<%BANNER%>







PAGE 1

LE_MAJIN^ m. m X •r r I I Obsi • Calculs GRANDS rnirc I Pwrlu< l l H .i* c i 2. i VatM. r. parti m NAL-| • Nettoie I le Rein Nr^disse an ; I II' R; iocideore el n'a aucuce signifie tion. LONDRES-i^ Banque d'Ang'e tarie a lfleM on tank d escompte de 4 1/1 4 r,o. PAHI<— Le bruit rourt avac'pfr aimai o, lanl A Piril qu* lier *e, rte in poibililp d'un mniiage •nlie Mtae Woodro* WiNon et le Dr Sterling de \Y'a*hiiigtotii fc rUMK — un annonce de bonne (ouice que lia rrprltfLtaLla de I Halle la roi Prene de Locar no arent Mr Viltorio Scialoir, aa oien >' i'.i-t'des al'airn rlrang re ft I gnral (r-ndi Mr Vu eo.iui n illini i.. meul drid de ne i>aa aa-i-ler a la premire imriie de lu rot frei ce et il >e poorrtit bin qu il n'y al ai pa* du tout. bkKLI.V La d/lgation aile mai.de la rontrenrn le KI unie qui doil atoll lieu Lo-arno I e maine piochai e comprend le mi ni.Ire des affaires lrnng^ie* Sire •emxnn, le chancelier Lulhar, le tout aerr'aire des affairt lran frea VoD Sbuberl, prinrip-l n p-ri I^HI du gouvernement le I r Frie 'rich l'an!', MUS ar n'aira de la cbaocel.erie, le .'r K mp-er, Ui I du mioulre dea afi'iire.elrangirea d la section de la S. I>N.,\e baron Vu Bml w et le d ru. N m du ilei iiiii innit de la fubiii li du gouvernement Dr <)• .. Kiep. La dlrgitinn partira pour la uisae demain toir. Les cours S Octobre JhtW \uM\ franca 11. Il alellna'e • m hno r un n livrai genre le pub ic t >ppe ob'.e nir la plut K i <1 auesl Outre de< O H3U q i'r|!a p-ye de uiI H'tiinji c 'ire pia-me tl m de M i h ma pi ns, rm ci d inn-rii euenre diuii 'o it p >r t mr un bi M d • In'i rie a,ni ri dnomme • LOIEHIE NATION v L 9000 billet iiout di.liibus portant chae m deux Lumioa se suivant. Sitt qui rat HUCC billela mu oui t \ i a un i lll.i m |q r e La chance nts toujit tvoUi 3 UULi., eho DE P-Oow Il a paru lana un dea dernifn numros du Joirnal i L'KMOff • ui'i) note pur luijue l^ I euieur a annonc que le .-eiviie %  ! I i a % m K l'iibin-s a enuaj lea puiU aiti^ iiUN A L< pi ii ,(|ii il eu • ru ee ucuellemeui %  liraod Go&ta et que ce reM bieu oi In lourde t'etu Go*a al il *j nie qu'nv %  !!( ta tin de H ii-e i mil:-. i n villes de l'.Vr.on li-aement seioiil ab • n tau.* ment poursuis d une euu txem r tt de iiiiin !> %  inipu.e. Nous tenons a mire rea>arqu>r que le villu de Palll li ave a toujours reciMin des tionvi ru> inenl nolammeai du (iouverucmi ni n•uel un eeivce d eau uom ci •, que des pouip.rlera etia eut e gU .1 t .. | le uuui.r„tmcui ^i,., owolu ma* u.e-ii a a.a p uot oustil dKlnt ne p> e u ti r i pas tiu aana q .e i i xeru* Ht ne deii.ande et nublieune le vote d un ciedil en vue de donner et lie ladafac ion la vi le e qu i '-cl me que lea "uuvt.i a oitupeni d el e ii.tiu. c.r, notons le nieua elie ne demande < ,1 K ni qu uu pii p iur pourvoir un besu n est ulei PKIITSC.O. VIENS. 1er Octobre I92J. Mariage Avat.1 bier matin, an 1 Fg iae S Ijl .' ait II. la lie... UL.Iluu .>u,i Htla a aie dt>uo>e< .Viomi ur et M ..lam • N gib M i-, nniui nt e i).i uiiioi thier, tille adop i v • de ep n. x v.liiliiIl u t. L.'iie,... m c upie a e;touJiiit l'aule par Mtda i.e \\i\ me lie luit avec .Ki (I H al II tapi A ,,M.-. ii im.iii uuel e tourne, l'a-Biatance ae lejui dans le.-salons des ,>iiLi AU-r >.'joii d une cor n-1 lcepti >u lui tut Iule. \u Champagne, np es une ti il lama i.np o>io.tion Ju pa r.m. MHoir, il i p i, q n .etrarai x • p .u li u, o.. i s 11 n. in i. m t I Ul.'lili.!, es K \ l>i Vi I rOli Bel ii.ii.N Siateili il l'ir.-iun Niua I aui liubveieiil de Ui4a bu letiX p m I l II i. i. |,,i |. .\ i U>*)lle •!. la i i I o.i. e J i) ua Ui laa r u liiei.l u Clul Ue? li.i..,jL. If. .N IUI f U.IUVCI. n lu t n,, .on pllmeui a i't el Ma.l me N g t .aul o. [MNAGRES! Pour teindra toua ttsaue : LAINE, COTON, SOIE, Hc. aucun produit a'*(ala "La MAURESQUE' Tni*r-t*94u -*(•/•*#.• Pli*rmiciw IUCII fa/aaUlf fcuirtT PkROU. it.Pn.t VgU*trt_ •J *' u*Ut* boaiiaa raai-n. mt 7t£tL< I |ali/-m .n: [pV H(Mtk... J >• ' !" U na'i 1.1 t l Vafrr li| .'. -. Parisiana Dimanche V Arriviste Foipfa 9 nat onnell-. Li direc'ion le l'i II ni %  %  se •<* c'ipli i| IP< llm* mot Kl n IIM n Provirr*. et quVIl ioupr.i m^rn1 s'il p'eti'. contre CONSTIPATION prenez les COMPRIM! de DELORT. Pharmacien, 119, ii< BmlnuAnialat PABISJ C'EST LE MEILLEUR DES PUROATira roRT-AU-PRINOV Al PETBUB. Pharm-rit *LaEHTI — Phanaarta ij CJuillVllh'l a 01 lo..r*. |. ii*nn— l'Aarmsti*. I'EAUX ALAMBICS I — ___. %  • %  iTtupi a rroit r • ^\ L " '"J* ut ma, • 'ij ah-as. 41.0001, au : a-oSj \ OEROY FILS AHItl W tm 7*.nu IM r*i;f 't ~~raaia • % %  I ug. LE BOSSE & Go Agences— Reprsentations POliT-AU PRINCE,] ~ Auut* gnraux de : ^t-^er Ji'i • P Jewell MUnq tS l*C NEW VOHK l'miuea Kuiiariaii O 0— R oule Rou >• t %  iiuiikliii l'ic it^uiaiice Coiupaii] /\u>aut>c kUuuo l'iuceli.ilt. Uiauu nd I le li Ce AU^iimtt' oui iRliiei Ba S.hi.llei j > | oi t iioriij ... n\ ^ -o .iiei l.edf. Cliaa f. l.illl;iiji Ji §i|| l'olaisuUN aa ta tu tout ytsuiel\Jiii t-lacluus Lile lus'ce ^ .abui tance sur la vie, jLiilcu 1 1 ti c> t.iC Viuh. t ouatais. Hune bordr j u j *b, lljn ar.' i;il*L.MiAl>t'F uire i lundis, lro.uage et r.i.-oi y 9B alimetital a s w. s Vxiixws a >on TalmCB jau nes ictW* u Raiionafe Sans Hlval Ugarotta>s^bantee|co Knvola d-. ilnn'e Fi ix du riaoQQ i 9 Iranc. Baume Benuc^ i nmdio* <• d GOUTTE HMUMATISME^ NVRALGIES rH. BF.NOIIB. U. B Belle, • Part. S1DE IKK Ce Soir : Grand, concert par le Jazz-baiiil de 8 h. uiuuil. Avec la Stook formidable que posaio aotuellem snt La tu. E.soii Kiwas Heriuaoos !,•• pr^reapt mres m lamilla trouveront de quoi habiller leurs anlants ;! peu de fiai* pour la rentre lus claaaes. piys %  { menti de lainille allez Jonc chez ItWaS Itiutauua tt vous ralise.ei ds uuubUs scuuuuiitM. ES! Œpossible. i^\ m | M American Sieaisip C] \m larochRln dpart direct pour Port-au Pjrinoa "tall*" ."le sle.uner (*rleM) ayanl lai* letv'Means le 27 S^P'cinbre ae^a aul -j^ tayes le. 6 letobr*, i Jac uel le 7 Octobre. l'iocliain dtail pour IOUS I s portn jd^Baiit le 23 Octobre. "5 id. SiS i Lcif > laiiera MW m Qtiam9 te 6 O >obre prc!£^ chain din c'unPht pour H


PAGE 1

ABJSCTBUft PROPlUBtAUVB Clment Magloire 13M, Hue A.m4rlo*ia NUM1LR0 JJfi <-£.\l'UiS Matin Quotidien TELEPHONE RVIH, Munh L'auicrit a tn ..eus son pif* ciiiitOii : l'uiyutil, i'orijutil a, UtpUl se/ .Ulli ( UUJj b, p > i ua lUuY:, Un. I, l'e^M.l t uou llttV, %  ilo u.i ut Ct U le Uiu a,,.. •:. tire imuue... e a laiir^uia.i tilli i toril*. UalitS Otl.Mll 19miANNES N* 5622 PORT-AU-PRINCE < HATI I' SAMEDI 3 OCTOBRE." Il-i6 La Dette Belge Un I >i \? D'US, la Belgique a }laivtr le remboursoru-nt d* leur Mta do guerre, elle a t I i>r ii re conclure un a--ai/'in it avec ce redoutable iT.' M \ T.lvlf n'a pas craint, pour recouvrer son indpendance, d'assumer des clurgea qui ol fi ront son budg* t pour plu* l'un derai'siole. £jS'il'>t en Europe un ^ays q, la somme de /2-7U00HU dollars, soit, au cours actuel, 2W millions de francs belges. Theunis, dont on connat la grauie comptence financire, n'aurait ccrlaueiueut pis accept de pi)er un pareil tribut s'il avait di-pass les capacits financires de sou paysToutefois cette charge n en psera pas moins trs lourdemiiit sur lconomie et la vie nationales. Apre les pertes normes qu'elle a subies, la Belgique se trouvera de ce lait dans une situation plus dfavorable que l'Allemagne elle-mme, qui a toujours i espoir d'obtenir la rvision du plan U.wes. Mme si elle ne touche pas sa part des rparations, lorce lui sera de s'excuter j'isquau bout. Elle expie ainsi sa loyaut et son amour de la libert.-. Cet arrangtment laissait pressentir ce que seraient les exigeuces le l'Amrique vis-avis de la tauce tt de 1 Italie et provoquera bans uoule de nouvelles prtentions de la part de F Angleterre qui a conclu, lia aussi, m. ai rangement 1res oncreux avec \S siungton. Mais, comme l'crit un de nos couIrres. it looucli angio-saxou joue JM^.eii % .ii.. jeu eu u. Ilaul Jff les europens aux tiavauxlor.es . Car il pousse ai"i a la cration de ce bloc contineulal quu nvouie tant. • Varits is Demain Reine s' 14e epis.ode.JA,; k Sacrifie 5 parties S llintroe : G. 0.50 La maison Jenaro HURTDO l'honneur d'inviter set nombreux client et ami visiter sa maison cl* loniin-ice o ils irouvernnparticulirement un mi niilii| M istortimenl -le eha |>eaux du demier^cri pir.S'*'i pour liom n** *i |^mmes ainsi que* Muweurfl artras articles oWnehoii. .' Avant d'allerailleiii* laites uvVptitiJ t/iaite ches Jenm A t. H ur, ado and'Une 1728 J'aime mon soleil : i t "himux piiHeL 3tfsalioo „/, S CHEZ U m Balloni f ils tool-ball C-B-A Ccontre t Port-au-Princ A lrcMOQ !de u <*•• >i< > ru hn m, u > n la • >n > i ii. H n %  uni. U ( n il 0*1 1 i 4 •< in |ii(i u u.tii I. • t ln.i tau li v I' . C nu li • Bdi pal j. ui i A / h l> ii i • 'S0| * 11 n ii m ii ijni ji ti mi ilai III.IM) li |*II • ..if lis ii iin"it' e. i. u ir • m r 11 di n c.n.1 D ci. i la Util du bn^uiu. Service Technique de Tiiiicultare Le Dir-eteur de ituseiguon.ent Teduaq t. < t i luiession* nel duiaie vis aux Kludiaiiis dt l'ttcoU L. i.traie U Ag iculinii auiM qu'aux i. iioii.it et i h < le DUOSl de leui ceriiU i di llhtoriquaou U Hbiloiojiu, fque ie j* ^ istr dea UteiiploiiS sua eliViil i li *es bureaux apnu uu fei uo.obre l'J2o. l-uiwul'nne,le-.QStH. 1921 illlli, CHU Lien. . maib bira, ICaWttr. c'eal mieux... ;HI>M DlidailH pas. pour voua undre •bel Paul £. Auxiir, I \us auiu UMlU eall.-luCiioi povr >\a in l'iiitihA&urice Etitnne fils lauiiauuiae hui,aita fert eu tTlaee. L) pui. n-iqui jours, cl que • >ir, d pleut. Et, tout la jour, d' lourd oui. ges flott at bas au ciel f le %  • d ot moias olriuJ, la lempt est KffiV^ Col, sausdouta, la pluvtux 4 1 au noocaot les > a aodru n Oui. car, lu moine ie petit ba roulettes a moul son cap.i. I100, d*ns d autres 's petite IVmuie :-t rentre ... 1' pi uvra .. l!a,l voir .. Mais aa rend gri a auai I vie, toute la via. L'employ i!e magasin, en boll.iut e uecoude noocnatemmjot ou comptoir : Ou n'achte pa* lorsqu'il y a menaces da pluie al terno gri. L'ouvrier aat las avant d'avoir commenc l'ouvrage : rieu o .• rend plu lourde la truelle ou la •cie, moin allgre le cœur qu'un jou* de pile soleil. Nos colier engourdis, fe la mn tive pi u. li nue. te peu. Iiorout mo roues et sans eutruiu sur cahiers et grammaires; et, le dimanche, lea notes seront mauvaises ; car, la leon leur aura paru tii.ia comme le temps, le devoir lourd comme l'pais nuage, U ba, au dessus du morne.. J tais colier, eh Li' u, rien n'ombre davantage le tableau noir ou la mappemonde mullicoior: qu'un ciel brumeas Daus les Banques, l'or ne reluit pa-. Il Unie moi.is diicicu>emeut sur la petite plate formu dea Laisse • : pour que l'or relui>e, il faut clair et chaud soleil. Au ftlfinei du bijoutier, les diaiuant tout terne, on dirt.it des larme pleuras par des yeui tri. les ... Les parles sontsan clat... O ma goutte de rose qui. lors que le matiu est gai, tr oiblot'e et scintilla au bord das toits humide! Sur la rue, les autos roulent pa r ils a de corbillards al l'eau boueuse qu'elles font gicler de dessus leurs pneumatiques quadril les est grise grisa nomme le temps. Li elle salit... Le journaliste u a rien a se mettre sous la plume : rien n'en deuilke plus sou Ime qna lorsque les rayons du soleil ue sont uns asm ebaudt pour la rchauffer, pour ileirer la rue et les gens. La mandiaul a f >iui et froid. La petite marchande installe aux aboi a. des marchs est oblige sou vent dessuyer le petit miroirs qu'elle mon re son modeste ta lage, puisque le temps y dposa I Uut ustaut une petite brume qui les voile. La soleil, lorsqu'il luit clair et radieui, met, tout le jour, dans les cheveux crpus de la petite carctunde.de brlante tincelles; mais qu'importe, elle lit. tt lors qu'il est plie ou ue vient pas, eile •i i.gieue; car. elle l'aime, bile a bsaoa du soleil pour lui donner U ojtu i flair* s mai' liuuie .\ot clochas toujours si gaies %  a semblant tonner qua d'tercels t iat. Ua tirent ti gaillarde, ti gueu tare, n'a plus qua ta lugubre MI Uet toirs de linittrv. NH %  iftcbai et a iine tout enroue; je ij- tt |iu il •iif ou\ eu /.li de se couvrir. Le peut u Je .u4* luretla agi te momt aiiegremaut sa clochette, la su.uo deerue b lanuepi u y 4 a .itj. JO > botte, v ia> IUI ui'u piu< n'a po ut icuiam quapporieul leajiur CIJIM; car, loul c nuui la Nasi ive, ce qui ouvre ta pau vm imrecroqueville c'est un rayou de aoleil vivitiaut et cbiud. i M.. %  le cirr lumineui de la Ittnllre que, parfois la pluie coupe d iut(.usilet hicliure-, I lgante, ans >res couleur de cerise attend •alal qui ne vienlra point... ht il te trouve de gent pour von dire que oe temps leur va. Verni tout le mal qu'il cause. Aou, j'aime mou toieii. C'est lui qui rchauffa la cutur, fconde ie baisert et douue une Ime aui cootet. ETRANGERES FAR CABLE Au Maroc Les troupe*} tranaiies et espagnoles cootiauent de >ictoires en >icloires Aj'ln de plus en plus menac MADRID— Les U-pagnolt pour luivebl leur avance uni inupe A irai il Se.tduii. iiU|orlaLlc (O siliunt uomu eut idjir. MbiJLLAA la tuile Ja b un D ..'.im'-nt A j dir a t bie 1.0 'aœmeut la maiton d'Abdel l\ 11 Il/ le commuiiqu i.'li iri aiiiiouce que lollensiva dclanibe hier a p un nu nt r< im-i. Tous les 1 bji ct.l out t atteints et let troupes franai-es o> t avan cl de 13 Wilomtret au nord de Kifface. Tandis que les troupes fru sj'ises >o tiuueut leur mait.a en avaut, les troupet srpaguoies. soiilrnuis par 1 artillerie l.-ai. lu •t les isnous det bahmeuu da guerre au laige, a'a^piocbenl gra duellemeul d' t jdii.Ou assurr qua l'e'frt de cesop la 1011 cumbioets cummeuce M1.11 e .ci,in chii let Mil'ains et 411AL.I.I Kiun 11 du hut,ii u-lie l'< lltD.iv. sur Ta tuuau | oui envoyer en toute Lits de reufortr sur let points meua cet daut le tuJ. Li S)U4*rU SciM6.HSisliiice intielli rtcoinie a'iiil.ti pjbiique Convooatlon Il et rappel u socitaire* 411 la pfoeBaiaa ruui m tlaluUi re de la Solidirile! pour demain diianiciii1 uciobre couraut 4 i... .ide 1 api es miii, au local du Grand Oneot d II iil| Lniie autiet poiuls importanti de l'ordre du jour, il y aura eau se rit s du Me U. rvan sur ie droit Metl et du collgue Mexile sur iba lorgeron. Prire de se ruuiren trs grand nombre. l'orl au Frinc le J Octobre 1WS5 Lt UUlfcU. %  D ans 'le'sv'UHT Dans sou dernier .Numro, la %  Sportiug ", revue sportive iilus traa s'ditant I Lloulogue sur Mer ( FranceJ, a reproduit une photo tnstantdue montrant, notre athlte Sjivio i.alor au moment a, au Meeting du Perailfi ii siutait te 7 m. >J eu longueur. tt U lepi'i'Ui sportif de uotre intressant eeofrn iiauc.ts souli goe la photographia par cet io |t|ttl loiiiiiniil u. : <• %  / tport, on eut 4 enreguter u.i ctuaiu nombre de perlurmuuce de h mm classe internationale. Les 7m. iJ de Cator en lougueur, les 4 D I, I au* leOO de bjraloii, lis 10 1/8 de i'hard aui 1 *0 mires, valaul, je pense, de retenir 1 attention •. Ces) encore l'occasion de flici ter vivitneiil nor cbumpioot qui font partout vaillernmeul honneur uus eouleurt sportives bailieaaas. Les ngociations pour le rglement de la dette de guerre franaise L'euteute ue *'oat"poinl laite eutre lea dlgus Irau^aia et ainei icaiua Que dcclaratiuii de lr Caillaux NVAIUNIJION — Laaaageoia tion pour U le^lemaal i u at le de la b'rauce oal prit 11 aujouc d but. M. Ciillaui a U c. UJ q 1 il •oumeltrait I sou gou.cr taiiu Mellou ont 1 u u 1 • temeul rdig uuo dclar^iio 1 %  %  > u inuue el lou a (ait savsir qm Vir Cadlaui repirlirait dam •> • pju U Kl J noo. Les dlgu 1. >, u sa reudueul immdiaiemunt leuf htai at se un parent I prendra la Uaiu |uui S< vs Yolk Lea 1 ou.mit aiic amiitaib lousirvcul la piu comp.ei ii.i.ii u.e U aprs I accoiu | ruvi-oiiu la I rauis >r ttlail kii.ii ri.i .1.1 m m u 1,/uni de d lllara peuu u ui mr.i. paie meut seraieal cooaidera < %  u.u.o riiitcioi sur le tuiai ue la dalle). ^ t'rtKia — .Mr euiuaui vit.i u a Un.il au Uiiiji .11 iv Je I11111L1 eo >a Hussie que l'on a alina cojviure bieotdt. On iiuuvjkiu uiouviMiieiit lvuiutiuuuaiie au l'or* IflgfJ LlSBUN.Nb La conseil de ea bml a dircul le mouvement l volulionuaire que l'on vim.1 Je d couvrir 4 Lisbonne. Lne dclara UM terni olucielle a t lauces dans laqueii* la gouveruemeui t-il s'j.r m 1, elaar piitoui U r* publique et qu'il atinticndra l'or uie axe 1 aiue da 1 aime*, de la BtariUe et de la garda ripublioi IU Eiictre t dcej'lj.U au J,i|i' rOKJO — Vmgl pertonaet ont t tueet et un graud uomorc L.-I • eu-, peudani la plus giauda lam pAla de pluies loneii.i. l.ts qui M sou battue ur le Japon oijuia O LI. *i I IVJU masous te tout (i roule ar tuile u ou bou leii.irt de terra.o. Un auuoiioe de sensu d14.il. ikosla uud.ctda Koiilo. houYelles. diverses LO>Lht s — l^es uvuviue U t ci i. Liinop.. vftbbitiil qita iett 4 eiatsea qui UIJ.U.I u lira u M l.iv Le teaUM jo diDoltr. u tt.1 Uk Ui.iitvs i.gioi, que ,a luiquitill M ILUilniit ,i..,u.ivn de ai g 1 de pviiiique I s sjou lebl qvs tr l.il q t u iuJp-i iule lercaa uu. t ,. e tisea vui i> ',u lu, U n vi s 1 siLl.L.r vstt et au* ba.kali qu*> a Il qu t-li •• • ^kfl'JF


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06541
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, October 03, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06541

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
ABJSCTBUft PROPlUBtAUVB
Clment Magloire
13M, Hue A.m4rlo*ia
NUM1LR0 JJfi <-.\l'UiS
Matin
Quotidien
TELEPHONE RVIH,
Munh
L'auicrit a tn ..eus son pif*
ciiiitOii : l'uiyutil, i'orijutil a,
UtpUl se/ .Ulli(UUJj b, p > i ua
lUuY:, Un. I, l'e^M.l t uou
llttV, ilo u.i ut Ct U le Uiu
a,,.. - :. tire imuue... e a
laiir^uia.i tilli i toril*.
UalitS Otl.Mll
19miANNES N* 5622
PORT-AU-PRINCE < HATI I'
SAMEDI 3 OCTOBRE." Il-i6
La Dette Belge
Un I >i \? d'us, la Belgique
a ple gur nt ir i. liste des pays aux-
quels les EUatvlToM vannent
de r>}laivtr le remboursoru-nt
d* leur Mta do guerre, elle a
t I i>r ii re conclure un
a--ai/'in it avec ce redouta-
ble iT.' m \ T.lvlf n'a pas craint,
pour recouvrer son indpen-
dance, d'assumer des clurgea
qui ol fi ront son budg* t pour
plu* l'un derai'siole.
jS'il'>t en Europe un ^ays
q contre le exigences"amricai-
nes, c'tait pourtant celui du
roi Albert. La Belgique a sout-
fert atrocement de l'invasion al-
lemande et elle ne tira aucun
bnfice de la victore commu-
ne. En rncornaissauce de son
h*n isme tt de ses sacrifie s. let
AHi*i avaient dcid, V\i-
ai il les. de meUre ses dettes au
compte de l'ennemi vaincu. Far
une note date du G Juin l'Jt'J,
MM. Wilson, Lloyd G:orge et
Clemenceau s'taient en outre
engags a recommandera leuri
g aiverin.-int.iits d'accepter eu
paiement des sommes du. s par
elle les obligations qu'elle rece-
vrait du Beicb. Avec sa nnro-
i t et son imprudence coutu-
mire, le prsident des Etats-
Unis tait mme all jusqu'
t ire miroiter aux yeux des re-
prsentants belgea l'annulation
pure et simple des charges fi-
nancires qui pesaient sur leur
llite patrie li terriblement
( prouve.
Mais le Snat dt Washington
tpudia le trait de Versailles
et la nation amricaine dsa-
voua les bellts promesses laites
en acn nom par Wilson. liuii-
MH '< busiucts] Corcevsnl la
guri* comme une allaire. elle
exge.'it le nniLoursciuuit dei
avances quV Ile avait cous*.nties
ses associ! occasionnels et
peu lui mpor'ail que h. s inl-
lla tusseut t pays en viei
humaines..
\ la suite de la dcmarclir cir-
culaire eutiepnse au mois de
mai, auprs de se" du ers dbi-
teurs, par la chancellerie d'Etat
de Washington, les gouverne-
ments belge et italien, suivant
l'exemple donn prcdemment
par .a Graule-Bretagne et par
la Pologne, envoyrent des d-
lgation. aux Etats-Unis pour
ugocier un arrangement- Mais
lai reprsentants de M Musso-
lini ne tardrent pas repasser
I Atlantique et M. riieums res-
ta a.Mil eu prsence Je ses cran
cier'.
Ou connat les graodes lignai
de l'accord qui est intervenu et
qui rappelle celui qui fut con-
clu entre M. Baldwin et la tr-
sorerie amricaine. La Belgique
l'engage verser aux Etats-
Unis, et cela pendant soixante-
deux ans, ues contributions
progressives d vant atteindre en
19&>, la somme de /2-7U00HU
dollars, soit, au cours actuel,
2W millions de francs belges.
Theunis, dont on connat la
grauie comptence financire,
n'aurait ccrlaueiueut pis ac-
cept de pi)er un pareil tribut
s'il avait di-pass les capacits
financires de sou pays- Toute-
fois cette charge n en psera pas
moins trs lourdemiiit sur l-
conomie et la vie nationales.
Apre les pertes normes qu'elle
a subies, la Belgique se trouvera
de ce lait dans une situation
plus dfavorable que l'Allema-
gne elle-mme, qui a toujours
i espoir d'obtenir la rvision du
plan U.wes. Mme si elle ne
touche pas sa part des rpara-
tions, lorce lui sera de s'excu-
ter j'isquau bout. Elle expie
ainsi sa loyaut et son amour
de la libert.-.
Cet arrangtment laissait pres-
sentir ce que seraient les exi-
geuces le l'Amrique vis-avis
de la tauce tt de 1 Italie et pro-
voquera bans uoule de nouvel-
les prtentions de la part de
F Angleterre qui a conclu, lia
aussi, m. ai rangement 1res onc-
reux avec \S siungton. Mais,
comme l'crit un de nos cou-
Irres. it looucli angio-saxou
joue JM^.eii ?.ii.. jeu eu u. I-
laul Jff les europens aux
tiavauxlor.es . Car il pousse
ai"i a la cration de ce bloc
contineulal quu nvouie tant.
Varits
is
Demain
Reine s'
14e epis.ode.JA,; k
Sacrifie
5 parties S
llintroe : G. 0.50
La maison
Jenaro HURTDO
l'honneur d'inviter set nombreux client et ami *
visiter sa maison cl* loniin-ice o ils irouvernn-
particulirement un mi niilii| m istortimenl -le eha
|>eaux du demier^cri pir.S'*'i pour liom n** *i |^m-
mes ainsi que* Muweurfl artras articles oWnehoii. .'
Avant d'allerailleiii* laites uvVptitiJ t/iaite ches
Jenm
A
t.
H ur, ado
and'Une 1728
J'aime
mon
soleil :
i
t
"himux piiHeL
3tfsalioo /, S
CHEZ
Um Balloni fils
tool-ball
C-B-A C- contre t
Port-au-Princ
A lrcMOQ !de u <* >i< > '
ru h- n m, u > n la >n > i ii.
H n uni. U ( n il 0*1 1 i 4 <
in |ii(i u u.tii I. t ln.i tau
li v I' . C nu li Bdi pal '
j. ui i A / h l> ii i 'S0| *
11 n ii m ii ijni ji ti mi ilai
iiI.Im)
li |*ii ..if lis ii iin"it'.
e. i. u ir m r 11 di n c.n.1 d
ci. i la Util du bn^uiu.
Service Technique
de Tiiiicultare
Le Dir-eteur de ituseiguo-
n.ent Teduaq t. < t i luiession*
nel duiaie vis aux Kludiaiiis
dt l'ttcoU L. i.traie U Ag icul-
inii auiM qu'aux i. iioii.it
et i h < le DUOSl de leui cer-
iiU i di llhtoriquaou U Hbi-
loiojiu, fque ie j*^istr dea
UteiiploiiS sua eliViil i li *es
bureaux apnu uu fei uo.o-
bre l'J2o.
l-uiwul'nne,le-.QStH. 1921
illlli, CHU Lien. .
maib bira, ICaWttr. c'eal
mieux... ;hi>m DlidailH
pas. pour voua undre
bel Paul . Auxiir, I
\us auiu UMlU eall.-luC-
iioi povr >\a in l'iiitih-
A&urice Etitnne fils
lauiiauuiae hui,aita
fert eu tTlaee.
L) pui. n-i- qui jours, cl que
>ir, d pleut.
Et, tout la jour, d' lourd oui.
ges flott at bas au ciel f le d
ot moias olriuJ, la lempt est KffiV^
Col, sausdouta, la pluvtux 4 1 au
noocaot les > a aodru n.
Oui. car, lu moine ie petit ba
roulettes a moul son cap.i. I100,
d*ns d autres 's petite IVmuie :-t
rentre ... 1' pi uvra .. l!a,l
voir ..
Mais aa rend gri a auai I vie,
toute la via.
L'employ i!e magasin, en bol-
l.iut e uecoude noocnatemmjot
ou comptoir : Ou n'achte pa*
lorsqu'il y a menaces da pluie al
terno gri.
L'ouvrier aat las avant d'avoir
commenc l'ouvrage : rieu o .
rend plu lourde la truelle ou la
cie, moin allgre le cur qu'un
jou* de pile soleil.
Nos colier engourdis, fe la mn
tive pi u. li nue. te peu. Iiorout mo
roues et sans eutruiu sur cahiers
et grammaires; et, le dimanche,
lea notes seront mauvaises ; car,
la leon leur aura paru tii.ia
comme le temps, le devoir lourd
comme l'pais nuage, U ba, au
dessus du morne.. J tais colier,
eh Li' u, rien n'ombre davantage
le tableau noir ou la mappemonde
mullicoior: qu'un ciel brumeas
Daus les Banques, l'or ne reluit
pa-. Il Unie moi.is diicicu>emeut
sur la petite plate formu dea
Laisse : pour que l'or relui>e,
il faut clair et chaud soleil.
Au ftlfinei du bijoutier, les
diaiuant tout terne, on dirt.it des
larme pleuras par des yeui tri.
les ... Les parles sontsan clat...
O ma goutte de rose qui. lors
que le matiu est gai, tr oiblot'e
et scintilla au bord das toits hu-
mide!
Sur la rue, les autos roulent pa
r ils a de corbillards al l'eau
boueuse qu'elles font gicler de
dessus leurs pneumatiques quadril
les est grise grisa nomme le temps.
Li elle salit...
Le journaliste u a rien a se
mettre sous la plume : rien n'en
deuilke plus sou Ime qna lorsque
les rayons du soleil ue sont uns
asm ebaudt pour la rchauffer,
pour ileirer la rue et les gens.
La mandiaul a f >iui et froid.
La petite marchande installe aux
aboi a. des marchs est oblige sou
vent dessuyer le petit miroirs
qu'elle mon re son modeste ta
lage, puisque le temps y dposa I
Uut ustaut une petite brume qui
les voile.
La soleil, lorsqu'il luit clair et
radieui, met, tout le jour, dans
les cheveux crpus de la petite
carctunde.de brlante tincelles;
mais qu'importe, elle lit. tt lors
qu'il est plie ou ue vient pas, eile
i i.gieue; car. elle l'aime, bile a
bsaoa du soleil pour lui donner
U ojtu i flair* s mai' liuuie
.\ot clochas toujours si gaies
a semblant tonner qua d'tercels
tiat. Ua tirent ti gaillarde, ti gueu
tare, n'a plus qua ta lugubre
mi Uet toirs de linittrv. NH
iftcbai et a iine tout enroue;
je ij- tt |iu il iif ou\ eu
/.li de se couvrir.
Le peut u Je .u- 4* luretla agi
te momt aiiegremaut sa clochette,
la su.uo deerue b lanuepi u y4a
.itj. jo > botte, via> iui ui'u piu<
n'a po ut icuiam quapporieul
leajiur cIjim; car, loul c nuui
la Nasi ive, ce qui ouvre ta pau
vm im- recroqueville c'est un
" rayou de aoleil vivitiaut et cbiud.
i m.. le cirr lumineui de la
Ittnllre que, parfois la pluie coupe
d iut(.usilet hicliure-, I lgante,
ans >res couleur de cerise attend
alal qui ne vienlra point...
ht il te trouve de gent pour
von dire que oe temps leur va.
Verni tout le mal qu'il cause.
Aou, j'aime mou toieii. C'est
lui qui rchauffa la cutur, fconde
ie baisert et douue une Ime aui
cootet.
ETRANGERES
FAR CABLE
Au Maroc
Les troupe*} tranaiies et espagnoles cootiauent
de >ictoires en >icloires
Aj'ln de plus en plus menac
MADRID Les U-pagnolt pour
luivebl leur avance uni inupe
A irai il Se.tduii. iiU|orlaLlc (O
siliunt uomu eut idjir.
MbiJLLA- A la tuile Ja b un
D..'.im'-nt Ajdir a t bie 1.0
'ameut la maiton d'Abdel l\ 11 .
Il/ le commuiiqu i.'li iri
aiiiiouce que lollensiva dclan-
ibe hier a p un nu nt r< im-i.
Tous les 1 bji ct.l out t atteints
et let troupes franai-es o> t avan
cl de 13 Wilomtret au nord de
Kifface. Tandis que les troupes
fru sj'ises >o tiuueut leur mai- t.a
en avaut, les troupet srpaguoies.
soiilrnuis par 1 artillerie l.-ai. lu
t les isnous det bahmeuu da
guerre au laige, a'a^piocbenl gra
duellemeul d'tjdii.Ou assurr qua
l'e'frt de cesop la 1011 cumbioets
cummeuce m- 1.11 e .ci,in chii
let Mil'ains et 411AL.I.I Kiun 11
du hut,ii u-lie l'< lltD.iv. sur Ta
tuuau | oui envoyer en toute Lits
de reufortr sur let points meua
cet daut le tuJ.
Li S)U4*rU
SciM6.HSisliiice intielli
rtcoinie a'iiil.ti pjbiique
Convooatlon
Il et rappel u socitaire*
411 la pfoeBaiaa ruui m tlaluUi
re de la Solidirile! pour demain
diianiciii- 1 uciobre couraut 4
i... .i- de 1 api es miii, au local
du Grand Oneot d II iil|
Lniie autiet poiuls importanti
de l'ordre du jour, il y aura eau
se rit s du Me U. rvan sur ie droit
Metl et du collgue Mexile sur
iba lorgeron.
Prire de se ruuiren trs grand
nombre.
l'orl au Frinc le J Octobre 1WS5
Lt UUlfcU.
Dans 'le'sv'UHT
Dans sou dernier .Numro, la
Sportiug ", revue sportive iilus
traa s'ditant I Lloulogue sur Mer
( FranceJ, a reproduit une photo
tnstantdue montrant, notre athlte
Sjivio i.alor au moment a, au
Meeting du Perailfi ii siutait te
7 m. >J eu longueur.
tt U lepi'i'Ui sportif de uotre
intressant eeofrn iiauc.ts souli
goe la photographia par cet io
|t|ttl loiiiiiniil u. : < / tport,
on eut 4 enreguter u.i ctuaiu
nombre de perlurmuuce de h mm
classe internationale. Les 7m. iJ
de Cator en lougueur, les 4 D I, I
au* leOO de bjraloii, lis 10 1/8
de i'hard aui 1 *0 mires, valaul,
je pense, de retenir 1 attention .
Ces) encore l'occasion de flici
ter vivitneiil nor cbumpioot qui
font partout vaillernmeul honneur
uus eouleurt sportives bailieaaas.
Les ngociations pour le
rglement de la dette de
guerre franaise
L'euteute ue *'oat"poinl laite eutre lea dlgus
Irau^aia et ainei icaiua
Que dcclaratiuii de lr Caillaux
nvaIUNijION Laaaageoia
tion pour U le^lemaal i u at
le de la b'rauce oal prit 11 aujouc
d but. M. Ciillaui a U c. uj q 1 il
oumeltrait I sou gou l'offre d'au accord lempoiairu co 1
vrani uua ponili de cinj a <
vdc versements auujo.. a *
million d* dollars. 4 1 eapira'ioa
de culte prinde les Bkgocielioat
seront rupnses daus la oui d'arri
ver 4 un accord daliuitil.
Mi CailUtUS a dclard nui cota
ajaaaini amrieaint qu'il Mail au
ui da plein pouvoir da -01 ,ji
v .ruoiu ni pour couclu uu aa
cord lUtglal 111 US qu il uo 1.1 u
yail pa eu uiu.uru da cou.iuiu
un ai'.orl paitiel cumula ce.ui 411
lui tait propos. Mi Lai laui et
ie s>.cr taiiu Mellou ont 1 u u 1
temeul rdig uuo dclar^iio 1 > u
inuue el lou a (ait savsir qm Vir
Cadlaui repirlirait dam > pju
U Kl jnoo. Les dlgu 1. >, u
sa reudueul immdiaiemunt leuf
htai at se un parent I prendra la
Uaiu |uui S< vs Yolk Lea 1 ou.mit
aiic amiitaib lousirvcul la
piu comp.ei ii.i.ii u.e U aprs
I accoiu | ruvi-oiiu la I rauis >r
ttlail kii.ii ri.i .1.1 m m u 1,/uni
de d lllara peuuuui mr.i. paie
meut seraieal cooaidera < u.u.o
riiitcioi sur le tuiai ue la dalle).
^ t'rtKia .Mr euiuaui vit.i u a
Un.il au Uiiiji .11 iv Je I11111L1 la Mblografl me ; u. SOI : 1 Je i.a
rotspreod rien I m q htu u uu
lu.pi..!.. n '. ,,,., Je li tuia
j 1. ui. Vi I o J U. I 1 1 11. I 1 1.1, < IU
prtial i,nu vi.,... aaa IktataLuM
il j a. 1. lu-i lootl vi v 1 oie tut
gard.J v ,. i.u., 1 ,e j ,.1... mu t
dHtCI lu C4 I1IU1I K.aLr !.. I u s*
ie t fu tu hu .u b 1 i q, {
1.1.1,1.. u I u .., ra ht^i ,f .ai
Laiitui aurait brnL A tirer pal
II de .oi. v y. g aua Lui Lu,s a
Il 14 u Un , U.H lwb Ul H(i
|oi.i in. niai cuiivlbie i.n iioU
tel aoipruui.
Ct^teJ
Maison ^ louer
Itue 5 Pcu-deChose No 1211.
Prs de l'Htel Montane.
S'adresser au bureau du joui
aal.
Bouse M tteut
Street No, 5.
Pcu-de-Chose No 1221 m ttie
iio.el Montagne ueigbourliood.
ipply to Jouru! JUka.
La Bus9ie se remuts
Uh.lll.iN Mr l'clnt lenue.c im
mutaira det alfairet tranger* da
Varsovie a t l'ttivii iIu.j.i.ui
I uu dluer offert p u ."* .-Misse
uii.iii. 11 a atsitt a uo dejeuuer
auquel out t luvils les puuci
pau nommes dhial, 'ii,.i ,m u n,
1)1.1 (lilOln Bl lU.'usi.lels VI. 1' lut
ehinsi a co.ifr avec ie Om
4111ers daus le but dob.euir uu
r.ilit de 100 "0'J OJO de utaiW
pour l'achat de machiuav agi 1,0
les. Au conseil de cauiuet ou a
discut las ugjciatiout eu vue
d'un accord commercial a>eo >a
Hussie que l'on a alina cojviure
bieotdt.
On iiuuvjkiu uiouviMiieiit
lvuiutiuuuaiie au l'or*
IflgfJ
LlSBUN.Nb La conseil de ea
bml a dircul le mouvement l
volulionuaire que l'on vim.1 Je d
couvrir 4 Lisbonne. Lne dclara
UM terni olucielle a t lauces
dans laqueii* la gouveruemeui t-il
s'j.r m 1, elaar piitoui U r*
publique et qu'il atinticndra l'or
uie axe 1 aiue da 1 aime*, de la
BtariUe et de la garda ripublioi
IU
Eiictretdcej'lj.U
au
J,i|i'
rOKJO Vmgl pertonaet ont
t tueet et un graud uomorc l.-i
eu-, peudani la plus giauda lam
pAla de pluies loneii.i. l.ts qui M
sou battue ur le Japon oijuia
O li. *i I Ivju masous te
tout (i roule ar tuile u ou bou
leii.irt de terra.o. Un auuoiioe de
sensu d14.il. ikosla uud.ctda
Koiilo.
houYelles. diverses
LO>Lht s l^es uvuviue U
t ci i. Liinop.. vftbbitiil qita iett
4 eiatsea qui uij.u.i u lira u m
l.iv Le teaUM jo diDoltr. u
tt.1 Uk Ui.iitvs i.gioi, que ,a
luiquitill M ILUilniit ,i..,u.ivn
de ai g 1 de pviiiique I s sjou
lebl qvs tr l.il q t u iuJp-i iule
lercaa uu. t ,.e tisea vui i> ',u
lu,Un vi s 1 siLl.L.r vstt et
, au* ba.kali qu*> a Il qu t-li

^kfl'JF


LE_MAJIN^ _
m. m

X
r
r
I
I
Obsi
Calculs
grands rnirc
I
Pwrlu< l l H .i* c i .
2. i VatM. r. parti m
NAL-|
Nettoie I
le Rein

Nr^-
disse
an ;
I
II' R; -
iocideore el n'a aucuce signifie
tion.
LONDRES-i^ Banque d'Ang'e
tarie a lfleM on tank d escompte
de 4 1/1 4 r,o.
PahI< Le bruit rourt avac'pfr
aimai o, lanl A Piril qu* lier
*e, rte in poibililp d'un mniiage
nlie Mtae Woodro*- WiNon et
le Dr Sterling de \Y'a*hiiigtotii
fc rUMK un annonce de bonne
(ouice que lia rrprltfLtaLla de
I Halle la roi Prene de Locar
no arent Mr Viltorio Scialoir, aa
oien >' i'.i-t'- des al'airn rlrang
re ft I gnral (r-ndi Mr Vu
eo.iui n illini i.. meul drid de
ne i>aa aa-i-ler a la premire imriie
de lu rot frei ce et il >e poorrtit
bi- n qu il n'y al ai pa* du tout.
bkKLI.V La d/lgation aile
mai.de la rontrenrn le ki unie
qui doil atoll lieu Lo-arno I e
maine piochai e comprend le mi
ni.Ire des affaires lrnng^ie* Sire
emxnn, le chancelier Lulhar, le
tout aerr'aire des affairt lran
frea VoD Sbuberl, prinrip-l n
p-ri i^hI du gouvernement le I r
Frie 'rich l'an!', MUS ar n'aira de
la cbaocel.erie, le .'r K mp-er,
Ui I du mioulre dea afi'iire.-
elrangirea d la section de la S.
I>N.,\e baron Vu Bml w et
le d ru. n m du ilei iiiiiinnit de la
fubiii li du gouvernement Dr <)
.. Kiep. La dlrgitinn partira
pour la uisae demain toir.
Les cours
S Octobre
JhtW \uM\ franca 11.Il
alell Pahii "*ler .ng \\.t.l8
l'i.i.r It.ti
One initiative heureuse
de
L*. Nationale
L F..br'qua de cgi ellea l.a
M li >na'e m hno r un n livrai
genre le pub ic t >ppe ob'.e
nir la plut k i <1 auesl
Outre de< O H3U q i'r|!a p-ye
de ui- I H'ti- inji c 'ire pia-me
tl m de M i h ma pi ns, r- m ci
d inn-rii euenre diuii 'o it p >r
t mr un bi M d In'i rie a,ni ri
dnomme LOIEHIE NATION v
L9000 billet
iiout di.liibus portant chae m
deux Lumioa se suivant. Sitt
qui rat hucc billela mu oui t \ ce*, le tiri-g<- -er.i lu/ .
L y aura II piix tiitf comme
n t :
Lo lrr pr'x de MM
2e |0(
" lia "
IMt i.
La.Sinidi l'cege g*ra lu
laU.U Naion-I y,..( J ri.)p d'
d > Loti ri- de li Itpub iq te Dnm ni
ci i i en i m- *** pmpres num
10a Ai isi dooe les MJUUtnlI. ta
pat avait le 31 Dcmbre pro
chat*, la. ia'e du p amer llrt
a J in 1er de la Lo r e de St Do
i'g'i" rn d'eiminer lea
triade La LOTEKIB N 111 i.\ \Lb.
ouaeit i donc voa c ni bjos
rri e l il ii quelque jonra ont
pou i ru lea rbarger 'oi Ire Gitl
:i> i a un i lll.i m |q r e
La chance nts toujit tvoUi
3 UULi.,
eho
DE
P-Oow
Il a paru lana un dea dernifn
numros du Joirnal i L'KMOff
ui'i) note pur luijue l^ I euieur a
annonc que le .-eiviie ! Iia
% m k l'iibin-s a enuaj lea puiU
aiti^ ii-un A L< pi ii ,(|ii il eu r- u
ee ucuellemeui liraod Go&ta et
que ce reM bieu oi In lourde t'e-
tu Go*a al il *j nie qu'nv !!( ta
tin de h ii-e i mil:-. in villes de
l'.Vr.on li-aement seioiil ab n tau.*
ment poursuis d une euu txemrtt
de iiiiin !>. inipu.e.
Nous tenons a mire rea>arqu>r
que le villu de Palll li ave a tou-
jours reciMin des tionvi ru> inenl
nolammeai du (iouverucmi ni n-
uel un eeivce d eau uom ci ,
que des pouip.rlera etia eut e -
g at le Ovpait-uii nt des l'ia^am
P li.n s. qu H a ete ouv.il par ca
dernier vm h uni Data ud aa
aoni 1 acn s put de < i n| tenta
luiuti 0 iu i-. qui elle iv.m il,.,
aoumiae et qu'il aait ele convenu
qu un cuuUdi dt tre s g.ie entre
l'utat at la i,\i mu ii eu eilii
duju 1 la Seri. e des Tiavaut
Pub les arait m eu mesure ua
retliser celte eiii.i pn-iu aa que la
Ciiiiuuii.-iti.init onMMiii n rem-
bmr.er u lur et mesuie lea
f lU.U avanc*.
Ur uoui i us qua U Conin me
le g ga a vi. r u..e i ua
v neur tu | ie aaa e ei ol llapu
fcee d la aa I a 'l.i , ^ r.;ey m i
du louita le it renia uu "Si TViC
U. trauiiqu ju .j r.iu p rfai p la
t^i.i d. v j r.- i ,j te i
tClu Un.
I. i.uui iiiem t I i, v i.u que le
Pieui Je i-, i,, i, a i ijH.u' ecu d
eicl m.tma sru.ii-uu! nia
p pulMIud u a jt.iii.1. te ad dd
a.Uepe ,.-ei o., v ... ,1 I.1...1 i. n
a i ^io, i, vim i u |Lai |u a
iltfa*at.a Iji-, la q e II >U .1 t .. |
le uuui.rtmcui ^i,., owolu ma*
u.e-ii a a.a p uot a^tui j< ia eh ,, u .i. i -t,, i .,,,
ta bi liVd l.i.le iu i iiudo a une
?il.a ilwut .e ,il tl uu J a pie-
"iosiji ui eu leuut ma l l ,. ul
Uquait i i.i.ti u'.t j .iiiit;a tu ..u
C uio .1 utlti. I) : u iieiueiil
i. l'j n i.i m jio ,. vul. h .a a .ci
le . r .t.. a .1.1. i ut .un in
tienne leur cmatruira on U cal,
la vi le de Petit libve a t at-au-
Couoe aux atules leatouicea de
lea babilaoll c.mme all s vertue
a<:btver auu tg tae aana le
m cour des Puuvoiia I ublica.
Or noua BaptOUi q i'il ne au-
i Hit eue qutaUon Ue puits ar -
rieca comme le prtlend l'auirur
di la unie paue dniia le journal
i L h..r i et qie cette m--mud
exiiaodiuaire uu> oustil dKlnt ne
p> e u ti r i pas tiu aana q .e i i xeru*
Ht ne deii.ande et nublieune le
vote d un ciedil en vue de donner
et lie ladafac ion la vi le lit d >e qu i '-cl me que lea "uu-
vt.i a oitupeni d el e ii.tiu. c.r,
notons le nieua elie ne demande
< ,1 K ni qu uu pii p iur pourvoir
un besu n e- st ulei
PKIITSC.O. VIENS.
1er Octobre I92J.
Mariage
Avat.1 bier matin, an 1 Fg iae
S Ijl .' ait II. la lie... UL.Iluu .>u,i
Htla a aie dt>uo>e< .Viomi ur et
M ..lam N gib M i-, nniui .
nt e i).i uiiioi thier, tille adop i
v de ep n. x v.liilii- Il u t.
L.'iie,... m c upie a e;t- ouJiiit
l'aule par Mtda i.e \\i\ me lie
luit avec .Ki (I H al II tapi .
A,,m.-.ii im.iii uuel e tourne,
l'a-Biatance ae lejui dans le.-sa-
lons des ,>iiLi AU-r >.'joii d
une cor n-1 lcepti >u lui tut Iule.
\u Champagne, np es une ti il
lama i.np o>io.tion Ju pa r.m.
M- Hoir, il i p i, q n .etrarai x
p .u li u, o.. i s 11 n. in i. m t
I Ul.'lili.!, es K \ l>i Vi I rOli
Bel ii.ii.N Siateili il l'ir.-iun Niua
I aui liubveieiil de Ui4a bu
letiX p m I l II i. i- |,,i |.
.\ i U>*)lle !. la i i I o.i. e
J i) ua Ui laa r u liiei.l u
Clul Ue? li.i..,jL. If.
.N iui f u.iuvci. n lu t n,, .on
pllmeui a i't el Ma.l me N g t
.aul o.
[MNAGRES!
Pour teindra toua ttsaue :
LAINE, COTON, SOIE, Hc.
aucun produit a'*(ala
"La MAURESQUE'
Tni*r-t*94u -*(/*#. Pli*rmiciw IUCII
fa/aaUlf fcuirtT PkROU. it.Pn.t VgU*trt_
j *' u*Ut* boaiiaa raai-n. " ^V^C^ggggi ^ASNltRM l5*UaJ Fnw
M! m\m\ ia concurrence
La confiance de
plusieurs milliers de
personnes est ce qui
aide rendre
L'EMULSION
SCOTT
le tonique nutritif le
plus populaire au
monde. L'Emul-
8ion Scott produit
de la force.
INJECTION PEYRK
Depuis plu de 40 an foiit la CI.ENNORRHAG1E
et toa* coulements rcents aa Chronique
231 ARABES GUlil sur 23^
(Extrait d'un fij#port dus Aliiwns d'Alger)
Ctil la riait qc! i !:> EN VESTE DANS TOUTES BOSNES PHARMA<~jr S!lCIAUTtS PEYRARD D ALCER. 46, m i* Creaeue, PAIUS
m
i . .- VC UUCH i ji.i .oui Phtnitd
l'rei ez un ^lioiint-me it
i la laiteiie l{iley.
^Il y va le- votrer.tiuta
Astl>mt
7ttL<
I |ali/-m .n: .
[pV H(Mtk... J > '
U na'i 1.1 t
l Vafrr li| .'. -.
Parisiana
Dimanche
V Arriviste
Foipfa 9 nat onnell-.
Li direc'ion le l'i ii ni ,
se <* c'ipli i| Ip< llm*
mot Kl n Iim n Provirr*. et
quVIl ioupr.i m^rn-1 s'il p'eti'.
contre
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIM!
de DELORT. Pharmacien,
119, ii< BmlnuAnialat
PABISJ
C'EST LE MEILLEUR
DES PUROATira
roRT-AU-PRINOV
Al PETBUB. Pharm-rit *LaEHTI
Phanaarta ij C- Juill- Vllh'l a
01 lo..r*. |. ii*nn l'Aarmsti*.
i'EAUX ALAMBICS I
___. iTtupi a rroit r
^\ L" '"J* ut ma,
'ij ah-as. 41.0001, au
: a-oSj \ OEROY FILS AHItl
W tm 7*.nu im r*i;f 't
------~~- raaia
" I
ug. LE BOSSE & Go
Agences Reprsentations
POliT-AU PRINCE,] ~
Auut* gnraux de :
^t-^er Ji'i p Jewell MUnq tS l*C
NEW VOHK
l'miuea Kuiiariaii O 0 Roule Rou > t .
iiuiikliii l'ic it^uiaiice Coiupaii]
/\u>aut>c kUuuo l'iuceli.ilt.
Uiauu nd I le li Ce
AU^iimtt' oui iRliiei
Ba S.hi.llei j > | oi t iioriij... n\ ^
-o .iiei l.edf.
Cliaa f. l.illl;iiji Ji i||
l'olaisuUN aa ta tu tout ytsuie-
l\Jiii t-lacluus Lile lus'ce ^
.abui tance sur la vie,
jLiilcu 11 ti c> t.iC
Viuh. t ouatais. Hune bordr ju
j *b, lljn ar.'
i;il*L.MiAl>t'F
uire i lundis, lro.uage et r.i.-oi y9B alimetital as
w. s Vxiixws a >on
TalmCB jaunes ictW*
u Raiionafe
Sans Hlval
Ugarotta>s^bantee|co
Knvola d-. ilnn'e
Fi ix du riaoQQ i 9 Iranc.
Baume Benuc^
i nmdio* < d
GOUTTE HMUMATISME^
NVRALGIES
rH. BF.NOIIB. U. B Belle, Part.
S1DE IKK
Ce Soir : Grand, concert par
le Jazz-baiiil de 8 h. uiuuil.
Avec la Stook formidable que posaio aotuellem snt
La tu. E.soii
Kiwas Heriuaoos
!, pr^reapt mres m lamilla trouveront de quoi
habiller leurs anlants ;! peu de fiai* pour la rentre
lus claaaes.
piys *{ menti de lainille allez Jonc chez ItWaS
Itiutauua tt vous ralise.ei ds uuubUs scuuuuiitM.
es! possible. i^\m | M American Sieaisip C] \m
larochRln dpart direct pour Port-au Pjrinoa "tall*"
."le sle.uner (*rleM) ayanl lai* letv'Means le 27 S^P'cinbre ae^a aul -j^
tayes le. 6 letobr*, i Jac uel le 7 Octobre.
l'iocliain dtail pour ious I s portn jd^Baiit le 23 Octobre. "5
id. SiS i Lcif > laiiera MWmQtiam9 te 6 O >obre prc!^
chain din c'unPht pour H ^it-att-^rtc/._tt a QcUtW 1925.
a \
*&*

- '


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM