<%BANNER%>







PAGE 1

bS *AW • Pagol nergique antiseptique urinaire Agit Wftt radicahme.it Supprime les douleur de la miction faite toate comptitution +ta tt.'-1\ MfB7Ht!5M S rtjtmm ua kM e>a ois artoairc aH'ia-aat eosip'.atanant -il IUllanl sas* la WHltlM •.• %  •." BaBlleS* Il Cttl('.tt I HlntMWi SUIS. u teoimni aa S-AOBOI, • fi! t'objci Ton* •omn.uoief.-.n rAca*eme (M an-aeciae dr* Paru du profosojr Las-ua'Jo, oi noua parmattcnt d o tfOrœ-r itfBcac.M obajrljf al oou.uclt • La Maison Kawas Hermanos e$t certainement la mieux pourvue. Comblant aou nclie aaaoriiweQi elle reuire aujouru'iiui dans Ml magasins : t articles aiiivauta reus par les dernier* blteaui : ^JSU 1 "— ^ mm "'• SaUriS"""*~ Drin m ijiaptaiu o. p.l.. .tar l.u'ie up. pour•• %  • tue visiie Chez Kawas Hermanos s'impose VAMiANlNZ Avarie.Maladie* a5o l*Ftiu RUCOVAL ^FI.'. roi Cliqua 'al: a i malais i Je de ta ,-SJ. A Cavailloo Lh noi. -. %  •* ci • %  > | n Vf i m de la mise ro b it d* V r hao.il Lamane doi I i o .BODeocii D la dettolun dam a iio-ou d. cttle ville. Non* 'e p ,: on* de lu u • W l'eipi •ion de toute i.u rc svia palhie. rciproques r-t lui peignissent les H nlliar.i-cs du pauvre peuple cor•• I merci au t sortir mme du |mi| tranger avic dn. accents ino os su 1 linics peut re qu'en • tua M>clielit i ap toyatit MIT les o ffrHnree du peuple de France •o (un M yen Ag a mais DOO moine rat el, cela, afin d'tablir tre i lite a laquij'e il appariiend>a demain il la maise, un li u •I lyii.i lliie lequel a trop souvent n toqu a maints hommes d'Etal; o. mi tires qui lui ditent quelle ii.up.clive glonein pour une dCi ration d hon.mis que celle de contribuer, rbacun di ns ta sphre, a rf/ nn r une ni.tioi ; det> m> lires •nfiu qui lui listent comprendra que n par • s vices, il faillissait li 11 ine, les bomme de la m> l me race, mai* moins forlunt eu point de vue poliique poinr-im: le monder du diigt comme tant de ceux qui, avant eu Ici moyens de iatutr du nant, I y a p'orge plus avant, ht un tel enseignement dviait tre donn ausii la fera me hatienne teujuui, avons nous dit, en contact avec lame de l'entant. U a'ois corallien dans 1rs foyers,! yaur.g< nt natrait spoulanment pour crer une discipline commune laqielle ni•• 'g*rail ces ttoulTraiices. On ne vumit plu kl i< u mes en voyei lu r u.aii la cuie de la choM publique dilfrant ainsi des gauloises qui allai liaient liurch* veli.re aux chars de cun Lai pour Lcoura;ir ieun guermr* i la vr.loi e N; et les enfaoli, ayant vcu ait si dans un foyer ou existe le (ulte national, plus l.nd, quand i un litn quelionque \<" deniu.es de la Natiou In r seraient confie. | apporteraient uo soin tout tilial. P. DESTCil i.lil-S { La Tin 4 [) mtiin } Nouvelles Etrangres J****** ^^ *^ *J Hier soir I'HUIJ uarum PAR CABLE Nouveau Prfet Jacin •! Par finie de la dmission li M. BarnaTe Cralt corn ni-< P | t des A' roulis emenlB de la-ml t de S 'i ou. c'est Monsieur Edouar i RotW'SU que 1 1 coutrii.ee du Prsident de la |t |n.t i ,ue v.iiit de dsigner poi.r OCi p* r Cis ifutortant-s (cnct'ot.B. i n siluaut !•• dpri de: \I I la conduite a t Kliooti • l i ropreit.te de la i lui CO r. i (h n, nous MKlhai' i i aa rou' an t t rlai %  I* en mpli a ta ..-i i d n Ifti he dlicateA l.i Rdcl li S Rlions I'ABII— Apr^> ave ir lait une m qute upis de non br as-s li lgstions Genve, le Petit fa-i sien conclut que la situation de la France reste prpondrante a la Socit d-s Natiooa. Si l'œuwi dIflzl est* leommencer, %  ul reconnaissent que la France n'en est i n'iement responsable ; au crntraireils reoJeni homi ge a >a clairvoyame, a fa boune volon t il sou esprit de conciliation et de sacnfi'-e pour sauver no'ara ment le priicipde l'arbitrage < bligalmre dans tous les cas sans aucune exception. lu sujet tin P;ic'e tlr lrutila l'accord e*\ oiimplt't eolN les reptiviOa l.mlS de Fi'j'iic -, de Tin ()l i i r' el de la B Inique CK.VfVK— L'n accord comp'et sur tous les tait Ipru ci MU du pecte de scuril a t mnclu hier au cours des conversatous entre MM. U iand, ( liirai rlai .1 \ n derveide qui sont A Genve pour la ruon du conseil le la S t |. des iNaliouM < ette di leralii n a t faite ce soir et M Van lerv. I i.• I ajout qu il ne resl-il plus qu' rg er quelqi ei dtails. Qn lijuch il' ; i uU an sujid de la ili>|i MIII n du suus marin italitffl BUME U dcouv. rie par des Hvialeurs d'une gramle l.l< he d h il le et de raph'e ^ur m r entre Bjra usa cl le cap ll.is. m i n Mie pi df. l'endroit o le sous m rin MbattiairQ Vmi.ro a l apprii pour la deriiiie lois a ' prnqi u li ul e'pi'ir de r lromr vivant l o page mou-. T ui> t • •• %  I en lie K pur ti ivei I • fonf rri-r n a 1-s, < u a CKiis • e m-na'u'reDuvn>i tur l'S II*. es de la Sicile la a*Bal i e deri i re. Ll o la tahe a • ta t perue la iier a prs de I ,V 0 m ires de prolondeur de sorte qu il si m possible de draguer encd radit. LVfpiii dmocraliq'i* d'il| Il usa XII MADRIDLe roi .\iphonse Xltl vient d> donner une n< uv# Ile pi n e de son esprit dmocratique m asi'at i <>> rn ooi du n aria pe d> diux i'e M sujetun brique lier et une p>\ai ne. K %  on p' g :i do l.ic ila Miranla et d'autre no tibles le s -lui la roi regtg'.ait • a auto n liile I pi'ai d-t I if o ri-*! an nirl'oua^ de \|*lril lor r les invits dj il œr tain v iiitiirant ic'erio-n jre la l. pi ir livrar cn-sni 11 ni. vins Aloh ae X'H la -cun hnt le s n au'O'Oib le lisl-ta oour qu^ les r il ii'anca^ e m'i -niant. Kt la soi var*in si joi;n*nt a eui sasait aup-iW d^j j MI is oiaeis ve lea J iels il a'entntmt pend* it plus uni heure. 4n laroc MKLr.L\-Ln lip hasrert du fr >nt frmiU an'ioncent q>ie las c tint >as ad mir crul Petatn continue it l*ur av*oc< dns les r-gi toi 1T i\ et Vlsnum Us rif fains lisi)U'.v)i ''van.'e ave dis tm'iiiM nnmbreiim mes. Il; ns l'aviation WvSIIIVnMN — •).• i-na'e que le Sh'Qtu toah a l com pllerant iltruit a 8 milles ai n >ri la 'ai lall ( Ohii : -l q ie 2 hiraniasonl l lia-*-* C- lu 'I -t t milleni noi 1 le B lie Valay ( O'i'e ). i ) mi es nu su i Uf i de Camoiidata pr^ dl 'Vilu abus Une toirm^ile -le vent cau->i U c-lat'Oi.liUn d t qu'm partie de l'aronef a a'Ierri dans u ch-im- de l.l' 1 4 milles et demi i'li sud de la vi.li, l'autre pirlie a Ht inaprarte dsn* la dire.-t ou li t. IJ ie vi liante leatpila fii-ait rago dns cet'e rgi'Q hier -oti. Dix pnsazers Mil t tu, ls g rvivanls s so t rfugie da s u i f -rni. I y ava t kl il ciers •t h Tr.m •A r> .i t Mariage llir aurs midi, par le minis tre de Mr Alphe A!pbo ise, ofll e er de I'Kt.it eivj de la sud, eut lieu le mariage civil w e VelteSy v n Pumnrllrer. fille adop litre depoui ntolni Ben.u, tt de Mr N jb M te. I e t.'mou.s taient, du rot "'e l'.o-x, MM. lallislne Moetassi e\ r S j.i t du .t du I 6 OU se MM. Iiislbobvlli Dev.rso:) et A t'iie Beinil Trus i o rnmplimerti sux noeve n niiis. Hier soir l'auto partant le Ni. JOld, pal u.le j'uue n. ili'i* vre maladroite du ebnuiiVur, sa beur ta coulro un pytooe Je le Cil a e triq ie presq i feci Ji Dastou ah. Par iuilo d i eil i • I il U • ii tara fut eudonn-gti >u %  s il n y eut h :ure is< mant aucun accident de perouue. ia mai 11 %  [li-aeBfcjjagaaTaJaMMtal I NOUVEAUX ALAMBICS f.m DiSTiur.B a siennes] ~Zj la X* UC-Y.t, — '.^"3 W?" "H.MI, LC00LS.at l, .**^'| 3, OEROY FILS AINl I P v -\ k : /, mi du % %  %  i >i \ rl I BU'OF PRATIQUE u D awijtMr a-taux Sj VU ESrSCtS lie MANUKi. a likl.ul <• %  Bauas M TARIF IUUSIHE arM trar" Pari si ai ta DIMANTUE Sarati lo Tdrribte i u 7 p ites pour U leroiArc loi* Entr>e:(, |.00 Dernire heure! Nous apprenons que lotig cea beaux tissus,cei claci suulietv, ces (j-ubrelld^ ces Ci •mi l'v-,r. g lias de soie en eouimin tait (ine jiott m l'ts il.nii.s ei gsuiitt.flanneot di lagns •in P;.ul u.il.. Lames do rasoir ou lames de scie? Lug. LL UOSS & o Agences Reprsenialiis PORT-U.PRINCE Agents gnraux d*$ sf.s>olftr Jom> Jewell MlUlng * <* >E\V-YoitK -L Failu %  llu iriju 0 0— B oni Roaga *w t irauklin ^re Insurance Company NtfW-YUftS /V->u anoe conir t'inoaadU VDiamond lalch Co A'iumettaa i Sale Home 0. S, RuMer ixport torapaai bou lier Ri>il Chas F. |aiUag*ft S on Pot eaons nie en tous y enres ^(aiirlartures Lile Ina'ce Cj Assurance sur la vie, Suilltuu Frres C.u Vins & Chu m pagne borde-aux 1 l>. Ile)mar COPEaNUAGliF .ti'urrs aaols, fro.uuyo o. i.uuaeiv }s atimentalrat \\. S. latlteffs U' Son l a i ae |aunes et noirs. aaa Rai io taie Mua lit val Ciyaiettes Ubanteclcio t iivule ds deara?i Cumiiwa an eslereacepa un Wiaa 4a raaou oucSa. On dutix un Uni laacia. KllaanaabaUpMU. R*paa> ata-U M ma lai landaa aco fil al as ancKt. Aaa la Valat A-.ioSuap. aaaelr da afini4 i a p aaaagaanloia— Uqua. la ntasa lama aan paaSaai M Moainra. QaiqiMa aaaanlaa a IKHII looa la axdna ai la laaa sans sa iS sl M SS sni aSUaa at aaaa k Ufiisoii^^ Xi t\


PAGE 1

Lt MA*!* Cusisiai. m un iiporiant immeuble cl 422 Lots en espces. Sous les aispic:s ds la Miisii F. M. Alliri Cap. Hatien. Vue ? oier:e est curme iont le pri>cfai l -t cnn8fe en l'immeuble que reprsente la gravur* d'auiri ?> P\ f> tiroije aura luu d< que (en Hlht auront t vend s. Ctt ( fiip, ri* const ueiion modem ol/re tout le con/'rt dis b'e et tt, m couhstp, un des pltss bji^x wrtcmen s de Vtille *v Cap J ni p Htus a l'angle des rues du Gouvernement et des Religieuses •obaiisse. ont une tpaiscour de 1b pouces, ceux de l'eiage 16 1 %  •-"' % •ni, fc U HZ de cbilU>>ii', lin lai/e lui .Il ois Chambres un aiptimiiuuri %  VITKU uo iuniui>,i-jiig wniiH, lauumi uwuiugn.aiowgi, 41 jr une len • chambres et des ap nilenc. > %  l'usage* de eu ne. salle de > lu. cabinet, t'alsarca. aVesralltr, ti> >\ m-1 n ei itiuiii.iUc tMiali iiui >u us> U';.IJ.JOU, l • t. Ituues u bol le cline du pays ; les parquets en peU s bloc* de bois de dill reut*a essences qui forment *••>* %  L iant* u pi„b | MH 11.1. 1 i'uiuf ubl si i.ctu ( i.t IU. ut ocu|itjr par la Complu 1 h' Fmnasedis (bis tel yr phiques qui le loue raison d 130 dalla t par mois et suivant bail q i| prtalra lia le 30 Ma itfio VM jHbce U'n,uianct touwc taillai] tl toutre l'n.ctndi-. * ubi/?e a 6tu, 37 Ml d a I f tes bailli* srum vendus soi. le contrle de la laiD F. I. \llie i du t-dj'-Hailicii et le tirage de U loterie aura lieu galement sous sou contrle et |f c l'assistance d'un cuti il loiu. des personnes dont les noms suivent : Mgr. J. t. olcan. p, iclor Daiibeuf, Charles Zam >r, J. M Macias i< est construit entirement en roche et briques et oouvi'rt ao tile ondules L** murs. aU ras oueen L'un* de fa-cl> :i 72 pieds de loajueir, l'autre 63 pieds. Dans une vaste cour Infrent* dss dpendances serran', de i-uNino, sauta de bain, cabiuets d aisssncss.A 1 tage, U y a uns terrasse ii c.-ibinM. it':tlaaro<'s i r. J. 1 olcau; |, J. Sancbez Warlioez. veille chez: E, ftobelin. Hlel de France -Georges tuilier Auoc Grands Magasine de ttumiiures Gnrales pour la Cordont.ene Joanny tOlioASCO INo il, Mue de rima* t ma. t i noms Jasa, ou) NodUL PuR'l ALU.I.VII HAgi > %  souplesse, .^TV Qualit Elgcnee l^ft—-Tjtk ^a\ndii binasse JS& :MPL? Solidil La machine coudre VEbTA M tout simplement une HbhMLlLLfc. par coiite<4Utbi. ne beaucoup aupeiuure louie *i>l • aasique Uija itiipoMt't m iloili. V.uaUbCo.u*ltn,ttiM.>ne A viiiter notre Dpsrtem|t oe JW< binik a couuit a u.ain ti a lieds pour : LotitmHts. IAILutM et ConncMuaRs, ttndutb uitx Utrs uu ^^.j" sn'on a tiuUc ta atnlei.it-, jwqu'a Ibinve de li VbalA 4,ui reaieia A^hl\ALL. iutiblts picesdertchanHe eu stock, y compila la Flaque a iiiou.r l liiX brtLIALA I"Ut % &f le toui ii T.-) de sans p IIKII-, Ajez dans votre Auto des Pueux et 1 haœbre i air. ArmstroDg THE ARMSTRONG RUBBER COMrANY 1\CE.M. Snv h Company Incorporuledf gen ore(a<•<'/• pour liai i THENEW WEMSmUP WABI.PEN A -^ pointe eilata^ast k dlrp n>i boo, te New Eterehsrp est -rimef iiie wr f-ctioa que nous pou von dire hardi n < ut qu'il oe peut s'obtliuer et que 1a mine as peut ni g'ister.ni vacller ai bou g Et ceci n' rll.l'K UllMKllUII. A via w i prrnparUfsBiorl.ilfi' , U RICHCUMUBE s su vTteMfs inpo.tMSiout b srivitri o I • Sruliera... So> lir... bonlitra bns a Semelks k en enir, en caoutchouc: — Ctipt-btle. I Le r'" Ht-nH Stock d.s meilleurs Ta'on en caouiel.cuc GOODYEAR. ,_ ., Non prix oui doux, dans vos i.tris propresLne .visite ^impose. Le BurPMi de la Tolice porle la frri> i'farrp rNa coi du t i r et rira prointaire de ve h'^u 1 s qu^ le Hioit de I lu. fUMfH "rrorr A tOU' 1.8 vh" u'es '•ircn'ar t itan n'in f orti n> l'e diffdion toii dan.* (f nd'Rne M il daiih I liut Pav/e tu lHiis HtMouthe. Kn crrs^onttce tout vhicule coiirsni !.. Grtnd Hu soil de i Ftt l'un M ru de i "Ouest a E t 'tvr. Murft. r l'emoifPi rr o I tf 'loi.v.K iiin Ual tttdre U mnent t trouve uu gendarme rgleme • tant la circulatiou olni -.-i a-. cordera le droit de PMBSVIMCC (.( i.luniiem.Ll l'article l'J de.> I /leiuenl* sur U rircu non le mot < AHK£rEZ > %  • inscrit aur le betouua^e Si) laeda de cetUinea encoignure* dans le oui de renouveler aux intresss ce qui tau l'objet des deux premire par^Kraobes. M ItaiLVEtvrtlOiU' tiool' ij i4 FJIIOJMAxarxi. & MOIIR l'.l Hue du ( iMrr roar.Ai.raiMi.iuiii —-.—.T HE WAHL COMPANY. NEW YORK. N. Y.. U. . A. contre CONSTIPATION prenez le COMPRIMS SUISSES de DELOHT, Pharmacien, UB. Kn Btlmt-Amtol— J-Aiiia C'EST IE MEILLEUR DES PUROATIFS Eurefia u Plus da tien li. Plas de livres • ehea, avec les s va qu'offre L'aitiil Inae PORT-AO-PHINCO AiM.nTRUa hmnLIMT' rtainMU 4u Ju.Un VlAh'i tielle , AtrtfBS par rini.u4.a1-. Ilieima I'AIUIIM .— h tfndri In Liggy >• l'iiat fie que o -v us des cltaiscs l dodtn^s. Ml n Wr glaces, tableaux, lampes, lavabos, carpettes et .en cuivre et en bronze descente d^ Mis. Chez < r* I r120, Uue ROUX, 120 . •



PAGE 1

bS lurv Pagol nergique antiseptique urinair Agit O et radicalement 'jgf Supprime les douleur* 1)^_ de la miction "J** vite tcate comptituttun ~~ U li\V>\ Boatlionaa. rt e)u i U-.4-. 'i oiat artnairc:. qa'fl ra*ao waaUtaoaat -tu! ta ju>jul:.t Ml tu KCR'JII qui i"k>S'n* Cl CMteli.ll I t ValUlCWOO HN U t fcUU lt da PAOtOt l!l roo.'rt ITIIM eooiniuOtoatl u I 1'ArademM 0* audeoa*. de "Parla du pro. prtnsipl !) %  ? la m*rlne, > t!eo rro'caattt/ >3 Cott <>a aiociaca navale • f.'oua avoa tu I -.vaitia d lucUar l PAGF.OL at Isa rJauivt* toujours alcri.etta. al par. • "afoV.'^ur 'nous s%or•u noua permettent d n titmet rtinci.u at>v:jj Il OUli.UiW • La Maison Kawas Hermanos e$t certainement la mieux pourvue. Compltant sou nclie •••oruuieDi elle rentre aujourd'hui dans aea magaaiiis | t articles suivants reu* par les dernier, blteaui .: BftMa_, Lue visiie Chez Kawas Hermaoos s'impose VAMIANir.Z Avaria,Maladlaatfa l.ftiu ] luit s;irn/i/i,ut RUCOVAL %  *ornmati* port tonqva outra Ma J matatl.i d* M vH'j. A Cavailloo Lt> IIOIKI m i.. IM ii •-• i ue de la mise < ii I b il du V r banni Lan.uue doi I 10 1 IQDMcii ns la dettotu a (ans H [ i ^oa d. cttte ville. Non* I* p' : OB< do litu • wi l'eipn sn d* toute GO re svm patata. rciproques ot lui peignissent les D illiu'xc* du pauvre peuple cor,le S merci aii ( sortir rame du |mi| tranger avic dm accents mo ni sunlimps peut e re qu'en • tau M chelai i ap toyii-t mr lea so ffrinces du peuple de France en son M..yen Agmais non moini sincres el, cela, afin d'tablir • IM I lite a Isqutj'e il appaniend>a .1 main el la masse, un li n d lympathie lequel a trop r >uvent n auqi.iH maint hommes d'Etal; 6 UJI tires qui lui disent quelle prsp. etive gloriein pour une gnration d bon.rot a que celle de • oiiribiicr, rbacun di ns rt sphre, rej: m. lires entii. qui lui GSKIII coroi ren'lr que i pur • • vices il IH illissait a la peine, le homme de la mVme race, mai moina forluor BU point de vte poli ique pouir.n n le monder du dtigt comme tant de ceux qui, ayant eu les moyens de latutr du t.esnl,l j a p'orge plu avant. Kt un tel enseignement devrait tre dont austi A la fem me hatienne toujours, avons noua dit, ffranres nationales seraient plus gnralement ressenties et quel ell-ut intel lignit nnllr.iit spontanment pour cietr une d-ciplme commune laqt elle ah'grait ces *oUfratau QIM 1 1 cou^i.ce 'in Prsident de !.i K pul i ,ue v.'iii de dsigner pour occ per oaa imr.ortant-'s woetoiu l-.n siluaut la djplii do \I i la conluilc' a i >ujoQti i l mprtiBta le la plui |l i r lii n, nous Muhai' Ion i IU< c • au rouviau i i dai s r CM noplisn mai t d sa lit he dlicate la ^citfi d| laliona PARIS— Apr''* avir lait une en qule te prpondrante la Socit ds Naliooa. Si lirime d1924 est t i commencer, t. i.s reconnaisent que la rranceo'en est i nlle-ment resion-able ; au crntrsire ils rendent hotn'i ge •a clairvoyance, sa bonne volon t et son esprit de coiicinain.it et de sacrill.e pour sauver no'am ment le prii.cipde l'arbilrage t bligatnire dans tou les cas sans aucune exception. lu sujet du P;tc'e V St { rui'it l'accord e>l cutnplct rolra lea repifen* tanll de Franc*, de l'an tjl. ifM-e el de la B Inique CK.VF.VK — L'n secord comp'et sur ions les joii la prineioaos du pecle de scurit a l conclu hier su cours des coiiver s ie lois a o' (.;. i. ul espoir de r liomer vivant l d page de 'iO i-flici. r el h. nmi-. T( uli i >i ml ethe M p. ur n ivei : 1 1 sou mur n a -i *, m i. r m s r nv nu>u>re nava ( s mr hs ( Aes de la f > letti> la s. mw ledeniire. Li o la lr\. he a t.. e perue la n.er a prs de ISuO mo 1res de profondeur de sorte qu il -Impossible de draguer en cil tndroit. L'espri dmocratiq-i • d'il|li tiM-XU MADRIDLe roi Alphonse X lil vient d> donner une m uv< Ile prn e de ion esprit dmocratique en asalslai l i .> .ir-'n oni • do n aria ge d' d. m I'P MS sujetun brique lier et une prytat ire.4 onp'g:i .In lie do \Iinrtla et d'autre no tibias le s -ui e le roi reg-tg'.ait • a utoTi.ibiU le p^a. di I if o ri-l sa norl'ouftt da Malril Ion q t il tornbi sur UT^ noce qui cel bait h rnariafi pr un coii^u* re pis. li* roi lut recinu'i im n-.lia leo'nt pr les iovlis djit oer t*in v mliireni ir'eno-n jre la lie pi ir livrae ni^si ••' %  ( i-i jiu ts nnaeis ave? les J ielsil s'entr-ttint peu lut plus une heure. lu laroc MKLl'.L \ -L-s lip ha rera du fr >n' fruigti anioacent q ie le r iloi 'es II rovchil Petam continueit lur av^oc dos les r*gi >n d r i\ et 'Vlsoum '.es rif fatns tiapul^il l'aetoea ave ds tro'iii nombreu-cs et on al"n que leue oeres au oour %  !•* com hl rcents s'l ent A m mes. n.--ns l'aviation WVSHIN iftJI — 1o i,na'e que le •* Slno t l(.ah a l com pltem-nt dtruit 8 Billes ( n .ri te Hal l*all ( olit i -I q ie 2 h^m-nesonl l tu^s Cs Iw %  > H k t railles ai aord le R lie Va ley ( Oh'a ). ai) mi^e.s au s.i i r i de Caml)i'l/a pr'-* .11 'V)lu ubu Une tu irm'ite de vent c*u* U catastrophe. On d i qu'm partie de l'aronef a a'terri dans u > rhirni de bl* a 4 mil'es et demi . ud de la vile, l'autre ptrlie a ^ empor.ee dans la diredoa 15 t. IJ ie vi (Unie leapte fu-ait rago dtns cetie rgi Q hier -oii. Dix nss-nuers nul t '-n , les g r vivant . %  so t rfugias da s u i f TOI. I y ava t il -, ciers e> h 'mm c A u .. I Hier soir l'aulu paruni le Ni. JOio, pu M. le a'uue u.iU'C.vre maladroite du cbiui. ur. t.3 lienr ta coulre un pyiooe de la Cisj S ce triqie presq-i M rece Jt titrage Ce diai. laKue Dioi.> Dastou •h-. Par iuite di eat ivi Uoi li voi ture l'ut endon n gi rai a "'.y eut h -ure ta. mant aucun &c:iJeat de persooue. ujsjrr2-j NOUVEAUX ALAMBICS ^^ un DisTlLir.H a itiTirru 1 "j i H.I Ot-Vit, 'Spr ".!, ALCOOL, aie i^^ftJ X 0£ROY FILS AID I J : W : -"ri il? t OU'Of PRATIQUE laMnatMaar tuvi'otvtx tssrjicu ce KANUEJ. | BRUM9 t TAtt.r (LLUSTHC a1r#ll friac* Parisiana DIMANCHE Sarati Ja Terrible m 7 p ires po ir h l-rni'Tf (oi* Katrea.-i; i.oo dernire heure! Hous apprenons que loua ces beaux iiaatia*ct)a cdica 8ijuliet>, ces (J iiltitllrts. Ces Clnnl |ly-,r. g bas de soie en COuleura toit une poit m ces il.niKs ei gaiiirs,vienncol du Huit. ain Paul mil*. Lames de rasoir ou lames de sue? Mariage Ili'r aprs midi, par le mini1re de Mr Alphe, Aiphoi-e, ofd er de lEtit ctvi de U S(diou tud, eut lieu le roarage dvil rfe VelteSv ? a Dumorilrer. fille adop tive dd. pi pi Dtoli a Ueii.i , i de Mr N i b M le. I e lBaoioi taient, du (M .'e l.o x, MM. (allislne Montasse e: A |*r S Jo r; dv ct da l ou se MM. IrtflDobtfls Dev t rso.T et A rIninr R 1 cu i o compliments aux no. ve i > oaiis. Examinai au aiereacepa ona laa 4a laaotf aaagla. On d::.:iusiUo •aa.ia. SllaaitaaaaU paau. Rapaatas-U m *os lai tandaa aon Cl al ta ooucaui. A*w ta Valat AuieSuap, aaaotr 't Citas F. latllaoett §on Poisson sal s en tous ij enres iVlainladures Lite Ina'ce Qf \seurance sur la Tis, Suilliou Frres C.u Vins & Chu m pagne Bordraaa h. il< }in u COFJtNllAGUF (leurra t anols, fro.uyo ecuoaety ai aiimentalra \\ S. latliews U' Son 'l'ai es |aunes et noirs. La Ralio iale sau I il val Cigaiettes t-oantecltio l'.uvuia j u dar^m asi Dents Blanches Bouche Saine I/hygicne du la bouche demande U de Btruetioa de million de microbe danjereux qui y pullulent. L'emploi rgulier de 1a pte Kolynoa les limine absolument. La Pte Dentifrice Kolynoa nettoie patfaitement les dents qui conservent, grice S elle, leur blancheur de perles et assure l'ar.'.iaeptis absolue de la bouche et de la gorge. La pite Kolynos est pure, rnceS trie, conomique. On tube suffit cent nettoyage. Exiger le tube jaune la boite leune. Pte Dentifrice KQOTBS M( ^^ w %  H %  u A. de Matteis et (jo Agents -•'• t "a| -• -w %  %  -f • i n m a -1 ^w — V



PAGE 1

Lt MA*!* ravi de orrcmeti e/e lo "t il/ rt* Cap.lH i p kernement at des Religieuses i< est construit entirementen roche et. brique* I oouvert en f>lea ondules LM ours, au ru |iOut-s, ceux de j'eiage 1 6 i oucm l/une de* fafldo ft 72 pieis de loajueir, l'aut-e 6 3 pieds. Oue une vaste oour Infrent ign l.a! iole cJiambtr < des dpendances serran de •u '.si no, MU. de bain, cabluets d aiasancee. A 1 tage, il y a une terra se* Ceisisiati es un .ipotlant immeuble cl 422 Lots eu ssfcn, Sous les aispices k h m F. M. AHiri Cap-UalieD. Tne ?oierie e*e otftP'rte tfur/ i> prirc? o' J1 ;i H>ay. de eu s ce salle d> iu cabin't, il'aissro". x-'en-alitr, us >| c u i. uuiiM.de eel ult tout • u u d\.:.|Jii, i s Lueurs u bol le chne du pays ; les parquets en peti bloc de bois de MlirtrtH essences qui lorment des a.>t n Majjt un pu* bel il* l. • i'uuieubl-.Bi i ,tu l | l iu,ut Fianalsed.s fablstl yr phiques qui le loue a raison d t50doilas par mois et suivant bail q d pr*alraiiale 3U Mai iviio VM police d'assuiance itibVie lesinq tl outre i'uetiidi-. U M u vie , 12,000. ( troi dollars) le billet, En 148 de i'.m-ai-uLle qui r p se le .'6 lot p ineipal il y a 4£2 lotB en espce* d'une vil pur d'ensemble m i* 7,400 ( 3>)irnill quatre cents dollars ) ainni rpartis: t lot de P. 1,(00.1 I' fie 500. IU *• is dm Ion. ta ot* ' 5<>, lu lois de 3 9a lot* de 2 s 37 i loU d a t . i.es hill.is seront vendu soi.s le runlrle d D F. I. \ltie.i du ^ao-Haitieii et le tirage de U loterie aura lira galement sous sou contrle et av •,. l'assistance d'un cuii ile loiu. do personnes dont les noms suivent : Mgr. J. i. t olcau;.p, \iclor Daubeuf, Charles Zatmr, J. M* Marias, r > J, Sanchez Warlinez. : tu vente chez: E, leobelin. Htel de France — Georges limier — —— Aux Giands togasii s de haut tritures Gnrales pour ta cordom.erte Joanny tOlioASCO *N HBk ^uedes HU.L1 oiib. v ILoota* |taO-0U ) No V.^ PoKi A Lt hLN' fca*Ul*rg > %  souplesse, ^ ^ T \ Qualit Elgmce BjgB^m lia l yidii ilth\ tlLLt. par coiiJMOtLi. de btkucouf kupeiaure louw *ti atfeique dcia impttet tu lioiii. \. ua eus co.u altu-tti .>iie visiter uoire Dpart€in|t oe \*.< bans a couaie a msin ti a (.ieUs pour : LotitKiHbs. laiv UCM UUiMH'MlUvHS, LdUtbOttX tu' du t-"* 0 ^' 1 qu'on a au eue la iLtiileut-, jwqu'a lainvee de la *WJ qui resieia iA^MNALL. Itut. Ua i-iceade rchaj.ae eu stock, y complu la Flaque a biou.r l HA bfttlALA rw^ n LKa LUAlMal^AMS. Si vaut vou'e/ laifa nt IJ* le toui ou !9<>t de sans p nin*'. Ayez dans votre Auto des Pueux et x haœbre i air. THSNEW riristroDj 1HEARMSTR0NG RUBBER E 9 M. Smi h Company hicorporated* gen ncla ifn pour liai i KL fflERSUAPP WABI.PSN A • poinle Ha)e,e'tal a din ' %  bou, le Naw Eerharp aal run^ii"<* vr Iclioo que nous pouvons dire hnrdl M MJI qu'il oe peut s'obslruer et que U mine ne peut ni g'ieser.ni vaciller ni bou g Et ceci l'eat qu'un drs 6 nouveaux ,. traita qui donneut a Kversharp as i ouveile renomme aon nouveau nom de New Perlected Gvertharp. Le Ne* Perfecled d Eveiharp', est garanti contre lout dfaut de fonction ntuent quelle qu'en eit la cause hiui vende< r 4'bvefrbarp voua rcm placera nu aucun Iran uit u iu parlm Je \lre f'aut nui K NM dtaiftaifil pas ru.i'fc wlbiatliou. ngiprrnranbUaBicKl.lUi' , U RicHL^D.tBE six 9. innoitffsiour la pnmirt loia j£SX&i**Z^ l litrs •*" %  S'eUiiLm eu, en <-anutrhcuc : — Ctpt Si le. ilLar"" r "'' Stock ds meilleurs Ta'oii en caouiiUuc Nos prix sou'doux, dans TOS ii.treis propresUne .mte s"ioipos. Avis Le Bure?u de la Tolice porte l rrt p i'^at rp r 1 ! coi du t %  r et (\f s propritaires de v hUt)' s qu* le Htod de f RKSEA>fE est r-rrorf' tou^ bs th'r nd'Bue u il dans la Hue Pav/e (ii Hnila •xstouche'. Kn crtsomiTe tout ^thicule coiifap' h Orfnd hu soit de iFit a l'Oii'M eu de lUuest a E t ^rx it'rbr lenioipni rr o 'I *f TOUftli iliuusi Ucdre U n.(m13 Rut du CeSM roar.xi-rm.-icx. axin ..-.. THF WAIII I < < IVIP \NY, NEW YORK, N. Y-, U. S, A. contre la Eurka r COfeSTIPATION prenet les COMPRIWIS SUISSES da DELORT, Pharmacien, 1IU. Au* fy.to^Anhjtu. a^jajeiae C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS l'lua de vleu livi Pies de livre • ba, avte les aa lages qu'offre • L'attMl india tielle , dulge par l'Inl.UfakU hutina titaiin .— |^)RT-AU-PRlN01l Alaa.FaTHUa ri ami'Oi* *LBI/*T'jfc 1 nimHH au OJuaUn VUh'l %* 01 w,.r* *•• bonnm. Phmrtn*ri. & Ttndri In Li-ggy • l'tiki ir que DIUI i es taitiais < n i ailaite eondi os il deux Ions h • -•• . 120, Uue ROUX, 120 L — —-^ WSM -w va'*^r'e e-s^vaj Z~+ 1. • *' J



PAGE 1

it.> Tosiiion exceptionnelle, au centre des allai %  •*•* et Ucil li pool W.\;IJ.T m .inrnobile doaj* tout-s li Y trs propri r. en'ilateurs dans les ch •"' %  • ' dni n>nai1p* vffit/r kl m '*• de f*#Ar#* • teille* Parmi'** Vint d**ttOtpOUl, oui trouvre? le ptin^ < : <• niet ronge* !>t tfrthomm* pommard miii*siMix. qn|t Airain '• Prix 1res moilir s DEjraANCE !• I.IITS le* I r'nu.-s. il." b douane et le toutes les Agenvs 1biMiit letseigatll nt la fl-|>n!tliqu" i'3 i'i el *• %  l rpublique ; inicaine. biiamhre* cootorHablei el surtout a nda 4rs •" eionair*. f.uii-. P. P. Pat %  •'/.. Propiaire P*****!**''-'-' I /-HM-1^W an La maison HiSILVER 4 ttn qui n'ont pal encore m les jolis irtirler 1 • finesse que vient de recevoir lit Maison SiKe:.. doiteit, dans leur inlil, n'cmpH a de n*-r J r.etie maison, car nul part ils ne peuvent tmii' r d'a ssi beaui fTliclei ides prix si raisonnables: los %  rbctei lonl vraiment de toute beaut el de Irinhi ur •• M..i rix dfient * tiltro unciir Alpaga noir euprleur ^ini l.taino poui t llaurs Kaki b anc aop< rit f l ki lain ni* up >r m !•• i ur.icn r. n<; i yl 1 cu*e; utee* Prl I : •" l; h &f 111 Tuesor |apon*le pour rhernfa a l.spa de f oie a ban ee couleur p XM.ee t ifbo nouveaut* |Upute f ne pour chemine | M .-le lli •• pour lingerie f i i't para .1pour Zphyr arg ;i |>ooi be-n'e t)T3 i di ul-.;!*• i ni et coul i< unmes et nn'nnt| Francb l-"'i-ty. deiairir n livra ta PepHn a fo pour n be 'IllMui blanc l..mt rie Mono \oll*~ nia eu a banea |U> •>!•• bi tdee *ia • i i f>rod* | oti Ji > X'U't* iill< ci rn njirre < * rr i nlo i on *i ii blanche et cm'iur topaiiatu Faiiti' P ) 11 dtf:e .Mudeia povr i-liemu* i p %  • -• \'O'"P i' HI a bnriee *-l a n eu ht-s Ratme bUueba Nappe ooulet ri AimabVsih ni, vou pii aide/ porter, |i de trais, les | braui IMM qo'il s> i poo>rii'e de trou*-1 Mil cille place, rn* inaiMju 7 :;e • %  ant 0*1' • si.ni plaints I I i itWO fl r t M M | Hng# t:vi pourquo II* jitarwi '• t'uldi} 1 inlressque Iw l'tintn iNet*r) '•t'"uvedansss inatro d ( potf-tu ville,dmsit miion prive de Mr f rdrle Ge if/enu au BoisVeraa e t auui dam ta maison pme de pHonvilleCeux qui aeliten.ailleurs devraient rclamer 'leRhum Nectar ea bouteille tiquete ei capsule. i I ''OIS: No 1910, Rae du M ija&in de PEiar; Xo III et ">60 Rue Boone foi. iNo 028, Rae Courte, ancienne maiso i Qv.iius St-Victor. i. i. —i S'adresser : Cabinet Hi Atfnl IM lue frou, en lace de I Inipiiin -ii • R.itionile Garage nnoual !.. Garage l't ad de la Gr ) rtee li IlueoD M'g sn de l'Elit i • v.' ii .• ionlf> Imvaui lea I lu<1 llii il' et lea plue dhcila, I "m tel nu h, Ifs. camions. le bardai de tout premier ordre, assurant la ptui complte garanti* ut rlients. Les bicyclettes Svelte Sool plui demandes qu • %  • s ks autl*ft* I1|1I'|U9 S pare* ; .VU • eint toi* lee p *0 Idca, le plue le yr -. le--' plus i laide e. p qu9l •• %  p** 1 dira d un ii .ii i'|i' ui'liibs Msot't GO ** co nce eux rai-* iln l'Agcnl Tlphone 788 l > pcdiUon en pi o 110 Rue des Csars & <4&*&*<>& ffb :\ -3 b s^ fit iV" ai LMETZMM XCCE Rue du Quai l -i Tlphone 750 j ATTENTION Je ! &f • i/'n' n? les oropr tii^e M d> m il


PAGE 1

DuacncuR PROPRITAIRE Cleoient Majlojre BgU VUU4A 18*3*3, Ho Amirloais* NUM£RO 20 CENTIMES . %  ..• mm ANNEE N* 5697 • Malin [ Quotidien riLIPBOHB jRHt PORT-AU-PRINCE ( HATI ) nuColumbu* Mmorial L %  l tel ** vtri't* • ^^iS^gJ' nommes tr-llempnt h6nr* q^> nous finissons par IPS rq''<"' comme rviili nl" ,sans irnpnon' soucier des preuves qu'elle* cn portent et sans relier r aut eHorts sculaires qu'elles oi toutes. P. PAINLEV VENDREDI 4 SEPTEMBRE 1925 y &f A la recherche de la Vrit NOJS avons plus d'un? fois •xpoa — conm* vient de le taire MCon tint Vi'ux —que les reprdsent mis ac'iHs le l'op position son' munissants tsire obstacle 4 lt rlection de VI. JBornu a la Prsidence de la Rpuou.iiic. L-S-cret de celte imf iui^sance rside surtout dan* i profonde iusincrii de meneurs opposants. — Cette insincrii rsl h ciuse exilait? pour laqtHIe aucun parti politique lie a'.st encore constitu et ne se cousliliien coi tre la candirfiture d' M Bu no. potnvu que. coinina la remxrqie Le "fn.MivH i t , l'on ne confonde paiti H bade. M. Vieux pense qu'il est trop tard pour raliser la cration d'un psrli d'opposition. Nous, nous croyons que c'est l une impossibilit qui provient de l'absence totale de tout sentiineni gnreux et patriotique th. z les meneurs de l'opposr tion. — De /tfl5 ce in>ur, ils Ont plutOt coo-iJr VI M. \) ntiguenave ou B irtio que l'intlt national qui doit planer en dpit de tout, su-dessus de* personnalit* • Celui qui est dans l'oppri* lion—co nmec'et le cas iiea principaux aenturg — pane que sou candid-1 la prM lei. s e a t ba )tu l'urne ou parce qu'il n'a pas obtenu la fonction qu'il convoitait tt incapable de se aoum.itte la di ci line d un *)arli puliuque. Puucet e n.nju raison I Urion P-.tr.oti que, api la mort du Sylvain, no pourr i. changer son organisation < n parti parce qu il subsiste Jins elle associitio'i autant d ambition* et J i ntrts uivergfius qu'il y a d'adhrents L'uni u nV;t que de sur tau*, au tond csi la lutte s ,rdt mais acb irns pour la pr f luiniuaiice. — Ce*t pourquoi es candidatures la l'rsidence qui ont surgi aussi bleu qu* celles qui surgiront ne peuvent entraner le p.ys dans un mouvement d'enthousiasme asatz large pour s'imposer a ceux sur qiu on doit compter pur rendre la rlection impossible-• L-.Noi.v. Ilisti , LeTempo, •Li Pwiste...soutieuDsnt sous les apparences trompeuses An patriotisme huilaurM qds le Gouvernement < st impopulaire alors que l'opinion publique .m eni'iiiiie et h l ii-nue Sst dj (Ouvaincue qu'un pass macul ti'orgii s admiuistraiivea rcentes... i la charge de bon nombre de prousiataues a tait disparaiUe U 11.ur dlai bouau* m 3 brle par le soleil des ra lit s dceva.itesetciueM s Certes si le parti, maintenant u pouvoir, a pu oht-tnir l'a Ih sion et l'appui des outteb 'S sociales rj'J paya , c'est oarce que IPr 1 lent actuel de la Kpubliiu-) a J-nonir son Smv ils", ralits pr*e t s et si t rme dtarminatioa d rusor toits I s i les rtiog r ale< Siiscepli!il a s de rnrppromltre l'voluiion laqo< Ile e pavs a droit en oompensaiion des sa' crif es accepts. ii rpoOSt'l n est sncie* i" *• p b e de faire olista lp ' * ler'ior, non pas uniq ement cause del conduite i'u (ouvernera nt dWashirgl n, in." prse par les termes de la (Jo venlion, non point en rai* son de la un rotative garii|i> par la Consntution, non S'-ulem c nt cause de lioou vicio'i f rme 11 nisonoee des membres du Pouvoir Lgislatif mais encore parce que' l'opposibou n'a pas 6ffi*i au or tA r o'ale.ced-intresAom ni. c< t'e largpu r de vues, c 't • ho* mognii le buts.celte < hono rabilu d'ii.t-nlion et d'action cp 'bls ddcNn hr un mou vr-in nt d'opinion asstz puissent peur pouvoir imo'essouner la tendance dea vnements prsi luitHls proch ius. Comirenl %  • p oser, en *flet. qu i p sihle il : on cevoir — quelque sojhi-rai qi i l'on puisse imaginer — I iu'r amricain d ve iu un t lii.4\ natiiM I qui %ienl v vaprrs leliig li lt'j, ittulc il le liig willui 1T. £svez-vous pourquoi. — Farce que la < i vu tic* de qualit pour chaque boulrille • liilg ai'd itng CM la ndu e que pour .Uc^t luttie u kig Millri IV tl qui le ,111 t'iUii }ist utue attire titqif. cKlag Wilflam L? L'Aani Jilielilrt 1924-1925 Aux t'-rmet d • l'-rlicln 3i de ta loi ortc-tni ; ic, le Tribunal de Cet* nation a dres u"ouvo r EiAcu tifet au Pouvoir Mg.-Uiil I' ms m >ire r )nin mt les !<>ri*>ion* f• %  -ii ci >i es rend :e osr ce II s u 1 t'sir s'gaaler •nlr Hulr- rHinari e< les n^p- cis'i'ns de la II tu'e Tour • %  ce qui a t • I i la loi .ur le 0 nseil Su iflir .I • U H .-jisiralure : i> lou'M Ini oi< n.iu lie duea ilnitullvi irSxAeolit, aucune p. il '-' n. foriM une innovat on ni H f poni en ec-dleot r iiliissnrU eoalutte, la tenue, le relvement lu ni'eiu m >ral •!• DO* ti^i-ir< que ce te m IIIJ* tio i lu ''on il S ipaneur de la M gi(ia'uia t'ne m^i-ur^ q j en ress-rre! en diannun la porte ne t'accorde donc p lai avec le in'rM>u .)rii-uri >1 la Justice • Ce p itng lui seul suflii pour dnonnar le grand iolrt de o docu i-i.l Carnet mondain Hier soir an l'E-lise du SicrS l'un de I' .i^-au, .H bndiction nup'in e a *>e donn* par le l're f.uil a A Vielle Yvonne Bour^ain fo v|r Llio Do m .njue. L iut^resaint et j u ie couple a •'l con mit ni pioi de l'autel pr M -i* Lvns lt i ir^iin mre de la m -rie aeco npa ux g-nlil'e demoit'IU ont tenu l'aumomre.: Ue'l s \ ioa Jeansi-me et 'nila Bour|-i|i.i. Nonranouva|nn|loaDOVOSUX de ourlait In >h*ar aax < I armaoa •t jeua msri Varits C soir] Par ATioor 4e, Je, tt *pi o>l*s tue G 0.50 E:ho do Qavaillon Uimancb* ao'r a l'occiim de l'anniv*>rsaire de la oaianee du R*v Pre n*|-orne, chanoine ho rorire 't cur* de Ca/'H'on. une pelilH 'rle Hvil *l O'KaO'sce dao les a'nns ta Mme Lnisasu. Vniri le programma qui a t •l :ut k celle fire!on | 1re parti* Cornp|imns da fSta par Ntr P-ul n a***, M lie* Brunie Ba ron. Anna Mous!§me. r.hsnsoo .tu P*t| Frre par ua ar iipo de HIlalMS. '"omo'im'nt *riar Melles Mau 1 Seuil et Aimmde I. nro-.il ,'re. • I e Clnire* d J la V.rgini'4 •, drame en 3 acte jou par la* d* mole'.le : 1er a:te CAei|la*>tM BAla-d M'tella— ,nne Rnuaaa Almachia Crina Jean Plavia L la Henrlques Lyvia -M*nhe H .ui-ea Gordien l'ilieCator Sl^pbana— Tli*rOntor N'gra — Ccile Simon Sraphia Kudoxi Moche Fs'her —M Mounijnae Agla — Fiignia*mon Mxxima -Lucia laroal'ir* Monnlmue "Nn, Maria, N'oussijnic. Monologue "l)!rni joue par Albert Amhrois L ''.ornall Cae Anute R. Hous*a* K Bardet E. Bury. Co-npliment par Mel.e M.Mou ajjaae. Cha I* gy nntsa par un grea pe le i llel e. A La FKMMI Ha.iriE.vNE. AUX iNJTlTCTifR, Ot U JEU.VSSt HAriENNi, Manullet de /#rns. sont oomnt mu,* %  ti et la Tir e, i Ell$s doim ti pouwir nourrir CilNtes Chacun y travailla laa la but d**oo volution paraonnall i OU cel d* a famili* C'eel Ii une lucelioo q >1 ne su fut pas t un peuple qui ch rche • voie et d ,in le sadass oui besoio d'tre dune t'em.ie spciale. Loin da nous apprendre t'ot a l'Eco'* que dan 1 la famille, le dAvoieraeut ex c uif k c*tte deroira. nVft -il pi t plu pratique de placer ce* .1 -in entit sur un mme autel. L'ide de tacrili-e la famille dveloppe l'excs n'a form et ne peut former q-ie des < ilotes; pour obvier ce mt heur, cet e id'e eu d avoir pour cjrrolaire celle de patrie. Comment lid*e de famili. qui •et pourtant la bie da celle de Pairie peut, el • faire de nous des goste ? La famille est un cerele troit. Notre tamille, c't nou. Ktie bo i pour aa fa aille, c'est l'lre pour ni. Et c'est ce qui oxp'iqu* peut-tre pourquoi no honnie* politique, 4 ptrt un petit nombr, n e so >t proc Sis*Si du pouvoir qu'ea vue de iouner plu 4a jouiHtncsa nui tour* >au e soucier des anliori don k apportera la collectivit. Celte hantise fut d un* improvo yance politiaua et sociale d** plu viierjiM II s'est a'ors rencontr reiie situation, premire vue pa radoxale, que de homme aysnt travdil au dtriment de la %  ho.pub iq je pour I* bonheur dea leur, om en ralit prpar leur ruine pre h me. Les fortunesont, en •fi'et solidaire. Si la t riune pu b'ique el pauvre, lafottune pnvA* est npp*le k demeurer improduc tiv ou h pric'i er. Si. bi. n sou veot. de m luslr es n'onl pas pi se , le opper. qui, ruisitssot, eussent fait vivra nombre d liai lien, c'est que la fortune miiona'e n'a paa parmi da la alimenter con renali'ement par da Iran a;t len 1 ot faire k la fois ee ••.vent at des hum ne au enti m-uirai fie..x. i.ti.-i cent qui prconisent celle ducation, i' aem ble que la ta i^ion soit le dictame qui contera toute les vertus. La religion est certes d'une bonne hygine pour I km, mais suflit elle k la formation du riloyen, k la taira a'immoler, s'il I* faut, gi.—, o n ne la pJa sommaire ie pourtant captivante, r< b' •• pirar au penseur de l'avenir que oouv* peut tre an jeune front, des pense sublimes et k l'arlUt* 4** freqe "gi" d un gnie. Nos eoocei ,;js bieo qu* 1rs ieu* %  sa aaaja, furtosat Us |una ttii*. n'y apportent qie in -le goii' C'est du resl* te raaoll t a'nea petite enqute k qulle roi nou sommes livr a iulerrog-snt d*s enfant d'un peu Irus le milieux sceLire-. Prasqii t l'es la. fillette ronsiirent romme ua pmsum d'apprendre de mmoira tout un long rhipitre d'hist i|r Quelle diff.!r>Qce.disent al'**, d aveo l'histoire de l'Europe. Nou avons rf.'hi, d vant cite triste constatation k un moyn pas tr<* coteux quft nous noui perm^tlo i* de aoumel're uu Dparlnm'.t da l'Instruction Publique quand % %  • D ''parlement pourra isrg.r un peu aon b idg't. Voil II y a to s le a i da nombreux |etine* gnt k laisser le classa*. Ne poirrait on pas prier les Directeurs d* • gna* 1er le meilleurs u]*:s qui. pour un modique vomme, iraient trois fois nu deux par semiin, dan les divers tablissement i ire de lectures historiques aux l es d* certaines claase, leur d -ve opper et reudre intressant* ce o nmai* r arides dont, d'ailUar, je n* conteste pas l'utilit nl I m t'l dan l'histoire du oiy., aliu qu'el a soit mieux lopri* et rela nue, tel sertit le r a d* c m loxl lisires. Ce nous esl un aoaveair encore ben agrable que celui d* lajoiequa nous pi. HWIO.IS i SI. Louis du Gonxigua quand, k car Isins jours de Ii emnne nolr pr ifesseur dt l-l'res venait nom lit* des pug-s caplivantos choisies k noire in eutioo 4'erivaias cou temporala. Ou M rjoui >it d'avsnee du binheur de l'cou'er. N i n que elle tala •oniribiiSt fos-mer de altoy*a*,*|l il ,,l u da mal'r.tqul. KO'IUII I 4a CM vneraaats, il*., nt p! mer la • I i>ea lutur aulaaaua de noa mi •are* tout en na h pe d r>t Fas d*vtM,|uHul OlMlll e,„t^V}(U fa %  *•< .1


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06516
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, September 04, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06516

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DuacncuR propritaire
Cleoient Majlojre
BgU VUU4A
18*3*3, Ho Amirloais*
NUMRO 20 CENTIMES
. .- . .
mm ANNEE N* 5697

Malin
[
Quotidien
riLIPBOHB jR- Ht
PORT-AU-PRINCE ( HATI )
nu-
Columbu* Mmorial L
l tel ** vtri't*^^iS^gJ'
nommes tr-llempnt h6nr* q^>
nous finissons par Ips rq''<"'
comme rviili nl" ,sans irnpnon'
soucier des preuves qu'elle* cn
portent et sans relier r aut
eHorts sculaires qu'elles oi
toutes. P. PAINLEV
VENDREDI 4 SEPTEMBRE 1925
y
?
A la recherche de la Vrit
_
Nojs avons plus d'un? fois
xpoa conm* vient de le
taire M- Con tint Vi'ux que
les reprdsent mis ac'iHs le l'op
position son' munissants tsire
obstacle 4 lt rlection de VI.
JBornu a la Prsidence de la R-
puou.iiic. L-S-cret de celte im-
fiui^sance rside surtout dan*
i profonde iusincrii de me-
neurs opposants. Cette insin-
crii rsl h ciuse exilait? pour
laqtHIe aucun parti politique
lie a'.st encore constitu et ne
se cousliliien coi tre la candi-
rfiture d' M Bu no. potnvu
que. coinina la remxrqie Le
"fn.MivH i t , l'on ne confonde
paiti h bade.
M. Vieux pense qu'il est trop
tard pour raliser la cration
d'un psrli d'opposition. Nous,
nous croyons que c'est l une
impossibilit qui provient de
l'absence totale de tout senti-
ineni gnreux et patriotique
th. z les meneurs de l'opposr
tion. De /tfl5 ce in>ur, ils
Ont plutOt coo-iJr VI M. \) n-
tiguenave ou B irtio que l'int-
lt national qui doit planer en
dpit de tout, su-dessus de*
personnalit*
Celui qui est dans l'oppri*
lionco nmec'et le cas iiea
principaux aenturg pane
que sou candid-1 la prM lei.
s e a t ba )tu l'urne ou parce
qu'il n'a pas obtenu la fonction
qu'il convoitait tt incapable de
se aoum.itte la di ci line d un
*)arli puliuque. Puu- cet e
n.nju raison I Urion P-.tr.oti
que, api la mort du Sylvain,
no pourr i. changer son orga-
nisation < n parti parce qu il
subsiste Jins elle associitio'i
autant d ambition* et Jintrts
uivergfius qu'il y a d'adh-
rents L'uni u nV;t que de sur
tau*, au tond c- si la lutte s ,r-
dt mais acb irns pour la pr
fluiniuaiice. Ce*t pourquoi
es candidatures la l'rsidence
qui ont surgi aussi bleu qu*
celles qui surgiront ne peuvent
entraner le p.ys dans un
mouvement d'enthousiasme as-
atz large pour s'imposer a ceux
sur qiu on doit compter pur
rendre la rlection impossible-
L-.Noi.v. Ilisti , LeTempo,
Li Pwiste...soutieuDsnt sous
les apparences trompeuses An
patriotisme huilaurM qds le
Gouvernement < st impopulaire
alors que l'opinion publique
.m eni'iiiiie et h l ii-nue Sst dj
(Ouvaincue qu'un pass macul
ti'orgii s admiuistraiivea rcen-
tes... i la charge de bon nom-
bre de prousiataues a tait dis-
paraiUe U 11.ur dlai bouau*
m3, brle par le soleil des ra
lit s dceva.itesetciueM s
Certes si le parti, maintenant
u pouvoir, a pu oht-tnir l'a Ih
sion et l'appui des outteb 'S
sociales rj'J paya , c'est oarce
que I- Pr1* lent actuel de la
Kpubliiu-) a J-nonir son
Smv ils", ralits pr*e t s et si
t rme dtarminatioa d rusor
toits I-s i les rtiograle<
Siiscepli!ilas de rnrppromltre
l'voluiion laqo< Ile e pavs a
droit en oompensaiion des sa'
crif es accepts.
ii rpoOSt'l n est sncie* i" *
p b e de faire olista lp ' *
ler'ior, non pas uniq ement
cause del conduite i'u (ou-
vernera nt d- Washirgl n, in."
prse par les termes de la
(Jo venlion, non point en rai*
son de la un rotative garii|i>
par la Consntution, non
S'-ulemcnt cause de lioou
vicio'i f rme 11 nisonoee
des membres du Pouvoir L-
gislatif mais encore parce que'
l'opposibou n'a pas 6ffi*i au o-
r tA r o'ale.ced-intresAom ni.
c< t'e largpur de vues, c 't ho*
mognii le buts.celte < hono
rabilu d'ii.t-nlion et d'action
cp 'bls d- dcNn hr un mou
vr-in nt d'opinion asstz puis-
sent peur pouvoir imo'essou-
ner la tendance dea vnements
prsi luitHls proch ius.
Comirenl p oser, en *flet.
qu i M. Vi ux, auraient d tre au
b'gre ou d'autres setilem'nt
qualifis pour de mders ma-
i.uels -. puisse t d'opposer vie
tori-'useuirut au trirmoli- de U
cl,didature de \I ms.rur Louis
Bornu dont I individualit est
indiscutible? Dms ce* con-
ditions, il est imp'>psihle il : on
cevoir quelque sojhi-rai qi i
l'on puisse imaginer I iu'r
amricain d-ve iu un t contre un acte de po'ibque tneure qui n'e-t qu ta cens
quence de I ordre cr gr e
l'xide du Gouvern^m nt de
Washington et qui constitua
la nunil. siaiion U plus vi len-
te de llicicit du rgime ta-
bli par la Convention.
Bi- n plu-, si la position go-
graphique d'il uti t les u s m s
spciaux des Etats L'm- lau li
m r des Antilles exigent que
l'ordre soit maintenu, tout
prix, dans notre pays, il eit cer-
tain que ce but ne peut tre '-
toi.it que si on nous eus ign
le respect des prescrisliuus cou
tenues dans nus lois et notre
Couslituuun. Voil, comme
dirait M. J amu 1, la m aie so-
lu..ou de la question pos-..

La maison
Jenaro HURTrVDO
4 l'honneur d'imiter ses nombreux clients et amis
vi-iler sa maison de Commet ce o ils trouveront
particulirement un m lynilique assortiment de cha-
peaux du de mer cri parisien pour hommes et fem-
mes ainsi que plusieurs autres articles de choix.
Avant d'aller ailleurs laites une petite visite chez
Jenaro Hurtado
Grand'Rue 1728
h k ntmtt d'un orientation nouvelle
de la Femme et de l'Ecole Hatiennes
dans la Formttloo du CIT3E
tts affl toujours aiir le ^hisky Hl.|
trt itij 5 *'l* il* s, nSst-re pas.
le \> lii.4\ natiiM I qui %ienlvvaprrs leliig
li lt'j, ittulc il le liig willui 1T.
svez-vous pourquoi. Farce que la
< i vu tic* de qualit pour chaque boulrille
liilg ai'd itng cm la ndu e que pour
.Uc^t luttie u kig Millri IV tl qui le
,111 t'iUii }ist utue attire titqif.
cKlag Wilflam L?
L'Aani Jilielilrt
1924-1925
Aux t'-rmet d l'-rlicln 3i de ta
loi ortc-tni ; ic, le Tribunal de Cet*
nation a dres u"ouvo r EiAcu
tifet au Pouvoir Mg.-Uiil I' ms
m >ire r )nin mt les !<>ri*>ion* f -ii
ci >i es rend :e osr ce II oal nu nombre de M9 ei les re-
niai (nus et suif<*Hlions concer-
ii l Isa lot* da J ijiic vote par
1. Contai! ! Kt .t.
.Nous p.n<> s u1 t'sir s'gaaler
nlr Hulr- rHinari e< les n^p-
cis'i'ns de la II tu'e Tour ce
qui a t I i la loi .ur le 0 nseil
Su iflir .I U H .-jisiralure :
i> lou'M Ini oi< n.iu lie duea
ilnitullvi i- rSxAeolit, aucune
p. il '-' n. foriM une innova-
t on ni h f poni en ec-dleot r
iiliissnrU eoalutte, la tenue,
le relvement lu ni'eiu m >ral !
do* ti^i-ir- < que ce te m IiIj*
tio i lu ''on il S ipaneur de la
M gi(ia'uia t'ne m^i-ur^ q j en
ress-rre! en diannun la porte
ne t'accorde donc p lai avec le
in'rM- >u .)rii-uri >1 la Justice
Ce p itng lui seul suflii pour
dnonnar le grand iolrt de o
docu i-i.l
Carnet mondain
Hier soir an l'E-lise du SicrS
l'un de I' .i^-au, .h bndiction
nup'in e a *>e donn* par le l're
f.uil a A Vielle Yvonne Bour^ain
fo v|r Llio Do m .njue.
L iut^resaint et j u ie couple a
'l con mit ni pioi de l'autel pr
M -i* Lvns lt i ir^iin mre de la
m -rie aeco npa Btinique. ;.i^ie ia marM.
u ours del crmonie ro l
gieute d> ux g-nlil'e demoit'IU
ont tenu l'aumomre.: Ue'l s \ ioa
Jeansi-me et 'nila Bour Aprs la cimo.iie religieuse et
le Ira linonnel de8 une corJia'e
r-pli n lui hwa auiinvit dan
ies < v,-nue des Uallei
Hrcd-mner.l avait au lieu en
la plus at/itta inilm'ie le mnria^e
ai il p" la oin da l'Oflider le
l'rii.l Civil Kdouard MauaMn av c
pour tmoins du MVt. le Dr Jutm Uomlnqtie et
Me Constantin Denoii ; du cot
de l'poai, MM. Lie liurnoet
Mure '>|-i|i.i.
Non- ranouva|nn|loa- do- vosux
de ourlait In >h*ar aax < I armaoa
t jeu- a msri .
Varits
C soir]
Par ATioor
4e, Je, tt *pi o>l*s
tue G 0.50
E:ho do Qavaillon
Uimancb* ao'r a l'occiim de
l'anniv*>rsaire de la oaianee du
R*v Pre n*|-orne, chanoine ho
rorire 't cur* de Ca/'H'on. une
pelilH 'rle Hvil *l O'KaO'sce dao
les a'nns ta Mme Lnisasu.
Vniri le programma qui a t
l :ut k celle fire!on |
1re parti*
Cornp|imns da fSta par Ntr
P-ul n a***, M lie* Brunie Ba
ron. Anna Mous!me.
r.hsnsoo .tu P*t| Frre par ua
ar iipo de HIlalMS.
'"omo'im'nt *riar Melles Mau 1
Seuil et Aimmde I.nro-.il ,'re.
I e Clnire* dJ la V.rgini'4 ,
drame en 3 acte jou par la* d*
mole'.le :
1er a:te CAei|la*>tM BAla-d
M'tella,nne Rnuaaa
Almachia Crina Jean
Plavia L la Henrlques
Lyvia -M*nhe H .ui-ea
Gordien l'ilieCator
Sl^pbana Tli*r- Ontor
N'gra Ccile Simon
Sraphia Kudoxi Moche
Fs'her M Mounijnae
Agla Fiignia*mon
Mxxima -Lucia laroal'ir*
Monnlmue "N d'rc par MtlU F.mtbe te M)U
signac
t-m ade de la pi*.-* Cdlia "
te Biohitnmc Mi*r^ Hielna^ia
cnm que psr Mettes U -rlli* David
ri Porciana Merci*r.
3 me acte de la pice Ccilii *'
-'-me partie
Mme "ratichon et a bo-m*. pl"
comique par Mme l'ruli^h n, Mal
le Anne K lu.seiu, Sut >n, Maria,
N'oussijnic.
Monologue "l)!rni par Melle Aura Lamarre.
\A Cuchet Rougi ", piiVa ci
mi|n" en dut act* j ).i par lai
d*moisellea :
1er acte Mme d "h .'eaurenard
A. Rousseau
Rosalie ( domestique )
Mme Moussignac
M ne Dubois T. t'atar
Vme t'eiroDO'ka F. lt. che
Mme L*gn* R. lirrelh
Mroe Plura L* Petit Maltd* ", 'Ulngue ai
Docteur Jotrlta Rouiaeaa
i a mr* K tuli Roche
La peiii Kouviar Itoin'ta i
tjia acte du Ca bel rouga
3 -me partie
La uiinire piAce comique
| Am^roise \. Mouesignic
B. Baron lliatle
I Desid N. VVrdier.
Andre La'oaliiar*.
Le Billet Loterie piea
eo*oiqu<> joue par
Albert Amhrois L ''.ornall
Cae Anute R. Hous*a*
K Bardet E. Bury.
Co-npliment par Mel.e M.Mou
ajjaae.
Cha I* gy nntsa par un grea
pe
le i llel e.
A La Fkmmi Ha.iriE.vNE.
AUX iNJTlTCTifR, Ot U JEU.VSSt HAriENNi,
Manullet de /#rns. sont oomnt mu,* ! ti et la Tir e,
i Ell$s doimti pouwir nourrir Cil- 1 UTHSR.
( Voir 1* NuaUra 4'biar ,
Kaoriee Etienne fils
larchaodises rlranaises
JFofi m Prtn-s*,
'ha aux pj|le fioe
orsallno cfjEZ
HtHalloai (il*
Dura tcon gor|e, nos cole
tend'Qt le Ira d** *avsnt( ou d*
g->Ntes Chacun y travailla laa
la but d**oo volution paraonnall i
OU cel d* a famili* C'eel Ii
une lucelioo q >1 ne su fut pas t
un peuple qui ch rche voie et
d ,in le sadass oui besoio d'tre
dune t'em.ie spciale. Loin da
nous apprendre t'ot a l'Eco'* que
dan1 la famille, le dAvoieraeut ex
c uif k c*tte deroira. nVft -il pi
t plu pratique de placer ce*
.1 -in entit sur un mme autel.
L'ide de tacrili-e la famille d-
veloppe l'excs n'a form et ne
peut former q-ie des < ilotes; pour
obvier ce mt heur, cet e id'e eu
d avoir pour cjrrolaire celle de
patrie.
Comment lid*e de famili. qui
et pourtant la bie da celle de
Pairie peut, el faire de nous des
goste ? La famille est un cerele
troit. Notre tamille, c't nou.
Ktie bo i pour aa fa aille, c'est
l'lre pour ni. Et c'est ce qui
oxp'iqu* peut-tre pourquoi no
honnie* politique, 4 ptrt un
petit nombr, n e so >t proc
Sis*Si du pouvoir qu'ea vue de
iouner plu 4a jouiHtncsa nui
tour* >au e soucier des anliori
don k apportera la collectivit.
Celte hantise fut d un* improvo
yance politiaua et sociale d** plu
viierjiM II s'est a'ors rencontr
reiie situation, premire vue pa
radoxale, que de homme aysnt
travdil au dtriment de la ho.-
pub iq je pour I* bonheur dea leur,
om en ralit prpar leur ruine
pre h me. Les fortune- sont, en
fi'et solidaire. Si la t riune pu
b'ique el pauvre, lafottune pnvA*
est npp*le k demeurer improduc
tiv ou h pric'i er. Si. bi. n sou
veot. de m luslr es n'onl pas pi
se , le opper. qui, ruisitssot,
eussent fait vivra nombre d liai
lien, c'est que la fortune miio-
na'e n'a paa parmi da la alimen-
ter con renali'ement par da Iran
a;t Je ainsi.terai nia sur l'luca
tio > len 1 ot faire k la fois ee
.vent at des hum ne au enti
m-ui- rai fie..x. i.ti.-i cent qui
prconisent celle ducation, i' aem
ble que la ta i^ion soit le dictame
qui contera toute les vertus. La
religion est certes d'une bonne
hygine pour I km, mais suflit elle
k la formation du riloyen, k la
taira a'immoler, s'il I* faut, g riiusement ou obscurment aui
ThermopyU quelles qu'elle*
auient.
On non dira Mut tre que l'E*
eole n'a pat dilli L a lit lie vu que
1 tude de l'hialoira oationale y
est vigourtu'ement p"u-se Nou-
terni,, rnnarq.ier.au passent, qu il
y n qu Ique n |. un. Iiho 'rus Ignoraient le* noms
des londaleui de leur iudpen-
dem-e. C'Sa une erreur de la pit
rie nos Jucaleurs de crore que
dvelopper l'luda de I histoire
d tlmii avec intensit snlTit k f..r
aar de patriote-. D'ailleurs de
auePe iri-te leon ce cours ont
i fait, l*a manuels 1 u-age les
lv-e soot rJig's pour la p u ni
comme dea al le m m >i., o n ne
la pJa sommaire ie
pourtant captivante, r< b'
pirar au penseur de l'avenir que
oouv* peut tre an jeune front,
des pense sublimes et k l'arlUt*
4** freqe "gi" d un gnie.
Nos eoocei ,;js bieo qu* 1rs ieu*
sa aaaja, furtosat Us |una ttii*.
n'y apportent qie in -le goii' .
C'est du resl* te raaoll t a'nea
petite enqute k qulle roi
nou sommes livr a iulerrog-snt
d*s enfant d'un peu Irus le mi-
lieux sceLire-. Prasqii t l'es la.
fillette ronsiirent romme ua
pmsum d'apprendre de mmoira
tout un long rhipitre d'hist i|r
Quelle diff.!r>Qce.disent al'**, d a-
veo l'histoire de l'Europe. Nou
avons rf.'hi, d vant cite triste
constatation k un moyn pas tr<*
coteux quft nous noui perm^tlo i*
de aoumel're uu Dparlnm'.t da
l'Instruction Publique quand
D''parlement pourra isrg.r un peu
aon b idg't. Voil II y a to s le
a i da nombreux |etine* gnt k
laisser le classa*. Ne poirrait on
pas prier les Directeurs d* gna*
1er le meilleurs u]*:s qui. pour
un modique vomme, iraient trois
fois nu deux par semiin, dan
les divers tablissement i ire de
lectures historiques aux l es d*
certaines claase, leur d -ve opper
et reudre intressant* ce o nmai*
r arides dont, d'ailUar, je n*
conteste pas l'utilit n vu* mnmonique Prentut con.
ci*a:e de leur Ikche, i s y t ouvo
ro it lu gol et mrtirint u i peu
de leur cotur h (air* ai.ner Ii glo-
rieuse histoire de la nalno au ci.
toyen d* demain.
Ces jaunes gna tout en faisant
une bonne action seront heureux
t l*N de gagner de quoi ne pat
dpen Ire le leurs parents pour
le menus ptsssks Celle occupa
lioa leur vra nc.ore proBtable en
c* qu'ell* leur apprend m 1 p ihh,
k s'exprim-ravec aistnce, nvllre
un peu de plomb ,o
trop souvent ineonoilants. qui
a tale dan noir* lilt-'ratur* .on
le nporaine, dans toute mitVa.
Faire trouver du plai-ir al >l I m
t'l dan l'histoire du oiy., aliu
qu'el a soit mieux lopri* et rela
nue, tel sertit le r a d* c m loxl
lisires. Ce nous esl un aoaveair
encore ben agrable que celui d*
lajoiequa nous pi.hwio.is i SI.
Louis du Gonxigua quand, k car
Isins jours de Ii emnne nolr
pr ifesseur dt l-l'res venait nom
lit* des pug-s caplivantos choisies
k noire in eutioo 4'erivaias cou
temporala. Ou m rjoui >it d'a-
vsnee du binheur de l'cou'er.
N belle pages pour pa-boner la
jeunesse, pages qui. pre, svoir
pvl k bon imagination, parlaroal
plus tard k sou inl ligence el
in C'Pur, na propulseur* da l mie
bonne po'iliqua. L'en 'igui-meoi
de l'histoire devrait tre d mn
dan* ce* conditions, .inon la rsul
lit cherr.h en par'ie, pir son lu
da ob'.^tloire. est pr.iire
Oi'UMtiraSjf.in I Mil re l'fflalti
juq i'a n dtails la | i -ni
pair*, aoastitos oadvr* d* savant
Ire* utile, empresois nous de i s
dire, car I hi.toire du | elle
de a m luildsluio' <-
nationale dtn la cuita de kge;
aile nous fait pntrer l*a bo i.
I le ebos s. explique les i vna
menli. laa fut pre-.nr lana aatj
bris ni in.-i/'rt, m.i ce- vn*
menl Mil t r s eou enl plu* k
n il h M ta qu'k n lire g i r ; a n>i
n que elle tala oniribiiSt
fos-mer de altoy*a*,*|l il ,,l u da
mal'r.tqul. ko'Iuii i 4a
CM vneraaats, il*., nt p! mer la
I i>ea lutur au- laaaua de noa mi
are* tout en na h pe d r>t Fas
d*vtM,|uHul OlMlll e,t^V}(U
fa
*<
.1


bS *AW
'
Pagol
nergique antiseptique urinaire
Agit Wftt radicahme.it
Supprime les douleur
de la miction
faite toate comptitution +-
ta tt.'-1\ MfB7Ht!5M S
rtjtmm ua kM e>a ois
artoairc aH'ia-aat eosip'.ata-
nant -il IUllanl sas*
la WHltlM . ." BaBlleS*
Il Cttl('.tt I HlntMWi SUIS.
u teoimni aa s-aoboi,
fi! t'objci Ton* omn.u-
oief.-.n rAca*eme (M
an-aeciae dr* Paru du pro-
fosojr Las-ua'Jo, oi prM910*l il' U .Ti'.rlD. aa-
tieo profeaiegs da E-.aa
(X diMcitic nav.ic.
f.'ou avoas an l'ri- -
al- df.udlar la PAGEOL
a .le* rtauiVfU toujours
auvl.ot.to. at p-r
dtote."qu* oous itom
> noua parmattcnt d o
tfOr-r itfBcac.M obajrljf
al oou.uclt
La Maison Kawas Hermanos
e$t certainement la mieux pourvue.
Comblant aou nclie aaaoriiweQi elle reuire aujouru'iiui dans Ml magasins
:t articles aiiivauta reus par les dernier* blteaui :
^jSu1"^ ,-mm"'- SaUriS"""*~
Drin m ijiaptaiu o. p.l.. .tar l.u'ie up. pour
tue visiie
Chez Kawas Hermanos s'impose
VAMiANlNZ
Avarie.Maladie* a5o l*Ftiu
RUCOVAL
^fi.'. roi Cliqua 'al: a i
malais i Je de ta ,-sj.
A Cavailloo
Lh noi. -. * ci > | n Vfi m
de la mise ro b it d* V r hao.il
Lamane doi I i o .- BODeocii d la
dettolun dam a iio-ou d. cttle
ville.
Non* 'e p,:on* de lu u W
l'eipi ion de toute i.u rc svia
palhie.
rciproques r-t lui peignissent les
H nlliar.i-cs du pauvre peuple cor-
I merci aut sortir mme du
|mi| tranger avic dn. accents
ino os su1 linics peut re qu'en
tua M>clielit i ap toyatit MIT les
o ffrHnree du peuple de France
o (un M yen Ag a mais doo moine
rat el, cela, afin d'tablir
tre i lite a laquij'e il appariien-
d>a demain il la maise, un li u
I lyii.i lliie lequel a trop souvent
n toqu a maints hommes d'Etal;
o. mi tires qui lui ditent quelle
ii.up.clive glonein pour une
dCi ration d hon.mis que celle de
contribuer, rbacun di ns ta sphre,
a rf/nn r une ni.tioi ; det> m>lires
nfiu qui lui listent comprendra
que n par s vices, il faillissait
li 11 ine, les bomme de la m>lme
race, mai* moins forlunt eu point
de vue poliique poinr-im: le
monder du diigt comme tant de
ceux qui, avant eu Ici moyens de
iatutr du nant, I y a p'orge plus
avant, ht un tel enseignement
dviait tre donn ausii la fera
me hatienne teujuui, avons nous
dit, en contact avec lame de l'en-
tant. U a'ois corallien dans 1rs
foyers,! yaur. pour les vhi ses concernant la
punie. Combien les so' lmiices
nnlnnales liraient plus gnrale-
ment ressenties et quel effoit intel
l>g< nt natrait spoulanment pour
crer une discipline commune la-
qielle ni 'g*rail ces ttoulTraiices.
On ne vumit plu kl i< u mes en
voyei lu r u.aii la cuie de la
choM publique dilfrant ainsi des
gauloises qui allai liaient liurch*
veli.re aux chars de cun Lai pour
Lcoura;ir ieun guermr* i la
vr.loi e n; et les enfaoli, ayant
vcu ait si dans un foyer ou existe
le (ulte national, plus l.nd, quand
i un litn quelionque \<" deniu.es
de la Natiou In r seraient confie.
| apporteraient uo soin tout tilial.
P. DESTCil i.lil-S
{ La Tin 4 [) mtiin }
Nouvelles Etrangres J******
^^ *^ *J Hier soir I'huIj uarum
PAR CABLE
Nouveau Prfet Jacin !
Par finie de la dmission li
M. BarnaTe Cralt corn ni-< P
| t des A'roulis emenlB de la--
ml t de S 'i ou. c'est Mon-
sieur Edouar i RotW'SU que 11
coutrii.ee du Prsident de la
|t |n.t i ,ue v.iiit de dsigner
poi.r OCi p*r Cis ifutortant-s
(cnct'ot.B.
i n siluaut ! dpri de: \I
- I la conduite a t Kl-
iooti l i ropreit.te de la i lui
CO r. i (h n, nous MKlhai'
i i aa rou' an
t t rlai I* en mpli a ta ..-i i
d n Ifti he dlicate-
A l.i Rdcl li S Rlions
I'abii Apr^> ave ir lait une m
qute upis de non br as-s li
lgstions Genve, le Petit fa-i
sien conclut que la situation de la
France reste prpondrante a la
Socit d-s Natiooa. Si l'uwi
d- Iflzl est* leommencer, ! ul
reconnaissent que la France n'en
est i n'iement responsable ; au
crntraireils reoJeni homi ge a
>a clairvoyame, a fa boune volon
t il sou esprit de conciliation
et de sacnfi'-e pour sauver no'ara
ment le priicip- de l'arbitrage
< bligalmre dans tous les cas sans
aucune exception.
lu sujet tin P;ic'e tlr l-
rutila l'accord e*\ oiim-
plt't eolN les reptiviOa
l.mlS de Fi'j'iic -, de Tin
()l i i r' el de la B Ini-
que
CK.VfVK L'n accord comp'et
sur tous les tait I- pru ci mu du
pecte de scuril a t mnclu hier
au cours des conversatous entre
MM. U iand, ( liirai rlai .1 \ n
derveide qui sont A Genve pour
la ruon du conseil le la S t |.
des iNaliouM < ette di leralii n a
t faite ce soir et M Van lerv. I i.
I ajout qu il ne resl-il plus qu'
rg er quelqi ei dtails.
Qn lijuch il';i uU an sujid
de la ili>|i miii n du suus
marin italitffl
BUME U dcouv. rie par des
Hvialeurs d'une gramle l.l< he d h il
le et de raph'e ^ur m r entre Bjra
usa cl le cap ll.is. m i n Mie
pi df. l'endroit o le sous m rin
MbattiairQ Vmi.ro a l apprii
pour la deriiiie lois a ' prnqi u
li ul e'pi'ir de r lromr vivant l-
o page mou-.
T ui> t I en lie k p- ur
ti ivei I fonf rri-r n a 1-s, < u
a CKiis e m-na'u're- Duvn>i
tur l'S ii*. es de la Sicile la a*Bal
i e deri i re. Ll o la ta- he a ta
t perue la iier a prs de I ,V 0 m
ires de prolondeur de sorte qu il
si m possible de draguer encd
radit.
LVfpiii dmocraliq'i*
d'il| Il usa XII
MADRID- Le roi .\iphonse Xltl
vient d> donner une n< uv# Ile pi n
e de son esprit dmocratique m
a-si-'a- t i <>> r- n ooi du n aria
pe d> diux i'e m sujet- un brique
lier et une p>\ai ne. K on p'g:i
do l.ic ila Miranla et d'autre no
tibles le s -lui la roi regtg'.ait
a auto n liile I pi'ai d-t I if o
ri-*! an nirl'oua^ de \|*lril lor
b-ait 11 twm4' pir un I9)IUB ra
pis. 'eni lut recinun im n-tia
lan-nt p>r les invits dj il r
tain v iiitiirant ic'erio-n jre la l.
pi ir livrar cn-sni 11 ni. vins
Aloh ae X'H la -cun hnt le s n
au'O'Oib le lisl-ta oour qu^ les r
il ii'anca^ e m'i-niant. Kt la soi
var*in si joi;n*nt a eui sasait
aup-iW d^j j mi is oiaeis ve lea
Jiels il a'entntmt pend* it plus
uni heure.
4n laroc
MKLr.L\-Ln lip hasrert
du fr >nt frmiU an'ioncent q>ie
las c tint >as ad mir crul Petatn
continue it l*ur av*oc< dns les
r-gi toi 1- T i\ et Vlsnum Us rif
fains lisi)U'.v)i ''van.'e ave dis
tm'iiiM nnmbreii i| ! leur oTes an our< I* coni
Sala rcents s'l enl k HOO h >m
mes.
Il; ns l'aviation
WvSIIIVnMN ). i-na'e
que le Sh'Qtu toah a l com
pllerant iltruit a 8 milles ai
n >ri la 'ai lall ( Ohii : -l q ie 2
hiraniasonl l lia-*-* C- lu 'I -t
t mille- ni noi 1 le B lie Valay
( O'i'e ). i ) mi es nu su i Ufi
de Camoiidata pr^ dl 'Vilu abus
Une toirm^ile -le vent cau->i U
c-lat'Oi.li- Un d t qu'm partie
de l'aronef a a'Ierri dans u -
ch-im- de l.l'1 4 milles et demi
i'li sud de la vi.li, l'autre pirlie a
Ht inaprarte dsn* la dire.-t ou
li t. IJ ie vi liante leatpila fii-ait
rago dns cet'e rgi'Q hier -oti.
Dix pnsazers Mil t tu, ls
g rvivanls s so t rfugie da s
u i f -rni. I y ava t kl il ciers
t h Tr.m - A r> .i t
Mariage
llir aurs midi, par le minis
tre de Mr Alphe A!pbo ise, ofll
e er de I'Kt.it eivj de la
sud, eut lieu le mariage civil we
VelteSy v n Pumnrllrer. fille adop
litre depoui ntolni Ben.u, tt
de Mr N jb M te.
I e t.'mou.s taient, du rot "'e
l'.o-x, MM. lallislne Moetassi
e- \ r S j.i t du .t du I 6 OU
se MM. Iiislbobvlli Dev.rso:) et
A t'iie Beinil
Trus i o rnmplimerti sux noe-
ve n niiis.
Hier soir l'auto partant le Ni.
JOld, pal u.le j'uue n. ili'i* .vre
maladroite du ebnuiiVur, sa beur
ta coulro un pytooe Je le Cil a e
triq ie presq i feci Ji Gi niai, la Mu Diit-> Dastou
ah.
Par iuilo d i eil i I il U ii
tara fut eudonn-gti >u s il n y
eut h :ure is< mant aucun accident
de perouue.
ia mai 11 ! [li-aeBfcjjagaaTaJaMMtal
I NOUVEAUX ALAMBICS
f.m DiSTiur.B a siennes]
' ~Zj la X* UC-Y.t,
'.^"3 W?" "h.mi, LC00LS.at
l,.**^'| 3, OEROY FILS AINl
I' P v -\k: /, mi du ' i >i \
rl I
BU'OF PRATIQUE u d awijtMr a-taux S- j
VU ESrSCtS lie MANUKi. a likl.ul <
Bauas m tarif iuusihe arM trar" '
Pari si ai ta
DIMaNTUE
Sarati lo Tdrribte
i u 7 p ites _
pour U leroiArc loi*
Entr>e:(, |.00
Dernire heure!
Nous apprenons que lotig
cea beaux tissus,cei claci '
suulietv, ces (j-ubrelld^
ces Cimi l'v-,r. g lias de
soie en eouimin tait (ine
jiott m l'ts il.nii.s ei
gsuiitt.flanneot di lagns
in P;.ul u.il..
Lames do rasoir ou
lames de scie?
Lug. LL UOSS & o
Agences Reprsenialiis
PORT-U.PRINCE
Agents gnraux d*$
sf.s>olftr Jom> Jewell MlUlng * <*
>E\V-YoitK -L
Failu llu iriju 0 0 Boni Roaga *wt.
irauklin ^re Insurance Company
NtfW-YUftS
/V->uanoe. conir t'inoaadU
VDiamond lalch Co
A'iumettaa i Sale Home
0. S, RuMer ixport torapaai
boulier Ri>il .
Chas F. |aiUag*ft Son
Poteaons nie en tous yenres
^(aiirlartures Lile Ina'ce Cj
Assurance sur la vie,
Suilltuu Frres C.u
Vins & Chu m pagne borde-aux
1 l>. Ile)mar
COPEaNUAGliF
.ti'urrs aaols, fro.uuyo o. i.uuaeiv}s atimentalrat
\\. S. latlteffs U' Son
lai ae |aunes et noirs.
aaa Rai io taie
Mua lit val
Ciyaiettes Ubanteclcio
t iivule ds deara?i
Cumiiwa an eslereacepa un Wiaa
4a raaou oucSa. On dutix un Uni
laacia. KllaanaabaUpMU. R*paa>
ata-U m ma lai landaa aco fil al as
ancKt. Aaa la Valat A-.ioSuap.
aaaelr da afini4 iapaaaagaanloia
Uqua. la ntasa lama aan paaSaai
m Moainra. QaiqiMa aaaanlaa a
ikhii looa la axdna ai la laaa
sans saiSslMSSsni aSUaa at aaaa k
Ufiisoii^^
Xi
t\
Dents Blanches
Bouche Saine
L'I.ygiene do la bouche demande te de-
tructtofl de millions de microbes dange-
reux qui y pullulent L'emploi rgulier de 1a
pte Kolynos les limine absolument
La Pte Dentifrice Kolynoa nettoie SjsJ
(aitement les dents qui conservent, grce
elle, leur blancheur de pertes et assure
r.-ir.tijeptie r.bsolue de la bouche et de le
gorge. La pte Kolynos est pure, coacea
trie, conomique. On tube suffit cent
nettoyages. Exiger le tube jaune dans
la boite {aune.
Pte D ntifHce
KeCfHOS .
A. de Matteis el Ou Agents


Lt MA*!*

Cusisiai. m un iiporiant immeuble cl 422 Lots en espces. Sous les aispic:s ds la Miisii
F. M. Alliri Cap. Hatien.
Vue ?oier:e est curme iont le pri>cfai l -t cnn8fe en l'immeuble que reprsente la gravur* d'auiri ?> P\
f> tiroije aura luu d< que (en Hlht auront t vend s.
Ctt ( fiip, ri* const ueiion modem ol/re tout le con/'rt dis b'e et tt, m couhstp, un des pltss bji^x
wrtcmen s de V- tille *v Cap J ni p .
Htus a l'angle des rues du Gouvernement et des Religieuses
obaiisse. ont une tpaiscour de 1b pouces, ceux de l'eiage 16 1
*' -"'?ni, fc U HZ de cbilU>>ii', lin lai/e lui .Il ois Chambres un aiptimiiuuri vitku uo iuniui>,i-jiig wniiH, lauumi uwuiugn.aiowgi, 41 jr une len
chambres et des ap nilenc. > l'usage* de eu ne. salle de > lu. cabinet, t'alsarca.
aVesralltr, ti> >\ m-1 n ei itiuiii.iUc tMiali iiui >u us> U';.ij.jou, l t. Ituues u bol le cline du pays ; les parquets en peU s bloc* de bois de dill reut*a essences qui forment
*>*Liant* u pib|mh 11.1.
1 i'uiuf ubl si i.ctu(i.t iu. ut oc- u|itjr par la Complu1 h' Fmnasedis (bis tel yr phiques qui le loue raison d 130 dalla t par mois et suivant bail q i| prtalra lia le 30 Ma itfio
VM jHbce U'n,uianct touwc taillai] tl toutre l'n.ctndi-.
* ubi/?e a 6tu En tus de Cmuni*Lie qui r p tnv te le lot p ineipal il y a 499 lots en espces d'une vuleur d'ensemble
tic l'a 7,4CO( 'ilmill- quatre cents dollars ) ainsi rpartis:
i lot de P. 1,(00.1 /' dp 500. \0 tu is dp Ion. to .ot* < 5, ta lof* de 3 lot* de 2 >, 37 Ml da I f
tes bailli* srum vendus soi. le contrle de la lai- d F. I. \llie i du t-dj'-Hailicii et le tirage de U loterie aura lieu galement sous sou contrle et |fc
l'assistance d'un cuti il loiu. des personnes dont les noms suivent :
Mgr. J. t. olcan. p, iclor Daiibeuf, Charles Zam >r, J. M Macias
i< est construit entirement en roche et briques et oouvi'rt ao tile ondules L** murs. aU ras
oueen L'un* de fa-cl> :i 72 pieds de loajueir, l'autre 63 pieds. Dans une vaste cour Infrent*
dss dpendances serran', de i-uNino, sauta de bain, cabiuets d aisssncss.A 1 tage, U y a uns terrasse
ii c.-ibinM. it':tlaaro<'s
i
r. J. 1 olcau; |,
J. Sancbez Warlioez.
veille chez: E, ftobelin. Hlel de France -- Georges tuilier
Auoc Grands Magasine de ttumiiu-
res Gnrales pour la Cordont.ene
Joanny tOlioASCO
INo il, Mue de rima* t ma. t i noms Jasa, ou) NodUL
PuR'l aLU.I.VIiHAgi >_______
souplesse, .^tv Qualit
Elgcnee l^ft-Tjtk ^a\ndii
binasse JS&:MPL? Solidil
La machine coudre VEbTA M tout simplement une
HbhMLlLLfc. par coiite<4Utbi. ne beaucoup aupeiuure louie
*i>l aasique Uija itiipoMt't m iloili. ,
V.uaUbCo.u*ltn,ttiM.>ne A viiiter notre Dpsrtem|t oe
JW< binik a couuit a u.ain ti a lieds pour : LotitmHts. Iail-
utM et ConncMuaRs, ttndutb uitx Utrs uu ^^.j"
sn'on a tiuUc ta atnlei.it-, jwqu'a Ibinve de li VbalA
4,ui reaieia A^hl\ALL. iutiblts picesdertchanHe eu
stock, y compila la Flaque a iiiou.r l liiX brtLIALA I"Ut Laie LUJdMhAMs.
fSB'

r-'T^-B
Si \(\\% vou'e/ U'tre AS If !*>? le toui
ii T.-) de sans p iikii-,
Ajez dans votre Auto des Pueux et
1 habre i air.
ArmstroDg
THE ARMSTRONG RUBBER
COMrANY 1\C-
E.M. Snv h Company
Incorporuledf
gen ore(a<<'/ pour liai i
' THENEW


WEMSmUP
WABI.PEN
A -^ pointe eilata^ast k dlrp n>i boo,
te New Eterehsrp est -rimef iiie wr
f-ctioa que nous pou von dire hardi
n < ut qu'il oe peut s'obtliuer et que 1a
mine as peut ni g'ister.ni vacller ai bou
g Et ceci n' ,, Irait qui donae.it a Kvershaxp sa
i ouvelle renomme non nouveau nom
de Ne* Perlected Everfliarp.
Le No Petfecled d Kvei.harp', est
liaranti contre tout dfaut de foncliou
neuent quelle qu'en oit la cause
Tasl veode./r ilatverbarp vous rem
(.lacera km auruo Inn uit od in partit de
Mjlf p uuc l,ui uc wii) Jniiira/fiil )J>
rll.l'K UllMKllUII.
A via
wiprrnparUfsBiorl.ilfi' , U Richcumube s su
vTteMfs inpo.tMSiout b srivitri o
I Sruliera... So> lir... bonlitra bns a Semelks ken enir, en
caoutchouc: Ctipt-btle.
I Le r'" Ht-nH Stock d.s meilleurs Ta'on en caouiel.cuc
GOODYEAR. ,_ ., ,
Non prix oui doux, dans vos i.tris propres- Lne .visite
^impose.
Le BurPMi de la Tolice porle
la frri> i'farrp rNa coi du
t i r et rira prointaire de ve
h'^u1 s qu^ le Hioit de I lu.
fUMfH "rrorr A tOU' 1.8
vh" u'es 'ircn'ar t itan n'in
fort- i n> l'e diffdion toii dan.*
(f nd'Rne M il daiih I liut
Pav/e tu lHiis HtMouthe.
Kn crrs^onttce tout vhi-
cule coiirsni !.. Grtnd Hu soil
de i Ftt l'un M ru de i "Ouest
a'Et 'tvr. Murft. r l'emoi-
fPi rr o I tf 'loi.v.K iiin Ual
tttdre U mnent passer, il eu tera de mme pur
la Rue Fave en coupant cel e-
ci so.t du NnrJ au Su t ou vice
Versa.
Aux encoignures o il >t
trouve uu gendarme rgleme
tant la circulatiou olni-.-i a-.
cordera le droit de PMbsViMCC
(.( i.luniiem.Ll l'article l'J
de.> I /leiuenl* sur U rircu
non le mot < AHKrEZ > *
inscrit aur le betouua^e Si)
laeda de cetUinea encoignure*
dans le oui de renouveler aux
intresss ce qui tau l'objet des
deux premire par^Kraobes.
M ItaiLVEtvrtlOiU'
tiool' ij i4 FjIioj-
MAxarxi. & moiir
l'.l Hue du ( iMrr
roar.Ai.raiMi.iuiii

-..-
THE WAHL COMPANY. NEW YORK. N. Y.. U. . A.
contre
CONSTIPATION
prenez le
COMPRIMS
SUISSES
de DELOHT, Pharmacien,
UB. Kn Btlmt-Amtol
J-Aiiia
C'EST IE MEILLEUR
DES PUROATIFS
Eurefia
u
Plus da tien li.
Plas de livres
ehea, avec les s va
qu'offre L'aitiil Inae
PORT-AO-PHINCO
AiM.nTRUa hmnLIMT'
rtainMU 4u Ju.Un VlAh'i

tielle , AtrtfBS par rini.u4.a1-.
Ilieima I'aiuiim .
. h tfndri
In Liggy > l'iiat fie que o 1 *et |,aitiia m | eilaile condi 10a
t deu loi cnr*eui de liait.
2'adieei au buuau du jouiasl.
"TOSv^
Procure> -v us des cltaiscs l dodtn^s. Ml n Wr
glaces, tableaux, lampes, lavabos, carpettes et
.en cuivre et en bronze
descente d^ Mis.

Chez
<
r*
I
- r-
120, Uue ROUX, 120
*

. .



bS lurv
Pagol
nergique antiseptique urinair
Agit O et radicalement 'jgf
Supprime les douleur* 1)^_
de la miction "J**
vite tcate comptituttun ~~
U li\V>\ Boatlionaa. rt
e)u i U-.4-. 'i oiat
artnairc:. qa'fl ra*ao waaUta-
oaat -tu! ta ju>jul:.t Ml
tu kcr'jii qui i"k>S'n*
Cl CMteli.ll I t ValUlCWOO HN
U tfcUUlt da PAOtOt
l!l roo.'rt iTiim eooiniu-
Otoatl u I 1'ArademM 0*
audeoa*. de "Parla du pro.
prtnsipl !)? la m*rlne, >
t!eo rro'caattt/ >3 Cott
<>a aiociaca navale
f.'oua avoa tu I -.va- -
itia d lucUar l Pagf.ol
at Isa rJauivt* toujours
alcri.etta. al par.
"afoV.'^ur 'nous s%or-
u noua permettent d n
titmet rtinci.u at>v:jj
Il OUli.UiW
La Maison Kawas Hermanos
e$t certainement la mieux pourvue.
Compltant sou nclie oruuieDi elle rentre aujourd'hui dans aea magaaiiis
|t* articles suivants reu* par les dernier, blteaui.: BftMa-_,
Lue visiie
Chez Kawas Hermaoos s'impose
VAMIANir.Z
Avaria,Maladlaatfa l.ftiu
] luit s;irn/i/i,ut
RUCOVAL
*ornmati* port tonqva outra Ma
J matatl.i d* m vH'j.
A Cavailloo
Lt> iioikim i.. im ii - i ue
de la mise < ii I b il du V r banni
Lan.uue doi I 10 1 IQDMcii ns la
dettotu a (ans h [ i ^oa d. cttte
ville.
Non* I* p':OB< do litu wi
l'eipn sn d* toute go re svm
patata.
rciproques ot lui peignissent les
D illiu'xc* du pauvre peuple cor-
,le S merci aii( sortir rame du
|mi| tranger avic dm accents
mo ni sunlimps peut e re qu'en
tau M chelai i ap toyii-t mr lea
so ffrinces du peuple de France
en son M..yen Ag- mais non moini
sincres el, cela, afin d'tablir
Im I lite a Isqutj'e il appanien-
d>a .1 main el la masse, un li n
d lympathie lequel a trop r >uvent
n auqi.i- h maint hommes d'Etal;
6 uji tires qui lui disent quelle
prsp. etive gloriein pour une
gnration d bon.rot a que celle de
oiiribiicr, rbacun di ns rt sphre,
rej: m. lires
entii. qui lui GskiiI coroi ren'lr
que i pur vices il Ih illissait a
la peine, le homme de la mVme
race, mai moina forluor bu point
de vte poli ique pouir.n n le
monder du dtigt comme tant de
ceux qui, ayant eu les moyens de
latutr du t.esnl,l j a p'orge plu
avant. Kt un tel enseignement
devrait tre dont austi A la fem
me hatienne toujours, avons noua
dit, tant. U axji combien dans les
foyers,! yaiir.uleii plus de tespect
pour les choses concernant la
paiiie. Combien lea o> ffranres
nationales seraient plus gnrale-
ment ressenties et quel ell-ut intel
lignit nnllr.iit spontanment pour
cietr une d-ciplme commune la-
qt elle ah- 'grait ces *oUfrat On ne vuntit plu lis Un ne en
vc.jei lu r abri a In cuie de la
i lu," ptblique dilferarii ainsi des
gauloise qui allai liauul U ur ch
ve.i.ii aux chars de (un I al pour
tLrouia^ir Icuia guerrurr. X la
vi'.loi.e n; et les enlsnls, ayant
vcu aii ai dans un foyer ou existe
le tulle national, plus tard, quand
un llln quitlionque 1rs destitues
de la Nation lei r seraient confie.
J apporteraient un soin tout hlial.
F. DESTOUCHES
', Lit Fin 4 b in-tiD ;
IVouvelles Elranqres Accident
U Hier soir l'aota uarictni
PAR CABLE
Nouveau PrM Jacm !
Par sin'e de la dmission '
M. Harnave Cralt comm-< P.
t t I A'roulis emeni de la--
m I t de S ! ou. c'est Mon
iieur Edouar t Rotis<>au QIM 11
cou^i.ce 'in Prsident de !.i
K pul i ,ue v.'iii de dsigner
pour occ per oaa imr.ortant-'s
woetoiu
l-.n siluaut la djplii do \I
i la conluilc' a i >u-
joQti i l mprtiBta le la plui
|l i r lii n, nous Muhai'
Ion i IU< c au rouviau
i i dai s r cm noplisn mai t
d sa lit he dlicate-
la ^citfi d| laliona
Paris Apr''* avir lait une en
qule lgations Genve, le Hetit Pa-i
mcii conclut que la silualioo dt la
France re>te prpondrante la
Socit ds Naliooa. Si lirime
d- 1924 est t i commencer, t. i.s
reconnaisent que la rranceo'en
est i nlle-ment resion-able ; au
crntrsire ils rendent hotn'i ge
a clairvoyance, sa bonne volon
t et son esprit de coiicinain.it
et de sacrill.e pour sauver no'am
ment le prii.cip- de l'arbilrage
t bligatnire dans tou les cas sans
aucune exception.
lu sujet du P;tc'e V St{
rui'it l'accord e>l cutn-
plct rolra lea repifen*
tanll de Franc*, de l'an
tjl. ifM-e el de la B Ini-
que
CK.VF.VK L'n secord comp'et
sur ions les joii la prineioaos du
pecle de scurit a l conclu hier
su cours des coiiver MM. U iand, (hamurlaio .1 V n
derveide qui sont Genve pour
la rii'on du conteil .te la S cil
des Nalioua i elle d( larali. n a
t laite ce soir et M.Vaoderveldfl
e ajout qu il ne Netail plus qu'
rrg er quelques dtails.
Qu Iijih'h il';lrttls au mi| I
le la dip:irili n du suus
marin italiao
RUME La drouv. rie psr des
aviateurs d'une grande l.t.-he d h .i
le et de raph'e mr m rentre Bjra
use et le cap lias*, ro en Beila
prs de l'endroit o le sous m ri n
N ba-liaco Veni.ro a l aperfid
pour la deriii>sie lois a o' (.;.
i. ul espoir de r liomer vivant l
d page de 'iO i-flici. r el h. nmi-.
T( uli i >i ml et- he m p. ur
n ivei : 11 sou mur n a -i *, m
i. r m s r nv nu>u>re nava ( s
mr hs ( Aes de la f>letti> la s. mw
ledeniire. Li o la lr\. he a t..
e perue la n.er a prs de ISuO mo
1res de profondeur de sorte qu il
-Impossible de draguer en cil
tndroit.
L'espri dmocratiq-i
d'il|li tiM-XU
MADRID- Le roi Alphonse Xlil
vient d> donner une m uv< Ile pr- n
e de ion esprit dmocratique en
asalslai l i .> .ir-'n oni do n aria
ge d' d. m i'p ms sujet- un brique
lier et une prytat ire.4 onp'g:i
.In lie do \Iinrtla et d'autre no
tibias le s -ui e le roi reg-tg'.ait
a utoTi.ibiU le p^a. di I if o
ri-l sa norl'ouftt da Malril Ion
q t il tornbi sur ut^ noce qui cel
bait h rnariafi pr un coii^u* re
pis. li* roi lut recinu'i im n-.lia
leo'nt pr les iovlis djit oer
t*in v mliireni ir'eno-n jre la lie
pi ir livrae ni^si Alohmse X'II la^cen lant le so
an'oinb le leal tt oour qnj les r
ji ii v^r^in m joi^ntnt 4 eut s assit
h< i> '( i-i jiu ts nnaeis ave? les
Jielsil s'entr-ttint peu lut plus
une heure.
lu laroc
MKLl'.L \ -L-s lip ha rera
du fr >n' fruigti anioacent q ie
le r iloi 'es II rovchil Petam
continueit lur av^oc dos les
r*gi >n d r i\ et 'Vlsoum '.es rif
fatns tiapul^il l'aetoea ave ds
tro'iii nombreu-cs et on al"n
que leue oeres au oour !* com
hl rcents s'l ent A m
mes.
n.--ns l'aviation
WVSHIN iftJI 1o i,na'e
que le * Slno t l(.ah a l com
pltem-nt dtruit 8 Billes (
n .ri te Hal l*all ( olit i -I q ie 2
h^m-nesonl l tu^s Cs Iw > H
k t railles ai aord le R lie Va ley
( Oh'a ). ai) mi^e.s au s.i i ri
de Caml)i'l/a pr'-* .11 'V)lu ubu
Une tu irm'ite de vent c*u* U
catastrophe. On d i qu'm partie
de l'aronef a a'terri dans u >
rhirni de bl* a 4 mil'es et demi
. ud de la vile, l'autre ptrlie a
^ empor.ee dans la diredoa
15 t. IJ ie vi (Unie leapte fu-ait
rago dtns cetie rgi q hier -oii.
Dix nss-nuers nul t '-n , les
g r vivant . so t rfugias da s
u i f toi. I y ava t il -, ciers
e> h 'mm c A u .. I
Hier soir l'aulu paruni le Ni.
JOio, pu m. le a'uue u.iU'C.vre
maladroite du cbiui. ur. t.3 lienr
ta coulre un pyiooe de la Cisj S ce
triqie presq-i m rece Jt titrage
Ce diai. laKue Dioi.> Dastou
h-.
Par iuite di eat ivi Uoi li voi
ture l'ut endon n gi rai a "'.y
eut h -ure ta. mant aucun &c:iJeat
de persooue.
ujsjrr2-j
NOUVEAUX ALAMBICS
^^ un DisTlLir.H a itiTirru 1
"j i H.I Ot-Vit,
'Spr ".!, ALCOOL, aie
i^^ft- J X 0ROY FILS AID
I J":W:-"ri il?
t
OU'Of PRATIQUE laMnatMaartuvi'ot-
vtx tssrjicu ce KANUEJ. |
BRUM9 t TAtt.r (LLUSTHC a1r#ll friac*
Parisiana
DIMANCHE
Sarati Ja Terrible
m 7 p ires _
po ir h l-rni'Tf (oi*
Katrea.-i; i.oo
dernire heure!
Hous apprenons que loua
ces beaux iiaatia*ct)a cdica '
8ijuliet>, ces (J iiltitllrts.
Ces Clnnl |ly-,r. g bas de
soie en COuleura toit une
poit m ces il.niKs ei
gaiiirs,vienncol du Huit.
ain Paul mil*.
Lames de rasoir ou
lames de sue?
Mariage
Ili'r aprs midi, par le mini-
1re de Mr Alphe, Aiphoi-e, ofd
er de lEtit ctvi de U S(diou
tud, eut lieu le roarage dvil rfe
VelteSv ? a Dumorilrer. fille adop
tive dd. pi pi Dtoli a Ueii.i , i
de Mr N i b M le.
I e lBaoioi taient, du (M .'e
l.o x, MM. (allislne Montasse
e: A |*r S Jo r; dv ct da l ou
se MM. IrtflDobtfls Devtrso.T et
A rIninr R
1 cu i o compliments aux no.
ve i > oaiis.
Examinai au aiereacepa ona laa
4a laaotf aaagla. On d::.:iusiUo
aa.ia. SllaaitaaaaU paau. Rapaa-
tas-U m *os lai tandaa aon Cl al ta
ooucaui. A*w ta Valat AuieSuap,
aaaotr eo.ua, la mina lama aart paaaaat
tfaa aamalnca. Qaatqoaa aacendaa
r u paitaiMewai aaUaa at seaaa k
fcja*soir^l
M
*
q^B
Agences- Reprsenlaliiii
PORT-AU.PMNGE
Agents gnraux dej
fokar Joa^ Jewell BiUUkMf A iC
Faiiu tlu iarUu 0 0 Boal Rooga ft?4.
Iranklin pire Insurance Companj
MiW-Yuhi:
,\ B'anoe ooair t'inoau'ila
V.Diainond atcl Ce
Adumettea Sale llomai
0. 8, Robl.er xport Corapaoj
Souliers R>'t .
Citas F. latllaoett on
Poisson sals en tous ijenres
iVlainladures Lite Ina'ce Qf
\seurance sur la Tis,
Suilliou Frres C.u
Vins & Chu m pagne Bordraaa
* h. il< }in u
COFJtNllAGUF
(leurra t anols, fro.uyo e- cuoaetyai aiimentalra
\\ S. latliews U' Son
'l'ai es |aunes et noirs.
La Ralio iale
sau I il val
Cigaiettes t-oantecltio
l'.uvuia ju dar^m
asi
Dents Blanches
Bouche Saine
I/hygicne du la bouche demande U de
Btruetioa de million de microbe danje-
reux qui y pullulent. L'emploi rgulier de 1a
pte Kolynoa les limine absolument.
La Pte Dentifrice Kolynoa nettoie pat-
faitement les dents qui conservent, grice S
elle, leur blancheur de perles et assure
l'ar.'.iaeptis absolue de la bouche et de la
gorge. La pite Kolynos est pure, rnceS
trie, conomique. On tube suffit cent
nettoyage. Exiger le tube jaune
la boite leune.
Pte Dentifrice
KQOTBS
M(
^^ w
H u
A. de Matteis et (jo Agents
-' t "a| - -w -f in m a-1 ^w V


Lt MA*!*
ravi de
orrcmeti e/e lo "t il/ rt* Cap.lH i p .
kernement at des Religieuses i< est construit entirementen roche et. brique* I oouvert en f>lea ondules Lm ours, au ru
|iOut-s, ceux de j'eiage 1 6 i oucm l/une de* fafldo ft 72 pieis de loajueir, l'aut-e 6 3 pieds. Oue une vaste oour Infrent
ign l.a! iole cJiambtr-. < des dpendances serran de u '.si no, mu. de bain, cabluets d aiasancee. A 1 tage, il y a une terra se*
Ceisisiati es un .ipotlant immeuble cl 422 Lots eu ssfcn, Sous les aispices k h m
F. M. AHiri Cap-UalieD.
Tne ?oierie e*e otftP'rte tfur/ i> prirc?o' J-1 Le lirfltte aura h*u d< que feu Htl*t auront t verni* r.
Ctt orremen s de le \ille r, Cn
Mtue a l'angle des rues du Gomerin
eouaussle out une <|iois,cur de 1b |ic
t'oiiTenl, tu mx de ebauseuc. un lai_
ohjimbres et d-B o|.i ml. ne > ;i H>ay. de eu s ce salle d- > iu cabin't, il'aissro".
x-'en-alitr, us >| c u i. uuiiM.de eel ult tout u u d\.:.|Jii, i s Lueurs u bol le chne du pays ; les parquets en peti bloc de bois de MlirtrtH essences qui lorment
des a.>t n Majjt un pu* bel il* l.
i'uuieubl-.Bii,tul|liu,ut Fianalsed.s fablstl yr phiques qui le loue a raison d t50doilas par mois et suivant bail q d pr*alraiiale 3U Mai iviio
VM police d'assuiance itibVie lesinq tl outre i'uetiidi-.
U m u vie , 12,000. ( troi dollars) le billet,
En 148 de i'.m-ai-uLle qui r p se le .'6 lot p ineipal il y a 42 lotB en espce* d'une vil pur d'ensemble
m i* 7,400 ( 3>)irnill quatre cents dollars ) ainni rpartis:
t lot de P. 1,(00.1 I' fie 500. IU * is dm Ion. ta ot* ' 5<>, lu lois de 3 9a lot* de 2 s 37 i loU da t .
i.es hill.is seront vendu soi.s le runlrle d<- la lai> d F. I. \ltie.i du ^ao-Haitieii et le tirage de U loterie aura lira galement sous sou contrle et av ,.
l'assistance d'un cuii ile loiu. do personnes dont les noms suivent :
Mgr. J. i. t olcau;.p, \iclor Daubeuf, Charles Zatmr, J. M* Marias,
r> J, Sanchez Warlinez.
: tu vente chez: E, leobelin. Htel de France Georges limier


Aux Giands togasii s de haut tritu-
res Gnrales pour ta cordom.erte
Joanny tOlioASCO
*N HBk ^uedes hu.l- 1 oiib. v ILoota* |taO-0U) No V.^
PoKi ALthLN' fca*Ul*rg >_______
souplesse, ^ ^T\ Qualit
Elgmce BjgB^m lialyidii
i La nacLioe coudre VKbTA est tout siirplemtDl une
>lth\ tlLLt. par coiiJMOtLi. de btkucouf kupeiaure louw
*ti atfeique dcia impttet tu lioiii. .
\. ua eus co.u altu-tti .>iie visiter uoire Dpartin|t oe
\*.< bans a couaie a msin ti a (.ieUs pour : LotitKiHbs. laiv
UCM UUiMH'MlUvHS, LdUtbOttX tu' du t-"*0^'1,
qu'on a au eue la iLtiileut-, jwqu'a lainvee de la *WJ
qui resieia iA^MNALL. Itut. Ua i-iceade rchaj.ae eu
stock, y complu la Flaque a biou.r l HA bfttlALA rw^n
LKa LUAlMal^AMS.

Si vaut vou'e/ laifa nt Ij* le toui
ou !9<>t de sans p nin*'.
Ayez dans votre Auto des Pueux et
x habre i air.
THSNEW
riristroDj
1HEARMSTR0NG RUBBER
E9 M. Smi h Company
hicorporated*
gen ncla ifn pour liai i
KL

fflERSUAPP
WABI.PSN
A poinle Ha)e,e'tal a din ' bou,
le Naw Eerharp aal run^ii"<* vr
Iclioo que nous pouvons dire hnrdl
m mjI qu'il oe peut s'obslruer et que U
mine ne peut ni g'ieser.ni vaciller ni bou
g Et ceci l'eat qu'un drs 6 nouveaux
,. traita qui donneut a Kversharp as
i ouveile renomme aon nouveau nom
de New Perlected Gvertharp.
Le Ne* Perfecled d Eveiharp', est
garanti contre lout dfaut de fonction
ntuent quelle qu'en eit la cause
hiui vende< r 4'bvefrbarp voua rcm
placera nu aucun Iran uit u iu parlm Je
\lre f'aut nui k NM dtaiftaifil pas
ru.i'fc wlbiatliou.
ngiprrnranbUaBicKl.lUi' , U RicHL^D.tBE six
9.------ innoitffsiour la pnmirt loia
jSX&i**Z- ^l'litrs *" S'eUiiLm eu, en
<-anutrhcuc : Ctpt Si le.
ilLar"" r" "'' Stock ds meilleurs Ta'oii en caouiiUuc
* Nos prix sou'doux, dans tos ii.treis propres- Une .mte
s"ioipos.
Avis
Le Bure?u de la Tolice porte
l rrt p i'^at rp r1! coi du
t r et (\f s propritaires de v
hUt)' s qu* le Htod de f RK-
SEA>fE est r-rrorf' tou^ bs
th' jort* < u-"e dumion toii datif
la V>r nd'Bue u il dans la Hue
Pav/e (ii Hnila xstouche'.
Kn crtsomiTe tout ^thi-
cule coiifap' h Orfnd hu soit
de iFit a l'Oii'M eu de lUuest
a E t ^rx it'rbr lenioi-
pni rr o 'I *f TOUftli iliuusi
Ucdre U n.(m <*-?
{tasser; il en iera de mme pi r
a Hue r'ave en coupant cet e-
ci so.i du NorJ au Su I ou ica
ftna.
Aux encoignures o il trouve uu gendarme rgleme -
tout ia circulation olui-n -
cordera le droit de I'heseanck.
Conlorinemt-bt l'article I i
de t /leiueuts sur U <-ircu
non le mol ArUl'LZ a se"
inscrit hur le betouuage 2 pieda de cet laines encoignures
dans le but de renouveler aux
intresss ce qui tau l'objet des
deux prerniera paragraphes-
M iLaiLVBrVrtiORN
Onl jj 14 r*jlioi
MAXWELL a MOIIR
ll>13 Rut du CeSM
roar.xi-rm.-icx. axin
..-..
THF WAIIII. < < IVIP \NY, NEW YORK, N. Y-, U. S, A.
contre
la
Eurka
rCOfeSTIPATION
prenet les
COMPRIWIS
SUISSES
da DELORT, Pharmacien,
1IU. Au* fy.to^Anhjtu.
a^jajeiae
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
l'lua de vleu livi
Pies de livre
ba, avte les aa
lages qu'offre L'attMl india
tielle , dulge par l'Inl.UfakU
hutina titaiin .
|^)RT-AU-PRlN01l
Alaa.FaTHUa ri ami'Oi* *LBI/*T'jfc 1
nimHH au O- JuaUn VUh'l %*
01 w,.r* * bonnm. Phmrtn*ri. .
& Ttndri
In Li-ggy l'tiki ir que diui
i es taitiais < n i ailaite eondi os
il deux Ions S'adiatierau Hur* au du journal.
Procaiv/ -vi us des chaist's fl tlodtnos. 'il fn i^r
glaces, tableaux, lampes, lavabos, ci.rpeftes et
Chez
.en cuivre et en bronza
descente d*' Hls.
V
>

h
-
- .
120, Uue ROUX, 120
, __L -^ WSM -w va'*^r'e e-s^vaj
Z~+ -


1. *' J


it.>

Tosiiion exceptionnelle, au centre des allai **
et Ucil li pool w.\;ij.t m .inrnobile doaj* tout-s li Y
trs propri r. en'ilateurs dans les ch "' - ' dni
n>nai1p* vffit/r kl m '* de f*#Ar#*
teille* Parmi'** Vint d**ttOtpOUl, oui trouvre? le ptin^ < -: < ni-
et ronge* !>t tfrthomm* pommard miii*siMix. qn|t Airain '
Prix 1res moilir s
DEjraANCE
! i.iiTs le* I r'nu.-s. il." b douane et le toutes les Agenvs 1- biMiit letseigatll nt
la fl-|>n!tliqu" i'3'i'i el * l rpublique ; inicaine. biiamhre* cootorHablei el surtout a
nda 4rs " eionair*. f.ui X lus des nu'Ul-ur* cms de Bordeaux, par Isarr.qj-s, damaiannes, gelions et par bou
r. p iiir les q lalHi'-aMro-ir l'rtq* Vi\8 D'ITALIE* D E4I1 iGSE. Vl \ Dg ROl'RGOG* G (blanc*
lu- qrancl aeartftcaeut do L-queare, Coojune fini, wl Uctee, etc. Abalntbe Pernod,
a Iralebeeaat arrlvM1 CUJaRES de Cuba, Toron ei tlabansrb. CiGARETTES
Oi o t dtail. l'AiFrMKBJbS Carrte* p .>i-.
P. P. Pat'/.. Propiaire
P*****!**''-'-'
I /-HM-1^W
an
La maison HiSILVER 4
ttn qui n'ont pal encore m les jolis irtirler 1
finesse que vient de recevoir lit Maison SiKe:..
doiteit, dans leur inlil, n'cmpH a de n*-r J
r.etie maison, car nul part ils ne peuvent tmii' r
d'a ssi beaui fTliclei ides prix si raisonnables:
los rbctei lonl vraiment de toute beaut el de
Irinhi ur m..- i rix dfient * tilt- ro unciir
Alpaga noir euprleur
^ini l.taino poui t llaurs
Kaki b anc aop< rit f
l ki lain ni* up >r m
! i ur.icn r. n<; i yl1 cu*e; utee*
Prl I : " l; h
? 111
Tuesor |apon*le pour rhernfa a
l.spa de f oie a ban ee couleur p
___XM.ee t ifbo nouveaut*
|Upute f ne pour chemine
| m .-le lli pour lingerie
f i i't para .1- pour "
Zphyr arg ;i |>ooi be-n'e *
t)T3 i di ul-.;!* i ni et coul i<
unmes et n ur chemise h ......
ex M a e t
-
t- Ull !
I
Gbaui--tK coa*ib#a not r >n'nnt|
Francb l-"'i-ty. deiairir n livra ta
PepHn a fo pour n be
'IllMui blanc
l..mt rie Mono
\oll*~ nia eu a banea
|U> >! bi tdee
*ia i i f>rod*
| oti Ji > X'U't*
" iill< ci rn njirre < * rr i nlo i
on *i ii blanche et cm'iur topaiiatu
Faiiti' p ) 11 dtf:e .Mudeia povr i-liemu* i p -
\'o'"p i' hi a bnriee *-l a n eu ht-s
Ratme bUueba
Nappe ooulet ri
AimabVsih ni, vou pii aide/ porter, |i de
trais, les | braui Imm qo'il s> i poo>rii'e de
trou*-1 Mil cille place, rn* inaiMju 7 :;e ant
0*1' occeuil oiir et rserv.
Allention a la fraude
Beaucoup de dbitants profilant de la vogue du #t'l?IIH i\t?Ct / "vendant' d' Trs
il iou4 "il litif les connais ;iu's lclatn-ai fn grnd nombr ' ronsomanteuiv* i*i
Iro : el v .l- > si.ni plaints I I iitWOfl rtMM| Hng# t:vi pourquo II* jitarwi ' t'uldi}1 in-
lressque I- w l'tintn iNet*r) '- t'"uvedansss inatro d(potf-tu ville,dmsit miion prive
de Mr f rdrle Ge if/enu au Bois- Veraa et auui dam ta maison
pme de pHonville-
Ceux qui aeliten.ailleurs devraient rclamer 'leRhum Nectar
ea bouteille tiquete ei capsule.
i I ''OIS: No 1910, Rae du M ija&in de PEiar; Xo III et ">60 Rue Boone foi.
iNo 028, Rae Courte, ancienne maiso i Qv.iius St-Victor.
i. i.
i
S'adresser : Cabinet
Hi Atfnl IM
lue frou, en lace
de I Inipiiin -ii R.itionile
Garage
nnoual
!.. Garage l't ad de la Gr )
rtee li IlueoD M'g sn de l'Elit
i v.' ii . ion- lf> Imvaui lea
I lu- <1 llii il' et lea plue dhcila,
I "m tel nu h,Ifs. camions.-le
bardai de tout premier ordre,
assurant la ptui complte garanti*
. ut rlients.
Les bicyclettes Svelte
Sool plui demandes qu
s ks autl*ft* I1|1I'|U9S
pare* ; .VU eint toi*
lee p *0 Idca, le plue le
yr -. le--' plus i laide e.
p qu9l p** 1 dira
d un ii .ii i'|i' ui'liibs
Msot't GO ** co
nce eux rai-* iln l'Agcnl
Tlphone 788
l > pcdiUon en pi o
110 Rue des Csars
& <4&*&*<>&
ffb
:\ -3 b
s^ fit
iV"
* ai
LMetzmm Xcce
Rue du Quai
l-i
Tlphone 750j
ATTENTION
Je !? i/'n' n? les oropr tii^e
Md>mil 'JOflO de1< ^" i.* Pa%*a SJi* '; Pt Mi i
&x*
____11-


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM