<%BANNER%>







PAGE 1

Lt MATIN 1 r •* Pagol ( H iJranl que la I iop se i -i base -ni lerue Yuillanl CuD.sqnatdiie M -• %  %  :£ %  i we il iostiin i,on i le la Jeunei • niv re forent, tour d or, dm I ; 'iilrioliques dite! pir lt--i • l?i In ; roclamalion du roon Uliflce Irimslre, el '• %  i MIT le 'li M i m pro %  on i | Me Bernard Pesgrot lie iit iiii .unes parti culier. I i ir. IIIO, bonne mBlii.cc mi cooi la 1 1 pielle on eut par lef i m pi rls | r les lvi dam i i diverses mattrei eniei (.i I'Il.i preuve convaincante de I I mari lia progrusaivc da l'infres ranl ''-ollga du Morne k ToC. lhjpnntisme, M sian'xmp, dhn'vnfion liii r i il vf nu en n i ban II I le pi dig'l itnur Ttmiella rn n ii.i i arriv de lu llpubliqne Doini iicaine i il en r' ^islnt loi't enrnilrtmani da brillante aoecia. Acoompfgn de Vme Orslni article de ;;rand lu h nt. M. Ta ni' l'a %  oui a ii n ni i ce* qu'il dbutera pio nbain m ni n Pariaienu. Ceieront sans dnule debellrs soirfs : u cours deaquell il nous sera di nn de nous divertir saine meut il avti le im -illi-nr entrain La Question Marocaine la Chsmbro franaise (] lclaraliun de C\l' d Al.ifl K ira Dcision de Justice A propos '!u schisme exislanl entre la loue de Jrmie et le Grand Orient l'Haili M. Paiol L'aitilule a;tidl l'.n C.ble P -Au tours d'.la .Il I i on da la q latlloa mar eaioa le i ii mbre. vi paintev' a d 11 re i| B le France ne rei'lieirlutit aucun eogmeotalioa d' territoire au I i" m i's qu'elle entend uni rai loul ce qu elle a oh u par !i i • lie, Mr lriad aunon • i i ui |'ic le gouvernement e>a mine:ail volontiers des ouvru ree d peii tout autant quelles > i< I.I eeei mpagt edes garantit h el p ,r di s ii p csi n lanN re| onsab • a d'Abdel Krim. Mr Ut n d di clara en outre que 1 '• i ngpt ial o:icobccrnant ii lit 1 d vtoni lire 'm duitee e*tc l'entl re i %  < l t H h* ration de l' K spa gui 'i qui la limitation di MI ee d'infl n" pectivfs devre iMre i II '' i Djoil l nient. Il/Lee 11 talions an M iOttl n lelifl nui. I l'alun m r lut M rei c n.' ni pur uLe sria de petite i ngegi meute, fi bdel Ki m eontl i" • i • Irer •< IrOOl lt Ct J m n i.n, i--. i..i i '/i //"v prie depubl i %  h x Irait dfs mir.utis du lin ffa du Tribu uni de Premire li sI i i e de Jeu mie. Al NOM DE LA REPUBLIQI B Le Tribunal de Premire Insl D re de Jcrmii, comptemmeu* runi au Palais de .lusiiee, a reudu en audience publique, en ses at ri billions civiles le ju^eimnt ui vanl : Knlre le li'oyen C, L V m I lirand M i re de M'ulre Uronni que rlaitkl ;ropitaire, deinea tant el domici i fort au l'rn ce, autorisS et as>ia du Cooeell Suprime du dit O.dre, ayant son e ge en la dite vil e de l'oit auPrince el n prsent lremie par son LU lgu Me Aristlinnine lier uuiii, avocat du barreau de celte ville demandeur, d'une pail : K le i iloven Jean Klie L"-l,i^.' Vntable de la Loge de -l-Trme %  l,a Runion de Cceura No :i proprietaiie demeurant el domici i.e en celte ville, ayant pouravi cals constitues Ma VValter enaaricq. du barreau de P rt au Pn i el Mes. .Nui', 0 I'i ircaod, Rer naul IWrerire. Kugene .lus in Marc el Louis Pascal Kerlegaud da celui de .li rmi \ dfendeur d'autre pari; I. v M il APPELEE bf RBTE NI E, etc. etc. tic. MOTIFS I ouMil'rint q in le suite d'an incideul u venu no Loge de .li mie el sur le nppoit qui eu a t l'ii| p .r le Ui lg ndu i ii an I Mil tre Arlttbomiie U nu.ni, le \ • iiir.be Jean h lie Lestage a t -u-pilidiit ledit i ligU .IIIIIIII %  enlr r en uœoteaion du local et des an bives de la Loge: que d aji e ce que lOUtfa nt le demandeur 0 L Verrat, Giaod Matre de I'OIdre Maonnique baiiien, loin de • scumellre a la ddclaion par laquelle il l'a l epon lu dans tes tiiiu liiiu-', le Voreble Leatage onde pu i n groupe de m fone d eeidcnle, p oemma l'indeiiOe dame de la Loge de Jeimie et d e ni i s' UVan tur de >on a itou ti qu a i t acte qu'il considre Je nature porter une grave atteinte i M) i i resiige il k sa dignit, le Grand M lire rpondit en aeeiguaut le VeneYib!c I an Elle Le.-tage par datant ae rribanal poirievoir condamner a dire a remise son L'legue Jermie, du local, des ciels, archiVM et objets gt.ra' e meut quelconques de la Loge de celte ville <• La Kunion deCipori No. 3 %  > diijs les viogl quilre liei.res du jugemeut iulerveoir, tom peine d'uue astreinte de Ci nt (jour des par lour de retard; Considrant que le V.-.irab e Jean l.'m Lestage ayant propos contre cette action du Grand Mil de un dclinntoired incomptence, celui ci y a rpondu par une con Ire lin leuon recevoir, ntctpnut du dfeul da qualit le Lesla^ pour po^er des co. ,'usi.tns au nom de la Lng ; IJ i p.r l'ellet de sa sus peu ion. a t il dit, le V.ii."utile a eeu d'tre l'aJmini Ir.iltur de la L-g fc.N K ni I r.ON'.KIt.N'KCKI IK IMMKK K|\ HE NO.N H Ct ViHtt I'I DBVt\NltlHt : l.o iii I n t i i li mie le gi-a \es d, lau tre par le Dlgu di l'u.ind Vlii lie Vie Ariitho n-^n %  Germain; C tttld ranl qu leI IT-S .lissi den's tant en m -j iril sur Ps au trs ils ea runirent au T-m/e el, n tus esl il r i o li d in< |j pro lie COI ^ TII il | il | el %  ', %  |i fin, l'Atelier dans un mouvement da jule in ii n 'n .li m u'otesla cou tre le proce l d i lir.in 1 Orient reprsent par 1 an ien Dlgu du Grand M tire et il auluriai ie Vnrable Lest 'ge i i .nui Ir %  a I ee lignai loo et io ; ,i lojs mo yeoi de defen e, toute demende reconvention ne e q • i .. %  > -11 --1 dre pour la .ii.-,. i I d: la li gnile et des i il iw. de U L' g; ( Voir celle pice au dossier) C insid Tiini que c'est oon'or n ment tu v.le de la ni"j,rite dre inemb.es.— de c lie m ue QQaj %  ni qui eut a prodnner I indpeu dauce d-) la Loge de Jrmie,— qu'un mandai ai Littm a t donn Jcn Klie Lestage pour la dI. n Ire fur le pus ente aclPu, d'o il mi q i agieeanl au nom t %  • groiipeueui dout il est lu tuiudi laire, le Vnrable Leaiagi eal le gaiement quatilier pour h rupr eulei dms lt cuise; | I'II l'eg i de\imiuer si malgr la >.i pan sion .ln.it le dfendeur a t Iran i>.. pir e linnl matre l'Atelier pouv.it valable nei.t lui d muer le pouvoir d.nl il l'a investi 0 meidranl que o itie dernire querlion laal coooeie i I'CSCOJ tion d'incomptence qui a l pm poe par 'e df> deur, il v reu de I s joind %  pou: l "s eranlne conjointement EN CE QUI CONCERNA L I iCUNATO .. na •Allil.' \1 ce la Constitution maonnique : que le dtendeur prtent i n i fiel in. Que le l'ribujiai de Preœiri Insiince eal imomplenl pour roo n I re d'i u dlie mi onni pie : %  n 'elalifa J nlml •( 1 • '"" le is jgee et lenra tribu i x q >i sont ^p cialemei.t d lgnj i i.t i. r le rglemenis part: ri que par ta t b rie maonnique elle m^rne ; el 30. que dans I espen. s'agissant de sibi>me autre la Lo § • de Jrmie el le Grand r ent llnii. c'fsi a 1 1 rb'trage de s m Excel'ence le Prridon' de la Rni b'ique que. conlommenl aux lis iositii.ns du sus-dit *rlic'e ij'i. e litige d< il 'Ire scumis, et non l'autorit judicinirt; Considrant qudans l'Iivp.db se que lo d mandenr Veriel n el pas lormellemenl saisi le l'rib mal du 8cliim qui a spar du Oiand Orient la Loge de ce te vile, il n'as! pas mo i.s vr.ii qui c'est ie chDme, c lie d s i !en e q i a roub' U Iranq.i lili il 1 1 L g el qui l'a por e • m conn i ra l'autorit du Grand M I i et de son Dlgu et a p ocl.nuer 100 m dpendance, comme il • si encore vrai que c'e-l celle grave l'issi lence qui a motiv I action de ca chil >u pi ine del M mnerie haitienne, contre le Venrabben exercii • de lt Loge de Jrmi ; q ie c e t n vain qu'il a prtendu qu il s'a gil pliitl d'une que-lion civile de possession ; s'jl en • lait iusi, si son action, comme il le dit, avait ce caractre, il n'et • t guie p>ui beo n ux, car il lui laintrait t lD ir que le dioit d'administration et de on tiole que lui lui.lV-ieiil les lois ma i uiniqiies sur les atelier, luire connail aussi le pouvoir de Us ds gai ir des biens dont ils onl la pro nrit cxclui've, (Ailicle Lrdee Rglements de la Loge de. I tini ). Mais cons'drant que l'vidence mme des fai s que le C-rand Mal tre Verre t a rappe es dans sa re qute, el qui concordent avtc ceux 3 ue U partie adverse a expliqu ms ses dfenses esl en parfaite opposition avec loule quett'u.n de pos-ession ; qu'il y a donc lieu d'examinei si l'excepliin q l'a pro pus e le d. tendeur Jean El e I. •tage contre la recevabilit d-i I' c ti-ni qui a il intente cji.trc l'a (aller de Ji nie dont il esl le V nrable, est tondre ou non; Cnwidtrenl quaux lermfs d-. 1A tic e 120 de la Conslituliou qui igl I Institution de la Kranc Mi.iuner.e en Hati, le GrauJ Mai re a le d'oit de suspendrpro visoirement (oui atelier ou tout f.re qui commet un dlit m on ni me; Q ie l'Article "H de la mffl Constilulion alir.bue au Conae I de l'Ordre U pouv.dr d'evoqu i gslma d'office toutes ies iffai es gnralmnt quelconque-, ,den conni-Mre et d'en dci 1er d appQ 1er pur devant lui et de juger I ut utlier symbolique ou suprieur tt tout nia.'.m qui auiaient commis une infraction s la Loi: Qu'enfin lAriicle 217 dsigne comme arbi Ire de fait et de droit SJU Excel lence le l'r ident de la Rpubli que dans toutes e questions d'in loil majeur, de dJUeidenee OU d ICbiima pu .v.-nt poiter at'ei'ite 1 ailloli I gaie il i Grand .... n d'il.il;; Coiitidrani que de l'eusmbie de .• disposi.ions, Il re.-soii net lt mu i que les lion .rab:es Legisli leurs ma; mniq-ies quietaborere it celte Charte de la I iiti Maonne rie bailiinue taient hautement pntrs de la gianieur de leur inli ution dout le but, c mme ils l'ont dliui eux mmes, levait toujours rest. r e-seiilirliemei.t %  bi aiittiropique et plnlo-o, li j Cousidrani que le ti ni Mi lie de I O.d e en pru< d IOI < u J ia ti %  i notre l'Aleber de Jrmie qui. en parlait*soudante ave. s n V.'niable, I a encore rlu ^Our In priode 1918 I9i8 t — atwp a mier a violai cette Ufnatitu ion mn-iiiini pie donl Pniecntioo eal couline son autorit et a MI COM p ien %  : qu'eu t el t lUprooei que i Vnrable Lestxg ou un aulie chef de Chapitre se soient rendue coupeblee d'un d'it ma aiqna, la davoir > p'ue clair du i M ire %  i 'ur pn nii ''i BUite ng eltab ni ;iu Supim on-eil Ira ml %  "U i -t ont ml dfi oie J pir I' 'irti ,le ii 'il u tion maon ni qui Il a prfr dserler celle voie rou r [irendre celle plus eipditil s in il u'--, d-.iii.BI lio i Jueti .. | pi un i -1 nn.' d'un ..• ., %  nul %  .i" jndieiair pur e pin eux lait p .nr eicittf les |i laaions d'un pub i. avil le scan .1 leretenliseante; Considi rinl que I actio.i sur la lie le Grand M die 1". I "rdre vient I. manier au Tribunal de statuer est intimement lie une question nijudci Ile dont l'exa men ne releva pas de la compten • le I auto il judiciaire la Loge de .1 rmi' 'tant s^pir.'e du (iran I M litre d I'I) dre maoonni qu ,iv m i p oclnm son il lpen dance contre le Craiid Oiient d'Hati. i.itconatiluent, n'en p.s douter, un vrai achiema entre le i. i i i O'ient t l'Atelier dJrm'e '.' e 1 1 "l'es u. -, le Trib i. ne *avi lit. inaa violer lis pri ie ,e u Code i e l'rcdu re Olil %  • sur a comp Ici • -I i tuei -ur 1 1 pr • en lue qu stion di'e Civil d-^ po-s ion, sau•'• r a n • n a exam ner a questi m prjuli cielie relative au lus ne dont li vienl 1 Aire p irl et qu ', s ni le Pr side %  de la Hpub iqu", en -i qui il de Grand l'iott-ct ur de I i> Ir-, es' diign pour en con n-Hre nr.furmm nt l'article 117 d i Pacte %  n-liiulioi.r. I le la Ki MuMac moi ne li utiei na ; I i:.s .1 i .r.'. que le dem uideur h\ ml i ui %  il lo i iupportnr les dpens de l'ineUn se ; Par ces nid t.. le Tribunal re ji-it-la coalr lin d non recevoir du d in .n leur C. L Vcre'. tirai I Mal ire de h'; Ire maonnique bu tien corn ne lan' ans i utilement lgd, dit q ie l'autorit ju 1 iaire e*i m 11111,1 i-te |i i latuer sur li deinaule qu'il a formule con lie ie Vnrib e .1 -an K'i" Ll.ig; autorise en.lor.i ;neii a l'Arlicle B57 .in Co -c l Pr • lure civil ;, l'insertion li m lil et Jo d-i i siiil tu pr. sent jugement dans -i\ jo.ir.ia s au ch ix I : d I ni r au f ali u lit d m n le ir C. I. V m e ni I nniie ei o dre aux dpeu• leTinsl mi-e, l q if s n d -Ir lil m pr lil dex i ils lu \ -n r i.i" .1 >i 1.1 la^e qui o:ii il i m %  '• limvi \ i oie II g U du Coirmissaire du Ciouvernemenl, en audime | ub ique Vingt vingt cinq. li te, et J En Foi oSa ai oi i j P ni • xp. diiion conforme. Collali n i % %  Si t n: PLO CIIASSAGNE. A C1*MrVfIP f *' '' ri **'n /\*y M nriisoppMssiots eiOulagemiDi imnidiaiu* jueriton m* m Globules Rbaud Rsultait merri lleax.su rproouu m*m rsrst** ce de la veille La Lie des l lu mmde Ker de la l\,une du (u di San li il lu.vai la p-n.lanl de i mil! reu-es anne, &f nb tii'ii ge son devouem-nt |. i ava I offert une magu tique u rooreN us pr entons nos condolan c ux par nls prouvs el p rt i i i i tneol i Mi le Dr Nemo u s lli.nuv 'r et Mme Kdg Thomas i il Mr el Mme Dimin d^ Di-lvi et leur entante, Mr il Mo I. ai liin Ci liaptisle. Le B. M iJ le U Palh I iior.ne le public ec geural qu'un |.II--II pour aulo Ford a et'; irouv sur la voie publique. Ce pmpiilaire peut le rc i n er. ii J ist d %  H L i n i' i il Je i I.I .i • .i i ir El.e LuiiDU, en i r n •d Mo i ia .. LnnCli %  e s ib itul Messe de Requiem M nui r L. nce MenUs invi e 'o.is sel ami une messe de 11:quiem, qu d t ra chanter la Cliipeliedela Madeleine, Mercredi U di courant I 6 huies du matin en mmoird^ sa regrette mrj Mme Lise Lafieur. Kn v assistant, vous lui dnjne i ; une n axe le p'tuve de symp. lliie. l'or -au Piince, le 1er juin 192.) contre la CONSTIPATION prnez les COMPRIMS SUISSES '. • DELOHT, Pharmacien, lit, J?UJ S-..I. c-.A..roin PARIS C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS -T-ATJ-SRI*OV3 Aler.PtTBUS. Pharmacia ALBERTIWI Pharmacia du DJuatin VlAlU) rt to^Te* le* bnnna PharmBCi0. •*^T Nniisavons l'avaiihuji' el le plaisir l'annoncer 1U public el an Voinn.cir.que nous avnns coi'il sur celte l'I.ici-, 190:. ue du layasio de l'Etat, fi c6t*' de l'aK-ieii local de li ('liai tnacie fiustave, sons la raison sociale : Grand Depl National d'Alcool Marcel Aidai, ci Oie Un dpl pour la! vente en iirus e "en dtail de Hairhaniiiscs suivanlei : Claii-in llasco, Clnirin Mi'r^e.Iihuri.s, A.liiui .IU ui i|lLb llll Akool !ltl (legrrs, a huiler Alcool 30 deiji'4's Cartier, Sucre granule tranger. Sucre llason. \ins rougen et blanc de qualit entra, vritable • Itoideaux) (iaf torrfi moulu l.n|u. m -, l'Hranqcrei et du l'.ivs. (inib et \\i>k\ des meilleures marques. L'ublissemeol aura galement en dpt du K' a el tairai boissons (jazeuses de la fabrique (La froI tcale ) prix de ialirii|iie. Toutes nos inarchandises'sont (faranties/Hos pril sont bass sur les cours les plus bas de la Place. L'accueil le plus'aimable esl rserv a tous. j'ort-au-prince, le J 23 ai lj|• Marcel Audain s Cie ^m^m^ ^^.^ siaaa^ mu W tm 'i '^^^-CSf" Biiibannini 110 Hue (les Csars Tcipl.uut' : iV750



PAGE 1

LE jfvrw Provenir Vul n Et prsft tmr rat a Eloignez l,-,'. i avev du Savoi moyen la plu* ct le plut f.t • !• Non •*.!. tu. M. I i . 1 H.-*; maifl r'fst nu d.'\, p| ut calmant t lut SAVON XI.B n Agence gnrale WISATGO Rue des FronltwForts A*ez vous iDiiuy la A R I N E ACE langea beaucoup de pain il'AGE E M, Smiili Co IfeNew-Yorl Grand tfotel de ; ance Eug. LE BOSSE & Co AgencesReprsentations Position'xceptionnelle, au centre dea allaires, proimil le toules les Banques, de la douane ei de louies les Agences de bateaux. tenaeignements et laeiliis pour voyager en auto* mobile dans toutea les parties de la bVpubliqua 1 il.nii n •!•> la rpublttjue dominicaine. "Chambres contorta'dec el surtout Iris propret, en tilateurs dans 'es chambres a la demande des fenaionairea. Cuisine franaise trs soigne et dts plus varies. Lh imnilex viiter (e* magasin* de l Htel : Vins des meilleurs crus de Bordeaux, par barri ques, ilamejannes, gallons et |ar boiiteil es. Parmi le Vins decliuleaux, voua trouverez, le plu grauu choix, p.mr tea qualits et pour l'ge VINS I ITALIE* D'ESPAGNE. Vi.\ DE B< HJRGOGNE(blnnca et rouges et je renomm [ Pommaru mnueseux, gotl Amricain l.e plus gra ut assortiment de Liqueurs, Cognt gi s. wiskies, etc. Misintlie Pernod. Amer Picon, Vermoiitlie CON>EHVK8 tranaises .'t amricaines (raidie • u! arrives C! isHKH l Cuba* turora ei llabanera. I *R .TTES de (oues les ahrtques d'IlOlU GrOS t Ir-tall P\rtFUMEB1 et Cartes postales. • i.T trs modrs. POM-AUPRINCE Agents gnraux de : He-Uor Jones Jt-w.-ll Ifllllrxg & f C NEW-YOHK Pnrtnca llu'.iarian OO Houle lou~e etr franklin Pire Insurance Company NEW-YOP.* Assurance contre l'inccu i| Diamond lateli Co Mlumettes Safe Home 1 Demandez les *H~ cydette Satley tour hommes $ I m mes de la prou de fabrique anglaise The Salthy Cycle Lo> de lUrm^ng ho m, n g ht erre hueBOBt les mr ilU uies, tant fabiiques ave I" meilleures matires anglaises esr umists a de-rssa liqoureux avant d'tre livres la vente Lllesont les plus solideset en mme temps les mo| 1 chres r.-Veuhlirz pas d'examiner bien ies modles Sa tle avant d'acheter nue Bicyclette En vinte ches, Wplionse U\V\ES P. P. Patrizi N. et A. Acra a GrandRm A ct des Caves de Bordeaux Voulez-vous vous habiller avee lgance, et a bon Burch, Adressez 'ous a la Maison N. de AACRA ont ia aevuu est devenhe a patil bai ;lice pour M udi'e beaucoi p Dana son pei .onnel, la maison compte un maitre ailleur italien s-i ti d'un tablissement de premier • dre l'il^lie l-.lle est en niesurr de fo irnir des co nplets tout faits 1 sur mesure, en cheviote, diagonale, palm beaeh lill blanc et couleur, coupons de easimir p.nr Dan talons— I. toiles pour gilet Bonneterie 1 .henuses de jour et de nuit, au qout declierts — .'.ris et manchettes dernires orations,— liai oni Pyjamas* Cette maison consVtuP une innovation et le meilleur accueil est rserv tous ceux qui tenent par une visite tre dfis sur la valeur d %  fc vaux fournis. Tout costume command et qui ne rpond pas u 11 v lu olient est repris, On parle franais,anglais, espagnol et italien P. N. C. D J Il lut d'maiul Napolon P> inaparlc dans la spl. n l> ur le sa gloire, quel tait le plus beau jour de sa vie .' On s'attendait ace qu il rappelu une det II ladaa date de sis lniilau H victoires. Mail MM 1 1 <*• -11or, l'Iiouun*qui pouvait elOfl as dire II Mkttfe du monde rpondit ave; 1 ma 1 eiei a.* Ce fut la |otr de ma premire Gommuoioa. On •• %  o -1 r du KTi d G 11 • d'-in'llioiid* ,ih iii>)' i pli e<, 1.'icnd ml n • sonne p(i> r-trne la vu ln la tenue dit I BM m N <-o iiuiunion. Nous tous jeunes gfns el |eur.eAlle fol lllf l> 60 1 I roee ru l coi pi adorab e u votre Dieu et qui demain pouvp/ on uper un grsod nom dune l'hbloln du pejfl et du monde, qui ni olln/ un -niveuii du Irau jour de votre premire communion. Cent a la . " ^1JJ (Pltotuijrapliie Nouvelle Lladomyjb*^ Juste l*J7 Hue du Cenhe i—Ire la l'iisori et la Rue des Casernes 'I lqihone \o 773 que vous Mrft wrvii •.*•• %  !• %  pi ide H 1 II pioinplinnie et trouv t s prix 'es p'uni "I lin de01 le Ctdre le plot arti-ti 111e. 0. S, Rubber ixporl Coopai; Souliers lied Chas F. lattlageft S-'. Toisson^ '.il en toaa fjnroi \{annlactures Lite Ins'et Cy \ssuran ce s ur la vie, Suilbou TIIM Mi %  Vins & Chami. a gn %  l'or eaux l'h. Rejmn COPENHAGUF i'eurre Danois, fro nag* et innseivu alimen'a' e \\ S. Ilthew* n S>n Taliaes jaunes et ncirs La Rationale Sans Rival Cigarettes I hante Jleis.e Knvois de d enr La maison F. Lavalaiiet & Co lue du lai|asin de l'Etat Entre Uuintin Williams et Couha. Vient de recevoir par J§ tfranaU les arides suivants : Dentelles Kxtra Fines, Deutelles de soie, Dentelles Or et A HuiiHLrt. Caloties, Ubsptsoi (uiui.-, Plumta, I 'I-.M-. Paille da Soie •• tous articles pour Modes. -.Sparlerie — Des Mollis lho.Hu I anlai le 1 1 cn>-pour itolies el i;hapaeui, dei 8eoa Parlas ds loule ba e etd, iaj aca DaDoioga, lihapaeua Jeun Ban pour r.ni.mt-, Broaaa a 1 %  %  i, l'eijnes a coiffer tous g lires dis Hrues id.Mit-, di-, l'Uai laotl Irnes, etc, aie, A rliclaa pour HomoMa : FMX eela, Oravatea, Bratallai Ch di soie, Jan Iles, etc. luu-i ariicie p ui menerie et Lingerie. —> .1 lea'ix MM 11 i' um. Itou .iiu.N-< t-.> l''it.i iih.NuKbei Boochooa poui phanM Alimo .uiioii LiojoiM : Liqueur*. Cogoae, Vm-, Obampagoa • balle. en eaOUl' IIOUC al I UU| -. — Jouet* dl ctes.-oire ni l'h irma.ie ei spti iin l'barmaceutiquaa. il ca Basains, l'uh • n laontchoue —Nuisit 3.aj>p Uaatbiaua, V'io Nouriyi Lavnii, lli-lognni, ijuiuiiim LiilMiraqua,Papl Par elc,at< Bal tipaoui et da llaoeari, Beeooa en (iroa, avwoa antiaepu |uaa 1 utaa quu u KttnulaJjiMearea pont Su ipa t iq>aori el uoallaeria Col ranta DJ m Noua avons rau le v'eruabe l'h dea -Ipaa, Bieallaol dpuratiij *assez*nous voir, nos piii sont avantageux, Es^' Ceci n'est pas lire liar h* la Itclame^je ne sais pas en faire Cependant si voua passez du ct tlu l'.urea de l'Administration postale, a la Grand Kue_ |Hoiitrc;z a^lta, c-ordonirerio bruetd Camille -A la conscience *\ ous vei're/. qui" les chaussui'es — quo ce soit biir commande ou non— sont laites avee got, soins 1 t solidit, parce que les ouvriers qui les confectionnant elles matriaux qui y sont employs rpondent it justifient le titre de la maison., af m KIWIS %



PAGE 1

Ll MATHN !:,a maisonH.S1LVELU qui n'onl pas encore vu les jolis article? J. 1 In. -c que \ t'iii ! ni.\oir la A a son i>i Nk i, danseur iiili', k'etupreMef Je paaae maison, car nul i.il il* oe |i.vent Irome d*a IJM beaui article a l > prix si ra sonnailles: Nos articles sont vraimci-t de (unie beaul et d Iraicbfur el DOS pni dlient lotit* oncurrence. Crpa de Chine couleurs a&sonies exlra suprieur marocain a carreaux soirie > carreaux pour robes et chemises li LoOt.Ofl le soie a barres l'.atme voile a carreaux \ oi'esu ssibrod i r.'pon franais b;irr s et a caireaux Diagonal noir sup *' %  '. Lmiranglais nouveaut nar te bleu anglais super < ui Paalmbtacl] anglais (le toutes beauts Alpi'ia noir suprieur Satin < di.ie pour t;.i.leurs IvaUi bla'ic supi-iieui Kaki (ruine anglais suprieur iluck union bianc anglais 'nouveaut Jo-ill ui ion blanc anglais fil ' Tnssor japonais pour chem.se hommes et j(b., ltepa de soie barres couleur pour chemises hommes et robos nouveauts. Baptiste fine pour chemises Percale Une pour lingerie Calicot percale pour Zphyr anglais pour chemises extra sup Organdi suisse uni et couleur BaM a j >m sd< mi-soie Chaussettes cossaises pour enfants Frenck Frlaky, dernire nouveaut PJ| lin ileui-s {pour robes Tussoi blano Limbrle blano Voiles cou eur a barres Shnting blanc supeiicur Bas dentelles lla> soie biodi'e Bas ni brod Lotions '•! ivei-t*'I all | our premire Communion (.ouvitures blanche et couleur suprieur i.M.ido*biudes.Madera pour chemises et jupes VOi tue a barres el moucl es lit ae blanche jialj .Une blanche barres et unie U-epoii banc et couleur a jours \oue liane et couleur uni Chemisettes allemandes suprieur iirab.'int noir anglais Imitation toile orae Serviettes de toilette blanches'* couleur rV.. !" „ da,na 1 i8es hanches pour familles IVippe couleurs 1 otites seixJettes blanches damass es Organdi hlane & couleur barres ft carreau* Lainage cou eue anglais sup peur jupes Car,ea "" Madras a barres de soie pour chemises i l, n „. m Satinette Foulard pour robes emise8 ."Olimis l'eignes franais* amricains Alolletong blancs & couleurs sup loplui do soie uni blanc & crme * &f ,-„ Chapeau dfaille Une Htalh Casimir anglais sup Crpon brod franais Crpon franais fleu.s. dernires nouveautC Serviettes le toilette coul. anglais 0,lveautf lapis cir blanc sup. pour tables" Damasse anglais pour matelas double largeur clc ele imable; clients, vous qui voulez porter, peu ,j e Irais, les plus beaui tissus .juil soit possible de trouver pur cette place, ne manquez pas, aunl d'aller ailleurs, de passer chez nou o le me.Mtu •CCI tul vous cet rserv. Rhum Nectar €h N.jGicljens 1410, Hue;„duMagasin de l'Eut 117 KUe HtiMie Foi. 820, Kae Courte. Pension de famille,Cuisine Frm -.'.t.liambres confortables. Tr 1 onne situation, au • un de la ru N d l'eu de chose, t'ri* mod r.'lioisson fraiche. CrTe la gUce I mercredi et le dimanche partir d4 hem s de l'acrs midi. Res M\RHGNFR propritaire x cliet cuisinier de S. Kx. Iliui mmissaire. Construit pour k Mauvaises Routes £e pneu Cord Uoud Year pou Camion, est le nieilletir pneuma tic/ a briqu pour le transport sur les mauvaise touus. MB AVIS N" >tiavisooi le public t 11 '•> i meree que 1 1 m lis > i K. M. sa
Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06437
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, June 02, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06437

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
IMPRIMEUR
Oleojent Magloire,
BOI ^VEUNA
1308, Kue.Amricaine
NUMEUO 20 CENTIMES
Q ilidien
TELEPHONE N- 24 8
No dite? |;: h n . imuh copt
laire ". Ci-l . i I lt -ii"r*'""rtrtsf/
,,oisies ou, loin lu mwtm* wm*
laibles; c'est le langagi de c HW 19 1925
i|iii ne trouvent jamais hheur -
iiropica, <'i uni, alors mme que
le Irait tomberait de l'arbre,
trouveraient encore qu'il n'eil
pai mr. Pierre de la Garce
l%me ANNEE N 5518
PORT-AU-PRINCE (HAIT) )
MA1.D1 '2 JUIN 102."
DU PASS, VER; L'AVENIR
Lv, lifita i* l'anirre P .Motions Reues
La faillite ds ('"opposition naliaDaliste"
muniu
On ne sert bien ses ides au u
pouvoir Nous lereconni uoaa
et c'est pourquoi l'opioioa ta
M. Vieux sur le (Conseil d'Etat
nous a paru particubremeo in-
lressante. Si la conviction
dubien qu'ils accomplissent,p ir
leur collaboration lroit) avec-,
le Oouvernernenl actuel le la
Hpubli.iue, ne suffisait p s |
trauquilliser h consenti e .les
membres de notre Pouvoir L*
gislatif.ils poseraient dans cette
opinion un molil de consola-
lion et ils ne per Jraieut pis i'fj-
poir de trouver, dans un pro-
che avenir, l'hommage aiiqu-l
ils ont droit. Le souci du bon-
heur du pays constitue l'unique
Erocciipuion de Cet'e Assem-
le dont les actes indiquent
qu'elle ent'iii remplir son e de-
voir pat iotique . Ce HDtim nt
l'inspirera toujours et suitout
l'heure des possibUs dmons*
t'ations.
Tous I s citoyens ont bien le
droit de descendre d ns l'arne
politique pour se mler l'ac-
tion, c La politique, lit M. Har-
thou, est unt bataille, dont on
ne peut recueillir les hnlivs
fans encourir les risqui s L s
Confeilleis d'Ltat pour qui M.
Vieux se montre d'une ten 'ren-
ia si touchante auraient to-1 le
ne pas ainsi le comprendie
Hommes publics, ;ls ne sau-
raient ne pas avoir le sent m rit
dateurs lourdes responsabilits
envers le pays. Il n'est pas facile
de concevoir un Conseil d'Etat
ractionnaire qui, en s'cirt nt
de sa voie et en fermant L>s
yeux la vrit de la situation
actuejle, irait se jeter dans je
ni sais que.s bras pour tre im-
pitoyablement trangl.
< L'on se tait opposant et
journaliste pour vivre- L'op-
position nationaliste actuelle
nous en fournit la preuve ; c'est
le tratic la mode- L'on ne
se contente pas de vivre ; l'on
parle mme parfois ass. /. haut.
La viit est que celui qui sp-
cule sur le malheur de son p -y*
est apable de toutes les au la-
ces. Mais que l'on n'ai'le pan
croire que le loniionnaireou
employ soient suis onvi. lion
etcbiisgtnt uni pi fatal la loi
du vent e- Leur patriotisme,
piiisquon vtiil t.i n leur en re-
connatre aujourd'hui, ne "M-
lr?ie pas de la misre, perlide
conseillre, lion nombre aime-
raient niirux se laire opposants
et j.jut naliHits pour mieux v,-
vre , car ils ne sont pas tous
heure ui

Scrutant l'avenir M. Vieux
voit poindre l'lection d'un ua-
ti nalist 11 prai I i I li
I! '.'illi'l | I ei ur .'',.! il
d'un. L'Uisiuire poli i ju ei-
- .'ne que daoa la lutta les
11 lea et d -s intrts co n ni
dans toute aure, l'art ta.tijue
lait partie du gnia d'un cipi
laine : et il n'est rien de tel que
de savoir s'emp rer temps
d'un1 Dosilioi iniiir'9se . Gs
pandanl il est bon de noter aus-
si que l'homme Doi'iq e est
un tre part il que tout
pour lui est pril. ijuati 1 un
mdecin a donn sa consulta
tion ou qu'un avocat a t.imin
sa plaidoirie, il Ml quitta env.'-s
son client et il ne doit des ro;np
tes personne. Lhomm* po'i-
liqjua doit toujours des co npte.
Si le nationalisai est r luit
a renier ses ides, il en -*t au-
trement du Conseil d'Etat qui
tient aux sienuei car lorsqu'on
a euibr ss un parti par une
conviction sinc e, l'on est en-
clin croir que son su -ces im-
porte avant tout au salut pu-
blic
Notre auteur n'admet pas
d'autres principes en politi-
que que la russite. Cel ce
qu" soutiennent tous les hom-
mes politiques de l'cole positi-
viste Talleyrand pnsait que
les principes n'ont pis en po i-
ti |Ua la mne rumeur qu'en
morale et qu'ils peuvent cder
( u varier au tfr des crons-
tances Lest, sans doute, ce que
N |> ilon ont ndait, quand il
dis il : Taileyrand est un phi
lo.ophe, mais dont la philoso-
pli e sait s'arrter ( propos.)
L'n pjussiiit celte thorie de
I opposilion n itionalistr qui, p if
s rite d'une verl.mineuse volu-
tion en (st arrive nier tous
les principes, ne ImiI il pas al
m itlri que > ni s l.-s ra ris
Un es dict t l'homm p iliti-
que sa con luiie, exp i |U0l es
actes et justili-nt I s moyens
qu'il emploie ? Pourquoi ne pas
reconnatre aussi qae le>condi-
tions dans les iue I s oi g i>
verne connu aident qu Iqu I i ,
d'une miiiiuie iropri aie, les
moy lis le gOUV mi ne ut den
ou use? Cependant malgr
la part de veril qu'elle COO'i 'i t.
c'ist une apprcia iog dont i ne
laui pas exagrer l'application.
vi ndra.t prolsser le in'pris
de tous l verri'inent aurait encore la res-
ponsjl.ilnu du miilien de ceux
de lordre, di la pnx., ei couti
nuerail pour.-uivre la ralisa-
tion du principe sacr du droit
u'uiie nation a ia libe le i .
l'mdtpendance.
" ti
' m no is r HMI, i Alt
i, un \ >\ i(|l > n nint l'o i > ''' ' '
n iti i i i lit i, d o D i^ 'i lai-
i -. sl p i a *'-!ii!r l''e-'i > i le
\i. i; ir io i la prsldvaca I* la lt
pab i | n i i i iv il 1911. V ij >'i -
ti m vient d'tr* nfa" ni pu n i
u t iii'i-'- mililtil, im Cil
prei IQI la fiir.iur Je i| tetqUM i H
ciVi- C il il I Ml le ni n iUI ->r'i
rietorieui do l'ara*. Bn i 112 le
pria sipai I m iii .' rie (iiit *t lie it
I i sjirantis par la Convenli >n le
1915 qui a m ni tieinamar.
deur* batUgveaaai
tlis*i,i lai n i erreur : On a >ou
vent preten tu q-ia l'opp.isilion faite
au Trsi lniit Itirno par u i pitit
gwupa 'advaraairai ia on hit
-i ii'l-t'iorilioTi a.i-c les \miri
6iUU qui se troavent en lliiti en
v rtu du Traite' de 1915. Q iele
n rmtii-i l'ola aurait pu '.re
ii eau l'ftrJ d loit autre,
'r vt Baraa a laajoan expri-n
net'em -ni ses i Uei umut 1 ec
ciiito de la Cinventi'iQ an tic i-
no Indienne; et Ion | ail iirriv au
pouvoir, il ne pouvait \ avoir au
cun .i i il- ur U politirue qu'il
devait suivre.
>irn doute nul ne peut tre te-
ll le fii--- ataga du ne i*u
| 11 I d lis iti.ilaal piste di re-.onnii re <\ le
"1 'tirnoest entr au Palais Ni
'i 11 i iv u i lira: atimi polili-
iu-. t1 a^pplijr l'ide qi, di
1 I >, a t lohjet i-aiistant dioi
i vil ptlitiq-ie : l'i'v i uti ii si n
> ir h I, Conv-nliin 'Ijd'en
tir-r au pro'it du l'ays, l m le*
a Ml igaa p aeib'ai. Le Pr>i
eut lt irno, il eitt inutile de le dire
nav.it eu au une part dios le*
ratlliiirem v^nemen's q ti ont
pr rd et provoqu' l'occupation
<1 II i ti par le* forces militaires
amricaines; il n'a pas coan i la
hmti-e le lan'elion du pt'ivoir;
pir co isq "*ut l'atlitu le du (iou
vernemenl am'ricain et de r.e
tij s-nlails en II n i n'a pu ex-
reat au u ie iaflaaaaa sur la con
lu i le de ce'ui qui vernit l'iilu
I la premire ma^isira'ure de i'K-
tat, a l'applaudiisam nt de la \
ti m ealire.
M. Vieux a cru devoir, ainsi
1iei l'autre* oppua ils, considrer
I- nnii-i.i la q itiia le r-
lection di vt II no lien que
nou ne pirtagioas pir leur opi-
nion et le ir M itro.anl cet ^ird,
n lu n'av i is p i il i i itenlion d'en
f,r poi- le moaent, l'ol-jel
d'u . dteMfii'tn Homme M.
fieoi nom av 11- usai dit pont
tre compris. N iu< o nmas recon
ais-aut l'iutaar de nou< avoir
fourni l'occa.ioa I ' nel re ici quel-
ques rflexions pi n'oit que le
mrite de le sia nl et lui sa-
vons gr sur.o U 1 avoir m en
lumii'ire l'aelioa ol .-le et U I iillil :
de l'oppositnn natiinili te.
--------- ^===^=*
Batiste et Linon pur iil
CHEZ ;
Stambouly & Seryile
O vous^trouverez aussi *du*crpon oriental,ratine,
voiles et toile drap Iil.
p^^aaiaaB*atr-iM^aj*aBaBat-MaaBiiiw-^^aata--iM^
A vendre Parisiana
Chaudire verticale douze
chevaux.
I
S'adresser au latin;)
" Ce Soir
L'Aiylonne
5e & 6a pisodes
Entre : 50 cta
Monsieur :Bopnov'ne va
pas Jacmel
Une lois de plus le Nou*
velliste # aura (! mal rensei-
gn par son mdium quand il
aura annonc le prochain de.*
part du Prsident pour Jacmel.
La vrit est qu' I hi U1 ac-
tuelle o le l>jnsel l'I". a'
en session rgulire, M Horno
ne pense vovagar pu olua a
Jacm"! q ie non- un atN Point
de la n.'"Hili'i i'H Tie ce oit
par t^rre ou par mer.
Si le mdium < l<' I
notre contrera te v.-i i nblis
de I isoler comme in lsirable.
I- n I 90 ', le n m i t.-, > n 'il du
ra nln'ii i ippel
t. .i .1,1... Par, M : Iath5
m*' 11 n l i-. |.!i .' nnn 'i p mr
lv remp'aeer, M Qa n : >vl
\ un.
n'-ralemeni i eHe l*ci-Jnn et
ce choix furent p'gs dapkirab'aa,
Ojtre que M. J. ta l ,..,.li m .p.
d 11- les eireoneleneaa o-^rfois .lirii
etlae, montr, dam lai relations
frauco haltieanes, ua laalal ni*
c o r r e c-1 i o n irriproeb ible ,
l'on prsumait, ave.- rataoa, q ia
M. Sylvain n'avant qae sa p Idi
rputation de traducteur en cr de
des rib'es de La Piiotaioe ,[
de toutes eoonaiitencee dip'orneti
que>, (lou d un physique plulAt
ridicule ealeidi aueara par le U
teslables hab-lul's d'uot laeina
devenue proverbiale, ferait pl'ra
ligure au i.iun d'Or-av ou on c
temps l, toutes les nation* t
naient h avoir leurs rltplomatM
les plus en renom Et l'un Mail
d'avance persuad qu* noiie polit
diplomate irnpi iviaa faratl m
mine et ne pourrait jaraa i ; r
senler noire l'avs d.r.s la r. p lie
de la Praace, avec I d **nitl al le
prestige qu'il fallait.
Brel, apr.^s avoir lerm.; et, \<
sment, dposa dana*ju*'qua v la I
le armoire revenu.' ion i......' .
que. .ans doute, un ami ba** '
avait ruaal k lediaauadei d'apnoi
ter dans se- bazagea, el, apri
avoir reboucha* aotgnaui meut lui
mme, en en r.lpanl le< h iiieh n
avec la lame de son (an I, 'a I.
tailles de. Champagne que I k "'
vernemenl lui avait envoye* *J
qu.- que'q es ami<, venus A bar'
paur le SHluer n'avaient pas >ui
lea, BOtre rouvrau Hepr^eutanl
p es la H'iiib ii|ue rrapealae, q 11
ta la raie de Port au l'r ne
l'eut eire, peut lira .', ae*u
rment, lorsque les puissaule- h
lices du li iii-nl'.nr 'ju. qui l'ena
portail eurent frapp no're m r
aveu fra'a M. Svlvaiu,eo vov i i
no're ca > lai ensoleille s'e-dona
per lentement dans le loinliin. se
rpta tout bas ce mot clb e :
ingrate "atrie tu n'auras pas me-
os :
A Paris, M lean Joseph lit A
aa remplaant la plia corlide
r m ion al loraqa'il lui aul Iraaa
mi- i din lion de la Lgalioi. il
ollril en son honoeur BMgranda
soire.
Les m ts r. cherchs, les bon
vins de I ranee, de lt uirgogn et
de I n koa agne, mirent les b'aa
d'excellente humeur On en tait
aux claire- el les volute-, bleu s
des bivanes appelrent ce qui '-t
le corollaire ob'iit de tout ap*A<
diner : l'on dit des vers, gi pirm
les Heure, tour A loue. i'fl|*enA
rent lelvr adaR*ltad,lsva*ta
oaailleaN de BJeh pin. l aeele
rent I s joyinxtlne-nenl cil I '- le
(! Il ir.idia el de Banville, I atraoa
Ebere vibra h. loti, hali il
opp/e et d ilugo ; l'on n'onb'ii
naturellement pis Mu8*at qui a1
I j Irit et l'iron quillt rire. ..
Ce fut enlin le tour lu minl*'*a
d'il iti. M George* Sylvain qui il
taut lui rendre cet1* justice,, e
m mira, d ms se dtibuls dlp*O*0 i
tique-, j iye II convive et bon
mmgoiT. Le brave diplomate e
leva, la boulonnire du h. aeeo
re lleurie de ia lervieita de table,
repomsa lenl et, dmcemenl roui l'il gotrn.i
nar-l des valel* et A l'bahi*-e
m'nt de son slect au liloire abu
ri d une plaisant r e de al Btevele
gol, il dbita, q ni. paaaei vou?
... i Xneaque BC chien , uu U
ses conte* croles.
L'on a prieidu q i'a cectail
mam nt. joignant le geste A la na
rle pour mieux peraonoiflei
qu Irupeles dont il r. >al lit 11
triv la h'atoire, M. Byl*. n ie
mil qu i're pettea comme on dit.
Mail Vsl ne pas en croire
oreille*.
Ii \o ivello lion l No'U *V o r.-,--i I. premier I |i i
ciile d'u i rlevue dirigSa par M v*
Aug. Iieii-iiirde et Vni. V'iaai
Klle s'appelle L \.nivelle Ko i..
de"ei a rae tealemenl .-o.nme sa
litre "Orge. ie de leunes" .
"t.- Miiin' qui n'est ptmnis 11
diiTaraal aux mandestaii mis litt
raires, r. comoianle la Nouvelle
Ronde qui est rertainein ni urri
asp m p u r plus lard, en iua*
par un pr miei S d'all-'iilion el par les nom" MB
j luaea aateun qui l'oit -ipn.
\,a Petite l\evne
Le fascii ule de la premire quin
/aine de I tin de la publialion
que diiige Mr F. Dor-t nous Bel
parvenu.
Il c mlieut des articles iulres
-ni'- que non* recommandons h
ms laclaun.
Junia
La Itevue mensuelle Junia nous
a aussi envoy son l'asc.rula du
BOifl de Mai.
Daa ver< jolis el des articles in
tut- lunt de cet'e publicatii n
une des plus agrable* de Junia.
J'assure...
Que lei (OvTOMIM de
m nie, les voiles le Tulle
illusion les Ganta de mil,
les lias ili- soie hlancs, lus
|n |uets d'oranger de chez
Paul E. ttxila, simi In il
snn|il iiieiit inei vcilleux,
et drisuires comme |>rl.
S, mmmm i
Championnat
de Tennis
Kn dpit des fortes aver*e de
si n- Il -oir cl le d min lie q H
seinli to ut -ippos r 1 toutes nor
tes d -lui-, -pi ils, eut lieu, hier
aprs midi o il/a le llob spirul d*
M. i m al la l'eu.lis Club, et sur
le ter* m d i Interna tonal Aihle
n >.lut, le premier tournoi de
I unis pour le idiampionnat de la>
Coupu IMer Dawson.
La lait* cuire le* deux quipe*
lut pa-ioii i.uil I tous le point,
de vu i ei lu ii ipie le Tante Clu'i
pour le | tel jouaieiil M sieurs Cor
d >/.o et lt u m au premier drsrjb n,
d iplO] i' d la mailnsa el de la
scieuce, il fut bitlu par le On le
-porlil de Marinai pour lequel
j i nient M A W. II. William-, cl
K Jevuai a > -tel '! Au
- c 10 I double, le rsultat fut prai
q 1e .- mme, soit ft et o t
u faveur da M itiaal, et au troi
aime in^ e n - u contre >> t
L.....oui double fut jou par
v|. cuis n ilirsch el J. Khippa
pour Mariini, C. UoieM al D 10
iav pour T- nui- Club
i.e tr lisime siiiipl par K. Ile
IBM i '. lt. Cor i /.
Ainsi Vlariaui -' rest vainq eur
du premier Tournoi.
Aj-iulOO* 'n passant qui M
ilauri 'uc-ii, Cordo/ , William*
ai ii- .. mi aa '''' ri -. '- iner de*
vif i MM d- la i i | lette.
oiies m il. lies entre la lier
o'e IporlU du M.iii.1111 c m'n
Club \ui in .in "t la Si Mip ' D
m- 'lui. contre l'iulerua looal
AI i tlc i lui. m 0 lt liai pr.. n
ne neut, el les jour, lieu, date *4<
seront annoncs.
Le |re .le l'i-htion
est m rt
B it \ 1er, i|ui, le if u r
avt I i o.-i le I t Octobre
au camp de Satory ( Fran e ). A
faire dcoller du ni le p-e nier
" plu* lourd q ie l'air , ui avion
et .u mo'eui A vape.ur cr* le
|.i s pir lui .-t irt i
l.i 0 i-- le " L clbre mventeu* leil ofli
cier de h Lgioo l'hom-
Lf.S ms Mmm
" il n- iil |ii, i ifgG
la riii.
I in- uo rand i pM
nonce ao coins ,', I mi '
M. Ben el v i dis
tingu, l'cr lit :
"i lu:, m'oflra i le p tu
voir, je le ri pousea rail l .
Jaure, A qui la i ro o* Fi I
pirt, dit :
-- Le malin il ne dil |
qu'il Ici u ITI ,; |, m j,.
i sodanl la guerre, uo
feul li m a iti ii Ile lui ofl< .t l
Mr Se-obal : dors, .1 dil .rr
moal i pi ii 1er iil avec Ibi n iai
il prit le pouvoir.
i ia l'oiice
| |La Polies d i paa lard ' mal
Ire la main nu eollsl du oleur
qui, il v a dix | ans d d ipj le* i n
Bonel un i q a ooui aviona rap
porlas, dvalin I prii de Mi
l'i'tion Delbeau, la rue i
sers. C'ait uu nomn I \ itor el il
a avoue avoir i. un- ;, .(m pj re
pou- .ne renduoa k Partt tu ive
louie- la mu. baodiia* dn l" i
lie Bceond e qulo lera ceTtaine
ment biao'l apprli ind lui auai I
Il i ml rlii lier la Polii i .1
tivil dont elle ,-, I. 11 | reUV* I Q
elle ci......il n......,r. | m .|
faiteui- il.-vi iidioui i- oj-s outre
prunanlH .1 inoio* Buda ieua -'ils
aonl onvaincus d ("in- vile retrou
vs et piiuis.
Arrive de II. Valls
et Presle
ua malin nous avona^racu en
nos bnreaui la laite da lIM. Val
le el l'rcsle qui propagatnl lu
pen-e frain. ii-e voyagent A Ira
vers le mond...... un peu partout,
ils oo',ginca j hoir aspril al 11 u
laleul p,uti. u.i i -.n i ne li la pin ,
^i iod da m s*
Nul dont* qu'il- ne l'on..-u
ici UN | elll coiu de laui I '
tant adore, el que la p u h lud
ratbou'iasna aa marqua laur paa
i dans notre i ipil de
i dbutero .i | tudi I 'an. \ \
riis al oflrirool bu cour* da la soi
i proohaina uu programma va
li et choisi, omporl ml de* i h m
soiin. lies corn qu -, un greod di
am Gaiuukn n l'n \ni o du H
parloirs du '. ind Guig ml,
A pari l'attra t do p ogramma
"I ) s en-....... lui .i i pria d.n -je
gB -i n u'.si p, ,i, ,i dgoir.
Le* pla<'- d logea leronl da
i doiUr al l Bolraa gnrala di
Il gourdes.
Matine.rcratlve
\vanlluei nialin,(. l'occasion de
l'iaauguratioada ion nouveau di >
peau, le Collge st Vincent de
foui, tabli amant d'anaeigni
ment s. i and il a i laesique, dirig
comme on le ~n pu m Uoratua
Liveuiiiic uti .iji aiiiuit Varit*
une matine recrai)va i.tqueiit-
a-si-i,u.iii i n grand nombra la
lves, laora paraota elle- amis
da i "v
Boui la pn deai i d'honneur
de M B< non Caaai I dj ,'m
siou du Dpartemeel d- l loslrui
lion Publique BPl mr de M. Jr
mie, prolecteur di intre*Mat<
iii.-iiiuiion pi. i al ds M Cli
m i i uinel, "oui inapai t. ui I
0 '" de .Ile i in ob la
P la l'OUVlil f u u: e nii| i ,vi-n
lion du Dr Jaaonoi qui i ip Iqua
le bi-l c .lui l |u* di . i n u.unie
rai velue d'un i < bel : i.,
su' -million nflii i> Ile d m
iil OUI | I
si I i d, niai li et
n-, .
| ''u loi ; a couti


Lt MATIN
1 r *
Pagol
( h i- Jranl que la
I iop se i -i base -ni
lerue Yuillanl CuD.sqnatdiie
M
-' :
i
we il iostiin i,on
i le la Jeune- i
niv re forent, tour d or, dm
I ;'iilrioliques dite! pir lt--i
l?i In ; roclamalion du roon
Uliflce Irimslre, el
' i mit le 'li m i m pro
on i | Me Bernard Pesgrot
lie iit iiii .unes parti
culier.
I i ir.iiio, bonne mBlii.cc mi
cooi la 11 pielle on eut par lef
i.....mpi rls | r les lvi -
dam i i diverses mattrei eniei
(.i i'i- l.i preuve convaincante de
II mari lia progrusaivc da l'infres
ranl ''-ollga du Morne k ToC.
lhjpnntisme,
M sian'xmp,
dhn'vnfion
liii r i il vf nu en n i ban II I
le pi dig'l itnur Ttmiella r-
n n ii.i i arriv de lu llpubliqne
Doini iicaine i il en r' ^islnt loi't
enrnilrtmani da brillante aoecia.
Acoompfgn de Vme Orslni ar-
ticle de ;;rand lu h nt. M. Ta ni' l'a
oui a ii n ni i ce* qu'il dbutera pio
nbain m ni n Pariaienu.
Ceieront sans dnule debellrs
soirfs : u cours deaquell il nous
sera di nn de nous divertir saine
meut il avti le im -illi-nr entrain
La Question Marocaine
la Chsmbro franaise
(].....lclaraliun de
C\l'
d Al.ifl K ira
Dcision de Justice
A propos '!u schisme exislanl entre la loue
de Jrmie et le Grand Orient l'Haili .
M. Paiol
L'aitilule a;tidl
l'.n C.ble
P -Au tours d'.- la .Il I
i on da la q latlloa mar eaioa
le i ii mbre. vi paintev' a d 11
re i| B le France ne rei'lieirlutit
aucun eogmeotalioa d' territoire
au I i" m i's qu'elle entend uni
- rai loul ce qu elle a oh u
par !i i lie, Mr lria- d aunon
i i u- i |'ic le gouvernement e>a
mine:ail volontiers des ouvru
ree d peii tout autant quelles
> i< i.i eeei mpagt e- des garantit -
h el p ,r di s ii p csi n
lanN re| onsab a d'Abdel Krim.
Mr Ut n d di clara en outre que
1 ' i ngpt ial o:i- cobccrnant
ii lit1 d vtoni lire 'm duitee e*tc
l'entl re i < l t h h* ration de l'Kspa
gui 'i qui la limitation di mi ee
d'infl...... n" pectivfs devre iMre
i II '' i Djoil l nient.
Il/- Lee 11 talions an M
iOttl n lelifl nui. I l'alun m r lut M
rei c n.' ni pur uLe sria de petite
i ngegi meute, fi bdel Ki m eontl
i" i Irer < IrOOl lt Ct J
m n i.n, i--. i..i i
' '/i //"v prie depubl i '
h xIrait dfs mir.utis
du lin ffa du Tribu
uni de Premire li s-
I i i e de Jeu mie.
Al NOM DE LA REPUBLIQI B
Le Tribunal de Premire Insl D
re de Jcrmii, comptemmeu*
runi au Palais de .lusiiee, a reudu
en audience publique, en ses at ri
billions civiles le ju^eimnt ui
vanl :
Knlre le li'oyen C, L V m I,
lirand M i re de M'ulre Uronni
que rlaitkl ;ropitaire, deinea
tant el domici i fort au l'rn ce,
autorisS et as>ia du Cooeell Su-
prime du dit O.dre, ayant son
e ge en la dite vil e de l'oit au-
Prince el n prsent lremie par
son LU lgu Me Aristlinnine lier
uuiii, avocat du barreau de celte
ville demandeur, d'une pail :
K le i iloven Jean Klie L"-l,i^.'
Vntable de la Loge de -l-Trme
l,a Runion de Cceura No :i
proprietaiie demeurant el domici
i.e en celte ville, ayant pouravi
cals constitues Ma VValter enaa-
ricq. du barreau de P rt au Pn i
el Mes. .Nui', 0 I'i ircaod, Rer
naul IWrerire. Kugene .lus in Marc
el Louis Pascal Kerlegaud da celui
de .li rmi \ dfendeur d'autre
pari;
I. v M il APPELEE bf RBTE
NI E, etc. etc. tic.
MOTIFS
I ouMil'rint q in le suite d'an
incideul u venu no Loge de .li
mie el sur le nppoit qui eu a t
l'ii| p .r le Ui lg n- du i ii an I Mil
tre Arlttbomiie U nu.ni, le \
iiir.be Jean h lie Lestage a t
-u-pilidiit ledit i ligU .iiiIiiii '
enlr r en uoteaion du local et
des an bives de la Loge: que d aji e
ce que lOUtfa nt le demandeur 0
L Verrat, Giaod Matre de i'oi-
dre Maonnique baiiien, loin de
- scumellre a la ddclaion par la-
quelle il l'a l epon lu dans tes
tiiiu liiiu-', le Voreble Leatage
onde pu i n groupe de m fone
d eeidcnle, p oemma l'indeiiOe
dame de la Loge de Jeimie et
d e ni i s' UVan tur de >on a itou
ti qu a i t acte qu'il considre Je
nature porter une grave atteinte
i m) i i resiige il k sa dignit, le
Grand M lire rpondit en aeeiguaut
le VeneYib!c I an Elle Le.-tage par
datant ae rribanal poirievoir
condamner a dire a remise son
L'legue Jermie, du local, des
ciels, archiVM et objets gt.ra'e
meut quelconques de la Loge de
celte ville < La Kunion de- Cipori
No. 3 > diijs les viogl quilre liei.-
res du jugemeut iulerveoir, tom
peine d'uue astreinte de Ci nt (jour
des par lour de retard;
Considrant que le V.-.irab e
Jean l.'m Lestage ayant propos
contre cette action du Grand Mil
de un dclinntoired incomptence,
celui ci y a rpondu par une con
Ire lin leuon recevoir, ntctpnut du
dfeul da qualit le Lesla^ pour
po^er des co. ,'usi.tns au nom de
la Lng ; IJ i p.r l'ellet de sa sus -
peu ion. a t il dit, le V.ii."utile a
eeu d'tre l'aJmini Ir.iltur de la
L-g !
fc.N K ni I r.ON'.KIt.N'KCKI IK
IMMKK K|\ HE NO.N H Ct
ViHtt I'I DBVt\NltlHt :
l.o iii I n t i i li mie le gi-a
\es d entre s s membr s, la Log de
e lie ville, La Kaoioq de. < .eirs
N ) i si divisa en dlOI Irad
lion, rpr ennttl I une p-r le V
nratile J'in Klie L sdiie e>, lau
tre par le Dlgu di l'u.ind Vlii
lie Vie Ariitho n-^n Germain;
C tttld ranl qu le- I it-s .lissi
den's tant en m -j iril sur Ps au
trs ils ea runirent au T-m/e
el, n tus esl il r i o li d in< |j pro
lie
COI ^ tIi il | il | el ', |i
fin, l'Atelier dans un mouvement
da jule in iin'n .li m u'otesla cou
tre le proce l d i lir.in 1 Orient
reprsent par 1 an ien Dlgu du
Grand M tire et il auluriai ie V-
nrable Lest 'ge i i .nui Ir a I ee
lignai loo et io ; ,i lojs mo
yeoi de defen e, toute demende
reconvention ne e q i .. > -11 --1
dre pour la .ii.-,. i I d: la li
gnile et des i il iw. de U L' g- ;
( Voir celle pice au dossier)
C insid Tiini que c'est oon'or n
ment tu v.le de la ni"j,rite dre
inemb.es. de c lie m ue QQaj
ni qui eut a prodnner I indpeu
dauce d-) la Loge de Jrmie,
qu'un mandai ai Littm a t don-
n Jcn Klie Lestage pour la d-
I. n Ire fur le pus ente aclPu, d'o
il mi q i agieeanl au nom t
groiipeueui dout il est lu tuiudi
laire, le Vnrable Leaiagi eal le
gaiement quatilier pour h rupr
eulei dms lt cuise; | i'iI l'eg i
de\imiuer si malgr la >.i pan
sion .ln.it le dfendeur a t Iran
i>.. pir e linnl matre l'Atelier
' pouv.it valable nei.t lui d muer le
pouvoir d.nl il l'a investi
0 meidranl que o itie dernire
querlion laal coooeie i I'cSCOj
tion d'incomptence qui a l pm
poe par 'e df> deur, il v reu
de I s joind pou: l "s eranlne
conjointement
EN CE QUI CONCERNA
L I iCUNATO
.. na
Allil.' \1
ce la Constitution maonnique :
que le dtendeur prtent i n i fiel
in. Que le l'ribujiai de Preiri
Insiince eal imomplenl pour roo
n I re d'i u dlie mi onni pie : '
n 'e- lalifa J nlml ( -1 '""
le is jgee et lenra tribu i x q >i
sont ^p cialemei.t d lgnj i i.t
i. r le rglemenis part: ri que
par ta t b rie maonnique elle
m^rne ; el 30. que dans I espen.
s'agissant de sibi>me autre la Lo
de Jrmie el le Grand r ent
llnii. c'fsi a 11 rb'trage de s m
Excel'ence le Prridon' de la Rni
b'ique que. conlommenl aux lis
iositii.ns du sus-dit *rlic'e ij'i.
e litige d< il 'Ire scumis, et non
l'autorit judicinirt- ;
Considrant qu- dans l'Iivp.db
se que lo d mandenr Veriel n el
pas lormellemenl saisi le l'rib mal
du 8cliim qui a spar du Oiand
Orient la Loge de ce te vile, il
n'as! pas mo i.s vr.ii qui c'est ie
chDme, c lie d s i !en e q i a
roub' U Iranq.i lili il 11 L g
el qui l'a por e m conn i ra
l'autorit du Grand M I i et de
son Dlgu et a p ocl.nuer 100 m
dpendance, comme il si encore
vrai que c'e-l celle grave l'issi lence
qui a motiv I action de ca chil >u
pi i- ne del M mnerie haitienne,
contre le Venrabb- en exercii
de lt Loge de Jrmi ; q ie c e t
n vain qu'il a prtendu qu il s'a
gil pliitl d'une que-lion civile de
possession ; s'jl en lait iusi, si
son action, comme il le dit, avait ce
caractre, il n'et t guie p>ui beo
n ux, car il lui laintrait. t lD ir que
le dioit d'administration et de on
tiole que lui lui.lV-ieiil les lois ma
i uiniqiies sur les atelier, luire
connail aussi le pouvoir de Us ds
gai ir des biens dont ils onl la pro
nrit cxclui've, (Ailicle Lrdee
Rglements de la Loge de.I tini ).
Mais cons'drant que l'vidence
mme des fai s que le C-rand Mal
tre Verre t a rappe es dans sa re
qute, el qui concordent avtc ceux
3ue U partie adverse a expliqu -
ms ses dfenses esl en parfaite
opposition avec loule quett'u.n de
pos-ession ; qu'il y a donc lieu
d'examinei si l'excepliin q l'a pro
pus e le d. tendeur Jean El e I. -
tage contre la recevabilit d-i I' c
ti-ni qui a il intente cji.trc l'a
(aller de Ji nie dont il esl le V
nrable, est tondre ou non;
Cnwidtrenl quaux lermfs d-.
1A tic e 120 de la Conslituliou
qui igl I Institution de la Kranc
Mi.iuner.e en Hati, le GrauJ
Mai re a le d'oit de suspendr- pro
visoirement (oui atelier ou tout
f.re qui commet un dlit m on
ni me;
Q ie l'Article "H de la mffl
Constilulion alir.bue au Conae I
de l'Ordre U pouv.dr d'evoqu i
gslma d'office toutes ies iffai es
gnral- m- nt quelconque-, ,den
conni-Mre et d'en dci 1er d appQ
1er pur devant lui et de juger I ut
ut- lier symbolique ou suprieur tt
tout nia.'.m qui auiaient commis
une infraction s la Loi: Qu'enfin
lAriicle 217 dsigne comme arbi
Ire de fait et de droit Sju Excel
lence le l'r ident de la Rpubli
que dans toutes e questions d'in
loil majeur, de dJUeidenee OU d
ICbiima pu .v.-nt poiter at'ei'ite
1 ailloli I gaie il i Grand .... n
d'il.il;;
Coiitidrani que de l'eus- mbie
de . disposi.ions, Il re.-soii net
lt m- u i que les lion .rab:es Legisli
leurs ma; mniq-ies quietaborere it
celte Charte de la I iiti Maonne
rie bailiinue taient hautement p-
ntrs de la gianieur de leur in-
li ution dout le but, c mme ils
l'ont dliui eux mmes, levait
toujours rest. r e-seiilirliemei.t bi
aiittiropique et plnlo-o, li j
Cousidrani que le ti ni Mi
lie de I O.d e en pru< d iOi < u J ia
ti i notre l'Aleber de Jrmie
qui. en parlait*soudante ave. s n
V.'niable, I a encore rlu ^Our
In priode 1918 I9i8t atwp a
mier a violai cette Ufnatitu ion
mn-iiiini pie donl Pniecntioo eal
couline son autorit et a mi COM
p ien : qu'eu t el t lUprooei
que i Vnrable Lestxg ou un
aulie chef de Chapitre se soient
rendue coupeblee d'un d'it ma
aiqna, la davoir > p'ue clair du
- i m ire " i 'ur
pn nii ''i BUite ng eltab
ni ;iu Supim on-eil
Ira ml "U i -t ont
- ml dfi oie j pir I' 'irti
,le i- i 'il u tion maon ni
qui
Il a prfr dserler celle voie
rour [irendre celle plus eipditil
s in il u'--, d-.iii.- bi lio i Jueti
.. | pi un i -1 nn.' d'un
.. .,- nul .i" jndieiair pur
e pi- n eux lait p .nr eicittf les
|i laaions d'un pub i. avil le scan
.1 le- retenliseante;
Considi rinl que I actio.i sur la
lie le Grand M die 1". I "rdre
vient I. manier au Tribunal de
statuer est intimement lie une
question nijudci Ile dont l'exa
men ne releva pas de la compten
le I auto il judiciaire la Loge
de .1 rmi' 'tant s^pir.'e du
(iran I M litre d I'I) dre maoonni
qu ,iv m i p oclnm son il lpen
dance contre le Craiid Oiient
d'Hati. i.it- conatiluent,
n'en p.s douter, un vrai achiema
entre le i. i i i O'ient t l'Atelier
d- Jrm'e '.' e 11"- l'es u. -, le
Trib i. ne *avi lit. inaa violer
lis pri ie ,e u Code i e l'rcdu
re Olil sur a comp Ici -I i
tuei -ur 11 pr en lue qu stion di'e
Civil d-^ po-s ion, sau- ' r a n
n a exam ner a questi m prjuli
cielie relative au lus ne dont li
vienl 1 Aire p irl et qu ', s ni le
Pr side de la Hpub iqu", en -i
qui il de Grand l'iott-ct ur de
I i> Ir-, es' diign pour en con
n-Hre nr.furmm nt l'article
117 d i Pacte n-liiulioi.r. I le la
Ki Mu- Mac moi ne li utiei na ;
I'. i:.s .1 i .r.'. que le dem uideur
h\ ml i ui . il lo i iupportnr
les dpens de l'ineUn se ;
Par ces nid t.. le Tribunal re
ji-it-- la coalr lin d non recevoir
du d in .n leur C. L Vcre'. tirai I
Mal ire de h'; Ire maonnique bu
tien corn ne lan' ans i utilement
lgd, dit q ie l'autorit ju 1 iaire
e*i m 11111,1 i-- te |i i latuer sur
li deinaule qu'il a formule con
lie ie Vnrib e .1 -an K'i" L- l.ig;
autorise en.lor.i ;neii a l'Arlicle
B57 .in Co -c l Pr lure civil ;,
l'insertion li m lil et Jo d-i i
siiil tu pr. sent jugement dans -i\
jo.ir.ia s au ch ix I : d I ni r
au f ali u lit d m n le ir C. I.
V m e ni I nniie ei o dre aux
dpeu leTinsl mi-e, l q if s n
d -Ir lil m pr lil de- x i ils lu
\ -n r i.i" .1 >i 1.1 la^e qui
o:ii il i m ' limvi
\ i oie II g U -
du Coirmissaire du Ciouvernemenl,
en audime | ub ique Vingt
vingt
cinq.
li te, et
J En Foi oSa ai oi i
' j P ni xp. diiion conforme.
Collali n i '
Sitn: PLO CIIASSAGNE.
A C1*MrVfIPf*',''ri**'n
/\*y m nriisoppMssiots
eiOulagemiDi imnidiaiu* jueriton m* m
Globules Rbaud
Rsultait merrilleax.surproouu m*m
rsrst** E. DA1.ICH0UX. 27 Rue \icxr Itufo
Bols-Colombes Sioe*
A Pawi au-Pru.r Pkarmar 1UCH j
i\croIogie
Hier, aprs-midi ont eu lieu a
Si Anne les l'unrailbs de
piEitiiK martial ionce
I'iH \> ce de la veille
La Lie des l lu mm- de Ker de la
l\,une du (u di San li il lu.vai la
p-n.lanl de i mil! reu-es anne,
? nb tii'ii ge son devouem-nt
|. i ava I offert une magu tique u
roore-
N us pr entons nos condolan
c ux par nls prouvs el p rt i
i i i tneol i Mi le Dr Nemo u s
lli.nu- v'r et Mme Kdg Thomas
' i il Mr el Mme Dimi- n
d^ Di-lvi et leur entante, Mr il
Mo I. ai liin Ci liaptisle.
Le B.
M iJ
le U Palh
I iior.ne le public ec geural
qu'un |.ii--ii pour aulo Ford a et';
irouv sur la voie publique.
Ce pmpiilaire peut le rc i
n er.
ii
J
ist
d H
L i n i- i il Je i i.i .i .i i ir
El.e Luii- du, en i r n - d
Mo i ia .. Lnn- Cli e s ib itul
Messe de Requiem
M nui r L. nce MenUs invi e
'o.is sel ami une messe de 11:-
quiem, qu d t ra chanter la Clii-
peliedela Madeleine, Mercredi U
di courant I 6 huies du matin
en mmoir- d^ sa regrette mrj
Mme Lise Lafieur.
Kn v assistant, vous lui dnjne
i ; une n axe le p'tuve de sym-
p. lliie.
l'or -au Piince, le 1er juin 192.)
contre
la
CONSTIPATION
prnez les
COMPRIMS
SUISSES
'. DELOHT, Pharmacien,
lit, J?UJ S-..I. c-.A..roin
PARIS
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
-T-ATJ-SRI*OV3
Aler.PtTBUS. Pharmacia ALBERTIWI
Pharmacia du D- Juatin VlAlU)
rt to^Te* le* bnnna PharmBCi0.
*^T
Nniisavons l'avaiihuji' el le plaisir l'annoncer 1U
public el an Voinn.cir.- que nous avnns coi'il sur
celte l'I.ici-, 190:. ue du layasio de l'Etat, fi c6t*'
de l'aK-ieii local de li ('liai tnacie fiustave, sons la
raison sociale :
Grand Depl National d'Alcool
Marcel Aidai, ci Oie
Un dpl pour la! vente en iirus e "en dtail de
Hairhaniiiscs suivanlei :
Claii-in llasco, Clnirin Mi'r^e.Iihuri.s,
A.liiui .IU ui i|lLb llll
Akool !ltl (legrrs, a huiler
Alcool 30 deiji'4's Cartier,
Sucre granule tranger. Sucre llason.
\ins rougen et blanc de qualit entra, vritable
Itoideaux) (iaf torrfi moulu l.n|u. m -, l'Hranqcrei
et du l'.ivs. (inib et \\i>k\ des meilleures marques.
L'ublissemeol aura galement en dpt du K'a
el tairai boissons (jazeuses de la fabrique (La fro-
I tcale ) prix de ialirii|iie.
Toutes nos inarchandises'sont (faranties/Hos pril
sont bass sur les cours les plus bas de la Place.
L'accueil le plus'aimable esl rserv a tous.
j'ort-au-prince, leJ23 ai lj|-
Marcel Audain s Cie
^m^m^ ^^.^ siaaa^ mu W tm 'i '^- ^^-CSf"
Biiibannini
110 Hue (les Csars
Tcipl.uut' : iV750


le jfvrw

Provenir Vul n
Et prsft tmr rat a
Eloignez l,-- ,'. i
avev du Savoi
moyen la plu*
ct le plut f.t !
Non *.!. tu.m.I i .
. 1 H.-*;
maifl r'fst nu d.'-
\, p|ut calmant t lut
Savon
xi.b n
Agence gnrale
WISATGO
Rue des FronltwForts
A*ez vous iDiiuy la
A R I N E

ACE
langea beaucoup de pain il'AGE
E M, Smiili Co IfeNew-Yorl
Grand tfotel de ; ance Eug. LE BOSSE & Co
Agences- Reprsentations
Position'xceptionnelle, au centre dea allaires,
proimil le toules les Banques, de la douane ei
de louies les Agences de bateaux.
tenaeignements et laeiliis pour voyager en auto*
mobile dans toutea les parties de la bVpubliqua
1 il.nii n !> la rpublttjue dominicaine.
"Chambres contorta'dec el surtout Iris propret, en
tilateurs dans 'es chambres a la demande des fen-
aionairea. Cuisine franaise trs soigne et dts
plus varies.
Lh imnilex viiter (e* magasin*
de l Htel :
Vins des meilleurs crus de Bordeaux, par barri
ques, ilamejannes, gallons et |ar boiiteil es. Parmi
le Vins decliuleaux, voua trouverez, le plu grauu
choix, p.mr tea qualits et pour l'ge
VINS I ITALIE* D'ESPAGNE.
Vi.\ DE B< HJRGOGNE(blnnca et rouges et je renomm
[ Pommaru mnueseux, gotl Amricain '
l.e plus gra ut assortiment de Liqueurs, Cognt
gi s. wiskies, etc.
Misintlie Pernod. Amer Picon, Vermoiitlie
CON>EHVK8 tranaises .'t amricaines (raidie
u! arrives
C! isHKH l Cuba* turora ei llabanera.
I *R .TTES de (oues les ahrtques d'IlOlU GrOS
t Ir-tall
P\rtFUMEB1 et Cartes postales.
i.T trs modrs.
POM-AUPRINCE
Agents gnraux de :
He-Uor Jones Jt-w.-ll Ifllllrxg & f C
NEW-YOHK
Pnrtnca llu'.iarian OO Houle lou~e etr
franklin Pire Insurance Company
new-yop.*
Assurance contre l'inccu i|
Diamond lateli Co
Mlumettes Safe Home 1
Demandez les *H~
cydette Satley
tour hommes $ I m mes
de la prou de fabrique
anglaise The Salthy
Cycle Lo> de lUrm^n-
g ho m, n g ht erre
' hue- BOBt les mr ilU uies, tant fabiiques ave I"
meilleures matires anglaises e- sr umists a de-- rssa
liqoureux avant d'tre livres la vente
Llle- sont les plus solideset en mme temps les mo| 1
chres
r.-Veuhlirz pas d'examiner bien ies modles Sa tle
avant d'acheter nue Bicyclette
En vinte ches,
Wplionse U\V\ES
P. P. Patrizi
N. et A. Acra
a
GrandRm
A ct des Caves de Bordeaux
Voulez-vous vous habiller avee lgance, et a bon
Burch,
Adressez 'ous a la Maison N. de A- ACRA
ont ia aevuu est devenhe a patil bai ;lice pour
m udi'e beaucoi p
Dana son pei .onnel, la maison compte un maitre
ailleur italien s-i ti d'un tablissement de premier
dre l'il^lie
l-.lle est en niesurr de fo irnir des co nplets tout faits
1 sur mesure, en cheviote, diagonale, palm beaeh
lill blanc et couleur, coupons de easimir p.nr Dan
talons I.toiles pour gilet
Bonneterie
1 .henuses de jour et de nuit, au qout de- clierts
.'.ris et manchettes dernires orations, liai oni
Pyjamas*
Cette maison consVtuP une innovation
et le meilleur accueil est rserv tous ceux qui te-
nent par une visite tre dfis sur la valeur d
fc vaux fournis.
Tout costume command et qui ne rpond pas u
11 v lu olient est repris,
On parle franais,anglais, espagnol et italien
P. N. C. D J
Il lut d'maiul Napolon P> inaparlc dans la spl. n l> ur le sa gloire,
quel tait le plus beau jour de sa vie .' On s'attendait ace qu il rappelu
une det II ladaa date de sis lniilau H victoires. Mail MM 11 <* -11or,
l'Iiouun*- qui pouvait elOfl as dire II Mkttfe du monde rpondit ave;
1 ma 1 eiei a.* Ce fut la |otr de ma premire Gommuoioa. On
o -1r* du KTi d G 11 d'-- in'llioii- d* ,ih iii>)'ipli e<, 1.'icnd ml n
sonne p- (i> r-tr- ne la vu ln la tenue dit I BM m N <-o iiuiunion.
Nous tous jeunes gfns el |eur.e- Alle fol lllf l> 601 I roee ru l coi pi
adorab e u votre Dieu et qui demain pouvp/ on uper un grsod nom
dune l'hbloln du pejfl et du monde, qui ni olln/ un -niveuii du
Irau jour de votre premire communion. Cent a la .." ^1jJ
(Pltotuijrapliie Nouvelle
Lladomyjb*^ Juste
l*J7 Hue du Cenhe
iIre la l'iisori et la Rue des Casernes
'I lqihone \o 773
que vous Mrft wrvii .* " ! pi i- de h 1 II pioinplinnie et trouv t
" s prix 'es p'u- ni "I lin de01 le Ctdre le plot arti-ti 111e.
0. S, Rubber ixporl Coopai;
Souliers lied *
Chas F. lattlageft S-'.
Toisson^ '.il en toaa fjnroi
\{annlactures Lite Ins'et Cy
\ssurance sur la vie,
Suilbou Tiim Mi '
Vins & Chami.agn l'or eaux
l'h. Rejmn
COPENHAGUF
i'eurre Danois, fro nag* et innseivu alimen'a' e
\\ S. Ilthew* n S>n
Taliaes jaunes et ncirs
La Rationale
Sans Rival
Cigarettes I hante Jleis.e
Knvois de d enr
La maison F. Lavalaiiet & Co
lue du lai|asin de l'Etat
Entre Uuintin Williams et Couha.
Vient de recevoir par J tfranaU
les arides suivants :
Dentelles Kxtra Fines, Deutelles de soie, Dentelles Or et A
HuiiHLrt. Caloties, Ubsptsoi (uiui.-, Plumta, I'i-.m-. Paille da Soie
tous articles pour Modes.-.Sparlerie Des Mollis lho.Hu I anlai le 1 1
cn>-- pour itolies el i;hapaeui, dei 8eoa Parlas ds loule baeetd, iaj
' aca DaDoioga, lihapaeua Jeun Ban pour r.ni.mt-, Broaaaa 1 i,
l'eijnes a coiffer tous g'lires dis Hrues id.Mit-, di-, l'Uai laotl
Irnes, etc, aie,
A rliclaa pour HomoMa : Fmx eela, Oravatea, Bratallai Ch
di soie, Jan Iles, etc. luu-i ariicie p ui menerie et Lingerie. > .1
lea'ix mm 11 i' um.
Itou .iiu.N-< t-.> l''it.i iih.NuKbei Boochooa poui phanM
Alimo .uiioii LiojoiM : Liqueur*. Cogoae, Vm-, Obampagoa
balle. en eaOUl' IIOUC al I UU|.....-. Jouet* dl
ctes.-oire ni l'h irma.ie ei spti iin l'barmaceutiquaa. il ca .
Basains, l'uh-. n laontchoue Nuisit 3.aj>p Uaatbiaua, V'io Nouriyi
Lavnii, lli-lognni, ijuiuiiim LiilMiraqua,Papl Par elc,at< Bal tipaoui
et da llaoeari, Beeooa en (iroa, avwoa antiaepu |uaa 1 utaa quu u
KttnulaJjiMearea pont Su ipat iq>aori el uoallaeria Col ranta dj m
Noua avons rau le v'eruabe l'h dea -Ipaa, Bieallaol dpuratiij
*assez*nous voir, nos piii sont avantageux,
Es^'
Ceci n'est pas lire
, liar h* la Itclame^je ne sais pas en faire
Cependant si voua passez du ct tlu l'.urea de
l'Administration postale, a la Grand Kue_
|Hoiitrc;z a^lta, c-ordonirerio
bruetd Camille
-A la conscience
*\ ous vei're/. qui" les chaussui'es quo ce soit biir
commande ou non sont laites avee got, soins 1 t
solidit, parce que les ouvriers qui les confectionnant
elles matriaux qui y sont employs rpondent it
justifient le titre de la maison.,
af

m Kiwis
%


Ll MATHN
!:,a maisonH.S1LVELU
qui n'onl pas encore vu les jolis article? J.1
In. -c que \ t'iii ! ni.\oir la A a son i>i Nk
i, danseur iiili', k'etupreMef Je paaae
maison, car nul i.il il* oe |i.vent Irome
d*a ijm beaui article a l > prix si ra sonnailles:
Nos articles sont vraimci-t de (unie beaul et d
Iraicbfur el dos pni dlient lotit* oncurrence.
Crpa de Chine couleurs a&sonies
" exlra suprieur
marocain a carreaux
soirie > carreaux pour robes et chemises
li LoOt.Ofl le soie a barres
l'.atme voile a carreaux
\ oi'esu ssi- brod
i r.'pon franais b;irr s et a caireaux
Diagonal noir sup
*''. Lmiranglais nouveaut
nar te bleu anglais super < ui
Paalmbtacl] anglais (le toutes beauts
Alpi'ia noir suprieur
Satin < di.ie pour t;.i.leurs
IvaUi bla'ic supi-iieui
Kaki (ruine anglais suprieur
iluck union bianc anglais 'nouveaut
Jo-ill ui ion blanc anglais
fil ' "
Tnssor japonais pour chem.se hommes et j(b.,
ltepa de soie barres couleur pour chemises hom-
mes et robos nouveauts.
Baptiste fine pour chemises
Percale Une pour lingerie
Calicot percale pour "
Zphyr anglais pour chemises extra sup
Organdi suisse uni et couleur
BaM a j >m sd< mi-soie
Chaussettes cossaises pour enfants
Frenck Frlaky, dernire nouveaut
Pj| lin ileui-s {pour robes
Tussoi blano
Limbrle blano
Voiles cou eur a barres
Shnting blanc supeiicur
Bas dentelles
lla> soie biodi'e
Bas ni brod
Lotions '! ivei-t*-
'I all | our premire Communion
(.ouvitures blanche et couleur suprieur
i.M.ido*biudes.Madera pour chemises et jupes
VOi tue a barres el moucl es
lit ae blanche
jialj .Une blanche barres et unie
U-epoii banc et couleur a jours
\oue liane et couleur uni
Chemisettes allemandes suprieur
iirab.'int noir anglais
Imitation toile orae
Serviettes de toilette blanches'* couleur
rV.. da,na1i8es hanches pour familles
IVippe couleurs
1 otites seixJettes blanches damass es
Organdi hlane & couleur barres ft carreau*
Lainage cou eue anglais sup peur jupes Car,ea""
Madras a barres de soie pour chemises i l,n.m
Satinette Foulard pour robes "emise8 ."Olimis
l'eignes franais* amricains
Alolletong blancs & couleurs sup
loplui do soie uni blanc & crme *?,-
Chapeau dfaille Une Htalh "
Casimir anglais sup .
Crpon brod franais
Crpon franais fleu.s. dernires nouveautC
Serviettes le toilette coul. anglais "0,lveautf-
lapis cir blanc sup. pour tables"
Damasse anglais pour matelas double largeur clc ele
* imable; clients, vous qui voulez porter, peu ,je
Irais, les plus beaui tissus .juil soit possible de
trouver pur cette place, ne manquez pas, aunl
d'aller ailleurs, de passer chez nou o le me.Mtu
CCI tul vous cet rserv.
Rhum Nectar
h N.jGicljens
1410, Hue;duMagasin de l'Eut
117 KUe HtiMie Foi.
820, Kae Courte.
Pension de famille,Cuisine Frm
-.'.t.liambres confortables. Tr -
1 onne situation, au un de la ru
N d l'eu de chose, t'ri* mod r.'-
lioisson fraiche. CrTe la gUce
I mercredi et le dimanche partir
d- 4 hem s de l'acrs midi.
Res M\RHGNFR propritaire
x cliet cuisinier de S. Kx. Iliui
mmissaire.
Construit pour k Mauvaises Routes
e pneu Cord
Uoud Year pou
Camion, est le
nieilletir pneuma
tic/ a briqu pour
le transport sur
les mauvaise
touus.
MB
AVIS
N" >ti- avisooi le public t 11 '> i
meree que 11 m lis > i K. M. sa Comnany Ln-irpirVad, iO Irul
i n N York est une oorpo'ttioi
(|ui a l orjanis'e d'apr* \a
L>is de I K'.at de N York et inir
pore le iH lrembre f08t. Rat la
orpoialion n-a aucune afli iaiii n
avec aucune autre compagnie ou
corporation.
Port au Prince, le 28 Mai 1915
E. M. RM III, G,mpn> Inco
poratel :
E. M. SMITH ( Praident
La paroijsiste
des milliers de
milles, sur le so1
le plusjcahote ix
et sa fabrication,
spciale dimittu
le chauffa (je m-
irt6ur;le/m u*
d.s,.iin bi.w.atue
a-34-3
tt* A assure ur.et f Action sure9en rendant Joui'drapage
impossible.
fabrique pou t rsiste* la plus sire condition da
service, il parcourt des milliers de milles unlp ix
excesivtmmt b s.
Fabriqu dans toutes les dimensions courantes.
R
coop
CORD
The West Indies Trading Company
Port-au-Prince, Gonaves
Cap-Haitien.
Phapmaeie S^1!. LUMINUM LINE
i onne avis sa clientle "t aux mdecins et au public qu 11 e
I annorm son Laboraoln d'Ui-J/e e u. Lan r-i.ie od
b olouie Jappliqu sous la Dirpcon du
Dr Ricot et F. Sjourn
Le la'oratoire eM ouvert tous les jo 'is de 7 h ris du u atin 9
n ure dus^ir pour toutes les recherchee ana'y:e- pri'ue li i
p'annonc' ci iointe, saut pour le
W-og luiaua et la eoastaate Vre Sent cri
Se-( 11 reues qu, 11 arardi d chaque sema'n<
S'a Ire* r a a fu-trin cie pour les rfneipneaien,c
naves d'u riDes et 'ae^aVrique
Raction de Wassemann
Beaction de Triboule',
Eiamen du sing e' du pu
Examen d?s roatirei fcales
Bx nr.e" -o cra<*h 1J
Albumino ractiot:
Co siaue L'roScr' r
On trouvera
A AMVISDN
I.
I. MUU,
Jlue du llui'e d'oliva'df Ul.lc Marcel Alioth at.'Co.'Rordeaux; on
\i et M/1 bi Sardioraal autrascodccm a rraoc liaaa; condimei i da
outaaelafaaa Sanca tomate \ermouib, Mdrlini et Roaa:; Angii-luii
llilter, V>gnaa S toiles, Uaon Itoi; Nin* R uijje et Diane suprieur*
en barriqu.-, demi barriquea et caisses de 12 bout. Clnmpagne Clur
ees llid*ipck, 8uere annul el ronta. Vinaigre n caisses de \i bl
el en barriques de M (.-allons, etc. etc.
New-Orlans & South
Anrican hmy Co b
Prochain dpart direct
pour Porl-au l'ritiee a llaiii^
L- S|S lilkeboro laisaera New 0-lcatis lejM mai
prochata ious les^|ior(s d'ilaiti.
c lt atn-'r litrii t laiaaera lef0H mis le 2 Juin
i e stea.n.'i B>!l' ;,ya il lai*a New Irlain le 21
mai coiii.iiit sera aux baye*. Ii'28el continuera pour
elil-Uoave, Si varc et C'I'^ttien.
'e Bttfamar "|fb" laiaeu-a ^.w Orlans le i9
Juin proebaio pour tous les jtuls il'Haih.
A. de lalleis el C%
Agents Gnraux
Procurez-vous de jolis cadeaux pour anniversaires, fianailles,
mariaqes et baptmes chez
11 FILS-
Hue lionue-^oi*
4!
.


is de I K'.at de N York et inir pore le iH lrembre f08t. Rat la orpoialion n a aucune afli iaiii n avec aucune autre compagnie ou corporation. Port au Prince, le 28 Mai 1915 E. M. RM III, G,mpn> Inco poratel : E. M. SMITH ( Praident La paroijsiste des milliers de milles, sur le so 1 le plusjcahote ix et sa fabrication, spciale dimittu le chauffa (je mirt6ur;le/m u* d.s,.iin bi.w.atue a-34-3 tt* A assure ur.et f Action sure 9 en rendant Joui'drapage impossible. fabrique pou t rsiste* la plus sire condition da service, il parcourt des milliers de milles unlp ix excesivtmmt b s. Fabriqu dans toutes les dimensions courantes. R coop CORD The West Indies Trading Company Port-au-Prince, Gonaves Cap-Haitien. Phapmaeie S^ 1 !" !. LUMINUM LINE i onne avis sa clientle "t aux mdecins et au public qu 11 e I annorm son Laboraoln d'Ui-J/e e u. Lan r-i.ie od b olouie Jappliqu sous la Dirpcon du Dr Ricot et F. Sjourn Le la'oratoire eM ouvert tous les jo 'is de 7 h ris du u atin 9 n ure dus^ir pour toutes les recherchee ana'y:epri'ue li i p'annonc' ci iointe, saut pour le W-og luiaua et la eoastaate Vre Sent cri Se-( 11 reues qu, 11 arardi d chaque sema'n< S'a Ire* r a a fu-trin cie pour les rfneipneaien ,c naves d'u riDes et 'ae^aVrique Raction de Wassemann Beaction de Triboule', Eiamen du sing e' du pu Examen d?s roatirei fcales Bx nr.e" -o cra<*h 1J Albumino ractiot: Co siaue L'roScr' r• On trouvera A AMVISDN I. I. MUU, Jlue dugnaa S toiles, Uaon Itoi; Nin* R uijje et Diane suprieur* en barriqu.-, demi barriquea et caisses de 12 bout. Clnmpagne Clur ees llid*ipck, 8uere annul el ronta. Vinaigre n caisses de \i bl el en barriques de M (.-allons, etc. etc. New-Orlans & South Anrican hmy Co b Prochain dpart direct pour Porl-au l'ritiee a llaiii^ LS|S lilkeboro laisaera New 0-lcatis lejM mai prochata ious les^|ior(s d'ilaiti. c lt atn-'r litrii t laiaaera lef0H MIS le 2 Juin i !l' • ;,ya il lai*a New Irlain le 21 mai coiii.iiit sera aux baye*. Ii'28el continuera pour elil-Uoave, Si v arc et C'I'^ttien. 'e Bttfamar "|fb" laiaeu-a ^.w Orlans le i9 Juin proebaio pour tous les jtuls il'Haih. A. de lalleis el C% Agents Gnraux Procurez-vous de jolis cadeaux pour anniversaires, fianailles, mariaqes et baptmes chez 1 1 FILSHue lionue-^oi* 4!



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE IMPRIMEUR Oleojent Magloire, BOI ^VEUNA 1308, Kue.Amricaine NUMEUO 20 CENTIMES Q ilidien TELEPHONE N24 8 No dite? |;: h n . IMUH COPT laire ". Ci-l . • i I lt %  -ii"r*'"" r trtsf/ ,,oisies ou, loin lu mwtm* wm laibles; c'est le langagi de c HW 19 1925 I|III ne trouvent jamais hheur iiropica, <'i uni, alors mme que le Irait tomberait de l'arbre, trouveraient encore qu'il n'eil pai mr. Pierre de la Garce l%me ANNEE N 5518 PORT-AU-PRINCE (HAIT) ) MA1.D1 '2 JUIN 102." DU PASS, VER; L'AVENIR Lv, lifita i* l'anirre P .Motions Reues La faillite ds ('"opposition naliaDaliste" muniu On ne sert bien ses ides au u pouvoir Nous lereconni uoaa et c'est pourquoi l'opioioa ta M. Vieux sur le (Conseil d'Etat nous a paru particubremeo inlressante. — Si la conviction dubien qu'ils accomplissent,p ir leur collaboration lroit) avec-, le Oouvernernenl actuel le la Hpubli.iue, ne suffisait p s | trauquilliser h consenti e .les membres de notre Pouvoir L* gislatif.ils poseraient dans cette opinion un molil de consolalion et ils ne per Jraieut pis i'fjpoir de trouver, dans un proche avenir, l'hommage aiiqu-l ils ont droit. Le souci du bonheur du pays constitue l'unique Erocciipuion de Cet'e Assemle dont les actes indiquent qu'elle ent'iii remplir son e devoir pat iotique . Ce HDtim nt l'inspirera toujours et suitout l'heure des possibUs dmons* t'ations. Tous I s citoyens ont bien le droit de descendre d ns l'arne politique pour se mler l'action, c La politique, lit M. Harthou, est unt bataille, dont on ne peut recueillir les hnlivs fans encourir les risqui s L s Confeilleis d'Ltat pour qui M. Vieux se montre d'une ten 'renia si touchante auraient to1 le ne pas ainsi le comprendie Hommes publics, ;ls ne sauraient ne pas avoir le sent m rit dateurs lourdes responsabilits envers le pays. Il n'est pas facile de concevoir un Conseil d'Etat ractionnaire qui, en s'cirt nt de sa voie et en fermant L>s yeux la vrit de la situation actuejle, irait se jeter dans je ni sais que.s bras pour tre impitoyablement trangl. < L'on se tait opposant et journaliste pour vivre L'opposition nationaliste actuelle nous en fournit la preuve ; c'est le tratic la mode— L'on ne se contente pas de vivre ; l'on parle mme parfois ass. /. haut. La viit est que celui qui spcule sur le malheur de son p -y* est apable de toutes les au laces. Mais que l'on n'ai'le pan croire que le loniionnaireou employ soient suis onvi. lion etcbiisgtnt uni pi fatal la loi du vent eLeur patriotisme, piiisquon v t i il t.i n leur en reconnatre aujourd'hui, ne "Mlr?ie pas de la misre, perlide conseillre, lion nombre aimeraient niirux se laire opposants et j.jut naliHits pour mieux v,vre , car ils ne sont pas tous heure ui • • Scrutant l'avenir M. Vieux voit poindre l'lection d'un uati nalist 1 1 prai I • i • %  I li I! '.'illi'l | I ei ur .•'',.! il d'un. L'Uisiuire poli i ju • ei%  .'ne que daoa la lutta les 1 1 lea et d -s intrts co n ni dans toute aure, l'art ta.tijue lait partie du gnia d'un cipi laine : et il n'est rien de tel que de savoir s'emp rer temps d'un 1 Dosilioi iniiir'9 s e . Gs pandanl il est bon de noter aussi que l'homme Doi'iq e est • un tre part • il que tout pour lui est pril. ijuati 1 un mdecin a donn sa consulta tion ou qu'un avocat a t.imin sa plaidoirie, il Ml quitta env.'-s son client et il ne doit des ro;np tes personne. Lhomm* po'iliqjua doit toujours des co npte. Si le nationalisai %  est r luit a renier ses ides, il en -*t autrement du Conseil d'Etat qui tient aux sienuei car lorsqu'on a euibr ss un parti par une conviction sinc e, l'on est enclin croir %  • que son su -ces importe avant tout au salut public Notre auteur n'admet pas d'autres principes • en politique que la russite. Cel ce qu" soutiennent tous les hommes politiques de l'cole positiviste Talleyrand pnsait que les principes n'ont pis en po iti |Ua la mne rumeur qu'en morale et qu'ils peuvent cder ( u varier au tfr des cronstances Lest, sans doute, ce que N |> ilon ont ndait, quand il dis il : Taileyrand est un phi lo.ophe, mais dont la philosopli e sait s'arrter ( propos.) L'n pjussiiit celte thorie de I opposilion n itionalistr qui, p if s rite d'une verl.mineuse volution en (st arrive nier tous les principes, ne IMII il pas al m itlri que > ni s l.-s ra ris Un es dict • t l'homm p ilitique sa con luiie, exp i |U0l es actes et justili-nt I s moyens qu'il emploie ? Pourquoi ne pas reconnatre aussi qae le>conditions dans les iue I s oi g i> verne connu aident qu Iqu I i d'une miiiiuie iropri aie, les moy lis le gOUV MI ne ut den ou use?— Cependant malgr la part de veril qu'elle COO'i 'i t. c'ist une apprcia iog dont i ne laui pas exagrer l'application. \ i(|l •••> n nint l'o i > '•'' ' n iti i i i lit i, D o %  D • i^ 'i laii -. sl p i a *'-!ii!r l''e-'i > i le \i. i; ir io i la prsldvaca I* la lt •• pab i | n i i i iv il 1911. V ij >'i r'i rietorieui do l'ara*. Bn i 112 le pria sipai I M iii %  rie (iiit *t lie it I i sjirantis par la Convenli >n le 1915 qui a m • ni tieinamar. deur* batUgveaaai tlis*i,i lai n i erreur : On a >ou vent preten tu q-ia l'opp.isilion faite au Trsi lniit Itirno par u i pitit gwupa 'advaraairai ia on hit -i %  i i'l-t'ior ilioTi a.i-c les \miri 6iUU qui se troavent en lliiti en v rtu du Traite' de 1915. Q iele n rmtii-i l'ola aurait pu '.re • ii eau l'ftrJ d loit autre, '•r vt Baraa a laajoan expri-n net'em -ni ses i Uei umut 1 ec ciiito de la Cinventi'iQ an TIC ino Indienne; et ION | ail iirriv au pouvoir, il ne pouvait \ avoir au cun .i i ilur U politirue qu'il devait suivre. >irn doute nul ne peut tre tell le fii--ataga du ne i*u | 11 I d lis, a t lohjet i-aiistant dioi i vil • ptlitiq-ie : l'i'v i uti ii si n • >• ir h I, Conv-nliin 'Ijd'en tir-r au pro'it du l'ays, l m le* a Ml igaa p aeib'ai. Le Pr>i eut lt irno, il eitt inutile de le dire nav.it eu au une part dios le* ratlliiirem v^nemen's q ti ont pr rd et provoqu' l'occupation <1 II i ti par le* forces militaires amricaines; il n'a pas coan i la hmti-e le lan'elion du pt'ivoir; pir co isq "*ut l'atlitu le du (iou vernemenl am'ricain et de r.e tij s-nlails en II n i n'a pu ex• reat au u ie iaflaaaaa sur la con • lu i le de ce'ui qui vernit l'iilu I la premire ma^isira'ure de I'Ktat, a l'applaudiisam nt de la \ ti m ealire. M. Vieux a cru devoir, ainsi 1iei l'autre* oppua ils, considrer Innii-i.i la q itiia le rlection di vt II no lien que nou ne pirtagioas pir leur opinion et le ir M itro. a nl cet ^ird, n lu n'av i is p i il i i itenlion d'en f,r poile moaent, l'ol-jel d'u .• dteMfii'tn — Homme M. fieoi nom av 11usai dit pont tre compris. N iu< o nmas recon ais-aut l'iutaar de nou< avoir fourni l'occa.ioa I •'• nel re ici quelques rflexions pi n'oit que le mrite de le sia nl et lui savons gr sur.o U 1 avoir m en lumii'ire l'aelioa ol .-le et U I iillil : de l'oppositnn natiinili te. ^===^=* Batiste et Linon pur iil CHEZ ; Stambouly & Seryile O vous^trouverez aussi *du*crpon oriental,ratine, voiles et toile drap Iil. p^^aaiaaB *atr -i M ^aj*aBaBat-MaaBiiiw-^^aata--iM^ A vendre Parisiana Chaudire verticale douze chevaux. I S'adresser au latin;) Ce Soir L'Aiylonne 5e & 6a pisodes Entre : 50 cta Monsieur :Bopnov'ne va pas Jacmel Une lois de plus le Nou* velliste # aura (!•• mal renseign par son mdium quand il aura annonc le prochain de.* part du Prsident pour Jacmel. La vrit est qu' I hi U1 actuelle o le l>jn s el l'I". a' en session rgulire, M Horno ne pense vovagar pu olua a Jacm"! q ie nonun atN Point de la n.'"Hili'i i'H Tie ce oit par t^rre ou par mer. Si le mdium < l<' I notre contrera te v.-i i nblis de I isoler comme in lsirable. In I 90 ', le n m i T.-, > n 'il du ra nln'ii i ippel t. .i .1,1... Par, M : Iath5 m*' 11 n l i-. |.!i .•' nnn 'i p mr lv remp'aeer, M Qa n : >vl \ un. n'-ralemeni i eHe l*ci-Jnn et ce choix furent p'gs dapkirab'aa, Ojtre que M. J. ta l ,..,.li m .p. d 11les eireoneleneaa o-^rfois .li r ii etlae, montr, dam lai relations frauco haltieanes, ua laalal ni* c o r r e c1 i o n irriproeb ible l'on prsumait, ave.rataoa, q ia M. Sylvain n'avant qae sa p Idi rputation de traducteur en cr de des rib'es de La Piiotaioe ,[ % %  de toutes eoonaiitencee dip'orneti que>, (lou d un physique plulAt ridicule ealeidi aueara par le U teslables hab-lul's d'uot laeina devenue proverbiale, ferait pl'ra ligure au i.iun d'Or-av ou on c • temps l, toutes les nation* t • naient h avoir leurs rltplomatM les plus en renom Et l'un Mail d'avance persuad qu* noiie polit diplomate irnpi iviaa faratl M mine et ne pourrait jaraa i ; r senler noire l'avs d.r.s la r. p lie de la Praace, avec I d **nitl al le prestige qu'il fallait. Brel, apr.^s avoir lerm. ; et, \< % %  sment, dposa dana*ju*'qua v la I le armoire revenu.' ion i .• que. .ans doute, un ami ba** %  avait ruaal k lediaauadei d'apnoi ter dans sebazagea, el, apri avoir reboucha* aotgnaui meut lui mme, en en r.lpanl le< h iiieh n avec la lame de son (an I, 'a I. tailles de. Champagne que I K "' vernemenl lui avait envoye* *J qu.que'q es ami<, venus A bar' paur le SHluer n'avaient pas >ui lea, BOtre rouvrau Hepr^eutanl p es la H'iiib ii|ue rrapealae, q 11 ta la raie de Port au l'r ne l'eut eire,— peut lira .'—, ae*u rment, lorsque les puissauleh lices du li iii-nl'.nr 'ju. qui l'ena portail eurent frapp no're m r aveu fra'a M. Svlvaiu,eo vov i i no're ca > lai %  ensoleille s'e-dona per lentement dans le loinliin. se rpta tout bas ce mot clb e : ingrate "atrie tu n'auras pas meos : A Paris, M lean Joseph lit A %  aa remplaant la plia corlide r M ion al loraqa'il lui aul Iraaa mii din lion de la Lgalioi. il ollril en son honoeur BMgranda soire. Les m ts r. cherchs, les bon vins de I ranee, de lt uirgogn et de I n koa agne, mirent les b'aa d'excellente humeur On en tait aux claireel les volute-, bleu s des bivanes appelrent ce qui '-t le corollaire ob'iit de tout ap*A< diner : l'on dit des vers, gi pirm les Heure, tour A loue. i'fl|*enA rent lelvr %  adaR*ltad,lsva*ta %  oaailleaN de BJeh pin. l aeele rent I s joyinxtlne-nenl cil I 'le (!• %  Il ir.idia el de Banville, I atraoa E bere vibra h. loti, hali il opp/e et d ilugo ; l'on n'onb'ii naturellement pis Mu8*at qui a 1 I J Irit et l'iron quillt rire. .. Ce fut enlin le tour lu minl*'*a d'il iti. M George* Sylvain qui il taut lui rendre cet 1 justice,, e m mira, d ms se dtibuls dlp*O*0 i tique-, j iye II convive et bon mmgoiT. Le brave diplomate e leva, la boulonnire du h. aeeo re lleurie de ia lervieita de table, repomsa lenlal lit 1 1 triv la h'atoire, M. Byl*. n ie mil qu i're pettea comme on dit. Mail • Vsl ne pas en croire oreille*. Ii \o ivello lion lrl. S—, — mmmm i Championnat de Tennis Kn dpit des fortes aver*e d e si nIl -oir cl le d min lie q H seinli to ut • -ippos r 1 toutes nor tes d -lui-, -pi ils, eut lieu, hier aprs midi o il/a le llob spirul d* M. i m al la l'eu.lis Club, et sur le ter* m d i Interna tonal Aihle n >.lut, le premier tournoi de I unis pour le idiampionnat de la> Coupu IMer Dawson. La lait* cuire le* deux quipe* lut pa-ioii i.uil • I tous le point, de vu i ei lu ii ipie le Tante Clu'i pour le | tel jouaieiil M sieurs Cor d >/.o et lt u m au premier drsrjb n, d iplO] i' d • la mailnsa el de la scieuce, il fut bitlu par le On le -porlil de Marinai pour lequel j i nient M A W. II. William-, cl K Jevuai a •> -tel —'! Au c 10 I double, le rsultat fut prai q 1e .mme, soit ft — et o— t • u faveur da M itiaal, et au troi aime in^ e n -• u contre >> t L o ui double fut jou par v|. cuis n ilirsch el J. Khippa pour Mariini, C. UoieM al D 10 iav pour TnuiClub i.e tr lisime siiiipl par K. Ile IBM i '. lt. Cor i /. • Ainsi Vlariaui •-' rest vainq eur du premier Tournoi. Aj-iulOO* 'n passant qui M ilauri 'uc-ii, Cordo/ •, William* ai ii..• mi aa '''' ri -. %  '• %  iner de* vif i MM dla i i | lette. oiies m il. lies entre la lier o'e IporlU du M.iii.1111 c m'n Club \ui in .in "t la Si MIP '• D m'lui. contre l'iulerua looal AI i tlc i lui. m 0 lt liai pr.. n ne neut, el les jour, lieu, date *4< seront annoncs. Le |re .le l'i-htion est m rt B it \ 1er, i|ui, le if u • r avt I i o.-i le I t Octobre au camp de Satory ( Fran e ). A faire dcoller du ni le p-e nier plu* lourd q ie l'air , ui avion et .u mo'eui A vape.ur cr* le |.i s pir lui .-t %  irt i l.i 0 i-le " peau, le Collge st Vincent de foui, tabli amant d'anaeigni ment s. i and il a i laesique, dirig comme on le ~n pu M Uoratua Liveuiiiic uti .iji aiiiuit Varit* une matine recrai)va i.tqueiita-si-i,u.iii i n grand nombra la lves, laora paraota elleamis da i v Boui la pn deai i d'honneur de M B< non Caaai I dj ,'m siou du Dpartemeel dl loslrui lion Publique BPl mr de M. Jr mie, prolecteur di intre*Mat< iii.-iiiuiion pi. i al ds M Cli m i i uinel, "oui inapai t. ui I 0 '" de .Ile i in OB la P la l'OUVlil f u u: e nii| i ,vi-n lion du Dr Jaaonoi qui i ip Iqua le bi-l c .lui l |u* di . i n u.unie rai velue d'un i %  < bel : i., su' -million nflii i> Ile d m iil %  OUI | I si I i D, niai li et n-, .„ | ''u loi ; a couti


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM