<%BANNER%>







PAGE 1

I.B MAHN > DPURATIF a • D r M AN CET M1J dit des Femmes Vice* du Sang Varice*, Glande* Mauvaise circulation Maladies de Peau Retour d'ge Nettoie e Sang BlltM|iM I* I %  • >*1 %  i*!• -rl i-. U tPWATtr |/ii> Min*, g&iiiir. rliuiiialitmr*, nvralgie Uraarfl, nearailhcme, inaomaie'. nTii'm sculiquc, lumlMgot, inigrjiuro. Chei la ferr-m*. il r^i;i]Vurise la cirfulalion du sang, facilite le* iaequ, prpare 'J formutuin (I nilr les nulaitta dr l'i;i' erl(h|ue. Il eelairtH le ici m c\ igsurs 1.1 uteatt dr la peau lie l '.,, %  i Crjnrfl .ru 2. rur vu. .< ii n*, Ti'-i-, .1 ivulo I ii ne>arlai zxrzzua* % %  .t*rsMtmh^jjiiai %  • %  epejjjjj aac Se (|<* fwi*Mi .n^iqn liait J'ai tu... Parisiaiia Curaao Le temps, en admirant les superbes soieries etj les chaussures Je luxe qu ; vient de recevoir La Maison Paul E Auxila M%\U Athltique Club RI.es membres du Conseil d'adminoration sont convoqus l'extrdidiaaire dimanche tmin 9 heures prcises iiujlocal or ii Dair du s Cercle. Ordre du jour : 1 • Lecture de la Correspondance t* Intrts gnraux. Le Secrtaire lui — B GtOROMU. '.Dimanche "'JC'eat une soiie d Art, ijue pr pare Parisiana/pour dimanche, le n an film La Nuit du lii est incontestablement un lilm hors pair, tant par le sujet que par le jeu des acteurs, tous des as de l'cran : Yvette Audreyor,J Jean Toulout, Dubosq et Ver Dty2 Cin-Virit* que les acteurs de U R*naissance offrent leur granie Soir Thtrale. La pice est une surprise et elle sera agrable. Kt nul d ni e que. M la modicit du prixd'entn ( 1 gourde ), on n'y aille eu foule. La Nuit du i 3 Tel est le titre d'uue production cinSmal^raphique d'un intrt puissant que la direction de Parisiana offre demain ses clien's. Interprt par les plus grandes vedettes de l'cran, ce drame passionnant dont les priptie mou vaut* se droulent au milieu des dcors somptueux, rserve d. s minute d'motion intense ton • ceux qui voudront passer leur roi re en afrable compagnie. Hospite Si Frwioii le Suies Grande Frte Le dimanclie iti avril — n'oublions pas cette date' — l'Iluspice SI Franois de Sales offrira ses amis, c'est -dire tous les Portau Princiens et aux gens de la ptourc-, un sp-c'aclc peu ordinaire. Ple religieuse gi ndiose. f<*te civile alimente,tien i e mr(|tif ra ne ce qui pi ut dilier, intresser, egay r .. Que loi s. df? rjoirrl liui. p-entent !< in.d 'po-i ii nH'tir se rr. arer, ce jour l un iftes n iitr : nie. di I. Joseph Lacombe C'est avec plaisir que nous av n* reu hier eu nos bureaux la vis e de notre grand ami M. Joseph Lacombe. Nous lui renouvelons toutes nos sympathies. jl'OII I. 4. Dupas M. J. Dupas Lon de passage Port-au-Prince nous a fait le platle | i 1 II. sir de nous visiter et de nous talonner qu'il est candidat Ml pro •haines lections Communales du Cap Hatien. Tous nos >"ix l'accompagnent. A tendre Occasion exceptionnelle 1 superbe Ut acajou. neuf, style Louis XY.prix avantageux. S'adresser au MA 77A" DP l TBEBUD Dentiste D la rites de Montral, de New York et'de la llavaue. Jravaux en or t 'en por celaine. Extractions indol* res par l'anastlit'-ie conduclive, pratiques spcialemenl !: cNous sommes heureux d'apprendie d'i.n de nos gnreux abonns ayant lonotempi habit le Cap que la religion Dttboliqae tient la place d'honneur dans celle ^colonie lio landa e si prospre comme nous a'lon& le voir : Save/ vous que le | ort dCu B Qio est le dixime du n.onde Peu de personne* s' n do lent; Cep m dant le m nv ment du pi rt I fin d .rnier a l de q atre mi lio s et demi de tonnes Quio e compa gnies dnavigaiioo a vvpeor lent escale ici. Ti uies ou presque tou'es les nalionalils maiilirnes sniil reprsentes. Jusqu' des .la pnnais qui nous visitent rgulire mpnt LorvOSe a b/oefleie nrrmi'ment de I ou\erlure du canal de l'an; ma de part sasituiiliiiti gographique et cause de snure'gimede port franc, fur i;a> est un foimidalde en're SOI pour tontes les msrchanlises ili'-lir,iiii.ii dp la Colombie el de la province de Maracaibo. Ce mou vjraent eojnmerclal Irimp> riant n'est rien 4 cote" de relui cr pur le Ptrole liarjsroil bru, en la teaux citerne.-du Venezuela el rai" hu ici, d'o il est expdi dars tous i--s paye du monde sous forme de b i zine u zoline, m M ml. V us di u'ez v us qu'i n p. ys h lltil. : s la rel'g'o' 1 c Iho iijtie v tiflone la p'.tce d'honneur? o'obd galion 'e ii i.vpPQr de CurnRO doit lie culholi ne. cnTme lim mense majorit de la oop 1 lion. Les protestants sonl u e poig i ; les juifs, ieu nombre ix, onl.com me pa>to.it le monoi.'e le la fi nance. Les o-uvres ctlli lique trs bien organises, s-ni ertr les m ins des Pres, dominicains. L'Fvcque rhi mme est domteieain cela va sans dire. Ou Baltetm (N.D.P.S.) la dccouvtite toi vite lis f"c:is iniernes 'merveille il ruis tes mres de Port au Pi ince (|iii n ODt pu dormir tranqu !1< ment Ibrriainte de l'enfant qui 'lait cspabled'allraper le croup pendant la nuit, seront certainement heuleuses dsa\o i quelque, ehoee au snjel du VapoRi b de N cks. t: e.-l le Innieux cnguenl vaporise our slit mes que les pharmaciens ocaux < ni lcen ment in porl des Etat:-Unis o plis de 92 millions depo s y ont lt| i n ursge les cinq dernii r< s annes. Pluskura millions -'e famillee dis Hais I i K du Ve-ique et aulie* pallies du Continent ont dinnM.ii qu'elles pouv. ient se lier su Vapoliub de Y cke pour prve i.ir et soulsger le ctoop. '•' isque a\is \ous tst duni. ce bonne heure le soir per une loux rauqi;e, une iipplitalit D c"e Vicke nu n ornent de se mettre au lit prviendra anralement une attaque pendant la nuit ; l'emploi du \apoHup de Vieks apportera prs que srement le soulgemenl en 1"> minutes. Le VapoRob de Viiks est la d couverte d'un pharmacien de la Carolinejdu Nord — t'^sl une corn blnaiion sous foi me d'oogoent de camphre, menthol, encalyplus, hym, tiben'h'ne, ec... (J.iand il est trott sur li gorg et la poi truie, il pntre el stimule la pian en oulie les vapeurs curt ves et bienlaisanles dgages par la (ha leur du c rps sont ii h les imm diiitmenl llntlirur r'is oici respiratoires conge^liol r ces. Tout C4 lait sans l'emploi d t nau • • bondes doses internes. L VepoRubde Vick^etl enlin rn traitement idal pour tous les rhumes des enfai ts,lts coi gestions et enfhmma ions de toulet sords chi / hs personne;i_ r es — ou pour les diveis maux r^e la peall et di/mr.nge ItOOJ. Pour les (oupure, u't ros, 1 I tare, meuitritsures, geittre^ 1S15 Clrz (lardiner \ .o E Kn •A vis aux abonns du 'ei vice Hydraulique le Sei\"e< llurailii;:: ;aipe'le a. x ah nns k texte dis articles 8 el 7 de -es r. lments du i2 No vcn.lre ts,9 ainsi ootrii : clous les travaux d'embranch ment aur 'a voie publique aussi bien que ceux d'ins letton int rieure ne pourront, e,i Ucun ree tre excuts iar des ouvrire aulies que ceux d i Service ee Kaux et avec l'asseutiment de la Direction s Les conlravontions au texte pr;cleut entraneront la r siliation immdiate de l'abonne menl sans prjudice des poursuites lgales.— LA DIRECTION. Finnois A. Deverson AVOCAT L">, Ru Vru Port au Prince MNAGRES !| Pour teindre tous tlaauo i LAINI, COTON, SOIK, c... auoun produit n'gala VLaMAVRESm] [ pru -..'ci l".'rt au i'riece: I Utxriu*. V. IU.lt. ij*ron>a J.% .• % %  >n -K-,.I.I ii* A i mal |ill>KHMIlaJti.l H$B :nr 0u-t ef friiv •" .* M "••* e| V' a &rCHCOQ,4^M^Mo(*i.'0iltl Mas Moulu meneain Ce Soir Il y aurait h.30 grande reprsentation. Demain i 4 hs. p. m. mttioie et 7 Ii. 30, gra.. I (j:d.i au cours duquel "> v,,, r a I. f locente aico aux prises ave deux liens laineux, {rare du dfunt. 1 'ts, ^Obtenez votre sant des sour••: ^-e>ces mmes de la Nature. ^7^ La Nature tant la source ^-'^Ku. ^^J^~ de tous les biens de l'humanit, %  >'•*£$? j| est logique que nous ayons recours elle quand le corps humain a besoin des trsors qu'elle renferme. Q ) Pour la protection de la sant, le plus prcieux bien de la vie, c'est la Nature mme qui nous offre avec l'huile de Foie laqi L'EMULSION SCOTT Directement du fond des mers, elle apporte le soutien de nos forces, combat l'anmie, les atloctions de la poitrine et des poumons, la ar.alnutrition, etc. Ceat en vrit le tonique r ( >' lal pour tous les gc? .> J Compagnie Ben rai Transatlantiques Le paquebot MAL • \ nanl de % ordeaux e-t attendu I [Port auPrince ie 11 couran'. Il rep rtue le mme jour pour: t a*til Rnye. Santiago, ("ayee et Jacmel. De retour Port au Prince vers le 16 il repartira 'e jour de son arme pour : Port de-Pats, C.apHaitien, San-Juan. La Corogne et le Havre. Port-au Prince. 3 avril 192". L'Agent.— E. ROIBLIN La laison (Sharles R. i ;a't)ens annonce au ptihlic 3 u < elle fck vient d'installer des machines des plus mo einrs pour la prparation du mais moulu, farine ^!V*^llni de mais. Heurs de mais pour les enlants, pot.r ,,Finraille* leauxel desser!s Cet .il midi auront lieu la }~ *"? '•J? P" 190 1 * CeS F**** Cal drale les lu. rellee de Au!" n* ' us "• %  lt|>ftls. ges'e S homberg dt'cd ce matin Heures. i titre de rclame,il ? i de conditions de laveur \ u envoyons r>o simer's 1 I • i i t d icanre aux p. .eu s prouve pendant le mois (I.iv.il pour loul achat eu gros el piii lu i-lii K nu ni H sa veuve el par sai'S. notre ami M. TUcmas S'h mbtrg L^J ^.. ^ . ... 8 adresser dt+eciw* ? a ltbri1 la r. ine les En\ de T.il-tte. aktfrhrBenu f X RHUMATISMES, Dr. BENGL'E. 16 Kne KJIIII. %  Paris. %  THE TEXAS Jfl Texaco Gazoline, Krosine^ La Texas Couipaj insfall s^s Bnri anX 1831 de la K! Quai,la(j2(Iela i Baker.Tusnos cl \oudroiJ donc M l'avenir se prsetil cette nouvelle adri L'Organisation De La Fil Est Sain e, Solide Et Univ v T N tablissement ir. 7 ustriel est co ^ un arbre: il prospre, non e0 }" par la puisuance r> s ;s racines, roais rar la vitalitft de ses branches. I Maison Plrestone di-rose detoflt*w sources de puissance. Fer.iiemeot ti-ies d.uis la i'i inde ii.aison-mere" fccanches s'tendent au loin, veraoj* • et vivaces. ttar.sle monda eniir r les PneusFirej ent exerce une heureuse influence transports et partout o les pens ru: des bandt '_ uhul 1C B j appris 5 avoir confiance dans I Firestone. Vous aussi devriez exir ^ votre voiture soit munie de pneus mnrque: elle vous garantit .e ce scurit et Le Maximum de Kilomtres gar B L. Preetzman Aggerhol* Port-au-Prince PNEUS ^ < *^ aa " aM **si IBIII %  i si eaaT~^ J ^^ (t \ %  • na^i rl*



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE IMPRIMEI* Clmeni Magloire BOIS VEHNA 1358, Rue Amricain NUMEPj 20 CENTIMES V Quotidien l'homme n'apprend se connatre ns jamais d'accord sur les torts respectifs du 1*3 et du 12. toi expos de la situation financire de la France ? U Herriot et Clmentel ice ne recourra ni s lEmnrunl, ni a aucune mission teblllta ie rle que doit jouer la Banque .dfraie* Commenlanl la note ^cab.„e,| ier>oir ri 1^ une 1Dfl u,i 0n le Malin ViR m ' ,nll io ne 1" ia monnaie mis C "L 6,Kf a, ."Pliqae ['ul'er s deM.tresdela,n "compte, i| ne serai'a couver ure de In ? 0na ^ en circaliui ' £ n e 8 : ngagera pr " voie p ( ur pa 'dans Cr! r i i ii " n V} mr 'milliai !g. leon t'f Uelad H USfIjnn budget. M. Cment. 1 d. lare qu'il ex, o eialo\i!emen'la situation ac tuille en %  tenant en dehors dei b ta II.;les pali, car l'unit ua tionale doi se l el'ouver autour d %  finances de !a France. Lander nier.nous avons d 'aire face la bataille du Iranc qui lut bnllam me i ^n e par le gouvernement roinrare, mais la crise orienta la Bouscriphurs de titres revenu •ne v. rs les valeurs chai g -, en consquence la trsorerie vit ses Poilues se rduire d'o n?es %  t demesur s il-cales nouvelles. I." miniftire des finances i.n-isto %  ris Pre i' que le budg t de 1"; -ou vot avant les vacance de P^ues. Il annonce (ju'il dpo sera le budget de 1980 ds la reu tre en mai II souligne que le bud gel de 1925 s'inspira dudt'sir una uimement exprim de voir les im piVs donner le meilleur rendement possible. Le minstre convient qu' certains tages l'impt sur le rve n.i est trop lourd et il faudra l'a lger aussitt que possible, mais il t ni que ds maintenant chacun p.ie Ma d sacs que d'ailleurs ou doive aucunement chercher ni vler les fortunes* M. Clmentel souligne que la chambre et le gouv.rnement tu opprimant le bordereau deon pons IIP renon. eront OM I empl cher la fraude. Le gouvernement insiste pour que tous les fraudeurs soient mis dans l'impossibilit de continuer leurs sgbsaaienti ; i ^uligne en-uite l'inscrii.tion au budget de un milliard280 millions au titra du plan Davves qui est en pleine excution. Les deux pre mires annes nous ne toucherons que des livraisons en nature, mais dater de la cinquime anne les autres versements prendront plus d impoilance. M. C'mentel dclare que l'on peut maintenant invisager la ra li-alion des obligations industrielles et ferroviaires a leminds au su jet des dlits interal iees. M. Cl nvntel imprime Itspoir que des ni'g ciations sui/ront les conversa tious ofli ie i-ts p niisuivits avec l'Angleterre. Le ministre a con liincedtnsuu rglement favora ble de m e . e >|U' conc n ne la detle en. un les Buts Unis Le gouvernement aniriiin sait que nom sommes piis examina r la ques i m avec lui, nous rtvons expriai netttmeui nolie volont de pai ment, nous croyons que la Ira ternil darms de la guerre nous mnagera une transaction et IIOJS permettra daLojlir a un accord favorable pour les trois pays. M. Clm>'iilel rappelle la volou t du gouvermmeiii de ne pratiquer aucune politique d'inflation, les dpenses publiques ne peronl pas couvertes par de^ avances de la banq e de France ou des missions lie bi lets. Le gouvernement ne recourra pas l'emprunt ou a l'augmeniatiou de U circulation es qui seiait un crime contre l'Etat, la carence allemande pse sur la France depuis plusieurs annes, le crdit commercial se trouve li ni.'. Le com Bar e, l'iadusti e et la bt&]ot absorbant une grantd misse >le b Ilots, la sirculttiou ne descendit pis au dessous de 10 nuiiards uupeis Uctobrs une telle situation ne peut trj mai i e nue sans pril ; il faut reconsti tuer une masse d'misnon sufli saale pour par.-r toute ventuali t. Le remplacement daus la circu lalion .1 s billets ne sera que m mentun, ce ne s.ia pis do I iulla tion. Le banquier am'ricain J. F. Morgan recjnt ut lui mme la justesse de celte distinction. Ces billets de remplacement ne seront employs qu' l'escompte des trai tes commerciaux, la b nique de France sera charge de grer avec paiciminie celte nouvelle provi sion de cr dit en conservant des rserves pour des clrsonsUoees imprvue.'. I ne s'agit pas d'iufu tion d'Etat ni d'inf ation com m r ciale. Le gouvernement fiii loin sss sfforts pour vit r tout.: iaf:a ti .. M. Clmentel dclare que a banque de France accepte ds maiutenant la rvisio i totale de ses billets, ce qui lui permettra de faire rentrer, alin de les cbau ger, les billets Ukttsrisst. Mous mptons un coatia^eot impur laui Ue b.ilels per lu^ uni augm.n teront notre mtrge. \ous donne rons la ban ie de Fiance toute marge pos^ib e ncessaire sa se cm li conceruanl uotre delle.nous I rendrons les mesures ncessaires tu temps voulu. L'oeuvre de re onstru ion u0 nos hommes de peine, nos ou vners (l'atelier, nos employs de bureau soient laisss ainsi h la Tieni et aux caprices de directeurs d fllt le i r^ uc Cds qui nous occupe mrite d autant (lus de reteuir notre at tuntion qu'il s'agit d'employs ayant travaill longtemps cet ta btrssement et quiout t congdis alors qu i y aurait t facile de les gardt en rduisant les appoin leiiitnts du haut personnel. Nous esprons fut la direction de I Usina tilace voudra bien prendre note de ces considrions ei s'intresser au sort de ces ma Ureureux pres de famille eu rap portant cette mesure qui les frappe injustement. Li Par C.lil. M. Clmentel dmissionne I'AMIS Li Matin annonce ce malin que M. Ciemeutel, mini Ire des linances, a donn sa d mission. Divers bruits ont couru dans la soire au sujet de cer tains difl'rends qui existent en r M Horrtot et M. Clmentel ; reproche ce dernier d'avoir pris l'initiative de plusieurs mesnres sans avoir consult au pralable le prsident du conseil. 1 la Chambre Franaise PAJUB A la chimbre, M. Lon Bium, dput de la Seine, ayaut mis en doute la rgularit du "vote sur l'lection de AI. Henry de Rots clu'd et obtenu l'ajournement de 1 approbation du procs verbal consacrant ce vole, de nombreux membres de loppoition quitt rent la salle refusant provisoire ment de participer aux dlibra lions. La discussion continua ce pendant sur le statut administra Uf de l'Alsace Lorraine. Le successeur eu I. Clmentel INHIS— Le so. leur De Mon/ie prend le portefeuille des tinences. Les B, U #llX ,h.q Uei taxe ta Mis pour servir au paiement des taxej plus tarJ quand les notes de demande serait envoyes ont t achets pour 30.000.000.000 de francs au 30 Mirs.Le Montra .les hnan.es est content du rsultat. S' h V.MIX la patl prpare] la ciuerre HOMEMr Mussolini a pro nonce un mouvant discours au snat quand il a parl de la ror ganieation de l'arme italienne.Le lime de son discours a t le vieil adage : Si tu veux la paix, prpare la guerre* Jhsrtfiss Diverses MUS .01— l'es manifestations propos du meurtre de deux ter ronstes B ginski et Quierzbrk ne/ prs de la frontirepoooaise ou I on devait les Langer ..ur deux polonais d en us par les So viels ont port les autorits pla cer un fort cordon de police au tour du SSSfS de la mission polonaise. v Les cours i Avril PAU I S—Dollar 19.13 Sterling 2.80 NEW YORK Sterling Francs 4.7g 19.37 Madame Emile BRUJV Rue des Miradesen lace de l'Imprimerie Hationale l'our faire place d'autres articles nous avons rduit consid-Nous venons de recevoir de tn-s jolis cadeaux pour maria*-? et .aptetne, draps de lil brodes, nippe^rvieltes, e cAervS de taUi,et boire, dentelles do iif mafa, de Valenc fnne et dllrlaoda, laixst volant di Chantilly a r?des de mo! ate ^ %  %  i\ Hier, aujourd hui, demain. Hier, il y eut lit aus(.{ Avril f

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06394
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, April 04, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06394

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
IMPRIMEI*
Clmeni Magloire
BOIS VEHNA
1358, Rue Amricain
NUMEPj 20 CENTIMES
- V
Quotidien
l'homme n'apprend se connatre
seule, enseigne chacun ce qu il
* MltlE
TLPHONE N* 242
lifme ANNEE N 5474
PORTrAU-PRINCE (HATI
AMI-DI 4 AV1UL 192'
Un Mauvais Jour : Le 12
gens qui connais e. t la
eni, autant que possibl \
. le 13. Ce jour l, ils
ment aussi de se marier,
une nouvelle dmes-
[demander du homard.
|3 est un jour Dfaste. Le
j des v.-nemei tsmalh u
lis' sont produits le 1 5e
mois d'un, mois ou
litre est inimaginable.
\ de nous pourrait en citer
uns. Il suturait, aprs
ia Jdi ionner pour r,'
i que j'ai raison, .le par-
leurs d'uns chose q e
pe n'ignore.
ifon ignore norale-
:'et que le VI
que le l.'l. Tapi
ne vaut
f n s que je pouvais juger le t
< qu tablement. A l'ordinaire.on
condamne le 13 a priori. Oui
sait si le 13 n'a pas perdu de-
puis longtemps tout son venin !
Beaucoup de personnes l'accu-
sent sans pr uves. Moi, j'accuse
le 12 a POSTERIORI : je sais ce
uueje sai3.
Lnitfivv ns le dbat (Juan I
on a tudi sans hiblesses le 13
lie 12, oi est tout naturelle.-
men! port se dire : lv le
111 Est ce que, peut. rc, lui
aussi... ? ? i
On m'a compris. Je vai? faire
une tude systmatique de tous
les jours du mois. Ou plutt, je
prierai mes trois dactylos de
bien vouloir s'en char w \c-
ment aux p.eds du il tellement elles sSent du
icrce depuis de Uf dll iUel(j(1,,: ^SmqSi
les rsultats obtenus soient en
core incomplets, ils sont dj^
trs inquitants.
lui songeant aux tristrs nou
velles que les journaux nous ap-
portent chaque matin, et, stir-
lout.en songeant tout ce qu ils
ne disent pas, on peut prvoir la
conclusion laquelle, mes dac-
tylos it moi, nous allons abou
lir dilli idiquem nt Depuis qu'
t Ile s'agite sous l'uidllerence
descirux, l'Humanit supporte
; vec rsignation des embte-
ments vaiis dont le nombre
confond l'imagination. Qu'elle
, veuille bien agrer ici I expres-
ses assassinais, ses rapt* sion de ma piti et de :na sym-
[?' *?8 .ca^troplies de pathie.
Les gens superstitieux qui s;
dfi'ni du 11 ont ra son. Mais
ils ne voient pis la ralit dans
'oute son horreur. Lv jours n*
listes sont trente l'ois plus nom-
breux qu'ils ne le croient. Le \
n'a rien reprocher au z2
Quant au 15 et au "21, il leur se-
rait dillici e de se regarder sans
rire.
13
i funeste sur les desti
naines sans quon s'en
car, lorsqu'il vcit
l'homme inquiet ne
au 12.
quelque temps dj
I laiwait de vilains sou
-estpourquoi j'ai vou-
loir le cur net. J'ai con
Itiemmeiit les dernres
Idu Journal des D-
lu t Figaro , de L'E-
cris, et aussi d.; qu 1-
" de nos quotidiens t
Ml, je sais ce qu il faut
Pu 12 Par ses naufrages,
fcesretMitissants, ses in
le 12 vaut le 13. ht
faux ne disent pas tout,
"lent pas de ce qui se
m les demeures des
! us ne r content pas
aea intien s du cur.
Iquete sectte m'a per-
laire le dnombrement
" de lamine qui ont
" ^quartier -un
tranquille- ie 2 du
puerAne simple mollr
JfjrVdb deux cents
l"l!i' moyenne isrcu-
LrCT*,diD,tol
jo* est la bonne : r-.'
compote de ses ru-
estJ incontestable : il y a
environ trente mauvais jours
dans le mois- Mais si ces p.urs
sont mauvais pour les uns, ils
ne le sont pas pour les autres.
Voila pourquoi nous ne nous
met r >ns jamais d'accord sur les
torts respectifs du 1*3 et du 12.
toi expos de la situation
financire de la France
? U Herriot et Clmentel
ice ne
recourra ni s lEmnrunl, ni a aucune
mission teblllta
ie rle que doit jouer la Banque .dfraie*
Commenlanl la note
^cab.e,|ier>oir ri
1^ une1Dflu,i0n le Malin
ViR m' ,nll io" ne
1" ia monnaie mis
C "L6,Kf.a,."Pliqae
['ul'ersdeM.tresdela,n
"compte, i| ne serai-
'a couver ure de In
?0na^ en circaliui
' ne,8:ngagera pr
" voie p( ur pa

'dans
Cr!,ri i"ii""n-
V}mr'- milliai !g.
leont'fUelad.H.USfIjnn
budget. M. Cment. 1 d. lare qu'il
ex, o eialo\i!emen'la situation ac
tuille en tenant en dehors dei
b ta II.;- les pali, car l'unit ua
tionale doi selel'ouver autour d
finances de !a France. Lander
nier.nous avons d 'aire face la
bataille du Iranc qui lut bnllam
me i ^n e par le gouvernement
roinrare, mais la crise orienta la
Bouscriphurs de titres revenu
ne v. rs les valeurs chai g -, en
consquence la trsorerie vit ses
Poilues se rduire d'o n?es
t demesur s il-cales nouvelles.
I." miniftire des finances i.n-isto
ris Pre i' que le budg t de
1"- ; -ou vot avant les vacance
de P^ues. Il annonce (ju'il dpo
sera le budget de 1980 ds la reu
tre en mai II souligne que le bud
gel de 1925 s'inspira dudt'sir una
uimement exprim de voir les im
piVs donner le meilleur rendement
possible. Le minstre convient qu'
certains tages l'impt sur le rve
n.i est trop lourd et il faudra l'a
lger aussitt que possible, mais il
t ni que ds maintenant chacun
p.ie Ma d sacs que d'ailleurs ou
doive aucunement chercher ni
vler les fortunes*
M. Clmentel souligne que la
chambre et le gouv.rnement tu
opprimant le bordereau de- on
pons iip renon. eront OM I empl
cher la fraude. Le gouvernement
insiste pour que tous les fraudeurs
soient mis dans l'impossibilit de
continuer leurs sgbsaaienti ; i
^uligne en-uite l'inscrii.tion au
budget de un milliard280 millions
au titra du plan Davves qui est en
pleine excution. Les deux pre
mires annes nous ne toucherons
que des livraisons en nature, mais
dater de la cinquime anne les
autres versements prendront plus
d impoilance.
M. C'mentel dclare que l'on
peut maintenant invisager la ra
li-alion des obligations industriel-
les et ferroviaires a leminds au su
jet des dlits interal iees. M. Cl
nvntel imprime Itspoir que des
ni'g ciations sui/ront les conversa
tious ofli ie i-ts p niisuivits avec
l'Angleterre. Le ministre a con
liincedtnsuu rglement favora
ble de m e . e >|U' conc n ne
la detle en.un les Buts Unis Le
gouvernement aniriiin sait que
nom sommes piis examina r la
ques i m avec lui, nous rtvons ex-
priai netttmeui nolie volont de
pai ment, nous croyons que la Ira
ternil darms de la guerre nous
mnagera une transaction et iiojs
permettra daLojlir a un accord
favorable pour les trois pays.
M. Clm>'iilel rappelle la volou
t du gouvermmeiii de ne prati-
quer aucune politique d'inflation,
les dpenses publiques ne peronl
pas couvertes par de^ avances de
la banq e de France ou des mis-
sions lie bi lets. Le gouvernement
ne recourra pas l'emprunt ou a
l'augmeniatiou de U circulation
es qui seiait un crime contre l'E-
tat, la carence allemande pse sur
la France depuis plusieurs annes,
le crdit commercial se trouve li
ni.'. Le com Bar e, l'iadusti e et
la bt&]ot absorbant une grantd
misse >le b Ilots, la sirculttiou ne
descendit pis au dessous de 10
nuiiards uupeis Uctobrs une
telle situation ne peut trj mai i e
nue sans pril ; il faut reconsti
tuer une masse d'misnon sufli
saale pour par.-r toute ventuali
t. Le remplacement daus la circu
lalion .1 s billets ne sera que m .
mentun, ce ne s.ia pis do I iulla
tion. Le banquier am'ricain J.
F. Morgan recjnt ut lui mme la
justesse de celte distinction. Ces
billets de remplacement ne seront
employs qu' l'escompte des trai
tes commerciaux, la b nique de
France sera charge de grer avec
paiciminie celte nouvelle provi
sion de cr dit en conservant des
rserves pour des clrsonsUoees
imprvue.'. I ne s'agit pas d'iufu
tion d'Etat ni d'inf ation com m r
ciale. Le gouvernement fiii loin
sss sfforts pour vit r tout.: iaf:a
ti ..
M. Clmentel dclare que a
banque de France accepte ds
maiutenant la rvisio i totale de
ses billets, ce qui lui permettra
de faire rentrer, alin de les cbau
ger, les billets Ukttsrisst. Mous
mptons un coatia^eot impur
laui Ue b.ilels per lu^ uni augm.n
teront notre mtrge. \ous donne
rons la ban ie de Fiance toute
marge pos^ib e ncessaire sa se
cm li conceruanl uotre delle.nous
I rendrons les mesures ncessaires
tu temps voulu. L'oeuvre de re
. onstru ion ....... u gue, l'essentiel e*t de marcher
prudemment au dessu* des luttes
de par.is ; nous ne devons pas
perlre .le vue la acuat gnrale
et h sauvegarde nationale sur le
terrain liiinicier il f.iut refaire
l'union. J'appelle celle union de
IcLf mes voeux et U I ne lera
bientt de sa victoire ute magnili
que rali!. .
M. Herriot, mand d'urgence r.
la chambre, dclan qu'il tait pr
frable dans Finlr."! des linances
publiques de ne pas lier la discus
sion du budget celle des probl
mes de la trsorerie ; il proclama
que le gouvernement tait toujours
oppos l'inflation, il fera face
aux dillicults de la trsorerie par
des mesures o la France verrait
des ides gnrales et des directi
vos de principe. La situation ac
tuelle ne peut durtr nous vou
Ions une trsorerie nette comme
nous voulmes un budget ntt. Le
gouvernement e-l unanime reje
ter l'aiitsion de tillets pour parer
la situation. M. Herriot conclut
en disant que le gouveruement ne
proposera que des mesures saines
et loyales II demande au snat d'at
tendre le projet de loi que le gou
vcrnemtnt dposera.
Nouvelles Etrangres
.ve fait une
hcatombe d'iat'ens
Ce mo's d'Av il a t bien fn
npste po r quelques pauvres em
ploys de la Glacire. Fn effet,
sous prtexte de diminuer .'es Irais
gnraux et de raliser des cono
mies, la direction de cet tablisse
ment vient de rduire le nombre
de ses employ s. \l,is, ce qui
frappe dans celte mesure ce*t
quelle n'a por. q ie ,'ur ciux qui
ne gagnaient qui de maigres sa
laires, alors que les gros bonnets
continuent percevoir leurs gros
molument.
nuand donc les conditions du
travail seront elles rglementes
tbez nous.' Car, il ne se peut pas
q>0 nos hommes de peine, nos ou
vners (l'atelier, nos employs de
bureau soient laisss ainsi h la
Tieni et aux caprices de directeurs
d fllt le i r-
^ uc Cds qui nous occupe mrite
d autant (lus de reteuir notre at
tuntion qu'il s'agit d'employs
ayant travaill longtemps cet ta
btrssement et quiout t congdis
alors qu i y aurait t facile de
les gardt en rduisant les appoin
leiiitnts du haut personnel.
Nous esprons fut la direction
de I Usina tilace voudra bien
prendre note de ces considrions
ei s'intresser au sort de ces ma
Ureureux pres de famille eu rap
portant cette mesure qui les frappe
injustement.
'___________Li---------------____________
Par C.lil.
M. Clmentel dmissionne
I'amis Li Matin annonce ce
malin que M. Ciemeutel, mini
Ire des linances, a donn sa d
mission. Divers bruits ont couru
dans la soire au sujet de cer
tains difl'rends qui existent en r
M Horrtot et M. Clmentel ;
reproche ce dernier d'avoir pris
l'initiative de plusieurs mesnres
sans avoir consult au pralable
le prsident du conseil.
1 la Chambre Franaise
Pajub A la chimbre, M. Lon
Bium, dput de la Seine, ayaut '
mis en doute la rgularit du "vote
sur l'lection de AI. Henry de Rots
clu'd et obtenu l'ajournement de
1 approbation du procs verbal
consacrant ce vole, de nombreux
membres de loppoition quitt
rent la salle refusant provisoire
ment de participer aux dlibra
lions. La discussion continua ce
pendant sur le statut administra
Uf de l'Alsace Lorraine.
Le successeur
eu I. Clmentel
INhis Le so. leur De Mon/ie
prend le portefeuille des tinences.
Les b,u #llX ,h.qUei, taxe ta
Mis pour servir au paiement des
taxej plus tarJ quand les notes de
demande serait envoyes ont t
achets pour 30.000.000.000 de
francs au 30 Mirs.Le Montra .les
hnan.es est content du rsultat.
S' h v.mix la patl
prpare] la ciuerre
HOME- Mr Mussolini a pro
nonce un mouvant discours au
snat quand il a parl de la ror
ganieation de l'arme italienne.Le
lime de son discours a t le
vieil adage : Si tu veux la paix,
prpare la guerre*
Jhsrtfiss Diverses
MUS .01 l'es manifestations
propos du meurtre de deux ter
ronstes B ginski et Quierzbrk
ne/ prs de la frontirepoooaise
ou I on devait les Langer ..ur
deux polonais d en us par les So
viels ont port les autorits pla
cer un fort cordon de police au
tour du SSSfS de la mission polo-
naise. v
Les cours
i Avril
PAU I SDollar 19.13
Sterling 2.80
NEW YORK Sterling
Francs
4.7g
19.37
Madame Emile BRUJV
Rue des Miradesen lace de l'Imprimerie Hationale
l'our faire place d'autres articles nous avons rduit consid-
-Nous venons de recevoir de tn-s jolis cadeaux pour maria*-?
et .aptetne, draps de lil brodes, nippe^rvieltes, e cAervS
de taUi,et boire, dentelles do iif mafa, de Valenc fnne et
dllrlaoda, laixst volant di Chantilly ar?des de mo! ate
^
i\
Hier, aujourd hui, demain.
Hier, il y eut lit aus(.{ Avril
f coiu;j t d'hoiiiin is nomms pir
.\ t pi j|. ua, dont il avait tait la
fortune et qui l'avaient flatt
datiii la prosprit, pronona ce-
pendant sa dchance-
Aujourl'liui, il y a 134 ans
( I Avril /7'Jl) que i'Assernhle
Constituante en France dsaf-
fectt l'Kglise Sle (enevive et
la transformai en Panthon des-
ta recevoir les restes des
hommes illustre*. Li premier
oui v enlra lut Vo taire et le
dernier, jusqu' ce jour, Jean
Jaurs.
^Demain, il y aura 131 ans
( 5 Avril 179 i ) qu i Robespierre
vainqueur envoya l'chafaud
Danton, Camille Desmoulins et
tous les brillants meneurs du
parti dantoniste-
Un danger
Il est a remarquer que depuis
quelque temps les petits marchands
Ue liqueuis, propritaires de caba-
rets et guinguettes, distillent eux-
mmes les boissons -\< ritueuses
qu'ils dbileut. Cela ne va pas sans
danger, car, presqu toojojrs des
produits noc.ls.i vnneux sont
indispensables 'a disti..ation tt
S la composition de ces liqueurs.
I.i messieurs es petits distillatfluia
sont-ils assez t-A s de leurs connais
sances pour ne les emplovej qu'a
djse m. Ifensive?
Il est donc ncessaire qu'un cer
tain contrle soit tab i par un aer
vice public qu Icq ique alin de pr
venir tout regrettt) accident,
car, prserver vau mieux qi e
ijurir...
les ils taioiiiK.
(4
iu lendemain de ranni-
versaire de I,'Essor
Dans notre compte rendu relatif
l'Anniversaire de notre Confrre
L'Essor noas avons cit parmi
les invits qui avaient* rpondu
l'arm ble invitation de M. II. Dor
sinvil e le nom de Me Emile Cau-
vin avocat. C'est Me Emmanuel
C.aimD, avocat et Conseiller 'at
au'il faut comprendre.
Hassasie-toi niiteiait de ce
tal doit ti as t si avide pen-
dant U fie."
Le triumvir romain Crassus, bq
lant d'imiter Csar qui achevait la
conqute de la Gaule par d'cla-
tantes victoires, entreprit contre
les l'arlhes, tu del de l'Euphrate
une expdition.
Le roi des Parthes, Orodes, le
vainquit et le lit.'prieonnier.
Orodes lit trancher la tle au
triumvir romain, et, la preaael
par les heveux, il lui versa dans
la bouche de l'or fondu ea disant :
"Rassasie toi maintenant de ce
mtal I ml lu as t ai avide pen-
dant ta vie."
L'amiur de Creasus pour les ri-
chesses tait proverbiale.
Hatcli pour rire__
La courtoisie n'est pas une vsr-
tu hatienne. Mais nous n'en dtes
tons pas l'amusant nrotocoln et l'i
ronie des manifestation extrieures
qui l'ac-ompagnent.
L'anglo-Saxon, encore moins
ne | a invente. Le bluff, disait
Haguet est une exagration immo-
dre de sa personnalit et uu (J.
veloppement crbral de sa va
leur et des moyens dont ou di p0#
pour I. conduire un ce.ta,,, de
gr de perlect.on. Il B'e* pas non
plus sorti de notre trop limite ima
gination. Ce sont uoj grands voi
ns qui en sont les pres...
Kt il pat ait que le rote de la
suggeil.on dans le monde est bien
plus oprant qu'on pense. La rali
sation n'est jamais loin du Rve
!!i ?rUA-aus8i- ',ei,u' ^
grand le ,ve, mais allez expli
quer cela des gens pratiques ..
Hier, ceperHant, no. amis les
Jamacains qui ne rivent pas d'or
dina.reonleulespiedsankvloss
Le pub.icn a pas admir leur jeul
Lambrt Lewis n*a mirqu qun
Mais les Gendarmes, dj battus
par tous les autres Clubs, ont con
quis tous les laurier... An r
(Velox)et hlsAim (Jeunesse)
ont lait .'tonnemeut des adver
sairas. '
Pourquoi Lewis, Passarlaigue et
reurlado ont ils li mal dfendu
leurs couleurs.'
La crainte du gendarme , me
juffle un loustic...
M' Parf
A V( ICAT
Annonce qu'il a repris l'exercice
de sa profession.


I.B MAHN
. -
>
DPURATIF a

Dr M AN CET
M1jdit. des Femmes
Vice* du Sang
Varice*, Glande*
Mauvaise circulation
Maladies de Peau
Retour d'ge
Nettoie
e
Sang
BlltM|iM I* I >*1 i*! -rl i-.
U tPWATtr OCT orliuic le saii, vlriBc tri as.ainlt
.'jrginume. Il tvKi |ta H 1*1 aTi'c-
l ujh ilj' a une mbuslion inconi-
1 '- dei l'aient! au ralei M n
nient de la nofrillon (ulirsiU-, a.-rt ni'.
ra>|/ii> Min*, g&iiiir. rliuiiialitmr*, n-
vralgie Uraarfl, nearailhcme, inaom-
aie'. nTii'm sculiquc, lumlMgot,
inigrjiuro.
Chei la ferr-m*. il r^i;i]Vurise la cir-
fulalion du sang, facilite le* iaequ,
prpare 'j formutuin (I nilr les nu-
laitta dr l'i;i' erl(h|ue. Il eelairtH le
ici m c\ igsurs 1.1 uteatt dr la peau
' lie l '.,, i Crjnrfl .ru 2. rur
vu. .< ii n*, Ti'-i-, .1 ivulo I ii ne>arlai
zxrzzua* .t*rsMtmh^jjiiai
epejjjjj
aac
Se (|<* fwi*Mi .n^iqn liait
J'ai tu... Parisiaiia Curaao
Le temps, en admirant les
superbes soieries etj les
chaussures Je luxe qu ;
vient de recevoir
La Maison Paul E Auxila
M%\U Athltique Club
RI.es membres du Conseil d'ad-
minoration sont convoqus
l'extrdidiaaire dimanche tmin
9 heures prcises iiujlocal or ii -
Dair du s Cercle.
Ordre du jour :
1 Lecture de la Correspondance
t* Intrts gnraux.
Le Secrtaire lui B GtOROMU.
'.Dimanche
"'JC'eat une soiie d Art, ijue pr
pare Parisiana/pour dimanche, le
n an film
La Nuit du lii
est incontestablement un lilm hors
pair, tant par le sujet que par le
jeu des acteurs, tous des as de
l'cran : Yvette Audreyor,J Jean
Toulout, Dubosq et Ver Dty Il y a notamment une ^ne
dypno'isme .... maisj) no veux
pas insister, il liiut aller voir cela.
Entre : 2, 3, 4 gourdes
Grande Soire Thtrale
SLQiM l'on se rappelle que c'est
ce" soir S heure 1>2 Cin-Vi-
rit* que les acteurs de U R*-
naissance offrent leur granie
Soir Thtrale.
La pice est une surprise et elle
sera agrable. Kt nul d ni e que.
m la modicit du prixd'entn
( 1 gourde ), on n'y aille eu foule.
La Nuit du i 3
Tel est le titre d'uue production
cinSmal^raphique d'un intrt
puissant que la direction de Pari-
siana offre demain ses clien's.
Interprt par les plus grandes
vedettes de l'cran, ce drame pas-
sionnant dont les priptie mou
vaut- se droulent au milieu des
dcors somptueux, rserve d. s
minute d'motion intense ton
ceux qui voudront passer leur roi
re en afrable compagnie.
Hospite Si Frwioii
le Suies
Grande Frte
Le dimanclie iti avril n'ou-
blions pas cette date' l'Iluspice
SI Franois de Sales offrira ses
amis, c'est -dire tous les Port-
au Princiens et aux gens de la
ptourc-, un sp-c'aclc peu ordi-
naire.
Ple religieuse gi ndiose. f<*te
civile alimente,tien i e mr(|tif ra
ne ce qui pi ut dilier, intresser,
egay r ..
Que loi s. df? rjoirrl liui. p-en-
tent !< in.- d 'po-i ii n- H'tir se rr.
arer, ce jour l un iftes n
iitr : nie.
di
I. Joseph Lacombe
C'est avec plaisir que nous av n*
reu hier eu nos bureaux la vis e
de notre grand ami M. Joseph
Lacombe.
Nous lui renouvelons toutes nos
sympathies.
jl'OII
I. 4. Dupas
M. J. Dupas Lon de passage
Port-au-Prince nous a fait le plat- le | i 1 II.
sir de nous visiter et de nous ta-
lonner qu'il est candidat Ml pro
haines lections Communales du
Cap Hatien.
Tous nos >"ix l'accompagnent.
a tendre
Occasion exceptionnelle
1 superbe Ut acajou.
neuf, style Louis XY.prix
avantageux.
S'adresser au MA 77A"
Dp l TBEBUD
Dentiste
D la rites de Montral,
de New York et'de
la llavaue.
Jravaux en or t'en por
celaine.
Extractions indol* res par
l'anastlit'-ie conduclive,
pratiques spcialemenl
!:
cNous sommes heureux d'ap-
prendie d'i.n de nos gnreux
abonns ayant lonotempi habit
le Cap que la religion Dttboliqae
tient la place d'honneur dans
celle ^colonie lio landa e si pros-
pre comme nous a'lon& le voir :
Save/ vous que le | ort d- Cu B
Qio est le dixime du n.onde Peu
de personne* s' n do lent; Cep m
dant le m nv ment du pi rt I fin
d .rnier a l de q atre mi lio s et
demi de tonnes Quio e compa
gnies d- navigaiioo a vvpeor lent
escale ici. Ti uies ou presque
tou'es les nalionalils maiilirnes
sniil reprsentes. Jusqu' des .la
pnnais qui nous visitent rgulire
mpnt !
LorvOSe a b/oefleie nrrmi'ment
de I ou\erlure du canal de l'an; ma
de part sasituiiliiiti gographique et
cause de snure'gimede port franc,
fur i;a> est un foimidalde en're
SOI pour tontes les msrchanlises
ili'-lir,iiii.ii dp la Colombie el de
la province de Maracaibo. Ce mou
vjraent eojnmerclal Ir- imp> riant
n'est rien 4 cote" de relui cr pur
le Ptrole liarjsroil bru, en la
teaux citerne.-- du Venezuela el rai"
hu ici, d'o il est expdi dars
tous i--s paye du monde sous forme
de b i zine u zoline, m m ml.
V us di u'ez v us qu'i n p. ys
h lltil.:s la rel'g'o'1 c Iho iijtie v
tiflone la p'.tce d'honneur? o'obd
galion 'e ii i.vp- PQr de CurnRO
doit lie culholi ne. cnTme lim
mense majorit de la oop 1 lion.
Les protestants sonl u e poig i ;
les juifs, ieu nombre ix, onl.com
me pa>to.it le monoi.'e le la fi
nance. Les o-uvres ctlli lique
trs bien organises, s-ni ertr
les m ins des Pres, dominicains.
L'Fvcque rhi mme est domteieain
cela va sans dire.
Ou Baltetm (N.D.P.S.)
la dccouvtite toi vite lis f"c:is
iniernes 'merveille il ruis
tes mres de Port au Pi ince (|iii
n ODt pu dormir tranqu !1< ment
Ibrriainte de l'enfant qui 'lait
cspabled'allraper le croup pendant
la nuit, seront certainement heu-
leuses d- sa\o i quelque, ehoee au
snjel du VapoRi b de N cks.
t: e.-l le Innieux cnguenl vaporise
our slit mes que les pharmaciens
ocaux < ni lcen ment in porl des
Etat:-Unis o plis de 92 millions
depo s y ont lt| i n ursge les cinq
dernii r< s annes.
Pluskura millions -'e famillee
dis Hais I i K du Ve-ique et au-
lie* pallies du Continent ont d-
innM.ii qu'elles pouv. ient se lier
su Vapoliub de Y cke pour prve
i.ir et soulsger le ctoop. '' isque
a\is \ous tst duni. ce bonne
heure le soir per une loux rau-
qi;e, une iipplitalit d c"e Vicke nu
n ornent de se mettre au lit pr-
viendra anralement une attaque
pendant la nuit ; l'emploi du \a-
poHup de Vieks apportera prs
que srement le soulgemenl en
1"> minutes.
Le VapoRob de Viiks est la d
couverte d'un pharmacien de la
Carolinejdu Nord t'^sl une corn
blnaiion sous foi me d'oogoent de
camphre, menthol, encalyplus,
hym, tiben'h'ne, ec... (J.iand
il est trott sur li gorg et la poi
truie, il pntre el stimule la pian
en oulie les vapeurs curt ves et
bienlaisanles dgages par la (ha
leur du c rps sont ii h les imm
diiitmenl llntlirur r'is oici
respiratoires conge^liol r ces. Tout
C4 lait sans l'emploi d t nau
bondes doses internes.
L VepoRubde Vick^etl enlin
rn traitement idal pour tous les
rhumes des enfai ts,lts coi gestions
et enfhmma ions de toulet sords
chi / hs personne- ;i_r es ou
pour les diveis maux r^e la peall
et di/mr.nge ItOOJ.
Pour les (oupure--, u't ros, 1 i
tare, meuitritsures, geittre^ mains el dis lvres, et.... Virl.s
est utile chique jour en n'iihl-,
c'est un lemde excellent pour
une fou e d i maux.
Vick- esl en vente dans toutes
les | liarmaiies Port au l'unie.
Ryao & C
Port-au-Prince
Agents pour H (i
D'JI'raitcis
Le
Les ciienU et amis qui dsirent
me voir me trouveront,comme par
le pass, au No H02 Avenue 1.
|Peu- de Chose.
AnDuaTe-Repert' Ipe
ui Moniteur
Anne > 1S15
Clrz (lardiner \ .o
E
Kn
A vis aux abonns
du 'ei vice Hydraulique
le Sei\"e< llurailii;:: ;aipe'le
a. x ah nns k texte dis articles
8 el 7 de -es r. lments du i2 No
vcn.lre ts,9 ainsi ootrii :
clous les travaux d'embranch
ment aur 'a voie publique aussi
bien que ceux d'ins letton int
rieure ne pourront, e,i Ucun ree
tre excuts iar des ouvrire
aulies que ceux d i Service ee
Kaux et avec l'asseutiment de la
Direction s Les conlravontions au
texte pr;cleut entraneront la r
siliation immdiate de l'abonne
menl sans prjudice des poursuites
lgales. LA DIRECTION.
Finnois A. Deverson
AVOCAT
L">, Ru Vru Port au Prince
MNAGRES !|
Pour teindre tous tlaauo i
LAINI, COTON, SOIK, c...
auoun produit n'gala
VLaMAVRESm]
[ pru -..'ci l".'rt au i'riece: I Utxriu*. V. IU.lt.
ij*ron>a J.% . >n -K-,.- i.i ii* a i mal
|ill>KHM- IlaJti.l
h$b :nr 0- u-t ef friiv " .* M "* e|
V'a&rCHCOQ,4^M^Mo(*i.'0iltl
Mas Moulu
meneain
Ce Soir
Il y aurait h.30 grande
reprsentation. *
Demain
i 4 hs. p. m. mttioie et
7 Ii. 30, gra.. I (j:d.i au
cours duquel "> v,,,ra I.
f locente aico aux prises
ave deux liens laineux, {rare du dfunt.
1
'ts,
^Obtenez votre
' sant des sour-
: ^-e>- ces mmes de
la Nature.
^7^ La Nature tant la source
^-'^Ku.^^J^~ de tous les biens de l'humanit,
>'*$? j| est logique que nous ayons
recours elle quand le corps humain a besoin
des trsors qu'elle renferme. q
) Pour la protection de la sant, le plus prcieux
bien de la vie, c'est la Nature mme qui nous offre
avec
l'huile de Foie
laqi
L'EMULSION SCOTT
Directement du fond des mers, elle apporte le
soutien de nos forces, combat l'anmie, les
atloctions de la poitrine et des poumons, la
ar.alnutrition, etc. Ceat en vrit le tonique
r( >' lal pour tous les gc? .> J
Compagnie Ben rai
Transatlantiques
Le paquebot Mal \ nanl de %
' ordeaux e-t attendu I [Port au-
Prince ie 11 couran'.
Il rep rtue le mme jour pour:
t a*til Rnye. Santiago, ("ayee et
Jacmel.
De retour Port au Prince vers
le 16 il repartira 'e jour de son
arme pour : Port de-Pats, C.ap-
Haitien, San-Juan. La Corogne et
le Havre.
Port-au Prince. 3 avril 192".
L'Agent. E. ROIBLIN
La laison (Sharles R. i ;a't)ens annonce au ptihlic
3u einrs pour la prparation du mais moulu, farine
^!V*^llni de mais. Heurs de mais pour les enlants, pot.r ,,-
Finraille* leauxel desser!s'
Cet .il midi auront lieu la }~ *"? 'J? P"190"1 * CeS F****
Cal drale les lu. rellee de Au- n* 'us " lt|>ftls.
ges'e S homberg dt'cd ce matin
Heures. i titre de rclame,il ? i de conditions de laveur
\ u envoyons r>o simer's 1 I i i
t d icanre aux p. .eu s prouve pendant le mois (I.iv.il pour loul achat eu gros el
piii lu i-lii k nu ni H sa veuve el par sai'S.
notre ami M. TUcmas S'h mbtrg L^-j^.. ^ . ...
8 adresser dt+eciw* ?a ltbri Lu Iiin
C'EST .
ET L HE SAIT
( air codoo)3
Que l'Eau de toilette LU1I.1 { date de la
17(.IS ) <>1 la r. ine les En\ de T.il-tte.
.
aktfrhrBenu

fX
- RHUMATISMES,
Dr. BENGL'E. 16 Kne KjIIii. Paris.
THE TEXAS Jfl
Texaco
Gazoline, Krosine^
La Texas Couipaj
insfall s^s Bnri
anX 1831 de la K!
Quai,la(j2(Iela i
Baker.Tusnos cl
\oudroiJ donc M
l'avenir se prsetil
cette nouvelle adri
L'Organisation De La Fil
Est Sain e, Solide Et Univ
vTN tablissement ir. 7ustriel est co
^ un arbre: il prospre, non *e0}"
par la puisuance r> s ;s racines, roais
rar la vitalitft de ses branches.
I Maison Plrestone di-rose detoflt*w
sources de puissance. Fer.iiemeot
ti-ies d.uis la i'i inde ii.aison-mere"
fccanches s'tendent au loin, veraoj*
et vivaces.
ttar.sle monda eniir r les PneusFirej
ent exerce une heureuse influence
transports et partout o les pens
ru: des bandt '_ uhul,1C'Bj
appris 5 avoir confiance dans I
Firestone. Vous aussi devriez exir ^
votre voiture soit munie de pneus
mnrque: elle vous garantit .e ce
scurit et
Le Maximum de Kilomtres gar B
L. Preetzman Aggerhol*
Port-au-Prince
PNEUS
_____^
<*^aa"aM**- si ibiii i si eaaT~^J^^
(t
* \

na^i
rl*,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM