<%BANNER%>







PAGE 1

LI MATIN DEPURATIF du D r MANGET Vices du Sang Vnrices, Glandes Mauvaise circulation Maladies de Peau Avarie Maladiesdes Femmes K.i.-Mi h. tuent ChatrU-n (.; \NI>S PRIX te uni charge de Mcbtlt, d humri.rx rt il 'Impartit aiiiM %  ; i: %  "" | elt terminant de munlir ru ., .iff't que %  Nr-aa. M.MIRArir DU DOCTCUi MAUGET M n*, vi\ lie • I..I U .,iiui. os duel m., i oanpIMi >i< i %  limants in ni "le la nutrition (*bt> ihnti rnphj i ne, ajout lr, rhunu* Itsmet, nvralgie* tenace, neurasthnie, %  Otowiane*, vertiges, Mutique, lombago, (Ml ('.lu/ !.. femme, il rgularise la crculalloa du lang, facilite le tpaqats. artnare la formation et r%flc le malaise 1 de l'agi erittqaa II • .l.mcii.le tout rt assure l-i lu. ute de la peau. M cmstitue u i excellent traitement de l'jrtrno-v'K ros* n abaissas! la ICDMOO Ile, en diminuant la vtscoalM sao 4MUJ ti en tadlilaot II trjvuil des rt 1 ". i le-Hjrfaillaol toomq ataue Un NM tlfUiiltl' d pnUifi : P Prs La lii ndarrm rie llitche rali e beaucoup de progiV plusieurs points il' MI* l' a boid les oflkiers uut uni: conduit exemplaire. Da'.s l'i.rr< luttons avec lu popii lation ils font cnovi le lespeil cl d'afl'-hil I %  l'gard de tous sans disliurlinn. Pttjateora t juslruclions de ciiirari et d'entrei bal pente a'ia venl nu peu ptflool dtnr lu Dnar tement <-• 111r.i' a II lUdrrs, Th i monde. Hall le l'humas* que, Hiocbe< eti Le direelinn des Ira v m est confie au Capitaine C. A Philippe homirie"p!ein de gol el d largie revtu d<* la eonfleo ce de ci m i|i i I'UQI employ, il n.rt en unvie un dv uem*nt et une enduras •• digues, d'loges. D'autre part le Capitaine l'Iiilipps toujOO'l de bonne humeur pro fessune relle bont pour les bai ij.'nIIIHHII ni iooe >es ordres. te ii.'onel lliighes son ch'f ronger ve paimi DOUI ce bon p-' i e de ta mil e Malbaureuiemeol 03 nous ap prci il quedaoi peu 1 s n'aurons n us le Lieutenant .1 M. Darmond, homme de lionne lurmation qui n'a jamais perdu l'occasion de li'ire du bien nos compilantes depuis qo'll a t mis rn rapport avec le* IIHII hoiti ; cet otlicier a contribu a applenir lieauoup da d l'tt'ti'i. s loun ses la (ici da'me lie (t l.u t 1 suite aurait t fche 1 te a bit n d< s geon. Uieulol ai ui .oi.nerons en toute ilii|inl all n Ire opinion toui liant le rgime pnitencier el le strwr! d liyg'ine 'i bien rglementa 1 1 rin r p.ilemei.l d ma la prison dont la 001 velle divinisation rpond a I u'ee les iili s de procra pcursui >MI .luiles mailODI similaires-4 l'lraDg 1 el nous mettrons en re Ikflag !' 1 ..*re accomplie avec un ni fiai d Je intitttutaanl par le CapHi ii e otlrel • t son assis Imit c I r iileiuint Watts. faooui igi uni 1 MI ipiifont bien %  • rappeloDi au devoir 1 eux qui font mal ll'lii lie 10 lilill 191 i. P. Iti IGRB8SI8THS. Parisiana llimanehe II.IIJI H'! do dravonne et Kegini l umicr d mnu lilui 1res Parisien Petit Aime et son Pantin le LuilZ IHI.II On 1.li'. nu dan 11 lila de belles vues de Parti | riaeedu haut del I m Eilltl M erreur oiossale liU 1 I I. i|i wl.lit Z ) %  %  •d' frrno.ii dulu 1 ri '|' s 1 c Lt MOIH de Pai ipul %  uct d pilu dp lu llatare. jnue FOOS ce litre et u in., i q e Mr AI fied /avs, lils de l'amicn pisi dent de la llcpublique de Ibba et Mr lexandrellormisM soogpnlre. sont accu es par 1rs autoiils judi riains d'avoir cerqu ilPOOOO dollars en faisant verdre debil h ls de loit lie ri r des bar qurs. telle iiicolpelirn a produit la plus vive irrirenlo dam tout le paye. Le R. Pre liuillas C'est avec p'aisir que, p^r la du • mi. r Y> du Bu tin de la Qaii nr.i nous s| p'e ons que. pat dcition Je afnna*ig'(M l'An beM'-qi a de Port au l'n re, M. I >liln' (iuillhs. cur du Si 1 rCa il a t nomm Chan In. honoraire de la t.alhdrale de ortIl faut Re rjouir de voir r c r 11 celte bai le disliei on au 1 < < u Ilas qui compte Pot t au Priie de Dombreui miel qi i :-'..! 'ouj'tirs dpens avec rA't t d( ouement pour le seivice de l'Igise d'Ilaili. A Delmns Demain, deuxime dimanche du mois, il y aura messe la chapelle de Delmas. fianailles Nous avons reu avtc plxisii la carte de liant unies de Mtlle \ vuLlie lli nr^ i|p dVCC %  Mr I lio l'omiii'que V illi un 1 on plum 1 ls, Le mil 1 11 du finances fran ais a loin m l'addillo de la D ite lluttaiit li 1 1 l u re. V 010 li s 1 lll'fi SI t'.: 1 001 : 1 00.1 I 000 |ll III 1 ilss I ttV H'.'.l I1MJ. In;> lu-t-i soi me.n, i i.ildi'ion. i| .ai laciii da aport .MI r q il y une erreur da I milliard, 1 re bumanum.... 1 1 • m< 1 11 Iti .lu t* H t 909 c 70 •M %  l'ti.inua, Remerciements Mr et Mme Mroue Jean Baptiste. < 1 1 is 111 ni Mr tt Vime JMph I 11 urs • ni 1 %  ad nui • al • Pi I>M >amil'on, M .1 -, lit Hariaila iigu^la et tous lesuties pan n'a al illia.ae | oevanl i>-pondnindividi • 11.1 i.l a 1 an; is '..m de la capitale de SI Mai I'I autres localil s q ii onliu leur i.'m' r i r tur -Miihible l'occasion a ar. ienl rrtnl 1 1 a 1 li.r I' 'Ul : ,001 • >. IOI*, lo.. .i .Jl* "LaliAOKESQUE" V, RI Il %  al UarAinn lu* J-.n I' .,.' 1^ | HOUkllMU Cl t"*** 1 .a> -i ul fta-oetu*•*>*** ae>* l"C. rEHCOCi,ir1Hti(S*,na)lMa ^to^&'rZiik Pension de famille,Cuisine Fran ca'se.t haii bres tt fort cl des. Trs bonne silualii n, an eoii de la rue M et %  <. I'. u de box Piix mo lr Boi son fraiche. i< ti e la glace h mercedi et le d n arche partir r"a 4 heures de lai i-s n.idi. Hen MA HE 10 M II piopril ire I > clul u ii bit I dt S. I x Haut ici n iiniir, Vnez visiter! La plus grande f.hapellerin de la Rpublique l'Hait* tablie a la Grand'Hue au \o 1728. C'est l'tablissement DE Jenaro iJulardo Ajenl de lanufarlures de Panama el Je olombie. I.' s prix ao.it modrs tt par eonsquent H la te c toutes 1 s IM'H %  in y trouve tajalams t d'autres art : oles tl chenu-es, faax col, fouitutur)! peur 1. | t|ie s ; lion m.irche exrepl onn I Venez voir et vous serez entirement satisfaits. por que t un (.olomhi.iii Steainship Company loe, ^IJa.li io Djuia couuar^ eit atlenDu 'fait aal, fuiicct|Cc i;t ju. t' tia u.i ; t icn. J( lepiitiiaie/mi'in; jo-niDiu'Uinea* pjui £\ytt t ea loute poui JCiv^Mon ;la & Ce* p>ib t)v ta Colom&U pt'eaaaL frci" .^ pmxjery ^ort-aa-rince,^ ta Juin 192."). le nouveau liuiMrede la > ( .leiiiililnpie D luiinicaiiie a p. seiit le lettres de craOi es Ce*l hirr que iflon \p monial d'uSff'i S K M. Roman a prsent e I 1 r s d cri nces A M lorno e qua > i • d'Envoy Es raordii lire el .'.uoirtr Pli ipoli Dtiaire d< la Republique lionnn c ine. .Nous louh iinii' qi e le noii veau Mmi-t'e s', pp igui ut ni que %  '•on pi'ili if R ur i ie*a< rrer li s In us de sytnp il ie enlre les deux Rjublique vosiues. % % %  ; ^—^^ BB • %  1 %  %  % %  aa %  anaaasssssi ^* Les reliions sur la Terre Le .I. nui 1 No du Bulletin de la 1.1,11 ma publie i es ihillros iule ressauts au sujet d.s religions qui se pia iquent mr U auilaie du Globe 5ui l.'i/O millions d hab.lan i euvirou qui occupait a lene : BOi m Ions sont ealbohqaw M lii-iii. niques pictralanli juil. taahon tlani bou biatw, 1 u .1 1 u u ianii tes, sh ni 1 1 l.itmis'.es laucoiite. (iebaia & % A y culs ALUMNiinLNE Ntw-Orleans 4 South Au rican kmy Co h. proohain dpnail
  • La steamer "lils" laissentNi Orlans Juin coulant pour lOUSlSf poils (l'fl;iili. Le S|S *.l'l;> laissera New U'Iana le 6 juin ecu iaiil"diiecleiiunt jour Poil-au-Piim •. dvTCuat, No 1017. ^ ilui e d'olive dn table Marce'i Aliolh et Lo. Bordeaux; en caisses de Mi el 24 2 bl. Sardints et autres conterves franaises; condiments de ioutes classes; Sauce leraste Vtmioulli, iVailini et Hossi; Angustura H Itci C. ini '< i loik II. i r. I o". Vi s K > g il bauc suprieur, en b rrtqie. d.rn ba rlquat tt cal sis de li tint. (.Iiampsue Charees Hal'airck. 8ur# grant M al ei.ncaw; Vmiigre n caisse) de 12 bt et en banlquM de ',12 gallons, etc. etc. -+j Dents Blanches Bouche Saine L'hygine de la bouche demande la destruction de millions de microbes dangereux qui y pullulent. L'emploi rgulier de la pte Kolynos les limine absolument. La Pale Dentifrice Kolynos nettoie parfaitement les dents qui conservent, grce i elle, leur blancheur de perles et assure l'antiseptie absolue de la bouche et de la gorge. La pte Kolynos est pure, concen:.,..il...t.. .-n-.A nu nettoyages. Exiger le tube jaune dont la boite iaune. 1 .LUDentifrice LE BOSSE & Co Agences— Reprsentations ^POM-AU.PRINCE Agents gnraux d x : Hec'vi v Jones Ji;well Mailing A t^C NEW-YORK !•', i uns Jllu larian I I O Moula R >uge 6te franklio rire Insuranee Compaaj Nt-.W Vol*.!: Assura nce con lre l'incenal* 5 Diamond latch Go .Mlumettes i Sale lloine > D. I, Rubber isport Gompaoy So uliers lied. CL. s r. latllsgett S 1 "' Poissons tal s en touB i jenres ^fsnulaclures Lile Ins'oe Q \asurance surh vin, altilliou Tiens A.n Vins & Ihampagne Rordr ;iux ^'lillejmar COI'LMLU.IK Leurre Danois, fromage et fuuietv M alimentait \\. S. Istbefs Mon Taliae jaunes et noirs %  i lationaJe Sers Rival in r.tt. s i h^notele*a,e Luvois Ue d enr •Or -


    PAGE 1

    DIRECTEUR PROPRIETAIRE IMPRIMEIR Clment Mayloire Uols NKliNA 1358, .Rue Amricaine NUWtttU *jQ iXTOMtii Quotidien TELEPHONE N',242 FK .rY Oo'umr I LlfcffcT PAN AI. • LAI iaelinrlils ilt'lei iiiineiil • I • 1rs profondeurs incooet ieul %  > oe lime lu plus urande lie^t ilu monde moral... il* tonl la lorc • la plus belle de la vie el I exemple le plus perauasil. Hmrv Balvlle lime ANNEE N* 3527 PORT-AU PRINCB ( HAlTl'ii • c AMi Di m il i\ i.i2r. Que peut-on lui reprocher 1 ? D.itacautar MoUlll.lOlll De l dition du 3J Mn Armer ofa notre a xfrre La AN* NAI.KS CAPOISIS, nous %  • enyont farticle tui-anl qui tablit oerUnna ventes relativement nu Gouvernement Je M. l> contrairement {opinion moisonyre rpandu 6 par certain organes^ 'le In preste dite natio' ntisie : %  ? • ir'.'Jiie peut-on, jint* tiire, ra rocher au Gouvernement Je Ir Louis liorno / Nagure, les grief* iDvtris* blenTil IIIVOI| i& pir les coquins de li politi in*' pour I r m'nier des prises d'armes p4rioli |iie.s renveiserles uouv.rne nenl? en ravageant le l'.iys taient la dilapidation des de niers publics el les fusilla les sommaires. Sous le rpma aciuel de la Convenlion qui nous lie au Gouvernrent des Etais l'nis, nul n'ignore que nos finances et la lorce publique so-nalmtrustre s avec le concours d louctioniuires amricains. Et sur ces dmx poin's, ittcun reproebu s ri ux ne peut ire relev la charge du i lotivernement d"nt l'honntet et le dvouemeni la chose publi que sout in iisculab'es. — Mais elo'S?... Ce ou'on reproche A Mr Ro no, eVal uniquemeul d''re le Prsident de la Jtnjihhriiip. 11r.i.11 I,MI i T\| ravoir triomph de %  * concur. rents au 10 Avril 19/2. Lelte vrit devient clatante, incontestable, quand on ennst.ie qu'avant mme d'avoir la l a;te de Prsident, u>l Ittdemaia m. me du lu Avri 1 le Ch f de l'Etat devint la cible desmm s iniividus qui avaient comnallu sa candidature p • i tous I s moyens, surlout les plus illo'ai x et dont hs esprances avaient t ruines. Professionnels de la politique, habitus jouir des Imites loue lions de l'Etat, lia se sont ligu'l avec un soi disant parti nationaliste dont les Chef** malingres et tristes, combattent, avec des airs le matamores, l'union t amricaine et l'autorit h utienne. laiaaot miroiter aux yeux des naits qu'ils exploitent, avec une audace moui, lea plus absurdes, les plus tapageuses chimres, les plus folles il'usons. Et l'on assiste cet trange spectacle de gens qui ont vot la Convention, qui l'ont dclare excellente tous les points de vue. brlant ce qu'ils ont ador pour taire cause commune avec relt squelle d'nergumnes sans prestige, ans titre ni qualits, gonflstfembitions normes. Donnant cours leur* passions aveugles et brut^ls, ces gens l lont une guerre au couteau au Gouvernement dont ils dnigrent les actes, en dnaturant ses m ilieurt s lotanl uns Laneant des propagande uteriniitentes, annom.'int la leve immdiate de l'I icoupuiior, ce qui, Jans leur esprit malade soiisenlen I le telour l'ancien tat de choses, ils ourdissent contre le rgime actuel toutes les intrigues, les inlamies et les rosseries suscites par leur m.u vaise toi, leur mchaucet et leur ineptie. Su' ceux qui ne partagent pas leurs tendance") aaareniquse, ils dversant, longs lli's l'outrag et la ca loiume. Sgiialons, en p.ssant, ; a dans sa sance du '21 Janvisf dernier, le Snat amricain a rejet une proposition de retenir les Ion 1s servant l'entretien les marines en Hati. A quoi a abouti jusque cette h a ure la IrntiqiH agitation de ces mauvais citoyens ?.. Tous leurs efforts pour contrarier le Gouvern j m Mit sont rests vins. Drap dans sa srnit, il donne, chaqm jour des preuves de son patriotisme, son amour lu bien public Son activit s'exerce calme et rgulire au bnilice d; la Nuio i La ra'it de l'h m •• preOnt'i r'et qu'-n appli | i iftl sut in nt la Convention; I-* Gouver nement de Mr Louis lto r no a ramen le pays aux principes les plus salutairepour son venir ei seuls concniab'es av c ses vritables in'rts Chi lue jour, nous pouvons constater que de fcondes ides d'entente et de coopration enpen Irent d'heureuses initiatives qui commencent porter leurs fruits. Il est des fats bien tristes i constater et qui sautent aux veux de' moins c'airvoyanls. Notre location sociale p irte d' vie qui ont caus '.nus nos m 1 11 1 u 11 que rien n'n pu encore limirer. Nous ne savons pas nous gouverner, ni travailler par nous rat ne* l'.li/. non*, la libr dgner* toujoi's eu liceo-e, reprit d en tieprise n'existe pis II >r d'une fonction punl-qj le. b n aofllb'i tranent uoe existence misrable. S 1 "il des comptition in* n n-• K tutte ici "MnniW p-ir te |> ui iir, des convoitises toujours re naissantes et si dangereuses pur la dignit, la prosplit du pays, toutes choses qui retarderont en core notre volution N'est ce pa la qu'il lait cher(lier la source des clameurs, des vituprations et d s laveclivM \t celle conjonction de poli'icieos san < vergogne .' Ils ne se rsignent pas a abandonner la pn'il : que dont l'a font commerce pour chercher ail leu's des movens d'existence.So is rouvert de l'ialrl garal m i* en ralit parce que le Pouvoir leur a happ*. ils combattent ce fioa v-memenl. n'ajant pas pour che'' I homme de leur lioix qui d-vait d ur distribuer de grasres pibes dis. I s s pui*e it en cris de haine impuissante, car il est certain qu 1 leur fureur ne leur r-donnera pas ce Pouvoir dont ils ont si mil u Leur ag titin restera toujours sans rsultat. Le Pa\s ne retomb-n plus sous le j ug des pdilicienin' .mdont il a tant soultert et qu'il mprise La masse des bons citoyen', ceux oui. purs de toute basse pas |i*M, de tout vil intrt, ne redjer eh nt pa dans la politique la cur ) de leurs apptits et n coutent que la voix de leur consci. ne et de la Vrit, loi>ent hautement le (Gouvernement de Mr ltorno el Lui font confiance. Qui doee tait mieux d sign S que Mr It-.rno pour diriger I.-destines de la H publique .' I.I i donc pourrait exercer, mieux qu Lui la premire Magi train-.de l'Etat Par Son inteHig>nce, son sens averti des n. essiis du Pa\s Sa probit, Sa forai de volon' in branlab e, Son patiiotiame. ag'gsant, Il restera toujours suprieur i > %  %  ceux qui peuveu' Lui japper aux talons. On peut L'a mr ou ne pas L'aimer, mais I hi toire sa luera 'en Mr Borno un Serv.leur lova'.lpersvrant de l'ordre et du %  rrf E de la Nation, r. c dira que tes nobles efforts ont constamment tendu vers l'amlioration grandiose et delinitive du sort du ieup'e qu'il veut voir vivre dans a paix el la prosprit. Kl II a (Ompriv lui ausi, que la I.Ate lin pin# ' uns deap'us mchan'es it la afaii m. qu u Uni poursuivie son chemin quand mme, en regardant •. jile !... M y a de cela quelques jours, en voyant certains journaux du prten lu parti de looposition enlrepren Ire la oub'ication de la I t r> du prsi lent d' li I.igii< Franaise les Droits le riloiivn' demandant au Premier Pranaia alors M. Mernot d intervenir dans la tj leation Hatienne en raisissant 'a Socit des Nations d'une demande de dsoccupition du Pays, nous pensions q le C4t expos allait tre complet el eue ces nontrras se eaargtraient de nous rerisigner sur le resuit it d une tell' dmvcfa • mse* main 1res dtails. I y .i't ••• I i 1 l*u s de leur p-ohit^ p> es ionn Ile au'ant que i lia 6 gnral \l >is avant vainemen' attendu, et les prcisions ns venant point n us nous voyons oblig IJE d'ipul'i" no're hit.b'e, cmconrs lans h ralisation hcitM 11 h • utile ot pin U ban i ilo-intim le nas l'-l'irs l^liblir les laits qui ont suivi i' ci )•> le 'a Lit' i* Franaisi !< Droits le rilomiiie et; ret'e occurrence: La drmrch ;1 pein %  i.>nt'". e'e-i lit ass"z uour rv 1er toi* les les viill'S BUaceo'ihilliA* a o-ieijn's. Les j U'nanx lea lj \i i i s i smt lv> eo*n ua un s'ul Ira n n noir tvo ter d' '>or I 1 1 **e f> ir>)' \| an ro,' q ie taut a s I s puissances 1 sant obliges de resoe"ter, nou* riri''''r .'iispie l'ail'daiqt 'r P js\x *)no >*'t*>e par I A -^riqne . 1 1 vieille Europe ouisie pendint f\ -prs |* giprre et soulignant que ai l a Etats Unis ont propos, narl >is certaine so'u %  lions aux H Himb qui assaillent les n liions de I' Vu ien Cou linen*, ce ne fut toujauriqu pour r 111 Ira au< p essiutes il i n %  -••Il i d' C 's l"-n ; e-*,m is jaui'is DR i-ii ipaiO MOTO La j lira DIX uiri-ains ont P| l'i'i au suro'ua qu • lur pays n'j'u' nas ni'l'• ini grante le la Svjt !••• N i'io s et |U %  si pir imiossili'.' il acepttit que la question h •ti'nn. v fut pose. i 1 fan Ir it en bonne et luitib'e justice, y rsou Ire ci mr*m t mps la question gyj tienne, in l^nne, ia question mari'aine, s "rienne, algrienne, e'c etc. !.-> t pc s N m • pst all m ni jusqua dire que U nation 'u"opnni qui a le plus proii' •!• %  rO'Ciipation im*" came l'iluH "s' la Frne*puisque a rraiir, ur ( pays lui a t eut 'em'nl rembourse. Voila ce rn la Lnn > II v iIII.N'NI [IES D u m s u n.'ll mur. a valu ^ la l'an'eo' llvinpe anUra. rar la Lj m 1 Fti* eaise ds Droits d> 'llimm' en tenlan' 'i" sa nb' tbl i IIII ir, h i i du rpondra aux sol* hcitation* i 1 casantes de l'an I n Conseillf l'Etat Lb^aaon inspir . so i 'our pir M B'Ili'^ ( r | rvant en snre I' lier prononcer 'i n" j i I |ua mutile discours. Ko vrit, d Herriol en prStnes de ce vacarme n'a pas nu n pis se rajpeler la morale du Bonhomme : i Bi n n'est si dangereux qu'un ignorant ami i. 'f>l a ii l> malheureux r su'tat I lint "wpn'ion mlrjroita le ces rt. e l'Artisie Narnil Gliarles, d'iutre pat : M. \ ir n : Gli • l'ail eajMg, dm mi s m ljo ir aa Preei . "'' "'er 11 urau I l> i -'e en bron de Minseignu • BtURtr, a.ec ca min ,:i ,,,.tr'laujDU al I ahits saoeriol iwi d I tocien Cur dans u iiiis.ir-qu p rmettra la dll bjste Sa lititeer, *as dimantioas ^ '• oi 1 1x I ii io it Itissai au boa | l et A l,t aaiencede l'Artitta.ca iravai qui sera rem-s et livre l'oit m Priai e dan>i\ rnoil c-t lui DO ir in ||< dollars, IUI nelta valeur, un avaloir de Sept col dbilri < i dj a %  li Vnrmil Clnirles. Le rot soit Prois cents dollars lui x r i ni npi I I achvement du travail u moment de son retour en Hati, pi -s i\is donn au Trsorier ou ni Beerttlra BoraL Avec cette dpsn.e de Si l seeta dniirs le cn.| r ai n 1 foei ni .lions dir 'les u \l^ isin dj Vil hd. L-teve LK OljvlirK, Batiste et Linon pur iil CHEZ Slambouly & Sergiie Ou vous IrotiMTOz aussi du iia'|um u i. ui;il.ilim* voiles et loile i dra|) til. Le M AT I FI publie lumli : L GouTfpnemenl le Tribunal do Cassition et les Nationalistes Nouvelles Elranjfres l'er t'ahl. Au I ir u* 'FEZ • aomuni'i i • -i i ial ) — i.i pic-.n i aeaeaaie l't i ei Je tenant \U[ i' il'ectr nit o.-ual IIJ de notre iront. La rballton l'eat rpanlic pirmi le-tribus de Rf clmo et vlesuiur Les Kabyles res ts lidlea luttent avoc les gTOUfl c iarj;s de lravei-,cr nos ligues po, r semer (alarme et la dfec l in piriiu les Irilin locale* de I intrieur du 'ogreb. It.VllVl— M. l'anlev, p..i dent du conseil, %  .m,, gi du mare, lui Lya iley et d-s liuils fou lio maire* du protec'orat I an i ii, l r. 'ii oui lelieinent p^r ael Le 1er miuistre a assur Mu iey "i.. u~-.. I j u.la l'r.ince ea.p'o'a M toute so i nergie pour niiii.'e mr intacte l'aulorile du Sutin. Les El ils Ui'i tvliiseiil Je [ircii'lre pari lu Pacte .1 ; i|aiMiilii: VV VSIII'vi.l' iN Le Opanm: ii d'btat a onlirait que lea Et ils Uni* ne pren Iront aucune pat au pacte de girmitie i.i a su re*o t I reaooeMMtlt d uioaiee • %  , •• dans l'nrcomp issem 'ni d. g alion signataires lu picie en Ce n'en pae 1,000... Ce n*6**1 pat lu... Ce n'i-si i|ue pour quel quai gourdes, que von; aclit'li'ii'/., cliais-s, ijoili tt.s, armoirea, lils, mnie las, oreilleri miroirs, car pilles, ohef p ;'til L. au xila. .ueslion Eu Ci'""' t.* Bu e Docteur RD E C\NI")N La latte leeteal* •oui nue |M les pirlH riv.iux n mi U p i-.,.~j n de r.mton S m tinue jour el uuit I le te tative de debarqu ment les troup- de l\ anlung pendant la nuit a la mentablement chou et l'aube le Meuve tait < ouvert dcn i adavn %  OH -.saillrtiils. I'.ANTUM— .''e ariaei deot dres a il t i HMiigi-n* se suit drou ls deSI celle ville. Le corps de volontaire* Hiiglms B-si dans l'arsenal dut employer ses milrail leusep IUI • %  il I n il .i et l'ohj i I i t parlai d •aillanli Fun I morl ri di i onbn n b in recours •!' AmunJseii OSI ii L %  \ i maadanl de l'i mviivin au %  coin i i n c i di imirauli l'oi i ,1. >i ri un la baia d au heu de IN l> I du • Uni me il HV.III t primitii mi n venu Un i ooi dl i e obeogfiaeDi, nouvelles Diverses 6ENSVEi :, i.i •eue deNiiirnii ', M.i.i, tia vaux p II N • n • i la lileeaeaioa de lions il i ii ii %  ,, i liiiinc runion du nw II lieu ciiJScpteihl 11 i \i i l< BOT •"< It! m de I .i--i inl.lc. Apri^s avoii d ment a une ImpoDantM, le les statuts qui do vent r IM li fuluris r-Lit n lra la Po i toi et la vilic libre de 0 si a in voy un averti set I > 1 1 Litli a nie dans le sen•,. % %  na n mplil | i 4 vis dea m noi li vent sur sou tirrilQ ne session du doute lnn ,'i i, || i Dcembre MN tenu, \| |rid IUI Piovilall a du roi ilp Sol I \ — Lo dei m, i II damns k ri ml p ni i ,l|,i,l ,i ,|. la cuihiirale da l'mh nenilii il t pendu ATIII:\K> t.. cal a prsent -u ,1, %  un %  111(1 XI I.I I | p ... | | • %  i i n liluar un m %  on I MU 'I'' ipoii lll puiii vivra looglempi %  la i onitituli • %  btr yi un dii purlemeut belge. Dipl ome de l'Iosiitit Colonial "ce Pans Rentr de son VOyaga d'Kurope. ou il 'e*t perleclionn en otorhi oo.aryu^ • ; a al ophtaliootoajla dam les II iiilaux da l'ari, a I hon rnur d'ietorner le publia qu'il a repr t la Dirteliofl la m Cab n it, Maladie di Vi'iix, des Oreille, du Ni-z et fta la lioryi'. i.i de son Laboratoire, pour lei analyses suivante* : Toutes lei recherchai dici le sang, W^ssermann. Analyse du Lait de Femme. Analyse des l'ri i, MM ..e de Innias iii tions. fil • I Cl i liotog |U Prparation-, et ^PO '/e* de tou tes pices liistologiques. %  i ejeaSAi 4 veadre f.heuiliere verticale douze chevaux Sadresiar ail %  Jdalln • Lf projet de cration d une lotie IMM IUI Bat*.u inijiiil' I l'iiiion DippOOM l.t UJI) Lxpreu du N Mai u< forme p une certaine anul se maintes.e a iokio la oouv lie qu'un n.ouvemenl se destiine en Amrique in faveur de la cration d'une base navale militaire su tles liavkoi, on s'inquite de plus de la vitile que la Hotte amucai ne vs isire uans lis eau au-ua beooee, Le* peisor, nKii oftii ieli ont l'.mpreasion que les Amricaius %  alieiidtrita une attaque j iponame %  ,i i r les Iles llawai Lea foei naui n ppnns vont mne josqu a aaoaodel que la ete>i.i mrl ca ; ne en Australie soit *u| | nve, ainsi que les fo t ii li os .. ur sfalpel h walee. La ft de St. Antoine Le malin, la chapelle ( Fort au l'rinii' .oula patl 'l '"t Aaloli a i.i lle di i s jrand taJol ^i i M i ilbn i solennit an %  lui: Leh ibitanli d.-. | ,,1,,.., j,.,, i in11 • bapalU oui t „„ | M U( cette anea eoi ara i laeivi deleur l'alroon ivl M M, rai aussi depuis hier soir une ma la liesse y rgnait. De iionibreu i , een Sa loua Isa p dol • da la pilale a*istuieni fices divins. AT lui clbre par le |„ rl M ,| ; ,,, |„,.. leur de I Bi oU ,| • | g( l're Hnl" ii ,„ -, Cour promu ,,, |,. ,,,, ,, ,, Celui dont | ri< „„ dvouement triomphe du Cbrial


  • Le Matin
    ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
    Full Citation
    STANDARD VIEW MARC VIEW
    Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06446
     Material Information
    Title: Le Matin
    Physical Description: Newspaper
    Publisher: s.n.
    Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
    Publication Date: Saturday, June 13, 1925
    Frequency: daily
     Subjects
    Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
    Genre: newspaper   ( sobekcm )
    Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
     Record Information
    Source Institution: University of Florida
    Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
    Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
    Resource Identifier: aleph - 000358166
    notis - ABZ6468
    System ID: UF00081213:06446

    Downloads

    This item has the following downloads:

    ( PDF )

    ( PDF )


    Full Text
    DIRECTEUR PROPRIETAIRE
    IMPRIMEIR
    Clment Mayloire
    Uols NKliNA
    1358, .Rue Amricaine
    NUWtttU *jQ iXTOMtii
    Quotidien
    TELEPHONE N',242
    FK .rY
    Oo'umr I LlfcffcT
    PAN AI. *
    Lai iaelinrlils ilt'lei iiiineiil I -
    1rs profondeurs incooet ieul > oe
    lime lu plus urande lie^t ilu
    monde moral... il* tonl la lorc
    la plus belle de la vie el I exem-
    ple le plus perauasil. Hmrv Balvlle
    lime ANNEE N* 3527
    PORT-AU PRINCB ( HAlTl'ii
    cAMi Di m il i\ i.i2r.

    Que peut-on lui reprocher 1
    ? D.itacautar MoUlll.lOlll
    De ldition du 3j Mn Ar-
    mer ofa notre a xfrre La An*
    NAI.KS CapOISIs, nous en-
    yont farticle tui-anl qui tablit
    oerUnna ventes relativement nu
    Gouvernement Je M. l>
    contrairement {opinion moi-
    sonyre rpandu6 par certain
    organes^ 'le In preste dite natio'
    ntisie :
    *?
    ir'.'Jiie peut-on, jint* tiire, ra
    ! rocher au Gouvernement Je
    Ir Louis liorno /
    Nagure, les grief* iDvtris*
    blenTil iiivoi| i& pir les co-
    quins de li politi in*' pour I r
    m'nier des prises d'armes p4-
    rioli |iie.s renveiserles uouv.r-
    ne nenl? en ravageant le l'.iys
    taient la dilapidation des de
    niers publics el les fusilla les
    sommaires.
    Sous le rpma aciuel de la
    Convenlion qui nous lie au
    Gouvernrent des Etais l'nis,
    nul n'ignore que nos finances
    et la lorce publique so-nalmt-
    rustre s avec le concours d
    louctioniuires amricains. Et
    sur ces dmx poin's, ittcun re-
    proebu s ri ux ne peut ire
    relev la charge du i lotiver-
    nement d"nt l'honntet et le
    dvouemeni la chose publi
    que sout in iisculab'es.
    Mais elo'S?... Ce ou'on
    reproche A Mr Ro no, eVal uni-
    quemeul d''re le Prsident de
    la Jtnjihhriiip. 11r.i.11i,mii t\| ra-
    voir triomph de * concur.
    rents au 10 Avril 19/2.
    Lelte vrit devient clatante,
    incontestable, quand on enns-
    t.ie qu'avant mme d'avoir la l
    a;te de Prsident, u>l Ittdemaia
    m. me du lu Avri1, le Ch f de
    l'Etat devint la cible desmm s
    iniividus qui avaient comnallu
    sa candidature p i tous I s mo-
    yens, surlout les plus illo'ai x
    et dont hs esprances avaient
    t ruines.
    Professionnels de la politique,
    habitus jouir des Imites loue
    lions de l'Etat, lia se sont ligu'l
    avec un soi disant parti natio-
    naliste dont les Chef** malin-
    gres et tristes, combattent, avec
    des airs le matamores, l'union
    t amricaine et l'autorit h u-
    tienne. laiaaot miroiter aux
    yeux des naits qu'ils exploitent,
    avec une audace moui, lea plus
    absurdes, les plus tapageuses
    chimres, les plus folles il'u-
    sons.
    Et l'on assiste cet trange
    spectacle de gens qui ont vot
    la Convention, qui l'ont dcla-
    re excellente tous les points
    de vue. brlant ce qu'ils ont
    ador pour taire cause commu-
    ne avec relt squelle d'nergu-
    mnes sans prestige, ans titre
    ni qualits, gonflstfembitions
    normes. Donnant cours leur*
    passions aveugles et brut^ls,
    ces gens l lont une guerre au
    couteau au Gouvernement dont
    ils dnigrent les actes, en dna-
    turant ses m ilieurt s lotanl uns
    Laneant des propagande u-
    teriniitentes, annom.'int la le-
    ve immdiate de l'I icoupuiior,
    ce qui, Jans leur esprit malade
    soiisenlen I le telour l'ancien
    tat de choses, ils ourdissent
    contre le rgime actuel toutes
    les intrigues, les inlamies et les
    rosseries suscites par leur m.u
    vaise toi, leur mchaucet et
    leur ineptie. Su' ceux qui ne
    partagent pas leurs tendance")
    aaareniquse, ils dversant,
    longs lli's l'outrag et la ca
    loiume.
    Sgiialons, en p.ssant, ; a
    dans sa sance du '21 Janvisf
    dernier, le Snat amricain a
    rejet une proposition de rete-
    nir les Ion 1s servant l'entre-
    tien les marines en Hati.
    A quoi a abouti jusque cette
    haure la IrntiqiH agitation de
    ces mauvais citoyens ?.. Tous
    leurs efforts pour contrarier le
    Gouvernjm Mit sont rests vins.
    Drap dans sa srnit, il don-
    ne, chaqm jour des preuves de
    son patriotisme, son amour lu
    bien public Son activit s'exerce
    calme et rgulire au bnilice
    d; la Nuio i
    La ra'it de l'h m preOnt'i
    r'et qu'-n appli | i iftl sut
    in nt la Convention; I-* Gouver
    nement de Mr Louis ltorno a
    ramen le pays aux principes
    les plus salutaire- pour son ve-
    nir ei seuls concniab'es av c
    ses vritables in'rts Chi lue
    jour, nous pouvons constater
    que de fcondes ides d'enten-
    te et de coopration enpen Irent
    d'heureuses initiatives qui com-
    mencent porter leurs fruits.
    Il est des fats bien tristes i
    constater et qui sautent aux veux
    de' moins c'airvoyanls. Notre
    location sociale p irte d' vie
    qui ont caus '.nus nos m 1111 u -
    11 que rien n'n pu encore limirer.
    Nous ne savons pas nous gouver-
    ner, ni travailler par nous rat ne*
    l'.li/. non*, la libr dgner*
    toujoi's eu liceo-e, reprit d en
    tieprise n'existe pis II >r d'une
    fonction punl-qj le. b n aofllb'i
    tranent uoe existence misrable.
    S1 "il des comptition in*nn-
    K tutte ici "MnniW p-ir te |> u-
    i iir, des convoitises toujours re
    naissantes et si dangereuses pur
    la dignit, la prosplit du pays,
    toutes choses qui retarderont en
    core notre volution
    N'est ce pa la qu'il lait cher-
    (lier la source des clameurs, des
    vituprations et d s laveclivM \t
    celle conjonction de poli'icieos san <
    vergogne .' Ils ne se rsignent pas
    a abandonner la pn'il:que dont l'a
    font commerce pour chercher ail
    leu's des movens d'existence.So is
    rouvert de l'ialrl garal m i*
    en ralit parce que le Pouvoir leur
    a happ*. ils combattent ce fioa
    v-memenl. n'ajant pas pour che''
    I homme de leur lioix qui d-vait
    d ur distribuer de grasres pibes
    dis.
    I s s pui*e it en cris de haine
    impuissante, car il est certain qu1.
    leur fureur ne leur r-donnera pas
    ce Pouvoir dont ils ont si mil u
    Leur ag titin restera toujours sans
    rsultat. Le Pa\s ne retomb-n
    plus sous le j ug des pdilicien-
    in' .m- dont il a tant soultert et
    qu'il mprise !
    La masse des bons citoyen',
    ceux oui. purs de toute basse pas
    |i*M, de tout vil intrt, ne redjer
    eh nt pa dans la politique la cur )
    de leurs apptits et n coutent que
    la voix de leur consci. ne et de la
    Vrit, loi>ent hautement le (Gou-
    vernement de Mr ltorno el Lui font
    confiance.
    Qui doee tait mieux d sign S
    que Mr It-.rno pour diriger I.--
    destines de la H publique .' i.i i
    donc pourrait exercer, mieux qu
    Lui la premire Magi train-.- de
    l'Etat '
    Par Son inteHig>nce, son sens
    averti des n. essiis du Pa\s Sa
    probit, Sa forai de volon' in
    branlab e, Son patiiotiame. ag'g-
    sant, Il restera toujours suprieur
    i > ceux qui peuveu' Lui japper
    aux talons. On peut L'a mr ou
    ne pas L'aimer, mais I hi toire sa
    luera 'en Mr Borno un Serv.leur
    lova'.lpersvrant de l'ordre et du
    rrf E de la Nation, r. c dira
    que tes nobles efforts ont cons-
    tamment tendu vers l'amlioration
    grandiose et delinitive du sort du
    ieup'e qu'il veut voir vivre dans
    a paix el la prosprit. Kl II a
    (Ompriv lui ausi, que la I.Ate lin
    pin# ' uns deap'us mchan'es
    it la afaii m. qu u Uni poursui-
    vie son chemin quand mme, en
    regardant . jile !...
    M y a de cela quelques jours,
    en voyant certains journaux du
    prten lu parti de looposition
    enlrepren Ire la oub'ication de
    la I t r> du prsi lent d' li I.i-
    gii< Franaise les Droits le
    riloiivn' demandant au Pre-
    mier Pranaia alors M. Mernot
    d intervenir dans la tj leation
    Hatienne en raisissant 'a So-
    cit des Nations d'une deman-
    de de dsoccupition du Pays,
    nous pensions q le C4t expos
    allait tre complet el eue ces
    nontrras se eaargtraient de
    nous rerisigner sur le resuit it
    d une tell' dmvcfa m- se*
    main 1res dtails. I y .i't I i1
    l*u s de leur p-ohit^ p- > es ion-
    n Ile au'ant que i lia 6 g-
    nral
    \l >is avant vainemen' atten-
    du, et les prcisions ns venant
    point n us nous voyons oblig
    IJE
    d'ipul'i" no're hit.b'e, cm-
    conrs lans h ralisation hcitM
    11 h utile ot pin U ban i i-
    lo-intim le nas l'-l'irs l^li-
    blir les laits qui ont suivi i' c-
    i )> le 'a Lit' i* Franaisi !<
    Droits le rilomiiie et; ret'e oc-
    currence:
    La drmrch ;1 pein i.>nt'".
    e'e-i lit ass"z uour rv 1er toi*
    les les viill'S BUaceo'ihilliA*
    a o-ieijn's. Les j U'nanx lea
    lj \i i i s i smt lv> eo*n ua
    un s'ul Ira n n noir tvo ter
    d' '>or I 11 **e f> ir>)' \| an
    ro,' q ie tautas I s puissances1
    sant obliges de resoe"ter, nou*
    riri''''r .'iispie l'ail'daiqt'r
    Pjs\x *)no,>*'t*>e par I a -^riqne
    . 11 vieille Europe ouisie pen-
    dint f\ -prs |* giprre et sou-
    lignant que ai la Etats Unis ont
    propos, narl >is certaine so'u
    lions aux H Himb qui assail-
    lent les n liions de I' Vu -ien Cou
    linen*, ce ne fut toujauriqu
    pour r 111 Ira au< p essiutes
    il i n -Il i d' C 's l"-n;e-*,m is
    jaui'is DR i-ii ipaiO MOTO
    La j lira dix uiri-ains ont
    p| l'i'i au suro'ua qu lur pays
    n'j'u' nas ni'l' ini grante le
    la Svjt ! N i'io s et |U si
    pir imiossili'.' il acepttit que
    la question h ti'nn. v fut po-
    se. i1 fan Ir it en bonne et
    luitib'e justice, y rsou Ire ci
    mr*m t mps la question gyj
    tienne, in l^nne, ia question
    mari'aine, s "rienne, algrienne,
    e'c etc.
    !.-> t pc s N m pst all
    m ni jusqua dire que U na-
    tion 'u"opnni qui a le plus
    proii' ! rO'Ciipation im*"
    came l'iluH "s' la Frne*puis-
    que a rraiir, ur ( pays lui
    a t eut 'em'nl rembourse.
    Voila ce rn la Lnn > IIvi-
    iii.n'ni [iesDu msun.'ll mur.
    a valu ^ la l'an'eo' llvin-
    pe anUra. rar la Lj m1 Fti*
    eaise ds Droits d> 'llimm'
    en tenlan' 'i" sa nb' tbl i I-
    iii ir, h i i du rpondra aux sol*
    hcitation* i1 casantes de l'an I n
    Conseillf l'Etat Lb^aaon ins-
    pir . so i 'our pir M B'Ili'-
    ^ (r | rvant en snre I' lier pro-
    noncer 'i n" j i I |ua mu-
    tile discours.
    Ko vrit, d Herriol en pr-
    Stnes de ce vacarme n'a pas nu
    n pis se rajpeler la morale du
    Bonhomme :
    i Bi n n'est si dangereux
    qu'un ignorant ami i.
    'f>l a ii l> malheureux r
    su'tat I lint "wpn'ion ml-
    rjroita le ces rli '7. nous proton Ieul galer I)
    mosuVn<\ |.oas^r Ci e*an,
    '.lipsnr Mirabeau mai* q ii,lore
    I i onne l'h'ire de l'eeti'ao
    int^l'iijenle ne p^uven' q" per-
    pl i if la leon pav.
    Mgr Jauger
    i.' i.i .i* 11 m taumeoi d Mon
    sei^ ia n II lujer p irle | i \ connais
    aance des atm ralcu-s do 'irand
    Prlat el de tous eeui qui ont i/
    nreiisement donn leurs aousanp
    lions, qu il ucrit d'Alfa sign, la
    dite du 11 avril dernier ui coi
    Irai entre la Comit Directeur Me<
    ieurs Jr nii*. Prsident, Kl. Ba<
    lve. Trsorier, et N lierviis, Se
    crlaire laoral, d'uae p>rt. e
    l'Artisie Narnil Gliarles, d'iutre
    pat :
    M. \ ir n : Gli l'ail eajMg,
    dm mi s m ljo ir aa Preei .
    "'' "'er 11 urau I l> i -'e en bron
    de Minseignu BtURtr, a.ec ca
    min ,:i ,,,.tr'- laujDU al I ahits
    saoeriol iwi d I tocien Cur dans
    u iiiis.ir-- qu p rmettra la dll
    bjste Sa lititeer, *as dimantioas
    ^ ' oi11xI ii io it Itissai au boa | l
    et A l,t aaiencede l'Artitta.ca iravai
    qui sera rem-s et livre l'oit m
    Priai e dan- >i\ rnoil c-t lui DO ir
    in ||< dollars, iui nelta valeur, un
    avaloir de Sept col dbilri < i
    dj a - li Vnrmil Clnirles.
    Le rot soit Prois cents dollars
    lui x r i ni npi I I achvement du
    travail u moment de son retour
    en Hati, pi -s i\is donn au
    Trsorier ou ni Beerttlra BoraL
    Avec cette dpsn.e de Si l seeta
    dniirs le cn. vi ia
    i',*pendinl il faut oc ire ("in
    ce a- d iliari a i C mit dinl Troi
    ce,i!s IV JiJ i p ) i |i \ t le io! le
    il jit recevoir le I) i n-. () i tr iu e
    CiiM| cui. Ivins r. :oo '
    (Jo secon I al lapiM appel es'
    lait k tous nos bienveill ni* pir
    leurs de carnets dl vouloir r-.-i
    sain reti i I aurun le montant des
    vil-ur^ recueilli i M msieur Kl.
    l.-liA ,S u M anl Port au Prince
    q,i eas l'n t- ao ael rerap s oi
    no i I i sii,i e ni ,ippil e.t a i
    eara aJresie tous aeva pii l'uai
    i i gserde, dsirent aider I
    lUi u i env >| r ai n 1 foei
    ni .lions dir 'les u \l^ isin dj
    Vil hd. L-teve
    LK OljvlirK,
    Batiste et Linon pur iil
    CHEZ
    Slambouly & Sergiie
    Ou vous IrotiMTOz aussi du iia'|um u i. ui;il.ilim*
    voiles et loile i dra|) til.
    Le M AT I FI publie lumli :
    " L GouTfpnemenl le Tribunal do Cassi-
    tion et les Nationalistes '
    Nouvelles Elranjfres
    l'er t'ahl.
    Au I ir u*
    'FEZ aomuni'i i -i i ial )
    i.i pic-.n i aeaeaaie l't i ei Je
    tenant \U[ i' il'ectr nit o.-ual iIj
    de notre iront. La rballton l'eat
    rpanlic pirmi le-- tribus de Rf
    clmo et vlesuiur Les Kabyles res
    ts lidlea luttent avoc les gTOUfl
    c iarj;s de lravei-,cr nos ligues
    po, r semer (alarme et la dfec
    l in piriiu les Irilin locale* de
    I intrieur du 'ogreb.
    It.VllVl M. l'anlev, p..i
    dent du conseil, .m,, gi du
    mare, lui Lya iley et d-s liuils
    fou lio maire* du protec'orat I an
    i ii, l r. 'ii oui lelieinent p^r
    ael Le 1er miuistre a assur Mu
    iey "i.. u~-.. I j u.- la l'r.ince ea.p'o'a
    m toute so i nergie pour niiii.'e
    mr intacte l'aulorile du Sutin.
    Les El ils Ui'i tvliiseiil Je
    [ircii'lre pari lu Pacte .1 ;
    i|aiMiilii:
    VV VSIII'vi.l' iN Le Opan-
    m: ii d'btat a onlirait que lea
    Et ils Uni* ne pren Iront aucune
    pat au pacte de girmitie i.i a su
    re*o t I reaooeMMtlt d uioaiee
    . , dans l'nrcomp issem 'ni d. g
    . alion signataires lu picie en
    Ce n'en pae 1,000...
    Ce n*6**1 pat lu...
    Ce n'i-si i|ue pour quel -
    quai gourdes, que von;
    aclit'li'ii'/., cliais-s, ijoili
    tt.s, armoirea, lils, mnie
    las, oreilleri miroirs, car
    pilles, ohef p;'til L. au
    xila.
    .ueslion
    Eu Ci'""'
    t.* Bu
    e Docteur
    RD e
    C\NI")N La latte leeteal*
    oui nue |m les pirlH riv.iux
    n mi U p i-.,.~j n de r.mton S m
    tinue jour el uuit I le te tative
    de debarqu ment les troup- de
    l\ anlung pendant la nuit a la
    mentablement chou et l'aube
    le Meuve tait < ouvert dcn i adavn
    OH -.saillrtiils.
    I'.aNTUM .''e ariaei deot
    dres a il t i HMiigi-n* se suit drou
    ls deSI celle ville. Le corps de
    volontaire* Hiiglms B-si dans
    l'arsenal dut employer ses milrail
    leuse- p iui il I n
    il .i et l'ohj i Iit parlai d
    aillanli Fun I morl ri di
    i onbn n b
    in recours !' AmunJseii
    OSI ii L \......'i
    maadanl de l'i mviivin
    au * coin i i n c i
    di imirauli l'oi i ,1. >i ri
    un la baia d
    au heu de In l> i du Uni
    me il hv.iii t primitii mi n
    venu Un i ooi dl i e
    obeogfiaeDi,
    nouvelles Diverses
    6ENSVE- i :, i.i
    eue de- Niiirni- i ', M.i.i, tia
    vaux p II ..... N n i
    la lileeaeaioa de
    lions il i ii ii ,,
    i liiiinc runion du nw II
    lieu ciiJScpteihl 11 i \i i
    l< BOT "< It! m de I .i--i inl.lc.
    Apri^s avoii d
    ment a une
    ImpoDantM, le
    les statuts qui do vent r im li
    fuluris r-Lit......nlra la Po i toi
    et la vilic libre de 0 si a in
    voy un averti set.....I > 11 Litli a
    nie dans le sen- ,. ,
    na n mplil | i
    4 vis dea m noi li
    vent sur sou tirrilQ
    ne session du.........,
    doute lnn ,'i i, || i
    Dcembre MN tenu, \| |rid IUI
    Piovilall a du roi ilp
    Sol I \ Lo dei m, i II
    damns k ri ml p ni i ,l|,i,l ,i ,|.
    la cuihiirale da l'mh nenilii il ,
    t pendu
    atiii:\k> t.. cal a
    prsent -u ,1,un
    111(1 XI I.I I | p ... | |
    i i n liluar un m ,,
    on I MU 'I'' ipoii lll puiii
    vivra looglempi la i onitituli
    btr yi un dii purlemeut belge.
    Dipl
    ome de l'Iosiitit Colonial
    "ce Pans
    Rentr de son VOyaga d'Kurope.
    ou il 'e*t perleclionn en otorhi
    oo.aryu^ ; a al ophtaliootoajla
    dam les II iiilaux da l'ari, a I hon
    rnur d'ietorner le publia qu'il a
    repr t la Dirteliofl la m Cab n it,
    Maladie di Vi'iix, des
    Oreille, du Ni-z et
    fta la lioryi'.
    i.i de son Laboratoire, pour lei
    analyses suivante* :
    Toutes lei recherchai dici le
    sang, W^ssermann. Analyse du
    Lait de Femme. Analyse des l'ri
    i, mm ..e de Innias iii tions.
    fil I Cl i liotog |U -
    Prparation-, et ^po '/e* de tou
    tes pices liistologiques.
    i .....ejeaSAi
    4 veadre
    f.heuiliere verticale douze
    chevaux
    Sadresiar ail Jdalln
    Lf projet de cration
    d une lotie Imm iui
    Bat*.u inijiiil' I l'iiiion
    DippOOM
    l.t Uji) Lxpreu du N Mai u<
    forme p une certaine anul se
    maintes.e a iokio la oouv lie
    qu'un n.ouvemenl se destiine en
    Amrique in faveur de la cration
    d'une base navale militaire su
    tles liavkoi, on s'inquite de plus
    de la vitile que la Hotte amucai
    ne vs isire uans lis eau au-ua
    beooee,
    Le* peisor, nKii oftii ieli ont
    l'.mpreasion que les Amricaius
    alieiidtrita une attaque j iponame
    ,i i r les Iles llawai Lea foei
    naui n ppnns vont mne josqu a
    aaoaodel que la ete>i.i mrl
    ca;ne en Australie soit *u| | nve,
    ainsi que les fo t ii li os .. ur
    sfalpel h walee.
    La ft de
    St. Antoine
    Le malin, la chapelle (
    Fort au l'rinii' .ou- la patl
    'l.....'"t Aaloli a i.i lle di i s
    jrand taJol ^i i M i ilbn i
    solennit an lui:
    Le- h ibitanli d.-. | ,,1,,.., j,.,,
    i in- 11 bapalU oui t, |M .U(
    cette anea eoi ara i laeivi
    deleur l'alroonivl M m, rai
    aussi depuis hier soir une ma la
    liesse y rgnait.
    De iionibreu i ,
    een Sa loua Isa p dol da la
    pilale a*istuieni ,
    fices divins.
    AT lui
    clbre par le | rl M ,|;,,, |,..
    leur de I Bi oU ,| |g(
    l're Hnl" ii , -,
    Cour promu ,,, |,. ,,,, ,, ,,
    Celui dont | ri<
    dvouement ,
    triomphe du Cbrial


    LI MATIN
    DEPURATIF
    du
    Dr MANGET
    Vices du Sang
    Vnrices, Glandes
    Mauvaise circulation
    Maladies de Peau
    Avarie
    Maladiesdes Femmes
    K.i.-Mi h. tuent ChatrU-n
    (.; \ni>S PRIX
    te uni charge de Mcbtlt, d humri.rx
    rt il 'Impartit
    aiiiM ;i: '"" |
    elt terminant de munlir ru ., .iff' U pi .m .1 h >t que Nr-aa-
    . M.MIRArir DU DOCTCUi MAUGET M
    n*, vi\ lie i..i '
    U .,iiui. os duel
    m., i oanpIMi >i< i limants
    in ni "le la nutrition (*bt>
    ihnti rnphj i ne, ajout lr, rhunu*
    Itsmet, nvralgie* tenace, neurasthnie,
    Otowiane*, vertiges, Mutique, lombago,
    (Ml
    ('.lu/ !.. femme, il rgularise la crcu-
    lalloa du lang, facilite le tpaqats. art-
    nare la formation et r%flc le malaise1* de
    l'agi erittqaa II .l.mcii.le tout rt assure
    l-i lu. ute de la peau.
    M cmstitue u i excellent traitement de
    l'jrtrno-v'K ros* n abaissas! la Icdmoo
    Ile, en diminuant la vtscoalM sao
    4muj ti en tadlilaot II trjvuil des rt1".
    i
    le-Hjr- faillaol toomq ataue
    Un NM tlfUiiltl' d pnUifi :
    P
    Prs
    La lii ndarrm rie llitche rali
    e beaucoup de progiV plusieurs
    points il' mi* l'aboid les oflkiers
    uut uni: conduit exemplaire.
    Da'.s l'i.r- r< luttons avec lu popii
    lation ils font cnovi le lespeil cl
    d'afl'-hil I l'gard de tous sans
    disliurlinn.
    Pttjateora t juslruclions de ci-
    iirari et d'entrei bal pente a'ia
    venl nu peu ptflool dtnr lu Dnar
    tement <- 111r.i' a II lUdrrs, Th i
    monde. Hall le l'humas* que,
    Hiocbe< eti Le direelinn des Ira
    v m est confie au Capitaine C.
    A Philippe homirie"p!ein de gol
    el d largie revtu d<* la eonfleo
    ce de ci m i|i i I'uqi employ, il
    n.rt en unvie un dv uem*nt et
    une enduras digues, d'loges.
    D'autre part le Capitaine l'Iiilipps
    toujOO'l de bonne humeur pro
    fess- une relle bont pour les bai
    ij.'n- iiihhiI ni iooe >es ordres.
    te ii.'onel lliighes son ch'f ronger
    ve paimi DOUI ce bon p-' i e de ta
    mil e
    Malbaureuiemeol 03 nous ap
    prci il quedaoi peu 1.....s n'aurons
    n us le Lieutenant .1 M. Darmond,
    homme de lionne lurmation qui
    n'a jamais perdu l'occasion de
    li'ire du bien nos compilantes
    depuis qo'll a t mis rn rapport
    avec le* IIhii hoiti ; cet otlicier a
    contribu a applenir lieauoup da
    d l'tt'ti'i. s loun ses la (ici da'me
    lie (t l.u t 1 suite aurait t fche 1
    te a bit n d< s geon.
    Uieulol ai ui .oi.nerons en toute
    ilii|inl all n Ire opinion toui liant
    le rgime pnitencier el le strwr!
    d liyg'ine 'i bien rglementa1 1 rin
    r p.ilemei.l d ma la prison dont la
    001 velle divinisation rpond a
    I u'ee les iili s de procra pcursui
    >mi .lui- les mailODI similaires-4
    l'lraDg 1 el nous mettrons en re
    Ikflag !' 1 ..*re accomplie avec
    un ni fiai d Je intitttutaanl par
    le CapHi ii e otlrel t son assis
    Imit c I r iileiuint Watts.
    faooui igi uni 1 mi ipiifont bien
    rappeloDi au devoir 1 eux qui font
    mal
    ll'lii lie 10 lilill 191 i.
    P. Iti IGRB8SI8THS.
    Parisiana
    llimanehe
    Ii.iIji h'! do dravonne et Kegini
    l umicr d m- nu lilui 1res Parisien
    Petit Aime et son Pantin
    le LuilZ Ihi.iI
    On 1.li'. nu dan 11 lila de
    belles vues de Parti | riaeedu haut
    del I m Eilltl

    M erreur oiossale
    liU 1 I I. i|i
    wl.lit Z )-
    d' frrno.ii
    du- lu
    1 ri '|'s
    1 c
    Lt Moih de Pai i- pul uct d
    pilu dp lu llatare. jnue foos
    ce litre et u in., i q e Mr AI
    fied /avs, lils de l'amicn pisi
    dent de la llcpublique de Ibba et
    Mr lexandrellormisM soogpnlre.
    sont accu es par 1rs autoiils judi
    riains d'avoir cerqu ilPOOOO
    dollars en faisant verdre de- bil
    h ls de loit lie ri r des bar qurs.
    telle iiicolpelirn a produit la
    plus vive irrirenlo dam tout le
    paye.
    Le R. Pre liuillas
    C'est avec p'aisir que, p^r la
    du mi. r Y> du Bu tin
    de la Qaii nr.i nous s| p'e ons
    que. pat dcition Je afnna*ig'(M
    l'An beM'-qi a de Port au l'n re,
    M. I >liln' (iuillhs. cur du Si 1 r-
    Ca il a t nomm Chan In. ho-
    noraire de la t.alhdrale de ort-
    Il faut Re rjouir de voir r c r 11
    celte bai le disliei on au 1 < < u I-
    las qui compte Pot t au Priie
    de Dombreui mi- el qi i :-'..! 'ou-
    j'tirs dpens avec rA't t d( oue-
    ment pour le seivice de l'Igise
    d'Ilaili.
    A Delmns
    Demain, deuxime dimanche du
    mois, il y aura messe la chapelle
    de Delmas.
    fianailles
    Nous avons reu avtc plxisii la
    carte de liant unies de
    Mtlle \ vuLlie lli nr^ i|p
    dVCC
    Mr Ilio l'omiii'que
    V illi un 1 on plum 1 ls,
    Le mil 1 11 du finances fran
    ais a loin m l'addillo de la D ite
    lluttaiit li 11 l u re.
    V 010 li s 1 lll'fi SI
    t'.: 1 001
    :.......100.1 I
    ' 000
    |ll III 1 ilss I
    ttV H'.'.l I1MJ.
    In;> lu- -t-i soi me.n, i i.ildi'ion.
    i| .ai laciii da aport .mi r q il y
    une erreur da I milliard,
    1 re bumanum....
    11
    m< 1
    11 -
    Iti
    .lu t*
    H
    t
    909 c
    70 *

    -
    M


    l'ti.inua,
    Remerciements
    Mr et Mme Mroue Jean Baptiste.
    < 1 1 is 111 ni Mr tt Vime JMph
    I 11 urs ni 1 ad nui
    al Pi i>m >amil'on, M .1
    -, lit Hariaila iigu^la et tous le-
    suties pan n'a al illia.ae | oevanl
    i>-pondn- individi..... 11.1 i.l a 1 an; is
    '..m de la capitale de SI Mai
    i'i autres localil s q ii onliu
    leur i.'m'r'i r tur -Miihible
    l'occasion a ar. rrette Ren J n Bapl e'e, l*ur *
    \. ienl U u - ce e- 1111.1 m i.i n's.
    lia la* rie 1 n utn d 1 r
    . t )| iss o 1: > ienl rrtnl
    1 1 a
    1 li.r I' 'Ul :
    ,001 >. IOI*, lo..
    .i .Jl*
    "LaliAOKESQUE"
    ' V, RI Il
    al
    UarAinn lu* J-.n I'.,.' 1^ |
    HOUkllMU Cl '
    t"*** 1 .- a> -i ul fta-oe- tu- **>*** ae>*
    l"C. rEHCOCi,ir1Hti(S*,na)lMa
    ^to^&'rZiik
    Pension de famille,Cuisine Fran
    ca'se.t haii bres tt fort cl des. Trs
    bonne silualii n, an eoii de la rue
    M et '<. I'. u de box Piix mo lr
    Boi son fraiche. i< ti e la glace
    h mercedi et le d n arche partir
    r"a 4 heures de lai i-s n.idi.
    Hen MA HE 10 M II piopril ire
    I > clul u ii bitI dt S. I x Haut
    ici n iiniir,
    Vnez visiter!
    La plus grande f.hapellerin de la Rpublique l'Hait*
    tablie a la Grand'Hue au \o 1728.
    C'est l'tablissement
    DE
    Jenaro iJulardo
    Ajenl de lanufarlures de Panama el Je olombie.
    I.' s prix ao.it modrs tt par eonsquent H la
    te c toutes 1 s Im'h -,
    in y trouve tajalams t d'autres art:oles tl
    chenu-es, faax col, fouitutur)! peur 1. | t|ie s ;
    lion m.irche exrepl onn I
    Venez voir et vous serez entirement satisfaits.
    por
    que
    t un
    (.olomhi.iii Steainship
    Company loe,
    ^IJa.li io Djuia couuar^ eit atlenDu 'fait
    aa-l,fuiicct|Cc i;t ju. t' tia u.i ;t
    icn. J(
    lepiitiiaie/mi'in; jo-niDiu'Uinea* pjui \yttt
    ea loute poui JCiv^Mon ;la & Ce* p>ib t)v
    ta Colom&U pt'eaaaL frci" .^ pmxjery
    ^ort-aa-rince,^ ta Juin 192.").
    le nouveau liuiMrede la
    >( .leiiiililnpie D luiinicaiiie
    a p. seiit le lettres
    de craOi es
    Ce*l hirr que iflon \p -
    monial d'uSff'i S K M. Ro-
    man a prsent e I 1 r s d
    cri nces A M lorno e qua > i
    d'Envoy Es raordii lire el .'.u-
    oirtr Pli ipoli Dtiaire d< la Re-
    publique lionnn c ine.
    .Nous louh iinii' qi e le noii
    veau Mmi-t'e s', pp igui ut ni
    que 'on pi'ili if r ur i ie*a< r-
    rer li s In us de sytnp il ie enlre
    les deux Rjublique vosiues.
    * "; ^^^ bb 1 aa anaaasssssi ^*
    Les reliions
    sur la Terre
    Le .I. nui 1 No du Bulletin de la
    1.1,11 ma publie i es ihillros iule
    ressauts au sujet d.s religions qui
    se pia iquent mr U auilaie du
    Globe .
    5ui l.'i/O millions d hab.lan i
    euvirou qui occupait a lene :
    BOi m Ions sont ealbohqaw
    m lii-iii.niques
    pictralanli
    juil.
    taahon tlani
    bou biatw,
    1 u .- 1 1 u u ianii
    tes, sh ni
    1 1 l.itmis'.es
    laucoiite.
    (iebaia & % A y culs
    ALUMNiinLNE
    Ntw-Orleans 4 South
    Au rican kmy Co h.
    proohain dpnail
  • pou
    r
    roebain d|tal {
    Idrt-au Prince
    1 1 >
    La steamer "lils" laissentNi Orlans
    Juin coulant pour lOUSlSf poils (l'fl;iili.
    Le S|S *.l'l;> laissera New U'Iana le 6 juin ecu
    iaiil"diiecleiiunt jour Poil-au-Piim .
    A. de ilatteis et G%
    AyeLts Goram
    p*%- iu t'la&..u
    pr. BENGI. t*. R B1"' PH-
    Des miQiers
    de litres de sant concentre
    vont de Norvge au monde entier par voie
    l'Emulsion Scott. La prcieuse huile de Fiic
    Morue, incorpore en forme digestive da
    cmulsion, constitue une bndiction peur
    multitude de gens qui ont ainsi obtenu leur
    daiia toutes les poques de la vie. C'eat i .
    duit pour toute la famille, unique en r5 g-i *
    nour presque toute fonne de dbilit. Pr
    L'EMULSION SCC1
    L'exprience de quatre gnrations et
    milliers de mdecins e.-l votre meillc.
    Prenez-la vous in'nie, et donnez-la .
    femme et vos enfants. Que \\ ssn'.i i i
    vigueur reignent dans verre foyer! '
    V.)
    On trouvera
    <
    A LA MAIS IN
    i. Fltt!
    Iiu<> dvTCuat, No 1017. ^
    ilui e d'olive dn table Marce'i Aliolh et Lo. Bordeaux; en caisses de
    Mi el 24 2 bl. Sardints et autres conterves franaises; condiments de
    ioutes classes; Sauce leraste Vtmioulli, iVailini et Hossi; Angustura
    H Itci C. ini '< i loik II. i r. I o". Vi s K > g il bauc suprieur,
    en b rrtqie. d.rn ba rlquat tt cal sis de li tint. (.Iiampsue Char-
    ees Hal'airck. 8ur# grant M al ei.ncaw; Vmiigre n caisse) de 12 bt
    et en banlquM de ',12 gallons, etc. etc.
    -+j
    Dents Blanches .
    Bouche Saine
    L'hygine de la bouche demande la de-
    struction de millions de microbes dange-
    reux qui y pullulent. L'emploi rgulier de la
    pte Kolynos les limine absolument.
    La Pale Dentifrice Kolynos nettoie par-
    faitement les dents qui conservent, grce i
    elle, leur blancheur de perles et assure
    l'antiseptie absolue de la bouche et de la
    gorge. La pte Kolynos est pure, concen-
    - -----:.,..- il- ...t.. .-n-.- A nu
    nettoyages. Exiger le tube jaune dont
    la boite iaune.
    1 .lu- Dentifrice
    . LE BOSSE & Co
    Agences Reprsentations
    ^POM-AU.PRINCE
    Agents gnraux dx:
    Hec'vi v Jones Ji;well Mailing A t^C
    NEW-YORK
    !', i uns Jllu larian II O Moula R >uge 6te .
    franklio rire Insuranee Compaaj .
    Nt-.W Vol*.!:
    Assurance conlre l'incenal*
    5 Diamond latch Go
    .Mlumettes i Sale lloine >
    D. I, Rubber isport Gompaoy
    Souliers lied._____
    CL. s r. latllsgett S1"'
    Poissons tals en touB ijenres
    ^fsnulaclures Lile Ins'oe Q
    \asurance surh vin,
    altilliou Tiens A.n
    Vins & Ihampagne Rordr ;iux
    ^'li- llejmar
    COI'LMLU.IK
    Leurre Danois, fromage et fuuietvM alimentait
    \\. S. Istbefs Mon
    Taliae jaunes et noirs
    i lationaJe
    Sers Rival
    in r.tt. s i h^notele*a,e
    Luvois Ue d enr

    Or -

  • University of Florida Home Page
    © 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
    All rights reserved.

    Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
    Powered by SobekCM