<%BANNER%>







PAGE 1

LIMA !" * I • • -. ,• %  i. I •. t I •V-, f donne de la force lUIgr* lo M| let ivioU|i mit peut prrtnUr I •*'•" tWmple UillolelU. dot n p.Violi voulu loir, un mthode e.fJ.ble d. ronplor la uinfuion tanruin^ Ccnva'::"cence Neurasthnie Tuberculose Anmie U Ce d, CLOBtOL ug-nenU h kM nirvtuM. cl rend Ml MOI "le"" 1 toute leur nergie, leui rrr ta iu'— -• .ll.-n.m. t ceci eye vv IJU. dioilmn. m.'sr <> u rh> toaloun flr rteonrt i inaMMai 1 Jur.i 1**0 U PRJSlEHHt Poil au Ma*, Ha ' PBotmiTcns soius p-srtJK" e ,nce fi.lMait So, a tlb, au mot ri dni M ei i.rscnti. roui ne crojoo. DM que U •r..tSi*pli pu' dooo.r, en une foui de coi, "lit. MajHfJMHM „-l obtenir d'uiie <*• „ prolonge de ClaW JEo t.ce d'un or£Tilm* rtroooter. reviviCtr. %  roi re. e'eit IOUJPUM ce de.nler que noui donneront la prtlcrenci D' H. Gaiitrr. Lie.-ueii ri citncil, (.tarent de /.' F-rulli d§ tfMeefne de Pari*. tublltwn.* tt Cnitdato Oronde frl> F..urm< leoHMl diPili 2 t ru* V.lMaeteanM, Perle, • Lut--, ytw i ' v t.* j i Mt^ ciag^^' flfWBeiiit. !.**.*.->• ^^sa^^^srsg Mr-r 'wrtlerge Vaillant Consiu.nataiie toaicoi. ibemiaes. Vota i*w* P*iB?* e0 noy' v !re l,,,ge , SSTa s ^^ p en lu. faisant reconnatre W uvres de son adultre. Tous les tmoins chargrent rjec- qui MOtt* son crime nSSrait U eeaees.ua, iy*d? c e ? on ami 1 xcellent Iran ?oipou;:Wp..puculer %  on dt^ein cruel de luer le nomm Jules que, lui, T,Hmaque toula.t fai C 8 di o?s r oot t aussi vifs qu'nlressant, JJ-f-J^jS /,, s parfo s hardie neiva l au d oe P Le Ministre M*t reni sente par le CrmmiMsire lnbi, SLA Substitut Pierre Agnant „ ri Mi ND HELMCKE, < narge>j ^"^"Tmlathfe qui leur'onl t dM,ur3 c nl3pcr ^adam, Aniia lie^.ek, ; i • Lt rftirettfe tpcu;e el mr, ,eur ""'• i ; ti J, B voulu prendre parti l0U ", C ; le. liai p. c^e trouver Ici mael de „xl qui e. a P 1U8 vue 9 ,alitude. isitu c* ^^l^jrce. le 21 avril ltt, Savi Martin Petit' Gove IJ?*fl L'W. 1 Vr couturs a. MI lies. i" Q ffi Sandales et souliers blancj, bLuits de lUs .oite,, bonbons tti0 rU. par livre e par b e |a km m\\ Jp, lus. ph Edc j;i , dt-cl re au^ rai et au Commewi lier n'6ire plu rr~ actts, r cioi s eti iouse ne Vi ri'icilie' Binirij rurale des Barid. peur cause d'adull tic u tn divorce!' a l ut dlai. Anse Maon.Cl. mure de Pestai, i J s thE nuhliqnf^alam^ncB.nesHo re L.Y.s.i'i.'.-.h'Ml^agne.la RottM L, i-vutriche u'onl pas envov des '.l^n^.Aprsl'ouve.lureduron '.... les dtffnfa tOOl a d. dpo 5,rinecouior.neurjalombe.u s dt in on nu liant; us. li nur du nouveau ministre franais 1. Paiolev lira la dclaritou miiiistrielle I la Sliambre et I. Stecij au Snat ,. AU |SM. Painlev a paw4 Iau.uan fepat.ede a nuitl -A L.. la claration ministrielle c ,t-..nmn au. f*j*ZW , 8 bief par le conseil de cabinet U prtent du conseil lira la d SUttM ininistrielle U eham bre M. deSteeg fera de mme „ ,oat La dclaralioo sera br M EUefera allution en peu de mots au problme de scuii.. fo Squ. concerne la politique tioan cire, elle sera vague car Mr Cjll Uui ministre des hoar.cM, na .enco.6 le temps d'tadier %  c ora ST*t....' -"t la s.l'uatkm. Huant a U P,,,,,, r,'igie\a.;le goujerje ni0 ll i „ ( l M, I npr.0drequMl.l.-s,.e Sum tcrmTla tension a ESC On pense que le I aver-t meol obtiendra la m-joru .e vo S S ,on.iance de la cl. mbre ; J -, nrolnbement e.pr.m.e tard daulia soire, le *c.nt. apro 5T, .,,...n.laMrSterg .'ajoura n F robablOMiH jua l ''\ c V''" iTchauibrt Ut nettement dtint 80 n ,a,le l'gard du nouveau BOUV ncment B De d. mande* d interpella ma .ntitirp.s.sparMM. ebin iput de P U Seine, cliel d„ g ou ^communiste ; Goy. ** f Seine u'.ppartenanl au-un H rou !J llntraad. dput de a SS! nuppanenant MJI*I ...elTdiltingei, 440014 Oe tafc | ie ,le l Uuio.i rpublicaine dmo ralique. Nouvelles Diverses I Uv K.NtNigeria Mend nta) le prince £i Gai ees %  Ubadan tameiti etnal %  u B pri un v.>Hgel.iU t ant. Le p.m reaSM^raauae C, urte cert.o n ,oo!lKi.lle ap.squoiilre H en draann vt sage sur i Arg s IIQ milles d'Ubaden. pi mb—Leecoun d lar.iuue de Utott col l rouveris.aujour b'hol mus iiuidcnti. AM?riKl).\MLei-npitajne gebron, pu aident du omit* Ho luudaisd.e.luolimpiqiesvient ire n..n n,rMden. du bureau peinanent des fdratione; sport, ves internationales. .l'tlli.n e nr Y | oifreur D'avoir lois entretenu Dr Au Covirier Hatien Ponjau Prince le 21 i trl1|lW A.u < Courrier l'aitien E. V. Direct eu rjdu Monsieur le Directeur ! Les cours il avril T PAUISlo.l.: 19.1* Livrai i .M;; .EW lOlth-Sterling 1.7950 Kiancs M.Il En p.rcourant les oun^ros d Yen l.edi et Samedi deruie.s, j y ai re'ev q-jelquesdclarations qui auraient l faites mon gard car Seytttur LafontiBli • F Je dclare n'avoir eu certa.nee elatione avec le dit Seymour La, lOOUOt parce qu 1 poque des derrire led Ml co ..munales il me fallait pour les besoins de la cause dont je voulais ir e uccs, avoir recours ous les M m.uiasucepliblesden apurer le triomphe, ttj our ce cas paiticu lier, ie dus avo.r .ec urs au orb ces de S Lafontant, parce qu en ol e ns am s el a mo. il |e,Lit avoir un p>d tenedanj lout en.iroit popul ui.et quele dit Lafontaot tait ou. d s.gu pour Q„M se.vir. h.bitant trs; long temps la Saline. # A a rr;.e. de M. Ren T. Au ej.te au DeparUoui de Hat' V.eur, i'eoe l'honneur d'elle appe l pal lu. comme secret.ne paru cuier. -le m'empresai d ucepter celle silu lioneldeuai I gr* Seymour Lafontant que javas coniu dans les cirroosta. ces plue haut rapportes vint MfcjU der de le prsenter au Mm si.., "Ir il ne pouvait y aller seul ayant eu tromper t. conl.ance de M. Edmond Mangons. .beau frre du Ministre. Je le prseiiitienellet I. H. i AOtUSteet mes .t marches l avaient bien servi puisque quelques jours plus tard, Seymour Utootaot vint lui mme mu temeicier ey.Otobte nu un cadeau a l"> doll.. du M nislre, v-leurq. > lu; servit vos a ai Dnlotl (.et.gaue). h pa.tir Ue te moment, A vu.our l lontaut ue cetea de mauiie t ier publique menl sa ieionuairsai.ee eu .areur de II. Hen Augusi. juequ i u mo nu ut lO h fut an t. Je fus encore sollicit d u:er de mes boi.so.licesaup.es eul le M ni^ie pou vail tn savoir, je ie.i\0>ai a lu. le poilicileur, tl M. Ket .\ugutle le dlra son lour au Preiet qui tait charge de la rparliiion des tommes aifecles au rjouit-san ces publiques. jamais une teule Sevmour Latontanl de qutions poiitiqu.s ni d'aucun personnage politique, .'aurait t da-lleu.s lui donrtr ODS in portante qu U nsaur.il avoir Aiis av.'ir aprns son arresla toi qui eut lieu le 31 Diembie, I -1 S. Lvier je vei.us la vUHe de s;, funir.e qui me demanda de Icn ttr des dcmaiches pour son mau Le Itndembin tanl un joui lne, je ne pOMfail i.aluiellemn.i JHS rp. ndre ce dsir, m-.-j. le s le iur'en.teo.ain el j oUina la pro mose Ou M.i.ishe qu'a veiiail le Pisideut cet gard Je vis tncore dans le mon e b t mon ami H. Dor,invil.. mais comme ce m. meut le piveLU lail d/j^ aipele l'insliuction il n'vavai p va >in ttnler. "V.ici, Mr e Directeur, la veill entire sur la nature d.s i dations que jai ce le grand ma taU T d'enlnlenii avec Seymour Lafonloi I. > M. p. ; > le lg'rne de lui iven'ion nous avons liur.usemenl la IM, il v a mtillieurtuscrntnl itu le homaues boi.nie!•* grand pril de se tr uver h la nverti du premier bii^a. d qui ne pu. v-nl piui .ie appr> I ende ct.mmt aux le.u r spa s^s'infurge fai*a. i monte: ouvtLl d'une nid u inoue. Ul.e nirc au | oii t |e l'ai f. ne, non pts pot r Sreynour Lalontaul qui ne sait mme pa* liie. œ M pour rpondre l'atteale de ion. bnux m is qui aVont ,! %  ,!,>Ie leur >)n pniliie roceasion de la Bubiibliofl de ce lissu de me mon ges parut au %  • *i< u.riti Hatien . luu'i .le v.us dire Ml le 1-irec Itiir que je n'alin.eultrai aocuLe po rciiiue. \\ i mes MI .italiens. LtoN C1HULESMKHS la B.ave IUP • %  %  — -. de l'poux nonpc q. l-n d n uaunerfantUard. -Mel'. non F.arole Bt de son r*jaert, ine U .lt.iv pr>id iar M. Di-iOux .toV.rdl.Til.endd.o;^ d,i de ennarroeten itw eM cotBtoceae itwwta..la. Le Ce m l..alr. Trib roqoi. I.j.i..ec. pi.Hle. IOM hwwJI, le Tribu bun.l,.-d r 'J Dnyer. BajM prono.-alape.ie h "O 1 " a Vol.de i icanet. lOW 1 en d'excution. L'acets ira riqiulhm.nl d c.ait M s .netlre ta Vo'ont de l ieu. U semaine peoctaawe seront en cote tendus dtu autres crimee allnux commis loi jours l Aica Pir.' qu^dar.s 1 auditoire il s'esl trouva des a-is de l'lmi que q, i ont manifest Ira mcontente nvnl %  • • Dclaration de U\Mz •tafl com — %  *—*Funrailles Cet api .s midi 4 ligures auront lieu l'Eglise Sainte-Ame le*ftUstreill B MI Mme v vc LR.NBtT UB d-eie lu r so H 1 li u. s. .\o.ih rtito u Bue co.' •" la ices aux la mille Deve son, lleaub.rul el Benoit que ce deuil atteint. ^^^ } Carnet Mondain Jusqu' nouvelle information, les re. ationa las jeudis ) de Ma dame Homo sj.il journes. "^Assises Wminelles, Assassin de son Hl*,; Tlemaque est condainn _, m i mort. • Le crime le plus sensationnel de celle Session a ele juge tuer : TUmaquf Do.uisseaux, ayant pie mdiie lassussiuat de son tils bd Le Tribunal de premisi i ce de l'o.tau Piinee, I >' merciale : Dispo it-f du ju -. rant le sfrtt Abda ia de ill le ouv.. e Par ces motile. tIr i d claie < s.e... Anu-i-n lat d. f. illite ouveiif. hsi \t* v. goireme.il l ..quede la ie> SUMI de paiement au 13 ^v.i 1915, Ua ie o„ drufet JU b.ia. ofdunm uue si lai 'H eie. escelles se r\>m ap o -s P. ao.'.eur -eJuge de Paix de h >e lion N /. de ce. e dite partout ou besc...seia roatoifl mett e. x a-Uc es *i H t el .c.,,u rod <'• commerce l'ef f i dquoi av-s .1. pis.n. jnn ment sert, su '• < b i> p SOM s' par le Grenier aud l J..g u. p ix ; comme pur ?g D itoeleoire le BicurTa lien Houx qui .xerce.a c£tle fonction s. us as .vel a ne du Juge sousfig. e ai-a. t l'ollie de Juge commi s. ire ; ord nne queconformmeni Partiels • 2 du code de comme ice, la p-. ci ne d.' failli sera n ise en .1 ol dans la m i-on )' %  r' • e ville pour dettes e .) e tat, il ne sera reu • on • elle aucune recomm.o.-.alio ; ni donne que le prsent ju^> m nt ssra afb ch et insr par txliaii dans leH Jo. rnanx de • e i. v lit su.\... I 'e mode et. blip • l'an. 40e du coda decomner-e si qu'il sera el provisoic mni rsns c.u'i n et -ir minute co'imelh i.n.' d< CI Mf"ge ; icu.lami' titin le tuilli eux dpens qui SeiOQt 11 1 ; t \. pHt piivuge sur l'ac.il de la t-il.i le, etc. etc. Ainsi pig par Nous Emm. BeaiiVo an * "J m. l uueae ..rc 1 >\ ....eDie cet a v,ollt f j 1 | clel^e.p • i-'.ue, .i .uli.ne*. c M! ',. pjX 1...1 srjstre* le ^la-. equ. -o il^ l'rospect.M ,ur le .note. .Enpresse/. vous Clie/. l'A.ii:.M LPfeeUmann-rWjL Hue (ta lit Urt-o rifefiw. 1 f'>CHU0R0SE, CEBU.IT6 p*,*r.r,tr..r du .mm< %£% SL.perl.ar la virai, crut ••_ • %  *ga^ t** tu" 1 m #•** liuuas LvLSv. _*J r-



PAGE 1

%  ^f t tiuinpfPKVi LB MATIN Ci ME T to Les loges de noire cirage en ple ne sonf>las a faire, olre marque Monogi\.n est actuellemeai une des p'us connues, Elle est emp'oye par les geusjjles plus; Jselecls Mie esl importe partout o nous avons de constants clients. JXolre marque Pe f cl qui e.l un cirage^liquide et brillant, dit la renomme de lous nos autres produits, elle occupe maintenant Le preniier['rang parmi les produits similaires pour sa puret. fi \ius emp oy Company lnc, imericin Antilles Une Opra te i For V t l Si tien pp\ u Boxrd ,/ C Avtnirinn St am lap ompxinj Inc M n glng (ip >ra e s 17 Bal(ty t l hce NiWmYort• Jjp ieamet "paria ^enanL t fournit, d ^etit-^oauc e*t alUna i (i 5oit<-au( $ilncc< ctamatn %% aot at. 3i lepailixa le nume ji>ui pour $U**tyofiwam potll Du 9lat3 preaaaL fret 6c pa^aaeo. ^art-an-1Briace, Ce, 2i cHut i<#5 C.olombian Steamsliip Company Ino. Lampes de Nuit 1 6'LOW Re fout pal de lume el ne dgagent pas d'odeur. Inaispensablei dan* loi n^isona (foelque soit la lumiAp; eu ueaqe. En rente chez Henry Stark Rue du Quai en face du la Gare. *&r~ Ou trouvera A IA MAISON jk Olofjson Lucas $ Co (iftWa e* t/, MjCIlls. ;Rue du Qat, No\10l7 Huiie d'olive de table Marcel Aliotl: et Co. Kordeaux: en uaisses te 12/ et ii 2 bt. Sardines et autres cumervea franyises; con diments de toutes classes; Sauce tomate \er;nou'.li, Martini et Rossi Anicustura Hitler, Cognac 3 toiles, Henri Hoi; Vins Houge el Diane, suprieur! en barriques, demi barriques et caisses de \t bout. Champagne Charles Ueidsieck, Sucre granul et contas>. Vinaigre -a caisses de I* bt el en barriques de M gallons, etc. etc. rrocu ez-vous de j lis radeaux pour anniversaires, fianailles" a Ks e bap ( n e > bel . ... FILS' Hue Boaue-Foi % %  assB



PAGE 1

LimrfN la maison H.S1LVER1 Pharmacie Sjourn La maison CJL e i\ t eu* iiui n'oijl pas il eoc vu Us jolis article? iS tu ,-r que vientj I i" oit La a!*iitn il*eta doivent, dans leur iili', 'emon sscr de passer a n lie liaison, fof nul pa i ils no peuvent trouver oSuwi beaux articles I % | ris raisonnables: Nos aiticles sent indntt-io de toute beaut et d • li icheur et nos prix dfi 1 1 toute concurrence. Crpe de Chine couleur* etioitte* " exlra suprieur marocain carreaux Soirie carreaux pour robes et chemises Tricotino de soie barres Ilatino voile A carreaux Voih suisse brod Crpon franais barres et JI| oarreauxj Dia ;uveaute poplin fleurs (pour ro a* 7 u>->or bianc I jm u r ie blanc Voiles couleur A barres Shirting blanc S'.ipiicur Eas dentelles lias soie brode Vis iil brod I iitu us "i ivert*luour premire Communion Couvertures blanch i et couleur suprieur | andes brodes \| i era pour chemises l'j ., s Voile banc baret et mouches \et ne Manche Ga! n dine blanche baireset unis (reprit b'aiu* et mulei r a j. urs Vol e bianc et ceuh lir i ni 1 ii'ju; stttes alemandes t uprieur ijr il ant noir anglais Inflation to'lo crue Barvieitea du toilettes blanches & couleui damasses blanches pour familles Nappe couleurs Petites serviettes blanches dama es Organdi *' blanc 4L OO* 1 aff barra* \ coneaux. 1 alliage couleur anglaK sup, pour jupeKadraa barras de sole I oi-r clie uisas hoiu ues Satinotti Foulard pour rebes peignes 'ranals & emei ic ains Ifolletom b ancs & couleurs sup.' Poplin de soie uni blrpo & crme extra Chnpeau de paille lno il I ne Casimir anglais sup (lu pou brod Iran .is Crepun fianais fleure, d NiJcrea uouveauU "fefiviettes de toilette cou anql i 18^18 cir blanc sup. poir ablos 1 amiHs anglais pour ma'flas double largeur etc elo imables clie ni s, von.pu voulrz put ter, pende Donne avU n clientle et nui mdecins et JjJIMl' iraniirm aon Laboratoire d/Ulope en un Laboratoire u. tuoloUit appliqua sous la Direction du Dr Rient et t. Sjour l rt CU ie u \ S m d n>8 i. f U\ Il l'j a O lO %  „ £r*r*'-" io;i;Ion netrcoei %  tai ru y a. i,&f il tinte ii s t r v\ v lu di d cbrQue % %  S'air %  • -i aa Phii'ii li fOur 1* reowUj e InaUei e'ritinei ai Surgsairiqtts Keacton de ^asst'marn Pfceth n ''fTril oue;, Ei xnan du snl. Ile* .le tci<, D. nielle <. tl ArfPl ob.Va:cVoiSi Cbapias Qa-n, Piame. FUur., l'ail e Je > ..l Z3i poir^bral-hijaaaa J Sac. He.lw o. ota t e ;ipSioaaaoSertaaViara.., ds lk. s a de,.,, im I .., Daat. l *i H top**n.mrnifm>*toW, 0wl, bVlaHia, IfcMsIm de>or,Jarttlles etc. T,u* aitic'e, p u, m ce.ie ei L.igiu.-Uu lea' > i upeii ui>. . BOU liON's fc T l'^<'>' v K8 |l uh s pou fliarmaie. A meolaUoaLioaU sUaaaar, Co*oae, Vm-, Oaaiopagna aeHaa Rsllas e anaai boocsl Houp*. ioasta div rs. r >ie dt P.iaroniie el S^-ViaiiUs f H.'O enrtMili b : I 88n , Tabi ea eaaatchoie Vi..s et s o F De, hiaai, \.n .w.jf. L ><> ililtgool, (Juinium UbBrivaa'.Haatu 1er e(c,elc S;l d Kasn e' ddUubeii. Eaenai en G a-, ^> >•> aetiwpliqaw I ataa qualiUa. i X fra laeaaarai pour Sirop., i| e. r. i aaflaain l .raat. naiiinla. Sou. avons r.u le V-ul-.be Ihe .1 Aine-, Eje-I ni d -, M,I P rn i .,.u Ouilteud, T.odr•• uabrAa, T.mbimili le. fcN-l %  K g r i <'.„.,) :. il" de en gras P.icpccuui. p .. /-u .os v.iir, IIOJ |i iv sont avantageux. L'Organisation De La Fireston Est Saine, Solide Et Universelle V T N tablissement industriel est comme ** un arb.e: il pronere, non seulement par la poteMnoe de ses radnei, oui au*M far la vitalit de ses branches. La Maison Fireston dispose Je toutes ce. sources de puissance. Fermement enracines dwns la grande maison-mre—se. branches s'tendent au loin, verdoyant, et vivacei. Jans le monde entier les Pneus Firestoue ont exerc une heureuse InfinMM sur les InaiPOrt* et psroat o les gens to'.lent mr des bandagos de caoutchouc, ils ont appris avoir confiance dnns la n-arque Fireston. Vous aussi devriez exiger que votre voiture soit munie de pneus de cette marque: elle voua garantit '.e confort, la scurit et Le Maximum de Kilomtres p ar Franc L. Preetzman Aggerholm Port-au-Prince "1 PNEUS IIM les [lins IICJHIX tissus i| I'II soil possilili' e dans les ouvrages ondes t *j] i a maison reste ouverte jusqu' 8heurei(.u Prix modre. Grand Htel de Frai r !rosition* exceptionnelle, au centre des 'proximit de toutes les Banques, de la de de toutes les Agences de bateaux. Eensei.p.e nenls el l-uil.ts pour voyager ,no'.i! ' les qualits et pour Va I J viNg >nAL i E ijE >tAbNE. VlN hKIVinmiOKKdila.ie^etrougea^llei < pommard moussmx, gt XmeneaiJ l.e pliu qra (1 aasortituC.it de Liqueure, crins, wlnkles, etc. %r-J Vbsiiitlie r rnod, Amer PiOon, N erm CON RVK8 tranaises et aiiieiieainei m Mit arrives. .... Cl .*UKS de Cuba, Aurora et Haba'iera. CnARST TES de toutes les fabriques u llfl et dtail. PA.AFUMERI : et Cartes poatalea Prix tr modre.] m a P. P. Patrizi Ceci n'esl pas lia Car Jde la Kolaine |e ne sais paa.en JairlJ Cepedant si vous passez du cote du f administration poatale, la Grand'Rua, Rentrez a la Gordonn^ raest aioilf A la Conscient ^ Voua verrez que les chauaaares ~ gm o amande ou non sont faites avee r a>liiite, parce que le. ouvriers qui le-, o< ai us a.iuricliU q.n / •* ^.nployj iu.titientleStitrede la maiaon.. Rhum Nectar Ch. N. Greljens HIO, Rue du Magasin de I Etat 117 RuHCIPD* Fu*. 820, Foe Ccure. Mas Moulu La Maison Qharles |.'Qasl|eu annonce au pub'ic qu'elle vient d'installer des machines des plus m dnies pourra*prparation du mais moulu, lan-.e de mas. Heurs de mais pour les enlants, pour gi leauxet desserts. im clients eVsU mi. on trouveront c |''uits d;in> t' u> lea di'i'O 1 faillie ile^ielam ,il y a des eoadui uis de Lveur pn.'luit le uns il avril pour tout aelial en jios el par aaei. 0>\ d> et *i di i cet met A \u I brique H. et \. Acra QrawtoRme* ct d** Caves dz Bori Voulez-vou^ vous habiller avec leganoe,| :naieh. t Adressez 'ous la Maison N. AI ont la devise est de vandre a patn •• von 11 M i .JOUI p Dans son pai .onnel.lt maison compt te;Uur italien sorti d'un iublisss nent P I or lie d'Italie . Elleesi en neiur.' de fO irnlr des con? 1 *' et sur mesure, en che/iote, diagana'* '| drln blanc el couleur, coupois de cas" taons— Ktoffjs p>ur gilets Bonneterie Cneinises de )our et de nuit, au tl ou **,j Cols et manc tuius deinira critl 0 * I al |'. jamss. c emaisoa stitue une et le nui .eur accueil tat rserv a to:i ^ sirent par une visite tre v dfi-;* sar I travaux fournis, .g| T'ut costiinis com-.iund et qui ne*W goiU iu client est repris, ,. i Un paile franc-iia,anglala, espaglO' ,| L10 Hae des Csars Tlphone : H JVL . .-. L32.



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE IMPRIMPL n ( i meni H .yluire BOIS VEUNA 1358, Rue Amricain NUMEPJ 20 CENTIMES 19me ANNEE N* 5486 Huiii i Quotidien TIUPHONI !f 142 POriT-AU-PRINCE (HATI ) l'histoire dmontre que l'envia l de tous temps le facteur le plus dtestable dans la marche des affaires humaines. On la retrouve au lonJ de tous les grands bouleversements sociaux et politi ques.Elle a lait plus de mat que la misre. j Mn r |lfll MERCREDI 22 AV1UL 102.1 Mchancets el Chimres hs n'avons jam is t un luni et iioi e histoire eu ne sullisamm ni, pour .jrp'hir. il ne fiille pas lier tous les faits qui le %  fc | depuis la fatale exprien 1915, on aurait pu penser sserion? devenus meilINenni, et l'observateur eut mme, affirmer que tu s'eH aggrav. N us itullemeut gagn en la* jrticonihle est que I œusjjremeiit et de haine m tu un champ d'acm vaste que depuis qu'il l'entreprise de l'II5 patriotique. [In plus ftelles choses Mis ont le pire destin. Byre qui.si elle tait sinit du prcher la confie au contraire la d vi leequ pour ch cuu de Vn, pi tris d'une p %  justifie, hors lui pas I possible[ceux qui sans eux marmontent constituent et n'chappent p-s Urepts. Aprs avoir Mois iralu la cause na'essayentaujou dhui ^Ogramme hypocrite, TWusongeNde se lallnr •lies de la masse igno* W il croient pouvoir se Jwotue tremplin pour [leur Put d'inavouable Pour cela donc, eux, UMi de f rtsse, s'elloi I tomber tous ceux qui Peutuueiorcesaine,qui ton de parler et de leur peur masque. V leur eukpeiation qui fclourd-ttui la toh.' f k j>lQbUe:-Mlegoui ( q g u ,,8 u w w nJ heurts E!*:** contre reniflement les woe leur imagination l^uasatuquentmin tenant ceux qui sont les plus en %u i dans son gouv marnent C'est ainsi qu'on peut remarquer depuis d s jours, que le nom de M. Ren T. Auguste, Ministre de l'Intrieur, est paru culirement pris par une feuille naiona liste. \oi qui loi srnt contraires, et sera excute k la diligence deSe -i tairas d'ti a e la J ists si leFinances. D rOQ< tu Palais >i H J i f. \ Port sa Pr| ice, le 10 avril 1913* an 122e de 1 Indspsodaaee. (sign) Bdoood MOWU AfJtpro lamation d un nouvel ordre du jour, la sance est lev^e EXPOSE DE MOTIF Il ne s'agira point d'examiner ses actes publics soit comme d pui, Conseiller d'hltaf, ou Ministre, non pas, on n i s'embarrasse pis de tant de f .;>ns fan le secte impie, mil! il faudra toutsunpbinuit que sonjnom soit escort des pithtes les plus malsonnantes, encadr de faits mensongers rv's par quel jue aventurier de carrire qu'on aura l'impudeur de camper comme unegranle Victime de la Cause nationale. Tout es la dans le but uniqus d'. ssr h s forces vives du gouvernement, en y insinuant la divisionC'est tout de mme se faire une ide bien fausse de l'esprit qui anime ceux qui ont aujourd'hui laresponsabihtdu Pouvoir que depeuserquils puissent donner dans un tel panneau Le bloc qu'ils fo meut tous, ne sa d aagregera pas et le Ministre le 1 Intrieur. M Ren T. Auguste, en dpit des manoeuvres inintelligentes d'adversaires dsempars, a la oniance totale du Pr sident de la Rpublique qui tout rcemment vient de prouver combien et comment il sut vouloir. Sur ce chf la Cause nationaliste a fait encore fausse route; elle joue une partie qu'elle doit perdre sans aucun doute. Quant aux malheureux diteur* de la peine leu lie, nous comprenons bi n LUT dpit, c ir is* qui.s a travers la Rpublique ne rappor tant plus grand chus; et la fraternit est un seuliiiMiit noble mais trs rare que pratique ex ceptionneileiiieut le nationalisme hatien. m d'Etal inance de Constitution (£' .a repris lue, les ^suivant l'ordre du *J Wbdl a t sanc fcwpondance consis %  I demandant l'As. *toer 8 U rle non paie •u-demnii comme de g" ^gislalil en lJl| MSI 8p€ci8le c ^PO •jHUkr, d'ttat : Hou ^W •tSupphce.il! "Pporter sur la fc! 8fc,ion8 -ont I k L CODe,,,u ont pro JVance de demain. [ta ££','" gnral, 21 h citaire du Bu lui !/ ro P 08,,ion de loi |Ju.t?ce* Cbem,Ije la PTIUNDELOI r ,L ' ETAT ^institution. F et 4 f d f modi,ier kuile H du ode de dKu • vot Ioi *s suit7 lv e 80nt "Art. 479.-S il n'y a pas de t re, le juge do domicile du d bi leur et mme celui du tiers sai.d pourra, sur requte, pei mettre la saisie arrt. "Cependant, il pourra toujours en tre rfr au Juge qui, mieux intonn, rtractera, s'il y a lieu, on ordonnance mme aprs la de mande en validit, et donnera main leve de la saisie eu tout ou en partie." Art. i8l. — "Toute saisie arrt pratique contre un dbiteur devra tre dnonce dans le 3 viugi q ia tre heure de sa sigoificaiio., ta dymicile lel ou au domicile lu du dbiteur en tenant compte du dlai ordinaire de distance. "'Dane les trois jours de la sai aie arrt ou opposition, si elle est porte devant un Tribunafde Paix et dans les huit jours, elle est porte devant un Tiibunal de 1re Instance outre un jour par vingt kilomtres de distance entre le do mtciie du tiers saisi et celui du sai Hissant et uu jour par vingt quatre M.omtre de distance entre le do mici e de ce dernier et celui du dbiteur saisi, le saisissaat sera tenu d'assigner le dbiteur en rail dite.' ''Nanmoins, cette dennnleen va i iite ue pourra se taire avaut u.. jour r rii uc si elle est pjrte de vantun rnbunal de Paix, ni avant trois jours fr auCs si Ile porte de vtnt un Iriourui de 1re Instance. Le Juge de rfrs dans limer vali-, sera w.a,, JWll i ^ our du „ ntjr maiu leve, u y aueu. 1 a.^ i ~ U ? r *ote loiabro ge toutes au 0u digpotUioili dft Le titre Vil de la loi \. I ('code de proclure civile insiit,i deux modes de pratiquer une laide ar rsi : t Vfuni de litres aotheatiqaes ou pr v-t, le oresneier peut saisir arrter entre les m.ios d uj lier, le sommes et eTds appartenant 9on db leur (an. i7fi) io Non muni de titres, le crtn cier jouit de la m* ne facult au moyen de I or balance permis siva prvu* par l'art. i 7 9ducole de procdure civile. L'application du texte sus viss et de 1 ar i, le Mii. con luit .1-ux situations toute i diflrentes q laol la compteice iuJiige des rfrs pour ordonner main leve dms les sombrais, cas ou cite mai,, i„ v ,< e d evra j, (re ebt-nue par u ,P proc^do-e ripide. Dans la premi-e h y oo thse, ce>f a dire lorsque le subissait a agi en v^riu de litres, il lui M. fit permission du Doyen, n est possible de laire constater sans perte de temps l'inju tice ou le draal le fondement dlopposi lion, c^r l'art. 47 intervalle p u tant ,e que le Joge des rn^rs cet a coin plent pour donner main leve, s'il y a lieu. i Si vousd'tes t'e ifiitaattleiD'f, c'est parce que je sois ici i. A l'tablissement du Consulat, ce fut, dans le; ceicles roya'istes et les salons de I an ienne" aiist:) cratie une .la n ur u M, urne cfe maldieUoak contre le Premier Fabrimie de Mosaigoes Borras & Navarro Rue du Magasin de VEtat contre le Premier ** fMmtfiS de losaliues a Honneur (i'nltr-ir „* on su. Mais oi avait bien garde Services aux Inunieurs 'ippln'ionino .-a* u^ cependant de parler trop fort et le (UnilMl pi ,| | a B 1 • aWB " C ^.PtlClllieri de || plus souvent on ne mailestail sa ^ J P lla,t el Province pour I Wcution d M travanv r...uirq,eu d signant le gn en carreaux mosaques de toule beaut ,i A A r,l Bonaparte, et encore lors SP „c nmmhJm „ • eaow et de des%  ail n'y avad aucun danger i le , ^^ffOOB en nment,<|r.iint,,.ienv rlificwlli, fc-ija.DM les surnoms d'Ogre alustraftes,decorations, travauxau cimf-fiaWsi ik de Urse, 1 survaleur,La Paille au CIToHief? %  I tlin tilles tOIBbfS, Noy C'tait iu.ffensil. .' HU Un jour, F uch. m!ni.rra de la '!f moponsabilit 3 de tous ceux qui pal particip la rvolte el %  es rgiments impliqus dans le mouvement de rbellion seront dissous La public.tion du journal Seculo -.sera suspendue jusqu-a sa eus les garanties constitution Belle-oient rtablies. L'tat de aige est maintenu Lisbonne. to.rtaice ,jl Coii.ps intriiatlonal de ndeine et de pbtroMH cie militaire Ulll > 7 L 'me congrs inter national de mdecine et de phar nwcie m, .taire s'est ouvert sou, la prsidence de M. Douraeraue Les sances conlioueront juVa samed.alhop.t.iQjuUirsuuVal ds t.rce. 4t. Qalion$) d0Qt jJ EUulnisetp S i U# t g U t 4i j ftf j


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06406
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, April 22, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06406

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
IMPRIMPL n
( i meni H .yluire
BOIS VEUNA
1358, Rue Amricain
NUMEPJ 20 CENTIMES
19me ANNEE N* 5486
Huiii
i
Quotidien
TIUPHONI !f 142
POriT-AU-PRINCE (HATI )
l'histoire dmontre que l'envia
l de tous temps le facteur le
plus dtestable dans la marche
des affaires humaines. On la re-
trouve au lonJ de tous les grands
bouleversements sociaux et politi
ques.Elle a lait plus de mat que
la misre. jMn r|lfll
MERCREDI 22 AV1UL 102.1
Mchancets el Chimres
hs n'avons jam is t un
luni et iioi e histoire eu
ne sullisamm ni, pour
.jrp'hir. il ne fiille pas
lier tous les faits qui le
fc
| depuis la fatale exprien
1915, on aurait pu penser
sserion? devenus meil-
INenni, et l'observateur
eut mme, affirmer que
tu s'eH aggrav. N us
itullemeut gagn en la*
jrticonihle est que I u-
sjjremeiit et de haine
m tu un champ d'ac-
m vaste que depuis qu'il
l'entreprise de l'II-
5 patriotique.
[In plus ftelles choses
Mis ont le pire destin.
Byre qui.si elle tait sin-
it du prcher la con-
fie au contraire la d vi
leequ pour ch cuu de
Vn, pi tris d'une p -
justifie, hors lui pas
I possible-
[ceux qui sans eux mar-
montent constituent
et n'chappent p-s
Urepts. Aprs avoir
Mois iralu la cause na-
'essayentaujou dhui
^Ogramme hypocrite,
TWusongeNde se lallnr
lies de la masse igno*
W il croient pouvoir se
Jwotue tremplin pour
[leur Put d'inavouable
Pour cela donc, eux,
UMi de f rtsse, s'elloi -
I tomber tous ceux qui
Peutuueiorcesaine,qui
ton de parler et de leur
peur masque.
Vleur eukpeiation qui
fclourd-ttui la toh.'f
kj>lQbUe:-Mlegou-
i(qgu,,,8uwwnJ heurts
E!*:** contre
reniflement les
woe leur imagination
l^uasatuquentmin
tenant ceux qui sont les plus
en %u i dans son gouv marnent
C'est ainsi qu'on peut remar-
quer depuis d s jours, que le
nom de M. Ren T. Auguste,
Ministre de l'Intrieur, est paru
culirement pris par une feuille
naiona liste.
\oi qui loi srnt contraires, et sera
excute k la diligence de- Se -i
tairas d'ti a e la J ists si le-
Finances.
D rOQ< tu Palais >i h J i f. \
Port sa Pr| ice, le 10 avril 1913*
an 122e de 1 Indspsodaaee.
(sign) Bdoood MOWU
AfJtpro lamation d un nouvel
ordre du jour, la sance est lev^e
EXPOSE DE MOTIF
Il ne s'agira point d'examiner
ses actes publics soit comme d
pui, Conseiller d'hltaf, ou Mi-
nistre, non pas, on n i s'embar-
rasse pis de tant de f .;>ns fan
le secte impie, mil! il faudra
toutsunpbinuit que sonjnom
soit escort des pithtes les
plus malsonnantes, encadr de
faits mensongers rv's par
quel jue aventurier de carrire
qu'on aura l'impudeur de cam-
per comme unegranle Victime
de la Cause nationale. Tout es
la dans le but uniqus d'. ssr h s
forces vives du gouvernement,
en y insinuant la division-
C'est tout de mme se faire une
ide bien fausse de l'esprit qui
anime ceux qui ont aujourd'hui
laresponsabihtdu Pouvoir que
depeuserquils puissent donner
dans un tel panneau Le bloc
qu'ils fo meut tous, ne sa d
aagregera pas et le Ministre le
1 Intrieur. M Ren T. Auguste,
en dpit des manoeuvres inintel-
ligentes d'adversaires dsempa-
rs, a la oniance totale du Pr
sident de la Rpublique qui
tout rcemment vient de prou-
ver combien et comment il sut
vouloir.
Sur ce chf la Cause nationa-
liste a fait encore fausse route;
elle joue une partie qu'elle doit
perdre sans aucun doute. Quant
aux malheureux diteur* de la
peine leu lie, nous comprenons
bi n Lut dpit, c ir is* qui.s a
travers la Rpublique ne rappor
tant plus grand chus; et la fra-
ternit est un seuliiiMiit noble
mais trs rare que pratique ex
ceptionneileiiieut le nationalis-
me hatien.
m d'Etal
inance de Constitution
(' .a repris lue, les
^suivant l'ordre du
*J Wbdl a t sanc
fcwpondance consis
I demandant l'As.
*toer8Urle non paie
u-demnii comme de
g" ^gislalil en lJl|
mSi 8pci8le c^PO
jHUkr, d'ttat : Hou
^W tSupphce.il!
* "Pporter sur la
fc! 8fc,ion8 -ont
I k LCODe,,,uont pro
JVance de demain.
[ta ','" gnral,
21 hcitaire du Bu
lui !/roP08,,ion de loi
|Ju.t?ce*Cbem,Ije la
PTIUNDELOI
r,L ' Etat
^institution.
F et 4 f df modi,ier
kuile H du ode de
* dKu' vot Ioi
*s suit7 lv"e 80nt
"Art. 479.-S il n'y a pas de
t re, le juge do domicile du d bi
leur et mme celui du tiers sai.d
pourra, sur requte, pei mettre la
saisie arrt.
"Cependant, il pourra toujours
en tre rfr au Juge qui, mieux
intonn, rtractera, s'il y a lieu,
on ordonnance mme aprs la de
mande en validit, et donnera
main leve de la saisie eu tout ou
en partie."
Art. i8l. "Toute saisie arrt
pratique contre un dbiteur devra
tre dnonce dans le3 viugi q ia
tre heure de sa sigoificaiio., ta
dymicile lel ou au domicile lu
du dbiteur en tenant compte du
dlai ordinaire de distance.
"'Dane les trois jours de la sai
aie arrt ou opposition, si elle est
porte devant un Tribunafde Paix
et dans les huit jours, elle est
porte devant un Tiibunal de 1re
Instance outre un jour par vingt
kilomtres de distance entre le do
mtciie du tiers saisi et celui du sai
Hissant et uu jour par vingt quatre
M.omtre de distance entre le do
mici e de ce dernier et celui du
dbiteur saisi, le saisissaat sera
tenu d'assigner le dbiteur en rail
dite.'
''Nanmoins, cette dennnleen
va i iite ue pourra se taire avaut
u.. jour rriiuc si elle est pjrte de
vantun rnbunal de Paix, ni avant
trois jours frauCs si Ile porte de
vtnt un Iriourui de 1re Instance.
Le Juge de rfrs dans limer
vali-, sera w.a,,JWlli ^our duntjr
maiu leve, u y aueu.1'
a.^,.i,~U ?r*ote loiabro
ge toutes au 0u digpotUioili dft
Le titre Vil de la loi \. I ('code
de proclure civile insiit,i deux
modes de pratiquer une laide ar
rsi :
t Vfuni de litres aotheatiqaes
ou pr v-t, le oresneier peut saisir
arrter entre les m.ios d uj lier,
le sommes et eTds appartenant
9on db leur (an. i7fi)
io Non muni de titres, le crtn
cier jouit de la m* ne facult au
moyen de I or balance permis
siva prvu* par l'art. i79ducole
de procdure civile. L'application
du texte sus viss et de 1 ar i, le
Mii. con luit .1-ux situations toute i
diflrentes q laol la compteice
iuJiige des rfrs pour ordonner
main leve dms les sombrais, cas
ou cite mai,, iv, ebt-nue par u ,p proc^do-e ripide.
, Dans la premi-e h y oo thse,
ce>f a dire lorsque le subissait a
agi en v^riu de litres, il lui m.fit
Miaer e bdiur eu principal en
mme temps et ,mm diatement
pour pirnly.er toute adion en r
ler, quelqu i ,iqi|e que pjisse pa
r.ltre I opposition et alors il ne
Mile plus au saisi que la ressoude
d attendre 1 issue d'un pro es qui
peut tre loog t dipendieut
Daus la *e.on1lehypo hse,c'est
i iire quand le saisissant a aai en
venu de> permission du Doyen,
n est possible de laire constater
sans perte de temps l'inju tice ou
le draal le fondement d- lopposi
lion, c^r l'art. 47 pourra toujours tre rfr au juge
qui, mieux info m, retractera s'il
y a lieu s m ordonnao-e mme
aprs la dnonciation del eaude et
donn ra radn leve en tout ou en
partie ''
Celle diffrence ne s'explique
pas et consluue une anomalie d^au
tant plus prjudiciable qu'il va de
soi que c est surtout lorsque le sai
" sissaBl est muni de litresdouteux
imparfaits ou n'offrant aucun ca
raclera srieux qu'il s'empresse de
remplir Bimultansm nt les deux
formalits de dnonciation et de
demande en validit, qui n'en
font qu'une dans l'tat actuel de
notre Lgislation La rigidit des
dispositious ,1e I art. i8\ *corrobi
re par la Jurispiu lence de nc9
fiibunaux lait perdre dans ce cas
la partie saisie toute chance de
succs en rler et de cette faon
l'opposition la | lus injuste, la
moins susceptible d'tre valide
aboutit immobiliser les fonds du
dbiteur saisi jusqu' ce que le
juge du principal se ^prononce,
rien que parce qu une demande en
val.du est don e. Au contrait',
et comme il vient d'tre tabli,
dans le cas o le saisissant d^pour
vu de titres a pratiqu son opposi
tion en vertu d une ordonnance,
le Doyen est arm du droit de re
tracter la permission qu'il a accor
de et de donner main leve.
Il y a videmment ncessit d'
tablir une similitude de situation
pour les justiciables, quelque soit
le mode emp'oy par lesaissi-ant :
tires ou ordonnance pe'missive.
Afin de mettre tin aux abus qui
se commettent en raism de la dd
frence signals p us haut :
lo de remplacer les mots "m
me aprs la dnonciation de la sai
sie lu tu a in* de l'art. 479 par
c us ci 'mme aprs la demande
eu validit.
*2o de faire de la dnoncia ion
de la saisie au dbiteur et d l Je
mande en validit contindues ac
tuelleneut dans le mme exploit
d-ajournemeut, deux formalits
trs distibct-g.
do. de laisST entre ce9 deux for
milites u<> intervalle p u tant ,e
que le Joge des rn^rs cet a coin
plent pour donner main leve,
s'il y a lieu.
i Si vousd'tes t'e ifiitaattleiD'f,
c'est parce que je sois ici i.
A l'tablissement du Consulat,
ce fut, dans le; ceicles roya'istes
et les salons de I an ienne" aiist:)
cratie une .la n ur u-m,urne cfe
maldieUoak contre le Premier
Fabrimie de Mosaigoes
Borras & Navarro
Rue du Magasin de VEtat
contre le Premier ** fMmtfiS de losaliues a Honneur (i'nltr-ir *
on su. Mais oi avait bien garde Services aux Inunieurs 'ippln'ionino .-a* u^ .
cependant de parler trop fort et le (UnilMl pi ,| |a B1 aWB"C^.PtlClllieri de ||
plus souvent on ne mailestail sa ^JPlla,t el Province pour I Wcution dM travanv
r...uirq,eu d signant le gn en carreaux mosaques de toule beaut ,i A a
r,l Bonaparte, et encore lors SP c nmmhJm eaow et de des-
ail n'y avad aucun danger i le ^^ffOOB en nment,<|r.iint,,.ienv rlificwlli,
fc-ija.- dm les surnoms d'Ogre alustraftes,decorations, travaux- au cimf-fiaWsi ik
de Urse, 1 survaleur,La Paille au CIToHief? I tlin tilles tOIBbfS,
Noy C'tait iu.ffensil. .' HU
Un jour, F uch. m!ni.rra de la '!f mo P..lae, se trouvai une rc. accueil vous est rsme' IIIIP1M
'Il Cil /. une des uranAua A ,...' . *
l'onr les ponctuions de innlo -'--* 4
LOrc ITEM, en Im, de kiosu" t"8U'ar
Borran Kavarro
nom cb / une des grandes dames
de l'ancienne cour ; et les royalis
tes trouvrent le mo nent lavora
b'e ( la prsen e de Fouch taut
a p!us rrd giranlie ) & montrer
leur bravoure en laissant s'exha
1 r Lear baies du gnral it ai ar
Fouch outa en sileoc -, en
H-iurianl presque, ce concert d'im n
prcations contre le Pr m er 'on |
sul et, lorsqu'il s'apaisa, il dit : *
Je voiii- flicite de voire cou
rage et je vous remercie le la con
fiance que vou me tmoign / en
prolitaut de ma prsence pour cri
tiquer si hnutement le Premier
Consul ; car, si vous dites de lui
tant de mal, c'est p.rcequeje
suis ici .
L-.s visag-s se rembrun reut.con
fus. Tous ces dtracteurs prudents
comprirent vde que ce qu'ils pre
naieut pour de la bravoure de leur
part n'tait que linfai an jades.
iii
Nouvelles Etrangres
4,.,irol,alion de la d,la. U fij. ..,,,.. ,, f .
a-on du nouveau Cal,i- plin/. d-Allem.,, Z
la i i """* comrai
ftwiiisiiiiiier.
IT M *fi:i *'
net franais
Paris, il- Le conseil des mi-
Bistres a approuv l'unanimit
la dclaration minist ri die.
Le conseil de cabinet a dcid
de rtablir le sous secrtariat de
1 aronautique pour lequel un haut
commissariat seulement tait pr
-bptoo
Ua Pauvre chien
Il p.ssait, ce matin, sur uu ct
de la rue des Fronts Ports, la
queue basse, une immense tristes
se dans les yeux II avait sans doti
te vamemeni rouill les boites et
les paniers dtritus que les geus
dposent, le matin, leurs portes :
car son museau Siiguait. Il avait
peut tre faim et soif ; et il se ba
tait d'chapper stn tre aperu
au bruit de U rue pour regagner
li demeure de son m .lire o l en
cora p^ai tre ne trouvera t il
qi'uu vicl os dcharn a ronger.
I j enfant ap n;ui a pauvre bte
et. pour rire, ie bambin cria :
cmeu eurage Jeu lut news, de
part .ut l'an 'aruia. La meurt de
faim tenait la vie si laide, si
tnsie tut elle pour lui, et il essaya
de luir mais, trop tard, pierres
et bidons apportrent bientt au
pauvre chien maigre ce qui est la
lin de toutes les souffrances d'ici
bas : la mort.
MAOI ., William Frederick
llohen.ollern. fils atn Uu Kron
f"' t"elln,;ent a palai8 r(nH, ^^
JrM. restera Madrid une se
gains et se rendra ensuite Se
ville ou il dod retrouver le roi Al
Phoose el U reine Victoria et
SouveraH a,,,,.!,,* BjMaMLS&SiSrfi
Fans raine, sont arr.*/ a mEuT
la raine, sont arrives Se ville.
des attentats re-
voluliounaires en Bult|a-
PARIS, 21 Le roi George et Autour
la reine Mary rentrant de la croi
sii^re en Mditerranne s'arr.He-
rouii quelques heures k Paris ven
dredi prochain ils djeuneront T.
avecMr Doumergue. lae saove M5WAT***. accus par la
ra.n.s anglais iront dposer une P0'1" bulgare .lavoir plac une
couronne sur la tombe du soldat botnbot dont 'explosion a cau- la
mort de plus de lOO personna
inconnu.
Le relus de la Russie et
du lexiani de participer
I li lonleVence pour le
contri d du commerce
eu armes
jeud,,abMrouvparlapoliceet
PJfMfli.H es-ava.t de rsis
tu parce q,,ii esavait
ter. N.koff ex officier de gnie",
tai sous chef du comit centrai
excutif de- communistes de MO
Parmi le dernires arresla
Uons, on .goals celle d'un boni
me partant I uniforme d'ollicier de
CKMIVK.11- U Russie des e P"1'" F mitonne d'ollicier de
Soviets vient de lairesavoir qu'elle armeft et 1^ en sa possession
refuserait de prendre part la un fument qui indiquait la com
prochaine COntr^n,-. ..,!.-_ POSItlOn dll cal.im.l ,*........:__
pren-ire pan ,,,
prochaine confrence sur le con P",,0,n d .cabinet rvolutionnai
...... res qu'on devrait installer si tous
Service de Caiioo
Anse--Veao
2 Porfau-Prioce
IfJn camion laissera Port 5au
l'nnce a 4 heures d j m4tn, tous
les jours, pour Petit-Uouve, Mira-
gone, Petit Go.v ,et \ne Veau
Dpart de l'Anse a-Veau a midi
pour tre d retour i heures du
sjir Port u-P.in e.
S'a tresser I Flix PAILLKHE
l'Anse a-Veau.Station a Port-au-
Prince Jevant u toste.
Avis
Le public et le commerce sont
aviss que d'un commun accord
Monsieur bimill.o .N gaguom s'est
Mm; le un VI .n deiommeice-
en coo-qaence la procuration que
je lui avais do'ine, cesse 4 partir
de ce jour.
Port-au-Prince, le 10 avril it2b,
Loi'K KIVERA "
frte du commerce de? arm
Tchitchr.oe a adress a la Soci
l des Nations un t'gramme r-
dig eu termes des plus raides
daas lequel il lait ressortir que le
gouvernement des Soviets a dcla
re ouvertement i m intes reprises
qu il obsj.v rait une att tune ni
jative a l'gird de la S D. S.
te le qu'elle est organise actuelle
ment.
Dans une nole.au ton tranchant,
doat le contenu n'a pas t pu-
bli, k Mexique a galement in
Tonn la 8. U. N. qu'il Musait
de participer la confrence. Un
dclare que la cause du refus est
due au lait que le Max que a t
oies*e de ne pas avoir t invit *
la.ra partie de la 8. D- N, lors
quelle fut tonde.
Inesponsabilit^de .'i-
kroiipiiuz dans les cri-
mes de (pierre tao/ie
par la Cour Suprme
BERLIN La Cour Suprme a
t rmin son enqute sur les cri
mes de guerre dont est accus
lex-kronpnu/.On estima que Fr
d'rick Guillaume n'a jamais don
ne l'ordr de tr er ou de piMei
des vin.go ou ue. villes, qu',|
n'est pas responsable de Pexcu
tion ordonne par les tribunaux
militaires de son arme.
, ----- si tous
e* ministres du Gouvernement ac
r*T,ei!S,us dans '*"
lat la cathdrale.
Au Porltuptl
'ff^^r^peraonnesont
t tues et 73 blesse, peadaot
ane courte rvolte militaire en cet
nelle d.i que le gouvernement por
ugais prendra des mesures len
les ncessaires pour tablir la pari
des re>ponsabilit3 de tous ceux
qui pal particip la rvolte el
es rgiments impliqus dans le
mouvement de rbellion seront
dissous La public.tion du journal
Seculo -.sera suspendue jusqu-a
sa eus les garanties constitution
Belle- -oient rtablies. L'tat de
aige est maintenu Lisbonne.
to.rtaice ,jl
Coii.ps intriiatlonal de
ndeine et de pbtroMH
cie militaire
'Ulll,>7 L* 'me congrs inter
national de mdecine et de phar
nwcie m, .taire s'est ouvert sou,
la prsidence de M. Douraeraue
Les sances conlioueront juVa
samed.alhop.t.iQjuUirsuuVal
ds t.rce. 4t. Qalion$) d0Qt jJ
EUulnisetpSiU#tgUt4ijftfj


lima
*
I
-.
,
"

i.
I .
t *
I
V-,
f
donne de la force
lUIgr* lo
M|
let ivioU|i
mit peut prrtnUr I *'"
tWmple UillolelU. dot n
p.Violi voulu loir, un
mthode e.fJ.ble d. ronplo-
r la uinfuion tanruin^
Ccnva'::"cence
Neurasthnie
Tuberculose
Anmie
U Ce d, CLOBtOL
ug-nenU h kM nirvtuM.
cl rend Ml MOI "le""1
toute leur nergie, leui
rrr ta iu' ------ -
.ll.-n.m. t ceci eye vv
Iju. dioilmn. m.'sr <>u
rh> toaloun flr rteonrt
i inaMMai '
1 Jur.i
1**0
U PRJSlEHHt
Poil au Ma*, Ha' '
PBotmiTcns
soius p-srtJK"e ,nce
fi.lMait
So,
a tlb, au mot ri dni M ei
i.rscnti. roui ne crojoo. DM
que U r..tSi*pli pu'
dooo.r, en une foui de coi,
"lit. MajHfJMHM
-l obtenir d'uiie <*
prolonge de ClaW J- Eo
t.ce d'un orTilm* rt-
roooter. reviviCtr. roi
re. e'eit ioujpum ce de.-
nler que noui donneront la
prtlcrenci
D' H. Gaiitrr.
Lie.-ueii ri citncil,
(.tarent de /.' F-rulli d
tfMeefne de Pari*.
tublltwn.* tt Cnitdato
Oronde frl>
F..urm< leoHMl diPili
2t ru* V.lMaeteanM, Perle,
Lut--, ytw i '
vt.* jiMt^ciag^^'
flfWBeiiit. !.**.*.->
^^sa^^^srsgMr-r 'wrt-
lerge Vaillant Consiu.nataiie
toaicoi. ibemiaes.
Vota i*w* P*iB?* ,
e0 noy' v"!re l,,,ge ,
SSTa s-^^
p en lu. faisant reconnatre W
uvres de son adultre.
Tous les tmoins chargrent
rjec- qui MOtt* son crime
nSSrait U eeaees.ua, iy*d?ce
. ? on ami 1 xcellent Iran
?oipou;:Wp..puculer
on dt^ein cruel de luer le nomm
Jules que, lui, T,Hmaque toula.t
faiC8dio?sroot t aussi vifs
qu'nlressant, JJ-f-J^jS
/,,s parfo s hardie neiva l au
d oeP Le Ministre M*t reni
sente par le CrmmiMsire lnbi,
SLA Substitut Pierre Agnant
ri Mi ND HELMCKE, < narge>j
^"^"Tmlathfe qui leur'onl t dM,ur3
'cnl3pcr^adam, Aniia lie^.ek,;
i Lt rftirettfe tpcu;e el mr,
,eur ""'i;*tiJ,B voulu prendre parti
l0U",C; le. liai p. c^e trouver Ici mael
dexl qui e. a P 1U8 vue 9,alitude.
isitu c* ^^l^jrce. le 21 avril ltt,
Savi Martin
Petit' Gove
IJ?*fl L'W. 1 Vr
couturs a. mi lies. i" Q
ffi Sandales et souliers blancj,
bLuits de lUs .oite,, bonbons
tti0rU. par livre e par b e |a
km m\\
Jp, lus. ph Edc
j;i , dt-cl re au^
rai et au Commewi
lier n'6ire plu rr~
actts, r cioi s eti
iouse ne Vi____
ri'icilie' Binirij
rurale des Barid.
peur cause d'adull
tic u tn divorce!'
a l ut dlai.
Anse Maon.Cl.
mure de Pestai, i
J s thE
nuhliqnf^alam^ncB.nesHo re
L.Y.s.i'i.'.-.h'Ml^agne.la RottM
L, i-vutriche u'onl pas envov des
'.l^n^.Aprsl'ouve.lureduron
'.... les dtffnfa tOOl a d. dpo
5,rinecouior.neurjalombe.u
s dt in on nu liant; us.
li nur du nouveau ministre franais
1. Paiolev lira la dcla-
ritou miiiistrielle I la
Sliambre et I. Stecij au
Snat
,.AU|S- M. Painlev a paw4
Iau.uan fepat.ede a nuitl
-a L.. la claration ministrielle
c ,t-..nmn au. f*j*ZW
,8 bief par le conseil de cabinet
U prtent du conseil lira la d
SUttM ininistrielle U eham
bre M. deSteeg fera de mme
,oat La dclaralioo sera br
M EUefera allution en peu de
mots au problme de scuii.. fo
Squ. concerne la politique tioan
cire, elle sera vague car Mr Cjll
Uui ministre des hoar.cM, na
.enco.6 le temps d'tadiercora
ST*t....'-"t la s.l'uatkm. Huant a U
P,,,,,, r,'igie\a.;le goujerje
ni0,lli(,lM,Inpr.0drequMl.l.-s,.e
Sum tcrmTla tension a
ESC On pense que le I aver-t
meol obtiendra la m-joru .e vo
S S ,on.iance de la cl. mbre ;J
-, nrolnbement e.pr.m.e tard
daulia soire, le *c.nt. apro
5T, .,,...n.laMrSterg .'ajoura
n FrobablOMiH jua l''\cV''"
iTchauibrt Ut nettement dtint
80n ,a,le l'gard du nouveau
bouv ncment
B De d. mande* d interpella ma
.ntit- irp.s.sparMM. ebin
iput dePU Seine, cliel d g ou
^communiste ; Goy. **
f Seine u'.ppartenanl au-un
*Hrou!J llntraad. dput de a
SS! nuppanenant MJI*I
...elTdiltingei, 440014 Oe tafc
|ie ,le l Uuio.i rpublicaine dmo
. ralique.
Nouvelles Diverses
I Uv K.NtNigeria Mend nta)
- le prince i Gai e- es '-
. Ubadan tameiti etnal * u"
Bpri un v.>Hgel.iUtant. Le p.m
reaSM^raauae C, urte cert.o
n,oo!lKi.lle ap.squoiilreHen
draann vt sage sur i Arg s
IIQ milles d'Ubaden.
pi mbLeecoun d lar.iuue
de Utott col l rouveris.aujour
b'hol mus iiuidcnti.
AM?riKl).\M- Lei-npitajne
gebron, pu aident du omit* Ho
luudaisd.e.luolimpiqiesvient
ire n..n n,rMden. du bureau
peinanent des fdratione; sport,
ves internationales.
.l'tlli.n e nr Y
| oifreur D'avoir
lois entretenu
Dr
Au Covirier Hatien
Ponjau Prince le 21 i trl1|lW
A.u
< Courrier l'aitien
E. V.
Direct eu rjdu
Monsieur le Directeur
!
Les cours
il avril T
Pauis- lo.l.: 19.1*
Livrai i .m;;
.EW lOlth-Sterling 1.7950
Kiancs M.Il
En p.rcourant les oun^ros d
Yen l.edi et Samedi deruie.s, j y
ai re'ev q-jelquesdclarations qui
auraient l faites mon gard
car Seytttur LafontiBli
F Je dclare n'avoir eu certa.nee
elatione avec le dit Seymour La,
lOOUOt parce qu 1 poque des
derrire led Ml co ..munales
il me fallait pour les besoins de
la cause dont je voulais ir e
, uccs, avoir recours ous les M
m.uiasucepliblesden apurer le
triomphe, ttj our ce cas paiticu
lier, ie dus avo.r .ec urs au orb
ces de S Lafontant, parce qu en
,ole ns am s el a mo. il
|e,Lit avoir un p>d tenedanj
lout en.iroit popul ui.et quele dit
Lafontaot tait ou. d s.gu pour
qm se.vir. h.bitant trs; long
temps la Saline. # .
A,arr;.e. de M. Ren T. Au
ej.te au DeparUoui de Hat'
V.eur, i'eoe l'honneur d'elle appe
l pal lu. comme secret.ne paru
cuier. -le m'empresai d ucepter
celle silu lioneldeuai.....I gr*
Seymour Lafontant que javas
coniu dans les cirroosta. ces plue
haut rapportes vint MfcjU
der de le prsenter au Mm si..,
"Ir il ne pouvait y aller seul
ayant eu tromper t. conl.ance
de M. Edmond Mangons. .beau
frre du Ministre. -
Je le prseiiitienellet I. H. i
AOtUSteet mes .t marches l avaient
bien servi puisque quelques jours
plus tard, Seymour Utootaot vint
lui mme mu temeicier ey.Otobte
nu un cadeau a l"> doll.. du M
nislre, v-leurq. > lu; servit vos a
ai Dnlotl (.et.gaue). h pa.tir
Ue te moment,a vu.our l lontaut
ue cetea de mauiietier publique
menl sa ieionuairsai.ee eu .areur
de II. Hen Augusi. juequ i u mo
nu ut lO h fut an t.
Je fus encore sollicit d u:er de
mes boi.so.licesaup.es Ire de l'iLtrieur loiequ'dUl der
ni.rs jolis du mois de Dc-ctn-bre
Sevmour Lalonl.nl vint me faird
pan ds a dtresse rce prient d'ol.
tenir pour lui de quoi passer ces
ioure de fle.
Mai?, comme en l accurreise je
peouis que >eul le M ni^ie pou
vail tn savoir, je ie.i\0>ai a lu. le
poilicileur, tl M. Ket .\ugutle le
dlra son lour au Preiet qui
tait charge de la rparliiion des
tommes aifecles au rjouit-san
ces publiques.
jamais une teule
Sevmour Latontanl de qutions
poiitiqu.s ni d'aucun personnage
politique, .'aurait t da-lleu.s
lui donrtr ODS in portante qu U
n- saur.il avoir
Aiis av.'ir aprns son arresla
toi qui eut lieu le 31 Diembie,
I -1 S. Lvier je vei.us la vUHe de
s;, funir.e qui me demanda de Icn
ttr des dcmaiches pour son mau
Le Itndembin tanl un joui lne,
je ne pOMfail i.aluiellemn.i jhs
rp. ndre ce dsir, m-.-j. le s
le iur'en.teo.ain el j oUina la pro
mose Ou M.i.ishe qu'a veiiail le
Pisideut cet gard
Je vis tncore dans le mon e b t
mon ami H. Dor,invil.. mais
comme ce m. meut le piveLU
, lail d/j^ aipele l'insliuction il
n'vavai p va >in ttnler.
"V.ici, Mr e Directeur, la veill
entire sur la nature d.s i dations
que jai ce le grand ma ta-ut
d'enlnlenii avec Seymour Lafon-
loi I.
> M. p. ;> le lg'rne de lui i-
ven'ion nous avons liur.usemenl
la im, il v a mtillieurtuscrntnl
itu le homaues boi.nie- !*
grand pril de se tr uver h la nver-
ti du premier bii^a.d qui ne pu.
v-nl piui .ie appr> I ende ct.mmt
aux le.urspa s^s'infurge fai*a. i
monte: ouvtLl d'une nid u
inoue.
Ul.e nirc au | oii t |e l'ai f. ne,
non pts pot r Sreynour Lalontaul
qui ne sait mme pa* liie. M
pour rpondre l'atteale de ion.
bnux m is qui aVont ,! '" ,!,>Ie
leur >)n pniliie roceasion de la
Bubiibliofl de ce lissu de me mon
ges parut au *i< u.riti Hatien .
luu'i .le v.us dire Ml le 1-irec
Itiir que je n'alin.eultrai aocuLe
po rciiiue.
\\ i mes mi .italiens.
LtoN C1HULESMKHS
la B.ave iup -. ,
de l'poux nonpc q.. l-n d n
uaunerfantUard. -Mel'. non
F.arole Bt de son r*jaert, ine
U .lt.iv pr>id iar M. Di-iOux
.toV.rdl.Til.endd.o;^
d,i de ennarroeten itw eM
cotBtoceae itwwta..la. Le Ce
ml..alr. Trib roqoi. I.j.i..ec.
pi.Hle. Iom hwwJI, le Tribu
bun.l,.-d r 'J Dnyer. BajM
prono.-alape.ie h "O1."
a Vol.de i icanet. lOW 1 en
d'excution. ,
L'acets irariqiulhm.nl d c.ait
m s .netlre ta Vo'ont de l ieu.
U semaine peoctaawe seront en
cote tendus dtu autres crimee
allnux commis loi jours l Aica
Pir.' qu^dar.s 1 auditoire il s'esl
trouva des a-is de l'lmi que
q, i ont manifest Ira mcontente
nvnl '
Dclaration de U\Mz
tafl
com

**-
Funrailles
Cet api .s midi 4 ligures au-
ront lieu l'Eglise Sainte-Ame
le*ftUstreill b mi
Mme v vc LR.NBtT UB
d-eie lu r so H1 li u. s.
.\o.ih rtito u Bue co.' "
la ices aux la mille Deve son,
lleaub.rul el Benoit que ce
deuil atteint. ^^^______}
Carnet Mondain
Jusqu' nouvelle information,
les re. ationa las jeudis ) de Ma
dame Homo sj.il journes.
"^Assises Wminelles,
Assassin de son Hl*,; Tle-
maque est condainn _,
m i mort.
Le crime le plus sensationnel
de celle Session a ele juge tuer :
TUmaquf Do.uisseaux, ayant pie
mdiie lassussiuat de son tils bd
Le Tribunal de premisi i
ce de l'o.tau Piinee, I >'
merciale :
Dispo it-f du ju -.
rant le sfrtt Abda
ia de ill le ouv.. e
Par ces motile. t- Ir i d
claie < s.e... Anu-i-n .....
lat d. f. illite ouveiif. hsi \t* v.
goireme.il l ..quede la ie> sUmi
de paiement au 13 ^v.i 1915,
Uaie o drufet ju b.ia. ofdunm
uue si lai 'h eie. e- scelles se
r\>m ap o -s p. ao.'.eur -eJuge
de Paix de h >e lion N /. de
ce. e dite partout ou besc...seia
roatoifl mett e. x a-Uc es *iHtel
.c.,,u rod <' commerce l'ef
f i d- quoi av-s .1. pis.n. jnn
ment sert, su ' < b i> p SOM s'
par le Grenier aud l J..g u. p ix ;
comme pur ?g D itoeleoire le
BicurTa lien Houx qui .xerce.a
ctle fonction s. us as .vel a ne
du Juge sousfig. e ai-a. t l'ollie
de Juge commi s. ire ; ord nne
queconformmeni Partiels 2
du code de comme ice, la p-. ci
ne d.' failli sera n ise en .1 ol
dans la m i-on )' r' e
ville pour dettes e .) e
tat, il ne sera reu on elle
aucune recomm.o.-.alio ; ni donne
que le prsent ju^> m nt ssra afb
ch et insr par txliaii dans leH
Jo. rnanx de e i. v lit su.\... I 'e
mode et. blip l'an. 40e du coda
decomner-e si qu'il sera el
provisoic m- ni rsns c.u'i n et -ir
minute co'imelh nier CI- mei.l A. Si >i.n.' d< CI
Mf"ge ; icu.lami' titin le tuilli
eux dpens qui SeiOQt 111; t \. -
pHt piivuge sur l'ac.il de la t-il.i
le, etc. etc.
Ainsi pig par Nous Emm.
BeaiiVo le e publique du vingt itviil mil
< uf cent v.ngt cinq
Pour extrait conforma.
Collntionn.
Le Greffier,
L. UBISSIKKE
eues j.uui ------
liaueureet corstaii.
Savon COlOteal, G ^tr.ne^lmo
live Ctco, lio.id.on, ulum. etc.
cire'ge liquide blanr et noir, .-.irge
eue.te toutes nuauces llis.
Liqueurs, .bemisfae, Vim W
cIsecldebarr^es.Ep.nglesde
tou.. s grand s.t peines, AfeUil
I'8' fU'- m M .!________|
Parisiana
[JEUDI
La Umm Inconnue
hntree S I gourde ,
La CuQauiu
C'est hier soir que eu lieu 11
Dau?ura.ion de la nouvelle ins al
laMondenoIream.Ll.o. Lav,Ile
(tl tablissement Situ U ue
Fiou dhns un appartement pie
pr.t, se nommai de par son 5er
.cequieslirupr.eh.ble
, e i.*s rtus sujourd'hu ^ pew
, t Real) rant de nulfeaff on
., .so...a.st.e servi a luttes
l.iu.esdujuretdelar.u.i.
via lii.NAinfcKle soleil ne se
,..,,. jamsis, et linr.ligsble
oprlialre suoueU:e ...v.i abla
m, ,,1 le client par un sour.re.et
un mot aimble.
Avi
Le Minisire tous lt^ l'rhtau
se jrsci.ter, iu|
lion pour se fsirej
tableaux de ici
classe de.11126.
l'oit au.Priocekl
. oudtonl
Varits
Mercredi
La Lionne
Fnlre : 0,50
Vtnriredij
Les Ictres M t
de New-York
Kt Ile, et 12e pisodes Port au-H
' fcntre : 50 c ta
Banque Nt
Rpublty
L's poiteanl.
soiisdo laDew
ti 6 o|o, Srie f
tlltrcti.er le 1
mains' sont pi
ter en nts buM
celle date pc
dtiiii ts. com
t;u de dpt il
Ceux qui n'e
le dp.t de
soires v<
5il us t"L
^ortau l'nnc
Hani
RU
Vente pifi
'Jn l;ul l
appaiijtridifj
Avril curai
mytio, iUtt
tribunal dbj
section
olraut l
d'une ?U*
lawl, NOj
sieur -V
quelliat
de la dameJ
p ilaire
aulft cW
fnncei j
Uni ssier
date du 1
dit sieur.
A la dm
tairts dfl
mi Un]
sous peinet
.1 ^our voie .or.es,)ondt.-.e et
m mue a crire r' .v -{ .. e.t celie '>an* "J
m..luueae ..rc 1 >\ ....eDie cet av,olltfj'1|
clel^e.p i-- '.ue, .i .uli.ne*. c m! ',.
pjX 1...1 srjstre* le ^la-. e- qu. -o il^
l'rospect.M ,ur le .note. .Enpresse/. vous
Clie/. l'A.ii:.M
L- PfeeUmann-rWjL
Hue (ta
lit Urt-o rifefiw. 1 f'>-
CHU0R0SE, CEBU.IT6
p*,*r.r,tr..r du.mm< %%
SL.perl.ar la virai, crut _ *ga^t**
tu"1'
* m
#**

liuuas
LvLSv.
_*J
r-


^f
t tiuinpfPKVi
LB MATIN
Ci
ME
T
to
Les loges de noire cirage en ple ne sonf>las a faire,
olre marque Monogi\.n est actuellemeai une des p'us connues,
Elle est emp'oye par les geusjjles plus; Jselecls
Mie esl importe partout o nous avons de constants clients.
JXolre marque Pe f cl qui e.l un cirage^liquide et brillant,
dit la renomme de lous nos autres produits,-elle occupe maintenant
Le preniier['rang parmi les produits similaires pour sa puret.
fi \ius emp oy JJe sera jamais aluni et vos chaussures dureront longtemps,
Aujourd'hui, notre clientle n'est plusa faire et nos cirages
fcoiii employs par les Lames, tieullemeu||du High Lie d'Hati.
FuUon Shoe Polisb Co. Inc
NEW-YORK
Geo. Jeansme & Cc
Agents Fxcluni/s pour Hati*
107 Rue des Miracles, En lace de la Banque HaliOnale d'Hati. Tlphone | c 387.
OLoffson, Lucas & C,
Vente en gros $ en dtail
C**1 marque toile
poules Jec,,oeS
""'m en faence
cyeltllw i homnv
jfque \iclo.ia*
1 en faience
et femme,
S!:Www^elen Lampes poui Licycle.i.
Lampes eitunqucs
Ma noheu js manche corne
Manchette wauche bois
Ouvre boitea 'Si. ger"
Plquoii
Papier emballage
Parfum de toutes sortes spciale
ment :
Eau de Lavande
Eau de Cologne "Johann
ia U 1 raina
Hotdle il ii,Luit;
So..liers div.a hommes fc femmes
boattara de Teouii
Service j cale eu laiencc et en
pon.tl.unc lu ;i & y parties^ ..
Service de toilette en laieuee
'lasses eu le
ihires; ".'...
Verr.s de toulesloTtes et de toutes
grandeur?
Verres en cristal
Viu du Rhiu, etc, etc.
Colombian Steamslr>
Company lnc,
imericin Antilles Une
Opra te i For
V t l Si tien pp\ u Boxrd ,/
C Avtnirinn St am lap ompxinj Inc
M n glng (ip >ra e s
17 Bal(tyt l hce NiWmYort
Jjp ieamet "paria ^enanL t fournit, d
^etit-^oauc e*t alUn- a i (i5oit<-au-($ilncc<
ctamatn %% aot at. 3i lepailixa le nume
ji>ui pour $U**tyofiwam potll Du 9lat3
preaaaL fret 6c pa^aaeo.
^art-an-1Briace, Ce, 2i cHut i<#5
C.olombian Steamsliip Company Ino.
Lampes de Nuit
1 6'LOW
Re fout pal de lume el ne dgagent pas d'odeur.
Inaispensablei dan* loi n^isona (foelque soit la
lumiAp; eu ueaqe.
En rente chez Henry Stark
Rue du Quai en face du la Gare.

*&r~
Ou trouvera
A IA MAISON
jk
Olofjson Lucas $ Co (iftWa e* t/, MjCIlls.
;Rue du Qat, No\10l7
Huiie d'olive de table Marcel Aliotl: et Co. Kordeaux: en uaisses te
12/ et ii 2 bt. Sardines et autres cumervea franyises; con diments de
toutes classes; Sauce tomate \er;nou'.li, Martini et Rossi Anicustura
Hitler, Cognac 3 toiles, Henri Hoi; Vins Houge el Diane, suprieur!
en barriques, demi barriques et caisses de \t bout. Champagne Char-
les Ueidsieck, Sucre granul et contas>. Vinaigre -a caisses de I* bt
el en barriques de M gallons, etc. etc.
rrocu ez-vous de j lis radeaux pour anniversaires, fianailles"
a Ks e bap(.ne> bel
.
... FILS'
Hue Boaue-Foi
assB


LimrfN
la maison H.S1LVER1 Pharmacie Sjourn La maison CJL e
i\
t eu* iiui n'oijl pas il eoc vu Us jolis article? iS
tu ,-r que vientj I i" oit La a!*iitn il*eta
doivent, dans leur iili', 'emon sscr de passer a
n lie liaison, fof nul pa i ils no peuvent trouver
oSuwi beaux articles I ? | ris raisonnables:
Nos aiticles sent indntt-io de toute beaut et d
li icheur et nos prix dfi 11 toute concurrence.
Crpe de Chine couleur* etioitte*
, exlra suprieur
marocain carreaux
Soirie carreaux pour robes et chemises
Tricotino de soie barres
Ilatino voile A carreaux
Voih suisse brod
Crpon franais barres et ji| oarreauxj
Dia ; l'taimir anglnia nouveaut
rfergo bieu anglais suprieur
Peaimbeacn anglais de toi.tes l sauts
Alpaga noir suprieut
Satin l'.bine pour tailleur*.
ftakl blano suprieur
Kaki jaune anglais suprieur
l'uok union blanc amjaib "nouveauts
Dr.Il union blano anglais
fil
Tusi or japonais pour chemise A homo es et lob^s
Bepi de soie barres couleur pour chemises hom-
mes et robos nouveauts.
Hapiiste fine pour chemises
'ei aie fine pour lingerie
C.aii< ot percale pour "
Zphyr anglais pour chemises extra sup ,
Organdi suisse uni et couleur
liait A Joursdc mi-soie
f Ihaussettt-s cossaises pcir en'ants
Frencta Frisky, dernire n >uveaute
poplin fleurs (pour ro a*
7 u>->or bianc
I jmurie blanc
Voiles couleur A barres
Shirting blanc S'.ipiicur
Eas dentelles
lias soie brode
Vis iil brod
I iitu us "i ivert*-
lu- our premire Communion
Couvertures blanch i et couleur suprieur
| andes brodes \| i era pour chemises l'j ., s
Voile banc baret et mouches
\et ne Manche
Ga! n dine blanche baireset unis
(reprit b'aiu* et mulei r a j. urs
Vol e bianc et ceuh lir i ni
1 ii'ju; stttes alemandes t uprieur
ijr il ant noir anglais
Inflation to'lo crue
Barvieitea du toilettes blanches & couleui
damasses blanches pour familles
Nappe couleurs
Petites serviettes blanches dama es
Organdi *' blanc 4L oo*1*aff barra* \ coneaux.
1 alliage couleur anglaK sup, pour jupe-
Kadraa barras de sole I oi-r clie uisas hoiu ues
Satinotti Foulard pour rebes
peignes 'ranals & emei ic ains
Ifolletom b ancs & couleurs sup.'
Poplin de soie uni blrpo & crme extra
Chnpeau de paille lno il I ne
Casimir anglais sup
(lu pou brod Iran .is
Crepun fianais fleure, d NiJcrea uouveauU
"fefiviettes de toilette cou anql i
18^18 cir blanc sup. poir ablos
1 amiHs anglais pour ma'flas double largeur etc elo
imables clie ni s, von- .pu voulrz put ter, pende
Donne avU n clientle et nui mdecins et JjJIMl'
iraniirm aon Laboratoire d/Ulope en un Laboratoire u.
tuoloUit appliqua sous la Direction du
Dr Rient et t. Sjour l
rt CU
ie u
\ S m d n>8
i. f
U\ Il l'j a O lO -
r*r*'-" io;i;- Ion netrcoei tai ru
y a. i,- ? il tinte ii s t r
v\ v- lu Sr.nt resuts qt^ u> di d cbrQue '
S'air -i aa Phii'ii li fOur 1* reowUj e
InaUei e'ritinei ai Surgsairiqtts
Keacton de ^asst'marn
Pfceth n ''f- Tril oue;,
Ei xnan du s F.iamen des qtetiro* Wee*ia
Siameo de crarhst
ilburoino raetoi
Cons'ante UrnS/tr^'re
Chez F. Lavclanet & h
Viennent d'arriver par le Brana'9
les arides suivuhts :
Dnl.Urs EitW Fine.'. r>nl. Ile* .le tci<, D. nielle <. tl ArfPl
ob.Va:cVoiSi Cbapias Qa-n, Piame. FUur., l'ail e Je > ..l
Z3i poir^bral-hijaaaa J Sac. He.lw o. ota t.....e ;i-
pSioaaaoSertaaViara.., ds lk. s, a de,.,, im I .., Daat.
l*iHtop**n.mrnifm>*toW, 0wl, bVlaHia, IfcMsIm
de>or,Jarttlles etc. T,u* aitic'e, p u, m ce.ie ei L.igiu.-Uu
lea' > i upeii ui>. .
BOU liON's fc T l'^<'>'v K8 |l u- h s pou fliarmaie.
A meolaUoaLioaU sUaaaar, Co*oae, Vm-, Oaaiopagna aeHaa
Rsllas e anaai boocsl Houp*. ioasta div rs.
r >ie dt P.iaroniie el S^-ViaiiUs f H.'O enrtMili b :
I 88-n, Tabi ea eaaatchoie Vi..s et s oF De, hiaai, \.n .w.jf.
L ><> ililtgool, (Juinium UbBrivaa'.Haatu 1er e(c,elc S;l d Kasn
e' d- dUubeii. Eaenai en G a-, ^> >> aetiwpliqaw I ataa qualiUa.
i Xfra laeaaarai pour Sirop., i| e. r- i aaflaain - l .raat. naiiinla.
Sou. avons r.u le V-ul-.be Ihe .1 Aine-, Eje-I ni d -, M,I
Prni.,.u Ouilteud, T.odr- uabrAa, T.mb- imili le.
fcN-l - K g r i <'..,) :. il" de en gras P.icpccuui.
p .. /-u .os v.iir, iioj |i iv sont avantageux.
L'Organisation De La Fireston
Est Saine, Solide Et Universelle
VTN tablissement industriel est comme
** un arb.e: il pronere, non seulement
par la poteMnoe de ses radnei, oui au*M
far la vitalit de ses branches.
La Maison Fireston dispose Je toutes ce.
sources de puissance. Fermement enra-
cines dwns la grande maison-mrese.
branches s'tendent au loin, verdoyant,
et vivacei.
Jans le monde entier les Pneus Firestoue
ont exerc une heureuse InfinMM sur les
InaiPOrt* et psroat o les gens to'.lent
mr des bandagos de caoutchouc, ils ont
appris avoir confiance dnns la n-arque
Fireston. Vous aussi devriez exiger que
votre voiture soit munie de pneus de cette
marque: elle voua garantit '.e confort, la
scurit et
Le Maximum de Kilomtres par Franc
L. Preetzman Aggerholm
Port-au-Prince ___
"1
_ PNEUS
Iim les [lins Iicjhix tissus i| i'iI soil possilili' r ci'lle p'ac manquez ;i\;ii,t m^ll^^r^aall
d'.il ailleurs, de passer elle/, nou < i le meilleu. I W P ^^^^
seceuil vous et! rsen. | y
Marchand'Taillew
Na 1823 Re diflaflasin de l'EtstJ/1
Se recommande au puldic et sa nombrt
eutele pour nuance de sa couv et la
exeutiMi ....>e dans les ouvrages ondes t *j]
ia maison reste ouverte jusqu' 8heurei(.u
Prix modre.
Grand Htel de Frai
r!rosition* exceptionnelle, au centre des
'proximit de toutes les Banques, de la de
de toutes les Agences de bateaux.
Eensei.p.e nenls el l-uil.ts pour voyager
,no'.i! iH.ili el II rq'uldque dominicaine,
ln.nl) s conlorlaldis et surtout lis p
lilalns dms les chambres la demande
jfc aires Cui itie l-anaise trs soigne
pins v ii'^ .
Detr de siter le* miM
,'*- V Htel
Vius d* meilleur* crus de Bonleau*, |.,
quVs .Uin^nnesgaUiMiset par b,^.lU*
las Vins daolinleaux, wial rou^/. le PUw
SlOic M>' les qualits et pour Va
I J viNg >nALiE* ijE >tAbNE.
VlN hKIVinmiOKKdila.ie^etrougea^llei
< pommard moussmx, gt XmeneaiJ
l.e pliu qra (1 aasortituC.it de Liqueure,
crins, wlnkles, etc. %r-J
Vbsiiitlie r rnod, Amer PiOon, N erm
CON RVK8 tranaises et aiiieiieainei
m Mit arrives. ....
Cl .*UKS de Cuba, Aurora et Haba'iera.
CnARST TES de toutes les fabriques u llfl
et dtail. ,
PA.AFUMERI : et Cartes poatalea
Prix tr modre.]
m a
P. P. Patrizi
Ceci n'esl pas lia
Car Jde la Kolaine |e ne sais paa.en JairlJ
Cepedant si vous passez du cote du
f administration poatale, la Grand'Rua,
Rentrez a la Gordonn^
raest aioilf
A la Conscient
^ Voua verrez que les chauaaares ~ gm
o amande ou non sont faites avee r
a>liiite, parce que le. ouvriers qui le-, o<
ai us a.iuricliU q.n / * ^.nployj
iu.titientleStitrede la maiaon..
Rhum Nectar
Ch. N. Greljens
HIO, Rue du Magasin de I Etat
117 Ru- Hcipd* Fu*.
820, Foe Ccure.
Mas Moulu
La Maison Qharles |.'Qasl|eu annonce au pub'ic
qu'elle vient d'installer des machines des plus m
dnies pourra*prparation du mais moulu, lan-.e
de mas. Heurs de mais pour les enlants, pour gi
leauxet desserts.
im clients eVsU mi. on trouveront c |''uits
d;in> t' u> lea di'i'O1.
faillie ile^ielam-,il y a des eoadui uis de Lveur
pn.'luit le uns il avril pour tout aelial en jios el
par aaei. ,
0>\ d> et *i dii cet met A \u I brique
H. et \. Acra
QrawtoRme*
ct d** Caves dz Bori
Voulez-vou^ vous habiller avec leganoe,|
:naieh. t
Adressez 'ous la Maison N. A-
I ont la devise est de vandre a patn
von 11 m i .joui p '
Dans son pai .onnel.lt maison compt
te;Uur italien sorti d'un iublisss nent P I
or lie d'Italie .
Elleesi en neiur.' de fO irnlr des con?1*'
et sur mesure, en che/iote, diagana'* '|
drln blanc el couleur, coupois de cas"
taons Ktoffjs p>ur gilets
Bonneterie
Cneinises de )our et de nuit, au tlou**,j
Cols et manc tuius deinira critl0* I
al |'. jamss.
c emaisoa stitue une
et le nui .eur accueil tat rserv a to:i ^
sirent par une visite tre v dfi-;* sar I
travaux fournis, .g|
T'ut costiinis com-.iund et qui ne*W
goiU iu client est repris, ,. i
Un paile franc-iia,anglala, espaglO',,|
L10 Hae des Csars
Tlphone : H
JVL
. .-.
l32.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM