<%BANNER%>







PAGE 1

I .. • - T IF bklrf uu •m or a fail revenir en Frhrce les a piteux luccsa l'tranger. Cet a pitaux servent maintenant ache ter des valeurs franaises qui iront probableme' t monter avec le MM ce de l'emprunt. One proposition de I. Caillaux relative la Di*llde (|uerre est approuve par ses ColHgoei tlufa bin-1 KAMHOUlLLRr Le conseil des ministres, sous la prsidence de M. Doumrrgue, vient d'approu ter la uioixci'ion de M. aillaux que les membres de la dlgation ui doit alle>-a Wellington pour iscuter la consolidation de la det te ne Mieot dsigns que 'orsque i<*s nfonieitonu actuellement ei figura Lon lr 9 entre 1s experts financiers franais et anglai se ro il |ilnnettement iivnuccs Le BUKOctriions '• Londres i• iHtivef* i la dette de la France l'Angleter i ont commence Mer matin. Les cours 29 Juillet NEW Yofift Franc 1 01 Sterling 4.rift8t Paris— S'er'infc lOf M Dollar 21.10 Les Ftes Scolaires \x Pensionnat Notre-Dame du Sacr-Coeur k dirii| par les Tilles de la Sagesse Quel 'qas soit le dsintressement ('es Su-m* de l'Fcole de StJoseph, si grande que soit leur modestie, elles nous peunettiout de retacer Ici le souvenir del belle Mulim ; -< littraire, qu'elle organisrent, mardi dernier, l'ocCHHon de la distribution des Piix dans leur tablissement. L'excution de diverses pttrtiea du Programme lit pleinement la dlectation d'une Assistance nom* breiie et choisit. Entrecoupant la proclamation du Palmures une Comdie en 1 acte, une petite Scne morale et une Sayut'te ( omiqus en fade turent interprtes avec beaucoup d' i. me et de diction par les l Tes Adrienne Duval. Odette Sergyr, Christine Dulunal Ali'.e l/ibrt-sire. CoaalaBM Blain, Anna AeKibo Berllie Danacbe, Myrtha L ni. i Germaine Fic Made leine lluie.tu, Kilwige La'um, Hlne Ma/ilo, Un y monde St Victor, Marthe Alv.r /, Sueuretto Ledaa, A Inerte Alcin 'or, Aice Po'ynice, Germaine Dut* nx. Simone Barau et Laure Bail y. Des prix ont t dcern aux laurates — Itemis* a t f.iile galement des Brevet de Capacit obtenus aux examen officiel par don/ 1 l\e de l'Etublisfemeat. Par ailleurs, des lauriers ont t mrit par les petites artistes qui ont fui, on n les mille ohet* exposs dsns les Calories d Ouvrages manuels. Lon ne savait vralm nt quoi admirer le pin, des toiles fine ment brodes par le* lve de diffrent In, ou dea tableaux si aanfrtsifa, tiss en couleur, nr des moi If tauj. Que di • de tiavaux un mtal •l lu cuir repousss, d*-* peinture* l'mail, de toute les merveille? du pinceau, de l'aiguille et du • raartelet >• que la patience et les idel talents dea Filles de la S*S usse ont su tirer de<* doigts agiles f leurs pupilles Tous ces objets devenus la propri'M des lves qui les ont fabriqu*, font, en ce moment, la joie et l'orgueil des parent*. 'Il reste a souhait' r sincrement <|n %  ces enlants ne perdent pas le got dit travail,.car en suivant les m i lr les qui leur sont enseigns, el'e pourront tou'es, n nserver d'utile passe temps et que'quesunes s illustrer ruAmdans la pratique des arts dcoratifs. Et pourquoi beaucoup d entre elles ne russiraient elles pas un jour vaincra les a'a* de U vie. par ce g rire de productions .' (I u,' bien, cep^ndmt. que no tre bourgeoisie sente la nueutelU de se mettra h la lle de entre prises in lustrielles de toutes sortes, se rendant compta entiri que par une consquent-'*. Je l'inarli vite des bus. la gne 'e-t tendue de p'ns eu plus dans les loyers et menace e cblet, comme la chaumire. Devant les rsulta' obtenus par le Pensionnat -Notr • Dante du Sacr Pssnr, nous renouvelons l'exprs ion de notre gratitude envers les Congrgations uni font avec un tel dvouement l'ducation de notre jeunesse. — Vendredi malin 8 heures aura lieu au locil Je 1 F,. oie Darius Denis la distribution des prix aux lves de l'Etablissement. •Nous donne-ions le rsultat dt cette petite fte scolaire. -—trie aoe ajuste comprhension d i rle dvolu chacun et aux pe Mes concessions mutuelles dont le meilleur fruit e; de dissipei tous es nuages de tri>tese mena <:>nt arfois les mnages empreints ae I itiuoar le pins prolond. I :be,r,e Egalit Fntenit flepubliqae d'Biili hxr.it des mirutes du %  s fr?f(e du tribunal de 1re Instance de Port au Prince. \y rjjom de la Rpublique. Le t ibunal de premire instan ce cimpUmment ruuiau palais de justice a rendu en audience pu blique en se >tlnbutions commer ciales le jugement suivant. Mariage Ce matin ce fut au milieu d'une assistance nombieuse et choisie qu'eut lieu le marins' 1 religieux de Melle Marcelle Pieire avec Me. Hermum: Benj imin. Les nouvcaui matins lurent con duils a laulel par Mme Clment Clevin avec Mi Clment Maf luire, directeur du Malin. De couplas formaient lu co:l ge d boni sur dans ladre suivant: Mails Camille Munier \, ,|,,-. Durais, M.'lle lari-se Dup'es W. Qu n'fii Wii iam* r 0 Vla- Yls de l'Hntel de I ran.e \k direct, parle .-].".\ncou"seiont 1er m e. samedi le 1er aot piocnain t heures de i'spro midi. Port au Princeje J0 Juillet itit Varits Ce Soir Prs te eus Entre : G 0 50 21 Juillet 125 LA fOMVISSION .oML'NALE Vu l'article 51. me .lire de la Loi du 0 Octol re U8I sur les Conseils Commi naux ; Considrant qu^ les portes d'en tre dites" barriie*qui s'ouvrent en dehors des proprits prives entravent la circulation sur la voie publique; ARHI.rK Article 1er.— Il est fait dfensu formelle de placer en dehoia de proprits'es bal la n's des |0r.e* d'entre dite banicres. l.-s portes x -in. t. s qui sont dan le cas ci drt-sii* prehib devroul tre irondialemenl dplaces pour tre reportes l'inl rieor des p'oprites. Article 2.— Tenta contiavention au p r se nt arrt sera punie conformm^nt £ Partiels M90, 13 ine alina, du cote l'nal. Article J.— Cet an t, aprs approbation du Secrtairo d'Etat de l'Intrieur, sera excut la di lisence des agents de l'Administra tion Communale el de ceux de la Police de cutie Ville. Le Prvient dla ComonVon, (Si Ch. de DKLVA Les Membres. (3) J. Z charie l'HOMAS COLREHT, av. Vu et approuv : Le Secrtaire d'Etat de lire fur, iS R T MGI TE Pour copie conf .*me Le Secrtaire de I Commune, CLVILLY. Ville de Port-su-Prlnce i\ Juillet in.' .. LA COMMISSION OViVENALE Vu les Bi'ic es KO, I2me alirs, et W de la Loi du fi Octob-e 18N1 sur les Consm I COQ mai aux ; Considrer t q> i< va Inu d'in lerdire dans la Vi I la circu alinn des Iraitur* anl< nu bdesdont les roue g m es d.h mes dtriorent les r hau.-si dis mes; qu'il on vient pour ce mol f. de modifier l'Ant con n un I d t Vl^i |ftfj qui fixe les limdes o doivent s'ar itMer les ui i ( ;ii* Isa tmufs venant de la campagne ; ARRETE: Article I. — Il est ajout les ali nas suivants i l'ar tu le 1er de 1" 'irt communal du M i 1925: %  lus tn il. irs HIIII mobiles 4 roue garnie de inmes s'airtu ion! aux mme endroits. • L'AdminisIr-tron Communale pourra, eepi'i In •. sur drmande qi lui en sera f iile, aulor -er le rasge de cei der .ur* vebl "rilcs •1 un point de la Viii IQ autre, Dans co ca, le garantie de ro t-clion pour la Olaiiuts s roui uu proposes psr les lotrass ou in diquepar I'V Im nistralion qui, en O'dre, fixera l'itiniaira sui vre. Le Prsideot de la Commia-on, .S)r-h. -le >FlAv Le M %  111 i. ( S) J. Zichare THOMVh, rOLBERT, av. Vu et approuva : Le Suerlaii e d'Etat i • l'In'ri -ur • S R. T. ACCI'STE Pour copie e. nt'iirme : Le Secrtaire de U "'< m nune, • LVILLY. Eug. LE BOSSE & AgencesReprsentation^ P0RTm A D?PB l2Vas Agents gnraux de : .cl£.ei? Jones Je-well MiUl n NEW-YORK g Farint HugarUn 0 0Bo ula R 0U gu Franklin r ire Insurance Comnan* NEW-YOR: V Aaa uranoe oo ntre PinotndU Diamond latch Ce Allumettea t Safe Home, i 0. S, Rubber ixport CompaoV' Souliers Red -, J Chas F. lalllaiji'l' §otl Pol aaons aalaentojs g aajsfj Manulactures Liie lns'ce Cj Vsauranoe sur la vie, juilUu Firet CinJ Vins & Champagne lioidr aux i, *b. liejiiiar COPEMUGLF H urre Oaaois, froaaage et ournarvxa alioje W. S. lathews H" Son Tabacs jaunes et noirg. a Ralionale Sans Rival Cigarettes Chanotluti,! Involududi V V ^oruiue& xzJy*rc*v Agent exclusif P. labnurdett 30, Rue Morfmart'se • ptf r* w Vermouth A. de Mat ; s elo kgmt*



PAGE 1

r -££UTl.> m — eo ez-v< ns uVs chaises f dotu IOLI^^ i C ,s, InLIfaux, lampes, lavabo?, -r;fpiv vs il TtVscenle d lis. FILS' 121), Hue ROUX, 120 restotte HEIJS TUBES el accessoires plaisir d'ioforrrer me? amis que j'ai 'reu celte semaine un luiiuiitLt ne r-iitMOue l*tifci.t a lutte* et acctksoire, qualit tiuie. tti aies pr x aujourd'hui Ui'w M 3 |J l|2 Cerf : 3 i|2 Kx'i ( od (a 14 s. s. Si4 j an 1,1' U4 Ml 14 1.2 Wi4 Ui4li2 Ms5 H i Pneus Dl. 10 30 12 50 g 22 22 2* 5 30 M 72 itpeciiui pour achats par quantit. Tubes Dl. 2 00 2 25 2 25 2.75 3.25 4.00 3.25 4 3 15 : 5.6') 1150 l. Fr sef zmar* n—A ggc rholm lient Gnral artcr Hati de Mrttione Tte $ Hvuoer Company. Ito du Quai, Par: au Prince. Golombian Steamship Company lnc, Vlm-tyodk le 25 JuiiUL c*>urarvr. C£. attendu a ^aiLuu^ftmc^ fe*am^i lei 4-buL piociain al;. Cap-Hatieti. $£ icpauix ttv mm jout paui Jirme^ Caye>, en wuttpour prenaa.L fut, & passer*. American Antilles Une Operated for United Siate* SMppina Board Btj Golombian Steamship Company lnc. Manuymy Ooer alors 11 Battery Place New ~Y or h. £t> t&xmti *3€altl* tenant* Je* ^triouW uia ^.r^LJoat'c^ Ht, atlei>u a ^rl-xa'# tac; te^ 31 3aiLUi cou ai. Il r paiiiiM l me au jour ptNtr Nw Yoik ria lei put|| du .Norl pr liant t<6t '•! passafl rs. fsrt-au-Priaw ts 29 Juitlo*: 1925C.olombian steamship Company lue. (it bar i 45c Ci, *yeals U iog w illi.m 1? esl pour gui dsiie la %  ulciiie u.aque qui ail jamais t'i di-lilitl 4|iii ^all qu il duil couler un peu Jus i lier <|ue le btsky ordinaire. Suira Wilflom \s SCOTS WHISKV una lis nmusirii maigre la une saisoa : A Recevoir chaque semaln<|de nouvelles mardi m dises, allant ainsi au devant des dsirs de leur non breuee clientle. Uiezhawas Hermano > 205-209 Rue Trav rtire toltOIl Slioe PollS Company lnc —) \7/*ii_ V^iiI • Osasse? JMARKl Si vous vou'i/ conserver la peau de vos chaussi es. Si vous voulez cousu vt r a fuuple sp-ridant l.nujt wpa lEmpltijiz noue palejJVltnoQTaniJaineilleure de luuu-s I tes m. iijin J. fabrique spcialement pour les ejen le iimi du bip, 1 1 Ire Llle proljje vos chaussures .coutiv la chaleur et l'humidit. i> eo. J eansme 4k C *o • Asthme SOIIU^W ni i uiTi.n prni/* [PU MCf*....JIn: llPOUDRS L3KIL h i-w: tJ. tSPIC tur iu cf Ord"e de Avocat* Methieuri les avocats du l'uinu du Port au t'nnc •. sont convoqus Si ^aseiuble G liaie le mardi 4 ai'l prochn 1 a dix heuret de 1re I i>i uco d Port au Pi e a I il ivj le li tourner, le ^eribr-M I I". %  • s; d%  isci|i.me et le &tcitaira d. I OrJre d-.il ni Pirl • r ,;c. | is juillet l'HJ L; Btonnier Eli >iai %  I vet. 1 v.' %  mirai tji ... .1. 1 ,f •'> I fn. r :.... %  %  lu 1 1. m j r pli pt(H l.v. . .le .'1 %  ulflMal il a lU^ut I I J -jJH-l -<• Il -;.!'!. 1 • ~ Vst un Oi-S MVIOM %  HTM V. v ..--^ei C^ n /n\T v iVONEIfE! • !'.t* HO* (.' M Jb 1 WISATG0 i^iie tie troult-l'Ort* 1387 le fameux Dbampagae Lacson Se trouve Paris dans les (iraml>*(vlauranls et cals I la mode, i porl-.mPiiiic*, ti esl tlevi nu le tavoii d>* la socit. En veutc ebl > %  P. I^n'i*. Ch, Pic iil^l h. N. n'irri. | OP t\i*< PI ,.nx Cnvra le P.ir.lfHix R>/r Mtropo'itaio ^l'r-ilN Coi.ke. Htel d Prise le. Aux QOSIITM : A V K. Me Ottlfls, ll.-i..b.ld Co. Au Gap: JPetavkiat, Cb. N. Javaui 1 ilte Hoval Vlail Sleam e Packel Company fju $Umtr t&nmy fciwu*c3 XM$W, eZ at.aOul'cii c^touL i>i oJ>iiu JlcUiud. •>tpu.3:a 16 |uL oui twfd Ijainu tocnmfe poui t*£uraptv l &it au-^iinc^ k W juillet. 1925. j.liialltr A'agent Gnral 203-209 RueTraver .e c



PAGE 1

s. •• ; ^ -H %  %  .>. -J. 1 IU m J %  i M i ir* Grand Htel de France fosition exceptionnelle, au centre des affaire, I nroxinni^ e louiez le IHIIIJU S, de 1 I douane e' u • toutes le* Ai|enccs do bdlea ix Renseignements el lacilil pour vota-j*r ei >yj niobile dans toutes le p ili'^s de l.i R-'-JHI 'UJIH i'Haiti et d; la n'publwj i d > ni. icViie hauibres ronlortablcs ri iiuhml trs penni"*. -i llateura dans les chanil.;v> l IJ detnaude e J sionairet*. Cuisine Iranu-e 1res soegflt et n < plus varies. lit n .a-ide* 6 vltif^r l* • # |W f il de rff6f' : \ lus des meilleurs cru* de Bordeaux, par barri qu's, daiuejannes, gallons et \\*r bouteilles, t'arini les Vin leolialeaux, voun trouverez, le plu gra i i Choix, DJOr les qualit el pour l'Age VINS ITITALIK D'ESPAGNE. V'N DE BOKGO %  N K ( lluei et rouge [et le rvnooMN fommard mousseux, ftotl Atorieai le pltl gra d assortiment de Liqueur, Goumir gii s. wUkle, etc. A!>aiiitlie Pernod, Amer Picon, Yeimoutlie CON^EHVES franaise* et nmrieaincs frac m Mil arrives. GIlARKS de Cuba, Aurora et Habiliter... CHAH31 TES de toute les fabriques diloltl Oros el dtail. PAAPUMBR18 Carrtes poetale. Prix trs modre. P. F. Patrizi La maison li.SILVEIU Ceux U n'ont pas encore vu les jolis article' i • QovfM mie vient di• recevoir t*i Manon SiL.'i doivent, dfas leur iatrU, t^&nsmtssr de passer i otite unison, en-mil part Ils m poivent trouve d'aussi baaui article!! des prix si raisonnables: fos articles sol vraltfl ml de toute beaul et de traieueur et no* prii d al toute concurrence. Alpa |t noir superleur Sathi C.hl-.iepour tailleurs Kaki bla ic suprieur Kaki jaune anglais suprioui jluck. union blanc an,)laie "nouveauts' 1)1*111 union blanc anglais fit Tim r |apon*i* pour ehe nisa a h oui ne '. r.io ,<• llejj-i de aole barres couleur p. u c'ae mui A nom* me et roboi nvavoaute Itapste fine pour che aKns l'or • Tussor blaac IJmbrie blano Voiles oou'.eur A barres Bas a ni* br iie Bas fil liroa .Otlons ",-ivert* Tulle pour premire Conmoaio • Couvertures blanche et oouleur suprieur Pandas brodee Madera pour eh3 nies et JupeVoit b nno a barres et mouohes f;atine blanche Nappe couleurs l'alites eervlettes blanches il m *•<*> t v Organdi Plane & ouule>." Parce qu'elles ont une douceur, un arame, une dlicatesse, que ou M trouverez dam aucune autre garctte. Ne vous laissez pus dire que tout. 1 autre cigarette, d'un prix quelconque, vaut les "CameU." Essaye le "Camel*" *ou%  Ime. Quelques bouffcet a iouers, mfraichlssantes.et rn% ferez un mille a pied pour dr* -Camel.' R.J.REVNOUM TOBACCO CO. Wiutoo-Salca NartkCarollaa U.S. A. ,Camel Lis femmes a insi que les < n t a nisaiment avoir des ttons (n caoutchouc, ils sont heureux de les avoir car avec eux Us marchtnt co/./or. tablement. Protgez votre corps pendant vos promenades journalires,en usant les talons en caoutchouc Good Tear avec a,vous observe rez la dillrence des pas, quollre leur coestructions a'eiale. Ls talons en caoutchouc [Good ear, sont en ralit des' tah qui protgent le/corps^ et ses organes commeJea/pneu^pi : A part de cela iiajdurent plus que tous les auties. ibeUestlndtesradiiig Ci Port-au-Prince, Gonai Cap-Haitien. (aptemiae aide cause toujours un profond charnu aux jolLi rtmmet, ei joLc?, TOV. l'itw tou.;$, Mesdames Vous pouvez viler cette chcju.ee fatale, en emplofant rgulirement pour votre toilette, l'incomparable %  PARIS (MON File oonstrrtra a votre ipidttm Jeunesse et Beaut, et empchsjrm ce pli, fcheux prsage de beaucoup d'autres, s. vous ji y prenez trj Compltez les heureux el te ts d* 1 Crme Simon par l'emploi de ta Poudre Simon et ds # Savon Simon La maison CL.Verret Marchand Tailleur^ lo 1823 Rue du laqasii de l'Etat Se ^commande au public et ,a sa nombieuae clientle iMMir I luaoee de sa coupe et la -" prompte excution ini"e ans les ouvraqes emlis as .-soins la maison reatt ouverte )UMpia 8 heures o*u soir. m modrs. H. et \, A GrandSRue A ct des Caves de i Voulez-vous voa t hbillr avec l marche. Adresses^ou 1 Maison N Dont la devise ost.de vendre p vendre beaucor p t'MU son y ex onnel, la maison c tailleur italien soi il d'uu etablisseu ordre d Italie Kileeaien mesure de fournir des ( et sur mesure, en cheviote, diagou dt 111 blano et couleur, coupors de talons tatt) pour gilats Bonneteri rr,..|ins. H de JJII et de m.il, au | L>la et manchettes deruiros cra et py|atia. C m on co* si tue un e le Bkftllatir accueil >st rserve 1 tireut par uue visite tre de:it>8 travaux fourni. l'oit oostume command et <|ui goii t lu clieut est repris, On parle franiis,anglais, espaji Rhum Nectar Ch NjGaeljens 4410, Hue du Magasin de l'Etal 117 Rue' Bonne foi. 820. Rue Courte. Pharmacie Se Donne tris a'clientle et aux mdecins i ausoru son Laboratoire d'Ulogie i h ol irecinii ou Ur h'coi et F.Sjoi La iin-ioire at • jfaH tan laiMHfa4i oeur dir^lr pour toute! les i* r> ffcheee 1 a'atii-oiice ci loiiite, siui pour le WaH0>mana et la cou*' 'aJr^ '•r a i r iiucie pour les reu*:! tua sd'ii'inoset 6'jc^sirique Hsciimi de Wa.-. m ••; %  %  H^ciim de Tr i our Eun en du &uy et c laso %  •. %  '. aa '• tu. K; Kl roi MO Rue dis <;sars — • — .• —^—..— TlplioiK : "^



PAGE 1

'.**&£ iMRKCTaWR WIOPRlBTmE IStPUUMlR Clment May loi re BOIS VEHNA 1358, Rue Amricain NUMERO 20 GENTlMKS Quotidien www UNI lotos envisageons trop toute ia % ie d'un seul coup au lieu de u wre jour par jour. La vie M une muaaiijutv t chacune dec p-Ult pasce.s JEUDI 30 JUILLET 1925 ,a controverse sur le systme poli tique actuel importe-t'elle? toit-elle s'appeler pointue iiuoIst 0 c^l'fl Q 1 'i-'manJo jJretouT ad in'eyrum dans .nonimes les mœurs et les du pass prcdant l're h convention amiicanoone et de son application ? Cette politique est I antimme de son tiquette itip, car ia nation 1. re* comme un mal, en raila caractristique morale ilique de not'e tat social juel la discipline dmo* ie est reste inoprante productive pendant un ce pass qu'une minorit faire revivre, toute la iqm cap'ive ces r. es d'* M.selool-uriapp.Hit., la r jnce intgrale de toutes liberts quelles savaient se rimpunment sur la cho* jua comme sur la chose Jj eh ralisant ainsi la dinoni iqii'j des oligaraoarchiques qui n'avait e pas su tre prvoyante dedevenipioutocratique. ir accentuer cette condam. J en bloc, il y a la prsen. Ju ceit* poque longude MIDI, d'un b-uu dfil d'esdhti ligns, d li ni mes re* i Jsaables dont l'action polili* ll !" l, i e*er* dans les hautes i de l'Etat et u;ui n'ont i dans la tche de faire T le pays. o t donn certes ;k>i3 excellentes. Mais ucore l pour les ap id n'ont obtenu au Eh oui, nous avons | Mfcfct notre centenaire W politique des lois • Comment txnoire fiillite? stoknis ceux qui ne reconnu re que 'hiiiites du proBt inhrentes et la lormaiion | 7 T %  sciai ou entre eu ^ S de volu, 'on. 7*dsid-p masses pcWinteset d'une lite dnu des normes ducati* r s ucessairps. Les misses taient p-omou* voir vf r* un tat social de progrs Elles ne l'ont pas t selon la gnreuse pense et l'in'en* tion patriotique des Gouvernement". Et de plus l'initiative prive d s citoyens n'a rin ralis pour aidr aux changements toujours dsirs mais jugs ne devant provenir que des dcrets et des lois. Avec li possession des trois quarts du sol cultivab'e et le systme en cours des mtayers le seul qui soit favorable en l'absence de g-os capitaux l'lite h '[tienne n'a pas ( n trepris les initiatives conomi ques dont dpendait et dont d p-nd toujours la prosprit du pys. Elle n'a rien donn pour la folution du problme du Savait et 'e l'ducation qui est la question nationale par excellence. Elle a vcu en siprophyta de la misse ignorante qui a t exploite le toutes les minires et qui seule a port la nation sur ses paules. Li politique nationaliste consiste amliorer les conditions de vie de o tte unse, la mieux armer pour qu'elle travailla avec moins d'-flort. plus de science et plu; J.mordit C'est la politique ) gouvernement national actuel. La fia >lion d forma gouvi leoU'* n'a rien k dmler t>aW uverne.mepti.'-n'a rian k dmler avec pareil t matire. D* mme que • oui les programmes d'enignment permettent d'arriver toujours instruire les lve, — l'enseignement tant affaire de savoir et do mthode, aui hi-n n imno-tle Systme uit,> de gouvernement, si l'acio < n %  •, ssaire utita. se pour •oit av*c etiicacit dan le Sein de li nation. On n'est ras dmocrate rpub i cain avec plus de raison qu'on e-t monarchiste Et en Hati, on on saurait tre et l'un et l'autre, p'r* ce qne, dns le premier ordre d ides, le sutrage universel est impraticable; et, dans lo second, la slection do races n'est pas Ma*. Dans un piys, il faut que la for m* gouvernementale, soit aui uue fleur du terroir, c'est dire un systme qui, mieux que tout autre, peu* amorcer le progis. Nous ne rsistons pas appuyer cette conclusion sur une page que dus'ase Le Bon, tri-- souvent cit ch'z nous, a rite h notre intention,, dans la Ps/< hologie du socialisme . • On discutera a perte de vue comme l'ont fait Montesquieu e* tant d'autres, pur les avantage 9 que prenante une rpublique su 1 une monarchie ou rciproquement i mais ai nous voyons dos peuples possdant, FOUS des rgime* si diffrents, des conceptions sociales i 'entiqueet des institutions tra voisines, nous eu conclurons que ce rgimes politiques, notninr.ie* ment si divers, n'ont aucune influence rel'e sur l'ne dos peu* p es qu'ils sont censs rgir. N us avons dj insist dans fos prcdents livres sur cette 'hae absolument fondamentale. Dans notre ouvraga sur les lois psychologiques de l'volu'ii qne celles des seconda e-t gnrale* ment la copide celles des premiers, l'volution avait t diffrente. Alos qua la grande rpubli q e apg'o-saionne est au plua haut degr do la prosprit, le' rpubliques bispano amricaines, malgr un sol admir^le. des ri. diesses naturelles inpuisables, se trouvent au plus bas dugr de la dcide ne. Sans arts, sans commerce, sans iniustrie, elles sont toutes tombes dans les dilapidations, la faillite et l'anarchie. Elles ont eu trop 'l'h m mes leur tta pour ne pas avoir eu qielqoesuns d-capables : aucun n'a pu modifi r cependant le cour* de leurs destines. t'e q ii importe pour un pu" F de ce n'esl donc pas le rgime \ o itique qu'il adopte. Ce sain costume turieur est, comme tous les uostumes, sans influence relle sur 1 amo de ccui qu'il abrita • JA Comptabilit* < |52'S vue de l'obten PP*ade CmptabeoLt ( r aoe heure le l'aprs /•*""• de 1 Inspection i'iS^t prsents par i d urT D8c| yi. MM. La iaaJ**' d,x P rs )Zi^ reuVe8 (criteaet %  ii u rieoiln 8 a P te8 .• Iplme. e sont par i Jj" Luciana Clestin, %  aja R'*! e| ^e Bougris, a^UhT'r' Anloin Hyppoli % w; v rjwn Uutor| T>O l^orOsmentFothel, g commerciale, Mr ,u 4Mr Edgard La ^••'•l, Me Alfred k" C oo Pl'ments aux lau k .CEsoin p ' * uiere loU f x itdu>13 C'est demain.. Que sera reprisa Cin-Va rieiea UAHUIGNS DE PHAR£ le m'guitiq oc dr^m : dont lo suc ceg' .ndit chaque jour dans les pnucipaux thtres de Paris. 'Juaud on se souvient de quelle iacon admirable M ssieurs Vallu et Presles inte • prtent cette osuvre* lou demeure persuad que cette reprsent Uoa sera un grand aucc*, et que tous ceux qui n'ont paa eu io bonheur d y assyster dj piotiteruui du Crtie diraiera occasion qui leur sera otterte demain. L amusante comdie de Courtelme c LA PAIX CHEZ sut dridera Us l rouis les pi us graves et un li m ci inique activera de rendre complte la note de frache g-lt qui sera comme la ce* racterisiique de cette soire dont • nuirai est tisse S seuiemi t deux gourde?. %  DIMANCHE A* ra Ut u le gsSa I g4\llV|...^ > p>0 Uons de rluhepin loot le succs la Comdie Franaise s t sans cesse grandissante. Ecole LinOul)i-i Le dira M, h _' \itaiirt lieu la fte de I' wnicale Tojtes les a>cienoes elve-i sont iaviies y prendre pire et passer la journe S li ie Ouboia. Il y aura stnce et loterie. N. B. La toilette mandas longues est de rigueur. Les cotisations non verses p*u' vont tre remises eus Secrtaires Molles EalherCbriapin. No 128 c il j de St Joseph et Brune v onstnt, Kue Dantd Deetouches .No. 814. U mti de YiUrBitaWur Par 9Uite du manqua d" p r visions bulgiair. s. le S^e?"rs T ohniqud s T-avant Pub i I S rs'ioie .•llaboralu a dans a coi elnciide la route connu N Vil fl'onheur. Opii'i^iit I > 'iiteressscont t vi.i nveavec l'eauoir :e^th v i iiLcrciwii, *i les circousi.iice* iuJependanles de la volont de l'ttat i'emp cheot d y revenir. Biomalz Fortifiant natunl recommande par les mdecin contre la neivo sil, |-an>mie et la rhi-:ose, les troub'es digestifs la t iblesee d>s poumons, ramaigrisemei,t. etc. Keeoosti'uant de cboii pour lt- personn s ges et pour les tem mes pendant 2a grossesse et la priode d'allaitement. Indispensable pour les enfant-. Reprsentants pour Hati Oioffsor.Lucis C" ]<]n vente chez: roil-au • Prince, PhlfllCie W. Hld. Jacmel, (lloftwa, I lus V Co. Si-Bar c, Olaffsoi, LIC1S A Cil. Petit-681T6, OloilSOQ. Ndi k Co.Oonaives, Hel Licroil, Cap-llalUen, Ulto Shuette & Co. Jrmie, t'hirmacie Dr K oc li n. lux Caves, I UL LebasttlIe&Co MiraaoAne Tovar A Co. ttintioiit iT Une bonne noureile Mesdames, Messieurs, Vous qui cherchez : Koooes. ma^gres, cuif'Qi/ee, 0'raaU, eocrHrs, colporteurs, adressez*vou rUffisO du dcernent et d Idenli ticalion et vous trouverez ce qu'il VOUs fdUc. Vrnez de suite consulter les f.,. leratot et registre d'iuscri^lio i bu N ',lw ,! %  la Hue Udiit. • Destouche do l h rares p. ra. Maurice Btleaai fils larchandises franaises Port au Prinoe. LeSwret da iliiiuu< fous le Iruuverei eu achetant des tissus distingus de la dernire moil -, de mme que les col* brods en mjaudH OU SOI'' (1 la |al Situ Paul EAuxila. La Situation au Maroc ..• la nouvelle organisation militaire franais* Dfs mmum tre ftim u Fmce entre cm fiiprckoit I IliiSCIpIlM III MidllS et lariBS AI)d-£l-Kriui ne semble pas dispos k taire la ni* ni n que certaines tribus se mm. trent de moins en moins enthousiaste.s Coiisse Tos eofaots LHEE H, Balloni^ls TS (^MWNSsooijIea meilleures. A vendre Un bues' Feich (le dernier en data sorti de la fabrique, en parfait et. i, M. m Patente capote Utrcer, etc. Pour eonduion s'edieier aa k ireau dn Journal. Tous trouvera chef Juste Ulavois itOe, Rue da Magasio de.TEtat, des ma eriaut ayant donn leurs preuve* de reai an ce, suprieurs tous tee points de vue 4 ceux importe actuellement pouvant aer vir aux conFtruclionsmoderuee.— Pe.les une visite ch^z JVSTK LILA* OIS .t voua vous rendre/ .ompie de la supriorit vraiment admire ble des p.aocbee, cartilages, ma driers, etc. qui vous seront vendus dans d'excellentes conditions et qui voaa donneront ent re aetis %  action •. A vendre L'-ie voilure Ford edan motlo I9ii, repeinte e aeui. (. sbock eb • riMitj naann et c >,UICSUP n ul. Vaixeeaer au Colonel L. 0. Uugbcs. "i. DU. Hoei^rartere, l>/— En vertu d'une nouvelle i hriinisation militaire.le marchal Lrautej d.spose des forces de ter re t de mer sous sa haute d'rec t or : le gnral N'eu lin comman de es fur ces mobile et dirige Tac lioo politique dans la zone des opration. Le marchal Lyautey commande directement le? trou p** eo dehors de cette zone. TETOUsJle marchal P tain et le gnral Primo de Hiver s >-,t arrive Tetouau il ont co'i r immdiatement. \It." .' I.L\ — Dins la rgioo d llasihpogan les aviateurs espa gnnls ont bombard une importan te concentraiiin ritfaioe allant vr< le front franais ; ils ont sur *o! le secteur d'Oueeztn HAMBdUILLEr-M Bnand a dclar au conseil des ministres au sujet du Maroc qu'aucune pro p>sition de paix n'a t encore re fate du Maroc. M. Steeg, ministre de la justice, saisi de plaintes re I i ves de fausses nouvelles et des articles diffamatoire* destins troub er et dmoraliser les ar me^ de terre et de mer, e dfr ces faits 3 le cour d'aasises ; il poursuivri devant la tribunaux co rectionnela 1M agissements ten d \ t au Maroc a excite: les soldats -1 lea mirioea l'indiscipiae. FEZ Abl El Krim a envoy derenforts pour ses oprations contre les franais dans les sec team, de Dez El Bali et Ouezsen. Ai! norJ i; Pc: il a tab i se po aidons dans les bois et au mi.1 u des rochers d'on il est difficilei ri lea dloger. De coniitgents com mencent us s i paratre dans A boucle de l'Uuergha a lexception de quelques troupes sguerri a ru ployes pour renforcer la ligne du .front d.s Kilfains C-s-forces po. 1 la plupart oct d.s UU>U qui r, *ont pas des plu* enihousia:,, pour la cauae dVbd Kl Krim t uni se montrent peu disposs -a battra ai'isliamit orientale des lignes, les tribut* paraissent en avo.r as?*/ et beaucoup d'entre elle? r, savent de taire la paix avec le franais. Le tiibus de Djtbaia coamencent i laire-aourde oreille us appels Ab EiKiim ; les lit faina eux mn.i a ont reu as u fioidenitnt les ordres de leurchet de s'opposer nui progrs des frai tfais par une offensive vigoureuse Lt hv^teui amricains parti ront lundi prochain pour Je Ma roc. Les s-epl olmiers prendront probablement l'air i Toulouse.Cn pilote militaire tranai -ucompa gi.era chaque aroplane .On pense eoeleaaviat urs arriveront mardi Aliceute 1 il seront reu par le roi Alphonse. Ils ser. ni ha bal merci di M.Franklin Bouil Ion, prsident de la commis>ou des alfairea trangres la cham bre donnera jeudi soir un dner en l'honneur des amricains ; le prsident du con*il a dclar qu'il y assisterait ai cela lui est poes< Nouvelles Etrangres Pa* Cbla les revers de fortune d'une pi iucesse russe I'AHHProfondment mu par | r lrii de ses inlortune, le tribu ail coi rectionuel a coudamu (00 ir.m s d'amende, la priucesse l)bolensU\, veuve de l'ancieu pr tel de police de Petrograd, accu kl e d\ • %  .1 vol des bijuux estims :ie.Lap-incaseeObslenky a ddain avoir agi au i empire d une ciuellt n.ce*il ; elle a ra ni comment elle fut ehase .le -ou pays, dpouille de tous aea b.en et comment en deux i ns elle perdit on mari et son Ois qui se suicidrent de dses puir. L tx-P vrnier Orlando attaqu par de? fascistes IMM %  : Une foule fasciste a al t que lt premier ministre, le be r >n Urlando, avec dee bftions et dos pieriu Pa erme I la suite d un discour d .n lequel il avait coastili de voter pour les candi data an H fasciste eux eleciious municipales de dimanche. Les ia rabinier ont dgag le squares pour permettre a M. Oilauuo de monter eo automobile un lui a encore lanc des pierres au 100 ment ds son dpart, mais il n y a pas eu d'occident. On dit qut la ville de Paenne est daoa un grand tat de eurexntatioa. Nivelles i? erses T Ki %  • M. hJ r Addison Bai.cr.-fi, siBUMUii.ur 4 mc.i m 1 Jap> n oat mort c matin • KM a S • -endaot la Grande Ciuci,, a Saoeroft -'o capa acti veTient d'aflaire patriotique ; il fut dcur par ia France de la U gion d honneur, par la Vouiros a vie de l'Ordre de S, Sava et par'a Belg.que de 1 Ordre de LopoKi I^>NLKhS Trois experts Knu ciers venus de Pari ont eu m entrevue avec les haut fondu..1 nauesdu Tior anglais, la BM mire sance avait eu |i„ u |,j er matin l'an les milieux bien intor m on dclare que les di< ussiots peuvoni durer longtemps en rl son des complications techniques da la question. CHICAGO-' La Tribune dit que le gouvernement de M. Mus aolim a ordonn Mon f ieur oeorges beldt,ion correspondant Homo, de quitter 1 Italie sou prtexte qu'il avait reprsent le gouvernement de M Mussolini de la pue manire possible et qu ,1 prsentait dans eea dtechea le point de vue de ennemi polili tues de M. Mu.,olini Les rsultats ia%orables du nouvel emprunt Iranais. Pma— Le rapport favorable aur la manire u nt le nouvel em prun. or destin absorber la d. 1 te flo tante de la Fiance est .0 cuei li par le public occasionnant une lorte t autre de (ou les lea ca t tarin de valeuis franaiaea n Lourso. Le I o;o a gagi pr s de 10 pointa depuis le dbut du mou va, tu. ; a'iulit ltur> de 1 Klat y • %  n 1 lis la cr dit nat onal pour la lestauration de i. 8 .i,deva tt ni S"i iin.fjie uu itiouvel leui LI ue contiduie t nonti UL avauie considrable. Las ex sria en bouts disent que la pre pective du succs de Yetnpruu,


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06486
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, July 30, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06486

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
'.**&
iMRKCTaWR WIOPRlBTmE
IStPUUMlR
Clment May loi re
BOIS VEHNA
1358, Rue Amricain
NUMERO 20 GENTlMKS
Quotidien
www uni
lotos envisageons trop toute ia
?ie d'un seul coup au lieu de u
wre jour par jour. La vie M
une muaaiijutv t chacune dec p--
Ult pasce.s tre dcoupe avec adresse et
mite sa place au moineut vou
lu. Orna Swtt iiHt,
Nia ANNEE **
PORT-AU-PRINCE ( HATI >
JEUDI 30 JUILLET 1925
,a controverse sur le systme poli
tique actuel importe-t'elle?
toit-elle s'appeler pointue
iiuoIst0. c^l'fl Q1" 'i-'manJo
jJretouT ad in'eyrum dans
.nonimes les murs et les
du pass prcdant l're
h convention amiicano-
one et de son application ?
Cette politique est I anti-
mme de son tiquette
itip, car ia nation 1. re*
comme un mal, en rai-
la caractristique morale
ilique de not'e tat social
juel la discipline dmo*
ie est reste inoprante
productive pendant un
ce pass qu'une minorit
" faire revivre, toute la
iqm cap'ive ces r. es d'*
M.selool-uriapp.Hit., la
rjnce intgrale de toutes
liberts quelles savaient se
rimpunment sur la cho*
jua comme sur la chose
Jj eh ralisant ainsi la
dinoni iqii'j des oligar-
aoarchiques qui n'avait
e pas su tre prvoyante
dedeveni- pioutocratique.
ir accentuer cette condam-
. J en bloc, il y a la prsen-
. Ju ceit* poque longu- de
Midi, d'un b-uu dfil d'es-
dhti ligns, d li ni mes re*
i Jsaables dont l'action polili*
lll,i,e*er* dans les hautes
" i de l'Etat et u;ui n'ont
i dans la tche de faire
t le pays.
o t donn certes
;k>i3 excellentes. Mais
ucore l pour les ap
id n'ont obtenu au
Eh oui, nous avons
| Mfcfct notre centenaire
W politique des lois
Comment tx-
noire fiillite?
stoknis ceux qui ne
reconnu re que
'hiiiites du pro-
Bt inhrentes
et la lormaiion
|7T sciai ou entre eu
^ S de volu,'on.
7*dsid-p masses pc-
Winteset d'une li-
te dnu des normes ducati*
r s ucessairps.
Les misses taient p-omou*
voir vf r* un tat social de pro-
grs Elles ne l'ont pas t selon
la gnreuse pense et l'in'en*
tion patriotique des Gouverne-
ment". Et de plus l'initiative
prive d s citoyens n'a rin ra-
lis pour aidr aux changements
toujours dsirs mais jugs ne
devant provenir que des dcrets
et des lois. Avec li possession
des trois quarts du sol cultiva-
b'e et le systme en cours des
mtayers le seul qui soit favo-
rable en l'absence de g-os capi-
taux l'lite h '[tienne n'a pas ( n
trepris les initiatives conomi
ques dont dpendait et dont d
p-nd toujours la prosprit du
pys. Elle n'a rien donn pour
la folution du problme du Sa-
vait et 'e l'ducation qui est la
question nationale par excel-
lence.
Elle a vcu en siprophyta de
la misse ignorante qui a t
exploite le toutes les minires
et qui seule a port la nation
sur ses paules.
Li politique nationaliste con-
siste amliorer les conditions
de vie de o tte unse, la mieux
armer pour qu'elle travailla avec
moins d'-flort. plus de science
et plu; J.- mordit C'est la po-
litique ) gouvernement natio-
nal actuel.
La fia >lion d forma gouvi
leoU'* n'a rien k dmler
t>aW
_ uverne.-
mepti.'-- n'a rian k dmler avec
pareil t matire. D* mme que
oui les programmes d'en- ign-
ment permettent d'arriver toujours
instruire les lve, l'enseigne-
ment tant affaire de savoir et do
mthode, au- i hi-n n imno-t-
le Systme uit,> de gouvernement,
si l'acio < n, ssaire utita. se pour
oit av*c etiicacit dan le Sein de
li nation.
On n'est ras dmocrate rpub i
cain avec plus de raison qu'on e-t
monarchiste Et en Hati, on on
saurait tre et l'un et l'autre, p'r*
ce qne, dns le premier ordre d i-
des, le sutrage universel est im-
praticable; et, dans lo second, la
slection do races n'est pas Ma*.
Dans un piys, il faut que la for
m* gouvernementale, soit aui uue
fleur du terroir, c'est dire un
systme qui, mieux que tout autre,
peu* amorcer le progis.
Nous ne rsistons pas appuyer
cette conclusion sur une page que
dus'ase Le Bon, tri-- souvent cit
ch'z nous, a rite h notre inten-
tion,, dans la Ps/< hologie du so-
cialisme .
On discutera a perte de vue
comme l'ont fait Montesquieu e*
tant d'autres, pur les avantage9
que prenante une rpublique su1*
une monarchie ou rciproquement i
mais ai nous voyons dos peuples
possdant, fous des rgime* si
diffrents, des conceptions sociales
i 'entique- et des institutions tra
voisines, nous eu conclurons que
ce rgimes politiques, notninr.ie*
ment si divers, n'ont aucune in-
fluence rel'e sur l'ne dos peu*
p es qu'ils sont censs rgir.
N us avons dj insist dans
fos prcdents livres sur cette
'hae absolument fondamentale.
Dans notre ouvraga sur les lois
psychologiques de l'volu'i p< uples, nous avons montr pro
pos de peuples voi*ios. les Anglais
des Etala ('nia et lef Latin* des
r<'i ubliques hispano amricaines,
c mbien, avec des insttlu ions po-
lit ques fort sernb'ables, pi>i qne
celles des seconda e-t gnrale*
ment la copi- de celles des pre-
miers, l'volution avait t diff-
rente. Alos qua la grande rpubli
q e apg'o-saionne est au plua
haut degr do la prosprit, le'
rpubliques bispano amricaines,
malgr un sol admir^le. des ri.
diesses naturelles inpuisables, se
trouvent au plus bas dugr de la
dcide ne. Sans arts, sans com-
merce, sans iniustrie, elles sont
toutes tombes dans les dilapida-
tions, la faillite et l'anarchie. Elles
ont eu trop 'l'h m mes leur tta
pour ne pas avoir eu qielqoesuns
d-capables : aucun n'a pu modi-
fi r cependant le cour* de leurs
destines.
t'e q ii importe pour un pu"
Fde ce n'esl donc pas le rgime \ o
itique qu'il adopte. Ce sain cos-
tume turieur est, comme tous les
uostumes, sans influence relle
sur 1 amo de ccui qu'il abrita
JA Comptabilit*
<|52'S vue de l'obten
PP*ade CmptabeoLt
( ,r*aoe heure le l'aprs
/*"" de 1 Inspection
i'iS^t prsents par
i d urTD8c|yi. MM. La
iaaJ**' d,x Prs
)Zi^reuVe8' (criteaet
ii urieoiln"8 aPte8
. Iplme. e sont par
i Jj" Luciana Clestin,
aja r'*! e| ^e Bougris,
a^UhT'r' Anloin Hyppoli
? w; vrjwn Uutor|. t>o
l^orOsmentFothel,
g commerciale, Mr
",u4Mr Edgard La
^'l, Me Alfred
k" "CooPl'ments aux lau
k .CEsoin -
p ' * uiere loU
fxitdu>13
C'est demain..
Que sera reprisa Cin-Va
rieiea Uahuigns de Phar le
m'guitiqoc dr^m : dont lo suc
ce- g' .ndit chaque jour dans
les pnucipaux thtres de Paris.
'Juaud on se souvient de
quelle iacon admirable M s-
sieurs Vallu et Presles inte
prtent cette osuvre* lou de-
meure persuad que cette repr-
sent Uoa sera un grand aucc*,
et que tous ceux qui n'ont paa
eu io bonheur d y assyster dj
piotiteruui du Crtie diraiera oc-
casion qui leur sera otterte de-
main.
L amusante comdie de Cour-
telme c La Paix CHEZ sut d-
ridera Us l rouis les pi us graves
et un li m ci inique activera de
rendre complte la note de fra-
che g-lt qui sera comme la ce*
racterisiique de cette soire dont
nuirai est tisse S seuiemi t
deux gourde?.
DIMANCHE
A* ra Ut u le gsSa I g4 cuiii* di quel l'on a m>\ ' p.esiutaUuu de ( uucstikr'
I i.ll u 5 |>llV|...^ > p>0 '
Uons de rluhepin loot le suc-
cs la Comdie Franaise s t
sans cesse grandissante.
Ecole Lin- Oul)i-i
Le dira m, h _' \itaiirt lieu
la fte de I' wnicale Tojtes les
a>cienoes elve-i sont iaviies y
prendre pire et passer la journe
S li ie Ouboia.
Il y aura stnce et loterie.
N. B. La toilette mandas
longues est de rigueur.
Les cotisations non verses p*u'
vont tre remises eus Secrtaires
Molles EalherCbriapin. No 128
c il j de St Joseph et Brune v ons-
tnt, Kue Dantd Deetouches .No.
814.
U mti de
YiUrBitaWur
Par 9Uite du manqua d" pr-
visions bulgiair. s. le S^e?"rs
T ohniqu- d s T-avant Pub i I
S rs'ioie .- - llaboralu a
dans a coi elnci- i- de la route
connu n Vil fl'onheur.
Opii'i^iit I > 'iiteressscon-
t t vi.i nveavec l'ea-
uoir :e^th v i iiLcrciwii, *i
les circousi.iice* iuJependanles
de la volont de l'ttat i'emp
cheot d y revenir.
Biomalz
Fortifiant natunl recommande
par les mdecin contre la neivo
sil, |-an>mie et la rhi-:ose, les
troub'es digestifs la t iblesee d>s
poumons, ramaigrisemei,t. etc.
Keeoosti'uant de cboii pour lt-
personn s ges et pour les tem
mes pendant 2a grossesse et la
priode d'allaitement.
Indispensable pour les enfant-.
Reprsentants pour Hati
Oioffsor.Lucis C"
]<]n vente chez: roil-au
Prince, PhlfllCie W. Hld.
Jacmel, (lloftwa, I lus V Co.
Si-Bar c, Olaffsoi, LIC1S A Cil.
Petit-681T6, OloilSOQ. Ndi
k Co.Oonaives, Hel Licroil,
Cap-llalUen, Ulto Shuette
& Co. Jrmie, t'hirmacie
Dr K oc li n. lux Caves, I ul
LebasttlIe&Co MiraaoAne
Tovar A Co.
ttintioiit iT '
Une bonne noureile
Mesdames, Messieurs,
Vous qui cherchez : Koooes.
ma^gres, cuif'Qi/ee, 0'raaU,
eocrHrs, colporteurs, adressez*vou
rUffisO du dcernent et d Idenli
ticalion et vous trouverez ce qu'il
VOUs fdUc.
Vrnez de suite consulter les f.,.
leratot et registre d'iuscri^lio i
bu N ',lw ,! la Hue Udiit. Des-
touche do l h rares p. ra.
Maurice Btleaai fils
larchandises franaises
Port au Prinoe.
LeSwret da iliiiuu<
fous le Iruuverei eu
achetant des tissus dis-
tingus de la dernire
moil -, de mme que les
col* brods en mjaudH
OU SOI'' (1 la |alSitu Paul
E- Auxila.
La Situation au Maroc

..
la nouvelle organisation militaire franais*
Dfs mmum tre ftim u Fmce entre cm fiiprckoit
I IliiSCIpIlM III MidllS et lariBS
AI)d-l-Kriui ne semble pas dispos k taire la ni*
ni n que certaines tribus se mm. trent de moins
en moins enthousiaste.s
Coiisse Tos eofaots
LHEE
H, Balloni^ls
TS (^MWNSsooijIea
meilleures.
A vendre
Un bues' Feich (le dernier en
data sorti de la fabrique, en parfait
et.i,m.m Patente capote Utrcer,
etc. Pour eonduion s'edieier aa
k ireau dn Journal.
Tous trouvera chef
Juste Ulavois
itOe, Rue da Magasio de.TEtat,
des ma eriaut ayant donn leurs
preuve* de reai an ce, suprieurs
tous tee points de vue 4 ceux
importe actuellement pouvant aer
vir aux conFtruclionsmoderuee.
Pe.les une visite ch^z Jvstk Lila*
ois .t voua vous rendre/ .ompie
de la supriorit vraiment admire
ble des p.aocbee, cartilages, ma
driers, etc. qui vous seront vendus
dans d'excellentes conditions et
qui voaa donneront ent re aetis
action
.
A vendre
L'-ie voilure Ford edan motlo
I9ii, repeinte e aeui. (. sbock eb
riMitj naann et c >,uicSup
n ul.
Vaixeeaer au Colonel L. 0.
Uugbcs.
"i. DU. Hoei^rartere,
l>/ En vertu d'une nouvelle
i hriinisation militaire.le marchal
Lrautej d.spose des forces de ter
re t de mer sous sa haute d'rec
t or : le gnral N'eu lin comman
de es fur ces mobile et dirige Tac
lioo politique dans la zone des
opration. Le marchal Lyautey
commande directement le? trou
p** eo dehors de cette zone.
TETOUsJ- le marchal P
tain et le gnral Primo de Hiver
s >-,t arrive Tetouau il ont
co'i r immdiatement.
\It." .' I.L\ Dins la rgioo
d llasihpogan les aviateurs espa
gnnls ont bombard une importan
te concentraiiin ritfaioe allant
vr< le front franais ; ils ont sur
*o! le secteur d'Oueeztn
HAMBdUILLEr-M Bnand a
dclar au conseil des ministres
au sujet du Maroc qu'aucune pro
p>sition de paix n'a t encore re
fate du Maroc. M. Steeg, ministre
de la justice, saisi de plaintes re
I i ves de fausses nouvelles et
des articles diffamatoire* destins
troub er et dmoraliser les ar
me^ de terre et de mer, e dfr
ces faits 3 le cour d'aasises ; il
poursuivri devant la tribunaux
co rectionnela 1m agissements ten
d \ t au Maroc a excite: les soldats
-1 lea mirioea l'indiscipiae.
FEZ Abl El Krim a envoy
de- renforts pour ses oprations
contre les franais dans les sec
team, de Dez El Bali et Ouezsen.
Ai! norJ i; Pc: il a tab i se po
aidons dans les bois et au mi.1 u
des rochers d'on il est difficile- iri
lea dloger. De coniitgents com
mencent ussi paratre dans a
boucle de l'Uuergha a lexception
de quelques troupes sguerri a ru
ployes pour renforcer la ligne du
.front d.s Kilfains C-s-forces po. 1
la plupart oct d.s UU>U qui r,
*ont pas des plu* enihousia:,,
pour la cauae dVbd Kl Krim t
uni se montrent peu disposs -a
battra
ai'isliamit orientale des li-
gnes, les tribut* paraissent en avo.r
as?*/ et beaucoup d'entre elle? r,
savent de taire la paix avec le
franais. Le tiibus de Djtbaia
coamencent i laire-aourde oreille
us appels Ab EiKiim ; les lit
faina eux mn.i a ont reu as u
fioidenitnt les ordres de leurchet
de s'opposer nui progrs des frai
tfais par une offensive vigoureuse
Lt hv^teui amricains parti
ront lundi prochain pour Je Ma
roc. Les s-epl olmiers prendront
probablement l'air i Toulouse.Cn
pilote militaire tranai -ucompa
gi.era chaque aroplane .On pense
eoeleaaviat urs arriveront mardi
Aliceute 1 il seront reu par
le roi Alphonse. Ils ser. ni ha
bal merci di M.Franklin Bouil
Ion, prsident de la commis>ou
des alfairea trangres la cham
bre donnera jeudi soir un dner
en l'honneur des amricains ; le
prsident du con*il a dclar qu'il
y assisterait ai cela lui est poes<
Nouvelles Etrangres
Pa* Cbla
les revers de fortune
d'une pi iucesse russe
I'ahh- Profondment mu par
|r lrii de ses inlortune, le tribu
ail coi rectionuel a coudamu
(00 ir.m s d'amende, la priucesse
l)bolensU\, veuve de l'ancieu pr
tel de police de Petrograd, accu
kl e d\ .1 vol des bijuux estims
: de< ham.k>ie.Lap-incaseeObslenky
a ddain avoir agi au i empire
d une ciuellt n.ce*il ; elle a ra
ni comment elle fut ehase
.le -ou pays, dpouille de tous
aea b.en et comment en deux
i ns elle perdit on mari et son
Ois qui se suicidrent de dses
puir.
L tx-P vrnier Orlando
attaqu par de? fascistes
IMM : Une foule fasciste a al
t que lt premier ministre, le be
r >n Urlando, avec dee bftions et
dos pieriu Pa erme I la suite
d un discour d .n lequel il avait
coastili de voter pour les candi
data an H fasciste eux eleciious
municipales de dimanche. Les ia
rabinier ont dgag le squares
pour permettre a M. Oilauuo de
monter eo automobile un lui a
encore lanc des pierres au 100
ment ds son dpart, mais il n y a
pas eu d'occident. On dit qut la
ville de Paenne est daoa un
grand tat de eurexntatioa.
Nivelles i? erses
T Ki M. hJr Addison
Bai.cr.-fi, siBUMUii.ur 4 mc.i
m 1 Jap> n oat mort c matin
Kma S -endaot la Grande
Ciuci,, a Saoeroft -'o capa acti
veTient d'aflaire patriotique ; il
fut dcur par ia France de la U
gion d honneur, par la Vouiros a
vie de l'Ordre de S, Sava et par'a
Belg.que de 1 Ordre de LopoKi
I^>NLKhS Trois experts Knu
ciers venus de Pari ont eu m .
entrevue avec les haut fondu..1
nauesdu Tior anglais, la bm
mire sance avait eu |iu |,jer
matin l'an les milieux bien intor
m on dclare que les di< ussiots
peuvoni durer longtemps en rl
son des complications techniques
da la question.
CHICAGO-' La Tribune dit
que le gouvernement de M. Mus
aolim a ordonn Monfieur
oeorges beldt,ion correspondant
Homo, de quitter 1 Italie sou
prtexte qu'il avait reprsent le
gouvernement de M Mussolini de
la pue manire possible et qu ,1
prsentait dans eea dtechea le
point de vue de ennemi polili
tues de M. Mu.,olini '
Les rsultats ia%orables
du nouvel emprunt Iran-
ais.
Pma Le rapport favorable
aur la manire u nt le nouvel em
prun. or destin absorber la d. 1
te flo tante de la Fiance est .0
cuei li par le public occasionnant
une lorte t autre de (ou les lea ca
t tarin de valeuis franaiaea n
Lourso. Le I o;o a gagi prs de
10 pointa depuis le dbut du mou
va, tu. ; a'iulit ltur> de 1 Klat
y n 1 lis la cr dit nat onal pour
la lestauration de i.8.i,deva
tt ni S"i iin.fjie uu itiouvel
leui li ue contiduie t nonti
ul avauie considrable. Las ex
sria en bouts disent que la pre
pective du succs de Yetnpruu,


I ..
-
T
IF bklrf
uu
m
or a fail revenir en Frhrce les a
piteux luccsa l'tranger. Cet a
pitaux servent maintenant ache
ter des valeurs franaises qui iront
probableme' t monter avec le MM
ce de l'emprunt.
One proposition de I. Cail-
laux relative la Di*ll-
de (|uerre est approuve
par ses ColHgoei tlufa
bin-1
KAMHOUlLLRr Le conseil
des ministres, sous la prsidence
de M. Doumrrgue, vient d'approu
ter la uioixci'ion de M. aillaux
que les membres de la dlgation
ui doit alle>-a Wellington pour
iscuter la consolidation de la det
te ne Mieot dsigns que 'orsque
i<*s nfonieitonu actuellement ei
figura Lon lr 9 entre 1- s experts
financiers franais et anglai se
ro il |iln- nettement iivnuccs Le
BUKOctriions ' Londres i iHtivef* i
la dette de la France l'Angleter
i ont commence Mer matin.
Les cours
29 Juillet
NEW Yofift Franc 1 01
Sterling 4.rift8t
Paris S'er'infc lOf M
Dollar 21.10
Les Ftes Scolaires
\x
Pensionnat Notre-Dame
, du Sacr-Coeur
kdirii| par les Tilles
de la Sagesse
Quel 'qas soit le dsintresse-
ment ('es Su-m* de l'Fcole de St-
Joseph, si grande que soit leur
modestie, elles nous peunettiout
de retacer Ici le souvenir del
belle Mulim;-< littraire, qu'elle
organisrent, mardi dernier, l'oc-
CHHon de la distribution des Piix
dans leur tablissement.
L'excution de diverses pttrtiea
du Programme lit pleinement la
dlectation d'une Assistance nom*
breiie et choisit.
Entrecoupant la proclamation
du Palmures une Comdie en 1
acte, une petite Scne morale et
une Sayut'te ( omiqus en fade
turent interprtes avec beaucoup
d' i.me et de diction par les l
Tes Adrienne Duval. Odette Sergyr,
Christine Dulunal Ali'.e l/ibrt--
sire. CoaalaBM Blain, Anna Ae-
Kibo Berllie Danacbe, Myrtha
L ni. i Germaine Fic Made
leine lluie.tu, Kilwige La'um, H-
lne Ma/ilo, Un y monde St Victor,
Marthe Alv.r /, Sueuretto Ledaa,
A Inerte Alcin 'or, Aice Po'ynice,
Germaine Dut* nx. Simone Barau
et Laure Bail y.
Des prix ont t dcern aux
laurates Itemis* a t f.iile
galement des Brevet de Capacit
obtenus aux examen officiel par
don/1 l\e de l'Etublisfemeat.
Par ailleurs, des lauriers ont t
mrit par les petites artistes qui
ont fui, on n les mille ohet* expo-
ss dsns les Calories d Ouvrages
manuels.
Lon ne savait vralm nt quoi
admirer le pin, des toiles fine
ment brodes par le* lve de
diffrent In, ou dea tableaux si
aanfrtsifa, tiss en couleur, nr
des moi If tauj.
Que di de tiavaux un mtal
l lu cuir repousss, d*-* peinture*
l'mail, de toute les merveille?
du pinceau, de l'aiguille et du
raartelet > que la patience et les
idel talents dea Filles de la S*-
Susse ont su tirer de<* doigts agiles
f leurs pupilles !
Tous ces objets devenus la pro-
pri'M des lves qui les ont fabri-
qu*, font, en ce moment, la joie
et l'orgueil des parent*.
'Il reste a souhait' r sincrement
<|n ces enlants ne perdent pas le
got dit travail,.car en suivant les
m i lr les qui leur sont enseigns,
el'e pourront tou'es, n nserver
d'utile passe temps et que'ques-
unes s illustrer ruAm- dans la pra-
tique des arts dcoratifs.
Et pourquoi beaucoup d entre
elles ne russiraient elles pas un
jour vaincra les a'a* de U vie.
par ce g rire de productions .'
(I u,' bien, cep^ndmt. que no
tre bourgeoisie sente la nueutelU
de se mettra h la lle de entre
prises in lustrielles de toutes sor-
tes, se rendant compta entiri que
par une consquent-'*. Je l'inarli
vite des bus. la gne 'e-t tendue
de p'ns eu plus dans les loyers et
menace e cblet, comme la chau-
mire.
Devant les rsulta' obtenus par
le Pensionnat -Notr Dante du Sa-
cr Pssnr, nous renouvelons l'ex-
prs ion de notre gratitude envers
les Congrgations uni font avec un
tel dvouement l'ducation de no-
tre jeunesse.
Vendredi malin 8 heures
aura lieu au locil Je 1 F,. oie Darius
Denis la distribution des prix aux
lves de l'Etablissement.
Nous donne-ions le rsultat dt
cette petite fte scolaire.
-trie aoe ajuste comprhension
d i rle dvolu chacun et aux pe
Mes concessions mutuelles dont
le meilleur fruit e; de dissipei
tous es nuages de tri>tese mena
<:>nt, arfois les mnages empreints
ae I itiuoar le pins prolond.
I :be,r,e Egalit Fntenit
flepubliqae d'Biili
hxr.it des mirutes du
s fr?f(e du tribunal de
1re Instance de Port
au Prince.
\y rjjom de la Rpublique.
Le t ibunal de premire instan
ce cimpUmment ruuiau palais
de justice a rendu en audience pu
blique en se >tlnbutions commer
ciales le jugement suivant.
Mariage
Ce matin ce fut au milieu d'une
assistance nombieuse et choisie
qu'eut lieu le marins'1 religieux de
Melle Marcelle Pieire avec Me.
Hermum: Benj imin.
Les nouvcaui matins lurent con
duils a laulel par Mme Clment
Clevin avec Mi Clment Maf luire,
directeur du Malin.
De couplas formaient lu co:l
ge d boni sur dans ladre suivant:
Mails Camille Munier \, ,|,,-.
Durais, M.'lle lari-se Dup'es Montra llreau, Mi,.- Douce
Antoine- llervin, Melle Audain
P.uil Pressoir
Apre la Iriditionnelle tourne
;n viile, uoo gentils reepiioo
lut l.ite l'asaisiaoca d Ions de Mi et Mme A Molrt
au champ-gne, Mr Cl. Magloire
itai un Ung-ige color pMt de
grce exquise, porta le t- at eo
l'honneur d" poox dort l'Kgli-e
venait dp sceller l'unir n. leur sou
huilant tout lu bonheur poasibla
Par r es mt tifs, le tribunal dit
que les crancier prfume de la
lai lite Ai kmrd qui ne se sont pas
firsent's poiir la vriQcation de
purs errances seront admis aie
fa-ie den la huitaine de la pub i
et-ou du prient jpgement outre
les dlais de distance; ordonne
que cette publication se i r- pir
affiches et par inseiliobs durs les
principaux journaux de elle ville
suivant le mode tvb'.i pin le Loi;
dit que les dpens seioc nippor
ls p.r la masse.
Ainsi jug par Nous, Emmanuel
Reauvi-ir. juge en l'audiem-e publi
que da mererdi vingt neul juillet
mil itiifii nt vi:.gi cinq le.
l'ou i -i- -ut conf-rme :
Cola!ii une. Le Grellier,
S gu : L. Labissire.
Le Xatch de T^nni-* de
latiu ricin club COiiUt
l't|tiiue coalise
S1
Dimanche, s 3 heure prcises
de l'aprs midi le match commen
ca. Toute l'Elite pnrti\e de St.
VI ir fiait sur les lieux pour assis
ter i ce grand vnenn-ut. L qui
Se aoalisu tait compose du St.
lare TeuuisClub. du Cercle Spor
lit de Manani et de 1 lulernatioual
Athltic C ub.
Lus Nsultati tir nt les suivants :
W. 11. Wihun^.t R Bumue de
l' j jif-- coali e batriruut lient-
J. Hati et J. W. Jongenel du
Club Amricain a 9 7 et 7 5
H. Devaux et R. St Cvr quipe
i ..i i i . battirent r api. kibfieiseh
el Lie ni Lavooli Club Amricain
6-2 -7, 6 -4.
R. Rirnesrquipe coilise battit
J. JocgetiuJ Club Amiicaiu 7 5
elb-J.
F 11. i bod quiqe coalise bat
lit li l'irkens Club Amricain
8-6, :-.").
Alliai, l'qiiip coa'ise'e a g'gu
les :\ blraqibl BsVcbus'' et le
(li b n iic in. t m, feul.
Pan es spoi tsn en qui fiaient
leon) gn l'Aquipu <'e t'oit u
Frite* Tirent r. marqus, Mont,ii ur
l. du le.-puasse. PrsideJ du
Crrelf Rpoiiifdu Mniiani, Mr S.
Prad-I. Dr Rot, Mr W. QiaMn
VV.Hn.ms. vir w. Pandvarass, Mr
T. II. Mn th stc. etc.
Le | r mier doubla tut l'un des
i'us intressant nia!cbee dan
histoiie du Tenni eo Kaili. -1
tout le temps. Mes.-ieurg W. H.
Wi.lian s et II Rames tinrent en
Itanurl M^r. Jongenel el llal'a
! M' n-ieur W. il. Williams tait
le Capitaine du l'quipe coaliss.
r
Pour Plion-Vilfe
Montez a l'tl on-Ville
avec un FANAL A GASO-
LlNb. et ce, pour la proteo
vion de voa y-ux.
Ile fanaux sont port:iifs.
< oiioiiinjuc^ et un seul
donne lumire de 3O
bougies.
Ire simple a mani-
puler.
Ces tstiaux emploient avec av n )
lage au aalon, la ohambre prive -^?S??v?^
Dus i ne enfin par'out- " 1: f x; _T
Ba vente chez; *^^T%r>
W. Qu n'fii Wii iam* r0
Vla- Yls de l'Hntel de I ran.e
\ d s Postes
Aris de D.iart
Le dpf i bus voue ,\ew Vnk
et l'Hurope (via Vw Yo>k direct,
parle .-].- ".\ncou"seiont 1er m e.
samedi le 1er aot piocnain t
heures de i'spro midi.
Port au Princeje j0 Juillet itit
Varits
Ce Soir
Prs te eus
Entre : G 0 50
21 Juillet 125
LA fOMVISSION .oML'NALE
Vu l'article 51. me .lire de
la Loi du 0 Octol re U8I sur les
Conseils Commi naux ;
Considrant qu^ les portes d'en
tre dites" barriie*- qui s'ouvrent
en dehors des proprits prives
entravent la circulation sur la voie
publique;
ARHI.rK
Article 1er. Il est fait dfensu
formelle de placer en dehoia de
proprits'es bal la n's des |0r.e*
d'entre dite banicres.
l.-s portes x -in. t. s qui sont
dan le cas ci drt-sii* prehib de-
vroul tre irondialemenl dpla-
ces pour tre reportes l'inl
rieor des p'oprites.
Article 2. Tenta contiaven-
tion au prsent arrt sera punie
conform- m^nt Partiels M90, 13
ine alina, du cote l'nal.
Article J. Cet an t, aprs
approbation du Secrtairo d'Etat
de l'Intrieur, sera excut la di
lisence des agents de l'Administra
tion Communale el de ceux de la
Police de cutie Ville.
Le Prvient d- la ComonVon,
(Si Ch. de DKLVA
Les Membres.
(3) J. Z charie l'HOMAS
COLREHT, av.
Vu et approuv :
Le Secrtaire d'Etat de lire fur,
iS R T MGI TE
Pour copie conf .*me
Le Secrtaire de I Commune,
CLVILLY.
Ville de Port-su-Prlnce
i\ Juillet in.' ..
LA COMMISSION OViVENALE
Vu les Bi'ic es KO, I2me alirs,
et W de la Loi du fi Octob-e 18N1
sur les ConsmI Coq mai aux ;
Considrer t q> i< va Inu d'in
lerdire dans la Vi I la circu alinn
des Irait- ur* anl< nu bdesdont les
roue g m es d.- h mes dtriorent
les r hau.-si dis mes; qu'il on
vient pour ce mol f. de modifier
l'Ant con n un I d t Vl^i |ftfj
qui fixe les limdes o doivent s'ar
itMer les ui i(;ii* Isa tmufs venant
de la campagne ;
ARRETE:
Article I. Il est ajout les ali
nas suivants i l'ar tu le 1er de
1" 'irt communal du M i 1925:
lus tn il. irs hiiIi mobiles 4
roue garnie de inmes s'airtu
ion! aux mme endroits.
L'AdminisIr-tron Communale
pourra, eepi'i In . sur drmande
qi lui en sera f iile, aulor -er le
rasge de cei der .ur* vebl "rilcs
1 un point de la Viii iq autre,
Dans co ca, le garantie de ro
t-clion pour la Olaiiuts s roui uu
proposes psr les lotrass ou in
dique- par I'V Im nistralion qui,
en O'dre, fixera l'itiniaira sui
vre.
Le Prsideot de la Commia-on,
.S)r-h. -le >FlAv
Le M 111 i. -
( S) J. Zichare THOMVh,
rOLBERT, av.
Vu et approuva :
Le Suerlaii e d'Etat i l'In'ri -ur
S R. T. ACCI'STE
Pour copie e. nt'iirme :
Le Secrtaire de U "'< m nune,
LVILLY.
Eug. LE BOSSE &
Agences- Reprsentation^
P0RTm A D?PB l2Vas
- Agents gnraux de :
.cl.ei? Jones Je-well MiUln
NEW-YORK g
Farint HugarUn 0 0- Boula R0Ugu *
Franklin rire Insurance Comnan*
NEW-YoR: v
Aaauranoe oontre PinotndU
Diamond latch Ce
Allumettea t Safe Home, i
0. S, Rubber ixport CompaoV'
Souliers Red -, J
Chas F. lalllaiji'l' otl
Polaaons aalaentojs gaajsfj
Manulactures Liie lns'ce Cj
Vsauranoe sur la vie,
juilUu Firet CinJ
Vins & Champagne lioidraux
i,*b. liejiiiar
COPEMUGLF
H urre Oaaois, froaaage et ournarvxa alioje
W. S. lathews H" Son
Tabacs jaunes et noirg.
a Ralionale
Sans Rival
Cigarettes Chanotluti,!
Involududi
V

V
^oruiu-
e&
xzJy*rc*v
Agent exclusif
P. labnurdett
30, Rue Morfmart'se ptf*
r*
w
Vermouth
A. de Mat ;s elo kgmt*


r-UTl.>
m
eo ez-v< ns uVs chaises f dotu IOLi^^
iC,s, InLIfaux, lampes, lavabo?, -r;fpiv vs il TtVscenle d lis.
FILS'
121), Hue ROUX, 120
restotte
HEIJS
TUBES
el accessoires
plaisir d'ioforrrer me? amis que j'ai 'reu celte semaine un
luiiuiitLt ne r-iitMOue l*tifci.talutte* et acctksoire, qualit
ti- uie.
tti aies pr x aujourd'hui
Ui'w
M 3
|J l|2
Cerf
:3 i|2 Kx'i ( od
(a 14 s. s.
Si4
j an 1,1'
U4
Ml 14 1.2
Wi4
Ui4li2
Ms5
H i
Pneus
Dl. 10 30
12 50
g
22
22
2*
5
30
M
72
itpeciiui pour achats par quantit.
Tubes
Dl. 2 00
2 25
2 25
2.75
3.25
4.00
3.25
4
3 15
* :
5.6')
1150
l. Fr sef zmar* nA ggc rholm
lient Gnral artcr Hati de
Mrttione Tte $ Hvuoer Company.
Ito du Quai, Par: au Prince.
Golombian Steamship
Company lnc,
Vlm-tyodk le 25 JuiiUL c*>urarvr. C. at-
tendu a ^aiLuu^ftmc^ fe*am^i lei 4-buL
piociain al;. Cap-Hatieti. $ icpauix ttv
mm jout paui Jirme^ Caye>, en wutt- pour
prenaa.L fut, & passer*.
American Antilles Une
Operated for
United Siate* SMppina Board
Btj Golombian Steamship
Company lnc.
Manuymy Ooer alors
11 Battery Place New ~Y or h.
t> t&xmti *3altl* tenant* Je* ^triouW
uia ^.r^LJoat'c^ Ht, atlei>u a ^rl-xa-
'# tac; te^ 31 3aiLUi cou ai.
Il r paiiiiM l me au jour ptNtr Nw Yoik ria lei
put|| du .Norl pr liant t<6t '! passafl rs.
fsrt-au-Priaw ts 29 Juitlo*: 1925-
C.olombian steamship Company lue.
(it bar i 45c Ci, *yeals
U iog w illi.m 1? esl pour gui dsiie la
ulciiie u.aque qui ail jamais t'i di-lil-
itl 4|iii ^all qu il duil couler un peu
Jus i lier <|ue le btsky ordinaire.
Suira Wilflom \s
SCOTS WHISKV
una
lis nmusirii maigre la une saisoa
: A Recevoir chaque semaln<|de nouvelles mardi m
dises, allant ainsi au devant des dsirs de leur non
breuee clientle.
Uiezhawas Hermano >
205-209 Rue Trav rtire
toltOIl Slioe PollS Company lnc
- ) \7/*ii_ V^iiI Osasse?
JMARKl

Si vous vou'i/ conserver la peau de vos chaussi es.
Si vous voulez cousu vt r a fuuple s- p-ridant l.nujt wpa
lEmpltijiz noue palejJVltnoQTaniJaineilleure de luuu-s
I tes m. iijin j.
fabrique spcialement pour les ejen le iimi du bip,11 Ire
Llle proljje vos chaussures .coutiv la chaleur et
l'humidit.
i> eo. J eansme 4k C *o
Asthme
SoiiU^w ni i uiTi.n prni/*
[PU MCf*....JIn: llPOUDRS L3KIL
h i-w: IMS; ' !'<<> tJ. tSPIC tur iu cf
Ord"e de Avocat*
Methieuri les avocats du l'uinu
du Port au t'nnc . sont convoqus
Si ^aseiuble G liaie le mardi
4 ai'l prochn 1 a dix heure- m n Si tribu >t de 1re I i>i uco
d Port au Pi e a I il ivj
le li tourner, le ^eribr-M I I".
s; d- isci|i.me et le &tcitaira
d. I OrJre d-.- il ni .
Pirl r ,;c. | is juillet l'HJ
L; Btonnier
"
Eli
'
.
>iai




I vet. 1 v.' mirai tji
... .1. 1 ,f '>
! I fn. r :.... .
lu '
1 1. m j r pli
pt(H l.v. .le
.'1 .
ulflMal ilalU^ut
I I J -jJH-l -< Il -;.!'!.
1 ~ Vst un Oi-S MVIOM
'-
HTM V. v ..--^ei C^
n /n\Tv
.
iVONEIfE!
! !'.t* HO*
(.' M *
-
Jb 1

.
WISATG0
i^iie tie troult-l'Ort* 1387
le fameux Dbampagae Lacson
Se trouve Paris dans les (iraml>*(v-
lauranls et cals I la mode, i porl-.m-
Piiiic*, ti esl tlevi nu le tavoii d>* la so-
cit.
En veutc ebl >
P. I^n'i*. Ch, Pic iil^l h. N. n'irri. | OP t\i*< PI
,.nx Cnvra le P.ir.lfHix R>/r Mtropo'itaio ^l'r-ilN
Coi.ke. Htel d Prise le.
Aux QOSIITM : A V K. Me Ottlfls, ll.-i..b.ld Co.
Au Gap: J- Petavkiat, Cb. N. Javaui
1
ilte Hoval Vlail Sleam
e
Packel Company
fju $Umtr t&nmy fciwu*c3 Xm$w,
eZ at.aOul'c- ii c^touL i>i oJ>iiu JlcUiud.
>tpu.3:a 16 |uL oui tw- fd Ijainu
tocnmfe poui t*uraptv
l&it au-^iinc^ k W juillet. 1925.
j.liialltr A'agent Gnral
203-209 RueTraver .e c


s.

;
^
-H
.>. -J. 1 I- U'*mJ'
i m i ir*
Grand Htel de France
fosition exceptionnelle, au centre des affaire,
I nroxinni^ e louiez le Ihiiiju s, de 1 i douane e'
u toutes le* Ai|enccs do bdlea ix
Renseignements- el lacilil pour vota-j*r ei >yj .
niobile dans toutes le p ili'^s de l.i R-'-jhi 'Ujih
i'Haiti et d; la n'publwj i d > ni. icViie
hauibres ronlortablcs ri iiuhml trs penni"*. -i
llateura dans les chanil.;v> l Ij detnaude e j
sionairet*. Cuisine Iranu-e 1res soegflt et n <
plus varies.
litn.a-ide* 6 vltif^r l* #|Wfil
de rff6f' :
\ lus des meilleurs cru* de Bordeaux, par barri
qu's, daiuejannes, gallons et \\*r bouteilles, t'arini
les Vin leolialeaux, voun trouverez, le plu gra i i
Choix, DJOr les qualit el pour l'Age
VINS ITITALIK D'ESPAGNE.
V'N DE BOKGONK(lluei et rouge [et le rvnooMN
fommard mousseux, ftotl Atorieai
le pltl gra d assortiment de Liqueur, Goumir
gii s. wUkle, etc.
A!>aiiitlie Pernod, Amer Picon, Yeimoutlie
CON^EHVES franaise* et nmrieaincs frac
m Mil arrives.
GIlARKS de Cuba, Aurora et Habiliter...
CHAH31 TES de toute les fabriques diloltl Oros
el dtail.
PAAPUMBR18 Carrtes poetale.
Prix trs modre.
P. F. Patrizi
La maison li.SILVEIU
Ceux U n'ont pas encore vu les jolis article' i
QovfM mie vient di recevoir t*i Manon SiL.'i-
doivent, dfas leur iatrU, t^&nsmtssr de passer i
otite unison, en-mil part Ils m poivent trouve
d'aussi baaui article!! des prix si raisonnables:
fos articles sol vraltfl ml de toute beaul et de
traieueur et no* prii d al toute concurrence.
Alpa |t noir superleur
Sathi C.hl-.iepour tailleurs
Kaki bla ic suprieur
Kaki jaune anglais suprioui
jluck. union blanc an,)laie "nouveauts'
1)1*111 union blanc anglais
fit
Tim r |apon*i* pour ehe nisa a h oui ne '. r.io ,<
llejj-i de aole barres couleur p. u c'ae mui A nom*
me et roboi nvavoaute
Itapste fine pour che aKns
l'or ,aili'L pareils pour '
Zphyr enflai .pour un nises astre p
Organdi auisse uni et couleur^
lias .i joursdeml-soie
<:hainseUa oosaaises pour e.ifa.iti
Frencli Krisky. dernire n ttiveautt
Poplin a fleur pour roi, >
Tussor blaac
IJmbrie blano
Voiles oou'.eur A barres
Bas a ni* br iie
Bas fil liroa
.Otlons ",-ivert*
Tulle pour premire Conmoaio
Couvertures blanche et oouleur suprieur
Pandas brodee Madera pour eh3 nies et Jupe-
Voit b nno a barres et mouohes
f;atine blanche
Nappe couleurs
l'alites eervlettes blanches il m *<*> t v
Organdi Plane & ouule i einage cou eut* anglais up. pour |uie
Madras A barres de solo jnur otieinUts A bo urnes
L'rpe de Chine couleurs assorties
t extra suprieur
" marocain A carreaux
Soiiii) *\ carreaux pour robe et chemises
Tricot .ne, de sole A barres
Hrab.iut noir anglais
Imitation toile crue
Serviette* de toilettes blanches & couleur
" Chemisettes allemandes suprieur
Aimables clients, vous qui voulez porter, peu de
Irais, les plus beau tissus mi'il soit possible de
trouver sur cette, place, ne minqaei pas, avant
daller ailleurs, de passer chez non ofe le meilleu.
aceeuil vous est r^sen'.
alons en Caoult ho
pwric* vite et radicaleneat
fia; 19 tri icic
Pagol
oui supprimela doulmr.dcoogeslorrne.
Urrt.aseplne et v Nombrt irtiut dp mMtciai 4miMDl(.
Ommunintien !'A-idmit 4 MMteiM.
Hor Concourt, Etpoi. <1 Sun-Franeifc* 1915.
MWnl par l Latoratolrn ai cfvommi.
: R u VSSMMtM. Ptrti.
Je ferais un mille
pour une Camel
' |A pltUIr vaut celu. Il n'y
L" |iat i!t jubttiiut poui la
qualit "Camel," ni pouf le doux
et Mjtreublc uiclangc "Camel."
Celui qui fume des "C.jnrlC
vlge des "Camel >>." Parce
qu'elles ont une douceur, un
arame, une dlicatesse, que ou
M trouverez dam aucune autre
garctte.
Ne vous laissez pus dire que
tout.1 autre cigarette, d'un prix
quelconque, vaut les "CameU."
Essaye le "Camel*" *ou-
Ime. Quelques bouffceta
iouers, mfraichlssantes.et rn%
ferez un mille a pied pour dr*
-Camel.'
R.J.REVNOUM
TOBACCO CO.
Wiutoo-Salca
NartkCarollaa
U.S. A.
,Camel
Lis femmes
a insi que les < n
tanisaiment
avoir des t-
tons (n caout-
chouc, ils sont
heureux de les
avoir car avec
eux Us mar-
chtnt co/./or.
tablement.
Protgez votre corps
pendant vos prome-
nades journalires,en
usant les talons en
caoutchouc Good Tear
avec a,vousobserve
rez la dillrence des
pas, quollre leur
coestructions a'eiale.
Ls talons en caoutchouc [Good ear, sont en ralit des' tah
qui protgent le/corps^ et ses organes commeJea/pneu^pi
: A part de cela iiajdurent plus que tous les auties.
ibeUestlndtesradiiig Ci
Port-au-Prince, Gonai
Cap-Haitien.
(aptemiae aide
cause toujours un pro-
fond charnu aux jolLi
rtmmet, ei joLc?, tov.
l'itw tou.;$, Mesdames !
Vous pouvez viler
cette chcju.ee fatale, en
emplofant rgulire-
ment pour votre toilette,
l'incomparable
PARIS
(MON
File oonstrrtra a votre ipidttm
Jeunesse et Beaut, et empchsjrm
ce pli, fcheux prsage de beaucoup
d'autres, s. vous ji y prenez trj
Compltez les heureux el te ts d* 1
Crme Simon par l'emploi de ta
Poudre Simon
et ds #
Savon Simon
La maison CL.Verret
Marchand Tailleur^
lo 1823 Rue du laqasii de l'Etat
Se ^commande au public et ,asa nombieuae cli-
entle iMMir I luaoee de sa coupe et la -" prompte
excution ini"e ans les ouvraqes emlis as .-soins
la maison reatt ouverte )UMpia 8 heures o*u soir.
m modrs.
H. et \, A
GrandSRue
A ct des Caves de i
Voulez-vous voathbillr avec l
marche.
Adresses- ^ou 1 Maison N
Dont la devise ost.de vendre p
vendre beaucor p
t'MU son y ex onnel, la maison c
tailleur italien soi il d'uu etablisseu
ordre d Italie
Kileeaien mesure de fournir des (
et sur mesure, en cheviote, diagou
dt 111 blano et couleur, coupors de
talons tatt) pour gilats
Bonneteri
rr,..|ins. h de jjii et de m.il, au |
L>la et manchettes deruiros cra
et py|atia.
C m on co* si tue un
e le Bkftllatir accueil >st rserve1!
tireut par uue visite tre de:it>8
travaux fourni.
l'oit oostume command et <|ui
goii t lu clieut est repris,
On parle franiis,anglais, espaji
Rhum Nectar
Ch NjGaeljens
4410, Hue du Magasin de l'Etal
117 Rue' Bonne foi.
820. Rue Courte.
Pharmacie Se
Donne tris a'clientle et aux mdecins
i ausoru son Laboratoire d'Ulogie i
h ol irecinii ou
Ur h'coi et F.Sjoi
La iin-ioire at jfaH tan laiMHfa4i
oeur dir^lr pour toute! les i*,r> ffcheee1
a'atii-oiice ci loiiite, siui pour le
WaH0>mana et la cou*' Sercnt reues ma 'e mardi de cl:: qu
>'aJr^ 'r a i r iiucie pour les reu*:!
tua sd'ii'inoset 6'jc^sirique
Hsciimi de Wa.-. m ; .
H^ciim de Tr i our
Eun en du &uy et c
' laso.'. a- a ' tu.
K; Kl
roi
MO Rue dis <;sars
. ^..
TlplioiK : "^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM