<%BANNER%>







PAGE 1

• %  %  p %  • \ • I > I ; Pagol venl :\ la somme globa'e d'un mil Jiard de franc* ont t ralise* •urle budget pi-*enle par la'.cham fcre I."' comit est tenu de tercni ner les travaux d'ici le 13 lai* •t devra mellre en -onsquence de cot teus les articles u-cepti bls de provoquer de lonzs dba'* au Snat M. Bienjera insist antre les autres ur |t ncessit d'une poli liquo sage en ce qui oonc me les oprations do tr-oiiet I am lio ration graduelle du franc. Il est op pos toute mesure tendant a re qui a rigment l'encombre e-1 dans le iran-jort des mai hirdt ses. PARIS— Ap-es l'nudit'nn de llr ll>Tiint. la crmmission Monta, riale les iii anc %  n'y a as de raison so-i avis de craiii Ire une hausse trop rapide du franc et c'ait p>ur cela qu il faut viter de bcher la r nte. Dan la m.i'iiit' Ijnltfwiiqiie Lu S'LRI : Les rdits de la narine bntanniqne pour lv)251920 se montent a livres 60.500, 00 aoit lire augmentation de 11 vres i 700 000 sur l'anne cou note le personnel de la flotte pour l!>25 1926" est fix i 109,(175 •oit une tugmentalion de i 175. La souverainet de Cuba sur lile des Pins rtablie WASHINGTONPar 3 voix contre 14, le Snat a ratifi letrai t vieux de 20 ans reci nnai.-sant U souverainet de r .uba sur lile de* fi i" H a galement vot l'a rendement du snateur Re d, d mocrate du Missouri stipulant que Ifs lii.lni.inu de i I e jouiraient de piivili'gts de la nation la plus lsviinn i i gard de Etats Unis JU question du dsarme ment WASHINGTON— Le prsident Coo '''(f *•' '1 nv 's que ce qui se passe actuellement a la Socit des Minons uu sijei du d?armement at du pioloco e de la scurit ou vre la voie la ri nion de la eon frecce pour la limitation des ar m m nl comme il en caresse ce projet depuis un certain temps ds qu on connatra dfinitive ment le tort rserv au protocole. J.c prsident (tudiera srieuse ment la question aver le ssrtaire Kellogg. nouvelles Diverses, l*Ahia, io— i ne nouvelle entre vue tiuie MV -I Ici nui el Lbawber lain aura litu lundi 15 heures lors du retour de M. Chamberlain la Genve. LONUhLS— Ln chambre des eon n.iiiics adopt en deuxime lecture le piojel de loi tablirent l'heuie d ete comme Institution peiuanente de l'heure d t ara applique du piemier dimanche di avili au pic mm dimakche d'oc tcbie.lt to mu ae mme tu Fiaa oe e> tu bL que. PARIS— M. Dumfour, dp .t.. de la Loire, appuyr, pai une c*-< laine de aea co.igut presque tou aocia-Uleb vie ni de uepo. r aur a bureau de a chambie une propoait on de >oi visant la nat o na isatioa de toutes le mine et toutea les substance minrales ou fossiles la surlace d.. sol ou dais les sous sols -e la France et de ses colonies U prop. sitioo pr voit la cration d un o fice n.uo nal pour 1 exploitt.on des mine gjc u %  ... U.L-0 u exploita liou de0'-u\ I s. I.I.ULIN Lagr.e desili.u.t sasjli alleuianda a pria ou. uuuv.t *. l ittuuft 4ihLu je uomere un tes 'eat (orteaaent aeera ca 14 Mars PARIS— Dollar 19.49 Sterling 92 7fc NEW YUUK— rllng4.7VB Francs 19 38 .= aajp Au CWP de la Lune> Gin-Varit i.es Un M Hier, aujourMi, demain. Hier, il y rut 17 srs ( US Mars J9JX ) fjno ie i o^tp hatien Massillon CoifOll, Ses rj.ux frres et plusieurs autres rilvrs furent, pendant !a nui*, luilles som mai r Pmpnt. Aujourd'hui, il v a ll^ana 16 mars 1700) que \jD*n% XVI su t rima les lelir. S'IPC! h 'q"i coniUrnnaip.Tt la H Mil e PI lf> CahiiiPt jir srrvir^d' pion na?* qui fonclionmit \ l'Ilot?! de Poftt Dpm^in i| ii'-> S ans ( 17 Ifarft Wl7 qu %  • rl^va"| i n* vo'o'ion trions t IJ T'pjVirrtlei I!, t|sr rl J RuHfi 'ut ah 'iqn r PI' faveur de fon I 'e 'P pr n 'in* Mi h I Au • % %  Clair d* la Lune a peut tre class parmi les ou % %  < es h tiennes fides du suce f>, drapes de rli.irrucs di-ers ensorceleurs, auxquels on ne r-iste pas, comme ces trs jolies femmes qui n'usent point Je manz e transpositions de Henri IIiue, œu vre de pote qui a RM valeur; qui dnote un esprit et une intell gence habiles luder les difficults de ce si embarrassant mtier de versificateur et une ame de vrai S ole qui revit les souffrances sesnres du Vluss et de l'Aile* magne.. Le public a vcu deux h ures charmantes qui ont eu un aspect tout autre de la joie bruyant et des dtentes langoureuses dont sa > aient lui gratifier le "^ros sel" de Rover et la voix m'od euse de Chaub t.. Il l'a trouv en rservant I-' plussiacre de son admira tion A Mr Moravia lui mme, qui lutovaiionn. Mai*,— je crains de froisser des ausceplibilits, ie tremble de n'tre pas le gentilhomme q-ii par donne toutes les fautes aux fem mes, en disant que de tous les ac leurs. Me'.ie Maximihen ma par tt avoir eu un sens complet de son rle el ainsi a largerae .1 contr bu au succs le la. >ir'e,ce q.n it.uu que ant soit peu a Mme K V>ard, et La.iduu mais surtoit UuJiCOiirt. Ce le conviction me dou%!ne pour m'ire rappel maigre m M la vo-x musicale de Mm G Lafon tant (Melle Rene Mnos", le na tnrel des gei>tea de Mr Georges L ger, U i, £'. -t ^ -U 0,4*4 | "S r H t) p nu % lali -UT u.i ia pi'-e tr b I e eu so. t i •tact r* ai oi itfiuale eut pu .re tu eux rea A Terri 1 Roui8 Area M dvouement An hfd* frment de Travaux Publics de celte vil'e, la rommiine da Terrier Ronge o la sof tait le mal qui r^ptndait la terreur" eM mainte nart bien pourvue d'enu, la suite du forage d'un puits ar sien qui a donn les meilleurs r sullals. (Des A finales Capoiffis) Hier, nombreux furent ceux-h qui se tendirent au Parc Leconte pour assister an mat h anoi ce par TU S S. H. entre 'es dei-x quipes des ca; itf l ios Tainson et Armand. Ce match d'aprs l'annonce pu bMe samedi, avait pour but la for tnat'on dfinitive de l'quipe qui doit se mesurer prochainement e u Jamacains : et tous c.-ex qui se rreentreut au Parc Leconte pe le firent que peur se rendre compte de la bu me de no rham pione ( say. r d'tablir quelques pre o-ties sr*. ialsil y avait foui sur le %  I md'' ex^en' le s quipie ra qi, d'aprs ce q i OMIS r vient, donnant com me prtexte leur ahente de n'a voir r*s t convoqus par leur c'uh respectif. Mais les ir.> mbres d'une asso ciatou affilie PU. S. S. II. ne dpend* ni ils pas tout autant de celle ci que de leur club parlicu'ier. Les discussions. 1rs tirailleries, les rivalits al ani leur train, l' quipe bailier ne n'est pas ferme et les jamacains airiventdans quatre jours. Quand serons nous donc srieux ? Autour du prochain match Jamaqiix.baili Voici lu dpkht qui est ntnv nue lad esse du /'rsilient de l'U S. H II.: KlMi&lU.N. 15 Mars— L'E quipe laissera par "^imiHoin'' le et restera jusqu'au 5 dpart •Baracoa". A. L. MYERS. Lgation Domieane Il est port la connaissance du patate et ou commerce que les but a x ~ i ega H %  • t ii t. .il. eu 1 IGl r.l viennen [athies. I MAndr ChevaHier A rdministration GIIK'rale des Postes Prr suite de la nomination de Vrf.t. I es!ai des au io-te rie San tif n A" Cuba comme t'.in-uIG nral, c'est nrtre ami Andi t h vallier qui lui succde la Diiec ti n t.e. tale de ? les Le choix est excellent, Mr Che vain! runissant le savor ** l' aergie nce-saires pour justifiera ces dr icates et importantes fonc tions la confiance du Uui.>i nie ment. **W ' i %  —— • • • %  —— Compaqnie Gt'nrrale Trajisatlai tique Le Steamer CM ;o e lle de retour de (uba et des poits du Sud est attendu Port au Piince vendredi 20 courant. Il r> partira le m'me j^ur pour S-int Viarc.Gonaives.Port de Paix, Lap llaitien, Pueilo Plata, et 'e Sn Juan et le Havre prenant fret et rassagers. Port au P'i ce, lf> mars 1925 L'Agent F. OBELLN Lire deiaia: la Cle. Hatienne du Wharf de Port-au-Prince Socit Anonyme A quelles pesrri|iions M gale"' doivent oMir Ing Socits anonymes 'aiiiies en Raifi? Rfljhigsez avant d agir '••• Ne faites rien la lgre, car l'heure mutuelle l'a'gent ne se gagne p is facilement. N i,i otvons que > is voudraient S'habi ter l^nument pour les fles d'> PA jues mais t ut le pro, hl^nv*cquelit* i Ii i lnl'tr bien et peu de frais. allez Jonc chez K • w u Ifermanos •il vien lient de recevoir des ItsMfl le soie, d s ie t colon,de laine, pour liomm-i et (• mms et de toute beaut,de* articles pour mariages. A H / donc sans crainte les vi-is ter. Votre bourse suflira toujoure pour vous pe-raetlre le satisfaire •Oi g'^'s et VO* emrlp.fljj, K^was 8e ir nanos 205 209, Pue Traverfire Revue d** Oeux Honte* \ Ru4 de l'limer site. Paru •O.l.i klttl DK L\ LlViViSUN du 15 Fviier 1925 Le civur et |e sang. — Dernire partie. Henri Bordeaux de Pacad %  il* tranc use. Lettre le Charlotte, impratrice du Mexique Contesse de Rcinacb fuussemagne. Une grande libralit Amricaine Gabriel llauotaux, de 1 Acadmie frana'se. J -B de la salle et les Frtes des Eo'es.Ch''iennes. Hen Bozin de l'A'aKn ie Irenaise. U Faillie de la Mtaphysique Bolcheviale. ~ 1... Serge de ths, sin. Le livre de RtUon. — VIII. Le livret militaire. J. de p sqiidnux. Posie. —Li leulre effigie, H'oe Seguin La situation cononiiq< e de IAl lemagnr. en IWi5.tieorges Bl >ndel. Aurelie T-dj ni. princesse des Sabl-s — IV. La tin d'un rgne. Ilarlbe Bassenne. A'fed de \ig y dans les Pyrnes. Armand fraviel La Steone. Premire partie. Antooe Tchkhov. Revue Dramatique, — La vierge au grnnd iœur rten Dounic.de l'acadmie fiai , i-r Chr>iiq.ede U Quiniaine. -, Histoir. politique. He.,.. M mn PRX OF L % O MF ^E.NT Pn DD D Sl ""*' ft *"* Srine Sfio t ), e Ho r 4 ,. Dtffr emrn el ^ Co'ooi > ITMK^I H6 44 lr u L. Mai g-, f0 ,1 U. boonen.rn. parte I du i tr H du u de tb-s-. .noH. ritatsinntci M1RIAGE ^'o'js 37on. tfu avrr pl^is- le ftire i • t ifu n t-m r< rie M 1 E IAHMEN PI AIN fille dM. ri Mo e A'thei. Ba)in avec notre an>i FBA^CK TiM'THfE fis He M d Mme Alexis Ti rrothe La br^diction r.urtile l'iir sera dor l> nwr J iH 'vi' prochain 7 hre dit malin p'n l'Eglise Minipolilainp Compliments. Funfraillc H sons a t tait part de la mott de 'lobssaint Mexil Jean dcd hier Cabaret et dont les funtailles auront lieu cet apis-midi. CcndoKari.es aux parentsprou vs. — Cet aprs midi auront lieu g le n. i i ,. > lui ci i les ut : Lon Baya die dt'c d. hier i.| res midi. iN us envoyons nos smires eon MI .m e. s H IMIJS n i.x que ce demi atteint particulirement ii' lie ni i M Auguste Biyardele, pre du ngrett dfunt. a X-i .Sri PA8T.LLCS VALDi sont lndiapeni il-ENFAMT^isansl M VIEILLIR!) q art aiGnANOESPERSONII rrUtfc a ktn waaa#] pmir PRSERVER LEOES CRGA1ES1ESPI1I ou pour SOI |ea hhume, MUX ( Laryn! ystme, etc., MAISiLFaOTIVMII •le n'emploror i &.acsa PASTILI VALDi VERITABLl veivtocs seulemnl ... BOITBB porUat le nom Muncs SEDOGASTRIN Admis dans let H ^oitaux d i Paris Ct'-iln, Brlnrs*. Ainnin, BpuilM do.iir.irir. Naub^es, Veni^as, Vniiii>*ina>its, I) C< TKinnnle l'Oit. f*cilit c nnt de i nr. f'M -i ut (iasiro-. S ud r i ri\TO ,itt% M pharmacits Ii ,.n il Lli M l wP /lZlNt.2 KmCtfti. PARIS il i PharmaeSs '>' % %  PITKUS JS pailillesVALW vente : Pharmacie d Hait i. Pharmacie J Port-in-*'*mce, PU Hnitus/i Jrmiesse... j Sais le-i |t,irtu n-, de LOBU restent les meillt En vente dans toutes les bonnes maisons. Il TROUVE TOUT BAZAR ^ETROPOLITI Vente d'Inventaire — Grandes Rductlc. I'. ur taire de la place pour d'autres trticlea,et coo-t t nmenti vler noire inar.-li.iii.ii-"-, unu avons considrablement rduit! de certaine article, vonTes verrez tals el marqus avec des M rouges. Certaine lots sont des lins de stock et ne consistent I quelques pices seulement,le* premiers an vs en profileront : Porte-Mine t Evtrsh^rp • Porte Mines Aatomaliques Epingles cheveux eu te*' le'le paqu t do do la carte Bouton pressiom a carte B utons en caille, noirs el|blancs Soutache Garnitures pour roLes Miroirs j Rouge Compact ; Boutons de manchettes do dji or plaqu Faux cols mous <• |Je Cheussettes d'enfatits, la paire Bas de femme* en oie, la paire Cravate en tous gedres Chaussettes d lu mmVs, la paire Bas de femmes en (Mon, lu paire lias de so.e pw r fnAmi s "lloleroprf Chemise de oire. \h 14 heulemerd Combinaisons pour gnVonnel No 3f|et 32 seul. (".hem ses blanches poi\r hommes Chemises couleur kaki\.\o 14 senlemmt Arrow" en nia 1N0 l ""seulera. r les sport, r mf .liera xor'^ %  use la boite de 3 ht do do Chemises pour joue au Chemise combinaison p Jeu de serviettes en pai. Rasoirs de sret *'Ever Plumiers garnis, pour { Savonnette parlumees „ ,, _" fc La rie Lold C me en lubes *' ". e peustu l adenas trs solide* pour aUos l 01 le Mines Ever*harp Plume ^ rservoir Avant, Or O.MO 25 35 20 15 12 20 10 1.0 60 5U 1 00 35 20 1.30 150 45 80 17 5 3,50 1 50 :t :;o a. 60 2.25 3 50 11.00 20 i.OO 2.00 1.00 3.75 2i 15 ladosi: lasai te iaq4 do do \ 1.00 t. 75 5.50 4.50 3,50 do OO Mouvellenjient arrivs Bonbons assort in 0.35 la livre Chocolats boite) gravure M


PAGE 1

L£ XMATO Haytian American < : Sugar Selliiig Agency. T.UGCSTE-mi Orand'Rm [Clairiu Hasco 20 irtier,cn venle l'4(ence ( Mais J B R.TanSMe Auguste) ' pirr du iu„di, 9 Jars Aux prix suivants ; _^ e l 19 barriquesi n i iZTJ:* * 7* dlits or le nallon a ? r a d s ma g a sns .. J . 9 e 111 11 ea !" rnUur Gn"**, wut dessus de 19 bai riJO ANV& Mes-48 coulimes or *^nœrfete-"*i AI^MINDM UNE New-Orleans & Seul. lierai Sleamsiiip Co h. Prœhaa lpait (li -ed pour l'„ru,,i IJHnce IM.b ^ arelndi^? *"" nCe ,e Mw •* '<>'''" A ,. Ce 13 Mars 1925 • de Wall, is & Co, Agms Gnraux 4.4 F; P£,4#S Limite* Pour avoir le teinl Irais iVonserver toujours intacte rette fracheur, sen /-vous dos excellents produits de la laraeuse : i iiar (|l ;e A ;;• F. ieafs limi/ed oglaud ; lelsiaa': Savon fltranspi PU boiucs, Savons tiansuarente en tablette*.. Kine poudre de laie et poudre d laie pour Bb, |. uonsrouijes pour lvres En venle chez Simon Vieux et A ilred fieux coudre "l'est". li • Elgance JnBffiA JpcesBepreseDlate .*,! %  %  & --< fflium Nectar Agents gnraux Ue : 1 Jone* Jewell Millir,r fr Tr 'anne Huyarian 0 0Roule Rougeole The Home Insurance Comranr" NEW YOP.: A>urance contre l'incenaje Diamond latch Ce Allume ttes 1 Sale Home .PiJ. liihlwr 'xpoit rompany .*Souliers iteds. *M T. alliage it Son roieeons saies en tous genr M Mu \ Ga3ljens 11*0, UuedQ Mg s a iu. drt M || Kuo Bonne Fui. 820, :Roe Courte. 1 U Petite Raison > 1637 RUE DU CENTRE Avise sa 6dle clientle qu'elle vient de recevoir de souliers luxueux pour dames et entants, bas de soie, dentelles, paiiumtne, vaille, aiUcles pour cidetiix. Troussaux. layettes, modles nouveaux a prix modrs. Kabiliue, boules raviver 0.0^5. En vente dans loules les bonnes fepiceriw de h HpuhUqm. M"l;uluresLile lns'ce Qy Assura nce sur la vie, StiilJ.ou fiies f V.i* Vins & hampagne_Bordeaux ^h, lie)mar COPEMUGLF anols, Iro^age et conserves alimentaire.. W. 8. latluws a feoa ^._' lfc > * lt>uncs et ne irs. i.a : Nationale Sans Rival CigtrUes 'bantecle* I livcls de denres, lEOROTROFOL BYLA LE PLUS PUISSANT 0 Enrichit le SANG Fortifie las NERFS j* DONNE FORCE NERGIE %  M F*ror.pi rAues. m lumes §1 nenvevsts UTrtUmiA l'.rii,Mil|ns : LFS r.TABLISSa.MBNTl RYLA *• %  '" .r:-%<\f.1 LAIT CONDENS NESTL LE PLUS RICHE EN CREME gaxis SUvat ^TCNDB, NESTL <"' -'Ml 16 H fc m 1 foui trouverez ^toujours "du' L ail Con lens* lestl, ffi w t^JTsnid xi P ordres, pour remettre vos coin.i. ui-ies directes. *m L t PrBrinnann-Agqerhdn itorenl gnral pour BaiiU SITEZ



PAGE 1

LU M, • %  .—, ) ;%  ^lijhjn La Photographie Nouvelle Clocloiiiy D. Juste (/est le rendez-vous du monde chic et l\jant,qui trouw dr.slVxccutioi de* travaux i ht .|r.i|hnjiies contins nui seins de -.-u liste, ou got imiia et pur, |i I i q • chneun des ouvr.iq^s sortis de ses atelier* est un petit cliel d'upuvre. Nestl dernier cri de la perlecfion dan? ce qu'elle a su raliser dans cet art dlicat d-; la photographie. One visite s'impose aux tablissement de 6. 0. [JOSEsilusla Rue du Centre Ho U57,bloc compris feutre la Rue des Casernes et la lue du Champ de .lart. *3LSfePharmacie Sjourn lionne avis sa clientle t aux mdecins et au publia <|u1 J frani&orm son Laboratoire d Ulogie eo un Labor < I-P e biologie appliqu sons la Direction du Dr R*cot et BSjourn Le laboratoire ett ouvert tout les jouis de 7 bu s du .. ta G biurea du&oir pour toutes It-s r cm cb l ancy %  * pr n s •'acnoiice ci 10 Mt, saut pour Se Wa* • mai a et ta eon&taute 0 6 o • Se 11 "C ici qu e gatrdi dt c eue ''m i•. Sadrt ir ta Pharnrcie pour !o r i seig n "• n Anales d'urines et %  S'uCRasiriqU'Haciinn de Wasperroann Feadicn de Tri boulet, Eiamen du sang et du pu? Examen des matires fcales Hxamen de crachat •A H itt mi no racnor Constante UroSAtrAaire Ceci n'est pas lire t'nr fie la llclame je ne sais pas en faire Cependant ai vous passez du ct (lu Bureau de l'Administration postale. a la Grand'Kue Rentrez a la. Cordonnerie tintes! Camille \\A In Conscience ca, Vou verrez quelles chaussures — (|ue ce soit sur commande ou non—sont faites avee c|cut, soins et Solidit, parce que les ouvriers qui les confectionnent •t. les matriaux qui y sont employs rpondent et le titre %  .' %  liai fl&ftlaon.j Chez F. Lifting. & Cie Viennent V arrive r iixr ie]braa\U les ancles s livint : i Dentelle* Entra Finrs, Dentelles de soie, DtDtiMei li •* \' anl Rubacs, C.lotte*, Clup^iux (iar n*, l'iumes, Pie i *, Pain la s..i al tous urtu les pour Mo>les. v pa'>ri* — > Mo'if* Hoie Faotaiete su P erles pour Kolva et chapeau ''es Sics PeM*• le lonle baaut, i*t aca DaaelOjp, Chapeaux Jean Bart po ir Salant* RW tte, Pajgnaa coifler tous genres de s Brosse de ils. le* Pute* Dtstl trie es, etc. etc. articles pour Hommes : Faux ois, Cravates, Itr tell**. Chemises de soie, Jarirlleg, etc. Tous articles pour mercerie et Lingerie. — Cou •aux suoriiirs BOUCHONS EN TUS CKNRKS et II .niions pour phirmame. AI m il tlion Liquide : L't"ew**, Cogqa, Vin-, Obi npagne autha Bs et Sirop l^s< liions, Vin Naurry, Lav4ii, HMngAnnl, Quinia n I hbtfniqiie.Pepto Fer alc.ele Sel a"Kpoir •t de Glaubert, Ecenns e i Jr<>-, afonc. intiaapti m a lntil*a qualits. Balia ts, essences pour Si'op-O' juenrs et •'. >ntrie Col ranla i>a'urel. Nous avons rcu I* V-rhb'e rh dei Vto-*. EC lient d-tpuralit Produits iiiilboil, Timl) •• P i > er< timbra, Timir-s mobile* ENST'i'.h Igaraltaa Cm-I, articles v| Ieq gros •' •< aptWii Passez-nous voir, nos prix sont jivaniaieux, F. LaveSaoet et Cie Andr ISIDORE 1515, Hue du Peupl<1515 MaVre Tailleur Pi> du Bazar Mtropolitain poope moderne Rr'irto rmpleff ei(|nemcnts et laetiiis pour vovager en automobile dans toutes les parties de la upublique I U iiii el te la rpublique dominicaine Chamoe-x* conlorta i 'ler et surtout trs i-ropres.'en tilateurs dans les lianlires i la demande des Pension nus Cuisine I "aurai-e trs* soiytie et K des plus v; lies. D n.a de* d vititrr i >, ifi-/i */ d • '' t.'* %  Vins des uifilieurs crus 1" BoMtviux. par harri (|ues, ih!itfJMiii.>, g itlo *'t p* r bou'eilU'S. ,1'anni le Vins le cti.Ue MIX roua tr< v.'rez H' plui -^rauil choix, pjur l*s qualit* oi po:ir l'ge VINS i.'ITA'.i;:* D'ESPvGNE. VIN DR BOURGOGNE(bl ioca t roagea [et \e ra oaita ( pomotard moasseox, |nit wairictin ) Le pins qra ni assortiment de Uque ir, C Ci UW gitis. wiki JS, et<*. .\!>sintlie Pernod. Amer IMcon, \ errnontlie'j GON>KVES franaises et amrteaines frachement arrives • C" i^li-N IP r.uha. Vu ^ra et II ibanara. Cl \R T f ;s di lottes es: tUri piss I lloiti Gros f.t lAtelj PA.rtKUMERIK et Cartes postales. Prix tr* modrs. uta J.lUti' P. P. Palrizi La maison C.L. Verret Marchand Tailleur Ho 1823 Ru.du lagasin de l'Itat S* r 'IM.IIIII iule au public et i sa QouibitHisa e!i eutel %  p MI; lliianci! de si c m e et la pcomplfl excution inise dans tes ouvra |d ciili'^s in* soin l..i n t ; t !''.t; i -l'ie j t (i '. \-1 • •. ; it ; ir r .7 m d * Kiy La seule p'iiiture ne chsntfwfi paa de e|knt< tir Sa-iiia et Prpare spci dment pour le climat d'Veiii. Tlie Charles 8. B'own Paint C Geo..leansme&Cc | A Serviettes de toilettes L)iai„li's & couleu da n aises blanohes pour tanillas Nappe: couleurs Pe as serviettes blanches damasses Org u'i • hlauc & couleur a barres & \ carr aina r cou eue an j.ais sup. pour jupes Ma na3 ;l barras in sl >. pour ntt^misos !I:.T ail .'satinette Foulard pour robes Ceignes franais & amricains Mo k ions b ancs & couleurs sup. I' >|ii %  u de soie uni blanc & crme extra Chapeau de paille i.ne d (lalij 11 ; i --> i : 11 i r an dais sup Hrpoil brod fr^in *is Crpo i franais fleurs,^dernire ao i eaut> Servie tes le toilette eau angl d l'apis c'.r blanc sa p. po ir tables Damass anglais pour mat 1 .s double Iar eur eMj A Hnables clients, vouf qui voulez porter, leaia, es ; lus beaux Mssus qu'il soit possiblill Ira i\ r sur cette plaee, ue tn.inq tel pas, d'aller ailleurs, I pissecbei nou o le me C'C' vous e^t serve. w, %  ep %  N. ei \. Acra GrandTiuc ft d. Cnvex i ? > • l nue \ nirz \ou-vo s habiller tvor laancCi et abia march Adressez -*nus la M.aisott V, & A. A RA |)ont la (i/',-.* il /n le a piii beafioe poui veiidr beaucci p Dans son psi ,o i I 1> oison cira iti lia mita tailleur italien sarti d'un -tab .*•> .Oi.r. de pre ni • or.Ire d'u.alie Pille esi *-i nai ir le tu i-|tr ia • i n jlet taul f it et sur inesun, n cheviote. diagan >' a palm be'i<*h drill blanc el routeur, coap os d>c amiir pouoa i talons— Ltotfes pour gilets Bonneterie Chemises de jou et le nuit, au iojt de clients — Cols et manchettes dernires cra-ions.— Ca i).s. On parle ran-is. angla 1 ** dsp-"o &f allen PNEUS JmstoM De Tissu Ordinaire Et De Tissu-De-Cordet 1 E kilomtre TOOB revient na minimu m Pj* quand vous roules sur pnexu Ftw* 8 *? 1 ^Ct.ix que la ruuiton oftre cett^ inoe f)cordM cette lasticit et cette vigueur qui produiteX E o*e conomie dan la consommation 4'M* . que vou dsiriez des pneu ••• %  jfS cordes ou de pneus tissu ordinaire, Il •** onna que vous voule* ceci—la marque qnl procura Le Maxim um de Kilomtrt par Franc La maison Firestona a pour rgie da OOB**J£*S donner satistaction par le sombre da Ulctmai** qn couvrent se pneus. Autrement dit, •• %  *; mobiilstes prfrent payer on tout peth •* %  * % %  pour obtenir un bien pins gros reaasea— > L. Preetzman Aggerholm Port-ttu-Prince j i i



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE IMPRDdElR Clment Magloir bvi~ VEINA 1358, Rue Amricaine NUAJEPJ 20 CEMMES I8me ANNEE N c 5457 lataille humaine et les pa lirje de l'homme sur ! jio combat continuai at de 1 homme contre le, combat des nations Iles nations. Depuis six M, le momie est livr \e % e'e't la condition hu5'entredthirer, tel est le Jiumaine misre. ni y a une \w <• beaucoup 1 oyable q"e rel'e qui ar Icontrei l'autre les indiles peuples ; lutte, de [instants, lutte sans li gui commen-*." au herlur finira la toml e <•'•••= t 1 de'rnomme contre lui[de l'homme contre ses le .avons tous: il y a jtmmoji en nous, l'IiomQI et l'homme-spirituel. Dmmes chair ft esprit, [tne. Duel ira^ique qui en Tious-mmes et (ternit est l'enjeu ; contre nos passions d'un navire aux pri' les Ilots coUrroiifvs Me me jac de sombn r ej le contre les rcifs, le d'univile asngee.rt | mr le point d'tre prise ou de se rendre 1 euDeetacle imposanf crrre|i'tne humaine, tiraille r mncts, I s apptits,-les 'ks passions eti un mot pisant hec, leur rsissauver la dignit, la immortalit que Dieu a Elle. |le lie ba'ai'le contre Q8, de c lie lutte ent e fieuMiel et l'homme [entre la concupiscente que le l're Lauore ses auditeurs qui ru moins nombreux ce qui devrait tre le car ce quatrime serl'un des plus beaux t t leM le plus saisissait jusqu'ici pi h %  > puisJoui, la lutte avtcooim d'tre un piuid, n est le lau capital, ia ima,ediitrioi.,|lre et ce pourquoi tous fur la ttrre, ce iourtarnalion s'est 1 enlise l-S. lui-mme qui nous '•on Evang c. wis p.s v 1 H apporI ur la t rre; mais le L'Ului qi„ veut tre PP'e, qu'il se renonce, fume du Gi^l se prend -Nul ne sera couM i.est battu . Esttout chrtien doit Moit sbattre, il n'est > lacoo d'tre disciple JJIl iaute.ie ton toil*Ufs q,ui 8 iiiomp| ie8 f MUS combes? lyous la Ion une? il F'iler. Le tiavaii eM iine v W cou m | p a „, ,. *lleuce. |* r ? t k savant ne sontr i ,,, .i*m a lmes sur J*n le U vertu, lt ,, r :' *•• %  •• lot bfc,'" "1-, I* U P ue .delam in econs tance que dploient tous ceux qm lan* un champ quelconque de ^activit humaine veuleut pirvmir au su"c. Nos paHonc, ces en vain que non % •hachons le* 'u 1er, c'est inu dprn j nt que nous voti Ions les ignorer. Klles sont plus ardentes que la lave qui bouillone au fond des cratres, plus) tumultueuse que les vagues qui dferlent contre les flanc* du navire aux pries avec la templ! plus icmmAei que les lpions d'assigeants avec toutes leurs machine! de guerre, qui encercl nt la cit mal dfenJue. Nos passions, mais qui ne sait par l'exprience quoti4ienoeque si nous ne leur rsistons, si nous leur lchons bride.elles nous emportent l'Ile une '•avale indompte, elles nous tranant avec une rapidit inespre l bas fans le dsert et ne s'arrtent qu'elles n'aient bris nos os rompu nos membres et jet nos corps dans la houe immonde d'o nous ne sortirons qu par un prodigdi la m sricorde divine. Aussi, ne discutons-nous pas av. c ceux qui prten lent que les passions tant l'œuvre de Dieu, il convient de les suivre, de les lais'ser faire leur cours de ne pas contrarier la nature* sous poireduproduire d'autres maux. Que rpondre de telida thories qui ne t ndent antre ch< se qu' auribuer au C-ateur luimme, le mal et le vice? Passons et montrons les consquences dnlorahles qui sont la consquence inluctable, de a ban.l in aux passions, de l'absen ce de lutta .ch 7. l'h ^mme, de ses complaisinc-s pour lui-mme, en un mot de sa corruption Consquences pour 1 intelligence: celui qui ne se renonce pas, selon le prceote lu Ohriat, est aveijg'e, il est aveugle volontair il se ferme les yeux, il ne veut pas le la lumire. Son infelligeD e s'obscurcit et une l'ois labimrlel'livaug I • teinte, les dol'ines l-s plus insoutenables prennent sa place et les prtendus rlo mateurs se pr^enleni avec leur code eux, lgitimant les pii es abus, le suicide, le divorce C'est une confrni n mdiiible, dans laquelle le bien est appel mal et le mal bien. (Test la perversion de l'esprit. Coi sqm nces pour le cu*ur : celui qui ne cherche pas dompter ses passions, qui ne leur livre pas bataille, qui capitule ds la premire attaque et qui habitu A ces dfaite* quotidiennes est amo! li devant toile tentation, en vient jouir t. Ilement de tout phi ii que chaque plaisir t ouveau est pour lui 1 ne occasien de d un cm>r gau par i* M o n, ronue par i'orgueil, rabatte p r la sensuali tu< uue chose h deus-, du 'Kcrilure. ,\ uu Certain lat d'abaissem-ul d nu u lange de passions, dans l'entratneme t dr M anres d. fe ducs, d us l'exaU Wua de t'urgeuil, I homme a pu -I. : aur ; H.iies p ui ui les HfCriiG %  -• prp, in. am ns tfio ter^s e |. 0 tie pliai . v | 1 ' n 11 7 tf j^nne h„in• i' anj • ul M|| d'un* n. 'M, • %  l.vre '" • i n-v : s -me, son tmp.*, su fortune, retourne Oyoten itLPKOlfl N 142 Util fafi qrji, rians i'œarre ai *cn amliora li-.n moral ,procde r sanf l'aide du christianisme, aura une partie laible dans les assitei de ?es institutions^ n apparence les mieu aisuree. Heou %  C ... riUNGI (HATI 1 LUNDI te \IAHS l2 sans cesse son vomisvment, malgr i > ii tes appela de la gra.ee, tous le; : ... neati de Diao 7 A t il du c r p. es cupide qui ne s'il • qu'aux affaires, qu' mi K %  ni et qui dans cette ci r— i la f-trtune, n'a ni le teinos i.i |s : 1 |p jeter une pitance la 'ni re ^sise ^ sa porte 01 qui paaaa suoo'iante prs d a lu ? A-t-il '11 eœor, cal orgueiMem qui, dao IVltltation de son vice, v^it toit courb a p pinls e' ne tolr rien au pr. le. lui, au p lot de penser et A* dir-. coume l'iasens Il n'y a poinl de Dieu ? A t il du ecDiff M pra de famille qu tou enti r ses passions et a iis plaisirs illicites jette l'argent de la famille dans la rue et dans l'es'aminel ? Enfin, la capitulation devint les passo.is pour con- pieoce, la perle de la li!teit ? Celui qui a pch est eseltve.du pch. Le vritable e-ii lave, ce n'est pas lo prisonnier dans les fers, ce n'. st ps ce rhaoeaBaT d'Anjr!el-rr^ | ii, m^lgrJ les pu-. res de sa f.-mme et de ses en! ints, retuse les honneur aux prix d'une abdication de sa ronsrien-e et meurt -ur IV h il m I plutt que d' livrer ses convictions. L'eedavs esl eaUI q ii est devenu le j net de si pa. iio, c'est celui que broie celte passion, q>ii est iriiur par elle co-nmi fait une de ces (jran les machinerno lern s, de l'ouvrier impra i.-nt ou inhabile qui s'est laiss saisir par la m mtre. Les mar >rs taient libres devant lebtefrOCdB, devant les supplices, p,ir ce qu'ils taient vainqueurs de eurs passions, vain queurs de la peur, par ce qu'ils ne connai Mieal ni la haine, ni J'im puret, parce qu'ils n'of raient point des laenfica* ux raui dieux, parce qa'ils rn^prisaient l argent, (s biens d* ce mon le, les honneurs, les d!{b te. l'arce qu'le avaient suivi l'Evangile, ptree qu ils s'* 1 'ni reooocea, a biegtt se ipsuw,[el est le prcopte. Hors de h. point de chrtien, point de cbrisiia ismepoint e U e t Aus.i, loin das'effrayer de cette con litio 1 de la lijite, loin de se dcouragvr devant l'obligation de combatlrs. [g boi conbat, loin de reculer devant le tableau qu'en ter D %  dsi -am^ I • prdicateur, voque del'&meenlutlfl ivec les wa instincts de la concu,us enc le chreiien -ai ^i ce sera la sujet de proeh 11 e; ter ni es pri dicatious de ce Carooe, que c un me Saint-Paul, pour combattre et pour triompher, il a le Christ et sa grce pour sout ens, et qu'il peut tuut eu Celui qui est su loice. Le ri 1 ii u ni prcp.raloire la IV1 e co-nmenceia *e lundi 10 Mais a fi heures du soir, piur continuer Mardi et Meicrcdi t la m ma heure. Jeudi 19 Mars.— Messes battu k i lieuies et a 5 heuies l/i,— 7 heuns l[i liran 1 (teata, A l'iaaoa de la Messe. toml>o!a et Kermesse luia i ourdel t-giise. Dans l'pre m d :i heures l,i Vpres suiviede a roc s>i n t de la Btd c'ioo du t >actnmnb • i.>es r.< crmonie Kei-gim-e, Reprseiit ilii i en m I g .., h que l'ai Mina, au p' lit le I I gMse de St Joseph ; a h mes pour les n< ur les grandes personne-, V. <.OLU\, cm Mr William Wilson NJUS dV,i'. 3 r vu <*>; i irr.eetale de l'Ecole des Huiten I n I .s de Paris, sur la pr i n de dac t> '.graphe et qui e-l l-vmi K nde porte. I.'nbp>l de cette l |. e1 .!e d. Couvrir par l'emnloi lt m 1 1 %  o t s •cieitiliqnes, le-rgiedu rend-ment optimum du travail dactylo graphique. Jisqii'iei, la technique de la ma chine crite conservait un ctrao tre empirique. M. I.ahv. pir OM srie d'expri >neaa pniirauii iea de 1 9'i 191 i. ••! reprises p a la g O'-re titre le conl r, u p-o cd U(ie i 1^ m nutie ise du mcanisme d %  i i C'ait i l'an v-e gra,ihiqi?. d s gestes qu il entend deoaand r les rgles d'une technique pnfe-sion ne"e vritab'e ivnt pcient'flque. Il tire de ses ex S [ed es t ute une srie d- c ) i duSioi d'or Ire p la^o gi pie, qui i J! "-esrfl non seule ment U slection et t'apprentia s ,'• d s dtc \ o^r-ph-s, rna's au< si le cli lis d*u i clavier rationnel Il ne faudrait p>\ ce.)<>ndant restreindre i applic tmns pr* tiques PinMrM <\ %  i lierchea 61 trepiis:s M l.ihy se nr po e ai si pour bnt. %  • inoi il la ore e loi ax ne, de faire on )titre 'une tntpole d .-tu 1 • p).ir le u oblne pro'essione! en g'nril". A la vrit c et bi-u un pribl ne de mtlnte el l'o r ^\nisilioi qui est en jeu. el qni lMMin' les linai CJ da la profj i in ie d etyl igetphe, tWod a la n'oiurt d-^ l'or n s le l'activit hiniiiie. • Lioli-ibo a tioa d -s i i tu -ti iels et lis h imnes d • science d >it deven r, se o i le le taA de. i if a uf,le prltoipa essa tel du p'if ctiQnn'S'nenI g cial '. Cet ouvr*u ill tre !• f IQ CO i crte lit n l'ure dss sci. ; ''-nia 'a psycho-p i\3 ilo.^e p"ut rendre A l'industrie. sli i la faiulis la Serai! la SBCII les Dans Dcisions adoptes la suite du rapport du rtprsenlant de la T^co-Slovaquie l'Allemajine sera admise i la loctifi des Nations .sans laveurs spciales tii Mb k mm Port \M Pr'n •, le I4 Mus t>, Au Directeur du Coi %  < Hatien En Vile. Monsieur le Directeur, Pam voire dilorii' de |eutl et vendre li de cette semiine, nous avons lu 7U c'en' n'es sii^jes lions de \1 >natenr Joliti >\< Pla que mus nous aomniai mis e 1 branle i proons de la ce!:.) ulion de 'a fte du '"rar>-ii. Nous cr< vons uti'" le le'ever celte .rreur : il a l -' i l de pnla les premiers jours de Fvrier de celte on e que r ons levions so'eonis-r l R fle et c'est Sprat cette dcision que noua avens re eu un"• clrrolaira si^np de V'nn situr Jolibi is TiU aux |roupei na llonaliataa de ta Ppub que. relative a l'e'at .'i dnnn r la lhra tion 'e l'ai 1 e .le noire n ra peau. V o vm d ne obi aucu p ufv s lion; et tout le mon de suit i %  ch rj"e •? ne non* r nons tonj ors rfniflativ* de epite a-ilenni' \ n d, h.ise Mn seur Jidib : s Fils el h v'r>j ->nr liai Bon* cr yons utile d" in anglaisa et aflirme I alla h-in-ut de 1 1 I' hccoslovaque t la p i v et a la scurit. Ku , dajournar tout travail de r.nratitn jusqu' ce qie la pill ne a-s,.,n Dla se suit prononcie sur la ques tion s i: m a. M Ghimb-rlaiii a dolar qu'd a c -plat la rsolution de d Bnes et ritre qui |'.AR tant 1 h lie par I.t ovamemaol lu c con eni ,i.l l'aflaire ,1 . |.,. da ('orisi tolinopie. La repl relie ,1 le i ,n. La %  •asimi du conseil est close La session tant cloat.M. Briand a reu Je nombreux el chaleureux 1 moign.ges da sympalhe person natal a l'tfaid del F anre u ilarn m'ni ,1e la part de tous les Btata su I omriiains. Le conseil de la Socit des Nu tions a idresa une note au gou vernement enregistrant avec salis fiction le fait que le II, 1 I, reuon ci a n'clam r des :, urs spcia lt et ou s'atu 11,1 ,i • que l'en Ire de I tllenagne dans la Soci l ds Nations s'elleclue sur le pied d'-galite avec les antres na lions. Le ron-eil tient a faire re marquer qu ce principe d'galit comporte les ennaqi anc impor tantes pour la question spciale que le fsnvemejne^t allemand soulve au sujet de lad la 16 lu p cle. L'es prop s de cet art de Seul que le lt ih dniante un -i tut iou exceptionnelle, ,r l'article Ui est d'une importun, e. prioior dialcciril dliait U g r inJJta |ant jouissant !e membres de h S ci t des Nations elles responsabtli ts qii'ds eeepteot Le r.mseil > %  < prime oettemeal iaton que toute rserve concernant cet arliclo serait de nature a frapper sa b se la S Q N. ni M ra] me . patible avc la si'nation mOMI de* m imbraa d. la -o'il i -• mi la Imposa ble qu'un in-m b s dani le es d un opration tjng g e corlri un Et t eu ruptura d p.le aonsarve sa poaitioa eu lii-snt ses nationi>ux U ibert data Muatral e aux ob'igalioni imposes par |a) pacle. U autres pi\s que l'\ lema^ne .lout les f r ces militaires sonl galement litni tei par des raite 'e pux ont.a eitrant dans la S. II. \ accept •naa 'seives ie> obbgati >na da pacte. Le conseil conclut en suu ballant de toil l' A llemagne s aja] citi ses travaux. Nouvelles atrangres i Par Cable La >iiu iii ni m lit^iro di l'Ail m t||i. n >st p nii conlome aux stipulalions du Ti ..il,', de Tersaillei Panis, 13 Mars— La commis rien d s affaires lr ngres au Se nat a discut le rapport >urlasi iia'ion i,,ili ire de I* lien agoe • 1 coi -laie le ma q eent de I M 1 m une aux pr aeriptl n. ni lai redu tra-t. Elle a dcid d'-xpo ^et | M. Herriid l'utilit de la pu blicalion du rapp rt d la commis aion d cont >le et la ncessit de maintenir la commissi n jusqu' ce que (Allemagne satisf.,^e aux S points de la note de la confrence des ambassadiurs et l'intrt de tubord -nner tout accord avee l'Ai b magne son entre pralable dan* la 3 D. M. La commission estime que si la non ratification du Trait de Ver s ides par les Kiats fuis a rendu eadiic l'accord trio, rtile engageant lea UU Unis, l'Angleterre doit aider'la France en ca-, d'agression allemiode DO 1 provoque. I^n-eo reste pamoi is vrai q ,> lesjstipu lai' ns du lia i con roaot la ri ve gauche du Khm n'assirent pas 'a France une scurl 1 1 une pr 'tect'onipproprie. La commis sion deman era au gouvernement de remdier k cette situation an moyen d'accords Iota L l ;m'lfor.iiion de I Hoa tion Bnaoctlre d-h france eiposa par iV Brrenyer PARIS— M Brenger, rappor teur de la commissi n snatoriale des finances.rpondant an .1 .,Tnai OU' lui d mandait quel ait son at a le moven de srriii paya de l'ernbirras financier. Il nons tant dt il, inspirer aux lorces poduc live ne 1 i nation un sentiment de confiance nh-n'u e'ett la pra miere rhosi 0 e a p'ui imposante sa ,a trahir e c:et d -s dl i, rai,on de la com. mission des finances on peut dirt qjue les conomie* ,'41 •


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06378
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, March 16, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06378

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text

DIRECTEUR PROPRIETAIRE
IMPRDdElR
Clment Magloir
bvi~ VEINA
1358, Rue Amricaine
NUAJEPJ 20 CEMMES
I8me ANNEE Nc 5457
lataille humaine et les pa
lirje de l'homme sur !
jio combat continuai
at de 1 homme contre
le, combat des nations
Iles nations. Depuis six
m, le momie est livr
\e% e'e't la condition hu-
5'entredthirer, tel est le
Jiumaine misre.
ni y a une \w < beaucoup
1 oyable q"e rel'e qui ar
Icontrei l'autre les indi-
les peuples ; lutte, de
[instants, lutte sans li-
gui commen-*." au her-
lur finira la toml e <'= t
1 de'rnomme contre lui-
[de l'homme contre ses
le .avons tous: il y a
jtmmoji en nous, l'Iiom-
qI et l'homme-spirituel.
Dmmes chair ft esprit,
[tne. Duel ira^ique qui
en Tious-mmes et
(ternit est l'enjeu ;
contre nos passions
d'un navire aux pri-
' les Ilots coUrroiifvs
Me me jac de sombn r
ej le contre les rcifs,
le d'uni- vile asngee.rt
| mr le point d'tre prise
ou de se rendre 1 eu-
Deetacle imposanf crrre-
|i'tne humaine, tiraille
rmncts, I-s apptits,-les
'ks passions eti un mot
pisant hec, leur rsis-
sauver la dignit, la
immortalit que Dieu a
Elle.
|le lie ba'ai'le contre
Q8, de c lie lutte ent e
fieuMiel et l'homme
[entre la concupiscen-
te que le l're Lauore
ses auditeurs qui
ru moins nombreux
ce qui devrait tre le
car ce quatrime ser-
l'un des plus beaux tt
leM le plus saisissait
jusqu'ici pi h > puis-
Joui, la lutte avtcooi-
m d'tre un piuid,
n est le lau capital, ia
ima,ediitrioi.,|lre et
ce pourquoi tous
fur la ttrre, ce iour-
tarnalion s'est 1 enlise
l-S. lui-mme qui nous
'on Evang c.
wis p.s v 1 h appor-
I ur la t rre; mais le
L'Ului qi veut tre
PP'e, qu'il se renonce,
fume du Gi^l se prend
- -Nul ne sera cou-
M i.est battu . Est-
tout chrtien doit
Moit s- battre, il n'est
> lacoo d'tre disciple
JJ- Il iaute.ie ton toi-
l*Ufs q,ui8 iiiomp|ie8
f mus combes?
lyous la Ion une? il
F'iler. Le tiavaii eM iinev
W cou m | pa, ,. [Par Je p iseverauts cf-
yous la firtnira R,
I enr-nl q arme ? W
fUJ, Ie* u exercices de ta t-
I Mui prenaient les lau-
naoqueur?
"Vu* |c* hjlliieur?
r111 Pr d.s nci-sra-
">*lleuce.
|*r?t' k savant ne sont-
ri',,,.i*m a lmes sur
J*n le U vertu, lt
,,r:' * lot b-
fc,'" "1-, I* U
Pue.delaminecons
tance que dploient tous ceux
qm lan* un champ quelconque
de ^activit humaine veuleut
pirvmir au su"c.
Nos paHonc, ces en vain
que non % hachons le* 'u 1er,
c'est inu dprnjnt que nous voti
Ions les ignorer. Klles sont plus
ardentes que la lave qui bouil-
lone au fond des cratres, plus)
tumultueuse que les vagues
qui dferlent contre les flanc* du
navire aux pries avec la tem-
pl! plus icmmAei que les l-
pions d'assigeants avec toutes
leurs machine! de guerre, qui
encercl nt la cit mal dfenJue.
Nos passions, mais qui ne sait
par l'exprience quoti4ienoeque
si nous ne leur rsistons, si nous
leur lchons bride.elles nous em-
portent l'Ile une 'avale indomp-
te, elles nous tranant avec une
rapidit inespre l bas fans le
dsert et ne s'arrtent qu'elles
n'aient bris nos os rompu nos
membres et jet nos corps dans
la houe immonde d'o nous ne
sortirons qu par un prodig- di
la m sricorde divine.
Aussi, ne discutons-nous pas
av. c ceux qui prten lent que les
passions tant l'uvre de Dieu,
il convient de les suivre, de les
lais'ser faire leur cours de ne
pas contrarier la nature* sous
poireduproduire d'autres maux.
Que rpondre de telida tho-
ries qui ne t ndent antre ch< se
qu' auribuer au C-ateur lui-
mme, le mal et le vice? Pas-
sons et montrons les cons-
quences dnlorahles qui sont la
consquence inluctable, de a
ban.l in aux passions, de l'absen
ce de lutta .ch 7. l'h ^mme, de
ses complaisinc-s pour lui-m-
me, en un mot de sa corruption
Consquences pour 1 intelli-
gence: celui qui ne se renonce
pas, selon le prceote lu Ohriat,
est aveijg'e, il est aveugle volon-
tair il se ferme les yeux, il ne
veut pas le la lumire. Son in-
felligeD e s'obscurcit et une l'ois
labimr- lel'livaug I teinte,
les dol'ines l-s plus insoutena-
bles prennent sa place et les pr-
tendus rlo mateurs se pr^en-
leni avec leur code eux, lgiti-
mant les pii es abus, le suicide,
le divorce C'est une confrni n
mdiiible, dans laquelle le bien
est appel mal et le mal bien.
(Test la perversion de l'esprit.
Coi sqm nces pour le cu*ur :
celui qui ne cherche pas domp-
ter ses passions, qui ne leur livre
pas bataille, qui capitule ds la
premire attaque et qui habitu A
ces dfaite* quotidiennes est amo!
li devant toile tentation, en vient
jouir t. Ilement de tout phi ii
que chaque plaisir t ouveau est
pour lui 1 ne occasien de d davantage, il aime son mal, il le
caresse, son ester s'attache tout
ce qui a l'ap|&renee du plaitir, de
la volupi. Il u'bine plus DjfU.
Car le pch c'est, par esstn^e
I lo cment d Du u et l'uinche-
nr-m .:iv tralltfN st-lon la d-
finition du Docteur Anglique,
h'M I h m u d'Aquiu. ire-, i
cur de ih mise eat i dirable
*l^i> un cm>r gau par i* mon,
ronue par i'orgueil, rabatte p r
la sensuali tu< uue chose h deu-
s-, du 'Kcrilure. ,\ uu Certain
lat d'abaissem-ul d nu u lange
de passions, dans l'entratneme t
dr m jouis>anres d. fe ducs, d us l'exaU
Wua de t'urgeuil, I homme a
pu -I. : aur ; H.iies p ui ui les
HfCriiG - prp, in. am ns tfio
ter^s e |. 0tie pliai .
v |-'1 n 11 7 tf j^nne hin-
i' anj ul M||
- d'un* n. 'M, l.vre
'" !- i n-v: s -me,
son tmp.*, su fortune, retourne
Oyoten
itLPKOlfl N 142
Util fafi qrji, rians i'arre ai
*cn amliorali-.n moral ,procde
r sanf l'aide du christianisme,
aura une partie laible dans les
assitei de ?es institutions^ n ap-
parence les mieu aisuree. Heou
C ... riUNGI (HATI 1

LUNDI te \iahs l2
sans cesse son vomisvment,
malgr i > ii tes appela de la gra.ee,
tous le- ; : ... neati de Diao 7
A t il du c r p. es cupide qui
ne s'il qu'aux affaires,
qu' mi k ni et qui dans
cette ci r i la f-trtune, n'a ni le
teinos i.i |s : 1 |p jeter une pi-
tance la 'ni re ^sise ^ sa porte
01 qui paaaa suoo'iante prs d a
lu ?
A-t-il '11 eor, cal orgueiMem
qui, dao IVltltation de son vice,
v^it toit courb a p pinls e' ne
tolr rien au pr. le. lui, au p lot
de penser et A* dir-. coume l'ia-
sens Il n'y a poinl de Dieu ?
A t il du ecDiff M pra de famil-
le qu tou enti r ses passions
et a iis plaisirs illicites jette l'ar-
gent de la famille dans la rue et
dans l'es'aminel ?
Enfin, la capitulation devint les
passo.is pour con- pieoce, la
perle de la li!teit ?
Celui qui a pch est eseltve.du
pch. Le vritable e-ii lave, ce
n'est pas lo prisonnier dans les
fers, ce n'. st ps ce rhaoeaBaT
d'Anjr!el-rr^ | ii, m^lgrJ les pu-.
res de sa f.-mme et de ses en! ints,
retuse les honneur aux prix d'une
abdication de sa ronsrien-e et
meurt -ur IV h il m I plutt que
d' livrer ses convictions. L'eedavs
esl eaUI q ii est devenu le j net
de si pa. iio, c'est celui que broie
celte passion, q>ii est iriiur par
elle co-nmi fait une de ces (jran les
machine- rno lern s, de l'ouvrier
impra i.-nt ou inhabile qui s'est
laiss saisir par la m mtre.
Les mar >rs taient libres de-
vant le- bte- frOCdB, devant les
supplices, p,ir ce qu'ils taient
vainqueurs de eurs passions, vain
queurs de la peur, par ce qu'ils ne
connai Mieal ni la haine, ni J'im
puret, parce qu'ils n'of raient point
des laenfica* ux raui dieux, par-
ce qa'ils rn^prisaient l argent, (s
biens d* ce mon le, les honneurs,
les d!{b te. l'arce qu'le avaient
suivi l'Evangile, ptree qu ils s'-
* 1 'ni reooocea,abiegtt se ipsuw,[el
est le pr- copte.
Hors de h. point de chrtien,
point de cbrisiia isme- point e
U e t
Aus.i, loin das'effrayer de cette
con litio 1 de la lijite, loin de se
dcouragvr devant l'obligation de
combatlrs. [g boi conbat, loin de
reculer devant le tableau qu'en
ter d - dsi -am^ I prdicateur,
voque del'&meenlutlfl ivec les wa
instincts de la concu,us enc le
chreiien -ai ^i ce sera la sujet
de proeh 11 e; ter ni es pri dica-
tious de ce Carooe, que c un me
Saint-Paul, pour combattre et
pour triompher, il a le Christ et
sa grce pour sout ens, et qu'il
peut tuut eu Celui qui est su loice.
Le ri 1 ii u ni prcp.raloire la IV-1 e
co-nmenceia *e lundi 10 Mais a fi
heures du soir, piur continuer
Mardi et Meicrcdi t la m ma
heure.
Jeudi 19 Mars. Messes battu
k i lieuies et a 5 heuies l/i,
7 heuns l[i liran 1 (teata,
A l'iaaoa de la Messe. toml>o!a
et Kermesse lui- a i ourdel t-giise.
Dans l'pre m d :i heures l,i
Vpres suivie- de a roc s>i n t
de la Btd c'ioo du t >actnm- nb
i.>es r.< crmonie Kei-gim-e,
Reprseiit ilii i en m I g .., h que
l'ai Mina, au p' lit le I I gMse
de St Joseph ; a h mes pour les
n< ur les grandes
personne-,
V. <.OLU\, cm
Mr William Wilson
Njus dV,i'.3 r vu nolie am \\ i ua.ii W li .n. u i
tut da lwflklO -sd'i du (iouverne
meut uw i'o.t jt Paix, qui mini
.i u i pi ii.s r guli-r in .,i lu
"i | . I iV-jJ p m i
mi le.
i j i n/ une dl |
4 :'.; i.
No^ .ti* uOiiaUvtof itt bieuve
nue-
La Profession de
Dactylographe
Le Bmeaa loi'1 -i i fual I) Tin
viil vient de pr-nl" l'intiaiie
de la publication i'< t*idi de
M. Laby,Ch*t de? 'r v:.ux n n lai o
raloite iip p-\clio! e.r > <*>; i irr.ee-
tale de l'Ecole des Huiten I n I.s
de Paris, sur la pr i n de dac
t> '.graphe et qui e-l l-vmi k nde
porte.
I.'nbp>l de cette l |. e-1 .!e d.
Couvrir par l'emnloi lt m 11 o t s
cieitiliqnes, le-rgie- du rend--
ment optimum du travail dactylo
graphique.
Jisqii'iei, la technique de la ma
chine crite conservait un ctrao
tre empirique. M. I.ahv. pir OM
srie d'expri >neaa pniirauii iea de
19'i 191 i. ! reprises p a la
g O'-re titre le conl r, u p-o
cd U(ie i 1^ m nutie ise du
mcanisme d i i
C'ait i l'an v-e gra,ihiqi?. d s
gestes qu il entend deoaand r les
rgles d'une technique pnfe-sion
ne"e vritab'e ivnt pcient'flque. Il
tire de ses ex S [ed es t ute une
srie d- c ) i duSioi d'or Ire p la^o
gi pie, qui i j! "-es- rfl non seule
ment U slection et t'apprentia
s ,' d s dtc \ o^r-ph-s, rna's au<
si le cli lis d*u i clavier rationnel
Il ne faudrait p>\ ce.)<>ndant
restreindre i applic tmns pr*
tiques PinMrM <\ - i lierchea 61
trepiis:s M l.ihy se nr po e ai si
pour bnt. inoi il la ore e loi
ax ne, de faire on )titre 'une
tntpole d .-tu 1 p).ir le u oblne
pro'essione! en g'nril". A la
vrit c-et bi-u un pribl ne de
mtlnte el l'or^\nisilioi qui est
en jeu. el qni lMMin' les linai CJ
da la profj i in ie d etyl igetphe,
tWod a la n'oiurt d-^ l'or n s le
l'activit hiniiiie. Lioli-ibo a
tioa d -s i i tu -ti iels et lis h imnes
d science d >it deven r, se o i le
le taA de. i ifauf,le prltoipa essa
tel du p'if ctiQnn'S'nenI g cial '.
Cet ouvr*u ill tre ! f iq co i
crte lit n l'ure dss sci.;''-- nia 'a
psycho-p i\3 ilo.^e p"ut rendre A
l'industrie.
sli i la faiulis la
Serai! la sbcii les Dans
Dcisions adoptes la suite du rapport du rtpr-
senlant de la T^co-Slovaquie
l'Allemajine sera admise i la loctifi des Nations
.sans laveurs spciales
tii Mb k mm
Port \m Pr'n , le I4 Mus t>,
Au Directeur du Coi < Hatien
En Vile.
Monsieur le Directeur,
Pam voire dilorii' de |eutl et
vendre li de cette semiine, nous
avons lu 7U c'en' n- 'es sii^jes
lions de \1 >natenr Joliti >\< Pla que
mus nous aomniai mis e 1 branle
i proons de la ce!:.) ulion de 'a
fte du '"rar>-ii.
Nous cr< vons uti'" le le'ever
celte .rreur : il a l -' i l de
pnla les premiers jours de Fvrier
de celte on- e que r ons levions
so'eonis-r lR fle et c'est Sprat
cette dcision que noua avens re
eu un" clrrolaira si^np de V'nn
situr Jolibi is TiU aux |roupei na
llonaliataa de ta Ppub que. rela-
tive a l'e'at .'i dnnn r la lhra
tion 'e l'ai 1 e .le noire nra
peau. V o vm d ne obi
aucu p ufv s lion; et tout le mon
de suit i ch rj"e ? ne non* r
nons tonj ors rfniflativ* de epite
a-ilenni' \ n d, h.ise M- n
seur Jidib :s Fils el h v'r>- j ->nr
liai Bon* cr yons utile d" i cette erreur, tout en vr.s d.man
da"| d ipn rqu adrescens ai,,, s les il versd'Hai
ti, puisqu'il s'agit du Drapeau, -
non im groupe dler.nin'.
"e-l seulement d*n* l'int^'t
de 'a vijl qu n 's lisrns U 1 r
8*n*; Pt crov i iu. pour le T),..
peau. nnu s^rn toujours dac
rord nr hilleurs.
L Comli':
P p Iffnai I I'.' l: mal . \.
Pierre, \ ne'loi, K li ., r,
Par autoiisallon
P. P. aov,x ;
GENEVE, 13 Mar- Ai cirs
do la sance pub ique de la m iti
ne, \J Beoes. mini-tre des arl^i
res tiangie* de Iheo Slovapjie
a rpondu aux critiques de la d
da a'i >n anglaisa et aflirme I alla
h-in-ut de 11 I' hccoslovaque t
la p i v et a la scurit. Ku ctinc me la poseibHil d'accords
ra onaui, il a dclar qu'il ne
r.-fii-ai' pis d'. Tiinniner tout pro
jet d accord semblable mais il a
de,n mi d que le di'lrence il pour
rail y avoir entre de semb'a
bls ac -ords et le protocole de G t
nvt, les uns et :es autres devant
s'inspirer net-ssair, ment du pacte
de lu Socit des N .1 ous.
M. B^nes a exprim le vu 1 que
l'ide d'arbitrage ob'igitoire s ,it
r-piisei la prochaine ass^mb'e.
Le con-eil a alors dcid, -ur le
ripput de VI B ns : primo, d
renvoyer la fixieme assemble
les dcorations britanniques et
das autre* m mbres du conseil et
toute dclart,m ventuelle de U
S D. N et d'inscrire la question
l'or Ire du jour Secund>, da-
journar tout travail de r.nratitn
jusqu' ce qie la pill ne a-s,.,n
Dla se suit prononcie sur la ques
tion s i: m a.
M Ghimb-rlaiii a dolar qu'd
a c -plat la rsolution de d B-
nes et ritre qui |'.ar lait fer nflMnt al ach ai p inci
pe ei.ij ir^^.. et dt ddearm unant.
M a ajout qu'il avtit d r^eler le
protocole parce q-ie le pa te lui
aVOM apptr.it mieux q al li pour
la if:u-e des pr u ipes qn la
S D. N diii c -utenir ; le- lb a
su,- l pro o oie soit t-naines.
GKNKVK LeOortfi de la So
ci es N ttions u adopt en se
an e pu m,pue le texte de a rpon
s nand sur lenlre du Keich dans
la S oit des \ imu-. Ln rapr
se,,t ut lu i'ag-*i,re I ,- i nt
J I urce loiicbant de pres M.
Sl.semiun que celui ci s-rail
pr a acueil ii avec e-prii le puis
f iv 1.1I1 e ,,, rponse tu conse a
MQ dcimei m luoiaidum.
La cou-eil ;e 11 o t 1,-- Na
tion a dcide de eu, ul tr !a
cour de iualki Intoriatiottats sur
I queetion da 1 comp> tant 1
h lie par I.- t ovamemaol lu c
con eni ,i.l l'aflaire ,1 |.,.
da ('orisi tolinopie. La
repl relie ,1 le i ,n. La asimi
du conseil est close
La session tant cloat.M. Briand
a reu Je nombreux el chaleureux
1 moign.ges da sympalhe person
natal a l'tfaid del F anre u ilarn
m'ni ,1e la part de tous les Btata
su I omriiains.
Le conseil de la Socit des Nu
tions a idresa une note au gou
vernement enregistrant avec salis
fiction le fait que le II, 1 I, reuon
ci a n'clam r des :, urs spcia
lt et ou s'atu 11,1 ,i que l'en
Ire de I tllenagne dans la Soci
l ds Nations s'elleclue sur le
pied d'-galite avec les antres na
lions. Le ron-eil tient a faire re
marquer qu ce principe d'galit
comporte les ennaqi anc impor
tantes pour la question spciale
que le fsnvemejne^t allemand
soulve au sujet de lad la 16 lu
p cle. L'es prop s de cet art de
Seul que le lt ih dniante un -i
tut iou exceptionnelle, ,r l'article
Ui est d'une importun, e. prioior
dialcciril dliait U g r inJJta |ant
jouissant !e membres de h S ci
t des Nations elles responsabtli
ts qii'ds eeepteot Le r.mseil ><
prime oettemeal iaton que
toute rserve concernant cet arli-
clo serait de nature a frapper sa
b se la S Q N. ni Mra] me .
patible avc la si'nation mOMI de*
m imbraa d. la -o'il .
i - mi la Imposa ble qu'un in-m
b s dani le es d un opration
tjng g e corlri un Et t eu ruptura
d p.le aonsarve sa poaitioa eu
lii-snt ses nationi>ux U ibert
data Muatral e aux ob'igalioni
imposes par |a) pacle. U autres
pi\s que l'\ lema^ne .lout les f r
ces militaires sonl galement litni
tei par des raite 'e pux ont.- a
eitrant dans la S. II. \ accept
naa 'seives ie> obbgati >na da
pacte. Le conseil conclut en suu
ballant de toil l'Allemagne s aja]
citi ses travaux.
Nouvelles atrangres
i
Par Cable
La >iiu iii ni m lit^iro di
l'Ail m t||i. n >st p nii
conlome aux stipula-
lions du Ti ..il,', de Ter-
saillei
Panis, 13 Mars La commis
rien d s affaires lr ngres au Se
nat a discut le rapport >urlasi
iia'ion i,,ili ire de I* lien agoe
1 coi -laie le ma q e- ent de IM
1 m une aux pr aeriptl n. ni lai
re- du tra-t. Elle a dcid d'-xpo
^et | M. Herriid l'utilit de la pu
blicalion du rapp rt d la commis
aion d cont >le et la ncessit de
maintenir la commissi n jusqu' ce
que (Allemagne satisf.,^e aux S
points de la note de la confrence
des ambassadiurs et l'intrt de
tubord -nner tout accord avee l'Ai
b magne son entre pralable
dan* la 3 D. M.
La commission estime que si la
non ratification du Trait de Ver
s ides par les Kiats fuis a rendu
eadiic l'accord trio, rtile engageant
lea uu Unis, l'Angleterre doit
aider'la France en ca-, d'agression
allemiode do 1 provoque. I^n-eo
reste pa- moi is vrai q ,> lesjstipu
lai' ns du lia i con roaot la ri
ve gauche du Khm n'assirent pas
'a France une scurl 11 une
pr 'tect'onipproprie. La commis
sion deman era au gouvernement
de remdier k cette situation an
moyen d'accords Iota
Ll;m'lfor.iiion de I Hoa
tion Bnaoctlre d-h fran-
ce eiposa par iV Br-
renyer
Paris M Brenger, rappor
teur de la commissi n snatoriale
des finances.rpondant an .1 .,Tnai
OU' lui d mandait quel ait son
at a le moven de srriii paya de
l'ernbirras financier. Il nons tant
dt il, inspirer aux lorces poduc
live ne 1 i nation un sentiment
de confiance nh-n'u e'ett la pra
miere rhosi 0,e ,a
p'ui imposante sa ,a trahir e
c:et d -s dl i, rai,on de la com.
mission des finances on peut dirt
qjue les conomie* ,'41



p



\
I
>
I
;
Pagol
venl :\ la somme globa'e d'un mil
Jiard de franc* ont t ralise*
urle budget pi-*enle par la'.cham
fcre I."' comit est tenu de tercni
ner les travaux d'ici le 13 lai*
t devra mellre en -onsquence
de cot teus les articles u-cepti
bls de provoquer de lonzs dba'*
au Snat
M. Bienjera insist antre les
autres ur |t ncessit d'une poli
liquo sage en ce qui oonc me les
oprations do tr-oii- et I am lio
ration graduelle du franc. Il est op
pos toute mesure tendant a re
qui a rigment l'encombre e-1
dans le iran-jort des mai hirdt
ses.
PARIS Ap-es l'nudit'nn de
llr ll>Tiint. la crmmission Monta,
riale les iii anc 17 voix contre I4 le vn'e ante
ri ur reluisant de 100 1 f a'ncs ,
tlje indicatif le crdit non* les
amha sades et a rejet nsr 17
*oix contre S l'artic e relatif aux
crdits affects a la rharge de la
mission aup'-* du VaticaD pour
l'Alsace Lerraioe.
mettre le franc une valeur or in CJ r#afallf*C
t'rieu.e celle d'avant guerre 11 m.J''Cr V^LrllI wT
- ---------- < j, - >
n'y a as de raison so-i avis de
craiii Ire une hausse trop rapide
du franc et c'ait p>ur cela qu il
faut viter de bcher la r nte.
Dan la m.i'iiit'
Ijnltfwiiqiie
Lu S'LRI : Les rdits de la
narine bntanniqne pour lv)25-
1920 se montent a livres 60.500,
00 aoit lire augmentation de 11
vres i 700 000 sur l'anne cou
note le personnel de la flotte
pour l!>25 1926" est fix i 109,(175
oit une tugmentalion de i 175.
La souverainet de Cuba
sur lile des Pins rtablie
WASHINGTON- Par 3 voix
contre 14, le Snat a ratifi letrai
t vieux de 20 ans reci nnai.-sant
U souverainet de r.uba sur lile
de* fi i" H a galement vot l'a
rendement du snateur Re d, d
mocrate du Missouri stipulant que
Ifs lii.lni.inu de i I e jouiraient
de piivili'gts de la nation la plus
lsviinn i i gard de Etats Unis
JU question du dsarme
ment
WASHINGTON Le prsident
Coo '''(f *' '1 nv's que ce qui se
passe actuellement a la Socit des
Minons uu sijei du d?armement
at du pioloco e de la scurit ou
vre la voie la ri nion de la eon
frecce pour la limitation des ar
m m nl comme il en caresse ce
projet depuis un certain temps
ds qu on connatra dfinitive
ment le tort rserv au protocole.
J.c prsident (tudiera srieuse
ment la question aver le ssrtaire
Kellogg.
. nouvelles Diverses,
l*Ahia, io i ne nouvelle entre
vue tiuie MV -I Ici nui el Lbawber
lain aura litu lundi 15 heures
lors du retour de M. Chamberlain
la Genve.
LONUhLS Ln chambre des
eon n.iiiics adopt en deuxime
lecture le piojel de loi tablirent
l'heuie d ete comme Institution
peiuanente de l'heure d t ara
applique du piemier dimanche
di avili au pic mm dimakche d'oc
tcbie.lt to mu ae mme tu Fiaa
oe e> tu bL que.
- PARIS M. Dumfour, dp .t..
de la Loire, appuyr, pai une c*-<
laine de aea co.igut presque
tou aocia-Uleb vie ni de uepo. r
aur a bureau de a chambie une
propoait on de >oi visant la nat o
na isatioa de toutes le mine et
toutea les substance minrales ou
fossiles la surlace d.. sol ou dais
les sous sols -e la France et de
ses colonies U prop. sitioo pr
voit la cration d un o fice n.uo
nal pour 1 exploitt.on des mine
gjc u. ... u.l-0 u exploita
liou de- 0'-u\ I s.
I.I.ULIN Lagr.e desili.u.t
sasjli alleuianda a pria ou. uuuv.t
*. l ittuuft 4ihLu je uomere un
tes 'eat (orteaaent aeera ca
14 Mars
PARIS Dollar 19.49
Sterling 92 7fc
NEW YUUK rllng4.7VB
Francs 19 38
.=
aajp
Au CWp de la Lune>
Gin-Varit
i.es Un M
Hier, aujourMi, demain.
Hier, il y rut 17 srs ( US Mars
J9JX ) fjno ie i o^tp hatien Mas-
sillon CoifOll, Ses rj.ux frres et
plusieurs autres rilvrs furent,
pendant !a nui*, luilles som
mairPmpnt.
Aujourd'hui, il v a ll^ana
16 mars 1700) que \jD*n% XVI
su t rima les lelir. S'Ipc! h 'q"i
coniUrnnaip.Tt la H Mil e pi lf>
CahiiiPt jir srrvir^d' pion
na?* qui fonclionmit \ l'Ilot?!
de Poftt
Dpm^in i| ii'-> S ans ( 17
Ifarft Wl7 qu rl^va"| i n*
vo'o'ion trions t Ij T'pjVirrtlei I!,
t|sr rlJ RuHfi 'ut ah 'iqn r pi'
faveur de fon I 'e 'p pr n 'in*
Mi h I
Au Clair d* la Lune a peut
tre class parmi les ou tiennes fides du suce f>, drapes
de rli.irrucs di-ers ensorceleurs,
auxquels on ne r-iste pas, comme
ces trs jolies femmes qui n'usent
point Je manz e sincres ne plaisant qu'aux regard,
et qui contient la ml ip'icit
d'attraits que sont les g trames
diverses de leur rire, Us nuances
sans nombie de leurs prunelles,
reflets lointains de l'-n , le
soin de dire quelles inproines et
endormantes tendresses frisson-
nent sous la naturelle ijmvet de
leur allure.
Les vers sont Je M Moravia. Ils
coulent de sounc, ils sont trs
beaux, aussi be-ux m e Ions ceux
que leur auteur publient depuis
longtemps dans nos quotidiens
ausf-i savamment tourns que 'e>
transpositions de Henri II- iue, u
vre de pote qui a rm valeur; qui
dnote un esprit et une intell gen-
ce habiles luder les difficults
de ce si embarrassant mtier de
versificateur et une ame de vrai
Sole qui revit les souffrances
sesnres du Vluss et de l'Aile*
magne..
Le public a vcu deux h ures
charmantes qui ont eu un aspect
tout autre de la joie bruyant et
des dtentes langoureuses dont sa
>aient lui gratifier le "^ros sel"
de Rover et la voix m'od euse de
Chaub t.. Il l'a trouv en rser-
vant I-' plussiacre de son admira
tion A Mr Moravia lui mme, qui
lutovaiionn.
Mai*, je crains de froisser des
ausceplibilits, ie tremble de
n'tre pas le gentilhomme q-ii par
donne toutes les fautes aux fem
mes, en disant que de tous les ac
leurs. Me'.ie Maximihen ma par tt
avoir eu un sens complet de son
rle el ainsi a largerae .1 contr bu
au succs le la. >ir'e,ce q.n it.uu
que ant soit peu a Mme K V>ard,
et La.iduu mais surtoit UuJi-
COiirt.
Ce le conviction me dou%!ne
pour m'ire rappel maigre m m
la vo-x musicale de Mm G Lafon
tant (Melle Rene Mnos", le na
tnrel des gei>tea de Mr Georges L
ger, U mais eaptivir.t de Mr \.b Eth-.art,
l'aisance e' l'a propos qui avaient
caractris la manire de Me le
Pierra Louis. Et aussitt une com
la ssi'i a ii .. L' tans mon ea
p i t cette in -o' tut ir M ati > i,
'. -t ^ -U 0,4*4 | "S r h t) p
nu ?! lali -UT u.i ia pi'-e
tr b I e eu so. t i - tact r*
ai oi itfiuale eut pu .re tu eux rea
A Terri1 Roui8
Area M dvouement An hfd*
frment de Travaux Publics de
celte vil'e, la rommiine da Terrier
Ronge o la sof tait le mal qui
r^ptndait la terreur" eM mainte
nart bien pourvue d'enu, la
suite du forage d'un puits ar
sien qui a donn les meilleurs r
sullals.
' (Des A finales Capoiffis)
Hier, nombreux furent ceux-h
qui se tendirent au Parc Leconte
pour assister an mat h a- noi ce
par TU S S. H. entre 'es dei-x
quipes des ca; itf l ios Tainson et
Armand.
Ce match d'aprs l'annonce pu
bMe samedi, avait pour but la for
tnat'on dfinitive de l'quipe qui
doit se mesurer prochainement
e u Jamacains : et tous c.-ex qui
se rreentreut au Parc Leconte
pe le firent que peur se rendre
compte de la bu me de no rham
pion- e( say. r d'tablir quelques
pre o-ties sr*.
ialsil y avait foui sur le ' I md''
ex^en' le s quipie ra qi, d'aprs
ce q i omis r vient, donnant com
me prtexte leur ahente de n'a
voir r*s t convoqus par leur
c'uh respectif.
Mais les ir.> mbres d'une asso
ciatou affilie PU. S. S. II. ne
dpend* ni ils pas tout autant de
celle ci que de leur club parlicu'ier.
Les discussions. 1rs tirailleries,
les rivalits al ani leur train, l'
quipe bailier ne n'est pas ferme et
les jamacains airiventdans quatre
jours.
Quand serons nous donc srieux ?
Autour du prochain match
Jamaqiix.baili
Voici lu dpkht qui est ntnv
nue lad esse du /'rsilient de
l'U S. H II.:
KlMi&lU.N. 15 Mars L'E
quipe laissera par "^imiHoin''
le et restera jusqu'au 5 dpart
Baracoa".
A. L. MYERS.
Lgation "
Domieane
Il est port la connaissance
du patate et ou commerce que les
but a x ~ i ega h t ii t. .il.
eu1 IGl r.l viennen fers a J'Avi nue I.amart nire,
Bo. Vcrna, ma-?n Haphael
Brouard.
VUir!FtDts.ir(ta
t'est notre aol Clxrent Des
Ir niii s que la coilihi. e ca Frfal
d'il de i rpublique vint de d
siyr ;r ; r -_r aeitftr !s ;r?!er'u
l'onsnlai d'Hbiti f. Sartro de f u
^i. le icaci dn d-voir que Mr
1 eflasdes a su metlie au Sen'ce
.'e 1 ('mil btiatiVa Pos aie t n oi
gre Sfffl en sa fnvei r et fft une
m i r ii pi l'alii n sulfissp'e pour
qi s i ous mis di- r f r rr r s di ti ire
srr '< ge.
Ncu h i mici.viloi s nos ryn>
[athies. I
M- Andr ChevaHier
A rdministration Giik'-
rale des Postes
Prr suite de la nomination de
Vrf.t. I es!ai des au io-te rie San
tif n A" Cuba comme t'.in-uIG
nral, c'est nrtre ami Andi t h
vallier qui lui succde la Diiec
ti n t.e. tale de ? les
Le choix est excellent, Mr Che
vain! runissant le savor ** l'
aergie nce-saires pour justifiera
ces dr icates et importantes fonc
tions la confiance du Uui.>i nie
ment.
**W ' i
Compaqnie Gt'nrrale
Trajisatlai tique
Le Steamer Cm;oelle de retour
de (uba et des poits du Sud est
attendu Port au Piince vendredi
20 courant.
Il r> partira le m'me j^ur pour
S-int Viarc.Gonaives.Port de Paix,
Lap llaitien, Pueilo Plata, et 'e
Sn Juan et le Havre prenant fret
et rassagers.
Port au P'i ce, lf> mars 1925
L'Agent F. OBELLN
Lire deiaia:
la Cle. Hatienne du
Wharf de Port-au-Prince
Socit Anonyme
A quelles pesrri|iions M
gale"' doivent oMir Ing
Socits anonymes 'a-
iiiies en Raifi?
Rfljhigsez
avant d agir '
Ne faites rien la lgre, car
l'heure mutuelle l'a'gent ne se
gagne p is facilement.
N i,i otvons que > is voudraient
S'habi ter l^nument pour les
fles d'> PA jues mais t ut le pro-
, hl^nv*- cquelit* i Iiilnl'tr bien et
peu de frais.
allez Jonc chez
K w u Ifermanos
il vienlient de recevoir des ItsMfl
le soie, d s ie t colon,de laine,
pour liomm-i et ( mm- s et de toute
beaut,de* articles pour mariages.
A H / donc sans crainte les vi-is
ter. Votre bourse suflira toujoure
pour vous pe-raetlre le satisfaire
Oi g'^'s et VO* emrlp.fljj,
K^was 8eirnanos
205 209, Pue Traverfire
Revue
d** Oeux Honte*
\ Ru4 de l'limer site. Paru
O.l.i klttl DK L\ LlViViSUN
du 15 Fviier 1925
Le civur et |e sang. Dernire
partie. Henri Bordeaux de Pacad
il* tranc use.
Lettre le Charlotte, impratrice
du Mexique Contesse de Rcinacb
fuussemagne.
Une grande libralit Amricaine
Gabriel llauotaux, de 1 Acadmie
frana'se.
J -B de la salle et les Frtes des
Eo'es.Ch''iennes. Hen Bozin de
l'A'aKn ie Irenaise.
U Faillie de la Mtaphysique
Bolcheviale. ~ 1... Serge de ths,
sin.
Le livre de RtUon. VIII. Le
livret militaire. J. de psqiidnux.
Posie. Li leulre effigie, H'oe
Seguin
La situation cononiiq< e de I-Al
lemagnr. en IWi5.tieorges Bl >ndel.
Aurelie T-dj ni. princesse des
Sabl-s IV. La tin d'un rgne.
Ilarlbe Bassenne.
A'fed de \ig y dans les Pyr-
nes. Armand fraviel
La Steone. Premire partie.
Antooe Tchkhov.
Revue Dramatique, La vierge
au grnnd iur rten Dounic.de
l'acadmie fiai , i-r .
Chr>iiq.ede U Quiniaine. -,
Histoir. politique. He.,.. m mn
PRX OF L % O MF ^E.NT
Pn DD'D Sl ""*' ft*"*
Srine Sfio t ), e Ho r 4, ,.
Dtffr emrn el ^
Co'ooi > itmk^i H6 44 lr u L.
Mai g-, f0 ,1
U. boonen.rn. parte I du itr h du u
de tb-s-. .noH. *
ritatsinntci .
M1RIAGE
^'o'js 37on. tfu avrr pl^is-
le ftire i t ifu n t-m r< rie
M1 e Iahmen Pi ain
fille d- M. ri Mo e A'thei. Ba)in
avec notre an>i
FBA^CK TiM'THfE
fis He M d Mme Alexis Ti
rrothe
La br^diction r.urtile l'iir
sera dor l> nwrJiH 'vi'
prochain 7 hre dit malin p'n
l'Eglise Minipolilainp
Compliments.
Funfraillc
. H sons a t tait part de la mott
de 'lobssaint Mexil Jean dcd
hier Cabaret et dont les fun-
tailles auront lieu cet apis-midi.
CcndoKari.es aux parentsprou
vs.
Cet aprs midi auront lieu
g le n. i i ,. > lui ci i les ut :
Lon Baya die
dt'c d. hier i.| res midi.
iN us envoyons nos smires eon
mi .m e. s h Imijs n i.x que ce demi
atteint particulirement ii' lie
ni i M Auguste Biyardele, pre
du ngrett dfunt.
a
X-i .Sri
PA8T.LLCS
VALDi
sont lndiapeni
il-ENFAMT^isansl
m VIEILLIR!) q art
aiGnANOESPERSONII
rrUtfc a ktn waaa#]
pmir PRSERVER
LEOES CRGA1ES1ESPI1I
ou pour SOI
|ea hhume, Mux (
Laryn Influent, AtOu
Fur:>! ystme, etc.,
MAISiLFaOTIVMII
le n'emploror i
&.acsa
PASTILI
VALDi
VERITABLl
veivtocs seulemnl
... BOITBB
porUat le nom
Muncs
SEDOGASTRIN
Admis dans let H ^oitaux d i Paris
Ct'-i- ln,
Brlnrs*. Ainnin, BpuilM
do.iir.iri- r. Naub^es, Veni^as,
Vniiii>*ina>its,
I) C< TKinnn- le l'Oit. f*cilit
c nnt de i nr.
f'M -i ut (iasiro-
-. S ud
ri ri\TO ,itt% M pharmacits
Ii ,.n il
LliMlwP /lZlNt.2 KmCtfti. PARIS
il i PharmaeSs '>' PiTkus
js pailillesVALW
vente : Pharmacie
d Hait i. Pharmacie J
Port-in-*'*mce, PU
Hnitus/i Jrmie niacies.
u Cuioaiii
\ iiartir du H
Ii (juinaiiile sera
l'tt;c l'antjle dei
des Miracles et du
Liiifiu
Lubii
Tout jt>sse... j
Sais le-i |t,irtu n-, de LOBU restent les meillt
En vente dans toutes les bonnes maisons.
Il TROUVE TOUT
Bazar ^etropoliti
Vente d'Inventaire Grandes Rductlc.
I'. ur taire de la place pour d'autres trticlea,et coo-t t nmenti
vler noire inar.-li.iii.ii-"-, unu avons considrablement rduit!
de certaine article, von- Tes verrez tals el marqus avec des M
rouges. Certaine lots sont des lins de stock et ne consistent I
quelques pices seulement,le* premiers an vs en profileront :
Porte-Mine t Evtrsh^rp
Porte Mines Aatomaliques
Epingles cheveux eu te*' le'le paqu t
do do la carte
Bouton pressiom a carte
B utons en caille, noirs el|blancs
Soutache
Garnitures pour roLes
Miroirs j
Rouge Compact ;
Boutons de manchettes
do dji or plaqu
Faux cols mous < |Je
Cheussettes d'enfatits, la paire
Bas de femme* en oie, la paire
Cravate en tous gedres
Chaussettes d lu mmVs, la paire
Bas de femmes en (Mon, lu paire
lias de so.e pw r fnAmi s "lloleroprf
Chemise de oire. \h 14 heulemerd
Combinaisons pour gnVonnel No 3f|et 32 seul.
(".hem ses blanches poi\r hommes
Chemises couleur kaki\.\o 14 senlemmt
Arrow"
en nia 1N0 l ""seulera.
r les sport,
r
mf
.liera
xor'^
use la boite de 3
ht
do do
Chemises pour joue au
Chemise combinaison p
Jeu de serviettes en pai.
Rasoirs de sret *'Ever
Plumiers garnis, pour {
Savonnette parlumees '
,, _" fc La rie
Lold C me en lubes
*' ". epeustu
l adenas trs solide* pour aUos
l 01 le Mines Ever*harp
Plume ^ rservoir
Avant,
Or O.MO
25
35
20
15
12
20
10
1.0
60
5U
1 00
35
20
1.30
150
45
80
175
3,50
1 50
:t :;o
a. 60
2.25
3 50
11.00
20
i.OO
2.00
1.00
3.75
2i
15
ladosi:
lasai
te
iaq4
do
do
\
1.00
t. 75
5.50
4.50
3,50
do
OO
Mouvellenjient arrivs .
Bonbons assort in 0.35 la livre
Chocolats boite) gravure M t. n .'JE* mtti rntalaia 1.60 do
Pale Dentifrice "PeUfco" 35 le tube
Limes pour Hazcir Gillette 70 la douMine
foudres de Talc hirk / 10 la boite
Orani as-oriimem de ferres | vin, liqueur, el "
u m j Parf'rdeOr 1.00.
Mail de vovage ()r /f3 00 fihaque. Malleltes 3.73 l^'
COMFSTinLFS : OIS ^\l ?0:fe r.yon d'Epiccf**
la mo.M.le notra magasin et contient un assorti aent di- I*'*
plats. Noire Soda SOfNT^iLMest toujours aussi popuW*.
'
-

.


L xMaTO
Haytian American
<: Sugar Selliiig Agency.
T.UGCSTE-mi Orand'Rm
[Clairiu Hasco 20
irtier,cn venle l'4-
(ence ( Maisjb R.Tan-
SMe Auguste) ' pir-
r du iudi, 9 Jars
Aux prix suivants ; _^
e l 19 barriques- ini iZTJ:* * 7*
dlits or le nallon a ?rads magasns
.. J 9e111"11. ea *rnUur Gn"**, wut
dessus de 19 bai ri- JOanV&
Mes-48 coulimes or *^nrfete-"*i
AI^MINDM UNE
New-Orleans & Seul. .
lierai Sleamsiiip Co h.
Prhaa lpait (li -ed
pour l'ru,,i IJHnce IM.b
^ arelndi^? *"" "nCe ,e Mw * '<>'''"
A, ,. Ce 13 Mars 1925
de Wall, is & Co,
Agms Gnraux
4.4 F; P,4#S Limite*
Pour avoir le teinl Irais iVonserver toujours intacte
rette fracheur, sen /-vous dos excellents produits de la
laraeuse:iiiar(|l;eA. ;; F. ieafs limi/ed oglaud ; lelsiaa':
Savon fltranspi pu boiucs, Savons tiansua-
rente en tablette*.. Kine poudre de laie et poudre d
laie pour Bb, |. uonsrouijes pour lvres
En venle chez Simon Vieux et Ailred fieux
coudre "l'est".

li Elgance JnBffiA '
Jpces- BepreseDlate .*- ,!& --<
fflium Nectar
Agents gnraux Ue :
1 Jone* Jewell Millir,r fr Tr
'anne Huyarian 0 0- Roule Rougeole .
The Home Insurance Comranr"
NEW YOP.:
A>urance contre l'incenaje
Diamond latch Ce
Allumettes 1 Sale Home
.PiJ. liihlwr 'xpoit rompany
. .*Souliers iteds.
*M T. alliage it Son
roieeons saies en tous genr M
Mu \ Ga3ljens
11*0, UuedQ Mgsaiu. drt M ||
Kuo Bonne Fui.
820, :Roe Courte.
1U Petite Raison >
1637 Rue du Centre
Avise sa 6dle clientle qu'elle
vient de recevoir de souliers
luxueux pour dames et entants,
bas de soie, dentelles, paiiumt-
ne, vaille, aiUcles pour ci-
detiix.
Troussaux. layettes, modles
nouveaux a prix modrs.
Kabiliue, boules raviver
0.0^5.
En vente dans loules les bonnes
fepiceriw de h HpuhUqm.


*
M"l;uluresLile lns'ce Qy
-----Assurance sur la vie,
StiilJ.ou fiies fV.i*
Vins & hampagne_Bordeaux
^h, lie)mar
COPEMUGLF
anols, Iro^age et conserves alimentaire..
W. 8. latluws a feoa
^.- _'lfc*>* lt>uncs et neirs.
i.a: Nationale
Sans Rival
CigtrUes 'bantecle*
I livcls de denres,
lEOROTROFOL
BYLA
LE PLUS
PUISSANT
0
Enrichit
le SANG
Fortifie las NERFS
j*
DONNE
FORCE
NERGIE
M F*ror.pi
rAues. m lumes 1 nenvevsts
UTrtUmiA l'.rii,Mil|ns :
LFS r.TABLISSa.MBNTl RYLA
* '" .........- r:-%<\f.- 1
LAIT
CONDENS
NESTL
LE PLUS RICHE
EN CREME
-
gaxis SUvat
^TCNDB,
Nestl <"'
-'Ml16 H fc
m1
foui trouverez ^toujours "du' Lail Con lens* lestl, ffiwt^JTsnid xi P
ordres, pour remettre vos coin.i. ui-ies directes. *m -
Lt PrBrinnann-Agqerhdn
itorenl gnral pour BaiiU
SITEZ


LU M- ,

., ) ;- ^lijhjn


La Photographie Nouvelle -
Clocloiiiy D. Juste
(/est le rendez-vous du monde chic et l\jant,qui
trouw dr.slVxccutioi de* travaux i h- t .|r.i|hnjiies
contins nui seins de -.-u liste, ou got imiia et
pur, |i I i q chneun des ouvr.iq^s sortis de ses
atelier* est un petit cliel d'upuvre.
Nestl dernier cri de la perlecfion dan? ce qu'elle
a su raliser dans cet art dlicat d-; la photogra-
phie.
One visite s'impose aux tablissement de 6. 0.
[JOSEsilusla Rue du Centre Ho U57,bloc compris
feutre la Rue des Casernes et la lue du Champ de
.lart.
*3LSfe-
Pharmacie Sjourn
lionne avis sa clientle t aux mdecins et au publia <|u1 J
frani&orm son Laboratoire d Ulogie eo un Labor < i-p e
biologie appliqu sons la Direction du
Dr R*cot et B- Sjourn
Le laboratoire ett ouvert tout les jouis de 7 bu s du .. ta G
biurea du&oir pour toutes It-s r cm cb l ancy* pr n s
'acnoiice ci 10 Mt, saut pour Se
Wa* mai a et ta eon&taute 0 6 o
Se 11 "C ici qu e gatrdi dt c eue ''m i- .
Sadrt ir ta Pharnrcie pour !o r i seig n " n *
Anales d'urines et S'uCRasiriqU'-
Haciinn de Wasperroann
Feadicn de Tri boulet,
Eiamen du sang et du pu?
Examen des matires fcales
Hxamen de crachat
A H itt mi no racnor
Constante UroSAtrAaire
Ceci n'est pas lire
t'nr fie la llclame je ne sais pas en faire
Cependant ai vous passez du ct (lu Bureau de
l'Administration postale. a la Grand'Kue
Rentrez a la. Cordonnerie
tintes! Camille
\\A In Conscience
ca,Vou verrez quelles chaussures (|ue ce soit sur
commande ou nonsont faites avee c|cut, soins et
Solidit, parce que les ouvriers qui les confectionnent
t. les matriaux qui y sont employs rpondent et

le titre '.' liai fl&ftlaon.j
Chez F. Lifting. & Cie
Viennent Varrive r iixr ie]braa\U
les ancles s livint :
i
Dentelle* Entra Finrs, Dentelles de soie, DtDtiMei li * \' anl
Rubacs, C.lotte*, Clup^iux (iar n*, l'iumes, Pie i *, Pain la s..i al
tous urtu les pour Mo>les. vpa'>ri* > Mo'if* Hoie Faotaiete su
Perles pour Kolva et chapeau ''es Sics PeM* le lonle baaut, i*t
aca DaaelOjp, Chapeaux Jean Bart po ir Salant* RW tte,
Pajgnaa coifler tous genres de s Brosse- de ils. le* Pute* Dtstl
trie es, etc. etc.
articles pour Hommes : Faux ois, Cravates, Itr-tell**. Chemises
de soie, Jarirlleg, etc. Tous articles pour mercerie et Lingerie. Cou
aux suoriiirs
BOUCHONS EN TUS CKNRKS et II .niions pour phirmame.
AI m il tlion Liquide : L't"ew**, Cogqa, Vin-, Obi npagne autha
B Accessoiies dt IMiirma i ei Spcia'Hl l'hurm-cenlique* B-ics :
Bassins, Tes* en canutcho w V| >s et Sirop l^s< liions, Vin Naurry,
Lav4ii, HMngAnnl, Quinia n I hbtfniqiie.Pepto Fer alc.ele Sel a"Kpoir
t de Glaubert, Ecenns e i Jr<>-, afonc. intiaapti ma lntil*a qualits.
Balia ts,essences pour Si'op-O' juenrs et '. >ntrie Col ranla i>a'urel.
Nous avons rcu I* V-rhb'e rh dei Vto-*. EC lient d-tpuralit
Produits iiiilboil, Timl) P i > er< timbra, Timir-s mobile*
ENST'i'.h Igaraltaa Cm-I, articles - v| I- eq gros ' < aptWii
Passez-nous voir, nos prix sont jivaniaieux,
F. LaveSaoet et Cie
Andr ISIDORE
1515, Hue du Peupl<1515
MaVre Tailleur
Pi> du Bazar Mtropolitain
poope moderne
Rr'irto
rmpleff Pour
ei rus
l,.| pliant toute concurrance
^ ... \\-' ' -' tsaa v" '......"
, ,|P ipittonr m I" '" \< 'r l '
IS.'S I
Tout prs du Bazar Mtropoiitaia.
dtu d
Grrand Btel de France Laui isou H.SILVE1
Position exceptionnelle, au ] centre des affaires,
il protimit de toutes les Batnpjes, de la douane et
de totits les ^jences de bateaux.
Een>ei(|nemcnts et laetiiis pour vovager en auto-
mobile dans toutes les parties de la upublique
I U iiii el te la rpublique dominicaine
Chamoe-x* conlortai'ler et surtout trs i-ropres.'en
tilateurs dans les lianlires i la demande des Pen-
sion nus Cuisine I"aurai-e trs* soiytie et Kdes
plus v; lies.
D n.a de* d vititrr i >, ifi-/i */
d '' t.'*
Vins des uifilieurs crus 1" BoMtviux. par harri
(|ues, ih!itfJMiii.>, g itlo *'t p* r bou'eilU'S. ,1'anni
le Vins le cti.Ue mix roua tr< v.'rez H' plui -^rauil
choix, pjur l*s qualit* oi po:ir l'ge
VINS i.'ITA'.i;:* D'ESPvGNE.
VIN DR BOURGOGNE(bl ioca t roagea [et \e ra oaita
( pomotard moasseox, |nit wairictin )
Le pins qra ni assortiment de Uque ir, C Ci UW
gitis. wiki js, et<*.
.\!>sintlie Pernod. Amer IMcon, \ errnontlie'j
GON>KVES franaises et amrteaines frache-
ment arrives
C" i^li-N Ip r.uha. Vu-^ra et II ibanara.
Cl \R T f ;s di lottes es: tUri piss I lloiti Gros
f.t lAtelj
PA.rtKUMERIK et Cartes postales.
Prix tr* modrs.
uta
J.lUti'
P. P. Palrizi
La maison C.L. Verret
Marchand Tailleur
Ho 1823 Ru.- du lagasin de l'Itat
S* r 'im.iiiii iule au public et i sa QouibitHisa e!i
eutel p mi; lliianci! de si c m e et la pcomplfl
excution inise dans tes ouvra |d ciili'^s in* soin
l..i n t ; t !''.t; i -l'ie j t (i '. \-1 . ; it ; ir
r .7 m d *
Kiy
La seule p'iiiture ne chsntfwfi paa de e|knt< tir
Sa-iiia
-

et
Prpare spci dment pour le climat d'Veiii.
Tlie Charles 8. B'own Paint C
Geo..leansme&Cc
| A Ceux qui n'ont pas encore vu les jolis articfeu
finesse que vient de recevoir La Maison S,l
doivent, dans leur intrt, s'empresser de
cette maison, car nul part ils ne peuvent t
d'aussi beaux articles I des prix si raisonnabi
Hos articles sent vraiment de toute beaut et,
I raicheur et nos prix dlient toute concurrent^
Crpe de China couleurs assorties
, extra supereur
marocain carreaux ,
Soirie carreaux pour robes,et chsmi cj,
TrloOne le soie a barres
Ratine voile a carreaux
Voilesuisse brod
Crpon franais barres t i c:i-reau
Diaaonal noir sup.
Casimir anglais nnJ'en it
Serge bleu anglais 3 ip ir eur
l'ealmbeach anglais de toutes b
Alpaipi noir supr ur
Satin Chine pour taille-jrs;
Kaki blanc tanfrlauf
Kaki Jaune anglais suprieur
Duck union blanc an |lais|"no
Drill union blano anglais
fil "
T iair japonais pour chemise ho n-nsi et ro!
Reps de soie i bai la couleur pour ohem ses
mes et robo3 nouveauts.
Raptiste fine pour c'.iemi^es
l'ercale fine pour tingerl
Calicot percale pour
Zphyr ang ais pour chemises 5j extra a \?
Organdi suisse uni et couleur
Bas A jours dcini-s
Chaus- t^os cossaises pour "enfant
French Frisky. derair.' nouvaautj
Par lin a fleurs pour robes
TiiafOf bla ic
Llmbeie hlanc
\ oiles couleur barras
Shirting o nno suprieur
Bas d^nte'l
Bas soie brode
Bas fil brod
Lotions "t'ivert*
Tulle i our premii- Cura union
Couvertures bNnche et coule r suprieur
l-iandes-brodnes Madera pour chemises etjjupsi -,
Voile blanc a barres et mouches
lit ne blanche
(ahardine blanche barres et un e
Crpon blanc et couleur jsurs
Voltablaao 't couleur un'
l"!he noisette s a le nandes suprieur
Br ibuit noir anglais
ImMalion toile ecru">
Serviettes de toilettes L)iaili's & couleu
" da n aises blanohes pour tanillas
Nappe: couleurs
Pe as serviettes blanches damasses
Org u'i hlauc & couleur a barres & \ carr
aina r cou eue anj.ais sup. pour jupes
Ma na3 ;l barras in sl >. pour ntt^misos !i:.t ail
.'satinette Foulard pour robes
Ceignes franais & amricains
Mo k ions b ancs & couleurs sup.
I' >|ii u de soie uni blanc & crme extra
Chapeau de paille i.ne d (lalij
11 ; i --> i : 11 i r an dais sup
Hrpoil brod fr^in *is
Crpo i franais fleurs,^dernire ao i eaut>
Servie tes le toilette eau angl d .
l'apis c'.r blanc sa p. po ir tables
Damass anglais pour mat 1 .s double Iar eur eMj
A Hnables clients, vouf qui voulez porter,
leaia, es ; lus beaux Mssus qu'il soit possiblill
Ira i\ r sur cette plaee, ue tn.inq tel pas,
d'aller ailleurs, I pisse- cbei nou o le me
C'C' vous e^t serve.
w,
ep

N. ei \. Acra
GrandTiuc
ft d. Cnvex i ?> l nue
\ nirz \ou-vo s habiller tvor laancCi et abia
march
Adressez -*nus la M.aisott V, & A. A RA
|)ont la (i/',-.* il /n le a piii beafioe poui
veiidr beaucci p
Dans son psi ,o i I 1> oison cira iti lia mita
tailleur italien sarti d'un -tab .*>.Oi.r. de pre ni
or.Ire d'u.alie ,
Pille esi *-i nai ir le tu i-|tr ia i n jlet taul f it
et sur inesun, n cheviote. diagan >'a, palm be'i<*h
drill blanc el routeur, coap os d>- c amiir pou- oa i
talons Ltotfes pour gilets
Bonneterie
Chemises de jou et le nuit, au iojt de clients
Cols et manchettes dernires cra-ions. Ca el Py|amss.
C^ttemiiton cm ih**Un+ i^'i^nH^n
t le meil'eiT SOOQsi] ^st rserv tous c^ux qui d
irent par une visite tre detta SOT la valeur do,
travaux fourni"
Tout oostums command et qui ne rij.cn 1 pas ?u
gctii du client est r ^>i).s.
On parle ran-is. angla1** dsp-"o -? allen
PNEUS
JmstoM
De Tissu Ordinaire
Et De Tissu-De-Cordet
1E kilomtre toob revient na minimum Pj*
quand vous roules sur pnexu Ftw*8*?1
^Ct.ix que la ruuiton oftre cett^ inoe f) sentent encor davanUije de qualit qt f
j).-si-
Dan le pneus de tiu ordinaire, pexoto fajj
Il y a davantage de caoutchouc entre le cetam
de tiuu, nn coursinct plu pata, t (M taeM*F
ont davantage renforce.
Les Pneu Firettone tiu-(]>cordM .
cette lasticit et cette vigueur qui produiteX '
Eo*e conomie dan la consommation 4'M*
. que vou dsiriez des pneu jfS
cordes ou de pneus tissu ordinaire, Il ** onna
que vous voule* cecila marque qnl procura
Le Maximum de Kilomtrt
par Franc
La maison Firestona a pour rgie da oob**J*S
donner satistaction par le sombre da Ulctmai**
qn couvrent se pneus. Autrement dit, *;
mobiilstes prfrent payer on tout peth **
pour obtenir un bien pins gros reaasea>
L. Preetzman Aggerholm
Port-ttu-Prince
j i
i



University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM