<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN"-; -, Honafcn T JUBOL m le.\Mif physiologique le il] fi is&nt In r ducation fonctionnelle de l'intestin l'IntasMi. Lvl.t lApjWad -Ile ri ITn'eilU. •upi UM >' !•, hi i. i 'ti .i • l'it RcVjularUe I ...rmoi.la des lornif Cesatlpstloa E •'rite V.r tiges Hmorrode Dy.pepi.ie Migraines fi • • rtiilflaln %  1 < -n • >l Hat inr#ir aaal'nt a<. m itiUm rtWqM v>" r. n Rdrf : %  ',' M"*j ,-ar i but a a '•I n, l ilfl IkVCH,,. M a. fcM .1 'i k In.r M r Ifii*ini4l v admit r*a:.a*. Mf i* Jul Cjrt i Munira du lrr a an V"in"l'i fun ralm'inri tfarona'i h'iniMnif JUBOUTAM : fom-ia r .oafrr Itl *tm.,' i |r| rdrrn#i EXTKAJTS aU.lAlM.S u 4*fMr nmnn *tyu la' ttm KI fcnrtioni du 'oit rimt % %  > %  .**/>: %  J* : Cours Spciaux u"4ni|l*is, de Franais, de latlicmatiqu s Prparations Gnrales rie, jeunes f ens au Biccalaurat. Prparation spciales •• jeu ••a gens|*qui se destinent aux Sciences par I irgniecr Il Tlppeshaoer invita' t ceui q-i venl cl s'inscrira le luire au plu lot en rou bureau sis Angle Rue Prou et Hpubli came ( 'age de Gardiner ) de 9 h. a. m 1 h. p. m. Le cours spcial d nglais sera ouvert a partir <*u 15 de ce mou et e 'ait 7 h. picise du ma tin. Le Maidi, Jeudi et Samedi les conditions sent exception ne'le. Veuille/ vous inscrire bien vite? (jualre mois suffisent. KUVLLES ETRANGERES 1A1. TAIU-K (oiilrrence inti'i'italionale conomiqot Pj.aU — l!ie rnn'rence if ter nationale d'minenl lion mes d'af fairrs europens "' runiia dans qnelquea mois pour tudier IW 1 1 se* leoBOtl Iquee le la formation des liais Unll il I urope et eiami P. r li ii • i 1er de supprimer les moraillri doeaairM entre les di vers paya de l'ai ri-n ...l inent. Les rivulili's d> anlres sont aussi dangereuses pour la paix OPfl lu ronrurrence dis arme mmls, u dit M lourlieur, ipund il s propos a l derrire assem l.'.v ila Utna des Nations l'or Mii-iil! n de la premire rnnf ni.ce %  iiin.ii|up liternaliOBaU. Si mui or t (DOOM, dit i\ d'le •erdrliiii'iidouanires noua augm iitrroiis ousuirah'emfnl les mau< de l'Burore. Lee vieilUl m*11 n • europennes duiveDl pen 1er a l ix.~-ihi.it** d'arriver a un accorl i|"i IfVf permettrait de il \i:lop,.er leur iiiiltistrie, et leur (OBimiTi • n lignes paraHlei lan les qpe le ion' las I 'l %  %  ' un.n aniiiraine, Nous commet Irons une g'ave tante si nous n' latliesoDs pas l'uuioo douanire d'KuropMon ide priuip>le eit de propoeer s la eosiereBoe ecoeo miu'ie internalionalt' dolliir l'of rasion an grandes iodii-ri. M ropseasoe d'arrivei h un accord salutaire. I.a rluolOI du conseil de la I.i gue dei Nations du mois de d rembr n.mmera une commissi in pour organiser la premire coof renie t 1 .. n. niiii|iie. I' est bien en tendu que ni les problmes de ileit.s interallies ni les qoeeiMBI d'immigration ne seront discuts ce congrs. I.a confrence cono mi'iurinternMionale sera cre sur le modle de l'organisation ac tuelle de la Socit des Nations. Tolfl d' conliaiice au Cabinet IranAi p AM t— l'.u dpit de l'attente lnrtle, la a accord le vole de conlian.e au cbinet de Mr Painlev par it\ voir contre IS'.I et 121 abstentions. Di'claialMiiis Biottlriellfi PAHISLa dclaration minist r elle lue a la chambre contient les stipulatiors suivantes : Conso liilation de dette .'e la Fiance lm position de sacnlices financiers la richesse sous toute ses formes et dont le produit sera exclusive ment devin a payer les dettes, la paix au Maroc qui toutefois ne peut se taire Fans porter atteinte i lhunneur national si Abdel _Kr.ni ne-la propose pa, la ncessit de hter l'heure laquelle la Syrie pourra se gouveimr elle mme. lue iji'v I' ^.OOOlonrlIouDaires VIKNNK — Les fonctionnaires du gouvernement an nombre de M) 0 K) se dc'ureront en grve jeudi si leur demande d'aui{ nenta lion de salaire n'o-i pas pii'e en consid^rati -n ; il est probab'e que i .|(i> altitude provoquera la • bi.t du cabit:ct actuel. L'Opinion fJDlenor Firmn Tel est le l Ire sou lequel doit tre lu l'article de notre pr-mire page pii est tir d's Lettres de Saint Thoma par A.Kirmin. Le d'une viruu'e DioehaivN prix La commission des finance-. H (In, igo rJOOOnH, par hasard, qu'une ilrgule mal ptac'e a cot aut Bluta I nis la somme de dix Billiona .!•' Irusai l '* Cof'*i avail fObi une loi doumire nu mrani I--. nrolii-ts qui devai>nt Mre cvouirs 'u dn.it d enie en Anin |ua Parmi ce-, produits -e trom tient 'es p/.wilr A'"' OVorigt ne MrsniN Ml frwl P'anla 1,'om l'oreign orgme •. I n copiste. au lieu d'cute Iruitplsnl. avait da.lv'ogrspbis fruM*. piaules -..le raulUI de ce rcu i/a rament d un Irait d'union par IM virgule ne lut paa loi-g s se laiie Mi lir llinsnc*. raisins, orang'a lurei t impo ts en Am riqne sin flre si us>ii a aoeua d'oit d'eoli'. L'erreur fut r ctifi> dans la sui'e, mais .i|c liait hall perdre au Tr sor dix mil loue de fisccs. Parisirtna Ce soir La pluie ayant contrari la der m.ic repr-enlation de Sarrati le Terrible on p-riendra ce li'm pour la Bll I Dimanche L'BC ;rs' de Sapti|ioJin:ioa l'aris lus plus vastes glises du monde I a premire en liste et la b ,j lique Saint Piepe de Rome qu 1 peut contenir 15 000 peisonnea. Viennent ensuite le dme de Mil a tnt 37.000 : l'Eglise Saint Pail de 11 .me, 3t.000: la Cathdrale de Pologne, 30 000 ; l'g'ise Saint Paul de Londres 25.000; l'gli-e de Petronius, Bologne. 19 000, l'glise Sainte Sophie de <'cnstan tinople i devenue mosque depuis I .1 I. 83 iK)0; la basilique Saint Jean de latran, 22.000; Notre Dame de Paris, 21 000 si elle est sans chsi>e : la dme de New Yiik, 17 00'; la Cathdrale d* Pise. 12.000: la Cathdrale Salai Etienne de Vienne, 12 000; l'g'i se Saint M.rc, Venise, 7.000. Il est dit que la dane envahin tout Le recteur de l'glise prtes Unie de Saint Marc, k Ne* \i k. vient de I IBln dui.'e din* son g i se Kiirvlh-ni'. dit il, destine donner ;ia\ s. rvi.es religieux un charme BUStatS qui attirera les i sles. C'est ainsi qu'a l'occasi >n de la Iule de I asBOBeiatioe, le 18 Mars deroic lue |tss Hllaa an pieds iin, \. BH •' Blasa, ont excute uoesortodeballi I lilli irgiquerepr •ni mi .les lesma d I' • Anion ci il on du Mititil artiste f.oreo tin dlia Kobb'a. Ipta I ut. les crmonies des cultes antiq i< comportaient de* pis ri I s danses. Nil novi... L El I le plus rli* Ce sont les liste I nie. Ils rSBSf g.-nt d'or et rien ne le .1 miutra mieux qu le -t'is> q le euivante : Le en i r "-' le l'arjreu' en c 'ru Uat'OB aux Klats Unis, le 1er Juil let I" \lait "une semme i'. nvllions 847. l9Slii-e slrr liog. ce qai lait S livres sterling 6 shilling par |tte ,d habitant. U irdiqii'ii M rue* i lqul : i -. D -i i i GJiiluiil i..i l,.' Lfti livfs sterling dont • I Bxillisrda Oit.000 livres ea uoouaie d or. ltMca>^,deo!l a t9i vous L'\ c ai*iation mfli'i'e bitanni que a tenu dernirement k Londres aon Congrs annu>l. Deux rf ir mes y ont t proposes. La pre mire est une lgislation pci:ile ijternationale qui devri n're adop t^ par le Parlement pour conlro 1er les cas d'alcoo'ism chronique. La seconde rforme est base sur le fait q e lefemmrs, en ayant la gifge nue et d s iupee court*-, t rent un pus grand profit que le h in.n s des rejoua ultra vptlais. Ko ro isqiierce l'lit le aaoM du saxe m scu'i i ne ferait que g guer si le. hommes supp i.n nt les faux cols et raccourcissent leur* lantalons Mais jusqn'o.i irins sssal fieit de paratre "L'IIOMMINL" par le Capitaire A... I v lume in 16 ( MO pages) Tir. >o Klil.ons du MKH .1 IK AFRI CMN 7. Bl Haldin, ALC.SU l'.i hmma jeune, vertu MIX, lo xal. devient bigame, sans le sa voir, a la suite du plus trange vnement. Ce roman, fortement ch irpen'. aossil la doub'e dduction, d h. l'em -nt tudie, de l'impo a'bi t de l'union entre franc us et an g'o ssxon< •) de la diminuti n le la nata'it par la p Ivgtmia Cet ou-rage, qu rserve ara pla. M importante au io'e social de la femme de levain, sera lu et appi.-i par les ir.ie'J ctuels des deux s, ics l'ne par ie de l'action se .1 le en Afr que du Nord al co^muni que au le-leur le charme le ce d licieux paya Le dp la-ne A l'un des au leurs de t Mektoub . d'one arec I.' Homme Nu une r ,vre l'une porte et d'un attrait couaidu blet. Elections lgislatives et ht\ Pour renlorcer ce que nous disiom hier au Nouvtl n te i dans notre ncle corccirr.nl Ici lections lgislatives et le jury, rous ajoutons aujourd hni, 1.1.|. nis l'adit-HMde no rt coi.f.ie.que notre lgitlatiin a piis soin de dterminer les conditions h rs desquelles un cil yen ne peut tre jur. Et, au tllime alina de l'article 207 du Code d IsetlBclloB Criminelle il est exprim en toutes lettre que les personnes ne sachant NI USI NI I'IIIIIIK ne pourront remplir celte dlicate lonction. Les Jurs ne seront donc jamais choisis parmi les ilettrs, ch-r confrre. Le lgislateur le dtend. P n'y av.it donc auc.ne cont 'dicton entre la Ci'culiire c'a Monsieur le Prsident de la Repu Nique et notre pretn re note con c r ant les 2 )" jurs. V dl ce qu cest q e d avoir li .le d tre inutilement a tucieux. Et la f'naie d avoir,chique jour, une in-inuation mchante pousse Le Nouvelliste i y tout sacrifier : logique, respect de U vrit, souci de ne point induire ses lecteura en erreur. Chaussez vos enfants CHEZ H, Balloni fils Ses (^haossnres sont Iss lll"ll'(ll' 'M. Ilosjir.'z-v ous Scrvietls de b.iin rrepe de chine, orpe (lOOruelte, crps murocain. de toutes nuan oas orstonae, ilrill de toutes couleur-., chip M IX pour hiim'in et d.ims toile drap et a nipp), gabardine pour liumitiu, souliers tennis, parfums Coty, lloiibigant chaussette et bas de soie ? Vllez ehez Joseph Poujol 17 34. Hua dj Magasin do ICtat. Chez Lavelanct & C* Rue du Maqanin de l'Etat Fnir B. Couba $QuinHn William* (in (trouvera des Souliers laines argent, des souliers Satin, des fs taisies autruche toutes nuances, perles perler, sacs main de tonte beaut, dentelles Ismes Argent et Or. Chantilly de soie, den telles extra lines oou'lingerie cr vans fards pour lvres et ioues,vernis PSar ongles, fil D M C. et fil de soie pte i net'oyer les souliers lams, chapeaux et formes de chapeaux tous genres. — On trouvera aussi des Savons Antisep'iq ie au souftre, au goudron, PU a il ni, au au bl m ttc, etc. Bouchons k 19 gourdes le millier, en sa<:s de 500 prts pour exp dition immdiate, Boiirs d* Bouoh os assorties de Deux Grammee a Litre pour l'harmacie.bouchon extra fin.—Grand stock de vins, liqueur tt ebampagne. I.a saison des ftas commence, une visite s impose chez : Y. UVELANET&fo Hue du Magasin de l'Etat. t Taverne des gCTAirlBULLS 3 1 0 Hue lionne Foi M Parisien Liqueurs de Clou Bire Pression, San'Jticlis loutes qualits soupecslroid. La Taverne reste ouverte toute *a nuit TELKPHONE : 771. The loyal lail Steam Pack ;t Company Le steamer Conwiy venant de Jacme. et des ports du Sud ett attendu i Port au Prince, samedi 7 novembre coirant. Il laissera le BssM jour,prenant le Irt direo tement pour l'Europa. Le steamer Culeb.-a venot de Kiogstou, est attendu Jscmel, le 2i Novembre courant. Il charger* tous les po:l hiitiens .lire le maot pur l'Baras. Le steamer kara venant de Kingi ton. est attendu a Jacmel le 7 D cembre pro hain. Il chargera tous les portsh. itii directement pour l'Huioie. fort au Princa, le 5 Novembie IM8 j. D*ALDBB Jr Agent gnral pour llsiti Bemum des Deux Monde* t s Rut de l IniversitJ.Paru SOMMAIH DE LA LIVRAISON du 1er Octobre 1916 L'Orient en Marche. — Dana la Montagne des Druses.— II. Henry Bordeaux, de 1 Acadmie franaise. Le Bilan de li Buhr Le Mariage ie 1 1 am l'a. — Dernire partie Ellissa Bhals. A Propos de l'Ecole Cliqua Henri Berns La Politique Intrieure sous le Premier t.npire 11. —.. Gabriel llai.iUui 1 e l'A eidmie franaise. Les Coolessions de Jorgessen., Jacques de Coussaoge. Lu Glorieux Trenteoaire-— La Prise de Tanaoarive.. C 1 '. Aubier. La Pi incesse BelgioJoaa et Auguslin Thierry.— Lettres indite, — III.. A. Augustin Thierry. A l'Exposition des Arta Dcoratifs. V.Le Meuble au Westcle.-. U. de la Si/eranne. Bevuc Littraire.— Le Matre de M 'sainie.. Andr Beanjer. Chronique de la 'Juiozain.— Ili oire Politiq ie.. heh-Pinbn'. PB1X PE L'AbONNMENT Cn an Si moii reoli m> Pwi, Itioa ScincciOiK 80 ii 41 l' |ai JBT te DtpiiU'iiicnis 11 Colonies cjn;.i,)t's 86 44 tr >] frt Llrinner 98 It JO 16 ."L.i iboonemcnis pineni du icrci daiJi de enique mois. KRIX UU NUMEHO 4I1SO EucLE BOSS LC 0 Aqences (Reprsentations P011T-AU*PRINCE Agent* gnraux de i Manufactures Lle lns'ce C Assursnce sur ls vie, Decker Jones Jewell MillixivT S* |; -C | NSW-YORK I ''ar.nss.l luijariau 0 0—Bonis BoUfls StC S.lil Vins & hou Frres C.n Champagne Bordft|ua| Franklin Fire Insurance Company NEW-YOHi: Assuitcct' contre l'incendie Diamond latch G Allum ettes S ale | Joins i D. ', Publier Fzport Compati} Soul iers lied s. Citas F. lattlarfeft Son f olsson-j sals en tous (jenres iPh, Ht fQOPEN .leymap < 'ENI1AGUF B urre Danois, fromage et COnssrTSS nliini'nt ii es \\. S. ialhets ti Son I alises Jaune, et noirsi Lt Ralionale Ssns 1 il val DgnrettesJChantseiai o Envols de denrss ) %  I ;*-•



PAGE 1

LE MATIN S Novembre IMS "X— '• I Extrait du jaune d'œuf. — Le plus actif des Reconstituants. Rend puissant et vigoureux Recommand aux personnes faibles. Fortifie le cerveau, la mœlle pinire les Os et les reins Rrewer et Co Inc. Geo. JEAlNSEtl <& Co. WORCESTER —MASS. AGENlS 1 UMm\ SlfaœWTonp! lie. Le teamer ( Daracoa ) venant de Rew-York via Cap.Haitien est n Henri u\ Port-au-Prince le 7 Novembre tcurant. 11 repartira le mme jour directement pour % Cayes en rente pour Kingiton Ja. et les port de la Colombie p~ena.nl fret S? passagre. Port au Prince Je 4 Novembre 1925 Colombian Steamship Company InoGebara & Co* Auents MW BK4 INJECTION PEYRAKD Depuis ploi it 40 ans rut. il la BLENNORRHAGIEl et (ooi coulemenU rcents ou Chronique* 231 ARABES GURIS sur 232 (Extrait d'un Rapport de Mdecin d'Alger) dit It rinidt iui i lou|nn dtin lu millenn riiltid | EN VESTE DANS TOUTES BONNES PHARMACIFS SPCIALITS PEYRARD D'ALGER. 46, rue de Crentll, PARIS •prc^F A Porv.ii Priuc. ; Plia, w.clc W, UUCH ci toum oonnci Hur.ncio | Le fameux Oaorpagis Lanson Se trouve Paris dans les Grands restaurants et cals la mode, port-au Prince, il est devenu le lavori de la So cit. En vente CIIP/": E. Dereix, Ch. PicouIel,JC.Ii.JN.|(in tjens, Lope rlivera aux Cave de Bordeaux, ila/ar Mtropolitaiu, Alfred N Cooke, Htel de France etc. Aux Gooalvts : A. A F. Me Gullie, Keinbold A Co. Au Cap : J. l'aravisini, Ch. N. Javao. GrandiRuc ct des Caves di Bordeaux Voulez-vous voua habiller avec lgance, et bon oa arche. AdressezMOIS la Maison N. AURA Dont la devlae eat de vendre ik petit bnfioe pour vendre beaucov p Dans son per onnel, la maison compte un matre tailleur italien sorti d'un tablissement de premier ordre d'Italie Elle est en mesure de fournir des eomple.a tout faits et sur mesure, en oheviote, diagonale, palm beaeh drlll blano et couleur, coupous de Casimir pour Dan valons Etoffes pour gilets. Bonneterie Chemises de jour et de nuit, au uout de* clients — Cola et ma no hottes dernires crations. — CaJ i;oni et Pyjamas. Cette maison const tue une 11 nova ion et le meilleur accueil 6at rserv tous ceux qui dsirent par une visite tre dlis sur la valeur detravaux fournis. Tout costume commande et qui ne rpond pas su i-oiu iu olient est repris, On parle franais, anglais, ^espagnol et italien mu F ' I %  | %  u'nr. I > palatal < u* > pli.* iuf, U le. N>ii ituli ni qui %  SAVON If F'EBUOY WITSiXO • u • mu i -. Rue des brontsI. Cl.r.P.Y. 5, oui BlM.rtln. LERY lin. Pvl. I I k< Pourquoi vous devez acheter chez Marcel AUDAIN & Cie Achetez votre Clairin Tienje chez larcel Audain i Cie-, „•' vos Gin, Wisky ft li(|iieur 14 votre Rhum et vos alcools '* 4 14 votre sucre haitien ou tranger chez votre Cal' 1 torreli moulu chez '" votre Bire ( powenhrau Hamhourjj) i*' vos Tins'de Bordeaux parce qu'il provient des meilleurs terroirs d l flaiti. parce qu'ils sont vendus aux plus bas prix Je la place parce que les marquer qu ils vendent sont d'une pu'et ingalable. parce que leurs poids sont lg-iux et leurs prix des plus avantageux. parce qu'il est prpar avec du cal de choix,dans les app.mils les plus perlectiontnparce que sa Iralcheur et son prix dlient toute concurrence, parce qu'ils sont vendus aux mme prix qu'ailleurs, malqr leur Achetez aussi chez Marcel Audain L c ie parce que l'accueil que vous recevrez sera des plus courtois \ 1903 Hue du Magasin de l'Etat i Cl t( ti M M t ,.< Nos 205-209 Rue Traversire iws \i'



PAGE 1

: TIN' Sftmmbr. 9*5 •w -. DEVANCE Position exceptionnel''!, au centre des allaircs protimit de toutes les Banques, de la douane et de toutes les Agences de bateaux. lenseignenMn'f et lacilits pour voyager en automobile dans toutes les parties de la lpublique l'Hati et de la rpublique dominicaine, lhambres confortables eturtout f trs propret. fentilateurs dans les chantai i la demande des Fensionaires. Cuisine Iranaise trs soigne et des plus varies. iqne et dis pli DenandeX Visiter leh imgasin de l Htel ; Vins des meilleurs crus de Bordeaux, par barriques, damejannes g.llor s et par heu i-lllPs Pu miles Vins ,1e chteaux vous trouvre/, le plus grand choix tejU les qualits et pour l'Age VINS D'ITALIE D'ESPAGNE. V'-NuE BOURGOGNE, (blan •^U-taleZ Tmrnard mousseux, golt Amricain l pli'., ra.ul ..sorti* eut de Liqueurs, Co (J nac g.os. whkl.r, .^.Absinthe Pernod -.WM. Vermouth CONSEUVES franaises et amricaines frache Tient arrives. Cl (i ARES de Cuba, urora et Habaiierl.. marlloon, \ermoutn w '" de loule e fabriques d Hati Gros et.detalt. PARFUMERIE Cartes posta.es. CIGARETTES Prix trs modr Palrizi, Propritaire LES PRODUITS AUSTL. la Les produis Nestl sinl. favorablement connus partou\\c i's so>t vendus, vu qu* l maison MISTE emploie nuit ment Je lait le (lu* tiehe, le caca, le nticrv et autres anitld nce site vital" pour hur / iricatini de toaie premire qualit. Tins trouverez partout dars 'es bonnes fp : ceries des diffrentes villes de la f fubiique les articles soivints de la maison RESTLt strilis I ail Condens, Lait Lvapore Marque N'est ou St l.harles j.rarine Lacte pour les enftnts, Lactogen pour Vters en ferolan< s de • 2 I!). i 4. et 1 lb eu sachets. 'iOme de Lait) lout le monde devrait essayer cet article qui est i Chocolat de lout genre. Crme de Chocolat lions, en tablettes, inqnettes, Boites de fantaisie etc. loti Vs ommandes dirictes d fa fabr que ,ou pour les achats in grs,viuidez vous d*eter Llt CaeaoP !es bbs) n.erveilleu TZIUMRCC Agent Gnral Rue du Quai NERGIQUE ANT I S E P TIQUE vmsun imam unn'icn guries nte et Pagcol qui supprime la douleur deetnoaiMtoi Unt.astp(at eivielei i wpi mS Nombrtui Ir.vivt A mtdacai min.tfe Communmlion i Acid.mi. .• Um Hon Concoun, Cipo.. 4. S.n-FrindM. Pr4p a r4 par lit l atoralmrtt 4t r f: i.kub iiatuMn. rtm. Si vous avez eu froid pour viter un rhume, Pendant le rhume pour viter rne grippe, prenez quelques Comprims de RHODINE "USINES duRHNB" Donne avis sa cllertlc et aux mJecius et au public qVll a IrmnisoriL son Laboraiclie d Ulo ie eu un Labjraowe .e B olofliC applique sous la Direction du Dr liicot cl t. Sjourn L% laborptom e*l ouvert um lai jours de 7 tires du matin 9 Mores dusolr pour louieslrs rectietcbese KQl > e a ,'prue8 dt s la nonce ci luiuie, iaul pourie Wasseitiiaiiu el a constante Ure-Sccrti rie Sjrml reues que e mardi de chaque semaine. Sadre* u a ia Puanuaue pour les reiiseigueuieut* J natte J'onnes et oCigasiriqi e Raction de Wassermann Raction de Triboulet, daineu du sang et du pus tiaiL^D des matires lcales Cxauien ue cnehY. A IbiimiiiD rjetio COQS aute L'r i Se r rat Attention la fraude Ifeaucoup de dbitant- profilant de la -vonue du iilllltll i\ 111 et 5(i0 Rue^Bonne toi No 028, R f tourte, ancienne maison B utus St Victor. SI %  !10 Bue des Csars. — %  > -; J \



PAGE 1

JHRECTEUR a PROPRUBTAJtflB UiPRIUEIR Clment Magloire B01S..VEHNA 1358, Kue Amricain. NUMERO OQ CENTIMES t Le Matin Quotidien MU COPY Oolurrut Mmorial L Nttn Mlut dpend enliriBMItlft^K C'est tu compretant mieux n|rt ,rttllo fraternit en Dieu et en la patrie, e'ett'tl nous librant des phraaoli m, des prjugea dsuets et rgressif*, c'est en met tant Un 4 nos rcrimination striles et en pntrant plus avant dan> le sens les ia lita du moment, que nous \ parviendront le plus arement. h n'j %  pat, h l'heure actuelle, une meilleure manire d'trt un serviteur de la Patrie.* Louis Uoh.V i Praident d ilaiti. TELEPHONE N* 242 19*aw ANNEE No 6648 PORT-AU-PfUNCl ( HAlTll JEUDI 5 NOVEUREt2i UNE LETTRE DE Monsieur Edouard Bertolini Laissons-les dire... Tort u-Prince, 4 NOT tfUI lloDfcieur CLMENT MAGLOIRE Direc'eur du i Matin > En ville. Monsieur le Directeur, Je craindrais tort d'abuser des colonnes de voire journal si je te savais tout l'intrt profond que vous apportez aux problmes vitaux de votre cher pays et le souci de la vrit qui constitue toujours le but p. inc.pal de cet intrt. Votre sympathie bien connue, votre admiration mme pour le grand homme d'Etat qui dirige en ce moment les destines de mon pays, me donnent le droit de croire que vous voudrez bien publier h s quelques ligues qui suivent, dans l'esior qu'elles puissent russir jeter un fieu de lumire et de vrit sur l question .qui a particulirement intress pendant eus jours-ci quelques quotidiens de la capitale et le public port-auprincien en gnral. M. Mussolini a t qualifi de dictateur par le i Nouvelliste , et ce quahti atif a donn lieu des itiierprtitions bieudiverses qui en ont dgnr toute une campagne assez vive de comparaisons et de malentendus. Comme f .ciste d'abord et ensuite comme italien, qu'il me sot permis d analyser un peu l'histoire contemporaine vcue en partie liquelle j'ai eu une participation directe. Ce n'est pas la premire lois que le Nouvelliste a eu a qualifi r M. Mussolini de dicta t.ur.ni ce n'est pas le seul journal quia employ ce qualificatif l'gard du Duce. Hier encore leCablefranais en donnant une nouvelle de Itome commenait ta dpche par les mots • le dictateur italien et c'est peu prs d -puis trois ans que les journaux du monde entier se plaisent user de cette exprssion. Mussolini est-il un dictateur? Je rponds : non. Tout chef d'Etat qui par son intelligence suprieure, son en. r gie et ses qualits politiques,obtient une coclimce absolue de la part de ses collaborateurs, et impose par consquent une politique lui propre, >eut-il .-.'appeler dictateur ? Je rponds • nonMussolini n'est pas un dictateur, .Veoizelos n'est pas un dictateur. Les chefs d'Etat qui oprent pour le bien de leur pays, sans piti pour les minorits de l'opposition ne sont pas des dictateurs. Pourquoi est-ce qu'on les appelle ainsi ? ^^e tout temps et dans tous et coins du monde lorsqu'un omme s'est lev au~d -siu. de la foule, letenvitm, les intriE nts et les ambitieux n'ont pat inqujde former leur groupe dnomm d'opposition. En Italie, le groupe d'opposition corn prend aus'i des homra.'s mineuts dans la politique mais qui ne comprennent ni ne pour, ont jimaib comprendre le Fascisme et par consquent lui donner leur concours. Ce sont les hommes du pass dont l'esprit politique s'est cristallis, esprit qui se rapporte une priode historique de vingt trente ans passs et qui ne peut pas soutenir la lorce dynamique de l'volution juvnile molerne. L'Italie e-1 le pays le plus libre du m iode — me disait l'mment juriste hatien Me Duracin Vaval — de par sas institutions civiques et politiques. Or, dans ce pays de libert, les ides bolchvistes ont trou v un ter r .in fertile de dveloppement et ont corrompu cet esprit de libert : .dont la dgnration en licenc. L r 'tour l'ordre impos par Muisolini et par la force de ses ch : mises noires a paru un-! raction trop violente : dont la fausse conception de d.eu tare. Ce sont surtout les journaux italiens de IV pp )sition q i ont quai fi de dicton*e le gouvernem'nt de M-M isso:ini t i p .udu l'tranger cette absurde dnomination : parti j*une et presque imprpar i I < dir. c ti )n des allaires du pays, le Fas:ism \ l'poque d 1 1 M trche sur Rome ( 2s,2 VJU Octobre 1922) n'avait pas de presse: les Corriere dlia Sdra , i li rnale dl'italia , jStainpa Secolo , i -i ttino etc qui .'•aient matres pour ait si dire de l'opinion publique appartenaient aux partis libraux et dmocrates des Gioliiti. Orlaudo et \ittiMaintenant, cher Monsieur Magloire, permettez mot d'ajouter deux petits mots de foi et de sincrit : Laissons les dire. Qu'on les appelle aussi d.ctatturs, ces hommes qui mnent nos pairies vers de hautes destines, ces homme? que |j Divine Providence nous a envoys pour guider nos peuples sur le clie min du salut et, si pariois la bonne ou la mauvais foi des adversaires nous dbitera des choses inexactes ou des mensonges, pensons que nos dictateur:. brilleront a nos yeux et ceux du peuple juste d'une clart plus tincelante. Je vous remercie infiniment, Mr le Diiecteur, et vous prie d'agrerd'expression de ma plus haute considration. Votre trs dvou EbouAm. BERTOLINI. HOTEL S ,e ROSE Situ i la Rue de la Croix Liogne SvfTici dt Ut QrfN La petite Maison R 1687, Rue du Centre Vient de recevoir par le Maeorisi le plus riche assortiment de jouets des prix dfiant toute concurrence— BKI.I.K IMPOSITION, grande varit de Poupes, marchant, parlant, envoyant des baisers. Pianos, lavabo, co lieuse, armoi.es glace, b.liuts, nul tels garnis, meubles de salon, mnages, cuisines, batteries de cuisine, piceries diverses, servi ces de table, ncessaires, travailleuses, lit. berceaux,etc. Autobus, autocars, autos roulettes, Jeux de qu'ellea.de patience, de constructions, bottes de peinture cirquos, soldats, chemins de fer avec rails, voitures trs varies, cabrouets, panoplies, Guignol, "Tir de la mre Michel" menuiserie modle, bicyclettes, bicycles, cerf volant, tire lire, ballons, billes, tambours, sceaux garni* \. i../ visiter pour faire votre choit, vous trouvre/, depuis les jouets giand luxe, jusqu'aux pttits jouets pour aibres de Nol et petites loteries. Objets pour cadeaux, classeur, touroilures pour bureaux, glaces n>ain, miroirs, coupes, vases Heurt, statuettes,grosses lu uppes, porle bijoux, grand choix d'ventails, dentelles, parfumerie!, etc. Chaussures pour dames et en faut?, lias r-riarssrs'ts. Lingerie, layettes, nappes, dr: ps, chemins de table, couvre li a a bfods. Costumes et cols pour ^aronuets de toutes nuances.Pour les commandes de tin d'anne prire de s'inscrire l'avance. Lettie de SI-Thomas PAR A. FIHM1N Depuis cent trois ans, en nous atlublant du rgime rpublicain, sauf deux essais inconsistants Jou burlesques de monarchie improvise, et en montrant de faade nos institutions dmo:ratiques, o sonteops les plus beaux prceptes de la I oliliqu ) ral.oauelle, nous meu tons impunment au monde entier ; car nous avons soigne uIt nent co.iseiv l'ignorance la base de notre organisation sociale et nous en avons f dt les fonJun Mit > de tout s nos presti digitatbns .onit tnionuelles et lgil.sUn tel m.msonge, persvrant et sysicin itique, a non seulcm nt corrompu les esprits et Dusse les meilleures conceptions d'une vraie dmocratie, m lis a encore mil n, de'la manre la p!ui malh'ureuse sur lino'.ion de la souverain te et le fonctionnement de l'organisme nation d L'autorit qui doit appartenir, d %  fut et de droit, la loi et li raison, a perdu, paimi nous, tout prestige moral, toute as lise solide, pour se transformer en des prpond rancesphmres, mil! u santes, sanguin lires cAigrotes jues.mais toujours le vrai souverain const tuuonnel n a poiat conscience d J sa souverainet ch inge en sujtion avilissante, sinon en hanche servitude. ( page l'J2J. De savoir que seulement 3 'v> de la population (dge scolaire, c'est -dire de cmq^ dix-huit ans, frquentent Us coles en Hati, c'est une honte nationale. Inutile de garder ldessus un silence dlibr, sous le prtexte de ne pas attirer da vantage le mpris de l'tranger sur notre pays el sur notre race. Au contraire, ce silne i que prconisant ou approuvent ceux qui sont intresss au maintien d'uu tel eut de choses, ferait croire au monde entier que les Hatiens, mme clairs, sont d'uae mentalit non seulement infrieure, mais stupide. Car c'est en vain qu on pense faire uu secret de nos misres sociales et politiques. .Nos ports sont visits par des navires de toutes les nationalits. Ils nous amnent des visiteurs de toutes les caigoiies, parmi lesquels plus d'un cun ux ou d'un savant viennent expressment pour s'enqurir,sur place, de la marche de celte Hpubli que noire, objet d'une attention critique et d'investigations silea cietises de la pan des publiciste, des philosophes ou des ethnograph-8 de la race caucasique. Tous nos procds quivoques, toutes nos incuries sont ainsi connues l'tranger, parfois beau oup mieux que daus le pays, o la crainte d'tre perscut porte les gens prudents ignorer syvmitiqueraentous les faits de la haute adrai. nistration de l'Etat. Cpafellljt Comme je i'-i dj dit, dans l'introduction ma lettre du 2 Octobre/y(Jt> adresse M. L. C Lhrisson, sur la population d I laiti, je trouve le chillre de 3.UUUUU0 d'Inbitants positivement exagr, mais je veux seulement constater ici que le fait grave, pour Sir H irry, est qu'environ 8J o|o de nos concitoyens I s campagnards — ne peuven. ni lire ni crire. M lis le fait est encore plus g. ave quj ne le croit l'mment ethnographe. \vec la proportion de ',7 sur l.tjtlj entants d';J,,'e scolaire et 1,4 sur l.UtAJ camptgnards, que nous avon3 trouvs comme frquentant les coles, il est fort douteux et mmo impossible que l'on rencontre, parmi nos populations lural s,zti oui 7 op, d i nombre tital d s habitants sachant lire et crire. C'est peine si la pio, ou.n relle m mie a 3 ou 4 o|<-, i on se base sur les donnes dmographiques fournies par la comparaison entre le pourcentage de la frquentation scolnre et le nom bre des illt r an divers pays. Ici cette proporlion doit eut d'au'ant moins leves que les anciennes gnrations campagnardes d II iti n'ont pas t mieux partages que les nouvelles, sous le rapport de l'instruction. ( page 21 L et 213). Petit Croquis les damiers de la rue Ma vieille manie ptnlauthropique me force a tioubler, une fois encore, la douce quitude Uu piton et a lui crier : tiare ... Ce ne sont pas si ulement les vieux murs, les autos endiables, les bicyclettes, les chiens, les bouches d'got. qui, dans la rue, peuvent voua eue fatals. .Non, il y a un autre danger... Kn ellet, j'ai dcouveit un nouvel ennemi au malheureux piton. Oh, c lui l, plus terrible peut tre que lois lia autres. Ce danger l, on ne le voit jamais marcher et il avance toujours. Mais, dlibrment, je m'tn vais aujourd'hui lui arracher son matque, le moutrer tous, 1 iuinder de la plus lumi neuse projectioD, |cner son nom. deoo-er ta marche invisible indi qutr comme il piocJe. Ln an mot, mettre tur son liont Unsei gne protectrice du passant : Danger! Ce danger, c'est cet nigmaliquecocitoyen, homme avis, qui ne pense jamais ce qu'il dit, qui ne dit jamais ce qu il pense, qui n'a qu un sujet de conveis.itiou : la pulitique et qui, en cela, n'est ni l'adversaire ni le partisan du Gouvernement ou plutt qui est les deux la fois. Les .laturahstts appellent mxmt liant, la facult trange que posbdent Ml tains tres ViVtatl d'avoir volont an ressemblance parfaite avec leur eutourage ou avec certaines espces plus lavon&eH aux dpens desquels ils vivent. Uu exemple entre mille : le cam lon dont la couleur changeante revt la nuance exacte du milieu dans lequel il se trouve. Kh bien, ces hommes dont je parie •( qui constilueut aujourd'hui le p us grand danger de la rue sont, comme le camlon, des mimtisie. Ls %  haugeut d'opinion avec aulani de lucnit que le petit saurieu chaugo de couleur. Dans la rue, ils viennent vous, vous happant une cigarette, la l >iit griller et commencent par se plaindre des temps qui sont durs Ils se sentent courage, vigueur, uergie. Ils ne reconnaissent volontiers de l'instiuction et de l'in telligeuce et cepeudaul ils ne peu veut point trouver a employer toutes ces brillantes qualits, tan dis qu une foule di gttu qui ne peuvent rien faire, ne lont rien, roulent sur l'or. Kl puis, linluc table arrive; et, c'est la plus vio lente critique ( voix basse natu Tellement) de tous les actes du Couvernem-ut qui n'en peut mais, D aprs eux, rien n'est lait comme il devrait 1 tre, aucun des fooe lionnaiie du Gouvernement n'est sa place, aucun n'y est mme cause de ses mrile personnels, c'est le favoritisme qui svit ; les fonds publics sout OM gispills ou vols, les loia sont mauvaises, mi ques, les Journaux qui dtendent la politique du (iouverneiueuliont servtes, los journa.i.tes des ven dus, des folliculaires; on laisse le peuple croupir drns l'ignorance, on le laisse mourir de taiiu, la malheureuse IUIII se meuit. Iiuriea Etiatnfils larcliandiHcs franaises Port au l'rinoe. Aucune critique, aucune injure, aucune rprobation ne sont mena ges. Votre homme schaulle, prend feu, il y a de l'motion dans sa voix. Il j„ue ton rAla avec laut d art, le cumouf.e de tant de convicliou, le maquille dune telle cnosit qu'on le pi end pour le plus noble, le plus dsintrts*, le plus courageux palnoie. Le phnomne mimtique estcoraplel. Mais vienne uu HUM du t,ouvernement et votre turpritt atl uorme d'euleudre li raroaebt benosthone, le svre Caton, le courageux Cicron d il y a U iu minute, prendre, avec nos mai • tria incomparable, le COBtrt-pitd de tout ce qu il vient de vous dbiter. Il u M point besoiu de loue, lions publiques, il a de quoi vivre, donc on ne peut p.s le .-oup..ouaer do fialler le l'ouvoir,— g* c'est le prambule obligatoire,— mais il pense que 'oue celte oppo sitiou qu'on tait aux actes du Gouvernement,!.ml ..> questions qui sont agites, toutes cet .liscussious ne sjnt qui des Magnes i Personne u fersil Blieui que ceux qui gouvarutBl ai luelltmtnl le Pays, personne ne travaille • pour le peuple. Il coiiunli hs homml de son pays : c'est le i ole-toi tut je m y nielle . tt, toute min loi -tue heure les louange, les appiululions les f i cilaliuns, lea prottalMIODI de d vouemuut, lea otlrM de service uergique atliuenl SVtX aiitnut de fatuit que tout I heure les bl mes, les rprobation*, les crui ques, les dclarations d opp litloui ti lorsque une lois M eui avec le mimtli.it, voue lui demande/. : — Mais, mon chei, lout ce eue vous venez, de dire, ce u est pas ce que vous me doit/, il i t Ullminute. — El, comme vous tes Jeune, t exclame le camlon. Je Bu j s homme politique, moi... J'ai t •old.it, j'ai connu la prison l'exil. I ai conspir avec un (el tous It gouvernemant d'un tel, donc, mou lut, je sais ce que je lui ai dit. Et ces mprisai) es specimmi, humain tout lgion dans 1 opposi lion el ce qui u> met eu lureur c'est la Gouverna m • i ses amia ne se taisseut plu prendre leur honteux ihmvuflsgr. Les Ilots historiques %  %  % %  —^as en i cfei ce jeue bemme eut ecu, oons saurions quelque chose.) Roger Cotes,mathmaticien, phy ticien et astroncn.e anglais mou rut :il ans. Lt RtWtOO, en er veill des giands Irtvaui que le jeune savant avait dj ralit' au cours de sa loiult rit, lptait touvent : Sicejtune liunme eul vcu, Bous saunons quelque ihost. -— fliri. ilu mu. Visitez Le Grand Magasin Attenaoc la ''|ioii|uo C31C0U ^nijlf des Hues Deslowhes • t Geffrard. Nous avons l'honneur de porter la connaissance des Mdecins et d i Public, qu'il fient d* s'ta l>l ir sur cette Place la Grande Pharmacie du Globe, attenante la Clinique '.ou on Par la liai li-m des produits et par les soins apports a l'txcu tion des ordonnances mdicales cette Pharmacie se recommande dune faon toute spciale. Les prix dfient toute corn ur rtnee. Maison Dacearett 206i8 Rue Travertire 200 / 8 Entirement renouvele par de nouveaux el beaux articles. -* ..— % 


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06567
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, November 05, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06567

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
JHRECTEURaPROPRUBTAJtflB
UiPRIUEIR
Clment Magloire
B01S..VEHNA
1358, Kue Amricain.
NUMERO OQ CENTIMES
t
Le Matin
Quotidien
MU COPY
Oolurrut Mmorial L
Nttn Mlut dpend enliriBMItlft^K
C'est tu compretant mieux n|rt ,rttllo
fraternit en Dieu et en la patrie, e'ett'tl
nous librant des phraaoli m, des
prjugea dsuets et rgressif*, c'est en met
tant Un 4 nos rcrimination striles et en
pntrant plus avant dan> le sens les ia
lita du moment, que nous \ parviendront
le plus arement. h n'j pat, h l'heure
actuelle, une meilleure manire d'trt un
serviteur de la Patrie.*
Louis Uoh.V i
Praident d ilaiti.
TELEPHONE N* 242
19*aw ANNEE No 6648
PORT-AU-PfUNCl ( HAlTll
JEUDI 5 NOVEUREt2i
UNE LETTRE
DE
Monsieur Edouard Bertolini
Laissons-les dire...
Tort u-Prince, 4 Not tfUI
lloDfcieur CLMENT Magloire
Direc'eur du i Matin >
En ville.
Monsieur le Directeur,
Je craindrais tort d'abuser des
colonnes de voire journal si je
te savais tout l'intrt profond
que vous apportez aux probl-
mes vitaux de votre cher pays
et le souci de la vrit qui cons-
titue toujours le but p. inc.pal
de cet intrt.
Votre sympathie bien connue,
votre admiration mme pour le
grand homme d'Etat qui dirige
en ce moment les destines de
mon pays, me donnent le droit
de croire que vous voudrez
bien publier h s quelques ligues
qui suivent, dans l'esior qu'-
elles puissent russir jeter un
fieu de lumire et de vrit sur
l question .qui a particulire-
ment intress pendant eus
jours-ci quelques quotidiens de
la capitale et le public port-au-
princien en gnral.
M. Mussolini a t qualifi de
dictateur par le i Nouvelliste ,
et ce quahti atif a donn lieu
des itiierprtitions bieudiverses
qui en ont dgnr toute une
campagne assez vive de compa-
raisons et de malentendus.
Comme f .ciste d'abord et en-
suite comme italien, qu'il me
sot permis d analyser un peu
l'histoire contemporaine vcue
en partie liquelle j'ai eu une
participation directe.
Ce n'est pas la premire lois
que le Nouvelliste a eu a
qualifi r M. Mussolini de dicta
t.ur.ni ce n'est pas le seul jour-
nal quia employ ce qualificatif
l'gard du Duce. Hier encore
leCablefranais en donnant une
nouvelle de Itome commenait
ta dpche par les mots le dic-
tateur italien et c'est peu
prs d -puis trois ans que les
journaux du monde entier se
plaisent user de cette exprs-
sion.
Mussolini est-il un dictateur?
Je rponds : non.
Tout chef d'Etat qui par son
intelligence suprieure, son en. r
gie et ses qualits politiques,ob-
tient une coclimce absolue de
la part de ses collaborateurs, et
impose par consquent une po-
litique lui propre, >eut-il .-.'ap-
peler dictateur ?
Je rponds non-
Mussolini n'est pas un dictateur,
.Veoizelos n'est pas un dictateur.
Les chefs d'Etat qui oprent
pour le bien de leur pays, sans
piti pour les minorits de l'op-
position ne sont pas des dicta-
teurs.
Pourquoi est-ce qu'on les ap-
pelle ainsi ?
^^e tout temps et dans tous
et coins du monde lorsqu'un
omme s'est lev au~d -siu. de
la foule, letenvitm, les intri-
Ents et les ambitieux n'ont pat
inqujde former leur groupe
dnomm d'opposition. En Ita-
lie, le groupe d'opposition corn
prend aus'i des homra.'s mi-
neuts dans la politique mais qui
ne comprennent ni ne pour, ont
jimaib comprendre le Fascisme
et par consquent lui donner
leur concours. Ce sont les hom-
mes du pass dont l'esprit poli-
tique s'est cristallis, esprit qui
se rapporte une priode his-
torique de vingt trente ans
passs et qui ne peut pas soute-
nir la lorce dynamique de l'vo-
lution juvnile molerne.
L'Italie e-1 le pays le plus li-
bre du m iode me disait l'-
mment juriste hatien Me Dura-
cin Vaval de par sas insti-
tutions civiques et politiques.
Or, dans ce pays de libert,
les ides bolchvistes ont trou
v un ter r .in fertile de dvelop-
pement et ont corrompu cet es-
prit de libert : .dont la dgn-
ration en licenc.
L r 'tour l'ordre impos
par Muisolini et par la force de
ses ch : mises noires a paru un-!
raction trop violente : dont la
fausse conception de d.eu tare.
Ce sont surtout les journaux
italiens de IV pp )sition q i ont
quai fi de dicton*e le gouver-
nem'nt de M-M isso:ini t i -
p .udu l'tranger cette absur-
de dnomination : parti j*une
et presque imprpar i I < dir. c
ti )n des allaires du pays, le
Fas:ism \ l'poque d 11 M tr-
che sur Rome ( 2s,2 VJU Octo-
bre 1922) n'avait pas de presse:
les Corriere dlia Sdra ,
i li rnale dl'italia , jStainpa
Secolo , i -i ttino etc qui
.'aient matres pour ait si dire
de l'opinion publique apparte-
naient aux partis libraux et d-
mocrates des Gioliiti. Orlaudo
et \itti-
Maintenant, cher Monsieur
Magloire, permettez mot d'ajou-
ter deux petits mots de foi et de
sincrit :
Laissons les dire. Qu'on les
appelle aussi d.ctatturs, ces
hommes qui mnent nos pa-
iries vers de hautes destines,
ces homme? que |j Divine Pro-
vidence nous a envoys pour
guider nos peuples sur le clie
min du salut et, si pariois la
bonne ou la mauvais foi des
adversaires nous dbitera des
choses inexactes ou des men-
songes, pensons que nos dicta-
teur:. brilleront a nos yeux et
ceux du peuple juste d'une
clart plus tincelante.
Je vous remercie infiniment,
Mr le Diiecteur, et vous prie
d'agrerd'expression de ma plus
haute considration.
Votre trs dvou
EbouAm. BERTOLINI.
HOTEL S,e ROSE
Situ i la Rue de la Croix
Liogne
SvfTici dt Ut QrfN
La petite Maison
R 1687, Rue du Centre
Vient de recevoir par le Maeorisi le plus riche assortiment de
jouets des prix dfiant toute concurrence Bki.i.k imposition,grande
varit de Poupes, marchant, parlant, envoyant des baisers. Pianos,
lavabo, co lieuse, armoi.es glace, b.liuts, nul tels garnis, meubles de
salon, mnages, cuisines, batteries de cuisine, piceries diverses, servi
ces de table, ncessaires, travailleuses, lit. berceaux,etc.
Autobus, autocars, autos roulettes, Jeux de qu'ellea.de patience, de
constructions, bottes de peinture cirquos, soldats, chemins de fer avec
rails, voitures trs varies, cabrouets, panoplies, Guignol, "Tir de la
mre Michel" menuiserie modle, bicyclettes, bicycles, cerf volant,
tire lire, ballons, billes, tambours, sceaux garni*
\. i../ visiter pour faire votre choit, vous trouvre/, depuis les
jouets giand luxe, jusqu'aux pttits jouets pour aibres de Nol et
petites loteries.
Objets pour cadeaux, classeur, touroilures pour bureaux, glaces
n>ain, miroirs, coupes, vases Heurt, statuettes,grosses lu uppes, porle
bijoux, grand choix d'ventails, dentelles, parfumerie!, etc.
Chaussures pour dames et en faut?, lias r-riarssrs'ts. Lingerie, layettes,
nappes, dr: ps, chemins de table, couvre li aabfods. Costumes et cols
pour ^aronuets de toutes nuances.Pour les commandes de tin d'anne
prire de s'inscrire l'avance.
Lettie de SI-Thomas
PAR A. FIHM1N
Depuis cent trois ans, en
nous atlublant du rgime rpu-
blicain, sauf deux essais incon-
sistants Jou burlesques de mo-
narchie improvise, et en mon-
trant de faade nos institutions
dmo:ratiques, o sonteops
les plus beaux prceptes de la
I oliliqu ) ral.oauelle, nous meu
tons impunment au monde en-
tier ; car nous avons soigne u-
It nent co.iseiv l'ignorance
la base de notre organisation so-
ciale et nous en avons f dt les
fonJun Mit > de tout s nos presti
digitatbns .onit tnionuelles et
lgil.s- Un tel m.msonge, per-
svrant et sysicin itique, a non
seulcm nt corrompu les esprits
et Dusse les meilleures concep-
tions d'une vraie dmocratie,
m lis a encore mil n, de'la ma-
nre la p!ui malh'ureuse sur
lino'.ion de la souverain te et
le fonctionnement de l'organis-
me nation d L'autorit qui doit
appartenir, d fut et de droit,
la loi et li raison, a perdu,
paimi nous, tout prestige mo-
ral, toute as lise solide, pour se
transformer en des prpond
rancesphmres, mil!usantes,
sanguin lires cAigrotes jues.mais
toujours le vrai souverain cons-
t tuuonnel n a poiat conscience
d j sa souverainet ch inge en
sujtion avilissante, sinon en
hanche servitude. ( page l'J2J.
De savoir que seulement
3 'v> de la population (dge
scolaire, c'est -dire de cmq^
dix-huit ans, frquentent Us
coles en Hati, c'est une honte
nationale. Inutile de garder l-
dessus un silence dlibr, sous
le prtexte de ne pas attirer da
vantage le mpris de l'tranger
sur notre pays el sur notre
race. Au contraire, ce silne i
que prconisant ou approuvent
ceux qui sont intresss au
maintien d'uu tel eut de choses,
ferait croire au monde entier
que les Hatiens, mme clai-
rs, sont d'uae mentalit non
seulement infrieure, mais stu-
pide. Car c'est en vain qu on
pense faire uu secret de nos mi-
sres sociales et politiques. .Nos
ports sont visits par des navi-
res de toutes les nationalits.
Ils nous amnent des visiteurs
de toutes les caigoiies, parmi
lesquels plus d'un cun ux ou
d'un savant viennent express-
ment pour s'enqurir,sur place,
de la marche de celte Hpubli
que noire, objet d'une attention
critique et d'investigations silea
cietises de la pan des publicis-
te, des philosophes ou des eth-
nograph-8 de la race caucasi-
que. Tous nos procds qui-
voques, toutes nos incuries sont
ainsi connues l'tranger, par-
fois beau oup mieux que daus
le pays, o la crainte d'tre per-
scut porte les gens prudents
ignorer syvmitiqueraen-
tous les faits de la haute adrai.
nistration de l'Etat. Cpafellljt
Comme je i'-i dj dit, dans
l'introduction ma lettre du 2
Octobre/y(Jt> adresse M. L.
C Lhrisson, sur la population
d I laiti, je trouve le chillre de
3.UUUUU0 d'Inbitants positive-
ment exagr, mais je veux seu-
lement constater ici que le fait
grave, pour Sir H irry, est qu'-
environ 8J o|o de nos concito-
yens I s campagnards ne
peuven. ni lire ni crire. M lis
le fait est encore plus g. ave quj
ne le croit l'mment ethnogra-
phe. \vec la proportion de ',7
sur l.tjtlj entants d';J,,'e scolaire
et 1,4 sur l.UtAJ camptgnards,
que nous avon3 trouvs comme
frquentant les coles, il est fort
douteux et mmo impossible
que l'on rencontre, parmi nos
populations lural s,zti oui 7 op,
d i nombre tital d s habitants
sachant lire et crire. C'est
peine si la pio, ou.n relle
m mie a 3 ou 4 o|<-, i on se ba-
se sur les donnes dmographi-
ques fournies par la comparai-
son entre le pourcentage de la
frquentation scolnre et le nom
bre des illt r an divers pays.
Ici cette proporlion doit eut
d'au'ant moins leves que les
anciennes gnrations campa-
gnardes d II iti n'ont pas t
mieux partages que les nou-
velles, sous le rapport de l'ins-
truction. ( page 21L et 213).
Petit Croquis
les damiers de la rue
Ma vieille manie ptnlauthropi-
que me force a tioubler, une fois
encore, la douce quitude Uu pi-
ton et a lui crier : tiare ... Ce ne
sont pas si ulement les vieux murs,
les autos endiables, les bicyclet-
tes, les chiens, les bouches d'-
got. qui, dans la rue, peuvent
voua eue fatals. .Non, il y a un autre
danger...
Kn ellet, j'ai dcouveit un nou-
vel ennemi au malheureux piton.
Oh, c lui l, plus terrible peut tre
que lois lia autres. Ce danger l,
on ne le voit jamais marcher et il
avance toujours. Mais, dlibr-
ment, je m'tn vais aujourd'hui lui
arracher son matque, le moutrer
tous, 1 iuinder de la plus lumi
neuse projectioD, |cner son nom.
deoo-er ta marche invisible indi
qutr comme il piocJe. Ln an
mot, mettre tur son liont Unsei
gne protectrice du passant : Dan-
ger!
Ce danger, c'est cet nigmali-
quecocitoyen, homme avis, qui
ne pense jamais ce qu'il dit, qui
ne dit jamais ce qu il pense, qui
n'a qu un sujet de conveis.itiou :
la pulitique et qui, en cela, n'est
ni l'adversaire ni le partisan du
Gouvernement ou plutt qui est
les deux la fois.
Les .laturahstts appellent mxmt
liant, la facult trange que posb-
dent Ml tains tres ViVtatl d'avoir
volont an ressemblance par-
faite avec leur eutourage ou avec
certaines espces plus lavon&eH
aux dpens desquels ils vivent.
Uu exemple entre mille : le cam
lon dont la couleur changeante
revt la nuance exacte du milieu
dans lequel il se trouve.
Kh bien, ces hommes dont je
parie ( qui constilueut aujour-
d'hui le p us grand danger de la
rue sont, comme le camlon, des
mimtisie. Ls haugeut d'opinion
avec aulani de lucnit que le pe-
tit saurieu chaugo de couleur.
Dans la rue, ils viennent vous,
vous happant une cigarette, la
l >iit griller et commencent par se
plaindre des temps qui sont durs
Ils se sentent courage, vigueur,
uergie. Ils ne reconnaissent vo-
lontiers de l'instiuction et de l'in
telligeuce et cepeudaul ils ne peu
veut point trouver a employer
toutes ces brillantes qualits, tan
dis qu une foule di gttu qui ne
peuvent rien faire, ne lont rien,
roulent sur l'or. Kl puis, linluc
table arrive; et, c'est la plus vio
lente critique ( voix basse natu
Tellement) de tous les actes du
Couvernem-ut qui n'en peut mais,
D aprs eux, rien n'est lait comme
il devrait 1 tre, aucun des fooe
lionnaiie du Gouvernement n'est
sa place, aucun n'y est mme
cause de ses mrile personnels,
c'est le favoritisme qui svit ; les
fonds publics sout om gispills ou
vols, les loia sont mauvaises, mi
ques, les Journaux qui dtendent
la politique du (iouverneiueuliont
servtes, los journa.i.tes des ven
dus, des folliculaires; on laisse le
peuple croupir drns l'ignorance,
on le laisse mourir de taiiu, la
malheureuse IUiii se meuit.
Iiuriea Etiatnfils
larcliandiHcs franaises
Port au l'rinoe.
Aucune critique, aucune injure,
aucune rprobation ne sont mena
ges. Votre homme schaulle,
prend feu, il y a de l'motion
dans sa voix. Il jue ton rAla
avec laut d art, le cumouf.e de tant
de convicliou, le maquille dune
telle cnosit qu'on le pi end pour
le plus noble, le plus dsintrts*,
le plus courageux palnoie. Le
phnomne mimtique estcoraplel.
Mais vienne uu hum du t,ouver-
nement et votre turpritt atl uor-
me d'euleudre li raroaebt be-
nosthone, le svre Caton, le
courageux Cicron d il y a Uiu
minute, prendre, avec nos mai
tria incomparable, le COBtrt-pitd
de tout ce qu il vient de vous d-
biter. Il u m point besoiu de loue,
lions publiques, il a de quoi vivre,
donc on ne peut p.s le .-oup..ou-
aer do fialler le l'ouvoir, g*
c'est le prambule obligatoire,
mais il pense que 'oue celte oppo
sitiou qu'on tait aux actes du
Gouvernement,!.ml ..> questions
qui sont agites, toutes cet .liscus-
sious ne sjnt qui des Magnes i
Personne u fersil Blieui que
ceux qui gouvarutBl ai luelltmtnl
le Pays, personne ne travaille
pour le peuple.
Il coiiunli hs homml de son
pays : c'est le i ole-toi tut je m y
nielle .
tt, toute min loi -tue heure les
louange, les appiululions les f i
cilaliuns, lea prottalMIODI de d
vouemuut, lea otlrM de service
uergique atliuenl SVtX aiitnut de
fatuit que tout I heure les bl
mes, les rprobation*, les crui
ques, les dclarations d opp litloui
ti lorsque une lois Meui avec le
mimtli.it, voue lui demande/. :
Mais, mon chei, lout ce eue
vous venez, de dire, ce u est pas
ce que vous me doit/, il i t Ull-
minute.
El, comme vous tes Jeune,
t exclame le camlon. Je Bujs
homme politique, moi... J'ai t
old.it, j'ai connu la prison l'exil.
I ai conspir avec un (el tous It
gouvernemant d'un tel, donc, mou
lut, je sais ce que je lui ai dit.
Et ces mprisai) es specimmi,
humain tout lgion dans 1 opposi
lion el ce qui u> met eu lureur
c'est la Gouverna m i ses amia
ne se taisseut plu prendre leur
honteux ihmvuflsgr.
Les Ilots historiques
^as en i
cfei ce jeue bemme eut ecu,
oons saurions quelque chose.)
Roger Cotes,mathmaticien, phy
ticien et astroncn.e anglais mou
rut :il ans. Lt RtWtOO, en er
veill des giands Irtvaui que le
jeune savant avait dj ralit' au
cours de sa loiult rit, lptait
touvent :
Sicejtune liunme eul vcu,
Bous saunons quelque ihost.
-
fliri. ilu mu. Visitez Le Grand Magasin
Attenaoc la ''|ioii|uo
C31C0U
^nijlf des Hues Deslowhes
t Geffrard.
Nous avons l'honneur de porter
la connaissance des Mdecins
et d i Public, qu'il fient d* s'ta
l>lir sur cette Place la Grande
Pharmacie du Globe, attenante
la Clinique '.ou on
Par la liai li-m des produits et
par les soins apports a l'txcu
tion des ordonnances mdicales
cette Pharmacie se recommande
dune faon toute spciale.
Les prix dfient toute corn ur
rtnee.
Maison Dacearett
206i8 Rue Travertire 200 / 8
Entirement renou-
vele par de nouveaux
el beaux articles.
-* ..


LE MATIN"-; -, Honafcn
T
JUBOL
m
le.\Mif physiologique
le il] fi is&nt In r ducation fonctionnelle de l'intestin
.
- l'IntasMi.
Lvl.t lApjWad -Ile ri ITn'eilU.
upi UM >' !,
hi i. i 'ti .i l'it
RcVjularUe I ...rmoi.la des lornif
Cesatlpstloa
E 'rite
V.r tiges
Hmorrode
Dy.pepi.ie
Migraines
fi rtiilflaln 1 < -n
>l Hat inr#ir aaal'nt
a<. m itiUm rtWqM v>"
r. n Rdrf :','
M"*j ,-ar i but a a '-
In, l ilfl IkVCH,,. .
M
a. fcM .1 'i k In.r M
- r.....
Ifii*ini4l v admit .
r*a:.a*. Mf i* Jul
Cjrt i Munira du l/,,[Mn ait alla t toa< cil!
MMi a Mi" 'Unataa te
ra.ai'l,*
i.niany

Li mit lou-n.l Iiji- i|ir util slgut mirifil (m intri gi'l U cempantio* u JUIJL
nya
aumrir mrilnt la t,*'
ni I apo*hrtalrav autant
nu* m maada m (1m
IV it'l lai apvj.iaa Ira |BrfoA|
Clanla iri'tanV
tV Batao.
* Il 'K MM (la Mompalllf
- BXMORROiDEB
UBOLITOIRES sua.
*-i.il'>lrra an V"in"l'i
fun ralm'inri tfarona'i
h'iniMnif
JUBOUTAM : fom-ia
r .oafrr Itl *tm.,' i |r|
rdrrn#i
EXTKAJTS aU.lAlM.S
u 4*fMr nmnn *tyu
la' ttm ki fcnrtioni du
'oit
rimt>.**/>: j* :
Cours Spciaux u"4ni|l*is,
de Franais, de latlic-
matiqu s
Prparations Gnrales rie, jeu-
nes fens au Biccalaurat.
Prparation spciales jeu
a gens|*qui se destinent aux
Sciences
par I irgniecr
Il Tlppeshaoer
invita' t ceui q-i venl cl s'inscrira
le luire au plu lot en rou bureau
sis Angle Rue Prou et Hpubli
came ( 'age de Gardiner ) de 9
h. a. m 1 h. p. m.
Le cours spcial d nglais sera
ouvert a partir <*u 15 de ce mou
et e 'ait 7 h. picise du ma
tin.
Le Maidi, Jeudi et Samedi
les conditions sent exception
ne'le. Veuille/ vous inscrire bien
vite? (jualre mois suffisent.
KUVLLES ETRANGERES
1A1. TAIU-K
(oiilrrence inti'i'italionale
conomiqot
Pj.aU l!ie rnn'rence if ter
nationale d'minenl lion mes d'af
fairrs europens "' runiia dans
qnelquea mois pour tudier Iw 11
se* leoBOtl Iquee le la formation
des liais Unll il I urope et eiami
p.r li ii i 1er de supprimer les
moraillri doeaairM entre les di
vers paya de l'ai ri-n ...l'inent.
Les rivulili's d> anlres sont
aussi dangereuses pour la paix
OPfl lu ronrurrence dis arme
mmls, u dit M lourlieur, ipund
il s propos a l derrire assem
l.'.v il- a Utna des Nations l'or
Mii-iil! n de la premire rnnf
ni.ce " iiin.ii|up liternaliOBaU.
Si mu- i or t (DOOM, dit i\ d'le
erdr- liiii'ii- douanires noua
augm iitrroiis ousuirah'emfnl
les mau< de l'Burore. Lee vieilUl
m*11 n europennes duiveDl pen
1er a l ix.~-ihi.it** d'arriver a un
accorl i|"i IfVf permettrait de il
\i:lop,.er leur iiiiltistrie, et leur
(OBimiTi n lignes paraHlei lan
les qpe le ion' las I 'l " '
un.n aniiiraine, Nous commet
Irons une g'ave tante si nous n'
latliesoDs pas l'uuioo douanire
d'Kurop- Mon ide priuip>le eit
de propoeer s la eosiereBoe ecoeo
miu'ie internalionalt' dolliir l'of
rasion an grandes iodii-ri. M
ropseasoe d'arrivei h un accord
salutaire.
I.a rluolOI du conseil de la I.i
gue dei Nations du mois de d
rembr n.mmera une commissi in
pour organiser la premire coof
renie t1.. n.niiii|iie. I' est bien en
tendu que ni les problmes de
ileit.s interallies ni les qoeeiMBI
d'immigration ne seront discuts
ce congrs. I.a confrence cono
mi'iur- internMionale sera cre
sur le modle de l'organisation ac
tuelle de la Socit des Nations.
Tolfl d' conliaiice
au Cabinet IranAi
pAMt l'.u dpit de l'attente
lnrtle, la a accord
le vole de conlian.e au cbinet de
Mr Painlev par it\ voir contre
IS'.I et 121 abstentions.
Di'claialMiiis
Biottlriellfi
Pahis- La dclaration minist
r elle lue a la chambre contient
les stipulatiors suivantes : Conso
liilation de dette .'e la Fiance lm
position de sacnlices financiers
la richesse sous toute ses formes
et dont le produit sera exclusive
ment devin a payer les dettes, la
paix au Maroc qui toutefois ne
peut se taire Fans porter atteinte i
lhunneur national si Abdel_Kr.ni
ne-la propose pa, la ncessit de
hter l'heure laquelle la Syrie
pourra se gouveimr elle mme.
lue iji'v I' ^.OOOlonr-
lIouDaires
VIKNNK Les fonctionnaires
du gouvernement an nombre de
M) 0 K) se dc'ureront en grve
jeudi si leur demande d'aui{ nenta
lion de salaire n'o-i pas pii'e en
consid^rati -n ; il est probab'e que
i .|(i> altitude provoquera la bi.t
du cabit:ct actuel.
L'Opinion
fJDlenor Firmn
Tel est le l Ire sou lequel doit
tre lu l'article de notre pr-mire
page pii est tir d's Lettres de
Saint Thoma par A.Kirmin.
Le
d'une viruu'e DioehaivN
prix
La commission des finance-. H
(In, igo rJOOOnH, par hasard,
qu'une ilrgule mal ptac'e a cot
aut Bluta I nis la somme de dix
Billiona .!' Irusai l'* Cof'*i
avail fObi une loi doumire nu
mrani I--. nrolii-ts qui devai>nt
Mre cvouirs 'u dn.it d enie en
Anin |ua Parmi ce-, produits -e
trom tient 'es p/.wilr A'"' OVorigt
ne MrsniN Ml frwl P'anla
1,'om l'oreign orgme .
I n copiste.au lieu d'cute Iruit-
plsnl. avait da.lv'ogrspbis fruM*.
piaules -..le raulUI de ce rcu i/a
rament d un Irait d'union par IM
virgule ne lut paa loi-g s se laiie
Mi lir llinsnc*. raisins, orang'a
lurei t impo ts en Am riqne sin
flre si us>ii a aoeua d'oit d'eoli'.
L'erreur fut r ctifi> dans la sui'e,
mais .i|c liait hall perdre au Tr
sor dix mil loue de fisccs.
Parisirtna
Ce soir
La pluie ayant contrari la der
m.ic repr-enlation de
Sarrati le Terrible
on p-riendra ce li'm pour la Bll
I
Dimanche
L'bc ;rs' de Sapti|ioJin:ioa
l'aris
lus plus vastes glises
du monde
I a premire en liste et la b ,j
lique Saint Piepe de Rome qu1
peut contenir 15 000 peisonnea.
Viennent ensuite le dme de Mil a
tnt 37.000 : l'Eglise Saint Pail
de 11 .me, 3t.000: la Cathdrale
de Pologne, 30 000 ; l'g'ise Saint
Paul de Londres 25.000; l'gli-e
de Petronius, Bologne. 19 000,
l'glise Sainte Sophie de <'cnstan
tinople i devenue mosque depuis
I .1 I. 83 iK)0; la basilique Saint
Jean de latran, 22.000; Notre
Dame de Paris, 21 000 si elle est
sans chsi>e : la dme de New
Yiik, 17 00'; la Cathdrale d*
Pise. 12.000: la Cathdrale Salai
Etienne de Vienne, 12 000; l'g'i
se Saint M.rc, Venise, 7.000.
Il est dit que la dane envahin
tout Le recteur de l'glise prtes
Unie de Saint Marc, k Ne* \i k.
vient de I IBln dui.'e din* son g i
se Kiirvlh-ni'. dit il, destine
donner ;ia\ s. rvi.es religieux un
charme BUStatS qui attirera les
i sles.
C'est ainsi qu'a l'occasi >n de la
Iule de I asBOBeiatioe, le 18 Mars
deroic lue |tss Hllaa an pieds
iin, \. BH ' Blasa, ont excute
uoesortodeballi I lilli irgiquerepr
ni mi .les lesma d I' Anion
ci il on du Mititil artiste f.oreo
tin dlia Kobb'a.
Ipta I ut. les crmonies des
cultes antiq i< comportaient de*
pis ri I s danses.
Nil novi...
L El I le plus rli*
Ce sont les liste I nie. Ils rSBSf
g.-nt d'or et rien ne le .1 miutra
mieux qu le -t'is> q le euivante :
Le en ir"-' le l'arjreu' en c 'ru
Uat'OB aux Klats Unis, le 1er Juil
let I" \lait "une semme
i'. nvllions 847.l9Slii-e slrr
liog. ce qai lait S livres sterling
6 shilling par |tte ,d habitant. U
irdiqii'ii m rue* i lqul
: i -. D -i i i GJiiluiil
i..i l,.' Lfti livfs sterling dont
I Bxillisrda Oit.000 livres ea
uoouaie d or.
ltMca>^,deo!lat9i vous
L'\cai*iation mfli'i'e bitanni
que a tenu dernirement k Londres
aon Congrs annu>l. Deux rf ir
mes y ont t proposes. La pre
mire est une lgislation pci:ile
ijternationale qui devri n're adop
t^ par le Parlement pour conlro
1er les cas d'alcoo'ism chronique.
La seconde rforme est base sur
le fait q e le- femmrs, en ayant
la gifge nue et d s iupee court*-,
t rent un pus grand profit que le
h in.n s des rejoua ultra vptlais.
Ko ro isqiierce l'lit le aaoM du
saxe mscu'i i ne ferait que g
guer si le. hommes supp i.n nt
les faux cols et raccourcissent
leur* lantalons
Mais jusqn'o.i irins sssal
fieit de paratre
"L'IIOMMI- NL"
par le Capitaire A...
I v lume in 16 ( MO pages) Tir. >o
Klil.ons du MKH .1 IK AFRI
CMN 7. Bl Haldin, ALC.SU
l'.i hmma jeune, vertumix, lo
xal. devient bigame, sans le sa
voir, a la suite du plus trange
vnement.
Ce roman, fortement ch irpen'.
aossil la doub'e dduction, d
h. l'em -nt tudie, de l'impo a'bi
t de l'union entre franc us et an
g'o ssxon< ) de la diminuti n le
la nata'it par la p Ivgtmia
Cet ou-rage, qu rserve ara
pla.m importante au io'e social de
la femme de levain, sera lu et
appi.-i par les ir.ie'J ctuels des
deux s, ics
l'ne par ie de l'action se .1
le en Afr que du Nord al co^muni
que au le-leur le charme le ce d
licieux paya
Le dp la-ne A l'un des au
leurs de t Mektoub . d'one arec
I.'Homme Nu une r ,vre l'une
porte et d'un attrait couaidu
blet.
Elections lgislatives
et ht\
Pour renlorcer ce que nous
disiom hier au Nouvtl n te i dans
notre ncle corccirr.nl Ici lections
lgislatives et le jury, rous ajou-
tons aujourd hni, 1.1.|. nis l'a-
dit-HM- de no rt coi.f.ie.que notre
lgitlatiin a piis soin de dtermi-
ner les conditions h rs desquelles
un cil yen ne peut tre jur. Et,
au tllime alina de l'article 207
du Code d IsetlBclloB Criminelle
il est exprim en toutes lettre que
les personnes ne sachant ni USI
ni i'iiiiiik ne pourront remplir
celte dlicate lonction.
Les Jurs ne seront donc jamais
choisis parmi les ilettrs, ch-r
confrre. Le lgislateur le dtend.
P n'y av.it donc auc.ne con-
t 'dicton entre la Ci'culiire c'a
Monsieur le Prsident de la Repu
Nique et notre pretn re note con
c r ant les 2 )" jurs.
V dl ce qu cest q e d avoir
li .le d tre inutilement a tucieux.
Et la f'naie d avoir,chique jour,
une in-inuation mchante pousse
Le Nouvelliste i y tout sacrifier :
logique, respect de U vrit, souci
de ne point induire ses lecteura
en erreur.
Chaussez vos enfants
CHEZ
H, Balloni fils
Ses (^haossnres sont Iss
lll"ll'(ll','M.
Ilosjir.'z-v ous Scrvietls
de b.iin rrepe de chine,
orpe (lOOruelte, crps
murocain. de toutes nuan
oas orstonae, ilrill de
toutes couleur-., chip m ix
pour hiim'in et d.ims
toile drap et a nipp),
gabardine pour liumitiu,
souliers tennis, parfums
Coty, lloiibigant chaus-
sette et bas de soie ?
Vllez ehez
Joseph Poujol
17 34. Hua dj Magasin
do ICtat.
Chez Lavelanct & C*
Rue du Maqanin de l'Etat
Fnir B. Couba $QuinHn William*
(in (trouvera des Souliers laines argent, des souliers Satin, des fs
taisies autruche toutes nuances, perles perler, sacs main de
tonte beaut, dentelles Ismes Argent et Or. Chantilly de soie, den
telles extra lines oou'lingerie cr vans fards pour lvres et ioues,vernis
PSar ongles, fil D M C. et fil de soie pte i net'oyer les souliers
lams, chapeaux et formes de chapeaux tous genres. On trouvera
aussi des Savons Antisep'iq ie au souftre, au goudron, pu a il ni, au au
bl m ttc, etc.
Bouchons k 19 gourdes le millier, en sa<:s de 500 prts pour exp
dition immdiate, Boiirs d* Bouoh os assorties de Deux Grammee a
Litre pour l'harmacie.bouchon extra fin.Grand stock de vins, liqueur
tt ebampagne.
I.a saison des ftas commence, une visite s impose
chez :
Y. UVELANET&fo
Hue du Magasin de l'Etat.
t Taverne des
gCTAirlBULLS
310. Hue lionne Foi
M Parisien Liqueurs de Clou
Bire Pression, San'Jticlis loutes qualits soupecslroid.
La Taverne reste ouverte toute *a nuit
TELKPHONE : 771.
The loyal lail Steam
Pack ;t Company
Le steamer Conwiy venant de
Jacme. et des ports du Sud ett
attendu i Port au Prince, samedi
7 novembre coirant. Il laissera
le BssM jour,prenant le Irt direo
tement pour l'Europa.
Le steamer Culeb.-a venot de
Kiogstou, est attendu Jscmel, le
2i Novembre courant. Il charger*
tous les po:l hiitiens .lire le
maot pur l'Baras.
Le steamer kara venant de Kingi
ton. est attendu a Jacmel le 7 D
cembre pro hain. Il chargera
tous les portsh. itii directement
pour l'Huioie.
fort au Princa, le 5 Novembie
IM8
j. D*ALDBB Jr
Agent gnral pour llsiti
Bemum
des Deux Monde*
t s Rut de l IniversitJ.Paru
SOMMAIH DE LA LIVRAISON
du 1er Octobre 1916
L'Orient en Marche. Dana la
Montagne des Druses. II. Henry
Bordeaux, de 1 Acadmie franaise.
Le Bilan de li Buhr
Le Mariage ie 11 am l'a. Dernire
partie Ellissa Bhals.
A Propos de l'Ecole Cliqua ,
Henri Berns
La Politique Intrieure sous le
Premier t.npire 11. .. Gabriel
llai.iUui 1 e l'A eidmie franaise.
Les Coolessions de Jorgessen.,
Jacques de Coussaoge.
Lu Glorieux Trenteoaire- La
Prise de Tanaoarive.. C1'. Aubier.
La Pi incesse BelgioJoaa et Au-
guslin Thierry. Lettres indite,
III.. A. Augustin Thierry.
A l'Exposition des Arta Dcora-
tifs. V.Le Meuble au Westcle.-.
U. de la Si/eranne.
Bevuc Littraire. Le Matre de
M 'sainie.. Andr Beanjer.
Chronique de la 'Juiozain.
Ili oire Politiq ie.. heh-Pinbn'.
PB1X PE L'AbONNMENT
Cn an Si moii reoli m>
Pwi,
Itioa ScincciOiK 80 ii 41 l' |ai JBT te
DtpiiU'iiicnis 11
Colonies cjn;.i,)t's 86 44 tr >] frt
Llrinner 98 It JO 16
."L.i iboonemcnis pineni du icrci daiJi
de enique mois.
KRIX UU NUMEHO 4I1SO
EucLE BOSS LC
0
Aqences (Reprsentations
P011T-AU*PRINCE
Agent* gnraux de i
Manufactures Lle lns'ce C
Assursnce sur ls vie,
Decker Jones Jewell
MillixivT S* |;-C
| NSW-YORK
I''ar.nss.l luijariau 0 0Bonis BoUfls StC
S.lil
Vins &
hou Frres C.n
Champagne Bordft|ua|
Franklin Fire Insurance Company
NEW-YOHi:
Assuitcct' contre l'incendie
Diamond latch G
Allumettes Sale | Joins i
D. ', Publier Fzport Compati}
Souliers lieds.
Citas F. lattlarfeft Son
f olsson-j sals en tous (jenres
iPh, Ht
fQOPEN
.leymap <
'ENI1AGUF
B urre Danois, fromage et COnssrTSS
nliini'nt ii es
\\. S. ialhets ti Son
I alises Jaune, et noirs-
i
Lt Ralionale
Ssns 1 il val
DgnrettesJChantseiai o
Envols de denrss
)

I
;*-


LE MATIN S Novembre IMS
"X'
I
Extrait du jaune d'uf. Le plus actif des Reconstituants.
Rend puissant et vigoureux Recommand aux personnes faibles.
Fortifie le cerveau, la mlle pinire les Os et les reins
Rrewer et Co Inc. Geo. JEAlNSEtl <& Co.
WORCESTER MASS. AGENlS
1
'
UMm\ SlfaWTonp! lie.
Le teamer ( Daracoa ) venant de
Rew-York via Cap.Haitien est n Hen-
ri u\ Port-au-Prince le 7 Novembre
tcurant. 11 repartira le mme jour
directement pour%Cayes en rente pour
Kingiton Ja. et les port de la Co-
lombie p~ena.nl fret S? passagre.
Port au Prince Je 4 Novembre 1925
Colombian Steamship Company Ino-
Gebara & Co* Auents
MW
.
BK4
INJECTION PEYRAkD
Depuis ploi it 40 ans rut. il la BLENNORRHAGIEl
et (ooi coulemenU rcents ou Chronique*
231 ARABES GURIS sur 232
(Extrait d'un Rapport de Mdecin d'Alger)
dit It rinidt iui i lou|nn dtin lu millenn riiltid |
EN VESTE DANS TOUTES BONNES PHARMACIFS
SPCIALITS PEYRARD D'ALGER. 46, rue de Crentll, PARIS
prc^F
A Porv.ii Priuc. ; Plia, w.clc W, UUCH ci toum oonnci Hur.ncio
| Le fameux Oaorpagis Lanson

Se trouve Paris dans les Grands res-
taurants et cals la mode, port-au
Prince, il est devenu le lavori de la So
cit.
En vente cIip/":
E. Dereix, Ch. PicouIel,JC.Ii.JN.|(in tjens, Lope rlivera
aux Cave de Bordeaux, ila/ar Mtropolitaiu, Alfred N
Cooke, Htel de France etc.
Aux Gooalvts : A. A F. Me Gullie, Keinbold a Co.
Au Cap : J. l'aravisini, Ch. N. Javao.
GrandiRuc
ct des Caves di Bordeaux
Voulez-vous voua habiller avec lgance, et bon
oa arche.
Adressez--mois la Maison N. AURA
Dont la devlae eat de vendre ik petit bnfioe pour
vendre beaucov p
Dans son per onnel, la maison compte un matre
tailleur italien sorti d'un tablissement de premier
ordre d'Italie
Elle est en mesure de fournir des eomple.a tout faits
et sur mesure, en oheviote, diagonale, palm beaeh
drlll blano et couleur, coupous de Casimir pour Dan
valons Etoffes pour gilets.
Bonneterie
Chemises de jour et de nuit, au uout de* clients
Cola et ma no hottes dernires crations. CaJ i;oni
et Pyjamas.
Cette maison const tue une 11 nova ion
et le meilleur accueil 6at rserv tous ceux qui d-
sirent par une visite tre dlis sur la valeur de-
travaux fournis.
Tout costume commande et qui ne rpond pas su
i-oiu iu olient est repris,
On parle franais, anglais, ^espagnol et italien

mu
F
' I | u'nr.
I
> palatal
< u*
> pli.* iuf,
U le.
N>ii ituli ni
qui -
Savon If f'ebuoy

WITSiXO
u mu
i -.
Rue des brontsI "-
Avis
Nous payons 50 centimes, a
notre olnce angle dey Rues Mi
racles et du Cen Ire la livre de
grains dcortiques Ben vile t So-
lives).
Service Technique du Dpar-
tement de l'Agriculture.
Ilaytian Mercantile
Company
Le* actionnaires de la 11 . Meruintile Corn pan; run18 en
A*.-, rable Gnrale New York
coniormment aux statuts. ""'
dcid de dissoudre la Socit.
Ils out, en consquence,dsyi
comme Liquidateur le aieu- ges VV. KI'HLKK.
l'orl au Prince,le is octobre IU
Le Liquidateur :
Sign ; Georges W. Kl IILKI.
Le Dr SATtlOU
A l'honii'iir d'aviser Itl < lionts
u'il est de retour de son voyage
es Etals Uois.
Il stisit l'oeotlloo pour annon
cer au public qu'il a apport avec
lui un appareil pal d l tionu
Diatlierm e lui parmi It ml d'entre
prendii; la traitement lcetriqua
dliltliei mu: il'- l .(
i mi : mlnie et aadi mlrile,
Ulerjiiliorr.iluigie H as i nnplica
llooi.Proatatlta.loaibBfOat Devrai
gies diverses, uuiorrtiuidea etc.
ASTHME
Opprtsuoit, atarrill,
Suffocation,
Tout ntroium S
Outrlion r.ri.luf l'r la.
CIGARETTES CLERY
POUDRE CLERY
I t>. Cl.r.P.Y. 5, oui BlM.rtln.

LERY
lin. Pvl. I
I k<
Pourquoi vous devez acheter chez Marcel AUDAIN & Cie
Achetez votre Clairin Tienje chez larcel Audain i Cie-,
' vos Gin, Wisky ft li(|iieur "
14 votre Rhum et vos alcools '* '4
14 votre sucre haitien ou tranger chez
" votre Cal'1 torreli moulu chez
'" votre Bire ( powenhrau Hamhourjj)
i*' vos Tins'de Bordeaux
parce qu'il provient des meilleurs terroirs dlflaiti.
parce qu'ils sont vendus aux plus bas prix Je la place
parce que les marquer qu ils vendent sont d'une pu'et ingalable.
parce que leurs poids sont lg-iux et leurs prix des plus avantageux.
parce qu'il est prpar avec du cal de choix,dans les app.mils les plus perlectiontn-
parce que sa Iralcheur et son prix dlient toute concurrence,
parce qu'ils sont vendus aux mme prix qu'ailleurs, malqr leur
Achetez aussi chez Marcel Audain L cie parce que l'accueil que vous recevrez sera des plus courtois
\ 1903 Hue du Magasin de l'Etat
i
Cl
t(
ti
M
M
t
. ,.<
Nos 205-209 Rue Traversire
iws



\i'


: TIN' Sftmmbr. 9*5
w -.
DEVANCE
Position exceptionnel''!, au centre des allaircs protimit de toutes les Banques, de la douane et de toutes les Agences de bateaux. lenseignenMn'f
et lacilits pour voyager en automobile dans toutes les parties de la lpublique l'Hati et de la rpublique dominicaine, lhambres confortables eturtout f
trs propret. fentilateurs dans les chantai i la demande des Fensionaires. Cuisine Iranaise trs soigne et des plus varies.
iqne et dis pli
DenandeX Visiter leh imgasin de l Htel ; Vins des meilleurs crus de Bordeaux, par barriques, damejannes g.llor s et par heu
i-lllPs Pu miles Vins ,1e chteaux vous trouvre/, le plus grand choix tejU les qualits et pour l'Age VINS D'ITALIE D'ESPAGNE. V'-NuE BOURGOGNE, (blan
^U-taleZ Tmrnard mousseux, golt Amricain l pli'., ra.ul ..sorti* eut de Liqueurs, Co(Jnac g.os. whkl.r, .^.Absinthe Pernod
-.Wm. Vermouth CONSEUVES franaises et amricaines frache Tient arrives. Cl (i ARES de Cuba, urora et Habaiierl..
marlloon, \ermoutn w'"' de loule. ,e. fabriques d Hati Gros et.detalt. PARFUMERIE Cartes posta.es.
CIGARETTES
Prix trs modr
. Palrizi, Propritaire
LES PRODUITS AUSTL.
la
Les produis Nestl sinl. favorablement connus partou\\c i's so>t vendus, vu qu* l
maison MIST- E emploie nuit ment Je lait le (lu* tiehe, le caca, le nticrv et autres anitld
nce site vital" pour hur / iricatini de toaie premire qualit.
Tins trouverez partout dars 'es bonnes fp:ceries des diffrentes villes de la f fubiique les articles soivints de la maison RESTLt
strilis I ail Condens, Lait Lvapore Marque N'est ou St l.harles j.rarine Lacte pour les enftnts, Lactogen pour
Vters en ferolan< s de 2 I!). i 4. et 1 lb eu sachets. 'iOme de Lait) lout le monde devrait essayer cet article qui est i
Chocolat de lout genre.
Crme de Chocolat lions, en tablettes, inqnettes, Boites de fantaisie etc.
loti Vs ommandes dirictes d fa fabr que ,ou pour les achats in grs,viuidez vous d*eter
Llt
CaeaoP
!es bbs)
n.erveilleu
TZIUMrCC
Agent Gnral Rue du Quai
NERGIQUE
ANTISEPTIQUE
vmsun imam unn'icn
* guries nte et
Pagcol
qui supprime la douleur deetnoaiMtoi
Unt.astp(at eivielei i wpi mS
Nombrtui Ir.vivt A mtdacai min.tfe
Communmlion i Acid.mi. . Um
Hon Concoun, Cipo.. 4. S.n-FrindM.
Pr4par4 par lit l atoralmrtt 4t r f:
. i.kub iiatuMn. rtm.
Si vous avez
eu froid
pour viter
un rhume,
Pendant le rhume
pour viter
rne grippe,
prenez quelques Comprims de
RHODINE
"USINES duRHNB"
Donne avis sa cllertlc et aux mJecius et au public qVll a
IrmnisoriL son Laboraiclie d Ulo ie eu un Labjraowe .e
B olofliC applique sous la Direction du
Dr liicot cl t. Sjourn
L% laborptom e*l ouvert um lai jours de 7 tires du matin 9
Mores dusolr pour louieslrs rectietcbese KQl > ea,'prue8 dt s
la nonce ci luiuie, iaul pourie
Wasseitiiaiiu el a constante Ure-Sccrti rie
Sjrml reues que e mardi de chaque semaine.
Sadre* u a ia Puanuaue pour les reiiseigueuieut*
J natte J'onnes et oCigasiriqi e
Raction de Wassermann
Raction de Triboulet,
daineu du sang et du pus
tiaiL^D des matires lcales
Cxauien ue cnehY.
A IbiimiiiD rjetio '
Coqs aute L'r i Se r rat
Attention la fraude
Ifeaucoup de dbitant- profilant de la -vonue du iilllltll i\ ilitims sous a nom que les connaisseurs rclament. Un grand nombre de consommateurs'ainsi
tromp! et vols te sont plaints i la Maison Geatjens. C'est pourquoi elle informe le public in-
lrisM' jue le vrai iKbum NecUri m t-ouvedansss quatre di'pjtsen ville,dans la maison prive
deMrPrr.c Leitjenx au Bois-\ernaet aussi dans sa maison
prive de PUonvUle*
ea bouteille tiquete et capule.
1 I TOIS: No 1940, Rue du \a -in de lEtar; \> 111 et 5(i0 Rue^Bonne toi
No 028, R f tourte, ancienne maison B utus St Victor.
SI

!10 Bue des Csars.
>
-;
J
\


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM