<%BANNER%>







PAGE 1

LE ATW15 octobre IW5 HVLLES ETRANGERES r.\n CABLI Au Maroc Occupation par le; Fr;m ai* de h muvtlle clM.,l-tl-Irira les flUMM -le l'Onen-lia lerm.* au i Ions MBVOM .illeivlr.le prinlemps. >tit il g l'Eut lajor Iranai' la qut ire marocaine est t. rnine,dil le Gat Oe ^iv^ri LI mm fH*-n-Ui m ^ h> eapil le. Ii-t nllnn memlire un FEi — SU capitald An-Je! krœ. HI pe par le* troup • Coiameot. r*. un m m H • de !**• = %  < ajoute • !*eea BM*aM meiot %  •Et aMeedra le p* wmrBOW MOM '-a soc t e d ; a • i B amarque U priM — le • -tal M docMstant 1M oprai*.- n fcm s*<~=r o rn carae'r peramert slrete-n t.M et comp.}**'* pk't M a Bœetre* qa* de combe*. U pre t tape e* OQ'U sien de esapefr* • #i* la pr*e de coati et pafaoic ' d' Me 'er* ' l • * ''lefaeteik ri-'."-# s i •t i< btiae*. FF/ U : -, u %  J .. prH aa eoTarr d t CtMjrtMk I •. • fait d' 'ioa air lp ataet a a ••. %  Beat dk maa . i,, • h NlMWf J Prrao de • L — terrai i •vul#. Ab-ie kria* • aioaUw %  ** **a Kaot q .* qt - d h un M L • HICM; i la BM'a*Bl *oot 4*i'u*>cne &f i p** •• t k ta est ua m la cou p ur ta eo a aie ma. Limp-ir.t r ir d* >*aau %  MJipiaa ta %  tii', la R> M ll i ha 1 lotir ea "fr.t u* ,• •iu 1 irt h il M M R>tl .Ll> Mr*xBa"l ri d <*! &f .a* %  • d %  %  t racr* o' prwM il • Kma }ae lor • i Marue o il %  %  Ttil 4 ail kn tocaaa raipi—M ai. teail % %  • p — avit aa iatMk> kVia • a*)* • %  § %  rav •* • !)Ni Ml Htm i : aaftfir. autour >lu lill ren 1 enlre le Clnli e la Prou UXIOO—La ta ; ki %  ajortiat '* tn a^t la*fM far •a' ar ta f MTT M>L- IIU K a eara tarait : • i IBIIM :• ? aaiaxM it Kttla a Mit ra* dr ta, al i* I '''ra M :-• Uata itlfai iaaijtrM M Nwe&s direrses -. "" : t : •. i i • • : l : %  i il %  • t • • : . *• • *•• M IMA • '•• -• .^ %  c 49 4V4 A propos d'C^jrie Oaa B-Art e %  %  -*• Aarmiaf. MM aov i'*rra*. aa mit nanta * f narr a d t h) -*G>Mr i sa p* ta) rW %  Mt a fait d. rairt W < qa a-.v;* > mta aaa ir*. s &f %  • INU U patrw: E< rt M a litant; JU< %  a i iM. it %  jarfori' %  MW Upratura dta PJT a-l*rs<*. t M (itatMt tM/BtlMHW 4a irra —l rap^ala. • %  ** t'i**t 4 Mlv-034 i nar Koiid tTicat '%  • t i; • :• • *• &*rra*a da c.ua &f :aui. la r la tatabM " la*. !• p r a &f j Ea taiBM :1kl %  tat iv-at ra* a "'osai^aira dulirar'aa. %  wai F as t T>Oi*ta>i U tu C OB du P 1M t .I W,, Jap^ Rap FaJM* a aijcii Hirraaa. La aoart ••ocauaoaaai aa a* aaraat d *< M d aatmaat .a pbract.a k f'4a iaj,U ; N %  iti p B h ti I Mira -aaaa VI SI ConseiUrEtat Caaasa ecas l'acooBckD' hiar, le i -c I Etal a ri|oi('{!|i !|IL ! r. r\>. c t n ai da • . Le Coo •ei 1r li'ar, 4 V'otlas a i r 'i taa a a-a l'iaira Irak ar.al. |, r itmt la' • I -ta %  ; a i I de la A, n b tl rda i i < c>a< la ; "i <*a rappo I de • ^ c ion d? U i %  ic* tal da loi q i a joule aa • I :' ;de la loi ur taa T i rApptl. Aa roa • de 1* dta*a aka uea n odiKriijoa --• p>r I Mai i r i et La no al *!io- [ ropo-a p-ir aStci a oet'te d ^It* Le . ICata eaaavti n ic"e du i J t de aVai d tMlta • d fvakV i r Ir Seei u> e d F.da 1 latr a r e 1 coa ar •a public de Priioo \ • t| V Si Mre fta pi l )* l'ai de d, la t te\ I ar .-o : t 'e |aar, MImitae Casai rat i 1 >• lioa du T %  au a beot e J u T le ie<'f ut, ea loi d i Raki • uw ei r W. ta*.alpie*aua k taaace. fte aa Club de larii i en I honneur duS3KlIa? Daaa ca ru *aal p ***fmilia 4* ta mr qai >Jle oAt majaala*aM aa f ad b aMit aa kbkM d aaa beaut HKompara Ma. 4aa c p-liorM4]M et ebe%  aat eoia m Priacaqaa l UariBBi. eul lieu b.ar d*u brea de I tp aii UplM. raa et k plu* r aia 4*a fetea Ae-mit oa. tstnia, c e. boaae liartea o t isaaq t* fe-t.Loa il mear. cor . rtoaa'ur dk %  BCHL ;N' E: i : | et .arnia ae aiaa bit qai caractraaat k* paaa* I Ma aaa >ec JaF. iee. H t UCXM. .! !1 IU2I l'.p Hi le peu ii -• ir taa. La aaalaa i . ai ; • %  b •i at i . e J da• qi ta J t-mp i*ail p # C> p t ;c-i.si • : t al a av. a.pir a j-n-ta ad a p m tr oti -. i a Ui f ouae* aaiavtfjrma* p ir ; • lirM pir le .g u faajra aat ud* Ubl • rammi par b aaru ha* Mfioaii aaet, a d c i MI 4'a*pru at da %  (Ml .'. --.. M. • B*MM at ri. ".-A. tirai 4 eue i*d *ajr k anae* k calke • ; ("ierard Ijjdla i -. u } Miamr 4a %  %  aj aak 4 al tnt h Baa. U* •M b: 4>M4 SMI M au a B je ei. allumez us lanterne* DBM q *"% i kata,"c*i ai M, • Pau 11 -F riaea, 4a t >h cm t*. < H litat k • ir. d'alluc-r taavfa ac e i M l e: ic-at in Mi %  awftii ataaaaj • rdk kaj|. •t aaa taapnadia r e fi peat lira -•aaa da rat.s M araier . D ri a eat pas *.l l 4a nppakr l Ma faa k t 4a a* taa rkaaeat 4a t c'^-e. t ce a paim: M >b eatae d. ••• avir.la &f air ic* I itra* a c*e. f Bronches ou autres affections de l'appareil respiratoire L'EMULSION • SCOTT prise rgulirement donne une nergie nouvelle, augmente la capacit de rsistance et aide liminer la cause de la faiblesse Us consquences d'iur coopratioD franc' et loyale* Pepui quelque temps nous d o* l'a'o i*r. cou s Tira-r.el at prot g t \i*. el Iraaj o s le aaaya . k la ir c "> eoaira prsilini de raliser de gr*ni*T,ie. la prak Ik M H mwmt dent e*l tank partie .li-e. car • a ; -• c* a]e jour i rolit. rt re lemetlpas leur dtriment • ; l'on appe le OSMl K % %  nuawaiia ui aracllrai eb* naol el h!*Ti r.\ a t nous. el n u en ODTI'S laJkfai'i e i n 11'i po ir leu s i itipri bm Tiii h\ el d qualit ib*a. CCONCERT Voici le pro^ran i"" ']'" "•" neui.ea oir, au kioaqui Chimp 1--M r-, par U i i '!" ''" f*-' 1 • ., t Tt>^?l>' i on, M r. L2; — I II Ol fOUtb, "il 3 ; _Touioa>i •' J" a,s v,u — IIukTrwkl o)—Ji nca hib rd fl""' napilii'' ) t,, — 8l 'lion il-' I 7j— \A ?ilUur el s a liien '*> pn 8' — Si"ir'p n 9) — hn rjlf ijo'o, l'oi-l /u) — Serrons nos ran/s, M rm^ue. A VENDUE Fe-rciise de dpirt: J grand* maison bisse avec louls les d^peo^ari' H Eau en abstM*, Ions nrbru fiait ara la proprit tulkl spacieus ofus de* a*snlaga4 pour tennis courl, v^sl s j>rlio, e Ouarlier de Saint Louis lie Tu • g* a \.| Vendeur : Or 00 S'adressT au journal. Colo lin S' •amrhip i tn[ : I] |nr. j .i, n r r %  !'."'• %  venart de I il i ln Pnr* i Paii C re el *l v rc *t ,.lte.,.lu i Pcjrt l< oc* k 1S i ', ni. H H r artira le j< m ii r.r PtlH fif ie,Mira pr, n <. Jrr, ir. <>\e Jacœel al ri de la Ci Ion Lie prsent I,,-I i ps M fan. a p/j| ai !o la ivlobre 195 *T7, BiLur S eaiL'I. p ('oirpaDV loc l KBAI A & Co, >geo'ti n pn l.'fme ai '^isiaot (Jt'IiiiitivemcDt rsolu Kn l'.nle tbOM il n> t pas d* i rrimer.rnrnt sans fin. Celle foi ci c est tour de b>o. earta afcaaaaa a trop dur, lu* %  aUkratlmi relle pour lotit le monde indiMitctercent. Pour aot rendre a l'*idtncp. ('oonez oa seulement li peine de rester un inlril au Mfiin de JOSEPH l'OUJ' )L, Rue du Migisin de lElet, No 1*34, ou tous Ir uve-ei tout pour rien A l'instant mme pari, i dirael.; roeal pool le Maguio d. J06EPU POUJOL. —,. AVIS Avis Eijaise Sojreat. k Port u "Vio-i. l'an peut IK"J sa*, I ap"m H, un t • ita m 'at J o u uoe -:'.e i rai M • je las I e Elle ala ne mies• t ii dire £ >lejr d i aaja-dj •o %  t o I(0 .djiice, laaiaat i aie sraiat*. Le public et le commer e en rur 1 ul er onl avjs q ' partir du lr / t I r %  < o irai ( • m i*i n N ^ AT,< c J -ii-ler ij Voi-ie ir N Ans J oiile. Port su Prince, le 2 Octobre lOi", N. ACKA. Mariafje F.n l'Eglisa du Sacr dur dTu'geau sera bi i le 'e.idi i' Oe I bre, s X heures du m ris. le ma ri*g-> de MfaHt Paile Faine st c Mr Lon Li'eNna'. T u o^s comp'ioien'i Oef'lie iinibre Une l-o'-heqii nous > par tenue de Mirebl >i* noui .n' once U n ir' I %  -et'e. lion s il er 'kas aMM 1 I* 'ireb'lais el er i i Etal Cii lu qoarti r daSattcetle. N i aaa lolio es la fm;lie proutp es. T Je, soussigne, dclara sa pub.ic n'avoir donn mandat 4 qui que ce -oit de \ecdre, d hjpolbqieret de faire sucuoe transaclioa coDciinibt ma proprit, sire Tort lu Prince. ru> Joseph Janvier. Toutes |M IrdnsaetioDs qui su • root t f'tes feront considre pour nulles. Portau Pnn'e.le 13 Octobre IttS Adlade PIERRAT %  -J F UI, sa %  a Pariiana Ci Ssar Le secret de Polichinelle avec M irie de r'erandy. "Aodr Braba i, J-anne fberei'eir'.abritl SigaotaL Entre : l.i*0. %  — —. . Av's avon I boncejr d'aTiser le r nt uraucc Compuu \-i-.4Qceci>ntr> li caaai* B^HBJSJSJJ Ltlrh G" Ahui a taa S ala Home • I. J Il r h p '-n r om.>a'ij >cu ar* Hed . PtaM FIatt!ai|ft S>n '"'•MKn* sa es e tous i]enr>> .s Mnulaclures Lile 1nsVe C \saurance sur la -aie, Sutlboa Priraa (W I ins A ^ Cham pagne Bordaa i Fit. He\rnir (iH'LMlAi.lK re Danois, | ommq* et contarras a I -i > r, i I HT. S. Illlit-ffs lt SUi I aliat a Jaunes• C1IS *>l R.tli.-ii.il, Sans Rival i:tflar.Ues'hante-*l*.o F.nvola de. rlanres awas -r> 205-209: Rue Traversire



PAGE 1

LE MATIN 5 O.tvbre lM > I ? f'H 1 6 U II il Exlrail du jaune d'œuf.— Le plus aeiil d s Recousliluanis, Rend puissant et vigoureux. lUcoiuuiuiiue aux peisonnas faibles. Fort ifie le cerveau-la mœlle pinireles Oa et les eins. Brewer et Co Inc. Geo. JE4NSE JE et C VOtiCFSTFR — M SS, AGEN1S Pourquoi vous devez acheter Chez Marcel AUDA1N et Cie Achet? voire C'airin Tierce chez larcel AuJaia M* Cie, parce (,u'il provient des meilleurs terroirs d'Hati. ' •' vos Gin, Wisky H' li(|ueur M '* votre Rlium et vos alcools ** votre sucie hatien ou tranger chiiz votre Cal toi reli moulu chez votre Bire ( powenhrau Hambourij) V ?M Vins de Bordeaui 'v* -s /. eheiez ussi chez laicd hudain 1 Gi M M t tt • • para* qu'ils sont vendus aux plus lias prit le la p'acc pire que lemarquer qu'il* vendent font •l'une puret ingalable. parce que I urs poi ls sont lgaai et leurs prix dus plus avantageas^ parce qu'il est prpar avec du cal de choix, dans Us appareils le plus perleotinDQ parce que sa Irai-.heur et an prix dli ni toute c nicurreu.v. parce qu'ils sont vendus aux mime prix qu'ailleurs, inahp leur parce que l'aceujil q'ie vous recevrez sera des plus courtois N 1003 Kuedum <|:isi nie l'Etat =5" RESISTANCE OU ELASTICITE Les rultt obtenu* par l'emploi du Super twist don nei\l la rponse. Supertwist est le cab 1 extra-lastique, extra-dur bl, ( labor par Good Year expressment pour 11 cons cru effort des Pneus (. d Yea type Ballon* Comme Je nouveau Ijp. de pneo, hp Uw.u est plutt Ute ?our atonrb t, In chocs au moyen de son lasticit que pour leur rsider par sa solidit. Quand un pneu Good lear, lait avec des cables SipertlUi heurte une perre. ce cable 'asiique ode au choc, llchi, s'laryit et retourne son tat normal comme une bande en caoutchouc. Outre leur lasli, il, le conlort qu'ils ollrent et la lacil.t avec laquelle on .peu. onduire les voilures qui sont quipes avec des pneus Good lear la.l avec 3* pertwist, ces pneus sont des merveilles d'endurance et d'c mom.,m.ipla de 40 mi fiarit la BLENNORRIIAGJE ri l->ui Ecoulement! rcent* n Chronique* 231 ARABES GURIS sur 23a (Ltitrait d n Rapport -/• M44cm d'AIgtr) C il! It rtmiot % %  %  liujou'j lin ni lu milllirt riallltl l.N Vthrt DANS lOl'ThS BONN!S lit UtMACIES J'f f lAl.ITtS PF.YR ARD D AI f.F.R, 46. nie de Crnelle. PARIS A i'#. i ..lllh,. i'l**lUtar> W a. U/uui iA.bi.t t* bai au •*.•• Procure/Tvmls des chaises et dndine,'it en fer.enanre el enbr.n, qaces, lahlcaux, lampeslavabo S : ; M r p'l'es el descente de lus. B/L1JLCMM FILS < %  -. • %  'v • ^ ., >• • 120, Rue HOUX, 120 <--> wf



PAGE 1

LE M TIN—5 Octobre 19iS Geo.JfttNSEHE&G) Ayenls Excluais pour les maisons suivantes : \\ m. Me Uonagh A Sona Huile .1Lia, I m i ci da rhffibeetiBS, Ktoupe Haine, Gomme Lc \ n i. ii. ii ho, Brata, Coaltar,.etc. itomarx Milliug Go, larme Di.;. 11, Parut Dahlia. PltChl Supply Co. /iti lai .!•> Sellerie, CkM . IWlet, etc. HrewerA l'ompiiny Inr. IVdul. I li.un ceutique. Drg*. Spcialits. l-'ulion Slioe l'olisli Co Ci s.ea pour i'li..u-nres en tou* genres International Cork CO. i' ( %  i'nd pas m godi iu client est repris, On paile franais, anglais, espagnol et italien Donne avis sacllenle t a'ii mle.:r *i if %  "•Mie q-iH t a iso-rn son Laboratoire dUloge ea un Li mo 6 s, bioloyie appliqu sous li Dir chvii lu Dr Rico t et f. *.;gtji'itft U .SH SSerAt ria S3rout r uea q ii le œa r 1 d %  chane wm IM. saire'ir j r*fti'n e p ur les reo a u i r^ ,u AlMlfed * ,-, l^ v A\\\firr\pr\ r*i ni Oinsunte Uf.o'fc-'rfl %  M H| La s le iimt avili U! I.fi beurres "B' tenose" et ''Pys' 4 de Messieurs Smith H' proeior, Lit. sonl <| ir.*nti s entirement purs. C'est x-elleut c'est peu coteux. |^n venle dans kl bonnes piceries :*et en dpt cli /l'iij ni. Uon R Thbfnd %  fi I fosiiion exceplionnelh, au centre des allaires proximit de toutes les Hanques, de la douane et de toutes les AflenCf^e bateaux. lenstifjnim nt et lacilils uour v„>a|er en automobile dans toutes les parties de la Rpublique l'Hati et de la rpublique dominicaine. I ambres conlortablee et surtout trs propres. Fen fila leurs dans les chambres} ta deman-le des femionaires. Cui->ine Iran aise trs soi.|-ie el d. s plus varies. Dn andSM ViitT leh magasin* de l'Htel: i ns des meilleurs orus de Bordeaux, par Imrruues, ilamejannes allons et par be-fl illes Par nils< Vins de cliateaux, voua trouverez le plus qraml choix Ipjur les qualits il pour l'ge VlW D'ITALIE P EPAfiXE.V*.*' .ougeaiet le rtnomn; pommard mousseux, yot Amricain La P l,| s grand aasortimeut de Uqueurs, oj.ne jtus. wKkld ••, AmerPicon, VermoutU teill N urZBOURC.UG C (blancs Absintlie Pernod, CONSERVES franaises et amricaines frachement arrives. CHIAHIOS de uba. urora et llabanerfc. CHAUBTraft ds toutes les fabriques d'il a iu Gros aUlUlt. PAill TMIlilii GnrT'e* poUa.es. Prix 1res modrs P. .. Patriz. Propritaire r*&azs r^r Avis Li lerra* de II Station Exprimentalt! a Damien a en nombre limit des œufi de pur aiins white l.e„*liorn et Hbode lal.ni I II d proveiant des vollaiMes imporit s des IJ.rt • l uis Ces .culs d'S espces renommes roinme les nii'illeuivs pou deiisrs ont >endui pour la r eroduclion Dami'n au prix An Oeux llour.Jes la douzaine. Amn Le ouavign avise let dbilaan de la UiMite Abdalldli Akmed cpie son mandat comme syndic de la f illile a pi %  lin par suite d'uir ion. "'. 1.il qui ramai le failli 1 la tte de aea aflaires. Kn ooBsqoi lui', le aeualgnd a'eal plus haliile A recevoir HUOIIQ veraen eut llir II s lomp'es dbi leur*. Port au Prince, 'e D Oc obi lOi'i. TALUW HOI \ Maison I louer Hue 5 Peu-ie Clir.se No |2H, Prs de l'I loi d Mo iingne. ^'ad•e^er au bureau li> journal B)use \o Reut S'r.Tt ,\o .%. Pu de-Clicse No 12*4 in ilia Ilolt'l M r'l;i/m' n. lylirturbood, \i|h lu-Journ*) 'JlliceLES PRODUITS 1XESTL.!:. Les proinUs Kenil u nt iai>orab1einQiK;c)4nas ptrlOU' o i's siit\ vend :$, vu qw la n.aistm NK&I'LE emploie nul m ni le [lait le t lus rWoh", le ravi*. UUCre et autres unicle de ncitit vitale pour l*ur fibr.cilion de loaie premire qii'il, [' Tous. liOuVtrti pariou*adLs les bonnupictries des diffrtes Tilles de la l[Dbliqoe les articles suivants"de la maisonREJTLE. Ll.lt strilis, | ait Condens, lait Ivapor Marque Nesd ou St Charles ) Farine Lacte pourj U s enfants, r m togen peu; 1rs bLs ) Cacao l'item eu lerblanca de|l ilb. i/4.Jet | lb eu sachets, '.icino de Lait Chocla! de fout (fenre; Tout le monde devrait essayer cet article qui cal n.erveiLlau: Crme de Chicihi en bat6ns, a i tablettes, Cnqijttes.f Boites de fai>ais>e etc. Pou / i fomtflfl! 'es directes de a fabrique tu pour les achats eu gr r ,v* uil lez vous adrestr %  > %  MNK CCE RH 0 LM r -—•• %  -• Ayeot Gural Rue du Qu \i : • vt ~i-im CL.



PAGE 1

DIRECTEUR PROl'RlKT\iRE Clment May lui ie BOr£.,VEKNA 1306, Rae Am*rioin NUMERO Matin Quotidien "AN AMER AN UNION De bien les alUn 's prs ntemeut les obstructions de Mca ieur H Dortin ville, le nouveau Ministre de I Ins i I.I tiun Publique, sur la nouvelle organisation d l'ense gncmei.tcli %  ique de l'Frole de Mdecine I Hpital Gnral.— Voila toute l'affbire. D. — Pouvi/ vous nous dire si vos rugges'ions sont Je nature I nuire l'intrt de l'Ecole de Mdecine ? H.— Le travail que j'ai discut et sign avec les docteurs Line et Peterson je lai lait en ttule cons cienci ; sans faiblesse, sans aucun mauvais desseiu, comme certains esprits malins se plaisent i le r pter si bnvolement. S'il n'est pas parfait. Monsieur le Ministre de l'Instruction Publique le modi Hera sa conv-nance, ainsi que ie voua lai dit plus h tut. Mas je le crois apte donner une srieuse volution noire taull de mdecine. Si je me dompe, je me trom pe de bonne foi — Je ne suis pi* un homme mlaisser inf uencer. Il nous Uni incontestablement avoir d'excellente mJecins pour l'aveuir, toujours de mieux en mi' m oi, an s. L'Hpital Gnral, si bien install doit nouprte sou concours le p us laig -, le p us !oy il |out nous pe> mettre d attein dre n .Ire but noble et imie Souffre/, que j" vous dise, mon ua devi / e savoir. L?s nombreux lves que j'ai forms sont certainement amins des meilleures intentiens mon gard. Ils ne peuvent si vite ou bier. mi'gr les iufluer.ess nuisi bls qui veubnt aller r notre sens c mmun, dtr. ire nos p'us puis senlim n's et nos meilleurs t ments, la main loyale oui les a aids devenir des mdecins cornt itents des hommes de relle vi eur acienlirique. Nous devona continuer lutter quand mme etmalg tout pour .a bonne cause; et k la direction de l'cole de mi'dccioe. je ne ce-seri de me dvouer • orps et 'une. pour la jeunesse qui m'est c mOe .1 ; suis persuad que le gouvjrnemeut actuel ne marchandera jam i-on coocours.au contraire, il m'ai lera f-ire aller de l'avant notre chre cole de Mdecine, afin que nous puissions pr p rer uneboune lite scientifique pour noire utalbea reux pays qui a tant b.-soin. com ne e J> m nuisit U ilhe avant de rendre son dernier soupi', pour l'humanit tout entire. encore de la lumire el toujours de la lumi e. Ko prenant cong du Docteur Dominique uous lui Unes nos meilleurs remerciements pour les renseignements donns avec tant d'empressements et nos meilleurs souhaite de succs pour l'Ecole de Mdecine. ACnn, ces' bien .. nuis bien aclieler, e est mieux. .. aussi ii'ln'.sii.-/ pis. |i unvous rendre eli-z Paul £. uxila, o vous aurez toute sshshrlion pour vos emplettes. HT'HE Willys-Knight alasM %  -valve enginc improves with use X. — it wcars in while poppct-valvc easghatJ arc wi-aring out. It inercascs in power, flexibility and economv as ils milcage total grows. TKcre i nu record of a Willys-Knight engine ever wcaring out. Carbon, the foc of other engines, actually inercascs compression in the WillyKni^rit. Thcre are no valves to griiut—no springs to break .md get out of adjustment. InsteaJ of the rammcriiig of cams against push nxls, the clicklng of springa and the clash of valve heads, you hve in the Willvs-Knight mu simple mtal slcevcs M. lu, h glide tilently up and down between the cylinder wall and the piston, onc working within the other. J ANTON KNEER. 433 Rue Pave IiiKTAL-PRINCh The Engine Improves With Use i L'homoiag de himm Monsieur BORNO Nous avons donn les ra sons qui expliquent pourquoi nous sommes persuad que la lieleclion est in lisp niali 1 >. Il tisons qui no is s )ut dict.s par le plut pur patnotisiu i Noua voulons cons rv r iu pouvoir le mme Clul d'iilit. psrce que tous p inclinent devant si hiuli valdur rairaldei intellaotuelli. l'dr le< dillJreuet foi •.lions q l'il avtit r;:n f ilief, il avait eu traiter to les es importantes quesioiis q'ii act jcllemeul mui procupnt. oo.t comme Ministre P!npo t iiti ur ', soit coi mu Ch I 'lu D -p n ti'iiii'iit Je Il lalio s \'.\teri -u es et le celudes Fin* ces. H >it coiiim' Membre de la Cou Vc m .n f*t d'Arbitrajrj dilill y oit cumin Avocat* soit oui n Directeur de I'KMU Nationale JJ 0 ot, rien urs agi av c t mt d 5 pat^ioliMB'i d'iotellig-ince, de nobles* s le c r ictre, que rien n'avait jrmris pu lui tre repro-.lii. Apri avoir fouill Duie st vie. scrut ses moindres a -tes, lu et relu toutes les lignes crit-s par acharns.n'avaient rien pu trouver. AIOI s comme il lall it tout pi ix, i irj qu lijutbose, on lui lil u ie ii'rli u 11 quer ile, ai. si bsurde que Vdiue. 'Juelquis rxalls osrent dclarer que le .1•• n lant de ceux qui les premiers avaient b irdiiiieiit coiiili.iiin eu tiveur des hoc .mes de notre race, ne pouvait pas '.re le L.b I de la nouvelle communaut. 'lie ses aeux avaient t.r, t contribu f jrmer. Mauvaise Ictim, vritable cri me 'iivesla l'alrie et s s premiers crateurs, qui tendait 1 vouloir 1 t.r%  de nous des mgais, oub'i-ux di nos Oritrn s. L'on se rappelle le lumineux expo dit is lequel Monsieur Homo eut lmjnlrr la put' i'e nationalit bailivme de son preL'on s; rappelle li dcision Mi^ime du Coi sM ifKlat le 10 \viil \JU, Irancliaiil h quesliori d*ns le seas .de la j stice et du droitL'on se rapp Ile enlin lesarrls de notre (lui baut tribunal. 1 mil n mail i, en tenues nergiques et clairs. me et expliquent pourquoi nous voulons ]• conserver 1 1 tle du (ouverneiuiit N 1 is sommes assur qu** mieux que nul autre, il ralisera p ur notre Pays cet id&d de progrs que nous avons toujours lous rv. Lorsqu' ce* raisons nous ajouterons toutes colles qi.e nous avons d-^j'i exposes au sa # iUiiu,l M adversaiies le? ulus sujet de l'utilit d une uoliliuue l'in.'iieiiieiii et patiemment suivie, du temps qu'il faut laisser a un gouvernement atin qu'il pi.i>se dvelopper tout son pro** grauiui", enlin au atajei Oo u ncessit de conserver le mme gouvern m nt pour ne pas rli n ;: T tout e persoiiH I, tout s le* mthodes politiques dans h court espice de quatre ans. nous avons, en un saisissant laccourci, rsum les raisons que nous avons dj abjndam iiit-ni dveloppe-'. Si nous I s rappelons aui inr.l hui c'est que l'opposition elle mme, dans un article du t Temps •, a tenu reconnatre la belle attitude de Monsieur Horno lors de la signature de la Convention de IvrtS, qui li t accepte par le Pouvoir Lgislatif. S\ I vaut au des us des m 'qnins intrts de parti,der craii.* b s vil s ; voyant loin et juste ; so rendant comple qu'il %  st d> s sacrilices nceas ires et qu'il faut le p*us magnilijue ouri'gs qui doit oser les conseiller et les consentir — peur bien servir la Patrie il laut savoir risquer I impopularit — sarb ni anssi que c ux qui 11. t*-nt le peuple et divuit lui se courbent sonl ses pirts ennemis; ris rjuaiil son avenir poli'ique, sa suualiou socide; ne voul nt rien voir que l'intrt suprieur de la Patrie, dcid tout lui sacrifier, ha liment, non san y oporter des moditi 'tions apprciables, Monsieur Horno avait sign la Convention. Les hrmines convaincus et sincres >e -econnaisseiit leurj geste-* de bravoure Comme ci s boiinii -s sont sans peur et sans reproch*. U Nition.lt ou tard, revient eut et leur donne rai* son. La l'Varice li: r btir la iinis)ii Je Tuiei in d s exal* 1 • %  iv., -ni let uit •.. A lutes les .nj 1 de not a fitsoire, nous avo s u lr 1 d*s li 11 mu s pour se lnusser la b tuteur des .it ado s, si d<> sespr s lu*ent elhs. et coursgeusem nt nous montrer le clieiiiui. M jiii'.ur Borno a t un de cfs lionnes. Aussi II : UVISI ires u 1 n. 1 s 1 Dl .'mir ^a taillsnce et reconnu la no blrsss de son i^-i si!'.,. Ncut d/psessbl ter son ab1 l'uation; vovu.i plus loin que 1 eus dai s I'e-'ace il dans 1. tem|s — mais voil 1 u 1 dj l'Iiistoire, par la bouche de ses adversi-ri s, lui rend justice — inbranlable, COO m %  le Coi ml Hon.ain, lous Mr BoTDO peut rpondre : Je jure <|ue j'ai sauv la Rpul li |ue 1 El c'est parce qu'il se rappelle ces grands exemples parce qu'il eutenl encore rsonner ses oreilles ces lires paroles,que — I admiration il nt la plot forte, comme IVnrpt remCuillaume saluant l'hroque charge rie Callillet/adversaire lui-mme a salu notre grain! du l. Maurice Etienne fils 1 an liainliMs Iransises Port au l'iiuoa La Flotte amricaine aux Gonaives f L'Aitibonite >, datis son di ion du |i l Octobre, donne les rei s ig 1 iiii-i is suivants sur la viite dla Fl.i*le uiiicauie Ji I Ailanlique aux <• naves Li Hotte lomite buoil't cioi^eur. it lotpii|< u s. bille est co insinle par l'smiral Noble K I wiig, en ce itoini nt P.ri au Prince bord du Corrorde s. ., Lis navires si'i uni-" nt ai x tfiiii 1 es ji s1i.11 au .K UlOO n et ) urs liiil.ins y donneront, tous les vendredis, d s lonccits publics. La population a lait ici htes le plus simebls ICI neil et de grandes les font organises 111 leur honneur. Les honiui s d'quipiite t les cliiciers en g .m I nombre vi iteul chiqu jour li ville a|, le soir, de l'iiques ipectsel s dlumires sont l'oimis par les pn j cl urs lectriques des navir. s. 1^ Prfet it le Magisl st (Communal, A qui le Ch I d'B tal major de 'Amiral avait rendu visite, sr nt mont* bord 1 une brillante rcei lion II ur I il (Ile le au cours de laqu Ile |.\miral leur ir'senli ie< plus ti|| remerciei e ts p. nr >'a m ble accinil dont l'escadre 1 t 'oh i-t aux Gonaives. I. 1 euieriti hiitien"es. leur dpaf, ont l salues par une sa've de 7 coups de canon il l'Amiral Ir wiogi le lendemain, leur 1 t.tourn lerre leur vi-it1. 1 cioicasion d s loasti < b leureui lurent portes i l'amiti des deux N liions l-a premire escadre e-U coin mande pir le Capitaine I K. Ilellewe.g et la deuxim I par la Capitaine A K. Watsoa qui commande aussi le bateau uni* rJ. 1I0TKL S' ROSE S'il" i la Rue rie la 0"U L'*-ni|,1iuSpvici"de leriordre pt— %  —— %  %  % %  — %  — %  — % % %  Gkaussex fis wmU f.HEl il. Bdloni lils m n ill -ures. f. *e***^>~^ts!** %  "*Pwx$ j&>+ %  ." %  %  ?'* '*"" '• • %  >• ^r %  L. V *-^s — •• *f ,*•: *w 1(~>


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06550
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, October 15, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06550

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROl'RlKT\iRE
Clment May lui ie
BOr.,VEKNA
1306, Rae Am*rioin
NUMERO
Matin
Quotidien
"AN AMER AN UNION
De bien les le ntni (jiii vaille quelijue cho-
se : quand vous les voyef de
kil prsc'est moins que rien ;
de loin ils imposent.
Il Brijre
TELfcl 110NEJX* 242
mm ANNEE No 5632

PORT-AU-PRINCE ( HATI
:jfudi ib ;(ir.TMBREf02irjjat
^AUTOUR DE L'ECOLE DE MEDECINE
Dclaration du
Directeur de l'Ecole
LE DOCTEUR J DOMINIQUE
WILLYS-KNIGHT
Nous avon9 interview hier le
Docteur J. Dominique sur ce:te
queelion 4e Ifr-ole de Mdecine
qui pusioane tant depuis quelques
jours deui de nos quotidiens. Le
Dot! ur Dominique se mit de
bonne grce notre disposition,
et nous parla de la fa<,on suivante
t}ien que je n'aime pas, nous
dit il, mettre en itlief ma petite
Leitunalil, voir citer mon nom
inutilement dans les journaux, je
fiufs nanmoins devoir par puie
courtoisie, rpendre vos ques-
tions.
Je. rompe donc le silence que
volontairement je m l is impos,
pi ur1 raisons, atin de voua tre
anre.be je vous diiai seule-
ment en du. mots ce dont il '
git:
La chose est bien simple, toute
naturelle. On veut cependant me
l'iiie une petite guerre ; il y a
(eit.s du parti-psi-, de l'eiag^ra
lion, il tel vrei n hiei te a l'en
(.ni de contradiction de quelques
uus de nos 'oui itoM-us. car
comment etpliquer dilfrcmment
que pour le fait de vouloir re
< hereber les meilleurs moyens de
loiganiser l'enseignement clini
q e ae 1 Ecole de Mdecine on
s enflamme outre mesure, et pour
rouble de m'sre on s'en pmd
moi. on m'attaque si injuste-
ment; n'est ce pas le une coodvi
te qui tonne, une faon de faire
qui eropcbe la nette et claire
comprhension des choses.
Il faut qtt'on sache qu'il existe
dj un ancien accord un vrai ac
eurd celui l, s'gn des ministres
de l'Instruction Publiq e, de 1 In
teneur, de I ancien Directeur de
J'K.-ol- de Mideiiae, le docteur H.
Piigord, et de l'ancien Ingnieur
n chef du Service Sanitaire. Mr
Minier, relatil l'eoseigne'nei.t
clinique de l'B-o'.e de Mdecine
l'Hpital Gnral. C'est pour
mieux rorganiser ce service clini
quequi n'a pu. pour diverses raisons
jusqu'il' tre tabli sur des bases
solides, que Moosiem II. Hraut,
lors Ministre de l'Instruction Hu
blique et Mr Ken Auguste, Minis
tre de l'Intrieur, sur la demande
de Mr Huilier, ingnieur en chet
du8ervice Sanitaire, m'invitrent
n'adjoindre aux docteurs Lane,ad
miaistrateur de l'Ilop tal et Peter
ton, aellng du docteur Huilier,
pour Uni taiie des suggestions sur
1er.moyens propres to gani.-er
srieusement l'enseignement clini
quelle l'Ecole de Mdecine I II'), i
UIGen pas un nouvel accord q i il s'agis
sait de prparer, nuU de limpis
tuggistiOn faire aux minist.es
intresss, qui se rservaient la
Errogalive de les accepter, moi
r, ou mme i la rigueur refus*r.
La preuve : ds que le Ministre
ll-imux fut en possession de ce do
cument, il a'empreisa de le trans
mettre la Direction Gnrale de
l'Instruction Publique pour lui de
mander son avis ; Ctlle ci son
tour jugea ncessaire de s'adjoin
dm mui autre membres, Mr le
docteur Kicot et moi, pour avoir
ae nous, tout les renseignement*
qui pourraient 'ui permettre de pr
senler au Minisire de I Instruction
Pub ique un rapport moii*4
Je m empressai de me reodre la
Dirtelioo Gnrale,et de lui don er
es note crites ep icatikes des
suggestions soumis* s par la coin
missions du JuilVt 1915. Ces*,
xnuni de ces donnes que les trois
anembree de la Direction Gnrale
djoivem faire le travail demand.
J>alUn 's prs ntemeut
les obs-
tructions de Mca ieur H Dortin
ville, le nouveau Ministre de I Ins
i i.i tiun Publique, sur la nouvelle
organisation d l'ense gncmei.tcli
ique de l'Frole de Mdecine
I Hpital Gnral. Voila toute
l'affbire.
D. Pouvi/ vous nous dire si
vos rugges'ions sont Je nature I
nuire l'intrt de l'Ecole de
Mdecine ?
H. Le travail que j'ai discut
et sign avec les docteurs Line et
Peterson je lai lait en ttule cons
cienci ; sans faiblesse, sans aucun
mauvais desseiu, comme certains
esprits malins se plaisent i le r
pter si bnvolement. S'il n'est
pas parfait. Monsieur le Ministre
de l'Instruction Publique le modi
Hera sa conv-nance, ainsi que ie
voua lai dit plus h tut. Mas je le
crois apte donner une srieuse
volution noire taull de mde-
cine. Si je me dompe, je me trom
pe de bonne foi Je ne suis pi*
un homme m- laisser inf uencer.
Il nous Uni incontestablement
avoir d'excellente mJecins pour
l'aveuir, toujours de mieux en
mi' m oi, an s. L'Hpital Gnral,
si bien install doit nou- prte
sou concours le p us laig -, le p us
!oy il |out nous pe> mettre d attein
dre n .Ire but noble et imie
Souffre/, que j" vous dise, mon
jours fiil m n possible pou r. m
p ir ma devor consriei.c.eu-.e
rn-nt envers mon p ys dans toutes
les rire instances de ma vie. \\>ua
devi / e savoir.
L?s nombreux lves que j'ai
forms sont certainement amins
des meilleures intentiens mon
gard. Ils ne peuvent si vite ou
bier. mi'gr les iufluer.ess nuisi
bls qui veubnt aller r notre sens
c mmun, dtr. ire nos p'us puis
senlim n's et nos meilleurs t
ments, la main loyale oui les a
aids devenir des mdecins corn-
titents des hommes de relle vi
eur acienlirique. Nous devona
continuer lutter quand mme
etmalg tout pour .a bonne cause;
et k la direction de l'cole de
mi'dccioe. je ne ce-seri de me
dvouer orps et 'une. pour la
jeunesse qui m'est c mOe .1 ; suis
persuad que le gouvjrnemeut
actuel ne marchandera jam i-on
coocours.au contraire, il m'ai lera
f-ire aller de l'avant notre chre
cole de Mdecine, afin que nous
puissions pr p rer uneboune lite
scientifique pour noire utalbea
reux pays qui a tant b.-soin.
com ne e J> m nuisit U ilhe avant
de rendre son dernier soupi',
pour l'humanit tout entire.
encore de la lumire el toujours
de la lumi e.
Ko prenant cong du Docteur
Dominique uous lui Unes nos
meilleurs remerciements pour les
renseignements donns avec tant
d'empressements et nos meilleurs
souhaite de succs pour l'Ecole de
Mdecine.
ACnn, ces' bien ..
nuis bien aclieler, e est
mieux. .. aussi ii'ln'.sii.-/
pis. |i un- vous rendre
eli-z Paul . uxila, o
vous aurez toute sshshr-
lion pour vos emplettes.
HT'HE Willys-Knight alasM -valve enginc improves with use
X. it wcars in while poppct-valvc easghatJ arc wi-aring out.
It inercascs in power, flexibility and economv as ils milcage
total grows. TKcre i nu record of a Willys-Knight engine
ever wcaring out.
Carbon, the foc of other engines, actually inercascs compres-
sion in the Willy- Kni^rit. Thcre are no valves to griiutno
springs to break .md get out of adjustment. InsteaJ of the
rammcriiig of cams against push nxls, the clicklng of springa
and the clash of valve heads, you hve in the Willvs-Knight
mu simple mtal slcevcs m. lu, h glide tilently up and down
between the cylinder wall and the piston, onc working within
the other. j
ANTON KNEER. 433 Rue Pave
IiiKTAL-PRINCh
The Engine Improves With Use
i L'homoiag de himm
Monsieur BORNO
Nous avons donn les ra sons
qui expliquent pourquoi nous
sommes persuad que la lie-
leclion est in lisp niali1 >. Il ti-
sons qui no is s )ut dict.s par
le plut pur patnotisiu i
Noua voulons cons rv r iu
pouvoir le mme Clul d'iilit.
psrce que tous p inclinent de-
vant si hiuli valdur rairaldei
intellaotuelli. l'dr le< dillJreu-
et foi .lions q l'il avtit r;:n
filief, il avait eu traiter to les
es importantes quesioiis q'ii
act jcllemeul mui procupnt.
oo.t comme Ministre P!npo
t'iiti ur ', soit coi mu Ch I 'lu
D -p n ti'iiii'iit Je Il lalio s \'.\-
teri -u es et le celu- des Fin*
ces. h >it coiiim' Membre de la
Cou Vc m .n f*t d'Arbitrajrj
dilill y oit cumin Avocat*
soit oui n Directeur de I'KmU
Nationale Jj 0 ot, rien qui intresse le Peuple II mien
ne lui tait Jem Mir tranger et
il sVt'ii montr c pable soudre toutes les q lesti jns. C'-
tait un h iiuni: complet- bien
prpar, et qui aytnl envisig
r-o is ions ses aspjcls vinsli
qu stioa h u'ieune, avait mur j-
ment rllk-hi tout les probl-
mes qui retiennent noire atten-
tion et pouvait y apporter un j
soliition. Mais cet homme s'im-
posiit autrui par si valeur mo-
rale que par si vileur inta'le:-
tuell. Durant tout le co.ir*
d'une longu) cirri"e poli i |d|
b iMam n-nt remplis il avait
touj >urs agi av c t mt d 5 pat^io-
liMB'i d'iotellig-ince, de nobles*
s le c r ictre, que rien n'avait
jrmris pu lui tre repro-.lii.
Apri avoir fouill Duie st vie.
scrut ses moindres a -tes, lu et
relu toutes les lignes crit-s par
acharns.n'avaient rien pu trou-
ver. aIois comme il lall it
tout pi ix, i irj qu liju- tbose,
on lui lil u ie ii'rli u 11 que-
r ile, ai. si bsurde que Vdiue.
'Juelquis rxalls osrent dcla-
rer que le .1- n lant de ceux
qui les premiers avaient b irdi-
iiieiit coiiili.iiin eu tiveur des
hoc .mes de notre race, ne pou-
vait pas '.re le L.b I de la nou-
velle communaut.'lie ses aeux
avaient t.r, t contribu f jrmer.
Mauvaise Ictim, vritable cri
me 'iivesla l'alrie et s s pre-
miers crateurs, qui tendait 1
vouloir 1 t.r- de nous des m-
gais, oub'i-ux di nos Oritr-
n s. L'on se rappelle le lu-
mineux expo dit is lequel
Monsieur Homo eut lmjn-
lrr la put' i'e nationalit bai-
livme de son pre- L'on s; rap-
pelle li dcision Mi^ime du
Coi sM ifKlat le 10 \viil \JU,
Irancliaiil h quesliori d*ns le
seas .de la j stice et du droit-
L'on se rapp Ile enlin lesarrls
de notre (lui baut tribunal.
1 mil n mail i, en tenues nergi-
ques et clairs. souveraine de notre Corps L-
gislatif. I.i question e 'uci le et il n'est p us possin'e
d'y revenir.
l'outis les rais dis que nom
venons, um nouvelle lots dm-
diqu r, tiennent I li imme rn>
me et expliquent pourquoi
nous voulons ] conserver 11
tle du (ouverneiuiit N 1 is
sommes assur qu** mieux
que nul autre, il ralisera p ur
notre Pays cet id&d de progrs
que nous avons toujours lous
rv. Lorsqu' ce* raisons nous
ajouterons toutes colles qi.e
nous avons d-^j'i exposes au

sa#iUiiu,l m adversaiies le? ulus sujet de l'utilit d une uoliliuue
l'in.'iieiiieiii et patiemment sui-
vie, du temps qu'il faut laisser
a un gouvernement atin qu'il
pi.i>se dvelopper tout son pro**
grauiui", enlin au atajei Oo u
ncessit de conserver le mme
gouvern m nt pour ne pas rli n
;: t tout e persoiiH I, tout s le*
mthodes politiques dans h
court espice de quatre ans.
nous avons, en un saisissant
laccourci, rsum les raisons
que nous avons dj abjndam
iiit-ni dveloppe-'. Si nous I s
rappelons aui inr.l hui c'est que
l'opposition elle mme, dans un
article du t Temps , a tenu
reconnatre la belle attitude de
Monsieur Horno lors de la si-
gnature de la Convention de
IvrtS, qui li t accepte par le
Pouvoir Lgislatif.
S\ I vaut au des us des m '-
qnins intrts de parti,der craii.*
b s vil s ; voyant loin et juste ;
so rendant comple qu'il st d> s
sacrilices nceas ires et qu'il
faut le p*us magnilijue ouri'gs
qui doit oser les conseiller et
les consentir peur bien ser-
vir la Patrie il laut savoir ris-
quer I impopularit sarb ni
anssi que c ux qui 11. t*-nt le
peuple et divuit lui se cour-
bent sonl ses pirts ennemis; ris
rjuaiil son avenir poli'ique, sa
suualiou socide; ne voul nt
rien voir que l'intrt suprieur
de la Patrie, dcid tout lui
sacrifier, ha liment, non san
y oporter des moditi 'tions
apprciables, Monsieur Horno
avait sign la Convention.
Les hrmines convaincus et
sincres >e -econnaisseiit leurj
geste-* de bravoure Comme ci s
boiinii -s sont sans peur et sans
reproch*. U Nition.lt ou tard,
revient eut et leur donne rai*
son. La l'Varice li: r btir la
iinis)ii Je Tuiei in d s exal*
1 iv., -ni let uit ..
A lutes les .nj 1 de not a
fitsoire, nous avo s u lr 1
d*s li 11 mu s pour se lnusser
la b tuteur des .it ado s, si d<>
sespr s lu*ent elhs. et cou-
rsgeusem nt nous montrer le
clieiiiui. M jiii'.ur Borno a t
un de cfs lionnes. Aussi II
: uVisi ires u 1 n. 1 s 1 Dl .'mir
^a taillsnce et reconnu la no
blrsss de son i^-i si!'.,.
Ncut d/psessbl ter son ab-
1 l'uation; vovu.i plus loin que
1 eus dai s I'e-'ace il dans 1.
tem|s mais voil 1 u 1 dj
l'Iiistoire, par la bouche de ses
adversi-ri s, lui rend justice
inbranlable, COO m le Coi ml
Hon.ain, lous Mr BoTDO peut
rpondre : Je jure <|ue j'ai
sauv la Rpul li |ue 1
El c'est parce qu'il se rappelle
ces grands exemples parce qu'il
eutenl encore rsonner ses
oreilles ces lires paroles,que
I admiration il nt la plot forte,
comme IVnrpt rem- Cuillaume
saluant l'hroque charge rie
Callillet- /adversaire lui-mme
a salu notre grain! du l.
Maurice Etienne fils
1 an liainliMs Iransises
Port au l'iiuoa
La Flotte amricaine
aux Gonaives
f L'Aitibonite >, datis son
di ion du |i l Octobre, donne
les rei s ig 1 iiii-i is suivants sur
la viite d- la Fl.i*le uiiicauie
Ji I Ailanlique aux < naves
Li Hotte lomite buoil't
cioi^eur. it lotpii|< u s. bille est
co insinle par l'smiral Noble
K I wiig, en ce itoini nt
P.ri au Prince bord du Cor-
rorde s.
., Lis navires si'i uni-" nt ai x
tfiiii 1 es ji s1i.11 au .K UlOO n
et ) urs liiil.ins y donneront,
tous les vendredis, d s lonccits
publics.
La population a lait ici
htes le plus simebls ICI neil et
de grandes les font organises
111 leur honneur.
Les honiui s d'quipiite t
les cliiciers en g .m I nombre
vi iteul chiqu jour li ville a|,
le soir, de l'iiques ipectsel s
d- lumires sont l'oimis par les
pn j cl urs lectriques des na-
vir. s.
1^ Prfet it le Magisl st
(Communal, A qui le Ch I d'B
tal major de 'Amiral avait ren-
du visite, sr nt mont* bord 1
une brillante rcei lion II ur I il
(Ile le au cours de laqu Ile |.\-
miral leur ir'senli ie< plus ti||
remerciei e ts p. nr >'a m ble
accinil dont l'escadre 1 t 'oh
i-t aux Gonaives. I. 1 euieriti
hiitien"es. leur dpaf, ont
l salues par une sa've de 7
coups de canon il l'Amiral Ir
wiogi le lendemain, leur 1 t.-
tourn lerre leur vi-it- 1.1
ci- oicasion d s loasti < b
leureui lurent portes i l'amiti
des deux N liions
l-a premire escadre e-U coin
mande pir le Capitaine I K.
Ilellewe.g et la deuxim I par la
Capitaine A K. Watsoa qui
commande aussi le bateau uni*
rJ.
1I0TKL S' ROSE
S'il"- i la Rue rie la 0"U
L'*-ni|,1iu-
Spvici"de leriordre
pt " -
Gkaussex fis wmU
f.HEl
il. Bdloni lils
mnill -ures.

f.
*e***^>~^ts!** "*Pwx$
j&>+ .."?'* '*"" '
> ^r
- .
L.
V
. *-^s *- f
,*:





*w
1(~>


le aTW- 15 octobre IW5
HVLLES ETRANGERES
r.\n CABLI
Au Maroc
Occupation par le; Fr;m ai* de h muvtlle
clM.,l-tl-Irira
les flUMM -le l'Onen-lia lerm.* au i
Ions MBVOM .illeivlr.- le prinlemps. >tit
il g l'Eut lajor Iranai'
la qut ire marocaine est t. rnine,dil le Gat Oe ^iv^ri
li mm fH*-n-Ui m ^ [i-uluii'i. Je Iv-eilnle d inatlMl ,mrio>h>
eapil le.
Ii-t nllnn
memlire
un
FEi SU '
capital- d An-Je! kr. HI
pe par le* troup
Coiameot.
r*. un m m H de !** = <
ajoute !*eea BM*aM meiot
Et aMeedra le p* wmr-
bow MOM '-a soc
t e d ; a
- i B a-
marque U priM ? B bines nom d tel
par U MaurM tu -' das
1m monta*""* J< '
eeedre dne 1m telle** Km H de
a de ImU ta
' V ;
, UBC
ectat coarte Lt
-m.a
ras, t.
TARI> le -tal
M docMstant
1m oprai*.- n fcm s*<~=r
o rn carae'r peramert slrete-n
t.M et comp.}**'* pk't M a
Betre* qa* de combe*. U pre
t tape e* oq'u sien de
esapefr* #i* la pr*e de coati et
pafaoic '
d' Me 'er* ' l *
''lefaeteik ri-'."-# s i
t i< btiae*.
FF/ U :
-
-, u
- J ..
prH aa eoTarr
d t CtMjrtMk
- I
. fait
d' 'ioa air
l- p ataet a a .

Beat dkmaa.
. i,, h NlMWf
'J Prrao de
L - -
terrai i
vul#. Ab-ie
kria* "
aioaUw
** **a Kaot q .* qt
- d h unm L HiCm- ; i
la BM'a*Bl *oot 4*i'u*>cne
?i p** t
k ta est
ua m la cou p ur ta eo a aie
ma. Limp-ir.t ar bk Snm reaoaait soi -
- ta '. ueau < appte p*r
Ht* e*aotio*tes du moi la e'atiar :
soi = a ttit la r "i - la a*
oateat r*. **rtxv li
diiKiouM itpaWtt.
dke ceil U partout ; c* sa-au aa*
--*.* errar J crotra qie l'an
q.** r- < itre 4 Vit
rv Ml 1% ic c'a r*a J-'a-l-I
Ehas J# 'oa *o4 uea jrn W p>r ir d*
. >*aau trr tu I '!'!<' * | i i issasi il t
loun nue tj t i-or-MaMM ; > ! MJipiaa ta tii', la R> M ll i ha
1 lotir ea "fr.t u* ,
iu 1 irt h il m
M R>tl .L- l> Mr*xBa"l
ri d <*!? .a* d
t racr* o'
prwM il Kma }ae lor
i Marue o il 'Ttil 4 ail
kn tocaaa raipiM ai.
teail p avit aa iatMk>
kVia a*)*
rav * !)Ni
Ml Htm i : aaftfir.
autour >lu lill ren 1 enlre
le Clnli e la Prou
UXIOOLa
ta ; ki
ajortiat '* tn a^t la*fM far
a' ar ta f mtt m>L-
IiU k a eara tarait :
i iBiim : ? aaiaxM it
K-
ttla a Mit ra* dr ta,
al i* I'''ra M :-
Uata itlfai iaaijtrM m
Nwe&s direrses
- -. "" :
t : . i i : l
: i il
t
: *
* M IMA
- ' -- .^c 49 4V4
A propos d'C^jrie
Oaa B-Art e
!-* Aarmiaf. MM
aov i'*rra*. aa mit
nanta * f narra d t -
h) -*G>Mr i sa p* ta) rW
Mt a fait d. rairt
W < qa a-.v;* > mtaaaa ir*.
s .? Inu U patrw:
E< rt m a litant; ju<
a i iM. it jarfori'
mw Upratura
dta PjT a-l*rs<*. t m
(itatMt tM/BtlMHW
4a irra l rap^ala.
** t'i**t
4 Mlv-034 i *
nar
Koiid tTicat
'--. t i;
:
* &*rra*a da c.ua
? :aui. la r
la tatabM
" la*. ! p
r *
a ? j
Ea taiBM
:1kl
tat iv-at
ra* a "'osai^aira dulirar'aa.
wai F as t T>Oi*ta>i U tu Cob du
P1Mt .i W,, Jap^ Rap
FaJM* a aijcii Hirraaa.
La aoart ocauaoaaai aa a*
aaraat d * pbract.a k f'4a iaj,U ;-
N itipBhti I Mira -aaaa
VI
SI
ConseiUrEtat
Caaasa ecas l'acooBckD' hiar,
le i -c I Etal a ri|oi('{!|i
!|il ! r. r\>. c t n ai da
. Le Coo
ei 1- r li'ar, 4 V'otlas a i
r 'i taa
a a-a l'iaira Irak
! ar.al. |,r itmt
la'
I -ta ; a-,
- i I !
de la A, n b t- l rda
i i < c>a< la;"i <*a
rappo I de ^ c ion d? U i ic*
tal da loi q i a joule aa
I. :' ;de la loi ur
taa T i rApptl. Aa roa
de 1* dta*a aka uea n odiKriijoa
-- p>r I Mai i r i
' et La no al *!io- [ ro-
po-a p-ir aStci a oet'te d ^It*
Le . ICata eaaavti
n ic"e du iJ t de aVai
d tMlta d fvakV i r Ir Seei
u> e d F.- da 1 latr a r e1 coa ar
a public de Priioo
\ t| V Si Mre fta pi
l )* l'ai de d, la t
te-
\ I ar .-o : t 'e
|aar, M- Imita- e Casai rat
i 1 > lioa du T
au a beot e Ju t le i me liai p ar tas eaaditaka* da
rapport je celle Seetioa re i! i^
-* ua r} ira
DadHaa.
C* --! a t dm m~* I ai i k i ' ic'* j
Taa* ! >e<'- f ut, ea
loi d i Raki uw ei
rW. ta*.alpie*aua k taaace.
fte aa Club de larii i
en I honneur duS3KlIa?
Daaa ca ru *aal p ***f- mi-
lia 4* ta mr qai >Jle oAt ma-
jaala*aM aa f ad b aMit aa
kbkM d aaa beaut HKompara
Ma. 4aa c p-liorM4]M et ebe-
aat eoia m Priacaqaa l
UariBBi. eul lieu b.ar d*u brea
de I tp aii UplM. raa et
k plu* r aia 4*a fetea Ae-mi-
t oa. tstnia, c e. boaae lia-
rtea o t isaaq t*
fe-t.Loa il
mear. cor
. -
rtoaa'ur dk
BCHL ;n' E:
i : | et .a- rnia ae aiaa -
bit qai caractraaat k* paaa*
- I Ma aaa >ec
J- a- F. iee. H t ,
UCXM. .- ! !1 IU2I l'.p Hi
le peu ii - ir taa.
La aaalaa i . ai ; b !
i at i . e J da- -
qi ta J t-mp i*ail p #
C> p t ;c-- i.s- i : ,
t al a av. a.- pir a j-n-ta ad a
p m tr oti -. i a Ui f ou-
ae* aaiavt- fjrma* pir ;
lirM pir le .gu.
faajra aat u- d* Ubl
rammi par b aaru .
ha* Mfioaii aa- et, a d c i
mi 4'a*pru at da
(Ml
* .'.
. --.. M.
B*MM at ri. ".-A.
tirai 4 eue i*d *ajr k anae*
k calke ;
("ierard Ijjdla
i -.
u }
Miamr 4a
ajaak 4 al tnt h Baa. U*
m b: 4>m4 SmI m au a
B je ei. allumez
us lanterne* '
Dbm q *"% i kata,"c*i ai
M, Pau 11 -F riaea, 4a t
- >h cm t*. < h litat k ir.
d'alluc-r taavfa ac e i m l e:
ic-at in Mi awftii ataaaaj
rdk kaj|.
t aaa taapnadiare fi peat
lira -aaa da rat.s m araier .
D ri a eat pas *.l l 4a nppakr
l Ma faa k t 4a a* taa
rkaaeat 4a t c'^-e. t ce a
paim: m >b eatae d. avir.la
?air ic* I itra* a c*e.
f Bronches
ou autres af-
fections de
l'appareil respiratoire
L'EMULSION
SCOTT
prise rgulirement
donne une nergie nou-
velle, augmente la capa-
cit de rsistance
et aide liminer
la cause de la
faiblesse
Us consquences d'iur
coopratioD franc'
et loyale*
Pepui quelque temps nous d
o* l'a'o i*r. cou s Tira-- r.el
at prot g t \i*. el Iraaj
o s le aaaya .- k la ir c ">
eoaira prsilini de raliser de
gr*ni*- T,ie.
la prak Ik M H mwmt
dent e*l tank partie .li-e. car
a ; - c* a]e jour i rolit.
rt re lemetlpas leur dtriment
. ; l'on appe le OSMl
K nuawaiia ui aracllrai
eb* naol el h!*Ti r.\ a t nous.
el n u en odti's laJkfai'i
e i n
- 11'i po ir leu s
i itipri
* bm Tiii h\ el d qualit
ib*a. C-
CONCERT
Voici le pro^ran i"" ']'" ""
neui.ea oir, au kioaqui
Chimp 1--M r-, par U i i
'!" ''" f*-'1 ., ,
t Tt>^?l>' i on, M r. L-
2; I II Ol fOUtb, "il
3; _Touioa>i ' J" a,s- v,u"
IIukTrwkl
o)Ji nca hib rd fl""'
napilii'' )
t,, 8l 'lion il-' I *
7j\a ?ilUur el s a liien '*>
pn
8' Si"ir'p n
9) hn rjlf ijo'o, l'oi-l '
/u) Serrons nos ran/s, M
rm^ue.
A VENDUE '
Fe-rciise de dpirt:
J grand* maison bisse avec
louls les d^peo^ari' H
Eau en abstM*, Ions nrbru
fiait ara la proprit tulkl
spacieus-, ofus de* a*snlaga4
pour tennis courl, v^sl s j>rlio,
e
Ouarlier de Saint Louis lie Tu
g* a
\.| Vendeur : Or 00
S'adressT au journal.
Colo lin S'amrhip
i tn[ : I] |nr.
j .i, n r r !'."' venart de
I il i ln Pnr*
i Paii C re el *l vrc *t
,.lte.,.lu i Pcjrt l< oc* k 1S
i ', ni. H H r artira le
. j< m ii r.r PtlH fif ie,Mira
pr,n<. Jrr, ir. <>\e Jacel al
ri de la Ci Ion Lie prsent
i,,-i i ps m fan.
,a p/j| ai !o la ivlobre 195
*T7, BiLur S eaiL'I. p ('oirpaDV loc
l KBAI A & Co, >geo'ti
n pn l.'fme ai '^isiaot
(Jt'IiiiitivemcDt rsolu
Kn l'.nle tbOM il n> t pas d*
i rrimer.rnrnt sans fin.
Celle foi ci c est tour de b>o.
earta afcaaaaa a trop dur, lu*
aUkratlmi relle pour lotit le
monde indiMitctercent. Pour aot
rendre a l'*idtncp. ('oonez oa
seulement li peine de rester un
inlril au Mfiin de JOSEPH
l'OUJ' )L, Rue du Migisin de lElet,
No 1*34, ou tous Ir uve-ei tout
pour rien
A l'instant mme pari, i dirael.;
roeal pool le Maguio d. J06EPU
POUJOL.
----------- ,.
AVIS
Avis
Eijaise
Sojreat. k Port u "Vio-i. l'an
peut ik"j sa*, I ap"- m H, un
t ita m 'atJ o u uoe
-:'.e i rai m je las I e Elle
ala ne mies
t ii dire
. >lejr d i
aaja-dj
o t
. o I- (0 .djiice,
laaiaat i aie sraiat*.
Le public et le commer e en
rur1" ul er onl avjs q ' partir
du lr / t I r < o irai ( m i*i n
N ^ AT,< c j -ii-ler ij
Voi-ie ir N Ans j sou* U r son socia 1. a la suite des ff ire l ro-Ddra
lan' pour i'el ( |u le pais.f
la socit Hf>oiile.
Port su Prince, le 2 Octobre lOi",
N. ACKA.
Mariafje
F.n l'Eglisa du Sacr dur d-
Tu'geau sera bi i le 'e.idi i' Oe
I bre, s X heures du m ris. le ma
ri*g-> de MfaHt Paile Faine st c
Mr Lon Li'eNna'.
T u o^s comp'ioien'i
Oef'lie iinibre
Une l-o'-heqii nous > par
tenue de Mirebl >i* noui .n' once
U n ir' I -et'e. lion
s il er 'kasaMM1 I* 'ireb'lais el
er i i Etal Cii lu qoarti r
daSattcetle.
n i aaa lolio es la fm;lie
proutp
es.
T
Je, soussigne, dclara sa pu-
b.ic n'avoir donn mandat 4 qui
que ce -oit de \ecdre, d hjpolb-
qieret de faire sucuoe transaclioa
coDciinibt ma proprit, sire
Tort lu Prince. ru> Joseph Janvier.
Toutes |m IrdnsaetioDs qui su
root t f'tes feront considre
pour nulles.
Portau Pnn'e.le 13 Octobre IttS
Adlade PIERRAT
-j_______fui, sa .--------a
Pariiana
Ci Ssar
Le secret de Polichinelle
avec M irie de r'erandy. "Aodr
Braba i, J-anne fberei'eir'.abritl
SigaotaL Entre : l.i*0.
. - . .
Av's
avon I boncejr d'aTiser
le r nt paitil de tel e date, tous HSSI
ros*k s Mi --ir Walter Ka-
Mti maison.
fort au Prr-.'e |f Octoln lr5
f^oflsota. LI *S \ ta
"EU

EucLE BOSSE IC
Agences [[Bprseotali jus
0
z
-
PORT-AUtPRlXCE
Agert g aux de s
Decker Jones Jewel
Milli uva <& 'C
NEWVUIIK
I ;u tue Ha.jariBti O 0Boula Rouje atc
nuk'iu F re ln>uraucc Compuu
\-i-.4Qceci>ntr> li caaai*
b^HBjsjsjJ Ltlrh G"
Ahui a taa Sala Home
I. J Il r hp'-n rom.>a'ij
>cu ar* Hed.
PtaM F- Iatt!ai|ft S>n
'"'MKn* sa es e tous i]enr>>
.s
Mnulaclures Lile 1nsVe C
\saurance sur la -aie,
Sutlboa Priraa (W
I ins A ^Champagne Bordaa i
Fit. He\rnir
(iH'LMlAi.lK
re Danois, | ommq* et contarras
a I -i > r, i I ,
HT. S. Illlit-ffs lt SUi
I aliat a Jaunes- C1IS
*>l R.tli.-ii.il,
Sans Rival
i:tflar.Ues'hante-*l*.o
F.nvola de. rlanres
awas
-r>
205-209: Rue Traversire



LE MATIN 5 O.tvbre lM
> I ?
f'H
1 6
U II il
Exlrail du jaune d'uf. Le plus aeiil d s Recousliluanis,
Rend puissant et vigoureux. lUcoiuuiuiiue aux peisonnas faibles.
Fortifie le cerveau-la mlle pinireles Oa et les eins.
Brewer et Co Inc. Geo. JE4NSE JE et C
VOtiCFSTFR M SS, AGEN1S
Pourquoi vous devez acheter Chez Marcel AUDA1N et Cie
Achet? voire C'airin Tierce chez larcel AuJaia M* Cie, parce (,u'il provient des meilleurs terroirs d'Hati.
'
' vos Gin, Wisky H' li(|ueur M
'* votre Rlium et vos alcools **
" votre sucie hatien ou tranger chiiz
" votre Cal toi reli moulu chez
" votre Bire ( powenhrau Hambourij)
V ?M Vins de Bordeaui
'v- -s /. eheiez ussi chez laicd hudain 1 Gi
M
M
t
tt

para* qu'ils sont vendus aux plus lias prit le la p'acc
pire que le- marquer qu'il* vendent font l'une puret ingalable.
parce que I urs poi ls sont lgaai et leurs prix dus plus avantageas^
parce qu'il est prpar avec du cal de choix, dans Us appareils le plus perleotinDQ
parce que sa Irai-.heur et an prix dli ni toute c nicurreu.v.
parce qu'ils sont vendus aux mime prix qu'ailleurs, inahp leur
parce que l'aceujil q'ie vous recevrez sera des plus courtois
N 1003 Kuedum <|:isi nie l'Etat
=5"
RESISTANCE OU ELASTICITE
Les rultt obtenu* par
l'emploi du Super twist don
nei\l la rponse.
Supertwist est le cab1
extra-lastique, extra-dur
bl, ( labor par Good Year
expressment pour 11 cons
cru effort des Pneus (. d Yea
type Ballon*
Comme Je nouveau Ijp. de pneo, hp Uw.u est plutt Ute ?our atonrbt, In
chocs au moyen de son lasticit que pour leur rsider par sa solidit.
Quand un pneu Good lear, lait avec des cables SipertlUi heurte une perre.
ce cable 'asiique ode au choc, llchi, s'laryit et retourne son tat nor-
mal comme une bande en caoutchouc.
Outre leur lasli, il, le conlort qu'ils ollrent et la lacil.t avec laquelle on.peu.
onduire les voilures qui sont quipes avec des pneus Good lear la.l avec 3*
pertwist, ces pneus sont des merveilles d'endurance et d'c mom Les,;pneus Qooil Year sonl les sculs al)ri(lus
avec le Supertwist.
G.0 Xear est synonyme de long serAce*
Tbe West Indies Trading Company
^ort-au-Prince, Gonaves
Gap-Hailien
FJLIMOLISR
New-York
Si vous vouliz conserver la peau de vos chaussures
Si vous voulez eonse ver sa souplesse pendant lonqtemp)1.
Employez notre pte .Monoqram la meilleure de toutes
les marques
fabrique spcialement pour les gentlemen du hiqht lile
Elle prolue vos chaussures contre la chaleur et
l'humidit*
Geo% Jeansme $ Cot 4fi nts

ASTHME
J Ofiprtinon, Calarthi
SuPocaliom,
Toum niroium A
u.riinn rrtla par la*
CIGARETTES CLRT
.,, POUDRE CLERT
Or ci.ERT. M, Boal ai kUrtla. Parla
i
Injection peyrakiP
l>.,m.ipla de 40 mi fiarit la BLENNORRIIAGJE
ri l->ui Ecoulement! rcent* n Chronique*
231 ARABES GURIS sur 23a
(Ltitrait d n Rapport -/ M44cm d'AIgtr)
C il! It rtmiot ! liujou'j lin ni lu milllirt riallltl
l.N Vthrt DANS lOl'ThS BONN!S lit UtMACIES
J'f f lAl.ITtS PF.YR ARD D AI f.F.R, 46. nie de Crnelle. PARIS
A i'#. i ..lllh,. i'l**lUtar> W

a. U/uui iA.bi.t t* bai au *.
Procure/Tvmls des chaises et dndine,'it en fer.enanre el enbr.n,
qaces, lahlcaux, lampes- lavaboS:;- Mrp'l'es el descente de lus.

. B/L1JLCMM FILS
<
-.
*
'v

,
^
. *
., >
120, Rue HOUX, 120
<-->
. wf


LE M TIN5 Octobre 19iS
Geo.JfttNSEHE&G)
Ayenls Excluais pour les maisons suivantes :
\\ m. Me Uonagh A Sona
Huile .1- Lia, I m i ci da rhffibeetiBS, Ktoupe Haine, Gomme
Lc \ n i. ii. ii ho, Brata, Coaltar,.etc.
itomarx Milliug Go,
larme Di.;. 11, Parut Dahlia.
PltChl Supply Co.
/iti lai .!> Sellerie, CkM . IWlet, etc.
HrewerA l'ompiiny Inr.
IVdul. I li.un ceutique. Drg*. Spcialits.
l-'ulion Slioe l'olisli Co
Ci s.ea pour i'li..u-nres en tou* genres
International Cork CO.
i' ( i' The Charles II. Hrowii Paint Co
IVirlnres en lois g- nre*. l'eiulure, Snlini
C.avanagh Bros 4 Co
Hardware. '.'uincaiHerie rn tous g nr.e.
Markt Shiieler Co
BmMCt, IMccM. Balti) Pelles, Rteau etc.
Ubjetl tn ,:noul< liouc, Jouet en caoutchouc
\orth Arnciicali Industriel Transullantlc fo
Peinture l'eau, de Part, Teire da Marbre, Varliinea pour fufciiijuer les l'hrn-Mix rt
Ira Moelqc*, I lorM poni lot litatioo de Carreau et Movxiq en,
Minium, Indigo, I oudre de lror/e. Coudre d'Or etc.
Lewis lloherts Ino.
Bocn (nur in prinurie, Encre pour Lii|,cgrphie, etc.
Nous ""us tenous la dposition de notre grande clientes poi r
Ici crimaian.les de Ciment, Barres de Par, Clou, T.Ve, Poiteseu P r
Ron-es Mtalliss, le.
Geo Jeansme *f ?o
Bae des M trafics en fee de la
Banque ftalioi aie dll i .
G ra, i (Min s
boo
s r d 8 Caves d Bord* a ix

Voulez vous voua habiller avec lccance, et
march.
Adressez nuis la Maison N. St A. A1 IRA
Dont la deviae est de vaadre petit bnfice pour
vendre beaucot p
Daiiss)n pei .onnel, la nialaon oempte un mallra
tailleur italien sorti d'uu tablissement, i e praui m
ordre d'Italie
Klle eal en mesure de fournir des eomple.^ toi I ta
et sur mesure, en cheviote, diagonale, palm buii- i
drlll blano et couleur, coupous de casimir pour oin
valons Ctoffus pour Jgllets.
Bonneterie
CMmlM de Jour et de nuit, au qout de; op ir*.s
Cola et inanoliettes derrires crations. Ci) .jon
al Pyjamas.
Cf.1 te maison ennst tup une innova i m
et le meilleur accueil est rserv tous ce ix qui .-!*
sirent par une visite tre dfis sur la valeur 'ii
travaux fournie.
l'-Mit costume command at qui ne rp >nd pas m
godi iu client est repris,
On paile franais, anglais, espagnol et italien
Donne avis sacllenle t a'ii mle.:r *i if "Mie q-iH
t a iso-rn son Laboratoire dUloge ea un Li mo 6 s,
bioloyie appliqu sous li Dir chvii lu
Dr Rico t et f. * LfttWltj a 351 ||< niiiv , ,rs i r h- Ji nriiftl
neurea dunlr pur Ujtc-s ;s c! ereha tanilyu. pr'uet di s
s'annonc* cl Jointe, s mi pj ire "
\Vs!4s*f unu'i et li e>.;gtji'itft U .Sh SSerAt ria
S3rout r uea q ii le a r1! d chane wm im.
saire'ir j r*fti'n e p ur les reoau i r^ ,u
AlMlfed Kiirainr le \* aasjrminn
B r of. r Trthoi m,"
" 'in e "' n. 'u .uT
en 4 ,u ur. fctlm
hx "rip .>* ,-, l^v
A\\\firr\pr\ r*i ni
Oinsunte Uf.o'fc-'rfl
M
H|
La s le iimt avili U!
I.fi beurres "B' tenose" et ''Pys'4 de Messieurs Smith
H' proeior, Lit. sonl <| ir.*ntis entirement purs.
C'est x-elleut c'est peu coteux.
|^n venle dans kl bonnes piceries :*et en dpt
cli /- l'iij ni.
Uon R Thbfnd *
fi
I
fosiiion exceplionnelh, au centre des allaires proximit de toutes les Hanques, de la douane et de toutes les AflenCf^e bateaux. lenstifjnim nt
et lacilils uour v>a|er en automobile dans toutes les parties de la Rpublique l'Hati et de la rpublique dominicaine. I ambres conlortablee et surtout
trs propres. Fen fila leurs dans les chambres} ta deman-le des femionaires. Cui->ine Iran aise trs soi.|-ie el d. s plus varies.
Dn andSM ViitT leh magasin* de l'Htel: *ins des meilleurs orus de Bordeaux, par Imrruues, ilamejannes allons et par be-fl
illes Par nils< Vins de cliateaux, voua trouverez le plus qraml choix Ipjur les qualits il pour l'ge VlW D'ITALIE P EPAfiXE.V*.*'
.ougeaiet le rtnomn; pommard mousseux, yot Amricain La Pl,|s grand aasortimeut de Uqueurs, oj.ne jtus. wKkld ,
AmerPicon, VermoutU
teill
N urZBOURC.UG C (blancs
Absintlie Pernod,
CONSERVES franaises et amricaines frachement arrives. CHIaHIOS de uba. urora et llabanerfc. CHAUBTraft
ds toutes les fabriques d'ilaiu Gros aUlUlt. PAill TMIlilii GnrT'e* poUa.es.
Prix 1res modrs
P. .. Patriz. Propritaire
r*&azs
r^r
Avis
Li lerra* de II Station Exp-
rimentalt! a Damien a en nom-
bre limit des ufi de pur
aiins white l.e*liorn et Hbode
lal.ni I II d proveiant des vol-
laiMes imporit s des IJ.rt l'uis
Ces .culs d'S espces renom-
mes roinme les nii'illeuivs pou
deiisrs ont >endui pour la r -
eroduclion Dami'n au prix
An Oeux llour.Jes la douzaine.
Amn
Le ouavign avise let dbilaan
de la UiMite Abdalldli Akmed cpie
son mandat comme syndic de la
f illile a pi'* lin par suite d'uir
ion. "'. 1.il qui ramai le failli 1 la
tte de aea aflaires.
Kn ooBsqoi lui', le aeualgnd
a'eal plus haliile a recevoir huoiiq
veraen eut llir II s lomp'es dbi
leur*.
Port au Prince, 'e D Oc obi lOi'i.
Taluw HOI \
Maison I louer
Hue 5 Peu-ie Clir.se No |2H,
Prs de l'I loi d Mo iingne.
^'ade^er au bureau li> journal
B)use \o Reut
S'r.Tt ,\o .%.
Pu de-Clicse No 12*4 in ilia
Ilolt'l M r'l;i/m' n. lylirturbood,
\i|h lu-Journ*) 'Jllice-
LES PRODUITS 1XESTL.!:.

Les proinUs Kenil u nt iai>orab1einQiK;c)4nas ptrlOU' o i's siit\ vend :$, vu qw la
n.aistm NK&I'LE emploie nul m ni le [lait le t lus rWoh", le ravi*. UUCre et autres unicle
de ncitit vitale pour l*ur fibr.cilion de loaie premire qii'il,
[' Tous. liOuVtrti pariou*adLs les bonnupictries des diffrtes Tilles de la l[Dbliqoe les articles suivants"de la maison- REjTLE.
Ll.lt strilis, | ait Condens, lait Ivapor Marque Nesd ou St Charles ) Farine Lacte pourj U s enfants, r m togen peu; 1rs bLs )
Cacao l'item eu lerblanca de|l ilb. i/4.Jet | lb eu sachets, '.icino de Lait
Choc- la! de fout (fenre;
Tout le monde devrait essayer cet article qui cal n.erveiLlau:
Crme de Chicihi en bat6ns,ai tablettes, Cnqijttes.f Boites de fai>ais>e etc.
Pou / i fomtflfl! 'es directes de a fabrique tu pour les achats eu grr ,v* uil lez vous adrestr
>
MNK CCE RH 0 LM

r -- -
Ayeot Gural Rue du Qu \i

:


vt
~i-im
CL.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM