<%BANNER%>







PAGE 1

M LE M VT1^ V i* . J DEPURATIF du D r MANdET Maiaeiie des Faaime* Vice. V Su4 Va/iaee. Claadaa MlMWi circulai Maladie* de PaIWlour d a. Nettoie le Sang U MPHkTir -i BOCTTJlt %  CET aettuit le *an£. vurfie et iSiainlt %  '...• .i-... Il .,'.e loat le alf'Ti JHS I)'.C* 4 une tumbustiun incuM. %  'Mi d*i tfiieikli — au i.lentie - d* ir n.rrilion (obsit, asthme. • itijhxM'iiic. (•'itte. rhumativne, pe>rlg.es Unaeei, nearaithctue. m..om%  kr. ertigcs. viatique, lumbjgoi, %  ilaraieii, Cliei la (emme. II rgularise la eirclaliun de un*., 'ifilite If poque t. pu pare 'a furnmlinu et i!e le m laitei le l'jc entique 11 claircil le teint it ajre la beaut de la |eau 1 v . C-ifltl *r.i 2, roe fa liant Cons qn?H Varits Nouvelles Etrangres CUIRASSEZ VOUS I CUIRASSEZ votr. Gorge, vos Bronches, i i vos Poumon en lei defeadast, J en les prservant ^jwr r&ntlsepsia voltlile d VSTILIES VALDAj contre lot dangen du Froid, de lHumidlt, des Poussiresdus Microbes. Nil SMIGIER FFFICACEMEIT Rhumes, Maux de Gorge, Bronchites, Grippe, etc. tariui l.i LES PASTILLES VALDA MPJlMa retfinble a-.tisei tique Mais il faut avoir soin de bien employer le* PASTILLES VALDA VRITABLES SEULES RELLEMENT EFFICACES HnrvH BJpnal an KMTEJ poi lant le r.rn [j8tyasliHca PALD vmi en m nie : I h-rm de Hci.tr le d ll'iiii. t lien iiKtci-J II si faine a Portfi-' *tncet Pha nwci RnU'is. Jrmie et ioute$Vhar /miras. ALUMINUM Ll kerican Sleamskip Ci Prochain dpart direct pour l'orl-au l' r ince Ha] 1^ steamer -fila* laiss ** *p— ]•! courant seia Porl-au-lTince le Wave Ut tu marchandise. T> steamer Bolama laissera lei Orlewn mars couran pour Hati. Ce 13 Mtrs A. de Matteis & A y eut s Gnraux TREFUR h I est le une m -i [>• % %  i. film >erip OIIP C]\f VAHI> TS .'enneraCE SOIR G.OCO. DIMANCHE Mu nid or a JEAN GUITRM St MellECBYNx dans Petite Ppnces^e drame merveil' ux en parues Entre CUTI' Loge iJ.lXj Le Faiser de l'Aeul N*M von reu ce mMin avec plaisir un exemplaire de In 'mtr quable BW te qui eut un fi MgltlOM BUCB : I I B\I8ER DK l.'^IFI' C*"Rt. siiviint rappre\i*ti..n de M. SVtnwn, une thse in'er- % aille qt soutien l'auteur, a fa voir que les instincts hrlitain sont convne rrie Iles assouplir, lei enlornvi, mais pas ;i les hier. L'ouvrage est en ven'e la U brairie N i^rd au prix de S 0 le. Noua remercions l'auteur pour %  ou gracieux envoi. Bulletin General des Coininunt'sde la l|)tihti'|iie Noua a>one refu le premier enempl-ore le cette uli'e pub ita lion qui 'ontiei't le pice ritxti \> a la n'st ; on * u ''•n*' 11 nr n %  minai a M. de Valera qui avait t invit par leagitateurs flamingant donrer une corfrepee sur l'Irlande et les martyrs flamand'. .'lu lire K'i' supprime en Hollande et adopte en Angleterre l.\ H\YE La Ch mbre Basse a >olt'' la loi supprimant l'heure d't le miailre, de l'intiieur a d{ -tar que fafaoViM de l'heure d't pour les citadins tait insi gnilianl en c< mparaison daH tf*JD tin 8 obtenus par les Bglieulteun. L'iNDRKS t> K">uv>rnemeot a adopt l' li ure d'l co-rime in tiiulion permanente, elle .'enlra du conmenrement d'avril proch. n tin oct bre. tu pilais de St h*** LONDRES Le Prince de fi Bel a prsid la pr#ml*r rception de la saieon au Palais .ileaui ,• .tait place tout le !••-{? du >lil. pour voir le Pihea *" rfO'lrt au Pal a'* i? Si I ime --ii tC M-irfVK La Translation de reste: de F'orvil Hippolyie I e Opartement de l'Intrieur a crit e iours ci aux membres de la famille llippolvte pour leur demander de procder a la 'r*ns lation des restes du Praident Itip polyte dont le tombeau se trouve prs de l'autel de la Patrie L. n cessaire va Un.M. Avant I rg temps la place IVtioo sera donc compltement transforme. >s N ^embellissement de h Place PtStion Cette emaine on a commnc le ^m^ssement de l'eu! *• '• Patrie situ au milieu de 'a '*'ee plinn II y "" rig an mme n m! nnm' ^ uoen^ni-h. noeur tj.a Hr s de Plndpendanr. La p'are P" on er '"tura avae laa anciennes grilles du Chmp ^e Var fe* % "•„• %  bellie par de jardin. % lies bine, pel uses.el"-. Ce tr raux 'if ici lel a roo en n credl de 75 00U gourde T0t< ieruiireiuint. I.Herri.d d.'en II'tWlttll le que prendra I. Bri "d i Genve Importantes iolmnions di Frenier Prucais sur les gestions 4e scurit ei de politique extrieure PAHii. il — 1. Herriot a iof r m le m mbraa du r binet de l'ai titude qu'ai niera M Briand Genve. La Frapee demeuie fi IMa aux principes du protocole. Tou'a tl elle %  • prtera la diacuss'• D de tous le amendement sur les quel I tsembl • p'nire se pro noncera an der i ; er rj*sorl en sep tembre. Lacommiion !•*afl'irestran gres e la ch hre s'est rnale dans l'aurteml ti drlc but d en tendre M Herrio' snr les que lions deaeurit e' la poliirqia extrieure. M. Herriot a denaani eut membre de 'ener sur i honneur garder 9crtev gf aclu.llement suciine d' en ion juri t que avec le R i< h d.i t ) %  4Tiij-on doi' ritf r oumne a i rge*g lraleLe yudift Franais PAKIS La commis-iin ^.iato nala e >nl nue tailler n m ici d.tns U bidgel ; elle a eamin.> en ditail la majeure partie de* ar tic'e y compis l!*crtils pour Itrm^e. |t marine marchande,les rgions dvasla et l'er. ign ment lechoiqne sur lewquela el e a •upprim a pi^le 30) n.illiona de francs. LS rnn mie r %  alisa ce jour ve l 550 ni lions de fianc. IJI commi—ion espre en avoirtermin' av.c le crtils ven dredi el s*, cupera A partir de sa medi ou lundi de la loi (le ftaan ces. leaures utile pour vutfaliser heasplai du Ihqtta en Fiaiee PARUt)n vient de taire paratra a Pu g>ga li p'ih ic des i enseignement dtaill sir I emp'oi du chaque prconis pir \\ l'.imtntel piur le paiement dl Impdt. Oa put aehatar pour ii") franc* un '•li | i permnttant dicquitier 100 franco d impt. Le aheqoaa seront mis an v.ute a partir du 20 Mars et le ministre das nances g'e^t rserv 1^ .lr iil d'en clore la vente vant 1 10 avril s il le j'ixe opp-riun II a'ensut qu'on ne o>i'irra e ren Chez nous.ee couvre chef plutt embarrassant ne se porte plus qu dans de >ar • a*i->n-, c r 1 ironie de mi ge ou r-ejtins of ciellee. Ho mis datil ou trois dno compi'tmle qui! i voient ei.core un cu'ie. iriedu>l>le. relui qu'. aujourd h i par a temps de dmor.ialiq-e* ch'p-aux de feu lie ou d' gant canoli rs. *• m>n erait dan* le iu s le Po-i-fU P.MO coiff t un haut de (orme sr at rrgarl comme une bVe ra rieu-e et l'exposerait aux gtmine ries des badauds. |i n'en ei pu* d-> mme en An g'e'eire. • 'I n'est point rare de reneon" A'ktO*. ui.e de co'es les pu. aii-'ocratiqnde la Giande Brela gn Ce B'eal ce, enduit | oint par g.i' qu'ils portent m haut de for me. !• cliap au teluisan 1 tait par lia de M.runifor e qui compo'te, avec un ataad col blanc rabattu, une itelilu teste ^ans poche appe \f "e ni. |; ( L.'l '. Les /c tons, ou c IVgi ns d K Ion. ne portent pas !e bul de for m*. lus les jours, h Tinliritur de l'co'e et i's le remplacent II par lacasqulle If ai pour la soi lie eu ville, ou le Dimai che, le "b p liai est toujo rs de r'gueur. ^clle \0"S par une b-itve his'o Iqae de ce chapeau qui a l honneur de re couvrir le-ci fines les plus illustres de l l'nivers. Il fol invent, e 1700, k Ploience, Ha'ie. De le, il passa eu France ai fui ensuite adrp t en \ngleterre o 1 il connut une extraor linaire popl int I y t tt pendant loogtemo* U eniftu-e de axent de police; les biUyeurs des rue l'adopt'ent aussi F.t. dans le pays de C.HlIes, 'es f rames de laca-n tagna vont travailler toi cha-nps o-tiep d un h i it l • %  r me de soie noire large h.rdPNEUS 7rc$tone De Tissu Ordinaire Et De Tissu-De-Cordei 1 S kilomtre voue icrlaut u llaiaaaaj * fM %¡ nacd voua ruula au. riiniaj, _j Ceux oue I -u *JI> o&T9 ••"* *"^^ icsteat encore davootnae oe qUt*i a*** P* ,# a % % %  Bal : ;:• U pneut do t! HO ordlMit, H**! il y a daTnntage de uaoahlaene *•* %  >J~ a deaa, un coursinetplo pato. e I o-it davantago renforce. Le. Pneu Flreetone A 0 0 ef lBel.^ , cette *ari-it et cette eignenr |ml Pf M '~' ** | grv S ari XZ r ran paia> d> Spu. seront employ. acieie moftlM ae e M /lies Diverses B. t(J X.ELLBS Beaucoup de mi cet da charbon bal^ei 001 t obi gas de Termcr un j >ur p'tr aemai ne oise de 1a concurrence do chai bon tranger elles ont aussi renvoy des employ trangers. Les iocU* de charbon belge ont ob' nu uo total sans prcdent de 2 millions de tonnes. LO.NDRE)Le marq.iis di KtjNeettjn t'.iii daa pregra ^aiiff lan'i apis la srieuse opration qu'il a subi hier. &f VASlllSrJN'Faute d'une voix, M. Charles Walfea, de Michigan, >• nnoie \tlorney Gnral des l-t atUu'n n'a pas t accept par le Snat ; il a obtenu 40 voix contre 40,|j vice prjiteut Dawe n'ayant pu arriver le nps au Ca pito'le pour donnai sa vois qui a. iN oondola": s i s Fiadl 1 contre CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES de DELORT, PhapsMcleo, 11*. nu ai, kAJ Mll C'EST L MEILLEUR DES PUIvQATlFg POHT-AC-PRiMOI Atoa.nTRUS. Phem.,,, ALl5?7Tt Pharmaei. du DHmUn YIARD 1 i i bona— ftf,rmmrj. Tout passe... lais te* parlums de LUIIR restent les mal En vente dans toutes les bonnes aaisor" Haytian Americ Sugar Selliag AqenQj. R. T. AVGOSTE — 19M Clairin Hasco Garlier.cn vente gence (Haisuo'^R. r crde Auste) tir du lutidi, P 1925. Aux prix suivants : De 1 19 barriqfl r )3 cents or'le (|allj Vu dessus de 19bai l'ies— ^8caiiliiii ftS i i (jallou.



PAGE 1

PIRECTEU* I*ltUPBI£TAiUC IMl'RIUBl/H UUis VERSA 135S, Hue Amricaine NUMERO 20 CKNTIMKS Oimtdien f&ftPHONI N242 orame qui fait tout ce qu*!! peut tomr le -onnaflement, replie ses foreserHi |i prs action, se conquiert lui roeflM mi .lipiie sa puii-arjce et se perfection no. U r les gnrations futures, des tiom t>'eet dite mdepeii liants e: e MONTES^ )KI ,.l uP me ANNEE N 54B6 PORT-AU-PRINCE (HATI ) VENDREDI 13 MAHS *> LES LIVRES Pdagogie Scientifique ICTELR MAJA MOXTESSORI Librairie Larousse ) s'occiip^nUen-Ha'i, lie, -ronpriissenl cer4 miho-lr ibM ontes pi* * donn tous de visiter une des *eril ii! uni t me* i Italie, i n Puisse, en ai M'M |U-, aux M n I.'i.c \l i> . il i l'U'i IIV |i. coin >* m i i| llfjir BU i" MU mt <]• .s te ^'"i ont a li'iir matern rie !'.iuliats' rie celte noude rellement s 'i >n* I . rprr, ^ Mi nia* ni r:.' >'i iu inje ilt n -s Ml'a • v s l/i 1 n ->e %  i I n i' e IK'C • rt.ale pu* iiu'ii P-1 au ceilf'n roi i i djjgi bn e DU suar la veli tu n n IUIH omit I, | our ni i! telle Je ji 'ii < us pas le* 'a M* Il dans c tle V si qu %  le* entre est n ii e il'i 11 g r Ut* dont on a \ j • ndie, >oi eu rla>e, lison devipuent inti* A i ot< r u les piiuucaii.in t latdi* p.ir lsion i i.v ui C'tre t aussi lu MI .lins I ' l'.vole ; — Ma la* suri proteue *\ n, i\ ne loyer l'entant, le hr il 4e 'contraindre. Les •lents n-, mpsiseuit iant VJsng t u rm nt 'PPem M ', % %  ychiqu.: U II t.-t ji.-i .'• lucat-ur, •ore ci mnj m r-.i/ii ne de feulant, et ,i ue l'8-acto dass cia* le qu'on lui impose '• i lui eu | rliile %  "' son moi in'im •. SCults mal re..gesde J 0, j l '" : lemitlii nl %  '•i'iuoaii.in n.> vi>e r leui p iiouissr 0 1 )' 1 I i il. ;,cFI"' 1 n activi!*** &f%  • Li i e action ne f '"'u h uit.r dii,s P J81 '" < %  le lesli f n-etlioi MouietFori f -*• iiaiur.-lles. mais pwis ..utilises pour Pu J-uiitiij.Jivi lu Trop L J01 ^ i i> nous aucun F**olin i, ( |,s ,1^. | a •u (revaillfui l'organifJM corps humain. Le f ^is.xansquise %  lsieuip*,crie, saule, ,ts ol-jas. meue touio 4 U irai., du diable, ne %  ente agiiaiion que ** % %  *' pli siolo•p*n^x :v pousaeut. g ftcedea* noua mi "" *este tranquille I ""I Vat'aas-oilMUeiiou.taisons au •" iuciulf K.en. 'Oussuul. K euu 3 no, %  • woyoua avoir ii "Caieur. ^•'UdordoouiVl '•* l ii'ci,abl. de , 8ach '--o, ,,,,,,-r, ;.""'""-''n l pour ' i y par T • %  oStt lllcs l&Uelwrtppreiid |mouvoir et Irinsporler lef. cl ni ses en ordre, se lever et s'asseoir en silence ; elle leur apprend lace" leurs souliers (combien de nos entants de cinq ans pmvent se passer de l'aile d'une personne pour se chausser ? ), b"Mitonner leurs rob ; ell leur aop"*n *'lni 1er se Iiv r, p nisset-r les tibia** man i'iI s luU'ch t'es et I M cuillres, diriger leurs mouvements d ilacer l^s objets sans le* caser et s ms faire de bruit ) Me. Elle leu r I ii ftiro de la Hf fiiastique. E'h exerce leurs s.'ns aux pprce;>ti>ns extrieures, bur ir.culquinl ainsi cette fatuit p r e-u*e de n'y connai I e q i Fa t I I ut lion nom*, bre l'aiiiittes lans h vie c\ leur veu ii il ui^'omr.t 8 CVM ainsi qu'en se livrant une s/ii' d'aetf's varis mais orlionnes, I s peli's, tout en s'aUJU^IO, je iiiient le connaissanrfs pratiques leneoeri* qui I•> vi p I'I'I i se sullii't* euxinmea et a tre utiles aux autr s L 'u ^art 1 s x Tl es im^* It'in* PT" M n M lut 'ssori pour 3'tisli e le li son de mouvement des entants et dont l'habile combinaison sollicite en mme lemps leur inlellig40Qfi 11 plnput de ces exprcii*.es les iui tient dj sans qu'ils s'en 'o ilent, au mcanisme difficile de la lecture et dorle de rvlation qui le premier sj^ne tracer devait filre une ligne droite? Et poerquo' o 1 g 1 §••< IM n >s lev— ai: pri* de q iets effo U de 'eur oiri Se*n*BS de la ntr^ tracei des bi'OSI el k prparer des ligaei couibn* avec il s angles .'... •> KM ce qsqi lt auteurs de svHahire3 huli'eu* s'en inipira*se >t, s'i s ntit souci de f're T if e cienlili |-ie. Mm' M n'o*o*i anr nd I 1 C"i •ure a sos 'vsi avant la lecture, car l'eur ence lui a p'iuv*. %  epl'i ptrtir lu m m-nt ni l'enlinl *cpit, I te nus qu'il m 't 0 >ur passer de l'ttiia ln'*rlira lu leee-fa g-anh : que a l'l ide saorienre de la te -t 1 e. "st n noyau -e de quinze jours. . L'eisei*Te*n a nt de la nuuralin par la rn*.th-al-) nou'ie n'e-t na< m ins ori'-n-' et attrayant Ja n rsiste p s au olaisir i • r •*> nril i e t ut n'in ci a Ir n sur U^tro M ne ^ottet'o i i f it construire deux p'iteauc \ cisi-rs cour 'ea ehl fr j s d • 0 t l u 11 part da a i !) d'autre part Dans chi qnctsier leif-nt diitp'arerun 11 til J d'objets ( 4ei fus'iux ou des jetons ) cnrrespndant shl q M liiffra inscrit dans le liai. • \ iai iitlondons f*H l'-nlanl nvi %  . Qie dois j. met tr o f • o>ir eendrs : R ; en-> Cir /. 'TO, c'ast n n Mais cela n audit pu. il toit taire sentir ce q i'e*i c >in N us etcu* >ns c-*t P'*t d*s*is l'eaa q il am taeet b a 1 *ou > les ant'nits. Ils soal asais ud) p-H e-diiisas et jenii p'a"e au m li u d'eux; pum'a dreaiant . l'un \ • %  ce-ix qui ou dj) 1 Ut les exercices des no nlre, j*. lui dis : c Viens, mon petil, vi us m >i J'o fois L'entaut presfl ie toujours,,tourt moi; puis il retourne sa place : a Mai?, n. m a ni. — con'iaue je — tu es venu u\u f us et je t'nvais dit zro lois v I.' p>ton enaent c rrmence el l'enftnt deminlo Mais alors, que dois j faire v quoi je rporrU : 1 Rien, iro, c'est ri-n . L'enfant insiste : a Mais com m-nt fait oa qu a 1 on ne fait rien ? • Je rplique : rerimlent tou autour de moi, fiers d'avoir compris le jeu. • .N est-ce pas charmant t Oui, dira t-on, mais c'est un jeu, Non, c'est une mthode, el elle a cela pour elle d'<* re ration nelle. Seulement, a pn.i'i, nous nous opposons tout ce qui ren verso nos prjugs pi \ %  nient que r mr apprendre S lire, a >'< %  .• re et calculer un eut mt, il 'u' soit arrach des larmes n >n pas de joie comme ici, mais d iouleur... On parle bien, il est vrai, dit Mme Mootessori. des jeux de l'ducation ", mais il faut %  faire, personn I lem -nt. rep'ie ses forces sur ses propres actions, e conquiert luir^m murriptie sa pm ate ut se pei-leciio nr II taut, poules g n^rations futures, d ho nme. puissants, cest dire indtipeo itots et libr*. '. Docteur \. LESCOL'.MAIU En dif'lpf mois l'.s Japonais ont leeoidruil Y'i'v 1I1 1 1 11,1 Les Jajonai* viennent l-iloiner un extrao d n ure ex mp'e de toa it et d a 1 our g Kodi, ept mois, ils ont 'instruit une d; leurs plus g 11 les vil e-. Les chiffra arient a\ec une singu ir* n| nre Le 1er Sp ternti n lit, t m>m-.ill' ter e >.t le f s 'lu dent 71 43 i m i-'u-. a'aa I sas d bou qie t:'.s p -.,,"' fl .>.,. au lot,'. La popu'alioa le U ville d mi niai' en coos -queiea d ins d nor m j s propor -on. Qq an apr^ le d sistre, Vok >hama n>< comp' dt plus que 75.000 habitants au lieu de 410,000. Vupurd hui, le nombre total aies maisons nouvelles et ancien nea depa-s 00 OOo e 1 la population est redeverjae aussi nombreuse qu'avant le cataclysme. Le mouvement en faveur de I aiiiif-: oii aux EtaUiiis s'accentue dans luit le Canada MONTKKVL.— Si dans ua* certaine partie du Canada, q.' e imprend le tiers de la popu atiou totale du pays, on faisait un tefe rendum. il n'y e aucun doute que l'on trouverait une majorit era sabla pour la sparation avec l'em pire britannique t I'oenaaiou aux tinta Unis. initie iiclaralion a t faite au Parlement, par le Docteur Manion, depuis conservateur. Il a ajout que. pour mtttre tin au sentiment annexion aie de la population, il fallaii que le gouvernement pi en ne d'urgeuce des mesures srieuses pour lemdier la situation ac tuelle, et plus particulirement au chouiuge. Au Clair de la Lone Cin'fanis j La dernire rpl lion de cette beue pice aura lieu ce soir Les cartes a enlvent rapidement et mut fuit prvoir que la soire de Samedi a V'aiits sera un -?ros succs. L'll^mu^n" devra p m 1 der IndetnniU's aux vie* finies du "Llisiluiil,. WASHINGTON.La commi sion mixttde compensation adc' d que l'Allemagne doit verser des indemnits pour les dommages MI bis par les familles des citoyen' amricains, viclim s du torpillage du '• Lusi'-m H' La commission a reconnu comme valables 81 demandes de i-ompen salion. s'f levant au loi il l il) 000 livres. La lemined'un millionnaire lait la \\ cr de la l'ai m IfRW YORK.— Mrs J M Budloog esl marie in naire, mais elle • ut %  : • bleuir son divorce 1 If M B 1 I long s'y oppose partorj les moyens sa disposition. Donc, depuis quatre | inrs, v'ri Budlong ail 'a j'ie de (ou ri poitersde New Vork. E l< ferme ('ans une de de l'ntel souit-tiiruv de *on 1,. ri il elle a dclar la grve il • la fiim* Le mari ^'est adresst .'1 !a 1 el aux tribunaux, m li dei niers dclarent qos ri a 1 che Mrs Pu i'i 04 de POI h ebao bie ds qu elle aura vraiment f-im LV'Mide 'lu sol H'Ilirn Nou3 crovons savoir jea expeils gologurs qui oui lail I *• tude du 'ol haitien et qui ont de re's savants comme le dit no're confrre Le Neossllieta'' n'out pas t engags pour se ivicr des prop riions minires. Leur mission avait un a ra itra nettement scientifique si avail poui but de en r huer i jeter les bases dune vri nh s 1 001 1 n ce gologique du territoire .le la Repu hlique. A ce point de vue, les minera : s n'aviienl pas pour eux p*os,d inl rt que leautres roches constlaant la *ol h itien Des prospec • • is approfondies doiv ni restai la l* che de ceux qui, di*p,.-iut relle ment de capitaux, v udront nbeair du gouvernement haiti) n des roncessioue miuires. Juste requte On nous prie de demander que la boa'niigeiie si lues :i PeuEls rues Gonfla et Abreuvoir soil i.ni lior^e puur ne pus impoatunar les voisins. Lur-que le foui fonction ne, in fume qui se (i-gof.'" de l< chemine envahit toul le* maisons et les malheureux .m ms se voient dans l'obligation d %  n termer toutes les issues, Ajnti 1 cala le bruit iosolile que *1 il les m I'IIIU s et l'on auia IM ii e du auppl ce qu'endurent SMi lu q i paient 1 impt et qui molli u: iae ment se trouv.nl dans Is |iron de cel'e boulangerie. N ms pensons que cette 1 1 -.. 1 entendue p.r q>n de Jioit. Rflchissez avant d'agr Ne faites rien a lgre, car I h h ure actuelle l'argent ne Soir Le Sept de Trfifle :(tf 0 ) DftVtANI IM H nne j Pdm lin), el Par Habitude italis et m s e 1 N I ai Di mant Revaee d' ri R rolfS et Tarride •lou par Martinelli, \..p v %  , Mira t Maurice Ch#vali r. Kntre O, 2.00 Halcon : Il gourdes Logo : 4 gourdes Accident en mer iei aoir le s s p u m 1 vonat peine de laii W I r qu' I alla fllirli i b '• tu S'. \ idr I I meiif qu' 1 1 Q lit de !.. ni trgerhenl de col 1 • %  qui non ; • t (, r > em MM d g rs. Le choc s'tait ft prrne produil (|u>a petite|ambarcation coulait, t uidiqua les passa l'es i riaient au tOCOUrs, l n service de BSUVI tagi v-ljl organis par le* marin tma" et par miracle Ion pa 1 gers et les trois bon li c a poaalaal l'qnip^urenl sl.il prservs du nauli.i Nous suivons avei lion i-.' 1 quels que la Jrjstii rsnil 1 gard de co rcgrett.ibl. si i I nt, iulour d la |>rf) 'hai c arrive de l'qoipe J.IUI.HVainc l ne vrilab 0 Bel 1 agit a tire monde s: orlif.Les pi > .' n anivent de toutes p u q s A piers l'entratasal .-I .. t d a dboit Toul %  st m tu 0 u vra pour que le ljoui en II U snil rendu le OUH gr ible | a pos ible nui visiteurs. Les derniers reng en uls que nous avons dlsoi t que la 5| Gi irgaa Clnb On hastra si 0 m. paguera l'q dpe q i ai v.-ra pro %  b lincmeii II ot t ri n premier concert Co Varili ,1 ,. belles JOUI lies ,.| 1 en perspective. Mariage Uiei aprs-midi, <*. de Monsieur t-t Ms lame Ch irl Bii'waxeu li>u le mai \\ 1 I • M'demoiselle Yvonne Pimen 1 IIVI <• Monsieur Heurics Bi Le tmoins tait n bi de l'poux. M M .1 ii, Andr Cayac, Maui p Dr Henri II. Doffu 1,'. l'pouse MM. Luc 1 Imenti 1 Oh ir^ les Brown, Fr> geu Duquo l r Fe i\ Cbsi t. Li s formalits de remplies par |'otfi< ri vil. M. Alphe Ai| h se qui < n de n pfejta hei leva. s comulimenls en 1,01 v |,i,. # Vers les 6 hnus, renriiren l'Fgli^e \\ mu,.. oji la bifdiclion DUplisle leur lut donne. Us furent ton buts l'autel pi r Madm* "i*ire Aicolas s Mr. W, C. Pressoir. Les couples d'bunneui •' ^j forms : Monsieur Joreph NU/iio e M"Henioielle Anna >,ir Andr Cayac et Melle l.l\ue Blice, Mr (.lemeul Desgroltes at .vielle YlK lluudel. Aprs la IradHii rn t en ville,Mr et Mme 1 n firent, dans IPUI m diala rception aux >.,!• oifiuntua 1 .mines no8 meilleuis s 0 ui a heur. • -.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06376
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, March 13, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06376

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
PIRECTEU* I*ltUPBITAiUC
IMl'RIUBl/H
- UUis VERSA
135S, Hue Amricaine
NUMERO 20 CKNTIMKS
Oimtdien
f&ftPHONI N- 242
orame qui fait tout ce qu*!! peut tomr
le -onnaflement, replie ses foreserHi
|i prs action, se conquiert lui roeflM
mi .lipiie sa puii-arjce et se perfection no. U
r les gnrations futures, des tiom
' t>'eet dite mdepeiiliants e:
e MONTES^ )KI

,.l u-

Pme ANNEE N 54B6
PORT-AU-PRINCE (HATI )
VENDREDI 13 MAHS *>
LES LIVRES
Pdagogie Scientifique
Ictelr Maja MOXTESSORI Librairie Larousse )
s'occiip^nUen-Ha'i,
lie, -ronpriissenl cer-
4 miho-lr ib-Montes
pi* * donn tous
de visiter une des
*eril ii!- uni t me*
i Italie, i n Puisse, en
, ai M'M |U- -, aux
M n I- .'i.c \l i>
. il i l'U'i iiv
|i. coin >* m i i|
llfjir BU i" MU mt <] .s
te ^'"i ont a li'iir
matern rie !'.i-
uliats' rie celte nou-
de rellement s 'i >n*
I .
rprr, ^ Mi nia*
ni r:.' >'i iu ,
inje ilt n -s m- l'a
v s l/i 1n->e i I n i' e
IK'C rt.ale pu*
iiu'ii P-1 au
ceilf'n roi i i djjgi ,
bn e du su-
ar la veli tu n n iuih
omit I, | our ni i! telle
Je ji 'ii < us pas le*
'a M* Il dans c tle
Vsi qu le* entre
est n ii e il'i 11 g r
Ut* dont on a \ j
ndie, >oi eu rla>e,
lison devi- puent inti*
A i ot< r u les piiu-
ucaii.in t latdi* p.ir
lsion i i.v ui C'tre
t aussi lu mi .lins I
' l'.vole ; Ma la*
suri proteue *\n,i\ ne
loyer l'entant, le hr il
4e 'contraindre. Les
lents n-, mpsiseuit
iant VJsng t urm nt
'PPem M ', ychiqu.:
U II t.-t ji.-i .' lucat-ur,
ore ci mnj m r-.i/ii
ne de feulant, et ,i
ue l'8-acto dass cia*
le qu'on lui impose
' i lui eu | rliile
"' son moi in'im .
SCults mal re..gesde
J0,jl, '" : lemitlii
nl 'i'iuoaii.in n.> vi>e
r leui p iiouiss-
r0'1-)'1 I i il. ;,c-
FI"'1' n activi-
!***? Li i e action ne
f '"'u h uit.r dii,s
PJ81'" < ' le lesli
f n-etlioi MouietFori
f -* iiaiur.-lles. mais
pwis ..utilises pour
Pu J-uiit- iij.Jivi lu Trop
LJ01^ i i> nous aucun
F**olin i,(|,s ,1^. |a
u (revaillfui l'organif-
JM corps humain. Le
f ^is.xansquise
lsieuip*,crie, saule,
,ts ol-jas. meue touio
4U" irai., du diable, ne
ente agiiaiion que
***'..... pli siolo-
p*n^x :v pousaeut.
g ftcedea* noua mi
"" *este tranquille I
""I Vat'aas-oil-
MUeiiou.- taisons au
" iuciulf K.en.
'Oussuul.Keuu3 no,
woyoua avoir ii
"Caieur.
^'UdordoouiVl
'*lii'ci,abl. de
,,8ach '--o, ,,,,,,-r,
;.""'""-''n l pour
' i y par
T oStt
lllcs- l&Uelwrtppreiid
|mouvoir et Irinsporler lef.
cl ni ses en ordre, se lever et
s'asseoir en silence ; elle leur
apprend lace" leurs souliers
(combien de nos entants de cinq
ans pmvent se passer de l'aile
d'une personne pour se chaus-
ser ? ), b"Mitonner leurs rob ;
ell leur aop"*n *'lni 1er se
Iiv r, p nisset-r les tibia**
man i'i- I s luU'ch t'es et I m
cuillres, diriger leurs mouve-
ments d ilacer l^s objets sans
le* caser et s ms faire de bruit )
Me. Elle leur I ii ftiro de la
Hf fiiastique. E'h exerce leurs
s.'ns aux pprce;>ti>ns extrieu-
res, bur ir.culquinl ainsi cette
fatuit pre-u*e de n'y connai
I e q i Fa t I I ut lion nom*,
bre l'aiiiittes lans h vie c\ leur
veu ii il ui^'omr.t 8
CVM ainsi qu'en se livrant
une s/ii' d'aetf's varis mais or-
lionnes, I s peli's, tout en s'a-
uju^io, je iiiient le connais-
sanrfs pratiques leneoeri* qui
I- > vi p i'i'i i se sullii't* eux-
inmea et a tre utiles aux au-
tr s
L- 'u ^art 1 s x Tl es im^*
It'in* pt" M n M lut 'ssori pour
3'tisli e le li son de mouve-
ment des entants et dont l'ha-
bile combinaison sollicite en
mme lemps leur inlellig40Qfi 11
plnput de ces exprcii*.es les iui
tient dj sans qu'ils s'en 'o i-
lent, au mcanisme difficile de
la lecture et d sorte que qu ind ils y arrivent,
d; l'g- de (il |p.' ans (['.lierai
ment c'est ,.v, un* rapidit
i iouqu'ils s' s m l-fil I spre
mir' es 'notions de l'alphabet et
do eraphieBM-
llaiaauifli la m Ind q '
emploie Mm M mlaatori pour
l'ens ignement de .a MMQre ei
de l'criture n'a rien di co:n
mun avec l-'s muli ilesorti iai
r s, les me hol s tli ielies II
faut 111 lier son *xpo* tout au
lontf pour s r-m Ire eomp e com
bien le gota et le cur de celle
admirable femme, oui sU ren Ire
hciles et mme aimables pour
enl'inl ces xerci . s di lec'li-
re et d'criture qui ont t ri 4V
nibles certains enfants, ex r*
ci es que mme les mieux lous
d'entre nous ne se rappel eut
pas sans rvolte, tttrt Ifnir petite
ame d'autrefois eut souffrir
d'une n tiole qui vio' n ait
bul in'e |ij? n'.e -t quag^'-avait
encore la svrit barbare de
mai 1res d'coles d 1 ces temps l-
Oui de nous na souvenance
d'avoir r ,u qu-lques taloches
parce que, aveugl par les lar-
mes, il ne russissait pas a lire
correctement un texte? Ei quand
on st pie Mi lame Mootessori
qualifie d'iwa ruinent d'esclavage
le.bmc vnrable, cet attribut
essentiel de l'appareil scolaire,
on peut devuier ce qu'elle pense
des t loches, du fouet et dau*
1res piiniuons infliges parfois
d'un cur si lger et d'une
main si gnreuse aux petits !
Queile est doue la carsetristi
,ue du systme adopte par Mme
oaie*H n pour apprendre lire
ici ira ses eulaou ? tille est
D sec que i'eduu m du 'y.iab.itt jjour la lecture, ui
Oea bai ont pour 1 criture. On sait
que te buM la les bases le rue.
budas SDSjtnous. Mme Momesso-
n 1. s d-S'nre cuuliaiiea un boa
sens, et elle e dmon.re avec une
aiilon scientifique incoule.ta-
ble. Elle -lit, prouos des baloas ;
riai^ n .-s coles modernes les
plus perfec' ion nes, on s'est obs-
tin lontemos cro:re que pour
apprendre cire, il tnii oeVes
sa re de dessiner d'abo d les b;\
tons. Chose inconcevab e : il -em
blait naturel do penser que, pou
crire les lettres de l'a'phabet (qu
sont prs lue toutes arrondies) il
ft ncessaire de comm ncer par
des lignes droites et par de? bAtons
ayant l'extimit un trait mince
formant un angle aigu. Et l'on
s'lonnait apr*s cela, navement,
de la difficult qu'prouvait uu
dbutant faire disparatre la du-
ret anjnilcu-e de ren trait* pfl r
pniivo r tracr, pir ex m I , M
belles courbps d'un 0 D'o nom
venait celte >orle de rvlation qui
le premier sj^ne tracer devait
filre une ligne droite? Et poerquo'
o1 g 1 < im n >s lev- ai:
pri* de q iets effo U de 'eur oiri
Se*n*BS de la ntr^ tracei
des bi'OSI el k prparer des ligaei
couibn* avec il s angles .'... >
Km ce q te lecture, les raisonnements de
Mm* Monte-o i oit a isi I .m
neu\ et no i* souh i-no'>sqi lt
auteurs de svHahire3 huli'eu*
s'en inipira*se >t, s'i s ntit souci
de f're t if e cienlili |-ie.
Mm' M n'o*o*i anr nd I1 C"i
ure a sos 'vsi avant la lecture,
car l'eur ence lui a p'iuv*. epl'i
ptrtir lu m m-nt ni l'enlinl *cpit,
I te nus qu'il m 't 0 >ur passer de
l'ttiia ln'*rlira lu leee-fa g-a-
nh:que a l'l ide saorienre de la
te -t 1 e. "st n noyau -e de quinze
jours. .
L'eisei*Te*nant de la nuura-
lin par la rn*.th-al-) nou'ie n'e-t
na< m ins ori'-n-' et attrayant
Ja n rsiste p s au olaisir i r *>
nril i e t ut n'in ci a Ir n
sur U^tro M ne ^ottet'o i i f it
construire deux p'iteauc \ cisi-rs
cour 'ea ehl fr js d 0 t l u 11 part
da a i !) d'autre part Dans chi
qnctsier leif-nt diitp'arerun
11 tilj d'objets ( 4ei fus'iux ou
des jetons ) cnrrespndant shl
q m liiffra inscrit dans le liai.
\ iai iitlondons f*H l'-nlanl
nvi eaalar 11 /. \r > . Qie dois j. met
tr o f o>ir eendrs : R;en->
Cir /.'to, c'ast n n Mais cela n *
audit pu. il toit taire sentir ce
q i'e*i c >in N us etcu* >ns
c-*t P'*t d*s*is l'eaa q il am taeet
b a 1 *ou > les ant'nits. Ils soal asais
u- d) p-H e-- diiisas et jenii
p'a"e au m li u d'eux; pu- m'a
dreaiant . l'un \ ce-ix qui ou
dj) 1 Ut les exercices des no nlre,
j*. lui dis : c Viens, mon petil,
vi us m >i J'o fois L'entaut
presfl ie toujours,,tourt moi; puis
il retourne sa place : a Mai?,
n. m a ni. con'iaue je tu es
venu u\u f us et je t'nvais dit zro
lois v I.'p>ton enaent c rrmence el
l'enftnt deminlo Mais alors,
que dois j faire v quoi je r-
porrU : 1 Rien, iro, c'est ri-n .
L'enfant insiste : a Mais com
m-nt fait oa qu a 1 on ne fait
rien ? Je rplique : <- On ne f.iit
pas. Tu devais doic ra*ter Iran
quille, tu ne devais 1 as bouger, lu
ne devais pas venir une fois; -y
fois, c'et rien fois.
J* rpta l'exurcica en disant :
c Toi mon petit, derme-moi zro
fuseau L'enfant rit et mie immo
ei'e. as lu comoris ? lui dis je,
et je rpte d'une vola eefageante
Don ne-m i sro fuse m : tro
fuseau ". Il na bougs pas dav^n
tage. Tout le monde rit. Je grossis
la vois, comme pour me fcher de
leur rire, et j'appelle svremen!
un autre enfant : Toi, ici. zro
lois! je dis... ici... zro fois...
r-ompren ls-tu ?... C'est a toi que
je dis : Visas i \ zro fois I t II ne
bouge pas. On rit plus bruyam
ment; je continue dune voix piain
tive : Pourquoi na ma donnez-
vous pa de fuseau, pourquoi ne
venez-vous pas a moi f t ta lous
crient a l'en*i, les yeui bri'lmts
et mouills de larmes de joie et
de rire ; Zro c'est wn 1 zro
c'est rien J conus alors en
souriaoi : Mais oui Vous avez
raison bh bi. n I venez tous i moi
une fois Kl ils se i>rerimlent
tou autour de moi, fiers d'avoir
compris le jeu.
.N est-ce pas charmant t
Oui, dira t-on, mais c'est un
jeu, Non, c'est une mthode, el
elle a cela pour elle d'<* re ration
nelle. Seulement, a pn.i'i, nous
nous opposons tout ce qui ren
verso nos prjugs pi \ nient que
rmr apprendre S lire, a >'<. re et
calculer un eut mt, il 'u' soit
arrach des larmes n >n pas de
joie comme ici, mais d iouleur...
" On parle bien, il est vrai, dit
Mme Mootessori. des jeux de
l'ducation ", mais il faut dre par l un travail ibre ten 'u
vers un but, et non pas le tapage
effrn qui dispe-se l'attention ".
Depuis quelque temps, n cons
taie dans l'opinion hatienne un
beau mouvement, es nme on dit,
en faveur de l'ducation populaire.
C'est, a mon avis, une question
qui regarde ex< lusiv. ment les pou
V'i rs publics, et seuls ils ont
trouver Is ffloytnr* de la rsour
dre. Qua u aux f mil es. leurt".
che consi-tc f<)rmer ds le toul
premier ge leurs entants, afin
d en dire plus tard des l.omin
ira pi
3111 soient la
e notre socit, i.a m bods Mon
la parure et l'honneur
te-sori leur appp-en In coram nt on
'*v- u-en i t p nirqu'il devienne
un tre disciplin, m mt la liber
' dans I ordre r f.t 1. ineux aux
droits d's ilroi co mi des siius,
et sach-nt tre utile lui-m ne
et la col'ectivil Je ne saurais
mi ux terminer mon tude qu'en
citant ces tortes paroles de M ma
M"ntesori : L homme qui fsit
toul ce qu'il \ > faire, personn I
lem -nt. rep'ie ses forces sur ses
propres actions, e conquiert lui-
r^m murriptie sa pm ate ut se
pei-leciio nr II taut, pou- les g
n^rations futures, d ho nme.
puissants, cest dire indtipeo itots
et libr*. '.
Docteur \. LESCOL'.mAIU
En dif'lpf mois l'.s Ja-
ponais ont leeoidruil
Y'i'v 1I11111,1
Les Jajonai* viennent l-iloi-
ner un extrao d n ure ex mp'e de
toa it et d a 1 our g Kodi, ept
mois, ils ont 'instruit une d;
leurs plus g 11 les vil e-.
Les chiffra arient a\ec une
singu ir* n| nre Le 1er Sp
ternti n lit, t m>m-.ill'
ter e >.t le f s 'lu dent 71 43 i
m i-'u-. a'aa I sas d bou qie
t:'.s p -.,,"' fl .>.,. au lot,'.
La popu'alioa le U ville d mi
niai' en coos -queiea d ins d nor
mjs propor -on. Qq an apr^ le
d sistre, Vok >hama n>< comp' dt
plus que 75.000 habitants au lieu
de 410,000.
Vupurd hui, le nombre total
aies maisons nouvelles et ancien ne-
a depa-s 00 OOo e1 la population
est redeverjae aussi nombreuse
qu'avant le cataclysme.
Le mouvement en faveur
de I aiiiif--:oii aux EtaU-
iiis s'accentue dans
luit le Canada
MONTKKVL. Si dans ua*
certaine partie du Canada, q.'
e imprend le tiers de la popu atiou
totale du pays, on faisait un tefe
rendum. il n'y e aucun doute que
l'on trouverait une majorit era
sabla pour la sparation avec l'em
pire britannique t I'oenaaiou aux
tinta Unis.
initie iiclaralion a t faite au
Parlement, par le Docteur Manion,
depuis conservateur. Il a ajout
que. pour mtttre tin au sentiment
annexion aie de la population, il
fallaii que le gouvernement pi en ne
d'urgeuce des mesures srieuses
pour lemdier la situation ac
tuelle, et plus particulirement au
chouiuge.
Au Clair de la Lone
Cin'fanis
j
La dernire rpl lion de cette
beue pice aura lieu ce soir
Les cartes a enlvent rapidement
et mut fuit prvoir que la soire
de Samedi a V'aiits sera un -?ros
succs.
L'll^mu^n" devra p m 1
der IndetnniU's aux vie*
finies du "Llisiluiil,. '
WASHINGTON.- La commi
sion mixtt- de compensation adc'
d que l'Allemagne doit verser des
indemnits pour les dommages mi
bis par les familles des citoyen'
amricains, viclim s du torpillage
du ' Lusi'-m h'
. La commission a reconnu comme
valables 81 demandes de i-ompen
salion. s'f levant au loi il l il)
000 livres.
La lemined'un million-
naire lait la \\ cr
de la l'ai m
IfRW YORK. Mrs J M
Budloog esl marie in
naire, mais elle ut :
bleuir son divorce 1 If M B 1 I
long s'y oppose partorj les moyens
sa disposition.
Donc, depuis quatre | inrs, v'ri
Budlong ail 'a j'ie de (ou ri
poitersde New Vork. E l<
ferme ('ans une de de
l'ntel souit-tiiruv de *on 1,. ri il
elle a dclar la grve il la fiim*
Le mari ^'est adresst .'1 !a 1
el aux tribunaux, m li dei
niers dclarent qos ri a 1
che Mrs Pu i'i 04 de poi h
ebao bie ds qu elle aura vraiment
f-im
LV'Mide 'lu sol H'Ilirn
Nou3 crovons savoir jea
expeils gologurs qui oui lail I *
tude du 'ol haitien et qui ont de
re's savants comme le dit no're
confrre Le Neossllieta'' n'out
pas t engags pour se ivicr
des prop riions minires.
Leur mission avait un a ra itra
nettement scientifique si avail
poui but de en r huer i jeter les
bases dune vri nh s 1 001 1 n ce
gologique du territoire .le la Repu
hlique.
A ce point de vue, les minera:s
n'aviienl pas pour eux p*os,d inl
rt que le- autres roches constla-
ant la *ol h itien Des prospec is
approfondies doiv ni restai la l*
che de ceux qui, di*p,.-iut relle
ment de capitaux, v udront nbe-
air du gouvernement haiti) n des
roncessioue miuires.
Juste requte
On nous prie de demander que
la boa'niigeiie si lues :i PeuEls
rues Gonfla et Abreuvoir soil i.ni
lior^e puur ne pus impoatunar les
voisins. Lur-que le foui fonction
ne, in fume qui se (i-gof.'" de l<
chemine envahit toul le* mai-
sons et les malheureux .m ms se
voient dans l'obligation d n ter-
mer toutes les issues, Ajnti 1
cala le bruit iosolile que *1 il les
m i'Iiiu s et l'on auia im ii e du
auppl ce qu'endurent SMi lu q i
paient 1 impt et qui molli u: iae
ment se trouv.nl dans Is |iron
de cel'e boulangerie.
N ms pensons que cette 1 1 -.. 1
entendue p.r q>n de Jioit.
Rflchissez
avant d'agr
Ne faites rien a lgre, car
I h h ure actuelle l'argent ne gagne pas lacilemenl.
Nous savons que 'ous voudraien'
s'habiller lgamment pour las
fle de Paues, nets 1 nt I- pro
blme consiste & s'Iiabillor bien cl
peu de frais.|
allez donc chez"!
Kawas Herraanos
3ui viennent de recevoir d.-- Usa s
e soie, de soie et coton de laine,
pour hommes et lemes al do toute
beaut,des articles pour mari,
Allez donc sans crainte las visi
ter. Votre bourse suffire loujour.
pour voua permettre de satistair
vos qOi< el vos (-urices.
Kawas Benuanos
WS, 109, Hue Travemre
Pari si a na
> Soir
Le Sept de Trfifle
:(tf 0 )
DftVtANI IM
H nne j Pdm
lin), el
Par Habitude
italis et m s e 1 n i ai Di
mant Revaee d' ri
R rolfS et Tarride
lou par
Martinelli, \..p v ,
Mira t Maurice Ch#vali r.
Kntre O, 2.00
Halcon : Il gourdes
Logo : 4 gourdes
Accident en mer
iei aoir le s s p u m 1 vo-
nat peine de laii W
I r qu' I alla fllirli i b -
' tu S'. \ idr I I meiif
qu' 1 1 q lit de !.. ni
trgerhenl de col 1 qui non ;
t (,r> em mm d
g rs.
Le choc s'tait ft prrne produil
(|u>- a petite|ambarcation coulait,
t uidi- qua les passa l'es
i riaient au tOCOUrs,
l n service de bsuvi tagi v-ljl
organis par le* marin t-
ma" et par miracle Ion pa 1
gers et les trois bon li c a
poaalaal l'qnip^u- renl sl.il
prservs du nauli.i
Nous suivons avei lion i-.' 1
quels que la Jrjstii rsnil
1 gard de co rcgrett.ibl. si i I nt,
iulour d la |>rf) 'hai c
arrive de l'qoipe j.iui.h-
Vainc
l ne vrilab 0 Bel 1 agit a tire
monde s: orlif.Les pi > .' n
anivent de toutes p u q s A
piers l'entratasal .-I .. t
d a dboit Toul st m tu 0 u
vra pour que le ljoui en II U
snil rendu le oUh gr ible | a
pos ible nui visiteurs.
Les derniers ren- g en uls que
nous avons dlsoi t que la 5|
Gi irgaa Clnb On hastra si 0 m.
paguera l'q dpe q i ai v.-ra pro
b lincmeii II ot t ri n premier
concert Co Varili ,1 ,.
belles JOUI lies ,.| 1
en perspective.
Mariage
Uiei aprs-midi, <*.
de Monsieur t-t Ms lame Ch irl
Bii'waxeu li>u le mai \\ 1 I
M'demoiselle Yvonne Pimen 1
IiVi <
Monsieur Heurics Bi
Le tmoins tait n bi de
l'poux. M M .1 ii,
Andr Cayac, Maui .....p
Dr Henri II. Doffu 1,'.
l'pouse MM. Luc 1 Imenti 1 Oh ir^
les Brown, Fr> geu Duquo l r
Fe i\ Cbsi t.
Li s formalits de
remplies par |'otfi< ri
vil. M. Alphe Ai| h se qui < n
de n pfejta hei leva. s
comulimenls en 1,01 v |,i,.#
Vers les 6 h- nus,
renriiren l'Fgli^e \\ mu,..
oji la bifdiclion DUplisle leur lut
donne.
Us furent ton buts l'autel pi r
Madm* "i*ire Aicolas s Mr. W,
C. Pressoir.
Les couples d'bunneui ' ^j
forms : Monsieur Joreph NU/iio
e M"Henioielle Anna >,ir
Andr Cayac et Melle l.l\ue Blice,
Mr (.lemeul Desgroltes at .vielle
YlK lluudel.
Aprs la IradHii rn t
en ville,Mr et Mme 1 n
firent, dans Ipui m ,
diala rception aux
>.,! oifiun- tua 1 .mi-
nes no8 meilleuis s0ui a
heur.

-.


M
'
LE M VT1^
V

i*
*

.
J


DEPURATIF
du
Dr MANdET
Maiaeiie des Faaime*
Vice. V Su4
Va/iaee. Claadaa
MlMWi circulai
Maladie* de Pa-
IWlour d a.
Nettoie
le
Sang
U MPHkTir -i BOCTTJlt
CET aettuit le *an. vurfie et iSiainlt
.'... .i-... Il .,'.e loat le alf'T-
i jhs i)'.c* 4 une tumbustiun incuM-
.'Mi d*i tfiieikli au i.lentie
- d* ir n.rrilion (obsit, asthme.
itijhxM'iiic. ('itte. rhumativne, pe-
>rlg.es Unaeei, nearaithctue. m..om-
kr. ertigcs. viatique, lumbjgoi,
ilaraieii,
Cliei la (emme. II rgularise la eir-
claliun de un*., 'ifilite If poque t.
pu pare 'a furnmlinu et i!e le m
laitei le l'jc entique 11 claircil le
teint it ajre la beaut de la |eau
1
v . -

C-ifltl *r.i 2, roe
fa liant Cons qn?H
Varits Nouvelles Etrangres
CUIRASSEZ VOUS I
CUIRASSEZ
votr. Gorge, vos Bronches, i
i vos Poumon en lei defeadast, J
en les prservant
^jwr r&ntlsepsia voltlile d
Vstilies VALDAj
contre lot dangen du Froid, '
de lHumidlt, des Poussires-
dus Microbes.
Nil SmIGIER FFFICACEMEIT
Rhumes, Maux de Gorge,
Bronchites, Grippe, etc.
tariui l.i LES
Pastilles VALDA
MPJlMa retfinble a-.tisei tique
Mais il faut avoir soin
de bien employer le*
Pastilles VALDA
VRITABLES
SEULES RELLEMENT EFFICACES
HnrvH BJpnal an KMTEJ
poi lant le r.rn
[j8tyasliHca PALD vmi en
m nie : I h-rm de Hci.tr le
d ll'iiii. t lien iiKtci-- J II si faine
a Port- fi-' *tncet Pha nwci
RnU'is. Jrmie et ioute$Vhar
/miras.
ALUMINUM Ll
. kerican Sleamskip Ci
Prochain dpart direct
pour l'orl-au l'rince Ha]
1^ steamer -fila* laiss ** *p ]!
courant seia Porl-au-lTince le Wave Ut
tu marchandise.
T> steamer Bolama laissera lei Orlewn
mars couran pour Hati.
Ce 13 Mtrs
A. de Matteis &
A yeuts Gnraux
TREFUR
h I est le une m -i [> i. film
>erip oiip C]\f Vahi> ts
.'enneraCE SOIR G.OCO.
DIMANCHE
Mu nid or a
Jean Guitrm St MellECBYNx
dans
Petite Ppnces^e
drame merveil' ux en parues
Entre CUTI'
Loge iJ.lXj
Le Faiser de l'Aeul
N*M von reu ce mMin avec
plaisir un exemplaire de In 'mtr
quable BW Hipjo >te qui eut un fi MgltlOM
BUCB : I I B\I8ER DK l.'^IFI'
C*"Rt. siiviint rappre\i*ti..n de
M. S- Vtnwn, une thse in'er-
? aille qt soutien l'auteur, a fa
voir que les instincts hrlitain
sont convne Tond de l'tre. L'ducation >rrie
Iles assouplir, lei enlornvi,
mais pas ;i les hier.
L'ouvrage est en ven'e la U
brairie N i^rd au prix de S 0 le.
Noua remercions l'auteur pour
ou gracieux envoi.
Bulletin General des Coin-
inunt'sde la l|)tihti'|iie
Noua a>one refu le premier
enempl-ore le cette uli'e pub ita
lion qui 'ontiei't le pice ritxti
\> a la n'st;on *u ''n*'11 nrn
minai DM li^4
La rr l-i. tiou du Buli-i'n tfnnnn
ce aux Commune qui ont eu I lui
crire, qn'0te attend iriCam
ment les manuscrits 'effet de
.oroplter le deuxime numro
qui paratra prochainement _____
H. H. Pierre Anloine
Ce matin est parti no;re mi
H. Pierre Aotoio. ''mm- rdr
,' PXfftiresit Kr*ixe'let et Oon
1 0nr*l h Anters, accomp^
n de Madame.
Tous nos v.aux accomp^Rnn
notre ami d*ns sa nouvelle car
riire.
Par Cat.U
L<"! I rrilniiv berm est in-
t 'dit a a I fal-i.i
BRUXELLES- '" -o v ne-
ment belge a dono^ de* ordre in
Urd'sar I l'adrrdsaion en Be'gique
du leftdet rpublicain irlnnda>a M.
de Valera qui avait t invit par
le- agitateurs flamingant don-
rer une corfrepee sur l'Irlande
et les martyrs flamand'.
.'lu lire K'i' supprime
en Hollande et adopte
en Angleterre
l.\ H\YE La Ch mbre Basse
a >olt'' la loi supprimant l'heure
d't le miailre, de l'intiieur a
d{-tar que fafaoViM de l'heure
d't pour les citadins tait insi
gnilianl en c< mparaison daH tf*JD
tin 8 obtenus par les Bglieulteun.
L'iNDRKS t> K">uv>rnemeot
a adopt l'li ure d'l co-rime in
tiiulion permanente, elle .'enlra
du conmenrement d'avril pro-
ch. n tin oct bre.
tu pilais de St h***
LONDRES -
Le Prince de fi Bel a prsid
la pr#ml*r rception de la saieon
au Palais m a attir une grande .>.ileaui
, .tait place tout le !-{? du >lil.
pour voir le Pihea *" rfO'lrt au
Pal a'* i? Si I ime mire fois il re n dif ut l roi
dant parailie c4t4ul >--ii
- tC M-irfVK
La Translation de reste:
de F'orvil Hippolyie
I e Opartement de l'Intrieur
a crit e iours ci aux membres
de la famille llippolvte pour leur
demander de procder a la 'r*ns
lation des restes du Praident Itip
polyte dont le tombeau se trouve
prs de l'autel de la Patrie L. n
cessaire va Un.M. Avant I rg
temps la place IVtioo sera donc
compltement transforme.
>sN
^embellissement de
h Place PtStion
Cette emaine on a commnc
le ^m^ssement de l'eu! * '
Patrie situ au milieu de 'a '*'ee
plinn II y "" rig an mme
n m! nnm'^uoen^ni-h. noeur
tj.a Hr s de Plndpendanr.
La p'are P"!on er '"tura
avae laa anciennes grilles du
Chmp ^e Var fe* ?"
bellie par de jardin. ? lies
bine, pel uses.el"-.
Ce tr raux 'if ici lel a roo
en n credl de 75 00U gourde
T0t< ieruiireiuint.
I.Herri.d d.'en II'tWlttll le
que prendra I. Bri "d
i Genve
Importantes iolmnions di Fre-
nier Prucais sur les gestions 4e
scurit ei de politique extrieure
PAHii. il 1. Herriot a iof r
m le m mbraa du r binet de l'ai
titude qu'ai niera M Briand
Genve. La Frapee demeuie fi IMa
aux principes du protocole. Tou'a
tl elle prtera la diacuss' D
de tous le amendement sur les
quel I tsembl p'nire se pro
noncera an der i;er rj*sorl en sep
tembre.
Lacommiion !*afl'irestran
gres-e la ch hre s'est rnale
dans l'aurteml ti drlc but d en
tendre M Herrio' snr les que
lions deaeurit e' la poliirqia
extrieure. M. Herriot a denaani
eut membre de 'ener sur
i honneur garder 9crtev c'aratioo M. Bertnou.c .nvnum
le. s y est retu. pr une Ion
gue discussion,l'eng gement d'hon
netu rais aux voix a t o a lu
nnim!' moins la oix de M. Ber
thon et une abstention, cel'e de
M Fontanaer, socialiste. La com
mission a dcid de e runir dan
la soire l'exception du mata
communale R.nhr.u qu< adrs
p m ..~ ni 'a d memrire de la
co n-niss on de .ifliir.-s trange
re.
ont accords coni lrer la qu'9
tion de 'ad QtMOU nisi.-.r^biedu
problme du d^armem nt milita'
re du Beieh au njet de I vacua
tion de Cologne t du p-ojet du
nouveau na<*t, le conseil est una
n'me pn-*r ifa'oa e a**1*!' en
r>gf aclu.llement suciine d' en
ion juri t que avec le R i< h d.i t
) 4Tiij-on doi' ritf r oumne
a i rge*g lrale-
Le yudift Franais
Pakis La commis-iin ^.iato
nala e >nl nue tailler n m ici
d.tns U bidgel ; elle a eamin.>
en ditail la majeure partie de* ar
tic'e y compis l!*crtils pour
Itrm^e. |t marine marchande,les
rgions dvasla et l'er. ign
ment lechoiqne sur lewquela el e a
upprima pi^- le 30) n.illiona de
francs. LS rnn mie r alisa
ce jour ve l 550 ni lions de
fianc. Iji commiion espre en
avoirtermin' av.c le crtils ven
dredi el s*, cupera A partir de sa
medi ou lundi de la loi (le ftaan
ces.
leaures utile pour vutfa-
liser heasplai du Ihqtta
en Fiaiee
PARU-
t)n vient de taire paratra a Pu
g>ga li p'ih ic des i enseignement
dtaill sir I emp'oi du chaque
prconis pir \\ l'.imtntel piur
le paiement d- l Impdt. Oa put
aehatar pour ii") franc* un 'li | i
permnttant d- icquitier 100 franco
d impt. Le aheqoaa seront mis
an v.ute a partir du 20 Mars et le
ministre das nances g'e^t rserv
1^ .lr iil d'en clore la vente vant
1 10 avril s il le j'ixe opp-riun II
a'ensut qu'on ne o>i'irra e ren
Chez nous.ee couvre chef plu-
tt embarrassant ne se porte plus
qu dans de >ar a*i->n-, c r1.
ironie de mi ge ou r-ejtins
of ciellee. Ho mis datil ou trois
d- no compi'tmle qui! i voient
ei.core un cu'ie. iriedu- >l>le. re-
lui qu'. aujourd h i par a temps
de dmor.ialiq-e* ch'p-aux de feu
lie ou d' gant canoli rs. * m>n
erait dan* le iu s le Po-i-fU
P.- MO coiff t un haut de (orme
s-rat rrgarl comme une bVe ra
rieu-e et l'exposerait aux gtmine
ries des badauds.
|i n'en ei pu* d-> mme en An
g'e'eire. 'I n'est point rare de
reneon" coiffes du "ii b"' huit reflets.
1 e sont Us t s du clbre coll
g*> A'ktO*. ui.e de co'es les pu.
aii-'ocratiqn- de la Giande Brela
gn Ce B'eal ce, enduit | oint par
g.i' qu'ils portent m haut de for
me. ! cliap au teluisan1 tait par
lia de M.runifor e qui compo'te,
avec un ataad col blanc rabattu,
une itelilu teste ^ans poche appe
\f "e ni. |; ( L.'l '.
Les /- c tons, ou c IVgi ns d!K
Ion. ne portent pas !e bul de for
m*. lus les jours, h Tinliritur de
l'co'e et i's le remplacent II par
lacasqulle If ai pour la soi lie
eu ville, ou le Dimai che, le "b p
liai-' est toujo rs de r'gueur. ^clle
\0"S par une b-itve his'o Iqae de
ce chapeau qui a l honneur de re
couvrir le-ci fines les plus illustres
de l l'nivers. Il fol invent, e
1700, k Ploience, Ha'ie. De le, il
passa eu France ai fui ensuite adrp
t en \ngleterre o 1 il connut une
extraor linaire popl int I y t tt
pendant loogtemo* U eniftu-e de
axent de police; les biUyeurs
des rue l'adopt'ent aussi F.t.
dans le pays de C.HlIes, 'es f rames
de laca-n tagna vont travailler toi
cha-nps o-tiep d un h i it l r
me de soie noire large h.rd-
PNEUS
7rc$tone
De Tissu Ordinaire
Et De Tissu-De-Cordei
1S kilomtre voue icrlaut u llaiaaaaj * fM
?nacd voua ruula au.- riiniaj,
_j Ceux oue I -u *ji> o&T9 "* *"^^
icsteat encore davootnae oe qUt*i a***
P*,#' a Bal
: ;: U pneut do t! HO ordlMit, H**!
il y a daTnntage de uaoahlaene **>J~ *
a deaa, un coursinetplo pato. e I
o-it davantago renforce.
Le. Pneu Flreetone A 0 0 eflBel.^ ,
cette *ari-it et cette eignenr |ml PfM'~' ** |
grv<- ccnomle dana la conaomauoa eawB [
Ma.- juc vuja dairiec de nee nwajj
corde on de pnn tleaa otdlB*lre,neet ta**
que vou vocles cecita marque qml awemre
Le Maximum de KilomHrat
par Franc
La m-.aon Flreaton a poai rigle tm eeali'. B)
lunser atllactlon par la poabre e VMmmm
que couvrent eaa pneu. AatTaaaeal.. W**J
obin.tea pelrent payer un tt petJtjaea f
peu g b tenir aa ai Be naataBeat,
L. Preetzman Aggerholm
Port-u-Princ
Lubin
Lui
d e un ompie exact du taux de
Piitrt de ces chqmi que 'ors
qu'on saura PDon laquell > SariXZ rranpaia> d> Sp-
u. seront employ. acieie moftlM ae e
M /lies Diverses
B. t(J X.ELLBS Beaucoup de mi
cet da charbon bal^ei 001 t obi
gas de Termcr un j >ur p'tr aemai
ne oise de 1a concurrence do
chai bon tranger elles ont aussi
renvoy des employ trangers.
Les iocU* de charbon belge ont
ob' nu uo total sans prcdent de
2 millions de tonnes.
LO.NDRE)- Le marq.iis di
KtjNeettjn t'.iii daa pregra ^aiiff
lan'i apis la srieuse opration
qu'il a subi hier.
?VASlllSrJN'- Faute d'une
voix, M. Charles Walfea, de Mi-
chigan, > nnoie \tlorney Gnral
des l-tat- Uu'n n'a pas t accept
par le Snat ; il a obtenu 40 voix
contre 40,|j vice prjiteut Dawe
n'ayant pu arriver le nps au Ca
pito'le pour donnai sa vois qui a rait t deoi-ive.
couis lutuels et de
lienlatsanoe
Veavirora la MemLres de la So
il soi.t co toques en Aesemblte
(ienerale et sont cordiulemei.t pris
de se reunir a l Asile Franc is L)i
manche 15 Mars 9 t|2 heure
du matin pour e tendra :
lu l'expos Je Caisse du Ti
sorier,
tu It .'eclurc du 11 i| port an
nuel du l'i. i lent.
Mes i urs les Membre; sont aui
h aviss que les lections pour le
renojvellemeiit du Com il d'Admi
nletrafioa ^lont le man lai a pri*
tiu doivent avoir lieu l'Asile
r'ittiii,-o- le Dimanche 21 Mars.
Le Pisident de la Socit:
F. CHRIEZ.
A Va SociM, des Hation
QRWV* be con ei' d 'a aUldaa Natiotn abor'ant l'exa
nen de 'a rponse a faire l'Aile
max e concernant son admission,
a euleudu M- Chambeiliu, M.
Biiand et M. Hjmui. Tous
Hi Du',*', l ihrl.
Les lunraill. auront ce
brAeia. cet aprs-midi 3 hre a
la Lope La Vrit >.
iN oondola": s i s Fiadl1"
contre
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT, PhapsMcleo,
11*. nu ai,kAJ,Mll
C'EST L MEILLEUR
DES PUIvQATlFg
POHT-AC-PRiMOI
Atoa.nTRUS. Phem.,,, ALl5?7Tt
Pharmaei. du D- HmUn YIaRD -
1 i i bona ftf,rmmrj.
Tout passe...
lais te* parlums de LUIIR restent les mal
En vente dans toutes les bonnes aaisor-
" Haytian Americ
Sugar Selliag AqenQj.
R. T. AVGOSTE 19M
Clairin Hasco
Garlier.cn vente
gence (Haisuo'^R.r
crde Auste)
tir du lutidi, P
1925.
Aux prix suivants :
De 1 19 barriqfl
r)3 cents or'le (|allj
Vu dessus de 19bai
l'ies ^8caiiliiiiftSi
i (jallou.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM