<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATINS 13 Octobre i925 *.-* m JUBOL Socit Biblique et des livres Reliaieux d'Ha* Pappori relatif i l'Appel qie nos avens larc dais le public. r'aut-Jde tem't, I" nous !est im po Mtile de pub'ee t Bulletin • qu r oui von annonc* dans le* quotidiens de la Capilale afin d> rerseipner les jou-crip'eurs fur la marche de la souscript'on et de* travaux entrepris pour la clbnlion du 40nie nni ersaire de la Soc : t du Dinr.cV de la Bble. A d faut de ce • Belletrn de ren*ei nemenl, roua adies on aux ntress et aix Amis d l'Oeivre les note au.vante qui y sup[!ent, en qrelque mesuie. L'rAppel a rpporte • e Juil letA Septembre* inclus vfnv n' — Gdes. 1.007.30 valeur recouvr la Capitale et en provirce et qui ae d/conpo'e comme mit : que rien ne saurait suppler che z l'Iiomme vient a bout de trouver une selutien l'inextricabilit farouche de cea problmea que la Providence par une de ces alten tiona infatigables dont elle eat coutumire l'gard de notre srnit, parait avoir sems sur le pas de la vnrable institution comme pour prouver la plnitude de nos laculis de patience et de rsistance Mais celle patience, mais cette rsistance n'aurrnt |(i t fe s'ex erter dan cette association laquelle pr<'s de l'aBOUT. Jane, c'est la gnlce insoupon i ee, sduisante violette su parfum pntrant, e'tat la gentillesse ex quise, t'.st cette sollicitude in quite pour les intrt d'autrui, qu'on u'uvait point apeieue en piemier lieu et qui e rvle sou du par le relenlistement d'une dft ces parole qui jaillissent du !' nd du ccrur. e'eet la bont, cette f mrure de la femme, c'est, si vou s vou'e/ bien, un speetaole de paix .'( nt la contemplation (ait flvcf l'Ame presque quinquagnaire que bouleverse le vin de la jeunese et qu'un signe de l'ler nl fminin qui passe fail bondir hors de la lirconscrip ion tant de easesseli. n ment j'tvtw hftte d'y venir, c'est la loyaut inaltrable, le MU. m, 1 1 le devoir et la foi, ces limites qualits et ce mi %  nentes veilus dont la runion fait de la jeui e pouse qui nous est chre, un a*. • mpli modle de la mre de fi mille. Ren, c est le poilu que les apE els fiemissants de clairons, les nul il I. l. u,ulledu champ de bataille lont tressaillir d'imps tience de courir au feu, c'est I in carnation de cette jeunesse dont la chance cavalire se rit de lin smmoiitabilit Je obstacles, c'est entai Illumine prdestin sur le berceau duquel a brill l'toile, l'toi e des braves et sjui, sous cette propue et bieofaiaanle lumire, marche, uourt, vole la victoire. C'est pourquoi, je vous inviterai, Messieurs, A choquer vos verres en (honneur de ces magnifiques units de combat et i prluder par ce fracas de bon augure A cette aulra lanfare dont l'accompagne la conqute de la vie. MAI .m s BRUN Club Mariant Demain, de 4 A 7 heures du soir, fta sportive A Marisni, en l'honneur du Commandant et des Officiers du %  Berlin . Il est probable qu'il y ait quelques tours de fox trot. Fianailles Nous avons revu la carte de fianailles de : Melle Marguerite Chauvet avec Mi Joe Pi rre Louis Tous 00 comp'iments. farisiana Jeudi le :ecretds Polichinelle avec Maurice de l'erandy, |Au Jr jirabanl, Jeanne Chereil et Gabriel .ignort. Entre ; l.W. NUVELES ETRANGERES PAR CABLE L*ent*nte entre la France el rllemn nft assurerait Il pnix europenne, dit c IK latin i. PARIS .Le Malin*, r.ornman tant les conversations entre M ^. Briandet Luther dit : L'in-rti tude dan laquelle l'Allemagne et la France sont obligs de vivra est plu lourde pour ces deux nation que le barrires sentimenta'es et les douloureuses blessure. Econo iniquement elle se compltent et leur action commun, appuye par l'amiti anglaise, peut impo ser la paix europenne,faire renat Ire la prosprit par la conqute de nouveaux nwchss, pro luire moins cher et remdier au dsor dre des changes ". rnV n* iWnrtpiVWr**!.. texfo du pacte de s'curi'ii LONDRES -Le Daily Te'egraph publie une information de Locar ne suivant laquelle le texte du pacte de scuiit fut ollert sur les pbgts du lac Majeur A 200 dollars l'exemplaire mais quand on apprit qu'il venait d'Aire publi par les journaux italiens, le prix deicen dit A 10 dollars L*> mme journal assure qu'en ralit les journaux italiens publirent seulement des Iragments du pacte mai qu'ils suspendirent la publication COTI plte du texte A la demiudH de Mr Grandi sou secrtaire d'Etat italien dan le but d'viter un obs tue A la marche des ngociation*. Critiques de la Presse Iranaise i lqard de la fit piM /' connu deoui* P resse itali t'tin' ROME Li prejse franaise, no tsmnant Le Temps • d • I Journal des Dbits s s formul de svres critiques contre les jour naux italiens qu'el'e accuse de vouloir troub'ei les dbit de la confrence de Locarno par la pu blication hors de propos du pacte rnnan Le journaux italiens assu vira 1 rent qu* le •* %  • ho' X Londres est longlsmp. L'Italie M^anieri ur le Rhin le 5 : mAnns r**t n n~ Habilita que la Grande Brftaqne %  I.O"\RNO— LM'a'ie a annonc officiellement on intention de i gner 1 0<-le dn Rh'n an morne lilr •'e raponbilit que laGran de Bretagne. En ulriclie DTiit du Budqet VIENNE— t.e gouvernement a prsent devant le parlement le budget ns TANGER UM mins sauter ra ; ne a fait eza'osion sur !a routa de Tanger A Tetouan au pasacs d'une automatise militaire l n ofli cier espagnol a Hi tu et p'usieurs aoldats blesss. Les Cours PARU 12 Octobre Sterling Francs 105.4! 11.77 Les dates clbres 12 Octobre Hier, 11 Octobre, n a-quait le i.i.-i 'iue anniversaire de la dcou verte du Nouveau Mon le par Chris topha Colomb. L hardi na/igr sur partit da Pajo, p-^tit port Je l'Andalousie, le Vendredi II Aont 1492 ver* ; heures 1 2 du matin! avec trois ca ravslle, la PintA, la Nina et la Santa Maria monte par 115 hom mes. Aprs la plus prilleuse des Inverse* qui dura jour pour jour 2 mois et 9 jours ot psn.lant la quelle il ejt, en maintes foh, A lutter eontre la peu-, le !'• i.a gamsnt, les l'jpiutU.O s et le r valtsa de sas c^migT n,', mh abord, le liOetubi t ) < -' eneo M uo Vendredi[ en une lie qui, dar.s la langue des indigne, s'ap pelait Ciuaoahani. Ce tut un marin de la Pinta, Juan Rodriguez Rernejo. qui, |,. premier, aperi;,it la terre et 1 hor loge de la Santa Maria A bord de laquelle tait Colomb marq ait exactement deux heure du ma tinDs qu Colomb prit rosses sien de la nouvelle terre.il la b-P tisa du nom de San Salvador St Sauveur ), pour rendre grAces A Dieu qui levait sauv de tant de pril. Dans le deux Amrique. eHe date du 12 Octobre et comm m > re, chaque anne, avec le plus grand c'at Pirlout d grands fte ont organises pur eUbrvr cet heureux anniversaire et les %  m V a a ni statuas du c'hre C,i noi qui peipleat le vil e de* Etats Uns oil couv r tes dj I ,ur !:, %  > •: Port au Prince 704.80 fa'' 105.00 Petil ficAve f.4. f 0 Ja ml | .00 Connues 39 00 8aint Vrc 20 (X> Cro Morne 15 f Anse-i-Veau 10 00 LcgAne to.oo Gde. |007-30( Trls de la Caisse G/Di'ral 240 40 1 247 70 I) rrmsrs non' 1 f'e de J in Afin Sbre G. I 2 4 7.70(t) • Il resorl de ce tab'ean q'" 1 's dpens' ni excd le rerellr de lidr 240.4", valeur que noi svons d* tirer \t la t Caisse Gnrale. Noua avons prvu que. pou r ce qu'il v aurait A faire en construis lion, rparalicn et embel'is errent, il ne faudrait p moins de < deux mil e genrde, et. pllf rn'iser celle valeur — en dn dsrs lelo iliii' 1 ht J'anssj ag/ liiti ui U iutt iM/u/j'u ts mnriulHin. MU.* iiiir^RSERVtZ-VOUS, S0CREH0U8 'PASTILLES, VALDA N .i::.-* I ...... eriaet. ci tessfr* l@Sa, P:TILLESVALDA %  %  Tsis D'AVOIR LES Le t Pastille* Valda < sont en vente Pharmacie Centrale d'Ilaiti: Pharmacie Bourrame, A Port.au Prince. Iharmaeie Brutus, Jrmie; et toutes pharmacies. mtmsHMP Le mme jolis dessin si M pulaires sur les porte cra vonsEversharp.et les porteplumes vTibl en mtal, sont grav maintenant par un procd nouveau sur ceux m caoutchouc durci. C'est ainsi que les amateurs de'Eversharp"et Wahl qui prfrent le caoutchouc peuvent dsormais jouir A U foi ,j e la beautdts nouveaux destins et de la supriorit mcanique recousue de I t.rrsharp et de la plume Wahl. MAXWELL* Mon 1613 Hur du 1.,-Dlrr ruI-Al.el>CL,UAill THE WAHL COMPANY, NEW YORK, N. Y., U. & A. Au Coq qui chante M 17S? Ruf Courbe Pon au Prince Hati) U Maison vient de renouveler son stock et solli site la visite de tous ceux qui se soucient de leurs intrts immdiats Vous y trouvre/ de. Indiennes franaise, pour robes d'intrieur A des.in. au got du jour ; dea Zphir bon teint garanti, et des drills ouleurs pour coliers des Forces de chapeaux nouveaux et Caeo n!n „r U " e l P?r l.omraes; de Cretonnes, damasss pour nappes Servie te de Table et de toilette ; Jolis tissus de soie et coton, matelM ^tii WO pour robes : Toiles drap et toile pour Spcial! de CALICOTS pour tous usages, Brabint. Bati.te crue et A&u\S£i ?" U r e V0U9 y lrouver us articles de mnage en emaill, aluminium, faence et verre nolfiU N !i n i ir n \H r0UVer0 "r l T" ^l'apeaux de paille et de laine en SLS e, u. rdm u a re Dn,, et X;>his blanc eu jaune ; Chemi.es, Chemisettes ; Gilets de flanelle ; Chaussette ; Mouchoirs de poche Bretelle ete. dra la parole pour exposer le but de la runion et le programme de l'Oeuvre en gural. L'agent Gnral prsentera le rapport du jour : esaui-se rapide de faits le plus raillants de I Ins litution durant la priole d s 40 anne quelle a traverses. Le clou de la soire sera la ("on trence que donnera Mr Fieurv FfctjL'CtllEsurl .Utilit ds biblio thques publiques*. Les Pasteurs prsent mettront leurs vœux en l'occurrence et diront leurs impressions sur l'excel lence de la Bible. Par interval'e, il y aura, avec accompagnemeat.de trs beaux chants*, par un rhirur mixte. Il y aura aursi de la '• bonne musi que ex'c te par un groupe phi lharmonique et diverses "posies" seront dites par des personnes exerces dan l'art de dire. Le public y est cordialement in vite. Il y aura ncessa remrnt m§ C01.1 x.Tk en i.i\ ur de I Oeuvre On et pii d';,poiler en v e nant on obole pour le maintien et le dveloppement de l'Instiiu lion. Port au Prince, le H Octobre 1025 LA DinacTloN t,E L'OtcvaK. ASTHME', OPPMISS/MS Globules Rbaud fc DAUcHonx. r, \Z v"rS^r I Si—II BUCH Ayis matriai3Q!al Je donne avis au Public et 'i Commerse que je ne suis plus res ponsahle des actes de mon pouse ne Kanny Laurent pour causes graves ; en attendant qu'une ac tion en divorce lui soit intente. Anse A Veau le 12 Octobre 1M5 Inuocenl LAURENTJ3 JJ| contre CONSTIPATION preaem les COMPRIMS SUISSES de DELORT. Pharmacie. "" %  *•/• %  ••Ain, C'EST t.E MEILLEUR DES PURGATIFS Al.. PBTMUa r* mmcu ALMm?r.iiwaa du DJuiUn VUSD A ^i



PAGE 1

LE MATIN — 13 Octobre 1925 t. llCiTHIN Exinit du jauae d'oeuf.-Le plus actif d s Reconstituants. Rend puissant et vigoureux. Recommand aux personnes faibles. Fortifie le cerveau-la moelle pinire les Os et les reins Brewer et Co lue. Geo. JE1NS JE et C AGENTS \ i WOHCESTER — M ISS, £*KTfc Holors Socit Anonyme H H. BETCHLEY, Prs. Lincoln ltfk)7H£> Angle Rues Danls Destouches & Magasin de l'Etat. NOJS av< ns le plaisir d'annoncer notre aimable clientle que les Nouvelles Voitures FORD sont arrives. Vous tes lous coidialement invits a venir voir leur nouveau style, leur dernier confort el leur grande supriorit, ri nous sommes convaincus que vous serez lous dsireux, d'tre possesseurs d'une de ces Belles Voilures. Les diverses couleurs swt : Mart^ Rouge— Vert Ecossais el Grise. Nons avons aussi une qf. mie quantit Mou Ford Chssis Jool les prix delcnl toutes concurrences-i />/ /•* d manœuvrer et surtout les plut conomique pour llaxtx. Venez les voir et vous pourrez, voua mmes juger de leur grand periectionnement. *"*&.* Procurez-vous des chaises cl dodines.lit en fer,en cuivre el en bronze, glaces, lableaux, lampeslavabos-.carpelles el di-scenle de hls. Chez BALLOMI FILS L rm —..— 120, Bue ROUX, 120 ii*



PAGE 1

LE M TIN 3 04obrt 1014 Geo.JEMSEME&Co AgeoU Excluais pour les maisons suiv.-inlcs : \\ m. Me llonagh & Sons ilui'.e de Lin, Kssen.ede lli rbentine, Elou,)-;, ll-.ine,.G n.m Lacque, Alcool, Goudron. Braie, CotlUrJete. l'omaix Millilig Co. larme L)licw, ranneWalilia. I iscbl Supply Co. / rticles d: Sellera, Ulooa, Boucles, etc. lirewor & Company Inr. Produits l'hannaceutiques, Drag*. Spcialits. Fulton Bhoe Polion Go. Cirages pour l'.lmussures en tous genre. International Cork Co. Capsules pour Bouteilles, Bouchons The Charles II. Ilrown Paint Co l'eiolnres en tous genres. Peinture, Satina • Cavanagh Bros Se Go. Hirdware, Ouincaillerie en tous genret. Markt A Shaeler Co Brosses, PiBCMUl, Bllabi Pelles, Rteaux etc. Objets en Caoutchouc, Jouet en caoutchouc. North American Industriel Tranaat lantlc Co Pm.ture a l'eau, Client Blauc, l'.emenl Blue, Cernent Bouge flaira de Paill eire de Maibre, Vaehinea pour fabuquer les Carreaux et l„ Mosklqoe, Fourni UNS pour fabricaiion de Carreaux el Monai<|uea, Mm Indigo, loudie de Broi /e Poudre d Or elc. Lewis lloherla Ino. Encre pour imprimerie, tncre pour Lithographie, etc. Nous nous ttons a la disposition de notre grande clientle^ pour le. (. ma andes de Ciment, Barres de Fer, lous, Tles, Portesjen Fer, Hon es Mtalliques, elc [\eo Jeansme cf Co Hue df9 Miruele en f >c-.f d la Banque A itionale ' Uni . A Mention (a fraud ; Heauoouj de dt'hitants profilant de la voritie du TihUW NeCtUt vendent d'autres rhumt sous ce nom que le* connaisseurs rclament. On grau I nombre de consommateurs ainsi tromp; et vol, le sonplaints la laifOJ Gealjens. f'e'sl pourquoi elle inlorme le public inlcres.se que le rrai cKhum .Nectar M l-ouve dansses quatte dpots en ville,dans la maison prive Uetor trader.c U eut jeun au Boi* lerna et aussi dan, , m. son prie, de PtiotlvUlcCeux qui nohclenlailleurs devraient rclamer le Rhum Neclar en bouteille ti(|iiet(3 el capsul. LPOTS: li 1940, Roe du Wagasin de lUia; Xo III et 560 Kie^Bjone V'o Ko 028,Hue Court a ancienne roiuoo Brutu St Victor. JPDJlOTE I L Finition exceptionnelle, au centre des allaires proximit de toutes les Banques, de la douane et de_ toutes lea^-ncea de bateaux. Renseijne.a il el lacilils pour voyager en automobile dans toutes les parties de la Rpublique l'Hati et de la .publique dominicaine, lliambres conlortables el surtout trs propies, fei.tilatcurs dans les chambres la demande des fensionaires. Cuisine Irannse trs soiune et des plus varies. Ilnandea Viiter fe& magania* de f Htel • Vins des meilleurs crus de Bordeaux. :,>ar barriques, damejannes a.Uoas et par bu, files. PnmiHes Vins de cliateaux, .ou. trouverez le plu, g i hol. y>> jy^^flg fS^S Sffi^ b fabriqua 4e &f -* %  A o fous trouverez chez Juste Lilavois 190H, Bu du Magasin de l'Etat, dematriaux ayant donn leurs { reuves de rsistance, suprieurs tous les pointa de tue A ceux imports aclu'ilemeut pouvant ser vir aux constructionm > Vrnc-.— Faites une \i>iie chez JUSTE Lin VOIS et vous vous rendre/ compte de la supriorit vraiment admira ble des plan* lies, cartilage, ma driers, elc. qui vous seront vendus dans d'excellentes onditiojs el qui vous donneront entire satia Avis La ferme de la Station Exprimentale l'amiHii a en nom bre limit des œufi de pur anRS wbite Lyhorn et Uhol> lsland HI prot i snl des vollailles importes li .s StatfUois. Ces u'iils des spces renommes oomra < les m. illeures po \ deuses font \en !ui jour la r production ;i Damien au pr.x de Deux Gourdes la douzaine. LKS PRODUITS NESTLE MM Froduils JieH f ont tavo*abiem*nl cornus virtaut o r, ..,. maison MUTLM emploie ntulnnnt le lait le 2? r i, S ?* i l 8 1 t V findu *' • • ** df nce U vitale pou* Uur fabrication de tOui\Tpt9m^ f*Uf* ^ tf UUtreS ariicl FM IfODverfz ptaQH les kum piceries des diflreotes Tilles de la iptiblique les articles suivants de la maison H£ST . Lnlt strilis, Uilt Condens, Lait Evapor t Maniue Kaail a ni i M. toflrn pour Ira bbs) rtiole qui eat .ervaillau Chocolat de (ouf genre; Crii! it U.c.1.1 H bilan. H lahlW, ; ri ,ll.( Boites fultisie de. fou,


PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE VMPUVMH OJeoaeD( May loi re BOIS VEllNA 1358, Kue Amricains NUMERO 20 CENTIMES Matin Quotidien TELEtHONE .Y 242 "bue Memerial JJfaM On les conrih4Sria.su*i*jriif' qui fiassent leur temps* fc^oul critijuer et qui set aient bien emItarrasss eux-mmes si on leur donnait cinq minutes i tenir, k eux ou leurs amis, la queue de la pole. GasUve Herv 19M ANNEE XoJMO PORT-AU-PRINCE ( HATI ) MARDI 18 OCTOBRE 1925 Une visile lie courtoisie Le directeur du journal Le Temps, M. Charles Moravi e.*t all faire visite au M 11 %  Commissaire, la Lgation am rieaiue. L'opposilion en est mue. Cela se comprend aisment, parce que malgr l'etiquette de < convenliounist, s dont se parent ks politiciens du Temps , on sait gnralement qu'ils confondent dam une mme ranccuur tous ceuxl — Amricains et II tiens — qui n'apportent pas une contribution la ralisation de leur dsir d'accder au pouvoir. Dans ta lettre M. Constant Vieux, le directeur du Temps avait ter-t d'numrer les motifs qui expliquent sa prseu e dans l'opposition. Aucun de ces motifs n'a paru satisfaisant l'opinion publique, car le Gouvernement actuel n'a pas accompli un seul acte de coopration qui ne soit 1 expression de l'esprit et des termts de la Convention. 11 est loisible aux opposants de critiquer, c'est la porte du premitr venu, mais lorsqu'il s'agit de prciser et de juititier une accusation bnvolement poite, alors on s'aperoit qu elle n'est rien de moins, au fond, qu'une vile imposture cre par des politiciens de mauvais loi dans le but d iy irer l'opinionlin dpit de toutes les subtilits imagines par Moravia, touiu opposition idiu< — .•„ vnrnement, sous quelque nom qu'on la dguise, demeure une dmonstration d'hostilit contre le principe de coopration amricano luitienne.Us deux GouvcrnementH accomplissent, en Hati, une œuvre commune de rgn aion Le llaut-Commisairj n'est accrdit auprs du Gouvernement hatien qu'en vue de rendre plus parfaite l'en tente inlisp nsable enire les parties et plus immdiat le rsultat qu on se propose d'attein dre. Or, il est incontestable que l'aide du Gouvernement amorieau dans les conditions actuelle? de notre Pays uous est iiifii iineot prcieuse et qu'il nous faut en profiter. Comment en tuer tout le bnfice dsirable si le Gouvernement hatien ne fait pas le plus laige crdit de bonne loi Wash ngton et au reprsentant du rVri 'ent des Etats Uuis d'Amri.|iie ? Celui qui s'oppose a celte conception politique — la seule qui soit sage, qui rponde nos besoins et a l'esprit de la Con vention de ltfi — fait obstacle l'œuvre de coopration. ^ ucuu gtMe ou parole hypocrite ne saurait tablir le contraire. On comprend alors la gne cre dans l'opposition p. r le fait de cette visite de Moravia h Lgation amricaine, d'au* tant plus que les nationalistes ne peuvent point deviner ce qui a pu f ire vritablement l'objet de cette conversation t es agrable — Ptuget et Jolibois ont ils fait les frais ? Ils ne le sauront pas de silo*. Les politiciens du t Temps se sont vants dernirement d'tre des ralistes en politique* Ou'on s'en souvienne. Une visite de Moravia la Lg lion amricain) 1 au moment o l'opposition agonise %  — Combien f'rir de c 0 tto oono*pttoo raliste'' La seule consolation rser ve l'oppositior c'est que les CO1ODII s du Tenvs. prtend-on, ont t offertes pour le cas o il y aurait des dclara lions faire— On ne tire rien du raejonge et de la dloyaut. Spinoza h dit depuis long; t inps: le meniong le nou vrai n'. st q l'un non-etre, et ce qui n'est pas ne peut porter aucun fruit, ne peut rien produire. -^•"•^ A Parisiaaa hrcore on magnilique tilm d'art a t projet, dimanclie, sur l' craa de Parisiana. O&rfre drama tique d'une grande originalit Le Comf''koslia est une de ces pro dations c ngrapliiques qui Ibis -ut une imprewiionpiofondedans l'Ame des spectateurs. Il se classe parmi les grands chefs d 'men de cran, par l'lvat on du sujet, le mystre qui enveloppe le lieu o te passe l'action mouvante et tragique, l'interprtation des ac teur, incarnant tes personnages avec un tel naturel et une telle ex pre.iioo de vie dans Us senti ments qu'ils tiaduient, qu'on est stcou de la mme violence et p ntr de ta mme srnit de paix et de bonheur qui.le agitent et descendent en eux pendant et aprs l'orage des passions. Dans Le Comte Koslia'', 1% haine qui se venge, puis la jalou lie aveugle apportent la dvatta tion au foyer et achvent de tuer le sourire sur le visage d un der nier rejeton contrainl cacher %  on sexe.Mais dans le chteau o plane la terreor de l'enfer.l'amour rodmt sa mtamorphose, et sur tombe de la dernire victime, %  eut tre plus malheureuse que ejupeble. il prpare u.i beice u pour des joies futures. Petits laits du Dimanche Maurice fctieuue ils |arehandises Iranatse i'jrt u lriao. M-CABD1NER&C Angle lis HIUN Rt'pui>'ie?ine \il V nu: A 1 occasion de la prochaine rentrre des classes et des Tribunaux avisent les parents, instituteurs, ecj llers et Membres de la M.ujistrature,qu'ils trouveront en leurs Magasins toutes sortes de fournitures classl ques et de bureaux aux conditions les meilleures. ENVELOPPES DR t£TTRRS. — La maison ayant constitu son stock d'enveloppes de formats cour;iutsest bleu aise d'offrir ses services au publie et au Commerce pour la confection d toutes celles de dim<'iisions speci.-ilrs qu'il leur plaira de lui demander. Parents instituteurs, coliers. Magistrats de nos divers trlbuna ix, une visite chez GAR JINER vV i.o voue sera avantageuse et vous permettra de raliser quelques conomies m Si un dplacement vous cause quelque ennui, per tlphone renseignez voua en appelant le No 721 Les Rots historiques (Quand on m'leva au trne, je voyais I rll .laini derrire, is je n'ai jias eu peur i. Le duc de Norlhumberland piin ce ambitieux, porta en 1654, au trne d'Angleterre, sa belle liile Jane (irey, pet.te fille de Marie, no-or d -Henry VIII. La jeune princesse— elle avait 17 ans—tomba bientt aux main* de Marie Tudor qui la lit dcapi ter. Avant de monrir, elle dit . Quand on m'leva au trn, je voyais lchafau.l derrire, ru .us je n'ai pas eu peur ? Quelle virilit Publications reues Nous avons reu le dernier No 4e lUi'i Commerciale, Indu* trielle et Agricole ''. Il contient, comme toujours, d'iulressanle maties et des reuseignements commerciaux dont la lecture e>t des plus utiles. Il nous a t remis en mfme temps le Bulletin bebdoesedai e di %  par la Maison \rmour et Co 11 indique le dveloppement q ie prea •, chiq ie jour sur notre pla c\ eette importante maison Nous remercions pour ces gra cieua envoi". Le 'Concorde * Lit i *ne !> eace Seitlemint Converti i rega iing Campeur s liioa p t 1 iblt by Greeot io Alla I Nation lit in rttpuA of Ad, Greel [uthoriUn m Turkish T$rriiory while under Ureek Jfi.'tra y 1 1 1 upation I h 'collection ml investi^ ition of l>iiliii rUuus t.ttling under tliis coiiveuii MI is u p neiring completion, .mJ HiMajests Go\enuncnt hope lu be able to prsent the t laimsj to the inuek (iovemuient m the ucar tuture. Itnli.li %  iiin ml-, ho liave not yet put lorA&rd their daims unloi tue louveatioa are therefore w.ii ued Uni no claims will be eooaUacsd whieh are not reuexl. Auj ciaiuis Wbicb tuve not vet been sent in should be sent torthwilb to the Keparation Claims Secliouol Ihe finance Uepartmant ol the lloird ol l'rade, London. Ouly claims put lorward by persous able to eslablish their Ikilibh natiouahly will be considered b\ H.s HJMtj'a tiovernni.nl, sud ciaimautsare reminded Uni tbi ouly cl.i a* to wicb the cjoventiou app.ies a,e tliuse in resptci ol losses u:id dam ne sut,. I aller ihe Ut June, IWt, %  %  rtMlteJ ^eek action, as dclined in the convention, in I urkub teniloiy uuder tirecU HtlHUrj occupation. Brilisli LegMion. loil-aufriuce, October'.HIt, 1 tt> KDMIND D. WATT H. M. Charg d'Allaires. — l'enlant toute la journe de Dimanche, les marins des deui navir. s de guerre, le • Berlin • et le C .ncorde •• qui sont en rade de fort au Prince se iout prome ns dans les rues de la Capitale. Les marins allemands paraissaient preudre un fil Intrt tout ce que notre ville prsente d'int ressaut et de pittoresque. L'on ad mirait leur bonne tenue at leur du cipline. Les cadet* de marine su tout, avec leur court dolman noir aux galons d'or attiraient lea regards des passants — AU messe de 7 h.>uref, la Cathdra'e, un malheureux qui assistait l'Olce eut subitement une crise neiveuse.Cela produisit, dan* l'assistance, un petit trouble vite apaif. De dvous fidles a'empresi rent auprs du malade et lui pro digurent quelques aoins. — Pansiana montrait un de ses plus beaui films : la Comta Kos tia, tii du roman de Victor Cher bulie/. Jeux da lumire, dcors, acteurs, tout prsente le plus char mant cachet artistique. — Les dancings n'ont pas eu comme l'ordinaire leur entrain endiabl. Faute du temps qui ne aouiiail j-oiut. A propos des caractristiques de ce croiseui de la marine des Etats t nis dont nous annoncions aune ii,l'arrive Port au l'rii.ce, il 3'est g Us une petite ern tir que nos lecteurs ont, sans doute,d'eu mmes releve. Le navire porle \i canons de ti,7 : maian li u de 173 kilomtres de porte, c'est 17 kil 500 qu il f.ut 1 re. HOTEL S" IUIS Silu i la Bue de la C-oix Service de 1er ordre La maison Jenaro HIRTADO l'honneur d'inviter ses nombreux clients el ami visiter sa maison de Commerce o ils trotiveronparticulirement un mtgufiqufl assortiment de chapeaux du dernier cri parisien pour homme et leuimes ainsi une,' plusieurs autres articles d COOIS. ^vant d'aller'ailletirs laites ure petite visite cher Jenaro Hunado Grand' RM 1TM En es temps durs o nous vivoix, le norulire de l-'mm^s vieilles et pauvres, incapables de gagner leur pain quoliiien. va MOI 1 1 1 !6 croiss nt. 0 e l'on ne se trompe point, nous ne narlons pas .!* %  ces dguenilles, Inliriques jusque dans la mist're.. que l'on ren0 Mitre siirlout sur le parvis de nos enlises el qui, fort souvent, poss lent, enhiii's lOUI leurs liaillons.de ron It-lelt s sommes fruits de la crlolit publique Non. Nous parlons tle ces vieille femmes qui pour rester bonntes, n'ont pas eu peur de la sou tira nce. tle cell. s qui ont connu jadis, elles aussi, les don etirs et .les joies d une vie aise, pour lesquelles I inforlune a t iripitoyabl1 qii en SDUI rduites le soi r — parce que leur robe fripe ne leur permet pas de se montrer au grand jour, — tendre au passmt une main timide et qui, si une boni se charitable ne s'ouvre pour elles, connai'ront bien de noirs lendemains sans painElles ui rch nt vers la tombe ; et l'a.lv. r.-it inexorable et cruelle n'en a pas pour cela pitiSais Irve ni merci, elle les frappe de ses plus rudes coups. C'est pour celles l, dont on ne peut souponner le nombre, ces jours ci. Port-au-Prince 1 que nous taisons un *ppel mu et pressant nos ilillei entes Œuvrts de bi nfai^ance, i. articulirement I Association des U-Uui.* r de-£i:.Frao<'r)i .! %  • galas. enlin pour qui ces temps sont moin durs, afin qu'ils redoublent de zle, d'elloru, de charit. Les soullrances soulager sont immensesTandis quennusjnou* asseyons, hUraux de vivre, la galt au cœur et !e rire aux l.v.ef, au lour il-' DOS t ibles fl tucias, bitn garnies de mets succulents t sur lesquelles d' gailles tulip s de cris'al \e^sent profusion kur clatante lumire lectrique, combien do ces m I'IIOUreuses, qui ont march, pendant de longues heures sans rencontrer une main bnie pour s'ouvrir leur soullrance. gisent grelotf ntes de inire, dans quelqu'ol.scur tau lis sms lumire el sans paiu! Soyons durit ibles. Souls| uns 1 1 misre de ces pauvres femmes qui, lorsqu'elles nous i.'ii d. nt la main, en grenant leur chapelet, tremblent la lois de vieillisse el de faim. lin .I. innaut ce malheureuses nous prions Dieu. ACHETE*, CM si hu n . mais' i i acheter, c'est mieux... aussi n'htaitei pas, p ur vous rendre chez Paul £. uxihi, o vous aurez toute satisfaction pour vos empiettet. Avis Le rouMign avise les dbiteurs de la faillite Abdallah Akmed que son mandat comme syndic de la faillite H pris tin pi-r suite d'un concordat qui rtrn i le failli i la Ute de ses aflairts. En coDsauence, le aiusign o'esl plus habile recevoir aucun versement sur les toinp'.ea dbi leurs. l'oit lu l'.ii c. le Octobre Vi'i. IALUW ROUX. CARNET MONDAIN Jeudi .l.iiii i. dans la coquette iii.n.i.ii de M.i.l.une Kmile Bran, au ( hemin des balles, se eMbrsJl le mariaue civil de Mademoiselle J.me liiun avec MoiRieur Iten Ul'oiiUiit, fila Je feu Itoberl Laliiiil.ini, l'avocat bien connu de la ville de Jn.mel. Les tmoins de la marie taient MM. Maurice lirun. Directeur du Journal (ilii.i.l, l;. m,ot, professe) r lEoote N.iluinale de Mdecin -, 0 .1. Ilr.indt, Directeur de IH.ii.(|ue l'.auu tienne et Kernand Derenoncourt, ifient d'allaires; eeai de siarie: litnn Larg-, Chef de bureau au Dpartement de la Justice, Georges Lafont.uil, Mrov l'ierre. ageut de Clitnge et Daniel Uni n, Ingnieur. Le distingu couple a tA conduit l'autel par Ma Lima Lon Dejean accompagne de Maltrd 1 Morel. A l'oeesei >n *4s cet haureun vueroent, Mr Maurice brun lut aut pom le tblu morceau qua que voici : Le ipeech do 14 J.i'i l'oiiclt'. i lim if -mp .il.iuJiiieiil mu. S il et vrai, comme le dit le pote, que %  tout b lulicur que la m.un n'atteint pas n'tst qu un lAe, il l'u>t uussi que, pour le possder, Cet -lit-, au ni.'; veilleux. il i.u.l avoir au le captiver. Malheureusement la i 1.1 il des lill s d'Kve sont plus enclines d aiguiser les pointes adorables de leurs rose, ongles, "i t-eclioiiuei la fauve opulenea d leur tuisoii qu'a taire •!•-< cage. Dans el e qui, par eieception l v' 4 c.^ea\e1ie"p'tivWi^rrQ'hi nil\*', par .aquella se ruuuuvellenl les lumires de la couscien. e conju* gale, il y a des choses loi t intressantes et tort belle qu'il aiei d'apprcier a leur juste valeur qui est considrable, ht d abord ce que l'on y voit et qui constitue B4 vritable eut li internent pour l'.ril, permeUei moi de l'admirer plei iiement, puisque ce sont tes espoirs p.ilpit.ini-, .pu %  wJtaat letre tout ei tie puisque c'est le payse ge jo i que baigne d lots U or la prodigalit inpu atile I' .r vieux nabab, "te soleil, nui que c'est la douceur pntrai.',.! el qui neu moius lait mal parce qq'sJe dpasse les pauvres limites de notre pauvre Mpi IM de jouissance, la joie alli-gie tie sentir qu'on avau t r i s l'un pour l'autre, el qu'on s'appaitieut eotlli de oruisis, et qu elle s'est li ne et cluiule eu noua, divine mlodie, celte -li.il q u semble tre tombe d'un %  om d,n ICUI Mais pourquoi faut il que la eu* riosit de nos i gards se porle da suite sur un autre plan d ce tableau el que notre von devieune alors sourde, grave, presque so|nnnelle, a vt.u laire tonualtre, si vous ne le saviez, ce que reprsente te plan : rien de moine qn'une collection de souc's obsdaiits et imprieu*;une multitu le d inquitudes et d'appfbeDeioai de toutes dimension.?, produites par le pressentiment obstin des dlfgracee possibles de f avmiir, SI u i mot tout ce torlge inJ ble de contraintes furibondes ni d'obligation* assassines qu'esfaia de relouler avec frnsie notre invtr gal me, el qu'il nous est impos, impratif catgorique, de subir et de remplir, mou dans la mesure ou nous le devons, mais dans celle o le peut la construction 1 1 notre armature Quelque ai/ftre que toit cette lace ramarquble ou mariaga, duquel un historiographe des vieuaitadis de i liameniW eeeur. que c est un eblouissanl feu I arlitice qui commence par le oouqu. I, je me persuade, quaut a moi, que. moim que ce neaol son imj'o.s aabi.il, lgalit du oaiael;!* Ji T 4* % 


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06548
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, October 13, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06548

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
Vmpuvmh
OJeoaeD( May loi re
BOIS VEllNA
1358, Kue Amricains
NUMERO 20 CENTIMES
Matin
Quotidien
TELEtHONE .Y 242 !
"bue Memerial JJfaM
On les conrih4Sria.su*i*jriif' qui
fiassent leur temps* fc^oul criti-
juer et qui set aient bien em-
Itarrasss eux-mmes si on leur
donnait cinq minutes i tenir, k
eux ou leurs amis, la queue
de la pole. GasUve Herv
19M ANNEE XoJMO
PORT-AU-PRINCE ( HATI )
MARDI 18 OCTOBRE 1925
Une visile lie courtoisie
Le directeur du journal Le
Temps, M. Charles Moravi ,
e.*t all faire visite au M 11 -
Commissaire, la Lgation am
rieaiue. L'opposilion en est
mue. Cela se comprend ais-
ment, parce que malgr l'eti-
quette de < convenliounist, s *
dont se parent ks politiciens du
Temps , on sait gnrale-
ment qu'ils confondent dam
une mme ranccuur tous ceux-
l Amricains et II tiens
qui n'apportent pas une contri-
bution la ralisation de leur
dsir d'accder au pouvoir.
Dans ta lettre M. Constant
Vieux, le directeur du Temps
avait ter-t d'numrer les mo-
tifs qui expliquent sa prseu e
dans l'opposition. Aucun de ces
motifs n'a paru satisfaisant
l'opinion publique, car le Gou-
vernement actuel n'a pas ac-
compli un seul acte de coop-
ration qui ne soit 1 expression
de l'esprit et des termts de la
Convention. 11 est loisible aux
opposants de critiquer, c'est
la porte du premitr venu, mais
lorsqu'il s'agit de prciser et de
juititier une accusation bnvo-
lement poite, alors on s'aper-
oit qu elle n'est rien de moins,
au fond, qu'une vile imposture
cre par des politiciens de
mauvais loi dans le but d iy i-
rer l'opinion-
lin dpit de toutes les subti-
lits imagines par Moravia,
touiu opposition idiu< . .
vnrnement, sous quelque nom
qu'on la dguise, demeure une
dmonstration d'hostilit contre
le principe de coopration am-
ricano luitienne.- Us deux Gou-
vcrnementH accomplissent, en
Hati, une uvre commune de
rgn aion Le llaut-Commis-
airj n'est accrdit auprs du
Gouvernement hatien qu'en
vue de rendre plus parfaite l'en
tente inlisp nsable enire les
parties et plus immdiat le r-
sultat qu on se propose d'attein
dre.
Or, il est incontestable que
l'aide du Gouvernement amori-
eau dans les conditions ac-
tuelle? de notre Pays uous est
iiifii iineot prcieuse et qu'il
nous faut en profiter. Comment
en tuer tout le bnfice dsira-
ble si le Gouvernement hatien
ne fait pas le plus laige crdit
de bonne loi Wash ngton et
au reprsentant du rVri 'ent
des Etats Uuis d'Amri.|iie ?
Celui qui s'oppose a celte
conception politique la seule
qui soit sage, qui rponde nos
besoins et a l'esprit de la Con
vention de ltfi fait obstacle
l'uvre de coopration. ^ u-
cuu gtMe ou parole hypocrite
ne saurait tablir le contraire.
On comprend alors la gne
cre dans l'opposition p. r le
fait de cette visite de Moravia
h Lgation amricaine, d'au*
tant plus que les nationalistes
ne peuvent point deviner ce qui
a pu f ire vritablement l'objet
de cette conversation t es
agrable Ptuget et Jolibois
ont ils fait les frais ? Ils ne le
sauront pas de silo*.
Les politiciens du t Temps
se sont vants dernirement
d'tre des ralistes en politique*
Ou'on s'en souvienne. Une vi-
site de Moravia la Lg lion
amricain)1, au moment o l'op-
position agonise ' Combien
f'rir de c0tto oono*pttoo raliste''
La seule consolation rser
ve l'oppositior c'est que les
co1odii s du Tenvs. pr-
tend-on, ont t offertes pour le
cas o il y aurait des dclara
lions faire- On ne tire rien
du raejonge et de la dloyaut.
Spinoza h dit depuis long;
t inps: le meniong le nou vrai
n'. st q l'un non-etre, et ce qui
n'est pas ne peut porter aucun
fruit, ne peut rien produire.
-^"^
A Parisiaaa
hrcore on magnilique tilm d'art
a t projet, dimanclie, sur l'
craa de Parisiana. O&rfre drama
tique d'une grande originalit Le
Comf''koslia est une de ces pro
dations c ngrapliiques qui Ibis
-ut une imprewiionpiofondedans
l'Ame des spectateurs. Il se classe
parmi les grands chefs d 'men de
cran, par l'lvat on du sujet,
le mystre qui enveloppe le lieu
o te passe l'action mouvante et
tragique, l'interprtation des ac
teur, incarnant tes personnages
avec un tel naturel et une telle ex
pre.iioo de vie dans Us senti
ments qu'ils tiaduient, qu'on est
stcou de la mme violence et p
ntr de ta mme srnit de paix
et de bonheur qui.le agitent et
descendent en eux pendant et
aprs l'orage des passions.
Dans Le Comte Koslia'', 1%
haine qui se venge, puis la jalou
lie aveugle apportent la dvatta
tion au foyer et achvent de tuer
le sourire sur le visage d un der
nier rejeton contrainl cacher
on sexe.Mais dans le chteau o
plane la terreor de l'enfer.l'amour
rodmt sa mtamorphose, et sur
! tombe de la dernire victime,
eut tre plus malheureuse que
ejupeble. il prpare u.i beice u
pour des joies futures.
Petits laits
du Dimanche
Maurice fctieuue ils
|arehandises Iranatse
i'jrt u lriao.
M-CABD1NER&C
Angle lis Hiun Rt'pui>'ie?ine \ilVnu:
A 1 occasion de la prochaine rentrre des classes et
des Tribunaux avisent les parents, instituteurs, ecj
llers et Membres de la M.ujistrature,qu'ils trouveront
en leurs Magasins toutes sortes de fournitures classl
ques et de bureaux aux conditions les meilleures.
ENVELOPPES DR tTTRRS. La maison ayant
constitu son stock d'enveloppes de formats cou-
r;iutsest bleu aise d'offrir ses services au publie et au
Commerce pour la confection d toutes celles de di-
m<'iisions speci.-ilrs qu'il leur plaira de lui demander.
Parents instituteurs, coliers. Magistrats de nos
divers trlbuna ix, une visite chez GAR JINER vV i.o
voue sera avantageuse et vous permettra de raliser
quelques conomies m
Si un dplacement vous cause quelque ennui, per
tlphone renseignez voua en appelant le No 721
Les Rots historiques
(Quand on m'leva au tr-
ne, je voyais I rll .laini
derrire, is je n'ai jias
eu peur i.
Le duc de Norlhumberland piin
ce ambitieux, porta en 1654, au
trne d'Angleterre, sa belle liile
Jane (irey, pet.te fille de Marie,
no-or d -Henry VIII.
La jeune princesse elle avait
17 anstomba bientt aux main*
de Marie Tudor qui la lit dcapi
ter.
Avant de monrir, elle dit .
" Quand on m'leva au trn,
je voyais lchafau.l derrire, ru .us
je n'ai pas eu peur ?
Quelle virilit !
Publications reues
Nous avons reu le dernier No
4e lUi'i Commerciale, Indu*
trielle et Agricole ''. Il contient,
comme toujours, d'iulressanle
maties et des reuseignements
commerciaux dont la lecture e>t
des plus utiles.
Il nous a t remis en mfme
temps le Bulletin bebdoesedai e
di par la Maison \rmour et Co
11 indique le dveloppement q ie
prea , chiq ie jour sur notre pla
c\ eette importante maison
Nous remercions pour ces gra
cieua envoi".
Le 'Concorde
*
Lit i *ne !>eace
Seitlemint
Converti i rega iing Campeur
s liioa p t1 iblt by Greeot io Al-
la I Nation lit in rttpuA of
Ad, Greel [uthoriUn
m Turkish T$rriiory while
under Ureek Jfi.'tra y
111 upation
I h 'collection ml investi^ ition
of l>iiliii rUuus t.ttling under tliis
coiiveuii mi is u p neiring com-
pletion, .mJ Hi- Majests Go-
\enuncnt hope lu be able to pr-
sent the t laimsj to the inuek
(iovemuient m the ucar tuture.
Itnli.li iiin ml-, ho liave not
yet put lorA&rd their daims un-
loi tue louveatioa are therefore
w.ii ued Uni no claims will be
eooaUacsd whieh are not re-
uexl. Auj ciaiuis Wbicb tuve not
vet been sent in should be sent
torthwilb to the Keparation Claims
Secliouol Ihe finance Uepartmant
ol the lloird ol l'rade, London.
Ouly claims put lorward by
persous able to eslablish their
Ikilibh natiouahly will be consi-
dered b\ H.s HJMtj'a tiovern-
ni.nl, sud ciaimautsare reminded
Uni tbi ouly cl.i a* to wicb the
cjoventiou app.ies a,e tliuse in
resptci ol losses u:id dam ne sut-
,. I aller ihe Ut June, IWt,
rtMlteJ ^eek action, as dcli-
ned in the convention, in I urkub
teniloiy uuder tirecU HtlHUrj
occupation.
Brilisli LegMion.
loil-aufriuce,
October'.HIt, 1 tt>
KDMIND D. WATT
H. M. Charg d'Allaires.
l'enlant toute la journe de
Dimanche, les marins des deui
navir. s de guerre, le Berlin et
le C .ncorde qui sont en rade
de fort au Prince se iout prome
ns dans les rues de la Capitale.
Les marins allemands parais-
saient preudre un fil Intrt tout
ce que notre ville prsente d'int
ressaut et de pittoresque. L'on ad
mirait leur bonne tenue at leur du
cipline. Les cadet* de marine su
tout, avec leur court dolman noir
aux galons d'or attiraient lea re-
gards des passants
AU messe de 7 h.>uref,
la Cathdra'e, un malheureux qui
assistait l'Olce eut subitement
une crise neiveuse.Cela produisit,
dan* l'assistance, un petit trouble
vite apaif.
De dvous fidles a'empresi
rent auprs du malade et lui pro
digurent quelques aoins.
Pansiana montrait un de ses
plus beaui films : la Comta Kos
tia, tii du roman de Victor Cher
bulie/. Jeux da lumire, dcors,
acteurs, tout prsente le plus char
mant cachet artistique.
Les dancings n'ont pas eu
comme l'ordinaire leur entrain
endiabl. Faute du temps qui ne
aouiiail j-oiut.
A propos des caractristiques
de ce croiseui de la marine des
Etats t nis dont nous annoncions
aune ii,l'arrive Port au l'rii.ce,
il 3'est g Us une petite ern tir que
nos lecteurs ont, sans doute,d'eu
mmes releve. Le navire porle
\i canons de ti,7 : mai- an li u
de 173 kilomtres de porte, c'est
17 kil 500 qu il f.ut 1 re.
HOTEL S" IUIS
Silu i la Bue de la C-oix
Service de 1er ordre
La maison
Jenaro HIRTADO
l'honneur d'inviter ses nombreux clients el ami *
visiter sa maison de Commerce o ils trotiveron-
particulirement un mtgufiqufl assortiment de cha-
peaux du dernier cri parisien pour homme et leui-
mes ainsi une,' plusieurs autres articles d COOiS.
^vant d'aller'ailletirs laites ure petite visite cher
Jenaro Hunado
Grand'Rm 1TM
En es temps durs o nous
vivoix, le norulire de l-'mm^s
vieilles et pauvres, incapables
de gagner leur pain quoliiien.
va MOI 111!6 croiss nt.
0 e l'on ne se trompe point,
nous ne narlons pas .!* ces d-
guenilles, Inliriques jusque
dans la mist're.. que l'on ren-
0 Mitre siirlout sur le parvis de
nos enlises el qui, fort souvent,
poss lent, enhiii's lOUI leurs
liaillons.de ron It-lelt s sommes
fruits de la crlolit publique
Non. Nous parlons tle ces vieil-
le femmes qui pour rester
bonntes, n'ont pas eu peur de
la sou tira nce. tle cell. s qui ont
connu jadis, elles aussi, les
don etirs et .les joies d une vie
aise, pour lesquelles I inforlune
a t iripitoyabl-1, qii en sduI
rduites le soir, parce que
leur robe fripe ne leur permet
pas de se montrer au grand
jour, tendre au passmt une
main timide et qui, si une boni -
se charitable ne s'ouvre pour
elles, connai'ront bien de noirs
lendemains sans pain-
Elles ui rch nt vers la tom-
be ; et l'a.lv. r.-it inexorable et
cruelle n'en a pas pour cela pi-
ti- Sais Irve ni merci, elle les
frappe de ses plus rudes coups.
C'est pour celles l, dont on
ne peut souponner le nombre,
ces jours ci. Port-au-Prince1,
que nous taisons un *ppel mu
et pressant nos ililleientes
uvrts de bi nfai^ance, i. arti-
culirement I Association des
U-Uui.*rde-i:.Frao<'r)i .! galas.
enlin pour qui ces temps sont
moin durs, afin qu'ils redou-
blent de zle, d'elloru, de cha-
rit.
Les soullrances soulager
sont immenses-
Tandis quennusjnou* asseyons,
hUraux de vivre, la galt au
cur et !e rire aux l.v.ef, au
lour il-' dos t ibles fl tucias, bitn
garnies de mets succulents t
sur lesquelles d' gailles tuli-
p s de cris'al \e^sent profu-
sion kur clatante lumire lec-
trique, combien do ces m i'Iiou-
reuses, qui ont march, pen-
dant de longues heures sans
rencontrer une main bnie pour
s'ouvrir leur soullrance. gi-
sent grelotf ntes de inire,
dans quelqu'ol.scur tau lis sms
lumire el sans paiu!
Soyons durit ibles. Souls-
| uns 11 misre de ces pauvres
femmes qui, lorsqu'elles nous
i.'iid. nt la main, en grenant
leur chapelet, tremblent la
lois de vieillisse el de faim.
lin .I.innaut ce malheu-
reuses nous prions Dieu.
ACHETE*, cm si hu n .
mais' i i acheter, c'est
mieux... aussi n'htaitei
pas, p ur vous rendre
chez Paul . uxihi, o
vous aurez toute satisfac-
tion pour vos empiettet.
Avis
Le rouMign avise les dbiteurs
de la faillite Abdallah Akmed que
son mandat comme syndic de la
faillite h pris tin pi-r suite d'un
concordat qui rtrn i le failli i la
Ute de ses aflairts.
En coDsauence, le aiusign
o'esl plus habile recevoir aucun
versement sur les toinp'.ea dbi
leurs.
l'oit lu l'.ii c. le Octobre Vi'i.
Ialuw ROUX.
CARNET MONDAIN
Jeudi .l.iiii i. dans la co-
quette iii.n.i.ii de M.i.l.une Kmile
Bran, au ( hemin des balles, se
eMbrsJl le mariaue civil de Ma-
demoiselle J.me liiun avec Moi-
Rieur Iten Ul'oiiUiit, fila Je feu
Itoberl Laliiiil.ini, l'avocat bien
connu de la ville de Jn.mel. Les
tmoins de la marie taient MM.
Maurice lirun. Directeur du Jour-
nal (ilii.i.l, l;. m,ot, professe) r
lEoote N.iluinale de Mdecin -,
0 .1. Ilr.indt, Directeur de I-
H.ii.(|ue l'.auu tienne et Kernand
Derenoncourt, ifient d'allaires;
eeai de siarie: litnn Larg-, Chef
de bureau au Dpartement de la
Justice, Georges Lafont.uil, Mrov
l'ierre. ageut de Clitnge et Daniel
Uni n, Ingnieur.
Le distingu couple a tA con-
duit l'autel par Ma Lima Lon
Dejean accompagne de Maltrd
1 Morel.
A l'oeesei >n *4s cet haureun
vueroent, Mr Maurice brun lut
aut pom le tblu morceau qua
que voici :
Le
ipeech do
14 J.i'i
l'oiiclt'.
, i lim
if -m- p .il.iuJiiieiil mu. S il
et vrai, comme le dit le pote,
que tout b lulicur que la m.un
n'atteint pas n'tst qu un lAe,
il l'u>t uussi que, pour le possder,
Cet -lit-, au ni.'; veilleux. il i.u.l avoir
au le captiver. Malheureusement
la i 1.1 il des lill s d'Kve sont
plus enclines d aiguiser les pointes
adorables de leurs rose, ongles,
"i t-eclioiiuei la fauve opulenea
d leur tuisoii qu'a taire !-< cage.
Dans el e qui, par eieception
lv'4c.^ea\e1ie"p'tivWi^rrQ'hi,nil\*',
par .aquella se ruuuuvellenl les
lumires de la couscien. e conju*
gale, il y a des choses loi t intres-
santes et tort belle qu'il aiei
d'apprcier a leur juste valeur qui
est considrable, ht d abord ce
que l'on y voit et qui constitue B4
vritable eut li internent pour l'.ril,
permeUei moi de l'admirer plei
iiement, puisque ce sont tes espoirs
p.ilpit.ini-, .pu wJtaat letre
tout ei tie puisque c'est le payse ,
ge jo i que baigne d lots U or la
prodigalit inpu atile I' .r vieux
nabab, "te soleil, nui que c'est la
douceur pntrai.',.! el qui neu
moius lait mal parce qq'sJe d-
passe les pauvres limites de notre
pauvre Mpi IM de jouissance, la
joie alli-gie tie sentir qu'on avau
t r i s l'un pour l'autre, el qu'on
s'appaitieut eotlli de oruisis, et
qu elle s'est li ne et cluiule eu noua,
divine mlodie, celte -li.il q u
semble tre tombe d'un om d,n
. icui .
Mais pourquoi faut il que la eu*
riosit de nos i gards se porle da
suite sur un autre plan d ce ta-
bleau el que notre von devieune
alors sourde, grave, presque so-
|nnnelle, a vt.u laire tonualtre,
si vous ne le saviez, ce que re-
prsente te plan : rien de moine
qn'une collection de souc's obs-
daiits et imprieu*;une multitu le
d inquitudes et d'appfbeDeioai
de toutes dimension.?, produites
par le pressentiment obstin des
dlfgracee possibles de f avmiir, SI
u i mot tout ce torlge inJ
ble de contraintes furibondes ni
d'obligation* assassines qu'esfaia
de relouler avec frnsie notre
invtr gal me, el qu'il nous
est impos, impratif catgorique,
de subir et de remplir, mou dans
la mesure ou nous le devons,
mais dans celle o le peut la
construction 11 notre armature !
Quelque ai/ftre que toit cette
lace ramarquble ou mariaga,
duquel un historiographe des vi-
euaitadis de i liameniW eeeur.
que c est un eblouissanl feu I arli-
tice qui commence par le oouqu. I,
je me persuade, quaut a moi, que.
moim que ce neaol son imj'o.s
aabi.il, lgalit du oaiael;!*
Ji
.
T
4*




le matins 13 Octobre i925
*.-*
* m
JUBOL
Socit Biblique et des
livres Reliaieux d'Ha*
Pappori relatif i l'Appel qie
nos avens larc dais le public.
r'aut-Jde tem't, I" nous !est im
po Mtile de pub'e- e t Bulletin
qu roui von annonc* dans le*
quotidiens de la Capilale afin d>
rerseipner les jou-crip'eurs fur la
marche de la souscript'on et de*
travaux entrepris pour la clbn-
lion du 40nie nni ersaire de
la Soc:t du Dinr.cV de la
Bble.
A d faut de ce Belletrn de
ren*ei nemenl, roua adies on
aux ntress et aix Amis d
l'Oeivre les note au.vante qui y
sup[!ent, en qrelque mesuie.
L'rAppel a rpporte e Juil
letA Septembre* inclus vfnv n'
Gdes. 1.007.30 valeur recouvr
la Capitale et en provirce et qui
ae d/conpo'e comme mit :
que rien ne saurait suppler chez
l'Iiomme vient a bout de trouver
une selutien l'inextricabilit fa-
rouche de cea problmea que la
Providence par une de ces alten
tiona infatigables dont elle eat
coutumire l'gard de notre s-
rnit, parait avoir sems sur le
pas de la vnrable institution
comme pour prouver la plnitude
de nos laculis de patience et de
rsistance
Mais celle patience, mais cette
rsistance n'aurrnt |(i t fe s'ex
erter dan cette association
laquelle pr<'s de l'aBOUT.
Jane, c'est la gnlce insoupon
i ee, sduisante violette su parfum
pntrant, e'tat la gentillesse ex
quise, t'.st cette sollicitude in
quite pour les intrt d'autrui,
qu'on u'uvait point apeieue en
piemier lieu et qui e rvle sou
du par le relenlistement d'une
dft ces parole qui jaillissent du
!' nd du ccrur. e'eet la bont, cette
fmrure de la femme, c'est, si vou
s vou'e/ bien, un speetaole de
paix .'( nt la contemplation (ait
flvcf l'Ame presque quinquag-
naire que bouleverse le vin de la
jeunese et qu'un signe de l'ler
nl fminin qui passe fail bondir
hors de la lirconscrip ion tant de
easesseli.n ment j'tvtw hftte
d'y venir, c'est la loyaut inalt-
rable, le mu. m, 11 le devoir et la
foi, ces limites qualits et ce mi
nentes veilus dont la runion fait
de la jeui e pouse qui nous est
chre, un a*. mpli modle de la
mre de fi mille.
Ren, c est le poilu que les ap-
Eels fiemissants de clairons, les
nul il I. l. u,ulle- du champ
de bataille lont tressaillir d'imps
tience de courir au feu, c'est I in
carnation de cette jeunesse dont
la chance cavalire se rit de lin -
smmoiitabilit Je obstacles, c'est
entai Illumine prdestin sur le
berceau duquel a brill l'toile,
l'toi e des braves et sjui, sous
cette propue et bieofaiaanle lu-
mire, marche, uourt, vole la
victoire.
C'est pourquoi, je vous invite-
rai, Messieurs, A choquer vos ver-
res en (honneur de ces magnifi-
ques units de combat et i prluder
par ce fracas de bon augure A cette
aulra lanfare dont l'accompagne
la conqute de la vie.
Mai .m s BRUN
Club Mariant
Demain, de 4 A 7 heures du soir,
fta sportive A Marisni, en l'hon-
neur du Commandant et des Offi-
ciers du Berlin .
Il est probable qu'il y ait quel-
ques tours de fox trot.
Fianailles
Nous avons revu la carte de
fianailles de :
Melle Marguerite Chauvet
avec
Mi Joe Pi rre Louis
Tous 00 comp'iments.
farisiana
Jeudi
le :ecretds Polichinelle
avec Maurice de l'erandy, |AuJr
jirabanl, Jeanne Chereil et Gabriel
.ignort. Entre ; l.W.
NUVELES ETRANGERES
PAR CABLE
L*ent*nte entre la France
el rllemnnft assurerait
Il pnix europenne, dit
c Ik latin i.
PARIS .Le Malin*, r.ornman
tant les conversations entre M ^.
Briandet Luther dit : L'in-rti
tude dan laquelle l'Allemagne et
la France sont obligs de vivra est
plu lourde pour ces deux nation
que le barrires sentimenta'es et
les douloureuses blessure. Econo
iniquement elle se compltent et
leur action commun, appuye
par l'amiti anglaise, peut impo
ser la paix europenne,faire renat
Ire la prosprit par la conqute
de nouveaux nwchss, pro luire
moins cher et remdier au dsor
dre des changes ".
rnV n* iWnrtpiVWr**!..
texfo du pacte de s'curi'ii
LONDRES -Le Daily Te'egraph
publie une information de Locar
ne suivant laquelle le texte du
pacte de scuiit fut ollert sur les
pbgts du lac Majeur A 200 dollars
l'exemplaire mais quand on apprit
qu'il venait d'Aire publi par les
journaux italiens, le prix deicen
dit A 10 dollars L*> mme journal
assure qu'en ralit les journaux
italiens publirent seulement des
Iragments du pacte mai qu'ils
suspendirent la publication coti
plte du texte A la demiudH de
Mr Grandi sou secrtaire d'Etat
italien dan le but d'viter un obs
tue A la marche des ngociation*.
Critiques de la Presse
Iranaise i lqard de la
fit piM /'
connu deoui*
P
resse
itali
t'tin'
ROME Li prejse franaise, no
tsmnant Le Temps d I
Journal des Dbits s s formul de
svres critiques contre les jour
naux italiens qu'el'e accuse de
vouloir troub'ei les dbit de la
confrence de Locarno par la pu
blication hors de propos du pacte
rnnan Le journaux italiens assu
vira 1
rent qu* le *
ho' X Londres est
longlsmp.
L'Italie M^anieri ur le
Rhin le5: mAnns r**tnn~
Habilita que la Grande
Brftaqne
"I.O"\RNO LM'a'ie a annonc
officiellement on intention de i
gner 1 0<-le dn Rh'n an morne
lilr 'e raponbilit que laGran
de Bretagne.
En ulriclie
DTiit du Budqet
VIENNE t.e gouvernement a
prsent devant le parlement le
budget flrit de M 000 009 de ehil'ino:.
V&dViWjto-. AV "W t- \Uftk^K.\
a refus d'augmenter le traitement
des fonctionnaires.
Nouvelles diverses
WASHINGTON L'accord in
tervenu au sujet da la dette tch
coslovaque aux Etals Uni a fix
le paiement de III million de
dollar en fil annuit dont le 8
Sreraire seront de 3 mil'bn* le
ollar. Les Ktata Loi ont accept
de rduire A 3 0/0 le intrt de
la 1re dcade qui avaie'it t fi-
xs 4 I 4 o'o et de 3 11 0/0
pour le*, annuit suivantes.
PARb-Cne dpche ds^Te-
tnuvo annonce que le force eaoa
gnles du Maroa ont rachet 300
prisonniers qui se trouvaient au
pu i.'iir dea riffe>ns
TANGER Um mins sauter
ra;ne a fait eza'osion sur !a routa
de Tanger A Tetouan au pasacs
d'une automatise militaire l n ofli
cier espagnol a Hi tu et p'usieurs
aoldats blesss.
Les Cours
Paru -
12 Octobre
Sterling
Francs
105.4!
11.77
Les dates clbres
12 Octobre
Hier, 11 Octobre, n a-quait le
i.i.-i 'iue anniversaire de la dcou
verte du Nouveau Mon le par Chris
topha Colomb.
L hardi na/igr sur partit da
Pajo, p-^tit port Je l'Andalousie,
le Vendredi II Aont 1492 ver* ;
heures 1 2 du matin! avec trois ca
ravslle, la PintA, la Nina et la
Santa Maria monte par 115 hom
mes. Aprs la plus prilleuse des
Inverse* qui dura jour pour jour
2 mois et 9 jours ot psn.lant la
quelle il ejt, en maintes foh, A
lutter eontre la peu-, le !' i.a
gamsnt, les l'jpiutU.O s et le r
valtsa de sas c^migT n,', mh
abord, le liOetubi t ) <-' eneo
M uo Vendredi[ en une lie qui,
dar.s la langue des indigne, s'ap
pelait Ciuaoahani.
Ce tut un marin de la Pinta,
Juan Rodriguez Rernejo. qui, |,.
premier, aperi;,it la terre et 1 hor
loge de la Santa Maria A bord de
laquelle tait Colomb marq ait
exactement deux heure du ma
tin- Ds qu Colomb prit rosses
sien de la nouvelle terre.il la b-P
tisa du nom de San Salvador St
Sauveur ), pour rendre grAces A
Dieu qui levait sauv de tant de
pril.
Dans le deux Amrique. eHe
date du 12 Octobre et comm m >
re, chaque anne, avec le plus
grand c'at Pirlout d grands
fte ont organises pur eUbrvr
cet heureux anniversaire et les
mVaani statuas du c'hre C,i
noi qui peipleat le vil e de*
Etats Uns oil couvrtes dj
I,ur!:,
> :
Port au Prince 704.80
fa'' 105.00
Petil ficAve f.4.f0
Ja ml | .00
Connues 39 00
8aint Vrc 20 (X>
Cro Morne 15 f
Anse-i-Veau 10 00
LcgAne to.oo
Gde. |007-30(
Trls de la Caisse
G/Di'ral 240 40
1 247 70
I)
rrmsrs non' 1 f'e
de J in Afin Sbre G. I 247.70(t)

Il resorl de ce tab'ean q'"1 's
dpens' ni excd le rerellr
de lidr 240.4", valeur que noi
svons d* tirer \t la t Caisse Gn-
rale.
Noua avons prvu que. pour ce
qu'il v aurait A faire en construis
lion, rparalicn et embel'is errent,
il ne faudrait p moins de < deux
mil!e genrde, et. pllf rn'iser
celle valeur en d celles du service cnirsnt nou
avon lanc 500 exemptai' de
I'Appf.i. Ri'fYiM. 'r. rorrme on
le voit rln haut il a t recouvr
Gde 1.001 30. han ch flre qui
trru ignp de l'intit que 'e pub'ic
porte A l'Oeuvre, ce dont non
lui sommes profondment recon
naissant; mai, non sommpsen
cere au-dessous du chilfr
dj cit qu'il nous faut Ce d
ficit s'explique par le fait que1,
sur 'iOO exemplaires de I'Appel
que ne is avons remis A la Capitale
:",,-- -,-'r,''-"'l-*^.unAf'}^.iI
attente jusqu au 30 Septembre :
mais, nous sommes d'ores et dj,
assurs que qnelques un, que bon
nombre mme de ceux qui n'ont
pas encore fait le beiu g<.te que
l'on comprend, nous rs-rven
une agrable surprise... A epro
pos, nous rappelons A ceux qui
veulent encor noua aider qu'ils
le pourra #nt faire en mettant dan
une enveloppa pour la collecte du
jour de la fle ce qu'ils destinent
i l'Oeuvre gj, comrge nous le so-i
haitons vivement, il e dcident A
venir A la runion.
En tout cas. la souscription
"reste encore ouvert'', tant
donn que nous entndon eonti
nuer les travaux djt eolreori.
Nvi le ro-endron prs la fle,
d autant nhis q M non aurons
besoin de la tribune pour no pro
chaines runion, notamment pour
notre "Assemb'e gnrale'' et
pour des confrence vangliqjas
pooulaire que nou* noua prooo
sons d'sxoir. Dieu voulant, au
fige de la Socit.
Il
Il nou reste dire notre der
nir mot tonebant la fte. Ainsi
que nous l'avon djA annonc,
elle aura lieu le 18 du courant ;
mois, for* mo'heiirniwrnant de
circon;tance contrsire et impr
vues se ont prsentes et nous
ont entraves de telle sorte que
nous nous voym ob'igs de modi
fi r le plan q-e no av:n 1 eu
d'avoir la r'ii"i<>n dsrs lelo de la Si cit Q mi qu'il pn soit,
la fte aura lieu quand m'm,
Dieu aiiaol ; non n. toute toia,
au aige de la Socit mmm oou
eprion* poovoi- ir fui-, moig
au tem.nl* de l'Eglise St. Paul
( A. M lv ) Ce temple es| aitn
A la Rue d'Ennerv vis A vis du
" Tribunal de Paix ". section sud.
On commencera heure du
oir, sous la prsidence du Rvd.
Thomas A. Kennedv, Pasteur de
la dite Eglise
Nou avons tout arrang pou
atofr un f e plendide, lout en
lui c01servs.nl son canclre reli
gie-x
Le pr*i lent de la Socit pren
i I ) lia fin V riiarses,
ress l> iliii'1 ht J'anssj ag/
liiti ui U iutt iM/u/j'u ts mnriulHin.
mu.* iiiir-
^RSERVtZ-VOUS,
S0CREH0U8
'PASTILLES, VALDA
N .i::.-* I ...... eriaet. ci
tessfr*
. l@Sa,
P:tillesVALDA

" Tsis D'AVOIR LES
Le t Pastille* Valda < sont en vente
Pharmacie Centrale d'Ilaiti:
Pharmacie Bourrame, A Port.au Prince.
Iharmaeie Brutus, Jrmie;
et toutes pharmacies.
mtmsHMP
Le mme jolis dessin si
M pulaires sur les porte cra
vonsEversharp.et les porte-
plumes vTibl en mtal, sont
grav maintenant par un
procd nouveau sur ceux
m caoutchouc durci.
C'est ainsi que les amateurs
de'Eversharp"et Wahl qui
prfrent le caoutchouc peu-
vent dsormais jouir A U foi
,je la beaut- dts nouveaux
destins et de la supriorit
mcanique recousue de I t-
.rrsharp et de la plume
Wahl.
MAXWELL* Mon
1613 Hur du 1.,-Dlrr
ruI-Al.el>CL,UAill
THE WAHL COMPANY, NEW YORK, N. Y., U. & A.
Au Coq qui chante
M 17S? Ruf Courbe Pon au Prince Hati)
U Maison vient de renouveler son stock et solli site la visite de
tous ceux qui se soucient de leurs intrts immdiats
Vous y trouvre/ de. Indiennes franaise, pour robes d'intrieur A
des.in. au got du jour ; dea Zphir bon teint garanti, et des drills
ouleurs pour coliers des Forces de chapeaux nouveaux et Caeo
n!n,rU "el P?r l.omraes; de Cretonnes, damasss pour
nappes Servie te de Table et de toilette ; Jolis tissus de soie et coton,
matelM ^tii wo pour robes : Toiles drap et toile pour
Spcial! de CALICOTS pour tous usages, Brabint. Bati.te crue et
A&u\Si ?" Ur e' V0U9 y lrouver us articles de mnage en
emaill, aluminium, faence et verre
nolfiUN!i,niirn\Hr0UVer0"rl T" ^l'apeaux de paille et de laine en
SLS e,u.rdmua!re Dn,, et X;>his blanc eu jaune ; Chemi.es,
Chemisettes ; Gilets de flanelle ;
Chaussette ; Mouchoirs de poche
Bretelle ete.
dra la parole pour exposer le but
de la runion et le programme de
l'Oeuvre en gural.
L'agent Gnral prsentera le
rapport du jour : esaui-se rapide
de faits le plus raillants de I Ins
litution durant la priole d s 40
anne quelle a traverses.
Le clou de la soire sera la ("on
trence que donnera Mr Fieurv
FfctjL'CtllEsurl .Utilit ds biblio
thques publiques*.
Les Pasteurs prsent mettront
leurs vux en l'occurrence et di-
ront leurs impressions sur l'excel
lence de la Bible.
Par interval'e, il y aura, avec
accompagnemeat.de trs beaux
chants*, par un rhirur mixte. Il
y aura aursi de la ' bonne musi
que ex'c te par un groupe phi
lharmonique et diverses "posies"
seront dites par des personnes
exerces dan l'art de dire.
Le public y est cordialement in
vite.
Il y aura ncessa remrnt m
C01.1 x.Tk en i.i\ ur de I Oeuvre
On et pii d';,poiler en v e
nant on obole pour le maintien
et le dveloppement de l'Instiiu
lion.
Port au Prince, le H Octobre 1025
La DinacTloN t,E L'OtcvaK.
ASTHME',
OPPMISS/MS
Globules Rbaud
fc DAUcHonx. r, \Z v"rS^r
I
SiII BUCH
Ayis matriai3Q!al
Je donne avis au Public et 'i
Commerse que je ne suis plus res
ponsahle des actes de mon pouse
ne Kanny Laurent pour causes
graves ; en attendant qu'une ac
tion en divorce lui soit intente.
Anse A Veau le 12 Octobre 1M5
Inuocenl LAURENTJ3 JJ|
contre
CONSTIPATION
preaem les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT. Pharmacie.
"" */Ain,
C'EST t.E MEILLEUR
DES PURGATIFS
Al.. PBTMUa r*mmcu ALMm?-
r.iiwaa du D- JuiUn VUSD A
^i-


LE MATIN 13 Octobre 1925
t.
llCiTHIN
.

Exinit du jauae d'oeuf.-- Le plus actif d s Reconstituants.
Rend puissant et vigoureux. Recommand aux personnes faibles.
Fortifie le cerveau-la moelle pinire les Os et les reins
Brewer et Co lue. Geo. JE1NS JE et C
AGENTS
\ i
WOHCESTER M ISS,
-
*KTfc
Holors
Socit Anonyme
H H. BETCHLEY, Prs.
Lincoln ltfk)7H>
Angle Rues Danls Destouches & Magasin de l'Etat.
NOJS av< ns le plaisir d'annoncer notre aimable clientle que les
Nouvelles Voitures FORD sont arrives.
Vous tes lous coidialement invits a venir voir leur nouveau style,
leur dernier confort el leur grande supriorit, ri nous sommes
convaincus que vous serez lous dsireux, d'tre possesseurs
d'une de ces Belles Voilures.
' Les diverses couleurs swt : Mart^ Rouge Vert Ecossais el Grise.
Nons avons aussi une qf. mie quantit Mou Ford Chssis Jool les prix delcnl toutes con-
currences-i />/ /* d manuvrer et surtout les plut conomique pour llaxtx.
Venez les voir et vous pourrez, voua mmes juger de leur grand periectionnement.
*"*&.*
Procurez-vous des chaises cl dodines.lit en fer,en cuivre el en bronze,
glaces, lableaux, lampes- lavabos-.- carpelles el di-scenle de hls.
Chez
BALLOMI FILS
L
rm
..
120, Bue ROUX, 120 -
-
ii*


LE M TIN 3 04obrt 1014
Geo.JEMSEME&Co
AgeoU Excluais pour les maisons suiv.-inlcs :
\\ m. Me llonagh & Sons
ilui'.e de Lin, Kssen.ede lli rbentine, Elou,)-;, ll-.ine,.G n.m
Lacque, Alcool, Goudron. Braie, CotlUrJete.
l'omaix Millilig Co.
larme L)licw, ranneWalilia.
I iscbl Supply Co.
/ rticles d: Sellera, Ulooa, Boucles, etc.
lirewor & Company Inr.
Produits l'hannaceutiques, Drag*. Spcialits.
Fulton Bhoe Polion Go.
Cirages pour l'.lmussures en tous genre.
International Cork Co.
Capsules pour Bouteilles, Bouchons
The Charles II. Ilrown Paint Co
l'eiolnres en tous genres. Peinture, Satina
Cavanagh Bros Se Go.
Hirdware, Ouincaillerie en tous genret.
Markt A Shaeler Co
Brosses, PiBCMUl, Bllabi Pelles, Rteaux etc.
Objets en Caoutchouc, Jouet en caoutchouc.
North American Industriel Tranaat lantlc Co
Pm.ture a l'eau, Client Blauc, l'.emenl Blue, Cernent Bouge flaira
de Paill eire de Maibre, Vaehinea pour fabuquer les Carreaux et
l Mosklqoe, Fourni UNS pour fabricaiion de Carreaux el Monai<|uea,
Mm...... Indigo, loudie de Broi /e Poudre d Or elc.
Lewis lloherla Ino.
Encre pour imprimerie, tncre pour Lithographie, etc.
Nous nous ttons a la disposition de notre grande clientle^ pour
le. (. ma andes de Ciment, Barres de Fer, lous, Tles, Portesjen Fer,
Hon es Mtalliques, elc
[\eo Jeansme cf Co .
Hue df9 Miruele en f >c-.f d la
Banque A itionale 'Uni .
A Mention (a fraud ;
Heauoouj de dt'hitants profilant de la voritie du TihUW NeCtUt vendent d'autres
rhumt sous ce nom que le* connaisseurs rclament. On grau I nombre de consommateurs ainsi
tromp; et vol, le son- plaints la laifOJ Gealjens. f'e'sl pourquoi elle inlorme le public in-
lcres.se que le rrai cKhum .Nectar M l-ouve dansses quatte dpots en ville,dans la maison prive
Uetor trader.c U eut jeun au Boi* lerna et aussi dan,,, m. son
prie, de PtiotlvUlc-
Ceux qui nohclenlailleurs devraient rclamer le Rhum Neclar
en bouteille ti(|iiet(3 el capsul.
LPOTS: li 1940, Roe du Wagasin de lUia; Xo III et 560 Kie^Bjone V'o
Ko 028,Hue Courta, ancienne roiuoo Brutu St Victor.
JPDJlOTE
I
L
Finition exceptionnelle, au centre des allaires proximit de toutes les Banques, de la douane et de_ toutes lea^-ncea de bateaux. Renseijne.a il
el lacilils pour voyager en automobile dans toutes les parties de la Rpublique l'Hati et de la .publique dominicaine, lliambres conlortables el surtout
trs propies, fei.tilatcurs dans les chambres la demande des fensionaires. Cuisine Irannse trs soiune et des plus varies.
Ilnandea Viiter fe& magania* de f Htel Vins des meilleurs crus de Bordeaux. :,>ar barriques, damejannes a.Uoas et par bu,
files. PnmiHes Vins de cliateaux, .ou. trouverez le plu, g i hol. y>> jy^^flg fS^S Sffi^
b fabriqua de toute
Prix 1res modrs
P. P. Patrizi. Propritaire
i. 5. $>
4e ? -*
A o
fous trouverez chez
Juste Lilavois
190H, Bu du Magasin de l'Etat,
de- matriaux ayant donn leurs
{reuves de rsistance, suprieurs
tous les pointa de tue A ceux
imports aclu'ilemeut pouvant ser
vir aux construction- m > Vrnc-.
Faites une \i>iie chez Juste Lin
vois et vous vous rendre/ compte
de la supriorit vraiment admira
ble des plan* lies, cartilage, ma
driers, elc. qui vous seront vendus
dans d'excellentes onditiojs el
qui vous donneront entire satia
Avis
La ferme de la Station Exp-
rimentale l'amiHii a en nom
bre limit des ufi de pur
anRS wbite Lyhorn et Uhol>
lsland H- I prot i snl des vol-
lailles importes li .s StatfUois.
Ces u'iils des spces renom-
mes oomra < les m. illeures po \
deuses font \en !ui jour la r -
production ;i Damien au pr.x
de Deux Gourdes la douzaine.
LKS PRODUITS NESTLE
Mm Froduils JieH f ont tavo*abiem*nl cornus virtaut o r, ..,.
maison MUTlM emploie ntulnnnt le lait le 2?ri, S ?*i*l81tVfindu*' **
df nce U vitale pou* Uur fabrication de tOui\Tpt9m^ f*Uf* ^ tf UUtreS ariicl
Fm IfODverfz ptaQH les kum piceries des diflreotes Tilles de la iptiblique les articles suivants de la
maison HST .
Lnlt strilis, Uilt Condens, Lait Evapor t Maniue Kaail a ni i m.
toflrn pour Ira bbs)
rtiole qui eat .ervaillau
Chocolat de (ouf genre;
Crii! it U.c.1.1 h bilan. H lahlW, ;ri,ll.( Boites fultisie de.
fou, Maison louer
Rue 5 Puu-deChose No IJ21.
Prs de l'Ilot-"! MontaRne.
S'adresser su bureau du jou- n d
Hoitse to Keut
Street -\o 5.
Peu de-Chofe No 1221 in tiij
Uotel Montairna neighourhoo I.
Ayply to Jouriwl uitice.
Agent Gural, Rue du Quai
! 1
- ;
. i


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM