<%BANNER%>







PAGE 1

&'• A kl •• %  • : -Vf %  i % % %  f/lip rfarce vitale de la dite "ctprier entfnts /yrs, bien uts nies de leeiimhes ia science mcU cal euauu a i Miupuu ae iu mtlc eut/ i.s euittutb. eae jn* aearfitua n .eie tiuu.it e u. i.s ce qu'elle ion t.eu ae IUMIM-* fiut.iue, ouiiuuu, chaux ; en rsume un ou it.-, eiei.fi.i-, qui uy,. 1.1 1 ,1 ie l'nergie,de ia fone el qui .IMCIIIH.-.-CM ai;.-, or. t* tuutciii9 d'uia.iiune cou.idretjt Je guker Oals comme une uoumiuie MM paieil e viialeme.t nectstaire la saule dt teuestl les u,auls. UMUU.U/ voire meueein. Nourrissez voire bb avec du OuaLer uats .vus MUI d bouHinr el quand u aura altc'nt >es 18 mois UOU.K/ le lui (Muait l'oiuge. M^HdppM*/ uu. qu* ie yu.ker Oals ft une nrurrilure saine tin R. THBAUJ. lawt pour Hati. rnsSmeft :\ %  v******* -^irr 1 ^ ^^"iliTi^—. eervlee du gouvernement qui es' membre d'une socit* secrte *e projet exige que tontes U-s soci ts secrtes tt les clubs remettent aui autorits des copias de I u r coasli'ulion et rglements aiosj que l*s listes compltes de leurs chefs el de leurs membres Ceux qui interprtent l'intention dugou vernement ont dclttr que le pro rat tait directement dirg contre la franc maonnerie qui en I •.! e est uii organisation po itique et •'est dclare contre le f nscisme. La violation de cette loi sera pu aie par l'emprisonne i.enl ou une amende ou les deux la fo s. En tut de l'union iUs tffflfcei anglicane et catholique BRI XELLFS Les discussions au Bujct de l'union des glises au f ;licane et catholique qui ont l'ait 'objet d'une runion en dcembre 1923 ont recommenc i Malins* hier sous la prsidence du crdi oal Mercier.On dit que les dis us aiqns poursuivront peudaot 3 tours En Puiesiine s LOMRE3Le feid marchal baron II ibert J> 0. t'Iumer a t non,ni Il ut commissaire anglais pour la Palestine et commandant en chef dis troupes anglaises oui 'y trouvent. Il succde Sir II r ittrt Louis Sau uel qui est arnv au terme d< son mandai. Le feid marchal a cou mand le f>me corps d'arme et plus tard la Sem aru.ee des fo ce apedi'ioi attires anglaises pendant la liraod (>,ier re. U a servi sur les Ironts iian dt et italiens et fut env y avec l'aim'-o d occupation du Kluu aprs l'armistice de 118 1*124. Il lut gouverneur et commandant en Chef de 1 lie de Mata. I. Mussolini dit sou mot propos des dettes de guerre SOUK— D'aprs | aeLtimenl de y. Mut-olini qui a parle au se %  al au sujet du budget des efM ra trangres, les sacrifies d> l'Italie d*n ia guerre l ton sc lui duiirent le droit d ** pLce dans la ca;-go rie dis nations priviegies en ce 3 ni ro "cerne sp* dette" l'gard us E'al* L'ii* et de l'Angleterre Li dette de guerr de l'Italie, •• d in' le 1er ministre, se mon i tOn milliards d" l"-e. dont la moiti due aux Etals Unis ce qui fait environ i m.Ju.rd, 1J8.5U. Prestation de Cuba L\ IUV\NK—M. GeraHoMi rlndiet devenu aujourd'hui le 5Ame prsider t de la rpublique cubaine. Il a pit serment dans la salle des rceptions au p\ ais prsidentiel devint les missions di E lomatiu'ies trangres, les mem res d • la Cour Su pi urne, lex pr sident Alfredo Z.vas et de hautes per-onna its des milieux politi ques et financiers. t'tUcm : |'ii' solicite l*intervention d ; la Soctt d> .\ liions OKNKVB OU anoono q e I A letnngne 'et adresse i la Cour mondia e de .lu-tire pour u'.lle rgison ,i ifrend et • U ologne au sujet Je 1H prtendu expropriation par la Pol< gne dius la Haute Silsie po'onaise des pro prits rurales et indusirie'les pos adees par les allemands. L'int'iiqiif tient tre p\fie NEW YORK Charles t) e wey aeciUim adioint la Ti.-o ai H, s'este baqu hr pour l'Puru pe mi l'oAqni aniaa M l) > a exposer aux Ii„ celler e de* iiati n* dbitrices dea Etats ( T oia le point d vue du gou vei m mi-ut amricain au sujet des deOea de guerre dans IVpou d'an I atar la conao idatioa. ? sahi'it au apjel des problm s du gouvernement II a exprim Pet poir que le travail finan i. i du mi ni-l e Thfunis se pour uivr*i< courngeu tment. En A 1 'nnjj'ie BERLIN Le gouvernement aile rrund a obt nu un vote deconfian ce au ReiYhstagpar 2I4 voit contre 129 voix el fS abstentions; le gou w-ri.etr rni envisage une augmenta tion importante des droi's d'entre sur les pro luils chimiques Le nou veau tarif prvoit galement l'aug m n lat'on des droits sur l aeigle, le bl, l'orge et J'avome. augmen talion qui. espre I on, stabilisera le prix tt augmenterla produc tion jgrii o'e on envi ge ga e meut d tablir des droits sur la viande et le graisses afin de pro lger les prolu"eurs allemands contre la concurrence des viandes importes de l'Argentine G (tetai i % %  ) u 11 %  mis imri.ains d e Berlin ronsidreut d'ore el d*jA que le noiiveao tirif envisag par Igou vern ment allemind, co-iatil e une violation de la cfau e de na tion la plus favorise. Nouvelles Diverses Le Cabinet ba ei-rs pivue f our dma n iaoa le bu* d a er t nia a rnvojrr a i' \hem |o au sujet du dsarm m u( si j-ur ne 1 accord uet.it pas encoie comp lment ralis entre Lon drea et Paru au sujet de U forme donner la commuoicatiou au Reich. PAKlb:VI\l.rainlev,B i. udetC.il lauz sejsont runisao mioiatre dea rioHueaa pour discuter la aitualion liaaucire t t, question dedellea ioler-lueo La i.sultat du leurs d ibralions sera soum ; s h Psp pMbaiiao du cabinet lors de !a prohiine runi n. Les cours Jl Mai MW VuRK France 19.39 Sterling 4.1003 INMni Soire Alain .uraque C'estsameoi qj'iura lieu ' P riana la soire organise par M '.'ain Laraquc avec le notre public achveront de tendre partait le programme qui sera offert. Ca sera donc une b:illanleao! re laquel e certainement par sonna ne udra manquer. % %  %  m 1 1 1 La Fte de l'Ascension Hier, la ville avait revtu son air de fle l'occasion de l'Ascen ion du SauTur vers le Ciel. Dans tontes les glises *t eba piiea, pares de leurs plus beaux ornements, re grand anniverseire fut romnit mor avec la pompe ae coutume. Ai. .-• m.naire la grar-d messe t dite par Sa Grandeur Mgr l'Arche vque de Peut su Prince qui don a la Conliima' on leaucoup d' ves de PEP b bsement. ^arils Ce Soir Quand on Aime 6e, 7 e et 8e piaodes Entre : 50 cta Pour le Service flvdniuliq ie A la Rue du Magasin de l'Eut, dans le quartier de l'ancien Ane nal, nn tuyau de la canalisation ll\dr .1.1 que a t rompu, ca rue pitre Insp cl d'il.,m re tagnt n'a Lea pli tons ne peuvent pala pra tiquer. A us attirons 1 attention di Ser vice Hydraulique sui ce tait. Avis Jeune Europen qui ''oit rare ga r b en t sa Patrie, dsire pou ser une hi itienne A H ressr photo et ien>e ; gne mi>rts M. M loi'e po-tale 41 P'scrtirn abso'ue. Photos et lettres serrrt retom nes si elles na satisfont paa. u daua mola pu Ir irir. I>MI ,,;, giard deuil qui es a frapps d'agier ici 1 exprs •ion mue de leur n connaissance. Mr et Ht ont fan p rt T a., 1-1, a^JJ Giafioauij. No rcau n re ai mi Fi Pan ni d* 1 aUe.char fc. bonne "Insttaa. J N -t .. PendT B01 se n fraieas U menradiati, de beajftsal Ren Mi cbei __ f c mmisfaifa. NOUV M BUiDC PRAT10UI ai | m uitaon m, sut Mivs M nm n. A Lea pileaa IUH ne 'tutti'-. Pria es:_„ Un radiateur avec l ux ailes avant,, l ne me 30 1 3 lajfl lue loue 30x3 I ne i s pote en tien, lu luvau dcbai L'a vt muni, ur, S'adiesser M Ld, uard 316, Rue des Min ou u ht n 7 h. "De L'Avant" Polices en vigueur dans la Crown Lifo 1518-$17,398,195 mi nijiavi 1920—$25,745^26 1921-$29,806,174 1922—$34,460,044 1923-$42,175,160 1924-$50,611,214 "Quoique l'anne qui vient de ae terminer ait t malheureusement une priode d'incertitude et de stagnation dana plueieure lignas d'affaires, les chiffres de notre rapport annuel sont une preuve qu'il n'y a ni halte ni hsitation dans le progrs de notre compagnie. La Crown Life va 'de l'avant'—agrandissant plu rapidement que jamais son champ d'utilit et de service public"— Extrait de l'adresse du Prsident l'assemble annuelle. LA^ COMPAGNIE D'ASSURANCE-^ ROWN LIF te jvAgent Gnral demand pour //ata 4dre$8ez vous, s'il voun plat,par lettrt /*• H. STEPHENSO^arantQnrul As Le Matin, Port au Prince, l^ reZ V 0 S S J 0 i8 **pour annivesaires, fianailles, inariiinps olEli.-'n mis e,hei v i FILS' Hue Buuijc-Fvi



PAGE 1

CtWAVl les loges de nofre cirage en pfe ne


PAGE 1

U'i-vfh V Rhumatismes Nvralgies Goutte Gravelle Artrlo Sclrose Obsit lurVumillimm 1* AircUiom.nl d*. .Mre. l'MMMMMjM *•• Hiui. !.. v.rtc. f l oMt doit &f l|rrlnr T.itc. dcide u.iQU". r, oo Ma de notr* er*Mj"*a f.ir. de* eu . ,f t i.Ur 4":KOOCM*L. lave le sang i* dan* irai-' cni uo iiuitfj -%  ". 5*}-:-, .rsclrost. Itxldt miicr.-.tni do ronroe &f ."!• .-ini iout empciier "V" .—i.t •M. A l* plod de •— '""-' u -' --ul ucMur vint toL._ GmmtM cor.tr/ i. rtention d cM. riqu* tiani ta sU. r , ui.ion. on devr.. vint lou hiUff •ttose. . ItxW irtvnq..e dan rorfinltint n mployeni l'Urodon.) %  Profiteur FaivM. rt.t a, n. M a IWH H Wll • NU" tU. CruW.n. . tatancta.M.. *•"• ii i pht'. M Bt'ii eirto H— S..,!* 1 I Munit Artr.o S22V-.m. li.rmSo.1. Maladira o> l. fa !" "*. Armndtme. Cardiopathies. %  W JD, U S. %  unie*. Ooutte, LurobUO. "• DIALIROL LINYCOL B ,um >r*ln \t\yt Taillant Con*iqnata.ie Grand Ftel de France fosi.ion exceptionnelle, au centre des allaires promite de toutes les B.nque*. de la douane et de tontes les Agences de bateaux len^nemenU et iaciUt. pour voyager en, au,to mobile dans toutes les parties de la Rpublique i'Hati et de la rpublique dominicaine. 1 bambres conlortal.les et surtout trs nropres. en tilal.urs dans les Chambras la demande des renliooaires. Cui-ine Iraneaise trs soigne et dts p'us v. lies. lui a de* v*iter 4V& m s,..x, .., I Amciicain I. plu. .ra Cuba, Aurora et "abanera. Cl \\B T TES de toutes les fabriques d Ho.U wo piftFUIIBRU et Cartes po.tale. Prix trs modre. La nouvelle ir^tho V 0e l^tow de Mr Clment Poh-l.i"-'^ p d'fon, retue, eenige •• "•? wnle*, eolenven ,•*••*•" deMr^ Gflrin.r,Tged.iu^. lUpublicaine et Fnu. Avc celle mlhode in nm • V culapprendr H.en 4 "•' Sivnien Ha fia PouretoM de dplacem^o [et renouveilenent * to-k met en ^mie au rb m .1?U de loor nitures pour Menuisier. Sspol cob ur. P B! ortie.; peinture eu d ie et huile. TVnbeQtin D, M (tSilkateen ; Cir re ,,Ml cgnree Gniibeud. Fil pour s fj ordonne,. the.teifi l; urne, B.uclesdetout.squ l:l>. p ,,r etlierail tailleur., cous • cet, Stindsle. et soulier, b ne BoiIolaMiqae^Sureile cir.ne B,s uiU de loutes .ortes Be-.bjns f80 .t par livre et p" boite a pie. S r ts.rruiefour malU. ic, uipee. Verte. ^ • %  ^>?S eu. .1 rok-hf. de tou'ei dm en *>• %  Pan.ai ; Verre, et WJ (hes pour Innau. Veire b-ire, a li.jueirset eorKt.U. Savon colo Ml, UC-nn-.-lino Uve, ecco, Coud-on. caduœ. etc. cifigMiquideb'am-. et non. cirage •M pKte, loute. M.OC. HHUf, Loueur., ebampagne, VlM Je caUse et de b.rriquf..b.pingle : de nourices grande, et pet i, **•* %  le., etc. contre le CONSTIPATION prenez les COMPRIME SUISSES de DELORT. Pharmeci8D, g Jtue Fnil'tA. loin PAHW C'BST LE MEILLEUR DES PURPATir8 *'i ^om7>Aty-*taow Alex PTRO; Ph.ree ALTCRTI..1 rh.nn.ole u D1U.U VURi) On Irouvera A L\ MAISON Rue duQuih W 4617, llude olive de table Marcel AliolU et Co. Bordeaux; ej oiii de wT* 2 bi. Sardines et aulre. conserve. frao,,Ms; condiment-de lAHteUl'iM? Sauce tomute Nerouh. Martini et rk.r, angator. BU U 5 0i oto.les, Henri Hoi; Vin R ^ el B.ne .uprieur. e B n bur io'e. demi barbue, et ta*, d. i !" %  %£*£ [^ D le. Ileidieck. Sucre granul et concass; Vinaigre *n c.ue. de M m et en binigun de M ^llon., %  te. etc. P. P. Patrizi illUS A OlilU U iai on Charles R. G*M' annonce au public quelle vient d installer t > machmes des plus mo d mes pour la p paration du mais m olu, larme de mas Heurs d mais pour les enta ils, |our i| teauxet desserts. . Us eli.nts de a maison trouveront ces proIu'H d ois Ion** le> dpts. ALUMINUN; H.w-Orleans & m km Ste-Œ-bif' Pio hain dpart dt ^noar l'orl-au Y rinc [ e B(ei .mer FlooJ ayanl li .o fle-. lai sei fort au Prmcj le 14 Me de maichanlises. i P c,c Silketiorg laissera Je O'lai .rochSin .ous les porta d'il.iU. le steamer larila laissera eW-Orla prochain dMeclemenl pour porUa.p n ^t-aa-'wivctk,' 2*> SVlai. \. de iitUeise N. et A. Aci (irandSHuc 4 i t* ti a Cam de VojjleE-vous voa. habiller avw U marC ^a > S se.^uslaM r i r n^d Donna devue st d. vendre petil l| mtvtr* beauco-p „-, Daos son pei .onnel. la ^K^-.SSl 1 Uiueu. italien opU d'uJJ tablissemeail ordre d'Italie Bile e.t en me.ure de lournir de. et .ur me.ure, en o^^^SfSL drlll blanc et couleur, coapoe. <*e-< udons— Etoiles pour glleU. Bonneterie Cnemi... de Jour et de nM, u ajjj Col. et manchettes dernire. cre.4op •t Pyjamas. C ie m d'eonroti8l tue um .t le meilleur accueil #.tV^JJJ**^ •ireut par une vl.lte tre dlis W travaux foirai.. ^^C nml T-uii oo.tuiiie commenrd et qu avrtv u oOent e.trepri., > J. ; on P a.le!ranai.,aDglaU, MP9el V e • %  %  '_' %  '' \ Avez vous maiig la Ulte denre! .m,,il Y a des cond-ums de W suit i " par sacs. pendant le mois d'avril pour tout achat en yros par sacs. S'adrei^r di*ectemei A ^ laortqrt e '* ARI NE r* 1 anuez !• aneoup da |ain o A'*b R M, Simili t'o Inc, New-York Pharmacie Sjourn b ol g e sppl'qu^ 80 i U Direct n du />. /?ro( et f Sj^ro Le lf)oraoire ttt ouvert tou-, leours de7 bs de WJ. Deoret r-uarlr peur loutes les rrchercbr.ei a al/ u pn ue .annonce il jointe, saul pour le *AA WS • imana et la cooiint DftV l*f SiroDt reue, qm e m* rdi ai chaque ? en a n • 'adr ^r ia Ph rm cie pour kl r< 5ei;n^ i •' inalva d'u^n-iet ^Jfgastrique Heacliou de Wasa^maui Bii-ciou .e Tri oue, hli.nu' i JU s "^ e du .u* Eiaiiifi _d s manies lcait^ Sxan.en %  e craeh Albumine ra"to fon.ante CfeMcf*! IXD^CHIEI ( Pare-tiri8e po\ Vitres <* e monte dix u ro\ e' en dtaii, CO\i\ Hr<*, 8 T8 ii • /r^ 9 %  1 KN VfNTS DANSJW*, re 110 ii e des Csars Rarbanour Tlphone :



PAGE 1

AgeutMJ PROPRIETE UOtS VtliNA WMKKO 20 GENTlMES ^ANNEB M M Malin Quotidien TELLPHOM W 141 PORT-AU-PRINCrtHAITl ) L'goiaior, la vie pour soi se justifient, tant (lue h raison n'es! pas rveill:, aVu apis* le rveil de la Raison, la vie personnelle, ne se justititrTfTi'en ^attt-^uV*le nous est nce^airc pour servir lutrin, car c'est pour servir l'humanit que rinMliijtnee nous I doOne et cVst itllreux cl' h m|>ljef I des buts personnels. Uat TuUtoi VENDREDI 22 MAI l2* r > LA RE PUBLIQUE D'HATI t ~ *radwons ne: plaidu Cibao et roule Duitsamrn i qu'on lai donnait — 'rnrl. j.. nh^„iAAt. ui aiiT varies :'. !ravflr< HA rideilX Sicles— de dllCI [tyttffe c/u C/iarg d A/20iBp^ ^ a Gouverne* 'j* Sa Majest la Heme des de noire collaboi ateur, /a rwue Da Groene imer. ei rponse acerbe de notie thk de plus. M.Nemours twwntrer combien il a toujours dfendra les \4i$ Hati, peuple de deux millions 60)000 et dont la capitale, rince en comote plus ailleHati tient une dominante dans la mer cette Mdi terri ne Ml Mon leAuji ir. le frle o \*u i* qui [la mou io blanc t noir i jstn i a is laru q.i qu'elle n* J ut lier l'i n ;ott o v il la moll il ifit :•! oriR'i.' des louve'IeStfranton appa 11 chaos _ies, qui la taisait [jgr un amiral anglais lu de papier trois t, lue d'il nu pieuij i principes. r>gtionentes de 1 Est Leur disposition rapiventait entrouvert o KM d'un soleil qui se Heur heurenaa orientait* l'air da circuler ,dans les richa plaiarroses qu'elles lais sain et irais %  les val es qui nent des cou'S aux alizs uni ernent. Sur les de l'intrieur, eljntt qui tout un tajeoupi e comme une i m vil es maritimes %  deasent, la earnpraiblemesit plu* Mettre que ton e l. de lussir lacuttu' tnats, des legum s et d>a aanlirade. Etlen'eit ses eaux vertes travers de riches campagnes que — %  corn ne le N>1 — ses dbordements >eitilisent. Les autres cours d'eau son' — pour ne citer que les plus importants —la Grande Rivire du Nord qui, avec ses altluents, arrose toute la riche plaine du Nord. Le fleuve des TroisVivires, qui traverse les dfeion* fertile a de Marmelade, Plaismce et Gros-Morne, et aboutit la mer prs da P>rl-l.vPaix, dans le Dpartement 'u Nor 1OueU-Les rivires des Irli ux, de r.V r cahai' ,du Bouc *e <• inversent la riche rgion M Vrcahaie, soigneusement ir : tfi4i et cultive. A ces trois cours d'eau il faut ajouter, jans le Dpartement de l'Ouest, la I ti vire du Cul-de-Sic qui arrose la riche pleine du meiue nom o s* trouvent les principales thunvries et suer ries. Les rivir a d 6-earer, de Modntva et des r.itronfiiers qui a ro ent la tVejNN pleine di Lofitt. Toujours entia, dana le mme Dpartement, les trois rivires : G>s"li'ie, Gran le Riyi'-e, Rivire Gauchi qi JTigumt les pleines et les v^l j s •i-'S eivirons de Jicm I. E ili U I n< I Sul les plus imoo ta ts cour* deau sont : la G\.it g-ie • si pilto-es q.i a, 4 se* coirs d'e u qui jiiliitseui i si Miaperatur d>uce, s> • cliuit 1 trs sn Umt cette Ile tijn*< lue it n^lllre tVt plu \ •: i'le' o n ne une erKint ^a -*-\ le^ ai*iwne> l m^"T "T : 1 ie, "'. JI gavhs CSMI'I a, avr.rusoo. J^Ja JUo pendant la nuit. p|l (ierU reo ^^ j u 0i r 4 |, ffln&S L.rpa vin.sur touteseboaitaonucm. JL^IALI 13-Un paye ou la t rre, tant 'CSbrSS! Wirsoit besoin de prolond nier. La cte notante monl ,a retourner, sans qu .1 W de hau^s et m iltSau•* t mme besoin df la charrue, ft>fc-ae. Z\i TeMuetS. **; deui et trois r x>Uet par 5* ^ ""Ellet toi ment * b ,t>r dM ? to 1 rto A. f •fat de brut ^SSa!m Ms fl,riC e ,abul8U,t m ^ voici dj use Heine des faillies. Car, lorsqu'elle appar tenait la France, le cjumerce de la mtropole avec sa co'ooie repr Iftni-li pr >1" M#f( HA ft>n rair merce gnral et ncessitait 7i>0 gros vaisseaux moa'i p r 80.000 marins. Mais ce n'tait pas taulement le commerce qui finit prospre. L'agriru'Hir* et l industrie taient tout su^si llorissinles. Bn l7oi le nombre des p antalions de coton tait de 705, comptant 24.018.336 cotonniers. Celui des purrerirs %  • de 79t et des indigoleries i e 3.097. Saint (• pue — ancien nom d'il il — Possdait en outre S tan %  is M poteries, 36 tuilerie i.O fours chaux, 1 82 r humer s Kl Pinduftrir. ir-tvaitlmt non seo'e ment pour l'Ile mais recevtit en core beaucoup de ci mmand de l'tranger. Qat dire prs to is f;es chiffres qui njonlAraii a Ieu sim pie expos. Et combien l'on em prend le cbwme tranfie •* lgende qui s'attachait alors et t'at lche toujours au nom magique de Saint l> r i 111 ^ i • • L'agriculture b'est depuis consi r'rablemenl d-ve!o.m#e. Elle est reprsente aujourd'hui par des denres d'exportation et par des produits, appels vivres — fruits et lgume', qui servent surtout la nourriture des gens du pays. Les principales denres d'expo-ta tion sont : le caf, Is cacao, le co too el I.; < piles %  libres vgtal s ). Les vivre-, dont la culture est la pu rmunratrice s mt leb naoe-i >es f>gues, les ri/, les poi* roug'S. lai petit pois, le mas, le pelii mil. es artichtux. les p,tates, les nom mw de terre et tous les lgumes des pty* l'Mtij. r< L'io tustrie a fait de grandi pri grs surtout dans la distillation du rham et la labrication du sucre Ces deut articles chsrehect maintenant des dbouch* l trang-^r. Les tanneries fournissent tout le • %  air empl y daas la cordonnerie et la sellerie. Les tuile rite aufnVnt la demande qui ne a'adresse plus l'tranger. Le soino' e-t aussi r che (j i • le soi est l'erue. Les min s s>ot i ombreuses, qu* d s pmp c'i > %  !• t) des analyses srieuses ont rvj les 1res abondantes Mine de ehtrbon de la Grande Rivire du No d, mines de cuivre de PvrraISeuve, nappes de plnle des Hauts Plateaux de llinch •. sans compter les mines d'or du Cibao. Le mouvemeut conomique qui s'acoeul -n a ncessit l'installation de nouvelles banques el l'ouverture d'une bourse la l'apitale. L* monnaie hatienne qui est stabilise 5 gourdes pour uu dollar doaae une graol) securi aui affaire. Le nouvel n iinent de la Rpublique d'il itt compr<*od les trois pouvoirs Sxcutil, L^i^latif, Judiciaire, ab^olumant i d^eoitnla les nod :•> autres. Le pouvoir Elculif el repr-en l pr an pr--iil.Mii lu pour i ans t rljgible, et %  •*! %  •"> Secruiea d'Mat. Le Pr,ldsnt actuel, S F. \4r. Louis Uorno, etl un des principaux Bjvoc ii du ILrreau de la Capitale, t >>i un ancien lve de L r*. u' de droit ue Paris, ancien Dtrtfte i< de t' -oie de Uioit de Port La Pouvoir Lgislatif i reor sente par un t.ons i d'Etat csmpcts de 21 membres & m on de cinq par Dpartement. <-e ni de l'Ouest o se trouve la Capitale, en avant six. A la tte du Toi seil d'Etat, pour dir'ger ses travaux, sont un Prsident et deut Secrtaire*. Ils peuvent cire rtnouv lis chaque mois, mais |tit*>etiiinl IPrsi dent est nomm pour la d ne de la Session Lgislative, qui est de quatre mois. Le Pouvoir Judiciaire compren I un tribunal de Castion qui Matue en dernier %  • %  •soit, tontes chambres i %  ou' es, dont le sieg4 est A la ''.apitnle. Troi" Tribunaux d'appel et un Tribunal de Premire instance dans chaque circonscription judiciaire. Prs de chaque tribunal est un Parquet compos d'un Commissaire du Gou e oedeux suusiituls Sft^t un mier l" HoltW ^^P 0 ro ? rit en " !" fe^Ui en ar ouom. M ^ triLtt ; c t m i: Alu' jf" 1 let montagnes h'mcli "^ M verl r d 0 P;^ w r ae -o.e u. u.u v. pente plut doue*, ci r .. cli mps de rotou qu l /e'blej. VfiUwe „ Ml lauleul %  d'untod* !" t de Dt,.Va h.iaa Pow^ra tnmat. forta d'aca de drQi C1V1 | et d un coda de mit %  Malin annel*M aneai lOU. iorts de campliters toc0 ,„merclal, qui fjnt autorit. C'est ne la Pplif F.T*xl A UVi de tleurs blanch s. PeUtet a ailleN uu ecr.vain rput, qui a £"*• ..-. 3J la Petite Ai te. prs du i* c lM ,l WU'autieatoiaenan ajustent par des rochers ui'S^ i nn ** ^ rcit co JJis qui uo-deui lat cott, ieoomdeGora.l .loun a *2*eu. peUlc Vli ei du | iUo letde Heurt plagts au table roux o le caret insouciant chaufte au soteil son cailleOiseaux qui mettez sur Peau vert' de ses laa la fine aigrette de votre plum bl sa Jh aPays prodigue et fabuvux, inys qui aemble n du rva d'un pps> ^ y*tme hvdro^ranhimia le uu 'u tou el >; n ue il n en ^^jielip? tff m lui j.niait dcrit dut aucun fZ. eul *'lue .|| M y^'erneroent • %  — s occupe d'ail* ^.iv lo^r -pourrait em mener l'eau partout jaur. Ui!e t taire d .o, L, hic un dUpjardin. E innc.pal tleu1 (tt ii £s de< coLt dan-is. Mais il n'y a pis que les tudes de droit qui oienl pouss s en Hati. Tout l'enseigne unt est donn avec le plus gra ni soin. La Rpublique d'il iftl e-t pe il tre le seul pays daus lequel I enseignement tous les degrs : primaire secondaire, tuorieur, suit <|on gratuite ne .il. Mieux q <• %  %  • %  •'a: l'Inspecteur de ll-istrj tun Publique, diiige.ant rhtpie c r onscr>piion Scolaire, ds g e. daprs^a loi — des citoyens qui doivent l rm 1er lins leurs r p^ •• %  'e %  antt de le r iiirierqi' -ont en &<• d'aller V ••>' Q 'oute personne qui n'en M ' %  • %  %  l'cole un mineur Sous ses ordres ou dont elle a la charge est rigoureusement punie. De cette fai;on le recrute ment acolaire el de plus en plut assur. L'enseignement primaire est donn dans les villes et dans les campgnes par des instituteur* venus des Ecoltt normales. L'enseignement Secondnire est donn dans les lyces de I Etat et les Eco les ptrticulires, qu'il subvention ne et qu il surveille L'enseigne ment suprieur l'est dans les facultes : facults de droit, de mdecine. EooleSuprieuredes Sciences appliques Mais lai Ha tiens ne se cont Mitent pus de l'instruction — mA ne ti dveloppe — qu'ilreoive it chez eux. Ils vont se pertVtionner l'tranger et l'on pe a dira qu'il n'y a pas de grandes Ecoles de h. oce, dt grandes Facults qui i.'oui compt un Hatien parmi lei ri lves. Ht tendant compte exactement des besoins du Pays, le Gouvernement vient d'organiser sur des base absolument nouvelles l'ensei gnement agricole. Pour aider au dveloppement conomique — l'un des buts piii cipaux — il Douane acuvtmeol la construction de nou velles routes et dveloppe de plus ta plus l'irrigation. Il a donn la scurit aux agriculteurs par la rorganiiatloo del police rurale. La paix est assure, luriie et la tranquillit sont maintenus giace au Corps de la Gendarmerie. U est compos de volontaires. Les officiera viennent du Ecoles Militaire de ruri au Prince et de Hin he MHM a haute direction d'oftici r< Amricaint. L'inat uction militai re y • ot l/es bien donpa,.oelie du tii-'-i particulireneul suigue. i.Vquipe militai.e det lueuis U i Ko qui a p is pirt aux I -ix U uiji (i el ai rive troixeme dias ecoampioniidiInterna e>ual, ne ucombdat devint la l'r.nca, rour lu secouie place, que psr un uiu.i (_• ait Ce ntultat al l'imnneur de cea jeune soldats, ainsi que des officiers amricaias, leurs officiers iostr>icieu i. L'on se rend conpte que l*e plus belles possiblils d'avenir s'offrent 'a Rpublique d'Hiili. qui a en elle mme tous les lments n essaires son avancement. Grce la puissante Hotte le commerce I loi Un laise qui dessert rsolu lemrnl les ports d'Ilaiti et q i e* assure d'y trouver tout le fr d nt elle aura besoin, les re lat onentre les deux pays ne peuvent que s'intensifier. Les arti des qu'exporte llaiti peuvent trou ver en t loi ande un dbouch True tueux. Notre tabic de mme quali t que celui de Cuba, puisque le terroir est le mme, notre otf bien meilleur que celui de Jtva et qui u'uur.t'l besoiu, comme notie cacao que d'lra i.r'pai el pr,'sen t avec soin. Noire, rhum — ex trait du pur jus de la canne dis till el re lili, suprieure tout ce qui se dbile sont ce nom eu Eu rope, puisque ce dernier n'est fdil qu avec le sous produits. Au lieu .r .lier jusqu' Curavao. jusqu'en Colombie, chercher les hgiMuttbtnenea ei 'e-. hires, es nav'e I o"nodais viendraient les char^'r dan •••> Mirtai I" en rsul lerai* pAur ces navires une grande conomie de iemps qui aurait le double avantage de diminuer les frai* de charbon et les autres — ils conomiseraient au moins qna Pe ou cinq j urs de voyage — et de peimeltre res fruits t ces lgumes d'an i vr en Huilai de en meilleur tat. • cube de la hi te tnue >t florin la vcnle en Hol lande, des |to.l.iits d'lla>ti s* r it pour ses ressortissants trs lmu nratr'fe Ce ivpuie areriiuU la silualion M lu Ile de la Rpublique d Hait', n<>us prouve quel av nu el n'ser v cette j une Ri ublique te se con 1 F/ut indpendant de tout le contin> nt Amricain, \venir qui aara l'a. Uni p'us glorieut et assa r que ta Kpub iqoe d llaiti pot se le dans MS ressources propres, dans son sol lertile, dans aes pro %  ui(s d-uis ses hommes enfin, tout ce qui lui f-ut po T parvenir au plus haut poioi de richesse et de progrs. NEMOI'RS. loin Piinn Son retour Par le l*jS Oravel'e est ir venu de France Mruisienr Patrizl le sym r thique proprit taire du Grand llel de France. C'fft avec pi**tj:r qi e h s rom breui emis que Mr Patrizi c tnp'e h la I'BJ ilae el Uns o I *l iln du piai.d tlahlfMi D ei I qo il diri ge l'ont revu en bonne j-anl. Rception Monsieur et Madame Iten De legs lecevrnl .ivre plaisir irm nmis le Mardi M Mai de :> 1 p. m. *Attacaona) Telle est la dnomination d'uo Orcle mondain qui vient d Mie tonde Lo^.ine (tans le but de divertir les ramilles el di crer entre elle*j .'es liens d'amiti et c'a 10 iari'. r ncuveau cerc'e qui %  x pour [ rsident el s'crtaire M NI I. ochard et Louis Astre 11'• Jbi era giandiosemenl Ir I loin pr ebain par un grand b-il u>qul M un s I !.!• : ...i,l < i : .N.Haetjeis en Tquali' de demi patron, M apporteront tout leur cooeoufs. Nous envoyons tous no> conr iliments aux |>romo'enrs rione derniiemetit la publications nous a t remis ce midi. Tous ceux qui diret)t se prr curer l'ouvrage le liou\>n nt au K m de : (. 1/0, rh2 Fauhert. ue Dants Destoucbet, k la Con tiserie Itovale situe la'.randHue No 017 ou I Kpirerie de la Rue du Centie en lare du Csbinet de Me Leepioasse Nouvelles E trang et i s Par Cbla Qu t iclieux iiicidrnt # la coiil^rence du travail (iK.NKVE— Le groupe ouvrier del conirence du travail pro clamant cmtre la prsence du d l*ua italien fasciste Kussiai, a d cid de l'exclure de la participa bon dm c< tnmissiona. M Itossiui a protest ; on assure que MMue soli ur.nl donn des instruc Hol la dlg.ition italien ne pour se solidariser avec Mllosai ni et quitter ventuellement avec clat la con'renc*. Dans la politique (•• %  IMBRI IX ELLES -La chambre det dvutes, qui a t lue le B avril, s'est a-atnble aujourd'hui La ebamb e a rlu M. Frdric Biu net comme prsident. M. Van de Y ••"• %  qui a tussi t former un cibinel aprs six semaines pen dtot lei-quel es ou n'a/ait pu for m r un gouvernement pour sucr der k celui de M. Theuois, a an non' qu'il lirait sa dclaration aticistriell. demain.En attendant le 'bel du parti catholique va en irer en ngociations avec lea lib taux pour tacher d'obtenir leur appui avant de demander io voie cjqi'i tisane. la situation au I mues troupes Inocaises ml prles ') i ifttlts les euiliilits PAKIS— La s.l-aliu i m roeal • n: a ait l'obel n d. s nilai... elle aliendront le pro.li un mou • %  '-• -.i hn avan* d'Abdel ty. n. Une nouvelle colonne cominan de pai le gnral Billntle est en tre en scne hier cl k pris posi tion de manire a SUJ veiller let mouvements des rillains conceu tra dans la rgion de Uieca ouenli. Les autres colonnes eont f iostes l'une l'ouest de llibane, 'autre l'est de Taouna et la trui time dans la rgion de Kifane. L'tendue du front est ainsi da S00 kilomtres. Il y a nteseaire ment des vides asse/ considrables entre les groupes franais el il n i rsulte que les ntillratioiis d s i -il un* seront relvement tacite.* tant qu'ils ne rencontreront na< (es tnbus qui refusent de se j > n dre eux contre la France, (juel quea-unes de ces tribus jusqu'ici ai hostiles ni soumises aux fran ait se aont tournet hier contre let rifi'ai ns qui t'taient glisss en tre les colon net Cambay et Pr>-y denberg et lea ont repousss en eur infligeant de [ertes -rieuses. Lea obligations ati\

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06429
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, May 22, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06429

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
AgeutMJ PROPRIETE
UOtS VtliNA
wmkko 20 GENTlMES
^ANNEB M M
Malin
Quotidien
TELLPHOM W 141
PORT-AU-PRINCrtHAITl )
L'goiaior, la vie pour soi se justi-
fient, tant (lue h raison n'es! pas
rveill:, aVu apis* le rveil de
la Raison, la vie personnelle, ne
se justititrTfTi'en ^attt-^uV*le nous
est nce^airc pour servir lutrin,
car c'est pour servir l'humanit
que rinMliijtnee nous I doO-
ne et cVst itllreux cl' h m|>ljef
I des buts personnels. Uat TuUtoi
VENDREDI 22 MAI l2*r>
LA REPUBLIQUE D'HATI
t~*radwons ne: plai- du Cibao et roule Duitsamrn i qu'on lai donnait
'rnrl. j.. nh^iAAt. ui aiiT varies :'. !ravflr< Ha ri- deilX Sicles de dllCI
[tyttffe c/u C/iarg d A/-
20iBp^ ^a Gouverne*
'j* Sa Majest la Heme des
de noire collaboi ateur,
, /a rwue Da Groene
imer. ei rponse
acerbe de notie
thk de plus. M.Nemours
twwntrer combien il a
toujours dfendra les
\4i$ une l'tranger sous
jour-
lie occiH-nU'e de IHe
[esi rcure par la R-
> Hati, peuple de
deux millions 60)000
et dont la capitale,
rince en comote plus
aille- Hati tient une
dominante dans la mer
cette Mdi terri ne
Ml Mon le- Auji ir- .
le frle o \*u i* qui
[la mou io blanc t noir
i jstn i a is laru q.i
qu'elle n* j ut
lier l'i n ;ott o v il la
moll il ifit :! oriR'i.'
des louve'IeStfran-
ton appa 11 chaos
_ies, qui la taisait
[jgr un amiral anglais
lu de papier troist,
lue d'il nu pieuij
i principes. r>gti-
onentes de 1 Est
Leur disposition rap-
iventait entrouvert o
km d'un soleil qui se
Heur heurenaa orienta-
it* l'air da circuler
,dans les richa plai-
arroses qu'elles lais
sain et irais
les val es qui
nent des cou'S
aux alizs uni
ernent. Sur les
de l'intrieur,
eljntt qui tout un
tajeoupi e comme une
i m vil es maritimes
deasent, la earnpra-
iblemesit plu*
Mettre que ton e l-
. de lussir lacuttu'
tnats, des legum s et d>a
lourne, toujours at-
gr la brise, tarie entre
*->aanlirade. Etlen'eit

ses eaux vertes travers de ri-
ches campagnes que corn ne
le N>1 ses dbordements >ei-
tilisent.
Les autres cours d'eau son'
pour ne citer que les plus
importants la Grande Rivire
du Nord qui, avec ses altluents,
arrose toute la riche plaine du
Nord. Le fleuve des Trois- Vi-
vires, qui traverse les dfeion*
fertile a de Marmelade, Plaism-
ce et Gros-Morne, et aboutit
la mer prs da P>rl-l.vPaix,
dans le Dpartement 'u Nor 1-
OueU-Les rivires des Irli ux,
de r.Vrcahai',,du Bouc *e < in-
versent la riche rgion M Vr-
cahaie, soigneusement ir :tfi4i
et cultive. A ces trois cours
d'eau il faut ajouter, jans le
Dpartement de l'Ouest, la Iti-
vire du Cul-de-Sic qui arrose
la riche pleine du meiue nom
o s* trouvent les principales
thunvries et suer ries. Les ri-
vir a d 6-earer, de Modntva
et des r.itronfiiers qui a ro ent
la tVejNN pleine di Lofitt.
Toujours entia, dana le mme
Dpartement, les trois rivires :
G>s"li'ie, Gran le Riyi'-e, Ri-
vire Gauchi qi JTigumt les
pleines et les v^l js i-'S eivi-
rons de Jicm I. E ili U I n< I
Sul les plus imoo ta ts cour*
deau sont : la G\ se jetie la m r p*s le J r-
mie et la Granle Rivire prs
des G -yes, ainsi que les court
deau qu'il f ut rem-rtiter pour
se rendre Baradres et i Ca*
vajllon r- les deux seules villes
de la pninsule du Su 1 qui ne
sont pas ur le littoral da la
tat.
Du co-ps montagneux que
forme ta ter itoire de la Rep i-
bli |ue d'riats se dt tenant la
presqu'le du Mle St-Nieolas
t la pninsule trs allonge \ lu
Sud Ls dveloppement ds c
tes y est bi n plus consi i ab'.e
que d^os le autres pirties de 11
Rp iblique et toutes l-s villes
iin jortantes sont de< villes mi
ritjms.
L'attrait de la Rpub'ique
dMati tietit le m iltip'es c-u-
ses: set m >.it g-ie si pilto-es
q.i a, 4 se* coirs d'e u qui
jiiliitseui i si Miaperatur d>u-
ce, s> cliuit1 trs sn Umt
cette Ile tijn*< lue it n^lllre
tVt plu \ : i'le' o n ne une
erKint ^a -*-\ le^ ai*iwne> l
m^"T,"T,:',1ie,"'.JI gavhs csmi'i a, avr.rusoo.
J^Ja JUo pendant la nuit. p|l (ierU reo^^ ju 0ir4 |, .
ffln&S L.rpa vin.sur toutesebo-
aitaonucm. jL^IaLi 13-- Un paye ou la t rre, tant
'CSbrSS! Wirsoit besoin de prolond
nier. La cte notante monl ,a retourner, sans qu .1
W de hau^s et m iltSau- * t mme besoin df la charrue,
ft>fc-ae. Z\i TeMuetS. **; deui et trois r x>Uet par
5* ^ ""- Ellet toi ment * b,t>r dM* ,?,.to1rto a. f
fat de brut ^SSa!m Ms fl,riC* ',e ,abul8U,t m ^
voici dj
use Heine
des faillies. Car, lorsqu'elle appar
tenait la France, le cjumerce de
la mtropole avec sa co'ooie repr
Iftni-li pr >1" M#f( Ha ft>n rair
merce gnral et ncessitait 7i>0
gros vaisseaux moa'i p r 80.000
marins. Mais ce n'tait pas taule-
ment le commerce qui finit pros-
pre. L'agriru'Hir* et l industrie
taient tout su^si llorissinles. Bn
l7oi le nombre des p antalions
de coton tait de 705, comptant
24.018.336 cotonniers.
Celui des purrerirs de 79t
et des indigoleries i e 3.097.
Saint ( pue ancien nom
d'il il Possdait en outre S tan
is m poteries, 36 tuilerie i.O
fours chaux, 182 r humer s Kl
Pinduftrir. ir-tvaitlmt non seo'e
ment pour l'Ile mais recevtit en
core beaucoup de ci mmand de
l'tranger. Qat dire prs to is f;es
chiffres qui njonlAraii a Ieu sim
pie expos. Et combien l'on em
prend le cbwme tranfie *
lgende qui s'attachait alors et t'at
lche toujours au nom magique de
Saint l> r i 111 ^ i
L'agriculture b'est depuis consi
r'rablemenl d-ve!o.m#e. Elle est
reprsente aujourd'hui par des
denres d'exportation et par des
produits, appels vivres fruits
et lgume', qui servent surtout
la nourriture des gens du pays.
Les principales denres d'expo-ta
tion sont : le caf, Is cacao, le co
too el I.;< piles libres vgtal s ).
Les vivre-, dont la culture est la
pu rmunratrice s mt le- b naoe-i
>es f>gues, les ri/, les poi* roug'S.
lai petit pois, le mas, le pelii mil.
es artichtux. les p,tates, les nom
mw de terre et tous les lgumes
des pty* l'Mtij. r<
L'io tustrie a fait de grandi pri
grs surtout dans la distillation du
rham et la labrication du su-
cre Ces deut articles chsrehect
maintenant des dbouch* l
trang-^r. Les tanneries fournissent
tout le air empl y daas la cor-
donnerie et la sellerie. Les tuile
rite aufnVnt la demande qui ne
a'adresse plus l'tranger.
Le soin- o' e-t aussi r che (j i
le soi est l'erue. Les min s s>ot
i ombreuses, qu* d s pmp c'i >!
t) des analyses srieuses ont rvj
les 1res abondantes Mine de
ehtrbon de la Grande Rivire du
No d, mines de cuivre de Pvrra-
ISeuve, nappes de plnle des Hauts
Plateaux de llinch . sans compter
les mines d'or du Cibao.
Le mouvemeut conomique qui
s'acoeul -n a ncessit l'installa-
tion de nouvelles banques el l'ou-
verture d'une bourse la l'apitale.
L* monnaie hatienne qui est stabi-
lise 5 gourdes pour uu dollar
doaae une graol) securi aui
affaire.
Le nouvel n iinent de la Rpu-
blique d'il itt compr<*od les trois
pouvoirs Sxcutil, L^i^latif, Judi-
ciaire, ab^olumant i d^eoitnla
les no- d :> autres. Le pouvoir
Elculif el repr-en l pr an
pr--iil.Mii lu pour i ans t rlj-
gible, et *! "> Secruiea d'Mat.
Le Pr,ldsnt actuel, S F. \4r.
Louis Uorno, etl un des principaux
Bjvoc ii du ILrreau de la Capitale,
t >>i un ancien lve de L r*. u'
de droit ue Paris, ancien Dtrtf-
te i< de t' -oie de Uioit de Port
La Pouvoir Lgislatif i reor
sente par un t.ons i d'Etat csmpcts
de 21 membres & m on de cinq
par Dpartement. <-e ni de l'Ouest
o se trouve la Capitale, en avant
six. A la tte du Toi seil d'Etat,
pour dir'ger ses travaux, sont un
Prsident et deut Secrtaire*. Ils
peuvent cire rtnouv lis chaque
mois, mais |tit*>etiiinl I- Prsi
dent est nomm pour la d ne de
la Session Lgislative, qui est de
quatre mois.
Le Pouvoir Judiciaire compren I
un tribunal de Castion qui Matue
en dernier soit, tontes cham-
bres i ou' es, dont le sieg4 est A
la ''.apitnle. Troi" Tribunaux d'ap-
pel et un Tribunal de Premire
instance dans chaque circonscrip-
tion judiciaire. Prs de chaque
tribunal est un Parquet compos
d'un Commissaire du Gou e oe-
deux suusiituls
Sft^t un mier l" Holt- W ^^P0 ro?rit en "
fe^Ui en arouom. M^triLtt';ctmi:,Alu'
jf"1 let montagnes h'mcli "^ M verl rd0P;^ w,r ae -o.e u. u.u v.
pente plut doue*, cir.. cli mps de rotou qu l/e'blej. VfiUwe Ml lauleul d'untod*
t de Dt,.Va h.iaa Pow^ra tnmat. forta d'aca de drQi, C1V1| et d un coda de mit
Malin annel*M aneai lOU. iorts de campliters to- c0,merclal, qui fjnt autorit. C'est
ne la Pplif F.T*xla* UVi de tleurs blanch s. PeUtet a ailleN uu ecr.vain rput, qui a
"* ..... ..-.
3J la Petite Ai te. prs du
i*,clM.,lW- U'autieatoiaenan
ajustent par des rochers
ui'S^inn** ^ rcit co
JJis qui uo-deui lat cott,
ieoomdeGora.l .loun a
*2*eu. peUlc, Vli ei du |iUo.
letde Heurt
plagts au table roux o le caret
insouciant chaufte au soteil son
caille- Oiseaux qui mettez sur
Peau vert' de ses laa la fine
aigrette de votre plum bl sa Jh a-
Pays prodigue et fabuvux, inys
qui aemble n du rva d'un pps>
^ y*tme hvdro^ranhimia le uu 'u tou el >;n-ue il n'en
^^jielip? tff m lui j.niait dcrit dut aucun
fZ. eul*'lue .||M
y^'erneroent
s occupe d'ail*
^.iv lo^r -pourrait
em mener l'eau partout
jaur.
Ui!e
t taire
d .o, L, hic un dU-
pjardin. E innc.pal tleu-
1 (tt i couie.
Par sa posi ion,par sa grandeur,
par sa be.ui, la sret de ses
ports, sou ciel bleu, la fertilit
de son *')'. 1 v,.i us Ja s^n
rUX, de *i chinai, de se*
hiedins, tliiu uiriU bien ie uom
I
enrichi la littrature de son Pays
4e nombreux ouvrages trs esti-
ms. Honsitur Borna t-plu-
sieurs fuis ministre Plnipotea-
tiHiro L l'tranger, Secrtaire d'ft
ta des Fuidiices et d*s Kelatioos
fciatrtrieure Il tait un de Mim-
bre^ de U Dlgation ttaititane
h Cour eimaueote dAroitrage i
La l.ave.
IJq de ses anctres, P. Bo-no,
fui l'un des pre.iuers signatures
le II septembre 17a! dfl ft neux
Concordat de la Croit -de ;-B u-
quel, premire charte qui eoon-
oaiasait aux habitants de Pi leurs
droits politique..
ment e le u
i ii greffe est ^itement ailaclio
chaque tribunal L'ne loi svre
rgle le recrutement et Pavane-
meut Jes juges
Pour tre avocat et pouvoir plai
der devant un tribunal, il faut tre
licenci en droit et avoir reu une
commision .lu hef de l'Etat et
avo r f il un stage. Les avocats du
chaque barreau liavu un hntoa* t
nier, <]ui est toujours ra*i la
tiu de son premier mandat. '-*
juges, les avoctts, les membres
du P.u j net ont tous fait leurs tu-
des juridiques dans les Facults
de Droit et sont tous licencis.
Le programme des tudes d*
Droit qui durent trois ans
e-t e ma ne que ottH des h'tcults
Frinciises. Lss codes llaitieus
sont i isi>i s de< coLt dan-is.
Mais il n'y a pis que les tudes
de droit qui oienl pouss s en
Hati. Tout l'enseigne u- nt est
donn avec le plus gra ni soin. La
Rpublique d'il iftl e-t pe il tre le
seul pays daus lequel I enseigne-
ment tous les degrs : primaire
secondaire, tuorieur, suit <|on
gratuite ne .il. Mieux q < 'a: l'Ins-
pecteur de ll-istrj tun Publique,
diiige.ant rhtpie c r onscr>piion
Scolaire, ds g e. daprs^a loi
des citoyens qui doivent lrm
1er lins leurs r p^ * 'e " antt
de le r iiirierqi' -ont en &<
d'aller V >' Q 'oute personne
qui n'en'm' ' l'cole un mi-
neur Sous ses ordres ou dont elle
a la charge est rigoureusement
punie. De cette fai;on le recrute
ment acolaire el de plus en plut
assur. L'enseignement primaire
est donn dans les villes et dans
les campgnes par des instituteur*
venus des Ecoltt normales. L'en-
seignement Secondnire est donn
dans les lyces de I Etat et les Eco
les ptrticulires, qu'il subvention
ne et qu il surveille L'enseigne
ment suprieur l'est dans les fa-
cultes : facults de droit, de m-
decine. EooleSuprieuredes Scien-
ces appliques
Mais lai Ha tiens ne se cont Mi-
tent pus de l'instruction mA ne
ti dveloppe qu'il- reoive it
chez eux. Ils vont se pertVtionner
l'tranger et l'on pe a dira qu'il
n'y a pas de grandes Ecoles de
h. oce, dt grandes Facults qui
i.'oui compt un Hatien parmi
lei ri lves.
Ht tendant compte exactement
des besoins du Pays, le Gouverne-
ment vient d'organiser sur des
base absolument nouvelles l'ensei
gnement agricole. Pour aider au
dveloppement conomique l'un
des buts piii cipaux il Douane
acuvtmeol la construction de nou
velles routes et dveloppe de plus
ta plus l'irrigation. Il a donn la
scurit aux agriculteurs par la
rorganiiatloo del police rurale.
La paix est assure, luriie et la
tranquillit sont maintenus giace
au Corps de la Gendarmerie. U est
compos de volontaires. Les offi-
ciera viennent du Ecoles Militai-
re de ruri au Prince et de Hin he
mhm a haute direction d'oftici r<
Amricaint. L'inat uction militai
re y ot l/es bien donpa,.oelie du
tii-'-i particulireneul suigue.
i.Vquipe militai.e det lueuis
U i Ko qui a p is pirt aux I -ix
U uiji (i el ai rive troixeme
dias ecoampioniidiInterna e>ual,
ne ucombdat devint la l'r.nca,
rour lu secouie place, que psr un
uiu.i (_ ait Ce ntultat al
l'imnneur de cea jeune soldats,
ainsi que des officiers amricaias,
leurs officiers iostr>icieu i.
L'on se rend conpte que l*e
plus belles possiblils d'avenir
s'offrent 'a Rpublique d'Hiili.
qui a en elle mme tous les l-
ments n essaires son avance-
ment.
Grce la puissante Hotte le
commerce I loi Un laise qui dessert
rsolu lemrnl les ports d'Ilaiti et
q i e* assure d'y trouver tout le
fr d nt elle aura besoin, les re
lat on- entre les deux pays ne
peuvent que s'intensifier. Les arti
des qu'exporte llaiti peuvent trou
ver en t loi ande un dbouch True
tueux. Notre tabic de mme quali
t que celui de Cuba, puisque le
terroir est le mme, notre otf
bien meilleur que celui de Jtva et
qui u'uur.t'l besoiu, comme notie
cacao que d'lra i.r'pai el pr,'sen
t avec soin. Noire, rhum ex
trait du pur jus de la canne dis
till el re lili, suprieure tout ce
qui se dbile sont ce nom eu Eu
rope, puisque ce dernier n'est fdil
qu avec le sous produits.
Au lieu .r .lier jusqu' Curavao.
jusqu'en Colombie, chercher les
hgiMuttbtnenea ei 'e-. hires, es
nav'e I o"nodais viendraient les
char^'r dan > Mirtai I" en rsul
lerai* pAur ces navires une grande
conomie de iemps qui aurait le
double avantage de diminuer les
frai* de charbon et les autres
ils conomiseraient au moins qna
Pe ou cinq j urs de voyage et
de peimeltre res fruits t ces
lgumes d'anivr en Huilai de en
meilleur tat. cube de la hi te
tnue >t florin la vcnle en Hol
lande, des |to.l.iits d'lla>ti s* r it
pour ses ressortissants trs lmu
nratr'fe
Ce ivpuie areriiuU la silualion
m lu Ile de la Rpublique d Hait',
n<>us prouve quel av nu el n'ser
v cette j une Ri ublique te se
con 1 F/ut indpendant de tout le
contin> nt Amricain, \venir qui
aara l'a. Uni p'us glorieut et assa
r que ta Kpub iqoe d llaiti pot
se le dans ms ressources propres,
dans son sol lertile, dans aes pro
ui(s d-uis ses hommes enfin, tout
ce qui lui f-ut po t parvenir au
plus haut poioi de richesse et de
progrs.
NEMOI'RS.
loin Piinn
Son retour
Par le l*jS Oravel'e est ir venu
de France Mruisienr Patrizl le sym
r thique proprit taire du Grand
llel de France.
C'fft avec pi**tj:r qi e h s rom
breui emis que Mr Patrizi c tnp'e
h la I'bj ilae el Uns o I *l iln
du piai.d t- lahlfMi d ei I qo il diri
ge l'ont revu en bonne j-anl.
* Rception
Monsieur et Madame Iten De
legs lecevrnl .ivre plaisir irm
nmis le Mardi M Mai de :> 1
p. m.
*Attacaona)
Telle est la dnomination d'uo
Orcle mondain qui vient d Mie
tonde Lo^.ine (tans le but de
divertir les ramilles el di crer
entre elle*j .'es liens d'amiti et c'a
10 iari'.
r ncuveau cerc'e qui x pour
[rsident el s'crtaire M NI I.
ochard et Louis Astre 11' Jbi -
era giandiosemenl Ir I loin pr -
ebain par un grand b-il u>qul
M un s I !.! : ...i,l < i : .N.Haetjeis
en Tquali' de demi patron, m
apporteront tout leur cooeoufs.
Nous envoyons tous no> con-
riliments aux |>romo'enrs aitiative mondaine el souhailous
longue vie au Cercle Auaeaoaaa,
Du Pass
vers't Avenir
Cet opu*cule de notre confrre
C. Vieu \ dout nous a no> rione
derniiemetit la publications nous
a t remis ce midi.
Tous ceux qui diret)t se prr
curer l'ouvrage le liou\>n nt au
Km de : (. 1/0, rh2 Fauhert.
ue Dants Destoucbet, k la Con
tiserie Itovale situe la'.rand-
Hue No 017 ou I Kpirerie de la
Rue du Centie en lare du Csbinet
de Me Leepioasse
Nouvelles E trang et i s
Par Cbla
Qu t iclieux iiicidrnt # la
coiil^rence du travail
(iK.NKVE Le groupe ouvrier
del conirence du travail pro
clamant cmtre la prsence du d
l*ua italien fasciste Kussiai, a d
cid de l'exclure de la participa
bon dm c< tnmissiona. M Itossiui
a protest ; on assure que M- Mue
soli ur.nl donn des instruc
Hol la dlg.ition italien ne
pour se solidariser avec M- llosai
ni et quitter ventuellement avec
clat la con'renc*.
Dans la politique (Im-
BRIIXELLES -La chambre det
dvutes, qui a t lue le B avril,
s'est a-atnble aujourd'hui La
ebamb e a rlu M. Frdric Biu
net comme prsident. M. Van de
Y ". qui a tussi t former un
cibinel aprs six semaines pen
dtot lei-quel es ou n'a/ait pu for
m r un gouvernement pour sucr
der k celui de M. Theuois, a an
non' qu'il lirait sa dclaration
aticistriell. demain.En attendant
le 'bel du parti catholique va en
irer en ngociations avec lea lib
taux pour tacher d'obtenir leur
appui avant de demander io voie
cjqi'i tisane.
la situation au I mu-
es troupes Inocaises ml prles
')
i ifttlts les euiliilits
PaKIS La s.l-aliu i m roeal
n: a ait l'obel entre I
P ainjai
s minislies. .
divises en
i (. -
i ic grou
pes sou' actuellement sur Jes posi
lion que leur a assign!-* le ^u.-
ral l.bambruu et en dbuts d. -
actions localet ncessunea nom
empcher l'inttilrati >n d. s nilai...
elle aliendront le pro.li un mou
'- -.i hn avan* d'Abdel ty. n.
Une nouvelle colonne cominan
de pai le gnral Billntle est en
tre en scne hier cl k pris posi
tion de manire a suj veiller let
mouvements des rillains conceu
tra dans la rgion de Uieca
ouenli. Les autres colonnes eont
fiostes l'une l'ouest de llibane,
'autre l'est de Taouna et la trui
time dans la rgion de Kifane.
L'tendue du front est ainsi da
S00 kilomtres. Il y a nteseaire
ment des vides asse/ considrables
entre les groupes franais el il n i
rsulte que les ntillratioiis d s
i -il un* seront relvement tacite.*
tant qu'ils ne rencontreront na<
(es tnbus qui refusent de se j > n
dre eux contre la France, (juel
quea-unes de ces tribus jusqu'ici
ai hostiles ni soumises aux fran
ait se aont tournet hier contre
let rifi'ains qui t'taient glisss en
tre les colon net Cambay et Pr>-y
denberg et lea ont repousss en
eur infligeant de [ertes -rieuses.
Lea obligations ati\ ont soumis s les sorits
seoi'trs^au Italie
ROME- Pe** ?.0i v ix contra
0, la cha-nbre des d'p it't a \ul
le projet d- loi sur I i o ll se
crtes. I ue I p caiiont u
projet punit le -rv i tout loue
p'.Liuaire, of u personne tq

-
r-


&' A kl
: -Vf
i
f/lip rfarce vitale de la dite
"ctprier entfnts
/yrs, bien uts nies de leeiimhes ia science mcU
cal euauu a i Miupuu ae iu mtlc eut/ i.s euittutb.
eaejn* aearfitua n .eie tiuu.it e u. i.s ce qu'elle ion t.eu
ae IuMim-* fiut.iue, ouiiuuu, chaux ; en rsume
un ou it.-, eiei.fi.i-, qui uy,. 1.11,1 ie l'nergie,de ia fone
el qui .iMciiih.-.-cm ai;.-, or.
t* tuutciii9 d'uia.iiune cou.idretjt Je guker Oals
comme une uoumiuie mm paieil e viialeme.t nectstaire la saule
dt teues- tl les u,auls.
Umuu.u/ voire meueein. Nourrissez voire bb avec du OuaLer
uats .vus mui d bouHinr el quand u aura altc'nt >es 18 mois
uou.k/ le lui (Muait l'oiuge.
M^HdppM*/ uu. qu* ie yu.ker Oals ft une nrurrilure saine
tin R. THBAUJ. lawt pour Hati.
rnsSmeft
:\
v******* -^irr1^ ^^"iliTi^.
eervlee du gouvernement qui es'
membre d'une socit* secrte *e
projet exige que tontes U-s soci
ts secrtes tt les clubs remettent
aui autorits des copias de I ur
coasli'ulion et rglements aiosj
que l*s listes compltes de leurs
chefs el de leurs membres Ceux
qui interprtent l'intention dugou
vernement ont dclttr que le pro
rat tait directement dirg contre
la franc maonnerie qui en I .! e
est uii organisation po itique et
'est dclare contre le f nscisme.
La violation de cette loi sera pu
aie par l'emprisonne i.enl ou une
amende ou les deux la fo s.
En tut de l'union iUs
tffflfcei anglicane et ca-
tholique
BRI XELLFS Les discussions
au Bujct de l'union des glises au
f;licane et catholique qui ont l'ait
'objet d'une runion en dcembre
1923 ont recommenc i Malins*
hier sous la prsidence du crdi
oal Mercier.On dit que les dis us
aiqns poursuivront peudaot 3
tours
En Puiesiine s
LOMRE3- Le feid marchal
baron II ibert J> 0. t'Iumer a t
non,ni Il ut commissaire anglais
pour la Palestine et commandant
en chef dis troupes anglaises oui
'y trouvent. Il succde Sir II r
ittrt Louis Sau uel qui est arnv
au terme d< son mandai. Le feid
marchal a cou mand le f>me
corps d'arme et plus tard la Sem
aru.ee des fo ce apedi'ioi attires
anglaises pendant la liraod (>,ier
re. U a servi sur les Ironts iian
dt et italiens et fut env y avec
l'aim'-o d occupation du Kluu aprs
l'armistice de 118 1*124. Il lut
gouverneur et commandant en
Chef de 1 lie de Mata.
I. Mussolini dit sou mot
propos des dettes de
guerre
SOUK D'aprs | aeLtimenl
de y. Mut-olini qui a parle au se
al au sujet du budget des efM
ra trangres, les sacrifies d>
l'Italie d*n ia guerre l ton une de iv lio>sc lui duiirent le
droit d ** pLce dans la ca;-go
rie dis nations priviegies en ce
3ni ro "cerne sp* dette" l'gard
us E'al* L'ii* et de l'Angleterre
Li dette de guerr de l'Italie,
d in' le 1er ministre, se mon i
tOn milliards d" l"-e. dont la
moiti due aux Etals Unis ce qui
fait environ i m.Ju.rd, 1J8.5U.
Prestation nouveau Ptsilnt de la
H''jHi!il'-jn > de Cuba
L\ IUV\NKM. GeraHoMi
rlndiet devenu aujourd'hui le
5Ame prsider t de la rpublique
cubaine. Il a pit serment dans
la salle des rceptions au p\ ais
prsidentiel devint les missions di
Elomatiu'ies trangres, les mem
res d la Cour Su pi urne, lex pr
sident Alfredo Z.vas et de hautes
per-onna its des milieux politi
ques et financiers.
t'tUcm :|'ii' solicite l*in-
tervention d ; la Soctt
d> .\ liions
OkNKVB Ou anoono q e
I A letnngne 'et adresse i la
Cour mondia e de .lu-tire pour
u'.lle rgi- son ,i ifrend et U
ologne au sujet Je 1h prtendu
expropriation par la Pol< gne dius
la Haute Silsie po'onaise des pro
prits rurales et indusirie'les pos
adees par les allemands.
L'int'iiqiif tient
tre p\fie
NEW YORK Charles t)ewey
aeciUim adioint la Ti.-o ai h,
s'este baqu hr pour l'Puru
pe mi l'oAqni aniaa M l) >
a exposer aux Ii
celler e de* iiati n* dbitrices dea
Etats (Toia le point d vue du gou
vei m mi-ut amricain au sujet des
deOea de guerre dans IVpou d'an
I atar la conao idatioa.
?
sahi'it au apjel des problm s du
gouvernement II a exprim Pet
poir que le travail finan i. i du mi
ni-l e Thfunis se pour uivr*i<
courngeu tment.
En A1' 'nnjj'ie
BERLIN Le gouvernement aile
rrund a obt nu un vote deconfian
ce au ReiYhstagpar 2I4 voit contre
129 voix el fS abstentions; le gou
w-ri.etr rni envisage une augmenta
tion importante des droi's d'entre
sur les pro luils chimiques Le nou
veau tarif prvoit galement l'aug
m n lat'on des droits sur l aeigle,
le bl, l'orge et J'avome. augmen
talion qui. espre I on, stabilisera
le prix tt augmenter- la produc
tion jgrii o'e on envi ge ga e
meut d tablir des droits sur la
viande et le graisses afin de pro
lger les prolu"eurs allemands
contre la concurrence des viandes
importes de l'Argentine G (tetai
i) u 11 , mis imri.ainsde Berlin
ronsidreut d'ore el d*jA que le
noiiveao tirif envisag par I- gou
vern ment allemind, co-iatil e
une violation de la cfau e de na
tion la plus favorise.
Nouvelles Diverses
Le Cabinet b pou'suivra |:( polili|iie
de c lui qui l'a prcde
BRL'XRLi ES M V.n de Vy
vre, nouveau prsidant du coo
ail. a fait aa delrtion m uist
ri*-!!** 'a rh-m1"- d d pu'es II
a 11 que ni po it iiist'ing r u
pria*t t muni : rnn. .- H*rk
ui* u l :i-. I i | n m*
le' pirlii d p" 1 Ira ie r dh
^c*
Paris Blasco Ibane/.le roman
cier aepagaol, ad*eraau du roi
Alphonse, a annonc ai j uidlmi
que son lils Siegf. ied a t emp i
sonn Valence pour avoir di-tri
hu les dernires bro hu es de
propagande de son pr*.
ma Li lu. 1 n de |n con
lrenee de* ambis>a ei-rs pivue
f our d- ma n iaoa le bu* d a er
t nia a rnvojrr a i' \hem |o
au sujet du dsarm m u( si j-ur
ne 1 accord uet.it pas encoie
comp lment ralis entre Lon
drea et Paru au sujet de U forme
donner la commuoicatiou au
Reich.
PAKlb:VI\l.rainlev,B i.udetC.il
lauz sejsont runisao mioiatre dea
rioHueaa pour discuter la aitualion
liaaucire t t, question de- dellea
ioler-lueo La i.sultat du leurs
d ibralions sera soum;s h Psp
pMbaiiao du cabinet lors de !a
prohiine runi n.
Les cours
Jl Mai ------
MW VuRK France 19.39
Sterling 4.1003
INMni
Soire Alain .uraque
C'estsameoi qj'iura lieu ' P
riana la soire organise par M
'.'ain Laraquc avec le de 11 xtelleut acteui Mr Paul Si
v in qui l'est tait applaudir si sou
vint cl au' rend si bi-o le grnr
comiqii', au fin diseur M M m-
Laudun pass m-I r dan r irl
et egjl meut du brilla: t violon -
M Jo es Uraui trs api reVi d
aotre public *t qui sera a- r mpa
ga par la distingu piauirli A
u n 1 A 00- que ce te ni Par
" copagnement se fera sur lastn
mme.
Par ailleurs des chansonnette?
da s l'esprit et le genre qu'air >
notre public achveront de tendre
partait le programme qui sera of-
fert.
Ca sera donc une b:illanleao!
re laquel e certainement par
sonna ne udra manquer.
m 1 1 1
La Fte de l'Ascension
Hier, la ville avait revtu son
air de fle l'occasion de l'Ascen
ion du SauTur vers le Ciel.
Dans tontes les glises *t eba
piiea, pares de leurs plus beaux
ornements, re grand anniverseire
fut romnit mor avec la pompe ae
coutume.
Ai. .- m.naire la grar-d messe t
dite par Sa Grandeur Mgr l'Arche
vque de Peut su Prince qui don
a la Conliima' on leaucoup d'
ves de PEP b bsement.
^arils
Ce Soir
Quand on Aime
6e, 7 e et 8e piaodes
Entre : 50 cta
Pour le Service
flvdniuliq ie
A la Rue du Magasin de l'Eut,
dans le quartier de l'ancien Ane
nal, nn tuyau de la canalisation
ll\dr .1.1 que a t rompu, ca rue
pitre Insp cl d'il.,m re tagnt n'a
Lea pli tons ne peuvent pa- la pra
tiquer.
A us attirons 1 attention di Ser
vice Hydraulique sui ce tait.
Avis
Jeune Europen qui ''oit rare
ga r b en t sa Patrie, dsire pou
ser une hi itienne
AHressr photo et ien>e;gne
mi>rts M. M loi'e po-tale 41 .
P'scrtirn abso'ue. Photos et
lettres serrrt retom nes si elles na
satisfont paa.
u daua mola pu I PIM LES ORIENTALES
fci l'ont 1 iiehptml, r.lf'r-
unut, rtroeillliual In ttiut,
Mlmol ta iiIHIm otmm dtt
ptaltt M tittet ta liai* u
(rtrl-ai tabMpat.
KUIUMMHKVUHM4
Remerciements
La Clerg de r Eglise Episcopale
d Hati et les famiibs Joues, Sri
xas tt Seide Pu ne Louib Ls tou
fb d s n arques de tympatbie
qui leur ont t donn l'on a
sien de la mort de leur reg ef :
PIERRE EMfll JONES
prient tous ceui qui ont voulu
(>r irir. i>mi ,,;, giard deuil qui
es a frapps d'agier ici 1 exprs
ion mue de leur n connaissance.
Mr et Ht
ont fan prt T
a., 1-1, a^JJ
Giafioauij.
No rcau
n re ai mi
Fi
Pan ni d* 1
aUe.char fc.
bonne "Insttaa.
JN -t .. PendT
B01 se n fraieas
U menradiati,
de beajftsal
Ren Mi
cbei __
f c mmisfaifa.
NOUV
M
BUiDC PRAT10UI ai
| m uitaon m, sut
Mivs M nm n.
A
Lea pileaa iuh
ne 'tutti'-.
Pria es:_
Un radiateur avec
l ux ailes avant,,
l ne me 30 1 3 lajfl
lue loue 30x3
I ne i s pote en tien,
lu luvau dcbai
L'a vt muni, ur,
S'adiesser
M Ld, uard
316, Rue des Min
ou u ht n 7 h.
"De L'Avant"
Polices en vigueur dans la Crown Lifo
1518-$17,398,195
mi nijiavi
1920$25,745^26
1921-$29,806,174
1922$34,460,044
1923-$42,175,160
1924-$50,611,214
"Quoique l'anne qui vient de ae terminer ait t malheureuse-
ment une priode d'incertitude et de stagnation dana plueieure
lignas d'affaires, les chiffres de notre rapport annuel sont une
preuve qu'il n'y a ni halte ni hsitation dans le progrs de notre
compagnie. La Crown Life va 'de l'avant'agrandissant plu
rapidement que jamais son champ d'utilit et de service public"
Extrait de l'adresse du Prsident l'assemble annuelle.
LA^ COMPAGNIE D'ASSURANCE-^
ROWN LIF

te
jv-
Agent Gnral demand pour //ata
4dre$8ez vous, s'il voun plat,par lettrt
/* H. STEPHENSO^arantQnrul
As Le Matin, Port au Prince,
l^reZ"V,0S S J0,i8**pour annivesaires, fianailles,
inariiinps olEli.-'n mis e,hei v
i FILS'
Hue Buuijc-Fvi


CtWAVl
les loges de nofre cirage en pfe ne Ure marque Moaogram est acluellemeui une des plus connues,
pu .Jr e esf emP!ye Par 'es gens les'plus slects
Mie eslljimporte partout o nous avons de constants clients:
Notre marque Perfecf qui esl un cir,ige*liq i ta renomme de tous nos aulresprduits, elle occupe maintenant
le piemier rang parmi lespr< du Is similaires pour sa puret.
rus emp oyez notre cirage liquide PerfeelIe cuir de vos souliers
Ae sera jamais anim et vos chaussures Jureront longtemps.
Au) urdnui notre ciienlte n'est plus faire et nos tirages
lOLt employs par tes Ladies, Gentlemen du Higb Life d'Hati.
Fn Ste Ptritth m- k
iVEW-lUi
Geo. Jeausme<& C
... Ayents Fxcluil* pour IlatL
117 Rue des Miracles, n lace de lu Banque fationale Hati, Tephon Ho 387.
LES
D'Iutomobilt s qui jam is aient f imports
soiil aajoird'lmi exposs
AU
Garage KNER.

fondes voue en compte
en Tlphonant au (Vo 2X4


U'i-vfh
V
Rhumatismes
Nvralgies
Goutte
Gravelle
Artrlo
Sclrose
Obsit
lurVumillimm 1* AircUiom.nl
d*. .Mre. l'MMMMMjM *
Hiui. !.. v.rtc. f l oMt doit
?l|rrlnr T.itc. dcide u.iQU".
r, oo Ma de notr* er*Mj"*a
f.ir. de* eu . ,fti.Ur
4":koocm*l.
lave le sang
i*
dan*
irai-' cni uo iiuitfj --- ". 5*}-:-,
.rsclrost. Itxldt
miicr.-.tni do ronroe ?."!
.-ini iout empciier "V" .i.t
m. A l* plod de '""-' -u-'
--ul
ucMur
vint toL._
GmmtM cor.tr/ i. rtention d cM.
riqu* tiani ta sU. .r ,
ui.ion. on devr.. vint lou
hiUff
ttose.
. ItxW
irt-
vnq..e dan rorfinltint n mployeni
l'Urodon.)
Profiteur FaivM.______
rt.t a, n. m a IWHHWll NU"
tU. CruW.n. . tatancta.M.. *"
ii i pht'.M.
Bt'ii eirto HS..,!*1. I
Munit Artr.o S22-
V-.m. li.rmSo.1. Maladira o> l. fa"*-
. Armndtme. Cardiopathies.
WJD,U S.
unie*. Ooutte, LurobUO. "
DIALIROL
LINYCOLB,um'
>r*ln
\t\yt Taillant Con*iqnata.ie
Grand Ftel de France
fosi.ion exceptionnelle, au centre des allaires
promite de toutes les B.nque*. de la douane et
de tontes les Agences de bateaux
len^nemenU et iaciUt. pour voyager en, au,to
mobile dans toutes les parties de la Rpublique
i'Hati et de la rpublique dominicaine.
1 bambres conlortal.les et surtout trs nropres. en
tilal.urs dans les Chambras la demande des ren-
liooaires. Cui-ine Iraneaise trs soigne et dts
p'us v. lies.
lui a de* v*iter 4V& m de IHet :
Mus des meilleurs crus de i;ttSnC'M
W Pommnd m,u>s,..x, .., I Amciicain
I. plu. .ra *~ ^!S;.#^r,.od. Amer IMcon, VermoUttie
CO^EHVES franaise, et amricaine ' ne
^!. Cuba, Aurora et "abanera.
Cl \\B T TES de toutes les fabriques d Ho.U wo
*! piftFUIIBRU et Cartes po.tale.
Prix trs modre.
La nouvelle ir^tho V 0e l^tow
de Mr Clment Poh-l.i"-'^p
d'fon, retue, eenige "?
wnle*, eolenven ,**"
deMr^ Gflrin.r,Tged.iu^.
lUpublicaine et Fnu.
Avc celle mlhode in nm
Vculapprendr H.en 4 "'
Sivnien Ha fia
PouretoM de dplacem^o [et
renouveilenent * to-k met en
^mie au rb m .1?U de loor
nitures pour Menuisier. Sspol
cob ur.P.B! ortie.; peinture eu
d ie et huile. TVnbeQtin- D,
M (tSilkateen ; Cirre',,Ml
cgnree Gniibeud. Fil pour s fj
, ordonne,. the.teifi l;
urne, B.uclesdetout.squ l:l>.
p,,r etlierail tailleur., cous
cet, Stindsle. et soulier, b ne ,
BoiIolaMiqae^Sureile cir.ne
B,s uiU de loutes .ortes Be-.bjns
,f80.t par livre et p" boite a
pie.Srts.rruiefour malU. ic,
uipee. Verte. ^ ^>?S
eu. .1 rok-hf. de tou'ei dm en
*> Pan.ai ; Verre, et WJ
(hes pour Innau. Veire b-ire,
a li.jueirset eorKt.U.
Savon colo Ml, UC-nn-.-lino
Uve, ecco, Coud-on. cadu. etc.
cifigMiquideb'am-. et non. cirage
m pKte, loute. m.OC. HHUf,
Loueur., ebampagne, VlM Je
caUse et de b.rriquf..b.pingle: de
nourices grande, et pet i, ***
le., etc.
contre
___ le
Constipation
prenez les
COMPRIME
SUISSES
de DELORT. Pharmeci8D,
g Jtue Fnil't-A. loin
PAHW
C'BST LE MEILLEUR
DES PURPATir8

*'i
^om7>Aty-*taow
Alex PTRO; Ph.ree ALTCRTI..1
rh.nn.ole u D- 1U.U VURi)
On Irouvera
A L\ MAISON
Rue duQuih W 4617,
llude olive de table Marcel AliolU et Co. Bordeaux; ej oiii de
wT* 2 bi. Sardines et aulre. conserve. frao,,Ms; condiment-de
lAHteUl'iM? Sauce tomute Nerouh. Martini et rk.r, angator.
BU U5 0i oto.les, Henri Hoi; Vin R ^ el B.ne .uprieur.
eBn bur io'e. demi barbue, et ta*, d. i "%* [^D
le. Ileidieck. Sucre granul et concass; Vinaigre *n c.ue. de M m
et en binigun de M ^llon., 'te. etc.
P. P. Patrizi
illUS A OlilU
U iai on Charles R. g*M' annonce au public
quelle vient d installer t > machmes des plus mo
d mes pour la p paration du mais m olu, larme
de mas Heurs d mais pour les enta ils, |our i| -
teauxet desserts. .
Us eli.nts de a maison trouveront ces proIu'H
d ois Ion** le> dpts.
aluminun; _
H.w-Orleans & m
km Ste--bif'
Pio hain dpart dt
^noar l'orl-au Y rinc
[e B(ei.mer FlooJ ayanl li .o fle-.
lai sei fort au Prmcj le 14 Me
de maichanlises.
iP c,c Silketiorg laissera Je O'lai
.rochSin .ous les porta d'il.iU.
le steamer larila laissera eW-Orla
prochain dMeclemenl pour porUa.pn
^t-aa-'wivct- k,' 2*> SVlai.
\. de iitUeise
N. et A. Aci
(irandSHuc
4 i t* tia* Cam de
VojjleE-vous voa. habiller avw U
marC^a>Sse.^uslaMrirn^d
Donna devue st d. vendre petil l|
mtvtr* beauco-p -,
Daos son pei .onnel. la ^K^-.SSl 1
Uiueu. italien opU d'uJJ tablissemeail
ordre d'Italie .
Bile e.t en me.ure de lournir de.
et .ur me.ure, en o^^^SfSL
drlll blanc et couleur, coapoe. <*e-<
udons Etoiles pour glleU.
Bonneterie
Cnemi... de Jour et de nM, u ajjj
Col. et manchettes dernire. cre.4op
t Pyjamas.
C iem d'eonroti8l tue um
.t le meilleur accueil #.tV^JJJ**^
ireut par une vl.lte tre dlis W
travaux foirai.. ^^C nml
T-uii oo.tuiiie commenrd et qu
avrtv u oOent e.trepri., > j.;
on Pa.le!ranai.,aDglaU, MP9el
V
e
' '_' --------------------- '''
\ Avez vous maiig la
Ulte denre! .m,,il y a des cond-ums de W
suit i ........""
par sacs.
pendant le mois d'avril pour tout achat en yros
par sacs. .
S'adrei^r di*ectemeiA ^ laortqrt
e '*
ARI NE
r*
1 anuez ! aneoup da |ain o A'*b
R M, Simili t'o Inc, New-York
Pharmacie Sjourn
b ol g e sppl'qu^ 80 i U Direct n du
/>. /?ro( et f Sj^ro
Le lf)oraoire ttt ouvert tou-, le- ours de7 b- s de WJ.
Deoret r-uarlr peur loutes les rrchercbr.ei a al/ u pn ue
.annonce il jointe, saul pour le *aa
WS imana et la cooiint DftV l*f
SiroDt reue, qm e m* rdi ai chaque ?en a n
'adr ^r ia Ph rm cie pour kl r< 5ei;n^ i '
inalva d'u^n-iet ^Jfgastrique
Heacliou de Wasa^maui
Bii-ciou .e Tri oue,
hli.nu' i ju s "^ e du .u*
Eiaiiifi _d s manies lcait^
Sxan.en e craeh
Albumine ra"to
fon.ante CfeMcf*!
IXD^CHIEI
( Pare-tiri8e po\
Vitres <*e monte dix
uro\ e' en dtaii, CO\i\
Hr<*, 8 T8 ii Li moe* de I*u*
t /p t on de Mir*
I ri ex eprionnellem
Henry 01.
M 4a Quai ( Ave k >
/r^
9
1
KN VfNTS DANSJW*,
re
110 ii e des Csars
Rarbanour
Tlphone :


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM