<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN — ii Octobre 19tr, JUBOL rieduca l'intestino F Stktichezza V^ | Entrite %  Vrfigin* g$ Dlspepsle 1 % %  Lmicrnnio m Pcr eonaervarai t buona ••lit* premire ogni ter*) coMprasM dt JUBOL ma'vt* cotUipte *£ll Jul.uitMn:!. < prcoil'-ado ugal Kri ijualc,** (uroprf.n Mi luhul, frndrf *l Joru isustinn mm* r?r 1 abuao ddlrdro K M • tir. Uvftggl. U IU clettlllU • •aa dociMU wftti ittiN a*at* a lur%r tanio t Mnitari cat *)i % %  > au.tlai. non u Cuaaaro M tutu la apo rLr tra^urauu ta tocaa. HOP r ligiaAi Dr Bifaov djtUa F', M.dHrto Muaipcllwr F.MOBROlOl |VtaHlT#ltSS aaa^Mdwrl m -.if.d aalai -fi rfaaMiRlattaaWifINHITAJI MMMtd R*- if HNflM attanai I • : '• laaTl *, %  '• %  • w -,%  1 OUVELLES ETRANGERES PAR CABLT Au Maroc Pour il*l-EI-Krim la (pierre n'est pas termine (Ipinion d'un journaliste espagnol la capitale du protectorat Iranais est rtY'.itiilivi ment hors de damier Le chef rillain dispose de 5N.O00 hommes LONDRES—' Battu mis ron vaincu, Abdel krim derniers si ccs de ion aime n'ont paa rsolu. MAPRID— Le Lib/ral .. com nenlanl la ,-itu; ition franaise au Marrr, obierve que le massif de rnartja el le mont M> sai.d consti luert actuellement la proccupa lion de l'Ffat mejor frai ain en ri-in n de la r rserre de r rc-nlra lion r< b> lira dara cet secteur qui ont fen. l'inquitude entre lea tribu allarhra In caure frari e et rtturdant eu rmpthant la M milieu il. s dbaidrntit. La caqi laie du pro'erloralfiarai e lir u ve df nilivrmer t hors dp darge,' maia le redoublement de la rbtl lion dan le secteur du centre obli ge le ri u i. i mien cul franais i retirer quilqcea troupe des r ftirn eztrmild •' du manque) degian'i-" naijnt soutfre la i alion. Au Chili Rouveatt complot contre le Gouvernement BUENOS AIRESLes rgeares d'information de Santiago de Clii li informent qu'un n uv im com p'ol contre le gouvernement du Cbl'l vient dore dcouvert ; plu litora officiers ont t arrts On annonce officiellement qua le mi i islre de la guerre a une entire confiance dan l'arme la censu re a t rtablie. Des iiamins qui fument et boivent Depuis quelque temps l'on i en" contre, dans les rues de l'ort au Prince, des gamins en guenilles, jeunes dsieuvrs qui fument crnement leur cigare et u i mme s'enbardiasent jusqu' aller vider d s petits v rres dans Us gain guettes. En les voyant, l'on pense toot naturellement a la Maison < en traie des Arts et Mtiers o ils ga gneraient se trouver. Clture du Ce mirs radical-socialiste I. Painlev prononce un lotit) discours Opinions des journaux radicaux-socijislfs I. failliBi peut tre on jour I homme de la snalion NICE— Le eongres radical ao cialiste a c' ur aujourd'hui ses sessions en prsence de M. Painle t pr id> nt du ronteil Celle der niera tance a t n rarln.-e par une greude cord alit entra loua lea afti i's du parti et t'abs traction gn'ale de la question politique. A II ue de la san e un grand barq et rut lieu prn dant lequel MM. l'uiukv et lier riot prsident de la rbmhie ont chang d a impre-sion, mais en vitant toute rfrence directe a i E rogrammi tir.anrier adopt di os i sance d'hier qui solicitait un impt aur le capital. La motion prsente il y s quel quaa jours par V. FianUlin li uil |.n demandant au pailementdin vilir le g IIW n iii,.i t actuel et ses >ui cb.-ti.rn detbier Folm nellrmeolque A Piaica i.e paiera A -eallis plus qu'elle i e n,., a de I Allemagne, le LI I'. bjel d ao cun \ole in nfcMiB d quei liera de politique iiilernalionale qui taient en discussion. Au tours d'un lorg discours pn litique, le prsideot du conseil fit ies-ur; r a DcrauM du rtablis arment de la paix lion &>id, Mr \lplie Al|hunre.le me-tirgerivil deMelll Anlorire Horlans avec Mr Louis l Joiei.h Les tmoins taient, du rle de l'pruse : Pr t'i ii Coiceu, Dr Mo liie Civil. MVt Nom Le la et Jules Hiire: du tol de l'poux ; Me Llio Jobtph, Commissaire du Gouverrenv ni pris le Tribum-1 d'Appel, Dr Arthur llo'ly. MM. Charles Moravia, Directeur du TEMPS, el Virgile Valein, Directeur de llmptincrie Nationale. La bndiction nuptiale a t donie aux jt ui ea poux en IE g ie Ste Anne ce mtin ept heure Ils ont t conduits k l'au tel par Mme Vve dis. Bonheur et Me V. Gerva . Apre la cimonie religieuse une charmante rception fut laite aui invit dans les salons de Mr et Mme Feinand Dorlant. Tous nos vaux de bonheur aux nouveaux poux. Concert Voici le programme qui sera excut ce oudre la Socit. Ils ont, en consquence da'gol comme Liquidateur le eiear Geor ges W. Kl IILKE. Port au Pnnce.le \8 octobre 1925 Le Liquidateur : Sign: Gerrges W. KLI1LKE Le Comit avise MM. les menabres et leurs lamilles que la rcep tion que le Cercle otlre au Commandant, aux officiera et cadets du croiseur %  Berlin aura lieu le simedi 21 octobre, 8 heures 1res prcises du soir. BERLIN Parisiana Il eat port a la onna'maoce de tous ceux qui dsirent visiter le croiseur allemuid %  Berlin • qu'ils seront rec is i brd le Di mau' lie 25 du courant, de 3 i 6 heures de l'aire midi. Chaussez vos enfants CHEZ il. Balloni (ils Ses ( chaussures sont 1 s meilleures. Un problme) angoissant dlinitivement rsolu En toute chose il n'y a pas de commencement sans fin. Cette fois ci c'est pour de Son, car la chanson a trop dur. I ne amlioral'on relle pour tout le monde indistinctement Pour vous rendre l'vidence, donne/ vous seulement li peine de pas er un inRtant au Mag in de JOSEPH l'OUJ iL, Rue du Magasin de l'Etat, No 1734, o vous Uvuve'e/ tout pour rien A l'instant mme parle/ direeta ment pour le Magasin de JOSEPH POUJOL. Ce soir sera redonn : le Comte Kostia Entre : 2, J et 4 gourdes. Compaynie Gnralo Transatlantique Le paque'>d M.iccris .* parti deBordeaule tS courant st at tendu P .rt au Prince le 29. Il repartira le j mr de son arri ve pour Santiago de Cuba et les -ports du sud. La suite de l'itioral e sera fixe l'ai rive du paquebut. Port au rince 19 Octobre 1025 L'tgent, E. HOUE'J.N ASTHME Opprtnlon, Catarrhe, Suffocation!, Tout wrotuHs J| Outrltea ortlu^ par !•• CIGARETTES CLRT .... POUDRE CLERT t> CI.ERV, U, Sml St-Martln. Fn. Revue des Deux Mondes I s Ru dt l bfuvtrsit. Paru Si Al MA Ht P. DE L\ LIVRAISON du 15 Septembre i025 L'Orient en Marche.— Dans U Montagne des Druses, Henry Bordeaux, de l'Acadmie franaise. La Politique Intrieure sous U Piemier Empire,ijabriel llaootaux, de l'Acadmie l'raifiise. Le Mariage de Haoifa.— Deuxime partie, E isra RHVIS La Princesse de Belgioioso et Augustin Thierry.— H. Lettres indites, A. Augu-tin Thierry. L'ArtdesJardius,Ferdinand Bac. Mœurs du Jjur.— Si J'aime la Musique , Marcel Boulanger. Les Maladies Montaires de l'Eu* rpe.— Vers la guriaon, Jacques Ku!p Le Foyer de la Comdie Fran. use. — Souvenirs et anecdotes, Paul Gaulot. Revue Scientifique.— L'avenir de la Houille Blanche, Charles Nordmann. Chronique de la Quinzaine.— Histoire Politique. Ren Pinon. PRIX DE L'VOVSEMENT Un m Sii mou Troii ooii Paris Stint SeimetOi* So'lr 41 Iai 5e IMpiriements et Coioniei inaaaaM 86 44 tr >j in Etranger ,8 ; 0 ,6 L 1 iboone-nfrits partent du mu du il dt chaque mois. HRIX DU MUMtnO 4ltco Avis Noua payons 50 centimes, aotre olce— angle de Rues Mi racles et du Centre— la livre de f ;rains dcortiq es ll.uiil (Zoit ) Strirc Tc'-lim,/ e du Dparie, nen de l'Ayiru.twe. ALUJMIJMJM Lli^lE New Orlans el South American Sleamship Co lac. Pr0,jhaln dpart direct pour Port-. U .Prl„ C KaltAf Le SiS t Eidshorn % ayant laitt New-Orledn le 17 co.i. ant ara Port au-Princ* le 24. Vovr C } lMti dP%H d<> New 0l lean * !" Oetobreeourant UsIMt "ridsfjeldUJMM e,0,l^„ s le 3 fovemhre courant pour Baiti. to-aa-^xinct; le t Octotie. 1925. 110 Rue des Csars, UTI nsaasiiai 1 \r*XS%%\ ^ %  %  ** %  >• %  Sx* -.---_ -_ -. —•' -5aSs-u<. %  r


PAGE 1

LK MATIN Octobrs I -i" W Pourquoi vous devez acheter Chez Marcel AUDAIW &Cis Achetez votre Clairin Vierge chez larcel Audaia U" ie, parce qu'il provient ues meilleurs lerroirs d'Hati. vos Gin, Wisky tt liqueur votre llium et vos alcools '' ** votre sucre haitien ou tranger chez votre Cal torreli moulu chez votre Bire ( powenbrau Hambourg) i* vo§ Yins*'de Bordeaux < 4* it < i< .. iv parce qu'ils sont vendis aux plus bas prix Je la place. parce que les marques qu'ils vendent sont dune puret ingalable. parce que leurs poids Sont lgau? et leurs prix des plus avantageux. parce qu'il est prpar avec du ca! de choix,dans les appareils ;ies plus perfectionne parce que sa Iraicheur et son prix dlient toute concurrence. J-, parce qu'ils sont vendus aui mme prix qu'ailleurs, malgr leur parce que l'accueil que vous recevrez sera des plus co'Jrtois Achetez ussi chez larcel Audain 1 Ci,. N 1903 Rue du magasin de l'Etal rc\\mp^on e Cv5V\cquot/>o/5e ^.-,-'"3*. % Aux Grands Magasins de Fournitures Gnrales pour la Cordonnerie Joanny COKMSCO No 310. Rue des Fronts-Forts, (|Tliomas Madiou ) No 319. l'OUTAUFRLNCE (HATI.). vs n Souplesse, Elgance Finisse i.VESTA Qualit Rapidit Solidit la machine coudre VESTA est tout simplement une MERVEILLE, par consquenl, de beaucoup suprieure toute autre Marque dj importe en Hati. Vous tes corn a'ement invit visiter notre'Dpartement de Machines a coudre main et pieds pour : OuTURifcnr.s, TAU.* LE! RS et CORDONNIEUS, vendues deux tiers du prix de cella qu'on a cru tHre la meilleurejurqu' l'arrive le la VESTA qui restera SANS RIVALE. Toutes les pices de rechange en f tock, y compris la Plaque broder PRIX SPECIAUX POU H LES COMMERANTS. • Apu U Ad* sconrac e£, f* ... ? Agent Exclusif P. Labourdelle 30, IRue Montmartre %  Pari E. DEliElX CAFE RESTAURANT DNERS SUR COMMANDE EPICERIE GROS ET DTAIL Le incomparat)les Bicyclettes LA RICHKI-ANDIRE > a six vitewes importes pour la premire lois. Souliers... Souliers... Souliers tinsse Semelles en cuir, en caoutchouc : — Crpe Sole. Le plus Grand Stock des meilleurs Talons en caoutchouc c GOODYEAR . Nos prix sont doux, dans vos intrts propresUne^visite s'impose. ""INJECTION PEYRAHJr Depuis pha d* 40 an* nrit U BLENNORRHAGIE I tl lout Ecoulement! rcents • %  Chroniques 231 ARABES OURI8 sur 2331 (Entrait d'un Rapport d*9 ^id d t r irt d'AIgtr) CM! Il rtaWi fil a tt g|wi donn lu %  tllliin riiillili | EN VENTE DANS TOUTES BONNES PHARMACIFS Srf.riM.rrfS PEYR ARD D'ALGER. 46. rat de GraclU, PARIS I lAl'iiu.s. r-hsuuiul W. HUvU luuui tx-noc Pharmacies Vient de receroir par dernier Carabe : Un complet assortiment de bonbons et de boites de chocolats de Jacquin de Paris. Des vins de Rordeaux en barriques et en caisses dont tous connaissent la qualitD Des vins d'Espagne tels que: Madre, Malaga, Sherry, nirto qu'il vend par gallon et par bouteilles. Des jaucissons de Lyon de la Ai-tison Amieux Irres. De l'huile d'olive de J • L. Duret & Cie Du vritable gruyre d'EmentalPar le dernier Panama Des biscuits assortis de U National Biscuit* Co. Des consrves en tous genres de A ustin NicholK rie, sira, pommes de terre, oignons etc. Il attend enfin par Macoris He nouveaux assortiments d'Oliiaet un joli choix de boites de chocolat Mirquisj de Svign pour e idaux de fin d'anne. Le ITO Cbaropagns ton Se trouve i Paris dans le? Grands res (aurants et cals a la mode, porl-auPrince, il esl devenu le lavoii de la Socit. Ko vente clie/]: I. Dwatl, Cli. Piifulel. Ch. N, (iii'ljfns. SjOf divers aux Cave de RoMeaa*, Itn/ar Mtropolitain, Alfred N Cooke, Htel de France etc. Aux Goualves : A. k F. Me Gullle, Reinbold Co. Au Cap : J. Paravitioi, Ch. N. ravaui. ou „, P • '••ntr v.iut mivuw que g. ( *Vir. Et STsTvfsstl ••! ai f.% il*' flo ,i | Vlr( MM vc. | If *• -.. Ir pi ei 1 | iHnb*ttii •> Non ift.ltmfnt il attaque? ct slMptlti '•''• f,"*rt* m* if rVd untMvMWMN Ici pluf t'almanli fui •M al 1411*4 1 *lf ul.evci •SAVON llvia o C CM Wisatco Rue des Eronts-torts 887 Taverne des teAMBULIS Si(h Rue lionne Foi |l t Mhwin Upeurs de Choix Bire Pression, Sandwielis toutes i|iialits soupnr.-ilroidLa Taverne reste ouverte toute la nuit r/BLEPHONE : 771. _L_ — Le Bicyclette Svelle A Sont plu* demand* foie tontes les autre maiv|que parc quVlles eont h la ea lea plus aolldcta, lea plue 14gl*ea\ lea plus lijantee et pourquoi ne paa le dira d'un Uni irrprochable. Nicolas CORDA8CO Expdition en provlnoe aux Irais de l'Agent Tlphone 7t Procurez-vous des chaises et dodnes,lit en fer,en cuivre et en bronze, glaces, tableaux, lampeslavabos • carpettes el descente de lits Chez FILS 120, Rue ROUX, 120 ;^*'' I -M



PAGE 1

Lfc H .TIN— *i CMobre 1915 v A VENDRE Pour cause de dpart: I grasdc Ihalroc las>e afc Icul U* dpeadaerf. Eau fn hlonpicieis'. oflre des avantages r>f>iir tennis court, vatlts jard n, •ta. Quartier de Saint Louis de T r geiu. Net Veilleur : Or 2.800. LES PRODUITS SESL /.<* i*ahii* Ke ilfi *ftl laroclhmfnt connut parcui o Jls sont iftd 8, va gu la waion Sl'sSTLE tmpUtu se,! mr.t k**aii te r fui MC*V. le cacao. h#T ti aMrea ariicleaj Y tufee *'<* Mffll' ?'u>* ur fahriation de rettie p emtre qualit. fm .niwri partent dacs Ifs kB&es picerits des diffrents villes de la lriblique lu irliclts niants de II IUSOB HE>Tii;. Al 18 La ferme de la Station Exprimentale a Damicn a en nom bre limit des œuf de pur ar.R wlite LeRhcrn et RhoJe IMand Ri il piovenar.t des vollaillei importes des Ktats-T "i.is. Cei œufs des espces renomme ccinrae les meilleure pon deu(s font vendus pour la reproduction Damieu au prix de Qtux Gourdes la douzaine. Raison louer Rue 5P.u-deCr.os Nof&i. Prs fe l'Ilot. I Montagne. S'dreer au bureau du jouina i Eouse to Reut S reet No •". p.u ("e-Chose No 1221 in lie llotel Montagne ne gbourheod. \Pr'y l o Jocrn! Office. li.it strilis Lait Coadens, Lait Evapor], Mar<|ueXes.l ou St Charles ) Farine Lacte poui les enfant, f attogen poux le* hLs ) ^=r Cacao Ftera en ferblnu de l/2Tl>. i/4. et 1 il, en sachets. "jOnw de iait) Tout le monde derrait essayer cet article qui eat rx.erTellleu Chocoia! tin (oul^genre*; y roui te* comaiand Crme de Ckecolai'/' alaBSVi lathUis.Jrebelles, ltitesjde.faitiisie.eic. rectes de ta fabrique t oupn • fes'ael aie fifli"# veui le* rovs i d-cier b yeiii (* eue rai Kuc du Quai *=. H Lam isonH.SILYER Oui oi n'ont pa* encore vu les jolies articles de (messe que vi nt ,, M.fvo'r.la maisoo MI.VKIU doivent, dans leur intrt, emp. •. er d. 1. t.er cette maison, rar nul part il > peuvent trouver d aurai l. M article* A despiix raisonnables : iv< articles.sont,vraiment de toute beaut tt de fralcliaur etn .. pila dtfllfBl toute concuirenie Voile couleur barres lias dentelle lias soie brode lias lil b-o ii Tulle pour premire Communion Couvertures blanche et oouleur slip bande brode Madera pour chemises et |u,> Voile b'ano barres llatine blanche l'.ahardina blanche t.rpoti blanc et couleur a |our Voile et couleui uni Jhemiaeltes allemande up. I rabant noir anglais Imitation toile orue| Serviette de toilette blanohe Aooalenr Nappe couleur Tapi cir blano aup pour tables Molletons blanc et oouleur aup, peigne franais & amricains Orgaadl b anc & oouleur Lalnajje couleur anglais aup.pour |upes M ciras n ban es de oie pour chemises homme Satinette foulard 1 our robe, nouveaux dessins iliinavsi' angla s pi\ matelas double larg Crpon '\ carreau 1 de soie et fleurs sois Voile gingliam. Aimables clients, vous qui voulez porter,i peu de Irais, les plus beaux tissus qu'il s. it possible |.||Kt p •i.... 6 S !> % %  n b.ucoul1l.d,p„, 01...,. Munis .!;.(,n tun iis<.iiis fm* S Imac. fflMaJlvl. pt.i UaiuMUn. nlMt 4 l< 0 1. •! • .1.1., <• %  u.u... •< 1M..11II... •J %  %  "•p~n. nwim M i ..„. I et Mftlimlei. spcial ptrmpll.nl et pmdh ' BNM M.fm • %  /Mf w.* .M' i<. •*.. lut tm .•£. WVOI ORATI* M riOHOO b.nr. t.. UNI L. MONOIALI'' i iSLUF (S.l.) F.. -...'. %  -....•.#,., • n 9 nssi a — nia, RESISTANCE OU ELASTICITE LES DOULEURS ONT DISPARU Le tultuti obienui pur Itnph.i du &vp?rtwli d tt* nri t la tp m§p, &U)**twl*i eut i eabti igrl+ e appliqua aooi a Dira .hitil Ru leciai et MI piblc r*U a %  oo libjracle dlloaa d on Lio.rjto're ue i p |i| ii lUcot ei i S '/our , /,, u ..IO'T est aatarltyi !• i • •-* d>7 b. s da Jttin Beuread soir po ir toute Wi recbereb s t iuariae-'orvi.ei dL t'annonce ci jointei iut po'irie \V ihftftiuauo et la eonU'" !'••"" ijj •" pri MC* i %  *'' l'asplol le. 1 laa 1'wili (ptl > ul i t.rnlil. H !• %  mdntMtra i khinMaam, il eu |un i jouit d'une p-Un ni.% %  (. pr* i m.i ,1e pitu.lrr A— "• \\ i. : i, i j*mu manque un tnl |ooi .1 u manile.i du n:l.i^-m>i caaattSSi Mr. V. Tomkini, S25. W„. K.d. [)... %  •. Ballon, AngUUrr, noue • I 0* %  ,i """ cnnien.iii .lu -i ig .-i ,1 uro % %  %  • '' '" .le %  • Ml l | l M) ... %  v**in t SMI* promar ..• ni bl — %  •. • i %  WlH Si UI dl..ret 4*1 r! %  %  • i> I %  ! %  proc jrei-voui PILULES DE WITT POUR LES RKINS ET LA VESSIS U plu BUHi ET D£ L\ VriSiE. tjPiV'o. r> v t am • -• "• •""•^ '"• i : MBSI m'iT I IIBI A*MU t v .... Il II 11 • -l'iu"s . ., i i ^ % % %  iiss i, lM l> rtl.l -11. .-i I • "* %  t '-| r-1 4'U'UeU tald, lort arn>o ('..mine te nouveau fyi.f aV rnen, tapeilwifi .si plulfti liie pour absorber lea cboc< au moyen de 0.1 lsalciU que pour leur rll P par sa solidit. Quand un pneu liood Tear, lait avec des cables SipenwiW beurte une pierre, ce cable lastique cde au choc, llcliit, l'largit et letourne I son tat norm.il comme une liande en caoutchouc.' luire leur lasticit, le conloi t qu'ils ollrent et la lacilil avec laquelle on pc-1 conduire les voilures qui sont quipes avec des pneus Good Te: r lait avec S u peiiwisl, cts pneus sont des merveil les d'en'luiance et d'conomie. Les pneus Qood Year sont les seuls fabriqus avec le Superlwisl. Good ear e*t synonyme de long service* The Wes 1 Indies Tradiug Company Porf-aa-Prince, Gonaives Cap-llaitien Marchand Tailleur io 1822 Rue du M yi ta de lEta\ S'' rec.immarvle au public et i sa nombreuse cliu tile pour I lgance de sa coupe et la prompte excution mise dans les ouvrages cou lis i ses soins. La naison rsie ouverte jusqu' S heures du soir. kVix modr :-S3£SW3\: .. .,%.... < -a5X^C?^ i r I JL\ uuaai.



PAGE 1

'RECTEUR PROPRIETAIRE VUPRIUtLR Clment Magloire BOKJVEKNA 1368, Ru Amrloalct NUMERO 20 CENrillES Le Matin Quotidien TELEPHONE X\242; it Memorisl LVar, PAN Aff ::AN UN* NOV 8 lli Le droit de suflraye est une lonclion.Celui-l seul doit IVxerrcr qui est capable d'apprcier la port de son tle, et qui i le) s'est point plan/lans un cas d'tiiiliijnitc personnelle entranant dchance. loiiesquiei 19BS ANNEE No. 5638 PORT AU PRINCK ( HATI >\ JEUDI ii ocroBRE ta* CHRISTOPHE ET Les Elections Lgislatives -— — %  %  i ., -—i Voici certes qui aurai! bien tonn notre monarque, les lections lgislatives et lui. Ou'y avait il de commun entre eu ? Mais rien n'est impossible a l'esprit paradoxal d'un journaliste. Et j'imtSine le mme regard toan et daigneux du Grand Roi : Louis XIV et la reprsentation lectorale. Pour ces souverains ces grands mots ne disaient pas grand close: L'Etat c'est moi >. Ne sarhint comment tfuter la Iri belle • Lettre aux Prfet , no* a Iversaires ont imagin de lui opposer la circulaire de Christophe du 3 Novembre l8)6^La date indique et peut 're le texte ne sont pas tout fait exacts. Si c'est av c de pareilles armes que les adversaires prtendent nous combattre nous las an remercions bleu La victoire nous sera encore plus aiste. La ciiculaire de Christophe, chef provisoire du Gouvernement, a t crite dans l'unique but de runir des citoyens pour travailler la tormation dune constitution*, fct quels citoyens ? Christophe dsigna clairement ceux qu il dsire; non pas ceux que le peuple v.-.ud.a nommer, mais • les plus sag'8 at laaptus clairs.Ceux que lui, Christophe, homme d'ordre, croira capable* d'aiier faire une ronstitution . Et comme im'gr cite recommandation, il se dtie toujours du peuple, q'ie'quaa liguas plus loin dans la mme circulaire, il invitent sei chefs de diviaions, s aider de leurs lumires la choix du peuple, en lui indiquant, au besoin, les person i es qui, I. ur connaissance, sont dignes de la confiance publique •. Christophe pensait donc que le peuple tait incapab'e, livr ui seul, de choi-ir, pour le reprsenter, des citoyens sages et clairs. Mais il va plus loin. El dans un passage de la mme circulaire, oubli par "La Nouvelliste'', il invite ceux qui elle est adresse • aider de leur influence et de leurs ssges conseils, autant qu'il sera an ltur pouvoir, l'Assemble de nos concitoyens'). Tant il (at vrai que Christophe ne pouvait se rsoudre, mme laisser hbr. ment discuter des mandataires si soigneusement choisis. Donc pas plus de libert data le droit de choisir les reprsentants que dans le droit pour eux de discuter. On sait d'ailleurs le cas que Christophe lil da la Constitution promulgue le I? Fvrier 1807 : il relusa de l'ac cepter. Il s'adressa i un Conseil d'Etat pour en laborer une. Le Conseil d'Etat qu'.il avait convoqu, se hta de seeouder ses vues et d'offrir au peuple le rle de lois qu'il avait amend). Cette Astcmble ne se montrait pas ten dre pour les corps populaires, que, dans ta proclamation date du avril 1811, elle appelait des o.onslrueuses associations ''. Les premiers membres du Conseil d'Etat qui kignrent cet acte, fuient las piemiers qui avait t adres si e la Circulaire du S .Novembie 1800. qui indituail les lections iimine nous les avons toujouis connues, c'isi- diia les dputs dsigns par M Pouvoir. Ces mem bres taient l'aal Homain et Tous saint Biave, anciens chef des divisions du Nord, Andi Vernet, l'un des anciens chefs des divisions da l'Ouest. Il y avait aussi daa noms glorieux que noua avoua souvent lus dans uos anna'es militaire* : Jean Philippe Daux, Mt tial Besse, Etienne Msrgny, pour na citer que lesp'is connus. La Conseil d'Etat relltait la pense deCbretothe. Noua connaissons acn opinion sur les corps populaires''qu'il appelait de "mous • fiucmes essoclattoos ''. Nous us nous tonnerons donc pas que c* soit un Conseil d'Etat qu'ils" soit adress pour ltborer sa Con* tituton. Et vent on cono.tire l'oS inion de Christophe sur l'an-em. le politique qui sortit des l< c* tions de 1806; on a vu quelles se lions I! La voici : •• Le 18 Dcain bre 1806, dans une proclamation date da la citadelle Henry, Christophe dsigoe les agents secrets de ces himmes ambitieux qui oot travaill, eux-mmas, de toutee sortes de faons, orromore les troupes. Le 2k il se miten tnssure de disperser cette runion d'esprits miltaisaols assembls Port-aux (rimes '. Et dans IVnum'ratiou gloi leuse q Vil fiit tablir des grandes choses qu'il a accomplies, il ne pease pas du tout a parler d'lswfiaas.il s'en girderait bien.Lui qui prtend que les lUitieus ne savent pas ce qu'ils veulent rellement, pousss par cet esprit inquiet qui semble tre leur n Aux A ". I as plaint qui res meilleures intentions oient dnatures par ses ennemis : tout devient dans la bouche de ces furieux deaxg) gues.sulant de prtextes pour une rvolte des troupes et du c rps i portant, ma s non c'a r, (s cultivateurs. Les bonnes actions du gouvernement deviennent aiusi comme des ijs'ruments dans ie maius des cilomniaWur, avec lesquels ils ont l'audace de !TJ combattre. •' Aurions nous s< pea chang que es qui s'criv.iit lu. r se peut rpter aujourd hui '.' Ces < i'i i msnous font cnum-ttre l'opinion personnelle de ChrUto phe. Elles viennent d'un ouvrage imprim eut8ltil,ondret d-ordre du Koi lui mme : lliytian Pu pers. A collection of the very inte resliag proclamations and o.ber ollicial documeots ". Voyons maintenant ce que pen sent Ardouin et Madiou. Car dans uns qutstion si impt tinte il faut s entourer de toute les rfrences. Ap's la mort de Dessalines, Chris tophe, l'hef provisoire du Goaver Dment le 2 Novembre) 1806. lao a uns proclam ition au peuple et l'arme. Et voici le commentaire qu'an donne Ardouin: . .Mas le dernier paragraphe avait pour but de combattre l'impresson pro duitesur les esprits par le langage tenu tous par Bonnet, qui parlait incessamment, durant son se jour au Cap, de libert, d'galit, de constitution : c taient l • da perfides insinuations, a d'astucieuses suggestions. Nous svons Is tmoignage de Ption qui con firme cette opinion Dans sa pro clamation du 17 Janviei 1807, il dclara: Mais il (Christophe) tait bien loign de ces sentiments (donner uue constitution librale au peuple) pui-qu'il envoya auprs de moi un olai ier de nanti m ce pour me fnire part de l'autorit qu'il voudrait s'at'ributr par la Cons'itution, Uquelle ne nim au rait lais qaeleiluix de ch ing-ir do fer', car elle ii)t t gale i c l.e de Deooeiioos. Ption r-fu*a. A propoi de la (lin -u sire de Novembre tSO'i (et non ci'uctob e 180*3) on a os parler d'lections lgislatives. .Vrdouin crit : • En recevant la circulaire de Christophe, du 3 Novembre, relative la formation de l'Assemble qui de vait donner une Constitution au Pau, Ption, Grin et Prou a'y taient conforms loyalement, comme leurs collgues dans l'Arti bonite et le Nord. Ils reconnurent tous, de mme que Christophe, c la ncessit d aider de leurs lu mire le choix da peuple, eu indi quant las personnes dignes de ss confiance et qui pouvaient mieux consourir cette ivre. Dans l' Si vous voulez faire deux fois le lotit' du monde sanspanne. p Ayez dans voire aulo des Pneux cl chambre air. THE ARMSTRONG ; RUBBER COMPANY 1XCE. M. Smith Company lncorporated Agents Exclusif* pour Haiti, ;?'??2E;4 Ut dss choses, continus Ardouin, c'lait d • leur part un acte de pa triolisme : ils avaieat guid les ef f jrls de la Nation pour la conqute de l'indpendincs, ils pouvaient, ils devlient diriger les lections. Les lu.nirrs n taient pas ssse/ avanoss dans le Pays. Ption et Grin firent plus : ils se tirent liie membres de l'Assemble.) Il n'y eut donc pas d lections lgis latives indpenlsntes. Les dpu t furent dsigns par les gn raux ds division, dont plusieurs se nommrent eux mmes. Ardouin trouve que ci lut trs bien. Ma diou le pense aussi et crit : En core p'ong dans l'ignorance, il (le peu pleine nommera que les indivilui que lui dsigneront ses ehefs. Pour nous faire une ide de me ira politiques tn 180b, conli nuons parcourir Ardoain. Il va nous apprendre maintenant coin meut Christophe comprenait l la boration d'une Constitution par un • Assemble dlibrante i Itou mag* ato, le dput du Cap. lit avvoir Ption que la Cooslitu lion que voulait Christophe tait toute faite; qu'elle avait t rJi g: par Kouanaz jeune d'aprs aes ordres ; qui tous les dputs du Nord et da l'Artibonite avaient rei l'inj n-.ti n ds la primer et de la vol r. tjje III Ptla*.' • Pour l'emposjler dans l'Assem b %  • %  raconte frl lemsnt Vrhiin, il It lut reour r k un lut i M de dipuls pour POdSOt et le Sud. P tioo dopa lu lin ndiatem ut Lys et D ivid Tioy auprs da H^r;ii liiDin > et peur paro? dur an vtrs 1 tCO connu • liil rtu\ qui uilluil sur un epreuvs Vfi Jfiwlfnl |4.s If |suruh.\lf. Rrception au P;tlais"natiuiJl U Trsident de la Rpublique et Madame Louis Borno recevront su l'alais .National le Samedi, '2k ( Ictobre courant, do 5 7 heures du soir. Il y aura une revue militaire. e 1 1 e i 1 1 U M' a'ft raopslsr les tsrmei I .... •. .. i Le Nouvelliste , dsns son dition d'avant lit r, prend prt xte d'une tnUpotitlOfl survenue ilans notre numro da Sime Ji demi r pour non deminder si le Conseil d'Kut ne se trouve plus la rue de l'Lnterr mont, pour p rler comme notre conlrre qui fouve trs original et surtout trs spirituel di ne plus dsigner celle rue par son vrai nom qui est rua de la UTolution. C'est, nous en eoiivenoas, un plaisir bien facMe et l'on aurait tort d oui pcber Le Nouvelliste d jtnployer son temps cet innocent bidinage. Mais parfaitement, conlrre, le Conseil d'Etal n'a point clran g d'aires e. ne vous en dplaise I lit ce %  ) u • vous avez lu dans i Le Mitm s'appelle, en argot typographique, un mastic et rien que cela. Cependant la petite gaminerie du Nouvelliste nous fit sourire ; car, dans le mme numro nous relevions bon nombre de coquilles el Id'errems que nous avens voulu bien croira, nous, involontaires. Kt, en voyant notre conlrre plaisanhr avec un si bel bulram, nous pensions qu'il tait, lui, a l'ai, i de ces p' ht.ts erreurs. Mais quelle ne lut pas notre surpris • de le vtir consacrer, dms son litioa d'avant hier, une a*s> z longiM note d'errata sou numro de Lundi on se trouvait I petite .iiinoncj concernant le Cons-il d'Etat, D'ailleurs dans la note mm : il s'est gliss une erreur non releve dans les errata II y est d t que tout I* monde sait que le Umseil d Etat est log la ruo de la Hunion. Parmi tout le mond ', il y a. en tout en, quelqu'un qui ne sait pas ou oe trouve le local du grand Corps et c'est... Le Nouvelliste s. Mais, pauvre conlrre, pourquoi ce troubld et cet nerveluetit qui vous tont perdre la Il y a une justice rendre nos couuiuTi.ants, c'est qu'ils s'ellorcent de toujours tre agrables leur clientle. Soit par la rclame, soit par des amliorations adoptee dans le service intrieur de leurs magasins, ils cherchent constamment procurer aux clients toute facilit pour leurs achats. Il y a cependant un systme inconnu jusqu'ici en Hati el qui comporterait, pour le commerant qui l'adop*erait, le plus fi uni profit. L'est celui de la ivraison domicile L'acheteur n'aurait qu'a choisir les objets qu'il dsire se procurer, les paver, indiquer son adresse et la Maisou se chargerait de les y taire remettre. %  •• systme est trs connu l'Etranger ou les grands magasins l'emploient pour les moindres achats. | C'est une suggestion que nous faisons aux commeteants dans l'espoir de les voir la mettre en pratique. 1 J %  %  ACBETES, ceel bien. .' mais liien acheter, c'est mieux... aussi ulu'sitec pas, pour vous rendrai ihn Paul EA ux '' a vous aurez toute satulaetion pour vos emplettes. Us consquence d'ut coopration franche et lofale* Depuis quelque temps nous de von l'avouer, uous sommes rel leinenl protgs, aids, et trou vous le moyen grce leur con cours persistant de raliser de grandes conomies. La protection qu'ils nous secor dsnt est touts particulire, car nous en tirons chaque jour profit, naturellement pas leur dtriment aussi c'est ce qu'on appelle coop ratios franche. livras llsrmanoa cooprent Iras cheinont et loyalement avec nous, st nous en sommes satisfaits. Est-ce pourquoi nous le reoit msndoos tous, tsni pour Isuro marchandises qui sont locompau blaa, bon march, at de qualit) irrprochable. ,Ci.ilNTa } A j t f i tj sj pjr,av fttu tvi w ii • • ^ • rr %  %  -, %  —*•*.. --\% 0


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06556
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, October 22, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06556

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
'RECTEUR PROPRIETAIRE
VUPRIUtLR
Clment Magloire
BOKJVEKNA
1368, Ru Amrloalct
NUMERO 20 CENrillES
Le Matin
Quotidien
TELEPHONE X\242;
it Memorisl LVar,
PAN Aff ::AN UN*
NOV 8 lli
Le droit de suflraye est une lonc-
lion.Celui-l seul doit IVxerrcr qui
est capable d'apprcier la port
de son tle, et qui i le) s'est point
plan/lans un cas d'tiiiliijnitc per-
sonnelle entranant dchance.
loiiesquiei
19BS ANNEE No. 5638
PORT AU PRINCK ( HATI >\
JEUDI ii ocroBRE ta*
CHRISTOPHE
ET
Les Elections Lgislatives
- - i ., -i
Voici certes qui aurai! bien ton-
n notre monarque, les lections
lgislatives et lui. Ou'y avait il de
commun entre eu ? Mais rien
n'est impossible a l'esprit para-
doxal d'un journaliste. Et j'imt-
Sine le mme regard toan et
daigneux du Grand Roi : Louis
XIV et la reprsentation lectorale.
Pour ces souverains ces grands
mots ne disaient pas grand close:
L'Etat c'est moi >.
Ne sarhint comment tfuter la
Iri belle Lettre aux Prfet ,
no* a Iversaires ont imagin de lui
opposer la circulaire de Christophe
du 3 Novembre l8)6^La date in-
dique et peut 're le texte ne sont
pas tout fait exacts. Si c'est av c
de pareilles armes que les adver-
saires prtendent nous combattre
nous las an remercions bleu La
victoire nous sera encore plus aiste. '
La ciiculaire de Christophe, chef
provisoire du Gouvernement, a t
crite dans l'unique but de runir
des citoyens pour travailler la
tormation dune constitution*, fct
quels citoyens ? Christophe dsi-
gna clairement ceux qu il dsire;
non pas ceux que le peuple v.-.u-
d.a nommer, mais les plus sag'8
at laaptus clairs.Ceux que lui,
Christophe, homme d'ordre, croi-
ra capable* d'aiier faire une
ronstitution . Et comme im'gr
cite recommandation, il se dtie
toujours du peuple, q'ie'quaa li-
guas plus loin dans la mme cir-
culaire, il invitent sei chefs de
diviaions, s aider de leurs lu-
mires la choix du peuple, en lui
indiquant, au besoin, les person
i es qui, I. ur connaissance, sont
dignes de la confiance publique .
Christophe pensait donc que le
peuple tait incapab'e, livr ui
seul, de choi-ir, pour le reprsen-
ter, des citoyens sages et clairs.
Mais il va plus loin. El dans un
passage de la mme circulaire,
oubli par "La Nouvelliste'', il in-
vite ceux qui elle est adresse
aider de leur influence et de leurs
ssges conseils, autant qu'il sera
an ltur pouvoir, l'Assemble de
nos concitoyens'). Tant il (at vrai
que Christophe ne pouvait se r-
soudre, mme laisser hbr. ment
discuter des mandataires si soi-
gneusement choisis. Donc pas plus
de libert data le droit de choisir
les reprsentants que dans le droit
pour eux de discuter. On sait
d'ailleurs le cas que Christophe lil
da la Constitution promulgue le
I? Fvrier 1807 : il relusa de l'ac
cepter. Il s'adressa i un Conseil
d'Etat pour en laborer une.
Le Conseil d'Etat qu'.il avait
convoqu, se hta de seeouder ses
vues et d'offrir au peuple le rle
de lois qu'il avait amend). Cette
Astcmble ne se montrait pas ten
dre pour les corps populaires, que,
dans ta proclamation date du
avril 1811, elle appelait des
" o.onslrueuses associations ''. Les
premiers membres du Conseil d'E-
tat qui kignrent cet acte, fuient
las piemiers qui avait t adres
si e la Circulaire du S .Novembie
1800. qui indituail les lections
iimine nous les avons toujouis
connues, c'isi- diia les dputs
dsigns par M Pouvoir. Ces mem
bres taient l'aal Homain et Tous
saint Biave, anciens chef des di-
visions du Nord, Andi Vernet,
l'un des anciens chefs des divisions
da l'Ouest. Il y avait aussi daa
noms glorieux que noua avoua
souvent lus dans uos anna'es mi-
litaire* : Jean Philippe Daux, Mt
tial Besse, Etienne Msrgny, pour
na citer que lesp'is connus. La
Conseil d'Etat relltait la pense
deCbretothe. Noua connaissons
acn opinion sur les corps po-
pulaires''qu'il appelait de "mous
fiucmes essoclattoos ''. Nous us
nous tonnerons donc pas que c*
soit un Conseil d'Etat qu'ils"
soit adress pour ltborer sa Con*
tituton. Et vent on cono.tire l'o-
Sinion de Christophe sur l'an-em.
le politique qui sortit des l< c*
tions de 1806; on a vu quelles se
lions I! La voici : Le 18 Dcain
bre 1806, dans une proclamation
date da la citadelle Henry, Chris-
tophe dsigoe les agents secrets
de ces himmes ambitieux qui oot
travaill, eux-mmas, de toutee
sortes de faons, orromore les
troupes. Le 2k il se miten tnssure
de disperser cette runion d'esprits
miltaisaols assembls Port-aux
(rimes '. Et dans IVnum'ratiou
gloi leuse q Vil fiit tablir des gran-
des choses qu'il a accomplies, il
ne pease pas du tout a parler d'-
lswfiaas.il s'en girderait bien.Lui
qui prtend que les lUitieus ne
savent pas ce qu'ils veulent rel-
lement, pousss par cet esprit in-
quiet qui semble tre leur n Aux A ".
I as plaint qui res meilleures
intentions oient dnatures par
ses ennemis : tout devient dans
la bouche de ces furieux deaxg)
gues.sulant de prtextes pour une
rvolte des troupes et du c rps
i portant, ma s non c'a r, (s
cultivateurs. Les bonnes actions
du gouvernement deviennent aiusi
comme des ijs'ruments dans ie
maius des cilomniaWur, avec
lesquels ils ont l'audace de !tj
combattre. ' Aurions nous s< pea
chang que es qui s'criv.iit lu. r
se peut rpter aujourd hui '.' '
Ces < i'i i msnous font cnum-ttre
l'opinion personnelle de ChrUto
phe. Elles viennent d'un ouvrage
imprim eut8ltil,ondret d-ordre
du Koi lui mme : lliytian Pu
pers. A collection of the very inte
resliag proclamations and o.ber
ollicial documeots ".
Voyons maintenant ce que pen
sent Ardouin et Madiou. Car dans
uns qutstion si impt tinte il faut
s entourer de toute les rfrences.
Ap's la mort de Dessalines, Chris
tophe, l'hef provisoire du Goaver
Dment le 2 Novembre) 1806. lao
a uns proclam ition au peuple et
* l'arme. Et voici le commentaire
qu'an donne Ardouin: . .Mas
le dernier paragraphe avait pour
but de combattre l'impresson pro
duitesur les esprits par le langage
tenu tous par Bonnet, qui par-
lait incessamment, durant son se
jour au Cap, de libert, d'galit,
de constitution : c taient l da
perfides insinuations, a d'astu-
cieuses suggestions. Nous svons
Is tmoignage de Ption qui con
firme cette opinion Dans sa pro
clamation du 17 Janviei 1807, il
dclara: Mais il (Christophe)
tait bien loign de ces sentiments
(donner uue constitution librale
au peuple) pui-qu'il envoya au-
prs de moi un olai ier de nanti m
ce pour me fnire part de l'autorit
qu'il voudrait s'at'ributr par la
Cons'itution, Uquelle ne nim au
rait lais qaeleiluix de ch ing-ir
do fer', car elle ii)t t gale i
c l.e de Deooeiioos. Ption r-fu*a.
A propoi de la (lin -u sire de
Novembre tSO'i (et non ci'uctob e
180*3) on a os parler d'lections
lgislatives. .Vrdouin crit : En
recevant la circulaire de Christo-
phe, du 3 Novembre, relative la
formation de l'Assemble qui de
vait donner une Constitution au
Pau, Ption, Grin et Prou a'y
taient conforms loyalement,
comme leurs collgues dans l'Arti
bonite et le Nord. Ils reconnurent
tous, de mme que Christophe,
c la ncessit d aider de leurs lu
mire le choix da peuple, eu indi
quant las personnes dignes de ss
confiance et qui pouvaient mieux
consourir cette ivre. Dans l'

Si vous voulez faire deux fois
le lotit' du monde sanspanne. p
Ayez dans voire aulo des Pneux
cl chambre air.
THE ARMSTRONG ; RUBBER COMPANY 1XC-
E. M. Smith
Company lncorporated
Agents Exclusif* pour Haiti,

!
;?'??2e;4
Ut dss choses, continus Ardouin,
c'lait d leur part un acte de pa
triolisme : ils avaieat guid les ef
f jrls de la Nation pour la conqute
de l'indpendincs, ils pouvaient,
ils devlient diriger les lections.
Les lu.nirrs n taient pas ssse/
avanoss dans le Pays. Ption et
Grin firent plus : ils se tirent
liie membres de l'Assemble.) Il
n'y eut donc pas d lections lgis
latives indpenlsntes. Les dpu
t furent dsigns par les gn
raux ds division, dont plusieurs se
nommrent eux mmes. Ardouin
trouve que ci lut trs bien. Ma
diou le pense aussi et crit : En
core p'ong dans l'ignorance, il
(le peu pleine nommera que les
indivilui que lui dsigneront ses
ehefs.
Pour nous faire une ide de
me ira politiques tn 180b, conli
nuons parcourir Ardoain. Il va
nous apprendre maintenant coin
meut Christophe comprenait l la
boration d'une Constitution par
un Assemble dlibrante i Itou
mag* ato, le dput du Cap. lit
avvoir Ption que la Cooslitu
lion que voulait Christophe tait
toute faite; qu'elle avait t rJi
g: par Kouanaz jeune d'aprs
aes ordres ; qui tous les dputs
du Nord et da l'Artibonite avaient
rei l'inj n-.ti n ds la primer
et de la vol r. tjje III Ptla*.'
Pour l'emposjler dans l'Assem
b'. raconte frl lemsnt Vrhiin,
il It lut reour r k un lut i M de
dipuls pour POdSOt et le Sud. P
tioo dopa lu lin ndiatem ut Lys
et D ivid Tioy auprs da de Prou, atin di leur conniai
quer l'information qu'il avait re
ue et de leurpiouver l'i nprieuse
ncessit d'en faire lire (des d
Stes) par les moindres hiurgades
u Sut, oe il y en aiit tant.
non classss comme paroisi.es. i II
faut se rappeler que d'aprs la Cir
culaire les lections devaient avoir
lieu dans les paroisses et non dans
les bourgades. A une tentative de
pression odieise de la part de
Chrisloph, Ption rpondit par
une illgalit.
Il n'y a ni a louer ni a blmer
l'un ou* 1 autre II n'y a qu' dplo
rer leur conduite s tous les dsux.
mmes qu'emplois Ardouin qui,
cependant, approuve Pttou :
lausses lections, .. dputs r
guliera. et irrguiers. 1) m
nant la composition de notre As
semble Constituante il crit :
La premire division de l'Ouest
et les deux du Nord en envoyrent
trente trois, tous lut par autant
de paroisses, mais diurnes par les
autorits comme ceux de I Ouest
et du Sud Madiou nous apprend
que "Ion constata la nomination
de soixante quatorze dputs, au
lieu de cinquante six, chiffre lix
a m 1111 11 m^
d'aprs le nombre des paroisses
de l'Etat d Hati"; mais que les
reprsentante du Nord at de fu
ttbonite se rservrent de proies
ter contre cette illgalit.''
Comment, aprs cela, oser par
1er dcelions lgislatives et nous
proposer comme modle ce qui
seal lait en 1806?
Comment, surtout, vouloir nous
prseuier Ouittophe comme le d
tenseur das libarta populaires '
Nos advraaires exagrent trau
gement. C'est le moins que l'on
puisse leur reprocher.
C'est l'histoire de la poutre
et de la pie, confrre
trie ? Ce n'est pas l rue de)
la K 'union que se trouve le
Conseil d'Etat ; c'est U rue de
la Rvolution, c'est ce que sait
tout le monde, except vous.
C( inmetit, vous en tes con-
fondre ros ruts 7 (,'.a c'est in-
quitant !
fc Vous le voyizdotic. conlrre,
nul n'tst rebri dis etreurs
t>H^r;ii liiDin > et peur paro?
dur an vtrs 1 tCO connu
liil rtu\ qui uilluil sur un epreuvs
Vfi Jfiwlfnl |4.s If |suruh.\lf.
Rrception au
P;tlais"natiuiJl
U Trsident de la Rpubli-
que et Madame Louis Borno re-
cevront su l'alais .National le
Samedi, '2k ( Ictobre courant, do
5 7 heures du soir.
Il y aura une revue militaire.
e11 e .....i 11
U
M'
a'ft
raopslsr les tsrmei
I.... . ..
i Le Nouvelliste , dsns son
dition d'avant lit r, prend pr-
t xte d'une tnUpotitlOfl surve-
nue ilans notre numro da Si-
me Ji demi r pour non demin-
der si le Conseil d'Kut ne se
trouve plus la rue de l'Lnter-
r mont, pour p rler comme
notre conlrre qui fouve trs
original et surtout trs spirituel
di ne plus dsigner celle rue
par son vrai nom qui est rua
de la UTolution. C'est, nous
en eoiivenoas, un plaisir bien
facMe et l'on aurait tort d oui
pcber Le Nouvelliste d jtn-
ployer son temps cet innocent
bidinage.
Mais parfaitement, conlrre,
le Conseil d'Etal n'a point clran
g d'aires e. ne vous en dplai-
se I lit ce ) u vous avez lu dans
i Le Mitm s'appelle, en argot
typographique, un mastic et
rien que cela.
Cependant la petite gamine-
rie du Nouvelliste nous fit
sourire ; car, dans le mme nu-
mro nous relevions bon nom-
bre de coquilles el Id'errems
que nous avens voulu bien croi-
ra, nous, involontaires. Kt, en
voyant notre conlrre plaisanhr
avec un si bel bulram, nous
pensions qu'il tait, lui, a l'ai, i
de ces p' ht.ts erreurs. Mais
quelle ne lut pas notre surpris
de le vtir consacrer, dms son
litioa d'avant hier, une a*s> z
longiM note d'errata sou nu-
mro de Lundi on se trouvait
I petite .iiinoncj concernant le
Cons-il d'Etat,
D'ailleurs dans la note mm :
il s'est gliss une erreur non re-
leve dans les errata II y est d t
que tout I* monde sait que le
Umseil d Etat est log la ruo
de la Hunion. Parmi tout le
mond ', il y a. en tout en, quel-
qu'un qui ne sait pas ou oe
trouve le local du grand Corps
et c'est... Le Nouvelliste s.
Mais, pauvre conlrre, pour-
quoi ce troubld et cet nerve-
luetit qui vous tont perdre la
Il y a une justice rendre
nos couuiuTi.ants, c'est qu'ils
s'ellorcent de toujours tre
agrables leur clientle. Soit
par la rclame, soit par des
amliorations adoptee dans le
service intrieur de leurs maga-
sins, ils cherchent constamment
procurer aux clients toute fa-
cilit pour leurs achats.
Il y a cependant un systme
inconnu jusqu'ici en Hati el
qui comporterait, pour le com-
merant qui l'adop*erait, le plus
fi uni profit. L'est celui de la
ivraison domicile L'acheteur
n'aurait qu'a choisir les objets
qu'il dsire se procurer, les
paver, indiquer son adresse et
la Maisou se chargerait de les y
taire remettre. systme est
trs connu l'Etranger ou les
grands magasins l'emploient
pour les moindres achats.
| C'est une suggestion que nous
faisons aux commeteants dans
l'espoir de les voir la mettre en
pratique.
1 j
ACBETES, ceel bien. .'
mais liien acheter, c'est
mieux... aussi ulu'sitec
pas, pour vous rendrai
ihn Paul E- Aux''a.
vous aurez toute satulae-
tion pour vos emplettes.
Us consquence d'ut
coopration franche
et lofale*
Depuis quelque temps nous de
von l'avouer, uous sommes rel
leinenl protgs, aids, et trou
vous le moyen grce leur con
cours persistant de raliser de
grandes conomies.
La protection qu'ils nous secor
dsnt est touts particulire, car
nous en tirons chaque jour profit,
naturellement pas leur dtriment
aussi c'est ce qu'on appelle coop
ratios franche.
livras llsrmanoa cooprent Iras
cheinont et loyalement avec nous,
st nous en sommes satisfaits.
Est-ce pourquoi nous le reoit
msndoos tous, tsni pour Isuro
marchandises qui sont locompau
blaa, bon march, at de qualit)
irrprochable. ,Ci.ilNTa

}A j,tfitjsjpjr,av fttutviwii -

'
^
rr

-,
.

**.. ---
\%

0


LE MATIN ii Octobre 19tr,
JUBOL
rieduca l'intestino
F Stktichezza
V^ | Entrite
Vrfigin*
g$ Dlspepsle
1 Lmicrnnio
m
Pcr eonaervarai t buona
lit* premire ogni ter*)
coMprasM dt
JUBOL
ma'vt* cotUipte *ll Jul.uitMn:!.
< prcoil'-ado ugal Kri ijualc,**
(uroprf.n Mi luhul, frndrf *l Joru
isustinn mm* r?r 1 abuao ddlrdro
KM tir. Uvftggl. U IU clettlllU
aa dociMU w- ftti ittiN a*at*
a lur ricdurafioor inirtUnalc coati muc*ol
rote r*a;ixtaU dal Jabo! fora* la
Mort* H cltttere conta* toi tao il-
lit ancoo orr tlluMn. Pcr tooir l'a '
ain II itvrrhbe cooiftto b*ii aofla
ttn>- %r tanio t Mnitari cat *)i >
au.tlai. non u Cuaaaro M tutu la apo
rLr tra^urauu ta tocaa. hop r
ligiaAi
Dr Bifaov
djtUa F', M.dHrto-
Muaipcllwr
_______ F.MOBROlOl_______
|VtaHlT#ltSS aaa^Mdwrl m -.-
if.d aalai -fi rfaaMiRlattaaWif-
INHITAJI MMMtd r*- if HNflM
attanai
I : ' laaTl *, ' w -,- 1
OUVELLES ETRANGERES
PAR CABLT
Au Maroc
Pour il*l-EI-Krim la (pierre n'est pas termine
(Ipinion d'un journaliste espagnol
la capitale du protectorat Iranais est rtY'.itiilivi ment
hors de damier
Le chef rillain dispose de 5N.O00 hommes
LONDRES' Battu mis ron
vaincu, Abdel krim nflrir aux Irr upes frarxo erpupno
les un hier Kir de difficult.
D' pi es de inforiraliorn rorliden
tielles. Abdel Krim prnvera qie
le roa'rpal Primo dr Ridera sV t
liorrp' quand il a d clrr* que la
guerre au Maroc tait ti mine.
MADRID L'envoy rrcial 10
Maroc du journal H Pol crit :
La succs des dernires oiralioi a
milila:rea a caus un o| In i- r e
eiagr et jrjconjeieal .Phi roi et01
qui, foi te de capacit pour appr
eier l'ir portance et les difficults
du proL'ma marocain ont pro
dam le victoire dfinitive qui
net iid itrme i la guerre et aui
sacrilWf Ceci ?! feux. I e faire
roire au psy c'est le trt n per et
i oi k InniT ; l'Fsragne poiteen
tore le fardeau d mu question afri
raine que l> derniers si ccs de
ion aime n'ont paa rsolu.
MAPRID Le Lib/ral .. com
nenlanl la ,-itu; ition franaise au
Marrr, obierve que le massif de
rnartja el le mont M> sai.d consti
luert actuellement la proccupa
lion de l'Ffat mejor frai ain en
ri-in n de la r rserre de r rc-nlra
lion r< b> lira dara cet secteur qui
ont fen. l'inquitude entre lea
tribu allarhra In caure frari
e et rtturdant eu rmpthant la
m milieu il. s dbaidrntit. La caqi
laie du pro'erloralfiarai e liru
ve df nilivrmer t hors dp darge,'
maia le redoublement de la rbtl
lion dan le secteur du centre obli
ge le ri u i. i mien cul franais i
retirer quilqcea troupe des r
ftirn eztrm t Le L'bial. leimioe en citant
dm inforrralior a de la pi -< pari
rit nue d'efra lesqu. Ile Abdel
Kiirn di^prse rrainteDPnt de 18.
OOii riflair. Jl) COO guerrier fio
n liai et Yebalaerl environ JO 0(#
irri'gulicrs d tribus en rbellion.
iiop n'ac o'/o^ndrantes dans lea
diiMritli'Mi du otrli tant dom
que da l'in'eil>ild ' du manque)
degian'i-" naij les le<) CHln'iiils il ->nt soutfre la
i alion.
Au Chili
Rouveatt complot contre
le Gouvernement
BUENOS AIRES- Les rgeares
d'information de Santiago de Clii
li informent qu'un n uv im com
p'ol contre le gouvernement du
Cbl'l vient dore dcouvert ; plu
litora officiers ont t arrts On
annonce officiellement qua le mi
i islre de la guerre a une entire
confiance dan l'arme la censu
re a t rtablie.
Des iiamins qui fument
et boivent
Depuis quelque temps l'on i en"
contre, dans les rues de l'ort au
Prince, des gamins en guenilles,
jeunes dsieuvrs qui fument cr-
nement leur cigare et u i mme
s'enbardiasent jusqu' aller vider
d s petits v rres dans Us gain
guettes.
En les voyant, l'on pense toot
naturellement a la Maison < en
traie des Arts et Mtiers o ils ga
gneraient se trouver.
Clture du Ce mirs radical-socialiste
I. Painlev prononce un lotit) discours
Opinions des journaux radicaux-socijislfs
I. failliBi peut tre on jour I homme de la snalion
NICE Le eongres radical ao
cialiste a c' ur aujourd'hui ses
sessions en prsence de M. Painle
t pr id> nt du ronteil Celle der
niera tance a t n rarln.-e
par une greude cord alit entra
loua lea afti i's du parti et t'abs
traction gn'ale de la question
politique. A II ue de la san e
un grand barq et rut lieu prn
dant lequel MM. l'uiukv et lier
riot prsident de la rbmhie ont
chang d a impre-sion, mais en
vitant toute rfrence directe a i
Erogrammi tir.anrier adopt di os
i sance d'hier qui solicitait un
impt aur le capital.
La motion prsente il y s quel
quaa jours par V. FianUlin li uil
|.n demandant au pailementdin
vilir le g iiw n iii,.i t actuel et
ses >ui cb.-ti.rn detbier Folm
nellrmeolque A Piaica i.e paiera
A -e- allis plus qu'elle i e n,., a
de I Allemagne, le LI I'. bjel d ao
cun \ole in nfcMiB d queiliera
de politique iiilernalionale qui
taient en discussion.
Au tours d'un lorg discours pn
litique, le prsideot du conseil fit
ies-ur; r a DcrauM du rtablis
arment de la paix c'arant que e | acle de Lccarno
ne marque res la fin mr-is au c n
Iraue le ccmi. t n< mit ni d'une re
ntuvelle i le? naiion de l'Furo
pe s'i l ronl dhna ur efl ri colite
lu ce pitgrfi tt d'igrandissfm.nt
du coiliLtiil. La paix en Ei rore
dclara M. l'a n'ev, dt t c upe
A la r.. d. R.
Hier, par devant la Commission
des Rclamations qui tenait, coin
me l'ordinaire, -on aud ence
apciale du Meicrrdi. s'est poir
auivi l'audition de 'a rclamation
du Docteur Paul Salomoa contre
l'Etot h.itien.
C'est Vie Victor Conou qui re
prs- nte le do leur Si'omon qui
rclame Je l'Ktat le paiement d'un
matriel de laboratoire vendu p< ur
l'Ecole de Mdecine. Les docteur
Moise, Baron. Civil. l'rikod et
Mrs Pay et Madiou. ph rmi ciens,
cat t enlendus comme t moins.
La Commision a d'eid de c n
voquer une dernire fois lea l
moins qsl n'ont pa ctrrparul
l'audiencet faute par eux d'ob
temprer A cette nouvtlla invita
lion. U loi qui ,* y oblige s. i a
strictement app'iqu'.
Derniers Heure !
Plus d'un .'emi-million de
per-onni s lgantea sont en train
de COOtrac'cr mari'tirp '
VENEZ VtilM :
fltahjg anl Rue No 1728,
lltiar n Jknaro Uurtai o ; que
l'on ven'l tr ules sorte de chu-
peaux Etifl vous en 'lfp'aise''l,
ci voi-t acli t-^z avec'.a d'autres
priiel c, w us A|P9 tiors sur du
suc fs 11 -urtout de l'aOection
de qi i dp droi'. Mais, vis ttz
d'eberd l'Et bl ^8emtnt.
Mariage
Mardi aprs midi, eut lieu, pir
le ministre de l'oflieiei de l'Etat
( ivil de la Se> lion &>id, Mr \lpli- e
Al|hunre.le me-tirgerivil deMelll
Anlorire Horlans avec Mr Louis
l Joiei.h
Les tmoins taient, du rle de
l'pruse : Pr t'i ii Coiceu, Dr Mo
liie Civil. MVt Nom Le la et
Jules Hiire: du tol de l'poux ;
Me Llio Jobtph, Commissaire du
Gouverrenv ni pris le Tribum-1
d'Appel, Dr Arthur llo'ly. MM.
Charles Moravia, Directeur du
TEMPS, el Virgile Valein, Direc-
teur de llmptincrie Nationale.
La bndiction nuptiale a t
donie aux jt ui ea poux en IE
g ie Ste Anne ce mtin ept
heure Ils ont t conduits k l'au
tel par Mme Vve dis. Bonheur
et Me V. Gerva!.
Apre la cimonie religieuse
une charmante rception fut laite
aui invit dans les salons de
Mr et Mme Feinand Dorlant.
Tous nos vaux de bonheur aux
nouveaux poux.
Concert
Voici le programme qui sera
excut ce par la Mjkiqai du Paieis :
1. A I ranges*, Marche P.M.
Co'ta
. Cavalerie l/gn Ouverture
F. von Suup.
3. Puiedor, Val t E. Wald
Ici kl.
Frmipie, ^lecl'on d'Opra
comique J* acd.wsky.
Saint d'amr ur di rd El
garl.
h'nsm cos aises. Sle-
t,on J II-Itws'I Lamo^
7. L fiffleur et son chun, Ca
prie A.Prijor.
Se-rons nos ring, Mringu'j
4
6
Naissance
Monsieur Fernand Kdouard
et Madame ne Eva Labidou
ious ont fait part de la naissan-
ce de leurs deux jumeaux
Grard et Alphouu
Nous envoyors nos meilleurs
souhaits aux uouveaux ns et
renouvelons nos vux de bon-
heur Madarai et k notre ami
Fernand douird.
Le ' anir C4H%}i est attai
du a .1 icmel, le 2 Novembre pr
chain.
Il chargera tous le; cortt ht(
i.i -- dirai ("ment pour l'Europe.
J. DAALDER J'
[Agent gnral
'
Messe de Requiem
Il sera chant, en l'Eglise St
Joseph, le Vendredi 3 Octobre
prochiio 6 heurea du matin,
une m*se de requiem en mmei
re de Csar A. Stiflen dcd en
Syrie le 12 Septembre coul,
l'ge de 15 ans.
De la part de Mr et Mme Amen
Sliffm et leurs enfants, Mme Sa-
lim, Mr Magib Stitfen, Melle Mery
Miften, Mr Michel Stillen et Melle
Sophie Stiffen.
Le prsent avis tiaat lieu i'iavi
talion.
Avis fmpoptait Cercle Port-au-Princiei
Haytian Mercantile
Company
Les actionnaires de la Il ylian
Mercantile Company runis en
Assemb'e Gnrale New York,
confermment aux statut, ont
dcid de di*>oudre la Socit.
Ils ont, en consquence da'gol
comme Liquidateur le eiear Geor
ges W. Kl IILKE.
Port au Pnnce.le \8 octobre 1925
Le Liquidateur :
Sign: Gerrges W. KLI1LKE
Le Comit avise MM. les mena-
bres et leurs lamilles que la rcep
tion que le Cercle otlre au Com-
mandant, aux officiera et cadets
du croiseur Berlin aura lieu le
simedi 21 octobre, 8 heures
1res prcises du soir.
BERLIN Parisiana
Il eat port a la onna'maoce
de tous ceux qui dsirent visiter
le croiseur allemuid Berlin
qu'ils seront rec is i brd le Di
mau' lie 25 du courant, de 3 i 6
heures de l'aire midi.
Chaussez vos enfants
CHEZ
il. Balloni (ils
Ses ( chaussures sont 1 s
meilleures.
Un problme) angoissant
dlinitivement rsolu
En toute chose il n'y a pas de
commencement sans fin.
Cette fois ci c'est pour de Son,
car la chanson a trop dur. I ne
amlioral'on relle pour tout le
monde indistinctement Pour vous
rendre l'vidence, donne/ vous
seulement li peine de pas er un
inRtant au Mag in de JOSEPH
l'OUJ iL, Rue du Magasin de l'Etat,
No 1734, o vous Uvuve'e/ tout
pour rien
A l'instant mme parle/ direeta
ment pour le Magasin de JOSEPH
POUJOL.
Ce soir sera redonn :
le Comte Kostia
Entre : 2, J et 4 gourdes.
Compaynie Gnralo
Transatlantique
Le paque'>d M.iccris .* parti
deBordeaule tS courant st at
tendu P .rt au Prince le 29.
Il repartira le j mr de son arri
ve pour Santiago de Cuba et les
-ports du sud.
La suite de l'itioral e sera fixe
l'ai rive du paquebut.
Port au rince 19 Octobre 1025
L'tgent, E. HOUE'J.N
ASTHME
Opprtnlon, Catarrhe,
Suffocation!,
Tout wrotuHs J|
Outrltea ortlu^ par !
CIGARETTES CLRT
.... POUDRE CLERT
t> CI.ERV, U, Sml St-Martln. Fn.
Revue
des Deux Mondes
I s Ru dt l bfuvtrsit. Paru
Si Al MA Ht P. DE L\ LIVRAISON
du 15 Septembre i025
L'Orient en Marche. Dans U
Montagne des Druses, Henry Bor-
deaux, de l'Acadmie franaise.
La Politique Intrieure sous U
Piemier Empire,ijabriel llaootaux,
de l'Acadmie l'raifiise.
Le Mariage de Haoifa. Deu-
xime partie, E isra RHVIS
La Princesse de Belgioioso et
Augustin Thierry. H. Lettres
indites, A. Augu-tin Thierry.
L'ArtdesJardius,Ferdinand Bac.
Murs du Jjur. Si J'aime
la Musique , Marcel Boulanger.
Les Maladies Montaires de l'Eu*
rpe. Vers la guriaon, Jacques
Ku!p
Le Foyer de la Comdie Fran.
use. Souvenirs et anecdotes,
Paul Gaulot.
Revue Scientifique. L'avenir
de la Houille Blanche, Charles
Nordmann.
Chronique de la Quinzaine.
Histoire Politique. Ren Pinon.
PRIX DE L'VOVSEMENT
Un m Sii mou Troii ooii
Paris
Stint SeimetOi* So'lr 41 I- ai 5e
IMpiriements et
Coioniei inaaaaM 86 44 tr >j in
Etranger ,8 ;0 ,6
L 1 iboone-nfrits partent du mu du il
dt chaque mois.
HRIX DU MUMtnO 4ltco
Avis
Noua payons 50 centimes,
aotre olce angle de Rues Mi
racles et du Centre la livre de
f;rains dcortiq es ll.ui- il (Zo-
it )
Strirc Tc'-lim,/ e du Dpar-
ie, nen de l'Ayiru.twe.
ALUJMIJMJM Lli^lE
New Orlans el South American Sleamship Co lac.
Pr0,jhaln dpart direct pour Port-.U.PrlC. KaltAf
Le SiS t Eidshorn ? ayant laitt New-Orledn le 17
co.i. ant ara Port au-Princ* le 24.
VovrC}lMtidP%H d<> New'0l-lean* Oetobreeourant
UsIMt "ridsfjeld- Ujmm e,0,l^s le 3 fovemhre courant pour Baiti.
to-aa-^xinct; le t Octotie. 1925.
110 Rue des Csars,
uti nsaasiiai 1 \r*XS%%\
^ .
,**> Sx*
-.---_ -_
-. ' -5aSs-u<.
r .
r

Au


LK MATIN Octobrs I -i"
W
Pourquoi vous devez acheter Chez Marcel AUDAIW &Cis
Achetez votre Clairin Vierge chez larcel Audaia U" ie, parce qu'il provient ues meilleurs lerroirs d'Hati.
vos Gin, Wisky tt liqueur '
" votre llium et vos alcools '' **
" votre sucre haitien ou tranger chez
" votre Cal torreli moulu chez
" votre Bire ( powenbrau Hambourg)
i* vo Yins*'de Bordeaux

<
4*
it
<
i<
..
iv
parce qu'ils sont vendis aux plus bas prix Je la place.
parce que les marques qu'ils vendent sont dune puret ingalable.
parce que leurs poids Sont lgau? et leurs prix des plus avantageux.
parce qu'il est prpar avec du ca! de choix,dans les appareils ;ies plus perfectionne *
parce que sa Iraicheur et son prix dlient toute concurrence. J-,
parce qu'ils sont vendus aui mme prix qu'ailleurs, malgr leur
parce que l'accueil que vous recevrez sera des plus co'Jrtois
Achetez ussi chez larcel Audain 1 Ci,.
N 1903 Rue du magasin de l'Etal
rc\\mp^one
Cv5V\cquot/>o/5e
^.-,-'"3*. %
Aux Grands Magasins de Fournitu-
res Gnrales pour la Cordonnerie
Joanny COKMSCO
No 310. Rue des Fronts-Forts, (|Tliomas Madiou ) No 319.
l'OUTAUFRLNCE (Hati.).
vsn
Souplesse,
Elgance
Finisse
i.VESTA
Qualit
Rapidit
Solidit
la machine coudre VESTA est tout simplement une
MERVEILLE, par consquenl, de beaucoup suprieure toute
autre Marque dj importe en Hati.
Vous tes corn a'ement invit visiter notre'Dpartement de
Machines a coudre main et pieds pour : OuTURifcnr.s, Tau.*
LE! RS et Cordonnieus, vendues deux tiers du prix de cella
qu'on a cru tHre la meilleurejurqu' l'arrive le la VESTA
qui restera SANS RIVALE. Toutes les pices de rechange en
ftock, y compris la Plaque broder PRIX SPECIAUX POU H
LES COMMERANTS.
A- pu

U
Ad*
sconrac e,
f* ...
?
Agent Exclusif
P. Labourdelle
30, IRue Montmartre Pari
E. DEliElX
CAFE RESTAURANT
Dners sur commande
EPICERIE
Gros et Dtail
Le incomparat)les Bicyclettes La Richki-andire > a six
vitewes importes pour la premire lois.
Souliers... Souliers... Souliers tinsse Semelles en cuir, en
caoutchouc : Crpe Sole.
Le plus Grand Stock des meilleurs Talons en caoutchouc
c GOODYEAR .
Nos prix sont doux, dans vos intrts propres- Une^visite
s'impose.
""INJECTION PEYRAHJr
Depuis pha d* 40 an* nrit U BLENNORRHAGIEI
tl lout Ecoulement! rcents Chroniques
231 ARABES OURI8 sur 2331
(Entrait d'un Rapport d*9 ^iddtrirt d'AIgtr)
Cm! Il rtaWi fil a tt g|wi donn lu tllliin riiillili |
EN VENTE DANS TOUTES BONNES PHARMACIFS
Srf.riM.rrfS PEYR ARD D'ALGER. 46. rat de GraclU, PARIS I
lAl'iiu.s. r-hsuuiul W. HUvU luuui tx-noc Pharmacies
Vient de receroir par dernier Carabe :
Un complet assortiment de bonbons et de boites de chocolats
de Jacquin de Paris.
Des vins de Rordeaux en barriques et en caisses dont tous
connaissent la qualit- D
Des vins d'Espagne tels que: Madre, Malaga, Sherry, nirto
qu'il vend par gallon et par bouteilles.
Des jaucissons de Lyon de la Ai-tison Amieux Irres.
De l'huile d'olive de J L. Duret & Cie
Du vritable gruyre d'Emental-
Par le dernier Panama .
Des biscuits assortis de U National Biscuit* Co.
Des consrves en tous genres de A ustin NicholK rie, sira,
pommes de terre, oignons etc.
Il attend enfin par Macoris He nouveaux assortiments
d'Oliiaet un joli choix de boites de chocolat Mirquisj de Svi-
gn pour e idaux de fin d'anne.
Le Ito Cbaropagns ton
Se trouve i Paris dans le? Grands res
(aurants et cals a la mode, porl-au-
Prince, il esl devenu le lavoii de la So-
cit.
Ko vente clie/]:
I. Dwatl, Cli. Piifulel. Ch. N, (iii'ljfns. SjOf divers
aux Cave de RoMeaa*, Itn/ar Mtropolitain, Alfred N
Cooke, Htel de France etc.
Aux Goualves : A. k F. Me Gullle, Reinbold Co.
Au Cap : J. Paravitioi, Ch. N. ravaui.
. ou , ,
P 'ntr v.iut mivuw que g.(*Vir.
Et STsTvfsstl ! ai f.% il*'
flo ,i | Vlr( MM
vc. | If
* -.. Ir pi
ei 1 |
. iHnb*ttii >
Non ift.ltmfnt il attaque?
ct slMptlti ''' f,"*rt*
m* if rVd untMvMWMN
Ici pluf t'almanli fui -
M al 1411*41 *lf ul.evci
Savon
llvia o C cm
Wisatco
Rue des Eronts-torts 887
Taverne des
teAMBULIS
Si(h Rue lionne Foi |l t
Mhwin Upeurs de Choix
Bire Pression, Sandwielis toutes i|iialits soupnr.-ilroid-
La Taverne reste ouverte toute la nuit
r/BLEPHONE : 771.
_L_
Le Bicyclette Svelle
a ,
Sont plu* demand* foie
tontes les autre maiv|que
parc quVlles eont h la ea
lea plus aolldcta, lea plue 14-
gl*ea\ lea plus lijantee et
pourquoi ne paa le dira
d'un Uni irrprochable.
Nicolas CORDA8CO
Expdition en provlnoe aux Irais de l'Agent
Tlphone 7t
Procurez-vous des chaises et dodnes,lit en fer,en cuivre et en bronze,
glaces, tableaux, lampes- lavabos carpettes el descente de lits
Chez
FILS
120, Rue ROUX, 120
;^*''
I -M


Lfc H .TIN *i CMobre 1915
v -
A VENDRE
Pour cause de dpart:
I grasdc Ihalroc las>e afc
Icul U* dpeadaerf.
Eau fn hlon fullifrs. La prcfri<*l tlBDtTfl
>picieis'. oflre des avantages
r>f>iir tennis court, vatlts jard n,
ta.
Quartier de Saint Louis de T r
geiu.
Net Veilleur : Or 2.800.
LES PRODUITS SESL
/.<* i*ahii* Ke ilfi *ftl laroclhmfnt connut parcui o Jls sont iftd 8, va gu la
waion Sl'sSTLE tmpUtu se,! mr.t k**aii te r fui mc*V. le cacao. h#T ti aMrea ariicleaj
Y tufee *'<* Mffll' ?'u>* ur fahriation de rettie p emtre qualit.
fm .niwri partent dacs Ifs kB&es picerits des diffrents villes de la lriblique lu irliclts niants de II iusob HE>Tii;.
Al 18
La ferme de la Station Exp-
rimentale a Damicn a en nom
bre limit des uf de pur
ar.R wlite LeRhcrn et RhoJe
IMand Ri il piovenar.t des vol-
laillei importes des Ktats-T "i.is.
Cei ufs des espces renom-
me ccinrae les meilleure pon
deu(s font vendus pour la re-
production Damieu au prix
de Qtux Gourdes la douzaine.
Raison louer
Rue 5P.u-deCr.os Nof&i.
Prs fe l'Ilot. I Montagne.
S'dreer au bureau du jouina
i
Eouse to Reut
S reet No ".
p.u ("e-Chose No 1221 in lie
llotel Montagne ne gbourheod.
\Pr'y lo Jocrn! Office.
li.it strilis Lait Coadens, Lait Evapor], Mar<|ueXes.l ou St Charles ) Farine Lacte poui les enfant, f attogen poux le* hLs )
^=r Cacao Ftera en ferblnu de l/2Tl>. i/4. et 1 il, en sachets. "jOnw de iait) Tout le monde derrait essayer cet article qui eat rx.erTellleu
Chocoia! tin (oul^genre*;
y
roui te* comaiand *
Crme de Ckecolai'/' alaBSVi lathUis.Jrebelles, ltitesjde.faitiisie.eic.
rectes de ta fabrique toupn fes'ael aie fifli"# veui le* rovs i d-cier
b yeiii (* eue rai
Kuc du Quai
*=.
H
Lam isonH.SILYER
Oui oi n'ont pa* encore vu les jolies articles de (messe que vi nt
,, M.fvo'r.la maisoo MI.VKIU doivent, dans leur intrt, emp. . er
d. 1. t.er cette maison, rar nul part il > peuvent trouver d aurai
l. m article* a despiix raisonnables :
iv< articles.sont,vraiment de toute beaut tt de fralcliaur etn .. pila
dtfllfBl toute concuirenie
Voile couleur barres
lias dentelle
lias soie brode
lias lil b-o ii
Tulle pour premire Communion
Couvertures blanche et oouleur slip
bande brode Madera pour
chemises et |u,>
Voile b'ano barres
llatine blanche
l'.ahardina blanche
t.rpoti blanc et couleur a |our
Voile et couleui uni
Jhemiaeltes allemande up.
I rabant noir anglais
Imitation toile orue|
Serviette de toilette blanohe Aooalenr
Nappe couleur
Tapi cir blano aup pour tables
Molletons blanc et oouleur aup,
peigne franais & amricains
Orgaadl b anc & oouleur
Lalnajje couleur anglais aup.pour |upes
M ciras n ban es de oie pour chemises
homme
Satinette foulard 1 our robe, nouveaux
dessins
iliinavsi' angla s pi\ matelas double larg
Crpon '\ carreau 1 de soie et fleurs sois
Voile gingliam.
Aimables clients, vous qui voulez porter,i peu de
Irais, les plus beaux tissus qu'il s. it possible trouver sur cette place, ne manquez pas, avant
daller ailleurs, de passer chez uou oii le naeiiieuv
acceuil vous e-t rserv.
Vtali diriclt djt'aitictnl m Coiommiteut
DRAP D'ELBEUF
u Dd.ll t PrU J. r.lrlq,,.
COMPLETS sur Mesures
RM HE VI l(ll\P|)>|.||Kt p
i.... 6 S !>
n b.ucoul1l.d,p, 01...,.
Munis .!;.(,n tun iis<.iiis
fm* S Imac.
fflMaJlvl. pt.i UaiuMUn. nlMt 4 l< 01.
! .1.1., <* u.u... < 1M..11II...
J "p~n. nwim m i ...
I et Mftlimlei. spcial ptrmpll.nl
etpmdh ' bnm M.fm * /Mf
w.* .M' i<. *.. lut tm
.. WVOI ORATI* M riOHOO
b.nr. t.. Uni L. MONOIALI''
i iSLUF (S.l.) F..
-...'. -.....#,., n 9
-
nssi a nia,
RESISTANCE OU ELASTICITE
LES DOULEURS
ONT DISPARU
Le tultuti obienui pur
Itnph.i du &vp?rtwli d tt*
nri t la tp,mp,
&U)**twl*i eut i eabti
igrl+ II-, expretimrni tourlt co**
i uci on de* ineutG idTir
lyp i / allai .
i
ii4-n
L _
i cil 'l f i!, a
Doo e tris
tra. iscrae
bol' u>e appliqua aooi a Dira
.hitil Ru
leciai et mi piblc r*U a
oo libjracle dlloaa d on Lio.rjto're ue
i p |i|
ii lUcot ei i S '/our ,
/,, u ..- io't est aatarltyi ! i -* d>7 b. s da Jttin
Beuread soir po ir toute Wi recbereb s t iuariae-'orvi.ei dL
t'annonce ci jointei iut po'irie
\V ihftftiuauo et la eonU Seront reues que le nr-ntU h cha S'adie-^r la Pti n uia.ie pour les rente!ements
ad, < .i "as r ne et Sur gastrique
Kactiou de Waasermann
Beaction de Tri boulet,
Examen du siog et du pus
Examen des matires : .vile
axamen ie criib '.
Ah.imim rdictlol
ooauute Ur^oSe.rrat
la

C KobSsm, pUi il* ssaSladi tnm ''"'
on bIMoira, fi' ' '>'" !'"" ijj " pri
mc* i *''
l'asplol le. 1 laa 1'- wili (ptl > ul i
t.rnlil. H !
mdntMtra i khinMaam, il eu |un i
jouit d'une p-Un ni.- (. pr* i
m.i ,1e pitu.lrr A " \\ i. : i, i
j*mu manque un tnl |ooi .1 u
manile.i du n:l.i^-m>i caaattSSi
Mr. V. Tomkini, S25. W. K.d. [)....
Ballon, AngUUrr, noue I
0* ,i """
cnnien.iii .lu -i ig .-i
,1 uro . ' '' '"
.le
! , Ml l
|
l M)
... v**in
t SmI* promar .. ni bl..... . i
WlH
Si ui dl..ret 4*1 r! i> I!
proc jrei-voui
PILULES
DE WITT
POUR LES RKINS ET LA VESSIS
U plu Ui RHUMATISMES, DOULEURS DORSALES,
ri Iom rltior Jrei dr>
BUHi ET D L\ VriSiE.
tj- PiV'o. r> v- t am - - " ""^ '"
i : mbSi m'iT I IibI A*mu t
v .... Il II 11 .....-l'iu"-
s.. ., i i ^ iiss
i, lM l> rtl.l -11. .-i I "*
t '-| -.....r-1 4'U'UeU tald, lort arn>o
('..mine te nouveau fyi.f aV rnen, tapeilwifi .si plulfti liie pour absorber lea
cboc< au moyen de 0.1 lsalciU que pour leur rll P par sa solidit.
Quand un pneu liood Tear, lait avec des cables SipenwiW beurte une pierre,
ce cable lastique cde au choc, llcliit, l'largit et letourne I son tat nor-
m.il comme une liande en caoutchouc.'
luire leur lasticit, le conloi t qu'ils ollrent et la lacilil avec laquelle on pc-1
conduire les voilures qui sont quipes avec des pneus Good Te: r lait avec Su*
peiiwisl, cts pneus sont des merveil les d'en'luiance et d'conomie.
Les pneus Qood Year sont les seuls fabriqus
avec le Superlwisl.
Good ear e*t synonyme de long service*
The Wes1 Indies Tradiug Company
Porf-aa-Prince, Gonaives
Cap-llaitien
Marchand Tailleur
io 1822 Rue du M yi ta de lEta\
S'' rec.immarvle au public et i sa nombreuse cli-utile pour I lgance de sa
coupe et la prompte excution mise dans les ouvrages cou lis i ses soins.
La naison rsie ouverte jusqu' S heures du soir.
kVix modr
:-S3SW3\:
..

.,%....
.<-a5X^C?^i*r I
. jl\ uuaai.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM