<%BANNER%>







PAGE 1

t i GL donne de la force i dMV Ba*J22r\ Convalescence Neurasthnie Tuberculose Anmie U Cbr de CLOROL augmente 'a force nerveuse I rend aux nerfs rajeunit tout leur nergie, leur souplesse tl leur v,lueur. Commun lu Uo JltaaUmlt de Mfctacin* 1 Juin ISM Ml^re len !c avantages 'tr la rothrap.t artlBelalML dont oa a parfois ulu faire une *nftho-< li!.-' (a rempliter I* iijii -.fusion sansulni %  lia-nfti t ri eee) vee • %  lie. disait an, m 2 le te qu'il tnJil* toujouri vt.lr rtcJun IBM let cas urgents, nous ne croyons pas ue la -<.-:>. "liropla jvilssa onurr. en uni loala de cas, les resullaM remarquables qu'on peut blenlr d'une tore proIcngiV dt Glok*\L Ko ficc d'un ofi,:.iiisme t raaoottr. i revlvIBer, a r.fiU n. c" : i ur a ce dernier tint uoui doaneiost la prfrence D' '. C1UCT. /...• nc/d tt aciVnc;,-. Lamint Je /,Fncvt.i de Vida: l( Jt Parit. s>^ Bronches y BUbHCftMBti Chitoiehi Gr.-ndi P*.* Fournis rti I IpK, dj Parti, 9* i*** %  '. l'util, c ft>u!' J1 irniatlte. ou autres affections de l'appareil respiratoire L'EMULSION • SCOTT c prise rgulirement donne une nergie nouvelle, augmente la capacit de rsistance et aide liminer la cause de la faiblesse. %  3 ;— fz^muKBmssoL^sa ferqe Vaillant Consiqnataire pou, |aiti Et le bal du March Valhre ? A l'octarion de Jours frra.p:ir font R'aannnrenl dea soires ft des bal ou le l'orl HU Prince ligh' lifo dansera et s'amusera. Mais,pour Dieu qu'on n'oublia point le bon peuple, celui qui n'a pas tous les jour occasion de rire f\ qui voudrait, lui auea', oublier pendant quelques beures qu'il n'a pas p u'e au pot. robes de soie et colliers Sur le tenain de la r-ligioa, il ait encore plus intraitable : en un mot, c'est un sebismalique ihtolrant. Ajoute/ cela tout que seul, le Docteur l'aultre exerce les multiples occupa'ions de Docteur an Mdecine. Chirurgien, Accnu •heur, Spculateur en denres, Boularger, Grand Planteur, Apiculteur et Aide-Pasleur, et per %  onne re jalouse son tonnante activit. lin v\it, un homme doul de elle piiVi-nce de travail a bien le droit tk^rf connatre uu uulie qui veut ivoir. Car, ce n'est pas impunri Prd-ctnt at Secrtaire est le Docteur Hector Pau tre. Si donc je me suis intress l'rr-uvre du Pasteur Ihrris. c-i n'a t que peur en louer l'efRearit %  ociale tt morale. Je n*> v ux l'en •avoir du Docteur Pasll e en ce qui concerne les bien fri ils r ,i -''s par s s prd es eurs fussent-ils au-si l'emarai bl qoe Ini. 'e ijoc'^nr feul'ra peut donc t i|iiner so li ion i, car je n'en t' 1 pas me iblssar ci arcuter loiin. e d'aube p.-.lVnts M. D. Ceriaspi.daal du Mutin De&chhnel contre Clemenceau Beaucoop de g< ns doivent i^r o rer sns doute qu il y eut un jour un riooi entre .Mr Uerchani 1 et Mr Clemenceau. Voici le iclit in-idenl, H bien %%  eux, qi i mit aux prises les d u\ hommes politiques. C'. lit le i.\ Juillet 1891. la Chambre rraoaif* discuti it h I i relative aux ettafcbUte*, Mr l'es chanel, la tribune, malmena •tan rudi ment Mr ifenrj Brision, l leudeniHin, Mr ClOD4 mu. dans un aili I. A la 'Justice ne mringea pas Mi Des'h.ine' ; ce ui ci envoya ses lmo n-, Mis (i. Chaude y et G Cavaignae, A Mr C'cOMceaa qui eboiait, pout l'-s si-lei, Mis V Math et l( Les qualie tmoini n'ay mt pu se mettre d'accord sur le poiof de savoir qui pouvait tie attribue la qualit d offens, choisi eut nu arbitre. MrLaxe lujon qui attribua celle qua li Mr Dercbanel. I .Liai, h Vt> a p <,,,, \i£u i [)m l'gne iats une proprit (te U rue de Sevra \ 1 1 ecoi de i.p:ise, Mr Desehanel lui a |-int h partie latrale droite du front d'u • b'rSMire s'tendant ju -q U a a D I piremp'ieure et dterminant un coulement de sang qui, de I at di mdecin,— ( ts dut U on Liiiuit'loiigtio pour Mr Desclniii-l et tiupin pour Mr Clmeo au > le plaait d ns l'tat d'infrior l qui avait l prvu. Le tum al fi I arrt d'i n commun aco I C'inini h s [ ran < g rm I d "Tigre". Mais, coin m %  vneu enls qu'a .mt p • setit vile ; Kl comme tout l'oubli Cet o petite allaire est ur.e Lit u \ini e rhoaej Mr Desiliaotl e^l mut t Mr Clmenctau a quatre viugt quatre hivers. i'it sic tiiinsit ... Le Bai co i'Int mati n,| Le |raod bal Iraveiti annui I de IMntaruational Al blet ie Club ura lie i le lundi l.\ fvrier prochain 8 heun s du soirLe travwtl s de r ; gncu* et les caries d'invilati m : eront. lames IV i trf. vis Cn ft iflf'e 6nrale Transatlantique l.o S S H f. ilie <'e r ili ur de S.iij.irro He l'.i.bi it'espiiis _.^ TC do Sud est tien lu le 18 cou.-^aiEatf rant Il repartira |* m^ine jour po ir S int M r,-. Port*de*Paix CgpTlatin. l'.ierto Plala, San Juan et le Havre. Port u Pi in P, 13 IV' v 19^5. i-'a\g il, i-: HtiUhLIX. Perdue: l'ne plirn I' nl.iine-en arg ni, inarq ie E. P. Enrichi. i en comp n e le %  le*. I ' ou r-t .d. rie a e Ui qui la rapporte i : la Di %  d'on li/m'rale des m Pu l'icr. Aucune qu-tioi ni sera demande. FiinM'ites • I a pr midi auront lieu les fonra lie de M ••• Tn ia Lhf a tant .I i li e hier s ir 10 lie i es. I.. 1 1 )1, -, ii | it 111 to. M aucun produit n'ijao il LaMAVRESVE" T v cl Port au I fn.'r: •-narmtu-ia W DOOH Ur-tiia Joa. Jen-|'>;.i!.-t ; LlPttAlldl MODEIlNK t lo .t.-.. ..net UaJtl. (cfii ihn gr„ U it et Aine* $ur gtmtncf* au **4a dV"arEnCOQ ( 5NiEHS5(S h lr?)lii:ie Feutre ot Paiilo fioa Ch' i-deuil ait nt et p-^tieoliremenl la svnr d la rlfutte, Mme Pierre Sainvi, ne D vina Dossona. A vendre p6ur cause dt ,x ilt'parl .libiiiii— liheots— Vaisse le Verrerie— \ige .ttiie, ftc, etc iS"jdr.s>ei 1324 Avnue i). ( li .i nnu c lu pisso* Lavaud et ( h-, min I % %  • lue ). AVIS boni Liuii Le steamer Jolianna venant de Kii.gision il -l.ini.il est attciiiln l'uitau PniiCe lu IN coin.-il t. Il itp rtira le mme i ur via Pettl Gove, M M c, Uonajvi § M ri*i ^ lnisty et Puerto Plate pot l'Euroi e, i renanl fret OLuKlSOA LUCAsatGe BELLE POITRK ta doux moli pur les PILULES ORIENTALES Le public, en gnral, et le Commerce* en par iculier, sont i f. r m s qi e I ( s,), lt corn mer i i le qi i a i ai-t • nlre Messieurs s \. l'.'it; ,i i i, r.H,, t,d-un commun ace il nlr les associs di>M>i te le II i Btier Vrnier par suite .le I ie du hirne du c n trat qui les liait. M. nsie ir I' m;''ie et i, nuera les allai i s sons son pr.pr nom el -ous sa lasj on ibjlil j< rson nclle. Au* 3 y es le fr l'vrier 1 )J ba taaira qnl fl^Tfli.pprnt, raifor%  uiiant, rccon^uauml 1rs wlas, r" 1 I lailHaa sutian daa apnnl^A ri .Imioent au bluta na gTvri.iiK ,iilK>apa|n|. Bio*faii an ii Mar la aaai, toc^iftm fil tiHtriHi mljH* M J.IAll.ab4S.B.MI tcSiajIar.rVi' k PorVau-rrloca! I*h*rn.iia All>.'r.>n. SS kiulM UniiiM i^.arui:iclai Eug. LK BOSSE & , AgencesReprsentations \PORTAU*PRlNGE Agents gnraux de : Hccker Jon s Jewelt M111 i t* g Se Cj MWYOIIU Farin?* Ilu.jariait 0 J — Boule Roug otc l.The Borne Insurance Company NW-YOBK A; ura < *• r^i.niro i'iaoenale, ;DijimoB(l latcli Co |\llCKilnie 0. ti lii f Ul i e r H <>i Compny; Pneus Royal Crrd Souliers RB>(U Chas F. Hatt'.r, ft^ j Poisi-m* M s n tous g enres Manulaclurcs L'Ie ln.'ce CY k 3surai Q >" r 1a v ' IjiiiVioti Fr.'-s K i Vins & C ampa n H ordeaux Ni. H'vnvm COPENHiaUE rurre ant>ls, froma ge et co ^sfrv^a alimentai W. . %  ntnftfa ft ^'on TnlsiM'R Imn ^ et ^" 'rs. ia li> ; ni 1 S ns R val 'in-'"'t f "S r ha"* p Ql^r EMVOIS de denres, ALUMIL^UM LIN New-Orlans k South &eisiiSliaiipCaIni Prochain dpart direct pour Porl-au Princee i le steamer Sco7.li* lai I (0 nier DtUPinl directement |)'our Port-aj-Piitice. CeiOiFvriep 1925i A. de MaUeis & 0* Agents Gnraux •i K!-ocn : 5 tranofla pin illlnUfl • -"on Kniicnl do aaUailaJU aBaTaBBBBa9B>ab..VKM D.'. BENGL'E. 16 Rue battu • Paris. £= En venle dans toules les lionnes Epiceries de ia Rpublique. Ceci n'est pas lire Car de la llsolame je ne sais pas sa faire. Cependant si voua passez du cote du Mureau de l'Administration postale, a la Graud'Rue Rearatrez n la. Cordomierlo raest Camille A la Conscience \ ou vei'ra/. <|uo lea chaussures — que oe aeit sar commande ou non — sont faits avea (,o0t, soins et solidit, pare que les ouvriers qui les confectionnant et les matriaux qui y sont employs rpondent et justifiant le titre ae la maison. LAIT CONDENS c NE LE PLUS RICHE EN CREME y -s iWCOKDB .NESTLjSf i : % % %  I.uliiu Lubin Elle esi ( -iiariiiaiite, l'ide dolirir un llacon de iiKiiiiui, d'autant plus que cest du LDBIN. £n vente dans toutes les buune maisons. Tous irouverez .jours du L ail Condens lestlc, M U htf0ti olm n* m ^cloe, en cl,,,,! c l.e^ IWt, qu, 8e ue „, USSI ;nlir l e IieIll ', os I oidres, |wurremetlre vos commandai directes. L € Prce{z!na.nn—nAggarham AgerJ gnral pin* UaitU rV* •' t#



PAGE 1

de la force Convalescence Neurasthnie Tuberculose Anmie U Cur n'ifsie onn*r. en uo (oue de cat, '. r(ltaM remarquable qu on pi'iit lilrnir d'une tara prolong/,c 'c GlobfdL En face d'un i.r, .nisme rainonltr. i ravivISar, a Nfal' '• I M jr, h ce ,j er 1 a nom dcmr.crszi la prctcrencc % %  '. OlUsjCT, >• nci ' ulinec, Imitent /< .' • Fncvl. de lt Pcr.i. HUN'.' Chatoie Grr.na P,i Fourni. ,it rte p, r |, % %  %  la. lerqe Vaillant Consjqnatairp pou, |aifi El le l;.l .lu lare h* t'alliera ? A l'Mwiti des Jours pras.p ir 'ouf s'nnnonronl t\c< soires rt des balon le Porl au Prince b : gbl life dansera et s'amusera. Maig.pour Dieu .' qu'on n'oubli • point le hou peuple, relui qui n'a pas Ions les jours tecaiioo de rire H qui voudrait, lui euss 1 oubljpr pendant quelque! heures qu'il n'a pas pju'e au pot. rolies de soie et colliers j)oa ,h la Genve, j m' dois de rpondre au\ mm-uu-forn du Dor'eur Paul* tre fol sen.ble raelamtr de Mon sieur II irris des rteallsfa qu'il n'a jamais eusas d'obtenir pour luimme. Tout la monde ici est d'ac-or I pour reconnatre que ce Docteur ae aouffre pas qu'en dahora de sa chamelle, il s-i t ro.ilis.ijuoi que ce soit de nob'e : quand il n'a pas a. critiquer un ouvrag du Sevant Docteur Lon Audain d ml la comptence est universellement reconnue, c'est au modeste pratiaien Mron Jean Nuptiale, ou aui Dentiste quelconque qu'il conte'ta ie droit de s'appeler Dr leur > Sur le teriain de la r ligion, il er ancore plus intraitable : en un mot, c'est un aehismaUnua lato lrant. Ajoute/ a cela tout que seul, le Docteur Panllra exer.-e les multiples occupa'ions de Docteur en Mdecine. Chirurgien, Accru eheur, Spculateur en denres, Boularger, Grand l'Ianteur, Apiculteur et Aide-Pasteur, et per aonne re jalouse son tonnante activit. Eu viVit!, un homme doua 1 de cette pi iV ne de travail a bien le droit .k^ reconnatre uu uutie qui veut si voir. Oar, ce o'etl paa un puni'Beat qu'un laul Docte ar, aurloul u u tout petit, a-ri\e a craser une telle fjcoi dite de b>sogne. Je n'appartiens i v aucune s^eta protestante, pas mme ft l'E;l se Baptiste, dont le D>cte l'rd cint •t Seerisire est le Doctei:r Hector Pau tre. Si donc je m suis intress l'œuvre du Pasteur Harris, c^ n'a t que pour en louer l'effleeriti sociale il morale. Je mv ux i en Bavoir du Docteur l'anll e en oe qui concerne les bienfaits r'"-<o terpnt. lames S I ri tre. Avis Per. Lie: Uaa plu n %  l'inlaina-en i.l, inarq le E. i". Enright. Une icemp u e 1 (i las, i > oo e m .; l t n; i i ffrle r i a I. Di %  i ion i Pli >'ii-'. Au. une qu -lio i n"! sera mande. l>orle raie des de Funrailles 1 I aprs mi>fi auront lieu les foni Iles de M • T n ia Lhf u I ml di .' %  1.1hier s ir l i b^ i es. Le %  oi %  ii partira I • la maison mortua re, au ^, lliin Rua Dr Au!, s, pour se rend e 1 l'Kglise Cathdrale. C ado i ix j u ciitsprou\,'s. Ncrologie Lee lunreillee de Mme Philon i -e i uni eu tau | udi d. ri i r Noi t s ro.Tondnlances ; oi <"'•' %  %  i ' deuil ait nt et ,. .iw-oliremenl la SO? ir d la nfur.te, Mme Pierre Sainvi. ne i vina I), >s us. A veniir3 pbur cuise deNlptri ivfi bilier— l ibe ots— Vaisse le Verrerie— Aige .lerie, etc, etc bt'aartsser 1324 Av nue o. ( Kr-coiguu e h passe 0 LavauJ el ( In miu l.i lue ). AVIS Le public, en gnral, et le Commerc •' en ;.,. iculier, sont I i r... s q.e h s., ,. ,., mmer %  ' %  ml l .M Measisun s x PWtt-ai K& Ci*v t,d'on '' mon ace i I i | r \.s associs ''' e le i' j avier .'ernier par' ^" ''f I i •' %  • du Itime du c n Irat qui les liait. M, neieir Poogere con" nuera I'ail i'esso is,,,. Dr-.pr nom et sous ia leapoo l. Ul ( rson nelle. Aux 3 \es le Ir Fvrier 1 ij Ceci n'est pas lire L.ir de la lUelame Jr ne sais paa aa faire. Cependant si voua passez du cot du Bureau do i Administration postale, i\ la Grand'| t ue Rentrez a la Gordoaneriu Eruest Camille A la Conscience \ sus verni que les chaussures q ue oe seit sur commande m nonsont faitas ave* qertl, soins et solidit, pare que les ouvriers qui les eontaetiorinent et les matriaux qui y sont employs rpondent et justifiant le titre ae la maison. P m et Lubiu Lubia Me est oiiiTmaoie, l'ide dollrir un faon de jiatlnai, d'iuiliint plag ( j,„. cv a| du LOBIH. in vente d.uis luutcs les bonnM maisons. ou autres affections de l'appareil respiratoire L'EMULSION • SCOTT c prise rgulirement donne une nergie nouvelle, augmente la capacit de rsistance et aide liminer la cause de la faiblesse. Cm-W-rf Giip.ilo Transatlantique I %  S S r ; |, i lie 'e r '. ur (\c S M j.inro AA Ctbl lies p, ns du Si I es) Il n lu le ltf courant. Il repartira i,-. mrms joi r PO ir S inl \| r,<. |o,|.,}, ,-j' (X Cap-'l. i-i ... (>,.,! i o Plal, San Juan et le Havre. Port m 1*. in r, l.'{ |vv \\)>7 y • '•^ f M. i-: ROfitLIN. J-— .:; ajajaj ; • ri ,sihLs F if teindro tous tissus : Zuuara. oordN, SOIE, IO. H auoun produit a'ijalo "LaMAimSVE" 1 • J V 1.1 S. iVaFEr,CO,SNlElltS(S.lrr)li,M, BWHJ MiAm Fentre et Pailla Soi Ch> z H.Ballont fils lnoru y aie L steamer iohanna venant de h illusion il lacmel est attendu ;. l'ull au 1', ,| ce i c \x COIil;,|t. Il tep itira la mme j ur via fetilGove,Si M cGoi.ajves M "ie luistyei i'* erto Plate po;i itnroie, prenaul fret tL.riS()N LUlAi&aa BELLE PKSilt en doux mola par les PILULES OPIENTALFS Un MO.M ^,.1 .!',,.| ,,,„„, rwf Ka.nl 1^; „!„. %  < Ma allHaa aaaauaa daa apanl^a cl .liunant au L,;,l n. gTW'i.UI •lllbOBUOlnl. MUUuui for u aaata, \A J-llallt.-4?. || U.( 1 ;||, r| P lri %  I i^ Fo "-f'-Prloca: %  %  ni lu.ilaa luanaa pbarouuila* LEuti. LE BOSSE & c AgencesReprsentatioas [PORT-AU-PRINCE \ Agents gnraux de : Hicker Jon s Jevveli Alillir^j tSc Q NLW-YORK Farln?3 HujarJan OJlioule Rougj ato IThe Home Insurance Company NEW-YORK .\ uia %  •• wnire .'mceiiaie Diamond Match Co Mtttaattas i S te II>iue D. S. frii!l>ri 'X ol Comp-iny, Pnetia *' Royal Cord 1 So-iiiflrs ltia Chai F. Hall'* rftjS 1 ] Poiaions sa s n tous qenres ^[anutaclurcs L ; le 'Ins'oe Cy \3sura ice priai vin, ii %  nu Tri s \ i c Vins & C ampa -•' l iordeaux [COPENinaUR urre Danois, fromage et co iservaa alimentai! W. . InltiAffs i" ^'on Tahaoa iinT" et " ; rs. '. :\ N .T m' > S n R val 'in i^ot'"s r ha tkaVtolajf E'ivols de denres, ALUMWUM Lim New-Orleis k South tam ; 8lMii.ij C.I| Pfo'ehaiii dpart direct pour Porl-au Princes i '!o iteamer Scoztn laissera Ifew Orlean> I > (0 mer stuniol tlitectcinent ptui* Port-aj-frincil Ce 10 Fvrier 1925) A. de Maiteis & C* iffliU Gnraux En venle dans toules les'lionnes Epiceries de la Rpublique. LAIT CONDENS NESTL LE PLUS RICHE EN CREME ^Sarus 5Uvat! ?ous tronvetv/ .oujours tlu L nil Comlensr Nestl ,i, il ^ach-e, en dpit c |ez iWiil, qui Be ."", Lnl *?*(** • f*' ordres, ,.ur Jfi ^ZZSL ZS?** L € Preefzmann—^ggerhalm yerj gnral V j, r UaitU in; vos ,/:•



PAGE 1

DlKfcCTELK PHOPRIETAMlfc' l&dPltttoElH Clment Majjloire klui VfcllNA ISMJRM Amerioaina NUMERO $0 OWWBi Quotidien la moflaslia est au mrite C6 que les on BOaal aux KfjM res rlmifi un tattiVau : 11' '" doBBi le la loice et lu reliai. ta biujefti f Ik,tPHg.>k: N 24fl 18me ANNEE N 5433 PUHT-AU PRINCK tflAim SA SOI t* FfcIVIilRR I8ft Le Problme des Races Uce Confrence de H. Albert Sarrault Les MIS Tout rcemment une voix revissait la Salle des Conlces de i Universit de An[Us envisageant le piob eme \ races dans un esprit ynult ;i | | .\iaii (ci e de AIL.H b'irbult, qi.i itut en 'amant u eolidaiit troit1 race b %  i' diquay la iiique qi devait leuii ei i l'gard an .JI L,, tel si i ne saurait ncu iei : i nt1 I m wra ,, I %  inuUlequem i i [pp. lu efl %  'le te Co. ' n qui a pai u dans un t ,. s ,, o i !a syi aiure de Moi. sieur [. Thonmi : Nul u'ifii or %  '• jnt ,a , rt < ''ua ruptu i in In 11 pas, /. a la luptu1 II i | ar te KM 'i Je [ I :in,ions et r r r >i" sesd.iig-'ants t oxdesE t, Unis seront a% se sages pour t-viier U lo. rw B lutte, qui serait encore n us terribe. dans sesie ,, saur lav-.nirdu m onde, que la guerre de 19.4. M-a fc .v .s, r out dcsn.-.tio'sur.)pe unes, en grande nai toeivaponaablea de ceite siiuaiion que dpend iin dnouement p citi que. E 1 pour cela, M Sarault conpte lof la collaboration lraucobri'annique. non paa spcialement manifeste prime alliance militaire, mais sexercant pour 'abl.r la soliiant de h race blanche. La France, par son dsintressement, par lavertulir.'.'.nv, tes principes quiinspiren %  '". lf e c0 E>i. • Aus-we i i, l'h iu • a iell ne n u p i v %  %  que uonu a il "rop ; "' fixa liait fi'ltp#1 b Q;B • aoi .r i i iua puisse l ments l'am rop t yco.hr>) ri i •"•'' flaconditi m i de ma -n de la pa^a i M i %  n > 11'. -3i | c "i liiionadj ,ad h nd*. u S rrault -' t n d'œ a tt s'a. CH> IMr l i kwonb C\i mare'i ; l ,lt him v •HUli touaw ' P n ara m QB/II est qrand Plus grand encore mo:t qu tivint i H^nrv ML ut on des sowverRins Irg plu inc pables que U Franc ai eus. C'es sons *on rgne qu'eut lion la Urne a journe de* Barricables (12 Mai 1588) provoque par Il n ry 'e Guise, fis tu de FranQOia le BaliTr. Cet Hen v de Gnite qui avait dirigi 5 le massacre de la SaintBarthlmy voulut profiter Hu g-and roii i n !ont ]oui*sait sa famille, de B i popularit p r>oifnelle et du di i nM I". rqi pour I ironne. de i : le ati Gn5: %  il iM ,| nanti -le ses ain ; i,; ' : Ri • • a ; ner i mne venir s| npler le cada-' vre de n v e r — t il l'cris-1il, plu ure aaort q COB des potes Souffrance MeleX... \i in nit*nt j'en \oih irrin BMea raWI Ft i'atiriM i L'Iiftir* mi rafilBerail Bj > rm a i-i (HII 'i lai cwar i (i IIBI Paw l'ai loujoiiMin pU Irairel raBriiil je i • '• %  N:m> tau rift iVeaidfr n i nealMMttSatr i p nn tNctiti i %  i | 10 ..,'•• i > SansTosadaiiln jatoais \n i; f •e ShH a U I lib ne l rai-** la t'rule des lorte. incko BojeretFaul II ai • bel hiei soir lin-iaritis Si d jk lea Ambassad. urs de loh'mrtrlrp n'avaient enr autre eisonlsaBUi \ MU les i tarer I un triomphe. PepO lno-e U .nt iU turfnt l' bjet hiar ^oir le i leur li duire Us s. nti In. nti du peuple hatien leur len ii" t. Au milieu de la Falle comble lee p.iut que p'us de deui -lents prs %  'iiiKs dnent renonc r | u d eir d'a^sisttr au sr.ectar-1 ,pendant | trois lieuies durant, l'audit ii e ra vi ne cessa de couvrir de ses applaudi^en i Dti la voix chaude tt fireuante de M. Lucien Boyer dans des chansons dsopilante l'onduUatit tantt Montmarlre, Rome, Florence ou a. la l'ointe ft Pitre. M. (haubet eut saesl une Rran He pat de gloire dans celte magni tique soire. Il.nis dea romauce* d 4 nn senlimentilisra" p. ntraut et des chansunnellos il ui e grivoise rie aiuusHble et poltsaooae, il pro voqua des Irisions varis et divers dans l'auditoire. ind enfin arriva le numro i' m irtiaUM ig ,la 00 dialo gue .. on montmir*vi i> les ecckamalious enthousiaale a.l rent la fois au aeui Ambasra U e„,s de la Rpublique libre, lea confondait ainsi dans les mmes honneurs. Mais rien ne dure en ce iror.dr, 11 bientt ces bor.nes heures N rues re noua demeureiont p'us que par le souvenir.l'rofilooa dor^ de celles que v.ulent bien .< ofHr encoie MM.Lucien B>ywtl Paul f.haub.len allant ft Vsii't a demain ; et ce sera un hou. n r e que nous aurons tendu ft eet < p-it fraDoats, unique, que nous ai nions tant. t situation aclotlhj H oten sur notre marcl Au dbut dei premires lie • M n. celte deure tait cote a G. 0.3 ) la "vre. P%t suite des demard-s %  mt nu el en r Lsoo mei t p'u Par sans fil DORTML'ND— Lne terrible ex plosion de vapeur comprime sur \enue ici dans la mine de Sien a caus un d"s pies grands dsas trs connu -d md histoire. Le nom bie des o ivriers mineur m ir's s'.>i lev a asat ju iqu h miinlenurit et on eramt fbrt que le total s'attelgee 190 Parmi les (i\ ii travaillaient dans la sa I [ibu ont t rescaps. I uns ont t tu* sur le i rama, mais la majorit qu'on crosait d'a!)^rl sauve, prit par le g7 npliyiiant. ix oui sug l et U m %  • que l< l I' p la p I c .S | gou ,|o I I U litre a^ej t.n djnee iahau-sa. Pour I" cetoa mt chin, il iaut compter i dollars c^ 100 livres livr %  • %  m, le 1er] %  •mhlenl I %  • %  • '• • ' de el il u l souli il r au une plus' "grai de at tendon lu don a du l toi 1er doill la valeur di i aelloo leaob • d voir augmenter dins des i"p • ' de pli't en p.ue Kvanlegeuse. Parisiaua IHMWC.IIK l • • ,. aie Ue prie il> de 1)1 rr i. .1 i, eroir; person man i ur la dernU i I la laiaou du Systrc / -'.^ > J,H i>orleusa de Pai-"• ' 'e film et la M %  're" sera con linu le JeuJi. Llla-Mi[t) llilcon : 2 go i-de Loge : 3 gour le i.es plaies de Port-au Pnice Les aiendlaats Tous, les vrais et les faux, p il • lulei I, ces lamp ; !p ids d s jz • %  onnent, tal' nt l< ''et l et une i ; go 1 r"' I i-ru. • %  l 1 m t r. i la pi li e hfbiti ment iim i %  •, ,| l'una .1 d "•>•'• au nWt jamirs pu arriver [ % %  u gurir. L'amiral Panlalon 6uilli.iuil lera demain sa i roi sire en eorapaqnie le tout son quip ijj€ On i : ,, | I 1 • sa r s I o e i le < '• a o ,' %  %  >' i I ..... te %  U fois un ' le L'esprit d ii ayant .1 bu t>'r^ con--i % %  •" e la vedette de l'Industrie lliiliei;ne. Lts r mer tmanfi du Or. tisivl a^rvee i .oiirde ." 00 re*inii'ies 3. Secondos 2 Bonne eccasion On demande un jeune homme da bien, 1 re:! UOa I 1 1 la ' res de loiairi on eat nesanire. g adresser r>ar letlie a DBM Vl •, bolle potale tt7,eort an Prince. 1 ava in 'ment d | que nous atona ,,iM 1 de Prtt Hait'ei • Fiie .ne,.Magislr*t lommunal de la m^ me ville. ne s-e ra i .aiu daus ta ma i3 leur renouvelons t Dos sympathies. On l'.'lle varid nnu\':utis pli Pau! F. AuXlU. r : m )** jo'a les | '• %  peevenl ta salial ana co taigaain* A propos du fi ou* uernment du rri&ent Borno .. i nimi % %  Lorsque Di n donne, h ufi peu" pie srae nscia loat les cor' %  Dei in • loblea seau* ments ai nt une garantie pool son wenir; a 'loii l't i I ; p prexer, le >.. il doit avoir le courage de pi oc amer haateinent %  M s, de pal les bieafelta qui peuvent l^ulier des moyra pois ants qu sa p o e ce sa§e • t ,. i ... lira nu i • %  pi r %  d ait ni si • i de ne i me doLt s inn la preuve la j i la Nadle et /i!> 1 M e • q i I ;M | .1 avi i ..u, .u li J*. ft ,', entreprise i .ut a k noi i ai In ment [que, ni n sa* vis %  ;; r s ootre nv • nir ; i e l'eut •-'. i oua Vi 11 -us qi i ii 1 le la l'atue d i du t>ro§ tiintu % %  qui limier p! ton qu*on ii lici la bal mre du li • • %  "• 10' ''e Ti i .1 • i < %  i i. • l i i m re i rine lui 1 cli ni • j, tairas. • i li veille i prot.,' • a Toi a t dut pai I i d'uiaj | n un* .a i son de sant. L i, l'actrii a qui i \, ir la reine N mbiablei i loua caroara les i • i api • gorge*et Ml. '' 'rll'l!) qu : ^ i nde pai u, la u uu| se .il le lia i Le. leur d a .< m^que • '•• a en Jpnai t ft |. i ri M, jes M. i.s un In u in c di in puni u t i, etc. r.ce, [cl U P li n %  oneeU tl ni 'te de mandi aud loneer a olf Jouer Tu i %  use revu Apres de. loi .n s M. de I i forcer ta mmn, ei ' le de la qu*' ftlors.mi a< I ..i et l 1 ble t nl du f '/-. s. ^_*4. J** %  "k


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06354
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, February 14, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06354

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DlKfcCTELK PHOPRIETAMlfc'
l&dPltttoElH
Clment Majjloire
klui VfcllNA
ISMJRm Amerioaina
NUMERO $0 OWWBi
Quotidien
la moflaslia est au mrite C6
que les on BOaal aux KfjM
res rlmifi un tattiVau : 11' '"
doBBi le la loice et lu reliai.
ta biujefti
f
Ik,tPHg.>k: N 24fl
18me ANNEE N 5433
PUHT-AU PRINCK tflAim
SA SOI t* FfcIVIilRR I8ft
Le Problme des Races
Uce Confrence de H. Albert Sarrault
Les mis
Tout rcemment une voix re-
vissait la Salle des Conl-
ces de i Universit de An-
[Us envisageant le piob eme
\ races dans un esprit ynult
,;i, | | .\iaii (ci e de
AIL.-h b'irbult, qi.i itut en
'amant u eolidaiit troit-
1 race b ! i' diquay la
iiique qi devait leuii ei
i l'gard an
.ji
L,, tel si i ne saurait ncu
iei : i nt1 I m wra
,, I inuUlequem i i
[pp. lu efl 'le
te Co. 'n"
qui a pai u dans un t
,. s ,, o
i !a syi aiure de Moi.sieur
[. Thonmi :
Nul u'ifii or '
jnt ...... ,a
, rt < ''-
ua ruptu i in In 11
pas-
, /. a la luptu-
1 II *
i | ar te km 'i Je
[ I :in,ions et r , r. m '.au?e
riuD-enses intt qu' e
,. eu Uriei t que l'Angle-
i s'ett dtourne de l'Euro-
[La Grande H etagne cet, en
Bll e'plui qu'aucune
lien psr la grande criie de
estige de la rate blanche que
...
,)!ai
i, s r le 1 ra lia /.[0 mil
Tua d'habiiauts da la
. i 111 I
I e, mais
I mme pi
obs 'Ht B et |tait
- lional mes qui si-
raient.
Ctite ciise, aux bords du Pa-
cifique, s'tait rleja manifeste
par la rvolte des Boxera, puis
la guerre ru4so japonaise. De-
puis que les hommes de toutes
les couleurs ont t appels a
prn Itspart a la lutte qui divi
Bail IfBn lions blanches, ils ont
pris coDSiM.c.e cl leur non h.e
,t de leur force. Et i* boUnt-
, dai i un p ys ;i e"
a ta) que, est v du M1 (1 "
ui t mtnt nouveau dans un
niili u tout prpaie le rCc-
vo'r.
I n r il1 e une t ou- elle for-
n du pril jaune doon e j
dis, et qui tend i d< placer le
iveracei l
pa) p'i dent 90
mains, il y .
,.,, i N t oe Un nt.' une situa-
tion danger u*< due a i di cep
lions subi s p r l'org n ,.f r n rch e permanente
la Chine et aux mene! des
Hu-. .. qui, sous les Soviet
,, ta la politique des
i ,... [, coi llil latent entre le
j, ou t les El b'Uoii en est
un d*e gnes. -t l'on ne saurait
Co r ia.ua appnh usion
l-y pr< p ratrts que wu le Japon
pjurp endral comaiandiu*m
ei la il ictioa du bloc asiatique
contre le b c eu op en. O
p ut*i> r r >i" sesd.iig-'ants
t oxdesE t, Unis seront a%
se sages pour t-viier U lo. rw
B lutte, qui serait encore
. n us terribe. dans sesie
,, saur lav-.nirdumon-
de, que la guerre de 19.4. M-a
fc- .v .s, r out dcsn.-.tio'sur.)-
pe unes, en grande naitoeiva-
ponaablea de ceite siiuaiion que
dpend iin dnouement p citi
que.
E1, pour cela, M Sarault
conpte lof la collaboration
lrauco- bri'annique. non paa
spcialement manifeste prime
alliance militaire, mais sexer-
cant pour 'abl.r la soliiant
de h race blanche. La France,
par son dsintressement, par
lavertulir.'.'.nv, tes principes
quiinspiren '". lf e c0
E>i. f i e preva i c*s ieS et arne-
.- |M,uihi i-" '"
non
dia i -nufl > Aus-we
i i, l'h iu a iell ne
n u p i v ' "
que uonu a il "rop ;"'
fixa liait fi'ltp#1
b q;b
aoi .r i i iua
puisse l
ments l'am rop t yco.-
hr>) ri i "'' flacon-
diti m i de ma -n
de la pa^a i m i n > 11'.
-3i | c "i liiionadj
, ,ad h nd*. u
S rrault
' -'
t n
d' a tt
s'a. CH> IMrli
kwonb
C\i '
mare'- i ; l ,lt
him v '
HUli
touaw P n '
ara
m
Qb/iI est qrand Plus grand
encore mo:t qu tivint i
H^nrv ML ut on des sowverRins
Irg plu inc pables que U Franc
ai eus. C'es sons *on rgne qu'eut
lion la Urne a journe de* Barri-
cables (12 Mai 1588) provoque par
Il n ry 'e Guise, fis tu de Fran-
QOia le BaliTr.
Cet Hen v de Gnite qui avait
dirigi5 le massacre de la Saint-
Barthlmy voulut profiter Hu
g-and roii i n !ont ]oui*sait sa fa-
mille, de b i popularit p r>oifnelle
et du di i nM I".
rqi pour I ironne.
de i : le ati
Gn5: il i-
M ,| nanti -le
ses ain ;. i,; ' :
Ri a ;-
ner
i mne venir s|
npler le cada-'
vre de n ve r
t il l'cris-1-
il, plu ure aaort q
Cob des potes
Souffrance
MeleX...
\i in nit*nt j'en
\oih irrin BMea raWI
Ft i'atiriM i
L'Iiftir* mi rafilBerail
Bj > rm a i-i (hIi 'i
lai cwar i
(i iibi Paw
l'ai loujoiiMin pU Irairel
raBriiil je i ', **
N:m> tau rift iVeaidfr n
i nealMMttSatr
i p nn tNctiti i '
i
| 10 ..,' i >
SansTosadaiiln jatoais
\n
i;
f
e
ShH a UI
lib ne l rai-**
la t'rule des lorte.
incko BojeretFaul II ai
bel hiei soir lin-ia-
ritis
Si d jk lea Ambassad. urs de
loh'mrtrlrp n'avaient enr autre
eisonlsaBUi \ mu les i *
tarer I un triomphe. PepO lno-e
U .nt iU turfnt l' bjet hiar ^oir
le i leur li duire Us s. nti
In. nti du peuple hatien leur
len ii" t.
Au milieu de la Falle comble
lee p.iut que p'us de deui -lents
p- rs'iiiKs dnent renonc r | u d
eir d'a^sisttr au sr.ectar-1 ,pendant
| trois lieuies durant, l'audit ii e ra
vi ne cessa de couvrir de ses ap-
plaudi^en i Dti la voix chaude tt
fireuante de M. Lucien Boyer
dans des chansons dsopilante
l'onduUatit tantt Montmarlre,
Rome, Florence ou a. la l'ointe
ft Pitre.
M. (haubet eut saesl une Rran
He pat de gloire dans celte magni
tique soire. Il.nis dea romauce*
d4nn senlimentilisra" p. ntraut et
des chansunnellos il ui e grivoise
rie aiuusHble et poltsaooae, il pro
voqua des Irisions varis et di-
vers dans l'auditoire.
ind enfin arriva le numro
i' m irtiaUM
ig ,la 00 dialo
gue .. on montmir*vi i>
les ecckamalious enthousiaale a.l
rent la fois au aeui Ambasra
Ue,s de la Rpublique libre, lea
confondait ainsi dans les mmes
honneurs.
Mais rien ne dure en ce iror.dr,
11 bientt ces bor.nes heures N
rues re noua demeureiont p'us
que par le souvenir.l'rofilooa dor^
de celles que v.ulent bien .< -
ofHr encoie MM.Lucien B>ywtl
Paul f.haub.len allant ft Vsii't a
demain ; et ce sera un hou. nre
que nous aurons tendu ft eet <
p-it fraDoats, unique, que nous ai
nions tant.
t situation aclotlhj H
oten sur notre marcl
Au dbut dei premires lie
Mn. celte deure tait cote a G.
0.3 ) la "vre.
P%t suite des demard-s mt -
nu el en r Lsoo mei t
p'u
Par sans fil
DORTML'ND Lne terrible ex
plosion de vapeur comprime sur
\enue ici dans la mine de Sien a
caus un d"s pies grands dsas
trs connu -d md histoire. Le nom
bie des o ivriers mineur m ir's
s'.>i lev a asat ju iqu h
miinlenurit et on eramt fbrt que
le total s'attelgee 190 Parmi les
(i\ ii travaillaient dans la
sa I [ibu ont t rescaps.
I uns ont t tu* sur le
i rama, mais la majorit qu'on
crosait d'a!)^rl sauve, prit par
le g7 npliyiiant.
ix oui
sug l et U
m que l< l I'
p la p I c .S |
gou ,|o I I U litre a^ej t.n
djnee iahau-sa.
' Pour I" cetoa mt chin, il iaut
compter i dollars c^ 100 livres
livr m,
le 1er]
mhlenl I ' '
de el il u l
souli il r au une plus' "grai de at
tendon lu don a du
l toi 1er doill la valeur di i
aelloo leaob d voir augmenter
dins des i"- p ' de pli't en
p.ue Kvanlegeuse.
Parisiaua
ihmwc.iik
l ,. aie
Ue prie
il> de 1)1 rr
i. .1 i, eroir;
person
man i
ur la dernU i I
la laiaou du Systrc
/ -'.^ > j,h i>orleusa
de Pai- -" ' 'e film et
la M ' 're" sera con
linu le JeuJi.
Llla-Mi[ 1er, 2e et 3e pisodes.
Euti 9<* : O. I .r>t)
llilcon : 2 go i-de
Loge : 3 gour le
i.es plaies de Port-au Pnice
Les aiendlaats
Tous, les vrais et les faux, p il
lulei I, ces lamp ;, !p-
ids d s jz '
onnent, tal' nt l< ''et
l et une i ;
go 1 r"' I
i-ru. l"1
m
t r. i la pi li e
hfbiti ment iim
i, ,| l'una .1 d ">'
au
nWt jamirs pu arriver [ u
gurir.
L'amiral Panlalon 6uil-
li.iuil lera demain sa i roi
sire en eorapaqnie le
tout son quip ijj
On
i
:
,, |
I 1
sa
r s
I
o e i le
'
< '
a o
,' >'
. i
I ..... te
U fois un '
le L'esprit d ii '
ayant .1 bu
t>'r^ con--i " e
la vedette de l'Industrie lliiliei;ne.
Lts r mer tmanfi
du Or. tisivl I a \r < -V.
rie.', par le Dr h
\ i
ce terre d'Hati i- < l
remerciements H Ott du l
i ,., loti -
gj ti t......
Docteur ESTEFAO
Dimanche
A
Varils
Dernire lirpisentation
. iiwi n lofer*
ft
T;..:l Chaili'l
Film Nlo.-.imaiirc
Gbsuasone vV U imen'a
iod
l.og; & P > a^rvee
i .oiirde ." 00
re*inii'ies 3.
Secondos 2
Bonne eccasion
On demande un jeune homme
da bien, 1
re:! UOa I1"1 la' '
res de loiairi on
eat nesanire.
g adresser r>ar letlie a DB-
M Vl' , bolle potale tt7,eort
an Prince.
1 ava in 'ment d |
que nous atona ,,iM.1"
de Prtt
Hait'ei Fiie .-
ne,.Magislr*t lommunal de la m^
me ville.
ne s-e
ra i
.aiu daus ta ma
i3 leur renouvelons t
Dos sympathies.
On l'.'lle varid
nnu\':utis pli Pau! F.
AuXlU. r : m )**
jo'a les | '
peevenl ta salial ana
co taigaain*
A propos du fi ou*
uernment du
rri&ent Borno
.. i ni-
mi
Lorsque Di n donne, h ufi peu"
pie srae
nscia loat les
cor' ""
Dei in loblea seau*
ments ai nt une garantie pool son
wenir; a 'loii l't i I; p
prexer, le >.. il doit avoir le
courage de pi oc amer haateinent
m s, de pal les bieafelta
qui peuvent l^ulier des moyra
pois ants qu sa p o e ce sae t
,. i ... lira
nu i
pi r
. d
ait ni si i de ne
i me doLt
s inn la
preuve la j i la Na-
d-
le et /i!> .
1 m e q i
I ;m | .1 avi i ..u, .u li
j*. ft
,', entreprise
i .ut a
k noi i
ai In ment
[que, ni n sa*
vis ;; r s ootre nv
nir ; i e l'eut -'. i oua
Vi 11 -us qi i ii 1 le la l'atue
d i du t>ro tiin-
tu ' qui
. limier p!
ton
qu*on ii lici la bal
mre du li "
10' ''e
Ti
i
.1
i <
i
i.
*
l i i
m re i rine
lui 1
cli ni
j,
tairas.
i li ,
veille i
prot.,'
a Toi a t
dut pai I i d'uiaj | n un* .a i
son de sant.
L i, l'actrii a qui i
\, ir la reine N
, mbiablei i
loua caroara les
i i
api gorge*et
Ml. '' 'rll'l!)
. qu :^ i nde pai
u, la u uu| se .il le lia i
Le. leur d a .< m^que
....... '
a en Jpnai t ft
|. i ri m-
, jes m.i.s un
In u in c di in
puni u t i, etc.
r.ce,
[c- l UP
lin oneeU tl ni 'te de
mandi aud loneer
a olf Jouer Tu i use
revu .
Apres de. loi .n s
M. de I i forcer ta
mmn, ei '
le de la
qu*'
ftlors.mi a<
I ..i
et l
1

ble t '
nl du f
'/-. s.
^_*4.
J**





"k


t
i
GL
donne de la force
i
dMV
Ba*J22r\
Convalescence
Neurasthnie
Tuberculose
Anmie
U Cbr de CLOROL
augmente 'a force nerveuse
I rend aux nerfs rajeunit
tout leur nergie, leur
souplesse tl leur v,lueur.
Commun lu Uo
JltaaUmlt de Mfctacin*
1 Juin ISM
Ml^re len !c avantages
'tr la ro-
thrap.t artlBelalML dont oa
a parfois ulu faire une
*nftho-< li!.-' (a rempli-
ter I* iijii-.fusion sansulni
lia-nfti t ri eee) vee -
lie. disait an, m 2 le te qu'il
tnJil* toujouri vt.lr rtcJun
- IBM let cas
urgents, nous ne croyons pas
ue la -<.-:>."liropla jvilssa
onurr. en uni loala de cas,
les resullaM remarquables
qu'on peut blenlr d'une to-
re proIcngiV dt Glok*\L Ko
ficc d'un ofi,:.iiisme t r-
aaoottr. i revlvIBer, a r.fiU
n. c" : i ur a ce der-
nier tint uoui doaneiost la
prfrence
D' '. C1UCT.
/... nc/d tt aciVnc;,-.
Lamint Je /,- Fncvt.i de
Vida: l( Jt Parit.
s>^
Bronches
y
BUbHCftMBti Chitoiehi
Gr.-ndi P*.*
Fournis rti I IpK, dj Parti,
9* i*** ' '. l'util, c
ft>u!' J1 irniatlte.
ou autres af-
fections de
l'appareil respiratoire
L'EMULSION
SCOTT c
prise rgulirement
donne une nergie nou-
velle, augmente la capa-
cit de rsistance
et aide liminer
la cause de la
faiblesse.
3
;
fz^muKBmssoL^sa
ferqe Vaillant Consiqnataire pou, |aiti
Et le bal du
March Valhre ?
A l'octarion de Jours frra.p:ir
font R'aannnrenl dea soires ft
des bal ou le l'orl hu Prince ligh'
lifo dansera et s'amusera.
Mais,pour Dieu qu'on n'oublia
point le bon peuple, celui qui n'a
pas tous les jour occasion de rire
f\ qui voudrait, lui auea', oublier
pendant quelques beures qu'il n'a
pas p u'e au pot. robes de soie et
colliers L'Administration ('ornmunHle a
eoutume d'offrir, chaque anni'e.u i
grand bal populaire ; u March
\ ail re : il est h un lu iter que
celle excellente tradition ne so;'
pas abolie.
Parce que j'ai publi sous la si-
gnature rie Correspondant une
petite note relative l'cruvre in-
eontestabb ment civilisatrice du
Pasteur llnrri-, Monsieur le Doc-
teur H'ctor P.ultra en a pris oc-
avoir.
Ah! mon petit docteur, ce n'est
pa- hv- prudent de s'attaqua*
un homme qui veut stvoir quand
an a pas leaucoup lui apprendre.
Bien que Monsieur Ihrris se
barge de cooflr oer.avec d'amples
explications, loi' OS que j'aijrap
forte dans le Matin< propos de
a Gon;ive, j" m I dois de rpondre
MX msinua'ions du Docteur Paul-
tre anl sembla relasner de Mon
aiear Ilarris des rsulltt'i qu'il n'a
jamais essay d'obtenir pour lui*
mme.
Tout la monde ht est d'accord
pour reconnatre que ce Docteur
ae souffre pas qu'en dehors de sa
echapelle, il soit ralis quoi que
ce soit de nob'e : quand il n'a
pas a critiquer un ouvragn du Si-
vant Docteur Lon Audain dont
la comptence est universellement
reconnue, e'est ati modeste prati-
aien Mron Jean Baptiste, ou aui
Dentiste quelconque qu'il conte'-
taie droit de s'appeler Docteur >
Sur le tenain de la r-ligioa, il
ait encore plus intraitable : en un
mot, c'est un sebismalique ihto-
lrant. Ajoute/ cela tout que
seul, le Docteur l'aultre exerce les
multiples occupa'ions de Docteur
an Mdecine. Chirurgien, Accnu
heur, Spculateur en denres,
Boularger, Grand Planteur, Api-
culteur et Aide-Pasleur, et per
onne re jalouse son tonnante
activit.
lin v\it, un homme doul de
elle piiVi-nce de travail a bien
le droit tk^rf connatre uu uulie
qui veut ivoir. Car, ce n'est pas
impun urlout no tout petit, a-rive a
craser une (elle fecot dite de bi-
sogne.
Je n'appartiens t nmune seta
Eroteslaute, pas mme l'E ;l sn
splisle. dont le D >ri Prd-ctnt
at Secrtaire est le Docteur Hector
Pau tre.
Si donc je me suis intress
l'rr-uvre du Pasteur Ihrris. c-i n'a
t que peur en louer l'efRearit
ociale tt morale. Je n*> v ux l'en
avoir du Docteur Pasll e en ce
qui concerne les bien fri ils r,i-''s
par s s prd es eurs fussent-ils
au-si l'emarai bl qoe Ini.
'e ijoc'^nr feul'ra peut donc
t i|iiner so li ion i, car je n'en
t' 1 pas me iblssar ci arcuter
loiin. e d'aube p.-.lVnts
M. D.
Ceriaspi.daal du Mutin
De&chhnel
contre
Clemenceau
Beaucoop de g< ns doivent i^r o
rer sns doute qu il y eut un jour
un riooi entre .Mr Uerchani 1 et Mr
Clemenceau.
_ Voici le iclit in-idenl, H bien
?eux, qi i mit aux prises les d u\
hommes politiques.
C'. lit le i.\ Juillet 1891. la
Chambre rraoaif* discuti it h I i
relative aux ettafcbUte*, Mr l'es
chanel, la tribune, malmena
tan rudi ment Mr ifenrj Brision,
l leudeniHin, Mr ClOD4.....mu.
dans un aili I. A la 'Justice ne
mringea pas Mi Des'h.ine' ; ce ui
ci envoya ses lmo n-, Mis (i.
Chaude y et G Cavaignae, A Mr
C'cOMceaa qui eboiait, pout l'-s
si-lei, Mis V Math et l(
Les qualie tmoini n'ay mt pu
se mettre d'accord sur le poiof de
savoir qui pouvait tie attribue
la qualit d offens, choisi eut nu
arbitre. MrLaxe lujon qui attribua
celle qua li Mr Dercbanel.
I .Liai, h Vt>a p <,,,, \iu i [)m
l'gne iats une proprit (te U
rue de Sevra \ 11 ecoi de i.p:ise,
Mr Desehanel lui a |-int h par-
tie latrale droite du front d'u
b'rSMire s'tendant ju -q U a a D I
piremp'ieure et dterminant un
coulement de sang qui, de I at
di mdecin, ( ts dut U on
Liiiuit'loiigtio pour Mr Desclniii-l
et tiupin pour Mr Clmeo au >
le plaait d ns l'tat d'infrior l
qui avait l prvu. Le tum al
fi I arrt d'i n commun aco I
C'inini h s [ ran < g rm I
d "Tigre". '
Mais, coin m
vneu enls qu'a .mt p
setit vile ;
Kl comme tout l'oubli Cet o
petite allaire est ur.e Lit u \ini e
rhoaej Mr Desiliaotl e^l mut t
Mr Clmenctau a quatre viugt
quatre hivers.
i'it sic tiiinsit ...
Le Bai co i'Int mati n,|
Le |raod bal Iraveiti annui I de
IMntaruational Al blet ie Club ura
lie i le lundi l.\ fvrier prochain
8 heun s du soir-
Le travwtl s de r;gncu* et les
caries d'invilati m : eront. lames
IV i trf.
vis
Cnftiflf'e 6nrale
Transatlantique
l.o S S H f. ilie <'e r ili ur
de S.iij.irro He l'.i.bi it'espiiis
_.^TC_ do Sud est tien lu le 18 cou-
.-^aiEatf rant
Il repartira |* m^ine jour
po ir S int M r,-. Port*de*Paix
___ CgpTlatin. l'.ierto Plala, San
Juan et le Havre.
Port u Pi in p, 13 IV'v 19^5.
i-'a\g il, i-: HtiUhLIX.
Perdue: l'ne plirn I'.nl.iine-en
arg ni, inarq ie E. P. Enrichi.
i en comp n e le ' le*. I ' ou
r-t .d. rie a e Ui qui la rapporte
i : la Di d'on li/m'rale des
m Pu l'icr.
Aucune qu-tioi ni sera de-
mande.
FiinM'ites
I a pr midi auront lieu les
fonra lie de M Tn ia Lhf a
tant .I i li e hier s ir 10 lie i es.
I.. 11)1,-, ii | it 111 mortua re, au No 1310 Ru i Dr
Au!) \, pour se rend e a l'Kglise
Cathdrale.
Ci ndol^anrt ans a cnlsprou-
V. s.
Mli al IttaVS i
P- te teindro tcus tissus :
I VJt, coton, soie, e>to.M
aucun produit n'ijao
il
LaMAVRESVE"
T v cl Port au I fn.'r: -narmtu-ia W DOOH
Ur-tiia Joa. Jen-|'>;.i!.-t ; LlPttAlldl
MODEIlNK t lo .t.-.. ..net UaJtl.
(cfii,ihn grUit et Aine* $ur gtmtncf* au **4a
dV"arEnCOQ(5NiEHS5(Shlr?)lii:ie
Feutre ot Paiilo fioa
Ch Ncrologie H. Ballont fils
Laa funrailles de Mme Philo-
mne Do*ous ont eu IMU j udi
dm i r
Nousenvoyt i s ro^condolances.
rm fai"''1 >' i-deuil ait nt et
p-^tieoliremenl la svnr d la
rlfutte, Mme Pierre Sainvi, ne
D vina Dossona.
A vendre
p6ur cause dt,xilt'parl
.libiiiii liheots Vaisse le
Verrerie \ige .ttiie, ftc, etc .
iS"jdr.s>ei 1324 Avnue i).
( li .i nnu c lu pisso* Lavaud et
( h-, min I lue ).
AVIS
boni Liuii
Le steamer Jolianna venant
de Kii.gision il -l.ini.il est at-
tciiiln l'uitau PniiCe lu IN
coin.-il t.
Il itp rtira le mme i ur via
Pettl Gove, M M c, Uonajvi
M ri*i ^ lnisty et Puerto Plate
pot l'Euroi e, i renanl fret
OLuKlSOA LUCAsatGe
BELLE POITRK
ta doux moli pur les
PILULES ORIENTALES
Le public, en gnral, et le
Commerce* en par iculier, sont
i f. r m s qi e I ( s,), lt corn mer
i i le qi i a i ai-t nlre Messieurs
s \. l'.'it; ,i i i, r.H,, t,d-un
commun ace il nlr les associs
di>M>i te le II i Btier Vrnier par
suite .le I ie du hirne du c n
trat qui les liait.
M. nsie ir I'm;''ie et i, nuera
les allai i s sons son pr.pr nom
el -ous sa lasj on ibjlil j< rson
nclle.
Au* 3 y es le fr l'vrier 1 )J
ba taaira qnl fl^Tfli.pprnt, raifor-
uiiant, rccon^uauml 1rs wlas,
r" 1 I lailHaa sutian daa
apnnl^A ri .Imioent au bluta na
gTvri.iiK ,iilK>apa|n|.
Bio*faiianii Mar la aaai,
toc^iftm fil tiHtriHi mljH* m
J.IAll.ab- 4S.B.MI tcSiajIar.rVi'
k PorVau-rrloca!
I*h*rn.iia All>.'r.>n.
SS kiulM UniiiM i^.arui:iclai
Eug. LK BOSSE & ,
. Agences- Reprsentations
\PORTAU*PRlNGE
Agents gnraux de :
Hccker Jon s Jewelt M111 i t* g Se Cj
MWYOIIU
Farin?* Ilu.jariait 0 J Boule Roug otc .
l.The Borne Insurance Company
NW-YOBK ,
A; ura < * r^i.niro i'iaoenale,
;DijimoB(l latcli Co
|\llCKilnie
0. ti liifUlier H <>i Compny;
Pneus "Royal Crrd Souliers Rb>(U
Chas F. Hatt'.r, ft^ j
Poisi-m* M s n tous genres
Manulaclurcs L'Ie ln.'ce CY
'k3surai-Q >"r 1a_ v'
IjiiiVioti Fr.'-s K'. i
Vins & C ampa n Hordeaux
Ni. H'vnvm
COPENHiaUE
rurre ant>ls, fromage et co ^sfrv^a alimentai
W. . ntnftfa ft ^'on
TnlsiM'R Imn^ et ^"'rs.
ia li>; ni1'
S ns R val
'in-'"'tf"S rha"*pQl^r
EmvoIs de denres,
ALUMIl^UM LIN
New-Orlans k South
&eisiiSliaiipCaIni
Prochain dpart direct
pour Porl-au Princee i
le steamer Sco7.li* lai I (0
nier DtUPinl directement |)'our Port-aj-Piitice.
CeiOiFvriep 1925i
A. de MaUeis & 0*
Agents Gnraux
i K!-ocn : 5 tranofla
pin
illlnUfl
-"on Kniicnl do
aaUailaJU
aBaTaBBBBa9B>ab..VKM
D.'. BENGL'E. 16 Rue battu Paris.
=
En venle dans toules les lionnes
Epiceries de ia Rpublique.
Ceci n'est pas lire
Car de la llsolame je ne sais pas sa faire.
Cependant si voua passez du cote du Mureau de
l'Administration postale, a la Graud'Rue
Rearatrez n la. Cordomierlo
raest Camille
A la Conscience
\ ou vei'ra/. <|uo lea chaussures que oe aeit sar
commande ou non sont faits avea (,o0t, soins et
solidit, pare que les ouvriers qui les confectionnant
et les matriaux qui y sont employs rpondent et
justifiant le titre ae la maison.
LAIT
CONDENS
c
NE
LE PLUS RICHE
EN CREME
y
-s
iWCOKDB
.NESTLjSf

- i :.
I.uliiu
Lubin
Elle esi (-iiariiiaiite, l'ide dolirir un llacon de
iiKiiiiui, d'autant plus que cest du LDBIN.
n vente dans toutes les buune maisons.
Tous irouverez .jours du Lail Condens lestlc, MU htf0ti olmn* m
^cloe, en cl,,,,! cl.e^ IWt, qu, 8e ue, ,USSI ,;nlirle,IieIll ', os I
oidres, |wurremetlre vos commandai directes.
L Prce{z!na.nnnAggarham
AgerJ gnral pin* UaitU
rV* '

t#


de la force

Convalescence
Neurasthnie
Tuberculose
Anmie
U Cur ugmante 'a force ntrveuM
et rend aux nerf rajeunit
tout* leur nergie, leur
aoupleaie al leur virurur.
commualullon
AiaJamla ! klfclacina
1 Juin 1(10
Mal*!-* tous Ici avanla|ea
'cr la ero-
(hirapic amncirlie, dont on
prf..ii : uiii faire una
"' ; : -in rentpU'
fer la tu.infusion fan(uina
all-mf i avre avao-
tR<\ disa11 n, m2l|;ri qu'il
rallia loujoui avoir raeduri
s alla, au molra dam le ai
urgcnla, ooui ne crnyom nui
}"e I. ri p> n'ifsie
onn*r. en uo (oue de cat,
'. r(ltaM remarquable
qu on pi'iit lilrnir d'une ta-
ra prolong/,- c'c GlobfdL En
face d'un i.r, .nisme ra-
inonltr. i ravivISar, a Nfal-
' ' I M jr, h ce ,jer.
1 a nom dcmr.crszi la
prctcrencc
'' '. OlUsjCT,
> nci ' ulinec,
Imitent /< .' Fncvl. de
lt Pcr.i.
HUN'.- Chatoie
Grr.n- a P,i
Fourni. ,it rte p,r|,
- la. "
lerqe Vaillant Consjqnatairp pou, |aifi
El le l;.l .lu
lare h* t'alliera ?
A l'Mwiti des Jours pras.p ir
'ouf s'nnnonronl t\c< soires rt
des balon le Porl au Prince b:gbl
life dansera et s'amusera.
Maig.pour Dieu .' qu'on n'oubli
point le hou peuple, relui qui n'a
pas Ions les jours tecaiioo de rire
H qui voudrait, lui euss1, oubljpr
pendant quelque! heures qu'il n'a
pas pju'e au pot. rolies de soie et
colliers L'Administration ('ommiinale a
aoutume d'ofr'r, rliaque ann^e.u i
grand bal populaire O Match.'
\all t'-re ; il est h so bi iler que
cette excellente tradition ne so:'
pas aliolic.
Parce qre j'ai publi sous la i-
gnatiirs rfe Correspondant une
petite noie relative a l'cviivre in-
eontestabl- ment civilisatrice du
Pasteur llarri-, Monsieur le Doc-
teur ll'ctor P ullrj en a pris oc-
avoir.
Ah! mon petit Weur, ce n'est
pas Irai | r.ident de l'attaquer a
un hommi- qui veut voir quand
an pas I eaucoup lui apprendra.
Itien que Monsieur rUrria se
barge H.' conflr ner. ave,- d'amples
explications, toc - que i'akrap
port dans le Matin i pr>j)oa ,h
la Genve, j m' dois de rpondre
au\ mm-uu-forn du Dor'eur Paul*
tre fol sen.ble raelamtr de Mon
sieur II irris des rteallsfa qu'il n'a
jamais eusas d'obtenir pour lui-
mme.
Tout la monde ici est d'ac-or I
pour reconnatre que ce Docteur
ae aouffre pas qu'en dahora de sa
chamelle, il s-it ro.ilis.- ijuoi que
ce soit de nob'e : quand il n'a
pas a. critiquer un ouvrag du Se-
vant Docteur Lon Audain d ml
la comptence est universellement
reconnue, c'est au modeste prati-
aien Mron Jean Nuptiale, ou aui
Dentiste quelconque qu'il conte'-
ta ie droit de s'appeler Dr leur >
Sur le teriain de la r ligion, il
er ancore plus intraitable : en un
mot, c'est un aehismaUnua lato
lrant. Ajoute/ a cela tout que
seul, le Docteur Panllra exer.-e les
multiples occupa'ions de Docteur
en Mdecine. Chirurgien, Accru
eheur, Spculateur en denres,
Boularger, Grand l'Ianteur, Api-
culteur et Aide-Pasteur, et per
aonne re jalouse son tonnante
activit.
Eu viVit!, un homme doua1 de
cette pi iV ne de travail a bien
le droit .k^ reconnatre uu uutie
qui veut si voir. Oar, ce o'etl paa
un puni'Beat qu'un laul Docte ar,
aurloul u u tout petit, a-ri\e a
craser une telle fjcoi dite de b>-
sogne.
Je n'appartiens iv. aucune s^eta
protestante, pas mme ft l'E;l se
Baptiste, dont le D>cte l'rd cint
t Seerisire est le Doctei:r Hector
Pau tre.
Si donc je m suis intress
l'uvre du Pasteur Harris, c^ n'a
t que pour en louer l'effleeriti
sociale il morale. Je m- v ux i en
Bavoir du Docteur l'anll e en oe
qui concerne les bienfaits r'"-< pars a prd es eurs lussent-ils
eu-si ramerai I' ans Ini.
' Dnrt*nr faudra peut donc
P*l |n< u ma i, car j n'en
te (\ pas ni. iaisser clarculer
toi.i'. c d'aulu patienti
If. D.
Censsnvuduot du Mutin*

U
Deschnel
contra
^Clemenceau
Beaucoup de gi us doWenl
rer sans doute qu il y eut un jour
un duel entra Mr Descbanel el Mr
Clemenceau.
Voli i le i lit inident, ri bien
vieux, qi i mit sua prises |ea d u\
homme-; p< litiquei
"il le 18 Juiliel 1894. La
Chambra Irai aice disci t il h l-j
rel.iiive aux marcbhti -. \'r i'es
chenal, h la tribune, m.'inmi
af.se/ rudi m. it Mr Ifeoij Brifon.
' lendemain, Mr Clmenci su
dans un aili 1. ;, |s Jug||( ,, ff ,.
mnagea pua IfrDeacbaDi
ci snvoYa sea lmo n-, Mrs G.
Cbaudej et G Cavsigoac, Mr
C ('mer... i,u ijui cbolait, poui V s
si lu lira K Matht cl i.
u t quatre lo io a'aj ml pu
se m lira d'ac. r I sut le point de
avoir qui poava.il Wre allribi
la qualit .1 offi n .. choisi a .1 un
arbitra, MrLava lajon qui altrifa
celle qua it Mi Dercbanel.
l'gne !., s une proprit . U
rnedeSvre Uase -, de.. ....*.-,
m l aschanel lui a lelnl a In p r
Ile latrale .Imite du front d'u .
Bj[Mora s'leodanl ju-qu le p i
pire suprieure et dterra ,., ,(
coolemenl de tang qui, de I a*U
des mdecine, ira dot 1.1 is
Lanni longue pour .Mr Descbnn I
et Gupio jour Mr C\ ,,,
If Plaait -f us l'tal d i
qui us,..! li ,,,,'u. i., .m lt[
u I arrt d'i n commua ..... i
C'iaieni l. s | ren ii i arm '
du "Tigro".
M..is, comm ,'.
vnements q , , .
laol vite
omine tout s oubli : l
petite alfaire est ute bii n \i. e
h M : Mr Des, lian*-.l r.t m \ \
Mr Clmenciau a qualie Vlogt
quatre hiveis.
lit aie Iranill...
Le Bai i* Hntonatl n|
'" h i bal travesti annu I de
LMnteruatiooal Aihlalic Club aura
lien le lundi 2! lvrier prochain .
8 heur, s du loir.
Le tr. vesti s de r'gucu .1 Un
eertesd'invilati>o terpnt. lames
S I ri tre.
Avis
Per.Lie: Uaa plu n l'inlaina-en
i.l, inarq le E. i". Enright.
Une i- cemp u e
1 (i las, i > oo
e m .; l t n;
i i ffrle
r i a I. Di i ion
i Pli >'ii-'.
Au. une qu -lio i n"! sera
mande.
l>orle
raie des
de
Funrailles
1 I aprs mi>fi auront lieu les
foni Iles de M T n ia Lhf u
I ml di .' 1.1- hier s ir l i b^ i es.
Le oi ii partira I la maison
mortua re, au ^, lliin Rua Dr
Au!, s, pour se rend e 1 l'Kglise
Cathdrale.
C ado i ix j u ciitsprou-
\,'s.
Ncrologie
Lee lunreillee de Mme Philo-
n i -e i uni eu tau | udi
d. ri i r
Noi t s ro.Tondnlances
; oi <"''' ' i ' deuil ait nt et
,. .iw-oliremenl la SO? ir d la
nfur.te, Mme Pierre Sainvi. ne
i vina I), >s us.
A veniir3
pbur cuise deNlptri
ivfi bilier l ibe ots Vaisse le
Verrerie Aige .lerie, etc, etc .
bt'aartsser 1324 Av nue o.
( Kr-coiguu e h passe0 LavauJ el
( In miu l.i lue ).
AVIS
Le public, en gnral, et le
Commerc ' en ;.,. iculier, sont
I i r... s q.e h s., ,. ,., mmer
' ' ml l .m Measisun
s x PWtt-ai K& Ci*v t,d'on
" '' mon ace i I i |r \.s associs
'''.....'e le i' j avier .'ernier par'
^"," ''f I i ' du Itime du c n
Irat qui les liait.
M, neieir Poogere con" nuera
I'- ail i'esso i- s,,,. Dr-.pr nom
et sous ia leapoo l. Ul "(, rson
nelle.
Aux 3 \es le Ir Fvrier 1 ij
Ceci n'est pas lire
L.ir de la lUelame Jr ne sais paa aa faire.
Cependant si voua passez du cot du Bureau do
i Administration postale, i\ la Grand'|tue
Rentrez a la Gordoaneriu
Eruest Camille
A la Conscience
\ sus verni que les chaussures que oe seit sur
commande m non- sont faitas ave* qertl, soins et
solidit, pare que les ouvriers qui les eontaetiorinent
et les matriaux qui y sont employs rpondent et
justifiant le titre ae la maison. P m et
Lubiu
Lubia
Me est oiiiTmaoie, l'ide dollrir un faon de
jiatlnai, d'iuiliint plag (j,. cva| du LOBIH.
in vente d.uis luutcs les bonnM maisons.
ou autres af-
fections de
l'appareil respiratoire
L'EMULSION
SCOTT c
prise rgulirement
donne une nergie nou-
velle, augmente la capa-
cit de rsistance
et aide liminer
la cause de la
faiblesse.
Cm-W-rf Giip.ilo
Transatlantique
I. S S r; |, i lie 'e r '. ur
(\c S m j.inro Aa Ctbl lies p, ns
du Si I es) Il n lu le ltf cou-
rant.
Il repartira i,-. mrms joi r
PO ir S inl \| r,<. |o,|.,}, ,-j'!(X
Cap-'l. i-i ... (>,.,!io Plal, San
Juan et le Havre.
Port m 1*. in r, l.'{ |vv \\)>7y
'^f m. i-: ROfitLIN.
j-.:; ajajaj
' ;
ri ,sihLs !
F if teindro tous tissus :
Zuuara. oordN, soie, io.h
auoun produit a'ijalo
"LaMAimSVE"
1
J' V 1.1 S.
iVaFEr,CO,SNlElltS(S.lrr)li,M,
BWHJ MiAm
Fentre et Pailla Soi
Ch> z
H.Ballont fils
lnoru y aie
L steamer iohanna venant
de h illusion il lacmel est at-
tendu ;. l'ull au 1', ,| ce ic \x
COIil;,|t.
Il tep itira la mme j ur via
fetilGove,Si M cGoi.ajves
m "ie luistyei i'* erto Plate
po;i itnroie, prenaul fret
tL.riS()N LUlAi&aa
BELLE PKSilt
en doux mola par les
PILULES OPIENTALFS
Un mo.m ^,.1 .!',,.| ,,,, rwf
Ka.nl 1^; !.
' < Ma allHaa aaaauaa daa
apanl^a cl .liunant au L,;,l n.
gTW'i.UI lllbOBUOlnl.
MUUuui for u aaata,
\A J-llallt.-4?. || U.(1;||,r|Plri.
I i^ Fo"-f'-Prloca:
ni lu.ilaa luanaa pbarouuila*
LEuti. LE BOSSE & c
Agences- Reprsentatioas
[PORT-AU-PRINCE \
Agents gnraux de :
Hicker Jon s Jevveli Alillir^j tSc Q
NLW-YORK
Farln?3 HujarJan OJ- lioule Rougj ato .
IThe Home Insurance Company
NEW-YORK
.\ uia ' wnire .'mceiiaie
Diamond Match Co
Mtttaattas i S te II>iue
D. S. frii!l>ri 'X ol Comp-iny,
Pnetia *'Royal Cord1 So-iiiflrs ltia
Chai F. Hall'* r- ftjS1]
Poiaions sa s n tous qenres
^[anutaclurcs L;le 'Ins'oe Cy
\3sura ice priai vin,
ii nu Tri s
\ i
c
Vins & C ampa -' liordeaux
[COPENinaUR
urre Danois, fromage et co iservaa alimentai!
W. . InltiAffs i" ^'on
Tahaoa iinT" et ","';rs.
'. :\ N .T m' >
S n R val
' 'in i^ot'"s rha tkaVtolajf
E'ivols de denres,
ALUMWUM Lim
New-Orleis k South
tam ;8lMii.ij C.I|
Pfo'ehaiii dpart direct
pour Porl-au Princes i
'!o iteamer Scoztn laissera Ifew Orlean> I> (0
mer stuniol tlitectcinent ptui* Port-aj-frincil
Ce 10 Fvrier 1925)
A. de Maiteis & C*
iffliU Gnraux
En venle dans toules les'lionnes
Epiceries de la Rpublique.
LAIT
CONDENS
NESTL
LE PLUS RICHE
EN CREME
^Sarus 5Uvat!




?ous tronvetv/ .oujours tlu Lnil Comlensr Nestl ,i, il
^ach-e, en dpit c|ez iWiil, qui Be ."", Lnl *?*(** f*'
ordres, ,.ur Jfi ^ZZSL ZS?** "
L Preefzmann^ggerhalm
yerj gnral Vj,r UaitU
in;
vos

,/:


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM