<%BANNER%>







PAGE 1

OIKEGTKUR PROPRIETAIRE 1MPR1UEIR OlemeiK Mayloire %  pHjTTMTi 1358, Kue Amricain NUMERO 20 CENTIMES Quotidien TBLaaMOWI Hi4 Une grande a.iri|afi..ii **Jifir, 7 mes, sainn'M'espiirt r.lijimlc^ili' Cfrur.cre une conscience moral''. qui s'appelle une IfHlion.Tanl que celle conscience J.. notaitprouve sa lorce, par les •tcriGcei tprexige l'abdication de l'individu au profit de la commumiut,elle est lgitime ; elle i le droit d'exister, tlrnesl Rroau 19me ANNEE N 6672 -* PORT AU-PRINCE ( HAJTl ) MERl^ifiDl 6 AOUT IH2 LA CONVENTION DE 1915 L REELECTION Il peut plaire aux oppos iuaimnalisies le soutenir les lliories les plu- lanss-es, l'entretenir les espoirs les plus absurdes, ce que nous savons e' dont nous sommes mme convaincu c'est que le i upk ha* tien, s'il souflre dans .••ou orgueil raiional cause de I in' rveniion trangre, il reconmit cependant que cette ii terveution a t provoque par nos lautes rptes ; ce que noua sa vons encore 3t que nul Pfl peut contester, quelque sophi'iite que l'on recoure, c\ st que lepui3 191 un cri unanime de joie non dissimule sort de tous tes cœurs pour saluer I* r. tour dliintil do l'ordre, condition indispensible de tout progrA-, Lorsqu'aprs lesjjurnes I I L'7 el2K Juillet 191. nous u ius sommes trouves en pr>ence le la cruelle vrit de notre siiuv tion politique, il ne nous tait t'Irs possible d'bsiter sur le seul parti preirlie lu s;n:rilice s'imposait ; le pays la accept, avec douleur sans dont-', mais celait l'invitable.— Nous en appelons Moravia d m les E nrles et la conduite, die eun-l. ne p iront de si tt sortir de notre mmoire, La Convention de ly/5 conclue entre llaili et les KiatsW uis d'Amrique a i ; du, env, ,w. u-uw. | Ul, lil wllllllti depolitiqu) intrieure dont la solution faisan le de*pgir le tous: la ttabtli govtintmeur tait. Il est inutile de rappeler avpc quehe rapidit nos Lofa d'Kiat se succdaient au pouvoir. Il lalan ouvrir la (ioiiMitution de 18&J pour se tr piller et bien, se convaincre qu'ils taieu 1 lus pour une priode de / ans. l)avilmar iliodi re et Villmin Gt idaume n'oi t pa r-id 7 mois au Palais National. H si hors de doute que l'un ds uioiul >s (t imirianis de l'ace* p'i'iiou de la (Jouveiiiion a t pour le (.iouveriieimnt et le peut W li. ili'U le il' .-ir de n Mule nir l'ordre et la tranquillit sur le teiriioirt. Le gouverna* narnl dWashington ses! en(jagcoi-tiibu. i a ta ii ali.-ation de ce dsir tt de cett•• utctssii. l'ar des dclar lion — u'irieures su vole de la t'ot ven tion — qui ont .e faite* par les reprseui uis oliciels du Gouvtrnmunl aniiic'in, il a t plus d'une lots continu la dtermination des L'atsUins de nous aider etliracemint ce que l'ordre ne soit p'us troubl en Hati et ce que, en outre, la Ctii.'iiiuiion et Ira lois m viKUeur !• \o;vent leur pleineapplicaiioo. l.'-'-'iiii n ollicielle du bu'le'm rira lois 11 BON de l'ai,' -e 1V22 DOI s anirend qu'au cours de la leoplion laite au Pal is National au Gnpi I II Russeli en sa qualit uV Haut Cornn ieaaire au ricain, re'ui ci remit au Pisidtnl d'Hati, Mon* sii ui Stiilrt l'arliuutuave, un* letlf tomenaiit renaines rom ii.uiii.-atioiis du Prsi>1rrt Hrs Etat Uni*. L'un des objets de cttte htire a t expression du sunie dsir du Gouvernement de Waslui gton quo LE jorn \ 'l..\Nt. BIKNTT C Si ra pi t l" SI II I .\t; IIAL SI'IIK • LA iiVNi.ii ii.i.ni: ... Dl L.V Rf.pu* LLIOUK li HATI . Le troisime alina de I article 71 le i.i Constitution de 1918 prvoit que le Piaident de la Hcpublique tu immiattmnil rtthgiblt. V e-t clair, pieds et foimel. Ur le g.i,v, i nement amiicain auquel <. Le Nouve.li-te • tait ap. p< i nuji.uid hui c> 11 nom d'une coal.tioa Me Candidate la prsidence, ne pense pas a laie er entraver a mir on u ll.uii. || ne p.„t y avoir aucun 'I ttacla a leicution Je 'a Lon.-I.iuiioo par l'Assemble Nationale. L-ilaleurs gui ont contrad u nin Uureuse habitude de voir , h tl les Cbefa a'Klat au Palais Natlooal comme sur un crao de ciiima.sonldsorients de sa t-ou ver mioieuam en piseoce d'une liloalioa nouvelle qui augure non eu ement le maintien du Pn'-i dni de la Upub ique dans ses touclioDi, in ,qui gnranlil encore l'tltieica d'uue pirugalivo consacre par la Lt un nouveau sjade de la nouv, Ile ducation poliliqi e a laquelle OOIH tiou eonimts >oumir tl qui cou Inbwia .. nodilier notre vieille CODO pi.on d iLsiatilile gouvernemi M .ilLa i ii %  n..n ralisme, ocu en tuons eici.re n.iei x q;ie le pass Ml a | IIIIHIhb li. La ronlianco populaire, dans le rlabli>semenl •itli iuldr I oidre se lonuieri da vaiitHue loreque lounouveirons que c.mine nui E atl'i.is p-ur le l'iiK.deut taioli ge,' M Homo a t n. ,i >.ii.qu une goutte de aang ait vere el -an* qu'un ceulime ait te dreus pour l'a dut d une i n.,n ho. Ce sera au plus g'ai.J |r lit du p-y ; to.s en Lenli.ieront et mal pieux, 'i' piosams nali nali>tis aussi, qui devioul se iei.die s l v.deic que le* forces de d>grgation oui .elm tu ment lui place aut. forces du leconatruciion. Maurice Etienne fils ?ous rouverez clu z Marchandises franaises Port au l'rlnoe. Le Magasin qui s'impose t'est celui ou vous trou ven /. li > (dusdistingua IJM >. d j l.ines, crpes Muni, %  marocains, ci en p li n%u ns, crpei |vin ceux import duau-me* t i Sooaarorrt entire latii la tloo. la seule peinture ne changeai pas de couleur V -a SA-TI-NA 1 pr paro spcialement pour le climat iBaiti The Charles H. Irown Paint o Geo. Jesnsme et Co Agerls I %  -**** %  iVouvelles trangres Par Cbla Dclaration de I Pain lev AUri'V ^.anel L ire ) M. Paiuiev a dA,. lan' dans un Min cour-qu il se flicitait et dit que la -lu-.ii ••. s'a giU a roi^ui-eque •' oigne l'dpnfl M de la c >llab ra tiou a QU'ff f a\ri-UU d I Vlauc, la pi idenl du ooa %  le < so <• is de la Krince linu. nt au dbut |d'Oc tobf %  • m plus tard. U ir Hpprciation de I. |iHim**i ipii* •oQCsriif ol ledII.- du j}ueri' I ranais i.KMllil.K Le l'r^widenl de la ep blu| • a dclar la h .m bre de un.mer e qula Kranco .lin II.-I pas te-p ,IISHI)|I. dricbar g^ dguerre doit paver ns Uel M avre i*s inmla'its el le-tempra menli que tomp'.rti sa Minai n et d • ut ses craoei r* avi es com prendront la ncessit. pluies diluviennes eu France PAHI — De teiribbs temptes accompagnes de chutes de p uiea sans | !• %  cil-ut ont caus b^au coup de dgU dan-, toute la Fran ce Hier encore il y a eu de pluies diluv.eni'is el lou-ei les lcollts ont un mme ,'• -.lullnr ; Kiifl, aux environs de Paris les d^ s en un demi heure se sout e| t v s a pinu i million. Le service des tram m st,r Paris a t inteiroin pu Al"lr l Ki'iin aurait reu des aroplanes pour BO00 lui n e l'action des avions Irancais I'AHIS Le correspondant du Tem is • K i (-onflrm* q \bd bi Kiun rei; i derui'ement %  !• %  • acro|.' mes comme il l'avait pro mi* a eIrnipes Des terrains d'fflar i-i-age o •! ' prpar s peur c s arup a e qui o M i lran*po ta au vlaroipar mer 4 A |ITI I Sh'|i i r-;. > ni-nt p • •'•! I pidenee W ^SIIINGTON M. CooliJge a commenc ra troisime aime toiniie prsident II y u deux ans ex i tentent le 3 aot 19 ti M. CiKiudge daus la modeste demeure doua pre h Pl> uoutli Verra %  ml prtait serment comme prsident, q w ques heures aprs la moi t de M. Il.iiding ('oui.lient el pourquoi des Mlp Is .il \--lll.lllilr. ont t expulsi. respectivi-uieul de folmjue et d'|ll UBl |[. Balloni fila J$aa ^hiussures sooi lea ineilleiii-.-s la Cliauilue italienQe porte uu coup umrtel I la profM D, l,i Uvraison lu 99 J n coul du \onrnal p irutm • LA Quoiidten nom i i !• %  < h /ns s |ii miii i qui 'i %  Mi i s MiM iii//i Mattl n '"" ri le lu tlrt I'II fat* U • • Au cours ne la saaoea de la uuit deiuii'i.e la Cliautbie italienne n riopW le p j I .lu loi M( Il pre-se qui av. t el dpo- il y a quelqu s moiC'aat un n >uvaaii raufoiceaent de lit dictature U partie de l'app i ition qui continuait A siger, e i tus de par IKI,IIA la dlaouaaion Il ne sent dom hou MI U que des fasciste^ qui, naturellement, ont souscrit A toutes les volonts do Mussolini A l'avenir aies (onctions de grant d'uu joui nal devront A(ra remplaces ni par le dirai nui nu par i un des principaux rdacUura ; de plus, ce grant devra tMrn agra p.r le pouvoir. En somme, I. gou vernemeni, par .les pourautta conue lous ceux qui oui uni' res pooaabilt A dans ..i rdaotioo |".ur ra un Un un |uu. nul .lu.tri I m,), .s kibuit de |. n Kn secoud lieu, il sera dilat un rpertoire des |ouroalUlet pro fessionnels qui I rmeronl un nrdrii a snalogu l celui de svocatni 'Juan 11 % %  texti eolreraen vujjueufi .es disposition s. d une pi ri, et, de 1 auii •, les saisies u i i liques, qu dsvienueul de p us eu plus i.oubreune*. parnettrool au 'i.cda suppr mer comp ti m ml lai organes qui lui dplaisent — (,' i fl i ih OTt i > n nr ./ % %  rapporte te (au m ml /, qi l K il avilit i non* aiiimi dormi tu 'i b • n ii faut %  i int-rprvi ti nt U • %  /•//i' a l'iu • %  ui ne i %  /. w • un • en re de ati/n rtlitwn blaul n u n livanie dans son cercueil une |-.iuie tille allait tre entai re WAMINOTOII Kl i La petite viiie de Wmlelun dans l'Oklalioira est eu fMl, I ne pu ne bile de II uni a lailli irv en terre vivai.le. Li Jena Uerlhie West api es Savon Luit de coco Savon lait le cnco Savon Lait rie coco Savon [Lait\ de coco Savon f l L ailtfe coco Chez Is ac i),>liy ti C Hue Courhe ^ 0 1738 HNK-SMEARED



PAGE 1

LE \III' Crme TEINDE' 1 n*:y 4cu€*. parfum*. rcritflf f fratthur C* la ftuntSi*. tmbeltll. f-ffact If* 'tdtt y ARYS 3, Re Je la f'nlx. 1 PAR:i i Plusieura prises d'ara, es fdea eau Ut aenglentis an suivirent, et, il abaDioma hualimtnt le pouvoir. Y. >t il nt.* percns uu rappm l lien eiil entre relie tf poqi e su ei tre )t a nuire .' 11ur> usemtnt, les I i r.pi i\ nt cbaeft. Ii cern qifn.es i (• DfUVCBI |< Li Mie le i t : les Un li i i ioot cre vs. lee ci i spiialioM par tn.en lair i ne si ni p'u> | ; lis Mil lit t. Iijl III1(1. litlll1l. ItMif— il M w biiB a conspira lion de .eilaius %  i^aiii de prttse ; main le gonuernemei.1 et ses d en-.urs rq* Taillani Consiqnalaire avoir t malade que'ques jour* seulement vil >oudain SOU lui MB pirer Les mdecins n'airiNaieil £ aa lulilir de dUfMttiti Pii iuM|uemi ni. elle mourut U p r nus d inhumer lut accord. Le jour de 1 enterre me ni, lors qu'au cimetire le cercueil allait Otre IICM'I iidu dam la tombe, la mie demanda a voir une deruiie fois le tirage, de sou ealaBl. On limita fa den.andc Lors que le i OHM n le du se'cueil fut eo lev, Mme Wist sappiocha. yuel ne tel aon elonnemenl en voyant des goutte* de sueur perler sur le front ce la mo le. bile se rapp 0 eba enr ne el enlandit de faibns battement da corar. L'eotenemenl lui interrompu. Le nudeciii, accouru en liftle, constala que la jeune B.ithie n' tait tas murte, mais reulejieut dans un liai ilecom.i Irlliitigique. La jeune tille enleve du cer rutil lui immdintemeol trauspor te II .ml.niante automobile a l'hpital Autour du Rflimi Conventionnel De i'AdjilntstratloD du Gouvernement—Borao Coup ti'ceil sur notre pass, notre prsent el vers imiiv avenir. suilr Vers Ville-Bonheur Noua avoua appria avec plaisi %  qu'an vue de voir a'iduver a i E lus loi la roule voiturabie de Vi le uiiloiir. |IIUMI in.s Ir-iliqunnls d'auto oui %  ierl leurs services au Coiun m.lialeur dont le Or Jean not • il le prsident C'est une iliance 'te plus pour S ue la roula 'oit • n parfait Mal exploitation vers la tin du mois de Septembre. Varits Ce Soir Derni'e du Flibustier Adieux des artistes franais Nous r |ipi Ions 'que c'et-l ce soir qu'aura lieu la repiiseciti FUBUSTIl II. Le MJCO6 di la soire de Dt m un lie i 6l li rand. \M detu m i i lu public de rcprntire i pressants*! — que MM Valle el Preals* ont accepte da n larder leur dpart %  cette intention. Noui ei n i oci le publie ne i>;s rat, i M'iii' occasion uniijue d'entendre le beau drame de Jean II du pin. Pria les placi i L'i; .1 rsi rvi'fs : (. 5 Secoinli's et lioisimesii. Jet 2 Celle opinion de Mr C. \ieux que le Praldanl II rno est impo pul-i rr parce que lomb^ltu par uu groupe d b mimes ambitieux et que seul un flaadldst : "digne. honnte et populaire* p >urra < %  tiiompber sHi violeucedes coups d'unopj.o-iioii yatmauque et ob me., est absolumnt errone. Lfl manife ta>ion> qui ont eu lieu daas loules les villes de la pro MII %  %  et noUmment a la capitale le jour de l'leuil >n et de la prcst.t li iu de r,ii • :' dMonsieur llor oo, ne prouvant p*s qu il -.ni i up ipulaire Or il a t combaltu pir ce BOM groupe suvi- avant m. m • son eutre n fonctions, avant m> .ne qu'il ail lait acte de Chef d &)t; c'tait ds les pie itii-rs da lOppoiiioi y-lmali que.— MoosMur Veui la du lee aJmis dans sa brochiire si la m m iiro m'est lidle. Ja croyais >l msieur Vie , |> us de aau^ iwu* Injiie — p-rtl q m S.IQ ii il.'m .ni est purement et simplement ce ui duo lliio. M BU! d au ml ue vjil il pas le scbi-mi! du M" iiiona li-me "'.' 'ilc.impi" nd ajaa eb U| ie leader i de ce groupement •• l un c tuiii lut ventuel la l'isidence, il M lors q letl e-l I MUflOla i i se ra jamus pos>ible entre eux? Il d %  laie n.piu l ure paitir de cegrou peinent, ptrfail : matle parti qu'il lve de f nu.er voit il U pus siluliie de le erar, ne s aperoit il pas que la divmou sera i sa base n. %  unil sera uiotl n, ou il vi w i ce que vivent les roses l'espt ce d'uu railia ayant dclare la guerre .1 i , n si lensdi mneile aux membres dsou pretn M par Il : il s en ail loi des adversaires irrlurlib es S m caudi lai donc, fut il le p us populaire d M boa • mes, de MIII e eciioo davien Irait pour -r-, adversaires I Loin ne !e plus impopu aire, et ils decuu t.e raienl des .es piemiors jour, la ni" n,' -pp i lit ri S] I III i "J i u • tu^Ke, el, a.' rumine il s m i. i lit pou rail il s t iun pber iai io inaa i • DNM d me op poaili u : raieaal 11 el o ti --e | I ne le le a s.il.ou ue p u qua fane d umir les eutanls.— J >uis peu prs MiUlu que vlr Vieux lui m ne n'y uroil pas ir >p. Un cjupdœil rapide fMI notre pas nous f. ra bien voir qi il en a toujours t ainsi dans noire pays et que la miumte opposition systmatique de nos Chambres l gislatives — les rares fuis qu'il leur a t permis d'en fnire — el la division de nos bomm • polili a .i-oui toujours t un ob-lacle oolie volut ou et aoiv lient d'avoir t prcit duus labltne. Ouvrons l'ouvrage de Itonaiaul %  > %  tome Miihei : Silomon j. une et l'alfaira Louis TiOs et prenons l'Iii-loiredu pirti libral de 19 le "'In-me da ce pirh cam nagt k K ng* on S m i li f PiaVe M m f aisir l'ierr-* tant mort P ..t m lince il fa lit le rem ca eo vue .1 i mouvement revu ou iiiuai re qu'on tramait t a .laai ique et q ii devait aboutir un .!• %  I> iij.e) ment arm Jicme 1 On ue put s'enlee ire sur Ichoix de c • chel, boisroiid Caual el Koy i Bal -lais y aspiiant tous deux On se d vi-a eu %  m i i-e el bax-laii->e qui tous renlraieu' ain-i dms le pay la i volution inaugure par Louis T.nis a J.icmel eiani ijuaaj victo rieuse Le liouvernement provi-oiie constitu, le* 'ectiooa !gislalt^es furent dcrtes. es i.h.iml)ios consliluee, les lie llllll| I e-l.lell le |en eorel-l liiu. Boirmd l'anal aonil tlclo lieux de l'Urne, mats H M I ll-/e liis ne lui paidonna pas cilievc loue, el, H loi lit une opposition systmatique: celait la guerre outiame contre c lui la durant toule H Wi-uie o i i.-l,iiuie ne rntanl par ain i inconsi ienime l la tin du paru lib.ral qui II cou sou.m e Qttfrlquc Umpa plus tant, si di uloorui-i ment par 1 1 pope de 18N.I a Miragioa, Uiaaanl celle cit, leguie prospre, rui n-, ruines dont e.le ue a'cal j i mais leltvi'*-.— Il o.MI.I ij m i. I soi avn : meut lit appel eux looal l M da Il >\ r lli/.'lais. qui Louve I--p .. lliwlai aci-'ux uour lui relu -i s i o'i li i ..l ou II prelr* e n-. errr tonte son a'tivila i ilel igeul^ uinginT I .utes so l-s Ja rojjbi nunptrle %  enUiiep mr di cre lit^| ji.ira |*jf le li .uve^n %  nul. el, e p'ih r Jo ri i ^i le b en q i i v p mv .il pour p ) %  %  N'est ce pi, U tieguio • du paliiottsme! I.ipr.'se t cera i • %  • Loui".e Ujpoux. avec peme midi de i UPOUX l eival ra ii-u de* %  l sympa>• aux plit paru uvieil ami MmVve Emile El e, Vrel Mm Jean K le, Vlr et M un vl, urice bliei Melles M rgueiit-; ei \ ane fc.li>, MM. l'aul el ai gu o • lie tes ftmilles Eue, Il eij ; lu-, Ducbite ier, K.iubert el tous le kU*m parn-l a! allies ramerai ni beu sin.ement Son Excel ence Mr Le Prfident de la Kpuh q-e. leMembr a du Constil d E t lea.M.m bras du Cle'g les l res eu Saint Esprit, les 'ii'uis de Sai..t Joseph de i.luny et lous lai mis de Port m. -li m. i des iijii.iv-. de Saint Maie et des autres lue lila qui leur ont donn des lmoign. |tes de -\.n f allu* l'iccasiun d> la mort de eur regieile : Louis A ex n 're Emile E i enleve leur affj cl un ir 13 J il let e, ou.e il le. p Mal d u 1 "'! I I | I s|, ,| |, | ,,, vlV ,j |,|„H Port "U l':i. ce, e oui lOiA. Socil in lu! t llo et a.|iiii'l i| | He de l.l Gllllvr Les actionnatr ,i !. So. il Inilii.sln.ile et agii •. %  t: l'Ile de la Goi Iva s. nt o, >. ,ji ,'s i o As seii |e, ('irale. (• ni iijeudi i aot rouranl, truii I eures de l'ap a i il u N IC s. Grand' Rua (Cabinet de M ii,mmiuel OaaWn ORORi Di .I..I'i; : lo lin non Je,,, ii. 11 %  du C n si u d •• il ni Iran u : o Kl m n u .I rii n %  ) C i r t. m s quattiooi .1 .. i, •• g*nr I. r Il a • l'noce, li ili l'rj le Sei reluire Ju % %  se I, Lu llmiiui I Ifl i,v. Le Purgetif Idal s Ml U • i Pilule du D r D enaut| I IV, Hu du fiutturg iiut §**, .uni \ raolli l pModr*. N* ooauiUBi •Borna psparaui. S M pru.vtw lasuM 4a 9oppriiDiBlla4l*w, | Ht %  MMUte H* la SMU*. N>xtg*sni t* • NBOS a u ttjaMaai I | rite .mii aacaaa pan* s leais. • • Mu M u oi IM Mmllalrti, | II* Ml. pat MMtMM. SMHM .Mr. | 'OSE : Mmetiivi, m %  •— Lut i>roci>aia Sacmd. ;>Cr>i5i>ti Li, ftt, i ou> i* pmU haUc^ ZiitOicmx^ pain C'^arapc^, J.Daaider J' *** an&rai Eug. LE BOSSE & Co Agences-, Reprsentations PORT-A U*PRINGE Agents gnraux de : Hecker Jones Jewell Milling St. t 6 NSW-YOHK Farina* Huyariaii O 0 — B oule Houja etc Iraiikiiii v ire loauraucu Cumuan NKW-YORi: Assurance contre l'inoendi Diamond lalch Co A llumettes i Suie Home i 0. S. Rubber xporl Companj Souliers licite. Chas F. iatllagett S or Poissons aies e n toua g enres lyfaovlactures Lii*a lns'ce Cy \asurancc sur la vie, jinilitiii Frres l'.ti Vins & Champagne liordraux • 'h, injuii-r COPKNLiAGUF urr Oinois, Iro.iage et euoservss alimentaires W S. latbta tt Son Taincs jaunes et noi rs. %  pf latii nalu Sans Kl val Cinan-it-s l'hanct %  !•• I nvol de d enr> lacbioe atlililiunuer DALTON La plus perfectionne et la plus facile manier, G. (WLG AtNI iQliH BAIli Voiinoiitli A. de Matteis et Co Aqents V



PAGE 1

'X;MT1.N -^ %  •V Procniez-vons deschahes il dodif s, lit in fer,en cuivreeltii bronze, glaces, table ,\, limpes lavabos carpe les et descente d li s. it %i ^ y, i i EUS 121), i ne IIOIX, 120 Fourauoi vous devez acheter Chez Marcel AUDAl V & Cie Ac'iel / voire Clairin fierye rhei IfiOdl 2" W* ^ Gie, •' vos Gif. Wi ky tft ii(|'i. m votre hliuii H von alcooh '' 11 votre Mine bain -ii MI lraog -i clez votre Cil : torrfi moulu chea votre Bire ( puf eobraa U;nnli uri|) *' %  vos fuis le Qordcaux i t pare qu il provient des meilleurs lerroira d fl.ii. parc quila sont vendus tus plus bia prude li place* parce que I M marques qu'il vendent iont d'ans puret ingalable, parue une leurs nnidi Boni luiui el le is prix CM tji N£ORS1HtN!E. IftlBLlSS'l f/9^1 CHLOROSE, OEBILirC oprlu SIROP fr DESCHIENS M ^ ..-.,-.„ • %  '• ' „ r la " i rrn Artrstrong Tcverne des ntctaikulis 310. Rwe #Hsh CampingInc iie i. >• %  < b.S'l l 'JV.i i s '• • • V La T&urtM r^teuiuvtitt Uttti • IUII 11> '-' i> -st. 7/ i %  aSat las. ci aaai fia* . -•#* 11 Mil HlBl. Il UN 8.111 A H revoir cfcaque semainr'de nouvelle marclian ii.es. allant ainsi au ate|>ltno||rain la meilleure de tOUlel les marque fabrique sp^cialemfBt pour les {jentlemen du hiqht Ide Llle |n uiei|.vos ctiauhsuies cuiiire le chaleur et hhnmjdii Geo.JeausineikC 0 %  * %  i i.n | l I llilat r. Bi U i .iii'H.-. tteiitki) I %  l'ne lonne nouv lie Ml '-I' UI-. \ | i bi .' i / : DOODM, m i ,I'K -, eu i '• 1 1 -. I l'niiils, il I I, i .i | 'il I iilidrt>M2>VO0f A l'ullice %  ii e ; et d'Idanli liea i • • %  ii lu u^ti*/ if Uu il vous faut. i.m / i i i i M K g ni el IN il • %  'I inT'i i on u Ni I ' I .i M li Dlei Dea0 Uti lit '• %  lie.i.t p. m. „_A' fjltU • |fS*4jSj t agent exeutil p. \ abonrdette 30, Hue Ho itrnrjr • Pari iBtm Si au i s mm 205—209 Rue Travei A e INK-SMFARFh :



PAGE 1

LBtfftiM .*** %  Grand II A tel d Frince Fosition eiceptionneHe, .ni centre les allaires proximit de toutes le* Banques, de la douane el de huiles lei agences de bateaux lenaeignemenU el laeibt& pour ro)ay r PU %  UM mobile dam toutes les parties de la Bpnl.lnpi • l'Ialti el de I • rpublique domii icaioe Chambrai conlortall< rt lurloul trs pi %  |u•. s. en lilateurs dans le nli.imbr.ra i I; demande dea "M? l'.ooairea. Cui"inu lran*ie Iri soigne et •!. • plus M riea. D no de ris m ; %  i <•• : Vins df meilleurs crus d Honlenax, iur lnr.i qaes, dantajanue, gallons el par boiiUllU**. l'armt |8 \ins lecli;t:> la tiou'-ei ey. le plin giaao choix, luiir les qualilca et pom l'ge \i.\s i ITALIt:* DESl'AGNE. VIN DE BOI BGi l • E(blauc* et rouges ei le rei on u.e fommard muuata'uz, <| i atuiicaui ,' Le plus gra i aaaortlmeutdo i.iqueui, Cognac gins, wiskies, ete. Absinthe PornoJ, Amer Picon, Vermonilic CON>EKVtS Iranoalsea et amricain s lrio m. in arrives, Cl %  •RKHdeCoba, \uiora el ll.ihanen.. C13AR£Ti"ES de toutes les fabriquai il IlolO Gro* •t dtail. IVViU LIMEIU& Carrtes postules. Prix trs modr 8. P. F. Patrizi aw Lit maison II.SILVtiltl Ceux qui n'ont pas encore vu les jolis article." i i finesse que vient de recevoir La Maison Sil v ei doivent, dans leur ntit, s*emprea*er de passer i celle in;.isou, car nul pari ils ne pi uvenl trouver d'aussi beaux articles a les prix si laisounables: Nos articles sont vraiment de toute beaut el de Iraioheur el DOI prix dfient toute concurrence. Alpaga noir superleur Satin Chine pour tailleurs Kaki blano suprieur Kaki jaune anglais suprieur iluck union biano amjiais "nouveauts' Drill union blano anglais fil " Tussor japonais pour chemise a hommes et roQj. Heps de sole a barros couleur pour chemises a ho nmes et robos nouveauts llapuste fine pour chemises Percale fine poui lingerie Caiicot peroale pour "epliyr anglais ,pour chemises extra sup Urgndl suisse uni st couleur Bas .1 |oursdeiui-soie Chaussettes cossaises pour enfants Krencli h'risky, deraiciv norive-iut Poplin a fleur pour robas Tussor blanc Llmurie blano Voiles cou.eui i\ barres lias soie brode htat fil brod Lotions ••l'ivert' B Tulle pour premire Communion Couvertures blanche et couleur suprieur Bandes brodes Madera pour chemises et jupe* Voile bianc a barres el a mouches llatmo I. lunch'. Nappe couleurs Petites serviettes blanches damais es Organdi blanc & couleur b.trres \ aneaux. I ainagecou'eur anglais sup pour lune* Madras barras de sole pour ohnmi.ies hommes f.rpe de Cbine couleurs assorties i " exlra suprieur marocain carreaux Soirie i oarreaux pour robes et chemises Trioof-ae de soie barres Urabant noir anglais Imitation toile srue Serviettes de toilettes blanches & couleur damasses blanches pour familles Chemisettes allemandes suprieur Aimables clients, vous qui roulez porter, pende Irais, les | lus beaux tissus qu'il soit possible de trouver sur celle place, ne manques pas, avaol d'aller ailleurs, de pasier chei non o le meilleu acceuil vous esl rse v. Talons en CaouU houe (ood Year Je ferais un mille pour une Camel 1A plalair vaut Mil. Il n'y %  % %  ^ pa de lubiiiiut pour la r m m CMm %  tu pour 1P doux •frtal'l-' n,.-larme "Cnat" Celui i|ul fume de "CMU,' exige "Caraels." Parc* qu'elle uni une doacrur, os •ronr, une drlicotnw, quo *MH oc trouvera d*n aucune a dfarrlte. 'oui UUsrz pa* dire qaja tout.au! r> 'r, d'ua pria quelconque, vaut le "Camali* Lita-. i i .1." eou. tnrne. Qur gei '' %  uiffei, douce*. rafrelrhUsnr,te,et TOUS feras un noillf I nlad pour unt •Camel." (t J REYNOLM TOBACCO CO W.Diloa-Salea lotA C.t.lia* USA. amel Bar. Terminus •lulius Mopold Propritaire K l'iststMetioa >lu (.hamp de Msrs e' du Petit Poui Mltt posi IKIII •• %  I l !•' '' C'.rl I r> n I / v.i il! I II ton; i ui | i ("ul i • n -I.I u p.i^ %  i .'i m i I l i n i ceploil a s fliogoei du lu dits cl n-1' i i iiels '"/e-i 1 1 |.r ni p m illeiir bock • Bl '•'''-• li mi I 11 •<• fait e m l • ii. sartiee. I r* I mmes aini qur les en fanis aimeiit avoir de /: ta' lortf mcuouichoucils sont heureux de les uvjir car avec eux ils mar~ chent confo lablement. Protgez votre corps | eiiil.lill VOS priillienadeajournflirea.an usant les talons en caoutchouc Gond Tear avec a,vous observe rez la dillrence des pas qu'ollre leur conatruetioo ipciale. tes talons en caoutchouc God .;n, on' en ralit < tsdciM ppeumaiiqota lui prolgeot le corps et leagorgaoea comme les pneus piotgenl l'automo l'le. A pari de cela ils durent plus que lousjes aulies. TbeWesl ludies Trading Company Port-au-Prince, Gonaves Cap-Uailien. COLCATE'S RIBBON DENTAC CREtM otn la des le La maison C.L.Vprrel Marchand Toille/* R- 1823 Rue du Magasin de Filai Se Irecommande su oublie et i sa nombieuae clientle pour l'lgance de si coupe el la promi' exculion mise dans lof ouvrages confie I se.-'soins la maison reste ouverte jusqu'il S beures du soir. J mvtt es Rhum Nectar lilt N. G'*'itH s 1410, Rue du Magasin de l'Etal 117 Rue I Jointe toi. H'IQ, Rae Courte. N. et j\. Acra GrandSRuc 4 rle des Caves de Bordeaux. Voulez-vous voasjhabillor avec lgance, t bon march. &f .dressez "•oui n la Maison X. & A. AliRAt. tDontla devi e.sl d vend o petit buetic pour veitJre b IUCOI p llanssjn poi .jnr.o'., 1 • maison comi-te un œailis tailleur italien n.uti d un tablissement de premier ordre tl Italie Kilee;or cl i\\ i.imss. / Cette maison roiiSti u une innovation et le meilleur accueil est resorve i\ tous ceux qui d* sireut par une visite tre dlies sur_la valeur do travaux fournis. I >nt costume command et iiui no rpc nd pus au goui lu client est repri3. On parla franais, anglais, espagnol et Italien Pharmacie Sjourn J Dnne avis s (clientle et aux mdecins et au publicl qu'il r • Irautjorm son Laboratoire d'Ulogie eu ^un Laborat ue ut bul njie ;> s > %  ig r n .m DrBicot et F. Sjourn Li'ln-i >-iel i • ->rl i > • . s t1 h M du rr lin" 0 nauresiluH !• %  paur louiez les r n'ain %  S'a! e> T n l'n r n cl pour lei reiiMig it 8801'S Inalns !':i nos B •$ lefliatnqoe Kicii m Je Waiaerravun H •<•> n I Soulei, ti&ruen dinaeei du p- \ xaœ'i ; d < i liera icales li D i! i i-e nacb'.l.' lOtiurino r^mio" rVtnfftttMfl f'/r.P, r/rit^ Et" 11(1 Rue des Csars Tlepltou :JY 750



PAGE 1

DIKECTKUn PROPRIETAIRE liPUUBW ClemeiK Magloire Bul.,VEKKA 1368, Rue Amrloalae NUMERO 2Q CENTIMES Quotidien TBLa*IIOll If'. 841 M* mtoritl hn A N UN . Une |rnt1r ...(.' f ..r...i i'Jiaflir, ? mes, Mioe w un cri unanime de joie non dissimule sort de tous les cœurs pour saluer l* r< tour dtitiitd do l'ordre, condition indispensable de tout progrAa, Lorsqu'aprs les j itirnes 1 s 'l et'28 Juillet 19I, nous u >us sommes trouves en prsence le la cruelle vrit de notre situa' tion politique, il ne nous tait plus possible li'lisiter sur lo seul parti pren Ire Un saeri* lice s'mpds.nt ; le pays I a accept, avec douleur sans dont", mais c'tait l'invitable.— Nous en appelons Moravia d nt lis paroles et la conduite, eue heurt-l, ne p uveni de si et sortir de notre m'moire. La Convention de ly/3 conclue entre Hati et les Ktalsijm%i£ Vipnone i.i vilu—att depoiiiiju; intrieure dont la solution taisait le de-e-puir le tous: la ttabtli govemtmw taie. Il est inutile de rappeler avec quel'e rapidit nos Lof* d'Etal se succdaient au pouvoir. Il tahaii ouviir la Constitution de f 88J pour se r^ pu 1er et bien. se convaincre qu'ils taieu' lus pour m.e priode dfl 7 .m. I)ivilmar l'hodc re et Nilhmn Gi iilaume u'oi t pa< rsid 1 mois au Palais National. Il tsi hors de doute que l'un des motiilt s cit -I minants de l'ace pviion de la Louveiiiioii a t pour le (.ouveriiemeiit et le pein lt li. tticti le m Mr de u MIIleuir l'ordre et la tranquillit S r le teniioirt. Lgouvtroa* %  nt dWashington aeatao* Ra^ coi.lidui. i a I.I i. ;di.aiiou de ce dsir tt de celtncessit. l'ar des dclar lions — ultrieures au vote de la l'oi ven tion — qui ont ( %  •< %  tains par les reprsent uts otliciels du Gouv* ni' II i< nt amricain, il a l plus d'une lois continu l< dtermination des E'hts Unis de nous aider eltiraceimnt ce • lue l'ordre ne :.oit p'us troubl t u Hati et A re que, en outre, la CCOsfilulion et Us lois ra vinieur reoivent leur pleine application. Le'ilt. n officielle du bu'lin des lois ,i acier, de l'sr.'.e 1V22 DOI s ani rend qu'au rottr* Ue !,. rCfptiOii laite au Pal j s National ;.u (lnr*| I ||. Rus>. ii en M qualit de Hul Cornu i-s me an i ricain. re'ni ci ren il au l'iesid.nldTlan, Monsi'Ui Sudrt l'arii^iu uave, una l< lift loinenant renaines rom iiiuiii'Htioiis du Prsirlrrt donldsorients de se t'ou ver m inienuiu en prseuce d'une tituhiiun iiuuvelle qui assure non seu emenl le m .miien Au Priai dent de la H(*pub ique dans ses fuuctlODS, BU qui garantit encore I I ii iiice d'une pierugalive consa cre par la Constitution.— C'i-t un i in. m -iii.ltde la nouvelle lui .U.m poliliqi e & lHi|iielle n • Vous aoriinits -oumn tl qui cou Iribut-ia ,i nuiliinr notre vieille (.tion d iii-tnt iliie gouvernenu i.l.ile. bn rrelection ralis>e, nou sen liions StCurs nie. % q.ie le pass Ml I i iinnis bb Ii. La rontiatice populaire dans le rtabli-sement util iulililoidre se lurntiera d nali nali-Us aussi, qui deviout ia tei-die a l v.tlei.c. que le* forces de dsagrgation .ml .it-iiii in ment fait place aux forces de lecouatiuclion. Maurice Etienne fils ?uus r0U v ei „ c | 1( z Marchandises Iranaises Port au l'rlnce. Le Magasin qui s'impose C'esl celui o vous Irou veri /. i I-IMS dialiogo^a t| %  ;• > maiocains, Crpi • Ii l'v us, crpes felils s lit' biMine "im ce ft il'ini prix bien doux. A'li-7 rhvz Paul E luxila. Juste Lilavois J ."Ot..ltue duJMRgaiin de l'Etal, d< u lit il n. <•) .ni doiiri.leurs ( imi-ili' i.M-tann, ii|ii.urk Ii u If' points d. vu.' ft eux i. %  i tua.irrne. t routantstr vir aux c&nMruetion moleri.s.— t* te univi>iie cli / JUSTK IL i ,, .-I vrus VOB* r i.'ii. / %  u.) le de la supiioriU vimme .1 admira Ile do p.abcba-, mil -g. ma .1 i-i n-i >UUK saiont v, nJui d.tu u et >: .etes coudit.oJ* et qui Vuu> Jonoeront en' re tain ta tloo. la seule |H'inlure ne c-liaiii|eaii pas le | \ couleur SA-T1-HA s T. es pr paro spcialement pour le climat i Hati a The Caries B. Irowo Paint o CEP. Jeansoe et Co Agerts i %  !" B Vouvelles Vtraajjres Par r.aliU Dclaratiun il.1 l'iiiulcM' AU TUS (SaAoaal Liirs ) M. Paiulev a .1 guerre lraii(;ais QR 'NOBLI U Prsident .!.• la ip blu| e a dclar a la Ii .m bre il.un.mere qula Prt i • qui u ist pas le-p .nsilil.. dis.li-.r g^ dguerre doit payer se .! %  I %  avre ie> inoda'its et les l~mpcra ni.'iiique .unp ri, sa situai n et d nt ses craori rs avi a corn prendront la ncessit. pluies diluviennes en France PAKI — De leinbbs temptes accompngnes de rbulrs de p uies sans |.r ed-nt ont caus b „.. coup de dgSU dans toute la Fran ce Hier encore il y a eu de pluies d.luv eni'is el lOllfS leleci.ltt s ont couimeoc soulliir ;a Huei, aux e'iV!roua de Paris les dgrt's en un demi heure se sol *l( l i S pin u i million. Le service .1. s tramwiys sur Paris a t interruin pu AbdMl-Krim aurait reu des aroplanr's pourcuiii liait e I action des avions h aurais I'AHIS L correspondant du Tem,is • ft V i i-onfirm q Md E. Kimi a re i derni'eraent des ai-rn|. %  ..• %  comme il l'avatl ptO mis ft *' Iro ipee De terreioa d'aller is-ago I pr^par s peui ( ar.ip a equi o H i tran-p i las au tarte psr mer ft \'|c.i I Sh'shian. Ils doivent coml.t't.a la avions bMfiil t|tti bombi'l ut le u)ons a I' ni riflard-* g •> 'Mi e. Le cor r. -|. >u > ,..t u > .1 q i" %  'a.l | • Ce |. .ire. oi-nl p l, piur t ac liou, es encidnlles U clia %  n po'e de* aviaieurs vol .o an a franc Us et arnneatua seront sur le* lieu. fers la paix au laroc P R.S— (lu u .,,.,. i. par des d l'.he r.i-s au ministre dee allaites trangres que le gnral de u.vera. chef du Oireclnire mdi taire espagnol, a reu iteui mia sains d vud f| h ri m Telouan sinedi. Ce mis-aires riflatnsa %  n l r. n lu p us tard Gibraltar sans doule pour c.nferer avec M, -' M M HiriWit K>g*ttieinrsn espet^a! e. bl Ri Kritn Au ml ialiS ou croit que le chef das re s muooDuvre afln d'viter de rece •• ir ol'li. i.-lleui ut des roudi Loue de pan dd -es ennemi lin t. eiiliuciiJ ni grcob,il |ire pt tu! d • alliiii s iii'piitaiites PARIS I „rd.-K c Iid Allines SOI %  • que II Grce a env se .1 > re,; u enta la Irontiie gr M l>uiaiv. Kilo pr(,ire un u tl m Un n au gouvu rtemanl bu'gire ei prend des mesures pour iivo yet .lilroup's grecq.ies eu Uni g u le si l'ulliuialum el rej le. La u ,. n %  d l que le go iveruement g-ac avait deiniude de* rep.ira u .ft la ii i gine pour le meur Ire .le >l. .>.. %  > ai.l •citoyen grec euii lartftSaiim k .(ll.ilgtiie;. C pty.na pis agre lavorable u; -u a ueuuulc grecq .e. .Nouv. Ile victoire lavciste l'.V'. 1 U AU.— Le parti fasciste a rem,io l ui.e grande victoire aux licnous muni tpales et a obtenu '".: I Mites c lalra i0>i ft l'op^osi tt u. La Prtoco MM VASIII.Milo.NL h'ri La Fr, \VASIII,M,li>> La rrance I il un nouveau puiemeol de 10 mi.l.ou intrt des 100 millions du dollars reprsentant les achats d appiovisiouiiemeul du corps ex piioonaire amricela Ce paie meut a l effe.lu ft la Trsorerie s',ula forme d uu cinq e. L'œuvre de reconstruction en France UB Billiira de ellirs serneit ncessaires povrejeciter les plus alapies VVILWaMKi^^N Mawa'hui ici ;— La Fn -p> re aoa>uu el • lei a s.u n uvie de rec iris Iru. liwa une pi lie des sommes Lt de I iileaxgneea appit C,HOU du U ail DkWes, Si l mis n suo pau verser • nos mis toul I argent que nous en lirtrous, a Uecier M. Robert Masaon, mi lient bauvjuiti Irar^ait, vtesUut du Crdit Lyonnais i Taris, par Ii ( .1rs pr.ililcmrs de paix en h ri.rtre devant l'Institut cf l'oli lu .a r. construction pourrait tre termine en ans eu aile, ta-, t cet e'iil toutes les tUspoai bihls .lu plan H.tat. Masson a fti en r-\tie toutes If* pertes dguerre de la Prag et les rciarati .us qu'elle a rc. jusqu'ici ; il estime un mill'.n 1 de dollars la somme dont elle u encore besoin pour la reronslm liou matet .el e. Les impts ne peu vent fournir celle nomme et de* empr int* ft l'iutrie ir ou ft l'eil rieur ne sont pas ft conseiller.oes poir us de dans le plan I '. M %  • et |mnque a une ceilaine leapon a:.uit.' morale A veiller ft soc e\4 cutloa Les dommage qui nou* %  vous sir.is pendant la guerre ont t estims ..m ne suit : pensions el indemnit ') milliard de 1res el dnoimnges matrirt*" I H mil lier t.* b faut y ajouter les intrts deemprunt pour la re"orilr.r tion TiOl MM Ii* prsiili'iiri' WASHINGTON M.cooiiie a commenc ra Iroisime anne coin M prsident II y .. deux ans ex cteineut le 1 aot l'.'i I M. C ....uige daus la modeste dameute dt son |'ie ft l'Iy n.ml Ii \, rm ml prtait sermeut comme prsident, q ie qui-9 heures aprs la mort de M. Il.iiding Cotiiiiieut et pourquoi des hujf la . I \• -11 >.s %  111 r ont l rxpnlss rrspfdiveinent de folotpie et il'*il.'!iiai|oe 'WAWlINtJT.i.V — U charg d'ailairei Je Pologne S VY'aahiog IlemanJ 'i* Mille d la itciaio r. %  ..lue le 10 Juillet 1941 La Ple eue et I Allemagne sigurent ft V enue le 10 aot lii un accord. A,x tertres de l'ariicle X de cet e:cord les allemands re-idanls en •'u.. gue elles rsidents en Aile m • % ne qui refuseraient d'opter pour la nationalit polonaise ou ai.truande respectivement et ceux s iileineni qui ne possdaient pas de proprits lonciro* doivent .e ex.iulss au p us tard le 1er a t ISil.ttM tnieies-s ont doBc rei.ti un an de pravis p ur I •• me ne en route eu coufmuiii Je h dcision ci deu* L^gouveru m ut puluuais lit d Hvaoce tous le p.Sparalifs ncessaire* pour ta u e ir d'AI emague ses ustionaux %  t |ii-.|u'ici n a pas ricj moins de 1 2.U0.l famill s expulses par le heuiaiil-, | l >|iul iju ac u lie de. citoyeue allemands ne com l'ienj que eux qui relu reul d opter pou r 1a lotugue et e'eflec tue suivant le plu* nlrict accom pli• ment du susdit accord. No J? ailes Oirarios \ \n.j\ u:— La police a dcou ve.-. ir.er .... grand uombrede bro cli.n es el de irait* dt propagande communiste. Oes ouvtag s de pr > pugniidu dont le poids atteignait trois quails de louoes, soat rdi gs eu plusieurs laugues et l'or [liaient le stock principal de celte littrature communiste eu Polo gsa Les cours 4 ont NKW YOIIK Praoes 81.10 dlet ling !. i Paris— Blw i 10.' : Un. .'1 US Chaussa* vos enfaot \ Ullw \l B>Huiti lits S'-s < 'Jnussures sont lei miilleureK la CIIUIIIIMV ti.ilit'iiii. porte un coup mortel l la presse //, /,r .',.,, i a %  < :'.' ./ n coul du ynnuil p iritum L QuoitduH "."(• i i i''' /< jnet i ir anu • fui u J.(//I tu ni a mon i %  %  • < %  u i de la 'ii rfitu fat Au cour .le la I la nuit detuiie la Chambre italienne a adopt le p .j t de loi sur la pre-se qui av. t • u Il ( >-(') il y a quelqu s moi' C'est uu niuVau r-ufoite n.iit de la dictature ',j.i paiiie de l'opi IIOD qui continuait .. lger,S i liiede p>r tki^eia la dtaoueeion Il ne S'M dm.. Iroov* U que de* tasusie qui. ualirrell, nient. ,, \YWtttt l iW 'teU"iii.is ',W ga r.tni d'uu jouiual devrool r inplaces o i parle direcleui ou S u i un des prtn. ipaoi nie trurs; e piUS, Ce grant ilev i .'lie ... * pu le pouvuir. Ba somme, i, gou verniimeni, jutr .te pouisiuies conue tous eeas q n ont une. res toaeabili Sdaiu la rtda tioo poaf ra un lit i uu |OUi Bal ttana 1 i'ii|. is klbllili de pu i ne Kn sei on 1 n. u. il n .Ii est) un r '(.erioiie des |ouroalitea pro fessionnels qui l r III--I ->.l un ordre aaalogu a. alul dt oaand c loxli eatrt i t an %  • e dispositions, d une |. 11, et, dn I autrL', les saisiep I lidU I, q u davieniieut le |. n %  i plui l o .1 • breu-ics, |i 1 m• tl ..n' i. .Ii suppr uiei 1 Diii|i 61. m ni le0f g.ine qm lui d plaiseel — C M 1 m "' Hj qm rapport* le (ai lequel il avait et nut urmi donn< lu H h %  n dV fausses tnterpri i h m U n d&ni a /.-i" paut 'm %  rit 1' '/. Illpt 1 iti/ton Il >M iii'int m 7 n tivaiittilutis ion cercueil une jttiioe Lille allait trieDlet re WASBINOTOK KO II h La petite vtlte de Weileton daas l'Oklaliorr.a est en iflioi. I ne | m ne bile de IH ris a failli ire en terre vivai.le. Li jeune Hertliie West aptes Savon Luit de coco Savon lait

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06491
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, August 05, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06491

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIKECTKUn PROPRIETAIRE
liPUUBW
ClemeiK Magloire
Bul.,VEKKA
1368, Rue Amrloalae
NUMERO 2Q CENTIMES
Quotidien
TBLa*IIOll If'. 841
M*
mtoritl

hn
AN UN .
Une |rnt1r ...(.' .f..r...i i'Jiaflir,?
mes, Mioew Miorfere une eopseienct? mor;!*.
qui s'appelle une Ualioii.Tanl <|i
celle conscience''inoralr prouve
sa lorce, par les iicrifieea qu*
exige l'abdication de hn.lixnlu au
profil de la commiitiauit'vllu es!
lgitime ; elle l le droit d'exis-
ter, tnest Rroan
IBae ANNEE N< 6672
PORT AU-PRINCE ( HAJT1 )
MfiflCMDI 6 AOUT lH2n
U CONVENTION DE 1915
ET
LA REELECTION
, Il peut plaire aux oppo
nationalistes de soutenir le*
thories les plu* h.....s .l'en-
tretenir les espoirs les plu ah-
sunies, ce <|ue nous savons e'
dont nous sommes mme ron-
vaincu c'est fine \i \ < m li ha-
tien, s'il soutire dans sou or-
Riieil national cause de lin' i-
vention trangre, il reconnut
cependant que cette u terven-
tion a t provoque par nos
laules rptes ; ce que noua sa
vons encore et que nul Pfl p ut
contester, quelque soplii'ine
que l'on recoure, c'i st que le-
puis 101 "> un cri unanime de
joie non dissimule sort de tous
les curs pour saluer l* r< tour
dtitiitd do l'ordre, condition
indispensable de tout progrAa,
Lorsqu'aprs les j itirnes 1 s
'l et'28 Juillet 19I, nous u >us
sommes trouves en prsence le
la cruelle vrit de notre situa'
tion politique, il ne nous tait
plus possible li'lisiter sur lo
seul parti pren Ire Un saeri*
lice s'mpds.nt ; le pays I a ac-
cept, avec douleur sans dont",
mais c'tait l'invitable. Nous
en appelons Moravia d nt lis
paroles et la conduite, eue
heurt-l, ne p uveni de si et
sortir de notre m'moire.
La Convention de ly/3 con-
clue entre Hati et les Ktals-
ijm%i Vipnone i.i viluatt
depoiiiiju; intrieure dont la
solution taisait le de-e-puir le
tous: la ttabtli govemtmw
taie.
Il est inutile de rappeler avec
quel'e rapidit nos Lof* d'Etal
se succdaient au pouvoir. Il
tahaii ouviir la Constitution de
f88j pour se r^ pu 1er et bien.
se convaincre qu'ils taieu' lus
pour m.e priode dfl 7 .m. I)i-
vilmar l'hodc re et Nilhmn
Gi iilaume u'oi t pa< rsid 1
mois au Palais National.
Il tsi hors de doute que l'un
des motiilt s cit-I minants de
l'ace pviion de la Louveiiiioii a
t pour le (.ouveriiemeiit et le
pein lt li. tticti le m Mr de u mii-
leuir l'ordre et la tranquillit
Sr le teniioirt. Lgouvtroa*
nt d- Washington aeatao*
Ra^ coi.lidui. i a i.i i. ;di.aiiou
de ce dsir tt de celt- ncessit.
l'ar des dclar lions ult-
rieures au vote de la l'oi ven
tion qui ont (< tains par les
reprsent uts otliciels du Gou-
v* ni' iii< nt amricain, il a l
plus d'une lois continu l< d-
termination des E'hts Unis de
nous aider eltiraceimnt ce
lue l'ordre ne :.oit p'us troubl
t u Hati et A re que, en outre,
la CCOsfilulion et Us lois ra vi-
nieur reoivent leur pleine ap-
plication.
Le'ilt. n officielle du bu'l-
in des lois ,i acier, de l'sr.'.e
1V22 doi s ani rend qu'au rottr*
Ue !,. rCfptiOii laite au Pal js
National ;.u (lnr*| I ||. Rus-
>. ii en m qualit de Hul Corn-
u i-s me an i ricain. re'ni ci re-
n il au l'iesid.nldTlan, Mon-
si'Ui Sudrt l'arii^iu uave, una
l< lift loinenant renaines rom
iiiuiii'Htioiis du Prsirlrrt d ElaUUuU. I.'un des objets de
c. tu- I, tire a t IVxpression du
sim ie dsir du Gouvernement
de Wasbii gton que ut jorn
VIBUtit uikintt o sira pli
tei SI H UNI IIAM. -I |;l |.A
rRANut'ILUTt ... DI LA Rpij-
bUOOS D llwri.
Le troisime alina de I article
il de i., t oniiiiution de 1918 pr-
voit qui le PiMdent de la rpu-
blique eu mmidtatmtnt 'tibgible.
Ce-l clair, prcise! foimel.
Ur le gouveinemenl miicain
auquel a Le Nuuve.li-le fait ap.
p.t uj. uid Nu. ta nom d'une coa-
I li..n .le i.tiduliiis la prsidence,
ne pense pas Uia e-- entraver -
mi, on n ll,iiti.|| ne peut y avoir
aucun -I ittcie & leiculion Je
toii.-l.iul.on par l'Assembl* Ni-
tlon.Ue.
la ut limircuM habitude de v.tir
dt Ii ti les Chef* u'Ktat au Palais
Ndiioiml comme sur un cran de
cinma.>onldsorients de se t'ou
ver m inienuiu en prseuce d'une
tituhiiun iiuuvelle qui assure non
seu emenl le m .miien Au Priai
dent de la H(*pub ique dans ses
fuuctlODS, BU qui garantit encore
II ii iiice d'une pierugalive consa
cre par la Constitution. C'i-t
un i in. m -iii.lt- de la nouvelle
. lui .U.m poliliqi e & lHi|iielle n
Vous aoriinits -oumn tl qui cou
Iribut-ia ,i nuiliinr notre vieille
(.tion d iii-tnt iliie gouverne-
nu i.l.ile.
bn rrelection ralis>e, nou sen
liions StCurs nie. % q.ie le pass
Ml I i iinnis bb Ii. La rontiatice
populaire dans le rtabli-sement
util iulili- loidre se lurntiera d<-
vaulnite lorsque tou nou- ve: rous
que MUflM "Ui E at- I ils p. ur
le Piaulval <.iili ge,' M H..rno a
t tiu sans qu une goutte de
sang ait e ver.ee et tant qu'un
centime ait te dfense pour l'a
chat d une......i he.
Ce sera au plusgaid |r lit du
p'y ; to .s en Lnli. ieront et mai
,,.- tHX, les pi (.suri.> nali nali-Us
aussi, qui deviout ia tei-die a l
v.tlei.c. que le* forces de dsagr-
gation .ml .it-iiii in ment fait place
aux forces de lecouatiuclion.
Maurice Etienne fils ?uus ,r0Uvei c|1(.z
Marchandises Iranaises
Port au l'rlnce.
Le Magasin
qui s'impose
C'esl celui o vous Irou
veri /. i i-Ims dialiogo^a
t|; fan. -, e \> > maiocains,
Crpi Ii l'v us, crpes
felils s lit' biMine "im ce
ft il'ini prix bien doux.
A'li-7 rhvz Paul E luxila.
Juste Lilavois
J,."Ot..ltue duJMRgaiin de l'Etal,
d< u lit il n. <) .ni doiiri.- leurs
( imi-ili' i.M-tann, ii|ii.ur-
k Ii u If' points d. vu.' ft eux
. i. i tua.irrne. t routantstr
vir aux c&nMruetion moleri.s.
t* te uni- vi>iie cli / Justk IL
i ,, .-I vrus vob* r i.'ii. / u.) le
de la supiioriU vimme .1 admira
Ile do p.abcba-, mil -g. ma
.1 i-i n-i >uuk saiont v, nJui
d.tu u et >: .etes coudit.oJ* et
qui Vuu> Jonoeront en' re tain
ta tloo.
la seule |H'inlure ne c-liaiii|eaii pas le |
\ couleur
SA-T1-HA
s
T.
es

pr paro spcialement pour le climat
i Hati !
a
The Caries B. Irowo Paint o
Cep. Jeansoe et Co
Agerts
i
B
Vouvelles Vtraajjres
Par r.aliU
Dclaratiun il.- 1 l'iiiulcM'
AU TUS (SaAoaal Liirs ) M.
Paiulev a cour- qu il se flicitait .1- la st ibi
l'tj du franc et de la Inusse des
rent s II a insist au suj*t des
dtte int radie* sur le caract.e
db :al dea nxoriations et dit que
la |a**M m s'a gr;t a m la p. idenl lu coai'ril ei ri u
1 '. i n e p ir i| . le- -ii i s de
la II mce II ii i . -d t au dbut id'ii
tobre au plus tard.
Oui' apprciation I. Ijniiiin'1 ipu* ooncomaol
Ii-s il u. > .1 guerre
lraii(;ais
QR 'NOBLI U Prsident .!.
la ip blu| e a dclar a la Ii .m
bre il.- un.mer- e qu- la Prt i
qui u ist pas le-p .nsilil.. dis.li-.r
g^ d- guerre doit payer se .! I
avre ie> inoda'its et les l~mpcra
ni.'iii- que .unp ri, sa situai n
et d nt ses craori rs avi a corn
prendront la ncessit.
pluies diluviennes
en France
Paki De leinbbs temptes
accompngnes de rbulrs de p uies
sans |.r ed-nt ont caus b ..
coup de dgSU dans toute la Fran
ce Hier encore il y a eu de pluies
d.luv eni'is el lOllfS le- leci.ltt s
ont couimeoc soulliir ;a Huei,
aux e'iV!roua de Paris les dgrt's
en un demi heure se sol *l( l i
S pin u i million. Le service .1. s
tramwiys sur Paris a t interruin
pu
AbdMl-Krim aurait reu
des aroplanr's pourcuiii
liait e I action des avions
h aurais
I'ahis L correspondant du
Tem,is ft V i i-onfirm q Md
E. Kimi a re i derni'eraent des
ai-rn|. .. comme il l'avatl ptO
mis ft *' Iro ipee De terreioa
d'aller is-ag- o I pr^par s
peui ( ar.ip a e- qui o H i
tran-p i las au tarte psr mer ft
\'|c.i I Sh'shian. Ils doivent
coml.t't.a la avions bMfiil t|tti
bombi'lut le u)- ons a I' ni
riflard-* g > 'Mi e. Le cor
r. -|. >u > ,..t u > .1 q i" 'a.l |
Ce |. .ire. oi-nl p l, piur t ac
liou, es encidnlles U clia n
po'e de* aviaieurs vol .o an a
franc Us et arnneatua seront sur
le* lieu.
fers la paix au laroc
P R.S (lu u .,,.,. i. par des
d l'.he r.i-s au ministre dee
allaites trangres que le gnral
de u.vera. chef du Oireclnire mdi
taire espagnol, a reu iteui mia
sains d vud f| h ri m Telouan
sinedi. Ce mis-aires riflatnsa
n l r. n lu p us tard Gibraltar
sans doule pour c.nferer avec M,
-' MMHiriWit K>g*ttieinrsn
espet^a! e. bl Ri Kritn Au ml
. ialiS ou croit que le chef das re
s muooDuvre afln d'viter de
rece ir ol'li. i.-lleui ut des roudi
Loue de pan dd -es ennemi
lin t. eiiliuciiJ ni grco-
b,il |ire pt tu! d alliiii s
iii'piitaiites
PARIS i rd.--Kc Ii- d Allines
SOI....... que II Grce a env se
.1 > re,; u enta la Irontiie gr
M l>uiaiv. Kilo pr(,ire un u tl
m Un n au gouvu rtemanl bu'gire
ei prend des mesures pour iivo
yet .lilroup's grecq.ies eu Uni
g u le si l'ulliuialum el rej le. La
u ,. n d l que le go iveruement
g-ac avait deiniude de* rep.ira
u .- ft la ii i gine pour le meur
Ire .le >l. .>.. > ai.l - citoyen grec
euii lartftSaiim k .(ll.ilgtiie;.
C pty.na pis agre lavorable
u; -u a ueuuulc grecq .e.
.Nouv. Ile victoire lavciste
l'.V'.1 U AU. Le parti fasciste a
rem,io l ui.e grande victoire aux
licnous muni tpales et a obtenu
'".: I Mites c lalra i0>i ft l'op^osi
tt u.
La Prtoco MM
VASIII.Milo.N- L h'ri
La Fr,
\VASIII,M,li>> La rrance
I il un nouveau puiemeol de 10
mi.l.ou intrt des 100 millions
du dollars reprsentant les achats
d appiovisiouiiemeul du corps ex
piioonaire amricela Ce paie
meut a l effe.lu ft la Trsorerie
s',u- la forme d uu cinq e.
L'uvre de reconstruction
en France
Ub Billiira de ellirs serneit n-
cessaires povrejeciter les plus
alapies
VVILWaMKi^^N Mawa'hui
ici ; La Fn -p> re aoa>uu
el lei a s.u n uvie de rec iris
Iru. liwa une pi lie des sommes
. Lt de I iileaxgneea appit
C,HOU du U ail DkWes, Si l mis
n suo pa- u verser nos mis
toul I argent que nous en lirtrous,
a Uecier M. Robert Masaon, mi
lient bauvjuiti Irar^ait, vtesUut
du Crdit Lyonnais i Taris, par
Ii ( .1rs pr.ililcmrs de paix en
h ri.rtre devant l'Institut cf l'oli
lu .a r. construction pourrait
tre termine en ans eu aile,
ta-, t cet e'iil toutes les tUspoai
bihls .lu plan H.tat.
Masson a fti en r-\tie toutes
If* pertes d- guerre de la Prag
et les rciarati .us qu'elle a rc.
jusqu'ici ; il estime un mill'.n 1
de dollars la somme dont elle u
encore besoin pour la reronslm
liou matet .el e. Les impts ne peu
vent fournir celle nomme et de*
empr int* ft l'iutrie ir ou ft l'eil
rieur ne sont pas ft conseiller.oes
poir us de dans le plan I '. m et
|- mnque a une ceilaine leapon
a:.uit.' morale A veiller ft soc e\4
cutloa Les dommage qui nou*
vous sir.is pendant la guerre ont
t estims ..m ne suit : pensions
el indemnit ') milliard de 1res
el dnoimnges matrirt*" I H mil
lier t.* b faut y ajouter les intrts
de- emprunt pour la re"orilr.r
tion
TiOl MM Ii* prsiili'iiri'
Washington M.cooiiie
a commenc ra Iroisime anne
coin M prsident II y .. deux ans
ex cteineut le 1 aot l'.'i I M.
C ....uige daus la modeste dameute
dt son |'ie ft l'Iy n.ml Ii \, rm ml
prtait sermeut comme prsident,
q ie qui-9 heures aprs la mort de
M. Il.iiding
Cotiiiiieut et pourquoi des
hujf la . I \ -11 >.s 111 r ont l
rxpnlss rrspfdiveinent
de folotpie et il'*il.'!iia-
i|oe
'WAWlINtJT.i.V U charg
d'ailairei Je Pologne S VY'aahiog
IlemanJ 'i* Mille d la itciaio
r. ..lue le 10 Juillet 1941 La Ple
eue et I Allemagne sigurent ft
V enue le 10 aot lii un accord.
A,x tertres de l'ariicle X de cet
e:cord les allemands re-idanls en
'u.. gue elles rsidents en Aile
m ?ne qui refuseraient d'opter
pour la nationalit polonaise ou
ai.truande respectivement et ceux
s iileineni qui ne possdaient pas
de proprits lonciro* doivent
. .e ex.iulss au p us tard le 1er
a t ISil.ttM tnieies-s ont doBc
rei.ti un an de pravis p ur I
me ne en route eu coufmuiii Je
h dcision ci deu* L^gouveru
m ut puluuais lit d Hvaoce tous
le p.Sparalifs ncessaire* pour ta
u e i- r d'AI emague ses ustionaux
t |ii-.|u'ici n a pas ricj moins de
1 2.U0.l famill s expulses par le
. heuiaiil-, | l >|iul iju ac u lie
de. citoyeue allemands ne com
l'ienj que eux qui relu reul
d opter pour 1a lotugue et e'eflec
tue suivant le plu* nlrict accom
pli- ment du susdit accord.
No j? ailes Oirarios
\ \n.j\ u: La police a dcou
ve.-. ir.er .... grand uombrede bro
cli.n es el de irait* dt propagande
communiste. Oes ouvtag s de pr >
pugniidu dont le poids atteignait
trois quails de louoes, soat rdi
gs eu plusieurs laugues et l'or
[liaient le stock principal de celte
littrature communiste eu Polo
gsa
Les cours
4 ont
NKW yoiik Praoes 81.10
dlet ling !. i
Paris Blw i 10.' :
Un. .'1 US
Chaussa* vos enfaot\
Ullw
\l B>Huiti lits
S'-s < 'Jnussures sont lei
miilleureK
la CIiuiiiImv ti.ilit'iiii.
porte un coup mortel
l la presse
//, /,r .',.,, i a !< :'.' ./ n
coul du ynnuil p iritum L
QuoitduH "."( i i i'''
/< jnet i ir anu fui u
j.(//i tu ni a mon i < u i
de la 'ii rfitu fat
Au cour .le la I la
nuit detuiie la Chambre italienne
a adopt le p .j t de loi sur la
pre-se qui av. t u Il ( >-(') il y a
quelqu s moi'
C'est uu niuVau r-ufoite n.iit
de la dictature
',j.i paiiie de l'opi IIod qui
continuait .. lger,S i liiede p>r
tki^ei- a la dtaoueeion
Il ne S'M dm.. Iroov* U que
de* tasusie qui. ualirrell, nient.
,,'\YWttttliW,'teU"iii.is,',W,ga
r.tni d'uu jouiual devrool
r inplaces o i parle direcleui ou
Su i un des prtn. ipaoi nie trurs;
e piUS, Ce grant ilev i .'lie ... *
pu le pouvuir. Ba somme, i, gou
verniimeni, jutr .te pouisiuies
conue tous eeas q n ont une. res
toaeabili Sdaiu la rtda tioo poaf
ra un lit i uu |OUi Bal ttana 1 i'ii|. is
klbllili de pu i ne
Kn sei on 1 n. u. il n .Ii est)
un r'(.erioiie des |ouroalitea pro
fessionnels qui l r iii--i ->.l un or-
dre aaalogu a. alul dt
oaand c loxli eatrt i t an ,
e dispositions, d une |. 11, et, dn
I autrL', les saisie- p I lidU I, q u
davieniieut le |. n . i plui l o .1
breu-ics, |i 1 m tl ..n' i. .Ii
suppr uiei 1 Diii|i 61. m ni le- 0f
g.ine qm lui d plaiseel
C m 1 m "' "
Hj qm rapport* le (ai
lequel il avait et
nut urmi donn< lu h h n
dV fausses tnterpri i h m U n-
d&ni a /.-i" paut 'm
rit 1' '/. Illpt 1 iti/ton Il >M
iii'int m 7 n
tivaiitt- ilutis ion cercueil
une jttiioe Lille allait
tri- eDlet re
Wasbinotok KO Ii h
La petite vtlte de Weileton daas
l'Oklaliorr.a est en iflioi. I ne | m
ne bile de IH ris a failli ire en
terre vivai.le.
Li jeune Hertliie West aptes
Savon Luit de coco
Savon lait Savon Lait rie coco
Savon Lait\ d coco
Saion^L ait ne vovo
Chez Is ac bishy C1
Bue Courbe JN 1738



OIKEGTKUR PROPRIETAIRE
1MPR1UEIR
OlemeiK Mayloire
pHjTTMTi
1358, Kue Amricain
NUMERO 20 CENTIMES
Quotidien
TBLaaMOWI H- i4
Une grande a.iri|afi..ii **Jifir,7
mes, sainn'M'espiirt r.lijimlc^ili'
Cfrur.cre une conscience moral''.
qui s'appelle une IfHlion.Tanl que
celle conscience J..notait- prouve
sa lorce, par les tcriGcei tpr-
exige l'abdication de l'individu au
profit de la commumiut,elle est
lgitime ; elle i le droit d'exis-
ter, tlrnesl Rroau
19me ANNEE N 6672
- -*
PORT AU-PRINCE ( HAJTl )
MERl^ifiDl 6 AOUT IH2
LA CONVENTION DE 1915
L REELECTION
, Il peut plaire aux oppos i-
uaimnalisies le soutenir les
lliories les plu- lanss-es, l'en-
tretenir les espoirs les plus ab-
surdes, ce que nous savons e'
dont nous sommes mme con-
vaincu c'est que le i upk ha*
tien, s'il souflre dans .ou or-
gueil raiional cause de I in' r-
veniion trangre, il reconmit
cependant que cette ii terveu-
tion a t provoque par nos
lautes rptes ; ce que noua sa
vons encore 3t que nul Pfl peut
contester, quelque sophi'iite
que l'on recoure, c\ st que le-
pui3 191 un cri unanime de
joie non dissimule sort de tous
tes curs pour saluer I* r. tour
dliintil do l'ordre, condition
indispensible de tout progrA-,
Lorsqu'aprs lesjjurnes I I
L'7 el2K Juillet 191. nous u ius
sommes trouves en pr>ence le
la cruelle vrit de notre siiuv
tion politique, il ne nous tait
t'Irs possible d'bsiter sur le
seul parti preirlie lu s;n:ri-
lice s'imposait ; le pays la ac-
cept, avec douleur sans dont-',
mais celait l'invitable. Nous
en appelons Moravia d m les
Enrles et la conduite, die
eun-l. ne p iront de si tt
sortir de notre mmoire,
La Convention de ly/5 con-
clue entre llaili et les Kiats-
Wuis d'Amrique a i ; du, en-
v, ,w. u-uw. | Ul, lil wllllllti
depolitiqu) intrieure dont la
solution faisan le de*pgir le
tous: la ttabtli govtintmeur
tait.
Il est inutile de rappeler avpc
quehe rapidit nos Lofa d'Kiat
se succdaient au pouvoir. Il
lalan ouvrir la (ioiiMitution de
18&J pour se trpiller et bien,
se convaincre qu'ils taieu1 lus
pour une priode de / ans. l)a-
vilmar iliodi re et Villmin
Gt idaume n'oi t pa r-id 7
mois au Palais National.
H si hors de doute que l'un
ds uioiul >s (t imirianis de
l'ace* p'i'iiou de la (Jouveiiiion a
t pour le (.iouveriieimnt et le
peut W li. ili'U le il' .-ir de n Mu-
le nir l'ordre et la tranquillit
sur le teiriioirt. Le gouverna*
narnl d- Washington ses! en-
(jagcoi-tiibu. i a ta ii ali.-ation
de ce dsir tt de cett utctssii.
l'ar des dclar lion u'i-
rieures su vole de la t'ot ven
tion qui ont .e faite* par les
reprseui uis oliciels du Gou-
vtrnmunl aniiic'in, il a t
plus d'une lots continu la d-
termination des L'atsUins de
nous aider etliracemint ce
que l'ordre ne soit p'us troubl
en Hati et ce que, en outre,
la Ctii.'iiiuiion et Ira lois m vi-
KUeur ! \o;vent leur pleineap-
plicaiioo.
l.'-'-'iiii n ollicielle du bu'le-
'm rira lois 11 bon de l'ai,' -e
1V22 doi s anirend qu'au cours
de la leoplion laite au Pal is
National au Gnpi I II Rus-
seli en sa qualit uV Haut Corn-
n ieaaire au ricain, re'ui ci re-
mit au Pisidtnl d'Hati, Mon*
sii ui Stiilrt l'arliuutuave, un*
letlf tomenaiit renaines rom
ii.uiii.-atioiis du Prsi>1rrt Hrs
Etat Uni*. L'un des objets de
cttte htire a t expression du
sunie dsir du Gouvernement
de Waslui gton quo le jorn
\ 'l..\Nt. BIKNTT C Si ra pi t
l" SI II I .\t; IIAL SI'IIK LA
iiVNi.ii ii.i.ni: ... Dl l.v Rf.pu*
LLIOUK li Hati .
Le troisime alina de I article
71 le i.i Constitution de 1918 pr-
voit que le Piaident de la Hcpu-
blique tu immiattmnil rtthgiblt.
V e-t clair, pieds et foimel.
Ur le g.i,v, i nement amiicain
auquel <. Le Nouve.li-te tait ap.
p< i nuji.uid hui c> 11 nom d'une coa-
l.tioa Me Candidate la prsidence,
ne pense pas a laie er entraver a
mir on u ll.uii. || ne p.t y avoir
aucun 'I ttacla a leicution Je 'a
Lon.-I.iuiioo par l'Assemble Na-
tionale.
L- -ilaleurs gui ont contrad
u nin Uureuse habitude de voir
, h tl les Cbefa a'Klat au Palais
Natlooal comme sur un crao de
ciiima.sonldsorients de sa t-ou
ver mioieuam en piseoce d'une
liloalioa nouvelle qui augure non
eu ement le maintien du Pn'-i
dni de la Upub ique dans ses
touclioDi, in ,- qui gnranlil encore
l'tltieica d'uue pirugalivo consa-
cre par la Lt
un nouveau sjade de la nouv, Ile
ducation poliliqi e a laquelle ooih
tiou eonimts >oumir tl qui cou
Inbwia .. nodilier notre vieille
CODO pi.on d iLsiatilile gouverne-
mi m .il-
La i ii n..n ralisme, ocu en
tuons eici.re n.iei x q;ie le pass
Ml a | iiiihi- hb li. La ronlianco
populaire, dans le rlabli>semenl
itli iuldr I oidre se lonuieri da
vaiitHue loreque lou- nou- veirons
que c.mine nui E at- l'i.is p-ur
le l'iiK.deut taioli ge,' M Homo a
t n. ,i >.ii.- qu une goutte de
aang ait vere el -an* qu'un
ceulime ait te dreus pour l'a
dut d une i n.,n ho.
Ce sera au plus g'ai.J |r lit du
p-y ; to.s en Lenli.ieront et mal
pieux, 'i- piosams nali nali>tis
aussi, qui devioul se iei.die s l
v.deic que le* forces de d>gr-
gation oui .elm tu ment lui place
aut. forces du leconatruciion.
Maurice Etienne fils ?ous ,rouverez clu,z
Marchandises franaises
Port au l'rlnoe.
Le Magasin
qui s'impose
t'est celui ou vous trou
ven /. li > (dus- distingua
ijm>. dj l.ines, crpes
Muni, <- t\- > marocains,
ci en p li n%u ns, crpei
| ' t 'I un prix bien doux.
A'li-7 chez Paul luxiia.
Juste Lilaveis
(906, Hue diUjMagaiinde l'Etat,
il.- n ;'. li u. n\ ml donn leurs
I iiiiii- Or i.M-mnii, rupmurs
li un if- po'nls d>- vin- ceux
import duau-me* t i vir kcx c&nstmctiou roolrrim. .
laie un vi.ne cli / lOrtH il*
. .i rui -HM* r-mli.i mpia
de la tupiioriltf vime il admira
lie dt* p.abcba-, .ml -K-- ma
u ..-,, j-i mu.' -iont vi n lus
du. un c .etes cooditiOJt et
aui vou> Sooaarorrt entire latii
la tloo.

la seule peinture ne changeai pas de
couleur
V
-a
SA-TI-NA
1
pr paro spcialement pour le climat
iBaiti
The Charles H. Irown Paint o
Geo. Jesnsme et Co
Agerls
!
I
-****
iVouvelles trangres
Par Cbla
Dclaration de I Pain lev
AUri'V ^.anel L ire ) M.
Paiuiev a dA,. lan' dans un Min
cour-qu il se flicitait l't' du franc et de la li nisse An
rent s. Il n ini-isi au Buiot des
di-tte- int radies s-ur le caraci.e
dli -ni de* ii et dit que
la -lu-.ii . s'a giU a roi^ui-eque
' oigne l'dpnfl m de la c >llab ra
tiou a QU'ff f a\ri-UU d I Vlauc,
la pi idenl du ooa I u r.n r< p ir q <> le < so < is de
la Krince linu. nt au dbut |d'Oc
tobf m plus tard.
U ir Hpprciation de
I. |iHim**i ipii* oQCsriif ol
le- d- II.- du j}ueri'
I ranais
i.KMllil.K Le l'r^widenl de
la ep blu| a dclar la h .m
bre de un.mer e qu- la Kranco
.lin ii.-i pas te-p ,iishI)|i. dricbar
g^ d- guerre doit paver ns Uel m
avre i*s inmla'its el le-- tempra
menli que tomp'.rti sa Minai n
et d ut ses craoei r* avi es com
prendront la ncessit.
pluies diluviennes
eu France
Pahi De teiribbs temptes
accompagnes de chutes de p uiea
sans | ! cil-ut ont caus b^au
coup de dgU dan-, toute la Fran
ce Hier encore il y a eu de pluies
diluv.eni'is el lou-ei les lcollts
ont un mme ,' -.lullnr ; Kiifl,
aux environs de Paris les d^ s
en un demi heure se sout e|tv s
a pin- u i million. Le service des
tram m st,r Paris a t inteiroin
pu
Al"l-rl Ki'iin aurait reu
des aroplanes pour BO00
lui n e l'action des avions
Irancais
I'ahis Le correspondant du
Tem is K i (-onflrm* q \bd
bi Kiun rei; i derui'ement !
acro|.' mes comme il l'avait pro
mi* a e- Irnipes Des terrains
d'fflar i-i-age o ! ' prpar s
peur c s arup a e qui o M i
lran*po ta au vlaroi- par mer 4
A |iti I Sh' lomtu'ta le awon* Irang.n qui
bnnbi'l ni les poil ons a r 114
riahrel-. g a r |fi e-. La cor
r<-'-p iu ml ij i .l qe-.dut | e
Ces >|i i r-;. > ni-nt p '! I p liou, es esc tdnlles U chas- n
poses des iv.aieurs vol .o ano
franc lit et amncaua terni tur
lai lieu-..
fers la paix an laroc
l' R S lin u appii, par des
d.'ches ru-s au ministre des
alloues trangre!) que le gnral
de tlivara, chef du Directoire mdi
taire eapagnot. a reu deux ooi
snires d \\ii ti'l Ki un a l'etouan
s imedi. Ces mis-aires riflains
ont ren lu p us lard a Gibraltar
ans doute pour cmferer avec M.
LVIi rArriela oui a djl servi .fin
L*^a^J-l-^fa-ak^B-(*B*aM V.Wa at. I ~ afaTu*. -- a ., ,|
tjspefrffai bd Kl Krim Au mi
. isiiie on croil que le chef des re
u H m inn-un- iilln d'vil.-r de
race '. ir oflii-ii-llem -nt des coudi
t.iiiis de paix de -es ennemis-
J'i rcent iiicid-Mii grco-
b.iljire |irndtl-s allures
iii'|iiiiautes
PtRIl Uuedp, hed Ailleurs
tapouM que h (Jrce a env y
U. ,) re- n nls la Ironliie gr
co bulgare. Kilo prpire un u tl
m .m n au gouvo nemant bu'gtre
ei prend J.-s mesures pour mvo
yui d -i troupes urecqnes eu Uni
g tue kj l'ultimalam est rej l. La
dmoli- d t que le gouvernement
? i- avait uemiud des rpara
tious a la U i g trie pour le meur
tre .le a. .Nici.aidas, citoyen grec
en- lartaSauiu k .(llalgaiie).
C piy.ua pis agre lavorabla
lu mi a Ueuian le grecq le.
.Nouv, Ile victoire lateiste
PAbeH -iK Le parti fasciste a
rein, l.iiinus muni ipales et a obtenu
WS7I vulesc.utr. 18001 l'op^oti
tl n.
La France paie
VAilll.NQTON L Pn
La \va
WAMII.Vilu.- La r-ranca
I milliout intrt des 100 millions
de dollars reprsentant les achats
d appiovisiouuement du corps ex
pimnnaire amricain Ca paie
meut a t elle, tur la Trsorerie
sous la lorme d uu cinq e.
L'uvre de reconstruction
en France
Un illiiri de aillars serneit i-
cessiirts paureiecater les plus
ineptes
WHjLMMKi^vs n i Massa, luis
^ls ) La Fra n -pire pou nu
ai -ni a B.n .. uvie de ractt
Irai lion une pi n.- des aomu.es
1.1 de I .lem<|ti e en -ippli
. du p ait DhWea. Si i ous
n avant pa- t verser nos amis
tout I argent que nous en tirerobt,
a dclar M. Hubert Masaon, 'mi
peut bautjuitr frati*,aial du*Vtt
du Crdit Lyonnais A raris, par
11 i dan problmes .! paix en
l-ii.nie devant l'Inslitul cf 'ol
IMS ia r. construction pourrait
Mre Irrmine eu "< ans an alle
tatt a cet e'Itl toute* la dis,. .n
bilits .lu plan Daues.
Mass.m a prslai en revue toutes
\t* pertes d guerre de la Fran I
et les rc| arati.uis qu'elle a rec les
jusqu'Ki ; il estime un inilh.u I
de dollars la somme dont elle a
encore besoin pour la reronslruc
tiou matriel e. Les impts ne peu
vent fournir cette somme et des
emprunts h liutrie ir ou l'eil
rieur ne sont pas A couseilhr.u'es
po.r les de dans le plan Daei et
|- mnque uue ce.Unie isspon
sai.ilil morale veiller A soc nai
cutiou. Les dommages que nous
vous soins peadanl la guerre ont
t estims comme suit : pensions
et uiilemoil '] milliard* de 1res
H rte-ams--as matrirt 111 mil
lisrts li faut y ajout-r les intrts
de emprunts pour la re onslru^
tiou.
fioil ans de pi->idenee
W ^SIIINGTON M. CooliJge
a commenc ra troisime aime
toiniie prsident II y u deux ans
ex i tentent le 3 aot 19ti M.
CiKiudge daus la modeste demeure
doua pre h Pl> uoutli Verra ml
prtait serment comme prsident,
q w ques heures aprs la moi t de
M. Il.iiding
('oui.lient el pourquoi des
Mlp Is .il \--lll.lllilr. ont t
expulsi. respectivi-uieul
de folmjue et d'|ll pie
'WASUINtiT.i.N Le charg
d tilairt's de l'ologne a Washiof
10 i, Mr tiiiwie, a lait une d.'la
r,iioi relative a l'expulsion des
allemands atsuflo d- la dcision
re..due le 10 Juillet tOil La Polo
eue et 1 Allemagne sigurent A
V enoe le JO aoilt i'l un accord
An termes de l article X da cet
a.xord les allemand* re-idanls en
('o,. gue et les lsidecl* en Aile
illicite qui refuseraient d'opter
pour la nationalit polonaise ou
u u. m t.- respectiveuteut st ceux
St-uleinent qui ne possdaient pas
ue proprits loncires duiveot
iie ex.iulss au p us tard le 1er
a l IBJS.taM luieies-s ont donc
revu un an de pravis p ur I
me i en rouie eu coufoiiu.i Je
U drision ci dessus L^gouverue
m ut polonais lit d avance tous
le- p.paratits ncessaires pour ra
u e'ii-r d'AI emaguu ses nationaux
t |u-'|u'iii o a pas ni, i moius du
1 2. util famill s expulses parles
i lieuinit.l-, |-t .'svpul iou ac ualle
des citoyeus allemauds ne rom
,u. u ] que eux qui relu reut
d opter pour la i ologne et s'eflec
tue suivant la plus strict accom
pli-M ment du susdit accord.
NdJfiillas Dirarjes
Vahsovii La police a dcou
ver- ii.er n grand uumbre de bru
cli ai es et de iftseta dt p'o^agaude
communiste. Cet ouviag s de prj
pugandu dont le poids atteignait
trois qu,...- de tonnes, sont rdi
gs en plusieurs laugues et l'or
maient le stock princip.il de celte
littrature communiste eu Polo
gne
Les cours
4 nul
NKU VullK Pi SI .10
itai luifj
Paii- Bl*M 10* 3
Dollar 1
Chausm vos calait >
UBl
|[. Balloni fila
J$aa ^hiussures sooi lea
ineilleiii-.-s
la Cliauilue italienQe
porte uu coup umrtel
I la profM
D, l,i Uvraison lu 99 J n
coul du \onrnal p irutm La
Quoiidten nom i i !<
h /ns s |ii miii i qui 'i Mi i s' MiM
iii//i Mattl n '"" ri '
le lu tlrt i'ii fat* U
Au cours ne la saaoea de la
uuit deiuii'i.e la Cliautbie italienne
n riopW le p j I .lu loi M( Il
pre-se qui av. t el dpo- il y a
quelqu s moi-
C'aat un n >uvaaii raufoiceaent
de lit dictature
U partie de l'app i ition qui
continuait A siger, e i tus de par
iki,ii- A la dlaouaaion
Il ne sent dom hou mi U que
des fasciste^ qui, naturellement,
ont souscrit A toutes les volonts
do Mussolini
A l'avenir aies (onctions de g-
rant d'uu joui nal devront A(ra
remplaces ni par le dirai nui nu
par i un des principaux rdacUura ;
de plus, ce grant devra tMrn agra
p.r le pouvoir. En somme, I. gou
vernemeni, par .les pourautta
conue lous ceux qui oui uni' res
pooaabilt A dans ..i rdaotioo |".ur
ra un Un un |uu. nul .lu.tri I m,), .s
kibuit de |. n
Kn secoud lieu, il sera dilat
un rpertoire des |ouroalUlet pro
fessionnels qui I rmeronl un nr-
drii a snalogu l celui de svocatni
'Juan 11 texti eolreraen vujjueufi
.es disposition s. d une pi ri, et, de
1 auii , les saisies u i i liques, qu
dsvienueul de p us eu plus i.ou-
breune*. parnettrool au 'i.cda
suppr mer comp ti m ml lai or-
ganes qui lui dplaisent
(,' i fl i ih OTt i > n
nr ./' rapporte te (au m ml
/, qi l k il avilit i
non* aiiimi dormi tu 'i b n
ii faut i int-rprvi ti nt U
///i' a l'iu ui ne i /. w un
en re de ati/n rtlitwn
blaul n u n
livanie dans son cercueil
une |-.iuie tille allait
tre entai re
Waminotoii Kl i
La petite viiie de Wmlelun dans
l'Oklalioira est eu fMl, I ne pu
ne bile de II uni a lailli irv en
terre vivai.le.
Li Jena Uerlhie West api es
Savon Luit de coco
Savon lait le cnco
Savon Lait rie coco
Savon [Lait\ de coco
SavonflL ail- tfe coco
Chez Is ac i),>liy ti
C
Hue Courhe ^0 1738
HNK-SMEARED


LE \iii'
Crme TEINDE'

1 donm m 1
1

P r Ftf ** /
6 (I
V ...
/ui Crmr 7*>n*:y 4cu*. parfum*.
rcritflf f fratthur C* la ftuntSi*. tmbeltll. f-ffact If* 'tdtt
-
y ARYS
3, Re Je la f'nlx. 1
PAR:i i
Plusieura prises d'ara, es fdea
eau Ut aenglentis an suivirent,
et, il abaDioma hualimtnt le
pouvoir.
Y. >t il nt.* percns uu rappm
l lien eiil entre relie tf poqi e su ei
tre )t a nuire .' 11- ur> usemtnt, les
Iir.pi i\ nt cbaeft. Ii cern
qifn.es i ( DfUVCBI |< Li Mie le
i t : les Un li i i ioot cre
vs. lee ci i spiialioM par tn.en
lair i ne si ni p'u> | pii'f- d'armf. non | lu> ; lis
Mil lit t. Iijl III- 1(1. lit- lll1l.
ItMif il m-w biiB a conspira
lion de .eilaius i^aiii de prttse ;
main le gonuernemei.1 et ses d
en-.urs lia rein.
N Ml ce pas eu e'fi I une viita
Lie i r i igpiraliuii que lis fait* qui
fed'Kiilut daurade prese de
I i I I oeilioii c il.- Ni renaliele :
Cul. mole, iniill-. ii |i le, dilUma
lion. iKlosM.l | ro, (.BDile ii.-il
ssiie lellis ' s* iires de
combat- Btard IFGEH
(A SUIVHE)
Distribution de Prfx
,. ......
-^^C-^aff^K--*.
|>rq* Taillani Consiqnalaire
avoir t malade que'ques jour*
seulement vil >oudain sou lui MB
pirer Les mdecins n'airiNaieil
aa lulilir de dUfMttiti Pii ,
iuM|uemi ni. elle mourut U p r
nus d inhumer lut accord.
Le jour de 1 enterre me ni, lors
qu'au cimetire le cercueil allait
Otre iIcm'i iidu dam la tombe, la
mie demanda a voir une deruiie
fois le tirage, de sou ealaBl.
On limita fa den.andc Lors
que le i ohm n le du se'cueil fut eo
lev, Mme Wist sappiocha. yuel
ne tel aon elonnemenl en voyant
des goutte* de sueur perler sur le
front ce la mo le. bile se rapp 0
eba enr ne el enlandit de faibns
battement da corar.
L'eotenemenl lui interrompu.
Le nudeciii, accouru en liftle,
constala que la jeune B.ithie n'
tait tas murte, mais reulejieut
dans un liai ilecom.i Irlliitigique.
La jeune tille enleve du cer
rutil lui immdintemeol trauspor
te II .ml.niante automobile a
l'hpital
Autour du Rflimi Conventionnel
De i'AdjilntstratloD du GouvernementBorao
Coup ti'ceil sur notre pass, notre prsent ,
el vers imiiv avenir. suilr
Vers Ville-Bonheur
Noua avoua appria avec plaisi
qu'an vue de voir a'iduver a i
Elus loi la roule voiturabie de Vi le
uiiloiir. |iIumi in.s Ir-iliqunnls
d'auto oui ierl leurs services au
Coiun m.lialeur dont le Or Jean
not il le prsident
C'est une iliance 'te plus pour
Sue la roula 'oit n parfait Mal
exploitation vers la tin du mois
de Septembre.
Varits
Ce Soir
Derni'e du Flibustier
Adieux des
artistes franais
Nous r |ipi Ions 'que c'et-l ce
soir qu'aura lieu la repiiseciti
FUBUSTIl II.
Le mjco6 di la soire de Dt
m un lie i 6l li rand. \M de-
tu m i i lu public de rcprntire
i pressants*! que
MM Valle el Preals* ont ac-
cepte da n larder leur dpart
cette intention.
Noui ei n i oci le publie
ne i>;s rat, i M'iii' occasion uni-
ijue d'entendre le beau drame
de Jean II du pin.
Pria les placi i
L'i; .1 r- si rvi'fs : (. 5
Secoinli's et lioisimesii. Jet 2
Celle opinion de Mr C. \ieux
que le Praldanl II rno est impo
pul-i rr parce que lomb^ltu par
uu groupe d b mimes ambitieux et
que seul un flaadldst : "digne.
honnte et populaire* p >urra
< tiiompber sHi violeucedes coups
d'un- opj.o-iioii yatmauque et
ob me., est absolumnt errone.
Lfl manife ta>ion> qui ont eu
lieu daas loules les villes de la pro
mii et noUmment a la capitale
le jour de l'leuil >n et de la prcst.t
li iu de r,ii :' d- Monsieur llor
oo, ne prouvant p*s qu il -.ni i u-
p ipulaire Or il a t combaltu
pir ce BOM groupe suvi- avant
m. m son eutre n fonctions,
avant m> .ne qu'il ail lait acte
de Chef d &)t; c'tait ds les pie
itii-rs da lOppoiiioi y-lmali
que. MoosMur Veui la du
le- e aJmis dans sa brochiire si la
m m iiro m'est lidle. Ja croyais
>l msieur Vie , |> us de aau^ iwu*
Injiie p-rtl q m S.iq ii.....il.'-
m .ni est purement et simplement
ce ui duo lliio. m bu! d au ml ue
vjil il pas le scbi-mi! du M" iiiona
li-me "'.' 'ilc.impi" nd ajaa eb U| ie
leader i de ce groupement l un
c tuiii lut ventuel la l'isidence,
il m lors q letl e-l I MUflOla i i se
ra jamus pos>ible entre eux? Il d
laie n.- piu l ure paitir de cegrou
peinent, ptrfail : mat- le parti
qu'il lve de f nu.er voit il U pus
siluliie de le erar, ne s aperoit il
pas que la divmou sera i sa base
n. un- il sera uiotl n, ou il vi
w i ce que vivent les roses l'espt
ce d'uu railia ayant dclare la
guerre .1 i , n si lensdi mneile
aux membres d- sou pretn M par
Il : il s en ail loi des adversaires
irrlurlib es S m caudi lai donc,
fut il le p us populaire d m boa
mes, de miii e eciioo davien Irait
pour -r-, adversaires I Loin ne !e
plus impopu aire, et ils decuu t.e
raienl des .es piemiors jour, la
ni" n,' -pp i lit ri S] I III i "J i u
tu^Ke, el, a.' rumine il s m
i. i lit pou rail il s t iun pber
iai io inaa i dnm d me op
poaili u : raieaal 11 el o ti --e |
I ne le le a s.il.ou ue p u qua
fane d umir les eutanls.J >uis
peu prs MiUlu que vlr Vieux
lui m ne n'y uroil pas ir >p.
Un cjupdil rapide fMI notre
pas nous f. ra bien voir qi il en
a toujours t ainsi dans noire
pays et que la miumte opposition
systmatique de nos Chambres l
gislatives les rares fuis qu'il
leur a t permis d'en fnire el
la division de nos bomm polili
a .i-- oui toujours t un ob-lacle
oolie volut ou et aoi- v lient
d'avoir t prcit duus labltne.
Ouvrons l'ouvrage de Itonaiaul >
tome Miihei : Silomon j. une et
l'alfaira Louis TiOs et prenons
l'Iii-loiredu pirti libral de 19 .
le "'In-me da ce pirh cam nagt
k K ng* on S m i li f PiaVe M m
faisir l'ierr-* tant mort P ..t m
lince il fa lit le rem ca eo
vue .1 i mouvement revu ou iiiuai
re qu'on tramait t a .laai ique et
q ii devait aboutir un .! I> i- ij.e)
ment arm Jicme1. On ue put
s'enlee ire sur I- choix de c chel,
boisroiid Caual el Koy i Bal -lais
y aspiiant tous deux On se d vi-a
eu ' m i i-e el bax-laii->e qui
tous renlraieu' ain-i dms le pay .
la i volution inaugure par Louis
T.nis a J.icmel eiani ijuaaj victo
rieuse
Le liouvernement provi-oiie
constitu, le* 'ectiooa !gislalt^es
furent dcrtes.
es i.h.iml)ios consliluee, les
lie llllll- | I e-l.lell le |en eorel-l
liiu. Boirmd l'anal aonil tlclo
lieux de l'Urne, mats H m i ll-/e
liis ne lui paidonna pas cilievc
loue, el, H loi lit une opposition
systmatique: celait la guerre
outiame contre c lui la durant
toule h Wi-uie oii.-l,iiuie ne
rntanl par ain i inconsi ienime l
la tin du paru lib.ral qui II cou
sou.m e Qttfrlquc Umpa plus tant,
si di uloorui-i ment par 11 pope
de 18N.I a Miragioa, Uiaaanl
celle cit, leguie prospre, rui
n-, ruines dont e.le ue a'cal j i
mais leltvi'*-.
Il o- .mi.I ij m i. I soi avn :
meut lit appel eux looal l m da
Il >\ rlli/.'lais. qui Louve I--p ..
lliwlai aci-'ux uour lui relu -i
s i o'i li i ..l ou II prelr* e n-.
errr tonte son a'tivila i ilel igeul^
uinginT I .utes so l-s Ja rojjbi
nu- n- ptrle enUiie- p mr di
cre lit- ^| ji.ira |*jf le li .uve^n
nul. el, e p'ih r Jo ri i ^i
le b en q i i v p mv .il pour
p ) N'est ce pi, U tieguio
du paliiottsme!
I.ipr.'se t cera nul une libirt licenceusa, uu
jourualiste pouau sa tmrit jus
3u'a oflnr dai ireiai k vjudre
ans son journal.
Boisnnd ;anal r bit x l'im,.uis
sxnce, diit si rsigaer i la po ili
que du laisse/ grainin
il'oal den.a n rnaiiii
qu'uuia I eu i Cin
A 8 heurea
Van. ts la
distribution des ptix m x ltes de
I 11 -million du Mont l aimel diri-
g- par Mme ( hftaliu < oie u.
Un pri'giamme du hoix sera
offart l'assistance.
Nom avons appri-
la moit survpnu c*
M idame LtuNca
ne Jeanne Du
L'enterrement au
mai pismili
Nous nivoyous i
thiques con renia prouvs e M
lier ment II > i
Loui".e Ujpoux.
avec peme
midi de
i UPOUX
l eival
ra ii-u de*
l sympa-
> aux p-
lit paru u-
vieil ami
Mm- Vve Emile El e, Vrel Mm
Jean K le, Vlr et M un vl, urice bliei
Melles M rgueiit-; ei \ ane fc.li>,
MM. l'aul el ai gu o lie tes ft-
milles Eue, Il eij ; lu-, Ducbite ier,
K.iubert el tous le kU*m par- n-l
a! allies ramerai ni beu sin.e-
ment Son Excel ence Mr Le Prfi-
dent de la Kpuh q-e. le- Mem-
br a du Constil d E t lea.M.m
bras du Cle'g les l res eu Saint
Esprit, les 'ii'uis de Sai..t Joseph
de i.luny et lous lai mis de Port
m. -li m. i des iijii.iv-. de Saint
Maie et des autres lue lila qui leur
ont donn des lmoign. |tes de -\.n
fallu* l'iccasiun d> la mort de
eur regieile :
Louis A ex n 're Emile E i
enleve leur affj cl un ir 13 J il
let e, ou.e il le. p Mal d u1"'!
I I | I s|, ,| |, | ,,, vlV, ,j |,|H
Port "U l':i. ce, e oui lOiA.
Socil in lu! t llo et
a.|iiii'l i| | He de
l.l Gllllvr
Les actionnatr ,i !. So. il
Inilii.sln.ile et agii . t: l'Ile de
la Goi Iva s. nt o, >. ,ji ,'s i o As
seii |e, ('irale. ( ni ii- jeudi i
aot rouranl, truii I eures de
l'ap a i il u N IC s. Grand'
Rua (Cabinet de M ii,mmiuel
OaaWn
ORORi Di .I..I'i; :
lo lin non Je- ,,, ii. 11 du C n
si u d il ni Iran u
: o Kl m n u .I ri- i n ) Ci r
t. m s quattiooi .1 .. i, g*nr I.
r Il a l'noce, li- ili l'rj ,
le Sei reluire Ju se I,
Lu llmiiu- i I Ifl i,v.
Le Purgetif Idal
s Ml U
i Pilule du DrDenaut|
IIV, Hu du fiutturg iiut **, .uni \
raolli l pModr*.
N* ooauiUBi Borna psparaui.
S M pru.vtw lasuM 4a
9oppriiDiBlla4l*w,
| Ht MMUte h* la smU*.
N>xtg*sni t* nbos a u ttjaMaai I
| rite .mii aacaaa pan* s leais.
Mu m u oi im Mmllalrti,
| II* Ml. pat MMtMM. SMHM .Mr. |
'OSE : Mmetiivi, m
L The Royal Mail Steam
Packel Company
c Steamer *to*tm veaaat Zt JCwvg^oa
e5L attendu io vl At>ut i>roci>aia Sacmd.
;>Cr>i5i>ti Li, ftt, i ou> i* pmU haUc^
ZiitOicmx^ pain C'^arapc^,
J.Daaider J'*** an&rai
Eug. LE BOSSE & Co
Agences-, Reprsentations
PORT-A U*PRINGE
Agents gnraux de :
Hecker Jones Jewell Milling St. t 6
NSW-YOHK
Farina* Huyariaii O 0 Boule Houja etc .
Iraiikiiii vire loauraucu Cumuan
NKW-YORi:
Assurance contre l'inoendi
Diamond lalch Co
Allumettes i Suie Home i
0. S. Rubber xporl Companj
Souliers licite.
Chas F. iatllagett Sor
Poissons aies en toua genres
lyfaovlactures Lii*a lns'ce Cy
\asurancc sur la vie,
jinilitiii Frres l'.ti
Vins & Champagne liordraux
'h, injuii-r
COPKNLiAGUF
urr Oinois, Iro.iage et euoservss alimentaires
W S. latbta tt Son
Taincs jaunes et noirs.
pf latii nalu
Sans Kl val
Cinan-it-s l'hanct !
I nvol de d enr>
lacbioe atlililiunuer
DALTON
La plus perfectionne et la plus
facile manier,
G. (WLG
AtNI iQliH BAIli
Voiinoiitli
A. de Matteis et Co Aqents
V


'X;MT1.n
-^V
Procniez-vons deschahes il dodif s, lit in fer,en cuivreeltii bronze,
glaces, table ,\, limpes lavabos carpe les et descente d li s.
it %i
^
y, i i eus
121), i ne IIOIX, 120
Fourauoi vous devez acheter Chez Marcel AUDAlV & Cie
Ac'iel / voire Clairin fierye rhei IfiOdl 2" W* ^ Gie,
' vos Gif. Wi ky tft ii(|'i.m.....
" votre hliuii h von alcooh ''
11 votre Mine bain -ii mi lraog -i clez
votre Cil: torrfi moulu chea
" votre Bire ( puf eobraa U;nnli uri|)
*' vos fuis le Qordcaux
i
t

pare qu il provient des meilleurs lerroira d fl.ii.
parc quila sont vendus tus plus bia prude li place*
parce que Im marques qu'il vendent iont d'ans puret ingalable,
parue une leurs nnidi Boni luiui el le is prix parce (in il -.i prpar avec du cal d* choix, dam lui appareils les plu4 p9rlec i m *
parce .que sa Iml'li ur el soi prii dlieol toute ejneurienue<
parc* qu'Us sont veudus aux in ne prii qu'ailleurs, malpjrd leur supriorit
Acheu i lutoi chez Maivel,4udain i Ci* parce .pi l'accueil qi< vois rwrvrei ara dea plus courtois
1903 Hue du mtgaBili de l'Etal
7re$tone
PIXELS TUBES
et accessoires
J'ai le plaisir d'informer me? ami que j'ai reu relie rrmaioe un
rand abouiiiieLl de hienunt luu lui.. ti tet.ioiie*, qialit
Ira supir.iure.
* Kl bll prix i uji i i.l I m :
P-bliC PoU |,(,<
m x :i |i. m .,,, |, _. |
S0 i 8 t|'
Cm tji
NORS1HtN!E. IftlBLlSS'l
f/9^1 CHLOROSE, OEBILirC
oprlu
SIROP fr
DESCHIENS
M ^
..-.,-. , - '
r la "
i rrn
Artrstrong
Tcverne des ntctaikulis
310. Rwe # d 4
M x .
J*
.i.. i
il x
H x 4
lai t 1(3
i.i t 3
j() x II
If V
11*
1 t
. '
: 8
15
i
7

I
1 j'i
i i r m I Tt II "
l'rix^|iaux pmir achalcpar quaLlil.
t. Prstlzxa^nAggcrhclm
Agent Gnral p \:r iiuit de
l iriiom T*re V hvlibe* LompOty.
hut du Qtm, J'vri\u Princv.
Flllloil SIlOC \**>Hsh CampingInc
, iie i. >< b.S'l l 'JV.i i s ' V '
La T&urtM r^teuiuvtitt Uttti iuii
11> '-' i> -st- 7/ i .
aSat las. ci aaai fia* . -- #* ___
11 Mil HlBl. Il UN 8.111
A H revoir cfcaque semainr'de nouvelle marclian
, ii.es. allant ainsi au lieoae ehenteie.
< \Wjhi\VlS PtTIPIIDOS
C\\avnpci
..w^ -..on lonj^ ^K

I
L, ai h i
\iNew-\ork
\i vaiif rouirI rm server la peau de vos chaussures.
l\ vous voulez consi i v. r m soupleeai p**ndantlon "
Lni|iloj(Z notre |>ate|>ltno||rain la meilleure de tOUlel
les marque
fabrique sp^cialemfBt pour les {jentlemen du hiqht Ide
Llle |n uiei|.- vos ctiauhsuies cuiiire le chaleur et
hhnmjdii .
Geo.JeausineikC0 *
, i i.n | l I llilat r. Bi
U i .iii'H.-.
tteiitki) I
l'ne lonne nouv lie
Ml '-I' UI-.
\ | i bi .' i / : DOODM,
m i ,i'k -, eu i ' 11 -. I l'niiils,
il I I, i .i | 'il I iil- idrt>M2>VO0f
A l'ullice ii e ; et d'Idanli
liea i ii lu u^ti*/ if Uu il
vous faut.
i.m / i i i i M K
g......ni el IN il 'I inT'i i on
u Ni i ' I .i M li Dlei Dea-
0 Uti lit ' lie.i.t p. m.
_A' fjltU
|fS*4jSj t
agent exeutil
p. \ abonrdette
30, Hue Ho itrnrjr Pari
iBtm
Si au i s
mm
205209 Rue Travei A e
INK-SMFARFh
:


LBtfftiM
.***

Grand II A tel d Frince
Fosition eiceptionneHe, .ni centre les allaires
proximit de toutes le* Banques, de la douane el
de huiles lei agences de bateaux
lenaeignemenU el laeibt& pour ro)ay r pu um
mobile dam toutes les parties de la Bpnl.lnpi
l'Ialti el de I rpublique domii icaioe
Chambrai conlortall< rt lurloul trs pi. |u. s. en
lilateurs dans le nli.imbr.ra i I; demande dea "m?
l'.ooairea. Cui"inu lran*ie Iri soigne et !.
plus m riea.
D no de ris m ; *
i < :
Vins df meilleurs crus d Honlenax, iur lnr.i
qaes, dantajanue, gallons el par boiiUllU**. l'armt
|8 \ins lecli;t:> la tiou'-ei ey. le plin giaao
choix, luiir les qualilca et pom l'ge
\i.\s i ITALIt:* DESl'AGNE.
VIN DE BOI BGi l E(blauc* et rouges ei le rei on u.e
fommard muuata'uz, <| i atuiicaui ,'
Le plus gra i aaaortlmeutdo i.iqueui, Cognac
gins, wiskies, ete.
Absinthe PornoJ, Amer Picon, Vermonilic
CON>EKVtS Iranoalsea et amricain s lrio
m. in arrives,
Cl RKHdeCoba, \uiora el ll.ihanen..
C13ARTi"ES de toutes les fabriquai il IlolO Gro*
t dtail.
IVViU LIMEIU& Carrtes postules.
Prix trs modr 8.
P. F. Patrizi
aw
Lit maison II.SILVtiltl
Ceux qui n'ont pas encore vu les jolis article." i i
finesse que vient de recevoir La Maison Silvei
doivent, dans leur ntit, s*emprea*er de passer i
celle in;.isou, car nul pari ils ne pi uvenl trouver
d'aussi beaux articles a les prix si laisounables:
Nos articles sont vraiment de toute beaut el de
Iraioheur el doi prix dfient toute concurrence.
Alpaga noir superleur
Satin Chine pour tailleurs
Kaki blano suprieur
Kaki jaune anglais suprieur
iluck union biano amjiais "nouveauts'
Drill union blano anglais
fil "
Tussor japonais pour chemise a hommes et roQj.
Heps de sole a barros couleur pour chemises a ho n-
mes et robos nouveauts
llapuste fine pour chemises
Percale fine poui lingerie
Caiicot peroale pour
"epliyr anglais ,pour chemises extra sup
Urgndl suisse uni st couleur
Bas .1 |oursdeiui-soie
Chaussettes cossaises pour enfants
Krencli h'risky, deraiciv norive-iut
Poplin a fleur pour robas
Tussor blanc
Llmurie blano
Voiles cou.eui i\ barres
lias soie brode
htat fil brod
Lotions l'ivert' B
Tulle pour premire Communion
Couvertures blanche et couleur suprieur
Bandes brodes Madera pour chemises et jupe*
Voile bianc a barres el a mouches
llatmo I.lunch'.
Nappe couleurs
Petites serviettes blanches damais es
Organdi blanc & couleur b.trres \ aneaux.
I ainagecou'eur anglais sup pour lune*
Madras barras de sole pour ohnmi.ies hommes
f.rpe de Cbine couleurs assorties
i exlra suprieur
" marocain carreaux
Soirie i oarreaux pour robes et chemises
Trioof-ae de soie barres
Urabant noir anglais
Imitation toile srue
Serviettes de toilettes blanches & couleur
" damasses blanches pour familles
Chemisettes allemandes suprieur
Aimables clients, vous qui roulez porter, pende
Irais, les | lus beaux tissus qu'il soit possible de
trouver sur celle place, ne manques pas, avaol
d'aller ailleurs, de pasier chei non o le meilleu
acceuil vous esl rse v.
Talons en CaouU houe (ood Year
Je ferais un mille
pour une Camel
1A plalair vaut Mil. Il n'y
^ pa de lubiiiiut pour la
rmmCMm tu pour 1pdoux
frtal'l-' n,.-larme "Cnat"
Celui i|ul fume de "CmU,'
exige "Caraels." Parc*
qu'elle uni une doacrur, os
ronr, une drlicotnw, quo *mh
oc trouvera d*n aucune a
dfarrlte.
'oui UUsrz pa* dire qaja
tout.- au! r> 'r, d'ua pria
quelconque, vaut le "Camali*
Lita-. i i .1." eou.
tnrne. Qur gei ''uiffei,
douce*. rafrelrhUsnr,te,et tous
feras un noillf I nlad pour unt
Camel."
(t J REYNOLM
TOBACCO CO
W.Diloa-Salea
lotA C.t.lia*
USA.
amel
Bar. Terminus
lulius Mopold
Propritaire
K l'iststMetioa >lu (.hamp de
Msrs e' du Petit Poui Mltt posi
IKIII I l !' ''
C'.rl I r> n I / v.i i- l! I II
ton; i ui | i ("ul i n -i.i u
p.i^ - i .'i m i I l i n i
ceploil a s fliogoei du lu dits
cl n-1' i i iiels
'"/e-i 11 |.r ni p m illeiir
bock Bl ''''- li mi I 11 < fait
e m l ii. sartiee.
I r* I mmes
aini qur les en
fanis aimeiit
avoir de/: ta'
lortf mcuoui-
choucils sont
heureux de les
uvjir car avec
eux ils mar~
chent confo .
lablement.
Protgez votre corps
| eiiil.lill VOS priillie-
nadeajournflirea.an
usant les talons en
caoutchouc Gond Tear
avec a,vous observe
rez la dillrence des
pas qu'ollre leur
conatruetioo ipciale.
tes talons en caoutchouc God .;n, on' en ralit ,',"< tsdciM ppeumaiiqota
lui prolgeot le corps et leagorgaoea comme les pneus piotgenl l'automo
l'le.
A pari de cela ils durent plus que lousjes aulies.
TbeWesl ludies Trading Company
Port-au-Prince, Gonaves
Cap-Uailien.
COLCATE'S
RIBBON DENTAC CREtM
otn
la
des
le
La maison C.L.Vprrel
Marchand Toille/*
R- 1823 Rue du Magasin de Filai
Se Irecommande su oublie et i sa nombieuae cli-
entle pour l'lgance de si coupe el la promi'
exculion mise dans lof ouvrages confie I se.-'soins
la maison reste ouverte jusqu'il S beures du soir.
j mvtt es
Rhum Nectar
lilt N. G'*'itHs
1410, Rue du Magasin de l'Etal
117 Rue IJointe toi.
H'IQ, Rae Courte.
N. et j\. Acra
GrandSRuc
4 rle des Caves de Bordeaux.
Voulez-vous voasjhabillor avec lgance, t bon
march.
.?.dressez "oui n la Maison X. & A. AliRAt. t-
Dontla devi e.sl d vend o petit buetic pour
veitJre b iucoi p
llanssjn poi .jnr.o'., 1 maison comi-te un ailis
tailleur italien n.uti d un tablissement de premier
ordre tl Italie
Kilee a ae ai m, an wii*tvi.a. a*,*^ r i~ L..M.<1.
drill blanc el coai-jur, coupaus de Casimir pour Dan
UeioCM l%i )!(:. pjnr gjllais
Bonneterie
r.nomises de jour et de nuit, au UOIXt de? c|ier*..s -*
.'.ils et manchettes udernieres oraiion.. (la1 >;or
cl i\\ i.imss. /
Cette maison roiiSti u une innovation
et le meilleur accueil est resorve i\ tous ceux qui d*
sireut par une visite tre dlies sur_la valeur do
travaux fournis.
I >nt costume command et iiui no rpc nd pus au
goui lu client est repri3.
On parla franais, anglais, espagnol et Italien
Pharmacie Sjourn J
Dnne avis s (clientle et aux mdecins et au publicl qu'il r
Irautjorm son Laboratoire d'Ulogie eu ^un Laborat ue ut
bul njie ;> s > ig r n .m
DrBicot et F. Sjourn
Li'ln-i >-iel i ->rl i > . s t- 1 h m du rr lin" 0
nauresiluH ! paur louiez les r n'arioonc! ci jointe, s.ui oourlo
Wass iiuisiiu et la eonsiaite 0' *Arrl orie
Sy nt reues que !e rosrdi dt chaiu>n'ain
S'a! e> t n l'n r n cl pour lei reiiMig it 8801'S
Inalns !':i nos B $ lefliatnqoe
Kicii m Je Waiaerravun
H <> n I Soulei,
ti&ruen dinaeei du p-
\ xa'i ; d < i liera icales
li D i! i i-e nacb'.l.'
lOtiurino r^mio"
rVtnfftttMfl f'/r.P, r/rit^
Et"

11(1 Rue des Csars
Tlepltou :JY 750


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM