<%BANNER%>







PAGE 1

TriutiLU L*< MATIN mk Fortifiant naturel recommand par les mdecins contre la nervosit, lanmie et la chlorose, les (roubles di(|eslis, la faiblesse des poumons. t'amar§i sment, etc. n^cousliluaut de choix pour les personnes yes el pour les femmes pendant h jios esse el la p r ode d'allaiiemenl. Indispens ibie pour les eufans* Repisonlanls nuiflaili : OIOFFMMI, LUCAS &* Pvente ehri : rrl %  Mnet, ***** W W.'iomel.OWhM, m Co. S^fte *-* %  ; i Go QOXX ^VL^ L ro ; x jin-n-lilen, Otto Senaett* Co. M^Mto, * nr koHi. ta .yee, L* I.abaatille &Co Mlra.joAne l'oraveles. Nouvelles fctrangrts Par Cable Autour l -iinim ira d njultt* „. t .i g. serai ii .n i i mi M laaetaal di I ml • polilieli B An Japon TOklO i mouvami ni olitranu i, lembl i la i" 1 q tin ui< '-n i bine, .onm< i IM deaunet u lapon Le i ntri in deerfielt rlea ei.viroBi .le l' k io auraient t le il" %  %  %  '' lution uiiii ami n >"i' %  i( BI Ira S HU on tppr< n i qu I iBnbsaaade et Ela 1 m•' l"" r %  "envoi •l'une circulaire hii\ prof, muni i amricains i muiuyee daue le* nel %  es BBtiOBBlee ko* rfcomann ti .tut J abandonne laura o t upa lions il .1. M '•'• II* a I uklO d'. n llssfii.nl r.tnitliifs BOtt du ^ouvtrn. naol de |aui i 1 l,ei pltDi linaoi %  • rejoue H. uilbui iii'tn'i lifiii dan les ham bies .-em | ub lem lo diman che | ar la < % % %  '< lit tfBtiella Li ni ibtra des Uni nota a rc;aj di Boa breuiei i I loi l< i > Frnuc. el .le l'.H BRI i pi "I la bnilhiit Iriomi ha |U il %  Menu. l'Alli— Lu baml n dei dt pu ls it approuv pai [ ou i on ire 31 la proji i Vr Caillaui. i %  • liai abaleni da voli il' Bal a rali li le |.Un lin i" latte de Rnancca pur mira H. A il-' • II'IHV l H vrais eoupabli a d< i derniers atterttala on Chine ?... ||i > V,| v . Ni, t v nu m tte Canton du m •iii ru In ii dana > il t • ,.,1.de .• in 11 BU i a i, n 11.' i • ... %  dit la i Bt<, .il i a la remetue. 'lr %  ..,,. rnaui di I D l qu'il l ruipii'i* 0l ta B) llfl talion (alto par le bulonl iwum ,,i sui i 1 .'M'II.H.. BII 11 qu'il sl de ion dfOlf d'tabli! .Iflini lift n. i mi aiBi dn ni i da Boa la nulpabilit di Bllonlali rdaide ia nu lui dans lis Bllaqoti dai 11 h. nii|ea iDftlai'ta. rrai i ai i.an i n u.r.. i al porti jala( R| i iidarl ft u ii,.ir. le ...I.MII luiii'i Bique i, i,,„ e i|inla -i m li n ponu | laquelle H n P>rt le gu venir ur, n'a |. B p ril h %  am vm ni nia 11 qu< i "' %  I ,l0 (.. %  s .1.. i tona frai cal* al anglaiaei r pou*ari ni laqua riir i c I mi r. %  %  '. il. i n A ilodiaoli i b ""'• av ' niicoDlroloal Wla nu rrt • lias ff m Oi IH .us ;i|ii VI. YMI T etinbie. 01 pi ri la i n dei aaHaalaa da l " biduc P n tl ^'e^l -u < iilf hii r S n t i ..t /" us up'< qa roo iii< eut eoontia la c iasa q il a d#eh i n lu icnrrri moadiala la M M U M. nt que Inssassiniil de l'amien Bit II dur I ni m. I eut lieu .Lui. 1014 Violente tempite iltfloib M\s VORK— PaadaBl l* lem |.i'le qui s'est ni. t'Iiie hier sur N.w 1 ..l k Il I. nuire illiiilil lll rroix qui Mirnv nl.tit lu uupule I. Il athidrali de si Palrkli et ri doiail an paiillei [ %  boula le gn ml d un i .mis de S Inlil.i qm BI nait la tour du MuaN il ili-loue N ituralla Daui plaatt un dutticta da i. M e on .i rari gWrd dea di lilofillona eu w M i ai la loudre aux r.irti. lies .lein n-.i.s I dans Il • j i.me d'i alragi le< liiqua. rindii i,ue dea olain M IUI ci daieul fans latairopUoa une pli ie i i niielle ITHUS (or.n.til Ifraire i un en ItgiiBai d i A •!' non bfi BI I ddtBta d'auli mobils. Diic.i (inirli;ii il'l',|iii IIIcaplura pra dea Ctea mtrocainea 11 ru \N M"' "'" Baboriaa M pooraaila uni caoontiro tipa r m.la a capture une Laque char ge do inatiiel .1" -utirfi. Lea mi lOI llr %  I 1 IL N i bu Bi .I qii tait %  i..,. on.ma iliiy.uBai ... I Ml >l . !.. i N .. Il ...' hitlaiiiH lonlio if I iitLai* Il lel KsiagnoiLaa coudutleurs de la ^aitjui, cul i-iit la lutta. L'Italie reconnat ia ilftt' de <(inni' 11 i'" •' viiaije la ponsoiidation WAMIlM.loN-L'an b aaadaar italien i.iucon n ili iVailieo Oiix-', ilns in o en'.i'Mie prlimi.:|.ol a priciiee atr a < oi so'iil-,l'on de la dette 1 1 a den ai d.' on gouver ueniii.i d*B in.-tiuclion co%ua<<| %  ce sujet. Nouvelles Diverses LISBONNEA la suite d'un i . ii.-iii. de 11 l.ainl le, 10 l'i. mi.'i in nUlre a i. n iin pr >i ii'i.i de la Rpublique la dtail -ion du caLin.i. Sr.W iDHhA la H„ui-e les Wileil'ti i; r .-i< il..II. mu a oui illelnl le n i ord di la ba taa pour l'anne pendant a s. milite qui M. Dl de ii il |i r mile de 1 tat ili otiqu di liiiiin.ede rea paya dont U budget! aeront eloa aiae. dlier ..n -..i rit CB q • Iques ht ures un • n.|ii.i i de jn mil iona de dollar! a la caBBM du crdit by potbl• tira i bilit u et nu 11re tie 10 nillioai li previaee de Sanla l t Ar^tutine ). VER A I l\t / 1..'. erni met.l a entam une lulle goureu eenn Ire le D .u de uoti ri Ni t|i i coo MC lu l.'iix lier s du paja. llo*i uua^eH de ces insecte 8t.nl l.im bel -ur Vera Cru une .|ue les mouii ciii|.ii... ijuaqu'l priBaal f II. !•'. .illilialll'i* :ii. nl | roufi mir rit • u li l'. I M M il* I irndu M idri I poui : i, ,| a la dirai lion .1" la ,n mler on irar.ane t la onf" i' u i. i i r | K^ile fur K. qi • ttiou du Mar.:. u naj kl iBiIruclioni ,. il mp. r le car iBcoai mu niLin ..ton L*a n laite n la \ ti-ne tut le* molifa qui ont dtermin te gouvernement i prendre celle mature, r — — — une dcision de justice AlaGrand'RueN 0 1 7 2 8 dans l'affaire Jesurum Il y a "d-i fla qt:. I |IK•mois. le-, (ioiivin u n ut l'oDinicain sell.c'ii il l'fxiiadition d'uo da ffs re--i rii.--> i !s ilu uni de .'(si ru'n lyani n m dai %  la (m iJain.etii' p ndant l'Oo tuti AD ii laini. Pooi paivi i ir %  • li IH dinipt dn.r s' i pi yai 1 t.r .1 ux du fs i 'aef i;at'on qui lais PI I 'c Ici inm un diMrteur H ir a\oir tn i.rlon le S rvi"Cet>iti i ai |i .i il %  t, Il l'a chel d' IIMI'III n %  i.t ut: rJiinpi dateur pour avt i d rari t il a tords pulilus. La lii u N t M m, i.i h, i ji n |irnsaut tlore ;.v c raison qu il ns pouvait |ui*o i'me conn; itre d %  > ci lie t flaire la dlra NI joiice* el la Juge B. uoir (n kl i h r gce If i mi r A la fuit, d'une tud. cor s ciencieuse du ci s h n< table Magistral pu |,. T; bnin I de Premire Instance a rendu lu. r en auilunn11 blique ^. %  l lion MJIVai I I i|U< i le |l ni r fini d'an Ull lion a t f< a *, ifii!el?jusltc. n tli ii i •.,. ,,\ 61 LOII t relai d,qm le s. c< ml gri< I a jug .IIIHSMII! pi u n < i M i li tiia n t. tant ur. crim de drrii coir.muo Cdte dcision de juMice n i d aiust le (Jcuvtri.tmei i si ni juge peur Itatuet sur !\ piortin ii. de la d< mat de d i xlradnion lofnm e.qu il p ni ;i m, lire en y Mil-lais; ni ou rejeter* en s'y rfutant. N dre r-mi leaara BLRT4D0 a ITiaonenr d*olWr ta. -li. .,1s de cette Soci l^.nte de loui lae IOH le ^j^^JSLt?!^ de Je toute f. le -.-iqu'il viaol de raeolrde t-trai.ger, a iioir f ..sorti n^nl c lia >lat i* Obapoaai 1^ PaaaBja, de .are de ou.es en„'eur-, de ,,t, Id Itila magnifijuo.qol Wa Jftt du..hr.i,r Orl et rariteo d tre MIS Ajoute/ en % %  r • n |o ieh?am ,ailli mexici.ne. larges bords i.nt ap,.c;s pu le. pB*lemaa, leda r es et Ira enfanN. U la.it eMi penser mil er*atea • ' c< m8, n .' Wirobia. pour Pique Siqoe.iui Porte, car-es.p.nloul^.onumaire du .lapon, Ceiotasepoar hommes et dame*. IBM cols \an Haoaao, Un miM lioea depuis I dol a> juaqo't 10 dofran>. Parfum da la l'arrumeri.; CoUj, 3OB elpoudr; ainsi qa s.toules Us .utie varit*. Unvisit.' ihss. Je io ll( lil IDO h m/m f. Mariage Nouavoi s re. u avie plaisii le faire pat du nui. gi e Mi I* Anne t haravoine a**)t MI h s lian 11. Claude. La ... .iiei Puiliali i s ta doni i le n.ardi 8 Jmll i : b %  di Bai.li la (...ilidiae Complimen.s. v.s matrimonial leinuiiigne Mme Dooniniqui Darcelin, nn Claru Lanr.nl. d claie au pub ie el au otiim.no que ja ne sois plus responsable des m tel et actions de mon p u Vlr Dominique D.uelio, ctour muse d'iacumpalibilile d^ caractre Lie aetiou %  n divoroe d-vra lui en re iuteuie iBceaai mmeot. Port au Priuee I.: i'i jiia IftS I Vmr Do.ninique I) IRCBI IN ne I lu. L, ui. ni Avis Me Stnio Vincent, avocat, don. De avis 4 MI client! que. pendant son abseaea de P .. u Pni ce, Me^ T. Laleau, Albert H'ancbet et Lon AlireJ, den ei reut respteti vemenl rhsrgs de ?eal .iies. On est pri d adre.si r I uti le com muuic tionrelllivfi I Ecole de COO)Ull ne 4 Ml il l'radel, pr.d -.m A I ,. I ... h„rg pa li .i u del Dt lloa. Port m Prince, le i', .luio I9J>. Le Etat la I g..lion dea ttulinn le k Juillet le lu heur > .In rna'ni |B|. qua midi, a l'occanon du i9ina BBBlveriail* de I |. d pendance des Itala Unis d'Amrlqoa, Avis L-public et ie iljmmerc BODl aviss q i i partir du ter lui: et pro i litin, vli %  11 \i .ils n i H ehar^ re notre p •.. ration. Jaaajiiii IJ ttl Juin l'.i i iOal N k C> lis rtHH mur li iiTif saison A Rocavtilr otanque semaine de nouvelles marclian %  l iai*, allant ainsi au leva^Ute dsira de leur nomlueiine flienti-l.'. he/KawiisHermanos 203-209 Rue Traverire Ou trouve toujours une agrable surprise. THE NEW WAmPEN \ -1 piioU vitale • %  est k lire an le \'w Bversharp^ael d'une latte p r fection que nous ouvond re li il li m-nt qu d ne peut l'Obi ruer et qas i mine non p!u* ne peut ni g IIS r. I vaciller ni se drober. H ceci n'est qu'an d.s six nouveau mirait" qui dounia -livcr-hirp %  > sa oouvel i n ri u'in. son ootfveaa nom .I \ erli ted tvershirp. Le >ew"eifecled Eve slnrp eA g ran'i coi t e lo I O 'n. t de foncti iur.en.nil quelle qu'en mil la cuise, ti u| ven deo' d'Evenbarp voua remplacera naj au'ui iruv UQIsu Jf> partie.le talrl al m. ni irteai ieaava pai Hlifti nlrRicliu. ( lu rg d Il .ire p i des l md'Am .iq reci via .i I .... I61.I ll.ir .l.l I ..... roHi.ti rm-ni Ml ~"~ I THF. WAIII. COMPANY. NEW YORK, N. Y.. U. 3. A. wmmtmm %  m m m m m m Eug. LE BOSSE & Co AgencesR^rsentatioas S .PORT.AU.PRINGB Agents gnraux de:* ^ecker Joiies Jewull itlilliuj >, le lomposifur el pulOB -..n t i. ireia, doaaaronl un daiii me aoaeart J.vec i coBeoara ues d. i \ artistes bien nnuus \ Ceu./ at Vlr II i|itiste. l.. praaaa dit tout le bien ronle de > es arli-li da pas-axe ni ,i nul tlr.nte que le public B'|M • an graud uombie I ||| r e. l.t.irue: J, 3 vi \ tidi'* Jeudi l't i mre d* Eatre 1 jwvirdq r, 0 >. Diamond latch Go Allumettes t Sale Hoirie j 0. S, l.ilil" i txp'ni u'onpany Souliers II.-IIB Chai F. litUagett S'Polioni sa a en to i i|enri*s \|ani:l.ifltit.'s Laie* |na*ce \ .ssuranci' sur la vie, jiiilliou Frres *.u.' Vins & tbampagnr liordrum ... • II, li>in;u I.OtM..N.i.\i.l >" urre Danois, tro.nage et <• >oW %a lrru*nttlrl Vf. S lail.w;i Sun Tatiar n jri u.m-; ot na|pa. B *:illn|i.l!i San rJvl \ u b ar*'tu,, b .u.ieie*,*. fc a>uyejB da d #ort) •; J



PAGE 1

'.F MATI> %  -— 4 S F Attem Beo entendu JQ ie sais ^ ale uent • ^ OU8 Us ravons lavent mais I, II Ribes soirios lingeries trous; un etc# t* Stl •r' qarantir< V /> il •"'' 7. \j 1/, _-., <-, /M n /\lse*, son! les la von monrfs Wuite Soap g Lnex lnm|tmps mplOjcz noue pale 4 \[in'|raiii la meilleur • de toutes les marqua*. abrique spcialement pour i|entlemen du hi|*t lile. Ile protge >os chaussure* contre la chaleur et l'humidit. la qarantie .1.* qualit pour chaque bouteille de riiiij William 1? •'>! la mme que pour cliaipie bouteille dti Haij aoi Bai, a rloiles qu'on ne lalin |U6 plus. Seulement les amiteura de fini'qualit J qui ne reculent pa* levant lu ori< de | vraient demander loking W'itlinn 1\. '^ Le DM William IV est hriol ta. le march depuis Hl 9aoWiXClanvB? SCOTS \VH 1S KY tASTHME' boula geij <• 'i u.odi Jt g uO.'.ioa pat a Globules Rbaud R*tiiltalni*r lFux.turi'~tnani m* nt r. 'M 'A • . B.DAI M v \" l burope v v N -' ' lv ,llr :l UH in SUMUV r i* ....uni laroal ir mers mai oeli I il juillet p.ocini. Poil au Pruc, le W jttW I0*i. taeo.Jeansme&C 0 gtnt ire w CONS ripATION OOMiPFlimS S' ISSES |'(T rtirrniiicien, i i..' A loj.ia AFIII* : B MEILLEUR URGA HFS Pharmacie Sjouru Donne avis saclienlle et aux mdecin* et au public qu'i i.aLisornie ton LaLoraioire dLlog.e en un Labura-oir I* uii>u>* aiip>i(,uf M u.la t/veti %  D AD Dr Ricot et t Sjour i Le Lit rraio.it t;l cuxcil tcus le> jours de 7 hu s du u Deurestscli puur louies les nehrebesa analyses pr^* mi.LOiic cl lO.nte, MM pour le WaaS'fiuauu et i consum* Ure S Seront reues que le mardi d' e-li que semam. S'adre i a ... ruarmacui pour les re sdiaaei'eni' /In yes.d'uniies ti 6'uanii Bacutu de Tr oulei, Eiamt> du su e< du pu Ki une d malien* l^raipExaiih r> *t crael al ilbumino ra-i •.; Constante LJroSr.r i irm'Ui ALBrnTDII IM. J" DJujlln VIAF. I Phirmmclm. service ii^drauiiqu de forl-au-friaci & de k t 'uiuu-\uio bu u>: niu. lire lin aux nom jie'-'' rc. .u. 11.U..8 4i. li 1 | "T \H,L.IUI a abobDa qui, IOUI pr itkti 'i* B'avoa |ii^ l'i.u lnir bor iertaU| mui luujuuo 1B iilnrd |our .<• uaitB al ii l'iii lai Bi u • LelW'. la l'im lion du Sri M.. Il, lauliqut' Hlliir h ni t (lentton MIT ,uu le se|>ri. Uents avis leur miipelanl 'i' 1 I abonnemu t tant tue poui ebacna al pajabl* tou las deux mois, doit (*iie vers au %  ,|u tard le I • du.deuxime mn-, date a partir da laquelle la con ueciion tara iup| rima, |^n i <>ii-i l 1 1 %  %  '' l'iiu'iiir, u eu ne ikcuM-> oi 11 niant la non l ,,i,ii.'ii du borderaaa ne era atcieee pal II >>iie llv Jraulique pour i'in|Mi la u> prttaiOB de l'eau d. atOBDa nL.rJataires qui nuroui, eu oolie, i |"e r le retab is.einint de LupriBM. ,orl au Priuca, l> il J HB 1915 LA DIHK H"> PRIMEURS E. DEREU PATISSER Pour atisfiire aux daman les de sa bienveillante clientle, H le p l sir de lui ;ionoucer qu'il a repris f imporl.itiou le Primeurs i\ de 1 1 Viaode fi-.i. li i al ipi "tien 1 pr le PaaaoM du ti luio: De IH vaod.' la aau, Poro, Motiloa; enaiia f aura, ce.arls, I i-, i. | Il repp-ile K'i'-i i aaa cltaaaaqu'ils irouvaroal comme pai li pass, la iine i al isarie Kran naa la • qo PAta, bn >. haa, claira, boai la %  me, et'H sa Uaat o outra I ur disposilins ptnr tout< li i .uuule-j q u s sur la valeur des travaua Ij-iml*. 1' ut Qt i ai ;j.n dinde et i|ui uo rj,>nd pas au goiiw lu elle it aatrcspria, tin parle franais, auJiala, espa jnol il italien t|ence gnrale,' WISATGO Rue Ors tront*bo.'ts PRQFRiGTilRES O'.uis elMiilisles il e-l encore temps de vous approvisionner des pneus et i fa itnbrs %  < air "Flrsltoaa" avant lu haurse. L.eor popularit el loiijOiirs_,(,roiH. tante prouve mieux qu'autre chose leur excellente {qualit. Viennent d'arriver • IWfcl 30 I 3 fil Kxtral Con! u \ Tl Itl.s :to x B 11 1 SI x 4 n x i Bl t II; • t i n x i 1,2 ;. lt til 31 x V M x 4 31 x 4 \t il x I 33 x % I,-.' Il I / ;l x l ( :ttt x 30 x I K.lm. M x 3 l|2 •• Prix sp. larx p air a hits K par irjde t pnou-. J'.icapt" •*u.l.'mut i.vec plaisir toute commaiile pojr^envoi direct'des aubUasea !'FIRB8T0.NF". LPREETZMANN-AGGERHOLm Ayeni oenrat pour iiaW. t& Frocui ez-vous des chaises el dediu s, Ul en er,en cuivi eeleu bronze, y laces, lableaux, lampes, lavabos, carpelles el descente de, lils. Chez: i."% ; I FUS. 120, Kue KOIX, 120 X • . al



PAGE 1

LA U\lt!N Construit pour les Mauvaises Boutes Le pneu Cortl G > d Ytar pou Camion, est I m ill ur pneuma tuf a briqu pou le transport sur es mauvaises joutes. La paroi rt'siste d*i milliers de milles, sur le sol la plus cahoteux et sa fabrication spciale diminue le chauffage in>rieu ;t fameux tiCftl in allueatht'r Irerd nstir' ui.etractitm sur ,en it.udant tout drapage impossible. fabriqua p ur rsis er ta ?fus tfiu e rond tio d 3 servir il parcourt des milirs de milles un pix excessivement bi. s. jtubr.qu dans tout s les dimniions coura\(ei. *• U htttj Maison 1637 Rue au Centra Dernire nouveaut. Brassires pour dames ti es \\ aides r -'i pl.c nt le scuti n gor<|e i 11 (a it> ure. Le Dateur FBDJ en Diplm de l'Iostitul .Golooial lie Paris K'i.ik de -un vi.NHge d Kurope m li s'e i perlectionne en otorhi. rt.aryDgologie ( OphteltDolofcll d i s 'eHo (I'MIH ilo Paiis, a lion I) ur J'inturmer le public qu'il a repi s lu L'irection le son Cabinet Maladie des Yeux, des Creilles, du \> z et • le la U rge. Kl dion l.iboi al piur h koa set -n v iot'1 luulr. les Mi li i' htl ln| i l Hati ci de la rpublique dominicai (brabres confortablei el surtout tra propre • MI tilateurs d< ns les chambres i Is demande des fen iknaires. luisioe Iraneaise lis soig te et dtl us varies. Dtn.andex visiter ltt> mc i a n$ de tin : \ 1ns .1. s meilleur niwdp Boidtnuv, ni f l-nrrl qui"., diiniejunnes, gallons el rar F< u'eilli's. I ;ti in %  Vin* ilecli.'ilenilk. voua trouver.-/ le i 'u %  • yilin %  hou, |I.HM les i|• |.. omtn Pommard mouhseus, • i < (J i Amricain le piiio oranfl aasoitho nt Je l.fqueiiia, i i(|n;ii' t Ins. wlnklns, etc. khslllth* Pernod. .\H>T I'KOU, Vnriuon'l '' CONSERVES IranoalSM |el nmerienini-s Iralo m m arrives, CHtARRS rie Cuhn, Aurorn |i Har>ai ara. i UU.l'l I S (le loulea les J.il.i l.jiif s .1 l'uili Cmal dtail. PARI l MKRIE et Carte postales. Prix trs modrs. P. P. Patrizi Sans pareils pour leur Soliait E ganc; Confort ttaichiur En renie] partout Tour les comman e sadifsser t 1 Ayants •'CoirarseJ'' 1 Begaut" Keds l'abricados solamcnle pur l.i United States Rubber Company La maison H.S1LVEIU Jeux qui n'onl'pas encore vu les jolis articles le finesse que vient de recevoir La Maison Silveu. doivent, dans leur intrt, s'empresser de passer i celle maison, car nul pari i's ne peuvent trouver d*aoaM heaui trtieles Ides jrix si raisonnables: Hos ailicles sont vraiment de toute beaut et dt 1 ic h ur et ns prix dfient U ute concurrence. '.r>r p tle Chine couleurs assorties i " extra suprieur rrinrocMin a carreaux vu. \ IUI i eaux pour robes)et chemiaes, Irico'.ae le noie ;i barrea llatiue voile a cari eaux \ oileaiiissc bl'odb Crpon franais a barre et A^cnrroHUi t iayonal noir sup %  ci mil' anyiais nouveaut Serge bleu anglais suprieur l'ealmbeaeii anglais de tiiute>^beauta Alpaga DOIT suprieur Satin Chine pour tailleurs kaki b aie suptieur Kaki jn.me anglais suprieur lluck union bianc anglais "nouveaute'| I rill union blanc anglais fil " ^ mmm ^ m ^ ,_ m m ^ I inaor ^apon'*! pour chemise h< mmes et rot-^ Stapa Je aoita a barres onl.-u. pour chinUVA IOBa* n.oi et robas nouveauti s l'ajuisto lir.3 pour chc nion>on ouv rtures blanche et couleur suprieur l'ttod s bi odres Mader i pour chemises et[|upes \ oiitr aajUt i I >i ii'ln tille 3r i i Sarvitts de toilettes blanillM'A couleur il i iiiani blanci i* pour fj.nilles] \appe couleurs Petit** serviettes blanahes damasses llrr-i'li Il atic (.V coaleur harres it A rarre*UX. %  innqe cou eue anglais sup po'ir jupe* M idras rr^s io sole po r nhsmbies lioinm satinette Foulard po r robes Peignes franais v a niricains VoPet >ne biancs Jfc cauleurs sup.* I oplin d so e ini oi.-ion l crme [extra ( hipeau Jejoailie Une d'ilalh l'asitnir inq al* Slip ('rpon brad franais Crpon franc il* a t eais. dernire t nouveaut, 1 Serviettes de toilstte cou', anglais nois cir bla ic sup. pour tables Damass angl lis pour matelas double largeur olo •toi s imablea clients, vous >|ui voulez porter, peu de Irais les plus beaui tissus qn*il s< il possible de tro'tx.-i -..r colle plaee, n • manques pas.anl I i 1 '-! 1 ail'ciitN, d" pisseir chez non oft le aftrf'leu. iceeuil von* est rserv. Rhum Nectar Cli N. (ii-ljens i\ 10, Une duMa.j I ,III de l'Ktat 117 JRue Bonne Foi. 820, Kae Courte. 110 Hue des Csars Tlphone : M 736 ..



PAGE 1

DIRECTEUR PHOPRIETURB Clment Alayloire BOIS VEltNA 1358, RuelAmrioalne NUMERO 20 CENTIMES Quotidien . KHI J5! que l'on < i-til ii< ii ) %  • ut* •' 1)11 ce Ile II.:." tMliU. tl La.Fl J1H ,V.24i 1MB ANNEE K-.S41 : M l RIXi i %  i V i M\RPI 30 Jl'IV 1936 Le Siuvememeiil, la Conscience nationale et l'Opinion publique amricaine '• i bien en vain u.ie sesont outi c a tte manœuvf et qui n'est que la con* squence logique de toute en* trepnae Irrllchie et ambiti^u-e a t mil nu par un des nombres les plus autoriss de l'op* position. Si. un certain moment, quel unes Hatiens, guids pa r le sincre dsir d'aider la restauration i l'une Hati intgrale, ont tourne leurs regards vers ceux IJUI prtendaient tre I i ncarnation vivante de leurs revendications, ils ont vite reconnu que l'ide dominante de l'opposition tait uniquement la prise le possession do pouvoir et que les vrais intrts nationaux ne pouvaient tre etlicacement dfendus par des homms qui • lopuient des attitude* diverses au gr de leur intrt person net et de leur pseaion. Revenu une plus nette comprhension de la situation cre par 1 1 Convention de Mo, ils ont librement clnisi le parti de l'ordre et de la paix, laissant aux taux aptres le ridicule d'une opposition rduite l'emploi Je moyens dloyaux pour continuer une rsistance strile parce que sans objet. I* journal Le Temps vient de donner, l'intention de ses lecteurs, la traduction d'un article de MWilliam AHo denberg exprimant l'un? easion qu'il a rapporte de son rcent voyage en Hati.article qui a t publij >ar le .Christian Scien e Monitor rput pour l'indpendance de ses opinion*— Il n'est pat inutile de noter que celte rejroduction a t laite par < Le T> mps • sans aucun i rserve des commentiirei ult iieurs qui, du reste, ont t sollicits et imposs par des amis , de l'aveu mme de ce journalTout le monde constite qu'il n'entre pas dans le plan du Ternis de contredire ouvertement les opinions favorables mises l'gard du Gouver nement amricain ou a celui de son reprsent-nt le gnral J. il. Russe I Haut Commissuire amricain eu Hati. Seul le gou *ernen.eut indigne est critiqu cause de la loyaut qu'il ap porte a la ce opr t on consacre par la Convention de L0/5.**ais le .Gnral Russell, — au dire de l'ex-Prsi lent IJartignenave. pst un soldat loyal. Il ne se laissera pas se luire pu les apparences, et il est assez avis pour comprendre que les a:te* qui lui ont valu les lo,, is de M William A. Rolenberg soit justement ceux qui sont Fobj*l de la critique journalire le la presse opoosante et que lac >* ractre de sa mission en Hati depuis le mois de Vfars 11)22 le rend solidaire—en mme temps que cooprateur — du Gouvernement hatien. M. Willin A. Rodwberg qui, comme repentant du peuple, a sig peu luit 2'i annes conscutives au Congrs, est une des personnalits les plus remarquables du mmde pjlni JUJ de* Etats-Unis d'Ain rique. Son autorit s'est accru ; depuis qu il s'est volont lire meut retir de la politique active pour se n v icr, .'ii toute in lepen ianc-3, des observt ons personnelles sur la politique et le g-juvern meut de son paysSon opinion sur l'opposition eu llaiu ne peut manquer d'impressionner Ses cont>at'-iut -s qui, en accordant dj UJ.UI* lui, sans d juie, q lelqu: attention aux dmarches lentM auprs d'eux se trouvant tre vicumes d'une illusion qu'eutr t eut seul meut leurmcomi s unv de i* vritable situt oi po 11 m intrieure de notie PaysCi-in illusion mritait d'aul tut plus d ire dissip te qud les meneurs uauonali* es n'ont plut aucun crdit moral. L'11 uiiiiiiral. in l.gil de IL' ion Pdliioiiqu', Me Georges Sy vain, selon la dclaration publique d'un ancien inem lire Je celte association ei l insu les souscripteurs, .prlve une soin ne mensuelle de l'JO dollirs sur la caisse constitue, sous prtexte de dt frayer cerI unes dpeus-s L s dclarations de MRJ denberg revtent un caractre i aii itrait ( mrluuliremr ni d eIre igos e e l'ultaulioa des homme publics amricains qui -emI tut intnsser 4 la caui>e dit* nations Ute. V-t qu'aucun journal de l'opposition n'a contredit de fm,'in srieuse Us opinion* mue pirM. RodaabwgUI '.Christian Science Monitor>-, notamment DU TAC AU TAC Dans noire diiorxal d'hier t impression iyi>oyraphiqne aya-ii laiss d des ter, nom er oduisuif uuiuu ukut d dtS' \n tio'ie D incivil article en Wponse i s L* POSTE •• La Poste >, dans son der* &i r ditorial eu nous oui • tant LE DROIT de dsigner L a*tionansme k actuel comme uua fcsAfifc 4OBUU*UO laquelle ffous^ptiirrions (acifaajrnt su!tli r le terme THOUPE. nout reonnait cepuolant ce POUVOIR de nous exprimer -dnsi, IWM directeur tant, dit-il pr f t du police. Rien ne nous pa ait plus ifl cohrmt que relie i j ertion d'autint qu'elle mane l'un ot* fice o tous ceux qui y ont I ur sic^e altichen' la prtention d'tra des bonu^i ie loiVoyons eelrt con*i*thnt a aMiimrr que le peuple h itirii est % %  plue heureui. |ilu libre, obis content autour. il I m qa'il ne l'a l durant les priodes de nos guerre civiles rptes et que seu's f qrelques agilateurs i rofessionnels 'd'Maiti et i;iieliiiii's homme publics smri. . il y a bien un procs qu' se plaide depuis 10 Bus en Huilt Le fond de ce procs c'est l'avenir national. Le peuple d'un % %  et <• quelques agitateurs professionnels • de l'sutre sont les seules partter en cause. Si l'affaire n'a ol porte au rle que depuis lu an pour lre plaide c'est qa'nne minorit turbulente el audaitmblii iidlionalt. a solennellement ouvert les dbat en posant devaut la conscience nationale la question de voir si l'Hvenir de toute une Nation devait continuer i lre saerlft aux inlils peisonnels d'un (troupe dr poliiiciens. Depuis, une lutte -unnurri "i livre au Gouvernement par une prise auda cieiise qui s essay, mais vaine ment, de fourvoy r, par le men songe, l'opinion pub'i jn %  : ra'i* le mensonge, dit c Le Temps est une aime qui discrdite et se tourne vile contre celui jiiiseu sert — L'on %  '•spliuus alors i %  meal le di-rirdit o el ton*ibe l'oppo ItkkB qui, pour foire violenc la COIIM irnee nationale a ara bou de ricourir au mensonge, i la ca'omnie, la dnlnmiti' n. Le touvernemr nt f'it de l'est ellencde son enlrtpiise et de ses respon %  •MiMs en vi-r la .Nation, a d prendre du pouvoir coimlitulionnel qu'il dtienl Itf me sur-s h gales qu il li luit poui lfiner l'ai dace exMirei des >• igtateur profes sion-U . yuoi d'tonnant que MM. Ilar diiiK el Hodenberg eotenl • f• • i viill de grande qualits lalal Htl fl morales du Prsident Borao 'Sas advers ires eux n.mes n'ont jamais o lelui conttster. — Contianirni nt a l'opinion du %  Temps • nous pensons qu'une coupe de IIIBU^I. gne, une leste de th ou queiqu. p> lits gjleaui ne E i uvaat (Onu ter nu homme ces lillantei qualit qui ont le bnfice d'une vie o haire au travail et S la pratique de IMUI. vei |M B il en tatl aulren.ent plu sieuis lirat*Bl aaji rach-'e les I i li ui de eur pass abominable. Mai 1 n > a pas que MM. Ilarding il ItodenUerg J protlsmir les qualit et les bonnes manires di M. Itorno L'est l'opinlnn de loulaa le personnes, la plupait daintrasssa, venues de dive s |i i nt de la Rpublique, qui font vi-i e au • < h f ci ustilu'io.inel du Gouvernement un P' n : do ou ls pouvoi-s eat II.V sti lei ori'd-l a-tuel et qu' est le rl qu'il joue dsns II rouage gouvei uemental T Lt rponse s'offre d'elle mme et Is articles de la I OMJII .II cl. l'Jl8 crant les prt dures M compottent SIKH e rr>bwi>it qui puisse domirlifu inei* (.relations .'iversesCette loi du m effet t ART. 1er. — Les Recri?en nuts civils du Pouvoir Excutil r. t, — Les l'r.let surv illeiii li m.'.ii h de l'A Imiuit* lration l'til'liqne'lans leur cir conseriplion et l'excution des dcisions lgales du Gouvernement'nvec lequel ils correspondent en> ce qui concerne l^s I met ions et devoirs des Commissaires du Gouvernementales lnspcteurs des Renies et des A Iministrateurs des PinaMM ART. 3. — Ils envoient a I approbation de l'Administrrtion suprieure le l Septembre de chaque anne, le Budg't des Conseils Communaux de leurs circonscriptions avec les observaiio' s qu'ils leur ont pra lal.l.l'i-iii soumises. ils veillent I excution des lois sur la comptabilit des recettes et des diiensps des Communes, sur la publicit de I-MUS b udge's et de leurs comptes eten gnral.sur le ionctionnement de leurs divers services. Anr. 4. — Ils agissent comme OMiciers de Police Judiciaire en l'absente des Agents dai gns par le Coled'lnstiui-.tion Criminelle. Quand donc le rdacteur de h Poste . assimile le rle de IV.luel prlel civil ce'ui du prfet de po'ice don' il doit garder sans doute quelque souvenir. Il commet une erreur lamentab'e coinm nous le lui avons laii toir d'illeu r s, moins parce que nous avons t mis en caus<>, qu pour dmontrer une fois de plus la faiblesse qu'pngnlre chez l'hommle parti p r is I* poussa' t tout dna turer suivant lerprisme a travers lequel il regarle I .<• rdacteur de la < Poste > von Ira bien convenu que bun longtemps avant queiiotr>; ss a lopins, pense que, nolrj ditorial en ce jour la -si de lelli'.s prvisions , lisaient —serai' conster l'Klu que nous cunprrin s rwmm^ un R* I m >t ur, L' M lin tait ipaortu ii t- Rien qu-'c • nis > n iront n vaille pas qu" no il e pr, nior s lu srieux ayant po r b v un si avec l j qu-l tous l miracUts peuvent s ralis r pi| la Dan* la, la iSODClasioQ d' BOl C ion frre n'est pas fai'e ce peu laiit pour nous dpl ire. 1-e Matin i est opp t oista I ti n n'est plus frai, mai t Li Pottt l vomira lu D nous per mettre de lui dire pour ju i ? N'avanl point la hant'se 'u pouvoir, imbu des ninrioe poliiiqajea qui marqurent fortement de leur emprunte 'e you* verneraent de Nord Alexis contre lequel une coalition tonn ij bie se heurta pour s'an^anl r. I. Matin a constamment pen qu'une opposition syst m t que — toujours mauvaise en s -te les hommes Iles mieiu dous oui tous nglig de concentrer leur aetiviti sur l'A Iministratiou de la chose publique par le souci constant qu'ils mettaient a in* pos j r silen e quelfj.ies adversaire?, bavards impnitents, dont tout le patriotisme se rsiu.ru en des discours qui ae faisaient plus mensongers mesure qu'ils re prolongeaient et s'enllammaieutNoire jp()orliiiiiiuo uou lait penser qu'en mettant nos faibles Inmlrea au service d'un rgime d'ordre non* faiion une aravra bien plu utile que t„u-. ceui qui, uar.lant perptuellement une alli tude d'insurgs rendent ch iqaa jour les haine plus vivaces. t lie/ nous une iliscipline raisonne calme le arleiir du frondeur que nou pourrions lre Notre opportunisme veut encore que non n'garions pas 'lecteur •n lui prsentant de vessie pour de lanternes et quand nous pre nons tache de le renseigner sur un lail de notre vie nationale, c'est aux meilleure sources d'informx lions que nous recourons, nous dpendant de le leurrer en ronver lissant bruquement des fictions en des ralisations proches, nous con formant en cala aux rgles de la probit professionnelle. De nos dbuts dj lointains i notre poque, de tout ca qui con litne notre paes jusqu' ce qui forme notre prsent, nous n'avons en rien chang nos directives, et si nous avons 'dbut sou la bannire II//'.J iiMimuili'it du teriible (j neral Nord AleU ", La Poste voudra encore convenir que noun av ,n su choisir notre cole, car c'est ce qui non pernul aujourd'hui djuger el de lygmitiscr louli les entreprise o sous le mantiaii de faus-os tiquettes le charlatanisme prtend s'imposer. FUIte Abdallah Ackmid Le Syndic de ta fnililo \. tcj md raivlle aux cranciers du la faillites toutes lia < utile quel dlai pour le depcJI de leur litre de %  rean^et afin de vrifliation, e pire le 4 juillet pro-diain. l'orl au t'riiuo, I ."• juin IVi Le Svndic provisoire, relliea HOUX Le rgime du fouet Al Colliie-Louverture t\u -ujet de la violence dont fut viclime dernirement de la pari du directeur du (oll(/e Louver luie, un jeune lve de cet tabli semeat, violence qu' jjile litre on doit un doub point de vue, reprochera Montieur Lhris son, celui-ci, au cours dune inter vie accorde noire contrera Le Nouvellitte a essay d'exI liquer que le caractre insoumis de I entant, sur lequel le pre lai avait donn ntrta hunrlta. l'avait oblig h cette brutale .oneclion, %  n faiianl mmo intervenir dans la quealion un* ailtire de couple d'cliga non sold Itpondant a toule ces spcieuses raison qui. m-'-niu si elle taient fondes, u expliqueraient nullement que. tant nu point de vue ducalit qu'au point da vue humanitaire el lgal, Mr Lbrison 'arait eu droit de fouetter jusqu'au teug un enfaul conli ses soin, le pri du jeune Claude, Doua a adrea- une lettre par la quelU il dmeut iat/nriquemant le aserlious du directeur du Oellge (ouverture. Mon-ieur Clment Claude, daue sa lettre, nie uboluoieiit avoir donn, a Mr Lhri.son, carte blan che MH son Uls. Kt. mme s il l'avait fait, crit il, il ne comprend point comment cela pourrai! aiguiller que son eutaiil oui lre muii maltrait sou prtexta de correction. Pour n qu'il u'agit des moi d'colage non pay, Mr Claude donne comme ruion qu'aviut eu I poursuivre, pour compte de Mi l.hriun, certaine famille qui b'avalvbl pas solde lai bordereaux d pour leur eiiiaol, le iiue taun du Colley l.mviTtuiu a'a jamais peoa a lui i umpter tes bo notaires, reqn, .1,.j.,. -j lui, im. inique juste compensation et an a faveur. lai tout tal dr eh s, il reste al,-ni un.i m tabli qu un matre d'cole, eu particulier tir Lheriaon,ne doit pas nu.dier que lo rgimn du f uel a t depuij l*ng emp Intel dil d deux avons aot LU veuteexcluslvamenten <|ros cb<*4 Isaac llisliy & 738 Rue Couroe 173s •*! en dtail^dana tous les magasins m ph

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06460
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, June 30, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06460

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PHOPRIETURB
Clment Alayloire
BOIS VEltNA
1358, RuelAmrioalne
NUMERO 20 CENTIMES
Quotidien
. Khi J5! que l'on
< i-til ii< ii ) ut*
' 1)11 ce Ile
II.:."
tMliU.
tl La.Fl J1H ,V.24i
1Mb ANNEE K-.S41
: M l RIXi i i V i
M\RPI 30 Jl'IV 1936
Le Siuvememeiil, la Conscience nationale
et l'Opinion publique amricaine
' i bien en vain u.ie sesont
mw, ' efforts des opposants
nationalistes qui, sous, le prtex-
te fallacieux de dfenlre les in-
trt de la Nation,se sont don"
n pour mission. dans un
but videmment intresse,
de flatter l'amour-propr^ naio
nal et d'an imposer l'opinion
publique amricaine. Le. piteux
rlipc auquel a al>outi catte ma-
nuvf et qui n'est que la con*
squence logique de toute en*
trepnae Irrllchie et ambiti^u-e
a t mil nu par un des nom-
bres les plus autoriss de l'op*
position.
Si. un certain moment, quel
unes Hatiens, guids par le
sincre dsir d'aider la restau-
ration i l'une Hati intgrale, ont
tourne leurs regards vers ceux
ijui prtendaient tre Iincarna-
tion vivante de leurs revendica-
tions, ils ont vite reconnu que
l'ide dominante de l'opposition
tait uniquement la prise le
possession do pouvoir et que
les vrais intrts nationaux ne
pouvaient tre etlicacement d-
fendus par des homms qui
lopuient des attitude* diverses
au gr de leur intrt person
net et de leur pseaion. Revenu
une plus nette comprhen-
sion de la situation cre par 11
Convention de Mo, ils ont li-
brement clnisi le parti de l'or-
dre et de la paix, laissant aux
taux aptres le ridicule d'une
opposition rduite l'emploi Je
moyens dloyaux pour conti-
nuer une rsistance strile parce
que sans objet.
I* journal Le Temps
vient de donner, l'intention de
ses lecteurs, la traduction d'un
article de M- William A- Ho
denberg exprimant l'un? easion
qu'il a rapporte de son rcent
voyage en Hati.article qui a t
publij >ar le .Christian Scien e
Monitor rput pour l'ind-
pendance de ses opinion*-
Il n'est pat inutile de noter que
celte rejroduction a t laite
par < Le T> mps sans aucun i
rserve des commentiirei ult
iieurs qui, du reste, ont t
sollicits et imposs par des
* amis , de l'aveu mme de ce
journal- Tout le monde consti-
te qu'il n'entre pas dans le plan
du Ternis de contredire ou-
vertement les opinions favora-
bles mises l'gard du Gouver
nement amricain ou a celui de
son reprsent-nt le gnral J.
il. RusseI Haut Commissuire
amricain eu Hati. Seul le gou
*ernen.eut indigne est critiqu
cause de la loyaut qu'il ap
porte a la ce opr t on consacre
par la Convention de L0/5.**ais
le .Gnral Russell, au dire
de l'ex-Prsi lent IJartignenave.
pst un soldat loyal. Il ne se lais-
sera pas se luire pu les appa-
rences, et il est assez avis pour
comprendre que les a:te* qui
lui ont valu les lo,, is de M
William A. Rolenberg soit
justement ceux qui sont Fobj*l
de la critique journalire le la
presse opoosante et que lac >*
ractre de sa mission en Hati
depuis le mois de Vfars 11)22 le
rend solidaireen mme temps
que cooprateur du Gouver-
nement hatien.
M. Willin A. Rodwberg
qui, comme repentant du
peuple, a sig peu luit 2'i an-
nes conscutives au Congrs,
est une des personnalits les
plus remarquables du mmde
pjlni juj de* Etats-Unis d'Ain -
rique. Son autorit s'est accru ;
depuis qu il s'est volont lire meut
retir de la politique active pour
se n v icr,.'ii toute in lepen ianc-3,
des observt ons personnelles
sur la politique et le g-juvern -
meut de son pays- Son opinion
sur l'opposition eu llaiu ne peut
manquer d'impressionner Ses
cont>at'-iut -s qui, en accordant
dj uj.ui* lui, sans d juie, q lel-
qu: attention aux dmarches
lentM auprs d'eux se trou-
vant tre vicumes d'une illusion
qu'eutr t eut seul meut leurm-
comi s unv de i* vritable si-
tut oi po 11 m intrieure de
notie Pays- Ci-in illusion mri-
tait d'aul tut plus d ire dissip te
qud les meneurs uauonali* es
n'ont plut aucun crdit moral.
L'11 uiiiiiiral. in l.gil de
IL' ion Pdliioiiqu', Me Geor-
ges Sy vain, selon la dclara-
tion publique d'un ancien inem
lire Je celte association ei l in-
su les souscripteurs, .prlve
une soin ne mensuelle de l'JO
dollirs sur la caisse constitue,
sous prtexte de dt frayer cer-
I unes dpeus-s
L s dclarations de M- Rj
denberg revtent un caractre
se de ses relations d'amiti avec
le presi ltul Coolidtfe mais en-
core parce qu'elles sont le r-
sultat de ses observations per-
sourulles eu 11 Ri.
La fait digae de remarque et
q >i aii itrait (mrluuliremr ni d e-
Ire igos e e l'ultaulioa des hom-
me publics amricains qui -em-
I tut intnsser 4 la caui>e dit*
nations Ute. V-t qu'aucun jour-
nal de l'opposition n'a contredit
de fm,'in srieuse Us opinion*
mue pirM. RodaabwgUI '.Chris-
tian Science Monitor>-, notamment
DU TAC AU TAC
Dans noire diiorxal d'hier
t impression iyi>oyraphiqne
aya-ii laiss d des ter, nom e-
roduisuif uuiuu ukut d dtS'
\n tio'ie D incivil article en
Wponse i s L* Poste
La Poste >, dans son der*
&i r ditorial eu nous oui
tant le droit de dsigner L a*-
tionansme kactuel comme uua
fcsAfifc 4OBUU*UO laquelle
ffous^ptiirrions (acifaajrnt su!-
tli r le terme thoupe. nout
reonnait cepuolant ce pou-
voir de nous exprimer -dnsi,
IWM directeur tant, dit-il pr
f t du police.
Rien ne nous pa ait plus ifl
cohrmt que relie ijertion
d'autint qu'elle mane l'un ot*
fice o tous ceux qui y ont I ur
sic^e altichen' la prtention d'-
tra des bonu^i ie loi- Voyons
eelrt con*i*thnt a aMiimrr que le
peuple h itirii est plue heureui.
|ilu libre, obis content autour.
il I m qa'il ne l'a l durant les
priodes de nos guerre civiles r-
ptes et que seu's f qrelques agi-
lateurs i rofessionnels 'd'Maiti et
i;iieliiiii's homme publics smri.
cuter encore la ralit des faits.
San doute, comm le di< L*
Tem^a >. il y a bien un procs qu'
se plaide depuis 10 Bus en Huilt
Le fond de ce procs c'est l'avenir
national. Le peuple d'un ! et
< quelques agitateurs profession-
nels de l'sutre sont les seules
partter en cause. Si l'affaire n'a
ol porte au rle que depuis lu
an pour lre plaide c'est qa'nne
minorit turbulente el auda la mme qui continue encore
se mano'uvres, a con<-tniment
toufl la vois de la justice qui,
anfn, a tini par e faire entendre.
Le 16 Mai Wii, lePisiJent Borno,
ciiiiiiuiiiineiliitm-
blii iidlionalt. a solennellement ou-
vert les dbat en posant devaut
la conscience nationale la question
de voir si l'Hvenir de toute une
Nation devait continuer i lre sa-
erlft aux inlils peisonnels d'un
(troupe dr poliiiciens. Depuis, une
lutte -un- nurri "i livre au Gou-
vernement par une prise auda
cieiise qui s essay, mais vaine
ment, de fourvoy r, par le men
songe, l'opinion pub'i jn : ra'i*
le mensonge, dit c Le Temps
est une aime qui discrdite et se
tourne vile contre celui jiiiseu
sert L'on 'spliuus alors i
meal le di-rirdit o el ton*ibe
l'oppo ItkkB qui, pour foire violenc *
la coiim irnee nationale a ara
bou de ricourir au mensonge, i
la ca'omnie, la dnlnmiti' n. Le
touvernemr nt f'it de l'est ellenc-
de son enlrtpiise et de ses respon
MiMs envi-r la .Nation, a d
prendre du pouvoir coimlitulionnel
qu'il dtienl Itf me sur-s h gales
qu il li luit poui lfiner l'ai dace
exMirei des > igtateur profes
sion-U .
yuoi d'tonnant que MM. Ilar
diiiK el Hodenberg eotenl f i
viill de grande qualits lalal
Htl fl morales du Prsident
Borao 'Sas advers ires eux n.mes
n'ont jamais o le- lui conttster.
Contianirni nt a l'opinion du
Temps nous pensons qu'une
coupe de iIibu^i. gne, une leste de
th ou queiqu. p> lits gjleaui ne
Ei uvaat (Onu ter nu homme ces
lillantei qualit qui ont le b-
nfice d'une vie o haire au tra-
vail et S la pratique de ImuI. vei
|M B il en tatl aulren.ent plu
sieuis lirat*Bl aaji rach-'e les
I i li ui de eur pass abominable.
Mai 1 n > a pas que MM. Ilar-
ding il ItodenUerg j protlsmir les
qualit et les bonnes manires
di M. Itorno L'est l'opinlnn de
loulaa le personnes, la plupait
daintrasssa, venues de dive s
|i i nt de la Rpublique, qui font
vi-i e au < h f ci ustilu'io.inel du
Gouvernement
un P' n : do ou ls pouvoi-s eat
ii.v sti lei ori'd-l a-tuel et qu'
est le rl qu'il joue dsns II
rouage gouvei uemental T
Lt rponse s'offre d'elle mme
et I-s articles de laIomJii .ii cl.
l'Jl8 crant les prt dures M
compottent sikh e rr>bwi>it
qui puisse domirlifu inei*
(.relations .'iverses-
Cette loi du m effet t
Art. 1er. Les Recri?en
nuts civils du Pouvoir Excutil
r. t, Les l'r.let sur-
v illeiii li m.'.ii h de l'A Imiuit*
lration l'til'liqne'lans leur cir
conseriplion et l'excution des
dcisions lgales du Gouverne-
ment'nvec lequel ils correspon-
dent en> ce qui concerne l^s
I met ions et devoirs des Com-
missaires du Gouvernementales
lnspcteurs des Renies et des
A Iministrateurs des PinaMM
Art. 3. Ils envoient a
I approbation de l'Administrr-
tion suprieure le l Septem-
bre de chaque anne, le Budg't
des Conseils Communaux de
leurs circonscriptions avec les
observaiio' s qu'ils leur ont pra
lal.l- .l'i-iii soumises. ils veillent
I excution des lois sur la
comptabilit des recettes et des
diiensps des Communes, sur la
publicit de I-musbudge's et de
leurs comptes et- en gnral.sur
le ionctionnement de leurs di-
vers services.
Anr. 4. Ils agissent com-
me OMiciers de Police Judiciai-
re en l'absente des Agents dai
gns par le Coled'lnstiui-.tion
Criminelle.
Quand donc le rdacteur de
h Poste . assimile le rle de
IV.luel prlel civil ce'ui du
prfet de po'ice don' il doit gar-
der sans doute quelque souve-
nir. Il commet une erreur la-
mentab'e coinm nous le lui
avons laii toir d'illeurs, moins
parce que nous avons t mis
en caus<>, qu pour dmontrer
une fois de plus la faiblesse qu'-
pngnlre chez l'homm- le par-
ti pris I* poussa' t tout dna
turer suivant lerprisme a travers
lequel il regarle
I .< rdacteur de la < Poste >
von Ira bien convenu que bun
longtemps avant queiiotr> recteur tut prlel, notre journal
a Joujou s eu le courage ddire
au n.lii nalisme lapagi-ur ami
I il. ''issquant son i uvi,- Qjajj
l'orig'iie, par de GlIaiiPU'ea
rrom'ssef, avnii cp' la con-
tinue vnra'* pour se trsns
former bien vi'o dans \ suite
i n une vulgiire exploitation nu
lutit se ramena d pui", une
i i stion de gros sous
M -i', celle m"*tv occasion
11. i Poste a pris prt x'e pour
ci naidrer l'avenir Im lminint
tui entier dms 11 dite du II
Aviil prochain qui l'rs cell -i
i i i lion prsident! Ile I riotra
confrre caressant la r."-ve chi-
m'ique de l'lval.m au pou
voir d un d>; ss a lopins, pense
que, nolrj ditorial en ce jour
la -si de lelli'.s prvisions ,
lisaient serai' conster l'Klu
que nous cunprrin s rwmm^
un R*I m >t ur, L' M lin
tait ipaortu ii t-
Rien qu-'c nis > n iront n
vaille pas qu" no il e pr, nior s
lu srieux ayant po r b v un
si avec ljqu-l tous l miracUts
peuvent s ralis r pi| la Dan*
la, la iSODClasioQ d' BOl c ion
frre n'est pas fai'e ce peu laiit
pour nous dpl ire.
1-e Matin i est opp t oista
Iti n n'est plus frai, mai t Li
Pottt l vomira lu d nous per
mettre de lui dire pour ju i ?
N'avanl point la hant'se 'u
pouvoir, imbu des ninrioe po-
liiiqajea qui marqurent forte-
ment de leur emprunte 'e you*
verneraent de Nord Alexis con-
tre lequel une coalition tonn -
ij bie se heurta pour s'an^anl r.
I. Matin a constamment
pen qu'une opposition syst
m t que toujours mauvaise
en s peu avanc que le ntre, ne
pouv it qu'tre dsastreuse en
umpchmt toute volution et
en entretenant les causes de
haine et de division *uU* lei
f^ll du Paji
Poui 11 oiro no-, nous ue
n-ius son, il- s i liai 1 list gui-
der par aucun inatincl de lucre,
mata .ions nous sommes inspir
om i'a:tt de notre histoire qui
Con :or lent a prouver que les
gouvernements les mieux ut mi
lionnes ayant eu leur t>-te les
hommes Iles mieiu dous oui
tous nglig de concentrer leur
aetiviti sur l'A Iministratiou de
la chose publique par le souci
constant qu'ils mettaient a in*
posjr silen e quelfj.ies adver-
saire?, bavards impnitents, dont
tout le patriotisme se rsiu.ru
en des discours qui ae faisaient
plus mensongers mesure qu'-
ils re prolongeaient et s'enllam-
maieut-
Noire jp()orliiiiiiuo uou lait
penser qu'en mettant nos faibles
Inmlrea au service d'un rgime
d'ordre non* faiion une aravra
bien plu utile que tu-. ceui qui,
uar.lant perptuellement une alli
tude d'insurgs rendent ch iqaa
jour les haine plus vivaces. t lie/
nous une iliscipline raisonne cal-
me le arleiir du frondeur que
nou pourrions lre
Notre opportunisme veut encore
que non n'garions pas 'lecteur
n lui prsentant de vessie pour
de lanternes et quand nous pre
nons tache de le renseigner sur
un lail de notre vie nationale, c'est
aux meilleure sources d'informx
lions que nous recourons, nous
dpendant de le leurrer en ronver
lissant bruquement des fictions en
des ralisations proches, nous con
formant en cala aux rgles de la
probit professionnelle.
De nos dbuts dj lointains i
notre poque, de tout ca qui con
litne notre paes jusqu' ce qui
forme notre prsent, nous n'avons
en rien chang nos directives, et si
nous avons '- dbut sou la ban-
nire ii//'.j iiMimuili'it du teriible
(j neral Nord AleU ", La Poste
voudra encore convenir que noun
av ,n su choisir notre cole, car
c'est ce qui non pernul aujour-
d'hui djuger el de lygmitiscr
louli les entreprise o sous le
mantiaii de faus-os tiquettes le
charlatanisme prtend s'imposer.
FUIte
Abdallah Ackmid
Le Syndic de ta fnililo \. tcj
md raivlle aux cranciers du la
faillites toutes lia< utile quel
dlai pour le depcJI de leur litre
de rean^et afin de vrifliation, e
pire le 4 juillet pro-diain.
l'orl au t'riiuo, I ." juin IVi
Le Svndic provisoire,
relliea HOUX
Le rgime du fouet
Al
Colliie-Louverture
t\u -ujet de la violence dont fut
viclime dernirement de la pari
du directeur du (oll(/e Louver
luie, un jeune lve de cet ta-
bli semeat, violence qu' jjile li-
tre on doit un doub point de
vue, reprochera Montieur Lhris
son, celui-ci, au cours dune inter
vie accorde noire contrera
' Le Nouvellitte a essay d'ex-
I liquer que le caractre insoumis
de I entant, sur lequel le pre lai
avait donn ntrta hunrlta. l'avait
oblig h cette brutale .oneclion,
n faiianl mmo intervenir dans
la quealion un* ailtire de couple
d'cliga non sold
Itpondant a toule ces spcieu-
ses raison qui. m-'-niu si elle
taient fondes, u expliqueraient
nullement que. tant nu point de
vue ducalit qu'au point da vue
humanitaire el lgal, Mr Lbris-
on 'arait eu droit de fouetter jus-
qu'au teug un enfaul conli ses
soin, le pri du jeune Claude,
Doua a adrea- une lettre par la
quelU il dmeut iat/nriquemant
le aserlious du directeur du Oel-
lge (ouverture.
Mon-ieur Clment Claude, daue
sa lettre, nie uboluoieiit avoir
donn, a Mr Lhri.son, carte blan
che mh son Uls. Kt. mme s il l'a-
vait fait, crit il, il ne comprend
point comment cela pourrai! aigui-
ller que son eutaiil oui lre muii
maltrait sou prtexta de correc-
tion.
Pour n qu'il u'agit des moi
d'colage non pay, Mr Claude
donne comme ruion qu'aviut eu
I poursuivre, pour compte de Mi
l.hriun, certaine famille qui
b'avalvbl pas solde lai bordereaux
d pour leur eiiiaol, le iiue
taun du Colley l.mviTtuiu a'a
jamais peoa a lui i umpter tes bo
notaires, reqn, .1,.j.,. -j lui, im.
inique juste compensation et an a
faveur.
lai tout tal dr eh.....s, il reste
al,-niun.i m tabli qu un matre d'-
cole, eu particulier tir Lheriaon,ne
doit pas nu.dier que lo rgimn du
f uel a t depuij l*ng emp Intel
dil d re el que les lOiYMiioai brutales,
loin doue utiles a le lucatiou de
eotini, na peuvent rvir qu'l
aigrir leur cara- l.. ii i iliirnnuei
eu eux le Mnlimeul i ht dignit
I. i i 11 -i .. i j
l grand je I, qu t Mr Lhc
rinoo lorce lui i ippaklai eti-
morale du Bonhomme Plus fait
douceur que violence
Coco Coco Coco
SAVON
Lait de Coco
GOGO
Savon de Marneille
Vrai laliM'iian de jeunesse et de boaul, ce avoii
lubrique uniquomi'iil a\co i'illllle pure de* i.Oi.t) pe
nt'tra mervaiilauieinent tous le poroa^de'l i peau et
la r ;nd aoiioln. riouci -t. Ira Ii-s aujourd'hui, employez lo savon Lall le Cool.
car.eu niO.nt' tempa -gai'iI praarve et en.bi- Ile lu teint
il- daiuaa, U oonaerva isuz hbt leur adorable frai
chaux
Kaeayez en mme tempa Le \VhlU Almond Soap.(>
deux avons aot lu veuteexcluslvamenten <|ros cb<*4
Isaac llisliy &
738 Rue Couroe 173s
*! en dtail^dana tous les magasins m ph
n i
M


TriutiLU

L*< MATIN
mk
Fortifiant naturel recommand
par les mdecins contre la nervo-
sit, lanmie et la chlorose, les
(roubles di(|eslis, la faiblesse des
poumons. t'amari sment, etc.
n^cousliluaut de choix pour les
personnes yes el pour les fem-
mes pendant h jios esse el la
p r ode d'allaiiemenl. Indispens i-
bie pour les eufans*
Repisonlanls nui- flaili :
OIOFFMMI, LUCAS &*
P- vente ehri : rrl Mnet, ***** W* W.'iomel.OWhM, m Co.
S^fte *-*;i Go Qoxx^vl^ L"ro;x
jin-n-lilen, Otto Senaett* Co. M^Mto, * nr koHi. ta .yee, L*
I.abaatille &Co Mlra.joAne l'oraveles.
Nouvelles fctrangrts
Par Cable
Autour l<- hassSBnal
do 1;iN' ""'
3ROME L< i !'' "
Tlaute Cour '1' l11111'''
Debono, li li
les, ar :oai da i omplii I i
l'aataisinal on h [Mmpreasion que ri n bre
Bfoca i>-iinim ira d njultt*
.t,.i g. serai ii .n i i mi m
laaetaal di I ml....... polilieli B
An Japon
TOklO i mouvami ni oli-
tranu i, lembl i la.....i"1 q
tin ui< '-n i bine, .onm< i im
deaunet u lapon Le i ntri in
deerfielt rlea ei.viroBi .le l'kio
auraient t le il" '" ''
lution uiiii ami n >"i' i( bi Ira
Shu on tppr< n i qu I iBnbsaaade
et Ela -1 m- ' l""r ' "envoi
l'une circulaire hii\ prof, muni i
amricains i muiuyee daue le* nel
es BBtiOBBlee ko* rfcomann
ti .tut J abandonne laura o t upa
lions il .1. M '' II* a I uklO d'. n
llssfii.nl r.tnitliifs .......BOtt du
^ouvtrn. naol de |aui i1
l,ei pltDi linaoi rejoue
H. uilbui iii'tn'i lifiii
dan les Alis entlou les 8ocialiatea
V iHIS'Le |. an I v|-
Caillai appi uvi |arlei > ham
bies .-em | ub lem lo diman
che | ar la <'< lit tfBtiella Li ni
ibtra des Uni nota a rc;aj di Boa
breuiei i I loi l< i >
Frnuc. el .le l'.H BRI i pi "I la
bnilhiit Iriomi ha |U il Menu.
l'Alli Lu baml n dei dt pu
ls it approuv pai [ ou i on
ire 31 la proji i Vr
Caillaui. i liai '
abaleni da voli il' Bal a rali
li le |.Un lin i" latte
de Rnancca pur mira
H.
A il-' iI'ihv l h vrais
eoupabli a d< i derniers
atterttala on Chine ?...
||i > V,|v. Ni, t v nu m
tte Canton du m
iii
ru In ii dana > il t
,.,1.- de . in 11 BU i a
i, n 11.' i ...
dit la i Bt<, .il i a la remetue.
'lr ,..,,. rnaui di I D l......
qu'il l ruipii- 'i* 0l ta B) llfl
talion (alto par le bulonl iwum
,,i sui i1- .'m'ii.h.. bIi 11 qu'il
sl de ion dfOlf d'tabli! .Iflini
lift n. i mi aiBi dn ni i da Boa
la nulpabilit di Bllonlali rdaide
ia nu lui dans lis Bllaqoti dai 11
h. nii|ea iDftlai'ta. rrai i ai i.an i
n u.r.. i al porti jala( R| i iidarl
ft u ii,.ir. le ...i.miI luiii'i Bique
i, i,, e i|in- la -i m li n ponu
| laquelle h n P>rt le gu
venir ur, n'a |. b p ril h ' am
vm ni nia 11 qu< i "' I ,l0"
(..s .1.- i.....tona frai cal* al
anglaiaei r pou*ari ni laqua
riir i c I mi r. ''. il. i n A
i- lodiaoli i b ""' av' '
ni- icoDlroloal Wla nu rrt lias
ff m
Oi IH .us ;i|ii
VI. YMI T etinbie. 01 pi ri
la i n dei aaHaalaa da l " biduc
P n tl ^'e^l -u < iilf hii r S n
t i ..t /" us up'< qa roo iii<
eut eoontia la c iasa q il a d#eh i
n lu icnrrri moadiala la m m u
m. nt que Inssassiniil de l'amien
Bit II dur I ni m.I eut lieu
.Lui. 1014
Violente tempite
iltfloib
M\s VORK PaadaBl l* lem
|.i'le qui s'est ni. t'Iiie hier sur
N.w 1 ..l k Il I.nuire illiiilil lll
rroix qui Mirnv nl.tit lu uupule I.
Il athidrali de si Palrkli et ri
doiail an paiillei [ boula le gn
ml d un i .mis de S Inlil.i qm BI
nait la tour du MuaN il ili-loue
N ituralla Daui plaatt un dutticta
da i. M e on .i rari gWrd dea di
lilofillona eu w M i ai la loudre
aux r.irti. lies .le- in n-.i.s I dans
Il j i.me d'i alragi le< liiqua.
rindii i,ue dea olain M iui ci
daieul fans latairopUoa une pli ie
i i niielle Ithus(or.n.til If- raire
i un en ItgiiBai d i A !' non bfi bi
i ddtBta d'auli mobils.
Diic.i (inirli;ii il'l',|iii iii-
caplura pra dea Ctea
mtrocainea
11 ru \N M"' "'" Baboriaa
m pooraaila uni caoontiro tipa
rm.la a capture une Laque char
ge do inatiiel .1" -utirfi. Lea mi
lOI llr I .
1 il n i bu Bi .I qii
tait . i..,. on.ma
iliiy.uBai ... I Ml >l
. !.. i N .. Il ...'
hitlaiiiH lonlio if I iitLai* Il lel
Ksiagnoi- Laa coudutleurs de la
^aitjui, cul i-iit la lutta.
L'Italie reconnat ia ilftt'
de <(inni' 11 i'" ' viiaije
la ponsoiidation
WAMIlM.loN-L'an b aaadaar
italien i.iucon n ili iVailieo Oiix-',
ilns in o en'.i'Mie prlimi. ivee h il i .t ires K-i lop e' Mel
lop, memlir'-s de 'a roflln llllon
do hqn d ilion, a l.ii--. ni. luire
nu sujet .le |i onpoHdiliou de la
delte de gtWTI i tlienne que le
a lUTirni n r ni it.'i.'ii rernni i.M sa
dlia da 00 00.....0 di dollar
el n'a p I in i nlion d in ,emn
dar I' .1.1,1,1. ,.i i. i i, n tunis
de l'Ilal qui i Dl kieiM i celle
riiemi' 11 ..ii'i i i ce lit MM .
I Mar in.) .ii.l. --..I ' i .1 II ilie,
M .tin VU. il. dire t''.n 'l la bau
que du i iv il t 'i n, \i ^usle
Hoaai, ci BBti 1er d' n I ida 11
InGrvci connarciil, h. m ,io Au
tBOBO laisi ni f. mtinn d inler
prit! On r lit que dars !'i ntre
vue q HII,M "u diniam l'aniLas
Midi d I if I te fi in d s p. | r>:|.ol a
priciiee atr a < oi so'iil-,l'on de la
dette 11 a den ai d.' on gouver
ueniii.i d*B in.-tiuclion co%ua<<|
ce sujet.
Nouvelles Diverses
LISBONNE- A la suite d'un
i . ii.-iii. de 11 l.ainl le, 10
l'i. mi.'i in nUlre a i. n i- in pr
>i ii'i.i de la Rpublique la dtail
-ion du caLin.i.
Sr.W iDHh- A la Hui-e les
Wileil'- ti i; r .-i< il..II.mu a oui
illelnl le n i ord di la ba taa pour
l'anne pendant a s. milite qui
m. Dl de ii il |i r mile de 1 tat
ili otiqu di liiiiin.e- de rea paya
dont U budget! aeront eloa aiae.
dlier ..n -..i rit CB q Iques
ht ures un n.|ii.i i de jn mil iona
de dollar! a la caBBM du crdit by
potbl tira i bilit u et nu 11re tie
10 nillioai li previaee de Sanla
l t Ar^tutine ).
VER A I l\t / 1..'. erni met.l
a entam une lulle goureu eenn
Ire le D .u de uoti ri Ni t|i i coo
mc lu l.'iix lier s du paja. llo*i
uua^eH de ces insecte 8t.nl l.im
bel -ur Vera Cru une .|ue les
mouii ciii|.ii... ijuaqu'l priBaal
f. II. !'- .illilialll'i* :ii. nl| roufi
mir rit u li
l'. I M M il* I irndu
. M idri I poui : i, ,| a la dirai
lion .1" la ,n mler on irar.ane t
la onf" i' u i. i i r | K^ile fur
K. qi ttiou du Mar.:. u naj
kl iBiIruclioni ,. il mp. r le car
iBcoai mu niLin ..ton L*a n
laite n la \ ti-ne tut le* molifa qui
ont dtermin te gouvernement i
prendre celle mature,
r
une dcision de justice AlaGrand'RueN01728
dans l'affaire Jesurum
Il y a "d-i fla qt:. I |IK- mois.
le-, (ioiivinu n ut l'oDinicain
sell.c'ii il l'fxiiadition d'uo da
ffs re--i rii.--> i !s ilu uni de
.'(si ru'n lyani n m dai la
(m iJain.etii' p ndant l'Oo -
tuti AD ii laini.
Pooi paivi i ir li Ih
dinipt dn.r s' i pi yai1 t.r .1 ux
du fs i 'aef i;- at'on qui lai-
s pi I 'c Ici inm un diMrteur
H ir a\oir tn i.rlon le S rvi-
"Cet>iti i ai |i .i il t, Il l'a
chel d' iimi'iii n i.t ut: rJiinpi
dateur pour avt i d rari t il a
tords pulilus.
La lii u n t m m, i.i h, i ji n |irn-
saut tlore ;.v c raison qu il ns
pouvait |ui*o i'me conn; itre d>
ci lie t flaire la dlra ni joiice*
el la Juge B. uoir (n kl i h r
gce If i mi r
A la fuit, d'une tud. cor s
ciencieuse du ci s h n< table
Magistral pu |,. T; bnin I de
Premire Instance a rendu lu. r
en auilunn- 11 blique ^.l
lion MJIVai I I i|U< i le |l ni r
fini d'an Ull lion a t f< a *,
ifii!el?jusltc. n tli ii i .,. ,,\
61 loIi t relai d,- qm le s. c< ml
gri< I a jug .IiihsmIi! pi u
n < i m i li tiia n t. tant ur.
crim de drrii coir.muo
Cdte dcision de juMice n i d
aiust le (Jcuvtri.tmei i si ni juge
peur Itatuet sur !\ piortin ii.
de la d< mat de d i xlradnion lof-
nm e.- qu il p ni ;i m, lire en y
Mil-lais; ni ou rejeter* en s'y
rfutant.
N dre r-mi leaara BLRT4D0 a ITiaonenr d*olWr ta. -li. .,1s de
cette Soci l^.nte de loui lae Ioh le ^j^^JSLt?!^
de
Je toute f. le -.-i- qu'il viaol de raeolrde t-trai.ger, a iioir .
f ..sorti n^nl c lia >lat i* Obapoaai 1^ PaaaBja, de .are de ou.es
en'eur-, de ,,t, I- d Itila magnifijuo.qol Wa Jftt du..hr.i,r Orl
et rariteo d tre mis
Ajoute/ en r n |o i- eh?am
,ailli mexici.ne. larges
bords i.nt ap,.c;s pu le. pB*lemaa, le- da r es et Ira enfanN.
U la.it eMi penser mil er*atea 'c< . m8,.n .'
Wirobia. pour Pique Siqoe.iui Porte, car-es.p.nloul^.onumaire du
.lapon, Ceiotase- poar hommes et dame*. Ibm cols \an Haoaao, Un
miM lioea depuis I dol a> juaqo't 10 dofran>. .....
Parfum da la l'arrumeri.; CoUj, 3ob elpoudr; ainsi qa s.toules
Us .utie varit*. _
Un- visit.' ihss. Je io ll( lil IDO
h m/m f.
Mariage
Nou- avoi s re. u avie plaisii le
faire pat du nui. gi e Mi I*
Anne t haravoine a**)t Mi h s
lian 11. Claude.
La ... .iiei Puiliali i s
ta doni i le n.ardi 8 Jmll i :
b..... di Bai.li la (...ilidiae
Complimen.s.
v.s matrimonial
leinuiiigne Mme Dooniniqui
Darcelin, nn Claru Lanr.nl. d
claie au pub ie el au otiim.no
que ja ne sois plus responsable des
m tel et actions de mon p u Vlr
Dominique D.uelio, c- tour muse
d'iacumpalibilile d^ caractre Lie
aetiou n divoroe d-vra lui en re
iuteuie iBceaai mmeot.
Port au Priuee I.: i'i jiia IftS I
Vmr Do.ninique I) IRCBI IN
ne I lu. L,ui. ni
Avis
Me Stnio Vincent, avocat, don.
De avis 4 mi client! que. pendant
son abseaea de P .. u Pni ce,
Me^ T. Laleau, Albert H'ancbet et
Lon AlireJ, den ei reut respteti
vemenl rhsrgs de ?e- al .iies. On
est pri d adre.si r I uti le com
muuic tion- relllivfi I Ecole de
COO)Ull ne 4 Ml il l'radel,
pr.d -.m A I ,. I ... hrg
pa li .i u del Dt lloa.
Port m Prince, le i', .luio I9J>.
Le
Etat
la I g..lion dea ttulinn le k
Juillet le lu heur > .In rna'ni |B|.
qua midi, a l'occanon du i9ina
BBBlveriail* de I |. d pendance
des Itala Unis d'Amrlqoa,
Avis
L-- public et ie iljmmerc BODl
aviss q i i partir du ter lui: et pro
i litin, vli 11 \i .ils n i h ehar^
re notre p .. ration.
Jaaajiiii Ij ttl Juin l'.i .
i iOal N k C>
lis rtHH mur li iiTif saison
A Rocavtilr otanque semaine de nouvelles marclian
liai*, allant ainsi au leva^Ute dsira de leur nom-
lueiine flienti-l.'.
' he/KawiisHermanos
203-209 Rue Traverire
Ou trouve toujours une agrable surprise.
THE NEW ,
WAmPEN
\ -1 piioU vitale est k lire an
le \'w Bversharp^ael d'une latte p r
fection que nous ouvon- d re li il li
m-nt qu d ne peut l'Obi ruer et qas i
mine non p!u* ne peut ni g IIS r. I
vaciller ni se drober.
H ceci n'est qu'an d.s six nouveau
mirait" qui dounia -livcr-hirp > sa
oouvel i n ri u'in. son ootfveaa nom
.I \ erli ted tvershirp.
Le >ew"eifecled Eve slnrp eA g ran'i
coi t e lo I O 'n. t de foncti iur.en.nil
quelle qu'en mil la cuise, ti u| ven
deo' d'Evenbarp voua remplacera
naj au'ui iruv uqi- su Jf> partie- .le talrl al
m. ni irteai ieaava pai Hlifti nlrRicliu.
( lu rg d Il .ire p i des
l m- d'Am .iq reci via .i
I
....
I61.I ll.ir .l.l I .....
roHi.ti rm-ni Ml
~"~
I
THF. WAIII. COMPANY. NEW YORK, N. Y.. U. 3. A.
wmmtmm* m m m m m m
Eug. LE BOSSE & Co
Agences- R^rsentatioas
S .PORT.AU.PRINGB
Agents gnraux de:*

^ecker Joiies Jewull itlilliuj NEW-YUUK
PvuMajflajartaa o j BqjIi ituuja ateT.
Franklin Pire Insurance Company
,\I':w-voh::
^Asauranoeoontre l'incendie) *
Partsiatia
IMi'roredi
t le l'eiioi l'i.inni >>, le lomposi-
fur el pulOB -..n
t i. ireia, doaaaronl un daiii
me aoaeart J.vec i coBeoara ues
d. i \ artistes bien nnuus \ Ce-
u./ at Vlr II i|itiste.
l.. praaaa dit tout le bien ronle
de > es arli-li da pas-axe ni ,i
nul tlr.nte que le public b'|M
an graud uombie I ||| ,re.
l.t.irue: J, 3 vi \ tidi'*
Jeudi
l't i mre d*
Eatre 1 jwvirdq
r,0>.
. Diamond latch Go
Allumettes t Sale Hoirie j
0. S, l.ilil" i txp'ni u'onpany
Souliers II.-iIb
Chai F. litUagett S'-
Polioni sa a en to i i|enri*s
\|ani:l.ifltit.'s Laie* |na*ce \
.ssuranci' sur la vie,
jiiilliou Frres *.u.'
Vins & tbampagnr liordrum
...

II, li>in;u
I.OtM..N.i.\i.l >"
, urre Danois, tro.nage et < >oW %a lrru*nttlrl
Vf. S lail.w- ;i Sun
Tatiarn jriu.m-; ot na|pa.
B *:illn|i.l!i
San rJvl \
ubar*'tu,, b .u.ieie*,*.
fca>uyejB da d #ort)
;
J


'.F MATI>
-
4 S
F
Attem
Beo entendu jq ie sais
^ ale uent
^ OU8 Us ravons lavent mais I, II
Ribes soirios lingeries trous; un etc# t*
Stl r' qarantir< V /> il "'' 7. \j 1/-
, _-., <-, /m n /\lse*, son! les la von
monrfs Wuite Soapg Lnex ; el (/ Paul C A'ixila,
' (V- B IMUVr,l|}|('-|f II
ii lantaieie, i| ibai -
i llani l'e pour po*fu
n (Hioin ns shiii | .,
n- Heur*. S "' I hix-c.i'-
'an I*uaen t p'.f.tl.'
l'Ait
Fultiiii Shoe Polish Company lue
New-York
Isaac D1SHY & Co
Pue Courbe 17US
Si vous voulez conserver la peau de vos- rliausures.
i vous voulez cinsfi v rsa souplessep-n.l.in> lnm|tmps
mplOjcz noue pale 4\[in'|raiii la meilleur de toutes
les marqua*.
abrique spcialement pour i|entlemen du hi|*t lile.
Ile protge >os chaussure* contre la chaleur et
l'humidit.
la qarantie .1.* qualit pour chaque bou-
teille de riiiij William 1? '>! la mme que
pour cliaipie bouteille dti Haij aoi Bai, a
rloiles qu'on ne lalin |U6 plus.
Seulement les amiteura de fini'qualit
J qui ne reculent pa* levant lu ori< de
| vraient demander loking W'itlinn 1\. '^
Le Dm William IV est hriol ta.
le march depuis Hl
9aoWiXClanvB?
SCOTS \VH 1S KY
tASTHME'
boula geij < 'i u.odi Jt guO.'.ioa pat a
Globules Rbaud
R*tiiltalni*r lFux.turi'~tnani m* nt
r. 'm 'a .
B.DAI M v
\ Ole des Post
Avis de dp ul
Us dA^ecn i pjai '>"
l burope v v" N -' "lv ,llr":l '
uh in sUmuv r i* ....uni laroal ir
mers mai oeli I il juillet p.ocini.
Poil au Pruc, le W jttW I0*i.
taeo.Jeansme&C0*
gtnt
ire
w
CONS ripATION
OOMiPFlimS
S' ISSES
|'(T rtirrniiicien,
i i..' A loj.ia
. AFIII*
: B MEILLEUR
URGA HFS
Pharmacie Sjouru
Donne avis saclienlle et aux mdecin* et au public qu'i
i.aLisornie ton LaLoraioire dLlog.e en un Labura-oir
I* uii>u>* aiip>i(,uf m u.- la t/veti d ad
Dr Ricot et t Sjour i
Le Lit rraio.it t;l cuxcil tcus le> jours de 7 hu s du u '
Deurestscli puur louies les nehrebesa analyses pr^*
mi.LOiic cl lO.nte, mm pour le
WaaS'fiuauu et i consum* Ure S
Seront reues que le mardi d' e-li que semam.
S'adre i a ... ruarmacui pour les re sdiaaei'eni'
/In yes.d'uniies ti 6'u Reaciinii de V\ii.vrin>anii
Bacutu de Tr oulei,
Eiamt> du su e< du pu
Ki une d malien* l^raip-
Exaiih r> *t crael al
ilbumino ra-i .;
Constante LJroSr.r
. i irm'Ui ALBrnTDII
IM. J" D- Jujlln VIAF. I
Phirmmclm.
service ii^drauiiqu de
forl-au-friaci & de
kt'uiuu-\uio
bu u>: n- iu. lire lin aux nom
jie'-'' rc. .u. 11.U..8 4i. li 1 | "T
\h,l.iui a abobDa qui, ioui pr
itkti 'i* B'avoa |ii^ l'i.u lnir bor
iertaU| mui luujuuo 1B iilnrd
|our .< uaitB al ii l'iii lai Bi u
LelW'. la l'im lion du Sri m.. Il,
lauliqut' Hlliir h ni t(lentton mit
,uu le se- |>ri. Uents avis leur
miipelanl 'i'1" I abonnemu t tant
tue poui ebacna al pajabl* tou
las deux mois, doit (*iie vers au
,|u tard le I du.deuxime mn-,
date a partir da laquelle la con
ueciion tara iup| rima,
|^n i <>ii-i l1'1 '" ' '' l'iiu'iiir, u
eu ne ikcuM-> oi 11 niant la non l
,,i,ii.'ii du borderaaa ne era
atcieee pal II >>iie llvJraulique
pour i'in|Mi la u> prttaiOB de
l'eau d. atOBDa nL.rJataires
qui nuroui, eu oolie, i |"er le
retab is.einint de Lu- priBM.
,orl au Priuca, l> il J hb 1915
LA DIHK H">
PRIMEURS
E. DEREU
PATISSER
Pour atisfiire aux daman les de sa bienveillante clientle, h le p l
sir de lui ;ionoucer qu'il a repris f imporl.itiou le Primeurs i\ de 11
Viaode fi-.i. li i al ipi "tien 1 pr le PaaaoM du ti luio:
De Ih vaod.' la aau, Poro, Motiloa; enaiia f aura, ce.arls, I i-, i. |
Il repp-ile K'i'-i i aaa cltaaaaqu'ils irouvaroal comme pai li pass,
la iine i al isarie Kran naa la qo PAta, bn >. haa, claira, boai *
la me, et'-
H sa Uaat o outra I ur disposilins ptnr tout< li i .uuule-j
q u s i


o

i lJ
o '
La maison C. L Verret
Mm"chand T "li 1823 Rue rec'Minande au public et sa Dombieuse cli-
pour IVltfiance de' sa coupe et la prouii
i i i
"3
m
M
PrWvttifi
r i

Ltll l<
Kl prav,
I ) llj ,
s?l lr p| '
'
Mm MuUn
*t akkfsM
Mt < .": ii
a-enl lima ;, ulia*vf
Se.
.iitl- pour i'otfi piiiee dej sa coupe el la piouij le
xeculioii mine tans |< s oiivrajj's l'.uilis ses soins
La maison reste ouverte ju t|u'a S heures du soir.
ET
Savon I^bhoy
I B II
i! U !UI ]|


I' ;! Il
re
. La maison F. Lavalanst Cs
lue du laqasin de Itlat
Vient de recevoir par le frona u
f8 uncles suivants
Dentelles h'atra* Fines, Centelle^de scie, Lentelles Or et ArgeD'
Huliai , -alt-ites, . Ii.'p< UX O... im, i.i.u.i-, ritul, Ibllleui Si.it et
IOjs articles |our M< des.-Sui.iK in- U- .Volils Haute Kai laioie en
pertes poui Hobe! el chapeaux, ''acs UdiKings, Lhaieaut Jean liait pui.r tnlaiiis, hio-.-s lle,
Peigucs a .. in\ r lou.- gnies dis Drosus'a dtnts, de. Paies Denli
frites, clc, elc.
K-'A rUcles | o ir ll.mir.es : Faux cola, Cravates, Bretelles, Chemine?
Uasoie, Jiruile, etc Tous arlitles pour mercerie et Lingerie. t^o
teaux supciiiuis.
JBOU UU.N bNTOL'S GKNKESet Bi.uchoos pour pliaimacie.
^"Alimentation Liquide : Liqueurs, Coguac, Vui, Oha npagne aulher
J'alles bd laoutlituc el Poupes, Jouets div, rs
aActes'Oires u.. Charma le al Spcialits l'haim.iceiiliqiies. b es ;
B ifiBl Tubes eu caoutchouc. Vins tt Biaop Oaacbieas, Via Numi;,
L Ma, llisiogoo', ejuiuium Labarraqua.PoptoFar -i ,el< 8*1 d pa a
t lie lilauberi, bteun eu U.o-, ? as aDtiaapliuoea i ulaa awlilr.
E trait,e itaafaa poui Sirops, i juaurs et LoBfiaaria ColtiaBla naturel-.
Q^oua avons reu le VariUbla ilit dea ilpaa, \.\ Il nt d. puraiii
Passez-nous voir, nos pnx sonl av.nilajeux,
4 *
N. el 1. Acra
QratiiRua
ct des Caves de Bordeaux
Vouler-vous voua habiller avec 616ganoe, et i bon
marcha.
Adresse Toits la Malaon .N & A- A'.ll.V
LlJnt la admise *4i Us voa l.e a peln Do.ionoa pour
voudra oe-.tucoi p
Uaistj.1 pei ,j i.iel, la mai on co n( te un mallro
tauieur iuua urtl d'un t.ib.isscjuaou do premier
or ire d'.ulio
llOMat m mesare de fournir dea comple,., toul falta
et sur ilieaure, en cnevioie, diagonale, patin beacti
drUlJMUao -1 couleur, coupons de) Casimir pour osn
uuoas toftaa pour glleia. w^-^
iSonneterief-1-
Uneiulues de jiur et de nuit, au ijout^de' olierv*
:ols et ninclioltos deriiii'res crations. -- LBJ )om
ot l'ypimss.
t; item ison oust tu* une innovai ion
et le meilleur accueil est reserve a tous ceux qui ut-
sli-eut pir a.10 viskj tre defle> sur la valeur des
travaua Ij-iml*.
1' ut Qt i ai ;j.n dinde et i|ui uo rj,>nd pas au
goiiw lu elle it aatrcspria,
tin parle franais, auJiala, espa jnol il italien
t|ence gnrale,'
WISATGO
Rue Ors tront*bo.'ts
PRQFRiGTilRES
O'.uis elMiilisles
il e-l encore temps de vous approvisionner des pneus et i fa itnbrs
< air "Flrsltoaa" avant lu haurse. L.eor popularit el loiijOiirs_,(,roiH.
tante prouve mieux qu'autre chose leur excellente {qualit.
Viennent d'arriver
IWfcl -
30 I 3 fil Kxtral Con!
u
\ Tl Itl.s
:to x B 111
SI x 4
n x i
Bl t II;
t i
n x i 1,2
;.
lt til
31 x V
M x 4
31 x 4 \t
il x I
33 x % I,-.'
Il I /
;l x l(
:ttt x
30 x I K.lm.
M x 3 l|2
Prix sp. larx p air a hits K par irjde t pnou-. J'.icapt" *u.l.'mut
i.vec plaisir toute commaiile pojr^envoi direct'des aubUasea
!'FIRB8T0.NF".
L- PREETZMANN-AGGERHOLm
Ayeni oenrat pour iiaW.
t&
Frocui ez-vous des chaises el dediu s, Ul en er,en cuivi eeleu bronze,
y laces, lableaux, lampes, lavabos, carpelles el descente de, lils.
Chez:
i."%; I FUS.
120, Kue KOIX, 120
X

.
,
al


LA U\lt!N

Construit pour les Mauvaises Boutes
Le pneu Cortl
G > d Ytar pou
Camion, est I
m ill ur pneuma
tuf a briqu pou
le transport sur
es mauvaises
joutes.
La paroi rt'siste
d*i milliers de
milles, sur le sol
la plus cahoteux
et sa fabrication
spciale diminue
le chauffage in-
>rieu ;t fameux
tiCftl in allueatht'r
Irerd nstir' ui.etractitm sur ,en it.udant tout drapage
impossible.
fabriqua p ur rsis er ta ?fus tfiu e rond tio d3.
servir il parcourt des milirs de milles un pix
excessivement bi. s.
jtubr.qu dans tout s les dimniions coura\(ei.
*
U htttj Maison
1637 Rue au Centra
Dernire nouveaut.
Brassires pour dames
ti es \\ aides r -'i pl.c nt
le scuti n gor<|e i 11 (a it>
ure.
Le Dateur
Fbdj en
Diplm de l'Iostitul .Golooial
lie Paris
K'i.ik de -un vi.NHge d Kurope
m li s'e i perlectionne en otorhi.
rt.aryDgologie ( OphteltDolofcll
d i s 'e- Ho (I'mih ilo Paiis, a lion
I) ur J'inturmer le public qu'il a
repi s lu L'irection le son Cabinet
Maladie des Yeux, des
Creilles, du \> z et
le la U rge.
Kl d- ion l.iboi al piur h
koa set -n v iot'1
luulr. les Mi li i' htl sang, Wasseruiann AnuUf- lia
Lait de Femme 'Milj*e des Iri
ne a Aoalxe- de lonleJ S C tions
Kiuie Microb:olog qoM.
Prparations et Vonlages de ton
tes pices Hislologiqu'S.
Dr fiii S
GOOD^YEAR
CORD TYRES
I lie Wesl Indies Trading Company
Port-au-Priuee, Gonaves
Cap-Haitien.
Devant s'ubeentcr pour un ru rt
a-il m i d i-ii o-,,<- jre de s'adresser au Docteur b ri s
MMbon, rue Dan:es D ttoa H.-*,
il d. 1116 et l' n muni d. 8 li
1/2 10 h ou ion d' mi eu
bois Virna.
l h ii i i de I Ho piea St
Praoois d Sales soi t to'iiomi ai
u li par li d !-< DQel m rt' 'le
. l '-u. issemenl
.
.U
Grand Htel de Fn nce
Position exceptionnelle, au centre des allairc<
i prolimit de toutes les ISampi ', de ladoiriur e
de inities les Agence de baleaui.
leoeeignementi m facilits poui rojager on .iut<
mu bile dans toute*, les parties de l R|H l>ln| i
l Hati ci de la rpublique dominicai
(brabres confortablei el surtout tra propre mi
tilateurs d< ns les chambres i Is demande des fen
iknaires. luisioe Iraneaise lis soig te et dt-
l us varies.
Dtn.andex visiter ltt> mcian$
de tin :
\ 1ns .1. s meilleur niwdp Boidtnuv, ni f l-nrrl
qui"., diiniejunnes, gallons el rar F< u'eilli's. I ;ti in
Vin* ilecli.'ilenilk. voua trouver.-/ le i 'u yilin '
hou, |i.hm les i| \i\s huai IK D ESPAGNE.
N iN;i 1 B< dlBGOlJNE (blaoes -t rouges t>|.. omtn
Pommard mouhseus, i < (j i Amricain
le piiio oranfl aasoitho nt Je l.fqueiiia, i i(|n;ii'
t Ins. wlnklns, etc.
khslllth* Pernod. .\h>t I'kou, Vnriuon'l ''
CONSERVES IranoalSM |el nmerienini-s Iralo
m m arrives,
CHtARRS rie Cuhn, Aurorn |i Har>ai ara.
' i UU.l'l I S (le loulea les J.il.i l.jiif s .1 l'uili Cm-
al dtail.
PARI l MKRIE et Carte postales.
Prix trs modrs.
P. P. Patrizi
Sans pareils pour
leur
Soliait
E ganc;
Confort
ttaichiur
En renie] partout
Tour les comman
e sadifsser t 1
Ayants
'CoirarseJ''
1 Begaut"
Keds
l'abricados solamcnle pur l.i
United States Rubber Company
La maison H.S1LVEIU
Jeux qui n'onl'pas encore vu les jolis articles le
finesse que vient de recevoir La Maison Silveu.
doivent, dans leur intrt, s'empresser de passer i
celle maison, car nul pari i's ne peuvent trouver
d*aoaM heaui trtieles Ides jrix si raisonnables:
Hos ailicles sont vraiment de toute beaut et dt
1 ic h ur et ns prix dfient U ute concurrence.
'.r>rp tle Chine couleurs assorties
i extra suprieur
rrinrocMin a carreaux
vu. \ iui i eaux pour robes)et chemiaes,
Irico'.ae le noie ;i barrea
llatiue voile a cari eaux
\ oileaiiissc bl'odb
Crpon franais a barre et A^cnrroHUi
t iayonal noir sup
' ci mil' anyiais nouveaut
Serge bleu anglais suprieur
l'ealmbeaeii anglais de tiiute>^beauta
Alpaga DOIT suprieur
Satin Chine pour tailleurs
kaki b aie suptieur
Kaki jn.me anglais suprieur
lluck union bianc anglais "nouveaute'|
I rill union blanc anglais
fil ^mmm^m^ ,_ m m^___
I inaor ^apon'*! pour chemise h< mmes et rot-^
Stapa Je aoita a barres onl.-u. pour chinUVA IOBa*
n.oi et robas nouveauti s
l'ajuisto lir.3 pour chc ni I ercale fine pour lingerie
Calicot pei cj! pour ~
Zphyr ai.gais pour chemises 'extraaup {
Organdi ui-a a i et oouleui!
lias ;\ ja i ; -il iiii-soie
G lauaaita s oosaalaaa nour enfants
F ench l-'rlsky, deraliv nouveaut
l'ai lin fieuis [pour robes
Tussoi b une
Limbrtfl blano
\ oiles couleur t\ barres]
Shirting b'anc snprle.u
Fa* dente'.les
lias sole bid e
lias fil l,i min
I.ot'ons "i ivart*'
t ulle pour r-remlre (.. .u>on>on
ouv rtures blanche et couleur suprieur
l'ttod s bi odres Mader i pour chemises et[|upes
\ oii<- b!auo a barres el a ruouohcs
El t'ra 1 lanchb
< aha dino blancho barres et unie
r peu banc et couleur ;1 jours
N'oile li'anc et couleur uni
l'ha uisett^a a'ii nial3i |saprie r
Rra i it a>tr aajUt i
I >i ii'ln tille 3r i i
Sarvitts de toilettes blanillM'A couleur
" il i iiiani blanci i* pour fj.nilles]
\appe couleurs
Petit** serviettes blanahes damasses
llrr-i'li Il atic (.V coaleur harres it A rarre*UX.
innqe cou eue anglais sup po'ir jupe*
M idras rr^s io sole po r nhsmbies lioinm
satinette Foulard po r robes
Peignes franais v a niricains
VoPet >ne biancs Jfc cauleurs sup.*
I oplin d so e ini oi.-ion l crme [extra
( hipeau Jejoailie Une d'ilalh
l'asitnir inq al* Slip '
('rpon brad franais
Crpon franc il* a t eais. dernire t nouveaut,1
Serviettes de toilstte cou', anglais
nois cir bla ic sup. pour tables
Damass angl lis pour matelas double largeur olo toi
s imablea clients, vous >|ui voulez porter, peu de
Irais les plus beaui tissus qn*il s< il possible de
tro'tx.-i -..r colle plaee, n manques pas.anl
I i1'-!1 ail'ciitN, d" pisseir chez non oft le aftrf'leu.
iceeuil von* est rserv.
Rhum Nectar
Cli N. (ii-ljens
i\ 10, Une duMa.ji,iii de l'Ktat
117 JRue Bonne Foi.
820, Kae Courte.
110 Hue des Csars
Tlphone : M 736
..
'


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM