<%BANNER%>







PAGE 1

%  ^ ment par l'Allemagne de 6 milliardde marks papier mis en tir culation pendant l'occupation re prendront d'ici peu. L„ H, ||i<]iie eiixe le remboursement de 4 mil liards au taux d-avant guerre et des deux autres milliards un taux rduit qui serait fli a l'amia ble.LesO milliards de marks en question ont t rachets aax por teuis par la banque nationale de lldgiqu. LONDRESAu cours de la se ance des Communes, le comman daat Kenworthy a demand M Chamberlain, secrtaire des allai res trangres, si dans ses entre tient avec les reprsentants des puissancf s trangres an sujet d'u ne confrence sur les armements na as on a ait env sage lvenlua lit d'y inclure la question des ar memenls terrestres et ariens. M. Cbamberlaio a rpondu que la question n'avait pas t souleve par la pressa : ce sujet le seer taire se contenta de rpter que la confrence projete avait t mentionne simplement d'une fa on officieuse au eours dune :on versation avec l'arobitsadeur bel loff II affirma qu'aucun change da vues n'avait eu lieu sur eette question entre la Grande Breta gne et l'Amrique et que pour la moment il ne considrait pas propos de fournir de plus amples renseignements. La proposition du gouvernement anglais concernant l'aide li nancire l'L'Istera provoqu une certaine motion qui menace de dgnrer en tempte lorsqu'on ap prit que le Home Office proposait d'accorder i l'tJlster un crdit tip f ilmentaire de 1 million JJO.000 ivres sterliug pour subvenir aux frais de la police spciale. M. laowdan, ancien chancelier de l'Eebitjuier.proposa de rduire cet te valuation prtendant qu'elle ae reposait sur aucune autmit l S ale tant donn que le maintien ela loi et ne 1 ordre est une obli lion dont ITlsIer doit s'acquit %  r lui mme. Au milieu d'une .empte de cris et de menaces des dputs de IL'ister, M. SnowJen cusa 1-* gouvernement ulstiien e chercher se procurer des fonds oar ses elirtmeurs et pour sup e orler la suprmatie de l'Orange hurchill, chancelier de l'chiquier, dclare au nom du gouver Dment que laide propose n'avait rien d illgal et qu'elle n tait pas %  ans prcdent. l'internat'oml Athlotlc Club il Les Cendres Aujourd'hui est le premier jour du Carme. A cette occasion l'PCglie Cathnliqne perptne laCrmonie religieuse institue par le Pape Grgoire le grand au Vie sicle. Nombr. ux ont t dans nos glises les fideeaqni observant cette piaise traditon ont reu re malin au front l'insigne des cendres, rsidu des rameaux bnita. Varits CE SOIR IKoiotne aux Trois Masques 7 e et 8e pLodee Entre G. 0.50 Pour gurir ou fc ter MlOSAINIS CONSTII .TIIM OCMFIHOIIt ITOUIIDIIIlUni. l""l CASTHIOUC IL SUFFIT de prendre *. l'un d vos repai t*M IM CMI Jmr* ml | M | une Pilule do IF Dehaut 147, rus SS— I HNtH IM mol. e fut un grand succs pour l'Internationii! Alhllic qui ouvrait ses beaux aa!ona lundi soir, ses invits habi'ue's l'occasion du Carnaval. Le bal travesti avait r uni tout* une srie de dguisements originaux et charmants que portrent avec gr;\ce, dM ncti.n ou dsinvolture les gais masques, selon le rle qu'il remplisaient. La musique tait excellente, sous la dire, (ion habile et intelligente du m.i -iro Luc Jn Ha, t t qui se surpaya re soir l au roiol qu'au petit jour, l< s danseurs, sous le charme des airs de pluen plus entranants insistaient encore pool que l'illusion du bonheur coati nut la satis r Hcti >n d %  tous. tir Uuintin Williams lit les h->n neurs do Club avec cet empresse ment pourtant et cet'e amabilit de boa got qu'on lui connait. Signaons aj hasard des danses: Un groupe d'Apacbes prsid par Amila dont la barb noire et les allures de jeunesse harJie fai saient l'admiration gnrale, le chef Paul, trs constant donnait des ordres tes afilis qui taient : V r et Madame Marc Del quis, la gracieuse Anna Lon, les lgantes Carmen Auguste et Rose Ausila MM. J. Poujol, M. Poujol et Lucien Arnous ; Ln superlu hidalgar, aux veux de rlamme et d'amour, Joseph Pe reira, .Iules llraux, en Navy, Da nlelThard en aviateur, VelUo, en m.ielo! de Caravelle oubli I oit au Prince, Louis Peraert/. ; In geo .pe de diabljiins cliap Ps de I enfer et qui feraient ou b 1er ou |ea paradis : Mme P. Sa vain, Mme Franck Fils im Mme II. Beleard, Melles Laurette et Car rnen Miller y, MM. Paul S'avain, Franck 8J| Aim, II.Uliard, Chris tian Coicou. Mr et Mme Louis Du pont, il orges de Pradmet en Pier rut, MM!... Yvonne Smit!i,en folie, Mme Lonce Monsanlo.en Pi rrette, Agns SI Home, en andalouse, Car tlnc Smith, en pavillon biitHnpi que, Clone et Yvonne Mayaid, en cowboya, MM. Auioine Sjourn, •n gondolier, Camille V rby en police baitienne, Dr Plumer, eu olficier de mirine, Jules Wcinwegt en Ohal de l'ompiers.scar Borda, eu pieirot, Raoul lils Aim eu tea darme, Utti Llida Korlbjonsen, en Pierrette, Mene Duvivier, en vieux noceur, 'etc. El dominant tonte celle arme de travestis joyeo>. le Lord maire OuiatlQ Wilii ms prsidait cette tte de Carnaval dont 1 organisa tion fut parUite. lu tole Un succs magis'ral a mnr ja le deux rreptions qui eurent lie i hier au Ctrde Port an l'rincion. Les enfants en grand nombre ont pn-. joyeuaaflMBl leurs bats de 3 a 7 heures et c. tut aprs le lourdes grande* perso j.ie<< qui aux sons .le 1 i.lrainxnt Jazi da Jao Hapl *t S e n donaraot euisins, l'un d'. la Jamaque, l'au're de Piierto-llico et qui, aprs avoir pis oresque touta leur existence parmi nou, ne laiaaeat que l.% souvenirs agrables tous caui ui les ont connus et anproc'i-. a eux parler de JONII DajMOUTiaa Ftrins et de But V'IHAS Evidemment le convoi qu'ils ont eu. aurait t autre si bien les per onnes avaient appris temp< b ur dftg et si d'autres proccupa lions n'^berbaicnt le peuple liai [in an point de faireoub'ier parfo s les obi galions les plus naturelles, quand elles ne rendent pis sour aux inspirations de la plus i.nen taire charit. Deux attrayantes et sympalliiques phy-ionomies qui reapiraieot la bont et la franchis. Commerant et industriel, M o aieur Frs, pharmacien et liquonsie Monsieur Blas Nieras nt retirs des affaires, ils assistaient sereins a celte nouvelle phase de la vie baitienne dans laquelle la guerre intestine continua sous des for mes moins sanglantes, mais tout aussi dpimanies. paralvsaat toule iuitiative qui pourrait "-ontribuer redonuer confiance et tablir celte cordialit q li, au temps de la jeunesse de ces deux vtrans, tmoins de nos labeurs et de nos vicissitudes, renaissait entre lea combattants aussitt la lutte finie et temprait souvent au fort mfW de la mle les ardeurs insparabls de toute divergence d'opinions galement sincres. • Blas Viras connut les satisfactions de la campapne pro Cuba et Pueilo Rico et fut prsident du Club Btaaeftf. Venu tout jeune en Hati, il y avait fond une famille et ne songea plus rf-gapner Horinquen mancipe, mais incorpore. Il avait t i-harm; cien de >a Maison F.wald, l'ami du grand doc leur Des touches, le plue aim des mdecins bailiens Ses derniers jours furent attrists par la solitude tt les revers de lorlune. Ce sont des peins fils crui een nuisirent le deuil de ces deux doyens, de ces deux ^honntes trangers dont il importe de saluer le dpart aver respect, afin que lea quelques autres modles qui noua restent, nationaux ou trangers ni di-paraisent un un au miIIPU de l'indiffrence gnrale. Enfin, et ce qui ne gte rien, ce lurent deux chrtiens, terme au3 uel se amne toute coucep'ion une existence qu'on aspiie rendre noble et utile Honneur & leur rrmoire tpaix leurs Ames. Parisiana Jeudi Cruelle in joins avec Airie Luiss Dardai et I DEHAUT A PARIS le Temps (le Faria) Inpplmenl Ttononnique Nous avora rroa de la Lgation de France le supplment conomi q-e du grand o>gane parisien 4 • Le Ter p ", dit le 4 D.cem bre dernier. C'est un rsum complet de la situation conomique et financire fc la Fiance qui montre tout !e chemin jarcouiu depuis la fin de la jMieire. Noua remercions la Lgation de rraoce pour ce gracieux et utile envoi. Le Repeitir d'une lin Entre 1-00 La Boom Nouvelle l Viennent d'arriver : PATE de MAltl.V-\auTerpiiiO!\'Slll()P M.-VltlNA, remdea d'une.H eadl ^ans pareille pour Tes rhum s, bro iclii'ei, Inllujn a, grup*. PCUDR HYIIIMIQUK L*KVIR p< ur les >ons inti n-s d la lemiu employe av-v. sur.ca d,na les cas d> I. ucor h l'erip*, mtrilra, uiies c COIICIIPS Par tt oompotition e'Ie tonilia les muqueura et re.'onne l lastici' aux iiaaue. Voua trou verra era produits Chei Madan e .M. TARGET.mo disle.in Lice du d.'pt de MIIUM GAETJF.N8, Rua du Magaain de l'Etal, No tf)02. Hier a t la plus brillante journe da Carnaval que nom ayons eue. Taalis qua d'aulras Dotaient les dguiseme-its dan* I s heh travestis ds Cerc'es mondains, je me cnntenlaw. mai de crayonnir les figures de la rue. Li dans un petit coin da rai reIriile, seul, j'observais cet'e j >ie franche, gaie de la rue, polissonne mme parfois.joie sans contrainte, mais tans fard.. 'je qa'ils taient nombreux les aves'issemenls or i|inaux d i eele anne. Jimiis vraiment le ceiple B*a montr pour rire et s am iser tant d'ingniosit. Une scne m'a frapp tout d'abord c'esl celle de trois diables que pourchasse un St Michel resplend ssaol. Ils taient laids, les dmoas; tout noirs, grandes Piles noires, onglesd me-mment longs, langues p< ndanies Is taient hideu* et leur vue suffisait pour dgoter de l'enfer. Heureusement le terrible Archange les menait rudement au boul de sa lance dore. J' i vu ensuite des homme-i deux faces : panta'ons. gilets, re. dtngotea. ou namta, tout s'ouvrait par derrire et se fermait par de vaat, de sorte qu'il devenait souvent imrossible de sjvoir c^mm nt ils allaient : en avant ou en arrire. J'ai vu encore des mooaqrie. tairea irs fier-, so.is leur* man • teaux ennslells d'toiles n rapier dor, leur ebapeio k la II nri IV orn du traditionnel p-nache blanc, et leur i^pe en b is recou vert galement de papier dor J'ai vu des poilus franais trs lussis, l'auto No 3126 on luisant des infirmires sons la direction d'un officier ^u S. ruce Sai itaire. le camion JI17 eu un gicu|je de jeunes dominicaine reprsentant dm... Anges armaea de leur trompel-e ctoyaient des Lucifer des hon mes sous la prolectio %  de St-Michel qni,nergiqnemnt bran dlaaait sa lance chaque fois que son intervention aemblait ncessaire. J'ai vu encore les rabrouels 14 et 42i avec l'inscription On prend ton plaisir comme on peut, nous tt avons pas d auto, qui dambulaient avec une vingtaine de beaux mas ques en lies<, et ralisant de leur mieux leur devise du ior J'ai vu un camion de Cow boys du type le plus parfait, des Indiens qui chaque fois qu'ils brandissaint leur carquois donntient la frousse pus d'une jeune fille, les rclames organises par Ascensio, Kanaa, Talamas celle dernire provoqi a-1 une joie toile dans la gent f nlan tioe g>ft:e, une distribution pndi gue de bladea mr tout son paicoun. ncerej ai vu l'vocation vivan te d une fourne prsidentielle travers la ville dans les temps jaTsu primes, el que seul le Car naval peut Taire revivre. Mais enfin ce que j'ai vu et bien vucel la rclame rr.,gniq Ue du (•arage Kncer qui omprenait rie jolis eagaiom daVeadg aux conleirs hatiennes el amricain a aux Nos 1, i, BOOfi, fl, 7, 8, promenant prr les qrhers de la vi le to te la j< uneaae lgante de Port au Pri. ce, u,vi dtoute une ujulliluie' d'autos tleuries p rmi lesquel es jai nol lea Nos 86, HU 181.192. 101. ll 26., 17 x, 2 1,319,810 016, 300i,3-4.i,I0u7, 3094, 3097 8118, tlML 3164, 40:i, 50l 7 A la auite de ea eonvoi tumul tueux. j'ai vu allant cohin-aha un pauvre buaa au Ne 43 dont le passager qui portail une barba touffue laquelle n'tait cerUine. ment pat h sienne, me laissa un moment l'impression que Davij, le gnie du mal, tait dans nos murs Jusqu'ici c'tait p*ifit, et le (arnaxal pour mo allait finir en beaut, qo nd au coin voisin cm meoeerCDt dambuler quelqu i voix DMiitardea autonoant il n. sais quelle c cophonie aux sons lugubres d un tambour. Tonte une banda se livrant aux conterai >ai les plus grotesques s'o frit alors i nia vue q ie je fusse frapp par ee spa la de p'us 01 moi is tr nt sis f H"PS et de tous les autres parents. Il n'aat pat sa je d'aa'uter n'importa quoi p'ur e Jrtha-rassftr l'uo etdetq oirrir.L ( indill(irenc 011 la joi 1 que Ion cn$e sont visihUg nr p au | £ AOXIU ollre de bien joliea cliOM4 et ne wa que le sourire. 0 Enrichit Il 1488 Fortifie lu NERFS DONNE FORCE NERGIE •ux persoonat lITrilATUBB et rcl„. llo „ LES TABLISSEMENTS BYLA .piiiip mwim h : DoFeur-fcrg.Bttu, t/s No. 20.44, t*** 4e ] Oare ute beaot, des ace Uaneinga, Lhapeaus Jean Bart pour Enfants, Uroesea tte Peignes coiffer tous genres des Broaaea dnia, des l'Atea [) a i\ Inces, etc, elc. iASPZ f'n r 0m ^" : '" 1 co! '' Crav 'es, Bretelles, Chemise, de soie, Wll.g, etc. Tons article, pour mercerie el Lingerie.-Cou eaux suprieurs. • ^Sdii i" T Ul < 11 *"'S B U hons P ur Ph-mada. n nV.'„ Il e: L " ue,r!, > ^i-c, Vins, Caaapeeea authen Billes en oaoul. h.iuc et Poupes. J„uels divers R.im 4 r n • ur0 -' *" ou aallse l't"l^es t. utea ouailles. Extraits essences pour Sirop.. I, peurs et Con Wie.Colorants naturels Nous avons reu le Vritable Th des AL.es, ExeeUeat douratii WH9UJL igirettai La nal, vrt.cles de Mode en gr. Prix s.ciaei rassez-nous voir, nos piix sont avanla.qeu* F. Laveiauet et Oie Grand Htel de France '' %  femou •itptionnelle, au tentre des aHaires, proitmna de toules lus B.nqu, 8f de la douane e de toutes lue A qences de balea ix Imingnemento et Ucllaa pouvoyager en auto. mobde d,„s toutes les parties de la" fipublique dHahi et de la rpublique dominicaine. 4 ;liambrea conlorUblei et surtout h* propres, en %  dateurs dans es chambres la demau, e Ts Pen. Demandes vlsVer le* m%aeSM % de iHel A ce moment une vague de pi" i4 m'envahit et je pensai, bien m DE Bou^^Uffi,. D ^& t Uns 9 SWT52 S % • • I '3%



PAGE 1

lltfVtfN ix grands magasins Dus bowrnitures Gnral** pour la Gjrdjnntrte. JOANNY CORDASCO ftte de* Fronts Korts,(Tho! %  <*• les recherches ei analyses prevaei Ja s Se ci lointei ut po i le jeroiauu ttk constante Ure Scrt rie root reues qie le nardi de chaque semaine. %  r a ia t-'u^iu i.ie pour les reoseigaemeotj* d'uriutis et ^uc^a.-TJjuej H. action de Wassermann Bactioa de Triboulel,, fcixHmen d a saag et du pus Eumen des muerai tc*l ixsmende crachaiJ " K" Constante UroSJbessre ^^i.-^S^-i^^ |NEUR*STHNIc. FAIGLcS' ICHLOP.OSE, DB.LITS DESOHINS i SMDWglttkU M l*#eoeraaor du fana. MMtl psr W'h (aide) | M rfarwfn erM • ujr frrunr.',. •./-.!•. i... > •••. 'iitMiu da Ptru hi u....,< Bft.H.JKi.l, . ;< i,. MI r... H l f:.. . ndr ISIDORE >15, ftue du Peupl* 15t5 Matre Tailleur* Prs, du Bazar' Mtropolitain^ m Ooupe moderne^ Speiails Z Ifompltts d soire et de Crmonie l'rix (dfiant toate concurrsnoa. Ire bien habill et biea vu dans le cercles mondaius^dra 1 jeuue tailUur moderie Andr ISIDORE. 1515. Hue du Peuple 1515. Tout prs du Bazar Mtropolitain Mf \ofitez donc lier une de ces bonn s pyclettes anglaises Ranwell imines et darr.es qui viennenfd'a riftr eil uliii Williams &C Port-au I rinc e PHABMAGHk PKLNGIPALB H. CANONN* 40. RUE RIAUMUS •e-SO BOULSVAftD 8t*% OPOt PARIS vendant LB UaULLElH MAHCH DO MOKB8 Produits dm Premier! Marquai et toujours de premire fraichaur UNE SEULE QUALIT i LA MEILLEURE* %  • %  > RAYON SPCIAL. POUR LES COLONIIS DHOGUKItlE, HERBOHISTBRia SPCIALITS Pruialse t EtrinSra SOLS DE QUININE PUBS 9Tous produits en/lacent, • ampoules, comprlmt, cachets. SOLUTIONS HYPODERUIQUia BANDAGES, CEINTURES, BAS A VARICE! APPARIILS HYGINIQUES pour toua uaaftf APPAREILS ORTHOPEDIQUES Seringues hypodermiqaet PHARMACIES DE POCHE, DE VlYAIE COFFRFS PHARMACEUTIQUES pour Usines, Communes, le. frojgti de Facturai et tous renseignement sur demande adress* PHARMACIE PRINCIPALE 41, RUE RAUMUR 88-96, BOULEVARD SIASTOPOL PARU MAISON UNIQUE AUCUNE SUCCURSALE ni en France ni l'Etranger. Caf Petit-Four Georges M. Framer PROPhlhT/lHK d'mis de dtverj l qualit •'. Lss jours ordinaires • et heur s aprs midi Lei dimanches d jours fris A par 0 h. iet u . m STHMZ "toulagemea t ianudl.1.1 lobules R Uaultata mirrcil I rWn P—.U PUCCM lA. DEPENSIEa Corslriiil pour m mauvaises R:S Le pneu Cord Good Year pour Camion, e*t h meilleur pneuma tic [abriqt petite transport nw la* mum aitt routes. Lepiroi rsiste des milliers dt milles, sur le tute plus cahoteuu et sa fabncatioi spciale diminu lu chah I/o y inteneurs jum lia dtsicin t.hwtaihv trefd assure ur.e traction *ure,en rendant toui drapai" impossible^ habtiqu^pour rsister // plu* svre condition de service, il parcourt dtl millUrs de mille* vn prix excessivement bas. fabriqu dans toute* les diminuions coulantes. ••144 Tbc West Intlies Trading Compauy Por(-au-Prince, (foi)av<^, Cap-Ilailien. nnn imim Fenfre $t Pallia tint Chet, H. Halloni fil* En veille dans foules les bonnes fiiceries de la Rpublique. f rs Sa raser n'est plus une affaire t Qrc. iu Valet AutoStrop, M r.t.r divi.nt un vni plaisir. La fil da la lama •M toujours parfait, car c'ait la rasoir qui "le rapine lui-mme". La mima lama dura pendant dei lemilnee, toujouri lussi douce & la peau que II E nmlri foli qu'en l'en lit servi, 'sauver, c'est l'idopter. LAIT CONDENS ~ ] NESTL ISii LE PLUS F3CHEf^^£^-J^ EN CREME fans Clivai! IcFf a ci ^AiiG^Strop WtrouYtrez loujaars du L it Condenf.'Heetle, L ait vapore at H %  'cte un dpit ckez I 4 gent, qui se tient dussi entirement i v s I4K ordres, pour rente n re vas commandes directes. L a PrBalzmanii-AjerliolDi Agent gnral pour Baiti. nne vos 3 iMuriLArrr .•



PAGE 1

ckttM s donne de la force Convalescence Neurasthnie Tuberculose Anmie La Cure de CLOBOL %  utmente la fore nerveuse et rend tua nerf rajeuni toute leur nergie, leur toupleue et leur viaueur. l.omnnllc!ii.n l.ealml •>' MaOacma 1 Juin !!• Ua\*rt tout le) tvtnUfes S ic peut prsenter U sererapie i tiflclelle, dont on i parfois voula faire une iiull'.tnle capable de remplacer la transfusion sanguine elle-mme et ceci avec avaelige, dlsalt-on, malfr qu'il faille toujours avoir recours a elle, au moint dam les cas urgents, nous ae croyons pat 3 ue la .erothOapis puisse onner, en une (oue ae cas. les rsultats remarquables qu'on peut obtenir d'un* cure pr..!on|.' de Global. En faee d'un organisme remoDter. h revivifier, rejet* r*. c'est toujours a ce der-nier que nous donnerons la prfrence. D' H. Ciusecr. Licenci ri uiiuctl, Lautnl de l.i Facult d Vdtcinc dt Pu,. ElahlliMmanti Chtelain Grande Pris Fourni. t! march A w,^ M J< Adressez-vous la Maison N. A A. AOI VeilflFC [ D ont la devise est devemlre petit bnl Vendre beaucoup. Dans son personnel, la maison compte un tailleur italien sorti d'un tablissement de ordre d'Italie Elle est en mesure de fournir des complet u, et sur mesure, en cheviote, diagonale, palmj drlll blano et couleur, coupons de Casimir,** %  >=. talons— Etoffes pour gilets. pour tause de dpart Mobilier— Bibelots— Vaisselle Verrerie— Argenterie, ele, etc.. S adresser 132 Avenue Q. ( Encoignure Impasse Lavaud et Chemin Lalue ). 49 r •"* oontre CONSTIPATION prenes les COMPRIMS SUISSES d) DELORT, Pharmacien, IIP, Rua atain t-Antoina F AUX SI C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS Bonneterie lrge Taillant Consifnafcire pour flalti PORT-AU-PRINCB Aies PETHUaV f anriTio ALI"JTT 'hsrmeeidu t> Juetln VURi #f loiflea lea bonne >*harrr>acit Chemises de jour et de nuit, su flOut de* o|l Cols et manchettes deruirs crations,— •t Pyjamas. Cette maison constitue une in:u et le meilleur accueil est reser/ a tous ceuaj sireut par une visite tre dlis sur la, va travaux fournis. 1 Tout costume cominai d et qui ne rpond g ont du olient est repris, On paile franais, anglais, espagnol et Halle! BAZAR SftBTROPOLiTAiia Chocolats Un IIWMU Stock — Chaque boite jarutie Boite de Boite de Boite de Boite de Botte de |.t. 0 ds. pour 1 n vie pour / io boite mtal faulaiais 2 do " • 1 do bjUo ronde fan f ,aisie %  5 or oo or 1,25 or 2,00 i.oil It Qualits diftrentas de Bonbons etc 0,9b or lit: SI'I.CIAL Paie lient if riee kallkora le tube Eaa de \ ialiy la bouteille Bail Oxlg nee f ran fil Tussor japonais pour chemise A hommss^et ralaee Heps de soie a barres c oiilfurjpour oh >>.*>.. s _ji j.nmes et robos nouveauts. Uaptiste fine pour chemises; Percale fine pour lingerie Calicot percale pour Zphyr anglais pour chemises g extra supj Organdi suisse uni et couleur Bas a jours demi-soie Chaussettes cossaises pour enfants Franck Fr.sky, dernier* nouveaut Poplin fleurs pour robes Tussor blanc Limbrie blanc Voiles couleur barres Shirting bianc suprieur Baa dentelles lias soie brode Bas fil brod Lotions ''t'ivert*'lulle [,0V premire Communion Couvertures blanc e et couleur suprieur Bandes brodes Madera pour cliem es et Jupes Voile bianc barres et moushee fiatine nlauchu gabardine blanche barres et unie Crpon biauc et couleur jours Voue bianc et couleur uni l.hemisettes allemandes suprieur Itrabant noir anglais Imitation to.le crue Serviettes de toilettes L'ar.clies Aceulur damasses blanches pour famillos Nappet, couleurs 1 etes serviettes blanches damasses Organdi • blanc & couleur barres & eavreaua Lainage cou eur anglais sup. pour jupes Madras a barres de soie pou. cuetnUes jkomss Satinette Foulard pour robes <."•• %  • %  Peignes franais & amricains Moiletone b ancs & couleurs sup." Poplin de soie uni blanc & crme extra Chapeau de paille i.ne d'Italie Casimir anglais supCrepou brod franais Crpon franais a fleurs, dernire, nouveaut Serviettes de toilette couLanqUin lapis cir blanc sup. pour tables |, %  .— --i,Damass anglais pour matelas donble largeur ete ete. [g le r^ somma ru le au public el sa BOffibroee eliAimables Cuem a, vous qui voilez porter, peu de 'eiilBY pour I lgance de sa Ceu ( e .1 la prompte Irais, les plus beaux USMIS qu'il soit possible de exsatiuu mise dans les ouvrages SonGs se, soina trouver sur celle place, ne manques pas avant Il maison reele ouverte juMjuab heurts du >oi 1# d ail. r ai buis, d,p V ser chez nous o le meilleafrr\X modles. m scuuil vous est rserv. Eug. LE BOSSE & .Agences— ReprsentatiQmj \PORT-AU*PRIL\GE I Agents gnraux de^: Heeker Jorxen Jewell Milliraf iNEW-YOKK l'arines llu jarian O 0 — Boule'Roage> The Home Insuranee Company} NEW-YORK Assurance contre l'incenle :3 D n ond la tek Co Allumett es t Safe Home 0. S, Rubl r t'xpert Company] Pneus ''Roya l Cord" Souliers Red?. Chas P. laiilauje fit S-] Poi ssons sals si tou8 g enres ajansasassatiaaisssss jyjamlaf lures Lile lns'ce Cy \ saur a ne > sur la vie, Vins jiiilbou Frres Aiu & Champagne Bordraux .COPENHAGUE rt 4 x ire Danois, fromage et conserves al \V. 8. latbews iii 5>on Tabacs jaunes et noirs. i.a ^Fabrique par la grande Socit Manufacturire d'Armes st Cycles de St Utienne ( I rance .' la bicyclette Svelte est la seule qui runit a la luis toutes les qualits de perfection requises de nos jours. D'un fini irrprochable, o'unc lgance indiscutable et d'une solidit incen.parable. la bicyclelo Svelte est muuie de tous les accessoires: l'ompe, ciel jmeux et chambres k\ air Michelin. lient la grande marque i lui est sorti victorieuse aux plus importantes preu Tes sportives dans ls monde entier. snja^jBn vente chez Nicolas Cordasc Rationale Sans Rival Cigarettes, Chant k Kuvo.s dsdsnressl Lubin Lui Elle est charmante, l'ide d'olirir us parlum, d'autant plus que \ e st du* LDIlIj En vente dans toutes les bonnes mai ISS l La maison C.L. Verret £ Tailteur-Marchatd 5 Ro 1823 Bue du'Marjasin de l'Etat Ceci n'est pas Car de la Kslaine je ne sais pas en fi Cependant ai vous pa>ssz du ct du l'Admiaistratlon postale, d la Graud'Rusf Rentre a i*\ cordow< raest Camiil A la Conscie\ Vous verrez que les chaussures — qu oosnmancke ou nota—sont laites avec 11 0 *' solidit, parue que les ouvriers qui les oonl et les matriaux qui y sont employs I** jusOliee* u Mire de ia maison. •-^ . a£i. 1^



PAGE 1

D1IUX1 El H piiorAIUT\ir.l-' IMPMMEVX Clment Magloire BUIS YERN A lt58, Rue^mriceine) .NUMERO 20 CENTIMES Quotidien Jl y • m antagonisme foncier enlre l'esprit d'analyse et la vit, puisque to.ite vie repose sur une haie d'inceascience et que prcisment l'esprit d'analyse tend i dtruire d, plus en |>laa eette ineonseience ch ceux qu'il domine. Pnl Boorget TLPHONE N\ 24t l8meANNEN* 6441 POrtT-AU-PRINC* (H11T1 MERCAKDI 25 FEVRIER 19M la terreur c L o les passions humaines interviennent, le champ de l'imprvu est immense. PASTEUR. £tCe n'est pas sans raison que les esprits droits et senss condamnent l'œuvre entreprise par les pseudo-deteDseurs des droits du peuple. Les Lationahstes De se contentent pas. en ellet, te rclamer la restauration de toutes les vieilles pratiques qui ont entrane notre faillite politique, ils tentent maiiiteuaui de levuller les plus malsain s pa^sio s dans les m s. — Les ma!h ureuKS ides dont ils le. oinmai.* dent 1 adoption soi.t de jiat .re saper brtif base l.s 11 i .s [ r tondes asstes de notre socit. Conniie il te leur est plus permis de calomnier, ils n'tstiment pas assez de mentir. Alors eur insuffisance exaspre srittourne centre la vie mme de U dation qu'ils menacent d'un spiitr c hiueux que ILS vrais patriotes et les mes honntes ont toujours au eu horreur. Le ji urual Le Rveil >, des Cayae, uoi piemiers articles de h loi de Hnances. Le dcret pour la suppression des bjrdereaux de cjupons v >t hier la chambre n'a pas paru aujourd'hui l'ofii ciel cause de la fin tardive de la s ance. Il paratra e 24 courant, le Journal Ohiciel ne devant pas cire publi lundi. \ dater du 31 Fvrier aucune formilit ne sera On trouvera chei Fraois Jaaa Charles, M Ihor les 16 jumas de toutes sur teet de premier oh ix. La Leon des faits llP m I ne nronauc nnc rPAHUtCSS nllf a, PARIS— M. Ilernol a po~ ce soir u i ultimatum la chambre ei gant les sances de nuit pour coati iuer travailler au budget. La plupart des dputs qui ioui sont fatigus par les sances inia terrompues des derniers jours firent entendre de vhmentes pro teilalions. Il est indispensable, d clare M. ttrriot, que le budget s lit vot avant la Pin du mois alin qu'il entre au snat avant le 1er avril et soit aJjpt avant les va cances de P.i j ne -. Il nous faut ab Boluoaent prendre d'urgence des mesures nergiques pour amlio rer la situation N.074 marks or la Hei< h-biuk. Daus l'aviaiton PAK1S— L'adjudai t aviateur F. lonnet qui a rtmpoilrle record de vi'e>se avec une moyenne de /N kilomtres i"i a l'oeuie ur i,n arodrome de i kilomtres v'eit de rect-voir un prix de 18. 000 fianes don de Fmuk Lahrn, l'aronaute amricain. r .e p ix avait t cr pour > villeuT Iran ais ou lrat g^r qui dans le cou raiit de l'anne, excuter u la pef formance la plus ul r ssante paf n'importe qu.d moyi n de locomo tion arienne. I'( tlf Iri <|UeSlllts iltj l'ractialioii de Cologne, et de l'armement de l'll uiH|ti', Londres et Paris devront s aeeoider avant d adopter aucune meture. En B A|lemaf|n UEtLIN— Le pisident Ebert sera epr ce soir de l'appendicite. Conformment la Constitution, le chancelier Luther remplira les fonctions de prsident pendant la maladie de M Ebert. L'csjiosition de l'empire ^Britannique serait. I i rapdficitaire •^LONDHES.— D'aprs un port de la Cour des comptes de l'ex position de l'empire britannique l'entreprise accuserait un dficit de 1 million 930 000 livr.s stetling dont plus de la moiti a t garantie par despar.iculie,s. On va demander au gouvernement de ga r.uiiit une somme de I million 100. 000 livres pour couvrir le de licit et qui n'a pas tgaianlie par des particuliers atiu de perrmtti* | le>p sition de continuer penj d ni une anne encore. Dans la politique etparnole BORDEAl IX.— D'aprs des nou velu-s de la frontire d Espagne il y aurait depuis que que jours un lorl mouvement a>ant presque l'ampleur dune agtlion parmi les leaders politiques de l'ancien rgime dont quelques uns semblent vouloir se rallier au direc toiie militaire. On cite parmi las persi nnages qui sont prts parti ciper a la formation d un nouveau gouvernement civil les i ous du e imt de Romanonea et du eomta de Uugallal. ,4B Maroc PAHIS— Suivant le point de vu* officiel franais, la confrence in U ralli. e qui rglera les questions de l'vacuation de Cologne,de l'ar mement de l'Allemagne et qnel ques autres points ne devrait se • w. — —-— Avec 1915,1'Ed Hce natiocal eut subir niants endomriiHgtmenls. On auiai bien pu viter ce n compte. Mais 1' te toi que je m'y mette a t en ce temps Ircp en honneur. On ne penrait donc I ac paigner l'Edifice. S il y a parfois des UODS vivan tes, celle-l en est une. M malgi tout cela, on ne continue pis moins accoi^t-r une laige place cette ide, combien ntlaste, au plus giand dsir des uni et des au trs. b' M le-toi que je m'y melle ", n'est-il p la cause viaie, relle de tous les n aux dont tcuflre le peuple hailien ? Lepenoaui, d'un ptu partout, on reciame Ja rfection de pkdifi ce national ; d un peu partout l'en se dtmsndt quand 1 entreprendra ton, re grand travail. Problme compliqu, difficile,et qu'il est g.oiLux de rsoudre. Rien ne iert de courir, il faut par tira point, a crit le grand Fabu liste. Le travail est faire, mais il faut des conditions. Elles se rsu ment en trois points. D'abord: vouloir je 1er soi mi me la base et empchei, selon la mesure de son pouvoir, toutes les iniquits qui crent la haine et ap pellent des revanches, par ainsi, on eupprimera la cause, parlant l'eflet. fuis, par l'Ecole des contren S irOlCSSeS. au rveil des barbai ies. Car, n|est ce pas qu'il re dga g' des faits que nous avons veus. CHODS arenaus BOS promesses peur ^ commun i ca iion du Harehal focli au Conseil cet emps d iniers, une leon <-'i gne d'tra lelenue et mdite far t)U3 ; savoir : que le rsultat di luttes de partir, c'est la ruine et la dest'uctioft. • e e La Sociologie enseigne que le E rogrs de l'Humanit dpend eaucoup plus de l'entr'aide que de l'entre lutte c'est donc dais la solidarit' qu'il faut recherchn les lies, les sentiments et le. forces dterminantes d'une vo'utioo pro gressive. Or, lorsque les membre d'une colUctivue dnient toute solidarit, il est vident que les ii dividus formant cette collectivit sont fata leruent destins disparatre. Le Pouvoir actuel offre tonlea les garanties ncessa res pour vi ter celte eatestiophe et, atteindre, par contre, cette noble et grande fin laquelle tous aspirent. Monsieur Louis Rorno est mon t an Pouvoii avee le dsir le plus ardent d'tre utile, sous toutes les formes, au l'ays, partant au Peuple haitieu.Son Gouverrement a toujours conserv et conserve jusqu' cette heure, malgr les me neurs, son plus forme espoir de sauver le reste de l'Edifice du nau frage, quoique les comptitions et les calomnies des adversaires en aient fait un Gouvernement de combat. Les lections l'Acadmie fran aise sont souvent tort agites. Et, ee n'est pas tou)ours une mince affaire pour le candidat au fauteuil que de sassuier les voix favorabb de la mojoiil des Im mortels Aprs tre rest dis ou quinze ans a se casser la tte pour produire, soit dans la littrature, soit dans la politique, soit encore dans les sciences, des œuvres qui le rendent d £\\t de siger sous la Coupole, le malh ureux candidat est eacoie, a l'poque des lec lions, cras par la besogne 'ecto raie : dners qu'il fout offiir, com pliments les plus menteurs possible qu'il faut tourner aux femmes d' cadmicien, discours qu'ils faut prononcer ou subir, etr. Et malgi ce labeur titanesque on choue parfois. C'ebt ce qui arriva une fois un grand crivain, ami de Lrgou % . Et comme le candidat malheu reux reprochait ce dernier de ne lui avoir pas accord une boule blanche comme il le lui avait pro mis. — Mon ami, rpondit Legou v, il y a cuti e les candidat! l'A cadmie et nous autres acadmi ciees un ternel malentendu : • Nous prenons nos promesses f iour des politesses et eux, nos po itesses pour des promesses L'autre salua et s'loigna C' tait qui pensez vous'., fierie Loti. Mais l'anne d'aprs Loti fut lu au fauteuil de je ne sais plus U, U !.'J1 des ambassadeurs PARIS— Le marchal Foch, pr sident du comit de guerte inter alli, a aunonc aujourd'hui de vaut le conseil des ambassadeurs nu-le rapport do comit eur les agisiemeuts militaires de l'Allema probablement la lin de la semai gt:u bisi sur le rappoit dfinitif de la missiou militaire de contre le sera prt dans le courant de la semune prochaine. Le marchal ajouta que les experts mditaires examinent les questions avee le plus graod soin et que l'abondan ce des preuves qui leur ont l fournies exigera quelques jours de pus avant qu i s pu4 individus dont 2 3itO tranger*. U fut procd MI2 arrestations dont .. %  38 turent maintenues. ? C\RACAS 4 V n/.ula)U cui ra^s amricain Utab ayant son bord le gnral Perah'ing et son tat-major est arriv hier ose tin 4 le Guayra. Cet aprs midi e gnral Porshiog a donn une r ception la lgation des titot. Unis II a assist dans la soire un bal masqu l'Opra. L'inspeo teur gnral de l'arme le gnral Cornez a ordonn une revue mili taire pour mardi. BOULOGNE— M. Arture Aleg. sandri, prsident du Chili, s'est embarqu aujourd'hui sur le paquebot \ntonio Delnoo-. M-'.., Lloumergue et Herriot s''au fait reprsenter pour saluer le pr sident >on dpart pour le Chili. PARIS— Il n'y a encore rien de lise concernant larencontre dej MM. Herriot et Chamberlain lor, du pli.' h un passage de M. Chai b r,mi Paris. I *n\ idu comit interalli sera prt la lin de semaine. Bia.XLLLWS— 0.. J.'a.e oBJ \es ngi ciatioi s pour l'amoituscu Sa _^ * —. JC* r %  -i


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06362
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, February 25, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06362

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
D1IUX1 El H piiorAIUT\ir.l-'
IMPMMEVX
Clment Magloire
BUIS YERN A
lt58, Rue^mriceine)
.NUMERO 20 CENTIMES
Quotidien
Jl y m antagonisme foncier
enlre l'esprit d'analyse et la vit,
puisque to.ite vie repose sur
une haie d'inceascience et que
prcisment l'esprit d'analyse
tend i dtruire d, plus en |>laa
eette ineonseience ch ceux
qu'il domine. Pnl Boorget
TLPHONE N\ 24t
l8meANNEN* 6441
POrtT-AU-PRINC* (H11T1
MERCAKDI 25 FEVRIER 19M
la terreur
c L o les passions humaines interviennent,
le champ de l'imprvu est immense.
Pasteur.
tCe n'est pas sans raison que
les esprits droits et senss con-
damnent l'uvre entreprise par
les pseudo-deteDseurs des droits
du peuple. Les Lationahstes De
se contentent pas. en ellet, te
rclamer la restauration de tou-
tes les vieilles pratiques qui ont
entrane notre faillite politique,
ils tentent maiiiteuaui de levul-
ler les plus malsain s pa^sio s
dans les m s. Les ma!h u-
reuKS ides dont ils le. oinmai.*
dent 1 adoption soi.t de jiat .re
saper brtif base l.s 11i.s [ r -
tondes asstes de notre socit.
Conniie il te leur est plus per-
mis de calomnier, ils n'tstiment
pas assez de mentir. Alors eur
insuffisance exaspre sr- ittour-
ne centre la vie mme de U da-
tion qu'ils menacent d'un spii-
trc hiueux que ils vrais patrio-
tes et les mes honntes ont
toujours au eu horreur.
Le ji urual Le Rveil >, des
Cayae, uoi vil est dincteur-gerant semble
vouloir fane revivre la vieille et
funeste question de castes qui,
jadis, serv. it souvent de item
pl.n aux convoitises politiques.
Cest l une volution b. n na-
turella du nationalisme qui, au
tond, n'a jamais tu pour but de
dtendre sincrement les int-
rts du l'a y s- Nous savons que
l'opinion du < Rveil n'est
point celle de la ville des Cayes,
bien que l'on ail tendance le
laisser croire. Au contraiie, de
hautes personnalit cayenu s
3m nont d'auteurs aucun caiai-
re officiel, mais d'une auton
moi aie incontestable, ce sont
empresses d'exptimer astezvi*
vtnnLi, u-iis Uts cunespondau-
ees prives, leur sentiment sur
cette uvre nfaste entreprise
contre le^ays sous le faux t
mensonger prtexte de dteudie
ses intrts.
Non, l'pi euve que nous su-
bissons aura eu pour rsultat de
lenverser cea vi i les tt lidicules
thories de caste et de clocher.
Tous, quelle que toit la nuance
de nctre pidei me et *n quel-
' que heu que nous ayons pii*
naissance, nous ne devons avoir
qu'un but commun et lixe. une
Hati hunu.
La classe* lui mblable" que
nous avotis constamment ddai
gne est celle -le la grande mas-
M ils, Oien aidant, U travail de
Paix se fait lentement, si l'on
tt-ut, mai* srement Si ieadver
saires du Gouvernement n'ont pas
tous dsarm devant la ferme vo
lont de son Chef d'administrer
et de maintenir le Pays dans la
lcurit et l'ordre, du moins, ils
ont tous, quoiqu'ils puissent dire,
le profond sentiment de leur im
puissance ne pas tre eoo vaincus
que l'uvre s'accomp'ira en dpit
de euis pissions et de leurs prju
gs
Nouvelles Etrangres
Par Gable
1 la Bourse de Paris
PARIS- la chambre syndica
le des agents de chaa^e a interdit
peuiant un mois l'entre d la
bourse l'un de ses membres qui
HATI malgr la situation an envoya;unecirculaire tendancieuse
SM.ni*' *n laauelU quelques sur la situation financire de la
Irance.
goissante vars laquelle quelq
citoyens aveugles essayent de la
pousser, veut tr* un peuple de
frr squineconnaisent po'ntd'en
. mis dan U commune Patrie
qui sont prts a (rendre chacun
la truelle et tiavailler a a re
enostructio i de l'tviinc-. Ce sera
alors, li Paix iutrieure, cette
paix, sinshquelle notre Patrie
ne peut ft'ie vraiment forte,
reuse et prospre.
heu
Tons, tant que nous sommes,
se o nulaire idSJUlCl exploite igunes et vieux, nous porterons
et dont le Prsident de la H
publique s'est ass-gn pour ci
che d'aml'orer le sort. C'est de
son grand cur qu est paru le
cri qui s'est rpercut dans tou-
tes Us consennees honntes, en
prence du crime social qui
consiste daus la coexistence c-
teie d'une petite bour-
g- oisie instruite, l gante et
c raffine et i'uue immense mai.-
c se populaire en guenilles, ne
sachant ni lire ni crire, pion
ge dans la superstition- #
."
Les mille pripti s de notre
histoire, nos esprances et nos
dsespoirs, l'orgueil de notre
gorieux origine, nos amertu-
mes, nos luttai mme en un
mot toutes nos aventures na
tionales contribuait rail t
mir notre uu t et notre toi dans
un avenir plu beau
t Le Rveil des passion)
m dsaues ne pat empcher que
s'a-conip isse. dans l'ordre, la
paix et le travail, la seule desti-
ne digne de la Patrie fonde
par Ucasahuts et Puoi.-.
a nous persistons dans les liabi plus exige ea France ni l'tran
les de haine, de division et ces g en ce q -i concerne enCalsM
mentales coupons des valeurs Iran
devint l'Histoire une lourde res
ponsabiliti.si au lieu d'conomiser
nos forces,'es canaliser vers la ls
lisation de ce haut idal.si.au li0
de nous abreuver aux plus pures
sources du Patriotisme qui est fait
de eontraternil, de solidarit et
de franchise ; si, au lieu de tout
tel
tod
mesquinerie qii nous ont tt si
fuiestes et qui consituent la rai
toi dterminante del gnnde le
on du raoTient, nous assisterons
alors co nbien, tristement, a
l' rouleme d certain de tout l'E
difice puisque les temps nous ont
dsign ces laits comme des pages
dignes d tra retenues et mdite -
par tous.
P. D. PLAISIR.
Licenci en broit
autour du vote du Bu^!le'
Iratiais
Ib miiniiiuni de 1. Herriot
l'\HIS Conformment au <
sir du gouvernement d'scfa ver la
discussion du buJget avant le iH
Fvrier, la chambre a sig jus
qu' heure 30 du matin tt'll* a
adopt les ('(> piemiers articles de
h loi de Hnances. Le dcret pour
la suppression des bjrdereaux de
cjupons v >t hier la chambre
n'a pas paru aujourd'hui l'ofii
ciel cause de la fin tardive de la
s ance. Il paratra e 24 courant,
le Journal Ohiciel ne devant pas
cire publi lundi. \ dater du 31
Fvrier aucune formilit ne sera
On trouvera chei Fra-
ois Jaaa Charles, M Ihor
les 16 jumas de toutes sur
teet de premier oh ix.
La Leon des faits llP
* m Ine nronauc nnc rPAHUtCSS nllf
a, .
PARIS M. Ilernol a po~ ce
soir u i ultimatum la chambre
ei gant les sances de nuit pour
coati iuer travailler au budget.
La plupart des dputs qui ioui
sont fatigus par les sances inia
terrompues des derniers jours fi-
rent entendre de vhmentes pro
teilalions. Il est indispensable, d
clare M. ttrriot, que le budget
s lit vot avant la Pin du mois alin
qu'il entre au snat avant le 1er
avril et soit aJjpt avant les va
cances de P.i j ne -. Il nous faut ab
Boluoaent prendre d'urgence des
mesures nergiques pour amlio
rer la situation N le pii'-i l'iii du cous, il, et le pre
mier devoir du parlement c'est de
rgler sans larder la question du
budget, tes dputs demeurant
inbranlables rclamrent la mise
au vote. M. Herriot obtint Knale
mei.t satisfaction. La chambre vo
ta par 119 voix eoDlre 5S en'a
veur de l'ultimatum,
militaire de contrle se sont le
ves 1 milliona.13 333 marks or
Les autres dpenses comprennent
principalement les frais d'admi
nistration des auties commissions
teilie qiie commission dea lpara
tions, haute commission des pro
vinces ihnaues, bureaux de l'a-
gent naval et de |l'agent gnral.
Le total des encaissements au 31
Janvier s'lve pour la pr mire
annuit 314 millions BB1 25
Oo3 de marks contre dpenses to
taies de 381 milliois S90 148 29
ce q ii lai-sa un re.iquat d- lj mil
lions lS5.IOt>.074 marks or la
Hei< h-biuk.
Daus l'aviaiton
PAK1S L'adjudai t aviateur F.
lonnet qui a rtmpoilr- le record
de vi'e>se avec une moyenne de
/N kilomtres i"i a l'oeuie ur
i,n arodrome de i kilomtres
v'eit de rect-voir un prix de 18.
000 fianes don de Fmuk Lahrn,
l'aronaute amricain. r.e p ix
avait t cr pour > villeuT Iran
ais ou lrat g^r qui dans le cou
raiit de l'anne, excuter u la pef
formance la plus ul r ssante paf
n'importe qu.d moyi n de locomo
tion arienne.
I'( tlf Iri <|UeSlllts iltj l'-
ractialioii de Cologne, et
de l'armement de l'll -
uiH|ti', Londres et Paris
devront s aeeoider avant
d adopter aucune me-
ture.
En BA|lemaf|n
UEtLIN Le pisident Ebert
sera epr ce soir de l'appendicite.
Conformment la Constitution,
le chancelier Luther remplira les
fonctions de prsident pendant la
maladie de M Ebert.
L'csjiosition de l'empire
^Britannique serait.
I
i
rap-
dficitaire
^LONDHES. D'aprs un
port de la Cour des comptes de l'ex
position de l'empire britannique
l'entreprise accuserait un dficit
de 1 million 930 000 livr.s stet-
ling dont plus de la moiti a t
garantie par despar.iculie,s. On va
demander au gouvernement de ga
r.uiiit une somme de I million
100.000 livres pour couvrir le de
licit et qui n'a pas tgaianlie par
des particuliers atiu de perrmtti*
| le>p sition de continuer penj
d ni une anne encore.
Dans la politique
etparnole
BORDEAlIX. D'aprs des nou
velu-s de la frontire d Espagne il
y aurait depuis que que jours un
lorl mouvement a>ant presque
l'ampleur dune agtlion parmi
les leaders politiques de l'ancien
rgime dont quelques uns sem-
blent vouloir se rallier au direc
toiie militaire. On cite parmi las
persi nnages qui sont prts parti
ciper a la formation d un nouveau
gouvernement civil les i ous du
e imt de Romanonea et du eomta
de Uugallal.
,4b Maroc
Pahis Suivant le point de vu*
officiel franais, la confrence in
U ralli. e qui rglera les questions
de l'vacuation de Cologne,de l'ar
mement de l'Allemagne et qnel
ques autres points ne devrait se
w. -
Avec 1915,1'Ed Hce natiocal eut
subir niants endomriiHgtmenls.
On auiai bien pu viter ce n
compte. Mais 1' te toi que je
m'y mette a t en ce temps Ircp
en honneur. On ne penrait donc
I ac paigner l'Edifice.
S il y a parfois des Uods vivan
tes, celle-l en est une.m. malgi
tout cela, on ne continue pis
moins accoi^t-r une laige place
cette ide, combien ntlaste, au
plus giand dsir des uni et des au
trs.
b' M le-toi que je m'y melle ",
n'est-il p la cause viaie, relle
de tous les n aux dont tcuflre le
peuple hailien ?
Lepenoaui, d'un ptu partout,
on reciame Ja rfection de pkdifi
ce national ; d un peu partout l'en
se dtmsndt quand 1 entreprendra
ton, re grand travail.
Problme compliqu, difficile,et
qu'il est g.oiLux de rsoudre.
Rien ne iert de courir, il faut par
tira point, a crit le grand Fabu
liste.
Le travail est faire, mais il
faut des conditions. Elles se rsu
ment en trois points.
D'abord: vouloir je 1er soi mi
me la base et empchei, selon la
mesure de son pouvoir, toutes les
iniquits qui crent la haine et ap
pellent des revanches, par ainsi,
on eupprimera la cause, parlant
l'eflet.
fuis, par l'Ecole des contren
dus el laue *ui ce point l'duca
tion du Peupie et non le pouner
vers l'anarchie.
des politesses et eux, nus politesses
Et Snfin, s'opposer avec nergie n,|[ 0>S irOlCSSeS.
au rveil des barbai ies.
Car, n|est ce pas qu'il re dga
g' des faits que nous avons veus.
cHods arenaus bos promesses peur ^ communicaiion du
Harehal focli au Conseil
ce-temps d iniers, une leon <-'i
gne d'tra lelenue et mdite far
t)U3 ; savoir : que le rsultat di
luttes de partir, c'est la ruine et
la dest'uctioft. *

e e
La Sociologie enseigne que le
Erogrs de l'Humanit dpend
eaucoup plus de l'entr'aide que
de l'entre lutte c'est donc dais la
solidarit' qu'il faut recherchn les
lies, les sentiments et le. forces
dterminantes d'une vo'utioo pro
gressive.
Or, lorsque les membre d'une
colUctivue dnient toute solidarit,
il est vident que les ii dividus
formant cette collectivit sont fata
leruent destins disparatre.
Le Pouvoir actuel offre tonlea
les garanties ncessa res pour vi
ter celte eatestiophe et, atteindre,
par contre, cette noble et grande
fin laquelle tous aspirent.
Monsieur Louis Rorno est mon
t an Pouvoii avee le dsir le plus
ardent d'tre utile, sous toutes
les formes, au l'ays, partant au
Peuple haitieu.Son Gouverrement
a toujours conserv et conserve
jusqu' cette heure, malgr les me
neurs, son plus forme espoir de
sauver le reste de l'Edifice du nau
frage, quoique les comptitions et
les calomnies des adversaires en
aient fait un Gouvernement de
combat.
Les lections l'Acadmie fran
aise sont souvent tort agites.
Et, ee n'est pas tou)ours une
mince affaire pour le candidat au
fauteuil que de sassuier les voix
favorabb de la mojoiil des Im
mortels Aprs tre rest dis ou
quinze ans a se casser la tte pour
produire, soit dans la littrature,
soit dans la politique, soit encore
dans les sciences, des uvres qui
le rendent d \\t de siger sous la
Coupole, le malh ureux candidat
est eacoie, a l'poque des lec
lions, cras par la besogne 'ecto
raie : dners qu'il fout offiir, com
pliments les plus menteurs possible
qu'il faut tourner aux femmes d'
cadmicien, discours qu'ils faut
prononcer ou subir, etr.
Et malgi ce labeur titanesque
on choue parfois.
C'ebt ce qui arriva une fois
un grand crivain, ami de Lrgou
?. Et comme le candidat malheu
reux reprochait ce dernier de ne
lui avoir pas accord une boule
blanche comme il le lui avait pro
mis.
Mon ami, rpondit Legou
v, il y a cuti e les candidat! l'A
cadmie et nous autres acadmi
ciees un ternel malentendu :
Nous prenons nos promesses
fiour des politesses et eux, nos po
itesses pour des promesses
L'autre salua et s'loigna C'
tait qui pensez vous'., fierie Loti.
Mais l'anne d'aprs Loti fut
lu au fauteuil de je ne sais plus
U,U!.'J1
des ambassadeurs
PARIS Le marchal Foch, pr
sident du comit de guerte inter
alli, a aunonc aujourd'hui de
vaut le conseil des ambassadeurs
nu-- le rapport do comit eur les
agisiemeuts militaires de l'Allema probablement la lin de la semai
gt:u bisi sur le rappoit dfinitif
de la missiou militaire de contre
le sera prt dans le courant de la
semune prochaine. Le marchal
ajouta que les experts mditaires
examinent les questions avee le
plus graod soin et que l'abondan
ce des preuves qui leur ont l
fournies exigera quelques jours de
pus avant qu i s pu 1er leurs tonclusijus.
L'iilema(|ne paie
RERL1N M. Parker Gilbert,
agent gnral des rparationr,
vient de faire paratre le compte
des encaissements et dpenses
pour le mois de Jauvier ; il a t
encaiss pour celte priode 108
millions JI7.8O7 071 marks or et
il a t dbours lo3 millions :75
3i8.043 marks or. En chilfies
rouds les paiements allis se r
Sertissent comme suit : Grande
retagne 19 millions 35(J 465,Fran
ce 47 millions I7S 646, Italie 8
mil ions U58 9:iS, Belgique U mil
lions 334 bS6. J n .urnes serbes Croates et Slov-
nes i miiluubd7b 7b.l, Portugal
724 894, Roumanie 340 7I4, 'r
ce oS4 ISS.
Les dpenses de la commission
MELL1LLA. Le rcent d-
pait pour Madrid du Gnral San
Jurjo pour conlrer avac le gn-
ral de Rivera a donn caisaance
de nombreuses rumeurs. Le gn
ral Jurjo commandant militaire dx
Mlilla esl, dit on, compltement
oppos au plan de Rivera, pr-
voyant le repii de la position avan
e de Tizziazza. U estime que la
runir qu'aprs accord complet de positioj actuelle est suffi amment J
Londres et de l'aria sur tous cea solide pour rsistera toute alla':''
sujets. Bien que le gouverneur nt
ti aurais n'oit pas t inform olfi
ciellemeut, M. Auslin (ihamber
lain, secrtaire du Foreign OfMce,
s'arrterait Paris pour confrer
avec M. Herriot en se rendant
Genve ; on a l'impression l'a
ris qu'il en sera ainsi, car il est im
posiible que M. Herriot se rende
Lonous pendant que le budget
est di-(ut la chambre.
Les conversations entre les gou .
vernemenu se poursuivent pari'm 'onceruant le sant du roi Geoi-
termdiai.es d leurs chancelle g", maison dclare que son 4. |
ries en attendant le rapport du ,!"*n ,l 1V1' Ci0
marchal l'och sur la mission de fal ,de8 P"*: D *ano1u ofli
ciellement que la reine accompa-
gnera le roi 'tans si cioisira en
mditerranne.
M ustlLLi-, Au cours de ra-
tios nocturnes visant .les indsirs
bls, la pjliva interrogea 5.131
poui
que des rebelles. U pense en outre
qu'en cas de retraite on peut s'at
tendre un soulvement des t.-i
lus jusqu'ici fidles et qu'il y au
r ait lieu de craindre un dsastre
analoque celui de 1921.
Koufellei Diverses
LONDRES Aucun bulletin
n'a paru Buckingbam Palace
mu 1 le des armemeuts de l'Aile
magne. Ce rapport sera termin
ne pour le moment les converxa
lions sont limites la procdure
tuivre lorsque ce rapport sera
transmis aux gouvernements.
En Mionneur do
(K'on|es Wadiinjjton
Washington Le prsident
C'jolldge duuonce qu'il a l'inten
tion d inviter toutes les nati< ns du
monde se joiudie aux Etats Unis
pou' clbrer le iOume anniver
eire de la naissance de lieorge
Washington en 1932.
I la r cherche d'une lor-
mtile conciliant les l'itr-
rls Iraneo-allemands
PARIS.M.Trende'enburg a envoy
un de ses secrtaires Berlin pour
faite un rapport sur la situation -
on p 1 se que ee recilairc rappor
teta laiponse du Keich aux der
nires propositions franaises. Fran
caiH et allemands seu.blaie i SM
di 8'lre entendus sur une m nvei
le loin u e conc haut les ictits
des de ix pays et on pensait que
l'accord pourrait tre rapidement
cenelu>4
individus dont 2 3itO tranger*. U
fut procd MI2 arrestations dont ..
38 turent maintenues. ?
C\RACAS4Vn/.ula)- U cui
ra^s amricain Utab ayant
son bord le gnral Perah'ing et
son tat-major est arriv hier ose
tin 4 le Guayra. Cet aprs midi e
gnral Porshiog a donn une r
ception la lgation des titot.
Unis II a assist dans la soire
un bal masqu l'Opra. L'inspeo
teur gnral de l'arme le gnral
Cornez a ordonn une revue mili
taire pour mardi.
BOULOGNE M. Arture Aleg.
sandri, prsident du Chili, s'est
embarqu aujourd'hui sur le pa-
quebot \ntonio Delnoo-. M-'..,
Lloumergue et Herriot s''au
fait reprsenter pour saluer le pr
sident >on dpart pour le Chili.
PARIS Il n'y a encore rien
de lise concernant larencontre dej
MM. Herriot et Chamberlain lor,
du pli.' h un passage de M. Chai
b r,mi Paris. I *n\i- du comit
interalli sera prt la lin de
semaine.
Bia.XLLLWS 0.. J.'a.e oBJ
\es ngi ciatioi s pour l'amoituscu

Sa _^
* .
JC* r
--
i



^

ment par l'Allemagne de 6 mil-
liard- de marks papier mis en tir
culation pendant l'occupation re
prendront d'ici peu. l H, ||i<]iie
eiixe le remboursement de 4 mil
liards au taux d-avant guerre et
des deux autres milliards un
taux rduit qui serait fli a l'amia
ble.LesO milliards de marks en
question ont t rachets aax por
teuis par la banque nationale de
lldgiqu.
LONDRES- Au cours de la se
ance des Communes, le comman
daat Kenworthy a demand M
Chamberlain, secrtaire des allai
res trangres, si dans ses entre
tient avec les reprsentants des
puissancf s trangres an sujet d'u
ne confrence sur les armements
na as on a ait env sage lvenlua
lit d'y inclure la question des ar
memenls terrestres et ariens. M.
Cbamberlaio a rpondu que la
question n'avait pas t souleve
par la pressa : ce sujet le seer
taire se contenta de rpter que
la confrence projete avait t
mentionne simplement d'une fa
on officieuse au eours dune :on
versation avec l'arobitsadeur bel
loff II affirma qu'aucun change
da vues n'avait eu lieu sur eette
question entre la Grande Breta
gne et l'Amrique et que pour la
moment il ne considrait pas
propos de fournir de plus amples
renseignements.
La proposition du gouverne-
ment anglais concernant l'aide li
nancire l'L'Istera provoqu une
certaine motion qui menace de
dgnrer en tempte lorsqu'on ap
prit que le Home Office proposait
d'accorder i l'tJlster un crdit tip
filmentaire de 1 million JjO.000
ivres sterliug pour subvenir aux
frais de la police spciale. M.
laowdan, ancien chancelier de
l'Eebitjuier.proposa de rduire cet
te valuation prtendant qu'elle
ae reposait sur aucune autmit l
Sale tant donn que le maintien
ela loi et ne 1 ordre est une obli
lion dont ITlsIer doit s'acquit
r lui mme. Au milieu d'une
.empte de cris et de menaces des
dputs de IL'ister, M. SnowJen
cusa 1-* gouvernement ulstiien
e chercher se procurer des fonds
oar ses elirtmeurs et pour sup
eorler la suprmatie de l'Orange
hurchill, chancelier de l'chi-
quier, dclare au nom du gouver
Dment que laide propose n'avait
rien d illgal et qu'elle n tait pas
ans prcdent.
l'internat'oml
Athlotlc Club
il
Les Cendres
Aujourd'hui est le premier jour
, du Carme. A cette occasion l'PC-
glie Cathnliqne perptne laCr-
monie religieuse institue par le
Pape Grgoire le grand au Vie
sicle.
Nombr. ux ont t dans nos gli-
ses les fideeaqni observant cette
piaise traditon ont reu re malin
au front l'insigne des cendres, r-
sidu des rameaux bnita.
Varits
CE SOIR
IKoiotne aux
Trois Masques
7 e et 8e pLodee
Entre G. 0.50
Pour gurir ou fc ter
MlOSAINIS CONSTII .Tiim
OCMFIHOIIt ITOUIIDIIIlUni.
l""l CASTHIOUC
IL SUFFIT de prendre
*. l'un d vos repai
t*M IM Cmi Jmr* ml|M|
une Pilule do IF Dehaut
147, rus Mais Ufaut exiger les vritables
Cl Mat tout laie bliathti
I r B>SSI HNtH Im mol.
' e fut un grand succs pour
l'Internationii! Alhllic qui ouvrait
ses beaux aa!ona lundi soir, ses
invits habi'ue's l'occasion du
Carnaval. Le bal travesti avait r
uni tout* une srie de dguise-
ments originaux et charmants que
portrent avec gr;\ce, dM ncti.n
ou dsinvolture les gais masques,
selon le rle qu'il remplisaient.
La musique tait excellente, sous
la dire, (ion habile et intelligente
du m.i -iro Luc Jn Ha, t t qui se
surpaya re soir l au roiol qu'au
petit jour, l< s danseurs, sous le
charme des airs de plu- en plus
entranants insistaient encore pool
que l'illusion du bonheur coati
nut la satisrHcti >n d tous.
tir Uuintin Williams lit les h->n
neurs do Club avec cet empresse
ment pourtant et cet'e amabilit
de boa got qu'on lui connait.
Signaons aj hasard des danses:
Un groupe d'Apacbes prsid
par Amila dont la barb noire et
les allures de jeunesse harJie fai
saient l'admiration gnrale, le
chef Paul, trs constant donnait
des ordres tes afilis qui
taient : Vr et Madame Marc Del
quis, la gracieuse Anna Lon, les
lgantes Carmen Auguste et Rose
Ausila MM. J. Poujol, M. Poujol
et Lucien Arnous ;
Ln superlu hidalgar, aux veux
de rlamme et d'amour, Joseph Pe
reira, .Iules llraux, en Navy, Da
nlelThard en aviateur, VelUo,
en m.ielo! de Caravelle oubli
I oit au Prince, Louis Peraert/. ;
In geo .pe de diabljiins cliap
Ps de I enfer et qui feraient ou
b 1er ou |ea paradis : Mme P. Sa
vain, Mme Franck Fils im Mme
II. Beleard, Melles Laurette et Car
rnen Miller y, MM. Paul S'avain,
Franck 8J| Aim, II.Uliard, Chris
tian Coicou. Mr et Mme Louis Du
pont, il orges de Pradmet en Pier
rut, Mm!... Yvonne Smit!i,en folie,
Mme Lonce Monsanlo.en Pi rrette,
Agns SI Home, en andalouse, Car
tlnc Smith, en pavillon biitHnpi
que, Clone et Yvonne Mayaid, en
cowboya, MM. Auioine Sjourn,
n gondolier, Camille V rby en
police baitienne, Dr Plumer, eu
olficier de mirine,Jules Wcinwegt
en Ohal de l'ompiers.scar Borda,
eu pieirot, Raoul lils Aim eu tea
darme, Utti Llida Korlbjonsen,
en Pierrette, Mene Duvivier, en
vieux noceur, 'etc.
El dominant tonte celle arme
de travestis joyeo>. le Lord maire
OuiatlQ Wilii ms prsidait cette
tte de Carnaval dont 1 organisa
tion fut parUite.
lu tole
Un succs magis'ral a mnr ja
le deux rreptions qui eurent lie i
hier au Ctrde Port an l'rincion.
Les enfants en grand nombre
ont pn-. joyeuaaflMBl leurs bats
de 3 a 7 heures et c. tut aprs le
lourdes grande* perso j.ie<< qui
aux sons .le 1 i.lrainxnt Jazi da
Jao Hapl *t S'en donaraot
eu Par les oins de LUiicn Boyer
lea miochis turent lims dans
leurs ;g*nts petits traveat s, et il
nous sera peut tre doad de re-
v ir prochainement sur K raa' ce
groupe charmant.
La semaine dernire, deux jour
d'intervalle, ont t conduite a
leur dernire demeure, deux vieil'
lards, orig;naires les \ntillea v>i-
sins, l'un d'. la Jamaque, l'au're
de Piierto-llico et qui, aprs avoir
pis oresque touta leur existence
parmi nou, ne laiaaeat que l.%
souvenirs agrables tous caui
ui les ont connus et anproc'i-.
a eux parler de Jonii DajMOUTiaa
Ftrins et de But V'ihas
Evidemment le convoi qu'ils ont
eu. aurait t autre si bien les
per onnes avaient appris temp<
b ur dftg et si d'autres proccupa
lions n'^berbaicnt le peuple liai
[in an point de faireoub'ier parfo s
les obi galions les plus naturelles,
quand elles ne rendent pis sour !
aux inspirations de la plus i.nen
taire charit.
Deux attrayantes et sympallii-
ques phy-ionomies qui reapiraieot
la bont et la franchis.
Commerant et industriel, M o -
aieur Frs, pharmacien et liquo-
nsie Monsieur Blas Nieras nt re-
tirs des affaires, ils assistaient
sereins a celte nouvelle phase de la
vie baitienne dans laquelle la guer-
re intestine continua sous des for
mes moins sanglantes, mais tout
aussi dpimanies. paralvsaat toule
iuitiative qui pourrait "-ontribuer
redonuer confiance et tablir
celte cordialit q li, au temps de
la jeunesse de ces deux vtrans,
tmoins de nos labeurs et de nos
vicissitudes, renaissait entre lea
combattants aussitt la lutte finie
et temprait souvent au fort mfW
de la mle les ardeurs inspara-
bls de toute divergence d'opinions
galement sincres.
Blas Viras connut les satisfac-
tions de la campapne pro Cuba et
Pueilo Rico et fut prsident du
Club Btaaeftf. Venu tout jeune en
Hati, il y avait fond une famille
et ne songea plus rf-gapner Ho-
rinquen mancipe, mais incorpo-
re. Il avait t i-harm; cien de >a
Maison F.wald, l'ami du grand doc
leur Des touches, le plue aim des
mdecins bailiens
Ses derniers jours furent attris-
ts par la solitude tt les revers de
lorlune.
Ce sont des peins fils crui een
nuisirent le deuil de ces deux
doyens, de ces deux ^honntes
trangers dont il importe de saluer
le dpart aver respect, afin que lea
quelques autres modles qui noua
restent, nationaux ou trangers
ni di-paraisent un un au mi-
Iipu de l'indiffrence gnrale.
Enfin, et ce qui ne gte rien, ce
lurent deux chrtiens, terme au-
3uel se amne toute coucep'ion
une existence qu'on aspiie
rendre noble et utile
Honneur & leur rrmoire tpaix
leurs Ames.
*
Parisiana
Jeudi
Cruelle in joins
avec
Airie Luiss Dardai
et
IDEHAUT A PARIS
le Temps (le Faria)
Inpplmenl Ttononnique
Nous avora rroa de la Lgation
de France le supplment conomi
q-e du grand o>gane parisien
4 Le Ter p ", dit le 4 D.cem
bre dernier.
C'est un rsum complet de la
situation conomique et financire
fc la Fiance qui montre tout !e
chemin jarcouiu depuis la fin de
la jMieire.
Noua remercions la Lgation de
rraoce pour ce gracieux et utile
envoi.
Le Repeitir d'une lin
Entre 1-00
La Boom Nouvelle l
Viennent d'arriver : PATE de
MAltl.V-\auTerpiiiO!\'Slll()P
M.-VltlNA, remdea d'une.H
eadl ^ans pareille pour Tes
rhum s, bro iclii'ei, Inllujn a,
grup*.
Pcudr HyiiImiquk L*KVIR
p< ur les >ons inti n-s d la
lemiu employe av-v. sur.ca
d,na les cas d> I. ucor h l'er-
ip*, mtrilra, uiies c coiicIips
Par tt oompotition e'Ie tonilia
les muqueura et re.'onne l
lastici' aux iiaaue.
Voua trou verra era produits
Chei Madan e .M. TARGET.mo
disle.in Lice du d.'pt de Miium
Gaetjf.N8, Rua du Magaain de
l'Etal, No tf)02.
Hier a t la plus brillante jour-
ne da Carnaval que nom ayons
eue. Taalis qua d'aulras Dotaient
les dguiseme-its dan* I s heh tra-
vestis ds Cerc'es mondains, je me
cnntenlaw. mai de crayonnir les
figures de la rue.
Li dans un petit coin da rai re-
Iriile, seul, j'observais cet'e j >ie
franche, gaie de la rue, polissonne
mme parfois.joie sans contrainte,
mais tans fard.. .
'je qa'ils taient nombreux les
aves'issemenls or i|inaux d i eele
anne. Jimiis vraiment le ceiple
B*a montr pour rire et s am iser
tant d'ingniosit.
Une scne m'a frapp tout d'a-
bord c'esl celle de trois diables que
pourchasse un St Michel resplen-
d ssaol. Ils taient laids, les d-
moas; tout noirs, grandes Piles
noires, onglesd me-mment longs,
langues p< ndanies Is taient hi-
deu* et leur vue suffisait pour
dgoter de l'enfer. Heureusement
le terrible Archange les menait
rudement au boul de sa lance
dore.
J' i vu ensuite des homme-- i
deux faces : panta'ons. gilets, re.
dtngotea. ou namta, tout s'ouvrait
par derrire et se fermait par de
vaat, de sorte qu'il devenait souvent
imrossible de sjvoir c^mm nt ils
allaient : en avant ou en arrire.
J'ai vu encore des mooaqrie.
tairea irs fier-, so.is leur* man
teaux ennslells d'toiles n ra-
pier dor, leur ebapeio k la II nri
IV orn du traditionnel p-nache
blanc, et leur i^pe en b is recou
vert galement de papier dor J'ai
vu des poilus franais trs lussis,
l'auto No 3126 on luisant des in-
firmires sons la direction d'un
officier ^u S. ruce Sai itaire. le ca-
mion JI17 eu un gicu|je de jeunes
dominicaine reprsentant dm...
Anges armaea de leur trompel-e
ctoyaient des Lucifer............
des hon mes sous la prolectio de
St-Michel qni,nergiqnemnt bran
dlaaait sa lance chaque fois que
son intervention aemblait nces-
saire.
J'ai vu encore les rabrouels
14 et 42i avec l'inscription On
prend ton plaisir comme on peut, nous
tt avons pas d auto, qui dambulaient
avec une vingtaine de beaux mas
ques en lies<, et ralisant de leur
mieux leur devise du ior J'ai vu
un camion de Cow boys du type
le plus parfait, des Indiens qui
chaque fois qu'ils brandissaint leur
carquois donntient la frousse
pus d'une jeune fille, les rclames
organises par Ascensio, Kanaa,
Talamas celle dernire provoqi a-1
une joie toile dans la gent f nlan
tioe g>ft:e, une distribution pndi
gue de bladea mr tout son
paicoun.
ncerej ai vu l'vocation vivan
te d une fourne prsidentielle
travers la ville dans les temps
jaTsu primes, el que seul le Car
naval peut Taire revivre.
Mais enfin ce que j'ai vu et bien
vucel la rclame rr.,gniqUe du
(arage Kncer qui omprenait rie
jolis eagaiom daVeadg aux conleirs
hatiennes el amricain a aux Nos
1, i, BOOfi, fl, 7, 8, promenant prr
les q- rhers de la vi le to te la
j< uneaae lgante de Port au Pri. ce,
u,vi d- toute une ujulliluie'
d'autos tleuries p rmi lesquel es
jai nol lea Nos 86, HU 181.192.
101. ll 26., 17 x, 2 1,319,810
016, 300i,3-4.i,I0u7, 3094, 3097
8118, tlML 3164, 40:i, 50l7.
A la auite de ea eonvoi tumul
tueux. j'ai vu allant cohin-aha
un pauvre buaa au Ne 43 dont le
passager qui portail une barba
touffue laquelle n'tait cerUine.
ment pat h sienne, me laissa un
moment l'impression que Davij,
le gnie du mal, tait dans nos
murs......
Jusqu'ici c'tait p*ifit, et le
(arnaxal pour mo allait finir en
beaut, qo nd au coin voisin cm
meoeerCDt dambuler quelqu i
voix DMiitardea autonoant il n.
sais quelle c cophonie aux sons
lugubres d un tambour. Tonte une
banda se livrant aux conterai >ai
les plus grotesques s'o frit alors i
nia vue
q ie je fusse frapp par ee spa la
de p'us 01 moi is tr ee h n peuple avait if de diver
liss-ments et qu'aprs toit, il |.re-
nait s^n plaisir h o il letrouvai',
et comme il le pouvait......
Qcfc
On annonce la mort de Jo-
septi Lifontaot, dcel c^ mi-
tin tSheirea. Sa fin-ra Iles
auront lieu demaio, en 1 Bf'i 1
Strt Anne, i heure* la T. prs-
midi.
Dj la part de M. Alcius L -
(orient, soi are, de 4M. LD t
LVt'iiaiAiia, Li'i n Lifo i> nt sis
f h"ps et de tous les autres pa-
rents.
Il n'aat pat sa je d'aa'u-
ter n'importa quoi p'ur
e Jrtha-rassftr l'uo et-
detq oirrir.L(indill(irenc
011 la joi 1 que Ion cn$e
sont visihUg nr pau|
AOXIU ollre de bien jo-
liea cliOM4 et ne wa que
le sourire.
0
Enrichit
Il 1488
Fortifie lu NERFS
DONNE
FORCE
NERGIE
ux persoonat
lITrilATUBB et rcl.llo .
LES TABLISSEMENTS BYLA
.piiiip mwim
h : DoFeur-fcrg.Bttu, t/s
No. 20.44, t*** 4e ] Oare
Chez F, Laifsf & Cie
Viennent d'arriver par le Branai
les arides suivants :
Dentelles Extra Fine, Dentelles* de soie, Dentelles Or et Argent
Hubacs, Calottes, Ctupecux Un ni-, Plumes, Pleur-, Paille de Soie et
tous articles pour Mo.les.-S^rterie.- Des vtolifa Haut* Fan perles pour Rob-s et ebapaaux, des Sics Perl* de t>ute beaot, des
ace Uaneinga, Lhapeaus Jean Bart pour Enfants, Uroesea tte
Peignes coiffer tous genres des Broaaea dnia, des l'Atea [)ai\
Inces, etc, elc.
iASPZ f'n r "0m ^" : '"1 co!'' Crav'es, Bretelles, Chemise,
de soie, Wll.g, etc. Tons article, pour mercerie el Lingerie.-Cou
eaux suprieurs.
^Sdii i" TUl.<11*"'S BU hons Pur Ph-mada.
n nV.' Il e: L"ue,r!,> ^i-c, Vins, Caaapeeea authen
Billes en oaoul. h.iuc et Poupes. Juels divers
R.im 4rn ur0-' *"ou* aallsel't"l^es t. utea ouailles.
Extraits essences pour Sirop..I, peurs et Con Wie.Colorants naturels
Nous avons reu le Vritable Th des AL.es, ExeeUeat douratii
WH9UJL igirettai La nal, vrt.cles de Mode en gr. Prix s.ciaei
rassez-nous voir, nos piix sont avanla.qeu*
F. Laveiauet et Oie
Grand Htel de France
''femou itptionnelle, au tentre des aHaires,
proitmna de toules lus B.nqu,8f de la douane e
de toutes lue Aqences de balea ix
Imingnemento et Ucllaa pou- voyager en auto.
mobde d,s toutes les parties de la" fipublique
dHahi et de la rpublique dominicaine. 4
;liambrea conlorUblei et surtout h* propres, en
dateurs dans es chambres la demau, eTs Pen.
Demandes vlsVer le* m%aeSM%
de iHel
A ce moment une vague de pi"
i4 m'envahit et je pensai, bien
m de Bou^^Uffi,.D^&t-,
Uns9. SWT52 "S ment arrives. voisee et amrlcaustes fraleka
i^ltia.HKS de Cuba. Aura* a u-w
et dtail. IOUt6* la'*ibrique d Hotl Gve*
PMPUMBRU et Carte, po.tata. .^ ''
/*rto trs modrs.
P. P. iPalrizi,
astsV
- rJ
lit) ttiie de Csui^
Tiplione : N 75<>
*


?-


-
I


'3%


lltfVtfN
ix grands magasins
Dus bowrnitures Gnral** pour
la Gjrdjnntrte.
JOANNY CORDASCO
ftte de* Fronts Korts,(Tho 1 ort-au Piince, Hati
de plui ehir pour la* (irein:^r|u4une ma-
^oudr**' est". i-
Qu it
lia fcfftf"
& liii
|ha uutM 4 iiii bon acM. UWs ho m rtI
.000 *u lin (h 7 L^
larmacie Sjou u
lavis a sa clients e et aux m Vcciis et] au cutlic qu'il e
Im son Lai oratoire d'Ulogie eu (un Laboratoire ud
appliqu sou la Direction di S
Dr icot et E. Sjour fi
bora'oiro t ouvert tout les jours de 7 h f du ma'in 6
lu&olr pour u >!<* les recherches ei analyses prevaei Ja s
Se ci lointei ut po i le
jeroiauu ttk constante Ure Scrt rie
root reues qie le nardi de chaque semaine.
r a ia t-'u^iu i.ie pour les reoseigaemeotj*
d'uriutis et ^uc^a.-TJjuej
H. action de Wassermann
Bactioa de Triboulel,,
fcixHmen d a saag et du pus
Eumen des muerai tc*l
ixsmende crachaiJ
" K"
Constante UroSJbessre
^^i.-^S^-i^^
|NEUR*STHNIc. FAIGLcS'
ICHLOP.OSE, DB.LITS
DESOHINS
i SMDWglttkU M
l*#eoeraaor du fana. MMtl psr W'h (aide)
| M rfarwfn erM ujr frrunr.',. ./-.!. i... > . 'iitMiu da Ptru
hi u....,< Bft.H.JKi.l, . ;< i,.MI. r... H l f:.. .
ndr ISIDORE
>15, ftue du Peupl* 15t5
Matre Tailleur*
Prs, du Bazar' Mtropolitain^
m Ooupe moderne^
Speiails Z
Ifompltts d soire et de Crmonie
l'rix (dfiant toate concurrsnoa.
Ire bien habill et biea vu dans le cercles mondaius^dra
1 jeuue tailUur moderie Andr ISIDORE.
1515. Hue du Peuple 1515.
Tout prs du Bazar Mtropolitain
Mf
\ofitez donc
lier une de ces bonn s
pyclettes anglaises
Ranwell
imines et darr.es qui viennenfd'a riftr eil
uliii Williams &C
Port-au I rince
PHABMAGHk
PKLNGIPALB
H. CANONN*
40. Rue Riaumus
e-SO BOULSVAftD 8t*% OPOt
PARIS
vendant
LB UaULLElH MAHCH DO MOKB8
Produits dm Premier! Marquai
et toujours de premire fraichaur
UNE SEULE QUALIT i
LA MEILLEURE*
>
RAYON SPCIAL.
POUR LES COLONIIS
DHOGUKItlE, HERBOHISTBRia
SPCIALITS
Pruialse t EtrinSra
SOLS DE QUININE PUBS
9Tous produits en/lacent,
ampoules, comprlmt, cachets.
SOLUTIONS HYPODERUIQUia
BANDAGES, CEINTURES,
BAS A VARICE!
APPARIILS HYGINIQUES
pour toua uaaftf
APPAREILS ORTHOPEDIQUES
Seringues hypodermiqaet
PHARMACIES DE POCHE, DE VlYAIE
COFFRFS PHARMACEUTIQUES
pour Usines, Communes, le.
frojgti de Facturai
et tous renseignement
sur demande adress*
PHARMACIE PRINCIPALE
41, RUE RAUMUR
88-96, BOULEVARD SIASTOPOL
PARU
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
ni en France ni l'Etranger.
Caf Petit-Four
Georges M. Framer
PROPhlhT/lHK
d'mis de dtverj l
qualit '.
Lss jours ordinaires
e- t heur s aprs midi
Lei dimanches d jours fris
A par 0 h. ie- t u . m
STHMZ
"toulagemea t ianudl.1.1
lobules R
. Uaultata mirrcil
I rWn P.- U Puccm
lA. DEPENSIEa
Corslriiil pour m mauvaises R:s
Le pneu Cord
Good Year pour
Camion, e*t h
meilleur pneuma
tic [abriqt peti-
te transport nw
la* mum aitt
routes.
Lepiroi rsiste
des milliers dt
milles, sur le tu-
te plus cahoteuu
et sa fabncatioi
spciale diminu
lu chah I/o y in-
teneurs jum lia
dtsicin t.hwtaihv
trefd assure ur.e traction *ure,en rendant toui drapai"
impossible^ '
habtiqu^pour rsister // plu* svre condition de
service, il parcourt dtl millUrs de mille* vn prix
excessivement bas.
fabriqu dans toute* les diminuions coulantes.
144
Tbc West Intlies Trading Compauy
Por(-au-Prince, (foi)av<^,
Cap-Ilailien.
nnn imim
Fenfre $t Pallia tint
Chet,
H. Halloni fil*
En veille dans foules les bonnes
fiiceries de la Rpublique.
f
rs
Sa raser n'est plus une
affaire *
t
Qrc. iu Valet AutoStrop, m r.t.r
divi.nt un vni plaisir. La fil da la lama
M toujours parfait, car c'ait la rasoir
qui "le rapine lui-mme". La mima
lama dura pendant dei lemilnee,
toujouri lussi douce & la peau que II
Enmlri foli qu'en l'en lit servi,
'sauver, c'est l'idopter.
LAIT
CONDENS ~ ]
NESTL ISii
LE PLUS F3CHE- f^^^-J^
EN CREME
fans Clivai!
IcFf
a ci
^AiiG^Strop
WtrouYtrez loujaars du Lit Condenf.'Heetle, Lait vapore at H
'cte un dpit ckez I4 gent, qui se tient dussi entirement i v
s
I4K
ordres, pour rentenre vas commandes directes.
La PrBalzmanii-AjerliolDi
. Agent gnral pour Baiti.
nne
vos

3
iMuriLArrr
.


ckttM
s

donne de la force
Convalescence
Neurasthnie
Tuberculose
Anmie
La Cure de CLOBOL
utmente la fore nerveuse
et rend tua nerf rajeuni
toute leur nergie, leur
toupleue et leur viaueur.
l.omnnllc!ii.n
l.ealml >' MaOacma
1 Juin !!
Ua\*rt tout le) tvtnUfes
Sic peut prsenter U sere-
rapie i tiflclelle, dont on
i parfois voula faire une
iiull'.tnle capable de rempla-
cer la transfusion sanguine
elle-mme et ceci avec avae-
lige, dlsalt-on, malfr qu'il
faille toujours avoir recours
a elle, au moint dam les cas
urgents, nous ae croyons pat
3ue la .erothOapis puisse
onner, en une (oue ae cas.
les rsultats remarquables
qu'on peut obtenir d'un* cu-
re pr..!on|.' de Global. En
faee d'un organisme re-
moDter. h revivifier, rejet*
r*. c'est toujours a ce der--
nier que nous donnerons la
prfrence.
D' H. Ciusecr.
Licenci ri uiiuctl,
Lautnl de l.i Facult d
Vdtcinc dt Pu,.
ElahlliMmanti Chtelain -
Grande Pris
Fourni. 3, i' Valenclennri, Parla, ',
tout** pharmacies.
A vendre
^Dne automobile Buick .6
cyliudres modle 1921.
S'adresser H. Lope Ri-
vera.
N. et . Acra
GrandSRue
A ct des Caves de Bordeaux
Voulez-vous voas habiller avec lganoe,'>t!
march
Aw,^M J< Adressez-vous la Maison N. A A. AOI
VeilflFC [Dont la devise est devemlre petit bnl
Vendre beaucoup.
Dans son personnel, la maison compte un
tailleur italien sorti d'un tablissement de
ordre d'Italie
Elle est en mesure de fournir des complet u,
et sur mesure, en cheviote, diagonale, palmj
drlll blano et couleur, coupons de Casimir,**>=.
talons Etoffes pour gilets.
pour tause de dpart
Mobilier Bibelots Vaisselle
Verrerie Argenterie, ele, etc..
S adresser 132 Avenue Q.
( Encoignure Impasse Lavaud et
Chemin Lalue ).
49 r
"* oontre
CONSTIPATION
prenes les
COMPRIMS
SUISSES
d) DELORT, Pharmacien,
IIP, Rua atain t-Antoina
fauxsi
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
Bonneterie
lrge Taillant Consifnafcire pour flalti
PORT-AU-PRINCB
Aies PETHUaV f anriTio ALI"JTT
'hsrmeei- du t> Juetln VURi
#f loiflea lea bonne >*harrr>acit
Chemises de jour et de nuit, su flOut de* o|l
Cols et manchettes deruirs crations,
t Pyjamas.
Cette maison constitue une in:u
et le meilleur accueil est reser/ a tous ceuaj
sireut par une visite tre dlis sur la, va
travaux fournis.1
Tout costume cominai d et qui ne rpond
g ont du olient est repris,
On paile franais, anglais, espagnol et Halle!
Bazar SftBTROPOLiTAiia
Chocolats
Un iiwmu Stock Chaque boite jarutie
Boite de
Boite de
Boite de
Boite de
Botte de
|.t.
0 ds. pour
1 n vie pour
/ io boite mtal faulaiais
2 do
1 do bjUo ronde fanf,aisie
5 or
oo or
1,25 or
2,00
i.oil
It Qualits diftrentas de Bonbons etc 0,9b or lit:
SI'I.CIAL
Paie lient if riee kallkora le tube
Eaa de \ ialiy la bouteille
Bail Oxlg nee f ran savaa kirkelive 2 pour
Oe-me pour la visage (jniuil tube
Laines la paire
JDau de teilettefLuxor lu bout.
Petites iasserules il, mailles ebaque
Le Iteek le p es fort, le plus vari la plus eenaplet et le plus frais
a!s Pert aa Prinee. Le pris est marqu sur ehsqae atliele et bous s'a
tom ejian seul prix.11 voas sera trs avautageu de nous visiter. Vous
gares teajescs. aimablement leus.
0,10 eta or
20
20 "
2i "
,10 "
2,75 "
,2.5 "
10 "
Bicyclettes! Bicycle lies
b* ?
*
La maison H.S1LVELU
w Ceux qui n'ont pas encore vu lot jelis avtfdee de
Imesse que vient de recevoir La Maison B)il#rt
doivent, dans leur intrt, s'empresser de passer I
cette maison, car nul part ils ne peuvent trouver
d'aussi beaux articles a des prix si raisonnables:
Nos articles sont rrajmeut de toute beaut et de
tniclieur et nos prix dlient toule^conc u. nce.
Crpe de Clilne couleurs assorties
t ' extra suprieur
marocain carreaux
Soirie carreaux pour robes et chemises
Triootiue lie soie barres
Ratine voile carreauxj
Voilesuisse brod
Crpon franais barres et oarreaux
Diagonal noir sup.
i.aaiinlr anglais nouveaut
berge bleu anglais suprieur
Pealmbeacb anglais de toutes beauts
Alpaga noir suprieur
Satin Cbine pour tailleurs
. Kaki blanc saperiaur
Kaici jaune anglais suprieur
lluck union blano anglais "nouveauts",
Drill union blano a ijiai >
fil
Tussor japonais pour chemise A hommss^et ralaee
Heps de soie a barres c oiilfurjpour oh >>.*>.. s _ji j.n-
mes et robos nouveauts.
Uaptiste fine pour chemises;
Percale fine pour lingerie
Calicot percale pour "
Zphyr anglais pour chemises g extra supj
Organdi suisse uni et couleur
Bas a jours demi-soie
Chaussettes cossaises pour enfants
Franck Fr.sky, dernier* nouveaut
Poplin fleurs pour robes
Tussor blanc
Limbrie blanc
Voiles couleur barres
Shirting bianc suprieur
Baa dentelles
lias soie brode
Bas fil brod
Lotions ''t'ivert*-
'lulle [,0V premire Communion
Couvertures blanc e et couleur suprieur
Bandes brodes Madera pour cliem es et Jupes
Voile bianc barres et moushee
fiatine nlauchu
gabardine blanche barres et unie
Crpon biauc et couleur jours
Voue bianc et couleur uni
l.hemisettes allemandes suprieur
Itrabant noir anglais
Imitation to.le crue
Serviettes de toilettes L'ar.clies Aceulur
" damasses blanches pour famillos
Nappet, couleurs
1 etes serviettes blanches damasses
Organdi blanc & couleur barres & eavreaua
Lainage cou eur anglais sup. pour jupes
Madras a barres de soie pou. cuetnUes jkomss
Satinette Foulard pour robes <."
Peignes franais & amricains
Moiletone b ancs & couleurs sup."
Poplin de soie uni blanc & crme extra
Chapeau de paille i.ne d'Italie
Casimir anglais sup-
Crepou brod franais
Crpon franais a fleurs, dernire, nouveaut
Serviettes de toilette couLanqUin -------
lapis cir blanc sup. pour tables
|- "...... --i,- Damass anglais pour matelas donble largeur ete ete.
[g le r^ somma ru le au public el sa BOffibroee eli- Aimables Cuem a, vous qui voilez porter, peu de
'eiilBY pour I lgance de sa Ceu(.e .1 la prompte Irais, les plus beaux Usmis qu'il soit possible de
exsatiuu mise dans les ouvrages SonGs se, soina trouver sur celle place, ne manques pas avant
Il maison reele ouverte juMjuab heurts du >oi1# d ail. r ai buis, d,- pVser chez nous o le meillea-
frr\X modles. m scuuil vous est rserv.
Eug. LE BOSSE &
.Agences ReprsentatiQmj
\PORT-AU*PRIl\GE I
Agents gnraux de^:
Heeker Jorxen Jewell Milliraf
iNEW-YOKK
l'arines llu jarian O 0 Boule'Roage>
The Home Insuranee Company}
NEW-YORK
Assurance contre l'incenle:3
D n ond la tek Co
Allumettes t Safe Home
0. S, Rubl r t'xpert Company]
Pneus ''Royal Cord" Souliers Red?.
Chas P. laiilauje fit S-]
Poissons sals si tou8 genres
ajansasassatiaaisssss
jyjamlaf lures Lile lns'ce Cy
\ saur a ne > sur la vie,
Vins
jiiilbou Frres Aiu
& Champagne Bordraux
.COPENHAGUE rt4
x ire Danois, fromage et conserves al
\V. 8. latbews iii 5>on
Tabacs jaunes et noirs.
i.a
^Fabrique par la grande Socit Manufacturire
d'Armes st Cycles de St Utienne ( I rance .' la bicy-
clette Svelte est la seule qui runit a la luis toutes les
qualits de perfection requises de nos jours.
D'un fini irrprochable, o'unc lgance indiscuta-
ble et d'une solidit incen.parable. la bicyclelo Svelte
est muuie de tous les accessoires: l'ompe, ciel jmeux
et chambres k\ air Michelin.
lient la grande marque i
lui est sorti victorieuse aux plus importantes preu
Tes sportives dans ls monde entier.
snja^jBn vente chez
Nicolas Cordasc
Rationale
Sans Rival
Cigarettes, Chant
kKuvo.s dsdsnressl
Lubin
Lui
Elle est charmante, l'ide d'olirir us
parlum, d'autant plus que\est du* LDIlIj
En vente dans toutes les bonnes mai
ISS
l
La maison C.L. Verret
Tailteur-Marchatd
5 Ro 1823 Bue du'Marjasin de l'Etat
Ceci n'est pas
Car de la Kslaine je ne sais pas en fi
Cependant ai vous pa>ssz du ct du
l'Admiaistratlon postale, d la Graud'Rusf
Rentre a i*\ cordow<
raest Camiil
A la Conscie\
Vous verrez que les chaussures qu
oosnmancke ou notasont laites avec 110*'
solidit, parue que les ouvriers qui les oonl
et les matriaux qui y sont employs I**
jusOliee* u Mire de ia maison.
-^ _______.__________

__
.

ai.
1^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM