<%BANNER%>







PAGE 1

La. MATH URODONAC 1 Rhumatismes Nvralgies Goutte Grave', le Artrio Sclrose Obsit Oui ut restsr Jtunf tt ll?f la* rti um.iilimi Iciiini liifmrnl des artres lensarilrmenl (** %  • reins,les varlrrs ri l'obsit do.l liminer rxcs d'acide urlque. C poison de notre of miT ot faire des cures rgulires d'UHODCNAL. lave le sang I 1ti.l-ii.tn [r:'i[ 1. dans Il irai'... MI d. i nrr %  •• •. rei i mliit • ni loul rr.p*. nn I* n. %  t . la d*.|opp*n#ni .',,. 1 |*pra ir'#itf A >* r''id 11 liai %  %  III.I I. > • ',fa u. ...r. oa "t.. v^ut i.,, • ajira. choie luit** &f ifr : ii. rrf 11 fr g.;-n (. • run'.IWi d ' :• • reffi.irm a aciaa rr —' • riana l'i 'f-.iUi.-ie fti tmiiloirtni l'UrodoMi ProttlMI r FaifM, tral Cr lu. m I I uamnita lt toiuar m ri, al \^ DIK' .'M 1 f Vilrnrltnnaa taj'.a DIALIRCL n %  T i' • Mu .1.1 Ai >i M4i.u1irt ut ls femme. .:riies. LINYC0L'' '" Rt.umsuiei, Ooutle. I urbbif'J. >t BJjaaajBJ I*ri|r* Titillait Consiqn fat e nont le prendre une tournure im prvue la suite duo communi qi pulili par M. Chamtierlain, ancien ministre des alfaires lran gres d'Angleterre, assurant i| e rien n tait encore < 1 • %  I %  rt• l %  I reepec livemrut au texte de la note qui liera incessamment remise I Al lemagne el dont la lenetit ne >era publie qu'aprs 711e l'A'Ietnagne en aura pris connaissance. Dan* re communniqu, M I I mmber Mn s'lve contre la pressi qui n publi de faux exlr.its de la note des il I i-'. Nouvelles Diverses OSLO— I. association a*ronauti que 1 oiv^ienne a tenu une ru non i l'issue de Inquel e il a t il.'i' d que la rgion de Spit/ber ger, s-rail minutieusement patrmiil lie par une expdition de secours et les ih s-eurs de plio |ue en m me temps (-explorateur franc lil Charco s*, labUm au sap Columbia pour IUI veiller la rgion orienta e au i.l u.'l P Ifilfl—La rponse de la F m ce k la NOpOai iun n U iiinii.lri eu faveur du racle de cunl a t er.vcye llnme et A l'uuxelles piur obLrir lassent i m Mit des iou iruements belue et italien. LA FETE-DIEU Les coins Il Juin l'AuisDollar 20.31, Sterling 1H IM) M-AV YORKPraica 80 53 Sterling 4.8600 Fianailles Il uous est fait part des lian. aillede Melie Anna Pape avec Mr \.. b Framis. I oui. DM meilleurs complime ts au chaimant couple. Parisiana Ce Soirj 3^1 La pluie avant 'empch la re prsentation le Mardi, on donnera • e s. ir LAif/lonne g.. ,le & Ule pisodes entre : 50 cts Dimanche Gabnel de tiravonne et Regini lumier. dans un blm trs Parisien ftitAoye et son Pantin de Liiilz Soi al On ^admirera dans ce lilm d belle vu,.. 1 r,,n | n, ,,,|„ |, m| de la loin Kiil.l. Cette grande sole ni it a %  ' ce lbre, hier, l'oit au l'r'n • ave ui.e magiiilic, nce ii cnipnt. I e e le plus impressionnant enthousiasme. Jamais le triomphe de la roix, l'apolbo e de victoire du So| n 11.e Souverain n'ont t, kl, plus grands, plus clatants. A / heures, le sdeil claitant la ville de sa pi'b ll< lumiie, les clo.hes onu i-it toi.Ii vole, lim mente foule, accouiue pour faire collge l'Homme dieu d. ns sa ni mpliale t< ii'ne d< LnUclon, quille la Cathdrale. L'ordre est purfmi le rcc.eil e ment gnral. La pieuse procs sion avauce par la rue des Fionts Fort o, a dit pie fer.ire se ba 1 nce une onl'amine, 1 tous les lui' u si nt oins de draper es n,u'In o ores, ou le plus humble a t nu & fleurir 'e seuil de si mod-s te di meure de bouquets de fleurs aux vive* c ni. UT ou simplement de p.lmes vtilff. ht c'en est ainsi •ur tout le panouis .. Kn leur, taisant tica.lt la lumineuse Croix (loi IM dresse dans le jour bloui Mal marchent les communiantes de ci • jours der Lier. I leportent la robe, la •ouronne et le voile b'm es 1 1 c'est cela qu'aime le l'uu |. hau crucili-S il ne veul p'us pi et de lui que les plus ini.i cents et 'ts (lus purs. In.u.i iluiii n.. ni ai rs ui vent les m n I n i,-, ,011 1, mrcligieiiMS evic luis iuMgnts et leii.ibanniiis Arrivent tnsjile las •• %  .1 s lv oiereligii 1 ses de li I • : Saot loseph de t'.'unv, Sainte K se de Liait, Ecole 1 lie Duh, i l'ois ce lODl les collgiens de I Institution Saint Louis de (•on/,iv;uc du Smi n.i.re, de II cote .leiiu Marie Guil loux, du Ljie Nalioial. Les 1.11 in.s de ces > |., ... ment s. oluiifsj, uni tour tour, de belles n sii lies de (roct.-M. n. Maintenant oaal I giande fula il. hdl.s qui. ICI 1 omis il sileu cieu, s'avancent Ici temenl -m le.-(on s .le la rue, en deux longuet liles parali et. Puis enlin. roicl le grind Dis -i.iiiiinlf de uii.,1 1 | n .11 i,, > lilams et FOUS lequel S G. Mgr lAich.vque de l'oit au Piime. revtue dp la ch pe de afin h une I'OI I le 111 n ugt>, Ijtbl, us lotie, diane el aotwdiacre v 111 de la rit lie dalmalique IMI ie d 01 il d'argtiit. porta le >*int. %  Sai im, ni 1101 S' u g'Biid o len soir d ai. l'ou le d gi.iun 1 du e M ni I enloini.nl le Dieu Li 1 m, 1 • prtUti ^cnl in furpiibli DIS et le i I iMi.0.1 e. } orient laule :m. n 1 brode le gn nd ml a le i n cit X d'nigt 1 I. |„ | „i le h et la BO< (t< violettes, evant le Date qu'encadrent des tpfaa'l chu'ur ayant da ieiilf 'ris dores on porte, avec la cr.isse de l'An hevque, la grande croix d'or pril* de rubis de PBgIlae Mtro politaine, le Ubrlel tourn vers le Saint Sac rem nt D< loul p:lil, vtus de ro g^, parpillent des ptales de roses effeuilles qu pleines mai il ils puisent daus les eoffbai les uspendues a lein a u par il s r hins de soie rouge, un batail'oa di gen larmeeu aune forment la garde mililnire du Hi des ro s 1 m lique h musiqi la GemUr neri' e te tas b 0 des m ire Vs IriimDh •!••>. Vpisle dais s empresse uni fmU norme qui re nplil la TUA et d''hurle |u. que sou" le< g le i*s. t) 1 a peine 1 avancer tant la miltitude est cim pa.te; et piis cet l>nt rm'i th •• ile ds ,'iiom iS 1^ e.< le> vbie 1 les da iiuv* sortes ,lm itnuii fes'doi na el! p n< oimiii, ja n lit r ib •• t p oivr* n.i s,, -a..' c mf ulus hm un pu <• >-npll %  un tni 11.t T.-,>is repotoiri aviieil l .Ire-lit : b la ru, du Ce i'ra. k la ne DaQla D sloucliM, e; |e Iroisim • i U rue du PeupV. Tous Irotl taieot gdment originaix, co quels, fleuris, galement pvs fo plus riches 01 nemenls. Au pr^mi -r repisoir, l'on admir t u> e croii, ceinte d un saint-suaire, place sur le luil mme de la maison et prt de laquelle puaient deut anges %  vivants..; aux deux autres, le Saer-Cœor triomphe parmi les cou leurs du SiintSi Km r. s kOl couleurs h ,\ii mm • K', ces Iroii ifpoaolri Mon seigneur s'arrle; des roi pu es elian'eat dcantii|iiesd'allgresse, lee drapeau) el q -en', '•• ^onu loat aux fi altrea, les la i*rne• I les serpeitms de papier pelai -us pen lus au de-sus de la ne iritso 1 nenl au vent, l'en eus brle, s • volu'>a parfumes -nhaupen' .le I eo< • nsoir btlai.i | „ T un enTHnl d chipur en surp 1 ejour, puis une clo liette t'agite utt eommni derrenl bref, un brui. u'armes rapidement mn.i e il,u. /immense foule toute, les ll s i 1 linent el le vnrable l'rlal se reiourmut dins l'bouissanl miroitement des lourles FraDgea d'oi de sa chape, leva III .-lie Balaie dnle grand oa'aatoir il, par U0I1 fuit, trace le • unde i croix aude-ius ue* tt-s pr )•t-me. Il tait e ivirot h.'ur c lors q au an der .loches cari.lonoant un Te D.'um • inoui, la aaJeeaele v 111 des orgues cl m nt le Irioaplie de l>ieu, 'e Dais rentra A la Ca'li 'd-al o arrivaient aussi Mou sieur le Prtl lent de la Kpm li qu et Madame L roo, lee min.s lits et de nombreux personnages Iflciel L'Kgli-e u.l p..v< 1-.. |*i 1 !lamn tt, le n lire Blel leslu de ses leaux ornements or et blanc et, dtvanl le Saint Sacrement iros, me mefse solennelle fut clbre n prsence d'une a-i-tn r. t si ni m lieuse qu'elle s'tendait ju qi:esur e parvis de la Cathdrale. La crmonie prit Ha een I" I eures. La Matine de m' e redi Cio-Varits La 1. .M m. 'l'iiBe' nxrcredi |.ii.'.Ai, lu -Hi'nir -il. la |in fe liineabe MM. Nal'e •• Prs Iti rn l'honneur des jei.ntt filles de nos piiniipalis coles a eu un I l ein lucres. La balle r'e \ri's r'^cigeait dure ans s'ence noml.i>i;ie el 1 bob e qui a applaudi ISM lser v lit lins dise rs qi e sr-r I 'rs deux reprsentants de la peoie frant aise. M. \ alle 1 t la il pila cipalenent rtmaiq er •Dftelart dlire t el celle vrive pHoCflDli re avec lefqueh il ii I rj relu qntl ques lab'i s de la Foi tau a : I uCl t;aU (lia Fourmi, Le Ce beau tt le keuaid, La G'enouill' ,/Irooe qie le luvuf. MUS le chai me de sa parole aux r lances si divfrsf r M Valle laissa -on auditoire l'inpres sion. 11 rs avnir dit ces p ces si lopg en pe connus et tant de fois r( lef, qu'il vait inlerprl des c, n pu ilii ns lolahment neuves, tant sa jjictioi, lt1 v ,'> emprein les d'un charrr. 1 ouveau. Les nCmes .< 1 p'imenls vont aussi A V. l're-l s qui int rprla a la peife hon u"e teene du Cid et du •. Malad" liraginaire -. Dans un coin de la -lie, on pou vail voir le monoc'e 1 u coin de l'œil un repr'enl-rii du tout Port au frince. un feivnt du ThA're qui se dlectait ce rare spectacle en y app'audisant avec touteson Ame de vieux parsiep, iv ur et nostalgique. Le roi des illusionnistes Varits Hier soir, la Selle de Varits tait enoo e co nb'e p ur assister la s^-nce raerveil'c.ise du roi des i'Iusii'i' i Iq t'e l e Cou e HT-niella el IA Mm Or ni II f imeus i ni .'b il arien n L<*s tab eaux ne. 1 lo H -o 1 vent donn comme un fu ni povHti. A l'a-sialao e d'.n la crainle l.MiJi vite plar*. une v ril-h'e l'r-'nsie -.pillai il sn' avec enlho nia-me'esde s arli I tans lsions divers et parfail ineom prehensibles ex'<• .ts ave: uue rrattrise >urp-en inle Sort de notre ami -wous Oucoste La triste nouvelle de la m irt tragqiie -un ir a Pa 1je no tre ami Louis Ducooto qui niiplis sait 'le. n p es le quit.za ans les foncli.ns de 1 011-11 .111 1 1; Li verpool, nu eal par.enue t mt tin. Ce'te n^ue. ,... 1 uune il iiiln'ireuse su p'ie car avec Louis i)u o-ie nous voyons s en Bi u ie vlei le nllinie. et u II cor re-,i 1 tan n ,ne m>-1, %  j MU u il. ue .Vltlio e voie ses coodu la ues lu* p us vives aux nom br iisis Tain Iles qui ce deun at tei.t M aataaaai >r - Conse'l d'Et.t Ce matio. le l'ooseil d Kir 1 vol U loi Parti relative la I le du Drapai'. Puii le Lonseiller Moati%  leil le dpt du rapport le la ecl i M l'inmces qui conc'ut k I ado.) lion de U proposition de oi q 1 n>umla Binqae N.tioni'e de la Itpub'ique d'ilaili Agent I -cal du Gouvernement. Plus de rasoirs qu'il faut dmonter Pension de famille,Cuisine Fri 1 e ns \t-h 111b es co iliri tl> ae irs binn s lu ilion, su r >in d %  la ru • .N et 1. l'eu de eboie. Prix m dr Koi-sun fraiche. t.'rme k la (lace le mercredi et le dimanche a partir de 4 heures de l'apis midi. Ile n llAKIGN'H, propri l •• e Rx chet cuiaiaicf le S. El. Miut Commi sairc. Grce u rajoif d* aflmt Vl„ Auti.Str.ip. c,u'.l atiit, pour ) r .i. toyar. da paaaar A Iran at da laiaa, aachar. La tnemv 1-ina dura dt aamainaa, automatiquamanl rapaaai par la raauir lui-i .In.. Sa raaar aat en plaiail. Le Rasoir ^uto^trop t P PAWLEY Porta f, ,.. H.H IH Avis important ^Administration Gnrale des Postes Svmp esse de porter la conn^is-tnee de tous ceux que la jmure in^s.'e. particulier et ^.. ll, v .„ j. hl.C.en gntral, quo Ici en Irepiis s,l n..,.01 poalaua sot les l'e' %  ai rs .mdques sont mises en apiud ta i n rt | H> 1 ir de rt joui'! 1 Lgne Cap llii.i.n l),-j bon ados d animaux ou au omobile h. I.eb fort au P.iuce a .x Caves par automobile III hebdomadaire t aves KUX rgaisiar piton \ Dcseal DOS Si Marc do %  (ionaives (t Port de Pals ". f | d. tii naivis au t'ap !o* d'.mimaux ou automobile do • .1 „ m. 1. % % %  • > de Ker et Jaemel, tiiand Qoeii r par .voilier io :i k .i 1. 1.1 ut i %  11 AU ,u)dm,il,! I. an 3. 3. 56 7 H. 0. 10 II r-' 13. II. 15. tu 17. 18. 19 20 il U 13 Mts. 26. Jremie Corail a d J danimaux ou automobile Lis t.aobas '*. il au l'ii ce et Las <;aobas. De' aleie do< d'animsux ou automobile ir g A 'e Petit Tiou .le Nippes, •• Cav.s i'o t Sa'ul par pibn Caves. amp IVriiu par pitoo" do do do do • il s d .inimiux do Port Ma'gOt Ci -b: P. ri Margot Horgie • I laisanre. 1 liai*. J renne. Dame Marie •' ll.ime Marie l'iburon Jicmel, Logoe do "lit Yrou da Nipprs lt iradres papiton ". il de Pkil Anse k Fo'eui do •• Vl.Ve M Niohs. Port de l'aix a dos d'.nim.iui La .ba %  '•• Si M .rc a dos danimaux Bonari Si Michel par piton si Nichai II 1 -lie K'i ^M Hll.e.l I-, I. ILlJ IPetit Tenu l M, .pes ( orail par canot Ptliotf \i le i* .ri au '"-' do do do do do do do |do mv .. %  -- r f,~~ -w.s... K , v 4UVK 26. Pliou' vi la Purl au ''rince, 8 fois par semaine Le* offres 1 v nt %  a -lie -es sous ni cache I l' Administration Gannle des -" 1 l l %  %  courant, afin que la li-te des adjucatairea admii p 11 -• %  "' • %  ri '•• SI 1 ni i j e • %  tr l'ii.iei prochiin. P„il u Pi ce, le 3 Juin 1925 SBSi Fte de Charit A I occasion d.' la Fte de Saiu Antoine, il y auia t l'Athilie Cub. Lalue, le samedi soir /j Jalti, K luie.-ae et bal au pic ht ue la li i)n h Lntre gn rale : (i 1.00. Pour .nos abonns CciUiutt uumeiob u noue di tien de ce jour en regurd de la 'I 'U' UU \1 Ju.ll u,. n 1 li h. ., L Jeu*l A 1. u m v, tl i.riii .Nou priun HUJ ttOoui.fh et bM rcte .1 ? tu gDrai de vouloir bien recdiitr •.eux mmei. PreVtnir w*, t \ midrujl quv El j'isVcnii nt s. • (loterie* Ira ^vi u cr,1e v O'J moyen \r plus r**rtin,lr plu cl Tr plue f.u Ir Jej !•• coinb.t Non itfuUn tM t' stUsm i'l difprrair IM AtfrSSM" nuit Vf I tu d.- *uviitis l.-S ('lu* iailmint-. dieu* ; uns • *V iciwvtit M" mi ; %  ->< Ayence ycuerale WISATGO Rue dv tronl^fort liu nue IUS Csars SorbanronH T'epjout : \ 75(i -a— .^ •> w .



PAGE 1

II. M ATI.\ Eug LE BOSSE &Co AgencesReprsentations PORT-AU-PRINCE Agents gnraux de : Hecker Jones Jewell Milling A -c .NEWYOKK !-'arlnea]llutjariaii O 0— lloule ft >uge etc Franklin Fir.Insurance Company NKW-YOBK Asaura nce con tre l'incenaie %  OitlllOliil l.'ili-h Co .'1 iumettes t S;ife Home i 0. S, Rubber iporl Conipa iy Souliers Reda Chas F. latlUgeft S"Poi ssons B.'i a en IOUB genres Manulaclures Lile lns'ce. C v \ssurance sur la vie, %  • jiiilliou Frres A'.o Vins & Champagne Bord' nux %  l 'h. He>mar COPENHAUF Beurre Danois, lromage et conserves aliment a h e> W. S. latin ws Son Tabacs jaunes et noirs. lia Kalionale Sans Hlval Cigaiettes < hanctele. s,e Knvois de d anre P. N. C. D J 11 fut demand a Napolon Bor apart dans la splendeur de sa K">> re i quel tait le plus beau jour de sa vie On s'atleu millions de pnotogrspfaisft M pendant per sonne peut tre re l'a vu dans % %  < tenue le fa premire Communion. Voua tout jeunes gens et jeur.es tilles qui aile/ bieut"l recevoir le corp< adorable de votre Dieu et qui demain pouvez occuper un grand nom dant l'histoire JuJpavs et du monde, qui sait offre/.un souvenir du beau jour de.votre premire communion. C'est la Photographie Nouvelle Clodotny !)• Juste 127 Rue du Centre Entre la Prison et la Rue des Casernes ll|iho..t No 773 que tous (ttr 6ervi> ave le i lus ... M ID, dt plt n>| li mie et Irouvert/ les pria lei p'us modes'ts dam le cadie le plut eftisItyiH ALUMINUM LINE New-Orleans S South Anrican Steassbip Co IQL. Prochain dpart direcl j>our l'orl-au Prince laissera Jtef (j-lans le * juin cou fani" unicit ment* | HIIII Port-au*Frince. ^A. de Jlalteis.et C, Agents Gnraux Le Docteur FllJ LU.C0U Diploie de Nosniit Colonial ce Pans Redi de son v sage drVope. o il s est ptrleeliom. m O'O'IM uoiaivi (;•> ^,e ei Oi bip i ok %  a dans tHd Itauj de l'aiis, a I lion utur d'infoiaitr le iub.itqu il a repi s In Direction le son Cabinet. Maladie d< s Yri.x, des Oreilles, du Nt z et (le la tierce. Kl de son Laboratoire, p ur le analvtes suivant) s : lt u'is les rei huches du a le sarg, VftsMnnsoa Aaelfi in Luit di I ii me / nalvse des I ri r.t s ( i '-i de IJIIIS Sic i ions. K n '• V i "bol. piques. Iiji laiii.ns et v ci. liges de tou Its pures II slo'ogiquts. contre la CONSTIPATION pvvnoz les COMPRIMS SUISSES de DELORT. Pharmacien, 1IM, ltu f./urii-Ai.roin l-/\ III-, C'EST LE MEILLEUR DES PUROATIF8 r o iir| pjUi* lus Mauvaises Routes PORT-AU-PRINCB Alra pr.THUS Pharmacia ALBERTINI Pbarmaci* 4a f> Justm VIARD •t fonrer* ln bonno< Phtirmaof Le pneu Cord Gooi Yiar pou Cami m, est V m // nnui'a m-' i ef abr quep ii le transport su les mauvaises rou'i 8. t*a paroi rsiste des miUi >rs de m lie*, 814*/ *<>/ le |i(t48 eihoeux et 8'i fait 'vi i &f l>ciale dim le c MI // u • i itt ; /'im il* HM in iM\ ttlnC trtsui^asiu e abstraction §ure,en'rendant tout dr,unnie impossible. tahiique pour rsis'er^ la phi* vre condition d*> service, \l parcourt des ^milliers de milles un prix excessive m mt b s, fabriqu fana toute$ les dimension* courantes. 8 24 a U PARISIENNE maDiuisgem a il Vapeur ; '' '.Hue l'iniiDestouchoa I oit-au'l'rince, lia'li LISMVC -HKI'ASSACE I ROUI 1 1 M Dl S.m.s partit uliers p ur le linge tic, fsux cols, i lu n I-I i, Vous serez pleiunneul fsliafsil en ebvovanl votre linge La PARiSIENWS GOOD>VEAR CORD TYRES The VVesl Incles Trading Company Port-au-Prince, Gonaves Gap-Haitien. Demande* les *U cycleltes/ Silley* ou hommet tV femme* ite lu ira tut*Jib iqaangl ***' 7 hc, S Uteu Cycle o d II m tu qtmni, \ u errp. Lu • Mint les meilleures, tant fabi iquoos ;iveo |ei> neilleurns matin eauujlaises et s. umists ;i des essais i Igonreua aVSDt dtie>J vrees ; Ita eme %  liesont Ici plus s il deset en mme temps lea moins c litres \\..|ihez pas d'exa niiter bien les mo lfles Siltley. avant H'acheter due tSicvol-tte En o ne en a llplionte II Va \i:s Voici 3 produits un mcrirni pv n valeur la beaure de ld femme POUDRE SIMON SAVON SIMON et I linimitdble iftutsif J 51 MON CRME SimoN ,vf *UenKiio ' „*^i (loi oui hi.i Steainship Coiupiny lnc, jo ^teamci iJddiacoc %  ayant. Cai^ VU l 'l|jili te(ijuia COiiWrir. cit alUaDu 'fail aa( Juivccte iS juiaf;uia Cxp iliaitierv % ifpjtiiixlt' nu'iiJ j >ai Duedemea" pjui Cd^eS t t'a 1011U oui .Kitijj^laiv fia Se tf^ |>>itv OcCa CdtWwc pfeaaaL fret, Si pacagera. ^art-au-rince,tV w Juin 1^2.". (ibara& 0 \jjonls 60 S. g irai d s Brossai t asata, de Plai Dei u 'ri' et, eli etc. Irtlclaa pour Homoas : Faut cols, OravaUs. Ilretelle-, Chemises dt soie, Jartallet, et< i losartielssp or mercerie et Uocarii las i -ni rii m ? BOU .llOSi I.N TOI i QBNKBSsl B ucbeni pour pharaueU Uimsolalion Uquile Liqueurs, Cocaae, Vins, Ohampagoe autha Utiles n 1 n.iil. Iiiiuc ri Poupeta. — Juiiels divers. tetatoires di Pharma la al Bpeoiaiilai Paanasoeatiasas i. Basuins, l'ub-K en l'Hiiiiti'huiii' Vim et Sisap Dasohiaas, \ a Heurt tnv di, Histogdaol | ilniun Labarraqua^aala Psi td ,eli Bel •! i et U tilai b* M. Bcaaat sa Gros, savons aBlisapli |aaa loulasj 11 iliti tiii.iii-.iMMU.ei pour Sirops,li jueurs et CoBfliam.Ccloraala'natui Oss ivoai re.,,1 1* Vritable Th des Alpes, Kxcellenl dpurai l Passez-nous voir, nos |>nx sont ;ivanla.|.ii\



PAGE 1

LI MA m 1 N. et V Acra GrandSRnt A ct des Caves Ae Bordeaux Youlez-\ou> VOJS habill'r avec clgar •, et bon march. Adresser 'OUI a la Maison N.AA. AURA ] Dont la devise cal de vendre a petit bnfice pour vendre beaucoi p Dans son pei >onnel, la maison compte lin matre tailleur italien sorti d'un tablissement de premier ordre d'Italie Klle es* en mesure de fournir des compte tout faits et sur mesure, en cheviot, diagonale, palm beaeb drill blanc et couleur, coupon* de easimir pour oar •alonsLtof'es pour gilets. Bonneterie Liieinises de jour et de nuit, au <|< ut de clients — COIB et manchettes dernires crations.— CaJaons et l'jjamsx. C i t m ihot H lu une w~..ova i'>u et le meilleur accueil est rserv tous ceux <|ui dtirent pir une visita tre ut fis sur la valeur des travaux fournis. Tout costume command 'ti|ui n r,. nd pas au goiii lu olient est repris, On paile franais, anglais, espagnol et italien Rhum Nectar La maison HS1LVEM Gh N Gaeljens 1410, Bue" duMaflasin de l'Etat 417 Ru Bonn Foi 820, R C i r e ^ < <5iV <$> *£-~ Walch Youi Slep Il est Word du Steamer i;ulebra de la I loyal II lil et arrivera ici Lun li, le Wiskey Dewars W'h'te Label Iteteni'/ ce ipii vou faut I • plus tut possible, c>r la demande ubt ip .. nie t.'rst 1) W'fski'y le plu-, recherch, des amateurs d llaiti et des visiteurs d outre mer. W Quentin Williams \ is avis l'Ilotel de 'France leur Univtrail' La maison C, L Verrel Marchand Tailleur Ho 1823 Rue du lagMin de l'Etat S< recommande au public et a sa m. iniii e use clientle puniI lgance de sa coupe et la prompe excution mise dans les ouvrages confie a se^ son s la maison reste 'ouverte |us(|u'a Sjieures du so r. Prix modrs. sur Solidit Elgante Confor: } f laichiur Eu Mule 1/trlMlt Pour Ici t en mandes tf'adifeeu ; 1 es. 11 lliiUL A,tr.ts., "Rc|ol" Keds Fabricados solamente por la United States Rubber Company Grand Htel d France Pharmacie Sj nu ne fosition exceptioiuiclle, lu centre des allairef, proximit de toule les | anques, de la douane et de imites les Agences de bateaux. |cnsci(|ncinen!s el laciiil s pour voyager en autonu bile dans^toutes les parties de la R ; ^ul>liUKGGG*K (blancs et rongea [et le rti.oiin. pommard mousseux, <|> i Amricain Le plus graid assortiment de Liqueurs, COQasUC gin-, \\ isk.es, etc. Alisintlie Pernod, Amer l'icon, Yermouthc CON&EliVES trancai-os et amricaines Ir&lc meut arrives. CUiAlilS de C.ulia. Auront el llabatiera. CIMAR-TII.S de lentes les fabriques d'Iloili Gios et dtail PARFUMERIE •tlGaxtes postales. Prix trs modrs. P. P. Patrizi Uooi e avis sa clientle et aux mdecins et au public au 1 r ir nu orme son Laboratoire d'Ulogie en un Laboratoire l) il gie .appliqu sous la Direction du Dt Rieot et E. Sjourn Le la'oratoire e l ou\erl toy,n lai jouis de 7 h.es du u.atm 9 oeure dis>lr pour loutes les rechircheset analyse pr mes da1 s'annonce ci jointe siui pour le Wsss imann et * tonslaota U' ^er< rie Sa ont reues qu 11 mardi de chaque semaiuf. S'adra y ia i'hinn ne pour les reusai jiQeueuU'na es J nr n s i .S' %  '•. siinpjc Heactinn de V. asserœann Bsciioo de Tnboulei, rJiauipii du sang e> du pus Examen des outtfM losles Ixamen p crachai Alburoino rictiot: Consume UroScra're Mas Moulu maison Qliarles H. i.a'tjens annonce~au public I .'elle \ieut d'installer des machines des'plus mo d, r.ies pour la |Mparation damais moulu, larine d. III.IJH, Heurs d • mais pour les cillants, pour gi. teaux et dess r s. Les clients de la maison trouveront ces produits dans tous les dpits. |titre de ,rclame,i y a dis conditions de laveur pii.dant le ,01014 d'avril pour tout achat en groa si par sacs. 8'ad ttn di'eoemetA l f b i,u f** d'aussi heaux pilicles a des prix si raisonnables: Ros aiticles sont vraiment de toute lieaut et de raiebeur et nos prix dlient toute concurrence. Jrpe de Chine couleurs assorties i " extra suprieur '• marocain carreaux Soirie '1 carreaux pour robes)et chemises Tricot.ae de soie barres llatiue voile A carreaux Voilesiiisse brod t'.iepon franais barreijetjj c irreau .qnnal noir sup. ii mil anglais iioavaaul S rge bleu angliis suprieur l'cimbeaeii anglais de toutes beiut s \lpami noir suprieur Satin i li ; ne pour tii lejrs l\aki blanc suprie ir \\iki jm ie anglais upjriaur iluck unio.i blanc ai liais "nouveauts* ii'ill union hluuo anglais fil ' __ T isaor Japonais pour e' e:ni,j ( honimas et roba. H ps ds soie :i birres oiile ir pour ohemi les A ho imis at robos su/ea ati**s. Rapilate im : pour c'ia ai^es l'erja a fins psur linju'.e I '. ni :ut i. %  : '1 : p i H ^epliyr anglais pour ehamises"—Textra sup ilrg mil suisse uni et couleur lias ;i joirsdemi-so e % %  <. i ihaus>etts cossasas pour enfants Kiench l'risky, deraire nouveaut} l'opi.n fleurs [pour rojes TUS 191 bl lie L'm >rie 1)1 i c N oile coa.eur A barrai] Shirting blanc sup rie ir Bas dente.les lias soie bradas lias lil tirade Lotions 'i'ivert'tulle pour premiers Cn nmnnion "ouvertures blan:h* e. couleur suprieur Bandes brodes Madera pour chemises tiiupsS \ oile bl inc barres e mouches '.Ut ne blanche (iahardine blanche barres et unie Crpon banc et couleur^ a jours Voiie lila.io etjcouleur uni %  Chs ai> ittas a lemandesjsuprieuri tira J fit n air anglais liililatiaa toile Coruo Servieltas de toilettas |blaiohss & couleur damasses blanc. les pour fanillss' Nappa, couleurs i,' Petites serviettes blanches damasses '" Urgandi blanc & couleur barres & cari eaux ainage cou eue anglais sup, pour Jupes' Madras bai res de soie pour chemises rt}llolhmes| Satinette Foulard pour robes Teignes franais & amricains Molletons blancs & couleurs sup r PopliU de soie uni blanc & crme •xtrs tlhapeau de.paille i.ne d'Italie Casimir anglais sup," Crpon brod franais^ tirpon franais items, dernires noiivaaut*! [ Serviettes de toilette coul. anglai* lapis cire blanc sup. pour tables Damass anglais pour matelas double largeur ele etc. Aimables clients, vou qui voulez porter, peu de Irais, | ( s plus lieaux tissus qu'il soit possible de trouver sur celle place, ne tmnquez pas, tfltiaj d'aller ail 1 mrs, de passer obi non Vu le ir.eillt ui acceuil vous est rserv. On Irouvera 4LUUW U9flH| nue du Quai, No 1617^ Il m e >t'o!ive d<> table Marcel Aliolh et Co. Bordeaux; eoToaitMt de li el i\2 bl. Sardines et nuire conrervei frni,iges; condiment* de MitM'elafset; Bases iomte Venuouili. Martini el Hosii; oguilur lliller. Cogaae S toiles, Henri Roi; \ios Rouge tl B'toc suprieurs en barriques. d gr^nul'el concas; Vinaigre n caisses da II bt et en barriqn de M sallens. e'c. etc. l'rocui ez-vous de jolis cadeau* pour anniversaires, fianailles, iiiariiu|i's el baplmes chez 1% %  FILS Hue Bonne-Foi* H



PAGE 1

/ IOIPJUWELR Ulemeot Mayloire BOIS VEIlNA 13*"d. Hue Amricain* c MMLllU ^J CLMlMtS TELLPHONE N* 241 FrtJi CC V L jUl %  i ineaur • E|U on > ••• i I i,Knant de certain lond .1 la vanit I %  MI Lainet lortnea, sur quoi la convention porialc repoa*V" appa :•.!( si clairemenl que s'il eal quelque chose que l'.ni regrette, c'est unii|ii in-ni IViiatenee Ir >| confia pour iruvror toujours • i oMnrroff mieux. Yicior liryueni' •Ba INNEE N 5526 PORT AU-PRINOB 1 baJT.1 M MifliM |o ,|| |\ 102.-, LES LIVRES La Psychanalyse PAU LE Dr SU.MI ND FREUD, PROIESSEUH A LA FACULT DE Mti.E.iNE HE Viamn ( 5 vol. — Payot, Paria ). Il y a de cela quelque temps je me trouvais clitz un ami qui s'occupe de librairie, lorsqu: survint l'un des confrenciers les plus apprcis actu'l emsiit du monde chic de Port-auPrince, (le distingu p rsonna e qui se docuaoaoUit H ta •! iute pour une eonfren e en p paratiuQ, exprima le dsir dit j SSBMurn sur la ditl'erenre m existerait entie 1. I M,..\> .H.M ET LE SUBCONSCIENT. .\ unr Ilenjent c'est notre ami le libraire qu'il s'adressait. Mai c-.lui-ci, pris de court, i.e put malheureusement satisfaire le confrencier, n'ayant pas sur ses rayons, pour l'instant, une en cyclopdie. Ce que voyant, et sans penser que ja n'etus pis moi m-ine une encyclopdie, avec une complaisnce ingnue, prenant mon air de pro* ltsseur, j'ouviis la bouche pour apprendre c t s Messieurs ce que je savais de I inconscient et du subconscilit, car il se trouvait que je savais quelqu ; chose l-dessu?, assez pour tirer d'embarras notre confrencier : je lisais Fit K Tu ce moment la, et Freud est un as en !a m itire. Imprudent que je fus Lminent conlrencier m'euleiidant pj 1er, ma regarda. et tous son binocle, ses yeux se plisarent. narquois. Non mais ..# semblaient i'a dire, de quoi se mle-t il, ce mdecin? • Je lus si vex de ce r gard, que je me lu, rlrnant avec nergie, pour le relouler dans mou inconscient,le trouble emo tionoel que J- venais d'prouver. En vous racontant cette petite histoire, savez-vous c; que je lais ? Je fais de l'analyse p-ychologique, tout snn plnum ; j'oltserve ce prcepte de la psychanalyse: Lorsque vous avci un disgrin ou le souvenir d'un vnement pnible, MAINTENEZ LE DANS VOTRB COM CtENCE, mais ne clierr.h z pas a I enterrer vivant, car ce serait peine perdue. Une fois ddii< votre inconscieui, il vu. prouvera plus u'une lois et de plus d'une manire, au cours de votre existence, qu il est vi vant, et bien vivant . 1 ) El alor*. sais-je sous qu He forme terrible pour mon innocent con trre se manifesterait plus tard ce souvenir — soumis la 1ernaentaiion dangereuse ue m m niconsci ni — ce souvenir d'un regard o il 11 a peut tre p s uns tout ce que j ai cru y voir ? Je frmir, rien que d'y penser... C'est a IIM que la p uparl t.'outre nous qui ne pratiquent pas le < couuais-ioi de la sagesse anr'qui' — chose a vrai dire peu aise — traduisent par des attitudes nunuUs exagres: impulsions, accs de mauvaise humeur, susceptibilits, obsessions, capn .es, tout ce qui touche dsagrablement les Usfonds de leur inconscient, plaie vive et constamment bante de 1 une humaine. L'inconscient nous domine, rgle notre vie ; tous nos actes, rends et petits, y ont Lur source; l peut-tre git ie secret du jjttarmiiaiBM di la destine de l'homme.. Noire inconscient, 'ut un rservoir o rimosnt t (\) i. IUF, IHUIS-UI fit 11 pn-luias'accumulr tou'es les impressions cf-'-sigrable", tous les dsirs ma vouai ,| s, tous les instinct . toutes les tares, le* faiblesses, toute la puissance ds h'rlits morbifes C'est le p.Mill e ou nous rej to is p?r craint 1 0.1 par calcul iOlil) toutes les iies adsceptibl s d noise us T q 1 Ipje ennui lans la fi > CVs 1 l que 'iortnent nojr pl is Uiiit'ins souvenirs den fine, CMIX que nous .vons intrt e ; s'velir dans l'oubli, que nous croyoui en eff t avo r oubli-, avoir tus, mais qui, malgr nous, notre mm, de meurent en nous vivants d'ine vie eilroyablement active C r tout cela que notre inconscient garde et dont il est plein cl ter ,s'agite sans cesse, ah rclie de toute f in so li envahir le cli'inp de h conscience pour comman f 1 n UJ actes extlun s. Il p irait que notre vr.de ndure n'entend PAS Kl'itll G0XTRABI4S DANI sv uniiK EXPANSION, qu'elle 11a r • copiait pis 1 menson.n dai conventions sociales. M is les conventions se dress-nt toi jours, opposant un b irrage plus ou moins so'i le la ii, ou p axa:, teiumt de l'irm 1I1 >n dms li onsa nce des lirce de l'in c >nsi eut. Mi ux il allrui! que cea et is nerveux — alors m'un qu'ils seriieot appire nm ml Jaieruens par un Iran na'israa -ont .a leur origine d-s dsirs et des sentiments rpri D s ns sous 1 1 1 iienca de ce qu'il appelle i.\ UBIO 1. Cette libido, lorce psych ) s txualla qui tiendrait sous sa loi tout tre v.vani, se ma.-ulesterait sous 'a forme d'un besoin* imp.ijux oui. analogue la faim, travaille. 1 1 11 lividu ds sa im-,sui :e .. N'est ce pa* Anatole France qui dis ni avec cette pntration t cette profondeur de vues qui taient la imr me ordinaire de ongnie,que i\ KMM ET L'A MOU H SONT LES DLX'X l'LES DE L'U. MwiT, ei y a-t-ii, en vrit, rien de plus exact Ma' je 0 iii'isle pu davanUg, ici. mu celle ooliin riea* en per 1 1 muv^*n doot Kisj-i U' Is prin ipe foid men' il de son y< lm 1 VI* c'est del syculil me 11c no, m niHino le .a fmSjtjH p>)C qut qui 11 Intreteent qu les seal* InwM Mii oi'., un champ immense de phnomne auiquels presque personne o' chappe dans la vie quei lifinx-, est laiss encore ouvert par la psy' I U..I V -I Far exemple, tout le monde Tait des rves. Ju'e-sl li relouls en nous depuis l'enfdD-e. Dans ces lves BOUS fof mo \r ^riu I, s Irait. d'un autr Dan. ce cas le rve est >< caraouf , et c'eat on moyen 0 • *e sert l'i 1conscient pour dissimuler %  que %  OW rtiosofli d'admettre dms noir* vie cm cieote. i.'iie'quefois nos n ; ves se montrent d'une telle absurdit q ie nou< ne les considrons qa'svM un luussemeQt d' psules. • Il n'\ a pts de 1 ."• .e; absurdes ., lorinuleot les Ireulistes. Pour savoir ce qu'il y a sou leur amoufiHge, il suffit do s .u.. lyser. de pratiquer le sondage d; l'in.Mnscient. Par lanalyse de l'ia >a* ient, on arrive saisir la rai sou du trouble intime qui H pro voqn le rAve ( dsirs, craintes, ten lances lprimes ) t les xlr >,ri er en les ramenant voloutairement dans la conscience: et uue fo s qu'on les a bien en la v de soi — comme une plaie l>ien tale devant le chirurgien qui va y por ter le fer rouge — on psrvie it' le. disperser, a les anantir en Uur Faisant subir la sublimatioa . Li ubl mation est uue opratio de l'esprit qui consiste 1 u -Minier l'ener^io inconsciente nuisible en nergie • aoscient; et utt User cette nergie dans un sens COQ lorme aux exigences de la vie sociale Si nous avions le couie de nous cil,-. 1, r p'us souvent pour siisir le mobile cach de nos actes, nous constaterions que notie c induits est constamment influence par l'inconscieul. Kr--ud cite pour preuve une srie de petits fait de la vie quotidienne, considr par tout le mon le d extrme insignifiance, qui, k l'esame 1. rvlent des ch MM vriub!m nt surprenante. Il les appellb des actes mauqii-s > Die Keh leislungen ). Cl sont Us lspsu, oublis, 1i1-i1.11 h-. nm lui 1 •., %  etc. auxquels gnralement personne us rariata : c'e-t si peu de chose — Hi bien, il n'y a pas de dislrac ti mi, d'oublis, de maladresses, i. lipsus qui ne soient l'expression d une i 'entioa desobliginnte ou li 1 1 e, d'un dsir rprim par crainte ou par '-onvenante... Cet inconscient 14, en vrit ap parait re I niable .. Le pis est que tout cela est pirfaiteiienl s ieuli iquj. La vie coasciente de I esprit, a cri'depuis lda„'ten|>; Aifi le Ur (Justave Lebin, ne rep s;n?e qu'une In%  faible pirt ajjr.-i Ja >a vit iaeoai cieiite. ItSQiiystS le plus subti l'obijrvaleur le plus p ntrtn n'arrive | d-ouvrir qu'an petit nombre d:s mobiles g incoa cient. qai le mnent. Nos act-s nons ment drivent d'un sul>stratum inconscient, formi su-tout d'in iluences h.iiuires. Ce substra tum renferme les ionombraules rsidus ancestraux qui 1 instituent l'.ime de la race Derrire les caq les avoues de nos actes, se trou yent des causes secrle*, ignor*-! de nous La p'apart de nos actions journalires son: I ei'tet d mobiles cachs cjui nous chappent. >(<) Il tait rserv au Ur Freud qui s le gnie de la py< holoais,-* comme le Jit justement son Ira duoteur, le Dr Janklvifrh. — de dcouvrir les mos nqu'il delare inlaillibles. de s>nd r les profon deur. mystiieus's Je lame bu mune. Par la psv hanaiy e. il a reuouvel entieremaut la palholo cie des nvro;es e ouvert i la vieil le p.-ychelogie des hori/ons telle ment vastes et inatien Ju que 1 s prit en re-te eoalsi tu. Je pense que Ni imme d'tudes' q n Bialiresta a la psM-hanalvM devrait en retirer le plus grand pro lit pour le dveloppement ei le perle, tionnerneat de on iMrmoral. Ur An MI H LKSCOUKLAIK Ce n'osi pas 1,003... Ce n'est (tas Ioo... Ce nVs.1 nue (MMII ijindqties (|uiiides, que von aihcterez, chaises, dodinaa, arnidires, lits, mate1 sM.ltii.s mirons, carpelles, chea p ;ul f. iu aila. 1 I n changement important a eu lieu, comme ou e asil, dan Is personnel de li I. | 1 ,.;, d1, R4 pu'ihqiie Dominicaij l'ort au Prisse, Avic le nouvel 11M. ni' I \trinr diu..ir.S B M. Migu-I lt unaii est aniv ga'emeiil M. le Doc Uur Halael Minaya en qualit de Secrtaire de In Lgation el Hon ul Gural remplai-mt M. hVcsr do (ialv iu II est tout juste l'orcasion du d.-.a. 1 de M. lialvan m nous r. .lions nu lu. n u ._ %  %  j, |rjn ai tact ei la cor ection qu'il a su montrer dans s,-> .1 •• 1, .1 •.--i fonr lions dur.Hii les loi / • saoess i seivioas fouraia la Lagklioo S connissance pari nie du n ilieu haitien, ses iioaibreiie relations, ui ont permis eu d • 1 ircun-tun %  1 dilli ile d'aider a la concilia ion d'inlriM qui, au premer aliord, senib. aient e\. lure. In sauaut sa re rail > nous lui renoi.vlons toutes no* svmpa ifiies. (I) . Ul*l — ^. %  '• %  iriV.iMlst. Nominationa Car dcision du Prsident de la K< publique, les changi-ni uts sui v uts ont eu 1 MI au l'arpieldl C j Maille .ita ce ui des li nai >•• M. 11 % %  ManoirGilles (iom mis u %  • %  du Oi uvern leasdl au lap Il utien, occupe 1 1 m ne lonclioii aux Gammes. VI. Vlan: PrSDV'Ola passe du Par quel de G .naives a la direction de rilui du Cap llailie 1. % — n \. vendre f.haudlive verticale d ouze chevaux Sadresser an Mutin L Ei .iUn • doDdnl l'exemjrli' de l'(5coa ) nie '.'uoique leur Tttot |nl. 1 >it abonda nment pourvu es 11,1 I nis ne donnent pas moins I elSO pie de l'conomie faus les ces de l'Etai tl'esl ainsi que le l'iident Coo'idge vient d'autoriser une vaste enqute destine i examiner le nombre d employs de ,1 lit qui |i .m roi,| tre u.i „ pe I sans que les organisit ons auxqoe'le. ils ap partiennent aiei.t i en s uffnr. La suite de 'elle enqute sera le reav.i pr.l..ble .lunvjng H i ne de mille employ. AdmcUant que clia< un d'eus gagne s-u'emenl 10 d., Urs, ce sara une .onomie rnen-ui-llode vo'lOOoO n lar& rs lUe pour le Trsor public. 1' I I | ., „ Varits Ce Soir L Masque aux dents blanches Jarnler pisode Entre : O 50! Batiste et Linon pur iil CHEZ Slambouly & Sergile On vous trouverez aussi du erpon oriaBtaJ,ralioQ voiles et l midi A l> heures 10 il a t 11. u par |aa satorila lu pi "i< t %  .rut flan, il MAOHIO %  I'UIULM.|| Prlao da u rsra turonl uue SDIISVUS V.-I ilndi A Kal.al pour taadli 1 II 1 noyai 1 d'unisi ii. m coma uni coiilie Abdel Ivnu FiZ Les laflliratloni di ii.i IUBI dans la / 1 su. mise 110 lie prott hou n etUft U dfi I101 de Kabylei de Hhouna qui jus qu A IIM r etai-nl |S*|SS lojaui Sur le Iront ceulml no troupe*, avauvanl ers le uoid, 1.1.1 011 us liouaUr et Diebael A/jen Bui le front oriental, l'anoami a t re SKWMS pr.-n a* Tnuunnt A Hue/ /ane la situation reste nu liangc [Nouvelles Etrangres *ar CaiiU autour il<* la situation u ( lune IABQRRS M. A D. Swalh, prsident de fdration (les syu dirais l.iitauiiiques. aadnss au nom de ielte organisation, une protestation A M. Manley llaldwiu prsident du << nseil des .nin^iie, • • %  utili %  en Ciine des Inr'• s armer Mlannaisfa pour stoofiai uu muuveminl dont la cause e>t juste. N'. Svva h demande dans celte note le reliait un ai di.it dis troupes b. itanuiqi.es qui se trou vent Shaugli 11. MOSCOU— Lon liot/ky, ex SOBOlisaSIN de la guerre de Rui sie, membre de I assemble ssi • ulive des Soviets, "ommentHut dans un article publi par la l'iav da l.heveninls-' de |A Chine, H d clare que le mouvement rvolu h %  .iil, > 1 r. qui se fait sen u dam I 1 rpub ique orientale e l empniu te de I esprit de Muse 1. el que la Hussie est di po-<* ndinellre dans '.< %  sein oiivi-i. liiijnis pu se soni %  !•. %  rs en grve a'ni-i que les alq dianls qui ont prot sle contre les I hauviu et le iu positions des grandes puissances auropennes. la motiuo da parti N.ttiofialfcstc pour rtablir I ancien • I %  -: | •m allemanrl esl ri-jete |>;ir le Rt-h lisl;n| lujRLIV— La 1 ommissi..'. nrln ripale du Keiehtag a rapou*se psr II voix contre 12 la moti n %  r.sente* par I parti nationslisie de manHani au irouverneinent de %  11 mettre h la chmb r e un projet d>|o| relah .•^•.i l'ancien I al'emsnd rouir M*ne 't voir <• %  > sui.-'itutiou de I en < v • 1. csi-ia.luells rouge j -une noir | n nmiiii'-mtuulion da 25fiinanoiveraaire du l';i\mrinrnt lu roi ficloi Eiiiiu.iiini'l ROafl %  I • 11,1m h.des lui m ces a aiiin.ij. • qu'une en I inceisk d BMaaaiei • g 01 da ires sera frappes an 1 ommjo 1 lion du | .iii,' ,11,1,1,, ,,,, l'avnrcnen: du roi VI n I m , Bus. Dn ui liaeia pour •• u, lit n Ici joysui d 01 oflerli pan dani li guerre su |oovernemsi 1 I ai |. s 1 II,,y, n 1I.1I1, n | |,., •armittra da constituai d< lond u mita 1 M lu 1 ,|, naiia dt tinsbi • 1 uieni ordonn lis |rhaiei lrangea par leaquellea paare le facte de Ndcurit I liA-M ||,M1 „| Mi OS dl D I .le | ..,,,. !'•> Dit! s |... navarnansnl briii D nique a conhrto 0 1 ciella "l ac srd -nui i.n ,.,,,,. vi auisa Ohambarlala t ,\nsi ,1,. liiand, te Kinislni respectifs da la '.. .u. le Bralagoa al de la Ptai es .m sojal du ; 1 ti nW.U'spri rata rord, la liraode Bralagoa sbandoi 11 ,,,., , %  aal is tradition o< de spluidide Isolement 1 g faveui de la ssli suropenni Par .•• DOU veu pacte de ncurile, l'Angleler N s'engage A faire 1, ,„. 1,, , les puiHsneai li iu Rhii en doni sel u il nire A eslla des dl ui I qui serait attaque par Ire.Le communiqu Bjotiti Otasda lirelaijne a pris cal e im porlaote d* islon qui impliqu beodon de 11 1 1 ( ,| ,, dide isolemni au con'ii rot %  1 p-'en romrr. un iscriflca ,1 'el d* ,0UI ''" 1 %  I V, j


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06445
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, June 12, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06445

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
/
IOIPJUWELR
Ulemeot Mayloire
BOIS VEIlNA
13*"d. Hue Amricain*
cMMLllU ^J CLMlMtS
TELLPHONE N* 241
FrtJi CCVL
jUl- *
i ineaur e|u on > - iIi,K- nant
de certain lond .1 la vanit I
mi Lainet lortnea, sur quoi la
convention porialc repoa*V" appa
:.!( si clairemenl que s'il eal
quelque chose que l'.ni regrette,
c'est unii|ii in-ni IViiatenee Ir >|
confia pour iruvror toujours i
oMnrroff mieux. Yicior liryueni'
Ba INNEE N 5526
PORT AU-PRINOB 1 baJT.1
M MifliM |o ,|| |\ 102.-,
LES LIVRES
La Psychanalyse
Pau le Dr Su.mi nd FREUD, Proiesseuh a LA Facult de
, Mti.E.iNE he Viamn ( 5 vol. Payot, Paria ).
Il y a de cela quelque temps
je me trouvais clitz un ami qui
s'occupe de librairie, lorsqu:
survint l'un des confrenciers
les plus apprcis actu'l emsiit
du monde chic de Port-au-
Prince, (le distingu p rsonna
e qui se docuaoaoUit h ta ! iu-
te pour une eonfren e en p -
paratiuQ, exprima le dsir dit j
SSBMurn sur la ditl'erenre m
existerait entie 1.im,..\> .h.m
ET LE SUBCONSCIENT. .\ unr I-
lenjent c'est notre ami le li-
braire qu'il s'adressait. Mai c-.-
lui-ci, pris de court, i.e put mal-
heureusement satisfaire le con-
frencier, n'ayant pas sur ses
rayons, pour l'instant, une en
cyclopdie. Ce que voyant, et
sans penser que ja n'etus pis
moi m-ine une encyclopdie,
avec une complaisnce ing-
nue, prenant mon air de pro*
ltsseur, j'ouviis la bouche pour
apprendre cts Messieurs ce
que je savais de I inconscient et
du subconsci- lit, car il se trou-
vait que je savais quelqu ; chose
l-dessu?, assez pour tirer d'em-
barras notre confrencier : je
lisais Fit K Tu ce moment la,
et Freud est un as en !a m itire.
Imprudent que je fus L-
minent conlrencier m'euleii-
dant pj 1er, ma regarda. et
tous son binocle, ses yeux se
plisarent. narquois. Non
mais ..# semblaient i'a dire, de
quoi se mle-t il, ce mdecin?
Je lus si vex de ce r gard,
que je me lu, rlrnant avec
nergie, pour le relouler dans
mou inconscient,le trouble emo
tionoel que j- venais d'prou-
ver.
En vous racontant cette pe-
tite histoire, savez-vous c; que
je lais ? Je fais de l'analyse p-y-
chologique, tout snn plnum ;
j'oltserve ce prcepte de la psy-
chanalyse: Lorsque vous avci
un disgrin ou le souvenir d'un
vnement pnible, maintenez
LE DANS VOTRB COM CtENCE,
mais ne clierr.h z pas a I en-
terrer vivant, car ce serait
peine perdue. Une fois ddii<
votre inconscieui, il vu.
prouvera plus u'une lois et de
plus d'une manire, au cours
de votre existence, qu il est vi
vant, et bien vivant . 1 ) El
alor*. sais-je sous qu He forme
terrible pour mon innocent con
trre se manifesterait plus tard
ce souvenir soumis la 1er-
naentaiion dangereuse ue m m
niconsci ni ce souvenir d'un
regard o il 11 a peut tre p s
uns tout ce que j ai cru y voir ?
Je frmir, rien que d'y penser...
C'est a iim que la p uparl
t.'outre nous qui ne pratiquent
pas le < couuais-ioi de la sa-
gesse anr'qui' chose a vrai
dire peu aise traduisent par
des attitudes nunuUs exag-
res: impulsions, accs de mau-
vaise humeur, susceptibilits,
obsessions, capn .es, tout ce qui
touche dsagrablement les Us-
fonds de leur inconscient, plaie
vive et constamment bante de
1 une humaine.
L'inconscient nous domine,
rgle notre vie ; tous nos actes,
rends et petits, y ont Lur sour-
ce; l peut-tre git ie secret du
jjttarmiiaiBM di la destine de
l'homme.. Noire inconscient,
'ut un rservoir o rimosnt
t
(\) i. IUF, Ihuis-Ui fit 11 pn-luia-
s'accumulr tou'es les impres-
sions cf-'-sigrable", tous les d-
sirs ma vouai,| s, tous les ins-
tinct . toutes les tares, le* fai-
blesses, toute la puissance ds
h'rlits morbifes C'est le
p.Mill e ou nous rej to is p?r
craint 1 0.1 par calcul iOlil)
toutes les iies adsceptibl s d
noise us t q 1 Ipje ennui lans
la fi > CVs1 l que 'iortnent nojr
pl is Uiiit'ins souvenirs den
fine, cmix que nous .vons in-
trt e ; s'velir dans l'oubli,
que nous croyoui en eff t avo r
oubli-, avoir tus, mais qui,
malgr nous, notre mm, de
meurent en nous vivants d'ine
vie eilroyablement active C r
tout cela que notre inconscient
garde et dont il est plein
cl ter ,s'agite sans cesse, ah r-
clie de toute f in so li
envahir le cli'inp de h cons-
cience pour comman f 1 n UJ ac-
tes ext- lun s. Il p irait que no-
tre vr.de ndure n'entend pas
Kl'itll G0XTRABI4S DANI sv u-
niiK expansion, qu'elle 11a r
copiait pis 1 menson.n dai
conventions sociales. M is les
conventions se dress-nt toi
jours, opposant un b irrage plus
ou moins so'i le la rieure car la volont b-l'n m-
m rivilh et son irumph
8 t de n.i jmiiis s: manlr 1 tel
qu'il est- Sansceit, o en se
rions nous ?..
Ainsi une lutte p'rp.'-tu llo
dont nous 11' vous p ia conscien
ce seliv.-e en nous entre deux
forces dont l'une clicrch se
manilester, tandis que l'autre
cherche rprimer. Plus la r-
pression est svre, plus le po-
tentiel inconscient augmente t
devient menaant ijuelamgue
vienne 3 se rompre : aussitt il
en rsulte un branle nent fo.-
imdable de l'Etat nerveux. C'est
alo s, dans les paroles, d ins les
gestes, dans le comportement
g 'al de l'in lividu. des raani-
I -la1 mis plus ou moi is b ztr-
raa tr du mnl un dsordre men
t I plus ou moins profon I ou
prenant l'allu-e Je m I dies
tr m -h 'inerit caractris-s.
L^ProlessjMrFREI'D ili
bli par ses reche ch s psycha-
nalytiques qu bon sombra des
Dvrosjs rsultent di t-oubl-s
de 1 m 'o:i.c,>ii, ou p axa:,
teiumt de l'irm 1I1 >n dms li
onsa nce des lirce de l'in
c >nsi eut. Mi ux il allrui! que
cea et is nerveux alors m'-
un qu'ils seriieot appire nm ml
Jaieruens par un Iran na'is-
raa -ont .a leur origine d-s
dsirs et des sentiments rpri
d s ns sous 111 iienca de ce
qu'il appelle i.\ ubio 1. Cette li-
bido, lorce psych ) s txualla qui
tiendrait sous sa loi tout tre
v.vani, se ma.-ulesterait sous 'a
forme d'un besoin* imp.ijux
oui. analogue la faim, travaille.
1111 lividu ds sa im-,sui :e ..
N'est ce pa* Anatole France qui
dis ni avec cette pntration t
cette profondeur de vues qui
taient la imr me ordinaire de
ongnie,que i\ kmm et l'a
MOU H SONT LES DLX'X l'LES DE
l'u. MwiT, ei y a-t-ii, en v-
rit, rien de plus exact
Ma' je 0 iii'isle pu davanUg,
ici. mu celle ooliin riea* en per
1 1 muv^*n doot Kisj-i U' Is
prin ipe foid men' il de son y<
lm 1VI* c'est del syculil
me 11c no, m niHino le .a fmSjtjH
p>)C qut qui 11 Intreteent qu les
seal* InwM Mii oi'., un
champ immense de phnomne
auiquels presque personne o'
chappe dans la vie que- i lifinx-,
est laiss encore ouvert par la psy-
' I U..I V -I
Far exemple, tout le monde Tait
des rves. Ju'e-sl les rves 1 Les rf-a s, pour les ps\-
chanaly-les, tiaduisent toujours les
proccupations de notre incons-
cient. Par le sommeil, nous en-
trocs dans le rve, c'esl- dira
dans l'inconscient, comme dan
ae autre exigence, mais uae eiis
t-iu-e 'o nous vivons avec notre
Maie personnalit libre de toute
coutraiole moi aie ou sociale. Lt
se drouluut les scues les plus
varies, cres par le millions de
souvenirs, de Ien lames indsira
t>li relouls en nous depuis l'en-
fdD-e. Dans ces lves bous fof
mo \r ^riu es fxrfOBna^e rmis appamit par
t'a imi> I, s Irait. d'un autr Dan.
ce cas le rve est >< caraouf , et
c'eat on moyen 0 *e sert l'i 1-
conscient pour dissimuler que
OW rtiosofli d'admettre dms
noir* vie cm cieote. i.'iie'quefois
nos n;ves se montrent d'une telle
absurdit q ie nou< ne les consi-
drons qa'svM un luussemeQt d'
psules. Il n'\ a pts de 1 ." .e;
absurdes ., lorinuleot les Ireulis-
tes. Pour savoir ce qu'il y a sou
leur amoufiHge, il suffit do s .u..
lyser. de pratiquer le sondage d;
l'in.Mnscient. Par lanalyse de l'ia
' >a* ient, on arrive saisir la rai
sou du trouble intime qui h pro
voqn le rAve ( dsirs, craintes,
ten lances lprimes ) t les xl-
r >,ri er en les ramenant voloutai-
rement dans la conscience: et uue
fo s qu'on les a bien en la v de
soi comme une plaie l>ien tale
devant le chirurgien qui va y por
ter le fer rouge on psrvie it' le.
disperser, a les anantir en Uur
Faisant subir la sublimatioa .
Li ubl mation est uue opratio
de l'esprit qui consiste 1 u -Mi-
nier l'ener^io inconsciente nuisi-
ble en nergie aoscient; et utt
User cette nergie dans un sens coq
lorme aux exigences de la vie so-
ciale
Si nous avions le couie de
nous cil,-. 1, r p'us souvent pour
siisir le mobile cach de nos ac-
tes, nous constaterions que notie
c induits est constamment influen-
ce par l'inconscieul. Kr--ud cite
pour preuve une srie de petits fait
de la vie quotidienne, considr
par tout le mon le d extrme insi-
gnifiance, qui, k l'esame 1. rv-
lent des ch mm vriub!m nt sur-
prenante. Il les appellb des ac-
tes mauqii-s > Die Keh leislun-
gen ). Cl sont Us lspsu, oublis,
1i1-i1.11 h-.n- m lui 1 .,, etc. aux-
quels gnralement personne us
rariata : c'e-t si peu de chose
Hi bien, il n'y a pas de dislrac
ti mi, d'oublis, de maladresses, i.
lipsus qui ne soient l'expression
d une i 'entioa desobliginnte ou
li 1 1 e, d'un dsir rprim par
crainte ou par '-onvenante...
Cet inconscient 14, en vrit ap
parait re I .niable ..
Le pis est que tout cela est pir-
faiteiienl s ieuli iquj. La vie
coasciente de I esprit, a cri'de-
puis lda'ten|>; Aifi le Ur (Justave
Lebin, ne rep s;n?e qu'une In-
faible pirt ajjr.-i Ja >a vit iaeoai
cieiite. ItSQiiystS le plus subti .
l'obijrvaleur le plus p ntrtn
n'arrive | d-ouvrir qu'an petit
nombre d:s mobiles gincoa cient.
qai le mnent. Nos act-s nons
ment drivent d'un sul>stratum
inconscient, formi su-tout d'in
iluences h.iiuires. Ce substra
tum renferme les ionombraules
rsidus ancestraux qui 1 instituent
l'.ime de la race Derrire les caq
les avoues de nos actes, se trou
yent des causes secrle*, ignor*-!
de nous La p'apart de nos actions
journalires son: I ei'tet d mobiles
cachs cjui nous chappent. >(<)
Il tait rserv au Ur Freud qui
s le gnie de la py< holoais,-*
comme le Jit justement son Ira
duoteur, le Dr Janklvifrh. de
dcouvrir les mos n- qu'il delare
inlaillibles. de s>nd r les profon
deur. mystiieus's Je lame bu
mune. Par la psv hanaiy e. il a
reuouvel entieremaut la palholo
cie des nvro;es e ouvert i la vieil
le p.-ychelogie des hori/ons telle
ment vastes et inatien Ju que 1 s
prit en re-te eoalsi tu.
Je pense que Ni imme d'tudes'
q n Bialiresta a la psM-hanalvM
devrait en retirer le plus grand pro
lit pour le dveloppement ei le
perle, tionnerneat de on iMr-
moral.
Ur An mi h LKSCOUKLAIK
Ce n'osi pas 1,003...
Ce n'est (tas Ioo...
Ce nVs.1 nue (mmii ijind-
qties (|uiiides, que von
aihcterez, chaises, dodi-
naa, arnidires, lits, mate-
1 sM.ltii.s mirons, car-
pelles, chea p;ul f. iu
aila.
1
I n changement important a eu
lieu, comme ou e asil, dan Is
personnel de li I. | 1 ,.;, d- 1, R4
pu'ihqiie Dominicaij l'ort au
Prisse,
Avic le nouvel 11m. ni' I \trinr
diu..ir.- S B M. Migu-I lt unaii
est aniv ga'emeiil M. le Doc
Uur Halael Minaya en qualit de
Secrtaire de In Lgation el Hon
ul Gural remplai-mt M. hVcsr
do (ialv iu
II est tout juste l'orcasion du
d.-.a. 1 de M. lialvan m nous
r. .lions nu lu. n u ._ j, |rjn ai
tact ei la cor ection qu'il a su
montrer dans s,-> .1 1, .1 .--i fonr
lions dur.Hii les loi / saoess i
seivioas fouraia la Lagklioo S
connissance pari nie du n ilieu
haitien, ses iioaibreiie relations,
ui ont permis eu d 1 ircun-tun
1 dilli ile d'aider a la concilia
ion d'inlriM qui, au premer
aliord, senib. aient e\. lure.
In sauaut sa re rail > nous lui
renoi.vlons toutes no* svmpa
ifiies.
(I) . Ul*l ^.'iriV.iMlst.
Nominationa
Car dcision du Prsident de la
K< publique, les changi-ni uts sui
v uts ont eu 1 mi au l'arpieldl
C j Maille .ita ce ui des li nai
> M. 11 ManoirGilles (iom
mis u du Oi uvern leasdl au lap
Il utien, occupe 11 m ne lonclioii
aux Gammes.
VI. Vlan: PrSDV'Ola passe du Par
quel de G .naives a la direction
de rilui du Cap llailie 1.
? ----------- n
\. vendre
f.haudlive verticale d ouze
chevaux
Sadresser an Mutin ,
L Ei .i- Un doDdnl
l'exemjrli' de l'(5coa ) nie
. '.'uoique leur Tttot |nl. 1 >it
abonda nment pourvu es 11,1
I nis ne donnent pas moins I elSO
pie de l'conomie faus les
ces de l'Etai
tl'esl ainsi que le l'iident
Coo'idge vient d'autoriser une vaste
enqute destine i examiner le
nombre d employs de ,1 lit qui
|i .m roi,| tre u.i pe I sans que
les organisit ons auxqoe'le. ils ap
partiennent aiei.t i en s uffnr.
La suite de 'elle enqute sera
le reav.i pr.l..ble .lun- vjng Hi
ne de mille employ. AdmcUant
que clia< un d'eus gagne s-u'emenl
10 d., Urs, ce sara une .onomie
rnen-ui-llode vo'lOOoO n lar& rs
lUe pour le Trsor public.
1- 'I I |_ ., ,
Varits
Ce Soir
L Masque aux
dents blanches
Jarnler pisode
Entre : O 50!
Batiste et Linon pur iil
CHEZ
Slambouly & Sergile
On vous trouverez aussi du erpon oriaBtaJ,ralioQ
voiles et l La Siliialion an Maroc
I. Paiiilcv, parti su aroplane pour Rabat, iluiliii.i
ater Pnmo dp livera les mesuies i adopter
contre ilxlel Kiun
rK/ ru : m ti 11 ii| .1 '- 1 Hu-iel )
Dans le sect ur ocridei tal des
groupes rilt.ins se soiit luli trs
Uaus la rgion del rivire Lou-
kous.Le;- poules avancs de Aou
dour et \i hiikane ont t aban
donns par nos troup s Dans le
"'tuir n-nlral la tribu de llnva
mus lidele la France,a repouss
les loteas rillainis au .1.11 de
Louerghs.
PAIIIS- M. l'aiulev, prsi-
dent du conseil, partira aujour-
d'hui pour le Maroc en aropla
ne. li sera a'vompagu dans son
voyage par M. I vu..., ous secr
taire .11 1 il A I aviation et des g
m-:,1,iv i,. |ii-m,t et de llenev.
Le prsident du conseil des m nis
1res a inform le cabinet de su de
Cisloo de visiter le front marn aui
dans le but de sa rendre Siaclt
ment compta data opirmHumi de
guerre alin de se trouver en con
ditior. de luire face aux stll
di.nl |i |OOVI ri tmi ut sera l'omet
au pin U meut.
ltMIVI'- M l'ami, ve i I urr'
y cet aprc> midi A l> heures 10
il a t 11. u par |aa satorila lu
pi "i< t .rut flan, il
MAOHIO I'uiuLm.- || Prlao
da u rsra turonl uue sdIisvus
v.-i ilndi A Kal.al pour taadli 1 II 1
noyai 1 d'uni- si ii.m coma uni
coiilie Abdel Ivnu
FiZ Les laflliratloni di ii.i
IUbi dans la /.....1 su. mise 110
lie prott hou n etUft U dfi I101
de Kabylei de Hhouna qui jus
qu A Iim r etai-nl |S*|SS lojaui
Sur le Iront ceulml no troupe*,
avauvanl ers le uoid, 1.1.1 011 us
liouaUr et Diebael A/jen Bui le
front oriental, l'anoami a t re
SkwmS pr.-n a* Tnuunnt A Hue/
/ane la situation reste nu liangc
[Nouvelles Etrangres
*ar CaiiU
autour il<* la situation
u ( lune
IABQRRS M. A D. Swalh,
prsident de fdration (les syu
dirais l.iitauiiiques. aadnss au
nom de ielte organisation, une
protestation A M. Manley llaldwiu
prsident du << nseil des .nin^iie,
util- i en Ciine des Inr' s
armer Mlannaisfa pour stoofiai
uu muuveminl dont la cause e>t
juste. N'. Svva h demande dans
celte note le reliait un ai di.it dis
troupes b. itanuiqi.es qui se trou
vent Shaugli 11.
MOSCOU Lon liot/ky, ex
SOBOlisaSIN de la guerre de Rui
sie, membre de I assemble ssi
ulive des Soviets, "ommentHut
dans un article publi par la l'iav
da l.heveninls-' de |A Chine, h d
clare que le mouvement rvolu
h .iil, > 1 r. qui se fait sen u dam I 1
rpub ique orientale e l empniu
te de I esprit de Muse 1. el que la
Hussie est di po-<* ndinellre
dans '.< sein
oiivi-i- liiijnis pu se soni !. .
rs en grve a'ni-i que les alq
dianls qui ont prot sle contre les
I hauviu et le iu positions des
grandes puissances auropennes.
la motiuo da parti N.t-
tiofialfcstc pour rtablir
I ancien I-:|- m alle-
manrl esl ri-jete |>;ir le
Rt-h lisl;n|
lujRLIV La 1 ommissi..'. nrln
ripale du Keiehtag a rapou*se psr
II voix contre 12 la moti n ! r.-
sente* par I parti nationslisie de
manHani au irouverneinent de -. 11
mettre h la chmbre un projet d>-
|o| relah .^.i l'ancien I
al'emsnd rouir M*ne 't voir <>
sui.-'itutiou de I en < v 1.
csi-i- a.luells rouge j -une noir
| n nmiiii'-mtuulion da
25fiin- anoiveraaire du
l';i\mrinrnt'lu roi ficloi
Eiiiiu.iiini'l
ROafl I 11,1m h.- des lui m
ces a aiiin.ij. qu'une en I
inceisk d BMaaaiei g 01 da '
ires sera frappes an 1 ommjo 1 .
lion du | .iii,' ,11,1,1,, ,,,,
l'avnrcnen: du roi VI n Im ,
Bus. Dn ui liaeia pour u,
lit n Ici joysui d 01 oflerli pan
dani li guerre su |oovernemsi 1
I ai |. s 1 II,,y, n 1I.1I1, n |....., |,.,
armittra da constituai d< lond
u mita 1 m lu 1 ,|,
naiia dt tinsbi 1
uieni ordonn
lis |rhaiei lrangea par
leaquellea paare le facte
de Ndcurit
I liA-M ||,-M1| ,
Mi OS dl D .....I .le | ..,,,.
!'> Dit! s |... navarnansnl
briii d nique a conhrto 0 1 ciella
" "l ac srd -nui i.n ,.,,,,. vi
auisa Ohambarlala t ,\nsi ,1,.
liiand, te Kinislni respectifs
da la '.. .u.le Bralagoa al de la
Ptai es .m sojal du ; 1 ti
nW.U'spri rata rord, la liraode
Bralagoa sbandoi 11 ,,,.,,,
aal is tradition o<
de spluidide Isolement 1 g faveui
de la ssli suropenni Par . dou
veu pacte de ncurile, l'Angleler
N s'engage A faire 1, ,. 1,, ,
les puiHsneai li
iu Rhii en doni sel
u il nire A eslla des dl ui
I qui serait attaque par
Ire.Le communiqu Bjotiti
Otasda lirelaijne a pris cal e im
porlaote d* islon qui impliqu
beodon de 11 1 1 (,| ,,
dide isolem- ni au con'ii rot 1
p-'en romrr. un iscriflca ,1
'el d*
,0UI ''" 1 I V, j


La. MATH
URODONAC
1
Rhumatismes
Nvralgies
Goutte
Grave', le
Artrio
Sclrose
Obsit
Oui ut restsr Jtunf tt ll?f
la* rti um.iilimi Iciiini liifmrnl
des artres lensarilrmenl (**
reins,les varlrrs ri l'obsit do.l
liminer rxcs d'acide urlque.
C poison de notre of miT ,
ot faire des cures rgulires
d'UHODCNAL.
lave le sang
- I 1ti.l-ii.tn [r:'i[ 1. dans Il
irai'... mi d. i nrr . rei i mliit
ni loul rr.p*. nn I* n. t .
la d*.|opp*n#ni .',,. 1 |*pra ir'#-
itf A >* r''id- U'tqi- tltni I aul , -
H ti*.> 11 liai iii.i I. > ',fa
u. ...r. oa "t.. v^ut i.,, ajira.
choie luit** ? ifr : ii. rrf 11 fr
g.;- -n (. run'.IWi
d - :
reffi.irm a aciaa
rr ' riana l'i 'f-.iUi.-ie fti tmiiloirtni
l'UrodoMi -
ProttlMI r FaifM,
tral Cr lu. m I I uamnita lt toiuar
m ri,
al \^ dik'
.'M 1 f Vilrnrltnnaa taj'.a
DIALIRCL
n
t i'
Mu .1.1 Ai
* >i M4i.u1irt ut ls femme.
.:riies.
LINYC0L'' '"
Rt.ums-
uiei, Ooutle. I urbbif'J. >t
BJjaaajBJ
I*ri|r* Titillait Consiqn fat e
nont le prendre une tournure im
prvue la suite duo communi
qi pulili par M. Chamtierlain,
ancien ministre des alfaires lran
gres d'Angleterre, assurant i| e
rien n tait encore < 1 I rt l I reepec
livemrut au texte de la note qui
liera incessamment remise I Al
lemagne el dont la lenetit ne >era
publie qu'aprs 711e l'A'Ietnagne
en aura pris connaissance. Dan*
re communniqu, M IImmber
Mn s'lve contre la pressi qui n
publi de faux exlr.its de la note
des ilIi-'- .
Nouvelles Diverses
OSLO I. association a*ronauti
que 1 oiv^ienne a tenu une ru
non i l'issue de Inquel e il a t
il.'i' d que la rgion de Spit/ber
ger, s-rail minutieusement patrmiil
lie par une expdition de secours
et les ih s-eurs de plio |ue en m
me temps (-explorateur franc lil
Charco s*, labUm au sap Columbia
pour iuiveiller la rgion orienta e
au.....i.l u.'l
P IfilflLa rponse de la F m
ce k la NOpOai iun n U iiinii.lri eu
faveur du racle de cunl a t
er.vcye llnme et A l'uuxelles
piur obLrir lassent i m Mit des
iou iruements belue et italien.
LA FETE-DIEU
Les
coins
Il Juin
l'Auis- Dollar 20.31,
Sterling 1H IM)
M-AV YORK- Praica 80 53
Sterling 4.8600
Fianailles
Il uous est fait part des lian. aille-
de Melie Anna Pape avec Mr \.. b
Framis.
I oui. dm meilleurs complime ts
au chaimant couple.
Parisiana
Ce Soirj 3^1
La pluie avant 'empch la re
prsentation le Mardi, on donnera
e s. ir
LAif/lonne
g.. ,le & Ule pisodes
entre : 50 cts
Dimanche
Gabnel de tiravonne et Regini
lumier. dans un blm trs Parisien
ftitAoye et son Pantin
de Liiilz Soi al
On ^admirera dans ce lilm d
belle vu,.. 1 r,,n | n, ,,,| |, m|
de la loin Kiil.l.
Cette grande sole ni it a ' ce
lbre, hier, l'oit au l'r'n ave
ui.e magiiilic, nce ii cnipnt. I e e
le plus impressionnant enthou-
siasme.
Jamais le triomphe de la roix,
l'apolbo e de victoire du So| n 11.e
Souverain n'ont t, kl, plus
grands, plus clatants.
A / heures, le sdeil claitant la
ville de sa pi'- b ll< lumiie, les
clo.hes onu i-it toi.Ii vole, lim
mente foule, accouiue pour faire
collge l'Homme dieu d. ns sa
ni mpliale t< ii'ne d< LnUclon,
quille la Cathdrale.
L'ordre est purfmi le rcc.eil e
ment gnral. La pieuse procs
sion avauce par la rue des Fionts
Fort o, a dit pie fer.ire se ba
1 nce une onl'amine, 1 tous les
lui' u si nt oins de draper es
n,u'In o ores, ou le plus humble a
t nu & fleurir 'e seuil de si mod-s
te di meure de bouquets de fleurs
aux vive* c ni. UT ou simplement
de p.lmes vtilff. ht c'en est ainsi
ur tout le panouis ..
Kn leur, taisant tica.lt la lu-
mineuse Croix (loi Im dresse
dans le jour bloui Mal marchent
les communiantes de ci jours der
Lier. I le- portent la robe, la
ouronne et le voile b'm es 11
c'est cela qu'aime le l'uu |. hau
crucili-S il ne veul p'us pi et de lui
que les plus ini.i cents et 'ts (lus
purs. In.u.i iluiii n.. ni ai rs ui
vent les m n I n i,-, ,011 1, m- rc-
ligieiiMS evic luis iuMgnts et
leii.i- banniiis
Arrivent tnsjile las .1 s
lv oie- religii 1 ses de li I : Saot
loseph de t'.'unv, Sainte K se de
Liait, Ecole 1 lie Duh, i l'ois ce
lODl les collgiens de I Institution
Saint Louis de (on/,iv;uc du Smi
n.i.re, de II cote .leiiu Marie Guil -
loux, du Ljie Nalioial.
Les 1.11 in.s de ces > |., ...
ment s. oluiifsj, uni tour tour,
de belles n sii lies de (roct.-M. n.
Maintenant oaal I giande fula
il. hdl.s qui. ici 1 omis il sileu
cieu, s'avancent Ici temenl -m
le.-(on s .le la rue, en deux lon-
guet liles parali et.
Puis enlin. roicl le grind Dis
-i.iiiiinlf de uii.,1 1 | n .11 i,, >
lilams et fous lequel S G. Mgr
lAich.vque de l'oit au Piime.
revtue dp la ch pe de afin
h une i'oi I le 111 n ugt>, Ijtbl,
us lotie, diane el aotwdiacre
v 111 de la rit lie dalmalique Imi ie
d 01 il d'argtiit. porta le >*int.
Sai im, ni 1101 S' u g'Biid o len
soir d ai. l'ou le d gi.iun 1 du
e M ni I enloini.nl le Dieu
Li 1 m, 1 prtUti ^cnl in furpii-
bli dis et le i IiMi.0.1 e. } orient
laule :m. n 1 brode le gn nd
ml a le i n cit X d'nigt 1 I. | | i
le h et la BO< (t< violettes, evant
le Date qu'encadrent des tpfaa'l
* chu'ur ayant da ieiil- f 'ris
dores on porte, avec la cr.isse de
l'An hevque, la grande croix d'or
pril* de rubis de PBgIlae Mtro
politaine, le Ubrlel tourn vers le
Saint Sac rem nt D< loul p:lil,
vtus de ro g^, parpillent des
ptales de roses effeuilles qu
pleines mai il ils puisent daus les
eoffbai les uspendues a lein a u
par il s r hins de soie rouge, un
batail'oa di gen larme- eu aune
forment la garde mililnire du Hi
des ro s 1 m li- que h musiqi
la GemUr neri' e te tas b 0
des m ire Vs IriimDh !>. Vpisle
dais s empresse uni fmU norme
qui re nplil la tua et d''hurle |u.
que sou" le< g le i*s. t) 1 a peine 1
avancer tant la miltitude est cim
pa.te; et piis cet l>nt rm'i th
ile ds ,'iiom iS 1^ e.< le> vbie 1
les da iiuv* sortes ,lm itnuii
fes'doi na el! p n< oimiii,
ja n lit r ib t p oivr* n.i s,, -a..'
c mf ulus hm un pu < >-npll
un tni 11.t
T.-,>is repotoiri aviieil l .Ire--
lit : b la ru, du Ce i'ra. k la ne
DaQla D sloucliM, e; |e Iroisim
i U rue du PeupV. Tous Irotl
taieot gdment originaix, co
quels, fleuris, galement pvs fo
plus riches 01 nemenls. Au pr^mi -r
repisoir, l'on admir t u> e croii,
ceinte d un saint-suaire, place sur
le luil mme de la maison et prt
de laquelle puaient deut anges
vivants..; aux deux autres, le Sa-
er-Cor triomphe parmi les cou
leurs du SiintSi Km r. s kOl
couleurs h ,\ii mm
K', ces Iroii ifpoaolri Mon
seigneur s'arrle; des roi pu es
elian'eat d- cantii|iiesd'allgresse,
lee drapeau) el q -en', ' ^onu
loat aux fi altrea, les la i*rne- I
les serpeitms de papier pelai -us
pen lus au de-sus de la ne iritso 1
nenl au vent, l'en eus brle, s
volu'>a parfumes -nhaupen' .le
I eo< nsoir btlai.i | T un enTHnl
d chipur en surp 1 ejour, puis
une clo liette t'agite utt eommni
derrenl bref, un brui. u'armes ra-
pidement mn.i e il,u. /immense
foule toute, les ll s i 1 linent el
le vnrable l'rlal se reiourmut
dins l'bouissanl miroitement des
lourles FraDgea d'oi de sa chape,
leva III .-lie Balaie dn- le grand
oa'aatoir il, par U0I1 fuit, trace
le un- de i croix aude-ius ue*
tt-s pr )t-me. -
Il tait e ivirot h.'ur c, lors
q au an der .loches cari.lonoant
un Te D.'um inoui, la aaJeeaele
v 111 des orgues cl m nt le Irioa-
plie de l>ieu, 'e Dais rentra A la
Ca'li 'd-al o arrivaient aussi Mou
sieur le Prtl lent de la Kpm li
qu et Madame L roo, lee min.s
lits et de nombreux personnages
Iflciel
L'Kgli-e u.l p..v< 1-.. |*i 1 !lam-
n tt, le n lire Blel leslu de ses
leaux ornements or et blanc et,
dtvanl le Saint Sacrement iros,
me mefse solennelle fut clbre
n prsence d'une a--i-tn r. t si ni m
lieuse qu'elle s'tendait ju qi:esur
e parvis de la Cathdrale.
La crmonie prit Ha een I"
I eures.
La Matine de m'eredi
Cio-Varits
La 1. .m m. 'l'iiBe' nxrcredi
|.ii.'.- Ai, lu -Hi'nir -il. la |in
fe liineabe MM. Nal'e Prs
Iti rn l'honneur des jei.ntt filles
de nos piiniipalis coles a eu un
Ilein lucres.
La balle r'e \- ri's r'^cigeait
dure ans s'ence noml.i>i;ie el
1 bob e qui a applaudi ISM lser
v lit lins dise rs qi e sr-r I 'rs
deux reprsentants de la peoie
frant aise. M. \ alle 1 t la il pila
cipalenent rtmaiq er Dftelart
dlire t el celle vrive pHoCflDli
re avec lefqueh il ii I rj relu qntl
ques lab'i s de la Foi tau a : I uCl
t;aU (lia Fourmi, Le Ce beau tt le
keuaid, La G'enouill' ,/i f'-;re ausu t>rooe qie le luvuf.
mus le chai me de sa parole
aux r lances si divfrsfr,M Valle
laissa -on auditoire l'inpres
sion. 11 rs avnir dit ces p ces si
lopg en pe connus et tant de fois
r( lef, qu'il vait inlerprl des
c, n pu ilii ns lolahment neuves,
tant sa jjictioi, lt- 1 v ,'> emprein
les d'un charrr. 1 ouveau.
Les nCmes .< 1 p'imenls vont
aussi A V. l're-l s qui int rprla
a la peife hon u"e teene du Cid
et du . Malad" liraginaire -.
Dans un coin de la -lie, on pou
vail voir le monoc'e 1 u coin de
l'il un repr'enl-rii du tout Port
au frince. un feivnt du ThA're
qui se dlectait ce rare spectacle
en y app'audisant avec toute- son
Ame de vieux parsiep, iv ur et
nostalgique.
Le roi des illusionnistes
Varits
Hier soir, la Selle de Varits
tait enoo e co nb'e p ur assister
la s^-nce raerveil'c.ise du roi
des i'Iusii'i' i I- q t'e l e Cou e
H- T-niella el Ia Mm Or ni II
f imeus i ni .'b il arien n .
L<*s tab eaux ne. 1 l- o h -o 1
vent donn comme un fu ni
povHti. a l'a-sialao e d'.n la
crainle l.MiJi vite plar*. une v
ril-h'e l'r-'nsie -.pillai il sn' avec
enlho nia-me'esde s arli I tans
lsions divers et parfail ineom
prehensibles ex'< .ts ave: uue
rrattrise >urp-en inle
Sort de notre ami
-wous Oucoste
La triste nouvelle de la m irt
tragqiie -un.....ir a Pa 1- je no
tre ami Louis Ducooto qui niiplis
sait 'le. n p es le quit.za ans les
foncli.ns de 1 011-11 .11111; Li
verpool, nu eal par.enue t mt
tin.
Ce'te n^ue. ,..- 1 u- une
il iiiln'ireuse su p'ie car avec
Louis i)u o-ie nous voyons s en
Bi u ie vlei le nllinie. et u II cor
re-,i 1 tan n ,ne m>-1, j mu u il.
ue .Vltlio e voie ses coodu
la ues lu* p us vives aux nom
br iisis Tain Iles qui ce deun at
tei.t
M aataaaai >r -
Conse'l d'Et.t
Ce matio. le l'ooseil d Kir 1
vol U loi Parti relative la I le
du Drapai'.
Puii le Lonseiller Moati- leil
le dpt du rapport le la ecl
i m l'inmces qui conc'ut k I ado.)
lion de U proposition de oi q 1
n>um- la Binqae N.tioni'e de la
Itpub'ique d'ilaili Agent I -cal du
Gouvernement.
Plus de rasoirs qu'il
faut dmonter
Pension de famille,Cuisine Fri 1
e ns \t-h 111b es co iliri tl> ae irs
binn s lu ilion, su r >in d ' la ru
.N et 1. l'eu de eboie. Prix m dr
Koi-sun fraiche. t.'rme k la (lace
le mercredi et le dimanche a partir
de 4 heures de l'apis midi.
Ile n llAKIGN'H, propri l e
Rx chet cuiaiaicf le S. El. Miut
Commi sairc.
Grce u rajoif d* aflmt Vl
Auti.Str.ip. c,u'.l atiit, pour ) r.i.
toyar. da paaaar A Iran at da laiaa,
aachar. La tnemv 1-ina dura dt
aamainaa, automatiquamanl rapaaai
par la raauir lui-i .In.. Sa raaar aat
en plaiail.
Le Rasoir
^uto^trop
t P PAWLEY
Porta f, ,.. H.H
IH
Avis important
^Administration Gnrale des Postes
Svmp esse de porter la conn^is-tnee de tous ceux que la jmure
in^s.'e.-particulier et ^.. ll,v. j. hl.C.en gntral, quo Ici en
Irepiis s,l n..,.- 01 poalaua sot les l'e' ai rs .mdques sont
mises en apiud ta i n rt | h> 1 ir de rt joui'!
1 Lgne Cap llii.i.n l),-j bon ados d animaux ou au omobile h. I.eb
fort au P.iuce a .x Caves par automobile III hebdomadaire
t aves kux rgaisiar piton \
Dcseal DOS Si Marc do
(ionaives (t Port de Pals ".
f| d. tii naivis au t'ap !o* d'.mimaux ou automobile do
.1 m. 1. > de Ker et Jaemel, tiiand Qoeii r par .voilier io
_ :i k .i 1. 1.1 ut i 11 au ,u)dm,il,! I. an
3.
3.
5-
6
7
H.
0.
10
II
r-'
13.
II.
15.
tu
17.
18.
19
20
il
U
13
M-
ts.
26.
Jremie Corail a dJ- danimaux ou automobile
" Lis t.aobas '*. il au l'ii ce et
Las <;aobas. De' aleie do< d'animsux ou automobile
' ir g A 'e Petit Tiou .le Nippes,
Cav.s i'o t Sa'ul par pibn
' Caves. amp IVriiu par pitoo"
do
do
do
do
il s d .inimiux
do
Port Ma'gOt Ci -b:
P. ri Margot Horgie
I laisanre. 1 liai*.
" J renne. Dame Marie
' ll.ime Marie l'iburon
Jicmel, Logoe do
"lit Yrou da Nipprs lt iradres pa- piton
". il de Pkil Anse k Fo'eui do
Vl.Ve M Niohs. Port de l'aix a dos d'.nim.iui
La .ba ' Si M .rc a dos danimaux
Bonari Si Michel par piton
si Nichai II 1 -lie "
K'i ^M Hll.e.l I-, I. I- LlJ I-
Petit Tenu l m,.pes ( orail par canot
Ptliotf \i le i* .ri au '"-'
do
do
do
do
do
do
do
|do
mv .. ---.....r f,~~ -w.s... K, v 4UVK
26. Pliou' vi la Purl au ''rince, 8 fois par semaine
Le* offres 1 v nt ' a -lie -es sous ni cache I l'Administration
Gannle des -" 1 l l courant, afin que la li-te des adjucatairea
admii p 11 - "' ri ' SI 1 ni ije tr l'ii.iei prochiin.
Pil u Pi ce, le 3 Juin 1925
SBSi
Fte de Charit
A I occasion d.' la Fte de Saiu
Antoine, il y auia t l'Athilie
Cub. Lalue, le samedi soir /j
Jalti, K luie.-ae et bal au pic ht ue
la li i)n h
Lntre gn rale : (i 1.00.
' Pour .nos abonns
CciUiutt uumeiob u noue di
tien de ce jour en regurd de la
'I 'U' UU \1 Ju.ll u,. n 1 li h. ., L .
Jeu*l a 1. u m v, tl i.riii .Nou
priun huj ttOoui.fh et bM rcte .1 ?
tu gDrai de vouloir bien recdiitr
.eux mmei.
PreVtnir w*,t\ midrujl quv
El j'isVcnii nt s.
(loterie* Ira ^vi u cr- ,1e v o'j
moyen \r plus r**rtin,lr plu
cl Tr plue f.u Ir Jej !
coinb.t
Non itfuUn tM t' stUsm
i'l difprrair Im AtfrSSM"
nuit VfI tu d.- *uviitis
l.-S ('lu* iailmint-.
dieu* ; uns *V iciwvtit
M"
mi ;-><
Ayence ycuerale
WISATGO
Rue dv tronl^fort
liu nue ius Csars
SorbanronH

T'epjout : \ 75(i
-a .^ > w .


II. M ATI.\
Eug
, LE BOSSE &Co
Agences- Reprsentations
PORT-AU-PRINCE
Agents gnraux de :
Hecker Jones Jewell Milling A -c
.NEWYOKK
!-'arlnea]llutjariaii O 0 lloule ft >uge etc .
Franklin Fir.- Insurance Company
NKW-YOBK
Asaurance contre l'incenaie
OitlllOliil l.'ili-h Co
.'1 iumettes t S;ife Home i
0. S, Rubber iporl Conipa iy
Souliers Reda
Chas F. latlUgeft S"-
Poissons B.'ia en Ioub genres
Manulaclures Lile lns'ce. Cv
\ssurance sur la vie,

jiiilliou Frres A'.o
Vins & Champagne Bord' nux


l'h. He>mar
COPENHAUF
Beurre Danois, lromage et conserves aliment a h e>
W. S. latin ws Son
Tabacs jaunes et noirs.
lia Kalionale
Sans Hlval
Cigaiettes < hanctele. s,e
Knvois de d anre
P. N. C. D J
11 fut demand a Napolon Bor apart dans la splendeur de sa K">>rei
quel tait le plus beau jour de sa vie On s'atleu une dei grandes dates de ses bri lan'es victoiies Mais shls hsiter,
l'homme qui pouvait alors se dire'le M ire du monde refondit a\ec
aime et saturante; Ce lut le jour le ma premire Communion. On a
onaerv dujgrand (uie dc> millions de pnotogrspfaisft M pendant per
sonne peut tre re l'a vu dans '< tenue le fa premire Communion.
Voua tout jeunes gens et jeur.es tilles qui aile/ bieut"l recevoir le corp<
adorable de votre Dieu et qui demain pouvez occuper un grand nom
dant l'histoire JuJpavs et du monde, qui sait offre/.un souvenir du
beau jour de.votre premire communion. C'est la
Photographie Nouvelle
Clodotny !) Juste
127 Rue du Centre
Entre la Prison et la Rue des Casernes
ll|iho..t No 773
que tous (ttr 6ervi> ave le i lus ... m id, dt plt n>| li mie et Irouvert/
les pria lei p'us modes'ts dam le cadie le plut eftisItyiH
ALUMINUM LINE
New-Orleans S South
Anrican Steassbip Co Iql.
Prochain dpart direcl
j>our l'orl-au Prince e steamer "Rils" laissera fjrw Orlans le 19
Juinacuuriit pour tous lis porta d'Hati.
* laissera Jtef (j-lans le * juin cou
fani" unicit ment*|hiiii Port-au*Frince.
^A. de Jlalteis.et C,
Agents Gnraux
Le Docteur
FllJ LU.C0U !
Diploie de Nosniit Colonial
ce Pans
Redi de son v sage drVope.
o il s est ptrleeliom. m o'O'Im
uoiaivi (;> ^,e ei Oi bip i ok a
dans t- Hd Itauj de l'aiis, a I lion
utur d'infoiaitr le iub.it- qu il a
repi s In Direction le son Cabinet.
Maladie d< s Yri.x, des
Oreilles, du Nt z et
(le la tierce.
Kl de son Laboratoire, p ur le
analvtes suivant) s :
lt u'is les rei huches du a le
sarg, VftsMnnsoa Aaelfi in
Luit di I ii me / nalvse des I ri
r.t s (i '-i de IjiIis Sic i ions.
K n ' V i "bol.piques.
Iiji laiii.ns et v ci. liges de tou
Its pures II slo'ogiquts.
contre
la
CONSTIPATION
pvvnoz les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT. Pharmacien,
1IM, ltu f./urii-Ai.roin
l-/\ III-,
C'EST LE MEILLEUR
DES PUROATIF8
ro iir| pjUi* lus Mauvaises Routes
PORT-AU-PRINCB
Alra pr.THUS Pharmacia ALBERTINI
Pbarmaci* 4a f> Justm VIaRD
t fonrer* ln bonno< Phtirmaof
Le pneu Cord
Gooi Yiar pou
Cami m, est V
m // n- nui'a m-'
i ef abr quep ii
le transport su
les mauvaises
rou'i 8.
t*a paroi rsiste
des miUi >rs de
m lie*, 814*/ *<>/
le |i(t48 eihoeux
et 8'i fait 'vi'i ?
l>ciale dim
le c mi // u -
i itt ; /'im
il* hm in iM\ ttlnC
trtsui^asiu e abstraction ure,en'rendant tout dr,unnie
impossible.
tahiique pour rsis'er^ la phi* vre condition d*>
service, \l parcourt des ^milliers de milles un prix
excessive m mt b s,
fabriqu fana toute$ les dimension* courantes.
8 24 a
U PARISIENNE
maDiuisgem a il Vapeur
; '' '.Hue l'inii- Destouchoa
I oit-au'l'rince, lia'li
LISMVC -hki'assace
I ROUI 11 M Dl
S.m.s partituliers p ur le linge
tic, fsux cols, i lu n i-i i,
Vous serez pleiunneul fsliafsil
en ebvovanl votre linge
La PARiSIENWS
GOOD>VEAR
CORD TYRES
The VVesl Incles Trading Company
Port-au-Prince, Gonaves
Gap-Haitien.
Demande* les *U
cycleltes/ Silley*
ou hommet tV femme*
ite lu ira tut*- Jib iqa-
angl ***' 7 hc, S Uteu
Cycle o d II m tu
qtmni, \ u errp.
Lu Mint les meilleures, tant fabi iquoos ;iveo |ei>
neilleurns matin e- auujlaises et s. umists ;i des essais
i Igonreua aVSDt dtie>J vrees ; Ita eme
lie- sont Ici plus s il deset en mme temps lea moins
c litres
\\..|ihez pas d'exa niiter bien les mo lfles Siltley.
avant H'acheter due tSicvol-tte
En o ne en a
llplionte II Va \i:s
Voici 3 produits
un mcrirni pvn valeur
la beaure de ld femme
POUDRE SIMON
SAVON SIMON
et
I linimitdble
iftutsif
J 51 MON
Crme SimoN
,vf
! *UenKiio '
*^i
(loi oui hi.i Steainship
Coiupiny lnc,
jo ^teamci iJddiacoc ayant. Cai^ VU
l'l|jili te- (ijuia COiiWrir. cit alUaDu 'fail
aa-(Juivcc- te iS juiaf;uia Cxp iliaitierv %
ifpjtiiixlt' nu'iiJ j >ai Duedemea" pjui Cd^eSt
t'a 1011U oui .Kitijj^laiv fia Se tf^ |>>itv Oc-
Ca CdtWwc pfeaaaL fret, Si pacagera.
^art-au-rince,tV w Juin 1^2.".
(ibara&0, \jjonls
60
S suezets
La maison F. Lavelao.1 & Co
lin- iln lagaain da l'Etui
Entre Quiotiii Williama et Eoubat
Vi ni t: raevoir pur la Ivune 1 m
les ur.cls suivants
DeotellM Bltrl Fines, Dentelle dl -oih, Dentelles Or et Argent
HuIihih, Calotte* Uaapeaui Garnis, Plomesi PUurs, Pallie de Bond
tous articles sour Moles, Saartsiji Dm Motifs lle.ui. KantaUli m
parti piui Hobeasl cbsassui des Bacs Parls de loola besuU des
" t D.ocl n, QupsBlU Jeun Bar) poui Knlanls, Broaset I |Ate,
*] e- 1, itr.r t')ii>. g irai d s Brossai t asata, de Plai Dei u
'ri' et, eli etc.
Irtlclaa pour Homoas : Faut cols, OravaUs. Ilretelle-, Chemises
dt soie, Jartallet, et< i losartielssp or mercerie et Uocarii
las i -ni rii m ?
BOU .llOSi i.n TOI i QBNKBSsl B ucbeni pour pharaueU
Uimsolalion Uquile Liqueurs, Cocaae, Vins, Ohampagoe autha
Utiles n 1 n.iil. Iiiiuc ri Poupeta. Juiiels divers.
tetatoires di Pharma la al Bpeoiaiilai Paanasoeatiasas i.
Basuins, l'ub-K en l'Hiiiiti'huiii' Vim et Sisap Dasohiaas, \ a Heurt
tnv di, Histogdaol | ilniun Labarraqua^aala Psi td ,eli Bel ! i
et U tilai b* m. Bcaaat sa Gros, savons aBlisapli |aaa loulasj 11 iliti
tiii.iii-.iMMU.ei pour Sirops,li jueurs et CoBfliam.Ccloraala'natui
Oss ivoai re.,,1 1* Vritable Th des Alpes, Kxcellenl dpurai l
Passez-nous voir, nos |>nx sont ;ivanla.|.ii\


LI ma m
1
N. et V Acra
GrandSRnt
A ct des Caves Ae Bordeaux
Youlez-\ou> vojs habill'r avec clgar , et bon
march.
Adresser 'OUI a la Maison N.AA. AURA
] Dont la devise cal de vendre a petit bnfice pour
vendre beaucoi p
Dans son pei >onnel, la maison compte lin matre
tailleur italien sorti d'un tablissement de premier
ordre d'Italie
Klle es* en mesure de fournir des compte tout faits
et sur mesure, en cheviot, diagonale, palm beaeb
drill blanc et couleur, coupon* de easimir pour oar
alons- Ltof'es pour gilets.
Bonneterie
Liieinises de jour et de nuit, au <|< ut de clients
CoIb et manchettes dernires crations. CaJaons
et l'jjamsx.
C i t m ihot- h lu une w~..ova i'>u
et le meilleur accueil est rserv tous ceux <|ui d-
tirent pir une visita tre ut fis sur la valeur des
travaux fournis.
Tout costume command 'ti|ui n r,. nd pas au
goiii lu olient est repris,
On paile franais, anglais, espagnol et italien
Rhum Nectar
La maison HS1LVEM
Gh N Gaeljens
1410, Bue" duMaflasin de l'Etat
417 Ru Bonn Foi
820, R C i r e
^ < <5iV <$> *-~
Walch Youi Slep
Il est Word du Steamer i;ulebra de la Iloyal II lil
et arrivera ici Lun li, le Wiskey Dewars W'h'te La-
bel
Iteteni'/ ce ipii vou faut I plus tut possible, c>r
la demande ubt ip .. nie
t.'rst 1) W'fski'y le plu-, recherch, des amateurs
d llaiti et des visiteurs d outre mer.
W Quentin Williams
\ is avis l'Ilotel de 'France
leur
Univtrail'
La maison C, L Verrel
Marchand Tailleur
Ho 1823 Rue du lagMin de l'Etat
S< recommande au public et a sa m.iniiieuse cli-
entle puni- I lgance de sa coupe et la prompe
excution mise dans les ouvrages confie a se^ son s
la maison reste 'ouverte |us(|u'a Sjieures du so r.
Prix modrs.
sur
Solidit
Elgante
Confor: }
f laichiur
Eu Mule 1/trlMlt
Pour Ici t en man-
des tf'adifeeu ;
1 es. 11 lliiUL
A,tr.ts.,
"Rc|ol"
Keds
Fabricados solamente por la
United States Rubber Company
Grand Htel d France Pharmacie Sj nu ne
fosition exceptioiuiclle, lu centre des allairef,
proximit de toule les | anques, de la douane et
de imites les Agences de bateaux.
|cnsci(|ncinen!s el laciiil s pour voyager en auto-
nu bile dans^toutes les parties de la R;^ul>li i'Haiti et de la rpublique dominicaine.
tbambres COnlortablei el surtout 1res propres, en
lilalems dans les chambres la demande des fen-
sionaires. Cuisine Iransise trs soigne et dis
plus varies.
Dw.andex visiter^ les magasin*
de iUtel :
\ ins des meilleurs crus de Bordeaux, par liairi
ques, damejannes, gallons et par bouteilles, l'ai llii
le \ ins iiochaloanx. vous trouverez le pluo giauil
choix, p.mu- les qualits el pour l'ge
VINS L'ITALIE*. D'ESPAGNE.
VIN DE rX>UKGGG*K (blancs et rongea [et le rti.oiin.
' pommard mousseux, <|> i Amricain
Le plus graid assortiment de Liqueurs, COQasUC
gin-, \\ isk.es, etc.
Alisintlie Pernod, Amer l'icon, Yermouthc
CON&EliVES trancai-os et amricaines Ir&lc
meut arrives.
CUiAlilS de C.ulia. Auront el llabatiera.
CImAR-TII.S de lentes les fabriques d'Iloili Gios
et dtail
PARFUMERIE tlGaxtes postales.
Prix trs modrs.
P. P. Patrizi
Uooi e avis sa clientle et aux mdecins et au public au 1 r
ir nu orme son Laboratoire d'Ulogie en un Laboratoire -
l) il gie .appliqu sous la Direction du
Dt Rieot et E. Sjourn
Le la'oratoire e l ou\erl toy,n lai jouis de 7 h.es du u.atm 9
oeure dis>lr pour loutes les rechircheset analyse pr mes da-1
s'annonce ci jointe siui pour le
Wsss imann et * tonslaota U' ^er< rie
Sa ont reues qu 11 mardi de chaque semaiuf.
S'adra y ia i'hinn ne pour les reusai jiQeueuU'-
na es J nr n s i .S''. siinpjc
Heactinn de V. asserann
Bsciioo de Tnboulei,
rJiauipii du sang e> du pus
Examen des outtfM losles
Ixamen p crachai
Alburoino rictiot:
Consume UroScra're
Mas Moulu
maison Qliarles H. i.a'tjens annonce~au public
I .'elle \ieut d'installer des machines des'plus mo
d, r.ies pour la |Mparation damais moulu, larine
d. iii.ijh, Heurs d mais pour les cillants, pour gi.
teaux et dess r s.
Les clients de la maison trouveront ces produits
dans tous les dpits.
|titre de ,rclame,i y a dis conditions de laveur
pii.dant le ,01014 d'avril pour tout achat en groa si
par sacs.
8'ad ttn di'eoemetA l f b i,u
f**
d'aussi heaux pilicles a des prix si raisonnables:
Ros aiticles sont vraiment de toute lieaut et de
raiebeur et nos prix dlient toute concurrence.
Jrpe de Chine couleurs assorties
i extra suprieur
' marocain carreaux
Soirie '1 carreaux pour robes)et chemises
Tricot.ae de soie barres
llatiue voile A carreaux
Voilesiiisse brod
t'.iepon franais barreijetjj c irreau
.qnnal noir sup.
' ii mil anglais iioavaaul
S rge bleu angliis suprieur
l'cimbeaeii anglais de toutes beiut s
\lpami noir suprieur
Satin i li ; ne pour tii lejrs
l\aki blanc suprie ir
\\iki jm ie anglais upjriaur
iluck unio.i blanc ai liais "nouveauts*
ii'ill union hluuo anglais
fil ' __
T isaor Japonais pour e' e:ni,j .( honimas et roba.
H ps ds soie :i birres oiile ir pour ohemi les A ho i-
mis at robos su/ea ati**s.
Rapilate im : pour c'ia ai^es
l'erja a fins psur linju'.e
I '. ni :ut i. . : '1 : p i H "
^epliyr anglais pour ehamises"Textra sup
ilrg mil suisse uni et couleur *
lias ;i joirsdemi-so e

<.
i ihaus>etts cossasas pour enfants
Kiench l'risky, deraire nouveaut}
l'opi.n fleurs [pour rojes
TUS 191 bl lie
L'm >rie 1)1 i c
N oile coa.eur A barrai]
Shirting blanc sup rie ir
Bas dente.les
lias soie bradas
lias lil tirade
Lotions 'i'ivert'-
tulle pour premiers Cn nmnnion
"ouvertures blan:h* e. couleur suprieur
Bandes brodes Madera pour chemises tiiupsS
\ oile bl inc barres e mouches
'.Ut ne blanche
(iahardine blanche barres et unie
Crpon banc et couleur^ a jours
Voiie lila.io etjcouleur uni
Chs ai> ittas a lemandesjsuprieuri
tira j fit n air anglais
liililatiaa toile Coruo
Servieltas de toilettas |blaiohss & couleur
" damasses blanc.les pour fanillss'
Nappa, couleurs i,'
Petites serviettes blanches damasses '"
Urgandi blanc & couleur barres & cari eaux
ainage cou eue anglais sup, pour Jupes'
Madras bai res de soie pour chemises rt}llolhmes|
Satinette Foulard pour robes '
Teignes franais & amricains
Molletons blancs & couleurs sup r
PopliU de soie uni blanc & crme xtrs
tlhapeau de.paille i.ne d'Italie
Casimir anglais sup,"
Crpon brod franais^ *
tirpon franais items, dernires noiivaaut*! [
Serviettes de toilette coul. anglai*
lapis cire blanc sup. pour tables
Damass anglais pour matelas double largeur ele etc.
Aimables clients, vou qui voulez porter, peu de
Irais, |(.s plus lieaux tissus qu'il soit possible de
trouver sur celle place, ne tmnquez pas, tfltiaj
d'aller ail1 mrs, de passer obi non Vu le ir.eillt ui
acceuil vous est rserv.
On Irouvera
4LUUW U9flH|
nue du Quai, No 1617^
Il m e >t'o!ive d<> table Marcel Aliolh et Co. Bordeaux; eoToaitMt de
li el i\2 bl. Sardines et nuire conrervei frni,iges; condiment* de
MitM'elafset; Bases iomte Venuouili. Martini el Hosii; oguilur
lliller. Cogaae S toiles, Henri Roi; \ios Rouge tl B'toc suprieurs
en barriques. d ees rUidai* k.Sucr<> gr^nul'el concas; Vinaigre n caisses da II bt
et en barriqn de M sallens. e'c. etc.
l'rocui ez-vous de jolis cadeau* pour anniversaires, fianailles,
iiiariiu|i's el baplmes chez
1% FILS
Hue Bonne-Foi*
H


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM