<%BANNER%>







PAGE 1

%  %  S"" DEPURATIF du .. i,...^wTCi D r MANGET Vices du Sang Varice, Glandes Mauvaise circulation Maladies de Peau Avarie Maladiesdes Femmes } labumawtt chii iirt l.RASDS PRIX Iirt*>. d'humeur*. 1 . Dl liant .-. %  %  e, i %  %  i'i %  n 1 1 DCFOHATIF DU DOCTECH MAMGET ng, > i lOi • rot|ai .le ainsi le* afftctIOBfl dur a UIM %  illBMOtl -au i i Mfnl dr lt nutrition (obfitc. %  Ihme, mphy ne. outte, rhuniai i ItMCCti ru'uriilhnie, v. snutique, Jurabjgoi, • CfetJ il rKul*u*e la ereutrillN IM < pM|uc, prI H l tic !•! malais de rlliquff II tclaircil t lc (uni et murt 1J lu-. Ht! ite la peau. MtUlUC i ii nofll.nl lr.n(cmcDl de a ri tbaliMBl la tcnsigo u .ut la \ ( M DfJW *>.tu laal II travail des reins. i .. loi UU y .. M, Vain m< ot, il fouilla la cour, promeni -on angois-e ROUI lai arbrein liffi i. nt-.M.-i. d< a I Mer cda Dam la nuit, l'jppel ioul le l'nervail pai loii avec une i i d lui >l e, el d'autrei foi, l'atlaa drilMil rommi une imploration d'cni -1,1 m uli ur< ni. Il comprit cnlin Ma malhi or, le mesura, el juste n mine 'I mitait que sot coeur allai! e: lin clater, son d Hapoir lui creva au visaKe, en grossi lai mat, chaudet el bienfai %  an tas. Le lan lamaio il prit une dci pion Puoque p ne rien ne l'alla i hait tl.• imu- II terre Indien ne, il pattirail pour quelque loin tain paya d'cill et de tiavail, el peut fin %  mine d autres, re siemli-i 1 u %  t %  11 II'-ID n laad cooomiee, il ni denti al aux doigts, et deii! : '|n rit ni'iil ,'i -••moli tle n raii qt i %  li uard ma plat] i aur ion lieu m l'eus pour ender mir aon iniii ui laa m< aimpks m ineree. •Merviu Men n IM boliedou leurs nous • iennenl de-femmes el les yeui D i Boblceee qui %  'ont p s I caui il elles.au moins une loi', pie II / u.ii i %  !> s i ni l In t ire no %  nantp.ki Mereitja v..-i cour eustmi 111 n Isa U b MtM ; l'her e el les bu i, -aille.1 alentour ont t i ii i le i au tranchant de aa !n m I. 11-..iice ancienne n't ?l pss louarevenue encore, mudu us le Irisoniii iiicut 'luin • %  ni fleurs, die sourit d ja. tu milieu du i BMDpi comme autre fou, una maitoi.utltc au di -sous d'un toit ipail de paille, el loul autour ili poulet pi. ment H le regard lubrique d'un jauni coq, an ' l ln'iilon te m a u, M< rviua m'a mi utr de loi' i I nu b'ancs qui m I lent un air de fte s s eroifo... puis un | n i onfut comme uu eu tant n ,nt uni lente, il m'a conii.' %  : 11 1 e-t revenue hier noir. "in. Mi i. • de* J'tui il ire d la i bai inai| .. C i.ii> Ma aujouril h li, loin 'i • ji i.e vi\as pu, j'ai pa >• %  /'•^ %  /' I ( r l i C'I Httll I I J l' l> If le .s i I / r I Rtal le h lat'i • %  qu[ %  ' i /•• m' ii mentairi %  > % %  BORNO Prsident de la Rpublique \ Vu les articles iO el 58 de la Contlilulion. Contideranl que l'une les preniftreeobligiliona le l'Etal e-td'as surer IK mtinlien de l'ordre et de la paix pub'ics ; i m idranl qu'il | •• lieu de r gleminier li terci c >l i droit de runi n sur le rapn >ri dei Se rl lin s i Etat de II .teneur et de la Justice, Et il l'avis du Oone il dei Se %  i •'•t.in r1 K l, A prop i El le CoDIl il d'Etal a vot la Loi auivanle : Wi.. I Ir. Les 11 u li i i bliques sont libn -. S m'r. soumis s a au u e au toriaalion pralable, ell-s s ront prc Ide d'une dcwration qui en lera conu dire l'objet pr^ cil el indi quera en mme temps lu, jour, llieiire. l'endroil o elles doivent avoir lieu. Article I — Cette dclaration, fuite lutpipier libre et 1101 Irais, scia pr -' nte au bure m .1' la po li e iS b meau liloius i,\.nil le m in ni li\pour lu runion et se ra s un-'" par deui pei unes ma jearea propritairee, joahaanl de leurs droitl civils et p mliipies el domicilie, daus la ( ommun-i. Il en stra dlivr rcpiaa. Dans le '.iou les dc'aranls n'.iur.dent pu obtenir nn rcpn , T. mpcbi meol 01 le n fut pour raient elie on-M^s par tc'e f 1 Ira jiuliei lire ou p ir .il i -' itiOD -i %  i de i u x i iioyeot domicili* dam .a i oiiiiui ne Le n laa ou I a te qui en U> ndi • hu c I ie lat re l'b ure de la d ai itl m, \iii. e ;. t.h que runion doit avoir uu b.irem oompœ de liois personnes au m loa. Le bureau e-l chan de mtinlenir l'Ordre, d euip lier toute Infraction aux loit, de DM eiv-ra U ljuion le e ii i. ti re |iii lui a U donn par la d lai illon d'interdire loul die cour* contraire a i ordre pub i 11 auv bonnet mmura ou eontenenl provocation uu acte quabli cri nn uu dli'. Les m imbroi du nreau •OB' ic-ponsli • s -nli l.urem ul i> < 101 uga il u et de 11 dci n li • lelofiaotloai tua pus rin i le la pi. -i nie I .u. Arli > 4.Le t'.bef .'e'.la Roi' ee n i son repreentanl Tip*lnt ou oi SJnopl ant ilKiru '• pir lui, prurroit etei" 1er la runion, i ter po r tel 1er au maintien .1 %  l'ordre pnh le tante Tuilerie ir qu'aux aborda du local el prou nier la .lisii'iu de la runion, tTie buram requiert ou s il s*, produit des ro lillOOl ou vnies de fait, le seiond pour dresser procs ve'bil d in fractions aux Lois en f n<*r I • %  n assurer li rpres-i'i-. • p r •' %  verbal sera sign^ pet 'e.1 lui on joinb'm-'ut el Iran-miuni dlai, au Cumin ttai'e du GAuverntmanl prs le Trlbonal de l'i, "r rlus tance, tellea Bneqa* d drof*. Ilans le. runi os publiqus ' .lu^e de 'r'aix el le Chef 'I • 'a "li ce, ou leur reprsentant, rhibu sent leur pice. Aitie'e %  > — Aucunfl r nii'oi-e peut lre tenu sir lu i d< publi que. Ai ii le 8 — S mi ronsi l i comme rtaeembUmenl dant IM ii' in publii • el I •• v ont tr i • i labltmenl autoritea leruni^nt de per-o met sur un poiol que e >n que de la voit publ q le o i d ifilanl pir leri n v .e d une m uiif-t taioi pi in | e ou autre a riicle 7. La dem in I %  d ,i tori .iiiou sera n ire s t nu bsirmi 1 de la l'o'ia dm* e t ai e' la f r me presrils aux articles I e' 2 Les si/n il me* devr.mt en outie tre porteur: lo — d'un cerlili cal de bonues vitel mour*, dli vr par le Magistral Comirunal ; i > d'il Ci" | !i %  il du I i 1• %  111 %  : du Ti banal d* Premier*] In-tmce altesl mt q 1 i'n'ont pit Iris l'anne en coirs el dans elle q n prc lo. condamnera l'emjnson iitinent pour un dUl eorrad ia ne Arli-'e 8.— L'autorisation ne seia 1 u I e pir le Chef de la Po lie ou celui q ii le remp'ae* q ie s,11 I .ivir conforme du Prfet, le q iel n mi 1 u 1 itre, -i l' i vi* est lavorible, interdire le piieag) dam certtlnei ru s, le s-1 iooe • m ut en l li > 1 1 11* dh vj'e pub iq 1 %  qu il aura dtigne Ai 1 Ki interlii 1 l'eihi blli MI li piu 1 %  -. dr ipeaiit lu 1 • %  enseig 11 ou intrat c J I teniit les insripiois conlrn a 1 1 n • uli : %  u aux b aiti mil 1 M injurieuse ; pour l'anl > rit • pub 11 is. 'rliei Ld Ki .A* de viola tio 1 d; Tuli :1a pi ii | |-nt nu Ja rsisliore aux ioj >oc 1 IUS ou or dres q nie ia 11 il di 11 Poli ie, h PMttlOn sera dietOuU et les 1 il Irai 1 mit 1 1 lt p 1 ir itre juaj coul n e n m ;, V ,, ,, %  1 ;o cl SU vtntd 1 ol • ut. Arli • .1 11 — Les tige il ai m de la dmin 1 %  r.n 0 intion -ont r^s 10 *iii %  1 id 1 i ml la fra %  1 1 1 u\ 1 1 l | • %  10 vr 1 |i 1.', r d c mt ava 1 lion BUI .li p t %  li p SMO t Loi, s. ru punie le p Lie de MU "DD nt" Po: av!, Crown Life i -.. .174 I.". ,044 1923 73,160 1924611,214 "Quoique l'anne qui < le! I de ne termine, ait t malneureueement une priode et de stagnation dans plutieure lignes d'affaires, les chi 1 de notre rapport annuel sont une preuve qu'il n'y a ni hait--ni 1 le progrs de notre compagnie. La Crown Lifi ".a 'de l'avont'agrandissant plue rapidement que junail r~e raiant coram • lin= la runion, Article 13. -1,1 prwn'e Loi ibro ae loil'S Lo'; u JUpouli 1 i.1 %  Loi qui ui s ml contrairai et sera ueute 1. I %  .. l"s -> %  i' tairas d Si it I I lrirui el dl I Ju -li e, cli .ni n ce q n le c 1 1 cerne, U >nn au Pal < N 1 i<> > .1. POTI au ''rin % %  le |Q V| ii luj ,. an llii ni I %  il "dpan lance. (Si BORNO. Par 'e Pr i leol : Le Seerlaire d Eut di 'I itrienr, (S> Il r. tUGl'STE Le Sic i iirt I l la ., Ju II e, (li)Oeltbu 'iK t < %  : .01 \i. Li ton tre.T.)i. Ce mili", tare beure* 1,., e'it li^u 11a tremb eneut de terre L1 secousse as 1 / prolonge a lur pies d'un i ond • 1 d ;mia Ce phno n ne es' d'ird 1 tire a**/, frquii i. i le saison chaude. Mackeudu! Nous avoos reu hier m ex n plaira de 1 1 belle p "• %  t % %  vie I H .r lui Vieux qui mu ml I • su %  le M oo iid it 1 epreeal lion* Mscettivciqii eureni lien b l'aiisiiu i '"•'esl lo lie une s lit-; I %  : pdri)ti|ies | %  >. l'auteur en une langue qu lit n' par j I -ub'.i me, voque Uins s i i avant > 0 •*, Me h na din \'ia.< ri,, le .es icm* tinces ij t i i u n • le i MI pu m i.* i u M ip !* d'o %  iupad m am^ii r ii • d %  v a n %  les i i av im' f ii l • 1 • en x i n ii i • fat sen'ir aux pusid-tltbi ui'< lo* plaines de I Vrtiuoiit) a pe aaalour de leurs b. s II srail 1 il luleni de 1 I 1 i.lv ie le e e. I s alie 1! di puu au d< barqui n nl 'e I \ mn-am • l l >i ni -1 n ml civi's ; 0 r ne pu 'r lu'i %  N 'U %  r %  u nui n I mi vlvi m ml II • l re ds 1 ei ouvr ige | il esl la peinture d'une p*i >de tgile ni t prcd noire Indpenden e On pvjt se le procurer 1 h / i,. 1 1. r. l n.' 1 ^ 1 ira et Aux Arme de Paria aux prix de 3 "lourdes 1.11 • leamba sideurs de la l'a 1 I vl d v .1 el t'res 1s ofl ni li Ul soir-'-e d'inm-ura 110.1 .1 \ Il 1 Le 1 ; >g amma e.' dei p m all cli mu et l'encou n nt m ml par noire public retenir lai pie ..•;i 1 is m I 1 us per n il I aflir mer que ce si ri Ui ini^iiili ju: me •-• .11 Prince t qui e-t le chef de la bon "e qui'cambrio a. il j a qoel %  n s jours, i'p 1 >ie • %  • v lr Ption Delb^au la rae des Csars. Urinv I est ce ni q e dno 1,1 so 1 co np i e Nes'or do I no n p-r liane tu -1 c' 1 pii ci lei lier veil \ ,.• I %  le* pr iluits lu vil poir Mre v %  1 lui 1 ''-'t t Ooave, Il avait .u e temps le quitter cette der niera tille et le rentrer subreptice ment a la Capita e pour continuer ses mlait*. M m si urs iront prochaine mnl faire connaiaeanci avec le Tri 1 mal Criminel p 11 vois avec effraction* et ei alade Encore, un bo 1 poiol 1 le Pol'ei HEncore un bon point la polic. Il 1 s 1 ,a Si vlarlui.uue bonns ,, .. me i 1 .u a ,. %  t de • I .il I -o il %  •, I I 1 • • .,111'. > 1, u e' 11 iaiteur n eul n • 1 le p 1 1 que de pn adi 1 m 11< a son 1 11 L ag nt de I . %  Ire lu die a un n'.es reprises di s'arr • %  i 1 1 Q u • il continuait .a fuir comme e chien de Je m dl N ve qui fayo.il quan 1 0 1 l'a| p 1 li ^ da< oe in 1 d n c m d fe i 1 -1 i .1 %  I tut etlelol 1 la li %  %  • au _-ii. I -, no l .s ,n ii elle n.nl ctpeo 'anl. Arr .il lui i.i.n il] u. t'o ic 'o 1 r i. 1.1 q 1 n • lei 1 %  1 rstoc d n iu I' un .1 m, vil, r iidiviate, p uel ian l c nidira u n..U JI a Iclil (Joft' I qu I .'o • 'Ved ave) plaisir que nous avions reu hier la visite de notre ami 0mille Milchell, Suprieur : , |i a ta' 11 Usine! de Petit 1; (Ave et J)jt le -jon 1 Port m Prinei n'e Ml q •' %  Iroa eonrti d 1 re ayant 1 repirtir le soir po l( reprenire :a direction d>* travaux pi t >oi -i. is son con r e. Nous lui ranouvelou toutes n >• \ u 1 il i.as : Pour gurir ou i? .ter ^ MIGRAINE* C0NITil.1i->> ccnoir non • tTou.D sil.'*i. IKI.HI.il 8H..0U IL SUFFIT de prendre M, l'ui' cita vof repu fu* IM MI |Win ..ul...l une Pilule du D r Debaut 147 rue du Faub* St-Deait. Paris Mais il faut exiger les vritables ui ont loul i fait blanchei el ur MMUM ...... >ee a*U ; OEHAUT A PARIS 0-* '••• MlDImiil Imrlm en otr 5; f? 110 Rue des Csars ncourl Telephonv : V750



PAGE 1

(M Chez C. VOIG, WK Une du Quai. ^Avsi, n,-. entailles blanches, 24 cm., creuset el plaies, don/. Dr 1.2". Etsti Itea m porcehiue lins 24 dm. | Heurs el i barres farces, creuses il plates, lui:/ de Or 2 00 3,00. Grands Yerrea lins, don/. 0"' 1,60. ferres a Champagne dont. Or S.2I. GVser.il s nailtees hleic* avec Couvert ir\s, le 1/ .i', rie Qr 0.10 0*0 cei-f. la ( i c'. Cuvettes ^msilWeSjCoul.sss.delrO.'O I |o,la pice selon p es avoir ail de bonnes emplettes u n dpensant un rien d'argent. NEURASTHNIE, F; IBLI rWvV CHLC BILI l E £3 ci non a DESCKIENS >ni rr aruperiaar / runrf c* HJ t UT farmfl r: |t . Ave/ vous mauy la FARINE Kug. LE BOSSE & Co AgencesR ppseataiwa Agents fni aux de : He -IUMJones Jdwell Mailing <* • c NEWVUKK ParlDM ||u.;|ariail O O |(o i!a ROU je tC franklin Fire |nsuraiien Coinpani NKW-YOI'.: ,\sbuiance OODlre l'inoeil il r. nn< d • Vllumattei Sai i MU %  | ACE l .. 1 11 Souli" s 1 Cil ;is F. 15 llll %  !!• Soi. Pois ••)• •mlAa en tous iptircs langez beaucoup .-* f f aunes de la grande / o iqun anglaise The 8Ut eu Cycle I o do Hirm itghatn, i-y Ut cne. l'.lies vont les me Meures, < tant fabiiques ,-iVtc les n.eilleures natiei es anglaise", el soumises il des essais i .i,i, UM i x a\fclit a'etie l.vittb ;i la \ nie | lies sont lea plus bulidese tn me me temps les moi u > t lu rts Vonliliez pas d examiner bien les modles Saltle\ avant d'acneter une l.icyclclteLn vente elle a "' .lin \1IPI.I;K lures Lde liw'ce .sburance sur la vie, juiilion Fifres A.i < Vins A 1. ha m pagne lioid' aux l'b, I;. m l (.( % PENHAGI i l'urre i) •nui-, fro nage et ennse v %  >i m i n es \X H lathefs lr S m i ait us jaunis t ne r*. ii.i lationale Sans Kl val layarettes Chante h-, s l-'livols de d pure lans^pareils'pou] leur Solidit | Elgance, Confort t braicheur Eu venle pai'TiT Pour les commandes l'adresser s iiUMUttti .-Kd r r %  i "Hrt0( Keds Fabricadns tolamentl United States Rubber Ce; i\ Alphonse IIAYXKS P. N. <]. 1) J 4 • Il liil demand h Non >l< 00 H Daparlfl dans h >|l. n li m < %  la H oilt, q iei -lu a le plua beau jour d ta via 'On k'atte i*l i qu n mpptla ii a dw (IMIII' i d> i de un bit lao a viclouai Uan • • i. I* n Mime ijul pouvait ,i %  > % %  MDira le vi ine un moodi i (OQviil vai ,,,,. | ,,-M|| . 1 I %  %  > i | I I 'I II..I |, II. ICI I I .,11.11,, 1,1 ,1 cin-ciSi' i|n|;r.i(id a li %  iie de* niiiii ni 'if ,.li i; ^i ,i, liii i i |,-ii i |. 9 mue peut lire oa I a vu daa la laoue da %  < pimiem Loiamu uu Vous tous jenucs mut al jninie* Bliea qui alU/ b i %  > %  I ,UK l'histoire du paya et du iii'iude. qui sait offre/ un MIUVCUII du h au jour de.vjtre pramin %  oinmuuion. O'aal k la Photographie Nouvelle Llodumy />• Juste Z Vj m 1251 Hue du ( enue 4-..lie la frison et la Hue des Qasern 1 1 lephone .\o 773 que vous sert/ serviavec la pi ai St toin << promptilud at I le-, prix \c* p'umodi itea dana le cadia la plu artiali [ua, La maison F. Lavc.i & Co lue du'ilagssin de I Ei.it Entre ilniniiu Williams fil Cou Vient de recevoir j/; ,Je %  %  lex tir cls su unis : n. iii.iicB Bitra Fiin Denli II it um iii a, ..,,!•.,( u i|,. ,i.,x i n, i i loui iriu li i 'MU Modi -. Spai li i %  penrs poui Kobeaal bapaaui, •!. • in u mi i g • Mi i|ii m .1 ni i: , Pi igi i ko i.'i i loui | DIM I l'i i Irtcc aie, 1 1 :': 1"p ni II ri,. PaUI I I de soie, Jwiellaa, ci i ,uarli lai p m a A i .' iiniuo i.ili i %  i | i' el '!• lilaui) i D l %  i %  i Kilr^ils.i' •u aa ,' i n • i i,i-, i | h .Vin-, |1 101 ii'i.ii II > ni il, •: | | • ,| \ Passes-nous voir, nos pris sont a I a VISITEZ Mfe 1 %  >



PAGE 1

La maison HS1LVER i Grand Htel de France, i.u\ (|in h'onl pas encore vu les jolis article? .' fines e que vienl de recevoir La Maison litau do N ni, danseur intrt, s'empresser de passer cette maison, car nul part ils ne peuvent Irouvei d'; isbi beaui article* a SOI blanc Kimono blanc Voiles couleur flburii Shirting b snc BUpl ie.ir Bas dentelles Itas sole bicde lias iil brode Lotions '*j Ivert*' 'lulie (our premier Communion f ouvertures blanch %  et couleur suprieur Bandes brodes Ma era pour chemises et jupes \oilc b une a ban es et a mouches Itatino blanche. Gahaidine blanche a barres et unie Crpon banc et couleur jours Voiie hlanc et couleur uni Chemisettes allemandes suprieur Brabant noir anglais Imitation toile crue Serviettes de toilette^ blanohos couleur damasses blanches pour familles INappo couleurs Petite •i M ei-\iettes blanches ilamass es Organdi • hlanc .V couleur barres & carreaux. Lainage cou eue anglais sup pour jupes SfHntl 1 r aV ? B ? 8 ' ,ourc e ses |,on,n Satinette Foulard pour robes peignes franais* amricains Molletons blancs & couleurs sup Poplin de soie uni blanc & crCnie exti a Chapeau dfaille Iine d'Ilali Casiuitr anjlais sup Crpon brode franais I Crpon franais a fleu s dernires nouveauW; Serviettes le toilette roui, angl i, 'lapis cir blanc sup. pour -ables Damass anglais pour matelas double largeur etc efc. Aimable clients, vous qui voulez porter, peu de Irais, les plus beaux tissus qu'il soit possible de trouver sur cette place, ne manques pas, ;v.u.t daller ailleurs, de paaser chai non ou le mai! eu; acceuil voua est rserv. Rhum Nectar Cli N. ; (JiBljens fi 10, Ittu; dtiMBqasin de l'E(*' 117 Ktte Bonne Fui. 820, Rue Courte. ..sition exceptionnelle, au centre des allaires, i proximit de toutes les Banques, de la douane et de toutes' les Agences de bateaux. %  enseignements et I* ilits pour voyager en automobile dana toutes !<•> parties de la Rpublique l'fl.ijii i de la rpublique dominicaine, hambres onlortablei et surtout iivs propres, en t il.ite nedans les chambre* a la demanda des fenfooairea. Cuisina Iranaise trs soigne et dis plus varies. I) n.a ides ntiter in magasin* de IH'el : Vins des me 'ours crus de Bordeaux, par Imrri qu.s, daiiiejanufs, gallon>et par bouteilles, l'urilli les Vins ilecliaieaux, vom tiouverez le pUM grauil choix, pjur les qualits el pour l'ge VINS i ITALIE* D'ESPAGNE. VIN DE BOURGt IGNE (blancs et rongea et le renorami Pommard m miteux, goU .nnncaio La plus gra il assortiment de Liqueurs, GognM glus, wiskies, etc. Absinthe Pernod, Amer IMcon, Vermouttie CONsEKVES franaises et amricaines Iralehera nt arrives. C|!A1;1;S de Cuba, Aurora et llabaner . (.1 AR T ILS de toutes les fabriquas il' foili Gros e' dtail PAAFUMERI '. et Cartes postales. Prix tr modr. ip P. P. Patrizi Mas Moulu muson Qharles H. Gt)ena annonce au public qu'elle vient d'installer des machines des plus mo d I'Kpour la prparation du mata moulu, larme -I nuls, Il ;urs de unis pour les entants, pour g •• leeus t d-ss r s. Les cl enta de la mai on Irouveronl ces produit d us tous les dpits. • une de rclarae,il N des conditions de lave i Hit.dant le mois hnr.l pour 1001 achat en (jros el P r sacs. S'
Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06438
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, June 03, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06438

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
fcWMMfT*
U le lu cil i Mayiouc
BOI VEHNA
1358, Hue Amricaine
Ce
ai
1
Quotidien
|i ne fiai I
corn riion pu hum
nnemenl pai i hi il
fiwcois de s aies
.

TELLPHONI N* 942
lOme ANNEE N 5510
POBT-AU-PRINCS (HATI
MERCREDI 3 JUIN l2."i
Une Lettre le Monsieur Constant Vieux
Porl-au-Prince, 1er Juin l'Ji.
Messieurs Ci.tuurr M.v.loiiu
lirrrimr iu c te.
I |i -, DoBlINVn LE,
H nriMi '< L'Ion
En Ville
Cher*. Confrres et ami.-,
Je m'tais promis Je ne'point
prter attention aux nropos in-
jurieux auxquels je m.itt n lais
da U pari d'un; ct-r'aine Presse
dite Nationaliste, dont les m -
neurs sont, moa :>vif., des gant
peu intressants, gars dans la
profession comme des diables
en un bnitier',que jemeplai*.
parfois, dans l'intim l de mes
conversations, daigner par
le terme gnrique le porte-faix
du journalisme. Mais j'avais I ni
des rserves quant ce qui au-
rait trait aux discussions OOIH"
toises autour des ides prcoi i-
se< ''ans ma lirocluirr'et j'avais
mme, je l'avoue, envisag le
cas o j'aurais t causer
avec ctriains conlrres tan' du
groupe jjouvernein'ntal que de
celui le l'opposition dont j me
rclame persuad de l'util t
que pourrait avoir une libre et
loyale discussion entre gens de
bonne ma;son sur les moy.'iis
les plus efficaces d'arriver
a nliorer notre situation pol.-
tique.
Je n'ni point t sollicit 3
cette discussion si dsirable
pont tant ds points de vue
divers, l'-t si je crois le voir su
jourd liui m'jc up. r de ce que
vous avez dit propos de mon
ouvrage, je regrette que ce soit
beaucoup plus pour co i.battre
des ten lancts que des opinions.
Ceux qui s'intressent aux af
laires politiques du pays aironl
remarqu en ellet que tan lu
qje vous ess:yez de tuer de
mes rvlations dmontrant fin
dsirabilite de certaines -eus
|< haute direction de notre op-
position nationaliste, un parti
qui ne peut avo'r que la prten-
tion d'tre adroitem'nt u'ilfl
la cause gouvernemental dont
vous tes des partisans,^*! p'es-
se d'opposition semble ell -ui-
me d (signer de se serv r, au
profil de l'uvre ptri tiquf
dfs arguments que j'ai mvoqii, l
pour marquer du seau de li
rprobation national* farti n
nlaste que soutient il poursuit
le gouvernem nt hatien, action
qu'un ne peut arriver h fendre
que par les sopliismes l< s plus
apparemment habiles, m i qu'-
un Betham. dans sa logique
inexorable, eut simplement d-
crts diaboliques .
Oui vous ayez voulu pour-
ll ni utiliser les critiques d'un
opposant rsolu e\ en h s d*
tournant de leur but. t nier
d en taire bnficier l cause
que vi us souleui7. c'est Ij on
droit incontestibie et c'est en
mme temps une pretiv; de l'ac-
tivit de votre intelligence. Ki
si mes opinions personnelles
m'emp:!) mt de vom en lou r,
elles ne m'interdisent pou t m
p de reconnatre.dans un cer-
tain sens, la supriorit d'intel-
ligence dont vous av, z su faire
fireuTe dans l'exercice et dms
a limite de wai droits. M lis
vous ne pouvez puni pas c jii
venir que, de m m oi j'ai
pour strict i I >r 11 I -ir i s
sAtarvsa Diib'iiu* tywl*e 'a
en !t.C" i ie p>urr il voifvo
lie Lson l e*ir le me faire pas-
ser pour un anti Nation'liste
gu, ce cjui serait pis a mes ,eux,
pour un partisan du rgime
gouvernemental aclud. Je voua
sais l'esprit usai scisntifi |US*
ment form pour tre tolrants
au point d'admettre chacun le
droit d'aimer et de dfendra ses
convictions.
Que, par ailleurs, m-s corr-
ligionna:res politiques a ld- se
soient abs enus de puiser dans
mon ouvrage d'-s argu-u ffltfl
plausibles contre ce qui carac
trise le s itme appel coo-
pration franche et loyale et
qu'ils h eut renferm dm* le
* silence que vous cou-t .t /.
autour le mes criti |iee le ir r*
prolulion irrflchie de cerlai*
ne rvlalicns que j i cru bon
de frire, il n'y a l, croyez- n m,
qu'une simple question d appr
dation de moy ns .'t de con lui-
te en I' mon action nouvelle est venue
crer et que j'ai positivement
voulu dterminer, apprciation
3ue, pour m pari, je iro-iv!
nue de toute raison su ie
et virile el qui vient mi pr >u-
v r davant ige que ceux qui om
monopolis U lirecli mi le 1*0 I
position nationaliste sont le
esprits v- uts de rflexion pr >
fou le el incapables de s -isir le i
nuances diverse*, d'une politi-
que clairvoyante pou en tirer
des conclusions p at queg et en
I ire des applic liions l |U des.
Ce n'est pas aller trop l< in
que d'alarmer que l'esprit ro:;-
t1 lier de nos leaders ne
peut point concevoir l'opportu-
nit d'une mesure violente qui
aurait le meule do d*b*#aaae#
i otr Co p- 'le lsist i ce n .1 o
iule des poi 1s lourds el cou ux
qui l'encombreoti qui sont le
seul obstacle son volution et
la cius-j certne du peu de
confiance qu'il inspire a notre
lite socia'e doni le concours 11'
Gcace min pie ainsi au butqu'
il l nlir-lll1.
Far crainie d'un loi-diainl
scand de que causerait l'aveu de
fautes dunl quel |uee>uni sauli
so t coupabl s. on ose COinpro-
melir l'avenir d'une nalion en-
I re! Le malide qui cacherai!
au mlecin l'horreur d'une pi lie
dont i! pourrait pronpiemenl
gurir par un triil 'ment h die,
mais qui, ni n oigne, d vrait
tre la c use de sa perte iri-
parabl'i serait tout aussi lojri
que, loin aussi intelligent. I .n
ure n t r ii-il du mal qu' lui
H ul. Mais convie' t il que,
p ur l'honneur du nationalisme
. n ore mal compris pi-ce que
mal dtermin, on mette -n j u
loui li s droits et loutes les es*
pranos d'un p up'e en aban-
donnant s i minent la direction
d' fon opinion e* d3 son aCmi
& dtS individus donl un-
riencedeeinq ans n'a pu d-
montrer que la mila .rosse ou
I. vnalit ?
Ui- homme p ut comm Un
un? erreur et, ; la poursuie
d'un but, se lancer dans U e
fausse direction : il n'y a l ni
matire bl !me ni mro un
lait dont i
outre mesure! atalf q
gr des preuves abondantes I
l'erreur initial*1, il s'acharne
dans la voie mauvais, qu'il me-
nace de tout engloutir dans le
nant de sa fau'e obstine, d sel
ce pas l une p enve d'incapa-
cit ou d'intrt vil? Or, il ne
peut tre raisonnable de conliT
le suprmes int is d-^ la Pa-
Irn ru a un in<*ap|ile ni b u>
r le rnauv i e foi E' q:.a d
c'- si sta qo iji.-i pi'un, qui
n'est point indiffrent au bon
heur de c>iie p. tu -, se met en
tte de -lire et de dmontrer, il
it il l-ii : l tenir compte
u suri M u- a 'an I. mal
as| m i ilen i'l ment, ici en-
core et lui aussi, dans son I roi t ;
nuis il i l'avantage honoiali'e
d'al ier ce. IrVil ce qui est en-
cors un devoir.
Pourtant us qui co-rnna
vous, sont les non*initis i l'es-
prit du nationalisme b.nii? % ne
peuvent pis compren Ire pur-
quoi, par ailleurs, il y a des tvir
tisans du silence el les m tav
gemen's en celle grave qtMS
lion : de m ne a i sa sisseot-ils
pas le vrai motil au iuel il faut
attrib ier le I iMCCorl < irant
qui \ e IC l Mil t' ni-
che ir.in di n ut pir IVxo i
sion 1 si c me pi >n ou e ni
11 n nu- i ms ni ion i liai s
loyaux lont les v a .-s iln
vii'nn.'iil rf r ma |U II M |if
i otnb e d'une l no istrat' a le
soli Imie, longie d is rpr m^e
pourtant, rprobation raille l lis
contesse entre sm
J'ai bien lit niHon ilivl '< lo
yaux, car il ouvt ml le litin'
Buer qu d 11- li nati m iU*m
il v a deux si in el un \ >n in
Il v a le I m loi ? >i|i m mi-
ira'icier ui "'i l'autr b il ni
de tirer m |> O1 iurn !i d 'u
bruit qu'il l v. >ux ,| ii le im-
posent n ayant pis la vu is z
large pour saisi- 11 p ci ls-
le d'un ni'iona'isne sincnel
conscient, l'e sont des to t l M
qui ont vol les ailes d'aigle
oo-ir tenter dfpla-ir. Lar | li
Ubre se p*rl ljft pir h ooili
m^ ne de I ur m 's1 i lor.ni
car on sent le n u' i 'a h rleur
on elles ont pu monter par des
moyei.s lout arlilia-ls, elles
prouver.t coin o uni sensa-
tion de vertige, ennonoiatrioi
de la chute prochaine et I de.
Il y a le clan de l'oppos tion
m i -n !!! mi, loin l'tre l
ci l eo nbtttre l'ordre de. c'io-
ses reprsent pir I : gouver i>
mnt se tue1, n'en vt ut qu'A i
P'M-snimal t' in livi la, Il I M.
Romo 0 l'un u're soit sa
pi ice qu i is i li ns nos chi
les |u '. lui. sil l m u u I i-
b' )s)s,so|im il lepayi a ix -n-
m humiliationsconduit que
to it n i'i )0 i u in re doit
con I m ier en tlltfiu s I -s
secta'" s le ce clan,pourvu qui
cei aut ' l -oit leur h mime,
fe-oni, nssi u- r, voltt!- a-.e
etsemett ont lendre, cour
me hier en- re ils le l'usai ut,
et (ioiivernenientet oxupitioo.
L'op;nsi i la "I l'ltltu lu l a IQI
patsik n ni'iol rsaa n igiit , itr,
hiilrem ni, il fiuir^it de <: aire
dins le baa-fo i II l'un l ignorn
ce iiusri ontrri uiiintf que vai i
ou d*m sa btarbter diotrti
tellement v'tl* ^ l'on ris pierait de
ne piial i'j r un ittw
\liis il y a dan IM aioa ptlrio-
li 11 . | U' tir otl io p-il t pa i el A
!..-_'. n itioo da li pu lie j. suis
d ipg i lo irIi api t letraisa, un
gr inp h 11 irbll d'epp barils ain-
c'r.s pi I n .
P ,ur I i pro i v i il I tu Inil su-
|,. p ml l liai '| i |US1 DOOM : r,
L, Ctovin 4at doa Rigat, Davl I
le,,m i P. Th >by, \ -.t >r Cauvl i,
d luirml, ls fri Ettrnpy,
1,, n \',- -t- i G "-t 1111 -eux
ci il m ,i 01 i' MOlbll y ai > r de
i, i mal i, ira, n'est,
ainsi que je l'ai dit, q-l'aapOMOt
Mme si ^ur certains points il
pourrait 're profond, il n'existe-
rait vralmsot que dans una ques
lion de forma ou mieux encore,de
simple app'cia i m. J ra'exp'ique
four ne po;',t 'ob'iiter l'aveu
t c le d'une ftute commise, un
j-i,ne S-iariia- -mi frit I laisasf
d'rr MO patraillM pi'imn
nard qu'il avait eu la ni i!h -ur Li
v 1er **t de r-a'-l-er 'Uns s i tunique,.
1a connais de mfrae de naPona
li'. qui,eu<'ore plus ublimement
orgueilleux, accepleu' 1^ partassr
la poids des faute d> autr s pur
couvrir l'honneur d'un parti nu-
|i|il ils appartiennent. Vous en
ave/ eu lu preuve par un commu-
niqu que tout les quotidiens ont
' i d* publier dernire
ment. Mais je s.c-mieu qae cela.
Je lifns d'un couir oigoe de
foi, qui lionoie au'a p r ses ver'
lus mor es et cm pies que par -es
pcilil s l'espri', la Presse natio-
naliste, qu'il a mieux aim, dans
le le aps. ,-n |>ir q ie on ifflpri*
mrie ft iltali- el le secret de
ta carres ondine jouroellement
viol par un corrlig onoaire |>mi
- rni~.; leux, p'ul ,t qu de taire
Mater sa proteatatlos par peur
1 un ^'Hudale !
Moi, j'apprcia autrement le
cliose cl je pense que non pour
1 donneur du oalioiialiaaia, inuis,
p'us pratiquement, pour la ralisa
tion d;- -un (Biivre sublime, il im-
purle [ion arrive i ta li hraser,
mme en les clouant au pilori et
ce serai! la seule faon logique
d'agir -de lments indsirable*
ou nuisib'e.
Voil donc une des principa'es
rais ns de noire dsaccord. \ou
en roiv r>/ une autre dans la
ontiam-e que cerl itna de mai cor*
rligion!i lire- mett'nl dirs 1,
buniirs ,-es de \\;isliin/;l(iii \is-
i la lii qui je crois
nu ontriii,', en tenant compte de
tout (;* i q ioi | a-sisle de pu II dix
uns, '., mi action intrieure adroi-
te nous sera beaucoup plus proli
table.
i ii p iur la logique fcoo la une
sainte admiration el je prtends
que si nous tenon- voir se rali-
ser notre n-ve nilion.il d'une nou
\Mle In lpcmlance, celle Foie as
ritoire el relle, il est absolument
important que nous commencion \
par la (lection des agents a qui il
doit convenir d- oooliM .!- >lo
de d rs-r l'action et le< ide os
(ionaliste* vers ce but.
Juel esprit srie ix nier* q i ce
n'eit pas en se l^onpanl t n
IroBJj ;t voleoUic--i-. i i ,,,v-
en semml U diviiMn pirfti l,s
membres de nolro 9> t'* p ilili |ue
qu'un arrivera a ce luit i l'-al '
l'anisan d'une politique nUio-
nalisie bile de lovante et l'Inbi
't a la lois, qui lenoe rendra
Irra iatble Iboniole daaseia l'une
i lies dool ooai irnoisi \ -
n i,-- par la I . -1 i |U mi il i Iroite el
liirri ,1e n i- li i lera , el
il ml ims m'., 'e. ii i i- aeli '
r mi de moa li. j'ai lanu I iiRas
I II I u -'i I". | u n li.iiivcnt
ur notre voie alla qai non- u-n
il ii, iiaiooi uni iii- n tur loili -.
K-t 01 nue u lion iu l'gn d'un pa-
Irioi, iii
l.i renom n \d I,".
eoali l roi mt l'avoii oulu i '
gll l i ,tr,- !e OOUreol I i oliti |ie
mu'-iine qui a t cauaa do nos
un bour actuc's. se Hit entour
d'lment- incapili1'-- d appr. ier
. ,iio- s intenti ms > I qui av tient
(oui intrt a In contrecarrer, a-j
eontralrt, il lut trahi al taaaiiio,
Sou rve immeusc eut un lemle-
muu BBMi iruel qu'ironique, (".-est
i tel l'ioftraali letton lai
* et de h urs w-ol\les donl il
av ill lail ses litotes ni- | Il 0-
devons de nous trouver lOUS la
f i le de- Btati i ni- ,1 imrique.
Bal il donc toatsasbli que k na-
ii ,i ai l de I ne lui qui veu-
lent resoi quiii leuis droit pour
| i n-erv,r d rdOBVinti Bon m-
pu d'appliquei ,i la haula di-
n boa ai <-e || i.,, h daa individu
IBI |Ual le n orale nppru|.iie,
-.u i mu (iiuii IbIbIII|obU doi I
l< > plus rnpnbl' ne toi t OUI
c prit livrcsqm et |ajln
BtSi I (.'n^ralirnenl >ans dignit el
ni m bleue, I Vards d'un natio
n.ili iue 1.,|, |i i,r et d un arrivi-rre
pla'. li i r em-oie dans |i s imun lu -
il,- l'a1 lont au ri'-- iue, n'ayant
dans leur besace d'action*! qu une
rvoltante audace, toute les revol<
lantes sudaces, jusqu' celle- de
v< Ion : cLarrues, diriger Us bu i-
it no .mbux Davis, faire la sh<0Sa
hu naurse* populairei par laa mo
\i'- (jure eieroqa r l'as $ nre
q. uvian, munle or la diaerta
exi.Li'ton d laltrai al d
at.'iU poilart la gm turc apnery
pb- de IimiiI- p r>-i,iui g,. d'une
nation et rang' re | 1 - ci qusijf en
p-atnoti*me !
Je crois que non el -est moa
luiiil 'e vue que j'ai soutenu dans
sa broenata.
\il 'e* c'aircissemenls qu'o-
blige pour *oa nombreux lecteurs
qui n'OOl pis nu lire ma hrorltu-
ri. la repmdiu-lion que vous ave/
nle de -es passages, lesquels le
poavai t vo r la porte prriae que
l'ai \ ui'u leur donner que dans
l'espril de ceui qui ont |nu areor
der leiu attention \ mon ouvrage
entier.
Je demeure persmd que malgr
la longueur de ma lettre, votre
coifralernelle lovante qui n'a ja-
mais l en faute vis .vis de moi,
tiendra i lui accorder la publicit
q l'un devoir impiieux m'oblige
a dsirer,
l'e-i dans celle esprance que
|e vous prie d'agrer, ('.liera con-
frres et amis, mes sa'utation
ddvoii, l
COMSTANI VIE! \
Les tmoins devant
hiC DR.
Psr une loi w le\
,lu 2,i-onlc du et promulgue danr la livraison
du Moniteur du 1er Juin en
cours, son! et demi un ni sup-
prim les pu.,, i
de l'article 1er de la loi du 11
Fi vricr 1915, I squels ihi un
des considrani en Q tant un
ilelai Je 8 joui pour i ue le l*
cision de li Commission 'les
llcilaniiliuiis COI tr I lOUU |
onne cite en lmoignsge el
qui n aura pis comparu sot
excutif, sont de nature I r,,.
tarifer l'accompliasemi ni
travaux de la dite l'.oiniuissiOp^
Batiste et Linon pur iil
CHEZ\
Stauibouly & Senjilo
O vous trouverez aussi du crpon orieiilal,i.iliiie.
voilt s et toile i drap Iil.
Pages Littraires
BELHOTESSE
II
V lit M US
Martini n'aurait paa distingu
une italienne d'une abeille ci m
mune, quand je lai prisa mon
service, mais il a di puif, ralis
de rapi es progrs Larve,couvain,
gele r yab fol nuptial, teigne,
opercule, propolli, sonl aujour
dliui d n mu familiers qui d
lien.....Isa i bose qu'il a vaaa, ou
dont n l pi "err le rnvstre. Il
sait qu i.ne colonie peut tre ni plie
liiie .m nl qu'un i i.laiil, et qu'il
esi dei reines pareBisbssSi mater
u il, s a ooolrt cur,
Lori |ui ioi b- oras d'une t\\
clie, du liou de vol au couvercle,
lefl abe.Hes se plaqu i I en miihses
Irileuse- ( |rouUlantea, que. le io
leil iiumii M- dsoide pai so labt ur,
il hait que l'rMaimagi l'apprta,
el qu'a l'Iais de la vieille reine,
des mu jures lvoat quelque
pari, ui e j- une piinceshe pour
une lvolle proi haine.
Ai lii n,- contie anliuin- les
i m,-- u.m, in- l'abordaati 'in
lerrogent, se ccmpttnt. lu
mtas ''' doac, ou toutlu
dans ce rduit l'O t '
Kl p' is un matin la scissiou s'o
[,. i e. lu pu-! Quelle joie de
il-i 'le la honni: demeure d'abou
daU' '-.
i. rvoliei broquesMal aava
bissent I s bausses, pillent le miel
des ravin- el, en liles allolea,
ourdes le h i in. r, g gm-nt la -or
i, l'espace Bl i ilaaaal en
tourbilloiinanl, d'un vol pesanl,
qu'ai iinp igoi un b uirdoniieiiient
i igu.l'on dirai! |<*vas)l comme une
Botara, et d'autres foi*, mianeo
liqae i ouime un adieu. puis com
me Massa d motion, elles s'arr
n n', se go pent, et se ut>pen
di-ni an esseJBl k i t < ; comme un
i m ur dont il prend d-ailieur la
lorme, a quelque brandie proche
de nianguiiroii de chne.
\1, i vin sait aujourd'hui capter
n issaim, m.Ver un pil'age, gau
'ier la cire. C'sbI un ainulteur
.rageux, qui manipule sans
l- de prol i lion, le nanibes
r l ou ee pi-qu au coude. Les
lbeil|j ne le mnagent pa. ro d no boche gure ous leur fu
reur et seule une contraction du
visag- habit de temps n temps
son marlvre 'Pencieux Cependant
un dard |>lu- < ui nul lui harponne
parfois la chair, en quelque.partie
5lus sensible, et celte fois, c
'elle mme qui la bouclio. S'OU
vre pour la plainte \h la garce,
elle m'a dvoie.
Dvor eut Cfllaim nient l
r, mais le langage du payaaa lii
la plus expressive saveur de l'iro
nie el de Ibvperliole.
MervillS esl un M aille Jacque-.
prcieux, qui i iiinulc vugl bl
gies dilfrenli-, il prpara |l af
du lllallil, li I | u e |c I aim
o ur cl i liau I. il balaie la coin .
soigne l'.apiice mon cheval, di-ln
hue N-grain aux pouli-, eiliime
l'enfumoir, inspecta BVBt mol le
r'her, et n'aide A touloiar i,
liiu-.ses trop biurdi- de ii-ilur.
r.'e-i busbI nn i bi I babib i
SI le a Food la SI iOPI I des 1 ujfi
ne- sossmairsa qui ni l I i"' ni
qu nu qu ni d'hl Me d' M illlllie ;
les nu!', lo court bouillon, le li/.
l'ai Bol pal m ^ li> BUtanl qu'a
ses sauces trop pimsntl qui
stuulieul la langui et le | liais,..
mais par contre, fonl mli ix ip
prcier l'eau Irait lie.
i. esl aussi moi- ami. un min mu
visage alti rilif qci invita iiui con
Hdences Mervius, lui dis je par
fois je suis ani nreiix d un,'moi I,.
D'une morte. Mon-ieur Il me
regarda BVBi 1 s eux profonds
ioniji , appliqu- 11 ompn ndi i
C'est un taciluine qui n'aime
que sa pipe, les ntea, il | il
un peu moi qui p irli iafl i afloit,
le langage qui raisura li bum
blea I vit nu pi u dans l'ami i N
me du souvenu. u il a ail da
beaux jour- l< ,1 amour.
Une scbereesi prolonge avait,
l'anaaS dai nirsibr ion li imp,
ananti son partit troUDOBOi Bl la
n'ara l'avait moi.lu au venin ,
co.iseiPie de l) bala I de Cl 1
mes II tait honnte,four manger,
il avait du vendu ooqi de i om
bal, puis ses i baises, Il lit
assiette, ses oulieis du diman
che, ses instrument le ln>v ul...
mais toujours la pluie ne viDSil
pu.
i n *oir en matrani I
li, uv le logis vide.VJtK 14a Mu
cds avait il cri, ai c rnae 11
voix famil, re oavail (,a- lpoo
du, il stait Inquit. Lassa de
souffrir et sans enfant' p ur la
reteuir, la pauvielle -, nmme
avtucdila rvolte do aes en
trai'le. cl dsert le foyer sa n-,
pain,


"S""
DEPURATIF du
.. i,...^wTCi
Dr MANGET

Vices du Sang
Varice, Glandes
Mauvaise circulation
Maladies de Peau
Avarie
Maladiesdes Femmes
} labumawtt chii iirt
l.RASDS PRIX
' Iirt*>. d'humeur*.
1 . Dl liant
.-.' e, i i'i
n
1
1 DCFOHATIF DU DOCTECH MAMGET
ng, > i lOi rot|a-
i .le ainsi le* afftctIOBfl dur
a UIM - illBMOtl
-- au i i Mfnl dr lt nutrition (ob-
fitc. Ihme, mphy ne. outte, rhunia-
i i ItMCCti ru'uriilhnie,
v. snutique, Jurabjgoi,

CfetJ il rKul*u*e la ereu-
trillN Im < pM|uc, pr-
I H l tic !! malais de
rlliquff II tclairciltlc (uni et murt
1j lu-. Ht! ite la peau.
MtUlUC i ii nofll.nl lr.n(cmcDl de
' a ri tbaliMBl la tcnsigo
u .ut la \ (M DfJW *>.tu
laal II travail des reins.
i .. loi ,
UU
y .. m,
Vain m< ot, il fouilla la cour,
promeni -on angois-e roui lai
arbre- in liffi i. nt-.M.-i. d< a I Mer
cda Dam la nuit, l'jppel ioul
le l'nervail pai loii avec une i i
d lui >l e, el d'autrei foi, l'atlaa
drilMil rommi une imploration
d'cni-1,1 m uli ur< ni. Il comprit
cnlin Ma malhi or, le mesura, el
juste n mine 'I mitait que sot
coeur allai! e: lin clater, son d
Hapoir lui creva au visaKe, en
grossi lai mat, chaudet el bienfai
an tas.
Le lan lamaio il prit une dci
pion Puoque p ne rien ne l'alla
i hait tl.- imu- II terre Indien
ne, il pattirail pour quelque loin
tain paya d'cill et de tiavail, el
peut fin mine d autres, re
siemli-i1 u t ba,le> 11 Ii'-Id n laad cooomiee,
il ni denti al aux doigts, et
de- ii! : '|n rit ni'iil ,'i --
moli t-
le n raii qt i ' li uard ma plat] i
aur ion lieu m l'eus pour ender
mir aon iniii ui laa m<
aimpks m ineree.
Merviu Men n Im boliedou
leurs nous iennenl de-femmes el
les yeui D i Boblceee qui
'ont p s I caui il elles.au moins
une loi', pie II
/ u.ii i !> s i ni l In t'ire no
nantp.ki Mereitja v..-i cour
eustmi 111 n Isa U b MtM ; l'her
e el les bu i, -aille- .1 alentour
ont t i ii i le i au tranchant de
aa !n m I. 11-..iice ancienne n't ?l
pss loua- revenue encore, mu-
du us le Irisoniii iiicut 'lu- in ni
fleurs, die sourit d ja. tu milieu
du i BMDpi comme autre fou, una
maitoi.utltc au di -sous
d'un toit ipail de paille, el loul
autour ili poulet pi. ment H le
regard lubrique d'un jauni coq,
an ' l ln'iilon .
te m a u, M< rviua m'a mi utr
de loi' i I nu b'ancs qui m I
lent un air de fte s s eroifo...
puis un | n i onfut comme uu eu
tant .....n ,nt uni lente, il m'a
conii.' : 111 e-t revenue hier
noir. "in. Mi i. de*
J'tui il ire d la i bai
inai- | .. C i.ii> Ma aujouril h li,
loin 'i ji i.e vi\as pu, j'ai
pa Voln main, Merviui ?
li il UIM -e- | auv .
yeux, i moi i avec la vie ; j J
lis uu i n.In arment iiiureux. .
qui 11 intiendra plus, si j in
Jet, car l inurire, ipii tout
n'est pat 1 u aa d< la i de.
. liai il-, Ion o ilieur me ren I
uu peu m-;, .u mon to*ur
a moi .- -i prit d'une morte uni
non, se iufle k poursuivre uoa
butlmasable i bimre , R.C.
mmm. '^*' ^ " mm^^mmm.^w^
le U'ii' Iransallanliiiut'l
rompu
Par suite Je la ruplurejdu Cable
entre .V l'uik tl i ,i llailii n
non- looimi n ns de nouvelle!
tia, |i
Non i re /'/"" 'i
' //1 f. i ii /''( n' le i' rie
ilu proj t m mi vuHh //.,/.> > /'^
' /' I ( r l i C'I Httll I IJ l' l> If
le .s i I / r I Rtal le h lat'i
qu[ ! ' i / m' ii
mentairi >
BORNO
Prsident de la Rpublique
\
Vu les articles iO el 58 de la
Contlilulion.
Contideranl que l'une les pre-
niftreeobligiliona le l'Etal e-td'as
surer Ik mtinlien de l'ordre et de
la paix pub'ics ;
i m idranl qu'il | lieu de r
gleminier li terci c >l i droit de
runi n .
sur le rapn >ri dei Se rl lin s
i Etat de II .teneur et de la Jus-
tice,
Et il l'avis du Oone il dei Se
i 't.in r- 1 K l,
A prop i
El le CoDIl il d'Etal a vot la
Loi auivanle :
Wi.. I I- r. Les 11 u li i i
bliques sont libn -.
S m- 'r. soumis s a au u e au
toriaalion pralable, ell-s s ront
prc Ide d'une dcwration qui en
lera conu dire l'objet pr^ cil el indi
quera en mme temps lu, jour,
llieiire. l'endroil o elles doivent
avoir lieu.
Article I Cette dclaration,
fuite lutpipier libre et 1101 Irais,
scia pr -' nte au bure m .1' la po
li e iS b me- au liloius i,\.nil le
m in ni li\- pour lu runion et se
ra s un-'" par deui pei unes ma
jearea propritairee, joahaanl de
leurs droitl civils et p mliipies el
domicilie, daus la ( ommun-i. Il
en stra dlivr rcpiaa.
Dans le '.i- ou les dc'aranls
n'.iur.dent pu obtenir nn rcpn ,
T. mpcbi meol 01 le n fut pour
raient elie on-M^s par tc'e f 1
Ira jiuliei lire ou p ir .il i -' itiOD -i
i de i u x i iioyeot domicili*
dam .a i oiiiiui ne Le n laa
ou I a te qui en U> ndi h- u c I ie
lat re l'b ure de la d ai itl m,
\iii. e ;. t.h que runion doit
avoir uu b.irem oomp de liois
personnes au m loa. Le bureau
e-l chan de mtinlenir l'Ordre,
d euip lier toute Infraction aux
loit, de DM eiv-ra U ljuion le
e ii i. ti re |iii lui a U donn par
la d lai illon d'interdire loul die
cour* contraire a i ordre pub i 11
auv bonnet mmura ou eontenenl
provocation uu acte quabli cri
nn uu dli'.
Les m imbroi du nreau OB'
ic-ponsli s -nli l.urem ul i> < 101
uga il u et de 11 dci n li le-
lofiaotloai tua pus rin i le la
pi. -i nie I .u.
Arli > 4.- Le t'.bef .'e'.la Roi'
ee n i son repreentanl de Pail i>Tip*lnt ou oi SJnopl
ant ilKiru ' pir lui, prurroit etei"
1er la runion, i ter po r tel
1er au maintien .1 l'ordre pnh le
tante Tuilerie ir qu'aux aborda
du local el prou nier la .lis-
ii'iu de la runion, tTie buram
requiert ou s il s*, produit des ro
lillOOl ou vnies de fait, le seiond
pour dresser procs ve'bil d in
fractions aux Lois en f n<*rI ' n
assurer li rpres-i'i-. pr '-
verbal sera sign^ pet 'e- .1 lui on
joinb'm-'ut el Iran-mi- uni dlai,
au Cumin ttai'e du GAuverntmanl
prs le Trlbonal de l'i, "r r- lus
tance, tellea Bneqa* d drof*.
Ilans le. runi os publiqus '
.lu^e de 'r'aix el le Chef 'I 'a "li
ce, ou leur reprsentant, rhibu
sent leur pice.
Aitie'e > Aucunfl r nii'oi-e
peut lre tenu sir lu i d< publi
que.
Ai ii le 8 S mi ronsi l i
comme rtaeembUmenl dant Im
ii' in publii el 'I v ont tr i i
labltmenl autoritea le- runi^nt
de per-o met sur un poiol que e >n
que de la voit publ q le o i d ifilanl
pir le- ri n v .e d une m uiif-t
taioi pi in | e ou autre
a riicle 7. La dem in I d ,i
tori .iiiou sera n ire s t nu bsirmi 1
de la l'o'ia dm* e t ai e' la f r
me presrils aux articles I e' 2
Les si/n il me* devr.mt en outie
tre porteur- : lo d'un cerlili
cal de bonues vit- el mour*, dli
vr par le Magistral Comirunal ;
i > d'il Ci" | !i il du I i 1- 111 :
du Ti banal d* Premier*] In-tmce
altesl mt q 1 i'- n'ont pi- t Iris
l'anne en coirs el dans elle q n
prc lo. condamnera l'emjnson
iitinent pour un dUl eorrad ia
ne .
Arli-'e 8. L'autorisation ne
seia 1 u I e pir le Chef de la Po
lie ou celui q ii le remp'ae* q ie
s,11 I .ivir conforme du Prfet, le
q iel n mi 1 u 1 itre, -i l'ivi* est
lavorible, interdire le piieag)
dam certtlnei ru s, le s-1 iooe
m ut en l li > 11 11* d- h vj'e
pub iq 1 qu il aura dtigne
Ai 1 Ki interlii 1 l'eihi
blli mi li piu 1 -. dr ipeaiit
lu 1 enseig 11 ou intrat c j i
teniit les insripiois conlrn .
a 1.1 n uli : u aux b aiti
mil 1 m injurieuse ; pour l'anl >
rit pub 11 is.
'rliei Ld Ki .A* de viola
tio 1 d; Tuli :1a pi ii | |-nt nu Ja
rsisliore aux ioj >oc 1 ius ou or
dres q nie ia 11 il di 11 Poli ie, h
PMttlOn sera dietOuU et les 1 il
Irai 1 mit 1 1 lt p 1 ir itre juaj
coul n e n m ;, v ,, ,- , 1 ;o cl
SU vtnt- d 1 ol ut.
Arli .1 11 Les tige il ai m de
la d- min 1 r.n 0 intion -ont
r^s 10 *iii - 1 id 1 i ml la
fra 1 1 1 u\ 1 1 l | 10
vr 1 |i 1.', r d c mt ava 1
lion BUI .li p t li p SMO
t Loi, s. ru punie le p Lie de mu
"Dd nt"
Po: av!, Crown Life

i -.. .174
I.". ,044
1923 73,160
1924- 611,214
"Quoique l'anne qui < le! I de ne termine, ait t malneureuee-
ment une priode et de stagnation dans plutieure
lignes d'affaires, les chi 1 de notre rapport annuel sont une
preuve qu'il n'y a ni hait--- ni 1 le progrs de notre
compagnie. La Crown Lifi ".a 'de l'avont'- agrandissant plue
rapidement que junail r~ Extrait de l'adresse du I 1 annuelle.
LA COMPAGNIE D'ASSURANCE-VIE
CRU
.
Aqent Gnral demand pour flait
Adressez HOU*, 8'i vou* platt pa* lettre
// H. STEPHJWSOS, Grant Gnral
Ajs Le Matin, Port au Vrince.
pi nlee -1 - pij 1 lien d 9 pour
euite- p ur ii nei et dbis qui >e
raiant coram lin= la runion,
Article 13. -1,1 prwn'e Loi ibro
ae loil'S Lo'; u JUpouli 1 i- .1
Loi qui ui s ml contrairai et sera
ueute 1. I .. l"s -> i'
tairas d Si it I I lrirui el dl I
Ju-li e, cli .ni n ce q n le c 1 1
cerne,
U >nn au Pal < N 1 i<> > .1.
POTI au ''rin le |Q V| ii luj ,.
an llii ni I il "dpan lance.
(Si BORNO.
Par 'e Pr i leol :
Le Seerlaire d Eut di 'I itrienr,
(S> Il r. tUGl'STE
Le Sic i iirt I l la ., Ju II e,
(li)Oeltbu 'iK t < : .01 \i.
Li ton tre.T.)i.
Ce mili", tare beure* 1,., e'it
li^u 11a tremb eneut de terre L1
secousse as 1 / prolonge a lur
pies d'un i ond 1 d ;mia
Ce phno n ne es' d'ird 1 tire
a**/, frquii i. i le saison
chaude.
Mackeudu!
Nous avoos reu hier m ex n
plaira de 11 belle p " t vie I
h .r lui Vieux qui mu ml I
su le m oo ii- d it 1 epreeal
lion* Mscettivciqii eureni lien
b l'aiisiiu i .
'"'esl lo lie une s lit-; I: '
pdri)ti|ies | >. l'auteur en une
langue qu lit n' par j I -ub'.i
me, voque
Uins s i i avant > 0 *, Me h
na din \'ia.< ri,, le .es icm*
tinces ij t i i u n le i mi pu
m i.* i u m ip !* d'o iupad m
am^ii r ii d v a n les i i
av im' f ii l 1 en x i n i- i i
fat sen'ir aux pusid-- tltbi ui'<
lo* plaines de I Vrtiuoiit) a pe
aaalour de leurs b. s II srail
1 il luleni de 1
I 1 i.lv ie le e e. I s a- lie 1!
di puu au d< barqui n nl 'e I \
mn-am l l >i ni -1 n ml
civi's ; 0 r ne pu 'r lu'i
N 'U r u nui n I mi vlvi m ml
II l re ds 1 ei ouvr ige | il esl
la peinture d'une p*i >de tgile
ni t prcd noire Indpenden
. e
On pvjt se le procurer 1 h /
i,. 1 1. r. l n- .' 1 ^ 1 ira et
Aux Arme de Paria aux prix de
3 "lourdes.
1.11 le- amba sideurs de la l'a 1
..... I vl d v .1 el t'res
1- s ofl ni li Ul soir-'-e d'inm-ura
110.1 .1 \ Il 1
Le 1 ; >g amma e.' dei p m all
cli mu et l'encou n nt m ml
par noire public retenir lai pie
..- ;i 1 is m I 1 us per n il I aflir
mer que ce si ri Ui ini^iiili ju:
me -
.11 Prince t qui e-t le chef de la
bon "e qui'cambrio a. il j a qoel
n s jours, i'p 1 >-ie vlr Ption
Delb^au la rae des Csars.
Urinv I est ce ni q e dno 1,1
so 1 co np i e Nes'or do I no n p-r
liane tu -1 c' 1 pii ci lei lier veil
, \ ,. I le* pr iluits lu vil poir
Mre v 1 lui 1 ''-'t t Ooave, Il avait
.u e temps le quitter cette der
niera tille et le rentrer subreptice
ment a la Capita e pour continuer
ses mlait*.
. 'm m si urs iront prochaine
mnl faire connaiaeanci avec le
Tri 1 mal Criminel p 11 vois avec
effraction* et ei alade
Encore, un bo 1 poiol 1 le Pol'ei
H-
Encore un bon point
* la polic.
Il 1 s 1 ,a Si vlarlui.uue bonns
,, .. me i 1 .u a ,. t de
I .il I -o il , I I 1
, .,111'. > 1, u e'
11 iaiteur n eul n 1 le p 1
1 que de pn adi - 1 m 11<
a son 1 11 L ag nt de I.. Ire lu
die a un n'.es reprises di s'arr
i 1 1 q u il continuait .a fuir
comme e chien de Je m dl N ve
qui fayo.il quan 1 0 1 l'a| p 1 li ,
^ da< oe in 1 d n c m d fe i
1 -1 i .- 1 I tut etlelol 1
la li au _-ii. I -, no
l .s ,n ii elle n.nl ctpeo 'anl. Arr
.il lui i.i.n il] u. t'o ic 'o 1
r i. 1.1 q 1 n lei 1 1 rstoc
d n iu I' un .1 m,vil,
r iidiviate, p uel ian l c nidira
u n..U jI a Iclil (Joft' I qu I .'o
'Ved ave) plaisir que nous
avions reu hier la visite de notre
ami 0mille Milchell, Suprieur
:, |i a ta' 11 Usine! de Petit
1; (Ave et J)jt le -jon 1 Port m
Prinei n'e Ml q ' Iroa eonrti d 1
re ayant 1 repirtir le soir po l(
reprenire :a direction d>* travaux
pi t >oi -i. is son con r e.
Nous lui ranouvelou toutes n >
\ u 1 il i.as
: Pour gurir ou i? .ter ^
MIGRAINE* C0NITil.1i->>
ccnoir non tTou.D sil.'*i.
IKI.HI.il 8H..0U
IL SUFFIT de prendre
m, l'ui' cita vof repu
fu* IM MI |Win ..ul...l
une Pilule du Dr Debaut
147 rue du Faub* St-Deait. Paris
Mais il faut exiger les vritables
ui ont loul i fait blanchei
el ur mmum ...... >ee a*U
; OEHAUT A PARIS
0-* ' MlDImiil Imrlm en otr
5; f?
110 Rue des Csars
ncourl
Telephonv : V750


(m
Chez C. VOIG, Wk Une du Quai.
^Avsi, n,-. entailles blanches, 24 cm., creuset el plaies, don/. Dr 1.2".
Etsti Itea m porcehiue lins 24 dm. | Heurs el i barres farces, creuses
il plates, lui:/ de Or 2 00 3,00.
Grands Yerrea lins, don/. 0"' 1,60.
ferres a Champagne dont. Or S.2I.
GVser.il s nailtees hleic* avec Couvert ir\s, le 1/ .i',
rie Qr 0.10 0*0 cei-f. la ( i c'.
Cuvettes ^msilWeSjCoul.sss.delrO.'O I |o,la pice selon (eaux msills, la pice .le Or o.8o 1,3 Los plus grand
35 en, de haut.
Venez visiter notre installation, vous eu sortirez satisfait ;>p es
avoir ail de bonnes emplettes un dpensant un rien d'argent.
NEURASTHNIE, F; IBLI
rWvV CHLC BILI l E
3
ci non a
DESCKIENS
>ni rr
aruperiaar / runrf c* hj t ut farmfl
r: |t .

Ave/ vous mauy la
Farine
Kug. LE BOSSE & Co
Agences- R ppseataiwa
Agents fni aux de :
He -Ium- Jones Jdwell Mailing <* c
NEWVUKK
ParlDM ||u.;|ariail O O |(o i!a ROUje tC
franklin Fire |nsuraiien Coinpani
NKW-YOI'.:
,\sbuiance OODlre l'inoeil il
r. nn< d
Vllumattei Sai i mu


|
ACE
l .. 1 11
Souli" s 1
Cil ;is F. 15 llll !! Soi.
Pois ) mlAa en tous iptircs
!
langez beaucoup .- E M, Smith V.o nc.New-Yoik
?
-i
u^-^^*^^
*<^
Demande* les W+
cyclette i Satley*
l)vu* h *, in<>* f f aunes
de la grande / o iqun
anglaise The 8Ut eu
Cycle I o do Hirm it-
ghatn, i-y Ut cne.
l'.lies vont les me Meures, < tant fabiiques ,-iVtc les
n.eilleures natiei es anglaise", el soumises il des essais
i .i,i,um i x a\fclit a'etie l.vittb ;i la \ nie
| lies sont lea plus bulidese tn me me temps les moi u >
t lu rts
Vonliliez pas d examiner bien les modles Saltle\
avant d'acneter une l.icyclclte-
Ln vente elle a "'
- .- lin
\1ipi.I;k lures Lde liw'ce
.sburance sur la vie,
juiilion Fifres A.i <
Vins A 1. ha m pagne lioid' aux
l'b, I;. m l
(.(?PENHAGI i
l'urre i) nui-, fro nage et ennse v >i m i n es
\X H lathefs lr S m
i ait us jaunis t ne r*.
ii.i lationale
Sans Kl val
layarettes Chante h-, s
l-'livols de d pure

lans^pareils'pou]
leur
Solidit |
Elgance,
Confort t
braicheur
Eu venle pai'TiT
Pour les comman-
des l'adresser s
iiUMUttti
.-Kd

r

r

i
"Hrt0(-'
Keds
Fabricadns tolamentl ,
United States Rubber Ce;
i\
Alphonse IIAYXKS
P. N. <]. 1) J
4
Il liil demand h Non >l< 00 H Daparlfl dans h >|l. n li m < la H oilt,
q iei -lu a le plua beau jour d ta via 'On k'atte i*l i qu n mpptla
ii a dw (imiiI' i d> i de un bit lao a viclouai Uan i.
I* n Mime ijul pouvait ,i > m- Dira le vi ine un moodi i (OQviil vai
, ,,,,. | ,,-M|| . 1 I > i | I I 'I II..I |, II. ICI I I .,11.11,, 1,1 ,1 .
cin-ciSi' i|n|;r.i(idali iie de* niiiii ni-'if ,.li i; ^i ,i, liii i i |,-ii i |.
9 mue peut lire oa I a vu daa la laoue da < pimiem Loiamu uu
Vous tous jenucs mut al jninie* Bliea qui alU/ b , domine de votre Dieu et qui demain pouw/ oecapaff un |raod 11 > i >
I ,uk l'histoire du paya et du iii'iude. qui sait offre/ un miuvcuii du
h au jour de.vjtre pramin oinmuuion. O'aal k la
Photographie Nouvelle
Llodumy /> Juste
Z Vj m1251 Hue du ( enue
4-..lie la frison et la Hue des Qasern 1
1 lephone .\o 773
que vous sert/ servi- avec la pi ai St toin << promptilud at I ......
le-, prix \c* p'u- modi itea dana le cadia la plu artiali [ua,
La maison F. Lavc.i & Co
lue du'ilagssin de I Ei.it
Entre ilniniiu Williams fil Cou
Vient de recevoir j/; ,Je *
lex tir cls su unis :
n. iii.iic- BBitra Fiin Denli II it
um iii a, ..,,!.,( u i|,. ,i.,x i n, i i
loui iriu li i 'mu Modi -. Spai li i .
penrs poui Kobeaal bapaaui, !.
in u mi i g Mi i|ii m .1 ni i: ,
Pi igi i ko i.'i i loui | DIM I l'i i
Irtcc aie, 11
:': 1"- p ni II ri,. PaUI I I
de soie, Jwiellaa, ci i ,u- arli lai p m a laaui -u| ii n un
BOUHU.Nd KN I I GEN (K8 i I
limaatatioa U |ui la qaaui i i
B Balisa an eaouleh i ic al l'oupaaa.
ii m oiraa i( Ph inn i la ai Spcia
i h M, |'i,li .-n m,il. qo u \
bai 'i, Ili-i >a i .' iiniuo i.ili i i | i'
el '! lilaui) i D l i . i
Kilr^ils.i' u aa ,' i n i i,i-, i | h
.Vin-, |1 101 ii'i.ii II > ni il, : | | ,| \ .
Passes-nous voir, nos pris sont a
I
a
VISITEZ
Mfe
1

>


La maison HS1LVER i Grand Htel de France,
i.u\ (|in h'onl pas encore vu les jolis article? .'
fines e que vienl de recevoir La Maison litau
do n ni, danseur intrt, s'empresser de passer
cette maison, car nul part ils ne peuvent Irouvei
d'; isbi beaui article* a Nus articles sont vraiment de toute beaut et de
trsicheui et dos pria dlient toute concurrence.
i'.rpe de < liln* couleurs assorties
, ' cxlra suprieur
m^roenin a carreaux
Soirla '\ carreaux pour robes et chemises
Iricu'.iH' le soie a barres
llatine voile carreaux
\ oilesiiissc brode
< repon franais bam s et carreaux
Diagonal noir sup
''simir anglais nouveaut
.-^erg' bleu anglais suprieur
l'ealmbeaeh anglais le toutes beauts
Alpa'ia noir suprieur
Satin Chine pour tai leurs
kaki blanc suprieur
Kaki jaune anglais suprieur
iluck union bianc anijlais "nouveaut'
Drill union hlanc an'glah
lit "
Ttiasor japonais pour chemise a hommes et robud
Heps de soie barres couleur pour chemises hom-
i lia ot robos nouveauts.
Ilaptiste fine pour chemises
percalo iine pour lingerie
Calicot percale pour "
Zphyr anglais pour chemises extra sup
Organdi suisse uni et couleur
Itas a joui s ChausMittos cossaises pour enfar ts
reni'li l-'risky, dernicivnuiveaut
l'oplin fleurs jpour robes
Tii>soi blanc
Kimono blanc
Voiles couleur flburii
Shirting b snc BUpl ie.ir
Bas dentelles
Itas sole bicde
lias iil brode
Lotions '*j Ivert*'
'lulie (our premier Communion
f ouvertures blanch et couleur suprieur
Bandes brodes Ma era pour chemises et jupes
\oilc b une a ban es et a mouches
Itatino blanche.
Gahaidine blanche a barres et unie
Crpon banc et couleur jours
Voiie hlanc et couleur uni
Chemisettes allemandes suprieur
Brabant noir anglais
Imitation toile crue
Serviettes de toilette^ blanohos-* couleur
" damasses blanches pour familles
INappo couleurs
PetiteiMei-\iettes blanches ilamass es
Organdi hlanc .V couleur barres & carreaux.
Lainage cou eue anglais sup pour jupes
SfHntl1 raV?B ? 8' ',ourc"eses |,on,n -
Satinette Foulard pour robes
peignes franais* amricains
Molletons blancs & couleurs sup
Poplin de soie uni blanc & crCnie exti a
Chapeau dfaille Iine d'Ilali ,
Casiuitr anjlais sup
Crpon brode franais I
Crpon franais a fleu s dernires nouveauW;
Serviettes le toilette roui, angl i,
'lapis cir blanc sup. pour -ables
Damass anglais pour matelas double largeur etc efc.
Aimable clients, vous qui voulez porter, peu de
Irais, les plus beaux tissus qu'il soit possible de
trouver sur cette place, ne manques pas, ;v.u.t
daller ailleurs, de paaser chai non ou le mai! eu;
acceuil voua est rserv.
Rhum Nectar
Cli N. ; (JiBljens
fi 10, Ittu; dtiMBqasin de l'E(*'
117 Ktte Bonne Fui.
820, Rue Courte.
..sition exceptionnelle, au centre des allaires,
i proximit de toutes les Banques, de la douane et
de toutes' les Agences de bateaux.
enseignements et I* ilits pour voyager en auto-
mobile dana toutes !<> parties de la Rpublique
l'fl.ijii i de la rpublique dominicaine,
hambres onlortablei et surtout iivs propres, en
til.itene- dans les chambre* a la demanda des fen-
fooairea. Cuisina Iranaise trs soigne et dis
plus varies.
I) n.a ides ntiter in magasin*
de IH'el :
Vins des me 'ours crus de Bordeaux, par Imrri
qu.s, daiiiejanufs, gallon>et par bouteilles, l'urilli
les Vins ilecliaieaux, vom tiouverez le pUM grauil
choix, pjur les qualits el pour l'ge
Vins i ITALIE* D'ESPAGNE.
VIN DE BOURGt IGNE (blancs et rongea et le renorami
Pommard m miteux, goU .nnncaio
La plus gra il assortiment de Liqueurs, GognM
glus, wiskies, etc.
Absinthe Pernod, Amer IMcon, Vermouttie
CONsEKVES franaises et amricaines Iralehe-
ra nt arrives.
C|!a1;1;s de Cuba, Aurora et llabaner .
(.1 AR T ILS de toutes les fabriquas il' foili Gros
e' dtail
PAAFUMERI '. et Cartes postales.
Prix tr modr.
ip
P. P. Patrizi
Mas Moulu
muson Qharles H. Gt)ena annonce au public
qu'elle vient d'installer des machines des plus mo
d i'k- pour la prparation du mata moulu, larme
-I nuls, Il ;urs de unis pour les entants, pour g
leeus t d-ss r s.
Les cl enta de la mai on Irouveronl ces produit
d us tous les dpits.
une de rclarae,il n des conditions de lave i
Hit.dant le mois hnr.l pour 1001 achat en (jros el
P r sacs.
S' Pharmacie Sjourn
lionne avis sa clientle -t aux mdecins et au p iblic qu'il re
t sntsorm s m Laboratoire ! Ulog.e .en un Laboratj e ud
b ologie (appliqu sous la Directeu u
Dr Ricot et F. Sjourn
la on'of.:! ou'ert tou le.* jours de7 bre du ti 9
,, ormHoi i' Dur in le ira recherchesei analy.i* \r ai s
i e cl jointe, nu! p tai !e
t un un e] constante Ure-Scrlorie
Si il reues qu. 1 : mardi de chaque semaine.
>ad e--ir a a .' un ie puai les reuseijtueuieaLs"
Amlfsid'oHau t Saciavrique
Haclion de Wassenu ; d
Baciion ie rVi o le>,
iamen du s Kg e dt pu
Examen d<. ndli e f:ii *
fix nif ae c .J
Ain n
Co istante e
On trouvera
A I.VMAISi >N
i I
fa
fine du Quai, No\lC>17.
Huile (Toiive^iie table Marcel Aliolli et^Co.'Ror.teau*; en caiss I
li; el I4/S bt. SerdineaetaafnscoMsrtaa frsniiias;oaadisMn l
;nalMeUfses; Stuos tomate Vermooih, Mariini et Rnest; \n(u <
Itiller. Cogoae r> iloilee, Henri Rei; Vta R 'Oge el Rlanc suprj-' -
en barriques, demi barriques et caisse de 12 bout Champagne Cfa
ee lleidoieck. Suer.1 (iranull et contasse; Vinaigre n caisse de I I I1
el en barriques de M gallons, etc. etc.
H. el \a Acra
GrandSRuc
I c d*>* Civch d Bordeaux
Voulez-vous vojs habiller avec lgance, t bon
n arche.
Adressez 'ou-, la Maison N. & A- A -UA
Dont la devise est de vendre petit bn ihca pou
veiidi-e liriiucoi p
DaDS S n pei .onnel, la iiixison compte in malin
tailleur italien sorti d'un tablissement de prenne
or Ire il lalie ,
i:ile eai en mesure de fournie les C >mplat* tout lait
et sur mesure, en cheviote, dtagonit*, p-ilm beuca
drill blanc cl couleur, ooupors ic c nir pour na
talons Etoffes pour gilets.
Bonneterie
t henuses de jour et de nuit, au out des clierts
.cls et manchettes dernires cra ions. Ga) con
et Py|anact
Cette m i*on rottaf tu une v novaHo
et le meilleur accueil est rserv tous ceux qui d-
sirent par une visite tre d< fis sur la valeur des
trvaut foui-nis.
l'ont ostuiue comiiian o et qui ne rpond pas au
i oui "lu client est repris,
On parle fianant anglais, espagnol et italien
Ceci n'est pas lire
ir de la lldclame|ji- ne sais pas en faire
'-lep-miant si vous .asse-. m cote du bureau de
/administration postale, la Grand'Kuej
Rentrez la Cordonnerie
Ernest Camille
^ la conscience
\ ous verr- /. qui- le^ ohaaaoaroa ~ que ce| soit sur
. OT)monde ou non sont faites avec [JOt, sins et
f alidit, parc que les ouvriers qui les confectionnent
et les matriaox qui y sont employs rpondent et
jusifientle titre de la naison.
ALUM1MUM LINE
New-Orleans & South
Ai&nStedDsbipCoIi/
Prochain dpart direct
pour Porl-au Prince c llaii
Le S|S liltaborg laissera New 0-lans le 29 mai
prochain loua les poils d'ilaiti.
Le v.in'i larila laiss i a lel Or'cans'jle Hloin
proc'i'ii Irectemenl po pjrt au-prinee.
Le *l amer \$sydo a.aut laiis B.- Oilansle 21
mai rour.uil sera aux tlays t.* 23 el conlinuarajp tuf
felit'tolve, Si Marc et ,0p latieo
i*s steamer "Nils" hisserj New.. Orlans le 19
juin piuchaio pour toi les porls d'duiti.
l'fji-da-l,Puiic^ le, %$ vvMdl ti}25
A. de llalteis et C%
Ageois Gnraux
v*
P* oent ez-vous de jolis cadeaux pour anniversaires, fianailles,
inariaqes el baptmes chez
A 'u 1^ fi ^ I FILS
Hue Bonne-Foi*

- 1 1


ad e--ir a a .' un ie puai les reuseijtueuieaLs" Amlfsid'oHau t Saciavrique Haclion de Wassenu ; D Baciion ie rVi o le>, iamen du s Kg e dt pu Examen d<. ndli e f:ii fix nif ae c .J Ain n Co istante e On trouvera A I.VMAISi >N i I fa fine du Quai, No\lC>17. Huile (Toiive^iie table Marcel Aliolli et^Co.'Ror.teau*; en caiss I li ; el I4/S bt. Serdineaetaaf NS coMsrtaa frsniiias;oaadisMn l ;nalMeUfses; Stuos tomate Vermooih, Mariini et Rnest; \n(u •••< Itiller. Cogoae r> iloilee, Henri Rei; Vta R 'Oge el Rlanc suprj-' en barriques, demi barriques et caisse de 12 bout Champagne Cfa ee lleidoieck. Suer. 1 (iranull et contasse; Vinaigre n caisse de I I I 1 el en barriques de M gallons, etc. etc. H. el \a Acra GrandSRuc I c d*>* CIVCH d Bordeaux Voulez-vous VOJS habiller avec lgance, t bon n arche. Adressez 'ou-, la Maison N. & AA -UA Dont la devise est de vendre petit bn ihca pou veiidi-e liriiucoi p DaDS S n pei .onnel, la iiixison compte in malin tailleur italien sorti d'un tablissement de prenne or Ire il lalie i:ile eai en mesure de fournie les C >mplat* tout lait et sur mesure, en cheviote, dtagonit*, p-ilm beuca drill blanc cl couleur, ooupors ic c nir pour na talons— Etoffes pour gilets. Bonneterie t henuses de jour et de nuit, au out des clierts — .cls et manchettes dernires cra ions.— Ga) con et Py|anact Cette m i*on rottaf tu une v novaHo et le meilleur accueil est rserv tous ceux qui dsirent par une visite tre d< fis sur la valeur des trvaut foui-nis. l'ont ostuiue comiiian o et qui ne rpond pas au i oui "lu client est repris, On parle fianant anglais, espagnol et italien Ceci n'est pas lire ir de la lldclame|jine sais pas en faire '-lep-miant si vous .asse-. m cote du bureau de /administration postale, la Grand'Kuej Rentrez la Cordonnerie Ernest Camille ^ la conscience \ ous verr/. quile^ ohaaaoaroa ~ que ce| soit sur OT)monde ou non sont faites avec [JOt, sins et f alidit, parc que les ouvriers qui les confectionnent et les matriaox qui y sont employs rpondent et jusifientle titre de la naison. ALUM1MUM LINE New-Orleans & South Ai&nStedDsbipCoIi/ Prochain dpart direct pour Porl-au Prince c llaii Le S|S liltaborg laissera New 0-lans le 29 mai prochain loua les poils d'ilaiti. Le v.in'i larila laiss i a lel Or'cans'jle Hloin proc'i'ii Irectemenl po pjrt au-prinee. Le *l amer \$sydo a.aut laiis B., Oilansle 21 mai rour.uil sera aux tlays t.* 23 el conlinuarajp tuf felit'tolve, Si Marc et ,0p latieo i*s steamer "Nils" hisserj New.. Orlans le 19 juin piuchaio pour toi les porls d'duiti. l 'fji-dal, Puiic^ le, %$ vvMdl ti}25 A. de llalteis et C% Ageois Gnraux v* P* oent ez-vous de jolis cadeaux pour anniversaires, fianailles, inariaqes el baptmes chez A %  'u 1^ fi ^ I FILS Hue Bonne-Foi* 1 1



PAGE 1

fcWMMfT* U le LU cil i Mayiouc BOI ••VEHNA 1358, Hue Amricaine Ce ai 1 Quotidien |i ne fiai I corn riion pu hum nnemenl pai i hi il fiwcois de s aies •. TELLPHONI N* 942 lOme ANNEE N 5510 POBT-AU-PRINCS (HATI MERCREDI 3 JUIN l2."i Une Lettre le Monsieur Constant Vieux Porl-au-Prince, 1er Juin l'Ji. Messieurs Ci. tuurr M.V.LOIIU • lirrrimr iu c te. I |i -, DoBlINVn LE, H nriMi •'< %  L'ION En Ville Cher*. Confrres et ami.-, Je m'tais promis Je ne'point prter attention aux nropos injurieux auxquels je m.itt n lais da U pari d'un; ct-r'aine Presse dite Nationaliste, dont les m neurs sont, moa :>vif., des gant peu intressants, gars dans la profession comme des diables en un bnitier',que jemeplai*. parfois, dans l'intim l de mes conversations, daigner par le terme gnrique le porte-faix du journalisme. Mais j'avais I ni des rserves quant ce qui aurait trait aux discussions OOIH" toises autour des ides prcoi ise< ''ans ma lirocluirr'et j'avais mme, je l'avoue, envisag le cas o j'aurais t causer • avec ctriains conlrres tan' du groupe jjouvernein'ntal que de celui le l'opposition dont j me rclame persuad de l'util t que pourrait avoir une libre et loyale discussion entre gens de bonne ma ; son sur les moy.'iis les plus efficaces d'arriver a nliorer notre situation pol.tique. Je n'ni point t sollicit 3 cette discussion si dsirable pont tant ds points de vue divers, l'-t si je crois le voir su jourd liui m'jc up. r de ce que vous avez dit propos de mon ouvrage, je regrette que ce soit beaucoup plus pour co i.battre des ten lancts que des opinions. Ceux qui s'intressent aux af laires politiques du pays aironl remarqu en ellet que tan lu qje vous ess:yez de tuer de mes rvlations dmontrant fin dsirabilite de certaines -eus |< haute direction de notre opposition nationaliste, un parti qui ne peut avo'r que la prtention d'tre adroitem'nt u'ilfl la cause gouvernemental dont vous tes des partisans,^*! p'esse d'opposition semble ell -uime d (signer de se serv r, au profil de l'œuvre ptri tiquf dfs arguments que j'ai mvoqii, l pour marquer du seau de li rprobation national* farti n nlaste que soutient il poursuit le gouvernem nt hatien, action qu'un ne peut arriver h fendre que par les sopliismes l< s plus apparemment habiles, m i qu'un Betham. dans sa logique inexorable, eut simplement dcrts diaboliques . Oui vous ayez voulu pourll ni utiliser les critiques d'un opposant rsolu e\ en h s d* tournant de leur but. t nier d en taire bnficier l • cause que vi us souleui7. c'est Ij on droit incontestibie et c'est en mme temps une pretiv; de l'activit de votre intelligence. Ki si mes opinions personnelles m'emp:!) mt de vom en lou r, elles ne m'interdisent pou t m p de reconnatre.dans un certain sens, la supriorit d'intelligence dont vous av, z su faire fireuTe dans l'exercice et dms a limite de wai droits. M lis vous ne pouvez puni pas c JII venir que, de m m oi j'ai pour strict i I • >r 11 I -ir • i s sAtarvsa Diib'iiu* tywl*e 'a en !T.C" i ie p>urr il voifvo lie Lson l e*ir le me faire passer pour un anti Nation'liste gu, ce cjui serait pis a mes ,eux, pour un partisan du rgime gouvernemental aclud. Je voua sais l'esprit usai scisntifi |US* ment form pour tre tolrants au point d'admettre chacun le droit d'aimer et de dfendra ses convictions. Que, par ailleurs, m-s corrligionna : res politiques a ldse soient abs enus de puiser dans mon ouvrage d'-s argu-u ffltfl plausibles contre ce qui carac trise le s itme appel coopration franche et loyale et qu'ils H eut renferm dm* le silence que vous cou-t .t •/. autour le mes criti |iee le i r r* prolulion irrflchie de cerlai* ne rvlalicns que j i cru bon de frire, il n'y a l, croyezn M, qu'une simple question d appr dation de moy ns .'t de con luite en I'uv r davant ige que ceux qui om monopolis U lirecli MI le 1*0 I position nationaliste sont le esprits vuts de rflexion pr > fou le el incapables de s -isir le i nuances diverse*, d'une politique clairvoyante pou en tirer des conclusions p at queg et en I ire des applic liions l |U des. Ce n'est pas aller trop l< in que d'alarmer que l'esprit ro:;t 1 lier de nos leaders ne peut point concevoir l'opportunit d'une mesure violente qui aurait le meule do d*b*#aaae# i otr Co p'le lsist i ce n .1 o iule des poi 1s lourds el cou ux qui l'encombreoti qui sont le seul obstacle son volution et la CIUS-J certne du peu de confiance qu'il inspire a notre lite socia'e doni le concours 1 1 Gcace min pie ainsi au butqu' il l nlir-lll 1 Far crainie d'un loi-diainl scand de que causerait l'aveu de fautes dunl quel |uee>uni sauli so t coupabl s. on ose COinpromelir l'avenir d'une nalion enI re! Le malide qui cacherai! au mlecin l'horreur d'une pi lie dont i! pourrait pronpiemenl gurir par un triil 'ment h die, mais qui, ni n oigne, d vrait tre la c use de sa perte iriparabl'i serait tout aussi lojri que, loin aussi intelligent. I .n ure n t r ii-il du mal qu' lui H ul. Mais convie' t il que, p ur l'honneur du nationalisme n ore mal compris pi-ce que mal dtermin, on mette -n j u loui li s droits et loutes les es* pranos d'un p up'e en abandonnant s i minent la direction d' fon opinion e* d 3 son aCmi & dtS individus donl unriencedeeinq ans n'a pu dmontrer que la mila .rosse ou I. vnalit ? Uihomme p ut comm Un un? erreur et, ; la poursuie d'un but, se lancer dans U e fausse direction : il n'y a l ni matire bl !me ni mro %  un lait dont i outre mesure! atalf q gr des preuves abondantes I l'erreur initial* 1 il s'acharne dans la voie mauvais, qu'il menace de tout engloutir dans le nant de sa fau'e obstin e D sel ce pas l une p enve d'incapacit ou d'intrt vil? Or, il ne peut tre raisonnable de conliT le suprmes int is d-^ la PaIrn ru a un in<*ap|ile ni b u> r le rnauv i e foi E' q:.a d c'si • sta qo • iji.-i pi'un, qui n'est point indiffrent au bon heur de c>iie p. tu -, se met en tte de -lire et de dmontrer, il it il l-ii : l • %  tenir compte u suri M ua 'an I. mal as| m • i ilen i'l ment, ici encore et lui aussi, dans son I roi t ; nuis il i l'avantage honoiali'e d'al ier ce. IrVil ce qui est encors un devoir. Pourtant us qui co-rnna vous, sont les non*initis i l'esprit du nationalisme b.nii? % ne peuvent pis compren Ire purquoi, par ailleurs, il y a des tvir tisans du silence el les m tav gemen's en celle grave qtMS lion : de m ne a i sa sisseot-ils pas le vrai motil au iuel il faut attrib ier le I iMCCorl < • irant qui \ e I C l Mil t' niche ir.in di n ut pir IVxo i sion 1 %  si c me pi >n ou e ni 11 n nu%  i MS ni ion i liai s loyaux lont les v a .-s iln vii'nn.'iil rf r %  ma |U II M |if i otnb e d'une l no istrat' a le soli I mie, longie D IS rpr m^e pourtant, rprobation raille l lis contesse entre sm J'ai bien lit niHon ilivl '< lo yaux, car il ouvt ml le litin' Buer qu d 11li nati m iU*m il v a deux si in • el un \ >n in Il v a le I m loi ? >i|i M MIira'icier ui "'i l'autr b il ni de tirer m |> O 1 iurn %  i d 'u bruit qu'il l v. •• >ux ,| ii le • imposent n ayant pis la vu is z large pour saisi1 1 p ci %  %  lsle d'un ni'iona'isne sincnel conscient, l'e sont des to t l M qui ont vol les ailes d'aigle oo-ir tenter dfpla-ir. Lar | li Ubre se p*rl ljft pir h ooili m^ ne de I ur m 's 1 i lor.ni car on sent le n u' i 'a h rleur on elles ont pu monter par des moyei.s lout arlilia-ls, elles prouver.t coin o uni sensation de vertige, ennonoiatrioi de la chute prochaine et I de. Il y a le clan de l'oppos tion M i -n %  !!• %  mi, loin l'tre l ci l eo nbtttre l'ordre de. c'ioses reprsent pir I : gouver i> mnt se tue 1 n'en v t ut qu'A i P'M-snimal t %  %  in livi la, Il %  I M. Romo 0 l'un u're soit sa pi ice qu i is i li n s nos chi les |u '. lui. sil l m • u u I ib' )s)s,so | im il • lepayi a ix -nm humiliations—conduit que to it n i'i )0 i u • in re doit con I m ier en tlltfiu s I -s secta'" s le ce clan,pourvu qui cei aut %  l -oit leur h mime, fe-oni, nssi u. r, voltt!a-.e etsemett ont lendre, cour me hier enre ils le l'usai ut, et (ioiivernenientet oxupitioo. L'op;nsi i la "I l'ltltu lu l a IQI patsik n • ni'iol rsaa n igiit •, itr, hiilrem ni, il fiuir^it de <: aire dins le baa-fo i II l'un l ignorn ce iiusri ontrri uiiintf que vai i • ou d*m sa btarbter diotrti tellement v'tl* ^ l'on ris pierait de ne piial I'J r un ittw \liis il y a dan IM aioa ptlrioli 1 1 •. | U' tir otl io p-il t pa i el A !.. %  -_' n itioo da li pu lie j. suis d ipg i lo IRII api t letraisa, un gr inp h 11 irbll d'epp barils ainc'r.s PI I N . P ,ur I i pro i v • %  i il I tu Inil su|,. p ml l liai '| i |US1 DOOM : r, L, Ctovin 4at doa Rigat, Davl I le,, m i P. Th >by, \ • -.t >r Cauvl i, D lu i rml, ls fri %  Ettrnpy, 1,, n \',-ti G "-t 1111 • -eux ci il m ,i 01 i' MOlbll y ai > r de i, i mal i, ira, n'est, ainsi que je l'ai dit, q-l'aapOMOt Mme si ^ur certains points il pourrait 're pro f ond, il n'existerait vralmsot que dans una ques lion de forma ou mieux encore,de simple app'cia i m. J ra'exp'ique four ne po ; ',t 'ob'iiter l'aveu t c le d'une ftute commise, un j-i,ne S-iariia-mi frit I laisasf d'rr MO patraillM pi'imn nard qu'il avait eu la ni i!h -ur Li v 1er **t de r-a'-l-er 'Uns s i tunique,. 1A connais de mfrae de naPona li'. qui,eu<'ore plus ublimement orgueilleux, accepleu' 1^ partassr la poids des faute d> autr s pur couvrir l'honneur d'un parti nu|i|il ils appartiennent. Vous en ave/ eu lu preuve par un communiqu que tout les quotidiens ont ' i d* publier dernire ment. Mais je s.c-mieu qae cela. Je lifns d'un couir oigoe de foi, qui lionoie au'a p r ses ver' lus mor es et cm pies que par -es pcilil s l'espri', la Presse nationaliste, qu'il a mieux aim, dans le le aps. ,-n |>ir • %  q ie on ifflpri* mrie ft iltaliel le secret de ta carres ondine jouroellement viol par un corrlig onoaire |>MI rni~.; leux, p'ul ,t qu de taire Mater sa proteatatlos par peur 1 un ^'Hudale Moi, j'apprcia autrement le cliose cl je pense que non pour 1 donneur du oalioiialiaaia, inuis, p'us pratiquement, pour la ralisa tion d;-un (Biivre sublime, il impurle [ion arrive i ta li hraser, mme en les clouant au pilori — et ce serai! la seule faon logique d'agir -de lments indsirable* ou nuisib'e. Voil donc une des principa'es rais ns de noire dsaccord. \ou en roiv r>/ une autre dans la ontiam-e que cerl itna de mai cor* rligion!i liremett'nl dirs 1, buniirs •• ,-es de \\;isliin/;l(iii \isi la lii qui je crois nu ••ontriii,', en tenant compte de tout (;* i q IOI | a-sisle de pu II dix uns, '., mi action intrieure adroite nous sera beaucoup plus proli table. i ii p iur la logique fcoo la une sainte admiration el je prtends que si nous tenon voir se raliser notre n-ve nilion.il d'une nou \Mle In lpcmlance, celle Foie as ritoire el relle, il est absolument important que nous commencion \ par la (lection des agents a qui il doit convenir doooliM .!•>lo de d rs-r l'action et le< ide os (ionaliste* vers ce but. Juel esprit srie ix nier* q i ce n'eit pas en se l^onpanl • t • n IroBJj ;t voleoUic--i-. i i ,,,ven semml U diviiMn pirfti l,s membres de nolro 9> %  • • • t•'* p ilili |ue qu'un arrivera a ce luit i l'-al l'anisan d'une politique nUionalisie bile de lovante et l'Inbi 't a la lois, qui lenoe rendra Irra iatble Iboniole daaseia l'une i lies dool ooai irnoisi \ •n i,-par la I . 1 i |U %  MI il i Iroite el liirri %  ,1e n ili i lera •, el il ml IMS • m'., 'e. ii i iaeli ••' r mi de moa li. j'ai lanu I iiRas I II I u -'i I". | u n li.iiivcnt %  ur notre voie alla qai nonu-n il ii, iiaiooi uni iiin tur loili -. K-t 01 nue u lion iu l'gn • d'un paIrioi, iii l.i renom n \d I,". eoali l roi mt l'avoii • oulu i %  '• %  gll l i ,tr,!e OOUreol I i oliti |ie mu'-iine qui a t cauaa do nos un bour actuc's. se Hit entour d'lmentincapili 1 '-d appr. ier ,ii os intenti ms > I qui av tient (oui intrt a In contrecarrer, a-j eontralrt, il lut trahi al taaaiiio, Sou rve immeusc eut un lemlemuu BBMi iruel qu'ironique, (".-est %  i • tel l'ioftraali letton lai et de h urs w-ol\les donl il av ill lail ses litotes ni| Il 0devons de nous trouver lOUS la f i le deBtati i ni,1 imrique. Bal il donc toatsasbli que k naii ,i ai l %  de I %  • • %  ne lui qui veulent resoi quiii leuis droit pour | i n-erv,r d rdOBVinti Bon mpu d'appliquei ,i la haula din boa ai <-e || i.,, h daa individu IBI |Ual le n orale nppru|.iie, -.u %  i mu %  (iiuii IBIBIII|OBU doi I l< > plus rnpnbl' ne toi t OUI c prit livrcsqm et |ajln BtSi I (.'n^ralirnenl >ans dignit el • ni m bleue, I Vards d'un natio n.ili iue 1.,|, |i i,r et d un arrivi-rre pla'. li i r em-oie dans |i s imun lu il,l'a 1 lont au ri'-iue, n'ayant dans leur besace d'action*! qu une rvoltante audace, toute les revol< lantes sudaces, jusqu' cellede v< Ion : cLarrues, diriger Us bu iit no .MBUX Davis, faire la sh<0Sa hu naurse* populairei par laa mo \i'- (jure eieroqa r l'as $ nre Q. uvian, munle or la diaerta exi.Li'ton d laltrai al d at.'iU poilart la gm turc apnery pbde IIMIIIp r>-i,iui g,. d'une nation et rang' re | 1 %  ci %  qusijf en p-atnoti*me Je crois que non el -est moa luiiil 'e vue que j'ai soutenu dans sa broenata. \il 'e* c'aircissemenls qu'oblige pour *oa nombreux lecteurs qui n'OOl pis nu lire ma hrorlturi. la repmdiu-lion que vous ave/ nle de -es passages, lesquels le poavai t vo r la porte prriae que l'ai \ ui'u leur donner que dans l'espril de ceui qui ont |nu areor der leiu attention \ mon ouvrage entier. Je demeure persmd que malgr la longueur de ma lettre, votre coifralernelle lovante qui n'a jamais l en faute vis .vis de moi, tiendra i lui accorder la publicit q l'un devoir impiieux m'oblige a dsirer, l'e-i dans celle esprance que |e vous prie d'agrer, ('.liera confrres et amis, mes sa'utation ddvoii, l COMSTANI VIE! \ Les tmoins devant hiC DR. Psr une loi w le\ ,lu 2,i-onlc du pen di-ni an esseJBl • K i t < ; comme un i M ur dont il prend d-ailieur la lorme, a quelque brandie proche de nianguiiroii de chne. \1, i vin sait aujourd'hui capter n issaim, m.Ver un pil'age, gau 'ier la cire.— C'SBI un ainulteur .rageux, qui manipule sans lde prol i lion, le nanibes r l ou ee pi-qu au coude. Les lbeil|j ne le mnagent pa. rolu< ui nul lui harponne parfois la chair, en quelque.partie 5 lus sensible, et celte fois, c 'elle mme qui la bouclio. S'OU vre pour la plainte \h la garce, elle m'a dvoie. Dvor eut Cfllaim nient l r, mais le langage du payaaa lii• %  la plus expressive saveur de l'iro nie el de Ibvperliole. MervillS esl un M aille Jacque-. prcieux, qui i iiinulc vugl bl gies dilfrenli il prpara |l af du lllallil, li I | u e |c I aim o ur cl i liau I. il balaie la coin soigne l'.apiice mon cheval, di-ln hue N-grain aux pouli-, eiliime l'enfumoir, inspecta BVBt mol le r'her, et n'aide A touloiar i, liiu-.ses trop biurdide ii-ilur. r.'e-i BUSBI nn i bi I babib i SI le a Food la SI iOPI I des 1 ujfi nesossmairsa qui ni l I i"' ni qu nu qu ni d'hl Me d' M illlllie ; les nu!', lo court bouillon, le li/. l'ai Bol pal m ^ li> BUtanl qu'a ses sauces trop pimsntl qui stuulieul la langui et le | liais,.. mais par contre, fonl mli ix ip prcier l'eau Irait lie. i. esl aussi moiami. un min MU visage alti rilif qci invita iiui con Hdences Mervius, lui dis je par fois je suis ani nreiix d un,' m oi I,. D'une morte. Mon-ieur Il me regarda BVBi 1 s eux profonds ioniji %  appliqu11 ompn ndi i C'est un taciluine qui n'aime que sa pipe, les ntea, il | • il un peu moi qui p irli iafl i afloit, le langage qui raisura li bum blea I vit nu pi u dans l'ami i N me du souvenu. u il a ail da beaux jourl< ,1 amour. Une scbereesi prolonge avait, l'anaaS dai nirsibr ion • li imp, ananti son partit troUDOBOi Bl la n'ara l'avait moi.lu au venin co.iseiPie de l) bala • I de Cl 1 mes II tait honnte,four manger, il avait du vendu ooqi de i om bal, puis ses i baises, Il lit assiette, ses oulieis du diman che, ses instrument le ln>v ul... mais toujours la pluie ne viDSil pu. i n *oir en matrani I li, uv le logis vide.VJtK 14a Mu cds avait il cri, ai c rnae 11 voix famil, re oavail (,alpoo du, il stait Inquit. Lassa de souffrir et sans enfant' p ur la reteuir, la pauvielle -, nmme avtucdila rvolte do aes en trai'le. cl dsert le foyer sa n-, pain,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM