<%BANNER%>







PAGE 1

% %  ^^^W-— Ta !" mmm 1 LFiVATO Shoe %  MIC. EU 7 KH Les loges de noire cirage en paie ne sonl plus l'aire. Ire marque Monogram est actuellement une des plus connues, Ellejjest employe par les 'gens les plus slects. Elle est importe partout o nous avons de constants clients'. Notreymarque Pe f cl;qui est un cirage liquide et brillant, il la renomme de lous nos autres produits, elle occupe 'maintenant Le premier rang parmi lt s produits similaires pour sa puret. vous emp oyez noire cirage liquide cPerfeclle cuir de vos souliers Ne sera fanais anim et vos chaussures dureront longtemps, Aujourd'hui notre clientle n'est plus B faire et nos tirages nt employs par les Ladies, Geutlemen du Higti Lite d'ai. Fullon Shoe Pohsh Co. Ino ont iV JE W-YOR K Geo. Jeansme & C* Agents Fxilunif* pour Hati* 1D7 Rue des gracies, Cn laCe te la Banque HaliOnale d'Hati. Tlphone I! z 367. [toUson, Lucas & C, ALUMINUM LINE te en gros $ en dtail [ett,g marque toile '•• lectriques p en ineoce o jouelaine m ,\ hu, n,ue femme, bience toutes aortes ^'ilstten caisses ""ailles '"•"•selles n p elinf 9ie mailleP ' ;••• fou-heues enfer lus Mjts nlckeis rrepi als '*• n bois ^""ce e|et en mi L.rpes pour bicyclettes Lampes lectriques Manchettes manche corne ftteucbauea m un iuuois Ouvre boites 'Siger" fiquois Papier emballage Farlum de toutes sortes spciale ment : tau de Lavende Eau de Cologne / J ohann ia .11 Fraiua" l'Oudie a .i. tiue Bojtiers div.a hommes Jkfc femmes bouliers de l'ennia Services b. cale eu laience al en poKeiaine eu .'> r 9 parties^,' ^erv. e de toilette eu laieme lasses a cale • heieres Veir. s de toutes soi tes et de toutes grandeur > erres eo cristal Via du Hhin, ctc, etc. O/0//8OM Luca\'$ Vol New-Orlans & South kim Sleamship Co IQL. Prochain dpart direct pour l'orl-au Prince cdlati Le steamer Hansen ayant laiss New Orlans le M avili courant sera i l'ort-au-Piince le 27 avril avec 260 ion lies de marchandises. '.u steamer fllfl laissera HeW Orlans le 5 lai prochain pour Hati. Le S|S Olla laissera New (Hans le 24 avril pour tous !es ports liailien. A. de Jatteis el C% Ainis Sirtu Lampes de \uit tGLOW He l'ont pas de lume et ne djjajenl pas'd'odeur. Indispensables dans les maisons quelque soit la lumiAre en oaaqe. En vente chez, Henry Storfc Rue du Quai, en face de la Gare. On Irouvera uiuHON i Preeizfflann-4 r *Hu du Quai} No 1(>17 % H nie d'>!ne a l tabla afereel Alioth et Co. Hordeaux; en caisses le 11/ et ll/l bi. Sudiaaf >t autrescooMrfi rrantises; condiments de toutes cl mat; BittOj toinile Veriiiiuh, Martini et li) 3 ,i; anguatoft Bitter, Cogite 3 .-tle-, Ihnn Roi; Vie Rougi et Blanc suprieurs en barriques, demi barriques et caisses de 12 bout. Champagne Charles Miaieck, Sucre granul et contas->; Vinaigre u caisses de 1* ht. et en barriques de M gallons, etc. etc. si frocai ez-vous de jolis cadeaux pour anniversaires, fianailles, liages el baplmes chez or* FUSHue Bonne-Foi i



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE MPRIMEIB Cl^oaeni ALyloire BOIS VEHNA 1358, Rue Amricaine NUMEP3 20 CENTIMES H taut se piquer d'tre raisonnable, mais non d'avoir raison, de sincrit, mais non d 'inlaillihilit. Joobeit Quotidien TLPHONE N* 242 lOmeANVE t N' 5W PORT-AU-PRINCE (HATI > JEUDI 23 AVRIL 1926 ,a Vrit est une fat pas un autre on Je... L vrit est une. [jet du voyage de bon kce l Prsident Uomo I importantes rgions Ju I sont les Cayes, Aquin, Si-Louis, les cloches, cloches ne peuvent j'unson. Et leur uni[,l'gii en H i iui-nen0, est celle qui a a .Jtys entier les explo [ipnpalhie, les trans|resse, ies tmoignaition et les gagn-s Dt qui ont m irqu Ifcit au Oui (1. .'Eut i 11 s'est trou/. erra jamais dpeindre Rtsme ds cu'iirs en ces vibrantes'La capitale que la circonstance avait le en rendez vous des as avoisinur.tes, raonnt le sjour de son Pil' spect J'un grand loti circulait une toute Hivreusement anime le jour que la nuit, le Sud taient de J laire fte S. Excel Prsident 'le I Il pu Midnin* B >rno. [les classes socialt s ont l leur faon. L s U•ont trouves unies [rencontrer partout aux rceptions organises Mntuer la satisfaction Le bel de chez M le la tene nocturne de jchezleaLtonnefi 1 of\ lessportimen les Cay s, art Limoihe au profeit re*Cœor, le match de butte, l quipes des [* da Port-au-Prince, la leBeauijour.Veircepitticielles au Palait, au local du Tnbuoal de 1re h chez le Gommindant barteœent, l'Htel Coin I sont autant d'occasions t t fournit* Mr Borna taire apprcier son prestilomme du moode f t au {e l'Etat (et grandes liM a politique toute de la amour tt de progrs [Cayes qui se montraient TM en lgance et en Lproligues (l'attnuons l'endroit de :,iadaine M Cayes qui SJ senr^res, aime de ses IJtoeuraient enchantes pcontres salues d'ap*"lls combien clauvaisefoidequelques%  ctairei la \rit, irjwuxii.ndroitdelano;5 mme ^ es wtressanMUons du Su t, • voulu fr Jclat de ces jjurVMtidides. l^est en vain. L'cho des ElWT ,rapp loules FJ* lout le monde sait [JJWett aussi h--ureux ^ du .Nord et que sur jifircours le cortge of[ %  *'objet de continuelles "lues ovations. L jfij Petit Gove o juane balte, S. Exet huit ,? y re8tent un l'^'.Pour s entretenir Monts locales et les -.recevoir des amtbili|^ r drivent sous toutes UJ e l renouveler | a | a |l u u es nrq li esdel inGouvernement 4 sa Fjw je reforme et se^ w 'wl des clocha, rvil de li nature. Elle s'est pa re de sa riche ver ture touie ha li3 il-, l'air matinal. L s bons i la route s'-/y-n 1 d jol's ptales de nni cesse t, de marguerites et de noinbreu ses varits de Ihurs s mvages Continu dlement l'on passe sou i de modestes arcs de triomphe dress: par les m ims rudes e saines de paysansLes cocotiers < m t dpouills de leurs bran • lies utilises c tte tin. Les tons multicolores des b dards, des nadfasrej >ussent tes yeux.. Les en tufleurs se pressent. Mais il f'ii ralentir tous moments, pour permettre au Prsident de se montrer 3t d'envoyer un sourire, un salut la ciresse de.* vivats du paysan. Il taut mon s'arrter uxcen 'es importants. C'est St Michel, c'est le Vieux biurg d'Aquin; de mme ces multiples carrefours o attendent en liesse une foule d'habitants groups sur ies %  places %  >, les plis de leurs drapaaux claquant auJessu* de l'auto prsidentielle. \ St. Michel c'est qui serrera la m iiu au Cnef de l'Etat, depuis le fonctionmires, les n hbles, le< amis arrivs des diverses parties de 1 arrondissement da \ |>pes jus qu'au plus fruste reprsentant de la musse paysanne. Vous qai a'ave/, pas t tmo'n et qui essayez de contester malgr l'vidence des faits et la sincrit ds chos, cessez votre rancune et considrez, un peu cette nouvelle exprience. .Nous ne sommes pas encore aux Cayes. Les prsentes rgions d'o mon'ent des vivais au Prsident Borno, sont en peine nature; tonds d : Viil ceplateaux, cote escarpes des montagnes. Ici c'est le peuple de paysans, autrefois taildbles et corvables quoique l'essentiel & la fortune publique. Vous prtende/, revendiquer en son nom. Hlas constate/ plutt qu il exulte au passage du Chef de l'Etal. Remarque/ qu'il est venu spinta nment au Prsident Boino et qu il L'acclame, parce qu'il appr ci" les bienfaits de la paix et de la scurit des campagnes, tandis que vous il ne vous connat pas. Vous intligue/ auprs des Cayes pour qu'il ne lui soit pas fait un di gne accueil. Ma<"s vous -tes ic e! vous ferme/, les yeux eur les pro grs raliss par le Gouvernement dans le Sud — La route des Cayes est liait'. Le Fond des Ngre'', to n beau des voitures, leur est mainte oant un charme. Il y a un pont a Cavailion; un pont & I llet. Les as prils des mornes Boilea >,St-Geor ges ont presque disparu. Avec plus de facilit dsormais le Cayen arrivera Port-au Prince, assistera nra fles, eu mme tenus qu il contractera des affaires Ignora/ vous tout cela ? Et comment donc voulez vous que de telles marque d'attention laissent indiffsents ceux qui en sont l'objet %  Vous organisiez la dfaite et f iourlant vous avez plutt assur s triomphe Sachz le bien, ce na tionalisme que vous prchez n'exis te pas aux Cayea. Les Cayes sont une ville de travail, d'aisance et de lumire. L, ou est en ei ne prosprit Le commerce lieu rit el chose digne d'tre igm l : c'est l'hatien que l'on voit a r esque tous les comptoirs. La lai-on N ptuns. la Ph rmacie Si card relveut notre orgueil. Les Cayes, c'est un des boulevards du Commerce National. Non, n me parlez pas de Suiio nahsmfl aux Cayea... J ai vu deux ou tr is nationalistes. Je leur ai parl. Nous avo'is chang a> a Uf9 e ( n M n a pu tre 4lev* Quatre 84 fait qu'il y a un trop grad 1 onaeinhU derr*mt de tou es sirtjdans leur program me violemnunl en dsaccord avec l'horizon politique accidentai. Mess'eurs, le vide se lait autour 1 %  vous. Les gnration? grandis s vit et constituent pour vous le flot qui motite et envahit .. Oh cette |eunes>e, ce'te belle j i m j sse des Cives. Bile n'est pa* seulement de i > >m le !I0 ans. Les Cayes, c est la vi le |iine Li. on n'est jamais vieux; ceat la ville terne lemeot en feur. Kt l'on GOQO't alors l'harmonie qui a exist entre la popu anon >•! lt>. l'rsid ut Borno ds le contait. Le Chef de I Kl.U n'aflec i nne pas tout ce q>ii est jeune.'La |e ine-sec est le prsent et e'est i ave iir. La Prsident Borno marche avec tout ce qui est jeune, sain et vigoureux. La formidable jeunes d-s ave. o itiq>iem> nt naie eomorand et admire le Prsi dent Borno. Elle s'attache son Gouverne tient, et elle sait qu elle ne conn i ia pal de dception Qui a% s'ejt p tr, en effet, du caractre ajcensionaal et rconfor taut du ()iivernement de 1922. Le Prsident Borno se raj-unit constamment en taisant couler dans les artres de l'orginism; national toujours un sang nouvel, i. Aussi se ralliel-il toutes les tiergis. Car, en suivait la courbe en progression de sa politique qui ins aire la plus large conliance, on entrevoit au bauU ralisation de; plus vastes espiirs patriotiques par la voie de l'Ii mneur. de la vertu, de la rgnration des consciences ladivl laalUs. Une vide) de ti avait et de lumVre c .mm-' les Ciyes, ce boulevard de la civilisation dans le Sud, ne siu rait ne point deviner tout cela. Qui dis je. les cayens le sentent et le pr clamml. i. immense jeu* nesse s'es' g oupe autour du Chef de l'Ktat >i prestigieux,si bien ani. me. si respectueu) de ses promises, prodigua l'gard de tous et ne demandant en retour qu'un peu de bonne foi et une meilleure intelligences des choses pour le p'us grand bien le la Patrie. Un s'expliqa-5 ainsi l'emli lotlaa mt il s ovatims. Et si quelques adversaires impatteatl crient tou jours, c-st qu'ils ont t tou chs • et d j.inlits, car le Prsident B irno est rev nu des Cayes plui ralfenni que jamais. J. LiuoJOSEPH Avis Le public et le commerce sont aviss que d un commun mcord Monsieur Bmillio N gaglioni s'est retir de ma Maison de ommerce; en conaqaeocs la procaratloB que je lui avais donne, cesse partir de ce jour. Port au Piince, le 16 avril 1995, LOPI ItIVKKA A V Hospice St-Fraoois deSils Voulez vous tout la fois, vou ; distraire, vous dilier, faire une bonne OJ ivre, agir en bon hatien all> z 1 Hospice St Franc is d. Sales, le dimache 2i> avri. Cesune fte qa il fau Ira avoir vue. Elle marquer* dans les annales des |V'|.' il' m, m, .m il uni Ls puh iules personnalits de Port au-Prin e et de la Rpublique i'y donneront rendez vous Jamais pareil cortge de pirrains et d: marraine ne se sera dploy. Voici les grandes ligues du programme : A i heures rassemblement de', parrains et marraines dans la cour intrieure de I l'Hospice. — ')fil — Allocution du P L Goua/e Vicaire gnral. Bndiction des travaux par Sa (i. Moaaaignaa l'Archevque de Port-au Prince. — Mouveiu dtil d>:s parr.ios et marraines. I\ • %  messe jusqu' la nuit, dans les jardins de >a maison. Allons Ce jour l, tous 1 11 tapice — Not-/ bien, que les entre seront gratuites. lforras & Navarro Rue du Magasin de VEtat La Fal>rii|tie de losatjties a riionnetir d olirir ses services aux Imptaieurs, arcliilccles.particuliers de la Tapitale et de la Province pour Texculion des travaux en carreatix-inosaiijues de toute beaut et de desseins varis,blocs en ciment,granit,pierre artificielle, balustrades,dcorations. travaux au cimetires: tombes caeaox, etc. Prix modr^.— Faites nous une visite.le meilleur accueil vous esl rserv. pour les conditions de vente,s'adresser 4 Monsieur L0?C HIVER., en lace de la Poste. Barras $ Navarro La Dclaration du nouveau Cabinet Franais I. Painlev expose i la Chambre la tche du Gouvernement 4 la suite d'an expos de I. Caillaox sur la s'Uatioa des Finances, le Cabinet Painlev obtient un vote de coofiince PARIS, 22— Mr PiiinWv, prsi dent du consei!, a m devant la chambre la dclaration ministrielle dont vokl les principaux points: u Tous les problmes s'efliri'ni devant lattmr et l.-i scuri t de la France el TquiIiLr. fiuau citr. Le gouvernemfit -in>pner. des pnncipes de paix dans la scurit, le respect el le maintien des traits. Il rerlieieh ta la st l> it oonomi ue dans le r.gim de la justice fiscale, oha laque \: il-convie tous I s cituyen> i' l {l i l'i t-i.'l national au-dessus des pasions de putie. li poursuivra l'e^culion du plan Dawes et le r glement des del es interallits. La Krance est dsireuse de donner an monde la paix et la stabilit condition qu'elle soit elle-mme en secuiit. Le gouvernement reste ferme ment attach aux trois conditions du protocole de Genve : la acu lit, l'arbitrage et le dsarmement Il comprimera toutes les dpen ^e8 qu'il couvrira par un impt sans en imputer aucun au trsor. Il s'eflorcera ensuite de diminuer •on passif et dem-niera la na iou de larges cacrili.-es par un ap pet au patriotisme de tous les cito veiis dans une atmosphre de con corde naliona'e. Ku consquence, il maintiendra au Vatican un re prsentant qua iliet poursuivra la lente assi nila ion lgislative de 1 Alsace et de la Lorraine. Le gouvernement ralisera les rformes sociales possibles sans grever le budget. Il poursuivra la n -.liii. iiiion des conventions inter nutionales du travail Washiog ton comprimera strictement les dpenses administratives et des r gbiis libres et contrlera svre meut le rglement des dommages. 1 n.faut pas oublier lea ressour ces inpuisables de la France dont aucune preuve n'a jamais entam I impeccab'e probit •>. M. Cailla*! dclara a la cltam bte que la confusion des comp tes, l'abus des comptes spciaux il li tat d'engorgement de la Ti sorerie bout tels que, sans .. %  rer les difficults actuelles, il faut ronsidrer trs srieusement ha services les fi un es. Les dincti ves du gou-eruemeut sont d'abord de u'augnenter en rien lea avan ces de la li .nque de France l'B tat. M Caill iux ajouta qu'il fera voter le p us ra| i tement possible le budg t Je 1913 en s'appliquant obtenir un budget qui.ibre et qu'il demandera i l'administra tion d>>8 propositions pour le bud gel de IWO qu'il dposeia en .lu n en y i iiroJmsant t >tttw les dpen i i et les i n pu s correapoadan p, l'ne grande opration d'aaioi*se ment qui sera une opration mo ntaire viendra ensuite. La Chambre a accord sa con fiance au C ibi let Painlev par 314 voix contre 250. Nouvelles Etrangres Par GabU autour de la prsidence de la Commission des lparations P\RI^— MLouis Barthou a offert u nouvnu prsident du D ._ etnaai' sa dmission de prsident T |V|**t||a r ^|C de la c-v-mU-ion tes roari'inns. Jl I il L. 1315 A illeu d'acce-derret'" d-n s on. le cahin"! a ^cil k I unanim ;, d^ re n r ier vtRarthin dn tous ses e I rt<* et le lui dema-'der de rester son pottp, ce qu'il a ac copte. Les clients et amis qui dsirent me vo>r me liouerout,> omrae par le pase, au No 602 avenue 1. Peu de Chose. Dsastre muiitime NEW YO'iKU cargo ja P o nais Raifuku Maru dont le plaques ont t brt.eepenJati une temp te de Mi heures a coul hier iso miles au sud est d'I'a lif ix quelques minutes avant m di. Tout l'q npage, compos de 38 oflii iers et mains, a pri. I. Ho m'nc , de la Cie c White Star Line > se trouvait la lte d'su trs navires qui sont a'lf imm diatement au secours du KaikufQ. mais qui sont arrivs trop tard pvir aauver l'quipa|e, ce deroiar se trouvait comme pris dans nue trappe A bord du bateau, les va gus ayant bris les barques de sauvetage, l'Ilomnc arrivait en vue du bateau quand celui ci s'est enfonc dans les vngues. La con brmahon olticielle du sinistre est arrive dans le mis-nge suivant par tlgraphie sans lil du capital ne Jean Koberls de l'Ilomric aux directeurs de la Cie White Star New York : i Je me suis S orte au secours du < Rjikufu laru ce matin a i b 47, vu le navire 10 h.">| ; le navire a cou 14 11 h, 51 par latitude, noi* '•1 j longitude ouest 1 .Stf. IU grette de n'avoir pas pu sauver quipage . Au Honduras WASHINGTONOn apprend qu'il y a deux mouvements auti gouvernementaux trs distine s dafis le Honduras : liiu sur la cte aord vers Ceiba et l'autre le long de la frontire du Guatemala. agitation politique en Bulgarie PARIS— Le gouvernement frau sais a t in foui que la situation •n Kulgine tait grave. C'est le seul renseignement parvenu par voie diplomatique indirectement, car aucune nouvelle n'a t reue d* ministre de France 1 Sjfla.Le cii-mcelleries allies sont fort in q ileg des vnements de Hulga rie et leurs reprsentant-: diploma tiques Udgraie ont r i i ordre de demander au gouver.iemenl VJU goslavs de faire disparatre le vri table nid communiste qui existe Nisb. Ce groupe participerait a, li vement la directiou du soulve ment des communistes eu Dubca rie. SOFIA— Le capitaine Yaukoll considr comme le chef du corn P'ot qui a organis l'exploson de la bombe la caihdiale de Sve tikrai jeudi, a t tue hier matin par la police. Lorsque les agents le dcouvriient dans la nrnVon o il tait cach, ils | e sommrent de ae reudre. Le capitaine rpondit n tirant des coup* de feu et %  laoaal plusieurs bombes. H M tu par les balles des policiers. Lntre la Chine 11 la France PEKIN— La France a conclu avec la Cluno un accord suivant le quel les versements non effeetoea de l'indemnit des boxe s seront employs i la rhabilitation de la Banque industrielle de Ch ne q i a fait la.lhie en IML'1 L.s foadaafl eumussemonten tjmilli,,* de dollar Au Maroc CASABLANCALes ||i,f a f B8 ont attaqu les tribua formatt la couverture dans la rgion noumbe 1 au ont franc .Centre la froc Hre de la zone espgu, | e el j fg postes avancs. Les l.ibus se sont replies momentanment l'abri des lignes franaises. l'anniversaire de jRome ^lSfc U Vil,e E,erne "e clbr hier au milieu d'une eran de jo.e lanniversaire de la fonda tiort lgenlaire de la ville, il Y a 2i78 ans Tout tait dcors de drapeaux et de pavillons hraldi ques. Le< maisons de commerce taient fermes el tout travail tait interrompu. Nouvelles Diverses PARISD'aprs le Matin .J lex sultan Moulai llafid a fait ta soumission la France contre la euelle il a longtemps intiigu. Il est parti en France pour y vivre la retraite. PARISM. Barthlmy dry en de la hHcult de Droit, est rmt g' dans ses fonctions. NEW YuHK Le vice pr.I P*wes invit au djeuner au Duel de 1' Asaoctated Prei8bJ;



PAGE 1

Lt IV. M IN 1 1 %  eiu DELYS donne un teint de lys • '' *! .—' — !" ' '9 ' m CAS *i'3f; P v." L.. ^ nntirta la t* Crtnt frait fifur TtUtttft, cuct. patfmmir. i.'r !i lrunei.tr. rmtifllll. rf/acr le% rtdrt Ltle tien, la pondre Assure un* rciir.aV.on exqulsa La Crme TE • i rien I p— >u. qu'elle i %  %  b %  v. ri (lu |.lm:iis la fjiri ig i i %  %  • mec sua extrait* lr rtrur, i Cn ri IN "ELYS et i i lui | -ir f .il-lr *a ont d< loilftttl MM emploi • vile It haie, le* tache de roilSSCUi et IfirntStioni dues U pou-i-'re ARYS 3, Rue de la Faix, 3 PARIS T>ulf Parfumerie! et lirand* M*.,.ir>. rW.? Serge Vaillant C nigii*UJ c 9 \ t a t n cueilli par \f> diteur', membtes de I 'a > %  iali on, %  %  r>-1 < grand, salle de bi 1 du \\ aldor Asloria. LIsbON.NB La di.mire des 'Ipi a !•'• i h' que In sispen sion d garanties corsiluiionnel les OODffmierail encore. NM\ YOKK — LetinialMa chatl' 1 prmtti DI •* I U de .nb, a lait lier une visite (fficiah au maire II lan llllel de \illLdroit dp cit a t con'r au G nral. Les cours n rs I'AIIIS— \vril Dollar Livre 19.1 Lus iinpps c Je sois las de l'entendre tonjoirs ncmnier le Juste . Arislid "un des plus grands hommes I .\tli.ins, qui 1 Mis toire, a maintenu le urnom de Juste que lui avaient jadis dcern es compatrioles, fut cependant, i Plnsttyntion T j — 'N lO.rponl le paysan.rnalfl •je suis las il l'entendre toujours nrmm \o 'juste''. Aiislide partit en lormant des vuix pour ia bonlirur de son iu gr te |atrie. r4il i iicuKMmi mmo, voir les noiivettiitt's, tu tissus lan la aie, en dit* peaux, corset-*, chaussures, Bai, Cli&usselles, Sac i maii?,Fleurs eto tjue Faul t. A m lia vent! meilleur march que n'importe 911.. Administration Gnrais des Postes Avis de dpart rj ; Les OaiAchM f 1 "" *** ^ o r ^ l'Europe (via New York uiitct par le -|Cristobal sront fermes lundi '^7 du courant. port au l' rince,le -I avril 1!).!.. Discours prononc sur la tombe de Mr ThInduit Selodoui par Mr Arioste l'if rre Louw. juge de paix de Port de Paix — 10 avril 1915. Mesdames, Mess'eurs, jH est de|cercu iqui, en de* cendant dans la tombe, nuiobli geut lever la v tix en b immag de reconnaissance en ver* les nersonnaiits qu'ils enferment C'esl pourquoi, je vien nor suis me profonde motioa, faire un der nier adieu, tant au nom de mes anciens condisciples du II •• %  gao tout particulirement q l' celui de toute la jeunesse hiitienn. au cher disparu Thodule Saindoux. Cette nombreuse assistance et les r.'grets qu'elle exprime lisent, mieux que je ne pourrais le f tir, les rares qualits de co. ir et d'es prit du directeur Saiodoui qui, en vrai dispensateur de lumire, on sacra sa vie entire l'avaaceiie it moral et intellect je' de notre Paya. Arrive trs jeune en lliiti, il eut la g^nreu^e i l^e de fonder de* coles soit au Cap II lUiaa. oit ai Il ir_ ne o il russit k former d •*. honnmes. Il s'alonna sa tacln avec f d et d*ialressement. loi moments difliciles de notre vie ni lionile, alors que des hatiens nliiniotinaient 1 instruc'ion de ia ieuuesse p-vi' une cirrira p'us lucrative, Tliodule Sainloux, ri l;\ -^ii Irantis, raniplhisalt ave^ !? %  • et persvrance s>n n"'e mil d IniUtoUur, S >n amour pour nitie Py> W sincre, car qitnd il s'est senti en vironn par "la hacha du noir ho tberoo" il pensa, pu piti Allai* k c.on lier ses restes sa terr • •• taie. I fit -es ad eux ••• am ses anciens lves et partii s m esprit de retour. Mais arriv lu b iil oQslata que le oœ r du vieil I ird est un cimetire", toutes ses chres affrtions aval-nt disptru; il reprit le < li -miu de sa secon le patrie o, d ailleurs, il avait laiss les iv les d'un pre et d'une pouse. Il se lixa alors a Port de Paix ou jusqu' son dernier jour il di tribua avec le mfim zle le ptin Maniai ant de l'iiistun tion II comprit que le plus grand service rendre k notre Pays tait de com hllre l'ignorance par la p'us grande diffusion possible de lu miie Inclinons noua devant cette loii be et gardons en nos MMiri, l' gard de Tho Iule Saindoux, un -nstant souvenir de prof sud* N ...nnaissance! Parsiana Ce Soir La Baiiinease Inconnue Entre : I gourde Diniuiiche La lin du grand succs, LfePA_R]Sl£PE lie li Vapeur K Uar.tj l •>! uihes 1', i -il.-. liO'e, llu'li LKSSI\ 5.-BEHA8g\GI pROUrilTI DI Soinparticuliers p i r le ii ^e Su, lau-co's. i h-mises. Voi;ssr>/ pleinement satisfait en envoyant votre lingi La "PARXSIBITNS Une innovation heureuse Arancienir miisoa K •tel. rntr^ la r.r^nllii^ et la Rie des Mi race S se trotlta un non vrl tablissement qui "llive rnitre la moliqi^ smn 1 -le P. I .." i, 5 aunes l'un tiss i pruvanl etrj remis ;') n'imoorM qu I t lilleur. qui est rouitAr par I E'abli'a m>ni lui-mme. On l'eng u" ;1 'n r? accepter or ( mies m livi lus, 6 COU" pon qui lonn'nl clncun droit ">n rn^'ii' bAnO ,ft c'est-dire h livraison d'un m npl >l r"ur la mrai valeur de / dollar 50|100. IA ^y-st-m est d'origin all* mande et est t-s prstiiuAen Angleterre, "aux IvntU <'* •'' en Allem'gni. Il t cil i t l''.oulement des tissus et wnr '. d i avantages tou3 le? liens te Fi J L Prochainement Clbre Choeur d s Cosatpn-s Russie 18 promis, ehitts ei da s:s Les E^prtocei lulnres BT Le Diplomate d %  lix as "Tel e>t le titre d'un vib-inl ap pel l'Lnion et a h Uooeerda pa ru sous la signa'ure de notre ami Peters Itaviau, au cours dnque l'auteur aprs l'expos rap'de de nos fuites tieuOhulM -dep lis iSOi, convie lois 'es eit0J40* lnitiens se so'i l l'i-'er avec le (iouv-rne ment, ctr dil il, h nouvelle liber te htiiienue ne so tira pas d outre mer, elle nrlir.i de la Vrit*, des Co-iirs Uail et de la So idaril des hatiens Com l : menis lauleu'*. Le Roi des Digestifs r PEPTODIASE Admis dans 1rs Hpitaux de Paria CTION IMMDIATE RKVKILLC L APPT.T ACCELERE LA OIQCSTION FAVORISE L'EVACUATION DE L'ESTOMAC Su|ipr; il On M Patantr.ir d'Iatomae. Mlgrainat Boufleei da Chdaur.Ranvnla vart.ua. Nauaaa. Vomiaaamar.u, %  allonnamant,, Digaatlona pnlbiM. £n rrntr dam toutn In pharmaart bpx gcncral UbarUaire. P. ZIZINE. 2, Rat dVCapn, PARIS A //JIII Pharmaclr AI. PETRTJ8 et touus titnncs ph in Ombre et Lumire Hier soir, vers 7 heures les ma chines de 1 Usine lectrique fon : tionnaient-elles mai ou bleo,tait• on en disposition de amuser un peu a la (Compagnie, l'on ne >ail Cependant le courant pour l'cl tirage pnv ( eetiondesru sdesProoti Forts, du Centre et des Csars ) tait !'• i|ucmui -"t interro non Les lampes s'teignaient et se rai lumaieot produisant tour tour l'ombre et la lumire comme pou • la plua mtcabre factie. Dans les msisous et Ie3 tablis : u -nls puLlic?, l'on s empressa de tirer prudemment d s but, is o elles dormaient recouvertes d? poussire les pro ajies lampes ga/., en certains lieux Ion lui mme ob igde rdVsttif Pantiqi b uig'e. %  i ^T' i r i ij %  •ri e Sitii Ihw telau >• • n. t cien Offl ier de l'Etat. Oivi nue hier. L'anlerrerneoJ aura lieu auj>urd'iiui 4 3 li-ures de l'iprs-mi ti en l'Eglise du Sacr-C iir de Tur geau. •Le dfunt qui fut un h i n ne de bien dtns toute l'a-cep ion lu erm, laisse d'unanimes regret• Nous envoyons nos sicres con do'aoces toutes les Camille e d ni! atteint. e %  s v >ns appris avec oei ie 1 1 de GSriN HEURTEI-OL an, jurvaqua Fianailles Nom enregistrons avec plisr les li meules d> M le S mone Goi'h'-r A\'r Mr Pfi r Oup iv Tou* no* ootnp'l ri-n's \\ d s tiugui [ chirratnt couple. t M\TINE Dimaoch) Q h juras sera ra prsent le NM du t CinVarits Journal . l^e numro comporte le bal de enfiu'.s u Cercle Port au Princien.le M rd •yer a m baaiiieuif la Chir du Oarige K'1"". le ''H 11 d Mira., hs Nai88anee Œ ils le l'.i 11, elc. une Irai i ;h) ortg nie Port au-Princi nn\ Prix d'entr • i — Ceat le la vie 1.00 Monsieur EDMOND IJELMCfcv, harg ^ .r.Xiit-maijrn', et sib entaiits, T VS touches ni*. i|ues m 1 s'y-a | atli'e qui leur or.1 t '.'ciinp^ jj ttOII dvla perte il rpai "Lie qu'ils vienne,,, J en la personne dj Nidann Anila Hclncke. leur ehre 't regrette epuue et mre, tous dux qui ont Lien voulu prendre part ay deuil qui les frappe, de trouver Ici mme T siou sincre de leur plus dve gratitude. |ort-au l'iince, 1^ 21 avril itl25 Eavinien Martin PetilGove Pourcau^e de dplacement et renouvelltment de stock met^ tn veuie au rabais ses lots de Tour niluies pour Menuisiers. Sape in couburs iissi r ies ; peintures en pale et b lie, Trbaotin?, "'il D. M ( ,t S knteen : C'^aretlfs t rigarea Gu baud. Fil pour aaHiera et cordonniers. Cbesterfield et Came Boucles de touttf qualits, poui Mliers ,t tailleurs, ous, lacets, Sandales et souliers blancs, Houles la?tique\Surelles,carainel Bia ints de loi. les sorte I! inbeDS IMOrtia par livre et par boite. Pa piers et B< rrures pour malles, etc, Lanpa", Verres dlampe-, Bon ch ta et mah s de toutes dimcn siun i Pan IUJ : Verres et bob ches pour fanaux, Verre boire, liqua rs ei .i coi l -ail. Savon colo aal, ii \cerin a ,P^lmo I . i • c i. (ioudron, culiim, etc. cirage liquide blanc et noir, cirage en piite, toutes nuauces. Halles, i.ijin tirs, i n mp*g ie N' M as caisse el da b i ii \ a.Bpingles nou: c g grand s et peiner-, aiguil les, le. Carnet Mondain Jusqu' nouvelle information, les rceptions^ les jeu lis > de Ma dame Borno SJUI ajournes. Avis le Minire de Frai ce int'le tous les Preeaif n-^s e : UOd j se prsenter, MHS dlai la Lga tion pour se faire inscrire sur les tableaux d recensement de la alsas de 191. Port au Prince La 2o avril 1925 fiawas Avis matrii Je, Joseph Ed gn, tlec' re au publie") rai et u Cmmercetni lier ii'lre plus resporj actPS ac'ions et d.ttj pouse ne Vernlia [ miciliee llinard, rural' d-s HaradreVI pour cause d'adultreA lion t n divorce lui sert, bref dcl i A : ist i\ .M;.i;on,(iiy mitlJ mime le IV>t'', ce il ISJ o. %  I s'uhEDOU Revue des Deux Monde 1 s Rue de l L niversiU, Pans BOMJIAIKE L)K L^ LIVRAI ON du li Mars 102." Jean Perbal. — Deuxime partie Louis Bertrand. Exqu.ase 1 une entente Frineu ang'ai-e Le ci nlmaiie du Cardinal Lavi(terie — I. f- vo.-d'.iou. (eorges Goyau, de ^Acadmie franchise. me OODS liai a l'empire, — II. Comment se fit 1 empire. Gabriel Hanotaux, de l'acaJmie franc se^ be ma.aise ie i'ai'oie. Lt U Rebooi. I -.luire. — 1918, Du: de BroLi Steppe — Der n re partie. An'me l'ebkhov. Posie. Il nri Brenir. lie vue Scientili iu. —Sur les Astrodes. Chirles .N irbnain. Gh ouique dv la !Jnn/. une. — Hu oire l'o itq i". Ils i i'in in. PIIIX DE L'A OMMHvll-.\r Un an Six mois Ttoi: raoPaiu Semc ScincctOi.e So lr 41 Iai Ir 50 Dipsrtenients et COIOIIK iraoane S6 44 ir JJ Ira "~""lilrann<:r 98 lr }o 2b %  ^IA* abonne nents p.rtcn; du 1er tl du I J e .hijue mon. fRiX DU NUMtHOIr 4 50 Avis Impi Le public eu g rjHH ieclients di Kvw.xs IIKRMXNOSI avec p'aisir qu'elle] C'voir un a* o tira.ni pour dame?, lcrnir.i t-, des ti>:-u-i pjur v 1 1 s et cou'0 111 s de vo le po 1 aiinmuniooj ti de soie et de luxe, Comme toujoi'ts 1 lient toi M- c v currpr.ci K.vw.vs liKRaV ;Vi.-,, ami, Hue T: Variti ue Soir La Lii Entre Banque National Rpublique L'S poileurs de' soifs de la Dlie InN tirio|o, S;ne ti, qui< ellecl.ier h dpt mains 'sont p tfts i' tir en nos 11 %  n-flMtlj celte dite pjur rdWl dfinit h. contre H eu de dpt lu;uetl LtUX qui n'ont pM 1 ie dp de bMirsB s lires voudront bien plus lot. a Poriau-l iuiri\l J | liAMji.i; Sxm li r, iii.njCU conomisez votre ari i M insieur et Madame \Y. Wi'son n>j' o nt i ii ie , u i nom m nuser aniis n q le : GI^IMMB. NO compliments. Servi 59 d8 C a niai Aose-J-Yea Port-au-PrioceU i c n -u laisser* l'on au Prine i l heur:s lj nit'o, tous les jours, pour Pnit Q .v i, Mir go.i i:,Pelite Itivir : et MHeV-.u Depirt de [• \ U ie a Vau mi li pour lre de retour U hiures du soir Port au Prioe. aVaiffetssr ft Pilix PAILLBB h l'Anse a-Veau.Station Port ajPrince devaut la Poste. Kmpioye pour votre correspondance et vos travaux macbine. 'crire FOX, qui est celle donnant le plus aval macbiue crire KO\ prsente cet avantage qu'elle 1 tels en plus des autres machines, c'est--dire que vous, FOX quatre caractres de plus et qui sont trs u* 116 8 '!^, Prospectus sur deuiaa le. li npresse/-fous de preno oli /. AG M" : H, M (||i IJilJll iy i r ca*i |T~ I %  > %  Dcp-j"; pl;i3 de 40 ans gurit la Bi.ENNUj et tous coulements rcents ou t 23B ARABES GURIS {Extrait d'un Ropport der MrdrctM C'ist la rendt qui a tou)oon donilM EN VENTE DANS TOUTES BONNES r SrlCIMITS PEYRARD D'AL GER.46,n^ il luaus booo :..mw



PAGE 1

LFiVATW • %  Ci 115. ME 7 WOHH Les loges de noire cirage en pftle ne sonl plus taire, fre marque Monogram est actuellement une des plus connues, Elle^est employe par les 'gens les plus 'slects. Elle esl importe partout o nous avons de constants clients! Notremnarque Pc f ct?qai e*t un cirage liquide et brillant, |H la renomme de lous nos autres produits, elle occupe'maintenant Le premier rang parmi les produits similaires pour sa puret, vous emp oyez noire cirage liquide tPerfeelale cuir de vos souliers Ne sera jamais abm et vos chaussures dureront longtemps, Aujourd'hui notre cliealle n'est plus H faire et nos tirages ont employs par les Ladies, Geullemen du igh Lite dtlali. Fallon Shoe Polish Go. Inc. JEW-Y'ORK Geo. Jeansme <& C Agents Fxtlunif* pour HatU 107 Rue des miracles, En lace le la Banque Nationale d'iiitl. Tlphone If r 367. %  nie en gros en dtail [iottson, Lucas & C% ALUMINUM LINE New-Orlans & South kmm Sleamship Co loi. Prochain d( )ar t direct pour l'orUau Prince Hati Le steamer Hansen ayant laiss .New Orlans le M avul (jurant sera J'orl-au-Piinee le 27 avril avec 260 lumes de marchandises. '.u steamer (fils laissera New Orlans le 5 lai pr<>jett. s marqu. toile '•s ltclriqooi I e en Itience lu. i ? ^ U€ l*''ne *•* homme et femme, I faieoce t* lou 'es eortes ickti. I" n bois f*** et|et en ma.l 1. tapes pour bicyclettes Lampes lectriques Manchettos inanche corne tauctieue* iii.tiii inuois Ouvre boites 'Siger" Piquais f apier emballage Parfum de toutes sortes spciale ment : Eau de La vende Eau de Cologne /Johann ia U Frainal'Oudie %  a ,i iinr Bjjiiers div.a hommes iV femmes Souliers dv l'eQuia Services a cale eu laience et en poIX-eittine en : i r 9 parties^] _&erv.ce de toilette eu faieme j lasses a cale i hoieres Veir. s de toutes soi les et de toutes grandeui? Verres en cristal Vin du Hhin, etc, etc. chain pour Haiti. Woffaon LucatVf Co] Le S|S Olla laissera Mew OHans le 24 avril pour tous les ports Haitien. A. de Jatteis et C% Agents Gnrai! Lampes de Nuit G LO W le l'ont pas de lume et ne ^dgageai pas*d'odeur. Indispensables dans tes maisons quelque soit la lu mit' IN; en usa17, H nie d'ilive a l labifl Msroel Alioth et < %  >>. Il,>rdeam; en caisses de 11/ et Ift/J bl. SsrdiUM et tatrM cootsrf sa frini; lises; condiments de toutes cl Ml N i; 8 me : loin t te Neriuiuli. Martini et Rasai; Angustura Bitter, Cogne r> .lo le-, ll.nn Roi Vitf* Kouge el kMaoc suprieurs en barriques, demi barriques et causes de 12 bout. Champagne Charles Hevisieck. Sucre granul et concas>; Vioaiffl u caisses-le 12 bt. et en barriques de M gallons, etc. etc. ^ocaF ez-vous de jolis cadeaux pour anniversaires, fianailles, liages et baptmes tiez FUShue Bonne-Foi



PAGE 1

T L\ .HATLIM Sans pareils pour kor Solidit Elgance Confort hi ( icJuur En vcnie partout | Pour les ce minaudes s adr< uer a Euy.lt BOSS & Ci I Ag#n t %  La Maison EDerelx *vise sa clientle qu'elle a reu par le, steamer Ha : r is : . Le pneu Cord Un ir.m I assortiment de ^ • v*i* nmir lanboas et Chocolat de good Ye %  pour l. I ison i. jacquin, PaCamion, est m , ta tic /abr ou pour i. I. .me tf rouqe de • %  %  3.—/ ni* BorJe..i4lo>rMle Ir.nsparl MT H.llon de vin roui|e, t les mauvaise* B Gourdes le gallon de vin routes M, Construit pour Iss Mauvaises Rouies ane. Dr J. R THE31UD Deii Istl )... IJ cultes de 1£< atrul, < v \\ Yetk et r la United States Rubber Company r. lut. tixlracliuiis indoloies par l'anasll.-ie condi clive, pratique, spcialement le jeudi. Attention ! Grand Htel de France fosilioiAxeeptioniu'Ile, au centre des alfaires. I provimit le toutes le; Manques, de la douane et mobile dans Joutes les parlies de la Rpubli ju" i'Haiti et de la rpublique dominicaine. Chambres confortables et surtout trs propre, en tHateurs dans les chambres la demande des 'enaionaire. Cuisine (ranaise trs soiune et des plus varies. Demandes visiter (e* magasins de l Htel ; Vins des meilleurs crus de Bordeaux, par liarri ques, damejannes, gallons et par bouteilles. Parmi Us Vins decliuteaux, vous trouverez le pluo gra r avec 1P< n;e:l leurs du monde. Son ar m et suave el putrant et son % t ex h Encouranp/ i I' dustii* Nalio Ifn pnnanl riguliisa nt j'e >•!' cotai Ti-l'lion Les tahlelles porlanl l< s ban le roujfs el vertes s >nt sucres. 1 s mitres ne le sont pas. On en trouvera hf/ Mme \ Pi r \ fi. iiS. Ru* ds Csars, et eh i e fJricant 1 J tmie. La paroi rsiste des milliers de milles, sur le sol le plus cahoteux et sa fabrication spciale diminu le ckault'ige ** m teneur ;le fameux dessein aUweather t m do M .e me traction sure.en rendant midr. impossible. 6vre cl nditiot fabriqu pour rsister \tifi Haute ratalst en perles pjur Rob-s et c-ia.-aux, des Sics Perl-s de toute beMUd, del „cs Olncings, tl'iKpeaux Jeiu art po.ir Entants, Brosses tele, Pf igns a coiffer tous ^enr s des Brojses dents, de PAle* JeSI Irices, elc, etc. Articles pour Hommes: Faux col*, Cdvates, Bretelles, (.hernies de soie, Jart^lles, etc. Tous articles pour mercerie el Lingerie. — >u i< x suprieurs. BOU.HONS EN T UiGE.N ES et B u-lions pour pharmacie. Ahinenutiuu Liquide : Liqueur.. Cogoac, Vins, Champ tgne authe Billes en caoutchouc et Poupes.— Jouets divers, c e>soiier. dt Pharmicie et SpdcielUo Pnannace'.tiqi es.— Bv-s : B,.ssln^, Tub s eu caoutchouc— Vins et Siiop Descllie:^, Vn >ourry, Ltvoll, Uietogoot, Quinium Laharraque.Peplo Fer ctc.etc S l d Epo.Lel de Glanbirl, Eceaa en Gros, Savons antiseptiques l utes qutiiles Extrails.essemes pour Sirops,lia .enrs et Honfiserie Colorants neturel" Nous avons rt*. Q le Viitable Th des Alpes, E\cellent dpuratil l rodtii!>. (iuillaud. Timbres Papiers timbrs, Timbres mon eBlaTOCK inarelteCtmel, 1 rlicles de Mode en gros. P.ix spciaux. Pass"z-n us v.n, nus pi ix sont avantageux, GpO| CORB Tbe VYesl Indies Tradiutj Hompi Port-au-Prince, Gonaves Gap-Haitien. C ci nost pas iitj de la llclauie |e ne sais pas en Uin C3 P eadant ai vous passes du etdtt Ii l'Alnioistratlon postale, a la Grand \\^\ Rentrez la Cordonni Ernest ami/Je A la Conscient \ ou verrai ane les chaussures que onj c> n nauia ou Aon sont faites avee oitf ldlt, parce .|aa la o ivrters qui les coah "les atatartao. qui Y>ont employs lontltlent le itilre ue la mason. rpoi P. P. Patrizi ** Mas Moulu Rhum Net Ai. N. Ga3ljens i.U), Une du Magasin de l'Etat 117 Rue Bonoe Foi. 820, Rae Courte. La laitonGMwirles l.'fjaltjeni annonce au publie q l ellti vient dinalaller des machines des plus un dnie, pour la prparation du mais roi ulu, tari ie de mas. Heurs de mais pour les entants, pour o*< toaux et desserts. Les r ients de la maison trouv r • il ce produits dans loua les dpts. 4 titre VVacl una.il y a des conditioai de lave ir pi liftant le mos d'a.ril pour loul aeliat en IJH s et par saes. S'adretser di*ectemei l lafabriqa L^S et A. Acra GrantbRue 4 ct des Caves de Bordeat \ ou lez-v ou N voas habiller avec lganœ, inurli j Adressez 'Oiis la Maison N. & A. J Dintl-i devise est de ventre petit ia vendre bsaucoi p |t Dans son pei .annal, la maison co n >te ( tailleur italien sorti d'un tablisse me it o dre d'Italie J Ilie es! en mesure de fournir des romp 1 * et sur mesure, en cheviote, diagonale P drill blanc el couleur, coupois de casim" talons— Etoffas pour gilets. Bonneterie Une mises de jour et de nuit, au aot d* Cols et manchettes dermcis crations.et Pyjamas. Cttt m son an' w une it el le meilleur accueil est rserv n tous suent par une visite tre : dlis surfis* travaux fournis. ^^ Tout costume com nand et qui ne rep^ got iu client est repris, .y On paile franais, angla s. eapag 110 e c^J Rhum Barbancourl 110 Une des Csars Tlphone : N* %  i



PAGE 1

"^^ %  %  y* ^ ^*-wi DIRECTEUR PROPRIETAIRE MPR1MEIR Cl^meni ALyloire BOIS VERNA 1358, Rue Amricaine NUMEP3 20 CENTIMES lOmeANVE t S 5187 Il faut se. piquer d'tre raisonnable, mais non d'avoir raison, de sincrit, mais non d'inlailliliilit. JoBbeit Quotidien TLPHONE lt 242 PORT-AU-PRINCE (HATI ) JEUDI 2 AVRIL 19*6 %  a Vrit est une 'est pas un autre on _.,. Lt vrit est une. ijet du voyage de Son œ le Prsident Uorno importantes rgions Ju sont les Cayes, Aquin, St-Louis, les cloches, cloches ne peuvent u'unson. Et leur unirgie en UT imrnenu est celle qui a a i|jys entier les explo lympatlin", les transisse, ies tmoignation et les gag ment qui ont imrqu fait au Qt t (1. .'t^tii A II s'est !rou/. irra jamais dpeindre iasrae des ci furs en ces ibrantes? La capitale ue la circonstance avait e en rendez vous des s avo'sin.mtes, rnonnt le sjour de son itre.l' spect d'un grand d o circulait uneloale livreusement anime nie jour que la nuit, le Sud taient de faire l't S. Excel [ Prsident de L H pu Bel MiJtni! Il ,1'nu. %  les classes sociahs ont |a leur faon. L s Usout trouves unies Rencontrer partout aux rceptions organises ntuer la satisfaction Le bal de chez M le a ttne nocturne de chez les Bonnefi 1 ofles sports i nen Jes Gay i-s, ert Limu'lie au profit ir-Cœur, le match de tnire V quipes des •i ePott-wPnnce, la Bewijor, Warcepacielle au Palais, au du Tribunal de 1re ', chez le Commandant artemenf, l'Htel Gom sont autant d'occasious t fournies Mr Borno ire apprcier son prestirame du monde ft au i l'Etat (es grandes li| a politique toate de mour tt de progrs [Cayes qui se montraient pt en lgance et en Ipro-Jigues (l'attnuons |M l'endroit de .aadame *s Cayes qui a senJBires, aimede ses Werneuraieut enchantes ^ocontres salues d'apemenls combien clauvaisefoideqnelquesclaires la \rit, ir[ueux endroit de la no"•comme desmtressanations du Su I, a vouiu nuerl clat de ces jmrIplfLdides. Kest en vain. L'cho des pw. iout le monde sait I voyage est aussi h ureux W du .\oi d et que sur n pjrcours le cortge ofPJI objet de continuelles ^"ques ovations. %  *"• t JJi Petit Gove o Mu une balte. S. Ex. et oe Homo y restent un I^Hisant pour s entretenir bonts locales et les \CT lr des naabili^urarnvent sous toutes %  J et renouveler la la£ M ^ Marques de ln^ ( >ouvernement sa ntS ? e 1 r ^rmeet8'sl W'cil a clocha, rv il de li nature. Elle s'est pa re de sa riche ver tare toute frai Ju d-i f'air ma mal. L s bons i U route s'-iry-n> d jotil ptales de • MM cesse t, de marguerites et de nombreu ses varioles de 11 urs s mvages Continu dlement l'on passe sou • de modestes arcs de triompli3 dress: par les mima rudes e saines de paysans Les cocotiers onl t dpouills de leurs bran > hes uHlisaes c ite tin. Les tons multicolores des f J dards, des riidrasrej >u ssentiesyem.. Les ch lulleurs se pressent. Niais il ftu ralentira tous moments, pour permettre au Prsident de se montrer 31 d'envoyer un sourire, un salut la c tresse des vivats du paysan. Il l.ut menu s'arrter uxeen es importants. C'est St Michel, c'est le Vieux bourg d'Aquin; de mme ces multiples carrefours o attendent en liesse une foule d'habitants grou ps sur ies places •>, les plis de leurs drapaaus claquant audessui de l'auto prsidentielle. \ St-Michel c'est qui serrera la m iiu au Cnef de l'Etat, depuis le fonction mires, les n dibles, leamis arr>vs des diverses parties de 1 arrondissement di \ ppesjus qu'au plus fruste reprsenlant de la masse paysanne. Vous qai a'ave/. pas t tmo n et qui essayez de contester malgr l'vidence des faits et la sincrit dts chos, tassez votre lancune et considrez un peu cette nouvelle exprience. Nous ne sommes pas encore aux Cayes. Les prsentes rgion* d'o mon'ent des vivats au Prsident Borno.sonten peine nature; londs dj val es plateaux, cote escarpes des montagnes. Ici c'est le peuple de paysans, autrefois taillables et corvables quoique l'essentiel la fortune publique. Vous prtendez revendiquer en son nom. Hlas constate/ plutt qu il exulte au passage du Chel de l'Etat. Remarquez qu'il est venu spinta oment au Prsident Homo et qu il L'acclame, parce qu'il appr ciles bienfaits de la paix et de la scurit des campagnes, tandis que vous il ne vous connat pas. Nous intiiguez auprs des Cayes pour qu'il ne lui soit pas fait un di gne accueil. Ma's vous tes ic et vous formai les yeux sur les pro grs raliss par le Gouvernement dans le Sud — La route des Cayes est fait Le Pond des Ngre-, ton beau des voitures, leur est mainte uant un charme. Il y a un pont Cavaillon; un pont I Ile t. Les as prtes des mornes Boilea j,St-Geor ges ont presque disparu. Avec plus de facilit dsormais le Cayen arrivera Port-au Prince, assistera nos ftes, eu mme temosquil contractera des affaires. Ignorez vous tout cela ? Et comment donc voulez vous que de telles marques d'attention laissent indiffrents ceux qui en sont l'objet '( Vous organisiez la dfaite et { •ourlant vous avez plutt assur s triomphe Sach / le bien, ce na tionalisme que vous prchez n'existe pas aux Gava*. Les Cayes sont une ville de travail, d'aisance et de lumire. L, ou est en p ei M prosprit Le commerce lieu ri et chose digne d'tre sigm l' : c'eat l'haitie:. que l'on voit a a resque tons les comptoirs. La ai-on N ptuns. la Ph rmacie Si card relveut notre orgueil. Les Cayes, c'est un des boulevards du Commerce National. N !" n me parlez pas de Natio nahsm* aux Cayes. .. J ai v u deux ou tr is nationalistes. Je leur ai parl. Houe avons chang des vues et rien n'a pu tre -MevA contr sa fait qu'il y a un trop gran I naembl* d erreurs de tou es sort-sdans leur program me fiolemniant en dsaccord avec I horizon ^oliti.jue accidentel. Mess'eurs, le vide se lait autour I %  vous. Les gnration? grandis sit t constituent pour vous le flot qui monte et envahit ..Oh cette |eunes-e, ce'te h ill j i ;n j sse des c ives. Bile n est pa* seulement de i i DU de .'10 ans. Les Cayes, c est la \i le j une L*. on n'e^t jamais vieix; cesl la villa terne lemeul en feur. Kt l'on conoit alors l'harmonie ijui a exist entre la popu inon t;t le Prsid nt H-irno ds le contait. Le Chef de l'Etat n'aflec i nne pas tout ce qui est jeune'La je .ine-see e*l le prsent et e'est laveiir. Le Prsid ni Horno marche avec tout ce qui est jeune, sain et vigoureux. La formidable Jeuoe*ej d-s ase. oitiquement unie eomoreod et admire le Prsi dent Horno. Elle s'attache son G mveriie lient, et elle sait qu elle neconn i ia |as de dception Qui %  i j s'est p tr, en el'let, du caractre ascensiona-il et reconfjr mot du (i)uveraement de 1922. Le Prsident Borno se raj-unit constamment en faisant couler dans les artres de l'orginismj national toujours un sang nouvem. Aussi se ralliet-il toutes les nergi-s. Car. en suivant la courbe en progression de sa politique qui ins pire la plus large conliance, on entrevoit au b)iitjla ralisation de; plus vastes esp >irs patriotiques par la voie de l'Ii mneur. de la vertu, de la rgnra ion des consciences ladivi lu-iil's. Une vi.le de liavail et de lumire c>mtne les C.yes, ce boulevard de la civilisation dans le Sud, ne Siu rait ne pouit deviner tout cela. Que dis je. les cayerts le sentent *t le pr clamant. L'immense jeunesse ses' g oupe autour du Chef de l'Etat f i prestigieux, si bien anim, si respectueu) de ses promises, prodgue l'gard de tous et ne demandant en retour qu'un peu de bonne foi et une meilleure inteiligmces des choses pour le p'us granJ bien Je la Mairie. On l'expiions ainsi l'en'h tusns m ; d-s ovatims. Et si quelques adversaires impnitents crient tou jours, c -st qu'ils ont t %  touchs et dconfits, ctr lu Prsident Borno est rev nu des Cayes plu s nif'i'.ni que jamais. J. LuoJOSEPH Avis Le public et le commerce sont aviss que d uu commun accord Monsieur Cmilbo N gaglioni s'est retir de ma Maison de ommerce; en consquence la procuiation que je lui avais donue, cesse partir de ce jour. Port au Piince, le ti avril 192."). LOPI ItIVEKA A l'Hospice St-Fraoois de Silss Nouiez vous tout la fois, vou distraire, vous difier, faire une bonne a ivre, agir en bon Indien all IMUIUS personnalits de Port au-l'rin -e et de la Rpublique s'y donneront rendez vous Jamais pareil cort^gl de pirrains et di marraines ne se sera dploy. Voici les graudes ligues du programme : A 4 heures rassemblement de: parrains et marraines dans la cour intrieure de D'Hospice. — ')fll — Allocution du P L 1 Gouaze V>caire gnral. Bndiction des travaux par Sa (i. HotueifUSU l'Archevque de Port-au Prince. — Nouveiu dlil d>:s parr.ins et marraines. h -i messe jusqu' la nuit, dans les jardins de ia maison. Allons Ce jour l, tous 1 H Moice — Not. / bien, que les entre seront gratuites. U r Francis Les clients et amis qui dsirent me voir me tiouerout, comme par le pass, au No 002 avenue i. Peu-de Chose. Boiras & Navarro Rue du Magasin de iltit La F.'ili'ii|iir de lusaques a riiunnetir d olirir ses services aux IiMjnieurs,arcliilecles,particuliers de la Capitale et de la Province pour fexculion des travaux en carreaux-inosaiques de foule beaui et de desseins varis, Itlocs en ciment,<|ranil,pierre artificielle, balustrades,dcorations, trav.iux au cimetires: tombes, caveaux, etc. |iix modrs.—Faites nous une visite.le meilleur accueil vous est rserv. pour les conditions de vente.s'adresser Monsieur L0?E RIVERA, en lace de la Poste. Barras tSNavarro La Dclaration du nouveau Cabinet Franais I. Painlev expose i la Chambre la tche du Gouvernement la suite d'un eipos de I. Caillai! sur la s'taalion des Finances, le Cabioet Painlev obtient ni vote de confiance PARIS, 22— Mr Painlev. prsi dent du conseil, a ,u devant la chambre la dclaration minist. rielle dont voici les principaux points : Tous les problmes s'ellacent devant l'avenir et la scuri t.de la France et l'quilitr. liuau citr. Le gouvernement in>pner. Ue.s pnncipes de paix dans la scurit, le respect et le maintien Hes traits. H rerhereli ta la st I) it conoiiii ue dans le rgim de la justice fiscale, loba laque h il-convie tous 1-s citoyens limitant 1*1 trt national au -dessus des pas-ions de putie. li poursuivra l'eiculion du plan Dav.es et le r glement des del es interallits. La France est dsireuse de donner au monde la paix et la stabilit cjnJition qu'elle soit elle-mme en stcuiit. Le gouvernement reste ferme ment attach aux trois conditions du protocole de Genve : la acu i it,l'arbitrage et le dsarmement Il comprimera toutes les dpen ses qu'il couvrira par un impt sans en imputer aucun au trsor. H s'eflorcera ensuite de diminuer >on passif et demandera la na ion de larges %  •eofleei par un ap pel au patriotisme de tous les cito yens dans une atmosphre de con corde nationa'e. En consquence, il mainliendia au Vatican un re prsentant qua ine et poursuivra la lente assi nila ion lgislative de l'Alsace et de la Lorraine. Le gouvernement ralisera les rformes sociales possibles sans grever le budget. Il poursuivra la ratification des conventions inter nationales du travail VY'asuing ton comprimera strictement les dpenses administratives et des r gijus libres et contrlera svre meut le rglement des dommages. 1 n.tant pas oublier les rrssour ces inpuisable de la France dont aucune preuve n'a jamais entam 1 impeccable probit •>. M Caillaax dclara k la cham bte que la confusion des comp tes, l'abus des comptes spciaux tt l'itat d'engorgement de la Ti sorerie sont tels que, sans emg rer les difficults actuelles, il faut considrer 1res srieusement lca services des fi HU es. Les dincti ves du goueruement sont d'abord de u'augnenter en rien les avan ces de la li .iique de France l'E tat. M CatUtut ajouta qu'il fera voter le p us rapt lement possible le bmfg t le t9iS en s'appliquant obtenir un budget qui.ibr et qu'il demandera I l'aJministra tion d->8 propositio .s pour le bud get de 1980 qu'il dposeia en lu n en y i iiroduisant t >utav les dpen f f et les i npo s corresponds^ >. y ne grande opiatiou d'assaioi^se ment qui sera une opration mo ntaire viendra ensuite. La Chambre a accord sa con fiance au C t bi it Painlev par 314 voix contre 25U. Nouvelles Etrangres Par Cable tutoiir de la prsidenee de la (Commission des lparations P\R|S_ MLouis Barthou a offert au nouveau prsident du Cisei 1 sa dmission He prsident de la ciTnU ion HPS rnar-i'ions. A i Heu d'accrt et te lui demander de rester son poste, ce qu'il a ac cept. Dsastre muiilime NEWYO^KU cargo ja P o nais >< Railuku Maru dont le 8 plaques ont t bri,e> penJan une temp'te de M heures a coul hier IMi miles au sud'est d'Ha Hf ix quelques minutes avant m di. Tout l'qupage, compos de SU ofticiers et mains, a pri. L Ho rn^nc , de la Cie c White Star Line • se trouvait la tte d'su trs navires qui sont a les imm diateajent au secours du Raikufo, mais qui sont arrivs tiop tard p-i-ir sauver l'quipage ce dormor se trouvait comme pris dans une trappe h bon! du bateau, les va gus ayant bris les turques de sauvetage, l'Homric arrivait en vue du bateau quand celui et s'est enfonc dans les vogues. Li con tirmstion ollicielle du s'nisfre est arrive dans le BeasaM suivant par tlgraphie sans lil du capital ne Jean Koberts de < %  l'Homric u aux directeurs de la Cie White Star New York : i Je me si.is port au secours du c Rsikofu Maru ce matin b 47, vu le navire 10 h. i| ; l<> navire a cou l 11 h, 51 par latitude, noid il.ii longitude ouest 61.3U. He gretle de n'avoir pas pu sauver quipage >. Au Honduras WASHINGTONOn apprend qu'il y a deux mouvements auti gouvernementaux trl distin. i dans le Honduras : |' U u sur la cote aord vers Ceiba et lauire le long de la frontire du (JuHlmala. agitation politique en Bulgarie PARIS— Lo gouvernement frau sais a t loora que lu situation •n Hulgirie tait grave. C'est le seul renseignemtnt parvenu par voie diplomatique indirectement, car aucune nouvelle n'a t reue du ministre de France i Sjfla.Le chancelleries allies sont fort in q dotes des vnements de Buln rie et leurs reprsentantdiploma tiques Bslgrale ont r f i tordra de demander au gouvernement VJU goslavs de faire disparatre le vri table nid communiste qui existe Nish. Ce groupe participerait a, li vement la direction du soulve ment des communistes en Buln rie. 8 SOFIA— Le capitaine Yaukolf considr comme le chef du corn P'ot qui a oiganis 1 eiplo&mii de la bombe la caihd.ale de Sve tikral jeudi, a t tu hier matin par la police. Lorsque les agents • dcouvrnent dans la BailOU o il tait cache, ils le sommrent de se reudre. Le capitaine rpondit j n tirant des coups de feu et eu lan.aut plusieurs bombes. R f u i tu par les balles des policiers. Lnlre la CKine < t la France mUSri U FraDce a c,,nr,u ave,, a Cluno un acord suivant le quel les versements non elIVclu de I indemnit des boxe seront employs i la rhabilitation de 1 Banque industrielle de Ch ne u i a fait faillite en 1081 L. s fend, a c cumus M monfen Umilli Jl de dollar Au Maroc CASABLANCALes UiMains ont attaqu les tribut forma Ula Alauontfranrmeentrelafron "re de la zone espflgn, le et les EH • %  <* %  Le Oibus se so" replies momentanment lubii des lignes franaises. l'anniversaire de jRome JSfe La Vi " femelle a clbr h.er au milieu d'une gran iLiS lt, ,,ITer9aire ^ la femia Hor legenlaire de la ville il v a i"78 ans Tout tait dcors de drapeaux et de pavillons hraldi mm. Les maisons de commerce taient fermes el tout travail tait interrompu. Nouvelles Diverses PARISD'aprs le Matin a, lex sultan Moulai llafid a fait t soumission la France contre la quelle il a longtemps intrigu. Il est parti en France pour y vivre la retraite. PARIS-M. Barthlmy doyen de la r-arult de Droit, est r.nt g' dans ses fendions. NEW YORK Le vice prfcl don Dawes, invit au djeuner a B Buel de 1' Aasociatid Prose-bJei;



PAGE 1

Lt kr-XX treiH donne un teint de lys £ f ; • • %  /. 2 < %  %  %  %  -iS /i CrSr.f T.n. paifumt: ttnUft la trait titur Ce 11 jenent. tmbrIHt. efface lei ridtt Lile tien, la pondre Assure un* rat nation exqulss La Crme Tfil •n nen la p-iu. qu'elle lut* . faire cirait* -If fleuri TEINDELV3 et plu ; iI lil Se 'a Cfrat de toiletlff ,on enipiui .-vite le har. Ie lches de roosttU< et RM irntMHMil dues la pouixere ARYS 3, Rue de la Faix, 3 PARIS T-ulei Parfumeries ei tirand* WIK.IS UPRISlEKiit I U Vapeur Il DftDtl U *t utiles Poi -au-, rieea, lii't' LESSJN •:.ItK.' .SS\GE PnouriiTi DE Soiti particuliers pi r le i' fe fin, UuJ-co's. h-mUe. VOna serez pleinement •nuetait en envoyant voire lingt X*a PARISIENNE Serqe f aillant C %  •* %  <].• %  ; %  lai e a t a cueilli par I7S diteur', mi'iuli >s de l'association. dD* 1< grandsalle de bi 1 du Waldor Astoria. LMiONNK La rhami re des dput<-. a dcid que la sispen sion d garantes cm > 'ilntionnel les ••ontiim-raii encore. NK\I YORK— Le Gnral Ha chad'', |tr*si4tDl lu df nie, a tait lier une visite (fflciel'i au maire II lan llloM do v ill*> Le drnil de cit a t con'i au G nral. Les cours ~ ". 22 4vrii ; .I'AUIH— Dollar 19.19 Livre 24:t ItfMlWnp Je sois las de l'entendre toujours nommer le Juste . Aristid "un des plus grands hommes d'Athnes qui I Mis toire, a maintenu le uroom de Juste que lui avaient jadis dcern ses coiopatrioies, fut ceperdanl, i l'instfsailon de 'fhmistocle.ban ni par ostrfl'isrne. Le jotlf ou la sentence devait tre rendue, un paysan qui ne savait pas crira s'approcha du grand citoyen qu'il ne connaissait! pal et le pria de tiaccr pour lui MU la coquille le nom d'Aiistide. — "Mais, lui demandi et lui Ail i .IGIIKH"" mmt\ voir les iiouvetiulcs* ('" lUsui lan la If ie, en. t-liaBtOX, corsets, chaussures, Ba, CliausselUs, Sac i maiir,Fleurs eiO que Paul C Amila vend i meilleur Disrours prononc sur la tombe de Mr TliMtdule Siindoux par Mr Arioste Pif.rre Louis, juge de pli de Port de Paix — 10 avril 1925. Mesdames, Messieurs, IJII est des jeereu tils qui, en de cen lant dans la tombe, nous obli geut lever la v >ix en II mima%  de reconnaissance envers les rersonnalits qu'ils enferment (',> %  *! pourquoi, je vieo nop nni me profonde motioi, faire, un der nier adieu, tant au nom du mes anciens condisciples du 11 i^gne tout particulirement q l'a celui de toute la jeunesse Initienn. au cber disparu Tlitadule Saindoux. Cette nombreuse assistance et les r.'grets qu'elle exprime lisent, mieux que je ne pourrais le fiir\ les rares qualits de cep ir et l'es prit du directeur Saindoux qui. en vrai dispensateur de lumire, cm sacra sa vie entire l'avaaeeme it moral et intellectuel de notre Pays. Arriv trs jeune en lliiti.il eut la gnreuse i l^e de fonder de coles soit au Cip H titi-m. soit a'i ltar i p me cirrira p'u^ lucrative, Tliodile Sainloux.ci loxen train; ii-, remp'issiit avT c virage et pertvifMM s>n rM eo-iil d'initituUur. S m amour pour ntre Pey fol sincre, car q nod il s'est sent'en vironn par "la hache du noir ho theroo" il peos*. ptt piti B1UI contiar ses restes sa terr* D taie. I fit es ad eux >s am ses anciens lves et ptrlii s m esprit de retour. Mais arriv l b il onstata que le '• oa ir du vif il 1 ird est un cimetire", tontes ses chres llftCUODI axai nt dispiru ; il teprit le chemin de sa MCOO le patrie 011, d ailleurs, il avait hiss les re tes d'un pre et d'une pouse. Il se tixa alors l'or! de Paix o jusqu' son dernier jour il di tribus avec le mmz.le le pain bientai ant de l'instruction. Il comprii que le plus grand service rendre a notre Pays tait de cnm battre l'ignorance pir la p'us grande diffusion possible de lu miifl Inclinons nous devant celte ton be et gardons en nos cu.Min, l' Parisiaiia Ce Soir La Batonease Inconnue Entre : I gourde Dimanche La lia du grand sun sa, le ftiii b Prochainement Le Clbre Chœur cl s C qn I t lill^ur. qui BSl rnu n.'-r. pir I E 'abl!8 ro?ni lui-mme. On l'eng ^> rair accepter Dt (i mil' s m i v i lus, 0 COU" pots TM 'lono'Ot clucun droit n mnii bnG e c'-'stdire h livraison d'un C 1 Dpi 't D"ur la mrni valeur de / dollar 50(100. Le yftaie est d'origtn • aile* mande et est l-* ptstiiuA •>n Angleterre, "aux Ivit* U ' et en AHemigne [I liiliti refoulement des tissus et ac••.or ' ) s avantages tous les lions ..nnaissance. march UUC %  'importe tjUI. gard de TMolult Saindoux, un ^listant souvenir de prolsnds re %  %  1 = '. Administration Unrald des Postes Avin de dpart ^ ; Les ot)|*cha *our New Torlt ei l'Europe (via New York uinct 1 psi le -iCristobal seront fermes lundi ^7 du courant. port an Prince,le 13 avril \91. Carnet Mondain Jusqu' nouvelle information, les rceptions les jeuiis 1 de Ma dame borno s ml ajournes. Dimaocha h ii liuras sera ra prsent le N M du CinVaritea Journal . (^e numro comporte le bal des e nliii u Cercle Portail* Priacisn.le M rd -t anu Port* • u Priacfi Lu i Q 11 >yer toi btailiauti U ChirduGaraga Koe-i-i le '1 1 n > 1 1 Minj, I s (Ella le Pa 11's etc. — Ceat une Iran :h %  origi n!e le la via Port au-Princi D*. Prix d'H.nlr.-.. t', (i Alla (e Mipi>lfe de r'rac 'nv'le tous les FmriQaif n* 4 s.i lOfl 1 se prsenter, MAI dUi la Lja tion pour se faire inscrire sur les tableaux d> 1 censment de la tlaaaa de (9M. Port au Prince le -0 avril I9ij Ombre et Lumire Hier soir, vers 7 heures les ma chines de I l.'sine lectriqae fon • tionnaient-elles mal ou bien, c'a t on en disposition de s'amuser un peu u la Compagnie, l'on ne vait Cependant le courant pour l'cl lira ge pnv ( ccliondeug>e. ' %  %  %  agat aa M M0P0 0 tHUo Bm teloa [f .•< av>ns appris avec poi le U .i> ont ft i! p u 1 n .us m* n 1 '.te aniissinice de leur 1 • pr nu Q4S : QlStMNB. N03 compliments. Monsieur EDMOND IIELMCKK, harg J a'.\ilt.i!ai|n', et si'S enfant, I '-s touches al (|U %  m* >ymj atlre qui leur or.l et ri.Mui s •ion de-la perte n rparable .in'ils v.eniic al ^ un ta personne do Madame Anita Helncke. leur obre et regrettte paue el mre, [tous eux qui ont tien voulu prendre pat au Ideml qui les frappe, de trouver ici mme l Isioit sincCre de leur p'us vive gratitude, l'orl-au l'iinc e, 1^ 21 avril .,125 • J Si— aaRaaaaaRaaaaagBSR>WBMr---— Savinien Martin Petit Gove Pour cause de dplacement et renouvelb ment le >tok met tn veille au rabais ses lots de Four nituies pour Menuisiers. Sapo in .u.iiiiis assorties; peintures en pats et h Ile, Trbsotine "'il l>. \l et mues pour malles, ilr, Lampe Verres d lampes, Itoli eh 's el iiiffli s de toutes dimcn %  ionj l'an 1 iix ; Verres el boli ches pour linaux. Verre boire, liai e rs ci i coratail. Savon lo Bal, • %  ycerins,Palmo l : \ 1 ne 1. Goudron, iidum, etc. cirage liquide blanc et noir, cirage en pte, toutes nuauces. HuilfS, uiqui uis, n inp'U' ie. V ns as i niM el le b ni 11. Epingles de iiou: e s grand s ai petites, viguil IfS. I If. Revue des Deux Monde 1 s Rue Je l L niversiti. Paru BOMJialHG L)E L\ LIVRAI ON du li Mars 1 Bi3 Jean Perbal.— Deuxime partie Louis Bertrand. Kv) 1 sse 1 une entente Fi'iinn ang'ai 44 M a> (ri """ tirailler 98 lr jo 26 ^Lv.> abo:ineiicnts parient du 1er ci du 15 e .najue mou. I'R'X DU NUMbHOIr 4 50 Avis mai Je, Joseph Edouarl <;n, dec 1 re au public 1 rai et su c n a u ssoi-4 fou au Prince i • heor4 la mit'o, tous les jours, pour Peiil , ilv IJ| r cou u,Petite itivir ; et losel Veau Depirt de I'Au.ee V. au a mi H pour tre de retour a (\ heurts du soir Port au Prince. S'airc<

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06407
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, April 23, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06407

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
"^^
y*
^
^*-wi
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
MPR1MEIR
Cl^meni ALyloire
BOIS VERNA
1358, Rue Amricaine
NUMEP3 20 CENTIMES
lOmeANVE t S 5187
Il faut se. piquer d'tre raison-
nable, mais non d'avoir raison,
de sincrit, mais non d'inlailli-
liilit. JoBbeit
Quotidien
TLPHONE lt 242
PORT-AU-PRINCE (HATI )
JEUDI 2 AVRIL 19*6
a Vrit est une
'est pas un autre on
_.,. Lt vrit est une.
ijet du voyage de Son
le Prsident Uorno
importantes rgions Ju
sont les Cayes, Aquin,
, St-Louis, les cloches,
cloches ne peuvent
u'unson. Et leur uni-
rgie en ut imrnen-
u est celle qui a a i-
|jys entier les explo
lympatlin", les trans-
isse, ies tmoigna-
tion et les gag
ment qui ont imrqu
fait au Qt t (1. .'t^tii
A II s'est !rou/.
irra jamais dpeindre
iasrae des ci furs en ces
ibrantes? La capitale
ue la circonstance avait
e en rendez vous des
s avo'sin.mtes, rnon-
nt le sjour de son
itre.l' spect d'un grand
d o circulait uneloale
livreusement anime
nie jour que la nuit,
le Sud taient de
faire l't S. Excel
[. Prsident de L H pu
Bel MiJtni! Il ,1'nu.
les classes sociahs ont
|a leur faon. L s U-
sout trouves unies
Rencontrer partout aux
rceptions organises
ntuer la satisfaction
Le bal de chez M le
a ttne nocturne de
chez les Bonnefi1, of-
les sports i nen Jes Gay i-s,
ert Limu'lie au profit
ir-Cur, le match de
tnire V quipes des
i ePott-wPnnce, la
Bewijor, Warcep-
acielle au Palais, au
du Tribunal de 1re
', chez le Commandant
artemenf, l'Htel Gom
sont autant d'occasious
t fournies Mr Borno
ire apprcier son presti-
rame du monde ft au
i l'Etat (es grandes li-
| a politique toate de
mour tt de progrs
[Cayes qui se montraient
pt en lgance et en
Ipro-Jigues (l'attnuons
|M l'endroit de .aadame
*s Cayes qui a sen-
JBires, aime- de ses
Werneuraieut enchantes
^ocontres salues d'ap-
emenls combien cla-
uvaisefoideqnelques-
claires la \rit, ir-
[ueux endroit de la no-
"comme desmtressan-
ations du Su I, a vouiu
nuerl clat de ces jmr-
IplfLdides.
Kest en vain. L'cho des
pw. iout le monde sait
I voyage est aussi h ureux
W du .\oi d et que sur
n pjrcours le cortge of-
PJI objet de continuelles
^"ques ovations.
*"
t JJi Petit Gove o
Mu une balte. S. Ex. et
oe Homo y restent un
I^Hisant pour s entretenir
bonts locales et les
\CTlr des naabili-
^urarnvent sous toutes
J et renouveler la la-
M ^ Marques de ln-
^(>ouvernement sa
ntS ?e1r^rmeet8'-
slW'cil a clocha, r-
v il de li nature. Elle s'est pa
re de sa riche ver tare toute
frai Ju d-i f'air ma mal. L s
bons i U route s'-iry-n> d
jotil ptales de mm cesse t,
de marguerites et de nombreu
ses varioles de 11 urs s mvages
Continu dlement l'on passe sou
de modestes arcs de triompli3
dress: par les mima rudes e
saines de paysans Les cocotiers
onl t dpouills de leurs bran
> hes uHlisaes c ite tin. Les
tons multicolores des f j dards,
des riidrasrej >u ssentiesyem..
Les ch lulleurs se pressent. Niais
il ftu ralentira tous moments,
pour permettre au Prsident de
se montrer 31 d'envoyer un sou-
rire, un salut la c tresse des
vivats du paysan. Il l.ut menu
s'arrter uxeen es importants.
C'est St Michel, c'est le Vieux
bourg d'Aquin; de mme ces mul-
tiples carrefours o attendent en
liesse une foule d'habitants grou
ps sur ies places >, les plis de
leurs drapaaus claquant audessui
de l'auto prsidentielle.
\ St-Michel c'est qui serrera la
m iiu au Cnef de l'Etat, depuis le
fonction mires, les n dibles, le-
amis arr>vs des diverses parties
de 1 arrondissement di \ ppesjus
qu'au plus fruste reprsenlant de
la masse paysanne.
Vous qai a'ave/. pas t tmo n
et qui essayez de contester malgr
l'vidence des faits et la sincrit
dts chos, tassez votre lancune et
considrez un peu cette nouvelle
exprience.
Nous ne sommes pas encore aux
Cayes. Les prsentes rgion* d'o
mon'ent des vivats au Prsident
Borno.sonten peine nature; londs
dj val es plateaux, cote escar-
pes des montagnes. Ici c'est le
peuple de paysans, autrefois tail-
lables et corvables quoique l'es-
sentiel la fortune publique. Vous
prtendez revendiquer en son nom.
Hlas constate/ plutt qu il exul-
te au passage du Chel de l'Etat.
Remarquez qu'il est venu spinta
oment au Prsident Homo et
qu il L'acclame, parce qu'il appr
ci- les bienfaits de la paix et de la
scurit des campagnes, tandis
que vous il ne vous connat pas.
Nous intiiguez auprs des Cayes
pour qu'il ne lui soit pas fait un di
gne accueil. Ma's vous tes ic et
vous formai les yeux sur les pro
grs raliss par le Gouvernement
dans le Sud La route des Cayes
est fait Le Pond des Ngre-, ton
beau des voitures, leur est mainte
uant un charme. Il y a un pont
Cavaillon; un pont I Ile t. Les as
prtes des mornes Boilea j,St-Geor
ges ont presque disparu. Avec plus
de facilit dsormais le Cayen ar-
rivera Port-au Prince, assistera
nos ftes, eu mme temosquil
contractera des affaires. Ignorez
vous tout cela ? Et comment donc
voulez vous que de telles marques
d'attention laissent indiffrents
ceux qui en sont l'objet '(
Vous organisiez la dfaite et
{ourlant vous avez plutt assur
s triomphe Sach / le bien, ce na
tionalisme que vous prchez n'exis-
te pas aux Gava*. Les Cayes sont
une ville de travail, d'aisance et
de lumire. L, ou est en p ei
M prosprit Le commerce lieu
ri et chose digne d'tre sigm
l' : c'eat l'haitie:. que l'on voit a
aresque tons les comptoirs. La
ai-on N ptuns. la Ph rmacie Si
card relveut notre orgueil. Les
Cayes, c'est un des boulevards du
Commerce National.
N. n me parlez pas de Natio
nahsm* aux Cayes. ..
J ai vu deux ou tr is nationalis-
tes. Je leur ai parl. Houe avons
chang des vues et rien n'a pu
tre -MevA contr sa fait qu'il y a
un trop gran I naembl* d erreurs
de tou es sort-sdans leur program
me fiolemniant en dsaccord avec
I horizon ^oliti.jue accidentel.
Mess'eurs, le vide se lait autour
I vous. Les gnration? grandis
sit t constituent pour vous le
flot qui monte et envahit ..Oh !
cette |eunes-e, ce'te h ill j i ;njsse
des c ives. Bile n est pa* seulement
de i i du de .'10 ans. Les Cayes, c est
la \i le j une L*. on n'e^t jamais
vieix; cesl la villa terne lemeul
en feur. Kt l'on conoit alors
l'harmonie ijui a exist entre la
popu inon t;t le Prsid nt H-irno
ds le contait. Le Chef de l'Etat
n'aflec i nne pas tout ce qui est
jeune'La je.ine-see e*l le prsent et
e'est laveiir. Le Prsid-ni Horno
marche avec tout ce qui est jeune,
sain et vigoureux. La formidable
Jeuoe*ej d-s ase. oitiquement
unie eomoreod et admire le Prsi
dent Horno. Elle s'attache son
G mveriie lient, et elle sait qu elle
neconn i ia |as de dception Qui
ij. s'est p tr, en el'let, du ca-
ractre ascensiona-il et reconfjr
mot du (i)uveraement de 1922.
Le Prsident Borno se raj-unit
constamment en faisant couler
dans les artres de l'orginismj
national toujours un sang nouvem.
Aussi se ralliet-il toutes les ner-
gi-s. Car. en suivant la courbe en
progression de sa politique qui ins
pire la plus large conliance, on
entrevoit au b)iitjla ralisation de;
plus vastes esp >irs patriotiques
par la voie de l'Ii mneur. de la
vertu, de la rgnra ion des cons-
ciences ladivi lu-iil's.
Une vi.le de liavail et de lumire
c>mtne les C.yes, ce boulevard de
la civilisation dans le Sud, ne Siu
rait ne pouit deviner tout cela.
Que dis je. les cayerts le sentent
*t le pr clamant. L'immense jeu-
nesse ses' g oupe autour du Chef
de l'Etat fi prestigieux, si bien ani-
m, si respectueu) de ses promi-
ses, prodgue l'gard de tous et
ne demandant en retour qu'un
peu de bonne foi et une meilleure
inteiligmces des choses pour le
p'us granJ bien Je la Mairie.
On l'expiions ainsi l'en'h tusns
m ; d-s ovatims. Et si quelques
adversaires impnitents crient tou
jours, c -st qu'ils ont t tou-
chs et dconfits, ctr lu Prsi-
dent Borno est rev nu des Cayes
plu s nif'i'.ni que jamais.
J. LuoJOSEPH
Avis
Le public et le commerce sont
aviss que d uu commun accord
Monsieur Cmilbo N gaglioni s'est
retir de ma Maison de ommerce;
en consquence la procuiation que
je lui avais donue, cesse partir
de ce jour.
Port au Piince, le ti avril 192.").
LOPI ItIVEKA
A l'Hospice
St-Fraoois de Silss
Nouiez vous tout la fois, vou
distraire, vous difier, faire une
bonne a ivre, agir en bon Indien
all Sales, le dimnehe 2ii avri Ces'
une liHe qa il fan In avoir vue. Elle
maqueri dans les annales des
ftas d'inauguration.
Lspu> ImuIus personnalits de
Port au-l'rin -e et de la Rpublique
s'y donneront rendez vous Jamais
pareil cort^gl de pirrains et di
marraines ne se sera dploy.
Voici les graudes ligues du pro-
gramme :
A 4 heures rassemblement de:
parrains et marraines dans la cour
intrieure de D'Hospice. ')fll
Allocution du P L1 Gouaze
V>caire gnral. Bndiction des
travaux par Sa (i. HotueifUSU
l'Archevque de Port-au Prince.
Nouveiu dlil d>:s parr.ins et
marraines. h -i messe jusqu' la
nuit, dans les jardins de ia maison.
Allons Ce jour l, tous 1 H Moi-
ce Not. / bien, que les entre
seront gratuites.
Ur Francis
Les clients et amis qui dsirent
me voir me tiouerout,comme par
le pass, au No 002 avenue i.
Peu-de Chose.
Boiras & Navarro
Rue du Magasin de iltit
La F.'ili'ii|iir de lusaques a riiunnetir d olirir ses
services aux IiMjnieurs,arcliilecles,particuliers de la
Capitale et de la Province pour fexculion des travaux
en carreaux-inosaiques de foule beaui et de des-
seins varis,Itlocs en ciment,<|ranil,pierre artificielle,
balustrades,dcorations, trav.iux au cimetires: tombes,
caveaux, etc.
|iix modrs.Faites nous une visite.le meilleur
accueil vous est rserv.
pour les conditions de vente.s'adresser Monsieur
L0?E RIVERA, en lace de la Poste.
Barras tS- Navarro
La Dclaration du nouveau
Cabinet Franais
I. Painlev expose i la Chambre la tche
du Gouvernement
la suite d'un eipos de I. Caillai! sur la s'taalion des Finances,
le Cabioet Painlev obtient ni vote de confiance
Paris, 22 Mr Painlev. prsi
dent du conseil, a ,u devant la
chambre la dclaration minist.
rielle dont voici les principaux
points : Tous les problmes s'el-
lacent devant l'avenir et la scuri
t.- de la France et l'quilitr. liuau
citr. Le gouvernement in>pner.
Ue.s pnncipes de paix dans la s-
curit, le respect et le maintien
Hes traits. H rerhereli ta la st I)
it conoiiii ue dans le rgim de
la justice fiscale, loba laque h
il-convie tous 1-s citoyens limitant
1*1 trt national au -dessus des
pas-ions de putie. li poursuivra
l'eiculion du plan Dav.es et le
r glement des del es interallits.
La France est dsireuse de donner
au monde la paix et la stabilit
cjnJition qu'elle soit elle-mme
en stcuiit.
Le gouvernement reste ferme
ment attach aux trois conditions
du protocole de Genve : la acu
i it,l'arbitrage et le dsarmement
Il comprimera toutes les dpen
ses qu'il couvrira par un impt
sans en imputer aucun au trsor.
H s'eflorcera ensuite de diminuer
>on passif et demandera la na
ion de larges eofleei par un ap
pel au patriotisme de tous les cito
yens dans une atmosphre de con
corde nationa'e. En consquence,
il mainliendia au Vatican un re
prsentant qua ine et poursuivra
la lente assi nila ion lgislative de
l'Alsace et de la Lorraine.
Le gouvernement ralisera les
rformes sociales possibles sans
grever le budget. Il poursuivra la
ratification des conventions inter
nationales du travail VY'asuing
ton comprimera strictement les
dpenses administratives et des r
gijus libres et contrlera svre
meut le rglement des dommages.
1 n.- tant pas oublier les rrssour
ces inpuisable de la France
dont aucune preuve n'a jamais
entam 1 impeccable probit >.
M Caillaax dclara k la cham
bte que la confusion des comp
tes, l'abus des comptes spciaux
tt l'itat d'engorgement de la Ti
sorerie sont tels que, sans emg
rer les difficults actuelles, il faut
considrer 1res srieusement lca
services des fi hu es. Les dincti
ves du goueruement sont d'abord
de u'augnenter en rien les avan
ces de la li .iique de France l'E
tat. M CatUtut ajouta qu'il fera
voter le p us rapt lement possible
le bmfg t le t9iS en s'appliquant
obtenir un budget qui.ibr et
qu'il demandera I l'aJministra
tion d->8 propositio .s pour le bud
get de 1980 qu'il dposeia en lu n
en y i iiroduisant t >utav les dpen
f f et les i npo s corresponds^ >.
y ne grande opiatiou d'assaioi^se
ment qui sera une opration mo
ntaire viendra ensuite.
La Chambre a accord sa con
fiance au C tbi it Painlev par
314 voix contre 25U.
Nouvelles Etrangres
Par Cable
tutoiir de la prsidenee
de la (Commission des
lparations
P\R|S_ M- Louis Barthou a
offert au nouveau prsident du
Cisei1 sa dmission He prsident
de la ciTnU ion Hps rnar-i'ions.
A i Heu d'acc le eabinM a t^ril k I unanm-'
d' re n r ier vt RartKou de tous
ses e I >rt et te lui demander de
rester son poste, ce qu'il a ac
cept.
Dsastre muiilime
NEWYO^K- U cargo jaPo
nais >< Railuku Maru dont le8
plaques ont t bri,e> penJan
une temp'te de M heures a coul
hier IMi miles au sud'est d'Ha
Hf ix quelques minutes avant m di.
Tout l'qupage, compos de SU
ofticiers et mains, a pri. L Ho
rn^nc , de la Cie c White Star
Line se trouvait la tte d'su
trs navires qui sont a les imm
diateajent au secours du Raikufo,
mais qui sont arrivs tiop tard
p-i-ir sauver l'quipage ce dormor
se trouvait comme pris dans une
trappe h bon! du bateau, les va
gus ayant bris les turques de
sauvetage, l'Homric arrivait en
vue du bateau quand celui et s'est
enfonc dans les vogues. Li con
tirmstion ollicielle du s'nisfre est
arrive dans le BeasaM suivant
par tlgraphie sans lil du capital
ne Jean Koberts de < l'Homric u
aux directeurs de la Cie White
Star New York : i Je me si.is
port au secours du c Rsikofu
Maru ce matin b 47, vu le
navire 10 h. i| ; l<> navire a cou
l 11 h, 51 par latitude, noid
il.ii longitude ouest 61.3U. He
gretle de n'avoir pas pu sauver
quipage >.
Au Honduras
WASHINGTON- On apprend
qu'il y a deux mouvements auti
gouvernementaux trl distin. i
dans le Honduras : |'Uu sur la cote
aord vers Ceiba et lauire le long
de la frontire du (JuHlmala.
agitation politique
en Bulgarie
PARIS Lo gouvernement frau
sais a t loora que lu situation
n Hulgirie tait grave. C'est le
seul renseignemtnt parvenu par
voie diplomatique indirectement,
car aucune nouvelle n'a t reue
du ministre de France i Sjfla.Le
chancelleries allies sont fort in
q dotes des vnements de Buln
rie et leurs reprsentant- diploma
tiques Bslgrale ont r f i tordra
de demander au gouvernement vju
goslavs de faire disparatre le vri
table nid communiste qui existe
Nish. Ce groupe participerait a, li
vement la direction du soulve
ment des communistes en Buln
rie. 8
SOFIA Le capitaine Yaukolf
considr comme le chef du corn
P'ot qui a oiganis 1 eiplo&mii de
la bombe la caihd.ale de Sve
tikral jeudi, a t tu hier matin
par la police. Lorsque les agents
dcouvrnent dans la BailOU o
il tait cache, ils le sommrent de
se reudre. Le capitaine rpondit
j n tirant des coups de feu et eu
lan.aut plusieurs bombes. R fui
tu par les balles des policiers.
Lnlre la CKine
< t la France
mUSri U FraDce a c,,nr,u
ave,, a Cluno un acord suivant le
quel les versements non elIVclu
de I indemnit des boxe seront
employs i la rhabilitation de 1
Banque industrielle de Ch ne u i
a fait faillite en 1081 L. s fend, ac
cumus M monfen UmilliJl
de dollar *
Au Maroc
CASABLANCA- Les UiMains
ont attaqu les tribut formaUla
Alauontfranrmeentrelafron
"re de la zone espflgn, le et les
EH <* Le Oibus se so"
replies momentanment lubii
des lignes franaises.
l'anniversaire de jRome
JSfe La Vi" femelle a
clbr h.er au milieu d'une gran
iLiS lt,,,ITer9aire ^ la femia
Hor legenlaire de la ville il v a
i"78 ans Tout tait dcors de
drapeaux et de pavillons hraldi
mm. Les maisons de commerce
taient fermes el tout travail tait
interrompu.
Nouvelles Diverses
PARIS- D'aprs le Matin a,
lex sultan Moulai llafid a fait t
soumission la France contre la
quelle il a longtemps intrigu. Il
est parti en France pour y vivre
la retraite.
PARIS-M. Barthlmy doyen
de la r-arult de Droit, est r.nt
g' dans ses fendions.
NEW YORK Le vice prfcl
don Dawes, invit au djeuner aB
Buel de 1' Aasociatid Prose-bJei;


Lt kr-XX

treiH
donne un teint de lys


f
; /.
-
2
<. -iS

/i CrSr.f T.n. paifumt:
ttnUft la trait titur Ce 11 jenent. tmbrIHt. efface lei ridtt
Lile
tien, la pondre
Assure un*
rat nation exqulss
La Crme Tfil !
n nen la p-iu. qu'elle
lut* faire
cirait* -If
fleuri TEINDELV3 et
plu ; i- I lil Se 'a Cfrat
de toiletlff ,on enipiui .-vite le
har. Ie lches de roosttU< et RM
irntMHMil dues la pouixere
ARYS
3, Rue de la Faix, 3
PARIS
T-ulei Parfumeries ei tirand* Wik.is
UPRISlEKiit
I U Vapeur
Il DftDtl U *t utiles
Poi -au-, rieea, lii't'
lessjn :.- ItK.' .SS\GE
PnouriiTi de
Soiti particuliers pi r le i' fe
fin, UuJ-co's. h-mUe.
VOna serez pleinement nuetait
en envoyant voire lingt
X*a PARISIENNE
Serqe f aillant C *<].; lai e
a t a cueilli par I7S diteur',
mi'iuli >s de l'association. dD* 1<
grand- salle de bi 1 du Waldor
Astoria.
LMiONNK La rhami re des
dput<-. a dcid que la sispen
sion d garantes cm >'ilntionnel
les ontiim-raii encore.
Nk\i YORK Le Gnral Ha
chad'', |tr*si4tDl lu df nie, a
tait lier une visite (fflciel'i au
maire II lan llloM do v ill*> Le
drnil de cit a t con'i au G
nral.
Les cours
~ ". 22 4vrii
; .I'auih Dollar 19.19
Livre 24:t
ItfMlWnp
Je sois las de l'entendre tou-
jours nommer le Juste .
Aristid "un des plus grands
hommes d'Athnes qui I Mis
toire, a maintenu le uroom de
Juste que lui avaient jadis dcern
ses coiopatrioies, fut ceperdanl,
i l'instfsailon de 'fhmistocle.ban
ni par ostrfl'isrne. Le jotlf ou la
sentence devait tre rendue, un
paysan qui ne savait pas crira
s'approcha du grand citoyen qu'il
ne connaissait! pal et le pria de
tiaccr pour lui MU la coquille le
nom d'Aiistide.
"Mais, lui demandi et lui Arisli le vo'.s a t il personnelle
ment oCfi us '.'
E "N ni'pond le paysan,mais
je suis las d l'entendre tou|ours
nomme lo 'juste'*.
\11-i1 li- partit en formant des
vu- ix pour i Imnlif ur de son iu
gr 'e |atrip.
r.
FS
>
Ail i .igiikH"" mmt\
voir les iiouvetiulcs* ('"
lUsui lan la If ie, en. t-lia-
BtOX, corsets, chaussu-
res, Ba, CliausselUs, Sac
i maiir,Fleurs eiO que Paul
C Amila vend i meilleur
Disrours prononc sur la tombe
de Mr TliMtdule Siindoux par Mr
Arioste Pif.rre Louis, juge de pli
de Port de Paix 10 avril 1925.
Mesdames, Messieurs,
IJII est des jeereu tils qui, en de
cen lant dans la tombe, nous obli
geut lever la v >ix en II mima-
de reconnaissance envers les rer-
sonnalits qu'ils enferment (',>*!
pourquoi, je vieo nop nni me
profonde motioi, faire, un der
nier adieu, tant au nom du mes
anciens condisciples du 11 i^gne
tout particulirement q l'a celui de
toute la jeunesse Initienn. au
cber disparu Tlitadule Saindoux.
Cette nombreuse assistance et
les r.'grets qu'elle exprime lisent,
mieux que je ne pourrais le fiir\
les rares qualits de cep ir et l'es
prit du directeur Saindoux qui. en
vrai dispensateur de lumire, cm
sacra sa vie entire l'avaaeeme it
moral et intellectuel de notre Pays.
Arriv trs jeune en lliiti.il
eut la gnreuse i l^e de fonder de
coles soit au Cip H titi-m. soit a'i
ltar hommes. Il s'aliuna k sa tche
avec fol et dsiatressement. \ux
moments diflici'es de notre vie na
tionile, alors qiie des hatiens
abindonnaient 1 instruc'ion de la
jeunesse p->,ip me cirrira p'u^
lucrative, Tliodile Sainloux.ci
loxen train; ii-, remp'issiit avT
c virage et pertvifMM s>n rM
eo-iil d'initituUur.
S m amour pour ntre Pey fol
sincre, car q nod il s'est sent'en
vironn par "la hache du noir ho
theroo" il peos*. ptt piti B1UI
contiar ses restes sa terr* D
taie. I fit es ad eux >s am -
ses anciens lves et ptrlii s m
esprit de retour. Mais arriv l b
il onstata que le ' oa ir du vif il
1 ird est un cimetire", tontes ses
chres llftCUODI axai nt dispiru ;
il teprit le chemin de sa MCOO le
patrie 011, d ailleurs, il avait hiss
les re tes d'un pre et d'une
pouse.
Il se tixa alors l'or! de Paix
o jusqu' son dernier jour il di
tribus avec le mm- z.le le pain
bientai ant de l'instruction. Il
comprii que le plus grand service
rendre a notre Pays tait de cnm
battre l'ignorance pir la p'us
grande diffusion possible de lu
miifl
Inclinons nous devant celte ton
be et gardons en nos cu.Min, l'
Parisiaiia
Ce Soir
La Batonease Inconnue
Entre : I gourde
Dimanche
La lia du grand sun sa,
le ftiii b
Prochainement
Le Clbre Chur
cl s C 18 p rsinais, Etais n dam
Les B^pdrincei lulnres
Kl
Le Oipl mi i* d ' "Tel est le titre d'tlQ vib-tnt ap
pel l'Union et a 11 Concorda pi
ru sous la signa'ure de notre ami
Peters IUv. 111, au COtin du pie
l'auteur aprs l'expos rap'd^ de
nos f ttes accu mi:les-dep lis lHOi,
convie tin 'es citoyen* hiitiens
se so'i I iri*er avec le Gouverne
ment, cir lit il, h nouvelle liber
te htitienae ne so tira p%s d'outre
mer, elle orlira de la Vrit, des
Curs I ois et de la So idarit des
hatiens
Oom l;men:s l'auteur.
Le Roi des Uigestifs
r
PEPTODIASE
Admis dans les Hpitaux de Paris
ACTION IMMCOIATX
REVEILLE L APPETIT
ACCELERE LA DIGESTION
FAV0RI..E L'EVACUATION DE L'ESTOMAC
QSn* eaaanteur d'talomae. MU
graines, Bouffe t de Chaleur.Renvnle
Verlij. Nluilti, omiiumcM!,
allonnamanla, Oigatllona pnibia*.
tn itnt* dani toutii lu pharmacm
Ltfpt geiural
UWalaire. P.ZIZINE,2,rU. aV&pri.PARIS
HtM Pharmacie AI. PETBDB
\\\Wl
Une innovation heureuse
A l'ancienn miisoa Ktel,
rnir^ la Glvod'Rufl et la Rie
des Minces M trouva un non
vrl (^tahlissem^nt qui dlivre.
rontrn la modique s^-nn1 le
P. 1..!, 5 aunes l'un t'u1 1
prnvanl T-ire remis ;') n'imoort>
qn I t lill^ur. qui BSl rnu n.'-r.
pir IE'abl!8,ro?ni lui-mme.
On l'eng ^> rair accepter
Dt (i mil' s m i v i lus, 0 COU"
pots tm 'lono'Ot clucun droit
n mnii bnG e c'-'st- dire
h livraison d'un C 1 Dpi 't D"ur
la mrni valeur de / dollar
50(100.
Le yftaie est d'origtn aile*
mande et est l-* ptstiiuA >n
Angleterre, "aux Ivit* U ' et
en AHemigne [I liiliti refou-
lement des tissus et ac.or ' ) s
avantages tous les lions
..nnaissance.
march UUC 'importe tjUI. gard de TMolult Saindoux, un
. ^listant souvenir de prolsnds re
-1---------------------=---------------------'.
Administration Unrald
des Postes
Avin de dpart ^
; Les ot)|*cha *our New Torlt ei
l'Europe (via New York uinct 1
psi le -i- Cristobal seront fermes
lundi ^7 du courant.
port an Prince,le 13 avril \91.
Carnet Mondain
Jusqu' nouvelle information,
les rceptions les jeuiis 1 de Ma
dame borno s ml ajournes.
Dimaocha h ii liuras sera ra
prsent le N M du Cin-
Varitea Journal .
(^e numro comporte le bal
desenliii u Cercle Portail*
Priacisn.le M rd -t anu Port*
u Priacfi Lu i Q 11 >yer toi
btailiauti U ChirduGaraga
Koe-i-i le '11 n > 11 Minj, I s
(Ella le Pa 11's etc. Ceat
une Iran :h origi n!e le la via
Port au-Princi d*.
Prix d'H.nlr.-.. t', (i
Alla
(e Mipi>lfe de r'rac 'nv'le
tous les FmriQaif n*4 s.i lOfl 1
se prsenter, MAI dUi la Lja
tion pour se faire inscrire sur les
tableaux d> 1 censment de la
tlaaaa de (9M.
Port au Prince le -0 avril I9ij
Ombre et Lumire
Hier soir, vers 7 heures les ma
chines de I l.'sine lectriqae fon
tionnaient-elles mal ou bien, c'a t
on en disposition de s'amuser un
peu u la Compagnie, l'on ne vait
Cependant le courant pour l'cl lira -
ge pnv ( cclionde Forts, du Centre et des Csars |
tait 1 quemm ml interro non
Les lampes s'teignaient et se r.d
lumaient produisant tour & tour
l'ombre et la lumire comme pou
la olus macabre tactie.
Dans les maisons et les tablis
semeuts puLIic?, l'on s empressa
de tirer prudemment d s butfeta
o elles dormiieut recouvertes d
poussire les protalqdss lampes
gi/., en certains lieux l'on fui mme
ob igsde rsVSOir l'anliq i -b >ug>e.
' '-' agataaM
M0P0 0 tHUo Bm teloa
[f .< av>ns appris avec poi le U
cien Offleler de l'Etat.Civil, jurve-
1111e hier.
L'entrr^rnont aura lieu aujour-
d'hui 4 .Jli-ures de l'iprs-nv ii
en l'Eglise du SacrC i- ir de Tur
geai'.
Le dfunt qui fut un h 1 n de bien dins toute l'accep'ioo lu
erna, laisse d'u.i min - r.....1
Nous envoyons nos sicres con
do'.ances k toutes les famille 1 que
e d uil atteint,
c.
Fianailles
Neni enregUtrons avec plisr
lus Ii me ni es d- M le S mone
tiiu'h'-r avc Mr Pri a Dupiv
Tous no* co-npi nsn's m d s
tiugu et charmint couple.
NaiS8anee
Monsieur et Madame W Wi'son
n >.i> ont ft i! p u 1 n .us m*
n 1 '.te aniissinice de leur 1
pr nu q4s : QlStMNB.
N03 compliments.
Monsieur EDMOND IIELMCKK, harg J
a'.\ilt.i!ai|n', et si'S enfant, i '-s touches al
(|U m* >ymj atlre qui leur or.l et ri.Muis.,
ion de-la perte n rparable .in'ils v.eniical^
un ta personne do
Madame Anita Helncke.
leur obre et regrettte paue el mre,
[tous eux qui ont tien voulu prendre pat au
Ideml qui les frappe, de trouver ici mme l
Isioit sincCre de leur p'us vive gratitude,
l'orl-au l'iince, 1^ 21 avril .,125
J Si aaRaaaaaRaaaaagBSR>WBMr---
Savinien Martin
Petit Gove
Pour cause de dplacement et
renouvelb ment le >tok met tn
veille au rabais ses lots de Four
nituies pour Menuisiers. Sapo in
.u.iiiiis assorties; peintures en
pats et h Ile, Trbsotine "'il l>.
\l rigares Gu hsud. Pil pour sellieri
et cordonniers Cbeslerfield et
Came Boucles de lo'it s qusUts,
pour seiliera cets, Sandales et souliers MeBCB,
Houles lastiqaesaSurelle8,cai amal
Bis mtr. de toutes sorte Bmbons
S'SOitit par livre et par boite, l'a
pier> et mues pour malles, ilr,
Lampe Verres d lampes, Itoli
eh 's el iiiffli s de toutes dimcn
ionj l'an 1 iix ; Verres el boli
ches pour linaux. Verre boire,
liai e rs ci i coratail.
Savon lo Bal, ycerins,Palmo
l:\ 1 ne 1. Goudron, iidum, etc.
cirage liquide blanc et noir, cirage
en pte, toutes nuauces. HuilfS,
uiqui uis, n inp'U' ie. V ns as
i ni- m el le b ni 11. Epingles de
iiou: e s grand s ai petites, viguil
IfS. I If.
Revue
des Deux Monde
1 s Rue Je l L niversiti. Paru
BOMJialHG L)E L\ LIVRAI ON
du li Mars 1 Bi3
Jean Perbal. Deuxime partie
Louis Bertrand.
Kv) 1 sse 1 une entente Fi'iinn
ang'ai La ccntsoaire da Cardinal Lavi-
,, I. Lai vocation, Georgea
Goyau, de ^Acadmie fram-iiee.
\ua consulat k l'empire, il.
Comment se lit 1 empire. Gabriel
llanotaux, del'acaimie franaise
c, maiaisa ie L'armea. Lt 01
Rebool.
.1 -.ujire. L8iS, Duo de Bro-
gio.
Li Steppe Dar 11 re partie.
An'-me l'ehkhov.
Posie. Il nri Hrenir.
|{f;vue ScieotiH|ue. Sur les
astrode. Curies .N irdinain.
Oh ouique d* la QjtOZiine.
El ivoire l'o it 11". Itii l'inin.
PBIX DE L'.V OMSEvll-.\r
Un an Sii mois Troi; moi-
Paris
Saina icinect ()i.e So lr 41 I- 11 lr 50
Dpartements et
Coionn s iraoaiMM M> 44 M a> (ri
""" tirailler 98 lr jo 26
^Lv.> abo:ineiicnts parient du 1er ci du 15
e .najue mou.
i'R'X DU NUMbHOIr 4 50
Avis mai
Je, Joseph Edouarl
<;n, dec1 re au public 1
rai et su lier n'tre plus responi
actes ac'ions tt d.ltej,
pouse ne Vernlia Pj^
miciiiee ,i HmarJ, **{
rural' ks Haradrea,|
pour eau u' 'adullre. [
lion en divorce lui serij
bref dlai
Aise M;.;on,Cy minj
mune le IN.-t', ce il
I s'phEDODI
Avis Import
Le public eu gna
.]*.- ie^ clients di llj
Kwv \s I li:".'i vMHap
avec p'aisir qu'ell;va
C'voir un :i 0 tun nt
pour dames, lcrniM
ter, des tius pour 1
vo I s et coin0.111 sdaj
voile po ii coiir.nunioi
li (h; suie et deluxe.1
t'omine toujours lai
lient to"l e ) c irrpnce.]
KvwAsllERilif
Variti
Ce Soir
La Liions
Entrejt)
Banque National
Rpublique
L' s poi leurs JeWeU
soifs de la Dlie In*
tirjoio, Sria li, qa\\
ellectier I dpt
mains 'sou: p'iea i\
t;r eu nos 11 :rewx(|
celte htepjurrctWj|
iljlinii h- contre rei*
eu de dpl diiaient
tvUX qui n'ont pal'
ie dpo; de leurs RI
s lires voudiont bien I
Plus lot.
PoridU-l'in.ciM'JI
Uam.uk S\Vt
li, r, iii.iijt'M
conoiiiisez
votre ari
Servi je de Cnm
lut-Hin
Popt-au-Prioc*
V > c n a u ssoi-4 fou au
Prince i heor4 la mit'o, tous
les jours, pour Peiil , ,ilv., IJ|r .
cou u,Petite itivir ; et losel Veau
Depirt de I'Au.ee V. au a mi H
pour tre de retour a (\ heurts du
soir Port au Prince.
S'airc< l'tnsaa-Ve.au.Stition Po;t aj.
Prince devaut U Poste.
" !
Fmpioye pour votre correspondance et vos travaux"J
machinet 'crire FOX, qui est celle donnant le plus aVi
machine k crire PQX prsente cet avantage qu'elle col
leta en plus des autres machines, c'est--dire que vous.'
F( )\ quatre caractres de plus et qui sont trs usuelsj
Prospectus sur deman le. E npresse/-fous de preof
oh / AU HT :
L- PreaUwiirAGiMI
lue du !)"'"
------------------------------------ c^i
lt~
'- ' T''.*
lllijal IX
Dtpinplai de 40 an gc::t la BLEM
et tnas coulements rcents on "
23.
Rapport .
lisa*S
mas coulements recenis u m
ARABES GURIS Jjr
l Extrait d'un Rapport de MMtctm _ ^ jj
C'ist le remdi qui a toujours donn
EN VENTE DANS TOUTES BOSSfS PUA
SPCIALITS PEYRARD VKLCm.*lrpjlt**^
A l'on u Pilucu ; pSa^lTJc^V^UCH et luuui wal
BBBSSSS


^^^W-Ta
mmm
1
LFiVATO
Shoe
**
MIC.
EU
7
KH
Les loges de noire cirage en paie ne sonl plus l'aire.
Ire marque Monogram est actuellement une des plus connues,
Ellejjest employe par les 'gens les plus slects.
Elle est importe partout o nous avons de constants clients'.
Notreymarque Pe f cl;qui est un cirage liquide et brillant,
il la renomme de lous nos autres produits, elle occupe 'maintenant
Le premier rang parmi lt s produits similaires pour sa puret.
vous emp oyez noire cirage liquide cPerfeclle cuir de vos souliers
Ne sera fanais anim et vos chaussures dureront longtemps,
Aujourd'hui notre clientle n'est plusB faire et nos tirages
nt employs par les Ladies, Geutlemen du Higti Lite d'ai.
Fullon Shoe Pohsh Co. Ino
ont
iV JE W-YOR K
Geo. Jeansme & C*
Agents Fxilunif* pour Hati*
1D7 Rue des gracies, Cn laCe te la Banque HaliOnale d'Hati. Tlphone I! z 367.
[toUson, Lucas & C, ALUMINUM LINE
te en gros $ en dtail
[ett,g marque toile
' lectriques
p en ineoce
o jouelaine
m,\ ,hu,.n,ue femme,
bience
toutes aortes
^'ilstten caisses
""ailles
'""selles np. elinf
9ie maille- P '
; fou-heues enfer
lus
Mjts nlckeis
rrepials
'* n bois
^""ce e|et en mi,
L.rpes pour bicyclettes
Lampes lectriques
Manchettes manche corne
ftteucbauea m un iu- uois
Ouvre boites 'Siger"
fiquois
Papier emballage
Farlum de toutes sortes spciale
ment :
tau de Lavende
Eau de Cologne/Johann
ia .11 Fraiua"
l'Oudie a .i. tiue
Bojtiers div.a hommes Jkfc femmes
bouliers de l'ennia
Services b. cale eu laience al en
poKeiaine eu .'> r 9 parties^,'
^erv. e de toilette eu laieme "
lasses a cale
heieres
Veir. s de toutes soi tes et de toutes
grandeur
> erres eo cristal
Via du Hhin, ctc, etc.
O/0//8OM Luca\'$ Vol
New-Orlans & South
kim Sleamship Co Iql.
Prochain dpart direct
pour l'orl-au Prince cdlati
Le steamer Hansen ayant laiss New Orlans le
M avili courant sera i l'ort-au-Piince le 27 avril
avec 260 ion lies de marchandises.
'.u steamer fllfl laissera HeW Orlans le 5 lai pro-
chain pour Hati.
Le S|S Olla laissera New (Hans le 24 avril pour
tous !es ports liailien.
A. de Jatteis el C%
Ainis Sirtu
Lampes de \uit
tGLOW
He l'ont pas de lume et ne djjajenl pas'd'odeur.
Indispensables dans les maisons quelque soit la
lumiAre en oaaqe.
En vente chez, Henry Storfc
Rue du Quai, en face de la Gare.
On Irouvera
uiuHON i Preeizfflann-4
r*Hu du Quai} No 1(>17%
H nie d'>!neal- tabla afereel Alioth et Co. Hordeaux; en caisses le
11/ et ll/l bi. Sudiaaf >t autrescooMrfi rrantises; condiments de
toutes cl mat; BittOj toinile Veriiiiuh, Martini et li)3,i; anguatoft
Bitter, Cogite 3 .-tle-, Ihnn Roi; Vie Rougi et Blanc suprieurs
en barriques, demi barriques et caisses de 12 bout. Champagne Char-
les Miaieck, Sucre granul et contas->; Vinaigre u caisses de 1* ht.
et en barriques de M gallons, etc. etc.
si
frocai ez-vous de jolis cadeaux pour anniversaires, fianailles,
liages el baplmes chez
or*
fus-
Hue Bonne-Foi
i


DIRECTEUR PROPRIETAIRE
MPRIMEIB
Cl^oaeni ALyloire
BOIS VEHNA
1358, Rue Amricaine
NUMEP3 20 CENTIMES
H taut se piquer d'tre raison-
nable, mais non d'avoir raison,
de sincrit, mais non d'inlailli-
hilit. Joobeit
Quotidien
TLPHONE N* 242
lOmeANVE t N' 5W
PORT-AU-PRINCE (HATI >
JEUDI 23 AVRIL 1926
,a Vrit est une
fat pas un autre on
Je... L vrit est une.
[jet du voyage de bon
kce l Prsident Uomo
Iimportantes rgions Ju
I sont les Cayes, Aquin,
, Si-Louis, les cloches,
cloches ne peuvent
j'unson. Et leur uni-
[,l'gii en h i iui-nen-
0, est celle qui a a .-
Jtys entier les explo
[ipnpalhie, les trans-
|resse, ies tmoigna-
ition et les gagn-s
__Dt qui ont m irqu
Ifcit au Oui (1. .'Eut
i 11 s'est trou/.
erra jamais dpeindre
Rtsme ds cu'iirs en ces
vibrantes'- La capitale
que la circonstance avait
le en rendez vous des
as avoisinur.tes, raon-
nt le sjour de son
Pil' spect J'un grand
loti circulait une toute
Hivreusement anime
le jour que la nuit,
le Sud taient de
J laire fte S. Excel
Prsident 'le I Il pu
Midnin* B >rno.
[les classes socialt s ont
l leur faon. L s U-
ont trouves unies
[rencontrer partout aux
rceptions organises
Mntuer la satisfaction
Le bel de chez M le
la tene nocturne de
jchezleaLtonnefi1, of-
\lessportimen les Cay s,
art Limoihe au profeit
re*Cor, le match de
butte, l quipes des
[* da Port-au-Prince, la
leBeauijour.Veircep-
itticielles au Palait, au
local du Tnbuoal de 1re
h chez le Gommindant
barteent, l'Htel Coin
I sont autant d'occasions
t t fournit* Mr Borna
taire apprcier son presti-
lomme du moode f t au
{e l'Etat (et grandes li-
M a politique toute de
la amour tt de progrs
[Cayes qui se montraient
TM en lgance et en
Lproligues (l'attnuons
l'endroit de :,iadaine
M Cayes qui sj sen-
r^res, aime de ses
IJtoeuraient enchantes
pcontres salues d'ap-
*"lls combien cla-
uvaisefoidequelques-
ctairei la \rit, ir-
jwuxii.ndroitdelano-
;5mme ^es wtressan-
MUons du Su t, voulu
fr Jclat de ces jjur-
VMtidides.
l^est en vain. L'cho des
ElWT ,,rapp loules
FJ* lout le monde sait
[JJWett aussi h--ureux
^ du .Nord et que sur
jifircours le cortge of-
[*'objet de continuelles
"lues ovations.
L jfij Petit Gove o
juane balte, S. Ex- et
huit ,? y re8tent un
l'^'.Pour s entretenir
" Monts locales et les
-.recevoir des amtbili-
|^r drivent sous toutes
UJel renouveler |a |a.
|luu,',es"nrqliesdel,in-
Gouvernement 4 sa
Fjw je reforme et se-
^w'wl des clocha, r-
vil de li nature. Elle s'est pa
re de sa riche ver ture touie
ha li3 il-, l'air matinal. L s
bons i la route s'-/y-n1 d
jol's ptales de nni cesse t,
de marguerites et de noinbreu
ses varits de Ihurs s mvages
Continu dlement l'on passe sou i
de modestes arcs de triomphe
dress: par les m ims rudes e
saines de paysans- Les cocotiers
< m t dpouills de leurs bran
lies utilises c tte tin. Les
tons multicolores des b dards,
des nadfasrej >ussent tes yeux..
Les en tufleurs se pressent. Mais
il f'ii ralentir tous moments,
pour permettre au Prsident de
se montrer 3t d'envoyer un sou-
rire, un salut la ciresse de.*
vivats du paysan. Il taut mon
s'arrter uxcen 'es importants.
C'est St Michel, c'est le Vieux
biurg d'Aquin; de mme ces mul-
tiples carrefours o attendent en
liesse une foule d'habitants grou-
ps sur ies places >, les plis de
leurs drapaaux claquant auJessu*
de l'auto prsidentielle.
\ St. Michel c'est qui serrera la
m iiu au Cnef de l'Etat, depuis le
fonctionmires, les n hbles, le<
amis arrivs des diverses parties
de 1 arrondissement da \ |>pes jus
qu'au plus fruste reprsentant de
la musse paysanne.
Vous qai a'ave/, pas t tmo'n
et qui essayez de contester malgr
l'vidence des faits et la sincrit
ds chos, cessez votre rancune et
considrez, un peu cette nouvelle
exprience.
.Nous ne sommes pas encore aux
Cayes. Les prsentes rgions d'o
mon'ent des vivais au Prsident
Borno, sont en peine nature; tonds
d : Viil ce- plateaux, cote escar-
pes des montagnes. Ici c'est le
peuple de paysans, autrefois tail-
dbles et corvables quoique l'es-
sentiel & la fortune publique. Vous
prtende/, revendiquer en son nom.
Hlas constate/ plutt qu il exul-
te au passage du Chef de l'Etal.
Remarque/ qu'il est venu spinta
nment au Prsident Boino et
qu il L'acclame, parce qu'il appr
ci" les bienfaits de la paix et de la
scurit des campagnes, tandis
que vous il ne vous connat pas.
Vous intligue/ auprs des Cayes
pour qu'il ne lui soit pas fait un di
gne accueil. Ma<"s vous -tes ic e!
vous ferme/, les yeux eur les pro
grs raliss par le Gouvernement
dans le Sud La route des Cayes
est liait'. Le Fond des Ngre'', to n
beau des voitures, leur est mainte
oant un charme. Il y a un pont a
Cavailion; un pont & I llet. Les as
prils des mornes Boilea >,St-Geor
ges ont presque disparu. Avec plus
de facilit dsormais le Cayen ar-
rivera Port-au Prince, assistera
nra fles, eu mme tenus qu il
contractera des affaires Ignora/
vous tout cela ? Et comment donc
voulez vous que de telles marque
d'attention laissent indiffsents
ceux qui en sont l'objet '
Vous organisiez la dfaite et
fiourlant vous avez plutt assur
s triomphe Sachz le bien, ce na
tionalisme que vous prchez n'exis
te pas aux Cayea. Les Cayes sont
une ville de travail, d'aisance et
de lumire. L, ou est en ei
ne prosprit Le commerce lieu
rit el chose digne d'tre igm
l : c'est l'hatien que l'on voit
aresque tous les comptoirs. La
lai-on N ptuns. la Ph rmacie Si
card relveut notre orgueil. Les
Cayes, c'est un des boulevards du
Commerce National.
Non, n me parlez pas de Suiio
nahsmfl aux Cayea...
J ai vu deux ou tr is nationalis-
tes. Je leur ai parl. Nous avo'is
chang a>a ,Uf9 e( n,M, n'a pu
tre 4lev* Quatre 84 fait qu'il y a
un trop grad 1 onaeinhU derr*mt
de tou es sirtjdans leur program
me violemnunl en dsaccord avec
l'horizon politique accidentai.
Mess'eurs, le vide se lait autour
1 vous. Les gnration? grandis
s vit et constituent pour vous le
flot qui motite et envahit .. Oh !
cette |eunes>e, ce'te belle j i mjsse
des Cives. Bile n'est pa* seulement
de i > >m le !I0 ans. Les Cayes, c est
la vi le |- iine Li. on n'est jamais
vieux; ceat la ville terne lemeot
en feur. Kt l'on GOQO't alors
l'harmonie qui a exist entre la
popu anon >! lt>. l'rsid ut Borno
ds le contait. Le Chef de I Kl.U
n'aflec i nne pas tout ce q>ii est
jeune.'La |e ine-sec est le prsent et
e'est i ave iir. La Prsident Borno
marche avec tout ce qui est jeune,
sain et vigoureux. La formidable
jeunes d-s ave. o itiq>iem> nt
naie eomorand et admire le Prsi
dent Borno. Elle s'attache son
Gouverne tient, et elle sait qu elle
ne conn i ia pal de dception Qui
a% s'ejt p tr, en effet, du ca-
ractre ajcensionaal et rconfor
taut du ()iivernement de 1922.
Le Prsident Borno se raj-unit
constamment en taisant couler
dans les artres de l'orginism;
national toujours un sang nouvel,i.
Aussi se ralliel-il toutes les tier-
gis. Car, en suivait la courbe en
progression de sa politique qui ins
aire la plus large conliance, on
entrevoit au bauU ralisation de;
plus vastes espiirs patriotiques
par la voie de l'Ii mneur. de la
vertu, de la rgnration des cons-
ciences ladivl laalUs.
Une vide) de ti avait et de lumVre
c .mm-' les Ciyes, ce boulevard de
la civilisation dans le Sud, ne siu
rait ne point deviner tout cela.
Qui dis je. les cayens le sentent
et le pr clamml. i. immense jeu*
nesse s'es' g oupe autour du Chef
de l'Ktat >i prestigieux,si bien ani.
me. si respectueu) de ses promi-
ses, prodigua l'gard de tous et
ne demandant en retour qu'un
peu de bonne foi et une meilleure
intelligences des choses pour le
p'us grand bien le la Patrie.
Un s'expliqa-5 ainsi l'emli lotlaa
mt il s ovatims. Et si quelques
adversaires impatteatl crient tou
jours, c-st qu'ils ont t tou
chs et dj.inlits, car le Prsi-
dent B irno est rev nu des Cayes
plui ralfenni que jamais.
J. LiuoJOSEPH
Avis
Le public et le commerce sont
aviss que d un commun mcord
Monsieur Bmillio N gaglioni s'est
retir de ma Maison de ommerce;
en conaqaeocs la procaratloB que
je lui avais donne, cesse partir
de ce jour.
Port au Piince, le 16 avril 1995,
LOPI ItIVKKA
A V Hospice
St-Fraoois deSils
Voulez vous tout la fois, vou ;
distraire, vous dilier, faire une
bonne OJ ivre, agir en bon hatien
all> z 1 Hospice St Franc is d.
Sales, le dimache 2i> avri. Ces-
une fte qa il fau Ira avoir vue. Elle
marquer* dans les annales des
|V'|.' il' m, m, .m il uni
Ls pu- h iules personnalits de
Port au-Prin e et de la Rpublique
i'y donneront rendez vous Jamais
pareil cortge de pirrains et d:
marraine ne se sera dploy.
Voici les grandes ligues du pro-
gramme :
A i heures rassemblement de',
parrains et marraines dans la cour
intrieure de I l'Hospice. ')fil
Allocution du P L Goua/e
Vicaire gnral. Bndiction des
travaux par Sa (i. Moaaaignaa
l'Archevque de Port-au Prince.
Mouveiu dtil d>:s parr.ios et
marraines. I\ messe jusqu' la
nuit, dans les jardins de >a maison.
Allons Ce jour l, tous 1 11 tapi-
ce Not-/ bien, que les entre
seront gratuites.
lforras & Navarro
Rue du Magasin de VEtat
La Fal>rii|tie de losatjties a riionnetir d olirir ses
services aux Imptaieurs, arcliilccles.particuliers de la
Tapitale et de la Province pour Texculion des travaux
en carreatix-inosaiijues de toute beaut et de des-
seins varis,blocs en ciment,granit,pierre artificielle,
balustrades,dcorations. travaux au cimetires: tombes
caeaox, etc.
Prix modr^. Faites nous une visite.le meilleur
accueil vous esl rserv.
pour les conditions de vente,s'adresser 4 Monsieur
L0?C HIVER., en lace de la Poste.
Barras $ Navarro
La Dclaration du nouveau
Cabinet Franais
I. Painlev expose i la Chambre la tche
du Gouvernement
4 la suite d'an expos de I. Caillaox sur la s'Uatioa des Finances,
le Cabinet Painlev obtient un vote de coofiince
Paris, 22 Mr PiiinWv, prsi
dent du consei!, a m devant la
chambre la dclaration minist-
rielle dont vokl les principaux
points: u Tous les problmes s'ef-
liri'ni devant lattmr et l.-i scuri
t de la France el TquiIiLr. fiuau
citr. Le gouvernemfit -in>pner.
des pnncipes de paix dans la s-
curit, le respect el le maintien
des traits. Il rerlieieh ta la st l>
it oonomi ue dans le r.gim de
la justice fiscale, oha laque \:
il-convie tous I s cituyen>.....i'l{li
l'i t-i.'l national au-dessus des
pas-ions de putie. li poursuivra
l'e^culion du plan Dawes et le
r glement des del es interallits.
La Krance est dsireuse de donner
an monde la paix et la stabilit
condition qu'elle soit elle-mme
en secuiit.
Le gouvernement reste ferme
ment attach aux trois conditions
du protocole de Genve : la acu
lit,l'arbitrage et le dsarmement
Il comprimera toutes les dpen
^e8 qu'il couvrira par un impt
sans en imputer aucun au trsor.
Il s'eflorcera ensuite de diminuer
on passif et dem-niera la na
iou de larges cacrili.-es par un ap
pet au patriotisme de tous les cito
veiis dans une atmosphre de con
corde naliona'e. Ku consquence,
il maintiendra au Vatican un re
prsentant qua ili- et poursuivra
la lente assi nila ion lgislative de
1 Alsace et de la Lorraine.
Le gouvernement ralisera les
rformes sociales possibles sans
grever le budget. Il poursuivra la
n-.liii. iiiion des conventions inter
nutionales du travail Washiog
ton comprimera strictement les
dpenses administratives et des r
gbiis libres et contrlera svre
meut le rglement des dommages.
1 n.- faut pas oublier lea ressour
ces inpuisables de la France
dont aucune preuve n'a jamais
entam I impeccab'e probit >.
M. Cailla*! dclara a la cltam
bte que la confusion des comp
tes, l'abus des comptes spciaux
il li tat d'engorgement de la Ti
sorerie bout tels que, sans ...,-
rer les difficults actuelles, il faut
ronsidrer trs srieusement ha
services les fi un es. Les dincti
ves du gou-eruemeut sont d'abord
de u'augnenter en rien lea avan
ces de la li .nque de France l'B
tat. M Caill iux ajouta qu'il fera
voter le p us ra| i tement possible
le budg t Je 1913 en s'appliquant
obtenir un budget qui.ibre et
qu'il demandera i l'administra
tion d>>8 propositions pour le bud
gel de IWO qu'il dposeia en .lu n
en y i iiroJmsant t >tttw les dpen
i i et les i n pu s correapoadan p,
l'ne grande opration d'aaioi*se
ment qui sera une opration mo
ntaire viendra ensuite.
La Chambre a accord sa con
fiance au C ibi let Painlev par
314 voix contre 250.
Nouvelles Etrangres
Par GabU
autour de la prsidence
de la Commission des
lparations
P\RI^ M- Louis Barthou a
offert u nouvnu prsident du
D._ etnaai' sa dmission de prsident
T |V|**t||ar^|C de la c-v-mU-ion tes roari'inns.
Jl I il L. 1315 A illeu d'acce-derret'" d-n s on.
le cahin"! a ^cil k I unanim;,
d^ re n r ier vt- Rarthin dn tous
ses e I rt<* et le lui dema-'der de
rester son pottp, ce qu'il a ac
copte.
Les clients et amis qui dsirent
me vo>r me liouerout,> omrae par
le pase, au No 602 avenue 1.
Peu de Chose.
Dsastre muiitime
NEW YO'iK- U cargo jaPo
nais Raifuku Maru dont le
plaques ont t brt.ee- penJati
une temp te de Mi heures a coul
hier iso miles au sud est d'I'a
lif ix quelques minutes avant m di.
Tout l'q npage, compos de 38
oflii iers et mains, a pri. I. Ho
m'nc , de la Cie c White Star
Line > se trouvait la lte d'su
trs navires qui sont a'lf imm
diatement au secours du KaikufQ.
mais qui sont arrivs trop tard
pvir aauver l'quipa|e, ce deroiar
se trouvait comme pris dans nue
trappe A bord du bateau, les va
gus ayant bris les barques de
sauvetage, l'Ilomnc arrivait en
vue du bateau quand celui ci s'est
enfonc dans les vngues. La con
brmahon olticielle du sinistre est
arrive dans le mis-nge suivant
par tlgraphie sans lil du capital
ne Jean Koberls de l'Ilomric
aux directeurs de la Cie White
Star New York : i Je me suis
Sorte au secours du < Rjikufu
laru ce matin a i b 47, vu le
navire 10 h.">| ; le navire a cou
14 11 h, 51 par latitude, noi*
'1 j longitude ouest 1 .Stf. IU
grette de n'avoir pas pu sauver
quipage .
Au Honduras
WASHINGTON- On apprend
qu'il y a deux mouvements auti
gouvernementaux trs distine s
dafis le Honduras : liiu sur la cte
aord vers Ceiba et l'autre le long
de la frontire du Guatemala.
agitation politique
en Bulgarie
PARIS Le gouvernement frau
sais a t in foui que la situation
n Kulgine tait grave. C'est le
seul renseignement parvenu par
voie diplomatique indirectement,
car aucune nouvelle n'a t reue
d* ministre de France 1 Sjfla.Le
cii-mcelleries allies sont fort in
q ileg des vnements de Hulga
rie et leurs reprsentant-: diploma
tiques Udgraie ont r i i ordre
de demander au gouver.iemenl vju
goslavs de faire disparatre le vri
table nid communiste qui existe
Nisb. Ce groupe participerait a, li
vement la directiou du soulve
ment des communistes eu Dubca
rie.
SOFIA Le capitaine Yaukoll
considr comme le chef du corn
P'ot qui a organis l'exploson de
la bombe la caihdiale de Sve
tikrai jeudi, a t tue hier matin
par la police. Lorsque les agents
le dcouvriient dans la nrnVon o
il tait cach, ils |e sommrent de
ae reudre. Le capitaine rpondit
n tirant des coup* de feu et
laoaal plusieurs bombes. H M
tu par les balles des policiers.
Lntre la Chine
11 la France
PEKIN La France a conclu
avec la Cluno un accord suivant le
quel les versements non effeetoea
de l'indemnit des boxe s seront
employs i la rhabilitation de la
Banque industrielle de Ch ne q i
a fait la.lhie en Iml'1 L.s foadaafl
eumussemonten tjmilli,,*
de dollar .
Au Maroc
CASABLANCA- Les ||i,fafB8
ont attaqu les tribua formatt la
couverture dans la rgion noumbe
1 au ont franc .Centre la froc
Hre de la zone espgu, |e el jfg
postes avancs. Les l.ibus se sont
replies momentanment l'abri
des lignes franaises.
l'anniversaire de jRome
^lSfc U Vil,e E,erne"e
clbr hier au milieu d'une eran
de jo.e lanniversaire de la fonda
tiort lgenlaire de la ville, il Y a
2i78 ans Tout tait dcors de
drapeaux et de pavillons hraldi
ques. Le< maisons de commerce
taient fermes el tout travail tait
interrompu.
Nouvelles Diverses
PARIS- D'aprs le Matin .J
lex sultan Moulai llafid a fait ta
soumission la France contre la
euelle il a longtemps intiigu. Il
est parti en France pour y vivre
la retraite.
PARIS- M. Barthlmy dryen
de la hHcult de Droit, est rmt
g' dans ses fonctions.
NEW YuHK Le vice pr.I
P*wes invit au djeuner au
Duel de 1' Asaoctated Prei8bJ;


Lt IV. M IN
1
1


eiu
DELYS
donne un teint de lys
.
'' *! .' !"
' '
'9
" '
m
CAS *i'3f;
P
v."
L..

^
nntirta la
t* Crtnt
frait fifur
TtUtttft, cuct. patfmmir.
i.'r !i lrunei.tr. rmtifllll. rf/acr le% rtdrt
Ltle
tien, la pondre
Assure un*
rciir.aV.on exqulsa
La Crme te

i rien I p>u. qu'elle
i b
v. ri (lu |.lm:iis la fjiri
ig i i mec sua extrait* lr
rtrur, i Cn ri IN "ELYS et
. i i lui | -ir f .il- -lr *a ont
d< loilftttl MM emploi vile It
haie, le* tache de roilSSCUi et If-
irntStioni dues U pou-i-'re
ARYS
3, Rue de la Faix, 3
PARIS
T>ulf Parfumerie! et lirand* M*.,.ir>.
, rW.?
Serge Vaillant C nigii*UJ c 9\t
a t n cueilli par \f> diteur',
membtes de I'a > iali on, ' r>-- 1 <
grand, salle de bi 1 du \\ aldor
Asloria.
LIsbON.NB La di.mire des
'I- pi a !' i h' que In sispen
sion d garanties corsiluiionnel
les OODffmierail encore.
NM\ YOKK LetinialMa
chatl'1, prmtti dI *Iu de .nb, a
lait lier une visite (fficiah au
maire II lan llllel de \ill- L-
droit dp cit a t con'r au G
nral.
Les cours
n
rs
I'aiiis
\vril
Dollar
Livre
19.1
Lus iinpps
c Je sois las de l'entendre ton-
joirs ncmnier le Juste .
Arislid "un des plus grands
hommes I .\tli.ins, qui 1 Mis
toire, a maintenu le urnom de
Juste que lui avaient jadis dcern
es compatrioles, fut cependant,
i Plnsttyntion ni par ostracisme. Le jour o la
seutemv devait tre rendu-, un
paysan qui ne savait pas crira
s'a'ppiocliit du grand citoyen qu'il
ne connaitsalfl p"? et le pria de
dactr pour lui pur la coquille le
nom cl'Aiistiile.
"Mais, lui rlemandi erlui ci,
Ariati le vont a t il personnelle
ment nffi n> T
j 'N lO.rponl le paysan.rnalfl
je suis las il l'entendre toujours
nrmm \o 'juste''.
Aiislide partit en lormant des
vu- ix pour ia bonlirur de son iu
gr te |atrie.
r-
4il i iicuKMmi mmo,
voir les noiivettiitt's, tu
tissus lan la aie, en dit*
peaux, corset-*, chaussu-
res, Bai, Cli&usselles, Sac
i maii?,Fleurs eto tjue Faul
t. A m lia vent! meilleur
march que n'importe 911..
Administration Gnrais
des Postes
Avis de dpart rj
; Les OaiAchM f1"" *** ^or^
l'Europe (via New York uiitct ,
par le -|- Cristobal sront fermes
lundi '^7 du courant.
port au l'rince,le -I avril 1!).!..
Discours prononc sur la tombe
de Mr ThInduit Selodoui par Mr
Arioste l'ifrre Louw. juge de paix
de Port de Paix 10 avril 1915.
Mesdames, Mess'eurs,
jH est de- |cercu i- qui, en de*
cendant dans la tombe, nui- obli
geut lever la v tix en b immag !
de reconnaissance en ver* les ner-
sonnaiits qu'ils enferment C'esl
pourquoi, je vien nor suis me
profonde motioa, faire un der
nier adieu, tant au nom de mes
anciens condisciples du II gao
tout particulirement q l' celui de
toute la jeunesse hiitienn. au
cher disparu Thodule Saindoux.
Cette nombreuse assistance et
les r.'grets qu'elle exprime lisent,
mieux que je ne pourrais le f tir,
les rares qualits de co. ir et d'es
prit du directeur Saiodoui qui, en
vrai dispensateur de lumire, on
sacra sa vie entire l'avaaceiie it
moral et intellect je' de notre Paya.
Arrive trs jeune en lliiti, il
eut la g^nreu^e i l^e de fonder de*
coles soit au Cap II lUiaa. oit ai
Il ir_ ne o il russit k former d *.
honnmes. Il s'alonna sa tacln
avec f d et d*ialressement. loi
moments difliciles de notre vie ni
lionile, alors que des hatiens
nliiniotinaient 1 instruc'ion de ia
ieuuesse p-vi' une cirrira p'us
lucrative, Tliodule Sainloux, ri
l;\ -^ii Irantis, raniplhisalt ave^
. !? et persvrance s>n n"'e
mil d IniUtoUur,
S >n amour pour nitie Py> W
sincre, car qitnd il s'est senti en
vironn par "la hacha du noir ho
tberoo" il pensa, pu piti Allai*
k c.onlier ses restes sa terr
taie. I fit -es ad eux am -
ses anciens lves et partii s m
esprit de retour. Mais arriv lu b i-
il oQslata que le o r du vieil
I ird est un cimetire", toutes ses
chres affrtions aval-nt disptru;
il reprit le < li -miu de sa secon le
patrie o, d ailleurs, il avait laiss
les iv les d'un pre et d'une
pouse.
Il se lixa alors a Port de Paix
ou jusqu' son dernier jour il di
tribua avec le mfim zle le ptin
Maniai ant de l'iiistun tion II
comprit que le plus grand service
rendre k notre Pays tait de com
hllre l'ignorance par la p'us
grande diffusion possible de lu
miie
Inclinons noua devant cette loii
be et gardons en nos MMiri, l'
gard de Tho Iule Saindoux, un
-nstant souvenir de prof sud* N
...nnaissance!
Parsiana
Ce Soir
La Baiiinease Inconnue
Entre : I gourde
Diniuiiche
La lin du grand succs,
LfePA_R]SlPE
lie li Vapeur
K Uar.tj l >! uihes
1', i -il.-. liO'e, llu'li
LKSSI\ 5.-BEHA8g\GI
pROUrilTI DI
Soin- particuliers p i r le ii ^e
Su, lau-co's. i h-mises.
Voi;ssr>/ pleinement satisfait
en envoyant votre lingi
' La "PARXSIBITNS
Une innovation heureuse
Arancienir miisoa K tel.
rntr^ la r.r^nllii^ et la Rie
des Mi race S se trotlta un non
vrl tablissement qui "llive
rnitre la moliqi^ smn1 -le
P. I.." i, 5 aunes l'un tiss i
pruvanl etrj remis ;') n'imoorM
qu I t lilleur. qui est rouitAr
par I E'abli'a m>ni lui-mme.
On l'eng u" ;1 'nr? accepter
or ( mies m livi lus, 6 COU"
pon qui lonn'nl clncun droit
">n rn^'ii' bAnO ,ft, c'est- -dire
h livraison d'un m npl >l r"ur
la mrai valeur de / dollar
50|100.
IA ^y-st-m est d'origin all*
mande et est t-s prstiiuAen
Angleterre, "aux Ivnt- U <'* ''
en Allem'gni. Il t cil i t l''.ou-
lement des tissus et wnr '. d i
avantages tou3 le? liens
te Fi j
L
Prochainement
Clbre Choeur
d s Cosatpn-s Russie
18 promis, ehitts ei da s:s
Les E^prtocei lulnres
BT
Le Diplomate d lix as
"Tel e>t le titre d'un vib-inl ap
pel l'Lnion et a h Uooeerda pa
ru sous la signa'ure de notre ami
Peters Itaviau, au cours dnque
l'auteur aprs l'expos rap'de de
nos fuites tieuOhulM-dep lis iSOi,
convie lois 'es eit0J40* lnitiens
se so'i l l'i-'er avec le (iouv-rne
ment, ctr dil il, h nouvelle liber
te htiiienue ne so tira pas d outre
mer, elle nrlir.i de la Vrit*, des
Co-iirs Uail et de la So idaril des
hatiens
Com l:menis lauleu'*.
Le Roi des Digestifs
r
PEPTODIASE
Admis dans 1rs Hpitaux de Paria
CTION IMMDIATE
RKVKILLC L appT.T
ACCELERE LA OIQCSTION
FAVORISE L'EVACUATION DE L'ESTOMAC
Su|ipr; il
On M Patantr.ir d'Iatomae. Ml-
grainat Boufleei da Chdaur.Ranvnla
vart.ua. Nauaaa. Vomiaaamar.u,
allonnamant,, Digaatlona pnlbiM.
n rrntr dam toutn In pharmaart
bpx gcncral
UbarUaire. P. ZIZINE. 2, Rat dVCapn, PARIS
A //jiIi Pharmaclr AI. PETRTJ8
et touus titnncs ph in '
Ombre et Lumire
Hier soir, vers 7 heures les ma
chines de 1 Usine lectrique fon :
tionnaient-elles mai ou bleo,tait
on en disposition de amuser un
peu a la (Compagnie, l'on ne >ail
Cependant le courant pour l'cl tira-
ge pnv ( eetiondesru sdesProoti
Forts, du Centre et des Csars )
tait !' i|ucmui -"t interro non
Les lampes s'teignaient et se rai
lumaieot produisant tour tour
l'ombre et la lumire comme pou
la plua mtcabre factie.
Dans les msisous et Ie3 tablis
- : u -nls puLlic?, l'on s empressa
de tirer prudemment d s but, is
o elles dormaient recouvertes d?
poussire les pro ajies lampes
ga/., en certains lieux Ion lui mme
ob igde rdVsttif Pantiqi b uig'e.
* i ^T'iriij
ri e Sitii Ihw telau
>
n. t
cien Offl ier de l'Etat.Oivi
nue hier.
L'anlerrerneoJ aura lieu auj>ur-
d'iiui 4 3 li-ures de l'iprs-mi ti
en l'Eglise du Sacr-C i- ir de Tur
geau.
Le dfunt qui fut un h i n ne
de bien dtns toute l'a-cep ion lu
erm, laisse d'unanimes regret
Nous envoyons nos sicres con
do'aoces toutes les Camille
e d ni! atteint.
e
s v >ns appris avec oei ie 11
de GSriN HEURTEI-OL an-
, jurva-
qua
Fianailles
Nom enregistrons avec plisr
les li meules d> M le S mone
Goi'h'-r A\'r Mr Pfi r Oup iv
Tou* no* ootnp'l ri-n's \\ d s
tiugui [ chirratnt couple.
t
M\TINE '
Dimaoch) Q h juras sera ra
prsent le NM du t Cin-
Varits Journal .
l^e numro comporte le bal
de enfiu'.s u Cercle Port au
Princien.le M rd ni Priacti Lu i !i 11 >yer a m
baaiiieuif la Chir du Oarige
K'1"". le ''H 11 d Mira., hs
Nai88anee
ils le l'.i 11, elc.
une Irai i ;h) ortg nie
Port au-Princi nn\
Prix d'entr i
Ceat
le la vie
1.00
Monsieur EDMOND IJELMCfcv, harg ^
.r.Xiit-maijrn', et sib entaiits, t vs touches ni*.
i|ues m1 s'y-a | atli'e qui leur or.1 t '.'ciinp^ jj
ttOII dvla perte il rpai "Lie qu'ils vienne,,, J
en la personne dj
Nidann Anila Hclncke.
leur ehre 't regrette epuue et mre,
tous dux qui ont Lien voulu prendre part ay
deuil qui les frappe, de trouver Ici mme T
siou sincre de leur plus dve gratitude.
|ort-au l'iince, 1^ 21 avril itl25
Eavinien Martin
PetilGove
Pourcau^e de dplacement et
renouvelltment de stock met^ tn
veuie au rabais ses lots de Tour
niluies pour Menuisiers. Sape in
couburs iissi r ies ; peintures en
pale et b lie, Trbaotin?, "'il D.
M ( ,t S knteen : C'^aretlfs t
rigarea Gu baud. Fil pour aaHiera
et cordonniers. Cbesterfield et
Came Boucles de touttf qualits,
poui m- liers ,t tailleurs, ous, la-
cets, Sandales et souliers blancs,
Houles la?tique\Surelles,carainel
Bia ints de loi.les sorte I! inbeDS
IMOrtia par livre et par boite. Pa
piers et B< rrures pour malles, etc,
Lanpa", Verres d- lampe-, Bon
ch ta et mah s de toutes dimcn
siun i Pan iuj : Verres et bob
ches pour fanaux, Verre boire,
liqua rs ei .i coi l -ail.
Savon colo aal, ii \cerina,P^lmo
I . i c i. (ioudron, culiim, etc.
cirage liquide blanc et noir, cirage
en piite, toutes nuauces. Halles,
i.ijin tirs, i n mp*g ie N' m as
caisse el da b i ii \ a.Bpingles
nou: c g grand s et peiner-, aiguil
les, le.
Carnet Mondain
Jusqu' nouvelle information,
les rceptions^ les jeu lis > de Ma
dame Borno sjuI ajournes.
Avis
le Minire de Frai ce int'le
tous les Preeaif n-^s e : UOd j
se prsenter, MHS dlai la Lga
tion pour se faire inscrire sur les
tableaux d recensement de la
alsas de 191.
Port au Prince La 2o avril 1925
fiawas
Avis matrii
Je, Joseph Ed
gn, tlec' re au publie")
rai et u C- mmercetni
lier ii'lre plus resporj
actPS ac'ions et d.ttj
pouse ne Vernlia [
miciliee llinard,
rural' d-s HaradreVI
pour cause d'adultreA
lion t n divorce lui sert,
bref dcl i
A:ist i\ .M;.i;on,(iiy mitlJ
mime le IV>t'', ce il
ISJ
o.
I s'uhEDOU
Revue
des Deux Monde
1 s Rue de l L niversiU, Pans
BOMJIAIKE L)K l^ livrai on
du li Mars 102."
Jean Perbal. Deuxime partie
Louis Bertrand.
Exqu.ase 1 une entente Frineu
ang'ai-e .
Le ci nlmaiie du Cardinal Lavi-
(terie I. f- vo.-d'.iou. (eorges
Goyau, de ^Acadmie franchise.
me OODS liai a l'empire, II.
Comment se fit 1 empire. Gabriel
Hanotaux, de l'acaJmie franc se^
be ma.aise ie i'ai'oie. Lt U
Rebooi.
I -.luire. 1918, Du: de Bro-
Li Steppe Der n re partie.
An'me l'ebkhov.
Posie. Il nri Brenir.
lie vue Scientili iu. Sur les
Astrodes. Chirles .N irbnain.
Gh'ouique dv la !Jnn/. une.
Hu oire l'o itq i". Ils i i'in in.
PIIIX DE L'A OMMHvll-.\r
Un an Six mois Ttoi: rao-
Paiu
Semc ScincctOi.e So lr 41 I- ai Ir 50
Dipsrtenients et
Coioiik iraoane S6 44 ir jj Ira
"~""lilrann<:r 98 lr }o 2b
^Ia* abonne nents p.rtcn; du 1er tl du IJ
e .hijue mon.
fRiX DU NUMtHOIr 4 50
Avis Impi
Le public eu g
rjHH ie- clients di
Kvw.xs IIkrmxnosi
avec p'aisir qu'elle]
C'voir un a* o tira.ni
pour dame?, lcrnir.i
t-, des ti>:-u-i pjur
v 11 s et cou'0 111 s de
vo le po 1 aiinmuniooj
ti de soie et de luxe,
Comme toujoi'ts 1
lient toi M- c v currpr.ci
K.vw.vs liKRaV
;Vi.-,, ami, Hue T:
Variti
ue
Soir
La Lii
Entre
Banque National
Rpublique
L'S poileurs de'
soifs de la Dlie InN
tirio|o, S;ne ti, qui<
ellecl.ier h dpt
mains 'sont p tfts i'
tir en nos 11n-flMtlj
celte dite pjur rdWl
dfinit h. contre H
eu de dpt lu;uetl
LtUX qui n'ont pM1
ie dp de bMirsB
s lires voudront bien
plus lot. a
Poriau-l,iuiri\lJ,|
liAMji.i; Sxm
li r, iii.njCU
conomisez
votre ari
i
M insieur et Madame \Y. Wi'son
n>j'ont i ii ie , u i nom m
nuser aniis pr i > n q le : Gi^Immb.
No compliments.
Servi 59 d8 C a niai
Aose-J-Yea
Port-au-Prioce-
U i c n -u laisser* l'on au
Prine i l heur:s lj nit'o, tous
les jours, pour Pnit Q .v i, Mir -
go.i i:,Pelite Itivir : et MHeV-.u
Depirt de [ \Uie a Vau mi li
pour lre de retour U hiures du
soir Port au Prioe.
aVaiffetssr ft Pilix PAILLBB h
l'Anse a-Veau.Station Port aj-
Prince devaut la Poste.
Kmpioye pour votre correspondance et vos travaux
macbine. 'crire FOX, qui est celle donnant le plus aval
macbiue crire KO\ prsente cet avantage qu'elle 1
. tels en plus des autres machines, c'est--dire que vous,
FOX quatre caractres de plus et qui sont trs u*116'8'!^,
Prospectus sur deuiaa le. li npresse/-fous de preno
oli /. AG M" : ,
H,M. (||i IJilJll
iy
i r ,
ca*i
' |T- ~ I >
Dcp-j"; pl;i3 de 40 ans gurit la Bi.ENNUj
et tous coulements rcents ou t
23B ARABES GURIS
{Extrait d'un Ropport der MrdrctM
C'ist la rendt qui a tou)oon donilM
EN VENTE DANS TOUTES BONNES r
SrlCIMITS PEYRARD D'ALGER.46,n^

il luaus booo
:..mw


LFiVATW
*
Ci 115.
ME
7
WOHH
Les loges de noire cirage en pftle ne sonl plus taire,
fre marque Monogram est actuellement une des plus connues,
Elle^est employe par les 'gens les plus 'slects.
Elle esl importe partout o nous avons de constants clients!
Notremnarque Pc f ct?qai e*t un cirage liquide et brillant,
|H la renomme de lous nos autres produits, elle occupe'maintenant
Le premier rang parmi les produits similaires pour sa puret,
vous emp oyez noire cirage liquide tPerfeelale cuir de vos souliers
Ne sera jamais abm et vos chaussures dureront longtemps,
Aujourd'hui notre cliealle n'est plusH faire et nos tirages
ont employs par les Ladies, Geullemen du igh Lite dtlali.
Fallon Shoe Polish Go. Inc.
JEW-Y'ORK
Geo. Jeansme <& C
Agents Fxtlunif* pour HatU
107 Rue des miracles, En lace le la Banque Nationale d'iiitl. Tlphone If r 367.
nie en gros en dtail
[iottson, Lucas & C% ALUMINUM LINE
New-Orlans & South
kmm Sleamship Co loi.
Prochain d()art direct
pour l'orUau Prince Hati
Le steamer Hansen ayant laiss .New Orlans le
M avul (jurant sera J'orl-au-Piinee le 27 avril
avec 260 lumes de marchandises.
'.u steamer (fils laissera New Orlans le 5 lai pr<>-
jett. s marqu. toile
's ltclriqooi
Ie en Itience
lu. i ? ^Ul*''ne
** homme et femme,
I faieoce
t* lou'es eortes
ickti.
I" n bois
f*** et|et en ma.l
1. tapes pour bicyclettes
Lampes lectriques
Manchettos inanche corne
tauctieue* iii.tiii in- uois
Ouvre boites 'Siger"
Piquais
f apier emballage
Parfum de toutes sortes spciale
ment :
Eau de La vende
Eau de Cologne /Johann
ia U Fraina-
l'Oudie a ,i iinr
Bjjiiers div.a hommes iV femmes
Souliers dv l'eQuia
Services a cale eu laience et en
poIX-eittine en .:i r 9 parties^]
_&erv.ce de toilette eu faieme j
lasses a cale
i hoieres
Veir. s de toutes soi les et de toutes
grandeui?
Verres en cristal
Vin du Hhin, etc, etc.
chain pour Haiti.

Woffaon LucatVf Co]
Le S|S Olla laissera Mew OHans le 24 avril pour
tous les ports Haitien.
A. de Jatteis et C%
Agents Gnrai!
Lampes de Nuit
G LO W
le l'ont pas de lume et ne ^dgageai pas*d'odeur.
Indispensables dans tes maisons quelque soit la
lu mit' in; en usa En vente ehex Henry S'ark
Rue du Quai, en face de la Gare.
On trouvera
A Lt MAISON
l L.
1
jRue du Quai} No :f>17,
H nie d'iliveal' labifl Msroel Alioth et <>>. Il,>rdeam; en caisses de
11/ et Ift/J bl. SsrdiUM et tatrM cootsrf sa frini; lises; condiments de
toutes cl Ml N i; 8 me : loint te Neriuiuli. Martini et Rasai; Angustura
Bitter, Cogne r> .lo le-, ll.nn Roi Vitf* Kouge el kMaoc suprieurs
en barriques, demi barriques et causes de 12 bout. Champagne Char-
les Hevisieck. Sucre granul et concas>; Vioaiffl u caisses-le 12 bt.
et en barriques de M gallons, etc. etc.
^ocaF ez-vous de jolis cadeaux pour anniversaires, fianailles,
liages et baptmes tiez
FUS-
hue Bonne-Foi


T
L\ .HATLIM
Sans pareils pour
kor
Solidit
Elgance
Confort
hi ( icJuur
En vcnie partout
| Pour les ce minau-
des s adr< uer a
Euy.lt BOSS & Ci
I
Ag#n t
La Maison E- Derelx
*vise sa clientle qu'elle
a reu par le, steamer Ha
:ris : Le pneu Cord
Un ir.m I assortiment de ^ v*i* nmir
lanboas et Chocolat de good Ye pour
l. I ison i. jacquin, Pa- Camion, est m
, ta tic /abr ou pour
i. I. .me tf rouqe de " 3./ ni*
BorJe..i4lo>rMle Ir.nsparl MT
H.llon de vin roui|e, t les mauvaise*
B Gourdes le gallon de vin routes
M,
Construit pour Iss Mauvaises Rouies
ane.
Dr J. R THE31UD
Deii Istl
)... Ij cultes de 1< atrul,
< v \\ Yetk et a 1 vi e.
h j or
.. .
"Rcmui"
Keds
Fabrioedos solameats p<>r la
. United States Rubber Company
r. lut.
tixlracliuiis indoloies par
l'anasll.-ie condi clive,
pratique, spcialement
le jeudi.
Attention ! !
Grand Htel de France
fosilioiAxeeptioniu'Ile, au centre des alfaires.
I provimit le toutes le; Manques, de la douane et
lenseiqneineiits et facilit, pour voyager en aut >
mobile dans Joutes les parlies de la Rpubli ju"
i'Haiti et de la rpublique dominicaine.
Chambres confortables et surtout trs propre, en
tHateurs dans les chambres la demande des 'en-
aionaire. Cuisine (ranaise trs soiune et des
plus varies.
Demandes visiter (e* magasins
de l Htel ;
Vins des meilleurs crus de Bordeaux, par liarri
ques, damejannes, gallons et par bouteilles. Parmi
Us Vins decliuteaux, vous trouverez le pluo gra choix, pjur l's qualits ot pour l'ge
VINS hiTALIE* DESPAGNB.
VIN DE BOURGOGNE (blancs et rouges I et je ranonn 4
J pommard mousseux, golt Amricain )
Le plus graml assortiment de Liqueurs, Coqnac
glus, wiskies, etc.
Atiuiiitlie Pernod, Amer l'icon, Vermouthe
CONSERVES franaises et nuirtenines frai be-
rnent ai rives.
CliiMtKS de Cuba, Aurorn et llabanera.
CI ARET TES de toutes les fabriques d llolti Gros
et dtail.
PARFUMER18 et Cartes postales.
Prix trs modrs.
Ne buvt/. que le ( tiorolat Ti
Plion. 'si un e*'ellrnt iVcOB-
l'urt pour l orosni-me. Ce cluco-
lat pi^par la \ani !e, tahr que
esMiilelIriiienl Hver. !-s profits
du l'avs priit rivHli">r avec 1p< n;e:l
leurs du monde. Son ar m et
suave el putrant et son % t
ex h
Encouranp/ i I' dustii* Nalio I-
fn pnnanl riguliisa nt j'e >!' '
cotai Ti-l'lion
Les tahlelles porlanl l< s ban le
roujfs el vertes s >nt sucres. 1 s
mitres ne le sont pas.
On en trouvera hf/ Mme \ .
Pi r \ fi. iiS. Ru* ds Csars,
et eh i e fJricant 1 J tmie.

La paroi rsiste
des milliers de
milles, sur le sol
le plus cahoteux
et sa fabrication
spciale diminu
le ckault'ige **m
teneur ;le fameux
dessein aUweather
tmdoM.e me traction sure.en rendant midr.
impossible. 6vre cl nditiot
_ fabriqu pour rsister \ service' il parcourt des militer de mines un j
eXiinLns*'toules les donnions courante,
a-u-s
Gif F. Livcianet & k
Viennent d'arriver par le Braa i t
tes ar cls suiv i un ;
Dtntelles Extra Fines, Dentelle* de soie, Dentelles Or et A$ t
Rubdua, Calottes, Chapeau* Garnis, Plumes, F.eur*, Paille Ue B i
t, us articbs pour Modes. parte.ie.- De* M >tifi Haute ratalst en
perles pjur Rob-s et c-ia.-aux, des Sics Perl-s de toute beMUd, del
' cs Olncings, tl'iKpeaux Jeiu art po.ir Entants, Brosses tele,
Pf igns a coiffer tous ^enr s des Brojses dents, de PAle* JeSI
Irices, elc, etc. .
Articles pour Hommes: Faux col*, Cdvates, Bretelles, (.hernies
de soie, Jart^lles, etc. Tous articles pour mercerie el Lingerie. >u
i- < x suprieurs.
BOU.HONS EN T UiGE.N ES et B u-lions pour pharmacie.
Ahinenutiuu Liquide : Liqueur.. Cogoac, Vins, Champ tgne authe
Billes en caoutchouc et Poupes. Jouets divers,
c e>soiier. dt Pharmicie et SpdcielUo Pnannace'.tiqi es. Bv-s :
B,.ssln^, Tub s eu caoutchouc Vins et Siiop Descllie:^, Vn >ourry,
Ltvoll, Uietogoot, Quinium Laharraque.Peplo Fer ctc.etc S l d Epo.L-
el de Glanbirl, Eceaa en Gros, Savons antiseptiques l utes qutiiles
Extrails.essemes pour Sirops,lia .enrs et Honfiserie Colorants neturel"
Nous avons rt*.Q le Viitable Th des Alpes, E\cellent dpuratil
l rodtii!>. (iuillaud. Timbres Papiers timbrs, Timbres mon e-
BlaTOCK inarelte- Ctmel, 1 rlicles de Mode en gros. P.ix spciaux.
Pass"z-n us v.n, nus pi ix sont avantageux,
GpO|
CORB
Tbe VYesl Indies Tradiutj Hompi
Port-au-Prince, Gonaves
Gap-Haitien.
C ci nost pas iitj
de la llclauie |e ne sais pas en Uin
C3Peadant ai vous passes du etdtt Ii
l'Alnioistratlon postale, a la Grand \\^\
Rentrez la Cordonni
Ernest ami/Je
A la Conscient
\ ou verrai ane les chaussures que onj
c> n nauia ou Aon sont faites avee oitf
ldlt, parce .|aa la o ivrters qui les coah
"les atatartao. qui Y>ont employs
lontltlent le itilre ue la mason.
rpoi
P. P. Patrizi
**
Mas Moulu
Rhum Net
Ai. N. Ga3ljens
i.U), Une du Magasin de l'Etat
117 Rue Bonoe Foi.
820, Rae Courte.
La laitonGMwirles l.'fjaltjeni annonce au publie
q lellti vient dinalaller des machines des plus un
dnie, pour la prparation du mais roi ulu, tari ie
de mas. Heurs de mais pour les entants, pour o*<
toaux et desserts.
Les r ients de la maison trouv r il ce produits
dans loua les dpts.
4 titre VVacl una.il y a des conditioai de lave ir
pi liftant le mos d'a.ril pour loul aeliat en ijh s et
par saes.
S'adretser di*ectemei l lafabriqa
l^s et A. Acra
GrantbRue
4 ct des Caves de Bordeat
\ ou lez-v ou n voas habiller avec lgan,
inurli j
Adressez 'Oiis la Maison N. & A. J
Dintl-i devise est de ventre petit ia
vendre bsaucoi p |t
Dans son pei .annal, la maison co n >te (
tailleur italien sorti d'un tablisse me it
o dre d'Italie J
I- lie es! en mesure de fournir des romp1*
et sur mesure, en cheviote, diagonale P
drill blanc el couleur, coupois de casim"
talons Etoffas pour gilets.
Bonneterie
Une mises de jour et de nuit, au aot d*
Cols et manchettes dermcis crations.-
et Pyjamas.
Cttt m son an' w une it
el le meilleur accueil est rserv n tous
suent par une visite tre: dlis surfis*
travaux fournis. ^^
Tout costume com nand et qui ne rep^
got iu client est repris, .y
On paile franais, angla s. eapag110'e .
c^J
Rhum Barbancourl
110 Une des Csars
Tlphone : N* '

i__. ,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM