<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN30 Octobre 19*5 pUROBON litloyal lail Sleam Patkel ( oo pany Rhumatismes Nvralgies Goutte Gravclle Artrio Sclrose Obsit Qui vaut retiar >>inll'r'l _-*VrVODCNAC. Butte... Fll.i! e*i plot Irtrcal*, parce que akolei joliment attif, u spoi-ljtn L'otr*ervalli n de r J^an Galtief II dealer* en n no l le* mVnlrn* m m I..lut on* Dan un ati i • • !tir. 4 q i] l'on pourrait m^m r. pro-hr nna -TI plicit .. q li driaimala IVflb l< nu alyle de romancier qui roai il -i langue el qui I* pie A tout s 1-M nuances %  eiaraeeiim j| pa|g| | e tab'eau do ce Peiide* q .ailiers de miM'ie Le rnmsn lie M Jn Gt'lier R iasiire e-l l'miiva il un ob-er v*leur s ru^i'eux el d ui bi\ r liste les Cadets du Berlin sont partisll n'ont pas tout emf iorl' des Superbes Cor res le parfumeur d'Iou btoani.de Coiy.de ubip, lie Rii,atiil, d" ',ii \, ri , que Paul £. /Vuil , pre* Mute en cmomenl i sa clientle le choix Mej M — % %  %  %  ' %  i %  -.i %  a %  % %  %  SIMPLES NOTES Si l'on ne connait-sait le genre d'*prit h liituel de nos ad versairet du T' ir,( •, on pourrait rpter lei r endroit ces mol* lance par Ve P, I. C.mivin l'arlirt'e d un Secrtaire d Etat le I otir dune n ttntissaite interpolation au 8*i ht de la Rpublique a II y a des gens dont la iialveil lance et la mauvaise foi sont infinies! • Mms le bol sens public a depuis lorg'iirps l"ii justice des procdi de Mitaine < oi tires et la mali rieuse perlidie qo'• vu le jour, hier Hi ns lu colonnes du Temps ne peu' pas n> us tonner. Cela montre clain rnett le degr d'exas peratb n de >e* oppo-ant* devant le foss qui nous spare et se Creuse, s'largit, l lnqne jour, datanlagc, tant sont dissemblables Doe peints de vue. Cep odPl ure conc'u* on e dg'ge de la %  ehaata in-mmlion du femps •. Loi-que le a I versaires en soit app r'er dans la diacutsion des argumenta si in adieuz et si pileux lll svoi eut eux mimes que la cause qu'ils dfendent, agi ni-e tt que comme pour les v eux rats, son heure d* mourir a sonn. El • Le Tempe, par 1. prouve aussi qu il rend h mmag. a notre loysutet no* i onvicliOBi puisque pour essayer le nuis ><>n.btlre. il est oblig d'inv, nter ces inofl a aives et grotesques petites mchnn cels... le commeiv.' i \\< ti nr de Cul* < Le commerce exliicur de la %  rende Ile eosln a ht int en 1944, 7*2..">!*t.." dollars dont 100 SiS.585 do In pi r I. ira porielions et 484.) H I >0 ,lo la. pour les eiportnti n En dpit des d li ul sur '•• march du travail el i 1 gii ni > politique, la>tivil coi nvqi r e Cuba en 192*. f v lise par la coite du sucre, a t ex'iavrdin 1 re. La Chambre de.oip aioi de la Havane a enregistr un mu vement deeomp n-ations d 1.081 5rM.2 dollars soit 71 p O. de plu* u' n I0JJ ei 7 p. lave le sanfl %  Haalew < tn .. %  ralURiani jj 1 intno MtSroia: ( -nni f--|.l lout I |KpChtl la lia' .-'(, I 'n. iwiriiuni d-, 1 j-ir •>%  ,'. !.".* %  A l, | ort ''S'ia. 1 1 troOcr.ai C, •.., r rir.ht. tm et n .. .u 1 1 ualatfHM t eiun CUb. ehjtf, 1 r TiMasIa—) farn' M if n.f Dlfli IRl*il '• '' '' " """• %  > ... 1 .,..„... M, ,.,, a u "ikr.fi.m*. (.rdtu^.Si.cs. LINYCOL""" -" %  r ~' %  • '•'• rMriri iit-ic*. Oojti*. ,.v.ajl it'j. Ni ^Tj^rjca; ETRANGE! PAR CARLE Autour de la dmission du Cabinet Franais Ir Pjiinlfvi' lormera le nonviaii ministre Ir Briand aux Allait es i ; lnnf|res Ir Louclienr a.ix Finances PAIIIS — A l'issue d'une conf nce avec Mr liru nier^ue, le d pi l lii riac a di lar' que Mr l'a : n lev f ra lai'e A I situation psrce qu'il a 1 I tenu 'a ror6aDre du pays el qu'a I chambre i' nmpte sur tinp n-njorl 1 rii-antn pour lui permeilre de rsoulre la n'[orm < 1 nm i re l'.H'KFn ri* •1 n ite ' C"e -riinul/rielU, la r|imbre en. cen tOejne If jeu 'i i % \ebie. I'AHIMr Doumergue, priai .JV n KM ITVLU C< li'-ln.iii m (li .'lii %  ouivr gr ci para'ys l'vacuaiijn du Ir 11 dire occup en lu'gtrie BOITE aux LETTRES Monsieur le Directeur, S u-U d m m nation Kc le Bail ro-iale 'i I m 'lione, lepa'" q lelque I mp* lin | 1 li %  --[ 11 de eon lare stlud i n t*> d <"n >-e prs de la m i->" SI Grai d Celle miiaoa, di lg*e p^r une amricaine. pour salisNIresa niimb'euifc'ien |'l.>. e • p le d b-** b 'i'ien l'.e' ,c *i IrAa bi.-n.t'e-l in-i q ibeauoup de ro jeunes lilies four n* c **nt "(i* le con'rA'e de la pro pr ei ir, I ne* re' de Iraviux ri h o I rie et <1 • couture si eh 4 i' j uirs ci. M ipour un pniu' ma' plac ', iwwie n im^'e'rr nr t. de-in trs souvent faci'e corriger, la directrice confisque la totalit du gilaire lil a l'employe. C'est parf is la prix du travail de tout un mois qui est ainsi per du pour la ma'hureise ouv.ire. Cela c'est trs m I Nous sa \uus bien q>i uoe employe qui fait mal son ouvrage ou commet gne triejr doit ia rparer; maU % %  n' de ta Kpublia'ie, a deman d Mr I* ai ni v a io-mer un nou veau c ilii iei Mr Painlev consul ter* ujiurriuii ses amis elles rr, -U tei na.rlis politiques avant il> pren Ire une r-o'ulion dfini li P\RH K 16 he-ira M r P^in lev nfi'm^ '• Pr'i lent del Rpjbliqie q i il W*J|I 'e cons tttaar m noivesi mini*ie avec Vr B ; il POTITH mii : stre le* iill [< % %  '.* -'Ir n^re* et MrL)i:hau tVi linaoces. NouYHtis diverses SANTUGO UECIIILIUgrv' gnrale coiiiaue. La loi m nue a l dcret-e p ur m.e piiode de qnii/' jours dan* le* pruvince* de aotiago. Va'ptraiioel A on cagui. RUAT Me J |l! Stag. ex gDUveroeude l'Ugiri*., I-igi4 pour succder aj mnchil '.vm tey vient d'arr.ver In .1 du cui rass V ltaire i. EN ALLEMAGNE La crise paiiielle du eabin *,t est nsoli. PA IISL^ c*i p-lie le du cabinet alinant a t rsilu) ptr la diitributi in di* pvt-i'.M'l Us iit* sitN Md l.i'hir. Gess'.er et Kroboe. Les ijoiir M Octobre afBW V )i\ -b'nn s Starli i 3 •s 3 71 li r.H'stin flX'^1 liit 'ra en p'opirliin de la ftu'e ommi* liiii'in'* sont t-s apprci* et sont v n "u tri ch r. L i-oitrA i d <"et l b i*-e rient narh pou"ir pib'lc o-np'lant s i naof, con n; l'eli s ml de*tin's i I ii or. .1 m ABONNEi S. n. 4 ^ %  • 4 Le Servie A %  •r de Ci m'in* Omeiu UINNM p ib!i • qikptrlirdi li ntn-h'prichii i un ca-noT d^ oenire I listera Pjrt a i Ptitcc rwi>ii M ;r • t u'e I nu h • %  ; t h-e^ a. m. retour le rumina i mr a 1 heures p m Statiin devait a gara Mac DcialJ. Prixa'l rGleiC.lj al'erelM'oirG 10. Direction I i[sl(; mer aConway si aller du Jtiimel, le 2 >'ovirul>re r ro chain. II ilargira & tous le; toits bal l ILdirect, ment pour l'Eurepe. J. DAALDER I' Agent gnral La sant doit par avant U Les^ beinres"BLUENOSE"et 4 i P Y S ,< de les. sieurs SmitliH' proctor, L( I. sont jaraiitis entirement puii.'i C'est excellent, c'est peu coteux. |t]n venle dans lea bonnes piceries : et en dpt citez l'Agent. Lon RThbwd contre la CONSTIPATION v prenez les COMPRIMS SUISSES de DELORT. Pharmacien, tiV, ffua Sainl-Antoia l'AHIS/, C\vamP£ffn o -av^V v-aon ronde* f C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS PORT-AU-PHINCB AUi.PSTHUS, Pharmacia AI-BERTI'PhansaeU 4u DJuatin vuhli e •I loi.r.t !.. bonnaa r^ipmirm. Avi Fiiialil de ihurt la main de li ule 1 eaul.en roi*, et organdi [fur rdrs el diarciux. l'eidfMipcur ll''rett pour rbareruY. Couisii s el abat u -joiirs demie.r g'o lit; Peu de Chose— pr de i'H' ;l Vonlagce. s. i — -n — r i M ont Linie Le M|S Thrse lloro, venant de Curiii-.io. Jacmel et Kingston seia ici Dimanche le 1er Novembre. Il retarlia le m-me jorr pour l'Euro pe directement | renant fret et paa tssgers Oloflfon I I CAS & Co agents g' 1 ncr in Une lame de rasoir qui coupe /T^WrVf AX>nntteZL, Agenl Exclusif P. Labourdelc 30, Rue Montmartre Pari PB i^J Le fameux C'hsapagne Laooon Puiir %  raaer. Il faut avant tout _. Pour M raeer, Il faut avant tout nna lama da raaoir qui coupa. Or un* lama uaafie n aanrait couper. Aac la Valat AutoSuop, raaoir da irata "qui ae rapaa lul-n.iTie". la lama raata toui urt parfaitament affile. Ceit toujours un plaisir que Je m raser aec un "VaJet" le'Rasoir r-i**n trf§tKp tf.fAWliY P...I a. r..... IU.U Se trouve Paris dans les Grands reilauranls et cals i la mode, i port-an Prince, il est devenu Te lavoii de la So cil. En venle chez": E. Dereix, Ch. Picoulet, Ch. N.,Gpljns, Lope Aivera' aux Caves de Bordeaux, lla/.ar Mlropohtain, lfratrN Look', Htel de France etc. Aux (.nu, ivos : A. F. Me Gulfie, Reinbold *_Co. Au Cap : J. Paravisioi, Ch. N. Javaux. EUG.II BOSS Agences— Reprsentnlions POnT-AUiPMNGE Ayt-i t§ gnraux die % Pecker Jones Jewell Dr^ i 1 11 u c,j V t. Manulactures Life Ins'ce Cy Asurance sur la yia, NSW* YORK I ai i.ei lluyariau U OBoule Rouge ete Franklin Pire In Mira nce Company NatW-YOW: Aisutance contre l'inceuale Diamond Vteh fr. Allum ettea < S afe Home i H. I, T.iM.er ^tnori Companj Soul iers Red a. r Cl.as F. fattlaqeaSon Poluons^ aala en tout yenre* Suilbou Frres .n Vins & Champagne Bordruu* I b. iieymar :COIENHAGl> He ur-Danois, fromaja et conaarraa • Uoaeintal g \V. S. lathews a* son Tahaca Jaunes ot no'rs. * nationale Kan Rival agaretUs^ChaatecUi • fa.UTola de -aurd %  ** < ?jX'* r S71F*r*T-' •(.. I \



PAGE 1

LE MATIN 30 0dobr, N.ACRA GrandSRue A ct des Caves d %  Bordeaux Voulez-vous vous babiller avec lgance, ot b .D aarch. v Adresse* 'ous la Maison S ACRA Dont la devise est de vendre pet bnfice pour \ cadre beaucorp p.:us son pai .onnel, la maison compte un mailr. tailleur italien aoitid'uu tablissement de urmie ordre d'Italie Elle est en mesure de fournir des complet tout faits 2tK me,ure en oheviote, diagonale, palm beaeh drlll bianc et couleur, coupons de Casimir psur oar IonsEtoffes pour gilets Bonneterie r.beunses de Jour et de nuit, au gottt de clients — Colo et uiancliettes der'jicrs crations.— Ca 1 oc ne et l'y jamss. Cette maison rons tue une tviora ion •t le meilleur accueil est rserve tous ceux qui dsirent par une visite tre dfis sur~la valeur detravaux fournis. l'ni, costume oommand et (fui ne rpond pas tu polit ta client est repris, On psi le franais, anglais, espagnol et italien T' !'<' .' "~ ALUMINUM INE ^ i ^n KW-OPIIDS & South Amer icanSteamship Co Inrf ii^doit tre appliqua ill *•_ 4 .__ %  urli • "A\ Prochain dpart direct po\ar aprs li'sflblut Exempte de tout corpa n s.eDesc. ou contftrt del'eou et u .r massagt'suffi > %  la taire pm Irer .: ins I ycau a Sedwr alors velouier avec l /aras I Rar l'emploi rationnel dr la CrmeJi'mon vous vtterc. 1 Cl brillant votre visaue ei cons< 1 •'•''' "• avoir* teint la fracheur oc la jeunesse. ,,^ U\i\ SlfilkM [MPI ILC Le Steamer Martinique venant de \ew-\. ark.via Cap llailien, l'ort de l'aix, (ionaives et St Marc est atten du a 1 Ql*t au l'i ince le 1er Novembre courant. 11 IV \ a ri i. a le iiiCme jour pour Petit uo.ive, Mira gone, Jeremie, La y es, jacmel et les poitl de la Co lomu.e panant frta el passagers. Les c.iargeiir-. aont pi'is de prendre leur ordre d'embarquement samedi matin. Port au l'rince, le 28 Octobre 1998 "ebara & Co> Aie.its •rochain dpart direct pour Port-au Prince "JE^ai'i je steamer vfu^l'jeDi t'ai^eia 9Uw6iic&%l to S JTcwem&tf caaianL pour, 3luii. jfe Steamer l'Un* aijanl tai& 9W-0t> fan* ic M Otko&u sentant oer aux Cayf te m KoOcmhrt-, jacnut U%%>vtmt)U, wcfiin Opatt ue SleanOdean iv to *^Ii> ocmbft pwclidiii pour t>u^ tu jwU v.Wiu. ^ott-aa-^tmec^ le $0 Qctofct^ 19^5. A. de Malleis fc C ^f/eni Gnraux 3 llailiaii Socit Anonyme H H BETCHLEY, Prs. Lincoln dfcGCC Rrdsoiv % %  4gle '4te Dantrs Uet touches Sf Vajitin de l'Etal NOUS avons le plaisir d'annoncer noire aimable clientle que les Nouvelles Voilures jffiypC sont arrives. Vous tres lotis cordialement invits venir voir leur nouvetu slyle, leur dernier confort el le ai grando su pri cit, et nous sommes convaincus que vous serez tous disiieux, d'lre possesseurs d'un* de 'ces Belles Voiture?. Les limes touUars sont: IM Raug^— ?rl Ecossais tt Srise. Nous avons aussi une gronde quantit '^ lis &%&*€£/ Ch M 8 d nl s P m ,l(ficnl toutei f concurrersces.


PAGE 1

IE MATIX30 Octobre !9 LES PRODUITS ffESL. IAX produit a Nestl\ v.nt favorablement connu g par toui o i's sont vendis, vu qu> la maison KK8TLE emploie seulement le lait le t lus rtcke, le caca t. in sucre cl uui.es urtULs de nce fil vitale pour Uur fabrication de fouie premire qualit. Tons iroovfrrz partout d rs les tonnes piceries des diffrentes villes de la I {ubtique les articles ssivints ie la maison IfitTU. | j.it strilis, I ail Cond#n, I ait L va pore | Marque Nes.l eu St t L.ar.*a ; arme l.actee |.our U • intenta, f ;i< loqcn peur les bLts ) Cacao Peter en ferblanii c'e 2 l!>. i 4. et 1 II, eu acbts. !>ma !• Lauj lout le moud* dviait Maur cet aitiole qui est a-ei vtilleu: A fendre i ne proprit situe en bas de l'eu de l'hose, mesurant 36 pie is de faade sur 15} pieds de proloo l'fur et ayant deisus une petite n aison. S'adresser au Journal. Chocolat de (oui jjpnre. frtae de Chocolat 'n btons, en tablettes, 'MjneteJ, Boites de fu'ioil ne. ToiiJ l*f "Ommidii d Y et s d> la fabriqu .OU pair 1rs achat* (n / s,\wal 1A tous ad ets-r 1 fr* •kaSfifc Si Lt,iLnuu.iN itubLfyl 4geul (icuccul Hue du Quai si vous soumis DI > RHUMATISME LISEZ NOM OMRMQIUmUTil Voa* deute*, TOUI Itee rplique Voea aVTea reu toute* e.per*. de roiwili axaUaux. Tout arec t mdu-ament jusqu' 1 limite d* 1 endurance et tout o*l* Ma* •UCUD arantage. Voui *.•* preequ'attetat !• moment ou TOUI considrera* Totre CM comme dsespre. Vous n a.ea paa eaTit> a jeter encore plus d'argent. C'eat pouf cala que )a JOUI offre (iH ATI' ITEM BNT na traitamant d'Empltres Olirer pour la* pied*, valant Fra l 60. JE -AS ce que le* Eaa latras UliTar produiront. Je sais qua plaa t OO.ODU caa da rliuiiimima ont t guri* a>ar aux. Mail ja na TOUI demanda paa da •sa croira sur panda. Proui roua mata* •t A MES FRAIS qua roua pouTai gurir et regagner tout* Totre sant, libre de eouffrance et de malaise. PAg DE MEDICAMENTS, PA8 01 OR00UESI L'Empltre OliTr fait son oeurr* ta compltant la fonction* de la nature: il loigne le poison de l'acide nuque d* Totr* •Tslm* traTera la peau. I, EmplAtnt Olirer pour le* pieds est an empltre *Mi. eeptique puissant, appliqu sur la plante de* pieds, o le* pore* excrteurs sont le plu* grand et o il ne TOUS gnra pas dan* votre travail ni dans TO* plaisirs. Il apporte, in soulagement presqu'immdiat • loigna rapidement toute trace de la maladie. —^EtiTOTex votre nom et adrea** et u* traitement d'eaiai TOUS **ra enroj pag retour du eourner R. A. Olirer, UT, K*w Oamrt, fArnafdoal biraet, Lou Jo, ~ -•a/ r ^^M^MJTWJg r JS r liUUtii LES DOULEURS ONT DISPARU 'tu iottiri \ 9 ,oii e J i lionne avis sa ci \ et i imiaei > k et su p> 1 : qu*. a t auiiora M I, Lthfiaicle dUoee ei un L.b raioi e bolitjif annlin moi la I)inri ; in du Dr li cet et B. Se jour n /•le rrHioT,, fj| ol* rtiormlm ioun t-7 bras Heure) dm 'ir u ; t es les r ctiercb.es t un y. l'aoooi.cci j m o, ii i pour le WaiftMuaiiii ex in toatUata Cre Ser, ri. Se nt roques c,ue ie uc; rii dchaqu .'semi n S'adr. -ir ia i J h^ira cif pourlei naal a eut.* pal "d'urines • t •S'ie. st ique %  a liode Wasserroann Pidiou de Tribouloi, riinien du siug et d pu; tiam-'D dfs matires lcales fxamen ae ora^iC 4 I liUmin. rttriio Cinstante Ur^Se r rit •Ipal Tailleur COI "PK HODBBNE 1515 Rudu IN-ti|>lf preiqu en laa du lia/, r ltropolitaio Tlphone 683 (DUT M PRIN'.R Ce M 0 I l l luda nom a i %  on hisMirc. afin <1rS*.r. %  Ipri•ne** l*M Ittlfl • %  OMI K>utTrtnl Avant i • i pbti tWi l'il-ii ''* VViM il proavmii #)• lkrr.b i p i ivtih DM ae te kdrtj M i tl i\ M t U H, il est KMai 4 | %  1 nffjg" m ncal da ; <••.. Ira lei i aa Da Will, il n a nr 1 v>n travail piru.a nunifi !i *r ca malatie. Mr V To.nWini 523. Wi f an Road. Daan*. Bolton. nfUtarr*. nam crit :— | | ai i. < t i%  '. %  ^ I hOpilaJ : mon urina contrniit al• an passant parit daa un m dM laura que j** i autour dea raina l'aai a^toaoni aaa aantajH u peu mieua •t ) rapnamon travail NAnmoina, jacontinuaie 1 pei 1-e Ju aaii/. M le U (aibleaaa m %  areanta • a lumnMM je ma iros* rati da ... rtcaaail4 da qaltMr mon travail I Ci* ensuite recoura A un lainrui harbonita. maie [• d-m !-• %  I Ml %  Ion a Wiit, ft o> peiiwM. es pDtttf loi t des merveilles d'enderance et d'.'eon Los pucii G ooJ Y ear sonl les scul& fal),,,f l u s av^c le Swpertwif. Good car ist synonyme de^Jvt g service Th( \\ es* Indies Tradiug Compauy rorl-au-Frince, (.ODaves Cap-Hailien 110 Rue des Csars, :< -~'\



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIET\lrtB VUPRlVBUn Clment Magloire BufcjVUtNA 138, HueAmrlc.Jn. NUMERO 20 CENTIMES Matin Quotidien Les passions nous induisent en tireur pare qu'elles lixenl toute ; ttention sur un et*'' de l'objet qu'elles prsentent I qu'elles ne nous^permettent point de lu considrer sous toutes les laces. Helitius TELEPHONE V 242 UfeMANNES No 564. PORT AlM'RINrS ( HATI > VENDRK"! 30 OCTOBRE 1926 Autour de l'Union Patriotiqae E. DREIX En dpit de sa va'eur personnelle, Georges Sylvain n'a pas pu empcher ia faillite de l'Union Patriotique qui s'tait trnstoi ine par la dmission de •es a llirents les plus qualifis en una vaste spculation politique. — Le regret provoqu par la mort de Sylvain alla moius l'Adminnlrateur-dlegu de I U mon Patriotique qu'a l'homme lui nu' m 3 Mais Cttte association qui avait dj lut l'exp.ience du discrdit tait condamne un tort bien plus triste par le choix de Perceval Toby pour tre le successeur de Sylvain. Le premier a;te public de l'actuel a iimmslrvt ->ur dlgu, qui est un appel 1 1 Nation 1 occasion de la circulaire du Prsident de la Rpublique aux Prfets, tait clater foute la diffrence existant entre Thuby et son prdcess ur. Nous savions Qu'au sein mme de I Union Patriotique on ne se consolait pas de l'impression produite dans l'opinion publique p r 'a cration de la nouvelle administration. C tte crante n'tait q ie trop ju-tili :e. Thoby lait soi r. rocs au Gouvernement du 1U AVI il /9J2tt il n'a pas mme hsit mettre en cause l Pisident Homo U .telle audacet quelle impru de la grenouille voulant se taire aussi grosse que le bœuf. Sylvain eut parl de pnneipa et iijuifcut ollirt un page de phi loWphte portique Thoby n'a quels ressource de rpnerl.s balourdises du i Courri r liai tien sur un ton dd suffi ance E eu fait pour le conduire la aaleur o il voui it attei dre. La Nation restera calme t continuera sa confiance, dit-il, aux hommes de bi u qui relua nt de se faire les complices et les ag. nts de l'envahisseur .— Oui„la Nj nn restai a calme en dpit des manœuvn s occultes auxqutlles vont, vous livrez pour tenter de la mettre en agitation. Elle donnera sa cuiilim ce DOD pas ceux qui te vas* tentorgui (eus ment d':red.s hommes de bien et dont pourtant la conreience est p;ivtriie par l'ambition ellrne du pouvoir nris aux citoyens qui selont reconnus vraiment tels. Les complices et les agents de l'envahisseurc* sont le fa JX ai otre* TOUS tous appekz une < P lit de soumission coloniale •? Et c'est vous, liili! ii et confi) 1 a Imiuist'ation u une asjociatio i o 1 1 |u ) qui s'est assigne la la he libratrice Vrai m nt ncus comprenons b j n pou qu >i I U-iion Patriotiiue regrette si vivjui ni G.-orges Sylvain. CAFE-RESTAURANT DlNEHS SUR COMMANDE EPICERIE G nos ET DTAIL Bloc National e! bloc naloiul * Lecas d Alphonse Henriquez A la suite de certaines publics lions faites par ceitains journaux de la Capitale relativemtnt des mesure in|ust. lie q.. i auraient t prtes contre M. Hennqui/, nous avons demand Fort de Paix mme d s renseigQementsque Bous a apports le dernier court .e*. Nous nous empressons donc de dmentir les faines nouvelles lsn cees avec tant de facilit par ao confrres, tout en leur demandant de contrler, l'avenir, avec plus de souci leurs source d'informe fions. Des renseignements qui nous sont parvenus, il ressort qu* M. Heaiiquei n'a jamais t mis au cachot, ni soumis au rgime du ain et d'eau, et cela, d'aprs les sclarati >us tsi es |arfje dtenu lui mme au Juge de Pau de Port da Fais requis 1M entendre par la Commissaire du Gouvernement, {/interprtation donne la dp rb aJress* t l'Administrateur de Il'oioD Patriotique est des p us fausses ; puisque cette dpn the ne r importait que ces Mm pies mots : Thoby— Fort au Prince : llenrique/ grve faim, cause mesa le —Cadet. L'authenticit de cette dp-he elle mme est doueuse vu que M. Eli t Cadet qui l'a siga a dsa vou par tlgramme la fausse nouvelle quelle ainoaciit. Nous pub ions d'ailleurs le procs verbal dress par le Juge de paix de Port de Pau qui, nous I esprons bien, mettra lin tju tes les fautes rumeurs qui soit publies seulement dans le but ds faire de Mr Ileoriquez une vicli me et un hros. Libert Fgalit Fraterait Rpublique d'Haiti Elirait des minute* du grefle du Tribunal d* Faii de Port de Pais. Aujourd'hui mardi *iagt Octo N lent de rerevoir par dernier Carabe : Un complet assortiment de bonbons et de belles de chocolats de Jacquin de Paiis. Des vins de Bordeaux en baniques et en cai.ses dont tous connaissent la qualit* I) s vins d'Espagne tels" que: Madre, Mal iga, Su rry, IV to qu'il vend par. gallon et par bouteilles. Des .Mrissons de Lyon le U M ison Amieux fi es. D l huile d'olive de JL. Ouret V Cie Do vriuible gruyre d'Enental. Par le derulcr l'anima Des biscuits assortis de la National Biscuits Co. Dis COLS rves en tous genres de A ustin Nicholls, riz, su:re, pommes de terre, oignons ftc. Il atteni enfin par Mions de nouveaux assortiments i*t)!i la et un joli choix de boites de chocolat M uquise de Svign pour c idtaux de fin d'anne. bre mil oeuf cent vingt oinq lit hejres du milio. Nous J tseph KugAne. Juge sup S ient la J.is ice de ".ni de Port e Pais Oflicier de pi'ice judiciai ri', auxiliaire du Comm esalre du (i nivernemeul de ce ressort, a?*is t du greftier Joseph H-ioul D frant & la rquisition verb Je de Mr le Cimmissaire du Csuver nemeat de ce ressort, nous uous soinm s transports eu la prison civile de cette ville aut fins de sa voir si oui o i no'i. Mocsieur Al phoosetUnriq \tt qui y est dtenu, se trouve enferm dans un cach >t et r..,lit pour to le nourriture du i ni da l'eau ou ai une parei le mesure a cl pri ean.remeiit contre lui et par qui. Nous avons trouv le dit Vie Hou rique/ daus la cour de la prison ; interrog, il nous a dclar qu'a vaut de r pondre S ces questions, il dclare ncessaire pour lui de savoir pourquoi pareille question lui est pose et i quelles lias ? .Nous, souligns, lui avons lait Siv,ir que les journaus de la Capi taie nous ont annonc le fait ; .i.r e>, il nous a rpondu : qu'il y a da cela que que temps l'avala t avis par le s au cach il ni nourri du pain et de l'eau. ( Siga ; L. Bernard En tni de quoi nous avons dres se et clos le prsent procs verbal telle lins que de droit et l'avons sign aprs lecture avec le sergent et Me llenrique/ Trois mots rays nuls, deux reo vois en mirg* bons. (Sign) A. Il -uriqui/. L. Ber oard, Joseph Km il. Jh Eugne. Collationn Pour eipditioo conforme dli vre au Commissaire du Gouverna ment de ce ressort ce jour M Oc tobra 1925. Un mot ray nul, un renvoi ea marge et quatre mots retouchs bons Le greffier, S; Jh. Haoul. Peur copie conforme La Connais du Parquet, V Bsojauiin. Les lots Historiques 'louions pour notre roi |ari6Thrs6.i MaiieThrse, imp>atrire d AI lemagne, reine de II >ngne et de Bohme tait la fille de l'empereur Charges VI, Elle pousa Kmn >is de Lorraine de qui elle eut Marie Antoinette. \ la morl de Char les VI, U Prusse voulut la d ;> oillei de son royaume. El!e r lista avec courage et nergie et, pour soutenir la lutte, elle tit ap pel au dvouement des grands msgriits hoogrol. Caux ci couru reot auss tt aux armes en s' criant : Mourons p >ur notre roi Marie Thrse • laurica Etienne fils larchandiaes franaises Port au l'rlnoe. Profession fmioloe Les femmes font beaucoup de choses en Amrique. Elles sont mme chefs de baa dits. C'est ainsi qu'une ban le J'apa eues q li terionse lillil m ttre du romanesque Elle aurait n Il nous a :-il u M lo i/ue lett e, quil a d'ailleurs ci le bon esprit de Dire insrer au T'inps • et au N jiivelliste , o mu* lisous < Diuiincha mi 11, v<> s 'J h uir-s, j ai i n la surprise ( c'est le t moral !•' iilrnii I qui :rit • de voir arriver prs ju'en mft ae t -m^s cli x moi cin | M % %  i -> da Ifloc National qui mi dmimlreul di! co ivoq i ;r d'u r/ MI :e le tl) mit de Dire'tion du Parti (c'est encore le (mr I Kerdiua d qui crit ) pour un chmge de vu.a au aujel d'une phrase qui sest gli'nt en nos Durerai o il >' iw tua a nous dmontrer qu > l S deux mois bloc national et in ni la dnomination du grOU i Kut qu'il djrigaai< et qu'ils ii.> pouvaient dornavant d-sigaar autre ch hM. C'aal sms ellort que nous avons russi cala W l'mo'ion du bravo Gnral et lui taire, comprao lie qu'il n'a t qu la victime d'une espiglerie du N mvelliste et tjm le bloc national dont nous parlions, dont nous reparlerons enoreet suivent pirsque ce bloc national, lui. existe rellement autour dd M. Il irno et qui est la mijoritS du pauph sur liquelle il s'appuie n'est pas le parti dont il et le prsi lent. Si, l'anime le eroit le (iinral l'erd:iiaii 1. les deux unis bloc national sont i''iqu lli b vet a it h marqua dpos.1 de son groupement politique, il faudra! a ors dsormais les suppruiur du vocaliii'aire. C'etl un d s m ivens d'erapc 1 ir qu %  les publioialea n'e nploieut e 'S deux mois lorsju'i s crivant et qu le groupmieni du Gnral PerdioaaJ est mille lieues do letr pen-. Calm z vous donc, Gmral, cir ces deux ui)ts serviront lougteuij? eucore d'isignar au tre chose que votre groupament et vous les lirez ou entmdrez souvjrat, chaque bu q is nous parlerons de la grau le iUtjo it du p u.i le li 11 u m sur le| nllti s'appuis M liirno et qui est le seul, le vritable bloc national. U tant aux inutiles protestalio.is qui terni. n.-m la lettre du Dilgu, elles sont la repro I UL tion de la tin da linterview pub e par La NovelUal et sur laqu Ile nous croyons avoir a.; lezdilBibliojrapkii BONNE VIE loniD de I. Galtier-Btissire Lecrivains de la Jeune gn ration, en France, se rclam nt de Messieurs U irrs, Itourget et Maur las, Le taleol puissant de Pierre Benoit, jo ot a une ca ture trs r rotonde, qui est presque toujours appui soiide qui encadre ce que l'on pourrait appeler le manque de consistance des teuvrea lictives, des efforts de pure imagination, (ou parat prcisment se romplai re la manire de l'auteur de I Atlantide), signalent dj les romans trs forts que Mr t'ierre I! n ut ne se ftra p s fiute d . rire pour I u linn it.1.111 el ia dilution des littrateurs. Mr Henoit. -t djt lbre. Tout jeune il a connu U gloire, t'e n'est pas une trop forte rcompense au ren uvellement, ru-M, qu il a tent du roman d' ventures, qu'il crit dans un style simple et atiruyanl, qui sert aussi une acuit d analyse trs profonde .. Mais ces tendances que reprsente Mr 11 noit s'accomodeut elles du lyrisme frmissaut de Mr Dorga es, ou encore de la minute d analyse d un Francis i.ar co'.' Le roman chef d ouvre qui sertira de tous les talents remarqasb es qui se sont dj signals par df nvavtts, dj connues de tous Us Uttrf.de loua les vrais m listes, quel que soit le ^enre d >ut il se prvaudra, sera erlt dans le plus beau des styles Kt, suprme etfort dune garation avertie qui il ne manque pas un certain gnie, ni un souille trs paissant que la production abiudute d'aprs guerre justifie si pleinement, il marquera dans U illratura fr iuc lise Ce qui signale surtout une nou velle g-nration c'est une commu naut d'ides, gnra'emenl oppo ses celles pri ouines par d'anciens crivains, ou le renouvelle ment de manires ressasses, par des moyens d'eipressiou peisou nels. Les et forts des crivains d'prs guerre se manifestent daus to is les sens et i,e signalent par dos qualits de premier ordre qui sont les signes certains d'un dsir de maintenir tout ce que la littrature doit un Bjurget. S un Maurras, un Anatole France et i un Maurice Barrs. Le dernier roman de Mr Jean Galtier Boissire est une peinture d'un ei.niii monde, Paris, d ha bitus de caf-s, de viveurs, de t mmes nui s'a nnseat, d apachea auiquelsle hasard d une vieaveotu reuse rserve les plus agrables surprises, les p us dconcertantes dconvenues... I MIS ceux qui connaissent bien r\irU ont un peu vcu de cette vie de* cafs con certs, et out Irol le monde instinc tif des quartiers interlopes N'allai pas croire qu'il lui manque un certain attrait? L'esprit franaia que Ion c >udoie sur le boulevirl luiueixj est tass u foad ds U m ••


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06563
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, October 30, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06563

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIET\lrtB
VUPRlVBUn
Clment Magloire
BufcjVUtNA
138, HueAmrlc.Jn.
NUMERO 20 CENTIMES
Matin
Quotidien
Les passions nous induisent en
tireur pare qu'elles lixenl toute
; ttention sur un et*'' de l'objet
qu'elles prsentent I qu'elles ne
nous^permettent point de lu
considrer sous toutes les laces.
Helitius
TELEPHONE V 242
UfeMANNES No 564.
PORT AlM'RINrS ( HATI >
VENDRK"! 30 OCTOBRE 1926
Autour de l'Union Patriotiqae
E. DREIX
En dpit de sa va'eur person-
nelle, Georges Sylvain n'a pas
pu empcher ia faillite de l'U-
nion Patriotique qui s'tait
trnstoi ine par la dmission de
es a llirents les plus qualifis
en una vaste spculation politi-
que. Le regret provoqu par
la mort de Sylvain alla moius
l'Adminnlrateur-dlegu de I U
mon Patriotique qu'a l'homme
lui nu' m 3
Mais Cttte association qui
avait dj lut l'exp.ience du
discrdit tait condamne un
tort bien plus triste par le choix
de Perceval Toby pour tre le
successeur de Sylvain.
Le premier a;te public de
l'actuel a iimmslrvt->ur dlgu,
qui est un appel 11 Nation
1 occasion de la circulaire du
Prsident de la Rpublique aux
Prfets, tait clater foute la dif-
frence existant entre Thuby et
son prdcess ur. Nous savions
Qu'au sein mme de I Union
Patriotique on ne se consolait
pas de l'impression produite
dans l'opinion publique p r 'a
cration de la nouvelle adminis-
tration. C tte crante n'tait q ie
trop ju-tili :e.
Thoby lait soi r. rocs au Gou-
vernement du 1U avi il /9J2tt
il n'a pas mme hsit mettre
en cause l Pisident Homo
U .telle audac- et quelle impru
de la grenouille voulant se taire
aussi grosse que le buf. -
Sylvain eut parl de pnneipa et
iijuifcut ollirt un page de phi
loWphte portique Thoby n'a
quels ressource de rpnerl.s
balourdises du i Courri r liai
tien sur un ton dd suffi ance
Eeu fait pour le conduire la
aaleur o il voui it attei
dre.
La Nation restera calme t
continuera sa confiance, dit-il,
aux hommes de bi u qui relu-
a nt de se faire les complices et
les ag. nts de l'envahisseur .
Ouila Nj nn restai a calme en
dpit des manuvn s occultes
auxqutlles vont, vous livrez
pour tenter de la mettre en agi-
tation. Elle donnera sa cuiilim
ce dod pas ceux qui te vas*
tentorgui (eus ment d':red.s
hommes de bien et dont pour-
tant la conreience est p;ivtriie
par l'ambition ellrne du pou-
voir nris aux citoyens qui se-
lont reconnus vraiment tels.
Les complices et les agents
de l'envahisseurc* sont le fa jx
ai otre* pour leur mriter l'ait miion pu-
blique s'ingnient, bien en vain,
retar 1er l'volution du l'ay*,
comme si nous tions co Lm-
us a vivre dlioitivem'nt eu
margj de la civilisation. Uans
la voie o la Nation se trouva
maintenant engage il n y a pas
de recul possible.
L's complices et les agents
de l'envahisseur, c'est vous qui,
par l'troitesse de vo.re concep-
tion, ne comprenez pis encore,
comme le remarque M le Dr
Oorsainvil, que la souveraine
habilet politique I heure pr-
sente consiste chercher o les
intrts d'Hati et des Etals-
L'ais d'Amrique se touchent
pour essayer de les accorder.
La circulaire du Prsi lent
de la Rpublique a p)su des
problm s u'ur lr politique, co
nomiqu', siciil . quun seul
g luvernem-ut ne p ut avoir la
prtention de rsoulre. t./et
tout.un progr.rane dalminis-
tratiou qui deminle avec le
sou i dsintress du b'pn pu-
blic la collaboration du b mpv
Et v dis ptrlt/. de circulaire li-
bjrtici le ? 0 i He infriorit
est dj.ic U vtre, Thoby?
. wi | a|,u.,;u_ lmAm.la
offre tant de sitisl i tion, dit le
Prsi lent Bjrno, comment ne
pas oostiter que l'ue ivrj rali-
se jus jn'ici n'est qu'un dbut,
lors jus loo cons dre tout ce
qu'il reste encore tain pour
assurer I j dvelopp 'ment c ti-
nt* de l'agricul'u-'.du coin ner-
c\ de l'Iustructou Pub!ique,de
l'h gi'i'i pour g irmiir srieu-
sement U paix publiqu ', la fo -
tune oubli ju*, les lorton s pri-
ves, le loyer 1 imilial, la se u rite
de tous contre tois retours pos-
sibles de notre pass mau-
vais. C'est cla qu> tous
tous appekz une < p lit de
soumission coloniale ? Et c'est
vous, liili! ii et confi)
1 a Imiuist'ation u une asjocia-
tio i o 11 |u ) qui s'est assigne
la la he libratrice !
Vrai m nt ncus comprenons
b jn pou qu >i I U-iion Patrio-
tiiue regrette si vivjui ni G.-or-
ges Sylvain.
CAFE-RESTAURANT
DlNEHS SUR COMMANDE
EPICERIE
G nos et Dtail
Bloc National e! bloc naloiul
*
Lecas d Alphonse Henriquez
A la suite de certaines publics
lions faites par ceitains journaux
de la Capitale relativemtnt des
mesure in|ust.lie q.. i auraient
t prtes contre M. Hennqui/,
nous avons demand Fort de
Paix mme d s renseigQementsque
Bous a apports le dernier court .e*.
Nous nous empressons donc de
dmentir les faines nouvelles lsn
cees avec tant de facilit par ao
confrres, tout en leur demandant
de contrler, l'avenir, avec plus
de souci leurs source d'informe
fions.
Des renseignements qui nous
sont parvenus, il ressort qu* M.
Heaiiquei n'a jamais t mis au
cachot, ni soumis au rgime du
ain et d'eau, et cela, d'aprs les
sclarati >us tsi es |arfje dtenu
lui mme au Juge de Pau de Port
da Fais requis 1m entendre par
la Commissaire du Gouvernement,
{/interprtation donne la dp
rb aJress* t l'Administrateur
de Il'oioD Patriotique est des
p us fausses ; puisque cette dpn
the ne r importait que ces Mm pies
mots : Thoby Fort au Prince :
llenrique/ grve faim, cause mesa
le Cadet.
L'authenticit de cette dp-he
elle mme est doueuse vu que M.
Eli t Cadet qui l'a siga a dsa
vou par tlgramme la fausse
nouvelle quelle ainoaciit.
Nous pub ions d'ailleurs le pro-
cs verbal dress par le Juge de
paix de Port de Pau qui, nous
I esprons bien, mettra lin tju
tes les fautes rumeurs qui soit
publies seulement dans le but ds
faire de Mr Ileoriquez une vicli
me et un hros.
Libert Fgalit Fraterait
Rpublique d'Haiti
Elirait des minute*
du grefle du Tribu-
nal d* Faii de Port
de Pais.
Aujourd'hui mardi *iagt Octo
N lent de rerevoir par dernier Carabe :
Un complet assortiment de bonbons et de belles de chocolats
de Jacquin de Paiis.
Des vins de Bordeaux en baniques et en cai.ses dont tous
connaissent la qualit*
I) s vins d'Espagne tels" que: Madre, Mal iga, Su rry, IV to
qu'il vend par. gallon et par bouteilles.
Des .Mrissons de Lyon le U M ison Amieux fi es.
D l huile d'olive de J- L. Ouret V Cie
Do vriuible gruyre d'Enental.
Par le derulcr l'anima .
Des biscuits assortis de la National Biscuits Co.
Dis cols rves en tous genres de A ustin Nicholls, riz, su:re,
pommes de terre, oignons ftc.
Il atteni enfin par Mions de nouveaux assortiments
i*t)!i la et un joli choix de boites de chocolat M uquise de Svi-
gn pour c idtaux de fin d'anne.
bre mil oeuf cent vingt oinq lit
hejres du milio.
Nous J tseph KugAne. Juge sup
Sient la J.is ice de ".ni de Port
e Pais Oflicier de pi'ice judiciai
ri', auxiliaire du Comm esalre du
(i nivernemeul de ce ressort, a?*is
t du greftier Joseph H-ioul
D frant & la rquisition verb Je
de Mr le Cimmissaire du Csuver
nemeat de ce ressort, nous uous
soinm s transports eu la prison
civile de cette ville aut fins de sa
voir si oui o i no'i. Mocsieur Al
phoosetUnriq \tt qui y est dtenu,
se trouve enferm dans un cach >t
et r..,- lit pour to le nourriture du
i..... ni da l'eau ou ai une parei le
mesure a cl pri ean.remeiit
contre lui et par qui.
Nous avons trouv le dit Vie Hou
rique/ daus la cour de la prison ;
interrog, il nous a dclar qu'a
vaut de r pondre S ces questions,
il dclare ncessaire pour lui de
savoir pourquoi pareille question
lui est pose et i quelles lias ?
.Nous, souligns, lui avons lait
Siv,ir que les journaus de la Capi
taie nous ont annonc le fait ; .i.r
e>, il nous a rpondu : qu'il y a
da cela que que temps l'avala t
avis par le s que la menace m', lait faite par le
Capitaine de la Gendarmai le et
d'ordre suprieur d'une mise au
cachol, it au pain sec et leau
pour cinq o irs au cas on l'on me
p trieur pu v ,ie de la corn-pou
dance.
(S)- \. IleLriquet
Cintinuant nos icvettigalion!',
nous avons dimand au seigei.t
de garde, tharg du seivice de la
prison,
a eu mettre au ca
rhol le dit Me II iinum/el s'il n'a
eu pour nourriture que du pain il
de l'eau, le dit sergent nous a r
pondu qie jam is Me HaB.riq.tl
n'a t ut i > au cach il ni nourri
du pain et de l'eau.
( Siga ; L. Bernard
En tni de quoi nous avons dres
se et clos le prsent procs verbal
telle lins que de droit et l'avons
sign aprs lecture avec le sergent
et Me llenrique/
Trois mots rays nuls, deux reo
vois en mirg* bons.
(Sign) A. Il -uriqui/. L. Ber
oard, Joseph Km il. Jh Eugne.
Collationn
Pour eipditioo conforme dli
vre au Commissaire du Gouverna
ment de ce ressort ce jour M Oc
tobra 1925.
Un mot ray nul, un renvoi ea
marge et quatre mots retouchs
bons
Le greffier,
S; Jh. Haoul.
Peur copie conforme
La Connais du Parquet,
V Bsojauiin.
Les lots Historiques
'louions pour notre roi
|ari6Thrs6.i
MaiieThrse, imp>atrire d AI
lemagne, reine de II >ngne et de
Bohme tait la fille de l'empereur
Charges VI, Elle pousa Kmn >is
de Lorraine de qui elle eut Marie
Antoinette. \ la morl de Char
les VI, U Prusse voulut la d
;> oillei de son royaume. El!e r
lista avec courage et nergie et,
pour soutenir la lutte, elle tit ap
pel au dvouement des grands
msgriits hoogrol. Caux ci couru
reot auss tt aux armes en s'
criant : Mourons p >ur notre roi
Marie Thrse
laurica Etienne fils
larchandiaes franaises
Port au l'rlnoe.
Profession fmioloe
Les femmes font beaucoup de
choses en Amrique.
Elles sont mme chefs de baa
dits.
C'est ainsi qu'une ban le J'apa
eues q li terionse lillil capitaine une .h minuta bloude,
Vaporeuie et anglique d'aspect,
mais qui minie comne pas un le
revolver. El'e est dit on, diplo
me de 1 Universit.
Considre t elle donc le handi
(isme comme une carrire librale?
Non, cesl, puait il, pir dileltan
tisme qu'elle agit... tille trouve
lt vie banale et veut > m ttre du
romanesque
Elle aurait tion de se marier.
Peut tre e-i ce pur gHgaer ss
dot q Telle dv ilise b .aque ci;In
jouteries.
One invention ,
dans li ii|irnn n.<
D'aprs une nouvelle de Londres,
deux imprime rs anglais aut ieni
trouv le moyen de s-ibstituer
l'imprimerie, avec des caractres
mtalliques, un nouveau procd
q1 i supprimerait les casses ca
lactres et les bnotvpe en usage
actuellement.
L'invention rontisterait en des
pellicules photographique* repro
duisiot les lettres, les chiffres, les
signes de ponctuation et rempla
ant les caractres correspondants.
Elle transformera1! de tond en
comble le sys'me d'imprimerie
actuellement eu usage et qui date
de Gutemberg.
La nouvelle invention aurait
quelqu'anologie avec la machine
i crire.
t Le Nouvelliste a voulu
prendre sa revanche. Confus
d'avoir t la .ttipe d un mau-
vais pUMDt Qui lui avait (W-
niremenl lail voira et cire, au
sujet de la Circu!aire du Prsi-
dent de la llpobliiiU'3 aux Pr-
lets, que seuls la rouinisstient
M. Il n .m et le Huit Cotu uis-
sair . notre conlrre a renvoy
la tialle lu priai !en) du Bloc
N itional en lui j unit un Inn
tour.
t-j ell t, la note, o L-s
Nouvelliste iusiuu qi'e le
bloc national, majorit du peu-
pte li utien sur laquelle s'appuij
M Ujrno, dont nous parlions
daus noire Jitiiu lu BllDvJi
d roier, tait h Il oc Natio-
n il , groupeme it politique di-
ng- par le llural Peraioaoi,
a cius celui-ci li plus vive
u i >n
Il nous a :-il u M lo i/ue
lett e, quil a d'ailleurs ci le
bon esprit de Dire insrer au
T'inps et au N jiivelliste ,
o mu* lisous < Diuiincha
mi 11, v<> s 'J h uir-s, j ai i n la
surprise ( c'est le t moral !' i-
ilrnii I qui :rit de voir arri-
ver prs ju'en mft ae t -m^s cli x
moi cin | M i -> da Ifloc
National qui mi dmimlreul
di! co ivoq i ;r d'ur/ mi :e le tl)
mit de Dire'tion du Parti (c'est
encore le (mr I Kerdiua d
qui crit ) pour un chmge de
vu.a au aujel d'une phrase qui
sest gli p'icable ou trop inexplica-
ble ( c'est toujours 1 j Gn-
ral Ferdinand qui crit ) dans
1 article de l >' ro de Samedi i4 Octobre cou-
rant
Kt le Djhgu gmral conti-
nu) sa l-'iii en nous faisant
tout au long l'historiqui de son
parli.
M is, tout rbla, c'est beau-
coup pour deux uni
\.i Gnral impatie.il. mau-
vais lit dame pour un chel de
Parti ou .. d'arme . n'a pas
pu attendre la rponse .a let-
tre et il sest prsent person-
nt'llem >nt en nos Durerai o il
>' iw tua a nous dmontrer qu >
l'S deux mois bloc national
et in ni la dnomination du grOU
i Kut qu'il djrigaai< et qu'ils
ii.> pouvaient dornavant d-si-
gaar autre ch hM.
C'aal sms ellort que nous
avons russi cala W l'mo'ion
du bravo Gnral et lui taire,
comprao lie qu'il n'a t qu la
victime d'une espiglerie du
N mvelliste et tjm le bloc
national dont nous parlions,
dont nous reparlerons enoreet
suivent pirsque ce bloc natio-
nal,lui. existe rellement autour
dd M. Il irno et qui est la mi-
joritS du pauph sur liquelle il
s'appuie n'est pas le parti dont
il et le prsi lent.
Si, l'anime le eroit le (iinral
l'erd:iiaii 1. les deux unis bloc
national sont i''iqu lli b vet a
it h marqua dpos.1 de son
groupement politique, il fau-
dra! a ors dsormais les sup-
pruiur du vocaliii'aire.
C'etl un d s m ivens d'era-
pc 1 ir qu les publioialea n'e n-
ploieut e 'S deux mois lorsju'i s
crivant et qu le groupmieni
du Gnral PerdioaaJ est
mille lieues do letr pen-.
Calm z vous donc, Gmral,
cir ces deux ui)ts serviront
lougteuij? eucore d'isignar au
tre chose que votre groupament
et vous les lirez ou entmdrez
souvjrat, chaque bu q is
nous parlerons de la grau le
iUtjo it du p u.ile li 11 u m sur
le| nllti s'appuis M liirno et
qui est le seul, le vritable bloc
national.
U tant aux inutiles protesta-
lio.is qui terni.n.-m la lettre du
Dilgu, elles sont la reproIul
tion de la tin da linterview pu-
b e par La NovelUal et sur
laqu Ile nous croyons avoir a.;
lezdil-
Bibliojrapkii
BONNE VIE
loniD de I. Galtier-Btissire
Le- crivains de la Jeune gn
ration, en France, se rclam nt de
Messieurs U irrs, Itourget et Maur
las, Le taleol puissant de Pierre
Benoit, jo ot a une ca ture trs
r rotonde, qui est presque toujours
appui soiide qui encadre ce que
l'on pourrait appeler le manque
de consistance des teuvrea lictives,
des efforts de pure imagination,
(ou parat prcisment se romplai
re la manire de l'auteur de I At-
lantide), signalent dj les romans
trs forts que Mr t'ierre I! n ut
ne se ftra p s fiute d . rire pour
I u linn it.1.111 el ia dilution des
littrateurs. Mr Henoit. -t djt -
lbre. Tout jeune il a connu U
gloire, t'e n'est pas une trop forte
rcompense au ren uvellement,
ru-M, qu il a tent du roman d'
ventures, qu'il crit dans un style
simple et atiruyanl, qui sert aussi
une acuit d analyse trs pro-
fonde .. Mais ces tendances que
reprsente Mr 11 noit s'accomo-
deut elles du lyrisme frmissaut
de Mr Dorga es, ou encore de la
minute d analyse d un Francis i.ar
co'.' Le roman chef d ouvre qui
sertira de tous les talents remar-
qasb es qui se sont dj signals
par df nvavtts, dj connues de
tous Us Uttrf.de loua les vrais m
listes, quel que soit le ^enre d >ut
il se prvaudra, sera erlt dans le
plus beau des styles Kt, suprme
etfort dune garation avertie
qui il ne manque pas un certain
gnie, ni un souille trs paissant
que la production abiudute d'a-
prs guerre justifie si pleinement,
il marquera dans U illratura
fr iuc lise
Ce qui signale surtout une nou
velle g-nration c'est une commu
naut d'ides, gnra'emenl oppo
ses celles pri ouines par d'an-
ciens crivains, ou le renouvelle
ment de manires ressasses, par
des moyens d'eipressiou peisou
nels. Les et forts des crivains d'-
prs guerre se manifestent daus
to is les sens et i,e signalent par
dos qualits de premier ordre qui
sont les signes certains d'un dsir
de maintenir tout ce que la litt-
rature doit un Bjurget. S un
Maurras, un Anatole France et i
un Maurice Barrs.
Le dernier roman de Mr Jean
Galtier Boissire est une peinture
d'un ei.niii monde, Paris, d ha
bitus de caf-s, de viveurs, de
t mmes nui s'a nnseat, d apachea
auiquelsle hasard d une vieaveotu
reuse rserve les plus agrables
surprises, les p us dconcertantes
dconvenues... I mis ceux qui
connaissent bien r\irU ont un peu
vcu de cette vie de* cafs con
certs, et out Irol le monde instinc
tif des quartiers interlopes N'allai
pas croire qu'il lui manque un
certain attrait? L'esprit franaia
que Ion c >udoie sur le boulevirl
luiueixj est tass u foad ds U


m


LE MATIN- 30 Octobre 19*5
pUROBON
lit- loyal lail Sleam
Patkel ( oo pany
Rhumatismes
Nvralgies
Goutte
Gravclle
Artrio
Sclrose
Obsit
Qui vaut retiar >>in Idrhumallimei ladurrlaaamar.:
daa arlraa I entablr mrnl . t
raina. Ici varice ai l'ohtii doit
Sllmlnrr l'anc^a -l'ai : urlqur,
ca po!ten do nulrr orpiiiimi,
al taira drt cjrei t<|>ll'r'l
_-*VrVODCNAC.
Butte... Fll.i! e*i plot Irtrcal*,
parce que akolei joliment attif,
u spoi-ljtn L'otr*ervalli n de
r J^an Galtief II dealer* en n no
l le* mVnlrn* m m I.- .lut on*
Dan un ati i !tir. 4 q i] l'on
pourrait m^m r. pro-hr nna -ti
plicit .. q li driaimala IVflb l< nu
alyle de romancier qui roai il -i
langue el qui I* pie A tout s 1-m
nuances ! eiaraeeiim j| pa|g| |e
tab'eau do ce Peii- de* q .ailiers
de miM'ie
Le rnmsn lie M Jn Gt'lier
R iasiire e-l l'miiva il un ob-er
v*leur s ru^i'eux el d ui bi\ r
liste
les Cadets du Berlin
sont partis-
ll n'ont pas tout em-
fiorl' des Superbes Cor
res le parfumeur d'Iou
btoani.de Coiy.de ubip,
lie Rii,atiil, d" ',ii \, ri ,
que Paul . /Vuil , pre*
Mute en c- momenl i sa
clientle le choix
MejM i -.i a -
SIMPLES NOTES
Si l'on ne connait-sait le genre
d'*prit h liituel de nos ad versai-
ret du T' ir,( , on pourrait r-
pter lei r endroit ces mol* lan-
ce par Ve P, I. C.mivin l'a-
rlirt'e d un Secrtaire d Etat le
Iotir dune n ttntissaite interpol-
ation au 8*i ht de la Rpublique !
a II y a des gens dont la iialveil
lance et la mauvaise foi sont infi-
nies!
Mms le bol sens public a depuis
lorg'iirps l"ii justice des proc-
di de Mitaine < oi tires et la mali
rieuse perlidie qo' vu le jour,
hier Hi ns lu colonnes du Temps
ne peu' pas n> us tonner. Cela
montre clain rnett le degr d'exas
peratb n de >e* oppo-ant* devant
le foss qui nous spare et se
Creuse, s'largit, l lnqne jour, da-
tanlagc, tant sont dissemblables
Doe peints de vue.
Cep odPl ure conc'u* on e
dg'ge de la ehaata in-mm-
lion du femps . Loi-que le a I
versaires en soit app r'er dans
la diacutsion des argumenta si in
adieuz et si pileux lll svoi eut
eux mimes que la cause qu'ils d-
fendent, agi ni-e tt que comme
pour les v eux rats, son heure d*
mourir a sonn.
El Le Tempe, par 1. prouve
aussi qu il rend h mmag. a notre
loysutet no* i onvicliOBi puisque
pour essayer le nuis ><>n.btlre.
il est oblig d'inv, nter ces inofl a
aives et grotesques petites mchnn
cels...
le commeiv.' i \\< ti nr
de Cul* <
Le commerce exliicur de la
rende Ile eosln a ht int en
1944, 7*2..">!*t.." dollars dont
100 SiS.585 do In pi r I. ira
porielions et 484.) H I >0 ,lo la.
pour les eiportnti n
En dpit des d li ul sur '
march du travail el i 1 gii ni >
politique, la>tivil coi nvqi r e
Cuba en 192*. f v lise par la
coite du sucre, a t ex'iavrdin 1
re. La Chambre de.oip aioi
de la Havane a enregistr un mu
vement de- eomp n-ations d
1.081 5rM.2 dollars soit 71 p
O. de plu* u' n I0JJ ei 7 p.
lave le sanfl
Haalew ralURiani jj 1 intno MtSroia: ( -nni
f--|.l lout I |KpChtl la lia' .-'(,
I 'n. iwiriiuni d-, 1 j-ir >-,'.
!.".* A l,.|*"ort''S'i urlqu. aiar.t I* MU| tc*,ir t: ynt,
Mi.non. on oaro. avant lotit' aui.-<
eno*. luittf *ntr* 3 rmn n m.
q'Jmmrnt ror.'.ri- ' ti. r'i 1, a acida
'[ Haria l'orfanaine n an:|.ib>a. 1
1 troOcr.ai .
C, .., r rir.ht.
tm et n .. .u 1 1 ualatfHM t eiun
CUb. ehjtf, 1 r TiMasIa) farn'
M if n.f
Dlfli IRl*il ' '' '' " """
> ... 1 .,..... m, ,.,, a. u .
"ikr.fi.m*. (.rdtu^.Si.cs.
LINYCOL""" -"'r',~' '''
rMriri
iit-ic*. Oojti*. ,.v.ajl it'j. Ni
^Tj^rjca; -
ETRANGE!
PAR CARLE
Autour de la dmission
du Cabinet Franais
Ir Pjiinlfvi' lormera le nonviaii ministre
Ir Briand aux Allait es i;lnnf|res
Ir Louclienr a.ix Finances
Paiiis A l'issue d'une conf
" nce avec Mr liru nier^ue, le d
pi l lii riac a di lar' que Mr l'a:n
lev f ra lai'e A I situation psrce
qu'il a 1 I tenu 'a ror6aDre du pays
el qu'a I chambre i' nmpte sur
tinp n-njorl 1 rii-antn pour lui
permeilre de rsoulre la n'[orm<*
1 nm i re
l'.H'K- Fn ri*
1 n ite ' C"e
-riinul/rielU, la r|imbre en. cen
tOejne If jeu 'i i % \e- bie.
I'ahI- Mr Doumergue, priai
.jv n
KM ITVLU
C< li'-ln.iii m (li .'lii oui-
v<- suire de la marche
dis F* cislci or Ritiie
I0V1E Le tr i-i^me auniver
saue de la manln- d s fa-^istes
sur H me a l clbr avec en
thousias jie d tns I jute llUlie.
Le Coiillii grco biliaire
De nouvelles difiicilti srg-ssea;
SOFU O.i a n vi m .iii ille
ment q if le' Gre bll de nou
veiu ali.i'i ir I- Bjl^trei p u
dani U nuit du .6.
LON0HK8 De* Mf-teha de
8t'on'que informnt q i laodll
qiM leaGraw n ri tiraient ils ru
rml attaqus par lis fore-s bu gt
res.
ATII \N S lu communiqu
ofli iet auoo M que les trouves
ginques a\ .ul e.f aMa ju*es pen
danl eur let aite. |'|U| VJ.|>r
gr ci para'ys l'vacuaiijn du Ir
11 dire occup en lu'gtrie
BOITE aux LETTRES
Monsieur le Directeur,
S u-U d m m nation Kc le Bail
ro-iale 'i I m 'lione, lepa'" q lelque
I mp* lin | 1 li - --[ 11 de eon
lare stlud i nt*> d <"n >-e prs de
la m i->" SI Grai d Celle mii-
aoa, di lg*e p^r une amricaine.
pour salisNIresa niimb'euifc'ien
|'l.>. e p le d b-** b 'i'ien
l'.e' ,c *i IrAa bi.-n.t'e-l in-i q i-
beauoup de ro jeunes lilies four
n*c**nt "(i* le con'rA'e de la pro
pr ei ir, I ne* re' de Iraviux
ri h o I rie et <1 couture si e-
h4* i' j uirs ci.
M i- pour un pniu' ma' plac-',
iwwie n im^'e'rr nr t. de-in
trs souvent faci'e corriger, la
directrice confisque la totalit du
gilaire lil a l'employe.
C'est parf is la prix du travail
de tout un mois qui est ainsi per
du pour la ma'hureise ouv.ire.
Cela c'est trs m I Nous sa
\uus bien q>i uoe employe qui
fait mal son ouvrage ou commet
gne triejr doit ia rparer; maU
'n' de ta Kpublia'ie, a deman
d Mr I* ai ni v a io-mer un nou
veau c ilii iei Mr Painlev consul
ter* ujiurriuii ses amis elles
rr, -U tei na.rlis politiques avant
il> pren Ire une r-o'ulion dfini
li
P\RH K 16 he-ira Mr P^in
lev nfi'm^ ' Pr'i lent del
Rpjbliqie q i il W*j|I 'e cons
tttaar m noivesi mini*ie avec
Vr B ;il potith mii:stre le*
iill [<'.* -'Irn^re* et MrL)i:hau
tVi linaoces.
NouYHtis diverses
SANTUGO UECIIILI- Ugrv'
gnrale coiiiaue. La loi m nue
a l dcret-e p ur m.e piiode
de qnii/' jours dan* le* pruvince*
de aotiago. Va'ptraiioel A on
cagui.
RUAT Me J |l! Stag. ex
gDUveroeu- de l'Ugiri*., I-igi4
pour succder aj mnchil '.vm
tey vient d'arr.ver In .1 du cui
rass V ltaire i.
EN ALLEMAGNE
La crise paiiielle
du eabin *,t est nsoli.
PA IIS- L^ c- *i p-lie le du
cabinet alinant a t rsilu)
ptr la diitributi in di* pvt-i'.M'l
Us iit* sitN Md l.i'hir.
Gess'.er et Kroboe.
Les ijoiir
M Octobre
afBW V )i\ -b'nn s
Starli i3'
s
3 71
li r.H'stin flX'^-1* liit 'ra en
p'opirliin de la ftu'e ommi d' itant plu* que c trivxux mt
nu-ls exVu'.* pir lei broieu*>*
liiii'in'* sont t-s apprci* et
sont v n "u tri ch r. L i-oitrA i
d <"et l b i*-e rient narh pou"ir
pib'lc o-np'lant s i naof, con n;
l'eli I | r l'ouvrire Cela est d' itant
p'ui n-essiiie. que 'es ouvra;**
de n^s junes li > s ml de*tin's
i I ii or. .1 m
ABONNEi
S.
n.
4 ^
4
Le Servie A 'r de Ci
m'in* Omeiu UINNM p ib!i
qikptrlirdi li ntn-h'prichii i
un ca-noT d^ oenire
I listera Pjrt a i Ptitcc rwi- >ii
M ;r t u- 'e I nu h ; t h-e^
a. m. retour le rumina i mr a 1
heures p m Statiin devait a
gara Mac DcialJ.
Prixa'l rGleiC.lj
al'erelM'oirG 10.
Direction
I i[sl(; mer aConway si aller
du Jtiimel, le 2 >'ovirul>re rro
chain.
II ilargira & tous le; toits bal
l il- direct, ment pour l'Eurepe.
J. DAALDER I'
Agent gnral
La sant doit par avant U
Les^ beinres"BLUENOSE"et4iPYS,< de les.
sieurs SmitliH' proctor, l( I. sont jaraiitis entire-
ment puii.'i
C'est excellent, c'est peu coteux.
|t]n venle dans lea bonnes piceries : et en dpt
citez l'Agent.
Lon R- Thbwd
contre
la
CONSTIPATION
v prenez les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT. Pharmacien,
tiV, ffua Sainl-Antoia
l'AHIS-
/,
C\vamPffn
o
-av^V v-aon ronde* f
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
PORT-AU-PHINCB
AUi.PSTHUS, Pharmacia AI-BERTI'-
PhansaeU 4u D- Juatin vuhli e
I loi.r.t !.. bonnaa r^ipmirm.
Avi
Fiiialil de ihurt la main
de li ule 1 eaul.en roi*, et organdi
[fur rdrs el diarciux.
l'eidfMipcur ll''rett pour
rbareruY.
Couisii s el abatu-joiirs demie.r
g VtBfl voir les modilis, Mes
deitif, Medirxoielle!' et laire
vos ion nande--.
Kue 5, >'o lit;
Peu de Chose pr de i'H' ;l
Vonlagce.
s. i -n------r i
M ont Linie
Le M|S Thrse lloro, venant de
Curiii-.io. Jacmel et Kingston seia
ici Dimanche le 1er Novembre. Il
retarlia le m-me jorr pour l'Euro
pe directement | renant fret et paa
tssgers
Oloflfon I I CAS & Co
agents g'1 ncr in
Une lame de rasoir qui
coupe
/T^WrVf
AX>nntt- eZL,
Agenl Exclusif
P. Labourdelc
30, Rue Montmartre Pari
PB i^J Le fameux C'hsapagne Laooon
Puiir raaer. Il faut avant tout __. "
Pour m raeer, Il faut avant tout
nna lama da raaoir qui coupa. Or un*
lama uaafie n aanrait couper. Aac
la Valat AutoSuop, raaoir da irata
"qui ae rapaa lul-n.iTie". la lama
raata toui urt parfaitament affile.
Ceit toujours un plaisir que Je m
raser aec un "VaJet"
le'Rasoir
r-i**n
trftKp
tf.fAWliY
P...I a. r..... IU.U
Se trouve Paris dans les Grands rei-
lauranls et cals i la mode, i port-an
Prince, il est devenu Te lavoii de la So
cil.
En venle chez":
E. Dereix, Ch. Picoulet, Ch. N.,Gpljns, Lope Aivera'
aux Caves de Bordeaux, lla/.ar Mlropohtain, lfratrN
Look', Htel de France etc.
Aux (.nu, ivos : A. F. Me Gulfie, Reinbold *_Co.
Au Cap : J. Paravisioi, Ch. N. Javaux.
EUG.II BOSS
Agences Reprsentnlions
POnT-AUiPMNGE
Ayt-i t gnraux die %
Pecker Jones Jewell
Dr^ i 1 11 u c,j V t.

Manulactures Life Ins'ce Cy
Asurance sur la yia,
NSW* YORK
I ai i.ei lluyariau U O- Boule Rouge ete
Franklin Pire In Mira nce Company
NatW-YOW:
Aisutance contre l'inceuale
Diamond Vteh fr.
Allumettea < Safe Home i
H. I, T.iM.er ^tnori Companj
Souliers Reda.
r
Cl.as F. fattlaqea- Son
Poluons^ aala en tout yenre*
Suilbou Frres .n
Vins & Champagne Bordruu*
I b. iieymar "
:COIENHAGl>
He ur-- Danois, fromaja et conaarraa
Uoaeintal g
\V. S. lathews a* son
TahacaJaunes ot no'rs.
* nationale
Kan Rival
agaretUs^ChaatecUi
fa.UTola de -aurd
** <

?jX'*rS71F*r*T-'
(.. I
\


LE MATIN 30 0dobr,
N.ACRA
GrandSRue
A ct des Caves d Bordeaux
Voulez-vous vous babiller avec lgance, ot b .d
aarch. v
Adresse* 'ous la Maison S ACRA
Dont la devise est de vendre pet bnfice pour
\ cadre beaucorp
p.:us son pai .onnel, la maison compte un mailr.
tailleur italien aoitid'uu tablissement de urmie
ordre d'Italie
Elle est en mesure de fournir des complet tout faits
2tK me,ure- en oheviote, diagonale, palm beaeh
drlll bianc et couleur, coupons de Casimir psur oar
Ions- Etoffes pour gilets
Bonneterie
r.beunses de Jour et de nuit, au gottt de clients
Colo et uiancliettes der'jicrs crations. Ca1 oc ne
et l'y jamss.
Cette maison rons! tue une tviora ion
t le meilleur accueil est rserve tous ceux qui d-
sirent par une visite tre dfis sur~la valeur de-
travaux fournis.
l'ni, costume oommand et (fui ne rpond pas tu
polit ta client est repris,
On psi le franais, anglais, espagnol et italien
T'
!'<'
.' "~


ALUMINUM INE
^ i ^n Kw-OpIids & South Amer icanSteamship Co Inrf
ii^doit tre appliqua ill *_ 4 __.__
urli "A\ Prochain dpart direct po\ar
aprs li'sflblut
Exempte de tout corpa n s.eDesc.
ou contftrt del'eou et u..... .r massagt'suffi >
la taire pm Irer .: ins I ycau a
Sedwr alors velouier avec l /aras I
Rar l'emploi rationnel dr la CrmeJi'mon
vous vtterc. 1 Cl brillant votre
visaue ei cons< 1 ''''" avoir* teint
la fracheur oc la jeunesse. ,,^
U\i\ SlfilkM [MPI ILC
Le Steamer Martinique venant de \ew-\. ark.via Cap
llailien, l'ort de l'aix, (ionaives et St Marc est atten
du a 1 Ql*t au l'i ince le 1er Novembre courant.
11 IV \ a ri i. a le iiiCme jour pour Petit uo.ive, Mira
gone, Jeremie, La y es, jacmel et les poitl de la Co
lomu.e panant frta el passagers.
Les c.iargeiir-. aont pi'is de prendre leur ordre
d'embarquement samedi matin.
Port au l'rince, le 28 Octobre 1998
"ebara & Co> Aie.its
rochain dpart direct pour
Port-au Prince "JE^ai'i
je steamer vfu^l'jeDi t'ai^eia 9Uw6iic&%l
to S JTcwem&tf caaianL pour, 3luii.
jfe Steamer l'Un* aijanl tai& 9W-0t>
fan* ic M Otko&u sentant oer aux Cayf
te m KoOcmhrt-, jacnut U%%>vtmt)U,
wcfiin Opatt ue SleanOdean iv to *^Ii>
ocmbft pwclidiii pour t>u^ tu jwU v.Wiu.
^ott-aa-^tmec^ le $0 Qctofct^ 19^5.
A. de Malleis fc C
^f/eni Gnraux
3
llailiaii
Socit Anonyme
H H BETCHLEY, Prs.
Lincoln dfcGCC Rrdsoiv

4gle '4te Dantrs Uet touches Sf Vajitin de l'Etal
NOUS avons le plaisir d'annoncer noire aimable clientle que les
Nouvelles Voilures jffiypC sont arrives.
Vous tres lotis cordialement invits venir voir leur nouvetu slyle,
leur dernier confort el le ai grando su pri cit, et nous sommes
convaincus que vous serez tous disiieux, d'lre possesseurs
d'un* de 'ces Belles Voiture?.

Les limes touUars sont: im Raug^ ?rl Ecossais tt Srise.
Nous avons aussi une gronde quantit '^ lis &%&*/ Ch M*8 d',nl !'s Pm ,l(ficnl touteif
concurrersces. Venez les vot<- el vous pourrai vous mmes juger de leur yrand perfecionnement.
Procurez-vous des ebaises el dodines,Ht en fer,en cuivre et enbronze,
glaces, lableaux, lampes-- lavabos- carpettes el descente de Hls*
Chez
BALLOII FILS
i
120, Hue ROUX, 120
-
aj
SB


IE MaTIX- 30 Octobre !9
LES PRODUITS ffESL.
Iax produit a Nestl\ v.nt favorablement connu g par toui o i's sont vendis, vu qu> la
maison KK8TLE emploie seulement le lait le t lus rtcke, le caca t. in sucre cl uui.es urtULs
de nce fil vitale pour Uur fabrication de fouie premire qualit.
Tons iroovfrrz partout d rs les tonnes piceries des diffrentes villes de la I {ubtique les articles ssivints ie la maison IfitTU.
| j.it strilis, I ail Cond#n, I ait L va pore | Marque Nes.l eu St t L.ar.*a ; arme l.actee |.our U intenta, f ;i< loqcn peur les bLts )
Cacao Peter en ferblanii c'e 2 l!>. i 4. et 1 II, eu acbts. !>ma ! Lauj lout le moud* dviait Maur cet aitiole qui est a-ei vtilleu:
A fendre
i ne proprit situe en bas de
l'eu de l'hose, mesurant 36 pieis
de faade sur 15} pieds de proloo
l'fur et ayant deisus une petite
n aison.
S'adresser au Journal.
Chocolat de (oui jjpnre.
frtae de Chocolat 'n btons, en tablettes, 'MjneteJ, Boites de fu'ioil ne.
ToiiJ l*f "Ommidii d Y et s d> la fabriqu .OU pair 1rs achat* (n / s,\wal 1a tous ad ets-r
1 fr*

kaSfifc
Si
Lt,iLnuu.iN itubLfyl
4geul (icuccul Hue du Quai
si vous soumis di >
RHUMATISME
LISEZ NOM OMRMQIUmUTil
Voa* deute*, toui Itee rplique Voea
aVTea reu toute* e.per*. de roiwili axaU-
aux. Tout arec t mdu-ament jusqu'
1 limite d* 1 endurance et tout o*l* Ma*
ucud arantage. Voui *.* preequ'attetat
! moment ou toui considrera* Totre CM
comme dsespre. Vous n a.ea paa eaTit>
a jeter encore plus d'argent. C'eat pouf
cala que )a joui offre (iH ATI' ITEM BNT na
traitamant d'Empltres Olirer pour la* pied*,
valant Fra l 60. JE -AS ce que le* Eaa-
latras UliTar produiront. Je sais qua plaa
t OO.ODU caa da rliuiiimima ont t guri*
a>ar aux. Mail ja na toui demanda paa da
sa croira sur panda. Proui roua mata*
t A MES FRAIS qua roua pouTai gurir et
regagner tout* Totre sant, libre de
eouffrance et de malaise.
PAg DE MEDICAMENTS, PA8 01
OR00UESI
L'Empltre OliTr fait son oeurr* ta
compltant la fonction* de la nature: il
loigne le poison de l'acide nuque d* Totr*
Tslm* traTera la peau. I, EmplAtnt
Olirer pour le* pieds est an empltre *Mi.
eeptique puissant, appliqu sur la plante de*
pieds, o le* pore* excrteurs sont le plu*
grand et o il ne tous gnra pas dan*
votre travail ni dans to* plaisirs. Il ap-
porte, in soulagement presqu'immdiat
loigna rapidement toute trace de la maladie.
^EtiTOTex votre nom et adrea** et u*
traitement d'eaiai tous **ra enroj pag
retour du eourner R. A. Olirer, UT, K*w
Oamrt, fArnafdoal biraet, Lou Jo, ~
-a/
r^^M^MJTWJgrJSr,

liUUtii
LES DOULEURS
ONT DISPARU
'tu iottiri \ 9
,oii e j i
lionne avis sa ci \ et i imiaei >k et su p> 1 : qu*. a
t auiiora m i, Lthfiaicle dUoee ei un L.b raioi e
bolitjif annlin moi la I)inri;in du
Dr li cet et B. Se jour n
/le rrHioT,, fj| ol* rtiormlm ioun t-7 bras
Heure) dm 'ir u ; t es les r ctiercb.es t un y.
l'aoooi.c- ci j m o, ii i pour le
WaiftMuaiiii ex in toatUata Cre Ser, ri.
Se nt roques c,ue ie uc; rii d- chaqu .'semi n .
S'adr.-ir ia iJh^ira cif pourlei naal a eut.*
pal "d'urines t S'ie. st ique
a lio- de Wasserroann
Pidiou de Tribouloi,
riinien du siug et d pu;
tiam-'D dfs matires lcales
fxamen ae ora^iC
4IliUmin. rttriio
Cinstante Ur^Se r rit
Ipal
Tailleur
COI "PK HODBBNE
1515 Ru- du IN-ti|>lf
preiqu en laa du lia/, r
ltropolitaio
Tlphone 683
(DUT M PRIN'.R
Ce M 0 I l l luda nom a i
on hisMirc. afin <1- rS*.r. Ipri-
ne** l*M Ittlfl OMI K>utTrtnl Avant
i i pbti tWi l'il-ii ''* VViM il proavmii #)
lkrr.b i p i ivtih dm ae
te kdrtj M i tl i\ M t U H, il est KMai 4
| 1 nffjg"
m ncal da ; <.. Ira lei i aa Da Will, il n a
nr 1 v>n travail piru.a
nunifi !i *r ca malatie.
Mr V To.nWini 523. Wifan Road. Daan*.
Bolton. nfUtarr*. nam crit :
| | ai i. < t i- '. ^ I hOpilaJ : mon urina
contrniit al an passant
parit daa un m dM
laura que j** i autour dea
raina l'aai a^toaoni aaa aantajH u peu mieua
t ) rapnamon travail NAnmoina, jacontinuaie
1 pei 1-e Ju aaii/. M le U (aibleaaa m
areanta a lumnMM je ma iros*
rati da ... rtcaaail4 da qaltMr mon travail
I Ci* ensuite recoura A un lainrui harbonita. maie
[ d-m !- I Ml
Ion a Wiit,
ft tpaa Je n ai pai eu
M travail un aeul jou.
dep na |ue j'ai pri* de Pilu'.ea De Witt
S ajajttl aliairai dos rultate immdiat,
procurai-voua
PILULES
de win
POJl LEJ REINJ ET LA VEftSIl
U plu frand rr n* 1 d- monda pour
L*i RHUMATISMES. DOULEURS DORSALES,
t toj; d.-tordre d**
UD ET D La VESSIE.
Ua I ....... I" WIU MM en MsM UN N.utM la*
plia..... i. r \r |itad llaooa a
a**)) -itiiiu prsaiesi
,|.,r i... m er Ira pilule* aulskxa-
i rm i .i- i i. "u rru.!"Tgtail*
_ A.uaruai t.a-d. Fort au rruto*.
RESISTANCE OU ELASTICITE
l( tUltet obtenus pi*
l'tn ploi du * vpevtwist don.
i ci^l la pi nsr.
Supertwist est le cabln
attra' astique, iaLtrwdurem
lie, tMotl pot UiidYe^r
eaprenin ent peur la cons
truclion des Prv in (ood Yea *
Il jli' l'ullcf.
Comme ce rouveau type de pneu, S.peilwisl tst plilU laite pour ^wAer
diotsau mojin de fou lasticit qua p. ur lui rsist r par sa olid.t.
"Quand un pneu Eot-d tar, l.-ut avec ts caldes S.per-fisl h urle une piene,
ce calile lailiqiM cf de au choc, llclut, s'laryil et retourne son tat nor-
mal comme une bande en caoutchouc.
Outre leu. lasticit, lecoi.loit qu'-ls ollrent et la lacil.t avec laquelle on peu
- i Tt* r la t avec S"-
iiii

conduire l.svoiltrfs tiui seul qu pes avec des pneus G<>o>
peiiwM. es pDtttf loi t des merveilles d'enderance et d'.'eon
Los pucii GooJ Year sonl les scul& fal),,,flus
av^c le Swpertwif.
Good car ist synonyme de^Jvt g service
Th( \\ es* Indies Tradiug Compauy
rorl-au-Frince, (.ODaves
Cap-Hailien
110 Rue des Csars,
:<

-~'\


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM