<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN^li Oclobre 1 ( J2J 1LLES ETRANGERES PAU CAHLE A la Confrence locarno les.l,sru^onss, poursuivent *£*,£"** f t du Parle de S'unte ,esd,'lr(,.M'sll.n 1 andsd^irenlune 8 olu.ion^finitiv. Lesair^lontbloccnlacedel'Allemaune LOCMINO M BulhcV.m m bre ila chancellerie [rajieiiaa et tiparl da la ilgition installe \ l'Ilot. I .1^ replio4a. a di lari aux icarBtlUluqn'l 'UH roi in tu q-w le Rrl.h mod.fi >•*• tions tenir Mi.%  -on de NM:on Ceci pt-ni^ttiKit I • gealuifl d pMfcl avar.l la ho de la se' aine LOC UNO Dapi* M Cham berUin la qns entre MM. Briand el S: re se m h nu. LOCXKNo— l etwocallei La ther. pirlanl a l'H lll d l'pia nade, a lai li d-clarati >fl suivan te aux repreutanti de la presse : • Ce n'e-l pis uniquement uu b Dlire de l'Allemagne mais de l'Bu rope entire que nous devons trou ter une raauicre d'armer a un accord sur les problmes de scuri M et de sauvegarde conlie les agrs • >DS Des tnl.unanx de garantie de l'entre de 1 Ml' magne dans la Ligue d Nations et d autres pr blmes de moindie importance nui donnent a celle confrence une importance gale sinon sap rieure celle qui eu! lima Ver Bailles a la lin de la gu rre. Mal nous alltmauds nonne Mnerons un accoid que lorsque t ules re9 quesluinsseronl rolu<> end lail. Il ajouta : I ne grande tendue de noire lerriloire est en-ore oc cupe pir les allis N us tommes >-* W'#ai".'l 'Liv^-U'. i jl eutoi armement que no s mn .Pour ce raisons et dam lii-tit de toor, n uis desirons un r^aultat I riiqne . l'A MIS Les 'e niere* informa h ns i.(,uis de Lccarno minci dent das FaHirmilio" que la ron fience lire a sa fin d > ne imni re lnorab'e L'Italie qui n* ligu lail pa dans le pr j t rd'g Londres ligure maintenant dan le prambllla des F.tat* cin!r>.claola. Le "o-pe llie f rme de non au ur. b'oet rilemgi % • ,rouva dans U nces'il de h sir entre l'acceplalii' ou la n'galive On cri' fermement q-ia l'A Um gne ai'iiera au piiut de vue da al lis avec U gmutie dem-nl e par la France au -ujel des traits d'-rbi'rage avec I Pologne el la Tvh'cosl .vaqu %  et qu'aie ar .pie ri dentr1 dins la Lig ns d-s Na ti maux mmes conditions que !es autres nalious Son acrep'ali >n dtiui'ive nf seia sans doute ren due pobtiqiia qu'aprs la prpira tion de l'opiuiuu p'ibliq ie aile mande. L'Allemagne n'a pis soulev U question 1la raaponiabilit de la guerre ni celle de l'vacuation de I > toit la 'olog-ie ou l'amlio-a tion du rgime do cupalion Je* t, rril ur.'s .le la rive g-Mi'-ha di Hliia Finalement on estime q e le parts e-l mieux prpar par les (onversali >n* pme eatre les mi nislres que par 'es confrerez plui-'res.Dans ce but la sance de cet aprs a t luaptodua ; les dgitiin franOiUs an<'aie el allemande s'emb rqurenl sur 'e vapeur Fleur d Oranger • pour discuter pendant la promenade iur le lac Majeur les derniers as les consquences d'une c(ci(!.ti(D frfEche t\ liple* I 11 i qnlqic lctT|a renit \( I | l'MOl.i I \ Uh son n (S ll'l I l< nul 11< l |<< i-idf. et Un u M i le n i y n f. ' e leur Cin KL ii pmuiMil de rkli>ei de g tii'i < ti'i on ies. La prota lu n .u .1* ne us accor Ji nl est I' nie po t:c lire, car nous eu ii o-'srlaqii'j u> ifofit, uatuie lemcnl pas ft li ur t• !iin i nt au>n c e>l >;e iiu'ou appe le t(i p ration inu eb*. K*waa lleimanos roo; rrtt I an i -lie i.tnl et los.ileiii ni a* c m us, et n IUS en ,>oaimes ratfrfai'a. Kst-ce pourquoi nous le I-COTJ mandons a tous Uni pour buis marcliaDdises qui sont incooipara bls, it bon raanh, et d qi alit irrfjrocliab'e. Cl.IKNTRESISTANCE OU KLASTlflT y/^y/; On discourt de Trotzky MO^ "I Lon Tio'/ky.ex mi liistre le la g irre du cabinet des Soviet-, parlant de l'Ksplanade du Kremlin la dlgation amrirai ne venue Moscou pour tudierlea nouveaux procds conomiques inataurs en Kussie, a dclar que la plus grande partie d-) ceux qui, Ban* autorist i >n de la tr ^sterne Internat un le, rpandent dans le monde les doctrines communistes, mco'iiidi-ser.t leur l'on le lient, leur application et meme les cuu tes de la rvolution m | luragan i bW-Tork NKW VdKK— Un lort venl gla ce, provenant des gants laoa, Beat f il sentir hier aux premln res heures du mutin nccaaioooaol une baisse sensible du lliermom tre qui a marqu huit heures 34 degr* Fajenheil, lenprnlure qui n'aviil pas t enr-gi^tre cette poq i • il* l'aooa depuis plus Je 60 in^ La m idvamcol m rilime a i paralys pir iiiill de la force d i vent. A Mile heillield l'ouraga i a caus dea avaria* H aroplanes ni IT Is pour les cuir aes iu tern i ionalaa qui oal t aai r endues. P usieuri kilomtrt de ign llgrapbi |Uei < %  llp IOOI ques out l dli uiti i. BOS'IONI ue violenle lempi^ te de nei^i >'i-i %  !•'rlihti a sur 1 Etat de la Nouvelle Arglelirra. Les premires neiges de la saison ont fait leur apparition dans la New lltmsphire o ellea ont at l.'iul i certains endroits une hiu teur de i '< poucea. Su/aiitii! loUmw. Ou.nd un pnao So-d leir, lait avec les cables Seperw-si heurta une pierre, • ce cal.!,laaliqoe cAJe au choc, llcbll, .'largit el rettuine son tat norLtOU&fillll illdl na | comme une hande en caoutchouc. futre leur laaticit, l conlort qu'ils oKrent el la laeil.l avec laquelle on peut conduire les voilures qui sont quipes avec des pneus Good Tear lail avec ^uitilwisl, ces pneus sont des merveilles den'lurance et d'conomie. Ce miitin, le Conseil d'Elal a renouvel son bureau peur le tioi B.me u ois de la Seision enlmor dim iie. Ont t 'u' : Edmond Montas prsent, Tamase Pierre Louis rt Lopold l'imboiat, 1er et -''me Secret m s. Au m< ment ou i ous mettons tous pre se, la lanct de ce jour continue. Une suiuesthe dcision du (iPd-ii CoiSiil cb l'tfrdri MaoaoiqjJ liTorable Ernest Camille mis ei jDgeorDt et le prsident do Conseil de l'Ordre, kVfMr faiv'p, bUni le ( riidCiTiii! de IOK'M ma < LD que bai*Un. roiciiox ton ki i\tr intiilis lis liadi i' ns ri* la n M i i M i il i n i • 11 m i Uni'' | > n l i,i e die lr.ilili.lcn s'igin d. ns les intiiguef politiques a'esl.iti D'I, hit r a|res n.ici, iux no* de staluir Mir 1rs \H\A I IHIJIIII. %  du psudo n eetii g oig nis, P n >n ihede'nier.e: l oge • L'V.iil Ju^ttceiit m'igm 5 d'avoir *n a loc.tl de a o c e a rvir de seine cette comdie, le • oosed a suspendu de ses fonctions, p ur lre jug ultrieurement suivant le l^lements rnsconniq-iea, le V nrable eu exercice, Mr r>nest Ca raille pour avoir comp'aisamm'nt autoris ce'te runion p)L|iq ie a Vu'on-rofe' rie Wt Ravoir t l'organisateur descelle mati f s lation contraire toutes les rgies et i toutes les traditions de la ma onnene et avoir us de son titre i lin que le local de la Loge ft mis & la disposition des agitateurs politiques Mr Malins Nicolas, membre du Conseil, ayant prsiul un ordre du jour pur et simple qui lui n je t, a donn sa-dmision. Le Vnrable Camille devra se prsenter A la barre du Conseil, mardi pro< hiin, pour tre jug C'est la un heureux geste el un,' suggestive dcision dont il taut vivement fliciter le •'. mseil de l'Ordre de la maonnerie hai tienne, qui comme nous le diaons pins haut, n'entend point que celte Institution soit souille par 1 s vinies de la politique. Il faut esprer que devant celte dsapprobation qui leur vient de tout s parts, Us organisateurs de ces runions comp'eodront enlin l'inutilit el le ridicule de toutes ces farces. Avis Je, soussign?, dclare au public n'avoir doni. mandat qui que ce soit de vendre, d'hypoth qui i et de faire aucuue tran.-arliou minimal ma irnprit, sise I Oit lu l'lirCP, tUi .lo-epli .1, n.ier. 'toutes les trunssctions qui au ri,ni t faites itrent considios J icur nullea. ortau l'rinre.le 13 Or'obre 19i5 Adlade PIF.HRAT Les pneus Qood Year sont les seuls fabriqus avec le Superlwisl. Good ear et ynmyme de long service* Tbe Wes ndies Tradtug Company Port-au-Prince, Gonaves Can-Haitien AJacmvi (( ^ H (] 0 q 0 [ chaule C.tulleVoyirdal nomm %  %  ^ V J 1 Mr Celiille Voyird a l nomm lisiecltur des Ec les de Ja mil en emp H-emml de Mr Kdouard Roaateau. appe la direction de la Prlettu e Ds la i omina ion <*e Mr Voy ird, Mr Lonce M.ge qui luil diiec teur du Lyce a en voy 1 sa dmis -ion au I) partament de I lastruc tion Publique. \/ r ati*ala& Ce soir Le tigre sacr deruhr pisula Les Tangos 1 partie L'Osblacle 3 parties Kntri (i. 0.5U No 1727 RueCourbe Port nu Prinre Baiti) La Maison vient de renouveler son stock et sollicite la visite da l us ceux qui se soucient de leurs iolrls immdiats. Vous y trouverez des Indiennes franaiaes pour robes d intrieur dessins au go.i'. du jour ; des Ziphlrt bon leint garanti, et des drilla couKurs pour coliurs des Forces de clupeaux nouveaux M GUI lit rs pour dames et pour hommes; de Crtoones dsmassa pour nappes ; Serviettes de Table el da toilett : Jolis tissus de soie et colon, de tout soie ou tout co'on pojr robs ; Toilss drap et toile pour matelas. „ ,. , Sutiali' de C\ I oTS coui t; II. Di.b ut. Ilatiste crue et ..mv-t'AH. ,. u otrrrV, von s y trouverez tous articles ae mnage ea mmllc, it I ii tu i L i u n, fdience et Verre. Lis 'aftleora tiouveront aussi : Chapeaux de paille et de laine en qoatil li e et ordinaire ; Drilla el Kskhif blanc >u jaune ; Chemises, ( hausselles ; Mouchoirs de poche ; Chemisettes ; Gilets de flanelle ; Hielelles etc. AVI iVoiis avons l'honnnjr d'aviser le pubiic f t le commerce qu partir de cette date, nous avons confi Monsieur Waller Ha nilzsch la procuration de notre maison. l'orl au PrincB.le 12 Octohre 19*3 OMUon, LI :aS \ Co %  Parisiana Jritili Le secret de Polichinelle avec Maurice de Ferandy, jAndr Hrabiot, Jeanne Chereilel"! il riel Signorel. Entre : I 00. La sant doit passer avant taut Les bourrai B'uetiose" et *"Pys' 4 Je iessieurs Smith H' Proetor, Lt MAR. iu: le jeudi 18 courant ( angle des rues rpublicaine et liantes Destouches, ancienne pharmacie Kwald Da5 heures du matin les familles sont avises qu'e'les trouveront au dit local des pains de toutes les classea : Pains b'ans spcieux %  viennois aux raisins el des biscuits Petit lleurre et & p eau Hayons de Biscuits lins et confiserie k i q ." eur ?' VinS ,ins et de table f ., Ptisserie d'dpicerie %  TV* .->. 205-209: Rue Traversire B>—^ lafi^, i*a 'Wt S



PAGE 1

LE MATIN J, O.Ubre I92 S Va M Ext i' du jaune d'ueu.— I.e plus aciif des Reconstituants. Rend puissant et vigoureux Recommand aux persofiLes faibles. Fortifie le cerveau-la moelle pinire les Os et les reins Rrewer et o lue. Geo JEINSEHE et C AGENTS WORCRSTER — M ISS. ** llailmn Motors Socit Anonyme H H. BETCHLEY, Prs. -* %  Lincoln dk>Ht> Fordsoiv Angle Rues Dan'cs Deslouches & M^Qasiu de l'Etal NOUS avons le plaisir t\ UUUII £*£l ^1-, ~l 1 -1!• i sont arrives. Nouvelles Voitures Vous tes Ions cordialement invits & venir voir leur nouveau style, leur dernier confort et leur grande supriorit, et nous sommes convaincus que vous serez tous dsireux, d'tre possesseurs d'une de ces Belles Voitures. Les diveras couleurs siat: Meron Rcugc— Vert Ewis i Gris?. i • i i S'J&Vi&s*/* i liMssis dont les nr.'x clelieul toutes Nous avons aussi une grande amM *.t>ta *£*£!; ITDIT^OZ&U P*r Uau. concurrences-^ plus l'aile ummnœ ,vret etsttrlout Us piustconomu/ i lenez les voir el vous pourra vous mmes juger de leur grand perieclionnement. Procurez-vous des chaises et dodines,lit en fer,en enivre et eu bronze, glaces, tableaux, lampeslavabos}carpel'es el descente de lits. Chez ;/UULOHIl FILS, %  gsgyjijWi^&s % %  • •" %  %  •. ; iift, Rue ROUX, 120 JW* • .,



PAGE 1

LE MA TIN .4 Octobra 1925 Geo.JEANSEME&C Agents Exclusils pour les maisons suivante : Wm.Ho Donagh & Sone Huile Je Lin, Kueure de Thrtbenlina. Eloupe II ma. u-jmraLacque, Alcool, G judion. braie, Coaltar. .etc. l'.umarx Milliug '•<> Farine Lelici, KaiioeUahlia. Klschl Supply CD. Articles de Sellerie, Clou, llouclea, etc. lirewer A Company Inc. l'ioduils Pharmaceutiques, Drags. Spcialit. Falton Shoe PoliU Ce Cirages pour Chaussures en tous genre*. International Cork Co. Capsules pour Bouteilles, BouchoBs The Charles II. Brown Paint Co IVitnres en tous genres, Peinture, %  Satina • Cavanagh Bros. & Co. Hardware, ijuincaille. ; e en tous g nres. Markt A Shaefer Co Brosses, Pinceaux, balais, Pelles, Rteaux etc. Objets en Caoutchouc, Jouet* en caoutchouc. North American Industriel Transntlantic Co Pniiture a l'epu, Cernent blanc, Cernent blue, Cernent bouge Plat. • de Puis Terre de Maibre, Machin pour fabriquer Us Carreaui et i... Mnasiuue Fournitures pour fabrication de Carreaux et Mosaques, Encie pour imprimerie, fcLcre pour Lithographie, etc. r~ Nous nous leuous a la disposition de notre grande clientle]!'pour leTr romandes de Ciment, barres de Fer, Cloug, Tles, Portes^en.Fer. Hoo-es Mtalliques, etr [\co Jeanme c Co Rue des Miracles en face de la Banque Nationale H UU AUention la fraude Heaurouj de dbitants profilant de la vojue du W\lM1\ NCCtllV vendent d'autres rhums MMM ce nom que les"]connaisseurs rclament. Dn jjrand nomlire de ronsominaN'uis ainsi Irompc et vols se sont plaints i la laison Geatjens. C'est pourquoi elle inlorme le public intress jue le vrai cKlium .Nectar te t-ouve dans ses d provenant des vo> lailles importes des Etatsl'nis. Ces KIIS des espces renommes comme les meilleures pon deuaes sont vendus pour la reproduction a Damien au prix de Deux Gourdes la douxaine. r JFJarjgar^\rj6srfiF£P' Avis Le tousiigu avin lus dbiteurs de la faillite Abdallah Akmed que ion n.n dut comme syndic de la faillite a pris lin par suite d'un coin vid.it qui remet le failli 1 la lta de ses affaires. En consquence, le soulign %  'est plus lialule recevoir aucun vertement sur les comtes dbiteurs. Port an Prince, le V Octobre IMS, I Ui.Lit.N KOI \. LES PKODUIT iNESTLE. maison ^SufStL^lSt """ to>ableme*t connus pirtoul o ils mmson MILE emploie seulement le lait te /.lus rtelt te eaaan de Me. ,H vitale pour Uur ,abricatio n de toLprlmtre \Zutl *>*• vend s, vu que (i lisucre et autres unicit l' 1 m tFNfcru urtoD fldiDs les bonnes piceries des diffrentes Tilles de la tepubhqie les articles sortants k Ji maison HESTL. Chocolal de (ouf genre? Crai! de Chocolat en btons, .en tablettes, Cultes/ Boites de faniaisie etc. Pour l< commandes directes de la fabrique ou , ur te* achats m gros.veuillez vous adressera Maison % %  louer Rua S.Pcu-ile Chose NolZJ.. Prs de l'I lot cl Montagne. S'adresser au bureau du journal \ Hou se M tteut *, Street No. 5, m t _, piTaVChose No l'Jl in the lietel Mont i/tie neigbourhood. Apply to Journul Ullice. jr m %  •Jam£>& < \ \ %  mm kERHOLM Agent Gnral Kue du Quai l'i.iiiaajiisMiiii i —•



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE |/UfftU£t/ft Clment Magloire BOMjVEKNA 1368, mmmtt aine NUMERO fJO CENTIMES Le Matin VlemariaJ t-*VSf) PAN AMtWICAN JNiON 3 1925 Quotidien L'intrt personnel n'inspire <|ii la licliflr ; la vanit ne produit nen de solide.l'intrt personnel et la vanit n'ont ni consolid un progrs, ni supprim nu abus. EfQfSl RtEJI TELEPHONE V ,2*2.; 19naANNEE No 15.33 PORT Al* PRINCE ( HATI ) MRCREDI 14 DCT!bRE192g Rves et Ralit, Mensonges et Vrits L nouveau systme adopt par les natioiia'istis profeatioo* nela art de cr r, dans le Pays, une agit?tion permanente, "irlls y emploient tous les moyens, fausses nouvelles de presse* dpches lalsilie*. truquage des dc.'aralious d'autorits liai tiennes et amricaines, tract;, meetings, c. ux ci, il est frai, en salles exigus e' pouvant Mne contenir vingt personnes. Ce sont la, certes, les dernires convulsions de l'agonie. Il n'est cepandant pas bien difficile de comprendre les r isons de ce remue-mnage et de cette parade d'activit. C'est que les proslytes qui s'taient laisss prendre au beau mirage tal devant leurs yeux commencent co nprendre qu'eux seuls tont tous les frais de la danse et que le magnifique ho mon qui leur avait t promis s'loigne chaque jour davantage. Et les bourses, aujourd'hui, s'ouvrent un peu moins facilement Mais pour les spcult iiiri que sont les metteurs eu scne de ces spectacles bnrl sques, le problme revt une gravit s ins g cette maxime de TalleyrandLa parole n'a t donne l'homme que pour dguiser sa pense. Volontiers l'on se lais irait mouvoir et partagerait l'opinion de ces Jaurs en chimbre si leurs paroles, leurs crits et hu^s actes d'hier, si leurs atlitules d'aujourd'hui en maintes circonstances,nedmentaient point Us tjllacieux discours dont ils ont trouv le secret pour blouir le? q>ie'q is gogos, qui out encore le temps de les couter et la navet de se laisser dpouiller, comme ces habiles prestidigitateurs qui capli.eut, pir uu flux de clurin nt ut tnv menU 1 ment in possible i'e relie Institution n. tionale, nn fou et bien naf qui ne croirait point qu'ils veulent Svi. tninent lancer te Pays dans les pins aventures et que stulela s i.vegarde de leurs intrts personnels 1 s ponss le taire afin qu' leur profi l'ordre public soit troubl D'autre part, lorsqm le Prside*! de la Rpublique, usant du pouvoir que lui acee rJe la Constitution qui le tait Il s erreurs politiques? Certes, la ::ision de M.b\ roo ni t en pleiue lumi.e sou grand souci d'vii.r au Pays les luuestes tffe'a seraient celte loi*, irrparables, bile est I rsultante aune politique de sa gbsse et d'orJre. Il ne veut pas que les forc;s d'anarchie brisent les tj.ces de paix. En Ucedes rves et des mensonges des adversaires, il dresse, saUs peur et suisrepro<_h • ls ralit et la vrit d aujouri nui. Apprenons tlphoner Si surprenant que cela paraisse, cela est : nous ne savons pas '-n core bien nous servir du tl phoue. Voici les lgles observer pour communiquer avec biensance. J^Ccmme l'indique d'ailleurs l'An nutiie tlphonique remis aux %  bonne* par le Service du tlpho %  e, on dcroche I* rcepteur, n fait tourner, chiffre par chiflre, la petit cadran mobile qui donna la numro. Puis. %  communication une fois lab'ie l'on s'informe si c'est bien le No que l'on a onn qui rpond. Et tout de suite, il faut dcliner ion nom ; oar, comme ce la arrive fort souvent, si la per aonoe avec qui l'on dsire s'entre taair n'est pas prsente, il tant bien que celui qui reoit la corn munication en son absence puisse %  avoir qui annonier. De mme la personne qui rpond doit indiquer ai c'est bien le No. demand et dcliner aussi son nom. Lorsque la conversation a pris fin, il faat se garder de raccrocher {'appareil brusquement sans un mot de politesse t de remercie *• %  *• i Inutile de dire que lorsqu on parle au tlphone une femme, ucuoe parole de respect, d'emabi Jil >t le b enssnee ne t ou plier. E. DEIIEIX CAFE RESTAURANT DNERS SUR COMMANDE EPICERIE CROSET DTAIL Vient d* recevoir par dernier Carabe : Un complet assor'iimnt de bonbons" et de boitas de chocolats de Jacquin de Paris. Des vins de Bordeaux en barriqu s et en caisses dont tous connaissent la qualit,, D.s vins d'Espagne tels que: Madre, Malaga, Micrry. ono qu'il vend par gallon et par bou'eiles. Des .saucissons te Lyon de h M tison Amieux Irres. De l'huile d'olive de J. L Durel & Cie Du vritable gruyre d'-nentalPar le dernier Paaamn Des biscuits assortis de la .National Riscuils Co. Des cor.srves en tous genres de > ustin Nicholls, ri/., sucre, pommes de terre, oignons etc. Il attend enlin par Macoris de nouveaux assortiments d'Olidaet un joli choix de boites de chocolat Mirquise de Svign pour eiJeaux de lin d'anne. •ta 1 — ACHETE!, ce 1 bien . mais bien aelieter, e est mieux... usai n'hsitez paa, piur vous rendre •hez Paul Euxila, ol vous aurez toute satisfaction pour vos emplettes. >*A Ei\DlllAi\CE l'our vaincre dan les Sports ou dan* les batailles de U va avoir une base solide le saule. Le (Juaker Datai est l* graode.nourriture. Il coitieni lous les 16 lments de n nature qui constituent la uourntuie. li;nourn."niicua le corps et le cerveau que la v ande ei le n/. %  -_ Le • Juaker Uats M e*t ptotcrfl pai les mdecin s ~tt i ce u.mand par ies alhlMc les plu clbre Uu monde, lous les picier* eu vendent. liouiuics loiii-ue femmes t'aiment par rapport sou fcufil deiKat. l'our l'eudurauce pienc/ du "'Juaktr Oats". Diatrilmteur : Lon R. IIEIIAL'D .Port-au-l'nuce il t H U t HOTEL S" ROSE Situe* i la Rue de la C>*oix I_.ojne Service de 1er •!*• CURIOSIT A Luriente, Caatille, 4 la suite d'un orage qui foudroya son pre et loi donna i lui mme une lorte commotion, un onfanl dclare que depuis son accident il n la Inculte de voir travers les murs. Devant un mdecin, le jf une Ramon H d nombre M? objets que contenait une malle ferme. (Mes Scilaires Les examens de la session extra ordinaire I Inspectiez Scolaire 10 ir I obtention du Cerliln at d lu lfs primaires et du brevet l mentaire ont pris lin Vendredi dernier. Il* ont dur quatie jours. Il y a eu pour le certificat d'A tudes patmaires, 15 concurrents admis dont t'A gari?ous et 10 tilles. l'our le Brevet lmentaire II lve ( tille ) ont russi aux preuves, Voici le noms des laurtls: Certificat d'tudes primaires.— Garros : L. Pierre, Il David, M. Turnbul, V Athana-a, Vlo.ire Guerrier. L. Lamarre. A. Lfgrand, D. t'dril Camille Jeanlx, Lona tant Jeanly, R. Canlave, Ren (.rr, M. Leblanc, J. Moise. I. Micuaud, B. Malet, L. Dessapea, f Vital, M. Bonavenltire, M. Adol phe, W. Lelelber, k. Auguste, Audr (Jy, M. Destin, L Denis. Filles : Meicia Jeanty. Anloi nette Franois. Llara Dupervil, I. Prudent, M. KM, ie'maine Itoy, M Foord, Rose Laroche, M. Lere bours, T. Miller. E Delbau, L. Brice, Y. Csar, Victoire Cauvin. Anna Benoit', Yvette Th bulle, S. Joaeph, Euphemie Dlalour, France Petoia, Lina Domond. C.Cantve, L. Bercv. Eugnie Bon. F. Touaaaiat, Claire ichatt.Dl Dou cet, Aadre Pignat. Pamla Doublette. Dnielle Lov lace, Thre Brevet Elmentaire— Fille: Gabrialle Rifal, M. K.meu, Fer nande Dauphin. El/. Tippenh uer. C. Ura). C. Figaro. G. Moutleurv, Lues Uaoais, \ etie Praa< per, Vanhe Hudicourt, L. Morisset, E. Beaubcuf. • e Las membres des Commission de recensement scolaire, formes par l'Inspection pour obtenir de familles qu'elles envoient leur* enfants I Ecole, ent commenc l'eicution de leur utile tache. Plusieurs quartiers de la ville ont t dj visits. Et, il est, sans doute, inutile da recommander aux pres et mre de lmille d ai der le* recenseurs daas leur diffi cile mis-ion dont, en fin de comp te. tout le bnfice est pour les gosses. Un cœur eutert A Cambridge ( Maschuselt* j de chirurgien ont ouvert le mur de la jeune Edith L*avens. qua torze ans, qui souffrait d'endocar dite infectieuse, et piatiqurent l'aseptic. E le fut guri*. Maurice Etienne (Ils larehandiaes Imnaisew Port au l*>*lnae. blic, vf*bondge, out peur mo tif, l'ivrognerie. Sur S accident d'automobiles, 3 *ont du l' tat d'ivresse du thaufleur. Un petit commerant, la Grand'ltue, aftiime q^ne dans la vente au dtail, par petits verras do 10 centime-*, il dbite, m moytnni, chaque jour, 7 gallons da cliria et t gallon* de iliuin. Cela reprsente S.fOO niions ou IB 344 litres d'alcool par au. C'est terrible Petite tour de Bikel Hier soir, vers 7 heures, ceui qui taient a l'lgant petit cl blanc proche du Buieau de la l'o lice, ont pu aaaistar i une ruuiou polyglotte. Autour de la n. % %  table, il y ivail dfOI soldat! a l'infaottri* de marine de* F.tl t'ni, l'tn ru* et l m s franais, il y av.it an allemand et deux hatien*. Le rufse parla t allemand l'ai lemand, l'allemand rp ..idait u allsmanil.il' frarfiis pailailangli au tusse et lis deux haities parlaient tiunsais u frsn<;ai. El dire 'l'if l'on *e comprenait! Port-au-Prinee est one fille humide Oui, trs bumideetsil'on y la blissail toutes les statistiques cou cernant la vente et la consommation d'alcool l'on verrait que, prnu les Capitales des Pay qui n'ont pa adopt le rgime sec, U notre tient une place honorable. Aussi, dan le quatre portion de rue qui forment carr autour du march de laCaihedrale.il ja 52 maison y*n: fv*d* ur la rue II v a 48 db ls d'alcool. A la Grand'Rue, qui t I* pi longue rue de la ville), il y , ds deui cts, I dbt 4's'cœl pr mai"" Aux rribooaui d* ptix, Ht o|o di s cou Lmn Bon de simple police ,„ .r OMSda fait, candaie puPetites inforroatieas — Nous enregittions vee plai sir la nomination le noire ami Jules l'olla. comme Juge de Pnx de U Commune de Lascahobas. — Les travaux de construction d l'Htel de Ville de Belladre ont commenc. — Les inscriplion lectoral**! lArcahaie s* sont leves, la data d* ea jour, au nombre de 300, R'uuliliez Das! Qua esnt B • %  •< prime d* la Na ti*nale vous donnent dr. il k deux S ourde rinquante plus S un billet lolene dont le gr*s lot **t do 400 dollars. Profit'/ de votre chaos* en fi^ liidut les "Cbiutecler". \ I % .1 ! % %  > %  7 f T •


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06549
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, October 14, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06549

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
|/UfftUt/ft
Clment Magloire
BOMjVEKNA
1368, mmmtt aine
NUMERO fJO CENTIMES
Le Matin
VlemariaJ t-*VSf)
PAN AMtWICAN JNiON
3 1925
Quotidien
L'intrt personnel n'inspire <|ii
la licliflr ; la vanit ne produit
nen de solide.l'intrt personnel
et la vanit n'ont ni consolid un
progrs, ni supprim nu abus.
EfQfSl RtEJI
TELEPHONE V ,2*2.;
19naANNEE No 15.33 '
PORT Al* PRINCE ( HATI )
MRCREDI 14 DCT!bRE192g
Rves et Ralit, Mensonges et Vrits
L nouveau systme adopt
par les natioiia'istis profeatioo*
nela art de cr r, dans le Pays,
une agit?tion permanente,
"irlls y emploient tous les mo-
yens, fausses nouvelles de pres-
se* dpches lalsilie*. truquage
des dc.'aralious d'autorits liai
tiennes et amricaines, tract;,
meetings, c. ux ci, il est frai, en
salles exigus e' pouvant m-
ne contenir vingt personnes. Ce
sont la, certes, les dernires
convulsions de l'agonie.
Il n'est cepandant pas bien
difficile de comprendre les r i-
sons de ce remue-mnage et de
cette parade d'activit. C'est que
les proslytes qui s'taient lais-
ss prendre au beau mirage
tal devant leurs yeux com-
mencent co nprendre qu'eux
seuls tont tous les frais de la
danse et que le magnifique ho
mon qui leur avait t promis
s'loigne chaque jour davanta-
ge. Et les bourses, aujourd'hui,
s'ouvrent un peu moins facile-
ment
Mais pour les spcult iiiri
que sont les metteurs eu scne
de ces spectacles bnrl sques, le
problme revt une gravit s ins
g s'approvisionnaient sans comp-
ter, se vident rapidement et,
menacent de ne jamais plus se
remplir. La situation est relle-
ment angoissante pour ces mes-
sieurs, nous *n rnnvenyu...
Point tfa'gent. point Je Suisses
et vice versa.
Alors il importe, sans s'ane*
ter a considra les n oyeus em-
ploys qutlqu'iuavouables qu'ils
soient.desecouer la lassitude des
dsabuss.louetter l'indiflrence
des dsenchan'A, tenter de ra-
mener ceux qui, pour avoir t
trop longtemps leurrs, ont jet
au lumier l'tendard du men-
aonge.etdtournent leurs regarJs
--------mto-------------..
du miroir alouette des rves
sans lendemain-
Et,en avant claquez au veut
vi illes loques poussireuses,
meetings, manifestations, pan-
cartes dmagogiques, appels au
Peuple, dparts de dlgus et
le reste.
Cependant jamais hommes
n'ont, plus que .nos nationalis-
tes', mis en nratiqu> cette maxi-
me de Talleyrand- La parole
n'a t donne l'homme que
pour dguiser sa pense. Vo-
lontiers l'on se lais irait mou-
voir et partagerait l'opinion de
ces Jaurs en chimbre si leurs
paroles, leurs crits et hu^s ac-
tes d'hier, si leurs atlitules
d'aujourd'hui en maintes cir-
constances,nedmentaient point
Us tjllacieux discours dont ils
ont trouv le secret pour blouir
le? q>ie'q is gogos, qui out en-
core le temps de les couter et
la navet de se laisser dpouil-
ler, comme ces habiles prestidi-
gitateurs qui capli.eut, pir uu
flux de clurin nt tention du spectateur pour lui
soustraire sa montre at mettre
si place un citron.
Tandis que h s grands mois,
devant lesquels les plus grands
tront de Histoire s'inclinent
pieusement, libert, souveraine-
t du Peuple, prestige national,
lgalit, droit, justice, s'chap-
ble delabouch de' ces hauts-
parleurs, le masque de leur vi-
sage cle les penses les plus
coulrairts ces mots sublimes
qu'ils ne tremblent pas de r-
pter api es Dmosthues, Cic-
ron, le titans de 80 et ls hros
de 1&J4, nos anc.res.
Prenons uu exemple entre
mille. Ces messieurs peuvent-
ils, en toute conscience, oser
dire qu'ils ne meutent point
eux mnv s lorsqu'ils iayent
soi hitnie sui sophisme pour es-
sayer de prouver ce malheu-
rr ux p uple que de Chambres
IfKislativts, manatirrs intan-
gibles de la volont populaire,
ne soient p s incompatibles
avec le statut pol'lique actuel
du Pays?
Et lorsqu'ils s'uittent r-
clamer le rtablissi m> ut tnv
menU1 ment in possible i'e
relie Institution n. tionale, n- n
fou et bien naf qui ne croirait
point qu'ils veulent Svi. tninent
lancer te Pays dans les pins
aventures et que stulela s i.-
vegarde de leurs intrts per-
sonnels 1 s ponss le taire afin
qu' leur profi l'ordre public
soit troubl
D'autre part, lorsqm le Pr-
side*! de la Rpublique, usant
du pouvoir que lui acee rJe la
Constitution qui le tait ment juge sir.s app 1 de l'op
porlunil ou de 1 inopportunit
d'lections lgislatives, ne les d
c .e point, ne doit-on pas voir
eu cela son inbranlable ivo-
lution de ne pas laisser le grand
Sciant qu'est le peuple s'tgar r
aux mensonges, aux rves des
politiciens nationalistes t cour
rir le risque de nouv> Il s er-
reurs politiques?
Certes, la ::ision de M.b\ roo
ni t en pleiue lumi.e sou
grand souci d'vii.r au Pays
les luuestes tffe'a seraient celte
loi*, irrparables, bile est I r-
sultante aune politique de sa
gbsse et d'orJre.
Il ne veut pas que les forc;s
d'anarchie brisent les tj.ces de
paix. En Ucedes rves et des
mensonges des adversaires, il
dresse, saUs peur et suisrepro-
<_h ls ralit et la vrit d au-
jouri nui.
Apprenons
tlphoner
Si surprenant que cela paraisse,
cela est : nous ne savons pas '-n
core bien nous servir du tl
phoue.
Voici les lgles observer pour
communiquer avec biensance.
J^Ccmme l'indique d'ailleurs l'An
nutiie tlphonique remis aux
bonne* par le Service du tlpho
e, on dcroche I* rcepteur, n
fait tourner, chiffre par chiflre, la
petit cadran mobile qui donna la
numro.
Puis. ! communication une
fois lab'ie l'on s'informe si c'est
bien le No que l'on a onn qui
rpond. Et tout de suite, il faut
dcliner ion nom ; oar, comme ce
la arrive fort souvent, si la per
aonoe avec qui l'on dsire s'entre
taair n'est pas prsente, il tant
bien que celui qui reoit la corn
munication en son absence puisse
avoir qui annonier. De mme la
personne qui rpond doit indiquer
ai c'est bien le No. demand et
dcliner aussi son nom.
Lorsque la conversation a pris
fin, il faat se garder de raccrocher
{'appareil brusquement sans un
mot de politesse t de remercie
** i
Inutile de dire que lorsqu on
parle au tlphone une femme,
ucuoe parole de respect, d'emabi
Jil >t le b enssnee ne t ou
plier.
E. DEIIEIX
CAFE RESTAURANT
Dners sur commande
EPICERIE
Croset Dtail
Vient d* recevoir par dernier Carabe :
Un complet assor'iimnt de bonbons" et de boitas de chocolats
de Jacquin de Paris. ,
Des vins de Bordeaux en barriqu s et en caisses dont tous
connaissent la qualit- ,,
D.s vins d'Espagne tels que: Madre, Malaga, Micrry. ono
qu'il vend par gallon et par bou'eiles.
Des .saucissons te Lyon de h M tison Amieux Irres.
De l'huile d'olive de J. L Durel & Cie
Du vritable gruyre d'-nental-
Par le dernier Paaamn
Des biscuits assortis de la .National Riscuils Co.
Des cor.srves en tous genres de > ustin Nicholls, ri/., sucre,
pommes de terre, oignons etc.
Il attend enlin par Macoris de nouveaux assortiments
d'Olidaet un joli choix de boites de chocolat Mirquise de Svi-
gn pour eiJeaux de lin d'anne.
ta
1 -

ACHETE!, ce1 bien .
mais bien aelieter, e est
mieux... usai n'hsitez
paa, piur vous rendre
hez Paul E- uxila, ol
vous aurez toute satisfac-
tion pour vos emplettes.
>*A
Ei\DlllAi\CE
l'our vaincre dan les Sports ou dan* les batailles de U va
avoir une base solide le saule.
Le (Juaker Datai est l* graode.nourriture. Il coi-
tieni lous les 16 lments de n nature qui constituent
la uourntuie. li;nourn."niicua le corps et le cerveau
que la v ande ei le n/. ____ -_
Le Juaker Uats m e*t ptotcrfl pai les mdecin s ~tt
i ce u.mand par ies alhlMc les plu clbre Uu monde,
lous les picier* eu vendent.
liouiuics loiii-ue femmes t'aiment par rapport sou
fcufil deiKat.
l'our l'eudurauce pienc/ du "'Juaktr Oats".
Diatrilmteur : Lon R. IIEIIAL'D
.Port-au-l'nuce
il t H U t
HOTEL S" ROSE
Situe* i la Rue de la C>*oix
I_.ojne
Service de 1er !*
CURIOSIT
A Luriente, Caatille, 4 la suite
d'un orage qui foudroya son pre
et loi donna i lui mme une lorte
commotion, un onfanl dclare que
depuis son accident il n la Inculte
de voir travers les murs. Devant
un mdecin, le jf une Ramon h d
nombre M? objets que contenait
une malle ferme.
(Mes Scilaires
Les examens de la session extra
ordinaire I Inspectiez Scolaire
10 ir I obtention du Cerliln at d
lu lfs primaires et du brevet l
mentaire ont pris lin Vendredi
dernier. Il* ont dur quatie jours.
Il y a eu pour le certificat d'A
tudes patmaires, 15 concurrents
admis dont t'A gari?ous et 10 tilles.
l'our le Brevet lmentaire II
lve ( tille ) ont russi aux
preuves,
Voici le noms des laurtls:
Certificat d'tudes primaires.
Garros : L. Pierre, Il David, M.
Turnbul, V Athana-a, Vlo.ire
Guerrier. L. Lamarre. A. Lfgrand,
D. t'dril Camille Jeanlx, Lona
tant Jeanly, R. Canlave, Ren
(.rr, M. Leblanc, J. Moise. I.
Micuaud, B. Malet, L. Dessapea,
f Vital, M. Bonavenltire, M. Adol
phe, W. Lelelber, k. Auguste,
Audr (Jy, M. Destin, L Denis.
Filles : Meicia Jeanty. Anloi
nette Franois. Llara Dupervil, I.
Prudent, M. Km, ie'maine Itoy,
M Foord, Rose Laroche, M. Lere
bours, T. Miller. E Delbau, L.
Brice, Y. Csar, Victoire Cauvin.
Anna Benoit', Yvette Th bulle, S.
Joaeph, Euphemie Dlalour, Fran-
ce Petoia, Lina Domond. C.Can-
tve, L. Bercv. Eugnie Bon. F.
Touaaaiat, Claire ichatt.Dl Dou
cet, Aadre Pignat. Pamla Dou-
blette. Dnielle Lov lace, Thre
Brevet Elmentaire Fille:
Gabrialle Rifal, M. K.meu, Fer
nande Dauphin. El/. Tippenh uer.
C. Ura). C. Figaro. G. Mou-
tleurv, Lues Uaoais, \ etie Praa<
per, Vanhe Hudicourt, L. Moris-
set, E. Beaubcuf.
e
Las membres des Commission
de recensement scolaire, formes
par l'Inspection pour obtenir de
familles qu'elles envoient leur*
enfants I Ecole, ent commenc
l'eicution de leur utile tache.
Plusieurs quartiers de la ville
ont t dj visits. Et, il est, sans
doute, inutile da recommander
aux pres et mre de lmille d ai
der le* recenseurs daas leur diffi
cile mis-ion dont, en fin de comp
te. tout le bnfice est pour les
gosses.
Un cur eutert
A Cambridge ( Maschuselt* j
de chirurgien ont ouvert le mur
de la jeune Edith L*avens. qua
torze ans, qui souffrait d'endocar
dite infectieuse, et piatiqurent
l'aseptic. E le fut guri*.
Maurice Etienne (Ils
larehandiaes Imnaisew
Port au l*>*lnae.
blic, vf*bondge, out peur mo
tif, l'ivrognerie. Sur S accident
d'automobiles, 3 *ont du l'
tat d'ivresse du thaufleur.
Un petit commerant, la
Grand'ltue, aftiime q^ne dans la
vente au dtail, par petits verras do
10 centime-*, il dbite, m moytnni,
chaque jour, 7 gallons da cliria
et t gallon* de iliuin. Cela repr-
sente S.fOO niions ou IB 344 litres
d'alcool par au.
C'est terrible !
Petite tour de Bikel
Hier soir, vers 7 heures, ceui
qui taient a l'lgant petit cl
blanc proche du Buieau de la l'o
lice, ont pu aaaistar i une ruuiou
polyglotte.
Autour de la n. table, il y
ivail dfOI soldat! a l'infaottri*
de marine de* F.tl t'ni, l'tn
ru* et l m s franais, il y av.it
an allemand et deux hatien*.
Le rufse parla t allemand l'ai
lemand, l'allemand rp ..idait u
allsmanil.il' frarfiis pailailan-
gli au tusse et lis deux haities
parlaient tiunsais u frsn<;ai.
El dire 'l'if l'on *e comprenait!
Port-au-Prinee
est one fille humide
Oui, trs bumideetsil'on y la
blissail toutes les statistiques cou
cernant la vente et la consomma-
tion d'alcool l'on verrait que, pr-
nu les Capitales des Pay qui n'ont
pa adopt le rgime sec, U notre
tient une place honorable.
Aussi, dan le quatre portion
de rue qui forment carr autour
du march de laCaihedrale.il ja
52 maison y*n: fv*d* ur la
rue II v a 48 db ls d'alcool.
A la Grand'Rue, qui t I* pi *
longue rue de la ville), il y , ds
deui cts, I dbt 4's'cl pr
mai""
Aux rribooaui d* ptix, Ht o|o
di s cou Lmn Bon de simple police
, .r OMSda fait, candaie pu-
Petites inforroatieas
Nous enregittions vee plai
sir la nomination le noire ami
Jules l'olla. comme Juge de Pnx
de U Commune de Lascahobas.
Les travaux de construction
d l'Htel de Ville de Belladre
ont commenc.
Les inscriplion lectoral**!
lArcahaie s* sont leves, la data
d* ea jour, au nombre de 300,
R'uuliliez Das!
Qua esnt B < prime d* la Na
ti*nale vous donnent dr. il k deux
Sourde rinquante plus S un billet
* lolene dont le gr*s lot **t do
400 dollars.
Profit'/ de votre chaos* en fi^
liidut les "Cbiutecler".
\ I
' %

,.1 !>



7 f "



T


LE MATIN^li Oclobre 1(j2j
1LLES ETRANGERES
PAU CAHLE
A la Confrence locarno
les.l,sru^onss, poursuivent **,"**
ft du Parle de S'unte
,esd,'lr(,.M'sll.n1andsd^irenlune8olu.ion^finitiv.
Lesair^lontbloccnlacedel'Allemaune
LOCMINO M BulhcV.m m
bre i- la chancellerie [rajieiiaa et
tiparl da la ilgition installe \
l'Ilot. I .1^ replio4a. a di lari
aux icarBtlUluqn'l 'UH roi in
tu q-w le Rrl.h mod.fi >*
tions tenir Mi.- -on
de NM:on Ceci pt-ni^ttiKit I
gealuifl d pMfcl avar.l la ho de
la se' aine
LOC UNO Dapi* M Cham
berUin la q .1 I aa
t d< Il la ufin 8,!u lee."'
HObma du dsarmement ; il es
pre cpe daol que celle que/lion
aara r- so na la il si. c ion de
toi-, l'aeoord Haut Inltr ^ en
{innripe ior l adcuriM dea froa
ires o rilentale du Itakh n la
uile d s c mveisali >ns entre MM.
Briand el S: re se m h nu.
LOCXKNo l etwocallei La
ther. pirlanl a l'H lll d l'pia
nade, a lai li d-clarati >fl suivan
te aux repreutanti de la presse :
Ce n'e-l pis uniquement uu b
Dlire de l'Allemagne mais de l'Bu
rope entire que nous devons trou
ter une raauicre d'armer a un
accord sur les problmes de scuri
M et de sauvegarde conlie les agrs
>ds Des tnl.unanx de garantie
de l'entre de 1 Ml' magne dans
la Ligue d Nations et d autres
pr blmes de moindie importance
nui donnent a celle confrence
une importance gale sinon sap
rieure celle qui eu! lima Ver
Bailles a la lin de la gu rre. Mal
nous alltmauds non- ne Mnerons
un accoid que lorsque t ules re9
quesluinsseronl rolu<> end lail.
Il ajouta : I ne grande tendue
de noire lerriloire est en-ore oc
cupe pir les allis N us tommes
>-* W'#ai".'l 'Liv^-U'. i jl eutoi
armement que no s mn .Pour
ce raisons et dam lii-tit de
toor, n uis desirons un r^aultat
I riiqne .
l'A MIS Les 'e niere* informa
h ns i.(,uis de Lccarno minci
dent das FaHirmilio" que la ron
fience lire a sa fin d > ne imni
re lnorab'e L'Italie qui n* ligu
lail pa dans le pr j t rd'g
Londres ligure maintenant dan le
prambllla des F.tat* cin!r>.claola.
Le "o-pe llie f rme de non au
ur. b'o- et rilemgi ? ,rouva
dans U nces'il de h sir entre
l'acceplalii' ou la n'galive On
cri' fermement q-ia l'A Um gne
ai'iiera au piiut de vue da al
lis avec U gmutie dem-nl e
par la France au -ujel des traits
d'-rbi'rage avec I Pologne el la
Tvh'cosl .vaqu ' et qu'aie ar .pie
ri dentr-1 dins la Lig ns d-s Na
ti m- aux mmes conditions que
!es autres nalious Son acrep'ali >n
dtiui'ive nf seia sans doute ren
due pobtiqiia qu'aprs la prpira
tion de l'opiuiuu p'ibliq ie aile
mande.
L'Allemagne n'a pis soulev U
question 1- la raaponiabilit de la
guerre ni celle de l'vacuation de
I > toit la 'olog-ie ou l'amlio-a
tion du rgime do cupalion Je*
t, rril ur.'s .le la rive g-Mi'-ha di
Hliia Finalement on estime q e
le parts e-l mieux prpar par les
(onversali >n* pme eatre les mi
nislres que par 'es confrerez
plui-'res.Dans ce but la sance de
cet aprs a t luaptodua ; les
dgitiin franOiUs an<'aie el
allemande s'emb rqurenl sur 'e
vapeur Fleur d Oranger pour
discuter pendant la promenade
iur le lac Majeur les derniers as
les consquences d'une
c(ci(!.ti(D frfEche
t\ liple*
I 11 i qnlqic lctT|a ren- it
\( I | l'MOl.i I, \ Uh son n (S ll'l I
l< nul 11< l |<< i-idf. et Un u
m i le n i y n f. ' e leur Cin
klii pmuiMil de rkli>ei de
g tii'i < ti'i on ies.
La prota lu n .u .1* ne us accor
Ji nl est I' nie po t:c lire, car
nous eu ii o-'srlaqii'j u> ifofit,
uatuie lemcnl pas ft li ur t !iin i nt
au>n c e>l >;e iiu'ou appe le t(i p
ration inu eb*.
K*waa lleimanos roo; rrtt I an
i -lie i.tnl et los.ileiii ni a* c m us,
et n ius en ,>oaimes ratfrfai'a.
Kst-ce pourquoi nous le i-cotj
mandons a tous Uni pour buis
marcliaDdises qui sont incooipara
bls, it bon raanh, et d qi alit
irrfjrocliab'e.
Cl.IKNT-
RESISTANCE OU KLASTlflT
y/^y/;
On discourt de Trotzky
MO^ "I Lon Tio'/ky.ex mi
liistre le la g irre du cabinet des
Soviet-, parlant de l'Ksplanade du
Kremlin la dlgation amrirai
ne venue Moscou pour tudierlea
nouveaux procds conomiques
inataurs en Kussie, a dclar que
la plus grande partie d-) ceux qui,
Ban* autorist i >n de la tr ^sterne
Internat un le, rpandent dans le
monde les doctrines communistes,
mco'iiidi-ser.t leur l'on le lient,
leur application et meme les cuu
tes de la rvolution m |
luragan i bW-Tork
NKW VdKK Un lort venl gla
ce, provenant des gants laoa,
Beat f il sentir hier aux premln
res heures du mutin nccaaioooaol
une baisse sensible du lliermom
tre qui a marqu huit heures
34 degr* Fajenheil, lenprnlure
qui n'aviil pas t enr-gi^tre
cette poq i il* l'aooa depuis
plus Je 60 in^ La m idvamcol m
rilime a i paralys pir iiiill de
la force d i vent. A Mile heillield
l'ouraga i a caus dea avaria* H
aroplanes ni it Is pour les cuir
aes iu tern i ionalaa qui oal t aai
rendues. P usieuri kilomtrt de
ign llgrapbi |Uei ques out l dli uiti i.
BOS'ION- I ue violenle lempi^
te de nei^i >'i-i !'rlihti a sur
1 Etat de la Nouvelle Arglelirra.
Les premires neiges de la saison
ont fait leur apparition dans la
New lltmsphire o ellea ont at
l.'iul i certains endroits une hiu
teur de i '< poucea.
Su/aiitii! l pion 'lit tennis (.'tlurop;
Reprise des relations spirtiVs
franco aJ mand s
VIKNNL SdlaaM Leng'eu
tabli sans discussion possil!e q i
elle est le vrai champion de tennis
d Europe eu battant facilement
fou alversaire Friu Neppuc'i La
reprise des relations sportives eu
Ire l'Allemagne et la h'ruc a eu
. n 4 I OOCtaiOD d'une grande fle
de gala au Sladium viennois Le
drapeau franais ondoyait sur ies
stands A cot du drapeau allemand
et les hauts fonctionnaires alla
manda prirent place aux cols du
ministre franais. Frau Nappa h a
dploy uu jeu brillant et serr
contre la merveilleuse frarse et
ses ell iris spleodides lui valurent
de nombreux applaudissements.
Son jeu que l'on dit des plus rapi
dtil d'Europe donna fort taire i
S /mue Lenglen, m is celle der
nire trouva bientt le point |fai
Lie de sou adversaire et mameu
vra partir de re moment ave:
son hibilet traditionnelle j isiu i
gigner la partie.
Les rsultat* obtenue \hv*
l'emploi (!u Supertw'st don-
nent la rponse.
Supertwist est le cable
exlra~lastique, extra-dura-
ble, labor par Good Year
expressment pour la cons
tructiondes PneusGwl Ye-v
type Ballon.
32.

Comme ce nouveau type de pneu, fapfi'.wal ( iM '"e p .r M*f
Chocs au moKn de soi vhs icil que jour leur caiater p.r sa >oUmw.
Ou.nd un pnao So-d leir, lait avec les cables Seperw-si heurta une pierre,
ce cal.!,- laaliqoe cAJe au choc, llcbll, .'largit el rettuine son tat nor-
LtOU&fillll illdl ,na| comme une hande en caoutchouc.
futre leur laaticit, l conlort qu'ils oKrent el la laeil.l avec laquelle on peut
conduire les voilures qui sont quipes avec des pneus Good Tear lail avec ^u-
itilwisl, ces pneus sont des merveilles den'lurance et d'conomie.
Ce miitin, le Conseil d'Elal a
renouvel son bureau peur le tioi
B.me u ois de la Seision enlmor
dim iie. Ont t 'u' : Edmond
Montas prsent, Tamase Pierre
Louis rt Lopold l'imboiat, 1er
et -''me Secret m s.
Au m< ment ou i ous mettons
tous pre se, la lanct de ce jour
continue.
Une suiuesthe dcision
du (iPd-ii CoiSiil cb
l'tfrdri MaoaoiqjJ
liTorable Ernest Camille mis
ei jDgeorDt et le prsident do Con-
seil de l'Ordre, kVfMr
faiv'p, bUni
le ( riidCiTiii! de IOk'm ma
< ld que bai*Un. roiciiox ton
ki i\tr intiilis lis liadi i' ns ri* la
n m i i m i il i n i 11 m i Uni'' | > n l
i,i e die lr.ilili.lcn s'igin d. ns
les intiiguef politiques a'esl.iti
d'i, hit r a|res n.ici, iux no* de
staluir Mir 1rs \h\a i ihIjiIii. du
ps- udo n eetii g oig nis, P n >n
ihede'nier.e: l oge L'- V.iil
Ju^ttceiit m'igm5 d'avoir *n a
loc.tl de a oce a rvir de seine
cette comdie, le oosed a sus-
pendu de ses fonctions, p ur
lre jug ultrieurement suivant
le l^lements rnsconniq-iea, le V
nrable eu exercice, Mr r>nest Ca
raille pour avoir comp'aisamm'nt
autoris ce'te runion p)L|iq ie a
Vu'on-rofe' rie Wt Ravoir
t l'organisateur descelle mati f s
lation contraire toutes les rgies
et i toutes les traditions de la ma
onnene et avoir us de son titre
i lin que le local de la Loge ft
mis & la disposition des agitateurs
politiques
Mr Malins Nicolas, membre du
Conseil, ayant prsiul un ordre
du jour pur et simple qui lui n je
t, a donn sa-dmision.
, Le Vnrable Camille devra se
prsenter A la barre du Conseil,
mardi pro< hiin, pour tre jug
C'est la un heureux geste el
un,' suggestive dcision dont il
taut vivement fliciter le '. mseil
de l'Ordre de la maonnerie hai
tienne, qui comme nous le diaons
pins haut, n'entend point que
celte Institution soit souille par
1 s vinies de la politique.
Il faut esprer que devant celte
dsapprobation qui leur vient de
tout s parts, Us organisateurs de
ces runions comp'eodront enlin
l'inutilit el le ridicule de toutes
ces farces.
Avis
Je, soussign?, dclare au pu-
blic n'avoir doni. mandat qui
que ce soit de vendre, d'hypoth
qui i et de faire aucuue tran.-arliou
minimal ma irnprit, sise
I Oit lu l'lirCP, tUi .lo-epli .1, n.ier.
'toutes les trunssctions qui au -
ri,ni t faites itrent considios
Jicur nullea.
ortau l'rinre.le 13 Or'obre 19i5
Adlade PIF.HRAT
Les pneus Qood Year sont les seuls fabriqus
avec le Superlwisl.
Good ear et ynmyme de long service*
Tbe Wes ndies Tradtug Company
Port-au-Prince, Gonaves
Can-Haitien
AJacmvi (( ^H (]0 q0[ chaule
C.tulleVoyirdal nomm * ^V,J 1
Mr Celiille Voyird a l nomm
lisiecltur des Ec les de Ja mil
en emp H-emml de Mr Kdouard
Roaateau. appe la direction de
la Prlettu e
Ds la i omina ion <*e Mr Voy ird,
Mr Lonce M.ge qui luil diiec
teur du Lyce a en voy1 sa dmis
-ion au I) partament de I lastruc
tion Publique. ______________
\/rati*ala&
Ce soir
Le tigre sacr
deruhr pisula
Les Tangos 1 partie
L'Osblacle 3 parties
Kntri (i. 0.5U
No 1727 RueCourbe Port nu Prinre Baiti)
La Maison vient de renouveler son stock et sollicite la visite da
l us ceux qui se soucient de leurs iolrls immdiats.
Vous y trouverez des Indiennes franaiaes pour robes d intrieur
dessins au go.i'. du jour ; des Ziphlrt bon leint garanti, et des drilla
couKurs pour coliurs des Forces de clupeaux nouveaux M GUI
lit rs pour dames et pour hommes; de Crtoones dsmassa pour
nappes ; Serviettes de Table el da toilett : Jolis tissus de soie et colon,
de tout soie ou tout co'on pojr robs ; Toilss drap et toile pour
matelas. ,. ,
Sutiali' de C\ I oTS coui t; ii. Di.b ut. Ilatiste crue et
..mv-t'AH. ,.u otrrrV, von s y trouverez tous articles ae mnage ea
mmllc, it I ii tu i l i u n, fdience et Verre.
Lis 'aftleora tiouveront aussi : Chapeaux de paille et de laine en
qoatil li e et ordinaire ; Drilla el Kskhif blanc >u jaune ; Chemises,
( hausselles ; Mouchoirs de poche ; Chemisettes ; Gilets de flanelle ;
Hielelles etc.
AVI
iVoiis avons l'honnnjr d'aviser
le pubiic f t le commerce qu
partir de cette date, nous avons
confi Monsieur Waller Ha
nilzsch la procuration de notre
maison.
l'orl au PrincB.le 12 Octohre 19*3
OMUon, LI :aS \ Co

Parisiana
Jritili
Le secret de Polichinelle
avec Maurice de Ferandy, jAndr
Hrabiot, Jeanne Chereilel"! il riel
Signorel. Entre : I 00.
- La sant doit passer avant taut
Les bourrai B'uetiose" et *"Pys'4Je iessieurs Smith
H' Proetor, Lt C'est excellent c'est peu coteux.
J<]n vente dans les bonnes piceries : el en dpit
chez l'itjent.
Lon R- ThLatid
Messe de bout I aa
Monsieur el Madame Henry Bor
day et huis enfants feront chanter,
Vendredi |(| iucour ni, heurt s
et ternie du u.at n, la Cath-
drale, une meaM I- I, ni de l'an
tn m^moirr de Mm Vve Gogoy,
Il ur mre et grau I m, |, .
Kn vavssiam, Iuuk hurs amis
leur donneront une nouvelle pr;u
ve dt svmp.ilhle.
culaagerie du Progrs
Le public est avis que la Houlangerie du Progrs" sera transfre
an loca du Ho> Mar. iu: le jeudi 18 courant ( angle des rues rpubli-
caine et liantes Destouches, ancienne pharmacie Kwald
Da5 heures du matin les familles sont avises qu'e'les trouveront
au dit local des pains de toutes les classea :
Pains b'ans
' spcieux
viennois
' aux raisins
el des biscuits Petit lleurre et & peau
Hayons de Biscuits lins et confiserie
! ki.q."eur?' VinS ,ins et de table f .,
Ptisserie
d'dpicerie
TV* .->.
205-209: Rue Traversire
B>-

^ lafi^,
-
i*a
'Wt
S


LE MATIN J, O.Ubre I92

.

S Va M
Ext i' du jaune d'ueu. I.e plus aciif des Reconstituants.
Rend puissant et vigoureux Recommand aux persofiLes faibles.
Fortifie le cerveau-la moelle pinire les Os et les reins
Rrewer et o lue. Geo JEINSEHE et C
AGENTS
WORCRSTER M ISS.
**

llailmn Motors
Socit Anonyme
H H. BETCHLEY, Prs.
* -*-
Lincoln
dk>Ht>
Fordsoiv
Angle Rues Dan'cs Deslouches & M^Qasiu de l'Etal
NOUS avons le plaisir t\uuuii
*l
^1-, ~l-------1-1-
!
i
sont arrives.
Nouvelles Voitures
Vous tes Ions cordialement invits & venir voir leur nouveau style,
leur dernier confort et leur grande supriorit, et nous sommes
convaincus que vous serez tous dsireux, d'tre possesseurs
------------- d'une de ces Belles Voitures.
Les diveras couleurs siat: Meron Rcugc Vert Ewis i Gris?.
i i i S'J&Vi&s*/* i liMssis dont les nr.'x clelieul toutes
Nous avons aussi une grande amM *.t>ta **!; ITdiT^oZ&u P*r Uau.
concurrences-^ plus l'aile ummn ,vret etsttrlout Us piustconomu/ i
lenez les voir el vous pourra vous mmes juger de leur grand perieclionnement.
Procurez-vous des chaises et dodines,lit en fer,en enivre et eu bronze,
glaces, tableaux, lampes- lavabos}- carpel'es el descente de lits.

Chez
;/UULOHIl FILS,

gsgyjijWi^&s -".' . ;
iift, Rue ROUX, 120
jw* .,


LE Ma TIN .4 Octobra 1925
Geo.JEANSEME&C
Agents Exclusils pour les maisons suivante :
Wm.Ho Donagh & Sone
Huile Je Lin, Kueure de Thrtbenlina. Eloupe II ma. u-jmra-
Lacque, Alcool, G judion. braie, Coaltar..etc.
l'.umarx Milliug '<>
Farine Lelici, KaiioeUahlia.
Klschl Supply CD.
Articles de Sellerie, Clou, llouclea, etc.
lirewer A Company Inc.
l'ioduils Pharmaceutiques, Drags. Spcialit.
Falton Shoe PoliU Ce
Cirages pour Chaussures en tous genre*.
International Cork Co.
Capsules pour Bouteilles, BouchoBs
The Charles II. Brown Paint Co
IVitnres en tous genres, Peinture, Satina
Cavanagh Bros. & Co.
Hardware, ijuincaille.;e en tous g nres.
Markt A Shaefer Co
Brosses, Pinceaux, balais, Pelles, Rteaux etc.
Objets en Caoutchouc, Jouet* en caoutchouc.
North American Industriel Transntlantic Co
Pniiture a l'epu, Cernent blanc, Cernent blue, Cernent bouge Plat.
de Puis Terre de Maibre, Machin pour fabriquer Us Carreaui et
i... Mnasiuue Fournitures pour fabrication de Carreaux et Mosaques,
Encie pour imprimerie, fcLcre pour Lithographie, etc.
r~ Nous nous leuous a la disposition de notre grande clientle]!'pour
leTr romandes de Ciment, barres de Fer, Cloug, Tles, Portes^en.Fer.
Hoo-es Mtalliques, etr
[\co Jeanme c Co
Rue des Miracles en face de la
Banque Nationale H UU
AUention la fraude
Heaurouj de dbitants profilant de la vojue du W\lM1\ NCCtllV vendent d'autres
rhums MMM ce nom que les"]connaisseurs rclament. Dn jjrand nomlire de ronsominaN'uis ainsi
Irompc et vols se sont plaints i la laison Geatjens. C'est pourquoi elle inlorme le public in-
tress jue le vrai cKlium .Nectar te t-ouve dans ses deMrtrdric Uetljen au Boi*-\ernat\aussi dans sa wmm
lime de PHOHVille*
Ceux qui achtent ailleurs devraient rclamer le Rhum Neelr
en bouteille liquele et capsule.
DEPOTS: No 1940, Rue du Mugnsin de lEttf'; Nos fit et 5G0 R i Hoone fui
No (i2lS,Kue ClUfle, ancienne maison Brulus St-Victor.
40h
de toutes les fabriquas d'Hati Gros et dtail
Prix trs modrs
PAftFL'MERId. Carrtes jpoetalee.
P. P. Patrizi. Propritaire
La ferme de la Station Exp-
rimentale a Damien a en nom:
bre limit des oaufr de pur
taiiK's white Legdorn et Khode
Ifland H>d provenant des vo>
lailles importes des Etats- l'nis.
Ces kiiS des espces renom-
mes comme les meilleures pon
deuaes sont vendus pour la re-
production a Damien au prix
de Deux Gourdes la douxaine.
rJFJarjgar^\rj6srfiFP'
Avis
Le tousiigu avin lus dbiteurs
de la faillite Abdallah Akmed que
ion n.ndut comme syndic de la
faillite a pris lin par suite d'un
coin vid.it qui remet le failli 1 la
lta de ses affaires.
En consquence, le soulign
'est plus lialule recevoir aucun
vertement sur les comtes dbi-
teurs.
Port an Prince, le V Octobre IMS,
I Ui.Lit.N KOI \.
LES PKODUIT iNESTLE.
maison ^SufStL^lSt """ to>ableme*t connus pirtoul o ils
mmson MILE emploie seulement le lait te /.lus rtelt te eaaan
de Me. ,H vitale pour Uur ,abrication de toLprlmtre\Zutl
*>* vend s,
vu que (i
lisucre et autres unicit
l'1m tFNfcru urtoD fldiDs les bonnes piceries des diffrentes Tilles de la tepubhqie les articles sortants kJi maison HESTL.
Chocolal de (ouf genre?
Crai! de Chocolat en btons, .en tablettes, Cultes/ Boites de faniaisie etc.
Pour l< commandes directes de la fabrique ou,, ur te* achats m gros.veuillez vous adressera
Maison * louer
Rua S.Pcu-ile Chose NolZJ..
Prs de l'I lot cl Montagne.
S'adresser au bureau du journal
\ Hou se M tteut
*, Street No. 5, m. t _,
piTaVChose No l'Jl in the
lietel Mont i/tie neigbourhood.
Apply to Journul Ullice.

jr

m Jam>&<
\ \
mm kERHOLM
Agent Gnral Kue du Quai
-
l'i.iiiaajiisMiiii
i

-
- .
-



University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM