<%BANNER%>







PAGE 1

i£ MATI5 -m <^* I /? LOBO cofine 4e ia force C -'v, '. ••crnrc Neurasthnie Tuberculose Aniol-< .• U |mer' fl r' MU Mffl I k-ule ' I 'nnt. If r • ri f • i>mli|ti •• |^ut i v utei la ••*•• tWiapla .. :fi-i-ll. dont M tt'.rt unt i' ,l -94t rapaba da rrrapla* la i. ai -irulBi naaHfefifet rt ec a c ataa' ..t -n, n*j |fa u'il '••TU louJiu" •>-.] r u ,W mcir.i dam lai cas f ni. l o i, hc if M q-:a la \#roth.-ap'naar. #11 uoa loua d^ caa, reMi.'ati rf ir.. jiablal v'93 pcm bi' i %  nc -* BMW I K laaa. du.i <.rj>n.ii.ia rai-ior-*r. a ra-iilf.cr %  'alt u %  ara s t.dap. trrrr-i^wa KOHI donr-cran, la v /|'--nca B • 0 <•. / -a raria FI ici KJ, : iwi %  : J,.v uJ. a* Vfd.r„ j, r* • .de Commerce d'Hiiti n'a entendu parler et n'avait eau-uij que Je Corp qiielcoo \ ,e q il r-i np,ie u nom le >i U t :ib i e d'Ilaili. Portai;Prise, le 11 pi le' I9i Ki) ESlhVK 4'etle niisr I u poiul vnu Ira 9ns doute a nore confrre, de se mettre d-"rtii.nt M .'ir.| r utre ces iolormateurs peu scrup l'eu-, organes empji. uiiren !i unt an tle lupide. C\\mpa ^t S3S ^ • kJHO 3 Nou9 avons revu Ja-mel, ave^ un rel plaisir, notre >ympalhiqiH et charmant ami I it/ner Pierre Louis. Nous lui eonheLoBj lu lii nye eue et un L'jn *jou* jar ni n Jiimel, le II OUI 1ii. C "\\erl8cC i e S u >< f ***• *5r.f* faiilanl 8o0*iQrii(f8it "•e*2 vaitnt lre certainq e.leur situa lion aurait la considration la plossyirpalhiquc et la plus emica le de la part ,de .la coramiaion. Nouvelles Diverses PAnl"\ l" — a I" pn" silence ,l,i eonatil on a ran un tUtrem me du n in'rai Pnmo de llivera Hunonriin' qu'un missaire prt n dnntoii-' mblari tre le mandataire d'Abl Kl Kiim a dclar que relui i npoi-ieia M ulement i lit !•* %  poodaui'e du riil eat pralable ment r connue PAHIS— Le cipilaine Arrachai!, U hios du raid arien l'aris Da kar. est parti ce matin a i heuua 4 j de Vi lacoublay poir tenter la tour Je l'Europe m J joui". La deslination de sa premire escale e-t Constantiuople L'asiateur a t squale a Turin i II heures. Arrachard a atterri 1 ( heures V miuu es -Belgrade ;\|.i (£h. de vol. Les cours Il Aot NIAS YORK rranca 81.86 3UTUB| *.tS-'Hl Paria— Sler'iojr, lO.BO l'olUr 21.2 L Nul mm loute que, celte anne, s immiscions rendent un eiv, alfioaea In loi sur I obligation siolaire. Noui esprons galement que leumiilea compremlront qu il \ a !e leurs loi rta de n pas lai-ser croupir dans ligu i m e ces petits -lotit ils ont la garde et qui constituent l'avenir il i I' ~. Parisiaua Samedi La Maison du Mystre loi et 2e piHiue* Entr i : l.oo younl Varits Ce Soir, pas de reprsentation VKNnHIiDl . Olfretl-emploi Ou demamle utio jeune veadeuM rte h„Lrie -• lu;iirou e| parlant l'anglais. S'adr--er %  ULOFFgON, LUCAS & Go itteifl'AiiaMc 3e ,episode SAMEDI Les Deux Gosses 1ntre : 0.5O cta Une iiionralion entirement fausse Conformment la loi surlobligation scolaire,des commissions ont eie lormes dans toutes les cir conscnptior s scolaires de la Ki n bliqu li" 1' recensement de en Tanls de: a 14 ans qui ne \-i I pus l'cole. I,* loi i ioil -les sHOdions no i seulementotre les mambr. i les Commissions qui reluse.roient il'-• %  complir la m saion eu dvolue, mais :ni-i c ntre les parents qui pour un motif ou un autre au raient deoM de fau* i enseigne ment-. A l'orl au PriDea, la Mlle a t divise par zones et d' -i la -emai ne pro haine loues les maisons lecevionl la visite le^ membres des ommi-rinnpr-sis 4 celte li i. Dana les sections ni-lis ,-,• soin est laisse SU* Lonseille d' giiculture qm leronl asiaMa du Lirectenr d Ecole de >a Seciioi aedtux ci oyeis notables. -i Suus la r bin/ue Nouvilie* d II. m la Hvtaitun d* nom -on/ re dominietn Laltlorniatioa ilu i JIIIIK i '< -, -i publi l infotmaiion mit anh %  In dociiment sien 1 'e Messieurs Il tklve, plisl-l. ut Ue lu I h. iin lue de Con.niena d llaiti, liao. e Lesi-ir a.-se prside ni de I • h m bu ilCommeiie iiitaise: n II. lumpMii pisidei.1 ie I. (.ti-ui.lue de l. uni nui ce amtn-aii.c \ (unis, pu -nient de la l In mbie de < • iii ti.a %  %  %  sl:tiLriidi ; Arthur de M-ittus ptsinenl e la t hambre ce ton n. eue llalienue tl il Anti-i ne -L! ..m, pi .Mile, I du .i. I* lulli nienial de Sviie, a ie envoNd au l'i-Milenl liorno lui demauddiil de itieicer lis leli-niJlegtsla\". • Le piup'.t ne wu,t pas q-.e les i !i li. i. pu i-li iilieiiei te lastent pin le (insul dhli.l aais bien tarira (orgies, toips btuveiain nul ap|ele a Ctcider du soit de Hi.ilio. itettt (ctitiin deaj < lien bl(l de Cjmmsrce se ra pirle aupiojd de rli.me d i hrii d u III^I -• o t dsire qu ilsoil vol pu le Congre > %  >. — J i nais orgme de presse n'a cl p'us mal renseign que notre contrere dominitaio et lor-qu il amal lili -IK orj t J 4 1 1 a] sident de I %  Chambre d • Commerce dHaili qui. par ainsi, a voulu arltei n-tles commentaires aii-ur .I. se donnant cours au sujet de la ptition des Chambres de Com m rce relativem-' t au pr jet de r loi me lu tarif douanier : l'ne dacUration srmalle de M Kl EaUVe Le Journal •• Le NouvellUle dans s.iii uiimro d hier, a publi, &f ans m'en avoir au pralable co a mimique le tcxle, un compte ren du d'uue conversation que l'un Je ses direcleuis, M E. Chauvel, eut avec moi. di>u mi n bureau, au sujet du Commun que collecul des divers s Clumbres de Cooimerre de l'ort au Prince. J'ai tponJu t sei quesslions tri pr-'i et, mais j cin\* devoir continuer publiq leraenl, par la pr tente, que ia Chambre deCoromerre d llaiti, com ne d'ailleurs toutes les sut es Ch .rnbre de Comm 'ices qui f ig lreot le lommunique en q le. tio ', ne s'occupe pu de questions' d ordie plilique. • En ilernandapi, par un M axt randum adress eu tiouvernem. rit, de renvoyer I ar.n e prochiiu | e vjle du piojet de lar.f d^ Douanes, ce n'tait qui n lue d'avoir tout le temps d ex'.minn a t repose les diverses moddoi iooa iatr -dui tes au du t „ purlar I de C'ia nbres Lgislatives, la Chimbre Pour gurir ou r? itef ^ ;oaiui om • ITOU .o. .i. v a imiaiil aaiTsise 3 IL SUFFIT de prerir* SV l'un d vea rat pas %  an M* —ni t*m aaalawaM une Pilule du 1? Dliant 147. rue du rub' 8t-Dni* f. ri Mais 11 laut exiger les Yrilables ai *• % %  lasit fah bUacfa* •I ai > — S I M alll hta maa OEHAUT A PARIS P. .oi l-a Heianmat Imarlmaa an aalr Revue des Deux Mondes li Rut de iLmwrtil/. Paru BOMaAIHK t'K LA LIVKAl ON du 15 Juillet I95 les i ini k i..ii's. Ti -i n m p -rtie .luhan U< jer. J minai mliii e. I IS.'iT 1858 ... Emile 0 livier Halit tt Fiel on Le vnii P iPi pune Miser, bl s Andr Le Breton. Aupies ilu iinra! Ma' ; n • • %  A'M'' il tiuigu -r I. .. i-.i Mi.-Juui l'I. Des I ivres pou l't .. Mnel Boiilenger. Le BU eus -le Bolehvletef Contre \mira Dcgouy. Les %  i-sions fg VaticM Pierre Troyoa. I.imiu'tiije a Aix les II in-. La Colline de ITn-pl-a'ion II. Miehaub Lapeyre. Pour la rest-urati %  n de I Euiope. — La queslion du Transtert. . Meuuce LtwmduWaki, A l'exposilioii des arts dcoralin. — I (lu en el le style moderne. .. H. de a diieiaaae Les acalmie de l'iov.nee au Iravair... . M S.V..11I. Itevue M nliflijiie — A prooos du eiilen n e de i.li ir.: I ... Cli u le.Nui .liai': n Kevue Mu-i-'il.-. La nai-san %  de li Ivre. i arui le II I aigie. Chr -u que de I* Qjiottioe Uistore poiii, que .. Ken PIDOQ. It \ it-. c.v Ov\hvlh.Nf • %  -> -a S mj Trou m.. P.ru H I btmc Seine ci D. ,c Uo tr Dc^vctcmcnts ci Co.onics iran s ine-. M6 4 i tr liuriKcr 98 li jo Le ibonncmeiipaneni du itr il Je vh-que pion. -WX DU SUMtlIO |ii S o 11 u ;o ai lu m du I j Savon Lait de.jcovo Savon Lait de coco Savon Lait de coco Savon Lait w de coco Savon Lait de coco Chez Isaac Dishy & C Rue Courbe J\ 1738 e % %  .< %  > %  i >\'/:>i' (/es//< %  //.£ S) #sconntt eC -. Ayenl exclusif P. Labourdette 30, Rue Montmartre Paris Eug. LE BOSSE & Co AgencesReprsentations PORTA U*PR INGE Agents gnraux de : "eeker Jones Jewell Nilling St C NSW-YOUi l-'aimoai lluijariaii o u — Boule [\ouge eto fiMiikliti "ire iQsrauee Company Nuw-Ytm'.: Afaaranci* contre l'Incendie J Diamond Match Co A llumettes i Sate Home i il. S. Uiillr ifi'O'l Coiupatj Souliers Hetl CI.as F. Malllau "H S %  Poissons satsen toua. genres |\];n sW frornrez-voiistles chaises t'h.oriiufs, !il en fer,en cuivrcelen bronze, glact's. lableaui, lampe;*, lavabos, <• rpe"es el descenle de lis. Chez BrlLLOll FILS 120, Hue ROUX, 120^: i %  i i



PAGE 1

'J£.:MATU>I PDTOM vous devez acheter Chez Marcel AUD Ai &Cie ,• Achetez votre Clairin fipicje riiez laicel iudaht vos Gin, Wisky lt liqueur " votre Rhum et vos alcools ** ** vnliv sucre h-ition ou trange* citez votre C-.l torrl moula ciez wiftfe Bitre (pnwenbrau Hambourg) vos Vmde gnrdetui Cm, M n < • • M 4t u < Adulez iiutoi chez larcel udain 1 Oh u-. ez larcel limant fc *-i" puce IJII • lacnieB >\ e vous i-Tcvrez. sera u -sa 1903 Hue du magaw de l'Ktnl Machine aaddiiionuer , DALTON La plus perfectionne et la plus facile* manier, La seule peinture M chana/ snl pai de couleur V S s SA-TI-NA v C le t lllll.ll • *r\ ri ,. i, '. cl Te plut f*< <. nfa itti ,• HiMl f.'i..n^nl ilttlftAutl •t dllpi v .. u w prpare spcialement pour ''Hati The Charles H. rotO pauit C<> Geo. Jesnsme et Co "Ayet.ts JAVON EBi iOY i G. GILG AGENT POUR MU ATTENTION Je viens, in fur mer les propritaire* d'anlo que j'ai n,t Jfcftr les pmus CORD des dimensions suivantes : tmvs 32x4 co d; pmu* 33x4 co, d Pmns 34x4 ij2 co,d. L. P recfzma v *ii—Aggerholm IHvxts atA Quai WISATCO Rue des FronUmfo l *VW7 NIURASTMtNIl CHLOROSE, DteiLI I %  8I.1GP JDESCHIENS ii i tgtobln* • uparleur a fa rien Xniaf tw do I a rua ti • m /# /'o/a Colombiau Sleaiusbip Compati)' lue-, ^: tUonttt aJiotuat kplitL tai^c v .1lt\vl }/>ill U $ OXFKZ RMU'iMC. OL atlcu^u a. •iatt au .£iinc: U \'t, uia &ip-;"llat'im. £H" lepai'iia U nuunt jaui iUialciuenL poui CaufJ en uulc poui fKiiupton Ja . 'VA poUA i)c l a Wjm.wt' pt'iiiarvL |ui fcpa> 'aa.-au-^ivcc, teri dtoul lOW Colombiau Steanishlp Conipanv fno Gbai'a & Co Ayeiils FllIlOIl 81l0e Poljsb Company Inc New-York a ^ft^ ^^^% ^' kOUS vuu '" c o,lst>l ,e1 ' %  '' P ea ( ^ ( vos cliaussur--. 5i vous voulez constivti^a .>ouple se p''iiil.iiiil.n.i|i.inp. ^aV^r Ceci n'est pas lire Car df la Holame Je. ne sais pas en taire, Cependant si vous passez du cote du bureau d e l'Administration postale, la (irand'ltue, Rnurex la Cordonnerie • |ln.i/ notie pale. _\J uomain la meilleure de lottes le ni. Mp.i -a. fabrique ipleialemeitupoui Ifsatntlcmen dubini t lile ille prolue \o cliaussures contre la chaleur el l'humidit. (J( o. JeansiiU'& t." "• Eruesl Camille A la Conscience \oia vire/que U a chaussures — qus ce aolt sur commande ou r.mi— B> t. %  ui.m a\< yuut sotna al solidll, parce qutl s cuviiers qui le contecttoiinent et lep ii x.eiiaLX qui y suut rnployes rpondent et | latiflent !<-' titre ne la maison e Remcrcmsnts Madume Veuve (jrorges PlOfb4 te, Moi.kieur e i.i.min Loui Au gi. In. 1.1,1 ,, !.. M. I • I, 1,1 J nuuillg Uuill i m> M i %  . r I m' ixii <. ^ "i, | h m Mi li no i li lie hi-e ugiial n Lu,luunif. M ^ un Augitoliu liiiiliiiiimi' il tri m ri | un ni ,1 .n i nu i : i bli N -iiii-i n ii • 11 looi 'i m qui h ur rai ,111111 1 • pi i p i la lyOBkth e h |-, IM, i le I) i i de leu trs ri II i .1 lODl \ • u I %  • • | Il < . i i. ni un n • n, • mi M \ l ,. %  i Bev.'n l ii pii u Un i tua m i e L ur vio H l j I ; 11 L i i


PAGE 1

i. inl> r. %  . Talons en Caoutchouc Gtod-Yer Grand Htel de France Le* je m mes ainsi que les en fams aiment avoir des talon* encaoul' choucls sont heureux de tes avjxr car avec eux ils marchent confor. tablemcnt. Proit 7 : votre corpa pendant vos prumenadcsjournalires,en usant les talons <*n caoutchouc Good Tear avec a,vous observe rez la dillrence des pas <|u'ol!re leur construction Spciale. lis IHIOOS m caottlchmic Go-d |t>a'. oui r-n %  .'-.-.lit •'da lalcna pneumalimi s qui protgent le corpa. et ses oivjanes commeJes pneus protgent l'auto n > bile. A part de cela ils durent plus que louables autres. Tbe West Indies Trading Compauv Port-au-Prince, Gonaves Gap-Haitien. Position cv.vpnonri.il.-, ni centre dea auairea proximit le loulei I •> H oque*, de II douane e de toalea le Agence da lateam. kbaeignemeoli el lacitila pour voyager en Wrto mobile, dans toute! les ptrttM de 'a Rpublique i'Hili et de la rpublique duminicjine. Chambres conlorlablei l surtout 1res propres, en dateurs dans l.'s cliam! res la demande des Peuajonairet. Coirioe l r anaise trs soiqne et dis plus Varies. D na de% .1 v si ter V m gas "' do WA'-i : \ ins an v pilleurs crus de Bouleaux par liai riau. s itirrinii. qallons et par bouteillesI ami u^Xiit.'/rr.meai. vcu. trouverez le pli grand choix, luiir les qualits et pour lage ' VINS i ITALIE ! ESPAGNE VIN il. I rKCOG\'E(blaiica et rongea latla w omns. Poniraid m usseux, quftl uincain ; L plll „ gr d assortiment de Liqueurs, Connue BlD ' AbSnthe Pernod, Amer IHcon, Yermontlie COV-tHVtS l'anaisee et amricaines fraio CIi*Ltl S de (A ha, Aurora et Habaner... ( I AR r CES de toutes les ahriques d lloill Or s • I dtail , PAitFUMEniZ (arrtes postales Prix t * m titrs. r. P. Pli izt '-'% %  -" l'lin il I oVlfuct i" tn %  fafcunnfc par fc p'i rr;-W MM •• it MSBJ futCE. un Bar Terminus Julius Lopold Propritaire \ l'iLterseclion du < lump de Mars e'. du l'eut Tour celte posi lion e-t id* e i. .>• Iiud< / \ous n&lurel de los ''ni qui <• ut en v. ular.1 te p&f 'o ;<^r >'< la ville, d/dieit 1 1 ii li-m s i lo ; sner du lunulle < I rr pi m f ais • I>I la ..'on |ind le me 11'tu |. fk H c*'s i ini qi n fit / < rr.flleur >i\ice *%&,?&* ^+mmrA Si vous voulez avoir de bons chapeaux la mode. Visitez la maison Jeiiaro HURT\DO tirand'Rae M 0 1728 ; i Pour Ption-Ville seul 3."U Mont./ .1 I tllon \ i'Ie vc un FANAI A RAS l>K et CP. i our la |.rctc ,io'< de %oe y u> %\ lanau £ini \ irli.lits c ttioiiiiiiuo et un donna lumire de boutii' s Tra '.simple A niani puler. bx r "."r p 'oier.iiv o v n lage au salon, la chambrejpiivv a l'usine enfin partout. F.D vente chez; Cet i N. et A. Acra GranSRue A ct des Caves de Bordeaux Voulez VOUSV04S habiller avec 61„ance, et bon march Adressez MUS la Maison X. & A. A^KA Dont la devise est da ve.ilre petit bniiee pour vendre baaucoi p Dans son pei .annel, la maison oompte un maure tailleur italien eirti d'un tablissement de pr rater ordre l'Italie . IClleeaJ en mesure de fournir des comp e.e tout laite et sur mesure, en cheviote, diagonale, palm bea-h drillblano el couleur, coupons de easimir pour oan talons— Etoftaa pour gilets Bonneterie r.oeinises de Jour et de nuit, au (|<>at]dtl o isrts — f'ols et manchettes dernires are ait ri. \ Cm) 91ns el pylamaa, Cnem>i*on rm st ut costume com inud et i|ui ne r,uni pas sa goiK iu client e t rc.p u On paile franais, s'HUils, espagnol et italien Qu'ntin Williams # Ce Vts-a vis de l'Il.Uel de Tran" La maison C.L.Verrel Marchand Tailleur lo 1S23 Bue du lamisin de l' El..* %•, 1 ( cuiiiiii.il. le au publie ci i sa n mineuse cliiiitile p >ur I l. { .|iin •.!• de si coii ( n el la prompte C):oUoil mise dans les ouvrai|es conlis i sesoins a maison re>le oiivr-rle jusqu' % heures *u soir. i 1 a m d •, Pharmacie Sjourn Donne avis *i clientle et aux rodecins et au public qu'il ta trautso m >tm CiooTaioire d Ujoifie en I,UII Laboratoire e luo'oj •' i hl|Bi !• la D rA-.iicrJ Jn ht l'cot et P. Sjmr-i L h t' >->-.-t > %  •*•' it • '•* KS i 7 h *i du |m itiiil 9 „.ui H.s.i p,ur 1... e-,l-'s r -cl er;hee ani!yei preHtae Rar.lion 1^ Wasserrrur.n l'acirn de Tr bju'el, Elanuei du s r p dn Di' Kxaa en d 1 ttires lcales Examen e rraeh ^Ihllmino ractioi ConaUnle UroSecr/rat fI0 A. de Matleis et ) Agents • % 



PAGE 1

D1RBUTEUH PROPftlfiT&UtG \IMPKUE'JR Clment Magloire 601& VKHNA 1368, Kue Ami. loalas NUMERO £J CENTIMES 196m ANNEE N. 5578 LES INCONSQUENCES DE L OPPOSITION u C'est bin tort que Lt Nouvelliste > se plaint de ce q-n dei attaques soient dirigea* cou* tre lui. Nous ne connaissins pas d'autre faon .1 • fure la guerre que de dcamper l'enn mi de s>s positions et'de paralys r ses manur-vres pir tous les rooy?ns. Nous n'pa r cierons nen ni p^rsor.ne. Nous crierons de dures vrits nous relverons tous les mensonges, nous dnoncerons tout-1s lchets, nous dmasquerons toutes les hypoersies. L'opinion publique ne sera plus induite en erreur ; nous analyserons po ir elle, les desseins cichs de tous I. s faux gestes et le toutes les dclamations insincres. Une situation politique : ussi dlicate qu3 celle cm nous traversons actuellement veut que chacun prenne une no'iion dtermine et ne spcule point sur des quivoquesC'est pourquoi nous avons signal les lacotuft•JLKNCES DE r, OPPOSITION Les opposant ne peuvafil dcemment s'adresser jiujour. hui Washington, l'o casion ds prochaines lections prsi lentielles alors qu'i's ont constamment prsent l'Amricain non comme un cooprt-u-Irnveillant qui a contrar t, des obligations vis--vis de nous, mais comma un envahisseur ani ni des pires intentons. Comtneni Le Tiop* , Le Nouvelliste, La Poste peuvent-ils parler maintenant de l'esprit de justica et des senti menis d'humanit du gouvernement et du peuple amricains quand, dans le vain fsp-iir uouv, IIa l'g r I de l'Assricain ju-te au ui< txant ou va s'ouvrir la cam D6 pour U prsidence de la hepttblif.ua ? Toute l'activit nain naliste sem ble se concentrer poui un M prme assaut contre le Patais National. l'Iuqu • candidate la njc|j nre, pris d'oo ne sait "u I dsespoir subit, rve d al'e r sensvelir dans le b'a c miusole La vraie pansue des opoosints est livre tout en'i-Ve la roMita'iqe D^Dulaire : L\ I.IBl-.R\TIO.N ET L'iNDFE.VIlW NvTiiivAi.r.s n'oni t qu'ui tremobu , le retours aux arme* une f inlaronna le, le* princii>es dfendus apoTomment avec le plus d'ardeur ont fini p'r dispar. t're pour Jure pi ce aux s'nliinmts les plui inavouables. Les ia<*oifi| 'an'-e de l'opposi lion se trahi**, ni. en oatr, par les dclamations contradictoires dus opposants. Le journal La Poste i cro I qu'il est convenb'e que les nations Mes cherche! maintenant de* alli-... amri .uni: C'est pourquoi, dit il. les baitieos qui ne sont pas de ' col laboration tranche rt loyal... peuvent ouser avec l'^miiqu* et mme avec Washir.gt n. Msi* n'est ce pas dans ce mAm < jour nal qu'il esl crit : A nv-ins d croire sur paro'e les reprsentants du Gnuverc ment amri -in, a moins de n'avoir nulle ide''" men wg> il de l'bvpoTtsit de ce* g m. l'on ne pni dcemment l'esp*rer '"l'Ndinioistrati n indpendante de la R*publiqu' noire". Poirquoi les oppo ants, l'ap proche des leuil'B c pr>iiler>tie!les clierrb ni ils <-omme allis %  > des "gens" qu'ils ont proc'ara* men leur* kl hypocrite* .' N est ce pas de 1 inonsquence? '.a Patate" dit en outre que le' nations istess'adr s*enl a WVhing ton p mr q'in Dreaaelin la domi uvlion amricaine en lUiti > Beau prtexte qai ne trompe prsnnnp; c'est encore ce mm journal pi • esl cri1 : Noir? tour ( Je ds ic eopatioo ne vi-ndra jt nais, s'il doit d'-p nlrede la sorte dpoli paieM qui dirigent I s Etats L'ois, tes' du mime cnhb'i moral, bieo que diversement iqucl Est ce cause de ces contradiction* que tes opposants prtendent avoir du crdit auprs de l'opinion pub i que ? L on cile l'exemnle de Telles' ri n I qui a fait de l'Angleterre son allie, bien que celle ci fut l'enne mie de la France. L'histoire en-ei gne qae 'l >ll\ %  xiul en Itll au Congrs de Vienne, comme en 1830 la fontrenre de Londres a loujuars pens que les principe peuvent cder rt varier aver l'intit patriotique Le sens politique tait sa qualit dominante, il < miprit que le principe de la lgitimit de ait assurer le succs le sa mission auprs des princes gaJs'n*n' me nacs par "l'esprit rvolutionnai re." Les meneurs de l'opposition y compris ceux d' 'La Poste'' veu lent ils lsi<-er entendre qu'ils sont dous de c sens polt'que de Tal'eyrand"? Pourquoi leurs princi p s ont ils vari? Esl ce d.ns lin tiet patriotique? Mi Constant Vieux opposant ni tionaliste a tabli das sa brochu re que ... la direction artue le du parti nationaliste ai abiolumrnt m comptente. Par rapport A son in comptence jointe d'autres ajo lits...miur uou I MVOII* mainte toideoeotr et ne masque que l'ambition du pouvoir et alors toutes ses dclamations sont hVpo eritea et mosoD|4rss. Quotidien i TlLa-PHOrtl H* 241 *PORTAUI'IIIMIK bhflV) %  • \'l ORISifB! flSalQT 13 iff SSiM VRocevoi.chaque 'semaine 'de uo.i\lu< marcliiin dises, allHnt'ai>."i au dovant des d*slrs]de leur nomireuse clientle. GhezKawas Hermaoos 205-2O9 Rue Traverire PLAINTES CONTRE inconnus Port au Prince, le 11 i.ot ttM Au Directeur du .1 ti'nal LES OH. Wonseur le Pireriteur.— faisant al'usion l'a-.te inlsme dont a t viciimun avocat de ce b,rreau, vous ave/ manifest le dir de oun.llie la victime et l'anteur >. Ce qui est, cries, plus iotres sant pour vos iecieuis d %  sanoir, c'est le nom d i lche calomnia leur Or il vous e-l faci'e 4e'e trouver, en d mtndant 'a Ch ira bre dlisiru'uoi commuoicatiori de la lettre anonyme dactylogra phie, ainsi que les pices dj companison. Et, sans qiie v'S ay-f bssitin l'emprunter les n >m breuses paires de lunettes d i pauvre sir* : esl rtrawKitit. cet imbiile, c/./ ht, M trm uge que vans connais,/ et q le le l'ynli,r conoHtl, vous i rtiec l'tijiunni ,i dernirement sup prim 'a. Chaussez vos enfants CBBl II, Balloni (ils Ses (>iMires^8on leg meilleures. Incendie Ce malin, vers G hres mrins 15 miuut s, la sir i j laol >on cri lut/ it'e, avertis ut la ville encore en ormi> qu'un incendi vei'ml d'nalerEn II t dans le rouie maisons situer au croisen ni des rues Justin Ut&rissojl et Courbet le li U promet il ses ravages 11 par il de la iDfefWO ta^e aile %  an' ; la boulai'g*rie, de Mr L A lio Loui*saint apparlenai t a Mr M l'i m Jn;J eqit.es et h t itpar M Alerte. L's pompiers arrivrent assez t sur le thtre du ministre. m us, ruallieureusemenl, le puits si'u dans la cour de la famille. Casannol o ils et dent obligs de puiser l'eau qu ils ne trouVrtient pas ail'eur?, lournissant un dbit insijiuliml. le leu gagna bal m nt |es_ autres maisons |co h s ilont 7 furenij.compllHiii.m dltru t-s. V iti les no •• !• i atrs : Mr Mi IIHH lei-i J c |u I Mm • Ve lt..se ubeig Mm CHasul i'.omea.i ( 2 u..t -..i Maurice Etleoae fils iifi %  II;IIIIIISCS li'.'mi'.ii-i's Port au l'rlnoe. %  %  •—~* Souliers •' Souliers Nous avons e plaisir d annoncer aot.e aumbia client le que nous avons r eu un grand assortiment de Situllurs puur Femmes dont Iss prix,variant entre Dl l,'>0 et D .i, dii^nt toute concurrence, ^ccoun/ vite, eil ces soulier -'enlvent raii lement. OLuPFAO.N Ll ai Co Cri H ht, k la PrsiJeoe Aprs^Messieuri Joseph Justin el r*,,u:eii. .*%.,uon c'est le doc l m l'.ibi qui vent qu#. Le Kmy uillii>ra II est pont qui dtirc la miilbiiie iii.ii(|Moui !• |amais ''D 5 tlislilI.-. *>i qui Mit' ix'il doit couler Mu peu • ch-.r que. le Whisky ordii ici. cKuig WltCiam W Q CQTS WHJ.SKV Certains homme,contents ri'enx mmes, de quelque action 0 '£.,{J| co quelquejouvrau/ qui ne leujbiMy^X' N malrusssi.et avant oui iliissKjtjM^, M JNION la mo.lelie tied biea .m\ 'I'^'AJC SS ,?5 liommes.usi'i)! ftlre nimlpsl^s.coiiir.-loiit lstmplefl M'I-( naturels, femlilables i ces (jMSuni.oe taille mdiocre qui se IMHS-HI aux portes de peur de Jse heurter. La Bruyre^ MERCREDI 12 AUL'T t2G La Situation au Maroc |)e noir.bteiises (.-un ill ess. Ls Ojiba las de la zone espagnole dns le but de nnforrer les contingents de Sai/ r reurent l'ordre de te nir a tout prix et de pousser acti vement le travaux de retranche ment : les O.il.-d Bedder, El sa lient. Mis samedi l.n prise d'Aiurr^ )ii n l'ait sur I I rt belles une pi 1 ontle 1111 pression Une ligne tlphonique n t Installe astre la servies de leossj giiemenle fraoi lia et le ierviee ss pngin.l llepsuvenl m .inienant ss teuir en 1 i| | 01I-. Nouvelles Etrangres Par t'alilei En Italie on semble envi sMsC lis M'tit tiseinent le i't|lemeiil de la dette le ijueirc KOVtl Les plus haute* aulori ts fluaneiree se sont runies eu jourd hui sous le presidei.ee du comte Volpi, ministre des ligau ces, pour discuter Is question de lu con olidatiun de la dette de guerre due aux Etats L'nU. Cette runion est d'autant plu impor t mie que Mr de Maitino, amhas sideur d Italie aux Etal* t ni*, est parti rcemment de New York p .m confrer aver son gouvernt menl sur le dette action Wierqique conlndes coinuiutiit<'s allemands BERLIN— Cinq communistes, membres du Haich-iag, uni tl ex puises de la chambre a fa suite d un* ineo ora^eu-n sur le pro 1 n ni %  du gouvernement sur les droits d'entre, '.es communistes ont esssy de faire de l'obstrue lion Iclle Lillim Bar.isoti i li suite d une t Mlative qui faillit lui coller la vie, renonce i son projet de traverser la Manche I la ii.ij-Il HL'H.NH, 10 -Vielle Lillian lUrii-ou. la nageuse argentine, a artendonn ce matin S 7 heures 40 sa leutatwe de la traverse de la Manche alors quelle se tiuu vait a U kilomtres au large du cap lins .N / Melle Lillim Hsrri sou a failli se uoyer au coure de MI tme tentative de le traverse de la Manche Elle se doit le vie qu'a la prsen-e du champion gyptien 1 rbak Uelmy qui nageait cot d'elle el l'empfii ha de cou 1er Attrapei moi Uelmy. je coule, cria t elle • Soudain alors qu'elle paraissait nager vigooreuee u KHI elir pointa vais l'Agy otien la pi l par le cou et s'vanouit prs qu ; I e lut alors remonte S Du d lu r. m .loueur et ramene a B ulugnt. C'est me dernire tenta tivr. dt.l.rn U jtiiue Inie en 1 e ueut i elle La vtauebe et une eau trop S/OSSI pour moi. kl e tait reste 7 heures et %  > miuutas dans l'eau. (Contre la vif lu roi d'Ktpaqoe P aSSS — Uni dpe.he de lien daye mr lalroslMre franeo eepa gnole adresse I agence llavas annonce qu'on a arrt derniers ment en hspsgne un ananhiits toeasjuuiu'r dt 1 iBxslol coolie te vie du roi aJstMBSS Mil Isfsqu il viendiait passer sa rSkldeDea de Saint Sbastien, b'sssrcbisla e t conduit & Madrid : apri s s une enqute, plusifiirs arn stations ont t opres en divers endroits nul toute l'h-pegne. iutour df la dette de guerre brlae W\!>lllM.T.iNLa Belsinin fera SOI B#ui IOIIIM ie obhga lkus, 1. 11ilcinandera ses %  ii teu/s de preidretn coofidl itloo |aa l'undilions optionnelle* de la KueiTtt eiile l'eprAi gu'ire. C'est le b roa Cartier de Msr bien ne, smbasad.ur de Belgique qui a fait celte dclaration ssiour dliui en pr tnce de la mi-Mon de la delte belge la l< [eus 1 as pies. La Belgique, a dil l.uni deur, aurait entam plutt .,-,,•, les Mats Luis des BigOelstioBl au suji I de la lonsolidaliori de sa det>, mais elle en avait t imp ebe par la non ralisation d'un grai d nombre de promesses filea a n n fxuple peiidiint la guerre. L'arsbBtsadeur a %  jont*que la si 11.11 mu eiiiki cite n t reudus piiis l'iitique |r le fait que pes dant le. % inntl il IM 1 upalioB que la Belgique avail t abAfi de psyer rAlleDSgne -ou forme de l'Iillibnl B| 1 ,p c s et par suite Je 1 usegl nul 08tl de la moniMie illemendi ss tri but de gui ni |> 1 -'• lve D 1 BtS naot une ju-te letele de uni J'bidh de dollar' V'OOS •an; aurti les sommes qu'il DOU> I Fallu d ptnie; pour rec nilruin nos ri g.bU uevasis el r, ru l tic sur pid 1 os f Lr.quss % auvagtii.eot deiruiica. Daoa a rpoi .-e, le secitaiiaj Mellou e dit c-ue les Belgepou IINK-5MEARED T


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06497
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, August 12, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06497

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
D1RBUTEUH PROPftlfiT&UtG
\IMPKUE'JR
Clment Magloire
601& VKHNA
1368, Kue Ami. loalas
NUMERO J CENTIMES
196m ANNEE N. 5578
LES INCONSQUENCES DE
L OPPOSITION
u
C'est bin tort que Lt
Nouvelliste > se plaint de ce q-n
dei attaques soient dirigea* cou*
tre lui. Nous ne connaissins
pas d'autre faon .1 fure la
guerre que de dcamper l'enn -
mi de s>s positions et'de para-
lys r ses manur-vres pir tous
les rooy?ns. Nous n'parcie-
rons nen ni p^rsor.ne. Nous
crierons de dures vrits nous
relverons tous les mensonges,
nous dnoncerons tout-- 1- s l-
chets, nous dmasquerons tou-
tes les hypoersies. L'opinion
publique ne sera plus induite
en erreur ; nous analyserons
po ir elle, les desseins cichs de
tous I. s faux gestes et le toutes
les dclamations insincres.
Une situation politique : ussi
dlicate qu3 celle cm nous tra-
versons actuellement veut que
chacun prenne une no'iion d-
termine et ne spcule point sur
des quivoques- C'est pourquoi
nous avons signal les lacotuft-
JLKNCES de r, OPPOSITION Les
opposant ne peuvafil dcem-
ment s'adresser jiujour. hui
Washington, l'o casion ds
prochaines lections prsi len-
tielles alors qu'i's ont constam-
ment prsent l'Amricain non
comme un cooprt-u-- Irn-
veillant qui a contrar t, des obli-
gations vis--vis de nous, mais
comma un envahisseur ani
ni des pires intentons.
Comtneni Le T- iop* , Le
Nouvelliste, La Poste peu-
vent-ils parler maintenant de
l'esprit de justica et des senti
menis d'humanit du gouverne-
ment et du peuple amricains
quand, dans le vain fsp-iir crer l'agitation dans le p ys, ils
ont aystmatiquement protesr
que l'intcrvenlioD amricaine
n'a t dicte que par la ten-
dance imprialiste de3 Etats
Ucia d'Amrique.
Nous prfrons la position
que nous avons prise ds le d-
but du gouvernement dt Mon
sieur Borno. C'est pourquoi
soutenu par l'opinion publique,
nous dnoncerons toutes les d
taillances, signe inlaillib e de la
vaste spculation laquelle s' si
livre une presse insiuire, suis
conviction ni principe, domine
uniquement p r la passion ina-
vouable de paralue aux yeux
des nafs comme tant l'organe
de prtendues revendications na
tionales.
Uui donc s'adnrse aujour-
d'hui Washiogton ? Sont ce
bien ceux qui appelaient sur la
tte du peuple amricain on ne
sait quelle loudre japonaise ?
Tout le monde a encore pr-
sente l'esprit une poque r
cente o no* pseudo nation lis-
tes rvaient d'un dsastre pour
les Etals-Unis. Nous ne savons
pas si la preuv^ ne s'en trouve
pas encore palpable dans les
colonnes de la presse opposante.
Qu'on veuille le reconnatre ou
non, la nouvelle attitude de
l'opposition est le tmoignage
irrcusable ds inconsquences
de la bande natiocaliat*.
Mais pourquoi ''opposition
a-t-elle adopt reste rnnJiiit<>
uouv, II- a l'g r I de l'Assri-
cain ju-te au ui< txant ou va
s'ouvrir la cam D6 pour U
prsidence de la hepttblif.ua ?
Toute l'activit nain naliste sem
ble se concentrer poui un m
prme assaut contre le Patais
National. l'Iuqu candidate la
njc|j nre, pris d'oo ne sait
"u I dsespoir subit, rve d al-
'er sensvelir dans le b'a c
miusole La vraie pansue des
opoosints est livre tout en'i-Ve
la roMita'iqe D^Dulaire : L\
I.IBl-.R\TIO.N ET L'iNDFE.VIlW
NvTiiivAi.r.s n'oni t qu'ui
tremobu , le retours aux ar-
me* une f inlaronna le, le*
princii>es dfendus apoTom-
ment avec le plus d'ardeur ont
fini p'r dispar. t're pour Jure
pi ce aux s'nliinmts les plui
inavouables.
Les ia<*oifi| 'an'-e de l'opposi
lion se trahi**, ni. en oatr, par
les dclamations contradictoires
dus opposants. Le journal La
Poste i cro I qu'il est convenb'e
que les nations Mes cherche!
maintenant de* alli-... amri
.uni- : C'est pourquoi, dit il. les
baitieos qui ne sont pas de ' col
laboration tranche rt loyal...
peuvent ouser avec l'^miiqu* et
mme avec Washir.gt n. Msi*
n'est ce pas dans ce mAm < jour
nal qu'il esl crit : A nv-ins d
croire sur paro'e les reprsentants
du Gnuverc ment amri -in, a
moins de n'avoir nulle ide''" men
wg> il de l'bvpoTtsit de ce* g m.
l'on ne pni dcemment l'esp*rer
'"l'Ndinioistrati n indpendante
de la R*publiqu' noire".
Poirquoi les oppo ants, l'ap
proche des leuil'Bcpr>iiler>tie!les
clierrb ni ils <-omme allis > des
"gens" qu'ils ont proc'ara* men
leur* kl hypocrite* .' N est ce pas
de 1 inonsquence?
" '.a Patate" dit en outre que le'
nations istess'adr s*enl a WVhing
ton p mr q'in Dreaaelin la domi
uvlion amricaine en lUiti > Beau
prtexte qai ne trompe prsnnnp;
c'est encore ce mm journal pi
esl cri-1 : Noir? tour ( Je ds ic
eopatioo ne vi-ndra jt nais, s'il
doit d'-p nlrede la sorte dpoli
paieM qui dirigent I s Etats L'ois,
tes' du mime cnhb'i moral, bieo
que diversement iqucl Est ce
cause de ces contradiction* que
tes opposants prtendent avoir du
crdit auprs de l'opinion pub i
que ?
L on cile l'exemnle de Telles'
ri n I qui a fait de l'Angleterre son
allie, bien que celle ci fut l'enne
mie de la France. L'histoire en-ei
gne qae 'l >ll- \ xiul en Itll au
Congrs de Vienne, comme en
1830 la fontrenre de Londres
a loujuars pens que les principe
peuvent cder rt varier aver l'intit
patriotique Le sens politique tait
sa qualit dominante, il < miprit
que le principe de la lgitimit de
ait assurer le succs le sa mission
auprs des princes gaJs'n*n' me
nacs par "l'esprit rvolutionnai
re."
Les meneurs de l'opposition y
compris ceux d' 'La Poste'' veu
lent ils lsi<-er entendre qu'ils sont
dous de c sens polt'que de
Tal'eyrand"? Pourquoi leurs princi
p s ont ils vari? Esl ce d.ns lin
tiet patriotique?
Mi Constant Vieux opposant ni
tionaliste a tabli das sa brochu
re que ... la direction artue le du
parti nationaliste ai abiolumrnt m
comptente. Par rapport A son in
comptence jointe d'autres ajo
lits... De d'H choses l'une on l'oppo
tion est diriges cin're l'in'ervan
lion amriaeioe; d ns ce es-ele
m-p. ui j retendra li 'dW,hi'<
t.in .1 des Amri- n- se- allis
ou beo cette opp iiion SM lesllj
cre <>miur uou I mvoii* mainte
toi- deoeotr et ne masque que
l'ambition du pouvoir et alors
toutes ses dclamations sont hVpo
eritea et mosoD|4rss.
Quotidien
i
TlLa-PHOrtl H* 241
*-
PORTAUI'IIIMIK bhflV)

\'l ORISifB! flSalQT 13 iff SSiM
VRocevoi.- chaque 'semaine 'de uo.i\lu<, marcliiin
dises, allHnt'ai>."i au dovant des d*slrs]de leur nom-
ireuse clientle. ___
GhezKawas Hermaoos
205-2O9 Rue Traverire
PLAINTES
CONTRE
inconnus
Port au Prince, le 11 i.ot ttM
Au Directeur du .1 ti'nal
LES OH.
Wonseur le Pireriteur.
faisant al'usion l'a-.te inlsme
dont a t viciim- un avocat de ce
b,rreau, vous ave/ manifest le
dir de oun.llie la victime et
l'anteur >.
Ce qui est, cries, plus iotres
sant pour vos iecieuis d sanoir,
c'est le nom d i lche calomnia
leur Or il vous e-l faci'e 4e'e
trouver, en d mtndant 'a Ch ira
bre dlisiru'uoi commuoicatiori
de la lettre anonyme dactylogra
phie, ainsi que les pices dj
companison. Et, sans qiie v'S
ay-f bssitin l'emprunter les n >m
breuses paires de lunettes d i pau-
vre sir* : esl rtrawKitit. cet imb-
iile, c- /./ ht, M trm uge que vans
connais,/ et q le le l'ynli,r
conoHtl, vous de cet acte infftue
Vos locli'um vous sauront alors
g' de leur donner! s noms. Et ils
se prononceront sur la moralit, le
savoir et la comptence des deux,
es dire de t la victime et W
I auteur .
Veuill'7 agrer. Monsieur le Di-
recteur. ms-a!utd'ionsempr*sa:f.
H. Malluiunchi'. av.
Melle Dossous
Mr Enaminu '.
Vers ti b Mires 11) ia ranJc
ponp? enti i n action et, a'ors,
anon laminent porvue d'eau
arrost copieusenvnt les ... d-
comb'ps.
C'est I occasion de dni indir
3m sut rtablie au mon' une
M i ilx li m lies Kl en lie
rrni eristimil dms re q>i rtiec
l'tijiunni ,i dernirement sup
prim 'a.
Chaussez vos enfants
CBBl
II, Balloni (ils
Ses (>iMires^8on leg
meilleures. .
Incendie
Ce malin, vers G hres mrins
15 miuut s, la sir i j laol >on
cri lut/ it'e, avertis ut la ville
encore en ormi> qu'un incendi
vei'ml d'naler-
En II t dans le rouie '
maisons situer au croisen ni
des rues Justin Ut&rissojl et
Courbet le li U promet-il ses
ravages 11 par il de la iDfefWO
ta^e aile an' ; la boulai'g*rie,
de Mr LAlio Loui*saint appar-
lenai t a Mr M l'i m Jn;J eqit.es
et h t it- par M Alerte.
L's pompiers arrivrent assez
t sur le thtre du ministre.
m us, ruallieureusemenl, le puits
si'u dans la cour de la famille.
Casannol o ils et dent obligs
de puiser l'eau qu ils ne trou-
Vrtient pas ail'eur?, lournissant
un dbit insijiuliml. le leu ga-
gna bal m nt |es_ autres mai-
sons |co h s ilont 7 furenij.com-
pllHiii.m dltru t-s.
V iti les no ! i atrs :
Mr Mi Iihh lei-i J c |u I
Mm Ve lt..se ubeig
Mm CHasul i'.omea.i
( 2 u..t -..- i
Maurice Etleoae fils
iifiIi;iiiiIiscs li'.'mi'.ii-i's
Port au l'rlnoe.
~*
Souliers ' Souliers '
Nous avons e plaisir d annoncer
aot.e aumbia client le que nous
avons r eu un grand assortiment de
Situllurs puur Femmes
dont Iss prix,variant entre Dl l,'>0
et D .i, dii^nt toute concurrence,
^ccoun/ vite, eil ces soulier
-'enlvent raii lement.
OLuPFAO.N Ll ai Co
Cri H ht,
k la PrsiJeoe
Aprs^Messieuri Joseph Justin
el r*,,u:eii. .*%.,uon c'est le doc
l m l'.ibi qui vent di^iar-tli'in de candi laturd S la
'i i !. ii .- de U Hcpub^ique. -olli
cita, dit il," par i. priucipauxcen
trs politique* et iutrllecluels du
pays el ceux du liougo Helge. '
Nous savious dj que les lec
lions prsidentielles prochaines re
tes lient l'attention la plus vive
de nos populations, mai uuus
ignorions ju-qj'ici que des contres
lointaines telles le tloogo l'inti-es
saien! rel vnement.
Dures el djl le I) hihiesleo
dissilence avec il mon Patiioli
que < .ir dans la leltre q l'il compte
alresse S l'Issemble Natiooa'e
en Wri prnhin, il tnvisaxs en
bm Omli.lit qu'il est et vnu
I, it i -r sur mus les rites''
.li.uiii ' l. g i iiivea ou Couseil
a i.ii.
\ i tu n il i- qui est clan et
ne permet " "" eq,ivi>qu#.
Le Kmy uillii>ra II est pont qui dtirc la
miilbiiie iii.ii(|M- oui ! |amais ''D5 tlislil-
I.-. *>i qui Mit' ix'il doit couler Mu peu
. ch-.r que. le Whisky ordii ici.
cKuig WltCiam W
Q CQTS WHJ.SKV
Certains homme,contents ri'enx
mmes, de quelque action 0'.,{J| co
quelquejouvrau/ qui ne leujbiMy^X' n
malrusssi.et avant oui iliissKjtjM^, M JNION
la mo.lelie tied biea .m\ 'i'^'AJc ss ,?5
liommes.usi'i)! ftlre nimlpsl^s.coii-
ir.-loiit lstmplefl m'I-( naturels,
femlilables i ces (jMSuni.oe taille
mdiocre qui se Imhs-hI aux por-
tes de peur de Jse heurter.
La Bruyre^
MERCREDI 12 AUL'T t2G
La Situation au Maroc
|)e noir.bteiises (.-un ill<- ap|iartenant aux t ri bu s
rebelles ont lait leur rauaUMion
Activit' des aviateurs li.iiu.n- et espagnol
l'K/. 10 D*os l< rgionoit est
le Kaid Iliddou B fli aurait prs
crit la lev e in > ess. Ls Ojiba
las de la zone espagnole dns le
but de nnforrer les contingents
de Sai/ r reurent l'ordre de te
nir a tout prix et de pousser acti
vement le travaux de retranche
ment : les O.il.-d Bedder, El sa
lient. Mis firaillesout fait leur soumission
In groupe mobile a nettoy la
rgion au sud de I.ed de Isssr ;
I ennemi a tente vainement de
traverser In Coele du LouLlios et
a d reculer eu dsordre ver* le
n trd'SBl poursuivi pir l'irlilleiie
t-aneaise et l avialion espsgno'e
au centre. On (i-nnGrme l'vacu
non de Djebel Amseft.
FBZ les escedriUes trSDai
ses oui bombard In nuit dernire
T.) campements rebelles deux co
lonnes mobiles ont mlto\ la rd
gioo de Djebel Ain-'ii qui a\ait
t envahie par les Rifleini Les
troupes e 'pgnoles sont eilives, des d'uch' un n -I r t il
lerie et un avion de guerre e-pe
gnols ont empch une cohoine
rilf ine de traverser le coude de
la rivire okkos. Vulgrc la lerrj
ble men .. .1 \lid II h nui e n re
los tribus qui abiiiiiloniK r lient sa
cause, le nomlui' il, 11 qui %eu
lent faire leur 1,1111m 1 1 1
Prasea sugssenta ton-1 1 uis
dans le gnunli uroporti ii- 'I
lu rsultat des succs flnes \e>
samedi l.n prise d'Aiurr^ )ii n l'ait
sur I I rt belles une pi 1 ontle 1111
pression
Une ligne tlphonique n t
Installe astre la servies de leossj
giiemenle fraoi lia et le ierviee ss
pngin.l llepsuvenl m .inienant ss
teuir en 1 i| | 01I-.
Nouvelles Etrangres
Par t'alilei
En Italie on semble envi
sMsC lis M'tit tiseinent
le i't|lemeiil de la dette
le ijueirc
KOVtl Les plus haute* aulori
ts fluaneiree se sont runies eu
jourd hui sous le presidei.ee du
comte Volpi, ministre des ligau
ces, pour discuter Is question de
lu con olidatiun de la dette de
guerre due aux Etats L'nU. Cette
runion est d'autant plu impor
t mie que Mr de Maitino, amhas
sideur d Italie aux Etal* t ni*, est
parti rcemment de New York
p .m confrer aver son gouvernt
menl sur le dette
action Wierqique conln-
des coinuiutiit<'s alle-
mands
BERLIN Cinq communistes,
membres du Haich-iag, uni tl ex
puises de la chambre a fa suite
d un* ineo ora^eu-n sur le pro
1 n ni du gouvernement sur les
droits d'entre, '.es communistes
ont esssy de faire de l'obstrue
lion
Iclle Lillim Bar.isoti i
li suite d une t Mlative
qui faillit lui coller la
vie, renonce i son projet
de traverser la Manche
I la ii.ij--
Il hL'H.NH, 10 -Vielle Lillian
lUrii-ou. la nageuse argentine, a
artendonn ce matin S 7 heures
40 sa leutatwe de la traverse de
la Manche alors quelle se tiuu
vait a U kilomtres au large du
cap lins .N / Melle Lillim Hsrri
sou a failli se uoyer au coure de
mi tme tentative de le traverse
de la Manche Elle se doit le vie
qu'a la prsen-e du champion
gyptien 1 rbak Uelmy qui nageait
cot d'elle el l'empfii ha de cou
1er Attrapei moi Uelmy. je
coule, cria t elle Soudain alors
qu'elle paraissait nager vigooreuee
u khi elir pointa vais l'Agyotien la
pi l par le cou et s'vanouit prs
qu ; I e lut alors remonte S
Du d lu r. m .loueur et ramene a
B ulugnt. C'est me dernire tenta
tivr. dt.l.rn U jtiiue Inie en 1 e
ueut i elle La vtauebe et une
eau trop S/OSSI pour moi. kl e
tait reste 7 heures et '> miuutas
dans l'eau.
(Contre la vif
lu roi d'Ktpaqoe
PaSSS Uni dpe.he de lien
daye mr lalroslMre franeo eepa
gnole adresse I agence llavas
annonce qu'on a arrt derniers
ment en hspsgne un ananhiits
toeasjuuiu'r dt 1 iBxslol coolie te
vie du roi aJstMBSS Mil Isfsqu il
viendiait passer sa rSkldeDea
de Saint Sbastien, b'sssrcbisla e
t conduit & Madrid : apriss une
enqute, plusifiirs arn stations ont
t opres en divers endroits
nul toute l'h-pegne.
iutour df la dette
de guerre brlae
W\!>lllM.T.iN- La Belsinin
fera SOI B#ui IoiiIm ie obhga
lkus, 1. 11- ilcinandera ses ii
teu/s de preidretn coofidl itloo
|aa l'undilions optionnelle* de
la KueiTtt eiile l'eprAi gu'ire.
C'est le b roa Cartier de Msr bien
ne, smbasad.ur de Belgique qui
a fait celte dclaration ssiour
dliui en pr tnce de la mi-Mon
de la delte belge la amricaine dans sa rponse au se
crlsire Melon. \m pr-nlcnl de
la commission amricaine 1 lit
que les I tnls I ni- ne deman 1
pas la Belgique de faire l'i
sil.le, mais qi,e la CSOSOlidallOB
de la di lie srail la rseoBosii lassa
ilu caractre 'acre des oblige) u
inietiialionalis et le lglcmenl
il un queslioi jui aurait pu Iras
hier la longui amiti> l< [eus 1 as
pies.
La Belgique, a dil l.uni
deur, aurait entam plutt .,-,,,
les Mats Luis des BigOelstioBl au
suji I de la lonsolidaliori de sa
det>, mais elle en avait t imp
ebe par la non ralisation d'un
grai d nombre de promesses filea
a n n fxuple peiidiint la guerre.
L'arsbBtsadeur a jont*- que la si
11.11 mu eiiiki cite n t reudus
piiis l'iitique |r le fait que pes
dant le. % inntl il im 1 upalioB
que la Belgique avail t abAfi de
psyer rAlleDSgne -ou forme de
' l'Iillibnl..... B| 1 ,p
c s et par suite Je 1 usegl nul 08tl
de la moniMie illemendi ss tri
but de gui ni |> 1 -' lve D 1 BtS
naot une ju-te letele de uni
J'bidh de dollar' V'OOS an; aurti
les sommes qu'il dou> i Fallu d
ptnie; pour rec nilruin nos ri
g.bU uevasis el r, ru l tic sur
pid 1 os f Lr.quss ?auvagtii.eot
deiruiica.
Daoa a rpoi .-e, le secitaiiaj
Mellou e dit c-ue les Belge- pou
IINK-5MEARED
T


i MaTI5
-- m
<^*
I
/?
LOBO
cofine 4e ia force
C -'v, '. crnrc
Neurasthnie
Tuberculose
Aniol--
<
.U|mer'
fl r- MU Mffl I
k-ule ' I 'nn- t. If r
, ri f
. i>mli|ti
|^ut i v utei la *
tWiapla .. :fi-i-ll. dont M
. tt'.rt unt
i' ,l-94t rapaba da rrrapla*
la i. ai -irulBi
naaHfefifet rt ec a c ataa-
' ..t -n, n*j |fa u'il
'TU louJiu" >-.] r u
,W mcir.i dam lai cas
f ni. l o i, hc if M
q-:a la \#roth.-ap'-
naar. #11 uoa loua d^ caa,
reMi.'ati rf ir.. jiablal
v'93 pcm bi' i
'nc -* BMW I K
laaa. du.i <.rj>n.ii.ia ra-
i-ior-*r. a ra-iilf.cr 'al-
t u ara s t.- dap.
trrrr-i^wa kohi donr-cran, la
v /|'--nca
B 0 <.
/ -a raria fi ici kj,
: iwi : J,- .v uJ. a*
Vfd.- r j, r*
.de Commerce d'Hiiti n'a entendu
parler et n'avait eau-uij que Je
Corp qiielcoo \ ,e q il r-i np,ie
u nom le >i U t :ib i e
d'Ilaili.
Portai;Prise, le 11 pi le' I9i
Ki) ESlhVK
4'etle niisr I u poiul vnu Ira 9ns
doute a nore confrre, de se met-
tre d-"rtii.n- t m .'ir.| r utre ces
iolormateurs peu scrup l'eu-, or-
ganes empji. uii- ren !i unt
an tle lupide.
C\\mpa
^t S3S ^

kJHO
3
Nou9 avons revu Ja-mel, ave^
un rel plaisir, notre >ympalhiqiH
et charmant ami I. it/ner Pierre
Louis.
Nous lui eonheLoBj lu lii nye
eue et un L'jn *jou* jar ni n
Jiimel, le II OUI 1ii.
C
"\\erl8cCieSu
><
f
***
*5r.f*

faiilanl 8o0*iQrii(f8it
"e*2 -
vaitnt lre certain- q e.leur situa
lion aurait la considration la
plossyirpalhiquc et la plus emica
le de la part ,de .la coramiaion.
Nouvelles Diverses
PAnl"\ l" a I" pn" silence
,l,i eonatil on a ran un tUtrem
me du n in'rai Pnmo de llivera
Hunonriin' qu'un missaire prt n
dnntoii-' mblari tre le mandataire
d'Abl Kl Kiim a dclar que relui
i npoi-ieia m ulement i lit !*
poodaui'e du riil eat pralable
ment r connue
Pahis Le cipilaine Arrachai!,
U hios du raid arien l'aris Da
kar. est parti ce matin a i heuua
4 j de Vi lacoublay poir tenter la
tour Je l'Europe m J joui". La
deslination de sa premire escale
e-t Constantiuople L'asiateur a
t squale a Turin i II heures.
Arrachard a atterri 1 ( heures
V miuu es -Belgrade ;\|.i (h.
de vol.
Les cours
Il Aot
NIAS YORK rranca 81.86
3UtUb| *.tS-'Hl
Paria Sler'iojr, lO.BO
l'olUr 21.2
LNul
mm
loute que, celte anne, s
immiscions rendent un eiv,
alfioaea In loi sur I obligation
siolaire.
Noui esprons galement que
le- umiilea compremlront qu il \
a !e leurs loi rta de n pas
lai-ser croupir dans ligu i m e
ces petits -lotit ils ont la garde et
qui constituent l'avenir il i I' ~.
Parisiaua
Samedi
La Maison du Mystre
loi et 2e piHiue*
Entr i : l.oo younl
Varits
Ce Soir, pas de reprsentation
VKNnHIiDl
.
Olfretl-emploi
Ou demamle utio jeune veadeu-
m rte hLrie - lu- ;iirou e| parlant
l'anglais.
S'adr- --er .
ULOFFgON, LUCAS & Go
itteifl'AiiaMc
3e ,episode
SAMEDI
Les Deux Gosses
1- ntre : 0.5O cta
Une iiionralion
entirement fausse
Conformment la loi surlo-
bligation scolaire,des commissions
ont eie lormes dans toutes les cir
conscnptior s scolaires de la Ki n
bliqu li" 1' recensement de en
Tanls de: a 14 ans qui ne \-i I
pus l'cole.
I,* loi i ioil -les sHOdions no i
seulement- otre les mambr. i les
Commissions qui reluse.roient il'-
complir la m saion eu dvolue,
mais :ni-i c ntre les parents qui
pour un motif ou un autre au
raient deoM de fau* i enseigne
ment-.
A l'orl au PriDea, la Mlle a t
divise par zones et d' -i la -emai
ne pro haine loues les maisons
lecevionl la visite le^ membres
des ommi-rinn- pr-sis 4
celte li i.
Dana les sections ni-lis ,-,
soin est laisse SU* Lonseille d'
giiculture qm leronl asiaMa du
Lirectenr d Ecole de >a Seciioi
aedtux ci oyeis notables.
-i
Suus la r bin/ue Nouvilie*
d II.m la Hvtaitun d* nom -on-
/ re dominietn Laltlorniatioa
ilu i JiiiIk i - '< -, -i publi
l infotmaiion mit anh
- In dociiment sien1-'e Messieurs
Il tklve, plisl-l. ut Ue lu I h.iin
lue de Con.niena d llaiti, liao.
e Lesi-ir a.-se prside ni de I h m
bu il- Commeiie iiitaise: n II.
lumpMii pisidei.1 ie I. (.ti-ui.-
lue de l. uni nui ce amtn-aii.c \
(unis, pu -nient de la l In mbie de
< iiiti.a sl:tiLriidi ; Arthur de
M-ittus ptsinenl e la t hambre
ce ton n.eue llalienue tl il Anti-i
ne .-l! ..m, pi .Mile, I du .i. I* lulli
nienial de Sviie, a ie envoNd au
l'i-Milenl liorno lui demauddiil
de itieicer lis le- li-ni- Jlegtsla-
\".
Le piup'.t ne wu,t pas q-.e les
i !i li. i. pu-i-li iilieiiei te lastent
pin le (insul dhli.l aais bien
tarira (orgies, toips btuveiain
nul ap|ele a Ctcider du soit de
Hi.ilio.
itettt (ctitiin deaj < lien bl(l de
Cjmmsrce se ra pirle aupiojd
de rli.me d i hrii d u iii^i - o t
dsire qu ilsoil vol pu le Congre >>.
J i nais orgme de presse n'a
cl p'us mal renseign que notre
contrere dominitaio et lor-qu il
amal lili -ik orj t J4 11 mu In des prsidents des Cliun-
1res de Commerce, il s'en voudra
sans d.iute de s tre I -il l'-ho de
quelques v..is intre-s'es i a poli
q tant a -! n it ur.-i les laits et la
pense des autres.
l'onr la bonne inlnflig nce de
notre confrre induit aini en er-
teiir par quelque rorre

f -itaisi dclaration de M. \.i. Rare?*, p>a]
sident de I Chambre d Commerce
dHaili qui. par ainsi, a voulu ar-
ltei n-tles commentaires aii-ur
.I. se donnant cours au sujet de
la ptition des Chambres de Com
m rce relativem-' t au pr jet de
r loi me lu tarif douanier :
l'ne dacUration srmalle
de M Kl EaUVe
Le Journal Le NouvellUle "
dans s.iii uiimro d hier, a publi,
.?ans m'en avoir au pralable co a
mimique le tcxle, un compte ren
du d'uue conversation que l'un Je
ses direcleuis, M E. Chauvel, eut
avec moi. di>u mi n bureau, au
sujet du Commun que collecul des
divers s Clumbres de Cooimerre
de l'ort au Prince.
J'ai tponJu t sei quesslions
tri pr-'i et, mais j cin\* devoir
continuer publiq leraenl, par la pr
tente, que ia Chambre deCoromerre
d llaiti, com ne d'ailleurs toutes les
sut es Ch .rnbre de Comm 'ices qui
f ig lreot le lommunique en q le.
tio ', ne s'occupe pu de questions'
d ordie plilique.
En ilernandapi, par un M axt
randum adress eu tiouvernem. rit,
de renvoyer I ar.n e prochiiu |e
vjle du piojet de lar.f d^ Douanes,
ce n'tait qui n lue d'avoir tout le
temps d ex'.minn a t repose
les diverses moddoi iooa iatr -dui
tes au du ...... t purlar I de
C'ia nbres Lgislatives, la Chimbre
Pour gurir ou r? itef ^
;oaiui om itou .o. .i. v a
imiaiil aaiTsise 3
IL SUFFIT de prerir*
SV l'un d vea rat pas
an M* ni t*m aaalawaM
une Pilule du 1? Dliant
147. rue du rub' 8t-Dni* f. ri
Mais 11 laut exiger les Yrilables
ai * lasit fah bUacfa*
I ai >S IMalll hta maa
OEHAUT A PARIS
P. .oi l-a Heianmat Imarlmaa an aalr
Revue
des Deux Mondes
li Rut de iLmwrtil/. Paru
BOMaAIHK t'K LA LIVKAl ON
du 15 Juillet I95
les i iniki..ii's. Ti -i n m p -r-
tie .luhan U< jer.
J minai mliii e. I IS.'iT 1858
... Emile 0 livier
Halit tt Fiel on Le vnii
P i- Pi pu- ne Miser, bl s.....
Andr Le Breton.
Aupies ilu iinra! Ma' ; n
A'M'' il tiuigu -r I.
.. i-.i Mi.-Juui l'I. Des I ivres
pou l't .. Mnel Boiilenger.
Le BU eus -le Bolehvletef.....
Contre \mira Dcgouy.
Les i-sions fg VaticM
Pierre Troyoa.
I.imiu'tiije a Aix les II in-. La
Colline de ITn-pl-a'ion........
II. Miehaub Lapeyre.
Pour la rest-urati n de I Euiope.
La queslion du Transtert. . .
Meuuce LtwmduWaki,
A l'exposilioii des arts dcora-
lin. I (lu en el le style mo-
derne. .. H. de a diieiaaae
Les acalmie de l'iov.nee au
Iravair... M S.V..11I.
Itevue M nliflijiie A prooos
du eiilen n e de i.li ir.: I ...
Cli u le- .Nui .liai': n
Kevue Mu-i-'il.-. La nai-san
de li Ivre. i arui le II I aigie.
Chr -u que de I* Qjiottioe -
Uistore poiii,que .. Ken Pidoq.
It \ it-. c.v Ov\hvlh.Nf
-> -a S mj Trou m..
P.ru
H I
btmc Seine ci D. ,c Uo tr
Dc^vctcmcnts ci
Co.onics irans ine-. M6 4 i tr
liuriKcr 98 li jo
Le ibonncmeii- paneni du itr il
Je vh-que pion.
-WX DU SUMtlIO |iiSo
11 u ;o
ai lu
m
du I j
Savon Lait de.jcovo
Savon Lait de coco
Savon Lait de coco
Savon Laitw de coco
Savon Lait de coco
Chez Isaac Dishy & C
Rue Courbe J\ 1738
e ''.<>
. i >\'/:>i'(/es// S) #-
sconntt eC
-.
Ayenl exclusif
P. Labourdette
30, Rue Montmartre Paris
Eug. LE BOSSE & Co
Agences- Reprsentations
PORT- A U*PR INGE
Agents gnraux de :
"eeker Jones Jewell Nilling St C
NSW-YOUi
l-'aimoai lluijariaii o u Boule [\ouge eto .
fiMiikliti "ire iQsrauee Company
Nuw-Ytm'.:
Afaaranci* contre l'Incendie
J Diamond Match Co
Allumettes i Sate Home i
il. S. Uiillr ifi'O'l Coiupatj
Souliers Hetl
CI.as F. Malllau"H S "
Poissons satsen toua.genres
|\];n \aaurancc sur la vie,
jiuisboi Fres C.im''
Vins \ Champigne jjordraua
*'(. Il' Mll.l
CO.Lv\HA(..l P
Uourre Danois, fromage et cooneive alin.ontii.es
W, 8 lathefs i\- Sort
Tahacs jaunes et noirs.
a halionale
Sjus Hival
HHHM'ttes haitecleo
Kuvoie de denr*>
sW
frornrez-voiistles chaises t'h.oriiufs, !il en fer,en cuivrcelen bronze,
glact's. lableaui, lampe;*, lavabos, < rpe"es el descenle de lis.
Chez
BrlLLOll FILS
120, Hue ROUX, 120^:
i
i
i


'J.:matu>i

Pdtom vous devez acheter Chez Marcel AUD Ai &Cie

,
Achetez votre Clairin fipicje riiez laicel iudaht
vos Gin, Wisky lt liqueur "
" votre Rhum et vos alcools ** **
* vnliv sucre h-ition ou trange* citez
votre C-.l torrl moula ciez
wiftfe Bitre (pnwenbrau Hambourg)
vos Vm- de gnrdetui
Cm,
M
n
<

M
4t
u
<
Adulez iiutoi chez larcel udain 1 Oh
u-.

ez larcel limant fc *-i" puce ijii lacnieB >\ e vous i-Tcvrez. sera u -sa
1903 Hue du magaw de l'Ktnl
Machine aaddiiionuer
, DALTON
La plus perfectionne et la plus
facile* manier,
La seule peinture m chana/ snl pai de
couleur
V
S
s
SA-TI-NA
v
C
le t lllll.ll

*r\
ri ,. i, '.
cl Te plut f*<
<. nfa itti ,
HiMl f.'i..n^nl ilttlftAutl
t dllpi v
- .. u
w

prpare spcialement pour
''Hati
The Charles H. rotO pauit C<>
Geo. Jesnsme et Co
"Ayet.ts
jAVON EBi iOY
i

G. GILG
AGENT POUR MU
ATTENTION
Je viens, in fur mer les propritaire*
d'anlo que j'ai n,t Jfcftr les pmus
CORD des dimensions suivantes :
tmvs 32x4 co d; pmu* 33x4 co, d
Pmns 34x4 ij2 co,d.
L. P recfzmav*iiAggerholm
IHvxts atA Quai '
WISATCO
Rue des FronUmfo l *VW7
NIURASTMtNIl
CHLOROSE, DteiLI I -

8I.1GP J-
DESCHIENS
ii i tgtobln*
uparleur a fa rien
Xniaf tw do I !'
a rua ti
m /# /'o/a
Colombiau Sleaiusbip
Compati)' lue-,
^: tUonttt aJiotuat kplitL tai^c v.1lt\v-
l}/>ill U $ OXFKZ RMU'iMC. OL atlcu^u a.
iatt au .iinc: U \'t, uia &ip-;"llat'im.
H" lepai'iia U nuunt jaui iUialciuenL poui
CaufJ en uulc poui fKiiupton Ja . 'Va
poUA i)c la Wjm.wt' pt'iiiarvL |ui fcpa>
'aa.-au-^ivcc, te- ri dtoul lOW
Colombiau Steanishlp Conipanv fno
Gbai'a & Co Ayeiils
FllIlOIl 81l0e Poljsb Company Inc
New-York
a
^ft^ ^^^% ^' kOUS vuu'"co,lst>l',e1' ''' Pea" (^(' vos cliaussur--.
5i vous voulez constivti^a .>ouple se p''iiil.iiiil.n.i|i.inp.
^aV^r
Ceci n'est pas lire
Car df la Holame Je. ne sais pas en taire,
Cependant si vous passez du cote du bureau de
l'Administration postale, la (irand'ltue,
Rnurex la Cordonnerie

|ln.i/ notie pale. _\J uomain la meilleure de lottes
le ni. Mp.i-a.
fabrique ipleialemeitupoui Ifsatntlcmen dubini t lile
ille prolue \o cliaussures contre la chaleur el
l'humidit.
(j( o. JeansiiU'& t." "
Eruesl Camille
A la Conscience
\oia vire/que U a chaussures qus ce aolt sur
commande ou r.mi b> t. ui.m a\< yuut sotna al
solidll,parce qut- l s cuviiers qui le contecttoiinent
et lep ii x.eiiaLX qui y suut rnployes rpondent et
| latiflent !<-' titre ne la maison
e
Remcrcmsnts
Madume Veuve (jrorges PlOfb4
te, Moi.kieur e i.i.min Loui Au
gi. In. 1.1,1 ,, !.. M. I I, 1,1 J
nuuillg Uuill i m> M i .. r I m'
ixii <. ^ "i, | h m Mi li no i li lie
hi-e ugiial n Lu,luunif. M......
^ un Augitoliu liiiiliiiiimi' il tri
m ri | un ni ,1 .n i nu i : i
bli n -iiii-i n ii 11 looi 'i m qui
h ur rai ,1111111 pi i p i la
lyOBkth e h |-, im, i le I) i i
de leu trs ri II
i .1 lODl \ u I | Il < i
i. ni un n n, mi m \
l ,. i Bev.'n
l ii pii u Un i
tua m i e L ur vio h ,
l. j I ; 11 L i i

kiL
^ *
205-209 Rue Travers.rt
ir w
.
uNi^SMEARED .


i. inl>
r. .
Talons en Caoutchouc Gtod-Yer Grand Htel de France
Le* je m mes
ainsi que les en
fams aiment
avoir des ta-
lon* encaoul'
choucls sont
heureux de tes
avjxr car avec
eux ils mar-
chent confor.
tablemcnt.
Proit 7: votre corpa
pendant vos prume-
nadcsjournalires,en
usant les talons <*n
caoutchouc Good Tear
avec a,vous observe
rez la dillrence des
pas <|u'ol!re leur
construction Spciale.
lis IhIoos m caottlchmic Go-d |t>a'. oui r-n .'-.-.lit '- da lalcna pneumalimi s
qui protgent le corpa. et ses oivjanes commeJes pneus protgent l'auto n >
bile.
A part de cela ils durent plus que louables autres.
Tbe West Indies Trading Compauv
Port-au-Prince, Gonaves
Gap-Haitien.
Position cv.vpnonri.il.-, ni centre dea auairea
proximit le loulei I > H oque*, de II douane e
de toalea le Agence da lateam.
kbaeignemeoli el lacitila pour voyager en Wrto
mobile, dans toute! les ptrttM de 'a Rpublique
i'Hili et de la rpublique duminicjine.
Chambres conlorlable- i l surtout 1res propres, en
dateurs dans l.'s cliam! res la demande des Peu-
ajonairet. Coirioe lranaise trs soiqne et dis
plus Varies. .
D na de% .1 v si ter V m gas "'
do WA'-i :
\ ins an v pilleurs crus de Bouleaux par liai ri-
au. s itirrinii. qallons et par bouteilles- I ami
u^Xiit.'/rr.meai. vcu. trouverez le pli grand
choix, luiir les qualits et pour lage
' VINS i ITALIE ! ESPAGNE
VIN il. I rKCOG\'E(blaiica et rongea latla w omns.
Poniraid m usseux, quftl uincain ;
L, plll gr d assortiment de Liqueurs, Connue
BlD'' AbSnthe Pernod, Amer IHcon, Yermontlie
COV-tHVtS l'anaisee et amricaines fraio
CIi*Ltl S de (a ha, Aurora et Habaner...
( I AR r CES de toutes les ahriques d lloill Or s
I dtail ,
PAitFUMEniZ (arrtes postales
Prix t * m titrs.
r. P. Pli izt
'-'- -" l'lin
il I oVlfuct i"
tn Keds
Ctmimn raa de K td rir cmnrtw tefh.
Tmf ojoor*.
miiaii Mant: ; 41 l'-n bBnn\i
fort* D*i-r !*" vwrti
t fafcunnfc par fc p'i rr;-W
MM it MSBJ fut- Ce. un
Bar Terminus
Julius Lopold
Propritaire
\ l'iLterseclion du < lump de
Mars e'. du l'eut Tour celte posi
lion e-t id* e
i. .> I- iud< / \ous n&lurel de
los ''ni qui < ut en v. ular.1 te
p&f 'o ;<^r >'< la ville, d/dieit
. 11 ii li-m s i lo;sner du lunulle
< I rr pi m f ais
i>i la ..'on |ind le me 11'tu
|. fk H c*'s i ini qi n fit
/ < rr.flleur >i\ice
*%&,?&*
^+mmrA

Si vous voulez avoir
de bons chapeaux la
mode.
Visitez la maison
Jeiiaro HURT\DO
tirand'Rae M0 1728
; i
Pour Ption-Ville
seul
3."U
Mont./ .1 I tllon \ i'Ie
vc un FANAI A RAS
l>K et cp. i our la |.rctc
,io'< de %oe y u> .
%\ lanau ini \ irli.lits
, c ttioiiiiiiuo et un
donna lumire de
boutii' s
Tra '.simple A niani
puler.
bx r "."rp'oier.iiv o v n
lage au salon, la chambrejpiivv
a l'usine enfin partout.
F.D vente chez;
Cet i
N. et A. Acra
GranSRue
A ct des Caves de Bordeaux
Voulez VOUSV04S habiller avec 61ance, et bon
march
Adressez mus la Maison X. & A. A^KA
Dont la devise est da ve.ilre petit bniiee pour
vendre baaucoi p
Dans son pei .annel, la maison oompte un maure
tailleur italien eirti d'un tablissement de pr rater
ordre l'Italie .
IClleeaJ en mesure de fournir des comp e.e tout laite
et sur mesure, en cheviote, diagonale, palm bea-h
drillblano el couleur, coupons de easimir pour oan
talons Etoftaa pour gilets
Bonneterie
r.oeinises de Jour et de nuit, au (|<>at]dtl o isrts
f'ols et manchettes dernires are ait ri. \ Cm) 91ns
el pylamaa,
Cnem>i*on rm st et le meilleur accueil est rserv A tous oeu*iUi d-
sirent par une visite tre dfis sur la valeur des
travaux fournis.
T'>ut costume com inud et i|ui ne r,uni pas sa
goiK iu client e t rc.p u
On paile franais, s'HUils, espagnol et italien
Qu'ntin Williams # Ce
Vts-a vis de l'Il.Uel de Tran"
La maison C.L.Verrel
Marchand Tailleur
lo 1S23 Bue du lamisin de l'El..*
%, 1 ( cuiiiiii.il.le au publie ci i sa n mineuse cli-
iiitile p >ur I l.{.|iin .! de si coii(n el la prompte
C):oUoil mise dans les ouvrai|es conlis i se- soins
a maison re>le oiivr-rle jusqu' % heures *u soir.
i 1 a m d ,
Pharmacie Sjourn
Donne avis *i clientle et aux rodecins et au public qu'il ta
trautso m >tm CiooTaioire d Ujoifie en i,uii Laboratoire e
luo'oj ' i hl|Bi ! la D rA-.iicrJ Jn
ht l'cot et P. Sjmr-i
L h t' >->-.-t > *' it '* ks i 7 h *i du |m itiiil 9
.ui H.s.i p,ur 1... e-,l-'s r -cl er;hee ani!yei pre a.. 1 c cl ionitd. ni Dour le
^^ h .ujani el la conatante Ure Secret rid
Si m ^ 1 es qrp V ff.jrdi d. chaque aemain .
s r * PIi^iij ijp pour la reosljoeaienb
n 1 es I e< et SaH*a*>Htae
Rar.lion 1^ Wasserrrur.n
l'acirn de Tr bju'el,
Elanuei du s r p dn Di'
Kxaa en d 1 ttires lcales
Examen e rraeh '
^Ihllmino ractioi
ConaUnle UroSecr/rat
fI0
A. de Matleis et ) Agents




-


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM