<%BANNER%>







PAGE 1

inuZiLhttdl 1>|nj"MSUC ird Bei rouet avec u t ntmer Pitre 1 I lr :.ui. Ml H. Mlk dai BI '• Madame \\e Catalie Ihhaud An Champ* goe, e terrain, CB de* Ivniwbw ri porla un lotit •u bor.li nr de m n. veaux poux. Le mariage civil i ut lu u If ne me jour %  > •• heures 0/A VerlftC*Su0 „/<.' o/.(.< fte de rissDipnoH A l'occasion de la grande tle de l'AaaomptiOO, VOICI 1 horaire des< ii -" lim< x ( l m ^ TOl clbrs. Samedi, dans lesdifl* renies Famine • A i.\ LATHI Hit.M I Il v aura mMe A ' hures, 5 h l\l ii Ii lire. A K li i.i ta, V n le Mes-. £ in'ili-al'. Ci kl Si Grandi ur gr CODAR. Archevque de Port-au l'inn qui olBcierl ettour des Lhanoim s ie I • M' 1 tropo laine. Le sermon de circonaiaoca era DTOOOI ce par le i J Si LV ru' de l'Ordre du Saiul-Eaprit l.'soi, i 6 li lires, il y aura A i auiviea de Proca ati ooai duSilu -lu Saint Sai-rem.n'. V SMNTIO-I PU Il y aura m iae butea I h. rt gaud'messe 7 h. li'i. A SAIN ra AHKE .M M ba M 4 lieues et grand messe 7 h. I|f. L'Actualit Hatienne Tel est le l'ire U un impunie nie DOW laaoBBda recevou d la plume de notre ami Laveulure, avocat, qui dirigea pendant que'que lerap le journal "ta Kalliement'"L auteur, aprs av >ir pais5 en peu,.; la iHaUoe conom-que, po iliqai ei Mciala de 1918 I IU21, ce-i dire, depuis le dbirque ment dea tiuupes amer %  unes sur noire territoire conclut au renou vel.emenl de la Convention pour uu.' nouvelle priode de dix an. ne-. ••Pendanl re temps dil il, le agitation", les excilmoiis, lea conpirlin sourdes cnnlr-r la marche aaceoalnnnella du paya Materont. Ou comprendra qu.. la praaaoa amricaine ici, loin de uuirel celle volutioo ea plutt uour M.n panouiaiemenl Noire coolire cooclol aoeere • •ijuaiit a ""aona Meeai ip pel a loua eux qui M ilout I mdre, id |nqnllUi; a tonoani qui re rueui o tmpoyer lea Iejorej corn me m. yeoi de pnipaj{.iii.lii lou> ceux qu'i rclamaoi une tiliation nette, elaiie. ilHaie N.ui leur moniron" ,e but, p"i> le daagar. ^()u leur diiooa aussi qui la poli liqoa .ie progi d maucipaUoo, d'docalioD al le *ouve ue na tioimle baaee IOI la Iravul eI vt..r.>it. (•'.onimune .1.Logaoe)ealiC| voie d clitvimeni. Dj* la dle du b-i.imr de ce temple coquet du lia.lii.life du dvou cur de L0| Ane, 1^ l're Uoyer r I lixen au • ni. ., n %  i. Ou I .bit' peocluin il a C up de pai raina et marraines ont t dj eholsil pu mi les bienfaiteu Ue a Dufort Le peu de ratwoarcea doni diapo.le pre IIver ne lui p.imfl pas mu'lif ureu-t m ni ju-qu ici de con>tn ire l'tscaliar devant .on duire a la la.;tde principale le la chapelle b'ui-, co urne un le sai', sur une miuriice; an-si il serait a souha t^r qu'un d.rnier lan de gnro-il permet e u bon cur (le c n iuiie jusque parfait achvement cette con.tru. lion laquelle il se dvoue BMrpi et lue. Hier soir. Mr Franois Crve coeur, propritaire d'une salle de bal put' L a in rue JuMm i.lieilS son. oubliant le grand malheur dout avaitut tt victimes les habi tant du quartier, mil -"n bal en train cooime l'ordinaire. Ge gete souleva I indignation de tous les voisins si bleu que la Police dut iulei venir el, en inler i n). .ni les danses, la^ipela le piopiitaire k un peu pi s de -. li daiil humaine. l.i -c-l trs bien. Mariage Il nous ail tait part au mariage de Melle Lonie Riob avtc Mr Joseph ban Millan La Rbil'i'lmn Nuptiale lturse m donne le Vtaidl IS A. m S h l|3 du soir er l'I^lise .Melropoli laine. Tous uos compliments. Parisiaua Samedi 'La Maison du l^stre 1er t 2e eplMiUes l-.iilice : 1 ou gourde Carnet Mondain Hier malin, 7 heures, au mi liuu u ..ne M..tii. u i>ugutt. a O celehre, en I > g laa paui.-S'nie de Jacin-l. le mariage de M de mn .-• i.e Anna Ihcb-od avec Mou aiear I ni. n Pierre Luui. Ce h.ti niant couple a t con duit > l'autel par Madame Yeuvt 3e pisode I. Lgs lominicaina *t amis de Sanlo I) iratng n < le /t Aot il %  M li ii'e* lu maim j r*iu'a nw li. 'i l'o'.casio • du 8 MU I m ..;,-,, r ,)„ |, \\ „| nr.iiuii Po'itiqun de U rpublique. Rimsromflnta Madame Veu'e Georges l'roph te, Mousieurei •l.iiaiii-.LOJIS AU gu t %  i> Gui i .u n .1 .%  • i J laepb Aug istiu G ni m n i vl KI-I -u 1.1 %  i. i ^- u r.>ph'iU.Milem.ii-e | ie. l) -n-' 'iigi-inGiil une,Monsieur YtOe V.l^ i in Giill.umi et le-. au'rea onraoliel l i %  remarcient bien U'iaramait IOM aee< qu l-.ur on .liiiu j ep'-uva< la yop ih e t in ci nui Ji !• mo t d3 le u lie, 'p.i'n i Mad ni iV .|. J i.Hjili \ng.nl i Guil au n-' n-e nu.. Maigierile V .ni,. Si*re Ils les prie.u d cr >ire a il -en liment de laur vive IJ npatliie. Cap llaitieo, le 7 Aot \'Ji'> Agent exclusif P. Labourdette ^0, Rue Montmartre Pari Eug. LE BOSSE & Co Agences— Represenlalions PORT-AU-PRINCE Agents gnraux de : Decker Jones Jewell^Milling A -c pia}vV*YajtU(. |. miua ||U,,I*I..I oo ti ou.1* Rottjn te liaiikiiu r ire laUiauoa Com|iati NfcWoHi: Assuraucc contre l'incetiale Armstroag %  i— J SavonILuitMe coco SavoCj t Lail \de coco Savon Lait de coco Savon y Lait [de^coco Savon Lait de coco \ Chez isaac Dishy & C Rue Courbe 1 ^ 0 1738 Proiiirez-vousdes chah es vl dodinrs Ht en fer.en cuivre cl en bronze^ glaces, tableaux, lampes lavabos, carpei'es et descfiile de Aifa J ) Diamond lalch Co ' llumeties < Sale lloltie i 0. S. li" r xporl Conpanj Souliers R eda. Chas F. Itltlagett S'' rol eaons saie a en tous i |enres Maiitlacluii's Lile loe'cfi C \aburanct' sur In vie, iuilbeu Fires V.i> \ms & t hampayne Itord rau* li. lijuai (.OI'LMIAGL'F b uire Danois, liotuage ei f onneiy ?a alimnnUl.n |f. "/jlallnfs tt Son Taliari jau nes et noJrs. .i Halionale Sans Rival i .iij.-irrttes bai tecltic I nvola du denre m ? Chez ^ %  S J2^^ B ^ 15 ^S 8 120, Hue ROUX, 120^j -.



PAGE 1

'fi^iUTta h+i ' %  i —la Attention la fraude vendent d'autres Beaucoup de dbitants profilant de la vogue du lillUIH N€Ct(tf rhums sous ce nom que les connaisseurs rclament. On grand nombre de consommateurs ,,insi trompe et vols? sont'plaints la laison Geatjens. f'est pourquoi elle intormefile public intress que le vrai iKlium .Nectar se fouve dans ses quatre dpts en ville, dans la! maison prive detorFrdric Geatjem au BoisVerna e t aM j •!„„* sa maison prive de Ptionville* Ceux qui achtent ailleurs devraient rclamer le Rhum Nectar en bouteille tiquete il capsule DEPOTS: No 1940, Hue du \hqH\n de IE ; No III .1 560 Ru BODU) foi. 028, Hoe Courte ancienne maison B ru| us Si Victor. No gglggyi H Hjjji Prvenir vo.it mUuf que Et prs'vrntr rit ei fdcil* • Eloignez )* %  £e ruitt d v-o'r* V*C du Savon Lifrbioy Ce moyvn 1# plu* cerlann.W plu et Te plut facile Je les taenbatlre Nontrulm*nt iletlaqur cl disperse les g*rma?smais rVst un deesavane le plu i-Aimint qui • %  JE %  icnt lama t e'le< icl.rve' v. W folombiau Steamship Company Ire X' iteamei *&obo
    ' '}Uti te S Oov, our-nt, ttt. attendu 3kt. au ^tinco te 1 i, fia cVH en. ett i:paiiiti temmepui SUeclement pout Cayfi en unie poui jCinaMoa faet. to poib de a Cotomfrit pfenanL ft .v pa>:ai"i'y ••^.t..-aa-'faiwc U l : si* l t.olom'.-i.m Stea.nslnp l'oinp m> tibara Co g^iils Se DRIllT PIS VOS PL Clf: Les yeux dlai tueus rendent nerveux; |.oy %  y 1 • ;i %  %  • s. VOIIJ .1 15 u J t ui' oi )•! emplir V.ir* tache. Beaucoup d u-u*o II % %  • • • I -y u sens le savoir. EiUjireSicz-vous de 00 isulter : Dr i. F. UOUSTEX Optlaalzxaiat Ot>ticiazi Il a profess peudanl ans a Philadelphie, au Canada et duas l'Amrique l'tatrsle. Il voua pre-trira le meilleurs verres m besoin. Ol'i' : M\), >•>-:.• Il utca il •. /H. i ...m, • ,i I i un. -' i >| m. Phund iphia Gradeale. TTII MM u m vm A Recevoir chaque semaine de nouvelles maroliun dises, allant ainsi au devant des dsirs de leur nomtueuse clientle. Uie/hawas Meruianos •SAVON mmm ILB \ L(V(<1 flROS.C* C AM|l|nCI H|S Jfl WISATGO Rue des hronU*bo*l* 1387 itiJELii PEYRn Drpuiiplai de 40 ans junt b BLENNORRHAGIE cl IOBI coulement! rcent, M Chroniques 231 ARABES GURIS sur 232 (Elirait d'un Rapport d— VU.ii JAlfr) C ut II nites gui i tMlsirt lass Iti sillliur ritiltilt LN VENTE DASS TOUTES BONSrS PHARMAf^ SI'£C1AMT£S PEVRARD D'AICEMrue VCrr-asIle, fARIS i . lub.s l*U. nal W. tic'CH -u t>.f, ~t %  Ceci n'est pas lire Car de la llclame |e ne sais pas en taire, Cependant si vous passez du cote du Bureau ds I Wlmlnistratlon postale, a la tirand'llue, fi\nlre/ la Cordonnerie Eruest Camille A la Comciense Vous vert?/, que ton eli.ussuras — |ue ce • i c,, n ..-Kide ou r.iili — sinl taiten avec <|oiit soins -t aolldlt.oaroe q-iI s ouvriers <|ui '• %  • OontstotlontMilt et les mavSriaux qui y sout employs rpondent si justifient le titre de la maison La Maison F. Lwnet & Co lut* du la(|asin de l'Etat ENTRE QUINTIN WILLIAMS ET COI I \ Vient de recevoir par le f raiia** irs or CU H HUWunt* U nielle Extra Fines, Dentelle* de sots\ DtBtellsa Or et arftl Hubais, l'ilotUs, Ojiapeaui Qarnis, Plume, Plur, Pailla ds Sots ci tnea arttcW* pour Modes. Spri rie < %  Motih Haola Pan lieieao f erles pour Hob-set ebapeaui, dai SuParls d tonte bekuid, dra ar.s Daoeios*. ttvapeam Jass Bart pesi Entaola, B r oai a t a tte, Peignes a coiffer tous g-nres •{ %  BrOase* esla, des IM:>enli Irice-, etc, etc. A rudes pi ur HoB M : Fau'i col, Ofanlaa, Uieielte-., Cbsaiatf dasoie, Jarlellea, et> l'cius artifllei p lUf in.nerie et Lingerie —CM team suprieurs. IteiU BONS EN roUS 0ENKV8al Bouehona pour pharmacie. Alimentation l.iipii'e : ligueur, < ngusr, S'ius, ObampSfBJ milhen Balles en MOUloDouC et PoupM.— Jouets divers Aaeeaaolras Sa Pbarna de al Apcialili Pharanacauliquai \>nUn n\nTulies en caouti'lioiir Vins al Sirop Deechieoa, \m Nourr;, Lav u. IlistonAnol, i.iniiiii'in Liiliiirrii(|iie,IVplo Ker i l> ,< liKel d'Kp on et de tilaubeu. Beeoas ao Gros, ravi %  • aolisaptiqua* l< utas qualits. Ellialts,e• p*i daol lonat< mu* Em|ilojri noue pals M 1 noflrsni II n eilieure de toute lo roaruui s. faliiiijiu'c ip^cialemeni poui i sgepilemeii duhiui i lile tlle p roi tue MS cHsuurc. contre la chaleur et l'Iiumdit. leo.Jeansine&C 0 ^ 5f SS I S B t 5S CD \9 • 1*1 205-209 Rue Travers;rc B"



    PAGE 1

    _* JS.I iltx >WM a*. Talons on Caoutchouc Gond-1er Grand Htel de France & J < f m a n uini que le en fantuimeul avoir de ta* Ion tu eu nuic houe, il ont heureux de les avoir car avec eux il marchent confortablement. Protgez votre corps pendant vos |>i u menadesjournalircs,en usant les lalODI DO caoutchouc G'HXI fear avec a,vous obsem re/ la dillt e m e d"s pas qu'ollre leur construction Spciale tri UWiii en caoulchouc 10 d ".a". >•• .1 .1. talit de, ulcn* ptn>i.malttp< ; qui proltyeul le curjw el te orynu I connueJe* pn-ui p..i. %  ••m I ...I'OMI I..I-. V pat de .(la i s durent plus (Me hHH les aulies. • v Tbe VVesl Indies Tradiug Company Port-au-Prince, Gonaves Cap-Haitieii. osition i x %  optionnelle, au centre des aiiaires. proximit de toutes les Hoipi s de la douane e e toutes les ..ip-noes de Inleaux Renseignent nia el laciliti pear v.,y. e• 11 .uiin mobile dans Unies les pirliia de m A^ublique I Hati et de la tvpaliliq'i d imnica ie. Ihmlins e. u n. 1 %  r .-* i • t surtout 1 es propres, en lilat ns dms lia chatntats i la demande des Pen %  jenairea Cuisine l'anaise tr'*^ soitjise et dis plu\. 11. • U • d*>* Vf.ter *>* m mi ** il" H'ol \ MIS <3s n. fours crus de Bordeaux, par !>arri qwf i|atne|ftiiW gallons et par bnuleilUv l'annle* Vin •leelt'iteeilX, vous trouvai -e/. le plin graa 1 riiolx. 1. nr !• qualit t polir Page \.\S I/ITALIE* DESPAGNE \ iv DEBO •!''.• Gx*E(blncaerojge /'..^^ o.n.n* pommai d mnu'seux, gqtl ttniicain \ le plugf e rr.dHOi •'lo'goer di tumu!t> dn p fr Pais • -1 I.. qu-on pivud le mrii ... Lo k II ( (si !a autn q. f r< f> it t 0 ell 1 r i( vi e. La seule peinture ne changeant pas de couleur SA-I-H4 1. I prpare^ •peialemtnl pour le efinaJ | The Cln> les H Browo | .ainl CGeo. Jeansme et Co AjieiAs Le fameux Ghampagae Lanson S. n.nr 2 Paridms QrAnrll res !.. ni anls il Call i 11 nuule, a piil-a:! friia'c, il eal devenu le lava i de la S1 Il. 1 11,; h / 1 |i 1. 1 Pli 1 l#i ii \ fiflp'i n 1 op rtPeni • l! .nx II iv Mtropolitain. Aire I \ 1 I. •' Il • I 11,111 f i-l A 1 Rot I* I. f. *< -in Mi l" Id •*•Co A., • %  % %  '.I I'BIMIMII', I II N f itlll 'i' : >d COLGATE S R HKH :r ; ^ D aa BM I il C M UenliB COLGATE '• Rutu" 't amu ooi.,., hauraux. 1 r vt 1 vof nel•")•*. le. >:.i.|. U i ,.. l.b.tude d'hjgine. La maison CL.Verre! Marchand Tailleur I 1823 lue du Ma;;.! ii, de l'Eta S.1. r<. ifii .n i,NU publie ei i sa 'nombreut < eliet.lfl • p air I |.!.jai,c .|,,, ( I (U , ( a pr 0 n a • eteUtHUI int>e it;i.ixU> IUI\I:I.| c.mli, £ seSOII1 la ntdis.m rtafe niv.rie JiMpi'u H hr s • -oir / 3 m d U. N. el 4. Acra QrandSRue A ct de$ Caves de Bordeaux Voulez vous vo is habiller avec lgant*, et bon narch6 Adresses •'ous la Mainon \. &• A. AURA Dont lu devise est de veair petit bnlica pour \ mdre 1, aucoi p Dans son pei .onnel, la 11131*011 compte lin matre Uille ir italien sorti d'un tablis e-n-mt de premier ordre I Italie Klleeslen masure de fournir des romple.s tout faite 't sur mesure, en oheviote, diagoaale, pa'm bea 'b d ill blanc el caaleur, ooupous de Casimir pour oan walonstoffes pour gilets Bonneterie 1,aeuuses do |>ur et d n ait, au i|imt do" iliepts — !ol et maoobetia darol-vra orti>ns.— C' ono el i'yjamfs. i. em ixonrovt 11 une innovation et le meilleur aocueil est rserva tous ceux qui dsirent par une visite t*tre dfi* sur la valeur d* travaux fournis. T-tut costume corniinud et qui lie rpond pas u gouv iu c ient est repris tin pati : fran-iir, anglais, espagnol et italien Pharmacie Sjourn Donne iris i s cllen'^lirt au: mdecin* et au public qu'il rt 1 %  rso• s .,1 Lihoratoira L7i >sr e e. un Lioraoe ua b ol j* 4P j i vu 1, D rwi n !• Or Keoet h Sfaurt '' | l l l,v,,, l "" %  %  • %  %  •< 'iirs (h 7 b 41 di m tin a 9 .1 u lr ni.ir hr-: |#9 r.chercha 1 anilyjdi prfU' ( IH-J • < > o c ci iointa. .1 :! in-irle V\ In. H Ci in M -.t S >"t*% noue Raction d Wanwrpain l'\-c:icn de Tr b->ui", Blamen du a.n ffe ^ u „,„ Lsasoeo d 1 %  ..a-res tule* li mer o, erteh 4lbumino racttol Crv.atar.ie Vr^Serrinl \ A. de Vlulleis el o Agents ^ % 



    PAGE 1

    U1H&L.TEUR PROPRIETAIRE. VliPRlUElB Cleajent Ma g luire B01&.VERNA 1358, KueJ Amricain NUMERO OQ CENTIMES 19mn ANNEE N 5579 -%  ] Quotidien TBLferaOlVl *• bb t'ORTv*! %  %  PRINCE ( BAT JEUDI 13 .. / VERS LA VERITE Plusieurs se croient oblig* de trouver aujourd'hui une explicahou leur p es-uce J u.s l'opposiuoa. Comme us aorou MM du scrupule ;\ cunlesnT que seule leur unbiliou d^w leur a valu celte aventure, ils inventent .1. monts ridicule pour excuaer une altituJeeucorrt plus ridicule M Constant Vieux raconta qu'au soir du 10 Avril l'.'j-J. il lut du mme avis que Poucet pour couveuir de l'utilu du nonve* Cela nous rapp Ile le CHS de Ma J. V. Uelerme qui, au lendemain de l'l ciiou de Mr Borno la prsidence, ptrcouiul les rues des Cayes pw.r recueillir Jet adhsions au chuix qui venait d'lie lait par l'As semble Nationale. ujourd QUI c'eat L. Nouvelliste qui vient dire qu'il s'et il demand, U mme poque, < ai uue oppusitien juste et sense serait possible au nouveau Gouvernement. Mais ne soi ne n'a tabli, do faon fteriauto tt convain -ant ,Ua toi t-^s raisons qui ont motiv la prtenJue conversion \fa lopinion de la prem re heure. Si Le Nouv llist-s >, iprs le 10 avril, s'est mis < h nier des airs laux. c'est tout simple meut parce que LA. C-IHUE Ulfcl Ut SON ARCHET S tait deliulU veinent brise ; il aura li %  nu di e et beau laire personne n'en doute plus. Mous lui savons pourtant gre d'avoir amen la discussion sue le t nain o nous l'attendi >ns Si nous ne sommes pas entirement satisfait de ne ^as trouv. r des reproches formuls a vec la prcision que nous aurions dtie, il est possible toutefois d. causer. — Bien que le pays se •oit dj prononc en faveur de la ponuque et de l'administra lion du Gouv.rnfment de M Borno, il sera donn l'opinion publique de reviser et .e conlir Oier son jugement la luiu re de la discussion. Nous avons dj dit qu'au cutie critique contre le tuiiver neintiit. se rapporiant la valeur dis ides de direction, la bonne lui et au patriotisme du Prsident actuel de I? Kepubli que ne saurait i.ous obliger courber la tte. V a-i il eu des fautes i corn mises sous sou administration ? Il serait ridicule de notre part de prtendre que dans Its d luide l'applicatioi, M Borno et ses collaborateurs ne sont pas sujets l'erreur. Mais pour ce qui concerne la pense dominante du Chef de l'Etat, les principes directeurs de sa politique, b souci des m !• %  Hf nationaux, le ralisations fondamentales de BonGouvernerrent, nous soutenons que le Prsident de la Rpublique est couvert de toutes les attaque*. (Juelques uns lui' reproch nt jnaurement, nous Je savons— d'avoir accept, dans l'accomplianement d ses hautes fonction. 1 ", ce que l'opposition p pelle dea concejsions l'ameruain . SojflM clair et prcis. ijueflts sont ces prtendue concessions? r'crmul^les sans r? r*e ; -noua les discuterons de mme. > JU.vou. ci.un. oos parier du Sci vie T, clinique de l .igiiculture. Viuiiu an, rt. ' mutila de rapptkr la proae ulli.KlIe de ttosgeiivtruamcutid aVaUt /'Jl J &<.< !:• ncessit d'une orgamaaL>A urifU' de 'irPt dvaloppem ;ut agricole. Au '.un lui i *n sincerern*ut soucieux de I a vilir national na pe ji nier que ce service rpon 1 un de nos be soius l S plus urgenis. Alors m i. qu'il aur it t la seule urgauwation rsuit m t de la Convention, nous devrions encore coosi irer le service technique de l'Agriculture et de I enseignement professionnel comme une ralisation heureuse et apprciable. Vous dii-?s que ce service na ps t prvu p T la Convenliou de I'JI5S'IL N'KUSTAIT TAS, IL FAUDRAIT L'INVENTLK L • ve.rit c'est que la C >nv. IIIIOII prvoit d f.ou exprtsse eu son M icle pre.rut.-r qu : CGouvernem ut des E ats Cuis, aidera par ses bon* offices. I • Gouv, rue* ra-mi d U'ili A DVEL .PI'KR EF picacntWT SES KESS unes AUltlOiLES, MIMKES. .elc. P-..t-on ou-: v ir un UVE LOPPEJIENT EFFICACE de nos ressources agricol-s sans une organisaiion t clinique? L Gouvein-meut a estim, en toute bo ine foi, que ce se rail desservir, de I faon la plus positive, I. s inlris du pays M entr ver son vob'iiun que d il pas porter ses eflorl* vcis lu gamsiiion d'un rouage adr. ini.-t .il 11 devaul conditi iir Dfpscieritifipurnent notre de velopo in MU agricole, source principal J de la prosprit naUjnaie. tjii l'opposition, sur un ton de paraiflagi parle de M Fieman, de I forme de sou ulo, des experts agronome*, d'af" cli9 de No . de tout ce qu elle voudra ; le Goi.'vemem ut, lui, se souci.'. avant tout, des r.-u. tala qui doivent dcouler de ce service. c'est I* le principal objet de l'attention du Piriieit lj iriu qui estime que sou action perMUOelId n'aura pas t vaine, si — comme il en a le I nue e>p.ir — le pays doit jouir d> s comequtii>s lieureu Ses de cttte iinpoilaule oigai.if lion ttchuique. Kgalement noua rpoaJoai sio< u'uoe hsitatiua a vos rinquts ii U loimttdoD de Imimiuiiira lioo goueraie Jea C.'OlriLui.uati. C est peul tre uoe drs civtiuos dool le l'ietideot 1. rie. ,oui n*quel a .. ^u c.-.l am,.- geaaeu le, d le a... ir i oui u bou le taureau ara Cyvnuituiioin eat uue a.'mu.iration unie au raV, ,i elle a.litii niairaiiuu eo laisaul la perctpliua r|ulurement t nonoiuiucnt rend Mrvice au Trsor oublis a auf ATTI\TI01\ Je viens informer le* propritaires d'uuto que j'ai reu hier len pneus L< UU i iiim-'H? 0 tri uirunte* : I n .s 3de la Convention, l'on son venait en etfet de m bruy-unte or tie tu ministre et de l'atutuda as't/ neigique qui la provoqua. : Oui, nou< nous souvenons parfaite ment. Cmme ministre de M. Dar tiguenave, il apporta de notables am^ndern ni* au p'i.j^l .'e la Con vnlion qui, prsent aux Chant tr s lgislu ive-. Tut vole Mis il ne suliiHil pas d'avoir a-ceplil< Convenlon. il fallait l'ev .-nier. Nous convenons bien qu' son ex cution VI H >rno ronserv i une a'tt tudt hwgipu Mai* qa'arriva t i M ii— i eiittl ilu -IIIIII.!. .iet -i la suite .le ton iiliiuJ' n' ni Borno enira au filais Natotial que pouvait il contre les lait-, acro "p'is en i rt tence .le quel, il ' tt 'roit et qui tote! couaacrs par des lois Peut on le rendu* resp-ytoaUi % cqui a et* fait aurt^ qu il avait laiss le muuslre '.' Blfla Le >' uivellisle a parle Ai la sn/esxe de la Constil'il n i •. de 1918, V.IUJ ne pouvons paBWf If <• nlre.lirrt mais BOUS nous cont.iji -.-.-de noter qupour l'opposition ce n'es! plus laCotfniulion firat.lt ii Rtostveli. pui q./ leon tient 'il s if H le not M Comment potivonsnotis nom em ch r de signaler les imoo squences de I o jpnsiiioo et de COt lire avfc M. \ leux que es meneurs font < montre d'une inf • rioiii mentale surab aidante %  • Maurice Etienae (ils Varcbandises Iranaisen l'or t au l'rinoe. Mers/ Souliers' Nous avons le plaisir d'annoncer col e aimable client.le que nous avju r i; .iigraud.i'orii.:;eiil le Souliurs p-ur Fencmes dont las P'ix. variant entre II I,CX) al U t, dii-iit toute concurrence. Arcourd vile, car cet couliers a'atilvent rapidement. OLoKFSON Ll C*S J< Co Uie manifestation d) fol Mbr I Vesociailon JVetion latim vient de provoquer la rraliou dur Com l ebargi d' -rurer sur uue pla-e de fans u u mioumenl A Simon Bolivar. Ce Comit d >nl la prsi.l^nr* a t conii. h Monsimr le Se n .fur li. iirge Raj nal.l H dool l'iil partis en quilit dn m eu .lire* .1 !io i neur. MU, le Mi it Ir %  p l i;. i teutiaire. et cinq Hrg*s L*VJ Alfrel VI ts cu.-a-id i.on Uaivsson si a aral de-il I h iianiue de< Optttaalfl a i#ajt l qejaj la monim-ii tarait irg k a i AM] n de souscriptions re-u iliies l.i.ti tous les piy* latins Rpondant la dem mie du Co m l mua faisons a#p & tous nos amis al lecteurs pour pinicipir 1 celti-i man lestai ion de fd latine en contrrbosn: par leur s iiisc.riplioa a faire di monument qui sera a la gloire, .lu Oran I K n laoj l> v % %  ii.I uu d*s plus le-aix de Paris en aj intun 1 aux l e* qui avu n patoerbl cette Inaiguratiau le plus grand clat. Le* i ..ni iei de notre j minai demeurent o iverle-t aux sou-. iiptenrs. Olfrc d'emploi Uu deman le une jeune ven.lejse la li .uni: id n au M et pariaut l'anglais. il i Ir •• er %  UL0KK80N. U !4g ft Co On limite iwiin on ne l'gale pus Soyez bons jiKjea, car c' r l chez Ciul C. aiixiia. .ju I un rend iju.ilii' 1 •' I il. 1 le meill ur inan-luj. Coassez vas ealfiils IAIE'L H, .Balloni^lils Ses CkiuuresJ/soni les meilleures. Si vous voulez avoir de bons chapeaux a la mode. Visitez la maison Jenar III iti\!>n Grand'Rue iV 1728 Au Maroc Gtace i des manœuvres habiles, la liaison est dmais assure entre le tiounes Iran. ;n-< l et et|*MDolefl (l'il.iins orautl de pr6S8C } l.nliiil (l'un nt i i Ih'ti* sire contre ni ftitlains imminente OUkZZiN II .t. al De M de nos groupes oui extul .1. rations combines (Uatinaa ra vilailler /touua el a dgagei \ i-iu et les abords de /. tounii el arri 'er pied d'.euvre aliu .i ..--.. ter la liai. on avec les troupes es pngnolcs sur le Loukko*. Us oui atteint parlout leurs obj.elifset .I. ..nrert l'adversaire lui a lAch rapidement pied. KrZ, II — La rgion de l'ouest r-l calme ; les Ouled li i t r qui ont fait hier leur soumission ont refoul une incursion ennemi.Au .entre on noie une dtente lieureu*e dit/ les Ouded \isa et : i qui ont l. n up .>ur vilages. La lKiou a. il si .al D i VSDRIO— OCK i^uriiA IV dl .ni que la geanda offei i.-, ... a pa^nuie contra ni uu niiiientc i ii, ... i niiii ila t% il Hide quantits .le Iroupes > pi. -i.de, OU '• Kl llerr.hlo .1 %  Madrid |il| rtPBl d'annoncer que grtc i To pralion omluue eutre les lorrt espagnoles et Ir^ !or*e frai ii*a celles de ces dfraierai qui op renl dans le sccieur Oarnao pour root luire I. ur jon. lion ave.le* pi.mires vanaotdt Lai icba Cela iim>i|iie la .1. Lui .le la collabora iiou Iran, .i aap*|tiv!a. Nouvelles Etran(|res Par r.al>l KutreviiH di' I. B" '" avec 1. ClMuiherl un au sujet d i ftttta de jeunie L'iMiUKS, tl — M. U ii'il a fait une vi'it) au roi dajs la mili n'e II a eu ensuite une premi re entrevue trs cordiale avec vl. CtiimbarUin ; la c.uivnsali.i.i a aii.uii i un accord au sujet du texte de la rponse \ adru**er h l'Ailcmague au auj.l du p i :le de se mit aprs la >niso au p >int .1. questions de dtail. VI llnaui a U|eun l I ambassade d: Fiance avec M. II lugsiou. BOtbtaaadauf des Ktats t mBue lui d M lin MONTi'KLLIKItLa I %  •< %  H dl Veidiersaus n u. t de* Ovenne* pr* mp^eMta m ii.it'riiSMM W\SIII.M.T)N La prem.. re prop.i .non de U Uelgique p>ui la couMjii laiion de ->s dette & I c,ar.l des bjials I ni* a r^t trouve mac ceptable auj .ni liai par la eu n IIH-.-IOII amricaine.Les deux coin mi--iom il runiront le nouvaail demain pour reprendre leurs dis tussions dan* uun tentative poui ai river k des conditions qui puis sent tn acceptes par les deux parties. Dans les milieux olOciela ou ne se montre pis surpris que l'accord n'ait pas pu se laiie -ut l premire prope mon, ui.e situa lioo identique s'eat produite lors que la million anglaise ng i I U ouK.li l.ilion de la dette bntan nique Ou ce lail exaclrn.ent t, .r quelle raison la proposition belge a t juge inacceptable. Violent ouragan en flollande AMST Kl \M,U— loouragho d'une violeuct luo.iie a ^„,e .u ami .1er nie lui I .i li i lande p es de la t llibra nlle mande ; il n'a dur que quelques minutei mai* a occaiObo de di Ils coi, '. rablt el fait beaucoup de vi<.ti< : i > lit* ville de Hor .uk> a ••! plus uu uu amas de rut ns. Le deux glises ont t d truites ainsi que il,, nombreusaa maion*. Il n i un -

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06498
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, August 13, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06498

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
U1H&L.TEUR PROPRIETAIRE.
VliPRlUElB
Cleajent Ma g luire
B01&.VERNA
1358, KueJ Amricain
NUMERO OQ CENTIMES
19mn ANNEE N 5579
--]
Quotidien
TBLferaOlVl * bb
t'ORTv*! PRINCE ( BAT ,


JEUDI 13 ..
/
VERS LA VERITE
Plusieurs se croient oblig*
de trouver aujourd'hui une ex-
plicahou leur p es-uce J u.s
l'opposiuoa. Comme us aorou
MM du scrupule ;\ cunlesnT
que seule leur unbiliou d^w
leur a valu celte aventure, ils
inventent .1. monts ridicule
pour excuaer une altituJeeu-
corrt plus ridicule
M Constant Vieux raconta
qu'au soir du 10 Avril l'.'j-J. il
lut du mme avis que Poucet
pour couveuir de l'utilu du
nonve* Cela nous rapp Ile
le chs de Ma J. V. Uelerme qui,
au lendemain de l'l ciiou de
Mr Borno la prsidence, ptr-
couiul les rues des Cayes pw.r
recueillir Jet adhsions au chuix
qui venait d'lie lait par l'As
semble Nationale. ujourd qui
c'eat L. Nouvelliste qui vient
dire qu'il s'et il demand, U
mme poque, < ai uue oppusi-
tien juste et sense serait possi-
ble au nouveau Gouvernement.
Mais ne soi ne n'a tabli, do fa-
on fteriauto tt convain -ant ,Ua
toi t-^s raisons qui ont motiv la
prtenJue conversion \fa lopi-
nion de la prem re heure.
Si Le Nouv llist-s >, iprs
le 10 avril, s'est mis < h nier
des airs laux. c'est tout simple
meut parce que la. c-ihue Ulfcl
Ut SON ARCHET S tait deliulU
veinent brise ; il aura li nu di e
et beau laire personne n'en
doute plus.
Mous lui savons pourtant gre
d'avoir amen la discussion sue
le t nain o nous l'attendi >ns
Si nous ne sommes pas entire-
ment satisfait de ne ^as trouv. r
des reproches formuls a vec la
prcision que nous aurions d-
tie, il est possible toutefois d.
causer. Bien que le pays se
oit dj prononc en faveur de
la ponuque et de l'administra
lion du Gouv.rnfment de M
Borno, il sera donn l'opinion
publique de reviser et .e conlir
Oier son jugement la luiu re
de la discussion.
Nous avons dj dit qu'au
cutie critique contre le tuiiver
neintiit. se rapporiant la va-
leur dis ides de direction, la
bonne lui et au patriotisme du
Prsident actuel de I? Kepubli
que ne saurait i.ous obliger
courber la tte.
V a-i il eu des fautes i corn
mises sous sou administration ?
Il serait ridicule de notre part
de prtendre que dans Its d
lui- de l'applicatioi, M Borno
et ses collaborateurs ne sont
pas sujets l'erreur. Mais pour
ce qui concerne la pense do-
minante du Chef de l'Etat, les
principes directeurs de sa poli-
tique, b souci des m! Hf na-
tionaux, le ralisations fonda-
mentales de BonGouvernerrent,
nous soutenons que le Prsi-
dent de la Rpublique est
couvert de toutes les attaque*.
(Juelques uns lui' reproch nt
jnaurement, nous Je savons
d'avoir accept, dans l'accom-
plianement d ses hautes fonc-
tion.1", ce que l'opposition p
pelle dea concejsions l'ame-
ruain . SojflM clair et prcis.
ijueflts sont ces prtendue
concessions? r'crmul^les
sans r? r*e ; -noua les discute-
rons de mme. '
> ju.- vou. ci.un. oos parier
du Sci vie T, clinique de l .igii-
culture. Viuiiu an, rt. ' mutila
de rapptkr la proae ulli.KlIe de
ttosgeiivtruamcutid aVaUt /'Jl j
&<.< !: ncessit d'une orgamaa-
L>A urifU' de 'irPt dvalop-
pem ;ut agricole. Au '.un lui i *n
sincerern*ut soucieux de Iav-
ilir national na pe ji nier que ce
service rpon 1 un de nos be
soius l'S plus urgenis. Alors
m i. qu'il aur it t la seule
urgauwation rsuit m t de la Con-
vention, nous devrions encore
coosi irer le service technique
de l'Agriculture et de I enseigne-
ment professionnel comme une
ralisation heureuse et appr-
ciable.
Vous dii-?s que ce service na
ps t prvu p t la Convenliou
de i'JI5- S'il n'kustait tas, il
faudrait l'inventlk L ve.rit
c'est que la C >nv. iiiioii prvoit
d f.ou exprtsse eu son m icle
pre.rut.-r qu : C- Gouverne-
m ut des E ats Cuis, aidera par
ses bon* offices. I Gouv, rue*
ra-mi d U'ili a dvel .pi'KR ef
picacntWT ses kess unes
AUltlOiLES, MIMKES. .elc.
P-..t-on ou-: v ir un uve
LOPpejient efficace de nos
ressources agricol-s sans une
organisaiion t clinique?
L Gouvein-meut a estim,
en toute bo ine foi, que ce se
rail desservir, de I faon la
plus positive, I. s inlris du
pays M entr ver son vob'iiun
que d il pas porter ses eflorl*
vcis lu gamsiiion d'un rouage
adr. ini.-t .il 11 devaul conditi iir
Dfpscieritifipurnent notre de
velopo in mu agricole, source
principal j de la prosprit na-
Ujnaie.
tjii l'opposition, sur un ton
de paraiflagi parle de M Fie-
man, de I forme de sou ulo,
des experts agronome*, d'af"
cli9 de No . de tout ce qu elle
voudra ; le Goi.'vemem ut, lui,
se souci.'. avant tout, des r.-u.
tala qui doivent dcouler de ce
service. c'est I* le principal ob-
jet de l'attention du Piriieit
lj iriu qui estime que sou ac-
tion perMUOelId n'aura pas t
vaine, si comme il en a le
I nue e>p.ir le pays doit
jouir d> s comequtii>s lieureu
Ses de cttte iinpoilaule oigai.i-
f lion ttchuique.
Kgalement noua rpoaJoai sio<
u'uoe hsitatiua a vos rinquts
ii U loimttdoD de Imimiuiiira
lioo goueraie Jea C.'OlriLui.uati.
C est peul tre uoe drs civtiuos
dool le l'ietideot 1. rie. co faborat-u.tauroLtai'euorgucil
lir le p u deiis l'feveoir.
Un n rai pelle qu il a t ques
tion s us le guuveiuemenl ue Un
ligueueve d ua projet de taie* in
larnes. \ son arrive au pouvu.r
le Priident Itorno a | . qu une
percepiiuo miuutieu-e ei l^uiieie
des taxes dj existtu.n* puuvuil
dispenser de recourir de nouvel
le imposiliout. Mais eo maaie
temps stlait pot le problme
d'une perception parfaite. Il fal-
lait uue administration ollrant
toutes les garanties atlo que'le re-
couvrement des impuis prvus par
nos loi lt fait avec orjre, rgu-
larit tt lionul ' U.u l'id!
d'un buieau Jeu Loulribul.eu.
Noua oujeclorr^ que celte ml un
li-Ii.i l'.n quoiqu einnt bbidtnne
est dirige par uu ainel icaiii L'eut
un fait Mail liypu.niimtut vuut
euTailts uu objel de itpr. (Le au
Uouveibemebl cranjt i vous u'
ti | pas convaincu c-au. lui de la
neccheil de U masure jutihe pi
l'ixfaritDca. Upao ai. u gouv. r
Bcu.ei.Uux ne faainiair.i,i ri- u a
tipuse les lrU0B> ,oui n*quel a
.. ^u c.-.l am,.- geaaeu le, d le
a... ir i oui u bou le taureau ara
Cyvnuituiioin eat uue a.'mu.i- ra-
tion unie au raV, ,i elle a.litii
niairaiiuu eo laisaul la perctpliua
r|ulurement t nonoiuiucnt rend
Mrvice au Trsor oublis a auf -
ATTI\TI01\
Je viens informer le* propritaires
d'uuto que j'ai reu hier len pneus
L< UU i iiim-'H? 0 tri uirunte* :
I n .s 3 l'neus 34l4'ii2 cord.
L. Prsetztnannggerhalm
f^vae dix Qvt,al
mentant, nos re sources, el s'il eut
|.. pr. i'. r.il.ie de recou.ir i une
lgulatioQ de laxen internes.
I e \ nivellist- dit en u triant
de M Bu no: a [ti. n qu'Unt le
pr>- de la Convention, l'on son
venait en etfet de m bruy-unte or
tie tu ministre et de l'atutuda
as't/ neigique qui la provoqua. :
Oui, nou< nous souvenons parfaite
ment. Cmme ministre de M. Dar
tiguenave, il apporta de notables
am^ndern ni* au p'i.j^l .'e la Con
vnlion qui, prsent aux Chant
tr s lgislu ive-. Tut vole Mis il
ne suliiHil pas d'avoir a-cepli- l<
Convenlon. il fallait l'ev .-nier.
Nous convenons bien qu' son ex
cution VI H >rno ronserv i une a'tt
tudt hwgipu Mai* qa'arriva t i
m ii i eiittl ilu -iiiiii.!. .i- et -i la
suite .le ton iiliiuJ' n' N nivellisie i s'en souvient il '.'
Lorsque le t'i.--i )> ni Borno enira
au filais Natotial que pouvait il
contre les lait-, acro "p'is en i rt
tence .le quel, il ' tt 'roit et
qui tote! couaacrs par des lois '
Peut on le rendu* resp-ytoaUi%
cqui a et* fait aurt^ qu il avait
laiss le muuslre '.'
Blfla Le >' uivellisle a parle
Ai la sn/esxe de la Constil'il n i .
de 1918, V.iuj ne pouvons paBWf
If < nlre.lirrt mais BOUS nous
cont.iji -.-.-- de noter qu- pour l'op-
position ce n'es! plus laCotfniulion
firat.lt ii Rtostveli. pui q./ leon
tient 'il s if H le not M .
Comment potivonsnotis nom
em ch r de signaler les imoo
squences de I o jpnsiiioo et de
COt.....lire avfc M. \ leux que es
meneurs font < montre d'une inf
rioiii mentale surab aidante '
Maurice Etienae (ils
Varcbandises Iranaisen
l'or t au l'rinoe.
Mers/ Souliers'
Nous avons le plaisir d'annoncer
col e aimable client.le que nous
avju r i; .iigraud.i'orii.:;eiil le
Souliurs p-ur Fencmes
dont las P'ix.variant entre II I,CX)
al U t,dii-iit toute concurrence.
Arcourd vile, car cet couliers
a'atilvent rapidement.
OLoKFSON Ll C*S J< Co
Uie manifestation d)
fol Mbr
I Vesociailon JVetion latim vient
de provoquer la rraliou dur Co-
m l ebargi d' -rurer sur uue pla-e
de fans u u mioumenl A Simon
Bolivar.
Ce Comit d >nl la prsi.l^nr* a
t conii. h Monsimr le Se
n .fur li. iirge Raj nal.l H dool l'iil
partis en quilit dn m eu .lire* .1 !io i
neur. MU, le Mi it Ir p .l i;. i
teutiaire. et cinq H<- HibH 11 - qal
du sent eu L'hirateur h ur i.iil'p n
dtii-.e, ainsi que pr^s de cent sent
teu 'I .Imputs frn.;ii* parmi
I. |nel- MM R .ymon I l'oinar,
Itiph e' (ie>rg*s L*VJ Alfrel VI ts
cu.-a-id i.on Uaivsson si a aral
de-il I h iianiue de< Optttaalfl
a i#ajt l qejaj la monim-ii tarait
irgkai AM] n de souscriptions
re-u iliies l.i.ti tous les piy* latins
Rpondant la dem mie du Co
m l mua faisons a#p & tous nos
amis al lecteurs pour pinicipir 1
celti-i man lestai ion de fd latine en
contrrbosn: par leur s iiisc.riplioa
a faire di monument qui sera
a la gloire, .lu Oran I K n laoj
l> v ii.- I uu d*s plus le-aix de Pa-
ris en aj intun1 aux l e* qui avu n
patoerbl cette Inaiguratiau le
plus grand clat.
Le* i ..ni iei de notre j minai
demeurent o iverle-t aux sou-. iip-
tenrs.
Olfrc d'emploi
Uu deman le une jeune ven.lej-
se la li .uni: id n au m et pariaut
l'anglais.
il i Ir er '
UL0KK80N. U !4g ft Co
On limite iwiin
on ne l'gale pus
Soyez bons jiKjea, car
c'rl chez Ciul C. aiixiia.
.ju I un rend iju.ilii'1
' I il.1, le meill ur inan-luj.
Coassez vas ealfiils
IAIE'l
H, .Balloni^lils
Ses CkiuuresJ/soni les
meilleures.
Si vous voulez avoir
de bons chapeaux a la
mode.
Visitez la maison
Jenar III iti\!>n
Grand'Rue iV 1728
Au Maroc
Gtace i des manuvres habiles, la liaison est d-
mais assure entre le tiounes Iran. ;n-< l et
et|*MDolefl
(l'il.iins orautl de pr6S8C } l.nliiil (l'un nt i i Ih'ti*
sire contre ni ftitlains imminente
OUkZZiN II .t. al De M de
nos groupes oui extul .1.
rations combines (Uatinaa ra
vilailler /touua el a dgagei \
i-iu et les abords de /. tounii el
arri 'er pied d'.euvre aliu .i ..--..
ter la liai.on avec les troupes es
pngnolcs sur le Loukko*. Us oui
atteint parlout leurs obj.elifset
.I. ..nrert l'adversaire lui a lAch
rapidement pied.
KrZ, II La rgion de l'ouest
r-l calme ; les Ouled li i t r qui
ont fait hier leur soumission ont
refoul une incursion ennemi.-
Au .entre on noie une dtente
lieureu*e dit/ les Ouded \isa et
: i qui ont l.n up .>ur
vilages. La lKiou a. il si .al
D i
Vsdrio Ock i^uriiA IV dl .ni
que la geanda offei i.-, ... a
pa^nuie contra ni uu
niiiientc i ii, ... i niiiiila t% il Hide
quantits .le Iroupes > pi. -i.de,
OU ' Kl llerr.hlo .1 Madrid |il|
rtPBl d'annoncer que grtc i To
pralion omluue eutre les lorrt
espagnoles et Ir^ !or*e frai ii*a
celles de ces dfraierai qui op
renl dans le sccieur Oarnao pour
root luire I. ur jon. lion ave.- le*
pi.mires vanaotdt Lai icba Cela
iim>i|iie la .1. Lui .le la collabora
iiou Iran, .i aap*|tiv!a.
Nouvelles Etran(|res
Par r.al>l
KutreviiH di' I. B" '" '
avec 1. ClMuiherl un au
sujet d i ftttta de jeu-
nie
L'iMiUKS, tl M. U ii'il a
fait une vi'it) au roi dajs la mili
n'e II a eu ensuite une premi
re entrevue trs cordiale avec vl.
CtiimbarUin ; la c.uivnsali.i.i a
aii.uii i un accord au sujet du
texte de la rponse \ adru**er h
l'Ailcmague au auj.l du p i :le de
se mit aprs la >niso au p >int .1.
questions de dtail. VI llnaui a
U|eun l I ambassade d: Fiance
avec M. II lugsiou. BOtbtaaadauf
des Ktats t m-
Bue lui d m lin
MONTi'KLLIKIt- La I< H dl
Veidiersaus n u. t de* Ovenne*
pr* flii'iimes blar soir cl irai-nl toute
la rgion comme uue gigantesque
loroba.
Lu B'''',i"i'"' ''''' ^'^ I"' '"
profilons au sujet d M
djtte de gtMfTt) <|ti S'iil
ju.|''es latfCCdptatbltM pair
li > mp^eMta m ii.it'-
riiSMM
W\SIII.M.T)N La prem.. re
prop.i .non de U Uelgique p>ui la
couMjii laiion de ->s dette & I c,ar.l
des bjials I ni* a r^t trouve mac
ceptable auj .ni liai par la eu n
IIH-.-IOII amricaine.Les deux coin
mi--iom il runiront le nouvaail
demain pour reprendre leurs dis
tussions dan* uun tentative poui
ai river k des conditions qui puis
sent tn acceptes par les deux
parties. Dans les milieux olOciela
ou ne se montre pis surpris que
l'accord n'ait pas pu se laiie -ut
l premire prope mon, ui.e situa
lioo identique s'eat produite lors
que la million anglaise ng i I
U ouK.li l.ilion de la dette bntan
nique Ou ce lail exaclrn.ent t, .r
quelle raison la proposition belge
a t juge inacceptable. '
Violent ouragan
en flollande
AMST Kl \M,U loouragho
d'une violeuct luo.iie a ^,e .u
ami .1er nie lui I .- i li i
lande p es de la t llibra nlle
mande ; il n'a dur que quelques
minutei mai* a occaiObo de di
Ils coi, '. rablt el fait beaucoup
de vi<.ti< : i > lit* ville de Hor
.uk> a ! plus uu uu amas de rut
ns. Le deux glises ont t d
truites ainsi que il,, nombreusaa
mai-on*. Il n i un - immrub'e qui n'ait subi dea d
gais p aabwi aalroa ville d
vulsga .liiu- l e-i d i provioat
de Gualdra ont eu usai norme
uieiil .. mu, lu u -, un nu qu tort
peu de dtails toutes les m nmuni
i .lion, i.vaiil tt coupes l'i ndant
la lempie un aroplaue i'e*t abat
lu Huiirl.i mit l'ajslle .ailioliqua
luuiil tiois per-. 001 I i i .in- uu
lies ont t tue* el une i-t-olaioa
blesses a Itoi. ulo qui s.. Irou.ait
au rentre .le l'ouragan, Sur les
li-il. tant* .I.- l: i u|n j.ies de
iooo *iint sans abri i.r bourC
tii.-lie qui awiit vu peu.tant In
guerre la rtlla belge de l.iga
iprl Wpl lioiiiliar.li nieiiln alla
manda, d ctari qu Boraulo est
dans un tal pli aoeOT*. I. a de
mand au gouveriurn. ni d'OOTO
yil daa Ml ooi- I .- gO IVII neur do
la provint e pied, le* i.iuii itaai iapratioa
blea par suite .les utroa daraeiaa
qui les eucombreut.
Nouvelles Diverses
Paius lue ipabi de Madrid
autiouce qcu U ,oi U l.p,.gu a
conl. i a M, l'aiulev la grand
collier d.- I Ordre de Chai le*
HISHANK- Lo .'.uun n,.!ml la
Pinedti. avinieur llolieo .|iu loata
le raid arieu d II .lie nu J.i,..,u
p.r I Australie, eet arriv lunes
lai. u nord de Queeoslaod.
Les cours
12 Alut
NEW Yiilih liane ||
Sterling a. .575
l'iris Sterling |0i ii
Dollar 21 U
Au Barreau
Suivant que nous I h nom an
aonr, et .. etin ruroni lien au lo
cal du Tribunal .le l'iemir.- 'n*
Ui. e le cli.ui* |it.ur la en -li
tutniii du ( odiciI .1 dut iplii ii
Uarieau d.- Porl SU l't une | I
la perio.l.- I9t5 |0t6
l. r-iiUal. oal t louf k
'honneur lu Ci u ail en axer xo
doot lei M:mbre* ool t r us
dans l'ord. luiVaul
Mi Lon N.. io
Vl Cenl, I- (y1 nj
rjnr Micbe ... ,i f,^
Bjoooel 'i mu l o 41. .s, '-'m
manii.i i.u i il m ,,, brno ho,
membres du < d il Slpheq
Alerte .e. ri iii
TUUI '10; K Uwlua 4U .


inuZiLhttdl
1>|nj"MSUC
ird Bei rouet avec
u t ntmer Pitre 1
I lr
:.ui. Ml h.Ml- k dai BI '
Madame \\e Catalie Ihhaud
An Champ* goe, e terrain, CB
de* Ivniwbw ri porla un lotit
u bor.li nr de m n. veaux poux.
Le mariage civil i ut lu u If ne
me jour > heures Le tmoins taient du 6' de
l'poux : MM Edmond Lsuture,
Albeit^vc Pierre louii.sau' Lle*
lia et llabel Go'ou.
Du rot de 1 pouse : I bM "i-
ii, btienne Louis, Elie Poiyoiceet
Germain Roc.
Km meilleur vn'Ui de b nheiir
aux nouveaux poux.
lMIEtB 9EUSE
[les renseignement complmen
lair :* nous s-jut encore parven i-
au ternier rm tient cnneemint le*
tlctioM1 du grand i'n- odll i M iri
goine G- ; iirn les Kaiue
Momperous. D chel Hoe, lleeraar DoataH Sachet
L) i vu.'. George Carpel, Caetillon
R-nch're, Glovis Goup.l, Meile
Syiphise Dou;on. M ne Vllrt.
Varils
VENDREDI
ii
campagne
C\
.fecvwqtu)t/>0/A_
VerlftC*Su0
/<.' o/.(.<
fte de
rissDipnoH
A l'occasion de la grande tle
de l'AaaomptiOO, voici 1 horaire
des< ii -" lim< "x (lm ^TOl
clbrs. Samedi, dans lesdifl*
renies Famine
A i.\ LaTHI Hit.M I
Il v aura mMe A ' hures,
5 h l\l ii Ii lire.
A k li i.i ta, V n le Mes-.
in'ili-al'. Ci kl Si Grandi ur
gr Codar. Archevque de
Port-au l'inn qui olBcierl et-
tour des Lhanoim s ie I M'1*
tropo laine.
Le sermon de circonaiaoca
era dtoooi ce par le iJ Si LV ru'
de l'Ordre du Saiul-Eaprit
l.'soi, i 6 li lires, il y aura
A i auiviea de Procaatiooai
duSilu -lu Saint Sai-rem.n'.
V SmntIo-i PU
Il y aura m iae butea I h.
rt gaud'messe 7 h. li'i.
A Sain ra ahke
.M m ba m 4 lieues et
grand messe 7 h. I|f.
* L'Actualit Hatienne
Tel est le l'ire U un impunie
nie DOW laaoBBda recevou d
la plume de notre ami Laveulure,
avocat, qui dirigea pendant que'-
que lerap le journal "ta Kallie-
ment'"-
L auteur, aprs av >ir pais-5 en
peu,.; la iHaUoe conom-que, po
iliqai ei Mciala de 1918 I IU21,
ce-i dire, depuis le dbirque
ment dea tiuupes amer unes sur
noire territoire conclut au renou
vel.emenl de la Convention pour
uu.' nouvelle priode de dix an.
ne-. Pendanl re temps dil il,
le agitation", les excilmoiis, lea
conpirlin sourdes cnnlr-r la
marche aaceoalnnnella du paya
Materont. Ou comprendra qu.. la
praaaoa amricaine ici, loin de
uuirel celle volutioo ea plutt
uour M.n panouiaiemenl
Noire coolire cooclol aoeere
ijuaiit a ""- aona Meeai ip
pel a loua eux qui m ilout I mdre,
id |nqnllUi; a ton- oani qui re
rueui o tmpoyer lea Iejorej corn
me m. yeoi de pnipaj{.iii.li- i lou>
ceux qu'i rclamaoi une tiliation
nette, elaiie. ilHaie N.ui leur
moniron" ,e but, p"i> le daagar.
^()u leur diiooa aussi qui la poli
liqoa .ie progi d maucipaUoo,
d'docalioD al le *ouve ue na
tioimle baaee ioi la Iravul eI
vt<- la telacaioo du cilo\ Loiil """ 1 '* 'vri'l'-'O."
M. illeur remerciement h La
eiiliire pour l'envoi qu il uou< a
lui d<- uni utile travail.
Grand incendie
Mirajoii
Au raorneat de mettre sous
presse, nous avons rtQ de no-
tre rorrespou.iaiit irag1 :tne
une dpche nous ai.noient
gu un ini: tulie (|iu cl"la la
nuit dernire A La Nouvelle Cil
y dtruisit M maisons
En attendant que no is ayons
de iilus amphs .ltails.nous en-
voyons no sympallinries con-
doluiCHs : ux iiomlir.-iises vic-
lim: du lernblf 11 au.
la CIi^|m Ile le Sl-Andr/-
a Dulort
La eoavalla i liap-l'e de i>..r.>it.
('.onimune .1.- Logaoe)ealiC| voie
d clitvimeni.
Dj* la dle du b-i.imr de ce
temple coquet du lia.lii.life du
dvou cur de L0| Ane, 1^ l're
Uoyer r I lixen au ni.., n i- Ou
I .bit' peocluin il a C up de pai
raina et marraines ont t dj
eholsil pu mi les bienfaiteu Ue
a Dufort
Le peu de ratwoarcea doni dia-
po.- le pre II- ver ne lui p.imfl
pas mu'lif ureu-t m ni ju-qu ici de
con>tn ire l'tscaliar devant .on
duire a la la.;tde principale le
la chapelle b'ui-, co urne un le
sai', sur une miuriice; an-si il
serait a souha t^r qu'un d.rnier
lan de gnro-il permet e u
bon cur (le c n iuiie jusque par-
fait achvement cette con.tru. lion
laquelle il se dvoue BMrpi et
lue.
Hier soir. Mr Franois Crve
coeur, propritaire d'une salle de
bal put' L a in rue JuMm i.lieilS
son. oubliant le grand malheur
dout avaitut tt victimes les habi
tant du quartier, mil -"n bal en
train cooime l'ordinaire.
Ge gete souleva I indignation
de tous les voisins si bleu que la
Police dut iulei venir el, en inler
i n). .ni les danses, la^ipela le
piopiitaire k un peu pi s de -. li
daiil humaine.
l.i -c-l trs bien.
Mariage
Il nous ail tait part au mariage
de
Melle Lonie Riob
avtc
Mr Joseph ban Millan
La Rbil'i'lmn Nuptiale lturse
m donne le Vtaidl IS A. m S
h l|3 du soir er l'I^lise .Melropoli
laine.
Tous uos compliments.
Parisiaua
Samedi
'La Maison du l^stre
1er t 2e eplMiUes
l-.iilice : 1 ou gourde
Carnet Mondain
Hier malin, 7 heures, au mi
liuu u ..ne M..tii. u i>ugutt. a
O celehre, en I > g laa paui.-S'nie
de Jacin-l. le mariage de M de
mn.- i.e Anna Ihcb-od avec Mou
aiear I ni. n Pierre Luui.
Ce h.tiniant couple a t con
duit > l'autel par Madame Yeuvt
3e pisode
I. Lg cibiri a los t. ni c u y a I s
amigos de Sanlo D^m igo, el
1H de A.'o io I 1" m a
Il m. coo ot o l-l ti \ ""'
v rs rio le'a U -! turu'iori l'o-
ht ci dj. 11 II hea .
Li L*g'ti m I) imini aine t
a i>s lominicaina *t amis
de Sanlo I) iratngn< le /t Aot
il M li ii'e* lu maim j r*iu'a
nw li. 'i l'o'.casio du 8 mu i m
..;,-,, r ,) |, \\ | nr.iiuii
Po'itiqun de U rpublique.
Rimsromflnta
Madame Veu'e Georges l'roph
te, Mousieurei l.iiaiii-.- Lojis Au
gu t i> Gui i .u n .1 .- i J laepb
Aug istiu G ni m n i vl ki-i -u 1.1
i. i ^-ur.>ph'iU.Milem.ii-e|ie. l)
-n-' 'iigi-inGiil une,Monsieur
YtOe V.l^ i in Giill.umi et le-.
au'rea onraoliel l i remarcient
bien U'iaramait Iom aee< qu
l-.ur on .liiiu je- p'-uva< la
yop ih e t in ci nui Ji ! mo t
d3 le u lie, 'p.i'n i
Mad ni iV .|. J i.Hjili \ng.nl i "
Guil au n-' n-e nu.. Maigierile
V .ni,. Si*re
Ils les prie.u d cr >ire a il -en
liment de laur vive ij npatliie.
Cap llaitieo, le 7 Aot \'Ji'>

Agent exclusif
P. Labourdette
^0, Rue Montmartre Pari
Eug. LE BOSSE & Co
Agences Represenlalions
PORT-AU-PRINCE
Agents gnraux de :
Decker Jones Jewell^Milling A -c
pia}vV*YajtU(.
|.miua ||u,,i*i..i oo tiou.1* Rottjn te .
liaiikiiu rire laUiauoa Com|iati
NfcWoHi:
Assuraucc contre l'incetiale

Armstroag
ij
SavonILuitMe coco
SavoCjtLail\de coco
Savon Lait de coco
Savon yLait [de^coco
Savon Lait de coco \
Chez isaac Dishy & C
Rue Courbe1^0 1738
Proiiirez-vousdes chah es vl dodinrs Ht en fer.en cuivre cl en bronze^
glaces, tableaux, lampes lavabos, carpei'es et descfiile deAifa
J ) Diamond lalch Co
'llumeties < Sale lloltie i
0. S. li" r xporl Conpanj
Souliers Reda.
Chas F. Itltlagett S''
roleaons saie a en tous i|enres
Maiitlacluii's Lile loe'cfi C
\aburanct' sur In vie,
iuilbeu Fires V.i>
\ms & t hampayne Itordrau*
li. lijuai
(.OI'LMIAGL'F
b uire Danois, liotuage ei fonneiy?a alimnnUl.n
|f. "/jlallnfs tt Son
Taliari jaunes et noJrs.
.i Halionale
Sans Rival
i .iij.-irrttes bai tecltic
I nvola du denre
m ?
Chez
^S J2^^ B ^ 15 ^S 8

120, Hue ROUX, 120^j
-.


'fi^iUTta
h+i '
i - la.'!

Attention la fraude
vendent d'autres
Beaucoup de dbitants profilant de la vogue du lillUIH NCt(tf
rhums sous ce nom que les connaisseurs rclament. On grand nombre de consommateurs ,,insi
trompe et vols? sont'plaints la laison Geatjens. f'est pourquoi elle intormefile public in-
tress que le vrai iKlium .Nectar se fouve dans ses quatre dpts en ville, dans la! maison prive
detorFrdric Geatjem au Bois- Vernaet .aMj !* sa maison
prive de Ptionville*
Ceux qui achtent ailleurs devraient rclamer le Rhum Nectar
en bouteille tiquete il capsule
DEPOTS: No 1940, Hue du \hqH\n de IE ; No III .1 560 Ru Bodu) foi.
028, Hoe Courte ancienne maison Bru|us Si Victor.
No
gglggyi h Hjjji
Prvenir vo.it mUuf que
Et prs'vrntr rit ei fdcil*
Eloignez )* e ruitt d v-o'r*
V*C du Savon Lifrbioy Ce
moyvn 1# plu* cerlann.W plu
et Te plut facile Je les
taenbatlre
Nontrulm*nt iletlaqur
cl disperse les g*rma?s-
mais rVst un deesavane
le plu i-Aimint qui Je ,
icnt lama t e'le< icl.rve' v. W
folombiau Steamship
Company Ire
X' iteamei *&obo
    '
    '}Uti te S Oov, our-nt, ttt. attendu
    3kt. au ^tinco te 1 i, fia cV- H en.
    ett i:paiiiti temmepui SUeclement pout
    Cayfi en unie poui jCinaMoa fa- et. to
    poib de a Cotomfrit pfenanL ft .v pa>-
    :ai"i'y
    ^.t..-aa-'faiwc U l : si* l -
    t.olom'.-i.m Stea.nslnp l'oinp m> '
    tibara Co g^iils
    Se DRIllT PIS VOS PL Clf:
    Les yeux dlai tueus rendent nerveux;
    |.oy L > y 1 ;i s. VOiIj .1 15 u j t ui' oi )! emplir
    V.ir* tache.
    Beaucoup d u-u*o II I -y u sens le savoir.
    EiUjireSicz-vous de 00 isulter :
    Dr i. F. UOUSTEX
    Optlaalzxaiat Ot>ticiazi
    Il a profess peudanl ans a Philadelphie, au Canada et duas
    l'Amrique l'tatrsle. Il voua pre-trira le meilleurs verres m besoin.
    Ol'i' : M\), >>-:. Il utca il . /h- i ...m, ,i I i un. -' i >| m.
    Phund iphia Gradeale.
    TTii MM u m vm
    A Recevoir chaque semaine de nouvelles maroliun
    dises, allant ainsi au devant des dsirs de leur nom-
    tueuse clientle.
    Uie/hawas Meruianos
    Savon mmm
    ILB \ L(V(<1 flROS.C* C AM|l|nCI H|S Jfl
    WISATGO
    Rue des hronU*bo*l* 1387

    itiJELii PEYRn
    Drpuiiplai de 40 ans junt b BLENNORRHAGIE
    cl Iobi coulement! rcent, m Chroniques
    231 ARABES GURIS sur 232
    (Elirait d'un Rapport d VU.ii JAlfr)
    C ut II nites gui i tMlsirt lass Iti sillliur ritiltilt
    LN VENTE DASS TOUTES BONSrS PHARMAf^
    SI'C1AMTS PEVRARD D'AICEMrue VCrr-asIle, fARIS
    i . lub.s l*U. nal W. tic'CH -u t>.f, ~t
    Ceci n'est pas lire
    Car de la llclame |e ne sais pas en taire,
    Cependant si vous passez du cote du Bureau ds
    I Wlmlnistratlon postale, a la tirand'llue,
    fi\nlre/ la Cordonnerie
    Eruest Camille
    A la Comciense
    Vous vert?/, que ton eli.ussuras |ue ce i
    c,, n ..-Kide ou r.iili sinl taiten avec <|oiit soins -t
    aolldlt.oaroe q-i- I s ouvriers <|ui ' OontstotlontMilt
    et les mavSriaux qui y sout employs rpondent si
    justifient le titre de la maison
    La Maison F. Lwnet & Co
    lut* du la(|asin de l'Etat
    ENTRE QUINTIN WILLIAMS ET COI I \
    Vient de recevoir par le f raiia**
    irs or CU H HUWunt*
    U nielle Extra Fines, Dentelle* de sots\ DtBtellsa Or et arftl
    Hubais, l'ilotUs, Ojiapeaui Qarnis, Plume, Plur, Pailla ds Sots ci
    tnea arttcW* pour Modes. Spri rie <* Motih Haola Pan lieieao
    ferles pour Hob-set ebapeaui, dai Su- Parls d tonte bekuid, dra
    ar.s Daoeios*. ttvapeam Jass Bart pesi Entaola, Broaiat a tte,
    Peignes a coiffer tous g-nres {- BrOase* esla, des IM- :>enli
    Irice-, etc, etc.
    A rudes pi ur HoB m :Fau'i col, Ofanlaa, Uieielte-., Cbsaiatf
    dasoie, Jarlellea, et> l'cius artifllei plUf in.nerie et Lingerie Cm
    team suprieurs.
    IteiU BONS EN roUS 0ENKV8al Bouehona pour pharmacie.
    Alimentation l.iipii'e : ligueur, < ngusr, S'ius, ObampSfBJ milhen
    Balles en MOUloDouC et PoupM. Jouets divers
    Aaeeaaolras Sa Pbarna de al Apcialili Pharanacauliquai \>n-
    Un n\n- Tulies en caouti'lioiir Vins al Sirop Deechieoa, \m Nourr;,
    Lav u. IlistonAnol, i.iniiiii'in Liiliiirrii(|iie,IVplo Ker i l> ,< li- Kel d'Kp on
    et de tilaubeu. Beeoas ao Gros, ravi aolisaptiqua* l< utas qualits.
    Ellialts,e V u- mon- l '.n le VeriUbe I Ui- des UliSS, |-.m i lli-nl dBUfBill
    Passez-nous foif, nos prix sont a\.uiia.|iii\,
    as-
    FultOn SllOe Polish Comimmjlnc
    Neiv-York
    CERCUEILS en tous genres
    :nK7
    Si roui voolri conserver la peau de vos chaossures.
    ai oos voulez coom i ur ^a ouple > p*i daol lonat< mu*
    Em|ilojri noue pals M1 noflrsni II n eilieure de toute
    lo roaruui s.
    faliiiijiu'c ip^cialemeni poui i sgepilemeii duhiui i lile
    tlle p roi tue ms cHsuurc. contre la chaleur et
    l'Iiumdit.
    leo.Jeansine&C0^
    5f
    S- S
    I S B
    t 5S CD
    \9
    1*1
    205-209 Rue Travers;rc
    B"


    _* js.i iltx
    >Wm
    a*.
    Talons on Caoutchouc Gond-1er Grand Htel de France &
    J < f m a n
    uini que le en
    fantuimeul
    avoir de ta*
    Ion tu eu nui-
    c houe, il ont
    heureux de les
    avoir car avec
    eux il mar-
    chent confor-
    tablement.
    Protgez votre corps
    pendant vos |>iume-
    nadesjournalircs,en
    usant les lalODI DO
    caoutchouc G'hxI fear
    avec a,vous obsem
    re/ la dilltem e d"s
    pas qu'ollre leur
    construction Spciale
    tri UWiii en caoulchouc 10 d ".a". > .1 .1. talit de, ulcn* ptn>i.malttp< ;
    . qui proltyeul le curjw el te orynu I connueJe* pn-ui p..i. .m I ...i'omi
    I..I-.
    V pat de .(la i s durent plus (Me hHH les aulies.
    v
    Tbe VVesl Indies Tradiug Company
    Port-au-Prince, Gonaves
    Cap-Haitieii.
    osition i xoptionnelle, au centre des aiiaires.
    proximit de toutes les Hoipi s de la douane e
    e toutes les ..ip-noes de Inleaux
    Renseignent nia el laciliti pear v.,y. e- 11 .uiin
    mobile dans Unies les pirliia de m A^ublique
    I Hati et de la tvpaliliq'i d imnica ie.
    Ihmlins e.un. 1 r .-* i t surtout 1 es propres, en
    lilat ns dms lia chatntats i la demande des Pen
    jenairea Cuisine l'anaise tr'*^ soitjise et dis
    plu- \. 11.
    U d*>* Vf.ter *>* m mi **
    il" H'ol '
    \ mis <3s n. fours crus de Bordeaux, par !>arri
    qwf i|atne|ftiiW gallons et par bnuleilUv l'ann-
    le* Vin leelt'iteeilX, vous trouvai -e/. le plin graa 1
    riiolx. 1. nr ! qualit t polir Page
    \.\S I/ITALIE* DESPAGNE
    \ iv DEBO !''. Gx*E(blncaerojge /'..^^ o.n.n*
    pommai d mnu'seux, gqtl ttniicain \
    le plu- gf uius. \\l'.klt'. ete
    tNrfnilie Pernod, Amer Pioon, Nermoiitlie
    f niAiii arrive <
    CMJaHKS le Cuba, AlKora cl liai anor ...
    Cl .\R T 1 IS da loiitee les Nitriques il loi! Gr.
    | datait
    PArtFUMERI Carrtaa postales.
    Prix f'* modrfi t.
    P. P. Patrizi
    U ~-. Keds
    I 4M .
    'S par 14 Oiltf n^fe

    W. l'Sr M
    il
    Bar Terminus
    Julius Lopold
    Propritaire
    v I inlrraeclion du Cti i np Je
    v r e! du Petit Four celle posi
    ' on e*l d4.<'e
    C'e- I ien4 1 *ou ott'irel de
    loua '. ux qui 'eut eo voulant v
    p< .'ogn t de 1% ri le, dfirei.t
    >e rr.dHOi 'lo'goer di tumu!t>
    dn p fr Pais
    -1 I.. qu-on pivud le mrii ...
    Lo k II ( (si !a autn q. f r< f> it
    t 0 ell 1 r i( vi e.
    La seule peinture ne changeant pas de
    couleur

    SA-I-H4
    1.
    I
    prpare^ peialemtnl pour le efinaJ |
    The Cln> les H Browo | .ainl C-
    Geo. Jeansme et Co
    AjieiAs
    Le fameux Ghampagae Lanson
    S. n.nr 2 Pari- dms QrAnrll res
    !.. ni anls il Call i 11 nuule, a piil-a:!
    friia'c, il eal devenu le lava i de la S-
    1 I- l.
    1 11,; h /
    1 |i 1. 1 Pli 1 l#i ii \ fiflp'i n 1 op rtPeni
    ' l! .nx II iv Mtropolitain. Aire I \
    1 I. ' Il I 11,111 f i-l
    A 1 Rot I* I. f. *< -i- n Mi l" Id *- Co
    A., '.- I I'bimImii', i Ii N f itlll
    'i':>d COLGATE S
    R HKH :r ; ^
    D aa BM I il C M Uenli-
    B COLGATE ' Rutu"
    't amu ooi.,., hauraux.
    1.....r vt 1 vof nel-
    ")*. le. >:.i.|. U i ,.. l.b.tude d'hjgine.
    La maison CL.Verre!
    Marchand Tailleur
    I 1823 lue du Ma;;.! ii, de l'Eta
    S.- 1. r<. ifii .n i,- nu publie ei i sa 'nombreut < eli-
    et.lfl p air I |.!.jai,c .|,- ,, (. ,I(U, ,( a pr0 n a
    eteUtHUI int>e it;i.ixU> iui\i:i.| c.mli, se- SOII1
    la ntdis.m rtafe niv.rie JiMpi'u H h- r s -oir
    / 3 m d U.
    N. el 4. Acra
    QrandSRue
    A ct de$ Caves de Bordeaux
    Voulez vous vo is habiller avec lgant*, et bon
    narch6
    Adresses 'ous la Mainon \. & A. AURA
    Dont lu devise est de veair petit bnlica pour
    \ mdre 1, aucoi p
    Dans son pei .onnel, la 11131*011 compte lin matre
    Uille ir italien sorti d'un tablis e-n-mt de premier
    ordre I Italie
    Klleeslen masure de fournir des romple.s tout faite
    't sur mesure, en oheviote, diagoaale, pa'm bea 'b
    d ill blanc el caaleur, ooupous de Casimir pour oan
    walons- toffes pour gilets
    Bonneterie
    1,aeuuses do |>ur et d n ait, au i|imt do" iliepts
    !ol et maoobetia darol-vra orti>ns. C' ono
    el i'yjamfs.
    i. em ixonrovt 11 une innovation
    et le meilleur aocueil est rserva tous ceux qui d-
    sirent par une visite t*tre dfi* sur la valeur d*
    travaux fournis.
    T-tut costume corniinud et qui lie rpond pas u
    gouv iu c ient est repris
    tin pati : fran-iir, anglais, espagnol et italien
    Pharmacie Sjourn
    Donne iris i s cllen'^lirt au: mdecin* et au public qu'il rt
    1 rso- s .,1 Lihoratoira L7i >sr e e. un Lioraoe ua
    b ol j* 4P j i vu 1, D rwi n !
    Or Keo- et h Sfaurt
    '',|lll,v,,,l ""' '< 'iirs (h 7 b 41 di m tin a 9
    .1 u lr ni.ir hr-: |#9 r.chercha 1 anilyjdi prfU'(Ih-j
    < > o c ci iointa. .1 :! in-irle
    V\ Sar m iacoN a- p mtrd' d chaque semi;n-.
    - < ir -r .1 .a Ph rmsejg po ir i*< tonelfia^ ueul>-
    In. H Ci in m -.t S >"t*% noue
    Raction d Wanwrpain
    l'\-c:icn de Tr b->ui",
    Blamen du a.nffe ^u ,
    Lsasoeo d 1 ..a-res tule*
    li mer o, erteh '
    4lbumino racttol
    Crv.atar.ie Vr^Serrinl
    \
    A. de Vlulleis el o Agents ,
    .
    - ^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM