<%BANNER%>







PAGE 1

ir II M rr URODONAL1 Rhumatismes Nvralgies Goutte Gravelle Artrio Sclrose Obsit Q.l avl re*tr ; nrtrlt> ICI A fa i,fioa %  t u*Htlro*. TU d f i tout* aiMra r>pl •! tftri lion d acIO o'tqne tani I ifuT ie:.kUii>. op devra, a' cubtfc. lullw nerajT quai/niitiit contre la r (Ti.qife dan l'offantaine n amployani rurooor.al u Proietseur F iivti. frai tt ri .1 >m t i uoiTtr.n* a* Psltlaf* •il> iV *n* (itin l. r Vattnelunt* rarit ri A i IDAI * ;n •'"b" ru wtu' v "r*,r. ii. -rjfiio Mttaditt ,i-*irtt^^ Serq Taillant Constqnata te Carnet Mcndsin C'est tout Port au Prime lgant oui assistait ramedi soir a 1'Kglise Ou Sacr Cmur de Turgoau -. lu r li bration du mariage religieux de Mtlle Auguste Amila fi 1 ! de Mr et Mme fini Amila aveu M Joseph l'oiijV fils de Mme Vve Poujol Lee mari* ont t Modifiai 1' utel u r Mme Rjoardo Calveo, fa n rue du ympsthique ex Chau e'iet de la Lgation I ) .>mini< aine avec Mr Paul A mil pre de lu maries. Les demoiselles et les garons d'honneur formaient quatre geu til couples dans l'oidr suivant : Germaine Delaqnis — Oarail'e Auxila Roe Auxila — Edouard Horelle Carmen Auxila—Maurice Poujol ; Anna Lon—Joseph Le breton La qute lut Tait pat deux gen tilles gosses : Rlsie (t bella Me In tosh. Apres la crmonie religieuse tt la traditionnelle tourne en ville, ne cordiale rception fut faite • ttx invits a la VIIH de Mr t Mme Paul Auxila qui comblrent d'attentions et d'amabilit leur uombreux invit Lue musique entranante ajout* encore la note de gaiet qui aiii ma les jeunes couples durant teu te la nuit se berant de toutes les heureuses illusions de leur ige .uartuukt. •JAu mariage civil qui avait eu lieu prcdemment, les tmoins taient pour la mane : Pierre Auxila. Maie Delaquis. Kd. I>. Watt, K!ie l.andnu ; pour le ma ri : F. Det-ijens, G. Poujol, H. Wiedmaysr, Lynce Denis. % l'intressant et jeune couple, nous renouvelons tous nos vœu* ta parfait bonheur. Une journe lu Prsident Borna UtUSE Hier, cinq heures de l'aprs midi, eut lieu dans les sa Ion de Mme Vve Franois Ma %  nigat, a Mu tissant, et par les soins de I Officier d'Etat Civil Aiphee A'phonse, h uKriagu cifil de Mlle llayde luguatio avec Mr Franois Manigat Lea temo.ns taient : du cwl de la R*f*5l J*M. Martin AIKIOU, Dr J.C, DorsainYil, A. Chavane nes,Gijiilauiue;ducoie dunanMM. HFautua Sa. non lier mann Hrans, lue Mno'.Aud' I-idore. Compliment!). A I rouin-la Montagne Hier a 8 heures du fr.atin, le Hevrtuil l're PtStal clbrait pour lu premire l'ois la fle de Ste-Aaoo. pationne de ta nouvelle pi uni--.' de l'rouiii II aviit tt nu a voir Monsieur le Prsident de la Kepubl'que et Madame Homo, prin cipani bienfaiteurs de son gli>e, i i tu la crmonie tt aoeoi • reg i par lei.r prsence la laborienou Excellence et Mn lim' Horno accompagns seul ment ht ures un moment avint Is loris aver e -t hier aprt midi, Boa Kxceluioa prsidait L c i mnmede la remise des coupes et mdailles o r .'ertes par elle a nos ehampions. Mmgr la lorle chaleur estivale de juillet torride, les deux stamls des tribuneslegoigeaientde monde. Monsieur Chevallier, pr ideut d.' |'( n ion de* Socits Sportives II ii tiennes, s'exprima *o ces termes Monsis ir le i r^tden t Dans M rapport d ma |aatioB t'a l'an dernier, a 11 nion des S>ciets Spoitives lititienncs, publi par le Journal Le Terop", je pro clamti qu celait gfaos nu aM •ion de voira Baeal.aoss que !• %  Sports avaient u prenJre l'essor que tous se plaisent reconnstlie et s admirer. Ea effet, suris vous, Monsieur le PrtsideoL DOS ath tes n'sonioni pas dmontr la valeur hatienne au tournoi de la Ville Olympiade, sans votre patronage, le match J uv iqne— Hait! st mil ret dans 1* domaine du iCve de plus d'un iportmen. Et cette semaine encore, h la rencontre ioteinationale de Lon drev, Thttrd et t.alor n'auraient pss l-it clarser nocouleurs. Mjour h i tunissan* nos mch pions, TOUS voulez, vous mm reme'tre a nos tir urs des j ux da Paris, une mdai le, commnn o iant Uur pnlom-.nce remarquable et eii mme temps oflrir aux quipes championnes de l'anne des coupes. Le monde Sportif vous remercie, Monsieur le Prsident, pour ces marques d'encouragement et ns manquera pas de vous donner les preuves de sa sincre reconnais sanee. Le Piaideut le leinercia et daiia I loquence nergique de M. Hornn, il alhrma, jne fois de plus, >es dpositions d'aider encore et d'avauiage l'L'nion et toutes les arums utiles. Puis il prsenta une uperbe coupe en argent MM. Moise et AI m. ud. prsident et capitaine du tennis Club. Cet objet d'art a, eu relief en or, I armes de la R publique avec les inscriptions ; Cbampion-ir.i b(Humai 19ii Jeunesse Sportive Hatienne, I9SS Tennis MmUne autre coupe de mme t>le, enrichie de deux salaman tires est donne an prsident de Il S. S. H. pour l'quipe d>s civils qui, pour i deuxime fuis, ga^na le match Borno ( civils en tre militaire,. Dans u:i geste grari ux Mue Burno offrit une coupe en argent M. Biooy, capitaloe du Kacing Club, champioi I-. la tma catgo ne. • oaiine ftti, Mose et .\rmand, M. Hjncy remercia en quelques m lheureux. I,e prseutatiou des Mdiill* eut lieu s n le champ de ininusu vres.Nos lirrs, au in Je la Mar ch guttricre Dvouement &f la Bjora.ra cration d'0:cile, w\t cb ir u rji et vinrent se placer en i tee du P. -i lent, entour ,1 membres de .in abiaof e|duQn rl l'orrel.Chel'de laUeo lai inerie, t hapie quipier, M Mjrno remit la mlaille-si'uvenir, ommmo raat ia succ? mondial d'tesT.hatien. Puis, l'quipe lut initoa a pareor la revue de la garni-oo. Voi' ceitet, une crmonie Isa posante par son ca.net de siœpli cit sportiv /militaire, dont tons, nous devons tre tiers, parce qu'elle tait la gloire de nos champions. Les Fuies Scolaires Comme nous l'avions annonc, eut lieu hier matin, la di-T billion des prix aux lves de l'cole r i temps Thophile Marti a di rige par Mme Louis Morte i A cette occasion une char lante petite fte lut organise au oou"S de laquelle les parents et invits ont pu apprcier les rsultats obtenus, lesquels tmoignent des soins consciencieux apports par le personnel dans l'accomplis-e ment de sa lche Voici les noms des laurats : Classe enfantine, 1re et 2^me il. visions. Andr Jean, Ann Ile Ma Bflceaa, Christ laae Vergin, Yvan Basile, Uormlie St. Germvu Agns Pierre, Aleline Lestrla, RI ra l.espinajae, l.lflie Bndet, Car iiien Jnan, Vaiiella Siinton.'e, Hose Pierre, Lise Pierre, Anna Pierre, liova*Bs ti-tile. Alnl<; I. aligne, lilrint Pierre. Ltimne Mo.-e, Franci'ia Fortun, Uice Andr, Clia Simon. Rogir Nol, Maurice Emile, Maxi Franc ii-, Annette Ce anie, Flix Maurice, llermaun Colin, Kven Gay, Louidor tiay, St Jean Rdmond, Lux lien Maximilien, Cyril A/)r. Oc tre Auguste, Lon Kosemi, Eli m Brunice, Sraphin Marcius, Joseph .1 iiriii ville. Il.iiiuAnna ci us. Lydia llaspil. — Antoinette \ntoine. Miracia Pierre, Carmen Pierre, Alice Jean Paul, Dieudonn Dsir, Ang>le Duflenr. Chri-tine Aim, FI a Fleuneo, Hsinette Ti m, Flix Emile. Rodolpfa t St Eloi. Classe prparatoire l-e et 2e divisions : Ida Maleb anche. L u. dre Ballan, lllvtius "ierre E len ne Louis, Montas l'.-lim, t-til My tll, Andr Termilm. Licius Dlia, Rachel fn Pie re, l'imne Joseph.FrincineFauoeri \Ueiaone Pelouse, Jeanne Dirchen Cou r s lmentaire : Eiraus Eu nia. Prix Sp l oi al • C'irn e Joseph et Alice Jean Pau I Piix d'honneur : Jeanne Dorc lien. Prix d'excellence : Eiraus Eu nra. Tous nos compliments la direc trice, Mme Louis Mortes, et sa collaboratrice, Me.le lleniiette Du rand. — Le jeudi 23 Juil'el, eut gale in ni lieu la distributi m des prix aux lves de l'Eco e mi temps "J. B. Francisque'' dirige par Melle Lucie Kavanagh L ne petite fte runissait, cette occasion, les parents des lves. Des posies et monologues furent dits, a la grande satisfaction de I auditoire qui ne mnagea pas ses applau dissaments aux interprtes — Hier aprs midi,c'est l'Ecole de Melle Corinne Scott qui, au cours d'une charmante matine rcrative, distribuait ses lves lea rcompenses mrites pour leur application et leur assiduit l'tude pendant l'anne sco'aire. Ds 3 heures, une nombreuse et belle assistance emplissait la grande cour d riitablissement ad mirabUment dcore. Messieurs Hennit Casous, Chef de division au Dpartement de l'Instruction Publique et Auguste Scott, ancien Seorlai e d Etat de I Instruction P ib iqu' prsilai nt la crmonie. A 3 heures !|2. le rideau, lev, dcouvre une scne orue avec un got rare et un art exquis. Par tout de petits drapeaux mulitico lores frissonnent au clair soleil ; sur ia scne mme des fleurs arti fivielles o i naturelles, rpandues a profu-in i montrent leurs plus belles couleurs et tormeat pour les petits, qui tout l'heure ex entrent les div rs merceajx du progiamme, le cadre le plus char m tnt Lcoup d*OJi| est vialment ravissant. La fte dbute par la proclama tin des prix et la di tribulion aux enfants de besux vo^um'-qui tont l'merveillement des gesses. Il et ju-te de sigoslor q-|H la n i veau des tude* et tes Dfrist->s, sou* de rj'i'ails et pittoresques SQlttjmsS, ren tirent avec un art et une efp'etiiori m'rveill^.ux.. L'on lit padint q leliius ins tanli I: la b M 1 • et bille m isiqie, 0 ia p'-.e omn CL U .e oo rit'e boi'd n I acte : '-Prix da Ha ut :". les bons mots y lu-son ne it, i es lit y ptilla. Ce sont de 1 u j MI iir i. ir.crs q li tian ien| les rles et elles s'en tirent mer veille; une surtoat, Ghislaine Gou raige qui joue Lisett*, une sera i te. Par ses reparties et son air d H n vol te de soubrette ffron e, elle soulve, i ch tque fois qa elle est en scne I h -lard gnrale... Mtit b en milli ureusement la p'uie mil n'-oi'reuse survenant, loi ne put voir la fl i d j cett • spi riluads comidie ie n. ne que le chijL'ir final q ii deviii tre cltxnt ptr tous les l.-v -,. En somme ce fat une aprs mi li qui permit ;'. tous les assistants d i couler des heurts bi n dlicieuses et dont le succs doit rconf irler Me le* Se II et Normil qui n mi renouvaion Bdi plus chaudes fli citations. Mort de Wtniam Jeaiaus Bryan Le Sans Fil de ce jour annonce la miit ubile de M \V I itm Jtnnlog* Broio i i.te d me a'Iaqie du coeur. Jim-is M B'yan ne s' t t s. n< pus en sant que la v il e -t le jour mme de ce latal nement. Noua appr eB0D|l t-oua de notre H*m* noland. v Nous lui fouaaitoH g — M G'orgaleja*] aes principale DetSiki!^ ronm-fement die Crxw! fit le pleisirdePoirSi 1 ^on a/jour iciaciaal te dure devaot rvathi, ve< son frre CamS>ol MagKtiat Commusal et! de qui i.ous gerdom 1 des ftouvecira. — Ce midi noas eveai fr^bie surprise cireve! conlire Stphea HnkV de •' L'Artibonila"


PAGE 1

'-E MATI.> Pourouot vous devez acheter AUDA1N & Cie j,.tPi votre Clairin fierge chez Marcel udain & ie, *5TOS G.n, Wisky l liqueur H v otre Bhum et vos alcools votre Micre haitien ou tranger chez , ^ 0 lre Cal torreli moulu chez votre litre ( powenbiau Hambourg) YOS Tins de Bordeaux •t u u u parce qu'il provient M meillt-11 a i.rroirs d-flaiii. parce qu'ils sool vendus aux plus lus prix de la place parce que lesmarqtes qi'ils vendent sont d'une pui lt ingalable, parce que leurs poils sol lonin et leurs prix ds f lus avantageux. %  > .ec du eal de choix, dans les appareils les plus perteclionn, t t parce qu'il e.-t prpar avec paive que sa Irahheur et soi prix dfient toute concurrence. u „. parc* qu'il* sont vendus aux mme prix qu'ailleurs, malfl !" cur suptnonle Achetez aussi chez larcel Audaio k c ie parce que l'accueil que vous recevrez sera des plus cort01 *1903 Hue du magasin de l'Etat & " Grande Lolene MM m m iiM imtHe cl 422 Lots ei esptes San les aaspics in la Ibsn F. M. Altiri apHatien. loterie est ouverte dont le prirdpni lot consiste en Vimmeuble que roriente la g*avu damre i Le tirvge aura lieu d< q *e 'e* Htbt auront t venduf. n „ t „ t o un §am u i u heaur H difice, de construction modem*, offre tout le fo./ ri dsirab e et f•'. sans confort', un des plus oeau iimen* dp In iWe du Cap.ha'ie** ouJui( a Ltt mrs. au r U l'angle de rue du Gouvernement et des Religieuses, il est construit entirement en roches t briques l JJjXSJlJJSp nl uns v*ate oour tnfr.eai3 JHt,ont un paisseur de, 18 pouces, ceux de l'lage 16 noues. L'une des fande n 72 pied* do loajueor, l autje w p i tage. Il V n un trrae Ifsnt, au >ez de chausse un lai g bail, Irols chambres et des dpendances servant de cuisine, raile d.bain, eahiuets a mm sabres t des dpendances l'usage de cu'sine salle de bain cabin-t, n'aisarc. tmhia ils illIKHHlie ewiiccs qui (urinent "llfrr,trs 8|iac eu. el coniuiode est fait tout en ois d'acajou Is 1 ntres ro bois de chne du pays ; les p;irq lets ni Dell s M %  m •"' -iblsuwilu plus hei eilet. , i, a ii *i it prendra tlQ le 50 V|a 1930 J bletsl jjctu.llententoc up par U Compagnie Franaise des Cables tlgraphiques qu le loue raiso i d 150 d .lias p:ir mois et ratw H d'sMurauie couvre les isques coutre .'iucendie. . ,,,, !* romu.e abai u ms en vn'e es d 12'lOO. ( a m trois dollars) le Diuw. .. ,,, sue de Vimneube qui r p***..> U lot pneipal U y a 422 tV en vpets'*** •* aensemn. d* l\ 7400 ( *

l i • \KC d i mu i %  •t res| u r liais <'/ev < Hwm S*^ k-fopto* ratteiOu U, n ***• *?*£ •n nv c ; Diimemvi_ pow l'lwr*V<" ^ .f.Daaider J r i eni^rt 205-209 Rue Traver-i'e



PAGE 1

.1 ulN Grand Hl de Fc n T iixi'i'tn e*eep'i .un. lie, mi centr d< nllcie )• •oviiiiiii' de toutes le* |fiii|u s le lu duiin.•• u!*ln| i • djininiciiYe. bandit es coniortabfa el suit ml 1res prum s. en lllati urf datif les ili.mil.. -.-s a IH d man le des r er tiooairei Cuisine laiaise trs soigne et di plus varies. Vin d?s meilleurs crus de Bordeaux, |ar hrr i qui". lUmejaniies, gallons et par bouteillesl'anni les Vins Mecimleaiix, vou trouverez le plui grand Cboli, p.mr les qualits el pour l'Agi VIN8 J/iTALIK* DESI'AG.VK \ IN' DIS 131 >UUtiUii\K (titanes et rouges | et le rei onvn • foounard mousseux, goll Amricain Le 'n(.I-K! assortiment do Liqueurs, Ccfjuac plus, w l.kl.S, etc. Abslntho Pernod, Amer Pltra, Yormiutlie r.Ovi-^Kitv'fcS franaises et amricaine-, Irais ment arrives C1U *RES de Cuba, Aurora et ll.i oausr... Cl \R T VUS de toutes loi ilni.i os d I! >ill Qct s t ilMdl lV\dl LMER|:<: et Cartes postales. Prix trs modrs. P. P. Patrizi ENERGIQUE ANT I S E P T I Q U E mnsm msm Graan guries vite et radicalement jimi 4* :rt lBcc. Pagol qui supprime la doufcurdecoooesftairie, tant, aseptise et vite les compbcadons. Nombr.m Iri.iui dt mdecin, minent.. Commantaiion \ k I Acadmie dt Madeclr... B.rt ConcBur., Eipoi. d* Sto-Frinciico 1915. PHpari par lu Liforut ' %  i" hlano Vol les couleur A bar. es lias suie brurle lias 11 fuoiid LoUons • vei't' Tulle pour premire Co nmunion Couv.rtaroS blanche et. couleur suprieur Bandas broies Midera pour eliemises et IUOS Voile blano barres el a mouches lialne nlancho Nappe codeurs Petites s ivlottes blanches damasses Organdi • hiane & couleur A barres A n carreau. Lainage cou*eui anglais sup. pour krpo %  •drasa barre, de soie pour chemises homme. LrSpe de Chine couleurs assorties extra suprieur mnrocain carreaux Bolrie \ carreaux pour robes et chemises i rien'.ne de sois a barres brbaat noir anglais lmilulion to.le ecrue StiviitL,, do tuiletles blanche. & coule r da.nas.3es ulnnolie. bour ta nllls t hemisettes a le-11.114. suprieur Ainid.! %  M-lienis, roua qui voulez porler, peu de Jww, les plus boaHi tissjii i,u'il soit .possible de tiou>M suf c/lie jpls.ee, ue mio.piez pas, avant I aller ai, leurs, du passer cbet ..ou o le me. I le... acceuil vous esi rserv. Je ferais un mille pour une Camel IA plalilr vaut cela. Il n'y a S-^ pit le iiib.uiui pour la qualit "Cmnel," ni pour le doux et :i '.'rr.il '. iiii-liin^'i"Coincl. Celui qui fume des "Camela.'' exige di-i •'Caraeli." parce qu'elles ont une douceur, un arme, une dlicatesse, que vous ne trouvrrex dan* aucune autre cigarette. Ne vous laissai pH> dire que faut.autre clgarcnc, d'un prix quelconque, vaut les "Camels Essayei les -Camel" roumme. Quelques bouffes, douces, rufrniclilss.-iiite, et vous fere un mille I pied pour une •Camel." R. 1. REYNOLDS TOBACCO CO. Wimton-SiJta North Carollna L S. A. La maison F. Lavelanet & Co lue duJlajasin de I lit Vent de m i voir par le franais !CH aride suivants .''Ptn'.llf. K x tr, Finep, Dentelles dvoie, Dentelles Or et arsert ItQlBS, <..lnit*>s Cbapraux Oarois, l'iumeF, Fleurs l'aille de Soie el „JL1 r D ,J u M ^"Z •> r,f,ie -' Wotife HHule F.Dtailis en rcitfff^porr Robes et rhapfaui. des Sacn Perl de toute beaut, de* |s D;rr.rp, ('harMin Jfan Bart pour L'nitnls. Fitssea kW [e-gnes | coiffer tourgenres roi*, Cavales, Bretelles, Cberpies fle oi-, far .lies, etc iou t aitcU pour mticerie et Lineerie Co. Irnx M r^ueurs. %  i>U( ; ,.Ns...NT, ISCRNfHSet B. u.hon pour pharmacie. F n li? en rnciitr|„, ( f | p 0 plons enjcaoulchouc Gord lear.cosil en ralit des talons on gai protgent le corps et ses organes comme les/pneus proligeo, A parade cela ils durent plus que tous les autres. Tue West Indies Trading Coni[ Port-au-Prince, Gonaves Cap-Haitien. M. et A. j 4 i IrandiBu i Il maison CL Verrel Mti f/oivd [Tciileur S > 1823 Ru du Ia;|a>in <|r | £tat Se. riCorLiuinde au public el r ?-a nomlneusc cliMiiele |Knr I ltjance de sa coupe et la •"'prompte exe. uiion mise dans les ouviaucs eonlis i sesVoins la n.aisen reste ouverte )ut>qu a 8 heures du rom tttx mode es. %  %  L Rhum Nectar Ch -RI. Gaeljens 1410, Hue'du Magasin de'il'Eiai 117 Kue^BoDne Fui. 820, Hue Courte. - K i tdu> dfs C/ic8 dp Bon \ v nie?-vous vo ta laLiller ui.cli oiaieh. ^^ adressez on.s A la Maison S.'C Dont la deviteesl de veuille petit vendre beaucci p Dans son pei ,onnel {la 11 aison ctmpto tailleur italien soi ti d'un tublissemaat de ordre d'Italie 111 le esi en mesure de iournlr des compU. ot sur masure, en cbeviote, diagonaU drill blano el eouleur, ooupous de cast talnns— Ktottss pour gilets. 1 Bonneterie' 1". no mises de jour et de nuit, au U<>utJS> C)ls et manchettes dernires crations o* iyjamas. C # mi?>o>7 c% 7 si tue une t le meilleur accueil tet reseiv A tOUS sirent par une visite < x tre dCfis sur t travaux fournis. Tout costume command et qui ner gofu iu client est repris. On parle franais, sng'als, espagnol et aJassYNs-aB^BK "jbLS^fr-^^^SZzr*' n T^r^i^.M sS^tB Pharmacie Sjoi le me avis sa cller.tle rt :i> ni'deeii* st t l sLtsorm si.n Lgl-crau i re d'L'Icgie fn aoli tvoloaie .appliqu sou* u 1 irtetien du tir Jiuoi ft /. *tiiutn Le iab)ra'o re e 1 "• ^r mIn* > urs de7 ha er,nl ,e e8 Q ,? f a s--rr*j d : 1 %  m estrciir*" b d< hsiir in i'b>na.~c:e ion le f m MlsassM"* r Hp s d nriata et SUCRJ strique .rtirm de W^aarniailB B < tiou de li boaleY, K* an on dn >Dg et c!u pi • Ei.BsT dimatiresK fsk/ .Ei^reri-e rtMSPu l'rurfcl*! HO i{;e tiis Csars —.— Tlphone : W 750



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIBTAllC 1MPR1UELR OU luriii Ma y luire BOIS VEKNA 1368, Rue Amrioaine NUMERO 20 CENT U*ES Quotidien Re marcliei poinl en des VOPS tortueuses, lue voire parole soit toujours vraie, que jamais elle n'alarme l'oreille pudique ni ne blesse le respect que (l'homme doit i l'homme et m Phomme se doit i lui-mme. lairillls TELEPHONE H> 14 19 ^iANNEE N 5604 PORT-AU-PRINCE CHAJTli' LUNDI 27 JUILLET 19M Wfljtoii sait et. se souvient j, ie objectif de l'opponl M d 'iDtresstr la cause Higiuieurs le gouverne lunricain qui, cepend nt, moment difie sur la situation politique du i depuis le vote' de ia on,— Il est absurde de fer que les Etits1 ni s iique. si prs de nous et jeut reprsents dans I puissent tre induits en sur le vrai caractre de liuou t*ne au rgime de iviution et au gouvernequi excute nos engageiec toute la loyaut dGu de tirer le plus profit de l'aide qui nous oflerte par le gouvernede Washington[Utress.opposante d'ailleurs de partialit tt de pasne jouit pas du crdit upour retenir l'attention llopinion publique amneaiKMbeuue ; elle n'est insp*r aucun ijal lev qui i l'adhsion, fortifie les i entreprises. Ceux qui la M sont de faux aptres (Tuguide aucune conviction > Le gouvernement aine lutcouvaiQcu d> toute, la iqu il tst exactement ren 11 stit ce que vaut un ua onalisteou un jour[lopposition ; il sait ce l'adminiotraJjoiOQ patriotique. Sa D est forme. — Liel'opposition qui n'a irais n d'tre ni au-n, qui n ex pi une its du petit grau qui U compoidans une attitude Il infructueuse agit a ice du 10 avril is suiti; elle veut iux nie i anne 'ne pouvait mieux lu i -nai ionalihtt s it Vieux qui a I fcj*' 1 *! kur incapacit lteV? ( ( 80n I e3 circonstan I" JK le uhe! d'Etat hairiU u,ce tmi '*• Boru u LJJr B ~ e l condamn se ,2 *** Prises avec les m %  a* ol d hostilit pourvu %  '?"• U eu,e polrique S* 08 aux iDlrt d u W Pourvu, que soucieux di %  ^JWwnal, il ne se laisse J*uuerparla turbulence •teuri, ni par | e di 9n jf JJPUkrii de mauvais •" %  •es lourdes respon LjjPWitioQ ,.• — sedreweratou ,iT, u gouvernement £jf* Um^e les divers "•^* L redacuon de la prs MQ* ne ieronl pM e LtV Ctf urne, 7* m cootents et les d u£L ? nouv!lu !" r M •"•lopposiiion et pjur K mme eu D 'y cr L^j ippoier que la prWl a ei eur8 opposants .? amn r a't une poliV 0 jf u U Louvemiou / P^t. ,. "*" ^W jouis-e rs tt de paresseux qi i prteni-nt en imposer toute une nation. Ne parlez p*s de mcontent* men s. car vous tes les seuls 4 contents, parce que vous dlire/, un changrmeoi par lequel vou-* espre/ satisfaire vos iuti.s personnels. Les prtendues protestations dont voufaites uu argument contre U rlecti n n'ont aucune valeur, vous le savez bien, parce qu'elles ne traduisent pas le sentiment de la grande majorit du peuple, beu reuse d'une tdtuation nouvelle q de M. Borno, c'eut excu tion loyale de la Convention de 1915; ce que vousapp-l.-/ los inhumains, prisons preveutivM>,c est la loi sur la pr *•• sancliouue puui. arrt du Tribunal de Ca sation d la Kpiblique. NJUS ne passe rons sous dilence a mue dvos objections contre la re ectioa car nou-> pouvons rpondre victorien sment a toutes celles qe v,mavez foimules. C't-st • Le Nouvelliste qui par le encore de l'tat des maa dispos tion 'le *t Borno pour tablir la n tionalit hailieune de son pre. Y a-t il au un n-eillsurdteosear de M. Borno i|ue*c Le .Nouvelliste '•' La mo Snvon Luit fie coco Sivon Lait de coco Savon Lait de coco S> mate donne par Us sviatrn** i : i %  i %  '-ii'141 ; i %  111 i.i.i'i IMI'S s. rvices la PrajsjM pour la Ci rre au Ma o". un groupe de pi loi es b Ige qui ont servi dans la Grande Guerre ont manifest l'in ter.tion de se lettre four U Kran c j qui est aus e rsul tat ne peut tre ob enu que p'ir la continuation de la politiq re3 lu G )tiS-MI (t'E et prsents la Cipitalo te sont reunii pour recevoir 'e serment lu Conseiller Georges Gin il rcemment nom n par Arrt de S)u Kxc le Prsident de la lipubli JUP. par Cbla %  *> •*m 1Q leinoplam Demain 8 heures du mat n aura ii-u eu I E glise piscopale un < rvice luiiure ia os noire du soldat .'i.SLl'll PlKItnE mrrt l'Arsenal le 28 Juil V tl5. lis praml malgr la morte saison A Recevoir ohaquo samalne de nouvelles marohan iltees, allit ataelati devait des dsirs'de leur nombreuse clientle. ^^ GhezKawas Hermaoos 205-209 Rue Travergire La Situation au Maroc U rvolte organise par Abd-El-Ki'im est dlinilivement veue k l inrucces. Det tribus dmrilises fu des tiiariMieits tt'ivions ifieit %  e se SNietlre ani reprsentants de U France le latchal Plain et te gnral Primo de livera se rencontreront bientt FEZ— D'aprs des iotormiliois reues au tir.iuJ Q.ia'tier (nral Abd RI Krim, ayant abandonn A leur s irt les tribus u ao'jve-emi runt o'.'^a lettre pasto raie di' q-ie c'esl le devoir patrio tique de tous ICH calholiques fian .;ais de sauvegarder la digoi tt naucii re de leur pays et d'aider •on avenir. Vit lent orafft' i Paris PARIS— l'n violant orsge s'est aba lu aujourd'hui sur Paris e| a g H %  m m interrompu les commu n citi'itiH tlphoniques. Les raves do trois centraux tlphoriques ont l* inondes isolant les ahou ns de loin les quartiers de la rive gauche. Un riotenl incentiie cause d'imiMntantsdnjilsd.iiKs la capitale de l'Ile de Fionie ODENSKUo grand iuceu lie a clat dans le IJ artiir du port d Odentc ; il fusait encore rag i cd soir. Les pompteis esprent bien tt en vei.ir b u'. Les dgts e moutent dix millions de eouroi pes. Deux navires ont t brl* I d'antres sont eu danger.La rbi leur du foyar tait si inttase que le quai de l'autre ct du port a galement pris feu. Nouvelles Diverses MELBolRNb— Lee premires nouve Us au sujet de la vranda d un totre de Bourke Street de laquelle un groupe de personnes regardaient le diii des marins amriciti,bier,taienl tasgres. g i.-nd .m a fait une enqite dans les hpitaux ce matin on a trouv 3 u'il y av ait eu dix sept personnes e blesses parmi lesquelles une spule l'avait t grivement. On avait d'abord cru qu'il v avait eu plu < d'une d uMine d-tues et presqu'une centaiee de blesaees. n -u.-. u"i-iit e h's utee on ,.ilgres et l'on ue pense q i .c uue *oi' fatale. BKRLIN—Lesiurtndies de te rets de 1' VI -nagne eantiale cou vrirai r 4 '0 arpents ; suivant 1 A'I Lhr -bendbleat le Reich expulserait 10 000 habitauU polo mis .lu territoire sHesisnd l I? aot X litre de reprsailles. "OULOGNEUell lertru.ls Fderle, la jeune n*g > amiriral ne qui doit bUaldl M>ur|aui verse de la Macche en parlmit duCapG'is Nri s'est utraliieii aujouid'hui pendant tr. ' henus au large de la jete de li.mlognr LONDRES I es re|, %  U: dimanche sur I Ho de Sable a t abandonna.L'quipage a t sauv. WASHINGTON— Le rystmd employ actuellement pour l'appli cation de la prohibition sera con tmu jusqu' oouvel ordre V An drew, secrtairo ndjoint la Tr sorerie et autres fooetin on aires iu tresss le q etion ont rencon tr tant de dillicults iuattenduea que les projets de rorganisation ne pourront voir le jour le ter bout comme tout d'abo.d L>s difti cul ttarsidenipri mi paiement dans le choii de 22 uou/eux adminis trateurs et I u plud luciles et les plus dlicats. pour automobiles. casaioM, etc. Servie de tout piermer ordre, assurant la plus roinplele gm nti aux client.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06483
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, July 27, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06483

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIBTAllC
1MPR1UELR
OU luriii Ma y luire
BOIS VEKNA
1368, Rue Amrioaine
NUMERO 20 CENTU*ES
Quotidien
Re marcliei poinl en des vops
tortueuses, lue voire parole soit
toujours vraie, que jamais elle
n'alarme l'oreille pudique ni ne
blesse le respect que (l'homme
doit i l'homme et m Phomme
se doit i lui-mme. lairillls
TELEPHONE H> 14
19^iANNEE N 5604
PORT-AU-PRINCE CHAJTli'
LUNDI 27 JUILLET 19M
Wfljtoii sait et. se souvient
j, ie objectif de l'oppon-
lMd'iDtresstr la cause
Higiuieurs le gouverne
lunricain qui, cepend nt,
moment difie sur la
___situation politique du
i depuis le vote' de ia on-
, Il est absurde de
fer que les Etits-1 ni s
iique. si prs de nous et
' jeut reprsents dans
I puissent tre induits en
sur le vrai caractre de
liuou t*ne au rgime de
iviution et au gouverne-
qui excute nos engage-
iec toute la loyaut d-
Gu de tirer le plus
profit de l'aide qui nous
oflerte par le gouverne-
de Washington-
[Utress.- opposante d'ailleurs
de partialit tt de pas-
ne jouit pas du crdit u-
pour retenir l'attention
llopinion publique amneai-
KMbeuue ; elle n'est ins-
p*r aucun ijal lev qui
i l'adhsion, fortifie les
i entreprises. Ceux qui la
M sont de faux aptres
(Tuguide aucune conviction
> Le gouvernement aine
lutcouvaiQcu d> toute, la
iqu il tst exactement ren
, 11 stit ce que vaut un
ua onalisteou un jour-
[lopposition ; il sait ce
l'adminiotra-
JjoiOQ patriotique. Sa
d est forme. Lie-
l'opposition qui n'a
irais n d'tre ni au-
-n, qui n ex pi une
its du petit grau
qui U compo-
idans une attitude
Il infructueuse agit a
ice du 10 avril
is suiti; elle veut
iux nie i anne
'ne pouvait mieux
lu i -nai ionalihtt s
it Vieux qui a
I fcj*'1*! kur incapacit
lteV?((80n Ie3 circonstan
I" JK le uhe! d'Etat ha-
iriUu,ce tmi '* Boru u
LJJrB~el condamn se
,2 *** Prises avec les m
a*ol*d hostilit pourvu
'?" U *eu,e polrique
S*08 aux iDlrtdu
W Pourvu, que soucieux di
^JWwnal, il ne se laisse
J*uuerparla turbulence
teuri, ni par |e di9n.
jf JJPUkrii de mauvais
"es lourdes respon
LjjPWitioQ
,. sedreweratou
,iT,,u gouvernement
jf* Um^e les divers
"^*L redacuon de la prs
MQ* ne ieronl pM ,e.
LtV Ctf urne-
, 7* mcootents et les d
uL ? nouv!lu r
m "lopposiiion et pjur
K mme eu D'y cr-
L^j ippoier que la pr-
Wla*eieur8 opposants
* .? amnra't une poli-
V0 jf u U Louvemiou /
P^t. ,. "*" ^W Kcat Z Ui"c li-.vi.-idi
gJJJ les actes les plus
'..tJ' l^ danger que
** maintes lois signal
et sur lequel nous ne cesse-
rons de fixer l'attention pub i-
que c'est qu'ils essaieraient de
pratiquer une politique dou-
bles la*es qui sirait la plus pr-
ju liciable pour nous l'heure
actuelle.
Cette popularit qu^ l'on re-
proch1 M. B'irno de ne pas
avoi" n'est que l'approbation in-
tresse de la presse opposante
qui est DrteabwuHre toute*
le* hutes pourvu que criai n-s
personnes en tirent un profit
pprsonnjl Bijn malheureux s i-
rait la Chef l'Ettt qui pens-
rait s'associer les agiUteu*
professionnels dans l'unique
dessein de paratre jouir d'une
certaine popularit; le gouvar
nement de Washington n'igno'e
pas tout ce que recle de ruse
et -te duplicit 11 tactique de
prot -sta ion adopte pir la ban-
de nationaliste.
Celui qui arrive au pouvoir avro
le dessein bien arrt de r par r
les torts nombreux qui ont t
faits au pays a pour ennemie ir
rconci'iible l'opposition nationa
liste tell-' qu'elle se pi a ique ac
tu-llement Le gouvernement et
cette opposiiion seront des irr*
conc'iables cause de la concep
tion pmiculariste, de l'incapa
cit notoire* et des l'inf rkritJ
mentale des meneurs actuels de
c Ue opposition; ils resteront des
irrcon i iables parce qu'i y aura
toujours entre eux, comme en ce
moment, une scission provenant
des rf. r n s nces ites par le
mal social et c inomiq te qui ne
peut re trait que par /a cbiru*
gl/ portique. C'est U toute la
question
Vous dit s que M. Borno est minateur et viudicatif* parce qu il
est impopulure; vous savez' bien
que c'est un mensonge, que celte
prtendu im opularit n'existe que
dans l'im gn.at.ion d une tourbe
d> jouis-e rs tt de paresseux qi i
prteni-nt en imposer toute une
nation.
Ne parlez p*s de mcontent*
men s. car vous tes les seuls 4
contents, parce que vous dlire/,
un changrmeoi par lequel vou-*
espre/ satisfaire vos iuti.s per-
sonnels.
Les prtendues protestations dont
vou- faites uu argument contre U
rlecti n n'ont aucune valeur,
vous le savez bien, parce qu'elles
ne traduisent pas le sentiment de
la grande majorit du peuple, beu
reuse d'une tdtuation nouvelle q lui permet de jouir du Iruit de son
travad, ces prtendues protesta-
tions n'ont aucune signification,
parce que la plupart des signatai-
res, une fois renseigns, s'empres
sent de dsavouer l'approbatioa
qui leur a t extorque par le
mensonge.
te que vous qualifia de fautes
rptes commises par le gouver
nement > de M. Borno, c'eut excu
tion loyale de la Convention de 1915;
ce que vousapp-l.-/ los inhumai-
ns, prisons preveutivM>,c est la loi
sur la pr * sancliouue pu- ui.
arrt du Tribunal de Ca sation d
la Kpiblique. Njus ne passe
rons sous dilence a mue d- vos
objections contre la re ectioa car
nou-> pouvons rpondre victorien
sment a toutes celles qe v,m-
avez foimules.
' C't-st Le Nouvelliste qui par
le encore de l'tat des ma lions des Borno la Lgation tr .n-
V-. e i Le min; t Mouve l.te
dinii hier enco.0 avec qu i em-
iirr-s.se ment se) colonnes a-aient
t mise a >a dispos tion 'le *t
Borno pour tablir la n tionalit
hailieune de son pre. Y a-t il au
un n-eillsurdteosear de M. Borno
i|ue*c Le .Nouvelliste '' La mo
Snvon Luit fie coco
Sivon Lait de coco
Savon Lait de coco
S> Sa ton Lait de coco
Chez Isaac Dishy & C
Rue Comte V 17:58
fensive adoss * an Mot M'as.
-n.vhi.t I r\> mate donne par Us
sviatrn** i : i i '-ii'- 141 ; i 111 i.i.i'i
Imi's s. rvices la PrajsjM pour la
Ci rre au Ma o". un groupe de pi
loi es b Ige qui ont servi dans la
Grande Guerre ont manifest l'in
ter.tion de se lettre four U Kran
cj qui est aus tion.
R BAT Le marchal Ptain
et "e gnral Primo de Rivera,"\ ef
du directoire militaire espngno1,
se rencontreront lundi t enta ou
Tetouan pour conter, r au sujet
des oprations militaires franco r s
pngnnles contre les Hilf-ins d'Abd
El Krim.

Chaussez vos eafaots
LHBi
\l Balloni fils
Ses Chiusires sont les
rneilletires.
_______ ,---------------------^^ ... a
Maurice Etienne tih
Marchandises franais 4
Port au Prlnoe.

raie nationaliste nous rtserve bien
de surprises. Le Nouvelliste
ferait bien de ne pis trop se tier \
l'autorit qu'il croit avoir auprs
de l'opinion publique; cette auto-
rite devient de plu< en plus irait*
gioaire.
iel sujet d'tule psychologi-
que offre le cas des meneurs op*
posants qui, parce qu'ils sont tour
mentes jour et nuit par l'ambition,
sont ports a croiie tous les liai
tiens victimes comme eux de cette
mme ambition qui engendre le
tourment de l'esprit. La paix des
rues aussi bien qje celle d-s
MMff et des esph's rgnent et
s'tendent sur la Kpub ique. L'en-
gagemeut pris par le Gouvc* n -
m Mit .im mi ain c 1 1915 d'aSaQ tl
la ptix en H iili nous a t en tous
points prolii.tb e. Cet eagagemeat
sera tenu jusqu au bout pour que
le rgime de progis tabli par la
Convention soit garanti contre
l'ternel grondemeut qui monte
des comts opposints. > e rsul
tat ne peut tre ob enu que p'ir la
continuation de la politiq gure depuis I92i. c est a dire par
la r ectiou d; M Borno a la p
sideuce de la Kpubuque en avril
19M Washington te souvient de
l'assurance qu n a plus u'uae fois
donne u pays de 1 aider tablir
un gouvernement fixe fit cons-
tant .
Le secret de rttai^ \0uvelles Etranflres
fous le rro i?arei on
achetant des lisstH di-
liogufl de ta derrire
mode, de mme que I <
cols brod* eu onjm lit
ou soie de la laiso i ?. il
E. luxila.
p i -. n i
Il Conseil d'Etat -
Ce matin conformment
l'a-ti le 14 d-^s r^le it.'i f, le
Bure-u et les Mena >re3 lu G )ti-
s-mI (t'E et prsents la Cipitalo
te sont reunii pour recevoir 'e
serment lu Conseiller Georges
Gin il rcemment nom n par
Arrt de S)u Kxc le Prsident
de la lipubli jup.
par Cbla
*>

*m
1q leinoplam
Demain 8 heures du mat n
aura ii-u eu IEglise piscopale
un < rvice luiiure ia os noire
du soldat
.'i.SLl'll PlKItnE
mrrt l'Arsenal le 28 Juil V
tl5.
lis praml malgr la morte saison
A Recevoir ohaquo samalne de nouvelles marohan
iltees, allit ataelati devait des dsirs'de leur nom-
breuse clientle. ^^
GhezKawas Hermaoos
205-209 Rue Travergire
La Situation au Maroc
U rvolte organise par Abd-El-Ki'im est dlinilive-
ment veue k l'inrucces.
Det tribus dmrilises fu des tiiariMieits tt'ivions ifieit
e se SNietlre ani reprsentants de U France
le latchal Plain et te gnral Primo de livera
se rencontreront bientt
FEZ D'aprs des iotormiliois
reues au tir.iuJ Q.ia'tier (nral
Abd RI Krim, ayant abandonn A
leur s irt les tribus en pleine luite vrc le norlavc
ses tro'pes rgulires. Ou aiiirme
?ue la conceitralions des forces
raflQtsM daas les secteur* de Ta
za et de 0 ie// in pour prparer
une grande oflensive semble avoir
frappa de terreur '.es troupes d'sl
taqu s rtlfaiae-* et q qui, sous la conlrtinte, s'taient
j tintes au suit ki m jje - pr
ren t faire lejr^oi ision * *
F aoce. On dit q r Vbd B" K im
pri du terrin auprs de-1 ibus
au point de vus militaira et polili
que.
Le Marchal Lyv tey ree3.t des
otfres de soumission de plus sa
plus nombreuses les Maures eue
tinuer.t le reconnatre rommn le
reprsentant suprme de la Fran
ce au Harpe malgr la prsence
du marchal Ptain sur le Rit'.
D prs les rapports, le moral des
tribus dissidentes a t en outre
branl par le bombardement d a
vions il arrire de leurs lignes.
Des aviateurs revenant d misions
de rteonnaiseauee rappoitrnt que
les troupes rgulier s d Abd K
Knm.sont en ourelie v rs le nord
u.m paraissent vouloir s'arit^r
su U versant sud d. nord aiosi que dans U lgion <\c la tri
bu de Bni Brahiu Bel Kadi.
Tabenant et Tafraout jnfqu' la
frontire algrienne Lts Hdlei
d'Abd El Krim organisent la d
Lf (piiw-rmmitMii krtoaia
iqnorn jusqu' :,sent si
Abd El -Iiihi ? l rsolu
i 11 piii
PARIS Le ministfH des aflal
ir trangres a dc'ar que le
giuvfrnoment n'a connu le^ pro
posil mis que par Irj joun aux, Uucune pio
posit on o'ticielle ne lui est pane
nue. ,vi's une dpche de hez
au Malin le< saccia des fni cals
A" 'X. In et a Ain Maatonf ont
permis de dgg-r le po*te de
Loanst qu a toujours rsist mal
gr.i de violentes attaques riffai: es
lin vibrant app< I du Car-
dinnl Ittibnis en laveur
de l'Emprunt
I ,.,i-, [.- c.,n.liiiui Dubois a eu
vr.v tous les catholiques de Fran
r no pro sanl appel siu
ao'jve-emi runt o'.'^a lettre pasto
raie di' q-ie c'esl le devoir patrio
tique de tous Ich calholiques fian
.;ais de sauvegarder la digoi tt
naucii re de leur pays et d'aider
on avenir.
Vit lent orafft' i Paris
PARIS l'n violant orsge s'est
aba lu aujourd'hui sur Paris e| a
g h m m interrompu les commu
n citi'itiH tlphoniques. Les raves
do trois centraux tlphoriques
ont l* inondes isolant les ahou
ns de loin les quartiers de la rive
gauche.
Un riotenl incentiie cause
d'imiMntantsdnjilsd.iiKs
la capitale de l'Ile de
Fionie
ODENSK- Uo grand iuceu lie
a clat dans le ij artiir du port
d Odentc ; il fusait encore rag i
cd soir. Les pompteis esprent bien
tt en vei.ir b u'. Les dgts e
moutent dix millions de eouroi
pes. Deux navires ont t brl*
I d'antres sont eu danger.La rbi
leur du foyar tait si inttase que
le quai de l'autre ct du port a
galement pris feu.
Nouvelles Diverses
MELBolRNb Lee premires
nouve Us au sujet de la vranda
d un totre de Bourke Street de
laquelle un groupe de personnes
regardaient le diii des marins
amriciti,bier,taienl tasgres.
g i.-nd .m a fait une enqite dans
les hpitaux ce matin on a trouv
3u'il y avait eu dix sept personnes
e blesses parmi lesquelles une
spule l'avait t grivement. On
avait d'abord cru qu'il v avait eu
plu < d'une d uMine d-- tues et
presqu'une centaiee de blesaees.
n -u.-. u- "i-iit e h's utee on
,.i- lgres et l'on ue pense q i .-
cuue *oi' fatale.
BKRLINLesiurtndies de te
rets de 1' VI -nagne eantiale cou
vrirai r 4 '0 arpents ; suivant
1 A'I Lhr -bendbleat le Reich
expulserait 10 000 habitauU polo
mis .lu territoire sHesisnd l I?
aot X litre de reprsailles.
"OULOGNE- Uell lertru.ls
Fderle, la jeune n*g......> amiriral
ne qui doit bUaldl M>ur|aui
verse de la Macche en parlmit
duCapG'is Nri s'est utraliieii
aujouid'hui pendant tr. ' henus
au large de la jete de li.mlognr.
LONDRES I es re|, dr) m'neurs nnjilals ,1 les profni*
taiiesd.s miois s? i.uu ront i*
tvt .luillit. C.'e l la premire mesu
r p ise d .ns e but demi cher la
frve des miiieuis aDglais Le ter
lil.lwin a .iii-i n t. h recevoir- lun
di li dlgation .tes ihfs du ion
ns des syndicats ouvrer. t'e
congrs qui avait promis de,soute
ntr les mineurs a demand hier
une cnnfience avec Ruldwin au
sujet de l.i grve.
HALIFAX- Le chalutier In.a
qaje Labrador" qui n'tait jet
sur !a > U: dimanche sur I Ho de
Sable a t abandonna.L'quipage
a t sauv.
WASHINGTON Le rystmd
employ actuellement pour l'appli
cation de la prohibition sera con
tmu jusqu' oouvel ordre V An
drew, secrtairo ndjoint la Tr
sorerie et autres fooetin on aires iu
tresss le q e- tion ont rencon
tr tant de dillicults iuattenduea
que les projets de rorganisation
ne pourront voir le jour le ter
bout comme tout d'abo.d L>s difti
cul ttarsidenipri mi paiement dans
le choii de 22 uou/eux adminis
trateurs et I u<- le limites les dis
Iricts qui leur seront allicts.
WASHIV 3T0X-La vie de trois
missionnaires reprr--ei Innl la mis
sion centrale amii nine A Nicari
Sua a t menace et leur re*i
ence uttf jue coups de pierre
et la mission avec buuibe Les d
pches reues ici disent que la i
tuHtioii e-.l enco'e giuve
(es innovations h nr. us
i l'/\ilminislraliin postale
L'Administrateur gnral des
Postes poU'SUlt li.l;i---.lil'ii,.'iii
son programme d'amlioration
dans le s rvice public.
C'est ainsi que nous avens
not ave plaisir qui partir du
1er Aot prochain une boite
po. taie sera insulte Trouin.
qu'il y ; ura une malle hh*b*
domadaire pour Sto DominK'
direct et que le courrier de .la.
mel sera expJi pjr camion
jus in a Troinu.
'Ihmhu l d'heureimaainno
valions qui mritent bien d'tre
signaios.
Garage
~~*Annoual
Tlphone : im
Le Uatage s'tend ds la Grand'
Rue la Rue da Magasin de I Kt.it
et excute lou-. lea travaux le>
plu- d luciles et les plus dlicats.
pour automobiles. casaioM, etc.
Servie de tout piermer ordre,
assurant la plus roinplele gm nti
aux client.


ir ii m

rr
URODONAL1
Rhumatismes
Nvralgies
Goutte
Gravelle
Artrio
Sclrose
Obsit
Q.l avl re*tr ; l ri) a mail trr.es. le Jurrl*emn!
de* artre* I -m*, le* arlcea et l'obU Aoit
eilmlnr ? l'axca 4'j' M urlquc
re |Miion da notre orfaniame,
O f.-!. J-* cura rf-gulltt et
'V/IODC-NAL.
*
lave le sang
L'Indtemen prinririla. dim la
tTilirr.ieni ? nnt tout S (rr.p la 0TeloopemnT !* ? > nrtrlt>
ICI A fa i,fioa t u*Htlro*.
TU d-f
i tout* aiMra
r>pl ! tft-
ri lion d acIO
o'tqne tani I ifuT
ie:.kUii>. op devra, a'
cubtfc. lullw nerajT
quai/niitiit contre la r
(Ti.qife dan l'offantaine n amployani
rurooor.al u
Proietseur Fiivti.
frai tt ri .1 >m t i uoiTtr.n* a* Psltlaf*
il>
iV *n*
(itin l. r Vattnelunt* rarit
ri A i idai *;n '"b" ru wtu-
' v "r*,r. ii. -rjfiio Mttaditt ih'.'i . cirdTopuhiei.
t i m -.-i/-. i Kaume eilfunt. Atiuia*-
Llri itUL mr/lw, Oeutl*. Uiru&UO. Na-
rratte*.
KM>
,i-*irtt^^
Serq Taillant Constqnata te
Carnet Mcndsin
C'est tout Port au Prime lgant
oui assistait ramedi soir a 1'Kglise
Ou Sacr Cmur de Turgoau -. lu r
li bration du mariage religieux de
Mtlle Auguste Amila
fi1! de Mr et Mme fini Amila
aveu
M Joseph l'oiijV
fils de Mme Vve Poujol
Lee mari* ont t Modifiai
1' utel u r Mme Rjoardo Calveo,
fa n rue du ympsthique ex Chau
e'iet de la Lgation I).>mini< aine
avec Mr Paul A mil pre de lu
maries.
Les demoiselles et les garons
d'honneur formaient quatre geu
til couples dans l'oidr suivant :
Germaine Delaqnis Oarail'e
Auxila Roe Auxila Edouard
Horelle Carmen AuxilaMaurice
Poujol ; Anna LonJoseph Le
breton
La qute lut Tait pat deux gen
tilles gosses : Rlsie (t bella Me In
tosh.
Apres la crmonie religieuse tt
la traditionnelle tourne en ville,
ne cordiale rception fut faite
ttx invits a la VIIh de Mr t
Mme Paul Auxila qui comblrent
d'attentions et d'amabilit leur
uombreux invit
Lue musique entranante ajout*
encore la note de gaiet qui aiii
ma les jeunes couples durant teu
te la nuit se berant de toutes les
heureuses illusions de leur ige
.uartuukt.
JAu mariage civil qui avait eu
lieu prcdemment, les tmoins
taient pour la mane : Pierre
Auxila. Maie Delaquis. Kd. I>.
Watt, K!ie l.andnu ; pour le ma
ri : F. Det-ijens, G. Poujol, H.
Wiedmaysr, Lynce Denis.
? l'intressant et jeune couple,
nous renouvelons tous nos vu*
ta parfait bonheur.
Une journe lu Prsident Borna
UtUSE
Hier, cinq heures de l'a-
prs midi, eut lieu dans les sa
Ion de Mme Vve Franois Ma
nigat, a Mu tissant, et par les
soins de IOfficier d'Etat Civil
Aiphee A'phonse, h uKriagu
cifil de Mlle llayde luguatio
avec Mr Franois Manigat Lea
temo.ns taient : du cwl de la
R*f*5l J*M. Martin Aikiou,
Dr J.C, DorsainYil, A. Chavane
nes,Gijiilauiue;ducoie dunan-
MM. H- Fautua Sa. non lier
mann Hrans, lue Mno'.Au-
d' I-idore.
Compliment!).
A I rouin-la Montagne
Hier a 8 heures du fr.atin, le
Hevrtuil l're PtStal clbrait
pour lu premire l'ois la fle de
Ste-Aaoo. pationne de ta nouvelle
piuni--.' de l'rouiii II aviit tt nu a
voir Monsieur le Prsident de la
Kepubl'que et Madame Homo, prin
cipani bienfaiteurs de son gli>e,
i i tu la crmonie tt aoeoi
reg i par lei.r prsence la labo-
rien daTrouin.
r>ou Excellence et Mn lim' Hor-
no accompagns seul ment ,'!,'- aides de camp, lpon li
renl l'attente du h n pre et
furent l'objet d'un aceaoti spon
i ii t coidial de la put de ces
vaillant cultivateurs Ce fut une
r ception saine et encouragent)'*
pour tous ceux gol s intressent
telement l'avenir du pays.
Mr Vilnus Louissamt, ancien
dput, iou'iaita, dans un neau
discourt, la bienvenue au Prc-i lent
et temeic' aus^i S *n KsjeaHaooa
d'avoir a 1 vrit, cr c- quartier
qui n est devenu ire qu'il est que
gr&js au cJUbOuri du tfouverue
ment et a laide personnel de M
Horno
i-'.u eltet, parmi les trois mille
personues, qui li'taient la Sainte-
Aune dac ce dcor charmant,
quest Tioiiin la Moniague, i mou-
lant le Chef de la Nation de leur
vive sympathie, ceux qui connu-
rent, u y a peine huit mois, ce
coin champtre, su piaient h pro
clamer la traiul'uimation de celte
campagne en une coquette bour
gade.
Au Ch trap de Mars
Juste > ht ures un moment
avint Is loris aver e -t hier aprt
midi, Boa Kxceluioa prsidait L
c i mnmede la remise des coupes
et mdailles or.'ertes par elle a nos
ehampions.
Mmgr la lorle chaleur estivale
de juillet torride, les deux stamls
des tribuneslegoigeaientde monde.
Monsieur Chevallier, pr ideut d.'
|'( n ion de* Socits Sportives II ii
tiennes, s'exprima *o ces termes
Monsis ir le i r^tden t
Dans m rapport d ma |aatioB
t'a l'an dernier, a 11 nion des S>-
ciets Spoitives lititienncs, publi
par le Journal Le Terop", je pro
clamti qu celait gfaos nu aM
ion de voira Baeal.aoss que !
Sports avaient u prenJre l'essor
que tous se plaisent reconnstlie
et s admirer.
Ea effet, suris vous, Monsieur le
PrtsideoL dos ath tes n'sonioni
pas dmontr la valeur hatienne
au tournoi de la Ville Olympiade,
sans votre patronage, le match
J uv iqne Hait! st mil ret dans
1* domaine du iCve de plus d'un
iportmen.
Et cette semaine encore, h la
rencontre ioteinationale de Lon
drev, Thttrd et t.alor n'auraient
pss l-it clarser no- couleurs.
m-jour'h i tunissan* nos mch
pions, tous voulez, vous mm .
reme'tre a nos tir urs des j ux
da Paris, une mdai le, commnn o
iant Uur pnlom-.nce remarqua-
ble et eii mme temps oflrir aux
quipes championnes de l'anne
des coupes.
Le monde Sportif vous remercie,
Monsieur le Prsident, pour ces
marques d'encouragement et ns
manquera pas de vous donner les
preuves de sa sincre reconnais
sanee.
Le Piaideut le leinercia et
daiia I loquence nergique de M.
Hornn, il alhrma, jne fois de plus,
>es dpositions d'aider encore et
d'avauiage l'L'nion et toutes les
arums utiles. Puis il prsenta une
- uperbe coupe en argent MM. Moise
et ai m. ud. prsident et capitaine
du tennis Club. Cet objet d'art a,
eu relief en or, I armes de la R
publique avec les inscriptions ;
Cbampion-ir.i b(Humai 19ii Jeunes-
se Sportive Hatienne, I9SS Tennis
Mm- Une autre coupe de mme
t>le, enrichie de deux salaman
tires est donne an prsident de
Il S. S. H. pour l'quipe d>s
civils qui, pour i deuxime fuis,
ga^na le match Borno ( civils en
tre militaire- ,.
Dans u:i geste grari ux Mue
Burno offrit une coupe en argent
M. Biooy, capitaloe du Kacing
Club, champioi I-. la tma catgo
ne. oaiine ftti, Mose et .\rmand,
M. Hjncy remercia en quelques
m l- heureux.
I,e prseutatiou des Mdiill*
eut lieu s n le champ de ininusu
vres.Nos lirrs, au in Je la Mar
ch guttricre Dvouement ?, la
Bjora.ra cration d'0:cile, w\t
cb iru rji et vinrent se placer en
i tee du P. -i lent, entour ,1 *
membres de .in abiaof e|duQn
rl l'orrel.Chel'de laUeo lai inerie,
t hapie quipier, M Mjrno remit
la mlaille-si'uvenir, ommmo
raat ia succ? mondial d'tesT.-
hatien. Puis, l'quipe lut initoa
a pareor la revue de la garni-oo.
Voi' ceitet, une crmonie Isa
posante par son ca.net de sipli
cit sportiv /militaire, dont tons,
nous devons tre tiers, parce qu'elle
tait la gloire de nos champions.
Les Fuies Scolaires
Comme nous l'avions annonc,
eut lieu hier matin, la di-T bil-
lion des prix aux lves de l'cole
r i temps Thophile Marti a di
rige par Mme Louis Morte i
A cette occasion une char lante
petite fte lut organise au oou"S
de laquelle les parents et invits
ont pu apprcier les rsultats ob-
tenus, lesquels tmoignent des
soins consciencieux apports par
le personnel dans l'accomplis-e
ment de sa lche
Voici les noms des laurats :
Classe enfantine, 1re et 2^me
il.visions. Andr Jean, Ann Ile
Ma Bflceaa, Christ laae Vergin, Yvan
Basile, Uormlie St. Germvu
Agns Pierre, Aleline Lestrla, RI
ra l.espinajae, l.lflie Bndet, Car
iiien Jnan, Vaiiella Siinton.'e,
Hose Pierre, Lise Pierre, Anna
Pierre, liova*Bs ti-tile. Alnl<;
I.aligne, lilrint Pierre. Ltimne
Mo.-e, Franci'ia Fortun, Uice
Andr, Clia Simon. Rogir Nol,
Maurice Emile, Maxi Franc ii-,
Annette Ce anie, Flix Maurice,
llermaun Colin, Kven Gay, Loui-
dor tiay, St Jean Rdmond, Lux
lien Maximilien, Cyril A/)r. Oc
tre Auguste, Lon Kosemi, Eli
m Brunice, Sraphin Marcius,
Joseph .1 iiriiiville. Il.iiiu- Anna
ci us. Lydia llaspil. Antoinette
\ntoine. Miracia Pierre, Carmen
Pierre, Alice Jean Paul, Dieudonn
Dsir, Ang>le Duflenr. Chri-tine
Aim, FI a Fleuneo, Hsinette Ti
m, Flix Emile. Rodolpfa t St Eloi.
Classe prparatoire l-e et 2e
divisions : Ida Maleb anche. L u.
dre Ballan, lllvtius "ierre E len
ne Louis, Montas l'.-lim, t-til
My tll, Andr Termilm. Licius
Dlia, Rachel fn Pie re, l'imne
Joseph.FrincineFauoeri \Ueiaone
Pelouse, Jeanne Dirchen
Cours lmentaire : Eiraus Eu
nia.
Prix Sploial C'irn e Joseph
et Alice Jean Pau I
Piix d'honneur : Jeanne Dorc
lien.
Prix d'excellence : Eiraus Eu
nra.
Tous nos compliments la direc
trice, Mme Louis Mortes, et sa
collaboratrice, Me.le lleniiette Du
rand.
Le jeudi 23 Juil'el, eut gale
in ni lieu la distributi m des prix
aux lves de l'Eco e mi temps
"J. B. Francisque'' dirige par
Melle Lucie Kavanagh L ne petite
fte runissait, cette occasion,
les parents des lves. Des posies
et monologues furent dits, a la
grande satisfaction de I auditoire
qui ne mnagea pas ses applau
dissaments aux interprtes
Hier aprs midi,c'est l'Ecole
de Melle Corinne Scott qui, au
cours d'une charmante matine
rcrative, distribuait ses lves
lea rcompenses mrites pour
leur application et leur assiduit
l'tude pendant l'anne sco'aire.
Ds 3 heures, une nombreuse
et belle assistance emplissait la
grande cour d riitablissement ad
mirabUment dcore. Messieurs
Hennit Casous, Chef de division
au Dpartement de l'Instruction
Publique et Auguste Scott, ancien
Seorlai e d Etat de I Instruction
P ib iqu' prsilai nt la crmonie.
A 3 heures !|2. le rideau, lev,
dcouvre une scne orue avec un
got rare et un art exquis. Par
tout de petits drapeaux mulitico
lores frissonnent au clair soleil ;
sur ia scne mme des fleurs arti
fivielles o i naturelles, rpandues
a profu-in i montrent leurs plus
belles couleurs et tormeat pour
les petits, qui tout l'heure ex
entrent les div rs merceajx du
progiamme, le cadre le plus char
m tnt L- coup d*OJi| est vialment
ravissant.
La fte dbute par la proclama
tin des prix et la di tribulion
aux enfants de besux vo^um'-qui
tont l'merveillement des gesses.
Il et ju-te de sigoslor q-|H la ni
veau des tude* et tes Df Uss dans cette petite cole la pla
cent au premier rang de nos co
les primaires.
Deux lves, Germaine Alptnn
se et Gerdha Gouraige qui avaient
t prsentes aux examens d'Ing
truction religieuse et qui les ont
subis avec succs, reurent, aux
applaudissements de l'assistance,
leurs 11 r* vts qu'accompagnaient
deux belles coironnes de fleurs ar
tifi -ielles.
Puis la partieIheatra'e com
mente
Uochmur mim : < Les Cerises ;
il est chant par les plus jeunes
lves de l'cole, des tout potits
de cinq ans peine; et, gnrale
nient, l'on ne machanda pas
Melle Scott et & sa dvoue et ia
telligente collaboratrice Melle
Laare Normil, l'admiration prou
ve en songeant q lels ettiitsel
quel talent il leur a, sans doute,
fallu pour obtenir dec^s miochss
une si belle interprtation.
Ensuite vint un dialogue :
Damo Paresse en visite mor
ceau Ir- rus-i Ml cou*-* duquel
l'on s'fgayi tort aux ginabtd-s et
soi mignardises d-i 1a jeune Plaire
Fontaine, pstite dtibals ante qui
a nr e trop comp aissmment l'o
reilie aux doucereuses piroles
de la Dame Paresse.
Le troisime more*aa du pro
gramme tait uu ehesar : *Les
Smterelle- , alerte chanson, sac
compagoaol de mouvements ebo
rfrapniques qie les entants vtus
de ver', to it pareils de vrita
blos siuterelles, exc itrent avec
un b io-t u ie harmonie remar
((i .I. es dans le ch in' et la danse.
t.e tri beau morceau fut biss.
Pm* c'est J iseph P de i-inq an*, qui. ave- un srieux
imperttirbible vint dbiter un dso
pilint mo.-io'og e. "!,'hommepo
li1', q :i lit beaucoup rire Un nou
veau ch nr suivit: Les Cha
m aux", soave et mlancolique
t'v icition i ctla terre lontiioe
de lve et le. l'-en-s qu'est.la \ioa
g) ie, et quj les -unes ch >rist->s,
sou* de rj'i'ails et pittoresques
SQlttjmsS, ren tirent avec un art
et une efp'etiiori m'rveill^.ux...
L'on lit padint q leliius ins
tanli I: la b m1. et bille m isiqie,
0 ia p'-.e omn cl U .e oo
rit'e boi'd n I acte : '-Prix da
Ha ut :". les bons mots y lu-son
ne it, i es lit y ptilla. Ce sont de
1 u j miiir- i. ir.crs q li tian ien|
les rles et elles s'en tirent mer
veille; une surtoat, Ghislaine Gou
raige qui joue Lisett*, une sera i
te. Par ses reparties et son air d
h n vol te de soubrette ffron e,
elle soulve, i ch tque fois qa elle
est en scne I h -lard gnrale...
Mtit b en milli ureusement la
p'uie mil n'-oi'reuse survenant,
loi ne put voir la fl i dj cett spi
riluads comidie ie n. ne que le
chijL'ir final q ii deviii tre cltxnt
ptr tous les l.-v -,.
En somme ce fat une aprs mi li
qui permit ;'. tous les assistants d i
couler des heurts bi n dlicieuses
et dont le succs doit rconf irler
Me le* Se II et Normil qui n mi
renouvaion Bdi plus chaudes fli
citations.
Mort de Wtniam Jea-
iaus Bryan
Le Sans Fil de ce jour annonce
la miit ubile de M \V I itm
Jtnnlog* Broio i i.te d me
a'Iaqie du coeur.
Jim-is M B'yan ne s' t t s. n<
pus en sant que la v il e -t le
jour mme de ce latal nement.
Noua appreB0D|l,
t-oua de notre H*m*
noland. v -
Nous lui fouaaitoH g
M G'orgaleja*]
aes principale DetSiki!^
ronm-fement die Crxw!
fit le pleisirdePoirSi1
^on a/jour iciaciaal
te dure devaot rvathi,
ve< son frre CamS>ol
MagKtiat Commusal et!
de qui i.ous gerdom 1
des ftouvecira.
Ce midi noas eveai
fr^bie surprise cireve!
conlire Stphea HnkV
de ' L'Artibonila" f mis lui ont renmisj l^!i
pathie. '* '
Accidj
Srmedi dans 1 nuit 1W.
lieu enant Levque ccaeS,
son pr0| r laire M allant
direct on de Carrefour ta
But toi pi ef qu'en furedef
do< k |'ran;aie ccrip patL
Le IWutennnl levuuekli
avec dts t lectures la t'ig
lvre supreurr.
n -ignu'e rnene un
tc;dent Mutfr,u | *f l
L'.S.N. dans la soire )|
i (intersection de lagnaj
du portail de L/cgtine et<
conduisant i B, loisr.
le canion s'eetp*nltilr^
n foss bordant la voie, s]
auite du dire, 1er [KHaal
des ameri-'hins oui t as|
Blesss et les e utres ef |
Compagnie Gunk.
TraoNt1
l.e paquebot cl
paiti d- Rorjpptixlrl
est attendu Prrlar]
5 Aot.
Il rep&ttira le m
ton arrive ronr
Cuba il les port du Si
ra de retour PorH
ver* \c \\ Aot toi
le Havre vlfsiorHi
Pufrlo-PaUetSn^
Po'l au Prince. 2?Ju
L'Agent, t Rl
A ujourd^bi
4ujourdhui, il y i]
J.ilUt (915 i qu'eaV
au Prince, ce qu'il i
peler les Msirea*
ann '' A4 heure) j
Palais .National,
Prsident V|lbrw7-1
oblig de se rfsjP^.
da France ani "*,{
da feu, tous le de4*
aon furent irapilo
aacn's Seuls sa W
ou trois dont MieeisJ
vente de ces horrevn**
dsordres
Demain, iljsaialll
Juillet 191! H'**_**,'
re par tous leaJ*
teient commis U ""'i
force la L([tlios
s'empara du '''*'*!**,<
Guillaume qui fut !
et dont le- reste ssi
promens lrsr (JJ'
Le' trou es am*0^^]
qnr.nt B zoton b***]
soir.
VIT TEL
VUUE tFronat
GRANDE SOURC?
Vuv pnipidtte do rARTHRlW
.. Balaon du 1S6 Mal au sa i*ptauibr. '
OOURSC3 TEMMiS GOLF Pf" rutAT*li
* paro spoial pof ** tmfAatl
J u vtr.i* a-,., i** pitnolpala* Pli*nna*i*i DrojjrW i M*la Vermonlh (linzano
: d? aH?' ei Q* Agents


'-E MATI.>
Pourouot vous devez acheter
AUDA1N & Cie
j,.tPi votre Clairin fierge chez Marcel udain & ie,
*5tos G.n, Wisky l liqueur -
h votre Bhum et vos alcools *
votre Micre haitien ou tranger chez
, ^0lre Cal torreli moulu chez
votre litre ( powenbiau Hambourg)
yos Tins de Bordeaux
t
u
u
u
parce qu'il provient M meillt-11 a i.rroirs d-flaiii.
parce qu'ils sool vendus aux plus lus prix de la place
parce que lesmarqtes qi'ils vendent sont d'une puilt ingalable,
parce que leurs poils sol lonin et leurs prix ds flus avantageux. .>
.ec du eal de choix, dans les appareils les plus perteclionn,
t
t


parce qu'il e.-t prpar avec
paive que sa Irahheur et soi prix dfient toute concurrence.
u....... parc* qu'il* sont vendus aux mme prix qu'ailleurs, malfl !cur suptnonle
Achetez aussi chez larcel Audaio k cie parce que l'accueil que vous recevrez sera des plus co-rt01*-
1903 Hue du magasin de l'Etat
&
"
Grande Lolene
MM m m iiM imtHe cl 422 Lots ei esptes San les aaspics in la Ibsn
F. M. Altiri ap- Hatien.
loterie est ouverte dont le prirdpni lot consiste en Vimmeuble que roriente la g*avu damre i .
Le tirvge aura lieu d< q *e 'e* Htbt auront t venduf. ntto un am uiu heaur
H difice, de construction modem*, offre tout le fo./ ri dsirab e et f'. sans confort', un des plus oeau
iimen* dp In iWe du Cap.ha'ie** ouJui(.a, Ltt mrs. au r
U l'angle de rue du Gouvernement et des Religieuses, il est construit entirement en roches t briques l JJjXSJlJJS- pnl uns v*ate oour tnfr.eai3
JHt,ont un paisseur de, 18 pouces, ceux de l'lage 16 noues. L'une des fande n 72 pied* do loajueor, l autje w p i tage. Il V n un trrae
Ifsnt, au >ez de chausse un lai g bail, Irols chambres et des dpendances servant de cuisine, raile d.- bain, eahiuets a mm
sabres t des dpendances l'usage de cu'sine salle de bain cabin-t, n'aisarc. tmhia ils illIKHHlie ewiiccs qui (urinent
"llfrr,trs 8|iac eu. el coniuiode est fait tout en ois d'acajou I- s 1 ntres ro bois de chne du pays ; les p;irq lets ni Dell s M m "'
-iblsuwilu plus hei eilet. i,aii *i it prendra tlQ le 50 V|a 1930 J
bletsl jjctu.llententoc up par U Compagnie Franaise des Cables tlgraphiques qu le loue raiso i d 150 d .lias p:ir mois et ratw h
d'sMurauie couvre les isques coutre .'iucendie. ,,,, .
!* romu.e a- bai u ms en vn'e es d 12'lOO. ( amtrois dollars) le Diuw. .. ,,,
sue de Vimneube qui r p***..> U lot pneipal U y a 422 tV en vpets'*** * aensemn.
d* l\ 7400 ( *

ideP.UOO.llot de 500.10 I ts de 1oo. to lofs '* 5o 1 io s # S i# Mo to *H * ^mJSk^mm
billets seront vendus sous le conlrle de la laison F. I. ltieti du "ap-Haitien et le lirage de la loterie aura lieu galement sous son
e d'un cotuit loi aie des personnes dont les noms suivent :
|gr. J.B. Colcanap, Victor Daubeuf, harles Zamor, J. A. iacia
J Sancbez Martioez.


pli vente chez: E tiobeliti. Htel de Frauce -- Georges Muuier
Fulton

Shoe Polish Companylnc
New- York
Si vous voulez conserver la peau de vos chaussures.
Il vous vouiez conse ver ta aoupleste pendant loogleuips
I Employez notre patetM iiotjiam^lH meilleure de toutes
les marques,
fabrique spcialement pour les |)enllemeii du IikjU hle
lle prolue vos chaussures contre I* chaleur H
l'humJdiie.
Geo. Jeaosuiec L *e
Varits
Mardi j
Le Dilate
Entre: G. 0,50
Bip 1er mil us
.liilius l.opold
Propritaire
A l'iotersaction \ lu i.hunpJi
lin d e'. io Peut *aaf estts i*
toi est i li'e
C'it li PS|4m voj* nature', de
tint MSI qui tout n voulant ue
pi- l'tOtfSSI le ' "iU*. diil i<
cpenlui s>l i \kc d i mu i
t res| u r liais
<'/ev < bock. Kl c es'. U\ auisi q l tt Lit
1 ta si eur servi:*.
Tue Uoval Viail Steam
Packel Company
f tuuiur >Hwm S*^ k-fopto*
ratteiOu U, n *** *?* nnv'c;
Diimemvi_ pow l'lwr*V<" ^
.f.Daaider Jrieni^rt
205-209 Rue Traver-i'e



.1 ulN
Grand Hl de Fc n t
iixi'i'tn e*eep'i .un. lie, mi centr d< nllcie-
) oviiiiiii' de toutes le* |fiii|u s le lu duiin- .
* HMKjll.lll; IllS el laCtil m bile .1 uis luui vs les parties de la Kyul.lm t
i I ifti i J de Ii r/*j>u!*ln| i djininiciiYe.
bandit es coniortabfa el suit ml 1res prum s. en
lllati urf datif les ili.mil..-.-s a Ih d man le des rer
tiooairei Cuisine laiaise trs soigne et di
plus varies.
Vin d?s meilleurs crus de Bordeaux, |ar hrr i
qui". lUmejaniies, gallons et par bouteilles- l'anni
les Vins Mecimleaiix, vou trouverez le plui grand
Cboli, p.mr les qualits el pour l'Agi
VIN8 J/iTALIK* DESI'AG.VK
\ IN' DIS 131 >UUtiUii\K (titanes et rouges | et le rei onvn
foounard mousseux, goll Amricain '
Le 'n- (.i-k! assortiment do Liqueurs, Ccfjuac
plus, w l.kl.S, etc.
Abslntho Pernod, Amer Pltra, Yormiutlie
r.Ovi-^Kitv'fcS franaises et amricaine-, Irais
ment arrives
C1U *RES de Cuba, Aurora et ll.i oausr...
Cl \R T VUS de toutes loi ilni.i os d I! >ill Qct s
t ilMdl
lV\dl LMER|:<: et Cartes postales.
Prix trs modrs.
P. P. Patrizi
ENERGIQUE
ANTISEPTIQUE
mnsm msm Graan
guries vite et radicalement
jimi 4* :rt lBcc.
Pagol
qui supprime la doufcurdecoooesftairie,
tant, aseptise et vite les compbcadons.
Nombr.m Iri.iui dt mdecin, minent..
Commantaiion\ k I Acadmie dt Madeclr...
B.rt ConcBur., Eipoi. d* Sto-Frinciico 1915.
PHpari par lu Liforut t.lw j Vtltpeienict. P1-
Talons en Caoutt houe Good
La maison tfSILVRA
Oem qui n'ou pas encore vu les jolis articles la
Hoesse <|n vieiil de recevoir La Maison Sil^er
d i'e iT," tl ki i leur intisjl, s'empresser de passer A
e.'Me maison, car nul part ils ne peuvent trouver
d aus-i h miiv articles idei pris si raisonnables
Ion articles sont rahnm! de fonte I) ;*ut et de
Irstdteiir el nos prix dlient toute concurrence.
Alpa.ia noir suprieur
Satin China pour tailleurs
Kal. blanc suprieur
Kaki iiiine anglais supriaur
iluck Union blanc anglais "nouveauts1
Dl'i11 union bl.ino anglais
f.l
Tlissur Japonais pour ehemlse a hommes et roo
Kepa de soie barres couleur pour ohemises a 11 u-
iiica et robos nouveauts.
Itapiiste fine pour chemises
Percale fine pour lingerie
C.'.jiii * percale pour '
Zphyr anglais iijur chemises extra sup
Orgr.udi suisse uni et couleur
Bas ;i joursdt-mi-soie
Chaussettes cossaises pour enfants
Froncli h'rlsky, dernier,, nouveaut
l'oplni fleurs pour robe
Tussor blanc
I .iii>' i" hlano
Vol les couleur A bar. es
lias suie brurle
lias 11 fuoiid
LoUons vei't'
Tulle pour premire Co nmunion
Couv.rtaroS blanche et. couleur suprieur
Bandas broies Midera pour eliemises et Iuos
Voile blano barres el a mouches
lialne nlancho
Nappe codeurs
Petites s ivlottes blanches damasses
Organdi hiane & couleur A barres A n carreau.
Lainage cou*eui anglais sup. pour krpo
drasa barre, de soie pour chemises homme.
LrSpe de Chine couleurs assorties
extra suprieur
" mnrocain carreaux
Bolrie \ carreaux pour robes et chemises
i rien'.ne de sois a barres
brbaat noir anglais
lmilulion to.le ecrue
StiviitL,, do tuiletles blanche. & coule r
da.nas.3es ulnnolie. bour ta nllls
t hemisettes a le-11.114. suprieur
Ainid.! M-lienis, roua qui voulez porler, peu de
Jww, les plus boaHi tissjii i,u'il soit .possible de
tiou>M suf c/lie jpls.ee, ue mio.piez pas, avant
I aller ai,leurs, du passer cbet ..ou o le me.Ile...
acceuil vous esi rserv.
Je ferais un mille
pour une Camel
IA plalilr vaut cela. Il n'y a
S-^ pit le iiib.uiui pour la
qualit "Cmnel," ni pour le doux
et :i'.'rr.il '. iiii-liin^'i- "Coincl. '
Celui qui fume des "Camela.''
exige di-i 'Caraeli." parce
qu'elles ont une douceur, un
arme, une dlicatesse, que vous
ne trouvrrex dan* aucune autre
cigarette.
Ne vous laissai pH> dire que
faut.- autre clgarcnc, d'un prix
quelconque, vaut les "Camels '
Essayei les -Camel" rou-
mme. Quelques bouffes,
douces, rufrniclilss.-iiite, et vous
fere un mille I pied pour une
Camel."
R. 1. REYNOLDS
TOBACCO CO.
Wimton-SiJta
North Carollna
L S. A.
La maison F. Lavelanet & Co
lue duJlajasin de Ilit
Vent de m i voir par le franais
!ch aride suivants
.''Ptn'.llf. Kxtr, Finep, Dentelles dvoie, Dentelles Or et arsert
ItQlBS, <..lnit*>s Cbapraux Oarois, l'iumeF, Fleurs l'aille de Soie el
JL1 rD,Ju M^"Z >r,f,ie-- Wotife HHule F.Dtailis en
rcitfff^porr Robes et rhapfaui. des Sacn Perl de toute beaut, de*
|s D;rr.rp, ('harMin Jfan Bart pour L'nitnls. Fitssea kW
[e-gnes | coiffer tour- genres Mi ts, e r, fie,
*ff*"W* ll< mrr.es : Fa.> roi*, Cavales, Bretelles, Cberpies
fle oi-, far .lies, etc iout aitcU pour mticerie et Lineerie Co.
Irn- x m r^ueurs.
i>U(;,.Ns...NT, ISCRNfHSet B. u.hon pour pharmacie.
F n li? en rnciitr|,(.f | p0, p Acm ,:IC, UiTh l uJHHl CT-l W V ' 8iop Dearhien?, Vin Nourrj',
I Ve I I,, 5 Si' Qum" n Ub,"e(lue.,JeMo Fer etc ele Sel d'Epso
,i, I''' S;Mlit^Mf*H,1w utes qualits.
,Vla ''."' rWlir elCcCwili CokranU nalureb.
Pmssvojmnp le \ent,ble Ih d.sAljtF, Excellent dfuratilj
I Rfiei-ncnti voir, nos prn sont avanlat|ei.x,
Les lemmes
ainti que les en
lantsaiment
avoir des. ta-
lonjfncout-
choucMs sont
heureux dejes
avoir car avec
eux ils mar-
chent confor-
tablement.
Protgez votre corps
pendant vos prome-
nades jotirnaJires,en
usant les talons en
caoutchouc Good lear
avec a,vous observe
rez la diilrence des
pas. (jti'ollrc Jeur
construction spciale.
les>lons enjcaoulchouc Gord lear.cosil en ralit des talons on
gai protgent le corps et ses organes comme les/pneus proligeo,
A parade cela ils durent plus que tous les autres.
Tue West Indies Trading Coni[
Port-au-Prince, Gonaves
Cap-Haitien.
-
M. et A.
j
4 i
IrandiBu
i
Il maison CL Verrel
Mti f/oivd [Tciileur
S > 1823 Ru du Ia;|a>in <|r | tat
Se. riCorLiuinde au public el .r?-a nomlneusc cli-
Miiele |Knr I ltjance de sa coupe et la "'prompte
exe. uiion mise dans les ouviaucs eonlis i sesVoins
la n.aisen reste ouverte )ut>qu a 8 heures du rom
tttx mode es.
L
Rhum Nectar
Ch -RI. Gaeljens
1410, Hue'du Magasin de'il'Eiai
117 Kue^BoDne Fui.
820, Hue Courte.
- K
i tdu> dfs C/ic8 dp Bon
\ v nie?-vous vo ta laLiller ui.cli
oiaieh. ^^
adressez on.s A la Maison S.'C
Dont la deviteesl de veuille petit
vendre beaucci p
Dans son pei ,onnel {la 11 aison ctmpto ,
tailleur italien soi ti d'un tublissemaat de
ordre d'Italie
111 le esi en mesure de iournlr des compU.
ot sur masure, en cbeviote, diagonaU
drill blano el eouleur, ooupous de cast
talnns Ktottss pour gilets. 1
Bonneterie'
1". no mises de jour et de nuit, au U<>utJS>
C)ls et manchettes dernires crations
o* iyjamas.
C # mi?>o>7 c% 7 si tue une
t le meilleur accueil tet reseiv A tOUS
sirent par une visite travaux fournis.
Tout costume command et qui ner
gofu iu client est repris.
On parle franais, sng'als, espagnol et
aJassYNs-aB^BK "jbLS^fr-^^^SZzr*' 'nT^r^i^.M______sS^tB
Pharmacie Sjoi
le me avis sa cller.tle rt :i> ni'deeii* st t
l sLtsorm si.n Lgl-crauire d'L'Icgie fn aoli
tvoloaie .appliqu sou* u 1 irtetien du
tir Jiuoi ft /. *tiiutn
Le iab)ra'o re e 1 " ^r m- In* > urs de7 ha Ofur.sc'is.ir pvi u.u h '<(* r ch r;isei aaly*W
iaLi ci ce ri 1011 e, Isa pour le ^g
w.:friuann tt la conaifife Wt'*W
: c, .f>er,nl ,e e8 Q,?- f a s--rr*j d : 1 m estrciir*"
b d< hsiir in i'b>na.~c:e ion lef m MlsassM"*
r Hp s d nriata et Sucrj strique
* .rtirm de W^aarniailB
B < tiou de li boaleY,
K* an on dn >Dg et c!u pi
Ei.BsT dimatiresKfsk/
.Ei^reri-e rtMSPu
l'rurfcl*!
HO i{;e tiis Csars
.
Tlphone : W 750


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM