<%BANNER%>







PAGE 1

LI MATIN t. [* %  h 1 / $b* m *>*. Pagol nergique antiseptique urinaira) & - %  Affif Wli et radieahmtnt km doahmn do la miction oiU toute complication M hfMi a*s*—*1 l— • tafaaaM le* (MM ••• ***** *ta**T*a %  '0 'aaaart e.pM %  otlMtli fatals* MM In atanaae qi '• aablteol. a* —.n—a. %  v*ia*i*aa*s. fi", ^m> : ,-V $ %  / T-**' La dcouverts du PAftBOt fait l'objet d'un* communication a l'Acadmie d* M-'-.' MUde Parts du professeur LasnbaUs, mdecin principal de la marine, ta(Sas pMfSataor dos KoSea lis mdecine i. n %  • Nous von* eu loe-aMM d tudier le PAQBOL et Ma rM.iltits toujours excellents, et parfois tonnant, que nous vo'.s 08£S> DU nous permettent 'l en affirmer If'lksclt absolus st constante • VAM1ANINE Avarie, Mlodie* de U Peau •; RUCOVAL Pommada non loilqut c ,ni,-e les ma:ad,st . Em Tr bi, Th Honort, Ei>g. loui Btphti Moise, Jn B Plts Btor. Jui A ex Legro.. Ch. Lado ,i Clua Jean. Jh Tbuno, B. Bernard, D. E Letorlue. Bdmon l.orqnt, L. Benoit. Dealin Del \a, spculateur, Lo a Berlin, H n ri B>nheur. Julta Pierre, ana Pierre, F May.rd. Amde SL pi*r, Beaubrnn Jose,.lt. t. on destin. Mme Nar t e Antoi-e. Laurent St Louis, spculateur Mar gurite harlei Marie Joseph. Ed H narions. J. Bien Aim. Uu B'CY Thodore. Aie Lg. Sajous, comptable. Ahel Lcro x.con-ul'o minicain et ngociant, j. Doucet. Fernand Lalaone. Mme l'ernand Lalanne. N. Zuraik. commerant. Mme L. Corvo*aier fis. L. lallev ,-aad. B. d'Haili F. C St Amaod notaireE Guibert notaire et un grand nombre de signatures ill isibles • ,,Conseil d Etat Hier le Conseil d'Etat a eo n ment la dl cussion du projet le loi qui cond : tionne le droit d ac quisition de propnt* immolires accord aux il rangers. le projet a subi plu-ieur modifi cations par la Section qu eu a l'tudier — H N a eu d'inle>p<"an tes discussions su cours de la se ance et le rapporteur Mr Emma nue' l.auMn. a dtendu admirable ment son n-ppoit. rsultat d un tiuvail intelligent et corscien 11 propos par e rfrnfeiller M> n'as, appuyant le t -li-d'A c ontenu dans e rapport L. difcu.aion .'e ce projet de loi seia raprise a lu betnea de de gum. U Catliii;il" M U ltale TrinittV il* l*Iylie tyUcGfiale d"laili L'iirposimte crmonie de la Pose de la premire Pierre de la Cathdrale • la Sainte Trinit de nvi.-n Fpiscopale d'Hati a eu lieu Diaanebe aprs midi au m>i u d une b Ile et nombreuse assUlt rcp. L'FvAque Carson taut malade, Sa G-andeur Monseigneur Ma>hew Esqtie de New Jersey pro-idait Le R end P^re E JOUPS, doye du derg pronona, d'une voix pntrante, eV'fl un loi aidante et '• %  >'• M iu M i 11 \ %  un ttiHgnifique dii'o M que l'eu Hire tout en c eonta dans un pieux recueille* ment. A l'issue de la crmonie. Mon B'igneur ^'alhewa dans une ardente prire appe'-t la Bndtctioa de IHaii Pur H li'i Remarqus pa:mi les parrains •t uitr m % %  : tnrtl RUSMII Haitmm saaire. M dame Guniberl m I; Gnral Mac Doogal, Cbtf de la Gendinneii', Mme llussel; Docteur C'imheiUnd. Conseili i FiaaneMf. Mini Henry Jones Mr t'ol-on. Ri eeveur Gnral a l|oint, Mme vieDoogal; Mr Hermano Hraux, Mi ni-dre de llnstruetion publiq ie. Mme E. Seixas; Mr Deno y Djeie, Mme Ch. Moore; Mr Robert Slark. Mfle Alice Lan2 -ichar/, Docteur llo:)kr, Mme i\ 1 f ce, Mr Beauvoir, M le A. Pif; Mr 0 Brant, O lenteur de U lUn que du Canada, Ml'e 0. S-ixa; Mr W. Pressoir. Mme M*a,r>n.Mr Annulis Andr. Mme Victor I y; Mr II. Dorsii. ville, Direct ur da l'Borecutrement, Mlle Pr 1 le Bep li-t-; Mr <"on.|antin May rd, Mlle l)-sce; Mr Quintin William, Mme Il a.!• 'iiiRMl; vir Hammon t. Melle L-ura Ph lippe; Mr Sta le, Mme C em aie, Docteur Jetrnty, Mme S. It il-- ; \4i'.tt. M-iir-, M'"e B nita Deme/.; Mr Mo'te, MUs S i a Fort ;Colin, Mr A. llaynes. M MUluiie Huferlbj n'i. Angus, Mue Hammond; Mr Denis Vieux. M ne Denis Vieux; Mr Hayan, Vile A. 0m"/a; Mr Pierre lluticourt Mme Daalder; etc. etc. etc. Parisiaiu C Soir l^KiltioQS de Aile. sans lo sou. ,~>o tt. 6*pisode fin e : N cents ; Balcon : 1 g le Tarils E801R Avant le reiaor du Q'm — I sera exhib une donnera fj> encore _ ACK-L&-TERREUR ler t Ai, le et 4t. pisode-. Entre 04*U centime?. MEl.CREDI L'ilomme aux Trois Masques 3e et 4e pisodes Entre G. 0.50 PHARMACa PRINGIPALB H. CANONNF, 40. Rus RAUMua 8880 %  OULIVARO t*V% Mi PARIS % endanl LB aunixica aLaJtcBi no uowna ProdulU des Premiens Marques st toujonn as premiers frsleasu UNE SEULE QUALIT t • LA MEILLEURE* %  sieia RAYON BPCIAL • OUR Lit COLONIfS DROOLBRIB, HBRB01U8TBR1B SPCIALITS r t a a e l aaa t Strangeree SELS DE QUININE PURS "^7bo produite en flacon*, ampoule, comprime, cachet. SOLUTIONS HYl'OUEIlMIQfES BANDAGES. CEINTURES, BAS A VARICES IPrAlllLS HTQIMIODIS p*r tous itages APPAREILS ORTHOPtDtQOtSJ Seringue hypodermique* PHARMACIES OE POCHE, DE VOTASI COFFRES PHARMACEUTIQUES pour Usines, Communes, aie. Projets de Facture et tous renaeignement iav demand adrene A PHARMACIE PRINCIPALE 4t, RUE RAUIUR 81-98, BOULEVARD SIASTOPOL PARIS MAISON UNIQUE AUCUN! SUCCURSALE ni en France ni l'Etranger. ALUMINUM LINE New-Orlans & South ? nr Sieamsliip Co k Prochain dpart direct pour l'orl-au Prince. Lt steasner |coit> laisser New Orlans lt il \rifr courant dirsctemtnt pour Poit-iu-Pruce. Ce 10 Fvrier 1925 A. de Battais & G\ r GIO NaJsanc Les poux Franois Jean-Charl t non uni Ittit part le la naissa^e de leur fllle surtenu! hier Bpfa* inili .-t qui a reu le prao n d'rx/.iE.— Complimetits. I _i Lo meilleur adatlf des douleurs d'estomac Bonne eccasion Oit demande ea jshau liomme de bien, tra liabile, tour sndre cerlaiu articles peudsnt ses heu res de loisir. lion naissance anglais est ncessaire. S'adresser par lettre a F>F. M VNUK , botts postale (47, Port 88 Prince. SEDOGASTRIN Admis dans les Hpitaux de Paria ( .1' ne instantanment : Crampes, Brlures, Aigreurs, Spasmes douloureux. Nauses, Vertiges, Vomissomants. !VC''n-" t O'IIIP le l'oie, facilits l'Aco tiement de la Bile. Tr* aflleaca eeeiira is Qatro itetiie dos pays cliauds CH tmti dam loutu 'tt phtrmacm Dat danspi '••" allt ch /. H ras lle'-nv"--* p) nos divers rhals si aWl aon atir.in. le n-'e d'tvoir les m'il lettres marcha dises a dei pri avantageux et noas serons en mme Um MQU avec conr'oisie et e r vis avec erapre^semen. Personne n'ignore que les mar chandis s vendu' s par Kawas 11 r man >s s t garanties de premire qui" Dot-, tous, mlions nous en route, et dirigeons nous vers la mais n K w .is lleittjni.u*. jivls matrimonial Le soussign renouvelle au pub'ic et au commerce sa dclatalton pa rue au journal "LE MATIN" en nat du11er Septembre I9z3, na •oir qu'il n'est plus lesponsable des actes ^ 1 r em'"' qu8<*on ques dson | 1 se ne Anna Char les. Vivant sd %  H ment davec 8a iemme depuis tantt deux annes, il se rserve • n outr>, l ca ei lu ant d int odnire une action en ddssvosu de pxttrnil Port au Piince, le 10 Fvrier |M5 Frdric B. GUIL.AU-K P0HT-AU*PRINGE Agerts gnra x de : Jones* Jeweli *illi0 A *M Far ne. Hudar ian 0 0— Boul^ Iftt f • &f %  ITht Home InsiPtnss Compsny NRW-YORtU A^eura ncP conli e linceuala Diamontl Bi'lch Co MlMnertoB 1 Sale llcma contre la CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES de DELORT, Pharmacien, IIS, u Saini-Antoiiia PARIS C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS PORT-AU-PR1NCB Alas.PETRUS, Pharaaael* ALBItT'HI rharmaet* a DJustin VI A RU •t Soute* io* bonnea I'hmm:mri^ "D. S, Rubber iporl Comfjtiy Pneus "Royal^ Co rd" Soullar Red s. Chat F. It lqe it Son POITO DS snlea en tous genre Mtnulactur*>8 Lile lnt'ce Qf Assuranc e sur la jrie^ SuilhoE Frre Au Vin & C hampagne B ordeau. Ph, Heymtn COPENHAGUE ourre taol, fro myie et conserva*, a ht a tairas,] W. S. Itikew^ it Son Taliaca )ann*v ei noi rLa Ht 'r.aala 8a Rival Cigarettes Cbamatteisir EiiToto da denres, En vente dans toutes les bonnes Epiceries de !a li}.Clique. Profitez donc d'Acbeter une de ces bonnes bicyclettes anglaises H nue II ; jiour hommes et dames qui viennent d*arriver chez Quintin Williams & Port-au Prince LAIT CONDENS N ESTL LE PLUS RICHE EN CREME ^S ans 5Uva£ You f noaverez toujourt du Lt Conden Itstl, Lt vapor tlF-r j l^aeto, en dpit choi l l *ye ni, qui se lient aussi t niiei u neat l >•• ordre, pour remettre vot commandes directes. I. Preetzmann—Aggrhoim ; AerJ g&nrcl pour BaitU



PAGE 1

? mHBGTfiUn PftOPRIETMIlti IMPRIMEUR Clment Magloire •0 V1RNA 1M, Bns Amricain. NUMERO | ^Q CENTIMES Quotidien **•§ %  incapables d'eieuleiilHS plus petites choses sont souvent trs capables de conseiller I i PtMnMe8.Ce sont des braves de cabinet. Ils ont de la l.ehi dans le cœur et du couraqedans let P"*Lifieaimelle TLPHON1Ka8 18oM ANNEE N• 1429 POHT AU PRINCE (HATI i--"vr -• .. j. j -^w T MA1DI 10 FEVRIER 1916 Le Prsident Somo el la Libration du Territoire M Mrs vkniK nr : 4 %  le principe vje la eete lalto.tr est maintenu prZTre r TZ,cL aiS i i 7' !" i *iWesquiontMenDieu Li *? n L tœie * de ,a <*• britannique a preduit une ron/rre jrmien le e PETIT HATIEN d couse •• IJ lftenS ni l! i " !" ,n e aux ambitions gohtei, ne confH /' wn J ar ^ ei -1^cert.n S p .ragr. -wence ni la mme bonne loi. si 1er. nt que le bientoi ,1e l phes des 8UsdUe8 nft;es rd '" fate riS a gl0ird dM 'collacHvi? et e pS *"ende rS. 1 *n epUlon de "W* u K brer le territoire, ce ne sont sauvegarder l'avenir h i K*? Uawe9 ne wuruentservir • ceux qui couvrent d'oppronidJim,L Ll ? J !" de r ^ le 1 ,,e Hr l,M • 'pposaient I les autorits consitn/c P" 1 /''? 8 'PDownt une diRue que 4e tout .de. ea,age„!ent. u, coobint a tous, SSSSS ion f C6 S nt *"".* %  'f 2 0,odra T ce ^ ui qu ' , ad "P citent la rvo'te ifn. Lt? n pl ? ,nei m,,ns dans ,e par '* f,,an Dawe8 P^^utiere UBDOSSiblfl rt SLSS • t9 Pft,H,,e k ,)onne el ,or,e 9e !" n> nl u co des premires an Œment U • nS3!ft Je, 1 nt Ce de Nmetoe et de l'du -.a* M de • application et que les Stoit rS?. blfl d f ? Ie8 tlon afin d en Wre un peuple f 0DS 6n i9l P r '• P'" Benar £s dissionscœurs et prchant clair, fort, conscient de s,. La 7 8, ra,enl V e ,e d ^it d. IM divisions la haine, la vendroits et de ses devrir^ rAnn rac,ul corame •' Mt P rvu P c ^jnce. II. ne font que retour^ueiia^clnriaiSS. r P Hn to -* ^ kMkhi tMlkn . hom. i^ CHARLES propos du Communiqu del Ligue des Droits de l Homme et du Citoyen A ^f u L liU ******** 'w Dreiu JelHeœme et du Citoyen a pu. Mi samedi un comajuiiKiue tu.oinaital surpreiant.. On y Ut a •net : lU Ligue Hatienne des ,-polit.q CffJ l ." ^ 0M q D cro ^ OD8 w*a, et 1 on sera toujours mal t %  %  %  AMlniB il .Ll: flaroir excutif f lt cola ie s'a. %  IiOri-il pes exercer un droit politi que .' ou plus simpleaenl, faire dt M politique t Voila S ui est nettement tabli IUB en appelons au juge ment de tous les esprits non • per vertis, domestiques el eiropei. somme de tous ceux que ne nui dent une foie de grand*ei ni"au eun intrt de clan. Le principe de la note Balfour Ml que l'Angleterre doit recevoir de 1 Kurope des piiements quiva lents^ aux dettes de l'Angleterre aux -filets Unis. Le gouvernement enflais r\p?ut pas adop'er une puBiuon (elle que ce principe ne soit ralisable seulement sur U ras du pi in renden<>at nu ml du plan Daw s oo en acceptai & leur valeur nominale d>s dettes qui actuellement ne sauraient Aire consi l es comme un adifeer aie. Le gouvernement erg ai a • onsenli d-j* a ramener ses crr*en • ces su r les allis la entame n eessaire pour couvrir se* propres peienints aux Etats Unis et el'ee ter et paiement I totalit< de la S srtdi l'Angleterre au r para on allemandes. Le mme g m vrroement, se souvenant que le dettes de gu ne inlerallii'es ont t contractes J Minus: Sir.it ce qu' 1',. m6Dl d<> ,0U, ta MBr,,a Ur la UT Prudhomme 1. Lizu. fH d. J. politique s.u. le avou ? La dette de la France de la Sran de Bretagne .erait rduite pourvu qo'en principe le paiement soit d termin par la France au moyen de ses ressources nationales et lix en tenant compte comme il eon vient de 6a richesse par rapport aux autres pays.que les paiements de la France soient utilement divi es lo en sommes fixes annue Je ment, payables sans tenir comp-e de ce que la France re.:.!r.iit Ht tivement Ulle u ^ | A anne en vertu .lu plan Dawes; 2o un autre vers meut annuel sur la part fiai aise dans lis annuits D*ft. || serait naturellement entendu au pi^.labl. que le versement h Gr.ndc llretagne suffirait A tei. dre compltement les obligations britanniques, vis A vis des Etals Unis, tout l'excdent seivirait diminuer les charges des al ie> de la Grande Bretagne. Le gouverne ment britannique espre q i si la Fiance s'inspire des directive.al maas ua lglement nirr.it la tervenir qui sai^ferait le? deux pavs M. lien mi Ml/graphe* imm diatemenl M. ( hureh !l M il sp prei.it le ton amical de 1. noie bril.miqu. laquelle sera l'oli.t du pius^rieux examen.Le. minis 1res des finances, des.iaire. tran gres et des services intresss commenceront d.m.in l'ex.m.a de ta iota anglaise. Si les suggei lions britanniques devrai...' ITr. prises en considration, il appar tiendrait aux ngociateurs d'ta hlir le bilan exact de la richesse de ^la Fiance a tue le c mpar. avec la France d avant guerre p .is ayee les autres nations et de four nir un tableau de l'effort fiscal d. la France par rapport aux pays et s. propre capacit lioan.iro. Aprs la rui.iuu de la document, lion nce^aire, il est probable que M. C.meutel ou tou; deux se rendiont A Londre. pour porter terre n. doit plus Aire considr. seulement comme puisss.ee euro K/.T S f ? %  0,ll M ,l '" ce. i lie de. Domini.nc.eil'An gl.t.rte offrait A la Fronce u. ceord spcial. la Fran.. a. refis, ml p.. pourv. qu'il De c*cas pas jn d„ r de Pirta ^ de M |; ment dfensif et puiste tre enre gistr par la Socit des Nations. L'Allemagne, dit M. Bencoir %  ou. a caus pas mal de dsap pointam.nl. depuis septembre; elle n a pas rpondu aur efforts lads par la Franc, en faveur de la Pu par des effort, corr.spen aant. ; 8 ss lections dou'.ussr on gouvernement plus douteux encore, son abstention A I gard de la Socit dec .Nations sont autant de raisons de crainte pour la Fran a. L'entre de l'Allem.gao dan< la Socit des .Nations ferait un avantage pour la France .1 pour Je monde eniier tt pour l'Alina g., elle-mm'. la Chine se retire de la confrence de l'opium GFNKYELa Chine suivant l'exemple des Bief" Uni. '#*l rr|j re de la eonfVr'DO. intern.tioo. le sur rnpiiim, re qui a produit une pro'on le ^motion et a donn lieu une violente attaqua contre M. Porter, chef de la d galion amricain*, de la part d* M. Lou don, ministre de Hollande. I En Trancc lesures reonemiques PARIS— L. ministre des fin.n ces,.s.ist d. diffrents t.ncui.rs vient de crer un office de compen salion des changes qui fonctionne re d'ici peu, ce sera un eonsor Hum autonome de banquiers eban geurs avec deux reprsentants du gouvernement comme membres des comits de direction.Ch.eun. des banques continuera A dejuili bres aatant que possible ses pro prs oprations de change, mai. orom. il y toujours u. excdent soit de ve.tes soit d'achat l.s dif frsnces ventuelles seront quili bres p.r d'autres banques par I mtermdisire de l'office de com pens.tiop. Le gouvernement esp re arriver -insi A stabiliser lechn ge st exercer un contrle pla.effi •te s.r I. spculation. Kwf ellf i Dlrertn &.KAH— Les aviateurs Lemit tre et Arrachard fui ont vol un. ••cale de Rampas .. Rie de Ore sent parti, de Dakar en aro pour Kayes. U. ont d.mand quelques pices de rechanges qui leur se ront envoyes par chemin de f.r. Les cours 7 Fvrier NEW YORK—Sterling 4.7 7 18 Franc. 18.94 Une importante ptiiion de la ville des Gonaves Gonaves, le 28 Janvier 1925. A S. Exe. .E PRSIDENT LK LA REPUBLIQUE En on Canseil des Secrtaires d Etat. Palais National Port-au PricceJ Excellence, Secrtaire d'Etat, ... ...*„ pour une cuis se rendiont a Londres nour norler aat vouloir tablir ua tel sophis•. m W mm ., M mus disons mieux. Noua disons que Ja LLjue .e fait pa. U Ligua 'p,snd, comme de JJM., que u>dt et. .xerc con*Z M nomma, hors dea cas et miLll S25 q !• loi dter na. cet rbitr.ir. et tyr.nniquei. W peut^ dclarer occuper ce jaaieavMc de C.rdien de la Loi EL H eUre ercer un rle poli J,ur Nous .fdrmon. qu'en areil ST. pM M eel faire ^ la pont.,„, c .„, „ uaassi a. i. poiitiqu.. lalME! Pf,0Ua ****** *M=aTa.'5 .X^SEsrSffSS PARIS-, M. p.„| Boncour. socia "TJ dp n du TarD 'eprsen "' de la Fraoe.. la Socit dea .Nations, a fait un v.f loge du pro tocole de Genve d^ns une cont roee sur la Socit, des Nafio.s .tl'.voair de l'Europe. Le prto eele, dil-.l ne diminue 0 r i,„ les droiU de la Fr.nc, il les lo. m.nt.m.inp. Le rejet dnprolo- ^e par l'Anglererra fat „. rl„p Il nous est pnible de Vous rappeler que grand Honore d habitants de cette melheoreu* se cit ont t compltement ruins par le pille et l'incendie allum par le. troupes qui y talt cantonnes en lvrier 1WI4. Le fait tant noloire., il serait donc superflu, Excellence, Secrtairee d'Etat, deVousrm* morerdans ses dtails l'vnement qui a fait tant de victimes; nous \ ous dirons, cependant,' que le. torts, les dommage qu a subis la ville ont eu pour auteurs les t oupes commandes par des offici-rsqui avaient pour devoir, en tous temps,de veiller a la scurit des familles. Qulqu-s jours aprs que se fut accompli re drame sang'anl et allreux, '. fiouvernement du Cnral Oreste Zamor, constitutionnellement lu par l'Assemble Nationale, mu des dolances que les victimes lui adressrent, comprit qu'il tait de son devoir de lis ddonmiJ?er. A celle lin, le Gouvernement proposa et | P Oorns lpsl ilif VDta, le 2 fvrier 1014. la Loi qu reconnat la lgitimit ries r clamatious et la principe des rparations auxquelles les Sinistrs ont droit. Cette 'oi a t promultf.ie le 1 Mars !!>K. Pris dans des difficults de toutes sortes, le Gouvernement na put raliser cette œ ivre de Justice qui lui tenait au c.pur, et les houlrtversemnls successifs retardrent l'excution de cette Loi Malriureuaementj Efcellwaj ^Secrtairesd'Etat, ceux qui ont t appauvris, ruins par situation de paix actuelle. C'est pourquoi, ils se tournent vers Vous et Vous demandent de faire pour eux ce que Vosprdcess ursavai ni le v f dsir de raliser pour les aou lger L'acte de hau'e justice quo Vous devrez Notre bonne iortune d accomplir, ne sera aeu lemint pas l'avantage de quel ques individus : c'est la Nation qui en tirer* profit. Vous inspirant de ces eooiderahons et des hauts sentiments qui Vous anim nt. nous sommes snrs qu'il \' ous 9er /. F^fe ^"cellence, Secrtaires d Eat. de nom aider, de no.is seconder, pour que les demandes des victimes des 1er et 2 fvrier |ll4. adresses la -. I) H. obtiennent l'accueil et le rsultai rservs a toutes eau ses capables de supporter, avec succs les investigations de la Justice. C'est dans ces sentim ns ata nous Nous prions. Excellence. S-erlairea d Ett, d'-g ^r nos bien respectupuses salutations. (Sign): Em. Laneelot, co.sul de rrsnce, D. Cs.rions, VV. Wol agnt consulaire dea E. l) A Dp J „ U, .?f lu6 MagisIral'Comoiu nal, (,. \N. Dodard, ngociai. K. Dupuy, commerant, Antoine Oelfrard, commerant, Gaston Dun bar. notaire. J. B. CabAche, av L. Geffrard, o^f. de l'Etat Civil, J*. rbrosse, notaire, M. A. Bien-Ai m. commerant, Ch. Sterlin. an cien administrateur des finaneea, L. Bourgaie, consul d'Kspa K no commerant. Asc. N. Plissi.r .v' KranciMo E. CoC-n. commandant des Pompiers Libre., 0. I). J*,. ques, ^ngoci.nt, Ctomini^ue Jo seph, commerant, Vve Dasny L. tortue. Linn Bornai., Vve N.r* cisse Bom.in, F. Fr.nois, comm.a.re en Appel. P. K. Sajous, luge de Paix. F. Barbot lils, spl culateur. Lon Romain, tfcllc Edd Me C-uffle, Thomas Me Gufiia, 0. Auguste, lUria Me (ulHa, C V* Cabchc, ancien sn.Uur, Molli


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06350
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, February 10, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06350

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
?
mHBGTfiUn PftOPRIETMIlti
IMPRIMEUR
Clment Magloire
0 V1RNA
1M, Bns Amricain.
NUMERO | ^Q CENTIMES
Quotidien
*** incapables d'eieuleiilHS
plus petites choses sont souvent
trs capables de conseiller I i
PtMnMe8.Ce sont des braves
de cabinet. Ils ont de la l.ehi
dans le cur et du couraqedans
letP"*- Lifieaimelle
TLPHON1K- a8
18oM ANNEE N 1429
POHT AU PRINCE (HATI
i--"vr - .. j. j -^w t
MA1DI 10 FEVRIER 1916
Le Prsident Somo el la
Libration du Territoire
M Mrs vkniK
. nr : 4 .
le principe vje la eete lalto.tr est maintenu
prZTrerTZ,cLaiSi i 7' i*iWesquiontMenDieu Li *?nL,tie* de ,a <* britannique a preduit une
ron/rre jrmien le e Petit
Hatien d couse apporte par l'auteur //ans son
langage, et de la justesse Hu
point de vue envisag.
non sur les autres, mais sur
soi-mme ; ce sont tous ceux-l
qu'inspirent la sagesse, la con-
corde, exhortant leurs conci-
Il ait un fait lJi-uu. i toyens au ralliement autour de
Pi La aota de M. Chur-
chill, chancelier de l'Kchiquier, en
rponse U lettre de M. Clemen
tel. ministre des In.nces du 10
Janvier, dit que le gouvernement
que.notrPavsMr.UXn,^ f?lre be,u *** ***** ' 5riiaMi(,ue adhr* a" P"'P"
uUoorCm \*lJ ?p *"' eett douce iawae de la J oie de M. B.ifour e.iaiint
JM Hien. mil. t? d* l.U8 Patr,ei ce *nl le Patriotes W ^ande j.rtia dans la note
Sllen SavTlV^rnV l,T qui fa,s?nl lrve ""M. ?e-.lord C,r,on de !S mai>
IJlftenS ni l! i " ,n e aux ambitions gohtei, ne con- fH/' wnJar^ei-1^cert.nSp.ragr.
-wence ni la mme bonne loi. si 1er. nt que le bien- toi ,1e l phes des 8UsdUe8 nft;es rd'"
fate riS 'a gl0ird dM ,'- collacHvi? et e pS *"ende rS.1 *n epUlon de "W* 'u
Kbrer le territoire, ce ne sont sauvegarder l'avenir h i K*? Uawe9'ne wuruentservir
ceux qui couvrent d'oppro- nidJim,-LLl ? j de r^le 1,,e *Hr l,M 'pposaient
I les autorits consitn/c P"1/''?8'PDownt une diRue que 4e tout .de. ea,age!ent. u,
coobint a tous, SSSSS ion f C6 Snt *"".* 'f 20,odra T ce^ui qu' , ad"P
citent la rvo'te ifn. Lt? n . .pl?,nei m,,ns dans ,e par '* f,,an Dawe8 P^^utiere
UBDOSSiblfl rt SLSS t9 Pft,H,,e k ,)onne el ,or,e 9en- >nl u co des premires an
ment U nS3!ft Je,1nt Ce de Nmetoe et de l'du -.a- *M de application et que les
Stoit rS?.blfl. df ? Ie8 tlon' afin d*en Wre un peuple f0DS 6n'i9l Pr ' P'" Benar
s dissionscurs et prchant clair, fort, conscient de s,. La7 ,8,*ra,enl Ve ,e d^it d.
im divisions la haine, la ven- droits et de ses devrir^ rAnn rac,ul corame ' Mt Prvu P c
^jnce. II. ne font que retour- ^ueiia^clnriaiSS. rP'Hn- to -* ^
kMkhi tMlkn . hom. i^ CHARLES
propos du Communiqu
del Ligue des Droits '
de l Homme et du Citoyen
A ^fuLliU* ******** 'w Dreiu
JelHeme et du Citoyen a pu.
Mi samedi un comajuiiKiue tu.o-
inaital surpreiant.. On y Ut a
net : lU Ligue Hatienne des
,-polit.q
CffJl.",^0M q'D cro^OD8
w*a, et 1 on sera toujours mal t-
AMlniB il .Ll:
flaroir excutif f lt cola ie s'a.
IiOri-il pes exercer un droit politi
que .' ou plus simpleaenl, faire dt
M politique t
Voila Sui est nettement tabli
iub en appelons au juge
ment de tous les esprits non per
vertis, domestiques el eiropei.
somme de tous ceux que ne nui
dent une foie de grand*ei ni"au
eun intrt de clan.
Le principe de la note Balfour
Ml que l'Angleterre doit recevoir
de 1 Kurope des piiements quiva
lents^ aux dettes de l'Angleterre
aux -filets Unis. Le gouvernement
enflais r\- p?ut pas adop'er une
puBiuon (elle que ce principe ne
soit ralisable seulement sur U
ras du pi in renden<>at nu ml
du plan Daw s oo en acceptai &
leur valeur nominale d>s dettes
qui actuellement ne sauraient Aire
consi l es comme un adifeer
aie. Le gouvernement erg ai a
onsenli d-j* a ramener ses crr*en
ces su r les allis la entame n
eessaire pour couvrir se* propres
peienints aux Etats Unis et el'ee
ter et paiement I totalit< de la
Ssrtdi l'Angleterre au r para
on allemandes. Le mme g m
vrroement, se souvenant que le
dettes de gu ne inlerallii'es ont
t contractes
J Minus: Sir.it ce qu' 1',. m6Dl d<> ,0U, ta MBr,,a....."
Ur la Ut Prudhomme 1. Lizu.
fH d. J. politique s.u. le avou ?
La dette de la France de la Sran
de Bretagne .erait rduite pourvu
qo'en principe le paiement soit d
termin par la France au moyen
de ses ressources nationales et lix
en tenant compte comme il eon
vient de 6a richesse par rapport
aux autres pays.que les paiements
de la France soient utilement divi
es lo en sommes fixes annue Je
ment, payables sans tenir comp-e
de ce que la France re.:.!r.iit Ht .
tivement Ulle u ^ |A anne en
vertu .lu plan Dawes; 2o un autre
vers meut annuel sur la part fiai
aise dans lis annuits D*ft. ||
serait naturellement entendu au
pi^.labl. que le versement h
Gr.ndc llretagne suffirait A tei.
dre compltement les obligations
britanniques, vis A vis des Etals
Unis, tout l'excdent seivirait
diminuer les charges des al ie> de
la Grande Bretagne. Le gouverne
ment britannique espre q i si la
Fiance s'inspire des directive.al
maas ua lglement nirr.it la
tervenir qui sai^ferait le? deux
pavs
M. lien mi Ml/graphe* imm
diatemenl M. ( hureh !l m il sp
prei.it le ton amical de 1. noie
bril.miqu. laquelle sera l'oli.t
du pius^rieux examen.Le. minis
1res des finances, des.iaire. tran
gres et des services intresss
commenceront d.m.in l'ex.m.a
de ta iota anglaise. Si les suggei
lions britanniques devrai...' ITr.
prises en considration, il appar
tiendrait aux ngociateurs d'ta
hlir le bilan exact de la richesse
de ^la Fiance a tue le c mpar.
avec la France d avant guerre p .is
ayee les autres nations et de four
nir un tableau de l'effort fiscal d.
la France par rapport aux pays et
s. propre capacit lioan.iro.
Aprs la rui.iuu de la document,
lion nce^aire, il est probable
que M. C.meutel ou tou; deux
se rendiont A Londre. pour porter
terre n. doit plus Aire considr.
seulement comme puisss.ee euro
K/.T Sf ? 0,llM ,l '"
ce. i lie de. Domini.nc.eil'An
gl.t.rte offrait A la Fronce u. c-
eord spcial. la Fran.. a. refis,
ml p.. pourv. qu'il De c*cas pas
jn dr de Pirta^ de M|;
ment dfensif et puiste tre enre
gistr par la Socit des Nations.
L'Allemagne, dit M. Bencoir
ou. a caus pas mal de dsap
pointam.nl. depuis septembre;
elle n a pas rpondu aur efforts
lads par la Franc, en faveur de la
Pu par des effort, corr.spen
aant. ; 8ss lections dou'.ussr
on gouvernement plus douteux
encore, son abstention A I gard de
la Socit dec .Nations sont autant
de raisons de crainte pour la Fran
a. L'entre de l'Allem.gao dan<
la Socit des .Nations ferait un
avantage pour la France .1 pour
Je monde eniier tt pour l'Alina
g., elle-mm'.
la Chine se retire de la
confrence de l'opium
GFNKYE- La Chine suivant
l'exemple des Bief" Uni. '#*l rr|j
re de la eonfVr'DO. intern.tioo.
le sur rnpiiim, re qui a produit
une pro'on le ^motion et a donn
lieu une violente attaqua contre
M. Porter, chef de la d galion
amricain*, de la part d* M. Lou
don, ministre de Hollande.
I
En Trancc
lesures reonemiques
Paris L. ministre des fin.n
ces,.s.ist d. diffrents t.ncui.rs
vient de crer un office de compen
salion des changes qui fonctionne
re d'ici peu, ce sera un eonsor
Hum autonome de banquiers eban
geurs avec deux reprsentants du
gouvernement comme membres
des comits de direction.Ch.eun.
des banques continuera A dejuili
bres aatant que possible ses pro
prs oprations de change, mai.
orom. il y toujours u. excdent
soit de ve.tes soit d'achat l.s dif
frsnces ventuelles seront quili
bres p.r d'autres banques par
I mtermdisire de l'office de com
pens.tiop. Le gouvernement esp
re arriver -insi A stabiliser lechn
ge st exercer un contrle pla.effi
te s.r I. spculation.
Kwf ellf i Dlrertn
&.KAH Les aviateurs Lemit
tre et Arrachard fui ont vol un.
cale de Rampas .. Rie de Ore
sent parti, de Dakar en aro pour
Kayes. U. ont d.mand quelques
pices de rechanges qui leur se
ront envoyes par chemin de f.r.
Les cours
7 Fvrier
NEW YORKSterling 4.7718
Franc. 18.94
Une importante ptiiion
de la ville des Gonaves
Gonaves, le 28 Janvier 1925.
A S. Exe. .e Prsident lk
LA REPUBLIQUE
En on Canseil des Secrtaires
d Etat.
Palais National
Port-au PricceJ
Excellence,
Secrtaire d'Etat,
... ------...* pour une cuis se rendiont a Londres nour norler
aat vouloir tablir ua tel sophis-
. mWmm ., M mus disons mieux. Noua
disons que Ja LLjue .e fait pa.
U Ligua 'p,snd, comme de
JJM., que u>dt et. .xerc con-
*Z M nomma, hors dea cas et
miLll S25 q ! loi dter
na. cet rbitr.ir. et tyr.nniquei.
W peut^ dclarer occuper ce
jaaieavMc de C.rdien de la Loi
EL h eUre"ercer un rle poli
J,ur Nous .fdrmon. qu'en areil
ST. pM Meel faire
^ la pont.,, c.,
uaassi a. i. poiitiqu.. *
. lalME! Pf,0Ua ****** iol "? *tantp,sum.,n
vS&EP* ?1 ? ju indi9
trangres
V* ^---""" "" ,al1 P^ RU
Jement de Ta pol.liaju* tout court, .
al e tau u u p0 ,ll tomm.nt expl 4Ber ea t l'i.t qae le que Ju Sud
prsident de la Ligue allant rel. M *
Paris L'organisation duo ser
fait tomber la chel d acu..lion d.'
prvenu t qu'il . u .t.m., i
J? aemt-arn^r""!;; iu'-'" ***. ** iS,
r.r de m'pmEg'gfi" f ' %******* jeal. co.tr.
*'Mai.nt rprim, amruV. 7*"** 't d. t. p,
a!2Tiel0,d,e d""*trat,f;
lltace^^rl^ ,JuVnlende
letrla^Ur -,m"w l'axcution
me principe ? ka face du
ffcl.P8nWWr,d6llp0l,li,lM- ae P NI- -aureut Kyn.c;.V."
hW S S? leDC0' r,fQ- ** *rtaire de l'aron.u. taitlmb0U K^if U1 m#l * g"c a ***** S U mi..io.
tan tomber le eh,!., .,...,;.. ,._ di, ,m,-un| LemtUr#a 0*
eh.rd .vait permis d. r.r un
service direct avec l'Afrique ecci
dentale, que la prochaine tape se
politique
d. coterie,
kl comment expliqua les sol. postai n ,i t
ioru' ;ePou','J<'1'boi..tcon.
aoru .'Passons et observons.
i'.T L,g,* UU dt U Pot'tique,
rait Dakar, Pernambuco et un il
prvoyait que sous peu un service
postal rapide fonctionnerait enl.e
.L- J i.m "oirmi, mail? U
agira de dcider 4 quelles condi
tiens et s'il faudra exercer une
pression sur le gouvernement pour
I obliger faire voter quelques r
formes soeialistes.On dniera d'au
tre part que les soe alites cooli
ueraie.il soutenir M. Herriot
pour emprh-r le retour au pou
voir du parti Poincar.
Liibiu
SB*
Lubin

l'.de
a
Grand Conqrsjsocialiete
GRE.NOMLI- Le sujet le plus
intressant discute l'ouverture
du Aime congrs national sorin
lisl. a t la situation de l'organe
du parti Le Populaire .. Le co
mit* permanent administratif a
t charg de trouver millions
de rianrs pour que cet orga.e re
devienne quotidien. Lee trs forte
dlgation trangre assistait au
r_'r.gr_e : on y remarquait M.
Importii
de |.
les dclarations
Paul fioucour
^8>*M=aTa.'5 .X^SEsrSffSS
Paris-, m. p.| Boncour. socia
!"Tj dpn du TarD- 'eprsen
"' de la Fraoe.. la Socit dea
.Nations, a fait un v.f loge du pro
tocole de Genve d^ns une cont
roee sur la Socit, des Nafio.s
.tl'.voair de l'Europe. Le prto
eele, dil-.l ne diminue 0 ri,
les droiU de la Fr.nc, il les lo.
m.nt.m.inp. Le rejet dnprolo-
^e par l'Anglererra fat . rlp
Il nous est pnible de Vous
rappeler que grand Honore
d habitants de cette melheoreu*
se cit ont t compltement
ruins par le pille et l'incen-
die allum par le. troupes qui y
talt cantonnes en lvrier
1WI4.
Le fait tant noloire., il serait
donc superflu, Excellence, Se-
crtairee d'Etat, deVousrm*
morerdans ses dtails l'vne-
ment qui a fait tant de victimes;
nous \ ous dirons, cependant,'
que le. torts, les dommage
qu a subis la ville ont eu pour
auteurs les t oupes comman-
des par des offici-rsqui avaient
pour devoir, en tous temps,de
veiller a la scurit des familles.
Qulqu-s jours aprs que se
fut accompli re drame sang'anl
et allreux, '. fiouvernement du
Cnral Oreste Zamor, consti-
tutionnellement lu par l'As-
semble Nationale, mu des do-
lances que les victimes lui
adressrent, comprit qu'il tait
de son devoir de lis ddonmi-
J?er.
A celle lin, le Gouvernement
proposa et |P Oorns lpsl ilif vd-
ta, le 2 fvrier 1014. la Loi qu
reconnat la lgitimit ries r
clamatious et la principe des
rparations auxquelles les Si-
nistrs ont droit. Cette 'oi a t
promultf.ie le 1 Mars !!>K.
Pris dans des difficults de
toutes sortes, le Gouvernement
na put raliser cette ivre de
Justice qui lui tenait au c.pur,
et les houlrtversemnls succes-
sifs retardrent l'excution de
cette Loi
Malriureuaementj Efcellwaj
^Secrtairesd'Etat, ceux qui
ont t appauvris, ruins par
situation de paix actuelle.
C'est pourquoi, ils se tour-
nent vers Vous et Vous deman-
dent de faire pour eux ce que
Vosprdcess ursavai ni le v f
dsir de raliser pour les aou
lger
L'acte de hau'e justice quo
Vous devrez Notre bonne ior-
tune d accomplir, ne sera aeu
lemint pas l'avantage de quel
ques individus : c'est la Nation
qui en tirer* profit.
Vous inspirant de ces eooi-
derahons et des hauts senti-
ments qui Vous anim nt. nous
sommes snrs qu'il \'ous 9er'
/. F^fe ^"cellence, Se-
crtaires d Eat. de nom aider,
de no.is seconder, pour que les
demandes des victimes des 1er
et 2 fvrier |ll4. adresses la
-. I) H. obtiennent l'accueil et
le rsultai rservs a toutes eau
ses capables de supporter, avec
succs les investigations de la
Justice.
C'est dans ces sentim ns ata
nous Nous prions. Excellence.
S-erlairea d Ett, d'-g ^r nos
bien respectupuses salutations.
(Sign): Em. Laneelot, co.sul
de rrsnce, D. Cs.rions, VV. Wol
agnt consulaire dea E. l) A '
Dp,J' U,.?flu6' MagisIral'Comoiu
nal, (,. \N. Dodard, ngociai.
K. Dupuy, commerant, Antoine
Oelfrard, commerant, Gaston Dun
bar. notaire. J. B. CabAche, av
L. Geffrard, o^f. de l'Etat Civil, J*.
rbrosse, notaire, M. A. Bien-Ai
m. commerant, Ch. Sterlin. an
cien administrateur des finaneea,
L. Bourgaie, consul d'KspaKno
commerant. Asc. N. Plissi.r .v'
KranciMo E. CoC-n. commandant
des Pompiers Libre., 0. I). J*,.
ques, ^ngoci.nt, Ctomini^ue Jo.
seph, commerant, Vve Dasny L.
tortue. Linn Bornai., Vve N.r*
cisse Bom.in, F. Fr.nois, com-
m.a.re en Appel. P. K. Sajous,
luge de Paix. F. Barbot lils, spl
culateur. Lon Romain, tfcllc Edd
Me C-uffle, Thomas Me Gufiia, 0.
Auguste, lUria Me (ulHa, C V*
Cabchc, ancien sn.Uur, Molli


LI MATIN
t.
[*
h
1
/
$b*
m
*>*.
Pagol
nergique antiseptique urinaira)

&
-


Affif Wli et radieahmtnt
km doahmn
' do la miction
oiU toute complication
M hfMi a*s**1l*
tafaaaM le* (MM *****
*ta**T*a '0 'aaaart e.pM
otlMtli fatals* MM
In atanaae qi ' aablteol.
a* .n- a. * v*ia*i*aa*s. fi",
^m>:
*
.
,-V
$
/
T-**'
La dcouverts du PAftBOt
fait l'objet d'un* commu-
nication a l'Acadmie d*
M-'-.' mu- de Parts du pro-
fesseur LasnbaUs, mdecin
principal de la marine, ta-
(Sas pMfSataor dos KoSea
lis mdecine i. n
Nous von* eu loe-a-
MM d tudier le PAQBOL
et Ma rM.iltits toujours
excellents, et parfois ton-
nant, que nous vo'.s 08S>
du nous permettent 'l en
affirmer If'lksclt absolus
st constante
VAM1ANINE
Avarie, Mlodie* de U Peau ;
RUCOVAL
Pommada non loilqut c ,ni,-e les
ma:ad,st ".....?*;.7g%^'''n**T*"y" -"'*** {
SERGE VAILLANT, Consignataire pour Hati
Serge Taiflt.it C J
V
Suzanne M-: Gufle, L. Miiten. Ch.
Sajous, ngociant, D. St l'ieire,
]n Baa'ien, ** Bast*, P. Larsen,
ngociant, Marie Sajous, C. Jo
Jacq HM.Sim^on Btudm.L'ureva-
na LirPBg, Horace Delp,Pi"*!na
B. Btiotiet. Jh Simoni* Thomas
Ml, d Mtellus, Ant. SI Amand,
Ktieien juge pu 1re Instance, Th.
V.. nv, Mcne D. Narch.se, avo-
rnt, E fiesl Bonhomme, cnmmer-
en, W Bel fond, pharmacien.
A'f Pauphlo, Henry lien, Hen
i-elteWe, Marie Louise NV'o ,
Melle lai.e te Lancelot, Mme M
chet Ahrahm. Marie Knlwile,
Mme y me v Kntwis e, Melle Yphlfli
Lalnr.e Vve P. Mayarl. Liien
ll-yard, L Marins. J. r-Vwisle.
V jarqties. An. Jh. Chrubin, V.
Bruttis. l'.l. I.alortue. J. / hrin,
R. Pierre Char'es fils, Juan St
Amand, Itaina St Amand Krai
li* St Amand, Ph. Pierre Louis,
(ieorges Lebrun. Courtilien Ory,
N. Raphal, C. Arch. Latorlu*.
Nalencourt Pas'iuet, av. Francis
Balgado. juge en Appel, Luc dur
dre .onsul, Mme Jn Bte Turin,
Belleh une Prophte, f.iaireluli i
St Pi ire, lndiana St Pierre. Mme
/.-lie N si, Melle Hlne Jn Jac
que. Flicia Alesandre, K. B. Long
champs, C. C. Jn Battis e, t. Mar
celin, instituteur. Locadie C i*n,
P. M. Meais, VolciusTitua. FBau
din, r.harit Blmur, Hector St.
Louis, Ph. St Louis, Mme Thot-a
Raphal, Clia St Louis, Vve J. Mo
reau, R. Benjamin, D Tbbaed,
Aug. St Louin, Hamfre ,fn Biptiste,
M, miette N\ iss, A. Guillaume Jn
B Berlhaud; Km. Mi ton ; Alb.
O. Gravitle; CamH e Charles; Do
relus Bavard: L Corvoisier, Du
lue Phanord, Lon Dn'x. Vertu
lie B'am h .rd. Ph. Phanord, Jh.
Richard. H Mondsir, Ch. Th
baud. Paia< el-e Pelissier, a Ma
rie Loni-e Phanord, t\ Krauae,
t h Alr-nii, Vve Turenne Legioa,
lhliolore Pnis, R Benoit, Cb>.
Em Tr bi, Th Honort, Ei>g.
loui Btphti Moise, Jn B Plts
Btor. Jui A ex Legro.. Ch. Lado
,i Clua Jean. Jh Tbuno, B.
Bernard, D. E Letorlue. Bdmon
l.orqnt, L. Benoit. Dealin Del
\a, spculateur, Lo a Berlin, H n
ri B>nheur. Julta Pierre, ana
Pierre, F May.rd. Amde SL
pi*r, Beaubrnn Jose,.lt. t. on
destin. Mme Nar t e Antoi-e.
Laurent St Louis, spculateur Mar
gurite harlei Marie Joseph.
Ed H narions. J. Bien Aim. Uu
b'cy Thodore. Aie Lg. Sajous,
comptable. Ahel Lcro x.con-ul'o
minicain et ngociant, j. Doucet.
Fernand Lalaone. Mme l'ernand
Lalanne. N. Zuraik. commerant.
Mme L. Corvo*aier fis. L. lallev
,-aad. B. d'Haili F. C St Amaod
notaire- E Guibert notaire
et un grand nombre de signatures
illisibles ,,-
Conseil d Etat
Hier le Conseil d'Etat a eo n
ment la dl cussion du projet le
loi qui cond:tionne le droit d ac
quisition de propnt* immolires
accord aux il rangers.
le projet a subi plu-ieur modifi
cations par la Section qu eu a
l'tudier H n a eu d'inle>p<"an
tes discussions su cours de la se
ance et le rapporteur Mr Emma
nue' l.auMn. a dtendu admirable
ment son n-ppoit. rsultat d un
tiuvail intelligent et corscien a nu bat te et dm ie l'aesrm
a n I erti'n s s Ira aux S Car
Ole ^ adrili n> 11 propos par e
rfrnfeiller M> n'as, appuyant le
t -li-d'Acontenu dans e rapport
L. difcu.aion .'e ce projet de
loi seia raprise a lu betnea de de
gum.
U Catliii;il" MU ltale
TrinittV il* l*Iylie tyU-
cGfiale d"laili
L'iirposimte crmonie de la
Pose de la premire Pierre de la
Cathdrale la Sainte Trinit
de nvi.-n Fpiscopale d'Hati a eu
lieu Diaanebe aprs midi au m>-
i u d une b Ile et nombreuse as-
sUlt rcp. L'FvAque Carson taut
malade, Sa G-andeur Monseigneur
Ma>hew Esqtie de New Jersey
pro-idait
Le R end P^re E Joups, do-
ye du derg pronona, d'une voix
pntrante, eV'fl un loi aidante
et '>' miu m i 11 \ . un ttiHgnifique
dii'o m que l'eu Hire tout en c
eonta dans un pieux recueille*
ment.
A l'issue de la crmonie. Mon
B'igneur ^'alhewa dans une ar-
dente prire appe'-t la Bndtctioa
de IHaii Pur H li'i
Remarqus pa:mi les parrains
t uitr m :
tnrtl RusmIi Hait- mm s-
aaire. M dame Guniberl m I; Gn-
ral Mac Doogal, Cbtf de la Gen-
dinneii', Mme llussel; Docteur
C'imheiUnd. Conseili i FiaaneMf.
Mini Henry Jones Mr t'ol-on. Ri
eeveur Gnral a l|oint, Mme vie-
Doogal; Mr Hermano Hraux, Mi
ni-dre de llnstruetion publiq ie.
Mme E. Seixas; Mr Deno y
Djeie, Mme Ch. Moore; Mr Ro-
bert Slark. Mfle Alice Lan2 -i-
char/, Docteur llo:)kr, Mme i\ 1 f
ce, Mr Beauvoir, M le A. Pif;
Mr 0 Brant, O lenteur de U lUn
que du Canada, Ml'e 0. S-ixa;
Mr W. Pressoir. Mme M*a,r>n.Mr
Annulis Andr. Mme Victor I y;
Mr II. Dorsii.ville, Direct ur da
l'Borecutrement, Mlle Pr 1 le Bep
li-t-; Mr <"on.|antin May rd, Mlle
l)-sce; Mr Quintin William, Mme
Il a.! 'iiiRMl; vir Hammon t. Melle
L-ura Ph lippe; Mr Sta le, Mme
C em aie, Docteur Jetrnty, Mme S.
It .....il-- ; \4i'.tt. M-iir-, M'"e
B nita Deme/.; Mr Mo'te, M- Us
S i a Fort ;Colin, Mr A. llaynes.
M mu- luiie Huferlbj n'i. Angus,
Mue Hammond; Mr Denis Vieux.
M ne Denis Vieux; Mr Hayan, Vile
A. 0m"/a; Mr Pierre lluticourt
Mme Daalder; etc. etc. etc.
Parisiaiu
C Soir
l^KiltioQS de Aile.
sans lo sou.
,~>o tt. 6*- pisode
fin e : N cents ; Balcon : 1 g le
Tarils
E801R
Avant le reiaor du Q'm I
sera exhib une donnera fj>
encore _
ACK-L&-TERREUR
lert Ai, le et 4t. pisode-.
Entre 04*U centime?.
MEl.CREDI
L'ilomme aux
Trois Masques
3e et 4e pisodes
Entre G. 0.50
PHARMACa
PRINGIPALB
H. CANONNF,
40. Rus RAUMua
8880 OULIVARO t*V% Mi
PARIS
?endanl
lb aunixica aLaJtcBi no uowna
ProdulU des Premiens Marques
st toujonn as premiers frsleasu
UNE SEULE QUALIT t
LA MEILLEURE*
sieia
RAYON BPCIAL
OUR Lit COLONIfS
DROOLBRIB, HBRB01U8TBR1B
SPCIALITS
rtaaelaaa t Strangeree
SELS DE QUININE PURS
"^7bo produite en flacon*,
ampoule, comprime, cachet.
SOLUTIONS HYl'OUEIlMIQfES
BANDAGES. CEINTURES,
BAS A VARICES
IPrAlllLS HTQIMIODIS
p*r tous itages
APPAREILS ORTHOPtDtQOtSJ
Seringue hypodermique*
PHARMACIES OE POCHE, DE VOTASI
COFFRES PHARMACEUTIQUES
pour Usines, Communes, aie.
Projets de Facture
et tous renaeignement
iav demand adrene A
PHARMACIE PRINCIPALE
4t, RUE RAUIUR
81-98, BOULEVARD SIASTOPOL
PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUN! SUCCURSALE
ni en France ni l'Etranger.
ALUMINUM LINE
New-Orlans & South
? nr Sieamsliip Co k
Prochain dpart direct
pour l'orl-au Prince.
Lt steasner |coit> laisser New Orlans lt il -
\rifr courant dirsctemtnt pour Poit-iu-Pruce.
Ce 10 Fvrier 1925
A. de Battais & G\
r gio
NaJsanc
Les poux Franois Jean-Charl t
non uni Ittit part le la naissa^e
de leur fllle surtenu! hier Bpfa*
inili .-t qui a reu le prao n
d'rx/.iE. Complimetits.
I _i
Lo meilleur adatlf
des douleurs d'estomac
Bonne eccasion
Oit demande ea jshau liomme
de bien, tra liabile, tour sndre
cerlaiu articles peudsnt ses heu
res de loisir. lion naissance anglais
est ncessaire.
S'adresser par lettre a F>F.
M VNUK , botts postale (47,Port
88 Prince.
SEDOGASTRIN
Admis dans les Hpitaux de Paria
( .1' ne instantanment : Crampes,
Brlures, Aigreurs, Spasmes
douloureux. Nauses, Vertiges,
Vomissomants.
!VC''n-" t o'iiip le l'oie, facilits
l'Aco tiement de la Bile.
Tr* aflleaca eeeiira is Qatro-
itetiie dos pays cliauds
Ch tmti dam loutu 'tt phtrmacm
D UW*trP.ZIZINE.R*.Cari.r*Bl
t /(.ni PhanuacU Al. PKTHU8
et tput'I bonus ph.irni4vict
Eikj.LEBOS E cSco
Agences- Rt prsentations j
Hl*
rlobules Rebaud; I
nous a'Joit
Ils ont tiiours -ssay par tout
le notant de M der, ils "ni
raifc l'irnoos-.ib'a si' *" rlicles 'es p'n rf8i P^'r s,,,;-
fa:re no g , il taa l*al '
jours aiu pfi " m-Henrs peur
nous pprm!:.r-.l-T*e'ler,|.|ii't|.-
U '.o.t.if. 01' en negignvt ux
Tnfcrr.'"" i,,ft Bfl maigra^ p-olH
1 renant tj'ile ces observ lion
en roB8ldrallon,nt>at danspi '"
allt ch /. h ras lle'-nv"--* p)
nos divers rhals si aWl aon
atir.in. le n-'e d'tvoir les m'il
lettres marcha dises a dei pri
avantageux et noas serons en m-
me Um MQU avec conr'oisie et
ervis avec erapre^semen.
Personne n'ignore que les mar
chandis s vendu' s par Kawas 11 r
man >s s t garanties de premire
qu- i" .
Dot-, tous, mlions nous en
route, et dirigeons nous vers la
mais n Kw.is lleittjni.u*.
jivls matrimonial
Le soussign renouvelle au pub'ic
et au commerce sa dclatalton pa
rue au journal "LE MATIN" en
nat du11er Septembre I9z3, na
oir qu'il n'est plus lesponsable
des actes ^ 1 r em'"' qu8<*on
ques d- son | 1 se ne Anna Char
les. Vivant sd H ment davec 8a
iemme depuis tantt deux annes,
il se rserve n outr>, l ca ei lu
ant d int odnire une action en
ddssvosu de pxttrnil
Port au Piince, le 10 Fvrier |M5
Frdric B. GUIL.AU-K
P0HT-AU*PRINGE
Agerts gnra x de :
Jones* Jeweli *illi0 A *M
Far ne. Hudarian 0 0 Boul^ Ifttf ?
ITht Home InsiPtnss Compsny
NRW-YORtU
A^eurancP conlie linceuala
Diamontl Bi'lch Co
MlMnertoB 1 Sale llcma
contre
la
Constipation
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT, Pharmacien,
IIS, u Saini-Antoiiia
PARIS
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS ____
PORT-AU-PR1NCB
Alas.PETRUS, Pharaaael* ALBItT'HI
rharmaet* a D- Justin VI a RU
t Soute* io* bonnea I'hmm:mri^
"D. S, Rubber iporl Comfjtiy
Pneus "Royal^ Cord" Soullar Red s.
Chat F. It lqe it Son
PoItods snlea en tous genre
Mtnulactur*>8 Lile lnt'ce Qf
Assurance sur la jrie^
SuilhoE Frre Au
Vin & Champagne Bordeau.
Ph, Heymtn
COPENHAGUE
ourre taol, fromyie et conserva*, a ht a tairas,]
W. S. Itikew^ it Son
Taliaca )ann*v ei noir-
La Ht 'r.aala
8a Rival
Cigarettes Cbamatteisir
EiiToto da denres,
En vente dans toutes les bonnes
Epiceries de !a li}.Clique.

Profitez donc
d'Acbeter une de ces bonnes
bicyclettes anglaises
H nue II ;
jiour hommes et dames qui viennent d*arriver chez
Quintin Williams &
Port-au Prince
LAIT
CONDENS
N ESTL
LE PLUS RICHE
EN CREME
^S ans 5Uva
Youf noaverez toujourt du Lt Conden Itstl, Lt vapor tlF-r-* j
l^aeto, en dpit choi ll'*yeni, qui se lient aussi tniieiuneat l >
ordre, pour remettre vot commandes directes.
I. PreetzmannAggrhoim
; AerJ g&nrcl pour BaitU


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM