<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATINa Octobre 19i" GLOBOL donne de la force Convalescence Neurasthnie Tuberculose Anmie La On. d* CLOBOL augmente 'a force nerveuae d rend lui nerfa rajeunit toute leur nergie, leur aouplwie et leur vi*ueur. (.•m mu peut prsenter U tr>ln*rap*c •dillfitlU, dont oa a parfois voulu faire un* anfthnde rapable 4a rernpla%  ai U Iran. fusion lenfutD* ti'-ntfme et ceci awc ttinlaie, iluatl on. ma.frf qu'il faille tou*Jouri avoir recoure a •lit, au mnmi dam Ici caa urgent, roua ne croyons pat S ue la edrotbraple pn'$ uui.fr. an une foula ne eet^T lea rsultat* remarquablea qu'on peut oblaolr d'une tore | Jongle de ftltfcee)!, tu fa -f d un organisme a remonter, a rtaivlav a rfaira. c>it II.:; -uf a H derf.irr <|ue noui donneront la artffrte D' H '.'||T. limml r* Ki'/icet, Lam,il rf U F.,eu!. af %  fi*Jf/i* Je /••.!. Ltebluwmenti Chatetaba Grande Pri Pou'ni* 'In HAplI jfarte, 2. t\.* \il.nuir.r-i, Patte, et tiM.tr* phafiua< ie%. L.^-A-4-* •'jm.-jaism.j_ij NOUVELLES TRANGRES PAR CABLE Le fo??^f greo*bulgare H n'a pas I importance qu'on lui donne, dit T e Temps de Paris la fnnee doit intervenir dans le conllit, pense Mr friand. Oltiniton'de li Ligne des Hatioos I la Grce et i la Bo'girie PARIH— t'emmeutant lim-liml (frco bulgare don! le th Aire est la rgion sike dans la valle da la Stiouma au nord de Salouique et sur les connu-* de la Irji.i e %  % %  yougoslave,(l eTempsdit qu'il n'a pas importance qu'on a voulu lui donner en taisant de la Hu'garie la victime de l'attenta* ; elle maooeu vre n ayant d'autre but qu* de 1 1 voris-r \- ngociations de* Hg nt d Tsankow Londres qai prpa rent un emprunt destin au rapi triemant des bulgares de la Mac coLa. PARIB -M II. iarid. mini-Ire des aflair s >-ling>-rea, a d J la hi r que U zone o s'est produit le choc en're gr.es et bulgares tant Irav rse par le chemin da fer de la Tlirace en Anatolie ; notre in lrl tait d'intervenir dmle conflit. P.VHIS— Le conseil de la Li/ue des .Nations a accor l la I! i'ga lie et & la Grce ut dlai da 2k heures pour retirer les tro'ip ia des territoires d autrui et 00 heures pour informer le conseil q le cette vacuation a t excute. l'Ouergln, nnl avanc d 15 kilo mlrrs % %  rord de Djbel M' saou I et on! captur la position d If raie SilFI\-l.e minisire de Frar ce vient le sigrer le nouveau trait de rommrrre entre la Bulgarie tt la France qui CTcMe r Ile de r bire la rordition de nation la ( %  Il ISVI li t . - % %  r e Pape ne donnera plus dsormais sa main baiser que q nlee Peodxnt les mois de Juillet et d'Vit. le Pape a reu p'us de cent mille pAlerins \ loua il a donn, su vint l'nsag, sa main baiser. La m'derici de Pie XI. ayait co istat sur l'piderme de S i .">ain tet. a la ruite de ces rceptions, des mai urs suspectes, a pris une pr•.uti n qui sirnpir.it en l'o1.1 v" "il* porter dsormais des gants. -> .JU n m fa possibilit de la dmission d>Mi Ci i I • i • x Lui baisse le Iraio PARI 1." j %  i %  lit.de la d Oitkion de M Caillaux et l'occu pation de on poste par M. de Mon lie. partisan de l'iuii .M sur le capital, a pro/ .que une nouvelle baisse du franc. lr ll'iant or donn la dissolution des co"grga tions religieuses. 20 000 dervich s ont t obi gs d'abindonner leurs mon* (res. En >fj 1 1 question de load ml L\ Il VVK Li Irihu i hier na'i i :..l de ju
  • .r -I i tuer sur la dis^'i'e a" I >' \ 11 rel live Mo s lut ue' d-g es ang'ais qui d >iveat • \ >.>> %  les points de vue 4 h Qrinie B eta gae taient prserls mis es Turcs allguait qn'ils ne voy i nt pas la r lisou de leur asaistaoce se sont abstenus d'assister la sian ce. Nouvelles diverses MoS(',)lI— wuatre vingt emplo ys du ministre des l'aviui l'u h loi |. un lesq i Is se trouvaient d s ingnieurs, des an hit ctes et d. s c m-triic eu • ont t arr.s sous l'im 'nlpati >n de corruption et de mtversatiin de lor.ils da l'Etal L loi prvoit despeinesqii varient entre :i ans de i rison e' la mort pour cette clas.-e de d • I i'. F /. Nos colonne traversa u Varits Ce sjoir Us PIun3sdiPa)i Les^^stres da New-York 15e pisode 50 centimes un ri^'ifl te.; i le troisime \o nuire Rper lui p>ur l'aone Public il N >us von< exemp aire d %  loire du M 1917 Cette utile pub'iction f*^il te les re.-herch's qu'on p-ut avoir a taira dan< le J uro^l ofdciel. Nus i-n-il .i-. .'.i .t.ir (i i ir son gracieux envoi. Parishoa Jeu 11 li granlli'mde la collection Lonetti : U Se ufi H panie*' Entre 2. 3 et 4 gourd-s. Naissance Les poux J isepli Vitlm noir ont fait part de la nxissanre de leur dernier n pr nomm Gus tava. Nos complimente. Sea Side Ion La Direction de sel E ab' ss m nt informe ses .nuet clients q i %  on nouveau No. de tlphone est 197. ParSaos-l'l Coloiubian Sleamship Company Inc. Dmission du Cibir.et Ira m ai Monsii tir Paint v 1 rit ent au Prsider t Doonrii r^ue h dmiion de son m'n l *p i la sance du consi il ru reii'i rie laquelle le plan pmir lun t sur le capital De lut i s 10 apte par M. L'ai laui S. Ion tout s proh d lit. m M |' rt nl t lelui >lera qu -, de l> u |M H i i. ^irs actu. Is, a/ul M L'ailI t x e and pas COODfllil d ns !• i.otveai: CJiitut. Le Steamer Baraeoa venant de New-York via Capllaitler, Port do Paix. Gonaves et St Marc eat atten lu a Port au prince le 1er Novembre courant. |1 repartira le mme |eur pour Petit Gove, Mir gnAne Jrmie. t'ayes, Jaomel et lea poits de la C lembie prenant frta et passagers. I.ee chargeurs sont pris de prendre leur ordra d'embarquement samedi matin Port au i'riuce.le 28 Octobre 11)25 t'ebara & Co> uents Rus f''!t'i}• i<>-; i la Conliei < • !i i i| irli n eolaira hir iilcnr l'i r 'e : tttn c de la ligre iVl i i n H Hiriv hi. i A Perl su I iin.1 or I Dit i V. iei iI ii ts 'I bol m>et tlrsirr Bearv< ir. drl/guiil du < .i|s Iffietalil hailitn a la] loi.f/rrrrc inlfrpsrUrrenlsiie tel nie \Naliirgtrn le mois derl i tr. N. us iVf! t hiur ux d'ap' prerdre le retour en Lcnce -anlej de r.os dlgus. contre la CONSTIPATION V prenez lvs COMPRIMS SUIS s de DELORT, Pharmacien, J10. tint Salnt-Ai loin C'EST LE MEILLEUR DES PURPAirrs Ailles De toutes dimer.sions paui \iliints et tableaux. L*MI ESI fc. NI IIS .fi w MOULURES poir cadres. In \> ni. 11,./ II. niy Staik l(u. du 'jiiiti. eo face de la titre. Dcs Il nous est fait part de le Doit de Vtne Guillaume Vaillent, ne Emilie M zarin, survenue h er apn's n id : L %  f.n iile iuror.1 lieu i ujourd'biii n ,1'Eglise du SacrC.rur A x f milles que ce deuil atteint et i ai liciilir. ment notre ami M. I.i r.re i.lualo noua ia -1 M.uc Gonaives, Cap U lien et l'u rto P ata, prenant lit et passagers. ' .t ..n ; uctJ a Co Agents griux. NKuHHaTHtNIl, TAIBLESSE r/e>\^ CrlLOROSE, UBILITE etnop d* DESCHIENS rHmojlobina Haalniralatir du Sang, praaorlt par l'Alita mMIoala. %  opar/aar a 1 vlamia erya a. aux larmgiuu. Admit da ia !•• Hdpftaur da Part* ..... .,,.., niaoHiiNa. t. Ra* r..i .i^rr raa.a i Pi ..HMM New-York Si >ous voulez conserver la peau de vos chaussures Si \ous voulez conserver sa souplesse pendant lonqterap 1 '. Enij.lovez notre pale JVItnorjram la meilleure^de"toutes les marque fabrique spcialement pour les (jentlemen du biqht lile Elle proljje vos chaussures contre la chaleur et l'ImmJilitti. Geo, Jeansme $ Co t Agent \'V(7 1 205-209 Rue Traversire '*& J



    PAGE 1

    LE MATIN — *8 Octobre 1925 Jt* \ : r.aw.uvTES '. ^^ { csraygat t*.* *3SBS3 Nor taericm Iotetriai Trans Allait, Co s La seule peinture ne chanp I gant pas de couleur rf ^ 4 Fabricants de couleurs pour Cernent | ^ Prpare spcialement pour f \ le climal d'Hati i TbCkiki fctan Paint Co, I 2 M-Hl e w "S I Geo. Jeansme& C Agents N^ -rt j Pltre de Paris — Cerne il Blanc — P .u he I' Marbre I H Banq e Royale du C mada Ls plus moderne construction on Hati Est entirement recouverte Antrieur A ec notre. Pltre de ParkDes ch nti I uns sont la disposition de tous a s j'ents. Ncith American fniustral Tran^Atlantic Co. Geo. J^ausme & Co. \.|


    PAGE 1

    LE VVMN28 Orlobre 915 {mm i/de Mal(eis[H Cf GKt*af*J. LES PRODUITS M$Lt ^* Les produit Ne^l $ont\ tavo m *hUm*nt connus prtou\ oik V* sont vendu*, vu qu* la ir oison NK8TLE emploie *euUm*niAe lai' le i lu* fiche, h> cacao, le gucre et autre* uriklj* de ncessit litale pour J#ufabrication de foule n*emi*e qualit. Tous trouverez partout dans les bonnes piceries des diffrentes villes de la rpublique '-s articles somits de la maison rlESTLt.. Lait Strilis, Lait Condens. Lait Lvapor i Maupe Ns Je ou St£f hurles ) arine Lacte pour 1< s enfants. I rt-togen ( pour Ira tibs ) Cacao Petsrs eu ferblanre de 1 2 ll>. i 4 Jtt 1 II). n sachets, ".irme do Lait) Tout le mondu devrait essayer ce artiole qui est n.ei v %  > %  • voui pouret gurir al regagner touU rotre taat, libre d* ouffranre et de mllaiie. PA8 OE MEDICAMENTS, PAS SI DROGUES. L'Empltre Olirer (ait on oeurra am compltent lea fonctiona de la nature U loigne le pniion de l'acide uriqtie de rotra interne trareri 1a paati. 1/Empltre) filirer pour lea pia.li ait ua empltre aataaeptique puimant. appliqu aur la planta daa pidi. o lei pore excrteora aoat la Mae grand et o il ne roua gnra pai dama rotre trareil ai dam roa plaiiiri. ail eportagt'in soutagamant preiqu'immdiat e loigna rapidement toute trace de la maladie. —EnroTea rotre nom et adretie et ua traitement d'eam roui ara earoj pae retour du courrier: R. A. Olirer, UT, Kae> Oaurt, FarriDgdea Btrae, Leatsa, Batlea* Granonnel, la maison compte un n altre tailleur italien sorti d'un tablis* ement de premier ordre d'Italie Kl'ces, en mesure de fournir des ccmple.stout faits et sur mesure, en cheviote, diagonale, palm beach jdrl'lblano et couleur, coupon de Casimir pour nan SSIOJSEtoffes pour gilets. Bonneterie Chemises de jour et de nuit, au got de; clients — Cols et manchettes derilrs oratlons. — Cal >?ons •t Py|ajass. Cette maison cor st tup une tnr.ova'ion et le meilleur accueil est rserv tous ceux qui dsirent par une visite tre dfis sur la valeur de> travaux fournis. Tout costume oommand et qui nerpcni pas au goiH iu client e3t repris, On parle franais, anglais, espagnol et italien Alention la fraude 4 Beaucoup Je dmlanlt profilant da la rogne du CTflflffl NCCIQT vendent d'autres il.un.s sous ce nom que les connaisseurs rclament. On grand nombre de eonsomm deurs r a insi tromper et vols se sonl plaint* i la Maison Geatjeni. C'est pourquoi elle inlorine le puhlic intios que le vrai cUhuni i\ectir> ta l-ouve dans ses quatre depoben ville dans la maison prive tietorFrdric Geatlen* au Boi*X< ma et aussi dans,. maison %  use de PiionvilleCeux qui iehlent ailleurs devraionl rclmer leRhum Nectar en bouteille tiquete vl capsul. DCrOTf: Vo '9O f Rre ''u M u* it> I Fr ; Vos III et MO r u Boone Fol No 628 H e Courte, ancienne maison B r tu* s t Vjcio*. !I0 Rue des Csars, > rf



    PAGE 1

    DIRECTEUR PROPRITAIRE VUPRiUEin Clment Magloire BOK..VKRN 1358, RuefAmrioaln* NUMEhO 20 CENTIMES Le Matin Quotidien TELEPHONE V 242 IWfas ANNEE No 5643 PORT-AU-PRINCE ( HAITl) •"- COP> La jeunesse est une chose, Wjjjrl* mur, une autre, aussi l>elle,aussi lourde d'avenir qu'un p de bl> si nous savons son secret. Tout est dans le rrdilqu l'on l'ait I ?es lottes et dans les limites que l'on trace i ses dsirs. Ferdinand D\C MERCREDI 28 OCTOBRE 192* SIMPLES PROPOS La maison B.SILVERA Une erreur trs frqu nte dans l'opposition oonsi U rejeter sur les autres la c iuse d J %  es erre"ra et de ses hsucv'. Les iiupruJen.s et mdaJroits adversaires critiquent avecapre t la conception pVitique du Gouvernement et lorsque se ra lisent les consquences inluctables de leurs fautes rpt*?, c'est nous qu'ils s'en prennent de leurs amer, s dcept'on?. Les politiciens du j )urnal Le Temps qui se piquent d'tre des ralistes ont engag Moravia t.ire au llaut-Commissaire une visite la L^a* uoo amer.caiue au lendemain du jour o venait d'tre rvle A I o pinion r/ublique tonne l'alliance erstint entre le candi lat anonyme du < T mps et le journa iste dvoy qui a plus d'une lois essay, mais en vain, de porter atteinte la haute personnalit du Gnral J. 11. Russtll — Tout la monde a t donc se. m lalis de cette dma • che insolite et au lacieus et les opposants eux-mmes en prou vrent un profond dpit. Pwu* trouver uae • xcuse cette inconsquence, le directeur du Temps en commet encore de plus graves en prtant grossirement aux < ag nts amricains > des propos absurdes, contraires la vrit et que dment pleinement la conduite toute de correction et de res pe;t des Officiels du Trait vis-ri du Prsident de 1 Repu WKIU*. 11 ea bon de noter, encore une lois, l'js'.uce da ce journal qui pitenJ que < d s agents amricains vont mme jusqu' se plaindre que cette parue hatienne abdiqaant le rle que le T>oit lui d' p rli', re.ioi.gini a toute autonome administrative l o elle lui revient i xclusivjm nt, abandonnant ses droits lgitimes d i dis :u sion et da rsistance se d.ch irgeant au contraiie sur eux du soin de taire aller toute la vie nationale et de surveiller si elle va conformment la Constitution et aux loi.*, les expose i taire mal puisqu'il faut que quelqu un I se et puisqu'ils ton tout seuls,sans tonnais*.nce sullis i nte d s coudit.ons, de la m Utilit et des lois locales . A la dtrn rj s ssion orJi naire du Pouvoir Lgislatif et l'occasion du vote de la loi sur les runions, n'est-ce pas le tueuse journal ''Le Temps" qui faisait grief au Gjuvarnemeot de vouloir empiter sur de pr. tendues attributioaa Jes maies y agents amricains et da •rendre l'initiative de ceitiines nu suies qui r titrent pourtant dans le cadre de ses prrogitivts constitutionnelles ? — Ouelle est la raison d'une si llignnte^ contrjdictio.i ? \uibi"i dpit, besoin da crer la division, le troubK A aucun moment M Borno n't p:ns -bin lonn^r p rtonne i s j s drots lg'i u -s da discu S;oo . — L vrit est qu'il estun %  ses i 11 >rts ass z rcomp.'uss lorsqu'il parvient une heureuse ra isation rpondant un avantage vitent pout le Pays. La vrit esi qu'il ne juge pas ncessaire de se d partir de la lo aul qui doit exister entre lui et les coopra teurs amricains et qu'il c oit qu'une • %  rsistanca ne doit pas ire ol .rte seulement pour la vaine sati faction j'unamoir propre personnel quinJ elle n'est pas impose pour la prservation ou la dtenae d'un iatrt national. DJIIS le vocabuliire d) l'oopos ioace q'i'ou n tandptr b dicatioa dune prrogitiva du Gouvernem ut c'est tout sim pi ment laccptilion da m-tue en excution une cl usa da 'a Convention da /'Jl0.i en fait ridiculemmt un obj*t de critique facile, comme si la Convea tion avait t vote po ir tre gard >e dan.-, les archivas sans jaunis tre traduite en fa.ta. Le Temps i n'a pis os cri tiqui r comme il conv nait de la lanc noire article inlul Poli ique et Morale Il y rpond dans u te parenthse en comparant maladroitement les Conseillers d'Etat des prisoiniers da,i'ii rra et I inns dans uae fo tarasse Cette comparais M ne lait pis gnn 1 tumeur l'esprit qui l'i conu-*. Les Membr.s du Pouvoir [> g sla'if sont Soucieux da l'h -nneur de leur nom, ils sont onscients de leur devoir envers "la P ix intrieure et extrieure du Pays" et env.rs la N nion.—L :e il moyen pour eux de s'ac quitter de l'engag'mtiit impratif q s'ils ont vu vis deux mmes c'est de rester iti lirmlali e tient fidles la piliiq i I quelle ils collaborent de uis plus de trois an* ; 'e s ml in-yen pour eux de ne pas bri• ll,\ Kit*, doivent, dans leur intr^s'empresser de passer S cette maison, car nul part ils ne peuvent trouver d'aussi beaux articles des ptix raisonnables : Nos articles sont vraiment de toute beaut et defratcheur et nos pris iliient toute concurrence. Voilas couleur barres lins dentelles Has soie brode Uas fil brod l'aile pour premire Communion ^Ouvertures blanche et couleur sup Bandes brodes Mariera pour chemises et |upes Voile banc a barres Katine blanche l'.ahardine blanche Crpon blanc e: couleur jour Voile et oouleui uni L.hemiseltcs allemandes sup. Brabant noir anglais Imitation toile oruej Serviettes de toilettes blanolies couleur Nappes couleurs Tapis eir blanc s..p pour table Molletons blanc et couleur sup. feignes franais .V amricains Organdi b anc & couleur Lainage couleur anglais sup.pour jupes Madras bar.es da soie pour cheini,es hommes Satinette foulard pour robes, nouveaux dessins iJamaSL> anglais ,.r matlas double larg. Crpon '\ carreau de soie et a fleurs soit Vo.le gnguam. Aimables clients, vous qui voulez porter,!peu de Irais, les plus beaux tissus qu'il soit possible de trouver sur cette place, ne manquez pas, avant d'aller ailleurs, de passer chez nou o le meilluu acceuil voiifi est rserv. question de piemire importai e: cel e a-un peuple iocousciut il..-. devoirs qui ni incombent, attard dans l'bemisphie occidtntil ds s le ptus bjuteux des gacbis poli tiques. Une siluitien politique spciale nous est cre. Ce.le d'tre li, bon gr m il g r , un puissant voisin, spare de nous par une amiuomie d idal et qui s'est immi ce dans nus affaires i u l r • r.euics par dei ncessits d'expausion contre lesquelles ou n-i peut tien ( c'est le Dr Dorsainvil lui mme qui LOUS le dit ). La question de savoir paqu Ile erreur in oii-ci.'ni.' une nalion cre dans e p us duulourruz des enfauieiut-uts, ap's un sie e d in dpendance et de s*uverainet eutie 1-clle pu offrir au monde civilis e spect.cle nonteux qui a just li 'Ucupoton Amricaine, est de celle q i on ne discute plu. Ln tal dlern n esiste. Il s sg t 4e comprendre par quels moyens on peu) en rouir et quelle altitude prolilable nous devons avoir dans nos nouveaux rappoits avec h. tlatt-Ln s de I' m n | i du •>u d, — rappoils institus p.rU Convention que nous leur avons consentie eu lOtaV. Le Dr Uursainv.l ne croit pas la possibilit pjur notre j-nue nationalit d'voluer dans un ni lement boelile aui Amricains. Une te le pense n'est que le rve de quelques braves ida'istes et de quelques nergumnes inconscients des ralits internationales . Bien p'us, il suggre a'.de d un trait accordant notre puissant voisin des avantages compatibles avec noire dignit, critiquant ainsi ia politique Jui solicite l'appui des Puissances uropenoes, >t de la Socit des %  N itions, don* nous romm s membre. Le rsultat J'uoe guerre entre le Japon, l'Ang'elerre et les Etat L'ait a'surait pas eu uae plus salutaire vertu pour noui. Les guer res modernes soot rilises par la nalian pu dispose de plus ds p'us de ptr le. Or, l'activit mi ii t .111 %  du Japon dpend de la K >yal Deuli liOl, compagnie coi.l.i'i e par le gouvernement a g ai. Les vues pissias tes du Dr. Dors.iiovil ne t>onl que trop vraies. Le spectacle qu'a prsent en IV 14 le continent le plus civilis du monde, Us luttes d'inf uence qui, aprs cette tr g'que chaflours, — agitent emore le monde, — Uuseol pressentit de plu-g a.ds troubles inliTualionaux. .Notre iuluiie personnall n'est pas u..e une proccupation intressante, d un attrait pa'pilant, qui l'ajouta rsit aux grauUs piob au m n dieux. l'ar Lo're situ tion fogra|>bi que nous sommes lies aui Am in •* as. Notre iutit ne nous commande pas une attitude ri-l.nr blive vis vis de nos voisius II ne uous exigem pas non p us une neutralit bieuvei lams pro tmricaine, d,ns le cid un coufiuc srail eugsg-> 11 iiou Amucaine (cemme le croit le Dr Dorsaiovil), — mais veut au moins que ebaque bailieu tr.vdille la besogne lis dlicate d un renouvellement des orgsuisines soiaux. du l'oys et ne se dissimule poiut le tact qui do.t animer nos moiodres actes Clui, par eseuip e, de nous fane mieux conn.l.re des autres nations de l'Amrique la ine. ^JLe Dr Doriiiuv.l eroil que la Rpublique Domieicbiae nous serait de que que utilit, i Dsormais il dtvait exister, eutre les deux peuples de 1 Ile une enteule curdia'e dans un lui a mmun de protection et ded fense n.lions e "Si la pr• .Uin-ni approuvs, dit l'article S de l'arr'. plus haut mesuonn. Derniers fleure J I'Ius d'un demi-million de personnes lgantes sont en train de contrac'er mariai;? : VENEZ Vi il M: C'estla^inlltue No 1728 Maison IKNVII'I UUHTADO] que l'on vend ton es sortes de chap nui K'.n i vous en dp is si vous achat L avec >;a 'l'an res articles, vous tes alors si.rdu, succs *l u'tout de l'aflection de qui de dr il.' Mtis, visit-ir. d'abord rfcltsblissameut. '-•• ...... ., ..,i. Les Mots Historiques c e stjle est l'hmis aie.i C'est Uiffon qui, dais son dis cours de rception 1' Vcadmie, pionona celle phrase fort souvent rpte. Il n'a pas dit. comme on le croit, presque gnralement : le style, c'est l'b >mme. Celle pense si^nitie que, si le fond d s dcouvert* scienlitiques devin i proprit commune du genre humain mais la miuirede les exprimer, le trvfe, par o se Iruduisent son 'aient et son origii a lil propres, denvure un don ( r %  onuel a l'crivain. Presque toui ors on interprle i contre ssns l'aphorisme du grand naturaliste en lii u ml d>re iuexao'emeul que, dsus le style, %  e rf.le le caractre de l'ecri vain. 0 teltfl lii'iire est-il? Voil une question laquelle il est tort d Mi ile de rpondre, ces jouis ci, Port au Piince. Nus li.tr log s pub i ,u--s indiijuent cha cune une heure dilliente, sans coin,.t. i qu il y en a qui mirqucnt ternellemi'nt l. m^uie bdure. Ne pourrait on p cet petit inronvuient? Surtout que le serviesdl K.do peut, .lu que jour ind quei I heure exsets menl. La lutte c loin l'.t'r.oul aux L'iai -Unis Plus de 100 millions de dollars de spirilue'jx ont t saisis aux Elals Unis, au cours da I anne fiscale qui a piis liu le > juin dernier. Il a t aaisi li HlilOiO litre* 4e whisky. Ji .120.000 iilrjs de biie et 2.170.000 litrea de ci Ire et ds vin. Jamais l'Amrique u l plus humide. Pour les 209 Jurs I.' n liip u-i .I %  nos concitoyens reg ir loni en n n-* une as immante corvcfl la t.iche de faire partie du jury lorsque se tiennent les Ami %  ri Chique annre, i chaque fois que s'ouvre une session crimiaelle, c'est un toile gnral Oui que le tirage au sirt a dsigns peur • %  in' les &f !)') Jurs pesleut k qui mieux muni cnn're liai qui leur impo e celte 1.1 lie non rlribu • et mme n jug^meit et l'emp lura de ii prononcer en loule justice sur les causes qui sont sou nies son apprciation. Tous doivent bien e i-nprendi* que l'institution du Jury est celle qui est la plus eonlorme k l'ordre social et que c'est une saga prvu yanct des lgisateur, q.i fies nent ce que la justice soit euto i re de toutes les garanties ncei saires, que d en appeler au juge ment de dou/j doyens pour les verdicts qui sont, fort souveet, une question de vie ou de mou pour un A re humain. I' fan! lu < i compren Ira que si no s soumis toujours p A s k rclamer et k jouir de tous le. privilges, de tous les droits, 4e I tus les bnfices st tachs su titre I h.ihen, nou de vons aussi ace i .t. r de bon enur les petits ennu s q ,'j| comporte parfo's et rem ir en loue cous c enc cille ob Igslion aattt MgS .re. on m conviendra, que l'Ktal noua demaode pour la sauvegarda de la socit comme pour celle de l'innocent qu'une erreur COL 'U| rail sur ia eeilsttt cimiusll*. ?*• -r •• • ?•• r ?••--. i


  • Le Matin
    ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
    Full Citation
    STANDARD VIEW MARC VIEW
    Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06561
     Material Information
    Title: Le Matin
    Physical Description: Newspaper
    Publisher: s.n.
    Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
    Publication Date: Wednesday, October 28, 1925
    Frequency: daily
     Subjects
    Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
    Genre: newspaper   ( sobekcm )
    Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
     Record Information
    Source Institution: University of Florida
    Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
    Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
    Resource Identifier: aleph - 000358166
    notis - ABZ6468
    System ID: UF00081213:06561

    Downloads

    This item has the following downloads:

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )


    Full Text
    Directeur propritaire
    VUPRiUEin
    Clment Magloire
    BOK..VKRN
    1358, RuefAmrioaln*
    NUMEhO 20 CENTIMES
    Le Matin
    Quotidien
    TELEPHONE V 242
    IWfas ANNEE No 5643
    PORT-AU-PRINCE ( HAITl)
    ' "- cop>
    La jeunesse est une chose, Wjjjrl*
    mur, une autre, aussi l>elle,aussi
    lourde d'avenir qu'un p de bl>
    si nous savons son secret. Tout
    est dans le rrdilqu l'on l'ait I
    ?es lottes et dans les limites que
    l'on trace i ses dsirs.
    Ferdinand D\C
    MERCREDI 28 OCTOBRE 192*
    SIMPLES PROPOS La maison B.SILVERA
    Une erreur trs frqu nte
    dans l'opposition oonsi U re-
    jeter sur les autres la c iuse d j
    es erre"ra et de ses hsucv'.
    Les iiupruJen.s et mdaJroits
    adversaires critiquent avecapre
    t la conception pVitique du
    Gouvernement et lorsque se ra
    lisent les consquences inluc-
    tables de leurs fautes rpt*?,
    c'est nous qu'ils s'en prennent
    de leurs amer, s dcept'on?.
    Les politiciens du j )urnal
    Le Temps qui se piquent
    d'tre des ralistes ont engag
    Moravia t.ire au llaut-Com-
    missaire une visite la L^a*
    uoo amer.caiue au lendemain
    du jour o venait d'tre rvle
    A Iopinion r/ublique tonne
    l'alliance erstint entre le can-
    di lat anonyme du < T mps et
    le journa iste dvoy qui a plus
    d'une lois essay, mais en vain,
    de porter atteinte la haute per-
    sonnalit du Gnral J. 11.
    Russtll Tout la monde a t
    donc se. m lalis de cette dma
    che insolite et au lacieus et les
    opposants eux-mmes en prou
    vrent un profond dpit.
    Pwu* trouver uae xcuse
    cette inconsquence, le direc-
    teur du Temps en commet
    encore de plus graves en pr-
    tant grossirement aux < ag nts
    amricains > des propos absur-
    des, contraires la vrit et que
    dment pleinement la conduite
    toute de correction et de res
    pe;t des Officiels du Trait vis-
    -ri du Prsident de 1 Repu
    Wkiu*.
    11 ea bon de noter, encore
    une lois, l'js'.uce da ce journal
    qui pitenJ que < d s agents
    amricains vont mme jusqu'
    se plaindre que cette parue ha-
    tienne abdiqaant le rle que le
    T>oit lui d' p rli', re.ioi.gini a
    toute autonome administrative
    l o elle lui revient i xclusivj-
    m nt, abandonnant ses droits
    lgitimes d i dis :u sion et da r-
    sistance se d.ch irgeant au con-
    traiie sur eux du soin de taire
    aller toute la vie nationale et de
    surveiller si elle va conform-
    ment la Constitution et aux
    loi.*, les expose i taire mal puis-
    qu'il faut que quelqu un I se
    et puisqu'ils ton tout seuls,sans
    tonnais*.nce sullisinte d s cou-
    dit.ons, de la m'Utilit et des
    lois locales .
    A la dtrn rj s ssion orJi
    naire du Pouvoir Lgislatif et
    l'occasion du vote de la loi sur
    les runions, n'est-ce pas le
    tueuse journal ''Le Temps" qui
    faisait grief au Gjuvarnemeot
    de vouloir empiter sur de pr-
    . tendues attributioaa Jes maies
    y agents amricains et da
    rendre l'initiative de ceitiines
    nu suies qui r titrent pourtant
    dans le cadre de ses prrogitivts
    constitutionnelles ? Ouelle
    est la raison d'une si llignnte^
    contrjdictio.i ? \uibi"i dpit,
    besoin da crer la division, le
    troubK
    A aucun moment M Borno
    n't p:ns -bin lonn^r p r-
    tonne i sjs drots lg'i u -s da
    discu S;oo . L vrit est
    qu'il estun ses i 11 >rts ass z r-
    comp.'uss lorsqu'il parvient
    une heureuse ra isation rpon-
    dant un avantage vitent
    pout le Pays. La vrit esi qu'il
    ne juge pas ncessaire de se d
    partir de la lo aul qui doit
    exister entre lui et les coopra
    teurs amricains et qu'il c oit
    qu'une rsistanca ne doit
    pas ire ol .rte seulement pour
    la vaine sati faction j'unamoir
    propre personnel quinJ elle
    n'est pas impose pour la pr-
    servation ou la dtenae d'un ia-
    trt national.
    Djiis le vocabuliire d) l'oo-
    pos ioace q'i'ou-ntandptr b
    dicatioa dune prrogitiva du
    Gouvernem ut c'est tout sim
    pi ment laccptilion da m-tue
    en excution une cl usa da 'a
    Convention da /'Jl- 0.i en fait
    ridiculemmt un obj*t de criti-
    que facile, comme si la Convea
    tion avait t vote po ir tre
    gard >e dan.-, les archivas sans
    jaunis tre traduite en fa.ta.
    Le Temps i n'a pis os cri
    tiqui r comme il conv nait de la
    lanc noire article inlul Po-
    li ique et Morale Il y rpond
    dans u te parenthse en com-
    parant maladroitement les Con-
    seillers d'Etat des prisoiniers
    da,i'ii rra et I inns dans uae
    fo tarasse Cette comparais m ne
    lait pis gnn 1 tumeur l'es-
    prit qui l'i conu-*.
    Les Membr.s du Pouvoir [>
    g sla'if sont Soucieux da l'h -n-
    neur de leur nom, ils sont ons-
    cients de leur devoir envers "la
    P ix intrieure et extrieure du
    Pays" et env.rs la N nion.L
    :e il moyen pour eux de s'ac
    quitter de l'engag'mtiit im-
    pratif q s'ils ont vu vis
    deux mmes c'est de rester iti
    lirmlali e tient fidles la pili-
    iq i Iquelle ils collaborent
    de uis plus de trois an* ; 'e s ml
    in-yen pour eux de ne pas bri
    ri e politique c'est de sa gar-
    d r d'aller se j ter dans les bras
    pr.s se renfermer piu- les
    totillt. le ae.il moyen d'chap
    par aux piges qui leur sont
    tendus cest de continu* r m-
    pris r l.s wj leries hypocrites
    des advt r aires d'aujourd hui
    qui demeureront, quoiqu'ils di-
    sent, |tf advtrsn es de dem m.
    Organisons nos Partis Pohtiqaes
    Ce n'est pas dans les limite,
    forcment restreinte, d'un article
    de Quotidien, qu'il convient de
    commenter la rcente broch re
    du Or Dorsainvil : 0 ganisons nos
    Parti Politiques.
    Les ides qui y sont contenue
    l'allure affirmatie qui est c in m-s
    un pilier trs solide qui s ulien
    de principe veous 'l'une parfaite
    connaissance de la aituaiion poli
    tique de l'Europe, des possibilits
    d avenir d'autre* peuples qui ara.
    vissent l'chelle de la civilisation,
    du rAle trs important que nous
    tre no're situation gographique
    Far les lutte* qu'aura soutenir
    Union Amricaine pour conser-
    ver l'crasante supriorit que lui
    valent sa prodigieuse volution,
    uae priorit respectueuse dans le
    rglement des al'aires mondia-
    le*, son d sir ds les maintenir
    par celte polit que que nous con
    i siss lissons d isolement de toute
    l'Imbrique d influences esternes:
    tout cela eiplique qu'une cul-
    ture rieuse, un esprit curieux,
    entretenus pitr de patients el quo-
    tidiens efforts ont seul pu trouver
    les directives politiques qu'ils pr
    cooiseat, pour solutionner une
    '.eut qui n'ont pas encore vu les jolies articles de tinesse que vient
    de recevoir.La maison >ll,\ Kit*, doivent, dans leur intr^s'empresser
    de passer S cette maison, car nul part ils ne peuvent trouver d'aussi
    beaux articles des ptix raisonnables :
    Nos articles sont vraiment de toute beaut et defratcheur et nos pris
    iliient toute concurrence.
    Voilas couleur barres
    lins dentelles
    Has soie brode
    Uas fil brod
    l'aile pour premire Communion
    ^Ouvertures blanche et couleur sup
    Bandes brodes Mariera pour
    chemises et |upes
    Voile banc a barres
    Katine blanche
    l'.ahardine blanche
    Crpon blanc e: couleur jour
    Voile et oouleui uni
    L.hemiseltcs allemandes sup.
    Brabant noir anglais
    Imitation toile oruej
    Serviettes de toilettes blanolies couleur
    Nappes couleurs
    Tapis eir blanc s..p pour table
    Molletons blanc et couleur sup.
    feignes franais .V amricains
    Organdi b anc & couleur
    Lainage couleur anglais sup.pour jupes
    Madras bar.es da soie pour cheini,es
    hommes
    Satinette foulard pour robes, nouveaux
    dessins
    iJamaSL> anglais ,.r matlas double larg.
    Crpon '\ carreau de soie et a fleurs soit
    Vo.le gnguam.
    Aimables clients, vous qui voulez porter,!peu de
    Irais, les plus beaux tissus qu'il soit possible de
    trouver sur cette place, ne manquez pas, avant
    d'aller ailleurs, de passer chez nou o le meilluu
    acceuil voiifi est rserv.
    question de piemire importai e:
    cel e a-un peuple iocousciut il..-.
    devoirs qui ni incombent, attard
    dans l'bemisphie occidtntil ds s
    le ptus bjuteux des gacbis poli
    tiques.
    Une siluitien politique spciale
    nous est cre. Ce.le d'tre li,
    bon gr m il gr, un puissant
    voisin, spare de nous par une
    amiuomie d idal et qui s'est
    immi ce dans nus affaires i u l r
    r.euics par dei ncessits d'ex-
    pausion contre lesquelles ou n-i
    peut tien ( c'est le Dr Dorsainvil
    lui mme qui lous le dit ). La
    question de savoir pa- qu Ile er-
    reur in oii-ci.'ni.' une nalion cre
    dans e p us duulourruz des en-
    fauieiut-uts, ap's un sie e d in
    dpendance et de s*uverainet
    eutie 1-clle pu offrir au monde
    civilis e spect.cle nonteux qui a
    just li 'Ucupoton Amricaine,
    est de celle q i on ne discute plu.
    Ln tal dlern n esiste. Il s sg t
    4e comprendre par quels moyens
    on peu) en rouir et quelle alti-
    tude prolilable nous devons avoir
    dans nos nouveaux rappoits avec
    h. tlatt-Ln s de I' m n | i du
    >u d, rappoils institus p.rU
    Convention que nous leur avons
    consentie eu lOtaV.
    Le Dr Uursainv.l ne croit pas
    la possibilit pjur notre j-nue
    nationalit d'voluer dans un ni
    lement boelile aui Amricains.
    Une te le pense n'est que le
    rve de quelques braves ida'is-
    tes et de quelques nergumnes
    inconscients des ralits inter-
    nationales . Bien p'us, il sug-
    gre a'.de d un trait accordant
    notre puissant voisin des avan-
    tages compatibles avec noire di-
    gnit, critiquant ainsi ia politique
    Jui solicite l'appui des Puissances
    uropenoes, >t de la Socit des
    N itions, don* nous romm s mem-
    bre.
    Le rsultat J'uoe guerre entre
    le Japon, l'Ang'elerre et les Etat
    L'ait a'surait pas eu uae plus sa-
    lutaire vertu pour noui. Les guer
    res modernes soot rilises par
    la nalian pu dispose de plus ds
    p'us de ptr le. Or, l'activit mi
    ii t .111 du Japon dpend de la K >yal
    Deuli liOl, compagnie coi.l.i'i e
    par le gouvernement a g ai.
    Les vues pissias tes du Dr.
    Dors.iiovil ne t>onl que trop vraies.
    Le spectacle qu'a prsent en IV14
    le continent le plus civilis du
    monde, Us luttes d'inf uence qui,
    aprs cette tr g'que chaflours,
    agitent emore le monde,
    Uuseol pressentit de plu-g a.ds
    troubles inliTualionaux. .Notre iu-
    luiie personnall n'est pas u..e
    une proccupation intressante,
    d un attrait pa'pilant, qui l'ajouta
    rsit aux grauUs piob au m n
    dieux.
    l'ar Lo're situ tion fogra|>bi
    que nous sommes lies aui Am
    in * as. Notre iutit ne nous
    commande pas une attitude ri-l.nr
    blive vis vis de nos voisius II
    ne uous exigem pas non p us une
    neutralit bieuvei lams pro tm-
    ricaine, d,ns le ci- d un coufiuc
    srail eugsg-> 11 iiou Amucaine
    (cemme le croit le Dr Dorsaiovil),
    mais veut au moins que eba-
    que bailieu tr.vdille la besogne
    lis dlicate d un renouvellement
    des orgsuisines soiaux. du l'oys
    et ne se dissimule poiut le tact qui
    do.t animer nos moiodres actes
    Clui, par eseuip e, de nous fane
    mieux conn.l.re des autres nations
    de l'Amrique la ine.
    ^JLe Dr Doriiiuv.l eroil que la
    Rpublique Domieicbiae nous se-
    rait de que que utilit, i Dsormais
    il dtvait exister, eutre les deux
    peuples de 1 Ile une enteule cur-
    dia'e dans un lui a mmun de
    protection et ded fense n.lions e
    "Si la pr s'ingnie t nous pieenttr comme
    d'nr ouigib.es orgauisateuru de
    rrmoni.s vau Jouesquis.la p. etse
    lilmo amricaine se fera l'cho
    de cette eiagtielion i
    En dehors de cette po ilique
    extrieure, nous devous aussi 1rs
    veiller une org.n salion sociale
    du l'ays. une l'olil que de pro
    teclion des Classes laborieuses...
    Et celte une observation exacte du
    'milieu bailieu qui a permis l'es-
    pos* en deux intressant* chapitres
    'de ces questions el de toutes celles
    qui en dcoulent, qui n'ont ji-
    mais t Mvfafg psr nos gouvor
    nanls.
    La bromure du Dr. Dursainvil
    est un eflort loyal inspir d ou
    dsir d'amlioration de la situa-
    tion qui nous est cre dppu s
    1915.
    Tout bon hiitien devrait le lire
    et mditer les ides qu'elle expos,
    ides d'actualit dont la solu-
    tion s'impose, sous peine de l'an-
    nexion irrmdiable de notre u\tio
    nalil k la Kpublique Etoile ..
    Maurice Etienne fils
    larchandises franaises
    Port au Prlnoe.
    a*' i
    Petite prcision
    ncessaire
    De mme que lout le monde
    ssii, except Le .Nouvelliste,
    que la rue c se trouve le b cal
    U i '.mii il i-.i.ii sappe le rue de
    la Itevululion, tout le monde, ex-
    cept encore t Le .Nouvelliste , s
    cernons que ce n est pas du grou
    pssnenl uont l'interview de no're
    confrre est le prtsiJeiu que nous
    pariions dans noire dition de Sa*
    meli el dailleu. nous n'avons
    pas mis de majuicutes aux deux
    mots 'bloc natio.ial'. N.ilmel ement
    celte p tite picUiou n'est nces-
    saire que pour noire confrre
    Nous n nis attendions bien a
    celle malicieuse lalsili letioa de a
    part du Nouvelliste ,. car, lors-
    qu on en est confondre deux
    rues qui sont la, lout prs,! proxi
    mit de sa propre maison et bi-
    fouiller le len emain. une explics
    lion emb rtaase et confuse pour
    essayer de dnontrer que ce n'
    lait point U une erreur lypogra
    phique mais une spirituelle plai
    sauterie, c'est la moindre des
    choses qu'on en soit aussi h con
    fondre bloc national, mijoul du
    Peuple sur lequel e sappu.e Mr
    Horno et Hloc Nadoual, groupe
    menl inexislant.
    I. faut mettre I ul cela au comp
    te du troub e qui agite Le Nou
    velliste*. Mais, calm' vous tre
    preni/ vos sens, couf.re.
    AL
    Mon Heur olfi ciel
    I ai un srrU du l'r i.l n' de
    la Hpubl que, publi dana U- mi
    mro du Moniteur du lundi 'n 0
    lobre en cour-, est au orisn 11 So
    cil anonyme baiticnne dnom
    me llutiHu Motors ) ou Mo
    leurs Hatiens, forme l'orl au
    Prises, par acte publ c en date du
    il Septembre Iftt
    Nous donnerons i nos In leurs
    de plus amples renseignemon's sur
    cette nouv Ile Sic t. 4 U publi
    catiou au j urnal ofli:iel de son
    acte constitutif et de tes statuts,
    lesquels sonl > .Uin-ni approuvs,
    dit l'article S de l'arr'. plus haut
    mesuonn.
    Derniers fleure J
    I'Ius d'un demi-million de
    personnes lgantes sont en train
    de contrac'er mariai;? :
    VENEZ Vi il M:
    C'estla^inlltue No 1728
    Maison-Iknvii'i Uuhtado] que
    l'on vend ton es sortes de cha-
    p nui K'.n i vous en dp is '
    si vous achat l avec >;a 'l'an res
    articles, vous tes alors si.rdu,
    succs *l u'tout de l'aflection
    de qui de dr il.' Mtis, visit-ir.
    d'abord rfcltsblissameut.
    '- ...... ., ..,i.
    Les Mots Historiques
    c e stjle est l'hmis aie.i
    C'est Uiffon qui, dais son dis
    cours de rception 1' Vcadmie,
    pionona celle phrase fort souvent
    rpte. Il n'a pas dit. comme on
    le croit, presque gnralement : le
    style, c'est l'b >mme.
    Celle pense si^nitie que, si le
    fond d s dcouvert* scienlitiques
    devin i proprit commune du
    genre humain mais la miuirede
    les exprimer, le trvfe, par o se
    Iruduisent son 'aient et son origii a
    lil propres, denvure un don ( r
    onuel a l'crivain.
    Presque toui ors on interprle
    i contre ssns l'aphorisme du grand
    naturaliste en lii u ml d>re
    iuexao'emeul que, dsus le style,
    e rf.le le caractre de l'ecri
    vain.
    0 teltfl lii'iire est-il?
    Voil une question laquelle il
    est tort d Mi ile de rpondre, ces
    jouis ci, Port au Piince. Nus li.tr
    log s pub i ,u--s indiijuent cha
    cune une heure dilliente, sans
    coin,.t. i qu il y en a qui mirqucnt
    ternellemi'nt l. m^uie bdure.
    Ne pourrait on p
    cet petit inronvuient? Surtout
    que le serviesdl K.do peut, .lu
    que jour ind quei I heure exsets
    menl.
    La lutte c loin l'.t'r.oul
    aux L'iai -Unis
    Plus de 100 millions de dollars
    de spirilue'jx ont t saisis aux
    Elals Unis, au cours da I anne
    fiscale qui a piis liu le > juin
    dernier.
    Il a t aaisi li HlilOiO litre* 4e
    whisky. Ji .120.000 iilrjs de biie
    et 2.170.000 litrea de ci Ire et ds
    vin.
    Jamais l'Amrique u l plus
    humide.
    Pour les 209 Jurs
    I.'nliip u-i .I nos concitoyens
    reg ir loni en n n-* une as immante
    corvcfl la t.iche de faire partie du
    jury lorsque se tiennent les Ami
    ri Chique annre, i chaque fois
    que s'ouvre une session crimiaelle,
    c'est un toile gnral Oui que
    le tirage au sirt a dsigns peur
    in' les ?!)') Jurs pesleut k qui
    mieux muni cnn're liai qui leur
    impo e celte 1.1 lie non rlribu
    et mme relie forme juiiciaiie : le Jsrj Kl
    clurun rli-relie, (t. r loue Ifs mo
    yeni pissibles, rt su ir ne k
    celle obligation civique.
    C'est l une conception lut on
    a lorl dent poii ( s* dtendis.
    Klle peul c -, pour le jur qui
    l'a, un tat d'esprit qui troub'era
    *>n jug^meit et l'emp lura de
    ii prononcer en loule justice sur
    les causes qui sont sou nies son
    apprciation.
    Tous doivent bien e i-nprendi*
    que l'institution du Jury est celle
    qui est la plus eonlorme k l'ordre
    social et que c'est une saga prvu
    yanct des lgisateur, q.i fies
    nent ce que la justice soit euto i
    re de toutes les garanties ncei
    saires, que d en appeler au juge
    ment de dou/j doyens pour les
    verdicts qui sont, fort souveet,
    une question de vie ou de mou
    pour un A re humain. I' fan! lu< i
    compren Ira que si no s soumis
    toujours p A s k rclamer et k
    jouir de tous le. privilges, de tous
    les droits, 4e I tus les bnfices st
    tachs su titre I h.ihen, nou de
    vons aussi ace i .t. r de bon enur
    les petits ennu s q ,'j| comporte
    parfo's et rem ir en loue cous
    c enc cille ob Igslion aattt MgS
    .re. on m conviendra, que l'Ktal
    noua demaode pour la sauvegarda
    de la socit comme pour celle de
    l'innocent qu'une erreur col 'u|
    rail sur ia eeilsttt cimiusll*.
    ?* -r ? r ?--.
    -
    i


    LE MATIN- a Octobre 19i"

    GLOBOL
    donne de la force
    Convalescence
    Neurasthnie
    Tuberculose
    Anmie
    La On. d* CLOBOL
    augmente 'a force nerveuae
    d rend lui nerfa rajeunit
    toute leur nergie, leur
    aouplwie et leur vi*ueur.
    (.m m MeJernle M M Mac ne
    1 Juin ItflO
    ftfattjrt tftui Ici aveatefta
    a>u peut prsenter U tr>-
    ln*rap*c dillfitlU, dont oa
    a parfois voulu faire un*
    anfthnde rapable 4a rernpla-
    ai U Iran.fusion lenfutD*
    ti'-ntfme et ceci awc ttin-
    laie, iluatl on. ma.frf qu'il
    faille tou*Jouri avoir recoure
    a lit, au mnmi dam Ici caa
    urgent, roua ne croyons pat
    Sue la edrotbraple pn'$
    uui.fr. an une foula ne eet^T
    lea rsultat* remarquablea
    qu'on peut oblaolr d'une to-
    re | Jongle de ftltfcee)!, tu
    fa-f d un organisme a re-
    monter, a rtaivlav a rfai-
    ra. c>it II.:; -uf a h der-
    f.irr <|ue noui donneront la
    artffrte
    D' H '.'||T.
    limml r* Ki'/icet,
    Lam,il rf U F.,eu!. af
    fi*Jf/i* Je /.!.
    Ltebluwmenti Chatetaba
    Grande Pri
    Pou'ni* 'In HAplI j- farte,
    2. t\.* \il.nuir.r-i, Patte, et
    tiM.tr* phafiua< ie%.
    l.^-a-4-*
    'jm.-jaism.j_ij
    Nouvelles trangres
    PAR CABLE
    Le fo??^f greo*bulgare
    H n'a pas I importance qu'on lui donne, dit Te Temps
    de Paris
    la fnnee doit intervenir dans le conllit,
    pense Mr friand.
    Oltiniton'de li Ligne des Hatioos I la Grce et i la Bo'girie
    Parih t'emmeutant lim-liml
    (frco bulgare don! le th Aire est
    la rgion sike dans la valle da
    la Stiouma au nord de Salouique
    et sur les connu-* de la Irji.i e
    yougoslave,(l eTempsdit qu'il n'a
    pas importance qu'on a voulu lui
    donner en taisant de la Hu'garie la
    victime de l'attenta* ; elle maooeu
    vre n ayant d'autre but qu* de 11
    voris-r \- ngociations de* Hg nt
    d Tsankow Londres qai prpa
    rent un emprunt destin au rapi
    triemant des bulgares de la Mac
    coLa.
    PaRIB -M II. iarid.mini-Ire des
    aflair s >-ling>-rea, a dJ la hi r
    que U zone o s'est produit le
    choc en're gr.es et bulgares tant
    Irav rse par le chemin da fer de
    la Tlirace en Anatolie ; notre in
    lrl tait d'intervenir dm- le
    conflit.
    P.VHIS Le conseil de la Li/ue
    des .Nations a accor l la I! i'ga
    lie et & la Grce ut dlai da 2k
    heures pour retirer les tro'ip ia des
    territoires d autrui et 00 heures
    pour informer le conseil q le cette
    vacuation a t excute.
    l'Ouergln, nnl avanc d 15 kilo
    mlrrs rord de Dj- bel M'
    saou I et on! captur la position d -
    If raie
    SilFI\-l.e minisire de Frar ce
    vient le sigrer le nouveau trait
    de rommrrre entre la Bulgarie tt
    la France qui CTcMe r Ile de r
    bire la rordition de nation la
    (Il ISVI li t -
    ' *' '
    re Pape ne donnera plus
    dsormais sa main
    baiser que q nlee
    Peodxnt les mois de Juillet et
    d'Vit. le Pape a reu p'us de cent
    mille pAlerins \ loua il a donn,
    su vint l'nsag, sa main baiser.
    La m'derici de Pie XI. ayait
    co istat sur l'piderme de S i .">ain
    tet. a la ruite de ces rceptions,
    des mai urs suspectes, a pris une
    pr.uti n qui sirnpir.it en l'o-
    1.1 v" "il* porter dsormais des
    gants.
    -> .JU n m
    fa possibilit de la dmis-
    sion d>- Mi Ci i I i x Lui
    baisse le Iraio
    Pari 1." j i lit.- de la d
    Oitkion de M Caillaux et l'occu
    pation de on poste par M. de
    Mon lie. partisan de l'iuii .M sur le
    capital, a pro/ .que une nouvelle
    baisse du franc.
    lr ll'ia- PAHIS A I i-sue de la sance
    du conseil les m'ni-tres qui a eu
    lieu ce mit.c, < Briand, minis
    Ire des attires trangres, a sol
    fert d'uue hmorragid nasale trs
    abondante quoique les mdecins
    eut dclar que son UI u'inspi
    rail aucune inquitude, M. Briand
    ne pourra pas assister cet .*jn -
    midi au coasril de la Ligue
    Nation.
    des
    Energique altitude de
    f|r CaiHaux cont e il impt
    SUT ! r;i|ill:il
    PABIS M. Paiulev r. mp'ice
    ta M. Briand au conseil de la Li
    eue des Nations Dans les mli m
    Clitiques on a perdu l'espr.uice
    voir M. Caillam doontr m Ai
    mission Le mmistie des liuanres
    ae maintient I rme dna son opi
    Bon de ne pas accei l< r l'impt di
    tact aur le capital et il a .1.. ir
    au'il ne ren uera son p. h te
    aue par un vote f rmel di pire
    aient.
    KN TUHQlIiS
    Dissolution dea Congrejji
    rions reliqi mis s
    COSSI' V^n^iCM- -L'as en
    I) . nationale d'Ang)ra ay >nt or
    donn la dissolution des co"grga
    tions religieuses. 20 000 dervich s
    ont t obi gs d'abindonner leurs
    mon* (res.
    En >fj 11 question
    de load ml
    L\ Il VVK Li Irihu i hier
    na'i i :..l de ju
  • en since ea'rn r l.nairi p > .r -I i
    tuer sur la dis^'i'e a" I >' \ 11
    rel live Mo s lut ue' d-g es
    ang'ais qui d >iveat \ >.>- > les
    points de vue 4 h Qrinie B eta
    gae taient prserls mis es
    Turcs allguait qn'ils ne voy i nt
    pas la r lisou de leur asaistaoce se
    sont abstenus d'assister la sian
    ce.
    Nouvelles diverses
    MoS(',)lI wuatre vingt emplo
    ys du ministre des l'aviui l'u
    h loi |. un lesq i Is se trouvaient
    d s ingnieurs, des an hit ctes et
    d. s c m-triic eu ont t arr.s
    sous l'im'nlpati >n de corruption
    et de mtversatiin de lor.ils da
    l'Etal L loi prvoit despeinesqii
    varient entre :i ans de i rison e' la
    mort pour cette clas.-e de d Ii'.
    F /. Nos colonne traversa u
    Varits
    Ce sjoir
    Us PIun3sdiPa)i
    Les^^stres
    da New-York
    15e pisode
    50 centimes
    un ri^'ifl
    te.; i le troisime
    \o nuire Rper
    lui p>ur l'aone
    Public il
    N >us von<
    exemp aire d
    loire du M
    1917
    Cette utile pub'iction f*^il te
    les re.-herch's qu'on p-ut avoir a
    taira dan< le J uro^l ofdciel.
    Nus i-n-il .i-. .'.i .t.- ir (i i ir
    son gracieux envoi.
    Parishoa
    Jeu 11
    li granlli'mde la collection
    Lonetti :
    U Se ufi
    H panie*'
    Entre 2. 3 et 4 gourd-s.
    Naissance
    Les poux J isepli Vitlm noir
    ont fait part de la nxissanre de
    leur dernier n pr nomm Gus
    tava.
    Nos complimente.
    Sea Side Ion
    La Direction de sel E ab' ss
    m nt informe ses .nu- et clients
    q i on nouveau No. de tlphone
    est 197.
    ParSaos-l'l Coloiubian Sleamship
    Company Inc.
    Dmission du
    Cibir.et Ira m ai
    Monsii tir Paint v1 rit ent
    au Prsider t Doonrii r^ue h d-
    miion de son m'n l *p i
    la sance du consi il ru reii'i rie
    laquelle le plan pmir lun t
    sur le capital De lut i s 10 apte
    par M. L'ai laui S. Ion tout s
    proh d lit. m M |'rt nl t le-
    lui >lera qu -, de l> u |m h i
    i. ^ir- s actu. Is, a/ul M L'ail-
    I t x e and pas COODfllil d ns
    ! i.otveai: CJiitut.
    Le Steamer Baraeoa venant de New-York via Cap-
    llaitler, Port do Paix. Gonaves et St Marc eat atten
    lu a Port au prince le 1er Novembre courant.
    |1 repartira le mme |eur pour Petit Gove, Mir
    gnAne Jrmie. t'ayes, Jaomel et lea poits de la C
    lembie prenant frta et passagers.
    I.ee chargeurs sont pris de prendre leur ordra
    d'embarquement samedi matin
    Port au i'riuce.le 28 Octobre 11)25
    t'ebara & Co> uents
    Rus f''!t'i} i<>-; i la Conl-
    iei < !i i i| irli n eolaira
    hir iilcnr
    l'i r 'e : tttn c de la ligre iVl
    i i n h Hiriv hi. i A Perl su I iin.1
    or I Dit i V. iei i- I ii ts 'I bol
    m>- et tlrsirr Bearv< ir. drl/guiil
    du < .i|s Iffietalil hailitn a la]
    loi.f/rrrrc inlfrpsrUrrenlsiie tel
    nie \Naliirgtrn le mois derl
    i tr.
    N. us iVf! t hiur ux d'ap'
    prerdre le retour en Lcnce -anlej
    de r.os dlgus.
    contre
    la
    CONSTIPATION
    V prenez lvs
    COMPRIMS
    SUIS
    s
    de DELORT, Pharmacien,
    J10. tint Salnt-Ai loin
    C'EST LE MEILLEUR
    DES PURPAirrs
    Ailles
    De toutes dimer.sions paui \i-
    liints et tableaux.
    L*MI ESI fc. NI IIS .fi w
    MOULURES poir cadres.
    In \> ni. 11,./ II. niy Staik
    l(u. du 'jiiiti. eo face de la titre.
    Dcs
    Il nous est fait part de le Doit
    de Vtne Guillaume Vaillent, ne
    Emilie M zarin, survenue h er
    apn's n id:.
    L f.n iile iuror.1 lieu i u-
    jourd'biii n ,1'Eglise du Sacr-
    C.rur
    A x f milles que ce deuil at-
    teint et i ai liciilir. ment notre
    ami M. I.i r.re i.lualo noua jons ces vives roLdolsntes.
    PORT-Air-HainCF
    Al I ETIlUS, ps*rmc( ALBBMT
    Phnnrir i-j D- Ji! In Vlih'i a
    I co tm- \m* h-^r n*. l'Iinrn ni.tm
    Le Purgatif Idal
    C Ml U
    Pilule du I)r Deiiaut
    1147, H ut Ou faubourg iil/H-Oint ffii |
    faolla a prendra,
    ( N* D*MiilUDl mm ptpmrtUL
    |afli m r.ToM isasli * Ht
    SupprlmiDl laeittt,
    | elle m ecktlita pm U Balaie.
    Nil(anl pu 4 rapos U ebimkr*, !
    | alto as csasa asciae farts laata.
    Plm aottv* 4Jt tooi Im (ImlltlrM,
    |eOf mi. par caastqMal, boidi chlra.
    *OSB i evatSArivi. t i t mw
    0 ijTivi, i pliai*.
    Ila\ tian Mercantile
    Company
    I < s rcl'onnsirfs de la llsyliiin
    Mercantile Crmpsnj ? runis en
    Assrmb'e Gnrale New-York,
    forfrrrrement aux statuts, ont
    dc d de disicudre la Socit
    l'a ont, rn euDffq-u c ds'go.
    roi me Liquidateur le sieur Geor
    ges W Kl IIIKE
    I'. ri au Prince.le t octobre ttfio
    Le Liquidateur :
    Sign : Georges W. KL'IILKK
    CompaiMiie Gnralo
    Transatlantique
    te |M.)i..i..t Mncuiis i part
    c"e II r.l.in.v le 18 courant est al
    tendu a Port tu I rince le 29.
    Il repaiVra le jour de son arri
    ve pour Santiago de Cuba et les
    por s du sud.
    La suite de l'itio ra re erafixe
    & l'ai rive du paquebot.
    Port au rince 19 Oc'obre 1911
    L'gent, E. HUUELlN
    Tlie Royal lail Steain
    Paekal Company
    Le stea-mr Convayt est atten
    du a Jacmel, le 2 Nov tmbre pro
    abata.
    Il chargera tous 1er ports bal
    lieu s direct* nr ent jour l't'urope.
    J. DAALPER Jr
    [Agent faral
    HoraLinie
    lesle.mir lliiur llcrn, venait
    de 1 Baiop vin San Jean de ii.ro
    Hico, Puerto Idata. Capllaitiia
    est attendu i la c pilale Vendu di
    30 courant. Il purtiis le 31 eu
    tant pour Kirgslon, Sanlo Pomin
    go t'ily, San Pidro de NLeoris et
    L'ursso, jrenanl passagers.
    Le M|S Thrse llorn, venant de
    l'.ura.d Jacmel tt Kngston sera
    ici Dinambe le 1er Novembre U
    repartia le mme jour pour l'Kuro
    pe >ia -1 M.uc Gonaives, Cap U
    lien et l'u rto P ata, prenant lit
    et passagers.
    ' .t ..n ; uctJ a Co
    Agents griux.
    NKuHHaTHtNIl, TAIBLESSE
    r/e>\^ CrlLOROSE, UBILITE
    etnop d*
    DESCHIENS
    rHmojlobina
    Haalniralatir du Sang, praaorlt par l'Alita mMIoala.
    opar/aar a 1 vlamia erya a. aux larmgiuu. Admit da ia ! Hdpftaur da Part*
    ....- .,,.., niaoHiiNa. t. Ra* r..i .i^rr raa.a i Pi ..hmm
    New-York
    Si >ous voulez conserver la peau de vos chaussures
    Si \ous voulez conserver sa souplesse pendant lonqterap1'.
    Enij.lovez notre pale JVItnorjram la meilleure^de"toutes
    les marque
    fabrique spcialement pour les (jentlemen du biqht lile
    Elle proljje vos chaussures contre la chaleur et
    l'ImmJilitti.
    Geo, Jeansme $ Cot Agent

    \'V(7
    1
    205-209 Rue Traversire

    '*&
    J


    LE MATIN *8 Octobre 1925
    Jt*
    \
    : r.aw.uvTES'.
    ^^
    {csraygat t*.* *3SBS3

    Nor taericm Iotetriai Trans Allait, Co
    s La seule peinture ne chan- p
    I gant pas de couleur rf
    ^ 4 Fabricants de couleurs pour Cernent
    |
    ^ Prpare spcialement pour f
    \ le climal d'Hati i
    TbCkiki fctan Paint Co, I
    2
    M-Hl
    e
    w
    "S
    I

    Geo. Jeansme& C Agents
    N^
    -rt
    j
    Pltre de Paris Cerne il Blanc P .u he I' Marbre
    I h Banq e Royale du C mada
    Ls plus moderne construction on Hati
    Est entirement recouverte Antrieur
    A ec notre. Pltre de Park-
    Des ch ntiI uns sont la disposition de tous a s j'ents.
    Ncith American fniustral Tran^Atlantic Co.
    Geo. J^ausme & Co.
    \.| Pourquoi vous devez acheter Chez Marcel AUDlf &Cie
    Achetez votre Clairin fienje chez larcel
    ' vos Gin, Wisky tt liqueur M
    4 votre Rhum et vos alcools '* u
    " votre sucre haitien ou tranger chez
    " votre Cal torreli moulu chez
    votre Bire ( powenbrau Hambourg, )
    *' vos Yins de Bordeaux
    achetez austi chez larcel
    Amlnii H" Cie, parce qu'il provient des meilleurs terroirs d'flaiti.
    parce qu'ils sont vendus aux plus bas prix Je la place
    parce que les marques qu ils vendent sont dune pont ingalable.
    parce que leurs poids sont h parce qu'il est prpar avec d cal de choix,dans les appareils les plus peite.-iionne
    parce que sa fracheur et so i prix dlient toute concurrence.
    parce qu'ils sont vendus aul mme prix qu'ailleurs, mal'P' leur
    iudaio k Gie parce que l'accueil que vous rec-vie* sera d-s plus QJTtOU
    Rue du magasin de l'Etat IV 1903
    ii
    ta
    M

    it
    it
    U
    M
    M

    V
    [Extrait du jaune dueu.-- Le plus actif des Reconstituants.
    Rend puissant et vigoureux. Recommand aux peisoines faibles.
    Fortifie le cerveau, la moelle pinireles Oe et le rein*
    Brewer et Co lue. <*eo. JfcANSfc IB Jk U
    KORCESTERMASS.
    Procure/.-vous des chaises et do.lioes.lil en fer.eiii euivie et enbronw.
    gK labie. "P~~ lavabos" car|,"eS e' dBSCen'e "e '"S' .
    Chez
    DJULAAMII1 FILS
    120, iUie KOUX, 120
    rWW^


    LE VVMN- 28 Orlobre 915
    {mm
    i/de Mal(eis[H Cf
    GKt*af*J.
    LES PRODUITS M$Lt
    ^* Les produit Ne^l $ont\ tavom*hUm*nt connus prtou\ oik V* sont vendu*, vu qu* la
    ir oison NK8TLE emploie *euUm*niAe lai' le i lu* fiche, h> cacao, le gucre et autre* uriklj*
    de ncessit litale pour J#u- fabrication de foule n*emi*e qualit.
    Tous trouverez partout dans les bonnes piceries des diffrentes villes de la rpublique '-s articles somits de la maison rlESTLt..
    Lait Strilis, Lait Condens. Lait Lvapor i Maupe Ns Je ou Stf hurles ) arine Lacte pour 1< s enfants. I rt-togen ( pour Ira tibs )
    Cacao Petsrs eu ferblanre de 1 2 ll>. i 4 Jtt 1 II). n sachets, ".irme do Lait) Tout le mondu devrait essayer ce artiole qui est n.ei v A Tendre
    I ne proprit situe en be de
    Pe i '! ''tnn, fieii-ant 16 nied
    de fagide sur i"s pied* de profon
    Heur et ayant dessus une petite
    mion.
    S'adresser au Journal.
    Chocolat de fout genre;
    Crfrae de Chocolat en b.t.ns, en tablettes, rrqoettes. Boites de fao Pot U* nmviiaid s dir et d. la /abri m ou pour les achat* en gro*,v(ui lez vovs 'id-Mt-r A
    itgeot Gural
    II
    Hue du Quai
    ft f jtn
    t.
    S
    si vous sourtnai 01
    RHUMATISME
    LlStZ MOM OFFRIOlUmilTil
    Vous doutai, Tout tea ereptique. Veee
    iivi reu toutai eipecea de cuoieiU mdi-
    caux, voua km fi mdicament juaqa'e
    U limita il* l'endurance et tout cela eeaa
    MOM a*aataM Voui area preaqu'alteiat
    W ooirwnl ou roui coniidrerea rotre caa
    comme deseipere Vou n'area pu tort
    de jeter encore plui d'argent. C'ait poui
    cela que j<- voui offre (iRATI'l TKMfSTf ua
    traitement d'KinpIatrea Olirer pour ! pied,
    rlant Fra.12.fiO. JE SAIS ce que Ua Bav-
    Sltrea Olirer produiront. Je an que plaa
    100.1)00 rai de rhumatitme ont t gune
    par eux. Maia je ne roua demande pat 4a
    me croire nir parole. l'rourea roui mme
    t A Ilbi r'MA.S >> voui pouret gurir al
    regagner touU rotre taat, libre d*
    ouffranre et de mllaiie.
    PA8 OE MEDICAMENTS, PAS SI
    DROGUES.
    L'Empltre Olirer (ait on oeurra am
    compltent lea fonctiona de la nature U
    loigne le pniion de l'acide uriqtie de rotra
    interne trareri 1a paati. 1/Empltre)
    filirer pour lea pia.li ait ua empltre aata-
    aeptique puimant. appliqu aur la planta daa
    pidi. o lei pore excrteora aoat la Mae
    grand et o il ne roua gnra pai dama
    rotre trareil ai dam roa plaiiiri. ail e-
    portagt'in soutagamant preiqu'immdiat e
    loigna rapidement toute trace de la maladie.
    EnroTea rotre nom et adretie et ua
    traitement d'eam roui ara earoj pae
    retour du courrier: R. A. Olirer, UT, Kae>
    Oaurt, FarriDgdea Btrae, Leatsa, Batlea*
    Gran (t de* Cav(s de Bordeaux
    Voulez vous vous habiller avec lgance, t boa
    march.
    Adressez' 'nus a la Maison N. AURA
    Dont la deviae est de vendre petit bnfice pour
    vendre beaucoi p
    Dans son pei >onnel, la maison compte un n altre
    tailleur italien sorti d'un tablis* ement de premier
    ordre d'Italie
    Kl'ces, en mesure de fournir des ccmple.stout faits
    et sur mesure, en cheviote, diagonale, palm beach
    jdrl'lblano et couleur, coupon de Casimir pour nan
    ssIojs- Etoffes pour gilets.
    Bonneterie
    Chemises de jour et de nuit, au got de; clients
    Cols et manchettes derilrs oratlons. Cal >?ons
    t Py|ajass.
    Cette maison cor st tup une tnr.ova'ion
    et le meilleur accueil est rserv tous ceux qui d-
    sirent par une visite tre dfis sur la valeur de>
    travaux fournis.
    Tout costume oommand et qui nerpcni pas au
    goiH iu client e3t repris,
    On parle franais, anglais, espagnol et italien
    Alention la fraude
    4
    Beaucoup Je dmlanlt profilant da la rogne du CTflflffl NCCIQT vendent d'autres
    il.un.s sous ce nom que les connaisseurs rclament. On grand nombre de eonsomm deursrainsi
    tromper et vols se sonl plaint* i la Maison Geatjeni. C'est pourquoi elle inlorine le puhlic in-
    tios que le vrai cUhuni i\ectir> ta l-ouve dans ses quatre depoben ville dans la maison prive
    tietorFrdric Geatlen* au Boi*- X< ma et aussi dans,. maison
    use de Piionville-
    Ceux qui iehlent ailleurs devraionl rclmer leRhum Nectar
    en bouteille tiquete vl capsul.
    DCrOTf: Vo '9Of Rre ''u Mu* it> I Fr ; Vos III et MO ru Boone Fol
    No 628 H e Courte, ancienne maison Brtu* st Vjcio*.
    !I0 Rue des Csars,
    >
    rf


  • University of Florida Home Page
    © 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
    All rights reserved.

    Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
    Powered by SobekCM