<%BANNER%>







PAGE 1

u>nn un La retraite des IUKM la Cattate k LMiii|>orlaDce, de notre salui ) prk a,ir publi lo SM/'.S ciijf e.r ik-s !• % %  '!m sermotu prononai par le Hu. P t L.xNoni;ittOM *; t>yon$ l'iirr plaisir nos /tmi?, de Sliol Uon-aventure. L'est l'exemple de tous l's saints. S int Pranoia de S des %  vou lu fortement son salut quand il au-* i i e par sa Confrence sur a pria la rsolution de devenir m l'imnnitonM ,1,. tuilr,Rlllt . Mini Il v : i I ii',1 DIS l'IIl ) • l'importance de noire salut La p;r "de ifflueD e d'h mmes et de jeunes gens de toute condilion qui se pressait i!a s la vaste glisj nous i sa Mise do taire une longue analyse de celte premire Confrence et du th m'angoissant qui en a t la sujet, i L.uvre capil le de DOtrj existouc*, le salut a vu des conjartioDi Btonuntea s'accomplir. Lon Tolsto, riche, noble, crismit. Il y . 'i Frarn ois canoD les, se dit il, j-. VJUX lre le cinquime . Et ce qu'ont lait tous les sii its, IOI1S nous pouvons le t-i e ar ce n'est paali Rracede h eu qui BOUI manqu c'est nous qui m n | ions la BJ'A e. Travailler ellicacement son salut, il laut le faire ave • dfi mce de nous-mmes, avec crainte. vain de mai que, s'arracha U Qui peut tre lr I; son s dut vie du moud:, appel Die.i. par une simple remarque de paysan sur l'inanit de la vie du veiitre qui est ie lot d un urand nombre d'hommes qui dsertent la noble vie de l'esprii tt les proccupations salutaires de l'Ame, comme ce Chii.ois qui rponclail navement in mis sionnaire Je suis sur la terre pour manger du riz. C'est que, si l'a Ha ire du salut choue ( on n'a qu'une une U dit .e cantiqu i mouvant, qu'il faut sauver — que de l'enfer l'on doit prserver — toutes les affaires n'auront servi de rien. De rien, d'avoir l riche, puissant, lionor, d'avoir satistait tous ses caprices et toutes ses passions. L'enjpuUde'cette affaire, cesl l'ternit du bonheur ou des peines: le ciel, avec toutes s.s joies ou l'enter avec toutes sos horreurs. C'est pour cela que le chrtien doit s'occuper de son §om'mes-noui dans 1 1 g ac de Dieu ? Kl si nous y so nme a y resterons nous jusq i la lia : ce qui importa, cj n'est pis d' voir commenc, mais bien de li nirQui sait comm ni nous li nirois? Rsppelez-.ous la roi M s au?si, tout en nous ' finit de nrvis ma s. non* dvons travailler notre sain' v c Il pli s _rau le confit ceei D q ii i Oiis assiste d mw le • mbs u d s vous s'criail SL-P u 1 o mon Dieu, j; sens l'aiguillon delailnir qu s mis, le mariage <\ %  Mette Lucie Abialctm 'et de Monsieur Augustin Slmon. —C'est le 19 de ce mois qu'aura lieu nu local de la Clitmbre de Commerce d liai' i la loter e qu'organise le cercle • Fmina. — En l'absence du Cur de Saut d'Eau, c'est le Pre llrenger qui e^t oh rg de l'Admini Irai on de cet'e paroisse. — Mercredi dernier ont eu lieu t> la loge La Vrit les funrailles de vtoiis-ieur Aristhomne Itarllilemy. — Les poux Roedrr Lveque •al eu la douleur de perd d rnier n : Marcel Lev j condolances. — Le Prott d.s airoidissem^-nls de Port-au-Prince, d.* Mirebalais et de Lascahobas accompagne Son Excellence le Prdeut d : la Kpublique di n* sa tourne dans le Sud Hier, aajourd hui denain Hier, il \ "l *1 ttn H i avril |"(i< jureBarODI fmni;.is, -ini ,,u ,p irent la 4*m* CroUad*, ,,,.,,,1. p' la prise de Conataa i^r.ple, l'Empire latin d'Orient dont le ir-mi-r soitvcia.n fut Bau doin de Fiaolre II y eut alors un mpereur frai c.iU Coust .nlmop'e c aime II J avait un roi f an caislondres L hisloiie de celle C .isade est raconte par Nillehir do iin, le premier en diie des ho ni in.iiiiraotj is. AujourJli i, i! y a 3.7 ans (13 vril 15 '8j que II ni IV pub.ia un Jit cr-lbr-connu sous le nom d'dldit de Ntnt.s et qui mit fin au* guenes de r.l'gion eu ac cordinl uu\ prolestatts l'exerci pub le de leur culte, la liberti e con -eu nce tait conssi re. D main, il y aura 60 ans (I / avril IHii." iqu \br.iliam L r.coln, Prsiicnl des Elats I D s. qui me na la guerre de Secessiou et q"' cette Nation doit l'abolition de ras clavage, lut assassin au thtre par un ucieur nomm Booth. Mr 0. Blizaire. Candidat aux prochaines lect.ons com nunales do %  orl-d --Faix No re ami 0. Bi i/ire nous a inform qu il se po. te i andidat aux prochaines lecti >ns co i munales d8 Port de Paix. Nous lui s ii.li liions d'avance Lon succs. CUIRASSEZ VOUS! CUIRAS8t|| va, r Gorgt, \03brouoh. i vos Poumon CD Iti dredL en les pr4erim par l'unlisepsie volatile Wj |PSTILIESVAI contre les danger? do )Mi de I Humidit, dej p "--jj2 \ des Microbes. POUR SQIBIER EFFIL Rhumes, Maux de Bronchites, Grippe, etT EHPLOYBX l.R| PASTILLES VALBi temple reniurable a'UistpUm Mais il faut avoir toki de bien employer lu PASTILLES VALBl VRITABLES] SEHI.ES RELLEMEXT EmCtS' icmfiKS uniquement en MITES portant le nom Les pastilles V A LD\ asajj tii-nli' : l'Ii nmacie C dllatii, Phirimnc J i)i Portm-P*ince, Vlurtma-l lus Jrt'mie et toutesVk cies. Funrailles On est pri de rclamer Le Bureau de la Police informe que jeudi soir un valeur poursuivi pir un a^ent a aban Joan sur la voie publique trois SHCS de ciment. Le pr pritaire est invit les r clamer. Hier au milieu d'un non ouoi d'ami ont eu lieiL r Coeur de Turgeau ta| r.il!es de Ludwig hohler. dc'd sareedi so'r. Noua prsentons nos • jndoances au famillavj verset tout particulires r Lveque . v eim a Mme W Achille I erdreleur Compa.J.l..; de; GhemiDS au e ; % ; p „ u "llimch, Lomek, ue.-> 0 9 j e liV fa | a p| tl0fl nand barlha — Hier ist parti, devint ion des Etats Uob, le (>nral Me < u* m u" —• —> — r—• gti qui exen;* avtc la J,1JS gian.de corps prissable, sauv une rne correction pendant quate^nsles dlicates fonctions de l'.hef Je la iminorlelle, laite l'image de Dieu Gendarmerie. Autour de la Crise ministrielle en France Entretien de Monsieur Doumergue avec divers personnages pH ; tiqutS Altitude les groupe* du Cartel PALIS, IIM. Doumergue a COOaulte M matin les picsidentl afu manl ,. qrrsn'acc.rderont leur conhanec l'inbran qn'exclu-ivcmenUt un mtnti re Otlnuerla, continuant U pnlibque du carte Parai les so. aiUte unifis de la tendaaoa B ura Raaaudal, la conti nuation de la politique de soutien temb'e prvaloir sur la tendance Paul Boneour Vu nne eompnr tant l'li gi-soraent avec participa ti n des so-ialistes au pouvoir. M. I), umergua a termin ses con ultaiion* de la journe tn rece VHUI le^ lputa Danac.Loucheur, M iiia e! lo aaataar Maurice Sarraut. Dernire heure ie Snat reluse sa confiance an Cabinet Herriol par 156 voix contre 134. PAUIS, 10Aprs un vif d^at au Snat eur la situation linanci re etrintervent ; on de M.Pomcar le Snat refusa sa i -ntiance M. Herriol par 15(5 voix contre 134. Les cours 11 %.vril NEW YORK— Sterling 4.7SI1 francs 19.30 Parisiaua Mardi Nouvelles ttirangres Par GabU Iissolini se charge dn ministre de la guerre KOMK— Mussolini a pris en nain aujouid'liui la direction du minislie de la guerre don le por %  feuille est demeur sans I tnlaire depuis la dmission du (neral Di Giorgio (a situation politique ilans < ne'tjut's villes italiennes KUMi L'atm^j'l" •• P ^^n* P .i dni ara teodue dnpu .„,,,M tehalionua* en prucu i; f r Faeo/ Hjri et Capone la ; e di chocs sanglants qui se L : oduiU f nUa laacutaa at aa ti-fascistes ; 00 efoH que cet con tlits ont t provoqus par le dou ble meurtre de Uo ogne o uu las ciste a t tu.' et un communiste assassin ; ensuite par les repre sailles a Kaen/a. La situation est plus particulirement srieuse : deux fascistes ont t tus hier et commVenvei.uto \t.ildi a t grivemniii bless, la vie normale est entirement suspendue, saut les pharmacies et les piceries tous les magasins sont lenn •*• De n mbr.ux carbii-rs cucuient d-tiis 1 s mes. \ Caaour un fas I cis., amplov4 1 ihemij ^ i"r, a et 'u pi u 1 inco n 1 el I* ri un autre sateiett a l grivemeut bless au cours d une fusillade en tre (aastea et anU-faaciataa, Le Baron Mystre Grand cin roman de _'" Henri (it. main Jou par %  Henri Kolland, Bras, My-b^al 1er pisode : LE TOKKENT _J On commencera par : La Nouvelle Aurore 1er et 2e pisodes S .Entre : 50 cts^ Le Rendei-Yous des Gentlemen Il a t ouvert ces jours der ni. 1 presqu l'angle des Hues Danls Deslouches et du Magasin de l'Etat, dans une portion du Buil ding Auxilt*. un coquet tablisse ment qui se recommande l'utien tioii de tous. Propret — r .onf jrt — Service irrprochable. Variti s Demain Us Mystres s* "vde...New-York ,all er, 2e et 3e pisodes Entre : 0,50 (Compagnie d'Eclairage JUaciriqui tics filles t e ro.t-au-. rince el du M d. les Act n 1 tirai >1 • la Co n pag; sont ui ivjj ii en asse n bid Gnrale ordinaire ,tu bireau de la Co npagaie,* fo^i tu Prince tlaiti, lesameli U Mai 1926, 10 heuies du matin. Ordre du joir : 5 1. Lecture du procs verbil de l'Assemble prcden'e ; i. Rtppon ou Conseil dAdminis tration et p sentation des comp toi. 3. Election du Coase.l d'adm n itntion ; | 4. Affaires courante'. Port au Priure, le I avril IDTi Le jCooseil d'.vdmi ils ri ion_ Il C l-de-Suv MM. les \clionnaires de la Com pagni? sont convojns en Assem ble Gnraleordiniiire.nu bnreau de la l.ompgDie. Port au Prince Hati, le samedi 0 Mai 19i 9 h, du matin. U.dre du jour : t. Lerlure du procs-verbal de l'assemble prcdente. t. Happort du loi seil d \dn inis lr l'on et pria talion dec omptes. 3 Election d 1 Conseil d'Adminis la'ion. 4 A f fairf cotiranles. Poli an Princ, le 3 avril 1025. Le Conseil J A Imin stration. .9 meilleur sdatif 1 des douleurs d'estomad Admis dans lesHpiUuxtl ("'m instn(nrmnt ..llr ii lu roi, Alifrsu ri, l{ douloureux, Nautoes, V Vomlssoments. DiCinci'Stionne le l'oi, l'eco leraont de a Bila, Trs efiii:ce contie let SJ E.urltei dot uayt cliM f/i tinta rfa toulti lu DtpOl cnfral UWttoim P. ZIZINE.1 Rn *C^I A llafx Phtrioael* Al. ttf cl t'ju 'ic. pharm >•*• Clii pitres 1 II I I 3 1 2 4 M IV BELLE POITRINE •n dru* mois par 1rs PILULES ORIENTALES lee aealea qai rkv*lpr* nuiaaeul, rs*u.,Ur ffaMut las iUioa r >^L roifrsut!*eut, fMOu-uturnt tm aeina. *i*< t *r, des i i Mariage Nous avons reu avec p'aisir le faire part du prochain m triage de Melle Elisne Bcha avec Mr Jean Bourgeois. La bndiction nuptiale leurre ra donne le Itf avril courant 4 6 heuies du >oir, dam les 'Ions it, Mr t Mme A B icha. I'AV. nui r, No. t;ioti Nous envoyons (oui nous tel % 4a bonheur aux futurs poux. 4pttllN *l AdnDCQi tu bul O |hdDi aitmptlA. %  uatuaun.. KQr i. u. MTfajtt^B j.r^i j-v hn _. Vh.rni.. ir AllMinl tu tnui pbariMals Fianailles : Nous avons reu la carte de lia J cailles de Melle Lonide Ren ave? Mr Claude LtvaMire. V Nos compliments. ———————————Messe de. Requiem Mme Vva Annuysse Sylla et ses enfants inv ; ient les parents et amis une Messe de II quiern qui sera clbre Ste Anne le 24 Aviil i\ 6 hs \\2 en mmoire de leur nprciiA ANMI.VS i: SYLLA dc/i I." 7 Avril L924 Le p-sent avi> li ml ;i e „ ,\\ n vitatiou. Gomptabilil DU Conseil Commuii! DE LA Croix-des-Bouqu< (SVITE) Voir 1,-s Sos. des 0, 7 et S Avril 19^ Hccitt s du fer au 30 Mai 1014 Ex. 192.1— 21 balame eu caisse au 30 /vril 1924 Sections Produit des patentes I m pots locatifs < inielicie Marclis t'aies Sptctacles publics Amendes de Simple police des paves fc 1 Droits de pice aux marea* Total oD G 1 Le Iteceveur Communal, Tr. O. is PIKRJJ Vu : Le Magistrat Communal, G. L. COHI'^al Dpenses du 1er aj !t0 Mai 1921 fc. 1023—** Bictioaa • I Apple, du Magistrat Comma 1 i "du Secrtaire CommsaaII de I hoquelon Commaa t Subside de l'organiste parois* i Location Maison communale 4 Appts. del'liorloger paroissial 1 i 1/2 o/o au R ceveur Communal i Appts. Directeur cimetire 4 Appts. d'un chetd Equipe 2 Service de la Veierie 2 Entretien cabroueiier et mulet 1 Ferme du march aux bestiaux i Appts. des Employs aux bestisu* :t Location du bureau aux bestiaux ,-y 3 Subvention a I K.oe ,1 tiile de g Appts. et location Ecole CommB"" Location parc communal 2 Achat d'une plaque d'auto J fourniture de bureau fatal IP-eapilb'ation : Recales Globales lianec en caisse au :I0 Mai i9il '.c Receveur Communal, Tr. 0 JK PgJ R g NUL. M'/WIMI Commune, 5. LOOJf" Cliap:tns l II 111 IV Y VI IX Spcial Spcial l\ III G.



PAGE 1

RODONALl Rhumaii ;.xss Nvralgies Goutto Gravclle Arlrio Sclrose Obsit Sil tu: restor >i.r s ri 4l 'r Crhun:ai:>" •> '" < aeil*: U artres I eaa' -n .-ni des Cnt. I srtcc -I : li .il* il.; po'ten t> r.uir nr(iniim, faire de. cu.41 r£jullra TDOC.J-'.L. lave le sang L'indiciiisn pryi< IJ I? Un h SaJUr.-.cr.i . : r, %  M • ••ipi (oui a tn.p(ti*t in m'tiZfi-jt t: Il dlopperp*r.i d. ifu.1 arUrt*:lu. A la priod' d.> pretclroM, l'r-lde Muioo, on devra. avCi.i tou • auiri enose. luii^nar<'r.e/ vous joui dans votre enfance d'une sant parfaite, ce qui en reDd les heures si dlicieuses ? 3 5*C est ledevoirde tout parent de tirer profil des der mers conseils de la science. E*J* a niants dpenseut de l'uergie dans leurs jeux : H mesure qu'ils grandissent la nature leur demande de grands eflorts. Leurs cerveaux se latiguoot par la disci pline des tudes; et leur aliment par consquent devrait contenir la nutrition susceptible de repoudre eti exi gences de la nature. Les mdecin! vous dirons que le Qa L M >...< 0 „ n om parable comme oournture.puur les enUn.s : Il contient j ,, J e m„ 9 !" nutrition ncessaire a leur sant et leur oroUMQC*. eiemeni^.ue capables dr fortifier \n^tn f .im-U ru brw IlLiillieH \nn IW^^^J |.%!4rMfl Prix du Flacon : 5 franc : Baume Benu Quirimon Rmdieml m OOUTT 1 RHUMATISME^ NVRALGIES r. 1EN0L. l. Rue Ballu. • Paria. • M. et A. Acra Grand* Hue ct de* Caves de Bordeaux VOIIUZ-VOUS vous habiller avec lgance, et bon march. Adresse •'Otis la Maison N\ A A. ACRA Dont la devise est de vendre petit bnfice pour vendre beaoooi p' Hansson pei .onnel. la ma'fon compte un maitr) tailleur italien sorti d'un Uitliasement de premie • ordre d'Italie Elle est en mesure de fournir des complte to i| faits A "i"i\ me8ure on cheviote, dingonale, palm beach arin blanc et couleur, coupoos de Casimir pmr Dan talons— Ltoffes pour gilets. Bonneterie Chemises de jour et de nuit, au aot def olients'— Uole et manchettes dernires crations.^ Ca' c^ns •t Pyjamas. —• C <>m f'ort constitue une innm'i^n et le msille-ir accueil est reeerv A tous ceux qui d tirent par une vlsi-e tre dfis sur la valeur'des travaux fournis. T:it oaetume command et qui ne rinnd pas au goiv lu ollent #t rAprte ( On Diruir n5is,ang'als, espagnol et italien MUMINUMLNE New-Orleaos & South American Stamship Co lo.. Prochain dpart direct pourPorl.au Prince cHa.i Le fftranter floo I ayunl laissa New Orlans 'Ic7 f3 avril courant nera j Porl-au-Piinc le (3 avnl avec 95 lonnes de iuiarehaiidiei. ..^ >iei nerlsnse i laitier Ht-wOrlans le 21 U il courant dir. tleuicnl nom Hati. le S S "a laissera Hew (^-lans le 24 avril pour tous La (ils II. itici'. ^t-au-^piincc, le S avrit iptt A. de alteis & Co %  ,%  t jfc A On trouvera A LA MAISON t. M Rue du Quat. No 16t7; Hiile d'oive dlible \firce! Alioth et Co. Bo-deiux; en caisses et iz, et / bt. Sinln-set autreseoaswrw M francie<;condiment* de leutss OlMies; Sauce tomate Vermouth. Martini et Rotfl; \i ; 'istn.a Bilter, Cognac ."> toiles, Henri Roi; Vins Rougi et Hlnc. suprrurf en barriques, demi barriques et caisses de 11 bout. Cbampagnu Charles lleidaieck. Sucre graooU et concass; Vinaigre en caisses de M b'. I en barriques de 3tgallons, etc. etc. Haytian American Seling gency Ren T. Augusle Clairin H ASM 20 C. en vente impartir du6 a vril 1025 9 aux prix suivant*: Moins de 20 barriques, O/i5 or le g t(r t?. f partir de 20 barrique 0,40 or te yu Ion Mas Moulu La tfaiaon Oharles H. (.atjt'ns annonce au public 3 u'elle vient d'installer des machines dis plus mo ernes pour la prparation du mais inoiiln, latine de mas, lleurs de mais pour les*;enlanls, pour tj'eaux etMeksetls. les clients de la mai-on trouveront ces produite dans lui ; Vu d yO' >• liitte de tclam-il \ a des condition! de laveur pendant le mois d'avril pour lOUl Bchal en pos et par MCf SVtfrtttCI dircdemei t la (brique* ^rocaiez-vous de jolis cadt^aux pour anniversaires, fianailles" liages et baptmes chez A B, a o %  % ras. Rue Boue-Foi



PAGE 1

L MKU* LamaisonHSILVElU Pharmacie Sjourn Madame Emile BR 9 t %  „. \r.... w .|.... an :!.•;• Il' IITHU I llli'l 11' Il Ceux qui n'ont pas encore vu les jolis article? 1*. linesse que vient de recevoir La Maison Sil^eii. il y I 1 MIII3UIIUI. 3uu uauui aiun D U WMW doivent, dans leur intrt, s'empresser de passer I biologie appliqu sous la Direction du • elle maison, car nul part ils ne peuvent trouver d'aussi beaux articles i des prix si raisonnables: Nos articles sont vraiment de loue beaut et de tricheur et nos prix Crpe de Chine couleurs i ssortles dtfient toute /oncurr i ce. Donne avis sa clientle et aux mdecins et a J public qu'il re iranisorm son Laboratoire d'Ulogie en ui Laborato're ud D B cot et F. Sjour i* L* laSorai n t vmrt tou<', I* de 7 ** "* *" m tin ,J neuresH'isv'n r onpslfs w.h rchaseta \fW ? taei lins l'annonce ci jointe saut peur le < %  i 11 extra suprieur marocain carreaux Soirie carreaux pour lobs et chemis: Tricotim le soie barres llatiiie voile carreaux Voilesnissc brode Crpon franais bnrrrs et c. rreaux| l'.a jonal noir su?, •""laimlr anglais nouveaut Ssrgr bleu anglais suprieur l'ealinbeach anglais de toutes beauts Alpaga noir suprieur Satin Chine pour tailleurs Kaki blanc suprieur Kaki jaune anglais supciicur jluck union blanc an.) l ais "iiouve.uxtrs" Drill union blanc anglais fil •* Tussor japonais pour chemise s\\ nom ns et r. bjd lteps de soie barres couleur pour chemises,,.-! hommes et robos nouveauts. Ilaptiste fine pour chemises Percale fine pour lingerie Calicot percale pour Zphyr anglais pour chemises ~ extra sup.i Organdi suisse uni et couleur lias jours drtiii-soie Chaussettes cossaises pour enfants Prench Friskjr, de niera nouveaut l'orl.n a fleui-s |pour robes Tussor blanc IJmbrie hlanc Voilei cou'eur A barres Shirting blanc suprieur Bas dentelles Itas soir brode lias fil brod Lotions l 'j ivert*'Julio pour premire Communion Couvertures blanche et couleur suprieur landes brodes Madera pour chemises et jupes Voilo blanc barres et a mouches lit no blanche Gabardine blanche barres et unie rspon blanc et couleur jours Yoiebianc et couleur uni Chemisettes allemandes suprieur] Br.iViant noir anglais lnClulion toile crue Ser/ieltea de toilettes blanches & coule n damasses blanches pour familles Nappe couleurs Petites serviettes blanches damasses Organdi blanc & couleur barres & a Lainage couleur anglais sup pour jupes Madras a barres de soie pour chemises houi ns Satinette Foulard pour robes Peignes franais* amricains Molleton? b ancs & cou'eurs sup Poplin de soie U(i i blano* crait extra Chapeau de paille i.n t ,i | t;lli tra Casimir anglais sup Crpon brod franais Crpon franais fleurs/dei-iiicres nouveaut Serv.ettes de toilette COQ angl U UO,,VeaUt Japis cir blano sup. po r tables Damasse anglais ,> our œat las ( | ollb i e largeur etc etc. Aimables clients v I Waisermana et la constante Ure-Scrt rie Saront reues que le mardi de chaque semaine. VftW+K la Pharmacie pour les renseignements* 4 nave d'urines et Sucgastrique Raction de Wassermann Raction de Triboulet, Examen du sang et du pus Examen des matires fcales Examen de crachat Alburoino ractiot: Constante (JroScrat rc des Miracles en lace de Mmpnmerie Pour laire'place d'autres articles nous avons r(\M rablement les prix de beaucoup de marchandises et totfes de soie. . „ Nous venons de recevoir de trs jolis cadeaux po| et tmtnicd.bisde lit hiod s. najpt, servittlM. jk] de table et boire, dents r!o lil nn.n d? \aleflf dirlande, laize et volant de Chantilly articles de i ^ le tout un prix dliant tout" l'-.n.-urrence. Articlesj Communion. La maison C. L Vei Marchand Tailleur ] Ho 1823 Rue du Magasin de l'Etat Se recommande au public el sa ncinbn ditde pour l'lgance de s. cou: 1 et la excution mise dans les ouvrages onlii-s a sej La maison rote ouverte j gu'a Sheures qu'une ma chine k coudre "lest l<< Rapidit Solidit Souplesse Elgance Fini lrs[bon march.4 trs bnniinrcli.ltrt bon march TleS lhs Tles 12.000 Beullls ds T6's ollo* Ceci n'est pas lire \ Car^de la Rolame Je ne sais pas en faire "•"•Cependant si vous passez du et du Bureau de "["Administration postale, la Orand'Uuej Rentrez la. Gord.onn.erie Grand Htel de Frai Tosition exceptionnelle, au centre des i proximit de loules les Banques, de la d< de loulei les .\(|inces de b.dea-ix Eenseunem nts et lacilits pour voyager J mobile dais toutes les paiiies de la Fi l'Hati et d la rpublique d minicaine. Chambres conlortables et surtout trs pro| tilate us dans les chambres la demande sionaire Ci fow Irancai e 1res soigne Qualit plus va ies. U n.a de* i er^lek m^m di l'autel : MOS des meilleurs crus de Bordeaux, pal ques, (iamejaniies, gallons et jar bouteilles] les Vins uecliateaux, vous trouverez le F 1 "^ cbolx, pjur les qualits et pour l'ge VINS L'ITALIE* D'ESPAGNE. VLV.DE BOUKGUGNE(Llaii<-s et rouges djej Pommard mousseux, got Amrii ain Le plus grand aavortimeit de Liqueur, |. gins, wlskles, etc Abslntlie Pernod, Amer IMcon, Vermoi r.OXM-JWES tranaises et amricaine ment arrive. CIGARES de Cuba, Aurora et llabanera. CIGARETTES de toute les fabriques d'Ut et dtail PARFUMERIE t Cartes.potale. carreaux. Ernest Camille A la Conscience Nous verrez que les chaussures que ce cot sur cr> nniande ou nonsont laites avae qct, s uns et solidit, parce que les ouvriers qui les oonlactionnent et le* matriaux qui y sont employs rpondent et justiiient le titre de la maison. Prix trs modn P. P. Patriz Amiables clients, vois qui voulez porter, peu le A "•aS les plus |>eaux tissus qu'il soit possible de |\ tr....v,r sur celle place, m .n impiez pu, avant ff. r daller ailleurs, de passer obi non oj le meilleu. L %  SCCUll vous est rserv. flb\ 'peinture ne changent pas de couleur. 9 a; 3 ce Sa-ti-na fis fii 3 Rhum Nectar h. N Ggeljens IUOJBUM du Magasin de 1 Etat 117 Ru* lionne Foi. 820, Rne CorrK Prpare'spcialement ,pour:Je climat d'Baili The Charles fl. Brown Paint C (ieo. Jeansme &Q Agents ] L'Organisation De La Fin Est Saine, Solide Et Univeri i T N tablissement industriel est c< ^ un arbre: il prospre, non seuM par la puisunnee de ses racines, niait par la vitalit de ses branches. I.a Maison Firestone dispose de toutdj sources de puissance. Fermement < tines dans la prande inaison-nirt* branches s'tendeut au loin, verdofi et vivaces. Dans le monde entier les Pneus Fin Dt i teri une heureuse influence %  '^K transports et partout o les gens ro ru: des bandages de caoutchouc, ufl appris avoir co:ifi:ince d:\us la msK Firesrone. Vous aussi devriez exigtfj votre voiture soit munie de pueus ( marque: elle vous garantit le coi" scurit et Le Maximum de Kilomtres par Fi L. Preetzman Aggerholm] Port-au-Prince ^4 PNEUS Tre^tott 110 Hue des Csars oue : N # 7i



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE }MPR1MEI CI* ment Mhyloire BOIS VEHXA 1358, Rue Amricaine NUMEPj 20 CEiNTIMLS Quotidien TLPHONE N* 242 Il y a Irow catgoriel d'hommes : les mis ne savent pas el se lienDffDl Iraujuilk'S ; ceux qui say MI,;UI •s.sont tranquilles ; nuii il y lettre cet deux cattfgofei ceni qui, (oui en ne Fachanl rien, s'im.'ii|ineiil qu'ils sivenl ; C eH d'euxque vient hmal lu monde. pASC L 19me ANNEE N 5478 PORT-AU-PRINCE (HATI > LUNDI 13 AV.siL 1098 voyage du Prsident Borno dans la Capitale iii D partement du Sud Dception des faux prophtes Les no A mesures faite DIS par le Conseil to lins Franais I. Herriot a dclar qu'il en ferait une question de eunliance lavait fal'u s'en tenir l'orgros mol? de quelques j d'opposition, on eut prt rer le voyage du Prsi" fno comme une tentatirdeuse au cours de laiChet de l'tat allait se un cruel dsappointe[pour que cette opinion Nt, les adversaires ne n* bt ri n a ce te tin : prcp,imalsam* sd-'p hsmen w, dclamalicns chauvi* (ut mis en œuvre pour [fcc'aiioii iuyul>r de la disonct nous ne savons I h allali, surchaiillanl les es: travers les laborieuses liions du Dpartement du lis. peur qu une tel'e mapt abouiir, il eut fallu 'd'abord sans la fermet Sid. nt de h Rpublique, lH Meabres de son Goueut et aussi sans l'< xpjacquise par le ptuple ha \ mi son ensemble, lequel ipluiquune oreille dis6 u protestations des poneoatre un ordre de choses assure la paix et la pflbt*. •W'ifions des meneurs %  kot demeures vaines et iJi*V* dconvenues qu'ils [reoltai au cours de leur de impie n'ont pas suffi ll •* Kaanit de leurs t ArrijieR s eircons lurwrtuM doute la ver'•Wfscetaeeavec •mmes, hspnt obsd et | p ro,e •P'us^rtDddsar Mptistes et criminelles, liuchede g as(i||j „ ( de|u hu lle7T res IOn au cour II""'." les ternels jouis* seurs trompaient la conance populaireAux ambitions malfaisante! les ailes sont ;i jamais coupes et l'heure a enfin sonn pour au A la fusion des cran ne soit plus une formule mentons, t L'attitude actuelle des vair lantes populations du SuJ.constitue un rconlort puits nt pour les m<\s nien trempes qui pour avoir une claire notion de la situ.tion, n'ont jam is dsespr du sort du Paya et qui croient qu'un avenir meilleur ne peut tre que le rsultat de la cohsion de tous les ellorls. Et comment rsumer cet accueil enthousiaste, ces dmon. (rations d* joi' t.ruyante enregistres sitt le dpart du cortge prsidentiel tant Logane. ^Grand-Goave Pt-Goave. Aquin, St-Louis du Sud, Lavaillon et enfin aux Ctyja, si ce n'est par cette expression qui b'esse t nt la vanit des al ver. saHes:LETmoMi'iiK CONTINUE-. Oui le triomphe continu •, ne leur en dpla sa, el c'est cette intrlaiBij population les Gayes qu'est chu l'honneu de le cous crer dfini'iveinent et de faon clatante. En effet, parti de Port-ao Prince le samedi matin I h. le Prsident lit sa premire halle Petit Goave o la population lui (it le meilleur accueil. Le Prfet, quelques amis e t notables Je la ville l'accompagnrent ensuite jusqu Aquin. L'enthousiasme de la popu lation son comble l'obligea h y sjourner plus d'une heure el de l co itinui pour St Loui* du Sud ft Cavaillon o aprs un Te Deom qui fut chant, Son Excellence fut encore l'objet de l'attention del population eolire. Parvenu ensuite aux C^ye-, t r.n. de-o voyage, M. Borno reut les ovations de la foule accourue pour le recevoir, tandis que Mme Borno tait l'objet de la dlicate attention d'ui groupe de dames et de jeunes fil les, qui marqurent 'eurjoie leur digne htesse en lui offrant de nombreuses gerbes de fleurs. Ce fut partir de ce moment une belle animation par toute la ville et ds lors Lu srie les /ries commcnci Il y eut le soir jrran.1 grand 15 il chez M. Chalvir on la l'i ur de la jeunesse ctyenne avec un entrain admir ble se dpensa en amabili ts de t mte sortes, riv (disant de gra^e et d'lgance. La part du h xi populo ne fut pas oubli, car il y eut galement (e mme soir un fcal son intention. Hier Le matin a S heures, une mese solennelle lut clbre la Ctth* drale laquel'e assistrent M. et Mme Borno, Mgrs Piclion, Morice et le Chanoine Frssr. Le sermon de circonstance fut fait par Mgr Pirhon qui dveloppa, "ver* sa rmitrise habituelle.le beau thses tir J i l'vango; ncaMftff I la suite de ces deux joum-'es si b en remplies, il y aura celte aprsmi b k I *. %  11'i %  %  11 sur Mer. une |raodefdte BsiH^nt org>ni e par les soius des frrns Bo intlil. En d ; iit donc d s -nauv is au* rares le tri impt C mtinue et voiU .. une fois de plus les faux prophtes du?. ? r e a Comm ission Wclamalions '\ 1,B P" i h s derniers fj e la comptence des iiw '•. C om rai-sion des J q oilr l iront valu l'es JJ2J"oce P bbliquw,nous "Miav.ni ri l lre8 div 8ion. —, J !; , eu .' ub -r certaine Sa i U une r P ar8 "• valuait iS ;, 000 UH honorables rmmbres C" 0 ^ om P r nai tn t '^toui -qui, fa „ iU Ijyatses turbulences, ^• %  J ant d'eccord .ur ta £•^1 galement la dlicate •Sur! poursuiv re une en'PrZ?"' ^qu-Ue rvla i^ en "oosdela partie de •JJawDt dmesurment 1 y avait lieu d'en *'&7 s de l 8borieux s**" 1 iuruti„ e f 81 uel8 ,ou le i^.Wr ,,^pn, p,,i98 11 %  S* OOi dota, Prcisions ncessaires LesjwsSaats i* F.r, iSr 1 ? *> te d Che* Porl au Prince, ta 13 avril IA25 Au Dirrclfur du Journal La Posdt Mon iur lt Dirfcleiir, Il a petu di.ng vdre Journal du 7 courant i ne itjtorr-iation absolu menl fausse en ce qui me concerne, ft qui n'a pas l sans me causer une trs vive surprise.— Le ch mare des jours saints ne m'a pas permis de rpondre p'nslt. Je ne suis jamais all cb/z M( n lieur Paulmon Thodore, et je n'ai pus pu, par consquent, ren contrer chez lui ni Monsieur Remy el sa ferrme que l'un et l'autre je ne connais pas,— ni le Conseiller d'Etat, Mr Dama* Pierre Lou : g. Croyez bien que je me serais gar d de vous crire n'tait-ce ta ta ractre de cet entrefilet. Neuillrz donc, en manire de rcclilicalion, publier ta prsente la mme place o a paru la note en question et agrer mes civi'its. L'r Paul SALOMON D r Fraucis Les client et amis qui dsirent me voir me trouveront.comme par le passe, ,, No C02 Avenue I. Pc de Chose. Pour se faire une ide de la puissance du ealb Bcisme en notre pays, il faut avoir visit les principaux lieux niait durant ces q-ia Ire derniers j< urs. Une affluence considrable occuppait sans discontiuer nos glises, nos chapelles il au Calvaire c'est peine si le plerin pouvait se crer un passage pour apporter an grand Ma-'yie le tmoignage de sa reconn ii sance, en i.ivrquai t le souvenir de ce jour affreux o Barabbis fut prfr HommeDieu qui, devenu la rise, des pharisiens et de la populace ameute fut condamn au supplice de la Croix. Les lieux de dvotion situs dans les sections environnantes furent galement l'objet d'une attention marque. A la Croix-desMissions,* Delraas, a Dulorl. k Saut* d'Eau par' les avis qui nous sont paivenus, ce fut un spectacle ditant que celui de la multitude ac courue et sollicitant l'a misricrode divine. Continuant la vieille tradition qui contrat tant avec ta srnit qui convient i ces jours pieux, nos campagnes ont o f tert le spechele. tumultueux de ta priode carne valesquc, par les ra i tannes des bandes de raras . PARIS— M. de Monzie a arrt cette nuit ta texte du projet tinan cier que le :o iseil des ministre a ratifi dans la matine. Il con vient de prciser que ta contribu tion volontaire extraordinaire sera galement contrle el prlevahta pendant cinq annes. Les contri buables pourront a cet eftat sous crire une dclaration gnrale si non ils seront taxs proportion nellemeut a leur dclaration d'im pdl sur le revenu. L-s traites coin merciales ( %  eroul gilement accep tes comme mode de paiemert. Les souscripteurs recevront un litre de rente perptuelle !l o/o et ie produit de la contribution se ra consacre exclusivement i l'a mo r tissemeut de la dette. L'annu talion des titres de rente verss en paiement del eootfibatioa rdui r ta budget de tiOO millions an nue'ltrr.eut. Le conseil des ministres a ap prouv dans la matine ta projet de M. de Monzie q li a l dpo- dans l'a prie midi la chambre. A l'issue Ju conseil, M de Monde a dclar la p-esse qu'il demtnde ra la di-cu sion immdiate du pro jet d'assainissement linancier,m*iis aprs le renvoi la commission des finances La premire partie du projet porle la limite de la < ir cuUiii. i fi 'u iiire de 41 i i milliaids et le montant des avances de la banque da France ;i l'Ktat de ii> mi liards Cet prlc/emeuta asant pour unq ie obj t dj rgula n-er I situation de fait que le gouvern.;.nent, ta ministre rofu sent de lai--er se pro'oig-r. Les q'.atrc autres parties dliais ent lu nature du loe>etioonem*>nt des mo daiils de la sousri,t n vo'ontai re contrle doi* le ciractre e t un maximum d'op'ion avele mi nimom de c o n t r a ; u (H lu tes l s personne* morales et pli v situes suns aucune limitation sont co vi ; es a la soisTp'i >n nxeap ti mneiie el conlr'-*e a uo liir %  de rente de j o'o soumis i uu imp)t sur les v • curs m i irs et mis au piir. Lpr .jet prvoit le pus larges modalits comprenant m me des trait s un an au plus re vtues de trois signatures et vises par la banque de France. Foutes les personnes physiques soumisse l'impt su: le revenu ayant souscrit au moins uo dixi me du moulant de leurs richesses seront assujetties aune con'ribi tion exceptionnelle gale & toute fra ^e la banque ont d paa de d.ux ni i ,ds environ les possibilits normales d'mis sion M. vjHJs Lacroix, radical, prsident de la commission de* li nances, a dclar que la commis sion ne se ralliait pas au projet d emprunt forc. U commission des Hoaocca de la chambre pour suivra cette nuit la discussion du projet Ooaceier. Un dput avant demand si le gouvernement se cepterall de disjoindre le litre pie Dtar du projes, M. de Monsie a rponds qu'il demanderait a la commission le vote intgral %  % %  ., un In. f dlai. M H. ri lot ajoute qu il en feidit une question de con bance L group.radical eocialiate a dsign MM Malvv, Adelbos pour ngocier avec ta groupe so cialiste le retrait de c contre pr. iet sur le prlvement sur le capi laiVifs dbats auSnatfranais au sujet ie la situation financire actuelle A cet gard.IN. Poincar et larsal dfendent la politique qu'us ont suivie La situation n l est nullement inquitante, dclare |r Herriot Par une tailile majorit' le Gouvernement obtient un vote le confiance PARIS— Les groupes de la majo rite ont d rid de provoquer cet aprs miii un dbat k la chambre afin de permettre a M. Herrl i d etpliquer ta situation poJitiq ie et financire. Le Malin prcise ue ta dpassement de la limite le lmissioo de billets par 11 ban que de France rsulte des avances faites 1 Etat par tas banques pour les chances des trois pie miers mois de 192") dpassant un total de deux milliards. D'autre part lie Quotidien •> publie un document sign : Pi is Marsa 1 3 remh litre personnel et comi denliel au prsident de la commis sion soatoria'e des finances du qutl il rsu'terait qu'a la date do I! aviil L9t les banoues avaient lad a la Trsorerta des avances par la banque de France. Au cours de ta runion des grou sas de la saajont, M. Loucheur eta son -oiitre projet d assai DtaFSu eut financier total par la crhtion d'une caise d'amorlisse I foiietionnart pendant une priode de dix annes.Celte caisse serait uoUTi-afu! lui-aUj par • doublement de I impt sur le re venu elle relvement da impAlg d un caractre sosaptosire Des cou versions successives seraieol gale menl prvues at;n de dim oucr la dette.Tous les groupes d.la mai,, ni j compris le -roi.,.,, socia >ste ont accueilli lavoral lement les suggestions de M Loin heur t | I a t dcid de les soumettre i la commission des fiuam i interview par el1ntranefceait. .M. BoUnow.-ki. ex rapport,or du budget ta chambre prcdente a dclar que le plafond de l'mis sion ne lut jamais dpass parle ministre prcdent. Depuis |0|j ilarrva 11 difMreotei ropriaea que gen pai l application des conven lions de re., boursement par I E lai .a banque do francs, le tic sor dut emprunter des tablie ments de crdit afin de faire facs aux chances p; rliculinment diincitas Le premier eomeatre de 1M4 le Irsor put tre men h faire une srie d'oprations qui ne Jfjjreot pas au bilan del baoqos. teta.aatdea op. rlions excpLon DOUos i.|ideme..t dnoues etaa constituant aucinemeoi une ictl ion, celaient eu goelque sorte fis oprationa bon bihn M. l'oincjr adcl.r q„ e j ""'s >ou gouvernement ne doia SOle maximum de ci,v,,!„, ion F p!il ''*• f,, e,s Pr la b, 0 que de Pr nce et le maximum avances de la banque 'fg.l d-s Quand il y eutdeTdi^uii, !''i'; lres-.rerie.la souscription des bons du trsor ut intensHi^e avec le con cours de baiiqaee seoe que jamais ta compta eg ;l | des atm,i, de a banque l'ttttt ail jou en de h>rs des limites prvues, l„ue la banque ait l amene dpasser le maximum lgal de l'miasioft. Aucune illga, t n'a t commise. H M | h ; r a "', ,9 ^ ^al a confirm les dclarations de M. Poincar La chambre a discut le politi que huancre M Hernot a dcla rquelas.tuat.onn'estuullemenl inquutante si nous faisons lefforl nkessaire. Lee charges d'aprs guerre alle-goenl |? mile ^ &Jg l tt h J U 'Allemagne • .m.lnrds. M || r iola (ours p-us qu.i feo irait an jour a.reune oprt on d'uoe graosS envergure par l'appel au eawma il est.ma.t que pu, r eotrepreodre une semblabe opration, fi MUit quilibrer d'abjrd le budg t | SSiSPEf i"'" ^Primerail svre ment les fraudeurs d Impts st l vas.on fiscale. Il .,,, tr< .j pienailla responsabMi du corn muojlitaBco du goofaroeur al ebs directeur, de la banq e ,, ran ceLeur devo.r oetriofique) teU desela.re. Il a t-ouligu JOM r faltM de I milliard |00 millious les awnees de la banque de Iran C La masse de D | ,v r e ^ emprunt Morgan deme (Ut: inhc te. a. fa. app,, r unioD dedemand r au pays | ll|lK me sacrifice. Le t 7 Uars nnu, Jci I mes avec M. Ul a#Bld | mon tait venu d. mit^! sacrifie par las premiii*. vt u,. r notlutla liale des engagemeore Imanc.en payai, es ; PHr hi ,.„„. m.."?' V % %  ^"•'"'• %  ""••'Wr.cura UU E I ou millions de do||ars, Angleterre 11 million 735.000 ivre, > sterling, la HoHeole3mit lion de florins. .., elq„ ., T Ilf1 moindres sont d eftl \,,..„,,. au Ganada eU l'Egypte. U dette intrieure au I, s Mars soit :i il mil ions pe, le gouve ue.rienl priera le 1er Mai, tro s milliard* le | Septembre elle 8 Dcembre. 19 milliards 136 millions. Ltafrort vo lontaire que l'on dsmaoder* |„ pays sera u-.e bonne ehos, une bonne action. Nous voulons rdui le nombre de billet .-uugmen ter leur valeur. Noua p neo 01 avant tout l'avenir du „," : chambre ?olsa conioc-dai.s le gouvernement parttl M< Paret AVOCAT A nonc. qu'il a repris i'exercicQ Ue sa protewiou.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06398
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, April 13, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06398

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
}MPR1MEI *
CI* ment Mhyloire
BOIS VEHXA
1358, Rue Amricaine
NUMEPj 20 CEiNTIMLS
Quotidien
TLPHONE N* 242
Il y a Irow catgoriel d'hommes :
les mis ne savent pas el se lien-
DffDl Iraujuilk'S ; ceux qui sa-
y mI,;ui s.sont tranquilles ; nuii
il y lettre cet deux cattfgofei
ceni qui, (oui en ne Fachanl
rien, s'im.'ii|ineiil qu'ils sivenl ;
C eH d'eux- que vient h- mal lu
monde. pASC L
19me ANNEE N 5478
PORT-AU-PRINCE (HATI >
LUNDI 13 AV.siL 1098
voyage du Prsident Borno .
dans la Capitale iii Dpartement du Sud
Dception des faux prophtes
Les no A mesures faite dIs
par le Conseil to lins Franais
I. Herriot a dclar qu'il en ferait une question
de eunliance
lavait fal'u s'en tenir l'or-
gros mol? de quelques
j d'opposition, on eut prt
rer le voyage du Prsi-
" fno comme une tentati-
rdeuse au cours de la-
iChet de l'tat allait se
un cruel dsappointe-
[pour que cette opinion
Nt, les adversaires ne n*
bt rin a ce te tin : prcp,-
imalsam* s- d-'p hsmen
w, dclamalicns chauvi*
(ut mis en uvre pour
[fcc'aiioii iuyul>r de la dis-
onct nous ne savons
Ihallali, surchaiillanl les es-
: travers les laborieuses
liions du Dpartement du
lis. peur qu une tel'e ma-
pt abouiir, il eut fallu
'd'abord sans la fermet
Sid. nt de h Rpublique,
lH Meabres de son Gou-
eut et aussi sans l'< xp-
jacquise par le ptuple ha
\ mi son ensemble, lequel
ipluiquune oreille dis-
6 u protestations des pon-
eoatre un ordre de choses
assure la paix et la
pflbt*.
W'ifions des meneurs
kot demeures vaines et
iJi*V* dconvenues qu'ils
[reoltai au cours de leur
de impie n'ont pas suffi
ll * Kaanit de leurs
t ArrijieR s eircons
' lurwrtuM doute la ver-
'Wfscetaeeavec
mmes, hspnt obsd et
|pro,e P'us^rtDddsar
Mptistes et criminelles, li-
uchedegas(i||j(. de|u
hu lle7Tres'IOn au cour*
II""'." les ternels jouis*
seurs trompaient la conance
populaire- Aux ambitions mal-
faisante! les ailes sont ;i jamais
coupes et l'heure a enfin son-
n pour au a la fusion des cran
ne soit plus une formule men-
tons, t
L'attitude actuelle des vair
lantes populations du SuJ.cons-
titue un rconlort puits nt pour
les m<\s nien trempes qui pour
avoir une claire notion de la si-
tu.tion, n'ont jam is dsespr
du sort du Paya et qui croient
qu'un avenir meilleur ne peut
tre que le rsultat de la coh-
sion de tous les ellorls.
Et comment rsumer cet ac-
cueil enthousiaste, ces dmon.
(rations d* joi' t.ruyante enre-
gistres sitt le dpart du cor-
tge prsidentiel tant Loga-
ne. ^Grand-Goave Pt-Goave.
Aquin, St-Louis du Sud,
Lavaillon et enfin aux Ctyja, si
ce n'est par cette expression qui
b'esse t nt la vanit des al ver.
saHes:LETmoMi'iiK continue-.
Oui le triomphe continu , ne
leur en dpla sa, el c'est cette
intrlaiBij population les Ga-
yes qu'est chu l'honneu de le
cous crer dfini'iveinent et de
faon clatante.
En effet, parti de Port-ao Prin-
ce le samedi matin I h. le Pr-
sident lit sa premire halle Petit
Goave o la population lui (it le
meilleur accueil. Le Prfet, quel-
ques amis e t notables Je la ville
l'accompagnrent ensuite jusqu
Aquin. L'enthousiasme de la popu
lation son comble l'obligea h y
sjourner plus d'une heure el de l
co itinui pour St Loui* du Sud ft
Cavaillon o aprs un Te Deom qui
fut chant, Son Excellence fut en-
core l'objet de l'attention del
population eolire. Parvenu ensuite
aux C^ye-, t r.n. de-o voyage, M.
Borno reut les ovations de la
foule accourue pour le recevoir,
tandis que Mme Borno tait l'ob-
jet de la dlicate attention d'ui
groupe de dames et de jeunes fil
les, qui marqurent 'eurjoie leur
digne htesse en lui offrant de
nombreuses gerbes de fleurs.
Ce fut partir de ce moment
une belle animation par toute la
ville et ds lors
Lu srie les /ries commcnci
Il y eut le soir jrran.1 grand 15 il
chez M. Chalvir on la l'i ur de la
jeunesse ctyenne avec un entrain
admir ble se dpensa en amabili
ts de t mte sortes, riv (disant de
gra^e et d'lgance.
La part du h xi populo ne fut
pas oubli, car il y eut galement (e
mme soir un fcal son intention.
Hier
Le matin a S heures, une mese
solennelle lut clbre la Ctth*
drale laquel'e assistrent M. et
Mme Borno, Mgrs Piclion, Morice
et le Chanoine Frssr.
Le sermon de circonstance fut
fait par Mgr Pirhon qui dveloppa,
"ver* sa rmitrise habituelle.le beau
thses tir J i l'vang La Insurrection du Christ .
anr la crmonie rel'g eu-e,
le Prsid^nl lit an ton ne, par
cou ant les divers quartiers de la
ville, salu syrnpathi juem nt sur
tonl .-on tarcours.
fions l'aprs-midi
II y eut grand match Je l'iot
bail suivi d'une partie de tennis
dont nous donnerons bientt les
rsultats.
Le Soir
lia grand bd eut heu chez le
Prfel M. Geirges Lon.
Aujourd'lun
Apre lere>o; ncaMftff I la
suite de ces deux joum-'es si b en
remplies, il y aura celte aprs-
mi b k I*. 11'i 11 sur Mer. une
|raodefdte BsiH^nt org>ni e par
les soius des frrns Bo intlil.
En d;iit donc d s -nauv is au*
rares le tri impt C mtinue et voi-
U .. une fois de plus les faux
prophtes du?.
?r "e 'a Commission
Wclamalions
'\1,B P" ih's derniers
fj e la comptence des
iiw '.Comrai-sion des
Jqoilrliront valu l'es
JJ2J"ocePbbliquw,nous
"Miav.ni rillre8 div8ion.
,J!;,,eu.'ub-r certaine
Sa i "U une rPar8
" valuait iS;, 000
Uh honorables rmmbres
C"0" ^omPrnaitnt
'^toui-qui, faiU
Ijyatses turbulences,
^Jant d'eccord .ur ta
^1 galement la dlicate
Sur! poursuivre une en-
'PrZ?"' ^qu-Ue rvla
i^en"oosdela partie de
JJawDt dmesurment
" 1 y avait lieu d'en
*'&7s de,l8borieux
s**"1 iuruti ef81-uel8 ,ou le
i^.Wr ,,^pn, 'p,,i98
11 S* OOi dota,
Prcisions ncessaires LesjwsSaats
i* F.r, iSr1? *>te d Che*
Porl au Prince, ta 13 avril IA25
Au Dirrclfur du Journal La Posdt '
Mon iur lt Dirfcleiir,
Il a petu di.ng vdre Journal du
7 courant i ne itjtorr-iation absolu
menl fausse en ce qui me concerne,
ft qui n'a pas l sans me causer
une trs vive surprise. Le ch
mare des jours saints ne m'a pas
permis de rpondre p'nslt.
Je ne suis jamais all cb/z M( n
lieur Paulmon Thodore, et je
n'ai pus pu, par consquent, ren
contrer chez lui ni Monsieur Remy
el sa ferrme que l'un et l'autre je
ne connais pas, ni le Conseiller
d'Etat, Mr Dama* Pierre Lou:g.
Croyez bien que je me serais gar
d de vous crire n'tait-ce ta ta
ractre de cet entrefilet.
Neuillrz donc, en manire de
rcclilicalion, publier ta prsente
la mme place o a paru la note
en question et agrer mes civi'its.
L'r Paul SALOMON
Dr Fraucis
Les client et amis qui dsirent
me voir me trouveront.comme par
le passe, ,, No C02 Avenue I.
Pc de Chose.
Pour se faire une ide de la
puissance du ealb Bcisme en notre
pays, il faut avoir visit les prin-
cipaux lieux niait durant ces q-ia
Ire derniers j< urs.
Une affluence considrable oc-
cuppait sans discontiuer nos gli-
ses, nos chapelles il au Calvaire
c'est peine si le plerin pouvait
se crer un passage pour apporter
an grand Ma-'yie le tmoignage
de sa reconn ii sance, en i.ivrquai t
le souvenir de ce jour affreux o
Barabbis fut prfr Homme-
Dieu qui, devenu la rise, des phari-
siens et de la populace ameute
fut condamn au supplice de la
Croix.
Les lieux de dvotion situs
dans les sections environnantes
furent galement l'objet d'une at-
tention marque. A la Croix-des-
Missions,* Delraas, a Dulorl. k Saut*
d'Eau par' les avis qui nous sont
paivenus, ce fut un spectacle di-
tant que celui de la multitude ac
courue et sollicitant l'a misricrode
divine.
Continuant la vieille tradition
qui contrat tant avec ta srnit
qui convient i ces jours pieux, nos
campagnes ont oftert le spechele.
tumultueux de ta priode carne
valesquc, par les ra i tannes des
bandes de raras .
Paris M. de Monzie a arrt
cette nuit ta texte du projet tinan
cier que le :o iseil des ministre
a ratifi dans la matine. Il con
vient de prciser que ta contribu
tion volontaire extraordinaire sera
galement contrle el prlevahta
pendant cinq annes. Les contri
buables pourront a cet eftat sous
crire une dclaration gnrale si
non ils seront taxs proportion
nellemeut a leur dclaration d'im
pdl sur le revenu. L-s traites coin
merciales (eroul gilement accep
tes comme mode de paiemert.
Les souscripteurs recevront un li-
tre de rente perptuelle !l o/o
et ie produit de la contribution se
ra consacre exclusivement i l'a
mortissemeut de la dette. L'annu
talion des titres de rente verss en
paiement del eootfibatioa rdui
r ta budget de tiOO millions an
nue'ltrr.eut.
Le conseil des ministres a ap
prouv dans la matine ta projet
de M. de Monzie q li a l dpo-
dans l'a prie midi la chambre. A
l'issue Ju conseil, M de Monde a
dclar la p-esse qu'il demtnde
ra la di-cu sion immdiate du pro
jet d'assainissement linancier,m*iis
aprs le renvoi la commission
des finances La premire partie
du projet porle la limite de la < ir
cuUiii. i fi 'u iiire de 41 i i mil-
liaids et le montant des avances
de la banque da France ;i l'Ktat
de ii> mi liards Cet prlc/emeuta
asant pour unq ie obj t dj rgula
n-er I situation de fait que le
gouvern.;.nent, ta ministre rofu
sent de lai--er se pro'oig-r. Les
q'.atrc autres parties dliais ent lu
nature du loe>etioonem*>nt des mo
daiils de la sousri,t n vo'ontai
re contrle doi* le ciractre e t
un maximum d'op'ion ave- le mi
nimom de c o n t r a ; u (h lu
tes l s personne* morales et pli v
situes suns aucune limitation sont
co vi ;es a la soisTp'i >n nxeap
ti mneiie el conlr'-*e a uo liir de
rente de j o'o soumis i uu imp)t
sur les v curs m i ir- s et mis
au piir. L- pr .jet prvoit le pus
larges modalits comprenant m
me des trait s un an au plus re
vtues de trois signatures et vises
par la banque de France.
Foutes les personnes physiques
soumisse l'impt su: le revenu
ayant souscrit au moins uo dixi
me du moulant de leurs richesses
seront assujetties aune con'ribi
tion exceptionnelle gale & toute
fra te par souscription. Les richesses
seront values d'une manire for
faitaire par l'application pour cha
que catgorie de revenus imposa
bls d'un coefficient particulier.
L'expos des motifs accompa-
gnant le projet tinancier indique
ta volont du gouvernement de r
gu erlsar les oprations de la ban
que de France qui at'emeae
consentir a des av. DCCS qui n'au
raient pas pu tre eflectufes.A l'in
t trieur des limites lgales d'mis-
sion, il veut aussi doser la cabre
d'amortissement.Il expiime sa ?on
vi tion que la contrainte ne fera
pas ncessaire et que le goimrne
ment atlas i du piojel la consolida
tion d'une partie importante de
la dette flottante une large rduc-
tion des charges de dette et l'aug
nuiotalion de la foras franaise
dans le moude par la proclamation
tota'e de la vrit qui a toujours
t la condition de conliauce. Sur
la demanda du minisire la eham
bre a renvoy le projet de M. de
Monzie la commission des tinan
ces et dcid de le discuter de-
rr.cin.
' u cours de la discussion du
bodgtt au snat, M. Brenger*
rapporteur, a dclar qu' la suite
des demai des de la Tisonrie du
rai.t les deui dernires annes,
les avanc > ^e la banque ont d
paa de d.ux ni i ,ds environ
les possibilits normales d'mis
sion M. vjHJs Lacroix, radical,
prsident de la commission de* li
nances, a dclar que la commis
sion ne se ralliait pas au projet
d emprunt forc. U commission
des Hoaocca de la chambre pour
suivra cette nuit la discussion du
projet Ooaceier. Un dput avant
demand si le gouvernement se
cepterall de disjoindre le litre pie
Dtar du projes, M. de Monsie a
rponds qu'il demanderait a la
commission le vote intgral ' .,
un In. f dlai. M H. ri lot ajoute
qu il en feidit une question de con
bance L group.- radical eocialiate
a dsign MM Malvv, Adelbos
pour ngocier avec ta groupe so
cialiste le retrait de c contre pr.
iet sur le prlvement sur le capi
lai-
Vifs dbats auSnatfranais au sujet
ie la situation financire actuelle
A cet gard.IN. Poincar et larsal dfendent la politique qu'us ont suivie
La situation nlest nullement inquitante,
dclare |r Herriot
Par une tailile majorit' le Gouvernement obtient
un vote le confiance
_ Paris Les groupes de la majo
rite ont d rid de provoquer cet
aprs miii un dbat k la chambre
afin de permettre a M. Herrl i
d etpliquer ta situation poJitiq ie
et financire. Le Malin prcise
ue ta dpassement de la limite
le lmissioo de billets par 11 ban
que de France rsulte des avances
faites 1 Etat par tas banques
pour les chances des trois pie
miers mois de 192") dpassant un
total de deux milliards. D'autre
part lie Quotidien > publie un
document sign : Pi is Marsa1
3
remh litre personnel et comi
denliel au prsident de la commis
sion soatoria'e des finances du
qutl il rsu'terait qu'a la date do
I! aviil L9t les banoues avaient
lad a la Trsorerta des avances
par la banque de France.
Au cours de ta runion des grou
sas de la saajont, M. Loucheur
eta son -oiitre projet d assai
DtaFSu eut financier total par la
crhtion d'une caise d'amorlisse
I foiietionnart pendant une
priode de dix annes.Celte caisse
serait uoUTi-afu! lui-aUj par

doublement de I impt sur le re
venu elle relvement da impAlg
d un caractre sosaptosire Des cou
versions successives seraieol gale
menl prvues at;n de dim oucr la
dette.Tous les groupes d.- la mai,,
ni j compris le -roi.,.,, socia
>ste ont accueilli lavoral lement
les suggestions de M Loin heur t|
I a t dcid de les soumettre i
la commission des fiuam i
interview par el1ntranefceait.
.M. BoUnow.-ki. ex rapport,or du
budget ta chambre prcdente
a dclar que le plafond de l'mis
sion ne lut jamais dpass parle
ministre prcdent. Depuis |0|j
ilarrva 11 difMreotei ropriaea que
gen pai l application des conven
lions de re., boursement par I E
lai .a banque do francs, le tic
sor dut emprunter des tablie
ments de crdit afin de faire facs
aux chances p; rliculinment
diincitas Le premier eomeatre de
1M4 le Irsor put tre men h
faire une srie d'oprations qui ne
Jfjjreot pas au bilan del baoqos.
teta.aatdea op. rlions excpLon
DOUos i.|ideme..t dnoues etaa
constituant aucinemeoi une ictl
ion, celaient eu goelque sorte
fis oprationa bon bihn
M. l'oincjr adcl.r qe j
""'s >ou gouvernement ne doia
SOle maximum de ci,v,,!,ionF,
p!il" ''* f,,"e,s Pr la b,0que de
Pr nce et le maximum
avances de la banque
'fg.l d-s
Quand il y eutdeTdi^uii, !''i';
lres-.rerie.la souscription des bons
du trsor ut intensHi^e avec le con
cours de baiiqaee seoe que jamais
ta compta eg;l| des atm,i, de
a banque l'ttttt ail jou en de
h>rs des limites prvues, lue la
banque ait l amene dpasser
le maximum lgal de l'miasioft.
Aucune illga,t n'a t commise.
HM,|h;ra"'-,,9^^al a confirm les
dclarations de M. Poincar
La chambre a discut le politi
que huancre M Hernot a dcla
rquelas.tuat.onn'estuullemenl
inquutante si nous faisons lefforl
nkessaire. Lee charges d'aprs
guerre alle-goenl |? mile^
&JgltthJU 'Allemagne
.m.lnrds. M || r.iola *
(ours p-us qu.i feo irait an jour
a.reune oprt on d'uoe graosS
envergure par l'appel au eawma
il est.ma.t que pu,r eotrepreodre
une semblabe opration, fi MUit
quilibrer d'abjrd le budg t |
SSiSPEf i"'" ^Primerail svre
ment les fraudeurs d Impts st l
vas.on fiscale. Il .,,, ,tr< .j
pienailla responsabMi du corn
muojlitaBco du goofaroeur al ebs
directeur, de la banq.....,e ,,ran
ce- Leur devo.r oetriofique) teU
desela.re. Il a t-ouligu joM r
faltM de I milliard |00 millious
les awnees de la banque de Iran
C .
La masse de D|......,vre ^
emprunt Morgan deme(Ut: inhc
te. a. fa. app,, runioD
dedemand r au pays | ,ll|lK.me
sacrifice. Le t7 Uars nnu, Jci I
mes avec M. Ula#Bld| ,
mon tait venu d. mit^!
sacrifie par las premiii*. vt u,.r
notlutla liale des engagemeore
Imanc.en payai, es ; PHr hi ,..
m.."?' V^"'"'""'Wr.cura
UU E I ou millions de do||ars,
Angleterre 11 million 735.000
ivre,> sterling, la HoHeole3mit
lion de florins. .., elq .,TIlf1
moindres sont d eftl \,,..,,.
au Ganada eU l'Egypte. U dette
intrieure au I,s Mars soit :i il mil
ions pe, le gouve ue.rienl priera
le 1er Mai, tro s milliard* le | ,
Septembre elle 8 Dcembre. 19
milliards 136 millions. Ltafrort vo
lontaire que l'on dsmaoder* |
pays sera u-.e bonne ehos, une
bonne action. Nous voulons rdui
" le nombre de billet .-uugmen
ter leur valeur. Noua p neo01
avant tout l'avenir du ,": ,
chambre ?olsa conioc-dai.s
le gouvernement parttl
M< Paret
AVOCAT
Anonc. qu'il a repris i'exercicQ
Ue sa protewiou.


u>nn un
-
La retraite des Iukm la Cattate
k
LMiii|>orlaDce, de notre salui )
prk a,ir publi lo sm/'.s ciijf
e.r ik-s !'!m sermotu prononai
par le Hu. P t L.xNoni;ittOM
*; t>yon$ l'iirr plaisir nos /t<-
fftt'r.s 0H donnant plut aw dt-s (./ces L" Gouazi l'ail fa! toyinm-
MtenJ I rihu ni iihiis de m re
.rattc c/os hommes:
L'imii dernier, il n'y avait pis
de place vile h Cathdrale eu
h R Pre Le (ouaze. Vicaire
(Miserai de Mgr. l'Archev
qu con menait la retraite de
iroil j jura des hommes de Port
s dut .n l'a-nant siMi^mu)',
en le voulant lorie non, en y
trav.i liant etticicoment.
Aimer son salut, la vou'oir
for!'ment, c'e*! ce qui amen ut
h trop clbre Louise de la Val
Hre, apr.'-* une vie pu Jilian-
te, au sein d'un Cirm I d'o elle
ne sortira plus et o )lh passe-
ra le reste de s-s j Min dans l'ex
piilion et la pnitence.
Vouloir fortement son salut,
c'e l la r eomm jndation de Si -
Th >mi?, de Sliol Uon-aventure.
L'est l'exemple de tous l's saints.
S int Pranoia de S des vou
lu fortement son salut quand il
au-* i i e par sa Confrence sur a pria la rsolution de devenir
m l'imnnitonM ,1,. tuilr,- Rlllt . Mini Il v : i I ii',1 DIS l'IIl )
l'importance de noire salut
La p;r "de ifflueD e d'h m-
mes et de jeunes gens de toute
condilion qui se pressait i!a s
la vaste glisj nous i sa Mise do
taire une longue analyse de celte
premire Confrence et du th
m'angoissant qui en a t la
sujet, i L.uvre capil le de DOtrj
existouc*, le salut a vu des con-
jartioDi Btonuntea s'accomplir.
Lon Tolsto, riche, noble, cri-
smit. Il y . 'i Frarn ois cano-
D les, se dit il, j-. vjux lre le
cinquime .
Et ce qu'ont lait tous les
sii its, IOI1S nous pouvons le
t-i e ar ce n'est paali Rracede
h eu qui BOUI manqu c'est
nous qui m n | ions la BJ'A e.
Travailler ellicacement son
salut, il laut le faire ave dfi m-
ce de nous-mmes, avec crainte.
vain de mai que, s'arracha U Qui peut tre lr I; son s dut !
vie du moud:, appel Die.i.
par une simple remarque de
paysan sur l'inanit de la vie du
' veiitre qui est ie lot d un
urand nombre d'hommes qui
dsertent la noble vie de l'esprii
tt les proccupations salutaires
de l'Ame, comme ce Chii.ois qui
rponclail navement in mis
sionnaire Je suis sur la terre
pour manger du riz.
C'est que, si l'a Ha ire du salut
choue ( on n'a qu'une une U
dit .e cantiqu i mouvant, qu'il
faut sauver que de l'enfer l'on
doit prserver toutes les af-
faires n'auront servi de rien. De
rien, d'avoir l riche, puissant,
lionor, d'avoir satistait tous ses
caprices et toutes ses passions.
L'enjpuUde'cette affaire, cesl
l'ternit du bonheur ou des
peines: le ciel, avec toutes s.s
joies ou l'enter avec toutes sos
horreurs. C'est pour cela que le
chrtien doit s'occuper de son
om'mes-noui dans 11 g ac de
Dieu ? Kl si nous y so nmea. y
resterons nous jusq i la lia :
ce qui importa, cj n'est pis d'
voir commenc, mais bien de li
nir- Qui sait comm ni nous li
nirois? Rsppelez-.ous la roi
M s au?si, tout en nous '
finit de nrvis ma s. non* d-
vons travailler notre sain' v c
Il pli s _rau le confit ceei D ,
q ii i Oiis assiste d mw le mbs
u d s vous s'criail Sl-P u1,
o mon Dieu, j; sens l'aiguillon
delailnir qu s m Ma gice vou* suffit, telle fui
la l^oase divin au ci d'an-
Roi-se du grand A;< r\
Li tifre d^ Dieu nous suffit,
et malgr les difli u'ts, les len
talions, ne dfaillons pas sa
chons vouloir tort ment et cette
grce ne nous fera pas dfau'.
Travaillons au salut avec per
svrance. Ce n'est tas l'ail ire
de quelques heures,do quelqu s
jours, de quelques annes m-
me, c'est une allaire de tous les
inst nts, de toute noire ris.
Veillo&s* y constamment, car
l'ennemi rde autour de nou*
et nous ne sivois, nous dit le
Seigneur, ni le jour, ni l'heure.
Enfin, travaillons-y sans dlai.
Pas de temps perdre. Ne dites
pas demain, J8 ferai ceci, je ferai
cela : Aujourdliui, -ns plaisirs,
demain le devoir, aujourd'hui
jouir, demain, la volont de
DiMi. Qui nous a garantis le
lendemain V Rappelez-vons les
beaux vers de Victor Hugo
t Demain n'est personne . Ne
laissez pas Dieu les restes Lui
qui a droit a tout, puisqu'il
CEQUIL
FAUT AUX!
iMERES
La confiance de
plusieurs milliers de
personnes est ce qui
aide rendre
L'EMULSION
SCOTT
le tonique nutritif le
plus populaire au
monde. L'Emul-
sion Scott produit
de la force.
.
Petites informations
Silomon. ds sa jeunesse dou tout donn Craianar qu i r-t
du don prcieui de la sagesse, se ce qui est offert trop tard et
conservant ce don dans l'^e
mur et tomb dans si viaitleSM
dans le culte des i lolei o U
passion des femmes l'avait con-
duit.
(Tn grand exemple de Pincer*
tiiu le du salut, nous le trouvons
dans la vie du grand crivain
calhdiiue, le dfenseur gnial
de l'Emise: Flicit Robert de
La Mennsis. Cette colonne ie
relise s'est Ccroulc, aari les
plus belles promesses, dans la
plus Insld rvolie. Coin ne Ter
tulien, apologiste el soutien d
l'Lglisp. commenante, aclivnt
sa carrire dans 1 hrsie-
qui est sans prix pour Lui, tant
le rsultat de la maladie, des in-
firmits.
Veillez el qmn 1 le voleur ar-
rivera, ainsi que lo disait pitto*
resquement Monseigneur Gay,
t vos malles, tant fait 38 vous
n'aurei peur ni de la mort, ni
du jugement, car vous au y/, t
le servittur fidle qui, loin d'a-
voir perdu sa vie dans les baga-
telles, l'aura gagn ternelle-
ment, et ura pour quelques sa-
ciilices d'un jour, impos un
Le Dpartement de I grt
culture prpaie une exp isioou
agriccile el industrielle, l'occa-
sion le la fte N tionale dj l'A-
gricollnre et du Trv ,il.
Li po'e de la [r mire lierre
de l'Htel de Ville d \Lr-b: lais a
eu liea la semaine dernire. I es
travaux de. construction de cet di-
fice s excutent sous la direction
d'un Ingnieur du Service des Tra
vaux Publics.
En 1 Ivlise Sainte Anne MM
bni le 10 de ce m >is, le mariage
<\ Mette Lucie Abialctm 'et de
Monsieur Augustin Slmon.
C'est le 19 de ce mois qu'aura
lieu nu local de la Clitmbre de
Commerce d liai'i la loter e qu'or-
ganise le cercle Fmina.
En l'absence du Cur de
Saut d'Eau, c'est le Pre llrenger
qui e^t oh rg de l'Admini Irai on
de cet'e paroisse.
Mercredi dernier ont eu lieu
t> la loge La Vrit les funrailles
de vtoiis-ieur Aristhomne Itarlli-
lemy.
Les poux Roedrr Lveque
al eu la douleur de perd
d rnier n : Marcel Lev j
condolances.
Le Prott d.s airoidisse-
m^-nls de Port-au-Prince, d.* Mire-
balais et de Lascahobas accompa-
gne Son Excellence le Prdeut
d : la Kpublique di n* sa tourne
dans le Sud
Hier, aajourd hui denain
Hier, il \ "l *1 ttn H i avril
|"(i< jur- e- BarODI fmni;.is, -ini
,,u ,p irent la 4*m* CroUad*,
, ,,,.,,,1. p' la prise de Conataa
i^r.ple, l'Empire latin d'Orient
dont le ir-mi-r soitvcia.n fut Bau
doin de Fiaolre II y eut alors un
. mpereur frai c.iU Coust .nlmo-
p'e c aime II J avait un roi f an
caislondres L hisloiie de celle
C .isade est raconte par Nillehir
do iin, le premier en diie des ho
ni in.iii- iraotj is.
AujourJli i, i! y a 3.7 ans (13
vril 15 '8j que II ni IV pub.ia
un Jit cr-lbr-- connu sous le
nom d'dldit de Ntnt.s et qui mit
fin au* guenes de r.l'gion eu ac
cordinl uu\ prolestatts l'exerci
pub le de leur culte, la liberti e
con -eu nce tait conssi re.
D main, il y aura 60 ans (I /
avril IHii." iqu \br.iliam L r.coln,
Prsiicnl des Elats I D s. qui me
na la guerre de Secessiou et q"'
cette Nation doit l'abolition de ras
clavage, lut assassin au thtre
par un ucieur nomm Booth.
Mr 0. Blizaire.
Candidat aux prochaines
lect.ons com nunales
do orl-d --Faix
No re ami 0. Bi i/- ire nous a
inform qu il se po. te i andidat aux
prochaines lecti >ns co i munales
d8 Port de Paix.
Nous lui s ii.li liions d'avance
Lon succs. .
- CUIRASSEZ VOUS!
CUIRAS8t||
va, r Gorgt, \03brouoh.
i vos Poumon cd Iti dredL
en les pr4erim
par l'unlisepsie volatile Wj
|PSTILIESVAI
contre les danger? do )Mi
de I Humidit, dej p"--jj2 \
des Microbes.
Pour SQIBIER EFFIL
Rhumes, Maux de
Bronchites, Grippe, etT
EHPLOYBX l.R|
PASTILLES VALBi
temple reniurable a'UistpUm
Mais il faut avoir toki
de bien employer lu
Pastilles VALBl
vritables]
SEHI.ES RELLEMEXT EmCtS'
icmfiKS uniquement en MITES
portant le nom
Les pastilles VA LD\ asajj
tii-nli' : l'Ii nmacie C
dllatii, Phirimnc J i)i.....
Port- m-P*ince, Vlurtma-l
lus Jrt'mie et toutesVk
cies.
Funrailles
On est pri de rclamer
Le Bureau de la Police informe
que jeudi soir un valeur poursuivi
pir un a^ent a aban Joan sur la
voie publique trois shcs de ciment.
Le pr pritaire est invit les r
clamer.
Hier au milieu d'un non
ouoi d'ami ont eu lieiL
r Coeur de Turgeau ta|
r.il!es de
Ludwig hohler.
dc'd sareedi so'r.
Noua prsentons nos
jndoances au famillavj
verset tout particulires
r Lveque veim a Mme W AchilleI
erdreleur Compa.J.l..; de; GhemiDS aue;%;pu"llimch, Lomek,
ue.->09 je liV fa |a p|tl0fl nand'barlha.
Hier ist parti, devint ion
des Etats Uob, le (>nral Me < u*
mu" *> r gti qui exen;* avtc la j,1js gian.de
corps prissable, sauv une rne correction pendant quate^nsles
...... dlicates fonctions de l'.hef Je la
iminorlelle, laite l'image de
Dieu
Gendarmerie.
Autour de la Crise minist-
rielle en France
Entretien de Monsieur Doumergue avec divers personnages pH;tiqutS
Altitude les groupe* du Cartel
Palis, II- M. Doumergue a
COOaulte M matin les picsident-
lissue de son entretien avec le
Prsident de la Hp ib'i.iue, Mr
Painli v a dclar: Nous tommes
tous d'accord pour voir se dnouer
la cri-e le plus vite possible. Les
dlgus des quatre groupe du
cartel runis ont vot une motion
expiimant 'eur retonnaifsance a
M. HeirioUl aitirmant
tabla rsolution de co
politique du cartel. Au cour de
cette r la Kaucl.e radicale el des rpubli
caius socialistes ont tait remar
quer qu'ils ne pouvaient pas s en
Mer d.linitivement tu sujet de
la motion voe affirmant la conti
nuation inbianlsble de la polit!
que du cartel, car ils ne foulaient
paspi.jugir del dc'cision de Mr
Doumiigue etttient lsolus
obtenu une entente entre le Snat
et la Chambre.
M. ',) uianergue a consult cet
aprs mi li le prsident de la com
mission des tinances de ta cham
bre.Le Prsident de la Kpublique
a reu t7 h.SO MM Knand et
l'aul Itoncour.
L s radicaux socialistes de la
cliambre et du snal onl vol un
hommage Mr Uer i>l afu manl
,. qrrsn'acc.rderont leur conhanec
l'inbran qn'exclu-ivcmenUt un mtnti re
Otlnuerla, continuant U pnlibque du carte .
Parai les so. aiUte unifis de la
tendaaoa B ura Raaaudal, la conti
nuation de la politique de soutien
temb'e prvaloir sur la tendance
Paul Boneour Vu nne eompnr
tant l'li gi-soraent avec participa
ti n des so-ialistes au pouvoir. M.
I), umergua a termin ses con
ultaiion* de la journe tn rece
vhuI le^ lputa Danac.Loucheur,
M iiia e! lo aaataar Maurice Sar-
raut.
Dernire heure
ie Snat reluse sa con-
fiance an Cabinet Herriol
par 156 voix contre 134.
Pauis, 10- Aprs un vif d^at
au Snat eur la situation linanci
re etrintervent;on de M.Pomcar
le Snat refusa sa i -ntiance M.
Herriol par 15(5 voix contre 134.
Les cours
11 %.vril
NEW YORK Sterling 4.7SI1
francs 19.30
Parisiaua
Mardi
Nouvelles ttirangres
Par GabU
Iissolini se charge dn ministre
de la guerre
' KOMK Mussolini a pris en
nain aujouid'liui la direction du
minislie de la guerre don le por
feuille est demeur sans I tnlaire
depuis la dmission du (neral
Di Giorgio
(a situation politique ilans
< ne'tjut's villes italiennes
KUMi L'atm^j'l" P ^^n*
P.i dni ara teodue dn- pu
.,,,- m te- halionua* en prucu
i;f r Faeo/ Hjri et Capone la
. ; e di chocs sanglants qui se
L : oduiU f nUa laacutaa at aa
ti-fascistes ; 00 efoH que cet con
tlits ont t provoqus par le dou
ble meurtre de Uo ogne o uu las
ciste a t tu.' et un communiste
assassin ; ensuite par les repre
sailles a Kaen/a. La situation est
plus particulirement srieuse :
deux fascistes ont t tus hier et
comm- Venvei.uto \t.ildi a t
grivemniii bless, la vie normale
est entirement suspendue, saut
les pharmacies et les piceries
tous les magasins sont lenn * De
n mbr.ux carbii-rs cucuient
d-tiis 1 s mes. \ Caaour un fas I
cis., amplov4 1 ihemij ^ i"r, *
a et 'u pi u 1 inco n 1 el I* ri
un autre sateiett a l grivemeut
bless au cours d une fusillade en
tre (aastea et anU-faaciataa,
Le Baron Mystre
Grand cin roman de _'"
Henri (it. main
Jou par
Henri Kolland, Bras, My-b^al
1er pisode : LE TOKKENT _J
On commencera par :
La Nouvelle Aurore
1er et 2e pisodes
S .Entre : 50 cts^
Le Rendei-Yous
des Gentlemen
Il a t ouvert ces jours der
ni. 1 presqu l'angle des Hues
Danls Deslouches et du Magasin
de l'Etat, dans une portion du Buil
ding Auxilt*. un coquet tablisse
ment qui se recommande l'utien
tioii de tous.
Propret r.onf jrt Service
irrprochable.
Variti s
Demain
Us Mystres
s* "vde...New-York
,all er, 2e et 3e pisodes
Entre : 0,50
(Compagnie d'Eclairage
JUaciriqui tics filles t e
ro.t-au-. rince el du
M d. les Act n 1 tirai >1 la Co n
pag; sont ui ivjj ii en asse n
bid Gnrale ordinaire,tu bireau
de la Co npagaie,* fo^i tu Prince
tlaiti, lesameli U Mai 1926, 10
heuies du matin.
Ordre du joir :
5 1. Lecture du procs verbil de
l'Assemble prcden'e ;
i. Rtppon ou Conseil dAdminis
tration et p sentation des comp
toi.
3. Election du Coase.l d'adm
n itntion ;
| 4. Affaires courante'.
Port au Priure, le I avril IDTi
Le jCooseil d'.vdmi ils ri ion_
Il C l-de-Suv
MM. les \clionnaires de la Com
pagni? sont convojns en Assem
ble Gnraleordiniiire.nu bnreau
de la l.ompgDie. Port au Prince
Hati, le samedi 0 Mai 19i 9 h,
du matin.
U.dre du jour :
t. Lerlure du procs-verbal de
l'assemble prcdente.
" t. Happort du loi seil d \dn inis
lr l'on et pria talion de-comptes.
3 Election d 1 Conseil d'Adminis
la'ion.
4 Affairf cotiranles.
Poli an Princ, le 3 avril 1025.
Le Conseil J a Imin stration.
, .9 meilleur sdatif 1
des douleurs d'estomad
Admis dans lesHpiUuxtl
("'m instn(nrmnt ..-
llr ii lu roi, Alifrsu ri, l{
douloureux, Nautoes, V
Vomlssoments.
DiCinci'Stionne le l'oi, _
l'eco leraont de a Bila,
Trs efiii:ce contie let SJ
E.urltei dot uayt cliM
f/i tinta rfa toulti lu
DtpOl cnfral
UWttoim P. ZIZINE.1 Rn *C^I
A llafx Phtrioael* Al. ttf
cl t'ju 'ic. pharm >*
Clii pitres
1
II
I
I
3
1
2
4

M
IV
BELLE POITRINE
n dru* mois par 1rs
PILULES ORIENTALES
lee aealea qai rkv*lpr*
nuiaaeul, rs*u.,Ur
ffaMut las iUioa
r, >^L roifr-
sut!*eut, fMOu-uturnt tm aeina.
, *i* i
i
Mariage
Nous avons reu avec p'aisir le
faire part du prochain m triage de
Melle Elisne Bcha avec Mr Jean
Bourgeois.
La bndiction nuptiale leurre
ra donne le Itf avril courant 4 6
heuies du >oir, dam les 'Ions it,
Mr t Mme A B icha. I'av. nui
r, No. t;ioti
Nous envoyons (oui nous tel %
4a bonheur aux futurs poux.
4pttllN *l AdnDCQi tu bul O
|hdDi aitmptlA.
uatuaun.. KQr i. u.
. MTfajtt^B j.r^i j-v hn
_. Vh.rni.. ir AllMinl
tu tnui pbariMals
Fianailles :
Nous avons reu la carte de lia j
cailles de Melle Lonide Ren ave?
Mr Claude LtvaMire. V
Nos compliments.
-
Messe de. Requiem
Mme Vva Annuysse Sylla et
ses enfants inv;ient les parents
et amis une Messe de II quiern
qui sera clbre Ste Anne le
24 Aviil i\ 6 hs \\2 en mmoire
de leur nprciiA
Anmi.vs i: SYLLA
dc/i I." 7 Avril L924
Le p-sent avi> li ml ;ie ,\\n
vitatiou.
Gomptabilil
DU
Conseil Commuii!
DE LA
Croix-des-Bouqu<
(SVITE) Voir 1,-s Sos. des 0, 7 et S Avril 19^
Hccitt s du fer au 30 Mai 1014 Ex. 192.121
balame eu caisse au 30 /vril 1924
Sections
Produit des patentes
I m pots locatifs
< inielicie
Marclis
t'aies
Sptctacles publics
Amendes de Simple police
des paves fc.
1 Droits de pice aux marea*
Total oDG'1
Le Iteceveur Communal, Tr. O. is PIKRJJ
Vu : Le Magistrat Communal, G. L. COHI'^al
Dpenses du 1er aj !t0 Mai 1921 fc. 1023**
Bictioaa
I Apple, du Magistrat Comma1
i "du Secrtaire Commsaa-
II de I hoquelon Commaa
t Subside de l'organiste parois*
i Location Maison communale
4 Appts. del'liorloger paroissial
1 i 1/2 o/o au R ceveur Communal
i Appts. Directeur cimetire
4 Appts. d'un chetd Equipe
2 Service de la Veierie
2 Entretien cabroueiier et mulet
1 Ferme du march aux bestiaux
i Appts. des Employs aux bestisu*
:t Location du bureau aux bestiaux ,-y '
3 Subvention a I K.oe ,1 tiile de g
Appts. et location Ecole CommB""
Location parc communal
2 Achat d'une plaque d'auto
J fourniture de bureau
fatal
IP-eapilb'ation : Recales Globales
li- anec en caisse au :I0 Mai i9il -
'.c Receveur Communal, Tr. 0 JK PgJ Rg
Nul. M'/wImi Commune, 5. L- OOJf"
Cliap:tns
l
II
111
IV
Y
VI
IX
Spcial
Spcial
l\
III
G.


RODONALl
Rhumaii ;.xss
Nvralgies
Goutto
Gravclle
Arlrio
Sclrose
Obsit
Sil tu: restor >i.r s ri 4l 'r
Crhun:ai:>" > '" < aeil*:
U artres I eaa' -n .-ni des
Cnt. I srtcc -I : li .il* il.;
po'ten t> r.uir nr(iniim,
faire de. cu.41 rjullra
TDOC.J-'.L.
lave le sang
- L'indiciiisn pryi< ij I? Un h
SaJUr.-.cr.i . : r, m
ipi (oui a tn.p(ti*t in m'tiZfi-jt t:
Il dlopperp*r.i d. ifu.1 arUrt*:-
lu. A la priod' d.> pretclroM, l'r-lde
Muioo, on devra. avCi.i tou auiri
enose. luii^- nar<'r. quemment ronir. i. r ":n :c 'l
rlflne dans IV.-5j.il ... -.t,./. ,i.n
l 1,'ro.l '. 'i
ProfatMur Faives.
rrof et m., int t ItlMrtTflU Ct Pci'.im
r.tv CfcJttUUI. t, r Vil<-.. i.in. Parla
* ii plw'."
I
DlAUHOLiV'".;"'h:rvr
lniir. litrmaiOMi MilidiM
AiUirjii-iii.-. Cardij.i.uMei.
Fi \. lonl-
bii.aosc,
S' ta tomiiM,
LI.NYCOL''
rrwsMi.
calmjnt : R' u:nv
Ihaa*. ii juit -, Lu.abuo, N-
large Taillant Coi mqjafane
X
9 M$*fe
Etiez-vous heureux dans votre jeunesse? [g u^;3l
?UiI3 "M
<*^^
[THE TEXAS COMPANY
!ae machine qui d-
lie] jsonj maximum
if fort, ncessite une
lileapproprie.Faci-
|ez votre moteur en
fus servant des exa
molor Oils et rem-
jissez toujours votre
savoir de cetlehuile
rotVloile rouge vous
diqoera que c'est
ien^dd'Texaco moto
il propre et de co-
ter d'or
he Texas Company
tareau 1831 Rue du
mai
ftfiAQ&KM.
Pour teindre tcua ttMOS t
LAINE, COTON, SOIE, W._
uoud produit .. i i .te
"UMAMESOE
Enrrn'e Port-au t'rlnr: liarm ,.- W.BdCIIJ
jr.v.'r j.. j. ..n iu,.ii t. ; n nu a in ibI
MOUtllIl et tu..m Iwnnt Mai n< Je IUlll.1
ft1*i'/'*i f, vif I friiiw twi. getfumf* i4iuiff[
varERCOQ.wienE<(si^unm ^
A>e/ vous joui dans votre enfance d'une sant parfaite,
ce qui en reDd les heures si dlicieuses ? 3
5*C est ledevoirde tout parent de tirer profil des der
mers conseils de la science.
E*J*a niants dpenseut de l'uergie dans leurs jeux : H
mesure qu'ils grandissent la nature leur demande de
grands eflorts. Leurs cerveaux se latiguoot par la disci
pline des tudes; et leur aliment par consquent devrait
contenir la nutrition susceptible de repoudre eti exi
gences de la nature. Les mdecin! vous dirons que le QaLM >...< 0 ,n,om
parable comme oournture.puur les enUn.s : Il contient j ,, J em "9 ,
nutrition ncessaire a leur sant et leur oroUMQC*. eiemeni^.ue
capables dr fortifier \n^tnf.im-U ru brw IlLiillieH \nn IW^^^J |.%!4rMfl
Prix du Flacon : 5 franc :
Baume Benu
Quirimon Rmdieml m
OOUTT1 RHUMATISME^
NVRALGIES
r. 1EN0L. l. Rue Ballu. Paria.
M. et A. Acra
Grand* Hue
ct de* Caves de Bordeaux
VoiiUz-vous vous habiller avec lgance, et bon
march.
Adresse 'Otis la Maison N\ A A. ACRA
Dont la devise est de vendre petit bnfice pour
vendre beaoooi p'
Hansson pei .onnel. la ma'fon compte un maitr)
tailleur italien sorti d'un Uitliasement de premie
ordre d'Italie *
Elle est en mesure de fournir des complte to i| faits
a "i"i\ me8ure- on cheviote, dingonale, palm beach
arin blanc et couleur, coupoos de Casimir pmr Dan
talons Ltoffes pour gilets.
Bonneterie
Chemises de jour et de nuit, au aot def olients'
Uole et manchettes dernires crations.^ Ca' c^ns
t Pyjamas.
C <>m f'ort constitue une innm'i^n
et le msille-ir accueil est reeerv A tous ceux qui d
tirent par une vlsi-e tre dfis sur la valeur'des
travaux fournis. *
T:it oaetume command et qui ne rinnd pas au
goiv lu ollent #t rAprte(
On Diruir n5is,ang'als, espagnol et italien
MUMINUMLNE
New-Orleaos & South
American Stamship Co lo..
Prochain dpart direct
pourPorl.au Prince cHa.i
Le fftranter floo I ayunl laissa New Orlans 'Ic7 f3
avril courant nera j Porl-au-Piinc le (3 avnl avec
95 lonnes de iuiarehaiidiei.
..^ >iei nerlsnse i laitier Ht-wOrlans le 21 U il
courant dir. tleuicnl nom Hati.
le S S "a laissera Hew (^-lans le 24 avril pour
tous La (ils II. itici'.
^t-au-^piincc, le S avrit iptt
A. de alteis & Co
* ,- tjfc A
On trouvera
A LA MAISON
t. M
Rue du Quat. No 16t7;
Hiile d'oive d- lible \firce! Alioth et Co. Bo-deiux; en caisses et
iz, et / bt. Sinln-set autreseoaswrwm francie<;condiment* de
leutss OlMies; Sauce tomate Vermouth. Martini et Rotfl; \i;'istn.a
Bilter, Cognac ."> toiles, Henri Roi; Vins Rougi et Hlnc. suprrurf
en barriques, demi barriques et caisses de 11 bout. Cbampagnu Char-
les lleidaieck. Sucre graooU et concass; Vinaigre en caisses de M b'.
* I en barriques de 3tgallons, etc. etc.
Haytian American Seling gency
Ren T. Augusle
Clairin H ASM 20 C. en vente impar-
tir du6avril 10259aux prix suivant*:
Moins de 20 barriques, O/i5 or le
g t(r t?. f partir de 20 barrique 0,40
or te yu Ion
Mas Moulu
La tfaiaon Oharles H. (.atjt'ns annonce au public
3u'elle vient d'installer des machines dis plus mo
ernes pour la prparation du mais inoiiln, latine
de mas, lleurs de mais pour les*;enlanls, pour tj-
'eaux etMeksetls.
les clients de la mai-on trouveront ces produite
dans lui ; Vu d yO' >
liitte de tclam-il \ a des condition! de laveur
pendant le mois d'avril pour lOUl Bchal en pos et
par MCf
SVtfrtttCI dircdemei t la (brique*
^rocaiez-vous de jolis cadt^aux pour anniversaires, fianailles"
liages et baptmes chez
a b,a, o .%
ras.
Rue Boue-Foi


L MKU*
LamaisonHSILVElU Pharmacie Sjourn Madame Emile BR
9 t . \r....w.|.... an :!.; Il' IITHU I llli'l 11' Il
Ceux qui n'ont pas encore vu les jolis article? 1*.
linesse que vient de recevoir La Maison Sil^eii.
il y I 1 miii3uiiui. 3uu uauui aiun D u wmw
doivent, dans leur intrt, s'empresser de passer I biologie appliqu sous la Direction du
elle maison, car nul part ils ne peuvent trouver
d'aussi beaux articles i des prix si raisonnables:
Nos articles sont vraiment de loue beaut et de
tricheur et nos prix
Crpe de Chine couleurs i ssortles
dtfient toute /oncurr i ce.
Donne avis sa clientle et aux mdecins et a j public qu'il re
iranisorm son Laboratoire d'Ulogie en ui Laborato're ud
D B cot et F. Sjour i*
L* laSorai n t vmrt tou<', I* de 7 ** "* *" m*tin ,J
neuresH'isv'n r'onpslfs w.h rchaseta \fW ? taei lins
l'annonce ci jointe saut peur le
<
i
11 extra suprieur
marocain carreaux
Soirie carreaux pour lob- s et chemis:
Tricotim le soie barres
llatiiie voile carreaux
Voilesnissc brode
Crpon franais bnrrrs et c. rreaux|
l'.a jonal noir su?,
""laimlr anglais nouveaut
Ssrgr bleu anglais suprieur
l'ealinbeach anglais de toutes beauts
Alpaga noir suprieur
Satin Chine pour tailleurs
Kaki blanc suprieur
Kaki jaune anglais supciicur
jluck union blanc an.)lais "iiouve.uxtrs"
Drill union blanc anglais
fil *
Tussor japonais pour chemise s\\ nom ns et r. bjd
lteps de soie barres couleur pour chemises,,.-! hom-
mes et robos nouveauts.
Ilaptiste fine pour chemises
Percale fine pour lingerie
Calicot percale pour "
Zphyr anglais pour chemises ~ extra sup.i
Organdi suisse uni et couleur
lias jours drtiii-soie
Chaussettes cossaises pour enfants
Prench Friskjr, de niera nouveaut
l'orl.n a fleui-s |pour robes
Tussor blanc
IJmbrie hlanc
Voilei cou'eur A barres
Shirting blanc suprieur
Bas dentelles
Itas soir brode
lias fil brod
Lotions l'j ivert*-
'Julio pour premire Communion
Couvertures blanche et couleur suprieur
landes brodes Madera pour chemises et jupes
Voilo blanc barres et a mouches
lit no blanche
Gabardine blanche barres et unie
rspon blanc et couleur jours
Yoiebianc et couleur uni
Chemisettes allemandes suprieur]
Br.iViant noir anglais
lnClulion toile crue
Ser/ieltea de toilettes blanches & coulen
damasses blanches pour familles
Nappe couleurs
Petites serviettes blanches damasses
Organdi blanc & couleur barres & a
Lainage couleur anglais sup pour jupes
Madras a barres de soie pour chemises houi ns
Satinette Foulard pour robes
Peignes franais* amricains
Molleton? b ancs & cou'eurs sup
Poplin de soie U(ii blano* crait extra
Chapeau de paille i.nt. ,i |t;lli "tra
Casimir anglais sup
Crpon brod franais
Crpon franais fleurs/dei-iiicres nouveaut
Serv.ettes de toilette COQ angl U UO,,VeaUt'
Japis cir blano sup. po, r tables
Damasse anglais ,>our at,las (|ollbie largeur etc etc.
Aimables clients v
I
Waisermana et la constante Ure-Scrt rie
Saront reues que le mardi de chaque semaine.
VftW+K la Pharmacie pour les renseignements*
4 nave d'urines et Sucgastrique
Raction de Wassermann
Raction de Triboulet,
Examen du sang et du pus
Examen des matires fcales
Examen de crachat
Alburoino ractiot:
Constante (JroScrat rc
des Miracles en lace de Mmpnmerie
Pour laire'place d'autres articles nous avons r(\M
rablement les prix de beaucoup de marchandises et
totfes de soie. *
Nous venons de recevoir de trs jolis cadeaux po|
et tmtnicd.bisde lit hiod s. najpt, servittlM. jk]
de table et boire, dents r!o lil nn.n d? \aleflf
dirlande, laize et volant de Chantilly articles de i ^
le tout un prix dliant tout" l'-.n.-urrence. Articlesj
Communion.
La maison C. L Vei
Marchand Tailleur ]
Ho 1823 Rue du Magasin de l'Etat
Se recommande au public el sa ncinbn
ditde pour l'lgance de s. cou:1 et la
excution mise dans les ouvrages onlii-s a sej
La maison rote ouverte j gu'a Sheures Prix modrs.
Aux grands magasins
Des tournitarea Gnral* pour
la Cordonnerie.
JOANNY CORDASCO
No 3111 n^e de* Fronts-I'orts,(Thomas \Ja l'ort au-t'iince, Hati
lien de plus chic pour les tren ie> qu'une ma
chine k coudre "lest
l<<
Rapidit
Solidit
Souplesse
Elgance
Fini
lrs[bon march.4 trs bnniinrcli.ltrt bon march
TleS lhs Tles
12.000 Beullls ds T6's ollo*
Ceci n'est pas lire
\ Car^de la Rolame Je ne sais pas en faire
""Cependant si vous passez du et du Bureau de
"["Administration postale, la Orand'Uuej
Rentrez la. Gord.onn.erie
Grand Htel de Frai
Tosition exceptionnelle, au centre des
i proximit de loules les Banques, de la d<
de loulei les .\(|inces de b.dea-ix
Eenseunem nts et lacilits pour voyager J
mobile dais toutes les paiiies de la Fi
l'Hati et d la rpublique d minicaine.
Chambres conlortables et surtout trs pro|
tilate us dans les chambres la demande
sionaire Ci fow Irancai e 1res soigne
Qualit plus va ies.
U n.a de* i er^lek m^m
di l'autel :
MOS des meilleurs crus de Bordeaux, pal
ques, (iamejaniies, gallons et jar bouteilles]
les Vins uecliateaux, vous trouverez le F1"^
cbolx, pjur les qualits et pour l'ge
VINS L'ITALIE* D'ESPAGNE.
VLV.DE BOUKGUGNE(Llaii<-s et rouges djej
* Pommard mousseux, got Amrii ain
Le plus grand aavortimeit de Liqueur, |.
gins, wlskles, etc
Abslntlie Pernod, Amer IMcon, Vermoi
r.OXM-JWES tranaises et amricaine
ment arrive.
CIGARES de Cuba, Aurora et llabanera.
CIGARETTES de toute les fabriques d'Ut
et dtail
PARFUMERIE t Cartes.potale.
carreaux.
Ernest Camille
A la Conscience
Nous verrez que les chaussures que ce cot sur
cr> nniande ou non- sont laites avae qct, s uns et
solidit, parce que les ouvriers qui les oonlactionnent
et le* matriaux qui y sont employs rpondent et
justiiient le titre de la maison.
Prix trs modn
P. P. Patriz
Amiables clients, vois qui voulez porter, peu le A
"aS les plus |>eaux tissus qu'il soit possible de |\
tr....v,r sur celle place, m .n impiez pu, avant ff. ,r
daller ailleurs, de passer obi non oj le meilleu. L
SCCUll vous est rserv. flb\
'peinture ne changent pas de couleur.
9
a;
3
ce
Sa-ti-na
fis
fii
3
Rhum Nectar
h. N Ggeljens
IUOJBUm du Magasin de 1 Etat
117 Ru* lionne Foi.
820, Rne CorrK
Prpare'spcialement ,pour:Je climat d'Baili
The Charles fl. Brown Paint C
(ieo. Jeansme &Q
Agents ]
L'Organisation De La Fin
Est Saine, Solide Et Univeri
iTN tablissement industriel est c<
^ un arbre: il prospre, non seuM
par la puisunnee de ses racines, niait
par la vitalit de ses branches.
I.a Maison Firestone dispose de toutdj
sources de puissance. Fermement <
tines dans la prande inaison-nirt*
branches s'tendeut au loin, verdofi
et vivaces.
Dans le monde entier les Pneus Fin
' Dt i teri une heureuse influence '^K
transports et partout o les gens ro
ru: des bandages de caoutchouc, ufl
appris avoir co:ifi:ince d:\us la msK
Firesrone. Vous aussi devriez exigtfj
votre voiture soit munie de pueus (
marque: elle vous garantit le coi"-
scurit et
Le Maximum de Kilomtres par Fi
L. Preetzman Aggerholm]
Port-au-Prince ^4
PNEUS
Tre^tott
110 Hue des Csars
oue : N# 7i


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM