<%BANNER%>







PAGE 1

On beau discours de M. ikriol Parisiana v la Fraace duit resperUr les cnqaycmenU pris, mais il faut au-n jue les allis soient justes envers Ile. PARIS— Dans un discours pro n.enl rpaerleterribles perles n >nc un .! JI mu r !•* u A del eueTe. Lt l'rance, dit il, tioo de la nr-e nrtlo amenciis'oflorre d* restaurer sa situation ne, M. Herriot, prsident du ron fnaneiere avec une admirable v> MMI, a rappel qu'il ne ngligeiait lont et je vous demande de bie i aucun elFort pour resserrer les comprendre que son rtablies ; liens c oi.lnux r\i-t.ini entro Iti grandes rimorraties amricaine. anglaise et franaiee. Il a dclar qu'il errp'oyai toutes tes force a remplir son devoir de pacification et que tant nue ce serait en ion f )onvoir ; ii servirait la cause de a scurit et de la paix. Le prsident du conseil ne nie ra jamais que la France doit rcs pecter les engagements pris ; il de n.amie aux allis dlre justes en vers elle qui travail !• nergique L'aliaire Manchet contre l'attat au Tribunal de Premire lista00e L'on ne rappelle que M. Albert BIHII li :', ancien ministre Plnipo tenlinire d llaili k \\, s'u'rtgton, avait demie relient intio lui : une action contre l'Etat en paiement d'honoraires pour avoir iv| rsenl celu ci et sign en son nom le ron trat d'emprunt. Il valuait ses ser vieee SO.OtO dollars. Ce malin, par l'organe du Juge, Lon Pierre, une dcision du Tri buual de Premire Inetaaea ett i i tervonue. dboutant M. IPanchet •t lai reconnaissant simplement, ea vertu du tarif ni eue a la loi Lger de 1911, la somme de cicq dollars, prix de set itrviejj. 1 1 1| 1 %  Vari, es CE SOIR JscMa-TirriT 9e, 10e et lie pisod s Entre G. 0.50 J Dimanche En Dtr sse Grand Drame en 5 parties Entre G. 1 RO Loge 2.00 ni' n est la con ilion de tous le* autres rglements La France 'est montre gi*nre>:?e L mires en f cceptunt d re'ever l'Allemag.K, elle a contribua i l'emprunt de 8U0 mi I ont de mi'kf ma'gr s s rgions qui soiffienl ft ses p-o vinces qui sont en ruiues. Mr U r riol conclut aiisi : N us devons nous exp'iquenettement et fran chenu nt ; je %  • ai an un scrur-tile %  ur ce peint a demander vo're aide i. ISUil ( hi nout -I amande de publier'. Il a paru dans une f -i.ille la date du 20 ourant un entrellet relatif un incident regrettable ejwi aurait pu provoquer les suites les plu* frheuies.a 11 serr Lierait s'il faut s'en tenir h l'opinion du Correspondant que M Hacha,aprs avoir donna la chasse quelques habitants qui %  arrivs en ville l'aprs-midi, passent leur nuit sur les galeries se serait ru Lins la maison d une demoiselle bel les peetuble, et de ftmille honoras'*, Melle Vittoire Mica tu I; que celleci dut lutter couire lu .aetigerie du froce tranger pour ne pas tre. . et que. le lieutenant Pol land intervenu au cours de ce nia hciiii'Uf incident aurait arrt' le dlinquant, mais que loin de le dfrer la Jsstiee l'aurait n is en libert quelques heures aprs Ces faits ainsi rapports eons'.itaeot un oasemble de mensonge*, car le fait essentiel c'est q i'il n est poiat vrai q i %  M. Bar.ha ait t chez Mlle Vicio're MUbaod. L* vrit consista en ceci : Revenait de chez M. Baosk Lafoni. U Baeha lt rencontre avae un habitant son dbiteur. De suite, il interpella it dernier qui, refusint de se rendre sea app-l, prit ans sitt la faite et se voyant pjurs livi pu son crancier alla se refu gier du/. Melle Victoird Mirli m I Baeha voyant que su proie lui avait chapp s'en retourna et daos le trajet rencontra le lieutenant IV.land u qui il se plaisait. Boira temps riii'bitant .lLiteur s'tait esquiv, l'iftcidsot n'alla pat plu loin. L'histoire telle qq'elle a l.i rtp porte dans la feoilesm lits n'ecl donc qu'une faille invente pir a uelque mauvais esprit en que e. 'affaire sensationnelle Et voulo r mler le nom du lieutenant Pol land k nn incident sans importe a ee, c'est fnire preuve d'une mau % aise foi ki signe, car cet officier c'est toujours distingu par son impailialit tant IMil-doare qu'aux tiooaivcs on il a t prc dtriment. Ce serait donc pour la premire to q :e sa conduite ferait repi li* r Ibis i persistas! i i ; re--. r f ul | i'l'lr i > su-, e ( NOM remercions pour ce gi\. cieux envoi. USSH Convocation du Conseil Dimanche 5 heures au Parc Leconte. Pffi-a-PfimaH Les habitus du Cerele Port-au* Princien. ses membres et nombreux amis applaudissaient hier soir au talent du eh in.-oiinit r Mealmartro'". S'y bit joint un public familiari'- aux rgals dont nous gratifient depuis peu l'esprit goguenard, p'ein de verve et de merveilleux entrain de Lueien Bo vfcr, la musicale voix elfeoltia de MrChaubet, — et qui parce qu'il s'en est dlects de tr p rares occaiens dans la salle de Varits , ne peut plus s'en dfaire, cause ds leur tyrannique et faveursuse allure, d autant plus impri< l'indispensable %  >. Les bals tiavestis, les GeTe'et 4 mondains, l'Htel Bioelsiar le souvenir d'tsteftno et tous autres faits intressants du milieu, spirituellement croqus, — nt f-ii ip la Hevue une petite satire orifinafe taite de pas grand'chose mais qui a quan 1 n ne iu'rs-s. Iluili n'a pas t mis et en sou v r.ir de l'accueil emprefs^ qu'il y a rencontr le mettre de la ch > son franaise et ses collabora leurs l'ont mgnifie ca des eou plets flatteurs. Des chansons nouvelles et d'a trs, redemandes, ont t chantes et a on/ heures s'acheva en un plaisir m! du regret quelle ait t si brve, — celte soire, on l'espre bien, la petite troupe d'hier rditera sur la scne do Cin -Varits po ir que Ion* y npplaadisseut sans q l'on soit oblig au protocole exiyiant des Cercles. LfciattoQ Donioicai ie Le Ministre Dominicain al Ma dame Moscoso Poceision du Ht" anniversaire de l'Indpendance de U RApubHiraa Dominicaine rare vi ont la Lgation le vendre ii 27 Fvrier, de B 7, p. m Us dorai nisains et les amis de^Kanto Do m go. %  .i Un anniversaire Auj > irJ'hui est le 82 • auniversaire de l'In lAppn lance l)ominicaine. l.i^s Lraiion^ e l C on f ilats nui ail) r l.urs couleur* resnectiv^s. En celte heureuie occas'o i nous lormulom dei VOBJX ski cr. s pour la plus gnn Jn UNK BOITE J^H: J PASILLES Initia VRITABLE TALISMAN [Pour PARES aux consquenret] d'un refroidissement PRSERVER, TONIFIER vos Bronches et vos Poumons PARACHEVER le traitement d'un Bhume, d'une Laryngite ou d'une Bronchite Invt-tro. Piiw.irei-ouj en dr *ulle, mlt r -'iiii/ imployaltlf-mi'nl \tn l'.'.'i'lr. qui ron* teralcnl proy •• i-i au dtail pour quelques tous: ce innt toujourfl det Imiialmn. Vnu> ne (erei eerlalnt d'avoir LtS VHITA31E8 PASTILLES VALDA qut ai TOUI lor, achetai EN BOITES ••W* VALDA bu pastilles I A LDA sont en vente : Pharmacie Centr le d iti.it i,Pharmacie J Bout raine a Port-au i r,nC'; Vhannacte Rraiiis. Jrmie et toulesVharm tries AVIS H n'.sf fjRs sage l'acheter n'importe moi pour Rf dbsrrawer d*iti es <] ai i uift ir.VindilUreMsi 0*ll joi i celte iltc je >IH fiaas pi , J. i o lo froy V. l'en, mais bien Julio Pena. St Marc, Is () favrinr 1925 Joli* PKNA Pmerciement M iilame Veuve Rrng^t Me"nrle et >e* aofaata,llr et Mme Boaattns Ono! et leurs enfants, Mr et Mme Alfred Bellaoda ••> laarse fants, Mr et Mme Fer lis nd Relia de et leuis enfant, M r frammo Relia n de, Mr et Mme Frdric Henri tjuei et leurs aolaoia,ias %  < • a pi rents et aPis rem nient b'm SID ciement lac nrr.is de Jacmal et des autres loea'its qui eur <>nt donn des tmoignages dar Caye5 fa taate. poai 3in,pl>ti ;1 a c^ te*. patb D c fa tolomkv pieaaaL fttfe paUa Port au Prince.le 96 Fvrier 19t5 Gf bara & % 4genls. M r Franois Maimone De rtteur k Peit au Prince de sei voyage d'Europe, in l'orras in clients et le publie en particulier qu il vie it d installer rouvtau u maison de eommeree a la rue l!onoe l'ei N> 116, a ct du djr l' Hhun Tillsjo.ut. ^ MeiiMLur Franois MAIMO.NE a I Innneur d'inviter le publi il visiter ta maison o in accueil spcial ui sera fi il. Parmi les marchandises reues par les derniers bateaux, — on 1rs vera Rijoulerie st orfvrerie, Services liqueurs, Champagne, \ Ver moulh,pla'eati en cristal et monture ei mtal argent pour MxetdeiM i personnes.— Elgants services ca'*-; pour 6 et 11 personnes ai DO! laine ( tte tte ). ^* Un rayon dlolfes penr amaubleir nt, Tissus anglais et fraa.;m toutes nuautes. chap aux pour hommis et pour dames, Forme et nc.rs. JLA Ralionale i Sans Rival r.lajurettsja^ ^hantesler Envols de denres, >-- SJSaMl SJBS Bit Dans tac poeu* da tlian ortlBJtlra, srois fitccc, %  y a daYanUR. d* caoutchouc Dira IM coackcc il* tusti, uo couraintt pins paU | lec SftlMS f ion! davantag rtnloixaW. LML%SI Fi I e8,on tisao-a^caMaM piCMetMt esna ^fgtelatcicOcs%set si Moalws: •* groiM conoml. dans la coa.oœaatloa d'CMCSM. *?..S aSfSS daalriai daa poaui ttac*-*SMass ou da. pot nau ordloaUra, il M ccrtl q vous vonlw wci-U marqaa qa | .roc.r. Le Maximum de Kflomtraa P*tr Franc SSaSSSafiSS!* 1 P U **>• d saasas *s STS **"a ss PCX la nombr. da kiloa*MC aCaUSS "LT? P 0 0 *Aotramant dit. la* BCJS> m.r nh, P'*'*" 0 Pyr uo tout patit ps B*SS pour oblcnlr un bian pios gros rwidaBcat: L Preetzman Aggerholm Port^u-Princo '— *v*i n



PAGE 1

il PAOPiUK I A.U1U iMF. Clment Magloire ItJIt VEHNA 1IM, RM * 4 *** NUMERO $0 C1NTIMB* 11 L'iMUlliyeice dtg lentiments a (oujovrs pour canacquanea la ir mirasse.On ne peut pas comprendre profoiidmeat un tre sans l'aimer. Plil Boorqet Quotidien TLPHONE Nft-tt 18taeANNEiM./**3 PORT-AU^RINGI (HATI ) V£NDftK>I 27 MkYnffifllftM I I Un peu de Philosophie prise avant longtemps la conatruc lion du pont sus-parl. La ville de St Marc, aprs tous les importants travaux qu'oa y a faits, notamment l< prolongement de l'Avenue Dessalines A la Rivire L'objectif et le subjectif sont qui engage ces dpenses, sans irftfert. jadis quartier subur les deux ples de l'esprit huqu'aucune recette ne puisse les bain, doit tre reconnaissante! la main dont Taxe devrait, pour la couvrir. Les gouvernements acDirection Gnrale de* Travaux beaut des choses, s'appeler vcu's au quart d'heure de RaPublies de. eenssbes ^lorationi rite Mais il est bien difficile blais an savent quelque chose* qui font 1 admiration de ses visi d'ajuitar la vrit totale toutes Autre question vitale trs con teurs. j les oprations de la volont. Un 1/overse : e travail des erames ^ffin "ru q | rS. £? %  hors de la famille. B^ucoup de cfj 1^ m aujour ces iravaUleuses n abandonnent d hui u J ei |guri our ga durab iii leur foyer que pour donner sal ou ta r8 j 8l8nce u serait bon ,_,,,,,, , .._ tisfaction des besoins urgents, de remployer par toute la ville. personne tous les faits extrieurs pressants, ce qui est icrt lgiti Le local de 1 cole des Sœurs et jugent selon leurs propres me et louable. Elles en solde St Joseph de Uuny, entire vues, Tout est bon, tout est frent beaucoup et sont fort ment rpar et peint prsente l'as bien ( donc tout est pi rmis de ce qui leur est avantageux ou agrable Tout ce qui concorde avec leur propre jugement est tenu pour excellent ; ils applitrs grand nombre prennent pour direction celles dont Tint z rt les atteint, les lourh directtement; ils rapporter t leur plaindre, s'il leur faut livrer leur pect d'un bel i dihce. intrieur, aux soins d'oflicieuv s Quant relui de l'cole des dont le dvouement se mesure Frres, il n a pas t seulemen r au compte-goutte. Lette situation de fait ne dtruit pas la foiquent ce qu'il leur est extce du principe : le travail de ta rieur un raisonnement aubjecfemme au dehors ert un mal* tif, auisi sont ils toujours conheur i*Mir c lie qui est oblige lents d'tux-nmes et leur < onsde s'y livrer e' un raalh ur pour cience leur dcerne tout bout l'ensemble de la grande famille de champ le satistecit qu'ils rsociale qui perd beaucoup cet clament de sa conJeseendance. arrangement ; car un foyer qui Ceux et celles qui veulent, tout meurt ou s'anmie, c'est une f irix et tout risque, v.vre cellule vitale qui di*parut/, les sur vie l'cart de la vie so cellules voisines s'aaibliesent ciale, raisonnent ainsi. Au con et meurent leur tour Un traire, ne chercher son bien per pla'e s'ouvre dans le corps so aonnel qu'en leation avre le cial dont les forces s'puisent ; bien gnral, vivre la vie des a il risqus de m uirtrs utpei.str, pour l'intrt par : loules les pices fcU vtust depuis la | outre la plus lourde jusqu' la \ l us frle corniche ont l rempli es ; deb appailen ents de sa vasle cour qui taient iauli lises sort transforms en casses fpachufes et ares, et ces tra vaux re poursuivant active neat, sous (eu, l'tablissement sera, tant au point de vue de l'esthti qoe que de l'Hygine l'un des mieux instals du pays. Sous rs ordres de l'Ingnieur Dparte i.mtal, Mr le Lieutenant Philippe, Vir All'redo Six'io, Sur n tendant des Travaux Publies dont lloge n-est plus faire, par ton iotellig-ute faon d organiser le* est appel tain bien commun les trsors de son esprit et de son cœur, c'est la considrabon objective des faits et des actes dont toute existence humaine est tisse. Cette classification appartient la philosophie kan ienne. L'ob i Mit philosophique est en de travaux, Don^i tout."s Us f mnos qui plus pour la ville de StMarc. travaillent par ncessit impI rieuse ponr subvenir leurs propres besoins ou pouivoir la subsistance de leurs familles, doivent tre en ourages dans leur effort, et consoles dans la dtresse de leur cœur, csr souTtut ce qu'il a dj ralis de Iravanx utiles ici ne peut que ren dre de plus em plus digne de la considration de ses chefs et du public en gnral. Du reste, un simple coup dœil ur l'organisa tio-i du bureau technique tu lor iors du sujet personnel ; le subvent leur champ de travail est die et la propret clatent, donne ectil lui, est intrieur. Dans la une terre dsertique o ne pous une juste ide de l'exprience jectil dont il fait preuve daus ses nom breux chantiers. Qu'il nous suf lise de rappeler que cet act.f et infatigable travail eur est un des pionniers des travaux publics chez. nous, pour avoir pendant long temps, dnig les travaux Public aux Gona'v s et Port de Pela, Son intelligence et >ou activit, depuis qu'.i asl i i, te fout de doute l'tji> n.e. plu pat des cas, c'est la forme sent que des pines qui dchiaubjective qui domine. On juge rent leurs intimes dlicatesses, les choses pour le bien ou le malMai> combien ne trav llent qu'elles nous apportent, leaderau delbrs que pour des salisnonnes pour l'inirt ou le plaifactions de vanit, d'gosme air qu'elles nous procurent Cond'indpendance, de jo lissances, crtisons cttte ide abstraite sur de plaisirs var i s ns des i r grs la seule qut8tion des Irai em n s modernes. Elles se regardent •t des salaires — qu slion de elles-mmes, se me'tent au prebrlante actualit et gro se de mier plan Si mes lectrices veu• rpercutions socitles. Sulj ctilent pousser l'tude des ques \en.ei i, leus les Ictticiaires bons du mompnt au point de %  'y attachent prcmfnt; les plus vue objectif, elles leur appanl* arieux, les plus dsireux de tront tout- fait dilrentes; la Formid -*Wc amjmentaiioti Toir enfin le redressement coseule transposition de lobjetil de la richesse des EUU iiomique de la patrie, de toutes et du stibj r.tif /laire d'une vive les nlriaii poussent le p us loin lumire la situation individuelle qu'ils peuvent lturs re\::.dicaet la situation gnrale. Chacune tions sans s'inquiter de lacjugera dans sa conscience claire cioitstmtntdtsdepenses,crant et droite les faits, las chose? et un pril mortel pour la nation les personnes. WASHINGTON, 7 fvrier.— L richesse des Ktats Unis a augmen t de 75 o/o en 10 ans, anooece le bureau de statistique du gouver m ment amricain. Elle est va lue 3J0 milliards de dollars. upiaMji.U. liait i SI. lac Nous pienoLs plaisir signal r e de la route. lis importants travaux suivants 'rs dernires digues" au Pont Benoit et ie ce premier point au Carrefour de la Petite Rivire del'Artibonite, c'est' %  > dire sur un parcours de .* kilo M. < trs, des quipes s jnt employes l'empierrement au moyen de ? raviers tire du lit mme du leuve Ait b nite, et dpess i in tervalle de vingt mtres sur pi u •kcuts dans les arrondissements le Si Marc et Dessalines par la Di rection Gnrale des Travaux Pu Mies, sons 1 habile et intelligente onduite de Mr All'redo Sixto, Su i Intendant des Travaux Publics le ee District: ( A ) A partir de Laromhe, l'en tre nord de Saint Marc, jusqu'en de du "Gros Morue" une cona truclion eu remblai, avec revle ment en graviers est entreprise. (B) A "Lagon Dessalines 'c'est une superbe construction qui doit %  'tendre sur plusieurs kilomtres t revtue de roches concasses dent le transport sel teclue a i aide de camiou S bascule. L activit et la discipline qui rgnent dans les tifftrents chantiers permettent peiue Je supposer combien est grande la tit&uuce qui spare les nulnaux de ces chautiers. [C) De la sortie de la route des crues du fleuve ayint dtermin des dpressions de terrain tout au long d s digue 1 on travaille galement les ralfer mir, selon toutes les rgles de l'art. (D) Avant la prochaine sai m pluvieuse era achev le trou, n ''Carrefour Grosse Chaudire-"e tite Rivire. Cet excellent travail dont -e rjouit l'intressante p*pu lation de la ville de la Petite Riviace" est d'une ineontestable utilit. ( K; A part la construction d'un pont dfinitif Bois Neuf, o une courbe devant un norme loi se se dresse un poteau indicateur avec ces mots: Dang r", de St. Marc, jusqu'i Carni, la route en treienue consciencieusement par des qiipes sous les ordres d'un nergique Foreman, est dans un tat sa isl tisant. Souh lit >ns doue que soit antre I es Fermes de OooDsfralioo du Service technique v de V A g riculture Il y a peu de jours nous exposions' celle place-mme, les travaux d'installation de l'Irele d'Agricu'ture, sur l'Habitation Damien a la Croix deiMission j *ujourd bel, nous venons signaler nos.lecteurs les projets du Service Technique en ce qui concerne la transformation du milieu agricole. — A considrer que pour ceux q i ont tudi dans le Pass le problme e< nom que et pelitiqueo Haill, si solution se trouva dans U lerre , on ne peut qu'enrrgistr. r avec intrt tout ellort qui Stia fait en vue de transformer le ni lieu rural au ooint de vue lunt mental qu'agronomique. Adapter la cii'lure au climat, c'est un des premiers points qie le Servira Technique s'elt> e* de ra'i er dans rtablissement ^es ."0 fermes mles qu'il a p" vu pour celle anne et dont le l nelionne ment devra commencer ds loi pre n.iers jour d'avril En obtisfaat 'crtn loi, le Service esi ra [New-York Herald) Le prsident Coolidfe est oppos auIinUtre de l'ir WASHINGTON.— Le secr laiie de la marine a inform la commission de l'arme de la Clia o bre des reprsentants que le l'r .-M dent Coolidge eet oppos la l sion des services aronautique de l'arme et de la marine, fusion qui est prvue dans une proposi lion de loi devant tre dpos i par un membre de la Chambre des Reprsentants. nous avons pu obtenir, voici le rouage qui S';ra mis en vigueur dans quelques jours: la fermemodle sera installe sur les proprits d' i'• tendue de I 5 car* reaux, av e le consentement de l'Occupani qui signera a cet eflet ni contrat valable pour un eu lequel rouirai pourra elre renou vl si 1 1 paysan s'adapte de bonne foi la mih de nouvelle. Il es! ent ndti que les rcolte apparlienironl au paysan, ise* lernenl. iis ne pourront faire sur fe's fermai que les plantations pro %  oeea par le Service Technique q.ii, pour cela et alin de simplilier la m in d'(euvre, mettra la die position des occupants des fermes: chimie, herse, bineuses et tous les loetraOteotl perfectionnAs dont .vi ip. ir a ipren lr. le maiiienant. Il fourn'ra .'n pourront apprendre les noti ms in lispensables. Deux fois par an, une ex pou* lion rgionale runira les produis se ectionn^s dont les meilleurs se r i it prims. J'otlbtiaia d dire que IService Technique paiera mensuellement an paysan de 30 00 gourdes ponr i'enlrttien de sa ferme. C'est un trs beau el trs vaste programme. Son dv loppement embrasse la solution du problme < a re'vement riatio al par l'Ajricu'ture. Aussi, Ml ce pourquoi l'effort du Service Technique dans ce sens doit retenir l'attention. Dr ED. D. ft Nouvelles Etrangres peur Gstbfto Envisaqeant des modifie i "•';. d ad ^ ,ei 2L*2 ' in ts de I ii.ure. On considre com IlonS i apporter a la Ions me trs significatif le contraste en lilulion iraoaiae.l.tin tre les deux discours, Uf a dclar cju'il n'e* Dans a rairiII0 xislo pas d'iii^tiliilinn ImniaiiM" qui ne se IrftDt tonne avec le leiDpft PARIS On considre dans les milieux parlementairrs que le dis coois prononc par M Peiidev hier la chambre peur comnme rer le cinquantenaire de la t'onsli tution et la rponse d M. Ileniot gemlileol prsager un aflorl tn vue de sa rvision. M PeJnlevd a dclar qu'il n'eilata p s d'inslitu lion humaine qui ne >e Iransf-.rme avec le temps. Des modifications prudentes ont dj, n n lu la Cons titution de l87 : pl" s ('lactique. Iirilaooique 10NDRCSCor.sliuit pour la somge ont pri Elle devra s adapter l'avenir i quand le baleau de sauvetage avec la solution des grands probrnes lequel ils taient eorlir pour essa auxquels lei nations modres ont ver de sauver l'quipage du ba faire face. M. Ilerriol rpondit : teu espai/ ol chou le Chris Concours de l'Illianae Fianaise C'est dimanche qu'aura lien 'a distribution des prix du concours de Compwition et de Diction de l'Alliauce Kram;tise. Celte iiitressintu runion sur t lieu Parisiana 10 heures du ma tin. De nom') ••uses invitations ont t lance. Le geuvernemer t s ass cie entire ment aux nobles paroles du prsi dent de a chambre. Le gouverne menl s'engage l'aire tout ce qui est en son pouvoir pour raliser dans toute son ampleur tout ce 3 ne comporie ce magnifique mot e rpublique. M. De Selve.prsid-nt du snat, dans sou discours d'hier a l'oeca sion du cinquantenaire de 1 Coos titution. a lait ressoilir les services rendus par le snat en dfen dant les institutions d'btat. M. Painlev a, par contre, insist sur la ncessit d'apporter la Consti lutioa das raoaifi -ations iiui per tins Rueds s'est retourn dans les vagues Trois des dit hommes qui montaient la Inrque ont al teint le rivage.Dix huit marins rs p*gno.s qui se trouvaient bord du paquebotsonten danger. Nouftlto Dlvinu PARIS— La mission en auto mobile pai lie de 'I unis est m i i\e au Tchad. Deux avious mi il ; res sont entrs en collision dans la i ginn de Fontoise ; il y a 9 morts. l'AMS— Au cours de la derai rs runion du comit de !'Action L cible nous a apport ce ma tin h nouvelle de la mort de M. Me-dill Mac Cormick. Snateur de l'Ill'nois, Membre d'nne des plue clbrts familh s des Etats Luis, un des liomrrus les plus influents du l'ai t i lipu bliciin, M. Mac Cormick a t trouv mort hier dans son appar tenant a Mamilton IhMel. Il alla t clbrer le lu mai prochain ion 4^ rue anniversaire. e Sans l-'il nous apprend par ailleurs que tandis que les mde cins attribue: t sa mort des eau ses naturels, les avis se par'a gent sur la nature mme du mal. Le dfunt tait devenu l'une des l'uni.'politiques atniicaines les mieux connues eu notre milieu et sur laquelle l'attention tait cens tamment fixe, ayant eu, eoram i on se le rapp lie, prsider 1 1 Commission d'Enqu e Snatorial i qui nous visita il y a quelque 4 an et dont le rapport eut un si grand retentistissement. ^*. Il | '•• ii.lioii l'ranee Ara^r que latine, prside paMasui teui Reyua d, a dcid qu'un c t mit soil cr par les s >iaa el son le patronage de l'association en vu > d riger un monument Bolivar lut une place Par.s Le comit t Ideat M. Rayuald. L i preatdeaoeeei dlit.nneur s^ra offert u nral (Scme/, prsident du V( M < la. GENEV1— La Turquie a fait savoir qu'elle participera la coa i ne internationale sur Te com merce des armes le 5 Mare Gen i ve. Actuellement une centaine d*8 tats dont les Blets Unis et l'Aile magne ont annonc leur participi tion. PAKI5— Le capitaine Lem t e et le lieutenant Arrachard, les**deux aviateurs qui au dbut dj m is, entrepri.ent le voyage sans escale jusqu' Dakar et s'arrte rent Hio de Oro se soi.t perdui da;. le ds- du Bahara depuis e 20 courant. Lit deux aviateurs ont quitt Tombouctou vendredi pour gigner Oian ou A e/r. Depuis lois on n'e plus de %  %  .uvclles d'eux. LUNDRE-s—L'amlior liondai s l'tal de sant du roi Georges s'Oft maintenue cet aprs m di. Il a iM dcid que leurs Majests voyage raient par terre jusqu' la Modi tirrunnc ov le roi ee rend pour H remettre afin d'viter le nau v le temps sur le Golfe de Gasco gne. On ne ptnse pas que Us sou verains reviennent en Angleterre avaiil fin avril. WASHINGTONLa chambre a adopt le rapport de la cosfren e: sur l'acgmintation des salair a aidas tain. Le secrtaire VYeelts a approuv la demande du nou veau gouvernement du Honduras qui dsire aituttr HU gouverne ment amricain 3000 fusils amri cains l'i.fi ld, Meren modle, 1 millions de cartouches tt 20 mi (railleuses. BERLIN— Le gouvernement a squestr hs valeurs et objets no ti ii.n-.• nt 300,000 marks apparie aant l'ex mit is.re Moelle. VAMLI.I Des destroyera de la marine des F.lats luis vont par tir pour aider au renflouement du navire amricain Suron chou dans le dtroit de Malmpaya ( Ile l'alaoup) environ to kilomtres u sud-est de Manille. PAR.S— Le bureau des ngociants et commissionnaires se ru Lira jeudi pour rechernher le mo vrus de donner une irpol. ion non telle aux relations morales el co nomiques de la l'rai.ce el de l'A iLrique Latine qui grandissent de plus en plus. Les fours Kvriei NEW YORKPrtes IIM7 Sterling i..il J*.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06364
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, February 27, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06364

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
il PAOPiUK I A.U1U
iMF.
Clment Magloire
ItJIt VEHNA
1IM, Rm *4***
NUMERO $0 C1NTIMB*
11
L'iMUlliyeice dtg lentiments a
(oujovrs pour canacquanea la
ir mirasse.On ne peut pas com-
prendre profoiidmeat un tre
sans l'aimer. Plil Boorqet
Quotidien
TLPHONE Nft-tt
18taeANNEiM./**3
PORT-AU^RINGI (HATI )
VNDftK>I 27 MkYnffifllftM
I
. I Un peu de Philosophie
prise avant longtemps la conatruc
lion du pont sus-parl.
La ville de St Marc, aprs tous
les importants travaux qu'oa y a
faits, notamment l< prolongement
de l'Avenue Dessalines A la Rivire
L'objectif et le subjectif sont qui engage ces dpenses, sans irftfert. jadis quartier subur
les deux ples de l'esprit hu- qu'aucune recette ne puisse les bain, doit tre reconnaissante! la
main dont Taxe devrait, pour la couvrir. Les gouvernements ac- Direction Gnrale de* Travaux
beaut des choses, s'appeler v- cu's au quart d'heure de Ra- Publies de. eenssbes ^lorationi
rite Mais il est bien difficile blais an savent quelque chose* qui font 1 admiration de ses visi
d'ajuitar la vrit totale toutes Autre question vitale trs con teurs. j
les oprations de la volont. Un 1/overse : e travail des erames ^ffin "ru q | rS. ?.
hors de la famille. B^ucoup de cfj 1^ m aujour
ces iravaUleuses n abandonnent d.hui u Jei,|guri our ga durabiii
leur foyer que pour donner sa- l ou ta r8j8l8nce. u serait bon
,_,,,,,, ......, ,_____ .._ tisfaction des besoins urgents, de remployer par toute la ville.
personne tous les faits extrieurs pressants, ce qui est icrt lgiti Le local de 1 cole des Surs
et jugent selon leurs propres me et louable. Elles en sol- de St Joseph de Uuny, entire
vues, Tout est bon, tout est frent beaucoup et sont fort ment rpar et peint prsente l'as
bien( donc tout est pi rmis de ce
qui leur est avantageux ou
agrable Tout ce qui concorde
avec leur propre jugement est
tenu pour excellent ; ils appli-
trs grand nombre prennent
pour direction celles dont Tint z
rt les atteint, les lourh direc-
ttement; ils rapporter t leur
plaindre, s'il leur faut livrer leur pect d'un bel i dihce.
intrieur, aux soins d'oflicieuv s Quant relui de l'cole des
dont le dvouement se mesure Frres, il n a pas t seulemen r
au compte-goutte. Lette situa-
tion de fait ne dtruit pas la foi-
quent ce qu'il leur est ext- ce du principe : le travail de ta
rieur un raisonnement aubjec- femme au dehors ert un mal*
tif, auisi sont ils toujours con- heur i*Mir c lie qui est oblige
lents d'tux-nmes et leur < ons- de s'y livrer e' un raalh ur pour
cience leur dcerne tout bout l'ensemble de la grande famille
de champ le satistecit qu'ils r- sociale qui perd beaucoup cet
clament de sa conJeseendance. arrangement ; car un foyer qui
Ceux et celles qui veulent, tout meurt ou s'anmie, c'est une
firix et tout risque, v.vre cellule vitale qui di*parut/, les
sur vie l'cart de la vie so cellules voisines s'aaibliesent
ciale, raisonnent ainsi. Au con et meurent leur tour Un
traire, ne chercher son bien per pla'e s'ouvre dans le corps so
aonnel qu'en leation avre le cial dont les forces s'puisent ;
bien gnral, vivre la vie des a il risqus de m uir-
trs utpei.str, pour l'intrt
par : loules les pices fcU vtust
depuis la | outre la plus lourde
jusqu' la \lus frle corniche ont
l rempli es ; deb appailen ents
de sa vasle cour qui taient iauli
lises sort transforms en casses
fpachufes et ares, et ces tra
vaux re poursuivant active neat,
sous (eu, l'tablissement sera,
tant au point de vue de l'esthti
qoe que de l'Hygine l'un des
mieux instals du pays.
Sous rs ordres de l'Ingnieur
Dparte i.mtal, Mr le Lieutenant
Philippe, Vir All'redo Six'io, Sur n
tendant des Travaux Publies dont
lloge n-est plus faire, par ton
iotellig-ute faon d organiser le*
est appel tain bien
commun les trsors de son es-
prit et de son cur, c'est la con-
sidrabon objective des faits et
des actes dont toute existence
humaine est tisse.
Cette classification appartient
la philosophie kan ienne. L'ob
i Mit philosophique est en de
travaux,
Don^i tout."s Us f mnos qui plus pour la ville de StMarc.
travaillent par ncessit imp-
I
rieuse ponr subvenir leurs
propres besoins ou pouivoir
la subsistance de leurs familles,
doivent tre en ourages dans
leur effort, et consoles dans la
dtresse de leur cur, csr sou-
Ttut ce qu'il a dj ralis de
Iravanx utiles ici ne peut que ren
dre de plus em plus digne de la
considration de ses chefs et du
public en gnral. Du reste, un
simple coup dil ur l'organisa
tio-i du bureau technique tu lor
iors du sujet personnel ; le sub- vent leur champ de travail est die et la propret clatent, donne
ectil lui, est intrieur. Dans la une terre dsertique o ne pous une juste ide de l'exprience
jectil
dont il fait preuve daus ses nom
breux chantiers. Qu'il nous suf
lise de rappeler que cet act.f et
infatigable travail eur est un des
pionniers des travaux publics chez.
nous, pour avoir pendant long
temps, dnig les travaux Public
aux Gona'v s et Port de Pela,
Son intelligence et >ou activit,
depuis qu'.i asl i i, te fout de
doute l'tji- > n.e.
plu pat des cas, c'est la forme sent que des pines qui dchi-
aubjective qui domine. On juge rent leurs intimes dlicatesses,
les choses pour le bien ou le mal- Mai> combien ne trav llent
qu'elles nous apportent, leader- au delbrs que pour des salis-
nonnes pour l'inirt ou le plai- factions de vanit, d'gosme
air qu'elles nous procurent Con- d'indpendance, de jo lissances,
crtisons cttte ide abstraite sur de plaisirs var i s ns des i r grs
la seule qut8tion des Irai em n s modernes. Elles se regardent
t des salaires qu slion de elles-mmes, se me'tent au pre-
brlante actualit et gro se de mier plan Si mes lectrices veu
rpercutions socitles. Sulj cti- lent pousser l'tude des ques
\en.ei i, leus les Ictticiaires bons du mompnt au point de
'y attachent prcmfnt; les plus vue objectif, elles leur appanl*
arieux, les plus dsireux de tront tout- fait dilrentes; la Formid-*Wc amjmentaiioti
Toir enfin le redressement co- seule transposition de lobjetil de la richesse des EUU
iiomique de la patrie, de toutes et du stibj r.tif /laire d'une vive ____
les nlriaii poussent le p us loin lumire la situation individuelle
qu'ils peuvent lturs re\::.dica- et la situation gnrale. Chacune
tions sans s'inquiter de lac- jugera dans sa conscience claire
cioitstmtntdtsdepenses,crant et droite les faits, las chose? et
un pril mortel pour la nation les personnes.
WASHINGTON, 7 fvrier. L
richesse des Ktats Unis a augmen
t de 75 o/o en 10 ans, anooece
le bureau de statistique du gouver
m ment amricain. Elle est va
lue 3J0 milliards de dollars.
upiaMji.U.
liait i SI. lac
Nous pienoLs plaisir signal r 'e de la route.
lis importants travaux suivants '-rs dernires
" digues" au Pont Benoit et ie ce
premier point au Carrefour de la
Petite Rivire del'Artibonite, c'est'
> dire sur un parcours de .* kilo
m.< trs, des quipes s jnt employes
l'empierrement au moyen de
? raviers tire du lit mme du
leuve Ait b nite, et dpess i in
tervalle de vingt mtres sur pi u
kcuts dans les arrondissements
le Si Marc et Dessalines par la Di
rection Gnrale des Travaux Pu
Mies, sons 1 habile et intelligente
onduite de Mr All'redo Sixto, Su
i Intendant des Travaux Publics
le ee District:
( A ) A partir de Laromhe, l'en
tre nord de Saint Marc, jusqu'en
de du "Gros Morue" une cona
truclion eu remblai, avec revle
ment en graviers est entreprise.
(B) A "Lagon Dessalines 'c'est
une superbe construction qui doit
'tendre sur plusieurs kilomtres
t revtue de roches concasses
dent le transport sel teclue a i aide
de camiou S bascule. L activit et
la discipline qui rgnent dans les
tifftrents chantiers permettent
peiue Je supposer combien est
grande la tit&uuce qui spare les
nulnaux de ces chautiers.
[C) De la sortie de la route des
crues du fleuve
ayint dtermin des dpressions
de terrain tout au long d s digue1,
on travaille galement les ralfer
mir, selon toutes les rgles de
l'art.
(D) Avant la prochaine sai m
pluvieuse era achev le trou, n
''Carrefour Grosse Chaudire-"e
tite Rivire. Cet excellent travail
dont -e rjouit l'intressante p*pu
lation de la ville de la Petite
Riviace" est d'une ineontestable
utilit.
( K; A part la construction d'un
pont dfinitif Bois Neuf, o
une courbe devant un norme loi
se se dresse un poteau indicateur
avec ces mots: Dang r", de St.
Marc, jusqu'i Carni, la route en
treienue consciencieusement par
des qiipes sous les ordres d'un
nergique Foreman, est dans un
tat sa isl tisant.
Souh lit >ns doue que soit antre
I es Fermes de OooDsfralioo
du Service technique
v de VAgriculture
Il y a peu de jours nous expo-
sions' celle place-mme, les
travaux d'installation de l'Irele
d'Agricu'ture, sur l'Habitation Da-
mien a la Croix deiMissionj. *u-
jourd bel, nous venons signaler
nos.lecteurs les projets du Service
Technique en ce qui concerne la
transformation du milieu agricole.
A considrer que pour ceux q i
ont tudi dans le Pass le probl-
me e< nom que et pelitiqueo Haill,
si solution se trouva dans U
lerre , on ne peut qu'enrrgistr. r
avec intrt tout ellort qui Stia
fait en vue de transformer le ni
lieu rural au ooint de vue lunt
mental qu'agronomique.
Adapter la cii'lure au climat,
c'est un des premiers points qie le
Servira Technique s'elt> e* de r-
a'i er dans rtablissement ^es ."0
fermes mles qu'il a p" vu pour
celle anne et dont le l nelionne
ment devra commencer ds loi pre
n.iers jour d'avril En obtisfaat
'crtn loi, le Service esi ra
[New-York Herald)
Le prsident Coolidfe
est oppos auIinUtre
de l'ir
WASHINGTON. Le secr
laiie de la marine a inform la
commission de l'arme de la Clia o
bre des reprsentants que le l'r.-m
dent Coolidge eet oppos la l
sion des services aronautique de
l'arme et de la marine, fusion
qui est prvue dans une proposi
lion de loi devant tre dpos i
par un membre de la Chambre
des Reprsentants.
nous avons pu obtenir, voici le
rouage qui S';ra mis en vigueur
dans quelques jours: la ferme-
modle sera installe sur les pro-
prits d' i' tendue de I 5 car*
reaux, av e le consentement de
l'Occupani qui signera a cet eflet
ni contrat valable pour un eu
lequel rouirai pourra elre renou
vl si 11 paysan s'adapte de bonne
foi la mih de nouvelle.
Il es! ent ndti que les rcolte
apparlienironl au paysan, ise*
lernenl. iis ne pourront faire sur
fe's fermai que les plantations pro
oeea par le Service Technique
q.ii, pour cela et alin de simplilier
la m in d'(euvre, mettra la die
position des occupants des fermes:
chimie, herse, bineuses et tous
les loetraOteotl perfectionnAs dont
.vi ip. ir a ipren lr. le maiiienant.
Il fourn'ra .' s!a nmos, loules les semences
pouvant convenir notre so .
La fer ne sera situe sur la gran
de route publique, ou prs d'uu
chemin v;cinal. Je me suis laiss
d'obtenir pour les ferm-s m idlea dire qu'une clinique de pathologie
s tt '- dans les mornes, la p'anta
lion iotenaa du e.f ier; pour ca' rs
tablies dans les t- rr.iins pfttu
d"n, la prt^-ence ser donne
au Cacaoy -r; Kens^oif, demin;
r pchpr, les plantes not ig'res, la
vigne ( raisins de hb'.e ).
Il et ben culain que 50 1er-
mes modles ne constituent pas le
quart de ce qu'il faudiait eour
propager dans le piys les mei'leu-
res mthodes de culture qui font
I: but de ces crations. Si 'e
succs couronne les premires ins-
tallations, si l'habitant prendrai
le nouvelle pntrrprise, lui.' d-
pense faire ne sera pas consid-
ra i uti's.
D'aprs les renseignements que
an'inale sera tablie sHrchaqie
ferme ou les paysans de toute la
rgi >n pourront apprendre les no-
ti ms in lispensables.
Deux fois par an, une ex pou*
lion rgionale runira les produis
se ectionn^s dont les meilleurs se
r i it prims. J'otlbtiaia d dire que
I- Service Technique paiera men-
suellement an paysan de 30 00
gourdes ponr i'enlrttien de sa
ferme.
C'est un trs beau el trs vaste
programme. Son dv loppement
embrasse la solution du problme
< a re'vement riatio al par l'Ajri-
cu'ture. Aussi, Ml ce pourquoi
l'effort du Service Technique dans
ce sens doit retenir l'attention.
Dr Ed. D.
ft
Nouvelles Etrangres
peur Gstbfto
Envisaqeant des modifie i "';. d 'ad^,ei 2L*2
. ' in ts de I ii.ure. On considre com
IlonS i apporter a la Ions me trs significatif le contraste en
lilulion iraoaiae.l.tin tre les deux discours,
Uf a dclar cju'il n'e* Dans ,a rairiII0
xislo pas d'iii^tiliilinn
ImniaiiM" qui ne se IrftDt
tonne avec le leiDpft
PARIS On considre dans les
milieux parlementairrs que le dis
coois prononc par M Peiidev
hier la chambre peur comnme
rer le cinquantenaire de la t'onsli
tution et la rponse d M. Ileniot
gemlileol prsager un aflorl tn
vue de sa rvision. M PeJnlevd a
dclar qu'il n'eilata p s d'inslitu
lion humaine qui ne >e Iransf-.rme
avec le temps. Des modifications
prudentes ont dj, n n lu la Cons
titution de l87: pl"s ('lactique.
Iirilaooique
10NDRCS- Cor.sliuit pour la
som gant XI d la u aiine britannique
term nera bi'nlt des essais t'e
ra probablement i n voyage aller
ri rtour jusqu' Singapour 'J'est
le sous manu le pus pi.issaiit qui
ait jamais t construit, a U surfa
ce il dveloppe une vitesse de 87
noeuds, eu plonge il a un dpla
cernent de 3ioO tonnes.
Dsastre maritime
LA ROCHELLE- SerJ homm's
du poste de sauvel >ge ont pri
Elle devra s adapter l'avenir i quand le baleau de sauvetage avec
la solution des grands probrnes lequel ils taient eorlir pour essa
auxquels lei nations modres ont ver de sauver l'quipage du ba
faire face. M. Ilerriol rpondit : teu espai/ ol chou le Chris
Concours de l'Illianae
Fianaise
C'est dimanche qu'aura lien 'a
distribution des prix du concours
de Compwition et de Diction de
l'Alliauce Kram;tise.
Celte iiitressintu runion sur t
lieu Parisiana 10 heures du ma
tin.
De nom') uses invitations ont t
lance.
Le geuvernemer t s ass cie entire
ment aux nobles paroles du prsi
dent de a chambre. Le gouverne
menl s'engage l'aire tout ce qui
est en son pouvoir pour raliser
dans toute son ampleur tout ce
3ne comporie ce magnifique mot
e rpublique.
M. De Selve.prsid-nt du snat,
dans sou discours d'hier a l'oeca
sion du cinquantenaire de 1 Coos
titution. a lait ressoilir les servi-
ces rendus par le snat en dfen
dant les institutions d'btat. M.
Painlev a, par contre, insist sur
la ncessit d'apporter la Consti
lutioa das raoaifi -ations iiui per
tins Rueds s'est retourn dans
les vagues Trois des dit hommes
qui montaient la Inrque ont al
teint le rivage.Dix huit marins rs
p*gno.s qui se trouvaient bord
du paquebotsonten danger.
Nouftlto Dlvinu
PARIS La mission en auto
mobile pai lie de 'I unis est m i i\e
au Tchad. Deux avious mi il ;res
sont entrs en collision dans la i
ginn de Fontoise ; il y a 9 morts.
l'AMS Au cours de la derai
rs runion du comit de !'Action
L cible nous a apport ce ma
tin h nouvelle de la mort de M.
Me-dill Mac Cormick.
Snateur de l'Ill'nois, Membre
d'nne des plue clbrts familh s
des Etats Luis, un des liomrrus
les plus influents du l'aiti lipu
bliciin, M. Mac Cormick a t
trouv mort hier dans son appar
tenant a Mamilton IhMel. Il alla t
clbrer le lu mai prochain ion
4^ rue anniversaire.
e Sans l-'il nous apprend par
ailleurs que tandis que les mde
cins attribue: t sa mort des eau
ses naturels, les avis se par'a
gent sur la nature mme du mal.
Le dfunt tait devenu l'une des
l'uni.'- politiques atniicaines les
mieux connues eu notre milieu et
sur laquelle l'attention tait cens
tamment fixe, ayant eu, eoram i
on se le rapp lie, prsider 11
Commission d'Enqu e Snatorial i
qui nous visita il y a quelque 4 an '
et dont le rapport eut un si grand
retentistissement.
^*.
Il | ' ii.lioii l'ranee Ara^r
que latine, prside paMasui
teui Reyua d, a dcid qu'un c t
mit soil cr par les s >iaa el son
le patronage de l'association en vu >
d riger un monument Bolivar
lut une place Par.s Le comit t
Ideat M. Rayuald. L i
preatdeaoeeei dlit.nneur s^ra of-
fert u nral (Scme/, prsident
du V( m < la.
GENEV1 La Turquie a fait
savoir qu'elle participera la coa
i ne internationale sur Te com
merce des armes le 5 Mare Gen i
ve.Actuellement une centaine d*8
tats dont les Blets Unis et l'Aile
magne ont annonc'leur participi
tion.
PAKI5 Le capitaine Lem t e
et le lieutenant Arrachard, les**-
deux aviateurs qui au dbut dj
m is, entrepri.ent le voyage sans
escale jusqu' Dakar et s'arrte
rent Hio de Oro se soi.t perdui
da- ;. le ds-- du Bahara depuis
e 20 courant. Lit deux aviateurs
ont quitt Tombouctou vendredi
pour gigner Oian ou A e/r. De-
puis lois on n'e plus de .uvclles
d'eux.
LUNDRE-sL'amlior liondai s
l'tal de sant du roi Georges s'Oft
maintenue cet aprs m di. Il a iM
dcid que leurs Majests voyage
raient par terre jusqu' la Modi
tirrunnc ov le roi ee rend pour
H remettre afin d'viter le nau
v le temps sur le Golfe de Gasco
gne. On ne ptnse pas que Us sou
verains reviennent en Angleterre
avaiil fin avril.
WASHINGTON- La chambre
a adopt le rapport de la cosfren
e: sur l'acgmintation des salair a
aidas tain. Le secrtaire VYeelts
a approuv la demande du nou
veau gouvernement du Honduras
qui dsire aituttr hu gouverne
ment amricain 3000 fusils amri
cains l'i.fi ld, Meren modle, 1
millions de cartouches tt 20 mi
(railleuses.
BERLIN Le gouvernement a
squestr hs valeurs et objets no
ti ii.n-. nt 300,000 marks apparie
aant l'ex mit is.re Moelle.
VAMLI.I Des destroyera de
la marine des F.lats luis vont par
tir pour aider au renflouement du
navire amricain Suron chou
dans le dtroit de Malmpaya ( Ile
l'alaoup) environ to kilomtres
u sud-est de Manille.
PAR.S Le bureau des ngo-
ciants et commissionnaires se ru
Lira jeudi pour rechernher le mo
vrus de donner une irpol. ion non
telle aux relations morales el co
nomiques de la l'rai.ce el de l'A
iLrique Latine qui grandissent
de plus en plus.
Les fours
Kvriei
NEW YORK- Prtes IIM7
Sterling i..il
j*.


On beau discours de M. ikriol Parisiana
v
la Fraace duit resperUr les cnqaycmenU pris, mais
il faut au-n jue les allis soient justes envers Ile.
PARIS Dans un discours pro n.enl rpaerle- terribles perles
n >nc un .! ji mu r !* u a del eueTe. Lt l'rance, dit il,
tioo de la nr-e nrtlo amencii- s'oflorre d* restaurer sa situation
ne, M. Herriot, prsident du ron fnaneiere avec une admirable v>
mmI, a rappel qu'il ne ngligeiait lont et je vous demande de bie i
aucun elFort pour resserrer les comprendre que son rtablies ;
liens c oi.lnux r\i-t.ini entro Iti
grandes rimorraties amricaine.
anglaise et franaiee. Il a dclar
qu'il errp'oyai toutes tes force a
remplir son devoir de pacification
et que tant nue ce serait en ion
f)onvoir ; ii servirait la cause de
a scurit et de la paix.
Le prsident du conseil ne nie
ra jamais que la France doit rcs
pecter les engagements pris ; il de
n.amie aux allis dlre justes en
vers elle qui travail! nergique
L'aliaire Manchet contre
l'attat au Tribunal de
Premire lista00e
L'on ne rappelle que M. Albert
BIhii li :', ancien ministre Plnipo
tenlinire d llaili k \\, s'u'rtgton,
avait demie relient intio lui: une
action contre l'Etat en paiement
d'honoraires pour avoir iv| rsenl
celu ci et sign en son nom le ron
trat d'emprunt. Il valuait ses ser
vieee SO.OtO dollars.
Ce malin, par l'organe du Juge,
Lon Pierre, une dcision du Tri
buual de Premire Inetaaea ett i i
tervonue. dboutant M. IPanchet
t lai reconnaissant simplement,
ea vertu du tarif ni eue a la loi
Lger de 1911, la somme de cicq
dollars, prix de set itrviejj.
--------------------------------1----------1------1| 1 !
Vari, es
CE soir
JscMa-TirriT
9e, 10e et lie pisod s
Entre G. 0.50
J Dimanche
En Dtr sse
Grand Drame en 5 parties
Entre G. 1 RO
Loge 2.00
ni' n est la con ilion de tous le*
autres rglements La France 'est
montre gi*nre>:?e L mires en
f cceptunt d re'ever l'Allemag.K,
elle a contribua i l'emprunt de
8U0 mi I ont de mi'kf ma'gr s s
rgions qui soiffienl ft ses p-o
vinces qui sont en ruiues. Mr U r
riol conclut aiisi : N us devons
nous exp'ique- nettement et fran
chenu nt ; je ai an un scrur-tile
ur ce peint a demander vo're
aide i.
ISUil
( hi nout -Iamande de publier'.
Il a paru dans une f -i.ille la
date du 20 ourant un entrellet
relatif un incident regrettable
ejwi aurait pu provoquer les suites
les plu* frheuies.a 11 serr Lierait
s'il faut s'en tenir h l'opinion du
Correspondant que M Hacha,aprs
avoir donna la chasse quelques
habitants qui arrivs en ville
l'aprs-midi, passent leur nuit sur
les galeries se serait ru Lins la
maison d une demoiselle bel les
peetuble, et de ftmille honoras'*,
Melle Vittoire Mica tu I; que celle-
ci dut lutter couire lu .aetigerie
du froce tranger pour ne pas
tre.... et que. le lieutenant Pol
land intervenu au cours de ce
nia hciiii'Uf incident aurait arrt'
le dlinquant, mais que loin de le
dfrer la Jsstiee l'aurait n is en
libert quelques heures aprs
Ces faits ainsi rapports eons'.i-
taeot un oasemble de mensonge*,
car le fait essentiel c'est q i'il n est
poiat vrai q i M. Bar.ha ait t
chez Mlle Vicio're MUbaod. L*
vrit consista en ceci : Revenait
de chez M. Baosk Lafoni. U
Baeha lt rencontre avae un habi-
tant son dbiteur. De suite, il in-
terpella it dernier qui, refusint
de se rendre sea app-l, prit ans
sitt la faite et se voyant pjurs li-
vi pu son crancier alla se refu -
gier du/. Melle Victoird Mirli m I
Baeha voyant que su proie lui avait
chapp s'en retourna et daos le
trajet rencontra le lieutenant IV.-
land u qui il se plaisait. Boira
temps riii'bitant .lLiteur s'tait
esquiv, l'iftcidsot n'alla pat plu
loin.
L'histoire telle qq'elle a l.i rtp
porte dans la feoilesm lits n'ecl
donc qu'une faille invente pir
auelque mauvais esprit en que e.
'affaire sensationnelle Et voulo r
mler le nom du lieutenant Pol
land k nn incident sans importe a
ee, c'est fnire preuve d'une mau
?aise foi ki signe, car cet officier
c'est toujours distingu par son
impailialit tant IMil-doare
qu'aux tiooaivcs on il a t prc
dtriment.
Ce serait donc pour la premire
to q :e sa conduite ferait repi
li* r Ibis
i persistas! i i;
re--. r f ul | i'l' for i. n l y rvisa
diotis ni y a Ji'u en apportant de
Sou i tiicJ prinUion. TiWil
Le Sourire
Les msm lires du Cercle Le
loatlre somt convoqu ; en as
semble K*nr le extraordinaire
pour le d mi *.i 1er Mars pro
cImiii k 9 heures prcises du rat
lin au local de l cit, B)lo?se
2< nie Avenue.
On lrava;!!era quelqm 'oit le
nombre d:s membres prsents.
Ce soir
L? Sept de Trfle
3e, 4e et e pisodes
Entre . 5.60
DIMANCHE
7e et 8e pisodes
Entre 150
Balcon : 2 gourdes
Loge : 3 gourdes
----------------------------------.
Publication reue
Nous avons re i ave plais,r
la (iprni livraison de la Chambre il Conmerce
Amricaine qui co:'i ni un ar
licl* document de M K gard
E 'iott sur rii)(Ju>lr i > su-, e
( Nom remercions pour ce gi\.
cieux envoi.
USSH
Convocation du Conseil Di-
manche 5 heures au Parc
Leconte.
Pffi-a-PfimaH
Les habitus du Cerele Port-au*
Princien. ses membres et nom-
breux amis applaudissaient hier
soir au talent du eh in.-oiinit r
Mealmartro'". S'y bit joint un
public familiari'- aux rgals dont
nous gratifient depuis peu l'esprit
goguenard, p'ein de verve et de
merveilleux entrain de Lueien Bo
vfcr, la musicale voix elfeoltia de
MrChaubet, et qui parce qu'il
s'en est dlects de tr p rares
occaiens dans la salle de Vari-
ts , ne peut plus s'en dfaire,
cause ds leur tyrannique et faveu-
rsuse allure, d autant plus impri-
tsmps et qu'elle lsume l'exrre
bioa de dsirs communs, trs vieux,
enfin raliser
Puisqu'on parle de Clubs mon-
dains est il neesraire 4 voquer
l'iganee du parterre des jolis
sourires qui les eadrent d'ordinaire
et qui font d'eux les asilex wleetfl
o l'on se distrait peu d'ellorts
en des voisinages aimables et cap-
tivants. Celui que formait tout le
chic qui s'tait donn rendez-
vous h er *oir h Port-an-Princ: ,
a t l'associ satisfait de Melle
YYanda \\ iensr.J la voix musicien-
ne et prolon le, de Ml:1 Adrline
Maximilisn qui, en ane airanee st
un propos remarqunbles, s'est
avantageusemeut acquitte de son
rle, de l'irrsisliltle Boyar et eu
fin de Cbauhel qui es. tout prs
d'tre >< l'indispensable >.
Les bals tiavestis, les GeTe'et4
mondains, l'Htel Bioelsiar le
souvenir d'tsteftno et tous autres
faits intressants du milieu, spi-
rituellement croqus, -nt f-ii ip
la Hevue une petite satire orifinafe
taite de pas grand'chose mais qui
a quan 1 n ne iu'rs-s.
Iluili n'a pas t mis et en sou
v r.ir de l'accueil emprefs^ qu'il
y a rencontr le mettre de la
ch > son franaise et ses collabora
leurs l'ont mgnifie ca des eou
plets flatteurs.
Des chansons nouvelles et d'a
trs, redemandes, ont t chan-
tes et a on/ heures s'acheva en
un plaisir m! du regret quelle
ait t si brve, celte soire,
on l'espre bien, la petite troupe
d'hier rditera sur la scne do
Cin -Varits po ir que Ion* y np-
plaadisseut sans q l'on soit oblig
au protocole exiyiant des Cercles.
LfciattoQ Donioicai ie
Le Ministre Dominicain al Ma
dame Moscoso Poceision du Ht"
anniversaire de l'Indpendance de
U RApubHiraa Dominicaine rare
vi ont la Lgation le vendre ii 27
Fvrier, de B 7, p. m Us dorai
nisains et les amis de^Kanto Do
m go.
.i
Un anniversaire
Auj > irJ'hui est le 82 auni-
versaire de l'In lAppn lance l)o-
minicaine. l.i^s Lraiion^elCon
f ilats nui ail) r l.urs couleur*
resnectiv^s.
En celte heureuie occas'o i
nous lormulom dei vobjx ski
cr. s pour la plus gnn prit d; la IVpub ique voisine.
i. yr.t toujours
> Jn UNK BOITE j^h: j
PASILLES Initia
VRITABLE TALISMAN
[Pour PARES aux consquenret]
d'un refroidissement
PRSERVER, TONIFIER
vos Bronches et vos Poumons
PARACHEVER le traitement
d'un Bhume, d'une Laryngite
ou d'une Bronchite Invt-tro.
Piiw.irei-ouj en dr *ulle, mlt
r -'iiii/ imployaltlf-mi'nl \tn
l'.'.'i'lr. qui ron* teralcnl pro-
y i-i au dtail pour quelques
tous: ce innt toujourfl det
Imiialmn. Vnu> ne (erei
eerlalnt d'avoir
LtS VHITA31E8
Pastilles VALDA
qut ai toui lor, achetai
EN BOITES
W* VALDA
bu pastilles IA LDA sont en
vente : Pharmacie Centr le
d iti.iti,Pharmacie J Bout raine
a Port-au i r,nC'; Vhannacte
Rraiiis. Jrmie et toulesVhar-
m tries
AVIS
H n'.sf fjRs sage l'ache-
ter n'importe moi pour
Rf dbsrrawer d*iti es
<] ai i uift ir.VindilUreMsi
0*ll joi i ont visib.M ; or Pail .
AUXI i ollre de bien jo-
lies cIiosms et ne cre imc
le sourira.
A Jmlnfstralion Gnrale
de5? Postes
/ris de dpart
Les dpcht pour \ew Y rk et
l'Europe via New York direct
par le s/s irg feront fermes
murii 2 mir proelm'n.
Port au Prinee le 28 Fvrier 1923
J'avise le public qu'i partir dt>
celte iltc je >ih fiaas pi , J. i o lo
froy V. l'en, mais bien Julio
Pena.
St Marc, Is () favrinr 1925
_____________Joli* PKNA
Pmerciement
M iilame Veuve Rrng^t Me"nrle
et >e* aofaata,llr et Mme Boaattns
Ono! et leurs enfants, Mr et Mme
Alfred Bellaoda > laarse fants,
Mr et Mme Fer lis nd Relia de et
leuis enfant, Mr frammo Rel-
ia n de, Mr et Mme Frdric Henri
tjuei et leurs aolaoia,ias < a pi
rents et aPis rem nient b'm sid
ciement lac nrr.is de Jacmal et
des autres loea'its qui eur <>nt
donn des tmoignages d<- c\mpa
tliie l'oaeaafon de la perle" dou
loureuse qu ils ont p ouve dans
la personne de leur regiett
Ernest Bel *nde
d'sed le 10 fvrier 92, l^ge
d-i 52 ars
Il lea prient de croire leur
profonde gratitude.
La taule peinture ne changent pas de couleur
Srttu
o
cr.
Prpare spaialement pour la etimat d'BfcitiJ
Tlie Charlaa B. B*own paint Qo
Geo. Jeansme & Ci]
A/ents
*\
VfM
Eeiincioni"Doratnicana
El Ministro Dominicano y la Se
nor de Moscoso, en occasion lel
M* aoivanario d la Independen
cia de la IIp| b'ica Dominicana.
reril.ii n sn 1 L, Kacioo el \.. rnej
17 de Pabrara de 5 7 p. m.
los domiuicanos y los amigob ds
auto Jjooiiflgo.
Colombian Sleamship Company k
J^^Uaiuer i diaracta i ayaaL ta\AU
9U*-%*r% le l2t %mUr couiaat e^alUnu,
i ^tt-au-^uricc lo 28 ala Cap-3faitiea,
^aaasxr^ et St-i^laic.
SI partira ttv mime- joar DiwcUnuat ix>ar
Caye5 fa taate. poai 3in,pl>ti ;1a. c^ te*.
patb Dc fa tolomkv pieaaaL fttfe paUa
Port au Prince.le 96 Fvrier 19t5
Gf bara & % 4genls.
Mr Franois Maimone
De rtteur k Peit au Prince de sei voyage d'Europe, in l'orras in
clients et le publie en particulier qu il vie it d installer rouvtau u
maison de eommeree a la rue l!onoe l'ei N> 116, a ct du djr l'
Hhun Tillsjo.ut. ^ '
MeiiMLur Franois MAIMO.NE a I Innneur d'inviter le publi il
visiter ta maison o in accueil spcial ui sera fi il.
Parmi les marchandises reues par les derniers bateaux, on 1rs
vera Rijoulerie st orfvrerie, Services liqueurs, Champagne, \ Ver
moulh,pla'eati en cristal et monture ei mtal argent pour MxetdeiM i
personnes. Elgants services ca'*-; pour 6 et 11 personnes ai do!
laine ( tte tte ). ^*
Un rayon dlolfes penr amaubleir nt, Tissus anglais et fraa.;m
toutes nuautes. chap aux pour hommis et pour dames, Forme peaux paille lit -lie pour fillette, garonne s el U sure sais,
MB cote o, aasaSS lies pour liomin s et e <* - ionl"s qualits, feu!
cols.arivates, ele.tte.tteest pla. uo pria d P ur re qni a trait aux radea x d'anniv le, le b^ptAme, de
(il n, d" msria e, ele etc avnl de faire a h K iile.la mi__
Fra MAIMONP qui vous mettra entier nei.t n J'aise rrialgr
got difficile du cHeot.
il. B. Mr Fianoi* M im " v ie 'e p ib'ic et le tomme)
not r qu'il n'a ni trre, ni cou in, n aulia parent qu' porte
le Maimone.
Eug. LE BOSSE & o
Agences Reprsentations
PORT-AU PRINCE ]
Agents ytmuK de.^:
Hecker Jones Jew il Willlixfj & Cq
NIW-YOHK
Farinas llujarim 0 0 3dts R^aje elo .
''he Home lliaaMBfi Compuny^
NEW-YORK
Af suranco, contre l'incenale
Fiamond lafeh Co
Allumettes i Snfe Ho ne i
0. S, ffiihlfr 'xport L'ompaiv-
Pneus "Royal Cord" w ouliers lied .
CM* P. Ufal-hif H' SlB
Polssond snlse 'ois pures
Manufactures L'la |ns*oa Qy
\asuranci' sur la vie,
juilhoti Frres Ai t
Vins & Ckampagne IlorJrnux
,ph, Heymar
\COPENIi g'JF
urre i) mois, frooaage et c tasarvss allaentaisesi.
W- S Iathe7s tt Son
Tabacs )auae> et nc.rs.
JLA Ralionale
i Sans Rival
r.lajurettsja^ ^hantesler
Envols de denres,
>-- PNEUS
tlone
De Tissu Ordinaire
Et De Tissu-De-Cordes
1K kilumtra vous .avl.ni an aBiniaaam d* SVfcC
qaiod voua roalaa tar para* ttrattos*.
U Cou que la raaiaon oSi atu ana S*-
Dulaf 'UCOr* d','*nta > SJSaMl SJBS Bit
Dans tac poeu* da tlian ortlBJtlra, srois fitccc,
y a daYanUR. d* caoutchouc Dira Im coackcc
il* tusti, uo couraintt pins paU | lec SftlMS f
ion! davantag rtnloixaW.
LmL%Si FiIe8,on tisao-a^caMaM piCMetMt
esna ^fgtelatcicOcs%set si Moalws: *
groiM conoml. dans la coa.oaatloa d'CMCSM.
*?..SaSfSS daalriai daa poaui ttac*-*-
SMass ou da. pot nau ordloaUra, il M ccrtl
q vous vonlw wci-U marqaa qa| .roc.r.
Le Maximum de Kflomtraa
P*tr Franc
SSaSSSafiSS!*1 pu' **> d saasas *s
STS **"ass PCX la nombr. da kiloa*MC
aCaUSS "LT? P0*0*- Aotramant dit. la* BCJS>
m.r nh, P'*'*"0' Pyr uo tout patit ps B*SS
pour oblcnlr un bian pios gros rwidaBcat:
L Preetzman Aggerholm
Port^u-Princo
- '



*v*i
n


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM