<%BANNER%>







PAGE 1

VdUhv:. ~ 1 %  le seul ftiafral la ~*i. : Iriiscei.ion fonctionnelle do TiniesCn Epo:je el nrlt^:e '. f-iUn, Evi: ApsajeaTctte fi fEaMirlte, Supp.l-.c )r RJttOn i '•' %  •, r.in?*cns irxOh cCMibonpolni B*guUriw l'harmonie Je;, lormal CfeMlipttiutl L mrite Vertige Hmorrodes Dypepie Migraines Couru CTialalaln 11 Vi n i r i t tfM. M l'** Ptl'". P -, • ... I •• RM 'rcat'Kpar le jnt.oi, i %  tire rwaiolre Ou ttifmm puiittnrf$ an ft/aiom %  Htfi. cul mu nu ecotla't lonndfiri Hi BOUT AN : Po-nma de contre tel htfn*J r vltf'l & g %  ^ — *>^ — — •a? II te o. IJSr S? — ce s s %  £ 00 y. I*i a* Tailfanl Consiqnalatr mouvement n'actionna re lu lv %  • diatan. A Uih, !> %  Vu ah a .1 l r que l'ordre de lu rvolution N eonpowiil de 190 membrei parmi iMqueli tisuraifiit le roi Georga V et l'en cliel" du pmnu iiiraen Lloyd lieuse du suit. m pir l'hletma diair" de son ministre M. Wojkotl n dcinaii'l do explication III gouvernement polouall Nouvelles Diverses MADRID— A lleeuede r* en frence frmnco espegnoke la question du M.tro \ le de gu e pagnol Aguiire a eaooiti aui journalistes que la susuensio0 1*4 travaux de 11 dite confrence e.-t due La ncessit de raliser eet laines tudes Tetuau et Melilla destine obtenir des renseigne ment iadiipenaables Dcs Nous avons appris ca matin i nouvelle d- la BOf1 Je Plicoiise >.ui' i ii SU V 011 "i II I Ce lu' m : ligure J %  iu \',> tut que l'un reac uiliait touj mis sou riaute, tojJQiin rsolue a faire conrtgi meineui lace KUI viciesitu des de la vie fciv.repre nul, il uiiit.i ,u^l|ue temps dan' la pre*e, aV .ni eu la direction d"un oifnoe | -orn battait la prpoodr.voee -rieun) daoa notre m irch-. Il fut ds t'inetalUiioD le lu Ci i dd Wlnif emp'oy cette Entre prise ou il renJait jusque ces mo s deruiera nn\cn a son iB* dm' et son ai i vite d uties et apprciables servie*s %  Va Ijnciaille* aorool lieu cet Ipri midi en 1 K^lisf dd Sacr Cour. Condolances aux parents prou vs. Aouyemaats des NaYiras i Cotnnnwfae , vers io l, Juillet courant! venant de .\ \. et partaol le m ne jour pour Cura o. l'anama. ftrt If // 'm'Iet couraot, v naui 'lo New V^'k et partant le m taie jou pojr Cnslobul. Douzime de dpenses Lee crdits rpartir entre les diffrente DparlaaMOti ministriel pour le service co.irint du mois de Juillet ItfiS lletent la somme de : Un rmllim su cent trente huit mille vingt iiatro gour des seize cen'i* un sixime ((ides. l.t.lH n-Ji.to I/O). Arrts do Grce Par arrtas en date des U et t't Juin t %  >'i: ', r i %  • plei me! laitire est accor la, les droite les lier* rservs, -d aucuns soat, aux n > n m Sylvain Robert, ooodinial par Ingi meot du Tribunal t ininel des Cayes en date du i .luillel 19 I trois annes de rblueiOD, el K* Urne Vrism condann .\ Iroli mois d'empnmrineiueut Mf jogl ment du tribunal de simple polie de rtioma/eju en data iu M i 10.5. Enfuit trouv;.. A prii/ius h' l'in li n ut* i "--. r<; %  < 11 bUletuivanlQ i nous n %  < • tut pramoni dt pu iltt r i %  '' %  /"""' vui'originil ni y< i l 1*%t 'i b %  n voulu c ufi I r '• w rap port : Mon lier liirerteur, t'ourqu >i a ion trait de dna* ture, duis l'inforrn ition d'hier cou einaut un enfant trouv, la mre qui, aux prises avec les misres ue m vie, eur le point d'trd terras) voulant au moius sauver son peut, I a expos, tcu emmtil |o e d,ns de vieux linges, sous une gdene, aux regirU de pastant ? Quel acte de tendresse mai melic '.iiniiin m wlra ii, orlura il pu si mal interprter ? V.uh liions que celte leinnie, tr ait e par b d >lin ou plus exact, in ni p r le h >mme-, r l.s-e coanitir ; qu une famille a>-e d mande la ncutUlir, aBfl quelle v ^igne sa vi • et que sou Min dessch se goiif e iiouv an pour taie le petit vive. . .llicn v^tre, \. Parisiana U rincuc de M 3e et 4 pisodes Entre 1 jounle Un dner deyala auiirand-lliHil-'FMicu Hier >oir, rpondant a l'aim *b'e invitt!>0 d/ M. t/eor^es Le.iusement avec de ii.u ns Heuis dont les vive: coul uis clataient sous ltmct* lanie lumire lectrique, les coivives du Prfet des caves purent trois heures, ctulainrmenl trop couites.de Irm. h< gail et dd co> d aie Iraterni at.ou L'on tit grand honneur au menu de premier choix qm tait seivi e 1 t itudaul tout le suiiipin ii\ i. p,,es b n> mots, l'esprit, ptillrent i .mm • les dlicieux vin< de Frau m qui remplissaient les verres. Au Champagne d'enthousiastes toasts lurent ports a la sant et i la iclectioa du Prsideul de U K,'iibliqoe d'il uti. bn tomme, ce lut une rconfbr* tante runion que la trancha amiti, nnlataol tous ceux U qui j \tivliaient pirt, rendait pin agrable encoie et sei vira en aug uenltr le rouvtutr. L'en se spara vers minuit. Y av.neitl pris part : vl\l. Emle Marce in, Chef du Cffa net d i Pi sileut de i, Hpubli | ie, Marcel l'ie/eau, .lui de i'Bl il Mljei du Pretdeitt, Uim'al Megloire, Pr fcl Ue l Airoudi.sstniei.1 de l'onau Prince, Lopold PteeMsat, Con •eiller d'Etat, (itorge Lon, l'r tel dis Caves, Ahel tliart, Chel du Protocole, Kn.est Ltys, ncie Coi sul d'Hati a New \o k, David Lmges, Chel de Divi-ion au Hpa UoitOl de l'Inlrieur, Flix Got ce a M U V. £ eer a. V* S tn = \ "<5 K — o I %  C B ce 6 o Oh I ces Prchons Crjturus' Con irc-elUs -'Jil pallUfa di.catfs et p 'ieus'js. Forliliez e* v.. du i,u ker Ual,la riourriture*prfai? pour les bba il la.s iiitiiiil.-. tir M/ te i r MI dbut le Quaker Oats ons tnr n ,1e bouillie • I plie laid quand ils auiont blli int leur lHme n'iiniiiislr* /•'ci.r en iprl une cuisson de 1! heures. \otrn mdecin vouidra que le QuakerOata doanera'a lanr M i ps file tt chtil la nourriture qui leur fiudra; car il con lu ni es lments vitaux qui construisent el fortifient les il'jcat, l ne mre prvenante devrait marger beaucoup d'avoine tdio de ~n tante; car c'est sur sis conditions de pant que reposent les bu, dr MS priill. Le (juiiKer Oats peut tre servi de diverses minires: Potts^a! puteeu, etc. bon atome stimule l'ap, it. l'ioti g / votre sar.t et cipinl I. „U tblllS. Lon R THBAUD, Agent pouf Hati c> — TS e • ~ %  % B = — Q f.rz. — C Une ptition de la Ville de Cavaillon b i-, Chef de Div sion au Ui part ni ni dts ht b luis bain t.. r N n tir Ihoniiis, Lhel de U.vision au l puitiim i t des l ulli s. Un vy Jeai, Substitut du Cniiimissaiie nu ti uvt rnenu nt, lo lu IIOSM, U. |>. VgUBte, Lbl I de 11. iihu nu I pi.r unenl i.ts I i; u 11 --, M Hnnurti r. mn ireai.1, Ludovic Lanothe, (lut de Buiei u tu l'p ilen.ei.t de l'Agtiraltur* t Jules Suile, Kidi.c tenr au Matin , Cabinet de i7iJ0, Hu^ tourbe Cavail'tn, le 21 Val l!2j. \ Son Kxrl|ence le Pr^ndent d II o'i en u Conseil des Secrtaires d'Etal. l'a ilNat'o 'al IVrt an rince. Monsieur le l'rsident, Messieurs les Secrtaire! d'Etat. Li population reprsente par lee signataire qui auivent, vient bien respectueusement demander vore Excellence et i lotis les membres de votre Calnnel, sous votre gile. do bien vouloir lui ac cerder l'aviolage d'epptrteair plu tt a la juridiction des i.ayes qu' •lle d'Aquin, comme j i lis ,ela a t ; ce, eu raison de intrts com muns qui lient ces deux viles tels que. • nos Ira m ao ions 'immeicii le-, l'ducation, it l'ittll mt i n de DOS enl. ois, en §:ral tous uos ia| pcrls sociaux. Fn tons, qiri ce, Monsieur le Prsident, et M geuis les d %  i•' %  tsiree d bial MIH oqu>n-n cette eireouilaouc la bi uioconeid raimu que voua pouvtt iccoi d( r Celle pel le Vllll de. I availloi. si va'l'nnle il si Rd II qu Vous a -i hautement ma.ril -.on estime et ton a tacbsoMi i luii de ai lie l'HSMge l'oecea n i votre i; a 1 i mime ofl celle Nou ne Joi t< t s pi Moi n ur le Pii dent at Mi ?;-ie. • lis NI t battes d l-.isl, qu pren il IB un S'drn ion 1*1 il ieuw s l D mr pli;i liiiut. VOJI ne pieun. a nolie gaid uni leso'u'ion nia, ootii ssuvi'rn si i peimet tant devo'utr sous h dirut.ii sage 11 11 mu e des SU nis de la Ville des b\t D i s tea >ei I mm 1 Vtuillei Ifrar, Moi iei.t le i isidu>, ft Messuiiis l. s S i-t'ai es u i ,. i, Plu miDIgl 'sj niiiu ija I,I, entier dvoueme l il .i_• p u eies islniaiu i s ViclOf l uimid, irrr ;>n IL n tiquez, J o t.e rCult, C in l Ir, Decttis Daim', Snit.l ll-mu PU marre, Michel Qon i i lvlb tt Vaval, Ssaason Jess r b, Raoul La Marre, Dieadtnn at/tsrd, Shio luon lco.liit. JOMbb Miad, >alna\e Huilie, M .tcet l.amane, JnsepbHiiot Platel, Toufa Cas tillant. etc. COMPAGNIE Lillioyrapliiqued 1 Popt-aa-Priuce—1343M kttki P, O. BOX 117 — ?<''<1pMj LhhoQaphie — Inrpiii Si vous voulez qu voire m:is5 CQflBiTian'Veisa Nous certifionsi|ii .o< li.ivuiv rivalt> ||is mi'iHetirs de ceux ijtii son! c >nlf'ClM ro|i'f. Notre tnvil. est aotre rENfaV; i . Trr a i %  n~n Si--.'' Evitez la perle temps par disern de calcul dansvi comptabilit ivUtu ne saline* tf| m et. calculer ii DlTOR La aneilljiire. G. HLM, A.IJ.lt DOJfW 1 mm



PAGE 1

JE BOSSE & C igents gnraux de : r J NEW YOlWv i'fljarlaii iM^Hoale ftouje^etc], f^nklin FinInsuranee Company rr XKW-TORE \S3U>ancc contre l'inoendie Diamond lalch Ce Allumettes Sale Home i *'S, Rubbtr xporl Company <• Souliers lieds. Elias T. aUla(|eUSo'; Polgso n^ saies en toua i |enre& Manufactures Lile Ins'ce Cy \ssuranctt sur la vie, jiulliou Frres t'ji Vins & Champagne Bord' au* l'h, Jlcjmar cbl'LMiAGL'F MDOls, 'roulage e^ comeiv as alincnl il e.% f W. S. ialhews aSon Tabacs jau nes et ncirs. a Halionale Sans Hival Ciuarettes Chanctelcie.e Envois de d enr toiiiaGraphcnohs fttitym Amateurs de bom< Mii modle M i,'8.Yo i ylroiiveu/ des Imnog' >•(*< > quLoat de vritables BHIILI-a dti pm lus raionn< l> tt J iui.. i-.n 'i iio • des VlritffatiitfftCI IOJI >| I i in' m ni .'Ur hi %  la landir, fad erpent Iranspuriabi 8, et jou^ul Bai eactlll irment i|ue ni n BOUC fi e (tuile matlmi' "J ai ie • i ^'.ment ou ir joli a sjr ne I ijjiuti dive *roej) m*. Hribgis, Pci T o', B ur, CKafrTY cai-, Vu.t. iu.\ d V,-i que i-'r, •!., •F> s 1 k Un iota, : -igu'"e jrr phuB\;inj>V, IHtoi J re hir-gt pour ma< hi tes i.olumbia. I PREETZMANK-AGG£RHOLM Agent Gnral pour Hati. Rue du Quai U Kifljj William I? est pour qui dsir/ h meilleure ni.-ir ju i|"i ail jaunis 'le" di • lille H i|tti sait qu'il doil coller un peu ploscber que le Whisky odinaire cKuio Wlttiam W 0 SCOTS WH I S KV NtURASTIlENlE, FAIBLESSE IWU.O:E, DBILITE SIROP d DESCHIENS l'Bmoglobln* ^ Rjnratenr du Bonq. praeorlt par |'*"5*" d *" 1 S„,,._, d p -.j. *S" MW DtCMlHl.t. Bu. P.yl.adrr rRI .1 Fb. — AlaGrand i Ruei\ 0 1 7 2 8 Notre "ami Jenaro HTRTADO a l'honneur d'offrir se* clients de c.tte Socit lgante de tous les points de la Hpublique les articles dloule fracheur qu'il vient de recevoir de I tranger, savoir : L'n orliuent com^Usl de iJliaueau -le l'auaum Je laine de loulea couleur*, de p-i'le d lia ie mannifiiue qui lous sont du tlir i,r rrl et mritent d'tre vus. AjooKZ BOOM ' jo i* 'h'prsni le paille raeucairx, lu. lords vilie (hvz lena.o Hi HT DO g' m pore. N. et 4. Acra GrandiRue i ct de$ Caves de Bordeaux Voulez-vous vous habiller avec tMgance, et A bon Adressez ooi la Maison X A A\JRA Dont IH Udvue asl de vendre petit baeiio* pour vendre bsiiucorp .. [) LIS son pei onnel. la maison compte un matre tail'.ear ilalien s>rti d'un tablissement de premier ordr il lalie EUeeei eo mesure de fournir des rampiez tout laite et ftir nnsure-, en cheviote, diagonale, p.ilm beacb drillb'a^ o\ coaltar, oorapqra de caMaeir pour oan t'.onsEtoflta pour gilete Bonneterie llnenuse d.'|3Ui etde nuil, au (|Oat dei oiler-.s Cols et uianc'.Dttes derDlre oratlons La' joni et l'vjamss. C"' m l*on rfii ' fa une mnoia ion et le meilleur accueil est rserv tons ceux <|ui d> sirent par une visite tre dlis sur la valeur des travaux fournis. Tout oistume oom nand et oie, liei.ullo Of si an t Hobecs. flottes Chapeaui GIBI, Piomee, Fuur, Paille de Soni louaeriiclaaiourModeP. Sparteile— Uea otife Uaul i ikk • pertes pour Robeeel rheewei dte 8aoe Perlea de loi i beaut, rei r nrs Dancnw lianeaux Jean lia.! pour Knlanls. I rosses L le. Peignai I coiffer tous perei 4ei Broeeee denli des PfttM Dentl Iricei, eti le. .. ... Article! pour II..HI.Feoxcel, Oratatee, I CbetntW de soie, Jartelles, ele l'ms articles p nr OeicerW al Lit Mie.-**1 lea x MII erieun BOU tt'i.NS K\ i'il s UKN'wtiSet BoucbODi poui pnarmete. Ahmed itioo Liquie Liqoeari, Cogoio, Viee, Obampagoi aiitlma i M en ciiool Boocelr^wipee.— Jeoett ditera. A.--eMoirei u. Pbarmicie et dpeieliti Pharmaceutique!.— Boci B4 : B -ns Tubaa en eaoulchouc Vioael BiaopUeachiem, Via Nomr^, liV.nx lli>logiiol, Diiiiiiiim Lub..naque,PeptO Fei el. .ele Sel d EpiO •i de Gliuberl, Beeoai ea Qree, DTBI aoluepti |uei loulei qualit. Rztrei'a.eaaearei pour 8lroM,llqoeurs et r.oniisii.!.i.dii.tiils naturel. Nous avons revu le Vritable I li hv sucre l.aiiien ou tran(|e. chez %  K.lif Cal d rrl'. moulu chez Ko tuBie.e (Ipolenhrau Bambourjj) & vos Vins de gordeaux f Fultou SllOe Polish Compunylnc New-York c rx MARKi Si vous voulrz conserver la peau de vos chaussures, vous voulez cons.l vi .sa Ollf>U}>* p^.danllonq^u.pS 11( U Z noire pale Miioijraiii la meilleure de toutes 1 J 1rs m irqufs. is pjrsisuii nidigi la morie m A Reeavoir otiaque semaine do no ivelles marclian rJLeea, allant aiaai ail ilavaol des dsirs da leur nu.nbreuse clientle. Cliezftawas Ueriouuos 200-209 liuv TrdttTlre On irouve toujours une agrable surprise. ORW ahriqne s.ceia'emen. POU. I sipMill.meu du hpilde „ Ile prol.ie ^os enaussures contre la clmler H I Q|| 1 •' IMiuui.dile. (ieo.JeaosuieikC 0 ^ ^ P n i vieui •• Plu d lii ro cne. s Ici IV. IO | I. a.li.il '"^ ioil •>, dlilfAe p r l'in ••"" '' .-..ne. Cm <-. .Heuurc di objii. *fHPHrsm\ l %  MSIQHDA {ASTHME I Globules Rbaud IlWulUUuier.li*o.iiirprnot m* mal 1 rtaf< -.'iuc.nii. % %  '- • • %  **!•'•('• %  B. UALICMOUX, il Kue .^ %  : Hufo %  Bol.-Co)oii.i. S*iaa) •* %  i^ i Le Purgatif Idal ; v * %  I* PiluledaD'Denaut 147, M du fataurg Samt Uiu* .••il Ki i> t prendra. N* naorMllanl tocro prparant, alla M pri .t-qaa Uman t 4l|at SopprltuaDl U 4ifHv. •Il M lblllta r*' le ntaUV N>lU' anl pi d* rrpua U abambr. riu M naei OBMM part* i •• %  •• ftm '•;!• qu* t"" B! iloiiuirr, cil •!, par cMacqucat. %  "' %  kb *" 'rSE : tmaa'ivi. a • piiaMa p Lllllill, l allai* A Par.—rt-c rteaa. BUCH rocuiez-vousdes chaises ei dodines, lil eu ler.ea cuivreelen bronze, laces, lableaux,"lainpes lavabos, carpelles el descente de Ins. II r



PAGE 1

u.m .H.fa*i. Construit pour les Mauvaise Roules Le pu eu Cord (ood Ytar pou Camim, est { mriiltu" pntum ( tic/ abriqu pour le tr nsp)ri su le mauvaises riuUs. l paroi rsiste r> millier H de milles, su*\e toi le plu* eah te tx et st l ib futiiK spciale dhninw le chav/l' ye in~ 1er, e u ;lejum uoi dis-tin hhweathe tred afu*e uret'LctUn hVser SI>OJ,A l'Ion iin er %  i %  laquit. Prix : 3 gourde*. > % %  Le Docteur MB tat-i Diplifi t d %  'rsiitit Colonial de Paris RerljVJd son vovxge d'ftaroie o i 1 s' si prrti-rlinnp en oloilii Bcansgologie et ophtahnol >gie asa es II ,pilaux de Taris, a I lion Dtr d'iniorcr.rr le i i.blic qu' I e<, i s I* Tir c ion H* son Pabii 1^ \U ladie d-s Y'iix, des Dr 11164, du \< z et de la (Jorie. ll d son l.ahor.i oire, poi r .n ly-& -uiv.inln* Ttntte* 'f< rf lic r ''' [fit I l'emme. An %  '% %  * d IT PH. Arn\ d Ion'S.'c tns. K'n JP Viirob'oli g'q.'ffi. Pr#prHi*i ns et ortrges de loi te? pires llis'o'njiqiirs. les le GOO CORDTYRES TlieWesl fndes Trading Company Port-au-Prince, Gonaves Cap-ll ulien. Grand Htel de France Position exceptionnelle/au centre des allaircs l proiinul de toutes les Ranimes, de la douane si je toute. ItH A(,,.,.(TS de bateaux. lenseiynemi.ts et lacilit.'s pour vo>ager en .,ul< mobile dans toutes les parties de la IMiljqii i Hati et de la rpublique Ion iniran.e. .haiiiui-es confortable* cl lurtoul lr#, propre., e> dateurs dans les dlttftLretJ I dcmane des 'et Honaire. Cuisine Irana se trs soiun V el d rlus v rie.. •' Hcrn-Lini! L< ikasser Mini Iloint \ii\ de Liqueurs, LCQUIC gins, wlskies, etc. Absltithe Pernod, Amer l'io m, \ • i m .mliej 4;il.N.->i;iiVLS lianvaisud el ioueiieaines hsio m i,l arriv, a. OlOalfUS de Cuba, Aurora el Uabaaom. ./ A jTlfc:s de lo 8 ' labrlquoa llloili Gros et uetsll. IM ill l Ml i ,IE et i('.artes:potale.. Prix trs modrs. P. P. Patrizi leur Soi dite E'gont ( ot fort Iickhttr %  Bifotfl larfnii roor 'tel (en uaners l'itjjtcter t 'SitliT %" S [ Aet&ts "BHMt" Keds Fabricados lokmente por la United States Rubber Company Ceux qui n'ont pas encore vu les I nesse que vient de recevoir t a £*> Ml doivent, ".dansjeur; intrt, s'empeg?^ cette maison, car nul part ils'ne i> ] d'aussi beaux articles ides prix si iV ^ Kos articles sont vraiment de toute Lw,, i Iraicheur et nos prix dfient toute Crpe de Chine couleurs assorties f *' exira suprieur l" marocain carreaux hoirie '\ carreaux pour robes)ot chtmlsts frko*.ni'de soie barres < Ratine vol le a carreaux} \ oilesuisse brod r.repon franais a barres et A oarroatu! Diagonal noir sup. !" msimir anglais nouveaut Serge bleu anglais suprieur Pealmbeach anglais do toutes beauts Alpaga noir suprieur Satin i.Mue pour tailleurs!? kaki blanc suprieur Kaki jaune anglais suprieur iluck un.on blanc ftQfl'e^ "nouve,iut.i Drlll union blano analals ,QUVaautr l Tussor Japonais pour chemise a hommes* Ileps de .oie U barres couleur pour cheSi mes et robos nouveauti s. laptiste fine pour chemises Percale fine pour lingerie C 'allant percale pour Zphyr anglais pour chemises =extra asJ organdi suisse uni et couleur" ^* Ras il joui ndr ni -soie Chaussettes cossaises pour fn r > n t F encli l>i>ky, dernire nouveaut Poplin a fleurs pour robo Tussor blano Limbrie blano \olles couleur barre! Shirting ou no sup rie 4 Bas dentelles lias soie bicdo Bas fil brod Lotions 'Pivert* 1 l u!le pour premlra Communion couvertures blanche -t couleur suprieur liandes biodes Madera pour ebemisesotl \ oile b anc barres ai mouches !tat ne blanche abardine blanche barres et unie 'rpon blanc et cou leur A Jours \oue blanc et oouliMir uni i hemisettesailemtnies suprieur] brio tiUir iihu I ait nii i.i tille orae Servietts de toilettas blanslieiTA cou'eor damasses bUncli9s pour tsmllles!! .N appei. couleurs "nJ Petites serviettes blanohes damasses Organdi blanc Oi couleur ;| hmrv A th Lainage couleur anglais sup pour jupes Madras barres de soie pour chemines A Satinette Foulard pour robee Joignes franais & amricains < Molletons blancs Se couleurs sup %  ^ Poplin de soie uni blano & crme extra Chapeau de paille iine d Italie llanmir anj| ais sup J Crpon brod franc os i Crpon franais A fleurs, dernire* no.ivestai Serviettes de toilet e coul. anglaU' lapis cir blanc sup. pour tables Damass anglais pour matelas doublell Aimables clients, vous qui voulez ptatt, Irais, les plus henni tissus qu'il soit trouv.r sur celte place, ne rainqnl M daller ailleurs, de passer chez nou o W acceuil vous est rserv. Rhum Nectar Ch N. Gietjens %  10;iRue;;du?Maga8iD de'f 117 Rue Boooe FoL 820, ar;Courie., 110 Kue des Csars arbaneoiirf Tlphone : N 756 %  -/_•



PAGE 1

*** IMPRIMEUR Oiesneat Ma y lu ire BOI&..VUtttA 1358, Hue Amricaine NUMERO 20 CENTIMES Malin Qvotidien ILPHOIfl .11*1841 ax entirpn'e$ dont ie fruit n'est pas prsent, it laut employer de (|raiidsefprit,de mmh courages et des personnes de grande auto lilijrands esprits pour qu'ils puis >rnt prvoir une utilit loigne, iiaiuls courages pour que les diliienlla Df I s e i|-osc!icnl p tnf y g i de autoril pour qu' leur ombre beaucoup de gens s'y embarquent. Cardinal de Richelieu ,AHNI H 448 PORT-AU PRINCE HAIT. ) i" %  %  MERCREDI 8JUIILET1WB h nouvelle lettre de Monsieur C> Vieux ffant lundi noire dr fliiimaTft impru leutms a tendions uits extravagantes je uriai is fan/arum U presse, ce dont u put ut fait cas Jgn ile telle nro faunes hier la I lit .W. C. Vieux qui t/erinan' les ides importe 'le feU uer, ut' d'engager la %  fC fauteur, : noce. 7 Juillet li-25 eur du MATIN E.V. fie Directeur, lditonal d'hier iuiuvres irupruJen* I laites c esprer , d'autres tromp t d'un meneur liafle(Jon-'i %  .1 Ktat 1$ mot m. neur iraison qu'il m'olltrcciitio. t .on suilue j) me suis n prononc jtooeurs et les JpnaiJoQalisme i|Waccus d'.aefeux soit port nationallie jt connais et four des raiil pu apprcier Jk Ce que j ai Rfrer, eu %  **dfcc,t kfrs la M m que vous ^H convenez1 *evnaui pro^•KttLon ch ;r *ii* taire eu%  ^le m m .e |**t due que je ne suie point de Ceux qui voudieieot . saxiiiir les Dtreis .ui> et de plus en plus ardente qu il lui faudrait toulenir s'il tait ilu, — doit re cail au 12 Avril I92G des lections pisidan tielles. ( tla dil, laisFfz-moi garder au surplus l'efprance, malgr vos alliimations contrains, que le moment vieiiiim o, renonant tou tes pa ? s!ons pour n'eovissger que le iDtils ultimes de la nation, Voi. sieur Honni et ses plus chauds partisans tinirool par se rauger I c-tU: M.ge opiuioi mruanl ainsi l'approbilion Aleur propre cos cience et cellt enfin du pay S i pouvait adv. un qu i. u en lu point ainsi, vous ne in'emp b nii.s nin-i.LHiii U'ti>>. Vous m'av z dj fhit le lepiot lie. je ie sa>f, dexo.ion M t ..lit-. le coni Itrs dltat. Mais puirqne vous nu-pi rendez hommage leur r • visme et toutes leuis autres qualit, je voudrais vous demander pourquoi vous les croyz d gn s de voiie coudai ce et indignes de cet e d'un autre hatien ? Jf* ne peux pas concevoir que de dire franchement ce que je p nse de quelques concitoyens soit de nia part une manœuvre imprurt'n'e tandis qu'uue action idenItqu. venant de vous serait par contre le Iruit mme de la p us liM.ie si gesse. 1 eeou..^ -. / donc, mon ch. r l'r.ce.,, q U P s OUs %0 ls 1(l „, pus sur ia M mrite d ui.e opinion qui n tu point contraire la vtre et avertissez vos lecteurs que vous les avez mal informs sur le sens de plusieurs de mes ides, ce qu vous f re/. *; %  oubliant la prsente communication. %  •OBsOn 'O'' O ira. agrez, je VOUS prie, mes amicales civilits. CO.WANT VIEUX — Si nous avons prouv 'a lecture m nmiro, savoir en suite que M. Vi-ux est bien partisan de I lection prsidentielle d'un patriote sincre et dvou par le Conseil d'Etat, qu'il ns veut point tre confondu av > •. tous les adversaires po'itiqu a s de Monsieur Itorno dont il n'est point l'ennemi personnel, combien notre dconvenue a t grande quand aprs toutes c< s consi iraiions nous avons vu M. V4JM cnercher midi quatorze lieures. Ce pitriotsincre et dvou dont il rve la venue, nous l'avons dj et c'^st parce que nou t'avons en fi i trouv d puis trois ans et plus aprs que nous avons >an mir.h taton qu? sans crainte, bisa t en c.-la nos prt-niions sur notre Loi londam^uta e.nous prcouisons sa rlection. Uu itid M. Vieux prtend que M B rno est impopulaire, qu avec lut l omette et I union demeura nt impossibles, i' nous liissi l'Knprrssiou qu'il ne s'est p dut. m lu toute sa volont, dgstf! eut lrein^nt de l'ami H n* Ce iianouaisl ',c r le statut sous lequel nous so urnes placs de* puis dix a is et qui doit nceshaireui ni se poursuite n^ p ut prme tre iu tungouvern ;ment c sextravagiiice'olhs nu cours d-^squ lies les hommes de l'ancien rgime s'enivraient de, l'illusiin tltiae popuhrii. trop .souvent tu nteuse et v une. M Veuxpju tesnsdou 'o stn av.c Im-mmi 1 a I air de preulrf au sri-ut l'action ini'esse le certains ineu'ius onnus pour leu-e^rit de lucre et le croi r e qu'elle est conduite dans l'intention l'iMre or > lit ble au peuple hatien. Xullem B1 et NI nous sommes ob igs de poursuivre outrance a lutte contre eaux l c'est dtni l'uni ju but i* rdui e n'. m leurs un Mitons \ i ai elles ls vai-< d se ralisar, conduiraient Densonsnous.lfa pys i ti faillite total • A l'onriontre des i les exprimes p ir tl Vieux, nous crovoas sin rem j nt qua r'ire Il Borno c'est ^surer la piix dtinitive dins I a espri's Inili j ns, par la ralisation c>mp te de a m p'(.•gramme de go iv. MU MI ut n nnUeel clnret c'est pour p n v nir ces tins nobJa que nous ne nous lasseroux point d^uous escrnn -r contre tMis les a 1 versaires de c l r* guna que'que puisse tre leur couleur politique. Si M. Vieux ne repousse point l'aide amricaine, il pense nan moins que ce'te aide ne pourra tre fructueuse q ('autant qu'elle sera in sa au servica i un gou ver 11 • • 'i *i mt'O'ial nr, d'^ne, lion uAte al p >pu ii'r. l'upuliire itares) que ea'te cun lition e me i-a >-M U mes ne i > i un " 11 i %  %  •* n %  aux ab>is na K mvint jusqu Ici se consoler de air piteuse dfaite du 10 Avril 1922. Pour ce qui a trait aux rc amours que M. C. Vieux croit devoir taire aux honorables membres du Con seil d'Etat, nous ne vouhns point pour l'instant chercher e i savoir le mnhde, mais confiant dsns le civ'sme et la loy-ut des -• prsen tanls de la Nation nous nous con tenions d'anler un rende/ vous avec noire con'radictfiir pour la gran I journe du 18 Avril pro chtin ai cours de laquelle l'itis l >ira ira enregistrer la plus rrande le n de anesse, quand 'urne aur i conlirnA dans ses pou voirs pour une nouvelle priode de quatre ans le citoyen Louis BORSO, vouant ainsi au nan com plet la troupe nationa'isle. f nwm w.ES miMiti Sp ici (liste 1*4 mil i lies I iter Bas et t)i n iln. les e 'ants viait ds l p aisfjree aoo < %  it>i -i s• de CiHiiUa'ions l'en:oignure de l'Wane Li nrtioii-d fjlaii Vir na) et le la B te R. Tlphone SU Cons i tatioas : 8 ta matin l|2 3 1,2 aprs mili. On p-irli; be-iucoup, en ce moment des jolies 0 nbrellus, ries belles can ns q>je tout le monde p ut ;ra cet i% et que i'.iu' Vixila donne i bon march. CHiHJs VJi OU JUS (MEZ H. BiHoni fils S'> t'juisufo sont les m ihtMues. Failht6 Abdallah .'.'.{ Ackrnei I.-. d lis pour la pi ; i i -non des ilres dins la faillite Aoulidi \c ne 1 tant expirs, les crin ci) del fi llite sont invit* §> prsenter, soit en personne, si. par mandataire au tri m i d de 'f* n re Instance de Port au Prince h 'an II que l'jn omp'.era nul' Juillet dix heures lu uialin pour la vnli ation et l'allirmntion de leur craics. Par ordre de M r le Juge Commit misaaire. 1 e Svndic TiLLlh'.N ROUX U PARISIEHIIE lancfeeriej lajjpeur Bue Uams eatouches I oit au-l'rioce, HaUi LES1VR. REPASSAGE PaourTITUDB Soins partieuhe s po ir le^tioge So, • • K ''oie. chem ses. f oi < >m oUine n (,t aat : afait en envoyant votre liage Uvln mm fils t*rcltanJiies franaises Port au Prlaoo, Coco Coco Coco SAVON Lait de Coco c GOGO Savon ae Marseille Vrai tallauan ae Jeunesse t de A to6aul. A en favoi (atonqu* uniquemeiiuiU'ei'Uuile ^ure de LULU pt aetra marv-nieusemeiit tous, le poreaaela nsuii a reoa aoiiple. douce et frache. lie bujouid hu eu^Joyez le xavoti lait rie Coco car.e.i ini^m; tem,,a |u'il.p.earva et nn.hWlh Ju tein loheur "**' ***** X aux > b *s leur adorable fra ^;i/3Z>a]nn) temps Le WhlU Almond Soap Ce, ieux S 4voaa sont en veu te exclusivement en yro. the isaac Disiiy de t 1738 Rue C >u< ue 1738 et en dtail dans tous les magasin* et pbarmacie de laj>lace. £3& £&*&£& %  La Situation au Maroc Aprs avoir subi un chec, les troupes Iranaises ont dclench une luntuse conlie-ollensive Le %  aichal Lyautey d t reltT de SOD conunandemeot Les Autorits militaires lranaises ont lait vacuer Taza par les civils. PARIS— Le communiqu remis la presse aujourd'hui par le mi aittere de la guerre indice que le.i troupes iraiii; ii• ; ont dclench une f %  ieuse contra olleosi/e pour coiiteoir l'avance d'Abdel Krim bur Fei et Taxe. Le IJ tartif. linial a inlurm que cette contre offensive gagne du terrain. 1 AMIS —Les nouvelles d'un chec des troupes franaises au Maroc ont cause une toande consterna tion dans le population. PaVUS A 1 u* d'un conseil de guerri, M. Painlev. prrsilml du conseil et ministre de ia guerre a relev le marchal fyauley de de on commandement des tiouprs en campagne lui laissant seule ment la libert d tancer ses fouc iionspoliiiquts et administrative s. M. i'uiLi< \c MMintcttn aujour d'hui a l'approbatun ou cabinet la nomii.ation d un gural avec f 1 loi ne aupfau >-ui tout lelroi.i mtirocain. Dans les cercles mili la 1res on croit que le gnral Guillaumul ^erd dsign par la gouvernement jour piti dre la H rectiou de la campagne militaire HABAI'— L'I.ostilil croi m M d un aatlala ana nie t'e Uibna du %  aotenroriental a oblig u-> u t> rite miliiuiica udoj.itr des m: sures de pitcaution. Yk.1— Les contingenta riflaio* qui s'taient lances a I attaque de Beb Taie prs de Ain Matoul ei itab K>il au nerdouist de kifla le ont t battue l diverses pa< n >troupes d ont laiss entra BOS n MIL des Ull^ce t lit UlUltl lions. 11./.— Les autonl mi itair, s on crdouue levai uulion des "eui meilirtrnta et dis lonclion naires civils de Ta/a. Nouvelles trangres Par Cable Violent incendie BOtiOTA — Un violent incendie a dvast la ville de Mani/ale<. et a dtruit dfond en comble le 3 uarlier commercial. On a letir es dcombres les cadavres de 5z personne-, mais on craint que le nombre des victimes suit euture plus considrable. Une explosion dans une pharmacie fut la eau-. du sinistre le leu s tant imm d a lem^nl dclar dans uc einrep 1 'e ftnn iue vaine.L' BC S4M o a •>• domiu np' Bduavust le rut. |<- La .que-, a Olatiieflae—l merc ac, les d Hees u ui kipaui, les htels et le palais de vech On estij&e les pertes mitiieiie prs ae 10 millions de dollars. Due accusation contre le roi (eorjje

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06467
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, July 08, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06467

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
*** IMPRIMEUR
Oiesneat Ma y lu ire
BOI&..VUtttA
1358, Hue Amricaine
NUMERO 20 CENTIMES
Malin
Qvotidien
ILPHOIfl .11*1841
ax entirpn'e$ dont ie fruit n'est
pas prsent, it laut employer de
(|raiidsefprit,de mmh courages
et des personnes de grande auto
lilijrands esprits pour qu'ils puis
>rnt prvoir une utilit loigne,
iiaiuls courages pour que les dilii-
enlla Df I s e i|-osc!icnl p tnfyg i
de autoril pour qu' leur ombre
beaucoup de gens s'y embarquent.
Cardinal de Richelieu
,AHNI H 448
PORT-AU PRINCE HAIT. )
i"
MERCREDI 8JUIILET1WB
h nouvelle lettre de Monsieur C> Vieux
ffant lundi noire dr
fliiimaTft impru leu-
tms a tendions
uits extravagantes
je uriai is fan/arum
U presse, ce dont
u put ut fait cas
Jgn ile telle nro
faunes hier la Il-
it .W. C. Vieux qui
t/erinan' les ides
importe 'le feU uer,
ut' d'engager la
fC fauteur, :
noce. 7 Juillet li-25
eur du Matin *
E.V.
fie Directeur,
lditonal d'hier iu-
iuvres irupruJen*
I laites c esprer ,
d'autres tromp
t d'un meneur lia-
fle(Jon-'i .1 Ktat
1$ mot m. neur
iraison qu'il m'o-
lltrcciitio. t .on sui-
lue j) me suis
n prononc
jtooeurs et les
JpnaiJoQalisme
i|Waccus d'.ae-
feux soit port
national- lie
jt connais et
four des rai-
il pu apprcier
Jk Ce que j ai
Rfrer, eu
**dfcc,t
kfrs la
M m
, que vous
^H convenez-
1 *evnaui pro-
^KttLon ch ;r
' *ii* taire eu-
^le m m .e
|**t 1$* coa'onJu
u*ires poliu-
aT? l, r,,- '-
,^!.,ueireu
' personnel.
* w eicellentea re-
^"etlimien.
Sa^rw-up,,,!
\!r,,r'laPux avoir
U^i cra.ro son
ru*1 ja mis le
QO.obreuxau.
ei3oou,erut.
|a*UQa,ver-
lt^?L lutte
*t;^our^r.,o
l^* ^uuuauon
^vertwjcer.
^drdriau
tes; mais aussi combien cette
attnu ie de votre part n'est-elle
pas dmonstrative que ce com-
bat est prement invitable I
Vous tes uu sage et si vous as
crim /. contre des adversaire.*,
c'est bien parce que vous ne
pouVvZ pas faire autrement. Me
iiomp'ji ?
2 Esprit posi i viste, i< me laut
vou> due que je ne suie point de
Ceux qui voudieieot . saxiiii- r les
Dtreis po< i itemeut opposition au coopr".
leur amricain . Je sui couvain
eu qi.e i aide amricaine peut tre
un bien pour ce pays; mais j'en-
teuJs une aide loyale, respectueu-
se de ses devoir.- et de ses engage--
men en mme temps que des
droits des protgs. Pour avoir
au pouvoir sous le rgime mme
de ld''.ooventiondoui vous faites
tat, je suis persuad qu'un gou*
vainement" national lier, digue,
honnte et populaire peut sem faite
prohler au pays des avantages qui
peuvent dcouler de l'application
lulegra e de la Convention. Popu-
laire, parce que cette condition le
mettra dans la mesure de Inom
pher {ans violence des coups d u
ne opposition systmatique et ob-
(ine, car loute violence len I k
aigrir les espntt sur teqi.tls elle
s'exerce. C'est aussi une de* pria-
cipa es concilions pouvant per
mettre qu'un impose hu protec-
teur obng la respect de termes
de son contrat et Je la d gnit na-
tionale.
Mai< je rpte ici ce que j'ai dit
ailleurs en toute c ju-cieuce : que
Monsieur U^rno, en tenant coap
te de l'eut de Cub ese o le met
lent la condi ion d'ingibilit qui
en be *on pouvoir, son esprit au
tuerai qu qui veul tout soumettre
sa seule volout et sa seule
conception, sou immense impopu
larile qui en dcoule, la lutte trop
ardente J-ja a laquelle est vou
son g uivernemeat depuis plus de
lroi>.ui> et de plus en plus ardente
qu il lui faudrait toulenir s'il tait
ilu, doit re cail au 12
Avril I92G des lections pisidan
tielles.
( tla dil, laisFfz-moi garder au
surplus l'efprance, malgr vos
alliimations contrains, que le mo-
ment vieiiiim o, renonant tou
tes pa?s!ons pour n'eovissger que
le iDtils ultimes de la nation,
Voi.sieur Honni et ses plus chauds
partisans tinirool par se rauger I
c-tU: M.ge opiuioi mruanl ainsi
l'approbilion A- leur propre cos
cience et cellt enfin du pay S i
pouvait adv. un qu i. u en lu point
ainsi, vous ne in'emp b de croire jusqu' pu me du con
traire, que les Conseillers d Etat,
quels qu'ils soient leraient i ceuv
qui v..udia'tnt jusqu'au i o it r
lister au tsir national, la g-at de
If con de patriotisme et de loyaut
que tous tes esprits ht nies et
h>nii.s nin-i.LHiii U'ti>>. Vous m'a-
v z dj fhit le lepiot lie. je ie sa>f,
dexo.ion m t ..lit-. le con-i
Itrs dltat. Mais puirqne vous
nu-pi rendez hommage leur r
visme et toutes leuis autres qua-
lit, je voudrais vous demander
pourquoi vous les croyz d gn s de
voiie coudai ce et indignes de cet e
d'un autre hatien ?
Jf* ne peux pas concevoir que de
dire franchement ce que je p nse
de quelques concitoyens soit de
nia part une manuvre impru-
rt'n'e tandis qu'uue action iden-
Itqu. venant de vous serait par
contre le Iruit mme de la p us
liM.ie si gesse.
1 eeou..^ -. / donc, mon ch. r
l'r.ce.,, qUP sOUs %0,ls ,1(l , .
pus sur ia m mrite d ui.e opinion
qui n tu point contraire la vtre
et avertissez vos lecteurs que vous
les avez mal informs sur le sens
de plusieurs de mes ides, ce qu
vous f re/. *; oubliant la prsente
communication.
OBsOn 'O'' O ira. agrez, je VOUS
prie, mes amicales civilits.
Co.want VIEUX
Si nous avons prouv 'a
lecture satislat'to a voir d'abord rive1*,
comme il convi rit, le naiiooa*
h-rne te! q i'il e-t pratiqu p-r
quelq > m nmiro, savoir en
suite que M. Vi-ux est bien par-
tisan de I lection prsidentielle
d'un patriote sincre et dvou
par le Conseil d'Etat, qu'il ns
veut point tre confondu av > .
tous les adversaires po'itiquas
de Monsieur Itorno dont il n'est
point l'ennemi personnel, com-
bien notre dconvenue a t
grande quand aprs toutes c< s
consi iraiions nous avons vu
M. V4JM cnercher midi qua-
torze lieures.
Ce pitriot- sincre et dvou
dont il rve la venue, nous l'a-
vons dj et c'^st parce que
nou t'avons en fi i trouv d -
puis trois ans et plus aprs que
nous avons >an mir.h taton
qu? sans crainte, bisa t en c.-la
nos prt-niions sur notre Loi
londam^uta e.nous prcouisons
sa rlection.
Uu itid M. Vieux prtend que
M B rno est impopulaire, qu a-
vec lut l omette et I union de-
meura nt impossibles, i' nous
liissi l'Knprrssiou qu'il ne s'est
p dut. m lu toute sa volont,
dgstf! eut lrein^nt de l'ami h n*
Ce iianouaisl ',c r le statut sous
lequel nous so urnes placs de*
puis dix a is et qui doit nces-
haireui ni se poursuite n^ p ut
prme tre iu tungouvern ;ment
c sextravagiiice- 'olhs nu cours
d-^squ lies les hommes de l'an-
cien rgime s'enivraient de, l'il-
lusiin tltiae popuhrii. trop
.souvent tu nteuse et v une.
M Veuxpju tesnsdou
'o stn av.c Im-mmi1 a I air
de preulrf au sri-ut l'action
ini'esse le certains ineu'ius
onnus pour leu-e^rit de lu-
cre et le croire qu'elle est con-
duite dans l'intention l'iMre or >
lit ble au peuple hatien. Xulle-
m B1 et ni nous sommes ob igs
de poursuivre outrance a lut-
te contre eaux l c'est dtni l'u-
ni ju but i* rdui e n'. m
leurs un Mitons \ i ai elles ls
vai-< d se ralisar, conduiraient
Densonsnous.lfa pys i ti faillite
total
A l'onriontre des i les expri-
mes p ir tl Vieux, nous cro-
voas sin remjnt qua r'ire
Il Borno c'est ^surer la piix
dtinitive dins I a espri's Ini-
lijns, par la ralisation c>mp -
te de a m p'(.gramme de go i-
v.mu mi ut n nnUeel clnret
c'est pour p n v nir ces tins
nobJa que nous ne nous lasse-
roux point d^uous escrnn -r con-
tre tMis les a 1 versaires de c l r*
guna que'que puisse tre leur
couleur politique.
Si M. Vieux ne repousse point
l'aide amricaine, il pense nan
moins que ce'te aide ne pourra
tre fructueuse q ('autant qu'elle
sera in sa au servica i un gou ver
11 'i *- i mt'O'ial nr, d'^ne, lion
uAte al p >pu ii'r. l'upuliire itares)
que ea'te cun lition e me i-a >-M
U mes ne i > i un lence i- iMttp^ d M opposition
sys -.mat que et obstine.
En cela encore A Vieux s trom
pc et le tenant pour no tntnme de
bonne foi nous en prenons occa
sion pour ui rappeler, que cette
opposition actuelle ne saurait tre
envisage conme tant la coos
qnence de la prtendue imoopala
rite d M Borno. parce qu'elle a
pris naissance le propre jour de
l'lection prsidentielle et qu'elle
continue n'tre l't'ivre que de
quelques > " 11 i - * n * aux ab>is na
Kmvint jusqu Ici se consoler de
air piteuse dfaite du 10 Avril
1922.
Pour ce qui a trait aux rc amours
que M. C. Vieux croit devoir taire
aux honorables membres du Con
seil d'Etat, nous ne vouhns point
pour l'instant chercher e i savoir
le mnhde, mais confiant dsns le
civ'sme et la loy-ut des - prsen
tanls de la Nation nous nous con
tenions d'anler un rende/ vous
avec noire con'radictfiir pour la
gran I journe du 18 Avril pro
chtin ai cours de laquelle l'itis
l >ir- a ira enregistrer la plus
rrande le n de anesse, quand
'urne auri conlirnA dans ses pou
voirs pour une nouvelle priode
de quatre ans le citoyen Louis
Borso, vouant ainsi au nan com
plet la troupe nationa'isle.
f
nwm w- .es
miMiti
Sp ici (liste 1*4 mil i lies I iter
Bas et t)i n iln. les e 'ants
viait ds lpaisfjree aoo < it>i-i s de
CiHiiUa'ions l'en:oignure de
l'Wane Li nrtioii-d fjlaii Vir
na) et le la B te R.
Tlphone SU
Cons i tatioas : 8 ta matin
* l|2 3 1,2 aprs mili.
On p-irli; be-iucoup, en
ce moment des jolies
0 nbrellus, ries belles can
ns q>je tout le monde
p ut ;ra cet i% et que
i'.iu' Vixila donne i bon
march.
CHiHJs VJi OU JUS
(MEZ
H. BiHoni fils
S'> t'juisufo sont les
m'ihtMues.
Failht6 Abdallah
.'.'.{ Ackrnei
I.-. d lis pour la pi ; i i -non
des ilres dins la faillite Aoulidi
\c ne 1 tant expirs, les crin
ci) del fi llite sont invit*
> prsenter, soit en personne,
si. par mandataire au tri m i d
de 'f* n re Instance de Port au
Prince h 'an II que l'jn omp'.era
nul' Juillet dix heures lu uialin
pour la vnli ation et l'allirmntion
de leur craics.
Par ordre de M r le Juge Commit
misaaire.
1 e Svndic
TiLLlh'.N ROUX
U PARISIEHIIE
lancfeeriej lajjpeur
Bue Uams eatouches
I oit au-l'rioce, HaUi
LES1VR. REPASSAGE
PaourTITUDB
Soins partieuhe s po ir le^tioge
So, k ''oie. chem ses.
f oi < >m oUine n (,t aat:afait
en envoyant votre liage
Uvln mm fils
t*rcltanJiies franaises
Port au Prlaoo,
Coco
Coco Coco
SAVON
Lait de Coco
c GOGO
Savon ae Marseille
Vrai tallauan ae Jeunesse t deAto6aul.A en favoi
(atonqu* uniquemeiiuiU'ei'Uuile ^ure de LULU pt
aetra marv-nieusemeiit tous, le poreaaela nsuii
a reoa aoiiple. douce et frache. *
lie bujouid hu eu^Joyez le xavoti lait rie Coco
car.e.i ini^m; tem,,a |u'il.p.earva et nn.hWlh Ju tein
loheur "**' ***** X aux>b*s leur adorable fra
^;i/3Z>a]nn) temps Le WhlU Almond Soap Ce,
ieux S4voaa sont en veu te exclusivement en yro. the
isaac Disiiy de t
1738 Rue C >u< ue 1738
et en dtail dans tous les magasin* et pbarmacie
de laj>lace.
3& &*&&
La Situation au Maroc
Aprs avoir subi un chec, les troupes Iranaises
ont dclench une luntuse conlie-ollensive
Le aichal Lyautey d t reltT de sod conunandemeot
Les Autorits militaires lranaises ont lait vacuer
Taza par les civils.
Paris Le communiqu remis
la presse aujourd'hui par le mi
aittere de la guerre indice que
le.i troupes iraiii; ii uc ciiec sur le iront un ooain et
que les dernires dp hrs reues
du tli-.it.e Ues t lent les dermer vn uaeata sur
venus dans la rgion de I .. .1 s .us
un aspe t p sstmiste. Aprs avoir
r- ste pendant plusieurs ioera aaa
at'aques des Hittatas des trib s
q tes loyties suut jisses subie
meut a 1 euueiui ei api,;-, s tre
Ouvert un passage iravrs les li
gnes irauciises.se uu( pucipites
sur les troupes rgulires.
Paris Les Iroup s lia. .1 > ;
ont dclench une f ieuse contra
olleosi/e pour coiiteoir l'avance
d'Abdel Krim bur Fei et Taxe. Le
ij tartif. linial a inlurm que
cette contre offensive gagne du
terrain.
1 amisLes nouvelles d'un chec
des troupes franaises au Maroc
ont cause une toande consterna
tion dans le population.
PaVUS a 1 u* d'un conseil
de guerri, M. Painlev. prrsilml
du conseil et ministre de ia guerre
a relev le marchal fyauley de
de on commandement des tiouprs
en campagne lui laissant seule
ment la libert d tancer ses fouc
iionspoliiiquts et administrative s.
M. i'uiLi< \c MMintcttn aujour
d'hui a l'approbatun ou cabinet
la nomii.ation d un gural avec
f 1 loi ne aupfau >-ui tout lelroi.i
mtirocain. Dans les cercles mili
la 1res on croit que le gnral
Guillaumul ^erd dsign par la
gouvernement jour piti dre la H
rectiou de la campagne militaire
HABAI' L'I.ostilil croi m m
d un aatlala ana nie t'e Uibna du
aotenroriental a oblig u-> ut>
rite miliiuiic- a udoj.itr des m:
sures de pitcaution.
Yk.1 Les contingenta riflaio*
qui s'taient lances a I attaque de
Beb Taie prs de Ain Matoul ei
itab K>il au nerdouist de kifla
le ont t battue l diverses pa<
n >- troupes d ont laiss entra
BOS n MIL des Ull^ce t lit UlUltl
lions.
11./. Les autonl mi itair, s
on crdouue levai uulion des "eui
me- ili- rtrnta et dis lonclion
naires civils de Ta/a.
Nouvelles trangres
Par Cable
Violent incendie
BOtiOTA Un violent incendie
a dvast la ville de Mani/ale<. et
a dtruit d- fond en comble le
3uarlier commercial. On a letir
es dcombres les cadavres de 5z
personne-, mais on craint que le
nombre des victimes suit euture
plus considrable. Une explosion
dans une pharmacie fut la eau-.
du sinistre le leu s tant imm d a
lem^nl dclar dans uc einrep1 'e
ftnn iue vaine.L' bc s4m o a >
domiu np' Bduavust le rut. |<-
La .que-, a Olatiieflael
merc ac, les d Hees u ui kipaui,
les htels et le palais de vech .
On estij&e les pertes mitiieiie
* prs ae 10 millions de dollars.
Due accusation contre le
roi (eorjje et l)a\id Lluyd 'Oeonje
CONSrA.NTI.NDPLE-U roi Geor
ge d'Angleterre et l'ej premier mi
nistre Da dd Lloyd George ont t
accuses d'avoir particip une
coi. p rtion ractionnaire dont le
bu mmdiat lut de provoquer ui e
rvolui on daua ,e Kurdi-lau pour
la leateiMai au du nu iuu et tu ci
lit ici. 1, m .1. iiiu i,.ii de ia api
tae d 1. m quia a ou* au 1 o
pie te. . 10 ,. UUI m | ,rniu
l e-, pr le sccetaire de l organisa
tiou revuiuuunnsire Di .vlulah pen
daot le jugatuenl de drleieutee
personu' .^ui avaient pu part au


VdUhv:.
~ 1

le seul ftiafral la ~*i.:Iriiscei.ion fonctionnelle do TiniesCn
Epo:je el nrlt^:e '. f-iUn,
Evi: ApsajeaTctte fi fEaMirlte,
Supp.l-.c )r RJttOn i '',
r.in?*cns irxOh cCMibonpolni
B*guUriw l'harmonie Je;, lormal
CfeMlipttiutl
L mrite
Vertige
Hmorrodes
Dypepie
Migraines
Couru CTialalaln 11 Vi n
i r i t tfM. M l'** Ptl'".
P -, ...
I i|..rl-|ur*
bil rtnilrc a irur loi
paru. .,]..!
!we- -t !? lavt'nii-nt' '
,i IU lipii -
D'Ile H ta a H r un
rf Inl'.nrMl' *i Sfl.n"<> RM '-
rcat'K- par le jnt.oi, i .
tire rwaiolre Ou ttifmm
miilin d hmrj UuM'f
rrvanrhr. rhJrnaMW rtt 1e-
KiBrt mulna I m aputMcaim. aulant
e\ If inaiaila tt Drrnt. 4
|#i|l1 l* ? pooirt lea in <
eitnu i rilsan
if Bataon _
d Il Fai sa MMilt *oni. I
/ HrMORRDES
UBOUTOIRE^ : sr>
puiittnrf$ an ft/aiom
Htfi. cul mu nu ecotla't
lonndfiri
Hi BOUT AN : Po-nma
de contre tel htfn*Jr' vltf'l
Li * basai l'aflir-aa', catU eljui mtrini qui ir.'.rt dt-.: la compoiinon du JUBOL
EXTR.UTS 8U.IAIBLS
du d'.ctmr Vanfirt. 'tam- \
L&r.ttru cj /ortfl.vm du
'OU
_imf)ri/^sracfc-. j^zr^sRanaB: -
03 in
SB c
: r. {
u 3 g fi
CS J
fe7
r -
O) ^
_*''
f3 T *"~
15 B ~
ss =
c si u
a> &
g '^
*>^
a? II te
o. IJSr S?
ce s s
00
y.
I*i a* Tailfanl Consiqnalatr
mouvement n'actionna re lu lv
diatan. A Uih, !> Vu ah a .1 l
r que l'ordre de lu rvolution N
eonpowiil de 190 membrei parmi
iMqueli tisuraifiit le roi Georga V
et l'en cliel" du pmnu iiiraen
Lloyd lieuse du suit.m du J-ttlil'o et des ptrtiwpi d cm
dernier^. La Casb< du la Meiqua
subvt hiiiMiiiuit l'hiaui reclion Kur
do a\ec une mensualit de 128 I
vie*
Aitiour d*MQ iocidont
Husso.polonais
PAIUS- Lu thMAtl Mien euro
pVinn- r-onl ulanne!* le la tour
buio priM fui lu relalions ruo
polonais.-,^ la suite d un nouveau
':ho<- eutre'soldals rut*"!* et polo
nais *nr \frODtln orientait de
t'ologne I api*if une note du gou
veruement le* Soviets publie par
l'ageiice Hoi*ta. un groupa do Blli
taire* aurait demand l 2^ 'u'.n
au commandant d un potU mili
laire russe la remise d un dser
leur 'elle remise ayant t relu
te, des lorces polo liffl? auraient
rrois la frontire el echangi de*
coups de feu avec les soldat* roii
f,tf.f la suite de ceeiuci louts, te
gouvernement ni9*i> pir l'hletma
diair" de son ministre M. Wojkotl
n dcinaii'l do explication III
gouvernement polouall
Nouvelles Diverses
MADRID A lleeuede r* en
frence frmnco espegnok- e la
question du M.tro \ le de gu e
pagnol Aguiire a eaooiti aui
journalistes que la susuensio0 1*4
travaux de 11 dite confrence e.-t
due La ncessit de raliser eet
laines tudes Tetuau et Melilla
destine obtenir des renseigne
ment iadiipenaables
Dcs
Nous avons appris ca matin i
nouvelle d- la BOf1 Je
Plicoiise >.ui' i ii
SU V 011 "i II I
Ce lu' m : ligure J iu \',> tut
que l'un reac uiliait touj mis sou
riaute, tojJQiin rsolue a faire
conrtgi meineui lace kui viciesitu
des de la vie
fciv.repre nul, il uiiit.i ,u^l|ue
temps dan' la pre*e, aV .ni eu la
direction d"un oifnoe | -orn
battait la prpoodr.voee -rieun)
daoa notre m irch-.
Il fut ds t'inetalUiioD le lu Ci i
dd Wlnif emp'oy cette Entre
prise ou il renJait jusque ces mo s
deruiera nn\cn a son iB* dm' et
son ai i vite d uties et apprciables
servie*s
Va Ijnciaille* aorool lieu cet
Ipri midi en 1 K^lisf dd Sacr
Cour.
Condolances aux parents prou
vs.
Aouyemaats des NaYiras
i Cotnnnwfae , vers io l,
Juillet courant! venant de .\ \.
et partaol le m ne jour pour
Cura o.
l'anama. ftrt If // 'm'Iet
couraot, v naui 'lo New V^'k
et partant le m taie jou pojr
Cnslobul.
Douzime de dpenses
Lee crdits rpartir entre les
diffrente DparlaaMOti minist-
riel pour le service co.irint du
mois de Juillet ItfiS lletent la
somme de : Un rmllim su cent
trente huit mille vingt iiatro gour
des seize cen'i* un sixime
((ides. l.t.lH n-Ji.to I/O).
Arrts do Grce ,
Par arrtas en date des U et t't
Juin t >'i: ', ri plei me! laitire
est accor la, les droite les lier*
rservs, -d aucuns soat, aux n > n
m Sylvain Robert, ooodinial par
Ingi meot du Tribunal t ininel des
Cayes en date du i .luillel 19 I
trois annes de rblueiOD, el K*
Urne Vrism condann .\ Iroli
mois d'empnmrineiueut Mf jogl
ment du tribunal de simple polie
de rtioma/eju en data iu M i
10.5.
Enfuit trouv;..
A prii/ius filei paru SQiu ce ifre dans no-'re
diitoii >h' l'in li n ut* i "--. r<-;<
11 bUletuivanlQ i nous n < tut
pramoni dt pu iltt r i " '' /"""'
vui'originil ni y< i l 1*%t 'i
b n voulu c ufi I r ' w rap
port :
Mon lier liirerteur,
t'ourqu >i a ion trait de dna*
ture, duis l'inforrn ition d'hier
cou einaut un enfant trouv, la
mre qui, aux prises avec les mi-
sres ue m vie, eur le point d'trd
terras) voulant au moius sauver
son peut, I a expos, tcu emmtil
|o e d,ns de vieux linges, sous
une gdene, aux regirU de pas-
tant ? Quel acte de tendresse ma-
i melic '.iiniiin m wlra ii, orlur-
a il pu si mal interprter ? V.uh li-
ions que celte leinnie, tr ait e par
b d >lin ou plus exact, in ni p r
le h >mme-, r l.s-e coanitir ;
qu une famille a>-e d mande la
ncutUlir, aBfl quelle v ^igne sa
vi et que sou Min dessch se
goiif e iiouv an pour taie le petit
vive... .llicn v^tre, \.
Parisiana
U rincuc de M
3e et 4 pisodes
Entre 1 jounle
Un dner
deyala
auiirand-lliHil-'FMicu
Hier >oir, rpondant a l'aim *b'e
invitt!>0 d/ M. t/eor^es Le. l%rM des Cavaii quel mes unis
;aient r-nnis au iirand Htel de
irauce ou Ils avaient t convies
uii gra 11 dner,-
DaQI !e plus beau cadre l!e habilel d'aill'-uis ce s*-!e l RI
bli-sj ii'i,t, mi les verts feuillages
alUr.aont bannoni>iusement avec
de ii.u ns Heuis dont les vive:
coul uis clataient sous ltmct*
lanie lumire lectrique, les coi-
vives du Prfet des caves purent
trois heures, ctulainrmenl trop
couites.de Irm. h< gail et dd co>
d aie Iraterni at.ou .
L'on tit grand honneur au menu
de premier choix qm tait seivi e1,
titudaul tout le suiiipin ii\ i. p,,-
es b n> mots, l'esprit, ptillrent
i .mm les dlicieux vin< de Frau
m qui remplissaient les verres.
Au Champagne d'enthousiastes
toasts lurent ports a la sant et i
la iclectioa du Prsideul de U
K,'iibliqoe d'il uti.
bn tomme, ce lut une rconfbr*
tante runion que la trancha amiti,
nnlataol tous ceux U qui j \tiv-
liaient pirt, rendait pin agrable
encoie et sei vira en aug uenltr
le rouvtutr.
L'en se spara vers minuit.
Y av.neitl pris part : vl\l. Emle
Marce in, Chef du Cffa net d i Pi
sileut de i, Hpubli | ie, Marcel
l'ie/eau, .lui de i'Bl il Mljei du
Pretdeitt, Uim'al Megloire, Pr
fcl Ue l Airoudi.sstniei.1 de l'on-
au Prince, Lopold PteeMsat, Con
eiller d'Etat, (itorge Lon, l'r
tel dis Caves, Ahel tliart, Chel
du Protocole, Kn.est Ltys, ncie
Coi sul d'Hati a New \o k, David
Lmges, Chel de Divi-ion au Hpa
UoitOl de l'Inlrieur, Flix Got
ce a
M
U
V.
*
eer a. *
V* S
tn = \
"<5
K
o
I
- C
B
ce
6
o
Oh I ces Prchons Crjturus'
Con irc-elUs -'Jil pallUfa di.catfs et p 'ieus'js. Forliliez
e* v.. du i,u ker Ual,la riourriture*prfai? pour les bba
il la.s iiitiiiil.-. tir m/ te i r mi dbut le Quaker Oats ons tnr
n ,1e bouillie I plie laid quand ils auiont blli int leur lHme
, n'iiniiiislr* /'ci.r en iprl une cuisson de 1! heures.
\otrn mdecin vouidra que le QuakerOata doanera'a lanr
m i ps file tt chtil la nourriture qui leur fiudra; car il con
lu ni es lments vitaux qui construisent el fortifient les il'jcat,
l ne mre prvenante devrait marger beaucoup d'avoine tdio de
~n tante; car c'est sur sis conditions de pant que reposent les bu,
dr ms priill.
Le (juiiKer Oats peut tre servi de diverses minires: Potts^a!
puteeu, etc. bon atome stimule l'ap, it. l'ioti g / votre sar.t et cipinl
. I. U
tblllS.
Lon R THBAUD, Agent pouf Hati
c>
ts e ~
% B = '
* q f.rz.
C
Une ptition
de la Ville
de Cavaillon
b i-, Chef de Div sion au Ui part
ni ni dts ht b luis bain t.. r ,
N n tir Ihoniiis, Lhel de U.vision
au l puitiim i t des l ulli s. Un vy
Jeai, Substitut du Cniiimissaiie nu
ti uvt rnenu nt, lo lu Iiosm, u. |>.
VgUBte, Lbl I de 11. iihu nu I pi.r
unenl i.ts I i; u 11 --, M Hnnurti ,
r. mn ireai.1, Ludovic Lanothe,
(lut de Buiei u tu l'p ilen.ei.t de
l'Agtiraltur* t Jules Suile, Kidi.c
tenr au Matin ,
Cabinet de
i7iJ0, Hu^ tourbe
Cavail'tn, le 21 Val l!2j.
\
Son Kxrl|ence le Pr^ndent
d II o'i en u Conseil des Secr-
taires d'Etal.
l'a il- Nat'o 'al,
IVrt an rince.
Monsieur le l'rsident,
Messieurs les Secrtaire! d'Etat.
Li population reprsente par
lee signataire qui auivent, vient
bien respectueusement demander
vore Excellence et i lotis les
membres de votre Calnnel, sous
votre gile. do bien vouloir lui ac
cerder l'aviolage d'epptrteair plu
tt a la juridiction des i.ayes qu'
lle d'Aquin, comme j i lis ,ela a
t ; ce, eu raison de intrts com
muns qui lient ces deux viles tels
que. nos Ira m ao ions 'immeicii
le-, l'ducation, it l'ittll mt i n de
dos enl. ois, en :ral tous uos
ia| pcrls sociaux.
Fn tons, qiri ce, Monsieur le
Prsident, et M g- euis les d * i' -
tsiree d bial mi- h oqu>n-n
cette eireouilaouc la bi uioconeid
raimu que voua pouvtt iccoi d( r
Celle pel le Vllll de. I availloi. si
va'l'nnle il si Rd II qu Vous a -i
hautement ma.ril -.- on estime
et ton a tacbsoMi i luii de ai lie
l'HSMge l'oecea n i votre i-
; a1* i mime ofl celle .
Nou ne Joi t< t s pi Moi n ur
le Pii dent at Mi ?;-ie. lis ni t
battes d l-.isl, qu pren il ib un
S'drn ion 1*1 il...... ieuw s l D
mr pli;i liiiut. Voji ne pie-
un. a nolie gaid uni leso'u'ion
nia, ootii ssuvi'rn si i peimet
tant devo'utr sous h dirut.ii
sage 11 11 mu e des SU nis de la
Ville des b\t
D i s tea >ei I mm1 Vtuillei
Ifrar, Moi iei.t le i isidu>, ft
Messuiiis l. s S i-t'ai es u i ,. i,
Plu miDIgl 'sj niiiu ija i,i,
entier dvoueme l il .i_ p u
eies islniaiu i s
ViclOf l uimid, irrr ;>n IL n
tiquez, J o t.e rCult, C in l Ir,
Decttis Daim', Snit.l ll-mu pU
marre, Michel Qon i i lvlb tt
Vaval, Ssaason Jessrb, Raoul La
Marre, Dieadtnn at/tsrd, Shio
luon lco.liit. JOMbb Miad,
>alna\e Huilie, M .tcet l.amane,
JnsepbHiiot Platel, Toufa Cas
tillant. etc.
COMPAGNIE
Lillioyrapliiqued1!
Popt-aa-Priuce1343- M kttki
P, O. BOX 117 ?<''<1pMj
LhhoQ- aphie Inrpiii
Si vous voulez qu voire m:i dans le pommirc' t'li:itnj i", nies esir
nous \<>s5 CQflBiTian'Veisa
Nous certifions- i|ii .o< li.ivuiv rivalt>
||is mi'iHetirs de ceux ijtii son! c >nlf'ClM
ro|i'f.
Notre tnvil. est aotre rENfaV;
i. Trr ai n~n -
Si--.''
Evitez la perle
temps par disern
de calcul dansvi
comptabilit
ivUtu ne saline* tf|
m et. calculer
ii DlTOR *
La aneilljiire. .
G. HLM, A.IJ.lt DOJfW
1
mm


Je bosse & c
igents gnraux de :
r. J NEW YOlWv .
i'fljarlaii iM^Hoale ftouje^etc],
f^nklin Fin- Insuranee Company
rr* XKW-TORE
\S3U>ancc contre l'inoendie
Diamond lalch Ce
Allumettes Sale Home i
*'S, Rubbtr xporl Company
< Souliers lieds.
Elias T. aUla(|eUSo';
Polgson^ saies en toua i|enre&
Manufactures Lile Ins'ce Cy
\ssuranctt sur la vie,
jiulliou Frres t'ji
Vins & Champagne Bord' au*
l'h, Jlcjmar
cbl'LMiAGL'F
MDOls, 'roulage e^ comeivas alincnl il e.%
f W. S. ialhews a- Son
Tabacs jaunes et ncirs.
a Halionale
Sans Hival
Ciuarettes Chanctelcie.e
Envois de d enr
toiiiaGraphcnohs fttitym
Amateurs de bom< Mii Mon sloi k de Graphonolas el Durai m M dlre r.t i -lent re-
Jdfel, et jjii.-.iie 1mamateurs a visiiet mon exposition el eeiawr
i s d* rui r> modle m i,'8.Yo i ylroiiveu/ des Imnog'>(*< > quLoat
de vritables bhiiLI-- a dti pm lus raionn< l> tt
J iui.. i-.n 'i iio des VlritffatiitfftCI IojI >| i i in' m ni .'Ur h- i la
landir, fad erpent Iranspuriabi 8, et jou^ul Bai eactlll irment i|ue
ni n BOUC fi e (tuile matlmi' .
"J ai ie i ^'.ment ou ir joli a sjr ne I ijjiuti dive *roej)
m*. Hribgis, Pci T o', B ur, CKafrTY cai-, Vu.t. iu.\ d V,-i
que i-'r, !.,
F> s1' k Un iota, :-igu'"e j- rr phuB\;inj>V, IHtoi J re hir-gt
pour ma< hi tes i.olumbia.
I PREETZMANK-AGGRHOLM
Agent Gnral pour Hati.
Rue du Quai
U Kifljj William I? est pour qui dsir/ h
meilleure ni.-ir ju i|"i ail jaunis 'le" di
lille H i|tti sait qu'il doil coller un peu
ploscber que le Whisky odinaire
cKuio Wlttiam W
0 SCOTS WHIS KV
NtURASTIlENlE, FAIBLESSE
Iwu.o:e, dbilite
SIROP d
DESCHIENS
l'Bmoglobln* ^
Rjnratenr du Bonq. praeorlt par |'*"5*",*d*",1S,,._, d. p-.j.
*S" MW DtCMlHl.t. Bu. P.yl.adrr rRI .1 Fb.
AlaGrandiRuei\01728
Notre "ami Jenaro HTRTADO a l'honneur d'offrir se* clients de
c.tte Socit lgante de tous les points de la Hpublique les articles
d- loule fracheur qu'il vient de recevoir de Itranger, savoir :
L'n orliuent com^Usl de iJliaueau -le l'auaum Je laine de loulea
couleur*, de p-i'le d lia ie mannifiiue qui lous sont du tlir i,r rrl
et mritent d'tre vus.
AjooKZ boom ' jo i* 'h'prsni le paille raeucairx, lu. -
lords Il t^nl aussi pnM" mi* cravate* snpfibe-. in aea main ou
Warobias p m Pique Nifloe a il Porto cfrte8.plfcl6i*tl originaire du
.1 pr.n < -i 'U-" pour bnnimM el dames, f*ux cols Van Heuteo, I lit!
misp inrid-puie t dol irjusqi'* 10 dolars.
Parfum d la Parfumerie tot'y, Savon el.poudre ainsi q i h toutes
hi autres varit.
Un> vilie (hvz lena.o Hi HT DO
g' m pore.
N. et 4. Acra
GrandiRue
i ct de$ Caves de Bordeaux
Voulez-vous vous habiller avec tMgance, et A bon
Adressez ooi la Maison X A A- \JRA
Dont IH Udvue asl de vendre petit baeiio* pour
vendre bsiiucorp ..
[) lis son pei onnel. la maison compte un matre
tail'.ear ilalien s>rti d'un tablissement de premier
ordr il lalie .
EUeeei eo mesure de fournir des rampiez tout laite
et ftir nnsure-, en cheviote, diagonale, p.ilm beacb
drillb'a^ o\ coaltar, oorapqra de caMaeir pour oan
t'.ons- Etoflta pour gilete
Bonneterie
llnenuse d.'|3Ui etde nuil, au (|Oat dei oiler-.s -
Cols et uianc'.Dttes derDlre oratlons La' joni
et l'vjamss.
C"' m l*on rfii ' fa une mnoia ion
et le meilleur accueil est rserv tons ceux <|ui d>
sirent par une visite tre dlis sur la valeur des
travaux fournis.
Tout oistume oom nand et goiH lu client est repris,
On parle Iranais,anglais, espagnol et italien
La maison F. Lav-laoe & Co
lue du laqasin de I Etat
?Uni de recevoir par lu tram-as
les or cl* s uivottt
D ntfilee Bxtri Peelellei e >oie, liei.ullo Of si an t
Hobecs. flottes Chapeaui Gibi, Piomee, Fuur, Paille de Son- i
louaeriiclaaiourModeP. Sparteile Uea otife Uaul i.....ikk
pertes pour Robeeel rheewei dte 8aoe Perlea de loi i beaut, rei
rnrs Dancnw lianeaux Jean lia.! pour Knlanls. I rosses L le.
Peignai I coiffer tous perei 4ei Broeeee denli des PfttM Dentl
Iricei, eti le. .. ...
Article! pour II..HI- .- Feoxcel, Oratatee, I CbetntW
de soie, Jartelles, ele l'ms articles p nr OeicerW al Lit Mie.-**1
lea x mii erieun
BOU tt'i.NS K\ i'il s UKN'wtiSet BoucbODi poui pnarmete.
Ahmed itioo Liquie Liqoeari, Cogoio, Viee, Obampagoi aiitlma
i m en ciiool Boocelr^wipee. Jeoett ditera.
A.--eMoirei u. Pbarmicie et dpeieliti Pharmaceutique!. Boci .
B4:B-ns Tubaa en eaoulchouc Vioael BiaopUeachiem, Via Nomr^,
liV.nx lli>logiiol, Diiiiiiiim Lub..naque,PeptO Fei el. .ele Sel d EpiO
i de Gliuberl, Beeoai ea Qree, dtbi aoluepti |uei loulei qualit.
Rztrei'a.eaaearei pour 8lroM,llqoeurs et r.oniisii.!.i.dii.tiils naturel.
Nous avons revu le Vritable I li Passez-nous voir, nos piix sontavanlaueux.
cW
louniuOi vous devez acheter Chez Martel AUDAltf & Cie !

u
If
II
lable.
parce qu'il provient des meilleurs terroirs d'flaili.
parce qu'ils sonl vendus aux plus.bas pnx^ie la place.
parce que les"marques qu'ils vendent BOOt d'une puret logall
parce que leurs poi h sont lja.ix et leurs prix iaf plus avantageux,
parce qu'il est prpar avec du cal de choix, dans lai appareils les plus perlerl.om.es
parce que sa Mii-nr et soi prix dfient toute comtineuce.
, parce qu'ils sont vendus aux m.ne prix qu ailleurs, malgr leur sup... ni.
IcIhlz Itmi chez Iarcel ludain i Cie parce que l'accueil q.e vous recevrez sera des, plus courtois.
1903 Hue du magasin de ILtal
__________________^___ -, " i
ijbete/ voire Clairin fierqe chez Iarcel ludain 3' Cie,
vos GnV.Wi-ky^U' liqueur M
(A M.lre Rhum I vos alcools ' '*
B^>hv sucre l.aiiien ou tran(|e. chez
K.lif Cal d rrl'. moulu chez
Ko tu- Bie.e (Ipolenhrau Bambourjj)
& vos Vins de gordeaux
f
Fultou
SllOe Polish Compunylnc
New-York
c
rx
MARKi
Si vous voulrz conserver la peau de vos chaussures,
vous voulez cons.l vi .sa Ollf>U}>* p^.danllonq^u.pS
11(U,Z noire pale Miioijraiii la meilleure de toutes
1 J 1rs m irqufs.
is pjrsisuii nidigi la morie m
A Reeavoir otiaque semaine do no ivelles marclian
rJLeea, allant aiaai ail ilavaol des dsirs da leur nu.n-
breuse clientle.
Cliezftawas Ueriouuos
200-209 liuv TrdttTlre
On irouve toujours une agrable surprise.
ORW
ahriqne s.ceia'emen. pou. I sipMill.meu du hpilde .
Ile prol.ie ^os enaussures contre la clmler h I Q||
1 ' IMiuui.dile.
(ieo.JeaosuieikC0^^
P n i vieui
Plu d lii ro
cne. s Ici iv. iO
| I. a.li.il '"^
ioil >, dlilfAe p r l'in "" ''
.-..ne. Cm <-. .Heuurc di
objii.
*fHPHrsm\
l msiqhdA
{ASTHME
I Globules Rbaud

!
IlWulUUuier.li*o.iiirprnot m*mal
1 rtaf<,-.'iuc.nii.'- **!'('
B. UALICMOUX, il Kue .^ : Hufo
Bol.-Co)oii.i. S*iaa) * i^
i Le Purgatif Idal ;
v * I* *
PiluledaD'Denaut
147, M du fataurg Samt Uiu* .il
Ki i> t prendra.
N* naorMllanl tocro prparant,
alla M pri .t-qaa Uman t 4l|at
SopprltuaDl U 4ifHv.
Il M lblllta r*' le ntaUV
N>lU' anl pi d* rrpua U abambr.
riu m naei obmm part* i
ftm ';! qu* t"" B! iloiiuirr,
cil !, par cMacqucat. "' kb*"
'rSE : tmaa'ivi. a piiaMa
p Lllllill, l allai*
A Par.rt-c rteaa. BUCH
rocuiez-vousdes chaises ei dodines, lil eu ler.ea cuivreelen bronze,
laces, lableaux,"lainpes lavabos, carpelles el descente de Ins.
II
r


u.m .H.fa*i.
Construit pour les Mauvaise Roules
Le pu eu Cord
(ood Ytar pou
Camim, est {
mriiltu" pntum (
tic/ abriqu pour
le tr nsp)ri su
le mauvaises
riuUs.
l paroi rsiste
r> millier h de
milles, su*\e toi
le plu* eah te tx
et st l ib futiiK
spciale dhninw
le chav/l' ye in~
1er,eu* ;lejum uoi
dis-tin hhweathe
tred afu*e uret'LctUn irrposiible.
tubtiqu pu tWer li plus svre condition d
Buvicf, U parcon t des mil iers de milles un pix
txcesivtm nt bc 8.
fabriqu dons tout t les d ne irions cc-ura e\
Demandez: La maison H.S1L1
La Guerre de lndpea-
dancs
( Elude II ttor'que )
Clin hobel n, (rar d'IUe, cbsl
Gardirer S) Co, lit- ni Kie,
A l'Ai ge (iudir, Kw u> hVser
si>oj,a l'Ion iin er i laquit.
Prix : 3 gourde*.
> !'
Le Docteur
MB
tat-i
Diplifi t d 'rsiitit Colonial
de Paris
RerljVJd son vovxge d'ftaroie
o i1 s' si prrti-rlinnp en oloilii
Bcansgologie et ophtahnol >gie
asa es II ,pilaux de Taris, a I lion
Dtr d'iniorcr.rr le i i.blic qu'I
e<, i s I* Tir c ion H* son Pabii 1^
\U ladie d-s Y'iix, des
Dr 11164, du \< z et
de la (Jorie.
ll d son l.ahor.i oire, poi r
.n ly-- & -uiv.inln* .
Ttntte* 'f< rf li !n;, \V-.--fimtnn. \t :. 1 \>c r '''
[fit I l'emme. An '%* d It
ph. Arn\ d Ion'- S.'c tns.
K'n Jp Viirob'oli g'q.'ffi.
Pr#prHi*i ns et ortrges de loi
te? pires llis'o'njiqiirs.
les
le
GOO
CORDTYRES
TlieWesl fndes Trading Company
Port-au-Prince, Gonaves
Cap-ll ulien.
Grand Htel de France
Position exceptionnelle/au centre des allaircs
l proiinul de toutes les Ranimes, de la douane si
je toute. ItH A(,,.,.(ts de bateaux.
lenseiynemi.ts et lacilit.'s pour vo>ager en .,ul<
mobile dans toutes les parties de la IMiljqii
i Hati et de la rpublique Ion iniran.e.
.haiiiui-es confortable* cl lurtoul lr#, propre., e>
dateurs dans les dlttftLretJ I dcmane des 'et
Honaire. Cuisine Irana se trs soiun V el d
rlus v rie.. '
Hcrn-Lini!
l< ikasser Mini Iloint \ dt! uifcV.no, .ja J;.tn il *l King
1 (Il Uei.du Poi{ au Prin e
**' 't iv juiilti
i.f1 ,efc";'" It mime junr pour
j'cirope via C; lia'a, preiiani h el pt.t agt.rs.
L* tuaniti lltii z rlurn venau'
de .Ei rope fia San Juan de Porto
A' o Fueily Pala el Cap H oicu
t hiitndu la c pitale \ u le 15
ju ,!t|
,- repaniia le irme jour p.mr
K g o-i, Sln Domingo U.ix. San
Pei-o de MaccrUet Uing , pie
laat potfi pr .
Oliflto ZLUCAS& Po
' gcBU '. ii^rriui
0
Dtn.andex visiUr leh magusi *
de l Htel ;
Mus des meilleurs crus de Bordeaux, MU bWffl
ques, daiaojuniies, gallon* et ,|Mt boUlOlhe. Painil
les \ mis Ueuiialeaux, vou u ou virez le plus gian .
choix, Ipour Us qualits et pour l'Ag
..... aiVIN D'ITALIH & \) ESPAGNE.
j/WJmb, BUOKGO(j.M(blancs as rouye ei ls riionun
[ Poinuiard mousseux, ijokt Miiiicaui '
LM plu gia al aesortii.'M>ii\ de Liqueurs, Lcquic
gins, wlskies, etc.
Absltithe Pernod, Amer l'io m, \ i m .mliej
4;il.N.->i;iiVLS lianvaisud el ioueiieaines hsio
m i,l arriv, a.
OlOalfUS de Cuba, Aurora el Uabaaom.
./AjTlfc:s de lo8 ' labrlquoa llloili Gros
et uetsll.
IM ill l Ml i ,IE et i('.artes:potale..
Prix trs modrs.
P. P. Patrizi
leur
Soi dite
E'gont
( ot fort
Iickhttr
Bifotfl larfnii
roor 'tel (en uan-
ers l'itjjtcter t
'SitliT %"
S
[ Aet&ts
"BHMt"
Keds
Fabricados lokmente por la
United States Rubber Company
Ceux qui n'ont pas encore vu les
I nesse que vient de recevoir ta *>
Ml
doivent, ".dansjeur; intrt, s'empeg?^
cette maison, car nul part ils'ne i> ]
d'aussi beaux articles ides prix si iV ^
Kos articles sont vraiment de toute Lw,,i
Iraicheur et nos prix dfient toute
Crpe de Chine couleurs assorties
f *' exira suprieur
l" marocain carreaux
hoirie '\ carreaux pour robes)ot chtmlsts
frko*.ni'de soie barres <
Ratine vol le a carreaux}
\ oilesuisse brod
r.repon franais a barres et A oarroatu!
Diagonal noir sup.
' msimir anglais nouveaut
Serge bleu anglais suprieur
Pealmbeach anglais do toutes beauts
Alpaga noir suprieur
Satin i.Mue pour tailleurs!?
kaki blanc suprieur
Kaki jaune anglais suprieur
iluck un.on blanc ftQfl'e^ "nouve,iut.i
Drlll union blano analals ,QUVaautrl
Tussor Japonais pour chemise a hommes*
Ileps de .oie U barres couleur pour cheSi
mes et robos nouveauti s.
laptiste fine pour chemises
Percale fine pour lingerie *
C 'allant percale pour "
Zphyr anglais pour chemises =- extra asJ
organdi suisse uni et couleur" ^*
Ras il joui ndr ni -soie *
Chaussettes cossaises pour fnr>nt
F encli l>i>ky, dernire nouveaut
Poplin a fleurs pour robo
Tussor blano
Limbrie blano
\olles couleur barre!
Shirting ou no sup rie 4,
Bas dentelles
lias soie bicdo
Bas fil brod
Lotions 'Pivert*1
l u!le pour premlra Communion
couvertures blanche -t couleur suprieur
liandes biodes Madera pour ebemisesotl
\ oile b anc barres ai mouches
!tat ne blanche
abardine blanche barres et unie
'rpon blanc et cou leur A Jours
\oue blanc et oouliMir uni
i hemisettesailemtnies suprieur]
brio tiUir iihu '
I ait nii i.i tille orae
Servietts de toilettas blanslieiTA cou'eor
damasses bUncli9s pour tsmllles!!
.N appei. couleurs "nJ
Petites serviettes blanohes damasses
Organdi blanc Oi couleur ;| hmrv A th
Lainage couleur anglais sup pour jupes
Madras barres de soie pour chemines A
Satinette Foulard pour robee
Joignes franais & amricains <
Molletons blancs Se couleurs sup ^
Poplin de soie uni blano & crme extra
Chapeau de paille iine d Italie
llanmir anj| ais sup J
Crpon brod franc os i
Crpon franais A fleurs, dernire* no.ivestai
Serviettes de toilet e coul. anglaU'
lapis cir blanc sup. pour tables '
Damass anglais pour matelas doublell
Aimables clients, vous qui voulez ptatt,
Irais, les plus henni tissus qu'il soit
trouv.r sur celte place, ne rainqnl M
daller ailleurs, de passer chez nou o W
acceuil vous est rserv.
Rhum Nectar
Ch N. Gietjens
"10;iRue;;du?Maga8iD de'f
117 Rue Boooe FoL
820, ar;Courie.,
110 Kue des Csars
arbaneoiirf

Tlphone : N 756

-/_


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM