<%BANNER%>







PAGE 1

LE \UTIS %  (lardez tara§!.|WMt fn ni Nou sommes lgion ceux qui vivei.t dune i-con peu ,„n"S S "opTiUOl.1 UmUIODl dur H nou n. fakoo. p I HKI ii.iiiieiiiinenl „„„,. u ir,.!.i I | a corps Mtn Ski la plus lrodM JiMWM OSBISS i. %  Van det.soal il.m votre d.ele. DO M "M nourutur. dconl i nergie que sous^p ne/ chaque jour. itiorinel!e. >ou le qui \u|lH !' %  B-y "" Ue V^H:,!M\"!q.;."coo -lent lepaitout e r 1. bonne rttouU qut ceal lanoumiur. de lu Oflure qu'il fbul H our p ifire U r.ulruion. Le sol en est d icieua e: q*OUO que " %  ' %  "' r./ • Quaker Oat vou duuuer.. UHlj %  ui pMPonr uieue poii.r, niang./ du QoskOf Ous. Lto\ IITHfAUD, AlDl PCUI liai i rar loi I loi mtt lequel d'ncigi l i u .e pa |HS li i ii I • as 3 C Le CooirJs da la Umii des Droits e n om lia L, sm. i el ( i. r:-nn dans de*. BOte p ibli-'e* h r l.i nent le co IIJI rendu d- travaui di Cvigre 4a la UgOS 4e Droit! d s lHo n ne d ml la demie • -ri -.a fut 1 ni* Mercredi deruier au Collge Lnuvenor i, C'est M* Etieme Mn qui pt.-iUil. Le* dl*Sfl rippirt* des Com tir les diffrent fOOUI par les eongresistes a la * aoce p cdente ont t longue m'Qi rlUeuta pari is asti *ive m. IOI .'il [lutm BrolN noi d ut' confrres. Le ''ongr> a •'m's le. voiu q e 1 1 I i i iir h liiioan soit admi*. %  occuper de fovlio's dna l\d mini-lraHon put 1 qi e, qu'une plu active aurveiliaure soit exerc e sur 1 Knf.int, q I'U e Binqie agi cole soit intit .e Hati, que, par des pakotl If . l'O i oblige i-enl* env rai la ira enfant* Ivcola II a.et* un i en;iag di \ei>e ro i*iln ion* cuir r.mnt les conditions du Tnv.1 I h 1. \ I ii • .1 ln-'r c I I e r n i f r rapport sir 1 v, ulion da la I.s i o:>ar^*sisl(B m lient le vomi qu lie plu* g au %  mil ileruii rl i bli-s^nt dn la Pre M \uj wrd'aui U L g ie oflre, rr I di rt d rai. aux CaveJe B >rJoaux un dner aux dl-ju* des Comi ts rgionau de la S. cit. Nous avons ' lon-e de puiser ce renseignements chez no d ux confrre, notre Organe ayant t tenu compltement l'cart de ce Congrs au cours duquel pourtant le mots union,ronci'iation, frater mi. BOlidaritA.etC, furent j.'pl qui mieux mieux. goliaalion de la dette de guerre de la Belgique La B Igique e I auto rise a remli >< r n mu Kl-.ls I M* 17 1 uiilliou de dollar avancs p lodaol la guerre dans une perio de de 62 aune' sana bala les : 'a nette d environ 240 millioni do lars av*nr.>* aprs I ru. ara rembiuise galemmt dan une penodt de 02 annes avec une .erlain rduction de Tint rt. Le taux de l'intrt 3,5 0(0 apis ics premiers dix ans a i Ole poor 'Ile partie de la delta. La i umrai ion amricain*! a es time ^ruude Tob igation mur.i e iacomiiant m. tiiiis Lui* 'Lins le rglem-'ut de U dlie i> g • en rai %  on dei propusil oua ac ept" par le prsiieut NVi on a lt coul-ren ce de a paix, il'.iie a ependant re fu d'accepter la proposition de la Btlgiqie demiudaut que la paiements da l'Allemagne prova naut du |.ln Dawe* soient alle tt au compte belge. PAHI^— vtr %  aiilaiix Ment de suspendre lu prpartm de se iosiriiiiioiilelaliva la OOIsOll da'iondeh dte ftaniise aux Etats I'" SO ..tL'iidiil d lre do tioiliveui ni lix au sujet de lalti tuda du iJouv.rnement Waslnng fou dans la lue iu de lu Jel'.e belge. La Prtnes compte w un traneiaenl au-.*i*Livorable a-*cord la Belgique.K i consquence, las projets de M. L.nllaux ne seront paa soumis l.ippiobation du ca binet Irsnitsetiol l Ha du moi* poque k Liqu-Le sera aussi an nonce la compotitkM de 1. rom mission Ce h est pas aus une vi va urpriseq .e I ou a appriscert.ii na >ugg4-li)ii laitf aux lidg-s par la com nisslon amricaine des del les. L Belgiqne pourrait riuiie aa dpenses inilit lires piur pou voir payer a l'Amrique les inl rt et le anuml* jle sa delte en raison de-,i conisaiido Okilittire existant entre la France et U 11 I gique. l'attitude 'I i paru iocw< lislo vis-1 sis il I ,i lu *l G Miviin n ml lia i us PAHIS— I. ii;rc* nationaldil parti loclaliata a vot contre lac •apUlion ds [i Us "U ii partiel pation active aux ministre-. SI il gr les efforts en ce sen*, cette r solution ne fut pnut vut e i l'una ninit. Li uuli ni .>' M. Blum, ibel di pull i >oli celle de .M. Iteiiau tel en I l>*OUI J ) la parllcipatioo obtiol S19 vois M. Blum proposai ausil q'lai socialistes %  accordejuSQl po ut leur ap.ui au uiini-lr c i lu!, mai l assurant a tout giiveim manl faisant da tig>.ireu\ effort pour faire voter l> mesure IJ msadst par le proltariat. Nouvelle t.ntitm itllrac imu-c Je Islle !i r ni; £•1 -il • po ir h-iv. M s r 1 1 la. clic tlerle, la nageuse amricaine de M ans, a cb ni dans sa Unlativ ds travoraeS Je 1a Maucli %  da s uue bal e lullc. Lie m sura >< tories ei Tsndursnoe d ie mua ries coutre le l-meut, mai f l T i eue pre• hcuie-. G m nu tes d•: n ge e trouvant a iO kins de Douvres ; elle dot tout a cuup abandonner axant avt, trop d -au sale sut une distai ce de t km ou la mei itait courte et ag tee. Ver le milieu de la traverse, Melle Ldeile tait intre dan l'eau tire U luer au cap Gm NeS ; elle oui'arrter 3 heures 38 de l aprs midi. Uis tondit en larme lor qu on la rt monte ur la chaloupe qui l'escort.it aprs que le nageur fgyplieu I bak liai my leut niainisuue an seiaut prcipit k son ecour ?ur un ti gue de Jabei Wolte, m vigilant entrslntur. Le Nouveau Cabinet Installation des nouveaux Ministres 'Je mai lu a 10 heure a eu lieu avec le crmouil a'ug:iiulall ton des membre lo.u u> le nouveau Cabinet A Ption-Vilte Le succs de la (t thtrale qui ''in lieu di oanclis tieniior IViiou Ville lut tel, qui u i il nous I. usons voiOOtlers I cho des nombreux vil „-i ituristM pour demander au Comit d'or yauLtaiio i dj vouhtr btoQ r** pretiire la b;au p ogramiOfi excut av.'c tant d' |uopos par les interprtes.; qui tojs tuciruaient leur rle. Nousromm i bien srs que no re petite rtijuCie se a apprci.'c, car c'est au n 00 dfl SaintPierre que nous la lo mulo. >. Invitation Les ami et le pareuls de lve du Collge s n .> Viooeul de l'aul tout invit a la matiue littraire et rcrative qui sera donne la dimaucb' (3 l > mirant 8 lieure du matiu (t'iacele. Anne No. 15 ) l'ooctiioa de la proclamil.on de prit. IIJIHIIU^ L\Vb.\TLHE noncl sotre LOT l'ub i | c. li'i fut lu le les co'idii'oos P.e*e sa II i L Les lainaues exclusifs l.es soieries Hautes nonv^eaoti. Les ijarultureo grando l'JUt'.l II • e tn. vent ch' : OH' PTTF, .< IION . C. STBalWS 3.Rue) Cir*n#tv n_ Pri Envoi ds C.ata'ogiips gratta, rhs que saison, aux Ngociant et Mai* LulLuO^iL^ Mtile Oerlrudo ton de couture seulement. %  4{t l'ont en renrtan! Inmmagc au louci du b %  u il m ont fait con tiinm ni preuve '-s m olir-s du Cabioel sortant iinla t le 10 mois de eu laboratinn 'ruite qu'ils oitfoiunii' mi (i nvrii. ruent de Mr llorno i 1 est non moins li I Intrieur. Vr Ren i ,ti-tt>, drpii-s'orniire,s'est va rappeler •es mm s liantes tt importante fonctii n-, tmo'gnige evideot de la roi fi >i ce lolale dont il jouit au prs ds Son EacellsDce le Pr*si denl de In R. : pub!iqui Il m a t de niSinr de Mr '. un Dejsan qui %  rvp na! m ml !• pnrlef uil les de RelationElle rie ires el des Culte. Une attention miqie a t ver ce qu>t im • pouvoir que nous de la l'iesse n. n r-pruen ton, par le choix qui H t fait de Mr Mener Por>>n vile com e chef des Dputerm n's de lias trucli .n Puh'iq e, d i Trjviil et de I' giicu luie Cette lvation d'un dei no'res mus rjouit tout parlioaiireOMOl, d'autant q te nous av ns la certi tude qu' ce piste, les II iules q m lits qui disting lent notre inlelli ({••ni coiilri-e v m li .m que non passage aux iiltiii. s oil marqu de Basons alites impies faire que celle sympathie dont il jouit en notre milieu s'accroisse dtvan lage. Le eboil fa I ds M. l'himothe Paret pour dlrtgar la D arte nent do la Ju-ti e esl no i m nus heu reuv S. cond ilo tml nu Par qu t du Tribunal de Premire In lan.e, q i'i eelul du Tribunal d" o pel le dsignait d| depuis long temps a ces (onction* o il sau ra mettre contribution dm* une plus iarg mesure e* COQUIIMSIU ce* approprie d'homme de loi ai d d un %  grande lor.iu-t de carac 1re E i renouvela U nol'e lut aux m'inbres du Nouveau l'abinet, nui* leur yons l'expresaioa de toutes nos ivmpitbies. ^vis important Levons ds Plans et do Client. Devant l'aff Bsoce i up ur croide nouveaux K v. qui dlil proAter ds o ens. ign • %  jeol si d< BOB exp < nc. ttme i. ,lii', piie -s i. ros d> l'aune scolaire couls d' retenir d* niain'euuit les j >ur t heures qui Ipun-onviennent pour a teotot d Octobre, atin d'viter ds eireurs toujours regr t labis. hll sera chei ell" I >u lesjiur dlu heii.-'Sdu matin a midi -aif •e dimanche Le jour* it heures dj. ch usis par les K ftOes losorrt d* puis plus d'une anne, leur se %  ront 'ons.ivs, ai jusqu'au 15 9p tembre, ils ne BiOlIrSteal Da expressment le dsir de les clunger. Ou peut hi'n enl-M du adresser sos commun lestions • Madone VI Georges (HT. au No It7, Rue Dm tes Desiouche* ou Pave ( Po t au Prince ). Les le.; inWrepr-m boa! au 1er Oc'o*>re pouf les Elves absents de la ('.a,ut le djurant b's vai*an es et au ItrS'p'eiib e piur ceux qui DO e dp ace ont pus. Fort au Prince, le 18 Jnill t IQH Mme Maleleine OhOROeSGtf Kn-ienne K ve du To i-ervit>irde Paiis. l'r l 'sur pr ^ de 'a Vi 'fl de Par .|'*rol sseur d carrire ( IS aniedj pra que ). r~ A vendre l'a buggyl'tit avec hi nais en pi |l'-"S | 1 11-11' f i le condition et deux bon rlinvaux d |i il S'idresserau Bureau du journal. LP particulires l'ifcimr.Xibtaii J 3..A!lrei fMO Bue P5rou, enlace J2 de rimprimerie Ratiooale Irmritritf Mme Vve Aristli >rm>ne Doleyre et ses enfants, Mme Franc >ise litm au et 'U'an'. "m • '>i %  l>• %  i h MM. C. D'il %er. Brenor et Luiembourg D II v r. Mme Vva Conatanlin Jiseoh >t s > nfan'*. Mme Vve Fernanl \ dson, Mne Justin r.harlem is et ses entants, remercient les anis de Porl le. Pin et ceu de la l'.apitale qui leur oit lonn* d preaves de sympath'.e a l'occssion de la mort de leur reg elle : Loui* J.uep'i Vr -t', > nn 0 >l *vce, lei II Po't de "iix le juillet 1915, d les orient d*e*iri leur prohnl laissan". Pari au Piioee. le 6 Aot VMo' Le familles Vdfrola et Th ; o dore, tr• tou h le 'ou* le. M m • i '•• %  ti y a >%'h 11 a leso i' re ; • i I' • • a-io i i • • -o-' 1 1 leur regrette Vf i / 1U1 \\ pri-nt les amis I 'r > iv. r ici • pre.-inn de leurs sin r remr ciements et de le ,r profonde graii tude. Port su Prince, le 81 Au' I94| Repassez vos lames de rasoir tt dix secondes MALNUTRITION >rovient de ce que le ytme ne peut pas convenablement assimiler la nourriture ion Scott est promptement assimi* le par les personnes de constitution dlicate et est un agent actii pour aider la croiaance et restaurer les forces. Av W VulH AnloSiroi ... ir J. r.U qui-M "l • • t in ita.cr.iMC-' a di • L ni{m Um lui i— inu">. nnl titn p4 ni d. jn 61 ri J. . ooctsjf. L'j'. '•" •*•" i %  t Rasoir] .Atartrop l*'-aHH <•' Colombian Steamsbip Company lnc lv iteamei "<23aacm" aijarvL tabi 9Uw ^Jaill IV 15 aoL couiaivu e^L attendu tforiv-au-'irince {v MmanditV 23 H courarvt sia Ut (KWU du nor^. M repailira U, mi> me jaui poai ^eUi-.-aod, TMnaaoaev %lmie. Cai>e5, Jacnwl eL Ut paib 5v u Co* ComGie. pieiianL fit k pa^aya^ GebiM i\ G 0 Agents La pte KOLYNOS pure paie v dentifrice sans addition d'eau S&xJ La Jirr.ention d'an nbe d pw Untitnc n r.lique pas toujouri la quantit t4Wu> d'ingidienti actif qu'il contient. Une pt additionne d'eu fait du volume, nui U en (eut beaucoup pour obtenir le riultat deSirt. # La Pit Drntifrlca Kolynoa t forument US et ne contient que la Ingrdient jirci Elle fait beaucoup d'uatf. l> contenu d'un tube auffit l cent natter* L ..'L-F lu tube Jaune dam la boiltjaun. 1 aie Dentifrice mm Eug. LE BOSSE & o AgencesReprsenlalioiis PORT-AU-PRINCE Agents (jnraux de : Peoker JoneT Jewell Millis^g A • C \ L. • YU11, u Farusd llujaiiaii t lO ll oula II >ugo et< ftaiiUiti r nInsurance Ctnnpatiy .Naiw-vini'.: \Sarsnoe contre l'inceiiii Itamond latcli Co A llumettes i S;ilo Home i Q. S. HitldiH iport lotn,i i) bouliers loti*. Clms F. latlll ,.ii S'' 'otaeons aals en tjt.s i|ean-s ( \|ai t lai lures Lilo lns'ce C) rttrnct' sur la vlo, juilbou Frres (.!••• \in.s i\. tham pagne llordrilu* •li, Hejiusr t tM'L.MiAi^LK < ii ii annis, liomage et c onserv ai ali aontali o V S lalhefi tt Son '|'al*ni'B |:iun* t in r<. .t nalion.'ile Sans Ul val Cigarettes Chantoclsi o liuvols dnreo ••i h



PAGE 1

L% MMi.V uot TOUS deVez ctieter Hiiez.If rcl & Cie Achetez votre Glairin Tiei \ 6 vous recevrez tari des plus courtois N 1903 Rue 9111 repr A$ mU 11 g'avur* d'aui^ pi \ Le linge aura luu de que en Mltt :wont tt' v->d '. Cet d>pce, de constuciion moderne o//r, tout e (O -/ ri diiab e e' eV, %  n* con'etc, un des plus oea -S) orw m en 1 d l &f *"> ^M &f *• /#< %  > : > Situ l'srglr des u< F du Cl \ riM tr.ert et d> t Re!|ci Il M S H r • t rcush uii eninnm. nt .MI n/iu et hr.|ji I oviV i rt 81 tl."* OtialASl \ 4 M ai-i i r*i d> cfa.il >( ci i int | : i BI ) c • Il |itv<< s c. i j I. V, ac. 1C i < u>aiX < LID bits el Ut b de) i i ri i c< v ;i 'usagt' de eu a ne s;i < nic .u et • (.mu.! de CM luit Uni • %  IIMI'M;I|.U i s I iiirei u bols ileeu>iie du pys '•> p-u-q .. t> eu peli %  blOM de aail .le l.ll rent>"> eM.reiqti lo me ,i les Bha Mejn .ai pli s faci t II* I. I. lu UI.IPIII. M iMtu Uni. nt mupparU Coupamile I aneaite des Cabl-s ll 'gr phlqaes q le Ion refauu d !"•: I dla par mois et luvial ballq iprulrth i I. |al i :^o Dae p lk< d'asMiiaice t uuwe lesikq .s eoolre 'i. eeadi*. • te HtjmO e a* b UU m H c/ %  es d /-* MX), (fi l*oia do'la*-s) /c hill -t, tu M de i'mrneubequt r p < H.. /f /<>• p 0ipal i j/ a 422 lo's en pfji •€• rt'tme Valeai* cl "en eH /• d7. 7,4€0( J v m il q un Ira ce d l'a ; (i nH vput : 4 lo' d p. |,( oo.l in ne oo. ir> i / *• fr> i <' r -"> /'/os */• ;* fc Ji to:s *i** 9, 371 '' w*' i\ ies billets seront vendus s us le CODlrile de la laauo FI. l'tleri du C%y H.ili.n Si le lifUje de M loterie aura lieu aaaleOlll sous HOU eoi.li.,1. t-t avsc l'assistance d'un c.uiii loiuc do personnes donl le nomssuiveiil •' iVJgr. J. H. Lolcanap, Uclor DaiAeuf, CharlesZamor,^ Ifa lacias, l t Sanchez kaitinez. Eu venle ehn: B, Robelio. Htel de Frabee -Georges Wuoier. <> ^ V ^ ^ii -^> **e Arn slroc j Bar Terminus Jaune Lopold Propritaire '.^ 'V '"I 1 •' Vais e' 1.. '' I llO.l • U lit m q i H u l • ( ; ^ j. %  I • ... 111.. i 11 e i ' C I %  | toi I I'-' ftl .. le œilnur stivicr. MMMAIL iS{S i Ci eb-ut v. fsctmi di Kf.gMttn, tst ntt^nli Jai nielle V> a 1 Al chirgeta loui les po *( lm\i -n* p ur l i kur<>pe direct, L-ttesmer lara Vf a ni de |ini|ston, e?t ttttBdnljSCn I le 18 Septembre irutbaio. H ebargers i tous les por>l bailien pour l'Europe d recl. ^cntaa-*fiiricc.te 20 couL 1925. J. bailler J" Agent Gnral Si vous voulez conserver la pasu de so .liausu.. -. n vous voulez conse versa souple S< p' > danl longtemps uiiiiOjel notre pte _\l> nosjram la lavillcure 'I louies i .abriuue spcialeiiifiu pourl |ei-li* ••••••• •!•• Iti]| llil Llle proiue oi ctiaubsures contre la clialenr *i l'humidit. Geo. Jeansme& C -*t n i H*** !•••< p u au ld< K i i lut I il e*, la piu* J u pou qu I ne p. I 'I' d un li. iirr. pi oi'h b e NUo ci G < i si (> expdition an p.ovlnca aux r .s I l'AS*j [elei'iiuue f' "> %  i .i •



PAGE 1

. ayum %  eau -—I-" -•'-"-"Kue du Quai %  h ta %  • ATTENTION ii^vteni informer les propritaire m d'auto que jai reu hierjes pneu CULID de dimension* suivantes : 1 Pneus 32x4 cord; pneu* 3#t4 cord r Pneus 34x4 Ifi cord. \m III* 4 Attention la fraude "Beaucoup oV dbitantsprofllintle la vogue du MiltUm KBCldf rndeH d'autres ilmnioiis ce Dom que les connaisseurs rclament. On grand nomluv rie consomm-tl^ura nii tromp: el x e iont*plainta i la laisoo fiaatjeot. f'esi poarqooi ell*. inlnim I pnlil'c intmtque le rt cUhum .Neclar*se t-ouve dans ses quatre dpota en ville, dans la maison priv-; de Mr Frdric Ueatjenn au Bois-Verna et aussi dans sa maison prive de ]>ctionvilleCeint qui achtenl ailleurs devraient rclamer leRhum Nectar en bouteille tiquete et capsul . Dtrois No 1940, Rue du titgttin d l'E *•; Mot III et 560 Km Bonne Foi. No 028, Kue Courte, ancienne maison B r utus Si-Victor. Tous trouverez chez "De L'Avant" Polices en vijucur dans la Crown Lif tSia— S17.39S.19S 1919—$21,338,339 1920-525,745,826 1921-$29,806,174 1922—$34,460,044 1923-$42,175,160 1924-$50,611,214 "Quoique l'anne qui vient de se terminer ait t malheureuse* ment une priode d'incertitude et de stagnation dant plusieurs ligne* d'aflairei, les chiffres de notre rapport annuel ont une preuve qu'il n'y a ni halte ni hsitation dans le progrrs de notre compagnie. La Crown Life va 'de l'avant'—agrandissant plus rapidement que jamais son champ d'utilit et de service public"— Extrait de l'adresse du Prisidtnt asseml lie annuelle. i LA COMPAGNIE D'ASSURANCE-VIE CROWN LIFE Juste lavais 1906, Rue du Magasin de l'Etat, des matriaux avant donne leurs preuve* es i.M.-ance, suprieurs ii iile* point dV vi a crus imti rts aiiuei'emeul louvnnlser vir aux con truction modernes.— Fi les une visite ikn Ktll LIL.\ .oi tl v us vous rendu / compte de la supiiioril viam ent ndinira ble des planches, cartelagis, ma driers,ete. qui votiR semut vendus lant d exieilemes rooditiojg i qu> vous donneront en'iere salis ludion. Souliers Souliers Nous avoua le plaisir d'annoncer H lotie aimable client U que noua a vous pu un grand at-aorlircent dt Smi.iu.sp.ui J'en, in ee •lonl Iss t m.oiii.ui unira Ui. *,-0 et i) i di li M l lr ne IOIH uuence. Arroiiii a vit. eif (es *8ACo i Taverne des TOAMIBULES 310, Bue it B onne Foi Uhm i.ipr. ilcGii Bire Pression,Sandfichs touts i jn i litoss o uperstroi 1* La Taverne reste ouverte toute ta mit TKLKPHO.NK : 771. 0 u luges "qu'offre L'activit indus irielle , dirige par l'infalignlls Kue une l'amiUs.— I'l us de v tu livres Plus de ivus MU S cha, ave !•< aveu GrandSRuc A. ct des Caves de Bordeaux Voulez-vous voue habiller avec lgance, et a |bon marcheAdressez %  'ons h la Maison \. & AA 1 -HA Dont la devi.eesi de vaaj.e u patil bnlice pour vendre bdauooi p Uaus son pei .jnnel, la maison compte un matre tailleur italien sorti d'un tabliesement de premier orure l'tUlie ..11' en ou masure de fournir des rompis. tout laite et sur mesure, en chevrote, diagonale, palm beacb irlil blanc el couleur, coupon de caelmlr pour oan Liions— LtoKes pour .gilets Bonneterie t Remises de iour st de nuit, au got der oit** — Jols et inanoliettes dernires crations. — Ca> 'Cens et t'y | a mas. Cette m tison constitue une innovation et le meilleur aocueil est rserv tous oeux qui deireut par une visite tre dlies sur la valeur de*: travaux Ijurnis. I.xt oviamiiid com tianie et |ul ne repond pat an goiU lu client est repris, On parle franais, ang al, espagnol et italien Garage Annoual Le Garage s'tend .de la Grandi Kue a U Kue du Magasin de l'Eut ilxcuie luu-. Isa >• • , I* a plus difficiles *t 'e p'us -ie atr, M. r huiorr.nbil. • ••mena le. Snv.vde loul %  %  • 11. %  t %  %  ordre. a


PAGE 1

DIRECTKUH PROPRIETAIRE \iMPRl\tEUB Clment Magloire BOfe VERNA 1358, RaeAmrlelB IdoM ANNEE N 5S85 — % %  I > I %  III f H a I i n Quotidien TLaJPHONI HM4I PORT-AU-PRINCE ( HATI I Il laot toujourrtr*wdeHe crcn*. re, lorsqu'il s'arfn dffe .i s Patrie, que^ l'on a pour we^utf 5 plus o/and amour que tous Mt autres tiU.Ot ^qoisnit* ; engeodr&jsou untjiien dep'lultes Iratricides el alors la grande viiime e>t prcisment celle que l'on croil aimer lea uns plus que les autres : la Pairie. PAUL DESCHANEL VENDREDI 21 AOUT U>26 Lfs Fanfarons it h Presse La presse HP l'opposi ion continue — loit alh'cti r la prtention dcxpri er l'opinu il de la po (ion claire du pays Nous disons tor, car les l< n dances manifestes par celte presse seraient de nature don ner l'opinion la plus dtavor ble de la conception politique de notre lite intellectuelle. Nous n'avons pas besoin de nous livrer une enqu't J tour alfnmtr p*remptoir meni que l'i.te d'bss trir*t QIH ptrsiste prmiser M. P. ug-1 dans le journal 1. 1 Pola, i n'est partage par personne — ni de l'lite, ni de la massH —, celui l rerait-il le pire advtrsaire de la p diiiqun du Gouvernement. Celle tendance ;ne rvle simplement gu.i la perversit du tueur de celui qui continue prconiser une ide gnralement ri rouvee pir toutes les coiisciencts lionntetSi la I' rannie un ginaiieque di.once si vaintmeit La Poste existait en ralit, il rat infiniment certain que les fanfarons de la pressa se (fard raient d'exprimer aussi libre ment leur malsaine p;s>ion. < La fr'iiie de nuire et • le gnie du mal que l'on a JiioucfdepuislonKnnHs h z M Pouget I pouss. nt viMlilement dans une aventure dont il nura seul la responsabilit tt. dont il supportera seul les con-* squences, car, comme il l'a di', i la Justice veille Li potence est 'dVji dresse.. • L'un rl^s premiers soins dnvr uion. a t d'organiser uce ta ce arme capable de mtinterj %  l'o dre et de g nantir la propn t ei la vie des personnes. LH ier iratmeiie d'Hati ni une..ties ralistons lsants. 8 aruU*el i e m 8 d0< I lui atv I presi'. .\1 %  s cette loi a et mif/o^o p.r les xce auxquels se tout livrs imprudenta,,ai 'e opposant 'ui-uftajei. IJ* lii.ir iMt'mnt n' i reconru li n -sit di II I 'i qi|" lorj que | s d'Iits ont l perpl • s iint'iuit en pii l'o'lire social. Depuis quand le T'ibunal < considrant de son Arrt du 8 Mai il > celle anne, a positivement dclar qu'il n'est p s possibl-* de prtendre que la libell d'ex; rim r ses opinions coinjorle celle de profr r des ir jures, outrages dillim lions, alo.s que le LARi'h'rur clause le< injures, otitr ges ou ililramalioiis au rang des dlits i ? N'a l il p<* aussi reconnu, re mme T'ibunal, que les p in s lictes et la lsign tion du tribunal i liarg r> N rpr.ssion dts infractions t ne peu tn 1 ire considnca comm" ure entrave mis au droit dexpnm r s s opmiuns gar i,ii. s par l'Art. Ui de la Cous itution ? E alors quoi se rduit l'obj'ciion qul'on continue, en dpit ie I Arrt de not'e Tribunal supim f lire la loi sur la presse ? A des de lamaiions iuuiil s t ridicules. L lin-n cre et tempre lautori'elle ne doit pas la ruiner >. D us un pays, comme le ntre, c l'esprit ci nique a'exerca sur des notions imparfaitement comp ises. le Gouvtrntment don imposer ce que MMille nn 1 appelle t l' lucaluii de dii :ipliue ..sans laquelle 1 Iniume n't;t pas complet . Il st loul de mme triste de cons'aier que qu Mue ispuls allante daus les horreurs du pis ne se soiei.t pis encore rendus a la nouvelM lalude notre vie politique d. CM tains s: croiraient auosiats de renoncer au culte de leur imqu t. Il Nul pouiUntque l'on reconnaisse, de gr ou le tare, que cpass est a j un us ali. i et que qui on lu essaierait de lo taire revivre sentira s'abattre sur son collet la poigne du gendirme, car la justice v ille La potence est dresse-> Maurice Etienne fils Marchandises franaises Port au Prlno*. Pas de rclaiie mais des prix et de la Qualit • Tenez voir les nouveaux tissus, l*s chaussures fim >.. les linons et haptiste* til que virent d", rec-vuir l'aul E \u\il,i, tt coin* parez. Chaussez ?os enfants UJEl {]. Balloni fils v^es Okumm sont les msilleurfs. ls. Fi /f o Uv i i-' mJ -'i li %  > //..'fit'/> %  notrttlim.i poietU lAnw t du tolnl d de toi %  I. %  <" Labau fu' %  <'"' i !•' % %  n li {>! %  << lin1 %  '>• / "• %  e' i u ce ipe me rmlU la '• m ne pli • / j lit fi* • %  S n.iit i>tn '/ %  ••/ '•• /< ri* en. A m -i r^swo Juixom n (C /-'"'< r : DMISSION DU CABINET P PCbitart mu, tWr irinl'iip", >u> rtfafSn t:r* (Il it i'j jr.irr mi r iri> lit swi rtur ; Itasst qie it iw >m |a>pirf us tanni tm fil jiiuis Bu "f n purlr I" (Matl L r'arlf n i n \v avilh Il am, la Ildlr J r du juirulc U|Mir U !UN m Inulr ta %  •! aar Saimi irnalr Inlr fi MM lt/, a i nu Hn U si I,IK filrr ai ir la II*TIK t' l'tswur. El ptor I lnoiir, je wus serai, BM, Vx in srroil aux iras plas ifaix \*> % %  <-. fuVmps, Il tira lya ars de*ir, RJ brisa •* > UM ailt h tau MJBani pair lu us ^ t 'Mni\' m uitu mtt slatttaihra ]y olez cec j Hier, vers S heures de l'epri auidi. u ru*, ta cetare tait en giuJ tmoi lu peut niinon de (iso^uorl. poitnul le No 3011 tt qui dr>i eLiliil U tue. aune allure beureuarmenl modrp, heurta un poil, fu il i nom de I i r % %  :. Ctiei y lui occahiouua'ji une lgre bien-u e eu II ont. L'iu %  il nletiil nssfz banni ; le conducteur ilii lamiD a-lHnlnr ll et t-rig g i S conduire I nom ne t l'ttOdital il il le T IIIIIM .i de t'ai le b Mi'tl.U nord el tout pr. Ii • tt toua le* KonoVs de i ou ou qui, celte hcule, r lent dans le ijiMilirr en | quMe de clients, e (lereni sur Celle petite a taire comme coibeuui sur I li roe>e et ou ureut aggraver 1rs ctuteidioe i esp Uf evideut de gruger et l'auleui de laccidtDt et li vittiiue. Mais le ebaufleur comprit bien qu'n n y avait aucun coinuroaiiM accepter et que son aeu' devoir, cetui que lui indiquent d'ail tur* les rg ementa de la l'olice. tait de rouduire la uauvre liorcme 1 l'tlopiial Ce a quoi il e d ida de lib mue gii -e m ii ce qui eut au.-si p -ur flet de dch I ter la lureur daa Foi.ds de pouvoir dsappoint* • un i t-nlr f-ux n me C K.. ivre mort. jnr< de crever le ventre de son couteau q le sans doule, il avaii aoue >i vesie, tous ceux qui se pr-enleraient lui. Et e lumulla fut alors a tou eombte Cependant il eit grand dmps que la Police mette svrement la raison cet deoeuvra que le dtltrm triment flaira par couduiie au crime. Lee au nonce* de demaude* aot m ml .nies u'iur voua quand voue d :rer ouer une raeil eureMAiao.i. L"< -IIIIIII c de ileiu .n I -nil im il u in pour vo IH quaud vous d re/ acheter un MHJBU U'OTC\al N Lai innouees de demandes siot iinp 'i niles peur vou quand vous aona / *ous dharrHer d'uo i SjBTQi i MUS ter D8V Mi un m | eanuonees de damaaaasoat imp liantepool ouquand voue avti h -oiu d un auPLoTi. \ Ireaai r vous au MATIN. Parisiana Dlmanoha l'attairt Blaireau .. 5 ua'tiea daprra u roman d'Alpbon* Allai*, jou par Audr BlUDOt de la Comdie Freraiie. V1U0CQ 10iyisoia FINfcutrie 2 1 t 4 Uourdei. Ushie Glace de Port-au-Prince Avis important LT ioe a • il ace de l'ort au l'rin ce, fait eavoir au l'ublic et aaCom meice, que couToraimeot L ton contrat paaa avec le Gouvernement llulien. tanctiono par le Corps Lgislatif de I fait d. lente de te livrer Port au l'iioce i la fabrication de la Maie, comme la vente ou • l'usage de toute Mace qui ne proviendrait de ou I lali %  % %  m. ni La prsente dfen-e tend a toulea entiepriaea t Iles que luttai atiooa rrigitriSqueteniranldani la coocMsion tt l exploitation exc a-ives reconnues par les fou v In Cuhlics H sine Clace de Port au l'nuce. Port au Prince, le 2U aot 19X5 Lee S PAHKS, Vice Praident. Inspection Scolaire de rurl-au-?rince Les candidats l'examen en vue de l'obtention du LMIIUCAT qui leur peinvitra dentier l'K ro e Natioa le de Droit, sont iovi ts aine rire, au Mge de I Isa peciion, a partu du it aot cou %  nt. • .i examen auia ieu, i-u local tuindique, le I4 >eplembie pro cbaiu a V heures du melm Port au Prince, le tfO a^tt 1! 1 ni la ttttrtpar laquelle le < //'.<• da la lounlilulion; AUend quii v a lieu, par suit* de la demi-ei >u des Secrlama d Kl .I, de former un nouveaa Cabinet, AHUt-lE: Article 1er. — Sint nomms : Le Citoyen Ren Auguste, Se. r traire d'but de l'Iniiieur et des Travaux Publics; L Ciloveti linec Uortioville, pline, ainti que le prouve Unilui • de ii>' s | 1 aranda ptrlis p( liliquH. nous cro)0 isu.porun, dani ii litustii n p l ao de veus I i 1er votre libtt ta* d'actio an ua dai mrsun s gouvt rn> tnentaUl quvon- j i geri/. no uairea et qt '1 frnt de votre It'uitime piuvin de direction. C'est pourquoi) en vous renouvelant I'. xpr.'Sjioii de notre devouiin.it 1 lisolu l'ieuvra de Salut National 1 iioiin n s. tons unis DOUI Voua prioiiS d'accei,ter ntlre i.mis-ioiiaev laisurat.ee de ros :eutimn.is lis plus cordiaux., ( 8)R toausTS. Perosnd DlNIBi I l oimaii HCRAUX !>• labarre I'IEUUL-LU i-i, Lon DJEAN. Secrtaire JKl.il de II •Iruclio l'ublique, de l'Agriculture et du 1 111 MU ; Le Cilo\en t on I). jeau, Seci. t iie d'Etal d. s H.l dont Kvlli'iue et de lu ItLe Citoyen llumollie Par t, Secilaiie d'Elal de la Jattlst. Ailicle i.— Le Secrtaire d'Etat dea Helationa EslfklirM et dei Culte 1 si pr visoirt meut cliaig des Dparli menti des Fu accs el du Commerce. Aruce3.— Le prtent Aril sera publi au journal olrlciel de U Kpubl que Donn Plion-Ville, le il aot 19t., an I22u.e de l'I'dp.o daiee. bORNO Nouvelles Etrangres Par Cailla Au Maroc tes pttMatfsil s'achvent pour la yrande olleusive contre les ftillauia Plitieunt ribis rtbelles Ht otiri de se goiiettie Uni' proclamation du Gran I vizir eu laveur le la paix PARIS Le mai.h.l "lsin r 1 parti k IV) u ** P" ul ^* r ey e 0 Ha nbsrquera demain pour le Ma io<-. M. Painlev a'eat entretenu auiouril liui ave<: le marchal avant son dpart II a dclar aux jour aaliates que les loarchaui Plain el L\autey et le ejnral Naulio ar rterool 1 alao dfini if des op rlions d'offensive dont les prpa rtifs s'achvent actuellement Tous les moyens seront accumu ls et rationnellement employs pour rendre l'offeusive prochaine aussi rapide qu'eflicace el auwi peu coteuse en vies humaines que pos-ible. Le Prsident du conseil conclut en dnant que malgr les laligue d une dure camp*goe Jispeise, le m..ral des troupes est uisguili que Le marchal Ptaio rencontrera le t'J k Mgsiras le goral Primo de Kivera il' discuteront la coo pralioa des troupes r ra ies •-1 % %  aoolea K-BAT— D'eprs le. 'tert.iert renteignetnentt, I attaque franc-i se sur e front et" lioue e •!• >e lopuer l'es lavnr.b .nni I enne ml -rable vouloir tbeut her des rsitlatices u as oe \ eut e'oppo Mi la uri |ieeion de DOS ^uatie colonnee. L* rociimuiulemenl du secteur entrai a t confi au g oral Vtailv. KKZ—Ut m lieu ^ uverii'mti tvux lrani< nul l fort mut In corps d'arme Iranc 'i 1 ei'oie la rgion Irot Ide de Tsoal lu nord de Taat I les Rviout haie | lent dans leur retraite vers Us 1 les tribus lin-iiie qui eulrefois menaaient Tm Le Imi prlreip I de cette opration tel de il K*|I" compltement les lignes de roui municetion el de perleeunnr >-" Ma moyens de trsntporl alin que I of fensive puisse lre earutae iai>i dment et d'une manire d rhM ve. Beaucoup dIribiM boaiil> a flsj Resi Stanteton ont offert lai 1 MS] mistinp. 11) grand viair a fait r pai.dre par svuts et par ml i u •les copies dune DtoeleOttloa pretcii'anl au rebelles il te tou mettre et les avertissant que la Frince et l'Kspigne triom| he raient flualernent. propos de la I |sj .le guvrra lielgei el Iran :ai tV.ASIII.NUION I 1 ,.., intervenu -LU U eaaMtWioa amncaioe de la dette el la mis tion titeocire u a>uit I 1 ><* 1


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06504
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, August 21, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06504

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTKUH PROPRIETAIRE
\iMPRl\tEUB
Clment Magloire
BOfe VERNA
1358, RaeAmrlelB
IdoM ANNEE N 5S85
! I > I III f
H a I i n
Quotidien
TLaJPHONI HM4I
PORT-AU-PRINCE ( HATI I
Il laot toujourrtr*wdeHe crcn*.
re, lorsqu'il s'arfn dffe .i sPatrie,
que^ l'on a pour we^utf5 plus
o/and amour que tous Mt autres
tiU.Ot ^qoisnit* ; engeodr&jsou
untjiien dep'lultes Iratricides el
alors la grande viiime e>t pr-
cisment celle que l'on croil ai-
mer lea uns plus que les autres :
la Pairie.
PAUL DESCHANEL
VENDREDI 21 AOUT U>26
Lfs Fanfarons it h Presse
La presse Hp l'opposi ion con-
tinue loit alh'cti r la
prtention dcxpri er l'opinu il
de la po (ion claire du pays
Nous disons tor, car les l< n
dances manifestes par celte
presse seraient de nature don
ner l'opinion la plus dtavor ble
de la conception politique de
notre lite intellectuelle. Nous
n'avons pas besoin de nous li-
vrer une enqu'tJ tour alfn-
mtr p*remptoir meni que l'i.te
d'bss trir*t qih ptrsiste pr-
miser M. P. ug-1 dans le jour-
nal 1.1 Pola, i n'est partage
par personne ni de l'lite, ni
de la massH , celui l rerait-il
le pire advtrsaire de la p diii-
qun du Gouvernement. Celle
tendance ;ne rvle simplement
gu.i la perversit du tueur de
celui qui continue prconiser
une ide gnralement ri rou-
vee pir toutes les coiisciencts
lionntet-
Si la I' rannie un ginaiieque
di.once si vaintmeit La
Poste existait en ralit, il rat
infiniment certain que les fan-
farons de la pressa se (fard -
raient d'exprimer aussi libre
ment leur malsaine p;s>ion.
< La fr'iiie de nuire et
le gnie du mal que l'on a
JiioucfdepuislonKnnHs h z
M Pouget I pouss. nt viMlile-
ment dans une aventure dont il
nura seul la responsabilit tt.
dont il supportera seul les con-*
squences, car, comme il l'a di',
i la Justice veille Li potence
est 'dVji dresse..
L'un rl^s premiers soins d Gouvernt menti hatien et am-
ricain, ai lendemain du vote de
la U>nvr uion. a t d'organi-
ser uce ta ce arme capable de
mtinterj l'o dre et de g nantir
la propn t ei la vie des person-
nes. LH ier iratmeiie d'Hati ni
une..ties ralistons l heureWs issues de la Conven-
tion de Mb 11 tallaii d'abord
penser assurer I ordre sur le
quel, devait a'difi-r l'avenir na-
tional. La tnl'troui'dedii jour
liai Lal'oMe serait die n
dfi la G ndarmerie ?
La liber' ne saurait tre fin*
discipline; car a la li;e-t est
un sentiment rationnel : tour
que la dignit humaine soit rs-
pecte. la discipline doit tre
cons ntie...
CVfJ sur h mm? page o
M Pouget parle qu'il t nui prend de di-dil-r l'ef
ticaat- du protocol du 2S Mars
l'.IlT. K-l-il possible d un ifinr
uirt p lit que plus incohrei te
que celle des meneu s de l'oppo
siii. n.' Ils proclament la prien
due nullit du pioiocole. m-is,
en mme loup-, expnmeut d s
ides qui laissent netiement com
prendre le danger au juel nom
senons exposs s. nous tions
livrs nous-mmes.
Nous avons peine (..soin
de rfuter les critiquas d'ailleurs
fantaisistes de c La Poste em
pruntet < ('opinion natio-
nale contre le protocole de
19t/7.
Lorsqu'on analyse de prs les
lauses manoeuvres des me
nturc de l'oppoMUoii, on re :on
. ni.lt que leurs actes sont em
prauts de la plus triste incons-
cience.
L d spo i-in la tyr imi"
d' prsl 8jn.ri.Hux opp >sants.
8 aruU*el i e m 8 d0< I lui
atv I presi'. .\1 s cette loi a
et mif/o^o p.r les xce aux-
quels se tout livrs imprudent-
a,,ai 'e opposant 'ui-uftajei.
Ij* lii.ir iMt'm- nt n' i reconru
li n -sit di II I 'i qi|" lorj
que | s d'Iits ont l perpl s
iint'iuit en pii l'o'lire social.
Depuis quand le T'ibunal Cassation de la Rpub'ique est-
il le complice de la tyrannie?
A t f jamais contrinu con*
fi-querl sliuertvs individuelles?
Pfi st ce pas nt tee Cour supr-
me qui, dans u>< considrant de
son Arrt du 8 Mai il > celle an-
ne, a positivement dclar
qu'il n'est p s possibl-* de pr-
tendre que la libell d'ex; rim r
ses opinions coinjorle celle de
profr r des ir jures, outrages
dillim lions, alo.s que le La-
Ri'h'rur clause le< injures, oti-
tr ges ou ililramalioiis au rang
des dlits i ? N'a l il p<* aussi
reconnu, re mme T'ibunal,
que les p in s lictes et la l-
sign tion du tribunal i liarg r>
N rpr.ssion dts infractions
t ne peu tn1 ire considnca
comm" ure entrave mis au
droit dexpnm r s s opmiuns
gar i,ii. s par l'Art. Ui de la
Cous itution ?
E alors quoi se rduit l'ob-
j'ciion qu- l'on continue, en
dpit ie I Arrt de not'e Tribu-
nal supim f lire la loi sur
la presse ? A des de lamaiions
iuuiil s t ridicules.
L lin-n cre et tempre
lautori'- elle ne doit pas la
ruiner >.
D us un pays, comme le n-
tre, c l'esprit ci nique a'exerca
sur des notions imparfaitement
comp ises. le Gouvtrntment
don imposer ce que M- Mille
nn 1 appelle t l' lucaluii de
dii :ipliue ..sans laquelle 1 Iniu-
me n't;t pas complet .
Il st loul de mme triste de
cons'aier que qu Mue ispuls
allante daus les horreurs du
pis ne se soiei.t pis encore
rendus a la nouvelM lalude
notre vie politique d.
Cm tains s: croiraient auosiats
de renoncer au culte de leur
imqu t. Il Nul pouiUntque
l'on reconnaisse, de gr ou le
tare, que c- pass est a j un us
ali. i et que qui on lu essaie-
rait de lo taire revivre sentira
s'abattre sur son collet la poi-
gne du gendirme, car la jus-
tice v ille La potence est dres-
se->
Maurice Etienne fils
Marchandises franaises
Port au Prlno*.
Pas de rclaiie
mais des prix et de la
Qualit
Tenez voir les nouveaux
tissus, l*s chaussures fi-
m >.. les linons et haptiste*
til que virent d", rec-vuir
l'aul E \u\il,i, tt coin*
parez.
Chaussez ?os enfants
UJEl
{]. Balloni fils
v^es Okumm sont les
msilleurfs.
ls. Fi /f o Uv i i-' mJ -'i li ' >
//..'fit'/> notrttlim.i poietU lAnwtdu
tolnl d de toi ' I. <" Labau fu' <'"'
i !'- n li {>!<< lin-1 ''> / "' e' i u ce ipe
me rmlU la ' m ne pli / j lit fi* ''
S n.iit i>tn '// ' /< ri* en. A m -i r^swo
Juixom n (C /-'"'< r :
DMISSION DU CABINET
P P- C-
bitart mu, tWr irinl'iip", >u> rtfafSn t:r*
(Il it i'j jr.irr mi riri> lit swi rtur ;
Itasst qie it iw >m |a>pirf us tanni
tm fil jiiuis Bu "f n purlr I" (Matl
L r'arlf nin El fui prj*fl am DM la *p'eal^ar i un W.m wir
Usai nf jr la n'If a ers ,nr> \v avilh
Il am, la Ildlr J r du juirulc U|Mir
U !un m Inulr ta ! aar Saimi irnalr '
Inlr fi mm lt/, a Us 1.11*0 Ih]h it irai an< lvnj fcl fl.il"
liiol It M r IfuMIr aiiM qu'ua ikix paatsi
tar Jraan mn rrjarJ v paurrort" p isaVflt,
tiiinjrr leur Irntiir au blfii Je M
Puuqu liiui iw Irtnik'e aux rfr.li> i nu Hn
U si i,ik filrr ai ir la II*tIk t' l'tswur.
El ptor I lnoiir, je wus serai, bM,
Vx in srroil aux iras plas ifaix \*> <-. fuVmps,
Il tira lya ars de*ir, RJ brisa * > um ailt
h tau MJBani pair lu us ^ t'Mni\'
m uitu
mttslatttaihra ]yolez cecj
Hier, vers S heures de l'epri
auidi. u ru*, ta cetare tait en
giuJ tmoi lu peut niinon de
(iso^uorl. poitnul le No 3011 tt
qui dr>i eLiliil U tue. aune allure
beureuarmenl modrp, heurta un
poil, fu il i nom de I i r :. '
Ctiei y lui occahiouua'ji une lgre
bien-u e eu II ont.
L'iu il nletiil nssfz banni ; le
conducteur ilii lamiD a-lHnlnr
ll et t-rig g i S conduire I nom ne
t l'ttOdital il il le T iIiiim .i de
t'ai le b Mi'tl.U nord el tout
pr. Ii tt toua le* KonoVs de i ou
ou qui, celte hcule, r lent
dans le ijiMilirr en | quMe de
clients, e (lereni sur Celle petite
a taire comme coibeuui sur I li
roe>e et ou ureut aggraver 1rs
ctuteidioe i esp Uf evideut de
gruger et l'auleui de laccidtDt et
li vittiiue.
Mais le ebaufleur comprit bien
qu'n n y avait aucun coinuroaiiM
accepter et que son aeu' devoir,
cetui que lui indiquent d'ail tur*
les rg ementa de la l'olice. tait
de rouduire la uauvre liorcme 1
l'tlopiial Ce a quoi il e d ida
de li- b mue gii -e m ii ce qui
eut au.-si p -ur flet de dch I ter
la lureur daa Foi.ds de pouvoir
dsappoint*
un i t-nlr f-ux n me C K..
ivre mort. jnr< de crever le ventre
de son couteau q le sans doule, il
avaii aoue >i vesie, tous ceux
qui se pr-enleraient lui.
Et e lumulla fut alors a tou
eombte
Cependant il eit grand dmps
que la Police mette svrement
la raison cet deoeuvra que le
dtltrm triment flaira par couduiie
au crime.
Lee au nonce* de demaude* aot
m ml .nies u'iur voua quand voue
d :rer ouer une raeil eureMAiao.i.
L"< -iiiiiii c de ileiu .n I -nil
im il u in pour vo ih quaud vous
d re/ acheter un mhjbu u'otc\-
al n
Lai innouees de demandes siot
iinp 'i niles peur vou quand vous
aona / *ous dharrHer d'uo
i SjBTQi i mus ter D8V Mi un m |
. e- anuonees de damaaaasoat
imp liante- pool ou- quand voue
avti h -oiu d un auPLoTi.
\ Ireaai r vous au MATIN.
Parisiana
Dlmanoha
l'attairt Blaireau
.. 5 ua'tiea daprra u roman
d'Alpbon* Allai*, jou par Audr
BlUDOt de la Comdie Freraiie.
V1U0CQ
10iyisoia FIN-
fcutrie 2 1 t 4 Uourdei.
Ushie Glace
de Port-au-Prince
Avis important
LT ioe a il ace de l'ort au l'rin
ce, fait eavoir au l'ublic et aaCom
meice, que couToraimeot L ton
contrat paaa avec le Gouverne-
ment llulien. tanctiono par le
Corps Lgislatif de I fait d. lente
de te livrer Port au l'iioce i la
fabrication de la Maie, comme
la vente ou l'usage de toute Mace
qui ne proviendrait de ou I la-
li -m. ni
La prsente dfen-e tend a
toulea entiepriaea t Iles que lut-
tai atiooa rrigitriSqueteniranldani
la coocMsion tt l exploitation ex-
c a-ives reconnues par les fou
v In Cuhlics H sine Clace de
Port au l'nuce.
Port au Prince, le 2U aot 19X5
Lee S PAHKS,
Vice Praident.
Inspection Scolaire
de rurl-au-?rince
Les candidats l'examen en
vue de l'obtention du lmiiucaT
qui leur peinvitra dentier l'K
ro e Natioa le de Droit, sont iovi
ts aine rire, au Mge de I Isa
peciion, a partu du it aot cou
nt.
.i examen auia ieu, i-u local
tu- indique, le I4 >eplembie pro
cbaiu a V heures du melm .
Port au Prince, le tfO a^tt 1!
1 ni la ttttrtpar laquelle le
1 aier s-i i/.'//i'N.<,'ii. /) Son
I 1 I ence le frisulen ! fa
Htpubltq e :
Fort au Princ.lelJI A ni 1*26
A Sjn Excellence !e Pisidaat
de la It'.Mil 1 1 me
l'alais National.
Monsieur le Prai lent*
Le piiti politique actuelle-
ment au pouvoir reprs'Ht*,
sans aucun doute, les vritaliles
intrts, ies mtres perinautiUs
du Pays ; il est ld parti vrai-
ment n-tional et prottresaistn.
Estimant qu'aucun sacrifice
individuel ne doit tre nglig
pour asurer son triomphe, et
convaincus qm |. tnomphe
n'est possible que par 11 diici
l'ar sale de /i i/V ifioN ataj
Ci nstit des ministre* a nUium
dans lu lelhe ci-./essirs./e fWeV
i/< 1 del HtfHfbUqut a recons-
tiiui Arrt
BORNO
Prissent de lu liput/lique
Vu tari. 7 > da la lounlilulion;
AUend quii v a lieu, par suit*
de la demi-ei >u des Secrlama
d Kl .I, de former un nouveaa
Cabinet,
AHUt-lE:
Article 1er. Sint nomms :
Le Citoyen Ren Auguste, Se. r
traire d'but de l'Iniiieur et des
Travaux Publics;
L Ciloveti linec Uortioville,
pline, ainti que le prouve Uni-
lui de ii>' s | 1 aranda ptrlis
p( liliquH. nous cro)0 isu.por-
un, dani ii litustii n p l ao .
de veus I i 1er votre libtt ta*
d'actio an ua dai mrsun s
gouvt rn> tnentaUl qu- von- j i
geri/. no uairea et qt '1 frnt
de votre It'uitime piuvin de di-
rection.
C'est pourquoi) en vous re-
nouvelant I'. xpr.'Sjioii de notre
devouiin.it 1 lisolu l'ieuvra
de Salut National 1 iioiin n s.
tons unis DOUI Voua prioiiS
d'accei,ter ntlre i.mis-ioiiaev
laisurat.ee de ros :eutimn.is
lis plus cordiaux.,
( 8)R toausTS. Perosnd
DlNIBi Iloimaii HCRAUX !> -
labarre I'ieuul-Lu i-i, Lon
Djean.
Secrtaire JKl.il de II Iruclio
l'ublique, de l'Agriculture et du
1 111 mu ;
Le Cilo\en t on I). jeau, Seci.
t iie d'Etal d. s H.l dont Kvl-
li'iue et de lu It-
Le Citoyen llumollie Par t,
Secilaiie d'Elal de la Jattlst.
Ailicle i. Le Secrtaire d'Etat
dea Helationa EslfklirM et dei
Culte 1 si pr visoirt meut cliaig
des Dparli menti des Fu accs el
du Commerce.
Aruce3. Le prtent Aril
sera publi au journal olrlciel de
U Kpubl que
Donn Plion-Ville, le il aot
19t., an I22u.e de l'I'dp.o
daiee.
bORNO
Nouvelles Etrangres
Par Cailla
Au Maroc
tes pttMatfsil s'achvent pour la yrande olleusive
contre les ftillauia
Plitieunt ribis rtbelles Ht oti- ri de se goiiettie
Uni' proclamation du Gran I vizir eu laveur le la paix
Paris Le mai.h.l "lsin r 1
parti k IV) u ** P"ul ^*r*ey 'e 0
Ha nbsrquera demain pour le Ma
io<-. M. Painlev a'eat entretenu
auiouril liui ave<: le marchal avant
son dpart II a dclar aux jour
aaliates que les loarchaui Plain
el L\autey et le ejnral Naulio ar
rterool 1 alao dfini if des op
rlions d'offensive dont les prpa
rtifs s'achvent actuellement
Tous les moyens seront accumu
ls et rationnellement employs
pour rendre l'offeusive prochaine
aussi rapide qu'eflicace el auwi
peu coteuse en vies humaines
que pos-ible.
Le Prsident du conseil conclut
en dnant que malgr les laligue
d une dure camp*goe Jispeise,
le m..ral des troupes est uisguili
que
Le marchal Ptaio rencontrera
le t'J k Mgsiras le goral Primo
de Kivera il' discuteront la coo
pralioa des troupes rra ies -1
aoolea
K-BAT D'eprs le. 'tert.iert
renteignetnentt, I attaque franc-i
se sur e front et" lioue e ! >e
lopuer l'es lavnr.b .n- ni I enne
ml -rable vouloir tbeut her des
rsitlatices u as oe \ eut e'oppo
Mi la uri |ieeion de dos ^uatie
colonnee. L* rociimuiulemenl du
secteur entrai a t confi au g
oral Vtailv.
KKZUt m lieu ^ uverii'mti
tvux lrani< nul l fort mut
In corps d'arme Iranc 'i 1 ei'oie
la rgion Irot Ide de Tsoal lu
nord de Taat I les Rviout haie |
lent dans leur retraite vers Us 1
les tribus lin-iiie qui eulrefois
menaaient Tm Le Imi prlreip I
de cette opration tel de il k*|I"
compltement les lignes de roui
municetion el de perleeunnr >-" Ma
moyens de trsntporl alin que I of
fensive puisse lre earutae iai>i
dment et d'une manire d rhM
ve. Beaucoup d- IribiM boaiil> a flsj
Resi Stanteton ont offert lai 1 MS]
mistinp. 11) grand viair a fait r
pai.dre par svuts et par ml i u
les copies dune DtoeleOttloa
pretcii'anl au rebelles il te tou
mettre et les avertissant que la
Frince et l'Kspigne triom| he
raient flualernent.
propos de la I |sj .le
guvrra lielgei el Iran :ai t-
V.ASIII.NUION I 1 ,..,
intervenu -lu U eaaMtWioa
amncaioe de la dette el la mis
tion titeocire u a>uit I 1 ><*
1


LE \UTIS

(lardez tara!.|WMt
fn ni
Nou sommes lgion ceux qui vivei.t dune i-con peu
,n"S S "opTiUOl.1 UmUIODl dur H nou n. fakoo. p I
HKI ii.iiiieiiiinenl ,. u ir,.!.i
I |a corps Mtn Ski la plus lrodM JiMWM osbISS i.
Van det.soal il.m votre d.ele. DO M "M nourutur.
dconl i nergie que sous^p ne/ chaque jour.
itiorinel!e. >ou
le
qui
\u|l- H !'
B-y""UeV^H:,!M\"!q.;."coo -lent le-
paitout e
r 1. bonne rttouU qut ceal lanoumiur.
de lu Oflure qu'il fbul Hour p ifire U r.ulruion.
Le sol en est d icieua e: q*OUO que " '"'
r./ Quaker Oat vou duuuer.. UHlj ui pM-
Ponr uieue poii.r, niang./ du QoskOf Ous.
Lto\ II- THfAUD, AlDl PCUI liai i
rar loi I loi mtt
lequel
d'ncigi
l i u .e pa
|HS li i ii I
as3 C
.
Le CooirJs da la Umii
des Droits e nom lia
L, sm. i el (i. r:-nn
dans de*. BOte p ibli-'e* h r l.i
nent le co iijI rendu d- travaui
di Cvigre 4a la UgOS 4e Droit!
d s lHo n ne d ml la demie -ri
-.a fut 1 ni* Mercredi deruier au
Collge Lnuvenor i,
C'est M* Etieme Mn qui
pt.-iUil. Le* dl*Sfl rippirt* des
Com t- ir les diffrent fOOUI
par les eongresistes a la *
aoce p cdente ont t longue
m'Qi rlUeuta pari is asti *ive
m.ioi .'il [lutm BrolN noi d ut'
confrres.
Le ''ongr> a 'm's le. voiu q e
11 I i i iir h liiioan soit admi*.
occuper de fovlio's dna l\d
mini-lraHon put 1 qi e, qu'une plu
active aurveiliaure soit exerc e
sur 1 Knf.int, q i'u e Binqie agi
cole soit intit .e Hati, que,
par des pakotl If . l'O i oblige
i-enl* env rai la ira enfant*
Ivcola II a.et* un i en;iag di
\ei>e ro i*iln ion* cuir r.mnt
les conditions du Tnv.1 I h 1.
\ I ii .1 ln-'r c
I I e r n i f r
rapport sir
1 v, ulion da la
I.- s i o:>ar^*sisl(B
m lient le vomi qu lie plu* g au
mil ileruii rl i
bli-s^nt dn la Pre M
\uj wrd'aui U L g ie oflre, rr I
di rt d rai. aux Cave- Je B >rJoaux
un dner aux dl-ju* des Comi
ts rgionau de la S. cit.
Nous avons ' lon-e de puiser
ce renseignements chez no d ux
confrre, notre Organe ayant t
tenu compltement l'cart de ce
Congrs au cours duquel pourtant
le mots union,ronci'iation, frater
mi. BOlidaritA.etC, furent j.'pl
qui mieux mieux.
goliaalion de la dette de guerre de
la Belgique La B Igique e I auto
rise a remli >< r n mu Kl-.ls I m*
171 uiilliou de dollar avancs
p lodaol la guerre dans une perio
de de 62 aune' sana bala les : 'a
nette d environ 240 million- i
do lars av*nr.>* aprs I ru.
ara rembiuise galemmt dan
une penodt de 02 annes avec
une .erlain rduction de Tint
rt. Le taux de l'intrt 3,5 0(0
apis ics premiers dix ans a i
Ole poor 'Ile partie de la delta.
La i umrai ion amricain*! a es
time ^ruude Tob igation mur.i e
iacomiiant m. tiiiis Lui* 'Lins le
rglem-'ut de U dlie i> g en rai
on dei propusil oua ac ept" par
le prsiieut NVi on a lt coul-ren
ce de a paix, il'.iie a ependant re
fu d'accepter la proposition de
la Btlgiqie demiudaut que la
paiements da l'Allemagne prova
naut du |.ln Dawe* soient alle
tt au compte belge.
PaHI^ vtr aiilaiix Ment de
suspendre lu prpartm de se
iosiriiiiioii- lelaliva la OOIsOll
da'iondeh dte ftaniise aux
Etats I'" SO ..tL'iidiil d lre do
tioiliveui ni lix au sujet de lalti
tuda du iJouv.rnement Waslnng
fou dans la lue iu de lu Jel'.e
belge. La Prtnes compte w un
traneiaenl au-.*i*Livorable a-*cord
la Belgique.K i consquence, las
projets de M. L.nllaux ne seront
paa soumis l.ippiobation du ca
binet Irsnitsetiol l Ha du moi*
poque k Liqu-Le sera aussi an
nonce la compotitkM de 1. rom
mission Ce h est pas aus une vi
va urpriseq .e I ou a appriscert.ii
na >ugg4-li)ii laitf aux lidg-s par
la com nisslon amricaine des del
les. L Belgiqne pourrait riuiie
aa dpenses inilit lires piur pou
voir payer a l'Amrique les inl
rt et le anuml* jle sa delte en
raison de-,i conisaiido Okilittire
existant entre la France et U 11 I
gique.
l'attitude 'I i paru iocw<
lislo vis-1 sis il I ,i lu *l
G Miviin n ml lia i us
Pahis I. ii;rc* nationaldil
parti loclaliata a vot contre lac
apUlion ds [i Us "U ii partiel
pation active aux ministre-. SI il
gr les efforts en ce sen*, cette r
solution ne fut pnut vut e i l'una
ninit. Li uuli ni .>'
M. Blum, ibel di pull i >oli
celle de .M. Iteiiau tel en I l>*OUI J )
la parllcipatioo obtiol S19 vois
M. Blum proposai ausil q'- lai
socialistes accordejuSQl po ut
leur ap.ui au uiini-l-rc i lu!,
mai l assurant a tout giiveim
manl faisant da tig>.ireu\ effort
pour faire voter l> mesure Ij
msadst par le proltariat.
Nouvelle t.ntitm itllrac
imu-c Je Islle !i r ni;
1 -il po ir h-iv.m s r 11
la. clic
tlerle, la nageuse amricaine de
M ans, a cb ni dans sa Unlativ
ds travoraeS Je 1a Maucli da s
uue bal e lullc. Lie m sura ><
tories ei Tsndursnoe d ie mua
ries coutre le l-meut, mai f l
T i eue pre- hcuie-. G m nu
tes d: n ge e trouvant a iO kins
de Douvres ; elle dot tout a cuup
abandonner axant avt, trop d -au
sale sut une distai ce de t km
ou la mei itait courte et ag tee.
Ver le milieu de la traverse,
Melle Ldeile tait intre dan
l'eau tire U luer au cap Gm
NeS ; elle oui'arrter 3 heures
38 de l aprs midi. Uis tondit en
larme lor qu on la rt monte ur
la chaloupe qui l'escort.it aprs
que le nageur fgyplieu I bak liai
my leut niainisuue an seiaut
prcipit k son ecour ?ur un ti
gue de Jabei Wolte, m vigilant
entrslntur.
Le Nouveau
Cabinet
Installation
des nouveaux Ministres
'Je mai lu a 10 heure a eu lieu
avec le crmouil a'ug:iiu-
lall ton des membre lo.u u> le
nouveau Cabinet
A Ption-Vilte
Le succs de la (t thtrale
qui ''in lieu di oanclis tieniior
IViiou Ville lut tel, qui u i il
nous I.usons voiOOtlers I cho
des nombreux vil -i ituristM
pour demander au Comit d'or
yauLtaiio i dj vouhtr btoQ r**
pretiire la b;au p ogramiOfi
excut av.'c tant d' |uopos par
les interprtes.; qui tojs tucir-
uaient leur rle.
Nousromm i bien srs que
no re petite rtijuCie se a appr-
ci.'c, car c'est au n 00 dfl Saint-
Pierre que nous la lo mulo. >.
Invitation
Les ami et le pareuls de l-
ve du Collge s n .> Viooeul de
l'aul tout invit a la matiue lit-
traire et rcrative qui sera don-
ne la dimaucb' (3 l > mirant
8 lieure du matiu (t'iacele.
Anne No. 15 ) l'ooctiioa de la
proclamil.on de prit.
IIjihIiu^ L\Vb.\TLHE
non- cl sotre
Lot l'ub i | c.
li'i fut lu le
les co'idii'oos
P.e*e sa II i L

Les lainaues exclusifs
l.es soieries Hautes non-
v^eaoti.
Les ijarultureo grando
l'JUt'.l II
e tn. vent ch' :
OH' PTTF, .< IION
. C. STBalWS
3.Rue) Cir*n#tv n_ Pri
Envoi ds C.ata'ogiips gratta, rhs
que saison, aux Ngociant et Mai*
LulLuO^iL^ Mtile Oerlrudo ton de couture seulement.
4{tl'ont en renrtan! Inmmagc au
louci du b u il m ont fait con
tiinm ni preuve '-s m olir-s du
Cabioel sortant iinla t le 10
mois de eu laboratinn 'ruite qu'ils
oitfoiunii' mi (i nvrii. ruent de
Mr llorno i1 est non moins li me que nous saluions les collabo
riiieui i ouve.ux que le Prsi
dent de la Rpublique vient d'io
mt r de sa con6iice.
l'a' une preuve non quivoque
et qui corrolior- amplement ce
que nous ili-i ns il v a quelq. s
moi, le titulaire du D.artement
d> I Intrieur. Vr Ren i ,ti-tt>,
drpii-s'orniire,s'est va rappeler
es mm s liantes tt importante
fonctii n-, tmo'gnige evideot de
la roi fi >i ce lolale dont il jouit au
prs ds Son EacellsDce le Pr*si
denl de In R.:pub!iqui Il m a t
de niSinr de Mr '. un Dejsan qui
rvp na! m ml ! pnrlef uil
les de Relation- Elle rie ires el
des Culte.
Une attention miqie a t
ver ce qu>t im pouvoir que
nous de la l'iesse n. n r-pruen
ton, par le choix qui h t fait de
Mr Mener Por>>n vile com e
chef des Dputerm n's de lias
trucli .n Puh'iq e, d i Trjviil et
de I' giicu luie
Cette lvation d'un dei no'res
mus rjouit tout parlioaiireOMOl,
d'autant q te nous av ns la certi
tude qu' ce piste, les II iules q m
lits qui disting lent notre inlelli
({ni coiilri-e v m li .m que non
passage aux iiltiii. s oil marqu
de Basons alites impies faire
que celle sympathie dont il jouit
en notre milieu s'accroisse dtvan
lage.
Le eboil fa I ds M. l'himothe
Paret pour dlrtgar la D arte nent
do la Ju-ti e esl no i m nus heu
reuv S. cond ilo tml nu Par
qu t du Tribunal de Premire In
lan.e, q i'i eelul du Tribunal d" o
pel le dsignait d| depuis long
temps a ces (onction* o il sau
ra mettre contribution dm* une
plus iarg mesure e* coquiimsiu
ce* approprie d'homme de loi ai
d d un grande lor.iu-t de carac
1re
E i renouvela U nol'e lut aux
m'inbres du Nouveau l'abinet,
nui* leur yons l'expresaioa
de toutes nos ivmpitbies.
^vis important
Levons ds Plans
et do Client.
Devant l'aff Bsoce i up ur croi-
de nouveaux K v. qui d-
lil proAter ds o ens. ign
jeol si d< BOB exp < nc. ttme
i. ,lii', piie -s i. ros d>
l'aune scolaire couls d' retenir
d* niain'euuit les j >ur t heures
qui Ipun-onviennent pour a teotot
d Octobre, atin d'viter ds eireurs
toujours regr t labis.
hll sera chei ell" I >u lesjiur
d- lu heii.-'Sdu matin a midi -aif
e dimanche Le jour* it heures
dj. ch usis par les K ftOes losorrt
d* puis plus d'une anne, leur se
ront 'ons.ivs, ai jusqu'au 15 9p
tembre, ils ne BiOlIrSteal Da
expressment le dsir de les clun-
ger.
Ou peut hi'n enl-M du adresser
sos commun lestions Madone VI
Georges (HT. au No It7, Rue Dm
tes Desiouche* ou Pave ( Po t au
Prince ).
Les le.; inWrepr-m boa! au 1er
Oc'o*>re pouf les Elves absents de
la ('.a,ut le djurant b's vai*an es et
au ItrS'p'eiib e piur ceux qui
DO e dp ace ont pus.
Fort au Prince, le 18 Jnill t IQH
Mme Maleleine OhOROeSGtf
Kn-ienne K ve du To i-ervi-
t>irde Paiis. l'r l 'sur pr ^
de 'a Vi 'fl de Par .|'*rol sseur d
carrire ( IS aniedj pra que ).
r~--------
A vendre
l'a buggyl'tit
avec hi nais en pi
|l'-"S | 1 11-11'
f i le condition
et deux bon rlinvaux d |i il
S'idresserau Bureau du journal.
Lp particulires
l'ifcimr.Xibtaii
J___3..A!lrei fMO
Bue P5rou, enlace J2
de rimprimerie Ratiooale
Irmritritf
Mme Vve Aristli >rm>ne Doleyre
et ses enfants, Mme Franc >ise lit-
m au et 'U'an'. "m '>i l>-
i h MM. C. D'il %er. Brenor et
Luiembourg D II v r. Mme Vva
Conatanlin Jiseoh >t s > nfan'*.
Mme Vve Fernanl \ dson, Mne
Justin r.harlem is et ses entants,
remercient les anis de Porl le.
Pin et ceu de la l'.apitale qui leur
oit lonn* d preaves de sympa-
th'.e a l'occssion de la mort de
leur reg elle :
Loui* J.uep'i Vr -t', > nn 0 >l *vce,
lei I- I Po't de "iix le juil-
let 1915, d les orient d*e*iri
leur prohnl......laissan".
Pari au Piioee. le 6 Aot VMo'
Le familles Vdfrola et Th;o
dore, tr tou h le 'ou* le. M
m i ' ti y a >%'h 11 a leso i'
re ; i I' a-io i i -o-' 11
leur regrette Vf i / 1U1 \\
pri-nt les amis I 'r > iv. r ici
pre.-inn de leurs sin r remr
ciements et de le ,r profonde graii
tude.
Port su Prince, le 81 Au' I94|
Repassez vos lames de
rasoir tt dix secondes
MALNUTRITION
>rovient de ce que le
ytme ne peut pas
convenablement as-
similer la nourriture
ion Scott
est promptement assimi*
le par les personnes
de constitution dlicate
et est un agent actii
pour aider la croi-
aance et restaurer
les forces.
Av W VulH AnloSiroi ... ir
J. r.U qui-M "l
t in ita.cr.iMC-'a di
L ni{m Um lui i inu">.
nnl titn p4 ni d. jn 61 ri J. .
ooctsjf. L'j'. '" *" i '
t Rasoir]
.Atartrop

l*'-aHH <'
Colombian Steamsbip
Company lnc
lv iteamei "<23aacm" aijarvL tabi 9Uw
^Jaill IV 15 aoL couiaivu e^L attendu
tforiv-au-'irince {v MmanditV 23 H courarvt
sia Ut (KWU du nor^. M repailira U, mi>
me jaui poai ^eUi-.-aod, TMnaaoaev %-
lmie. Cai>e5, Jacnwl eL Ut paib 5v u Co*
ComGie. pieiianL fit k pa^aya^ '
GebiM i\ G0' Agents
La pte KOLYNOS
pure paie v
dentifrice
sans -
addition
d'eau ,
S&xJ
La Jirr.ention d'an nbe d pw Untitnc
n r.lique pas toujouri la quantit t4Wu>
d'ingidienti actif qu'il contient. Une pt
additionne d'eu fait du volume, nui U en
(eut beaucoup pour obtenir le riultat deSirt. #
La Pit Drntifrlca Kolynoa t forument
. US et ne contient que la Ingrdient
jirci Elle fait beaucoup d'uatf. l>
contenu d'un tube auffit l cent natter*
L ..'l-f lu tube Jaune dam la boiltjaun.
1 aie Dentifrice
mm
Eug. LE BOSSE & o
Agences- Reprsenlalioiis
PORT-AU-PRINCE
Agents (jnraux de :
Peoker JoneT Jewell Millis^g A C
\ L. YU11, u
Farusd llujaiiaii tlO lloula II >ugo et< .
ftaiiUiti rn- Insurance Ctnnpatiy
.Naiw-vini'.:
\Sarsnoe contre l'inceiiii
Itamond latcli Co
Allumettes i S;ilo Home i
Q. S. HitldiH iport lotn,i i)
bouliers loti*.
Clms F. latlll ,.ii S''
'otaeons aals en tjt.s i|ean-s
(\|ai t lai lures Lilo lns'ce C)
rttrnct' sur la vlo,
juilbou Frres (.!
\in.s i\. thampagne llordrilu*
li, Hejiusr
t tM'L.MiAi^LK
< ii i- i annis, liomage et conservai ali aontali o
V S lalhefi tt Son
'|'al*ni'B |:iun* t in r<.
.t nalion.'ile
Sans Ul val
Cigarettes Chantoclsi o
liuvols dnreo
i

h


L% MMi.V

uot tous deVez ctieter Hiiez.If rcl
& Cie
Achetez votre Glairin Tiei "' rat Gin, Wikv il' liqueur M parce qu'ils sonl tendus Mil plus ins prix de la place
" xut.eRh.Mn .("vos alcools ' '' parce que bmnirqu Hu'ilai vendent iont d'ans parti* ingalable.
" voire sucre haillon on lranuer chez pare que'leurs pjiU sont lipu el leurs prix des plus avi.ii.i pj*
" votre CM tumttinuulu chez parce quil st p.p-ravce daceli' d chois.daw les eppsreiwlesplapretiMn
von-,. Bie.r (potenbrau lambourg) parce que m M-hur et mi prii dtient toute eoncnnence.
vos flou de Bocaux parc*qu'il*,ont vendusaul mime prix qu'ailleurs, malgr leur
Achets aussi chez Marcel ludain 1 Cie I'-"1'' M" l'ceueil >\ 6 vous recevrez tari des plus courtois
N 1903 Rue Cois sUrt en un urfor'i I iueiiii] et 422 lots en ssp es. Sous les auspices h la MiisM
F. H. AHir C p.Hatien.
lie loieiie eut ouverte dont le pri, nul II con'sle << V n m b'> 9111 repr A$ mU 11 g'avur* d'aui^ pi \
Le linge aura luu de que en Mltt :wont tt' v->d '.
Cet d>pce, de constuciion moderne o//r, tout e (O -/ ri diiab e e' eV, n* con'etc, un des plus oea -S)
orwmen1 d l ?*"> ^m '?* /#<>: > ,
Situ l'srglr des u< f du Cl \ riM tr.ert et d> t Re!|ci Il m s H r t rcush uii eninnm. nt .mi n/iu et hr.|ji I oviV irt 81 tl."* OtialASl \4M ai-i i r*i
d> cfa.il >( ci i int | : i bi ) c Il |itv<< s c. i j I. V, ac. 1C i < u I >a t>iX < Lid bits el Ut b de) i i ri i c< v ;i 'usagt' de eu a ne s;i < i.'imoUii, tics >nic .u et (.mu.! de cm luit Uni iimi'm;i|.u i s I iiirei u bols ileeu>iie du pys '> p-u-q .. t> eu peli blOM de aail .le l.ll rent>"> eM.reiqti lo me ,i
les Bha Mejn .ai pli s faci t II* I.
I. lu ui.ipIiI. m iMtu Uni. nt m- upparU Coupamile I aneaite des Cabl-s ll 'gr phlqaes q le Ion refauu d !": I dla par mois et luvial ballq iprulrth i I. |al i :^o
Dae p lk< d'asMiiaice t uuwe lesikq .s eoolre 'i. eeadi*.
te HtjmO e a* b UU m h c- / es d /-* MX), (fi l*oia do'la*-s) /c hill -t,
tu m de i'mrneubequt r p < h- .. /f /<> p 0ipal i j/ a 422 lo's en pfji rt'tme Valeai* cl "en eH /
d- 7. 7,40( J v m il q un Ira ce d l'a ; (i nH vput :
4 lo' d p. |,( oo.l in ne oo. ir> i / * fr>-, i <' r -"> /'/os */ ;* fcJi to:s *i** 9, 371 '' w*' i\
ies billets seront vendus s us le CODlrile de la laauo F- I. l'tleri du C%y H.ili.n Si le lifUje de M loterie aura lieu aaaleOlll sous hou eoi.li.,1. t-t avsc
l'assistance d'un c.uiii loiuc do personnes donl le nomssuiveiil '
iVJgr. J. H. Lolcanap, Uclor DaiAeuf, CharlesZamor,^ Ifa lacias,
lt Sanchez kaitinez.
Eu venle ehn: B, Robelio. Htel de Frabee -- Georges Wuoier.
<> ^ V ^
^ii
-^>
**e
Arn slroc j
Bar Terminus
Jaune Lopold
Propritaire
'.^ 'V '"I1 '
Vais e' 1.. '' I
llO.l
U lit m q i H u l
( ; ^ j. I ...
111.. i 11 e i '
CI |
toi I I'-' ftl ..
le ilnur stivicr.
MMMAIL
. i- S{S i Ci eb-ut v. fsctmi di Kf.gMttn, tst ntt^nli
Jai nielle V> a1 Al chirgeta loui les po *( lm\i -n*
p ur likur<>pe direct,
L-- ttesmer lara Vf a ni de |ini|ston, e?t ttttBdnljSCn I le 18 Septembre
irutbaio. H ebargers i tous les por>l bailien pour l'Europe d recl.
^cntaa-*fiiricc.te 20 couL 1925.
J. bailler J" Agent Gnral
Si vous voulez conserver la pasu de so .liausu.. -.
n vous voulez conse versa souple S< p' > danl longtemps
uiiiiOjel notre pte _\l> nosjram la lavillcure 'I louies
i
.abriuue spcialeiiifiu pourl |ei-li* ! Iti]| llil
Llle proiue oi ctiaubsures contre la clialenr *i
l'humidit.
Geo. Jeansme& C -* Les Bicyclettes Sicile
Sont plui .I. m .mil i |
lOlll .S Ut..' III 'l'IM
ii mqiVlli aa>t n i H***
!< p u au ld< k i i lut I
il-, e*, la piu* J u
pou qu I ne p. I 'I'
d un li. iirr. pi oi'h b e
NUo ci G < i si (>
expdition an p.ovlnca aux r .s I l'AS*j
[elei'iiuue
f' "> .....



-

i .i


. ayum
eau
-I-" -'-"-"-
Kue du Quai
h ta

ATTENTION
ii^vteni informer les propritaire
m d'auto que jai reu hierjes pneu
CULID de dimension* suivantes :
1 Pneus 32x4 cord; pneu* 3#t4 cord
r Pneus 34x4 Ifi cord.
\m
III* 4
Attention la fraude
"Beaucoup oV dbitantsprofllintle la vogue du MiltUm KBCldf rndeH d'autres
ilmni- oiis ce Dom que les connaisseurs rclament. On grand nomluv rie consomm-tl^ura nii
tromp: el x e iont*plainta i la laisoo fiaatjeot. f'esi poarqooi ell*. inlnim I pnlil'c in-
tmtque le rt cUhum .Neclar*se t-ouve dans ses quatre dpota en ville, dans la maison priv-;
de Mr Frdric Ueatjenn au Bois-Verna et aussi dans sa maison
prive de ]>ctionville-
Ceint qui achtenl ailleurs devraient rclamer leRhum Nectar
en bouteille tiquete et capsul .
Dtrois No 1940, Rue du titgttin d l'E *; Mot III et 560 Km Bonne Foi.
No 028, Kue Courte, ancienne maison Brutus Si-Victor.
Tous trouverez chez
"De L'Avant"
Polices en vijucur dans la Crown Lif
tSiaS17.39S.19S
1919$21,338,339
1920-525,745,826
1921-$29,806,174
1922$34,460,044
1923-$42,175,160
1924-$50,611,214
"Quoique l'anne qui vient de se terminer ait t malheureuse*
ment une priode d'incertitude et de stagnation dant plusieurs
ligne* d'aflairei, les chiffres de notre rapport annuel ont une
preuve qu'il n'y a ni halte ni hsitation dans le progrrs de notre
compagnie. La Crown Life va 'de l'avant'agrandissant plus
rapidement que jamais son champ d'utilit et de service public"
Extrait de l'adresse du Prisidtnt asseml lie annuelle.
i
LA COMPAGNIE D'ASSURANCE-VIE
CROWN LIFE
Juste lavais
1906, Rue du Magasin de l'Etat,
des matriaux avant donne leurs
preuve* es i.M.-ance, suprieurs
ii ii- le* point dV vi a crus
imti rts aiiuei'emeul louvnnlser
vir aux con truction modernes.
Fi les une visite ikn Ktll Lil.\
.oi tl v us vous rendu / compte
de la supiiioril viam ent ndinira
ble des planches, cartelagis, ma
driers,ete. qui votiR semut vendus
lant d exieilemes rooditiojg i
qu> vous donneront en'iere salis
ludion.
Souliers Souliers '
Nous avoua le plaisir d'annoncer
h lotie aimable client U que noua
a vous pu un grand at-aorlircent dt
Smi.iu.sp.ui J'en, in ee
lonl Iss t m.oiii.ui unira Ui. *,-0
et i) i di li m l lr ne ioih uuence.
Arroiiii a vit. eif (es * s'enlvent raii'em'nt.
OLuFFSO.N Ll >8ACo
i Taverne des
TOAMIBULES
310, BueitBonne Foi
Uhm i.ipr. ilcGii
Bire Pression,Sandfichs toutsijnilitossouperstroi 1*
La Taverne reste ouverte toute ta mit
TKLKPHO.NK : 771.
0
u
luges "qu'offre L'activit indus
irielle , dirige par l'infalignlls
Kue une l'amiUs.
I'lus de v tu livres
Plus de ivus mu
S cha, ave !< aveu
GrandSRuc
A. ct des Caves de Bordeaux
Voulez-vous voue habiller avec lgance, et a |bon
marche-
Adressez 'ons h la Maison \. & A- A1-HA
Dont la devi.eesi de vaaj.e u patil bnlice pour
vendre bdauooi p
Uaus son pei .jnnel, la maison compte un matre
tailleur italien sorti d'un tabliesement de premier
orure l'tUlie
..11' en ou masure de fournir des rompis. tout laite
et sur mesure, en chevrote, diagonale, palm beacb
irlil blanc el couleur, coupon de caelmlr pour oan
Liions LtoKes pour .gilets
Bonneterie
t Remises de iour st de nuit, au got der oit**
Jols et inanoliettes dernires crations. Ca> 'Cens
et t'y | a mas.
Cette m tison constitue une innovation
et le meilleur aocueil est rserv tous oeux qui d-
eireut par une visite tre dlies sur la valeur de*:
travaux Ijurnis.
I.xt oviamiiid com tianie et |ul ne repond pat an
goiU lu client est repris,
On parle franais, ang al, espagnol et italien
Garage
Annoual
Le Garage s'tend .de la Grandi
Kue a U Kue du Magasin de l'Eut
ilxcuie luu-. Isa > , I*a
plus difficiles *t 'e p'us -ie atr,
M. r huiorr.nbil- . mena le.
Snv.vde loul 11. t ordre.
a i ux clients.
lis pmiiirol uilgr. la marie siiui
A llecsvolr an i i n ,semaioe de nouvelles|marelian
dlees, alUat.aiiai a i JwiU de* deelra.de isur.dooi-
breuse clisntele.
litiezKawas Ueruiaaos
205-209 Rue Traversf'c


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM