<%BANNER%>







PAGE 1

LK •!• • *. i-.. r. rictine. Il mentionna en p;ili>u li*r les rgit mats qui peinut enl Sur ''eu.s de %  r. lu mi i ii.ilt h.'.inti 1 i i>! -tu g (-,, du in ut,M |:i li il.nnr IJ ,i .1 i i.i klid ii. ;ii Uwin i: i H . ii (ji'-i la dn.il de laite ses propies ng'e ments, dit il, cela n'ex ufti l i.. a certaines habitudes qui Ion leul a laisser aux individu s'arroger dis pouvoirs dont ils se servent pour ues marchandages lgislatifs. Avii tanyUtrt Di II Mlliei ci ifjiltOfll it'roi.t p u r t>%  I i loulti prraotUM qui l ra rtiiot vr 'UIH plu i crpitai ce l.i reine v,\ v.. .-\.\ i vciiJie ou lune*. S'adresser ai: b :r?au iLi Jyir.pl. iXourelles trangres Par Gshle Dans la diplomatie Iran < aise • P*rus, 4 — Lu nomination de M. A bert Sarraut, ancien minis tre des colonies comme ambarr-a deur en Turquie sera olficiel'e vendredi. L'accord commercial franco poituguais i t sign ct-l aprs midi. Rencontre i Paria de ff.Cliambrrlain et Hc niot LONDRES— V. Chamberlain, irnlate du l-'< ii'go 0f6l •'. s'ar n'Irra a Paris en >e ien>lnnt a la runion du conseil de la Socit des Natioi s -u'ii an mi i l long lerrns jour discuter avec M. lier riot le part*" de srurit de Gn ve. La Roumanie el l'Allemande l:i'CIIAKi:sT— Le goovrrra n.tnt i MI ii' %  dcid de ne pas donner ni i• %  aux menaces il-' e I i/Mtil'cs cc nom ; ques contie l'Ai Km gne 'er partisans intrts de I A I e rr F j; n e ont rueal an vu nrre le fiouvrrnemeut que si 1'" I crr.ig c est prta d'une put | admettre qua les annuit* Pawrs ne ( onsMIueot pas p< ut la Rr utfia ni. nre irdcmnic n.'\> i le COOT art dcnnrgis dagoerra, r"e est d'aulie rnrt dans la prs> bi'i' d; corder des rcpaaliors pcia 1rs Fi nraiiles du Prsident Ebert BERLINL'Allemagnea rendu le derniers honneurs au chef de la Nouvelle Rpublique, M. Ehert, mort samedi. La foule s'est sur tout perle k Braddehourg pour voir le spectacle extraordinaire du corlge traversant la pas-age autrefois rserv aux hautes per ronnalits du pays.Un granl nom bro de spectateurs n'ont pu Irau ver place dans le grand cercle en Muriay Hier, a o heures de l'.yrc) ,m di, lei.iciei J'i l'cUl -...i. J. ii >i->:liou VI I, .it -V pli, i . j ,i celt h. ..u io .na' i i/o(o cl ac Au.0 \ e Aii'iiinali iiaiith r. Ltfa Itlll.lus tlmtli : % 'our le^jux, Mii> ie .1 .leur lu Bd^tisle t'. .J tel cl ci i.esi uitiiiit; pour 1 e|iiuk. ira >ini.l.i um n l'instituteur II ...ai .. uieu uie. Compilait m*. NOUVEAUX iUltib ;.. MSTK'.tB t U> !.. !• %  £• M Bl y t. k (•'/'. Ul.-Ol." 113 9 l Dnias A i '.ca-Ji >u lu Jd i\; j i i ruai;..un .in mois,il y IIIM •> > e I dni lu a la ciap-li' 9ir de l'Opra a alors chant le p mime T." el le chancelier Lu Iher a prononce un discours, en Utile on a chant le chant lut bre d-< Weber et le dfil a corn mene vers le Reichta^. Nou/elles Diverses BUUXKLIFS -Le Snat bolga a ralili ai.jouid'liu! les termes du leeal emprunt .le .() 000 00.} mi gncis ao l-"'as l'i.is Mrs la lin de I ai ne %  N-rnre I'.MIIS— Le Prride ni Tourner. glM a ain-ss srs l'irila'ions i ii praidaol CaoUdge .1 l'nfasior de FOU iostal'alioo cl envr y s fF9 c,,,, h.ils 'e prnt-piit la rj ub" |ui^ amie. GKN'EVE—Toti'a la SuUre s*oe cupe d< s lettres crit s aux jour %  ans suisses BU sujet de la situa tion militaire de I Allemagne par le professeur S'ipel du ColIVsj* p 0 lytachiiqaa fdral de /. Heb Le professeur Seipol reprsenta DM Allemagne imrria'i-le eta'fi-ne que sous peu l'Allemagne rtira mettre en ligre une arm J e forte et mon ne. Se- leUra* font 8.id imp ia lisme ei que nSvj* p.tmi le peu pie cei'e doct ine r, t ,i | e rapi l^s f rogrs. i la. OCRCY rn.^ aiRF | OUIOcl'Hl ftUi .M.,, .'.". ,r '.'. %  n vacsm .i M UNI ci SI IM3 rt TAR:r .m-'•• % %  <—, %  "* S*. Il nVsi D;I^ 'MJP l'tr.lt tP n'imnirle 'unni pour • il^liiT.isspr (Kiin etdatl ollrir l.*n Ml { r< n*> nU jl io'e qut l'n i •• fi • sonl visibles ; >• P m' F. AlXflft ol|rr i] • liion |o HAa e'o^s •( ne er'e '| ie le sffnii'i'. Le ^Aia.itio Le navire buta M iqua • %  M-'g^n tic' jaiigeaut 9 Itkl lu,.u.s ttf arri v ce m.l'm l'.i'l au ''i ii.ee. Il a bord 103 pis^agers, dont cinq seul* ment S deafioa ion de la Capitale, le> autri en In.Lsil. La naviie %ieui de S. i.liago de (Juta 't e.-t fkrll < e c nli ( o ur Kingston Caal la deuxime loique c lie unit de U f alla coiiiirn-H-i* e an (i'aise luui I >: l'.,i l HII l ',i c contre la CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES d> DELORT, Pharmacien, il, lin..Bmtrt-Ai tomt P ABI B C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS PORTA T7-> M I fsic:-E3 AI't.PETi'US: f r-r. cie ALBFB^"" Pli'finci du P Ji ti VIARI' A }t fo> '•lr~ ho;in I't,*... H r-, Compa(|De Gnrale Transallanliqu J Le pquel ot Macoris parlant de Bordeaux le 28 mars ist atten du Porl an Prime le |f avril Il repartira eerf le 18 a\nl pour l'ap liai ien, San .luan r t le I ft vre prenant f rit I pa>seirirs. Le paquehi.l "Caravelle" part de ItorJeaux le 20 Fvrier es a tendu t Port au Piince le cou rant. Il rep rtira la len lemain de s %  %  il rive pr.nr Santiago de Cul a et le nombre de p'rcrs tant limit, les prrlada Sud. les paifonoes i'n'rant profiler de La suite .le l'itinraire *>ra li.. cet e occasion sont pries de se a l'irrive du paquebit. f* re irsiriie l'agei et. Port au Prince. 3 mars 192.' L'Agent E. KOBELLN Gœrrisspn Une le sleamep "Eda" venant le (Vistobtl sera i JJCmel vers L' 12enuranl el continuera le mne jUP pour tjftvrp, BoltiT'Iam, Hamliourq et Oslo (lfflqej •avia \e$ poils hatiens ollrant du l'rt. iiGS COUPS L s,,;,m r 4 Eii-l|eld venant d'Oslo (N.)n r ). lamhniirg il \WT% sera i Port au prin e vers le 20 cornant en roule pour Cristolial* West M'a &!3otfc Am^rfei Tra'lo Ca. f gent "> Mais NI.W rORI Kranes Sterling 19.56 4.7; NniiM-llc rnlemcnlj'lion de l'immigration daria la R|>iiljli(]ue Donunie u.ie La livraison du Moniteur du '• du courant comioile la reproduc lion de la partie suivante d'une loi vnte par le congrs do.-nni c in le 0 du mois de l .' %  % %  t r t. : i iy-.'4, rglementant l'immigration d ns la Rpublique Dominicaine : Art. 2. — Les denun les ftiis p>r les individus qui d'sirent s'in troluire dans le Pays en qualit' de journaliers ou celles ftiies par toute personne intlCsse, devront otre faitea sprm?iit et il sera app se aux dos de cette demande des timbres pour une valeur de \\ ilul ors i I.I.I"' llesnii communiqueau Pou voir Exautif pour les lins Cunsti lulionnelles. Cette loi a t promulgue le 29 Dcembre par le Pr siJeut Vas uuri Pioeliain Conips Ceux qui s'intresent au d e "PI riiu'i I du bien tre indiistii I l.i!, %  le monde entier acclameront le CoDgrl International du Seivi ce Soi iil du Travad, qui aura h u Pel r.r-rliain Klessingue. Il 1 tan le. du 2<> u -2D J„in 1913. C'est ce que n. u lUooa dafll me inlressanie circulaire qi.e nous venons de recevoir et qui exp'ique le but de ce prochain congrs o seront reprsents les pays indus tri*la de toutes les parties du mon de Ou espre qu'au congre.* a lien peimanant entre les pays sera ta Lli par la formalioo d une associa tion internationale dans le but d' tudier et de favoriser des relations satisfaisantes dans l'industrie Pour de plus amples renseigne ments s'adresser au Secrtariat, M. L Kleddrus, Verreries, Leer dan, Il"llande fa rentre du Ironpruu LONDRES On a t trs frap p-dii s las ii. lie.' \ otiiciels de ia leati-vi; du kiivLpriu/ t da a pu Pc'plion m \ manifestations poli l"| es de l'o'ld.iin. L'accu'ilenthoie iasle qui a t I ni ce prince pir lu f,u e fait erainlre u e res. tauraton luoclnini, ce q I entrai nerail la ginrr* cou i awaL On apprend, d' lira piriqie des sommes m-p. laoles ont el nu .s la l'-p i-ili.ii di pr n a pour u-.e a 'ii u m aa ehiqui LV'ien lu . d i \n e.'lr uand '. des piritiieux •UJ Ktata |uH VVA8 IINCTON -Selon umap f iort of ii-iel du ministre de la usiiee, les ag ntdu lise ont reconnu, en 1011, au large des cotes des E a's-llnis 3112 vaiseaux lrange-s se livrant la contre banne .l-s boissons alcooliques. 307 de ccsvaisseaui battaient le pivilou britannique, l.o ministre de la j'.siice est loulafoil hemeox de constater que les gouvernements trangers se montrant de] plu? en plus d s poser dcourager les ef fi.rts faits pour voler la loi des Bfati li is. Un Philippin meurt Ig de 134 ans Une dp he d* la Nouvel!o r laus annonce qu'Antonio So'ita na, originaire des tles Philipines, vient de mourir l'Age de 134 ans. Solitsna naquit en 17QI. En 18(10, il avait mis le (eu un voilier britannique, mais n'avait pas t condamn vu son Age avan ce. Tout decirement il avait ma nifeste l'intention de se remarier. La Guinaode A partir du le |frU, la (xuiii'iudee sera transfre I l'ai'ijle des rues des liratlas al du feupJe, ALUMINUM :'LINE New-Orleans & Sol American Sieamsbip Co k Prochain dpart direct pour l'orl-iu Prin e II .i te steamer Upsliaulian laissera |ef Or-Iran* '. '* mars courant direct' ment pour Porat, rince. i e s'eamer Wjeilnils lai s reflet Orlans I 20 mais courant MI tous les ports d Rail). Ce 4 Mars 1925 A. de Malleis & Co, Apis iraux CtUiao Sieamsbip Company k J^teanver i Jllartiniqfua# ayant, taite $lw%ork te i$ ffimUC iwiitt. Ht atteada a ^ait-au-^iinf^ lo tamcU 7 Sfaau coalaatalaCap-frfattlea, §oaaia*A et k-Aaic. Si tepatfuate, mne jour ^itectemeal pur (fiiut-A en taule, pout tKia^fori :l a CL fe<, patb de (a CuCam6ie.pteruiaL fteL & n p Porte-vniis Aut.m <.ti.|.ies Epines rhev '..\ en raille h aq i t do do la (aiu Doutons pression a carie Boutons en ca Ile, noirs et b'ancs lonUche Gsrouues pout robes Miroirs Rouge Coinput Boutocs j.. n f n. Iiilli s do do or | 'nq l'aux-cols tr.ous <. ide > Chausseiti-s d'enfants, la pa're Bas de l'en mes en soie, la pa'ie Cravate en tous ve res Cbaueefl'ea d'b mmes, la pair^ Bas de f. mines en coln, la pare Pas de soie pour lemm-s n leproi f u Chemi-e de soire N 14 s-ubment! Combinaisons pour g oi net Nj 30 et SAapL Chemises blanches pour hommes Climires couleur ktkl I t j soulemen do do ''Arrow' 4 Chemises pour joua a i Tennis No 18 seulem. Chemise c niibinaison [tour les s or Je i di serviettes en .ui->e Rasoirde sret ''Everrealy Plumiers garnis, poar eooliars SavjLnette parfumes ''Lmor ., %  richeuse la boite Je :t C)l I Ci. me en tubes en pelils luhe ^ i Chew ig lua le paquet 5 cent 3 pour Ladenas t es solides pour au'o, Porte M n s Eveethara Plumes rservoir do do do do .Nouvellement arrivs : I> nbons assortis 0.35 la livra Chocolats boite gravure ).tf U liv e '• I i'e mtal fantaisie 1 00 do r-le D nti ice "Pebecco" p"i le Hihe L mw pour Ra7->i> Cillett 70 la H >e/a' ie Pou 1res de Tali Kirk io la boite GraaJ assortiment de verres k v a, \ liqueur, a eau. pbrIirdeOrl.OO. Avant \Ma!n'ew Or O.fiO 25 ii 35 1 tl 15 12 la'douz. ta i, 10 l.so 1 i M 61 1 a paire t 1 00 do A 35 1 80 i I...0I J 50 45 80 1.71 t.] 3/0 1..10 M 3.50 •9 3.50 if 2.25 il :i.so 29 4.00 M 20 xj i.OO 2.00 i" I.00J.I :h\que % a.7 i M 15 15 (1.00 1.7! 1.1 5.50 31 4.50 IJ 3,*0 •N'alls de voyage Or /5.00 chaque. Mallettes 3.7 Tapis de Or 0.70 Or 8.45. %  •M. CO\|F'5T'RL "S : Voublie/. pas que no. rsyon d-Epicara v la m ii' > d-* n itr-i marain, el c intient un 'snrtinant des pi n p'els N'nlre Sola SOLNTAlVesl touj urs ni si populaire. Lubin Lubifl Tout passe... Rais "les parlums de LUBIR res .>m\ les msill rs. En vente aians toutes les bonnes maisons. r *L'Organisation De La Fireatone Eat Saine, Solide Et Universelle ^JN tabliitement industriel eat comme un arbre: il prospre, non eulemeat par a puissance de ses racines, mais aussi rar la vitalit ds ses branches. La Maison Fireitone dispose le toutesci sources de puissance. Fermement enracines dans la prande maison-mre— iM branches s'tendent au loin, verdoyantes et vivaces. I>ans le monde entier les Pnus Firestons ont exerc une heureuse influence sur les transports et partout o les gens roulent tur des bandages do caoutchouc, ils ont appris avoir confiance dans la marqee firesrone. Vous aussi devrie* exiger que votre voiture soit munie de pneus de cette marque: elle vous garantit le confort, la scurit et U Maximum de Kilomtres par Franc L. Preetzman Aggerholm Port-au-Princ PNEUS



PAGE 1

BIBE6TELR PROPRIETE \tMPRlMEW Clment Magloire BOIS VEHNA 1358, Rue Amricaine NUMERO 20 CENT,MES Quelques alourdis prennent al lle, des malins se mettent leur suite, les pleutres eb itent le pas et la masse houle par <1eri iere sans mme savoir de api i il sa ire. A usquelle ardeur, quelle passion la prdication depuis les .res. C'est que l'me humaii acquis tout son prix, par le rifice de la Croix. Des deux i qui se disputent le monde luis la cration, la fore sentie et la for. e spiri u lie. cett ? itre est la plus active, la brlante, la plus dsintse, car son action Vexerce les anus et parce que la ce sensuelle revient toujours i charge, parce que les apnts intrieurs ne' s'endorment is, sont constamment en ... aliments par toutes soi d'excitations, de matriaux, pour Vei mes est au -si us actil, toujours inppux, toujours infatigable, et ujr urs i ou tia nt, reposant comii l'est, sur l'exemple, la plie, rttsMtsiJie continuelle de plui q est venu pour sauver mes, de Celui qui a soif des ns, pour lesquelles la Hempfbn, atec tousses mystr*, tous ses prodiges, s'est elec |>e sur le Calvaiie. A quelles feurcs s'*l mente lyoetolat l Vjuels sont les moew d'apostolat? Deux quesSons que le l're Lanore aprs F prambule ai alys plu haut, [eaiprpose o> developpi r dani aswn.in de mercredi la %  tliuale entirement i^mp'ie "i lidh s. hommes, jeunY< g ns, "mes -p.* -ont su trouver une lire pou. lajre cqui peut '.r i Ptle i l'apostolat .e l.ur pruce facile t> bien ellicace urtant. U source de l'apostolat, c'est rirtour divin pour les mes lees et rachetes. Jsus-Christ t le matre des mes, par droit w cration et par droit de conqute. Il a livr une bataille our elles, bataille ellro^able >ntri Satan et il a vai. u. Ayez contiance, nous lpleI* t il chaque jour, j'ai vaincu le M monde . Ds lors chaque laine rachete par tout son sang jet toutes ses soultrances un prix intini, auprs duquel les mondes qui se balancent audessus de nos ttes n'ont qu'une valeur intime. Le prix d'une "me lau-ait tressaillir le g and Saint Augustin, lui qui. venu tord lajoi et la puret connaissait les Diils de la vie loin de Ditu. J'ai soif, implorait le R-en IWIII du haut de songibe, j'ai sou. ij e q UOi aVail il soit 1 Des imcsi des mes innombrables pour lesquelles il donnait sa vie. De mes des pcheurs pour lesquelles il est venu sir I < terre. Et cette soif des i aies, c'est elle qui a cr le missionnaire, le prtre et l'ducateur chrtien, qui abandonnent tout, ds que l'appel divin se fait sentir, pour voler a i secours des mes, en un point quelconque du globe, parfois inhospitalier et meurtrier. Tel un Saint Grgoire dvor de zle et satisfait de mourir en apprenant qu'au lieu des 17 chrtiens trouvs danslaCap paJoce son arriv, il laissait 17 paiens; Tel Sun IWanin l'Auxerros arra ha t l'An! • terre la funesta hrsie de plasge, tel Snt Martin, surno nm l Saint Paul 'les C, iules tel encore Sainl R ny. convertissant toute la nation moine par le bup'me de Cbvis et po r ne citer qu'un seul ds gran h missionnaires, de; aptres liai rapprochs de non-, tel Saint Franoic Xavier ( dont la netivaine d g ftee a coma nc est e semaine, du i au 1 2 ) et qui lui seul a donn l'Elise, biplises de sa propre m lin, un mil lion de chrtiens. L'apostolat des prta* des missionnaires, des religieux do tous ordres l'apostolat h rar chique est-il le seul apostolat ? L'œuvre des m s fst elle con fie eux seuls ? Non pat Tout ehrtien est apire Ce t le pn vilge et la noblesse, disons aus si, la responsab lit de 'oui disciple du Ch ist. de Hui qu ; 'selon la dclinil on tapidiire lu Catchisme, aya-1 t biptis*, crot et prol sse la doctrine de .1 -C. •. Soyrf :pAtres Comment faut il tre aptres ? Le devonsnous et le pouvons*nous ? Tr*a brivement, mais d'une manire frappante et en traits esquisss avec .-..t et l'exprience non seulement d'un Suprieur d'lablisstment d'ducation, mais d'un directnir dames et d'un • onnaisseur parla t de la so it contemporaine et de notre socit en particulier, leprdicteur oflrt 3 moyens d'apo"tolat la porte ae io.;t le mondo.quels que soient son tat.son .ige et ses fonctions : l'apostolat de l'exemp'e, l'apostolat du bon conseil, l'apostolat de la prier Peur tre un exemple, i faut augmenter en soi la v e d yine que nous tarions de Celui qui est la Vie; il faut l'iugraenter, en se perfectionnant saus cesse, la vie chrtienne est une vie de progrs de perfectionnement incessant en J^su8 qui s'est appel aussi la Voie. Et rien n'est p'us fcond pour soi, plus utile pour les aoiies que de se perfectionner soi mme C'est un d voir envers nou •mmeset envers les autres. En vertu de l'ineffable eolilarit, de la myst 1 rieuse communion de saints, tout agrandissement en beaut de nttre personne, accrot le pa rimoine c mrr.un a tquel vient s'alimenter I humanit • toui eutire, non se lement celle qui est autour de vous, mais encore celle qui &'ag te distance, dans 1 espace, omme file profitera celle qui s'ag'tera dans le temps venir. Au ontmire, toute diminution de noblesse, de vertu, toule action m me ciclie. toute pense enfouie au plus profond de nous mmes et qui n'a pas eu mme l'occasion de se manifester au dehors a des rpercussions incalculables et diminue d'autant le fonds de richesse morale et spirituelle qui appartient Jsus et Par Lui toutes les mes rachetes. Aussi gar lex-veM de compn mettre le trsor de mrites accumuls en vous par U grce, vous aide/, voler les Ames h Jsus, en lui soustrayant ces mes qui, sans votre dfection, lui auraient t gagne*. Chacun de nous est comptable, non seulement du mal qui se fait, mais encore du bien que nous avons mal fait ou que nous avons manqu de faire. •* En tant une lorce morale par nous mmes, nous inl uons sur les autres, par l'exemple. L'exemple dan9 la famil'e, dans la socit. Alors qu'un bon conseil devient parfois chose si difficile accepter, mme par ceux 1 qui on a le devoir, l'obligation imprieuse de le procurer, l'exemple, un exemple persvrant, le silence, un silence attris'. et continu liuissent par agir et brauler des cœurs qui paraissaient endurcis et des carac tres qui semblaient r belles & toule action du dehors. Exerce/., qua-it vous ne pouvez parler sans provoquer des [temptes, exerce/ l'aoos olat du silence qui est une protestation et une log n da choses q ii triomphe infaillihe-pent Se taire devient alors la plus efii'-ai-e des re nontrances. Enlin, l'apostolat le plu* c immole, qui embrasse un champ d'action illimit car, son terrain n'e t au're que toute la l'rre, et tout le ciel, en un mouvement coatinuet sans cesse renouvel da \a et viait te U crature au Cra* tear, l'apostolat le plus facile et le f ilus recommmd, c'ed IWpostoat de la prire, qui seul ou uoi aux autres torovs d'apostolat, fait m .nier no* supplie tir !• vers D; U et fait daseealre les g'.\ e des cieix. Pfifiq wi l'uiostolat de la prire pour tous vos besiiis, pour la convir-ion dos p heurs surtout et comme Sainte Monique v m < oVie i Irez, tt ou tard le reto ir Dieu de l'a ne qui vous est chre. En sauvant la vtre, vous aurez sauv celles dont vous avez la ch irge Voire rcompense sera g ania, cir l'œuvre tes amas consiste %  fermer l'enfer et ouvrir le ciel • ta me lai lelle nous invita le o i dateur le l'apostolat chr'iai, notre matre t notre mo lle Soi va Seigneur J-'i.* -hrisl. • Tel a l, en subit n <• <~e magniti-jue deuxime sermon dna hquel le K P. Lan re semb'e avoir vi ni embraser ses an liteuid du /.;le aoostoliq ie dont est un si lirlint exemple dans la vigne du Seigneur. SONHST POTTU PBOBUS Ui.or U ftt,*l|cli ^n>, ii'.-st bi-llisai |wr msl... loslnrfsrl M >fu\,— \-,t Jrotlil'riiBjairt' ItfartJ rrrlaiiti-iiii'n' (ml IIM j.iloiiv !.. %  Hais quaa-l rtss warM... |e nefan leai m.iH'!iif Hflas \f n** If puis IOD rN OS grnoux Ose vouloir ukrer eacerc fil son Jdire, fi xi \r MIS l i.'jiiis cerUM sur n pn fii Utbei ifii \n lii raiisf PU est lolre sourire hj [ 111..Si ioel |U'II:I lousalliruiail le rnnlrairr, S m! ne le ereyri p^sl iais nsat wei a s in ai ij.ii I wcsMrrail fun IM lsn|sstM Mraia Li rolomb' leilllit, riaale, au fusil Je l'aire 0 iju'est >>lre sourire lh qui nie le dira Car plus d'au ri eM inorl...ell'oii BCeBaVfBV!*! L Mari IH WD Au Banquet de VoMociation de lu Presse ungloamri-) caine Dans un discours, I. Caillaux prolesle rdtilie la lueiide le reprsentant hotteaui Htions BOglo' saxonnes et explique son jioint^ile vue au sujet de lVuvre de reeonstilulton de l'Europe. Cine-Vdpltus VCNDREOl ET DlHAMCOIt] Ce soir la Direction offre 8 5) cflnti ns l'eu'ra U lin I e L' lionne aux. Tro.s Mit' qnes . Diminche U Hevue |ui avait o i tant de Bueci PortBQ-P.iocien s.;ra r jpri.se. Mes lemotPetlea Weiner, Mixinlien, MM Bjy^r, Vaillant et Ch lubet en seront les int r.rtes. Si l'on se rappelle l'etithou iwM qui avait accueilli la Soire de Portau Priucieo, on co npren-lra pourqtoi notre deminde a pu tre agre. Les chansonniers montmartrois agrmenteront la soire de jol'ca chansons. A Dunanch ; donc %  M. AnUne Rameau Nous avons r*i a' * fAv&t", en nos burauix la vii'e da notre charm Dl ami Anioi ie Rameau, Con Dwaieemi •• 'veriicm-n! prs h T-ihuoi de Prea i istanceaux Gaye*. Son 8-ji'iir parmi nous ne sera que d i quelques jours. Eu i< souhaitant la bienvenup. OSJUI lui reeotiTetoM nos lympaihies. PARIS. 4— Dars un discours prononc un bamiuet de l'Asse dation .e la prose anfilo amn caine, M. 'JnillHUX a piotest con tre la it-gende le reprsentant boa tile aux Dations aDglo saiooneall. a rappel qu'il tut l'un des pre miers partisans de l'enle coidi le et souligne qu'il a revendique ieu lement pour la l'nuoe le droit de 'igurersur un pied de pleine gal! t dans les a.coid* intervtooa ou ii>:r m :"'i H .' \t qu il i ci ioeu que l'oeuvre de r'eons lit, „i de l'Europe D ferait flei De 'I < : l r Hr "" "" plei. :ord en uiglo axons et Us t-at n? avec la volont de sauveur,!. r l'tat social ei d'ear 1er d 'uveaux caUclytncs. Il a ajout qi il fslimaii qu'un nouv pu uni liquant un i t • "u l, mal i.al n'e*t pas cofttn dictoi re avec le patrioli.-me ; l'intrt et la scurit d chi-que nation de man laol la ((Opration de tous les gi.inds p'vi"Il conclut en i 'stanl sur la ra lisalum d un kd< .1 dl scurU, d'arbilragt conabUa il laul j apporter d'esprit Je le %  i,,i M c soopleiOe afin lu miner >crs une %  olelion amie ioal li mellleun jadl i a t de passer l'peega soi 1 ard i ,i serait msioteoant le pasatr l'p; nae sur l"'it ce qui estpo-i bit utin de ne T MS bi'gr le pi de s'app;uvrir, car le pays I -t lace eu tiifiait d>>s avant %  %  '• • minimes sans compter l> s d ivin tages moraua. *e Prsident Coolidjjf, tDtOWi de ses vieux parsnls, des Membres d cabinet et de la Cour Suprme, •embrasse la libls el expose dans un brillant discours 1er directives de la politique n nu'ri rai ne ff tarte fait egaltraeat ttii?\m iMmlwu Dr!R TH3AUD lr mi liiioirc "*~ i II Conr aie St-Janes Nom Usons dxns le TlVl^S du 12 Fvrier I9SB l'eBtrelWauiveut, relatin*. la rception par le II )i d'vn^leterre de notre distingu Keprsenlant Londres, Mr Auguste Magloire. Palais de Buckingliam-) (il, Fvrier ) • Son Excellence le Comte Las/, lo S/pary ( qui prsenta ses lettres de It-ppl commo envoy Ex. traordinaire et Ministre Plnipotentiaire duHoy-turnede lluogiry; et Son Excellence Vir Auguste Via gloire ( qui prsenta les Lettres de R.ppel de Vtr Jules Lizaire et ses propres Lettres de Crance comme Eov y* Extraordm.il e et Ministre Plnipotentiaire de la Rpublique de II iti, furent reus ea audience par le Roi ce matin. %  S r Eyre Crowe ( Sous Sec rtaire d'Eiat Permanent aux %ffai ras Elrangies tait prsent, ainsi que les membres de la Maison civile . Parisiana Ce Soir Le Se r.t de Trfle 6e, 7e et 8e pisodaa Entre G. 0.50 De itlste Du* MtnilUa la Moatr.V de* New York et la la llavaue. Travaux en or el en por celai ne. Kxliaelions indolores par han;stliWte icondutlive, piaiiqin'es ipcialeOMBl |p. {Midi. A'ASHlNr.TON—Deloi'l l'ea dr( it liitorioue ou une leufoe U gne de Tr< : d. i.ls ont prt le ferment oluinel de lidlii a pays *t a la Constitution, le I CtjolidtY a fir.bras' la P W que'tfPhit M. raft, rsvef de ! w tire el n jirrcnr ion disrrurs d nslwlli lion. V. Hfivief pif^'a seirruril h 1' h 11 .i pr< rori m ''<""" "• ', ini |e Paef. i 1 i lidvipn la fBeol I l %  r Pje ci?e. Le eoli lifV.i'ini, le lenait a>ai I iirtr'dislf wu t drn'*' lai Mme Coriirfe ttp mfre da eel'e ri Mrre f.rodbue. Vlnoient nsui te les membres du cnb ; net et de la Four suprme, les rfBelaie HI prieurs de I arme et de la mari ne, les membres du For| s diplo rside notre ivenir et notre de* i ne. Ceci implique de la pirldu gouvriiemeot uii politique M i vaut deedirective trs prcise; lireclivea exigent dans ie ,1* m ine des aflairea intrieuesa des tomies mieni comprimes dira le. y, luflfl %  rnue et la l :mp"ls. utant le.reettcm* de l'Ame iqU pi.i-sanr* n v Coolidge dbuta en dlsaat-r • Notre peyi u'e tue des inten lions paciliques vis vis de toutes les uitres nations '*. Il a b'd que en mciue temps la faon dont l'A ,ue peut tnaufester son es prit pacifique eu aatietenaol des rorces militaire] compatible avec H dignit et la scurit de sa gran de nation, lia dclar qu'il ai noierait de toute* ses torces la pa rppas d'Ouvriers Sout ,(, s c'eries les Mlles de Iriaae 'e af, pr ai 'MV'ments de la lin\ aux coins des quartier de commerce, partout enlin o les repas 4 bon march oeuvent trouver enn^ve?, s'tablirent de bon nos Temmes; avortes commres q , dev?nt un impnr'a'd attirail de cui-ine install h mme 'a rue, font rooller >• des *vu iees ventrues ou bouillir de hautes marmites El lor?q e midi snnne et que cee le travail, c'est l qe portefaix, ouvri rs, ardes-magasin, sbipes, petits marchands de surettes viennent prenne leur repas. Et C'est plaisir de voir ces g. r.s dguster la sa-ne piquante ou mor dre a belles dents dans les fumante ashielti s de ri/ et poi dor. Ces bornes femmes sont la Pro vidence de ceux qoi re p ittct mettre pouls au p"'. ne. les rneiri'ie w i i • •. : '. ; .. ,.. • ,u Dstlqol et les membre, du comit lidpation de 1 Amrique au Mb du Congrs charg de l'organisa mil de.l itlee internatloosl.L Ami tion de la cVrrronir. On estime n f.0.000 le romlre ('e visiUora venus a Whingtop pour ssaisti r | |a fr'mnni<* < lo 'acen-d I die que celte journe A installation a t une (* quelque chose noua a *•• •* 0 ru par

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06370
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, March 06, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06370

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
BIBE6TELR PROPRIETE
\tMPRlMEW
Clment Magloire
BOIS VEHNA
1358, Rue Amricaine
NUMERO 20 CENT,MES
Quelques alourdis prennent al
lle, des malins se mettent leur
suite, les pleutres eb itent le
pas et la masse houle par <1er-
i iere sans mme savoir de api i
il sa Quotidien
TLPHONE N 242
n *
t (HATI
VENDREDI MARS 1925
h
ou tare des nes
(Deuxime Sermon de Ctra)
le suis venu allumer le feu
i terre telle est la mission
ipotre, par excellence, du
jr Aptre, de l'Envoy du
Notre Seigneur Jsus-
Le feu se propage, em-
tel est le caractre de
...., se communiquer.
Jjculu'', ce besoin de se
JJniquer, de se rpandre,
Hvtngilo qui l'a apport
noode. Le proslytisme est
intiellement catholique.
Dt la venue de N. S. J.-C,
Dde paen connaissait des
jopht9, des matres aux le-
desquelles la jeune e tait
tendue pour recevoir das le-
j laites dans un langage or-
[iioquent ; mais l'ellet de la
p s'arrtait la, sans a to .
I animer le disciple.sans l'en-
jmer, en un mot, par ce que
[feu de l'apostolat n'tait pas
ore allum sur la t> ire. A us-
quelle ardeur, quelle passion
la prdication depuis les
.res. C'est que l'me humai-
i acquis tout son prix, par le
rifice de la Croix. Des deux
i qui se disputent le monde
luis la cration, la fore sen-
tie et la for. e spiri u lie. cett ?
itre est la plus active, la
brlante, la plus dsint-
se, car son action Vexerce
les anus et parce que la
ce sensuelle revient toujours
i charge, parce que les ap-
nts intrieurs ne' s'endorment
is, sont constamment en
... aliments par toutes soi -
d'excitations, de matriaux,
pour Vei mes est au-si
us actil, toujours inp-
pux, toujours infatigable, et
ujr urs i ou tia nt, reposant com-
ii l'est, sur l'exemple, la p-
lie, rttsMtsiJie continuelle de
plui q est venu pour sauver
mes, de Celui qui a soif des
ns, pour lesquelles la H-
empfbn, atec tousses myst-
r*, tous ses prodiges, s'est elec
|>e sur le Calvaiie.
A quelles feurcs s'*l mente
lyoetolat l Vjuels sont les mo-
ew d'apostolat? Deux ques-
Sons que le l're Lanore aprs
F prambule ai alys plu haut,
[eaiprpose o> developpi r dani
aswn.in de mercredi la
tliuale entirement i^mp'ie
"i lidh s. hommes, jeunY< g ns,
"mes -p.* -ont su trouver une
lire pou. lajre c- qui peut '.r i
Ptle i l'apostolat .e l.ur pr-
uce facile t> bien ellicace
urtant.
U source de l'apostolat, c'est
rirtour divin pour les mes
lees et rachetes. Jsus-Christ
t le matre des mes, par droit
w cration et par droit de con-
qute. Il a livr une bataille
our elles, bataille ellro^able
>ntri Satan et il a vai. u.
Ayez contiance, nous lple-
I* t il chaque jour, j'ai vaincu le
M monde . Ds lors chaque
laine rachete par tout son sang
jet toutes ses soultrances un
prix intini, auprs duquel les
mondes qui se balancent au-
dessus de nos ttes n'ont qu'une
valeur intime. Le prix d'une
"me lau-ait tressaillir le g and
Saint Augustin, lui qui. venu
tord lajoi et la puret con-
naissait les Diils de la vie loin
de Ditu.
, J'ai soif, implorait le R-
-en iWiii du haut de songibe,
j'ai sou. ije qUOi aVail il soit 1
Des imcsi des mes innombra-
bles pour lesquelles il donnait
sa vie. De mes des pcheurs
pour lesquelles il est venu sir I <
terre.
Et cette soif des i aies, c'est
elle qui a cr le missionnaire,
le prtre et l'ducateur chrtien,
qui abandonnent tout, ds que
l'appel divin se fait sentir, pour
voler a i secours des mes, en
un point quelconque du globe,
parfois inhospitalier et meur-
trier. Tel un Saint Grgoire d-
vor de zle et satisfait de mou-
rir en apprenant qu'au lieu des
17 chrtiens trouvs danslaCap
paJoce son arriv, il laissait
17 paiens; Tel Sun IWanin
l'Auxerros arra ha t l'An!
terre la funesta hrsie de p-
lasge, tel Snt Martin, surno n-
m l Saint Paul 'les C, iules tel
encore Sainl R ny. convertis-
sant toute la nation moine par
le bup'me de Cbvis et po r
ne citer qu'un seul ds gran h
missionnaires, de; aptres liai
rapprochs de non-, tel Saint
Franoic Xavier ( dont la neti-
vaine d g ftee a coma nc est e
semaine, du i au 12 ) et qui
lui seul a donn l'Elise, bip-
lises de sa propre m lin, un mil
lion de chrtiens.
L'apostolat des prta* des
missionnaires, des religieux do
tous ordres l'apostolat h rar
chique est-il le seul apostolat ?
L'uvre des m s fst elle con
fie eux seuls ? Non pat Tout
ehrtien est apire Ce t le pn
vilge et la noblesse, disons aus
si, la responsab lit de 'oui dis-
ciple du Ch ist. de Hui qu;,
'selon la dclinil on tapidiire lu
Catchisme, aya-1 t biptis*,
crot et prol sse la doctrine de
.1 -C. . Soyrf :pAtres Comment
faut il tre aptres ? Le devons-
nous et le pouvons*nous ?
Tr*a brivement, mais d'une
manire frappante et en traits
esquisss avec .-..t et l'exp-
rience non seulement d'un Su-
prieur d'lablisstment d'duca-
tion, mais d'un directnir dames
et d'un onnaisseur parla t de la
so it contemporaine et de no-
tre socit en particulier, lepr-
dicteur oflrt 3 moyens d'apo"-
tolat la porte ae io.;t le mon-
do.quels que soient son tat.son
.ige et ses fonctions : l'apostolat
de l'exemp'e, l'apostolat du bon
conseil, l'apostolat de la prier .
Peur tre un exemple, i faut
augmenter en soi la v e d yine
que nous tarions de Celui qui est
la Vie; il faut l'iugraenter, en se
perfectionnant saus cesse, la vie
chrtienne est une vie de progrs
de perfectionnement incessant en
J^su8 qui s'est appel aussi la Voie.
Et rien n'est p'us fcond pour soi,
plus utile pour les aoiies que de
se perfectionner soi mme C'est
un d voir envers nou mmeset
envers les autres. En vertu de
l'ineffable eolilarit, de la myst1-
rieuse communion de saints, tout
agrandissement en beaut de nt-
tre personne, accrot le pa rimoine
c mrr.un a tquel vient s'alimenter
I humanit toui eutire, non se -
lement celle qui est autour de
vous, mais encore celle qui &'ag te
distance, dans 1 espace, omme
file profitera celle qui s'ag'tera
dans le temps venir. Au on-
tmire, toute diminution de no-
blesse, de vertu, toule action m
me ciclie. toute pense enfouie
au plus profond de nous mmes
et qui n'a pas eu mme l'occasion
de se manifester au dehors a des
rpercussions incalculables et di-
minue d'autant le fonds de richesse
morale et spirituelle qui appartient
Jsus et Par Lui toutes les
mes rachetes. Aussi gar lex-veM
de compn mettre le trsor de m-
rites accumuls en vous par U
grce, vous aide/, voler les Ames
h Jsus, en lui soustrayant ces
mes qui, sans votre dfection, lui
auraient t gagne*. Chacun de
nous est comptable, non seule-
ment du mal qui se fait, mais en-
core du bien que nous avons mal
fait ou que nous avons manqu de
faire. *
En tant une lorce morale par
nous mmes, nous inl uons sur les
autres, par l'exemple. L'exemple
dan9 la famil'e, dans la socit.
Alors qu'un bon conseil devient
parfois chose si difficile accepter,
mme par ceux 1 qui on a le de-
voir, l'obligation imprieuse de le
procurer, l'exemple, un exemple
persvrant, le silence, un silence
attris'. et continu liuissent par
agir et brauler des curs qui
paraissaient endurcis et des carac
tres qui semblaient r belles &
toule action du dehors.
Exerce/., qua-it vous ne pouvez
parler sans provoquer des [temp-
tes, exerce/ l'aoos olat du silence
qui est une protestation et une
log n da choses q ii triomphe in-
faillihe-pent Se taire devient alors
la plus efii'-ai-e des re nontrances.
Enlin, l'apostolat le plu* c im-
mole, qui embrasse un champ
d'action illimit car, son terrain
n'e t au're que toute la l'rre, et
tout le ciel, en un mouvement
coatinuet sans cesse renouvel da
\a et viait te U crature au Cra*
tear, l'apostolat le plus facile et le
filus recommmd, c'ed IWposto-
at de la prire, qui seul ou uoi
aux autres torovs d'apostolat, fait
m .nier no* supplie tir ! vers
D; u et fait daseealre les g'.\ e
des cieix. Pfifiq wi l'uiostolat de
la prire pour tous vos besiiis,
pour la convir-ion dos p heurs
surtout et comme Sainte Monique
v m < oVie i Irez, tt ou tard le re-
to ir Dieu de l'a ne qui vous est
chre. En sauvant la vtre, vous
aurez sauv celles dont vous avez
la ch irge Voire rcompense sera
g ania, cir l'uvre tes amas con-
siste fermer l'enfer et ouvrir
le ciel ta me lai lelle nous in-
vita le o i dateur le l'apostolat
chr'iai, notre matre t notre
mo lle Soi va Seigneur J-'i.* -hrisl.
Tel a l, en subit n < <~e ma-
gniti-jue deuxime sermon dna
hquel le K P. Lan re semb'e
avoir vi ni embraser ses an liteuid
du /.;le aoostoliq ie dont est
un si lirlint exemple dans la
vigne du Seigneur.
SONHST
Pottu Pbobus Ui.or
U ftt,*l|cli ^n>, ii'.-st bi-lli- sai |wr msl...
loslnrfsrl m >fu\,\-,t Jrotlil'riiBjairt'
ItfartJ rrrlaiiti-iiii'n' (ml iIm j.iloiiv !..
Hais quaa-l rtss warM... |e nefan leai
m.iH'!iif !
Hflas \f n** If puis Iod rN os grnoux
Ose vouloir ukrer eacerc fil son Jdire,
fi xi \r misli.'jiiis cerUM sur n pn fii
Utbei ifii \n lii raiisf pu est lolre sourire !
hj [ 111..Si ioel |u'ii:i lousalliruiail le rnnlrairr,
S m! ne le ereyri p^sl iais nsat weiasinai
ij.ii I wcsMrrail fun im lsn|sstM Mraia
Li rolomb' leilllit, riaale, au fusil Je l'aire
0 iju'est >>lre sourire lh qui nie le dira '
Car plus d'au ri eM inorl...ell'oii BCeBaVfBV!*!
L Mari IH WD
Au Banquet de VoMociation
de lu Presse ungloamri-)
caine
Dans un discours, I. Caillaux prolesle rdtilie la l-
ueiide le reprsentant hotteaui Htions BOglo-
' saxonnes et explique son jioint^ile vue au sujet
de lVuvre de reeonstilulton de l'Europe.
Cine-Vdpltus
VCNDREOl ET DlHAMCOIt]
Ce soir la Direction offre8
5) cflnti ns l'eu'ra U lin Ie
L'lionne aux. Tro.s Mit'
qnes .
Diminche U Hevue |ui
avait o i tant de Bueci Port-
BQ-P.iocien s.;ra r jpri.se. Mes le-
motPetlea Weiner, Mixinlien,
MM Bjy^r, Vaillant et Ch lubet
en seront les int r.rtes. Si l'on
se rappelle l'etithou iwM qui
avait accueilli la Soire de Port-
au Priucieo, on co npren-lra
pourqtoi notre deminde a pu
tre agre.
Les chansonniers montmar-
trois agrmenteront la soire de
jol'ca chansons.
A Dunanch ; donc
M. AnUne Rameau
Nous avons r*i a' * fAv&t",
en nos burauix la vii'e da
notre charm Dl ami Anioi ie
Rameau, Con Dwaieemi '-
veriicm-n! prs h T-ihuoi de
Prea i istanceaux Gaye*.
Son 8-ji'iir parmi nous ne
sera que d i quelques jours.
Eu i< souhaitant la bienve-
nup. osjui lui reeotiTetoM nos
lympaihies.
PARIS. 4 Dars un discours
prononc un bamiuet de l'Asse
dation .e la prose anfilo amn
caine, M. 'JnillHUX a piotest con
tre la it-gende le reprsentant boa
tile aux Dations aDglo saiooneall.
a rappel qu'il tut l'un des pre
miers partisans de l'enle coidi le
et souligne qu'il a revendique ieu
lement pour la l'nuoe le droit de
'igurersur un pied de pleine gal!
t dans les a.coid* intervtooa ou
ii>:r m :"'i
H .' \t qu il i
ci ioeu que l'oeuvre de r'eons
lit, i de l'Europe d ferait flei
De 'I <: ..... lr Hr "" ""
plei. :ord en uiglo axons
et Us t-at n? avec la volont de
sauveur,!.r l'tat social ei d'ear
1er d '- uveaux caUclytncs. Il a
ajout qi il fslimaii qu'un
nouv pu uni liquant un i t "u
l, mal i.al n'e*t pas cofttn dictoi
re avec le patrioli.-me ; l'intrt et
la scurit d chi-que nation de
man laol la ((Opration de tous
les gi.inds p'vi"-
Il conclut en i 'stanl sur la ra
lisalum d un kd< .1 dl scurU,
d'arbilrag In paNB appliquant une nou\ell-
formule d'impt n'a pas- les m\
mes facilits pour supporter le far
denu considtrable qu'un pays com
me par exemple l'Angleterre o
l'income lai fonctionne depuis H'
ans, d'autre part, le transit t
,1. s richesses d'une nation une
agira nation es! une chose tih
complique et ne peut se rali. r
suiliment par l'exportation d : i.J..-o ou dis services.
M. Caillaux demande aux ioi r
nelifles anglo en
1er a leur- p )Sla complexit de
m., lici 11 leur d>t conabUa
il laul j apporter d'esprit Je le
i,,i m c soopleiOe afin
lu miner >crs une olelion amie
ioal li mellleun jadl i a t
de passer l'peega soi 1 ard i
,i serait msioteoant le pasatr
l'p; nae sur l"'it ce qui estpo-i
bit utin de ne TMS bi'gr le pi
de s'app;uvrir, car le pays I -t
lace eu tiifiait d>>s avant , '
minimes sans compter l> s d ivin
tages moraua.
*e Prsident Coolidjjf, tDtOWi de ses vieux parsnls,
des Membres d cabinet et de la Cour Suprme,
embrasse la libls el expose dans un brillant
discours 1er directives de la politique n nu'ri rai ne
ff tarte fait egaltraeat ttii?\m iMmlwu
------------- Dr!- R TH3AUD
lr mi liiioirc
"*~ i II Conr aie St-Janes
Nom Usons dxns le TlVl^S du
12 Fvrier I9SB l'eBtrelWauiveut,
relatin*. la rception par le II )i
d'vn^leterre de notre distingu
Keprsenlant Londres, Mr Au-
guste Magloire.
Palais de Buckingliam-)
(il, Fvrier )
Son Excellence le Comte Las/,
lo S/pary ( qui prsenta ses let-
tres de It-ppl commo envoy Ex.
traordinaire et Ministre Plnipo-
tentiaire duHoy-turnede lluogiry;
et Son Excellence Vir Auguste Via
gloire ( qui prsenta les Lettres de
R.ppel de Vtr Jules Lizaire et ses
propres Lettres de Crance comme
Eov y* Extraordm.il e et Ministre
Plnipotentiaire de la Rpublique
de II iti, furent reus ea audience
par le Roi ce matin.
S r Eyre Crowe ( Sous Sec r-
taire d'Eiat Permanent aux %ffai
ras Elrangies tait prsent, ainsi
que les membres de la Maison
civile .
Parisiana
Ce Soir
Le Se r.t de Trfle
6e, 7e et 8e pisodaa
Entre G. 0.50
De itlste
Du* MtnilUa la Moatr.V
de* New York et la
la llavaue.
' Travaux en or el en por
celai ne.
Kxliaelions indolores par
han;stliWte icondutlive,
piaiiqin'es ipcialeOMBl
|p. {Midi.
A'ASHlNr.TONDeloi'l l'ea
dr( it liitorioue ou une leufoe U
gne de Tr<:d. i.ls ont prt le
ferment oluinel de lidlii a
pays *t a la Constitution, le I
CtjolidtY a fir.bras' la P W
que'tfPhit M. raft, rsvef de ! w
tire el n jirrcnr ion disrrurs
d nslwlli lion.
V. Hfivief pif^'a seirruril h 1'
h 11 .i pr< rori m ''<""- "
', ini |e Paef. i1 i
lidvi- pn la fBeol I l" r Pje
ci?e. Le eoli
lifV.i'ini, le lenait
a>ai I iirtr'dislf wu t drn'*' lai
Mme Coriirfe ttp mfre da eel'e
ri Mrre f.rodbue. Vlnoient nsui
te les membres du cnb;net et de
la Four suprme, les rfBelaie hi
prieurs de I arme et de la mari
ne, les membres du For| s diplo
rside notre ivenir et notre de* i
ne. Ceci implique de la pirldu
gouvriiemeot uii politique m i
vaut deedirective trs prcise; ,
lireclivea exigent dans ie ,1*
m ine des aflairea intrieuesa des
tomies mieni comprimes dira
le. y, luflfl rnue et la l
:mp"ls.
utant le.- reettcm* de l'Ame
iqU pi.i-sanr*
n v Coolidge dbuta en dlsaat-r '
Notre peyi u'e tue des inten
lions paciliques vis vis de toutes
les uitres nations '*. Il a b'd que
en mciue temps la faon dont l'A
,ue peut tnaufester son es
prit pacifique eu aatietenaol des
rorces militaire] compatible avec
h dignit et la scurit de sa gran
de nation, lia dclar qu'il ai
noierait de toute* ses torces la pa
rppas d'Ouvriers
Sout ,(,s c'eries les Mlles de
Iriaae 'e af, pr ai 'MV'ments
de la lin\ aux coins des quar-
tier de commerce, partout enlin
o les repas 4 bon march oeuvent
trouver enn^ve?, s'tablirent de
bon nos Temmes; avortes comm-
res q , dev?nt un impnr'a'd atti-
rail de cui-ine install h mme 'a
rue, font rooller > des *vu iees
ventrues ou bouillir de hautes
marmites
El lor?q e midi snnne et que
cee le travail, c'est l qe porte-
faix, ouvri rs, ardes-magasin,
sbipes, petits marchands de su-
rettes viennent prenne leur repas.
Et C'est plaisir de voir ces g. r.s
dguster la sa-ne piquante ou mor
dre a belles dents dans les fuman-
te ashielti s de ri/ et poi dor.
Ces bornes femmes sont la Pro
vidence de ceux qoi re p ittct
mettre pouls au p"'.
ne. les rneiri'ie *wi i . : '. ; .. ,.. ,- u
Dstlqol et les membre, du comit lidpation de 1 Amrique au Mb
du Congrs charg de l'organisa mil de.l itlee internatloosl.L Ami
tion de la cVrrronir. On estime
n f.0.000 le romlre ('e visiUora
venus a Whingtop pour ssaisti r
| |a fr'mnni<* < lo 'acen-d I die
que celte journe A installation a
t une ( toirede la eaeHade f.lale.
Pans son discours, M. l'oolioge
a dclar que lui et son adrri ls
trali n s'altachera:eni de loi t 'e. r
pouvoir allger le Im.' ''
tri'ur du pays et assm-r la
p-ix l'extrieur pr .spnt comprhopsion mutuelle avec les
antres nati-ms 11 se montre p'e n
r qu\ dit i1, ayant p is l'inilitiv
du mouvement en laveur de la li
mitation dsarmements, il est in
di pensab'e de continuer dans ee
sens, il s'est dclar en faveur de
la participation amricaine aux
confrences internationales cha
que fois que les circonstances ptr
mettront d'escompter ne erait ce
qu'une promes-e de. rsultats pra
q iej et favorables.
Il a prconis l'aiie et l'aea s
tance aux na'i mis prouv el 'est
rronir ea fiveur d'unmouvemep!
tentant fclairctr le code I ki-'h
n, lier
inlrc* naicn Il iinnii" r ----- .
dvXiUtae et a W*A entendre t.f international at ei
LTaee a..a mesures ri 1 de. guerre d'agr. ssion.
iSnUet l'hnmanit allait;^ A l^^tfiftt
a d
s'ouvrir une re de prosprit et
de courage nouveau. In e peran
ce nouvelle eomme- ;nt em"lir
1, i......r des hommes. ' Noos aoBi
me. amricain et vonlon- 're
de p'us ", a dclar M Cool.dg-.
>* quelque chose noua a * * 0
ru par Sfaaericaina, c'est en cela que des prtrogativea de U t
clar drtns son discours d instal'a
tion que l'opinion publique tmri
caine comme du rea'a celle de
chacun d< s snateurs au fond de
sa eoaeeii ace, r^cln- i rfjinie
des rglements du Sn". Les r
glemcnti aetue's. M* i', ne t^eu
- droits et
lut'on ara^



LK !
*. i-..
r.
'
rictine. Il mentionna en p;ili>u
li*r les rgit mats qui peinut
enl Sur ''eu.s de r. lu mi i
ii.ilt h.'.inti 1 i i>! -tu g (-,, du
in ut,M |:i li il.nnr IJ ,i .1
i.i.i klid ii.;ii Uwin i: i h . ii (ji'-i la
dn.il de laite ses propies ng'e
ments, dit il, cela n'ex ufti l i.. a
certaines habitudes qui Ion leul a
laisser aux individu s'arroger dis
pouvoirs dont ils se servent pour
ues marchandages lgislatifs.
Avii tanyUtrt
Di II Mlliei ci ifjiltOfll it'roi.t
p urt>- I i loulti prraotUM qui
l ra rtiiot vr 'Uih plu i crpitai
ce l.i reine v,\ v.. .-\.\ i vciiJie
ou lune*.
S'adresser ai: b :r?au iLi
Jyir.pl.
iXourelles trangres
Par Gshle
Dans la diplomatie Iran
< aise

P*rus, 4 Lu nomination de
M. A bert Sarraut, ancien minis
tre des colonies comme ambarr-a
deur en Turquie sera olficiel'e
vendredi. L'accord commercial
franco poituguais i t sign ct-l
aprs midi.
Rencontre i Paria de
ff.Cliambrrlain et Hc niot
LONDRES V. Chamberlain,
irnlate du l-'< ii'go 0f6l '. s'ar
n'Irra a Paris en >e ien>lnnt a la
runion du conseil de la Socit
des Natioi s -u'ii an mi i l long
lerrns jour discuter avec M. lier
riot le part*" de srurit de Gn
ve.
La Roumanie el
l'Allemande
l:i'CIIAKi:sT Le goovrrra
n.tnt i mi ii' dcid de ne pas
donner ni i aux menaces il-' e
I i/Mtil'cs cc nom;ques contie l'Ai
Km gne 'er partisans intrts
de I AI e rr f j; n e ont rueal an
vu nrre le fiouvrrnemeut que si
1'" I crr.ig c est prta d'une put
| admettre qua les annuit* Pawrs
ne ( onsMIueot pas p< ut la Rr utfia
ni. nre irdcmnic n.'\> i le COOT
art dcnnrgis dagoerra, r"e est
d'aulie rnrt dans la prs> bi'i'
d; corder des rcpaaliors pcia
1rs
Fi nraiiles du Prsident Ebert
BERLIN- L'Allemagnea rendu
le derniers honneurs au chef de
la Nouvelle Rpublique, M. Ehert,
mort samedi. La foule s'est sur
tout perle k Braddehourg pour
voir le spectacle extraordinaire
du corlge traversant la pas-age
autrefois rserv aux hautes per
ronnalits du pays.Un granl nom
bro de spectateurs n'ont pu Irau
ver place dans le grand cercle en
Muriay
Hier, a o heures de l'.yrc) ,m
di, lei.iciei J'i l'cUl -...i. j. ii
>i->:liou VI I, .it -V pli, i . j ,i ,
celt h. ..u io .na' i J. J. r. ib ju, du- ,i- u Je i i'j
oie iuiuIc il. <>i/o(o cl ac Au.0
\ e Aii'iiinali iiaiith r.
Ltfa Itlll.lus tlmtli :
?'our le^jux, Mii> ie .1 .leur lu
Bd^tisle t'. .j tel cl ci i.esi uitiiiit- ;
pour 1 e|iiuk. ira >ini.l.i um n
l'instituteur II ...ai .. uieu uie.
Compilait m*.
NOUVEAUX iUltib
;.. MSTK'.tB t U> !..
! m Bl y t. k
('/'. Ul.-Ol." 113 9
l Dnias
A i '.ca-Ji >u lu Jd i\; j i i
ruai;..un .in mois,il y iiim > > e
I dni lu a la ciap-li' uJiii i .
(aoa de l'lidcadu Kei.lilag o
M. Lihb, pressent, a proooec
un ififlcmrr* aoro* la c^rrnooie au
palais r r ;i Ipnti-1 La crmonie a
t tri* ci.it. FUe s'est o'iverle
pi r I ex.uiion de la marche fu
bre Af i; ethoven joue par l'Or
ehes'ra de 1 Opra national. Le
rh >9ir de l'Opra a alors chant
le p mime T." el le chancelier Lu
Iher a prononce un discours, en
Utile on a chant le chant lut
bre d-< Weber et le dfil a corn
mene vers le Reichta^.
Nou/elles Diverses
BUUXKLIFS -Le Snat bolga a
ralili ai.jouid'liu! les termes du
leeal emprunt .le .() 000 00.} mi
gncis ao l-"'as l'i.is Mrs la lin
de I ai ne N-rnre
I'.miis Le Prride ni Tourner.
glM a ain-ss srs l'irila'ions i ii
praidaol CaoUdge .1 l'nfasior de
fou iostal'alioo cl envr y s fF9 c,,,,
h.ils 'e prnt-piit la rj ub" -
|ui^ amie.
GKN'EVEToti'a la SuUre s*oe
cupe d< s lettres crit s aux jour
ans suisses bu sujet de la situa
tion militaire de I Allemagne par
le professeur S'ipel du ColIVsj* p0
lytachiiqaa fdral de /. Heb Le
professeur Seipol reprsenta DM
Allemagne imrria'i-le eta'fi-ne
que sous peu l'Allemagne rtira
mettre en ligre une armJe forte
et mon ne. Se- leUra* font
8.i Morgan au sujet des prparatili
militaires de l'Allemagne. Le pro
fesseur a ihli que dans 1 s l'ni
versits allemandes les pr il s rsjra
et tudiants s m lil j >d imp ia
lisme ei que nSvj* p.tmi le peu
pie cei'e doct ine r,t,i |e rapi l^s
f rogrs.
i la. ocrcy rn.^ aiRF |
OUIOcl'HlftUi .m.,,.'.".,r'.'.
n vacsm .i m uni ci
SI IM3 rt TAR:r .m-' <,
"* S*.
Il nVsi d;i^ 'mjp l'tr.lt
tP n'imnirle 'unni pour
il^liiT.isspr (Kiin et-
datl ollrir l.*n Ml {r< n*>
nU jl io'e qut l'n i fi
sonl visibles ; > P m' F.
AlXflft ol|rr i] liion |o
HAa e'o^s ( ne er'e '| ie
le sffnii'i'.
Le ^Aia.itio
Le navire buta m iqua M-'g^n
tic' jaiigeaut 9 Itkl lu,.u.s ttf arri
v ce m.l'm l'.i'l au ''iii.ee.
Il a bord 103 pis^agers, dont
cinq seul* ment S deafioa ion de la
Capitale, le> autri en In.Lsil.
La naviie %ieui de S. i.liago de
(Juta 't e.-t fkrll < e c nli (our
Kingston
Caal la deuxime loi- que c lie
unit de U f alla coiiiirn-H-i* e an
(i'aise luui I >: l'.,i l hii l',i c .
contre
la
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
d> DELORT, Pharmacien,
il, lin..- Bmtrt-Ai tomt
PABIB
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
PORT- A T7- -> M I fsic:-E3
AI't.PETi'US: f r-r. cie ALBFB^""
Pli'finci du P Ji ti VIaRI' a
}t fo> '- lr~ ho;in I't,*...Hr-,
Compa(|De Gnrale
Transallanliqu
j
Le pquel ot Macoris parlant
de Bordeaux le 28 mars ist atten
du Porl an Prime le |f avril
Il repartira eerf le 18 a\nl pour
l'ap liai ien, San .luan r t le I ft
vre prenant f rit I pa>seirirs.
Le paquehi.l "Caravelle" part
de ItorJeaux le 20 Fvrier es
a tendu t Port au Piince le cou
rant.
Il rep rtira la len lemain de s
il rive pr.nr Santiago de Cul a et
le nombre de p'rcrs tant limit, les prrlada Sud.
les paifonoes i'n'rant profiler de La suite .le l'itinraire *>ra li..
cet e occasion sont pries de se a l'irrive du paquebit.
f* re irsiriie l'agei et. Port au Prince. 3 mars 192.'
L'Agent E. KOBELLN
Grrisspn Une
le sleamep "Eda" venant le (Vistobtl sera i Jjc-
mel vers L' 12enuranl el continuera le mne jUP
pour tjftvrp, BoltiT'Iam, Hamliourq et Oslo (lfflqej
a- via \e$ poils hatiens ollrant du l'rt.
iiGS COUPS L" s,,;,m'r '4Eii-l|eld venant d'Oslo (N.)nr).
lamhniirg il \wt% sera i Port au prin e vers le
20 cornant en roule pour Cristolial*
West M'a &!3otfc Am^rfei Tra'lo Ca.
f gent
"> Mais
NI.W rORI Kranes
Sterling
19.56
4.7;
NniiM-llc rnlemcnlj'lion
de l'immigration daria la
R|>iiljli(]ue Donunie u.ie
La livraison du Moniteur du '
du courant comioile la reproduc
lion de la partie suivante d'une
loi vnte par le congrs do.-nni
c in le 0 du mois de l .'. t r t. : i
iy-.'4, rglementant l'immigration
d ns la Rpublique Dominicaine :
Art. 2. Les denun les ftiis
p>r les individus qui d'sirent s'in
troluire dans le Pays en qualit'
de journaliers ou celles ftiies par
toute personne intlCsse, devront
otre faitea sprm?iit et il sera
app se aux dos de cette demande
des timbres pour une valeur de
\\ ilul ors i
i.i.i"' llesnii communiqueau Pou
voir Exautif pour les lins Cunsti
lulionnelles.
Cette loi a t promulgue le 29
Dcembre par le Pr siJeut Vas
uuri
Pioeliain Conips
Ceux qui s'intresent au d e
"PI riiu'i I du bien tre indiistii I
l.i!, le monde entier acclameront
le CoDgrl International du Seivi
ce Soi iil du Travad, qui aura h u
Pel r.r-rliain Klessingue. Il 1
tan le. du 2<> u -2D Jin 1913.
C'est ce que n. u lUooa dafll me
inlressanie circulaire qi.e nous
venons de recevoir et qui exp'ique
le but de ce prochain congrs o
seront reprsents les pays indus
tri*la de toutes les parties du mon
de
Ou espre qu'au congre.* a lien
peimanant entre les pays sera ta
Lli par la formalioo d une associa
tion internationale dans le but d'
tudier et de favoriser des relations
satisfaisantes dans l'industrie
Pour de plus amples renseigne
ments s'adresser au Secrtariat,
M. L Kleddrus, Verreries, Leer
dan, Il"llande
fa rentre du Ironpruu
LONDRES On a t trs frap
p-dii s las ii. lie.' \ otiiciels de ia
leati-vi; du kiivLpriu/ t da a pu
Pc'plion'm \ manifestations poli
l"| es de l'o'ld.iin. L'accu'ilen-
thoie iasle qui a t I ni ce prince
pir lu f,u e fait erainlre u e res.
tauraton luoclnini, ce q i entrai
nerail la ginrr* cou i awaL
On apprend, d' lira piriqie
des sommes m-p. laoles ont el
nu .s la l'-p i-ili.ii di pr n a
pour u-.e a 'ii u m aa ehiqui
LV'ien lu . d i \n e.'lr -
uand '. des piritiieux
UJ Ktata |uH
VVA8 IINCTON -Selon umap
fiort of ii-iel du ministre de la
usiiee, les ag nt- du lise ont re-
connu, en 1011, au large des cotes
des E a's-llnis 3112 vaiseaux
lrange-s se livrant la contre
banne .l-s boissons alcooliques.
307 de ccsvaisseaui battaient le
pivilou britannique, l.o ministre
de la j'.siice est loulafoil hemeox
de constater que les gouvernements
trangers se montrant de] plu? en
plus d s poser dcourager les ef
fi.rts faits pour voler la loi des
Bfati li is.
Un Philippin meurt Ig
de 134 ans
Une dp he d* la Nouvel!- or
laus annonce qu'Antonio So'ita
na, originaire des tles Philipines,
vient de mourir l'Age de 134
ans. Solitsna naquit en 17QI.
En 18(10, il avait mis le (eu
un voilier britannique, mais n'avait
pas t condamn vu son Age avan
ce. Tout decirement il avait ma
nifeste l'intention de se remarier.
La Guinaode
A partir du le |frU,
la (xuiii'iudee sera trans-
fre I l'ai'ijle des rues
des liratlas al du feupJe,
ALUMINUM :'LINE
New-Orleans & Sol
_ American Sieamsbip Co k
Prochain dpart direct
pour l'orl-iu Prin e II .i
te steamer Upsliaulian laissera |ef Or-Iran* '. '*
mars courant direct' ment pour Porat, rince.
i e s'eamer Wjeilnils lai s reflet Orlans I 20
mais courant mi tous les ports d Rail).
Ce 4 Mars 1925
A. de Malleis & Co,
Apis iraux
CtUiao Sieamsbip Company k
J^teanver i Jllartiniqfua# ayant, taite
$lw%ork te i$ ffimUC iwiitt. Ht atteada
a ^ait-au-^iinf^ lo tamcU 7 Sfaau coa-
laatalaCap-frfattlea, oaaia*A et k-Aaic.
Si tepatfuate, mne jour ^itectemeal pur
(fiiut-A en taule, pout tKia^fori :la. cl fe<,
patb de (a CuCam6ie.pteruiaL fteL &np get5.
/rv'. BU TROUVE TOUT I
AU I
Bazar i^ETROPOLiTAm
Vente dfDTeatiirj Graidis Rductiooi.
Pour (aire de la place pour d'autres articlea.et
la-nment renouvaler notre iiiarcltandioe, HOU ' .,
cor.sidr.ible nent rduit les prix da certainsar.icfr'l
vous les verrez tals et marqus sveo des il ruetl
routes. slstant que de quelques pices seulement, lei pi
miers arrivs en profitrent :
Po l-Mine c Ev rtharp >
Porte-vniis Aut.m <.ti.|.ies
Epines rhev '..\ en r- aille h aq i t
do do la (aiu
Doutons pression a carie
Boutons en ca Ile, noirs et b'ancs
lonUche
Gsrouues pout robes
Miroirs
Rouge Coinput
Boutocs j.. n f n. Iiilli s
do do or | 'nq
l'aux-cols tr.ous <. ide >
Chausseiti-s d'enfants, la pa're
Bas de l'en mes en soie, la pa'ie
Cravate en tous ve res
Cbaueefl'ea d'b mmes, la pair^
Bas de f. mines en col- n, la pare
Pas de soie pour lemm-s n leproi fu
Chemi-e de soire N 14 s-ubment!
Combinaisons pour g oi net Nj 30 et SAapL
Chemises blanches pour hommes
Climires couleur ktkl I t j soulemen
do do ''Arrow'4
Chemises pour joua a i Tennis No 18 seulem.
Chemise c niibinaison [tour les s or
Je i di serviettes en .ui->e
Rasoir- de sret ''Everrealy
Plumiers garnis, poar eooliars
SavjLnette parfumes ''Lmor '
_ ., ** richeuse la boite Je :t
C)l I Ci. me en tubes
" en pelils luhe
^ i Chew ig lua le paquet 5 cent 3 pour
Ladenas t es solides pour au'o,
Porte M n s Eveethara
Plumes rservoir
do do
do do
.Nouvellement arrivs :
. I> nbons assortis 0.35 la livra
Chocolats boite gravure ).tf U liv e
' I i'e mtal fantaisie 1.00 do
r-le D nti ice "Pebecco" p"i le Hihe
L mw pour Ra7->i> Cillett 70 la H >e/a' ie
Pou 1res de Tali Kirk io la boite
GraaJ assortiment de verres k v a, \ liqueur, a eau.
pbrIirdeOrl.OO.
Avant \Ma!n'ew
Or O.fiO 25 ii
35 1
tl
15
12 la'douz.
ta i,
10
l.so 1 i
M
61 1 a paire t
1 00 do A
35 1
80 i
I...0I J
50
45
80
1.71 t.]
3/0
1..10 M
3.50 9
3.50 if
2.25 il
:i.so 29
4.00 M
20 xj
i.OO
2.00 i"
I.00J.I :h\que %
a.7 i M
15
15
(1.00
1.7! 1.1
5.50 31
4.50 IJ
3,*0
N'alls de voyage Or /5.00 chaque. Mallettes 3.7
Tapis de Or 0.70 Or 8.45.
M.
CO\|F'5T'RL,"S : Voublie/. pas que no. rsyon d-Epicara v
la m ii' > d-* n itr-i marain, el c intient un 'snrtinant des pi n
p'els N'nlre Sola SOLNTAlVesl touj urs ni si populaire.
Lubin
Lubifl
Tout passe...
Rais "les parlums de LUBIR res.>m\ les msill rs.
En vente aians toutes les bonnes maisons.
r
*-
L'Organisation De La Fireatone
Eat Saine, Solide Et Universelle
^JN tabliitement industriel eat comme
un arbre: il prospre, non eulemeat
par a puissance de ses racines, mais aussi
rar la vitalit ds ses branches.
La Maison Fireitone dispose le toutesci
sources de puissance. Fermement enra-
cines dans la prande maison-mre iM
branches s'tendent au loin, verdoyantes
et vivaces.
I>ans le monde entier les Pnus Firestons
ont exerc une heureuse influence sur les
transports et partout o les gens roulent
tur des bandages do caoutchouc, ils ont
appris avoir confiance dans la marqee
firesrone. Vous aussi devrie* exiger que
votre voiture soit munie de pneus de cette
marque: elle vous garantit le confort, la
scurit et
U Maximum de Kilomtres par Franc
L. Preetzman Aggerholm
Port-au-Princ
PNEUS


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM