns de fer faisant,le 2noe diman lie de cli i pie mois, le Iralic Port au Prince St. Marc, a t supprim. Les passagers s'en plaignent et n lus prient d're leur interprte auprs de la Co npagnie pour de mander le rtablissement de ce train qui rendait de rels services. Nous transmettais volontiers cette petite requte li Direction de la Compagnie esprant qu'elle y accordera sa meilleure attention. Ne donnez pas boire aux fous Le; petits commerants qui tien nent, un .> i partout Port auPrince, des dbits d'alcool, n'h sitent pis servir aux fous des pi'its verres de ce terrible excitant. C'est daugereux ; car, l'on ne peut s imaginer quel crime horrible peut commettre un fou eu tat d'ivresse Ht donnons pas i biire aux fous. Candidat la Magistrature CotnrQunale Nous avons reu, en nos bureaux, la visite de Mr Charles Mi cbel qui nous a annonc qu'il e prsentait, dins sa Commune, aux lections communales du 10 J in vier prochainM. Michel est act tellement Magistrat Communal de Mirebalaiset il jouit de l'estime de ses adminis trs. Nous lui souhaitons bin succs. La p'us grande Maison de Tail leurs de Chicago, la Maison Edward E Strauss, la plus ont versellement roanur el o sont emoloys des experts anglais,fran i; tis etc pour la confection des cos tmes de fiotaisie.de crmonies, de sports etc. pardessus de toutes sortes, c quelle, et ceintures, est maintenant tablie en llai'i Rjouisse/, vous messieurs de cette bunne nouvelle el venez voir le merveille x catalogue di:s j > is Tissus avac en regard les diff rents Styles des Costumas La mii son recommande, a part ses aie hers de eotums de fantaisie,on s'elier spcial des costumes de ce rmonie tels que : 8m>ck ; ng, Ja ? [uettes, Red ogotes etc, la con action desquels, des experts sont affect. Les clients reoivent gratui'e tement avec -h que 'immande, une jolie ceinture en tissus ou en cuir, en harmonie avec la cou'eur du Costume commande. e'Ie est munie d une boucle en mtal ga ranti,ousont incrustes'.aux choix, les initiales du clients ou un lu si gne quelconque. Les mesures sent prises et les coniilions fltae par le reprsen tant Franois LETELLIER, 115 Rue Bonne Fui, Port au Pria ce II m li Les commandes sont remises en moins de 30 jours, PnScaleulation du temps par I. G. Tippenhauer Demain Le 8.— Pression atmosphrique 0.1 au dessous; temprature 1. au dessus; index du temps 1.7 posi tif: Probabilits pluie 0.9 ngatif. NOUVELLES El RANGEAS ADelmas A l'occasion du deuxime dimanche du mois, il y aura ,m -se demain sept heures, la Chapelle de Delmas. Cours Spciaux d'Anglais, de Franais, de latin' • uiatiques PrparalioLS Gorales des jeunes gens au Baccalaurat. Prparations spciales des jeu ses geus qui se destinent aux Sciences par l'ingnieur II. 'I i|i|n'iiliaiirr invitant ceux qui veulent s'inscrire le faire au plus lot en son bureau sis Angle Rue l-'rou et Hpubli came ( tage de Oardiner ) de 9 h. a. m. a, 1 h. p. m. Le cours spcial d'Anglais sera ouvert partir c*u 18 de ce mois et ta f ait i 7 b. prcises du ma tin. Le Mardi, Jeudi et Samedi Les conditions sont exception n elles. Veuille/ vous inscrire bien vite. Quatre mois suffisent. PAR CABLE A la'cliamlire liarniiv Grande vicluTe politique La?olicii dH.'W-Y ploie los chars ork en* in I \i de MPainlevi P\HH— A U cliimhre, maigri l'insistance des pirlis de la droit* et du centre, M. Paiolavi i rtfu a de dise iter la questi>m lyriaa ne jusqu' l'arrive en l'V m tin. Les ordres el |le deman tes de secours seront Uaieuai ptf radio tlphonie. Le (lill.'rend \ coloinlio -npiiiforieii 11| 11(1— Le Gonv ruemeat pro \is rienne n pub i une note eipli nnenl les aaieee rai l'ont oblig de rompre les relations diplonati (pus avec lu Colombie. Cette n v llflrme que le trait lign il y a in i mus p ir les repr entants de la Colombie, du Prou, du lt r sil porte prjuaice s l'intgrit 1er ritoriele de l'E(piateur • liant 'ion n que saus raison el a mlraire menls a des engagements pris un trieuremonlave fcetl i dernireM tion, la Itepiib ique de i. il nnhie n signe un parte illgal KVM le IV rou et le Krsil. Nouvelles'diverses L\ PAZ lUoiviej— Li auivefl tion du parti rpublieitin se runi ra aujourd'hui Oruro pour exa miner la question des lections ( (rsidentielles qui diivut avo r r i %  %  i le 1er Dece nbre. lusqo a pr sent le seul can lid..t ofli iel est M. Ilermano pour la prsidence et M Abdou Saavedia comme vue prsident. MOSCOU* |Le commissaire Sla lin en prsence de If .000 peiaon ns rassembles sur la Place Itou ge a lait l'loge du Gtaiml r'nin /e euterr dans l'une dos crypte* du mausole Lnine. LES COURS • i Novembre NEW YORK Kranea |S 61 Sterling ft.48l PAK1S—Sterling ISt.OO V'rancs 11.00 te centenaire de l'enveloppe (jomme C'est, en effet, en IHi.i qu'un industriel anglais, M. lire .\ es, U ui dans le commerce, alors que jusqu' ce moment on se ser vait de cire ou de pains k cache ter pour tenir les enveloppes fer mes. Malgr le OM pratique de cptle trouvaille, il 11 lui bien une lien taine d'auu iaa |i li r que lenvelop pe gimme lill utilise gnralement. Ce fut, dit ou un noble du X\ Ile sicle, M. -le Vallyer, qir, le premier, eut l'ide d iiilii I s enveloppes. Jusque \\, on n'i" n vait que sur trois pgeS| el lu qua trit me servait pour la sueeriptlOI de l'adresse du destin a'aiie : puis, plie en deux, quel pies pains a cacheter tenaient la lettre ferme. M. de Vallyer imagioa denfr mer ses missives daus une autie feuille de papier plie de certaine faon, mais on jo^ea celte nxu veaul uu peu excenlriqu'; et, du rant des annes, on con nu a de fermer les lettres I ancienne ma nire ; un sicle plus tard mme l'emploi des MVs | BM | m ne s'tait gure encue gnrali-. Maurice Etienoa fils larchandises tranaines Port au l'riao. BS Aie Asanaeia d sa feniino il tente ensuite de tuer sa nicre et son frre Les Conseils de l'a ont plai i.; jeudi la tolie. Folie mt rontltiite.altern iiiv d • lucidit il da draison qui I ml de LouieaaiQt Drivai un travailleur mliiiuilile. soucieux das riaqaeadu lendemain, i un dea Meilleurs cultivateurs de la section de Sa va H3l te el un mm jaloux, hargneux, que haute le dsir de luir par les huiirgs/de la section, s ns raiaoo, parce que sans doute se profile l'ombre de l'amant... dans les regards complices, moins ;.imabl-s, de lalemme nui n'aime plus . Il n'a pas comparu, oet amant, fclxiste t-il .' L'inatruclion no l'a pas rvl. Kl puis 3 u'auraii il a port de bien juicieux un d •,, par la lecture d loterru-aloiresprliiui.i, in luJuge d'iualrucliou, par toutes soi te de rponses du pre nu aux question intelligente-, lu Jury, qu'on avait athi e i un tou. U eat calme, l'appansiijuJU LI *• :.-^v


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06569
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, November 07, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06569

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRBCTEUa.PROPRIKTAlRE
lUPRIVEtiR
Clment JVlayloire
BOISjVRHNA
138^Kue,;Amrloln.
NUMERO OQ CENTIMES
Le Matin
Quotidien
TELEPHONE V 242
19m ANNEE No 5654)
PORT-AU-PRINCE ( HAIT! >
J;n remanju que les li'-cIfKi-
lions des hommes larieux ne
lont jjiire d'impression que wr
ceux qui sont furieux etix-m-
Hl.'S. loD'wuipn
SAMEDI 7 NOVEMBRE twJfi'
h Mort le
.*
Pendant ces temps derniers,
M. Borno se recueillit pour tu-
dier avec courage, et sang froid
la situ tioo politique et l'tat so-
cial actuels du Pays afin de se
rendre compte de l'inutile
et mme d peler, en Janvier lirirj, les (Las-
ses populaires illettres autour
dea urnes pour des lections l-
gislatives.
t^Et's meneurs de l'opposition
prirent cette sage expectative
pour de l'hsitation et de l'in-
certitude. Ils s'enhardirent et,
suscite et entretenue pt eux,
l'agitation dans le pays tut ex-
trme. Ilien n'y manqua, pro-
testations sditieuses, menaces,
insultes contre les Membres du
Gouvernement, appels l'insu-
bordination contre la Constitu-
tion, les loir, l'ordre public.
Mais M. Borno eut le grand m-
rite de ne point se laisser trou-
bler par toutes ces clameurs.
Soutenu par la grande vision de
l'intrt national sauvegarder
avant tout, il regardait tran-
quille, la vague dferler ses
pieds et s'y dbattre en convul-
sions inutiles-
Avec calme, mais avec rsolu-
tion, il scrutait les conditiors
sociales du Peuple Iniiitnan
de savoir si le statut politique
actuel pouvait tre chang avec
profit pour la Nation,
La rsultat de cet examen
minutieux fut tel que la logi-
que et le souci de l'avenir na-
tional l'imposaient. Il montra
que la masse des lecteurs n'-
tait pas, actuellement, apte se
choisir consciemment des re-
prsentants pouvant aider le
Gouvernement dans les uvres
de paix qu'il taut accomplir si
nous voulons suivre les peuples
qui nous entourent dans leur
marche rapide vers le progrs.
Ce serait, dans la dplorable
tat actuel des choses, cr par
les tlversaires du Gouverne-
ment, livrer lhcteur illettr et
frustre ses pires ennemis que
de l'appeler en Janvier /0^6
lire des reprsentants qui, une
lois lus, oublieraient bien vite
qu'ils tiennent de lui leur man-
dat.
Et la Circulaire aux Prfets
vint mettre o aux turbulences
des opposants.
D'na s ul coup de boutoir
nergique et salutaire, Monsieur
le Prsident de la R publique a
frapp a mort l'opposition n-
faste.
Opeidant il tait prvoir
que I opposition finirait de celte
sorte- Brandissant un progiam-
me qu'elle savait bien menson-
ger et irralisable,elle avait b?au
coup promis, tout promis au
peuph ; mais ITiure des rali-
sations ayant sonn, le peuple
n'a rien vu venir.
On ne peut pas ternellement
tromper. Ce serait une bien
trange destine, un bien tris e
sort pour notre malheureux
piys s'il tait condamn- ;' ne
toujours se co itentet que de
vjgu s promesses, verser son
argent dans des caisses sans
fond et ne recevoir en retour
que des phrases et ijs appels
la patience.
L'opposition devait ainsi fi
nir, car toute uvre qui, com-
me ell\ s'difia sur le sab'.e du
mensonge et dts chimres doit
fat dment crouler.
Nous avons eu la patient et
la force d'attendre cette lin
que nous savions inluctable-
Mise en face d'elle-mme, l'op
position fut si effraye de ton
spectre qu'elle en est morte-
Lorsque bues
boivent
L'autre soir, S U devanture d'un
petit cat propret, nous sommes
rests longtemps, moc ami et moi
boire du th brlant dans de lar
gea tasses histories.
La suit tait belle II y avait des
toiles, un peu de lune, quelques
nuages, juste assez pour que li
ciel ne Tt point immensm nt du.
Nous buvions du th chaud dans
les tasses aux viv.s n'uminures
Nous ne disions rien, enflant nos
joues, nous soufflions de toute co
1rs haleine sur le liquide qai lu
mail.El, sur lts tagres, raDges
en bel ordre, les bouteilles, rem
plies de liqueurs multicolores, ta
misaient pour nous ta lumire
crue de la lampe rflecteur et
mettaient sur nos visages, nos
mains, nos tasses des lueurs bigar
res, oianges, vertes, rouges, liias,
toute la gamme du spectre...
Et nous buvions lentement, du
fh fumant dans des tasse* en for
le porcelaine.
' Deux jolies belles de nuit a'ap
"brochrent de nous; et.saLS pi -,
Avancrent deux chaises et nous
fmes quatre autour de notre ta
Lie tranquille. Elle taient joiiw,
vraiment. L'une tait brune coin
me doivent l'tre, en hiver, les
pches dans les corbeilles
11 e a r i e s des petite* mar
Prestation de mut
* ,Ls Mercredi 28 Octobre derni'r,
a eu lieu, pir devant le Doyen du
Tribunal de Premire Instance des
Haye, la prestation de serment de
notre jeune ami Me Jean Emma-
nuel Thard comme avocat du
Barreau de cette ville.
Le Doyen Clicourt Lon, en
terme heureux, souhaita la bien-
venue au nouvel avocat. Ensuite
prirent la parole, le Substitut Gi-
rou'e, au mm du Parquet et Mr
le BA'onnier Marcelin J >ce'yn au
nom du Barreau i dis Cayes. Ce
dernier souligna combien en sa
d)uble qualit de batononr et de
directeur de l'Ecole da droi', il
tait heureux Id'aftirmer <|ue le
barreau tait fier de sa nouvelle
a ij lisilion en raison des hautts
quilit's morales et io'ellectuel es
qui distinguent Me Emmanuel
Thard s.
Ma Th ird rpondit en al Armant,
qu'il saura toujours mriter daas
la Trire l'estime de ses ans.
Njus envoyons au noivel avocat
tous nos souhaits de bon succs.
Concept
Petite ChrOeiOlfl chaudes da pria, ur*. l'autre tait
noire, noire comme un beau jais
au cou d'une jolie femme. Toutes
deux, loisqu elles riaient, mon
traient des dents immacu es, cha
cun de leur geste avait une grce
exquise, elles avaient des regards
o passait, dfaut de tendresse,
toute la chaleur de leur cur Kl u
K riaient sur le iront une large
nde de soie rouge, elles por
taiertt des robes histories comme
no* tasses d'o moctait la fume
de notre th Brune, noire, parfu
mes, riantes, ayant sur leurs le
vres charnues dei sourires de b 1
les fleurs au matin,sur leurs deux
visages cette m iue meateuse qui
englu j, noua leur fl ns boa ac
cueil.
Vjus prenez, s'il vous plat,
mesdames '
Elles jetrent un regard sur nos
ta-ses aux anses inlgantes, se re
gtrJrenl ensui e co i.me pour ta
cinsulter, puis hsitrent.
L'un de nous ajouta :
Nous prenons du th chaud,
c> vous va t il ? ou du kola glac?
Elles sourirent encore, secou
rent l'clatante lumire lectri
que leurs deux corps frles comme
oiseaux au soleil et noirmt par
nous dire de leurs deux voix fui
Mm.
Non, messieurs du rhum !
Nous nous empressmes :
Garcia, deux rhums !
Les deux petits verres o ruti
lait et tremblotait la torte liqueur
d topaze furent apports aussitt.
Elles burent... Quelles taient
belles... boire !
Nous les regardmes boire. .
Mais nous, comme il fut dli
cieux le th chaud que nous bu
vions lentement dana les tasses
lar|es soucoupes fleurdelvses.
f\ l'Asile Francis
La Pte paronale de cet Eta-
blissement de Bienfaisance aura
cette anne un cachet particulier.
E le sera clb-e le2i Novembre.
Il y jura comme de coutume a
8 h urcs du matin Messe avec
chwit et musique, et aprs la
Mew. la bndiction, par Si
Grandeur Monseigneur Conan, da
la ti'ua de Ste.Thrse da l'En-
fant Jsus.
Cette crmmie sera reh nsie.
par la prssnce de nombreux Par
rains et Marraines convis par le
Comit de* Dmes Patronnasses
qui ont bien voulu accepter de
s'occuper 1s l'oncmitation de cette
(ete et de la driger. '
Ls pe-sonnes prsentes cette
crmmie pourront en mme
temps recevoir les loti gagnants
da la loterie d int le tirag aura
lieu peadint les divertissements
de la miUoe.
Nois levons a mi annoncer que
l'Asile Kraaetis c impie bianlot
donner une lljprsentatbn cin
matogi-aphiqje de la cinooisition
de la Bienheureuse Ste Thrse,
film uiiqua dins ses dtails et que
le pub'ic ne manquera pas dap-
rider.
U Problme est trouv
Voici le programm- qui sera
excut [demain, au Champ-de.
Mars, par la musi]ue du Palais.
1. Neioelunge, marcha : Wag 1er.
2. Fontaine de jouvence,
ouverture, K. L. hiny.
3. LaBircarolle, vaUe,|\Valdtenlel.
4 Inmelodt Land,slection: Seredy
I. Pomposo, solo de contre-bisse:
Al. Hayes.
6. Ilest minuit, srnade: II.Ltbit.
7. Le Sit'eur et to i chien, caprice :
Pryor.
K. R>\v row Rode, fox trot :
Meyer.
il. Meringue
t
Petite requte
Il nous est revenu que le train
de quin/aine de la Compagnie
Nationale des chemns de fer fai-
sant,le 2noe diman lie de cli i pie
mois, le Iralic Port au Prince St.
Marc, a t supprim.
Les passagers s'en plaignent et
n lus prient d're leur interprte
auprs de la Co npagnie pour de
mander le rtablissement de ce
train qui rendait de rels services.
Nous transmettais volontiers
cette petite requte li Direction
de la Compagnie esprant qu'elle
y accordera sa meilleure attention.
Ne donnez pas
boire aux fous
Le; petits commerants qui tien
nent, un .> i partout Port au-
Prince, des dbits d'alcool, n'h
sitent pis servir aux fous des
pi'its verres de ce terrible excitant.
C'est daugereux ; car, l'on ne peut
s imaginer quel crime horrible peut
commettre un fou eu tat d'ivresse
Ht donnons pas i biire aux fous.
Candidat
la
Magistrature CotnrQunale
Nous avons reu, en nos bu-
reaux, la visite de Mr Charles Mi
cbel qui nous a annonc qu'il e
prsentait, dins sa Commune, aux
lections communales du 10 J in -
vier prochain-
M. Michel est act tellement Ma-
gistrat Communal de Mirebalaiset
il jouit de l'estime de ses adminis
trs.
Nous lui souhaitons bin succs.
La p'us grande Maison de Tail
leurs de Chicago, la Maison
Edward E Strauss, la plus ont
versellement roanur el o sont
emoloys des experts anglais,fran
i; tis etc pour la confection des cos
tmes de fiotaisie.de crmonies,
de sports etc. pardessus de toutes
sortes, c quelle, et ceintures, est
maintenant tablie en llai'i
Rjouisse/, vous messieurs de
cette bunne nouvelle el venez voir
le merveille x catalogue di:s j > is
Tissus avac en regard les diff
rents Styles des Costumas La mii
son recommande, a part ses aie
hers de eotums de fantaisie,on
s'elier spcial des costumes de ce
rmonie tels que : 8m>ck;ng, Ja
?[uettes, Red ogotes etc, la con
action desquels, des experts sont
affect.
Les clients reoivent gratui'e
tement avec -h que 'immande,
une jolie ceinture en tissus ou en
cuir, en harmonie avec la cou'eur
du Costume commande. e'Ie est
munie d une boucle en mtal ga
ranti,ousont incrustes'.aux choix,
les initiales du clients ou un lu si
gne quelconque.
Les mesures sent prises et les
coniilions fltae par le reprsen
tant Franois LETELLIER,
115 Rue Bonne Fui, Port au Pria
ce II m li
Les commandes sont remises
en moins de 30 jours,
PnScaleulation du temps
par I. G. Tippenhauer
Demain
Le 8. Pression atmosphrique
0.1 au dessous; temprature 1. au
dessus; index du temps 1.7 posi
tif: Probabilits pluie 0.9 ngatif.
NOUVELLES El RANGEAS
ADelmas
A l'occasion du deuxime di-
manche du mois, il y aura ,m -se
demain sept heures, la Cha-
pelle de Delmas.
Cours Spciaux d'Anglais,
de Franais, de latin'
uiatiques
PrparalioLS Gorales des jeu-
nes gens au Baccalaurat.
Prparations spciales des jeu
ses geus qui se destinent aux
Sciences
par l'ingnieur
II. 'I i|i|n'iiliaiirr
invitant ceux qui veulent s'inscrire
le faire au plus lot en son bureau
sis Angle Rue l-'rou et Hpubli
came ( tage de Oardiner ) de 9
h. a. m. a, 1 h. p. m.
Le cours spcial d'Anglais sera
ouvert partir c*u 18 de ce mois
et ta fait i 7 b. prcises du ma
tin.
Le Mardi, Jeudi et Samedi
Les conditions sont exception
n elles. Veuille/ vous inscrire bien
vite. Quatre mois suffisent.
PAR CABLE
A la'cliamlire liarniiv
Grande vicluTe politique
La?olicii d- H.'W-Y
ploie los chars
ork
en*
in I \i
de M- Painlevi
P\hhA U cliimhre, maigri
l'insistance des pirlis de la droit*
et du centre, M. Paiolavi i rtfu
a de dise iter la questi>m lyriaa
ne jusqu' l'arrive en l'V (nml Surul. La praliaol du
conseil ayaot'pox U qn stin i de
conlimceae -n\ ! ;i nhlenu un
vote de tOO voix contre 30. Lis
membres de l'oppiiiiion son! cm
tondus pu 'te viotolra qui est
cons lrs rimmi le plus jrrao 1
trio n.In de la carrire polili pie
de M. Painlev.
Complot contre la m
d: M- MM*iolni
arresutiiD d on dpot italien
LOS )R19 On MlgraphU I
Rit8 que l'ex dput
/. mobi a t arrt MM l'Inculpa
tion d'avoir prpar un attentai
contre la vie de M. Mussolini.
IlOUS La d luverfe d'un
complot pour uaaaalaer M i
et l'arrestation du dput socialis
le/inohi ont caus une grande
sensation dans les milieux politi
ques. Le Otaral Lalgi Capelloesl
accus d'avoir organis le comp'ot.
A^uliiiir du conllit
rjriVo-liuljjare
GENEVELa coremission d'en
qule numme pour rechercher
l'origine du conllit gro balgara
est ainsi compose pr i lent II .ni
bold, ambtssaieiir d'Angleterre
en Esp.gne ; Senigny. l'errano,
Fourtuin et Dealdlercreut/ respec
tivement membres franc ils, lia
lien, hollandais et sudois du con
seil de la Ligue d - N liions. Les
dlgus se runiront demain pour
discuter la situation et seront U
compagnes de quatre experts del
Ligue parmi lesquels se trouve M.
Cespedes, reprsentant d< la Co
lombie ils se rendront aux liai
liane.
NEW YORK A partir du i
courant le service du ta poil
N.'w York disposera i< 9 chars
blinds pour iffeetaerdes Mlroull
les dans les rues financires de
Wull Slreet ces nOBveaill dira
arms de mitrailleuses auront a
leur bord un personrel diplm
pourvu de fusils el de grend M >
m tin. Les ordres el |le deman tes
de secours seront Uaieuai ptf
radio tlphonie.
Le (lill.'rend \
coloinlio -npiiiforieii
11| 11(1 Le Gonv ruemeat pro
\is
rienne n pub i une note eipli
nnenl les aaieee rai l'ont oblig
de rompre les relations diplonati
(pus avec lu Colombie. Cette n 'v
llflrme que le trait lign il y a
. in i mus p ir les repr entants
de la Colombie, du Prou, du ltr
sil porte prjuaice s l'intgrit 1er
ritoriele de l'E(piateur liant 'ion
n que saus raison el a mlraire
menls a des engagements pris un
trieuremonlave fcetl i dernireM
tion, la Itepiib ique de i. il nnhie n
signe un parte illgal KVM le IV
rou et le Krsil.
Nouvelles'diverses
L\ PAZ lUoiviej Li auivefl
tion du parti rpublieitin se runi
ra aujourd'hui Oruro pour exa
miner la question des lections
((rsidentielles qui diivut avorr
i - i le 1er Dece nbre. lusqo a pr
sent le seul can lid..t ofli iel est
M. Ilermano pour la prsidence
et M Abdou Saavedia comme
vue prsident.
MOSCOU* |Le commissaire Sla
lin en prsence de If .000 peiaon
ns rassembles sur la Place Itou
ge a lait l'loge du Gtaiml r'nin
/e euterr dans l'une dos crypte*
du mausole Lnine.
LES COURS
i Novembre
NEW YORK Kranea |S 61
Sterling ft.48l
PAK1SSterling ISt.OO
V'rancs 11.00
te centenaire
de l'enveloppe (jomme
C'est, en effet, en IHi.i qu'un
industriel anglais, M. lire .\ es, U
ui dans le commerce, alors
que jusqu' ce moment on se ser
vait de cire ou de pains k cache
ter pour tenir les enveloppes fer
mes.
Malgr le OM pratique de cptle
trouvaille, il 11 lui bien une lien
taine d'auuiaa |i li r que lenvelop
pe gimme lill utilise gnrale-
ment.
Ce fut, dit ou un noble du
X\ Ile sicle, M. -le Vallyer, qir,
le premier, eut l'ide d iiili- i I s
enveloppes. Jusque \\, on n'i" n
vait que sur trois pgeS| el lu qua
trit me servait pour la sueeriptlOI
de l'adresse du destina'aiie : puis,
plie en deux, quel pies pains a
cacheter tenaient la lettre ferme.
M. de Vallyer imagioa denfr
mer ses missives daus une autie
feuille de papier plie de certaine
faon, mais on jo^ea celte nxu
veaul uu peu excenlriqu'; et, du
rant des annes, on con nu a de
fermer les lettres I ancienne ma
nire ; un sicle plus tard mme
l'emploi des MVs | bm | m
ne s'tait gure encue gnrali-.
Maurice Etienoa fils
larchandises tranaines
Port au l'riao.
bs Aie
Asanaeia d sa feniino il
tente ensuite de tuer sa
nicre et son frre
Les Conseils de l'a ont
plai i.; jeudi la tolie. Folie m-
t rontltiite.altern iiiv d lucidi-
t il da draison qui I ml de
LouieaaiQt Drivai un travail-
leur mliiiuilile. soucieux das
riaqaeadu lendemain, i un dea
Meilleurs cultivateurs de la sec-
tion de Sa va H3l te el un mm
jaloux, hargneux, que haute le
dsir de luir par les huiirgs/de
la section, s ns raiaoo, parce
que sans doute se profile l'om-
bre de l'amant... dans les re-
gards complices, moins ;.ima-
bl-s, de lalemme nui n'aime
plus.. Il n'a pas comparu, oet
amant, fclxiste t-il'.' L'inatruc-
lion no l'a pas rvl. Kl puis
3u'auraii il a port de bien ju-
icieux un d , souqua par d-i muiupl i inci-
den >, par la lecture d loter-
ru-aloiresprliiui.i, in luJuge
d'iualrucliou, par toutes soi te
de rponses du pre nu aux
question intelligente-, lu Jury,
qu'on avait athi e i un tou.
U eat calme, l'appansiijuJU
LI
*
:.-^v


LE MATIN ; Au. a'} liti
ciain1 |X |0g
1*8 dl D I ni IU U| n
pu : , pM i. mSra duoa
M prhension funestei l'une con
itoa qu'il D4 comprao-
drail pa. que |;i |,)U.
pi dteii'i 11 qui a pe.-Al le
jn/arnent. i n m rapp lli p n
avo r tu. I ioMil si 1,-rnnQe. Il
I'* "; i l'aile voulait
panir pour h Domloicauis.
Comprenez-vous n peu rama
d'un fou qui ne reverra plus sa
f-mme, qu'il aime, cl qui ne
trouvera pas alors quelque 'ai-
son ;i ses ( iiiportemenls. Mais
oui Cest a lemrna qui les lui
offrait
La Uinialra Public a vu un
criminel confient en un nvro
as. Il a crainl pour la vie oVs
voisins el dt\s parents de Louis
saint Drivai.. C" al la suite
d'une pr noire libration que le
prv nu avait tent d'abattre sa
mre et son trrp. Kt ces i.'er-
niers rapp.ll,>nt la vie pci/n nte
du malade! ses excusions dans
les rgions voisines de Sava
Delte( et toute l'ameriime d'une
existence jamais finie ..
LsCons'i!s de l'accus au-
raiei.t lsaosdoute reprmdre
les alli'mations des deux isull
t moins, de 11 m-e et du pre,
pour 'tendre divantacje sur
(Irresponsabilit Lea c mira lie
lions des diQi r nies dpositions
du prvenu lui mme en ai
raient t d'autres preuves, ht
puis, lib aprs un preini. r
Crime, pourquoi aurait il tent
d'iSs.i.'si-i r si mre, coiilre la-
quelle il n- Dourriaaaji aucune
Wioi l'instruction n'a-
yai t rvl aucun motif rci-
prc<| n- d hi il e
Le Jury c ut la culpat-ilil.
Nous n'avons pas un asile d'
Jins. T est juste qu'un fou
toit i mpi
M is la peine prcvM par le
lgislateur n'tal point la liteu
tio), h ri Ips.on. ou l\ mpri-
tonne m ut. f. s i x'gences de la
loi oi t conduit le .'uge Lon
Pierre, i rai lent du t ibunal,
condamne Drivai Louiaaaint
trois ans de travaux 1 )rr.
a la b rra de la dpose plai-
daiei t .*l aCharlmrra el I' l.re.
le 'u y ait prai I- pir M U
flenr, tt M Isnard Maynri d,
Subsii'ut du Commissaire tu
G nvernemeni, soutenait l'accu-
sation.
Administration Gn-
rale des Postes
Avis de dpart
Les dpches pour New uik et
l'Ki i )> ( iNn Voik direit )
par le steamer l'anima seront 1er
BBes samedi I ducuurant.
Port au Prime,le i >ovembrc \'<'>
Tlit loyal H.-iil Steam
Pakel Company
Le steamer Culebra venant de
Kingston. mI utti ndu i Jacmel, le
23 Novembre courant. Il chargera
% tous lea port hatiens directe
p-nil i oi i I li tope.
le i-1 iiii m Ivaia m nin dehings
ton, est attendu a Jacmel le 7 D
Ccmbre prochair. Il chargera
tous le* p it-l ; itieus directement
Pur l'Iran 1 '
fort au li ii ce, le .i Novembre
1925
.1. liAALDKH II
Agent gnral pour lliiti
Le Dp MTttH
A l'honneur d'aviser s s 1 ienls
1U'il 1 i da i> l"nr de son vovage
ei hta'slluis
Il saillit l'ociufion pour an mm
etr au jublie qu'il aai i< rie n\u
)ui 1 u appareil i" if Bliooaa'
Dia hermie lui permettant d'tnl e
frei.d e le liaitement hc riqne
du thermie de certaines a
tioi : ffltrile et end mtrile,
111 Luhorralmgit) et se compli a
lions.Prosltile,'i mbai,oet 1 e>ral
les diverses, biuurrboldci etc.
Parisiana
Dimanche
In grand lilm franais
" PARIS "
Superproduction Aubert
Vu l.i longueur du film la loi
le commencera 7 h. 1 2.
Tout. - Brisa de laveur sont
supprimes pour celte reprsenta
lion.
Fnlre 3 gdes
Balcon i gdes
Loge ."> gdes
Seules les places dp Loges et
Itilcons seront rserves.
Varits
Dimanche
L'Instinct
4 parties
Vi'omine aux
Troie Man'iuai
:ime pisode
50 centimes
/. iero Ntlio 1 il I lij-
gine Pni>l qui nom comtnmi'
que la no'e tuivanU :
HDROPUOBIB
Il est -.se/ diliijile d'tablir
jtsqu' quel point 1 li;-drophob;e
existe parmi les chiens en lliiti.
dpend ml J(;s cas iso es se dve
loppeut d.iLs presque tous les
po nls du pi\; il est donc essen
tiel p >ur enpch il que la popula
lion ne contracta la ma adiedel'en
WJ 1 1 li / Im 1 li eus, ce qui cons
ti ue un problme use diliicile
so utio'iner dans un pays o les
chien uni en si grand nombre et
o l'on ne s e.-l limais souci de
les unmitri uler La so'ution la
plus pi tique consiste accorder
une nu. i.imii plus souteoutl cet
a imtux par l'adoption de moyens
de conlrle ellicaces.
1 u vol cas mois de; sien et en
d v ri endoits boa n mb e de
chien ont t a teints de la rag^;
d ast e pari ces jours draura, le
S .vice dilvgne a t ii.l'orme
q 1 d s (biens enrag> o t t
atilua iios la lgion de Tl.omi
/eiu Heureusement ces tbicBl
n ont eu le temp^de mordreaucua
tre humaia Ils fjreot abiltua
et entens pa les soins de, Otd
ciels de l.i I .lit-, pour viter
toute suite 1.1 lieuse ii etpeul lre
bon d'abattre sans retard tout
chi n sur lequel on a quelque
dou e Cepea i.ml tant donn que
loua les os -.uspeo s ne sont pa*
aituitin nt i\>n cas de ri-gi, il
e.-l essentiel d< c .im/iur le dia^
LO'tlC.
iJuanJ l'a-iimil est -U'pect. on
d. va le mustler el le tenir a l'ai
ta h : durant une bemiiue au
moins. Si 1.1111 11.1 ne mejrt pas,
il B'sal pas all.iut d< la ragr.mais
si au conti. ire il meurt, cela peut
prouver qu il tait aiteitt de celle
maladie (> tendant il est e?sen
liel de fa re l'examen du cerveau
pour obtenir uu diignos le positif.
L'ai imal devra tre nom ri tandis
qu'il est en observation.
Le Service d'Ilyg'ne fera heu
r de pr ndre a ch-ree ! ut
chics -enrtg qu'on ammeneri a
l'un des dilfcreiita officiers San
laites. Chaque cas sera soigneuse
ment tudi. Si la population
nous donne tout son concours, il
nous sers possible d'avoir dis
lments qui seront pour le bien
tre de la population.
- !
I
MENAGERES!
Pour tindre tous tissus :
LAINE, COTON. SOIE. *tc...
aucun produit D'gale
"la MAURESQUE'
tnitmel**.* waM.'rharmacMW.BfCH
Pluia. if 1. jmh- l>KR' )f, J, plu, VolUll.
tt kmui boano mugunt dt Valu.
TtonwH. grumu .1 jnmm .*' '- 'ttt-tnlt
1IV"C FISCOQ. ASN1RES trmm
w
FAUT AUX 0
MERE5S
La confiance de
plusieurs milliers de
personnes est ce qui
aide rendre
L'EMUUSION
SCOTT
le tonique nutritif le
plus populaire au
monde. L'Emul-
sion Scott produit
de la force.
H y a I s i| i;ii)ltl.'> de
luis sur U terre, mais il
n'y a qa*oo Seat loi. Boi
du li m uni dit'' ,|i ii' h
qu lli'.C'asI Pi il E ux'
la,o le t: nova I plus joli
;t^-or ri.11.1t d* m 1 rli.-u.
disfs eo (tus q inrea.
(La Petite Revue
Nous avons re<;u le premier
fascicule da mois de Novembre
de > La Peti'e Revue qui contient
les iotressintes mvirrs suivan
tes; (J lestions du temps prsent:
Leltre de Paris Il iti pittores-
q ie : La rivire dj II.ut du Cap.
Causeria sur la construction.
Une lii.on de pdagogie. Il y a
un mois. Dans le monde des
livras. Capitaine Julmeif.'onle.
La mode Irani;use Il s'oir;
dllaili, R. P. Cabon.
Oeisirez vous Serviette
de bain, crpe de chine,
crpe Georgatte, crpa
maruciiin, de toutes nuan
ces cretonne, ilrill de
toutes cnuleiiis,chapeaux
pour huniMii! et dame
toile drap et nappe,
gabardine pour liomin ,
souliers tennis, parfum*
Coty, llotibigant chaus-
sette et bas de soie ?
Vliez chez
Joseph Poujol
17 3', Km du Magasin
do l'Eut.
Mm Beure !
Pius d'un demi millioa de
pe s luoe lgantes sont eut tin
ue cou trac er mariage
VENEZ VOIR:
C'est la kf- hIUi-Nj 1728
Maison Jknau > Hortado ; que
l'on venl ton es sortes de ch*
peaux ,lv,nc vous n ep'aise!!
airousacli't z avecei l'aitres
articles, tous tes alors su-du,
su:ca et furtout de I' flection
de qui de droit. M is, vis.t z
d'abord l'tt ild.s*em jui.
+ Avis
^Spcialit de ileur la main
de toute beaut,en soie et organdi
pour robes et cliape&ui
Bandeaux pour lli'i're et pour
ebapeaux-
Coussins et abats pur* dernier
genre.
Venez voir les modles. Mes
damef. Mesdemoiselles et hire
vos eommandfs.
Kue I. >'o 1217
Peu de Chose- rri de l'Htel
Montagne.
Au Coq qui chante
lV( \7fi Rat C"- ' TJ-* Maison vient de'renouveler |son stock et sollicite la visite d
tout ceux qui^se soucient de leurs intrts immdiats.
Vous y trouvre/ des Indiennes franaises pour rtbes d'intrieur
dessins au got du jour ; des /.pliirs bon teint garanti, et des drills
coukurs pour coliers des lormes de chapeaux nouveaux et Cano
tiers pour dames et pour hommes ; des Cretonnes, damasss pour
nappes ; Serviettes de Table et de toiletti ; Jolis tissus de soie et colon,
de tout seie ou tout coton pour robes Toiles drap et toile pour
multla?.
S|cialit de CALICOTS pour tous usages, Brabant, Batiste crue et
.N.nsouk noir. En outre, vous y trouverez tous articles de mnage es
maill, aluminium, faience et verre.
Les Messieurs trouverout aussi : Chapeaux de paille et de lais* en
qualit line et ordinaire ; Drills et Kakhis blanc eu jaune : Chemises,
1 h iussetles ; Mouchoirs de poche ; Chemisettes : Gilets de flanelle ;
l'retelles etc
^ ? db ? # ^ ^*
Viennent d'arriver
A LA MAISON
H Silvera
Satins foulird* anglais (nouveauts
Vrpzde Chine barre franc ii* <
Uuck fil analais
Toile drap fil irl indais
UaptisteJJine pour chemises
Chapeau tde paille fine d Italie
Chaussette* suprieures pour hommes
Bas sjp. iews fourchettes
Prix du Plaoon : 3 Dranos.
M
Ce soir: Jazz band avec programme
nouveaU;et meuu de choix,
De 8 heures minuit.
QUALITE
Yrestotte
PRIX MODERES.
PNEUS & TUBES
Sont les meilleurs.
tes Irai d'enlretien d'une an'omobile dt>*ndnt *m*****1**W ^J^.'*l*S
Le vneu i rmtone ,st d'xneUmnue dure, et ses qualit* nelales ,duafanticn &**& beaucoup la
voiture contre les secousses jiur/iluelles dont est toujours l'obiet une uutom.joue.
Vous trouvre* maintenant un bon assortiment de **rmm Pow **&*, *jjffg "JS
CI,,., m. luciani ft Del l'mio, Cap-llailien, F. Maurass.-. Porl-de-l'ai., F. C'"'. ,,Ut-Oole. i. 11. ieonaiH. Aux byea,
ou ri../ I Ijgenl Qiait I a Hoil-au l'.lnce,
Rue du Quai
-
&Mfcf
'* &*-'?* '/JU&J
-ai


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM