<%BANNER%>







PAGE 1

. . • %  1 •• r m 1 k ta vhambr* de^cmmuaas, hier, .(.offres de fturi'a de IKlems eue sont ,iu Jres et honntes. Le • epticirae rgne ce sujet dan Ut milieux ofueitl. franais oi> 1 on fait remarquer que les eip liences de la France avec la repu bli-iue allamande ainsi qu avec l'E npire oui t telles qu'elle ext fc era que le garantie oient clat rement spcifies avant act la France pwtsM se fier la signatu re du Reich. accident de chemin de 1er POITIHS — Le rapide Bordeaux Paris a draill cette nuit prs de Poitiers. Le snateur Pede biiou, des Hautes Pyiaee. est tu ; on signale r> moits et une quarantaine de b'.es* s. les lun-iiillirs de lord finnOn LONDRESLe plus g and* honniurs qu'il loit possible a la nation anglaise d'offr r a lam moire de ces hommes d'Etat, ont t i indus au marquis Cunon ^onl le service funraire a eu lieu l'abbaye de Westminster. Y M Rataient les reprsentants de 3 rois! et de 4 reines, le 1er roims ira dADgleterre, les membres du canin t, les yt ncipau hommes d'Etat et les amba'sadturs des pays ttrarger*. Jrusalem dans le deuil jERt;SALKM— On mande de Jaffa et de Haifa que la grve pio clame par les arabes pour proies tar contre la v site de lord Balfour a eu lieu dan* ces deux wtllea et fa plupart des mrgasios tenus p.r La arabes chrtiens et mabom tans taient ferms La circulait n des ftiteolM dan les rue tait fresque nulle. Il ne s'est produit aucun dsordre Ds son dbarque ment, lord fi H'our s'est rendu la maiaon du gouvt rntment o il ,.t i hw de Mi Heibert Samuel, S aut rommi^aire. Dans le qua^ er mixte de la vieille ville les koutiquf.s juives sent demeures E .t* et diii!le quarlir juif m me p'iw de l moiti n'ont pas ou rt Les aniLes circulant dans les ruts pt riaient des rubans noirs et le sige du Cl mit arabe tait ten du de noir. Le calme rgne par tout. Bne conlrence de M I lavai la Socit d'Iisloiie t'I le Gotjraphie 1 a Socit d'Ilisto re et de Go graphie poursuivant son program me offre au pi b V en gnral, par l'oigine de on M. D. Vaval, une conlrence qui aura lieo dimanche matin 10 heures hvBib io'h que de l'Amicale du Lyce. Le confrencier noue entretien dra de la grande ligure nationale qu>l LEXANDRE PE1 ION. Une communication i nportante du Comit du Drapeau i l'Arcahaie Nom publions tant commentaire* U teste d? la dpche adresse Me P. Aunanl la suite de /" le ire de M. DTieire parue dans Le Xouvell se . Me Pierre Agnant l'o tau Prince Halilionf c>mme toujoLis tous actes faits i ar vous pour Comit. D. Benad)lte, A. Belfort, D. Agnait. Avis D r fraicis Les lientb et ami qui dsirent me voir me trouvant,comme par lepase, au No 60i Avenue 1. Peu de Chose. Rhumes PAR^UNE Il n'y a lien avaler frottez seulement Le succs qu'a remport le V. poiub de Vick, le fan eux temde lotit l*obk t de vifs dliais Lannl ;. itM d'ici Plusieurs .iis Rameau comme Gliel d i Parquet St-.\iarc en 'mpl. cemeni de M. Lopold Pmcht nat. A c? nouveau post de conPiinaM R meau fera certainement va'otr les qualit dmtellif?en< e et de correction qui le distinguent. Nous lui renoivlons nos sympathies. ^ OccationTiiperb A vendre une automobile Bute* en bon tat. S adresser Mr Geo Farmer, au Caf du Petit Four. Atls de divora CVHI.NKT DB M' J. LI.IO .losrpu D'un jugement ceniradictoire rendu par le tribunal de Premire ostancedePort.au Prn.ce > di dix mais mil neuf cent vu gi cinq, nregistretsigntl. au orofit de la dame Iwblle mlV.SSaoli.ta. d>e I belle UnrencT, troprilaire, d m; urant et t,e le sieur Flonan Chgne. propVitaire demeui.nt et domicili Porti-u Prit ce, Il a t eatrail ce qui IUU Par res causes et mol.ls. le >'ibunal statuant cl.irr d appel, aJ.net le d.v rce de la drr.e .JbelhAmliaBHUlUtaJ.leljaojle Laur nce contre?on ? ot x. Wtvvt Florian Cliasagnf ; autour en consquence la dite dame pseter devant l'Oflicer de I Ltat ivil de la Capitale Section. V -d pr,,r le faire prononce.: dl W conformment h Tait J? %  j du lu Mai 1920, odjHfallve du code civil, un .xl.a.t du j-vettent qui admet le d.vo.ce a.nKl "ex.rait de facte HM tion du mariage MftOt, la.dUl no. del parlie a..pdmse, fns.s dan." l'un des qnolid.rn. .•d.tanl la Capitale, peine de tous dmirages inli.Ms H.ver, les tiers, s'il J cl.ef. aoodamna tt sieur Florian Cliass^ne qui a tue ru in h aux dpeDB. Pour extrait c ulo m**, J. L.:uo JOSKl'H UNE! PA8TILLK VALDA EIVI nOUCHE Cest U tJBS des Maux de Gorge. EnronemenU, %  basai de Cerveau, Rhuniet, BruLcMtt, etc. f C'est H SODUGEMBiT IKTllila de 10ppretion, ds acci tSma, etc., etc. Ctfst le Ml Batte pour combattre toutes lea Maladie de la Poitrine. IKMMiHDTl i,.1,'JPOaTUCE DEMANDEZ, EXIGEZ dans toutes les Pharmacies Las Vritables PASTILLES IVALDA 1 vandues seulement en BOITES portant U DOf. Les pastilles VALDX sont en vrnte : Pharmacie Centr le Jllaiti.Pliarmacie J Boutraine Port-au-Prince, Charmant BrutusA Jrmie et 'outesPliarm'icics. [ La fte de Samedi A! Parisiana Alfred N-Cooke 1912 R u 4 J" I*gsin de l'E, Mr Huys de lieeren irouck, prsident du corseil, ne *0>era pas la question de coi lian ce pour leur adoption et lout fait irvoir que le projet sera repous t La principale cp osition p r o tenait des dputs calvinistes ft catholic,ues qui >onl au nembre de tiO sur 1"> nprsentants. La riccipa 1 raison qu's donnent it que les jttx ne doivent pas se Unir le dimancte, joi rne coi sn tree d'i-prs eux 1 l'rier.. F ralit ce n'est qu'un prtexte A la veille des lections les dputs ne veulent pas voter des dpenses exlraordinairea. Pourquoi n'a- on pas pens ttla plus toi"— C'est un onguent compos des remdes pour ibu mes qui avaient t employs de puis bien longtemps 'I .*' en Inme temps d'une faon externe et intime. Riii'ricurement il agit to.n me un onguent, une cataplasoe onunenpiie-et irt ibiorM tiavers la pau tout enla s'imu tisti des Citoyens le celte Commune uVsijns par le lirMC au sort pour lre jurs de la Session Criminelle au 20 Avril prochain. Franck Narcisse, Mathieu Saint Victor, Docteur I. E. Jeanly, Dr N.'aton Camlle < hr s un Aim acteur CaltsPes'o>,Ument Hoy Fnlon Alc.ndor. Georges de Pradin.s, Fmile require. Lo pold Dominique. Cy.ile Lisu aui, Maurice Fil. Aim, rauilnn Hls intrieurement — Mi v^p'urs ,,Kiini .,, e'SSSrSrtW. ""fleS Aim.Fnelon B f *M** g ihvm et trbenthine sont direct chard Ludovic Toulme, Dr Chris ment inhales l'inliieur des lian V.colas,Georges B.ussen, Mau ?oi respiratoires, soulageant la rice Lahe ns *£"£**£< congestion et lael ant le phlegme, Marc Leroy,Schel.hoer Jean .ou,. urUsant souvent un rhume en An t 0 ine Fouchad. \nnibal ue is une nuit et soulageant le croup en Dr Annulysse Mollir.. AICIUS Lj,5 minutes. Tout cela se fait sans foo 8l .,, hdouard;•"• JJJ doiaefrotte/ seulement. Ba/e'ais, Joseph llecto'. %  La question du dsarme ment Te Vaporib de N ck a t inven W'A* IHNGTON— Le Pf#eldt 1 par „„ pharmae.en de la Caro Coj'idge a discut avec M. Dorab, Une du Nord, aux Hait t nis il a or-ideut de la omrohsion sna d abord l fait pour uuelquea uns tonale das alfares trargres le de ge clients Cependant, sa repu nroiet de conlrence sur le limita alion ..tendit graduellement d 1 lion des armem.nls prconiss ut8 Ktats al maintenant plus de .ar le gouvernement amiicain. e snatur Bor.li, bien que par Us an de la proposition, pense que ta situation actuelle de l'Europe n est gure favorable une con r rence prochaine el qu'il seiBil pr frah'e d'atlendre la runion du eoearit de l'automne prochain pur son 1er les diverses puissao es h ce suj< I T Nouvelles Diverses p.Miia— Le cabinet poursuit l' tude de rduction, .ppoile au budget par la commission aqato riate de lina.ee*. On se rend d'ore el dj compte que le bud set ne pouna tre vot avanl la fin du mois, Mr Clmsntel uisen tant un projet demandant des ci dits provisoires peur subvenir aux trais d'adminUtration au coure d'avril. CARACASM Jarousse de Sillac, nomm ministre de France au Vniiila, pisent aujour d-hui. avec le crmonial d'ussge, tes lettre de crance au Gnral Coxe/, prsident de la Bpub'i qU WA.HiN. TON Le dirigeable de Los Augeles se rendra I orlo Ri co ou Cuba ar"** ">n *ol " B'nnude. projet pour le 13 ou le 13 avril, 17 millions de post sont emplo vs annuellement aux Etals Unis seulement. Vicka est un remde de laroule trs en faveur pour lea rhumes de cer vaau et de loilrine, le croup, lea rhumes chez les enfanls, l'amyg dalite, la bronchite, les maux le orge, le catarrhe, I" asthme ainsi que pour tous les ma x provenant du froi.l. '.'est galement lr*J eu vogue pour lea diverses aile. Iioni de la peau, telles que coupures, ulcres, hrlures,| contusions et dmangeaisons.desj mains at des lvies. Vick est dbile dans loules les pharmacies Porl>u Prince. Ryan & C*Porl-ou-PHnce Attent pour Hat t Les cours 16 Mar. p., RIS— Dollar 19.04b Sterling 90 9o HAVRE— Teime coton >18 NEW YORK— Steiling 4.7850 Francs 19. f Alphe Alphonse, A'phonse Ber Ihouraieux. Cment Corvinglon, Frd A'erte, Emmanuel L-nartes, Rie Chardavoine, Flix Petrus, Henri Lanoue, xndr Cles'in.Lacius Brulus.Frdric Ga-tjens.Llio CMBgnol, Lon Charles, hm. B. Armand. Paul Romain, Jran. oisL. Jo Philippe, Blaye Lafon tant, Joseph Biche, Cidieu Larny, Flix Viclor, Bremus Brutus, Mau nceT.page. Charles Ricot,pocteur Edou r.l Bov, Eli. Augus in. Cl ment Uspiua*se, Diogene Dje... Eugne Georges, Henry Hvigerth, Ludovic Lamothe, Veruet jMMj, Charles '.Duplessy. UMo J;* œ, " Edouard Monts, Eugne Dgand, Emmanuel Pierre Louis. jNtW Beauhrun, Daniel Du val, Clment J. Zephyre, Christian Niu, lrnad Leroy, Luc Aim, LonrATchimde.Justin Denis. Lon Km. Chancv, F.rn.nd Rlflre, Lebel C'est don^ demain, si.medi, H heures Ju soir, qu'aura lieu la lte de l'Amicale du Lyc-'e Ption. HVae en don nous le programme, qui montre bien que l'on va pouvoir follement s'amuser tout • u undant service une u-uvre fort util*: la Bibliothque de l'Amie: le. P HOC HA V! ME 1. Ouverture ( piano violon ) Mme tint, J. Ilrauv. 2. Allocution du Prsident de l'Amic.de. :t. A ta manUu. . dt \Untmurtr* Personnages de la BEN LE : L. v.mtare Le Compre Lucien Boyer Pau! (haubel Le Footballeur Titine Totor INTEBMEDE 4 Feu la mire Je M a Jante (Comdie en un acte de Fivdea>) Personnage: Yvonne Mm# ,TS* Lucien ^er*. Naill.nt An nette Mme Ssltie Joseph MJX Ben Augula Dans la Revue on retrouvera, avec Ces paroles nouvelles, les plus i lis airs de L-:cien Boyer, qui dira le boniment au public avec a n entrain h bituel. N.B. H est rappel an public que les caries io.t numrotes. Par consquent chaque spectateur doit occuper le fauteuil qui porta le numro de sa carte Les caries de Loge, de Balcon et de places rseives( six BN* mires ranges des tauteuils d or chdstr<3 sont vendues l'arisiana o on trouvera gale nenl des cir tes d'aulne gnrale. O.i trouve des caries d'entre gnrale < lie 3imon Vieux. Loge 1 :>/ PORT-AU-PR1NOH Alw.PliTHUe; Pbarmaci* ALbEHTUll PhnrmacU da O 1 JuaUn VltRU •t toute l*i bom— Phttrmmeii. Lt Maximum de Kilo L. Preetzman Agtf Por>au-Prince PNEUS • %  BftMfisTl isr-> JI



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE l.Ul'RJMFl fi U le lu en I ili.ujloiie BOIS VEHNA 1358, Rue Amrioain NUMEPj 20 CB.VTHJB8 Quotidien TLPHONE N' 242 la Mi,M,.,r,cc est, si f de "'ouiiiii: qui Ile se £ j "eu. ta drf.mue tM uo# PfMioii ne ra frr y.^ piudeAca et prcaulii.ii. Kajmoini Poiocii 18me ANNEE N 5467 • POHT AUPRINCB I Ani> VENDREDI 27 MAIJS 92B tapagoie Haifienne du Wharf de Port-au-Prince n'a pas 'obi aux prescriptions lgales considrant la situation 13 Hati nne du Wharf tau-Prince, nous avions ^"invoquer et d'exposer l formels qui rgissent ts Anonymes aux ter[Code de Commerce et t du 7 Juin 191.3. r > d'autant plus raine' pice officielle est ofirmer ce sujet notre ptioo, laquelle voul it n pensions Jque la Cie rt tait demeure dans pance les presirip ions poursuivant toujours ligalions suivant notre discipline, nous avons DUS entourer oV quelnents essentiels, qui, Po source autorise.ren ivaincants les faits que I ivanc?. Lest ainsi voulu tre renseign [des recettes de la Cie. 1 et sur les obligations i elle doit se contori avons les 12 et li de adress les deux letivent: l'une au HeceraltiesDou.nes, et la lu Secrtaire d'Etat des |et du Commerce. foce,le 12 Mars 11425 EURGNIIAI. DES DOUANES ton Office. jenr le Receveur, ition du jourAHIB jp. vient vous faire avoir le mondes droits de whar[tonnage perus par la ne du Wharf do P[depuis /915 jusqu' son le compte spar de wharl'age et de ur chacun des exer[ttente de voire rpon 1 prsente, Air l e R L arai, avec m g rets anticips, mes sasUnpues. 1 Ca MACLU1RE. ">ce, le 13 Mars 1925 (toTAIRK D'ErAT F w nu Co MMERCE En ses l.ureaux. crtaire d'fc.tat, formation du jourWin j 0 vi en8 prier "ement de me faire utes les prescriptions w Uommerce et de luin 1913 rgisttes Anonymes ont I Cie du Wharf, [tente de votre rpon f Prsente, Mr le SeP"; avec mes remer^Pes,mes,.lutaRdaction du MATIN: | b 'en)J. SIJRLE. Ie ^ !" e8 en mme C" x n d ? Puvoir clai F,en donnant publiI^Ponses qi / nous J5uk> rdd d ^[f Qu. nous arriva receveur Gnral, En voici le texte : Bureau du Conseiller Financier Receveur Gnral Port au-Prince, le /6 Mars 1025 Mr CLAMENT MAGLOIREDirecteur du Matin £n Ville. Monsieur le Directeur, Je vous accuse rception de voire lettre du 12 Mira j)2S, par laquelle vous de nandez un tat du montant dtaill des droits de wliartage 3t le tonnage perus pala Cie du Wharf depuis 19lo jusqu' nos jour?, soil le compte spar des droits de wharlage et de tonnage pour chacun des exeicices. Lu perceptions de la Compagnie du wharf ayant trait aux droits de tonnage et de manutention sont efiectjes sans lin lervention du Service des Douanes, consquemraen, cet office n'a aucun r. n -ugnem^nt concernant les mont; nfs recouvrs par la Compagnie relatifs aux dits droits. Cet office, antrieurem nt au 2J Aot 1A(\, n'a aucune note des montants pays pour droits di wharfage la Cie lla'ienne du Wharf; pour les priodes subsquentes, les montants pays sont ports aux rapports annuels du Receveur Gnral, muis ces mon tinls ni ont pas diviss, par exercice, et j s pensa que h L)3 parlement de l'inancrs est mieux plac pour vous fournir les ren'eigoem.nis dsirs vu qu'il a :ans doute rapport les montants pays pour droits de wlnrhge dans les Comptes gnraux de chique exercice soumis au Corps Lgislatif. Veuilhz recevoir, Monsieur le Directeur, mes meilleures si lu'ations. (S) vV. W. CLMBERLAXD, Receveur Gnra!. Quatre jours s'taient couls depuis que nous nous tions adress au Dpartement des finances, et voyant que notre dmarche n'avait pas encore abouti, nous lui confirmmes notre lettre du 13 Mars par celle du 17 recommande au No I3JJ6 en amplifiant la porte et dont voici la teneur : l Port au Prince, le 1 7 Mars I9i i Au Secrtaire d'titat des Finances et du Commerce, En ses Lureau). Vons eur le Secrtaire 'Etal Je voua conlirme, suivant copie incluse, ma lettre du 13 de cemois par laquelle je vous demandais de me faire savoir "si toutes les prs cripttoas du Code de Commerce et de l'Arrt du 7 Juin 1013 rgissant les Socits A non voies ont t jusqu'ici fidlement excutes par la Compagnie Hatienne du Wharf de Port au Prince". Je prolite de cette mme occa%  ion pour, vous demander galement ua tat dtaill des Droits de Wharfage et de tonnage perus par U Cie du Wharf depuis sa mise en exploitation jusqu' nos jours ; soit le compte spar des droits de Wharfage et de ionna K e pour chacun des exercices bud* tdires. 8 Pour vous faire cette demande, je m appuie sur la refuse au No z-.f dont je vous envoi*, copie sous ce couvert du Ur Cumbeilaud t H., veur Gcueral, en r ponse ma lettre du 12 Mars ccu ai t, visant le mme objet. Dans l'attente de votre rpon e, je vous prsente, Monsieur le Se crtaire d'Etat, avec mes remercie ments anticip., mes salutations distingues. (Sign)Clment MA'-LOrUK. Celte seconde requte porta ses fruits, car nous emes le mme jour l'avantage de recevoir de la Sec rtairerie d'Etal des Finances et du Commerce la suggestive commu nication suivante : Dpartement des Finances IBM p. SOI. Port au Prince, le 17 Mars 19J5 Monsieur Clment Magloiie, Directeur du journal c Le Matin Port au Prince Monsieur le Directeur, •le vous accota rception de votre lettre du 13 Mars cotant ou il est demand, pour l'information de votre jour nal, de vous faire savoir si toutes les piescriptions du Code de Commerce et de l'Arrt du 7 Juin 1913 rgissant les Socits Anonvmes ont t fidlement ex cules par la Compagnie du Wharf En rponse, je vous informe que la dite Lempagaieet les autres Socits Anonymes n'ont pis eu observer les articles 1er et "J de 1 Arrt sus vis, par le fait sans doute que l'Excutif ne les y avait pas co traiotes. Ce n'est qu' partir de la pro mulgtioo de la Loi du 1er Aot 19ii, publie au Moniteur du 3 du mme mois, que les prescip tions lgales ont c.ss dtre lettre morte. J'ajoute que, depuis, des agents du Dpartement ont eu vrifier les Lvres de la Compagnie du Wharf et que, sous la rserve d ce qui est relat ci dessus, on pe^t infrer qu'elle a observ les prs criptioos du Code de Commerce et des Lois rfctasaot les Socits Ano nymes. Refeve/, Mopsieurle Directeur, mft stluta ions distingue* (Sgn)FernandDE.NNlS. Il nous f.ut avouer en toute sin cr.l que pour ce qui a trait notre premire demande le Dpar l nient des Finances dtns son louable souci de nous renseigner sans doute a t au del de nos esprances. C'est ainsi qu'ayant voulu avoir une altirmation pro pos de la Cie Hatienne du Wharl il a jug utile de nous exposer le cas de toutes les Socits Aoony mes. -Nous l'en remercions, car ces laits nouveaux rvls par un organe comptent et of:iel lar gil le cadre du but que nous pour suivons et donne notre œuvre une porte bien plus grai.de que celle que nous avions envisage. Mais la lettre du Dparlement des Finances se prte quelques autres considrations. Si la Cie Hatienne du Wharl de Port au Prince et le-.autres So cits Anonvmes n'ont pas eu observer les termes formels de l'Arrt du 7 Juiu 191; appuvant la loi du 11 aot 1903, pourquoi le Dpartement des Finances ne les y oblige t il pas, les rgles de la prescription ne pouvant tre in voques en 1 esqce S avons nous pas vu, avec l'arrive du Dr Uum berland cornue Conseiller Finan cier, rappeler la loi^sur le douri me d'entre en fonction et le dou iime d'augmentation, dont l'appli cation s'est tendue h tous leslonc tioQoaiies hatiens.' Pourquoi faut il doue qu il y ait deux poids tt deux mesures .' .N'est ce pas uotie confrre "Le .Nouvelii.le" qui n termes de l'article 1er de l'An et* du 7 Juin WI3. "dans la huitaine de la pu blication du prsent arrt, de reme'tre au ^Dpartement ,des Fi nances une copie certifie ds rsip porls faits aux assembles % n raies, ordinaires ou exlraordinai ras des actionnaires, des rsolu lions prises par les dites assem bles et des bilans annuels. t Celle disposition s'applique toutes les ascemb'es tenues depuis la pn munition de la loi du 11 aot 1903. C'est l un lai.gage qui ne peut se prtera aucune quivoque et quand le Dparte ment des Finan ces, rpondant notre demande, sous quelque rserve lofAr que la Cie Hatienne du Wharf a obser v les prescription? du Code de Commerce et des Lois rgissant les Sociti'a Ar.onvme nous ne sa vous quelle logique nous adres er, car la loi n a jamais prvu que c'tait partir de 19SJ que les So d't. Anonymes duss >i t obir aux prescriptions lgales que nous avon< rapportes. D'ailleurs quelles ont t les Assembles Gnrales, ordinaires ou euraordinaires tenues parla Com eguie Haitienne du Wharf de Poil au Prince depuis sa mise en e ploitaliun Quelles sont les rsolutions qui y ont t prises par les dites Assembles Quai est l-actil et le passif des bilans an nuels? Autant de questions d'intrt g nral sur lesquelles des exp ica tions seraient sans doute nces • lires et qui devraient recevoir li l>e 2eme Match Jamaique-Uati Sur h LandduParclLeconle L ooubHabl. spectacle qu'offrit la belle fte sportive de dimanche dernier s est renouvel hier aprsmidi. La mme multitude de spectateurs eniheusiastes. la mme interrainable file d'autos, de voilures et de buggys; les mme' grap pes humaines suspendues aux arbres d o emblaienl se d halner des temptes de vivats et aux tribunes superbement pavoises les mmes Jolies dames et demoiselles du premier malch. Cames et rires, les deux quipes, conformment au protocole, sont salue* aux sons des bvmaes nationaux anglais et hatiens que toute la foule, debout, conte dans un proioud silence Contre les joueurs son! braqas de nomfcreua appareils photographiques D^coujijde sil!le| relenlil b II esl 4 heures ir> minutes. Le ballon, d'un ebool formidable est projet 10 mtres peine du du camp des jamacains. .Nos hommes, semble-t-il, onljor de rparerl'checdedimanche dernier Les Jamacains, de leur cot, u'eoteudent pas laisser ternir leur gloire: d o la mle. L'quipe haitienne se surpasse, elle domine pendant les lo premires minute et liait par marquer... un but contest, paice que, dit l'arbitre, le ballon a l shoot oui si Je . plus large publicit. Car, en ma tire de Socits, tc'est la publici l complet plin entier., ill mi te, sincre, qui. au dessus de toutes les dispositions lgislatives, doit tre la g'lad* moralisatrice. Ayant ainsi tabli que la Cie Haitienne du Wlurf.de Port au Prince n'a p: s obi aux prescrip tions lga es, cecon're quoi, nous -protestons au nom de la collectivi l qui paie indiiectement les droits d Wharfage, de tonnage et de manutention, nous allons mainte nant considrer les raisons de cette infraction. Cet incident cause une certaine motion ceux qui dtendent nos couleurs, mais ne les dcourage pas lous.CepeudiBt.il n'est pas inutile de confesser que, ds ce moment, avec l'eothousiaeme du public qui tait son apoge, diminua sensiblement l'entrain de nos ttatars : ce qui nous vaut deux buts mais deux buts stupide*. que tout oncoi de meure uniquement a la charge d'un hasard malfaisant : la De veine . Maigre tout, les jamacains sont ovationns. C'est la mi temps. J laft Parisiana Dimanche i D'aprs le roman d'Alexandre Dumas 6 actes, jou par Paniste Italienne Pina %  ameliclli Entre : 2, 3, 4 yourdea assaBasaBMP'^^sBl^Ha Ne Lilio Joseph C'est notre amietcollaborateur Me Lho Joseph, prolesseur de Uroii Consiiiutionuei qui, par Commission de Son Lsxcellonoe II. borne a t nomme en remplacement de Me. TlurnoOiee ijaret, comme Commissaire du (iouvememtntjpr.'-s le Tribunal d Apptl. Le choix eatJexcellent.Me Lho Joseph runissant toutes les qualits lui permettant de remplir avec comptence et distincte 1 ces importantes et dlicates louchons. Tous DOS compliments. lien de plus tort que la dt'vtine A la reprise, nos quipiers et les Jamacains se montrent prts pour la Victoire. Mais c'est a qu' montrera le plus de vitesse ou elle chera. La lu.le esl mene de part et d autje avec une relle endurance. .V hommes rivalisent de fosci et u adresse avec leurs adversaire? ils sont admirables d'effort. C'est du beau jeu, du grand jeu.o Cator, seul tout seul rsiste l'assaut des deux des meilleuis athltes .. maicams. Vingt minutes s'taient (coules quand le lioMme but fut marqu par les jamacains. Par la valeur iudividuelle de nos joueurs il est prouv qu'ave, plus a homognit nous pourrons rparer celte dlaite, qui, au fond 0 en est pas une, car nous le replon->, du connienciintnt la hn de la partie, l'quipe haiitienne a domin, jusqu' you voir obliger les jamacains lui opposer seu leu-eut sa vigouieuse dfensive pendaut toute la deuxime mitemps. Et c'est par dts chappes, vritables accroc que les t pre mitis buts ont t marqus. Quelques conseils utiles QM pendant les deux jours qui nous sparent de i.imanc.'ie, notre quipe, telle qu'elle est f. rme travaille a la combinaison de ta re% anebe, it les rsultats seront des plus consolants pour uous. Oue les noires jouent le ballon plutt que I homme, et qu'ils s'vertuent saisir les feintes de l'adversaire qi.i ont t prpares par d habiles mauagers. igjiN'ous avons confiance .>'ous avons une foi inbranlable dans Je succs final de nos joueurs. Leur fianche^camuradetie avec le Team Jamacain, aprs le match d'hier en est l'clatante preuve. Ils ont laisse le tenain de la lu te aux sons d une musique enlraioanbr il* taient nais, coi.liants en euxmaea sans delaillance, quoique cooveits de nobles blessures. Gloire aux Jamalcaiaa Honneur nos BporUMn Nouvelles Etranares Par Calil. ^ Ghaaiiement d'Adresse CABINET DE Me Emmanuel CaiiTin 1*>28, GRAND'RUI ElagS Mark t Cryatal. Par Cbla Comment on apprrie en Fiditce le dernier discours de . ^Iiaibjrl;tin PAUM Le discours de M.Cham b rla'n la chambre les cummu ns hier soir a proiuit une bonne uupressiou dans tes milieux olli ciels lran<;s. l'est plutt cause de sa forme que de sa substance, car ou a remarque qu il y avait peu de choses dans ses dclara tious qu'il n'ait dj cummuoi quees a M. llernot. Le point le piu rassurant dans le discoure du ministre auglais,j|a t ou dit, a l la rvlation quej le gouverne ment auglais se rend,com^te qu'il tient|la ciel du problme de la se curile. Ou penee maintenant que les allis s euteudront bientt au sujet des questions qui seront sou mises S l'Allemagne pour qu'elle expoae ses suggestion* de securu d'uje manire asse* cla.re pour qu'elles puissent servir de base une discussion. Autour du protocole de GenAve PARIS— L* ehefs de la majorit gouvernementale gardent toujours espoir dans le protocole de la o cit d^s Naima-i. Le commission des rpart ions trangte de la chambre a reu un rapport de M. Doncour . c* sujet et Mercredi elle adopten probablement une rso.uliou en faveur do la ratili.a tion. Le gouvernement soutiendra celte rsolution en affirmant que la remise de la discussion du par te propos Genve malgr l'attt tude des dlgus anglais ne doit pas empcher de continuer les ef forts dans le but de faiic accepter le projet a la socit. L'iMenlioa de M lleiriol est d puiser tou* les elloils pour Louer d'alftrmir les Iroatires euiopeennes.Les pro positions allemandes quand elle* auroul t examines dans tout leur dtail assuie.il une vraie %t curite. Le prsident du conseil se ra heureux de les adopter. Kn at tendiml Mr llernot se propose de ne ngliger aucun moyen daniver au mi'me rsultat. les Mc<|ocialions.,au sujet de la question de sicuJjiitc par *l'iiileiineuiatie des cliancelleites ;PAHIS— M de l'Ieuriau.ambasfa Oeurde France en Angleterre, est Ki-ne Londres, a j a ni obtenu dts renseignements complta en ce qui concerne le point de vue fran ais. Uu espre que desoru.aia les nr-ftouanons vont se pouisuivie av*c piuts de rHpidii par 1 in ter mdiane ots cliancelltries. Al. de (Teuiiau a aie ciiaige ue 1 assurtr si comme le secrtaire ues auair a trangre anglais l'a dclar, 4 I


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06387
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, March 27, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06387

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
l.Ul'RJMFl fi
U le lu en I ili.ujloiie
BOIS VEHNA
1358, Rue Amrioain
NUMEPj 20 CB.VTHJB8
Quotidien
TLPHONE N' 242
la Mi,M,.,r,cc est, si f
de "'ouiiiii: qui Ile se j
"eu. ta drf.mue tM uo#
PfMioii ne ra frr y.^
piudeAca et prcaulii.ii.
Kajmoini Poiocii
18me ANNEE N 5467
POHT AUPRINCB I Ani>
VENDREDI 27 Maijs
92B
tapagoie Haifienne du Wharf de Port-au-Prince
n'a pas 'obi aux prescriptions lgales
considrant la situation
13 Hati nne du Wharf
tau-Prince, nous avions
^"invoquer et d'exposer
l formels qui rgissent
ts Anonymes aux ter-
[Code de Commerce et
t du 7 Juin 191.3.
r> d'autant plus rai-
ne' pice officielle est
ofirmer ce sujet notre
ptioo, laquelle voul it
n pensions Jque la Cie
rt tait demeure dans
pance les presirip ions
, poursuivant toujours
ligalions suivant notre
discipline, nous avons
dus entourer oV quel-
nents essentiels, qui,
Po source autorise.ren
ivaincants les faits que
I ivanc?. Lest ainsi
voulu tre renseign
[des recettes de la Cie.
1 et sur les obligations
i elle doit se contor-
i avons les 12 et li de
adress les deux let-
ivent: l'une au Hece-
raltiesDou.nes, et la
lu Secrtaire d'Etat des
|et du Commerce.
foce,le 12 Mars 11425
eurGniiai.
des Douanes
ton Office.
jenr le Receveur,
ition du jour-
Ahib jp. vient vous
faire avoir le mon-
des droits de whar-
[tonnage perus par la
ne du Wharf do P-
[depuis /915 jusqu'
son le compte spar
de wharl'age et de
ur chacun des exer-
[ttente de voire rpon
1 prsente, Air leRL.
arai, avec m g re-
ts anticips, mes sa-
sUnpues.
1 Ca- MACLU1RE.
">ce, le 13 Mars 1925
(toTAIRK D'ErAT
F w nu CoMMERCE
En ses l.ureaux.
crtaire d'fc.tat,
formation du jour-
Win j0 vien8 prier
"ement de me faire
utes les prescriptions
w Uommerce et de
luin 1913 rgis-
ttes Anonymes ont
I Cie du Wharf,
[tente de votre rpon
f Prsente, Mr le Se-
P"; avec mes remer-
^Pes,mes,.luta-
Rdaction du Matin:
|b'en)J. SIJRLE.
Ie^e8 en mme
C"xnd? Puvoir clai
F,en donnant publi-
I^Ponses qi/nous
J5uk>rdd-d-
^[f Qu. nous arriva
receveur Gnral,
En voici le texte :
Bureau du Conseiller Financier
Receveur Gnral
Port au-Prince, le /6 Mars 1025
Mr Clament Magloire-
Directeur du Matin
n Ville.
Monsieur le Directeur,
Je vous accuse rception de
voire lettre du 12 Mira j)2S,
par laquelle vous de nandez un
tat du montant dtaill des
droits de wliartage 3t le tonna-
ge perus pa- la Cie du Wharf
depuis 19lo jusqu' nos jour?,
soil le compte spar des droits
de wharlage et de tonnage pour
chacun des exeicices.
Lu perceptions de la Com-
pagnie du wharf ayant trait aux
droits de tonnage et de manu-
tention sont efiectjes sans lin
lervention du Service des Doua-
nes, consquemraen, cet office
n'a aucun r. n -ugnem^nt con-
cernant les mont; nfs recouvrs
par la Compagnie relatifs aux
dits droits. Cet office, antrieu-
rem nt au 2j Aot 1A(\, n'a
aucune note des montants pa-
ys pour droits di wharfage
la Cie lla'ienne du Wharf;
pour les priodes subsquentes,
les montants pays sont ports
aux rapports annuels du Rece-
veur Gnral, muis ces mon
tinls ni ont pas diviss, par
exercice, et j s pensa que h L)3
parlement de l'inancrs est
mieux plac pour vous fournir
les ren'eigoem.nis dsirs vu
qu'il a :ans doute rapport les
montants pays pour droits de
wlnrhge dans les Comptes g-
nraux de chique exercice sou-
mis au Corps Lgislatif.
Veuilhz recevoir, Monsieur
le Directeur, mes meilleures si
lu'ations.
(S) vV. W. CLMBERLAXD,
Receveur Gnra!.
Quatre jours s'taient couls
depuis que nous nous tions
adress au Dpartement des fi-
nances, et voyant que notre d-
marche n'avait pas encore abou-
ti, nous lui confirmmes notre
lettre du 13 Mars par celle du
17 recommande au No I3JJ6
en amplifiant la porte et dont
voici la teneur :
l Port au Prince, le 17 Mars I9i i
Au
Secrtaire d'titat des Finances
et du Commerce,
En ses Lureau).
Vons eur le Secrtaire 'Etal
Je voua conlirme, suivant copie
incluse, ma lettre du 13 de cemois
par laquelle je vous demandais de
me faire savoir "si toutes les prs
cripttoas du Code de Commerce
et de l'Arrt du 7 Juin 1013 r-
gissant les Socits A non voies ont
t jusqu'ici fidlement excutes
par la Compagnie Hatienne du
Wharf de Port au Prince".
Je prolite de cette mme occa-
ion pour, vous demander gale-
ment ua tat dtaill des Droits
de Wharfage et de tonnage perus
par U Cie du Wharf depuis sa
mise en exploitation jusqu' nos
jours ; soit le compte spar des
droits de Wharfage et de ionnaKe
pour chacun des exercices bud*
tdires. 8
Pour vous faire cette demande,
je m appuie sur la refuse au No
z-.f dont je vous envoi*, copie
sous ce couvert du Ur Cumbei-
laudt H., veur Gcueral, en r
ponse ma lettre du 12 Mars ccu
ai t, visant le mme objet.
Dans l'attente de votre rpon e,
je vous prsente, Monsieur le Se
crtaire d'Etat, avec mes remercie
ments anticip., mes salutations
distingues.
(Sign)Clment MA'-LOrUK.
Celte seconde requte porta ses
fruits, car nous emes le mme
jour l'avantage de recevoir de la
Sec rtairerie d'Etal des Finances et
du Commerce la suggestive commu
nication suivante :
Dpartement des Finances
IBM p. SOI.
Port au Prince, le 17 Mars 19J5
Monsieur Clment Magloiie,
Directeur du journal c Le Matin
Port au Prince
Monsieur le Directeur,
le vous accota rception de votre
lettre du 13 Mars cotant ou il est
demand, pour l'information de
votre jour nal, de vous faire savoir
si toutes les piescriptions du Code
de Commerce et de l'Arrt du 7
Juin 1913 rgissant les Socits
Anonvmes ont t fidlement ex
cules par la Compagnie du
Wharf
En rponse, je vous informe
que la dite Lempagaieet les autres
Socits Anonymes n'ont pis eu
observer les articles 1er et "J de
1 Arrt sus vis, par le fait sans
doute que l'Excutif ne les y avait
pas co traiotes.
Ce n'est qu' partir de la pro
mulgtioo de la Loi du 1er Aot
19ii, publie au Moniteur du 3
du mme mois, que les prescip
tions lgales ont c.ss dtre lettre
morte.
J'ajoute que, depuis, des agents
du Dpartement ont eu vrifier
les Lvres de la Compagnie du
Wharf et que, sous la rserve d
ce qui est relat ci dessus, on pe^t
infrer qu'elle a observ les prs
criptioos du Code de Commerce et
des Lois rfctasaot les Socits Ano
nymes.
Refeve/, Mopsieurle Directeur,
mft stluta ions distingue*
(Sgn)FernandDE.NNlS.
Il nous f.ut avouer en toute sin
cr.l que pour ce qui a trait
notre premire demande le Dpar
l'nient des Finances dtns son
louable souci de nous renseigner
sans doute a t au del de nos
esprances. C'est ainsi qu'ayant
voulu avoir une altirmation pro
pos de la Cie Hatienne du Wharl
il a jug utile de nous exposer le
cas de toutes les Socits Aoony
mes. -Nous l'en remercions, car
ces laits nouveaux rvls par un
organe comptent et of:iel lar
gil le cadre du but que nous pour
suivons et donne notre uvre
une porte bien plus grai.de que
celle que nous avions envisage.
Mais la lettre du Dparlement
des Finances se prte quelques
autres considrations.
Si la Cie Hatienne du Wharl
de Port au Prince et le-- .autres So
cits Anonvmes n'ont pas eu
observer les termes formels de
l'Arrt du 7 Juiu 191; appuvant
la loi du 11 aot 1903, pourquoi
le Dpartement des Finances ne
les y oblige t il pas, les rgles de
la prescription ne pouvant tre in
voques en 1 esqce S avons nous
pas vu, avec l'arrive du Dr Uum
berland cornue Conseiller Finan
cier, rappeler la loi^sur le douri
me d'entre en fonction et le dou
iime d'augmentation, dont l'appli
cation s'est tendue h tous leslonc
tioQoaiies hatiens.' Pourquoi faut
il doue qu il y ait deux poids tt
deux mesures .' .N'est ce pas uotie
confrre "Le .Nouvelii.le" qui
n a ete obugoe Uj payer une amen
d-i pjur a.uir prsent son bilan
evjo juel.jue rctaid, aiors que
cette inslilulion s'appuie sur un
texte, de son centrt porr pretia
ter contie 1 ne t* lie csi 1. .'.
Le Dr Cubeiland n 1 rril il
les yeux li.s aneaiir la Banque
Natit i.ale de la Rpublique d'Ilaiti
al is qte toutes les Bocila ano
nymis seront tenues a> termes de
l'article 1er de l'An et* du 7 Juin
WI3. "dans la huitaine de la pu
blication du prsent arrt, de
reme'tre au ^Dpartement ,des Fi
nances une copie certifie ds rsip
porls faits aux assembles % n
raies, ordinaires ou exlraordinai
ras des actionnaires, des rsolu
lions prises par les dites assem
bles et des bilans annuels.
t Celle disposition s'applique
toutes les ascemb'es tenues depuis
la pn munition de la loi du 11
aot 1903.
C'est l un lai.gage qui ne peut
se prtera aucune quivoque et
quand le Dparte ment des Finan
ces, rpondant notre demande,
sous quelque rserve lofAr que la
Cie Hatienne du Wharf a obser
v les prescription? du Code de
Commerce et des Lois rgissant les
Sociti'a Ar.onvme nous ne sa
vous quelle logique nous adres
er, car la loi n a jamais prvu que
c'tait partir de 19SJ que les So
d't. Anonymes duss >i t obir
aux prescriptions lgales que nous
avon< rapportes.
D'ailleurs quelles ont t les
Assembles Gnrales, ordinaires
ou euraordinaires tenues parla
Com eguie Haitienne du Wharf
de Poil au Prince depuis sa mise
en e ploitaliun Quelles sont les
rsolutions qui y ont t prises
par les dites Assembles Quai est
l-actil et le passif des bilans an
nuels?
Autant de questions d'intrt g
nral sur lesquelles des exp ica
tions seraient sans doute nces
lires et qui devraient recevoir li
l>e 2eme Match Jamaique-Uati
Sur h LandduParclLeconle
L ooubHabl. spectacle qu'offrit
la belle fte sportive de dimanche
dernier s est renouvel hier aprs-
midi.
La mme multitude de specta-
teurs eniheusiastes. la mme in-
terrainable file d'autos, de voilu-
res et de buggys; les mme' grap .
pes humaines suspendues aux ar-
bres d o emblaienl se d halner
des temptes de vivats et aux tri-
bunes superbement pavoises les
mmes Jolies dames et demoiselles
du premier malch.
Cames et rires, les deux qui-
pes, conformment au protocole,
sont salue* aux sons des bvmaes
nationaux anglais et hatiens que
toute la foule, debout, conte dans
un proioud silence
Contre les joueurs son! braqas
de nomfcreua appareils photogra-
phiques
D^coujijde sil!le| relenlil
b II esl 4 heures ir> minutes. Le
ballon, d'un ebool formidable est
projet 10 mtres peine du
du camp des jamacains. .Nos hom-
mes, semble-t-il, onljor de rpa-
rerl'checdedimanche dernier Les
Jamacains, de leur cot, u'eoteu-
dent pas laisser ternir leur gloire:
d o la mle. L'quipe haitienne
se surpasse, elle domine pendant
les lo premires minute et liait
par marquer... un but contest,
paice que, dit l'arbitre, le ballon
a l shoot oui si Je .
plus large publicit. Car, en ma
tire de Socits, tc'est la publici
l complet pli- n entier., ill mi
te, sincre, qui. au dessus de toutes
les dispositions lgislatives, doit
tre la g'lad* moralisatrice.
Ayant ainsi tabli que la Cie
Haitienne du Wlurf.de Port au
Prince n'a p: s obi aux prescrip
tions lga es, cecon're quoi, nous
-protestons au nom de la collectivi
l qui paie indiiectement les droits
d Wharfage, de tonnage et de
manutention, nous allons mainte
nant considrer les raisons de
cette infraction.
Cet incident cause une certaine
motion ceux qui dtendent nos
couleurs, mais ne les dcourage pas
lous.CepeudiBt.il n'est pas inutile
de confesser que, ds ce moment,
avec l'eothousiaeme du public qui
tait son apoge, diminua sensi-
blement l'entrain de nos ttatars :
ce qui nous vaut deux buts mais
deux buts stupide*. que tout on-
coi de meure uniquement a la
charge d'un hasard malfaisant :
la De veine .
Maigre tout, les jamacains sont
ovationns.
C'est la mi temps.
J
laft
Parisiana
Dimanche
i
D'aprs le roman
d'Alexandre Dumas
6 actes,
jou par Paniste Italienne
Pina ameliclli
Entre : 2, 3, 4 yourdea
* assaBasaBMP'^^sBl^Ha
Ne Lilio Joseph
C'est notre amietcollaborateur
Me Lho Joseph, prolesseur de
Uroii Consiiiutionuei qui, par
Commission de Son Lsxcellonoe
II. borne a t nomme en rem-
placement de Me. TlurnoOiee
ijaret, comme Commissaire du
(iouvememtntjpr.'-s le Tribunal
d Apptl.
Le choix eatJexcellent.Me L-
ho Joseph runissant toutes les
qualits lui permettant de rem-
plir avec comptence et distinc-
te 1 ces importantes et dlicates
louchons.
Tous dos compliments.
lien de plus tort que la
dt'vtine
A la reprise, nos quipiers et
les Jamacains se montrent prts
pour la Victoire. Mais c'est a qu'
montrera le plus de vitesse ou elle
chera.
La lu.le esl mene de part et
d autje avec une relle endurance.
.V hommes rivalisent de fosci et
u adresse avec leurs adversaire?
ils sont admirables d'effort. C'est
du beau jeu, du grand jeu.o Cator,
seul tout seul rsiste l'assaut
des deux des meilleuis athltes ..
maicams. Vingt minutes s'taient
(coules quand le lioMme but fut
marqu par les jamacains.
Par la valeur iudividuelle de
nos joueurs il est prouv qu'ave,
plus a homognit nous pourrons
rparer celte dlaite, qui, au fond
0 en est pas une, car nous le re-
plon->, du connienciintnt la
hn de la partie, l'quipe haiitienne
a domin, jusqu' youvoir obliger
les jamacains lui opposer seu
leu-eut sa vigouieuse dfensive
pendaut toute la deuxime mi-
temps. Et c'est par dts chappes,
vritables accroc que les t pre-
mitis buts ont t marqus.
' Quelques conseils utiles
QM pendant les deux jours qui
nous sparent de i.imanc.'ie, notre
quipe, telle qu'elle est f. rme tra-
vaille a la combinaison de ta re-
?anebe, it les rsultats seront des
plus consolants pour uous.
Oue les noires jouent le ballon
plutt que I homme, et qu'ils s'-
vertuent saisir les feintes de
l'adversaire qi.i ont t prpares
par d habiles mauagers.
igjiN'ous avons confiance .>'ous
avons une foi inbranlable dans Je
succs final de nos joueurs. Leur
fianche^camuradetie avec le Team
Jamacain, aprs le match d'hier
en est l'clatante preuve. Ils ont
laisse le tenain de la lu te aux
sons d une musique enlraioanbr
il* taient nais, coi.liants en eux-
maea sans delaillance, quoique
cooveits de nobles blessures.
Gloire aux Jamalcaiaa !
Honneur nos BporUMn !
Nouvelles Etranares
Par Calil. ^
Ghaaiiement d'Adresse
CABINET
DE
Me Emmanuel CaiiTin
1*>28, Grand'Rui
ElagS Mark t Cryatal.
Par Cbla
Comment on apprrie en
Fiditce le dernier dis-
cours de . ^Iiaibjrl;tin
Paum Le discours de M.Cham
b rla'n la chambre les cummu
ns hier soir a proiuit une bonne
uupressiou dans tes milieux olli
ciels lran<;s. l'est plutt cause
de sa forme que de sa substance,
car ou a remarque qu il y avait
peu de choses dans ses dclara
tious qu'il n'ait dj cummuoi
quees a M. llernot. Le point le
piu rassurant dans le discoure
du ministre auglais,j|a t ou dit, a
l la rvlation quej le gouverne
ment auglais se rend,com^te qu'il
tient|la ciel du problme de la se
curile. Ou penee maintenant que
les allis s euteudront bientt au
sujet des questions qui seront sou
mises S l'Allemagne pour qu'elle
expoae ses suggestion* de securu
d'uje manire asse* cla.re pour
qu'elles puissent servir de base
une discussion.
Autour du protocole
de GenAve
Paris L* ehefs de la majorit
gouvernementale gardent toujours
espoir dans le protocole de la o
cit d^s Naima-i. Le commission
des rpart ions trangte de la
chambre a reu un rapport de M.
Doncour . c* sujet et Mercredi
elle adopten probablement une
rso.uliou en faveur do la ratili.a
tion. Le gouvernement soutiendra
celte rsolution en affirmant que
la remise de la discussion du par
te propos Genve malgr l'attt
tude des dlgus anglais ne doit
pas empcher de continuer les ef
forts dans le but de faiic accepter
le projet a la socit. L'iMenlioa
de M lleiriol est d puiser tou*
les elloils pour Louer d'alftrmir
les Iroatires euiopeennes.Les pro
positions allemandes quand elle*
auroul t examines dans tout
leur dtail assuie.il une vraie %t
curite. Le prsident du conseil se
ra heureux de les adopter. Kn at
tendiml Mr llernot se propose de
ne ngliger aucun moyen daniver
au mi'me rsultat.
les Mc<|ocialions.,au sujet
de la question de sicu-
Jjiitc par *l'iiileiineuiatie
des cliancelleites
;PahisM de l'Ieuriau.ambasfa
Oeurde France en Angleterre, est
Ki-ne Londres, a j a ni obtenu dts
renseignements complta en ce
qui concerne le point de vue fran
ais. Uu espre que desoru.aia les
nr-ftouanons vont se pouisuivie
av*c piuts de rHpidii par 1 in ter
mdiane ots cliancelltries. Al. de
(Teuiiau a aie ciiaige ue 1 assurtr
si comme le secrtaire ues auair a
trangre anglais l'a dclar, 4
I


.
.
-


1
r
m
1
!
k

ta vhambr* de^cmmuaas, hier,
.(.offres de fturi'a de IKlems
eue sont ,iu Jres et honntes. Le
epticirae rgne ce sujet dan
Ut milieux ofueitl. franais oi>
1 on fait remarquer que les eip
liences de la France avec la repu
bli-iue allamande ainsi qu avec
l'E npire oui t telles qu'elle ext
fcera que le garantie oient clat
rement spcifies avant act la
France pwtsM se fier la signatu
re du Reich.
accident de chemin de 1er
POITIHS Le rapide Bor-
deaux Paris a draill cette nuit
prs de Poitiers. Le snateur Pede
biiou, des Hautes Pyiaee. est
tu ; on signale r> moits et une
quarantaine de b'.es* s.
les lun-iiillirs
de lord finnOn
LONDRES- Le plus g and*
honniurs qu'il loit possible a la
nation anglaise d'offr r a lam
moire de ces hommes d'Etat, ont
t i indus au marquis Cunon
^onl le service funraire a eu lieu
l'abbaye de Westminster. Y M
Rataient les reprsentants de 3
rois! et de 4 reines, le 1er roims
ira dADgleterre, les membres du
canin t, les yt ncipau hommes
d'Etat et les amba'sadturs des
pays ttrarger*.
Jrusalem dans le deuil
jERt;SALKM On mande de
Jaffa et de Haifa que la grve pio
clame par les arabes pour proies
tar contre la v site de lord Balfour
a eu lieu dan* ces deux wtllea et
fa plupart des mrgasios tenus p.r
La arabes chrtiens et mabom
tans taient ferms La circulait n
des ftiteolM dan les rue tait
fresque nulle. Il ne s'est produit
aucun dsordre Ds son dbarque
ment, lord fi H'our s'est rendu
la maiaon du gouvt rntment o il
,.t i hw de Mi Heibert Samuel,
Saut rommi^aire. Dans le qua^
er mixte de la vieille ville les
koutiquf.s juives sent demeures
E .t* et diii!- le quarli- r juif m
me p'iw de l moiti n'ont pas ou
rt Les aniLes circulant dans les
ruts pt riaient des rubans noirs et
le sige du Cl mit arabe tait ten
du de noir. Le calme rgne par
tout.
Bne conlrence de M I
lavai la Socit d'Iisloiie
t'I le Gotjraphie
1 a Socit d'Ilisto re et de Go
graphie poursuivant son program
me offre au pi bV en gnral, par
l'oigine de on M. D. Vaval, une
conlrence qui aura lieo dimanche
matin 10 heures hvBib io'h
que de l'Amicale du Lyce.
Le confrencier noue entretien
dra de la grande ligure nationale
qu>l LEXANDRE PE1 ION.
Une communication i n-
portante du Comit du
Drapeau i l'Arcahaie
Nom publions tant commen-
taire* U teste d? la dpche
adresse Me P. Aunanl la
suite de /" le ire de M. DTieire
parue dans Le Xouvell se .
Me Pierre Agnant l'o tau Prince
Halilionf c>mme toujoLis tous
actes faits i ar vous pour Comit.
D. Benad)lte, A. Belfort,
D. Agnait.
Avis
Drfraicis
Les lientb et ami qui dsirent
me voir me trouvant,comme par
lepase, au No 60i Avenue 1.
Peu de Chose.
Rhumes

PAR^UNE
Il n'y a lien avaler
frottez seulement
Le succs qu'a remport le V.
poiub de Vick, le fan eux temde
lotit l*obk t de vifs dliais Lannl;.itM d'ici Plusieurs au parlement hollandais [aine, de famille s ont d p Mj
r ..... ce nouveau traitement et sont
AMSTERDAM-Le projet de loi J J^Ues des rsnU.U oblenus.
prvovanl un million de florins ", Vi_0iub de Nick est rang
Jour le* i* olypiqad*; d8 la catgorie des dcouvertes
lui doivent avo.r lieu en Hollande JW voug font dlre .
Ej acluellen ent soumis au parle ,l i .__. _,? nn nBa nen
ffi. Louis team
Nous avons appris avec pUi-
sir la nomination de notre am
l/>.iis Rameau comme Gliel d i
Parquet St-.\iarc en 'mpl.-
cemeni de M. Lopold Pmcht
nat.
A c? nouveau post de con-
PiinaM R meau fera certai-
nement va'otr les qualit dm-
tellif?en< e et de correction qui le
distinguent.
Nous lui renoivlons nos
sympathies.________^
OccationTiiperb *
A vendre une automobile Bute*
en bon tat.
S adresser Mr Geo Farmer, au
Caf du Petit Four.________
Atls de divora
CVHI.NKT
db M' J. Li.io .losrpu
D'un jugement ceniradictoire
rendu par le tribunal de Premire
ostancedePort.au Prn.ce, >
di dix mais mil neuf cent vu gi
cinq, nregistretsigntl.
au orofit de la dame Iwblle m-
lV.SSaoli.ta. d>e I belle Un-
rencT, troprilaire, d m; urant et
t,e le sieur Flonan Chgne.
propVitaire demeui.nt et domici-
li Porti-u Prit ce,
Il a t eatrail ce qui iUU
Par res causes et mol.ls. le >'i-
bunal statuant cl.irr d appel,
aJ.net le d.v rce de la drr.e .J-
belhAmliaBHUlUtaJ.leljaojle
Laur nce contre?on? ot x. Wtvvt
Florian Cliasagnf ; autour en
consquence la dite dame "
pseter devant l'Oflicer de I Ltat
ivil de la Capitale Section. V -d
pr,,r le faire prononce.: dl W
conformment h Tait - J? j
du lu Mai 1920, odjHfallve du
code civil, un .xl.a.t du j-ve-
ttent qui admet le d.vo.ce a.n-
Kl "ex.rait de facte HM
tion du mariage MftOt, la.dUl
no. del parlie a..pdmse,
fns.s dan." l'un des qnolid.rn.
.d.tanl la Capitale, peine de
tous d- mirages inli.Ms H.ver, les
tiers, s'il J cl.ef. aoodamna tt
sieur Florian Cliass^ne qui a tue
ru in h aux dpeDB.
Pour extrait c ulo m**,
J. L.:uo JOSKl'H
UNE!
PA8TILLK
VALDA
EIVI nOUCHE
Cest U tJBS
des Maux de Gorge. EnronemenU,
basai de Cerveau, Rhuniet,
BruLcMtt, etc.
f C'est H SODUGEMBiT IKTllila'
de 10ppretion,
ds acci tSma, etc., etc.
Ctfst le Ml Batte
pour combattre toutes lea
Maladie de la Poitrine.
IKMMiHDTl i,- .1,'JPOaTUCE
DEMANDEZ, EXIGEZ
dans toutes les Pharmacies
Las Vritables
PASTILLES
IVALDA1
vandues seulement
en BOITES
portant U DOf.
Les pastilles VALDX sont en
vrnte : Pharmacie Centr le
Jllaiti.Pliarmacie J Boutraine
Port-au-Prince, Charmant
BrutusA Jrmie et 'outesPliar-
m'icics.[
La fte de Samedi
A!
Parisiana
Alfred N-Cooke
1912 R u4 J" I*gsin
de l'E Ubo.cc scs dm ei otienla
qu'il vient He recevoir par le der
tier timttr Caravelle un fort
itock de maicliandiis.
Huile d'olive Durci, par bou
ttille el par gallon. ,
Vin Blanc et Pouge, pai banque
gallon et bouteille.
Liqueurs et sirop assortis.
" Wiskv loules marques
Rl.um lin par gallon et bouteilles.
Remerciements
Mr Paul Fonrhereau et entants,
Mr et Mme Paul Fini'. Franois,
MM. Hern ann et Justin Franois,
Mr et Mme Georg s Leclerc. Mr .t
Mme Cbarls Estve et enfants
ainsi que loi s les autres parents
et allis remercient bien sincre
ment Us mis tant de la Capitale
que de la Provirre qm leur ont
donn des lmoigreg s de sympa
patbie i l'occasion de la mort de
leur trs r?grUe :
Mme Pnd Bouchettcu
ne Lilia Franois
ft les plient de croire, en retour,
leur plus proton Je gratilude.
Poit au Prince 3i3|25.
Repe*MZ ?oe]
rasoir en du
L
Avk U Valtt
d. aret* qui "m i _
t aana dmonuf, M ^%
La niera* km* dan tai
tni rien perdra ni i
douceuf. L'
zs**?*mi
au
Chanuenent
Cbl
A*
y[% Clment|
Ru.
En i.ce du Bai
Irement.
ment. Kn raison de l'opposition
croissante qii m m nileste contre
le cidit>, Mr Huys de lieeren
irouck, prsident du corseil, ne
*0>era pas la question de coi lian
ce pour leur adoption et lout fait
irvoir que le projet sera repous
t La principale cp osition pro
tenait des dputs calvinistes ft
catholic,ues qui >onl au nembre
de tiO sur 1"> nprsentants. La
riccipa1 raison qu's donnent
it que les jttx ne doivent pas se
Unir le dimancte, joi rne coi sn
tree d'i-prs eux 1 l'rier.. F
ralit ce n'est qu'un prtexte A
la veille des lections les dputs
ne veulent pas voter des dpenses
exlraordinairea.
* Pourquoi n'a- on pas pens
ttla plus toi" C'est un onguent
compos des remdes pour ibu
mes qui avaient t employs de
puis bien longtemps 'I .*' en
Inme temps d'une faon externe
et intime.
Riii'ricurement il agit to.n
me un onguent, une cataplasoe
onunenpiie-et irt ibiorM
tiavers la pau tout enla s'imu
tisti des Citoyens le
celte Commune uVsijns
par le lirMC au sort
pour lre jurs de la
Session Criminelle au
20 Avril prochain.
Franck Narcisse, Mathieu Saint
Victor, Docteur I. E. Jeanly, Dr
N.'aton Camlle < hr s un Aim
acteur CaltsPes'o>,Ument Hoy
Fnlon Alc.ndor. Georges de
Pradin.s, Fmile require. Lo
pold Dominique. Cy.ile Lisu aui,
Maurice Fil. Aim, rauilnn Hls
intrieurement Mi v^p'urs ,,Kiini .,,
e'SSSrSrtW. ""fleS Aim.Fnelon B f *M** g
ihvm et trbenthine sont direct chard, Ludovic Toulme, Dr Chris
ment inhales l'inliieur des lian V.colas,Georges B.ussen, Mau
?oi respiratoires, soulageant la ,rice Lahens *"**<
congestion et lael ant le phlegme, Marc Leroy,Schel.hoer Jean .ou,.
urUsant souvent un rhume en Ant0ine Fouchad. \nnibal ue is
une nuit et soulageant le croup en Dr Annulysse Mollir.. aIcius Lj-
- ,5 minutes. Tout cela se fait sans foo,8l.,, hdouard;" JJJ
doiae- frotte/ seulement. Ba/e'ais, Joseph llecto'. '
La question du dsarme
ment Te Vaporib de N ck a t inven
W'A* IHNGTON Le Pf#eldt 1 par pharmae.en de la Caro
Coj'idge a discut avec M. Dorab, Une du Nord, aux Hait t nis il a
or-ideut de la omrohsion sna d.abord l fait pour uuelquea uns
tonale das alfares trargres le de ge* clients Cependant, sa repu
nroiet de conlrence sur le limita ,alion ..tendit graduellement d 1
lion des armem.nls prconiss ut8 Ktats al maintenant plus de
.ar le gouvernement amiicain.
e snatur Bor.li, bien que par
Us an de la proposition, pense que
ta situation actuelle de l'Europe
n est gure favorable une con r
rence prochaine el qu'il seiBil pr
frah'e d'atlendre la runion du
eoearit de l'automne prochain
pur son 1er les diverses puissao
, es h ce suj< I.'
T
Nouvelles Diverses
p.Miia Le cabinet poursuit l'
tude de rduction, .ppoile au
budget par la commission aqato
riate de lina.ee*. On se rend
d'ore el dj compte que le bud
set ne pouna tre vot avanl la
fin du mois, Mr Clmsntel uisen
tant un projet demandant des ci
dits provisoires peur subvenir aux
trais d'adminUtration au coure
d'avril.
CARACAS- M Jarousse de
Sillac, nomm ministre de France
au Vniiila, pisent aujour
d-hui. avec le crmonial d'ussge,
tes lettre de crance au Gnral
Coxe/, prsident de la Bpub'i
qUWA.HiN. ton Le dirigeable de
Los Augeles se rendra I orlo Ri
co ou Cuba ar"** ">n *ol "
B'nnude. projet pour le 13 ou
le 13 avril,
17 millions de post sont emplo
vs annuellement aux Etals Unis
seulement.
Vicka est un remde de laroule trs
en faveur pour lea rhumes de cer
vaau et de loilrine, le croup, lea
rhumes chez les enfanls, l'amyg
dalite, la bronchite, les maux le
orge, le catarrhe, I"asthme ainsi
que pour tous les ma x provenant
du froi.l. '.'est galement lr*J eu
vogue pour lea diverses aile. Iioni
de la peau, telles que coupures,
ulcres, hrlures,| contusions et
dmangeaisons.desj mains at des
lvies. .
Vick est dbile dans loules les
pharmacies Porl>u Prince.
Ryan & C*-
Porl-ou-PHnce
Attent pour Hatt,
Les cours
16 Mar.
p., RIS Dollar 19.04b
Sterling 90 9o
HAVRE Teime coton >18
NEW YORK Steiling 4.7850
Francs 19.f
Alphe Alphonse, A'phonse Ber
Ihouraieux. Cment Corvinglon,
Frd A'erte, Emmanuel L-nartes,
Rie Chardavoine, Flix Petrus,
Henri Lanoue, xndr Cles'in.La-
cius Brulus.Frdric Ga-tjens.Llio
CMBgnol, Lon Charles, hm.
B. Armand. Paul Romain, Jran.
oisL. Jo Philippe, Blaye Lafon
tant, Joseph Biche, Cidieu Larny,
Flix Viclor, Bremus Brutus, Mau
nceT.page. Charles Ricot,pocteur
Edou r.l Bov, Eli. Augus in. Cl
ment Uspiua*se, Diogene Dje...
Eugne Georges, Henry Hvigerth,
Ludovic Lamothe, Veruet jMMj,
Charles '.Duplessy. UMo J;*,"
Edouard Monts, Eugne Dgand,
Emmanuel Pierre Louis. jNtW
Beauhrun, Daniel Du val, Clment
J. Zephyre, Christian Niu, lr-
nad Leroy, Luc Aim, Lonr-
ATchimde.Justin Denis. Lon Km.
Chancv, F.rn.nd Rlflre, Lebel
C'est don^ demain, si.medi, H
heures Ju soir, qu'aura lieu la lte
de l'Amicale du Lyc-'e Ption.
HVae en don nous le programme,
qui montre bien que l'on va pou-
voir follement s'amuser tout u
undant service une u-uvre fort
util*: la Bibliothque de l'Amie: le.
P HOC HA V! ME
1. Ouverture ( piano violon ) Mme
tint, J. Ilrauv.
2. Allocution du Prsident de l'A-
mic.de.
:t. A ta manUu. .. dt \Untmurtr*
Personnages de la BEN LE :
L. v.mtare
Le Compre
Lucien Boyer
Pau! (haubel
Le Footballeur
Titine
Totor
INTEBMEDE
4 Feu la mire Je M a Jante
(Comdie en un acte de Fivdea>)
Personnage- :
Yvonne Mm#,TS*
Lucien ^er*. Naill.nt
An nette Mme Ssltie
Joseph Mjx Ben Augula
Dans la Revue on retrouvera,
avec Ces paroles nouvelles, les
plus i lis airs de L-:cien Boyer, qui
dira le boniment au public avec
a n entrain h bituel.
N.B. H est rappel an public
que les caries io.t numrotes.
Par consquent chaque spectateur
doit occuper le fauteuil qui porta
le numro de sa carte
Les caries de Loge, de Balcon
et de places rseives( six BN*
mires ranges des tauteuils d or
chdstr<3 sont vendues l'arisiana
o on trouvera gale nenl des cir
tes d'aulne gnrale. O.i trouve
des caries d'entre gnrale < lie
3imon Vieux.
Loge 1 Balcon ou place rserves 4 Gdes
Entre gnrale 3 Gdes
, __ --t------ .Li -!-'<
Colombiaa Steai
Company Incj
jgtv 5teanur ^xAxafi ayaat.
flari k U M&u couiarvt e^t aX
nrMt, o fci8 via eap-StaUlei^
SI Ufailua lo m i \o\xx 3lud
iiMe5ea lauttvpoat /luavplotx %
De*ta Cofamt^ piRtiatiL fwL, &
^ort-aa-'rlace io '25 gWart ij
Gbara & C% i
Dr V R- TJ3.\0D
Dentlete
)| lai'iilt. de Montral
de New York et de
la llav.U".
Travaux en or el en por
c cl uiiic.
|UrCtiuDI iiitluIoi'es*|:ir
i'inasllitifl conductive,
THE TEXAS COMPi
Texaco
Gasoline Huile
A parlir da lui
Mars 1925 The
Company o avril
bureaux au
local situ 3 au S]
de la Rue du Qi
coud taye mais
Thdore Baker!
L'Organisation De La
Eit Saine, Solide Et Ui
/TN tablissement In*"**" *
v un arbre: prospre^
par la puissance de se r3"
par la vitalit de ses bfaecosy
, , pratiques'j spcialement
Nau, Luc Victor. Horace Uellanlon ^
Georges Armand. Jolibois ne, j______________________ ..
Edmoud l'o v
Georg
Henri Miramheau,
nice, Cicion Mu/ac. Georges M.
Lger, ..hiistien Myrtil Norrr.il
Lahens, Joseph Gtflrard, (lment
Verna, Lonce Dulort, Lonee Nat
m. Alf'ed Barjon.^Antoine VNain
right. Joseph Ba/etais, rnesl Da
lancour, Rodolohe Lafontant, Mau
riee w'ide. louis Mortes. Julien
Abraham, Annuljase Valntin, F-
lix PaiHre 1 ils. Ilermanp Henja
min. Abner Poision, Aristide Ton
cel, coestai.tin lleuriq". Luc P
sinor, to-^ F.lh'art. Kemand Au-
contre
la
'CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT. Pharmacien,
La Maiaon Firestone du
sources de puissance. ''.''
cines dans la grande " .
branches s'tendent au U*
et viveces.
Dans le monde entier les
cmt exerc une heureuse :
transports et partout oO*]
mr es bandages M'
appris avoir confiance
Firsstone. Vous aussi j--
votre voiture soit munies
marque: elle vous ar
scurit et
dssl
Jltf.
fiui Salol-Anlom*
PARIS
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
guslin
i. b. C. Untndo.
A ii >:>/
PORT-AU-PR1NOH
Alw.PliTHUe; Pbarmaci* ALbEHTUll
PhnrmacU da O1 JuaUn VltRU
t toute l*i bom Phttrmmeii.
Lt Maximum de Kilo
L. Preetzman Agtf
Por>au-Prince
PNEUS

BftMfisTl
isr-> ji


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM