<%BANNER%>







PAGE 1

A M MATIN y i Construit pour lus Mauvaises Ms f^e pneu Cor A Uood Year pou Camion, est le meilleur pneuma ticf a briqu pou le transport su • les mauvaise rou.es. La paroi A r es i s te des milliers de milles, sur le sol le plus cahoteux ei su fabrication *j •• %  . H *itmu> u le ciiuuliuffe *#*•• iC, .et*. ;t%[UIIUUJL a 24 s tread assure une traction $ure,en rendant Joui drapage impossible. tabnqu pour rsister la plun svre condition de service, il parcourt des\milliers de milles a un prix excessivement bas. ~ v ^ lubrique dans toutes les dimennions^courantes. Le Docteur Ffd enDipl n de l'Ins'iht Munial de Pins Rentr de son tayag' d Koi o il IMI perfectionn n oto* h* rjnlar scin'o/e et orhtlinnlon ; ('ans le Il %  -pi I itn x de Pari, a I h n nur d'iof' rmer le publie qu'il a rpr s la Direction de *in C -b : n . Maladie de* Yn>x He>% Ore : Us. lu \z n t de la < : rue. t, i i l,i 'cr p tu • i } M II Vhl II* k loi If* I** r< h ched* Mrg, Wns^ermann Analyse • L tdlrrnme Baljt de I ns. Analyse de toutes S • ti K ud-M:crob ; olog q ea. rr^pTM'i.ns et vp, | gpwi J e i ou tes p'c-9 II sto^ogiqu'i. GOOD CORD TYRES TheWestlndies Trading Company Port-au-Prince, Gonaves Cap-Haitien. Grand Htel de France pharmacie Sjou u Position exceptionnelle, au centre des allaires, proximit de toutes les Manques, de la douane et de toutes les Agence! de bateaux. lenseignemenia et facilits pour voyager en auto mobile dans toutes les parties de la rpublique l'iajti el de la rpublique dominicaine. Ihambres conlorlablct et surtout 1res propres, en tilateurs dans les chambres a la demande des fensionaires. Cuisine Iranaise trs soigne et dis plus varies. Demandes visiter les magasin* de i Htel ; Vins des meilleur* crus de Bordeaux, par liai ri ques, (lameianiies, gallons et par bouteilles, lai mi les \ ins tleciiaieaiix, voua trouvre/, le puio yiauil Choix, p Jlir les qualits el pour l'ge VI.N8 i>'ITALH£1 ! r.Si-AiiNE. VlN DE HOUlUi<)ij.Nb|llane> et ruuycs | L \ le mon ne fiiiiiin.ii il multoseux, q<>lit %  >uirieaiu Le plus gra.id assortiment Ue Liqueurs, i.ouuac glus, wiskies, etc. Mt : _^Absliitlie t'eruod, Amer l'icon, Vermouthk ,COA&t£HVt£tJ franaises el amricaines liajo lue ni arrives. j^CUAltKS de Cuba, Aurora el llabanera. /•I i A 1 -•! t I.S Uo loiilod los i.ilu I.III, s d'iloili GlOI et datait. IWiU l MCIUE et Cartes postales. Donne avis sa clientle et aux mdecins et au public qu 11 r-> \r mwra son Laboraiotre j Ulo^ie .en un laboratoire u' b A flie appl fin soas la Dimctun du Dr Ricot et B. Sjourn Le la' oratoire e>t ouvert te usles jouis de 7 h .& du matin 9 a ire di s-dr pour lou'es 1rs r < btrcteaei ana y.sc privUSS Jais a nn.ee ci ointe, saut pour le \V*tK4. m: un et i constante UrA>ert fie Sa ont reues qu h mardi dt chaque semaine. S'adre ir ia Fhinu cie pour les renseignement** Inalvesd'u: n s.i Sucg s IJU^ Kaclion de Wasse mam Bae'ion de Tnboule, Eiamon du ring e< du pus Examen des intiAre fYci'es lumen 4e crachat Albumino rtetioc Constante UrAoSV.rAa re Prix trs modrs. P. P. Patrizi Has Moulu miioi Qbarlea H. GBlJeni annonce au publie qu'elle vient d'installer ds mielunes dflsfplus mu il rues pour li prparation du mais mnulu, lariue d m.js, Unis de m-tis pour les enlants, pour <) '• teaux et desi r s. Les elienls de la maison trouveront ces produits dans ions les dpls. A tiiie de rclame,jJ y t des conditions de lv'ii peiidant le mois d'atril pour tout sCbal •• yroa n par sacs. S'^drers* dirvc'emnA U / b tV,u ta maison H S1LVR1 (eux qui nonl a p as encore vu les.jolis article? ifl linesse que vient de recevoir La^Maison Sil v etu doivent, dans^leur intrt, s'empresser de passer cette maison, car nul part ils ne peuvent tromer d'aussi beaux articles i des prix si raisonnables: Hos aitieles sunt vraiment de toute beaut et d V-iebur et ns prix dlient tout*) con ;irience. Jrpe de Chine couleurs assorties i " extra suprieur marocain carreaux hoirie \ carreau pour i*objs)et chemises l rico* ne de soie barres liati ie voile :i carraaux Voilesuisse brode l tepon franais ;i bires et_A carreaux] iauonal noir sup C+M m i anqi i;b a.iuveaul -' -i' bleu anglais supjrieur iq sis de toutes bemt < i noir suprieur JII' ta!• leurs au s perieur lll e II •' K Ml,J" : ui K union b a ic anru "n ,.iveaute Jj %  I union hlano anglais fit ssor japonais jour l.mise fi homme? et rob I\p3 de soie b irres couleur pour ohem'ses S hommes et robos noiivaa'it'-s lta|iliste fine pour cha nises Percale fine pour lingerie Calicot parcale pour Xphyr anglais pour ehem ses'^-jextra sup J Organdi suisse uni et couleur Ras jo jrsdcini-soie i haustettes cossa ses DO'ir enf:intl b ene.li l'risky, deraiere nouveauu! i*0| lin il (leurs pour ro >es Tusior blanc l.imbrie hlan: \oiles couleur A barres Shirting blanc suprieur Bas dentelles lias suie brode Bas fil hrode Lotions "r'ivert*tulle tour premire Communion ouvertures blanche et couleur suprieur Mandes brodes Madera pour ehemises et jupes Voile blanc barres el mouches 'tat ne blanche Gahardine blanche barres et unie Crpon b anc et couleur A jours Voile blanc et couleur uni Chemisettes alemandes]]supricurj Brabant noir anglais Imitation toile ecrue Serviettes de toilettes blanches** couleur damasses blanc'ies pour familles Nappe couleurs e ies serviettes blanches damasses Organdi blanc & couleur A barres & A carrea a. ainage cou eue anglais sup pour jupes Madras a barres de soie pour chemises AlhommesB Satinette Foulard pour robes I signes franais S: amricains Molletons bancs & couleurs sup foplin de soie uni blanc & crme sxtra* 1 hapeau de paille une d'Italie Casimir anjlais sup ; Crpon brod franais Crpon franais fleu s. dernires nouveautlll Serviettes de toilette eoul. angloi* %  apis cir blanc sup. pour tables I amass anglais pour matelas double largeur etc>tc. A imables clients, vous qui voulez porter, peu de Irais, les plus beaux tissus qu'il soif possible de trouver sur celle place, ne indiquez pas,' avant d'aller ailleurs, de passer cliez nou o le meilleu. acceuil vous est rserv. On trouvera Al A] VI vis JV 'I ;• Hue du"Quai, No%lG17, ^ Mm e d njve.de table Marcel Aliolh —" T [flllli rillaibSM fe I* et il 2 bl Sardine e autres conserve. franraiwMt; rondimenla > .nnUeeU! SHII, tomate Nermomh. Werijni et RoiArcii Tu a H.iler. Agass 3 AsJlsj, Henri Roi. \i„* R 0 n K > el R'anc mpi**n a en Mmqoe, dem, burrique et caisses de I! hn.,t. fhampwne CM*. ees lleidaierk. 8uere K rn.,iv eonc


PAGE 1

<: Euy. LE BOSSE & Co A vendi t AgencesReprsentations Chaudivc verticale doui ohevauv S adresser au i Mai in PORT.AU*PRlNCE Agent8 gnraux de : Hecker Jones Jevvell Millnj A ••. KEW-YORK I'.II.-~ llujarian O 0 — Uoula U >uge e'e F'^nk'-n ri'"* InsuraDce Compatir NEW-YURE Asau rancicon tre HnosHidie J Diamond latcli Ce .Allumettes Sale Home < 0. S, fubber iiporl Company Souliers ;-! CIMS F. latUegeft Son Poissons sa's en tous (|enres \|am:l;irluivs Lil'* InsYe Qy Vssuran *< sur la vie, Suiihou Tiens A.i Vins & Cham p agne Ijord' au* Ph, Jlejmar COPENHAGI F eurre Danois, fromage et runservss alimentaires. W. S. latheffi Son Tabacs jaunes et ncirs. i.a tVitionale Sans Rival Cigarettes rhanctehiis.e I iivois de d enr P. N. C. D J |."ll fut demand .Napolon Konnparte dans la splendeur de sa gloire, qu i tait le plus beau jour J M via? On s'aUeud .u te* 411 11 mppe a u ie des grandes dale le ses brl lan es tictoiiea Ma,s suus hsiiei, ''liomnw qui pouvait alors s.dire le M itre au inonde re,ondil avec e m %  H assurance: <> lut le jour d<£ma premire Communion. On a e3 nserv du^randJC lie des millions de pli itographies, cependant per &f onne peut-tre ne l'a vu dans la tenue de sa premire Communion. Vous tous jeuues gens et jeui.es filles qui aile/ bientnt recevoir le corps adorable de voire Dieu et qui demain pouve/ occuper un grand nom dtus l'histoire du pays et lu monde, qui sait '. offre/.un souvenir du bsau jour de,votre premire communion. C'est^a la m t ^ Photographie Son v e lle 1 Clodonitj 'D* Juste *12o7 Rue du Centre Enlre la Prison et la Kue des Casernes n e KH s rere/ les prix ie.plonu d.-lelephoue .\o 77j <' %  la %  • % %  mi .oui n ml ei trouve. dai • le c le li 1 tllqae. L ALUMINUM LINE N w-Drleans S utn An rican llmij !s h Procbaio dpart direct pOQf l'orl-au l'IlD^e 1 ilitiiij L e aleamer "Rils" laissera Ne au Cap Hatien : Pheie H,, H Iaux G naoes : eu*/ M F . W a P,., .fou. 1 .\l |-,, u tJ a l'i lioavc .• Il / M. 1. Il ,IK„U, a atirayuam :cur Ji.fe.uiu, 1 u*, 1 au.\ uu icbci M.(i rt .-t m 1 u. u. Aux prix de 1 (,. la pice ou 5 G. les deu v. U PARISIENNE ; DldUtUIWClIC i U lafHI loti au-i'i I.K e, h 1 ,1 _LKSSI\.i.— iti.i' \ .-.> \dh ^ l'ii'MI un UH 6oiua particuliers pour le linge ;.n. taux-cola, cliemiMS. \ ma .-tu/ pieiuemeul salisfail en euvovanl votre uu^e Vo 2 %  3 Gariez hepmtlqtidn • \' ferm. Nous sommes lgions ceux qui vivent d'une faon peu raUoooaUfl Noua nuagtonada tiop, nous travaillons dur et nous ne faons pas .!.•.x rci.es --• / frquemment. Un corps -iain est la plus sure des assurance; Contre la maladie.\OOi d quilibrer Otre dite. Choisisse/ les^nourritiircs qui TOOa re*taureronl i'nef gie que vous dpense/ chaque jour. Rapielle/ v.ius que le'.'uaLer Oats est prescrit paitout par lai md 1 pour la bonne uison qu" <"e-t la nourriluro qui contient les |fl divan 1 Imenls de la nature qu'il faut pour parfaire la nutrition. l.e gH I en 1-t dlicieux et quelle que soit la laeon suivant laquallt !e pipaie/. le ','ual.er < ats vous donnera loujoura plus d'uargll qu< I viande. Pour bien se poiter, maDge/ du Qaaktl Oats Lon RTUBAUO' Agent pour HatiTfflater srit Ceci n'est pas iire y Car d<' la Itclame |e ne sais pas en faire ^Cependant si vous passez du rot du llurevi d • l'administration postale, A la QraudKue, Rentrez a la Cordonnerie Eriiesl Camille ^ Ja conscience \ ous verre/. <|ue les chaussures t —.<|ue ce soit sur cjuauiande ou non—jSont laites avec ijcul, soins et salidite, parcj i|ua \, en cheviote, di.'tgonah palin bear < driil blanc et eouleur, ccu| ors de < aeimir peut UJM talons— toiles peur gilets. Bonneterie \'.h€ m ises de Jour et de nuit, au ti"t tel ciier'.Cols et manchettes dmins crations. Ca< ;o> n cl i'>j;imcs. Cetiem ii*on ronst ttt un? i-wa'i'iu et le meilleur accueil est reserve tous ceux <|ui <1 %  ,itl.t par une visite tre dfies sur la v .leur I s i-xiiux fournis. „ k l Uit cistiliue oiiiiii %  ne et <|u< n* l*|i %  < p %  g< i'. lu client esi rt'pi lu Un parle franais %  iifllrtla n p-aanol t ltli#i ^•eS^ ^ La liaison F, Lavelanut & r lue du M.U|.ISIII de I E1.1l ilie ( t i 11 .m, \\ illii n s H fjouba. Dprims Impuissant, 1 clin le lurmauat, u-s ci • %  i l • %  manque,* l'LMIR ZIDAL V* \ • ,"• I'.' cclulnbnuMi iiiNtatl 11 fr. sa 1 NMrolofiqBci Ju li">i:..i s*. Irit d Si v v. 1 s u"' ri \-.s roi lis piiu'Mv 1 s Vtewlf de t'tttctr parole branai lek uricle MOIMIX ; l '.Dentelles Kitrav Fines, Deulelles de soie.I entelles tu ri Argan i>uboi r-, Cloita, ctiipM.x u iiit-, l'iun.rs, rniiu. Paiili d e a a< iota biiic ii lupariaiiik, lioUcllo.Ns bNTol s OENKESel 11, aeboni poui iharnuda %  Alimeiiialion l.iquule : Liqueurs, 1 Ofliac, Vin, 1 impaajnu u ben I, ,1" I .' • %  SB hliUli In l ( •!' 'i pee'.— loi eldi>. i • m u • s 1 u s dt I liaiin cie ei S) ( niiiiea Pbaitnacautiqoaa.— b ca ; 1 a*tioi Ti b a au oatuti bouc.— Vina ai Siaop uaschieua, Vin Nounv lao.'X, Il itognol, '. Roui avons reu le V*ntabla 'I li des Alpes Kiralltnl epuraM fattal-Doi s voir, nos pris som tvaniadeui, VISITEZ af= H I



PAGE 1

* i Construit pour ta Mauvaises .Andes te pneu Cor I Uood Year pou Camion, est It meilleur pneuma ticf a briqu pou le transport nw les mauvaise rou.es. La paroi ^rsiste des milliers de nulles, sur le sol le plusjcahoteux ei su luoncation §*eciuua uimtHu lv C.u:u//vfjd If** i. tu. ;i^ IUIULUJL dctccin aawcttluei tread assure unetraction nure,en rendant Joui drapage impossible. tabnqu pour rsister la plus svre condition de service, il parcourt des\milliers de milles 'un prix excessivement bas. ~ x r lubrique dans toutes les dimennions^ourantes. Le Docteur FM Cncnn Dipl nde Nnsutat r n|onial de Pans Rentr de son voyag' il Karoi o il s'el perfectionn -n otmlr oolarypijo'ojt'e et ophtalmolr-g'- ''ans M* llpilaux 'le Pari, a I h n mur d'inl'rmer le public qu'il a rpr s la DireclioD de ">n C-b'n . Maladie de* Yn'x He>% Ore'IUs. ilu V'z t de la *' %  r:o. K '" ^ r "" Lal> %  "air (• ui i !) M (I Vhl II* h loi I le r h ched* • %  •urg, Wus^ermaun Analye H L 'tdtKemma n-l\<> de 1 ne*. Analyse de toutes S c tioa Kud-M:crob ; olog q e9. l'r*i>rHP.ns et wtoUjftt de Ion tes p'c'9 II stologiqu'. GOOD CORDTYRES The West ludies Trading Company Port-au-Prince, Gonaves Cap-Haitien. Grand Htel de France Pharmacie Sjou u Fosilion exceptionnelle, au centre des allaires, „ „ x . ... ... A nmcimiii d lAni iw K.,,..... ... .i.i i Donne avis sa clientle et aux mdecina et au public quilfH I pioximite de toutes les Manques, de la douane et ,,. umm son Labordlo re u ui.nie en un laboratoire de toutes les Agences Ue bateaux. leiisenjnciiienta et tacilits pour voyayer en auto mobile dans toutes les parties de la lpublique i'Hain el de la rpublique dominicaine. tbambrea oonlortaldei el surtout trs propres, en lilateura dans les obambrea a la demande des fensionaires. Cuisine Iranaise trs soigne et dts plus varies. Demandes visiter les magasin* de iUiei : bai ri l'.it mi yiautl \ ins des meilleur crus de Bordeaux, par ques, daiuejanues, gallons et par bouteilles, les \ MIS ilecliateaux, voua trouverez le puii Choix, |' un les qualits et pour rage VINS i/lTALlK* !)i-.M\\<;NL\ VlN DE lllHJltdOG.Nb (lildiie> et louyi-a a| io rci on II.J v foiuinard liiuuseeux, ;joiit amricain Ce plus gra.id assortiuirni Ue Liqueurs, LOyuaC glus, w i'ikies, etc. ^^'Aluliitliertriiod.Amw l'icon, \ertrtouthi 1 ^t.O.v-ihltVLS franaises et anicrieaincs liajo ruent arrives. %  ^GlUaVRISS de Cuba, Aurora et llabanera. .1-1 i.\i -.1 I I.S rlo loillos les laliriillM s d'iloiti GtOI at dtait. I' .Mil t MCHIE et Cartes postales. jtfie I) I flie app' unsous la Direciun du l)t Ricot et B. Sjourn Le la' oratoire esl ouvert leus les jouis de7 h .& du matin 9 a ire dtsiir pour tou'es 1rs r rbircteset ana jse. prvue) Jai s a n n ce il ointe, sauf pour le \S Mss^.ni %  i 11 • et la rouai aitte UrA>ecrt rie Sa ont reues qu h mardi dt chaque semaine. Satire T ia Fhinu cie pour les renseignements' lnalvts d'u: irs tt .W s • i jue Raction de Was.se mai n Bac'ion de Triboulet, Liamen du s mo d mes pour la prparation du mais moulu, larine d nuls, Il aura de mais pour les enlants, pour g •• teaox et desa r s, Les ilienls de la maigOO trouveront ces produits dan* loua les dplia. 4 iiiie de rclame,aj y a oVt conddiooa de Uf.u peiidaot Imois d'avril pour loui achat >u yroa c par lactt S'.drers' d (i cc'emnA l / b tV ( u La maisonHSiLVEiU Ceux qui n'ont pas encore vu les.jolis article? Ja linesse que vient de recevoir la^Maison Silveta doivent, dans^leur intrt, s'empresser de passer celle maison, car nul part ils ne peuvent trou\er d'aueai baui articles ides prix si laisounables: Ros aiticlea sont vraiment de toute beaut et d V-ielc tir et nepon franais ;• iMirrCi et_A carreaux] iauonal noir sup v >s m > any ib .i mveriul o -' 'i*'bleu anglais suprieur 10 i'M uq nis le toutes be iut ; i oie suprieur Qui> t i leurs au s pi'rieur >n e u %  -ls sups ui .• K u.i'On b a ic an l'i s "n .veaut v !l •I union lilauc ang'.ais fil ssor japonais jour LemUe fi homme) et rob Il3pa de soie b irres couleur pour chsm ses a hommes et robos nouveauts llaptiste fine pour cha nises Percale fine pour lingerie Calicot psrcale pour Zphyr anglais pour cliem se*.'=-Jextra sup Organdi suisse uni et couleur Bas a jojrsdi-iiii-soie i haus>ettos cossa ses DO r enfurtsl h eneli l-'risky, deralre nouveauu* I'OJ lin a i leurs pour ro )es Tusior blanc I. imbrie hlaiu \ olles couleur a barres Shirting blanc st'priear Bas dentelles lias soie brode [las fil hrode Lotions "i'ivert*tulle jour premire Communion ouvertures blanche e', couleur suprieur handes brodes Madera pour eliemises et jupes Noile blanc a barres el mouches .'{at ne blanche Gabardine blanche barres et unie Crpon b anc et couleur A jours Voiie blanc et couleur uni Chemisettes ailemandesjjsuprieuri lirabaut noir anglais Imitation toile cruo Serviettes de toilette* blanches* couleur damasses blanches pour fanillss Nappe couleurs e tes serviettes blanches damasses Oigandi • blanc & couleur barres & a carrea . ainage cou eue anglais sup pour jupes Madras a barres de soie pour chemise. a|hommes patinette Foulard pour robes I eignes franais* amricains Moiletone biancs tc. > imables clients, vous qui voulez porter, peu de Irais, les plus beaux tissus qu'il soit possible de trouver sur cette place, ne manquez pas,' avant d'aller ailleurs, de passer chez nou o le meilleu; acceuil vous est rserv. On trouvera ^^.^ %  'U.rPfteiaMBHue dtijutu, No%1617] \\"i e JiY'' d f '? blc Marcel Alio,h att*.9afa*BniYa§aekM *e \1 et U : W Sar.lir.ps e nnlre ronR^rv^ frn.-iiie : condiment* ''• oiitp*. eUM*: Sa,,,, lomate Nermou.l,. W.rlini et Ros S i; Arn tu a It.lfer. (."enac . rlo.len, Henr. Roi: Vin. R 0 u R H P'.nr. .per!., ,, en M^iqOftP. dembarriques et caisses de t? hnut. Thampairne Cha-. MI JlaMstark. Su^ r.n.^v, roncas-; Vina'gre -o calais de \i II et en barrique* de :i* gallons, etc. ele. Procurez-vous de jolis cadeaux pour anniversaires, fianailles, mariages et baptmes chez RA1XOII FILS Kue Boiiue-Foi I



PAGE 1

DIRfiCf EUfi ^ROPRTRT\m^ IMPRIMEUR Clment Mayloire BOIS VhllNA 1358, Hue Amricaine ri Quotidien TELEPHONE ]• 248 TVs Imjvir; j i .-Ile or. lienl )i-.iins. iTesl touj MIM t'I Mille u Mil pir. • jnelle tari coulai!! de v.'-ii.'que cette œuvre esl ippeM a subsister dan l'av joir HaryBjliille H ILE CC %  tel ANNEE N 5523 PORT-AU-PRINCE ( HATI,) LIWDI 8 JUIN t!2r. PETIT CROQUE NOS PONTIFES Notre doux pot l n vest r e*i Uenoei celui du Quant I moi et du je sa.s tout Cette opmiuii se juiiiie particulire* meut par l'audace des moins prpars se donner des tin d'impt tance en toutes occasions, dussent-ils se couvrir de ndicule: ce qui s'est vrifi, il %  /y a (as longtemps, dans l'int'ressante question des parallles brsqu au gr d une lautaisie imlicile le jugement de tel mathmaticien averti tait A PRIORI considr.laux, -en nn'-tne temps que celui de tel autre homme de science enlevait les suffrages de la clientle ing< nueIl n'est pas rare chez nous de voir un primaire avec un sang troid surprenant, s'engager carrment dans une discussion sur un point de droit demeur litigieux et, brusquement par une sentence d'une incohrence dplorable le trar. lier militairement, croyant ainsi avoir solutionn la controverse la grande surprise des antagonistes interdits. S'agit-il du temps qu'il lait ; ujourd'hui, de celui qu'il lera demain, au'un coupd'œil liatif jet vers l'atmosphre sullira pour que votre bouhomm* so ; t aussitt re us ig , et abondamment il multipliera les raisons mtorologiques pour qu'il pieu \e durant des jours de suite ou rodrquil n'en soit rien pendant une pno le qu'avec une lret dconcertante, il situer i. Il au importe si pe.i | c s.-s ronostics soient faux ;_que la rrochame lois qu'il vous entretiendra, ce sert pour vous parler tout au long de l'lectricit, cette force demeure pourtant inconnue, bien que son application soit de plur en I lus ellica v. Si par un hasard malheureux l'clairage de la vdle connat un temps d'arr', vous serez accul a subir une dissertation scientifique au cours de laquelle les termes VOLT , f AMPRE . COURT CIROOIT , KILOWATT r viendront comme a plaisir, el si enlin par malice vous manifestez le dsir d'tre lenseign sur ces expressions techniques et leur valeu r aires un long verbiage vous l'aurez t de mous en o.oin a > Tenez, lu question amricanohatienne M complexe, occupe les loisirs de bon nombre de gens incapables de a') lien entende, mu qui, cependant, la nlifs qui peuvent l'*re quelquefois leeee* ciemment. vl ils c >ti d'aaa, il '#o trouve galement d'autres lit, • %  • pour avoir quelques petits dons se croient marqus du sceau du gnie et, se placent sur un pi jes tal qu'ils se sont lev tout SA ils, posent la faon de certaine gloire antique consacre et honore dms les temples de l'art. Ce Upe, l'observateur le cou foie un peu partout et pour parler fran ihement, nous reposant en cela sur notre propre exprience, il se retrouve plus souvent qu'on ne pourrait le croire dans notre cadre prolessionnel o il ne s'embarrasse nullement de compliments flatteurs qu'il se dcerne sans fard. Le fait-divers qui sous sa plume esl o devient vite un joyau pr cieux doul il y a litu pour le quo tidien auquel %  a a accord la p. i m-urde s'enorgueillir Son dernier conte, il allume hautement q ie M. Maupassant l'aurait sign !... Anatole Krance n'est plus que France tout court, et s'il lui arrive paifois d'invoquer certaine pens-e du m -lire, c'est bien dans le dessein de crer l'orcasion pour qu i se cite lu mftmt, essayant ains d'veiller dans l'esprit de chacun nous ne savons quel tmraire rapprochement Des Pontifes!, nois en vous chez nous dans tous les genr-s, depuis le violoniste sachant peine tenir son archet et se donn int po r un ar isle accompli, jusqu'au politicien dont l'ignorance et la corruption ont ronshrnmeat servi paralys r toute action bienfaisante, mais poseur, jouant toujours d'audace et osant s'offrir en exemple. La littrature a -t lans IOUS les milieux un terrain ch-r C3 spcimen u'hommes et il nous revient a ce pr.>pos une petite aventure, qui pour r in se au compte du qu^'ques 's prits d'un sicle dj loi;n,ai gagne pas moins tre rapp-le, tant elle dpeint un senti ment perptuellement vrai : LvnotH -lloi lir lut un tu leur du X Ville sicle qui ro-iiposa un grand nombre dop ras. Il a aussi publi rjs nom breuses I bls, parmi lesiuellei il y en a datii ingnieuses. L pub'ic n les gota pas cep m dant comnn elles le mxitaie il, et quand elles parurent tout h monde alTaM i l'en dire du m il Au cours d'un souper qu runissant qu l]U3t bviuv. eiprits. on lanbait, un soir, sur le pauvre lahuli.tfe. Voltaire qui ait prsent prit aussi I < pirole : — VI ssieurs, dtil vous an* p.i'f item -ni raison et vous ju g-z en conniisaance de cime. i.iille dulrence du stvl de biutthi celui de Li Foi'iine. Vvez vo ulula iVrnin litbn d's Fibl-'i I La Fontaine? — \ m r^po'xlit-on. — Q ni rep'ii Vo'taire.vous n^ comis i pu cdti bille hbh qu'on a Iro ive dins l a s paniers de Madame la duch se di Biilhn? Il litauuitot la f b'a. Ivh lut trouve ihinnin te, admirable. —Voil du Li Fontaine s'-xc'a miwtlea bjaux es i-ib;, onniis swrs mrit s ; c'est la niture quelle navet q nlle grr.e VoU'ira jouisiit h C3 con cert d'loges. — Messieurs, Unit il pif l d r,T, la fable est le...Limoh3 S'uoeurl Mais quelques malins ^ 'a firentrptar et itac letrodt, d s ; 'es ^ar, la "ro iV^t ni uee'lemant fl sa'i u Chez t,ou, c'est I. mATi c.'on ; art il h nr" 11 %  igi nnt sur li traie ir l'un :rit j>i 1-tti-ji. ,).*aUnBOU': ji: 1MPRFSS10NS d'ART Libellule Dclaration A LLDOVK LAKOTHI • Mots suggestifs et sduisants, vicileurs de t ui lress-s el de rves eu for uis .lins l'inagimlion de larhste :... appellations poti ues qui expriment des effort subli ns luts ie nuances loin ines et subtiles, d harmonie prolo;i Id et iniuitante ;.. m >t* rfturi caractrisant l'œ i vreaim, q ti est ren lue l-s soirs de spleen et de souvenirs, avec toute la magie dont S'agrc inentent et slectrisent les doigts ench tuteur.*, qui fardant ea I ur ru lasse apparente tint d* volupui'ux secreis q ion m pntrera JI m lis,... et q li ton blent et qui siol -ni ;... rtlist lions talentueisis et discrtes dontlesnotessomb esouuerveu ses, lentes ou rythmes, crmt entre le pianiste et ses auditeurs uns communion de pens i le v^es, connu une;iiiiemu' pie qu'il incarnerait et do it les b-ib *s sous for.n s d'eliluves poreux et insiisissibl s vous pntreraient 'e cœur... Dclaration et Libellule, impressions spontanes lu pvp, sivants travaux de Iartiat4, .j 11 •e grau I public ne connatra j ,mais. L'n^bfri egiganlesq H s' si dr sse entre Lu lovir. L'imilp. et U loule inconscien'e. Us rires t inens et quelqu-samt teurs I ont franchie. Ils v m drue pntrer la retnite lu n laine o s bauchent les joli"* compositions. — cette Citadelle dont parle llaraucourl, seule P opice l'closion d'uvivres imprissable.*. Mis la Solitude a vite lut de cier entre l'artiste el son lt.'-ve un culte du Silence, un got du mystf,— iuromprh'nsible,— qui enveloppe Ludovic Luno Ihe et sa vie, dont on ne connat que d'anciens el inalira bls succs aux arrire-gots amers, tisss de la bile envieuse 11 ridicule de ples vilains ;.. une vie irrfndi blement 1er me aux sourires les plus cordiaux, qui remmorent lai I ndt mains ch giins de vic'oires incomplet. . — malgr les plis aimab'es qui les cadre t et la spontanit nave qui les ani menl. Face, lace avec lui mme, l'artiste entend se lamenter les appels irrsistibles de lioliiii. l-mr ouvre une aine meurtrie par l'il audon, creuse de Me Avit de dpart Les dpches pour New Vo k et l'I-.urope ( via \ York direct; par le >%te Ml An on ker'int fermes ven Ire li li du courant Port au^Prince, le 8 juin 19*5 Mr Louis DBerrouet Nous avons re<;u ce matin avec p'aisiren nos bureaux la visite de Qolre ami Berrouet, prsident de la Commission Communale de J c mel. Nous lui souhaitons la bien venue. en est rii'Mir? In pr'iel dp jo"! al, une pi^ce de ve's. urtp ce enlin ne valent fju par la S'g i lure qui si au l> i h I Po li! s de la littrature, quels bons juges que vous laitis!.. snras loulourjiisjs. proton les, aussi impressionnantes et sana bls quels Vie .'S m .'rate; et, ai h' lune culluu* arlisti ,ira av.Tii •. les t r n lor u i cl les ai lAnonse pour son aviredilection personnelle et l'entenlera'ni lgant I • pi-l |uas aami* ra leet in it.'ii-s... Cest la Seherz o se rvle une s-mtimentalit bi/trre: /i \ lorui'iit elles Stu'as une -i ivre comp'te iraraillei ass;z connue du public, et lont la forin i dissimule toute une snirce d h irmonie et d's nuances captivantes de rythme;... tous des pro ludions dillrentes Jes prem res Valsis de Lv mo'.he, et constituant, a n'en pas douter, IVllorl ul im; qui vivra. A't cours d j s an lions inti mes, ldiu,iin, iJeethove i, Meu delhsmn, S liumann, (lier, M fok-ky, Il ti'hmaninoll.sont i terprts. Les indi'ai compo lions dont il c-t l in^nii MIX crateiir.sont aussi eihib\es par l'artiste. Kl les eonlnbuvit i liausl'ouiy. r eij;i'uiiions e i I •* ren fe^ \^ujf^ les conceptions arti.-n iMummu rpiihles o i taprieures sonl vcues, des rendez-vous qui tranchent sur la ban dite le It vie moiidue de cluv. nous... L s amateurs qui y assistent onl souv nt entendu, interprtes par leur auteii.. Libellai el Di tara'ion Ils savent de quelle Irai heirl'ineoirsiioB spontane est ne Dclaration, et quelle < ulture d art. puise de trs iimi. la lont une claire, la so iree lointaine ou s'est epan che seulement l'Ame les illustres matres, — a invent Lihel lulf Kl'c demeure une imita* lion lidle de la nature, unimpression d'art renli-e comme elle i t pi cuve, agrmente de toutes posilulit' de nuances, • %  li surtout celte htuionie inlancoliqiie et en lormante qui esl l'une les qualits indiscutables d Lanoibe, qui l'a puise chez Chopin... PAULLALEAU. Vantes Mardi L 9 Masque aa\ dents blanches Ile, l2o et Ida pisodes Entre : ou Au Sacr-Cobur 'Hier, au Sacr d-ur, "do non breux entants s'approobaient.pour la premire fois, de laSainie I Lie. p-iii l-l.^lise. pare ma^uitipie n • m i:e !e ornements d Jo r^ i). ''"'. la crmonie se dro la dans le plm pompeux apptrat r, li giem tandis que la chorale lai-ait HII'IIM le* plus beaux coli |>i appr ipri* a celle e Jieunelle cir ,iioe. I e .t m ,•• po i iti \t tl h .. par s i, vtr i-Aichi veejus d %  I'U t au Prince qui donna aussi la < iiilirmation. Batiste et Linon pur iil CHEZ Slamboiily & Serflile O vous Ironveroz aiiasi du crpon urit'nlnl.ialin voile et toile i drap Iil. VN0 Mil ; ' Cn-VaHts U'aat B*MI tre pareequ* cum guo h li.'n n'i ni pas salu l'arrive de Mrs Valle et Presles avec un certain engouement, ou e't)at sans doute iMise de l'lgaoea et de l'aflincment qui raracli'risent Ifin talent et que •< Le Matio avait signale au len le n un de la pre mlrs, qualilfqiiini'SHioiitiiirnt pas celles, cries nomhreuoes, de l.u en Boyer, — que I • peblie de Port au Pries n'a ptl rempli hier soir la salle de Varits. H faut bien qu'il \ ait eu notre culture, en i<-s i>rofon \tur* loin'at ns de noire sensibilit une sym ptlhie pour tons les enres, • %  mA me une prfrence non dissimu'e pour le bon ^-o 'il el t ut ee qui exprim leralllnement inn de l'es prit tram. is Sans simuler la Ile viie 1res spirituelle que nous de virs a la bonne humeur de Mrs N alle el ('restes, nous attirmons que les chansonnettes el posiedites suitout par M. Valle ) au raieni tulfl crer ur.e atmospna re de rel enthousiasme Varit hier soir. Les ainateiiis .lu bon tout et de l'esprit ont vcu des minutet* char manies. Mr Valle el Prestes vou dronl Uae, A l'intention de tous ceux qui ue l'ont pas entendu,— repr> idre GtrdieeJe l'hure on ils donn 11 une note relle de leur beau aient. Kl ce sera MOS que nnu ayons besoin d'v revenir, tout l'ort au frises qui s'associera t ce joli r al. Le 25(oie ;niniv*rsair* de SI. le roi d'Italie Hier.'galions et consulats tian gers a l'oit ,m Prince avaient ar bnr leur* couleurs respectives en I liooneiir du n unanniversaire de4'a,onemDt Au tione de Victor Inui m ., i lit. Le Prsident du ti iiivernempii' royal d Italie 8.B. Monsieur Mu-solini avait demand au HeprseaUnl ilalien ea Hati de rommmorer cette dat HVC le plus d'eelal possible. Ausi toute a colonie iln'ienrw s'tsll elle grou i e autour du Charg d'Allairee, M. Alfred i IlsItsW, pour tl brer IPI hnniverfaire. La fi'te dlmla par l'hymne na li i i., d II. i • jou pai une plulh ir monique i i (t. Au Champagne, deui beaux •' vibrants dis o is firent uron >> ces p: r Messi-iis A"r. I de Malttis, large d Aff i r:s el Kmile Sepe, ai crtaire de la Chambre de % %  oui neice italienne puis plusieurs memhiesde la co'o nie aj lu'rent quelques nids de h m souhait et de dvouement %  < I ur Souvi rain. Par une dlicate attention Phym ne national hatien, que ton lrenl Hebout el tte nue, cltura la crmonie QoS la_l.gal : on d'ltalie£agre pour Sa N'ajtst tous nos voeux rle"tionheur l'on y rira.... l'on y chantera...l'on y 'langera.... : e! pour cela.... l'on t'habillera chez Paul E.uxila. La Bataille Pnrigiana A la rtprseotation d di r es "La Ihilaille",cette grande fifsqif dramatique de Claude l'arrre, il y eut mi'salle tellement comble que la LiirecttoUfik Pit.Lstaiia a d i relu ser du monde. > clic soire fut donc un des plut heaui triomphe* de cet iiilrrssant tablissement, et comme le nom lire de ceux qui n'ont pu assister \ la projection de ce t bel d u-uvre i iiigrapbn|ue,tait,on peut e dire, tUM graed que celui des piivild gis il • In fortune net ont eu In boiiheiir de I'H|I|I| ii.ihr, nuis cm sons que Mme l'ilih voudra eu donner une nouvelle rrprsSDla lion peur ii lre vraiment pas eu reste vis A vis du puhlii INCamille^amarre ^Ce midi nous avons eu l'agrable surprise de revoir notre ami (.,. mille Lamarre, IJsjgiatral Comœn nal de Cavaillou. MLudovic Riaaud l-.galemen t i.e m idi, le Profet dr l Artfln3ise"iflSBf de Ln(tane cona rendu visite en nos bure.uu. >'ou leur reiiouvelonH toutes m .y pathies el leur souhaitoas un a,,-ri>.ible sjour parmi nous. A la Solidarit P y a eu une lus belle sam • hier apis nt'41 'elle inlressaiile socit compose en na|sars pulie d'ouvriers de toutes calgurieLes trois prim ipaux pointa de Tordre du jour lurent remplis par la rception de neuf nouveaux m m bres auxquels le praideol Mi llosq, Miuhaila ;i bienvenue BOra lem pre '.ali. u de serment la li < lure rfu rapioit de la Commi-sion charg de la vrification de la comptabilit du l'isoner, BCCU : m M %  • balance en paisse ellecli ve de plus de dou/x cents dollar.,; enlin In CdOseria du membre, Mr Mexilc m les typographes et in ty pogrspbis Lsonnfi ii'iM ier ahoidu IOQ inial eu feltaol I abord l'historique de l'imprimerie, celle merveilleuse in vi'niioii, A la dcouverte de laquelle I homme pouvait rpter lu liai lux de la gense. In efli t. ave' l'imprimerie, reproductrice et prop gatriCI de la pense, c'est le Iriomi lie de la lumire de l'iukdli genc surle tnbres du Tig^onn ce. L'est le sicle de la lleuaissan ce qui succde A un sicle de doa dence, l'est, en raccourci, le nnouvellement le la face du moni|,> •t la marche rapide vers la civiii sation moderne. l'ois Mr Mexiln s'occupa de la physiologie de l'imprimeur, l'lu dia depuis son illustre patron Gel tenberg, parla de ses dbuts m> destes, des difliculles rencontrs*, souleves d abord par les opish nul I acculrent de sorcellerie, par M qu avec set miniscule> lettres dem>l*lqui imprimaieul les mu nuicrils ui propageaient le livre, ilsoerdaient un g ign pa>n assur. RUa n'a t nglig de la vie du tvpogrph et du mie que |Oue %  lans l'volution BCCials ce peintra de la peeae, dont les caraeli %  qu'il minipuledans la casse de la, telier. arrangs et tran,3lorm,s eu



PAGE 1

r-.'Mn> -r — eTEINDELYS. donne un teint de U s -, %  >• iJ. tut ."un parfont oVtrctf. \W !j % %  II: lu ,., /.? •~j. ]| i • %  Wl, < Hatt ' %  i 4' -ri0" , k ' | 1 l rtcfttl de, i % %  { \ \y. I %  ." %  II, r. -,11/ rf.au i X 1 To.llM l*4rfillTirr;M il i.rn .Mail m 1 * J AfcYS 3. rue i> 1 I'J,-. I PARIS %  =3& ,*a... lerqe Taillas! (ou 'j ataiie %  ** #i |i|tri ii ri/ii lusiri -tu lit ri ou du Jci lpt1, b'obl d'gal tu loref. el ta i(i.\( (li i lit K ii ;in, cou des ai I 1res du n onde. Le ccoKiei du Uimina en sou li. ilm I qm: ptur l'volution de rclfr |yt, Il J ail piusde h (leurs, car, ttmmqbu i il, quel que FOII lo | CI H < m. f.i de Les illiltis qu il impoile de diminuer far la fi qui nt.iii n < l>l tutoire de lci|., it i.i u I te itsiitinl de ctux qui litict, ett ctute. du ici) de dve li 11 ( u t nt de la PrciM ( lu / nous, li (.utile ttt I i.M.nt gai de de la ci xi italien. i u u.( oit le voit, la causeiie d l ter t in nouveau kUCca pour lu Su ulaiil dont le luit ni u iinliii ses u... M. I,i > .i h. uit s les ikQbBikMDcei qui o< nlribienl au nt\lo(pcmeul de i'Ptie ruoial de i'n ui> ut, tn n.iiue li u ps qu'tlle iti r native un concours apprcia Me d; i i li > moments de u aladie i ii (!• %  11 licite. A lu (rcdiiiine lunion, Vc V. Cuvais • mu nu, di,i Ite MI llairca du dioil uiuel Nouvelles Etrangres Par < .1,1. [ Fianailles U nous et t lait part aes lia. .. illt> ue lieue I ,,ii.i-iit. .VKIn' h\ee Mi Mai.il .Saluave. M tuteurs < 'tiuiHiibtiils ^ • u | i 111 ii _— Carnet mondain llin aprs imiii, .MI un.(s 1 h n.is, pitMiicu on i.i i, M ii d i.i.i l >!..(. II.' I l ..U ht, 1...I..itun -..:..i' a l'tu-Uv i h..-. Nkla. |a Coi ic llers .Il tat. 11 union coidnle nu coura da If.^Lt.i' IM b iiiin..i.-eii(s Ibomaa i li..i M i 11 ni l'JMlklUtca par Q%| hirb ( hoisls qu elles llCCbtrOBl bu | luno. t u • ii ii | -i.o, le non veau pi g d. ut tiouva des mita lieuru.x i. m H u.iint i il BaroDTilia tua de'courte nue. Conseil d'Etat \ la .-..une de ce malin, le t ouseiller I iinollie l'aret a dpo un p op I lion de loi qui lgali-e I > I le du Drap .m d la lue au 18 Mai Ci qu'on MDH RU Aile magne les piigencef les Allii'-s BERLIN-Le Dr Sebaebt, pr sideui d la Reichabaok, ^ominen tant la n te des allis a fait la d cltra'ion suivmte aux jouroalli les : Nos nerf-i sont sur le point d rlater et a moins que 'es puis -unes allies ou associes n'aliaa donnent .t politique suivie \U i vis de l'Allemigue J-I q i'i ( r > jour Laclnudi TJ alemi de fnra e ploaioa J'un inoineul l'au'r.i el Dieu sait ijuelles en serout les eooaqueocai Dans es milieux in dustnels et commerciaux li x _-.-n r.e del note des allis deroanlnl le dmantlement de rand-i etn bliaatinrata mlUllurgiquee, t eau se une rinde motion, car il I|e lail adiii'i-e se. coiisqur oc s au raient uoe leperciiaa'On funesl sur la atruolure econom'qut du pays. Claire I liuajf el le J.-ipoii W ASIlINdl'UN—De nouvelles de souice autonse lodlqoaal qu' un conllit arm pour le c uti.Ve de la Chioe est imminent eulre la Hussie el le Japou. Les victimes de la vaqae de ehalear aux UtU U i> L^rtUCAGO !.. vague de ch i leur a eaoaa* la mori de TU paraoa ns dont 30 dans Us bt-'ls de l'aal et 4| dans rtux de 1 ouesl A \ w Yo k, on value le nombre d s per-onnes qui ont pass U nuit dans le Mjinires et le pures d la ville a plus d'un mi lion (fl que rM;l;tmenllesalli<'s •vaol l*vicuatioa de h 7-o ie drf Goloyae 'iNDIte.S Le l'exle de la note deIli 's I Allemagne au sujet des manquements de telle derni re jMiissanco a U pub ie par la prs o Daoa celle noie, les allies demand. ut la suppression du ara ni tal m'jor allemand, U d militariatiioB de U Schutpolii l, 1 1 i.'-. Im li'i i ile-i forces mi'ilaires el la datlruolion des grands ate IL i~ mtallurg'qaM dej-lirs la .!. %  ic il'oo du ....i % %  ide guerre i au celle noie, lai allies com mu quaol que d.Oi 11 •< Ki b a'aal rend roup.b e le fi i l.iiiou daa 1 ond,lions (h .| iirm) ni'iil s|i t flCi d tule iral .1 1 \ r.-.i Iles el i|ud pour o enir l' vont i>n daCo! igoe, le g' uverne m ni .d, m m I 1,1 | supprimer le gratid titmijir el rd ire le> cou logaata de la police J* IHO 0 0 l.inOlMi licmmes en fuis-ttit .1 s (israllrc le caracire militaire qu n pro-enle aclu|lemeni la Btholl polis*! Les flteli-rs Krupn ni i q M' d 'in %  autres lab!issements nitillurgiques simiUires et adap tables a la hbrication d 1 matriel da gn*rra devraient lre totale m ni illruila. tu Maroc IMUS— AU Maroc, lis RilTaina n-il dclencbi bi-i une rigoureuse il (pie sur le centre lian.ais .t i4oa*ranl en que'ques poin's a liav. r^er le Ouergha notre loutre aM q ia les r jeta au del de nos lignes en leur ii lligc.tr. I des perles lri' uses M Kl II.LA ( Mhroc )— D aprs les ii,u>ra.ations reues des divtr • %  riosiliona avances, les r* l 1 di Il n vu niar caines mises en d.01 le p.T les d rces fiai eu • %  se 1 1'. %  • ni vers le nord les auto rils mililair.s eapaaaolaa p'-n nenl de grandes prcant'oi 8 alin dvibr un coup de main des l'or ces marocaines sur Annual. te Cabinet Irnnais el les Noci l'islt's PARIS— L*. cabinet u -ouleni hier I une des plus sripu>e M • que* diiig'es contre lui dopula a i 1 n I'I. o par li 11 si eialialea a u.e I ai t et M. Looeheur d'une i!u'ro. Un accord est MU venu aprl m.e confrence d i I e de | „ < I* quelle prirent pari les ('lgus des gauches. M. Cailloux cdant aux iislances du parti seciaMe,* nctepl une IransarlOn que con titte a raliser timuliaimeit l' q ilibre du bndg 1*1 Us icfbimes HoancUraa ; le rr.ii^te ihailinao ces soutenait qu'il (tait i.>aV>aire av ni (oui autre (.rob'me d)5quili I !• 1 le budget. Triilutim lucharitique \ I.. sion le U solennit le U fle Dieu un Tridiium acj.naienc ce mttin la Cilli virale. La maata dj ce malin a t dite a ti li • et demie, elle a a t suivie d'une inslruclioo l.e i^ir. 1 ti heure* il \ a ira sr mon suivie d* la bndiction du Trs Si Sacr mni. Dimain BMaa > Ims el quar', -nivie eg lement de l'ioalraaliOB el le son Simon i 0 lirs el drime. Mer. en. liesse i la mme lieuie et Sermon a 7 lirs moins le quut. La premire journe e-l consacre aux enlanl*. la u on le aux Icm mes et la dernire aux hommes. Inauqural on 'lu CMI %  Il H .Kllll '..-I comme nous l'annonc'on CC9 jours derniers samedi sir q a eu lieu le lia! d'inaugi rdion du ( en le <• Anscaona %  Ce fut une f-Me t'gHabla au cours de laquelle le Prsident du 1 eicla Mr Tbllna Lochari, V. M. Hurr Faynnul. Vklof Lacomb, Vagistiat Con inuiial, Louis Aslr. les Dr.-Vieux el (iihs te dp'n seren particulirement en m b i ts de toutes tor es l'rndroit de ici 1 nombreux invits pttrmi les quels on comp'ail que'ques uns ve nus de Port au Piiuce : Vme I:r nett Nidal, Melle Li.-e Chrie/. Melles Mu nier, Terionge, tslh r la Louis, tes meml>res du ci mile du cercle Fmina, Mme Kidric Gaeljens, Melle Li.ura Nadal et du oH des homn.es : MM P:mile Ni lai, Marctl Pr/ear, II. l'eilonge, 0. Munier, Emile Cr^ft, Paul Ko main, KenJeanh, llrard fils. M. et J. Karreau, V. Asl'e, V. Gaeljens, Louis Nicolas. Paul La ma\; Ceorgts Bug. Kn\ ; etc. etc. la suite d un dner de gala ol fert aux inviUs. Mr Krdric Caet jens dans un tpeech bien loi rn rrmercia le ci mit de diracti n de %  ei.ii. n U011I le Cercle Kellivue dont il esl le vice prsident avait t l'objet de la part des membres du nouveau cercle mondain auquel il souhaita lui gue fie. Mr B rr K ynau 1 Iroi'va gale nu ni dt s mois heuitux pour re me; cier l'assistance et tout particu I ici. nient les rhirmants ht-sve nude Porl au Piince que la Soci t logoaise tait si heunuse dac cueillir. L entrain que mit A -or comble une musique dlicieuse ne discon tinua pas un lustant. et ce ne fut qu la pointe du jour que l'i n M aepaia euchanls des heures ebar mantes vcues en aussi ag'ab'e tuinp. gnie. fansiitua Mardi LAiylonne Ui Se 1 le pisodes i.ut-uo : 00 cta Messe de Rquicni Monsieur Lonce Mnlas invile tous sts .unis s uoe messe Je llequiem, qu u 1.1 clianter a ni Cliapi -inje i.t vtu n .ei..., Mercredi lu du courant a n h mes ou matin eu u.t n.'.ui Ue sa ic r 'i< lieu in.iu Mme Lise Lai eur. l'.i. t. nssisl.hl, fOUa II I du lert / une nuuxeue p.euvc d sympathie. l'or.-iu l'.iocd, le 1er j11.11 HI23 Rdinarcieinaats Mr la Ut il>rel JMO, lit et M .a Cuimiu.ie. (ii.ijii. AJX; .i.iue. d; nuit. VIL-.IC 1. uni liju .11 e. I041 l autres incii.uio, teliinuu, l'-iioll. 1. .0.-Ml : llrOffil. 'U.ll illO NUI, i>0 |iil lll:i, liicitl'l 'jl Prel s em^usso u ,!• rimjroier 6 >us ceux ^,11 OJ J.II 1 IJJJI mirquii ild -y 11,1411110 a l' ocas.u d : ia m in Uo lout legreltee : >l.ii.Dr i; ..ci .ICJ.II 1.. ,...',' 1 .\>111 le II nuit, lia le. pue.ii ,i.' croire a Uur I •''in-ic gralilu.tj Cayes.^le 80 .vin I9J 1. a %  < MouYement des Navires Il est .tue n 1.1 Cou* -• 1111..1C a i> ^,ij.. le ,^s s.o.iujtrs MiiT.uiis tui vin ; vico • vdes li I2J.II oourait, va 1 il U 1 1 %  u ai ...u ,,u ie in ma jour pojt x.-.v York. Ueu in 1,1 vers te I > j ni u pio.hain venant dt Auislerdiin. Sauliago da Cuba el Kcg Ion e' part,,il le ni me jour pour Cap Hatien.* Le Comte Hulin TaroicUa A Cin-Varits Jeudi soir il nous SM.I do n d'assister a Clia-Vatiti i un spectacle vraiment unique. L'illutioniste le plus lpul dans le monde entier qu'est le Comle HLLIN TARNIBLU airuleradia expriences ju-qu'ici inconnu. par ce que de son [aveuli m ptopre. On dtmeurera t'mtrv. ille q nd on verra une personne -u-pindue dans l'espice sans aucun joint d ppni que le fl'.ile ma^ que de Tarniella. le S'icc'•:; s ra complet quand on assi lera aux volutions de Mme I n smi Tarniella, la clbre sonna'nbn'e arienne qui travailla dev uit le jjr.nd Flammarion. Tout c merveilleux programme sera dom aux prix suivants : Ltgel Place rserve 0 >-oo Premire G. 3 00 Entre gnrale G. 2.00 C'est .1 >u • une Soir'" d'un H< ut pnrlioaliee "t rare qui s ira offert notr curiosit. Walch our Slep Il est bord du St 9a awr Cnlebra de la [loyal Mail et an iVMM ici Lu 1 t. le Wiattoy UaWHTi NN "'le Lal 1 Itetencz ce qui vous faut la plus J.ot jpassible, cir la demande -jtt t|raiitle. i.'eat 1) Wfakey le plus recherch des amateurs d llaiti et des visiteurs d'outre mer. „^3 w. Qutnltn Williams^ Vis avis l'Ilir-el de l'Vaoee. .-,. b-^^-yar *+Agence yitrale WISATGO Rue de§ bronl$bost* 110 liue des Csars rbancom Telophon * i



PAGE 1

"^ T^ MATIN Eug. LE BOSSE & Co 4 vendi AgencesReprsentations ( Chaudie.e xertlcaledou^ ohevaux Sadresaer au i Matin PORT-AU-PRINCE Agent8 gnraux de : Heckcr Jones Jevvell Milling <&, I c NBW-YOKK Ftkin.ii lluijarian O 0— Uoul* l\ >uge e*C F'^nk'-n Fi'v Insttratice Company NEWYURE Assu rance con tre l'incaniie ^Diamond lalcli Ce Allumettes c S.iio Home %  0. I, fiubber isport Company Sou liers !;.-.!s Citas F. lattlageft Son Poissons sa'sen tous qenres Mant:larhir.s Lil' InsYe Qy Xasuran i" sur la vie, jiiilliou Fi en s A.i c Vins & (.11.1 ii>| I .I u ne Bordun ''li. Hejmar COPENHAGl F eurre Danois, fromage et conservas alimentaires. W. S. lalnefS ,' Son Tahacs jaunes et ncirs. uH Nationale Sans I il val Cigarettes f.hancteleis.e I Invois de d enre P. N. C. D J |JI1 fut demand .Napolon Uonaparte dans la splendeur de sa gloire, qu l tait le plu beau jour d >:i via On e'alleu4ali ace 411 11 mppe a u 1e des grandes date* de MS lui lin M tictoiiea. Mais saus hsiiei, l'homme i|ui pouvait alors M dira le M.itre ou inonde retondit avec ca m %  et Uturaooa: '! fui le Jour d*£ma premire Communion. On a C3 nserv du)grandVi lie des millions de photographie?, cependant per &f onne peut-tre ne l'a vu dans la tenue de sa premire Communion. Vous tout jeunes gens et jeui.es lilles qui aile/ bientt recevoir le corps adorable de votre Dieu et qui demain pouve/ occuper un grand nom dius l'histoire du pays et du monde, qui sait olre/un souvenir du biau jour de,votre premire communion. C'est^ la ^^ _^ Photographie Nouvelle Glodoniy %  '/>• Juste* 9 i9o7 Rue du Centre Entre la Prison et la KU>... les prix ie.plutn< dt %  dm %  ie c, ie !• • •'in u u I et trouve 1 sliqiK. ALUMINUM LINE N.w-Orleaos &S util An rican Si.dJiL.np 3o loi Prochain dpart direct polir l'orl-au l'liDie i tlaiii L>e steamer "Hils" laissera ffal Orlans le |M • uin coulant pour loti? les poils .i dam. Le ^j.5 11'i+M laissera AcH d lea.is lj *d |um cou • il uiieclcincui pour foil-uu-riince. e $i>i-&\iL $iiticc> te- 3 Juin iyi5A. de Jaltes et t\\ .. —..Afleots Gcncriui — ^ AVIS Croquis Uiueu N" i Ub vlldUSuns .. %  • -. *ttt ttivauc K I 11. r I l'iauk Laftbf|ite Une dosa pneflH m 1*1. .. ..dite. Paru 1001 eu fale : A l'oit au l'riu c Phct U r i; aux G naves : ne/ M F W a Pf.fftu; eu / M r.iu, co ... a l'i (,0.1V,: : .11 / M. P. H 1 h Miiagu.itic : Un/ .i. tu m. luv^i ; nu.\ uu .m tH.Gatl ... 1 m .u; Aux prix de 3 (.. la pice ou B li. les deux. ———' 1 1 u. U PARISIENNE ; £ ^WUClIliMlId d U tiqiGUI m F& ttue l>nte_L)etouche3 ^5 I oll au-i'n.iet, Ha Il LKSSI\ ii. — ili.r .>s \i,h ^ PROMI rlTI DR SoijS particuliers p iur le linge ;.n. laux -coi, chemine. \ me arez pieioemenl satisfait en euvoyanl voire iiu/e <8$m % '' • ' c'a. Il / %  •v*. 1 ^liTl f • -w ?3>W Gariez hermUqud u • 1' ferm. A'ous sommes lgions ceux qui vivent d'une faon peu rationnelle Noui miiLg.ims de liop. nous travaillons dur et nous ne l'avons pas .1-CM r iss'/ frquemment. I 11 corps sain est la plus sure des assurances Contre la maladie, v.md quilibrer otre dite. uboWiMi le drill blanc *t couleur, ccu| oi's de caeimir pour oan valons— Itoftts peur gilets. Bonneterie t'.hf niisos de )our et de nuit, au ijnut de> ciier'.-. Cols et manoliettes derniis cration-. ( a ; ;o> n (I i'\ j.'iin; -.. Cetiemii*onror>t'tu un*> in',in*pi it> Un parle franais anul.'il* %  • p. mol st iq!'i>r>\ La maison F, Lavelanut & r ,<—.—. Dprims Impuissant, I :n( I c IUI I I n fuit, l.l v lit* I t'ELINIR ZIDAL ; : iibrcuits ItlfMll 11 Ir. BO 1 | % fur 1 > %  v -v i I 1 PHARMAUEJ lue du M.i'|;i-in de I Ei.it 1 lie ( t i:n m, \N illini il J I Couba, Vient\de ictticir purjb branaii le* ancle* tidiot ts : ',\ Dentelles KaW Fints, Dentelles de oie,,I entules (n et Arceo Mi loi e, t..bloites, Cl.. J' : l.X •• lilr, l'.un . m n. M. ndt I liH'in cie et Bpiciaiitea l'hm m 11 %  iitiijn. . — II,-; 1 a^elll^, Ti b S en ca. ut* houe— Vins al 8SD| Deachiena, Vin \ounv, lavinx, Il stogcol, (juinium LBIIHI qu. ,r. pi Pei elc.elc Bel d'K| .i de Ulacberii bei nm en 'iros, Pat ni anliieptiqu leutee' qualiti Kilrnita t eaaenrea poui Siropv,liqaeuri et I onfiaene.i 1 renia netun .Nous avons reu le V^nlhl.le I li de* MMl ir||rnl dcuir! 1 Pai-sez-noi s voir, nos prii lOfll Bvaniadeoi^ VISITEZ



PAGE 1

IMPRlUEl* Clment May loi re BOIS VKitNA 1358, Hue Amricaine Le ualin Quotidien TELEPHONE )• 24t l!*a).l loufvirs BirCJ J i elle on lienl vi'riii' qu'aoe œ itrra n m M'II-' ehoq i Mi c le ap trana, ('••si iouj mr; el le'i'e ii MII pra • (ju'elle au>'a c it'<' 11 ilo x *' -• %  t *i|lie Ctle M'IIM-I' < %  ! ;i|;i••li'-ii lubsitlar dans l'a\ soir HaryBitiille jt Matiw l^œe ANNEE N 5523 PORT-AU-PRINCE ( HAJTll LIWDI 8 JUIN l3R PETIT CROQOIS NOS PONTIFES Notre doux pet l • -ve*t ut actiiect celui du f (Juan* moi > et du ijeatu tout Cetie opinion se ji.-'iii.' particuliremeut par l'audace des moins prpars se donner des nirs d'impoi tance en toutes occatuons, dussent-ils se couvrir de ndicule: ce qui fc'ttt vrifi, il i.'y a i as longtemps, dans finit' iessante question de parallles hrsquau gr d une fantaisie imbcile le jugement de tel mathmaticien averti tait A PRIORI considrJaux, -en mena temps que celui de tel autre homme de science enlevait les suffrages de la clientle ingnueIl n'est pas rare chez nous He voir un primaire avec un sang Iroid surprenant, s'engager carrment dans une discussion sur un point de droit demeur litigieux et, brusquement par une sentence d'une incohrence dplorable le tran• lier militairement, croyant ainsi avoir solutionn la controverse la grande surprise des antagonistes interdits. S'agit"il du temps qu'il fait ; ujourd'hui, de celui qu'il lera demain, au'un coupd'œil liatif jet vers l'atmosphre suffira pour que votre bonhomme so ; t aussitt nus ig , et abondamment il multipliera les raisons mtorologiques pour qu'il pieu \e durant des jours de suite ou rodr qu'il n'en soit rien pendant une pno le qu'avec une sret dconcertante, il situeri. H un importe si peu q n* see ronostics soieDt faux tque la irocliauie lois qu'il vous entretiendra, ce sen pour foin parler tout au long de l'lectricit, cette ton;* demeure pourtant inconnue, bien que son application soit de plur en I lus ellica-^e. Si par un hasard malheureux l'clairage de la ville connat un temps d'arr'i vous serez accul subir une dissertation scientifique au cours de laquelle les termes voivr , e AMPK.KK . COURT CIRCOIT , KILOWATT r. viendront comme plaisir, el si enfin par malice vous manifestez le dsir d'tre renseign sur ces expressions techniques et leur valeu r ai rs un long \erbiage vous l'aurez t de moins en u.<>, u Tenez, lu question amricanohatienne fil complexe, occupe le* loisirs Je bon nombre de gens incapables de n'y lien entendr*, mus qui, cependant, l.t discutent et y trouvent souvent une solution si tacite el si inattendue que le problme qui sen. blail tout d'abord n'offrir qu'un intrf-t thoiique se rduit simplement un axiome vident. Ces |Our>-ri. on ne peut faire un pas sans s; heurter auxisrerts ili u i %  %  i iqui | • t-.it nt i propos du nouveau tarif propos par le Conseiller Financier. A!oia que les plus avertis, ceux qui ont une longue pratique des affaires de notre march les membies de nos diverses chambres de Commerce rclament un dlai suflisammenl prolong pour >>• prononcer et suggrer au b oin certaines ides utiles, ceux-l ne sont arrts par aucune considration et d'un ton doctoral, tlag-llent ou partagent les vues exposes par le Dr Cumberland avec une telle autorit S u on se demande comment tant e pui-santcerveaux u'ont-ils inyms dean er le Conseiller Ki aancier et lir*f notre commerce av ce chaos qu'est pour lui le tant •n usag. .es petits aper i carrtuper qu' runissant qui pies beaux eiorits, on latlbeit, un soir, sur le pauvre l'abulule. Volnire ojui lit prsent prit aussi I* pirole: — M ssieurs.lt il toua-MM parf litem -ni raison et vous j'i g'z en cmmiseanM de cime. Q-jslle diirence du stvh de Lm^lh celui de Li Koi'iin-e... Vvez vouslula dernire litiri d^s PabUl 1 Li Fontaine? — Non r^po'idit-on. — (J ni rep'it Vo'laire,vous m coniisiz pu citte bille hbh qu'on a Iro ive dins l a s paniers de ftlldenP la duch se de Bv.ilbi? Il lit aussitt la f bla. li l J lut trouve :hir.mn te, "dmirable. —Voil du Li Fontaine s -xc'a mient les l>-iux esrib;, oinns seurs mrit s ; c'est la niture quelle navet • q nlle gr.r.e VoUvira jouisiiit la ce con cert d'loges. — Messieurs, finit il pr U d r.-r, la fable est ie...Limo''ie S'uoeiir Mais quelques malins se 'a firent rpter et aec les m H, IMPRESSIONS d'ART Libellule Dclaration A Lunovu LAMOTHB. Batiste et Linon pur iil CHEZ Mots suggestifs et sduisants, viciteurs de t m tresses et de rves enlor uis dans l'inaginition de I arii>te :... appellations poti ues qui expriment des effort subli ns f*its Je nuances I ) n ines et subtiles, d'harmonie profonde et in uitaute ;.. m >ts rivaurs caractrisant l'oe i vreann*. qui est ren lue l-s soirs le spleen et de souvenirs, avec toute la mtgie dont s'agre mentent et s'lectrisent les doigts ench tuteur*, qui garhnt en hur ru lasse apparente tint de voluptu-ux secreis q l'on ni pntrera jt mis,... et q trau ilerat et qui siol -nt ;... r. -, t lisi bons talentueis!s et discrtes dont les notes somb esounerveu ses, lentes ou rythmes, crjnt entre le pianiste bt ses auditeurs un3 communion de pens s le v!es, connu une .-'une mu 1 pie qu'il inciriierait et do it les b-ih M sous lor.n s d'efiluves J poreux et ioaiitittibl s vous pntreraient 'e cœur... Dclaration et Libellule, impressions spontanes du p>-l\ stvants travaux de l'artiste q 11 •e *ran I public ne connatra j imais. Un^biTi egigantesq H S' st dr sse entre Lu lovic L'in>ih'. et U toule incousciene. L)3 rires • iciens et quelqu-samt teurs I ont franchie. Us v >u drue pntrer la retnite lo nlaine o s bauchent les joli* compositions, — cette Citad-dle dont parle Maraucourt, feule p opice l'closion d'n;uvres imprissables. Mis la Solitude a vite lut le cter entre l'artiste et son llve un culte du Silence, un got du myslr\—incomprh-lisible,— qui enveloppe Ludovic Luno the il sa vu, lont on ne tonnait que d'anciens et inalira bls succs aux arrire-gots amers, tisss de la bile envieuse it ridicule de pales vilains:., une vie irrm*di blement 1er me aux sourires les plus cordiaux, qui remmorent l^s I ni h i nains ch gnns de vic'oires incomplet' s. — malgr les plis annab'es qui les cadre t et la spontanit nave qui les ani ment. Face face avec lui mme, l'artiste entend se lamenter les appels irrsistibles de l'infini, hur ouvre une me meurtrie par l'.laudon, creuse de blessures loulourauss. proton les, aussi impressionnantes et sensibles que la Vie is ingrate; et, ail dune cu!iu
't les ex triorise pour son aviredilection pertonoelld et lenteolem'iiU'l • %  „'-int le jujlques cunir.i le' et in it'u-s... follSeherzv o se rvle une sentimentalit bi/.trre: l \ tiU de Concert l'inspiration large et proton le, l'une interprtation rellement difficile : les Iraarjues 'originales, dnues de toute reimiutsceoce. venus il'uii • : n igioatioo trs Dell*, le l'attifement • uo cœur plutt m ila lo... et qui ont no n FMVIi i lAlbum. les'.' spignotes qui forniMit elles s'ues une n ivre comp'tei tiMViill.'i 1 is siz connue du public, et lont la forui 1 dissimule toute une sou-ce d h irmonie et d >s nuances Giptivantes de rythme;... tous, des pro ludions dillrentes Jes pretn rs VallM de L* iiiD-he, et constituant, n'eo pis douter, l'eQort ul ime qui vivra. Au cours d J s eu lions inti m-'s, •dinpiii, lieeliiove >, M ni delhs'iin, Shumann, (lie/, M )-Rokkv, Itnlimaninoll.sont i terprts. I^es indt'et compo s lions ilotit il est l'ininieui crateur.sont aussi exhibSst par l'artiste, lilles contribu i il a tiausl'ouiij^ijuiiioi^ I'I I impression d'art renie comme elle i t p. ouve, agrmente de toutes pos-ibilit de nuances, e^ dja Hliioul C''lle Inrmoin %  milancolique et en lorman* te qui est l'une les qualits indiscutables de Lvnolhe, qui l'a puise che Chopin... PAOLLALEAU. ds ^s "ar, ,a 'ro i % %  V'it n uee'lem 3 nl ll s'i u T.h^z t.nus, c'est I %  m'mo r.'im ; ni' l n : 11 %  ig! mut sur !i vale ir l'un :rit oi JWii. J.'JUOQ Q-V: |U' Avi* de dpart Les dpclics pour New Yo. k e' ll.urope ( via X York direct; par le -Mu ner Au on keront fermes >en iredi 11 du courait Fort au^Prince, le 8 juin lttij Ir Louis DBerrouet Nous avons reu ce matin avec p'aisir en nos bureaux la visite de antre ami Berrouet, prsident de la l'nmmission Communale de J c mel. Nous lui souhaitook la bien venue. en *st Pii*nr? l'n ar'iclo de jo •' %  !, une pice de ve's. une p ge enfin De valent qu 3 par la sig i-ture qui st au !>• t >h I Po ul s do la littrature, quels bons juges que vous faites!.. Varits Mardi L flasque aax dents blanches Ile, l2o et i.< %  •• pifudea Entre : O.EO UL .... ^=1 Au Sacr-Cajur Hier, au Sacr Gi-ur, *de non breux enfants s'approeuaieni, pour la premire fois, Je la Sainte I • ble. i i.iu lU-.^lise, pare ma^iu'i |Nn in ..c e ornements djo rs d i"e, la crmonie se dro la dans le plut pompeux apptra' r-li gieuz tandis que la chorale lawaM ent % %  %  Ira taa plus beaux c^ntipies aparcrprdt a cette neuuelle II oui -i iiiœ. i v e.' m sse poi ill nie cel h Sa (iHi S ii Mgr l'Ai che vaul d; IV t au Prince qui donna aussi la i iiilirnution. Stambouly & Sernile O vous Irouveroz au^si du crpon orit-nlal, ratine voiles et toile i drap Iil. W0 Fraies : ' Cin-Yarts C'eat aawl tre parcaque ao Uuo tulienn'i nt pas salu l'arrive de Mrs \ ili. e et Preales avec un certain engouement, nu c'est aaus doute c Mise de l''jnne* et de l'aflincment qui oarattriaenl l*ui talent et que Le Matio avait M-II il.au lendeuvun de U pre inire. qualitsqui nes'H|ontaient pis celle", cries nombreuses. le La en Bayer, — ipie 1 1 public de Port au Prince n'a pu rempli hier soir la salle de Varits. Il faut bien qu'il J ait eu notre culture, en i<"s profon leurs Im'n'ai ns de notre sensibilit une sym pttliie pour ton les ifenres, et mft me une prfrence non dipstmu'e pour le bon u-n U et t ut ce qui exprim % %  leratllnement inn de l'ea prit Iranes Sans signaler la Ile vje trs spirituelle que nous de \ r a la bonne humeur de Mr \ alle et l'resles, nous nllirmons que les chansonnettes et posies ( dites in tout par M. Valle ) au raient sulfl V ner ur.e almnspli re de rel enthousiasme Varit hier soir. Les amateurs du bon iront et de l'esprit ont vcu des minute char mantes. Mrs Valle et l'reshs vou diront bin. A l'intentim de ions ceux qui ne l'ont pas entendu,— repr. i dre (iarJttnJt l'Imrt nu ils donn 11 une note relle de leur beau aient. Kl ce sera sans que noua ayons hennin d'v revenir, tout fort au l'riuce qui s'associera a ce joli r al. Le 25me •nufomira de SI. ie roi dliulie Hier.'galions et consulats tian gers a l'oit au Prince avaient ar linr lents couleurs respectives en 1 honneur du .' % %  me anniversaire .!•' li • % %  in 'ni' nt m ti ''ne de Victor I II-II iii •! ill. Le Prsident du i. iiiveriii-iin n 1 royal d Italie S.K. Monsieur Mu-solini avait demand au tteprsealnnl italien en Hati de ommmorer cette dat avac le plus d'clat porsihle. Au*i toute a colonie iln'ieniuV lait elle grou i e autour du Charg d'Allairae, M. Allred de Maltis. pour cel brer 'I anniversaire. I.H fte dbute par l'hymne na ti i ial d Hi i u. par une ptnlli II m %  mi pie |i te. Au Champagne, deux beaux al vibrants dis o is dirent pron n ca p: r Messiniis A"r. I de Mail, is, l I arg d Ml i ret l.iiiili Sepe, hicrlaire de la Chambre deenmneice italieune puis plusieurs membies de la co'o nie aj >u'rent quelques m ts de li in Miutiail et de dvouement I I ur Souvirain. Par une dlicate attention l'h\m ne national hatien, que tous •< oe liftai debout et tte nue. eltun la crmonie i.iue la a Lgat : on d'ItalieCagre pour Sa Va|ist tous nos voeux dt-"tionheur l'on y rira.... l'on y chantera...• l'on y danaeia.... : el pour cela.... l'on t/habillera chez p aul t.uxila. La Bataille Pariiana A la iepicntation d di r de "La Bataille",cettt grande fieqif ili.nuotiqnc de (Claude I arire, il y eut nue salle tellement comble que la lrortH>u, snleut Mi l'..i| mi,.nia ;i bienvenue aprs leur pre iati< u de serment lu l> c ture du rapioil de la tlommi sion charge de la vrification de la comptabilit du l'isoner, BOCO s;,nt une balance eu caisse ellecli ve de plus de dou/a cents dollar. enfin la causerie du m %  mine. Mr Mexile sut les typographe et ia Iv i ogra|lue Le i)oiili lein.ier nboidu sou SUJel eu liii-anl n assur. Kien n'a t nglig de la vie du tvpogrspbo et du rle que |oue dans l'volation scciale ce peintre de la pense, dont les earoll • qu'il minipuledang la casse de l'a. telier. arrang et trarutlorm en



PAGE 1

1 NDELYS donne un teint le lv s i %  ; MM i mm < il lhau \ %  .•irf.irti'r - • i i.rn .• Vlaf* m / ki Me, iJ : un ptrh '. % %  ( a '-ji'. ^"""aW^ -, .1. % %  ,£.. %  J* JM •SEC* i • %  ^ PARIS -' forge faillani 6oo -i ataua Mf rra li nui i un i du hvi ou du J( i n iuistut6 que %  11 > dti Col Iil aiii.i es ou des ai I 1res du monda. Le n iili'iti ciei lumina en sou h: liai.t que pi ur I volution de i du |. \>. il v ail plus de licteurs. cr, aiiiniji'ii i il, quel que FOI! lo | LI ici Mi g< (le tes ils lin qu il impoile de diminuer far la fi quiiit..ii n ililfulnire de l'ro|e, it i.i n I ie n-iii ml de u ux qui i n iit, -l i tlilfl du leu de dve ii 11 1 ut ii i de lu Presse < lu / nous, h L utile (il I blaol guide de la ci II isulion. < i u mi un le \<,i. la rauseiie d I 1er a l un nouveau succs pour lu Su iil.iiilidont le luil est u iiulii i se n.ni.Lies a tniiit les n iiiiiiissi.1 1 s i|ui o nliibi.eril .m aivalo, pcmeul de l'tie moral de j'.i ui ot>, en II.I'II.C tmps qu die ni i n M i ( un ion ours apprcia lie di i s lis moments de D.aladie < u de 11 licite. A i.i | ru haine lunion, Ve v. (ni MUi mu lu i.di.i li s locilauei du diOll usuel Nouvelles Etrangres Par C'ahU fianailles U BOUS Cil lait part ues lia. cilles M Ht lie r'iiu.eile AUlie twe >lr Mai ce] Sainuve. .Meilleurs l'inipiiiiituls .. Carnet mondain llill Upirs IlllUl.Ml .lali.LS 1 li i Il 18, | '• -.'!' 'I Ull I %  I.M II U I.I..I M Nmiiiiic 11 11 >..ii i.i. u..iiii m ralOLS • PiU-dc Lhost .VM. les. Ci i ^e llcrs d'i tat. I union c ndiale nu eoun dt laiji-eiie les ^itmuuaiita IbofOM i liai u cieul i .issislaue pur Otl airs i Imisis i ( ii eues ixe.uliient <(i | IUI.O. t u i l.nii | i-gnc, le nouveau li s il ut trouva des nuls heunux I iii nn.urni un loi de piUs ces I.OLI Hll.ll S ILl.l^l.t. -.MBirttTlUe-T-^ Le pisideiil de la Loruujitsion Communale m bM Mail nous a tau n gland piaisii .le Doua tiaiurca n aiiii i 11 qui -'u n d'administrai M n iivanl i 11 Mi de 109 0V ne i la ( pilule, le -• |i ur n i le i ode mi i ItbioiiMl.e lira (!> %  luurit ointe. Conseil d'Etat \ la leanca de ce malin, le il 1er I niiotlie l'aret udpo un • p i (i s tiou de loi qui lgalit I. I du Dl i|" .m 1 1 la lue au 1S M,i Ce qu'on pi'iisr on glle,in ijjoe les piigeoooa tics Allie* BERLINLe Dr S. ha. lit, pr -i l'm le la Ituii liKbank, commen tant la n le des allis a fait la d ri ira'ion suivmle aux journalh tes : f Nos nerfs sont sur le point d clstnr et a moins que 'es puis sitoces allies ou Btnoclaa n'abao donnent !a politique suivie vi< i vil de l'Allemagne j'i q i* r* jour La clnuJi.rj alemi de fora ex r iloaioa U'un momenl l'autre et )ieu suit quelles en serout les consquences Dans 'es milieux in dustnels et commercinux l*ex : gen ( e de la note des allis dernan I i ni le dmantlement d>s raniU lu hlissi ment:" mt.illuiuiqiies, i eau se une r.inde motion, car si tlle tait adui'se ses i-nnsqu ucs au raient mie lpareuM'Ofi rnr>e&l sur la structure fcouom'qu s du pays. LhlK la Russie cl le J.ip in W ASIHXt.To.N— De nouvelles de s'iiiirr autonse ioiliipiP.il qn' un conflit arm pour le eouIrcVa de la Chine est imminent entre la ltussie et le Japou. Les vicliuit's i la vaqui de c liaient' aux liais U i* L^I'ilICAGO Li vague de chi leur a caus la mort de 7o nerson ns dont 30 dns us bl'ts de l'est et 4-( dans ceux de I ouest A N w Yu k, on value le nombre d s perronues qui ont pass U nuit dans lequ ires et les parcs de la ville i plus d'un mi lion iv que n'clamenl les allis avant l'vacuation de la zo le (ta Golouoe i iiNDItf.S Le Texte de la note de ullis .'i l'Allemagne au sujet des manquements de cette demie re puissance a td pub ie par la prs e Dans cette note, les allies .l'inuil L! la supprrs-ion du granJ tal m -jor allemand, U d militarisation de la Schulpolizii, la rdiu tio:i des forces militaires et la destrui lion des grands aie li i> im lalluig ques deslirs la I ib le iluiQ du uinti iel de guerre t au cette note, les allies rom nui q i--.it que daoa 1.1 s II i II l'ait rend coup h e II vi > l.rioii ib's i und lions di d nn) menl ip e Hdai .1 tm le 'rat d-) N irai Iles el que pour o > emr |' vu ni iin deCVogoe, la g' uverne m ni all.mm I do t siifiprimer le grand tilmij.r et rd ire lei cou toganll de U p..|icedij 180 0 0 I .Si) 000 hommes rn faisant dif paratra le cara.ire militaire qu r(..••.-n t.actuellement la S but/ pui/"i Les flleli-rs Krupn siM que .Lui: autres tablissements metillurgiqu similaires et l., tables h li librication d i matriel d-t gnrra devraient tre totale mut ilcliuiU. tt laroc I'AIUS— AU Varoc, lis RilTalni n:ii dcleDChl bi-i une 'ignureuse il que sur le centre liaaoaii %  luiiranl en que'ques point tiav. r-er le Duergha notre contre u'I q ie les r jeta au del de nos lignes en leur iilligeant des perles lrU use M Kl II.I.A ( Mi. roc )— D aprea in l'urnalions reues des divr • .• l'i-itiuns avances, les rf-'^i .t. Il DrVieux el Gi lis se dp-n se-ren particulirement en am b i t de toutes for es l'mdroit de lei rs nombreux invits parmi les quels on comp'ait que'ques uns ve nus de l'orl au l'iince : Vme I:r nest .Nidiil. Melle Lise Chne/. .Melles Muoicr, Terionge, Llh r Ju Louis, tes membres du ci mile du cercle Kmina, Mme Kidric Gaetjens, Melle Li ura Nadal et du el dea homn.es : MM Kmile \i tal, M m il l'n /-.i. II. lei longe, G. Munier, Emile Cr-ff, Paul Ko main, HenJeanlv, llrard 61s. M. et .1. Ilarreau, F. Ast'e, K. Gaetjens, Louis Nicolss. Paul La u. 1' (ieorges tSug. Il ; etc. etc. A la suite d'un dner de gala ol fert aux invilis. Mr Frdric (aet jens dans un speech bien loi rn r. n.ei 1 1 le •'< mit de dreti n de 1 fliteiiiioii nom le Cet. le Bellevua dont il est le vice pisident avait t l'objet de la part des membres du nouveau cercle mondain auquel il souhaita loi gue vie. Mi II rr II ynau 1 trouva gale m. ni dis mots heuieux pour re me.cier l'assistatee et loul particu lien ment les clurmauts bt. s va nude Port au fiii.ee que la Soci t logoaise tait si heunuse clac cueillir. L entrain que mit A son comble une musique dlicieuse ne discon (mua pas un iustant. et ce ne fut qu la pointe du jour que l\ n ae sepaiu enchants dis heures char munhs vcues en aussi ag'able .u.p -Ile. Le Conte Hulin Tarciella Parisiaiia Mardi L Aiglonne '. i & t te pisodes i.ut00 : OJ cta Messe de Requiuai Monsieur Lonce Mnlas invile 'o.ses) aiuis 8 une messe Je Itequiern, qu u t. 1 chanter a ni Cha pflu %  de 1.1 Mu h iel..i .itreiedl 10 du 1 oui ml a li h mes ou matin eu ii.iii.'.in Ut su legrtltee mre Mme Lise bal eur. bu ) nssislilil, vous I. i du 11 .r. une nuuvene p.euvc d sympathie, l'or.-iu Kioea, la larjuin tt23 \ Gia-Varils Jeudi soir il nous sera do n d'assister Cin Varits i un spectacle vraiment unique. L'illusioniste le plus lpul dans le monde entier qu'est le Comte III LIN TAHMEL'.A aicoteradiB expriences ju^qu ici inconnues par ce que de son inventi m piopre. On dimeu^era /merveille q nd on verra une personne su-pindue dans l'espice sans aueun point d nppni que le II < le ma,.'que de Tarniella. I 1 luucaa s r.t complet-quand on assi lera aux volutions de Mme Osini Tarniella, la clbre somnambu'e arienne qui travailla de\ int le ijr.nd Flammarion. Tout • %  nierveilleux programme sera donn aux prix suivants : 9, .. Loge et Place rserve (• >-oo Premire G. 3 00 Knlre gnrale G. 2-00 C'est don: une Soird'un a--nt particulier sus ceux q.11 ej j il L u Jl. in 1 '.ju :dd sj u 1, ,,i • a 1' .ccsaiij d: u m -i. do mur legreltee : >lni.: Ur 1. ... 1 Jeau Qt %  .%  ,'. .vl.iie II uoil. i s ie> pneui jcroire a laur II .' .n..-1 .iiiiu 1 %  Ci;.'-, k 80 Al ti l'Ji.. Mouvement des Navires Il Ml aueilla CiM .-tllMuie a li .1^,. ie laa *>aaiera iuiaau su. vin : v ,10 1 vdrs li 1 i j.i \ coma .,, ve nui iU %  .11-1 >:.i et ,>iii,uii le in' ma jour povii lav York, Uem m >.i vers le li jmu pro bain venant di Amslerdim. Sauli.igo de Cuba et Ivcg ton e' parL.it le m me jour pour Cap llaitieu.* Pi'ven r vdnl El i.iVv.r.ir l t\ f-. I( mi-f* L t Eloignes Ificiiu. .devoir, ivi' ilu Savo" I..I. t-.. il mqyaii \ cl \r pluf '1. .le I.' KM i..in|i.i1i.. f^T Non i*uln".•' 1 %  > / f >, %  •," r | d,,,.,,.. '^V nui* r'*i %  • t *\v^v* ah lij uiu* ealmanl* tf HE e o H o d] XLB issu---: Slfill jjnu? ' iilicvc V y •SAVON EKR i Iti Agence yurale WISATGO Rue de tronlt-tost* 110 liue des Csars rbancoi Telephoc t Si


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06442
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, June 08, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06442

Downloads
Full Text
IMPRlUEl*
Clment May loi re
BOIS VKitNA
1358, Hue Amricaine
Le ualin
Quotidien
TELEPHONE ) 24t
l!*a).l loufvirs BirCJ J i elle on
lienl vi'riii' qu'aoe itrra n m
M'II-' ehoq i Mi c le ap trana,
('si iouj mr; el le'i'e ii mii pra
(ju'elle au>'a c it'<' 11 ilo x *' - t *-
i|lie Ctle m'iim-i' lubsitlar dans l'a\ soir HaryBitiille
jt Matiw
l^e ANNEE N 5523
PORT-AU-PRINCE ( HAJTll
LIWDI 8 JUIN l3R
PETIT CROQOIS
NOS PONTIFES
Notre doux pet l -v- e*t ut
actiiect celui du f (Juan*
moi > et du ijeatu tout Cetie
opinion se ji.-'iii.' particulire-
meut par l'audace des moins
prpars se donner des nirs
d'impoi tance en toutes occa-
tuons, dussent-ils se couvrir de
ndicule: ce qui fc'ttt vrifi, il
i.'y a i as longtemps, dans fin-
it' iessante question de parall-
les hrsquau gr d une fantaisie
imbcile le jugement de tel ma-
thmaticien averti tait a priori
considrJaux, -en mena temps
que celui de tel autre homme
de science enlevait les suffrages
de la clientle ingnue-
Il n'est pas rare chez nous
He voir un primaire avec un
sang Iroid surprenant, s'enga-
ger carrment dans une discus-
sion sur un point de droit de-
meur litigieux et, brusque-
ment par une sentence d'une
incohrence dplorable le tran-
lier militairement, croyant ain-
si avoir solutionn la controver-
se la grande surprise des an-
tagonistes interdits.
S'agit"il du temps qu'il fait
; ujourd'hui, de celui qu'il lera
demain, au'un coupd'il liatif
jet vers l'atmosphre suffira
pour que votre bonhomme so;t
aussitt nus ig , et abondam-
ment il multipliera les raisons
mtorologiques pour qu'il pieu
\e durant des jours de suite ou
rodr qu'il n'en soit rien pen-
dant une pno le qu'avec une
sret dconcertante, il situeri.
H un importe si peu q n* see
, ronostics soieDt faux tque la
irocliauie lois qu'il vous entre-
tiendra, ce sen pour foin par-
ler tout au long de l'lectricit,
cette ton;* demeure pour-
tant inconnue, bien que son
application soit de plur en
I lus ellica-^e. Si par un hasard
malheureux l'clairage de la
ville connat un temps d'arr'i
vous serez accul subir une
dissertation scientifique au cours
de laquelle les termes voivr ,
e ampk.kk . COURT CIRCOIT ,
Kilowatt r. viendront comme
plaisir, el si enfin par malice
vous manifestez le dsir d'tre
renseign sur ces expressions
techniques et leur valeur. ai rs
un long \erbiage vous l'aurez
t de moins en u.<>,u .
Tenez, lu question amricano-
hatienne fil complexe, occupe le*
loisirs Je bon nombre de gens in-
capables de n'y lien entendr*, mus
qui, cependant, l.t discutent et y
trouvent souvent une solution si ta-
cite el si inattendue que le probl-
me qui sen. blail tout d'abord n'of-
frir qu'un intrf-t thoiique se rduit
simplement un axiome vident.
Ces |Our>-ri. on ne peut faire un
pas sans s; heurter auxisrerts
ili u i i i- qui | t-.it nt i propos
du nouveau tarif propos par le
Conseiller Financier. A!oia que
les plus avertis, ceux qui ont une
longue pratique des affaires de no-
tre march les membies de nos
diverses chambres de Commerce
rclament un dlai suflisammenl
prolong pour >> prononcer et sug-
grer au b oin certaines ides
utiles, ceux-l ne sont arrts par
aucune considration et d'un ton
doctoral, tlag-llent ou partagent
les vues exposes par le Dr Cum-
berland avec une telle autorit
Su on se demande comment tant
e pui-sant- cerveaux u'ont-ils in-
yms dean er le Conseiller Ki
aancier et lir*f notre commerce
av ce chaos qu'est pour lui le tant
n usag.
.es petits aper i carrt i.ue clase le nos p m lifts lui
peuvent |'|lra quelquefois incoas
ciemment. VJtis ct d''iv, il
t'en trouve gi'.eaent d'autres i i
pour avoir quelques petits dons
se croient marqus du sceau du
gnie et, se plaant sur un piJes
tal qu'ils se sont lev tout s- ils,
posent a la lagon de certaine gloire
antique consacre et honore dins
les temples de l'art.
Ce type, l'observateur le cou Joie
un peu partout et pour parler fran
i hement, nous reposant en cela
sur notre propre exprience, il se
retrouve plus souvent qu'on ne
pourrait le croire dans notre cadre
prolessionnel o il ne s'embarras-
se nullement de compliments flat-
teurs qu'il se dcerne sans fard.
Le fait-divers qui sous sa plume
est n devient vite un joyau pr
cieux dont il y a lieu pour le quo
tidien auquel il t a a accord la p. i
m u i le a'en orgueillir Son dernier
conte, il allume hautement q ie
M. Maupassant l'aurait sign !...
Anatole France n'est plus que
France tout court, et s'il lui arrive
paifois d'invoquer certaine pense
du niMlre, c'est bien dans le des-
sein de crer l'occasion pour qu i
sa cite lu mme, essayant ains
d'veiller dans l'esprit de chacun
nous ne savons quel tmraire
rapprochement.....
Des Pontifes!.. nous en avons
chez nous dans tous les genrs,
depuis le violoniste sachant
peine tenir son archet et se
donn uit po ir un ar isle accom-
pli, jusqu'au politicien dont l'i-
gnorance et la corruption ont
const rameat servi piralys r
toute action bienfaisante, mais
poseur, jouant toujours d'auda-
ce et osant s'offrir en exemple.
Li littrature a t dans tous
les milieux un terrain dira
c? spcimen u'hommes el il
nous revient ce pr.ipos une
petite aventure, qui pour r
m M au compte de rjiie'qiies 's
prits d'un sicle dj loun.n?
gagne pas moins < tre rapp~-
le, tant elle dpeint un senti
ment perptuellement vrai :
Lirmth -Hoilir lut un ut
leur du XVIIIe sicle qui com-
posa un grand nombre dop
ras. Il a aussi publi ria nom
breuses I bls, parmi lesiueHei
il y en a dettes ingnieuses. L*
pub'io ne les gota pas cepen-
dant comme elles le mritaie il,
et quand elles parurent tout h
monde ale-M l'en dire du m il
Au cours d'un s>uper qu'
runissant qui pies beaux ei-
orits, on latlbeit, un soir, sur
le pauvre l'abulule.
Volnire ojui lit prsent prit
aussi I* pirole:
M ssieurs.lt il toua-MM
parf litem -ni raison et vous j'i
g'z en cmmiseanM de cime.
Q-jslle diirence du stvh de
Lm^lh celui de Li Koi'ii-
n-e... Vvez vouslula dernire li-
tiri d^s PabUl 1 Li Fontaine?
Non r^po'idit-on.
(J ni rep'it Vo'laire,vous
m coniisiz pu citte bille
hbh qu'on a Iro ive dins las
paniers de ftlldenP la duch se
de Bv.ilbi? Il lit aussitt la
f bla. li lJ lut trouve :hir.mn
te, "dmirable.
Voil du Li Fontaine s -xc'a
mient les l>-iux esrib;, oinns
seurs mrit s ; c'est la niture
quelle navet q nlle gr.r.e '
VoUvira jouisiiit la ce con
cert d'loges.
Messieurs, finit il pr U
d r.-r, la fable est ie...Limo''ie
S'uoeiir !
Mais quelques malins se 'a
firent rpter et aec les m h,
IMPRESSIONS d'ART
Libellule Dclaration
A Lunovu Lamothb.
Batiste et Linon pur iil
CHEZ
Mots suggestifs et sduisants,
viciteurs de t m tresses et de
rves enlor uis dans l'inagini-
tion de Iarii>te :... appellations
poti ues qui expriment des ef-
fort subli ns f*its Je nuances
I ) n ines et subtiles, d'harmo-
nie profonde et in uitaute ;..
m >ts rivaurs caractrisant l'oe i
vreann*. qui est ren lue l-s
soirs le spleen et de souvenirs,
avec toute la mtgie dont s'agre
mentent et s'lectrisent les
doigts ench tuteur*, qui garhnt
en hur ru lasse apparente tint
de voluptu-ux secreis q l'on ni
pntrera jt mis,... et q trau
ilerat et qui siol -nt ;... r.-,tlisi
bons talentueis!s et discrtes
dont les notes somb esounerveu
ses, lentes ou rythmes, crjnt
entre le pianiste bt ses auditeurs
un3 communion de pens s le
v!es, connu une .-'une mu1 pie
qu'il inciriierait et do it les b-i-
h m sous lor.n s d'efiluves j po-
reux et ioaiitittibl s vous p-
ntreraient 'e cur...
Dclaration et Libellule, im-
pressions spontanes du p>-l\
stvants travaux de l'artiste q 11
e *ran I public ne connatra j i-
mais. .
Un^biTi egigantesq h s' st
dr sse entre Lu lovic L'in>ih'.
et U toule incousciene. L)3 ri-
res iciens et quelqu-samt
teurs I ont franchie. Us v >u
drue pntrer la retnite lo n-
laine o s bauchent les joli*
compositions, cette Citad-dle
dont parle Maraucourt, feule
p opice l'closion d'n;uvres
imprissables.
Mis la Solitude a vite lut le
cter entre l'artiste et son llve
un culte du Silence, un got du
myslr\incomprh-lisible,
qui enveloppe Ludovic Luno
the il sa vu, lont on ne ton-
nait que d'anciens et inalira
bls succs aux arrire-gots
amers, tisss de la bile envieuse
it ridicule de pales vilains:.,
une vie irrm*di blement 1er
me aux sourires les plus cor-
diaux, qui remmorent l^s I n-
i h i nains ch gnns de vic'oires
incomplet' s. malgr les plis
annab'es qui les cadre t et la
spontanit nave qui les ani
ment.
Face face avec lui mme,
l'artiste entend se lamenter les
appels irrsistibles de l'infini,
hur ouvre une me meurtrie
par l'.laudon, creuse de bles-
sures loulourauss. proton les,
aussi impressionnantes et sensi-
bles que la Vie is ingrate; et,
ail dune cu!iu averti , les t-m lo- n >'t les ex
triorise pour son aviredilec-
tion pertonoelld et lenteole-
m'iiU'l'-int le jujlques cuni-
r.i le' et in it'u-s...
follSeherzv o se rvle
une sentimentalit bi/.trre: l
\ tiU de Concert l'inspiration
large et proton le, l'une inter-
prtation rellement difficile :
les Iraarjues 'originales, dnues
de toute reimiutsceoce. venus
il'uii : n igioatioo trs Dell*, le
l'attifement uo cur plutt
m ila lo... et qui ont no n FmvI-
i i lAlbum. les'.' spignotes
qui forniMit elles s'ues une
n ivre comp'tei tiMViill.'i1, is
siz connue du public, et lont
la forui1 dissimule toute une
sou-ce d h irmonie et d >s nuan-
ces Giptivantes de rythme;...
tous, des pro ludions dillren-
tes Jes pretn rs VallM de L*
iiiD-he, et constituant, n'eo
pis douter, l'eQort ul ime qui
vivra.
Au cours dJs eu lions inti
m-'s, dinpiii, lieeliiove >, M ni
delhs'iin, Shumann, (lie/,
M )-Rokkv, Itnlimaninoll.sont
i terprts. I^es indt'et compo
s lions ilotit il est l'ininieui
crateur.sont aussi exhibSst par
l'artiste, lilles contribu i il a
tiausl'ouiij^ijuiiioi^ i'i I reiila^ vjuji^ tes conceptiois
artisti |ii&fff!m.iri|ii:ibles o i i
prieures sont vcues, des ren-
dez-vous qui tranchent sur la
banalit le It vie mondne de
chez nous...
L s amateurs qui y assistent
ont souv nt entendu, inter-
prttl par fur auteii.-. Llbet'
/,(/- et Dclara'ion Ils savent
de quelle Irai heur fuis.Million
spontane est ne DdcfarofMii
et quelle < ulture d art, puise de
trs loin, la lont.iiue claire,
la so iree lointaine ou s'est pan
che seulement lime des illus-
tres matres, a invent Libel-
lule Elle demeure une imita-
tion fidle de la nature, uu> im-
pression d'art renie comme
elle i t p. ouve, agrmente
de toutes pos-ibilit de nuan-
ces, e^ dja Hliioul C''lle Inrmo-
in milancolique et en lorman*
te qui est l'une les qualits in-
discutables de Lvnolhe, qui l'a
puise che Chopin...
PaolLALEAU.

ds
^s "ar, ,a 'ro i V'it
n- uee'lem3nl ll s'iu.
T.h^z t.nus, c'est I m'mo
r.'im ; ni' l n : 11 i-
g! mut sur !i vale ir l'un :rit
oi JWii. J.'jUoq Q-V: |U'
Avi* de dpart
Les dpclics pour New Yo. k e'
ll.urope ( via X York direct; par
le -Mu ner Au on keront fermes
>en iredi 11 du courait
Fort au^Prince, le 8 juin lttij
Ir Louis D- Berrouet
Nous avons reu ce matin avec
p'aisir en nos bureaux la visite de
antre ami Berrouet, prsident de
la l'nmmission Communale de J c
mel.
Nous lui souhaitook la bien
venue.
en *st Pii*nr?
l'n ar'iclo de jo '!, une
pice de ve's. une p ge enfin
De valent qu3 par la sig i-ture
qui st au !>
t >h I Po ul s do la littratu-
re, quels bons juges que vous
faites!..
Varits
Mardi
L flasque aax
dents blanches
Ile, l2o et i.< pifudea
Entre : O.EO
U- L ....-----------------------------^=1
Au Sacr-Cajur
Hier, au Sacr Gi-ur, *de non
breux enfants s'approeuaieni, pour
la premire fois, Je la Sainte I ble.
i i.iu lU-.^lise, pare ma^iu'i |n-
n in ..c e ornements d- jo rs
d i"e, la crmonie se dro la
dans le plut pompeux apptra' r-li
gieuz tandis que la chorale lawaM
ent . Ira taa plus beaux c^ntipies
aparcrprdt a cette neuuelle II
oui -i iii.
i v e.' m sse poi ill nie cel
h Sa (iHi S ii Mgr l'Ai che vaul
d; IVt au Prince qui donna aussi
la i iiilirnution.
Stambouly & Sernile
O vous Irouveroz au^si du crpon orit-nlal,ratine
voiles et toile i drap Iil.
W0 Fraies
: ' Cin-Yarts
C'eat aawl tre parcaque ao Uuo
tulien- n'i nt pas salu l'arrive
de Mrs \ ili. e et Preales avec un
certain engouement, nu c'est aaus
doute c Mise de l''jnne* et de
l'aflincment qui oarattriaenl l*ui
talent et que Le Matio avait
m-ii il.- au lendeuvun de U pre
inire. qualitsqui nes'H|ontaient
pis celle", cries nombreuses.
le La en Bayer, ipie 11 public
de Port au Prince n'a pu rempli
hier soir la salle de Varits.
Il faut bien qu'il J ait eu notre
culture, en i<"s profon leurs Im'n'ai
ns de notre sensibilit une sym
pttliie pour ton les ifenres, et mft
me une prfrence non dipstmu'e
pour le bon u-n U et t ut ce qui
exprim leratllnement inn de l'ea
prit Iranes Sans signaler la Ile
vje trs spirituelle que nous de
\ r a la bonne humeur de Mr
\ alle et l'resles, nous nllirmons
que les chansonnettes et posies
( dites in tout par M. Valle ) au
raient sulfl V ner ur.e almnspli
re de rel enthousiasme Varit
hier soir.
Les amateurs du bon iront et de
l'esprit ont vcu des minute char
mantes. Mrs Valle et l'reshs vou
diront bin. A l'intentim de ions
ceux qui ne l'ont pas entendu,
repr. i dre (iarJttnJt l'Imrt nu ils
donn 11 une note relle de leur
beau aient.
Kl ce sera sans que noua ayons
hennin d'v revenir, tout fort au
l'riuce qui s'associera a ce joli r
al.
Le 25me nufomira de
S- I. ie roi dliulie
Hier.'galions et consulats tian
gers a l'oit au Prince avaient ar
linr lents couleurs respectives en
1 honneur du .' me anniversaire
.!' li in 'ni' nt m ti ''ne de Victor
I ii-ii iii ! ill. Le Prsident du
i. iiiveriii-iin n1 royal d Italie S.K.
Monsieur Mu-solini avait demand
au tteprsealnnl italien en Hati
de ommmorer cette dat avac le
plus d'clat porsihle. Au*i toute
a colonie iln'ieniu- -Vlait elle grou
i e autour du Charg d'Allairae,
M. Allred de Maltis. pour cel
brer 'I anniversaire.
I.h fte dbute par l'hymne na
ti i ial d Hi i u. par une ptnlli II
m mi pie |i te. Au Champagne,
deux beaux al vibrants dis o is
dirent pron n ca p: r Messiniis
A"r. I de Mail, is, l I arg d Ml i
r- et l.iiiili Sepe, hicrlaire de la
Chambre deenmneice italieune .
puis plusieurs membies de la co'o
nie aj >u'rent quelques m ts de
li in Miutiail et de dvouement I
I ur Souvirain.
Par une dlicate attention l'h\m
ne national hatien, que tous < oe
liftai debout et tte nue. eltun
la crmonie
i.iue la aLgat:on d'ItalieCagre
pour Sa Va|ist tous nos voeux
dt-"tionheur !
l'on y rira....
l'on y chantera...
l'on y danaeia.... :
el pour cela....
l'on t/habillera
chez paul t.uxila.
La Bataille
Pariiana
A la iepicntation d di r de
"La Bataille",cettt grande fieqif
ili.nuotiqnc de (Claude I arire, il y
eut nue salle tellement comble que
la lrortH>u, ser lu monde.
L'elte soire fut donc un des plu
lieaui triompliea de cet inlnssant
tabliscement, et comme le nom
bre do ceux qui n'ont pu assister il
la projection de ce chel d u-uvre
ciugraphique.thit.ou peut e dire,
aussi tirand que celui des privile
gis di la fortune qui ont eu In
bonheur de l'appl-uidir, DOI .ri
\ini que Muir Tilih Munira en
donner une nouvelle rrprftnta
tion. pour n cire vraiment pat eu
reste vis vis du public
H- Camille-'-amaiTc
^Ce midi nous avons eu l'agrable
surprise de revoir notre ami i .
mille Lamarre, Magistral Gomma
nal de Cavaillou.
M- Ludovic Riaaud
galement ce midi, le Prfet de
fArtflnaiMrrhcni de Logane coi
a rendu visite en nos bureaux.
Nou leur ranoavaiou kkMee n< s
ij pathies et leur aouhaitous nu
Ign ible s|0ur parmi nous.
A la Solidaritc
I v a eu une lus belle snuc -
hier feAia m di cette lalrastaota
socit compose en majeure par-
tie d'ouvriers de toutes catgorie-
Les trois principaux pointa de
l'ordre du jour lurent remplis par
la rception de neuf nouveaux mi m
bre auxquels le pr> snleut Mi
l'..i- | mi,.nia ;i bienvenue aprs
leur pre iati< u de serment lu l> c
ture du rapioil de la tlommi sion
charge de la vrification de la
comptabilit du l'isoner, BOCO
s;,nt une balance eu caisse ellecli
ve de plus de dou/a cents dollar.
enfin la causerie du m mine. Mr
Mexile sut les typographe et ia Iv
i ogra|lue
Le i)oiili lein.ier nboidu sou SUJel
eu liii-anl l'imprimerie, cette merveilleuse in
venliou, i la dcouverte de la-
quelle I homme pouvait rpter 1-
hat lux de la gense. Kn eflel.
ave l'imnrimene, reproductriceei
prop gatrict de la pense, c'est le
Iri-iPij lie de la liimn'ie de l'intelli
no0( Burle tnbres do I igi.oran
ce. C'est le sicle de la Henaissaii
ce qui MlieUe a un sicle de di i
iliine. l'eat, en raccourci, le re
nouvellement le la face du monde
al la mai' lie rapide vers la civili
set ion moderne.
Puis Mr Mexile s'occupa de la
physiologie de l'imprimeur, l'lu
(lia depuis son ilhutre patron Cul
tenherg. parla de ses dbuts m
destes, des diiTicultea rencontre-,
souleves d abord par les copiste
qui I accuarent de sorcellerie, par
ce qn .avec ses immacul lettres
de roulai qui imprimaieul les ma
nuscrils et p:opgeaient le livre,
iianerdaient un gagne pa>n assur.
Kien n'a t nglig de la vie du
tvpogrspbo et du rle que |oue
dans l'volation scciale ce peintre
de la pense, dont les earoll
qu'il minipuledang la casse de l'a.
telier. arrang et trarutlorm en



1 NDELYS
donne un teint le lv s
i

*
; MM
i mm
< il lhau \
.irf.irti'r -
i i.rn . Vlaf* m
/ ki Me,
iJ : un ptrh
'. ( a '-j-
i'. .
^"""aW^
-, .1.,..

J* JM SEC-
* i ^ PARIS
- -- '
forge faillani 6oo -i ataua
Mf rra li nui i un i du hvi ou du
J( i n i 11 in it qui les tottoni de 1 F^lise,
pi < i i -11,1.11 I plut |>uistut6 que
11 > dti Col I- il aiii.i es ou des ai
I 1res du monda.
Le n iili'iti ciei lumina en sou
h: liai.t que pi ur I volution de
i du |. \>. il v ail plus de licteurs.
cr, aiiiniji'ii i il, quel que foi!
lo | li ici Mi g< (le tes ils lin qu il
impoile de diminuer far la fi
quiiit..ii n ililfulnire de l'ro|e,
it i.i n I ie n-iii ml de u ux qui
i n iit, -l i tlilfl du leu de dve
ii 111 ut ii i de lu Presse < lu / nous,
h L utile (il I blaol guide de la ci
II isulion.
< i u mi un le \<,i. la rauseiie
d I 1er a l un nouveau succs
pour lu Su iil.iiili- dont le luil est
u iiulii i se n.ni.Lies a tniiit les
n iiiiiiissi.11 s i|ui o nliibi.eril .m
aivalo, pcmeul de l'tie moral de
j'.i ui ot>, en ii.i'ii.c tmps qu die
ni i n m i ( un ion ours apprcia
lie di i s lis moments de D.aladie
< u de 11 licite.
A i.i | ru haine lunion, Ve v.
(ni mu- i mu lu i.di.i li s locilauei
du diOll usuel
Nouvelles Etrangres
Par C'ahU
fianailles
U bous Cil lait part ues lia.
cilles M Ht lie r'iiu.eile AUlie
twe >lr Mai ce] Sainuve.
.Meilleurs l'inipiiiiituls .. _
Carnet mondain
llill Upirs IlllUl.Ml .lali.LS 1 li i
Il 18, | ' -.'!' 'I Ull I I.M II U I.I..I
m Nmiiiiic 11 11 >..ii i.i. u..ii- ii m .
ralOLS PiU-dc Lhost .VM. les.
Ci i ^e llcrs d'i tat.
I. union c ndiale nu eoun dt
laiji-eiie les ^itmuuaiita IbofOM
i liai u cieul i .issislaue pur Otl
airs i Imisis i(ii eues ixe.uliient
<(i | iui.o.
t u i l.nii | i-gnc, le nouveau li
s il ut trouva des nuls heunux
I iii nn.urni un loi de piUs ces
I.OLI Hll.ll S ILl.l^l.t.
-.M- BirttTlUe-T-^
Le pisideiil de la Loruujitsion
Communale m bM Mail nous a tau
n gland piaisii .le Doua tiaiurca
n aiiii.
i 11 qui -'u n d'administrai m n
iivanl i 11 Mi de 109 0V ne i la
( pilule, le - |i ur n i le i ode mi i
ItbioiiMl.e lira (!> luurit ointe.
Conseil d'Etat
\ la leanca de ce malin, le
il 1er I niiotlie l'aret udpo
un p i (i s tiou de loi qui lgalit
I. I du Dl i|" .m 11 la lue au
1S M,i
Ce qu'on pi'iisr on glle-
,in ijjoe les piigeoooa
tics Allie*
BERLIN- Le Dr S. ha. lit, pr
-i l'm le la Ituii liKbank, commen
tant la n le des allis a fait la d
ri ira'ion suivmle aux journalh
tes : f Nos nerfs sont sur le point
d clstnr et a moins que 'es puis
sitoces allies ou Btnoclaa n'abao
donnent !a politique suivie vi< i vil
de l'Allemagne j'i q i* r* jour
La clnuJi.rj alemi de fora ex
riloaioa U'un momenl l'autre et
)ieu suit quelles en serout les
consquences Dans 'es milieux in
dustnels et commercinux l*ex:gen
( e de la note des allis dernan I i ni
le dmantlement d>s raniU lu
hlissi ment:" mt.illuiuiqiies, i eau
se une r.inde motion, car si tlle
tait adui'se ses i-nnsqu uc- s au
raient mie lpareuM'Ofi rnr>e&l
sur la structure fcouom'qu s du
pays.
LhlK la Russie cl le J.ip in
W ASIHXt.To.N De nouvelles
de s'iiiirr autonse ioiliipiP.il qn'
un conflit arm pour le eouIrcVa
de la Chine est imminent entre la
ltussie et le Japou.
Les vicliuit's i la vaqui
de c liaient' aux liais U i*
L^I'ilICAGO Li vague de chi
leur a caus la mort de 7o nerson
ns dont 30 dns us bl'ts de l'est
et 4-( dans ceux de I ouest A N w
Yu k, on value le nombre d s
perronues qui ont pass U nuit
dans le- qu ires et les parcs de la
ville i plus d'un mi lion .
iv que n'clamenl les allis
avant l'vacuation de la
zo le (ta Golouoe
i iiNDItf.S Le Texte de la note
de ullis .'i l'Allemagne au sujet
des manquements de cette demie
re puissance a td pub ie par la
prs e Dans cette note, les allies
.l'inuil l! la supprrs-ion du
granJ tal m -jor allemand, U d
militarisation de la Schulpolizii,
la rdiu tio:i des forces militaires
et la destrui lion des grands aie
li i> im lalluig ques deslirs la
I ib le iluiQ du uinti iel de guerre
t au cette note, les allies rom
nui q i--.it que daoa 1.1 s
II i II l'ait rend coup h e II vi >
l.rioii ib's i und lions di d nn)
menl ip e Hdai .1 tm le 'rat d-)
N irai Iles el que pour o > emr |'
vu ni iin deCVogoe, la g' uverne
m ni all.mm I do t siifiprimer le
grand tilmij.r et rd ire lei
cou toganll de U p..|icedij 180 0 0
I .Si) 000 hommes rn faisant dif
paratra le cara.ire militaire qu
r- (..-.-nt.- actuellement la S but/
pui/"i Les flleli-rs Krupn si-m
que .Lui: autres tablissements
metillurgiqu similaires et l.,
tables h li librication d i matriel
d-t gnrra devraient tre totale
m- ut ilcliuiU.
tt laroc
I'aius Au Varoc, lis RilTalni
n:ii dcleDChl bi-i une 'ignureuse
il que sur le centre liaaoaii !
luiiranl en que'ques point-
tiav. r-er le Duergha notre contre
u'I q ie les r jeta au del de nos
lignes en leur iilligeant des perles
lrU use
M Kl II.I.A ( Mi. roc ) D aprea
i- n l'urnalions reues des divr
. l'i-itiuns avances, les rf-'^i
.t. Il d.o le piT les f. rces fraiiici
M lirigeal vers le nord les uuto
rites mililairei espHgnol' pi-n
rent de grandes prcaut'in s alin
dvil.r un coup de main des for
ces marocaines lur Annual.
L'- Cuiiinet Iranais
ci les Snci l'isl.'s
PARIS Le. rsbinet a -outen i
hier I une des plus srieue st'<
ques diiig^ei contre lui depuis sa
formation parles iccialblci a u.e
|.nl et M. Loin In ur d'une ^u're.
Un accord est suivenu aprs ni.e
confrence dite de | a x la
quelle prirent part Ira r'gu.'s
des gsurlies. M. laiiliux cdsnl
aux iislances du parti srcia iite, a
accept une transaction qui con
sis le a raliser simuliai mejt l'
q ilibre du bndg t el Us nfbimes
linancieres , le cil ULe d.sjliiian
ces soutenait qu'il tait niarsaire
av ni loul autre |_rob'me dtquili
brai le budget.
Tiiiluini Cucliarisliqiie
A l'occaiion li la Mninnite le la
fle Dieu un Triduum a ejrnaunc
ce mitin la Citb tdrala. La mana
d: ce malin a t dite ti Usa *
et demie, elle_ a t suivie d'une
instruction
Le j'vir a (i heure* il \ .mr.i ur
mon suivie d* la bndiction du
Trs Si Sacr m- nt.
Dimain maaaa I i bru el quai-.
nivia rg lement de l'ioilruelion
et le ann si mon i 0 lirr. el demie.
Mer.- e li. Messe .. la mme heure
et Sermon a 7 hrs moins la quni.
La premire journe e-t consacre
aux enlanls. la m i)u |,. im i,.m
mes et la de. mre lui hommes.
A L..gne
Inaugural nu ''u C'i< I
' 'Anaraona"
i.'.'-t 1 nmme nous l'annon. uns
ces jours derniers sameib s tr q a
eu lieu le bal d'inaugeralion du
len le Anaraona
Ce fut une fte a'ur'nh'e au
cours de laquelle It l'r^idei.t du
l en le Mr TlillU Lochard, V. M.
Hurr Bavnaut, Vklof Lacomb<\
Vagistral ( on mimai. Louis Astre,
le> Dr- Vieux el Gi lis se dp-n
se-ren particulirement en am b i
t de toutes for es l'mdroit de
lei rs nombreux invits parmi les
quels on comp'ait que'ques uns ve
nus de l'orl au l'iince : Vme I:r
nest .Nidiil. Melle Lise Chne/.
.Melles Muoicr, Terionge, Llh r
Ju Louis, tes membres du ci mile
du cercle Kmina, Mme Kidric
Gaetjens, Melle Li ura Nadal et du
el dea homn.es : MM Kmile \i
tal, M m il l'n /-.i. II. lei longe,
G. Munier, Emile Cr-ff, Paul Ko
main, HenJeanlv, llrard 61s.
M. et .1. Ilarreau, F. Ast'e, K.
Gaetjens, Louis Nicolss. Paul La
u. 1' (ieorges tSug. Il ; etc. etc.
A la suite d'un dner de gala ol
fert aux invilis. Mr Frdric (aet
jens dans un speech bien loi rn
r. n.ei 1 1 le '< mit de dreti n de
1 fliteiiiioii nom le Cet. le Bellevua
dont il est le vice pisident avait
t l'objet de la part des membres
du nouveau cercle mondain auquel
il souhaita loi gue vie.
Mi II rr II ynau 1 trouva gale
m. ni dis mots heuieux pour re
me.cier l'assistatee et loul particu
lien ment les clurmauts bt. s va
nu- de Port au fiii.ee que la Soci
t logoaise tait si heunuse clac
cueillir.
L entrain que mit A son comble
une musique dlicieuse ne discon
(mua pas un iustant. et ce ne fut
qu la pointe du jour que l\ n ae
sepaiu enchants dis heures char
munhs vcues en aussi ag'able
. .u.p -Ile.
Le Conte Hulin Tarciella
Parisiaiia
Mardi
L Aiglonne
'.i & t te pisodes
i.ut- 00 : oj cta
Messe de Requiuai
Monsieur Lonce Mnlas invile
'o.- ses) aiuis 8 une messe Je Ite-
quiern, qu u t. 1 chanter a ni Cha
pflu de 1.1 Mu h iel..i .itreiedl 10
du 1 oui ml a li h mes ou matin
eu ii.iii.'.in Ut su legrtltee mre
Mme Lise bal eur.
bu ) nssislilil, vous I. i du 11 .-
r. une nuuvene p.euvc d sym-
pathie,
l'or.-iu Kioea, la larjuin tt23
\
Gia-Varils
Jeudi soir il nous sera do n
d'assister Cin Varits i un
spectacle vraiment unique.
L'illusioniste le plus lpul dans
le monde entier qu'est le Comte
III LIN TAHMEL'.A aicoteradiB
expriences ju^qu ici inconnues
par ce que de son inventi m pio-
pre.
On dimeu^era /merveille q nd
on verra une personne su-pindue
dans l'espice sans aueun point
d nppni que le II Tarniella.
I 1 luucaa s r.t complet-quand
on assi lera aux volutions de Mme
Osini Tarniella, la clbre som-
nambu'e arienne qui travailla
de\ int le ijr.nd Flammarion.
Tout nierveilleux programme
sera donn aux prix suivants :
9, ..
Loge et Place rserve ( >-oo
Premire G. 3 00
Knlre gnrale G. 2-00
C'est don: une Soir- d'un a--nt
particulier notr curiosit.
Walch our Slep
Il est bord du Steamer Culebra de la lloyal Mail
9t aniv.'ia 101 Lui t. le' WlaUtey UaWaM Wti'fr La-
"iteteiii'Z ce qui vous lattt U plus t.U possible, oir
la demande jtt iraiule.
(.'est 1) Wfskoy le plu, recherclu', de amatMir,
d llaiti et des visiteurs d'oui re mer. w^.
w. Qutnltn Williams^
N'is avis) l'Ilir.al de France. rt
Raodrcidindats
Mi le Of il mil Jjm, Mr et M,a '
liinui iUiii:. tijiijii. ijit} .uj il;
nuit, vte.ie r.u.ni HdUJil ei loi*
I uaraa msaLorae w< iuuiui
HjlOit, '.. il. ..'U : li:.)f/l, . "110 .':.... '.O (Il un, i. , U' 1
P.rtl a eiu^ro>s t >us ceux q.11 ej j il L u Jl.
in 1 '.ju :- dd sj u 1, ,,i a 1' .ccsaiij
d: u m -i. do mur legreltee :
>lni.: Ur 1. ... 1 Jeau
Qt ..-,'. .vl.iie II uoil.
i s ie> pneui j- croire a laur
II .' .n..- -1 .iiiiu 1
Ci;.'-, k 80 Al ti l'Ji..
Mouvement des Navires
Il Ml aueilla CiM .-tllMuie a li
.1^,. ie laa *>aaiera iuiaau su.
vin :
v ,10 1 vdrs li 1 i j.i \ coma .,, ve
nui iU .11-1 >:.i et ,>iii,uii le in'
ma jour povii lav York,
Uem m >.i vers le li jmu pro bain
venant di Amslerdim. Sauli.igo de
Cuba et Ivcg ton e' parL.it le m
me jour pour Cap llaitieu.*
Pi'ven r vdnl .
El i.iVv.r.ir l t\ f-. I(
mi-f* L t...... -
Eloignes Ificiiu..- devoir,
ivi' ilu Savo" I..I. t-.. il
mqyaii \ "
cl \r pluf '1. .le I.' KM
i..in|i.i1i.. f^T
Non i*uln"- .' 1 ' >/ f >, ","
r| d,,,.,,.. '^V
nui* r'*i '' t *\v^v*,ah
lij uiu* ealmanl* tf
HE
e
o
H
o
d] XLB
issu---: .
Slfill jjnu? ' iilicvc V y
Savon ekr

i Iti
Agence yurale
WISATGO
Rue de tronlt-tost*
110 liue des Csars
rbancoi

Telephoc
t
Si


<:
Euy. LE BOSSE & Co A vendi t
Agences- Reprsentations
Chaudivc verticale doui
ohevauv
S adresser au i Mai in
PORT.AU*PRlNCE
Agent8 gnraux de :
Hecker Jones Jevvell Millnj A .
KEW-YORK
I'.ii.-~ llujarian O 0 Uoula U >uge e'e .
F'^nk'-n ri'"* InsuraDce Compatir
NEW-YURE
Asauranci- contre HnosHidie
J Diamond latcli Ce
.Allumettes Sale Home <
0. S, fubber iiporl Company
Souliers ;-!
CIms F. latUegeft Son
Poissons sa's en tous (|enres
\|am:l;irluivs Lil'* InsYe Qy
Vssuran *< sur la vie,
Suiihou Tiens A.i
Vins & Champagne Ijord' au*
Ph, Jlejmar
COPENHAGI F
eurre Danois, fromage et runservss alimentaires.
W. S. latheffi Son
Tabacs jaunes et ncirs.
i.a
tVitionale
Sans Rival
Cigarettes rhanctehiis.e
I iivois de d enr
P. N. C. D J
|."ll fut demand .Napolon Konnparte dans la splendeur de sa gloire,
qu i tait le plus beau jour J m via? On s'aUeud .u te* 411 11 mppe a
u ie des grandes dale le ses brl lan es tictoiiea Ma,s suus hsiiei,
''liomnw qui pouvait alors s.- dire le M itre au inonde re,ondil avec
e m H assurance: <> lut le jour d e3 nserv du^randJC lie des millions de pli itographies, cependant per
?onne peut-tre ne l'a vu dans la tenue de sa premire Communion.
Vous tous jeuues gens et jeui.es filles qui aile/ bientnt recevoir le corps
adorable de voire Dieu et qui demain pouve/ occuper un grand nom
dtus l'histoire du pays et lu monde, qui sait '. offre/.un souvenir du
bsau jour de,votre premire communion. C'est^a la m t ^
Photographie Sonvelle
1
Clodonitj 'D* Juste
*12o7 Rue du Centre
Enlre la Prison et la Kue des Casernes
n e kh s rere/
les prix ie.- plo- nu d.--
lelephoue .\o 77j
<' la mi .oui n ml ei trouve.
dai le c le li 1 tllqae.
L
ALUMINUM LINE
N w-Drleans S utn
An rican llmij !s h
Procbaio dpart direct
pOQf l'orl-au l'IlD^e 1 ilitiiij
Le aleamer "Rils" laissera N dit roui.lui iiuili' loils les port ud.ilu.
* |3 a,,,j* laissera AcH d lea.i.s le ll juin cou
' il unecleincnl jiour forl-au-iiiuce.
Li^i-n\i^iiico s, 3 Juin tyi5 '
A. de iialleis el C, j
7 s
.... A9d*s Goeraui ___
I*
AVIS
Croquis l^meus K l
Lu vliailSOHS
. M ttivayt N i
11.

I Fianik Lattfjne
1.es deuv pices 11111-1. .. :es,edl-
ll 1 Paru 1901 en vente :
A l'ort au l'rui c Phci |; r d\ >e
au Cap Hatien : Pheie h,, h i-
aux G naoes : eu*/ M F . W
a P,- ., .fou. 1 .\l |-,,u, tJ ,
a l'i lioavc . Il / M. 1. Il ,Iku,
a atirayuam :cur Ji.fe.uiu, 1 u*, 1
au.\ uu icbci M.(irt.-t m 1 u. u.
Aux prix de 1 (,. la pice ou
5 G. les deu v.
U PARISIENNE
; DldUtUIWClIC i U lafHI
loti au-i'i i.k e, h 1 ,1
. _LKSSI\.i. iti.i'\.-.> \dh
^ l'ii'MI un UH
6oiua particuliers pour le linge
;.n. taux-cola, cliemiMS.
\ ma .-tu/ pieiuemeul salisfail
en euvovanl votre uu^e
Vo
2


3


Gariez hepmtlqtidn \'
ferm.
Nous sommes lgions ceux qui vivent d'une faon peu raUoooaUfl Noua
nuagtonada tiop, nous travaillons dur et nous ne faons pas .!.- .x rci.es
-- / frquemment.
Un corps -iain est la plus sure des assurance; Contre la maladie.\OOi d
quilibrer Otre dite. Choisisse/ les^nourritiircs qui TOOa re*taureronl i'nef
gie que vous dpense/ chaque jour.
Rapielle/ v.ius que le'.'uaLer Oats est prescrit paitout par lai md.....1
pour la bonne uison qu" <"e-t la nourriluro qui contient les |fl divan 1 I-
menls de la nature qu'il faut pour parfaire la nutrition.
* l.e gH I en 1-t dlicieux et quelle que soit la laeon suivant laquallt
!e pipaie/. le ','ual.er < ats vous donnera loujoura plus d'uargll qu< I
viande. Pour bien se poiter, maDge/ du Qaaktl Oats
Lon R- TUBAUO' Agent pour Hati-
Tfflater srit

Ceci n'est pas iire y
Car d<' la Itclame |e ne sais pas en faire
^Cependant si vous passez du rot du llurevi d
l'administration postale, A la QraudKue,
Rentrez a la Cordonnerie
Eriiesl Camille
^ Ja conscience
\ ous verre/. <|ue les chaussurest.<|ue ce soit sur
cjuauiande ou nonjSont laites avec ijcul, soins et
salidite, parcj i|ua \
eild^ toatsirlaiM qui y sont employs rpondent et
j initient le titre de la maison.
m
Surmenage
Epuisement
Mlancolie
Encrvernent
Ncvposes
nsomniss
N. el A. Acra
GrandSRuc
A ct\de Cave de Bordeaux ?
, -\'otllez-\ous voua habiller avec lgance, et bon
naarch.
Adressez 'OUI la Maison N. & A. A.IIRA
Dont la devlae est de vendre petit bnfice'pour
vendre beauoov p
^Daiaa son pei onnel, la niai&tm ctmite un mail, v
t..i... 1 1 italien ci ti d'un tablissement de premier
ordie d'Italie
BU6 est n mesure de foui nii des omplett tout lait*
et MU m hi.r>, en cheviote, di.'tgonah palin bear <
driil blanc et eouleur, ccu| ors de < aeimir peut ujm
talons toiles peur gilets.
Bonneterie
\'.hmises de Jour et de nuit, au ti"t tel ciier'.- -
Cols et manchettes dmins crations. Ca< ;o> n
cl i'>j;imcs.
Cetiem ii*on ronst ttt un? i-wa'i'iu
et le meilleur accueil est reserve tous ceux <|ui <1
,itl.t par une visite tre dfies sur la v .leur I s
i-xiiux fournis.
kl'Uit cistiliue oiiiiii ne et <|u< n* l*|i < p
g< i'. lu client esi rt'pi lu
Un parle franais iifllrtla n p-aanol t ltli#i
^eS^
^
La liaison F, Lavelanut & r
lue du M.u|.isiii de I E1.1l
ilie (ti 11 .m, \\ illii n s h fjouba.
Dprims
Impuissant,
1 clin le lurmauat, u-s ci
il. manque,*
l'LMIR ZIDAL
V* \ ," I'.'
cclul-
nbnuMi iiiNtatl
11 fr. sa
1 *
NMrolofiqBci Ju li">i:..i s*. Irit d Si
vv. 1 s u"' ri \-.s roi lis piiu'Mv 1 s
Vtewlf de t'tttctr parole branai
, lek uricle moimIx ;
l '.Dentelles Kitrav Fines, Deulelles de soie.I entelles tu ri Argan
i>uboi r-, Cloita, ctiipM.x u iiit-, l'iun.rs, rniiu. Paiili d e a a<
iota biiic i icnes pour Hbbeaei tbrpau, daa Para Pari.....t-tili h des
4 ai s laMiij.H, l.li..|nii Juin Unit pei.r Bofai ri'Hrli ll ,
li 1^1 e-a e. iHi r tous K'iiits de llroisrs ii dec r.ite-. "enii
trius, ele, tic.
I nicJeapiMi llniiii'is j Kai.x cola, Crevn'iv, Bralel'ea, (hem -s
aiaoie, .'arel'ea, atc loua article pjui meiccin et Liogaria Cou
aai>i lupariaiiik,
lioUcllo.Ns bNTol s OENKESel 11, aeboni poui iharnuda
Alimeiiialion l.iquule : Liqueurs, 1 Ofliac, Vin, 1 impaajnu u ben
I, ,1" I.' SB hliUli In l ( !' 'i pee'. loi el- di>. i
m u s 1 u s dt I liaiincie ei S) ( niiiiea Pbaitnacautiqoaa. b ca ;
1 a*tioi Ti b a au oatuti bouc. Vina ai Siaop uaschieua, Vin Nounv
lao.'X, Il itognol, tt de Ulai i.en, 1.1 n u- an Qroa, Pavi aoliiepliqu loutaa'qualiti .
r.xliu.is,e-M mi. p m Miiq,.,i| |Mi 1- ei< ..m imii ,i branla nature >'.
Roui avons reu le V*ntabla 'I li des Alpes Kiralltnl epuraM
fattal-Doi s voir, nos pris som tvaniadeui,
VISITEZ
af=
H
I


*
i
Construit pour ta Mauvaises .Andes
te pneu Cor I
Uood Year pou
Camion, est It
meilleur pneuma
ticf a briqu pou
le transport nw
les mauvaise
rou.es.
La paroi ^rsiste
des milliers de
nulles, sur le sol
le plusjcahoteux
ei su luoncation
*eciuua uimtHu
lv C.u:u//vfjd If**
i. tu. ;i^ iuiUlujl
dctccin aawcttluei
tread assure unetraction nure,en rendant Joui drapage
impossible.
tabnqu pour rsister la plus svre condition de
service, il parcourt des\milliers de milles 'un prix
excessivement bas. ~x r.
lubrique dans toutes les dimennions^ourantes.
Le Docteur
FM Cncnn
Dipl nde Nnsutat rn|onial
de Pans
Rentr de son voyag' il Karoi
o il s'el perfectionn -n otmlr
oolarypijo'ojt'e et ophtalmolr-g'-
''ans M* llpilaux 'le Pari, a I h n
mur d'inl'rmer le public qu'il a
rpr s la DireclioD de ">n C-b'n .
Maladie de* Yn'x He>%
Ore'IUs. ilu V'z t
de la *' r:o.
K '" ^r"" Lal> "air ( ui
i !) M (I Vhl II*
h loi I le r h che- d*
urg, Wus^ermaun Analye H
L 'tdtKemma n-l\<> de 1
ne*. Analyse de toutes S c tioa
K- ud-- M:crob;olog q e9.
l'r*i>rHP.ns et wtoUjftt de Ion
tes p'c'9 II stologiqu'.
GOOD
CORDTYRES
The West ludies Trading Company
Port-au-Prince, Gonaves
Cap-Haitien.
Grand Htel de France Pharmacie Sjou u
Fosilion exceptionnelle, au centre des allaires, x. ... ...
A nmcimiii d lAni iw k.,,..... ... .i.i i Donne avis sa clientle et aux mdecina et au public quilfH
I pioximite de toutes les Manques, de la douane et ,,. umm son Labordlo,re u ui.nie en un laboratoire
de toutes les Agences Ue bateaux.
leiisenjnciiienta et tacilits pour voyayer en auto
mobile dans toutes les parties de la lpublique
i'Hain el de la rpublique dominicaine.
tbambrea oonlortaldei el surtout trs propres, en
lilateura dans les obambrea a la demande des fen-
sionaires. Cuisine Iranaise trs soigne et dts
plus varies.
Demandes visiter les magasin*
de iUiei :
bai ri
l'.it mi
yiautl
\ ins des meilleur crus de Bordeaux, par
ques, daiuejanues, gallons et par bouteilles,
les \ mis ilecliateaux, voua trouverez le puii
Choix, |' un les qualits et pour rage
VINS i/lTALlK* !)i-.M\\<;NL\
VlN DE lllHJltdOG.Nb (lildiie> et louyi-a a| io rci on ii.j
v foiuinard liiuuseeux, ;joiit amricain
Ce plus gra.id assortiuirni Ue Liqueurs, LOyuaC
glus, w i'ikies, etc. '
^^'Aluliitliertriiod.Amw l'icon, \ertrtouthi1
^t.O.v-ihltVLS franaises et anicrieaincs liajo
ruent arrives.
^GlUaVRISS de Cuba, Aurora et llabanera.
.1-1 i.\i -.1 I I.S rlo loillos les laliriillM s d'iloiti GtOI
at dtait.
I'.Mil t MCHIE et Cartes postales.
jtfie
I) I flie app' un- sous la Direciun du
l)t Ricot et B. Sjourn
Le la' oratoire esl ouvert leus les jouis de7 h .& du matin 9
a ire dtsiir pour tou'es 1rs r rbircteset ana jse. prvue) Jai s
a n n ce il ointe, sauf pour le
\S Mss^.ni - i 11 et la rouai aitte UrA>ecrt rie
Sa ont reues qu h mardi dt chaque semaine.
Satire t ia Fhinu cie pour les renseignements'
lnalvts d'u: irs tt .W s i jue
Raction de Was.se mai n
Bac'ion de Triboulet,
Liamen du s Examen dp* naataWea tfca'es
Ixamen < Albumino rictioc
Constante UrAnSVrAa r.;
Has Moulu
Prix trs modrs.
P. P. Palrizi
mauoa Qbarles 11. (-..rtjens annonce au publie
uSulle vient dlnstaHer des mtelunes (les'(.in> mo
d mes pour la prparation du mais moulu, larine
d nuls, Il aura de mais pour les enlants, pour g
teaox et desa r s,
Les ilienls de la maigOO trouveront ces produits
dan* loua les dplia.
4 iiiie de rclame,aj y a oVt conddiooa de Uf.u
peiidaot I- mois d'avril pour loui achat >u yroa c
par lactt
S'.drers' d (i cc'emnA l / b tV(u
La maisonHSiLVEiU
Ceux qui n'ont pas encore vu les.jolis article? Ja
linesse que vient de recevoir la^Maison Silveta
doivent, dans^leur intrt, s'empresser de passer *
celle maison, car nul part ils ne peuvent trou\er
d'aueai baui articles ides prix si laisounables:
Ros aiticlea sont vraiment de toute beaut et d
V-ielc tir et n Jrpr de Chine couleurs assorties
i extra suprieur
" marocain carreaux
hoirie \ carreaux pjur i*ob;s|et chemises
Irico' o' de soie a barres
liati ie voile a carraaux
Voilesuisse brode
' >epon franais ; iMirrCi et_A carreaux]
iauonal noir sup
'v>s m > any ib .i mveriul o
-' 'i*'bleu anglais suprieur
10 i'M uq nis le toutes be iut ;
i oie suprieur
Qui> t i leurs
au s pi'rieur
>n e u -ls sups ui
. k u.i'On b a ic an l'i s "n .veaut v !l
I union lilauc ang'.ais
fil
ssor japonais jour LemUe fi homme) et rob
Il3pa de soie b irres couleur pour chsm ses a hom-
mes et robos nouveauts
llaptiste fine pour cha nises
Percale fine pour lingerie
Calicot psrcale pour "
Zphyr anglais pour cliem se*.'=-Jextra sup *
Organdi suisse uni et couleur
Bas a jojrsdi-iiii-soie
i haus>ettos cossa ses do r enfurtsl
h eneli l-'risky, deralre nouveauu*
i'oj lin a i leurs pour ro )es
Tusior blanc
I.imbrie hlaiu
\ olles couleur a barres
Shirting blanc st'priear
Bas dentelles
lias soie brode
[las fil hrode
Lotions "i'ivert*- ______
tulle jour premire Communion
ouvertures blanche e', couleur suprieur
handes brodes Madera pour eliemises et jupes
Noile blanc a barres el mouches
.'{at ne blanche
Gabardine blanche barres et unie
Crpon b anc et couleur A jours
Voiie blanc et couleur uni
Chemisettes ailemandesjjsuprieuri
lirabaut noir anglais
Imitation toile cruo *
Serviettes de toilette* blanches* couleur
damasses blanches pour fanillss
Nappe couleurs
e tes serviettes blanches damasses
Oigandi blanc & couleur barres & a carrea .
ainage cou eue anglais sup pour jupes
Madras a barres de soie pour chemise. a|hommes
patinette Foulard pour robes
I eignes franais* amricains
Moiletone biancs Poplln de soie uni blano & crme extra*
t hapeau de paille i4ne d'Italie
l'.asiiuir anjlais sup
Crpon brod franais
Crponl franais lieu s. dernires nouveaut*
Serviettes de toilette eoul. angluis
i apis cir blanc su p. pour tables
I amass anglais pour matelas double largeur et>tc.
> imables clients, vous qui voulez porter, peu de
Irais, les plus beaux tissus qu'il soit possible de
trouver sur cette place, ne manquez pas,' avant
d'aller ailleurs, de passer chez nou o le meilleu;
acceuil vous est rserv.
On trouvera
^^.^'U.rPfteiaMB-
Hue dtijutu, No%1617]
\\"i eJiY''df '?blc Marcel Alio,h att*.9afa*BniYaaekM *e
\1 et U : W Sar.lir.ps e nnlre ronR^rv^ frn.-iiie: condiment* ''
oiitp*. eUM*: Sa,,,, lomate Nermou.l,. W.rlini et RosSi; Arn tu a
It.lfer. (."enac . rlo.len, Henr. Roi: Vin. R0uR. H P'.nr. .per!., ,,
en M^iqOftP. dem- barriques et caisses de t? hnut. Thampairne Cha-.
miJlaMstark. Su^ r.n.^v, roncas-; Vina'gre -o calais de \i II
et en barrique* de :i* gallons, etc. ele.
Procurez-vous de jolis cadeaux pour anniversaires, fianailles,
mariages et baptmes chez
RA1XOII FILS
Kue Boiiue-Foi-
I


-
DIRfiCf EUfi ^ROPRTRT\m^
IMPRIMEUR
Clment Mayloire
BOIS VhllNA
1358, Hue Amricaine
ri
Quotidien
TELEPHONE ] 248
TVs Imjvir; j i .-Ile or.
lienl rww clioij m Mi < )'ilf ii|> )i-.iins.
iTesl touj MIM t'I Mille u Mil pir.
jnelle tari coulai!! de v.'-ii.'-
que cette uvre esl ippeM a
subsister dan l'av joir HaryBjliille
H ILE CC
tel ANNEE N 5523
PORT-AU-PRINCE ( HATI,)
LIWDI 8 JUIN t!2r.
petit croque
NOS PONTIFES
Notre doux pot l n v- est r
e*i Uenoei celui du Quant I
moi et du je sa.s tout Cette
opmiuii se juiiiie particulire*
meut par l'audace des moins
prpars se donner des tin
d'impt tance en toutes occa-
sions, dussent-ils se couvrir de
ndicule: ce qui s'est vrifi, il
/y a (as longtemps, dans l'in-
t'ressante question des parall-
les brsqu au gr d une lautaisie
imlicile le jugement de tel ma-
thmaticien averti tait a priori
considr.laux, -en nn'-tne temps
que celui de tel autre homme
de science enlevait les suffrages
de la clientle ing< nue-
Il n'est pas rare chez nous
de voir un primaire avec un
sang troid surprenant, s'enga-
ger carrment dans une discus-
sion sur un point de droit de-
meur litigieux et, brusque-
ment par une sentence d'une
incohrence dplorable le trar.-
lier militairement, croyant ain-
si avoir solutionn la controver-
se la grande surprise des an-
tagonistes interdits.
S'agit-il du temps qu'il lait
; ujourd'hui, de celui qu'il lera
demain, au'un coupd'il liatif
jet vers l'atmosphre sullira
pour que votre bouhomm* so;t
aussitt reus ig , et abondam-
ment il multipliera les raisons
mtorologiques pour qu'il pieu
\e durant des jours de suite ou
rodrquil n'en soit rien pen-
dant une pno le qu'avec une
lret dconcertante, il situer i.
Il au importe si pe.i | c s.-s
, ronostics soient faux ;_que la
rrochame lois qu'il vous entre-
tiendra, ce sert pour vous par-
ler tout au long de l'lectricit,
cette force demeure pour-
tant inconnue, bien que son
application soit de plur en
I lus ellica v. Si par un hasard
malheureux l'clairage de la
vdle connat un temps d'arr',
vous serez accul a subir une
dissertation scientifique au cours
de laquelle les termes volt ,
f AMPRE . COURT CIROOIT ,
Kilowatt r viendront comme
a plaisir, el si enlin par malice
vous manifestez le dsir d'tre
lenseign sur ces expressions
techniques et leur valeur. aires
un long verbiage vous l'aurez
t de mous en o.oina>
Tenez, lu question amricano-
hatienne m complexe, occupe les
loisirs de bon nombre de gens in-
capables de a') lien entende, mu
qui, cependant, la trouvent souvent une solution si in-
cite et si inattendue que le probl-
me qui sen blail tout dalord n'of-
frir qu'un intrt thoi ique se rduit
simplement un aiiome vident.
Ce |Onnci, on ne peut faire un
pas sans s- heurter auzinerls
Ji ii ni i- qui 11 l'iitiit i propos
du nouveau tarif propos par le
Conseiller Financier. A!oie que
les plus avertis, ceux qui ont une
longue pratique des affaires de no-
tre march, les membies de nos
diverses chambres de Commerce
rclament un dlai suflisamment
prolong pour se prononcer et sug-
grer au besoin certaines ides
utiles,' ceux-l ne sont arrts par
ftucuue considration et d'un ton
doctoral, flagellent ou partagent
les vues exposes par le Dr Cum-
berland avec une telle autorit
Ju'on se demande comment tant
e puissants cerveaux o'ont-ils ni*
psns a de an er le Conseiller PI
aancier et liicf notre commerce
i- ce chaos qu'est pour lui le tarif
in usage.
Ces petits aperc i carcUrient
bu* classe le nos p>nlifs qui
peuvent l'*re quelquefois leeee*
ciemment. vl ils c >ti d'aaa, il
'#o trouve galement d'autres lit,

pour avoir quelques petits dons
se croient marqus du sceau du
gnie et, se placent sur un pi jes
tal qu'ils se sont lev tout sa ils,
posent la faon de certaine gloire
antique consacre et honore dms
les temples de l'art.
Ce Upe, l'observateur le cou foie
un peu partout et pour parler fran
ihement, nous reposant en cela
sur notre propre exprience, il se
retrouve plus souvent qu'on ne
pourrait le croire dans notre cadre
prolessionnel o il ne s'embarras-
se nullement de compliments flat-
teurs qu'il se dcerne sans fard.
Le fait-divers qui sous sa plume
esl o devient vite un joyau pr
cieux doul il y a litu pour le quo
tidien auquel a a accord la p. i
m-urde s'enorgueillir Son dernier
conte, il allume hautement q ie
M. Maupassant l'aurait sign !...
Anatole Krance n'est plus que
France tout court, et s'il lui arrive
paifois d'invoquer certaine pens-e
du m -lire, c'est bien dans le des-
sein de crer l'orcasion pour qu i
se cite lu mftmt, essayant ains
d'veiller dans l'esprit de chacun
nous ne savons quel tmraire
rapprochement.....
Des Pontifes!, nois en vous
chez nous dans tous les genr-s,
depuis le violoniste sachant
peine tenir son archet et se
donn int po r un ar isle accom-
pli, jusqu'au politicien dont l'i-
gnorance et la corruption ont
ronshrnmeat servi paralys r
toute action bienfaisante, mais
poseur, jouant toujours d'auda-
ce et osant s'offrir en exemple.
La littrature a -t lans ious
les milieux un terrain ch-r
C3 spcimen u'hommes et il
nous revient a ce pr.>pos une
petite aventure, qui pour r
in se au compte du qu^'ques 's
prits d'un sicle dj loi;n,ai
gagne pas moins tre rapp--
le, tant elle dpeint un senti
ment perptuellement vrai :
LvnotH -lloi lir lut un tu
leur du XVille sicle qui ro-ii-
posa un grand nombre dop
ras. Il a aussi publi rjs nom
breuses I bls, parmi lesiuellei
il y en a datii ingnieuses. L
pub'ic n les gota pas cep m
dant comnn elles le mxitaie il,
et quand elles parurent tout h
monde alTaM i l'en dire du m il
Au cours d'un souper qu
runissant qu l]U3t bviuv. ei-
prits. on lanbait, un soir, sur
le pauvre lahuli.tfe.
Voltaire qui ait prsent prit
aussi I < pirole :
VI ssieurs, dtil vous an*
p.i'f item -ni raison et vous ju
g-z en conniisaance de cime.
i.iille dulrence du stvl de
biutthi celui de Li Foi'ii-
ne. Vvez vo ulula iVrnin li-
tbn d's Fibl-'i I La Fontaine?
\ m r^po'xlit-on.
Q ni rep'ii Vo'taire.vous
n^ comis i pu cdti bille
hbh qu'on a Iro ive dins las
paniers de Madame la duch se
di Biilhn? Il litauuitot la
f b'a. Ivh lut trouve ihinnin
te, admirable.
Voil du Li Fontaine s'-xc'a
miwtlea bjaux es i-ib;, onniis
swrs mrit s ; c'est la niture
quelle navet q nlle grr.e !
VoU'ira jouisiit h C3 con
cert d'loges.
Messieurs, Unit il pif l
d r,T, la fable est le...Limoh3
S'uoeurl
Mais quelques malins ^ 'a
firentrptar et itac letrodt,
d s;. 'es ^ar, la "ro iV^t
ni uee'lemant fl sa'iu.
Chez t,ou, c'est I. mATi
c.'on ; art il h nr" 11 i-
gi nnt sur li traie ir l'un :rit
j>i 1-tti-ji. ,).*aUnBOU': ji:
1MPRFSS10NS d'ART
Libellule Dclaration
A Lldovk Lakothi
Mots suggestifs et sduisants,
vicileurs de t ui lress-s el de
rves eu for uis .lins l'inagim-
lion de larhste :... appellations
poti ues qui expriment des ef-
fort subli ns luts ie nuances
loin ines et subtiles, d harmo-
nie prolo;i Id et iniuitante ;..
m >t* rfturi caractrisant l' i
vreaim, q ti est ren lue l-s
soirs de spleen et de souvenirs,
avec toute la magie dont S'agrc
inentent et slectrisent les
doigts ench tuteur.*, qui fardant
ea I-ur ru lasse apparente tint
d* volupui'ux secreis q ion m
pntrera jim lis,... et q li ton
blent et qui siol -ni ;... rtlist
lions talentueisis et discrtes
dontlesnotessomb esouuerveu
ses, lentes ou rythmes, crmt
entre le pianiste et ses auditeurs
uns communion de pens i le
v^es, connu une;iiiiemu' pie
qu'il incarnerait et do it les b-i-
b *s sous for.n s d'eliluves po-
reux et insiisissibl s vous p-
ntreraient 'e cur...
Dclaration et Libellule, im-
pressions spontanes lu pvp,
sivants travaux de Iartiat4, .j 11
e grau I public ne connatra j ,-
mais. .
L'n^bfri egiganlesq h s' si
dr sse entre Lu lovir. L'imilp.
et U loule inconscien'e. Us ri-
res t inens et quelqu-samt
teurs I ont franchie. Ils v m
drue pntrer la retnite lu n
laine o s bauchent les joli"*
compositions. cette Citadelle
dont parle llaraucourl, seule
P opice l'closion d'uvivres
imprissable.*.
Mis la Solitude a vite lut de
cier entre l'artiste el son lt.'-ve
un culte du Silence, un got du
mystf, iuromprh'nsible,
qui enveloppe Ludovic Luno
Ihe et sa vie, dont on ne con-
nat que d'anciens el inalira
bls succs aux arrire-gots
amers, tisss de la bile envieuse
11 ridicule de ples vilains ;..
une vie irrfndi blement 1er
me aux sourires les plus cor-
diaux, qui remmorent lai I n-
dt mains ch giins de vic'oires
incomplet. . malgr les plis
aimab'es qui les cadre t et la
spontanit nave qui les ani
menl.
Face, lace avec lui mme,
l'artiste entend se lamenter les
appels irrsistibles de lioliiii.
l-mr ouvre une aine meurtrie
par l'il audon, creuse de Me -
Avit de dpart
Les dpches pour New Vo k et
l'I-.urope ( via \ York direct; par
le >%te Ml An on ker'int fermes
ven Ire li li du courant
Port au^Prince, le 8 juin 19*5
Mr Louis D- Berrouet
Nous avons re<;u ce matin avec
p'aisiren nos bureaux la visite de
Qolre ami Berrouet, prsident de
la Commission Communale de J c
mel.
Nous lui souhaitons la bien
venue.
en est rii'Mir?
In pr'iel dp jo"! al, une
pi^ce de ve's. urt- p ce enlin
ne valent fju par la S'g i lure
qui si au l>
i h I Po li! s de la littratu-
re, quels bons juges que vous
laitis!..
snras loulourjiisjs. proton les,
aussi impressionnantes et sana
bls quels Vie .'S m .'rate; et,
ai h' lune culluu* arlisti ,ira
av.Tii . les trn lor u i cl les ai
lAnonse pour son aviredilec-
tion personnelle et l'entenle-
ra'ni lgant I pi-l |uas aami*
ra le- et in it.'ii-s...
Cest la Seherz o se rvle
une s-mtimentalit bi/trre: /i
\ large el pnilou le, l'une inter-
prtation rellement difficile ;
les Ireaques 'originales, dnues
de loiiie rminiscence, venus
d'une imagination trs bulle, le
lalli'ioneut 0 in couir phill
m ila le..., et qui ont no n Fvl-
i s i/ AU) un Isa y l-'.^ji i inuli
qu> lorui'iit elles Stu'as une
-i ivre comp'te iraraillei as-
s;z connue du public, et lont
la forin i dissimule toute une
snirce d h irmonie et d's nuan-
ces captivantes de rythme;...
tous des pro ludions dillren-
tes Jes prem res Valsis de Lv
mo'.he, et constituant, a n'en
pas douter, IVllorl ul im; qui
vivra.
A't cours djs an lions inti
mes, ldiu,iin, iJeethove i, Meu
delhsmn, S liumann, (lier,
M fok-ky, Il ti'hmaninoll.sont
i terprts. Les indi'ai compo
- lions dont il c-t l in^nii mix
crateiir.sont aussi eihib\es par
l'artiste. Kl les eonlnbuvit i
liausl'ouiy.reij;i'uiiions e i I *
ren fe^ \^ujf^ les conceptions
arti.-n iMummu rpiihles o i ta-
prieures sonl vcues, des ren-
dez-vous qui tranchent sur la
ban dite le It vie moiidue de
cluv. nous...
L s amateurs qui y assistent
onl souv nt entendu, inter-
prtes par leur auteii.. Libel-
lai el Di tara'ion Ils savent
de quelle Irai heir- l'ineoirsiioB
spontane est ne Dclaration,
et quelle < ulture d art. puise de
trs iimi. la lont une claire,
la so iree lointaine ou s'est epan
che seulement l'Ame les illus-
tres matres, a invent Lihel
lulf Kl'c demeure une imita*
lion lidle de la nature, un- im-
pression d'art renli-e comme
elle i t pi cuve, agrmente
de toutes posilulit' de nuan-
ces, ! li surtout celte htuio-
nie inlancoliqiie et en lorman-
te qui esl l'une les qualits in-
discutables d Lanoibe, qui l'a
puise chez Chopin...
PaulLALEAU.
Vantes
Mardi
L9 Masque aa\
dents blanches
Ile, l2o et Ida pisodes
Entre : ou
Au Sacr-Cobur
'Hier, au Sacr d-ur, "do non
breux entants s'approobaient.pour
la premire fois, de laSainie I Lie.
p-iii l-l.^lise. pare ma^uitipie
n m i:e !e ornements d Jo r^
i). ''"'. la crmonie se dro la
dans le plm pompeux apptrat r, li
giem tandis que la chorale lai-ait
hiI'iIm le* plus beaux coli |>i
appr ipri* a celle e Jieunelle cir
,iioe.
I e .t m , po i iti \t tl
h .. par s i, vtr i-Aichi veejus
d i'u t au Prince qui donna aussi
la < iiilirmation.
Batiste et Linon pur iil
CHEZ
Slamboiily & Serflile
O vous Ironveroz aiiasi du crpon urit'nlnl.ialin
voile et toile i drap Iil.
VN0 Mil
; ' Cn-VaHts
U'aat b*mI tre pareequ* cum guo
h li.'n n'i ni pas salu l'arrive
de Mrs Valle et Presles avec un
certain engouement, ou e't)at sans
doute i- Mise de l'lgaoea et de
l'aflincment qui raracli'risent Ifin
talent et que < Le Matio avait
signale au len le n un de la pre
mlrs, qualilfqiiini'SHioiitiiirnt
pas celles, cries nomhreuoes,
de l.u en Boyer, que I peblie
de Port au Pries n'a ptl rempli
hier soir la salle de Varits.
H faut bien qu'il \ ait eu notre
culture, en i<-s i>rofon \tur* loin'at
ns de noire sensibilit une sym
ptlhie pour tons les enres, ! mA
me une prfrence non dissimu'e
pour le bon ^-o 'il el t ut ee qui
exprim leralllnement inn de l'es
prit tram. is Sans simuler la Ile
viie 1res spirituelle que nous de
virs a la bonne humeur de Mrs
N alle el ('restes, nous attirmons
que les chansonnettes el posie-
dites suitout par M. Valle ) au
raieni tulfl crer ur.e atmospna
re de rel enthousiasme Varit
hier soir.
Les ainateiiis .lu bon tout et de
l'esprit ont vcu des minutet* char
manies. Mr Valle el Prestes vou
dronl Uae, A l'intention de tous
ceux qui ue l'ont pas entendu,
repr> idre GtrdieeJe l'hure on ils
donn 11 une note relle de leur
beau aient.
Kl ce sera MOS que nnu ayons
besoin d'v revenir, tout l'ort au
frises qui s'associera t ce joli r
al.
Le 25(oie ;niniv*rsair* de
S- I. le roi d'Italie
Hier.'galions et consulats tian
gers a l'oit ,m Prince avaient ar
bnr leur* couleurs respectives en
I liooneiir du n un- anniversaire
de4'a,onemDt Au tione de Victor
I- nui m ., i lit. Le Prsident du
ti iiivernempii' royal d Italie 8.B.
Monsieur Mu-solini avait demand
au HeprseaUnl ilalien ea Hati
de rommmorer cette dat hvc le
plus d'eelal possible. Ausi toute
a colonie iln'ienrw s'tsll elle grou
i e autour du Charg d'Allairee,
M. Alfred i IlsItsW, pour tl
brer ipI hnniverfaire.
La fi'te dlmla par l'hymne na
li i i., d II. i jou pai une plulh ir
monique i i (t. Au Champagne,
deui beaux ' vibrants dis o is
firent uron >> ces p: r Messi-iis
A"r. I de Malttis, large d Aff i
r:s el Kmile Sepe, ai crtaire de la
Chambre de oui neice italienne .
puis plusieurs memhiesde la co'o
nie aj lu'rent quelques nids de
h m souhait et de dvouement <
I ur Souvi rain.
Par une dlicate attention Phym
ne national hatien, que ton
lrenl Hebout el tte nue, cltura
la crmonie
QoS la_l.gal:on d'ltalieagre
pour Sa N'ajtst tous nos voeux
rle"tionheur !
l'on y rira....
l'on y chantera...-
l'on y 'langera.... :
e! pour cela....
l'on t'habillera
chez Paul E.uxila.
La Bataille
Pnrigiana
A la rtprseotation d di r es
"La Ihilaille",cette grande fifsqif
dramatique de Claude l'arrre, il y
eut mi'- salle tellement comble que
la LiirecttoUfik Pit.Lstaiia a d i relu
ser du monde.
> clic soire fut donc un des plut
heaui triomphe* de cet iiilrrssant
tablissement, et comme le nom
lire de ceux qui n'ont pu assister \
la projection de ce t bel d u-uvre
i iiigrapbn|ue,tait,on peut e dire,
tUM graed que celui des piivild
gis il In fortune net ont eu In
boiiheiir de I'h|i|i| ii.ihr, nuis cm
sons que Mme l'ilih voudra eu
donner une nouvelle rrprsSDla
lion peur ii lre vraiment pas eu
reste vis A vis du puhlii
IN- Camille^amarre
^Ce midi nous avons eu l'agrable
surprise de revoir notre ami (.,.
mille Lamarre, IJsjgiatral Comn
nal de Cavaillou.
M- Ludovic Riaaud
l-.galement i.e midi, le Profet dr
l-Artfln3ise"iflSBf de Ln(tane con-
a rendu visite en nos bure.uu.
>'ou leur reiiouvelonH toutes m -
.- y pathies el leur souhaitoas un
a,,-ri>.ible sjour parmi nous.
A la Solidarit
P y a eu une lus belle sam
hier apis nt'41 'elle inlressaiile
socit compose en na|sars pu-
lie d'ouvriers de toutes calgurie-
Les trois prim ipaux pointa de
Tordre du jour lurent remplis par
la rception de neuf nouveaux m m
bres auxquels le praideol Mi
llosq, Miuhaila ;i bienvenue BOra
lem pre '.ali. u de serment la li <
lure rfu rapioit de la Commi-sion
charg de la vrification de la
comptabilit du l'isoner, BCCU
: m m balance en paisse ellecli
ve de plus de dou/x cents dollar.,;
enlin In CdOseria du membre, Mr
Mexilc m les typographes et in ty
pogrspbis
Lsonnfi ii'iM ier ahoidu IOQ inial
eu feltaol I abord l'historique de
l'imprimerie, celle merveilleuse in
vi'niioii, A la dcouverte de la-
quelle I homme pouvait rpter lu
liai lux de la gense. In efli t.
ave' l'imprimerie, reproductrice et
prop gatriCI de la pense, c'est le
Iriomi lie de la lumire de l'iukdli
genc surle tnbres du Tig^onn
ce. L'est le sicle de la lleuaissan
ce qui succde A un sicle de doa
dence, l'est, en raccourci, le n-
nouvellement le la face du moni|,>
t la marche rapide vers la civiii
sation moderne.
l'ois Mr Mexiln s'occupa de la
physiologie de l'imprimeur, l'lu
dia depuis son illustre patron Gel
tenberg, parla de ses dbuts m>
destes, des difliculles rencontrs*,
souleves d abord par les opish -
nul I acculrent de sorcellerie, par
M qu avec set miniscule> lettres
dem>l*lqui imprimaieul les mu
nuicrils ui propageaient le livre,
ilsoerdaient un g ign pa>n assur.
RUa n'a t nglig de la vie du
tvpogrph et du mie que |Oue
lans l'volution BCCials ce peintra
de la peeae, dont les caraeli
qu'il minipuledans la casse de la,
telier. arrangs et tran,3lorm,s eu


r-.'Mn>
-r
eTEINDELYS.
donne un teint de U s

-, ->



iJ. tut ."un parfont oVtrctf. \W
!j II: lu ,., /.? ~j. ]|
i Wl, < Hatt ' i 4-
' -ri- 0" k
' | 1 *
l rtcfttl de, i { \ \y.
I ." II, r. -,- 11/ rf.au i X

1
To.llM l*4rfillTirr;M
il i.rn .Mail m
* 1 J
AfcYS
3. rue i> 1 I'j,-. I
PARIS
=3&
,*a...
lerqe Taillas! (ou 'j ataiie
** #i
|i|tri ii ri/ii lusiri -tu lit ri ou du
Jci lpt1, b'obl d'gal tu loref. el ta
i(i.\( |ti ((i Kqui i l plbl pailiaota que
ii> (li i lit K ii ;in, c- ou des ai
I 1res du n onde.
Le ccoKiei du Uimina en sou
li. ilm I qm: ptur l'volution de
rclfr |yt, Il J ail piusde h (leurs,
car, ttmmqbu i il, quel que foiI
lo | ci h < m. f.i de Les illiltis qu il
impoile de diminuer far la fi
qui nt.iii n < l>l tutoire de lci|.,
it i.i u I te itsiitinl de ctux qui
litict, ett ctute. du ici) de dve
li 11 ( u t nt de la PrciM ( lu / nous,
li (.utile ttt I i.M.nt gai de de la ci
xi italien.
i u u.( oit le voit, la causeiie
d l ter t in nouveau kUCca
pour lu Su ulaiil dont le luit ni
u iinliii ses u... m. I,i > .i h.uit s les
ikQbBikMDcei qui o< nlribienl au
nt\lo(pcmeul de i'Ptie ruoial de
i'n ui> ut, tn n.iiue li u ps qu'tlle
iti r native un concours apprcia
Me d; i i li > moments de u aladie
i ii (! 11 licite.
A lu (rcdiiiine lunion, Vc V.
Cuvais mu nu, di,i Ite mi llairca
du dioil uiuel
Nouvelles Etrangres
Par < .1,1.
[ Fianailles .
U nous et t lait part aes lia.
..illt> ue lieue I ,,ii.i-iit. .VKIn'
h\ee Mi Mai.il .Saluave.
M tuteurs <'tiuiHiibtiils ^ _
u | i 111 ii _
Carnet mondain
llin aprs imiii, .mi un.(s 1 h .
n.is, pitMiicu on i.i i,m ii d i.i.i
l >!..(. II.' I l ..U ht, 1...I..- itun
-..:..i' a l'tu-Uv i h..-. Nkla. |a
Coi ic llers .Il tat.
11 union coidnle nu coura da
If.^Lt.i' im biiiin..i.-eii(s Ibomaa
i li..i m i 11 ni l'JMlklUtca par Q%|
hirb ( hoisls qu elles llCCbtrOBl
bu | luno.
t u ii ii | -i.o, le non veau pi
g d. ut tiouva des mita lieuru.x
i. m h u.iint i i I.OLt lablt s i cLcghts.
-.M- BaroDvUle'-T.r-
Le prsident de la Icrn mission
Communal, ai Ml Marc nous a luit
u giaod plaian Ja noua tittuf i a
n uiiii.
i 11 quttlii n d'admioialrahon
iivanl i i un da ion \..\ ne la
Capitale, la iej< ui ii i le i olia an>l
BaroDTilia tua de'courte nue.
Conseil d'Etat
\ la .-..une de ce malin, le
t ouseiller I iinollie l'aret a dpo
un p op I lion de loi qui lgali-e
I > I le du Drap .m d la lue au
18 Mai
Ci qu'on MDH RU Aile -
, magne les piigencef
les Allii'-s
BERLIN-Le Dr Sebaebt, pr
sideui d la Reichabaok, ^ominen
tant la n te des allis a fait la d
cltra'ion suivmte aux jouroalli
les : Nos nerf-i sont sur le point
d rlater et a moins que 'es puis
-unes allies ou associes n'aliaa
donnent .t politique suivie \U i vis
de l'Allemigue j-i q i'i (r> jour
Laclnudi tj alemi de fnra e
ploaioa J'un inoineul l'au'r.i el
Dieu sait ijuelles en serout les
eooaqueocai Dans !es milieux in
dustnels et commerciaux li x _-.-n
r.e del note des allis deroanlnl
le dmantlement de rand-i etn
bliaatinrata mlUllurgiquee, t eau
se une rinde motion, car il I|e
lail adiii'i-e se. coiisqur oc s au
raient uoe leperciiaa'On funesl
sur la atruolure econom'qut du
pays.
Claire I liuajf el le J.-ipoii
W ASIlINdl'UNDe nouvelles
de souice autonse lodlqoaal qu'
un conllit arm pour le c uti.Ve
de la Chioe est imminent eulre la
Hussie el le Japou.
Les victimes de la vaqae
de ehalear aux UtU U i>
L^rtUCAGO !.. vague de ch i
leur a eaoaa* la mori de tu paraoa
ns dont 30 dans Us bt-'ls de l'aal
et 4| dans rtux de 1 ouesl A \ w
Yo k, on value le nombre d s
per-onnes qui ont pass U nuit
dans le Mjinires et le pures d la
ville a plus d'un mi lion .
(fl que rM;l;tmenllesalli<'s
vaol l*vicuatioa de h
7-o ie drf Goloyae
. 'iNDIte.S Le l'exle de la note
de- Ili 's I Allemagne au sujet
des manquements de telle derni
re jMiissanco a U pub ie par la
prs o Daoa celle noie, les allies
demand. ut la suppression du
ara ni tal m'jor allemand, U d
militariatiioB de U Schutpolii l,
11 i.'-.Im li'i i ile-i forces mi'ilaires
el la datlruolion des grands ate
Il i~ mtallurg'qaM dej-lirs la
! .!. ic il'oo du ....i i- de guerre
i au celle noie, lai allies com
mu quaol que d.Oi 11 <
Ki b a'aal rend roup.b e le fi i
l.iiiou daa 1 ond,lions (h .| iirm)
ni'iil s|i t flCi d tu- le iral .1 1
\ r.-.i Iles el i|ud pour o enir l'
vont i>n daCo! igoe, le g' uverne
m ni .d, m m I 1,1 | supprimer le
gratid titmijir el rd ire le>
cou logaata de la police J* IHO 0 0
l.inOlMi licmmes en fuis-ttit .1 s
(israllrc le caracire militaire qu
n pro-enle aclu|lemeni la Btholl
polis*! Les flteli-rs Krupn ni i
q M' d 'in autres lab!issements
nitillurgiques simiUires et adap
tables a la hbrication d 1 matriel
da gn*rra devraient lre totale
m ni illruila.
tu Maroc
Imus au Maroc, lis RilTaina
n-il dclencbi bi-i une rigoureuse
il (pie sur le centre lian.ais .t
i4oa*ranl en que'ques poin's a
liav. r^er le Ouergha notre loutre
aM q ia les r jeta au del de nos
lignes en leur ii lligc.tr.I des perles
lri' uses
M Kl II.LA ( Mhroc ) D aprs
les ii,u>ra.ations reues des divtr
. riosiliona avances, les r* l 1
di Il n vu niar caines mises en
d.01 le p.T les d rces fiai eu
se 1 1'. ni vers le nord les auto
rils mililair.s eapaaaolaa p'-n
nenl de grandes prcant'oi 8 alin
dvibr un coup de main des l'or
ces marocaines sur Annual.
te Cabinet Irnnais
el les Noci l'islt's
PARIS L*. cabinet u -ouleni
hier I une des plus sripu>e m
que* diiig'es contre lui dopula a
i 1 n i'i. o par li 11 si eialialea a u.e
I ai t et M. Looeheur d'une i!u'ro.
Un accord est mu venu aprl m.e
confrence d i I e de | < I*
quelle prirent pari les ('lgus
des gauches. M. Cailloux cdant
aux iislances du parti seciaMe,*
nctepl une IransarlOn que con
titte a raliser timuliaimeit l'
q ilibre du bndg 1*1 Us icfbimes
HoancUraa ; le rr.ii^te ihailinao
ces soutenait qu'il (tait i.>aV>aire
av ni (oui autre (.rob'me d)5quili
I ! 1 le budget.
Triilutim lucharitique
\ I.. sion le U solennit le U
fle Dieu un Tridiium acj.naienc
ce mttin la Cilli virale. La maata
dj ce malin a t dite a ti li -
et demie, ellea a t suivie d'une
inslruclioo
l.e i^ir. 1 ti heure* il \ a ira sr
mon suivie d* la bndiction du
Trs Si Sacr m- ni.
Dimain BMaa > Ims el quar',
-nivie eg lement de l'ioalraaliOB
el le son Simon i 0 lirs el drime.
Mer. en. liesse i la mme lieuie
et Sermon a 7 lirs moins le quut.
La premire journe e-l consacre
aux enlanl*. la u on le aux Icm
mes et la dernire aux hommes.
Inauqural on 'lu CmI
' Il H .Kllll "
'..-I comme nous l'annonc'on
CC9 jours derniers samedi s- ir q a
eu lieu le lia! d'inaugi rdion du
( en le < Anscaona
Ce fut une f-Me t'gHabla au
cours de laquelle le Prsident du
1 eicla Mr Tbllna Lochari, V. M.
Hurr Faynnul. Vklof Lacomb,
Vagistiat Con inuiial, Louis Aslr.
les Dr.-Vieux el (iihs te dp'n
seren particulirement en m b i
ts de toutes tor es l'rndroit de
ici 1 nombreux invits pttrmi les
quels on comp'ail que'ques uns ve
nus de Port au Piiuce : Vme I:r
nett Nidal, Melle Li.-e Chrie/.
Melles Mu nier, Terionge, tslh r
la Louis, tes meml>res du ci mile
du cercle Fmina, Mme Kidric
Gaeljens, Melle Li.ura Nadal et du
oH des homn.es : MM P:mile Ni
lai, Marctl Pr/ear, II. l'eilonge,
0. Munier, Emile Cr^ft, Paul Ko
main, KenJeanh, llrard fils.
M. et J. Karreau, V. Asl'e, V.
Gaeljens, Louis Nicolas. Paul La
ma\; Ceorgts Bug. Kn\ ; etc. etc.
la suite d un dner de gala ol
fert aux inviUs. Mr Krdric Caet
jens dans un tpeech bien loi rn
rrmercia le ci mit de diracti n de
. ei.ii. n U011I le Cercle Kellivue
dont il esl le vice prsident avait
t l'objet de la part des membres
du nouveau cercle mondain auquel
il souhaita lui gue fie.
Mr B rr K ynau 1 Iroi'va gale
nu ni dt s mois heuitux pour re
me; cier l'assistance et tout particu
Iici. nient les rhirmants ht-sve
nu- de Porl au Piince que la Soci
t logoaise tait si heunuse dac
cueillir.
L entrain que mit A -or comble
une musique dlicieuse ne discon
tinua pas un lustant. et ce ne fut
qu la pointe du jour que l'i n m
aepaia euchanls des heures ebar
mantes vcues en aussi ag'ab'e
tuinp. gnie.
fansiitua
Mardi
LAiylonne
Ui Se 1 le pisodes
i.ut-uo : 00 cta
Messe de Rquicni
Monsieur Lonce Mnlas invile
tous sts .unis s uoe messe Je lle-
quiem, qu u 1.1 clianter a ni Clia-
pi -in- je i.t vtu n .ei..., Mercredi lu
du courant a n h mes ou matin
eu u.t n.'.ui Ue sa icr'i< lieu in.iu
Mme Lise Lai eur.
l'.i. t. nssisl.hl, fOUa II I du le-
rt / une nuuxeue p.euvc d sym-
pathie.
l'or.-iu l'.iocd, le 1er j11.11 HI23
Rdinarcieinaats
Mr la Ut il>rel Jmo, lit et M .a '
Cuimiu.ie. (ii.ijii. ajx; .i.iue. d;
nuit. vIl-.ic 1. uni liju .11 e. I041
l autres incii.uio, te- liinuu,
l'-iioll. 1. .0.-Ml : llrOffil. 'U.ll
illO NUI, i>0 |iil lll:i, liicitl'l 'jl
Prel s em^usso u ,! rimjroier
6 >us ceux ^,11 oj j.ii 1 ijJji
mirquii ild -y 11,1411110 a l' ocas.u
d : ia m in Uo lout legreltee :
>l.ii.- Dr i; ..ci .Icj.ii
1.. ,...',' 1 .\>111 le II nuit,
lia le. pue.ii ,i.' croire a Uur
I ''in-ic gralilu.tj
Cayes.^le 80 .vin I9J 1.
a <
MouYement des Navires
Il est .tuen 1.1 Cou* - 1111..1C a i>
^,ij.. le ,^s s.o.iujtrs MiiT.uiis tui
vin ;
vico vdes li i2j.ii oourait, va
1 il U 1 1 u ai ...u ,,u ie in
ma jour pojt x.-.v York.
Ueu in 1,1 vers te I > j ni u pio.hain
venant dt Auislerdiin. Sauliago da
Cuba el Kcg Ion e' part,,il le ni
me jour pour Cap Hatien.*
Le Comte Hulin TaroicUa
A
Cin-Varits
Jeudi soir il nous sm.i do n
d'assister a Clia-Vatiti i un
spectacle vraiment unique.
L'illutioniste le plus lpul dans
le monde entier qu'est le Comle
HLLIN TARNIBLU airuleradia
expriences ju-qu'ici inconnu. -
par ce que de son [aveuli m pto-
pre.
On dtmeurera t'mtrv. ille q nd
on verra une personne -u-pindue
dans l'espice sans aucun joint
d ppni que le fl'.ile ma^ que de
Tarniella.
le S'icc':; s ra complet quand
on assi lera aux volutions de Mme
I n smi Tarniella, la clbre son-
na'nbn'e arienne qui travailla
dev uit le jjr.nd Flammarion.
Tout c merveilleux programme
sera dom aux prix suivants :
Ltg- el Place rserve 0 >-oo
Premire G. 3 00
Entre gnrale G. 2.00
C'est .1 >u une Soir'" d'un H< ut
pnrlioaliee "t rare qui s ira offert
notr curiosit.
Walch our Slep
Il est bord du St9aawr Cnlebra de la [loyal Mail
et an iVMM ici Lu 1 t. le Wiattoy UaWHTi NN "'le La-
l1'
Itetencz ce qui vous faut la plus J.ot jpassible, cir
la demande -jtt t|raiitle.
i.'eat 1) Wfakey le plus recherch des amateurs
d llaiti et des visiteurs d'outre mer. ^3
w. Qutnltn Williams^
Vis avis l'Ilir-el de l'Vaoee. .-,.
b-^^-yar *+-

Agence yitrale
WISATGO
Rue de bronl$bost*
110 liue des Csars
rbancom
Telophon
* *
i


"^
T^
MATIN
Eug. LE BOSSE & Co 4 vendi
Agences- Reprsentations
(
Chaudie.e xertlcaledou^
ohevaux
Sadresaer au i Matin

PORT-AU-PRINCE
Agent8 gnraux de :
Heckcr Jones Jevvell Milling <&, I-c
NBW-YOKK
Ftkin.ii lluijarian O 0 Uoul* l\ >uge e*C .
F'^nk'-n Fi'v Insttratice Company
NEWYURE
Assurance contre l'incaniie
^Diamond lalcli Ce
Allumettes c S.iio Home
0. I, fiubber isport Company
Souliers !;.-.!s
Citas F. lattlageft Son
Poissons sa'sen tous qenres
Mant:larhir.s Lil' InsYe Qy
Xasuran-i" sur la vie,
jiiilliou Fi en s A.i c
Vins & (.11.1 ii>|i.iune Bord- un
''li. Hejmar
COPENHAGl F
eurre Danois, fromage et conservas alimentaires.
W. S. lalnefS ,' Son
Tahacs jaunes et ncirs.
uH Nationale
Sans I il val
Cigarettes f.hancteleis.e
I Invois de d enre
P. N. C. D J
|JI1 fut demand .Napolon Uonaparte dans la splendeur de sa gloire,
qu l tait le plu beau jour d >:i via On e'alleu4ali ace 411 11 mppe a
u 1e des grandes date* de ms lui lin m tictoiiea. Mais saus hsiiei,
l'homme i|ui pouvait alors M dira le M.itre ou inonde retondit avec
ca m et Uturaooa: '! fui le Jour d*ma premire Communion. On a
C3 nserv du)grandVi lie des millions de photographie?, cependant per
?onne peut-tre ne l'a vu dans la tenue de sa premire Communion.
Vous tout jeunes gens et jeui.es lilles qui aile/ bientt recevoir le corps
adorable de votre Dieu et qui demain pouve/ occuper un grand nom
dius l'histoire du pays et du monde, qui sait olre/un souvenir du
biau jour de,votre premire communion. C'est^ la ^^ _^
Photographie Nouvelle
Glodoniy '/> Juste*
9i9o7 Rue du Centre
Entre la Prison et la Ku 'tlphone .\o 7/3
0 e mm s rere/ e lu ->>...
les prix ie.- plu- tn< dt - dm ie c, ie !
'in u u I et trouve
1 sliqiK.
ALUMINUM LINE
N.w-Orleaos &S util
An rican Si.dJiL.np 3o loi
Prochain dpart direct
polir l'orl-au l'liDie i tlaiii
L>e steamer "Hils" laissera ffal Orlans le |M
uin coulant pour loti? les poils .i dam.
Le ^j.5 11'i+M laissera AcH d lea.is lj *d |um cou
il uiieclcincui pour foil-uu-riince.
e$i>i-&\i-L$iiticc> te- 3 Juin iyi5-
A. de Jaltes et t\\
.. ..- Afleots Gcncriui ^
AVIS
Croquis Uiueu N" i
Ub vlldUSuns
.. -. *ttt ttivauc K I
11.
*rI l'iauk Laftbf|ite
Une dosa pneflH m 1*1. .. ..di-
te. Paru 1001 eu fale :
A l'oit au l'riu c Phct U r au Cap Hatien : Pheie. H.,, n>i;
aux G naves : ne/ M F W
a Pf.fftu; eu / M r.iu, co ...
a l'i (,0.1V,: : .11 / M. P. H 1......
h Miiagu.itic : Un/ .i. tu m. luv^i ;
nu.\ uu .m tH.Gatl ... 1 m .u;
Aux prix de 3 (.. la pice ou
B li. les deux.
' 1 .....1 u.
U PARISIENNE
; ^WUClIliMlId d U tiqiGUI m
F& ttue l>nte_L)etouche3 ^5
I oll au-i'n.iet, Ha Il
LKSSI\ ii. ili.r .>s \i,h
^ Promi rlTI DR
SoijS particuliers p iur le linge
;.n. laux-coi, chemine.
\ me arez pieioemenl satisfait
en euvoyanl voire iiu/e
<8$m
% '' '
* c'a. Il / v*.1 '
^liTl
f -w *
?3>W
Gariez hermUqud u 1'
ferm.
A'ous sommes lgions ceux qui vivent d'une faon peu rationnelle Noui
miiLg.ims de liop. nous travaillons dur et nous ne l'avons pas .1-- cm r......
iss'/ frquemment.
I 11 corps sain est la plus sure des assurances Contre la maladie, v.m- d
quilibrer otre dite. uboWiMi le aie que vous dpense/ chaque jour.
Uap| elle/ vous que le'.'uaker Oals esl pnecril paitout par les mdecins
fuir la bonne laison que c'est la nourriture qui contient le- Ifl div.-r-
menta de la nature qu'il faut pour parfaire la nutrition.
Le gont en e-l dlicieux et quelle que soit la la.on suivant la |UelW voni
ie pipac/. le i.'uaker viande. Pour bien se poiler, mange/ du Qaakei Ottl
Lon R. THBAUD'Agent pour Hati.
nnlk ?r Os

Ceci n'es! pas lire i
Car de la itclame j- ne sais pas en faire
^Cependant si vous passez du nit du liureii d
!'Administration postale, A la Oraud'llue;
Rentrez a la Cordonnerie
truesl Camille
^ a conscience
\ ous verrez |ue les chaussures que ce soit sur
cjmniande ou non^sont faltus avec i|ciil, soins et
sjliiuo, paroj |ua la ouvriers qui les contei'tio.inunt
ol.:* .Ai.ib3ii.uiA qui y sont employs rpandent et
j initient le titre de la maison.
Surmenage
Epuisement
Mlancolie
Crbra/e^v
Enerven.ent
Nvnoscs
Insomniss
/
N. et A. Acra
GrandSRuc
A ct\de Caves de Bordeaux ?
, 'Voulez-vous vous habiller avec lgance, et bon
march.
Adressez OUI a la Maison N. A A A'ilU
Dont la deviae est de vendre petit bniice[pour
vendi*e beaucoi p
^Uiilis son pei .onnol, la m.ni n ccmtte un mail 1
t.....11.1 italien c 1 ti d'un tabliasemcnt de premier
odn d'Halie
1011e esi n mesure de foui nir des complet& tout lait*
ri sui ni'sure, en cheviote, di;iqoiia'< palm beat* >
drill blanc *t couleur, ccu| oi's de caeimir pour oan
valons Itoftts peur gilets.
Bonneterie
t'.hf niisos de )our et de nuit, au ijnut de> ciier'.-. -
Cols et manoliettes derniis cration-. ( a; ;o> n
(I i'\ j.'iin; -..
Cetiemii*onror>t'tu un*> in',in* et le meilleur accueil et rserve tons ceux qui d< -
HSlit par une visite tre Hriies sur I. vileur h
vaux lournia.
a kl 'un cistuiue OOmill nde et qui no inp -n p
u' 1 iu client ei n>pi it>
Un parle franais anul.'il* p. mol st iq!'i>r-
>\
La maison F, Lavelanut & r
,<- ..
Dprims
Impuissant,
I :n( I c IUI I I
n fuit, l.l v
lit* I
t'ELINIR ZIDAL
; :
iibrcuits ItlfMll -
11 Ir. BO
1 | % fur
1 >
v-v i I 1 PHARMAUEJ
lue du M.i'|;i-in de I Ei.it
1 lie (ti:n m, \n illini il J I Couba,
Vient\de ictticir purjb branaii
, le* ancle* tidiot ts :
',\ Dentelles KaW Fints, Dentelles de oie,,I entules (n et Arceo
Mi loi e, t..bloites, Cl.. J' : l.X lilr, l'.un loi s klticlei |Mi Itide. 11 1 II ne. 1 1 s Moiii- 1 1 h l ,n ,.,.,,
\cr\t* pour hi b. s 1 . 1 li. pei u, dea Fai Perli 1 ..... i< dae
'mis I uni u ^s, Cba|MUi Jau lii.il m. i. r Bolai li lle.
Peigne a etiifltr tous gtniei, de Brotaesdeoi ftee'Jenti
tri' is, eli, 1 le.
I A rueJee p ui llonur n : Paui cola, Grave tea, I .'.-. Cben -
de soie, .'arel'ee, etc loua article pjm meteen. et Uogerii Col
est x m pei ieui.
BOUtHUNbfcN ruUSGENHESel Btuebona poai iharmede
_ Alinienthtion Liquide : Liqueurs, 1 OgUte, \m-, Champagne an bi
^ lbblles eli 1 hOUti lu l ( 11 l'VI pee-. Joi II- ili >. -
m n.-m. n- dt I liH'in cie et Bpiciaiitea l'hm m 11 iitiijn... II,-;
1 a^elll^, Ti b S en ca. ut* houe Vins al 8sd| Deachiena, Vin \ounv,
lavinx, Il stogcol, (juinium LbIihi qu. ,r. pi Pei elc.elc Bel d'K|
.i de Ulacberii bei nm en 'iros, Pat ni anliieptiqu leutee' qualiti -
Kilrnitateaaenrea poui Siropv,liqaeuri et I onfiaene.i 1 renia netun
.Nous avons reu le V^nlhl.le I li de* Mm- l ir||rnl dcuir! 1
Pai-sez-noi s voir, nos prii lOfll Bvaniadeoi^
VISITEZ


A
M MATIN
y
i
Construit pour lus Mauvaises Ms
f^e pneu Cor A
Uood Year pou
Camion, est le
meilleur pneuma
ticf a briqu pou
le transport su
les mauvaise
rou.es.
La paroi Ar es i s te
des milliers de
milles, sur le sol
le plus cahoteux
ei su fabrication
*j .. h *itmu> u
le ciiuuliuffe *#*
iC, .et*. ;t%- [uiiuujl
a 24 s
tread assure une traction $ure,en rendant Joui drapage
impossible.
tabnqu pour rsister la plun svre condition de
service, il parcourt des\milliers de milles a un prix
excessivement bas. ~v ^
lubrique dans toutes les dimennions^courantes.
Le Docteur
Ffd en-
Dipl n de l'Ins'iht Munial
de Pins
Rentr de son tayag' d Koi
o il imI perfectionn n oto* h*
rjnlar scin'o/e et orhtlinnlon;'
('ans le Il -piIitnx de Pari, a I h n
nur d'iof' rmer le publie qu'il a
rpr s la Direction de *in C -b:n .
Maladie de* Yn>x He>%
Ore:Us. lu \z nt
de la <: rue.
t, i i l,i 'cr p tu
i } M II Vhl II*
k loi If* I** r< h che- d*
Mrg, Wns^ermann Analyse
L tdlrrnme Baljt de I
ns. Analyse de toutes S ti
K ud-- M:crob;olog q ea.
rr^pTM'i.ns et vp, | gpwi Je iou
tes p'c-9 II sto^ogiqu'i.
GOOD
CORD TYRES
TheWestlndies Trading Company
Port-au-Prince, Gonaves
Cap-Haitien.
Grand Htel de France pharmacie Sjou u
Position exceptionnelle, au centre des allaires,
proximit de toutes les Manques, de la douane et
de toutes les Agence! de bateaux.
lenseignemenia et facilits pour voyager en auto
mobile dans toutes les parties de la rpublique
l'iajti el de la rpublique dominicaine.
Ihambres conlorlablct et surtout 1res propres, en
tilateurs dans les chambres a la demande des fen-
sionaires. Cuisine Iranaise trs soigne et dis
plus varies.
Demandes visiter les magasin*
de i Htel ;
Vins des meilleur* crus de Bordeaux, par liai ri
ques, (lameianiies, gallons et par bouteilles, lai mi
les \ ins tleciiaieaiix, voua trouvre/, le puio yiauil
Choix, p Jlir les qualits el pour l'ge
VI.N8 i>'ITALH1 ! r.Si-AiiNE.
VlN DE HOUlUi<)ij.Nb|llane> et ruuycs | L\ le mon ne
' fiiiiiin.ii il multoseux, q<>lit >uirieaiu
Le plus gra.id assortiment Ue Liqueurs, i.ouuac
glus, wiskies, etc.
Mt:_^Absliitlie t'eruod, Amer l'icon, Vermouth-
k ,COA&tHVttJ franaises el amricaines liajo
lue ni arrives.
j^CUAltKS de Cuba, Aurora el llabanera.
/I iA1 -! t I.S Uo loiilod los i.ilu i.iii, s d'iloili GlOI
et datait.
IWiU l MCIUE et Cartes postales.
Donne avis sa clientle et aux mdecins et au public qu 11 r->
\r mwra son Laboraiotre j Ulo^ie .en un laboratoire u'
b A flie appl fin soas la Dimctun du
Dr Ricot et B. Sjourn
Le la' oratoire e>t ouvert te us- les jouis de 7 h .& du matin 9
a ire di s-dr pour lou'es 1rs r < btrcteaei ana y.sc privUSS Jais
a nn.ee ci ointe, saut pour le
\V*tK4. m: un et i constante UrA>ert fie
Sa ont reues qu h mardi dt chaque semaine.
S'adre ir ia Fhinu cie pour les renseignement**
Inalvesd'u: n s.i Sucg s iju^
Kaclion de Wasse mam
Bae'ion de Tnboule,
Eiamon du ring e< du pus
Examen des intiAre fYci'es
lumen 4e crachat
Albumino rtetioc
Constante UrAoSV.rAa re
Prix trs modrs.
P. P. Patrizi
Has Moulu
miioi Qbarlea H. GBlJeni annonce au publie
qu'elle vient d'installer ds mielunes dflsfplus mu
il rues pour li prparation du mais mnulu, lariue
d m.js, Unis de m-tis pour les enlants, pour <) '
teaux et desi r s.
Les elienls de la maison trouveront ces produits
dans ions les dpls.
A tiiie de rclame,jJ y t des conditions de lv'ii
peiidant le mois d'atril pour tout sCbal yroa n
par sacs.
S'^drers* dirvc'emnA U / b tV,u
ta maison H S1LVR1
(eux qui nonlapas encore vu les.jolis article? ifl
linesse que vient de recevoir La^Maison Silvetu
doivent, dans^leur intrt, s'empresser de passer *
cette maison, car nul part ils ne peuvent tromer
d'aussi beaux articles i des prix si raisonnables:
Hos aitieles sunt vraiment de toute beaut et d
V-iebur et ns prix dlient tout*) con ;irience.
Jrpe de Chine couleurs assorties
i extra suprieur
" marocain carreaux
hoirie \ carreau pour i*objs)et chemises
l rico* ne de soie barres
liati ie voile :i carraaux
Voilesuisse brode
l'tepon franais ;i bires et_A carreaux]
iauonal noir sup
C+M m i anqi i;b a.iuveaul
-' -i' bleu anglais supjrieur
' ..... iq sis de toutes bemt <
i noir suprieur
jii' ta! leurs
. au s perieur
lll e II ' K Ml,J" : ui
k union b a ic anru "n ,.iveaute Jj
I union hlano anglais
fit
ssor japonais jour l.mise fi homme? et rob
I\p3 de soie b irres couleur pour ohem'ses S hom-
mes et robos noiivaa'it'-s
lta|iliste fine pour cha nises
Percale fine pour lingerie
Calicot parcale pour "
Xphyr anglais pour ehem ses'^-jextra sup J
Organdi suisse uni et couleur
Ras jo jrsdcini-soie
i haustettes cossa ses DO'ir enf:intl
b ene.li l'risky, deraiere nouveauu!
i*0| lin il (leurs pour ro >es
Tusior blanc
l.imbrie hlan:
\oiles couleur A barres
Shirting blanc suprieur
Bas dentelles
lias suie brode
Bas fil hrode
Lotions "r'ivert*- _______
tulle tour premire Communion
ouvertures blanche et couleur suprieur
Mandes brodes Madera pour ehemises et jupes
Voile blanc barres el mouches
'tat ne blanche
Gahardine blanche barres et unie
Crpon b anc et couleur A jours
Voile blanc et couleur uni
Chemisettes alemandes]]supricurj
Brabant noir anglais
Imitation toile ecrue *
Serviettes de toilettes blanches** couleur
damasses blanc'ies pour familles
Nappe couleurs
e ies serviettes blanches damasses
Organdi blanc & couleur A barres & A carrea a.
ainage cou eue anglais sup pour jupes
Madras a barres de soie pour chemises AlhommesB
Satinette Foulard pour robes
I signes franais S: amricains
Molletons bancs & couleurs sup
foplin de soie uni blanc & crme sxtra*
1 hapeau de paille une d'Italie
Casimir anjlais sup ;
Crpon brod franais
Crpon franais fleu s. dernires nouveautlll
Serviettes de toilette eoul. angloi*
apis cir blanc sup. pour tables
I amass anglais pour matelas double largeur etc>tc.
a imables clients, vous qui voulez porter, peu de
Irais, les plus beaux tissus qu'il soif possible de
trouver sur celle place, ne indiquez pas,' avant
d'aller ailleurs, de passer cliez nou o le meilleu.
acceuil vous est rserv.
On trouvera
Al A] VI
vis jV 'I
;
Hue du"Quai, No%lG17,
^ Mm e d njve.de table Marcel Aliolh " T [flllli rillaibSM fe
I* et il 2 bl Sardine e autres conserve. franraiwMt; rondimenla >
.nnUeeU! Shii, tomate Nermomh. Werijni et Roi- Arcii Tu a
H.iler. Agass 3 AsJlsj, Henri Roi. \i* R0nK> el R'anc mpi**n a
en Mmqoe, dem, burrique et caisses de I! hn.,t. fhampwne CM*.
ees lleidaierk. 8uere Krn.,iv eonc et en h.irnqiiea de M gallons, etc. etc.
Procurez-vous de jolis cadeaux pour anniversaires, fianailles,
iuarinqes el baptmes chez
01% I FM
Kue Bonne-For
m
AI


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM